Navigation – Plan du site
Codifications et réformes dans l'Empire tardif et les royaumes barbares

Avant-propos

Olivier Huck

Texte intégral

1Les textes réunis dans ce dossier constituent les actes de la table ronde organisée à l’École française de Rome les 30 juin et 1er juillet 2009, sous l’intitulé éponyme Codifications et réformes dans l’Empire tardif et les royaumes barbares. On rappellera (1) les grandes lignes du programme qui fut à l’origine de cette table ronde, et (2) les questions auxquelles elle se proposait de répondre ; on donnera également (3) un aperçu de la structure et du contenu du présent dossier.

1-Le programme « Réformer la cité et l’Empire : initiative politique et processus de décision »

  • 1 Cf. Rivière 2012, p. 1-4, où l’auteur rappelle fort à propos que « dans son acception première en l (...)
  • 2 Le manifeste du programme Réformer la cité et l’Empire : initiative politique et processus de décis (...)

2Développé à l’École française de Rome entre 2008 et 2011, à l’initiative de Yann Rivière (alors Directeur des études de la section Antiquité), le programme Réformer la cité, procédait de l’intuition suivante : si l’application aux sociétés antiques du concept actuel de « réforme », avec ses implications transformatrices et sa (parfois trop) forte charge politico-idéologique, revêt nécessairement une dimension anachronique1, cette dernière peut néanmoins être dépassée parfois, afin d’offrir à l’historien un outil d’analyse efficace à l’appui de ses réflexions. Partant, ce programme proposait à ses participants d’explorer une série d’époques précises de l’histoire romaine, traditionnellement identifiées comme des « périodes de changement » (le principat d’Auguste, l’époque sévérienne, la tétrarchie ou encore le temps des grandes codifications légales de la fin de l’Antiquité), à la recherche des « réformes » (entendues comme des « actes volontaires, le plus souvent définis par la loi »), lesquelles avaient induit le changement, et constitué, à ce titre, les moteurs « du basculement d’une époque à une autre »2.

3Ainsi identifiées, lesdites « réformes » devaient ensuite faire l’objet d’un examen et d’une mise en perspective systématiques, dans le but d’inventorier les « moyens d’analyse de la situation », ainsi que les « modèles théoriques » auxquels les décideurs, à l’origine de ces trains de mesures, avaient eu recours afin d’orienter leurs choix ; le cas échéant, leurs « conseillers » devaient également être identifiés. Par ailleurs, la manière dont les différentes entreprises réformatrices avaient, au moment de leur mise en œuvre, été perçues par les contemporains entrait également dans le cadre de l’analyse. Enfin, le programme envisageait encore un examen détaillé du lexique grec et latin mis en œuvre en contexte « réformateur », en vue d’ébaucher, à terme, « une théorie romaine du changement, de la transformation ».

  • 3 Cf. Rivière 2012.

4Des six tables rondes organisées dans le cadre du programme Réformer la cité, celle qui fait l’objet du présent dossier est la deuxième à trouver le chemin de la publication. En 2012, une première rencontre, consacrée aux « réformes » augustéennes (Rome, 28-29 septembre 2009), avait déjà été publiée dans la Collection de l'École française de Rome3. À ce jour, quatre dossiers restent à paraître : 1/ La philosophie grecque a-t-elle transformé la République ? (Rome, 8-9 octobre 2010 ; coordination Pierre Vesperini / EfR) ; 2/ Le luxe et les lois somptuaires dans la Rome antique. Approche comparative (Rome, 6-7 décembre 2010 ; coordination Jean Andreau / EHESS et Marianne Bonnefond-Coudry / UHA Mulhouse) ; 3/ Gouverner et réformer l’Empire à l’épreuve de sa partition : Orient, Occident et Illyricum (Rome, 26-27 septembre 2011 ; coordination Umberto Roberto / Università Europea di Roma) ; 4/ Un empire de philosophes ? (Rome 17-18 novembre 2011 ; coordination Pierre Vesperini / EfR).

2-La table ronde « Codifications et réformes dans l’Empire tardif et les royaumes barbares »

  • 4 Cf. Coriat 2000, p. 283.
  • 5 Sur ces questions, cf. infra les développements de Simon Corcoran, Detlef Liebs et Yann Rivière (au (...)

