Navigation – Plan du site
Varia

Quand Caton le Philosophe dirige des spectacles édilitaires…

Une anecdote problématique révélatrice des relations complexes entre Rome et l’hellénisme
Paul Ernst

Résumés

Plutarque rapporte que Caton le Jeune, sous l’édilité de Marcus Favonius, remit des couronnes de feuillage et des cadeaux d’une grande simplicité à des artistes, à la suite de spectacles organisés à Rome. Analysant minutieusement ce texte, mais aussi la transmission de l’anecdote, le présent article cherche à expliquer les particularités de cette cérémonie en soulignant la complexité du personnage de Caton et son appartenance à des milieux culturels à la fois grecs et romains.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je tiens à remercier vivement Brigitte Le Guen, Catherine Saliou et Michel Humm pour leurs observations et leurs conseils.

Texte intégral

  • 1 Voir, en particulier : Linderski 1972 et Geiger 1974. Giovanna Pace a consacré quelques pages à l’a (...)

1M. Porcius Cato est bien connu pour son humilité et son austérité. Dans la biographie qu’il lui a consacrée, Plutarque évoque un événement daté de la fin des années 50 avant J.-C. On y voit Caton remettre des couronnes et des cadeaux à des artistes après avoir dirigé des spectacles à Rome, sous l’édilité de Marcus Favonius. Il aurait fait preuve d’une simplicité si grande qu’elle aurait provoqué le rire d’une partie des spectateurs, la réjouissance de l’autre. Alors que les commentaires que ce texte a suscités chez les historiens ont principalement concerné la datation de la magistrature de Marcus Favonius1, ce récit, loin d’être une simple anecdote, apporte un éclairage intéressant sur une pratique culturelle romaine – avec sa dimension et ses enjeux politiques – de la fin de la période républicaine, ainsi que sur sa perception.

  • 2 Les notions de pratiques et de représentations culturelles, utilisées dans le présent article, ont (...)

2Je me propose donc, après avoir présenté le contenu de l’extrait et situé sa place dans la biographie écrite par Plutarque, de reprendre les problèmes posés par la datation, la localisation et la nature de la cérémonie décrite. Je mènerai, enfin, dans une perspective d’histoire culturelle, une réflexion sur la pratique, à Rome, des remises de couronnes et de présents aux artistes à la suite des jeux scéniques, sur son adaptation par un stoïcien issu d’une des grandes familles de la nobilitas romaine, ainsi que sur les représentations perceptibles dans ce récit2.

Le récit de Plutarque et ses sources : les vertus d’un Romain de la fin de la République

  • 3 Plu., Cat. Mi., 46, 3-8. Sauf mention contraire, les extraits cités suivent la leçon retenue dans l (...)

3La façon dont Caton le Jeune organisa une remise de couronnes et de cadeaux à ceux qui s’étaient distingués dans des spectacles donnés sous l’édilité de Marcus Favonius n’est évoquée que dans la biographie que Plutarque consacra à Caton au début du IIe siècle de notre ère. L’anecdote y fait l’objet d’un développement relativement long3.

46. 1. Ἦν δὲ Μάρκος Φαώνιος ἑταῖρος αὐτοῦ καὶ ζηλωτής, οἷος ὁ Φαληρεὺς Ἀπολλόδωρος ἱστορεῖται περὶ Σωκράτην γενέσθαι τὸν παλαιόν, ἐμπαθὴς καὶ παρακεκινηκὼς πρὸς τὸν λόγον, οὐ σχέδην οὐδὲ πρᾴως, ἀλλ’ ὥσπερ οἶνον ἄκρατον αὐτοῦ καθαψάμενον καὶ μανικώτερον. 2. Οὗτος ἀγορανομίαν μετιὼν ἡττᾶτο, συμπαρὼν δ’ ὁ Κάτων προσέσχε ταῖς δέλτοις μιᾷ χειρὶ γεγραμμεναις̣· 3. καὶ τὴν κακουργίαν ἐξελέγξας, τότε μὲν ἐπικλήσει δημάρχων ἔλυσε τὴν ἀνάδειξιν, ὕστερον δὲ τοῦ Φαωνίου κατασταθέντος ἀγορανόμου, τά τ’ ἄλλα τῆς ἀρχῆς ἐπεμελεῖτο καὶ τὰς θέας διεῖπεν ἐν τῷ θεάτρῳ, 4. διδοὺς καὶ τοῖς θυμελικοῖς στεφάνους μὲν οὐ χρυσοῦς, ἀλλ’ ὥσπερ ἐν Ὀλυμπίᾳ κοτίνων, δῶρα δ’ ἀντὶ τῶν πολυτελῶν τοῖς μὲν Ἕλλησι τεῦτλα καὶ θρίδακας καὶ ῥαφανῖδας καὶ ἀπίους, τοῖς δὲ Ῥωμαίοις οἴνου κεράμια καὶ κρέα ὕεια καὶ σῦκα καὶ σικύους καὶ ξύλων ἀγκαλίδας, 5. ὧν τὴν εὐτέλειαν οἱ μὲν ἐγέλων, οἱ δ’ ἥδοντο τοῦ Κάτωνος τὸ αὐστηρὸν καὶ κατεστυμμένον ὁρῶντες ἡσυχῇ μεταβάλλον εἰς διάχυσιν. 6. Τέλος δ’ ὁ Φαώνιος εἰς τὸν ὄχλον ἐμβαλὼν ἑαυτὸν καὶ καθεζόμενος ἐν τοῖς θεαταῖς, ἐκρότει τὸν Κάτωνα καὶ διδόναι τοῖς εὐημεροῦσι καὶ τιμᾶν ἐβόα καὶ συμπαρεκάλει τοὺς θεατάς, ὡς ἐκείνῳ τὴν ἐξουσίαν παραδεδωκώς. 7. Ἐν δὲ τῷ ἑτέρῳ θεάτρῳ Κουρίων ὁ Φαωνίου συνάρχων ἐχορήγει πολυτελῶς· ἀλλ’ ἐκεῖνον ἀπολείποντες οἱ ἄνθρωποι μετέβαινον ἐνταῦθα καὶ συνέπαιζον προθύμως ὑποκρινομένῳ τῷ Φαωνίῳ τὸν ἰδιώτην καὶ τῷ Κάτωνι τὸν ἀγωνοθέτην. 8. Ἔπραττε δὲ ταῦτα διασύρων τὸ πρᾶγμα καὶ διδάσκων ὅτι παίζοντα δεῖ τῇ παιδιᾷ χρῆσθαι καὶ χάριτι παραπέμπειν ἀτύφῳ μᾶλλον ἢ παρασκευαῖς καὶ πολυτελείαις, εἰς τὰ μηδενὸς ἄξια φροντίδας μεγάλας καὶ σπουδὰς κατατιθέμενον.

  • 4 Le mot grec ἀγωνοθέτης, utilisé ici pour évoquer une réalité romaine, renvoie, selon toute vraisemb (...)

46. 1. Marcus Favonius était son disciple et zélateur, comme l’était, à ce que l’on rapporte, Apollodore de Phalère à l’égard de Socrate l’Ancien, ému et troublé par sa parole, non pas de manière douce et progressive, mais comme si du vin pur le tenait à la tête et troublait sensiblement sa raison. 2. Ce Favonius brigua l’édilité et fut battu, mais Caton, qui était à ses côtés, s’aperçut que les tablettes avaient été écrites d’une seule et même main. 3. Après avoir dénoncé la fraude, il en appela aux tribuns et fit annuler la proclamation. Un peu plus tard, alors que Marcus Favonius était entré en charge comme édile, il s’occupa des tâches de sa magistrature et, en particulier, dirigea les spectacles au théâtre. 4. Il remit même aux artistes thyméliques des couronnes, non pas d’or, mais, comme à Olympie, d’olivier sauvage, et, en guise de présents, au lieu de cadeaux somptueux, aux Grecs des bettes, des laitues, des radis et des poires, et aux Romains des jarres de vin, des morceaux de porc, des figues, des concombres et des brassées de bois. 5. Les uns riaient de leur simplicité tandis que les autres se réjouissaient de voir l’austérité et la rudesse de Caton se changer tranquillement en détente de l’âme. 6. À la fin, Favonius, se jetant dans la foule et s’asseyant parmi les spectateurs, applaudissait Caton, lui criait de donner des cadeaux à ceux qui avaient connu le succès et de les honorer, et exhortait les spectateurs à faire de même, comme s’il lui avait transmis son pouvoir. 7. Dans le second théâtre, Curion, le collègue de Favonius, offrait de somptueux spectacles, mais les gens l’abandonnaient pour se rendre à ceux de Favonius et participer au jeu, de bon cœur, avec Favonius dans le rôle du simple particulier et Caton dans celui de l’agonothète4. 8. Caton agissait ainsi pour dénigrer ces pratiques et pour montrer qu’il faut, lorsqu’on joue, recourir au jeu, et traiter ces tâches avec grâce et modestie plutôt qu’avec préparatifs et force dépenses en accordant de grands soins et beaucoup de sérieux à des choses sans aucune valeur.

4Le récit de cette anecdote est, à n’en point douter, destiné à faire comprendre au public cultivé grec et romain de Plutarque le caractère, les principes et les valeurs de Caton. Il s’agit pour l’auteur, aussi bien moraliste que biographe, de montrer à quel point Caton les met en pratique, quitte à rompre avec les usages établis et à s’attirer l’incompréhension ou les moqueries de ses contemporains. C’est pour que son public puisse au mieux saisir les traits du caractère de Caton qu’il rapporte cette anecdote. L’usage d’un tel procédé est expliqué par Plutarque lui-même dans sa Vie d’Alexandre :

  • 5 Οὔτε […] ἱστορίας γράφομεν, ἀλλὰ βίους, οὔτε ταῖς ἐπιφανεστάταις πράξεσι πάντως ἔνεστι δήλωσις ἀρετ (...)

Nous n’écrivons pas des Histoires, mais des biographies, et, pour l’essentiel, ce n’est pas dans les actions les plus éclatantes que se manifeste la vertu ou le vice. Souvent, au contraire, un petit fait, un mot, une plaisanterie montrent mieux le caractère que des combats qui font des milliers de morts, que les batailles rangées et les sièges les plus importants5.

  • 6 Plu., Cat. Mi., 45, 3, passage renvoyant au récit de sa mission à Chypre entre 58 et 56 (Cat. Mi., (...)
  • 7 Plu., Cat. Mi., 46, 3 et 47. Le sens de la justice (δικαιοσύνη) de Caton est un thème récurrent de (...)
  • 8 Plu., Cat. Mi., 46, 4-8 ; sur l’austérité (αὐστηρία) de Caton, voir notamment : Plu., Cat. Mi., 14, (...)

5Si les liens qui unissent l’anecdote aux développements précédent et suivant apparaissent, au premier abord, très ténus et non explicites, on constate que chacun renvoie globalement à la même thématique. Il est question, juste avant l’extrait, de la manière avec laquelle Caton aurait répondu à Clodius qui, agissant en secret pour le compte de Pompée, l’aurait notamment accusé de détournement d’argent lors de sa mission à Chypre. Le récit des relations entre Caton et Favonius, de l’élection à l’édilité de celui-ci, et du déroulement de la cérémonie de remise des couronnes et des cadeaux est suivi d’un développement sur les élections pour le consulat de l’année 52 ainsi que sur le problème de la fraude électorale et, précisément, de la corruption. Le thème du rapport à l’argent et à la richesse, mettant en avant la probité6, la justice7 et l’austérité8 de Caton, apparaît donc comme le fil conducteur du récit. Le peu de détails apportés par Plutarque au contexte précis dans lequel s’est déroulée la remise des couronnes et des présents organisée par Caton va dans le même sens : l’analyse morale et moralisante est au premier plan, peut-être au détriment (volontairement ou non ?) du respect de la chronologie.

  • 9 Dans un autre extrait de la Vie de Caton, d’autres termes soulignent la proximité des deux hommes : (...)
  • 10 Le même qualificatif est attribué par Plutarque à Favonius dans sa Vie de César (21, 8). On le trou (...)
  • 11 Sur le comportement d’Apollodore de Phalère à l’égard de Socrate, voir en particulier : Pl., Smp, 1 (...)

6Mais, bien qu’il participe à la construction du modèle de l’homme politique vertueux, l’extrait semble aussi en souligner les limites. Celui-ci commence, en effet, par une comparaison entre, d’une part, Socrate et Apollodore de Phalère et, d’autre part, Caton et Marcus Favonius, présenté comme son « disciple » (ἑταῖρος)9 et « zélateur » (ζηλωτής)10, « ému et troublé par sa parole, non pas de manière douce et progressive, mais comme si du vin pur le tenait à la tête et troublait sensiblement sa raison11 ». Cette description du caractère de Marcus Favonius qui paraît pleinement sous l’emprise de Caton trouve une illustration dans l’attitude, contraire à tous les usages, qu’il aurait eue lors de la cérémonie. Bien que Plutarque ne donne pas clairement son avis sur cette remise de couronnes et de cadeaux, le fait qu’elle soit introduite par cette comparaison semble donc révéler les réserves de l’auteur.

