Navigation – Plan du site
Archéologie et religion : le sanctuaire dionysiaque de S. Abbondio à Pompéi

De l’analyse stratigraphique au culte de Loufir/Liber

Hypothèse de lecture
Thomas Creissen et William Van Andringa

Notes de la rédaction

Le dossier « Archéologie et religion : le sanctuaire dionysiaque de S. Abbondio à Pompéi » a été réalisé sous la direction de William Van Andringa. Il s'agit d'une étude interdisciplinaire dont les maillons (les articles) forment un ensemble cohérent qui amène à réévaluer notre connaissance sur ce sanctuaire. Les résumés et mots-clés s'appliquent à l'ensemble des contributions, la numérotation des figures est continue sur l'ensemble des articles. On trouve, en fin de dossier, une bibliographie générale.

Texte intégral

Présentation des données archéologiques
(Th.C., W.VA. avec la coll. de C.C., A.G. et S.W.)

Secteur 1

1Ce secteur consiste en un sondage profond réalisé le long du mur nord du temple, à son point de contact avec la branche est du triclinium nord. Le sondage mesure 130 x 100 cm. La présence d’une canalisation moderne en béton a empêché la fouille de l’angle nord-est. La profondeur maximale atteinte est de 75 cm. L’objectif était de fournir des témoignages concernant la fondation et l’occupation du sanctuaire.

Description analytique de la séquence stratigraphique

2Le fond du sondage est occupé par l’US 2036, constituée d’un limon sableux de couleur grise, peu compact et dépourvu d’inclusion. Au-dessus, l’US 2031 est un limon sableux brun comportant des inclusions de poches argileuses grises. Ces deux couches, dépourvues de matériel, sont des dépôts naturels formés par les éruptions anté-pliniennes.

Fig. 6 - Secteur 1, plan 1 au 1/20ème.

Fig. 6 - Secteur 1, plan 1 au 1/20ème.

Relevé : C. Chevalier.

Fig. 7 - Secteur 1, plan 2 au 1/20ème.

Fig. 7 - Secteur 1, plan 2 au 1/20ème.

Relevé : C. Chevalier.

Fig. 8 - Secteur 1, plan 3 au 1/20ème.

Fig. 8 - Secteur 1, plan 3 au 1/20ème.

Relevé : C. Chevalier.

Fig. 9 - Secteur 1, coupe 1 au 1/20ème.

Fig. 9 - Secteur 1, coupe 1 au 1/20ème.

Relevé : C. Chevalier.

Fig. 10 - Secteur 1, coupes 2, 2 bis, 3 et 3 bis au 1/20ème.

Fig. 10 - Secteur 1, coupes 2, 2 bis, 3 et 3 bis au 1/20ème.

Relevé : C. Chevalier.

3Le premier remblai affecté par l’occupation humaine est constitué par l’US 2042. Épaisse d’une vingtaine de centimètres, la couche est formée par un limon brun contenant des inclusions de gravillons de lave (0,5 x 0,5 cm au maximum). Le mobilier y est rare, mais pas inexistant (un tesson de céramique commune très roulé est observable dans la coupe). Celui-ci a été associé à l’US 2012, la distinction entre les deux niveaux n’étant pas apparue lors de la fouille en plan. Une tranchée est creusée dans 2042 (US 2043). Son comblement inférieur est un niveau d’éclats/fragments de calcaire de Sarno formant une semelle légèrement débordante (US 2054). Il s’agit de la semelle de fondation du temple sur laquelle fut aménagée la première assise de la crépis du temple (US 2008) dont l’arête supérieure devait être visible à l’origine. Cette première assise est construite en appareil monumental, constitué par un ajustement de blocs de calcaire du Sarno de formats parallélépipédiques. La seconde assise de la crépis est en retrait d’une trentaine de centimètres. La tranchée de fondation est comblée par l’US 2018. Il s’agit d’un limon brun gris sableux légèrement induré, avec des fragments de calcaire de Sarno en inclusion (bien visibles en coupe). Le matériel associé comporte plusieurs vestiges de vases miniatures (dont un exemplaire complet).

4L’US 2012 recouvre le comblement de la tranchée ainsi que la première assise du soubassement du temple. Elle a pour matrice un sédiment assez meuble de couleur marron, piqueté de petites inclusions blanchâtres. Une partie du matériel contenu dans la couche a un pendage vertical prononcé : on trouve de la céramique de toute époque – les fragments les plus récents étant d’époque augustéenne –, des os animaux usés et roulés, également des enduits comparables à celui qui recouvre le temple (notamment des fragments de cannelures). Les fondations du triclinium nord (St 2006) reposent sur 2012, la structure étant venue s’appuyer sur les degrés de la crépis nord du temple (M 2008).

Fig. 11 – Vue zénithale du sondage à la fin de la fouille. US 2036/2054.

Fig. 11 – Vue zénithale du sondage à la fin de la fouille. US 2036/2054.

À gauche, fondation de la crépis.

Photo Antoine Gailliot, sur concession du Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza archeologica di Napoli e di Pompei. Reproduction interdite.

Fig. 12 – Coupe ouest. US 2042 et 2012, fondation du triclinium (US 2006).

Fig. 12 – Coupe ouest. US 2042 et 2012, fondation du triclinium (US 2006).

Photo Antoine Gailliot, sur concession du Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza archeologica di Napoli e di Pompei. Reproduction interdite.

5Une grosse semelle de béton moderne recoupe la plupart de ces niveaux. Elle vient s’appuyer contre le parement oriental du triclinium. Elle supporte l’un des piliers métalliques qui porte la toiture en plexiglas recouvrant le temple. On peut lui associer une canalisation bétonnée qui la longe partiellement au sud (l’ensemble a été regroupé sous le numéro de structure 2004). Au-dessus, l’US 2002 est un sédiment compact brun gris très hétérogène et fortement induré. L’US 2003 est constituée d’un sédiment meuble hétérogène de couleur gris clair recouvert de billes d’argile Leca. Ces trois dernières US comportent du mobilier moderne (plastique, verre, métal…) et antique mélangé.

Interprétation de la séquence stratigraphique

  • 1 Relevons toutefois la faible emprise du sondage, qui ne permet pas bien entendu d'être fixé sur la (...)

6Les US 2036 et 2031 sont des dépôts d’origine naturelle, équivalents respectivement aux US 2024 et 2039 du secteur 2, qui sont recouverts par un premier niveau présentant de maigres traces d’occupation : l’US 2042. C’est à partir de ce niveau faiblement anthropisé1 et dans une tranchée ouverte qu’est aménagée la fondation de la crépis du temple.

  • 2 L’usage de ces vases miniatures est révélé par les découvertes du temple de Vénus, cf. Fiorentino – (...)

7La présence de vestiges de vases miniatures dans le comblement de cette tranchée témoigne de pratiques religieuses antérieures et/ou contemporaines de la fondation du temple. Il est toutefois difficile de dire si les vases en question constituent les vestiges d’une cérémonie de consécration du temple, intervenue lors de l’aménagement de la fondation ou si ceux-ci sont issus de dépôts intervenus dans le cadre d’activités organisées dans un lieu de culte antérieur. Deux arguments nous font pencher pour la première hypothèse. Le premier est que ces vases miniatures, entiers ou fragmentés, sont mêlés aux fragments de calcaire issus de la taille des blocs de la crépis, autrement dit de la phase de construction du temple. Clairement, le comblement de la tranchée de fondation a été effectué avec des terres du chantier de construction. L’autre élément est la découverte de minuscules fragments de matière organique carbonisée, hélas indéterminés, qui peuvent renvoyer à des restes végétaux ou de pain/galette brûlés sur la flamme lors de cérémonies. Si l’on accepte une telle hypothèse, il faudrait penser que la consécration du temple a concerné la communauté locale puisque les individus auraient participé à la cérémonie inaugurale en offrant une partie du grand sacrifice public, la pars pro toto en quelque sorte, contenue dans le vase miniature2 (un grain de raisin par exemple si l’on suit l’exemple de certains vases miniatures contenant des grains et graines, découverts dans le temple de Vénus).

8On remarque toutefois dans cette phase initiale du temple qu’aucune trace d’activité liée au chantier de construction n’a été repérée, sinon les fragments de calcaire issus du débitage des blocs ; de même que manquent des niveaux clairs de fréquentation que l’on pourrait attribuer aux phases républicaines de fréquentation du lieu de culte. En dehors de la tranchée de fondation, le premier niveau en place est le remblai d’occupation 2012 daté de l’époque augustéenne. Il est alors possible que les réaménagements de l’époque augustéenne aient entamé les niveaux de circulation antérieurs, ce dont pourrait témoigner finalement le matériel chronologiquement très mélangé mis en évidence dans l’US en question. Si cette hypothèse était vérifiée, le niveau attribué à l’époque augustéenne marquerait un réaménagement important du sanctuaire, antérieur à sa transformation par l’adjonction des structures de banquet.

  • 3 Bielfeldt 2007.
  • 4 Sont ainsi signalés des travaux de restauration dans les années 1950 et 1960, préalables à la mise (...)

9La construction du triclinium, qui repose sur le remblai d’occupation, correspond à la deuxième phase édilitaire antique documentée par le sondage. La séquence stratigraphique confirme que le triclinium est postérieur à l’époque augustéenne, sans qu’il soit possible de dire, sur ce seul argument, s’il est postérieur au tremblement de terre comme cela a été proposé3, sachant que hormis la structure maçonnée du triclinium, tous les niveaux d’occupation datés du Ier siècle ap. J.-C. ont disparu, emportés sans aucun doute par les fouilles et travaux modernes de restauration4. Ainsi, toutes les US ou structures situées au-dessus de 2012 ou accolées au triclinium correspondent-elles aux travaux de restauration et de mise en place d’une toiture de protection dans les années 1990. Il est très probable que ces travaux modernes, ajoutés aux nombreuses interventions effectuées sur le site depuis 1947, ont emporté les sols de l’époque impériale.

Secteur 2

10Le secteur 2, implanté devant la moitié nord de la façade du temple, a été divisé en trois zones : l’une située au pied de la crépis, entre la rampe et la branche orientale du triclinium touchée par une bombe en 1943 (zone 1), l’autre qui comprend l’intérieur du triclinium et s’avance jusqu’au parement nord de la rampe (zone 2) et la dernière située en avant de la rampe jusqu’à la fondation de l’autel (zone 3).

Fig. 13 - Vue générale du secteur 2 en cours de fouille.

Fig. 13 - Vue générale du secteur 2 en cours de fouille.

Photo Antoine Gailliot, sur concession du Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza archeologica di Napoli e di Pompei. Reproduction interdite.

11Cet ensemble a d’abord fait l’objet d’un nettoyage de surface jusqu’aux niveaux en place, complété par une série de sondages ponctuels donnant des coupes stratigraphiques nécessaires à la compréhension de l’évolution du secteur. Il s’agissait tout d’abord de déterminer si des niveaux d’utilisation contemporains du triclinium étaient encore présents, puis d’affiner la chronologie d’installation des différentes structures et de comprendre l’articulation des unes avec les autres : temple, triclinium (St 2006), rampe (St 2010) et l’empierrement qui longe cette dernière (St 2009). En avant de la rampe, l’objectif était également de repérer l’emplacement de l’autel, maintenant déplacé et déposé à l’Antiquarium de Pompéi (cf. infra).

