Navigation – Plan du site

Une petite ville romaine de Tunisie : le Municipium Cincaritanum

Noël Duval et Nicolas Lamare

Résumés

Les deux dossiers rassemblés sur des monuments de Cincari près de Tébourba en Tunisie résultent des fouilles entreprises dans les années 1950 par les propriétaires du lieu-dit Hr Toungar ou Singaris pour des mises en culture. Un troisième dossier a été publié dans les MEFRA de 1976. L'ensemble de ces documents a été transmis aux auteurs par J. Cintas († 1977), qui était ingénieur des travaux publics, et J. Peyras, professeur émérite à l'Université de Nantes.
Le premier dossier est celui du septizonium publié en 1962 par G. Picard, dernier exemple subsistant de septizonium puisque les autres attestations concernent des monuments détruits (à Rome et à Lambèse) ou des documents épigraphiques. Le monument de Cincari a été décrit comme des thermes datant du IIe siècle, transformés par l'adjonction de sept absides dans la principale salle. La nouvelle publication montre que cette interprétation est douteuse et que le monument pourrait avoir été construit comme septizonium ex nihilo, mais la limitation des fouilles à une partie de l'édifice ne permet pas d'être totalement affirmatif. Le septizonium a été transformé en église à l'époque chrétienne.
Le deuxième dossier concerne un ensemble chrétien très endommagé. Il montre l'importance des monuments chrétiens dans cette petite ville. Deux églises parallèles sont signalées probablement par les découvertes d'un reliquaire inviolé avant la fouille et de quelques tombes couvertes de mosaïques funéraires de type disparate.

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de l’auteur

Le présent article est composé de deux dossiers dont l'origine remonte aux années 1960. Jean Cintas, ingénieur des Travaux publics en Tunisie, dont j'ai commenté les découvertes à Demna, dans le Cap Bon, dès 19581, m'a remis plus tard des dossiers qu'il avait constitués sur des fouilles de la région de Tébourba où il était en poste. J'avais publié avec lui en 1976 le martyrium de Cincari2. Il m'avait communiqué aussi deux autres dossiers de découvertes faites sur le même site, dont j'ai annoncé sur le moment la publication prochaine3 et que j'avais effectivement étudiés avec lui en 1976 d'après notre correspondance. Jean Cintas est mort, peu de temps après4. Entre temps, j'avais préparé avec Jean-Claude Golvin un nouveau plan du septizonium et j'ai fait procéder en 1980 à l'analyse des ampoules ayant contenu les reliques dans « l'église double ». Puis les deux dossiers, qui n'étaient pas complètement au point (j'espérais qu’on retrouverait au Musée du Bardo les « mosaïques funéraires » de « l'église double »), ont attendu sans être perdus de vue. C'est l'occasion offerte par le travail de Nicolas Lamare, qui prépare une thèse sur les fontaines monumentales en Afrique romaine, qui m'a incité à lui communiquer le dossier du septizonium. Il a bien voulu, après un nouveau contrôle sur place lors d'une visite autorisée en 2009 par l'Institut national du patrimoine de Tunisie, m'aider à préparer l'ensemble des deux dossiers, et je lui suis redevable de quantités d'améliorations techniques ou de fond. Je lui en dis ma vive gratitude.

Nous devons aussi d'autres renseignements à notre collègue Jean Peyras, qui avait consacré en 1968 un mémoire d'études supérieures à la région de Tébourba5 et qui avait constitué sur cette région des dossiers soignés qui ont fait l'objet depuis de publications appréciées par les spécialistes, à commencer par sa thèse monumentale, qui ne porte pas seulement sur la vallée de la Medjerda6. Pour Cincari, il s'était contenté d'une brève mise au point dans l'Encyclopédie Berbère, où il annonçait aussi la publication prochaine de nos deux dossiers7. Il a eu l'amabilité de communiquer à Nicolas Lamare le texte et les documents de son premier mémoire et de bien vouloir relire une partie de cet article.

Texte intégral

I – Nouvelle étude du septizonium

Localisation du site de Cincari

  • 8 Pellissier 1847, p. 401 : « Non loin et au-dessus de Tebourba on trouve, au village abandonné de Te (...)
  • 9 Guérin 1862, II, p. 188 : « À trois heures, nous faisons halte sur les ruines d'un henchir plus con (...)
  • 10 Ils avaient déjà repéré le théâtre, l'aqueduc, des restes de citernes et de puits, ainsi que la voi (...)

1Parmi les témoignages les plus anciens dont nous disposons, E. Pellissier, alors consul de France à Sousse, est un des premiers à avoir visité le site en 1847 et à y avoir reconnu le théâtre8. Par la suite, en 1860, c’est V. Guérin qui se rendit sur les lieux9. Il mentionne aussi le théâtre dont l'identification doit être correcte et le pan de mur qu'il évoque est peut-être celui qui est encore visible sur les photos de 1955 (fig. 10 et 11) au sud-ouest du septizonium, mais qui a disparu aujourd'hui. Puis au mois de mars 1885, Salomon Reinach visita les ruines d' » Henchir Tengar » en compagnie de R. Cagnat. Ils repérèrent également les quelques édifices remarquables10.

  • 11 AAT.
  • 12 Conservé dans le « Fonds Poinssot », INHA, Paris. Sur Cincari, voir aussi Dessau 1899 ; Ferron 1953 (...)

2Le site de Cincari a été mentionné dans l'ancien Atlas archéologique de la Tunisie11 et localisé sur la carte, feuille XIX, Tébourba, au no 122 (fig. 1). En fait, l'indication « mun. Cincaritanum » est mal positionnée, et le site antique correspond plutôt au n127, au sud de la voie romaine, comme le signale L. Poinssot qui a corrigé son propre exemplaire12. À proximité, le no 126 désignerait « l'église double » que nous croyons avoir identifiée, et le no 123, les vestiges de l'aqueduc, indiqués en tireté rouge.

  • 13 Carte topographique Tunisie 1950.
  • 14 Carte topographique Tunisie 1983.
  • 15 Peyras 1968, p. 250.

3Trois toponymes modernes ont été conservés sur les cartes topographiques mais situés de façon différente suivant le tirage de la carte et son échelle. Le plus courant est « Henchir Toungar » dont le centre correspondrait à la « ferme Toungar » située au sud-ouest, à 800 m environ du centre de la ruine antique qui correspondait au mamelon où se trouvait la ferme coloniale – dite aussi « ferme d'Henchir Toungar » et abandonnée depuis longtemps en 2009. Sur les cartes anciennes13, la légende « Henchir Toungar » se situe au nord du site et de la route moderne, désignant une zone restreinte (fig. 2) ; la même légende figure sur les cartes récentes14 en embrassant un espace beaucoup plus large, partant de la ferme Toungar située au sud-ouest, à proximité de la route moderne, et se terminant au nord, à la hauteur du barrage d'El Aroussia. Le toponyme désignerait en effet, d'après J. Peyras, la plaine entière15.

Fig. 1 - Extrait de l'Atlas archéologique de la Tunisie, feuille XIX, Tébourba, avec l'emplacement de Cincari

Fig. 1 - Extrait de l'Atlas archéologique de la Tunisie, feuille XIX, Tébourba, avec l'emplacement de Cincari

Fig. 2 - Extrait de la Carte topographique de la Tunisie avec l'emplacement d'Henchir Toungar et d'Henchir Sinngaris (1950)

Fig. 2 - Extrait de la Carte topographique de la Tunisie avec l'emplacement d'Henchir Toungar et d'Henchir Sinngaris (1950)
  • 16 Peyras 2003, p. 278, n. 61.
  • 17 J. Peyras nous indique que les deux formes sont possibles pour un ethnique en -itanus. Sa préférenc (...)

4Le toponyme « Sinngaris » apparaît sur les cartes plus anciennes (fig. 2). Il est placé au nord du mamelon principal de manière à désigner l'ensemble du site archéologique. Le nom est utilisé par J. Peyras pour justifier la graphie Cincaris16 pour le nom latin de la ville, ce qui est sans doute discutable17.

5Un troisième toponyme, « Borj Toum », apparaît sur la carte de 1950, désignant la station de chemin de fer, à 4 km au sud-ouest de la ferme Toungar, et nommée « Borj Ettoumi » sur les cartes récentes.

  • 18 Cagnat 1898. Il formule l'hypothèse notamment en raison de la présence de l'ethnique Tingari dans l (...)

6On localise aussi quelquefois le site de Cincari au Borj Toum. En effet, l'inscription CIL, VIII, 14769 qui a fait connaître l’ethnique du nom latin du site, avait été conservée dans cette localité lorsqu'elle a été donnée par la société du chemin de fer au Père Delattre. Cependant, sur le témoignage de ce dernier, R. Cagnat suppose que l'inscription a été découverte à Henchir Toungar18.

7On voit aussi sur le terrain, à mi-distance entre la ferme Toungar et le mamelon principal, au sud du no 127, le marabout de « Sidi Soumiat » devenu sur les cartes plus récentes « Sidi Bou Miad », aujourd'hui au centre d'une bâtisse plus considérable.

  • 19 AE, 1915, 40 = ILAfr, 484 et AE, 1915, 41 = AE, 1928, 80 = ILAfr, 485 = ILTun, 1166.

8Par ailleurs, deux des inscriptions attribuées à Cincari19 ont en réalité été découvertes à l'Henchir Souhilia, à l'ouest de la voie ferrée et à 5 km au nord de Borj Toum, en remploi dans les murs d'une ferme française, située non loin du marabout de Sidi Ali el Ariane.

9En fait, la localisation du site est mieux assurée par les ruines conservées ou mises au jour anciennement que par les inscriptions, qui ont été découvertes ou signalées pour la plupart à grande distance du centre des ruines.

10À hauteur de Cincari, la route ancienne, visible sur la feuille de l'Atlas, se trouvait à l'est de la voie de chemin de fer, que la route moderne longe au nord à peu de distance.
N.D. et N.L.

Topographie du site

  • 20 Duval - Cintas 1976, plan publié en fig. 2, p. 855.
  • 21 Peyras 1968, p. 256-259.
  • 22 Carte topographique Tunisie 1983.
  • 23 Cette mission a eu lieu en avril-mai 2009, grâce à l'autorisation de M. F. Bejaoui, Directeur génér (...)
  • 24 Ghaki - Bejaoui - Dabbaghi 2005. Pour les structures que nous identifions, nous indiquons entre par (...)

11Du point de vue de la topographie antique, nous ne pouvons fournir, faute de levé détaillé, qu'un croquis que nous avons enrichi au fur et à mesure de l'apparition de moyens de travail plus perfectionnés et des progrès de la prospection et des fouilles. Le point de départ de l'étude topographique est le « croquis visuel » dressé dans les années 1950-1960 par J. Cintas, alors ingénieur des travaux publics, au moment où la famille établie dans la ferme au centre du site antique défrichait le terrain dans le but d'étendre les plantations d'oliviers et d'amandiers (qui apparaissent bien sur les photos aériennes) et permettait à J. Cintas de pratiquer des fouilles dans les principaux monuments du site. Ce plan sommaire a été reproduit dans les MEFRA de 197620 et amélioré ensuite en nous aidant des observations qu'avaient faites J. Peyras dans son mémoire d'études supérieures de 196821, de la carte topographique au 1/25000e de 198322, des photographies aériennes Google Map de 2010 (fig. 3) – sur lesquelles le septizonium et le théâtre notamment sont visibles –, des révisions que N. Lamare a faites sur le terrain en 200923 et des indications de la Carte archéologique de la Tunisie préparée par l'Institut National du Patrimoine dans le cadre du projet IPAMED, sous la direction de M. Ghaki, F. Bejaoui et A. Dabbaghi, et dont les résultats ont été publiés en 2005 et mis en ligne sur le site Internet de l'Institut24. On constatera en comparant le croquis ancien de J. Cintas et la cartographie récente (fig. 4) des progrès sensibles dans la précision du plan de situation.

Fig. 3 - Vue aérienne du site. Les rectangles blancs sont des serres modernes

Fig. 3 - Vue aérienne du site. Les rectangles blancs sont des serres modernes

(Google Map 2010)

Fig. 4 - Plan schématique du site

Fig. 4 - Plan schématique du site

(N. Lamare, d'après N. Duval et J. Cintas 1976)

  • 25 Peyras 1968, p. 262 ; Peyras 1993, p. 1957 ; Peyras 2003, p. 277.
  • 26 Nous avons pu observer les différences de débits sur le terrain, après de fortes pluies.

12Les observations de J. Peyras et l'évaluation faite d'après les cartes et les photographies aériennes permettent de proposer une surface de 7 ha25 pour l'agglomération antique, ou tout au moins pour la partie centrale avec les monuments publics. La partie construite se situait entre la voie romaine, dont le tracé était visible au XIXe siècle au nord-ouest du site, et le fleuve, dont le cours a certainement varié depuis l'Antiquité. Aujourd’hui encore, les crues font sortir de son lit la Medjerda, dont les berges sont difficilement praticables (nous indiquons par des tiretés sur le plan l’emprise maximale du lit de l’oued). On compte aujourd'hui plus d'un kilomètre dans le sens nord-est sud-ouest entre l'aqueduc et le théâtre, et un peu moins entre la route et le fleuve. C'est donc, à s'en tenir aux vestiges visibles au milieu du XXe siècle, après quatre-vingt ans de défrichements intensifs en raison de la fertilité de la terre (on remarquera sur la photographie aérienne les serres modernes), une agglomération assez modeste de surface, sans grandes dénivellations, limitée au nord-est et sud-ouest par des lits d'oueds certainement temporaires26, dont le tracé est de toute façon récent. Le mamelon central où a été construite la ferme coloniale culmine à 63 m alors que les parties basses vers la Medjerda se situent à 43 m environ. Des pentes sont assez fortes au nord-ouest du mamelon.

Les vestiges

13La ville de Cincari, d’étendue plutôt restreinte, comporte pourtant d’assez nombreux monuments, dont le septizonium qui a fait sa relative célébrité, le martyrium et l’église associée à un cimetière (ou « église double ») dont la description suit. L’inventaire de ces monuments résulte des prospections exécutées par J. Peyras dans les années 1960 et de celle qui ont été effectuées par l’équipe de la nouvelle Carte archéologique de Tunisie.

14Ces différentes sources signalent comme monuments principaux :

  1. Au sud du plateau principal, les « thermes » présumés (14019NE061002 sur la Carte archéologique) qui auraient été transformés en septizonium puis en basilique chrétienne suivant G. Picard ;

  2. Au sud-ouest, un théâtre (14019NE061024) probable d’après la forme de la ruine, sans doute légèrement à l'écart du centre urbain. Il n’a pas été fouillé ;

  3. J. Peyras a cru identifier un amphithéâtre possible d’après la notice de l’Encyclopédie Berbère (avec un point d’interrogation) ;

  4. Le martyrium, sur le mamelon principal au nord-est ;

  5. À l’est de ce mamelon, une « basilique chrétienne jointe à un cimetière » pour J. Cintas (« église double » pour nous) ;

    • 27 Peyras 2003, p. 278.

    Sans que l’emplacement soit assuré puisqu'on ne connaît que l’inscription évoquant sa restauration, probablement au nord-ouest du plateau sur un promontoire, le Capitole, si l’on tient compte du lieu de découverte de l’inscription (AE, 2003, 2004), suivant la proposition de J. Peyras27 ;

    • 28 Quoniam 1951.

    Une domus est peut-être localisée « dans un verger à 200 m au nord-ouest de la ferme moderne », actuellement en ruines, à l’emplacement où une mosaïque avec scène de chasse publiée par P. Quoniam (fig. 35) a été trouvée28 (voir infra) ;

  6. Un « gros mur » est signalé au sud-ouest du septizonium dans les descriptions anciennes. Il est visible sur les photographies prises lors de la fouille (fig. 10 et 11) mais n’a pas été localisé récemment ;

  7. Un aqueduc (AAT, no 123) dont il subsiste des vestiges au nord-ouest ;

  8. En outre, quatorze citernes sont signalées par J. Peyras en 1968 et dans les prospections de la Carte archéologique, ainsi que quelques autres structures hydrauliques non identifiées. Parmi les plus importantes, un groupe de cinq citernes (14019NE061006) parallèles orientées nord-est sud-ouest, construites en moellons et voûtées en berceau, avec l'intérieur recouvert de mortier hydraulique. Chaque citerne mesurait 14 m de long et 3,80 m de large sur une hauteur de 3 m et était divisée en deux par une cloison épaisse de 0,81 m placée à 4 m de l'extrémité. À partir de la restitution que propose N. Lamare (fig. 5), la capacité de stockage peut être estimée à 500 m³ environ, ce qui en fait sans aucun doute des citernes publiques, les plus grandes parmi celles repérées. Elles sont situées au sud-ouest du mamelon.

Fig. 5 - Restitution du groupe de cinq citernes

Fig. 5 - Restitution du groupe de cinq citernes

(N. Lamare, d'après les notes de J. Peyras)

  • 29 Les synclinaux perchés, nummulitiques, sont entourés d'une ligne de sources d’affleurement : Bonnia (...)
  • 30 Peyras 1991, p. 208-209 et n. 100. J. Peyras nous indique qu'il verrait l'aqueduc de Cincari plus c (...)

15Les structures hydrauliques repérées par J. Peyras, et notamment les citernes, indiquent que la ville était abondamment pourvue en eau. De plus, les restes d'aqueduc identifiés au nord, au-delà de la voie romaine, ne laissent aucun doute sur le mode d'alimentation du municipe. L'origine de l'aqueduc n'est pas connue, mais la présence de plusieurs sources au nord – Aïn el Fezzanine, Aïn el Beïdha (Sidi Fraj), Aïn ech Changoura, Aïn et Tabassi –, et le faciès géologique du Djebel Ansarine29 rendent probable l'hypothèse d'un captage situé dans le massif. L’aqueduc de Thuburbo Minus partait de l'Aïn Flakehou, sur l'Ansarine, et transportait l'eau sur 13 km jusqu'à la colonie30.

  • 31 Entre l'aqueduc à la cote 61 et les berges de la Medjerda à la cote 40, la déclivité est d'environ (...)

16Le réseau hydraulique de Cincari devait être semblable à celui des villes romaines de modeste importance. Une source était captée dont l'eau était acheminée jusqu'au centre urbain par un aqueduc. De là, un château d'eau pouvait répartir l'eau dans la ville, mais de grandes citernes publiques pouvaient aussi bien jouer ce rôle. Différents groupes de citernes étaient répartis dans la ville afin d'alimenter les fontaines publiques et les thermes. Le groupe de cinq citernes (14019NE061006) paraît jouer un rôle important. D’une manière générale, la déclivité du site, en pente vers la Medjerda, pouvait favoriser l'alimentation des différentes structures31.

17Cet inventaire des vestiges montre la relative richesse du site même s'il est difficile d'en tirer des renseignements précis sur l'organisation de la ville, en l'absence d'un plan.
N.L. et N.D.

L'histoire de la ville et les inscriptions

  • 32 Gesta, I, 133, Lancel 1972, p. 766-767 : Restitutus episcopus plebis Cincaritanae ; I, 188, p. 840- (...)

18Le nom du site apparaît comme un évêché dans les listes de la conférence contradictoire de 411 à Carthage, opposant l'épiscopat catholique à l'épiscopat donatiste. Les deux communautés de Cincari y sont représentées. L'évêque catholique s'appelle Restitutus et l'évêque donatiste Campanus. L'ethnique complet Cincaritanus apparaît à trois reprises dans le texte des Gesta32. Les constructions chrétiennes sont présentes en plusieurs points des ruines fouillées par J. Cintas dans les années 1950 (voir supra).

  • 33 Pflaum 1970, p. 102. Voir aussi Peyras - Maurin 1974, p. 17 et n. 25.

19L’histoire et les institutions de la cité sont très mal connues et uniquement par les quelques inscriptions qui lui sont attribuées. Dans deux des inscriptions, nous avons la mention du municipe, probablement au IIIe siècle (CIL, VIII, 14769) et en tout cas au début du IVe siècle (AE, 2003, 2004). Ainsi, Cincari s'inscrit bien dans le groupe des cités de la région qui n'ont pas obtenu le statut de municipe avant le règne d'Hadrien, et, pour certaines, pas avant le IIIe siècle avancé33. D'après le deuxième texte, la cité était administrée par un curator rei publicae au IVe siècle. Les curiales sont les dédicants du texte CIL, VIII, 14769. Les cultes connus sont les dieux de la triade capitoline (AE, 2003, 2004) et un Mercure Sobrius (AE, 1915, 40 = ILAfr, 484) auxquels il faut ajouter les divinités représentées dans le septizonium.

  • 34 Ben Abdallah - Peyras 1997.
  • 35 Kerr 2006.

20J. Peyras et Z. Ben Abdallah voient dans le mibil mentionné dans cette dernière inscription la désignation soit d'un sanctuaire, soit de la confrérie – une sodalité – qui s'en occupait, voire l'un et l'autre en même temps. Dans tous les cas, le terme est utilisé dans le cadre d'un sanctuaire et il est en rapport avec des bâtiments religieux, dans les trois attestations que l'on connaît34. Pour R. M. Kerr, le terme pourrait désigner un nom abstrait, « l'ensemble des citoyens » (citizenry), ou plus exactement une autorité civile punique conservée sous la domination romaine, originellement perçue comme tellement différente d'un équivalent romain comme la curie qu'on aurait gardé le terme dans la nomenclature latine. L'utilisation d'un terme punique ne serait pas surprenante, et le serait d'autant moins dans les villes de l'ancien territoire de Carthage, dont proviennent les trois inscriptions35.