  • 12 Favonius est présenté par Plutarque comme « un homme qui […] n’était pas méchant, mais qui, souvent (...)
  • 13 Plu., Phoc., 2, 7 : ὁ ὄρθιος ἄγαν (« une conduite trop rectiligne »), τόνος ἀπηνὴς καὶ σκληρός (« u (...)

7Celui-ci dénonce précisément, dans sa Vie de Pompée12, le caractère excessif de Favonius et, dans sa Vie de Phocion13, stratège athénien du IVe siècle dont la biographie est mise en parallèle avec celle de Caton, celui que prenait parfois la vertu de Caton. Sans doute pourrait-on appliquer ce commentaire de Plutarque à l’organisation de la cérémonie par Caton :

  • 14 Ἡ Κάτωνος ἀρχαιοτροπία διὰ χρόνων πολλῶν ἐπιγενομένη βίοις διεφθορόσι καὶ πονηροῖς ἔθεσι, δόξαν μὲν (...)

La conduite à l’ancienne de Caton, apparaissant après plusieurs siècles dans une société corrompue et dépravée, lui valut beaucoup de renommée et de gloire, mais elle n’était pas adaptée aux besoins du moment, l’austérité et la grandeur de sa vertu étant disproportionnées par rapport à l’époque où il vivait14.

8Mais s’agit-il, dans ce récit, du caractère de Caton lui-même, ou du personnage de Caton tel qu’il a été perçu par ses contemporains et/ou construit par les auteurs qui, jusqu’à Plutarque compris, ont brossé son portrait ? Même si l’auteur ne fait allusion à aucune de ses sources dans l’extrait considéré, il est probable qu’il se soit inspiré de textes latins, vraisemblablement de la biographie de Caton écrite par le philosophe du Portique P. Clodius Thrasea Paetus à partir des mémoires de Munatius Rufus, ami de Caton et stoïcien également.

  • 15 Sur la question, voir Ernst 2012, p. 450-453.
  • 16 Ista secta Tuberones et Fauonios, ueteri quoque rei publicae ingrata nomina, genuit. (Tac., Ann., X (...)
  • 17 Voir Geiger 1979, p. 68-69.

9S’il n’est guère utile de réexaminer la question15, il est intéressant de relever que, dans un discours adressé à Néron et restitué par Tacite dans ses Annales, Cossutianus Capito, après avoir souligné l’austérité de P. Clodius Thrasea et son opposition à la lasciuia de Néron, le place sur le même plan que Favonius : « cette secte stoïcienne a engendré les Tubéron et les Favonius, noms n’ayant pas même eu la faveur de l’ancienne république16 ». Cette dernière remarque est-elle simplement le fruit d’un esprit partisan ? Si elle était fondée, elle pourrait laisser supposer que l’attitude de Favonius – notamment lors de la cérémonie organisée par Caton ? – n’a pas été bien perçue par les Romains ou, du moins, par une partie de l’aristocratie. En tout cas, le texte de Tacite semble renforcer l’hypothèse d’un récit transmis par Thrasea17 dont l’œuvre comprenait peut-être d’autres anecdotes relatives à Favonius, auxquelles Cossutianus Capito aurait fait implicitement référence.

10Ainsi est-il probable que Plutarque dut rendre compte, en des termes grecs, de réalités romaines dont l’analyse et l’interprétation doivent être menées avec prudence.

Analyse et interprétation de la cérémonie décrite

11La datation et la localisation des événements rapportés par Plutarque constituent deux des principaux problèmes que présente l’anecdote.

Cadres topographique et chronologique

  • 18 Sur l’élection de Favonius comme édile, voir, en particulier, Konrad 1996, p. 141-143.
  • 19 Broughton 1952, p. 221-222.
  • 20 Plutarque utilise l’expression ὕστερον δέ (Cat. Mi., 3), « un peu plus tard », pour situer le momen (...)

12Le texte de Plutarque comporte plusieurs indications. La cérémonie serait postérieure à l’entrée en charge de Favonius en tant qu’édile (τοῦ Φαωνίου κατασταθέντος ; Cat. Mi., 46, 3) après des fraudes électorales18 dont il aurait été victime et qui auraient été dénoncées par Caton qui avait été préteur en 5419. Il est très probable – mais non certain20 – que ce soit à la suite de l’intervention du stoïcien romain que Favonius ait accédé à cette magistrature et non à l’occasion d’une élection ultérieure.

  • 21 C’est le cas de Karl Sintenis dans la Bibliotheca Teubneriana (1869), de Bernadotte Perrin dans la (...)
  • 22 Willems 1878, p. 491.

13On apprend, en outre, que Favonius avait un collègue à l’édilité ( Φαωνίου συνάρχων ; Cat. Mi., 46, 7), qui aurait donné des spectacles au même moment. Si la plupart des éditeurs et des traducteurs retiennent le nom « Curion » (Κουρίων)21, il s’agit d’un choix philologique qui est le fruit de la correction, par J. Amyot, du nom Δουρίων employé dans les manuscrits. La personne en question serait C. Scribonius Curio. Une autre lecture a été proposée : Δουρίων a été corrigé en Λούρκων par Pierre Willems pour qui la personne pourrait être M. Aufidius Lurco22.

  • 23 Je remercie B. Le Guen d’avoir attiré mon attention sur ce point.
  • 24 Plin., Nat., XXXVI, 116-120. Sur cette construction, voir notamment Bomgardner 2000, p. 36-37.
  • 25 Cic., Fam., II, 3 (CLXVI), 1-2.

14Ainsi, deux hypothèses peuvent être formulées sur le lieu où s’est déroulée la cérémonie décrite. L’emploi de l’expression ἐν δὲ τῷ ἑτέρῳ θεάτρῳ, « dans le second théâtre », serait particulièrement appropriée pour désigner un ensemble de deux édifices23. Or, Pline l’Ancien rapporte que C. Scribonius Curio avait fait construire, à l’occasion des jeux funèbres (funebre munus) en l’honneur de son père, deux theatra iuxta de bois qui, situés près du tombeau (ad tumulum), pouvaient mécaniquement se réunir et former un amphitheatrum24. Nous savons, par une lettre de Cicéron, datée de la première moitié de l’année 53 et adressée à Curion25, que celui-ci s’apprêtait à ce moment, après – et, très vraisemblablement, en raison de – la mort de son père, à donner des munera. Le théâtre utilisé par Favonius et Caton pourrait donc constituer l’une des « moitiés » de l’amphitheatrum de Curion et leur spectacle serait opposé à celui que Curion aurait offert dans l’autre « moitié ». Mais comment expliquer qu’à l’occasion de jeux donnés très probablement en l’honneur du père de Curion, des spectacles se soient déroulés si différemment dans le cadre d’un même monument ? Et pourquoi Curion aurait-il donné à Favonius la possibilité d’utiliser la moitié de son amphitheatrum pour y organiser concurremment des spectacles ?

  • 26 Voir Gros 1999, p. 35-38.

15Une seconde hypothèse doit être envisagée. La cérémonie décrite pourrait avoir eu lieu dans un autre édifice, sans doute le théâtre de Pompée inauguré en 55 avant J.-C26, et il s’agirait, à cette date, avec celui de Curion, des deux seuls bâtiments de ce type à Rome. Mais l’expression ἐν δὲ τῷ ἑτέρῳ θεάτρω peut-elle renvoyer au monument de Curion perçu (par Plutarque, voire déjà par ses sources elles-mêmes ?) comme un lieu de spectacles, alors qu’il était, en fait, constitué de deux theatra iuxta ?

  • 27 Nous disposons d’attestations de tels spectacles dans des théâtres qui n’étaient pas encore permane (...)
  • 28 Str., V, 3, 8. Par exemple celui de Sylla (Liv., XC ; Luc., II, 222 ; Plu., Sull., 38, 6 ; App., BC(...)
  • 29 Sur sa carrière, voir Münzer 1921.
  • 30 Voir en particulier : Suet., Aug., 29 et D.C., LI, 23. Sur cet édifice, voir notamment Welch 2007, (...)

16Ainsi, si la seconde hypothèse semble concrètement plus vraisemblable, la première ne peut être exclue. L’indication selon laquelle les Romains auraient quitté les somptueux spectacles27 donnés par Curion pour se rendre dans « l’autre théâtre » ne permet guère de renforcer l’une d’entre elles. En effet, si l’on tient compte du temps de circulation de l’information puis de déplacement des Romains d’un lieu à un autre, le fait est tout à fait plausible s’il s’agit de passer d’un théâtre à l’autre dans le cadre de l’édifice de Curion, mais sans doute aussi de ce bâtiment au théâtre de Pompée. Ce dernier avait été édifié sur le Champ de Mars et Pline situe le monument de Curion ad tumulum. Or, à la fin de l’époque républicaine, des tombeaux se trouvaient dans cette partie de Rome28 et il est possible que le père de Curion, consul en 76, ait bénéficié du funus publicum29. Par ailleurs, seul un vaste espace pouvait convenir à un amphitheatrum qui, lorsqu’il était « ouvert », devait former un monument particulièrement large. C’est, du reste, au Champ de Mars que fut construit, en 29 avant notre ère, le premier amphithéâtre de pierre, celui de C. Statilius Taurus30, peut-être en prenant en partie modèle sur celui de Curion.

  • 31 Lorsque Plutarque mentionne Curion dans d’autres Vies, c’est souvent aussi pour dénoncer son goût p (...)
  • 32 Voir aussi l’extrait des Devoirs (II, 55-57) dans lequel Cicéron condamne tous les excès de dépense (...)

17En tout cas, il est très probable que le « collègue » de Favonius soit bien C. Scribonius Curio et non M. Aufidius Lurco. Lorsque Plutarque paraît dénoncer indirectement le caractère inutile et exagéré des dépenses faites par le « collègue » de Favonius31, il s’inscrit dans la continuité du jugement de deux auteurs : Cicéron qui avait tenté, dans sa lettre, de dissuader Curion de consacrer autant d’argent à des munera (dont le motif n’est certes pas précisé)32 et Pline l’Ancien qui présente le double théâtre de bois de Curion comme une « extravagance » (insania).

  • 33 Plu., Cat. Mi., 14, 7-8.
  • 34 Οὕτω πως καὶ τῶ ῥήματι χρησάμενος ; « voilà même à peu près la phrase qu’il employa » (Plu., Cat. M (...)

18Par ailleurs, dans sa présentation de la jeunesse de Caton, Plutarque mentionne les propos que C. Scribonius Curio lui aurait tenus après son service comme tribun militaire en Macédoine, en 67 : « Curion, irrité de l’austérité ( αὐστηρός) de Caton …, lui avait demandé s’il n’était pas plein d’ardeur pour, après son service, voir l’Asie. Alors que Caton lui répondit aussi vigoureusement “ tout à fait ! ”, Curion lui dit : “ tu en reviendras donc plus aimable et plus civilisé ”33 ». Cet extrait, dont le dialogue semble avoir été traduit du latin par Plutarque34, souligne l’opposition entre les deux hommes. L’auteur présentant souvent la jeunesse de son personnage comme annonciatrice de ses actes ultérieurs, il ne serait pas étonnant qu’il ait souhaité montrer, en quelque sorte, la fin de cet échange amical mais franc : par sa simplicité et la « détente de son âme » qui l’aurait progressivement emporté sur son « austérité » et sa « rudesse », Caton serait parvenu à attirer les citoyens romains à sa cérémonie. Ainsi, si l’on fait de Curion le « collègue » de Favonius, la biographie gagne en cohérence.

  • 35 Voir notamment Linderski 1972, p. 181 et n. 2 et 3.
  • 36 Voir notamment Broughton 1986, p. 90-91.
  • 37 Linderski 1972.
  • 38 Voir aussi Konrad 1996, p. 141-143, dont l’analyse montre qu’il pourrait bien s’agir de l’édilité p (...)
  • 39 Linderski 1972, p. 199-200 (en particulier).

