Navigation – Plan du site
Archéologie et religion : le sanctuaire dionysiaque de S. Abbondio à Pompéi

Déchets erratiques et vestiges rituels

Les macrorestes végétaux et les os animaux
Véronique Zech-Matterne et Tarek Oueslati

Notes de la rédaction

Le dossier « Archéologie et religion : le sanctuaire dionysiaque de S. Abbondio à Pompéi » a été réalisé sous la direction de William Van Andringa. Il s'agit d'une étude interdisciplinaire dont les maillons (les articles) forment un ensemble cohérent qui amène à réévaluer notre connaissance sur ce sanctuaire. Les résumés et mots-clés s'appliquent à l'ensemble des contributions, la numérotation des figures est continue sur l'ensemble des articles. On trouve, en fin de dossier, une bibliographie générale.

Texte intégral

Les restes carpologiques
(V. Z.-M.)

1La reprise de fouilles sur le sanctuaire dionysiaque de Sant’Abbondio a très vite intégré des protocoles d’étude susceptibles de révéler les traces de gestes pouvant être liés aux rites de fondation, au culte ou à la vie du temple. Des prélèvements carpologiques ont été réalisés en ce sens. Du sédiment a été extrait pour tamisage dans les secteurs 1 et 2, les seuls à avoir livré des niveaux archéologiques, à l’emplacement de cinq unités stratigraphiques distinctes (fig. 55), correspondant aux niveaux de fondation du temple et aux remblais d’occupation découverts en liaison spatiale avec sa rampe d’accès.

Fig. 55 - Tableau des restes carpologiques de S. Abbondio.

POMPÉI 2008

N° secteur

S1 mur Nord

S1 mur Nord

Sant'Abbondio

N° US

2018

2012

 

N° prélèvement

878

877

 

volume brut tamisé

7

44

NTR = 64

datation

IIIe s. avant J.-C.

augustéen

TAXONS

cblmt tranchée fondation de la crépis du temple

remblai anthropisé sur comblement tranchée

Corylus avellana, péricarpe

Noisetier

 

5 f.

Ficus carica, sycône

Figuier

 

3 f. (dont 9 mm)

Punica granatum, pépin

Grenadier

 

1 f.

Vitis vinifera, baie

Vigne

 

1

Vitis vinifera, pépin

Vigne

 

1 f.

fruit indéterminé

fruit indéterminé

 

 

mat. organique indét.

mat. organique indét.

5 f.

8 f.

N° secteur

S2-Z1

S2-Z1

S2-Z1

N° US

2049

2041

2041

N° prélèvement

885

883

884

volume brut tamisé

4

6

8

datation

IIIe s. avant J.-C.

ép. républicaine,
antérieur à 150 avant J.-C.

TAXONS

cblmt sup tranchée fondation

cblmt sur bloc en retrait Ière assise de la crépis

Corylus avellana, péricarpe

 

2 f.

stérile

Ficus carica, sycône

2 f. (4 mm)

9 f. (3-4 mm)

 

Punica granatum, pépin

 

 

 

Vitis vinifera, baie

 

1+1 f.

 

Vitis vinifera, pépin

 

4 f.

 

fruit indéterminé

 

16 f. (2-4 mm)

 

mat. organique indét.

5 f. (2-4 mm)

 

 

N° secteur

S2-Z2

N° US

2023

N° prélèvement

880

volume brut tamisé

10

datation

ép. républicaine

 

remblai d'occupation ss.

TAXONS

fondation triclinium 2006

Corylus avellana, péricarpe

 

Ficus carica, sycône

 

Punica granatum, pépin

 

Vitis vinifera, baie

 

Vitis vinifera, pépin

1

fruit indéterminé

 

mat. organique indét.

 

2Du point de vue chronologique, ces ensembles se rattachent à deux phases successives, qui voient la mise en place du podium du temple, puis l’aménagement d’une rampe qui se substitue à un escalier primitif, et celui d’un autel.

