Navigation – Plan du site
Varia

Au chevet de Livie

La colonie d’Vrbs Saluia et le culte de Salus Augusta
Audrey Bertrand

Résumés

L’article revient sur l’un des aspects de l’histoire complexe de la colonie picénienne d’Vrbs Saluia, son changement de toponyme : originellement nommée Pollentia (deuxième moitié du IIe s. av. n. è.) elle fut rebaptisée Vrbs Saluia à une date inconnue. Cet élément se révèle lié à un épisode central dans l’évolution des cultes publics de la colonie. L’analyse des évolutions religieuses et architecturales du sanctuaire monumental de Salus, qui domine le côté est du forum de la cité, suggère que la décennie 20 de n. è. fut le moment privilégié pour la transformation du nom de la colonie, dont le toponyme rendait désormais visible le lien avec la déesse Salus. Dans ce processus intervint un personnage romain de haut-rang, C. Fufius Geminus, dont la proximité avec Livie, gravement malade durant cette même période, l’incita sans doute aucun à vouloir faire de la colonie dont il était le patron l’un des centres majeurs du culte de Salus Augusta, l’une des divinités protectrices de la dynastie impériale. À travers cet épisode se lisent aussi les relations religieuses et socio-économiques entre Rome et ses colonies. Privées du terrain de jeu romain, les élites romaines investissent plus activement la sphère édilitaire religieuse des cités de la péninsule.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La synthèse la plus récente sur le site d’Vrbs Saluia est celle de Perna 2005.
  • 2 Paci 1990.
  • 3 Ch. Delplace fut la première à proposer l’hypothèse d’une colonie augustéenne, s’appuyant essentiel (...)
  • 4 Strab., 5, 4, 2.
  • 5 Pline l’A., 3, 111.
  • 6 Dans son compte rendu de l’ouvrage de Ch. Delplace (Delplace 1993), L. Gasperini regrette que la pa (...)
  • 7 Mayer i Olivé 2012. Cet article est paru alors que l’enquête proposée ici était en voie d’achèvemen (...)
  • 8 Mayer i Olivé 2012, p. 34-35.

1Objet de campagnes de fouilles nombreuses et régulières depuis près de quarante ans, la colonie d’Vrbs Saluia compte aujourd’hui parmi les sites les mieux connus de l’Italie médio-adriatique d’un point de vue archéologique. D’imposants monuments sont visibles sur le terrain – théâtre, amphithéâtre, cryptoportique, murs de soutènement, tronçons de l’enceinte, citerne1 –, caractérisé par l’absence de continuité de l’habitat après la période romaine. La connaissance graduellement plus précise de l’urbanisme de la cité, pour la période impériale essentiellement, contraste avec la persistance de plusieurs zones d’ombre sur l’histoire de cet habitat. Le statut colonial d’Vrbs Saluia est attesté grâce à plusieurs inscriptions d’époque impériale, mais ni les sources littéraires ni les sources épigraphiques n’offrent de renseignements directs sur la phase républicaine de cet habitat. Se multiplient en revanche, depuis deux décennies, les indices archéologiques qui révèlent l’existence de la cité dès la fin de la République, confirmant l’hypothèse formulée dès 1990 par Gianfranco Paci d’une déduction coloniale advenue au cours du IIe s. av. n. è.2. La certitude désormais acquise d’une colonie d’époque républicaine, et non augustéenne comme longtemps supposé3, invite à réexaminer d’un nouvel œil un autre élément du débat historique relatif à cet établissement, son probable changement de nom : née comme Pollentia, la cité est connue sous l’Empire comme Vrbs Saluia. Cette reconstitution s’appuie essentiellement sur deux attestations littéraires. La première se trouve dans l’œuvre de Strabon qui mentionne au livre V de sa Géographie une polis picénienne nommée Pollentia et dont la localisation géographique correspond à celle d’Vrbs Saluia4. La seconde apparaît chez Pline l’Ancien qui évoque les Vrbe Saluia Pollentini dans la liste des habitants de la cinquième région augustéenne5. L’élargissement de l’arc chronologique au sein duquel appréhender l’histoire de la colonie impose de reprendre en partie le questionnement relatif à cette évolution toponymique. Les études historiques et archéologiques consacrées à Vrbs Saluia n’ont accordé qu’une place réduite à cet aspect de la réflexion, admettant cependant dans leur grande majorité l’hypothèse d’un changement de nom de la cité6. Très récemment, M. Mayer i Olivé a proposé un examen approfondi de ce dossier7. Deux thèses principales émergent de son étude. La première concerne la remise en cause du lien étymologique entre Saluia et salus ; sur cette base, la seconde thèse affirme que le changement de toponyme de la colonie fut en réalité une réactualisation de la vieille désignation indigène de l’habitat, remise au goût du jour lors d’une probable nouvelle déduction sous Auguste ou sous Tibère8. Sans s’interdire de discuter ces conclusions, l’enquête proposée ici adopte une perspective entièrement différente et entend replacer au contraire la déesse Salus au cœur de la réflexion afin de faire émerger les éléments contextuels nécessaires à la compréhension de l’évolution toponymique de la cité. Si l’importance de Salus à Vrbs Saluia n’a jamais été minorée, l’histoire de cette divinité au cours de la deuxième décennie du Ier s. de n. è., dans la colonie, mais également à Rome et en Italie, mérite d’être approfondie et mise en regard avec les évolutions architecturales, religieuses et politiques que connaît la colonie picénienne au cours des premières décennies de notre ère. C’est ainsi en portant une attention plus marquée à la dimension religieuse du changement de toponyme, et en replaçant l’événement dans un large contexte italien, qu’il devient possible de préciser la chronologie du nouveau nom de la colonie et d’en justifier les modalités. En accord avec cette ligne de réflexion, l’enquête s’ouvre et s’appuie sur l’analyse d’un événement dont les répercussions politiques et religieuses s’étendent au territoire italien et à l’empire. Les conséquences religieuses de la maladie de Livie survenue en 22 de n. è. offrent un observatoire des relations entre Rome et les cités d’Italie au sein duquel s’inscrit l’histoire de Pollentia / Vrbs Saluia.

La maladie de Livie : les dimensions géographiques d’un événement

  • 9 Tac., Ann., 3, 64, 1. Ce passage a été étudié par John Scheid dans une perspective voisine. Son ana (...)
  • 10 Fortuna Muliebris est la déesse tutélaire des matrones romaines (Boëls-Janssen 1993, p. 378-382). L (...)
  • 11 Un temple de la Fortune équestre avait été dédié à Rome le 13 août 173 av. n. è. (Liv., 42, 10), à (...)
  • 12 Cf. note précédente. En 92 av. n.è, le temple est encore en activité puisqu’il fut le lieu d’un pro (...)
  • 13 Tac., Ann., 3, 71, 1 : « Incessit dein religio quonam in templo locandum foret donum quod pro ualit (...)

2L’épisode est bien connu : au cours du règne de Tibère (22 de n. è.), alors que Livie était tombée malade9, les chevaliers romains firent un vœu à la Fortune équestre pour son bon rétablissement (ualetudo). Le choix de la divinité à qui les chevaliers décidèrent de confier la bonne santé de la mère de l’empereur répondait à une double logique. Fortuna tenait une place primordiale dans le panthéon des matrones romaines10, tandis que Fortuna Equestris jouait le rôle d’une divinité tutélaire pour le second ordre de l’état11. Une fois la mère de l’empereur guérie, se posa la question de l’accomplissement du vœu, nécessaire en termes religieux puisqu’un contrat avait été passé avec la divinité, mais rendu complexe par l’absence à Rome d’aucun temple de Fortuna portant l’épithète equestris12. La solution finalement adoptée par les chevaliers fut de placer leur offrande dans le temple de la Fortune équestre qu’abritait la cité d’Antium13.

Un scrupule religieux s’éleva ensuite sur la question de savoir dans quel temple placer l’offrande que, pour le rétablissement d’Augusta, les chevaliers romains avaient vouée à la Fortune équestre : car, si cette déesse avait de nombreux sanctuaires dans la Ville, aucun ne portait un tel surnom. On découvrit qu’il existait à Antium un sanctuaire ainsi dénommé et que, dans les villes d’Italie, tous les rites, les temples et les statues de divinités étaient soumis à la juridiction et à l’autorité de Rome. L’offrande est donc placée à Antium.

  • 14 Mommsen 1984-1985, II, 27 et III, 579. G. Dumézil adopte une position voisine : « Une fois entrés d (...)
  • 15 La question de l’existence de l’Italie dans l’Antiquité, de ses origines, de sa réalité juridique e (...)
  • 16 Elles ont été énumérées et étudiées par Catalano 1978, p. 525-537.
  • 17 Catalano 1978, p. 544.
  • 18 L’étude du passage amène une conclusion similaire dans Frateantonio 2003, p. 70-75.

3Tacite n’offre qu’un résumé succinct de cette affaire peu ordinaire et en présente la résolution comme aisée : la nature spécifique des liens entre Rome et l’Italie et le statut particulier de la péninsule au sein de l’empire romain autorisent les chevaliers à se débarrasser simplement de leur scrupule religieux en accomplissant leur vœu dans une autre cité. Le passage avait déjà attiré l’attention de Th. Mommsen, mais l’historien allemand y a vu moins un épisode problématique que la confirmation d’une surveillance générale des pontifes romains, qui se serait exercée sur les sacra publica de l’ensemble des cités d’Italie14. L’anecdote révèle une réalité plus complexe. D’abord, il apparaît que la décision d’accomplir le vœu hors de Rome ne va pas de soi au départ et qu’elle n’intervient qu’après la formulation d’un constat juridique et politique : « dans les villes d’Italie, tous les rites, les temples et les statues de divinités [sont] soumises à la juridiction et à l’autorité de Rome » (Repertum est [...] cunctas caerimonias Italicis in oppidis templaque et numinum effigies iuris atque imperii Romani esse). Plus exactement, ce constat est le fruit d’une enquête ayant précédé l’épilogue heureux de l’affaire, et qui a pu requérir la consultation du collège des pontifes par le Sénat, comme le suggère l’emploi de « repertum est ». Les chevaliers romains ne légitiment donc pas leur action en vertu d’une conception vague de la singularité des rapports de l’Italie avec Rome, ou plus exactement de la domination exercée par l’Vrbs sur la péninsule, mais la fondent au contraire sur le droit. En effet, la difficulté qui se posait à eux était d’ordre religieux et juridique : il fallait que la divinité porte l’épiclèse juste et qu’elle soit de statut juridique romain, ce qui signifie, en toute rigueur, que le lieu de culte devait se trouver sur le territoire de la cité de Rome. L’existence de l’Italie comme entité juridique définie, et distincte des provinces, ne fait pas de doute ; un certain nombre de dispositifs juridiques définissaient le sol italien et, partant, son unité : par exemple, l’exemption du tribut15. La justification des chevaliers est cependant plus précise et se fonde sur l’autorité exercée par Rome sur la religion publique des cités d’Italie. Dès lors, il faut donc soit entendre l’argument dans un sens très large – Rome exerce en effet sa domination sur l’Italie – ce qui s’accorde mal avec l’enquête nécessaire aux chevaliers pour arriver in fine à une solution car plus d’un siècle s’était écoulé depuis la Guerre sociale, soit y voir la traduction de dispositions juridiques précises sur le statut des sacra publica dans les municipes et colonies italiens. Là encore, plusieurs règles relatives au droit « religieux » font de l’Italie un territoire uni et spécifique : l’interdiction faite au Grand Pontife de quitter l’Italie, l’impossibilité de transformer en ager Romanus un territoire non italien, l’impossibilité de la « proprietà quiritaria » hors de l’Italie et le lien nécessaire entre l’élargissement du pomerium et l’agrandissement de la terra Italia16. Ces règlements témoignent, selon les termes de P. Catalano, de l’existence de « norme, particolarmente di diritto divino, che considerano l’Italia (e gli Italici) come unità »17. Pour autant, aucune ne traduit positivement l’idée d’une soumission de la religion publique de l’ensemble des cités d’Italie au droit et à l’imperium romains, pour les municipes encore moins que pour les colonies18.

  • 19 Religions de Rome, p. 305.
  • 20 Tac., Ann., 2, 32. Notons que Suétone évoque une expulsion de Rome seulement (Suét., Tib., 36).
  • 21 Liv., 39, 14, 7 et 18, 7.
  • 22 Cazanove 2000.

4La domination de Rome sur l’Italie n’était certes plus en discussion depuis plus d’un siècle et, partant, le Sénat pouvait sans difficulté aucune affirmer ponctuellement, à la faveur d’une nécessité conjoncturelle, son autorité sur la sphère religieuse des cités d’Italie. Celle‑ci, partie intégrante de l’ager Romanus, était soumise au ius et à l’imperium romains. Cela se lit dans les tentatives d’éradication de certains cultes ou d’expulsion de certaines catégories d’individus19. Le pouvoir prenait alors des dispositions qu’il voulait effectives à Rome et en Italie. C’est le cas par exemple lorsqu’en 16 de n. è., Tibère décide de faire expulser astrologues et magiciens20. Cependant, plusieurs éléments invitent à ne pas sur-interpréter ce que les sources littéraires rapportent de ces prescriptions et de leur prétendue performativité : rien n’est dit de leurs modalités d’application et de leur éventuelle effectivité – surtout, elles simplifient souvent la réalité. Certes antérieur à la Guerre sociale, le sénatus-consulte de Bacchanalibus (186 av. n. è.) offre une vision plus exacte des rapports entre Rome et l’Italie sur le plan religieux. Comme Olivier de Cazanove l’a montré, malgré la formule elliptique de Tite-Live affirmant que la répression romaine s’abattit sur l’Italie entière (per totam Italiam)21, seuls les territoires appartenant aux colonies romaines et latines et les territoires englobés dans l’ager Romanus durent se soumettre au sénatus-consulte22. La réponse apportée au problème des chevaliers probablement rendue par le collège des pontifes puis mise en forme par le Sénat – arguant du contrôle et de l’autorité de Rome sur les sacra publica des cités d’Italie – s’appuie donc avant tout sur l’extension de l’ager Romanus à l’ensemble de la péninsule italienne au lendemain de la Guerre sociale. Ce constat en demi-teinte sur la réalité du contrôle de Rome sur les municipalia sacra invite quoi qu’il en soit à nuancer la portée de l’argumentaire fourni aux chevaliers pour les libérer de leur scrupule religieux. La règle formulée par le Sénat n’était certes pas contraire à la nature des rapports entre Rome et l’Italie, mais elle répondait avant tout à une conjoncture spécifique et à la nécessité que les chevaliers puissent accomplir leur vœu. Elle ne traduisait pas un contrôle direct et constant de Rome sur les rites et les lieux de la religion publique des cités de la péninsule.

  • 23 Sur les limites du territoire de Rome, voir Kubitschek 1894 ; Alföldi 1965, p. 296-318. Sur le prog (...)
  • 24 Scheid 2010, p. 157.