19La date de l’édilité de Favonius a fait l’objet d’anciens et importants débats35. Si certains chercheurs se sont prononcés pour l’année 53 ou 52, quelques-uns ont préféré ne pas trancher, soulignant la complexité de la question36. Jerzy Linderski y a consacré un article37 dans lequel il se livre à une analyse minutieuse des nombreux arguments et contre-arguments en faveur de l’une et de l’autre date. La prise en compte des différentes lectures possibles du nom du collègue de Favonius, de la difficulté de savoir si celui-ci était édile de la plèbe ou édile curule, de l’éventualité d’une erreur de Plutarque sur la fonction de la personne présentée comme le « collègue » de Favonius, de la complexité de l’interprétation d’un extrait de Dion Cassius (XL, 45) mentionnant l’édilité de Favonius, ou encore la mise en lien de cette édilité avec d’autres événements plus ou moins bien connus, ont amené l’auteur à conclure à l’impossibilité de proposer une datation sûre38. L’auteur a également montré que, si l’on considère que les spectacles de Favonius ont été donnés en même temps que les munera de Curion en l’honneur de son père, leur datation n’en est pas moins problématique étant donné que la Correspondance de Cicéron ne permet pas de savoir à quelle date – 53 ou 52 ? – Curion est rentré d’Asie à Rome39.

  • 40 Linderski 1972, p. 185.
  • 41 Pour Georges Ville, « l’erreur de Plutarque s’explique par la pratique, fréquente à ce moment, d’at (...)

20Par ailleurs, l’analyse de Jerzy Linderski a révélé que, quelle que soit la date retenue, il est très peu probable que C. Scribonius Curio ait été édile à ce moment40. Sachant que ces magistrats constituaient les principaux responsables des ludi à la fin de la République, Plutarque a très bien pu attribuer, à tort, ces spectacles à un magistrat du même collège que Favonius41.

  • 42 Geiger 1974 (les p. 161 à 167 sont consacrées à la datation de l’édilité de Favonius). L’auteur n’a (...)
  • 43 L’octroi, par Pompée, de 6000 fantassins à César (Cat. Mi., 45, 6).
  • 44 On en trouvera un exemple dans son récit du voyage de Caton en Asie (voir Ernst 2012, p. 453-455).

21Joseph Geiger42 date, quant à lui, l’édilité de Favonius de l’année 53. L’un de ses arguments majeurs me paraît contestable. L’anecdote est présentée par Plutarque peu après les lignes consacrées à sa préture de 54 et son évocation d’un événement daté de l’hiver 54-5343, et avant le récit de l’organisation des élections pour le consulat de l’année 52, c’est-à-dire d’événements qui se seraient produits en 53 et au début de l’année 52. Joseph Geiger considère ces dates comme des termini post et ante quos pour l’édilité de Favonius, qui serait alors datable de l’année 53. Or, nous avons vu plus haut que Plutarque semblait avant tout suivre un fil conducteur thématique : l’expression des vertus de Caton et, en particulier, de son rapport à l’argent et aux richesses. L’ordre des événements évoqués par un auteur qui ne respecte pas toujours, volontairement ou non, la chronologie des faits44 ne peut donc sans doute pas constituer un argument solide pour cette datation. Un autre argument avancé me paraît plus solide:

  • 45 « The curule aediles for 53 were patricians ; thus Favonius had to be an aedile of the plebs » (Gei (...)
  • 46 Geiger 1974, p. 163.

First, if Favonius was an aedile in 53 he must have been a plebeian aedile45 and thus was elected already in 54, the year when his friend Cato was praetor and Domitius Ahenobarbus one of the consuls: for a homo novus who had suffered already two repulsae in his attempt to win the aedileship the backing he could get in 54 could have been indispensable46.

22Ainsi, la cérémonie de remise des couronnes et des cadeaux organisée par Caton a pu avoir eu lieu dans l’une des parties du double théâtre de Curion ou, plus vraisemblablement, dans celui de Pompée et me semble toujours devoir être datée, avec prudence, des années 53 (hypothèse qui me paraît un peu plus probable en raison du dernier argument avancé) ou 52 avant notre ère. Si la datation et la situation topographique de l’événement présentent des difficultés, il en va de même de la nature de la cérémonie décrite.

Réflexions sur la nature de la cérémonie

23La cérémonie de remise de couronnes et de cadeaux organisée par Caton peut être examinée à deux niveaux : la nature du spectacle qui l’a précédée et le type de fêtes dans lequel celui-ci s’est déroulé.

  • 47 Je laisse de côté le problème de la nature des spectacles offerts par le « collègue » de Favonius, (...)

24Quelles indications Plutarque donne-t-il, tout d’abord, sur le type de spectacle en question47 ? La situation de la cérémonie « au théâtre » ne constitue un indice ni précis ni même fiable. Si le mot θέα a un sens très général, celui de « spectacle », le terme θυμελικοί, employé par l’auteur pour désigner les personnes récompensées, est davantage susceptible de nous éclairer sur la nature du (ou des) spectacle(s).

  • 48 Michael Wörrle a montré que, alors que, dans les documents d’époque hellénistique, les concours qua (...)
  • 49 Fab., 4, 6 : Fabius promet de « célébrer des spectacles musicaux et thyméliques » (θέας δὲ μουσικὰς (...)
  • 50 On trouve, par exemple, ce sens général dans la Vie de Timoléon (39, 5) où il est question de conco (...)
  • 51 Voir par exemple : Per., 13, 11 (le mot est employé à deux reprises pour désigner l’instauration de (...)

25L’adjectif θυμελικός, dérivé de θυμέλη, peut, à l’époque de Plutarque, renvoyer à des activités aussi bien dramatiques que chorales et musicales (accompagnées ou non de danses)48. Quel sens a-t-il ici ? Dans un extrait de la Vie de Fabius Maximus, Plutarque distingue les spectacles qualifiés de μουσικαί et de θυμελικαί49. Or, si l’adjectif μουσικός renvoie, en général, à ce qui est propre aux Muses, et, en particulier, au théâtre, à la musique et/ou au chant50, ce sont ces deux derniers sens qui sont privilégiés dans l’œuvre de l’auteur51. Les θυμελικοί ne seraient donc pas, à première vue, des musiciens ou des chanteurs (s’accompagnant ou non d’un instrument).

  • 52 Plu., Sull., 36, 1.
  • 53 La phrase suivante ne permet guère de préciser le sens du mot : Οὗτοι γὰρ οἱ τότε παρ’ αὐτῷ δυνάμεν (...)
  • 54 Plu., Moralia, 853a-b (= Comp. Arist. Men., 1).

26Il est difficile de préciser davantage le sens avec lequel Plutarque emploie ce mot car il n’apparaît que deux fois encore dans ses écrits. Dans la Vie de Sylla52, l’auteur rapporte que celui-ci vivait « avec des actrices de mimes, des joueuses de cithare » (μίμοις γυναιξὶ καὶ κιθαριστρίαις) et des θυμελικοῖς ἀνθρώποις. L’expression pourrait désigner aussi bien des chanteurs – s’accompagnant ou non d’un instrument – que des acteurs53. Dans la Comparaison d’Aristophane et de Ménandre, soit un abrégé fragmentaire d’une œuvre de Plutarque écrite par un auteur anonyme, celui-ci cite l’ouvrage original (avec un risque de modification du vocabulaire) dans lequel il aurait été question du θυμελικὸν (la lecture n’est pas assurée) d’Aristophane, mot employé, avec d’autres termes péjoratifs, pour désigner la vulgarité des personnages dramatiques54.

  • 55 On trouve de très nombreuses occurrences de ce terme dans les Vies comme dans les Œuvres morales, d (...)
  • 56 Dans un extrait de la Vie d’Othon (6, 2), le mot σκηνικοί est employé pour désigner les acteurs aux (...)
  • 57 Voir notamment Zucchelli 1963, p. 55 et Leppin 1992, p. 79-80.
  • 58 On trouve dans le prologue de l’Amphitryon de Plaute, écrit au Ier siècle avant notre ère, soit dan (...)

27Mais, si la (ou les) source(s) latine(s) dont Plutarque s’inspire, selon toute vraisemblance, avai(en)t mentionné des acteurs de théâtre, des scaenici, n’aurait-il pas traduit ce terme par ὑποκριταί, mot qu’il emploie presque toujours pour les désigner55, voire par σκηνικοί sur lequel scaenici a précisément été formé, mais qui n’est utilisé qu’une seule fois dans son œuvre56 ? Plutarque utilise-t-il θυμελικοί pour désigner les gens de la « scène »57 en général (pour traduire le mot latin artifices) et pas seulement les acteurs (histriones)58 ? Son sens serait alors proche de celui de τεχνίτης, à la différence que ce dernier terme peut aussi s’appliquer, dans la langue grecque, à d’autres types de savoir-faire.

  • 59 Vitr., V, 7, 2. Donnant à ses lecteurs des informations sur les « théâtres grecs » (Graecorum theat (...)
  • 60 Sur le sens à donner à l’adjectif thymelici, voir Leppin 1992, 79-80, et le commentaire que fait Ca (...)
  • 61 Fab., 4, 6.

28Une dernière hypothèse apparaît plus simple et plus probable. Il se peut bien que Plutarque, par le mot θυμελικοί, ait voulu traduire, en grec, le terme thymelici, fréquemment utilisé dans la littérature latine du Ier siècle avant notre ère. À cette époque, selon un extrait de Vitruve59, la distinction semble être faite, de manière très nette, entre scaenici et thymelici. Thymelici, formé sur θυμέλη qui, à l’époque hellénistique, désigne principalement l’orchestra, est alors le mot utilisé, par excellence, pour désigner les chanteurs, les chœurs et/ou les musiciens60. Cette explication, parce qu’elle repose non sur le sens avec lequel Plutarque a lui-même coutume d’employer le mot, mais sur l’usage, par l’auteur, d’un procédé de traduction qui consiste en une simple transposition du latin au grec n’est, du reste, pas contradictoire avec la distinction faite par Plutarque, dans la Vie de Fabius Maximus, entre les θέαι μουσικαί et les θέαι θυμελικαί61.

  • 62 Diverses sources mentionnent des couronnes conférées à des artistes : Varron écrit qu’une corolla é (...)
  • 63 Sur la distinction entre ludi latini et ludi graeci, voir notamment Beaujeu 1988.
  • 64 Sur la présence d’artistes grecs dans des jeux romains, voir les attestations relevées par Jean-Lou (...)

29Enfin, la nature des couronnes et des cadeaux distribués par Caton ne donne aucune indication sur la nature des spectacles62. Quant à la distinction entre les bénéficiaires grecs et romains, elle pourrait renvoyer aussi bien à des acteurs qu’à des chanteurs et/ou musiciens d’origine grecque et latine, ou, plus vraisemblablement, faisant des représentations d’œuvres grecques – ou d’imitation grecque – (ludi graeci) et latines (ludi latini)63, artistes qui se produisaient, en particulier, lors des jeux scéniques (ludi scaenici)64.

  • 65 Plu., Cat. Mi., 46, 4.
  • 66 Je ne comprends donc pas ce qui fait écrire à Giovanna Pace : « La contrapposizione è evidente nell (...)

30En tout cas, ce sont bien les artistes qui sont les bénéficiaires des présents, et non les spectateurs. C’est ce qu’indique l’usage de la particule μέν en corrélation avec δέ65. Du reste, on ne voit pas comment Caton aurait pu distinguer, au sein du public, des Grecs et des Romains66.

31Si des jeux scéniques étaient principalement organisés lors des fêtes officielles romaines dédiées à des divinités, ils pouvaient aussi avoir lieu dans le cadre de ludi privati, en particulier ceux que les édiles nouvellement élus offraient au peuple romain. Les spectacles à la suite desquels eut lieu la remise de couronnes et de cadeaux par Caton s’inscrivaient-ils donc dans des ludi officiels ou étaient-ils donnés à titre privé ?

  • 67 Τά τ’ ἄλλα τῆς ἀρχῆς ἐπεμελεῖτο καὶ τὰς θέας διεῖπεν ; « [Caton] s’occupa des autres tâches de sa m (...)
  • 68 Les édiles plébéiens et les édiles curules, formant des collèges de deux magistrats, ceux-ci étaien (...)

32Bien que le texte semble renvoyer aux charges propres à l’édilité67, on voit mal un « collègue »68 ou un autre Romain organiser des spectacles en quelque sorte concurrents. Si l’on retient cette dernière hypothèse, comment expliquer que le véritable collègue de Favonius ne soit pas mentionné ? Aurait-il, en outre, lui aussi confié à Caton le rôle de diriger les jeux ? C’est peu vraisemblable.

  • 69 Par exemple, Cicéron insiste sur l’importance, dans l’organisation des ludi, de respecter les usage (...)
  • 70 Pour Hartmut Leppin, s’appuyant sur l’anecdote relative à Caton : « wahrscheinlich darf man bei den (...)
  • 71 V. Max., II, 10, 8. Voir aussi Sen., Ep., XVI, 97, 8 et Mart., I, Préf.
  • 72 Sur ces « pratiques de dénudation rituelle » caractéristiques de l’« esprit licencieux » des Floral (...)
  • 73 L’identification, par Paul Veyne, de cette cérémonie à celle qui est rapportée par Plutarque (Veyne (...)