5D’aucuns trouveront que l’intitulé de cette table ronde n’est pas des plus heureux, l’anachronisme en puissance (« réformes » ; cf. supra) le disputant en son sein à l’approximation, voire à l’erreur scientifique manifeste attachée à l’emploi du terme de « codifications ». À bien y regarder, les caractéristiques propres de chacune des grands entreprises de « codification » légale de la période considérée ne correspondent, en effet, que partiellement aux réalités que, dans le domaine juridique, nous associons désormais aux termes de « code » et de « codification ». Ni les « codes » Grégorien et Hermogénien, ni le « code » Théodosien tel qu’il a été réalisé et transmis ne constituent de véritables « codes » de droit au sens moderne du terme : pour reprendre les mots de Jean-Pierre Coriat, ces recueils « de nature compilatoire, à contenu casuistique et chronologique » diffèrent par trop des « codes modernes, de nature synthétique et au contenu systématique et rationaliste »4. Quant au Bréviaire d’Alaric et à la « codification » justinienne (pour nous en tenir aux seules réalisations effectivement discutées lors de notre table ronde), si le constat apparaît moins univoque en ce qui les concerne, il n’en reste pas moins que le recours, pour les définir ou qualifier le travail de leurs auteurs, à des termes tels que « code » et « codification » a fait et continue de faire débat5.

6Aussi, pourquoi avoir choisi de parler des « codifications » de l’Empire tardif et des royaumes barbares, au lieu de recourir à toute autre expression moins problématique ? Par commodité, tout d’abord. Pour contestable qu’il puisse apparaître, le terme de « codification » a l’immense mérite, en association avec les contextes historiques mentionnés, de permettre à tout un chacun, de la manière la plus immédiate qui soit, de comprendre « de quoi il est question ». L’usage ayant, de longue date, consacré le recours à des appellations telles que « code » Grégorien, Hermogénien, Théodosien ou Justinien, il nous a semblé qu’il était légitime de reprendre à notre compte cette habitude, afin de permettre à tous d’identifier, en nous dispensant de recourir à des périphrases complexes, le périmètre de l’enquête à mener.

  • 6 Cf. Coriat 2000, p. 283.

7Autre raison, plus essentielle encore : employer le terme de « codifications » revenait à inscrire dans une évolution de longue durée (l’histoire de la « codification » du droit, de l’Antiquité à la période contemporaine) les entreprises tardo-antiques dont nous proposions de discuter. Démarche qui, nous l’espérions, amènerait à réexaminer lesdites entreprises au prisme de questions et de problématiques habituellement appliquées à des codifications plus contemporaines. Afin de clarifier les objectifs qui étaient les nôtres, citons une fois encore Jean-Pierre Coriat : « Plutôt que de dénier aux recueils anciens la qualité de codes par référence à un modèle exclusif, celui des codes de l’époque contemporaine, il convient d’apprécier les codes romains d’époque impériale comme un jalon essentiel d’une histoire de la codification (…). Par là, l’histoire du droit peut apporter une contribution utile et pertinente à un thème de réflexion qui, de nouveau, retient toute l’attention des juristes », à savoir « la genèse du système étatique moderne »6. Convenons que dans le cadre d’un programme de recherches intitulé Réformer la cité et l’Empire, le fait de ne pas suggérer – fût-ce de manière discrète, par le choix d’un intitulé dûment orienté – une approche et des réflexions de ce type aurait confiné à l’erreur de jugement !

  • 7 Jean-Pierre Coriat renvoie ici au chapitre VII de la deuxième partie de Wirtschaft und Gesellschaft(...)
  • 8 Cf. Coriat 2000, p. 280-281.
  • 9 Cf. Coriat 1997, p. 658-659. Signalons que Jean-Pierre Coriat était présent aux journées romaines d (...)

