Navigation – Plan du site
Varia

De « nouveaux » horrea pour la Forma Vrbis ?

Cyril Courrier

Résumés

En 2001, des fouilles effectuées dans la zone de la Crypta Balbi par la Soprintendenza archeologica di Roma permettaient la découverte d’un nouveau fragment de la Forma Vrbis Marmorea. L’édition en fut confiée à D. Manacorda qui, dans un article paru dès 2002 dans les MEFRA, s’attacha à déterminer les raisons pour lesquelles cette pièce du plan de marbre se retrouva dans une zone si éloignée de son lieu d’affichage. Comparativement, il s’intéressa peu au fragment lui-même, laissant ouverts un certain nombre de problèmes qui sont ici repris à nouveaux frais : la restitution du mot qui y est inscrit (horrea et non area), la localisation vraisemblable du fragment sur la FVM (à proximité du Tibre, au sein de l’aire portuaire), ainsi que l’identification possible des entrepôts ainsi représentés (les horrea Petroniana).

Haut de page

Notes de l’auteur

Mes remerciements vont à la Dott.ssa Venditelli (Soprintendenza per i Beni speciali di Roma) et à la Dott.ssa Ferrea (Comune di Roma) qui m’ont autorisé l’accès aux fragments dont il est question dans cet article, ainsi qu’à M. Dewailly. Ils vont également à M. Cébeillac-Gervasoni, I. Di Stefano Manzella, Th. Lanfranchi et A. Vincent pour leur aide à l’autopsie du fragment de la Crypta Balbi. Ils vont enfin à J.-P. Guilhembet, Y. Roman et C. Virlouvet pour leurs bienveillantes relectures. J’adresse des remerciements plus personnels à E. Bukowiecki et St. Bourdin pour les innombrables discussions que nous avons eues sur ce fragment au cours de l’été 2012. Leur patience et leurs encouragements ont été décisifs dans l’achèvement de ce travail. Les erreurs restent évidemment les miennes. La numérotation des fragments est celle proposée par l’équipe de Stanford : http://formaurbis.stanford.edu/index.php

Texte intégral

  • 1 La présentation de la fouille a été publiée par D. Mancini et M. Ricci dans Mancini – Ricci – Manac (...)
  • 2 La bibliographie sur la FVM est immense. Qu’il nous suffise de renvoyer au récent article de Davoin (...)
  • 3 À l’exception – évidemment – des fragments retrouvés à la fin du XIXe s. « in seconda giacitura » ( (...)
  • 4 Manacorda 2002. Voir aussi la pré-publication parue dans Mancini – Ricci – Manacorda 2002, part. p. (...)

1En 2001, des fouilles menées dans la zone de la Crypta Balbi (à hauteur du n° 19 de la via delle Botteghe Oscure1) par la Soprintendenza archeologica di Roma permettaient la mise au jour d’une fosse emplie de nombreux morceaux de marbre de nature (bases, éléments de corniches, fragments de colonnes et de chapiteaux…) et d’époques (romaine comme moderne) extrêmement hétérogènes. Au milieu de cet amas, les archéologues retrouvèrent ce qu’ils identifièrent immédiatement comme une pièce de la Forma Vrbis Marmorea, une découverte qui fit date dans la mesure où, pour la première (et, à ce jour, restée unique) fois, un élément du gigantesque plan de marbre réalisé entre 203 et 209 ou 211 sur ordre de Septime Sévère était retrouvé loin de son lieu d’affichage2, dans une salle du temple de la Paix3. L’édition en fut confiée à D. Manacorda qui, dans un remarquable article paru dès 2002 dans les MEFRA, reconstitua le chemin vraisemblablement suivi par ce fragment (du templum Pacis à la Crypta Balbi) découvert non loin de « calcare » (des fours à chaux) auxquelles il était sans le moindre doute promis4. Recourant, avec un bonheur égal, à l’archéologie et aux archives, D. Manacorda montra que ces fours à chaux furent utilisés sans interruption de la première moitié du XVe à la fin du XVIe s., au sein d’un complexe qui fut la résidence successive de familles (les Saragona, les Mentabona et les Bongiovanni-Foschi) ayant exercé l’activité de « calcararo » ou ayant loué leurs fours à des marbriers. Sur cette base, il suggéra que cette pièce du plan de marbre faisait en réalité partie de celles qui avaient été découvertes en mai-juin 1562 près de l’église des Saints Cosme et Damien et dont le cardinal Farnèse avait ordonné le transfert dans son palais près du Tibre, mais qu’elle ne parvint jamais jusqu’à celui-ci. Car selon D. Manacorda :

  • 5 Manacorda 2002, p. 711-712.

2È possibile in fatti che non tutte « le carrettate di pietre » che il cardinale si faceva portare al suo palazzo giungessero a destinazione e che il nostro frammento sia invece arrivato come materiale di scarto di quegli scavi nella via delle Botteghe Oscure, cioè in quello che il Lanciani avrebbe definito il « quartiere generale » delle calcare di Roma5.

  • 6 Voir aussi les lignes qu’il consacre à ce point dans Mancini – Ricci – Manacorda 2002, p. 39-41.

3En revanche, s’il reconstitua avec force détails l’histoire moderne de la topographie de ce quartier de la Ville6, D. Manacorda accorda quantitativement moins d’intérêt au fragment lui-même (4 pages sur les 20 que compte l’article) et laissa volontairement ouverts un certain nombre de problèmes (comme l’identification du mot qui y est inscrit ou la localisation supposée de cette pièce sur la FVM) que nous nous proposons de reprendre dans ce rapide article aux conclusions, nous le verrons, bien modestes.

Le fragment de la Crypta Balbi : enjeux et problèmes

4Au préalable, et même si D. Manacorda y avait lui-même procédé, il paraît difficile de faire l’économie d’une description aussi complète que possible du fragment.

  • 7 Selon Mancini – Ricci – Manacorda 2002, p. 42 et Manacorda 2002, p. 707, les traces de corrosion po (...)
  • 8 Par comparaison, voir le fragment 11c (Stanford) analysé par Najbjerg – Trimble 2006, p. 84-85, fig (...)

5En dépit de quelques traces de corrosion et de dépôts calcaires, le fragment de la Crypta Balbi est plutôt bien conservé7. Il se présente sous une forme vaguement quadrangulaire de dimensions modestes (19,5 x 16,5 cm aux deux diagonales, dans leur extension maximale). Le marbre est de couleur claire et d’épaisseur assez homogène (entre 55,5 et 57 mm). Le revers, lisse, présente une petite lacune de forme trapézoïdale et d’une largeur d’environ 30-32 mm, qui pourrait, sans certitude, être une trace de « tassello » (l’une de ces encoches profondes et de forme carrée que l’on repère au dos de certains fragments et qui servaient d’emplacement à des cales en marbre destinées à renforcer la fixation des plaques sur le mur de briques), même si sa faible profondeur comme sa forme irrégulière ne plaident guère pour une telle interprétation8.

Fig. 1a et 1b - Le fragment de la Crypta Balbi.

Fig. 1a et 1b - Le fragment de la Crypta Balbi.

Cliché et mesures de l’épaisseur du marbre (en mm).

Manacorda 2002, fig. 3.

6Le bord droit (fig. 1a), le plus proche de la lacune, présente par ailleurs un aspect rectiligne qui n’est pas sans rappeler l’alignement d’une limite de plaque. L’« avers » du fragment se compose de deux parties : une inscription et la figuration d’un ensemble de pièces appartenant de toute évidence à un même édifice. La didascalie, fragmentaire, laisse apparaître trois lettres aisément reconnaissables : [---]+REA. La lacune porte sur la partie gauche, peut-être aussi sur la partie droite (nous y reviendrons). À gauche, le départ d’une quatrième lettre est certain. Son identification est un point essentiel. Lors de l’édition du fragment, D. Manacorda a rassemblé les différentes hypothèses envisageables, lesquelles sont au nombre de deux : un R ou un A, qui permettent de restituer les mots [HO]ṚREA dans le premier cas, ẠREA dans le second.

  • 9 Manacorda 2002, p. 709. Voir aussi Mancini – Ricci – Manacorda 2002, p. 42.
  • 10 Manacorda 2002, p. 710.

7Comme D. Manacorda l’a lui-même précisé, la première lecture est la lectio facilior dans la mesure où elle correspond bien à la figuration des pièces qui accompagnent l’inscription9, sans que l’on puisse, malgré tout, établir a priori un lien entre elle et le bâtiment qui se trouve à proximité, et ce, même si le texte est parfaitement parallèle (une variation de l’ordre du millimètre est repérable) à ce qui paraît être un mur extérieur de l’édifice. Toutefois, l’argument n’est pas en soi dirimant pour écarter la seconde hypothèse et D. Manacorda a lui-même souligné que le départ de la quatrième lettre, à l’extrémité gauche du fragment, pourrait former un angle légèrement plus aigu que celui présenté par la barre inférieure du R juste à côté. D’après lui, un tel constat plaiderait alors pour un A10. Il se garde toutefois de trancher et refuse, par prudence, de pousser plus avant son étude, arguant du fait qu’il serait hasardeux de tenter une identification de l’édifice ainsi nommé, faute de savoir où situer le fragment sur le plan ni de pouvoir le rattacher à un autre élément (voir infra). C’est aussi la raison pour laquelle il ne se risque pas à résoudre la question du lien éventuel entre la didascalie et le bâtiment représenté, dans la mesure où nos informations sur les figurations d’areae sur la FVM sont gravement lacunaires.

  • 11 Colini 1960b, p. 167.

8Tout espoir d’approfondir l’analyse est-il pour autant voué à l’échec ? D’un point de vue strictement scientifique, D. Manacorda avait raison de souligner que l’on ne peut considérer comme acquis le fait que l’inscription porte sur le bâtiment qui lui est immédiatement adjacent. En effet, faut-il rappeler que l’insertion des noms sur la FVM n’obéit à aucune autre règle que celle de la place libre11 ? Pour tenter d’avancer dans l’étude de ce fragment, il nous faut donc inverser la démarche et partir de l’inscription elle-même en procédant à un examen épigraphique aussi minutieux que possible avant, dans un second temps, d’en venir au tracé des pièces lui-même et d’établir éventuellement un lien entre elles.

ẠREA ou [HO]ṚREA ? Analyse de la forme des lettres

  • 12 C’est la raison pour laquelle il n’apparaît pas sur la base Stanford, dont l’équipe scientifique a (...)
  • 13 Une telle déformation, volontaire et courante, avait une fonction de trompe-l’œil. Voir Rodríguez-A (...)
  • 14 À titre de comparaison (mais sans prétention à l’exhaustivité), voir les fragments suivants (dont n (...)
  • 15 Voir, par exemple, les fragments 5abcd, 25a ou 35nozaa.

9Dans cette perspective, nous avons procédé à une nouvelle autopsie du fragment qui, au moment où nous avons pu l’étudier, était toujours conservé au Museo della Crypta Balbi12. La première remarque est la plus évidente : toutes les lettres présentent une lacune dans leur partie supérieure. Le tracé formé par le A, la lettre de loin la mieux conservée, permet toutefois de procéder à une reconstitution assez assurée de leur hauteur. Nous pouvons notamment constater qu’il présente une légère asymétrie sur la gauche13, si bien que la hauteur de la lettre n’était pas de 3,7 cm comme l’a supposé Manacorda, mais devait en réalité approcher les 3,9, voire les 4 cm. La restitution que l’on peut inférer de la forme du E et du R confirme ce point. D’une largeur de 2 cm et d’une hauteur de 2,2 cm au niveau de la barre centrale, le E, à la silhouette extrêmement verticale, avoisinait, voire dépassait, les 4 cm de hauteur dès lors que l’on place la barre centrale à une hauteur médiane comme c’est généralement le cas sur la FVM14. Quant au R, il décrit un espacement de 1,5 cm entre les deux pieds, soit le « canon » d’une lettre de 4 cm de hauteur15. Il est également possible d’estimer l’angle formé par la queue : il présente une ouverture d’environ 54, peut-être 55° (la corrosion du marbre dans la partie sommitale du fragment empêche malheureusement d’être parfaitement précis). C’est là un point essentiel.

Fig. 2 - Le fragment de la Crypta Balbi, détail sur la forme des lettres.

Fig. 2 - Le fragment de la Crypta Balbi, détail sur la forme des lettres.

Cliché : C. Courrier.

  • 16 Manacorda 2002, p. 710.

10En effet, dans son article de 2002, D. Manacorda a donc affirmé que le départ de la quatrième lettre, à l’extrémité gauche du fragment, présentait un tracé oblique légèrement plus aigu que celui formé par la base du R situé immédiatement à sa droite. Il s’appuyait en outre sur ce point pour supposer la restitution d’un A et donc l’inscription du mot ẠREA16. Or, l’examen du fragment, auquel nous avons pu procéder, nous permet d’affirmer que, si le premier point est correct (il mérite pourtant, pour des raisons que nous allons maintenant exposer, d’être réexaminé), le second ne peut, pour sa part, être soutenu.

  • 17 Lassère 2011, I, p. 36-37.
  • 18 Le trait oblique de la queue du R étant conservé sur une longueur suffisante, l’empattement minime (...)
  • 19 Un examen attentif du fragment révèle sans le moindre doute que, dans le prolongement de la partie (...)

11Pour le montrer, un premier élément à prendre en considération tient à la forme que revêtent les pieds de chacune des lettres. Comme nous le voyons sur la fig. 2, les deux hastes du A et la queue du R présentent à leur base une forme dite « pattée »17 (elles se terminent par un petit triangle) exclusivement ouverte sur l’extérieur de chacune des lettres. Du bas vers le haut, le bord supérieur de l’incision de chacun de ces pieds présente ensuite un angle effectivement très aigu relativement à la ligne de réglure sur laquelle les lettres sont assises, avant de former une courbe au tracé convexe de laquelle part le trait oblique supérieur de la queue du R et des hastes du A qui, pour leur part, présentent des angles intérieurs nettement moins aigus. Or, dans la mesure où l’on entrevoit aisément que le départ de la quatrième lettre à gauche décrit un empattement similaire (ouvert sur l’extérieur) à ceux du R et du A, il paraît difficile – comme D. Manacorda semble l’avoir fait – de fonder une hypothèse de restitution sur cette base. En revanche, nous pouvons noter que les bords intérieurs de l’incision des pieds du A et de la queue du R ne présentent aucune pointe similaire à celles que nous venons de décrire et que le trait oblique de la lettre court sans déviation de la base au sommet18. De la même manière, nous pouvons remarquer que ce qu’il nous reste de l’extrémité de la quatrième lettre, permet d’affirmer avec une relative certitude qu’elle ne formait pas de triangle intérieur et donc que le ductus présentait une ligne totalement droite de la base au sommet. Pour ces raisons, il paraît essentiel, si l’on veut déterminer avec quelque vraisemblance l’identité de la quatrième lettre, de fonder la restitution de celle-ci sur le bord intérieur de l’incision (dont le tracé est conservé sur une longueur suffisante19 pour estimer l’angle formé par la haste penchée vers la gauche de cette lettre) et de le comparer aux angles formés par les bords intérieurs de l’incision du R et du A qui lui sont adjacents.

Fig. 3a et 3b - Le fragment de la Crypta Balbi, détail sur les mesures d’angles.

Fig. 3a et 3b - Le fragment de la Crypta Balbi, détail sur les mesures d’angles.

Clichés et mesures : C. Courrier (su concessione del Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza speciale per i Beni archeologici di Roma).

La figure 3b reproduit les mesures de la 3a (sauf pour la droite b où nous avons retenu, pour comparaison, l’hypothèse 55°), avec une photographie retouchée, l’application de traits plus fins et légèrement décalés par rapport à l’incision des lettres.

Clichés et mesures : C. Courrier (su concessione del Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza speciale per i Beni archeologici di Roma).

  • 20 Voir infra.
  • 21 De manière à donner une estimation aussi précise que possible, nous n’avons intégré à ces calculs q (...)
  • 22 Quatre angles ayant été mesurés à 59°, il paraissait plus judicieux de retenir ce chiffre que celui (...)
  • 23 N° 1abcde : [---]MVTATORIVM. Le A du fragment 24a, qui en est le plus proche, présente un angle de (...)
  • 24 Trois estimations se situant à 56°, nous avons préféré cette mesure.
  • 25 De cette manière, il est inutile, comme l’a proposé Manacorda 2002, p. 710, de se risquer à « resti (...)