Corpus des inscriptions

21CIL, VIII, 14769. (Hr Toungar)

Memoriae Ti|beri Claudi Iuli|ani universi cu|riales mun(icipii) Cin(caritani) | provocati lar|git[io]ne matris | eius aerae col|lato de s[uo] po|suerunt. L(ocus) d(atus) d(ecreto) d(ecurionum).
À la mémoire de Tiberius Claudius Iulianus, tous les curiales du municipe Cincaritanum, répondant à la distribution de sa mère, par souscription ont élevé (cette statue) de leurs propres deniers. Emplacement donné par décret des décurions.

  • 36 Kotula 1968, no 11, p. 34.
  • 37 Pflaum 1970, p. 100.

Datation : T. Kotula avait proposé de dater l'inscription du règne de Sévère Alexandre36 en rapprochant le nom du proconsul d’Afrique Claudius Iulianus (CIL, VIII, 4845 = 17521 = ILAlg, I, 467) de celui de Tiberius Claudius Iulianus. La connaissance du prénom Appius (PIR 2, II, 901) du personnage infirme l’hypothèse de Kotula, selon H.-G. Pflaum37, qui préfère dater l'inscription de la première moitié du IIIe siècle, d'après la formulation avec memoriae et la paléographie.

22AE, 2003, 2004. (Hr Toungar)

Restitution de Peyras 2003, p. 269-282.

Baetissimo (sic) [saeculo ddd(ominorum) nnn(ostrorum) Fl(auii) Val(erii)] | Constantini{i} maximi u[ictor(is) Aug(usti) et Constantini Iu(nioris) et Constantii nobil(issimorum)] | Caess(arum) capitolium uetus[tate] conlapsum [refecit et ornauit et perfecit ( ?)] | et dedicauit Domitius Z[enophilu]s u(ir) c(larissimus) proconsu[l u(ice) s(acra) i(udicans) cum ---]|no u(iro) c(larissimo) leg(ato) suo curan[te ---]sio Fortu[nato curatore reip(ublicae) municipii Cinc(aritanorum)].
Dans le siècle très heureux de nos seigneurs Flavius Valerius Constantin, très grand vainqueur, Auguste, et Constantin Iunior (Constantin II) et Constans (Constance II) très nobles Césars, Domitius Zenophilus, clarissime, proconsul [jugeant les causes sacrées par délégation ?], [a reconstruit ?] et a dédié le capitole ruiné de vieillesse, avec son clarissime légat, en ayant le soin [---]sio Fortu[natus ( ?) curateur des affaires publiques du municipe Cincaritanum].

  • 38 Duval - Cintas 1978. À propos du gentilice, voir notamment p. 942-944.
  • 39 Peyras 2003, p. 279 ; Mandouze 1982, Domitius Zenophilus, p. 1238.

J. Peyras propose comme gentilice de Fortunatus ( ?), Blossius, Cassius, Megasius ou Volusius. Blossius est un gentilice rare qui est attesté dans la région aux IVe-Ve siècles38.
Datation : 326-333, d'après le proconsulat de Zenophilus39.

23AE, 1915, 40 = ILAfr, 484 (voir aussi AE, 1997, 1725). (Hr Souhilia)

Texte de Ben Abdallah - Peyras 1997, p. 133, qui ont proposé la restitution suivante :

[Mercu]rio Sobrio Aug(usto) [sacrum | pro salu]te Imp(eratoris) Caes(aris) L(ucii) Septimi(i) Se[ueri Pii Pertinacis Aug(usti) Arab(ici) Adiab(enici) Parth(ici)] | [et M(arci) Aureli(i) Antonini Aug(usti) et P(ublii) [Septimi(i) Getae Caes(aris) et | Iuliae Domnae Aug(ustae) totius]que domus diuinAE, sacerdo[tes dei Mercuri Sobri(i) | ---] | templum uetustate corruptum | [--- | --- restitu]erunt itemque dedic[auerunt --- | --- [ampliusque aedem sacra]m Mibil(is) fece[runt itemque dedicauerunt].
À Mercure le « Sobre » Auguste, [consécration, pour le] salut de l'Empereur César Lucius Septime Sévère, Pieux, Pertinax, Auguste, arabique, adiabénique, parthique, de Marc Aurèle Antonin Auguste, de Publius [Septime Géta César, de Julia Domna Augusta et de toute] la Maison Divine, les prêtres [du dieu Mercure le « Sobre »... ont fait] restaurer et ont aussi dédié le temple ruiné par la vétusté […] ; ils ont, de plus, fait construire et ont aussi dédié [la demeure sacrée] du Mibil.

Datation : 199-209, d'après les titulatures impériales.

24AE, 1915, 41 = AE, 1928, 80 = CLE, 2296 = ILAfr, 485 = ILTun, 1166. (Hr Souhilia)
Épitaphe païenne d’un jeune gladiateur. Fragments de vingt hexamètres.

Fig. 6 - Restitution de l’inscription ILTun, 1166.

Fig. 6 - Restitution de l’inscription ILTun, 1166.

25Le texte des ILTun (fig. 6) reproduit la version de Poinssot 1930, avec quelques restitutions proposées par E. Lommatzsch et A. E. Housman. Récemment, Pikhaus 1994, A92, p. 85.

26CIL, VIII, 25826a = ILCV, 2514. (Hr Toungar)

Épitaphe chrétienne trouvée à l'Henchir Toungar, sans doute dans les travaux du chemin de fer. Donnée par M. Aubert au Musée de Carthage. Copiée par Cagnat 1882, no 235, p. 143 (fig. 7), qui lit, après le chrisme constantinien :

Fig. 7 - Restitution de l'inscription chrétienne CIL, VIII, 25826a

Fig. 7 - Restitution de l'inscription chrétienne CIL, VIII, 25826a

(dans R. Cagnat 1882, p. 143)

Gellulutus ( ?) | i(n) pace.

Nous disposons d’un cliché de détail de l’inscription (fig. 9), assez médiocre, provenant d’une photographie d’ensemble difficilement lisible des archives du CIL de l'Académie de Berlin (fig. 8), montrant la pierre scellée avec d’autres dans un mur à l’entrée du Musée de Carthage (en présence du Père Delattre). Ces documents permettent de préciser la description et de vérifier la lecture qui semble fautive.

Fig. 8 - Le Musée de Carthage au début du XIXe siècle avec les inscriptions scellées dans le mur de l'entrée

(Archive photographique CIL, Inv.-Nr. PH0000345)

Fig. 9 - L'inscription chrétienne CIL, VIII, 25826a

Fig. 9 - L'inscription chrétienne CIL, VIII, 25826a

(Archive photographique CIL, Inv.-Nr. PH0008118, détail de PH0000345)

L’inscription est gravée sur une pierre grossière qui est bordée d’une moulure, assez distincte en particulier en haut. La pierre devait mesurer environ 60 cm de côté. Il s’agit probablement d’une mensa, forme de pierre funéraire dont plusieurs exemples ont été signalés dans les environs par J. Peyras.
L’inscription proprement dite est encadrée par un cartel à queues d’arondes, également grossier de tracé. C’est sans doute de ce cartel que R. Cagnat donne les dimensions : 27 cm de hauteur, 35 cm de largeur. L’épitaphe est surmontée d’un chrisme constantinien toujours grossièrement tracé (il manque le montant vertical). Le chrisme est entouré d’une couronne figurée par un simple trait, avec lemnisques à la base.
Les lettres sont profondément tracées (hauteur moyenne 5,5 cm) mais très irrégulières. D’après la photographie, la lecture de R. Cagnat est erronée. On lit :

Gel(lius ?) Eulutus | i(n) pace.

Nous proposons à tout hasard pour le nom Gel(lius ?) Eulutus, qui se composerait du gentilice Gellius abrégé, assez fréquent mais pas en Afrique, et de l’adjectif grec Εὔλυτος (habile ou souple) mais nous n'avons pas trouvé d'utilisation comme cognomen.

27CIL, VIII, 22644. (Hr Toungar)

Cagnat 1882, no 4, p. 158, publie aussi une lampe figurant « un cerf courant à droite et monté par un personnage ; celui-ci a le bras gauche levé et le manteau flottant. Marque de fabrique : cOPpires. »

C(aius) Oppi(us) Res( ?)
N.D. et N.L.

Le « septizonium »

Nature du monument

  • 40 Picard 1962. Une note était déjà parue dans Picard 1961. L'édifice est également mentionné dans plu (...)

28L'édifice a été fouillé par J. Cintas en 1955 et la fouille resta non seulement inachevée mais presque inédite. La seule étude publiée est celle de G. Picard40, ancien directeur des Antiquités de Tunisie, accompagnée de quelques photographies et d’un plan très sommaire dessiné à partir des archives de J. Cintas. Toutefois, son article s'intéressait essentiellement à la typologie des septizonia et aux sculptures découvertes dans l'édifice, qui sont étudiées en détail (voir infra). Sur son plan et dans son texte, G. Picard identifiait d’emblée l’édifice comme thermal.

29J. Cintas avait confié vers 1976 à N. Duval les négatifs de ses clichés noir et blanc dont G. Picard avait publié une seule vue d’ensemble de la salle basilicale (fig. 10). N. Duval et J.-C. Golvin avaient préparé un plan beaucoup plus détaillé avec une coupe au 1/50e (fig. 12) et un photomontage offrant une vue plus large de l'édifice avait été composé (fig. 11).

Fig. 10 - Vue rapprochée vers le sud-ouest de l'édifice en cours de fouilles

Fig. 10 - Vue rapprochée vers le sud-ouest de l'édifice en cours de fouilles

(d'après G. Picard 1961, cliché J. Cintas)

Fig. 11 - Vue générale vers le sud-ouest de l'édifice en cours de fouilles, avec au fond à droite les restes du gros mur signalé par différents voyageurs avant la fouille

Fig. 11 - Vue générale vers le sud-ouest de l'édifice en cours de fouilles, avec au fond à droite les restes du gros mur signalé par différents voyageurs avant la fouille

(photomontage N. Duval d'après clichés J. Cintas)

30L'édifice est toujours visible aujourd'hui (en 2009), enseveli sous la végétation et difficilement repérable au milieu des cultures et des oliviers. Les absides du septizonium sont apparentes mais la latrine est inaccessible du fait de la végétation, le massif d’abside bordé des passages obliques à l’ouest est en partie effondré et le sol est recouvert d'une couche de terre. L’inscription du septizonium, probablement dissimulée sous la végétation, n’est plus visible.

Fig. 12 - Plan et coupe longitudinale de l'édifice au 1/100e

Fig. 12 - Plan et coupe longitudinale de l'édifice au 1/100e

(dessin J.-Cl. Golvin, 1976 d'après les relevés de J. Cintas, mise au net N. Lamare, 2011)

31G. Picard avait distingué trois phases dans la vie du monument (fig. 13) :

  1. des thermes qu’il datait au plus tôt de la deuxième moitié du IIe siècle, en comparant avec les grands thermes du Sud de Timgad. Il localisait le frigidarium dans la salle basilicale, le caldarium (ou le tepidarium dans le texte) à l’ouest (espace E sur notre plan), une natatio au sud ;

  2. la transformation en septizonium par l’adjonction des absides au sud, qu’il datait de l’époque sévérienne d’après la statuaire, la paléographie de l'inscription et l’exemple des autres monuments de ce type, notamment à Rome et à Lambèse ;

  3. la transformation en église attestée par l’aménagement de l’extrémité ouest de la grande salle basilicale.

Fig. 13 - L'évolution de l'édifice d'après G. Picard

Fig. 13 - L'évolution de l'édifice d'après G. Picard

(N. Lamare)

32Nous avons longtemps été tributaires de cette interprétation. Mais par suite de la limitation des fouilles à la salle centrale basilicale et à ses abords immédiats, nous n’avons comme éléments en faveur de l’interprétation thermale que l’existence de la latrine monumentale et l’égout qui traverse toute la partie fouillée pour aboutir à la fosse semi-circulaire de la latrine. Manquent dans l’état actuel des bassins et des pièces chauffées.

33En contre-partie, nous avons examiné de près sur place et avec le plan et la coupe très précis, la structure de la grande salle basilicale, et en particulier, comme le conseillent les spécialistes d’architecture thermale, le « squelette » du bâtiment formé par les parties en grand appareil. Nous avons constaté une cohérence totale de la salle telle qu’elle se présente actuellement, une symétrie complète des supports parfois au centimètre près au nord et au sud, en dehors naturellement des sept absides auxquelles les supports sud servent d’appui. Et nous avons vainement cherché des traces de remaniement, en dehors naturellement de la dernière phase chrétienne et de quelques cloisons ajoutées tardivement. On suivra notre raisonnement en consultant le détail de la description.

Description

Dimensions d’ensemble

  • 41 Sur les photographies des fig. 10 et 11, on constate que ce mur n'a pas été mis au jour ni dessiné (...)

34La partie fouillée mesure environ 37,50 m de longueur maximale dans le sens est-ouest, pour 20 m de largeur à l’est à hauteur de la latrine, 15 m de largeur à hauteur de la salle basilicale (plus un espace non mesuré pour le mur de fond au sud qui ne figure pas sur le plan), 17 m à l’extrémité ouest, soit une surface d’environ 800 m². La hauteur maximale conservée était de 2,50 m pour l’amorce d’abside qui était visible au sud-ouest, 1,50 à 1,75 m pour le septizonium au centre, 1,50 m pour la latrine à l’est, ce qui donne la hauteur du remblai au moment de la fouille. En dehors de ce qui est dessiné sur le plan, on voit sur certaines photographies anciennes un mur au sud en arrière des absides qui formait la limite de ce côté (fig. 14)41.

Fig. 14 - Vue de l'édifice vers l'Est prise depuis l'abside 7, avec à droite vue du mur Sud derrière les absides, après les fouilles

Fig. 14 - Vue de l'édifice vers l'Est prise depuis l'abside 7, avec à droite vue du mur Sud derrière les absides, après les fouilles

(© CCJ – CNRS/Université de Provence)

Galerie d’entrée B

35L’accès se faisait très probablement au sud-est. Une galerie large de 3,25 m, fouillée sur une longueur de 17,50 m, mais qui mesurait au moins 23 m en raison de la dimension de la latrine, ayant conservé un sol de mosaïque géométrique sur une longueur de 9 m (voir fig. 15 et infra) desservait la latrine A à l’est, au nord-est par une porte large de 1,35 m une pièce C incomplètement fouillée mesurant au moins 5,50 m de long sur 2,75 m de large, et à l’ouest par trois portes larges de 1,50 m la salle basilicale D. Les murs latéraux sont bâtis principalement en opus africanum. La cloison du fond, en pierres de moyen appareil prolongeait la paroi nord de la pièce C et le mur nord de la salle basilicale. Tardivement, la galerie a été sectionnée par deux cloisons dont l’une conservait une porte au centre.

Fig. 15 - Le vestibule des thermes et la mosaïque à cercles sécants. Vue vers le nord

Fig. 15 - Le vestibule des thermes et la mosaïque à cercles sécants. Vue vers le nord

(cliché N. Duval, 1955)

36Le vestibule était pavé d'une mosaïque géométrique, composition orthogonale de cercles sécants faisant apparaître des quatre-feuilles et déterminant des carrés concaves chargés d'un quadripétale.

Latrine A

37À l'est de la galerie se situait une grande latrine en hémicycle incomplètement fouillée qui devait être accessible par deux ouvertures aux extrémités. Elle mesurait environ 18 m de diamètre pour 9 m de flèche. La fosse au-dessus de laquelle se situaient les sièges, large de 50 cm pour 2,50 m de profondeur, dessine un arc de cercle de 16 m de diamètre pour 7,50 m de flèche. L’égout qui traversait l’édifice d’ouest en est (voir infra) y aboutissait. En façade, une plate-bande de dalles larges de 50 cm, dessinant un arc de cercle de 8,50 m de large pour 4 m de flèche, relie six dalles plus grandes de forme trapézoïdale (deux d’environ 1,50 m de long pour 75 cm de large et deux mesurant environ 75 cm de côté) qui servaient de sous-bases aux supports, signale l’emplacement d’un portique qui s’appuyait latéralement sur des pilastres en pierres de taille maçonnés dans le mur est de la galerie. Bases et colonnes avaient disparu.

La salle basilicale D : le septizonium

38À l'ouest de la galerie, les trois portes signalées ci-dessus donnaient accès (en contrebas de 50 cm par un escalier de deux marches) à une grande salle à double colonnade, bâtie présentant un plan basilical, qui avait été interprétée comme le frigidarium des thermes présumés par G. Picard. D’après notre interprétation elle a pu être construite expressément pour le septizonium et constituerait, si cette interprétation est acceptée, un unicum puisque, comme nous le verrons, si la documentation sur ce type de monument comprend plusieurs inscriptions, aucun édifice ainsi nommé n’est conservé.

Grandes dimensions

39Nous avons déjà souligné la rigoureuse symétrie de la salle si on ne tient pas compte des absidioles sud, mais seulement des appuis. Il existe aussi une particularité pour l’extrémité ouest, du fait de la présence d’un massif large de 7,80 m, avancé dans la nef centrale de 3,65 m au sud et de 3,25 m au nord, qui constitue le revers de l’abside E appartenant à l’espace suivant et qui est entaillé de part et d’autre par des passages obliques larges de 1,25 m. Ce massif est renforcé de pierres de taille aux extrémités ; le reste était en moellons. Une brèche large de 1 m a été ouverte en biais dans ce massif et dans le mur de l’abside E.

40La longueur dans l’axe (depuis le massif du revers de l’abside E jusqu’à la limite supérieure avant les marches à l’est) est ainsi réduite à 17,20 m alors qu’elle atteint 19,50 m au nord et 19,40 m au sud (jusqu’aux marches). Le mur de façade est doublé par des massifs de pierres de taille épais de 50 cm face aux colonnades séparant les nefs, qui sont ainsi longues de 16 m.

  • 42 Picard 1962, p. 82.

41La largeur de la salle est de 14,50 m entre le mur nord et l’extrémité sud du septizonium, c'est-à-dire le revers des absidioles. Il existait un mur de ce côté qui n’a pas été dessiné sur le plan mais qui est visible sur certaines photographies anciennes (fig. 14) et dont il reste des témoins d’après N. Lamare. G. Picard avait supposé que dans le premier état (c'est-à-dire avant la construction du septizonium) la salle principale communiquait de ce côté avec d’autres espaces des thermes présumés, notamment la natatio42.

Le mur nord et les supports

42Le mur nord (fig. 16), dégagé en partie seulement, est fait de pierres de taille, au moins à la base, sauf entre les pilastres 22 et 23 où une section de mur en moellons est peut-être le témoin d’une ouverture bouchée. À intervalle régulier de 2 m sauf entre les pilastres 20 et 21, un peu plus rapprochés, et entre 23 et 24 plus distants, des pilastres larges de 75 cm, en saillie de 50 cm faisaient face aux colonnes de la nef centrale de ce côté (distante dans l’axe de 2,80 m).

Fig. 16 - Vue de la salle basilicale après la fouille prise depuis le vestibule B vers le nord-ouest (mur nord et pilastres 18 à 22). Au sol, on voit les claveaux d'un arc abattu et en arrière l'épaisseur du mur nord

Fig. 16 - Vue de la salle basilicale après la fouille prise depuis le vestibule B vers le nord-ouest (mur nord et pilastres 18 à 22). Au sol, on voit les claveaux d'un arc abattu et en arrière l'épaisseur du mur nord

(cliché J. Cintas)

Le septizonium au sud

43Le septizonium proprement dit bornait la salle au sud. Il est constitué de sept absidioles ouvertes vers le nord (fig. 10 et 11), mesurant autour de 2,25 m d’ouverture pour 2 m de profondeur, avec un parement en moellons, couvert d’un enduit beige clair, masquant une épaisseur variable (d’après le plan 1,75 m à la naissance des absides, 60 cm au fond) d’opus caementicium (fig. 17 à 19). Au moment de la fouille ces absidioles étaient conservées jusqu’à 1,50 à 1,75 m de hauteur (2 m de hauteur pour les piliers 6 et 7). On restitue au-dessus une demi-coupole, mais à cette hauteur la naissance de la voûte n’était pas visible.

Fig. 17 - Une abside du septizonium en cours de fouille

Fig. 17 - Une abside du septizonium en cours de fouille

(cliché J. Cintas, 1955)

Fig. 18 - L'abside 6 du septizonium

Fig. 18 - L'abside 6 du septizonium

(cliché N. Lamare, 2009)

Fig. 19 - Détail de l'enduit recouvrant l'intérieur de l'abside 7

Fig. 19 - Détail de l'enduit recouvrant l'intérieur de l'abside 7

(cliché N. Lamare, 2009)

44La maçonnerie de la première absidiole à l’est comportait deux tronçons de colonnes en remploi. Un mur grossier avait condamné l’ouverture, probablement à basse époque.