33D’autres réserves peuvent être apportées à l’interprétation des spectacles donnés par Favonius comme des jeux officiels romains. Comme les ludi publici s’inscrivaient dans des fêtes de nature religieuse très codifiées69 et avaient lieu devant les différents représentants de l’État romain, il semble peu probable qu’une cérémonie de remise de couronnes et de cadeaux aurait pu être ainsi modifiée par Caton qui n’exerçait pas de magistrature à ce moment70. Du reste, une anecdote, rapportée par Valère Maxime71, montre que celui-ci ne cherchait pas à s’opposer aux coutumes propres aux ludi officiels : alors qu’il assistait aux Floralia sous l’édilité de Caius Messius (55 av. J.-C.), Favonius, qui était à ses côtés, lui avait fait remarquer que les spectateurs n’avaient pas osé, en raison de sa présence, demander aux mimes de se déshabiller, comme c’était l’usage à la fin du spectacle72. Caton serait alors parti, suscitant les applaudissements du peuple73.

  • 74 Voir notamment Le Bonniec 1958, p. 319-328.
  • 75 Sur les distributions de produits agricoles lors des Cerialia et des Floralia, voir Simon 2008, p.  (...)

34On pourrait émettre l’hypothèse que l’attitude du stoïcien était compatible avec la nature de la divinité honorée et/ou avec ce que l’on savait de la manière dont les anciens jeux se déroulaient, ou que Plutarque a pris pour originales des caractéristiques ordinaires de certains ludi. Peut-être l’attitude de Caton pourrait-elle se comprendre dans le cadre de fêtes comme les Cerialia données en l’honneur de Cérès, ou les Floralia consacrées à Flora, divinités de qui les Romains attendaient la fertilité pour leurs terres et la prospérité. Des distributions de produits agricoles – mais au peuple, non aux artistes – dans le cadre de ces fêtes qui comportaient des ludi scaenici74 sont en effet attestées75. On comprendrait alors la remise d’aliments par Caton. Mais pourquoi est-il aussi question, parmi les cadeaux, de bois ? Pour symboliser la cuisson nécessaire de certains produits agricoles et des morceaux de porc ? On voit bien que cette interprétation est très fragile, d’autant plus que les distributions décrites à propos des Cerialia et des Floralia le sont dans des sources toutes postérieures à la cérémonie présidée par Caton.

  • 76 Voir, en particulier, Konrad 1996, 141-143, qui se prononce plutôt en faveur d’une édilité plébéien (...)

35L’absence de détails donnés par les textes conservés sur le déroulement précis des ludi et, en général, sur les remises de couronnes et de cadeaux à des artistes, rend la comparaison entre la cérémonie décrite par Plutarque et les différents types de jeux connus particulièrement difficile, d’autant plus que l’identification de Favonius comme un édile plébéien et non curule, chaque collège devant s’occuper de ludi qui lui sont propres, n’est pas assurée76.

  • 77 Voir notamment Flavius Josèphe (AJ, 19, 1, 13), Stace (Silv., I, 6, 9-80), Martial (à propos de Ste (...)

36Une dernière hypothèse est envisageable : Plutarque aurait-il pris une distribution de produits agricoles, d’animaux, de vin et/ou d’autres produits au peuple, pratique attestée au Ier siècle de notre ère77, pour une remise de cadeaux à des artistes ? C’est peu probable car pourquoi avoir alors distingué ceux qui étaient donnés aux Grecs de ceux qui étaient destinés aux Romains ?

37Quelle que soit l’interprétation retenue, cette différenciation est difficile à comprendre. Les deux ensembles de produits ne sont pas particulièrement représentatifs des habitudes alimentaires respectivement grecques et romaines. Ce choix ne semble pas non plus avoir été symbolique. Peut-être s’explique-t-il simplement pour des raisons pratiques : il s’agirait de présents que Caton avait pu facilement se procurer. En tout cas, si Plutarque et ses sources ont bien rapporté la nature exacte des cadeaux donnés, il semble que cette distinction n’ait pas eu d’autre but que de différencier les artistes ou, plus vraisemblablement, les types de spectacles qu’ils avaient produits.

  • 78 C’est, par exemple, ce que rapporte Suétone à propos de l’édilité de César (Jul., 10, 2) : Venation (...)

38Ainsi, à moins de considérer le texte de Plutarque comme très inexact, il semble falloir interpréter ces spectacles, non comme des ludi officiels, mais comme des jeux donnés, en son nom et avec ses propres moyens78, par Favonius (par l’intermédiaire de Caton) juste après son entrée en charge ou au cours de son édilité, dans un θέατρον qui semble correspondre soit à l’un des deux ensembles du théâtre double de Curion soit, plus vraisemblablement, au théâtre de Pompée. C’est donc dans ce cadre qu’aurait eu lieu la remise de couronnes et de cadeaux organisée, de manière singulière, par Caton le Jeune.

L’adaptation par Caton d’une cérémonie de remise de couronnes et de cadeaux dans le cadre de spectacles édilitaires : des pratiques et des représentations culturelles entre romanité et hellénisme

  • 79 Στεφάνους μὲν οὐ χρυσοῦς, [ἀλλὰ] […] κοτίνων ; « des couronnes, non pas d’or, mais […] d’olivier sa (...)
  • 80 [Τῶν δῶρων] τὴν εὐτέλειαν οἱ μὲν ἐγέλων, οἱ δ’ ἥδοντο τοῦ Κάτωνος τὸ αὐστηρὸν καὶ κατεστυμμένον ὁρῶ (...)
  • 81 Si la forme et/ou le contenu du spectacle lui-même avaient fortement été influencés par Caton, l’an (...)

39Une analyse en termes de pratiques et de représentations culturelles permet de comprendre pourquoi et comment Caton a présidé une cérémonie présentée par Plutarque comme originale. Le vocabulaire et les tournures utilisés par l’auteur dans cet extrait soulignent l’opposition entre l’attitude de Caton et les pratiques usuelles79, qui aurait suscité rire ou réjouissance chez les spectateurs80. Comment expliquer la singularité de cette cérémonie, dont on peut supposer qu’elle ne concernait pas le spectacle proprement dit81 ?

  • 82 Plu., Phoc., 3, 8. Sans doute peut-on appliquer à Caton la description que Plutarque fait de Phocio (...)
  • 83 Plu., Cat. Mi., 13, 1-5 et Id., Pomp., 40, 1-5 : Caton est contrarié par une cérémonie d’accueil gr (...)
  • 84 Plu., Cat. Mi., 39, 3-4 : Caton refuse l’honneur de pouvoir assister aux spectacles vêtu d’une toge (...)
  • 85 V. Max., II, 10, 8.

40La manière dont s’est déroulée la remise de couronnes et de cadeaux fait écho à ce que nous savons de la vie de Caton. Plutarque décrit celui-ci dans les mêmes termes que l’Athénien Phocion : à la fois « austère » (αὐστηρός) et « faisant preuve d’humanité » (φιλανθρώπος) envers autrui82. Divers extraits de la Vie de Caton le Jeune mettent en avant sa simplicité. Ainsi en est-il, par exemple, du récit de son arrivée à Antioche alors qu’il voyageait en Asie83, ou de son retour à Rome après la mission qu’il avait accomplie à Chypre84. Les rapports, parfois difficiles, que Caton entretenait avec les spectacles sont également rapportés par Valère Maxime85.

41Ces mœurs, loin d’avoir été créées ex nihilo, reflètent les principes et les valeurs propres aux milieux culturels romains auxquels Caton appartenait.

Une cérémonie conforme à des principes et des valeurs propres au milieu familial de Caton et en rupture avec les pratiques romaines de son temps

  • 86 Caton le Jeune avait pour père M. Porcius (RE, 11) Cato et pour grand-père M. Porcius (RE, 15) Cato (...)
  • 87 Plu., Cat. Mi., 1, 1 : ἀνδρὸς ἐν δόξῃ καὶ δυνάμει μάλιστα Ῥωμαίων γενομένου δι’ ἀρετήν.
  • 88 [Ἀνήρ] ἀρετῇ καὶ δόξῃ τῶν κατ’ αὐτὸν ἐπιφανεστάτου γενομένου ; « par sa vertu et sa renommée, l’hom (...)
  • 89 Plu., Cat. Mi., 1.
  • 90 D. C., XXXVII, 22, 1.
  • 91 Voir notamment Plu., Cat. Ma., 2, 4 et 6, 1-3.

42Le récit de la remise des couronnes et des cadeaux renvoie, en particulier, à une qualité de Caton : sa simplicité. L’attachement de Caton à la frugalitas peut, tout d’abord, s’expliquer par le modèle qu’a pu constituer, en ce domaine, son arrière-grand-père, Caton le Censeur86, celui qui, selon Plutarque, « fut l’homme le plus renommé et le plus puissant des Romains, par sa vertu87 ». C’est en des termes semblables que l’auteur décrit Caton le Jeune à la fin de la Vie consacrée à son ancêtre88. Aussi est-il très probable que, orphelin de père et de mère89, Caton le Jeune ait pris son bisaïeul pour modèle, comme le rapporte Dion Cassius90. On trouve, en tout cas, de nombreux parallèles entre la Vie de Caton le Jeune et la Vie de Caton l’Ancien, celle-ci ayant probablement été écrite avant celle de son descendant. Caton l’Ancien, connu pour le soin avec lequel il exerça le regimen morum lors de sa censure de 184, y est notamment présenté comme particulièrement attaché à la simplicité (τὸ λιτὸν) et à la modération ( ἐγπράτεια)91. Cette similitude entre les deux hommes a sans doute été construite par Caton le Jeune lui-même, consciemment, voire, volontairement – il pouvait ainsi se présenter comme un aristocrate romain digne d’un ancêtre prestigieux – ainsi que par ses biographes successifs dont Plutarque lui-même.

  • 92 Voir, par exemple, la description par Dion Cassius (XXXVII, 8, 1) des ludi Romani et Megalenses org (...)
  • 93 Inter aliarum parua principia rerum ludorum quoque prima origo ponenda uisa est, ut appareret quam (...)
  • 94 Plin., Nat., XXXVI, 117.

43L’attachement à la simplicité dont Caton le Jeune fait preuve dans l’extrait étudié est aussi à mettre en rapport avec les dépenses croissantes des édiles du Ier siècle avant notre ère pour les ludi et autres spectacles92 – dénoncées par Caton lui-même et/ou ses biographes – dans le cadre de la compétition aristocratique pour le pouvoir, suscitant la désapprobation de plusieurs auteurs d’époque impériale. Ceux-ci évoquent un âge d’or au cours duquel les distractions auraient été plus simples. Tite-Live écrit, après avoir présenté la création des Jeux scéniques à Rome en 364 : « parmi les humbles débuts d’autres institutions, j’ai cru devoir ranger l’origine première des jeux, pour faire voir de quel début raisonnable on en est arrivé à la folle extension d’aujourd’hui, à peine supportable pour les plus riches royaumes93 ». Pline l’Ancien, quant à lui, trouvant démesurés les jeux funèbres que Curion avait organisés en l’honneur de son père (et auxquels Plutarque fait peut-être allusion à la fin de l’extrait), les oppose aux mœurs de son temps (mores nostri) qu’il trouve, en un jeu de mots, davantage dignes des maiores94 bien qu’elles soient plus récentes.

  • 95 Voir notamment l’évocation des ludi Romani et Plebei par Tite-Live (XXV, 2, 8 ; XXVII, 6, 19).
  • 96 Dans son analyse de la situation économique des histriones, Hartmut Leppin renvoie à un extrait de (...)
  • 97 Zos., II, V. Le peuple apportait les prémices (ἀπαρχαί) (blé, orge et fèves) (l’acceptio frugum) qu (...)
  • 98 Les plus anciens ludi Saeculares sont malheureusement très mal documentés et font l’objet de débats (...)

44Ainsi, l’attitude de Caton pourrait s’inscrire, à son époque déjà, dans un désir de retour à la frugalité des maiores, à un passé idéal qui est contredit par ce que nous savons des jeux pratiqués dans le passé. Nous disposons, en effet, de plusieurs attestations de ludi célébrés de manière somptueuse dès la fin du IIIe siècle95. Mais cet âge d’or n’est-il qu’une construction intellectuelle ou idéologique ? Il se pourrait bien que la pratique des distributions de produits agricoles et de vin aux artistes ait existé à une époque où leur salaire était, du reste, très certainement donné en nature96. Un tel usage est rapporté par Zosime, auteur grec du Ve siècle de notre ère, à propos du rituel suivi dans les ludi Saeculares97 à partir de l’époque d’Auguste (17 av. J.-C.), mais peut-être a-t-il des origines plus anciennes98.