Description analytique de la séquence stratigraphique

Zone 1

12Au fond du sondage, l’US 2051 est constituée d’un sédiment stérile argilo-limoneux de couleur marron beige comportant des graviers de lave en inclusion (0,5 x 0,5 cm maximum). Ce niveau est recoupé par le creusement 2050, orienté nord-sud. Il s’agit de la tranchée de fondation de la crépis du temple. Le fond en est occupé par un niveau de fragments de calcaire de Sarno concassés (US 2055) formant une semelle de fondation légèrement débordante sur laquelle repose la première assise du podium (M 2007). La partie supérieure de la tranchée est comblée par l’US 2049 (sédiment argilo-limoneux marron avec des inclusions de fragments de lave et d’éclats de calcaire de Sarno). Cette US a été fouillée de manière très ponctuelle : 5 à 10 cm d’épaisseur sur une languette longue de 65 cm et large de 15 au maximum. Un unique tesson y a été récolté. On note également que le bloc de calcaire du Sarno situé à l’aplomb de la rampe est moins profond que les autres blocs formant la première assise, d’une quinzaine de centimètres environ. Cette échancrure de la crépis correspond très exactement à l’entrecolonnement central de la façade, autrement dit à l’entrée du temple.

  • 5 Sans oublier que les limites de couche ne sont pas aisément identifiables dans le substrat de S. Ab (...)

13L’US 2053 qui recouvre 2051 est constituée par un limon argileux brun comportant des inclusions de graviers. Le matériel y est peu abondant, mais la surface fouillée est très limitée : environ 60 cm2 sur une épaisseur de 15 à 20 cm. Le creusement 2052 est percé à partir de l’US 2053. Il est venu, semble-t-il, recouper les US 2051 et 2049 pour s’étendre jusqu’à la première assise de la crépis. À moins de penser que le creusement 2052 a été effectué dans l’US 2053 : c’est du moins ce que l’on peut déduire de la coupe 3 (fig. 14) qui montre que le remblai 2053 recouvre la tranchée de fondation5.

14

Fig. 14 - Secteur 2, zone 1, plans 1 à 3 au 1/20ème.

Fig. 14 - Secteur 2, zone 1, plans 1 à 3 au 1/20ème.

Relevés : W. Van Andringa et S. Wyler.

Fig. 15 - Coupe architecturale est-ouest ; extrait de Wolf 2007, p. 280, avec insertion des coupes stratigraphiques 4, 10 et 13 du secteur 2 au 1/20ème.

Fig. 15 - Coupe architecturale est-ouest ; extrait de Wolf 2007, p. 280, avec insertion des coupes stratigraphiques 4, 10 et 13 du secteur 2 au 1/20ème.

Relevés : Coupe 4 : W. Van Andringa ; Coupe 10 : T. Creissen et Coupe 14 : S. Wyler.

Fig. 16 - Secteur 2, zone 1, coupes 5 et 6 au 1/20ème.

Fig. 16 - Secteur 2, zone 1, coupes 5 et 6 au 1/20ème.

Relevés : W. Van Andringa.

15Cette observation confirmerait, si elle est exacte, que le creusement 2052 est bien localisé à l’endroit de l’échancrure formée par les blocs de la première assise de la crépis.

16Il est également possible que l’US 2048 soit une variante de l’US 2049. Dans ce cas, il faudrait penser que le profil de la tranchée de fondation est marqué par les deux US de creusement 2050 et 2052 qui participent en conséquence à la même phase.

17Le comblement du creusement 2052 est constitué par l’US 2048, un limon brun sombre, assez meuble. L’essentiel du matériel qui en provient a été associé à l’US 2053. Très exactement au niveau de l’échancrure dans l’alignement des blocs signalée plus haut, ce comblement est recouvert par l’US 2041, un niveau argileux très induré de couleur brune avec des inclusions de limon jaune. Ce niveau recouvre par conséquent le bloc de calcaire qui se trouve en retrait de l’alignement de la première assise. Il contenait un fragment de vase miniature, quelques os animaux et des charbons de bois. Les US 2046 (un amas de blocs de calcaire de Sarno) et 2047 (un amas de terre battue compactée) sont probablement de simples variantes de 2041 à laquelle elles se superposent, toujours dans l’emprise de l’échancrure.

Fig. 17 – Secteur 2, zone 1, coupe est-ouest. Niveaux sous jacents à la maçonnerie de la rampe (US 2030/2040/2041).

Fig. 17 – Secteur 2, zone 1, coupe est-ouest. Niveaux sous jacents à la maçonnerie de la rampe (US 2030/2040/2041).

Photo Antoine Gailliot, sur concession du Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza archeologica di Napoli e di Pompei. Reproduction interdite.

Fig. 18 – Secteur 2, zone 1, vue zénithale du sondage (US 2049/2051).

Fig. 18 – Secteur 2, zone 1, vue zénithale du sondage (US 2049/2051).

On distingue à gauche l’échancrure formée par les blocs de la première assise de la crépis.

Photo Antoine Gailliot, sur concession du Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza archeologica di Napoli e di Pompei. Reproduction interdite.

18Au-dessus, l’US 2040 est constituée d’un sédiment limono-argileux brun, légèrement induré. Ce niveau, épais de 10 à 15 cm, est présent sur toute la surface du sondage, recouvrant les US 2041 et 2053. Parmi le matériel qui en provient, on distinguera un hameçon en bronze et un vase miniature à deux anses complet. Une partie du matériel était posée à plat au sommet de l’US, maigre indice toutefois pour pouvoir parler de niveau de sol ou pour pouvoir caractériser le remblai en question.

19Les fondations de la rampe (St 2010) reposent directement sur 2040. Celle-ci est construite en maçonnerie. Sur son parement externe, la rampe est recouverte d’un enduit de couleur grise assez sommaire (US 2030).

20L’US 2028 se superpose à cet enduit ainsi qu’à l’US 2040. Elle est constituée d’un sédiment brun jaune légèrement induré, de texture homogène. Il s’agit d’un remblai d’occupation contenant du matériel mélangé et de pendages divers, dont un fragment de vase miniature. Sur la rampe, un enduit peint de couleur rouge (US 2029) recouvre l’enduit 2030. Il repose sur l’US 2028. Sur ce dernier niveau est aménagé un empierrement (St 2009) adossé en partie à l’enduit rouge 2030 venu recouvrir la paroi de la rampe.

21Dans la partie nord de la zone 1, un creusement (US 2057) recoupe l’US 2028, débutant à environ 50 cm en avant de la crépis et longeant la paroi sud du triclinium. Son comblement (US 2058) est un sédiment meuble et très hétérogène de couleur marron gris, comportant du matériel moderne (verre, plastique…) mélangé à du matériel antique. L’ensemble n’a pas été intégralement fouillé. Ce creusement correspond à la suite de la structure 2022 présentée plus loin dans la description de la zone 2. Au-dessus des US 2028 et 2058, l’US 2027 est un sédiment hétérogène, plus ou moins induré, de couleur marron gris et comportant des tâches grisâtres ou jaunâtres. Le matériel qui en est issu est essentiellement moderne (plastique, verre…). L’ensemble du sondage est recouvert par l’US 2005, niveau de décapage général du secteur 2 composé essentiellement de billes d’argile Leca mêlées à du matériel moderne.

Zone 2 (fig. 19-25).

22Le fond du sondage 1 (fig. 19 et 21) est occupé par l’US 2026 composée d’un sédiment argilo-limoneux très gras. De couleur grise, avec des inclusions de nodules argileux blanchâtres, ce niveau observé de manière très ponctuelle (sur environ 30 cm2) est stérile.

Fig. 19 - Secteur 2, zones 2 et 3, plan au 1/40ème.

Fig. 19 - Secteur 2, zones 2 et 3, plan au 1/40ème.

Relevés : T. Creissen et S. Wyler.

Fig. 20 - Secteur 2, zone 2, plan du sondage 2 au 1/20ème.

Fig. 20 - Secteur 2, zone 2, plan du sondage 2 au 1/20ème.

Relevé : T. Creissen.

Fig. 21 - Secteur 2, zone 2, coupe 7 au 1/20ème.

Fig. 21 - Secteur 2, zone 2, coupe 7 au 1/20ème.

Relevé : T. Creissen.

23Au-dessus, l’US 2025, épaisse d’une quinzaine de centimètres, est constituée d’un sédiment limoneux brun comportant quelques inclusions de sable volcanique très fin. L’US 2024 qui la surmonte est un niveau stérile de limon gris sableux, épais d’une vingtaine de centimètres, peu compacté et dépourvu d’inclusions. Au-dessus, l’US 2039 est un sédiment argilo-limoneux de couleur marron beige comportant des inclusions grossières (0,5 x 0,5 cm maximum) de sable volcanique. D’un point de vue morphologique, ce niveau, épais de 10 cm environ, se différencie difficilement de l’US 2023 qui la surmonte, mais il est stérile. L’US 2023 est un remblai d’occupation. Son sédiment est apparenté à 2039. Ce niveau est relativement riche en matériel mélangé à la couche et présentant tout type de pendage (céramique, os animaux, fragments d’enduits, terre cuite architecturale et métal). Il a été fouillé en divers endroits du secteur 2. Dans le sondage 1, les fondations du triclinium St 2006 reposent directement sur 2023. L’ensemble des US précédemment énumérées est recoupé par la structure moderne 2022 qui est décrite plus loin.

24Le sondage 2 (fig. 19, 20, 23 et 24) a été arrêté sur l’US 2024 qui est surmontée par l’US 2039, épaisse d’une quinzaine de centimètres (cf. supra pour la description de ces couches ; la présence du creusement 2021 – dont le bord offre une coupe stratigraphique – permet d’assurer la stricte égalité entre ces couches observées dans les sondages 1 et 2).

Fig. 22 - Secteur 2, zone 2, coupes 8 et 9 au 1/20ème.

Fig. 22 - Secteur 2, zone 2, coupes 8 et 9 au 1/20ème.

Relevé : T. Creissen.

Figure 23 - Secteur 2, zone 2, sondage 2, coupes 11 et 12 au 1/20ème.

Figure 23 - Secteur 2, zone 2, sondage 2, coupes 11 et 12 au 1/20ème.

Relevé : T. Creissen.

Fig. 24 – Secteur 2, zone 2, coupe 10 (fig. 15).

Fig. 24 – Secteur 2, zone 2, coupe 10 (fig. 15).

Niveaux sous jacents à la rampe (US 2023 et 2039).

Photo Antoine Gailliot, sur concession du Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza archeologica di Napoli e di Pompei. Reproduction interdite.

25On retrouve au-dessus l’US 2023, toujours relativement riche en matériel mélangé à la couche. La rampe du temple (St 2010) est directement fondée sur 2023. Dans la partie est du sondage, 2023 est surmontée par l’US 2056 qui présente un sédiment légèrement induré assez fortement apparenté à 2023, mais plus hétérogène. Cette US vient s’appuyer contre l’enduit gris (US 2030) qui recouvre le parement externe de la rampe. Un gros bloc de lave non équarri repose sur l’US 2028. Il appartient à la structure 2009, constituée par quatre blocs du même type. Ils sont alignés le long du côté nord de la rampe dont ils sont éloignés de quelques centimètres seulement.