45Ces absidioles s’appuient au nord sur des pilastres cruciformes en pierres de taille, espacés de 2 m à l’extrémité, mesurant en moyenne 1,10 m de largeur vers le sud et 70 à 75 cm de largeur pour 50 cm de saillie au nord. Le matériau, l’espacement et les dimensions de la partie saillante vers le nord sont identiques à ceux des pilastres du mur nord, mais la distance (3 m) par rapport à l’axe de la colonnade sud est un peu supérieure à celle mesurée au nord (2,80 m entre les pilastres et l’axe de la colonnade). Les deux dispositifs sont très probablement contemporains.

46Sur les photographies d'ensemble (fig. 10 et 11) et la coupe longitudinale (fig. 12) on distingue bien le mode de construction et l’état des pilastres 2 à 7, faits de parpaings superposés (de deux à cinq assises sont conservées en place), de 50 cm de hauteur moyenne, de 1,10 m de longueur pour la partie postérieure, de 70 cm de longueur moyenne pour les pilastres nord. Il faut naturellement ajouter une couche d’enduit dont on distingue des restes notamment sur le pilastre 6.

Les colonnades de la nef centrale

47Au milieu de la salle, deux colonnades de cinq colonnes, distantes de 5,40 m (entre les axes) bordaient la nef centrale. Il restait au moment de la fouille cinq bases attiques de colonne en place (no 8 à 11, 16) : elles mesuraient environ 65 cm de côté à la plinthe, 30 cm de hauteur, 55 cm de diamètre. On en voit plusieurs sur la photographie de la fig. 20 ; les entre-axes mesuraient 2,60 m. Plusieurs tronçons de colonnes (au moins quatre ou cinq dont une tête) gisaient au sol ainsi que des claveaux nombreux qu’on voit en grand désordre voisiner avec des parpaings sur les photographies d’ensemble (fig. 11 et au premier plan de la fig. 14) mais ceux-ci n’ont pas été dessinés ni mesurés. La colonne qui a été dessinée sur la coupe mesure 4 m de hauteur, 55 cm de diamètre à la base, 50 cm au lit d’attente.

Fig. 20 - L'édifice en cours de fouille. Vue vers l'Est, avec le vestibule au fond

Fig. 20 - L'édifice en cours de fouille. Vue vers l'Est, avec le vestibule au fond

(cliché J. Cintas, 1955)

48Deux photographies prises lors des fouilles nous montrent deux faces de chapiteaux corinthiens très semblables, mais sans doute distincts, découverts dans les décombres. Le premier (fig. 21) est plus visible. Le lit de pose devait mesurer 50 cm de diamètre environ et le lit d'attente, 65 cm de diagonale. Ce chapiteau est composé de deux couronnes d’acanthes molles surmontées de caulicoles et calices bipartites. Des crosses s’en échappent, dont les volutes soutiennent un abaque aux angles à pan coupé, décoré d’une série de godrons avec lunules et d'une sorte de kymation ionique simplifié au sommet, dont les oves seraient réduits à leur plus simple forme, un demi-cercle. Le calathos est bien visible et surmonté d'une lèvre épaisse, sur laquelle repose le poids de l'abaque. Les feuilles d’acanthes sont très simplifiées dans le rendu de la partie centrale, composée de deux sillons creusés au trépan, parallèles et verticaux, légèrement courbés vers l'extérieur à leur sommet, et d’un trait en faible creux sur la nervure axiale, tandis que les folioles sont plates. La digitation en pince de homard réduit les sinus à une forme de goutte, qu’une petite entaille vient parfois ouvrir. Les feuilles de la deuxième couronne ne sont pas travaillées en-deçà de la cime des feuilles de la première couronne. Au-dessus, les gaines des caulicoles sont très peu visibles sur les photographies, et semblent être constituées de feuilles, sans représentation de la collerette. Une gousse très stylisée prend naissance derrière les feuilles de la deuxième couronne et soutient les hélices, laissant sortir une tige qui porte le motif central de l’abaque. On observe, au-dessus des deux hélices centrales, une coquille et un motif foliacé assez gonflé sur l'autre chapiteau (fig. 22).

Fig. 21 - Chapiteau corinthien à conque

Fig. 21 - Chapiteau corinthien à conque

(cliché J. Cintas, 1955)

Fig. 22 - Chapiteau corinthien à foliole

Fig. 22 - Chapiteau corinthien à foliole

(cliché J. Cintas, 1955)

  • 43 Pensabene 1986, en particulier p. 368-378.
  • 44 Sur la datation des chapiteaux, voir Bessière 2006, p. 670-679.

49Ce type de chapiteau est caractéristique de la production nord-africaine, dont la simplification des formes et un certain détachement de l’ordre corinthien originel dénote plus l’intervention d’ateliers locaux qu’une datation haute43. Les chapiteaux conservent des traits caractéristiques des modèles de l'époque flavienne tout au long de l'époque antonine et sévérienne, ce qui ne permet pas une fourchette de datation plus précise44.

La couverture

50Les pierres appartenant à des arcatures, signalées d’après les photographies (fig. 11 et 14), n’ont pas été examinées et cataloguées au moment de la fouille, ce qui est particulièrement regrettable en raison de leur abondance : on avait ici l’occasion de restituer les élévations sur une base indiscutable.

51Les colonnades supportaient vraisemblablement des arcs clavés en plein cintre (rayon d’environ 2 m), une claire-voie probable et au-dessus une toiture à deux pentes. La logique du plan basilical nous amène à restituer soit des arcs soit des poutres entre les supports latéraux et les colonnes ou la claire-voie, et des toitures en bâtière.

Les espaces E et F : un triconque ou un tétraconque incomplètement fouillé ?

52La grande abside en petit appareil de moellons signalée ci-dessus à propos de son mur est, ouvrant vers l’ouest et mesurant 6,50 m de diamètre entre deux murs en grand appareil d’environ 3,50 m de longueur (avec les ouvertures) pour une profondeur totale d’environ 4,50 m n’a pas été complètement fouillée. Nous avons mentionné les passages en oblique qui la mettaient en relation avec le septizonium.

  • 45 Duval - Cintas 1976.

53Au sud, à 4,50 m du fond de la grande abside, s’ouvre une autre grande abside orientée à angle droit qui n’a été fouillée qu’à moitié. Sa paroi orientale est d’abord construite en grand appareil et rectiligne sur 2,50 m de longueur, puis la paroi courbe est en petit appareil et l’ouverture devient plus étroite d’environ 1,50 m. On peut évaluer pour cette partie le diamètre de l’abside à 5 m environ et la profondeur totale à 6,50 m. En fait les dimensions et la structure de l’abside ne sont pas très différentes de celles de l’abside orientale décrite ci-dessus, et on peut se demander si elles n’appartiennent pas à un triconque ou tétraconque, forme déjà connue à Cincari par le martyrium que nous avons publié en 1976 et bien représentée en Afrique45.

L’égout traversant l’édifice d’ouest en est

54La fouille a permis de localiser un grand égout dont le tracé peut être suivi grâce aux regards : un premier a se trouve au nord du pilier 7 dans un emplacement incomplètement fouillé ; après 8,50 m de trajet rectiligne, on en trouve un autre b à l'angle est du pilier 5, puis à 6 m de distance un troisième c dans l’axe de la salle à peine plus à l’est que le précédent, puis un quatrième d aussi dans l'axe de la grande salle, à 10,50 m de distance près de l’accès principal. Le canal rejoignait ensuite sous la galerie B en oblique à 5,50 m de distance celui de la latrine A. Ce serait sans doute dans cette canalisation qu’on a recueilli des morceaux de statues.

55On voit sur les photographies des fig. 10 et 11 une bouche d’égout b appuyée sur le pilastre 5 sans son couvercle. Le regard suivant sous le chœur de l’église tardive est ouvert et le couvercle en marbre est posé à côté.

56Il faut supposer que cette évacuation rejoignait un égout collecteur qui, selon le schéma habituel, allait se déverser dans le fleuve le plus proche, ici la Medjerda, à environ 200 m en contrebas.

  • 46 Picard 1962, p. 92.
  • 47 Coutelas 2009, notamment p. 18.
  • 48 Contra Ginouvès et al. 1969, p. 153, n. 7.

57Aucune trace d'adduction d'eau n'a été repérée dans les absides, mais celle-ci pouvait se faire à un niveau supérieur à la hauteur de conservation des murs. Quoi qu'il en soit, d'une part le système d'évacuation des eaux repéré dans la première phase n'a pu être mis en relation avec le septizonium46, d'autre part l'enduit intérieur des absides ne joue pas en faveur d'une installation hydraulique : en effet, il est peu probable qu'il s'agisse d'un enduit de mortier de tuileaux, dit « hydraulique » selon la terminologie habituelle employée en archéologie47, c'est-à-dire composé de fragments de terre cuite, et utilisé pour imperméabiliser les constructions, dont la couleur rosée est généralement caractéristique. De plus, aucun bassin ou aménagement pour recueillir l'eau n'existe dans les absides : il est difficile d'envisager que l'eau ait pu s'écouler à même le sol, pour rejoindre l'égout situé à plus de 6 m en avant48, d'autant plus que les regards étaient clos et non destinés à l'écoulement des eaux.

58Notre conclusion est que le centre du monument pourrait avoir été construit comme septizonium au milieu d’un complexe dont nous ne connaissons pas d’autres éléments en dehors des latrines et de la galerie est. Mais une fouille ultérieure serait possible et permettrait de mettre au jour le reste du monument. Elle serait fort utile puisque nos connaissances sur ce type d’édifice sont très limitées.

La statuaire (d’après G. Picard)

  • 49 Picard 1962, p. 85-89.

59Plusieurs statues furent découvertes dans l’édifice, en particulier dans l’égout. Elles avaient été transportées au musée d’Utique. Nous reprenons ici la description assez détaillée qu’en a faite G. Picard49 :

  • 50 Gerhard 1861, pl. 145.

601. Un « torse de jeune homme, nu sous une chlamyde retombant en arrière », auquel « manque la jambe, le bras droit et l’avant-bras gauche (fig. 23). La sculpture est de bonne qualité ; la musculature n’est pas détaillée, mais le bourrelet inguinal saille très fortement. La chevelure est une masse creusée au trépan de petits sillons discontinus qui séparent des mèches si drues qu’elles ressemblent à des flammes. Le procédé rappelle le Flammenhaarstil des sarcophages de la période sévérienne tardive, mais plus encore le traitement des parties pileuses dans des statues africaines contemporaines de Septime Sévère, telles que le Saturne de Dougga et le portrait de l’empereur lui-même découvert à Guelma. Le dieu n’a pas d’attributs particuliers » mais son type « convient évidemment à Hélios ; il reproduit exactement celui d’une statue de Berlin50, œuvre hellénistique trouvée à Alexandrie » (fig. 24).

Fig. 23 - Statue de jeune homme à la chlamyde (Hélios ?)

Fig. 23 - Statue de jeune homme à la chlamyde (Hélios ?)

(d'après G. Picard 1961, p. 86, fig. 4)

Fig. 24 - Statue d'Hélios découverte à Alexandrie

Fig. 24 - Statue d'Hélios découverte à Alexandrie

(d'après Arch. Zeitung 1861, pl. 145)

612. « La tête de Saturne (fig. 25) reproduit le type de Kronos, adopté depuis le milieu du IIe siècle pour le roi des dieux africains : le voile qui recouvre la chevelure assure l’identification. Le style apparaît nettement classicisant : les traits sont réguliers, l’expression, sereine, la barbe et la chevelure, bien peignées, en boucles régulièrement ordonnées, l’épiderme, lisse. Le front haut est rétréci en ogive par les boucles. » G. Picard propose que l’œuvre soit issue d’un des ateliers classicisants dont l’activité est attestée par de nombreux sarcophages, entre 220 et 240. Il la rapproche du type « jupitérien » représenté à Bulla Regia, mais distingue dans la tête de Cincari « le regard levé au ciel, caractéristique comme on sait des portraits impériaux du IIIe siècle, la chevelure plus courte dépourvue de boucles en tire-bouchon sur les côtés, la barbe plus longue séparée par un profond sillon qui en dessine exactement l’axe. »

Fig. 25 - Tête de Saturne

Fig. 25 - Tête de Saturne

(d'après G. Picard 1961, p. 86, fig. 5)

  • 51 Pergamonmuseum zu Berlin, Inv.-Nr. Sk 384 ; Museo archeologico di Napoli, inv. 6088, coll. Farnese (...)

623. « La tête casquée de Mars (fig. 26) frappe par la sévérité colérique, presque méchante, inscrite dans les sourcils froncés, les plis au bas des joues, la bouche épaisse tombante sous la grosse moustache. C’est celle de portraits bien connus de Caracalla51, d’un empereur qui, précisément, s’est fait assimiler au dieu de la guerre. » « La différence d’expression ne doit pas faire négliger cependant les ressemblances fondamentales qui rapprochent cette sculpture des deux précédentes ; c’est d’abord une très remarquable dolichocéphalie ; ensuite, des similitudes techniques, pour le traitement du sillon buccal surtout, dont l’étroitesse contraste avec la massivité des lèvres et pour la barbe, traitée en mèches courtes, floconneuses, que séparent de profonds trous de trépan. »

Fig. 26 - Tête casquée de Mars

Fig. 26 - Tête casquée de Mars

(d'après G. Picard 1961, p. 88, fig. 6)

634. « Un cippe à base moulurée sculpté en haut sur trois faces (fig. 27) : la principale porte un buste de jeune fille, nu, incomplet sous les seins ; sur les côtés se détachent en fort relief deux têtes d’animaux aujourd’hui très mutilées ; celle de droite semble appartenir à un chien, celle de gauche, peut-être à un bélier ; la face postérieure porte enfin un bucrane très schématique. »

Fig. 27 - Cippe au buste féminin

Fig. 27 - Cippe au buste féminin

(d'après G. Picard 1961, p. 88, fig. 7)

64G. Picard proposait une datation vers la première moitié du IIIe siècle pour ces sculptures, qui proviendraient d’un atelier travaillant en Afrique. La tendance classicisante notée pour la tête de Saturne résulterait de la « Renaissance » des années 220, décelée aussi bien dans le décor des sarcophages que dans le portrait. Il attribuait les sculptures aux absidioles du septizonium.
N.D. et N.L.

Les mosaïques appartenant à la phase profane

65D'autres fragments de mosaïques que celle en place dans la galerie d’entrée B et celles situées dans le chœur chrétien ont été retrouvés, mais les photographies ne permettent pas de savoir à quel endroit dans l’édifice.

Mosaïques géométriques

66Le premier fragment (fig. 28) est un quadrillage composé de quatre carrés emboîtés adjacents à double filet dentelé ; la photographie en noir et blanc laisse voir un dégradé mais ne permet pas de distinguer si les tesselles étaient colorées.

  • 52 Broise - Thébert 1993, p. 267-271 ; voir aussi Hanoune 198

67Le second fragment (fig. 29) est une composition orthogonale d'octogones irréguliers sécants et adjacents par les grands côtés, déterminant des carrés sur la pointe et des hexagones oblongs ; les carrés sont dessinés en triple dentelé noir et blanc et portent un fleuron noir ; les hexagones ont leurs grands côtés dessinés en filet triple noir et blanc, et portent un fleuron noir allongé. Ce type de décor géométrique, à plus forte raison pour les compositions en noir et blanc, est très difficile à dater. Ce style ne semble pas tant l’indice d’une datation haute – les mêmes motifs se retrouvent aux IIIe et IVe siècles et plus tard encore – que celui du rôle secondaire de certains espaces52. Il est difficile de préciser leur emplacement, compte tenu de la grande diffusion de ce type de motifs.

Fig. 28 - Mosaïque géométrique à carrés emboîtés

Fig. 28 - Mosaïque géométrique à carrés emboîtés

(cliché J. Cintas, 1955)

Fig. 29 - Mosaïque géométrique à octogones

Fig. 29 - Mosaïque géométrique à octogones

(cliché J. Cintas, 1955)

La mosaïque de chasse : des sodalités dans l’édifice ?

  • 53 Peyras 1968, p. 252.

68Une mosaïque figurée a été retrouvée dans l'édifice, représentant une scène de chasse. J. Peyras indique qu'elle a été découverte à 10 m à l'ouest du « caldarium », c'est-à-dire la pièce ainsi nommée par G. Picard, E sur notre plan (fig. 12), qui s'ouvre par une abside à l'extrémité ouest, selon les indications du propriétaire du terrain53. Cependant, il est peu probable que la mosaïque ait été retrouvée à cet endroit, qui n'avait pas été fouillé. Cela pouvait être à 10 m à l'est, ce qui la placerait dans la grande salle basilicale D. Cette position est confirmée par une photographie (fig. 38) qui laisse apparaître une tige de millet sur une mosaïque, juste en avant du chœur de l’église tardive.

  • 54 Sur cette mosaïque, Peyras 1968, p. 252-253 et Picard 1962, fig. 2 A et B. Aucune photographie coul (...)

69Sur deux registres, la mosaïque met en scène un uenator (fig. 30), vêtu d'une tunique serrée à la taille, ornée de segmenta aux épaules et de galons de couleur vive54. Sur le deuxième registre, un ours est blessé par un épieu, probablement un uenabulum, identifiable aux deux pointes latérales de la flèche, qui lui permettaient de rester fiché dans les chairs de l'animal. Sur la mosaïque à l'ours (fig. 31), on repère une tige de millet au-dessus de sa tête et on en distingue une deuxième aussitôt à droite, incomplète, mais qui semble avoir la même forme. Tout à fait à droite, une feuille de lierre se dessine nettement. Sur la mosaïque représentant le uenator, on peut avec certitude restituer une tige de millet à gauche, d’après la forme de la feuille retombante.

Fig. 30 - Mosaïque au chasseur de Cincari

Fig. 30 - Mosaïque au chasseur de Cincari

(cliché J. Cintas, 1955)

Fig. 31 - Mosaïque à l'ours de Cincari

Fig. 31 - Mosaïque à l'ours de Cincari

(cliché J. Cintas, 1955)

  • 55 Sur les sodalités, voir les articles d'A. Beschaouch publiés dans les CRAI, notamment Beschaouch 19 (...)
  • 56 Inventaire dans Thébert 1991, p. 201-203.

70Ces représentations de feuilles de lierre et de tiges de millet, très communes en Afrique, font partie des symboles utilisés par les sodalités55 pour se désigner : chaque image était associée à un chiffre, la combinaison des deux éléments permettant l'identification exacte de la corporation en question. Plusieurs autres mosaïques, notamment dans les thermes, présentent des scènes semblables aux nôtres56.

  • 57 Thirion 1957, p. 229-233 et pl. IV, fig. 1-3, signalé par Thébert 1991, p. 202.
  • 58 Pachtère 1911, III, no 3 et Pachtère 1914, II, no 3 ; Dunbabin 1978, p. 74 et fig. 59, qui fait réf (...)
  • 59 Thébert 1991, p. 202. Il fait bien référence ici à la grande mosaïque des jeux et non au fragment é (...)
  • 60 Thébert 1991, p. 196, fig. 3, d'après Beschaouch 1979, tableau p. 418, fig. 8.
  • 61 Truillot 1932. La provenance de la mosaïque n'est pas préci
  • 62 Lassus 1971. Voir aussi Hugoniot 2008, en particulier p. 182-187, sur la salle à abside et la mosaï (...)
  • 63 Les attestations sont nombreuses en Afrique, par exemple à Tébessa : CIL, VIII, 1887 = 16510 = ILAl (...)

71La mosaïque des « thermes du pugiliste » à Thina57 montre dans la scène centrale des ours chassés au lasso, accompagnés de lierre et de millet dans les écoinçons attenant. Le uenator est vêtu de manière semblable à celui de Cincari, et la représentation est celle d'une scène prise sur le vif. À Tébessa, dans les grands thermes, la mosaïque des jeux58 représente des animaux d'amphithéâtre, associés à un chiffre indiquant le nombre de bêtes de chaque espèce offert pour le spectacle. Pas de uenator ici, mais, au centre, un athlète victorieux, tenant une tige de millet, un croissant sur hampe à côté de lui, associé au chiffre I pour ce qu'il reste de la mosaïque, mutilée en partie gauche. Il est donc possible que le chiffre soit le II, par symétrie. Par erreur Y. Thébert parle du symbole des Telegenii59, qui est normalement un croissant sur hampe associé au chiffre III60. À Tébessa toujours, un fragment de mosaïque61 (fig. 32) représente très probablement un uenator, toujours vêtu comme les précédents, armé cette fois d'une lance et d'une courroie (amentum) qui doit lui permettre de lancer violemment son projectile. À sa gauche se trouve un croissant sur hampe accompagné du chiffre II. On retrouve bien l'association d'une scène de chasse à un symbole de sodalité, ici hors d'un établissement thermal. De même, la mosaïque de la chasse retrouvée dans la salle à sept absides à proximité des grands thermes du Sud de Cuicul62 représente en partie supérieure un dominus sur un cheval, à la chasse ; dans le registre inférieur, c'est une uenatio qui est représentée, où l'on reconnaît les uenatores vêtus de tuniques à motifs chassant différents animaux sauvages. Il pourrait s'agir d'une chasse que le riche personnage avait offert au cours de sa vie. Au centre de la composition, trois feuilles de lierre disposées en triangle pourraient se référer à la sodalité des Crescentii, puisque la multiplication du symbole remplaçait son association à un chiffre. Cette salle à absides a été interprétée comme une salle de banquets, où des repas destinés aux membres du conseil municipal et des curies auraient pu être offerts par un riche fonctionnaire63. La mosaïque de chasse permettait de commémorer les munera du personnage.

