Navigation – Plan du site
Varia

À propos de deux œnochoés étrusques à vernis noir et à frises d’Éros surpeintes

Cécile Colonna

Résumés

L’étude de deux œnochoés à vernis noir et décor surpeint de la collection Campana, conservées au musée du Louvre, permet de les situer dans le contexte des productions étrusques du début de l’époque hellénistique. Elles portent un décor discret, avec une guirlande végétale sur le col et une frise à mi panse d’Érotès encadrant des vases sur l’une, un motif de croix sur l’autre. Ce dispositif trouve des parallèles dans les productions de la fin du IVe siècle et de la 1ère moitié du IIIe siècle av. J.-C., à la fois dans la céramique (vases dit de Gnathia, pocola) et le décor funéraire (urnes, peinture). Ce type de vase témoigne donc de l’éclosion d’un goût hellénistique, perceptible en Italie comme dans le reste du monde méditerranéen, pour un style de décor plus léger et une technique plus impressionniste que celle généralement mises en œuvre auparavant.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier chaleureusement Françoise Gaultier, conservatrice en chef, adjointe au directe (...)
  • 2 Numéros d’inventaires : Cp 1506 (H 353) et Cp 1568 (S 1527). Elles sont inédites. Beazley 1947 ment (...)

1Parmi la collection de vases à vernis noir conservée au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du Musée du Louvre se trouvent deux œnochoés qui portent un discret décor blanc : une guirlande autour du col, une frise à mi-panse1. Elles proviennent toutes deux de la célèbre collection Campana, achetée par Napoléon III en 1861 ; elles font partie de l’ensemble des céramiques à vernis noir, moins prestigieuses et moins étudiées que les séries à décor figuré2.

2Si la forme de ces deux vases est bien connue, leur décor est assez atypique. Il s’insère dans le foisonnement des productions céramiques à décors surpeints des IVe et IIIe siècles av. J.-C., et par leur originalité, sont un témoin des expérimentations à la fois techniques, stylistiques et iconographiques du début de l’époque hellénistique au sein de la koinè artistique méditerranéenne.

Description

3Ces deux vases ont une panse ovoïde renflée vers le haut, au-dessus d’un pied mouluré, bas et assez large. Leur épaule est très marquée, et le col étroit, quasi tubulaire. L’embouchure trilobée est large avec une lèvre très plate, formée d’une feuille d’argile enfoncée en retrait de chaque côté pour former les lobes. Leur anse très surélevée, attachée à l’embouchure et sur l’épaule, est presque rectiligne dans son segment descendant. L’attache à l’arrière de l’embouchure est élargie avec une petite protubérance de chaque côté.

4L’argile beige rosée assez claire est très fine, sans mica, et le vernis brillant bien couvrant, épais et homogène, d’un noir brillant. Le fond externe est verni, ainsi que l’intérieur de l’embouchure ; de petites zones circulaires brunes-rouges au vernis plus dilué, régulièrement réparties sur la panse juste au-dessus du pied, semblent correspondre à la tenue des vases pendant l’application de la couche d’argile destinée à former le vernis noir.

Forme

5La première œnochoé (H 353) (fig. 1) mesure 31,8 cm de haut (26,6 cm à l’embouchure), pour un diamètre maximal de 15,7 cm.

Fig. 1 - Œnochoé, Étrurie méridionale, début IIIe siècle.

Fig. 1 - Œnochoé, Étrurie méridionale, début IIIe siècle.

Paris, Musée du Louvre, H 353. © RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) / Tony Querrec.

Paris, Musée du Louvre, H 353. © RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) / Tony Querrec.

6Elle possède une anse « à picots » (seize pastilles appliquées en relief de façon dissymétrique sur une anse à section arrondie) terminée par un poucier dans sa partie inférieure et entourée de deux protubérances à l’attache du col. Aux attaches de l’anse ont été appliqués deux têtes en relief : un masque féminin à l’attache supérieure et un masque comique à l’attache inférieure. Les mèches ondulées de la tête féminine apparaissent sous une légère saillie (figuration d’un vêtement ?). Le visage rond présente des yeux grands ouverts sous des arcades sourcilières marquées, un nez large et aplati, une petite bouche fermée. La calotte crânienne et la grande bouche sont caractéristiques des masques comiques, les traits sont difficiles à distinguer.

7L’œnochoé Cp 1568 (fig. 2) est similaire mais non identique : elle est légèrement plus grande et plus élancée (34,2 cm de hauteur maximale – 27,7 cm à l’embouchure, 16,7 cm de diamètre maximal).

Fig. 2 - Œnochoé, Étrurie méridionale, début IIIe siècle.

Fig. 2 - Œnochoé, Étrurie méridionale, début IIIe siècle.

Paris, Musée du Louvre, Cp 1568. © RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) / Tony Querrec.

Paris, Musée du Louvre, Cp 1568. © RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) / Tony Querrec.

8L’anse est du même type et elle ne possède qu’un seul masque féminin, appliqué en relief, à l’attache supérieure de l’anse. Il est tout à fait semblable à celui de l’autre vase, avec un relief un peu moins marqué.

Décor peint

9Les deux céramiques présentent un décor peint en rehauts blancs sur le vernis noir là encore similaire mais différent. Il se répartit en deux zones : sur le col, deux branches d’olivier qui se rejoignent sur la face principale, et à mi-panse, une frise avec de petits Éros.

10Sur l’œnochoé H 353, les feuilles des branches d’olivier du col sont rapidement notées par de larges coups de pinceau irréguliers, et la branche est dédoublée sur la partie droite du vase. La frise de la panse est délimitée par deux lignes de points serrés ; elle est assez irrégulière et n’est pas parfaitement horizontale. Elle alterne huit figures d’Éros et sept vases ; les amours sont symétriques autour de chaque vase, lui faisant face ou lui tournant le dos alternativement, sauf à un endroit où deux amours se trouvent dos à dos (sur le côté droit). Les petits Éros enfants font une grande enjambée, à droite ou à gauche, les bras écartés, les ailes dressées en diagonale de part et d’autre de la tête. Ils encadrent des vases de même taille, de grandes amphores à la forme riche : pied élevé à base large, avec un anneau à mi-hauteur, panse arrondie, col étroit avec une collerette, embouchure large, couvercle conique, grandes anses à volutes en forme de S attachées sur la panse et sur la lèvre.

11La guirlande du col de l’autre vase alterne régulièrement feuilles d’olivier et lignes de quatre à sept baies ; à l’opposé de l’anse, les feuilles se rencontrent autour d’un petit motif rond entouré de points. La frise, elle aussi encadrée de lignes de petits points, comporte alternativement sept Éros et sept éléments en forme de croix droite aux branches de même longueur et fortement élargies à leurs extrémités. Là encore, les éléments décoratifs et les personnages ont la même taille. Le sens de chaque Éros, à l’allure similaire à ceux du vase précédent, est plus aléatoire.

Fig. 3 et 4 - Œnochoé : détail des motifs de la frise.

Fig. 3 et 4 - Œnochoé : détail des motifs de la frise.

Musée du Louvre, H 353 et Cp 1568.

12Ces motifs peints par-dessus le vernis noir sont tracés rapidement, à main levée, selon une technique simple, légère et presque désinvolte, et la seule couleur utilisée est le blanc, parfois légèrement teinté de jaune. Fragiles, ils ont sans doute été appliqués après cuisson, ou peu cuits. Tous les motifs sont traités en silhouette, sans détail interne, sans notation de traits ou d’ombres. On remarque cependant une différence de traitement entre les deux vases. Le décor de H 353 présente à la fois une iconographie plus complexe et un traitement plus rapide et moins maîtrisé. Les motifs sont tracés hâtivement, leur forme plus ou moins réussie est assez aléatoire ; les amphores comme les amours sont à chaque fois légèrement différents. La rencontre de deux motifs d’Éros dans la frise témoigne du manque d’anticipation dans la répartition du décor. Le problème n’apparaît pas sur l’œnochoé Cp 1568, où l’alternance des motifs est bien respectée. Elle présente un décor plus construit, régulier et symétrique. Le pinceau du peintre s’est fait plus appuyé et la couche de peinture blanche est assez épaisse ; la technique est plus « impressionniste ». La silhouette des petits amours est très enlevée, et l’on sent dans leur cambrure le coup de pinceau du peintre.

État

  • 3 Restauration effectuée par Christine Merlin sous la direction de Françoise Gaultier, en 2008-2009. (...)

13Les deux vases sont intacts. Ils étaient jusqu’à récemment recouverts d’une solide couche de concrétions plus ou moins épaisse sur presque toute la surface du vase, qui ne laissait deviner le décor que partiellement. Leur récente restauration a permis de dégager la surface, de rendre le poli du verni et de révéler un décor largement conservé3.

14Trois autres œnochoés de la collection Campana conservées au Musée du Louvre, typologiquement proches, présentent des états de conservation comparables. Ainsi, l’œnochoé Cp 1591, de forme similaire, avec une haute anse à nœuds et des masques aux attaches, mais à l’embouchure trilobée beaucoup plus profonde et au décor de stries sur la panse, est recouverte d’une couche brune de concrétions qui ressemble tout à fait à celle qui recouvrait nos deux vases ; toutefois, on ne distingue pas de décor peint. Par ailleurs, deux autres œnochoés, H 350 et H 351 ont une surface qui a vraisemblablement souffert ; une bonne partie est repeinte en noir, et leur aspect est granuleux. La forme de H 351 est tout à fait proche des deux vases qui nous occupent, mais elle n’a pas de décor surpeint (ou bien celui-ci n’a pas été conservé) ; H 350 a une forme proche de Cp 1591. Leur état actuel tranche par rapport à la majorité des vases à vernis noir de la collection, dont la surface est largement mieux conservée. Il peut venir de l’enlèvement de ces concrétions très dures, et l’altération irréversible de la surface qui en a résulté peut expliquer qu’on ait préféré laisser les deux œnochoés qui présentaient des décors surpeints dans leur état. Cette proximité stylistique et de l’état de conservation, lié au milieu d’enfouissement, peut suggérer une provenance commune, sans que l’on puisse aller plus loin dans l’hypothèse.

15À notre connaissance, on ne conserve aucun autre vase de cette forme au décor semblable. Cependant la discrétion comme la fragilité de ce décor peut expliquer la difficulté à trouver des parallèles proches. Avant sa restauration, il était d’ailleurs difficile de bien le distinguer. D’une manière générale, les simples surpeints de ce type comme les guirlandes ne sont pas toujours mentionnés dans les publications. De plus, les conditions d’enfouissement ou des nettoyages agressifs ont pu faire disparaître ces décors.

16Il nous faudra donc examiner chaque élément du vase séparément pour tenter de caractériser ces deux céramiques.

Analyse de la forme

  • 4 Voir aussi un point plus récent avec Morel 1997.
  • 5 Morel 1981 p. 373, pl. 177.
  • 6 Beazley 1947 p. 253.
  • 7 Montagna Pasquinucci 1972 p. 438-446.
  • 8 En tout état de cause, la catégorie F 5000, vases à une anse « verticale », est exceptionnelle aprè (...)
  • 9 Par exemple, œnochoé trouvée à Volterra, avec un protomé de silène barbu à l’attache inférieure de (...)
  • 10 Par exemple, œnochoé, de Cerveteri, sans décor, production locale ou régionale, probablement vers l (...)

17Une typologie de la céramique à vernis noir d’Italie a été proposée par Jean-Paul Morel en 19814 : nos œnochoés s’y rattachent à la forme F 5612 (identique à F 5611 à part l’anse plus rectiligne)5. Ces deux séries correspondent au « Group of Vienna O.565, shape II, but with high handle » identifié par John Beazley6 et aux formes 144 et 146 de M. Montagna Pasquinucci dans la céramique de Volterra7. Cette forme est particulièrement bien représentée dans les diverses productions étrusques, et la datation proposée est large, deuxième moitié du IVe ou première moitié du IIIe siècle av. J.-C.8 On en a trouvé notamment à Volterra9 et à Cerveteri10.

  • 11 Sparkes – Talcott 1970 ; Jeannot (éd.) 1995 p. 45-76 (Gran-Aymerich) ; Morel 1981 p. 523-528, 85. L (...)

18La forme et les différents ornements en reliefs témoignent d’un goût « toreutique » : ils imitent ou s’inspirent d’éléments de vaisselle métallique, de bronze ou d’argent. Cette influence est très présente dans les productions de vases à vernis noir de Grèce comme d’Occident dès le Ve siècle ; les formes de vaisselles précieuses et coûteuses étaient ainsi proposées dans un autre matériau, plus courant, moins onéreux, et plus facile à mettre en œuvre11. On remarque également de façon plus générale cette tendance toreutique dans la céramique étrusque, depuis le bucchero orientalisant jusqu’aux sigillées arétines tardo-républicaines.

  • 12 Morel 1981 p. 480.
  • 13 Bruxelles, Musée du Cinquantenaire, inv. A 739, achat collection Campana 1863. Anse à picots, masqu (...)