5La nécessaire « enquête » que suggère l’emploi du verbe « repertum est » implique que le travail des pontifes ne s’est pas limité à faire le constat de la domination exercée par Rome sur l’ensemble des cités de la péninsule. Le scrupule religieux des chevaliers avait un fondement juridique : le statut romain de la divinité destinée à recevoir l’accomplissement du vœu était une condition sine qua non de la validité du contrat. Cela signifiait que le temple destiné à recevoir l’offrande des chevaliers devait se trouver à Rome ou sur son territoire. Puisqu’on ne peut affirmer qu’Antium appartenait au territoire de Rome – l’ager de la cité –, il faut en conclure qu’une fiction juridique permettait de passer outre cette difficulté. La connaissance des limites de l’ager romain pose de nombreuses difficultés aux historiens modernes. Sous l’égide d’Auguste, un vaste programme religieux et antiquaire vise à (re)définir un périmètre situé à six milles du centre de la ville comme frontière ancienne du territoire de la cité23. L’artifice juridique vise donc à assimiler le territoire d’une cité d’Italie – défini comme ager Romanus – au territoire propre de la ville de Rome. Cet épisode, comme l’a souligné John Scheid, révèle un fonctionnement juridique selon lequel « les divinités des cités d’Italie font partie du droit romain dans la mesure où un magistrat romain ou un corps officiel de Rome les impliquent dans un acte religieux »24.

6Dans cette perspective, le choix d’Antium a répondu à une seule exigence : la présence d’un temple dont la divinité titulaire était Fortuna Equestris et la possibilité qu’y trouvaient les chevaliers de s’acquitter de leur vœu. Tacite ne commente pas l’épilogue de cet événement, ni l’identité de la cité où durent se rendre des représentants de l’ordre équestre. Toutefois, l’impression produite est nette : une continuité s’établit entre le paysage religieux d’Antium et celui de Rome, non pas géographique, mais tout à la fois juridique et symbolique, au sens où le territoire d’une cité d’Italie devient, le temps d’un acte religieux public, une portion du territoire de Rome. Le paysage religieux mental et juridique des Romains s’élargit donc au-delà de l’Vrbs.

7Cet épisode du règne de Tibère offre d’autres échos en Italie que l’action des chevaliers à Antium et celle-ci fournit alors des clés de compréhension pour en appréhender les enjeux ; l’anecdote rapportée par Tacite est suggestive, éclairant à nos yeux d’une part l’ampleur de ce qui se joua en 22/23 de n. è. et d’autre part la continuité religieuse qui se manifeste alors entre Rome et l’Italie. Les ramifications de la maladie de Livie s’étendent au-delà de l’Vrbs et du Latium et impliquent d’autres espaces géographiques comme le suggèrent deux ensembles documentaires.

  • 25 RIC I, p. 106, n° 23 et pl. VI n° 107 (1ère éd. 1927).
  • 26 La 24e puissance tribunicienne correspond à la période allant du 27 juin 22 au 26 juin 23.
  • 27 Liv, 9, 43, 25 et 10, 1, 8-9. Sur l’aedes Salutis, LTUR, IV, s.u. « Salus, aedes ».
  • 28 Pline l’A., 35, 4, 19 ; Val. Max., 8, 14, 6.
  • 29 Varr., L.L., 5, 52. LTUR, IV, s.u. « Salus, ara ».
  • 30 Cattaneo 2011, p. 119-120. Plutarque rappelle qu’une statue de Caton fut érigée dans le temple de S (...)
  • 31 Dion Cass., 37, 24, 1. Les dernières mentions par les sources remontent à l’année 63, où la cérémon (...)
  • 32 CFA, p. 164, n° 59.
  • 33 Wood 1999, p. 110. Il est à noter qu’un vœu uniquement lié au rétablissement de Livie aurait été fa (...)
  • 34 Respectivement RPC 1, 38 et 39 ; RPC, 1154 ; RPC, 1567 et 1568, RPC, 1779 ; RPC, 2840.

8Si les chevaliers s’en remirent à Fortuna Equestris pour la guérison de Livie, Tibère impliqua une autre divinité dans cet événement médical et politique, Salus Augusta. Au cours des années 22/23 de n. è., en lien avec la guérison, le Sénat fait en effet frapper un dupondius à l’effigie de Salus Augusta, représentée sous les traits de Livie25. La légende Salus Augusta apparaît sur le droit, accompagnée d’un buste féminin identifié avec la mère de l’empereur. Le revers donne l’indication de la vingt-quatrième puissance tribunicienne de Tibère, associée à S.C.26. La déesse Salus avait fait son entrée dans le panthéon public romain plusieurs siècles auparavant : à la fin du IVe s. av. n. è., au cours de la deuxième guerre samnite, le consul C. Iunius Bubulcus Brutus contracta un vœu auprès de Salus (311 av. n. è.), dont il s’acquitta neuf ans plus tard alors qu’il revêtait la charge de dictateur27. Un temple monumental, dont la cella fut peinte par Fabius Pictor28, remplace alors probablement un lieu de culte à ciel ouvert dont l’ancienneté est suggérée par sa mention au sein de la liste des sacrifices accomplis par les Argées29. Divers épisodes rappellent en outre que Salus fut tout au long de la République régulièrement associée au combat contre les dangers menaçant l’intégrité de l’état, en tant que divinité protectrice de la res publica30. Le début du Principat ne remet pas en cause la place de cette divinité dans le panthéon public romain. Auguste restaure ainsi une ancienne cérémonie liée à Salus, l’augurium Salutis, dont Dion Cassius affirme qu’elle avait connu une longue période d’interruption31. Ce sont cependant les actes des frères Arvales qui fournissent la première attestation épigraphique d’un culte romain public à Salus Augusta, en 91 de n. è. seulement32. On ne possède pas de documents d’époque augustéenne mentionnant cette divinité, bien que la politique religieuse du premier empereur ait fréquemment associé sa propre personne à la préservation de l’état, ouvrant la voie à l’établissement d’un lien structurel entre la salus de la res publica et la salus de l’empereur. En mettant en circulation un dupondius à l’effigie de Salus Augusta et en associant celle-ci au rétablissement de sa mère, Tibère convoque donc une divinité traditionnelle chargée du maintien de l’intégrité de l’état romain, et s’inscrit dans un processus entamé dès le règne d’Auguste qui avait vu la progressive identification de la salus de l’empereur et des membres de la famille impériale à celle de la res publica33. La déesse devient ainsi l’une des divinités protectrices de la dynastie. Les échos religieux et politiques de la maladie de Livie se jouent donc à Antium, par l’intermédiaire des chevaliers, et à Rome, où, parmi d’autres actions, une émission monétaire spécifique accompagne son rétablissement. La circulation de ces monnaies dans l’empire assurait une large diffusion de l’événement. Des émissions frappées dans des ateliers monétaires provinciaux en témoignent : à Augusta Emerita, qui émet durant les mêmes années des monnaies identiques aux exemplaires romains, ainsi qu’à Corinthe, Thessalonique, Byzance et Aphrodisias34.

9Un deuxième ensemble documentaire, toujours lié à Salus Augusta, enrichit notre vision des répercussions extra-romaines de la guérison de Livie. La colonie d’Vrbs Saluia située dans le Picénum (regio V) présente une série de témoignages archéologiques et épigraphiques en lien avec cet épisode du règne de Tibère, et met à son tour en relief la continuité religieuse entre Rome et l’Italie. Les fouilles conduites depuis les années 1970 sur ce site (Urbisaglia, province de Macerata) ont mis au jour un important sanctuaire qui domine à l’est le forum de la colonie et dont Salus Augusta a été identifiée comme divinité titulaire. L’histoire de ce lieu de culte, désormais inscrit dans un contexte urbanistique et civique révisé et plus complet, mérite un examen attentif, afin de clarifier les modalités des échos lisibles hors de Rome des actions religieuses liées au rétablissement de Livie. En retour, l’analyse de la continuité religieuse entre Rome et Vrbs Saluia, ses formes et ses agents, contribue à l’effort au long cours fourni par les Modernes dans la reconstitution de l’histoire complexe de cette colonie.

Généalogie d’une colonie et position du problème : le cas de Pollentia / Vrbs Salvia

  • 35 La date de la déduction d’Auximum est controversée, cf. infra. À cette liste de colonies, il faut a (...)
  • 36 Pour les colonies nouvelles : Fanum Fortunae, Falerio Picenus ; pour les refondations : Ariminum (a (...)
  • 37 Respectivement PIR, VII, 2, 138 ; RE, I A, 2, col. 2026‑2029, n° 15 pour le premier et PIR, VII, 2, (...)
  • 38 Eck 1995, p. 57-80.
  • 39 Une inscription fragmentaire (CIL IX, 5815) avait été découverte dans l’église S. Donato à Montefan (...)
  • 40 Delplace 1983.
  • 41 Un sondage a révélé une phase de fréquentation caractérisée par des fragments de céramique à vernis (...)
  • 42 Fabrini 2003, 128-135 et Fabrini 2009, 197-202. Parmi les éléments plus notables, signalons un édif (...)
  • 43 César signale que les préfectures sont encore nombreuses dans le Picénum au milieu du Ier s. av. n. (...)
  • 44 Deplace 1993, p. 73-74. L’hypothèse d’une phase municipale s’appuie sur les attestations de quattuo (...)
  • 45 Paci 1990, p. 85-89, Paci 1998, p. 246-250 et Paci 2001b, p. 21.
  • 46 CIL IX, 5535 ; Eck 1970, p. 94, n. 1 ; CIL IX, 5793 (voir Paci 1990, p. 86 n. 26 et 27).
  • 47 Degrassi 1962, p. 99-177. En dernier lieu, Laffi 2006, p. 111-116.
  • 48 Ajoutons que le Liber coloniarum signale que le territoire d’Vrbs Saluia fut assigné à l’époque tri (...)
  • 49 Potentia (AE 1995, 437); Castrum Nouum (CIL I², 1908 = CIL IX, 5145) ; Auximum (par ex. CIL IX, 583 (...)

10Les déductions coloniales sur la façade adriatique de l’Italie centrale s’échelonnent sans discontinuer ou presque du début du IIIe s. av. n. è. à la fin du IIe s. av. n. è. Les informations fournies par les sources littéraires dessinent un cadre chronologique relativement précis, d’où émergent trois périodes de colonisation, d’abord au lendemain de la victoire de Sentinum (295), avec les fondations d’Hadria, de Castrum Nouum et de Sena Gallica, toutes advenues entre la fin de la décennie 290 et celle de la décennie 280, puis en lien avec la création de l’ager Picenus (Ariminum 268, Firmum Picenum 264, Aesis 247), et enfin dans le premier quart du IIe s. av. n. è., marqué par les déductions de Pisaurum, Potentia et Auximum35. À la fin de la République, le Picénum connaît une nouvelle période de fondations nombreuses, essentiellement durant la période triumvirale et le début du Principat36. Les sources littéraires restent cependant silencieuses sur la fondation d’Vrbs Saluia, colonie installée à trente kilomètres de la côte, dans la vallée du Fiastra, sur le versant oriental d’une colline culminant à 310 m d’altitude (colle di S. Biagio). Distante de 30 km à vol d’oiseau de la colonie plus septentrionale d’Auximum, et située 25 km à l’ouest de la colonie latine de Firmum Picenum (264 av. n. è.), sa date de fondation reste inconnue. Plusieurs hypothèses se sont affrontées et ont fait osciller la fondation entre l’époque augustéenne et l’époque flavienne. La présence dans la colonie de deux patrons de haut-rang sous la dynastie des Flaviens, C. Salvius Liberalis Nonius Bassus et L. Flavius Silva Nonius Bassus37, et les opérations édilitaires qu’ils y conduisent, avaient incité à y voir le reflet d’une promotion coloniale38. Une découverte épigraphique sur le site d’Vrbs Saluia a cependant permis d’établir l’année 29 de n. è. comme terminus ante quem : la carrière de C. Fufius Geminus, le présente comme « patr(onus) col(oniae) »39. L’inscription ne mentionne pas le consulat de 29 mais signale en revanche le tribunat de la plèbe, que ce personnage a dû revêtir aux alentours de l’année 23. Christiane Delplace avait proposé qu’Vrbs Saluia ait été une colonie d’époque augustéenne, appuyant son raisonnement d’une part sur cette inscription, et d’autre part sur l’importance des transformations urbanistiques documentées à la fin du Ier s. av. n. è. et au début du Ier s. de n. è., à cheval entre les règnes d’Auguste et de Tibère40. L’argument n’est pas définitif et l’établissement d’un terminus ante quem laisse de nombreuses questions ouvertes. Si l’activité édilitaire est particulièrement intense sous le principat augustéen et au début du règne de Tibère, l’exploration archéologique du site a mis au jour du matériel et des structures d’époque tardo-républicaine (fin du IIe s. av. n. è.-début du Ier s. av. n. è.) lors de sondages effectués dans le secteur occidental du complexe temple-cryptoportique41 et du forum42. Face à la chronologie fournie par les sources archéologiques, la colonie d’époque augustéenne aurait donc été la troisième phase de l’évolution administrative de cet habitat, d’abord préfecture (fin du IIe s. av. n. è.)43,puis municipe au cours du Ier s. av. n. è., avant de devenir colonie sous Auguste44. Cette reconstitution se heurte cependant, comme l’a montré Gianfranco Paci, aux témoignages épigraphiques relatifs aux magistrats supérieurs de la cité45. En effet, plusieurs inscriptions datées du Ier s. de n. è. indiquent que la colonie est dirigée par des préteurs46 et l’existence de cette magistrature à l’époque impériale impose de restituer différemment l’histoire administrative d’Vrbs Saluia : aucune colonie postérieure au IIe s. av. n. è. ne reçoit comme magistrats des préteurs, duovirs et quattuorvirs étant les seules formes d’administration connues47. Dès lors, la présence de ces magistrats à la tête d’Vrbs Saluia renvoie plus certainement à une déduction coloniale d’époque républicaine48. Plusieurs colonies républicaines picéniennes reçurent en effet des chartes de fondation plaçant à leur tête des praetores ; c’est le cas de Castrum Nouum (ca. 290), Potentia (184), Auximum (IIe s. av. n. è.) et Hadria, colonie latine du début du IIIe s. av. n. è.49.

  • 50 Parma (183), Mutina (183) et Luna (177) n’apparaissent pas chez Velleius Paterculus.
  • 51 Vell., 1, 15, 3. Pour une bibliographie complète sur la date controversée de la déduction d’Auximum(...)
  • 52 Selon E. T. Salmon, Auximum aurait été fondée en 128 (Salmon 1969, p. 112 et n. 194). F. Coarelli r (...)
  • 53 Liv., 41, 21, 12. Voir Laffi 2001, p. 519-530.
  • 54 Pour une présentation des problèmes historiques liés à la censure de 174, voir Torelli 1983, p. 244 (...)
  • 55 Salmon 1969, p. 113-117.
  • 56 Minto 1919, p. 199-206 (= AE 1920, 97).
  • 57 Fentress 1991, p. 149 et n. 3. La majorité des fermes existant sur le territoire de la colonie sont (...)