26L’ensemble des US précédemment énumérées est recoupé par la tranchée moderne St 2022, présente sur une large partie de la zone 2 (fig. 19). Elle a aussi été repérée dans la zone 1. Il s’agit d’un vaste creusement (US 2021) dont toutes les limites n’ont pas été dégagées. Sur la partie fouillée, le fond n’a pas été partout atteint : en correspondance de l’angle interne du bras est du triclinium, le creusement plonge davantage. Là, le comblement n’a pas été vidé eu égard à la profondeur déjà atteinte et au caractère instable du sédiment. Ce comblement (US 2020) est constitué d’un sédiment hétérogène comportant un abondant matériel contemporain en inclusion : plastique, verre, métal…

27La table du triclinium (St 2034) repose sur et est partiellement recouverte par l’US 2020 : l’ensemble participe d’un même aménagement (cf. coupe 8/9, fig. 22). Cette table est fondée sur une semelle en béton, de même que l’angle interne oriental du triclinium est supporté par une fondation en béton. Il s’agit d’un remontage moderne d’éléments du triclinium détruits par la bombe de 1943.

28La purge partielle de cette fosse a permis de repérer l’US 2035, qui apparaît à environ 70 cm de profondeur par rapport au sol actuel (fig. 19). Il s’agit d’un niveau de mortier rose très compact ennoyant quelques blocs de lave et de gros nodules de mortier. À cause des perturbations occasionnées par le creusement 2021, il est impossible de déterminer à partir de quel niveau a été aménagée cette US. On constate simplement qu’elle recoupe/recouvre l’US 2025 et qu’elle semble se poursuivre sous les fondations du triclinium.

29Le sondage 3 de la zone 2 (fig. 19 et 25) se situe à l’angle nord-ouest de la rampe (St 2010) d’accès au temple. Il représente dans un premier temps le prolongement de la fouille de la zone 3 du secteur 2.

Fig. 25 – Secteur 2, fosse 2038.

Fig. 25 – Secteur 2, fosse 2038.

Dans le remplissage, une céramique miniature (le nord est en bas de la photographie).

Photo Antoine Gailliot, sur concession du Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza archeologica di Napoli e di Pompei. Reproduction interdite.

30Un amas de pierres est apparu sous l’US 2011 ; la structure a été fouillée par passes et relevés successifs des pierres la composant. Un amas de pierres (US 2038) est donc déversé dans un creusement (US 2059) installé dans l’US 2023, un sédiment argilo-limoneux marron avec petits graviers en inclusion, que l’on retrouve dans toute la zone 2. Le fond de la fosse est clairement mis en évidence à 20 cm de l’angle nord-ouest de la rampe (St 2010). La structure, d’une profondeur maximale observée de 17 cm, a la forme d’une ellipse de 60 x 40 cm, allant en s’amenuisant jusqu’à un cercle de 40 cm de diamètre. Le matériel est quasiment inexistant si l’on excepte deux éléments remarquables, une monnaie en bronze (2038.14 : quadrans républicain frappé après 211 av. J.-C.) et une coupelle miniature en céramique (2038.13), retrouvés tous deux en bordure de structure.

31Cette fosse comblée de morceaux de pierre de lave correspond peut-être à un trou de poteau. Sa position à proximité de l’angle nord-ouest de la rampe peut renforcer cette hypothèse, qui ne peut-être confirmée que par la recherche, à l’angle sud-ouest, d’une structure comparable. D’autre part, si la fosse et la rampe (St 2010) sont tous deux postérieurs à 2023, aucun élément de permet de s’assurer de leur concomitance.

32La totalité de la zone 2 – structure 2022 comprise – est recouverte par l’US 2011. Son sédiment est hétérogène, de couleur tantôt grise, tantôt brun-jaune. Il est plus ou moins induré selon les secteurs et comporte un matériel varié (céramique, faune…) parmi lequel figurent des éléments modernes, plastiques et verre. Encore au-dessus, l’US 2005, comportant les billes d’argile Leca mêlées à du matériel moderne, correspond à la passe de nettoyage général du secteur.

Zone 3 (fig. 19 et 26-27)

33Le sondage 1 a été implanté à l’ouest de la rampe d’accès au temple (US 2010), sur une longueur de 2,20 m (est-ouest) et une largeur de 1 m (nord-sud).

34L’objectif était d’une part de retrouver un niveau antique susceptible de dater l'installation de la rampe malgré les différentes interventions modernes, et d'autre part de localiser l’emplacement de l’autel, découvert en 1947 et aujourd’hui déposé dans les réserves de l’Antiquarium.

Fig. 26 - Secteur 2, zone 3, sondage, coupes 14 et 15 au 1/20ème.

Fig. 26 - Secteur 2, zone 3, sondage, coupes 14 et 15 au 1/20ème.

Relevé : S. Wyler.

Fig. 27 – Secteur 2, zone 3, empierrement US 2032.

Fig. 27 – Secteur 2, zone 3, empierrement US 2032.

Photo Antoine Gailliot, sur concession du Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza archeologica di Napoli e di Pompei. Reproduction interdite.

35Après le nettoyage de la couche superficielle de remblai moderne (US 2011), un empierrement (US 2032) est apparu le long de la rampe, posé sur un niveau en place (US 2019). L’empierrement en question s’est avéré passer sous la rampe (fig. 27), ce qui permet d’établir que les deux US 2032 et 2019 sont antérieures à la construction de celle-ci. Dans la partie ouest du sondage, un comblement de lapilli (US 2033) a été mis au jour : il s’agit de toute évidence du comblement moderne de la fondation de l’autel. Le sondage a été réduit de moitié (0,50 m nord-sud sur toute la longueur est-ouest) pour vérifier si le niveau de remblai antique (US 2023/2053), observé dans les zones 1 et 2 du secteur 2, se retrouvait dans cette troisième zone. Il est effectivement apparu sous la couche US 2019. En vidant le remplissage de lapilli (US 2033), la fosse laissée par la fondation de l’autel s’est avéré entailler le niveau 2023.

36Contrairement aux zones 1 et 2, le remblai US 2023 était chargé de matériel céramique jusqu’au niveau gris qu’il recouvrait (US 2024), sans une couche vierge de matériel au contact de celui-ci.

Interprétation de la séquence stratigraphique du secteur 2

37Les US 2026, 2025, 2024, 2039 et 2051 observées en divers endroits du secteur 2 sont des dépôts d’origine naturelle, avec des correspondances probables entre 2051, 2039 et 2024. Dans leur sédimentation, ils s’apparentent à la séquence déjà observée pour le secteur 1 (2036 et 2031). On remarque l’absence d’un niveau d’occupation caractérisé, intercalé entre les niveaux naturels et la construction du temple, sinon l’US 2042 qui présente une faible anthropisation. Doit-on en conclure que le temple a été aménagé directement à partir du terrain naturel ou d’un niveau faiblement anthropisé ? Ce qui indiquerait que l’édifice a été construit ex novo. Si l’on accepte cette hypothèse qui méritera d’être reconsidérée lors de fouilles extensives du site, on peut se demander si le matériel ancien répertorié dans les remblais (bucchero et impasto) n’a finalement pas une origine exogène. En tout cas, il manque encore – cela ne veut toutefois pas dire qu’ils n’existent pas – des niveaux d’occupation dûment caractérisés qui attesteraient une activité humaine sur le site avant la construction du temple au IIIe siècle av. J.-C.

38Dans les zones 2 et 3, le plus ancien niveau en place est l’US 2023 (qui serait l’équivalent de 2053). Par endroits, le triclinium (zone 2, sondage 1) comme la rampe du temple (zone 2, sondage 2) reposent directement dessus. Le possible trou de poteau (US 2038 et 2059) paraît creusé dedans. Précisons qu'il n'est pas exclus que plusieurs US aient été regroupées sous ce numéro global : la grande similitude des types de sédiment rend la distinction délicate (confusion par exemple entre 2023 et 2056 dans le sondage 2 de la zone 2). Ce niveau est un remblai (matériel présentant un pendage) relativement riche en matériel.

39Dans la zone 3, l’empierrement 2032, posé sur 2019 mais antérieur à la rampe, documente un état intermédiaire qui n’a pas été repéré dans la zone 2. La séquence montre alors la superposition d’un niveau naturel et d’un premier remblai d’occupation, l’US 2023. Un second niveau d’occupation est documenté par l’US 2019. L’empierrement localisé en 2032 est aménagé sur ce dernier niveau, avant que ne soient installés la rampe et l’autel. D’un point de vue stratigraphique, la rampe et l’autel peuvent être contemporains ; en tout cas, ils sont postérieurs au temple. Mais de combien de temps ? Si l’on estime que le remblai 2023 marque une véritable phase intermédiaire, ce que sembleraient indiquer les US postérieures 2019 et 2032, on peut estimer que les deux équipements ont été posés alors que le temple existait déjà depuis un certain temps. Ils participeraient réellement de deux états architecturaux distincts.

40La séquence stratigraphique de la zone 1 est plus complexe (cf. fig. 14). L’incertitude majeure tient à la reconnaissance ou non d’un re-creusement de la tranchée de fondation (2052). Si l’on compare les situations des deux secteurs S1 et S2, on aurait tendance à penser que le creusement initial de la tranchée de fondation a été effectué à partir de l’US 2053, soit à une altitude générale de -130 cm. Ceci correspond à l’arête supérieure du bloc de la première assise. Dans ce cas, les deux profils de creusement 2050 et 2052 appartiendraient à la même tranchée de fondation du podium du temple. Le remplissage supérieur (2048) provenant d'une matrice légèrement différente de celle observée dans le remplissage inférieur (2049). Viendraient ensuite les couches contenant des fragments de calcaire et des amas de terre compactée (2041) puis l’US 2040 destinée à assurer le nivellement préalable à la pause de la rampe. Dans ce cas de figure, la rampe peut appartenir à la phase de construction du temple. Toutefois, l’évasement de la tranchée (2052) est limité à l’échancrure formée par le bloc méridional de la première assise du podium (fig. 13), alors que sur la coupe 6 (fig. 15), le niveau 2053 qui correspondrait à 2023 vient recouvrir le remplissage de la tranchée de fondation.

41Si l’on ajoute à cette observation la présence en avant de la rampe (S2, zone 3, fig. 21) d’un niveau d’occupation superposé à 2023 et d’un empierrement 2032, le plus plausible est de distinguer deux phases : une première qui voit l’installation de la plate-forme du podium et la construction du temple et une seconde phase incluant l’aménagement de la rampe et de l’autel. Dans ce cas de figure, le creusement 2052, vu comme tel à la fouille, est bien un re-creusement postérieur à la construction du temple, qui s’explique par la construction de la rampe. L’échancrure antérieure peut être alors interprétée comme l’escalier primitif d’accès au temple, renforcé avec des éléments en terre battue remployés dans la rampe. Le sol devant le temple est alors légèrement exhaussé par l’apport du remblai 2040, avant la construction en maçonnerie de la rampe elle-même.