19Les anses à picots se rapprochent de celles simulant une branche noueuse, typiques de l’Étrurie méridionale et centro-méridionale de la première moitié du ive siècle av. J.-C.12 ; si elles apparaissent sur des œnochoés de formes différentes, elles sont aussi souvent couplées à des masques en relief aux attaches, comme sur une autre œnochoé de la collection Campana, de forme plus élancée mais proche, du Musée de Bruxelles13. Les picots présents ici reprennent le motif des nœuds en le simplifiant, et sont donc légèrement plus tardifs (à partir de la deuxième moitié du ive siècle av. J.-C.).

  • 14 Andronikos 1992 p. 152-153 et 158, fig. 115-116 et 124 : bobine posée sur l’anse, et masque à l’att (...)

20On trouve des exemples de têtes en reliefs appliquées aux attaches des anses et de poucier en bobine dans la vaisselle métallique du ive siècle av. J.-C., en argent ou en bronze, par exemple sur deux œnochoés découvertes dans la « tombe de Philippe » de Vergina14. Ces motifs sont courants en céramique, et les masques en reliefs peuvent se trouver sur des formes très diverses, dont de nombreuses œnochoés étrusques, souvent aux attaches des anses.

  • 15 Cette appellation conventionnelle désigne une série de vases de grande qualité produits entre la fi (...)
  • 16 Œnochoés à panse lisse. Masques féminins à l’attache inférieure de l’anse : œnochoé de la collectio (...)

21La forme de nos exemplaires est très proche de celle d’une série d’œnochoés attribuées à la production de Malacena, certaines à la panse lisse, mais le plus fréquemment à panse godronnée15. Les vases de cette série ont souvent un masque en relief : celui-ci est toujours à l’attache inférieure de l’anse et souvent féminin16. Toutefois, ces masques sont souvent bien plus détaillés ; ainsi la belle tête du Musée de Genève (fig. 5).

Fig. 5 - Œnochoé, trouvée à Volterra en 1891, production de Malacena, 1ère moitié du IIIe siècle av. J.-C.

Fig. 5 - Œnochoé, trouvée à Volterra en 1891, production de Malacena, 1ère moitié du IIIe siècle av. J.-C.

Genève, Musée d’art et d’histoire, I 681 (cliché Borel Boissonnas).

Genève, Musée d’art et d’histoire, I 681 (cliché Borel Boissonnas).

  • 17 Traces de guirlandes peintes en blanc autour du col de trois œnochoés du Musée de Genève : inv. MF  (...)

22Parfois des guirlandes sont peintes en blanc, ou en blanc et rouge, autour du col ou sur l’épaule17. Cependant, cet ensemble diffère en plusieurs points des deux œnochoés que nous examinons. L’anse est toujours nervurée avec un profil très sinueux, et le vase ne porte jamais d’autre décor surpeint. De plus, les vases sont toujours bien plus petits (entre 16 et 22 cm de hauteur en moyenne). Enfin, les vases de la production de Malacena présentent un vernis de grande qualité, d’un beau noir brillant souvent bleuté, et un caractère « toreutique » qui n’est pas aussi affirmé sur nos deux œnochoés.

  • 18 Louvre, Cp 1525, Cp 1555 (panse lisse), Cp 1560, Cp 1564, Cp 1580, Cp 1583, H 351, etc. Voir aussi (...)
  • 19 Louvre, H 343 (H. 26,4 cm) ; voir aussi H 342 - Cp 1598 ou H 344.

23Un certain nombre d’œnochoés de la collection Campana au Louvre présentent des formes et des dimensions comparables, mais elles n’ont pas de motifs surpeints et leur décor à relief est souvent plus riche et plus soigné18. Le profil exact de la panse peut varier, mais l’équilibre général est semblable ; la principale différence concerne les anses à picots ou à nœuds, qui sont toujours nettement sinueuses. Les plus ambitieuses présentent des reliefs d’applique sur le haut de la panse, comme des têtes de satyres (fig. 6)19.

Fig. 6 - Œnochoé à vernis noir et décor en relief.

Fig. 6 - Œnochoé à vernis noir et décor en relief.

Paris, Musée du Louvre, H 343 (photo C. Colonna).

  • 20 Panse lisse avec lignes incisées : H 353, Cp 1560, Cp 1564. Panse striée avec interruption pour une (...)

24Les figures en relief, plus grandes, présentent souvent des détails plus fouillés. Sur certaines d’entre elles, une zone lisse est ménagée à mi-hauteur de la panse : interruption des stries pour les panses qui en ont, incision légère de deux lignes sur les panses lisses20. On n’y voit aucun décor, ni en relief ni surpeint. Peut-être celui-ci a-t-il existé mais n’a pas été conservé ?

  • 21 Rome, Museo di Villa Giulia, collection Castellani, inv. 50379 (H. 28,2 cm) et 50373 (H. 24 cm) (Mi (...)

25Elles sont proches de deux œnochoés à la forme et au décor comparable de la collection Castellani (fig. 7)21.

Fig. 7 - Œnochoés, production étrusque (probablement Étrurie méridionale), 2e moitié du IVe siècle.

Fig. 7 - Œnochoés, production étrusque (probablement Étrurie méridionale), 2e moitié du IVe siècle.

Rome, Museo di Villa Giulia, collection Castellani, 50373 et 50379 (d’après Morel 1981).

  • 22 Si Beazley 1957 avait identifié cette forme comme étrusque, la présence du décor surpeint proche de (...)

26Leur forme est semblable, tout comme l’embouchure. Les anses, légèrement sinueuses, ont un décor en relief : nœuds sur la première, picots sur la seconde. Elles possèdent des décorations végétales en surpeint jaune doré sur le col (branche de feuilles et baies par trois) et à l’intérieur de l’embouchure (trois feuilles lancéolées en jaune) pour la première, en surpeint blanc sur le col (feuilles de vigne) pour la seconde. Toutes deux ont une panse godronnée, où est réservée à mi-hauteur une zone lisse sans surpeint. Des reliefs sont appliqués aux deux attaches de l’anse : têtes féminines sur la première, tête féminine et masque de Silène sur la deuxième. La première des deux œnochoés possède également cinq reliefs d’applique sur la panse : trois grandes têtes (deux femmes, un satyre) et deux petites têtes de ménades. Ces vases sont très vraisemblablement une production d’Étrurie méridionale, dans la deuxième moitié du IVe siècle ou du premier quart du IIIe siècle av. J-C.22 Les têtes en relief y sont bien plus grandes et d’une composition plus aboutie, mais la forme générale comme le type de décor imposent le parallèle avec nos œnochoés.

27D’après leur forme et leur décor en relief, les œnochoés du Louvre se rattachent donc clairement aux productions étrusques. Leur caractère massif, la qualité du vernis et leurs dimensions trouvent des parallèles en Étrurie méridionale. Elles datent sans doute, d’après leur forme, de la deuxième moitié du ive ou de la première moitié du iiie siècle av. J.-C.

Analyse du décor peint

  • 23 La simplicité et la rapidité du trait de nos silhouettes peuvent rappeler les motifs détaillés en s (...)

28Certains vases de forme identique, nous l’avons noté, possèdent un léger décor surpeint : il s’agit de branches ou de guirlandes végétales, situées souvent sur le col ou l’embouchure, en blanc, parfois en jaune ou rouge. Cependant, on n’y voit pas de décor comparable aux frises de nos œnochoés. Pour trouver des comparaisons, nous devons nous tourner vers différentes productions céramiques d’Italie des ive et iiie siècles av. J.-C. La décoration des vases par motifs peints par-dessus le vernis noir se développe alors fortement ; d’abord cantonnée à compléter ponctuellement la céramique à figures rouges, cette technique prend son autonomie au sein de plusieurs productions apuliennes, étrusques et latiales23. On peut distinguer trois types de décors surpeints sur les vases : les premiers imitent plus ou moins fidèlement les figures rouges ; les deuxièmes sont de simples éléments décoratifs, le plus souvent végétaux, peu présents sur le vase ; les troisièmes sont de véritables décors complexes, qui développent un style spécifique. Le décor de nos vases ne relève assurément pas de la première catégorie ; il s’insère quelque part entre les deux autres, à la fois discret, mais avec une frise figurative présente. Notons par ailleurs que par la facilité d’exécution des motifs peints après cuisson et la grande liberté stylistique qui en découle, les productions sont souvent protéiformes, avec des imitations et des influences réciproques ; l’attribution des vases à des productions définies est donc souvent problématique et l’objet de débats.

  • 24 Beazley 1947 p. 218-221, 223-224.
  • 25 Les appellations de ces différentes productions manquent de clarté et ont évolué. De Juliis 2002 a (...)
  • 26 Beazley 1947 p. 195-229 ; Pianu 1982 pour une étude d’ensemble des céramiques étrusques surpeintes.
  • 27 Pianu 1982 p. 87-134.

29D’une manière générale, ces productions mettent en œuvre une technique bien plus élaborée que celle de nos vases. Le blanc est rarement la seule couleur utilisée, et les personnages ne sont pas traités en simple silhouette ; ils tendent à proposer un rendu pictural plus ou moins illusionniste, que ce soit dans les productions apuliennes (monochromes comme les groupes Xenon et Red-Swan24 ou polychromes comme la céramique dite de Gnathia25), ou bien étrusques (groupes de Sokra et du Fantôme26). On y perçoit, selon des modalités différentes, la rapidité de l’exécution et la légèreté du rendu à l’œuvre dans nos motifs, et la figure d’Éros s’y trouve fréquemment. Une série de vases étrusques au décor beaucoup plus simple est plus proche de nos vases. Il s’agit de vases à vernis noir, souvent de petite taille, dont les motifs décoratifs en blanc le plus souvent imitent en le simplifiant le style de Gnathia27.

  • 28 Etude fondatrice de Bianchi Bandinelli 1937. Groupe de Hesse, voir principalement : Beazley 1947 p. (...)

30Deux productions de l’Italie centrale aux techniques apparentées sont particulièrement intéressantes : le Groupe de Hesse, création d’Étrurie méridionale (sans doute Vulci) entre la fin du ive et le début du iiie siècle av. J.-C., avec des formes proprement étrusques, et les pocola, petite série de vases comportant pour la plupart une inscription peinte en latin archaïque avec un nom de divinité au génitif suivi du mot pocolom, produits à Rome dans la première moitié du iiie siècle28.

  • 29 Moreno 1965 p. 255 ; Green 1976.
  • 30 Jehasse 1966 p. 551.

31La technique picturale du Groupe de Hesse et celle des pocola sont proches. Les personnages du Groupe de Hesse sont peints en blanc et des ombres modèlent leur silhouette. Les figures des pocola, un peu plus récentes, semblent des imitations plus modestes de celles du groupe de Hesse ; les ombres sont portées en jaune ou brun. La peinture y est appliquée largement et rapidement, avec vivacité, se rapprochant du style de Gnathia. L’influence apulienne et tarentine est évidente : on a d’ailleurs posé l’hypothèse pour les deux productions qu’elles soient l’œuvre d’artistes tarentins ayant produit peut-être dans un premier temps dans la cité apulienne, avant d’émigrer en Étrurie ou dans le Latium29. On y a vu aussi une assimilation par simplification, industrialisation et peut-être démocratisation du style tarentin30.

32Le style et la technique de nos frises peuvent être situés dans la même évolution, reflets simplifiés de ces motifs intégrés dans des styles surpeints complexes et prolifiques. Toutefois, le détail des motifs et surtout l’organisation générale du décor sont assez distincts, comme nous pouvons le voir en analysant chaque élément.

Les branches végétales

  • 31 Branche autour des cols d’hydries attiques, ex. hydrie du musée de l’Hermitage, Saint-Pétersbourg ( (...)
  • 32 Skyphos en argent avec incrustation d’or, Sofia, Musée national d’Histoire, inv. Nr. NIM 22464.

33Le motif du col, des branches d’olivier avec ou non la présence de baies, est très courant dans les diverses productions céramiques d’Italie. Imitant la présence réelle de couronne végétale autour du col des hydries, amphores et œnochoés, on le trouvait déjà, plus réaliste, en relief doré, dans les productions attiques et leurs imitations campaniennes31. La décoration de guirlande est également bien attestée dans les productions métalliques de formes différentes, comme par exemple sur un skyphos du trésor de Rogosen (ve-ive siècle av. J.-C.) qui possède une branche dorée incrustée dans l’argent32.

  • 33 Voir n.19 et 20.
  • 34 Œnochoé de type C imitant un décor de Gnathia avec une branche de feuilles d’olivier et baies autou (...)

34On a vu que ce type de décor se retrouvait également assez fréquemment sur des vases à vernis noir par ailleurs sans décor33. On trouve aussi ce motif de frise végétale, blanche ou polychrome, dans les productions apuliennes et sur des vases étrusques, parfois à des emplacements très différents34.

Les frises d’Amours

  • 35 Ainsi, frise végétale à mi-panse d’une hydrie de Gnathia du premier quart du IIIe siècle av. J.-C. (...)
  • 36 Par exemple, pichet de la nécropole de Panticapée, Saint-Pétersbourg, argent partiellement doré gra (...)