11Deux ensembles documentaires convergents autorisent donc aujourd’hui à retenir comme quasi certaine l’hypothèse que la colonie d’Vrbs Saluia fut déduite au cours du IIe s. av. n. è. La documentation épigraphique relative à la magistrature suprême de la colonie renvoie à une déduction d’époque médio-républicaine, alors que l’exploration archéologique a confirmé l’existence de niveaux républicains. Ceux-ci ne permettent pas seuls de déterminer le statut de l’habitat qui se développe à la fin du IIe s. av. n. è., mais associés aux inscriptions d’époque impériale mentionnant des préteurs, ils rendent plus solide l’hypothèse d’une fondation au cours de la deuxième moitié du IIe siècle. Aucune source littéraire ne vient appuyer cette reconstitution, mais, en l’absence des informations liviennes, l’argument a silentio se révèle faible ; l’œuvre de Velleius Paterculus souffre de plusieurs lacunes dans la liste des fondations coloniales qu’elle transmet50. En revanche, il convient de s’interroger sur le contexte historique d’une telle fondation, et les questionnements relatifs à Vrbs Saluia rejoignent alors en partie ceux soulevés par une autre déduction picénienne, Auximum, dont Velleius Paterculus affirme qu’elle eut lieu en 157 av. n. è.51. Deux éléments principaux ont contribué à la remise en cause de cette datation par une partie de l’historiographie : son isolement chronologique52 et la mention d’une intervention antérieure des censeurs à Auximum, en 174 av. n. è.53. En outre, Pisaurum et Potentia sont fondées à très peu de distance de celle-ci durant le premier quart du IIe s. av. n. è. La complexité du passage relatif à la censure de 174 empêche d’en faire le socle de la réflexion54, mais il contribue à renforcer les doutes sur la date de la déduction et à faire des deux premières décennies du IIe s. un contexte privilégié pour la fondation d’Auximum. Le très net ralentissement de la colonisation après 177 av. n. è. rend plus complexe la compréhension des potentielles déductions coloniales à Vrbs Saluia et à Auximum en aval de cette date. On s’explique alors mal les motivations romaines à la source de nouveaux envois de colons en Italie. Dans le cas d’Auximum, l’hypothèse a été avancée d’une déduction coloniale conduite par le Sénat en 128 av. n. è., en réaction à la politique gracchienne de distributions viritanes en Italie. E. T. Salmon a proposé ce schéma interprétatif pour rendre compte tout à la fois de la fondation d’Auximum et de celle d’Heba en étrurie, dont aucune source littéraire ne témoigne55. L’histoire d’Heba, dont une seule inscription d’époque impériale atteste le statut colonial56, reste largement débattue. Sur la base des prospections effectuées sur le territoire centurié de la colonie, E. Fentress a proposé une fondation au cours de la première moitié du IIe s. av. n. è.57, mais aucune date plus précise ne peut être avancée. On constate que ces trois sites présentent un similitude topographique : aucun n’est situé à proximité immédiate de la côte, à la différence des colonies romaines du IIIe et du début du IIe s. av. n. è. Un faisceau d’indices, relatifs à trois colonies distinctes, conduit donc à ne pas faire de 177 av. n. è. la date de l’arrêt définitif de la colonisation d’époque républicaine (jusqu’à Sylla) en Italie et contribue à renforcer l’hypothèse qu’Vrbs Saluia ait pu être déduite au IIe s. av. n. è., après les dernières fondations adriatiques signalées par Tite-Live.

Le choix d’Vrbs Saluia : promotion et transformation d’un culte local

  • 58 Il a fait depuis 1976 l’objet de campagnes fouilles nombreuses, d’abord sous la direction de Christ (...)

12Les résultats des fouilles les plus récentes dessinent une histoire de la colonie d’Vrbs Saluia plus longue et plus complexe que ce que les campagnes archéologiques menées au cours des années 1970 et 1980 avaient permis d’entrevoir ; et c’est donc dans un contexte historique et civique plus riche qu’il faut réinscrire l’édifice emblématique de la colonie au Ier siècle de n. è., le sanctuaire de Salus Augusta58 (fig. 1).

Fig. 1 – Vrbs Saluia dans la deuxième moitié du Ier s. de n. è.

Fig. 1 – Vrbs Saluia dans la deuxième moitié du Ier s. de n. è.

D'après Perna 2005, p. 114, fig. 129.

  • 59 Nous renvoyons pour une présentation complète des données sur le complexe cryptoportique-temple à P (...)
  • 60 Delplace 2005.
  • 61 Dans leur étude sur les tuiles sacrées, M. G. Granino Cecere et S. M. Marengo inscrivent les timbre (...)

13Les structures aujourd’hui visibles permettent de reconstituer un quadriportique monumental à quatre branches qui supportait une terrasse sur laquelle s’élevait un temple59. Le complexe est orienté vers l’ouest ; il s’ouvre sur le forum qu’il domine et dont il est séparé par le tronçon urbain de la via Salaria Gallica. Ses dimensions en font l’un des monuments les plus imposants de la cité telle qu’elle nous apparaît aujourd’hui, à côté du théâtre et de l’amphithéâtre. Le cryptoportique est composé de quatre galeries formant un rectangle de 51 m (côtés nord et sud) sur 42 m (côtés est et ouest), dont les parois présentent des fresques appartenant au IIIe style pompéien60. La terrasse est bordée d’un portique à péristyle sur ses côtés nord, est et sud, tandis qu’un escalier aménagé sur le côté ouest du complexe la reliait au forum. L’édifice cultuel s’identifie à un temple hexastyle (16,28 m x 30,19 m) sur podium. La cella est de forme carrée et se caractérise par une abside de dimension importante sur la paroi du fond (8,75 m de large sur 3 m de profondeur environ). La découverte de nombreuses tuiles portant le timbre « Salutis Aug. Saluiens » a permis d’identifier Salus Augusta comme divinité titulaire du sanctuaire61.

  • 62 Fabrini 2000, p.121-126 et Fabrini 2009, p. 202 : au niveau de la façade du temple de Salus Augusta(...)
  • 63 Fabrini 2001, p. 13-22 ; Perna 2005, p. 60.
  • 64 Perna 2005, p. 61, n. 226.

14Ces vestiges témoignent d’une phase de monumentalisation du complexe architectural ; celle-ci débute au cours de la décennie 20 de n. è. et se poursuit jusqu’au milieu du Ier siècle. Ces travaux oblitèrent des structures antérieures que seules les fouilles conduites à partir de la fin des années 1990 ont pu mettre au jour. Deux phases antérieures à la monumentalisation du Ier s. de n. è. ont pu être distinguées. La première, tardo-républicaine, se caractérise par la présence d’un sol en mortier, aménagé sur une couche d’argile présentant des fragments de céramique datés entre la fin du IIIe s. et le début du Ier s. av. n. è., et lié à une structure un bois ainsi qu’à un mur spolié. La destruction de cet édifice, daté de la première moitié du Ier s. av. n. è., est suivie de travaux d’aménagement, au cours de la première époque augustéenne, qui visent à niveler la zone, à l’aide d’argile mêlé à des matériaux de construction antérieurs (pierres, briques/tuiles, enduit peint, fragments d’un pavement en opus signinum, clous)62. La lecture des vestiges augustéens identifie pour l’heure un canal d’écoulement des eaux, peut-être lié à un toit, et qui supposerait donc l’existence d’un édifice couvert, ainsi qu’une base et un fragment de colonne63. Quelques éléments architecturaux d’époque augustéenne ont également été identifiés : des antéfixes et un fragment de chapiteau corinthien provenant peut-être tous deux de la façade du temple64.

  • 65 Fabrini 2009, p. 205, n. 23 (avec bibliographie antérieure).
  • 66 G. M. Fabrini ajoute ce cratère au dossier du culte des Nymphes à Vrbs Saluia, déjà attesté par la (...)
  • 67 Gasperini 1998, p. 500, et n. 3. L’auteur insiste sur la nécessité de s’interroger sur le nom de la (...)
  • 68 Fabrini 2009, p. 213-214 (avec bibliographie antérieure).

15Les données archéologiques et épigraphiques actuellement disponibles et leur interprétation tracent les premières pistes de réflexion sur la question de l’ancienneté du culte de Salus et de ses transformations au cours du temps. La fonction des structures antérieures au règne de Tibère demeure incertaine en l’absence de matériel à vocation cultuelle. Les fouilles ont cependant mis en évidence une occupation continue de la zone, depuis la fin du IIIe s. ou le début du IIe s. av. n. è., et l’existence de deux phases édilitaires successives en amont de la monumentalisation au cours de la décennie 20, l’une tardo-républicaine et l’autre d’époque augustéenne. L’occupation pérenne de la zone du sanctuaire depuis le début du Ier s. av. n. è., ainsi que le remploi d’éléments architecturaux augustéens dans les structures postérieures, plaident pour une continuité fonctionnelle. D’autres indices extérieurs peuvent venir à l’appui de cette hypothèse. Analysant la situation du sanctuaire au sein du réseau viaire régional, G. M. Fabrini souligne qu’il se trouve le long d’un tracé en usage dès le début du IIIe s. av. n. è., probablement celui emprunté par les troupes romaines lorsqu’elles quittèrent le sud du Picénum (l’ager Praetutianus) pour aller conquérir le territoire des Gaulois Sénons (ca. 290). Quelques découvertes archéologiques sporadiques pourraient par ailleurs témoigner de la présence d’une mansio65.Dans une perspective plus directement cultuelle, L. Gasperini estime que le premier établissement s’est formé autour d’un sanctuaire lié à une source thérapeutique. La découverte en 2006 d’un cratère néo-attique dédié aux nymphes est venue appuyer cette interprétation en soulignant un peu plus la possibilité d’un culte thérapeutique lié à l’eau66. Sans affronter en détail cette question, il relève l’étrangeté du toponyme Vrbs Saluia et les liens qu’il atteste avec la déesse Salus67. La présence, immédiatement au sud du cryptoportique-temple, d’un édifice lié au captage d’eaux résurgentes, fournit un argument à cette reconstitution68. L’argument est en réalité moins évident qu’il n’y paraît eu égard à l’évolution toponomastique de l’habitat et mérite un examen attentif. Le nom de la colonie invite en effet à une double réflexion qui concerne directement l’histoire du culte de Salus dans la cité. Soulignons d’abord la construction inhabituelle de ce toponyme et les liens possibles entre Saluia et Salus. Ensuite, le fameux passage de Pline l’Ancien évoquant les « Vrbe Saluia Pollentini » signale que la colonie a très certainement changé d’appellation au cours de son existence.

  • 69 A. Ernout, A. Meillet et J. André, Dictionnaire étymologique de la langue latine. Histoire des mots(...)
  • 70 Pline l’A., 3, 111.

16Le lien étymologique entre saluius et salus est difficilement contestable : Saluia dérive sans doute aucun du terme salus69 et incite à établir une relation entre la présence du culte de Salus et le nom de la cité. On aurait alors un schéma similaire à celui observé dans d’autres cités, Fanum Fortunae et Lucus Feroniae par exemple, dont les noms sont directement formés sur un théonyme. Le toponyme Vrbs Saluia apparaît pour la première fois dans les sources littéraires sous la plume de Pline l’Ancien qui évoque les « Vrbesaluia Pollentini » dans la liste des habitants de la cinquième région augustéenne70 :

Dans l’intérieur sont les habitants d’Auximum, Bérégra, Cingulum, Cupra avec le surnom de Montans, Falério, Pausulae, Planina, Ricina, Septempeda, Tolentinum, Trea, et les Pollentins d’Urbs Salvia (Vrbesaluia Pollentini).

  • 71 M. Humbert estimait qu’Vrbs Saluia Pollentinorum, « double nom de la ville […], prouve l’existence (...)
  • 72 Sur ce type de nom de colonies, voir Wolf 1968.
  • 73 Strab., 3, 5, 1. Q. Caecilius Metellus aurait également fondé Palma. Il est plus probable que ces d (...)
  • 74 Voir pour une présentation synthétique de la colonie Mennella et Bernardini 2002, p. 137-147. On ne (...)
  • 75 Delplace 1993, p. 89.
  • 76 Strab., 5, 4, 2.

17L’étrangeté de cette mention a nourri de nombreux débats sur la réalité urbaine et historique qu’il convenait de placer derrière cette désignation, qui s’accordent sur l’hypothèse d’un changement de nom intervenu au cours de l’histoire de la cité71. La première colonie aurait été fondée sous le nom de Pollentia, un nom particulièrement bien adapté à la création d’une colonie au IIe s. av. n. è., période durant laquelle le Sénat romain aimait à choisir une désignation de bon augure, telles Potentia et Auximum, colonies voisines72. Strabon signale par exemple que le consul Q. Caecilius Metellus, conquérant des Baléares en 123 av. n. è., est à l’origine de la fondation d’une colonie à Mallorca, qui reçut le nom de Pollentia73. Un autre Pollentia, située dans la plaine padane, aurait été fondée comme oppidum en 124-123 av. n. è., en lien avec la campagne menée par M. Fulvius Flaccus contre les Ligures transalpins et certaines tribus du Piémont méridional74. Le nom d’Vrbs Saluia Pollentinorum mentionné par Pline l’Ancien serait ainsi la forme complète du nom de la cité, rappelant sa première désignation75. Strabon mentionne également le toponyme Pollentia alors qu’il décrit le Picénum, et place cette cité entre Septempeda et Potentia, soit en correspondance possible avec le site d’Vrbs Saluia76.

Au-delà des villes d’Ombrie situées entre Ariminum et Ancône s’étend le Picénum. […]

  • 77 Les manuscrits donnent, en réalité, Πνευεντια, dont les éditeurs signalent qu’il s’agit d’une corru (...)

Ses villes sont les suivantes. D’abord Ancône, dont l’origine est grecque et qui fut fondée par des Syracusains fuyant la tyrannie de Denys. Ancône est bâtie sur un promontoire qui circonscrit un port en se recourbant vers le nord. Elle produit énormément de vin et de blé. Dans le voisinage, un peu en arrière de la côte, se trouve la ville d’Auxumum. Puis viennent Septempéda, Pollentia77, Potentia, Firmum Picénum et le port de cette dernière, Castellum. La localité suivante est le sanctuaire de Cupra, fondé et construit par les Tyrrhéniens, qui donnent à Héra le nom de Cupra.

  • 78 Signalons que le passage est caractéristique des emprunts de Strabon à Artémidore : « énumération d (...)
  • 79 Selon Luciano Canfora, l’ambassade d’Artémidore d’éphèse à Rome se place dans les années 104-101 av (...)
  • 80 Introduction au livre III de l’Histoire Naturelle, par H. Zehnacker, éd. CUF, p. XIV-XVI. Sur l’œuv (...)
  • 81 Pline l’A., 3, 111 : Cupra oppidum, Castellum Firmanorum et super id colonia, Asculum, Piceni nobil (...)
  • 82 Strabon possède également une connaissance directe de l’Italie, acquise lors de séjours effectués d (...)
  • 83 Sallman 1971, p. 165-268, cité par H. Zehnacker, préface au livre III de l’Histoire naturelle, éd. (...)

