Navigation – Plan du site
Archéologie et religion : le sanctuaire dionysiaque de S. Abbondio à Pompéi

Introduction

William Van Andringa

Résumés

Une campagne de sondages archéologiques a été organisée dans le sanctuaire de S. Abbondio à Pompéi en 2008. Outre l’aspect méthodologique qui concernait la fouille interdisciplinaire d’un lieu de culte consacré à Loufir-Dionysos, il s’agissait en particulier de tenter de préciser le phasage et l’histoire de ce sanctuaire bien connu de Pompéi. L’une des questions posées restait la datation du temple dorique implanté sur une petite colline, aujourd’hui fortement érodée, qui surplombait la vallée du Sarno. Les quelques données semblent désormais montrer que la colline était certes occupée depuis longtemps, l’Âge du Bronze et l’époque archaïque, mais aucun témoignage probant ne permet pour l’instant d’affirmer la présence d’un lieu de culte antérieur. La construction du temple est, elle, fixée vers le milieu du IIIe siècle av. J.-C. Un autre élément important du dossier consiste sans doute dans la datation proposée de la rampe et de l’autel inscrit qui seraient postérieurs au temple. En revanche, il n’y a aucune trace visible de la présence d’un thiase avant l’époque impériale. L’étude est complétée par une analyse du matériel archéologique découvert anciennement et lors des fouilles récentes : inscriptions, fronton, céramique, os animaux et restes carpologiques.

Haut de page

Notes de la rédaction

Le dossier « Archéologie et religion : le sanctuaire dionysiaque de S. Abbondio à Pompéi » a été réalisé sous la direction de William Van Andringa. Il s'agit d'une étude interdisciplinaire dont les maillons (les articles) forment un ensemble cohérent qui amène à réévaluer notre connaissance sur ce sanctuaire. Les résumés et mots-clés s'appliquent à l'ensemble des contributions, la numérotation des figures est continue sur l'ensemble des articles. On trouve, en fin de dossier, une bibliographie générale.

Notes de l’auteur

L’étude archéologique du sanctuaire de S. Abbondio s’est déroulée du 5 au 25 septembre 2008, faisant participer Carole Chevalier, Thomas Creissen, Antoine Gailliot, Tuija Lind, Stéphanie Wyler et William Van Andringa. Les travaux ont été supervisés par la dott.ssa M. Mastroroberto et l’assistant Di Martino que nous remercions chaleureusement. Notre gratitude va également au Soprintendente P. G. Guzzo qui a rendu possible la mise en place de ce programme de recherches sur les lieux de culte de Pompéi. Un rapport d’opération complet a été rendu en 2008 ; les archives de fouille (documentations graphiques et photographiques, catalogue des US) ont été déposées en 2012 en deux exemplaires, l’un à la Soprintendenza archeologica di Pompei et l’autre à l’École française de Rome.

Sauf mention contraire, les photographies sont d’Antoine Gailliot, sur concession du Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza archeologica di Napoli e di Pompei. Reproduction interdite. Dessins mis au propre par Carole Chevalier (DAO).

Texte intégral

  • 1 Wolf – Bielfeldt 2007.

1Dans le cadre d’un programme d’étude sur les lieux de culte de Pompéi, une campagne de sondages archéologiques a été organisée dans le sanctuaire de S. Abbondio à Pompéi en septembre 2008. Il s’agissait en particulier de compléter le travail effectué sur les structures en élévation et l’évolution du lieu de culte par Markus Wolf et Ruth Bielfeldt en tentant de préciser le phasage et l’histoire de ce sanctuaire bien connu de Pompéi consacré à Dionysos/Liber1. L’une des questions posées restait la datation du temple dorique implanté sur une petite colline, aujourd’hui fortement érodée, qui surplombait la vallée du Sarno. Jusque là, le temple était en effet daté sur des critères stylistiques, de la fin du IIIe ou plus généralement du plein IIe siècle av. J.-C., une périodisation qui ne permettait pas de mesurer l’impact de l’affaire des Bacchanales (186 av. J.-C.) à Pompéi, ni d’évaluer le contexte de l’implantation de ce culte dans la communauté samnite locale. Un autre problème laissé en suspens concernait l’évolution du sanctuaire entre sa fondation et l’aménagement des triclinia et de la schola attribués à la période précédant l’éruption de 79 ap. J.-C.

Fig. 1 - Lieux de cultes de la cité de Pompéi au Ier siècle après J.-C.

Fig. 1 - Lieux de cultes de la cité de Pompéi au Ier siècle après J.-C.

D’après Guzzo 2005, p. 12-13.

Fig. 2 - Plan du temple avec interventions scientifiques antérieures.

Fig. 2 - Plan du temple avec interventions scientifiques antérieures.

D’après les plans de Wolf 2007, p. 281, et Jashemski 1993, p. 253 (1/200).