12Or, sur ce point, les résultats des mesures que nous avons pu prendre ne nous semblent pas dénués d’intérêt (voir fig. 3). Tandis que la queue du R présente, nous l’avons dit, un angle intérieur de 54-55°, la haste droite du A décrit, pour sa part, un angle intérieur très proche de 62, peut-être 63°. Si l’écart ainsi mesuré pourra apparaître comme faible compte tenu des imprécisions de détail que l’on peut repérer ici ou là sur les inscriptions de la FVM, notamment les variations d’angle parfois repérables sur une lettre de même type (un A ou un R) à l’intérieur d’un même mot20, il n’est pas non plus sans signification (la représentation graphique de la variation d’angle, signifiée sur les fig. 3a et 3b par une reproduction en pointillés des droites a et b – nommées a’ et b’ – à proximité de la droite c, révèle un écart significatif avec cette dernière), notamment lorsqu’il est mis en rapport avec l’ensemble des angles présentés par les A et les R de la Forma Vrbis. Ainsi, il n’est pas indifférent de noter que sur les 45 A dont l’angle inférieur droit (celui de la haste droite sur son côté intérieur) est mesurable à partir du bord inférieur de l’incision21, nous aboutissons à une moyenne légèrement inférieure à 64,5°, tandis qu’une analyse similaire effectuée sur l’angle intérieur de la queue de 25 R permet de conclure à une moyenne d’environ 55,5°, soit dans l’un et l’autre cas, des mesures relativement proches des angles formés par l’angle intérieur de la haste droite du A et de la queue du R sur le fragment de la Crypta Balbi. Plus intéressant encore, nous avons pu constater que la haste droite (toujours sur la partie intérieure) de plus de 82 % des A (37 sur 45) de la Forma Vrbis décrivait un angle supérieur ou égal à 59°22, que l’intégralité se situait au-dessus de 55° compris (qui plus est, cette mesure, minimale et unique, est constatée sur une lettre à la silhouette particulièrement écrasée23), alors que, dans le même temps, la queue de 76 % des R (19 sur 25) présentait un angle (intérieur) inférieur ou égal à 60°, 56 % (14) une mesure inférieure ou égale à 56°24 et 32 % (8) une mesure inférieure ou égale à 50°. En dépit des variations de détail dans l’écriture des lettres sur la FVM, de telles proportions autorisent, nous semble-t-il, quelques conclusions sur l’identité vraisemblable de la quatrième lettre dont il est en effet possible (bien que de manière moins précise) d’estimer l’angle intérieur formé par la haste droite25. De ce point de vue, il n’est sans doute pas anodin de constater que le tracé de cette dernière présente un angle proche de 50°, peut-être de 49° (fig. 3ab et 4ab).

Fig. 4a et 4b - Détail de l’angle formé par la haste de la première lettre. Hypothèses 49° et 50°.

Fig. 4a et 4b - Détail de l’angle formé par la haste de la première lettre. Hypothèses 49° et 50°.

Nous avons volontairement laissé un espace entre le trait et la queue de la lettre, afin de montrer au mieux le parallélisme.

Clichés et mesures : C. Courrier.

Nous avons volontairement laissé un espace entre le trait et la queue de la lettre, afin de montrer au mieux le parallélisme.

Clichés et mesures : C. Courrier.

  • 26 L’écart maximal que nous avons pu constater entre deux lettres identiques au sein d’un même mot est (...)

13Dans l’hypothèse où la quatrième lettre du fragment de la Crypta Balbi serait un A, elle constituerait donc un véritable hapax, tant du point de vue de la forme de la lettre elle-même, que de son rapport à une lettre identique dans le même mot, lequel représenterait un écart de l’ordre de 12-13° entre les hastes droites de deux A, soit une variation aux proportions inconnues sur le plan26. En conséquence et compte tenu de l’angle intérieur formé par la haste droite de la quatrième lettre d’une part et de la proximité de celle-ci avec le tracé de la lettre qui lui est immédiatement adjacente d’autre part, il paraît bien plus raisonnable de penser que la lettre dont nous n’avons que le départ sur le fragment de la Crypta Balbi est un R et, de ce fait, que le mot à restituer est [HO]ṚREA. À cet égard, le lien entre la didascalie et le dessin des pièces représentées au-dessous paraît très vraisemblable (il devra néanmoins être discuté) et la restitution doublement assurée. Toutefois, avant d’en venir à ce point, il nous faut désormais vérifier, maintenant que la restitution du mot horrea paraît relativement assurée, s’il n’est pas possible de relier ce fragment à d’autres pièces de la Forma Vrbis et/ou de le situer sur le plan.

La taille des cellae, un indice pour une localisation ?

  • 27 Quoiqu’indépendantes en tant que telles, ces deux approches (la reconstruction du puzzle d’un côté, (...)

14Dans son article de 2002, D. Manacorda tenta naturellement de déterminer le positionnement possible du fragment sur le plan, en essayant d’identifier un ou plusieurs assemblages, y compris avec les fragments non localisés27. La recherche, effectuée à partir des fragments d’épaisseur et aux revers identiques, se solda malheureusement par un échec :

  • 28 Manacorda 2002, p. 711.

Il frammento non ha alcun elemento di contatto fisico né alcuna apparente possibilità di collegamento neppure con i numerosi nuovi frammenti della Pianta marmorea rinvenuti negli scavi condotti a cura del Comune di Roma nell’area del Foro della Pace in questi ultimi anni28.

  • 29 L’ensemble des propositions tient en une rapide note de bas de page (n. 72, p. 710).

15En revanche, D. Manacorda avait proposé de rapprocher (au sens où les fragments appartiendraient à un même édifice mais sans assemblage direct) le fragment de la Crypta Balbi de plusieurs autres pièces du plan (tous non localisés : les n° 256, 260, 266ab, 269ab) au profil relativement similaire (même épaisseur, même revers), sans toutefois approfondir l’analyse ni conclure au degré de vraisemblance réel ou supposé de telles propositions29.

  • 30 Sur ce constat, voir Tucci 2004, p. 194.
  • 31 http://formaurbis.stanford.edu/docs/FURbiblio.html : voir le résumé de Manacorda 2002.
  • 32 En sachant que le fragment 256 avait en réalité été écarté dès 2002 par D. Manacorda lui-même.

16Précisons immédiatement que les fragments mis au jour lors des campagnes effectuées au Templum Pacis en mars 2005 n’ont pas non plus offert de nouvelles possibilités d’assemblage qui auraient pu nous permettre de déterminer un emplacement sur le plan (même si, comme nous le verrons un peu plus avant, toute hypothèse de localisation n’est pas nécessairement vouée à l’échec). En revanche, nous avons repris le travail de D. Manacorda sur les propositions de rapprochement indirect, en élargissant au passage la recherche aux fragments dont l’épaisseur oscille entre 54,8 et 57,5 mm, de manière à prendre en compte de possibles variations d’épaisseur comme l’amincissement fréquemment constaté à proximité des angles de plaques, tout en demeurant dans le « corpus » des fragments à revers lisse30. Malheureusement, parmi les 38 pièces ou ensembles de pièces dont les données matérielles correspondraient au profil physique du fragment de la Crypta Balbi, aucune ne présente une inscription ou une représentation d’édifice qui pourrait assurément lui être associée. Il faut dire que la taille des pièces qui y sont figurées constitue à l’échelle du plan un critère extrêmement dirimant dont D. Manacorda n’a d’ailleurs pas pris la mesure. Nous pouvons ainsi, et sans le moindre doute, écarter deux, si ce n’est trois, des quatre rapprochements qu’il avait proposés en 2002 (et qui sont aujourd’hui encore retenus comme de « good candidates for matches » par T. Najbjerg et J. Trimble31) : les fragments 266ab et 269ab32. Le fragment de la Crypta Balbi présente en effet une série de cinq pièces accolées les unes aux autres dont un mur ne semble pas s’ouvrir sur la rue (ou un espace quelconque) qui devait longer l’arrière du bâtiment. La taille de trois d’entre elles est précisément mesurable (fig. 5).

Fig. 5 - Le fragment de la Crypta Balbi : les cellae.

Fig. 5 - Le fragment de la Crypta Balbi : les cellae.

Cliché et mesures (en cm) : C. Courrier.

  • 33 Manacorda 2002, p. 708.
  • 34 Manacorda 2002, p. 708.
  • 35 Depuis 1960, de nombreuses études ont confirmé cette échelle, mise en évidence sur l’ensemble du pl (...)
  • 36 La longueur des cellae des fragments n° 269ab n’est pas conservée sur sa totalité. Elle ne constitu (...)

17La cella A se compose de deux pièces (signalées A et A’) séparées par un mur intérieur et dont une seule est entièrement conservée (4,4 x 5,4 cm). Elle est coupée en deux par un mur fragmentaire ouvert sur un espace qui devait assurer la communication avec l’extérieur, peut-être une rue ou une cour intérieure. D’un seul tenant, la cella B présente un aspect nettement plus allongé (3,9 cm de large pour 10,7 cm de profondeur), tout comme la cella C (quoique dans des proportions moindres : même longueur mais 5 cm de largeur). L’aspect rectiligne de la cassure sur laquelle se terminent ces deux pièces associé au fait que la longueur conservée des cellae B et C corresponde très précisément au double de la cella A ne sont pas sans suggérer que le bord inférieur du fragment soit à interpréter comme la limite du mur de façade de l’édifice (ou d’une de ses parties), à l’endroit où se trouvaient les ouvertures de chacune des pièces33. La cella D est trop lacunaire pour en prendre les mesures. D. Manacorda a vu, au niveau de la cassure, le départ d’un mur intérieur (à 6,2 cm du mur opposé)34 mais l’examen auquel nous avons procédé ne nous pas a permis de confirmer (ou d’infirmer) cette hypothèse signalée sur la fig. 5 par un point d’interrogation. De telles pièces sont immenses. À titre de comparaison, les cellae figurées sur les fragments 266ab et 269ab décrivent des mesures dont la largeur est respectivement de 2 et 2,9 cm. Compte tenu de l’échelle qui est celle de la Forma Vrbis (1/240e35), la différence est significative : tandis que les cellae des fragments 266ab et 269ab présentent une largeur (réelle) de 5 et 7 m pour une longueur de 9 et 14,4 m36 (soit une superficie de c. 45 et 101 m2), celles du fragment de la Crypta Balbi oscillent entre 9,3 et 12 m sur près de 25,7 de long (soit 135,5 m2 à multiplier par deux (271) pour les cellae A et A’, 239 m2 pour la B et 308 m2 pour la C). Sous cet angle, le rapprochement entre les uns et les autres paraît bien difficile. Notons également que, si les dimensions affichées par l’unique cella représentée sur le fragment 260 (4,8 x 4,8 cm, soit c. 11,5 x 11,5 m = 132 m2) pourraient correspondre au « canon » des pièces qui nous occupent ici, il demeure impossible d’approfondir davantage l’analyse tant ce dernier fragment est lacunaire.

  • 37 Manacorda 2002, p. 709.
  • 38 Foulché 2011, p. 605 : « Les bains forment notamment un corps compact et articulé, qui répond à la (...)
  • 39 Notons même que, dans certains cas, il n’est pas certain qu’il s’agisse de « pièces » à proprement (...)
  • 40 Sur le fragment 37i, seule la plus grande pièce (la quatrième en partant de la gauche, le long de l (...)
  • 41 Nous en repérons peut-être deux sur le fragment 166 (sans que l’identification à des « pièces » soi (...)
  • 42 Ou présentant des double-cellae de forme carrée.
  • 43 Faut-il préciser qu’à notre connaissance, il n’existe évidemment aucune correspondance archéologiqu (...)

18En revanche, si tout assemblage ou rapprochement indirect paraît, dans l’état actuel des choses, sans solution, toute hypothèse de localisation ne relève pas nécessairement de l’entreprise hasardeuse. C’est que la taille des pièces constitue ici un indice dont l’importance est loin d’être indifférente. Tandis que D. Manacorda affirmait en 2002 qu’il n’était pas difficile de confronter les cellae ainsi représentées à d’autres pièces du plan, indiquant « à titre d’exemple » le cas des fragments 33a et b37, la recherche comparative à laquelle nous avons procédé incite à davantage de retenue : nous n’avons en effet pu repérer qu’une petite vingtaine de fragments dont une pièce au moins avoisinait le module de celles du marbre de la Crypta Balbi. En outre, l’immense majorité de ces comparaisons doit être immédiatement écartée pour une raison ou pour une autre : ainsi, les fragments 11d (cliuus Suburanus) et 40c (uicus Stabularius, dans la partie sommitale du fragment) présentent des pièces (quatre pour le premier, deux pour le second) de taille approchante (quoique de longueur assez nettement inférieure). Toutefois, dans un cas comme dans l’autre, les cellae sont loin de présenter la même régularité architecturale, ce qui constitue un argument complètement dirimant pour abandonner la comparaison. Sur le fragment 21c (les Balnea Surae), on repère trois grandes pièces dont la superficie oscille entre 130 et 160 m2. L’organisation interne en est cependant totalement différente : les pièces ne sont pas ouvertes sur l’extérieur et communiquent entre elles par une sorte de couloir central qui les traverse en leur centre, correspondant parfaitement à ce que l’on sait par ailleurs de la représentation des thermes sur la Forma Vrbis38. De même, sur plusieurs autres fragments, nous identifions une ou, tout au plus, deux pièces39 particulièrement spacieuses (37i, 55b, 121abc, 138e, 141b, 159 ?, 165ab, 166, 200ab, 278ab ?, 281, 317 ?, 564a-c, 619a-b40). La comparaison s’arrête toutefois rapidement pour la majorité d’entre eux en raison de l’unicité de la pièce en question (ou de leur très faible nombre)41. In fine, à chercher un fragment sur lequel figureraient plusieurs cellae de taille avoisinante à défaut d’être équivalente (de l’ordre, comme nous allons le voir, de 150 à 200 m2 par pièce), de forme allongée (avec une longueur approchant la vingtaine de mètres42) et présentant une même répétitivité architecturale et urbanistique, il n’est que cinq ensembles de fragments : les n° 24a, 25a, 28a, 33a-34a et 201 (fig. 6-10)43.

Fig. 6 - Horrea Galbana (frg. n° 24a).

Fig. 6 - Horrea Galbana (frg. n° 24a).

D’après Carettoni 1960, pl. XXIV (su concessione del Comune di Roma ; Antiquarium al Museo della Civiltà Romana).

Fig. 7 - Horrea Lolliana (frg. n° 25a).

Fig. 7 - Horrea Lolliana (frg. n° 25a).

D’après le Digital Forma Urbis Romae Project, Stanford University.

Fig. 8 - Entrepôts de la uia Campana-Portuensis (frg. n° 28a).

Fig. 8 - Entrepôts de la uia Campana-Portuensis (frg. n° 28a).

D’après le Digital Forma Urbis Romae Project, Stanford University.

Fig. 9 - Entrepôts de la uia Campana-Portuensis (frg. n° 33abc et 34a).

Fig. 9 - Entrepôts de la uia Campana-Portuensis (frg. n° 33abc et 34a).

D’après Carettoni 1960, pl. XXX (su concessione del Comune di Roma ; Antiquarium al Museo della Civiltà Romana).

Fig. 10 - Nauale (frg. n° 2ab et 201).

Fig. 10 - Nauale (frg. n° 2ab et 201).

D’après la restitution proposée par Coarelli 2000, p. 378, fig. 5.

19Il n’aura pas échappé au lecteur qu’une même fonctionnalité logistique traverse chacun des espaces représentés sur les différentes pièces du puzzle que nous avons ainsi isolées : ce sont tous des horrea, situés à proximité du Tibre, au sein de l’aire portuaire.

Fig. 11 - Situation des fragments représentant des cellae comparables à celles du fragment de la Crypta Balbi.

Fig. 11 - Situation des fragments représentant des cellae comparables à celles du fragment de la Crypta Balbi.
  • 44 Notons que les couleurs sont des indications d’E. Rodríguez-Almeida lui-même, destinées à signifier (...)

D’après Rodríguez-Almeida 2002, Tav. XII44.