3Dans le secteur 1, qui désigne le sondage réalisé le long du mur nord de l’édifice, les US 2018 et 2012 sont interprétées comme les premiers niveaux en place ; 2018 contemporain de la fondation du temple au IIIe s. av. J.-C. et 2012 qui s’y superpose, mais dont la datation est d’époque augustéenne. Ce hiatus résulte d’un réaménagement majeur intervenu à cette date. Le contenu de 2018 témoignerait peut-être des cérémonies associées à l’érection du temple.

4Dans le secteur 2, les zones 1 et 2 d’un sondage pratiqué devant la partie médiane de la façade nord, sont concernées par les prélèvements carpologiques. La première zone est localisée entre la rampe et la branche orientale du triclinium et la seconde se situe à l’intérieur du triclinium et s’avance jusqu’au parement nord de la rampe d’accès. Dans la zone 1, l’US 2049 constitue le comblement inférieur de la tranchée de fondation du podium du temple et 2041 viendrait se superposer à ces niveaux de comblement avant la pose d’une assise de nivellement servant de soubassement à la rampe. L’US 2023 correspond au plus ancien niveau en place repéré en zone 2.

5Au total, 79 litres de sédiment ont été traités et étudiés pour l’ensemble des secteurs, ce qui représente un échantillonnage somme toute modeste, mais plusieurs niveaux et structures ont été perturbés du fait de réaménagements antiques ou des travaux contemporains de protection des murs. Le potentiel des sondages a été exploité jusqu’à sa limite. Les terres ont été tamisées à l’eau sur mailles de 0,5 et 2 mm. Après séchage, les refus de tamis ont été intégralement triés sous loupe binoculaire, et les restes identifiés et décomptés, sur place.

6Les résultats font état de 64 restes recueillis, tous carbonisés, dont 34 restes indéterminés. Seize fragments proviennent vraisemblablement de fruits, qui n’ont pu être caractérisés en raison de l’absence de particularités anatomiques ou de graines observables. Dix-huit restes sont assimilables à de tout petits fragments de pain/galette dont l’aspect très mat et très alvéolaire diffère des précédents, plus brillants et plus denses, qui ont été rapportés à de la chair de fruits indéterminés.

7Les 30 autres restes ont pu être déterminés à l’espèce. Quatre types de fruits sont attestés, qui sont la noisette (Corylus avellana), la figue (Ficus carica), la grenade (Punica granatum) et le raisin (Vitis vinifera). Compte tenu des effectifs très faibles, il n’est pas possible de lire une évolution ou des différences notoires en fonction de la chronologie des ensembles.

  • 1 Matterne – Derreumaux 2008.
  • 2 Robinson 2002 ; Van Andringa 2011

8La nature des restes (baies de raisin, morceau de pain) nous indique que ce sont des aliments entiers qui ont été carbonisés. Les fruits dominent largement l’assemblage. Il est évident qu’il ne s’agit pas ici de restes alimentaires ordinaires. De par leur composition, ces ensembles évoquent les dépôts végétaux associés aux bûchers funéraires, dont les résidus se retrouvent dans les urnes et fosses constitutives de la tombe1 ou les résidus de sacrifices domestiques découverts dans les jardins d’habitations pompéiennes2.

9Alors même que des niveaux en place ont été tamisés intégralement, la ténuité des résultats et l’état très fragmenté du matériel montrent que les vestiges résiduels des sacrifices associés à la fondation ou au fonctionnement du temple se résument à peu de choses. Si les hasards taphonomiques ne sont pas à l’origine de ce constat, il faudrait admettre que l’ampleur des sacrifices consentis était très modeste ou que leur signification n’avait pas besoin de s’exprimer à travers une débauche de nourriture. Les dépôts brûlés sur la flamme possédaient un caractère davantage symbolique que démonstratif. Parmi les restes et pour autant que le faible effectif autorise à en juger, figue et raisin dominent, deux produits locaux rendus anodins par leur abondance, mais qui faisaient la réputation de leur région d’origine.

Les restes animaux
(T.O.)