8À l’origine de notre table ronde, il y avait, en effet, un postulat scientifique fort, sur lequel nous entendions capitaliser. Citons une dernière fois Jean-Pierre Coriat (dont on aura compris que ses travaux ont largement contribué à guider notre propre réflexion, en amont de la rencontre de 2009) : « La technique législative (il est question de l’avènement des codifications post-classiques) illustre le phénomène si bien mis en valeur par Max Weber dans sa Rechtssoziologie7. Un rapport étroit lie mode de gouvernement et système juridique. À la rationalisation de l’appareil d’État correspondent la rationalisation des méthodes de conservation du droit, avec la mise en place d’un classement des archives et la rationalisation du mode d’énonciation de la norme officielle de la part de ceux qui l’ont élaborée et qui la commentent »8. Et encore : « La corrélation entre le pouvoir de type étatique, dont le gouvernement autocratique est la première forme historique, le savoir juridique, qui est au service de ce pouvoir, et la codification doit être soulignée. La monarchie sévérienne et sa jurisprudence amorcent une évolution dont l’aboutissement sera les codifications théodosienne et justinienne. Elles représentent la matrice d’un système politique et juridique – l’État centralisé et la loi, édictée et sanctionnée par celui-ci –, qu’illustreront les collections des décrétales pontificales en droit canonique, les ordonnances royales, enfin la codification napoléonienne. La codification du droit romain s’inscrit dans une évolution de longue durée, l’histoire de la loi et du droit continental européens, en liaison avec la genèse de l’État moderne »9. Que reste-t-il à ajouter ? Envisagées sous l’angle proposé par Jean-Pierre Coriat, les entreprises de « codification » de la fin de l’Antiquité se prêtent éminemment à servir de base à une réflexion portant sur le thème de la « réforme de la cité et de l’Empire ». Celles-ci peuvent, en effet, être envisagées (et donc analysées), tout à la fois, comme des symptômes et des moteurs (parmi d’autres) des bouleversements de grande ampleur qui, à la fin de l’Antiquité, affectèrent l’État impérial tout d’abord, et au-delà – dans un Occident qui, à cet égard, fut sans doute bien davantage « post-romain » que « barbare » – les conceptions mêmes du gouvernement.

9Et c’est là, très précisément, la méthode que notre table ronde se proposait d’adopter : envisager les entreprises de compilation / codification de la fin de l’Antiquité comme autant d’épiphénomènes et de moyens d’une « réforme » de grande ampleur de « l’État », tant romain et impérial, que « post-romain » ou « barbare », afin de retirer de cette approche des perspectives et des enseignements neufs. Soit une démarche que le recours au terme de « codifications », de préférence à toute autre formulation, techniquement plus neutre mais moins « suggestive » sur le plan de la démarche scientifique induite, permettait, nous semble-t-il, d’appuyer.

  • 10 À ce propos, cf. en dernier lieu (et en rapport direct avec les préoccupations ici évoquées), Riviè (...)

10Venons-en maintenant au détail des questions auxquelles notre table ronde se proposait de répondre. Puisque le programme dans lequel elle s’inscrivait invitait à discuter, tout particulièrement, des « initiatives politiques » et des « processus de décision » à l’origine des entreprises « réformatrices », une grande part des interrogations soulevées devait nécessairement porter sur la genèse et les raisons d'être des projets de compilation / codification, ainsi que sur les réflexions que leurs commanditaires (et les conseillers qui les entouraient) avaient menées en amont de leur mise en œuvre. La manière même dont les décideurs comprenaient et qualifiaient leurs projets devait également faire l’objet de réflexions approfondies ; en particulier : voyaient-ils les entreprises de « codification » dont ils étaient à l’origine comme « réformatrices » au sens moderne – « novateur », « transformateur » – du terme ? Assurément, la question vaut la peine d’être posée pour une époque qui, nul ne l’ignore, reconnaissait à l’adjectif nouus une certaine connotation péjorative10.

11Un deuxième ensemble de questions concernait les méthodes de la compilation / codification et, par là même, la manière dont procédèrent les individus en charge des entreprises examinées pour faire, en quelque sorte, « du neuf avec du vieux », comprenons : pour concilier les exigences d’une culture juridique qui ne permettait ni ne concevait une approche du type tabula rasa (c’est à dire l’abandon pur et simple des textes anciens, en vue de repartir sur des bases neuves), avec des aspirations aussi radicalement « réformatrices » que la rationalisation des sources du droit et des pratiques judiciaires.

12Enfin, une dernière série de questions avait trait, quant à elle, à la réception des projets de compilation / codification, et en particulier aux stratégies de promulgation des différents « codes » qui en étaient issus. Pour les commanditaires de chacune de ces entreprises, il s’agissait, en effet, de « réformer » sans heurter, de changer les pratiques, de modifier le système référentiel et les cadres du droit de l’Empire ou de leur « royaume », sans pour autant induire le chaos, ni susciter le rejet. Autant d’aspirations qui allaient connaître, selon les époques, les endroits et les individus impliqués, des fortunes diverses.