35Au contraire, la présence d’une frise sur la panse est moins courante. Elle se trouve avec des motifs et des styles très variés sur des productions de Méditerranée occidentale ou orientale ; toutefois, il s’agit principalement de frises de motifs ornementaux (végétaux ou stylisés)35, qui sont aussi visibles sur des exemplaires métalliques36.

  • 37 Gotha, inv. 108, cratère en cloche avec scène avec Hermès et Pan (CVA Allemagne 29, pl. 84, 4-5) ; (...)
  • 38 Pianu 1982, n°177-184 p. 98-100, pl. LXXXII-IV, sans lignes de points ; n°185-189 p.101-102, pl. LX (...)
  • 39 Nantes, Musée Dobrée, dépôt Campana 1863, D 863-1-44, H. 18,85 cm, type B de Pianu (CVA France 36 N (...)
  • 40 Proche du décor d’une œnochoé de la Villa Giulia à Rome datée de 320-300 : deux rameaux d’olivier o (...)

36On trouve dans la céramique de Gnathia le motif de la ligne de points pour limiter les scènes, souvent les encadrer ou marquer le sol37, mais rarement pour délimiter une frise. Sur les pocola, un cercle de points peut entourer la scène centrale d’une coupe ou d’un plat. Notons une série de petites œnochoés étrusques de Tarquinia portant des branches de lierre en haut de la panse, parfois encadrée de lignes de points, en simple surpeint blanc38. Ainsi, sur une œnochoé de la même collection Campana, aujourd’hui au musée de Nantes39 (fig. 8), datée de la fin du ive siècle av. J-C, d’un type très différent40.

Fig. 8 - Œnochoé, imitation du type de Gnathia (type B de Pianu), fin IVe siècle.

Fig. 8 - Œnochoé, imitation du type de Gnathia (type B de Pianu), fin IVe siècle.

Nantes, Musée Dobrée, D 863-1-44. Dépôt Campana 1863 (cliché Musée départemental Dobrée, Conseil général de Loire-Atlantique – Nantes).

  • 41 Saint-Pétersbourg, Hermitage, inv. 1659, hydrie trouvée dans une tombe près de Cumes, H. 65,6 cm, d (...)
  • 42 Volterra, Museo Guarnacci : cratère à volutes, H. 38,6 cm, frises en léger relief de griffons attaq (...)
  • 43 Volterra, Museo Guarnacci : cratère en calice, H. 41,5 cm, ligne double de grappes en léger relief (...)

37Le motif de la frise à mi-panse peut aussi être en relief, sur un certain nombre de productions de qualité. En Campanie, le plus célèbre est le « Regina Vasorum », provenant de la même collection Campana, acheté avec quelques autres pièces par le Musée de l’Hermitage41. Il présente sur l’épaule des figures en relief polychromées et dorées, et à mi-panse une frise en relief d’animaux confrontés (lions, griffons, chiens). On trouve également des productions apparentées en Étrurie, notamment à Volterra42. La proximité des frises en relief avec les frises surpeintes est attestée par la présence des deux décors sur des vases de même type et de même production : deux cratères en calice de type D de Volterra portent à mi-col deux frises végétales, l’une en relief, l’autre en surpeint rouge43.

Le motif d’Éros

  • 44 Stuveras 1969 ; LIMC s.v. Eros, p. 937-938.

38Si l’organisation en frise du décor n’est pas répandue, les différents motifs des frises (Éros, amphores, croix) ne sont pas eux-mêmes des plus fréquents dans ce type de décor. Le motif d’Éros enfant, s’il n’est pas inconnu à l’époque classique, se développe à partir du iiie quart du ive siècle av. J.-C. : à partir de là s’établit véritablement le type du putto, qui connaît un grand succès dans la coroplathie, l’orfèvrerie, la toreutique44. On trouve des frises d’Éros-putti dans le monde d’Aphrodite, mais aussi dans un contexte dionysiaque.

  • 45 Schmidt 1990.
  • 46 Rome, Villa Giulia inv. 50419, Groupe de Sokra, vers 420-400 (Minguzzini 1971 p. 198, n°760, tav. C (...)
  • 47 Adolphseck, Schloss Fasanerie, CV 90, de Vulci, h. 6,5 cm, IIIe siècle (CVA Allemagne 16 Adolphseck (...)
  • 48 Hobart, University of Tasmania, inv. 46, deuxième quart du IIIe siècle (Schmidt 1990 p. 83, fig. 24 (...)

39Le motif d’Éros, enfant ou jeune homme, est populaire sur les vases surpeints étrusques et italiotes45. Il est parfois traité de manière picturale, comme sur une œnochoé attribuée au groupe de Sokra de la Villa Giulia avec un Éros jeune homme, tenant une patère et une couronne46, ou dans la vasque d’un canthare du groupe de Hesse de Schloss Fasanerie, Adolphseck, où Éros enfant assis sur un tabouret boit dans un petit vase47. Une œnochoé a cartoccio de l’Université de Tasmanie, à la forme typiquement étrusque, présente un grand Éros enfant sur le col, au modelé bien rendu, qui n’a encore une fois de commun avec nos exemplaires que la rapidité et l’enlèvement du coup de pinceau, clairement visible dans la figure48.

  • 49 CVA Allemagne 58 Göttingen 1, 1989 p. 55-56 : liste des vases de Gnathia et des Pocola avec des Ero (...)
  • 50 Rome, Musei Vaticani, Museo gregoriano etrusco, sn (Beazley – Magi 1939 p. 69-70, n°80-81, tav. 31) (...)
  • 51 Philadelphie, University Museum, L 64 198, CVA USA 22, pl. 35; Cleveland, Museum of Art, inv. 52.16 (...)
  • 52  Göttingen, Sammlung des Archäologischen Institutes der Universität, inv. ZV 1964/140 (CVA Allemagn (...)
  • 53 Naples, Museo Nazionale, Sant. N. 613 (CVA Italie 24 Naples 3, pl. 56, 4).
  • 54 Boston, Museum of Fine Arts (Forti pl. XX a).

40Les Amours sont extrêmement présents sur les céramiques du style de Gnathia, même si Éros enfant n’est pas le plus courant49. Certains Érotes des vases du style de Gnathia présentent des silhouettes proches de nos exemples, mais des détails sont toujours notés, souvent en jaune-brun, comme les traits du visage, la musculature, les attributs, avec parfois d’autres touches de polychromie. Les plus proches se trouvent sur deux œnochoés du Vatican (sur le col, Éros devant un autel tourné vers la gauche)50 et deux de collections américaines (Éros jouant avec un oiseau et Éros musiciens)51, un cratère de Göttingen (sur le col, trois amours : un portant une amphore, un jouant de la double flûte, un portant un thymatérion)52, un cratère en cloche de Naples (Éros courant à gauche avec un flambeau)53 et un cratère en cloche de Boston (sur le col, trois Érotès : un sur un bige, un portant un flambeau devant et un suivant le char)54 (fig. 9).

Fig. 9 - Exemples de silhouettes d’érotès de vases du style de Gnathia.

Fig. 9 - Exemples de silhouettes d’érotès de vases du style de Gnathia.

Boston, MFA, 01.8126 ; Rome, Musei Vaticani, Museo Gregoriano Etrusco, sn (Beazley – Magi 1939, p. 69-70, n° 80-81, tav. 31) ; Cleveland, Museum of Art, inv. 52.16 ; Göttinge, Sammlung des Archäologischen Institutes der Universität, inv. ZV 1964/140 (dessin C. Colonna).

  • 55 Lecce, Museo provinciale S. Castromediano, inv. 1041, de Rudiae (Bernardini 1961, tav. 1, 1-2 ; CVA (...)

41La silhouette de nos Amours trouve également des parallèles dans d’autres personnages de la céramique de Gnathia, comme deux cratères en cloche de Lecce figurant un faune, de profil, avec une nébride, le bras levé55 (fig. 10).

Fig. 10 - Faunes sur deux cratères du style de Gnathia.

Fig. 10 - Faunes sur deux cratères du style de Gnathia.

Lecce, Museo provinciale S. Castromediano, inv. 1041 et 1012 (dessin C. Colonna).

42Mais de manière générale, tous ces personnages sont isolés ou font partie de scènes ; ils ne forment jamais un élément de frise continue.

  • 56 Voir Rome 1973 p.58 pour la bibliographie antérieure. Plats avec Éros : Berlin, inv. 3634 (Roma 197 (...)

43Sur les pocola, principalement les plats, on trouve de nombreux amours occupés à diverses activités (fig. 11)56.

Fig. 11 - Érotès de vases des pocola.

Fig. 11 - Érotès de vases des pocola.

Berlin, inv. 3635 ; Kassel, Hessisches Landesmuseum, T 566 ; Roma, Musei Vaticani, inv. AB4 (dessin C. Colonna).

  • 57 Roma, Musei Vaticani, inv. AB3, d’Orte (Roma 1973, n°20, tav. V-19).

44Sur l’un d’eux, Éros est figuré marchant de profil à gauche, tenant devant lui une patère et une branche ; il est enfermé dans un cercle figuré par une ligne de points blancs similaire à celles de nos vases (fig. 12)57.

Fig. 12 - Plat avec Éros, pocola.

Fig. 12 - Plat avec Éros, pocola.

Roma, Musei Vaticani, inv. AB3 (dessin C. Colonna).

45De nombreux exemples d’Éros enfant existent donc, mais ils sont le plus souvent intégrés à des scènes figurées et portent des objets ou des attributs.

Le motif de l’amphore

  • 58 Amphorette de la tombe de Bolsena, New York, Met, Rogers Fund 1903.24.5 (Oliver 1977 n°23, Strong 1 (...)
  • 59 Par exemple, Guzzo 1994 p. 252 n° 4-5, deux paires de boucles d’oreille en or trouvées à Tarente, v (...)
  • 60 Par exemple, British Museum, Temple coll. 1856 F 760, de Fasano (CVA Grande-Bretagne 1 British Muse (...)
  • 61 Florence, musée archéologique national, inv.4472, amphore aux anses à volutes à mascarons, Volterra (...)
  • 62 Venuti 1991.

46La forme du vase représenté dans la frise de l’œnochoé H 353 est celle d’une amphore avec couvercle et anses à volutes. L’élément marquant de la forme est sans doute la présence de grandes anses à volutes qui paraissent totalement disproportionnées par rapport au corps du vase. Cette forme riche semble indiquer une création tout d’abord en métal, la virtuosité du travail s’accordant avec la légèreté du matériau ; cependant, cette forme a été produite dans divers autres matériaux. On trouve un écho dans de petites amphorettes en argent à anses à volutes dont la plus exceptionnelle est celle provenant de la tombe de Bolsena (Sei-Murina) datée du dernier quart du IVe siècle ou du début du IIIe siècle av. J.-C.58, ou dans les nombreuses boucles d’oreille hellénistiques avec un vase en pendentif, cratère ou amphore, aux anses à volutes souvent moins exubérantes59. Elle est également céramique, c’est par exemple celles des loutrophores apuliennes de la deuxième moitié du IVe siècle av. J.-C., dont la panse est souvent en barillet, mais aussi ovoïde60. Certaines amphores à vernis noir étrusques enfin ont cette forme, comme celle du musée archéologique de Florence, attribuée à une production volterrane61. Certaines urnes cinéraires en pierre de Volterra, en forme de cratère en calice, possèdent un couvercle pointu analogue62.

  • 63 Skyphos, Bonn, inv. 1201, deux canthares sur une table (Green 1976, n°2) ; coupe à pied, Bonn, inv. (...)
  • 64 Par exemple, cratère, Peintre de Bari 12061, Bari, 12061 (Trendall, Cambitoglou 1978-1982, pl. 126, (...)
  • 65 Malibu, The J. Paul Getty Museum, 82.AE.16 (Denoyelle – Iozzo 2009 p. 145 fig. 212). Voir aussi l’h (...)

47Par ailleurs, la représentation de ce type d’anse, extrêmement graphique, a connu un certain succès, surtout entre les ive et iie siècles av. J.-C. Le motif du vase peint est naturellement présent dans la céramique apulienne, celle du style de Gnathia (il s’agit généralement de canthares aux anses élevées63) ou la céramique à figures rouges, dans un contexte funéraire (dans des naïskos ou sur des stèles) : cratères à volutes, canthares, ou loutrophores64. Les vases ainsi représentés peuvent renvoyer à des exemplaires en métal, en céramique ou en marbre ; ainsi, un loutrophore du Getty attribué au peintre de Louvre MNB 1148 présente l’image de deux vases de part et d’autre de la figure de Niobé dans l’édifice funéraire. Celui de droite reprend la forme du loutrophore même qui porte l’image, avec ses grandes anses terminées en spirales et un couvercle pointu ; il porte un riche décor qui rappelle celui des vases peints. Celui de gauche présente les mêmes anses et le même couvercle, mais le corps n’est plus cylindrique mais ovoïdal ; entièrement blanc, il est sans doute en marbre65.