42On peut supposer que ces différents niveaux illustrent une campagne de réfection de l’accès au temple, visiblement limitée à l'entrecolonnement central de la façade. L’ancien accès (un escalier ?), dont les amas de terre battue et les fragments de calcaire seraient les vestiges, est remanié de manière à permettre l’installation de la rampe. L’empierrement 2032 repéré dans la zone 3 pourrait appartenir à cette même campagne, même si sa fonction n’apparaît pas clairement. On peut aussi se demander si la réalisation du creusement 2059 (trou de poteau), à proximité de l’angle nord ouest de la rampe, n’est pas en relation avec ces travaux.

43Si nous avons raison de privilégier cette hypothèse de lecture, alors le temple et la rampe ne sont pas contemporains. Ce qui expliquerait du coup la précision du nom des dédicants ou plutôt des magistrats gestionnaires des biens publics de la cité – Ovius Epidius et Trebius Mettius sont édiles, cf. infra – sur la rampe, un équipement ajouté et offert au temple sous le contrôle des édiles en fonction.

  • 6 Poccetti 1979, n°107.

44Quant à l’autel, l’aménagement de sa fondation recoupe manifestement l’US 2019. L’autel est donc postérieur au premier niveau archéologiquement en place. Il peut être alors soit contemporain de la rampe, soit postérieur. Quoi qu’il en soit, il n’appartiendrait pas, lui non plus, à l’aménagement originel du temple, une lecture archéologique qui semble confortée par la datation donnée au monument qui mentionne un personnage, Maras Atinius, connu à Pompéi par une horloge solaire des thermes de Stabies6. L’autel érigé lors de la fondation du temple était donc dressé vraisemblablement à l’emplacement de la rampe, peut-être, mais ce n’est que supputation, à l’emplacement de l’empierrement 2032 qui présente des contours bien localisés. Ajoutons que l’érection d’un nouvel autel n’est pas vraiment une surprise, si l’on tient compte par exemple de l’autel du temple d’Apollon remplacé à l’initiative du sénat de la colonie. Enfin, le fait que l’édile mentionné sur l’autel soit différent des deux édiles dont les noms apparaissent sur la rampe confirme que l’autel a été aménagé non pas en même temps que la rampe, mais après, dans un laps de temps difficile à évaluer.

45L’érosion pédologique récente qui caractérise le secteur situé devant le temple explique peut-être l’absence de toute trace d’événements ou activités de l’époque républicaine postérieurs à 150 av. J.-C. (datation donnée par la céramique). Ajoutons qu’aucun remblai attribuable à l’époque augustéenne n’a été mis en évidence, contrairement au secteur 1.

46Par la suite, le remblai d’occupation 2028 (qui équivaut probablement à l’US 2056) vient s’appuyer contre le premier enduit de la rampe (2029). C’est à partir du sommet de cette US qu’un nouvel enduit, de couleur rouge est apposé sur le côté de la rampe. Cette phase correspond clairement à un réaménagement de la rampe que l’on peut mettre en relation avec la transformation générale du lieu de culte qui accueille à l’époque impériale des triclinia et une schola.

47L’installation du triclinium nord est difficile à situer avec précision d’un point de vue stratigraphique, les perturbations modernes ayant oblitéré la plupart des relations (on se reportera au sondage 1 pour une meilleure situation stratigraphique). Il est simplement possible d’affirmer qu’il est postérieur au remblai d’occupation républicain 2023. Il pourrait être contemporain de la pose du nouvel enduit rouge sur le côté de la rampe. Son installation peut être datée du Ier siècle ap. J.-C., sans plus de précision. Le fait que les aménagements reposent directement sur les niveaux républicains (par exemple 2028 sur 2040) ne rend pas impossible une datation augustéenne ou légèrement postérieure des équipements ajoutés au temple (triclinia et schola).

48L’empierrement 2009 masque pour partie l’enduit rouge (US 2030), ce qui indique qu’il lui est postérieur. Toutefois, tout comme l’US 2030, il repose directement sur 2028, sans niveau intermédiaire, ce qui pourrait indiquer que cet empierrement fut installé peu de temps après la pose de l’enduit. Il s’agit de toute évidence d’un emmarchement permettant de rejoindre le temple depuis les secteurs des deux triclinia. On aurait dans cet aménagement peu spectaculaire, attribué jusque là à tort à la phase initiale du temple, le témoignage précieux d’un parcours liturgique organisé entre les tables de banquet et le pronaos transformé en salle de réunion. Une partie de la cérémonie était donc organisée entre le banquet célébré à l’extérieur et l’intimité communautaire réservée à la divinité dans le pronaos fermé.

49Le niveau de béton 2035 observé au fond de la structure 2022 (fig. 19), à l’aplomb de l’extrémité méridionale de la branche est du triclinium nord est lui aussi mal situé dans la chronologie globale du secteur 2 du fait des interventions récentes. Il est manifestement antérieur au triclinium, mais pourrait toutefois appartenir à la même phase édilitaire. Ce béton pourrait appartenir à une citerne.

50Toutes les autres structures et couches (2022, 2034) ou US (2005, 2011, 2020, 2021, 2027, 2033, 2037 2057 et 2058) appartiennent à la période contemporaine. Elles sont soient liées aux travaux de dégagement du temple (2033, 2037 ?) soit, pour l’essentiel, issues des dernières campagnes de restaurations vouées à la restauration a fundamento du triclinium touché par une bombe en 1943. En tous les cas, ces évènements pédologiques majeurs témoignent d’une destruction importante des niveaux archéologiques depuis la découverte du temple en novembre 1947.

Le secteur 3 (fig. 29)

51Ce secteur se situe au sud du temple, à l’articulation de la schola et du triclinium méridional. L’observation archéologique est restée très limitée : elle a toutefois permis de vérifier l’existence de niveaux de l’époque impériale, fonctionnant avec la schola.

Fig. 28 – Secteur 3 après nettoyage.

Fig. 28 – Secteur 3 après nettoyage.

Photo Antoine Gailliot, sur concession du Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza archeologica di Napoli e di Pompei. Reproduction interdite.

Fig. 29 - Relevé architectural de la façade du temple, phase 3.

Fig. 29 - Relevé architectural de la façade du temple, phase 3.

D’après Wolf 2007, p. 305.

52Seule une fouille complète de ces couches préservées pourra permettre d’affiner la datation des équipements ajoutés au sanctuaire, le seul argument pour une datation récente étant le bon état de préservation des enduits relevé par les découvreurs.

Description de la séquence stratigraphique

53En avant de la schola (St 2016) se trouve l’US 2014. Elle est constituée d’un sédiment brun clair induré. Cette US a été fouillée de manière très partielle. Une coupelle miniature y a été récoltée. Au-dessus, l’US 2013 est un sol de béton mélangé à des fragments de lave qui s’avance à l’intérieur de la schola. Derrière la schola, l’US 2015 est un niveau de sédiment gris pulvérulent comportant des fragments d’enduits tombés du mur du temple.

54L’ensemble de la zone 3 est recouvert par l’US de nettoyage 2017. Elle est comme ailleurs constituée de billes d’argile Leca mélangées à un sédiment hétérogène grisâtre. Le mobilier consiste en un mélange de matériel moderne (déchets divers) et antique.

Interprétation

55La plus ancienne US dégagée (2014) pourrait correspondre à un niveau de préparation du sol de béton (2013) couvrant l’intérieur de la schola. L'US 2013 est en tout cas très certainement contemporaine de la schola ce qui indique que, dans ce secteur, des niveaux relativement tardifs sont encore en place. Les US 2015 et 2017 appartiennent quant à elles à la période contemporaine.

Proposition de phasage général
(Th.C., W.VA. et J.P.)

56L’analyse stratigraphique est au moins claire sur un point. Les sondages implantés dans les secteurs 1 et 2 donnent certes et pour la première fois des informations sur la fondation et l’évolution du temple, mais les données ne sont pas suffisantes pour proposer un phasage définitif. Néanmoins, une proposition de lecture émerge, qui doit sa cohérence au croisement des informations disponibles, notamment archéologiques et épigraphiques.

Phase 1 : une première fréquentation du site avant l’érection du temple ?

  • 7 Mastroroberto 1998.

57La fouille effectuée dans les deux secteurs 1 et 2 a permis de toucher les niveaux correspondant au sol naturel : 2036/2031 (S1), 2026/2025/2024 et 2051 = 2039 = 2024 (S2). Ces paléosols ont déjà été observés sur le site proche de la nécropole de l’Âge du Bronze7 ; l’homogénéité du sédiment et l’absence de toute trace anthropique invitent à les identifier aux paléosols issus des éruptions anté-pliniennes.

58Que se passe-t-il ensuite ? Seule l’US 2042 semble témoigner d’une anthropisation antérieure à la construction du temple. Relevons toutefois la faible emprise de la fouille (un peu plus de 1 m2) qui permet difficilement tout constat définitif. Ce qui est sûr, c’est que cette couche comporte très peu de mobilier (attribué qui plus est par erreur à l’US 2012). Dans le secteur 2, l’US 2023 repose directement sur le terrain vierge. Toutefois, son lien avec le podium du temple a été rompu et on ne peut assurer qu’elle lui soit antérieure. Par ailleurs, il est possible qu’une partie du matériel associé à ce remblai d’occupation provienne de niveaux plus récents. Les difficultés rencontrées dans la lecture du terrain impliqueraient, si de nouvelles opérations sont engagées, de dégager les remblais par passes de fouille, de manière à caractériser une éventuelle phase d’occupation antérieure au temple.

59Un autre élément de la discussion est constitué par la présence de vases miniatures dans l’ensemble des contextes fouillés, jusque dans le comblement de la tranchée de fondation du temple (US 2018). L’utilisation de ces vases qui respectent une étonnante standardisation est attestée du IVe au Ier siècle av. J.-C. Leur présence dans les niveaux républicains n’est donc pas une surprise. Quant aux trois vases miniatures, complets et fragmentés, découverts dans la tranchée de fondation, ils peuvent être attribués à notre avis à la cérémonie de consécration du temple sans qu’il soit besoin d’imaginer un lieu de culte antérieur (voir supra).

  • 8 J. Principal, dans ce dossier.
  • 9 Elia – Pugliese Carratelli 1975, 451 ; D’Alessio 2009, 93.

60Ces différentes observations nous font douter de la présence d’un sanctuaire qui aurait précédé le temple du IIIe siècle av. J.-C. Certes, de la céramique ancienne (bucchero et impasto) ainsi qu’un lot de la fin IVe-milieu IIIe siècle sont bien présents dans les couches de construction et d’occupation contemporaines du temple8. Il y a également la découverte ancienne de céramiques composées essentiellement de bucchero et d’impasto en deux endroits à l’intérieur de la cella (à l’emplacement du podium central de la cella et de la banquette supportant les statues de culte). Mais dans tous ces cas, ces niveaux sont des remblais venus constituer la plate-forme du temple9. Les contextes sont par conséquent non pas ceux de niveaux d’occupations caractérisés, mais de remblais et de terres mélangées. La question essentielle, non résolue pour l’instant, est ainsi celle de la provenance des terres utilisées pour le terrassement et la construction du temple. Soit on estime que la céramique ancienne provient du nivellement du terrain préalable à l’installation de l’édifice et donc de la destruction des niveaux d’occupation antérieurs, soit on attribue la provenance d’une partie de ces vestiges au moins à des remblais transportés depuis l’extérieur du site et utilisés pour la construction du temple, notamment le remplissage du podium. L’absence de niveaux d’occupation antérieurs au milieu du IIIe siècle av. J.-C. (si l’on excepte l’US 2042, dépourvue toutefois de matériel caractéristique) nous fait privilégier la deuxième hypothèse, celle d’une provenance exogène (même si proche) des remblais apportés pour l’édification du temple. En tout cas et dans l’état du dossier actuel, rien ne permet d’affirmer que le temple est venu remplacer un lieu de culte antérieur.