18Le géographe grec s’appuie dans ce passage sur Artémidore d’éphèse78, dont l’œuvre transmet des informations appartenant au dernier quart du IIe s. av. n. è.79, et renvoie ainsi à l’existence d’une cité nommée Pollentia dès cette période. La mise en regard des notices de Strabon et de Pline l’Ancien suggère que l’encyclopédiste du Ier s. de n. è. a transmis un toponyme plus récent que le géographe grec. La critique moderne a révélé les trois sources principales de Pline l’Ancien : un périple rédigé entre 44 et 29 av. n. è., les commentarii d’Agrippa et la discriptio augustéenne de l’Italie en onze régions80. Le passage relatif à Vrbs Saluia Pollentinorum se révèle significatif de la combinaison de ces différentes sources puisque Pline entame sa description par celle du littoral, essentiellement fondée sur le Périple, et la poursuit avec l’évocation de l’arrière-pays, introduite par intus, pour laquelle il transcrit les informations fournies par l’œuvre géographique augustéenne81. Les balises chronologiques que sont les œuvres de Strabon et Pline l’Ancien se manient difficilement : peut-on conclure que le changement de nom de la colonie se place entre le début du Ier s. av. n. è. et la fin de ce même siècle ? Largement dépendant d’Artémidore d’Éphèse, le géographe grec d’époque augustéenne transmet le nom originel de la colonie républicaine82. Pline l’Ancien, fort d’informations plus récentes, insère le nom nouveau et complet de la cité, Vrbs Saluia Pollentinorum. A-t-il trouvé cette information dans la discriptio augustéenne ou provient-elle d’une mise à jour grâce à l’une des autres sources consultées ? Il est démontré que la somme des connaissances mobilisées par le polygraphe ne s’arrête pas aux informations disponibles à la fin du Ier s. av. n. è. et qu’il s’attacha à croiser les sources dont il disposait83. Pour le cas particulier du Picénum, le texte de l’Histoire naturelle donne lui-même des renseignements précieux qui confirment que Pline l’Ancien a utilisé des sources plus récentes, comme le montre ce passage du livre III :

  • 84 Pline l’A., 3, 108. 

[…] Valérianus soutient pareillement que la ville des Vidicins dans le Picénum a été détruite par les Romains84.

  • 85 Pline l’A., 10, 2, 5 : « Cornélius Valerianus rapporte que le phénix passa en égypte sous le consul (...)

19Si Cornelius Valérianus n’est pas connu par ailleurs, il est cependant attesté que son œuvre est quoi qu’il en soit postérieure à l’année 36 de n. è. ; Pline se réfère en effet à cet auteur alors qu’il décrit le phénix et évoque le passage de cet oiseau en égypte l’année du consulat de Q. Plautius et Sex. Papinius85. Il est donc acquis que Pline disposait sur la cinquième région augustéenne d’informations postérieures au règne de Tibère et qu’elles ont pu lui fournir le nouveau nom de Pollentia.

  • 86 Dans les cas d’homonymie, on constate plutôt l’ajout d’un élément au nom de la cité pour le disting (...)
  • 87 Strab., 5, 4, 13.
  • 88 Liv., Per., 14 et Vell. Pat., 1, 14, 7.
  • 89 Torelli 2002, p. 69-70.
  • 90 Donati 1991, p. 129-130.
  • 91 BTCGI, X, s.u. « Messina », p. 2.

20En complément des repères chronologiques fournis par la tradition textuelle, l’enquête peut emprunter un autre chemin : à quelle occasion une cité change-t-elle de nom ? Une typologie complète est hors-de-portée, mais un premier inventaire fournit plusieurs pistes. Une série de facteurs sont susceptibles d’engager une cité à modifier son nom : homonymie86, évolution de son statut, transformation du contexte politique, mutations du peuplement de l’habitat. Ainsi, la Poseidonia grecque devient Paistom en lien avec la nouvelle domination lucanienne sur la cité87. La déduction d’une colonie latine en 273 av. n. è. entraîne en revanche une simple latinisation du toponyme88. Dans le cadre de l’Italie d’époque républicaine et impériale, l’évolution du statut d’un habitat, parfois associée à un changement de domination, fournit néanmoins souvent l’occasion d’une évolution du toponyme. La progressive conquête de la péninsule s’accompagne d’importantes modifications de l’organisation civique des territoires. Les déductions coloniales apparaissent comme le moment privilégié d’une évolution du toponyme. La cité samnite de Maluentum reçoit le nom de Beneuentum lors de sa transformation en colonie latine (268 av. n. è.) en souvenir de la victoire romaine contre Pyrrhus, mais aussi probablement pour placer cette nouvelle fondation sous de bons auspices89. Le phénomène prend des formes en partie différentes aux époques triumvirale et augustéenne puisque les fondations coloniales se traduisent par l’intégration du gentilice du fondateur ou du refondateur au nom de la colonie, éventuellement associé à un adjectif de bon augure (Pisaurum devient ainsi la colonia Iulia Felix Pisaurum). La transformation d’un habitat en municipe entraîne des évolutions toponymiques voisines, à l’instar de Fidentia qui devient Flauia Fidentia probablement sous le règne de Vespasien, alors que la perte ultérieure de son autonomie civique se serait traduite par une évolution du toponyme en Fidentiola90. À côté des variations de statut, des mutations de peuplement, parfois associées à une nouvelle domination politique peuvent provoquer une évolution toponomastique : l’exemple de Zancle, devenue Messana au début du Ve s. av. n. è., renvoie à la nouvelle domination du tyran de Rhegium Anaxilas dans cette région et à l’arrivée concomitante depuis le Péloponnèse d’un contingent de Messéniens91.

  • 92 Cf. supra note XXX.
  • 93 Parmi les colonies proches d’Vrbs Saluia, citons le cas de Potentia, pour laquelle des praetores so (...)
  • 94 Par exemple CIL XI, 6360. La refondation est attestée par le nouveau nom de la colonie, présent sur (...)
  • 95 L’argument est avancé par M. Mayer i Olivé, qui affirme qu’à titre d’exception la magistrature anté (...)
  • 96 Par exemple Aquileia, Sora et Tingi (Laffi 2006, p. 114).

21On le voit, le changement d’identité d’une cité se réduit difficilement à un type d’événements, bien que, sans surprise, il corresponde le plus souvent à une rupture historique. L’histoire de Pollentia/Vrbs Saluia invite à concentrer l’attention sur le contexte du dernier tiers du Ier s. av. n. è., où les fondations et refondations coloniales forment l’arrière-plan de nombreuses dénominations civiques nouvelles. Pollentia subit-elle, à l’image d’autres colonies républicaines, une nouvelle déduction accompagnée d’une évolution de son nom ? L’hypothèse d’une colonie d’époque augustéenne a été formulée sous la plume de Christiane Delplace dès les années 1980. Les travaux de Gianfranco Paci ont cependant montré l’impossibilité d’une telle chronologie en raison de la présence de préteurs à la tête de la cité92. L’hypothèse d’une refondation à l’époque triumvirale ou sous Auguste, à l’origine d’un changement du nom de la colonie, se heurte au même obstacle. La présence de préteurs à la tête de la colonie à l’époque impériale plaide contre une refondation au cours du dernier tiers du Ier s. av. n. è., laquelle aurait été l’occasion d’une réorganisation administrative et instauré le duovirat comme magistrature supérieure. Le contexte régional le souligne. Aucune des trois colonies républicaines privées d’une nouvelle déduction dans le dernier tiers du Ier s. av. n. è. (Castrum Nouum, Auximum, Potentia) ne transforme la titulature de ses magistrats suprêmes et toutes conservent à leur tête des préteurs93. En revanche, des duovirs sont attestés à l’époque impériale à Pisaurum, colonie républicaine refondée par Octavien/Auguste94. La régularité des formes d’administration municipales souffre certes des exceptions, mais auxquelles il paraît difficile de rattacher le cas des préteurs d’Vrbs Saluia95. Certaines colonies augustéennes ont pu avoir à leur tête des quattuorvirs, et non des duovirs96, mais aucun autre exemple ne témoigne du maintien de la préture. Un dernier argument, plus fragile, peut être avancé : dans le cas d’une refondation sous le triumvirat ou au début du Principat, l’évolution toponomastique de Pollentia aurait probablement assumé une forme plus traditionnelle en intégrant le gentilice du fondateur.

  • 97 PIR, VII, 2, 138 ; RE, I A, 2, col. 2026-2029, n° 15.
  • 98 PIR, VII, 2, 154 ; RE, I A, 2, col. 2055-2056, n° 22.
  • 99 Deplace 1993, p. 50 et 283.
  • 100 La Princeton Encyclopedia of Classical Sites fait l’hypothèse d’un Saluius actif dans les années 60 (...)
  • 101 CIL IX, 5533 (ILS 1011). RE I A, 2, col. 2026, n° 15. Selon M. Mayer i Olivé, cette hypothèse n’est (...)

22Dès lors, l’enquête doit emprunter d’autres voies. La forte implication de la gens Saluia dans l’histoire de la cité a rendu séduisante l’hypothèse d’une transposition de ce gentilice vers le toponyme de l’habitat. Deux personnages de haut-rang en sont en effet originaires et s’y montrent particulièrement actifs sous les Flaviens et sous le règne de Trajan : C. Salvius Liberalis Nonius Bassus97et son fils C. Salvius Vitellianus98. Tous deux occupent la charge de praetor quinquennalis, et C. Salvius Liberalis Nonius Bassus revêt en outre le titre de patron. Conjointement, ils financent la restauration du théâtre99. Cela dit, le nom d’Vrbs Saluia est attesté dès le règne de Tibère et la renommée de la gens Saluia dans la deuxième moitié du Ier s. de n. è. ne suffit pas à expliquer le nom de la colonie. À moins de fonder le raisonnement sur les lacunes documentaires, aucun membre de la gens Saluia actif au cours du Ier s. av. n. è. n’est susceptible d’avoir eu le profil adéquat ni une importance suffisante pour justifier que la cité calquât son nom sur ce gentilice100. En revanche, le raisonnement inverse est possible : un ascendant de C. Salvius Liberalis Nonius Bassus était peut-être un affranchi, ancien esclave public de la colonie. Son adlectio au Sénat va d’ailleurs dans ce sens101. En l’absence d’une refondation coloniale et écartée la possibilité d’un passage du gentilice au toponyme, un autre événement offre finalement l’opportunité de l’évolution toponomastique de la colonie.

  • 102 Une émission monétaire commémore ces célébrations (RIC I2, p. 97, n° 50 et 51).
  • 103 Un phénomène similaire est rapporté par Tacite au moment des funérailles d’Auguste : « Les sénateur (...)
  • 104 Torelli 1977-1978, p. 183.

23On mesure grâce à Tacite l’ampleur des répercussions de la maladie de Livie, au-delà de l’implication de l’ordre équestre. Absent de Rome depuis un an, Tibère revient au chevet de sa mère. Le Sénat décrète des supplications aux dieux et l’organisation de jeux dont sont chargés les pontifes, les augures et les quindécemvirs, associés aux septemvirs et aux sodales Augustales102. La mention relative à la proposition de L. Apronius de faire participer également les féciaux, rejetée par Tibère, signale que les sénateurs rivalisèrent probablement de suggestions pour marquer leur sollicitude à l’égard de Livie103. En outre, une modification du calendrier public a sans doute été introduite en lien avec la célébration des supplicationes et des ludi magni évoqués par Tacite, le 5 août, dies natalis de l’aedes Salutis in Colle, et le 6 août devenant jour néfastes à une période comprise entre les années 20 et 23104.

  • 105 Delplace 1993, p. 65-66.
  • 106 CIL IX, 5815.
  • 107 CIL IX, 5744 (= ILS 3866 = AE 1982, 239) : Nymphis Geminis / sacrum C. Fufius Gemini l. / Politic (...)
  • 108 Fabrini 2011, part. p. 74.
  • 109 Tac., Ann., 5, 2 et Tac., Ann., 6, 10 ; Suét., Tib., 51.
  • 110 Tac., Ann., 4, 12 ; 5, 2.

24La coïncidence chronologique entre la construction du sanctuaire de Salus Augusta à Vrbs Saluia et les événements romains a été mise lumière par Christiane Delplace105. Les données archéologiques les plus récentes établissent cependant qu’il s’agit d’une monumentalisation. Si le contexte historique rend compte de manière satisfaisante de la transformation du lieu de culte, les agents de celle-ci restent inconnus. La documentation épigraphique signale l’activité à Vrbs Saluia au cours des années 20 d’un sénateur originaire de la cité, C. Fufius Geminus, patron de la colonie. Son implication dans la parure monumentale de la colonie est attestée par une inscription rappelant qu’il a financé à ses frais la construction du théâtre106. Il vaut de noter parallèlement qu’il est particulièrement lié au culte des Nymphes comme l’atteste une dédicace découverte à Vrbs Saluia107. La découverte d’un cratère néo-attique dédié à ces divinités dans l’édifice « delle acque », architecturalement lié au sanctuaire de Salus Augusta, suggère un lien fonctionnel et religieux entre ces deux bâtiments108. Enfin, un autre élément complète le profil de ce personnage. Il fut en effet particulièrement proche de Tibère et de la cour impériale109. L’on sait plus précisément grâce à Tacite que C. Fufius Geminus devait sa carrière à Livie, très proche de son épouse Mutilia Prisca, et que la mère de Tibère avait même été à l’origine du mariage de ces deux personnages110.

  • 111 Folcando 1996, p. 96.

25Ces éléments biographiques dressent un arrière-plan très favorable à l’implication forte de C. Fufius Geminus dans les transformations que connaît le sanctuaire de Salus au cours de la décennie 20. L’inscription attestant son patronat sur la colonie, datée de l’année 29, offre un simple terminus ante quem et l’on peut raisonnablement penser que ce rôle lui échut plusieurs années auparavant. En effet, le réexamen d’une inscription conservée à une trentaine de kilomètres d’Vrbs Saluia a permis de compléter la lecture de l’inscription murée dans le théâtre d’Vrbs Saluia et relative à C. Fufius Geminus. Il apparaît ainsi que celui-ci était patron de la colonie avant son accession au tribunat de la plèbe, laquelle, dans le cadre d’un cursus honorum régulier, dut advenir aux alentours de l’année 23111. Le rôle de C. Fufius Geminus dans l’évolution du sanctuaire de Salus, dont les modalités demeurent certes imprécises, fut nécessairement déterminant. Afin de dégager plus clairement les mécanismes de cet épisode, il s’avère nécessaire de tenter de relier les trois grands événements qui marquèrent l’histoire d’Vrbs Saluia au cours de cette décennie. Comment s’articulent, le cas échéant, la monumentalisation du sanctuaire, la probable modification de l’épiclèse de la divinité et l’évolution du toponyme colonial ?