  • 45 Les fragments ici représentés sont, comme sur le plan de marbre lui-même, orientés au sud-est.
  • 46 Gatti 1960b, p. 81.
  • 47 Cette numérotation suivie de lettres « majuscules » est celle de Stanford. Elle correspond, sur la (...)
  • 48 Rickman 1971, p. 110.
  • 49 Virlouvet 1995, p. 110-113.
  • 50 Rodríguez-Almeida 1977-1978, p. 18.
  • 51 Virlouvet 1995, p. 113.
  • 52 Gatti 1960c, p. 83-84.
  • 53 Rickman 1971, p. 119.
  • 54 Voir le commentaire qu’en donne Carettoni 1960, p. 153. En revanche, ce fragment n’a pas été formel (...)
  • 55 Sur l’identification de ces édifices à des entrepôts, voir Bloch 1961, p. 151 ; Rickman 1971, p. 11 (...)
  • 56 Le repère (la petite lettre) que nous utilisons ici pour préciser le fragment de l’assemblage n° 33 (...)
  • 57 Sachant qu’il ne s’agit pas de tabernae, le mot « arrière-boutique » nous paraissait particulièreme (...)
  • 58 Coarelli 1997, p. 359-361 et surtout 2000, p. 375-378.
  • 59 L’inscription Naualemfer ayant incité les éditeurs de 1960 à placer le fragment à proximité immédia (...)
  • 60 CIL, III, 11382 : III Kal. Augustas | Seuerus et Candidus | in hoc nauali CCCLXXX | Artemas et Euly (...)
  • 61 Rodríguez-Almeida 2002, Tav. XII.
  • 62 La couleur violette visible sur le fragment 201 en est la traduction iconographique (« in viola, ip (...)
  • 63 Rodríguez-Almeida 1984, p. 88-89. Voir aussi Aguilera Martín 2002, p. 26, n. 111.
  • 64 En outre, la restitution par F. Coarelli de l’inscription NAVALEMFER sur le fragment n° 2 sous la f (...)
  • 65 Bukowiecki 2012, p. 164.

20Le premier fragment (n° 24a, fig. 6) concerne les horrea Galbana ou plutôt ces très grandes pièces qui apparaissent (uniquement sur le manuscrit du Vatican) au sud-est du bâtiment à trois cours45 et qui sont divisées en trois rangées séparées par deux couloirs. Elles ont été identifiées comme appartenant aux praedia et horrea Galbana46, dont le nom est inscrit non loin sur les fragments 24A et B47. La rangée du milieu, faite de pièces ouvertes sur les deux côtés et qu’il est en raison de leur nombre et de leur situation dans l’édifice difficile de lire comme des espaces de circulation, présente une largeur identique à celle de la plus grande pièce du fragment de la Crypta Balbi (5 cm, soit 12 m), au contraire de leur longueur (6,8 cm, soit près de 16,5 m pour une superficie d’environ 200 m2 par cella), le système de double ouverture ne condamnant pas a priori le rapprochement avec les cellae du fragment de la Crypta Balbi, dans la mesure où il s’agit dans l’un et l’autre cas de longues et vastes pièces, répétées à l’identique et conçues comme des espaces autonomes (indépendamment des communications internes). Le second fragment (25a, fig. 7) a trait aux horrea Lolliana. Si une majorité des pièces qui les composent peut être répartie en trois modules (7 x 11,5 m, soit 80,5 m2 ; 5 x 10,5 m, soit 52,5 m2 et 4 x 11 m, soit 44 m248), on repère, dans le coin inférieur gauche du fragment, une série de cinq espaces au profil très allongé (2-2,4 x 8,8-9,2 cm, soit 4,8-5,7 x 21-22 m = c. 100-125 m2) et ouverts sur les deux côtés49. Pour cette dernière raison, E. Rodríguez-Almeida avait pensé à des couloirs destinés à faciliter la manipulation des marchandises50. Toutefois, C. Virlouvet a signalé que les entrées en étaient représentées comme très étroites (l’ouverture du seuil est très nettement inférieure à la largeur de la pièce elle-même) et que l’idée de circulation intense de toutes sortes de chargements était loin d’être évidente51. Ajoutons à ce point que la proximité immédiate, sur tout le côté nord, de ce qui pourrait être un mur d’enceinte52 (bien que le côté sud n’en paraisse pas doté) ne permet pas d’écarter la possibilité de cellae, dont on repère en outre des exemples similaires ailleurs sur la FVM et où l’idée de « couloir » ne paraît vraiment pas l'hypothèse la plus probable dans des bâtiments pourtant assimilés à des horrea (outre la rangée centrale de cellae dans l’édifice situé au nord du bâtiment à trois cours, citons les fragments 33a, immédiatement au sud d’un édifice qui rassemble à des thermes53, dont ces « couloirs » sont indépendants – des rues les entourent de toutes parts – et qui doivent, pour cette raison, plutôt constituer des cellae ; fragment n° 201 : voir infra ; fragments n° 619a-b, avec la représentation analogue de ce qui pourrait être un mur d’enceinte54). Les deux fragments ou groupes de fragments suivants (n° 28a, fig. 8 et 33abc et 34a, fig. 9) ont trait aux aménagements de la rive droite du fleuve, de longue date assimilés à des entrepôts le long de la uia Campana-Portuensis55. Il s’agit sans doute de ceux qui présentent le profil le plus proche des cellae décrites par le fragment de la Crypta Balbi : sur le n° 28a, un édifice au plan vaguement rectangulaire (bien que deux des côtés du « rectangle » ne soient pas exactement parallèles) apparaît dans le coin supérieur gauche. Il présente une cour centrale entourée de pièces ouvertes sur celle-ci. Du côté de la rangée située au nord-ouest, l’une d’entre elles, la plus grande, affiche des dimensions que l'on peut comparer à celles des cellae représentées sur le fragment de la Crypta Balbi (3 x 8,8 cm, soit 7,2 x 21,1 m = 152 m2), les autres étant également très spacieuses (plus de 110 m2) ; sur le même fragment, appartenant à un édifice situé dans la partie droite, sont représentées deux cellae de grande taille (3,4 x 7 cm, soit 8,1 x 16,8 m pour 136 m2 d’occupation au sol pour chacune d’entre elles) ; sur le n° 33a56, un ensemble de huit pièces en file situées dans le quart inférieur droit décrit une longueur de murs tout à fait similaire (9,6-10,4 cm, soit 23-25 m) mais une largeur de pièces inférieure (2,2-2,4 cm, soit environ 5,2-5,8 m pour une surface au sol comprise entre 120 et 145 m2 par cella) ; à cheval sur les fragments 33a et 34a, un ensemble de 24 cellae réparties en deux files adossées les unes aux autres présente une largeur identique (entre 3,2 et 5 cm, soit de 7,7 à 12 m), mais sur une longueur inférieure (entre 4 et 4,8 cm, soit c. 9,6 à 11,5 m, leur surface oscillant donc entre 74 et 138 m2). Notons, en revanche, que la longueur totale du mur gauche de cet ensemble (celui qui déborde sur le fragment 33a) est d’un module très proche de celui des pièces du fragment de la Crypta Balbi (9,6 cm, soit plus de 23 m), notamment de la double cella A, dont les mesures sont effectivement du même ordre, même s’il est clair que, dans ce dernier cas, il ne s’agit pas de deux pièces dos-à-dos mais d’une unique cella équipée d’une « arrière-salle »57. Le cinquième et dernier fragment (n° 201) présente trois ensembles de segments de droites isolant un minimum de 15 cellae de très grande taille, de forme allongée (3 x 12 cm, soit 7,2 x 28,8 m = 207 m2), sans le moindre doute couvertes et, selon toute vraisemblance, dotées de systèmes de fermeture à chaque entrée. Ce fragment a été minutieusement étudié par F. Coarelli qui, en se fondant sur ses caractéristiques physiques (dimensions, épaisseur) et figuratives (l’orientation des édifices), a proposé de l’associer au fragment 2a, mieux connu par un dessin de la Renaissance et référencé sous le n° 2b, faisant mention du mot NAVALEMFER58. S’appuyant en outre sur un point avancé dans la publication de 1960, à savoir que le fragment 2a ne pouvait, pour des motifs une nouvelle fois physiques (mêmes dimensions que le fragment n° 1abcde) être positionné qu’au sein de cette bande de plaques située au sommet du plan de marbre59, il ajouta que l’orientation similaire des édifices entre la partie droite de l’ensemble n° 1abcde et les n° 2a et 201 montrerait que tous devaient se trouver dans une zone peu éloignée les uns des autres, soit, en ce qui concerne les fragments 2a et 201, hors de l’enceinte républicaine, sur les pentes méridionales du Petit Aventin. Il suggéra enfin, sur la base d’un rapprochement avec une marque sur brique provenant de Pannonie60, que le mot nauale ne désignait plus à l’époque impériale des chantiers navals mais des entrepôts. En 2002, E. Rodríguez-Almeida est toutefois revenu sur l’analyse de F. Coarelli61. S’il a cautionné le rapprochement effectué par ce dernier entre les fragments 2a et 201 (voir la fig. 1162), il a de toute évidence maintenu, concernant la localisation de cette association, la position adoptée par les éditeurs de 1960 (fondée sur le seul fragment 2a) qu’il avait lui-même appuyée en 1984, selon laquelle « la dicitura Naval… basterebbe ad assicurare che deve indicare una zona del fiume »63, proposant donc de situer l’ensemble entre la uia Ostiensis et le fleuve, à l’extérieur des murailles auréliennes, à 300 m environ de la rive. Dans l’attente d’une éventuelle vérification sur le mur où la FVM était exposée, concédons que l’argument sémantique paraît un peu plus fort que celui de l’orientation des édifices (ce qui n’enlève rien à l’interprétation du terme nauale qu’a proposée F. Coarelli) et plaide plutôt pour une localisation de ces deux fragments à proximité immédiate du Tibre (bien que les pentes sud du Petit Aventin n’en soient pas non plus très éloignées). Paradoxalement, ce dernier point pourrait se voir conforté par une suggestion de F. Coarelli lui-même qui, en s’appuyant sur le plan de l’édifice représenté sur le fragment n° 201, a proposé d’identifier ces nauale ou naualia à des entrepôts de briques64. Or, une étude récente a rappelé que les bateaux transportant les briques produites dans la vallée et qui arrivaient quotidiennement à Rome ne pouvaient que rarement accoster à proximité des chantiers de construction et qu’ils devaient donc être orientés vers les zones portuaires où les briques étaient déchargées au plus vite afin d’éviter l’encombrement du fleuve65. Elles étaient ensuite stockées dans des endroits spécifiques en attendant leur acheminement vers les chantiers au rythme des besoins de ceux-ci. De ce point de vue, il ne paraît pas illogique de penser que des entrepôts aussi importants que ceux représentés sur le fragment 201 auraient grandement facilité la gestion des stocks en étant à proximité des aires de déchargement.

Fig. 12 - Tableau récapitulatif des mesures des cellae analysées dans le cadre de cet article.

Cellae

Largeur (cm / m)

Longueur (cm / m)

Superficie (en m2)

Crypta Balbi : A

4,4 / 10,5

5,4 / 12,9

135,5 (271 en ajoutant A et A’)

Crypta Balbi : B

3,9 / 9,3

10,7 / 25,7

239

Crypta Balbi : C

5 / 12

10,7 / 25,7

308

N° 260

4,8 / 11,5

4,8 / 11,5

132

N° 266ab

2 / 5

3,8 / 9

45

N° 269ab

2,9 / 7

6 / 14,4

101

Horrea Galbana : n° 24a

5 / 12

6,8 / 16,3

195,5

Horrea Lolliana : n° 25a

2-2,4 / 4,8-5,7

8,8-9,2 / 21-22

100-125

Horrea rive droite : n° 28a

3 / 7,2

8,8 / 21,1

152

3,4 / 8,1

7 / 16,8

136

Horrea rive droite : n° 33a

2,2-2,4 / 5,2-5,8

9,6-10,4 / 23-25

120-145

Horrea rive droite : n° 34a

3,2-5 / 7,7-12

4-4,8 / 9,6-11,5

74-138 (148-276 en ajoutant deux cellae)

Nauale : n° 201

3 / 7,2

12 / 28,8

207

  • 66 C’est le cas des horrea Candelaria (44abcde), Graminaria (42ab) et Lolliana (25a), peut-être des ho (...)
  • 67 Comme le pensait pourtant Manacorda 2002, p. 710. Voir aussi Mancini – Ricci – Manacorda 2002, p. 4 (...)
  • 68 La distribution de pièces autour d’une cour centrale a été érigée en modèle pour identifier des hor (...)
  • 69 Voir Cavalier 2007, p. 53-59. Le fait que ces deux édifices soient des horrea est une certitude. Le (...)
  • 70 Sur la question du nom propre, voir infra.
  • 71 Sur ce point, voir Virlouvet 1995, p. 104-105 et 108.
  • 72 Voir, par exemple, le cas des Thermes de Trajan (n° 13s). Évidemment, il serait toujours possible d (...)

21Ces quelques éléments constituent-ils un argument suffisant pour « placer » – même de manière vague – le fragment de la Crypta Balbi dans l’aire portuaire (aussi bien rive droite que rive gauche) ? Compte tenu de l’état de conservation du plan, il reste bien évidemment difficile d’être affirmatif. Cela étant, la « coïncidence » est sans doute révélatrice de la nature de l’édifice figuré sur le fragment de la Crypta Balbi. Il nous semble également qu’il y a là matière à argument pour établir définitivement le lien que nous avions fortement supposé entre la didascalie et la typologie du bâtiment qu’elle paraissait effectivement accompagner. Et même si le nom de trois, peut-être quatre, des horrea de la FVM fut inscrit dans l’enceinte de l’édifice proprement dit66, le fait que l’inscription apparaisse de toute évidence à l’extérieur des bâtiments sur le fragment de la Crypta Balbi n’est pas un problème67 : d’abord, rien ne dit que ces horrea obéissaient au modèle organisé autour d’une cour centrale68 : il pouvait s’agir d’une longue file de cellae, à l’image des deux grands horrea construits à Andriakè et Patara par Hadrien, avec lesquels une comparaison – l’une des rares que l’on puisse faire pour ce qui est de la superficie des cellae – est tout à fait éclairante. Aménagés dans les ports de ces deux villes, ces bâtiments de 1800 et 1500 m2 avaient été compartimentés en huit cellae de forme quadrangulaire qui présentent un profil – des pièces longues, étroites et disposées parallèlement – et une taille quasiment identiques à celles du fragment de la Crypta Balbi : de 7 à 9 m de large sur 23 à 32 m de long (voir fig. 13)69. Ensuite, compte tenu du fait que les lapicides de la Forma écrivaient les didascalies en ne suivant aucune autre règle que celle de l’espace libre, il n’est pas interdit de supposer qu’un éventuel nom propre70 ait été inscrit dans la cour centrale (rappelons que le C et le dernier A des horrea Candelaria ont été écrits, faute de place, à l’extérieur de l’enceinte de l’édifice proprement dite) ou que les horrea aient compté plusieurs corps de bâtiments, à l’image des horrea Galbana, dont le nom est excentré par rapport aux complexes – notamment celui à trois cours – auxquels il se rapporte71. Au-delà du seul cas des horrea, il est enfin nombre d’édifices dont le nom est inscrit à l’extérieur de leur enceinte proprement dite72.

Fig. 13 - les entrepôts d’Andriakè et Patara et le fragment de la Crypta Balbi.

Fig. 13 - les entrepôts d’Andriakè et Patara et le fragment de la Crypta Balbi.

Les illustrations sont à la même échelle.

Fragment d’après Cavalier 2007, fig. 4.

  • 73 En 1992, E. Rodríguez-Almeida avait proposé de situer à proximité immédiate du Tibre (plaque VIII-9 (...)
  • 74 Parmi les horrea localisés sur la Forma Vrbis, pensons à ceux vraisemblablement figurés sur le frag (...)
  • 75 Indépendamment des problèmes qu’ils posent, les Régionnaires montrent une distribution relativement (...)
  • 76 Il suffit de se reporter aux notices du LTUR III, 1996, p. 37-51 (et aux quelques compléments du vo (...)
  • 77 Certains horrea accueillaient aussi des fonctions commerciales. C’était notamment le cas des horrea (...)
  • 78 Staccioli 1962 ; Rickman 1971, p. 108-122. Outre les fragments déjà cités (n° 3, 11, 24, 25, 28, 33 (...)