  • 66 Colonna 1985 p. 161, fig.41 ; G. Proietti, SE, 1977 p. 293, n. 24, p. 457 et s., pl. LXVIIIa.

48On trouve des représentations d’amphores similaires sur d’autres supports, notamment des sarcophages et urnes funéraires étrusques. Ainsi, le sarcophage découvert à Cipollara, et daté vers 280, est décoré au centre de sa face principale, au milieu de flots dans lesquels plongent des dauphins, d’une amphore bien similaire, si ce n’est qu’elle est sans couvercle66.

  • 67 Florence, Musée archéologique, 5508 (Brunn – Körte 1916, III, CXLVI, 2c) et 5509 (Brunn – Körte 191 (...)

49Certaines urnes de Volterra, dont la production s’étale du iiie au début du ier siècle av. J.-C., présentent un même schéma iconographique sur la face principale sculptée de la cuve : deux griffons se font face de part et d’autre d’une grande amphore aux anses à volutes. Certaines sont de belle qualité, avec des détails fouillés, comme sur deux urnes conservées au musée archéologique de Florence (fig.13)67. Les amphores sont tout à fait similaires à celles représentées sur notre œnochoé : pied large sur une base, ressauts av. la jonction avec la panse, col étroit à anneau central, large embouchure, couvercle conique, et grandes anses à volutes aux extrémités terminées en vrilles rattachées à la panse et à l’embouchure.

Fig. 13 - Urnes en tuf de Volterra, face antérieure.

Fig. 13 - Urnes en tuf de Volterra, face antérieure.

Florence, Musée archéologique, 5508 et 5509 (su concessione della Soprintendenza per i Beni archeologici della Toscana – Firenze).

Florence, Musée archéologique, 5508 et 5509 (su concessione della Soprintendenza per i Beni archeologici della Toscana – Firenze).

  • 68 Florence, Musée archéologique, inv. 78492-78513 (de la tombe XIX de la nécropole dell’Ulimeto de Vo (...)
  • 69 Volterra, Museo Guarnacci, inv. 538 (Cristofani 1977, n°26 p. 38) ; inv. 399 (de la tombe IV de la (...)

50On trouve également de façon récurrente la représentation d’amphores du même type sur le petit côté de la cuve. Leur dessin est plus ou moins compliqué, et elles présentent une silhouette simple68 ou bien une ornementation plus chargée, comme quand elles apparaissent sur la face principale69. Sur plusieurs urnes attribuées au groupe de l’Amphore Lisse, et datées de la première moitié du IIe siècle av. J.-C. est représentée sur chacun des petits côtés une amphore aux anses à volute et à couvercle conique, sur une base moulurée. La représentation est plus ramassée et les anses moins déployées, mais la forme générale très proche.

  • 70 Florence, Musée archéologique, 5507.

51Une dernière urne du musée de Florence est très intéressante : le vase représenté est plus éloigné des nôtres, mais il est cette fois entouré de deux personnages ailés, comme dans les frises qui nous intéressent (fig. 14)70.

Fig. 14 - Urne en tuf de Volterra, face antérieure.

Fig. 14 - Urne en tuf de Volterra, face antérieure.

Florence, Musée archéologique, 5507 (su concessione della Soprintendenza per i Beni archeologici della Toscana – Firenze).

  • 71 On trouve déjà dans l’Athènes du IVe siècle des représentations de vases à importantes anses à volu (...)

52Les vases représentés dans la frise de l’œnochoé H 353 s’insèrent donc dans un vaste corpus, et l’effet très graphique de la sinuosité de la panse et de la virtuosité des anses explique le succès de ce motif71. Si on rencontre des exemplaires dans divers matériaux, leur figuration en blanc renvoie sans doute plutôt du côté du vase funéraire en marbre.

Le motif de la « croix »

  • 72 Pianu 1982, n°183, pl. LXXXIVc, h. 10,5 cm, fin ive-début iiie siècle ; péliké inédite du musée dép (...)

53Enfin, la croix qui apparaît dans la frise de la plus grande des deux œnochoés n’est pas un élément très courant dans le répertoire décoratif de la céramique italiote ou étrusque. On en rencontre toutefois, assez rarement, sur des vases étrusques à décor surpeint, comme motif central de branches d’olivier sur une petite œnochoé de Tarquinia et une pélikè du Musée des Antiquités de Rouen72. G. Pianu l’interprète comme un nœud central, ce qui explique sa présence au milieu de ces branches. Il est possible que le motif ait ensuite été réutilisé dans notre frise pour son aspect purement décoratif.

La peinture funéraire et la koinè méditerranéenne

  • 73 Brecoulaki 2001 p. 19-20 « Nota sulla tecnica del dipingere sul fondo scuro o colorato (Monte Sanna (...)

54Nous avons vu les possibles influences sur nos œuvres d’autres styles céramiques, et le motif de l’amphore a introduit des comparaisons avec les vases en métal et en pierre, et les reliefs funéraires des sarcophages et des urnes. La peinture murale de l’époque hellénistique offre également des parallèles intéressants, notamment concernant l’organisation en frise d’éléments figuratifs en couleur claire sur un fond sombre. En effet, l’usage d’un fond coloré sombre, souvent bleu noir (parfois dans les tons rouges), sur lequel se détachent des motifs plus clairs, est caractéristique de la peinture hellénistique du bassin méditerranéen. L’effet optique obtenu est très particulier, et se rencontre dans quelques cas en Grèce, en Macédoine ou en Italie73.

  • 74 Bruno 1985 et 1992 p. 150-151 pour des exemples à Délos, à Olynthe (frises décoratives dans le styl (...)
  • 75  Brecoulaki 2006, pl. 21, pl. 74, pl. 86 et pl. 102.

55Des frises d’éléments végétaux ou de personnages, figurés en peinture blanche plus ou moins épaisse sur un fond obscur, apparaissent dès le ive siècle av. J.-C. en Grèce comme à Olynthe, à Délos74, et en Macédoine. On peut citer rapidement les exemples les plus connus de la deuxième moitié du ive siècle av. J.-C., comme la frise de griffons se faisant face deux à deux autour d’un motif floral, blanc-gris sur fond bleu égyptien, de la tombe de Perséphone de Vergina ; la frise de rinceaux blancs sur fond bleu-noir de la tombe du jugement de Lefkadia ; la frise de rinceaux en gris et blanc avec quelques rehauts sur fond bleu-noir de la tombe « macédonienne » B de Pydna ; la frise de bucranes et phiales composée de larges coups de pinceaux aux couleurs claires sur fond bleu-noir de la chambre funéraire de la tombe « macédonienne » III d’Aghios Athanassios75.

  • 76 Brecoulaki 2001.
  • 77 Mazzei 1995 p. 197-204 ; Brecoulaki 2001.
  • 78 Mazzei 1998 p. 86-89, fig. 9-12 ; comparaison avec les motifs de la tombe des Festons.

56On trouve peu après la même technique en Italie méridionale, fin ive siècle – début iiie siècle av. J.-C. Dans la tombe 8 de Monte Sannace, la corniche en relief est peinte d’une frise de patères alternant avec des bucranes. Sur le fond noir recouvert d’une couche de bleu, les bucranes se détachent en blanc-gris plus ou moins opaque (une technique que l’on rencontre à Délos)76. À Arpi, dans l’hypogée de la Méduse, une frise avec des spirales et un motif floral exécutée à main levée avec une grande virtuosité se détache en clair (blancs avec rehauts jaunes) sur le fond noir-bleu77. Ce motif a été rapproché d’un groupe de vases polychromes de production locale, dont deux cratères offrent des frises de personnages clairs sur un fond obscur. Le plus intéressant est celui de la collection Sansone de Mattinata, qui présente des Érotes avançant vers la droite dans diverses positions, les courtes ailes levées près de la tête, les bras diversement disposés, parfois tenant des attributs78(fig. 15).

Fig. 15 - Cratère, production d’Arpi, collection Sansone de Mattinata. Dessin du décor du col.

Fig. 15 - Cratère, production d’Arpi, collection Sansone de Mattinata. Dessin du décor du col.

Mazzei 1998 fig. 12 p. 89, d’après Antonacci Sanpaolo 1989.

  • 79 Sarcophage de la tombe des Anina : Colonna 1985 p. 144-149 fig. 18 ; Brecoulaki 2001 p. 32. Sarcoph (...)
  • 80 Bianchi Bandinelli 1973 p. 285 ; voir aussi Steingräber 2006a p. 281. Torelli 2007 et Harari et Pal (...)

57En Étrurie également ce type de frise est attesté en contexte funéraire, sur des sarcophages (sarcophage I de la tombe des Anina, guirlande blanche sur fond rouge foncé ou un sarcophage de Tarquinia79) ou bien dans deux tombes de Tarquinia, la tombe du Cardinal et la tombe des Festons, témoins de l’assimilation de la peinture hellénistique en Étrurie80.

  • 81 Steingräber 1984, n°54 pl. 59-60 avec bibliographie ; Markussen 1993 p. 162. Des dessins aquarellés (...)

58Dans la tombe du Cardinal, datée des iiie-iie siècle av. J.-C., la modénature des chapiteaux comporte une frise avec une scène de combats, où les personnages nus se détachent sur le même fond obscur que dans la tombe des Festons ; leur état est aujourd’hui très dégradé et pratiquement illisible81.

  • 82 Steingräber 1984, n°62 p. 308-310, fig. 66-67 (avec bibliographie antérieure depuis la publication (...)
  • 83 Steingräber 1984, Rouveret 1989 p. 196 : première moitié iiie siècle. Markussen 1993 p. 280-150.

59Le plus intéressant est le plafond de la tombe des Festons. Cette tombe à chambre unique, découverte en 1919, est exceptionnellement pourvue de peintures non seulement sur les parois mais aussi au plafond82. De part et d’autre de l’entrée sont figurés deux démons avec un marteau (Charon ?), et des guirlandes entre des boucliers ornent les murs. La peinture imite un plafond à caisson en bois : une grande poutre centrale (bande centrale claire avec ligne brune au centre), d’où partent perpendiculairement de larges bandes foncées qui se détachent sur le même fond clair en alternant avec une ligne brune. Sur chacune de ces bandes, un champ bleu foncé est encadré de kymateria diverses (rehaussées de bleu, rouge, noir et blanc) et d’une bande extérieure rougesombre. Sur le champ se détachent des figures dans les tons rouges pâles : putti, hippocampes (kétos), motifs végétaux. Très pâles, elles sont aujourd’hui presque entièrement détruites, mais offrent un parallèle très intéressant dans les figures de putti, dont l’attitude de profil, un bras levé est parfois proche de nos exemples (fig. 16). Ce décor, daté de la première moitié du iiie siècle av. J.-C.83, présente donc un parallèle direct à la fois pour la technique (personnages clairs sur fond obscur, même si celle mise en œuvre dans la tombe est bien plus complexe), pour la disposition des personnages et des motifs en frise décorative, et pour l’iconographie (putti et Érotès).

Fig. 16 - Plafond peint de la tombe des Guirlandes.

Fig. 16 - Plafond peint de la tombe des Guirlandes.

Détail d’après Bianchi Bandinelli 1973 – dessin C. Colonna.

  • 84 Steingräber 2006a p. 281. On peut aussi mettre en relation l’art d’Alexandrie (Steingräber 1988 p.  (...)

60La technique utilisée pour peindre ces figures sur le fond bleu foncé est impressionniste, par taches de peinture qui témoigne d’une exécution rapide, mais parfois de grande qualité. Elle est commune à une vaste koinè méditerranéenne, et la décoration des tombes macédoniennes a sans doute été d’une grande influence dans les choix des aristocraties d’autres régions méditerranéennes. Il s’agit là d’une des dernières innovations technique et stylistique de la grande peinture de tradition grecque dans la deuxième moitié du ive siècle et au iiie siècle av. J.-C., avec une grande diffusion en Italie méridionale et en Étrurie84.

  • 85 Steingräber 1984 p. 309 ; Steingräber 1988 p. 243 ; Bruni 2007.

61L’idée que la céramique à décor surpeint puisse être un écho de cette grande peinture a été souvent évoquée : certains motifs de la céramique de Grèce propre (West Slope) ou d’Italie (style de Gnathia, pocola)sont un reflet des nouveautés de la grande peinture85. Les modestes frises qui décorent nos œnochoés, par la désinvolture même de leur exécution, trouvent ainsi leur place dans l’émergence du goût hellénistique pour la légèreté et l’illusion du mouvement libre sur la surface. Devant les parallèles trouvés aux motifs et au style, on peut aussi poser l’hypothèse d’une destination funéraire de ces vases, qui s’accorde bien avec la fragilité de la technique mise en œuvre. Dès lors, les échos rencontrés avec sarcophages, urnes ou fresques prennent une signification très concrète et immédiate, les œnochoés se situant cette fois dans un dispositif funéraire élaboré, au langage formel et iconographique spécifique.