3-Structure et contenu du dossier

13Le dossier se compose de douze contributions, ventilées en trois sous-ensembles d’importance inégale. Une première rubrique, intitulée Approches ponctuelles, regroupe des contributions (huit au total) portant, chacune, sur une seule entreprise, un seul moment de la « codification » tardo-antique. Une deuxième section rassemble trois textes qui répondent davantage à des Perspectives diachroniques. Enfin, une troisième rubrique, composée d’une seule et unique contribution, invite à un Prolongement des réflexions, par le truchement d’une mise en perspective des « codifications » étatiques avec celle – contemporaine, du moins pour ses premiers développements – du droit de l’Église.

14Les huit contributions de la section Approches ponctuelles apparaissent dans l’ordre chronologique des entreprises dont elles rendent compte. C’est donc la contribution de Simon Corcoran, dédiée aux Codes Grégorien et Hermogénien, qui ouvre le ban. Privilégiant une approche à large spectre, l’auteur propose un état des lieux très complet des connaissances relatives à l’un et l’autre recueil, complété, en outre, par les résultats de l’analyse de fragments, récemment identifiés, du Code Grégorien (Fragmenta Londiniensia Anteiustiniana). Les objectifs qui sous-tendaient l’une et l’autre entreprise, de même que les méthodes mises en œuvre, le contenu et la composition des deux « codes », ainsi que l’identité de leurs auteurs respectifs sont autant de points discutés. La question – centrale au regard de la thématique de notre table ronde – de leur articulation avec une entreprise plus ample de « réforme » de l’État impérial au temps de Dioclétien est également abordée.

  • 11 Cf. Sirks 2007 et Atzeri 2008.

15La codification théodosienne est évoquée par Elio Dovere et Benet Salway. Réagissant à des propositions formulées, peu de temps avant la tenue de notre table ronde, par Boudewijn Sirks et Lorena Atzeri11, ils reviennent l’un et l’autre sur la vexata quaestio de la diffusion du Code Théodosien en Occident. Au centre de leurs réflexions se trouve la séance du sénat romain dont le déroulement nous est rapporté par les Gesta senatus Romani de Theodosiano publicando ; séance traditionnellement datée du 25 décembre 438 et considérée comme le cadre de la réception / promulgation occidentale du Code Théodosien. Dans sa contribution Elio Dovere argumente contre la proposition de Lorena Atzeri, acceptée par Boudewijn Sirks, d’avancer au 25 mai 438 la date de la réunion du sénat, préférant conserver celle du 25 décembre, dont il met en avant la forte charge symbolique : à tous égards, le 25 décembre se prêtait, en effet, à la mise en scène de « l’epifania occidentale » d’une compilation « dalla forte impronta Cristiana ». Quant à Benet Salway, il propose, pour sa part, de réviser la chronologie, traditionnellement admise, des étapes de la promulgation du Code Théodosien entre Orient et Occident, faisant de la séance du sénat romain de 438 le théâtre, non pas d’une hypothétique « promulgation » occidentale du Code Théodosien (celui-ci aurait, en fait, été promulgué pour l’ensemble de l’Empire dès la fin de l’année 437, à Constantinople), mais d’une sorte de manœuvre politique, ourdie par le Préfet du Prétoire Faustus. Manœuvre qui aurait eu pour but de désamorcer, par avance, les tensions qui risquaient de naître en Occident de l’entrée en vigueur du Code Théodosien, soit d’un ouvrage de référence unique en matière juridique qui avait la particularité – potentiellement gênante à une époque où les relations entre Occident et Orient étaient parfois tendues – d’avoir été entièrement produit en Orient ! Dans les deux cas, c’est donc la question de la mise en œuvre et de la réception d’une entreprise « réformatrice » qui est envisagée. Plus particulièrement, les contributions d’Elio Dovere et Benet Salway nous présentent deux exemples de stratégies auxquelles pouvaient recourir les commanditaires de semblables entreprises afin de « réformer » sans heurter ou, à tout le moins, de minorer au maximum les réactions hostiles suscitées par leurs projets.