22Ajoutons que, même si toute tentative de localisation doit être avancée avec la plus grande prudence, l’extrême rareté de certains des espaces représentés sur les fragments 24a, 25a, 28a, 33a-34a, 201 et sur le fragment de la Crypta Balbi permet, nous semble-t-il, de tirer quelques conclusions quant au positionnement possible de ces « nouveaux » horrea dans l’espace urbain de la Ville73, alors qu’il n’y avait rien d’évident ni de mécanique à placer un fragment figurant des horrea dans l’aire portuaire (d’où la démarche « à l’aveugle » que nous avons suivie). La Forma Vrbis74 mais aussi les Régionnaires75 et, de manière plus générale, l’ensemble de nos sources d’informations archéologiques, épigraphiques ou littéraires76 montrent que des horrea, de natures sans doute très différentes77, étaient présents dans toutes les régions de la Ville sans exception. Or, nous pouvons remarquer que sur la vingtaine de fragments plus ou moins assurément identifiés par R. A. Staccioli et G. Rickman comme représentant un ou plusieurs entrepôts78, seuls les cinq ensembles d’édifices que nous venons d’évoquer présentent certaines pièces d’une taille approchant celle des cellae du fragment de la Crypta Balbi. Sans être totalement dirimant dans la mesure où nous ne disposons pas de l’ensemble des horrea qui étaient dessinés sur la FVM, ni (et c’est peu de le dire) de l’ensemble de la FVM elle-même, ce point paraît malgré tout consolider notre hypothèse.

  • 79 Parce qu’il n’avait pas approfondi la question de la localisation générale (i. e. : la zone géograp (...)

23Parvenu à ce stade de l’enquête, il reste encore à poser deux questions qui sont intimement liées mais auxquelles toute réponse ne saura être apportée que sous la forme de propositions qui n’auront qu’une valeur d’interrogations et en aucun cas de conclusions assurées : celle de l’identification précise du monument d’une part (la localisation même générale de l’édifice autorise la formulation de quelques hypothèses, sans tomber dans l’imprudence que pointait fort justement D. Manacorda79), celle du type de marchandises qui ont pu y être stockées d’autre part.

Proposition pour une identification

  • 80 Qu’il suffise ici de se reporter à l’index topographique rédigé par R. A. Staccioli lors de l’éditi (...)
  • 81 Par un mécanisme d’« attraction typologique » (F. Coarelli), la mention des horrea Galbana et des h (...)
  • 82 Selon Coarelli 1996e, qui se fonde sur une dédicace de deux affranchis de la gens Volusiana effectu (...)

24Le traitement de ces deux points dépend toutefois de la résolution liminaire d’une troisième question : ces horrea portaient-ils un nom ou, plutôt, celui-ci était-il indiqué ? Le fragment de la Crypta Balbi ne permet pas de dire si la mention du mot horrea était suivie, à droite ou en dessous des pièces, d’une appellation spécifique. Toutefois, une attention prêtée à l’ensemble des mentions écrites sur la Forma Vrbis suggère assez clairement – en dépit des problèmes liés à l’état de conservation de certains fragments – que tous les noms communs, quel que soit le type d’édifices ou de voiries concernés, étaient spécifiés d’un nom propre ou d’un adjectif dérivé d’un nom propre, ou, dans d’autres cas, d’une appellation quelconque qui, de toute manière, les identifiait en propre. Cette pratique facilitait peut-être l’identification de certains édifices, dont le type était particulièrement fréquent à Rome, alors que le plan du bâtiment lui-même n’y suffisait pas nécessairement, comme ce pouvait notamment être le cas pour les balnea, les horrea, ou les horti, surtout s’il y en avait plusieurs dans une même zone80. Pour cette raison, il paraît hors de doute que la mention des horrea sur le fragment de la Crypta Balbi était associée à une qualification plus précise que cette simple appellation générique. Il demeure, en revanche, extrêmement difficile de rapprocher ces entrepôts d’horrea connus par ailleurs, tant nous sommes mal renseignés sur le nom des lieux de stockage de la Ville. Par exemple, si les Régionnaires recensent 35 horrea dans la Reg. XIII et 22 dans la Reg. XIV, seuls deux d’entre eux (les horrea Galbana et les horrea Aniciana/Anicetiana81) sont individualisés dans le choix d’édifices qui précède le nombre de uici et celui des différentes catégories de bâtiments listées par ces catalogues (aediculae, insulae, domus, horrea, balnea, lacus et pistrina). Et même si le nom de plusieurs de ces horrea plongés dans l’anonymat par le Curiosum ou la Notitia nous est connu par ailleurs (les horrea Seiana/Volusiana82, Lolliana et Petroniana pour la seule Reg. XIII), nous demeurons très loin du compte. Pour autant, tout rapprochement entre les horrea du fragment de la Crypta Balbi et l’un des entrepôts dont le nom est attesté par une source ou par une autre (qu’il s’agisse de la FVM ou d’une inscription quelconque) relève-t-il de l’imprudence inutile ? Pas nécessairement, si l’on pense à la nature des horrea recensés par les Régionnaires d’une part, à celle des édifices dont le nom est mentionné sur la Forma Vrbis d’autre part.

  • 83 En dernier lieu, voir Dubouloz 2011, p. 565.
  • 84 Nous connaissons, pour l’Empire tardif, une constitution d’Honorius émise à Ravenne, dont l’objecti (...)
  • 85 Sur ces questions d’exploitation, voir Dubouloz 2008 qui montre qu’à Rome les autorités comme les p (...)
  • 86 Rickman 1971, p. 324. Foulché 2011, p. 602, aboutit aux mêmes conclusions pour les balnea des Régio (...)
  • 87 Comme c’est le cas sur le plan de la via Anicia ou sur celui de la via della Polveriera. Sur ces do (...)
  • 88 Rodríguez-Almeida 2002, p. 72.
  • 89 On attribue la paternité des horrea Agrippiana à Agrippa (Astolfi 1996), celle des horrea Aniciana (...)
  • 90 Ce fut le cas, par exemple, des horrea Lolliana (Coarelli 1996d) ou des horrea Petroniana (Palombi (...)
  • 91 Rodríguez-Almeida 2002, p. 72. Trois balnea semblent porter le nom de particuliers (Ampelidis, Coti (...)
  • 92 Dans la seconde catégorie, il conviendrait de ranger les thermes de Sura (ami et éminence grise de (...)
  • 93 Cette étude est celle de Tucci 2006, à partir du cas du toponyme Aqueductium.

25Pour ce qui concerne les Régionnaires, le problème a plus largement trait aux critères qui ont justifié l’inscription de tel édifice au registre de ces catalogues et donc, d’une certaine manière, à l’origine et à la fonction des informations ainsi réunies. Sans entrer dans les détails d’un problème toujours débattu et qui nous emmènerait trop loin de notre propos, mentionnons simplement qu’un consensus semble aujourd’hui se dégager autour du fait que n’étaient pris en compte, parmi les catégories d’édifices qui le justifiaient (balnea, horrea, pistrina), que les structures publiques ou celles dont les propriétaires privés avaient passé quelque contrat avec l’État ou étaient enregistrés à un titre ou à un autre par celui-ci dans le cadre de la cura Vrbis83. Pour ce qui nous concerne, peut-être est-il possible de penser à des propriétaires qui exploitaient des espaces de stockage dans le cadre d’une rente locative ayant, pour cette raison, pu donner matière à imposition ou à contrôle84 et/ou à des propriétaires dont les horrea pouvaient concourir au ravitaillement de la cité85 ? Or, si les modalités d’exploitation n’autorisent guère de conclusions quant à la taille de ces entrepôts (tout au plus est-il permis de supposer qu’étaient ainsi exclus les horrea personnels utilisés à des fins domestiques), il est certain que nombre d’entre eux devaient être de dimensions fort modestes, compte tenu du nombre d’horrea attestés dans certaines régions (48 dans la seule Reg. X, si le chiffre n’est pas corrompu86 ; entre 16 et 35 dans les autres regiones). Dans cette perspective, il est totalement exclu que tous aient fait l’objet d’une mention écrite sur la Forma Vrbis, d’autant – rappelons-le – que celle-ci n’indique pas les structures de la propriété, à tout le moins sous la forme du nom des propriétaires87. Au contraire, on peut à bon droit penser que seuls les horrea dont le nom avait en quelque sorte revêtu une fonction de repérage collectif à l’échelle de l’Vrbs tout entière (donc des entrepôts d’une taille déjà importante) ont pu justifier une inscription sur le plan de marbre88. De ce point de vue, il n’est sans doute pas complètement fortuit de constater que cette « situation toponymique » pourrait correspondre au cas d’une part significative des quelque 24 entrepôts de Rome dont les noms nous sont connus par une source ou par une autre et qui ont été commodément rassemblés dans le vol. III (complété dans le V) du Lexicon Topographicum Urbis Romae. À l’exception des quatre horrea qualifiés au moyen de ce qui ressemble à une spécialisation initiale (horrea Candelaria, Chartaria, Graminaria, Piperataria), tous ou presque portent un nom propre, en règle générale considéré comme étant celui du commanditaire de l’édifice89, en lien avec de grandes familles de l’aristocratie romaine. Leur nom semble, qui plus est, avoir perduré au-delà de possibles changements de propriétaires, dans la mesure où plusieurs d’entre eux sont devenus publics ou sont passés dans le patrimoine de l’empereur90. Au critère de la taille, il serait toutefois possible d’en ajouter au moins un autre, lié à des questions de statut. En effet, à la notable exception de deux inscriptions relatives aux biens de celui qui était préfet de la Ville au moment de la réalisation du plan, les didascalies de la Forma Vrbis ne concerneraient, selon E. Rodríguez-Almeida, que des bâtiments et des espaces publics91 ou de propriété impériale92. Enfin, une étude récente a suggéré que quelques mentions écrites seraient directement liées à la volonté qui aurait été celle des Sévères de mettre en évidence sur la FVM les programmes édilitaires qu’ils avaient commandités, afin de rappeler au public la munificence du Prince dans le domaine de l’urbanisme93. En tenant compte de ces différents critères, il apparaîtra peut-être comme moins hasardeux de formuler quelques hypothèses sur l’identification possible des horrea du fragment de la Crypta Balbi, notamment si l’on retient notre proposition de localisation générale : l’aire portuaire, dans des zones déjà saturées d’immenses horrea parfaitement identifiés et localisés et où, par conséquent, le champ des possibilités s’en trouve d’autant plus réduit. Au préalable, un dernier élément doit encore être pris en considération : la nature des marchandises qui ont pu être stockées dans les horrea du fragment de la Crypta Balbi. À défaut de pouvoir les identifier avec précision (l’exercice est peu aisé), il reste malgré tout possible d’exclure certaines hypothèses et donc d’étayer encore un peu plus le profil des horrea ainsi représentés.

  • 94 Ces mesures ont été prises lors d’une campagne de fouilles effectuée en juin 2010 dans le cadre du (...)
  • 95 Voir Bukowiecki-Monteix-Rousse 2008, fig. 20, p. 214, ainsi que Boetto – Bukowiecki – Monteix – Rou (...)
  • 96 Bukowiecki – Monteix – Rousse, à paraître, même si, p. 10, n. 71 : « Rien ne permet de supposer l’e (...)
  • 97 Voir notamment la section « La manutention à l’intérieur du bâtiment » (p. 12-13) de Bukowiecki – M (...)
  • 98 Cavalier 2007, p. 59-61.
  • 99 Nous pourrions ici reprendre l’un des apports de l’étude de Cavalier 2007 relative aux horrea d’And (...)
  • 100 Sur le stockage des matériaux de construction, voir maintenant Bukowiecki 2012. Si le mot horrea év (...)
  • 101 Ce point est évidemment dépendant de la largeur de l’ouverture des cellae dont, malheureusement, no (...)
  • 102 Coarelli 2000, p. 377.
  • 103 Comme le suggère le rassemblement de la documentation épigraphique et littéraire relative à la natu (...)
  • 104 L’unique inscription qui les mentionne (CIL, VI, 37795) a été retrouvée en 1910 sous San Saba all’A (...)
  • 105 Palombi 1996d.
  • 106 CIL, VI, 3971.
  • 107 Tac., An., XVI, 17-20 ; Rickman 1971, p. 168.
  • 108 Le sens de cette expression a été éclairé par Robert 1960, p. 35 : le nom de ces négociants venait (...)
  • 109 D’après l’éditeur Mercati 1924/1925, p. 196, dont les critères paraissent malgré tout assez impréci (...)
  • 110 Il ne faut sans doute pas lire ἴσχων au sens technique du terme (nous sommes du reste en contexte f (...)
  • 111 Robert 1949, p. 203-205. Le negotiator servait d’intermédiaire commercial entre le producteur du ma (...)
  • 112 Sur le mot ὁρίοις, translittération du latin horrea, voir Mercati 1924/1925, p. 193-194. Sur le fai (...)
  • 113 On ne peut toutefois exclure totalement l’hypothèse d’un remploi médiéval. Voir Mercati 1924/1925, (...)
  • 114 Un certain M. Petronius Honoratus qui fut préfet d’Égypte sous Antonin (PIR2, P, 281), mais dont on (...)
  • 115 Mercati 1924-1925, p. 191-196 ; sur l’atelier de la via Marmorata, voir G. Gatti, BCAR, 1912, p. 19 (...)