  • 86 Bilde et al. 1993
  • 87 Pairault-Massa 1990, et remarques conclusives dans Torelli 2007 p. 171-182.
  • 88 Roma 1973 p. 57 (J.-P. Morel) ; Pairault-Massa 1990 p. 192-193.

62De manière plus générale, l’existence d’une koinè méditerranéenne avec une large diffusion des innovations artistiques pose la question des liens entre ses différentes régions, et des nouvelles relations sociales et politiques que traduisent les choix des commanditaires86. Les proximités de style et de technique que l’on perçoit entre les productions de ces différentes régions et cités correspondent bien évidemment à des influences et des contacts, dont il est toujours difficile d’établir la nature : circulation des motifs, des modèles, des artisans et/ou des commanditaires. On a relevé les proximités de nos motifs avec les innovations d’Apulie et de Macédoine notamment ; faut-il y lire des contacts directs, au moins de la part des commanditaires, si ce n’est des artisans ? Comme l’a montré F.-H. Pairault-Massa, dans ce premier hellénisme, les nouveautés que l’on perçoit sont sans doute le signe de changements sociaux, peut-être de promotion de nouvelles familles87. Rome joue un rôle de plus en plus marquant pour l’aristocratie étrusque, intégrée progressivement dans le système clientélaire romain, ce qui a d’emblée des répercussions dans les commandes et les créations : les modèles hellénistiques peuvent ainsi avoir transité par Rome, qui s’impose peu à peu comme médiateur de l’hellénisme et porteur d’innovations. Ainsi, les similitudes entre nos vases et les pocola, et dans une moindre mesure le groupe de Hesse, dans la traduction de modèles figurés prestigieux sur des productions plus modestes, permettent de voir une attitude commune face aux nouveautés stylistiques des royaumes hellénistiques ou des cités de Grande-Grèce. Cette proximité entre les commanditaires des cités d’Étrurie du sud et ceux de Rome prennent tout leur sens si on se rappelle que les pocola, production romaine, ont été principalement retrouvés en Étrurie, peut-être ramenés en « souvenir » après une visite aux sanctuaires romains88. Le lien nouveau qu’ils indiquent entre Rome et des familles étrusques s’est peut-être aussi traduit sur nos deux œnochoés de production locale, sur des formes typiquement étrusques, par des motifs et un style faisant directement écho à un goût hellénistique transitant, peut-être, par la cité latiale.

Conclusion

63Grâce à des comparaisons avec différentes productions de céramiques comme avec l’iconographie que l’on peut trouver en Italie méridionale et en Étrurie en contexte funéraire (sarcophages, fresques), on peut donc plus aisément situer les deux œnochoés de la collection Campana dans les créations du début de l’époque hellénistique. Si leur forme les désigne comme étrusques, leur décor indique des influences des vases apuliens comme des décors plus monumentaux des tombes italiotes et étrusques, reliefs et fresques.

  • 89 Morel (1981 p.530) relevait déjà la grande diversité des décors souvent modestes de la céramique à (...)

64À partir de la forme, le style et l’iconographie de ces œnochoés, on peut attribuer leur production à l’Étrurie méridionale de la deuxième moitié du IVe siècle et du début du iiie siècle av. J.-C., sans doute plus vraisemblablement du début du iiie siècle, si on admet un léger décalage entre le début de la production des modèles céramiques à décors surpeint et leur reflet ici présent. Elle témoignerait de la grande liberté acquise par les céramistes, s’inspirant de manière enlevée de décors plus ambitieux ; on trouve d’ailleurs à partir de cette époque, dans différentes régions du bassin méditerranéen, des exemples de vases au décor surpeint atypique ne s’insérant pas dans un corpus important89. La grande fragilité de ce type de décor explique peut-être le fait qu’il apparaisse aujourd’hui isolé, et des vases au vernis noir aujourd’hui sans décor ont peut-être subi des altérations dues au milieu d’enfouissement ou aux interventions de nettoyage. Nous avons ainsi noté, en particulier dans les collections du Louvre, la présence de discrets filets incisés délimitant une frise à mi-panse sur des œnochoés de même type, qui pourrait attester d’un usage plus répandu de ces légers motifs surpeints que ne le laisse penser l’état actuel des exemplaires conservés.

65La facilité de mise en œuvre de ces peintures blanches simples, qui entre dans les processus de production à grande échelle, alliée à l’éclosion du goût hellénistique pour la légèreté dans la touche, explique leur apparition, sans aucun doute dans les mêmes ateliers que les vases à vernis noir sans décor surpeint. Ces décors témoignent ainsi, bien que modestement, des expérimentations en cours dans les répertoires décoratifs céramiques et picturaux, et de leur mode de diffusion dans le bassin méditerranéen.

Haut de page

Bibliographie

Alexandropoulou 2002 = A. Alexandropoulou, Gnathia- und Westabhangkeramik. Eine vergleichende Betrachtung, Münster, 2002.

Andronikos 1992 = M. Andronikos, Vergina. The Royal Tombs and the ancient city, Athènes, 1992.

Beazley – Magi 1939 = J. D. Beazley, F. Magi, La raccolta Benedetto Guglielmi nel Museo Gregoriano Etrusco, Parte I. Ceramica, Cité du Vatican, 1939.

Beazley 1947 = J. D. Beazley, Etruscan Vase-Painting, Oxford, 1947.

Bernardini 1961 = M. Bernardini, Vasi dello stile di Gnathia. Vasi a vernice nera [Museo provinciale S. Castromediano, Lecce], Bari, 1961.

Bernardini 1986 = P. Bernardini, Museo nazionale romano. Le ceramiche. V,1, La ceramica a vernice nera dal Tevere, Rome, 1986.

Bianchi Bandinelli 1973 = R. Bianchi Bandinelli, Les Étrusques et l'Italie avant Rome, Paris, 1973.

Brecoulaki 2001 = H. Brecoulaki, L’esperienza del colore nella pittura funeraria dell’età preromana V-III sec. A.C., Naples, 2001.

Brecoulaki 2006 = H. Brecoulaki, La peinture funéraire de Macédoine : emplois et fonctions de la couleur IVe-IIe siècle av. J.-C., Athènes, 2006.

Briguet 1998 = M.-F. Briguet, L’urne cinéraire étrusque MA 2356 du musée du Louvre, dans SE, LXII, 1998, p. 211-248.

Briguet 2002 = M.-Fr. Briguet, Les urnes cinéraires étrusques de l'époque hellénistique, Paris, 2002.

Bruni 1995 = S. Bruni, Le ceramiche con decorazione sovraddipinta, dans A. Romualdi (éd.), Populonia in età ellenistica. I materiali dalle necropoli, Atti del seminario Firenze 1986, Florence, 1995, p. 58-98.

Brunn – Körte 1870-1916 = H. Brunn, G. Körte, I rilievi delle urne etrusche, I-III, Rome-Berlin, 1870-1916.

Bruno 1985 = V. J. Bruno, Hellenistic Painting Techniques : the Evidence of the Delos fragments, Leyde, 1985.

Bruno 1992 = V. J. Bruno, Greek Painting Techniques in Roman Murals, dans The Age of Pyrrhus : papers delivered at the international conference, Brown university, 8-10 April, 1988, Providence, 1992, p. 147-173.

Buranelli 1997 = F. Buranelli (éd.), La Raccolta Giacinto Guglielmi. 1, La ceramica, Cité du Vatican, 1997 (Museo Gregoriano Etrusco, cataloghi 4/1).

Calandra 2004 = E. Calandra, Ceramica sovraddipinta apula e ceramica di Gnathia nella Puglia settentrionale e centrale, dans Miti greci. Archeologia e pittura dalla Magna Grecia al collezionismo, Milan, 2004, p. 159-160.

Calio 2000 = L. M. Calio, La Collezione Bonifacio Falcioni. 2, Cité du Vatican, 2000 (Museo Gregoriano Etrusco, cataloghi).

Capelli – Salvagni 2006 = G. Capelli, I. Salvagni (éd.), Frascati al tempo di Pio IX e del marchese Campana. Ritratto di una città tra cultura antiquaria e moderne strade ferrate, Rome, 2006.

Carusa 1985 = I. Carusa, Collezione Castellani : le ceramiche, Rome, 1985.

Cifarelli et alii 2002 = F. M. Cifarelli, L. Ambrosini, D. Nonnis, Nuovi dati su segni medio-repubblicana : a proposito di un nuovo pocolom dall’Acropoli, dans Atti della Pontifica Accademia romana di archeologia, Rendiconti, LXXV, 2002, p. 245-325.

Colonna 1985 = G. Colonna, Per una cronologia della pittura etrusca di età ellenistica, dans Ricerche di Pittura ellenistica, Rome, 1985, p. 139-162.

Cristofani 1975 = M. Cristofani (éd.), Corpus delle urne etrusche di età ellenistica. Urne volterrane. I, I complessi tombali, Florence, 1975.

Cristofani 1977 = M. Cristofani (éd.), Corpus delle urne etrusche di età ellenistica. Urne volterrane. II,1 Il Museo Guarnacci, Florence, 1977.

Curti 1998 = F. Curti, La céramique de Gnathia du musée d’art et d’histoire de Genève, Genève, 1998.

D’Amicis 1996 = A. D’Amicis, La ceramica sovraddipinta policroma : Taranto, dans E. Lippolis (éd.), I Greci d’Occidente, Arte e artigianeto in Magna Grecia, Naples, 1996, p. 433-445.

D’Amicis 2005 = A. D’Amicis, Ceramica apula a figure rosse e sovraddipinta ; rapporto di produzione e cronologia, dans La céramique apulienne. Bilan et perspectives, Naples, 2005, p. 163-171.

De Juliis 2002 = E. M. De Juliis, La ceramica sovraddipinta apula, Bari, 2002.

Denoyelle, Iozzo 2009 = M. Denoyelle, M. Iozzo, La céramique grecque d'Italie méridionale et de Sicile : productions coloniales et apparentées du VIIIe siècle au IIIe siècle av. J.-C., Paris, 2009.

Facchin 2008 = G. Facchin, Frammenti di pocola deorum dal tempio C, dans Materiali per Populonia, 7, Pise, 2008, p. 135-144.

Forti 1965 = L. Forti, La ceramica di Gnathia, Naples, 1965.

Forti 1971 = L. Forti, dans Taranto nella civiltà della Magna Grecia (Atti del Xe convegno di Studi sulla Magna Grecia, Taranto, 1970), Naples, 1971, p. 299-302.

Gaultier 1992 = F. Gaultier, La collection Campana et la collection étrusque du Musée du Louvre, dans Les Étrusques et l’Europe [cat. expo. Paris, Grand-Palais, Berlin, Altes Museum], Paris, 1992, p. 350-361.

Gaultier – Metzger 2005 = F. Gaultier, C. Metzger (éd.), Trésors antiques : bijoux de la collection Campana [cat. expo., Paris, Musée du Louvre], Paris, 2005.

Green 1968 = J. R. Green, Some Painters of the Gnathia Vases, dans Bulletin of the Institute of Classical Studies of the University of London, 15, 1968, p. 34-50.

Green 1976a = J. R. Green, Gnathia Pottery in Akademisches Kunstmuseum in Bonn, Mayence, 1976.

Green 1976b = J. R. Green, An Addition to the Volcani group, dans AJA, 80, 1976, p. 188-189.

Green 1986 = J. R. Green, Some Gnathia Pottery in the J. Paul Getty Museum, dans Greek Vases in the J. Paul Getty Museum, Malibu, 1986, p. 116-138.

Green 2001 = J. R. Green, Gnathia and Other Overpainted Wares of Italy and Sicily : A Survey, in P. Lévêque, J.-P. Morel (éd.), Céramiques hellénistiques et romaines III, Paris, 2001, p. 57-103.

Guzzo 1994 = P. G. Guzzo, Oreficerie dalla Magna Grecia, Taranto, 1994.

Haumesser 2007 = L. Haumesser, L’usage des couleurs dans la peinture étrusque hellénistique. Les sarcophages à fond rouge, dans MEFRA, 119, 2007, p. 527-552.

Lanza 2005 = E. Lanza, Ceramica di Gnathia al Museo di Antichita di Torino, Mantoue, 2005.

Lanza Catti 2005 = E. Lanza Catti, La ceramica « di Gnathia » al Museo Nazionale Jatta di Ruvo di Puglia. Ipotesi di ricontestualizzazione, Rome, 2005.

Jannot 1995 = J.-R. Jannot (éd.), Vaisselle métallique, vaisselle céramique : productions, usages et valeurs en Étrurie, dans REA, 97, 1-2, 1995.

Jehasse 1966 = Laurence et Jean Jehasse, La Grande-Grèce et la Corse, dans Mélanges d’archéologie, d’épigraphie et d’histoire offerts à Jérôme Carcopino, Paris, 1966, p. 529-562.

Markussen 1993 = E. P. Markussen, Painted tombs in Etruria : a catalogue, Rome, 1993.

Martelli 1987 = M. Martelli (éd.), La ceramica degli Etruschi. La pittura vascolare, Novare, 1987.