  • 99 Gel., XV, 8.
  • 100 Geiger 1974, p. 164-167.

45Il faut aussi mentionner un fragment de discours rapporté par Aulu-Gelle dans ses Nuits attiques99 et attribué à un certain Favorinus. Celui-ci, défendant une proposition de loi somptuaire, dénonce les excès de luxe aux repas. Joseph Geiger, qui y voit la rogatio Licinia Pompeia de 55 avant J.-C., a montré, dans une analyse reposant notamment sur des critères internes au texte, que l’auteur, dont le nom a été corrompu, est très vraisemblablement Favonius100. Or, si tel est le cas, ce passage irait dans le même sens que celui de la Vie de Caton et montrerait que Favonius et Caton étaient au centre d’un « débat » sur les dépenses qui animait la société romaine de l’époque. Ainsi auraient-ils appliqué les principes qu’ils auraient défendus.

  • 101 L’austérité dont fait preuve Caton n’est pas toujours du goût du peuple. Voir notamment : Cat. Mi., (...)

46Mais l’attitude de Caton a-t-elle pu trouver un écho favorable dans la population ? D’après Plutarque, certains spectateurs auraient ri, d’autres se seraient réjouis de l’attitude de Caton, et de nombreux Romains seraient venus du θέατρον utilisé par le « collègue » de Favonius pour assister à la cérémonie. Bien que ce récit montre une certaine adhésion de la part de la population, il semble, au regard d’autres extraits de la biographie relatifs aux relations entre Caton et les Romains101, que la cérémonie ait suscité davantage d’incompréhension et, sans doute, de critiques.

  • 102 Voir notamment la dénonciation, par Valère Maxime, de la partialité de Munatius Rufus (IV, 3, 2).
  • 103 Voir notamment Plu., Moralia, 822c-823e (= Praec. ger. reip., 31) et, en particulier, Pace 2005.
  • 104 « […] Χάριεν γάρ τοι τὸ τοῦ Λάκωνος, 〈 ὃς 〉 Ἀθήνησι καινῶν ἀγωνιζομένων τραγῳδῶν θεώμενος τὰς παρασ (...)
  • 105 Plu., Moralia, 710b (= Quaest. conv., VII, 7).
  • 106 Plu., Moralia, 527d (= De cup. div., 8) (la référence m’a été communiquée par B. Le Guen).
  • 107 La date de l’évolution de la fête n’est pas précisée de manière claire. L’emploi de l’adverbe νῦν à (...)

47Ainsi, la cérémonie de remise de couronnes et de cadeaux organisée et présidée par Caton peut s’expliquer par des principes et des valeurs propres au milieu familial de Caton et construits en réaction aux pratiques culturelles romaines de la fin de la République. Il n’est, pour autant, pas facile de distinguer ce qui relève de la personne historique du personnage construit par Caton lui-même, ses biographes102 et, parmi eux, Plutarque. Celui-ci, dont on connaît l’attachement à l’humilité et la désapprobation des dépenses excessives103, exprime un jugement similaire sur les concours104 dans ses Questions conviviales, par la bouche de Philippe de Pruse présenté comme un stoïcien105. En outre, dans son traité De l’amour des richesses, Plutarque déplore l’évolution de ceux qui étaient donnés à Athènes à l’occasion des Dionysies : au caractère « populaire » (δημοτικῶς) et « joyeux » (ἱλαρῶς) de la procession des temps anciens auraient succédé l’« inutile » (ἄχρηστοι) et le « superflu » (περιττοί)106, mots qui s’appliquent notamment aux vaisselles d’or mentionnées par Plutarque dans sa description des fêtes de son époque107.

48Mais l’influence du milieu familial romain de Caton ne permet pas, à elle seule, de comprendre dans toute sa complexité la nature d’une cérémonie qui paraît tirer une partie de ses origines de pratiques grecques.

Entre cadre agonistique d’inspiration grecque et influences philosophiques helléniques

49La description que fait Plutarque de la cérémonie de remise de couronnes et de cadeaux organisée et présidée par Caton révèle des influences grecques tout d’abord perceptibles dans le caractère agonistique des spectacles.

  • 108 Plu., Aem., 28, 7.
  • 109 Dans les œuvres de Plutarque, le verbe εὐημερεῖν se rapporte parfois aux domaines sportif (e. g. Eu (...)
  • 110 Dans les ludi, l’influence grecque était clairement, et depuis longtemps, perceptible à Rome, comme (...)
  • 111 IG, XII, 7, 226.
  • 112 L’inscription et son commentaire m’ont été communiqués par B. Le Guen.

50Plutarque n’est certes pas explicite : le mot ἀγών n’apparaît pas, si ce n’est à travers le terme « agonothète » qui doit être pris ici au sens de président des spectacles. Il sert, en effet, à traduire une fonction romaine, celle du praeses ludorum, et ne peut donc guère révéler l’existence de concours. Seul le terme θέαι est utilisé, sans autre précision, alors que Plutarque évoque, par exemple, dans la Vie de Paul-Émile, des θέαι παντοδαπῶν ἀγώνων108. En revanche, la mention de couronnes données « à ceux qui avaient connu le succès » (τοῖς εὐημεροῦσι)109 renvoie à des usages agonistiques importés du monde grec. C’est du moins le cas pour les couronnes de feuillages qui constituaient les prix octroyés, sur place, aux vainqueurs des concours stéphanites. Ainsi Caton suit-il une tradition grecque110, alors que la remise de couronnes d’or était davantage une pratique romaine. Dans le monde hellénique, l’attribution de ce type de prix ne semble, en effet, attestée qu’une fois. Dans le décret des « Samiens résidant à Minoa d’Amorgos » en l’honneur du comédien Nicophon de Milet, daté d’entre la fin du IIIe et le début du IIe siècle avant notre ère111, on apprend qu’après avoir débarqué dans le port de Minoa, Nicophon fut sollicité pour jouer trois pièces en trois jours, ce qui lui valut une couronne d’or d’une valeur de 100 drachmes112.

  • 113 Lorsqu’il écrit sur l’olivier, Pline l’Ancien (Nat., XV) évoque l’utilisation des couronnes d’olivi (...)
  • 114 On ne peut évidemment pas mettre sur le même plan les artistes « thyméliques » mentionnés dans la V (...)

51D’après Plutarque, il s’agissait de « couronnes, non pas d’or, mais, comme à Olympie, d’olivier sauvage » (στεφάνους μὲν οὐ χρυσοῦς, ἀλλ’ ὥσπερ ἐν Ὀλυμπίᾳ κοτίνων). Mais pourquoi Caton aurait-il choisi de l’olivier sauvage ? Les couronnes en rameaux d’olivier n’étaient pas très fréquentes à Rome113. Aurait-il voulu s’inspirer des Jeux olympiques ? Bien que ceux-ci ne comprissent que des épreuves sportives114, ils constituaient non seulement les ἀγώνες les plus réputés de l’époque, mais aussi les concours pour lesquels l’écart entre la renommée des compétitions et la récompense décernée sur le lieu de la victoire était le plus important.

  • 115 Plin., Nat., XVI, 73 (voir aussi XIII, 121 où Pline évoque le même arbrisseau).
  • 116 Plu., Dem., 2, 2-4.

52Une réflexion sur la transmission du récit peut livrer une explication. Il est possible que Plutarque, s’inspirant d’une ou de plusieurs sources latines, ait voulu traduire par κότινος le nom latin cotinus. Or, bien qu’il ait été formé sur le mot grec, celui-ci ne désignait pas à Rome l’olivier sauvage tel que celui d’Olympie, mais un arbrisseau que nous appelons aujourd’hui « fustet » et qui, poussant dans les Apennins, était utilisé pour ses propriétés tinctoriales115. Plutarque, qui reconnaissait lui-même sa maîtrise imparfaite de la langue latine116, a ainsi pu mal comprendre le mot et, pensant qu’il s’agissait d’olivier sauvage, ajouter la comparaison avec le type de couronne donnée aux vainqueurs des Olympia.

  • 117 Plu., Moralia, 820c-f (= Praec. ger. reip., 27).
  • 118 Plin., Nat., XXI, 4-6.
  • 119 Plin., Nat., XXI, 6.

53Il n’en demeure pas moins que le modèle suivi par Caton, et qu’admire Plutarque117 – d’où, peut-être, la comparaison avec Olympie – est celui des concours sacrés et stéphanites grecs lors desquels la couronne était la seule récompense sur le lieu de l’exploit. Mais sans doute pense-t-il aussi – et d’abord ? – à ces simples couronnes de feuillage et de fleurs que les anciens Romains auraient utilisées pour distinguer les meilleurs d’entre eux en suivant là aussi l’usage grec. Ainsi, Pline, qui se fait vraisemblablement l’écho d’une tradition plus ancienne, évoque-t-il l’évolution des couronnes118 et la première apparition, dans des ludi donnés par Crassus, édile curule en 212, de « couronnes de feuilles artificielles en argent et en or » (argento auroque folia imitatus)119.

54Le fustet, plante très simple, jamais utilisé dans la confection de couronnes et poussant, loin de la ville, dans les montagnes, pourrait très bien évoquer la simplicité des maiores. Caton, en s’inspirant – peut-être indirectement et involontairement – des concours grecs, aurait donc voulu dénoncer les excès des spectacles de son temps en se plaçant dans la continuité de la frugalitas des anciens Romains.

  • 120 Plu., Cat. Mi., 4, 2 ; 16, 1.
  • 121 Plu., Cat. Mi., 10.

55Cependant, c’est bien à la culture grecque que Caton emprunte – directement ou à travers une référence aux anciens Romains qui l’importèrent eux-mêmes – l’idée d’offrir des couronnes de feuillage. Ajoutons que l’attachement de Caton à la simplicité n’était sans doute pas non plus étranger à la philosophie grecque et en particulier stoïcienne. Durant sa jeunesse, il avait étudié à Rome auprès d’Antipatros de Tyr120 et avait fréquenté plusieurs autres philosophes stoïciens en Anatolie, en particulier Athénodoros de Pergame121.

  • 122 Plu., Cat. Mi., 6, 5-6 ; 9, 9 ; 44, 1 ; 50, 1.
  • 123 V. Max., IV, 3, 11.

56La frugalitas de Caton peut donc être interprétée aussi bien comme une volonté de prendre modèle sur les anciens Romains que comme une mise en pratique des valeurs et des principes stoïciens partagés, du reste, par deux de ses principaux biographes, Munatius Rufus et P. Clodius Thrasea Paetus... À la sobriété des aliments donnés en cadeaux fait écho celle du mode de vie et, en particulier, de la tenue vestimentaire habituelle de Caton122. Valère Maxime souligne, lui aussi, sa frugalitatis consuetudo, « l’habitude de la frugalité » dans le domaine alimentaire123. Ne tenant guère compte de la δόξα, Caton restait fidèle à ses principes en les traduisant dans ses propres habitudes. Toutefois, l’état très fragmentaire des écrits qui ont pu servir de sources à Plutarque ne nous permet pas de savoir si ce portrait est en tout point fidèle à la réalité ou s’il renvoie davantage au personnage de Caton que les différentes sources littéraires – et Plutarque lui-même – ont contribué à construire.

57En octroyant une couronne de feuillage et des cadeaux de vil prix, Caton semble donc s’être inspiré, consciemment ou non, d’une pratique culturelle mais aussi de principes et de valeurs philosophiques qui avaient des origines grecques.

58Ainsi, l’anecdote racontée par Plutarque porte sur l’adaptation, par Caton, d’une cérémonie de remise de prix organisée à la suite de spectacles édilitaires romains, vraisemblablement musicaux (au sens large). Datés des années 53-52 avant notre ère, ceux-ci semblent avoir été donnés à titre privé et non dans le cadre de ludi officiels de la cité. L’édifice dans lequel se déroule la scène paraît, quant à lui, pouvoir être identifié soit à l’un des ensembles du double théâtre de C. Scribonius Curio, soit, plus vraisemblablement, au théâtre de Pompée.

59L’ensemble des manifestations données dans ce contexte constituent des pratiques, d’origines grecques, bien ancrées dans la vie publique et la culture romaines. Leur particularité tient essentiellement en l’utilisation de couronnes de feuillage au lieu de couronnes d’or, et de récompenses particulièrement remarquables par leur simplicité. Ces singularités peuvent s’expliquer par les principes, les valeurs et les représentations propres aux différents milieux culturels auxquels appartient Caton et qui, loin d’être compartimentés, interagissent :

  • celui de ses ancêtres, aussi bien ceux de sa famille que ceux de l’ensemble des Romains : son arrière-grand-père, connu pour sa frugalitas, mais aussi l’ensemble des anciens Romains perçus par la nobilitas de la fin de la République comme des maiores emprunts de simplicité, suivant une perception linéaire et décadente de l’histoire ;

  • ceux des philosophes grecs et en particulier des stoïciens que Caton fréquenta à Rome et dans le monde hellénique.