16Dans sa contribution, Detlef Liebs traite du Bréviaire d’Alaric. La question qu’il examine est celle des méthodes de la compilation / codification, et notamment des techniques qui permirent aux juristes impliqués dans la fabrication du Bréviaire de faire, pour ainsi dire, « du neuf avec du vieux ». En particulier : comment procédèrent-ils pour actualiser leur recueil – et donc satisfaire aux ambitions « rationnalisantes » qui sous-tendaient leur entreprise – tout en s’interdisant, dans le même temps, toute forme de tabula rasa ? À cette question, paradoxale en apparence, l’étude de la transmission du neuvième livre du Code Théodosien par le truchement du Bréviaire permet d’apporter la réponse suivante : les compilateurs d’Alaric II, tout en s’appuyant largement (c’est un euphémisme !), sur les acquis de la codification théodosienne, opérèrent un tri au sein du matériel à leur disposition. Laissant de côté certaines lois, et même des titres entiers dans certains cas, ils produisirent un recueil capable d’offrir, davantage que n’avait su le faire le Code Théodosien lui-même, des réponses et des lignes directrices claires en matière de pratique judiciaire quotidienne.

17La rubrique consacrée aux Approches ponctuelles contient encore quatre contributions, toutes dédiées à l’entreprise justinienne. Yann Rivière, tout d’abord, s’intéresse à la manière dont Justinien désignait – et donc concevait – l’entreprise dont il était le commanditaire. L’enquête, fondée sur une étude lexicale des occurrences des verbes reformare et emendare « dans la langue des juristes et de la chancellerie impériale », met en lumière un fait essentiel : à partir du règne de Justinien – et plus précisément à compter de la mise en fabrication du Digeste, par le truchement de la constitution Deo auctore – les verbes reformare et emendare véhiculèrent une implication en termes de « réforme » du droit (au sens actuel, « novateur » et « transformateur » de l’expression). Comprenons qu’on ne les employa plus, comme c’était le cas auparavant, en vue de désigner simplement « un effort de redressement et de mise en ordre » des textes anciens, mais plutôt – c’est en cela que réside la nouveauté – afin de traduire une idée créatrice, « une perspective d'avenir ». Cette manière renouvelée / « réformée » de concevoir l’activité codificatrice, apparaît typique du Digeste (qui, à cet égard, va bien plus loin que le Code Justinien lui-même), et semble étroitement liée aux particularités du projet politique de Justinien.

18C’est là une opinion que l’on retrouve chez Andrea Lovato, qui met lui aussi en avant la dimension éminemment « réformatrice » du Digeste. Ce recueil, en effet, s’inscrit en rupture totale avec le principe posé par la Loi des citations (présente dans le Code Théodosien, et encore intégrée, très certainement, dans le « premier » Code Justinien de 529) ; principe qui tolérait – dans une certaine mesure, et à certaines conditions – l’existence, en dehors du droit impérial, d’autres autorités en matière de droit (à savoir : le ius controversum, c’est à dire les opinions des anciens prudentes). En 430, année d’émission de la Deo auctore et de la mise en chantier du Digeste, les conceptions de Justinien avaient, semble-t-il, considérablement évolué sur cette question : à compter d’alors il ne fut plus possible, en effet, d’invoquer devant les tribunaux que certaines bribes du ius controversum, en l’occurrence : celles qui avaient été sélectionnées par les juristes de l’empereur pour être intégrées (après harmonisation et réécriture éventuelle) dans le Digeste. En arrêtant ce principe, Justinien s’arrogeait ni plus ni moins que le monopole de l’auctoritas judiciaire (n’était-il pas, d’ailleurs, la « loi vivante », comme il se plairait plus tard à l’affirmer ?). C’est là un constat qui vient éclairer sous un angle particulier la question des « initiatives politiques » et des « processus de décision » qui furent à l’origine des entreprises de codification ; dans le cas de Justinien, les aspirations « autocratiques » semblent, manifestement, avoir joué un rôle, sinon essentiel, du moins très important !