Mazzei 1995 = M. Mazzei, Arpi, l’ipogeo della Medusa e la necropoli, Bari, 1995.

Mazzei 1998 = M. Mazzei, La pittura ellenistica nella Puglia settentrionale, dans L'Italie méridionale et les premières expériences de la peinture hellénistique [actes de la table ronde, Rome, 18 février 1994], Rome, 1998, p. 69-94.

Minak 2006 = F. Minak, In margine ai pocola, una nuova testimonianza, dans Ariminium : storia e archeologia, Rome, 2006, p. 41-50.

Mingazzini 1971 = P. Mingazzini, Catalogo dei vasi della collezione Augusto Castellani, vol. 2, Rome, 1971.

Montagna Pasquinucci 1972 = M. Montagna Pasquinucci, La ceramica a vernice nera del Museo Guarnacci di Volterra, dans MEFRA, 84, 1, 1972, p. 269-498.

Morandi 1983 = A. Morandi (éd.), Monumenti della pittura antica scoperti in Italia, I, la pittura etrusca. Tarquinii, fasc. VI, le pitture della Tomba el Cardinale, Rome, 1983.

Morel 1965 = J.-P. Morel, Céramique à vernis noir du Forum romain et du Palatin, Paris, 1965.

Morel 1969 = J.-P. Morel, Études de céramique campanienne : l’atelier des petites estampilles, dans MEFRA, 81, 1969, p. 59-117.

Morel 1981 = J.-P. Morel, Céramique campanienne : les formes, Rome, 1981.

Morel 1997 = J.-P. Morel, Vernice nera (vasi a), dans EAA, Secondo supplemento (1972-1994), tome V, Rome, 1997, p. 1009-1016.

Moreno 1965 = P. Moreno, Pocola, dans EAA, VI, 1965, p. 254-256.

Moreno 1995 = P. Moreno (dir.), Lisippo. L’arte e la fortuna [cat. expo.], Rome, 1995.

Moretti Sgubini 2000 = A. M. Moretti Sgubini (éd.), La collezione Augusto Castellani, Rome, 2000.

Oliver 1977 = A. Oliver, Silver for the gods : 800 years of Greek and Roman silver, Toledo, 1977.

Pairault-Massa 1972a = F.-H. Pairault-Massa, Un nouvel atelier de Volterra autour du « Maître de Myrtilos », dans MEFRA, 85, 1973, p. 91-135.

Pairault-Massa 1972b = F.-H. Pairault-Massa, Recherches sur quelques séries d'urnes de Volterra à représentations mythologiques, Rome, 1972.

Pianu 1982 = G. Pianu, Ceramiche etrusche sovradippinte [Museo archeologico nazionale di Tarquinia], Rome, 1982.

Puritani 2002 = L. Puritani, Problemi di classificazione e di datatione della cosidetta « ceramica di Gnathia », dans Archeologia Classica, 2002, p. 379-403.

Roma 1973 = Roma medio repubblicana. Aspetti culturali di Roma e del Lazio nei secoli IV e III a.C., Rome, 1973.

Rouveret 1989 = A. Rouveret, Histoire et imaginaire de la peinture ancienne : Ve siècle av. J.-C.-Ier siècle ap. J.-C., Paris, 1989.

Rouveret 2006 = A. Rouveret (éd.), Couleurs et matières dans l'Antiquité : textes, techniques et pratiques, Paris, 2006.

Sannibale 1994 = M. Sannibale, Le urne cinerarie di età ellenistica [Museo Gregoriano Etrusco], Rome, 1994.

Sarti 2001 = S. Sarti, Giovanni Pietro Campana (1808-1880). The man and his collection, Oxford, 2001.

Scamuzzi 1940 = E. Scamuzzi, Contributi per la carta archeologica dell’Etruria, dans SE, 14, 1940, p. 353-357, pl. XXVI-XXVII.

Schippa 1990 = F. Schippa, Museo Claudio Faina di Orvieto. Ceramica a vernice nera, Rome, 1990.

Schmidt 1990 = T. M. Schmidt, Studien zur Vasenkunst des Hellenismus, 1. Zwei Pocola in der Antikensammlung und zur Bedeutung hellenistischer Eroten, dans Forschungen und Berichte – Staatliche Museen Berlin, 28, 1990, p. 71-96.

Sofia 1989 = Der thrakische Silberschatz aus Rogosen, Sofia, 1989.

Sparkes – Talcott 1970 = B. Sparkes, L. Talcott, Black and plain pottery of the 6th, 5th and 4th, The Athenian Agora, vol. XII, Princeton, 1970.

Steingräber 1984 = S. Steingräber, Catalogo ragionato della pittura etrusca, Rome, 1984.

Steingräber 1988 = S. Steingräber, Di Tomba dei Festoni in Tarquinia, dans JDAI, 103, 1988, p. 217-245.

Steingräber 2006 = S. Steingräber, La pittura funeraria tarquiniese del periodo tardoclassico e del primo ellenismo nel conteste mediterraneo. Iconografia, stile, tecnica pittorica, dans M. Bonghi Jovino (éd.), Tarquinia e le civiltà del Mediterraneo, Milan, 2006, p. 275-295.

Strong 1966 = D. E. Strong, Greek and Roman gold and silver plate, Londres, 1966.

Trendall 1955 = A. D. Trendall, Vasi antichi dipinti del Vaticano, vol. 2, Cité du Vatican, 1955.

Trendall – Cambitoglou 1978-1982 = A. D. Trendall, A. Cambitoglou, The Red-figured Vases of Apulia, Oxford, 1978-1982.

Trofimova 2007 = A. A. Trofimova (éd.), Greeks on the Black Sea : ancient art from the Hermitage [cat. expo. J. Paul Getty Museum], Los Angeles, 2007.

Venuti 1991 = L. Venuti, Una classe di cinerari in pietra da Volterra, dans Prospettiva, 64, 1991, p. 38-42.

Vickers – Gill 1994 = M. Vickers, D. Gill, Artful crafts : ancient Greek silverware and pottery, Londres, 1994.

Webster 1968 = T. B. L. Webster, Towards a Classification of Apulian Gnathia, dans Bulletin of the Institute of Classical Studies. University of London, 15, 1968, p. 1-33.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier chaleureusement Françoise Gaultier, conservatrice en chef, adjointe au directeur du département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, Musée du Louvre, qui m’a suggéré d’entreprendre cette étude, pour son soutien et son aide précieuse, ainsi que Katerina Chatziefremidou, documentaliste scientifique au même département, qui a toujours répondu à mes sollicitations et Christine Merlin, restauratrice du patrimoine, spécialisée en céramique grecque antique.

2 Numéros d’inventaires : Cp 1506 (H 353) et Cp 1568 (S 1527). Elles sont inédites. Beazley 1947 mentionne quatre œnochoés à vernis noir de la même forme, sans numéro (p. 254 n°16-19) ; une possède une guirlande de lierre peinte en blanc sur l’épaule, et les trois autres présentent des têtes féminines en relief à l’attache basse de l’anse. Ils correspondent donc à d’autres exemplaires de la collection. Sur le marquis de Campana et sa collection, voir dernièrement Gaultier 1992, Nadalini 1992, Sarti 2001, Gaultier et Metzger 2005, Capelli – Salvagni 2006.

3 Restauration effectuée par Christine Merlin sous la direction de Françoise Gaultier, en 2008-2009. Les analyses effectuées sur les concrétions de Cp 1568 ont montré qu’elles étaient constituées de silice très dure, qui a été dégagée mécaniquement.

4 Voir aussi un point plus récent avec Morel 1997.

5 Morel 1981 p. 373, pl. 177.

6 Beazley 1947 p. 253.

7 Montagna Pasquinucci 1972 p. 438-446.

8 En tout état de cause, la catégorie F 5000, vases à une anse « verticale », est exceptionnelle après la Première Guerre Punique (Morel 1981 p. 331 et 503).

9 Par exemple, œnochoé trouvée à Volterra, avec un protomé de silène barbu à l’attache inférieure de l’anse, H. 22,2 cm, production locale ou régionale, vers 300 +/- 25. Morel 1981, F 5611a1 ; Montagna Pasquinucci fig. 12, n° 513 (Volterra, forme 144) ; Scamuzzi 1940, (580), p. 355 et pl. XXVII.

10 Par exemple, œnochoé, de Cerveteri, sans décor, production locale ou régionale, probablement vers la deuxième moitié du ive s., Rome, Museo di Villa Giulia. Morel 1981, F 5612a1.

11 Sparkes – Talcott 1970 ; Jeannot (éd.) 1995 p. 45-76 (Gran-Aymerich) ; Morel 1981 p. 523-528, 85. Le lien entre les vases en terre cuite et en métal dans l’Antiquité est complexe ; cf. la nombreuse bibliographie dans Jeannot (éd.) 1995.

12 Morel 1981 p. 480.

13 Bruxelles, Musée du Cinquantenaire, inv. A 739, achat collection Campana 1863. Anse à picots, masque de silène à l’attache inférieure, masculin (?) à l’attache supérieure (CVA Belgique 1 Bruxelles 2, pl. 143, 1, 12).

14 Andronikos 1992 p. 152-153 et 158, fig. 115-116 et 124 : bobine posée sur l’anse, et masque à l’attache inférieure. Voir aussi les amphores en argents de la même tombe, avec les têtes en relief aux attaches des anses (Andronikos 1992 p. 154-155, fig. 117-120).

15 Cette appellation conventionnelle désigne une série de vases de grande qualité produits entre la fin du ive et le iiie siècle av. J.-C. Ces vases sont connus pratiquement dans toutes les zones de l’Étrurie, mais ils sont particulièrement fréquents dans la région de Volterra ; John Beazley a attribué la production à la région de cette cité, tandis que l’étude d’André Balland en 1969 parle plutôt de la production d’un ou plusieurs ateliers d’Étrurie septentrionale, peut-être du nord-ouest.

16 Œnochoés à panse lisse. Masques féminins à l’attache inférieure de l’anse : œnochoé de la collection Campana déposée au Musée Adrien Dubouché, Limoges (CVA France 24 Limoges 1, pl. 36, 17 et 19) ; œnochoé du Musée de Genève, inv. I 681, trouvée à Volterra en 1891 (CVA Suisse I, 1962, pl. 32,5) ; œnochoé de la collection Palagi de Bologne, inv. 87 (CVA Italie 12 Bologne, pl. 596, I, 8) ; œnochoés du Musée de Copenhague, inv. Abc 9 et 3818 (prov. Volterra) (CVA Danemark 5 Copenhague, pl. 224, 9 et 12) ; etc. Tête de jeune satyre sur une œnochoé du Museo Guarnacci de Volterra (Morel 1981, F 5611b1 ; Montagna Pasquinucci n°150, fig. 12, forme 144). Tête de silène sur une œnochoé de Copenhague, inv. Abc 8 (CVA Danemark 5 Copenhague, pl. 224, 11).

Œnochoés à panse godronnée. Masques féminins à l’attache inférieure de l’anse : œnochoé du Musée de Genève, inv. MF 226 (Morel 1981, F 5611g1 ; CVA Suisse 1, pl. 32,2) ; œnochoé de la collection Bonifacio Falcioni, Musées du Vatican, inv. 15613 (Calio 2000, n°885 p. 484) ; œnochoé de la collection Giacinto Gaglielmi, Musées du Vatican, inv. 39591 (Buranelli (éd.) 1997, n°188 p.337-338) ; œnochoé du Musée Guarnacci de Volterra, inv. 161 (Montagna Pasquinucci n° 161, fig. 12, forme 144) ; œnochoé de l’Université de l’Illinois, inv. W 13.4.2 (CVA USA 24, pl. 62, 6) ; etc. Masque de silène sur l’œnochoé du Musée de Genève, inv. MF 225 (Morel 1981 F 5611h1 ; CVA Suisse 1, pl. 32,1).

17 Traces de guirlandes peintes en blanc autour du col de trois œnochoés du Musée de Genève : inv. MF 225, MF 226, I 681 trouvée à Volterra en 1891, (CVA Suisse I, 1962, pl. 32,1, 2 et 5). Branche de lierre en rouge et baies et feuilles blanches sur l’épaule de l’œnochoé de la collection Campana déposée au Musée Adrien Dubouché, Limoges (CVA France 24 Limoges 1, pl. 36, 17 et 19) et de l’œnochoé de la collection Palagi de Bologne, inv. 87 (CVA Italie 12 Bologne, pl. 596, I, 8).

18 Louvre, Cp 1525, Cp 1555 (panse lisse), Cp 1560, Cp 1564, Cp 1580, Cp 1583, H 351, etc. Voir aussi l’œnochoé de Bruxelles, Musée du Cinquantenaire, inv. A 738, achat collection Campana 1863. Anse lisse, masque d’homme barbu à l’attache inférieure, d’enfant à l’attache supérieure (CVA Belgique 1 Bruxelles 2, pl. 48, 2, 2).