26Pour ce faire, il convient ici de repartir de la surface des cellae représentées sur le fragment de la Crypta Balbi. La cella A, de forme pratiquement carrée, compte deux salles de 135,5 m2 chacune (si l’on considère qu’elles sont de tailles identiques : 10,5 x 12,9 m) ; la cella B couvre 239 m2 au sol (9,3 x 25,7 m) et la cella C 308 m2 (12 x 25,7 m). La cella D n’est pas suffisamment conservée pour tenter un calcul, pas plus que le début de celle que l’on aperçoit à l’extrémité gauche du fragment. À titre de comparaison, les cellae des entrepôts dits de Trajan à Portus mesurent en moyenne 6-6,5 x 13-14 m et leur surface varie entre 80 et 90 m294, tandis que celles des Grandi Horrea à Ostie se situent entre 50 et 85 m2,que l’on peut répartir entrois modules dans leur configuration sévérienne (pièces n° 56 à 70 [6 x 8,5 m = 51 m2] ; n° 1-10, 12-24 et 36-46 [6 x 11 m = 66 m2] ; n° 74 à 86 [6 x 14 m = 84 m2])95. La comparaison avec ces dernières est particulièrement éclairante, dans la mesure où l’on est bien renseignés sur la nature des marchandises qui y ont été entreposées. En effet, des recherches récentes menées à Ostie par E. Bukowiecki, N. Monteix et C. Rousse ont permis de considérablement approfondir nos connaissances sur les Grandi Horrea en montrant définitivement que le bâtiment avait été essentiellement voué aux céréales en général, et au blé en particulier96. Ils éclairent également d’un jour nouveau les modalités de stockage du grain, notamment la recherche omniprésente de la part des autorités romaines de techniques de construction comme de gestion des stocks destinées à lutter contre l’humidité et à assurer de bonnes conditions de conservation. On y apprend notamment qu’à son arrivée, le grain était déconditionné des sacs dans lesquels il avait été transporté, qu’il était ensuite trié en fonction du taux d’humidité (le grain trop mouillé était ainsi isolé) puis déposé en vrac dans des pièces nettoyées et bien aérées97. Après avoir été remisé, il était régulièrement remué et éventé afin de prévenir une hausse de la température et de l’humidité. Nous comprenons mieux l’intérêt de multiplier les cellae de taille moyenne. Inversement, nous tenons un argument dirimant pour écarter la possibilité que des céréales aient pu être stockées dans les horrea du fragment de la Crypta Balbi. La cella A présente un profil bien trop carré pour avoir abrité du grain (l’aération est meilleure dans des pièces au profil allongé). Quant à la surface des cellae B et C, elle constitue une gageure à la manipulation quotidienne pour l’aération des céréales. À cet égard, peut-être n’est-il pas inutile d’étayer ici la comparaison de ces cellae avec celles qui compartimentaient les horrea de Patara et, surtout Andriakè (les seuls actuellement accessibles), où il n’est pas indifférent de noter qu’aucune trace de suspensurae ou d’enduit (celui à base d’éclats de marbre ou de calcaire ou d’opus signinum qui permettait de colmater les interstices des parois et d’éviter ainsi la prolifération des insectes dans le grain) n’a pu être repérée. De même, L. Cavalier a pu montrer que, contrairement aux horrea d’Ostie, les murs arrière de l’édifice d’Andriakè n’étaient pas pourvues de ces ouvertures en forme de fente qui permettaient une meilleure aération des cellae mais étaient dotées de très grandes fenêtres, à tout le moins bien plus grandes que celles des horrea d’Ostie, où la semi-obscurité était recherchée pour améliorer la conservation du grain98. Même si nous ne disposons pas de telles informations pour les horrea représentés sur le fragment de la Crypta Balbi, le profil comparable des cellae étaye encore un peu plus l’hypothèse de l’exclusion de cette denrée99. D’ailleurs, l’argument peut très aisément être étendu aux denrées liquides (huile, vin), tant il aurait été malaisé de gérer les stocks sur des superficies aussi importantes. À dire le vrai, un tel espace disponible au cœur de la cité ne pourrait guère être envisagé que pour l’accueil de denrées non périssables et ne nécessitant pas d’entretien régulier particulier, pour l’entreposage de certains types de marchandises encombrantes et requérant une bonne accessibilité sur de grandes surfaces, comme c’était par exemple le cas des matériaux de construction100 voire, pour reprendre une suggestion qui m’a été faite par E. Bukowiecki, des engins de chantier101. Sur ce point, nous rejoignons les conclusions de F. Coarelli sur les cellae du fragment n° 201, qu’il décrit comme ayant, en raison de leur profil similaire à celui des pièces représentées sur le fragment de la Crypta Balbi, servi de lieu de stockage pour des briques (voir supra)102. Naturellement, qu’il n’y ait pas eu de céréales dans les cellae qui sont représentées sur le fragment de la Crypta Balbi ne signifie pas qu’il n’en y avait pas ailleurs dans le reste du bâtiment (si l’on retient l’hypothèse d’un édifice à structure plus complexe que la file de stationes), dans la mesure où la spécialisation des horrea par type de marchandises est loin d’être certaine103 et que nous avons pu constater que les horrea Galbana, Lolliana ou encore certains entrepôts de la uia Campana-Portuensis ne comptaient tout au plus que quelques pièces de ce module-ci. Il n’en demeure pas moins intéressant de noter que, si les horrea du fragment de la Crypta Balbi sont bien à localiser dans l’aire portuaire d’une part, alors que nous y connaissons déjà de très nombreux horrea parfaitement identifiés d’autre part, les possibilités d’assimilation à des entrepôts assurément mais non précisément situés dans les Reg. XII, XIII ou XIV ne sont pas légion. Parmi eux, il n’est même que quelques cas, à savoir les horrea Ummidiana, Aniciana, Seiana/Volusiana et Petroniana. Des trois premiers, nous ne savons quasiment rien, à l’exception, pour ce qui concerne les horrea Ummidiana, qu’ils ont pu sans certitude se trouver non loin du uicus Piscinae Publicae, à la limite de la Reg. XIII, et qu’ils étaient gérés par le système de la locatio-conductio104. Nous connaissons également des horrea Seiana/Volusiana les quelques restes qui en ont été mis au jour entre les rues G. Branca, G. B. Bodoni et B. Franklin, non loin du Tibre, entre la porticus Aemilia, les horrea Galbana et les horrea Lolliana105. Toutefois, dans un cas comme dans l’autre, nous n’avons aucune information sur l’architecture des bâtiments, sur le statut de ces horrea ou sur la nature des produits qui ont pu y être entreposés. En revanche, nous sommes un peu moins démunis sur les horrea Petroniana. Vraisemblablement aménagés par un membre de la famille des Petronii, ils étaient, à l’époque de Néron, passés dans le domaine impérial, comme cela est généralement déduit de l’épitaphe d’un esclave du Prince provenant du columbarium de Livie : Philadelphus, Neronis Caesar(is) (seruus), ex horreis Petronianis dec(urio)106, auquel G. Rickman avait prudemment proposé d’associer un passage des Annales de Tacite, où nous apprenons que Néron avait en 66 contraint P. Petronius Niger « Arbiter » (RE, XIX, Petronius, 29 ; PIR2, P, 294) au suicide, avant de s’emparer de ses propriétés107. Les horrea Petroniana sont encore mentionnés sur une autre inscription funéraire, en grec, rédigée par un certain M. Aurelius Xenonianus Aquila, originaire de Bithynie et négociant en marbre de Nicomédie (πρῶτος λιθενπόρων108) affirmant, sur son épitaphe (peut-être non postérieure au IIe s. ap. J.-C.109), qu’il avait possédé ou plutôt exploité (ἴσχων110) une statio (litt. un local ; dans ce contexte-ci, une cella111) à l’intérieur des horrea Petroniana (στατίωνα ἴσχων ἐν ὁρίοις Πετρωνιανοῖς)112. Le lieu de découverte, possiblement in situ113, de l’inscription, sous le pavement de l’église San Saba all’Aventino en 1910, a fait supposer que les horrea Petroniana étaient à localiser dans la Reg. XIII (d’autant que des Petronii ont peut-être possédé une domus sur l’Aventin114), en relation possible avec un important atelier de marmorarii mis au jour au début du XXe s. via Marmorata entre les rues A. Vespucci, G. Branca et Cr. Colombo115.

  • 116 En admettant les hypothèses avancées avec la plus grande prudence par J. Trimble et D. Koller au su (...)
  • 117 L’absence de lien avec un programme édilitaire commandité par les Sévères ne constitue pas un obsta (...)
  • 118 En ajoutant à cette proposition d’identification l’hypothèse (très incertaine) que le bord droit du (...)

27Force est alors de constater (mais nous atteignons là les limites de notre étude) que les horrea Petroniana feraient d’excellents candidats pour les entrepôts représentés sur le fragment de la Crypta Balbi ; à tout le moins sont-ils les seuls, parmi les renseignements dont nous disposons sur les horrea des regiones XII, XIII et XIV (sur laquelle nous sommes toutefois très mal renseignés), à remplir l’ensemble des critères que nous avons tentés d’isoler116 : 1) les horrea Petroniana étaient très vraisemblablement situés dans la Reg. XIII, sans doute non loin du Testaccio, compte tenu du lieu de découverte de l’épitaphe de M. Aurelius Xenonianus Aquila et de l’extrême densité d’horrea déjà identifiés dans la zone de l’Emporium ; 2) la surface financière et la position sociale des Petronii donnent à penser qu’ils avaient pu faire construire des entrepôts suffisamment importants pour avoir justifié une inscription sur la Forma Vrbis ; 3) au moment de la réalisation de la FVM, ces horrea étaient de longue date passés dans le domaine de l’empereur ; 4) les horrea Petroniana avaient abrité d’autres marchandises que des céréales, notamment du marbre ; élément correspondant parfaitement à l’hypothèse des matériaux de construction que nous avions formulée à partir de l’étude du fragment de la Crypta Balbi lui-même117. Naturellement, la reconstruction est extrêmement fragile et ne saurait être avancée qu’avec la plus extrême prudence. Elle ne peut au mieux constituer qu’une proposition qui, dans l’état actuel des connaissances et dans l’attente de l’éventuelle mise au jour d’un nouveau fragment de la FVM qui viendrait en infirmer les conclusions, n’en demeure pas moins la moins improbable118.

Haut de page

Bibliographie

AA. VV. 2006 = AA. VV., Nuovi frammenti dagli scavi del Templum Pacis, dans R. Meneghini, R. Santangeli Valenziani (éd.), Formae Urbis Romae. Nuovi frammenti di piante marmoree dallo scavo dei Fori imperiali, Rome, 2006, p. 13-51.

Aguilera Martín 2002 = A. Aguilera Martín, El monte Testaccio y la llanura subaventina. Topografía extra portam Trigeminam, Rome, 2002 (Serie Arqueológica, 6).

Arata – Felici 2011 = F. P. Arata, E. Felici, Porticus Aemilia, navalia o horrea ? Ancora sui frammenti 23 e 24 b-d della Forma Urbis, dans ArchClass, 62, 2011, p. 127-153.

Astolfi 1996 = F. Astolfi, Horrea Agrippiana, dans LTUR, III, 1996, p. 37-38.

Astolfi – Guidobaldi – Pronti 1978 = F. Astolfi, F. Guidobaldi, A. Pronti, Horrea Agrippiana, dans ArchClass, 30, 1978, p. 31-100.

Bauer – Pronti 1978 = H. Bauer, A. Pronti, Elementi architettonici degli Horrea Agrippiana, dans ArchClass, 30, 1978, p. 107-131.

Bloch 1961 = H. Bloch, A New Edition of the Marble Plan of Ancient Rome, dans JRS, 51, 1961, p. 143-152.

Boetto – Bukowiecki – Monteix – Rousse à paraître = G. Boetto, E. Bukowiecki, N. Monteix, C. Rousse, Les Grandi Horrea d’Ostie, à paraître.

Bukowiecki 2012 = E. Bukowiecki, Le stockage des briques à Rome, dans St. Camporeale, H. Dessales, A. Pizzo (éd.), Arqueología de la construcción III. Los procesos constructivos en el mundo romano : la economía de las obras, dans AEA, 64, 2012, p. 161-178.

Bukowiecki à paraître = E. Bukowiecki, La brique dans l’architecture impériale à Rome. Étude de quelques grands chantiers du Palatin, thèse dactyl., Aix-en-Provence (2008) à paraître.

Bukowiecki – Monteix – Rousse 2008 = E. Bukowiecki, N. Monteix, C. Rousse, Ostia Antica : Entrepôts d’Ostie et de Portus. Les Grandi Horrea à Ostie, dans MEFRA, 120, 1, 2008, p. 211-216.

Carettoni 1960 = G. Carettoni, Frammenti con topografia non identificata (Nn. 49-712), dans G. Carettoni, A. M. Colini, L. Cozza, G. Gatti (éd.), La pianta marmorea di Roma antica. Forma Urbis Romae, Rome, 1960, p. 115-159.

Cavalier 2007 = L. Cavalier, Horrea d’Andriakè et Patara : un nouveau type d’édifice fonctionnel en Lycie à l’époque impériale, dans REA, 109, 2007, p. 51-65.

Coarelli 1996a = F. Coarelli, Horrea Candelaria, dans LTUR, III, 1996, p. 39.

Coarelli 1996b = F. Coarelli, Horrea Galbana, dans LTUR, III, 1996, p. 40-42.

Coarelli 1996c = F. Coarelli, Horrea Graminaria, dans LTUR, III, 1996, p. 42.

Coarelli 1996d = F. Coarelli, Horrea Lolliana, dans LTUR, III, 1996, p. 43-44.

Coarelli 1996e = F. Coarelli, Horrea Volusiana, dans LTUR, III, 1996, p. 50.

Coarelli 1997 = F. Coarelli, Il Campo Marzio dalle origini alla fine della Repubblica, Rome, 1997.

Coarelli 2000 = F. Coarelli, Discussions sous la présidence de J.-M. Pesez, dans P. Boucheron, H. Broise, Y. Thébert (éd.), La brique antique et médiévale. Production et commercialisation d’un matériau, Rome, 2000, p. 375-378 (Collection de l’École française de Rome, 272).

Colini 1960a = A. M. Colini, Scoperta e vicende dei frammenti della Pianta, dans G. Carettoni, A. M. Colini, L. Cozza, G. Gatti (éd.), La pianta marmorea di Roma antica. Forma Urbis Romae, Rome, 1960, p. 25-31.

Colini 1960b = A. M. Colini, Iscrizioni, dans G. Carettoni, A. M. Colini, L. Cozza, G. Gatti (éd.), La pianta marmorea di Roma antica. Forma Urbis Romae, Rome, 1960, p. 166-172.

Cozza 1960 = L. Cozza, L’aula e la parete, dans G. Carettoni, A. M. Colini, L. Cozza, G. Gatti (éd.), La pianta marmorea di Roma antica. Forma Urbis Romae, Rome, 1960, p. 175-195.

Cozza – Tucci 2006 = L. Cozza, P. L. Tucci, Navalia, dans ArchClass, 57, 2006, p. 175-202.

Davoine 2007 = Ch. Davoine, La Forma Urbis Romae. Bilan de vingt-cinq années de recherches, dans Histoire urbaine, 20, 2007, p. 133-152.

Dubouloz 2008 = J. Dubouloz, Propriété et exploitation des entrepôts à Rome et en Italie (Ier-IIIe siècles), dans MEFRA, 120, 2, 2008, p. 277-294.

Dubouloz 2011 = J. Dubouloz, La propriété immobilière à Rome et en Italie (Ier-Ve siècles) : organisation et transmission des praedia urbana, Rome, 2011 (BEFAR, 343).

Ferrea 2002 = L. Ferrea, Gli dei di terracotta. La ricomposizione del frontone da Via di San Gregorio, Rome, 2002.

Foulché 2011 = A.-L. Foulché, Les Balnea de Rome à travers la Forma Vrbis Severiana et les Catalogues Régionnaires, dans MEFRA, 123, 2, 2011, p. 597-611.

Gatti 1934 = G. Gatti, « Saepta Iulia » e « Porticus Aemilia » nella « Forma » severiana, dans BCAR, 62, 1934, p. 123-149.

Gatti 1960a = G. Gatti, Data, scopo e precedenti della pianta, dans G. Carettoni, A. M. Colini, L. Cozza, G. Gatti (éd.), La pianta marmorea di Roma antica. Forma Urbis Romae, Rome, 1960, p. 211-218.

Gatti 1960b = G. Gatti, Tavola XXIV. Porticus Aemilia – Horrea Galbana, dans G. Carettoni, A. M. Colini, L. Cozza, G. Gatti (éd.), La pianta marmorea di Roma antica. Forma Urbis Romae, Rome, 1960, p. 81-82.

Gatti 1960c = G. Gatti, Tavola XXV. Horrea Lolliana, dans G. Carettoni, A. M. Colini, L. Cozza, G. Gatti (éd.), La pianta marmorea di Roma antica. Forma Urbis Romae, Rome, 1960, p. 83-84.

Guilhembet 2001 = J.-P. Guilhembet, Les résidences aristocratiques de Rome, du milieu du Ier s. avant n. è. à la fin des Antonins, dans Pallas, 55, 2001, p. 215-241.

Guilhembet 2011 = J.-P. Guilhembet, Se loger à Rome. Recherches sur le marché immobilier d’habitation (IIe s. a. C. – IIe s. p. C.), Lyon, mémoire d’HDR inédit, 2011.

Holleran 2012 = Cl. Holleran, Shopping in Ancient Rome. The Retail Trade in the Late Republic and the Principate, Oxford, 2012.

Lanciani 1975 = R. Lanciani, Storia degli scavi di Roma e notizie intorno le collezioni romane di antichità, Bologne, 1975 (éd. anastatique de l’édition de Rome, 1902-1912).

Lassère 2011 = J.-M. Lassère, Manuel d’épigraphie romaine, Paris, 2011 (3e éd. revue et mise à jour).

Levoy-Koller 2006 = M. Levoy, D. Koller, Computer-aided Reconstruction and new Matches in the Forma Urbis Romae, dans R. Meneghini, R. Santangeli Valenziani (éd.), Formae Urbis Romae. Nuovi frammenti di piante marmoree dallo scavo dei Fori Imperiali, Rome, 2006, p. 103-125.

Madeleine 2008 = S. Madeleine, La hauteur des immeubles d’habitation sur la Forma Vrbis Romae, dans Ph. Fleury, O. Desbordes (éd.), Roma illustrata. Représentations de la ville, Caen, 2008, p. 291-316.

Mancini – Ricci – Manacorda 2002 = D. Mancini, M. Ricci, D. Manacorda, La Forma Urbis alla Crypta Balbi : novità degli scavi, dans Archeo, 207, 2002, p. 38-44.

Manacorda 2002 = D. Manacorda, Un nuovo frammento della Forma Urbis e le calcare romane del Cinquecento nell’area della Crypta Balbi, dans MEFRA, 114, 2, 2002, p. 693-715.

Mercati 1924/1925 = S. G. Mercati, Epigrafica, dans RPAA, 3, 1924/1925, p. 191-196.

Najbjerg – Trimble 2006 = The Severan Marble Plan since 1960, dans R. Meneghini, R. Santangeli Valenziani (éd.), Formae Urbis Romae. Nuovi frammenti di piante marmoree dallo scavo dei Fori Imperiali, Rome, 2006, p. 75-101.

Palombi 1996a = D. Palombi, Horrea Aniciana / Anicetiana, dans LTUR, III, 1996, p. 38-39.

Palombi 1996b = D. Palombi, Horrea Faeniana, dans LTUR, III, 1996, p. 40.

Palombi 1996c = D. Palombi, Horrea Petroniana, dans LTUR, III, 1996, p. 45.

Palombi 1996d = D. Palombi, Horrea Seiana, dans LTUR, III, 1996, p. 46-47.

Palombi 1996e = D. Palombi, « Horrea Severiana », dans LTUR, III, 1996, p. 47-48.

Palombi 1996f = D. Palombi, Horrea Ummidiana, dans LTUR, III, 1996, p. 48-49.