19C’est encore l’entreprise justinienne qui fait l’objet de la contribution de Fara Nasti. À l’instar de ce que proposait Detlef Liebs pour le cas du Bréviaire d’Alaric, Fara Nasti s’applique à mettre en lumière les méthodes de travail des compilateurs tardo-antiques : en l’espèce, c’est à une mesure de l’intensité du tri opéré par les compilateurs de Justinien sur la base du ius controversum qu’elle se livre. Afin de mener celle-ci à bien, Fara Nasti confronte, sur la question de l’aliénation de la res legata, les données conservées au sein de l’œuvre justinienne, avec les quelques opinions jurisprudentielles inédites transmises par le P. Haun. de legatis et fideicommissis. Comme dans le cas du Bréviaire d’Alaric, la mise en perspective permet d’identifier les « recettes » appliquées par les compilateurs en vue de « rationnaliser » et d’actualiser le droit, sans pour autant faire tabula rasa du passé.

20Une quatrième et dernière contribution envisage encore l’œuvre justinienne : c’est celle de Salvatore Puliatti. L’auteur s’y intéresse à ce que l’on pourrait appeler – avec un sourire – le « service après vente » de la codification justinienne. En l’occurrence, l’enquête se focalise sur les Novellae de Justinien, venues réviser, compléter, et même réorienter dans certains cas les dispositions du Code Justinien et du Digeste ; deux « monuments » juridiques, initialement conçus pour être parfaits, mais dont les défauts apparurent progressivement dans les années qui suivirent leur promulgation. Dans le prolongement des réflexions déjà proposées par Elio Dovere et Benet Salway à propos de la codification théodosienne, c’est donc, encore une fois, la question de la réception et des difficultés inhérentes à la mise en œuvre concrète des projets « réformateurs » qui est abordée.

21La deuxième section du dossier regroupe trois contributions qui ont la particularité d’inscrire les questionnements propres à notre table ronde dans des Perspectives diachroniques. Gisella Bassanelli Sommariva, tout d’abord, met en regard les entreprises théodosienne et justinienne, s’efforçant de préciser, dans chaque cas, les limites exactes de la « réforme » souhaitée par les commanditaires, les motivations et les constats qui sous-tendaient chaque projet, ainsi que les conditions qui présidèrent à leur mise en œuvre. En un sens, c’est donc une approche « à large spectre », du type de celle que Simon Corcoran applique aux Codes Grégorien et Hermogénien, qui est adoptée ; à cette différence près toutefois que l’enquête s’inscrit, cette fois, dans une perspective diachronique largement prépondérante. Perspective qui aboutit à restituer, sur tous les plans examinés, des lignes de continuité (par certains aspects, l’ambition qui sous-tend le projet justinien était déjà présente, dès 429, dans un texte programmatique tel que CTh 1, 1, 5), mais également des ruptures très nettes.

22Viennent ensuite deux contributions, celles de Simona Tarozzi et de Boudewijn Sirks, qui s’écartent des approches privilégiées jusqu’alors, pour ne plus s’interroger sur la dimension « réformatrice » des grandes entreprises de codification, mais se poser plutôt la question – connexe, indéniablement – de la capacité du droit et de la loi à « réformer » les normes et les comportements au sein du monde romain. Que des lois aient été émises afin d’aider au maintien d’un statu quo, ou en vue d’entériner des évolutions qui avaient déjà eu lieu en amont, sans le secours d’aucune « inspiration », d’aucun « aiguillon » légal, est un fait acquis. Mais les lois romaines ont-elles également été promulguées parfois dans le but de « réformer » (au sens contemporain du terme) les mentalités et les comportements ? Et si oui, quel fut leur part de succès en pareille entreprise ? À ces questions, la contribution de Simona Tarozzi apporte quelques éléments de réponse à travers l’examen de la législation tardo-antique relative aux agri deserti. Quant à l’étude de Boudewijn Sirks, elle étend le domaine de l’enquête jusqu’à proposer, sur le thème discuté, l’ébauche d’une synthèse générale.