10La faune est issue de neuf contextes archéologiques ayant livré au total 31 restes de mammifères, un reste d’oiseau et deux bivalves marins. Parmi les niveaux étudiés, certains sont susceptibles de nous renseigner sur des activités se déroulant au sein du sanctuaire (2023, 2012, 2019, 2040 et 2041) tandis que les autres contextes correspondent à des travaux modernes ou à des décapages de surface.

Fig. 56 - Tableau. Inventaire de la faune collectée à vue sur la fouille de S. Abbondio.

TAXONS

2023

2012

2019

2040

2041

2002

2005

2020

2027

Sus scrofa f domestica

porc

5

2

-

-

-

-

1

1

3

Bos primigenius f taurus

bœuf

-

3

-

1

-

-

-

-

-

Ovis/Capra

caprinés

2

-

-

-

-

-

-

-

-

grand mammifère

1

2

1

1

1

1

-

-

-

petit mammifère

1

1

-

-

-

-

-

-

-

mammifère indéterminé

1

-

-

-

2

-

-

-

-

Arvicola terrestris

rat taupier

-

-

-

-

-

-

-

-

1

Gallus gallus f domestica

coq

-

1

-

-

-

-

-

-

-

Cerastoderma glaucum

coque glauque

1

-

-

1

-

-

-

-

-

Total

11

9

1

3

3

1

1

1

4

11Aucun niveau contemporain de la fondation du temple au IIIe s. av. J.-C. n’a livré de restes animaux. La couche 2023 datant de l’époque républicaine reposait directement sur le paléosol. Elle comprend l’effectif le plus important de faune avec 11 restes. Le porc occupe une place de choix dans cet ensemble, représenté par un humérus, deux fémurs, un tibia et une fibula, soit des parties charnues de la carcasse. Deux de ces os proviennent d’individus immatures. Sur le plan taphonomique, un fragment de fémur a subi une manducation, probablement par un chien. Cette transformation de l’os doit être prise en compte dans l’interprétation des déchets accumulés dans cette couche puisqu’il est peu probable qu’un chien ait pu accéder à cet os au sein du sanctuaire. Les caprinés sont représentés par deux restes dentaires isolés, dont une première ou deuxième molaire inférieure issue d’une chèvre dont l’âge a été estimé à au moins 4 à 6 ans. Il s’agit d’un animal de réforme. Les produits marins sont représentés par une valve de coque glauque. Enfin, des esquilles indéterminées complètent l’assemblage. La couche 2019 située sur le plan chronologique entre la construction du temple et l’aménagement de la rampe n’a livré qu’un seul reste issu d’un mammifère de grande taille, probablement du bœuf. Cet os long présente au niveau de la fracture de l’os une altération pouvant être associée à une cuisson sur un foyer ouvert. Le contexte 2012 correspond à une phase de remaniement du temple à l’époque augustéenne. Nous y avons inventorié trois restes de bœuf dont une première ou deuxième molaire inférieure issue d’un individu sénile de plus de onze ans et demi, une partie proximale de mandibule ayant subi une percussion au couperet visant à la désarticulation du crâne (fig. 57 B) et un segment moyen de côte dépecé au couperet sur la face interne (fig. 57 C). Le porc est représenté par une dent jugale carbonisée et une partie distale de diaphyse de porc ayant subi une manducation (fig. 57 A).

12L’ensemble des os a subi l’action des radicelles qui ont dissout la surface des os. Ces vestiges évoquent aussi bien des étapes ayant trait à la boucherie du bœuf que des reliefs de consommation de pièce de viande de porc ou de bœuf. La carbonisation subie par la dent jugale de porc pourrait être en rapport avec le passage au feu d’une tête de porc. Sur le plan taphonomique la question de la présence du chien au sein de l’enceinte du sanctuaire reste posée. Il en est de même pour l’importance de la dissolution des surfaces osseuses par les radicelles. S’agit-il d’une végétation ayant envahi l’emprise de la fouille après l’abandon du sanctuaire ou bien somme-nous en présence de remblais sous forme de terres de jardins apportées dans le cadre des remaniements que connaît le sanctuaire à l’époque augustéenne ?