  • 112 Gros 1976, p. 32-33 : sur 35 temples dont les calendriers impériaux permettent de connaître le dies (...)
  • 113 Comme l’illustre le cas de Tibère. Gros 1976, p. 67 : « c’est seulement après la mort des Caesares, (...)

26Peut-être n’a-t-on pas prêté suffisamment d’attention jusqu’ici à la question de l’épiclèse divine. Comme vu précédemment, l’hypothèse a été avancée que le culte de Salus bénéficiât de racines historiques profondes : autour de lui aurait pu naître un premier habitat devenu colonie au cours de la deuxième moitié du IIs.av. n. è. Les sources archéologiques, ambiguës il est vrai, plaident elles aussi pour un lieu de culte déjà actif au cours du Ier s. av. n. è. Dans cette perspective, la date de l’introduction de l’épiclèse augusta correspond à une transformation réelle du culte et doit s’inscrire dans une procédure religieuse adéquate. L’épisode des chevaliers confrontés à l’absence de temple dédié à la Fortune équestre à Rome souligne assez le caractère déterminant des épiclèses et invite à ne pas négliger cet aspect à Vrbs Saluia. Quand le sanctuaire de Salus devint-il le sanctuaire de Salus Augusta ? Cette évolution du culte, dans la mesure où elle supposait une modification de la divinité titulaire du sanctuaire, supposait une nouvelle dédicace de celui-ci. Une telle opération religieuse pouvait intervenir dans le cadre d’une restauration, d’une reconstruction ou d’une monumentalisation du lieu de culte. En un mot, celui qui entreprenait des travaux importants dans un sanctuaire s’octroyait la possibilité d’une nouvelle consécration et d’une nouvelle dédicace. Tout au long du règne d’Auguste, les exemples furent nombreux à Rome112. Ils s’inscrivaient dans une vaste opération de resémentisation du paysage religieux urbain, au profit d’Auguste et de la famille impériale, et participaient aussi aux luttes de pouvoir au sein de plus hautes sphères de l’état113. Ces nouvelles dédicaces, légitimées par des interventions édilitaires d’ampleur, autorisaient plusieurs types de modifications, sans les rendre systématiques : jour anniversaire du temple, épiclèse divine, lois du sanctuaire etc. Dans le contexte de la colonie picénienne, les travaux entrepris à partir de la décennie 20 s’identifient à ce type d’intervention et une nouvelle dédicace vint probablement les sanctionner. Ce fut alors le moment privilégié pour l’introduction d’une épithète nouvelle au théonyme, Salus devint Salus Augusta. Depuis l’avènement du Principat, les épiclèses augustus et augusta commençaient à peupler le paysage religieux des cités d’Italie et de l’empire. Celles-ci, parfois assimilées à tort à des manifestations du culte impérial, revêtent une signification politique certaine : elles sont les signes de l’adhésion aux valeurs véhiculées par le nouveau régime et les balises de la loyauté des élites locales.

  • 114 Gros 1976, p. 38.
  • 115 Un recensement a été effectué pour l’empire par Marwood 1988, p. 100-109 : en Italie, il ne signale (...)
  • 116 L’inscription d’Ariminum n’est pas mentionnée par Marwood 1988: CIL XI, 361 (deuxième moitié du IIe(...)
  • 117 Outre le sanctuaire de Salus Augusta, les lieux de culte connus à Vrbs Saluia comptent le temple du (...)
  • 118 PIR, VII, 2, n° 138 ; RE, I A, 2, col. 2026‑2029, n° 15.
  • 119 AE 1993, 594.

27L’affaire du vœu des chevaliers offre un contexte historique particulièrement significatif pour interpréter l’évolution sensible du paysage religieux d’Vrbs Saluia en ces premières années du règne de Tibère. Associé à d’autres indices, il suggère le retentissement politique de la maladie et de la guérison de Livie et rend quasi certaine l’intervention directe ou indirecte de C. Fufius Geminus dans les transformations apportées au culte et au sanctuaire de Salus à Vrbs Saluia. Dans l’impossibilité d’acquitter leur vœu à Rome, les chevaliers obtiennent du Sénat l’autorisation de le faire à Antium. Surtout, ils sont assurés par les autorités politiques et religieuses compétentes que leur geste n’en garde pas moins toute sa validité. Le sénateur originaire d’Vrbs Saluia suit un raisonnement en partie similaire. Au cours du Principat augustéen s’était fermée la possibilité pour les aristocrates romains, les principes uiri, de construire aucun lieu de culte à Rome, ce privilège étant désormais réservé à l’empereur et aux membres de sa famille114. Désireux de marquer ostensiblement sa loyauté à Livie, C. Fufius Geminus choisit de le faire non à Rome, mais, de manière spectaculaire et monumentale, dans la cité dont il est originaire et patron. Cependant, son geste, bien que délocalisé à l’extérieur de l’Vrbs, comme l’est celui des chevaliers, n’en gardait manifestement pas moins toute sa force et son impact aux yeux de la mère de l’empereur. D’après les sources à notre disposition, Rome ne possède qu’un seul temple de Salus au Ier s. de n. è., qui fut impliqué dans les célébrations religieuses qui suivirent la guérison de Livie, et C. Fufius Geminus aurait donc pu inscrire son action au sein de ce sanctuaire. Rien ne nous garantit qu’il ne l’a pas fait, mais il opte quoi qu’il en soit aussi pour un hommage d’une dimension autre, faisant de la cité dont il est originaire et dont il est le patron le siège du sanctuaire majeur de Salus Augusta en Italie. Les attestations de ce culte en Italie se comptent peu nombreuses et l’importance du sanctuaire d’Vrbs Saluia n’en apparaît que plus grande à l’échelle de la péninsule115. Deux autres cités d’Italie seulement ont livré des inscriptions, plus tardives d’un siècle, signalant l’existence possible d’un lieu de culte dédié à Salus (Augusta ?). à Ariminum, Q. Plautius Iustius, édile, a fait construire en son nom et en celui de son épouse et de son fils une aedes S(alutis) A(ugustae) en accomplissement de son vœu, alors qu’à Gabii est érigée une statue en l’honneur de Agusia Priscilla, prêtresse de Spes et de Salus Aug(usta)116. Peut-être peut-on ainsi prêter à C. Fufius Geminus une ambition forte : faire de la colonie picénienne la cité de Salus Augusta, à l’image d’autres cités italiennes, intrinsèquement liées à un culte et reconnues comme sièges antiques et prestigieux de celui-ci, telles Fanum Fortunae, Cupra Maritima, exemples géographiquement voisins, ou, dans le Latium, Lucus Feroniae et Nemi. Un élément postérieur confirme partiellement le rôle central du culte de Salus Augusta dans la colonie. Outre l’impact urbanistique du sanctuaire, qui dans l’état actuel de nos connaissances n’est concurrencé par aucun autre117, le sacerdoce lié à ce culte s’avère particulièrement prestigieux. On n’en connaît qu’une seule détentrice, Vitellia Rufilla, qui revêt cette charge dans le dernier quart du Ier s. de n. è. Son profil sociologique suggère que le flaminicat de Salus Augusta occupait le sommet de la hiérarchie sacerdotale féminine. Son origine locale reste incertaine mais ses liens avec la colonie s’enracinent en la personne de son époux, C. Salvius Liberalis Nonius Bassus. Membre de l’ordre sénatorial, consul suffect en 85 ou 86 av. n. è., frère Arvale118, il revêt quatre fois la magistrature quinquennale à Vrbs Saluia. Patron de la colonie, il a financé avec son fils la restauration du théâtre119. Le mari de Vitellia Rufellia est donc un haut-personnage de l’état, qui jouit à Rome de la faveur de Vespasien et Titus ; son adlectio fait de lui un sénateur de rang prétorien. Au regard d’un tel cursus, on admet sans difficulté que le flaminicat Salutis Augustae offrait à l’épouse de C. Salvius Liberalis un sacerdoce dont le prestige était suffisant pour qu’elle le revêtît, et qu’il s’agissait sans doute aucun de la charge religieuse majeure de la colonie.

  • 120 Seager 2005, p. 146. également, Keppie 2000, p. 278 : seule la colonie de Parentium a parfois été a (...)
  • 121 Pour n’en citer que quelques-uns : Colonia Claudia Sauariensum (Claude, Pannonie) ; Colonia Claudia (...)
  • 122 L’argument est fragile puisque certaines colonies fondées par César ou Octavien ne portent pas le c (...)
  • 123 Varr., LL., 5, 143. Il n’est pas interdit de penser qu’un jeu étymologique et intellectuel sous-ten (...)

28On voit alors dans cet épisode le moment privilégié d’un changement de toponyme pour la cité, dont un patron puissant comme l’était C. Fufius Geminus a pu se faire le promoteur afin de rendre d’autant plus lisible le rôle nouveau qu’il entendait lui faire jouer en Italie et aux yeux du pouvoir central. L’entreprise de ce haut-personnage apparaît toute entière tournée vers un objectif : promouvoir le culte de Salus Augusta et faire de sa cité d’origine le centre majeur de ce culte. En l’absence de toute documentation sur le financement du sanctuaire, les leviers d’action potentiels dont il a disposé pour favoriser ces travaux apparaissent nombreux, à défaut d’être assurés par les sources. Évergésie patronale ou action accomplie dans le cadre d’une magistrature locale, les modalités restent, à ce jour, indéfinies. Isolée, la construction d’un sanctuaire monumental au sein d’une cité peinerait à justifier la transformation du nom de celle-ci. Ici, la présence à Vrbs Saluia de C. Fufius Geminus et le contexte politique italien dans lequel s’inscrit l’introduction d’un nouveau culte forment au contraire un cadre général où prend sens l’évolution toponomastique de la cité. Si cette hypothèse est acceptée, doit-elle être liée à une refondation coloniale qui aurait donné une opportunité simple pour un changement d’identité ? L’hypothèse d’une refondation coloniale sous le règne de Tibère, qui donnerait également un arrière-plan à l’ampleur des travaux urbanistiques des décennies 10-20 de n. è., aurait l’avantage de pouvoir mieux s’accorder avec l’obstacle mis en lumière par G. Paci qu’une déduction augustéenne, le maintien des préteurs à la tête de la colonie. À la différence des triumvirs et d’Auguste, Tibère n’a pas à son actif une vaste politique coloniale ; on pourrait alors concevoir que la nouvelle fondation ne se soit pas accompagnée d’une mise aux normes des magistratures, à la différence de ce qu’avait fait son père adoptif avant lui, installant des duovirs à la tête de toutes les nouvelles colonies et des anciennes colonies refondées. Cependant, plusieurs éléments fragilisent cette reconstruction. Le premier concerne la politique coloniale de Tibère. Dire qu’elle ne fut guère active est un euphémisme puisque le cas d’Vrbs Saluia constituerait un hapax : les sources ne signalent aucune autre colonie déduite par l’empereur sur le sol italien120. Un tel argument reste difficilement maniable puisque le constat repose sur des arguments a silentio. Un deuxième élément mérite d’être noté : le nouveau nom de la colonie lui-même ne plaide pas pour une refondation. L’habitude avait été prise depuis le début du Ier s. av. n. è. par les fondateurs d’insérer un cognomen dérivé de leur gentilice dans la nouvelle titulature coloniale. Ce procédé perdure sous l’Empire, comme en témoignent de nombreux exemples121. Le doute est donc permis : une refondation coloniale n’aurait-elle pas été l’occasion d’incorporer le cognomen impérial au toponyme122 ? Il faut donc très probablement se passer de l’hypothèse d’une refondation coloniale, laquelle n’apparaît de toute façon pas indispensable pour éclairer les modalités de l’évolution toponymique de la cité. Les éléments mis en lumière plus haut dessinent un contexte politique et religieux particulièrement adapté à rendre compte de ce phénomène. En décidant de rebaptiser du nom d’Vrbs Saluia la vieille Pollentia, les élites citadines accomplissaient un geste de loyauté envers la famille impériale et souhaitaient renforcer le lien spécifique qui unissait la colonie à Rome. Dès lors, le choix même du nouveau nom n’était pas fortuit : l’introduction du terme urbs dans la titulature de la cité était une façon de rendre encore plus visible son statut juridique spécifique ; comme le rappelait Varron, les colonies seules peuvent elles aussi, après Rome, être qualifiées d’urbes parce que les fondateurs coloniaux tracent un sillon à la manière de Romulus et que celui-ci marque le pomerium de la cité (et ideo coloniae nostrae omnes in litteris antiquis scribuntur urbes, quod item conditae ut Roma)123.

29Au terme de cette enquête historique et archéologique, deux séries de résultats peuvent être présentés. La première s’inscrit dans le contexte local de la colonie d’Vrbs Saluia. En privilégiant une approche qui rende compte des différents événements qui marquent l’histoire de la cité durant les premières décennies de notre ère – monumentalisation du sanctuaire de Salus Augusta, modification de l’épiclèse de la divinité titulaire et patronat de C. Fufius Geminus –, on parvient à reconstituer le cadre chronologique et politique à l’intérieur duquel comprendre l’évolution du toponyme colonial. La juste importance accordée à la dimension religieuse, comme y invite le rôle éminent du culte de Salus Augusta dans la cité, permet de définir un temps privilégié et adéquat pour que lui soit attribué un nouveau nom, ainsi que de saisir tout l’enjeu politique de cette action. Le cadre péninsulaire à l’intérieur duquel il est nécessaire de s’inscrire pour mener cette recherche – et c’est là le second point de conclusion – entre en résonance avec l’affaire du vœu des chevaliers à la Fortune équestre. À travers l’exemple d’Vrbs Saluia, on constate une fois encore la continuité religieuse entre Rome et l’Italie. Sans forcer le rapprochement entre les deux épisodes, tous deux témoignent que les sanctuaires des cités d’Italie font partie intégrante de la sphère religieuse de l’Vrbs. Dans le cas des chevaliers, la difficulté touche à la définition juridique et religieuse légitime de ce qui est romain, au sens strict du terme. La solution apportée par les pontifes réaffirme que tout sanctuaire public situé sur le sol italien, et donc sur l’ager romanus, est en droit romain. En installant à Vrbs Saluia un culte de Salus Augusta, C. Fufius Geminus s’inscrit dans une même logique. Offrir à Livie une marque de sa fidélité non pas à Rome mais en Italie ne fragilise pas la portée de son geste et le sanctuaire de Salus Augusta situé dans une colonie du Picénum semble de ce fait s’intégrer au paysage religieux de l’Vrbs.

Haut de page

Bibliographie

Alföldi 1965 = A. Alföldi, Early Rome and the Latins, Ann Arbor, 1965.

Bardon 1956 = H. Bardon, La littérature latine inconnue, Paris, 1956, vol. II.

Bartman 1999 = E. Bartman, Portraits of Livia. Imaging the imperial woman in Augustan Rome, Cambridge, 1999.