Phase 2 : construction du temple (milieu du IIIe siècle av. J.-C.)

  • 10 Voir J. Principal, dans ce dossier.

61Cette phase correspond à l’érection du temple. Les tranchées de fondation des emmarchements de la crépis nord et ouest ont été retrouvées. Seul le comblement de la tranchée septentrionale (US 2018) a livré suffisamment de matériel pour permettre de proposer une datation de la construction du temple qui serait intervenue, avec toutes les précautions d’usage10 vers le milieu du IIIe siècle av. J.-C. Les vases miniatures découverts dans la tranchée de fondation et les maigres vestiges carpologiques (5 fragments organiques indéterminés) peuvent être identifiés comme des restes cérémoniels antérieurs au comblement des tranchées de fondation. Comme indiqué supra, le fait que ces fragments apparaissent avec des déchets de taille des blocs de calcaire invite à les identifier à des éléments impliqués dans la cérémonie de consécration du sanctuaire.

62Une fois les tranchées de fondation comblées, le niveau de sol devait se trouver au niveau de l’arête supérieure de la première assise de blocs du podium. Seules deux assises de la crépis étaient par conséquent visibles lors de l’inauguration du temple. On doit signaler un fait qui nous a surpris lors de la fouille, à savoir l’absence d’un niveau de chantier caractérisé, une absence que nous imputons aux nivellements postérieurs intervenus d’une part lors de l’aménagement de la rampe, d’autre part lors des aménagements de l’époque augustéenne ou impériale. Ainsi aucun niveau de sol n’a-t-il pu être caractérisé à l’interface des US 2042 et 2012.

63Dans les aménagements caractérisés en avant du temple, il est très probable qu’une partie du niveau 2053/2023, superposé au terrain naturel, soit à placer dans cette phase. La datation de l’US 2023 semble compatible avec la date proposée pour le temple, la deuxième moitié du IIIe siècle. Même si la lecture stratigraphique n’est pas certaine, l’échancrure dans l’emmarchement de façade (marquée par le retrait d’un bloc de la première assise) marque à notre avis l’emplacement de l’escalier d’accès au temple dans la première phase. Les éléments de terre battue retrouvés en contexte secondaire dans l’US 2041 ont pu appartenir au premier accès du temple. Dans ce contexte, la couche d’occupation fouillée en avant de la rampe (2019) et antérieure à la rampe appartiendrait à la première phase de fréquentation du sanctuaire. Le caractère localisé de l’empierrement irrégulier 2032, aménagé sur 2019 et 2023, peut marquer l’emplacement de l’autel initial, simple hypothèse de lecture à vrai dire, tenant compte de la séquence stratigraphique et de la datation tardive donnée à l’autel découvert en place en 1947. Cet empierrement peut également être interprété comme un niveau de préparation de la rampe en maçonnerie (voir supra).

Phase 3 : construction de la rampe (fin IIIe-début IIe siècle av. J.-C.)

64Cette phase est marquée par l’érection de la rampe en avant du temple. L’entaille oblique 2052 a été interprétée comme un recoupement de la tranchée de fondation, d’où la présence de deux comblements différents, 2049 et 2048. Cette lecture, répétons-le, méritera d’être confirmée par une fouille complète du site.

65Plusieurs US paraissent devoir être liées à cette campagne édilitaire : 2048, 2046, 2047, 2041 qui correspondent à des niveaux de travail ( ?) préalables à la pose de la rampe. 2040 est un remblai sur lequel repose la rampe. L’empierrement 2032 situé en avant de la rampe et qui passe sous celle-ci peut soit être lié à ces travaux, soit appartenir à la phase antérieure.

  • 11 T. Sironen, dans ce dossier.

66Une fois le terrain nivelé, une rampe, longue de 3,85 m et large de 2,40 m est posée. Celle-ci est construite en maçonnerie à partir d’une première assise de moellons parallélépipédiques en tuf ou calcaire du Sarno posés directement dans le remblai 2040. Des petites pierres ont été utilisées pour assurer l’horizontalité de cette première assise. Les moellons des assises supérieures ont été remontés lors des restaurations récentes, les joints ont également été refaits avec un mortier de ciment. La plate-forme est recouverte d’un enduit en béton de tuileau recouvert d’un sol constitué de galets gris de rivière cassés en deux, la face bombée insérée dans le mortier pour établir un niveau plat. L’inscription a été installée sur la partie haute de la rampe, quelques centimètres avant le stylobate. Elle est constituée de tesselles de calcaire blanc agencées entre les galets. Le texte mentionne les deux édiles en charges des biens publics de la cité, Ovius Epidius et Trebius Mettius, qui ont soit offert la construction de la rampe, soit entériné la modification apportée à l’entrée du temple11.

67Le trou remblayé avec des pierres, fouillé exactement à l’angle nord-ouest de la rampe, a servi à dresser un poteau d’un certain diamètre. Il est possible évidemment qu’une empreinte identique soit présente en symétrie à l’angle sud-ouest de la rampe, ce qui permettrait de restituer une structure en bois marquant l’accès à la rampe et ayant supporté des guirlandes et autres végétaux ( ?).

Phase 4 : installation de l’autel (IIe siècle av. J.-C.)

  • 12 Elia et Eschebach, cf. Elia – Pugliese Carratelli 1975, p. 471.
  • 13 Pesando – Guidobaldi 2006, p. 77.

68La fondation de l’autel (2033), située à environ 130 cm en avant de la rampe, dans l’axe du temple, est contemporaine ou postérieure à la nouvelle entrée. La mention d’un autre édile qu’Ovius Epidius et Trebius Mettius indique que le monument est vraisemblablement postérieur. L’édile dédicataire de l’autel est Maras Atinius, déjà connu par le don d’un cadran solaire dans les thermes de Stabies (Ve 12). Il porte alors le titre de quaestor (kvaisstur) qu’il a dû revêtir avant celui d’édile. Le problème est que la date donnée à cette inscription oscille entre la deuxième moitié du IIIe siècle12 et la deuxième moitié du IIe siècle av. J.-C.13 L’absence de mobilier céramique se rapportant à la période postérieure à 150 nous pousse à proposer la première moitié du IIe siècle pour l’érection de l’autel.

  • 14 Wolf 2007, p. 286-287.

69Le monument, construit en blocs de tuf de Nocera, respecte un agencement classique avec une base, un dé portant l’inscription et un couronnement orné d’une frise dorique à dentelle14 : 120 x 80 x 45 cm. Celui-ci était à l’origine installé sur une fondation constituée de blocs de tuf comme l’indique une photographie effectuée lors des fouilles de 1947 (nég. A 499).

Phase 5 : réaménagements au début de l’époque impériale (fin Ier av. J.-C.-début Ier ap. J.-C.) ?

  • 15 J. Principal, dans ce dossier.

70Dans les secteurs fouillés, on note un hiatus chronologique entre 150 av. J.-C. et l’époque augustéenne15. Comment interpréter un tel hiatus ? Par le hasard des découvertes dû à la faible emprise des fouilles ? Ou à une réelle désaffection, du moins à une faible fréquentation du lieu de culte ? Dans le secteur 1, le remblai d’occupation 2012 recouvre directement le sommet de la première assise de la crépis ainsi que le niveau contemporain de la construction du temple 2042. La présence de sigillées arétines et d’un fragment de lampe à huile dans l’US 2012 indique que cette couche n’est pas antérieure à la période augustéenne. Quant au triclinium nord, il est posé sur 2012 et lui est donc postérieur. Dans le secteur 2, l’érosion des niveaux supérieurs empêche toute analyse précise. Le seul niveau en place de l’époque impériale est l’US 2028, réduit à l’état de lambeau. Tout juste peut-on indiquer que 2028 repose directement sur le niveau républicain 2040 qui est le remblai d’installation de la rampe. Cette superposition directe indique-t-elle une datation haute dans le Ier siècle ap. J.-C. ? En tout cas, l’emmarchement latéral de la rampe est bien installé au-dessus ; il doit être attribué à la même phase que la construction des triclinia. En somme, nous proposons de voir dans les US 2012 et 2028 une phase intermédiaire, préalable au réaménagement général du complexe.

Phase 6 : construction des triclinia et de la schola, fermeture du pronaos du temple (première moitié du Ier siècle ap. J.-C.)

  • 16 Cette datation à titre indicatif, la céramique est peu nombreuse et provient de niveaux remaniés.
  • 17 Wolf 2007, p. 287-288.

71Au-dessus du remblai d’occupation 2028, un enduit peint de couleur rouge est posé sur le côté de la rampe. À cette intervention on rattache la construction du triclinium nord. L’étude du mobilier issu de l’US 2012 autorise à situer ces travaux au cours de la période augustéenne au plus tôt. Si l’on tient compte de la datation des fragments de céramiques les plus récents provenant des différents sondages, le chantier interviendrait au plus tard en 50 ap. J.-C.16. À cette même campagne édilitaire on doit associer l’érection du second triclinium ainsi que de la schola. Les deux triclinia sont construits en maçonnerie d’opus incertum, revêtue d’un enduit rouge partiellement conservé17. Les dimensions (7 x 5,60 m) confirment qu’il s’agit de structures de banquet pouvant accueillir une dizaine de personnes chacune. L’autre structure ajoutée est la schola, construite également en opus incertum revêtu du même enduit rouge. Le banc en hémicycle (diamètre : 3,85 m) est adossé à un podium haut de 1,05 m qui portait à l’origine le cadran solaire. Selon le résultat des enquêtes antérieures, c’est également lors de ces travaux que sont fermés les entrecolonnements du pronaos, à l’exception de l’entrecolonnement central de la façade qui reçoit une porte à double battants installée à partir de deux crapaudines insérées dans le sol du stylobate. De la même phase date la réfection du sol du pronaos en béton de tuileau.

  • 18 Elia – Pugliese Carratelli 1975 proposent de dater ces aménagements de la période postérieure au tr (...)

72Cette campagne de travaux a dû entraîner l’apport de remblais et de sols de préparation (par exemple l’US 2014 pour la schola). Toutefois, les destructions des sols situés devant et autour du temple empêchent d’affiner toute datation. Les séquences stratigraphiques fournies nous incitent simplement à voir dans cette campagne de travaux qui a modifié l’agencement liturgique du temple une phase distincte, postérieure à l’époque augustéenne et peut-être antérieure à 50, sans plus de précision18.