  • 64 Thébert 1991 reste l'article de référence pour le lien entre les sodalités et les thermes.
  • 65 Thébert 1991, p. 194.
  • 66 Thirion 1957, p. 211, n. 1 et p. 229.
  • 67 Lassus 1971, p. 200-207; Hugoniot 2008, p. 182.

72La présence des sodalités, notamment de uenatores, dans des thermes64 ou plus largement dans des édifices publics est aujourd'hui connue, même si elle reste en partie énigmatique. Dans les établissements publics, il n'est pas avéré que l'édifice leur soit exclusivement réservé. Par ailleurs, il est possible que les sodalités, dont la présence est attestée dans les lieux publics dès le début du IIIe siècle65, se soient installées à une époque donnée dans un établissement construit de longue date. Aux thermes de Thina, il est intéressant de remarquer que la mosaïque de uenatio (fig. 33) est superposée à une autre66, ce qui suppose une réfection, sans doute prise en charge par la sodalité en question, ou simplement le changement de destination de l'édifice, choisi comme lieu de rassemblement, et peut-être avec restriction d'accès. À Djemila, la salle à sept absides a été installée dans un ensemble complexe postérieur aux grands thermes construits sous Commode mais elle ne faisait pas partie du programme primitif selon J. Lassus, puisqu'elle a été construite sur d'anciens thermes. Ce dernier propose donc une datation au moins au IVe siècle. En revanche, la mosaïque est datable au plus tôt au début voire au milieu du Ve siècle67. Ainsi, il faudrait voir ici l'installation d'une sodalité dans un second temps, dans un édifice existant.

Fig. 32 - Fragment de mosaïque de uenatio de Tébessa

Fig. 32 - Fragment de mosaïque de uenatio de Tébessa

(dans A. Truillot 1932, p. 334)

Fig. 33 - Mosaïque de chasse à l'ours des thermes de Thina

Fig. 33 - Mosaïque de chasse à l'ours des thermes de Thina

(dans J. Thirion 1957, fig. 3)

  • 68 Thébert 1991, p. 196, n. 10 et p. 202, n. 43.
  • 69 « Les sodalités ne sont pas les seules à organiser des chasses, mais une allusion claire à ces coll (...)

73Certes il faut bien noter la prudence de Y. Thébert à propos de la signification du millet et du lierre68. Il n'est pas possible d'affirmer qu'il s'agit bien, à Cincari, d'une mosaïque représentant les symboles d'une sodalité. Néanmoins, un faisceau d'indices – le contexte historique (après le iiie siècle), géographique (l'Afrique), architectural (un établissement public) et iconographique (une scène de chasse avec des représentations de lierre et de millet) – rendent plausible l'hypothèse de la présence d'une sodalité dans l'édifice de Cincari69. L'identification des thermes nous semble très incertaine, mais il est également risqué d'associer l'installation de la mosaïque à la phase d'utilisation du septizonium, et il le serait encore plus d'attribuer la construction de ce dernier à une sodalité : nous l'avons vu, les associations pouvaient s'installer dans des édifices déjà construits et se réapproprier les lieux. Si l'on admet l'interprétation de la mosaïque, et avec toutes les précautions nécessaires, Cincari offrirait un exemple supplémentaire de la présence d'une ou plusieurs sodalités dans un édifice public, dont la liste est relativement restreinte. Notons que Z. Ben Abdallah et J. Peyras proposaient d'interpréter le mibil comme une sodalité (voir supra), un élément supplémentaire en faveur de la présence de ces associations à Cincari.

La mosaïque à scènes de chasse découverte dans une domus présumée (d'après P. Quoniam)

  • 70 Quoniam 1951.

74Rappelons qu'une autre scène de chasse (fig. 34) avait été découverte sur le site70, dans un verger, à 200 m environ au nord-ouest de la ferme, dans un ensemble difficile à interpréter, peut-être une domus.

Fig. 34 - Photo mosaïque de la chasse de la domus présumée

Fig. 34 - Photo mosaïque de la chasse de la domus présumée

a. Registre supérieur : le départ de la chasse ; b. Registre médian : chasse au sanglier ; c. Registre inférieur : cheval attaqué par un lion.

(Musée du Bardo, cliché Fr. Baratte, 2011)

75La mosaïque haute de 3,15 m et large de 1,63 m était divisée en trois registres presque égaux, et entourée d'une bordure sur trois côtés seulement. L'amorce d'un quatrième registre, dans la partie inférieure, est tout à fait visible et explique l'absence de bordure à cet endroit. Cette dernière, large de 12 cm seulement, était composée de petites peltes jaune clair côte à côte, alternativement dans un sens puis dans l'autre. P. Quoniam y voyait la face externe d'une coquille, dont la face interne était représentée par des nervures divergentes de couleur grise, se détachant sur un fond verdâtre. fig. 61

76D'ingénieux reflets blancs permettaient de donner du relief à la composition.

77Le registre supérieur, bien conservé, représente une scène de départ à la chasse. Le maître porte une tunique chatoyante, décorée de pièces de tissus divers, tandis que le serviteur revêt une blouse jaune clair serrée à la taille, agrémentée de passementeries vertes. Les deux personnages semblent chaussés de brodequins et portent aux jambes des fasciae crurales, représentées par des chevrons noirs et verts, dont le serviteur attache la courroie qui permet de les maintenir en place. À gauche, derrière le maître, se tient un cheval complètement harnaché, tandis qu'un chien est représenté aux pieds du serviteur. Au second plan, au centre, s'élève un autel avec couronnement et double soubassement. Un feu y est déjà allumé, préparé pour les offrandes qui seront faites au retour aux dieux protecteurs de la chasse. L'arrière-plan est constitué d'un édifice à deux avant-corps reliés à un bâtiment central par deux constructions en arc de cercle composées d'un rez-de-chaussée et d'un étage. P. Quoniam identifiait le niveau inférieur à des box ou plus probablement à un portique. Quelques arbres et herbes agrémentent le paysage.

78Le registre central représente une scène de chasse au sanglier. Deux chiens entourent la bête qu'ils viennent débusquer, et un chasseur – dont on n'aperçoit que les jambes et le dos, le reste de la mosaïque étant mutilé – va le frapper par derrière. La scène se déroule dans un terrain accidenté et boisé : à droite, on voit un arbre au tronc noueux semblable à ceux du premier registre, au loin, des escarpements rocheux aux arêtes vives.

79Le dernier registre présente une scène de chasse d'animaux, dans un décor semblable au précédent. Un lion, aisément identifiable malgré la lacune, attaque deux chevaux. L'un, ruisselant de sang, est sur le point de s'affaisser. La crinière rasée empêche selon P. Quoniam de voir là des chevaux sauvages. De plus, les bandes aux quatre pattes, sans doute des bandages contensifs, indiquent probablement des bêtes de prix.

80La mosaïque a été datée du second quart du IIIe siècle sur des critères stylistiques. Les représentations pouvaient, selon P. Quoniam, difficilement faire penser à une uenatio.
N.L.

L'inscription du « septidonium »

  • 71 Picard 1962, p. 89-90; AE, 1962, 299.

81Une inscription (fig. 35) a été retrouvée dans la fouille de l'édifice71 mais n’a pu être revue pour cette publication, car elle doit être dissimulée par la végétation. G. Picard n’en ayant pas donné les dimensions, la description en est approximative.

Fig. 35 - L'inscription septidonium de Cincari

Fig. 35 - L'inscription septidonium de Cincari

(cliché J. Cintas, 1955)

82Elle était gravée sur la surface préparée à la laie de la frise d’un morceau d’entablement mesurant peut-être 1,70 m de longueur sur 1 m environ de hauteur. Le morceau de calcaire présente à droite une saillie d’une vingtaine de centimètres, pour une longueur conservée d’environ 70 cm, séparant en deux parties par un espace assez important le mot SEPTIDO|NIVM, inscrit en capitales allongées très régulières. À gauche, la moulure de l’architrave semble complète et la pierre présentait sans doute un retour à angle droit vers l’arrière. La pierre appartenait donc à une façade articulée d'édicules et de pilastres et il faut sans doute restituer une colonne à l’angle gauche et une autre sous la section en saillie.

  • 72 Il semble trop risqué d'aller plus avant dans une restitution de l’inscription avec ce seul M, même (...)

83La pierre est cassée à son extrémité droite où il reste la moitié d’une lettre, peut-être un M, l'inclinaison des hastes et l'absence de barre horizontale ne permettant de voir ni un N, ni un A. Ainsi, nous proposons la restitution septido|nium m[---72.

84Les moulurations de l’architrave sont assez simples : en bas au-dessus d’une bande en retrait haute d’une dizaine de centimètres, une baguette en faible saillie délimitait une surface lisse haute d’environ 15 cm, surmontée d’un cavet, sous une bande lisse limitant la frise et raccordée à cette dernière par une légère pente. On observe que la frise est légèrement inclinée (elle est un peu plus saillante en bas).

  • 73 Le grammairien latin Marcus Valerius Probus considère que l’orthographe correcte est septizonium. C (...)
  • 74 Au XIXe siècle, les philologues qui éditaient les inscriptions latines tardives se référaient à l’o (...)
  • 75 Cf. Stotz 1996, p. 323-324. Nous remercions l’éminent philologue médiéviste F. Dolbeau d’avoir cher (...)

85G. Picard avait bien entendu remarqué l’orthographe septidonium alors que la forme dominante est septizodium ou septizonium, utilisée notamment pour le monument de Lambèse73. Les spécialistes de phonétique se sont souvent intéressés à la particularité phonétique illustrée par les différentes orthographes de septizonium (on peut ajouter à ces deux graphies courantes septemzonium et septezodium). Il s’agit là de phénomènes phonétiques courants, surtout dans l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge. On les constate aussi par exemple pour Diana/Zana, diaconus/zaconus, Hippo Diarrhytus/Hippozaritus, dieta/zeta, diabolus/zabulus, hodie/oze, baptizare/baptidiare etc. puisque le phénomène est réversible74. Un philologue moderne met en lumière le phénomène de départ : d + yod (i consonne) se transforme phonétiquement en l’affriquée dz. Mais il existe le phénomène inverse où la forme d’origine est un z et se transforme en di (d + i voyelle). La notation d + i voyelle a été sentie comme équivalente de z et a servi à noter les mots où le z était étymologique, du type baptizare/baptidiare : les formes en -di- ne peuvent être tenues pour des hyperurbanismes, mais comme des graphies visuelles et si banales qu’elles en viennent à influencer la prononciation75.

  • 76 Sur la paléographie, cf. Lassère 2007, p. 36-37.

86La datation proposée pour la statuaire, celle des chapiteaux ainsi que la paléographie de l'inscription, typique de la capitale africaine76, convergent vers une datation aux alentours de la première moitié du IIIe siècle pour le septizonium. Il serait difficile de donner une fourchette plus précise en l'absence de fouilles stratigraphiques.
N.D.

Le septizonium de Cincari et les autres septizonia

  • 77 J. Peyras a mentionné à plusieurs reprises l'importance de cet édifice, dernier exemplaire conservé (...)
  • 78 Les travaux de référence sont Hülsen 1886 et Maas 1902. Voir aussi Guey 1946, qui résume son mémoir (...)

87Ce bloc inscrit offre un des rares exemples épigraphiques de la mention d'un septizonium, un type de monument qui reste en partie énigmatique et pour lequel Cincari et Lambèse sont les deux seuls exemples du monde romain où l'édifice soit associé à une inscription nommant l'édifice. Pour autant, le monument de Cincari est le seul encore conservé de nos jours77. Il semble donc nécessaire de reprendre ici une étude épigraphique et terminologique de ces septizonia, car les travaux récents ont essentiellement insisté sur l'édifice construit à Rome par Septime Sévère à l’extrémité du Palatin face à la Voie Latine, et n'ont mentionné qu'à titre de comparaison lointaine les inscriptions et les monuments africains78. Nous donnons ci-dessous le texte des inscriptions latines qui font mention du terme, accompagné d'une traduction et d'une datation :

Cincari (Hr Toungar, Hr Singaris, Tunisie)
AE, 1962, 299. (fig. 35)

Septido|nium [---

Datation (par G. Picard) : première moitié du IIIe siècle, d'après les statues en lien avec le monument, datation à laquelle ne s'oppose pas la paléographie.

  • 79 Henchir Bedd est située à environ 17 km de Cincari à vol d'oiseau (cf. AAT, feuille Tébourba (XIX)  (...)

Medd(a) ? (Hr Bedd79, Tunisie)

88CIL, VIII, 14372 = ILS, 5076 = ILTun, 1207. (fig. 36)

Fig. 36 - L'inscription de Ti. Aprarius Felix Paratus mentionnant la construction d'un septizodium à Henchir Bedd

Fig. 36 - L'inscription de Ti. Aprarius Felix Paratus mentionnant la construction d'un septizodium à Henchir Bedd

(© CCJ – CNRS/Université de Provence)

Ti(berio) Aprario Felici, Q(uinti) fil(io), | Papiria, Parato, aedili|cio, fl(amini) perp(etuo), bono uiro a|matori et alumno municip(ii) | sui, ob incomparabilem | missilium in honorem | aedilitatis editionem mag|namq(ue) etiam operis sep|tizodi nudae liberalitatis | exstructionem populus | aere conlato posuit, l(ocus) d(atus) d(ecreto) d(ecurionum).
À Tiberius Aprarius Felix Paratus, fils de Quintus, de la tribu Papiria, ancien édile, flamine perpétuel, homme de bien, aimant son municipe dont il fut pupille ; pour son incomparable don à l'occasion de son édilité et l'importante construction d'un septizodium par pure libéralité, le peuple a collecté des fonds et lui a érigé (une statue). Emplacement donné par décret des décurions.

Datation : postérieur à l'élévation de la cité au rang de municipe, mentionné dans l'inscription, qui a eu lieu sous Septime Sévère et Caracalla. Cf. Pflaum 1970, p. 93-94. Terminus post quem : 211.

Lambaesis (Tazoult-Lambèse, Algérie)

89CIL, VIII, 2657 = CIL, VIII, 18105 = ILS, 5626 = AE, 1973, 645.

[Pro salute Impp(eratorum) Caess(arum) --- M(arcus)] Aur(elius) Cominius Cassia[nus leg(atus) Augg(ustorum duorum ?) pr(o)pr(aetore) c(larissimus) u(ir)] septizonium marmorib(us) musaeo et omni cultu uetustate dilabsum restituit.
[Pour le salut des Empereurs Césars --- Marcus] Aurelius Cominius Cassia[nus, légat des Augustes ( ?) propréteur, clarissime], a rénové le septizonium ruiné de vieillesse, avec les marbres, la mosaïque et tout son décor.

Datation : 246-248, d'après la date des fonctions du légat propréteur.

Lilybaeum (Marsala, Sicile, Italie)

90AE, 1964, 182.

---] opere plataeam uici Sep[tiz]o[di] | lapide Drepanitano sua pec(unia) strau(it). | Q(uintus) Fabius, Q(uinti) fil(ius), Maec(ia) Caesilius | Modius Titianus, q(uaestor) pro pr(aetore) | prou(inciae) SiCIL(iae), plataeam uici | Septizodi sternendam et | perficiendam curauit ded[i]|cauitque.
---] a fait paver à ses frais (à grands soins ?) l'avenue du vicus du septizodium en pierre de Trapani.
Q. Fabius Maecia Caesilius Modius Titianus, fils de Quintus, questeur propréteur de la province de Sicile, a veillé à ce que le pavement de la platea du vicus du septizodium soit bien achevé et l'a dédié.

Datation : première moitié du IIIe siècle, d'après les liens de parenté du dédicant, sans prendre en compte la paléographie.

Ratae Corieltauuorum (Leicester, Grande-Bretagne)

91AE, 2008, 792-793.

---] qu[i a]rgentios Sabiniani fura|uerunt, id est Similis, Cupitus, Lochita, | hos deus siderabit in hoc septiso|nio, et peto ut uitam suam per|dant ante dies septem.
---] (ceux) qui ont volé les pièces d’argent de Sabinianus, c’est-à-dire Similis, Cupitus (et) Lochita, le dieu les paralysera dans ce septizonium, et je demande qu’ils perdent la vie avant sept jours.

Datation : vers 150-250, d'après l'utilisation de l'ancienne cursive romaine.

  • 80 Toutes les attestations ont été recensées et commentées par Dombart 1923.
  • 81 SHA, Sept. XIX, 5 et XXIV, 3.
  • 82 SHA, Get. VII, 2.
  • 83 Amm. XV, 7, 3. L'auteur s'est probablement laissé abuser par la titulature impériale de l'inscripti (...)
  • 84 Suet. Tit. 1.
  • 85 Settis 1973, p. 718.
  • 86 Thomas 2007, p. 358. L’auteur fait de l’édifice de Cincari le premier septizonium du monde romain, (...)
  • 87 Contra Guilhembet 2011, p. 24, n. 7. Voir les introductions de Roth (1858) et Ihm (1907) chez Teubn (...)

92Jusqu'à la découverte récente de cette tablette, les inscriptions et les monuments que nous connaissions se situaient tous autour de la Méditerranée, deux à Rome, un en Sicile, les autres en Afrique, constituant ainsi une série homogène. Il en est de même des attestations littéraires latines80. Un septizonium ou septizodium, probablement le même monument construit à Rome par Septime Sévère, est mentionné à deux reprises dans la vie de l'empereur81, puis une autre occurrence apparaît dans la vie de Géta82. Plus tard, au IVsiècle, Ammien Marcellin cite un « septemzodium », sans aucun doute celui de Septime Sévère à Rome83. Ainsi, les quatre occurrences se réfèrent toutes au même monument et à la même période. Cependant, un problème d’ordre chronologique vient troubler l’homogénéité de la série. Il s’agit de la mention, chez Suétone, de la naissance de Titus « prope Septizonium »84, qui indiquerait qu’un édifice avec cette appellation existait déjà à Rome en 39, donc presque deux siècles avant celui de Septime Sévère. Le problème peut être résolu de différentes façons. S. Settis supposait que la référence au septizonium concernait pour les lecteurs de Suétone un monument construit à l'époque de Trajan – qui serait alors le plus ancien exemplaire attesté –, donc connu des contemporains de l'auteur85. E. Thomas va plus loin en notant que le terme apparaît exclusivement dans les manuscrits de la famille Z, dont la valeur est très discutable86. La question de la valeur des manuscrits reste entière, même s’il est vrai que les éditeurs successifs ont soulevé le problème87.

  • 88 Lusnia 2004, p. 533 s.
  • 89 Les restitutions proposant sept absides, notamment Settis 1973, p. 724, semblent définitivement dél (...)
  • 90 Lusnia 2004, p. 525-534.
  • 91 D.C. LXXVI, 1, 5 ; Thomas 2007, p. 337-339.
  • 92 Contra Thomas 2007, p. 364 notamment.

93Il reste donc à comprendre pourquoi la majorité des septizonia que nous connaissons, par l'archéologie ou l'épigraphie, sont tous situés dans une zone restreinte de la Méditerranée centrale. Les études du septizodium de Septime Sévère à Rome, et récemment les analyses de S. Lusnia et E. Thomas, ont bien montré que l'édifice avait été construit par Septime Sévère dans le cadre de la nouvelle politique lancée par l'empereur, qui cherchait notamment à légitimer la nouvelle dynastie par l’approbation divine88. La construction du septizodium s'inscrirait alors dans le cadre d'un grand réaménagement urbain dans l'optique de la célébration des decennalia en 202. La restitution architecturale de l'édifice, qui est d'une grande difficulté en raison de la disparition des derniers vestiges au XVIe siècle, a été l'une des problématiques principales des chercheurs qui se sont intéressés au septizodium de Rome. Il est désormais convenu que le monument présentait trois grandes absides et s'élevait sur plusieurs niveaux présentant des colonnades89, à la façon des fronts de scène de la plupart des théâtres d'Afrique et d'Asie Mineure. Ce type de décor, copié sur les théâtres en raison de sa capacité à agencer un décor sculpté au profit d'un message politique, et dans ce cas d'associer la représentation de l'empereur et de sa famille aux divinités planétaires, comme on en trouve d'autres exemples dans l'empire, correspondrait bien à la volonté de légitimation du pouvoir que recherchait l'empereur, ainsi qu'à son goût pour l'astrologie, que l'on a souvent relevé90. La présence récurrente du chiffre 7, dans le nom de la gens Septimia, également évoquée par Dion Cassius à propos des sept jours qu'ont duré les decennalia et des sept hécatombes qui y ont été offertes91, pourrait expliquer l'origine du septizodium, dont la structure septénaire serait fidèle au chiffre emblématique de l'empereur. En revanche, l'interprétation du septizodium de Rome comme un monument « africain » et reconnaissable comme tel sur des critères stylistiques, en raison d'une part de l'agencement de sa façade qui serait directement copiée sur les théâtres africains, d'autre part de l'utilisation de marbres colorés, notamment du giallo antico de Chemtou, semble difficilement recevable92.