19 Louvre, H 343 (H. 26,4 cm) ; voir aussi H 342 - Cp 1598 ou H 344.

20 Panse lisse avec lignes incisées : H 353, Cp 1560, Cp 1564. Panse striée avec interruption pour une frise lisse : H 342, H 343, H 344.

21 Rome, Museo di Villa Giulia, collection Castellani, inv. 50379 (H. 28,2 cm) et 50373 (H. 24 cm) (Mingazzini 1971 II, n°804-805 ; Morel 1981, F 5611e1 et f1 ; Carusa 1985 n°68-69 ; n°20-30 ; Moretti Sgubini [éd.] 2000, n°72 p. 114).

22 Si Beazley 1957 avait identifié cette forme comme étrusque, la présence du décor surpeint proche de celui du style de Gnathia avait conduit Mingazzini puis Caruso à attribuer ces vases à des productions apulienne ou italiote (pour la seconde), avec une datation des années 330-280 et 310-280. Cependant, la forme typiquement étrusque paraît plus déterminante pour l’attribution que le décor peint, et Morel en 1981 les rattache à la production d’Étrurie méridionale, vers la deuxième moitié du IVe siècle. Dans le catalogue de la collection Castellani de 2000, M. A. De Lucia Brolli les qualifie d’étrusque avec une décoration de type Gnathia, du premier quart du iiie siècle.

23 La simplicité et la rapidité du trait de nos silhouettes peuvent rappeler les motifs détaillés en surpeint blanc de façon très ponctuelle sur certains vases à figures noirs et rouges ; ainsi, sur une amphore panathénaïque de Karlsruhe, une victoire est figurée sur le bouclier d’Athéna (Karlsruhe, Badisches Landesmuseum, Athènes, deuxième moitié du IVe siècle ; CVA Allemagne Carlsruhe 1, pl. 31, 8).

24 Beazley 1947 p. 218-221, 223-224.

25 Les appellations de ces différentes productions manquent de clarté et ont évolué. De Juliis 2002 a notamment tenté de démêler la situation, sans beaucoup de changement. On tend actuellement à parler de céramique apulienne surpeinte (« ceramica sovraddipinta apula ») pour les productions monochromes et de céramique de Gnathia (voir Calandra 2004). La bibliographie sur la question est extrêmement abondante, depuis Bernardini 1961, Forti 1965, Green 1968, pp. 34-50, Webster 1968, pp. 1-33 ; voir dernièrement Curti 1998, Green 2001, Puritani 2002, Calandra 2004, Lanza 2005 (avec une préface de Green), Lanza Catti 2005.

26 Beazley 1947 p. 195-229 ; Pianu 1982 pour une étude d’ensemble des céramiques étrusques surpeintes.

27 Pianu 1982 p. 87-134.

28 Etude fondatrice de Bianchi Bandinelli 1937. Groupe de Hesse, voir principalement : Beazley 1947 p. 208-209 ; Martelli 1987 p. 48 et n°177 p. 329 ; Moreno 1995 p. 282-283 ; Fischer-Hansen 1993 p. 75-77 ; Bruni 2007. Sur les Pocola, voir principalement Beazley 1947 p. 209-211 ; Trendall 1955 p. 268 ; Forti 1965 p. 157 et s. ; Webster 1968 ; Moreno 1965 ; Morel 1965 p. 59 et s. ; Morel 1969 ; Forti 1971 ; Roma 1973 p. 57-67 ; Cifarelli et alii 2002 ; Minak 2006 ; Facchin 2008.

29 Moreno 1965 p. 255 ; Green 1976.

30 Jehasse 1966 p. 551.

31 Branche autour des cols d’hydries attiques, ex. hydrie du musée de l’Hermitage, Saint-Pétersbourg (Stroganov Palace Museum, 1926), H. 29 cm, guirlande en argile diluée et dorée. Branche autour d’un cratère en calice campanien, par exemple Cratère de Toledo, inv. 17.133, H. 34,6 cm, branche dorée de feuilles et de baies, 330-320 (CVA USA 20 Toledo 2, pl. 115).

32 Skyphos en argent avec incrustation d’or, Sofia, Musée national d’Histoire, inv. Nr. NIM 22464.

33 Voir n.19 et 20.

34 Œnochoé de type C imitant un décor de Gnathia avec une branche de feuilles d’olivier et baies autour du col, fin IVe-début IIIe siècle, Tarquinia RC 5738 (Pianu 1982, n°189, tav. LXXXVI). De rares vases du groupe de Sokra présentent un rameau d’olivier similaire : Œnochoés a cartoccio, rameau d’olivier vertical avec feuilles tournées vers le haut et baies, deuxième moitié du IVe siècle, Tarquinia RC 5394-5395 (Pianu 1982, n°13, tav. XI) ; coupe, décor extérieur : rameau de feuilles d’olivier et baies, deuxième quart du IVe siècle, Tarquinia, 1069 (Pianu 1982, n°13, tav. XI).

35 Ainsi, frise végétale à mi-panse d’une hydrie de Gnathia du premier quart du IIIe siècle av. J.-C. (Philadelphie, University Museum, L 64 195, H. 36 cm, CVA USA 22, pl. 31) et d’une hydrie provenant de Chypre (Londres, British Museum, H. 42,5 cm, CVA Grande-Bretagne 1 British Museum 1, pl. 41, 8)

36 Par exemple, pichet de la nécropole de Panticapée, Saint-Pétersbourg, argent partiellement doré gravé, musée de l’Hermitage, inv. P.1838.28 (exposition Malibu 2007 n°75 p.171-172). Un masque en relief de satyre à l’attache inférieure de l’anse, et deux frises gravées : couronne de feuilles d’acanthe attachées par un ruban sur le col, et frise ornementale de branches de vignes chargées de grappes sur le haut de la panse.

37 Gotha, inv. 108, cratère en cloche avec scène avec Hermès et Pan (CVA Allemagne 29, pl. 84, 4-5) ; Lecce, Museo provinciale S. Castromediano, inv. 1012, cratère en cloche de Ruvo di Puglia avec un faune chassant un lièvre (Bernardini 1961, tav. 1, 3-4) ; voir les nombreux exemples dans Forti 1965, pl. XVII-XIX, XXXd, XXXIc, XXXIIb.

38 Pianu 1982, n°177-184 p. 98-100, pl. LXXXII-IV, sans lignes de points ; n°185-189 p.101-102, pl. LXXXV-VI, avec lignes de points.

39 Nantes, Musée Dobrée, dépôt Campana 1863, D 863-1-44, H. 18,85 cm, type B de Pianu (CVA France 36 Nantes Musée Dobrée, 1997, pl. 49, n°4). On trouve le motif de la ligne de point sous une frise de S obliques à mi-panse sur une œnochoé de type B de Tarquinia de la deuxième moitié du IVe siècle (RC 2603, Pianu 1982, n°188, tav. LXXXVI) et de part et d’autre d’une branche de feuilles d’olivier et de baies sur une œnochoé de type C de Tarquinia de la fin du IVe – début du IIIe siècle av. J.-C. (RC 5736, Pianu 1982, tav. LXXXVI, 189).

40 Proche du décor d’une œnochoé de la Villa Giulia à Rome datée de 320-300 : deux rameaux d’olivier opposés par la pointe et rassemblés devant par une petite fleur entre deux lignes de points, en surpeints blancs et jaunes (50483, Mingazzini 1971, n°766, tav. CCXI, 3).

41 Saint-Pétersbourg, Hermitage, inv. 1659, hydrie trouvée dans une tombe près de Cumes, H. 65,6 cm, datée de la fin du IVe siècle av. J.-C.

42 Volterra, Museo Guarnacci : cratère à volutes, H. 38,6 cm, frises en léger relief de griffons attaquant des cerfs à mi-panse et de grappes avec des pampres incisés sur le col, Montagna Pasquinucci 1972, n°283, fig. 7, forme 138, p. 422 ; stamnos, H. 35,4 cm, frise en léger relief de rosettes parmi des figures ailées, Montagna Pasquinucci 1972, n°284, fig. 7, forme 139, p. 424.

43 Volterra, Museo Guarnacci : cratère en calice, H. 41,5 cm, ligne double de grappes en léger relief alternant avec deux feuilles de vignes en relief entre deux lignes incisées, à mi-col, masques barbus appliqués aux attaches des anses, Montagna Pasquinucci 1972, n°285, fig. 7, forme 40A, p. 327 ; cratère en calice, H. 39 cm, branches de feuilles et grappes de raisin avec des pampres antre de grands V, surpeint rouge, entre deux lignes incisées, à mi-col, masques féminins appliqués aux attaches des anses, Montagna Pasquinucci 1972, n°286, fig. 7, forme 40A, p. 328.

44 Stuveras 1969 ; LIMC s.v. Eros, p. 937-938.

45 Schmidt 1990.

46 Rome, Villa Giulia inv. 50419, Groupe de Sokra, vers 420-400 (Minguzzini 1971 p. 198, n°760, tav. CCVIII, 1-3 ; Beazley 1947 p. 200).

47 Adolphseck, Schloss Fasanerie, CV 90, de Vulci, h. 6,5 cm, IIIe siècle (CVA Allemagne 16 Adolphseck, Schloss Fasanerie 2, pl. 92, 3-4).

48 Hobart, University of Tasmania, inv. 46, deuxième quart du IIIe siècle (Schmidt 1990 p. 83, fig. 24-25).

49 CVA Allemagne 58 Göttingen 1, 1989 p. 55-56 : liste des vases de Gnathia et des Pocola avec des Eros enfants, auxquels nous ajouterons une œnochoé, Cleveland, Museum of Art, inv. 52.16 (Schmidt 1990 p. 87, fig. 28) ; un cratère en cloche, Göttingen, Sammlung des Archäologischen Institutes der Universität, inv. ZV 1964/140 (CVA Allemagne 58, pl. 39-40) ; deux skyphoi, Florence, Musée archéologique, 0643-644 (Bruni 1995 p. 88-90 et p. 103 n. 243).

50 Rome, Musei Vaticani, Museo gregoriano etrusco, sn (Beazley – Magi 1939 p. 69-70, n°80-81, tav. 31).

51 Philadelphie, University Museum, L 64 198, CVA USA 22, pl. 35; Cleveland, Museum of Art, inv. 52.16 (Schmidt 1990 p. 87, fig. 28).

52  Göttingen, Sammlung des Archäologischen Institutes der Universität, inv. ZV 1964/140 (CVA Allemagne 58, pl. 39-40).

53 Naples, Museo Nazionale, Sant. N. 613 (CVA Italie 24 Naples 3, pl. 56, 4).

54 Boston, Museum of Fine Arts (Forti pl. XX a).

55 Lecce, Museo provinciale S. Castromediano, inv. 1041, de Rudiae (Bernardini 1961, tav. 1, 1-2 ; CVA Italia IV Lecce I, IV, D, pl. 3, 4-5) et inv. 1012, de Ruvo di Puglia (Bernardini 1961, tav. 1, 3-4 ; Forti 1965, tav. XXIV b).

56 Voir Rome 1973 p.58 pour la bibliographie antérieure. Plats avec Éros : Berlin, inv. 3634 (Roma 1973 n°13, fig. 7) ; Berlin, inv. 3635, de Vulci (Roma 1973, n°14, tav.IV-13) ; Gotha, inv. 298, de Vulci (Roma 1973, n°15, tav. IV-14) ; Roma, Musei Vaticani, inv. AB2, d’Orte (Rome 1973, n°16) ; Tarquinia, inv. 1083 (Roma 1973, n°18, Pianu 1982, n°271, tav. CXIII c) ; Rome, Musei Vaticani, inv. AB3, d’Orte (Roma 1973, n°20, tav. V-19 fig. 17) ; Rome, Musei Vaticani, inv. AB4, de Vulci (Roma 1973, n°19, tav. V-18) ; Kassel, Hessisches Landesmuseum, inv. T 566 (Forti 1965, pl. XXXVIII b) ; fragment, Rome, Musée national romain, inv. 51247 (Bernardini 1986, n°300, p. 92, tav. XXIV) ; fragment, Rome, Musée national Romain, inv. 16107 (Bernardini 1986, n°299, p. 92, tav. XXIV, fig. P.10).

57 Roma, Musei Vaticani, inv. AB3, d’Orte (Roma 1973, n°20, tav. V-19).

58 Amphorette de la tombe de Bolsena, New York, Met, Rogers Fund 1903.24.5 (Oliver 1977 n°23, Strong 1966 p. 103, pl. 28A, Pairault-Massa 1985 p. 81-82, 1992 p. 198-200) ; Louvre, Bj 1893-1894, C 7351.

59 Par exemple, Guzzo 1994 p. 252 n° 4-5, deux paires de boucles d’oreille en or trouvées à Tarente, v. Gorizia, en 1933 (Musée de Tarente, inv. 22408-22409, 22411-22412) : sous un disque, pendant en forme d’amphore à hautes anses et de cratère.

60 Par exemple, British Museum, Temple coll. 1856 F 760, de Fasano (CVA Grande-Bretagne 1 British Museum 1, pl. GB 39.2) ; Getty, 86.AE.680, attribuée au Peintre de Louvre MNB 1148 ; New York, Metropolitan Museum of Art, inv. 1995.45.1,2.