Phase 7 : interventions postérieures à la découverte du temple en 1947

73En dehors des remblais modernes, cette phase est caractérisée par des interventions assez lourdes intervenues lors de la restauration du triclinium nord et l’installation de la toiture. Les niveaux archéologiques ont été fortement perturbés par la réalisation d’un grand creusement (St 2022) dans les abords du triclinium nord endommagé par une bombe. La table a été remontée au sommet du remblai qui comble ce creusement. Dans le secteur 1, une imposante fondation en béton supportant le pilier de la toiture (St 2004) a fait disparaître une bonne part des niveaux archéologiques. Dans ce secteur toujours, on observe le départ d’une canalisation (associée à St 2004) destinée à recueillir les eaux de pluie, canalisation qui semble courir le long du mur nord du temple : elle a donc probablement largement coupé la relation stratigraphique entre ce dernier et les niveaux environnants.

Le culte de Dionysos/Liber et le temple de S. Abbondio : questions et essai d’interprétation
(W.VA.)

74Inutile de revenir sur le caractère très limité des sondages réalisés ainsi que sur l’érosion importante des dépôts sédimentaires, cela a été dit, les deux constats suffisant à rendre compte de la difficulté de proposer un phasage définitif. C’est seulement en fouillant de manière extensive et en recoupant l’ensemble des informations que l’on pourra y voir plus clair. En dépit des limites de l’exercice, cette présentation propose toutefois quelques données nouvelles qui autorisent un réexamen de la documentation disponible. L’ensemble des données de terrain ainsi que leur discussion sont ainsi soumis à l’appréciation des lecteurs, au même titre que le sont d’ailleurs les sources littéraires généralement publiées avec l’apparat critique.

  • 19 Mastroroberto 1998.
  • 20 Une villa rustica avec cella vinaria mentionnée en 1908 au lieu-dit Case Cipriano (Ier av. - Ier ap (...)

75Nous avons vu que les sondages effectués ne permettent pas de confirmer la présence d’un lieu de culte fréquenté avant le IIIe siècle. En l’état de la documentation et tenant compte de la faible anthropisation du niveau antérieur et contemporain de la construction du temple, l’hypothèse la plus probable est qu’une partie au moins de la céramique ancienne (bucchero et impasto) provient des transports de remblais intervenus avec la construction du temple (comblement de la plate-forme) et de ses équipements. Ces sédiments peuvent d’ailleurs avoir été transportés d’un lieu très proche. La colline de S. Abbondio est occupée de longue date, au moins depuis l’Âge du Bronze comme l’atteste la nécropole découverte à proximité du temple19 qui devait jouxter un habitat. Aux époques samnite et romaine, des villas ont été installées sur ce lieu qui, face à la ville, dominait l’embouchure du Sarno20. Si cette hypothèse a notre préférence, on ne peut pas écarter celle d’un lieu de culte ou d’une occupation antérieure indéterminée qui se cacherait sous le podium ou à proximité.

  • 21 J. Principal, dans ce dossier.
  • 22 Schäfer 2006.
  • 23 Voir toutefois les propositions de S. Wyler, dans ce dossier.
  • 24 S. Wyler, dans ce dossier.
  • 25 AE 2008, XXX.
  • 26 Fröhlich 1991, p. 322-323 (F41).
  • 27 Van Andringa 2009, p. 272 sq.
  • 28 Sur l’articulation des mythes locaux avec la grande mythologie de la koinè méditerranéenne, Van And (...)

76Sur la construction du temple et malgré la faible quantité de céramique collectée, le milieu du IIIe siècle semble constituer un bon compromis dans la prise en compte de l’ensemble des données issues de l’iconographie, de l’architecture et de l’analyse des séquences stratigraphiques21. C’est donc très vraisemblablement à cette époque que le culte de Dionysos/Loufir est installé à Pompéi, du moins qu’un temple lui est consacré sur la colline de S. Abbondio, à quelques 700 m environ au sud de la ville. Cette situation rappelle celle du baccheion d’Éphèse situé selon une inscription « devant la ville », alors que la salle réunissant le thiase se trouvait dans une domus urbaine22. Une telle configuration est tout à fait possible à Pompéi, car les aménagements primitifs du sanctuaire, un temple et un autel, ne donnent apparemment aucune place à un thiase23. Certes, on sait que les limites du sanctuaire n’ont pas été reconnues et il est évidemment impossible de dire si la salle de réunion d’une éventuelle congrégation se trouvait à proximité immédiate du temple, mais hors de l’emprise du site actuel. Toutefois, les deux inscriptions apposées sur la rampe et sur l’autel indiquent manifestement que le culte célébré en l’honneur de Dionysos/Loufir (associé à Aphrodite/Herentas Erycina) est public. En effet, les édiles signent les deux équipements en tant que magistrats gestionnaires des biens publics de la cité. Ces éléments nous incitent à privilégier l’hypothèse d’une installation officielle du dieu, sur un lieu choisi par les autorités samnites, cela vers le milieu du IIIe siècle av. J.-C. Un thiase a pu être formé, dirigé par quelque grande famille, mais celui-ci a pu se réunir ailleurs que dans le temple public, pourquoi pas dans une domus urbaine sur l’exemple d’Éphèse cité plus haut. Or, on sait l’importance prise par les représentations bachiques dans l’expression culturelle des notables pompéiens au IIe siècle, qui n’est évidemment pas sans lien avec la fondation d’un culte à S. Abbondio. Sur le culte lui-même, les commentateurs ont depuis longtemps relevé la particularité de l’association présente à S. Abbondio, puisque le dieu partage le temple avec Aphrodite/Herentas Erycina (plutôt qu’Ariane ou Libera), même si celui-ci est le titulaire du lieu (Aphrodite ayant son temple en ville). Sur ce point, il convient d’abord de confirmer que la parèdre de Dionysos/Loufir est bien la grande déesse de Pompéi : le fronton montre une Aphrodite accompagnée, comme il se doit, d’Éros et d’une oie, un animal qui fait indubitablement référence à l’univers vénusien24. Cette identification trouve d’ailleurs un écho à l’époque impériale, avec la présence d’une statue de Liber Pater dans le sanctuaire poliade d’Aphrodite/Vénus25. Dans le même ordre d’idée, une peinture connue montre le dieu de l’allégresse venant visiter le chantier de restauration du temple de Vénus peu de temps avant l’éruption (voir plus loin fig. 48). Cette image décorait une façade du grand decumanus nord, la rue de la Fortune26 (VI, 13, 6/7). On sait que ces représentations jouaient un rôle dans l’identification des corps de métier qui exprimaient leur existence sociale à travers le patronage d’une divinité et leur participation aux grandes processions publiques27. Nous verrions par conséquent dans cette peinture la représentation par un corps de métier de leur divinité patronne, en l’occurrence Liber, rendant visite à Vénus dans le cadre d’une procession (les deux édicules sous baldaquin, visibles sur l’image, sont identifiables à des fercula). Le sens de cette visite tient sans aucun doute aux liens particuliers qui unissaient les deux divinités dans le contexte précis de la mythologie pompéienne. Seule la création d’un mythe local peut en effet expliquer l’association d’Aphrodite/Herentas devenue Vénus et de Liber dans le temple de S. Abbondio, une association qui prenait corps au théâtre et dans le cadre de processions dont la peinture de façade nous donne un aperçu28.

  • 29 Les documents (Tite-Live 39, 8-19 et inscription de Tiriolo) sont présentés et traduits dans Paille (...)
  • 30 Van Andringa 2009, p. 36 sq.

77La probable adjonction, dans un second temps, de la rampe et de l’autel nous place dans une période représentative du culte dionysiaque, puisque ces aménagements interviendraient entre la fin du IIIe siècle et les années 150 av. J.-C., autrement dit dans la période du célèbre sénatus-consulte de 186, à l’origine de la limitation des bacchanales29. Si l’on suit le document à la lettre, les Pompéiens étaient concernés puisque l’interdiction s’applique aux alliés. Quant à l’application hors de Rome, elle est assurée par la table de bronze de Tiriolo découverte dans le Sud de l’Italie. « Que nul n’ait de bacchanal » : cette adjonction concerne-t-elle le temple de S. Abbondio ? La difficulté est sans nul doute d’identifier la tenue de fêtes spécifiques, les bacchanales, dans un lieu de culte local consacré à Dionysos/Loufir associé à Aphrodite/Herentas. Car Tite-Live identifie bien dans la cérémonie interdite des rites d’initiation auxquels furent ajoutées des séances collectives de banquets. Ce type de sacra peut être identifié dans les aménagements tardifs du sanctuaire de S. Abbondio, le lien liturgique créé entre les triclinia installés devant le temple et le pronaos aménagé en salle fermée pouvant renvoyer à ces bacchanales associant l’ivresse des banquets aux séances d’initiation organisées dans le pronaos fermé, en présence de Liber. Toutefois, cet agencement n’est pas celui du temple républicain, mais celui du temple impérial. En d’autres termes, nous sommes bien en peine d’identifier la tenue de bacchanales à S. Abbondio pour l’époque républicaine. Si ce fut le cas, alors il est possible que l’installation de la rampe et de l’autel ait un rapport avec une reprise en main du culte local par les autorités publiques, après que l’autel initial ait été détruit ou déplacé conformément aux mesures décrites par Tite-Live, 39, 18, 7 : « Puis on confia aux consuls la tâche de détruire tous les bacchanals, d’abord à Rome, ensuite dans toute l’Italie, sauf là où se trouvait un autel ou une statue consacrée par le temps ». Rien n’empêche de penser non plus que le culte de Dionysos/Loufir associé à Aphrodite/Herentas respectait des traditions locales qui n’impliquaient pas la tenue, sur place, du rite des bacchanales. Dans ce cas, il faut sans doute trouver une autre raison à l’installation du nouvel autel, résultat possible d’une transformation ou d’une adaptation du culte intervenu dans la première moitié du IIe siècle av. J.-C. Le remplacement des autels d’Apollon et de Jupiter par les nouvelles autorités de la colonie donne une idée de l’enjeu que pouvait présenter la fondation d’un nouvel autel30.

  • 31 On peut comparer avec un espace domestique urbain en cours de fouille au temple de Fortune (VII, 4, (...)
  • 32 Voir désormais Van Andringa – Duday – Lepetz et al. 2013, notamment vol. 1, p. 62-128.

78Une autre interrogation posée par le dossier archéologique est l’absence d’une occupation caractérisée pour la période postérieure à 150 av. J.-C. Il s’agit là d’un indice probable de l’absence de réaménagement majeur à la fin de l’époque républicaine. Cette information peut être recoupée par une observation concernant la faible pédogénèse enregistrée pour toute l’époque républicaine (les sols de l’époque impériale n’ayant pas pu être examinés) : l’absence de sols caractérisés comme de toute trace de réaménagements réguliers constitutifs d’espaces utilisés et régulièrement entretenus31 nous font douter, en l’état du dossier, d’une fréquentation importante du lieu de culte. Par comparaison, la pédogénèse extrêmement active enregistrée dans un secteur de la nécropole de Porta Nocera, sur à peine trois générations, donne une bonne idée de l’impact stratogénique de la fréquentation d’un lieu32. Est-ce à dire que le culte célébré à S. Abbondio a décliné à la fin de l’époque républicaine, avant d’être réactivé à l’époque augustéenne ? C’est très possible et cela expliquerait la constitution à cette époque d’un remblai tout autour du temple, sur lequel fut construit le triclinium nord.