60C’est doté d’un tel patrimoine culturel, et peut-être peu après un débat portant sur l’adoption d’une loi somptuaire (la rogatio Licinia Pompeia de 55 avant J.-C. ?), que Caton choisit de distribuer des couronnes d’une grande simplicité. Contrairement à ce qu’a cru Plutarque, celles-ci n’étaient sans doute pas constituées de rameaux d’olivier mais de fustet, arbuste poussant sur les hauteurs des Apennins. Ainsi le stoïcien romain aurait-il choisi un ancien usage grec, l’octroi de couronnes de feuillages dans les concours stéphanites, les ἀγώνες les plus prestigieux, tout en utilisant une plante locale qui pouvait rappeler l’époque – rêvée ou réelle ? – où les anciens Romains se contentaient de prix de faible valeur.

  • 124 Swain 1990, p. 199. Dans les pages consacrées à Caton (197-201), l’auteur étudie les liens entre la (...)
  • 125 Plu., Cat. Mi., 6, 5.
  • 126 Le mot apparaît avec ce sens à l’époque impériale. Voir Simon 2008, et plus particulièrement Simon (...)

61C’est donc bien comme « someone who puts theory into action », pour reprendre l’expression de Simon Swain124, qu’apparaît le personnage de Caton, dans le cadre d’une cérémonie dont les enjeux étaient autant politiques que culturels. Il aurait alors marché dans le sens opposé (τὴν ἐναντίαν ὁδὸν [ϐάδιζ]ε125) au mouvement dominant selon lequel les aristocrates romains auraient rivalisé de liberalitas126 à des fins non de vertu mais de pouvoir.

Haut de page

Bibliographie

Beaujeu 1988 = J. Beaujeu, Jeux latins et jeux grecs (à propos de Cic., Fam., VII, 1 et Att., XVI, 5), dans D. Porte, J.-P. Néraudau (éd.), Hommages à Henri Le Bonniec. Res Sacrae, Bruxelles, 1988, p. 10-18.

Bernstein 1998 = F. Bernstein, Ludi publici. Untersuchungen zur Entstehung und Entwicklung der öffentlichen Spiele im republikanischen Rom, Stuttgart, 1998.

Bomgardner 2000= D. L. Bomgardner, The Story of the Roman Amphitheatre, Londres-New York, 2000.

Broughton 1952,= T. R. S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, II. 99 B. C. – 31 B. C., New York, 1952.

Broughton 1986= T. R. S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, III. Supplement, Atlanta, 1986.

Ernst 2012 = P. Ernst, L’arrivée de Caton le Jeune à Antioche dans les récits de Plutarque et de Julien. Des discours, une pratique et des représentations, dans REG, 125/2, 2012, p. 443-472.

Fehrle 1983 = R. Fehrle, Cato Uticensis, Darmstadt, 1983.

Ferrary 1988 = J.-L. Ferrary, Philhellénisme et impérialisme. Aspects idéologiques de la conquête romaine du monde hellénistique de la seconde guerre de Macédoine à la guerre contre Mithridate, Rome, 1988.

Geiger 1974 = J. Geiger, M. Favonius : three notes, dans RSA, 4, 1974, p. 161-170.

Geiger 1979 = J. Geiger, Munatius Rufus and Thrasea Paetus on Cato the Younger, dans Athenaeum, 57, 1979, p. 48-72.

Gros 1999 = P. Gros, s. v. Theatrum Pompei, dans E. M. Steinby (éd.), Lexicon Topographicum Urbis Romae, V, Rome, 1999, p. 35-38.

Konrad 1996= C. F. Konrad, Notes on Roman Also-Rans, dans J. Linderski (éd.), Imperium sine fine: T. Robert S. Broughton and the Roman Republic, Historia, 105, 1996, p. 103-143.

Le Bonniec 1958 = H. Le Bonniec, Le Culte de Cérès à Rome. Des origines à la fin de la République, Paris, 1958.

Leppin 1992 = H. Leppin, Histrionen. Untersuchungen zur sozialen Stellung von Bühnenkünstlern im Westen des Römischen Reiches zur Zeit der Republik und des Principats, Bonn, 1992.

Linderski 1972= J. Linderski, The Aedileship of Favonius, Curio the Younger and Cicero’s Election to the Augurate, dans HSPH, 76, 1972, p. 181-200.

Münzer 1921= F. Münzer, s. v. C. Scribonius (10) Curio, RE, 50, 1921, Stuttgart, col. 862-867.

Münzer 1933 = F. Münzer, s. v. Munatius (37) Rufus, RE, 31, 1933, Stuttgart, col. 554-555.

Pace 2005 = G. Pace, Plutarco e la polyteleia nelle rappresentazioni teatrali di età ellenistica, dans A. Casanova (éd.), Plutarco e l’età ellenistica (Atti del convegno internazionale di studi, Firenze, 23-24 settembre 2004), Florence, 2005, p. 141-171.

Piganiol 1923 = A. Piganiol, Recherches sur les jeux romains. Notes d’archéologie et d’histoire religieuse, Strasbourg, 1923.

Russo, 2012= F. Russo, The Beginning of the First Punic War and the Concept of Italia, dans S. T. Roselaar (éd.), Processes of Integration and Identity Formation in the Roman Republic, Leyde-Boston, 2012, p. 35-50.

Sabbatucci 1954 = D. Sabbatucci, L’edilità romana : magistratura e sacerdozio, Rome, 1954.

Scheid 2007 = J. Scheid, Les activités religieuses des magistrats romains, dans R. Haensch, J. Heinrichs (éd.), Herrschen und verwalten. Der Alltag der römischen Administration in der Hohen Kaiserzeit, Cologne-Weimar-Vienne, 2007, p. 126-144.

Sear 2006= F. Sear, Roman Theatres. An Architectural Study, Oxford, 2006.

Simon 2008 = I. Simon, Un aspect des largesses impériales : les sparsiones de missilia à Rome (Ier siècle avant J.-C. – IIIe siècle après J.-C.), dans RH, 310/4, 2008, p. 763-788.

Swain 1990= S. Swain, Plutarch’s Lives of Cicero, Cato and Brutus, dans Hermes, 118, 1990, p. 192-203.

Veyne 1976 = P. Veyne, Le Pain et le Cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris, 1976.

Ville 1981 = G. Ville, La Gladiature en Occident des origines à la mort de Domitien, Rome, 1981.

Welch 2007= K. E. Welch, The Roman Amphitheatre from its origins to the Colosseum, Cambridge, 2007.

Willems 1878 = P. Willems, Le Sénat de la République romaine, I. La Composition du Sénat, Louvain-Paris, 1878.

Wiseman 1993 = T. P. Wiseman, s. v. Campus Martius, dans E. M. Steinby (éd.), Lexicon Topographicum Urbis Romae, I, Rome, 1993, p. 220-224.

Wiseman 1998= T. P. Wiseman, Roman Drama and Roman History, Exeter, 1998.

Wörrle 1988 = M. Wörrle, Stadt und Fest im kaiserzeitlichen Kleinasien. Studien zu einer agonistischen Stiftung aus Oinoanda, Munich, 1988.

Zucchelli 1963 = B. Zucchelli, Le denominazioni latine dell’attore, Brescia, 1963.

Haut de page

Notes

1 Voir, en particulier : Linderski 1972 et Geiger 1974. Giovanna Pace a consacré quelques pages à l’anecdote elle-même dans Pace 2005, p. 155-158.

2 Les notions de pratiques et de représentations culturelles, utilisées dans le présent article, ont été définies dans Ernst 2012, p. 444.

3 Plu., Cat. Mi., 46, 3-8. Sauf mention contraire, les extraits cités suivent la leçon retenue dans la Collection des Universités de France et ont fait l’objet d’une traduction personnelle. Les abréviations des noms d’auteurs et d’œuvres, qui ont été employées sont celles de l’Oxford Latin Dictionary édité par P. G. W. Glare et du Greek-English Lexicon de H. G. Liddell et R. Scott, excepté pour les Moralia de Plutarque pour lesquels il a paru utile d’ajouter, sous une forme abrégée, les titres des différents traités.

4 Le mot grec ἀγωνοθέτης, utilisé ici pour évoquer une réalité romaine, renvoie, selon toute vraisemblance, au responsable de ludi qui ne comprenaient pas forcément des concours, d’où le choix neutre de la transcription du terme en français.

5 Οὔτε […] ἱστορίας γράφομεν, ἀλλὰ βίους, οὔτε ταῖς ἐπιφανεστάταις πράξεσι πάντως ἔνεστι δήλωσις ἀρετῆς ἢ κακίας, ἀλλὰ πρᾶγμα βραχὺ πολλάκις καὶ ῥῆμα καὶ παιδιά τις ἔμφασιν ἤθους ἐποίησε μᾶλλον ἢ μάχαι μυριόνεκροι καὶ παρατάξεις αἱ μέγισται καὶ πολιορκίαι πόλεων (Plu., Alex., 1, 2 ; éd. et trad. [légèrement modifiée] Robert Flacelière et Émile Chambry, CUF, 1975.) Sur l’importance des détails, parfois révélateurs des caractères des personnages, voir aussi Plu., Cat. Mi., 37, 10.

6 Plu., Cat. Mi., 45, 3, passage renvoyant au récit de sa mission à Chypre entre 58 et 56 (Cat. Mi., 36, 4).

7 Plu., Cat. Mi., 46, 3 et 47. Le sens de la justice (δικαιοσύνη) de Caton est un thème récurrent de l’œuvre ; voir, par exemple, Cat. Mi., 4, 2 et 44, 12.

8 Plu., Cat. Mi., 46, 4-8 ; sur l’austérité (αὐστηρία) de Caton, voir notamment : Plu., Cat. Mi., 14, 7-8.

9 Dans un autre extrait de la Vie de Caton, d’autres termes soulignent la proximité des deux hommes : Favonius est qualifié de φίλος et de συνήθης. Il est présenté par Valère Maxime comme l’amicissimus de Caton (II, 10, 8).

10 Le même qualificatif est attribué par Plutarque à Favonius dans sa Vie de César (21, 8). On le trouve également chez Dion Cassius (XXXVIII, 7). Dans la Vie de Brutus (34, 4), c’est le mot ἐραστής qui est employé. Suétone le présente, quant à lui, comme Catonis aemulus (Aug., 13, 3).

11 Sur le comportement d’Apollodore de Phalère à l’égard de Socrate, voir en particulier : Pl., Smp, 173d-e ; Pl., Phd, 59a-b et 117d.

12 Favonius est présenté par Plutarque comme « un homme qui […] n’était pas méchant, mais qui, souvent, par son arrogance (αὐθάδεια) et son insolence (ὕβρις), croyait imiter la liberté de langage (παρησία) de Caton » (Pomp., 60, 7 ; voir aussi Caes., 33, 5 ; Brut., 34, 4).

13 Plu., Phoc., 2, 7 : ὁ ὄρθιος ἄγαν (« une conduite trop rectiligne »), τόνος ἀπηνὴς καὶ σκληρός (« une rigueur dure et sévère ») ; 3, 1 : Ταῦτα δὲ καὶ Κάτωνι τῷ νέῳ συνέβη (« Ces réflexions peuvent s’appliquer aussi à Caton le Jeune »).

14 Ἡ Κάτωνος ἀρχαιοτροπία διὰ χρόνων πολλῶν ἐπιγενομένη βίοις διεφθορόσι καὶ πονηροῖς ἔθεσι, δόξαν μὲν εἶχε μεγάλην καὶ κλέος, οὐκ ἐνήρμοσε δὲ ταῖς χρείαις διὰ βάρος καὶ μέγεθος τῆς ἀρετῆς ἀσύμμετρον τοῖς καθεστῶσι καιροῖς (Plu., Phoc., 3, 3 ; éd. et trad. [légèrement modifiée] Robert Flacelière et Émile Chambry, CUF, 1976).

15 Sur la question, voir Ernst 2012, p. 450-453.

16 Ista secta Tuberones et Fauonios, ueteri quoque rei publicae ingrata nomina, genuit. (Tac., Ann., XVI, 22.)

17 Voir Geiger 1979, p. 68-69.

18 Sur l’élection de Favonius comme édile, voir, en particulier, Konrad 1996, p. 141-143.

19 Broughton 1952, p. 221-222.

20 Plutarque utilise l’expression ὕστερον δέ (Cat. Mi., 3), « un peu plus tard », pour situer le moment de la cérémonie après avoir évoqué l’annulation des élections.