23Le dossier s’achève sur les pistes ouvertes par la contribution d’Eckhard Wirbelauer, dédiée à la codification du droit canonique. L’ambition de cette dernière étude est de proposer, par le moyen d’un « contrepoint », d’une « mise en perspective », un Prolongement aux réflexions développées dans les deux sections précédentes. L’idée d’inviter Eckhard Wirbelauer à participer à nos journées romaines de 2009 procédait du postulat scientifique sur lequel nous avions, en amont, établi notre projet de table ronde, à savoir : l’opinion (développée supra) selon laquelle les entreprises de compilation / codification de la fin de l’Antiquité se laissent analyser comme autant d’épiphénomènes d’une évolution de grande ampleur des conceptions de ce que nous appellerions, en termes contemporains, « l’appareil d’État ». Pour le dire en peu de mots : si nous faisions nôtre l’idée, empruntée à Max Weber, d’un rapport étroit liant mode de gouvernement et système juridique, il y avait alors, très certainement, beaucoup à gagner et à apprendre d’un rapprochement entre la situation de l’Empire tardif et des royaumes « barbares », d’une part, et celle de l’Église, d’autre part ; « état » d’un type, certes, différent, mais qui, à la fin de l’Antiquité, repensait et « réformait » lui aussi son gouvernement, tout en s’apprêtant à codifier son droit.

24Après avoir présidé notre table ronde, Michel Humbert a accepté de donner des Conclusions à ce dossier : il nous est agréable de lui exprimer ici notre gratitude.

Haut de page

Bibliographie

Atzeri 2008 = L. Atzeri, Gesta senatus Romani de Theodosiano publicando : il Codice Teodosiano e la sua diffusione ufficiale in Occidente, Berlin, 2008.

Coriat 1997 = J.-P. Coriat, Le prince législateur : la technique législative des Sévères et les méthodes de création du droit impérial à la fin du Principat, Rome, 1997 (BEFAR, 294).

Coriat 2000 = J.-P. Coriat, Consolidation et précodification du droit impérial à la fin du Principat, dans Ed. Lévy (éd), La codification des lois dans l’Antiquité (actes du colloque de Strasbourg, 27-29 novembre 1997), Strasbourg, 2000, p. 273-284.

Rivière 2012 = Y. Rivière, Autour du mot « réforme ». Avant-propos, dans Y. Rivière (éd), Des réformes augustéennes, Rome, 2012 (Collection de l'École française de Rome, 458), p. 1-8.

Sirks 2007 = A. J. B. Sirks, The Theodosian Code. A Study, Friedrichsdorf, 2007.

Haut de page

Notes

1 Cf. Rivière 2012, p. 1-4, où l’auteur rappelle fort à propos que « dans son acception première en latin, reformare signifie, loin de toute aspiration à l’innovation, le retour supposé à une forme antérieure ». Sur cette même question, pour de plus amples développements, cf. infra la contribution de Yann Rivière au présent dossier (et passim les opinions, plus succinctement exprimées, d’autres contributeurs).

2 Le manifeste du programme Réformer la cité et l’Empire : initiative politique et processus de décision n’est plus, à ce jour, consultable qu’à l’adresse suivante (aux p. 31-32 de la version en ligne du Rapport 2008-2009 de l’École française de Rome) : http://www.ecole-francaise.it/fr/PDF/Rapport2008_2009.pdf.

3 Cf. Rivière 2012.

4 Cf. Coriat 2000, p. 283.

5 Sur ces questions, cf. infra les développements de Simon Corcoran, Detlef Liebs et Yann Rivière (aux § 24, 1-8 et 4-6 de leurs contributions respectives), ainsi que la remarquable synthèse de Michel Humbert (aux § 3-11 de sa Conclusion).

6 Cf. Coriat 2000, p. 283.

7 Jean-Pierre Coriat renvoie ici au chapitre VII de la deuxième partie de Wirtschaft und Gesellschaft, trad. fr. Sociologie du droit, Paris, 1986, p. 146-206.

8 Cf. Coriat 2000, p. 280-281.

9 Cf. Coriat 1997, p. 658-659. Signalons que Jean-Pierre Coriat était présent aux journées romaines de 2009, nous faisant même l’honneur de présider l’une des sessions de notre table ronde. Nous profitons de l’occasion offerte par cet Avant-propos pour lui redire notre gratitude.

10 À ce propos, cf. en dernier lieu (et en rapport direct avec les préoccupations ici évoquées), Rivière 2012, p. 2-3.

11 Cf. Sirks 2007 et Atzeri 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Huck, « Avant-propos », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 125-2 | 2013, mis en ligne le 09 janvier 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://mefra.revues.org/1902 ; DOI : 10.4000/mefra.1902

Haut de page

Auteur

Olivier Huck

Université de Strasbourg – olivier.huck[at]unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org