  • 33 L’hypothèse est avancée par R. Biefeldt 2007.
  • 34 Sur la procession de Magna Mater, références et discussion dans Van Andringa 2009, p. 279 sq. Sur l (...)
  • 35 Van Andringa 2009, p. 325 sq. ; sur les cuisines aménagées pour les cultores, p. 138 sq.

79Nous avons vu dans la discussion de la séquence stratigraphique qu’il est difficile de préciser la datation des transformations du temple dans le Ier siècle ap. J.-C., notamment d’évaluer archéologiquement le laps de temps s’écoulant entre la constitution du remblai augustéen et la construction du triclinium. Quoi qu’il en soit, ces modifications renvoient sans aucun doute à l’installation d’un thiase dans le temple qui a pu par conséquent profiter de la désaffection (supposée) du temple à la fin de l’époque républicaine. En revanche, l’installation d’un thiase ne répond pas nécessairement à une privatisation du culte33 comme le prouve la part active prise à l’époque impériale par Liber dans les processions de Mater Magna ou dans la présence de celui-ci au temple de Vénus : manifestement Liber participait activement à la vie publique du panthéon pompéien de l’époque impériale, ce qui n’est pas une surprise si l’on tient compte de l’importance de sa tutelle sur l’activité principale de Pompéi, la viticulture34. Tout au contraire, la présence d’un thiase patronné par un puissant et la célébration de bacchanales couplant des rites d’initiation officiés dans le pronaos à une activité de commensalité déployée autour des deux triclinia qui encadrent la rampe assuraient l’entretien régulier d’un culte ravivé pour l’occasion. L’accueil d’une association dionysiaque dans le temple n’avait rien d’exceptionnel. Liber partageait cette particularité avec Isis et Vénus qui recevaient dans leur sanctuaire une communauté de cultores. Ces derniers disposaient alors de locaux et d’une cuisine à l’intérieur du lieu de culte35.

  • 36 Jashemski 1993.
  • 37 Schäfer – Diaconescu 1997.

80Sur l’activité de l’association, les équipements installés dans la dernière phase de réaménagement du lieu de culte constituent sans nul doute le meilleur témoignage. Les triclinia pouvaient recevoir une dizaine de personnes chacun, ce qui permet d’estimer le nombre des mystes à une vingtaine de personnes. Les repas avaient lieu à l’ombre de treilles ombragées par des plantes qui ont laissé des empreintes relevées en 197336 (cf. fig. 2). L’emplacement donné aux triclinia adossés à la façade du temple indique que les banquets et l’ivresse étaient pleinement intégrés dans le rituel, ce que confirme parfois la découverte de fosses scellant l’enterrement rituel des objets utilisés pour les banquets, comme à Apulum en Dacie37. À S. Abbondio, les deux emmarchements latéraux aménagés de chaque côté de la rampe permettaient aux collegiati, tout en banquetant, de se réunir à l’intérieur du pronaos organisé en local fermé. Des élévations en maçonnerie oblitéraient en effet les entrecolonnements alors qu’une porte dont subsistent les crapaudines gardait l’entrecolonnement central. La présence de banquettes à l’intérieur du local ainsi délimité implique que les membres du thiase passaient du temps dans le pronaos, à partager l’intimité des dieux rassemblés dans la cella. Des cadeaux pouvaient être présentés aux dieux et posés sur le podium du centre de la cella que l’on identifie après d’autres à une table à offrandes. Dans le podium du fond de la cella se dressaient les statues de culte (disparues) représentant Liber et son associée pompéienne Vénus. Quant à la schola (une banquette en hémicycle) surmontée d’un cadran solaire, elle montrait que la liturgie s’exerçait selon un rythme temporel bien particulier, comme dans les autres temples locaux d’Apollon et d’Athéna.

  • 38 Les sondages pratiqués entre la rampe et le triclinium n’ont pas permis de retrouver cette fosse qu (...)
  • 39 Compte rendu dans d’Alessio 2009, p. 93 ; cf. Giornale di Scavi 1947, p. 220-221 ; également Elia 1 (...)

81Sur les sacrifices et le contenu des cérémonies, les fouilles anciennes n’apportent que peu d’informations. Le seul témoignage est une cavité entourée d’une margelle haute de 45 cm, revêtue d’enduit, fouillée en 1947 au pied de l’extrémité sud de la branche est du triclinum nord38. Le cahier de fouille daté du 6 décembre 1947 signale que le fond de la fosse était tapissé de trois pierres de lave. Le remplissage était composé d’une terre charbonneuse mélangée à de la cendre contenant des os de volatile, de la céramique miniature et des fragments d’amphore39. La présence d’un sédiment charbonneux et l’association de vases miniatures ont permis aux fouilleurs d’identifier des restes sacrificiels. Et en effet, le rejet au pied du podium du triclinium de résidus de crémation accompagnés de vases miniatures peut renvoyer à des offrandes brûlées sur la flamme de l’autel, puis enfouies volontairement au pied de la table de banquet, dans une proximité qui solennisait le partage du banquet sacrificiel. Comme dans les fosses d’Apulum, l’association de restes alimentaires et de vases miniatures confirme en tout cas le caractère rituel du banquet qui constituait un élément central du langage sacrificiel, ce que semble symboliser l’ensevelissement organisé des vestiges dans une fosse aménagée. Sur les os de volatile découverts dans la fosse de S. Abbondio, il y a peu à dire sinon qu’une telle offrande est régulièrement attestée sur les autels pompéiens et que le coq domestique devait faire partie du menu du thiase. En tout cas, cette information reportée sur le cahier de fouille est la seule qui nous renseigne sur le contenu des cérémonies à l’époque impériale.

  • 40 V. Matterne, dans ce dossier.
  • 41 Bilan dans Van Andringa 2011.
  • 42 cf. T. Oueslati, infra.

82Pour l’époque antérieure, le tamisage de quelque 79 litres de sédiment n’a livré que peu de restes carpologiques, moins d’un fragment par litre40. Ces chiffres paraissent d’abord confirmer le constat établi à partir de l’observation des remblais : ce temple ne semble pas avoir connu une fréquentation importante ; on expliquerait mal sinon comment les couches situées près de l’autel n’auraient pas enregistré d’avantage de restes carbonisés dispersés sur les sols. Les maigres restes conservés n’en sont pas moins représentatifs de rites célébrés sur la flamme de l’autel. La nature des couches tamisées – il s’agit de remblais – ne permet pas toutefois de déterminer des assemblages spécifiques. Dans la tranchée de fondation du temple (2018 et 2049), nous avons vu que la dizaine de fragments indéterminés ajoutée à des éléments de figue peuvent provenir d’une cérémonie contemporaine de la construction du temple. La couche la plus riche est l’US 2041 qui est un niveau remanié lors de l’aménagement de la rampe ; il a donc enregistré des vestiges d’activités célébrées entre la fondation du temple et l’érection de la rampe : on trouve deux éclats de péricarpes de noisette, 9 fragments de figue, 6 de raisin et 16 fragments indéterminés. La récolte est certes maigre, mais la carbonisation de ces restes n’en donne pas moins une origine rituelle assurée : on a donc brûlé sur la flamme de l’autel, à un moment donné entre 250 et 150 av. J.-C. de la figue, du raisin et de la noisette, autrement dit des fruits que l’on retrouve très souvent dans les assemblages issus des sacrifices urbains, privés et publics41. On relève en passant la présence de raisin, ce qui ne peut surprendre dans des sacrifices célébrés en l’honneur de Dionysos/Liber. La couche de remblai datée de l’époque augustéenne contient un assemblage proche avec les mêmes espèces, noisette, figue, raisin auxquelles s’ajoute un fragment de grenade. Le mélange de la céramique provenant de cette US indique qu’il est difficile de dater ces restes végétaux avec précision. Si les quelques fragments de fruits identifiés permettent de reconnaître des restes sacrificiels, l’exercice est moins probant avec les os animaux42. Le nombre de restes en effet est proche de l’insignifiant (31) surtout si l’on considère la quantité de sédiment tamisé qui permet en principe de récolter un nombre significatif de petits restes (notamment de poisson). Impossible par conséquent de parler de sacrifice à la lueur de ces quelques restes usés et roulés, mâchonnés par les chiens, représentatifs en somme de niveaux de remblais qui sont avant tout des terres mélangées.

  • 43 Archive de la SAP, Sch. Cat 20 (1984) : lors de la fouille de la propriété Cascone e Cirillo, un mu (...)

83En conclusion, le bilan des quelques sondages implantés sur le site de S. Abbondio peut paraître maigre et pétri d’incertitudes. Il est pourtant, à relire l’abondante et aride littérature qui concerne le dieu du vin et de l’allégresse, significatif non seulement d’un point de vue méthodologique, mais aussi parce qu’il donne quelques informations nouvelles sur l’histoire et le culte d’une divinité qui a pris à Pompéi une identité locale. La méthode montre d’abord qu’il est crucial d’articuler l’histoire des cultes de l’Antiquité sur des dossiers archéologiques aussi complets que possible et surtout intégralement publiés. Sans les données brutes et les coupes stratigraphiques, il est impossible d’intégrer les contextes présentés dans un discours pleinement cohérent et de discuter sur le long terme des lectures de terrain proposées. La fragilité des hypothèses formulées à partir des données de terrain impose de présenter chaque étape de l’argumentation, depuis l’analyse stratigraphique et le commentaire des coupes jusqu’à l’interprétation, sans oublier les différents résultats établis par l’étude du matériel archéologique. On ne doit pas se tromper non plus sur la finalité de l’exercice : la fouille n’est pas une fin en soi ; elle permet avant tout, par les informations qu’elle livre et le questionnement déployé, de reprendre les textes existants (du moins lorsqu’il y en a) et les vestiges architecturaux, bref de réévaluer à partir d’informations nouvelles des dossiers souvent éculés par les multiples lectures et hypothèses données depuis le XIXe siècle. Sans oublier que la fouille présentée ici n’avait qu’une finalité préliminaire : les hypothèses discutées devront être un jour testées dans le cadre d’une opération extensive touchant le temple et ses alentours, jusqu’au mur d’enceinte qui a, semble-t-il, été repéré en 198443. Malgré ces limites inhérentes à la nature même de la discipline, les informations apportées autorisent un nouveau questionnement des faits établis depuis les publications d’O. Elia et de G. Pugliese Carratelli. Le contexte précis de l’installation reste en revanche inconnu ; la colline était certes occupée depuis longtemps, ce que confirme la présence d’éléments céramique des VIe, Ve et IVe siècles, mais aucun témoignage probant ne permet pour l’instant d’affirmer la présence d’un lieu de culte antérieur. Un autre élément important du dossier consiste sans doute dans la datation proposée de la rampe et de l’autel qui seraient, si nous avons raison, postérieurs au temple. Quelle que soit l’explication que l’on puisse donner à un tel phénomène, la construction de ces équipements motiva l’intervention des édiles locaux qui géraient le sanctuaire au titre de bien public. Aucune trace d’un thiase pour cette époque en tout cas, mais on a vu que celui-ci pouvait se réunir dans des locaux propres de l’espace urbain ou ailleurs sur le site. Ce n’est qu’à l’époque impériale qu’une congrégation est dûment attestée dans le temple de S. Abbondio. Les aménagements sont particulièrement évocateurs des équipements nécessaires à la célébration de « bacchanales » dont A.-F. Jaccottet a proposé qu’elles puissent suivre un cérémonial très variable suivant les endroits. Dans ce domaine, les liens topographiques étroits des espaces du banquet, de l’autel et des réunions religieuses nous donnent une indication primordiale sur l’organisation liturgique de la cérémonie qui privilégiait, dans le contexte de banquets arrosés, la recherche d’une relation particulière avec la divinité dont la statue se dressait dans le fond de la cella.