  • 93 Barbieri 1961, p. 40. Voir aussi Thomas 2007, p. 362-36
  • 94 Thomas 2007, p. 362-363.
  • 95 CIL, X, 7287. Cf. Barbieri 1961, p. 41.

94Ainsi, si la construction du septizodium de Rome a été expliquée par son lien essentiel avec Septime Sévère, les autres édifices du monde romain ont été mentionnés sans que l'on explique dans quel contexte ils avaient été construits. Seul G. Barbieri a émis des hypothèses, lors de la découverte de l'inscription de Lilybaeum en Sicile. Celui-ci proposait que l’avenue ou la place avait pu être pavée à l'époque de Septime Sévère et que les travaux aient pu prendre du retard et avoir été complétés par un évergète mentionné dans la lacune de l'inscription et terminés par Q. Fabius Caesilius Modius Titianus, propréteur de la province de Sicile, de la même manière que le légat de Numidie avait restauré le monument de Lambèse vingt ans après sa construction. De plus, la présence d'un tel monument dans cette ville n'était pas improbable, puisque le port sicilien était le plus proche de l'Afrique, avec laquelle il entretenait des rapports commerciaux et militaires93. Notons deux éléments : le premier, c'est qu'il ne s'agit pas à Lilybaeum de la construction d'un septizodium, puisque l'édifice est nommé à deux reprises dans l'inscription et existait donc déjà à l'époque, c'est-à-dire durant la première moitié du IIIe siècle, si l'on en croit la datation de l'inscription par G. Barbieri ; le deuxième, c'est que Septime Sévère a été lui-même gouverneur de Sicile en 189-190, et son frère P. Septimius Geta avant lui en 187-188. Ces travaux pourraient refléter la volonté d'établir un lien particulier avec la famille impériale, en terminant un programme architectural de grande ampleur94, peut-être commencé par la construction du septizodium au début du règne de Septime Sévère, après celui de Rome. Nous pouvons d'ailleurs remarquer que l'ancêtre de Q. Fabius Caesilius Modius Titianus, Q. Aquilius Niger, probablement son grand-père maternel, avait également été proconsul de Sicile, à une époque indéterminée95. Si nous faisons le calcul, en remontant de deux générations, nous pouvons approximativement placer Q. Aquilius Niger dans ses fonctions de proconsul au début du IIIe siècle, donc aux environs de la célébration des decennalia et de la construction du septizodium de Rome. Il serait tentant – mais l'hypothèse est toutefois risquée – de lui attribuer la construction du septizodium de Lilybaeum, dont son petit-fils aurait poursuivi l'embellissement en terminant le pavement de la platea qui le précédait.

95Le raisonnement vaut pour les villes africaines, comme l'avait suggéré G. Barbieri à propos de Lambèse. Les fonctions des évergètes qui ont financé les différents septizonia et le contexte municipal des cités nous apportent des informations intéressantes. À Henchir Bedd, c'est Ti. Aprarius Felix Paratus, édile et flamine perpétuel, sur lequel nous n'avons pas plus de renseignements, qui a financé le monument. Comme nous l'avons dit, la dédicace peut être datée postérieurement à l'élévation au rang de municipe, octroyé par Septime Sévère et Caracalla.

  • 96 Desnier 1993, p. 597-600 ; Lusnia 2004, p. 525 s.

96À Cincari, nous ne disposons d'aucune information sur le mode de financement de l’édifice. Nous avons proposé pour le septidonium une datation de la première moitié du IIIe siècle, à partir des éléments sculptés et de la paléographie de l'inscription. Or, Cincari a également été élevée au rang de municipe probablement dans la première moitié du IIIe siècle. Ainsi, nous pourrions supposer que les deux villes ont construit un septizonium en remerciement de l'octroi du statut de municipe par Septime Sévère – au moins pour Henchir Bedd, aussi pour Cincari, les deux sites étant situés à moins de 20 km l'un de l'autre et une grande partie des villes de la région ayant obtenu le rang de municipe dans le courant du IIIe siècle comme nous l'avons vu : le monument représentait les sept divinités célestes auxquelles s'apparentaient l'empereur et la domus diuina96, une association en vogue à cette époque. L'absence d'informations concernant les évergètes nous empêche de chercher plus loin un éventuel lien avec l'empereur.

  • 97 Respectivement CIL, VIII, 2658 = 18105 = ILS, 5626 = AE, 1973, 645 et CIL, VIII, 2657 = AE, 1973, 6 (...)
  • 98 Janon 1973, p. 239.
  • 99 PIR 2, II, 1265. Thomasson 1996, no 66, p. 186-188.
  • 100 Janon 1973, p. 251.
  • 101 AE, 1942-1943, 93 = AE, 1973, 646 : L(ucius) Apronius | Pius, leg(atus) Aug(usti) | pr(o) pr(aetore (...)
  • 102 PIR 2, IV, 161. Thomasson 1996, no 59, p. 182.

97À Lambèse, les études de M. Janon ont amené à identifier le nymphaeum et le septizonium dont il est fait mention dans deux inscriptions97 comme un seul et même monument, construit en 226 et restauré en 246-24798. La restauration de l'édifice a été effectuée par le légat de l'époque, M. Aurelius Cominius Cassianus99, mais le nom du maître d'œuvre manque sur la dédicace de la construction. Toutefois, cette dernière indique que les travaux de l'aqueduc ont duré huit mois, ce qui permet ainsi de dater le début de la construction de l'aqueduc et donc du nymphaeum-septizonium sans doute de l'année précédente : il est probable que les deux constructions sont contemporaines, la construction de la fontaine étant le couronnement d'une importante opération de travaux publics100. Par ailleurs, une inscription découverte à proximité d'Aïn Cherchar101 fait connaître un L. Apronius, dont M. Janon a suggéré qu'il pouvait s'agir de L. Iulius Apronius Maenius Pius Salamallianus102, légat sous Sévère Alexandre, qui aurait donc été en poste à Lambèse au moment des travaux. Ainsi, il est possible d’envisager que Salamallianus ait été à l'origine de la construction du nymphaeum.

  • 103 CIL, VIII, 18270 = ILS, 1196 (Lambèse) : L(ucio) Iul(io) Apronio Maenio | Pio Salamalliano, | trib( (...)

98Qui était ce Salamallianus ? Nous connaissons le cursus honorum du personnage par plusieurs inscriptions103. Parmi les éléments marquants de sa carrière, B. Rémy note que le personnage a du bénéficier des faveurs de Caracalla. Une première fois, probablement au début du règne de l'empereur, lorsqu'il est introduit directement parmi les anciens questeurs (adlectio inter quaestorios), une marque de faveur non négligeable, puisque seuls treize autres sénateurs en ont bénéficié durant le Haut-Empire. La suite de son cursus confirme la faveur dont il était l'objet : il reçoit le poste convoité d'ab actis senatus et rédige à ce titre les compte-rendus des séances du Sénat, puis obtient l'édilité curule. Il revêt ensuite une charge extraordinaire : legatus Augusti uice quinque fascium prouinciae Belgicae. Il a été suggéré que le personnage avait remplacé sur place le gouverneur prétorien, mais B. Rémy se demande si le poste vacant ne lui a pas plutôt été proposé d'emblée, une nomination qui pourrait se justifier par un désir de Caracalla, au début de l'année 217, de favoriser encore une fois Salamallianus en lui confiant le poste de uice de la province de Belgique : comme il venait de gérer la préture et n'avait pas encore commandé de légion, il n'était pas possible de lui offrir le poste de legatus Augusti pro praetore. Il poursuit sa carrière sous le règne de Sévère Alexandre, d'abord comme légat de la province de Galatie et d'autres provinces, puis il obtient à Lambèse le poste de légat de la IIIe légion Auguste et de la province de Numidie.

  • 104 À Tipasa notamment : Aupert 1974, p. 49-51. Voir aussi les aboutissements d'aqueducs qui étaient mo (...)
  • 105 Janon 1973, p. 251-252.

99Une fois en poste en Numidie et ayant atteint une des plus hautes fonctions de l'échelon prétorien, il aurait pu décider de construire une fontaine monumentale pour célébrer la fin de la construction de l'aqueduc – fontaine qui se situe justement à l'extrémité de l'aqueduc, comme on en trouve d'autres exemples104 – mais peut-être aussi en hommage à celui ou ceux qui l'ont aidé tout au long de sa brillante carrière. Cependant, M. Janon s’étonnait que le nom du légat n'apparaisse pas sur la dédicace, et notait qu'il était difficile d'y trouver suffisamment de place pour une restitution. Salamallianus est nommé consul suffect alors qu'il est en Numidie, et M. Janon proposait qu'il ait géré la magistrature à Rome et non en Afrique105 pour expliquer l'absence du nom de Salamallianus sur la dédicace du nymphaeum : son successeur se serait chargé de l'inscription mais, ne pouvant s'en attribuer la gloire et ne souhaitant pas qu'elle revienne à un autre, il aurait choisi d'en laisser tout le mérite à la légion.

  • 106 Cité par Janon 1973, p. 194.
  • 107 Beury 1893.
  • 108 Rénier 1854, p. 323.
  • 109 Gsell 1901, I, p. 242-243.
  • 110 Puisque nous ne sommes pas sûrs d'avoir des représentations de Nymphes, l'affirmation de S. Settis (...)
  • 111 Voir une statue découverte à Rome, de l'époque d'Hadrien d'après un original de la première moitié (...)

100Quel monument Salamallianus a-t-il fait construire à Lambèse ? L'étude qui a amené M. Janon à supposer que le nymphaeum et le septizonium n'étaient qu'un seul et même monument implique que celui-ci a pu être construit comme un septizonium dès le début, sans en avoir l'appellation. Nous avons pour le justifier la division septénaire mais peut-être également la statuaire. Probablement dès 1851, Terson mentionne la découverte « au fond des bassins de deux statues en marbre blanc, mais sans tête. Elles sont de grandeur naturelle. L'une paraît avoir été une Minerve, l'autre une Nymphe.106 » De même, l'architecte M. Beury, dans une note de 1852, mentionne la découverte de « deux statues sans têtes : les draperies en sont exquises de délicatesse107 ». Puis l'information est déformée : L. Rénier indiquait en 1854 que la fontaine était « ornée de statues de nymphes, dont deux subsistent encore108 », une identification reprise plus tard par S. Gsell dans l'Atlas archéologique de l'Algérie. Aucune photographie ne nous est parvenue et les statues semblent avoir disparu peu après109. M. Janon proposait d'identifier la Minerve dont parle Terson à une statue de la déesse Africa retrouvée par R. Godet avec une statue d'Isis, qu'il attribuerait aux deux petits temples à proximité, laissant seule la Nymphe. En réalité, l'identification n'a-t-elle pas été orientée par le nom de nymphée qui apparaissait sur l'inscription110 ? Sans attribut, il est difficile de différencier une nymphe de Vénus ou de Selene-Luna, divinités qui seraient attendues dans le décor d'un septizonium. Selene-Luna portait généralement un croissant de lune sur la tête, parfois rapporté, et dont seuls deux trous de fixation indiquaient la présence111. Le seul corps, probablement vêtu d'un péplos si l'on en croit la mention de draperies, ne permet pas d'identifier la divinité représentée.

  • 112 Thomas - Witschel 1992.
  • 113 Tedeschi Grisanti 1996.
  • 114 Settis 1973, p. 715-721.
  • 115 SHA, Alex. XXV, 3.
  • 116 Il. I, 423 s.
  • 117 CIL, VI, 41329 = 31893 = ILCV, 672-3 = ILS, 6072 = EAOR, 6, p. 28 = JIWE, 2, 601a.
  • 118 Settis 1973, p. 715, n. 389.

101Bien sûr, il est assez difficile d'imaginer ici que Salamallianus construit un septizonium en hommage à Caracalla ou même à Septime Sévère, alors que ce dernier est mort depuis quinze ans et que les dédicaces mentionnent clairement Sévère Alexandre. De même, l'hypothèse selon laquelle le monument aurait été renommé septizonium en référence au monument de Septime Sévère à Rome semble risquée112, même si ce dernier n'était pas très ancien et devait encore tenir une place importante dans la topographie urbaine. En revanche, Sévère Alexandre avait fait lui-même édifier un grand nymphée à Rome, dont les techniques de construction confirment la datation aux vingt premières années du IIIe siècle, probablement vers 222 : l'édifice se composait de cinq niches en façade et deux sur les côtés113. Pouvait-il s'agir d'un septizonium ? S. Settis114 a proposé d'identifier le nymphée construit par Sévère Alexandre à l'Oceani solium mentionné dans l'Histoire Auguste115, en raison notamment de la découverte d'un fragment de statue du dieu Océan. Par ailleurs, il rappelle le lien entre le dieu Océan et les sept divinités planétaires, déjà évoqué chez Homère116. Cependant, les mentions épigraphiques évoquant un nymfaeum (diui) Alexandri117 et l'absence de décor statuaire n'autorisent pas cette identification, mais la difficulté de distinction entre nymphée et septizonium est grande, nous allons le voir. S. Settis supposait que le monument avait été nommé ainsi après la mort de Sévère Alexandre et sa divinisation par le Sénat, l'appellation originelle et officielle du monument étant Oceani solium. Dans le langage commun, il serait resté le « nymphée d'Alexandre ». D'ailleurs, aucune nymphe n'était représentée ni aucun culte rendu : le nom de nymphée était déjà devenu à cette époque un nom générique. Un autre élément intéressant est la frappe de monnaies datées de 226 représentant le nymphée de Sévère Alexandre118, la même année que la construction du monument de Lambèse.

  • 119 Chez Tertullien, Augustin ou Commodien notamment. Les références sont données par Poinsotte 2009, p (...)

102Les informations manquent, mais nous pouvons noter que Sévère Alexandre est un descendant de la gens Septimia, la famille de Septime Sévère, et qu'il pourrait avoir construit un monument plus ou moins inspiré du septizodium. L'autre élément, c'est que les croyances et les pratiques de l'astrologie, très importantes sous Septime Sévère, ont été en cours jusqu'à une date avancée du Bas-Empire, si l'on en croit les différents témoignages de la littérature patristique119. Ainsi, nous proposons de voir dans le « nymphée de Sévère Alexandre » à Rome, comme dans la fontaine monumentale de Lambèse, des septizonia qui n'en portent pas le nom – ou seulement dans une deuxième phase.

103Une remarque s'impose maintenant à propos de l'inscription de Leicester, la dernière découverte en date. Chronologiquement, la datation de l'inscription par R. S. O. Tomlin entre 150 et 250 n'est pas contradictoire avec la série des autres mentions. Si le début de cette fourchette semble prématuré pour un monument de ce type, la datation jusqu'en 250 s'accorde bien avec les autres inscriptions, toutes datées ou datables de la première moitié du IIIe siècle. En revanche, la seule mention au nord de la Méditerranée pose problème si l'on reste fidèle à l’idée que la série des inscriptions (et des monuments) se rattache à l'Afrique. Si la mention n'est pas choquante chronologiquement, est-il envisageable d'avoir un septizonium à Ratae Corieltauuorum et, dans ce cas, comment expliquer cette présence au regard des autres édifices ?

  • 120 Desnier 1993, p. 600-605.
  • 121 Espérandieu 1907, no 412, p. 481-482.
  • 122 CIL, XII, 2683.
  • 123 Duval P.-M. 1953, p. 287. Voir la discussion dans Desnier 1993, p. 600-601.
  • 124 D.C. LXXVI, 11, 1.
  • 125 SHA, Sept. III, 8.
  • 126 CIL, VI, 1408 et 1409 ; AE, 1926, 79.
  • 127 SHA, Sept. XXIV, 4.
  • 128 Desnier 1993, p. 601-604.

104Il faut pour cela revenir à l'origine du septizonium, même si la question pose problème. J.‑L. Desnier était revenu sur le sujet120 en évoquant un autel octogonal découvert à Agnin en Isère121 qui présente sur chacune de ses faces les sept divinités de la semaine et un buste impérial, identifiable à Septime Sévère grâce à la dédicace du monument122. P.-M. Duval proposait de dater le monument de 198, ce que J.-L. Desnier accepte, bien que R. Turcan suggérait une datation en 208123. Le monument pourrait avoir été fait en Gaule, avant le départ de Septime Sévère pour la campagne de Bretagne : R. Turcan note que la formule pro salute de l'inscription pourrait très bien s'appliquer aux dangers de cette dernière expéditions dont l'empereur savait, aux dires de Dion Cassius124, qu'il ne devait pas revenir. Or, Dion Cassius révèle aussi quelques-uns des songes de Septime Sévère, dans lesquels il est présenté à la fois comme maître de l'humanité et seigneur de l'univers, maître véritable du cosmos. Aussi, J.‑L. Desnier suggérait que les textes de Dion Cassius et les deux monuments, l'autel d'Agnin et le Septizodium de Rome, sur lesquels l'empereur était intégré au cycle des planètes de l'hebdomade, relevaient d'un « même contexte culturel et d'un même ensemble idéologique ». L'auteur rappelle également la fréquence en Gaule, notamment autour du Rhône, des représentations des dieux de la semaine, difficiles à situer chronologiquement, mais dont l'une au moins peut être datée du règne de Marc Aurèle. Ainsi, celui-ci proposait que Septime Sévère, gouverneur de Lyonnaise au début du règne de Commode125, comme L. Fabius Cilo, proconsul en Narbonnaise vers 185-186126, à qui l'on doit d'avoir placé la statue de l'empereur dans l'abside centrale du monument de Rome127, auraient pu avoir connaissance de ce type de documents et s'en seraient souvenus au moment de construire le Septizodium128.

  • 129 Tomlin 2008, p. 218.

105Ceci indique deux éléments. Le premier c'est que des septizonia, ou tout au moins des monuments – bases, autels – avec des représentations des dieux de la semaine, existaient avant le règne de Septime Sévère et la construction du Septizodium de Rome. Le second, c'est le lien plus ou moins proche avec la campagne de Bretagne, qui nous ramène à Ratae Corieltauuorum. Septime Sévère, s'il n'est pas allé dans l'antique Leicester, a dans tous les cas foulé le sol de la province de Bretagne. De plus, il y a laissé la vie, et cette mort lui avait été prédite par les astres. La construction d'un septizonium dans cette ville ne serait donc pas étonnante et là comme ailleurs, nous pourrions voir l'œuvre d'un ancien proche de Septime Sévère, peut-être militaire rescapé de la dernière campagne de l'empereur. L'emplacement du monument dans cette ville reste toutefois inconnu. En évoquant la présence probable d'eau dans les septizonia, R. S. O. Tomlin proposait que ce dernier ait pu se situer au sud-est de la ville, en raison de la présence d'un castellum diuisorium dans ce secteur, l'insérant ainsi dans le quartier central du forum et à proximité des bains publics129. La connaissance d'une partie du réseau hydraulique de la ville ne rend pas improbable cette hypothèse, mais elle ne peut à elle seule la confirmer, d'autant que l'exemple de Cincari semble infirmer la présence systématique d'eau dans les septizonia.

  • 130 Sur la chronologie des constructions, voir les conclusions de Ward-Perkins 1993, p. 104-107. Le nym (...)

106Nous avons volontairement pris comme point de départ le postulat selon lequel les septizonia étaient une création de Septime Sévère, conscient des risques méthodologiques que cela induisait. Néanmoins, il était nécessaire de trouver un nouvel angle de réflexion sur ces monuments pour lesquels l'archéologie n'a pas apporté de nouvelles données depuis la fouille de Lambèse, et dont l'épigraphie n'a offert récemment qu'une nouvelle attestation. On opposera à ce raisonnement, dans lequel nous tentons de lier la construction des septizonia à Septime Sévère ou ses successeurs, et dans un second temps à l'Afrique, l'absence d'un tel édifice à Leptis Magna, pourtant patrie de l'empereur. Il faut noter qu'un nymphée prenait place au centre de la ville, construit dans le cadre du programme urbanistique lancé par Septime Sévère, qui voit le centre urbain complètement remodelé autour de la voie à colonnade qui mène jusqu'au port130. Il se composait d'un grand hémicycle à deux ordres superposés dont les colonnes encadraient des niches, justement au nombre de sept. Le décor statuaire n'est pas connu, mais il serait tentant d'imaginer des représentations de la famille impériale, surmontée des sept divinités planétaires. En fait, cela soulève de nouveau la question des caractéristiques d'un septizonium.

  • 131 Contrairement à ce qu'affirme Guilhembet 2011, p. 29, n. 33, en parlant du « long et vain débat » s (...)
  • 132 Settis 1973, p. 722-726. Sur le lien entre nymphées et septizonia, la bibliographie est abondante. (...)
  • 133 Hamdoune 2009, p. 547-548, voit le nymphée de Leptis Magna comme le correspondant du septizodium de (...)
  • 134 Balland et al. 1971, p. 233-241.
  • 135 Laur-Belart 1960. Picard 1962, p. 82 doutait de cette identification.