Boëls-Janssen 1993 = N. Boëls-Janssen, La vie religieuse des matrones dans la Rome archaïque, Rome, 1993 (Collection de l'École française de Rome, 176).

Branchesi 2006 = F. Branchesi, La colonia di Auximum (Picenum) e la gestione dello spazio pubblico : l’apporto della documentazione epigrafica, dans Cahiers du Centre Glotz, 17, 2006, p. 153-173.

Buiatti 1992 = A. Buiatti, Laterizi, dans Instrumenta inscripta Latina. Sezione aquileiese (Aquileia, marzo-maggio 1992), Aquileia, 1992, p. 7-8.

Canfora 2010 = L. Canfora, Il viaggio di Artemidoro. Vita e avventure di un grande esploratore dell’antichità, Milan, 2010.

Catalano 1978 = P. Catalano, Aspetti spaziali del sistema giuridico-religioso romano. Mundus, templum, urbs, ager, Latium, Italia, dans ANRW, II.16.1, 1978, p. 440-553.

Cattaneo 2011 = C. Cattaneo, Salvs Pvblica Popvli Romani, Forlí, 2011.

Cazanove 2000 = O. de Cazanove, I destinari dell’iscrizione di Tiriolo e la questione del campo d’applicazione del senatoconsulto De Bacchanalibus, dans Athenaeum, 88, 1, 2000, p. 59-69.

Cébeillac-Gervasoni 1994 = M. Cébeillac‑Gervasoni, I magistrati della colonia di Ostia in età repubblicana, dans Epigrafia e territorio. Politica e società III, Bari, 1994, p. 7-16.

CFA = J. Scheid, Recherches archéologiques à la Magliana. Commentarii fratrum Arvalium qui supersunt. Les copies épigraphiques des protocoles annuels de la confrérie arvale (21 av.-304 ap. J.-C.), Rome, 1998 (Roma antica, 4).

Champeaux 1987 = J. Champeaux, Fortuna. Le culte de la Fortune dans le monde romain. II. Les transformations de Fortuna sous la République, Rome, 1987 (Collection de l'École française de Rome, 64/2).

Coarelli 1977 = F. Coarelli, Public Building in Rome between the second Punic war and Sulla, dans PBSR, 45, 1977, p. 1-23.

Degrassi 1962 = A. Degrassi, Quattuoruiri in colonie romane e in municipi retti da duouiri, dans A. Degrassi, Scritti vari di antichità, I, Rome, 1962, p. 99-177.

Delplace 1983 = Ch. Delplace, La colonie augustéenne d’Vrbs Saluia, dans MEFRA, 95, 2, 1983, p. 761-784.

Delplace 1993 = Ch. Delplace, La romanisation du Picénum : l'exemple d'Urbs Salvia, Rome, 1993 (Collection de l'École française de Rome, 177).

Delplace 2005 = Ch. Delplace, La decorazione dipinta del criptoportico di Vrbs Saluia, dans Annali della facoltà di lettere e filosofia dell’Università di Macerata, 38, 2005, p. 31-35.

Di Stefano Manzella 1991 = I. Di Stefano Manzella, Zosimo liberto di Q. Salvidenio Rufo e accenso di L. Cornificio console nel 35 a.C., dans ZPE, 85, 1991, p. 175-185.

Doenges 2005 = N. A. Doenges, Pollentia. A Roman Colony on the Island of Mallorca, Oxford, 2005.

Donati 1991 = A. Donati, Fidentia : municipium e borgo, dans M. Van Uytfanghe et R. Demeulenaere (éd.), Aevum inter utrumque. Mélanges offerts à Gabriel Sanders, professeur émérite à l'Université de Gand, Steenbrugis, 1991, p. 128-132.

Dumézil 1974 = G. Dumézil, La religion romaine archaïque, Paris, 1974.

Eck 1995 = W. Eck, Vrbs Saluia e le sue più illustri famiglie in età romana, dans L. Bacchielli (éd.), Studi su Urbisaglia, Tivoli, 1995, p. 49-82.

Fabrini 2000 = G. M. Fabrini, L’area del Tempio-Criptoportico ad Urbs Salvia, dans Picus, 20, 2000, p. 113-158.

Fabrini 2001 = G. M. Fabrini, Nuovi contributi storico-archeologici dall’area del tempio-criptoportico e del foro di Urbs Salvia, dans Picus, 21, 2001, p. 9-39.

Fabrini 2003 = G. M. Fabrini, Le origini di Urbs Salvia : il contributo delle più recenti indagini archeologiche, dans Picus, 23, 2003, p. 109-137.

Fabrini 2009 = G. M. Fabrini, Per la storia di Vrbs Saluia : il contributo delle recenti indagini di scavo nell’area forense, dans G. de Marinis et G. Paci (éd.), Omaggio a Nereo Alfieri. Contributi all’Archeologia Marchigiana, Tivoli, 2009, p. 194-242.

Fabrini 2011 = G. M. Fabrini, Vrbs Saluia : un cratere « neoattico » dedicato alle ninfe, dans Mare internum. Archeologia e culture del Mediterraneo, 3, 2011, p. 65-76.

Fentress 1991 = E. Fentress, Heba, the XXIXth legion, and the Campo della Chiesa title, dans Journal of Roman Archaeology, 1991, 4, p. 149-150.

Folcando 1996 = E. Folcando, Una rilettura dell’elenco delle colonie pliniano, dans M. Pani (éd.), Epigrafia e territorio. Politica e società. Temi di antichità romane, IV, Bari, 1996, p. 75-112.

Frateantonio 2003 = C. Frateantonio, Religiöse Autonomie der Stadt im Imperium Romanum, Tübingen, 2003.

Galsterer 1971 = H. Galsterer, Untersuchungen zum römischen Städtewesen auf den iberischen Halbinsel, Berlin, 1971.

Gasperini 1982 = L. Gasperini, Sulla carriera di Gaio Fufio Gemino console del 29 d.C., dans Ottava miscellanea greca e romana, Rome, 1982, p. 285-302.

Gasperini 1998 = L. Gasperini, Vrbs Saluia et la romanisation du Picénum [recension à Delplace 1993], dans JRA, 11, 1998, p. 499-502.

Giardina 1997 = A. Giardina, L’Italia romana. Storie di un’identità incompiuta, Bari, 1997.

Granino Cecere et Marengo 2012 = M. G. Granino Cecere et S. M. Marengo, Le tegulae sacrae dell’Italia romana, dans G. Baratta et S. M. Marengo (éd.), Instrumentum Inscripta III. Manufatti iscritti e vita dei santuari in età romana, Macerata, 2012, p. 159-184.

Harris 1971 = W. Harris, Rome in Etruria and Umbria, Oxford, 1971.

Keppie 2000 = L. Keppie, Colonisation and veteran settlement in Italy in the first century A.D., dans L. Keppie, Legions ans veterans. Roman army papers 1971-2000, Stuttgart, 2000, p. 263-300.

Kubitschek 1883 = W. Kubitschek, Ager Romanus, dans RE, 1, 1, 1893, col. 780-784.

Laffi 2001 = U. Laffi, Linee di sviluppo della colonizzazione romana dalla fine della guerra annibalica all’età graccana, dans Iuris Vincula. Studi in onore di Mario Talamanca, IV, Naples, 2001, p. 519-530.

Laffi 2006 = U. Laffi, La struttura costituzionale nei municipi e nelle colonie romane : magistrati, decurioni, popolo, dans L. Capogrossi Colognesi et E. Gabba (dir.), Gli statuti municipali, Pavie, 2006, p. 109-131.

Mayer i Olivé 2012 = M. Mayer i Olivé, Reflexiones sobre el nombre romano de Urbisaglia : una propuesta sobre la denominación de la Colonia Pollentia Vrbs Saluia del Piceno, dans Picus, 32, 2012, p. 9-35.

Mennella et Bernardini 2002 = G. Mennella et E. Bernardini, Pollentia, dans Supplementa Italica, 19, 2002, p. 131-189.

Minto 1919 = A. Minto, Di un monumento epigrafico che ricorda l’antica Heba, dans NSA, 1919, p. 199-206.

Mommsen 1984-1985 = Th. Mommsen, Le droit public romain, Paris, 1984-1985.

Paci 1990 = G. Paci, Vent’anni di studi urbisaluiensi (1970-1990), dans Picus, 10, 1990, p. 71-97.

Paci 2001a = G. Paci, Potentia (Porto Recanati) : l’iscrizione dei praetores, dans Picus, 21, 2001, p. 191-197.

Paci 2001b = G. Paci, Il Piceno tra III e II sec. a.C., dans E. Percossi Serenelli, Potentia. Quando poi scese il silenzio… Rito e società in una colonia romana del Piceno fra Repubblica e tardo Impero, Milano, 2001, p. 20-23.

Perna 2005 = R. Perna, Vrbs Saluia, forma e urbanistica, Rome, 2005.

Perna 2007 = R. Perna, Per l’urbanistica di Vrbs Saluia : l’evoluzione del Piano programmatico e l’organizzazione della città, dans Studi maceratesi, XLI, 2007, p. 349-387.

Religions de Rome = M. Beard, J. North et S. Price, Religions de Rome, Paris, 2006.

RIC = H. Mattingly et E. Sydenham, The Roman Imperial Coinage, I, Londres, rééd. 1968 (1ère éd. 1927).

RPC 1 = A. M. Burnett, M. Amandry, P. P. Ripollès, Roman provincial coinage. vol. 1, From the death of Caesar to the death of Vitellius (44 BC-AD 69), Londres, 1992.

RRC = M. H. Crawford, Roman Republican Coinage, Cambridge, 1974.

Sallmann 1971 = K. G. Sallmann, Die Geographie des älteren Plinius in ihrem Verhältnis zu Varro. Versuch einer Quellenanalyse, Berlin, 1971.

Salmon 1969 = E.T. Salmon, Roman colonization under the Republic, Londres, 1969.

Scheid 2006 = J. Scheid, Rome et les grands lieux de culte d’Italie, dans A. Vigourt, X. Loriot, A. Béranger-Badel et B. Klein (dir.), Pouvoir et religion dans le monde romain en hommage à Jean-Pierre Martin, Paris, 2006, p. 75-86.

Scheid 2010 = J. Scheid, Siue in ciuitate...siue in agro. Réflexions sur les lieux de culte situés sur le territoire des cités, dans J. de La Genière, A. Vauchez et J. Leclant (éd.), Les sanctuaires et leur rayonnement dans le monde méditerranéen de l'Antiquité à l'Époque moderne [actes du 20e Colloque de la Villa Kérylos à Beaulieu-sur-Mer les 9-10 octobre 2009], Paris, 2010, p. 151-159.

Seager 2005 = R. Seager, Tiberius, Malden-Oxford, 2005² (1ère éd. 1972).

Silvestrini 1996 = M. Silvestrini, Compte rendu. Ch. Delplace, La romanisation du Picenum, l’exemple d’Urbs Saluia, dans Quaderni di storia, 43, 1996, p. 319-324.

Suspène 2001 = A. Suspène, Tiberius Claudianus contre Agrippa Postumus : autour de la dédicace du temple des Dioscures, dans Revue de philologie, de littérature et d'histoire anciennes, 75, 1, 2001, p. 99-124.

Torelli 1977-1978 = M. Torelli, La ualetudo atrox di Livia del 22 d.C., l’ara pietatis augustae e i calendari, dans Annali della facoltà di lettere e filosofia. Università degli studi di Perugia, XV, 1, 1977/78, p. 181-183.

Torelli 1983 = M. Torelli, Edilizia pubblica in Italia centrale tra guerra sociale ed età augustea : ideologia e classi sociali, dans Les bourgeoisies municipales italiennes aux IIe et Ier siècles av. J.-C. [Centre Jean Bérard, 7-10 déc. 1981], Paris-Naples, 1983, p. 241-250.

Torelli 2002 = M. R. Torelli, Benevento romana, Rome, 2002.

Winkler 1995 = L. Winkler, Salus : vom Staatskult zur politischen Idee. Eine archäologische Untersuchung, Heidelberg, 1995.

Wolf 1968 = H. J. Wolf, Zum Typus Valentia‑Pollentia‑Potentia, dans Beitrage zur Namenforschung, 3, 1968, p. 190-198.

Wood 1999 = s. Wood, Imperial women : a study in public Images, 40 B.C.-A.D. 68., Leyde, 1999 (Mnemosyne Suppl., 194).

Haut de page

Notes

1 La synthèse la plus récente sur le site d’Vrbs Saluia est celle de Perna 2005.

2 Paci 1990.

3 Ch. Delplace fut la première à proposer l’hypothèse d’une colonie augustéenne, s’appuyant essentiellement sur les sources archéologiques qui révèlent une phase de monumentalisation importante au début du Ier s. de n. è. (Delplace 1983).

4 Strab., 5, 4, 2.

5 Pline l’A., 3, 111.

6 Dans son compte rendu de l’ouvrage de Ch. Delplace (Delplace 1993), L. Gasperini regrette que la particularité du toponyme de la colonie n’ait pas retenu plus longuement l’attention de l’auteur (Gasperini 1998, p. 500). Ch. Delplace n’évoque en effet que rapidement la question du double nom de la colonie, sans consacrer une réflexion spécifique au toponyme Vrbs Saluia (Delplace 1993, p. 89). Dans la monographie qu’il consacre à la colonie, R. Perna ne propose pas de cadre chronologique précis : « G. Paci […] propone invece una corrispondenza archeologica tra la fondazione di Vrbs Saluia e quella delle città coloniali fondate nel II sec. a.C. nel Piceno, dove tale tipo di magistratura [= les préteurs] è comunemente attestata, ipotizzando di conseguenza una fondazione, relativamente alta nel corso dello stesso periodo, da collocare probabilmente nella fase finale del secolo. I dati archeologici, acquisiti grazie agli scavi più recenti, sembrano portare ulteriori conferme a tale ipotesi, dando anche ragione del poleonimo Pollentini riportato da Plinio, che sarebbe quindi riferibile ad una fase di vita dell’insediamento più antica rispetto a quella cui sarà associato il nome di Vrbs Saluia » (Perna 2005, p. 4).

7 Mayer i Olivé 2012. Cet article est paru alors que l’enquête proposée ici était en voie d’achèvement. Nous avons cependant intégré les conclusions de M. Mayer i Olivé à notre réflexion.

8 Mayer i Olivé 2012, p. 34-35.

9 Tac., Ann., 3, 64, 1. Ce passage a été étudié par John Scheid dans une perspective voisine. Son analyse démontre que, l’ensemble du sol italien appartenant à l’ager Romanus, les divinités honorées publiquement par les municipes et les colonies étaient de droit des divinités romaines et locales (Scheid 2006, part. p. 85-86).