Panciera 2006 = S. Panciera, Onorare l’amico nella sua casa. Abitazioni di senatori e cavalieri a Roma e nel suburbio, dans S. Panciera, Epigrafi, epigrafia, epigrafisti. Scritti vari editi e inediti (1956-2005) con note complementari e indici, Rome, 2006, p. 1177-1192.

Papi 1996a = E. Papi, Horrea Cornific(iana), dans LTUR, III, 1996, p. 39-40.

Papi 1996b = E. Papi, Horrea Germaniciana, dans LTUR, III, 1996, p. 42.

Piranomonte 1996 = M. Piranomonte, Horrea Piperataria, dans LTUR, III, 1996, p. 45-46.

Pisani Sartorio 1996 = G. Pisani Sartorio, Mutatorium Caesaris, dans LTUR, III, 1996, p. 335.

Rickman 1971 = G. Rickman, Roman Granaries and Store Buildings, Cambridge, 1971.

Robert 1949 = L. Robert, Inscription honorifique de Tarse, dans L. Robert, Hellenica : recueil d’épigraphie, de numismatique et d’antiquités grecques, VII, Paris, 1949, p. 197-205.

Robert 1960 = L. Robert, Épitaphes et acclamations byzantines à Corinthe, dans L. Robert, Hellenica : recueil d’épigraphie, de numismatique et d’antiquités grecques, XI-XII, Paris, 1960, p. 21-52.

Robert 1962 = L. Robert, Les Kordakia de Nicée, le combustible de Synnada et les poissons-scies. Sur des lettres d’un métropolite de Phrygie au Xe siècle. Philologie et réalités, II, dans Journal des Savants, 1, 1962, p. 5-74.

Rodríguez-Almeida 1975-1976 = E. Rodríguez-Almeida, Aggiornamento topografico dei Colli Oppio, Cispio e Viminale secondo la Forma Urbis marmorea, dans RPAA, 48, 1975-76, p. 263-278.

Rodríguez-Almeida 1977-1978 = E. Rodríguez-Almeida, Cohortes tres Horreorum Galbanorum, dans RPAA, 50, 1977-1978, p. 9-25.

Rodríguez-Almeida 1981 = E. Rodríguez-Almeida, Forma Urbis Marmorea. Aggiornamento generale 1980, Rome, 1981.

Rodríguez-Almeida 1984 = E. Rodríguez-Almeida, Il monte Testaccio : ambiente, storia, materiali, Rome, 1984.

Rodríguez-Almeida 1992 = E. Rodríguez-Almeida, Novità minori dalla Forma Urbis marmorea, Ostraka, 1, 1992, p. 55-80.

Rodríguez-Almeida 2002 = E. Rodríguez-Almeida, Formae Urbis Antiquae. Le mappe marmoree di Roma tra Repubblica e Settimio Severo, Rome, 2002 (Collection de l’École française de Rome, 305).

Staccioli 1962 = R. A. Staccioli, Tipi di horrea nella documentazione della Forma Urbis, dans M. Renard, D. van Berchem (éd.), Hommages à A. Grenier, Bruxelles, 1962, p. 1430-1440 (Collection Latomus, 58, 3).

Tucci 2004 = P. L. Tucci, Eight fragments of the Marble Plan of Rome shedding new light in the Transtiberim, dans PBSR, 72, 2004, p. 185-202.

Tucci 2006 = P. L. Tucci, Ideology and technology in Rome’s water supply : castella, the toponym AQVEDVCTIVM, and supply to the Palatine and Caelian hills, dans JRA, 19, 1, 2006, p. 95-120.

Tuck 2000 = S. L. Tuck, A new identification for the « Porticus Aemilia », dans JRA, 13, 2000, p. 175-182.

Virlouvet 1995 = C. Virlouvet, Tessera Frumentaria. Les procédures de la distribution du blé public à Rome, Rome, 1995 (BEFAR, 286).

Virlouvet 2003 = C. Virlouvet, L’approvisionnement de Rome en denrées alimentaires de la République au Haut-Empire, dans B. Marin, C. Virlouvet (éd.), Nourrir les cités de Méditerranée. Antiquités - Temps modernes, Aix-en-Provence, 2003, p. 61-82.

Virlouvet 2006 = C. Virlouvet, Encore à propos des horrea Galbana de Rome, dans CCG, 17, 2006, p. 23-60.

Welch 1999 = K. Welch, Summum Choragum, dans LTUR, IV, 1999, p. 386-387.

Haut de page

Notes

1 La présentation de la fouille a été publiée par D. Mancini et M. Ricci dans Mancini – Ricci – Manacorda 2002, p. 38-39.

2 La bibliographie sur la FVM est immense. Qu’il nous suffise de renvoyer au récent article de Davoine 2007 qui dresse le bilan complet de vingt-cinq années de recherches sur la Forma Vrbis (depuis l’Aggiornamento generale auquel avait procédé E. Rodríguez-Almeida en 1980 et qui parut l’année suivante). Voir aussi Najbjerg – Trimble 2006.

3 À l’exception – évidemment – des fragments retrouvés à la fin du XIXe s. « in seconda giacitura » (D. Manacorda) via Giulia (en réalité une partie de ceux qui avaient été découverts en 1562 près de l’église des Saints Cosme et Damien, puis déplacés jusqu’au Palais Farnèse avant d’être utilisés pour la construction d’un mur du « giardino secreto »), l’immense majorité des fragments provient du voisinage immédiat du templum Pacis, y compris ceux mis au jour lors des fouilles de 1998-2002, 2004 et 2005 (ils ont été récemment publiés par AA. VV. 2006, p. 13-51). De très rares fragments ont été découverts dans l’aire même ou à proximité du Forum républicain (voir Rodríguez-Almeida 1981, p. 21-24).

4 Manacorda 2002. Voir aussi la pré-publication parue dans Mancini – Ricci – Manacorda 2002, part. p. 39-41.

5 Manacorda 2002, p. 711-712.

6 Voir aussi les lignes qu’il consacre à ce point dans Mancini – Ricci – Manacorda 2002, p. 39-41.

7 Selon Mancini – Ricci – Manacorda 2002, p. 42 et Manacorda 2002, p. 707, les traces de corrosion pourraient être liées aux liquides organiques présents dans le dépôt où le fragment a été retrouvé. En revanche, le bord supérieur de l’inscription est assez détérioré, sans doute en raison du caractère superficiel de l’incision.

8 Par comparaison, voir le fragment 11c (Stanford) analysé par Najbjerg – Trimble 2006, p. 84-85, fig. 6, qui montre une encoche nette et profonde.

9 Manacorda 2002, p. 709. Voir aussi Mancini – Ricci – Manacorda 2002, p. 42.

10 Manacorda 2002, p. 710.

11 Colini 1960b, p. 167.

12 C’est la raison pour laquelle il n’apparaît pas sur la base Stanford, dont l’équipe scientifique a numérisé les fragments conservés au Museo della Civiltà Romana (dont l’autorité relève de la commune). En ce qui concerne la méthodologie de l’autopsie, une élémentaire prudence a guidé nos choix. Compte tenu de l’état de conservation de l’inscription et du caractère extrêmement superficiel – donc potentiellement fragile – de l’incision (notamment le bord supérieur des lettres), il était exclu de procéder à un estampage et, a fortiori, à un relevé au carbone, qui présentaient à nos yeux des risques bien trop importants de détérioration pour un résultat incertain. Les relevés auxquels nous avons procédé ont donc été établis sur la base de calques puis ont fait l’objet d’un traitement informatique des mesures obtenues sur des photographies en haute résolution ensuite analysées sous Adobe Illustrator©.

13 Une telle déformation, volontaire et courante, avait une fonction de trompe-l’œil. Voir Rodríguez-Almeida 1981, p. 25-26.

14 À titre de comparaison (mais sans prétention à l’exhaustivité), voir les fragments suivants (dont nous avons remesuré les E qui y sont inscrits) : 5abcd, 10opqr, 25a, 31qrs, 32cde, 38, 42b, 43ab, 44abcde, 70abc… Parfois, la barre centrale de certains E est très légèrement asymétrique, dans un sens ou dans l’autre : 1abcde, 4a, 31bb, 31u, 31vaa, 35t, 36b, 621abcd, 452d, 672abcd. Notons que sur le fragment qui nous occupe ici, il est nécessaire de déduire de la hauteur vraisemblable du A une légère asymétrie (en position haute) de la barre centrale du E.

15 Voir, par exemple, les fragments 5abcd, 25a ou 35nozaa.

16 Manacorda 2002, p. 710.

17 Lassère 2011, I, p. 36-37.

18 Le trait oblique de la queue du R étant conservé sur une longueur suffisante, l’empattement minime de son angle intérieur est assez aisé à corriger.

19 Un examen attentif du fragment révèle sans le moindre doute que, dans le prolongement de la partie la mieux conservée de la lettre, le tracé de la haste est encore visible, comme le confirment du reste toutes les photographies.

20 Voir infra.

21 De manière à donner une estimation aussi précise que possible, nous n’avons intégré à ces calculs que les lettres suffisamment bien conservées pour prendre des mesures dénuées d’ambiguïté. Pour des raisons de commodité et surtout d’uniformité, celles-ci ont été établies à partir des relevés effectués par Colini 1960a, p. 166-172. Il faut donc tenir compte d’une inévitable imprécision (aussi minime soit-elle) liée à l’échelle choisie par les éditeurs de 1960. Nous les avons complétés/amendés/corrigés par un recours à l’Aggiornamento generale d’E. Rodríguez-Almeida 1981, p. 25-34, et par l’inclusion du fragment n° 517383 mis au jour en mars 2005, sur lequel apparaissent deux A (voir AA. VV. 2006, p. 24-25, fig. 26-27).

22 Quatre angles ayant été mesurés à 59°, il paraissait plus judicieux de retenir ce chiffre que celui, arbitraire, de 60°.

23 N° 1abcde : [---]MVTATORIVM. Le A du fragment 24a, qui en est le plus proche, présente un angle de 57° et, comme le relève Colini 1960, p. 168 (= fragment 107 sur la planche de cette édition), « la A [è] troppo aperta ».

24 Trois estimations se situant à 56°, nous avons préféré cette mesure.

25 De cette manière, il est inutile, comme l’a proposé Manacorda 2002, p. 710, de se risquer à « restitue[re] in quel punto al marmo un po’ del volume perduto per la consunzione della superficie in corrispondenza dello spigolo del frammento ».

26 L’écart maximal que nous avons pu constater entre deux lettres identiques au sein d’un même mot est de 8° (entre deux : fragment 42b ; entre deux : 44abcde).

27 Quoiqu’indépendantes en tant que telles, ces deux approches (la reconstruction du puzzle d’un côté, l’identification de l’espace représenté de l’autre) sont intimement liées. Comme le rappelle Davoine 2007, p. 137, « dans la plupart des cas, c’est en reliant plusieurs fragments jusque-là dissociés que l’on peut produire une nouvelle explication du territoire étudié ».

28 Manacorda 2002, p. 711.

29 L’ensemble des propositions tient en une rapide note de bas de page (n. 72, p. 710).

30 Sur ce constat, voir Tucci 2004, p. 194.

31 http://formaurbis.stanford.edu/docs/FURbiblio.html : voir le résumé de Manacorda 2002.

32 En sachant que le fragment 256 avait en réalité été écarté dès 2002 par D. Manacorda lui-même.

33 Manacorda 2002, p. 708.

34 Manacorda 2002, p. 708.

35 Depuis 1960, de nombreuses études ont confirmé cette échelle, mise en évidence sur l’ensemble du plan. Prise dans sa globalité, elle est difficilement discutable. Cependant, des déformations ont peut-être été repérées dans la zone du Palatin (dans le sens du rétrécissement de l’échelle, donc d’un agrandissement de la zone représentée) et, plus récemment, dans celle du théâtre de Balbus, où l’échelle serait, au contraire, de 1:307e (à ma connaissance, cette dernière hypothèse n’a pas été publiée ; elle est en revanche exposée au Museo della Crypta Balbi). Les raisons de ces changements, comme leur ampleur, nous échappent très largement. Dans la zone du Palatin, l’hypothèse d’une mise en valeur des palais a été abandonnée ; le changement pourrait n’être lié qu’à des déformations angulaires. Dans la zone du théâtre de Balbus, le changement d’échelle paraît, dans la reconstitution qu’en propose le Museo della Crypta Balbi, globalement circonscrit à l’ensemble quadriportique-exèdre et à ses alentours immédiats, sans qu’il soit possible d’en cerner les motifs. Dans l’attente d’une éventuelle confirmation, tout au plus peut-on se demander si cette déformation ne pourrait pas être liée, d’une manière ou d’une autre, au fait qu’il s’agit d’une zone directement attenante au centre mathématique de la FVM (Rodríguez-Almeida 1981, p. 111-113). Ce point mérite assurément une enquête ultérieure.

36 La longueur des cellae des fragments n° 269ab n’est pas conservée sur sa totalité. Elle ne constitue donc qu’un minimum.

37 Manacorda 2002, p. 709.

38 Foulché 2011, p. 605 : « Les bains forment notamment un corps compact et articulé, qui répond à la nécessité de faire communiquer les pièces entre elles, afin d’éviter les pertes de chaleur tout en créant un parcours cohérent pour le baigneur ». Quoique spacieuses et présentant une remarquable régularité architecturale, les pièces attenantes au frigidarium des thermes de Trajan représentées sur le dessin 10i peuvent être écartées. La plus grande couvre une superficie inférieure à 130 m2, trois autres se situant en deçà de 115, une dernière autour de 95, avec des longueurs de murs de moins de 15 m et une largeur comprise entre 6,5 et 8,5 m. Les comparaisons que nous considérons un peu plus avant comme possibles confirment cette exclusion.

39 Notons même que, dans certains cas, il n’est pas certain qu’il s’agisse de « pièces » à proprement parler, mais plutôt de cours.

40 Sur le fragment 37i, seule la plus grande pièce (la quatrième en partant de la gauche, le long de la rue qui traverse le fragment) est de dimensions notables quoique très inférieures à celles des cellae du fragment de la Crypta Balbi (2,8 x 7,1 cm = 6,7 x 17 m, soit 110 m2). L’enchevêtrement et l’ouverture aléatoire des pièces représentées dans la partie inférieure du fragment incitent à exclure le rapprochement. En ce qui concerne la dernière référence (619a-b), la numérotation est celle d’E. Rodríguez-Almeida, celle de Stanford étant trompeuse (une seule lettre pour deux fragments).

41 Nous en repérons peut-être deux sur le fragment 166 (sans que l’identification à des « pièces » soit certaine) et assurément deux sur les fragments 165ab et 281. Du point de vue de la taille, seules les pièces des fragments n° 619a-b pourraient constituer un véritable parallèle avec celles du fragment de la Crypta Balbi. Sept, peut-être huit pièces, au format identique sont représentées. Toutefois, le fragment n’est pas localisé (voir infra). Sur le n° 200ab, voir infra. Reste le cas assez énigmatique de l’édifice représenté à cheval sur les fragments 564a, b et c, constitué d’au moins cinq très longues pièces (un minimum de 41 m sur 9,6 m de large), au tracé très profondément gravé. Sur le site de l’Université de Stanford, J. Trimble et D. Koller pensent pouvoir identifier des entrées dans la partie supérieure du fragment 564a, si bien qu’il pourrait s’agir de pièces d’une longueur supérieure à 20 m. et disposées en rangées dos-à-dos. Le mur commun passerait au niveau de la cassure entre les fragments 564a et 564b. En raison de la profondeur des traits, les deux historiens supposent qu’il pourrait s’agir d’un édifice impérial, peut-être des horrea, malheureusement non localisés. Deux autres pièces d’environ 140 m2 chacune apparaissent encore dans la partie gauche de l’édifice situé en face, de l’autre côté de la rue. L’ensemble du quartier paraît de nature commerciale.

42 Ou présentant des double-cellae de forme carrée.

43 Faut-il préciser qu’à notre connaissance, il n’existe évidemment aucune correspondance archéologique qui pourrait, d’une manière ou d’une autre (qu’il s’agisse d’horrea ou d’un autre type de bâtiment), être rapprochée des édifices figurant sur le fragment de la Crypta Balbi ?

44 Notons que les couleurs sont des indications d’E. Rodríguez-Almeida lui-même, destinées à signifier des localisations de fragments postérieures à l’édition de 1960.