107Une des constantes pour les édifices connus est la division septénaire du monument – sauf peut-être pour le septizodium de Rome, mais son agencement est sujet à controverse, et la juxtaposition de trois exèdres comprises entre deux ailes rectilignes donne naissance, compte tenu des surfaces planes séparant les exèdres des ailes latérales, à une répartition verticale en sept éléments. Un autre point est le lien entre nymphées et septizonia : le monument de Lambèse a révélé qu'il pouvait s'agir d'un seul et même monument (donc avec des installations hydrauliques) et celui de Cincari que la présence d'eau n'était pas un critère déterminant131. Nous rejoignons ici S. Settis qui avait déjà noté qu'un septizonium n'impliquait pas nécessairement un nymphée, ni un nymphée un septizonium, et que ce terme indiquait la présence des sept divinités planétaires132. Ainsi, de nombreux édifices pourraient être des septizonia qui n'ont pas été identifiés faute d'éléments suffisants, et parmi eux le grand nymphée de Leptis Magna133. Il ne s'agit pas ici d'affirmer que tous les monuments présentant sept niches sont des septizonia non identifiés : le nymphée découvert à Bolsena, présentant une façade composée de sept niches, ne peut être identifié à un septizonium, comme le précisent ses inventeurs, en l'absence de décor statuaire134 ; de même, on a cru à tort pouvoir interpréter un édifice découvert à Augst comme un septizonium, sans autre indice que la présence de sept niches135.

  • 136 Guilhembet 2011.
  • 137 Petr. XXX, 4.
  • 138 Guilhembet 2011, p. 40.
  • 139 Supra note 11.
  • 140 Vett. Val. I, 10 ; III, 9, 1 ; IV, 25 ; VI, 6, 12 ; Add. 6, 1 ; App. XV, 1.
  • 141 Commod. Instr., I, 7 et I, 7, 14.

108Dernièrement, J.-P. Guilhembet a proposé d'identifier le septizonium dont il est fait mention dans la vie de Titus par Suétone aux substructions du temple de Claude divinisé, fondant son hypothèse sur une étude topographique de la zone du Caelius et son lien avec les Claudii136. L'auteur justifie la cohérence chronologique de son identification en rappelant la mention faite par Pétrone137 de représentations de la Lune et des planètes chez Trimalcion, fréquentes également à Pompéi. Cependant, nous avons vu que ce type de représentation pouvait avoir inspiré la construction du Septizodium de Rome, et donc l'avoir précédé. L'identification, qui « transgresse le principe de précaution » selon les mots de l'auteur138, d'un septizonium pré-sévérien reste douteuse, et le problème principal est sans doute ici l'authenticité du texte de Suétone139. Une des questions est de savoir si des septizonia existaient sous la forme de sculptures ou d'autels, avant que Septime Sévère n'invente un type d'édifice correspondant à cette appellation. Le terme lui-même existait dans la littérature astrologique, dès le iie siècle chez Vettius Valens140 et perdure chez Commodien141.

  • 142 Aupert 1974, p. 122-123, mentionne plusieurs fontaines monumentales à sept niches en précisant que (...)

109Nous pouvons seulement confirmer un critère : si un septizonium peut prendre des formes très différentes, il nous semble que la présence des sept divinités planétaires dans une structure de composition septénaire est un élément fondamental. Seule une nouvelle découverte d'un monument présentant une division par sept, associé à la présence d'au moins une divinité planétaire clairement identifiable et à la mention du nom septizonium ou d'un de ses dérivés sur une inscription, permettrait de préciser la nature de ces édifices142.
N.L.

La transformation en église

  • 143 Une brève étude est présentée dans Duval - Golvin 1982.

110La dernière phase de l’édifice consiste en la transformation en église143 (fig. 13) à un moment où subsistaient les colonnes et probablement la couverture. Cette église est franchement occidentée, ce qui n’est pas rare en Afrique du nord avant le VIe siècle.

111Le seul vestige de cette phase est l’emplacement du chœur (fig. 37) créé dans les deux dernières travées à partir des colonnes 11 et 16, qui mesurait environ 6 m de côté. On s’est contenté de placer des pierres allongées entre les colonnes (fig. 38). Il est probable que la première travée était remblayée à environ 30 cm de hauteur d’après la hauteur des pierres (le remblai a disparu), la seconde était surélevée de 50 cm environ par rapport au sol primitif. On peut restituer un chancel autour de ce chœur (il est suggéré sur le plan de la fig. 12).

Fig. 37 - L'édifice en cours de fouille. Vue du chœur de l'église vers l'ouest

Fig. 37 - L'édifice en cours de fouille. Vue du chœur de l'église vers l'ouest

(cliché J. Cintas, 1955)

Fig. 38 - Détail du chœur de l'église en cours de fouilles. Vue vers l'ouest

Fig. 38 - Détail du chœur de l'église en cours de fouilles. Vue vers l'ouest

(cliché J. Cintas, 1955)

La mosaïque funéraire de Martinianus (inscription chrétienne no 1)

112La mosaïque qui couvrait le sol du deuxième espace est partiellement conservée (fig. 39 à 41). Il présente un décor assez original, composé de rectangles ombrés en quinconce présentant en trois rangées alternées des guirlandes dessinant des courbes larges au sommet et étroites à la base. La guirlande est une guirlande de fleurs pour la première et la troisième rangée conservées, une guirlande de lauriers pour la seconde rangée. Deux guirlandes voisines sont liées par le lemnisque à la base. Les guirlandes encadrent une coquille avec cinq lobes pour les deux rangées inférieures et trois seulement pour la troisième.

Fig. 39 - Mosaïques du chœur

Fig. 39 - Mosaïques du chœur

(cliché J. Cintas, 1955)

Fig. 40 - Dessin de la mosaïque du chœur

Fig. 40 - Dessin de la mosaïque du chœur

(croquis J.-Cl. Golvin, 1976, mise au net N. Lamare, 2011)

113Ce motif est interrompu par un cadre d’environ 1,40 m de largeur, peut-être carré, présentant des rectangles clairs séparés par des montants sombres, un type assez rare malgré sa rusticité. À l’intérieur, une couronne formée d’une guirlande de fleurs fortement endommagée au sommet et détruite à la base contient une inscription qui se lit assez bien (avec une ligature triple ANV assez rare) :

Martinianus | cum s[ui]s uot|[um soluit ?] | [--- .

  • 144 ILCV, III, p. 108. Trois personnages de ce nom dans Mandouze 1982, p. 710.
  • 145 Picard 1962, p. 83.

114Martinianus est un nom assez fréquent144. Une troisième ligne est certaine mais a disparu. À droite et à gauche de la couronne étaient figurés un oiseau très endommagé (une colombe ?) et des brins de rosier. Il est évident que cette dédicace est l’inscription du donateur du pavement ou d’un bienfaiteur et non une épitaphe, comme l’avait cru G. Picard, qui signalait une tombe et discutait de la date de la « mosaïque funéraire »145. Comme le cadre s’insère bien au niveau de la base d’une file de rectangles contenant une coquille d’un mètre de largeur et deux rectangles, on peut supposer que l’inscription est contemporaine du pavement et que Martinianus est le donateur.

La tombe de Cresci[turus ? (inscription chrétienne no 2)

  • 146 ILCV, III, p. 45. Deux évêques de ce nom en 484 dans Mandouze 1982, p. 228-229.
  • 147 ILCV, III, p. 508. Pour le nom Criscis voir ILCV, 3758.

115Par contre, vers le nord, on a encastré dans la mosaïque d’origine une inscription funéraire recouvrant une tombe qui a été insérée après coup et qui est bordée simplement par une guirlande et des filets à l’extérieur et à l’intérieur (fig. 42). L’inscription de la première ligne donne sans doute le début du nom Cresci[---. À la ligne 2, on croit reconnaître la barre supérieure d'un T à gauche, peut-être le haut d'un S à l'extrémité droite. Si ces deux lignes contenaient le nom, on restituera de préférence le nom Cresciturus qui est le seul dérivé de cresco contenant la syllabe ci à cet endroit et qui est assez fréquent dans l’épigraphie chrétienne146. Toutefois on ne peut exclure dans une autre formulation le verbe à la seconde ou à la troisième personne : cresci/s ou cresci/t, qui peut être orthographié aussi criscis ou criscit147 ; on trouve aussi l’orthographe Criscis pour le nom Crescens. L’épitaphe pouvait être assez longue et recouvrir l’ensemble de la tombe, dont toute la partie inférieure (environ 1,50 m de longueur) a disparu. Mais les épitaphes de Cincari sont généralement courtes. Il serait vain de discuter de la date du pavement d’après ce pauvre fragment qui mesure environ 90 par 30 cm.

Fig. 41 - Mosaïque de Martinianus

Fig. 41 - Mosaïque de Martinianus

(cliché J. Cintas, 1955)

Fig. 42 - Mosaïque funéraire de Cresci[turus ?

Fig. 42 - Mosaïque funéraire de Cresci[turus ?

(cliché J. Cintas, 1955)

116Plusieurs éléments présents sur le plan, clairement ajoutés postérieurement, sont difficiles à situer chronologiquement. D'abord, une brèche apparaît dans le massif à l'ouest de la grande salle. S'agit-il d'une ouverture qui aurait été pratiquée au moment de l'installation du chœur ? Une modification antérieure serait peu probable puisque le septizonium devait être encore en usage, et qu'une telle ouverture n'aurait aucune utilité, les passages obliques restant accessibles. Ou bien est-ce simplement une destruction due aux vicissitudes du temps ou moderne ? De plus, la brèche apparaît comblée sur les photographies de fouilles (fig. 21), sans que l'on sache si ce bouchage est ancien ou moderne. L'état de conservation de ce massif, aujourd'hui effondré comme nous l'avons précisé plus haut, ne permet pas de trancher.

117Ensuite, plusieurs murs ont été ajoutés dans l'édifice. L'un ferme l'abside 1, et cette adjonction ne peut qu'être datée d'une époque où le septizonium n'était plus en fonction. Un autre mur doit être mis en relation avec l'installation du chœur, sur lequel il semble s'appuyer. Installé à hauteur du contrefort 22, un passage de 60 cm de large était laissé praticable au nord vers l’ouest. Il faut peut-être mettre en relation cette construction avec le passage postérieurement bouché entre les contreforts 22 et 23. Ce mur permettait ainsi d'isoler un espace, peut-être lié à une installation liturgique (une sacristie ?).

118Enfin, nous avons vu que deux murs furent ajoutés dans le vestibule, l'un au sud, fermant complètement l'accès, l'autre presque dans l'axe de la grande salle, réduisant le passage à une ouverture d'un mètre de largeur. Les photographies montrent clairement que ce dernier mur a été installé sur la mosaïque à cercles sécants, et qu'il s'agit d'un ajout postérieur. Une fois ces murs en place, les accès étaient très restreints par le sud, ils créent un espace assez fermé et cloisonné, en avant de la grande salle, qui conserve ses trois accès. Nous attribuerions volontiers ces changements à la transformation en église, le vestibule constituant alors une sorte de narthex.

Appendice : un sarcophage de facture locale

  • 148 Fournet-Pilipenko 1961, s.v. Cingaris (Henchir Toungar), no 129, p. 133-134, pl. XVI.

119Un sarcophage (fig. 43) a été découvert sur le site148, qui était conservé dans les années 1950 à la ferme française.

Fig. 43 - Sarcophage découvert à Henchir Toungar

Fig. 43 - Sarcophage découvert à Henchir Toungar

(dans Fournet-Pilipenko 1961-1962, pl. XVI fig. 129)

120Sculpté dans un calcaire local, il mesure 2,37 m de longueur sur 64 cm de largeur pour une hauteur de 61 cm. Sur la face principale, on voit un cratère d'où jaillissent deux ceps de vignes formant chacun une volute double présentant des feuilles et des grappes de raisin. Deux putti ailés nus s'appuient contre les ceps, tenant un serpette dans leur main libre. Au centre de la composition dans la partie supérieure s'étale une guirlande de feuillage présentant en son milieu une grande feuille de vigne et deux grappes de raisin. L'auteur de la publication voyait dans cette représentation celle de bacchoi qui accompagnaient habituellement Dionysos, sans qu'aucune autre référence à ce dieu n’apparaisse. Elle datait la sculpture de la fin du IIIe siècle, en comparant avec les décors de mosaïques de cette époque.
N.D.

II – Un complexe chrétien inédit. « L'église double » ?149

Situation et sort du site avant son examen

121Le site en question était signalé au nord-est de l'agglomération par les lettres R.R. Sur la carte topographique au 1/50000e en usage dans les années 1950-1960, figurait aussi d'après J. Cintas le lieu-dit « Henchir Bou Cedra », qui n'existe pas sur les autres tirages de la carte que nous avons utilisés.

122J. Cintas précise que le site avait été occupé par un immense jujubier couvrant une surface de plus de 200 m² (environ 15 x 15 m), qui avait été enlevé pour permettre le défrichement en vue d'une mise en culture. Le dessouchage avait à lui seul ravagé une grande partie du terrain. Quant il a été examiné par J. Cintas, il avait été en outre labouré et ensemencé depuis plusieurs années. Les labours successifs avaient dispersé les débris des édifices qui occupaient ce terrain. Le sol de plus en plus nivelé était parsemé de morceaux de maçonnerie et de marbre, de débris de vaisselle et de tesselles de mosaïque. La récupération des pierres des murs et des tombeaux explique aussi des excavations multiples dans les édifices.

Les constructions subsistantes

123Le « plan visuel » de J. Cintas que nous avons mis au net et que nous reproduisons (fig. 44) est grosso modo orienté suivant les points cardinaux. Les monuments jumeaux ( ?) sont donc orientés. Le plan indique dans l'angle nord-est un puits « tronconique » maçonné.

  • 150 Duval 1996.

124Les murs subsistants se réduisent à peu de choses. J. Cintas avait néanmoins distingué deux édifices rectangulaires I et II côte à côte, un plus étroit au nord (11-12 m de largeur pour 27 m de longueur environ) et un autre notablement plus large (16 m environ de largeur pour 29 m environ de longueur) où il voyait un « cimetière chrétien ». Nous supposons que ces deux édifices accolés sont deux églises, puisqu'au centre du bâtiment I, on a trouvé un reliquaire inviolé à l'emplacement présumé de l'autel et que le bâtiment II présentait dans l'axe une abside nettement distincte. Les « églises doubles », auxquelles nous avons consacré une étude détaillée il y a quelques années, sont représentées en Afrique150.

Fig. 44 - Plan de « l’église double »

Fig. 44 - Plan de « l’église double »

(relevé J. Cintas, vers 1955, mise au net N. Lamare, 2011)

125Dans l'édifice I, il reste le tracé d'un mur oriental arasé au niveau du sol et qui était bordé d'une série de tombes en coffre de dalles (« tombes sous dalles » indique la plan).

126Du mur nord, il restait un tronçon de 6 m de long à l'emplacement où un mur à angle droit, dont il restait une longueur de 5 m dont 3 m en élévation, délimitait semble-t-il un vestibule.

127Dans l'angle de la salle principale, un panneau de mosaïque assez bien conservé recouvrait deux tombes signalées par des mosaïques funéraires, dont l'une est parallèle au mur est-ouest tandis que la deuxième, pour deux défunts, a été insérée après coup et obliquement dans un panneau de mosaïque géométrique.

128Dans l'axe, au centre de l'édifice I a été découvert en profondeur un reliquaire intact dont le loculus a été creusé dans un chapiteau (fig. 45 à 48).

129L'édifice II était encore plus détruit : on identifiait seulement l'angle nord-ouest des murs périphériques. Sur l'axe est-ouest, à 9 m environ du chœur présumé, on trouve une abside semi-circulaire de 4 m environ d'ouverture pour 2,50 m de profondeur conservée. Cette abside était dallée assez soigneusement et le dallage se poursuivrait vers l'ouest.

130Trois groupes de tombes sont signalés dans cet édifice. À 5 m au nord de l'abside, J. Cintas a vu trois tombes de forme rectangulaire qui avaient perdu leurs couvertures. Dans l'axe à 6 m environ de la façade supposée, un groupe de six tombes présentant deux orientations différentes conservaient des restes de « mosaïques funéraires ».

  • 151 Duval - Cintas 1976, p. 885-888.
  • 152 Duval - Cintas 1976, p. 887, fig. 20-21.

131Dans l'angle sud-ouest de cet édifice II, le plan de J. Cintas signale (à l'extérieur du bâtiment ?) deux tombes en caissons en « plaques de terre cuite ». Cette désignation peut s'appliquer à des caissons (en apparence rectangulaires) faits de tuiles ou de briques. Mais l'appellation « plaques », choisie volontairement par J. Cintas, doit désigner ici des caissons faits de plaques ornementées, déjà connus sur le site du martyrium151. Les photographies du reliquaire au moment de la découverte (fig. 45 et 46) montrent de nombreux carreaux de terre cuite dispersés tout autour. Ils appartiennent à la même série que ceux recueillis dans le martyrium152. On avait sans doute défoncé à cet endroit des tombes du même type.

Fig. 45 - Le chapiteau-reliquaire lors de la fouille

Fig. 45 - Le chapiteau-reliquaire lors de la fouille

(cliché J. Cintas)

Fig. 46 - Le chapiteau-reliquaire au moment de la découverte, avec les deux ampoules au fond du loculus et les carreaux de terre cuite autour de la fouille

Fig. 46 - Le chapiteau-reliquaire au moment de la découverte, avec les deux ampoules au fond du loculus et les carreaux de terre cuite autour de la fouille

(cliché J. Cintas)

Le reliquaire de l'église I

132Au milieu de l'église présumée, on a sans aucun doute fouillé le chœur. J. Cintas précise que rien ne laissait présager la présence du « reliquaire » (et naturellement d'un reliquaire non violé, ce qui est extrêmement rare). Cependant l'une des photographies prises au moment de la découverte montre qu'on a défoncé à cet endroit un massif rectangulaire dont le rebord, en grosses pierres de taille, est reconnaissable (fig. 45).

133Le reliquaire (fig. 47 et 48), ou plutôt le loculus, qui se trouvait sous l'autel a été taillé dans un gros chapiteau corinthien renversé dont on a évidé le lit de pose et qu'on a amaigri en abattant la couronne supérieure. Le chapiteau mesurait environ 70 cm de hauteur, 51 cm de diamètre au lit de pose et 80 cm de largeur au lit d'attente.

Fig. 47 - Le chapiteau-reliquaire

Fig. 47 - Le chapiteau-reliquaire

(cliché J. Cintas)

Fig. 48 - Le chapiteau-reliquaire. Coupe et plan du lit de pose

Fig. 48 - Le chapiteau-reliquaire. Coupe et plan du lit de pose

(dessin d'après un croquis de J. Cintas, mise au net N. Lamare, 2011)

  • 153 Duval 1971, I, p. 123, fig. 114-115; p. 189 et fig. 206.
  • 154 Duval Y. 1982, I, no 141, p. 299-301, fig. 201-202 (reliquaire des saints Laurent et Hippolyte).
  • 155 Duval Y. 1982, I, no 67, p. 144-145, fig. 98-99 (reliquaire de saint Liberalis).

134Il est banal qu'on utilise comme récipient à reliques un matériel de remploi volontairement massif. Le cas le plus fréquent, à Sbeitla par exemple, est l'utilisation d'un tronçon de colonne placé sous l'autel et creusé d'un loculus carré ou d'une autre forme, suivant la forme du reliquaire à placer dans le loculus153. L'usage d'un chapiteau est attesté aussi en Afrique. À Sillègue-Beni Fouda (Novar), entre Djemila et Sétif, on a utilisé non pas comme loculus mais comme couvercle un chapiteau tronconique renversé154 (fig. 49). À Henchir el Abiod, dans la région de Tébessa (peut-être Vegesela), on a creusé le loculus dans un chapiteau de pilastre155 (fig. 50).

Fig. 49 - Reliquaire des saints Laurent et Hippolyte. Couvercle du loculus. Sillègue-Beni Fouda, antique Novar

Fig. 49 - Reliquaire des saints Laurent et Hippolyte. Couvercle du loculus. Sillègue-Beni Fouda, antique Novar

(cliché N. Duval)

Fig. 50 - Reliquaire de saint Liberalis. Henchir el Abiod, région de Tébessa

Fig. 50 - Reliquaire de saint Liberalis. Henchir el Abiod, région de Tébessa

(cliché N. Duval)

  • 156 On peut hésiter entre le carreau en pierre posé à proximité sur la fig. 45 et des carreaux de terre (...)

135Ici, le loculus consiste dans une mortaise carrée (25 cm de côté, 10 cm de profondeur) où s'encastrait le couvercle, malheureusement enlevé au moment de la fouille, qu'on croit reconnaître à côté de la fosse sur les photographies156. Au fond de la mortaise, on avait taillé une autre cavité carrée (18 cm de côté) présentant à la base un trou arrondi (environ 10 cm de profondeur) dans lequel on a retrouvé disposés côte à côte deux petites ampoules de verre en apparence pleines et qu'on pensait scellées (fig. 51a-b).

Tableau 1 - Dimensions des ampoules du reliquaire de Cincari (en cm)

Ampoule 1

Ampoule 2

Hauteur totale

4,6

4,7

Hauteur du col

2,6

2,4

Hauteur de la panse

2

2,3

Diamètre de la panse

3,25

3,5

Diamètre du col

1,3

1,3

Diamètre du rebord supérieur

2

2,2

  • 157 Cet examen a été piloté par Madame Hours, alors directrice au Laboratoire des musées de France, qui (...)
  • 158 Duval 2003, p. 91.