Fig. 57 - Illustrations d’os issus de la couche 2012 avec un humérus gauche de porc vu en face crâniale (A) une côte (B) et une mandibule de bœuf (C).

Fig. 57 - Illustrations d’os issus de la couche 2012 avec un humérus gauche de porc vu en face crâniale (A) une côte (B) et une mandibule de bœuf (C).

13Les niveaux associés à la construction de la rampe ont livré un fragment de côte de bœuf et une valve de coque (2040) tandis qu’aucun os n’a pu être identifié dans la couche 2041. Du point de vue taphonomique, les ossements animaux mis au jour dans des contextes contemporains du fonctionnement du sanctuaire suggèrent que nous ne sommes pas en présence de rejets primaires de vestiges associés aux pratiques cultuelles. Les ossements mis au jour dans 2012 sont issus de la transformation des carcasses animales et de la consommation de viande. Des stigmates relevés sur les os suggèrent la désarticulation du crâne par percussion au couperet du processus coronoïde d'une mandibule de bœuf, le dépeçage d'une côte de bœuf au couperet comme en témoignent les impacts de lame relevés sur la face interne de la côte. L'état de conservation des os est en général mauvais. L'altération des surfaces osseuses est liée à la conservation dans un sédiment acide et à la dissolution par le système radiculaire des plantes. La présence d'une dent isolée de bœuf et sa fragmentation révèlent que nous ne sommes pas dans un contexte de rejet primaire. Il en est de même avec les traces de dents de chiens observées sur un humérus de porc. La dernière observation taphonomique concerne la carbonisation d'une molaire de porc. La présence d'un reste de l'aile d’un poulet est peut-être à mettre en rapport avec la présence de déchets de consommation.

14La destruction par les chiens et la fragmentation des vestiges tendent à mitiger la valeur de ces témoignages osseux en tant qu’indicateurs sur les sacrifices et les consommations se déroulant dans l’enceinte sacrée. C’est le cas par exemple d’un fémur de porc issu de 2023. L’état de conservation des os dans cette couche est relativement mauvais avec une altération des surfaces et une fragmentation poussée des os. Enfin, précisons que le contexte 2027 atteste la présence du rat taupier (Arvicola terrestris). Cet animal fouisseur doit attirer notre attention sur de possibles perturbations liées au creusement de galeries souterraines.

15Parmi les faits remarquables soulignons la présence d’animaux de réforme particulièrement âgés dans le cas du bovin attesté dans le niveau 2012 ou la chèvre du niveau 2023. Ces contextes témoignent de la présence de déchets de boucherie primaire et de déchets de consommation. Si ces vestiges proviennent effectivement des activités se déroulant au sein de l’enceinte sacrée, il s’agirait d’un résultat intéressant témoignant du dépeçage des bêtes sacrificielles ainsi que de la consommation d’une partie des carcasses in situ.

16Du point de vue spécifique, le porc et le bœuf sont particulièrement bien représentés, sans qu’il soit possible d’en faire des animaux du sacrifice ; l’état de conservation des os montre qu’ils sont plutôt issus de remblais et de terres mélangées dont l’origine ne peut être précisée.

Haut de page

Notes

1 Matterne – Derreumaux 2008.

2 Robinson 2002 ; Van Andringa 2011

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 57 - Illustrations d’os issus de la couche 2012 avec un humérus gauche de porc vu en face crâniale (A) une côte (B) et une mandibule de bœuf (C).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Zech-Matterne et Tarek Oueslati, « Déchets erratiques et vestiges rituels », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 125-1 | 2013, mis en ligne le 21 octobre 2013, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://mefra.revues.org/1248 ; DOI : 10.4000/mefra.1248

Haut de page

Auteurs

Véronique Zech-Matterne

CNRS – zech[at]mnhn.fr

Tarek Oueslati

CNRS – tarek.oueslati[at]univ-lille3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org