45 Les fragments ici représentés sont, comme sur le plan de marbre lui-même, orientés au sud-est.

46 Gatti 1960b, p. 81.

47 Cette numérotation suivie de lettres « majuscules » est celle de Stanford. Elle correspond, sur la fig. 10, aux 24a (légèrement effacé sur la carte de 2002 elle-même) et b ici utilisés par E. Rodríguez-Almeida.

48 Rickman 1971, p. 110.

49 Virlouvet 1995, p. 110-113.

50 Rodríguez-Almeida 1977-1978, p. 18.

51 Virlouvet 1995, p. 113.

52 Gatti 1960c, p. 83-84.

53 Rickman 1971, p. 119.

54 Voir le commentaire qu’en donne Carettoni 1960, p. 153. En revanche, ce fragment n’a pas été formellement assimilé à des horrea.

55 Sur l’identification de ces édifices à des entrepôts, voir Bloch 1961, p. 151 ; Rickman 1971, p. 114-121 ; Rodríguez-Almeida 1984, p. 83-85.

56 Le repère (la petite lettre) que nous utilisons ici pour préciser le fragment de l’assemblage n° 33 auquel nous nous référons est visible, sur la fig. 9, sur le côté gauche de la photographie pour le a et le b, en dessous du dessin et en italique pour le c. Le fragment a de l’assemblage n° 34 est visible au-dessus du fragment lui-même, sous l’indication de ce dernier numéro.

57 Sachant qu’il ne s’agit pas de tabernae, le mot « arrière-boutique » nous paraissait particulièrement mal adapté.

58 Coarelli 1997, p. 359-361 et surtout 2000, p. 375-378.

59 L’inscription Naualemfer ayant incité les éditeurs de 1960 à placer le fragment à proximité immédiate du Tibre (voir infra).

60 CIL, III, 11382 : III Kal. Augustas | Seuerus et Candidus | in hoc nauali CCCLXXX | Artemas et Eulyme|nus in alio nauali | CCCLXXX.

61 Rodríguez-Almeida 2002, Tav. XII.

62 La couleur violette visible sur le fragment 201 en est la traduction iconographique (« in viola, ipostesi recenti inedite pendenti di verifica »).

63 Rodríguez-Almeida 1984, p. 88-89. Voir aussi Aguilera Martín 2002, p. 26, n. 111.

64 En outre, la restitution par F. Coarelli de l’inscription NAVALEMFER sur le fragment n° 2 sous la forme NAVALE M(ARCI) FER[OCI] et l’identification de ce personnage au père du consul suffect de 98 ap. J.-C., Cn. Pompeius Ferox Licinianus, pourrait conforter l’hypothèse : ce nauale serait le portus Licini lui-même, mentionné dans les marques sur briques et les Variae de Cassiodore (I, 25, 2). Coarelli 2000, p. 377-378.

65 Bukowiecki 2012, p. 164.

66 C’est le cas des horrea Candelaria (44abcde), Graminaria (42ab) et Lolliana (25a), peut-être des horrea dont le nom n’est pas conservé sur le fragment n° 185a.

67 Comme le pensait pourtant Manacorda 2002, p. 710. Voir aussi Mancini – Ricci – Manacorda 2002, p. 42.

68 La distribution de pièces autour d’une cour centrale a été érigée en modèle pour identifier des horrea en raison de l’organisation architecturale de plusieurs d’entre eux connus par l’archéologie (comme les horrea Agrippiana) ou par le biais de la FVM (horrea Lolliana) : voir Holleran 2012, p. 72, n. 36. Les différents complexes portuaires représentés sur les fragments 28 et surtout 33-34 montrent que ce n’était pas la seule possibilité (il est vrai sans que le mot horrea n’apparaisse).

69 Voir Cavalier 2007, p. 53-59. Le fait que ces deux édifices soient des horrea est une certitude. Les dédicaces le précisent explicitement.

70 Sur la question du nom propre, voir infra.

71 Sur ce point, voir Virlouvet 1995, p. 104-105 et 108.

72 Voir, par exemple, le cas des Thermes de Trajan (n° 13s). Évidemment, il serait toujours possible de penser que, dans un quartier déjà encombré d’horrea, la didascalie porte sur d’autres entrepôts situés à proximité (au-dessus ?). Toutefois, en l’absence totale de règles en matière d'inscription des noms sur la Forma, le fait serait pour le moins ambigu.

73 En 1992, E. Rodríguez-Almeida avait proposé de situer à proximité immédiate du Tibre (plaque VIII-9), dans le prolongement des horrea Lolliana, un ensemble de deux fragments (n° 200a et b), sur lesquels apparaissent un S précédé d’un I (ou d’un E), eux-mêmes surmontés d’un bâtiment interprété comme une cella (sur le n° 200b). Il est toutefois remarquable que la cella en question présente des dimensions encore plus imposantes que celles des pièces du fragment de la Crypta Balbi (10 m de largeur mais 37 de longueur). Le rapprochement s’arrête toutefois là : bien que de revers lisse, l’épaisseur du marbre n’est pas comparable (38 mm contre 55,5-57). En outre, le tracé d’une double ligne horizontale dans la partie haute du fragment n° 200b ne cadre pas avec celui du mur commun à l’ensemble des cellae représentées sur le fragment de la Crypta Balbi. Récemment, Ferrea 2002, p. 65 a tenté de réinterpréter cet ensemble de fragments, proposant d’y voir l’area Martis qu’elle situe au sud du temple de Claude sur le Caelius.

74 Parmi les horrea localisés sur la Forma Vrbis, pensons à ceux vraisemblablement figurés sur le fragment n° 3 près du uicus Summi Choragi dans la Reg. III (cf. Rickman 1971, p. 113 et Welch 1999, lequel décrit toutefois le fragment sans identifier l’édifice représenté à des horrea). Des horrea ont été identifiés par Rickman 1971, p. 120 dans le coin inférieur gauche du fragment 543d. Cette pièce a depuis été placée par Rodríguez-Almeida 1981, Tav. X (au sein de l’ensemble aujourd’hui référencé sous le n° 11fgh), sur le Viminal (non loin du uicus Patricius). Les horrea Candelaria et Graminaria pourraient être à situer dans la zone du cliuus Victoriae (Rodríguez-Almeida 1981, p. 152-153). Citons également les horrea Piperataria (à proximité du templum Pacis) qui ont été partiellement identifiés sur le n° 15ab (Piranomonte 1996). Enfin, Levoy-Koller 2006 ont récemment proposé de situer les fragments 421ab dans la zone sud-est de l’Aventin, dans la partie sommitale de la plaque VIII-6 (VIII-35 Rodríguez-Almeida 2002). Le seul plan de marbre suffirait à prouver que la construction par Alexandre Sévère d’horrea in omnibus regionibus (SHA, Alex Sév., XXXIX, 3) n’était pas une innovation mais, comme le suggère Rickman 1971, p. 173, la continuation ou la systématisation de pratiques antérieures.

75 Indépendamment des problèmes qu’ils posent, les Régionnaires montrent une distribution relativement homogène des 290 (breuiarium) ou 335 (addition des chiffres donnés pour chaque région par le Curiosum et la Notitia) horrea dans la Ville. Aucune région ne possédait moins de 16 horrea, la plupart en comptant entre 16 et 27, et la regio la mieux dotée étant (à l’exception de la Reg. X qui donne le chiffre invraisemblable de 48, autrefois corrigé par Jordan en 18, à moins qu’il ne s’agisse d’horrea de toute petite taille) la Reg. XIII avec 35 horrea. Sur ces chiffres, voir les commentaires de Rickman 1971, p. 323-325. Sur le chiffre relatif aux horrea de la Reg. X, voir infra, ainsi que Rodríguez-Almeida 1984, p. 43 et Holleran 2012, p. 72, n. 37.

76 Il suffit de se reporter aux notices du LTUR III, 1996, p. 37-51 (et aux quelques compléments du vol. V, 2000), pour s’en persuader. Les horrea, dont le nom et la localisation sont connus, sont répartis dans sept Regiones (III, IV, VI, VIII, IX, XII, XIII), dès une époque bien antérieure au principat d’Alexandre Sévère (voir n. 74 supra).

77 Certains horrea accueillaient aussi des fonctions commerciales. C’était notamment le cas des horrea Agrippiana (Astolfi – Guidobaldi – Pronti 1978, p. 31-100 ; Bauer – Pronti, 1978, p. 107-131 ; Astolfi 1996, p. 37-38 ; Virlouvet 2006, p. 45 ; sur la fonction commerciale des horrea, voir plus largement Holleran 2012, p. 82-87).

78 Staccioli 1962 ; Rickman 1971, p. 108-122. Outre les fragments déjà cités (n° 3, 11, 24, 25, 28, 33-34, 42), voir n° 42ab (horrea Graminaria : voir Coarelli 1996c), 44abcde (horrea Candelaria : voir Coarelli 1996a), 92, 111, 123 (en dépit des doutes exprimés par Rickman 1971, p. 120 sur ces deux-là), 163, 165 (plutôt des immeubles d’habitation pour Rickman 1971, p. 120), 184, 185, 421ab, 548ab, 563a.

79 Parce qu’il n’avait pas approfondi la question de la localisation générale (i. e. : la zone géographique dans Rome) de ces horrea avant d’aborder celle de l’identification (Manacorda 2002, p. 709).

80 Qu’il suffise ici de se reporter à l’index topographique rédigé par R. A. Staccioli lors de l’édition de 1960 (p. 253) : les noms communs sont toujours suivis d’une appellation spécifique (pour ne prendre que quelques exemples relatifs à différents types d’édifices ou de voirie : aedes Herculis Musarum, area Radicaria, balneum Surae, balneum Ampelidis, balneum Cotini, basilica Vlpia, castra Misenatium, horrea Candelaria, horrea Lolliana, horti Ceioniae Fabiae, ludus Magnus, porticus Liuiae, theatrum Marcelli, thermae Agrippae…). Les rares noms communs que l’on peut repérer seuls sont à l’évidence liés à l’état de conservation des fragments (157, 246). Nous pouvons peut-être noter deux « exceptions ». Le Mutatorium de l’ensemble n° 1abcde est également connu par les Régionnaires sous le nom de Mutatorium Caesaris (Reg. I). Dans la mesure où la représentation de l’édifice est lacunaire, peut-être faut-il penser que Caesaris était inscrit en deçà du coin inférieur gauche du fragment. Dans le même temps, Mutatorium n’était pas un mot très courant en latin, si bien qu’il n’était peut-être pas utile de préciser sur un plan comme la Forma Vrbis qu’il s’agissait du Mutatorium du Prince. Un argument similaire peut être envisagé pour la deuxième « exception » : Aqueductium (5a), qui est une forme très rare du mot aquaeductus en latin (ainsi décliné, il est même incorrect, même s’il est attesté à une autre reprise, sur une inscription qui, comme le plan, est d’époque sévérienne : CIL, VII, 142 = RIB, 430). D’après Tucci 2006, p. 108-110, il s’agirait d’un génitif pluriel (litt. « aire ou place des aqueducs ») qui désignerait, à cet endroit, l’arrivée de trois aqueducs. De ce point de vue, la forme rare du mot comme l’arrivée conjointe de trois aqueducs à un même endroit permettaient d’identifier immédiatement le toponyme considéré. Pour cette raison, le cas ne peut être appliqué à celui des horrea qui nous occupent ici (dans l’hypothèse où le mot aurait désigné plusieurs horrea situés dans le même quartier), notamment si l’on accepte notre proposition de localisation, dans une zone déjà saturée d’horrea par ailleurs nommés, justifiant donc le recours à un toponyme plus précis.

81 Par un mécanisme d’« attraction typologique » (F. Coarelli), la mention des horrea Galbana et des horrea Aniciana est conjointe (Horrea Galbes et Aniciana). Ils n’en constituaient pas moins deux entrepôts distincts. Voir Palombi 1996a, p. 38.

82 Selon Coarelli 1996e, qui se fonde sur une dédicace de deux affranchis de la gens Volusiana effectuées en l’honneur du genius horreor(um) Seian(orum), les horrea Volusiana (situés dans la zone du Testaccio par la découverte d’une fistule portant le nom de Volusius Saturninus : CIL, VI, 7568) ne seraient qu’une appellation tardive des horrea Seiana, passés dans les propriétés des Volusii à la mort de Séjan.

83 En dernier lieu, voir Dubouloz 2011, p. 565.

84 Nous connaissons, pour l’Empire tardif, une constitution d’Honorius émise à Ravenne, dont l’objectif était d’établir une taxe immobilière (présentée comme exceptionnelle) sur une série de praedia urbana (dont les horrea) qui se trouvaient mis en location parmi les domaines concédés à des particuliers par la res priuata impériale (C. Th. 11.20). D’après Dubouloz 2011, p. 554-557, la mise en place d’une taxe exceptionnelle sur des domaines généralement exemptés suggère que des taxes foncières étaient régulièrement levées sur l’ensemble des propriétés urbaines. Elle montre également que des données fiscales étaient toujours recueillies au sujet des praedia urbana au début du Ve siècle. Bien qu’elle ne porte pas sur les horrea, il est également possible de penser à la taxe sur les loyers de 43 av. J.-C. « sur le loyer annuel de toutes les maisons qui se trouvaient non seulement à Rome, mais même dans toute l’Italie, d’un montant complet pour celles qui étaient louées et de la moitié pour celles que leurs propriétaires occupaient en personne, selon la valeur du bâtiment » (DC., XLVII, 14, 2, trad. Dubouloz 2011, p. 550, n. 42). Sur ce texte, voir Guilhembet 2011, p. 70.

85 Sur ces questions d’exploitation, voir Dubouloz 2008 qui montre qu’à Rome les autorités comme les préfectures des vigiles ou de l’annone intervenaient directement dans les entrepôts de droit privé afin de garantir leur sécurité matérielle ou de servir d’arbitre dans des litiges entre particuliers, afin d’assurer « la stabilité du crédit, essentielle à l’équilibre économique global » (p. 293). Par ailleurs, rien ne dit que des horrea privés n’aient pas été en partie loués pour la conservation de marchandises publiques. De manière plus générale, il faut ici prendre la mesure de l’importance que représentait pour l’État le fait de recenser les réserves publiques comme privées de denrées politiquement essentielles (comme les céréales par exemple).

86 Rickman 1971, p. 324. Foulché 2011, p. 602, aboutit aux mêmes conclusions pour les balnea des Régionnaires.

87 Comme c’est le cas sur le plan de la via Anicia ou sur celui de la via della Polveriera. Sur ces documents, voir en dernier lieu AA. VV. 2006, p. 26-28. Toutefois, on peut ici rappeler l’étude récente de Madeleine 2008 qui, en partant de l’hypothèse faisant des « V » accompagnés de barrettes que l’on aperçoit à l’intérieur de certains édifices un code figuratif destiné à indiquer le nombre d’étages de ces mêmes bâtiments, a tenté de montrer que ces « V » auraient eu une fonction juridique ayant servi à marquer, dans les structures identifiables à une insula, une propriété foncière indépendante, conformément au ius soli romain qui divisait la propriété foncière verticalement. L’hypothèse a toutefois été rejetée par Dubouloz 2011, p. 558, n. 66, qui montre notamment que, sur une domus ou sur un immeuble d’habitation collective, il existait des régimes de copropriété et que la division de la propriété par cellae et habitations est assez probable. Il affirme par ailleurs que, si la FVM avait été un plan cadastral, l’emprise au sol des parcelles de propriété auraient été représentées.

88 Rodríguez-Almeida 2002, p. 72.

89 On attribue la paternité des horrea Agrippiana à Agrippa (Astolfi 1996), celle des horrea Aniciana à la gens Anicia et plus précisément au consul de 65 ap. J.-C., C. Anicius Cerialis (PIR2, A, 594 ; Palombi 1996a, p. 38-39). Les horrea Cornelia sont probablement l’œuvre de L. Sylla (cos. 33 ap. J.-C. ; PIR2, C, 1465 ; Tuck 2000 ; notons au passage que la proposition d’identification de ces horrea à la porticus Aemilia faite par ce dernier sur la base d’une relecture des fragments 23 et 24b-d a été successivement réfutée (avec des arguments et des conclusions différentes) par Cozza – Tucci 2006 et Arata – Felici 2011). Les horrea Cornific(iana) sont à mettre au crédit d’Annia Cornificia Faustina, sœur de Marc Aurèle (Papi 1996b). De même, il est bien connu que les horrea Faeniana ont été aménagés par le préfet de l’annone de 55 (qui fut également préfet du prétoire en 62) L. Faenius Rufus (Palombi 1996b), les horrea Galbana par la gens Sulpicia (Virlouvet 2006), les horrea Germaniciana par Germanicus (Papi 1996b) et les horrea Lolliana par le père ou le grand-père de Lollia Paullina, M. Lollius (Coarelli 1996d, p. 43-44). Il serait encore loisible (mais superflu) de soutenir le même type d’arguments pour les horrea Leoniana, Neruae, Petroniana, Seiana/Volusiana, Q. Tinei Sacerdotis Clementis, Ummidiana ou Vespasiani. Nous ne connaissons pas le nom des horrea d’époque sévérienne dont les structures ont été mises au jour via XX Settembre lors de la construction du Ministère de la Défense (Palombi 1996e, p. 47-48).