61 Florence, musée archéologique national, inv.4472, amphore aux anses à volutes à mascarons, Volterra, fin ive – début iiie siècle. Voir aussi dans le même musée une amphore avec un décor de frise en relief sur le haut de la panse (scène de bataille), et deux anses à volutes, moins amples, de la fin du ive-début du iiie siècle (inv. 4641).

62 Venuti 1991.

63 Skyphos, Bonn, inv. 1201, deux canthares sur une table (Green 1976, n°2) ; coupe à pied, Bonn, inv. 1727, un canthare couché (Green 1976, n°4). Deux coupes, Louvre, personnages faisant une libation avec un canthare (Forti 1965, pl. XXXVII h, XXXVIII f). On trouve aussi des canthares sur d’autre productions, comme sur une olpé d’Athènes, Musée national (Forti III c).

64 Par exemple, cratère, Peintre de Bari 12061, Bari, 12061 (Trendall, Cambitoglou 1978-1982, pl. 126, 3-4, 14-126) ; canthare, Groupe Berlin-Branca, Barletta, 659 (Trendall – Cambitoglou 1978-1982, pl. 168, 18/1, p. 474) ; loutrophores, peintre de Ganymède, Bari, Loconte coll. 3, et Bâle, S23, (Trendall – Cambitoglou 1978-1982, pl. 296, 1-2, 25/8 et 25/9, p. 797).

65 Malibu, The J. Paul Getty Museum, 82.AE.16 (Denoyelle – Iozzo 2009 p. 145 fig. 212). Voir aussi l’hydrie apulienne attribuée au peintre de Darius, vers 340-330, collection privée, qui présente une scène semblable avec Niobé dans le naïskos funéraire, et de part et d’autre deux hautes amphores à la panse godronnée aux amples anses en S et à couvercle conique (LIMC « Niobé » 13).

66 Colonna 1985 p. 161, fig.41 ; G. Proietti, SE, 1977 p. 293, n. 24, p. 457 et s., pl. LXVIIIa.

67 Florence, Musée archéologique, 5508 (Brunn – Körte 1916, III, CXLVI, 2c) et 5509 (Brunn – Körte 1916, III, CXLVI, 1). Urnes similaires : en tuf : Volterra, Museo Guarnacci, inv. 48 (Cristofani 1977, n°80 p. 78) ; inv. 79 (Cristofani 1977, n°79 p. 76). Urnes en travertin : Florence, Musée archéologique, inv. 92056 (de la tombe XXXII-XXXIII de Barberino Val d’Elsa, Cristofani 1975, n°284 p. 196). Urnes au relief plus schématique : Volterra, Museo Guarnacci, inv. 363 (Cristofani 1977, n°82 p. 80) ; inv. 404 (Cristofani 1977, n°83 p. 80). Vase à la forme légèrement différente mais aux détails similaires : Louvre MA 2356 (Briguet 1998, n°62 p. 145-151).

68 Florence, Musée archéologique, inv. 78492-78513 (de la tombe XIX de la nécropole dell’Ulimeto de Volterra, Cristofani 1975, n°135 p. 96) ; inv. 92325 (de la tombe XX de la nécropole di Poggio alle Croci, Cristofani 1975, n°186 p. 124) ; inv. 92327 (de la tombe XX de la nécropole di Poggio alle Croci, Cristofani 1975, n°187 p. 124). Volterra, Museo Guarnacci, inv. 400 (de la tombe IV de la nécropole del Portone, Cristofani 1975, n°54 p. 50) ; inv. 652 (de la tombe XXIV de la nécropole della Badia, Cristofani 1975, n°216 p. 138) ; inv. 33 (Cristofani 1977, n°51 p. 58).

69 Volterra, Museo Guarnacci, inv. 538 (Cristofani 1977, n°26 p. 38) ; inv. 399 (de la tombe IV de la nécropole del Portone, Cristofani 1975, n°52 p. 48) ; Florence, Musée archéologique, inv. 93484 (Pairault-Massa 1973, fig. 2 p. 94). Parfois également on trouve une urne sans couvercle : Volterra, Museo Guarnacci, inv. 403 (de la tombe IV de la nécropole del Portone, Cristofani 1975, n°56 p. 52) ; Florence, Musée archéologique, inv. 78477 (de la tombe XIX de la nécropole dell’Ulimeto de Volterra, Cristofani 1975, n°119 p. 86) ; Vatican, Museo gregoriano etrusco, 13891 (Sannibale 1994, n°3 p. 35-40). Pour Pairault-Massa (1972b p. 93 n. 5), toutes ces amphores compliquées témoignent d’un même atelier du milieu du IIe siècle.

70 Florence, Musée archéologique, 5507.

71 On trouve déjà dans l’Athènes du IVe siècle des représentations de vases à importantes anses à volutes (par exemple, la stèle funéraire attique du British Museum 1915,0415.1). On en trouvera aussi de nombreuses à époque romaine sur tous supports, dont des camées (par exemple, camée en agate à deux couches, Paris, Bibliothèque nationale de France, Cabinet des Médailles, camée 217).

72 Pianu 1982, n°183, pl. LXXXIVc, h. 10,5 cm, fin ive-début iiie siècle ; péliké inédite du musée départemental des Antiquités de Rouen, R. 94.246, h. 10,4 cm, même datation, sans provenance.

73 Brecoulaki 2001 p. 19-20 « Nota sulla tecnica del dipingere sul fondo scuro o colorato (Monte Sannace, Arpi) » ; Brecoulaki 2006.

74 Bruno 1985 et 1992 p. 150-151 pour des exemples à Délos, à Olynthe (frises décoratives dans le style maçonnique dès la ive siècle, dont une série présente des figures en monochrome blanc sur un fond sombre, noir-bleu ou rouge-pourpre foncé) et à Athènes et Cnide.

75  Brecoulaki 2006, pl. 21, pl. 74, pl. 86 et pl. 102.

76 Brecoulaki 2001.

77 Mazzei 1995 p. 197-204 ; Brecoulaki 2001.

78 Mazzei 1998 p. 86-89, fig. 9-12 ; comparaison avec les motifs de la tombe des Festons.

79 Sarcophage de la tombe des Anina : Colonna 1985 p. 144-149 fig. 18 ; Brecoulaki 2001 p. 32. Sarcophage de Tarquinia, musée inv. 9789 : Haumesser 2007. Fond rose-rouge sur grands côtés et noir sur petits.

80 Bianchi Bandinelli 1973 p. 285 ; voir aussi Steingräber 2006a p. 281. Torelli 2007 et Harari et Paltieri 2012 sur différents aspects de la peinture hellénistique en Étrurie.

81 Steingräber 1984, n°54 pl. 59-60 avec bibliographie ; Markussen 1993 p. 162. Des dessins aquarellés anciens (la tombe a été découverte en 1699) existent à Copenhague, à la Ny Carlsberg Glyptotek, qui montrent un dessin assez précis et détaillé ; toutefois, il est difficile de s’en servir pour en étudier le style. Le décor en frise avec de petits personnages clairs sur fond foncé se retrouve aussi dans la tombe du Typhon, mais ils sont d’une technique bien plus recherchée (Steingräber 1984, n°118 ; Morandi 1983 p. 35-38, fig. VII-X).

82 Steingräber 1984, n°62 p. 308-310, fig. 66-67 (avec bibliographie antérieure depuis la publication de G. Cultera en 1920) ; Colonna 1985 p. 143-145 fig.6-8 ; Markussen 1993 p. 165 ; Serra Ridgway 2003 ; Steingräber 2006a p. 256. Étude détaillée dans Steingräber 1988.

83 Steingräber 1984, Rouveret 1989 p. 196 : première moitié iiie siècle. Markussen 1993 p. 280-150.

84 Steingräber 2006a p. 281. On peut aussi mettre en relation l’art d’Alexandrie (Steingräber 1988 p. 243, à propos de la tombe des Festons), ou les découvertes récentes de peinture funéraire en Bulgarie, encore inédites, qui semblent témoigner d’exemples similaires. On peut aussi évoquer l’héritage de ce style dans la peinture pompéienne (par exemple, frise d’Érotès sur chars, Pompéi, maison des Vettii, IVe style ; à Boscoreale, chasse de Calydon, triclinium, frise sur fond noir).

85 Steingräber 1984 p. 309 ; Steingräber 1988 p. 243 ; Bruni 2007.

86 Bilde et al. 1993

87 Pairault-Massa 1990, et remarques conclusives dans Torelli 2007 p. 171-182.

88 Roma 1973 p. 57 (J.-P. Morel) ; Pairault-Massa 1990 p. 192-193.

89 Morel (1981 p.530) relevait déjà la grande diversité des décors souvent modestes de la céramique à vernis noir, peints, en relief, imprimés, incisés … Une étude d’ensemble reste à faire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Œnochoé, Étrurie méridionale, début IIIe siècle.
Crédits Paris, Musée du Louvre, H 353. © RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) / Tony Querrec.
Crédits Paris, Musée du Louvre, H 353. © RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) / Tony Querrec.
Titre Fig. 2 - Œnochoé, Étrurie méridionale, début IIIe siècle.
Crédits Paris, Musée du Louvre, Cp 1568. © RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) / Tony Querrec.
Crédits Paris, Musée du Louvre, Cp 1568. © RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) / Tony Querrec.
Titre Fig. 3 et 4 - Œnochoé : détail des motifs de la frise.
Crédits Musée du Louvre, H 353 et Cp 1568.
Titre Fig. 5 - Œnochoé, trouvée à Volterra en 1891, production de Malacena, 1ère moitié du IIIe siècle av. J.-C.
Crédits Genève, Musée d’art et d’histoire, I 681 (cliché Borel Boissonnas).
Crédits Genève, Musée d’art et d’histoire, I 681 (cliché Borel Boissonnas).
Titre Fig. 6 - Œnochoé à vernis noir et décor en relief.
Crédits Paris, Musée du Louvre, H 343 (photo C. Colonna).
Titre Fig. 7 - Œnochoés, production étrusque (probablement Étrurie méridionale), 2e moitié du IVe siècle.
Crédits Rome, Museo di Villa Giulia, collection Castellani, 50373 et 50379 (d’après Morel 1981).
Titre Fig. 8 - Œnochoé, imitation du type de Gnathia (type B de Pianu), fin IVe siècle.
Crédits Nantes, Musée Dobrée, D 863-1-44. Dépôt Campana 1863 (cliché Musée départemental Dobrée, Conseil général de Loire-Atlantique – Nantes).
Titre Fig. 9 - Exemples de silhouettes d’érotès de vases du style de Gnathia.
Crédits Boston, MFA, 01.8126 ; Rome, Musei Vaticani, Museo Gregoriano Etrusco, sn (Beazley – Magi 1939, p. 69-70, n° 80-81, tav. 31) ; Cleveland, Museum of Art, inv. 52.16 ; Göttinge, Sammlung des Archäologischen Institutes der Universität, inv. ZV 1964/140 (dessin C. Colonna).
Titre Fig. 10 - Faunes sur deux cratères du style de Gnathia.
Crédits Lecce, Museo provinciale S. Castromediano, inv. 1041 et 1012 (dessin C. Colonna).
Titre Fig. 11 - Érotès de vases des pocola.
Crédits Berlin, inv. 3635 ; Kassel, Hessisches Landesmuseum, T 566 ; Roma, Musei Vaticani, inv. AB4 (dessin C. Colonna).
Titre Fig. 12 - Plat avec Éros, pocola.
Crédits Roma, Musei Vaticani, inv. AB3 (dessin C. Colonna).
Titre Fig. 13 - Urnes en tuf de Volterra, face antérieure.
Crédits Florence, Musée archéologique, 5508 et 5509 (su concessione della Soprintendenza per i Beni archeologici della Toscana – Firenze).
Crédits Florence, Musée archéologique, 5508 et 5509 (su concessione della Soprintendenza per i Beni archeologici della Toscana – Firenze).
Titre Fig. 14 - Urne en tuf de Volterra, face antérieure.
Crédits Florence, Musée archéologique, 5507 (su concessione della Soprintendenza per i Beni archeologici della Toscana – Firenze).
Titre Fig. 15 - Cratère, production d’Arpi, collection Sansone de Mattinata. Dessin du décor du col.
Crédits Mazzei 1998 fig. 12 p. 89, d’après Antonacci Sanpaolo 1989.
Titre Fig. 16 - Plafond peint de la tombe des Guirlandes.
Crédits Détail d’après Bianchi Bandinelli 1973 – dessin C. Colonna.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Colonna, « À propos de deux œnochoés étrusques à vernis noir et à frises d’Éros surpeintes », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 125-1 | 2013, mis en ligne le 21 octobre 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://mefra.revues.org/1286 ; DOI : 10.4000/mefra.1286

Haut de page

Auteur

Cécile Colonna

Bibliothèque nationale de France, Département des Monnaies, médailles et antiques – cecile.colonna[at]bnf.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org