10 Fortuna Muliebris est la déesse tutélaire des matrones romaines (Boëls-Janssen 1993, p. 378-382). Les sources littéraires (Liv., 2, 40, 12 ; Denys d’Hal., 8, 55 ; Plut., Cor. 37) rapportent que le temple fut élevé en 487 av. n. è. à l’endroit où les matrones romaines rencontrèrent Coriolan et le convainquirent de ne pas attaquer Rome (LTUR, Suburbium, II, s.u. « Fortuna Muliebris, aedes, templum », p. 272-273). Une inscription rappelle que Livie restaura le temple de Fortuna Muliebris situé au IVe mille de la uia Latina (CIL VI, 883).

11 Un temple de la Fortune équestre avait été dédié à Rome le 13 août 173 av. n. è. (Liv., 42, 10), à la suite du vœu contracté par Q. Fulvius Flaccus lors d’une bataille contre les Celtibères (Liv., 40, 40, 10).

12 Cf. note précédente. En 92 av. n.è, le temple est encore en activité puisqu’il fut le lieu d’un prodige (Jul. Obs., 53). Le jour de sa dédicace est connu grâce aux Fastes d’Antium (Inscr. It., XIII, 2, 495) datés d’environ 60 av. n. è., et Vitruve l’évoque dans le De Architectura (3, 3, 2) comme un temple existant (vers 30 av. n. è.). Ce temple avait été rendu particulièrement célèbre en raison de l’impiété dont se rendit coupable Q. Fulvius Flaccus qui dépouilla le temple de Junon Lacinai à Crotone de ses tuiles de marbre pour décorer l’édifice qu’il finançait (Liv., 42, 3). Sa destruction n’est pas documentée par les sources, mais elle advint peut-être concomitamment aux travaux augustéens sur le Champ de Mars (F. Coarelli, LTUR, II, sv. « Fortuna Equestris, aedes », p. 268-269), ou très peu de temps avant la maladie de Livie, en 21 de n. è. (Champeaux 1987, p. 134-135). Sur les innombrables temples de la Fortune à Rome, Plut., De fort. Rom., 322 F.

13 Tac., Ann., 3, 71, 1 : « Incessit dein religio quonam in templo locandum foret donum quod pro ualitudine Augustae equites Romani uouerant Equestri Fortunae : nam, etsi delubra eius deae multa in Vrbe, nullum tamen tali cognomento erat. Repertum est aedem esse apud Antium quae sic nuncuparetur cunctasque caerimonias Italicis in oppidis templaque et numinum effigies iuris atque imperii Romani esse. Ita donum apud Antium statuitur ».

14 Mommsen 1984-1985, II, 27 et III, 579. G. Dumézil adopte une position voisine : « Une fois entrés dans la citoyenneté, les cultes des alliés, sans être incorporés au culte public romain, relevaient de la juridiction des pontifes. Ce vieux principe fut utilisé, sous Tibère, parmi les spécialistes du droit sacré pour résoudre un problème délicat » (Dumézil 1974, p. 429).

15 La question de l’existence de l’Italie dans l’Antiquité, de ses origines, de sa réalité juridique et politique et des représentations que les Anciens en eurent, ainsi que des évolutions du territoire italien, est bien entendu un très vaste problème historiographique que nous ne pouvons aborder ici. Sur ce point néanmoins, nous renvoyons à Giardina 1997, p. 3-116. La bibliographie fournie en notes rassemble les références les plus importantes.

16 Elles ont été énumérées et étudiées par Catalano 1978, p. 525-537.

17 Catalano 1978, p. 544.

18 L’étude du passage amène une conclusion similaire dans Frateantonio 2003, p. 70-75.

19 Religions de Rome, p. 305.

20 Tac., Ann., 2, 32. Notons que Suétone évoque une expulsion de Rome seulement (Suét., Tib., 36).

21 Liv., 39, 14, 7 et 18, 7.

22 Cazanove 2000.

23 Sur les limites du territoire de Rome, voir Kubitschek 1894 ; Alföldi 1965, p. 296-318. Sur le programme augustéen, Scheid 2010.

24 Scheid 2010, p. 157.

25 RIC I, p. 106, n° 23 et pl. VI n° 107 (1ère éd. 1927).

26 La 24e puissance tribunicienne correspond à la période allant du 27 juin 22 au 26 juin 23.

27 Liv, 9, 43, 25 et 10, 1, 8-9. Sur l’aedes Salutis, LTUR, IV, s.u. « Salus, aedes ».

28 Pline l’A., 35, 4, 19 ; Val. Max., 8, 14, 6.

29 Varr., L.L., 5, 52. LTUR, IV, s.u. « Salus, ara ».

30 Cattaneo 2011, p. 119-120. Plutarque rappelle qu’une statue de Caton fut érigée dans le temple de Salus et la dédicace de celle-ci rappelle que la censure de celui-ci préserva la République des dangers qui la menaçaient (Plut., Cat., 9, 3, 4) ; des émissions monétaires du triumvir D. Iunius Silanus au début de la Guerre sociale présentent sur l’avers la tête couronnée de Salus (RRC, p. 336-339, n° 337).

31 Dion Cass., 37, 24, 1. Les dernières mentions par les sources remontent à l’année 63, où la cérémonie eut lieu (Dion Cass., 51, 20), et à l’année 54, où les mauvais présages l’empêchèrent (Cic., De diu., 1, 47), cf. Cattaneo 2011, p. 123-124. L’historien grec affirme qu’il s’agissait d’une cérémonie annuelle dont la première étape consistait à demander aux dieux s’il était fas ou nefas que les magistrats invoquent Salus publica populi Romani. Cette consultation était effectuée par les augures sur l’auguraculum de l’Arx. L’exigence que cette consultation se fît uniquement en temps de paix permettait à Auguste de rappeler qu’il avait mis fin aux guerres civiles.

32 CFA, p. 164, n° 59.

33 Wood 1999, p. 110. Il est à noter qu’un vœu uniquement lié au rétablissement de Livie aurait été fait « pro ualetudo » et non « pro salute ». Dans cette perspective, Winkler 1995, p. 48-49 nie tout lien entre l’émission monétaire et la guérison de Livie. L’identification de Livie sur l’avers de la monnaie (Bartman 1999, p. 112 et p. 114-116), bien que le nom de l’impératrice ne soit pas mentionné, rend cette hypothèse peu convaincante.

34 Respectivement RPC 1, 38 et 39 ; RPC, 1154 ; RPC, 1567 et 1568, RPC, 1779 ; RPC, 2840.

35 La date de la déduction d’Auximum est controversée, cf. infra. À cette liste de colonies, il faut ajouter Ariminum (268), Firmum Picenum (264) et Aesis (247).

36 Pour les colonies nouvelles : Fanum Fortunae, Falerio Picenus ; pour les refondations : Ariminum (ancienne colonie latine), Hadria (ancienne colonie latine), Firmum Picenum (ancienne colonie latine), Pisaurum, Aesis.

37 Respectivement PIR, VII, 2, 138 ; RE, I A, 2, col. 2026‑2029, n° 15 pour le premier et PIR, VII, 2, 154 ; RE, I A, 2, col. 2055-2056, n° 22 pour le second. Nous reviendrons plus tard sur ces individus et leurs liens avec la colonie.

38 Eck 1995, p. 57-80.

39 Une inscription fragmentaire (CIL IX, 5815) avait été découverte dans l’église S. Donato à Montefano, commune située à une vingtaine de km au nord du site d’Vrbs Saluia, et mentionnait un consul, septemuir epulonum, patron d’une colonie. Les rédacteurs du CIL avaient alors proposé de restituer le nom de L. Munatius Plancus à titre d’hypothèse, sans attribuer l’inscription ni à Vrbs Saluia, ni à Auximum, les deux colonies les plus proches. La publication en 1982 (Gasperini 1982) d’une inscription découverte en 1955 dans le théâtre d’Vrbs Saluia a permis de compléter la lecture. Il s’agit en effet de l’extrêmité gauche de l’inscription fragmentaire CIL IX, 5815.

40 Delplace 1983.

41 Un sondage a révélé une phase de fréquentation caractérisée par des fragments de céramique à vernis noir datés entre la moitié du IIIe s. / début du IIe s. et la moitié du Ier s. av. n. è., ainsi qu’un sol aménagé en lien avec un mur spolié et une structure en bois d’époque tardo-républicaine (Fabrini 2000, p. 121-123). Les fouilles de 1976-1978 avaient révélé la présence sporadique de céramique tardo-républicaine et Ch. Delplace concluait à l’absence « d’aucune preuve archéologique de la présence humaine au cours des 3e et 2e siècles av. J-C. » (Deplace 1993, p. 63, n. 144 et p. 73).

42 Fabrini 2003, 128-135 et Fabrini 2009, 197-202. Parmi les éléments plus notables, signalons un édifice de la fin du IIe s. av. n. è. ou du début du Ier s. av. n. è. mis au jour dans le secteur SO du forum ; des blocs de grès provenant d’un édifice daté la fin du IIe s. av. n. è. ont été également identifiés en remploi dans le « cosidetto tempietto sud » du forum.

43 César signale que les préfectures sont encore nombreuses dans le Picénum au milieu du Ier s. av. n. è. (César, GC, 1, 15, 1).

44 Deplace 1993, p. 73-74. L’hypothèse d’une phase municipale s’appuie sur les attestations de quattuorvirs dans la cité (CIL X, 5538, 5540, 5543). S.M. Marengo a cependant montré qu’il s’agit très vraisemblablement de quattuorvirs augustaux (Marengo 1990).

45 Paci 1990, p. 85-89, Paci 1998, p. 246-250 et Paci 2001b, p. 21.

46 CIL IX, 5535 ; Eck 1970, p. 94, n. 1 ; CIL IX, 5793 (voir Paci 1990, p. 86 n. 26 et 27).

47 Degrassi 1962, p. 99-177. En dernier lieu, Laffi 2006, p. 111-116.

48 Ajoutons que le Liber coloniarum signale que le territoire d’Vrbs Saluia fut assigné à l’époque triumvirale (Lib. Col. P. 226 (I)). Sans être un argument définitif, cette information peut elle aussi indiquer que la cité possédait déjà le statut colonial car les colonies furent particulièrement concernées par les assignations durant cette période : l’existence d’une centuriation antérieure facilitait la tâche des agrimensores.

49 Potentia (AE 1995, 437); Castrum Nouum (CIL I², 1908 = CIL IX, 5145) ; Auximum (par ex. CIL IX, 5836) ; Hadria (AE 1984, 370). Sur les préteurs dans les colonies romaines, voir également Cébeillac-Gervasoni 1994.

50 Parma (183), Mutina (183) et Luna (177) n’apparaissent pas chez Velleius Paterculus.

51 Vell., 1, 15, 3. Pour une bibliographie complète sur la date controversée de la déduction d’Auximum, Branchesi 2006, p. 154, n. 2.

52 Selon E. T. Salmon, Auximum aurait été fondée en 128 (Salmon 1969, p. 112 et n. 194). F. Coarelli remet en cause l’argument selon lequel la date de 157 est isolée et donc aberrante, dans la mesure où notre vision demeure trop influencée par des sources littéraires lacunaires (Coarelli 1977, p. 2).

53 Liv., 41, 21, 12. Voir Laffi 2001, p. 519-530.

54 Pour une présentation des problèmes historiques liés à la censure de 174, voir Torelli 1983, p. 244.

55 Salmon 1969, p. 113-117.

56 Minto 1919, p. 199-206 (= AE 1920, 97).

57 Fentress 1991, p. 149 et n. 3. La majorité des fermes existant sur le territoire de la colonie sont datées de cette période, ainsi que le matériel céramique le plus ancien découvert dans le centre urbain (céramique à vernis noir). W. Harris (Harris 1971, p. 150 et n. 3, 4 et 5) propose une datation quoi qu’il en soit antérieure à 133 av. n. è. (Heba n’est pas mentionnée dans le Liber coloniarum) et plus probablement entre 167 (fin du récit livien) et 157 (date retenue pour la fondation d’Auximum).

58 Il a fait depuis 1976 l’objet de campagnes fouilles nombreuses, d’abord sous la direction de Christiane Delplace (Delplace 1993, p. 270-280) et Liliana Mercando, puis de nouveau à partir de 1995 sous l’égide de l’Université de Macerata et de la Surintendance archéologique des Marches.

59 Nous renvoyons pour une présentation complète des données sur le complexe cryptoportique-temple à Perna 2005, p. 58-64, n° 21-22.

60 Delplace 2005.

61 Dans leur étude sur les tuiles sacrées, M. G. Granino Cecere et S. M. Marengo inscrivent les timbres des tuiles du sanctuaire de Salus Augusta dans la catégorie des « bolli in cui al nome della divinità si affianca quello di uno o più privati ». Cela dit, les tuiles d’Vrbs Saluia restent uniques car elles associent tout à la fois le nom de la divinité, un nom ethnique et le nom d’un privé à l’intérieur d’un seul et même timbre. Celui-ci indique la destination des tuiles (le temple de Salus Augusta), la caractérisation ethnique de ce sanctuaire (Saluiensium) et le propriétaire de l’atelier (M. Attius Fabatus). Les auteurs retiennent l’hypothèse selon laquelle le sanctuaire a eu recours à l’atelier de M. Attius Fabatus pour la production des tuiles dans le cadre d’une adjudication. La présence du nom du fabricant pourrait renvoyer à une évergésie (Granino Cecere et Marengo 2012, p. 172, Tab. 5c, et p. 182-184). D’autres éléments (sacerdoces) soulignent l’importance de Salus Augusta dans la colonie (CIL IX, 5534). Cf. infra.

62 Fabrini 2000, p.121-126 et Fabrini 2009, p. 202 : au niveau de la façade du temple de Salus Augusta, un sondage a révélé « al di sopra del suolo vergine e di uno strato di frequentazione ancora di II sec. a.C., un pavimento parzialmente conservato di conglomerato di malta con scaglie sparpagliate di pietra e rari frammenti di laterizio. Tale pavimento risulta a sua volta obliterato da un consistente riporto di terra argillosa rossastra con grumi di argilla concotta e una gran quantità di materiali edilizi residui (intonaci e numerosi lacerti pavimentali di diverso tipo, in opus signinum, in conglomerato di malta cementizia, anche di tipo decorate con tessere sparse ed un grosso spezzone di opus tesselatum con l’inserimento di lamelle in piombo) ».

63 Fabrini 2001, p. 13-22 ; Perna 2005, p. 60.

64 Perna 2005, p. 61, n. 226.

65 Fabrini 2009, p. 205, n. 23 (avec bibliographie antérieure).

66 G. M. Fabrini ajoute ce cratère au dossier du culte des Nymphes à Vrbs Saluia, déjà attesté par la dédicace d’un affranchi de C. Fufius Geminus (Fabrini 2011). Voir infra.

67 Gasperini 1998, p. 500, et n. 3. L’auteur insiste sur la nécessité de s’interroger sur le nom de la colonie (p. 500) : « Tanto per cominciare, ad esempio, ci si poteva ben domandare il perchè del singolarissimo nome della città (il cui schema non trova confronti nel panorama geo‑storico della romanità) e indagare in profondità nella direzione di quella dea Salus, che tutto fa credere che stia alla base della nascita del poleonimo e dell’insediamento umano e che certamente li preceda, come in tanti altro casi similari di sedi umane nate e cresciute attorno a poli santuariali ».