90 Ce fut le cas, par exemple, des horrea Lolliana (Coarelli 1996d) ou des horrea Petroniana (Palombi 1996c).

91 Rodríguez-Almeida 2002, p. 72. Trois balnea semblent porter le nom de particuliers (Ampelidis, Cotini et Surae). Compte tenu de la nature de l’ensemble des didascalies, Foulché 2011, p. 605, les considère comme des bains publics ou de propriété impériale (d’autant que les balnea Surae – voir note suivante – et Ampelidis sont attestés par la Notitia et le Curiosum : Ead., 2011, p. 605). Lors de l’édition de 1960, Gatti 1960a, p. 215 avait abordé cette question et modulé le propos en parlant « di edifici pubblici o di uso pubblico ». Les deux exceptions à la règle sont la domus Cilonis et les Horti Ceioniae/Celioniae Fabiae. Gatti 1960a, p. 215-216, les a abondamment commentés. Elles renvoient à des propriétés de L. Fabius Cilo, préfet de la Ville sous Septime Sevère, à qui l’empereur aurait commandité la réalisation du plan.

92 Dans la seconde catégorie, il conviendrait de ranger les thermes de Sura (ami et éminence grise de Trajan) sans doute légués à l’empereur ou au Sénat à la mort de leur propriétaire, à moins qu’il ne s’agisse de bains construits par l’empereur à la mémoire de son compagnon mort vers 108/110, comme l’affirme Aurelius Victor (Aur.-Vict., 13, 8). Voir Guilhembet 2001, p. 222, n. 30. Nous pouvons également penser au Mutatorium Caesaris évoqué supra (Pisani Sartorio 1996).

93 Cette étude est celle de Tucci 2006, à partir du cas du toponyme Aqueductium.

94 Ces mesures ont été prises lors d’une campagne de fouilles effectuée en juin 2010 dans le cadre du projet ANR « Entrepôts et lieux de stockage du monde gréco-romain antique » (CCJ-IRAA-EfA). Le rapport d’activités est disponible en ligne sur le site web du programme : http://www.entrepots-anr.fr/p-index_fr.htm.

95 Voir Bukowiecki-Monteix-Rousse 2008, fig. 20, p. 214, ainsi que Boetto – Bukowiecki – Monteix – Rousse, à paraître, fig. 3. Ces mesures ont été réalisées en 2007 dans le cadre du programme Ramses2 (Réseau euro-méditerranéen des centres de recherche en sciences humaines sur l’aire méditerranéenne) codirigé par B. Marin et C. Virlouvet, coordonné par la MMSH d’Aix-en-Provence et soutenu par l’École française de Rome et la Surintendance archéologique d’Ostie et de Portus.

96 Bukowiecki – Monteix – Rousse, à paraître, même si, p. 10, n. 71 : « Rien ne permet de supposer l’existence de techniques particulières adaptées à chaque type de denrée. » Ainsi, les sols surélevés (suspensurae) montrent simplement que des céréales pouvaient être entreposées mais bien d’autres denrées étaient susceptibles d’être conservées dans les ensembles qui en étaient équipés.

97 Voir notamment la section « La manutention à l’intérieur du bâtiment » (p. 12-13) de Bukowiecki – Monteix – Rousse, à paraître. Le stockage en sacs provoquait en effet d’importantes pertes. Pour cette raison, un tel mode de conservation n’est envisageable que pour des durées extrêmement limitées et une rotation quasiment immédiate, ce qui, sans être totalement exclu, ne paraît pas pouvoir constituer une norme dans des entrepôts comme ceux de Rome, où, sauf conjoncture difficile, le grain n’était pas distribué à son arrivée dans la Ville (pas plus qu’à Ostie, il n’aurait servi que de « relais » utilisé lors de la rupture de charge des navires). Entre autres, ce point nous est suffisamment dit par les textes rappelant la préoccupation permanente qui fut celle de l’État romain de toujours avoir pu disposer de réserves (ne serait-ce que pour faire face à la période du mare clausum). Voir Virlouvet 2003, p. 69-70. De même, la mise en œuvre de techniques destinées à optimiser la conservation du grain comme les suspensurae, par exemple, archéologiquement attestées Ostie, à Portus et, très récemment à Rome (dans le cadre des fouilles de la porticus Aemilia), va clairement dans le même sens.

98 Cavalier 2007, p. 59-61.

99 Nous pourrions ici reprendre l’un des apports de l’étude de Cavalier 2007 relative aux horrea d’Andriakè et Patara et qui conclut fort justement (contre l’opinio communis fondée sur l’analyse biaisée de rares sources littéraires et épigraphiques : voir p. 61-62) au fait que « leurs aménagements intérieurs ne semblent [pas] convenir pour stocker de grandes quantités de céréales en transit » (p. 60).

100 Sur le stockage des matériaux de construction, voir maintenant Bukowiecki 2012. Si le mot horrea évoque plutôt un édifice destiné au stockage de denrées périssables, les sources littéraires, épigraphiques ou encore juridiques ne laissent aucun doute quant au fait que ce terme a aussi désigné des bâtiments ayant abrité d’autres types de marchandises. Par exemple, l’existence de timbres sur briques portant la mention d’horrea suggère qu’ils ont concerné le stockage des briques. Voir aussi infra (n. 111) le cas de ce negotiator marmorum rapporté au Digeste, qui avait loué des cellae dans des entrepôts impériaux pour y déposer ses blocs. Même s’ils ne concernent pas des matériaux de construction, on pourrait encore (mais sans prétention aucune à l’exhaustivité) rappeler ces textes de Pline le Jeune (Ep., VIII, 18, 11) sur le stockage d’œuvres d’art in horreis ou de Galien (Peri Alupias, 3-6, 8-10, 12, 18, 20, 23, 50 ; Libr. Propr., II, 11 ; De Antidotis, I, 13) qui avait entreposé son matériel médical dans des horrea proches de la uia Sacra (peut-être les horrea Piperataria) où étaient par ailleurs abritées des archives impériales. De manière générale, sur les marchandises autres qu’alimentaires entreposées dans des horrea, voir le dossier rassemblé par Holleran 2012, p. 71, n. 31.

101 Ce point est évidemment dépendant de la largeur de l’ouverture des cellae dont, malheureusement, nous ne disposons pas. Sans pouvoir étayer l’hypothèse, il n’est pas non plus impossible de penser, même si l’on n’en a trouvé aucune trace dans des horrea comme Patara et Andriakè, à des structurations internes amovibles qui auraient permis le stockage de plusieurs types de marchandises par cella.

102 Coarelli 2000, p. 377.

103 Comme le suggère le rassemblement de la documentation épigraphique et littéraire relative à la nature des marchandises entreposées dans les horrea Galbana, auquel a procédé Virlouvet 2006, p. 59-60. Voir aussi Virlouvet 1995, p. 96.

104 L’unique inscription qui les mentionne (CIL, VI, 37795) a été retrouvée en 1910 sous San Saba all’Aventino. Il s’agit de la célèbre lex horreorum Ummidianorum, datée du milieu du IIe s. ap. J.-C., relative aux prescriptions et aux modalités de location des cellae de ces horrea situés dans la Reg. XII (mais à la limite de la XIII en raison du lieu de découverte) par rapprochement avec la domus Cornificiae (du nom d’Annia Cornificia Faustina, sœur de Marc Aurèle et femme de M. Ummidius Quadratus, qui fut consul en 167 ap. J.-C : PIR1, V, 601) située dans cette regio par les Régionnaires et par le fait que le premier des quatre magistri uici Piscinae Publicae de la Reg. XII sur la Base Capitoline se nomme C. Ummid(ius) (mulieris) l. Euhodus (CIL, VI, 975). Sur ces horrea, voir la notice très complète de Palombi 1996f pour le LTUR. Le rapport (l’identification ?) avec les horrea Cornificiana (connus par une inscription d’Amphipolis : AE, 1946, 230) est incertain (Papi 1996a, p. 39-40).

105 Palombi 1996d.

106 CIL, VI, 3971.

107 Tac., An., XVI, 17-20 ; Rickman 1971, p. 168.

108 Le sens de cette expression a été éclairé par Robert 1960, p. 35 : le nom de ces négociants venait de ce qu’ils exploitaient un marbre de Nicomédie, comme les sculpteurs d’Aphrodisias. Notons que ce marbre était exclusivement transporté par bateau.

109 D’après l’éditeur Mercati 1924/1925, p. 196, dont les critères paraissent malgré tout assez imprécis, puisqu’il se fonde sur « la bellezza e la regolarità dei caratteri, [e sul]la correttezza e la forma del contesto » ; voir aussi SEG, IV, 106, qui n’apporte toutefois rien de plus à la compréhension ou à la datation. De fait, Robert 1962, p. 35, n. 71, s’est montré assez critique à leur endroit. En s’appuyant sur l’onomastique, Rickman 1971, p. 174, propose une datation « about the middle of the second century A.D. ». Voir encore (mais sans information supplémentaire) L. Moretti, IGVR, II, 1, 1972, p. 83-84, n° 413.

110 Il ne faut sans doute pas lire ἴσχων au sens technique du terme (nous sommes du reste en contexte funéraire). En effet, bien que signifiant « posséder », il n’en reste pas moins assez difficile d’imaginer que cet individu ait pu être propriétaire d’une cella (ou de quoi que ce soit d’autre) « à l’intérieur » (ἐν) d’horrea qui appartenaient à l’empereur.

111 Robert 1949, p. 203-205. Le negotiator servait d’intermédiaire commercial entre le producteur du matériau (le dominus ou officinator) et sa distribution vers le chantier. Il en assurait donc le stockage dans un entrepôt, sans que l’on sache s’il intervenait sur la destination finale ou si la vente était liée à la logique locale de l’approvisionnement du chantier (sur ces questions, voir maintenant Bukowiecki 2012, p. 164-165). Le fait que des marchandises privées aient été stockées dans des horrea impériaux par des negotiatores ayant loué une ou plusieurs cellae nous est parfaitement documenté par un passage du Digeste évoquant le casus d’un negotiator marmorum qui, pour payer ses fournisseurs, avait contracté un emprunt dont les blocs achetés constituaient la caution. Ce responsum précise sans ambiguïté que « le même débiteur [i. e. le negotiator] avait pris en location des entrepôts de César (idem debitor conductor horreorum Caesaris fuit) » pour y déposer ses blocs (Dig., 20, 4, 21, 1 – Scaev., Dig., 7). Sur ce texte, voir Dubouloz 2008, p. 290-291.

112 Sur le mot ὁρίοις, translittération du latin horrea, voir Mercati 1924/1925, p. 193-194. Sur le fait que le marbre était stocké par le negotiator chargé de la transaction avant d’arriver à destination, on peut également se reporter au passage du Digeste cité dans la note précédente.

113 On ne peut toutefois exclure totalement l’hypothèse d’un remploi médiéval. Voir Mercati 1924/1925, p. 191 et surtout Palombi 1996c.

114 Un certain M. Petronius Honoratus qui fut préfet d’Égypte sous Antonin (PIR2, P, 281), mais dont on ignore tout de l’ascendance. Voir Lanciani 1975, p. 144 ; Panciera 2006, p. 1179.

115 Mercati 1924-1925, p. 191-196 ; sur l’atelier de la via Marmorata, voir G. Gatti, BCAR, 1912, p. 192-193. Voir toutefois Palombi 1996c, qui souligne à juste titre que l’atelier en question est ainsi plus proche des horrea Galbana et de la porticus Aemilia que du lieu de découverte de l’inscription.

116 En admettant les hypothèses avancées avec la plus grande prudence par J. Trimble et D. Koller au sujet de l’édifice représenté à cheval sur les fragments 564a, b et c, il est vrai que des arguments similaires pourraient être tenus quant à sa localisation et à son identification. Reconnaissons toutefois que les incertitudes sur la nature et, a fortiori, sur le statut de ce bâtiment sont telles qu’elles ne paraissent pas remettre en cause la primauté de l’hypothèse d’identification des horrea Petroniana au fragment de la Crypta Balbi.

117 L’absence de lien avec un programme édilitaire commandité par les Sévères ne constitue pas un obstacle dans la mesure où toutes les mentions écrites sur la FVM ne sont évidemment pas en rapport avec les travaux urbanistiques de Septime Sévère et de son fils Caracalla.

118 En ajoutant à cette proposition d’identification l’hypothèse (très incertaine) que le bord droit du fragment de la Crypta Balbi soit une limite de plaque, les horrea ainsi représentés pourraient être à situer à cheval entre les plaques IX, 9, X, 9 et X, 10 (= IX, 29 et X, 19-20 sur la carte de Rodríguez-Almeida 2002) du plan de marbre.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1a et 1b - Le fragment de la Crypta Balbi.
Légende Cliché et mesures de l’épaisseur du marbre (en mm).
Crédits Manacorda 2002, fig. 3.
Titre Fig. 2 - Le fragment de la Crypta Balbi, détail sur la forme des lettres.
Crédits Cliché : C. Courrier.
Titre Fig. 3a et 3b - Le fragment de la Crypta Balbi, détail sur les mesures d’angles.
Crédits Clichés et mesures : C. Courrier (su concessione del Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza speciale per i Beni archeologici di Roma).
Légende La figure 3b reproduit les mesures de la 3a (sauf pour la droite b où nous avons retenu, pour comparaison, l’hypothèse 55°), avec une photographie retouchée, l’application de traits plus fins et légèrement décalés par rapport à l’incision des lettres.
Crédits Clichés et mesures : C. Courrier (su concessione del Ministero per i Beni e le attività culturali – Soprintendenza speciale per i Beni archeologici di Roma).
Titre Fig. 4a et 4b - Détail de l’angle formé par la haste de la première lettre. Hypothèses 49° et 50°.
Légende Nous avons volontairement laissé un espace entre le trait et la queue de la lettre, afin de montrer au mieux le parallélisme.
Crédits Clichés et mesures : C. Courrier.
Légende Nous avons volontairement laissé un espace entre le trait et la queue de la lettre, afin de montrer au mieux le parallélisme.
Crédits Clichés et mesures : C. Courrier.
Titre Fig. 5 - Le fragment de la Crypta Balbi : les cellae.
Crédits Cliché et mesures (en cm) : C. Courrier.
Titre Fig. 6 - Horrea Galbana (frg. n° 24a).
Crédits D’après Carettoni 1960, pl. XXIV (su concessione del Comune di Roma ; Antiquarium al Museo della Civiltà Romana).
Titre Fig. 7 - Horrea Lolliana (frg. n° 25a).
Crédits D’après le Digital Forma Urbis Romae Project, Stanford University.
Titre Fig. 8 - Entrepôts de la uia Campana-Portuensis (frg. n° 28a).
Crédits D’après le Digital Forma Urbis Romae Project, Stanford University.
Titre Fig. 9 - Entrepôts de la uia Campana-Portuensis (frg. n° 33abc et 34a).
Crédits D’après Carettoni 1960, pl. XXX (su concessione del Comune di Roma ; Antiquarium al Museo della Civiltà Romana).
Titre Fig. 10 - Nauale (frg. n° 2ab et 201).
Crédits D’après la restitution proposée par Coarelli 2000, p. 378, fig. 5.
Titre Fig. 11 - Situation des fragments représentant des cellae comparables à celles du fragment de la Crypta Balbi.
Crédits D’après Rodríguez-Almeida 2002, Tav. XII44.
Titre Fig. 13 - les entrepôts d’Andriakè et Patara et le fragment de la Crypta Balbi.
Légende Les illustrations sont à la même échelle.
Crédits Fragment d’après Cavalier 2007, fig. 4.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyril Courrier, « De « nouveaux » horrea pour la Forma Vrbis ? », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 125-1 | 2013, mis en ligne le 22 octobre 2013, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://mefra.revues.org/1341 ; DOI : 10.4000/mefra.1341

Haut de page

Auteur

Cyril Courrier

École française de Rome – cyril.courrier[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org