2Disons-le d’emblée, la fouille effectuée n’a pas permis de résoudre tous les problèmes, notamment de fixer définitivement et avec certitude une chronologie détaillée pour le sanctuaire. Il y a plusieurs raisons à cela, la première étant l’extension limitée des sondages et la faible abondance du matériel récupéré. On doit ensuite déplorer la forte érosion archéologique de ce site qui a connu diverses campagnes de fouilles et de restauration depuis la découverte de 1947, qui n’ont d’ailleurs jamais donné lieu à des publications. Enfin, divers travaux d’aménagement moderne de protection, notamment la construction d’une toiture en plexiglas associée à la pose d’un drain en béton faisant le tour du temple ont fortement altéré le potentiel stratigraphique du site. Malgré ces limitations et l’incertitude de certaines datations, l’examen stratigraphique permis par les sondages des secteurs 1 et 2 amène, par le questionnement déployé, à réévaluer l’ensemble de la documentation disponible, depuis les éléments architecturaux jusqu’aux éléments sculptés du fronton et aux inscriptions osques découvertes lors des fouilles de 1947. Les sondages ouverts en 2008 donnent finalement une épaisseur informative supplémentaire à un dossier partiellement publié, en ce sens qu’il manquait encore des éléments concernant le contexte stratigraphique, quelque 60 ans après la découverte et le dégagement du temple. Disons que ce travail marque un premier jalon dans l’étude stratigraphique de ce lieu de culte bien connu de l’Italie républicaine. Une opération de fouille extensive sera nécessaire pour compléter les informations recueillies et éventuellement nuancer ou modifier la lecture proposée à partir des données préliminaires issues des sondages de 2008.

Fig. 3 - Localisation des secteurs de fouille et des coupes relevées en 2008 (1/100).

Fig. 3 - Localisation des secteurs de fouille et des coupes relevées en 2008 (1/100).

Carole Chevalier (DAO)

Fig. 4 – Le temple avant la fouille, vu du nord-ouest.

Fig. 4 – Le temple avant la fouille, vu du nord-ouest.

Au premier plan, le triclinium nord et la rampe.

Photo Antoine Gailliot, sur concession du Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza archeologica di Napoli e di Pompei. Reproduction interdite.

Fig. 5 – Le temple avant la fouille, vu du sud-ouest.

Fig. 5 – Le temple avant la fouille, vu du sud-ouest.

Au premier plan, le triclinium sud et la schola.

Photo Antoine Gailliot, sur concession du Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza archeologica di Napoli e di Pompei. Reproduction interdite.

  • 2 Du sédiment a également été prélevé pour l’étude pollinique. Toutefois, la forte porosité du sol vo (...)

3Trois secteurs ont été implantés à plusieurs endroits stratégiques (cf. plan général), à l’articulation du podium du temple et du triclinium nord (secteur 1), à l’articulation du podium, de la rampe et du triclinium nord (secteur 2), enfin à l’articulation du podium et de la schola (secteur 3), ce dernier sondage n’ayant toutefois donné lieu qu’à un simple dégagement du niveau moderne de Leca (billes d’argile expansée) qui recouvrait les vestiges. L’étude du secteur 2, devant le temple, a été la plus poussée ; elle a consisté d’abord à enlever les remblais modernes avec l’objectif d’évaluer l’état de conservation des couches archéologiques. Ce travail a montré que la quasi totalité des sols de circulation et des niveaux d’occupation de l’époque impériale avait disparu. Une série de coupes a ensuite été effectuée, indiquant que la plupart des déblais contemporains reposaient directement sur les niveaux républicains. Le travail a alors porté sur les remblais d’occupation et d’aménagement qui longent la rampe de manière à mettre en évidence les traces d’activités du sanctuaire. Quatre sondages ont été implantés le long de la rampe permettant de préciser l’histoire du temple, de récolter un peu de matériel (céramiques, os animaux) et de tamiser le sédiment pour l’étude carpologique2. Le secteur 1 a été sondé jusqu’au terrain naturel. Dans ce secteur, le remblai moderne reposait directement sur un niveau augustéen qui semble témoigner d’un réaménagement de l’ensemble à cette époque.

Haut de page

Notes

1 Wolf – Bielfeldt 2007.

2 Du sédiment a également été prélevé pour l’étude pollinique. Toutefois, la forte porosité du sol volcanique et les contaminations qui en découlent nous ont fait renoncer à ce projet d’analyse.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Lieux de cultes de la cité de Pompéi au Ier siècle après J.-C.
Crédits D’après Guzzo 2005, p. 12-13.
Titre Fig. 2 - Plan du temple avec interventions scientifiques antérieures.
Crédits D’après les plans de Wolf 2007, p. 281, et Jashemski 1993, p. 253 (1/200).
Titre Fig. 3 - Localisation des secteurs de fouille et des coupes relevées en 2008 (1/100).
Crédits Carole Chevalier (DAO)
Titre Fig. 4 – Le temple avant la fouille, vu du nord-ouest.
Légende Au premier plan, le triclinium nord et la rampe.
Crédits Photo Antoine Gailliot, sur concession du Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza archeologica di Napoli e di Pompei. Reproduction interdite.
Titre Fig. 5 – Le temple avant la fouille, vu du sud-ouest.
Légende Au premier plan, le triclinium sud et la schola.
Crédits Photo Antoine Gailliot, sur concession du Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza archeologica di Napoli e di Pompei. Reproduction interdite.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

William Van Andringa, « Introduction », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 125-1 | 2013, mis en ligne le 23 octobre 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://mefra.revues.org/1256 ; DOI : 10.4000/mefra.1256

Haut de page

Auteur

William Van Andringa

Helsinki Collegium for Advanced Studies, Université Lille 3, HALMA-IPEL (UMR 8164 CNRS-Lille 3) – william.va[at]free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org