21 C’est le cas de Karl Sintenis dans la Bibliotheca Teubneriana (1869), de Bernadotte Perrin dans la Loeb Classical Library (1959) et de Robert Flacelière et Émile Chambry dans la CUF (1976).

22 Willems 1878, p. 491.

23 Je remercie B. Le Guen d’avoir attiré mon attention sur ce point.

24 Plin., Nat., XXXVI, 116-120. Sur cette construction, voir notamment Bomgardner 2000, p. 36-37.

25 Cic., Fam., II, 3 (CLXVI), 1-2.

26 Voir Gros 1999, p. 35-38.

27 Nous disposons d’attestations de tels spectacles dans des théâtres qui n’étaient pas encore permanents. Voir notamment Sear 2006, p. 54-56 (référence communiquée par B. Le Guen).

28 Str., V, 3, 8. Par exemple celui de Sylla (Liv., XC ; Luc., II, 222 ; Plu., Sull., 38, 6 ; App., BC, I, 500). Sur les tombeaux attestés au Champs de Mars, voir Wiseman 1993, p. 221-222.

29 Sur sa carrière, voir Münzer 1921.

30 Voir en particulier : Suet., Aug., 29 et D.C., LI, 23. Sur cet édifice, voir notamment Welch 2007, p. 108-126.

31 Lorsque Plutarque mentionne Curion dans d’autres Vies, c’est souvent aussi pour dénoncer son goût pour les dépenses (voir, en particulier, Ant., 2, 4-5 ; 5, 2).

32 Voir aussi l’extrait des Devoirs (II, 55-57) dans lequel Cicéron condamne tous les excès de dépenses (en festins, en distributions de viande et en spectacles) et, en particulier, le splendor qui était attendu des édiles.

33 Plu., Cat. Mi., 14, 7-8.

34 Οὕτω πως καὶ τῶ ῥήματι χρησάμενος ; « voilà même à peu près la phrase qu’il employa » (Plu., Cat. Mi., 14, 8).

35 Voir notamment Linderski 1972, p. 181 et n. 2 et 3.

36 Voir notamment Broughton 1986, p. 90-91.

37 Linderski 1972.

38 Voir aussi Konrad 1996, p. 141-143, dont l’analyse montre qu’il pourrait bien s’agir de l’édilité plébéienne.

39 Linderski 1972, p. 199-200 (en particulier).

40 Linderski 1972, p. 185.

41 Pour Georges Ville, « l’erreur de Plutarque s’explique par la pratique, fréquente à ce moment, d’attendre l’édilité pour organiser un munus et des ludi funèbres, ce qui a pu faire croire qu’il y avait une liaison nécessaire entre l’édilité et ces spectacles » (Ville 1981, p. 68).

42 Geiger 1974 (les p. 161 à 167 sont consacrées à la datation de l’édilité de Favonius). L’auteur n’a pu prendre connaissance que tardivement de l’article de Jerzy Linderski avec lequel il se dit en désaccord sur plusieurs points (« Additional note », p. 170).

43 L’octroi, par Pompée, de 6000 fantassins à César (Cat. Mi., 45, 6).

44 On en trouvera un exemple dans son récit du voyage de Caton en Asie (voir Ernst 2012, p. 453-455).

45 « The curule aediles for 53 were patricians ; thus Favonius had to be an aedile of the plebs » (Geiger 1974, n. 6 p. 163).

46 Geiger 1974, p. 163.

47 Je laisse de côté le problème de la nature des spectacles offerts par le « collègue » de Favonius, au sujet de laquelle le texte ne comporte aucun indice. Le verbe χορηγεῖν ne renvoie nullement ici au financement d’un chœur, mais aux dépenses réalisées. Voir, par exemple, l’emploi de χορηγία dans Caes., 5, 9 (ταῖς ἄλλαις περί τε θέατρα καὶ πομπὰς καὶ δεῖπνα χορηγίαις ; « ses autres dépenses [en qualité d’édile] concernant les théâtres, les processions et les festins ») ou encore Brut., 21, 4 (τὰς θέας […] χορηγουμένας ; « les spectacles qu’il avait financés »).

48 Michael Wörrle a montré que, alors que, dans les documents d’époque hellénistique, les concours qualifiés de μουσικoί (par opposition à γυμνικοί) sont, dans la plupart des cas, subdivisés en épreuves dramatiques (σκηνικοί) et non dramatiques (θυμελικοί) (voir, par exemple, Vitr., V, 7, 2, qui différencie scaenici de thymelici), ces distinctions s’estompent sous l’Empire (Wörrle 1988, p. 227-228).

49 Fab., 4, 6 : Fabius promet de « célébrer des spectacles musicaux et thyméliques » (θέας δὲ μουσικὰς καὶ θυμελικὰς ἄξειν).

50 On trouve, par exemple, ce sens général dans la Vie de Timoléon (39, 5) où il est question de concours à la fois μουσικοί, ἱππικοί et γυμνικοί.

51 Voir par exemple : Per., 13, 11 (le mot est employé à deux reprises pour désigner l’instauration de concours aux Panathénées et est accompagné de précisions concernant les instruments de musique avec lesquels les concurrents peuvent chanter) ; Alex., 14, 9 (il est question de la célébration d’Alexandre, à travers des chants, par les poètes [ποιηταί] et les μουσικοί) et 72, 3 (après la mort d’Héphaestion, Alexandre « fit cesser les αὐλοί et μουσικὴν πᾶσαν ») ; Phoc., 2, 9 (il est question de « la fusion […] μουσικωτάτη de tous les rythmes et de toutes les harmonies ») ; Agis, 10, 7 (le terme est utilisé pour désigner un artiste mentionné avec sa lyre).

52 Plu., Sull., 36, 1.

53 La phrase suivante ne permet guère de préciser le sens du mot : Οὗτοι γὰρ οἱ τότε παρ’ αὐτῷ δυνάμενοι μέγιστον ἦσαν, ῾Ρώσκιος ὁ κωμῳδὸς καὶ Σῶριξ ὁ ἀρχιμῖμος καὶ Μητρόβιος ὁ λυσιῳδός […] ; « En effet, ceux qui avaient alors le plus de pouvoir sur lui étaient le comédien Roscius, l’archimime Sorix et le lysiôdos Métrobios » (Plu., Sull., 36, 2). Un fragment de Nicolas de Damas témoigne aussi du goût de Sylla pour la comédie (Ath., VI, 78).

54 Plu., Moralia, 853a-b (= Comp. Arist. Men., 1).

55 On trouve de très nombreuses occurrences de ce terme dans les Vies comme dans les Œuvres morales, dans des textes explicitement théâtraux.

56 Dans un extrait de la Vie d’Othon (6, 2), le mot σκηνικοί est employé pour désigner les acteurs auxquels sont comparés, par leurs ennemis, les soldats de Spurinna.

57 Voir notamment Zucchelli 1963, p. 55 et Leppin 1992, p. 79-80.

58 On trouve dans le prologue de l’Amphitryon de Plaute, écrit au Ier siècle avant notre ère, soit dans un cadre dramatique, la distinction entre les histriones et les artifices : Siue qui ambissent palmam histrionibus | Siue cuiquam artifici […] ; « Si quelqu’un brigue la palme pour les acteurs ou pour tout autre artiste […] » (Am., Prol., 69-70 ; éd. et trad. A. Ernout, CUF, 1959).

59 Vitr., V, 7, 2. Donnant à ses lecteurs des informations sur les « théâtres grecs » (Graecorum theatra), Vitruve précise : « Ainsi, avec trois centres implantés de cette façon, les théâtres grecs ont une orchestra plus vaste, une scène plus en retrait, un plateau moins large, qu’ils appellent logeion, parce que chez eux les acteurs tragiques et comiques jouent sur la scène, mais les autres artistes tiennent leur partie à l’orchestra : c’est pourquoi pour cette raison on distingue en grec par les noms qu’on leur donne “ ceux de la scène ” et “ ceux de la thymélè ” (scaenici et thymelici graece separatim nominantur) » (éd. et trad. Catherine Saliou, CUF, 2009).

60 Sur le sens à donner à l’adjectif thymelici, voir Leppin 1992, 79-80, et le commentaire que fait Catherine Saliou de l’extrait de Vitruve cité à la note précédence (p. 273-274).

61 Fab., 4, 6.

62 Diverses sources mentionnent des couronnes conférées à des artistes : Varron écrit qu’une corolla était donnée aux actores lorsqu’ils avaient plu (placuerant) (L., V, 178), Suétone rapporte que Vespasien, dans le cadre de ludi qu’il avait donnés à l’occasion de la restauration du théâtre de Marcellus, avait distribué plurimas coronas aureas apparemment aux artistes qui s’étaient produits (l’auteur n’est pas explicite sur les destinataires de ces couronnes) (Ves., 19). Des palmes (mais des expressions telles que palmam dare et palmam ferre ont pu aussi finir par avoir un sens propre) étaient aussi décernées aux artifices dramatiques (voir les prologues du Poenulus [37] et de l’Amphitryon [65] de Plaute, qui datent du Ier siècle avant notre ère, ou Cic., Att., IV, 15 [CXLII], 6) et sont mentionnées par Ovide, mais peut-être dans le cadre de prestations poétiques, à propos des Floralia (Fast., V, 189).

63 Sur la distinction entre ludi latini et ludi graeci, voir notamment Beaujeu 1988.

64 Sur la présence d’artistes grecs dans des jeux romains, voir les attestations relevées par Jean-Louis Ferrary dans Ferrary 1988, p. 519-520 n. 52.

65 Plu., Cat. Mi., 46, 4.

66 Je ne comprends donc pas ce qui fait écrire à Giovanna Pace : « La contrapposizione è evidente nella sostituzione da parte di Catone delle corone d’olivo a quelle d’oro per gli attori e di cibi ai ricchi doni per gli spettatori » (Pace 2005, p. 155).

67 Τά τ’ ἄλλα τῆς ἀρχῆς ἐπεμελεῖτο καὶ τὰς θέας διεῖπεν ; « [Caton] s’occupa des autres tâches de sa magistrature et organisa les spectacles ». On remarquera que, bien qu’il ne soit pas directement associé au mot θέα, ἐπιμελέσθαι peut renvoyer au terme latin cura dans l’expression cura ludorum (voir notamment les exemples donnés par Bernstein 1998, p. 76 et n. 305-306). Sur la cura ludorum des édiles, voir les remarques de John Scheid dans Scheid 2007, p. 135-136.

68 Les édiles plébéiens et les édiles curules, formant des collèges de deux magistrats, ceux-ci étaient co-responsables des ludi publici.

69 Par exemple, Cicéron insiste sur l’importance, dans l’organisation des ludi, de respecter les usages établis (Har., 21-27) et sur le sérieux (maxima cum cura et caerimonia ; cum dignitate maxima et religione) avec lequel il considère les devoirs de sa charge d’édile et, en particulier, l’organisation des « jeux les plus anciens » (ludi antiquissimi) (Ver., V, 36). Sur le caractère religieux de la charge d’édile, voir notamment Sabbatucci 1954, p. 262-293.

70 Pour Hartmut Leppin, s’appuyant sur l’anecdote relative à Caton : « wahrscheinlich darf man bei den ludi scaenici anders als bei den Agonen gar keine verbindlichen Regeln voraussetzen ; vielmehr wird es im Ermessen des – immer vom Publikum beeinflußbaren – Spielgebers gelegen haben, wem er unter welchen Bedingungen welche Belohnung zuerkannte » (Leppin, 1992, n. 6 p. 85). Mais ne faudrait-il pas distinguer les ludi privati des ludi publici ?

71 V. Max., II, 10, 8. Voir aussi Sen., Ep., XVI, 97, 8 et Mart., I, Préf.

72 Sur ces « pratiques de dénudation rituelle » caractéristiques de l’« esprit licencieux » des Floralia, voir notamment Le Bonniec 1958, p. 201-202. Sur cet épisode, voir aussi Wiseman 1998, p. 70-71.

73 L’identification, par Paul Veyne, de cette cérémonie à celle qui est rapportée par Plutarque (Veyne 1976, p. 503 n. 88) ne semble possible que si Messius et Favonius avaient été collègues mais on rencontre alors un problème de datation.

74 Voir notamment Le Bonniec 1958, p. 319-328.

75 Sur les distributions de produits agricoles lors des Cerialia et des Floralia, voir Simon 2008, p. 769-770.

76 Voir, en particulier, Konrad 1996, 141-143, qui se prononce plutôt en faveur d’une édilité plébéienne.

77 Voir notamment Flavius Josèphe (AJ, 19, 1, 13), Stace (Silv., I, 6, 9-80), Martial (à propos de Stella, VIII, 78), Suétone (Cal., 18 et 26 ; Nero, 11 ; Dom., 4) et Dion Cassius (à propos de l’édilité d’Agrippa [XLIX, 43] ou du règne de Titus [LXVI, 25]).