Fig. 30 - Planche hors texte, nomenclature.

Fig. 30 - Planche hors texte, nomenclature.
Haut de page

Notes

1 Relevons toutefois la faible emprise du sondage, qui ne permet pas bien entendu d'être fixé sur la nature de l’occupation antérieure à la construction du temple.

2 L’usage de ces vases miniatures est révélé par les découvertes du temple de Vénus, cf. Fiorentino – Marino 2007, également Van Andringa 2011.

3 Bielfeldt 2007.

4 Sont ainsi signalés des travaux de restauration dans les années 1950 et 1960, préalables à la mise en valeur du site (1964). Les fouilles de W. Jashemski (1973) vouées à la recherche des empreintes laissées par les racines sont vraisemblablement à l’origine de l’extraction des niveaux supérieurs, cf. Jashemski 1993, p. 253-254. Enfin, la pose de la toiture et la restauration des triclinia a entraîné la constitution de tranchées autour des monuments, qui ont fait disparaître tout témoignage archéologique.

5 Sans oublier que les limites de couche ne sont pas aisément identifiables dans le substrat de S. Abbondio ; on ne peut donc pas exclure une erreur de lecture de terrain.

6 Poccetti 1979, n°107.

7 Mastroroberto 1998.

8 J. Principal, dans ce dossier.

9 Elia – Pugliese Carratelli 1975, 451 ; D’Alessio 2009, 93.

10 Voir J. Principal, dans ce dossier.

11 T. Sironen, dans ce dossier.

12 Elia et Eschebach, cf. Elia – Pugliese Carratelli 1975, p. 471.

13 Pesando – Guidobaldi 2006, p. 77.

14 Wolf 2007, p. 286-287.

15 J. Principal, dans ce dossier.

16 Cette datation à titre indicatif, la céramique est peu nombreuse et provient de niveaux remaniés.

17 Wolf 2007, p. 287-288.

18 Elia – Pugliese Carratelli 1975 proposent de dater ces aménagements de la période postérieure au tremblement de terre de 62 ; également Biersfeldt 2007. Toutefois, selon d’Alessio 2009, 96, la date de la restructuration est impossible à préciser dans le Ier siècle ap. J.-C.

19 Mastroroberto 1998.

20 Une villa rustica avec cella vinaria mentionnée en 1908 au lieu-dit Case Cipriano (Ier av. - Ier ap.) ; des structures romaines (sans autres précisions) relevées en 1995 dans la propriété Iannaccone ; une cour de ferme et un carré de vigne localisés près du temple de S. Abbondio ; un mur bas sous l’immeuble « parco Maria » (1990), interprété comme mur d’enceinte d’un domaine rural (Archives de la SAP).

21 J. Principal, dans ce dossier.

22 Schäfer 2006.

23 Voir toutefois les propositions de S. Wyler, dans ce dossier.

24 S. Wyler, dans ce dossier.

25 AE 2008, XXX.

26 Fröhlich 1991, p. 322-323 (F41).

27 Van Andringa 2009, p. 272 sq.

28 Sur l’articulation des mythes locaux avec la grande mythologie de la koinè méditerranéenne, Van Andringa 2012. Voir toutefois les remarques de S. Wyler, dans ce dossier.

29 Les documents (Tite-Live 39, 8-19 et inscription de Tiriolo) sont présentés et traduits dans Pailler 1988, p. 28 sq.

30 Van Andringa 2009, p. 36 sq.

31 On peut comparer avec un espace domestique urbain en cours de fouille au temple de Fortune (VII, 4, 2) où pas moins de six phases ont été reconnues entre le IIIe et le Ier siècle av. J.-C.

32 Voir désormais Van Andringa – Duday – Lepetz et al. 2013, notamment vol. 1, p. 62-128.

33 L’hypothèse est avancée par R. Biefeldt 2007.

34 Sur la procession de Magna Mater, références et discussion dans Van Andringa 2009, p. 279 sq. Sur le culte de Bacchus, cf. p. 306 sq.

35 Van Andringa 2009, p. 325 sq. ; sur les cuisines aménagées pour les cultores, p. 138 sq.

36 Jashemski 1993.

37 Schäfer – Diaconescu 1997.

38 Les sondages pratiqués entre la rampe et le triclinium n’ont pas permis de retrouver cette fosse qui a donc dû disparaître lors des travaux de restauration menés sur le triclinium nord.

39 Compte rendu dans d’Alessio 2009, p. 93 ; cf. Giornale di Scavi 1947, p. 220-221 ; également Elia 1965, p. 186 et Elia – Pugliese Carratelli 1975, p. 447.

40 V. Matterne, dans ce dossier.

41 Bilan dans Van Andringa 2011.

42 cf. T. Oueslati, infra.

43 Archive de la SAP, Sch. Cat 20 (1984) : lors de la fouille de la propriété Cascone e Cirillo, un mur d’enceinte en opera incerta de lave a été mis au jour, sur un premier tronçon de 4 m. (ht max 80 cm, ép. 50 cm) et un second de 3 m. (ht 32 cm). À l’extérieur ont été reconnus le tracé d’un sentier et une parcelle agricole marquée par des traces de soc. Ces informations indiquent que le temple se trouvait dans un environnement rural, cf. Bielfeldt 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 6 - Secteur 1, plan 1 au 1/20ème.
Crédits Relevé : C. Chevalier.
Titre Fig. 7 - Secteur 1, plan 2 au 1/20ème.
Crédits Relevé : C. Chevalier.
Titre Fig. 8 - Secteur 1, plan 3 au 1/20ème.
Crédits Relevé : C. Chevalier.
Titre Fig. 9 - Secteur 1, coupe 1 au 1/20ème.
Crédits Relevé : C. Chevalier.
Titre Fig. 10 - Secteur 1, coupes 2, 2 bis, 3 et 3 bis au 1/20ème.
Crédits Relevé : C. Chevalier.
Titre Fig. 11 – Vue zénithale du sondage à la fin de la fouille. US 2036/2054.
Légende À gauche, fondation de la crépis.
Crédits Photo Antoine Gailliot, sur concession du Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza archeologica di Napoli e di Pompei. Reproduction interdite.
Titre Fig. 12 – Coupe ouest. US 2042 et 2012, fondation du triclinium (US 2006).
Crédits Photo Antoine Gailliot, sur concession du Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza archeologica di Napoli e di Pompei. Reproduction interdite.
Titre Fig. 13 - Vue générale du secteur 2 en cours de fouille.
Crédits Photo Antoine Gailliot, sur concession du Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza archeologica di Napoli e di Pompei. Reproduction interdite.
Titre Fig. 14 - Secteur 2, zone 1, plans 1 à 3 au 1/20ème.
Crédits Relevés : W. Van Andringa et S. Wyler.
Titre Fig. 15 - Coupe architecturale est-ouest ; extrait de Wolf 2007, p. 280, avec insertion des coupes stratigraphiques 4, 10 et 13 du secteur 2 au 1/20ème.
Crédits Relevés : Coupe 4 : W. Van Andringa ; Coupe 10 : T. Creissen et Coupe 14 : S. Wyler.
Titre Fig. 16 - Secteur 2, zone 1, coupes 5 et 6 au 1/20ème.
Crédits Relevés : W. Van Andringa.
Titre Fig. 17 – Secteur 2, zone 1, coupe est-ouest. Niveaux sous jacents à la maçonnerie de la rampe (US 2030/2040/2041).
Crédits Photo Antoine Gailliot, sur concession du Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza archeologica di Napoli e di Pompei. Reproduction interdite.
Titre Fig. 18 – Secteur 2, zone 1, vue zénithale du sondage (US 2049/2051).
Légende On distingue à gauche l’échancrure formée par les blocs de la première assise de la crépis.
Crédits Photo Antoine Gailliot, sur concession du Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza archeologica di Napoli e di Pompei. Reproduction interdite.
Titre Fig. 19 - Secteur 2, zones 2 et 3, plan au 1/40ème.
Crédits Relevés : T. Creissen et S. Wyler.
Titre Fig. 20 - Secteur 2, zone 2, plan du sondage 2 au 1/20ème.
Crédits Relevé : T. Creissen.
Titre Fig. 21 - Secteur 2, zone 2, coupe 7 au 1/20ème.
Crédits Relevé : T. Creissen.
Titre Fig. 22 - Secteur 2, zone 2, coupes 8 et 9 au 1/20ème.
Crédits Relevé : T. Creissen.
Titre Figure 23 - Secteur 2, zone 2, sondage 2, coupes 11 et 12 au 1/20ème.
Crédits Relevé : T. Creissen.
Titre Fig. 24 – Secteur 2, zone 2, coupe 10 (fig. 15).
Légende Niveaux sous jacents à la rampe (US 2023 et 2039).
Crédits Photo Antoine Gailliot, sur concession du Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza archeologica di Napoli e di Pompei. Reproduction interdite.
Titre Fig. 25 – Secteur 2, fosse 2038.
Légende Dans le remplissage, une céramique miniature (le nord est en bas de la photographie).
Crédits Photo Antoine Gailliot, sur concession du Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza archeologica di Napoli e di Pompei. Reproduction interdite.
Titre Fig. 26 - Secteur 2, zone 3, sondage, coupes 14 et 15 au 1/20ème.
Crédits Relevé : S. Wyler.
Titre Fig. 27 – Secteur 2, zone 3, empierrement US 2032.
Crédits Photo Antoine Gailliot, sur concession du Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza archeologica di Napoli e di Pompei. Reproduction interdite.
Titre Fig. 28 – Secteur 3 après nettoyage.
Crédits Photo Antoine Gailliot, sur concession du Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza archeologica di Napoli e di Pompei. Reproduction interdite.
Titre Fig. 29 - Relevé architectural de la façade du temple, phase 3.
Crédits D’après Wolf 2007, p. 305.
Titre Fig. 30 - Planche hors texte, nomenclature.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Creissen et William Van Andringa, « De l’analyse stratigraphique au culte de Loufir/Liber », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 125-1 | 2013, mis en ligne le 23 octobre 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://mefra.revues.org/1255 ; DOI : 10.4000/mefra.1255

Haut de page

Auteurs

Thomas Creissen

Université François Rabelais de Tours, LAT (UMR 7324 CITERES, CNRS-Université de Tours), Bureau d’étude Eveha – thcreissen[at]yahoo.fr

Articles du même auteur

William Van Andringa

Helsinki Collegium for Advanced Studies, Université Lille 3, HALMA-IPEL (UMR 8164 CNRS-Lille 3) – william.va[at]free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org