68 Fabrini 2009, p. 213-214 (avec bibliographie antérieure).

69 A. Ernout, A. Meillet et J. André, Dictionnaire étymologique de la langue latine. Histoire des mots, Paris, Klincksieck, 2001 (4e éd.), s.u. « saluus ». M. Mayer i Olivé estime que ce lien étymologique est fallacieux ; le timbre Salus Augusta Saluiens(is/um) (CIL IX, 5530 et 6078) signalerait selon lui le caractère indépendant de Salus d’un côté et Saluia de l’autre. Il propose en revanche une origine osque, ombrienne ou celtique (Mayer i Olivé 2012, p. 16 et 20).

70 Pline l’A., 3, 111.

71 M. Humbert estimait qu’Vrbs Saluia Pollentinorum, « double nom de la ville […], prouve l’existence à l’origine d’un fort noyau indigène à côté de l’établissement romain ». Son raisonnement ne prend pas en compte la question chronologique de l’évolution du toponyme et vise en dernière instance à expliquer la présence de quattuorvirs dans la cité comme « forme évoluée d’un ancien octovirat [magistrature indigène] » (Humbert 1976, p. 244 et n. 158). M. Silvestrini propose une autre hypothèse, malheureusement très peu étayée. Selon elle, Vrbs Saluia aurait d’abord été un uicus dont le nom serait tiré de la présence de propriétés foncières de la gens Saluia. À une date inconnue, les Pollentini, habitants d’une colonie (Pollentia) en phase d’abandon, auraient été transférés dans le uicus d’Vrbs Saluia qui aurait, à cette époque, assumé une constitution coloniale « héritée » (Silvestrini 1996, p. 324). Cette reconstitution visait sans doute à concilier l’hypothèse d’une colonie du IIe s. av. n. è. avec l’absence d’une documentation archéologique d’époque républicaine. Les récentes découvertes rendent aujourd’hui inutile de postuler un déplacement de population.

72 Sur ce type de nom de colonies, voir Wolf 1968.

73 Strab., 3, 5, 1. Q. Caecilius Metellus aurait également fondé Palma. Il est plus probable que ces deux établissements, Pollentia et Palma, n’aient pas reçu immédiatement un statut colonial et que leur élévation au rang de colonies date de l’époque de César ou d’Auguste. Il est également possible que le géographe commette une erreur en attribuant à Q. Caecilius Metellus Balearicus la fondation de ces deux colonies et qu’elle soit en réalité à attribuer à Q. Caecilius Metellus Pius, petit-neveu du Balearicus, après la guerre de Sertorius (Doenges 2005, p. 1-3). Voir également Mayer i Olivé 2012, p. 12-14.

74 Voir pour une présentation synthétique de la colonie Mennella et Bernardini 2002, p. 137-147. On ne doit pas s’étonner, dans l’hypothèse d’une déduction de Pollentia/Vrbs Saluia dans la deuxième moitié du IIe s. av. n. è., que deux établissements reçoivent un nom identique. Ainsi, les côtes adriatique et tyrrhénienne accueillent deux colonies appelées Castrum Nouum, déduites à moins de 30 ans d’écart (ca. 290 et 264 av. n. è.).

75 Delplace 1993, p. 89.

76 Strab., 5, 4, 2.

77 Les manuscrits donnent, en réalité, Πνευεντια, dont les éditeurs signalent qu’il s’agit d’une corruption de ΠΟΛΕΝΤΙΑ (éd. CUF, p. 212, n. 4).

78 Signalons que le passage est caractéristique des emprunts de Strabon à Artémidore : « énumération des ports et des distances qui les séparent, pour passer ensuite à l’arrière-pays » (F. Lassère, notice éd. CUF, p. 14).

79 Selon Luciano Canfora, l’ambassade d’Artémidore d’éphèse à Rome se place dans les années 104-101 av. n. è. à la suite de François Lassère, il estime que le choix d’artémidore comme ambassadeur s’explique par sa renommée de géographe, alors déjà bien établie (Canfora 2010, p. 25-42).

80 Introduction au livre III de l’Histoire Naturelle, par H. Zehnacker, éd. CUF, p. XIV-XVI. Sur l’œuvre géographique d’Auguste, voir Nicolet 1988, p. 183-192.

81 Pline l’A., 3, 111 : Cupra oppidum, Castellum Firmanorum et super id colonia, Asculum, Piceni nobilissima intus Nouana. In ora Cluana, Potentia, Numana a Siculis condita, ab iisdem colonia Ancona, adposita promunturio Cunero in ipso flectentis se orae cubito, a Gargano CLXXXIII. Intus Auximates, Beregrani, Cingulani, Cuprenses cognomine Montani, Falerienses, Pausulani, Planinenses, Ricinenses, Septempedani, Tolentinates, Traienses, Vrbesaluia Pollentini.

82 Strabon possède également une connaissance directe de l’Italie, acquise lors de séjours effectués durant la période triumvirale et le début du Principat. On ne sait cependant s’il a eu accès à des informations récentes sur la côte adriatique et si elles l’auraient incité, le cas échéant, à corriger le nom de la colonie, devenu obsolète. En ce sens, la date de rédaction de sa Géographie ne nous donne pas un terminus ante quem non.

83 Sallman 1971, p. 165-268, cité par H. Zehnacker, préface au livre III de l’Histoire naturelle, éd. CUF, p. 14. Il convient également de ne pas négliger les sources épigraphiques.

84 Pline l’A., 3, 108. 

85 Pline l’A., 10, 2, 5 : « Cornélius Valerianus rapporte que le phénix passa en égypte sous le consulat de Q. Plautius et de Sex. Papinius ». Le personnage reste inconnu par ailleurs : Bardon 1956, p. 140.

86 Dans les cas d’homonymie, on constate plutôt l’ajout d’un élément au nom de la cité pour le distinguer, à l’image de Interamna Praetutiorum et Interamna Nahars.

87 Strab., 5, 4, 13.

88 Liv., Per., 14 et Vell. Pat., 1, 14, 7.

89 Torelli 2002, p. 69-70.

90 Donati 1991, p. 129-130.

91 BTCGI, X, s.u. « Messina », p. 2.

92 Cf. supra note XXX.

93 Parmi les colonies proches d’Vrbs Saluia, citons le cas de Potentia, pour laquelle des praetores sont attestés tant à l’époque républicaine qu’à l’époque impériale (respectivement Paci 2001a et Suppl. It., 23, 2007, p. 189 n° 14), ainsi qu’Auximum (CIL IX, 5838, 5839, 5840, 5841, 5843, 5845, 5849) ; Castrum Nouum (CIL IX, 5145 = CIL I², 190 = ILLRP, 566).

94 Par exemple CIL XI, 6360. La refondation est attestée par le nouveau nom de la colonie, présent sur les inscriptions d’époque impériale : Colonia Iulia Felix Pisaurum (CIL XI, 6335 et CIL XI, 6377).

95 L’argument est avancé par M. Mayer i Olivé, qui affirme qu’à titre d’exception la magistrature antérieure a pu survivre à la refondation augustéenne, dans la mesure où elle était prestigieuse (Mayer i Olivé 2012, p. 33).

96 Par exemple Aquileia, Sora et Tingi (Laffi 2006, p. 114).

97 PIR, VII, 2, 138 ; RE, I A, 2, col. 2026-2029, n° 15.

98 PIR, VII, 2, 154 ; RE, I A, 2, col. 2055-2056, n° 22.

99 Deplace 1993, p. 50 et 283.

100 La Princeton Encyclopedia of Classical Sites fait l’hypothèse d’un Saluius actif dans les années 60 av. n. è. et qui aurait pu donner son nom à la cité. Aucun personnage connu ne possède cependant le profil adéquat, mis à part Q. Salvidienus Rufus Salvius, parfois désigné sous le nom de Q. Salvius et particulièrement actif auprès d’Octavien au cours de la décennie 40 (sur ce personnage, PIR, VII, 2, 120 ; MRR II, p. 366, p. 374 et p. 383 ; RE, I A, 2, col. 2019-2021, n° 4. également Di Stefano Manzella 1991, p. 180 n. 19 (pour une bibliographie complète). Cependant, sa trahison et sa disgrâce finale (Suét., Aug., 66, 2) empêchent d’envisager que son nom ait pu être donné à une nouvelle colonie.

101 CIL IX, 5533 (ILS 1011). RE I A, 2, col. 2026, n° 15. Selon M. Mayer i Olivé, cette hypothèse n’est pas nécessaire et l’homonymie entre la gens Saluia et le nom de la colonie est fortuite (Mayer i Olivé 2012, p. 25).

102 Une émission monétaire commémore ces célébrations (RIC I2, p. 97, n° 50 et 51).

103 Un phénomène similaire est rapporté par Tacite au moment des funérailles d’Auguste : « Les sénateurs prodiguèrent aussi les adulations à l’égard d’Augusta : les uns proposaient de l’appeler Mère, d’autres Mère de la patrie, la plupart d’ajouter au nom de César : fils de Julie » (Tac., Ann., 1, 14, 1). Par ailleurs, M. Torelli a pu démontrer que le vœu relatif à l’ara Pietatis Augustae, fait en 22 et finalement accompli en 43 (CIL VI, 562 = ILS 202), n’a pas de relation avec la maladie de Livie, mais avec la désignation de Drusus comme premier successeur de l’empereur et des fils jumeaux de Germanicus comme seconds successeurs (Torelli 1977-1978, p. 182).

104 Torelli 1977-1978, p. 183.

105 Delplace 1993, p. 65-66.

106 CIL IX, 5815.

107 CIL IX, 5744 (= ILS 3866 = AE 1982, 239) : Nymphis Geminis / sacrum C. Fufius Gemini l. / Politicus / idem aqua perduxit.

108 Fabrini 2011, part. p. 74.

109 Tac., Ann., 5, 2 et Tac., Ann., 6, 10 ; Suét., Tib., 51.

110 Tac., Ann., 4, 12 ; 5, 2.

111 Folcando 1996, p. 96.

112 Gros 1976, p. 32-33 : sur 35 temples dont les calendriers impériaux permettent de connaître le dies natalis et dont Auguste s’est occupé, 28 sont des restaurations. Parmis ces 28 lieux de cultes, 14 se virent attribuer un nouveau dies natalis.

113 Comme l’illustre le cas de Tibère. Gros 1976, p. 67 : « c’est seulement après la mort des Caesares, et dans la perspective d’une prompte adoption qui le désignerait enfin aux yeux de tous comme l’héritier en titre, que Tibère se mit vraiment à la tâche, c’est-à-dire à la fin de l’année 3 après J.-C., ou peut-être seulement au début de 4 ». La dédicace du temple des Castors a été étudiée dans le contexte plus large de l’affrontement pour la succession d’Auguste entre Tibère et Agrippa Postumus dans Suspène 2001. Un siècle plus tard, un exemple inverse est fourni par la réfection du Panthéon érigé par Agrippa : Hadrien, promoteur de sa restauration, ne souhaite ni effacer l’inscription dédicatoire, ni ajouter son propre nom à celle-ci.

114 Gros 1976, p. 38.

115 Un recensement a été effectué pour l’empire par Marwood 1988, p. 100-109 : en Italie, il ne signale que l’inscription de Terni (CIL XI, 4170 = ILS 157 ; 32 de n. è.). Hors de la péninsule, l’auteur mentionne la dédicace du Conuentus Astigitanus en Bétique (CIL II, 1437). Les autres attestations sont des dédicaces à Salus Augusti et équivalents : Ostie (CIL XIV, 4324) ; Rome (CIL VI, 36819) ; oppidum Tepeltense en Afrique Proconsulaire (CIL VIII, 12247) ; Lambèse (AE 1934, 33). Un troisième groupe est constitué des inscriptions mentionnant Salus Aug. sans qu’il soit possible de déterminer avec certitude le développement (13 cas) ; pour l’Italie, une seule permet de faire l’hypothèse d’un sanctuaire dont Salus Aug. aurait été la divinité titulaire : à Gabii, Agusia T. f. Priscilla, prêtresse de Spes et de Salus Aug. reçoit une statue ex decreto decurionum dont l’inscription commémorative rappelle l’existence de ludi problement liés à ces deux divinités (CIL XIV, 2804 = ILS 6218).

116 L’inscription d’Ariminum n’est pas mentionnée par Marwood 1988: CIL XI, 361 (deuxième moitié du IIe s. de n. è.). Le nom de la divinité titulaire de l’aedes est abrégé en s A, dont le développement en Salus Augusta n’est pas le seul possible. L’inscription s’ouvre sur la formule Saluti ex uoto. Pour Gabii, voir note précédente.

117 Outre le sanctuaire de Salus Augusta, les lieux de culte connus à Vrbs Saluia comptent le temple du forum (Perna 2005, 70 n° 27 et fig. 79) et le cosidetto « tempietto » (Perna 2005, p. 64-66 n° 24). La présence d’un édifice capitolin reste hypothétique. Elle est suggérée par Perna 2007 (p. 356-357 et fig. 1 n° 34) en lien avec l’identification d’une base en opus caementicium située sur la terrasse qui domine le forum à l’ouest.

118 PIR, VII, 2, n° 138 ; RE, I A, 2, col. 2026‑2029, n° 15.

119 AE 1993, 594.

120 Seager 2005, p. 146. également, Keppie 2000, p. 278 : seule la colonie de Parentium a parfois été attribuée à Tibère ou Caligula mais selon Lawrence Keppie les arguments manquent.

121 Pour n’en citer que quelques-uns : Colonia Claudia Sauariensum (Claude, Pannonie) ; Colonia Claudia Ara Agrippinensium (Claude, Germanie) ; Colonia Clunia Sulpicia (Galba, Tarraconnaise) ; Colonia Iulia Flavia Augusta Corinthiensis (Vespasien, Achaïe) ; Colonia Aelia Capitolina (Hadrien, Judée).

122 L’argument est fragile puisque certaines colonies fondées par César ou Octavien ne portent pas le cognomen Iulia dans leur titulature (Galsterer 1971, p. 10, n. 23).

123 Varr., LL., 5, 143. Il n’est pas interdit de penser qu’un jeu étymologique et intellectuel sous-tende également le choix de cette appellation, dans le cas où, comme suggéré par Mayer i Olivé 2012 (p. 20-21), la racine Salu- soit d’origine indigène et se rapporte à un ancien toponyme local. Celui-ci n’est cependant pas attesté.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vrbs Saluia dans la deuxième moitié du Ier s. de n. è.
Crédits D'après Perna 2005, p. 114, fig. 129.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Bertrand, « Au chevet de Livie  », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 125-2 | 2013, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://mefra.revues.org/1679 ; DOI : 10.4000/mefra.1679

Haut de page

Auteur

Audrey Bertrand

Université Paris Est - Marne la Vallée, Laboratoire Analyse comparée des pouvoirs (ACP) – audrey.bertrand[at]u-pem.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org