78 C’est, par exemple, ce que rapporte Suétone à propos de l’édilité de César (Jul., 10, 2) : Venationes autem ludosque et cum collega et separatim edidit, quo factum est, ut communium quoque inpensarum solus gratiam caperet (éd. H. Ailloud, CUF, 1931) ; « Il donna aussi des chasses et des jeux, aussi bien avec son collègue que séparément, c’est pourquoi, même pour des dépenses faites en commun, il était le seul à recevoir de la reconnaissance ».

79 Στεφάνους μὲν οὐ χρυσοῦς, [ἀλλὰ] […] κοτίνων ; « des couronnes, non pas d’or, mais […] d’olivier sauvage » (Plu., Cat. Mi., 46, 4) ; ἀντὶ τῶν πολυτελῶν ; « au lieu de coûteux présents » (46, 4) ; ὑποκρινομένῳ τῶ Φαωνίω τὸν ἰδιώτην καὶ τῶ Κάτωνι τὸν ἀγωνοθέτην ; « avec Favonius dans le rôle du simple particulier et Caton dans celui de l’agonothète » (46, 7). Sur l’opposition entre πολυτέλεια et εὐτέλεια, voir Pace 2005, p. 155-156.

80 [Τῶν δῶρων] τὴν εὐτέλειαν οἱ μὲν ἐγέλων, οἱ δ’ ἥδοντο τοῦ Κάτωνος τὸ αὐστηρὸν καὶ κατεστυμμένον ὁρῶντες ἡσυχῆ μεταβάλλον εἰς διάχυσιν (« Les uns riaient de [la] simplicité [des cadeaux] tandis que les autres se réjouissaient de voir l’austérité et la rudesse de Caton se changer tranquillement en détente de l’âme ») (Plu., Cat. Mi., 46, 5).

81 Si la forme et/ou le contenu du spectacle lui-même avaient fortement été influencés par Caton, l’anecdote serait sans doute parvenue complète à Plutarque qui l’aurait rapportée.

82 Plu., Phoc., 3, 8. Sans doute peut-on appliquer à Caton la description que Plutarque fait de Phocion un peu plus loin (10, 5) : « il est, je crois, difficile mais pourtant pas impossible que, comme du vin, le même homme soit tout à la fois doux (ἡδύς) et austère (αὐστηρός) ». Voir aussi Plu., Cat. Mi., 14, 7.

83 Plu., Cat. Mi., 13, 1-5 et Id., Pomp., 40, 1-5 : Caton est contrarié par une cérémonie d’accueil grecque qui, alors qu’il la lui croyait destinée, était organisée pour Démétrios, affranchi de Pompée.

84 Plu., Cat. Mi., 39, 3-4 : Caton refuse l’honneur de pouvoir assister aux spectacles vêtu d’une toge bordée de pourpre.

85 V. Max., II, 10, 8.

86 Caton le Jeune avait pour père M. Porcius (RE, 11) Cato et pour grand-père M. Porcius (RE, 15) Cato Salonianus, fils de Caton l’Ancien et de Salonia, sa seconde épouse (voir notamment Gel., XIII, 20, 8 et 13-14).

87 Plu., Cat. Mi., 1, 1 : ἀνδρὸς ἐν δόξῃ καὶ δυνάμει μάλιστα Ῥωμαίων γενομένου δι’ ἀρετήν.

88 [Ἀνήρ] ἀρετῇ καὶ δόξῃ τῶν κατ’ αὐτὸν ἐπιφανεστάτου γενομένου ; « par sa vertu et sa renommée, l’homme le plus illustre de son temps » (Plu., Cat. Ma., 27, 7).

89 Plu., Cat. Mi., 1.

90 D. C., XXXVII, 22, 1.

91 Voir notamment Plu., Cat. Ma., 2, 4 et 6, 1-3.

92 Voir, par exemple, la description par Dion Cassius (XXXVII, 8, 1) des ludi Romani et Megalenses organisés par César.

93 Inter aliarum parua principia rerum ludorum quoque prima origo ponenda uisa est, ut appareret quam ab sano initio res in hanc uix opulentis regnis tolerabilem insaniam uenerit. (Liv., VII, 2, 13 ; éd. J. Bayet et trad. R. Bloch, CUF, 1968.) Valère Maxime (II, 4, 6) dénonce, quant à lui, l’évolution des ludi : le « scrupule religieux » (religio) aurait laissé sa place au « faste » (lautitia).

94 Plin., Nat., XXXVI, 117.

95 Voir notamment l’évocation des ludi Romani et Plebei par Tite-Live (XXV, 2, 8 ; XXVII, 6, 19).

96 Dans son analyse de la situation économique des histriones, Hartmut Leppin renvoie à un extrait de Sénèque (Sen., Ep., 80, 7) où il est question d’un acteur qui reçoit un cachet de cinq modii (de blé probablement) et de cinq deniers (Leppin, 1992, p. 85), mais il ne s’agit pas d’une situation concrète dans un contexte précis, ce qui rend toute comparaison difficile.

97 Zos., II, V. Le peuple apportait les prémices (ἀπαρχαί) (blé, orge et fèves) (l’acceptio frugum) qui, après des spectacles sur une scène construite « à la manière d’un théâtre » (δίκην θεάτρου), étaient distribuées, comme salaire (μισθός), à ceux qui s’étaient produits (οἱ ταῦτα ποιοῦντες) (la distributio frugum). Voir Piganiol, 1923, p. 92-93.

98 Les plus anciens ludi Saeculares sont malheureusement très mal documentés et font l’objet de débats. Voir notamment Wiseman 1998, p. 165-167 (« Appendix B ») et, plus récemment, Russo, 2012, p. 45-48 (référence fournie par M. Humm).

99 Gel., XV, 8.

100 Geiger 1974, p. 164-167.

101 L’austérité dont fait preuve Caton n’est pas toujours du goût du peuple. Voir notamment : Cat. Mi., 44, 4 ; 49, 5-6 ; 50, 2.

102 Voir notamment la dénonciation, par Valère Maxime, de la partialité de Munatius Rufus (IV, 3, 2).

103 Voir notamment Plu., Moralia, 822c-823e (= Praec. ger. reip., 31) et, en particulier, Pace 2005.

104 « […] Χάριεν γάρ τοι τὸ τοῦ Λάκωνος, 〈 ὃς 〉 Ἀθήνησι καινῶν ἀγωνιζομένων τραγῳδῶν θεώμενος τὰς παρασκευὰς τῶν χορηγῶν καὶ τὰς σπουδὰς τῶν διδασκάλων καὶ τὴν ἅμιλλαν οὐκ ἔφη σωφρονεῖν τὴν πόλιν μετὰ τοσαύτης σπουδῆς παίζουσαν. Τῷ γὰρ ὄντι παίζοντα δεῖ παίζειν | καὶ μήτε δαπάνης πολλῆς μήτε τῶν πρὸς ἄλλα χρησίμων καιρῶν ὠνεῖσθαι τὸ ῥᾳθυμεῖν, ἀλλ’ ἐν πότῳ καὶ ἀνέσει τῶν τοιούτων ἀπογεύεσθαι καὶ σκοπεῖν ἅμα τερπόμενον, εἴ τι χρήσιμον ἐξ αὐτῶν λαßεῖν ἔστιν » ; « Plaisant, le mot de ce Lacédémonien qui, lors d’un concours de tragédies nouvelles à Athènes, observant les préparatifs des chorèges, le sérieux des répétiteurs et leur compétition, déclarait que la cité n’était pas sage de jouer avec un tel sérieux. Car, lorsqu’on joue, il faut recourir au jeu et ne pas acheter son insouciance à grands frais ni au prix d’occasions utiles à d’autres emplois, mais goûter dans la boisson et la détente ce genre de passe-temps et voir, tout en prenant son plaisir, s’il est possible d’en tirer quelque utilité » (Plu., Moralia, 711a [= Quaest. conv., VII, 7] ; éd. et trad. [légèrement modifiée] Françoise Frazier et Jean Sirinelli, CUF, 1996.) (Voir aussi Plu., Moralia, 348f [= De gloria Ath., 6].) Ce rapprochement a été fait par Giovanna Pace : « Nell’indicare, a mo’ di commento finale dell’episodio, le motivazioni dell’operato di Catone (46, 8), Plutarco mostra di interpretarne il comportamento come la traduzione in pratica della sua personale idea sulla necessità di mantenere una disposizione d’animo giocosa nelle occasioni di divertimento e, implicitamente, della sua concezione dello spettacolo teatrale come forma di παιδιά » (Pace 2005, p. 156).

105 Plu., Moralia, 710b (= Quaest. conv., VII, 7).

106 Plu., Moralia, 527d (= De cup. div., 8) (la référence m’a été communiquée par B. Le Guen).

107 La date de l’évolution de la fête n’est pas précisée de manière claire. L’emploi de l’adverbe νῦν à propos de la nouvelle forme prise par les Dionysies ne signifie pas que, pour Plutarque, la décadence n’avait pas déjà commencé avant.

108 Plu., Aem., 28, 7.

109 Dans les œuvres de Plutarque, le verbe εὐημερεῖν se rapporte parfois aux domaines sportif (e. g. Eum., 1, 2) et théâtral (e. g. Brut., 21, 6 ; Moralia, 289d [= Aet. Rom., 107] ; 473b [= De tranq. an., 13] ; 673c [= Quaest. conviv., V, I, 1]). Il peut être employé dans un contexte explicitement agonistique (Alex., 29, 6 et Dem., 29, 2). Dans d'autres extraits, il a le sens de succès militaire ou oratoire (e. g. Dem., 5, 4 ; Cic., 25, 2 ; 35, 4).

110 Dans les ludi, l’influence grecque était clairement, et depuis longtemps, perceptible à Rome, comme en témoigne un passage de l’Histoire romaine de Tite-Live, relatif à l’année 292 : coronati primum ob res bello bene gestas ludos Romanos spectarunt palmaeque tum primum translato e Graeco more victoribus datae ; « c’est, pour la première fois, ornés de leur couronne que ceux qui en avaient reçu une pour leurs exploits militaires assistèrent aux Jeux romains, et ce furent des palmes qui, pour la première fois, selon un usage importé de Grèce [voir notamment Paus., VIII, 48, 2], furent données aux vainqueurs » (Liv., X, 47, 3).

111 IG, XII, 7, 226.

112 L’inscription et son commentaire m’ont été communiqués par B. Le Guen.

113 Lorsqu’il écrit sur l’olivier, Pline l’Ancien (Nat., XV) évoque l’utilisation des couronnes d’olivier lors des défilés militaires et rappelle que celles que recevaient les vainqueurs des concours étaient en olivier (olea) à Athènes et en olivier sauvage (oleaster) à Olympie (Nat., XV, 19).

114 On ne peut évidemment pas mettre sur le même plan les artistes « thyméliques » mentionnés dans la Vie de Caton et les joueurs de trompettes qui, à partir de 396 avant notre ère, participaient à un concours dont les vainqueurs obtenaient le droit de sonner le début de chaque compétition gymnique et hippique. Or, il s’agit bien, avec les concours de hérauts, de la seule manifestation dont la nature n’est pas sportive.

115 Plin., Nat., XVI, 73 (voir aussi XIII, 121 où Pline évoque le même arbrisseau).

116 Plu., Dem., 2, 2-4.

117 Plu., Moralia, 820c-f (= Praec. ger. reip., 27).

118 Plin., Nat., XXI, 4-6.

119 Plin., Nat., XXI, 6.

120 Plu., Cat. Mi., 4, 2 ; 16, 1.

121 Plu., Cat. Mi., 10.

122 Plu., Cat. Mi., 6, 5-6 ; 9, 9 ; 44, 1 ; 50, 1.

123 V. Max., IV, 3, 11.

124 Swain 1990, p. 199. Dans les pages consacrées à Caton (197-201), l’auteur étudie les liens entre la philosophie et la carrière politique du stoïcien.

125 Plu., Cat. Mi., 6, 5.

126 Le mot apparaît avec ce sens à l’époque impériale. Voir Simon 2008, et plus particulièrement Simon 2008, p. 763 n. 2 pour des indications bibliographiques relatives à la période républicaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Ernst, « Quand Caton le Philosophe dirige des spectacles édilitaires… », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 125-1 | 2013, mis en ligne le 03 octobre 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://mefra.revues.org/1167 ; DOI : 10.4000/mefra.1167

Haut de page

Auteur

Paul Ernst

Université Paris 8 – EA 1571 – p.ernst[at]neuf.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org