136Les ampoules étaient remplies d'une matière terreuse très tassée. Croyant posséder un témoin du véritable contenu des reliquaires, qu'il est très rare de pouvoir examiner, nous avons demandé en 1980 au Laboratoire des musées de France d'en faire l'analyse. Ce dernier a préféré faire examiner le contenu par le Laboratoire de l'identité judiciaire de la préfecture de police de Paris, qui a conclu que la substance terreuse n'était pas scellée comme nous le pensions, mais contenait un mélange de terres et de poussière très tassé et solidifié, sans aucun élément organique157. Ce type d'ampoule à corps sphérique et à col étroit a été employé dans d'autres reliquaires. Nous en avons vu de semblables en Jordanie158 (fig. 51c). Curieusement, les deux ampoules avaient pris avec le temps une coloration différente, très noire dans un cas, tandis que l'autre ampoule était restée blanche.

Fig. 51a-b : Les ampoules de Cincari (clichés Laboratoire des Musées de France). - c : ampoule dans un loculus à saint Jean de Samra, Jordanie

Fig. 51a-b : Les ampoules de Cincari (clichés Laboratoire des Musées de France). - c : ampoule dans un loculus à saint Jean de Samra, Jordanie

(d'après N. Duval 2003, fig. 40c, p. 91)

Les mosaïques funéraires

137Nous rappelons que la documentation rassemblée par J. Cintas a été constituée dans des conditions difficiles puisque, comme nous l'avons noté, ce dernier avait pris des photographies, noté quelques mesures et indiqué les principales caractéristiques des découvertes sur un « plan visuel », alors que le terrain avait été défriché par les machines agricoles, labouré à plusieurs reprises et ensemencé. À l'origine, ces documents n'étaient pas destinés à la publication et c'est notre intérêt pour ces découverte et l'expérience fructueuse de deux collaborations antérieures qui l'ont incité à faire confiance à N. Duval pour continuer notre travail en commun, malheureusement interrompu par un décès prématuré. En 1976, il précisait : « La fouille s'est faite pour ainsi dire sans découverte. La végétation spontanée d'herbes et de buissons étaient la seule protection des ruines rasées par les intempéries et les pilleurs de matériaux de construction ». Ces constatations expliquent le caractère médiocre de la documentation matérielle, en particulier des photographies. Il ajoutait : « Il n'y a pas de plan d'ensemble ; les tombes étaient sans ordre et parfois les unes dans (sic) les autres. » L'orientation hétérogène a pu correspondre à celles de certains murs apparemment disloqués jusqu'aux fondations pour la récupération des matériaux.

138J. Cintas énumérait treize photographies au total pour huit tombes (il existe aussi un tirage des diapositives qui s'étaient presque effacées avec le temps, ce qui nous interdit de noter les couleurs). Il avait fait des dessins sommaires de quelques tombes. Certains étaient cependant très soignés.

139Nous avions vu la mosaïque de Felix dans les années 1970 dans les ateliers du Bardo à proximité du bureau du chef d'atelier. À l'époque, on nous avait dit que la mosaïque venait d'un site appelé Borj Touil ou Henchir Touil. Il existe un Henchir et Touila situé au nord-est de Cincari, à 3 km environ, où l'Atlas archéologique et les cartes topographiques indiquent la présence de ruines romaines de part et d'autre de l'Oued el Kebir. Mais nous préférons croire que la provenance de Cincari a été masquée par le nom recueilli sur place et peut-être déformé, puisque Borj Touil peut être Borj Toum, nom de la gare voisine. La présence de la mosaïque « staffée » (remise sur support de ciment) au Bardo fait croire que l'ensemble des « mosaïques funéraires » du site signalées par J. Cintas ont été enlevées en même temps, mais on n'a pu les retrouver au Bardo à l'époque.

Tombe de Gududia et Sallustius (inscription chrétienne no 3) (fig. 52 à 54)159

  • 159 Les inscriptions sont numérotées à la suite de deux déjà décrites dans le chœur de l'église tardive (...)

Fig. 52 - Mosaïques de Félix et Gududia en place

Fig. 52 - Mosaïques de Félix et Gududia en place

(cliché J. Cintas)

140Il existait à cet endroit un pavement géométrique d'étoiles de deux carrés entrelacés décorés de tresses à deux brins alternant avec des octogones bordés de triangles emboîtés droits et renversés clairs et sombres. Dans l'intervalle des octogones, les tresses encadrent des losanges clairs marqués d'une croix. Au centre des octogones, des bandes de motifs triangulaires dessinent un quadrilatère marqué d'une croix claire. La bordure du panneau est faite sur fond sombre de demi-cercles entrecroisés formant des » ogives » claires avec un cœur foncé. À l'intérieur des étoiles de deux carrés, des octogones contenaient une couronne dont il reste quelques morceaux sur le bord, autour de l'emplacement de la sépulture.

141Le pavement est conservé à l'extérieur de la tombe sur une surface de 1,80 m de côté. Il a été détruit par l'insertion de la tombe sur une surface mesurant environ 1,10 m par 50 cm. L'excavation a été fermée par une couche de mortier dans laquelle est scellée l'inscription funéraire (0,65 par 0,45 cm environ) encadrée d'une grecque simplifiée, avec trois carrés sombres sur les petits côtés et quatre sur les grands.

142L'épitaphe est celle de deux individus de sexe féminin et masculin qualifiés de fideles (baptisés), ce qui implique qu'il ne s'agit pas de bébés, mais la surface réduite de l’excavation pratiquée dans le pavement antérieur permet d'établir que les défunts n'étaient pas très âgés.

Fig. 53 - Mosaïque de Gududia et Sallustius

Fig. 53 - Mosaïque de Gududia et Sallustius

(cliché J. Cintas)

Fig. 54 - Mosaïque de Gududia et Sallustius

Fig. 54 - Mosaïque de Gududia et Sallustius

Lettres sombres sur fond clair d'environ 10 cm de haut

(dessin J. Cintas)

Gududia et Sallustius | fideles in pace.

  • 160 Découverte dans la basilique II: Baratte et al. 2011, no 223, p. 196. Gududza est l'équivalent phon (...)
  • 161 CIL, VIII, 9733 = ILCV, 1534.
  • 162 Duval Y. 1982, I, n27 et 29, p. 62 et 64, cf. p. 66. Un martyr Guddenis de Carthage en 203 a fait (...)
  • 163 Mandouze 1982, Gududus, p. 546. On sait par la Notitia de 484 que le siège est en Byzacène. L'évêch (...)

143Gududia est un nom typiquement africain d'origine punique dont on a d'assez nombreux témoignages et notamment dans les listes de martyrs et à l'époque chrétienne. Gududia est une variante de l'orthographe qui peut être Gudutza comme on le constate à Haïdra sur une épitaphe du IVe siècle160. Une épitaphe d'une Propertia Gududia chrétienne est connue à Tiaret en Oranie161. Une martyre Gududa figure sur la liste d'Uppenna162. Un évêque catholique Gududus de Byzacène a pris part à la conférence de Carthage en 411163.

  • 164 CIL, VIII, suppl. V, p. 59-60.
  • 165 PLRE, 1, p. 796-799 ; PLRE, 2, p. 971-973.
  • 166 ILCV, III, 2003.
  • 167 Mandouze 1982, Sallustius Victorinus, p. 1022 et 1196. Il est un des clerici qui a été réintégré da (...)
  • 168 Mandouze 1982, Sallustius, p. 1022. C'est un évêque Sallustius Zertensis (le siège n'est pas identi (...)

144Sallustius (orthographié parfois Salustius) est un gentilice bien attesté en Afrique164, surtout à l'époque classique mais qui garde une certaine fréquence jusqu'au VIe siècle165, aussi comme nom unique. Plusieurs martyrs Sallustius sont cités au Martyrologe Hiéronymien à différentes dates, mais cela ne plaide pas pour un usage à une époque avancée. Un graffito des catacombes de Rome mentionne une sainte Sallustia associée à Cerealis166. C'est encore comme gentilice qu'un chrétien de Thamugadi porte ce nom (Sallustius Victorinus) sur l'album de Timgad en 362-364167. L'unique évêque portant ce nom qui figure dans la Prosopographie chrétienne d'Afrique est un évêque donatiste qui a participé à la conférence de 411168. On peut estimer que le défunt de Cincari est mort à une date assez haute.

Tombe de Felix (inscription chrétienne no 4) (fig. 52 et 55)

Fig. 55 - Mosaïque de Felix après repose sur béton

Fig. 55 - Mosaïque de Felix après repose sur béton

(cliché N. Duval)

145Immédiatement à l'est du pavement excavé pour insérer la tombe de Gududia et Sallustius se trouvait la tombe de Felix, qui est la seule à peu près intacte. Le plan sommaire de la fig. 44 est inexact sur ce point, car d'après les photographies prises sur place, le panneau de Felix couvre à peu près la même surface que la mosaïque géométrique mutilée par celle de Gududia et Sallustius, et l'orientation des deux tombes est la même. La tête du défunt se trouvait à l'ouest.

  • 169 Nous avons vainement cherché à l’époque à savoir la provenance exacte de ce panneau et les circonst (...)

146Cette mosaïque est la seule dont nous ayons une photographie datant des années 1960-1970 prise après sa dépose et sa repose sur béton au Musée du Bardo169. Nous évaluons les dimensions du panneau avec sa bordure à 1,80 m x 1,60 m. La bordure doit être large de 30 à 35 cm environ. La couronne encadrant l'inscription doit mesurer 50 cm environ de diamètre, le panneau central mesurant environ 1,10 m de hauteur pour 65 cm de largeur. Les lettres de l'inscription doivent mesurer environ 10 cm.

  • 170 Cintas - Duval 1958, sur les mosaïques voir p. 181-232 et pl. XIII à XL notamment. Sur la bordure e (...)

147La bordure est un élégant rinceau de feuillage sombre (vert probablement) avec quelques fleurs au centre des volutes. Elle ressemble beaucoup à des bordures des meilleures mosaïques du Cap Bon que nous avons publiées170.

148Le panneau central comporte au centre une couronne formée d'une guirlande multicolore aux bords dentelés. Les écoinçons de part et d'autre de la couronne sont occupés par des triangles garnis de couleurs en dégradé avec à l'extrémité un trait se terminant par un crochet. Sous la couronne, un cratère très simplifié et sans anses occupe le centre. Le pied triangulaire se prolonge à la base par des crochets qui amorcent la courbure du pied en perspective. La panse, très plate et schématique, forme une sorte de coupe au-dessus de la sphère du pied, de bonne taille. Le col disproportionné est relativement haut. La forme cylindrique est suggérée par des jeux de couleur simplifiés mais assez efficaces. À l'intérieur entre les tiges de rosier qui y prennent naissance, portant chacune deux boutons de rose, un fleuron trifide blanc ressort sur le fond noir ainsi que deux petits cercles blancs sur les côtés.

Felix fi|delis in | pace.

149L'inscription est comme sur les autres mosaïques très simple et réduite au nom Felix, suivi de fidelis in pace. Le nom est naturellement très courant.

Tombe de Florentius (inscription chrétienne no 5) (fig. 56 et 57)

Fig. 56 - Mosaïque de Florentius

Fig. 56 - Mosaïque de Florentius

(cliché J. Cintas)

Fig. 57 - Mosaïque de Florentius

Fig. 57 - Mosaïque de Florentius

(dessin J. Cintas)

150Elle appartient au groupe de tombes signalées au centre de la « basilique » II.

151Panneau de grande dimension mesurant hors tout 2,50 m de hauteur pour 1,60 m de largeur. L'angle supérieur droit a été détruit ainsi que la bordure du côté des pieds.

152La bordure est triple : à l'extérieur deux bandes de tesselles (blanche vers l'intérieur et sombre à l'extérieur) cernaient le panneau. Vers l'intérieur la bordure proprement dite figure une suite de gemmes alternant avec des carreaux sur la pointe et des ovales, séparés vers l'extérieur du bandeau par des motifs clairs trifoliés.

153À la tête, une couronne de laurier, clair sur fond sombre, est surmontée d'une guirlande dessinant quatre festons avec des tiges feuillues dans l'angle et de petits carreaux sur la pointe. La couronne contient une croix monogrammatique de couleur claire avec les lettres apocalyptiques encadrant la hampe. De part et d'autres, le décor est complété par deux tiges de rosiers.

154Au milieu, un cartel de couleur sombre à queues d'aronde est endommagé à la naissance de la queue d'aronde droite, de couleur claire, bordées de sombre.

155L'inscription est complète en lettres claires sur le fond sombre :

Florenti|us fidelis | in pace.

156Le nom Florentius est banal.

157Aux pieds, est figuré un cratère sur pied formé d'une petite sphère et d'un triangle dessinant le pied circulaire en perspective simplifiée. Au-dessus, la panse présente cinq godrons en perspective (blanc et couleur sombre). Le col est élancé et très évasé, marqué d'un triangle clair pour évoquer la surface circulaire. Les anses en S de part et d'autre présentent à intervalles réguliers des petites traverses. L'intérieur sombre du vase est décoré de files de cubes clairs posés sur la pointe pour évoquer le liquide.

158De part et d'autre, sont figurés deux paons élancés à la queue refermée. Le plumage est coloré, sauf un croissant clair sur les ailes, le ventre est clair cerné de sombre.

Épitaphe multiple de Ianuaria et d'au moins un autre défunt (inscription chrétienne no 6) (fig. 58)

Fig. 58 - Mosaïque de Ianuaria et Fortu( ?)[nata

Fig. 58 - Mosaïque de Ianuaria et Fortu( ?)[nata

(cliché J. Cintas)

159Ce panneau a été très mutilé sans doute par les labours qui ont déplacé aussi des parties de la mosaïque, surtout vers le pied.

160Le panneau, large de 80 cm environ avec un bord neutre (double filet noir et bande blanche, peut-être limitée – voir à gauche – par un autre filet noir). La longueur (2 m ?) ne peut être évaluée avec précision à cause des mutilations et du déplacement probable du fragment d'extrémité.

161Dans une couronne formée d'une guirlande traitée en dégradé avec des bords dentelés mesurant à peu près 50 cm de diamètre, l'épitaphe occupe quatre lignes :

Ianu|aria fi|delis in | pace.

162De la seconde épitaphe non encadrée, il reste la fin du nom de la défunte ---]VNATA suivie de IN|. On peut restituer sans doute Fort]unata.

163De la ligne suivante, il reste ( ?) IN DEO, puis, on voit à la fin d'une autre ligne INE.

164Pour les lignes 1-2, si la lecture est correcte, on peut penser à :

Fort( ?)]unata in | nox ( ?) in deo [---

165Il s'agirait d'un enfant « innocent » (non baptisé), si notre restitution est correcte, mais on ne peut rien proposer pour la dernière ligne.

166Le bas du panneau était orné d'un pied de rosier avec deux boutons retombant dans les angles inférieurs.

Épitaphe non déchiffrée (fig. 59)

Fig. 59 - Épitaphe non déchiffrée

Fig. 59 - Épitaphe non déchiffrée

(cliché J. Cintas)

167La seule épitaphe un peu détaillée du lot photographique fourni par J. Cintas, dont nous avons un cliché noir et blanc et un autre en couleur très pâle, est malheureusement resté illisible sur ces épreuves pour tous les spécialistes consultés, du fait de l'angle choisi par l'opérateur qui s'est placé en bas à droite, du mauvais nettoyage de surface et des nombreuses fissures fragmentant ce secteur.

168Il s'agit d'un panneau assez grand mesurant environ 2 par 1,25 m dont la bordure n'est pas distincte (il s'agit peut-être d'une simple bande de tesselles blanches).

169La partie supérieure est occupée par une grande couronne de laurier (diamètre 0,70 m environ) contenant à la tête le symbole chrétien qui semble être un chrisme constantinien avec les lettres apocalyptiques, puis cinq lignes de texte en lettres assez petites (6 cm ?) séparées par un trait de réglure en cubes sombres. Les écoinçons semblent occupés par une touffe de feuillage.

170De la première ligne on distingue clairement au début les lettres OS puis des lettres douteuses (PITIANAE ?) et plus loin FI( ?)|DELIS semble sûr au début de la ligne 2, peut-être ensuite VIXIT ou INXO, à la ligne 3 ORAS ( ?) :

os pitianae ( ?) fi ( ?)|delis uixit ( ?) | [---] oras | [---].

171Le décor du grand panneau inférieur est composé d'un rectangle étroit et long contenant un motif dessinant un losange avec une saillie de cubes sombres au centre (nous avons pensé à un « plat d'argent »). Autour, une bande de 30 cm environ est garnie d'un rinceau de tiges sombres, avec sans doute des feuilles et des fleurs qui ressortent mal sur le fond, dessinant plusieurs volutes de chaque côté.

172Cette pauvre description pourrait être remplacée par une lecture plus assurée, si le panneau a bien été enlevé par les équipes du Bardo, comme nous le pensons.

Fragment (fig. 60)

Fig. 60 - Fragment de mosaïque 8 avec le symbole

Fig. 60 - Fragment de mosaïque 8 avec le symbole

(cliché J. Cintas)

173Hauteur estimée 70 cm, largeur en haut 30 cm, en bas 25 cm.

174On distingue en haut le symbole (haut de 27,5 cm d'après une indication dans les notes anciennes), une croix monogrammatique, encadrée par les lettres apocalyptiques dans une couronne en guirlande (diamètre estimé 40 cm). Il reste deux lignes de l'épitaphe mutilée, TC ( ?) EN | NSI :

---] tc ( ?) en [---] | [---]nsi[---

175Fragment (fig. 61)

Fig. 61 - Fragment de mosaïque 9

Fig. 61 - Fragment de mosaïque 9

(cliché J. Cintas)

176Dimensions : 1,07 m par 50 cm.

177Haut de la couverture de tombe : un monogramme constantinien avec les lettres apocalyptiques (diamètre environ 30 cm). Dans les angles, boutons de roses.

  • 171 Duval - Cintas 1978, en particulier p. 905-907.

178Les mosaïques funéraires de Cincari ne se présentent pas en série homogène. La diversité frappe encore dans ce lot sauvé d'une destruction en cours par la vigilance de J. Cintas. Les quelques exemplaires au moins partiellement conservés se présentent comme appartenant à des types connus par ailleurs, mais tous différents. Deux traits communs ressortent ici : la présentation majoritaire de l'épitaphe dans une couronne et la brièveté des inscriptions qui se réduisent souvent (et dans les exemplaires les mieux conservés) au nom suivi de la mention fidelis in pace. On comparera pour la région à la série de Furnos Minus171.

179Index épigraphique (inscriptions chrétiennes)

180Aucune des inscriptions ne donne l'âge du défunt.1. Martinianus. Dans le septizonium, chœur de l'église, dédicace.
2. Cresci[turus ?]. Dans le septizonium, chœur de l'église, tombe.
3. Gududia. Église I de l'« église double », tombe de deux enfants.
3. Sallustius. Église I, tombe de deux enfants.
4. Felix. Église I, tombe d'adulte (Musée du Bardo) .
5. Florentius. Église II, tombe d'adulte.
6. Ianuaria. Église II, épitaphe multiple, tombe.
6. Fortu ?]nata. Église II, tombe double.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

AAT = R. Cagnat et A. Merlin, Atlas archéologique de la Tunisie, édition spéciale des cartes topographiques publiées par le Ministère de la guerre accompagnée d'un texte explicatif, Paris, 1895-1932.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aicher 1993= P. J. Aicher, Terminal display fountains (« mostre ») and the aqueducts of Ancient Rome, dans Phoenix, 47, 1993, p. 339-352.
DOI : 10.2307/1088729

Aupert 1974 = P. Aupert, Le nymphée de Tipasa et les nymphées et septizonia nord-africains, Rome, 1974 (Collection de l'École française de Rome, 16).

Balland et al. 1971 = A. Balland, A. Barbet, P. Gros et al., Bolsena II, Rome, 1971 (Mélanges d'archéologie et d'histoire, suppléments, 6).

Baratte et al. 2011 = F. Baratte, N. Duval et al., Recherches archéologiques à Haïdra IV, Rome, 2011 (Collection de l'École française de Rome, 18, 4).

Barbieri 1961 = G. Barbieri, Nuove iscrizioni di Marsala, dans Kôkalos, 7, 1961, p. 15-52.

Ben Abdallah - Peyras 1997 = Z. Benzina Ben Abdallah et J. Peyras, Le Mibil, association religieuse ou sanctuaire ? Recherches sur une énigme épigraphique, dans AntAfr, 33, 1997, p. 129-141.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Beschaouch 1977 = A. Beschaouch, Nouvelles recherches sur les sodalités de l'Afrique romaine, dans CRAI, 121, 3, 1977, p. 486-503.
DOI : 10.3406/crai.1977.13387

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Beschaouch 1979 = A. Beschaouch, Une sodalité africaine méconnue : les Perexii, dans CRAI, 123, 3, 1979, p. 410-420.
DOI : 10.3406/crai.1979.13625

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Beschaouch 2004 = A. Beschaouch, Aspects de l'hellénisme africo-romain, dans CRAI, 148, 1, 2004, p. 53-65.
DOI : 10.3406/crai.2004.22689

Bessière 2006 = F. Bessière, Les chapiteaux du Musée national de Carthage : contribution à la connaissance du décor d'architecture d'Afrique proconsulaire, 3 vol. , thèse de doctorat, dir. A. Muller, R. Hanoune, Université Charles de Gaulle (Lille III), 2006.

Beury 1893 = M. Beury, Note sur les ruines de Lambèse, en 1852, dans RSAC, 28, 1893, p. 95-103.

Bonniard 1934 = F. Bonniard, La Tunisie du nord. Le tell septentrional. Étude de géographie régionale, Paris, 1934.

Bridge 1930 = J. Bridge, De quibusdam libris Suetonianis qui ex fonte Z emanaverunt, Summaries of dissertations for the degree of Ph. D., 1929-30, dans HSPh, 41, 1930, p. 183-186.

Broise - Thébert 1993 = H. Broise et Y. Thébert, Recherches archéologiques franco-tunisiennes à Bulla Regia II, 1, Rome, 1993 (Collection de l'École française de Rome, 28, 4).

Cagnat 1882 = R. Cagnat, Rapport sur une mission en Tunisie, dans Archives des missions scientifiques et littéraires, 3e s., IX, 1882, p. 61-169.

Cagnat 1898 = R. Cagnat, L'emplacement de la ville africaine de Cincari, dans MNSAF, 58, 1898, p. 224-227.

Carte topographique Tunisie 1950 = Carte topographique de la Tunisie au 1/50.000e, levés 1894, révision 1950, Office de la topographie et de la cartographie, Tunis, 1950.

Carte topographique Tunisie 1983 = Carte topographique de la Tunisie au 1/25.000e, feuille Tebourba (19) nord-ouest, levés 1974, révision 1982, Office de la topographie et de la cartographie, Tunis, 1983.

Cintas - Duval 1958 = J. Cintas et N. Duval, L'église du prêtre Félix (région de Kélibia), dans Karthago, 9, 1958, p. 155-269, pl. I-XL.

Coutelas 2009 = A. Coutelas (dir.), Le mortier de chaux, Paris, 2009.

Delehaye 1933 = H. Delehaye, Les origines du culte des martyrs, Bruxelles, 1933 (1re éd. 1912).

Desanges et al. 2010 = J. Desanges, N. Duval, C. Lepelley et al., Carte des routes et des cités de l'est de l'Africa à la fin de l'Antiquité, d'après les tracés de Pierre Salama, Turnhout, 2010 (Bibliothèque de l'Antiquité tardive, 17).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Desnier 1993 = J.-L. Desnier, Omnia et realia. Naissance de l'Urbs sacra sévérienne (193-204 ap. J.-C.), dans MEFRA, 105, 2, 1993, p. 547-620.
DOI : 10.3406/mefr.1993.1814

Dessau 1899 = H. Dessau, s.v. Cincarita, dans RE, III, 2, col. 2555.

Dombart 1923 = T. Dombart, s.v. Septizonium, dans RE, II, A-2, 1923, col. 1578-1586.

Dunbabin 1978= K. M. D. Dunbabin, The mosaics of Roman North Africa, Oxford, 1978.

Duval - Cintas 1976 = N. Duval et J. Cintas, Études d'architecture chrétienne nord-africaine. III. Le martyrium de Cincari et les martyria triconques et tétraconques en Afrique, dans MEFRA, 88, 2, 1976, p. 853-927.

Duval - Cintas 1978 = N. Duval et M. Cintas, Études d'archéologie chrétienne nord-africaine. VI. Basiliques et mosaïques funéraires de Furnos Minus, dans MEFRA, 90, 2, 1978, p. 871-950.

Duval - Golvin 1982 = N. Duval (en collab. avec J.-C. Golvin), Deux églises de Cincari (Tunisie), dans BCTH, n.s., fasc. B, 18, 1982, p. 168-169.

Duval 1958 = N. Duval, Note d'épigraphie chrétienne nord-africaine. IV. Trois inscriptions de Sidi Tabet, dans Karthago, 9, 1958 , p. 150-153.

Duval 1971 = N. Duval, Les églises à deux absides : recherches archéologiques sur la liturgie chrétienne en Afrique du nord, 2 vol. , Paris, 1971-1973 (BEFAR, 218).

Duval 1975 = N. Duval, Recherches archéologiques à Haïdra I. Les inscriptions chrétiennes, Rome, 1975 (Collection de l'École française de Rome, 18, 1).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Duval 1978 = N. Duval, Jean Cintas (1902-1977), dans AntAfr, 12, 1978, p. 7-9.
DOI : 10.3406/antaf.1978.997

Duval 1996 = N. Duval, Les églises doubles d'Afrique du nord, dans Les « églises doubles » et les familles d'églises, AntTard, 4, 1996, p. 179-188.

Duval 2003 = N. Duval, Architecture et liturgie dans la Jordanie byzantine, dans N. Duval (dir.), Les églises de Jordanie et leurs mosaïques, actes de la journée d'études, Lyon, avril 1989, Beyrouth, 2003, p. 35-114.

Duval P.-M. 1953 = P.-M. Duval, Notes sur la civilisation gallo-romaine. II. Les dieux de la semaine, dans Gallia, 11, 2, 1953, p. 282-293.

Duval Y. 1982 = Y. Duval, Loca sanctorum Africae. Le culte des martyrs en Afrique du IVe au VIIe siècle, Rome, 1982 (Collection de l'École française de Rome, 58).

Espérandieu 1907 = É. Espérandieu, Recueil général des bas-reliefs de la Gaule romaine. I. Alpes Maritimes, Alpes Cottiennes, Corse, Narbonnaise, Paris, 1907.

Ferron 1953 = J. Ferron, s.v. Cincari, dans DHGE, XII, col. 833-834.

Fournet-Pilipenko 1961 = H. Fournet-Pilipenko, Sarcophages romains de Tunisie, dans Karthago, 11, 1961-1962, p. 77-168, 30 pl.

Galletier - Fontaine 1968 = É. Galletier et J. Fontaine (éd.), Ammien Marcellin, Histoires. Livres XIV-XVI, Paris, 1968 (Collection des universités de France).

Gerhard 1861 = E. Gerhard, Helios der Seelenempfänger und Aphrodite die Todesgöttin, dans Archäologische Zeitung, 19, 1861, col. 129-135, pl. 145.

Ghaki - Bejaoui - Dabbaghi 2005 = M. Ghaki, F. Bejaoui et A. Dabbaghi (dir.), IPAMED, Carte informatisée du patrimoine, Tunis, 2005. Carte Nationale des Sites Archéologiques et des Monuments Historiques, <http://www.inp.rnrt.tn/Carte_archeo/html/index_fr.htm> [en ligne], consulté le 25/06/2011.

Ginouvès et al. 1969 = R. Ginouvès, J. Des Gagniers, P. Devambez et al., Laodicée du Lycos, le nymphée, campagnes 1961-1963, Paris-Québec, 1969.

Gorrie 2001= C. Gorrie, The Septizodium of Septimius Severus revisited: the monument in its historical and urban context, dans Latomus, 60, 3, 2001, p. 653-670.

Gsell 1901 = S. Gsell, Monuments antiques de l'Algérie, 2 vol. , Alger, 1901.

Guérin 1862 = V. Guérin, Voyage archéologique dans la Régence de Tunis, 2 vol. , Paris, 1862.

Guey 1946 = J. Guey, Note sur le Septizonium du Palatin, dans Mélanges de la Société toulousaine d’études classiques, 1, 1946, p. 147-166.

Guilhembet 2011 = J.-P. Guilhembet, Les résidences romaines de Vespasien et le septizonium de Suétone, dans M.‑J. Kardos (dir.), Habiter en ville au temps de Vespasien, Actes de la table ronde de Nancy, 17 octobre 2008, Nancy, 2011, p. 23-46.

Gury 1994 = F. Gury, s.v. Selene, Luna dans LIMC, VIII, p. 706-715.

Hamdoune 2009 = C. Hamdoune, Septime Sévère, le Septizonium et le temple des dii patrii à Rome, dans O. Devillers et J. Meyers (dir.), Pouvoirs des hommes, pouvoir des mots, des Gracques à Trajan. Hommages au Professeur Paul Marius Martin, Louvain, 2009, p. 535-557.

Hanoune 1983 = R. Hanoune, Mosaïques en noir et blanc du site de Bulla Regia (Tunisie), dans R. Farioli Campanati (dir.), III colloquio internazionale sul mosaico antico, Ravenna, 6-10 settembre 1980, I, Ravenne, 1983, p. 287-290.

Hugoniot 2008 = C. Hugoniot, Les spectacles dans le royaume vandale, dans E. Soler, F. Thelamon (dir.), Les jeux et spectacles dans l'Empire romain tardif et dans les royaumes barbares, Rouen-Le Havre, 2008, p. 161-204.

Hülsen 1886 = C. Hülsen, Das Septizonium des Septimius Severus, 46 Programm zum Winckelmannsfeste, Berlin, 1886.

Iacopi - Tedone 1990 = I. Iacopi et G. Tedone, Palatino. Il Settizodio severiano, dans Bollettino di Archeologia, 1, 1990, p. 148-155.

Iacopi - Tedone 1993 = I. Iacopi et G. Tedone, La ricostruzione del Settizodio Severiano, dans Bollettino di Archeologia, 19-21, 1993, p. 1-12.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Janon 1973 = M. Janon, Recherches à Lambèse. II. Aquae LambesitanAE, dans AntAfr, 7, 1973, p. 222-254.
DOI : 10.3406/antaf.1973.1451

Keil 1964 = H. Keil, Grammatici Latini, IV, Leipzig, 1964.

Kerr 2006= R. M. Kerr, Mibil – A Latin reference to Punic curiae?, dans WO, 36, 2006, p. 84-94.

Kotula 1968 = T. Kotula, Les curies municipales en Afrique romaine, Wroclaw, 1968.

Lancel 1972 = S. Lancel, Actes de la conférence de Carthage en 411. II. Texte et traduction de la capitulation générale et des actes de la 1re séance, Paris, 1972 (Sources chrétiennes, 19).

Lassère 2007 = J.-M. Lassère, Manuel d'épigraphie romaine, II, Paris, 2007.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lassus 1971 = J. Lassus, La salle à sept absides de Djemila-Cuicul, dans AntAfr, 5, 1971, p. 193-207.
DOI : 10.3406/antaf.1971.927

Laur-Belart 1960 = R. Laur-Belart, Ein Septizonium in Augst, dans JSGU, 48, 1960-1961, p. 28-42.

Letzner 1999 = W. Letzner, Römische Brunnen und Nymphaea in der westlichen Reichshälfte, Munster, 1999.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lusnia 2004= S. S. Lusnia, Urban planning and sculptural display in Severan Rome: reconstructing the Septizodium and its role in dynastic politics, dans AJA, 108, 4, 2004, p. 517-544.
DOI : 10.3764/aja.108.4.517

Maas 1902 = E. Maas, Die Tagesgötter in Rom und in den Provinzen : die Septizodien, Berlin, 1902.

Mandouze 1982 = A. Mandouze (dir.), Prosopographie chrétienne du Bas-Empire. I. Prosopographie de l'Afrique chrétienne (303-533), Paris, 1982.

Maurin - Peyras 1971 = L. Maurin et J. Peyras, Uzalitana, la région de l'Ansarine dans l'Antiquité, dans Cahiers de Tunisie, 19, 1971, p. 11-103.

Merlin 1914 = A. Merlin, Découvertes en Tunisie, dans BCTH, 1914, p. CCVIII-CXVI.

Pachtère 1911 = F. G. de Pachtère, Inventaire des mosaïques de la Gaule et de l'Afrique, Paris, 1911.

Pachtère 1914 = F. G. de Pachtère, Inventaire des mosaïques de la Gaule et de l'Afrique, Planches, Paris, 1914.

Peeters - Delehaye - Coens 1931 = P. Peeters, H. Delehaye et M. Coens (éd.), Acta Sanctorum Novembris, Commentarius perpetuus in Martyrologium Hieronymianum, Bruxelles.

Pellissier 1847 = E. Pellissier, Lettre à M. Hase, dans RA, 7, 1847, p. 394-408.

Pensabene 1986 = P. Pensabene, La decorazione architettonica nell’Africa romana : studio preliminare sui capitelli, dans A. Giardina (éd.), Società romana e impero tardoantico. III. Le merci e gli insediamenti, Bari, 1986, p. 358-429.

Peyras - Maurin 1974 = J. Peyras et L. Maurin, Ureu, municipium Uruensium, Paris, 1974.

Peyras 1968 = J. Peyras, La région de Tébourba à l'époque romaine, mémoire de maîtrise, inédit, dir. W. Seston et L. Maurin, Paris-Tunis, 1968.

Peyras 1991 = J. Peyras, Le tell nord-est tunisien dans l'Antiquité : essai de monographie régionale, Paris, 1991.

Peyras 1993 = J. Peyras, Cincaris, dans Encyclopédie Berbère, XIII, 1993, entrée C65, p. 1957-1958.

Peyras 2003 = J. Peyras, Inscriptions latines du bassin de Bagrada, dans J.-P. Bost, J.-M. Roddaz, F. Tassaux (dir.), Itinéraire de Saintes à Dougga. Mélanges offerts à Louis Maurin, Bordeaux, 2003, p. 269-282.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Pflaum 1970 = H.-G. Pflaum, La romanisation de l'ancien territoire de la Carthage punique à la lumière des découvertes épigraphiques récentes, dans AntAfr, 4, 1970, p. 75-118.
DOI : 10.3406/antaf.1970.914

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Picard 1961 = G. Picard, Le septizonium de Cincari, dans CRAI, 105, 1, 1961, p. 15-17.
DOI : 10.3406/crai.1961.11245

Picard 1962 = G. Picard, Le septizonium de Cincari et le problème des septizonia, dans MMAI, 52, 2, 1962, p. 77-93

Pikhaus 1994 = D. Pikhaus, Répertoire des inscriptions latines versifiées de l'Afrique romaine, Ier-VIe siècles. 1. Tripolitaine, Byzacène, Afrique proconsulaire, Bruxelles, 1994.

Poinsotte 2009 = J.-M. Poinsotte (éd.), Commodien, Instructions, Paris, 2009 (Collection des universités de France).

Poinssot 1930 = L. Poinssot, Une inscription de Cincari, dans BCTH, 1930-1931, p. 216-217.

Poinssot 1932 = L. Poinssot, Une inscription d'Avedda, dans BCTH, 1932-1933, p. 79-83.

Quoniam 1951 = P. Quoniam, Une mosaïque à scènes de chasse récemment découverte à Henchir Toungar (Tunisie), dans Karthago, 2, 1951, p. 107-122.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Rand 1926= E. K. Rand, On the history of the De Vita Caesarum of Suetonius in the early Middle Ages, dans HSPh, 37, 1926, p. 1-48.
DOI : 10.2307/310618

Rémy 1989 = B. Rémy, Les carrières sénatoriales dans les provinces romaines d'Anatolie au Haut-Empire, Istanbul-Paris, 1989.

Rénier 1854 = L. Rénier, Mission épigraphique, premier rapport, dans Archives des missions scientifiques et littéraires, 3, 1854, p. 315-338.

Sandoz 2008 = C. Sandoz, Le grand nymphée de Leptis Magna : étude historiographique, urbanistique et architecturale, thèse de doctorat, dir. D. Paunier et A. Laronde, Université de Lausanne, Université Paris-Sorbonne, 2008.

Schuchardt 1866 = H. Schuchardt, Vokalismus des Vulgärlateins, 3 vol. , Leipzig, 1866.

Settis 1973 = S. Settis, Esedra e ninfeo nella terminologia architettonica del mondo romano, dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, I, 4-1, Berlin-New York, 1973, p. 661-740.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Smith 1901= C. L. Smith, A preliminary study of certain manuscripts of Suetonius' Lives of the Caesars, dans HSPh, 12, 1901, p. 19-58.
DOI : 10.2307/310421

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Smith 1905= C. L. Smith, Preliminary study of certain manuscripts of Suetonius' Lives of the Caesars: second paper, dans HSPh, 16, 1905, p. 1-14.
DOI : 10.2307/310336

Solignac 1927 = M. Solignac, Étude géologique de la Tunisie septentrionale, Tunis, 1927.

Stok 1997 = F. Stok, Appendix Probi, Naples, 1997.

Stotz 1996 = P. Stotz, Handbuch zur lateinischen Sprache des Mittelalters. III. Leutlehre, Munich, 1996.

Tedeschi Grisanti 1996 = G. Tedeschi Grisanti, s.v. Nymphaeum Alexandri, dans LTUR, III, Rome, 1996, p. 351-352.

Thébert 1991 = Y. Thébert, Les sodalités dans les thermes d'Afrique du nord, dans Les thermes romains. Actes de la table ronde de Rome, 11-12 novembre 1988, Rome, 1991 (Collection de l'École française de Rome, 142), p. 193-204.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Thirion 1957 = J. Thirion, Un ensemble thermal avec mosaïques à Thina (Tunisie), dans MEFR, 69, 1957, p. 207-245.
DOI : 10.3406/mefr.1957.7417

Thomas - Witschel 1992= E. Thomas et C. Witschel, Constructing reconstruction: claim and reality of Roman rebuilding inscriptions from the Latin West, dans PBSR, 60, 1992, p. 135-177.

Thomas 2007= E. Thomas, Metaphor and identity in Severan architecture: the Septizodium at Rome between « reality » and « fantasy », dans S. Swain, S. J. Harrison et J. Elsner (dir.), Severan culture, Cambridge UK-New York, 2007, p. 327-367.

Thomasson 1996= B. E. Thomasson, Fasti africani: senatorische und ritterliche Amtsträger in den römischen Provinzen nordafrikas von Augustus bis Diokletian, Stockholm, 1996.

Tissot - Reinach 1888 = C. Tissot et S. Reinach, Géographie comparée de la province romaine d’Afrique, II, Paris, 1888.

Tomlin 2008= R. S. O. Tomlin, Paedagogium and septizonium: two Roman lead tablets from Leicester, dans ZPE, 167, 2008, p. 207-218.

Truillot 1932 = A. Truillot, Trois fragments de mosaïques, dans BCTH, 1932-1933, p. 334-335.

Ward-Perkins 1993= J. B. Ward-Perkins, The Severan buildings of Lepcis Magna, Londres, 1993.

Haut de page

Notes

8 Pellissier 1847, p. 401 : « Non loin et au-dessus de Tebourba on trouve, au village abandonné de Tengar, sur la rive gauche de la Medjerda, des amas de ruines considérables, parmi lesquels on distingue les vestiges d’un théâtre. ».

9 Guérin 1862, II, p. 188 : « À trois heures, nous faisons halte sur les ruines d'un henchir plus considérable, appelé Tungar ou Tangar. Elles couvrent le sommet et les pentes d'une colline non loin de la Medjerdah. L'emplacement qu'elles occupent est maintenant cultivé ou envahi par des broussailles et par un épais fourré de cactus. De vastes citernes, les vestiges d'une enceinte semi-circulaire qui semble avoir été un théâtre, un gros pan de mur encore debout appartenant à un grand édifice démoli, de nombreux blocs épars ça et là, tels sont les seuls restes qui aient survécu à cette petite ville, où je n'ai trouvé aucune inscription qui m'en ait révélé le nom primitif. »

10 Ils avaient déjà repéré le théâtre, l'aqueduc, des restes de citernes et de puits, ainsi que la voie romaine à proximité. Cf. Tissot - Reinach 1888, p. 290, n. 1 (de Reinach). Nous ne savons pas si Tissot s'est rendu lui-même sur le site.

11 AAT.

12 Conservé dans le « Fonds Poinssot », INHA, Paris. Sur Cincari, voir aussi Dessau 1899 ; Ferron 1953 ; Peyras 1993 ; Desanges et al. 2010, p. 136.

13 Carte topographique Tunisie 1950.

14 Carte topographique Tunisie 1983.

15 Peyras 1968, p. 250.

16 Peyras 2003, p. 278, n. 61.

17 J. Peyras nous indique que les deux formes sont possibles pour un ethnique en -itanus. Sa préférence pour Cincaris, en plus du toponyme moderne, vient du fait que l'arabe tunisien économise les voyelles, et dirait plutôt, pour Cincari, Singar que Singaris (comme pour Toungar, Mactar).

18 Cagnat 1898. Il formule l'hypothèse notamment en raison de la présence de l'ethnique Tingari dans les listes épiscopales de la Proconsulaire, mais c'est bien Cincari qui apparaît, cf. infra. Voir aussi Poinssot 1930, notamment n. 2.

19 AE, 1915, 40 = ILAfr, 484 et AE, 1915, 41 = AE, 1928, 80 = ILAfr, 485 = ILTun, 1166.

20 Duval - Cintas 1976, plan publié en fig. 2, p. 855.

21 Peyras 1968, p. 256-259.

22 Carte topographique Tunisie 1983.

23 Cette mission a eu lieu en avril-mai 2009, grâce à l'autorisation de M. F. Bejaoui, Directeur général de l'Institut national du Patrimoine, Tunis, avec la collaboration de M. Ronin, doctorante, Université de Nantes. Les repérages ont été effectués et reportés sur la carte topographique au 1/25000e sans matériel de topographie.

24 Ghaki - Bejaoui - Dabbaghi 2005. Pour les structures que nous identifions, nous indiquons entre parenthèses le numéro d'inventaire de la Carte IPAMED.

25 Peyras 1968, p. 262 ; Peyras 1993, p. 1957 ; Peyras 2003, p. 277.

26 Nous avons pu observer les différences de débits sur le terrain, après de fortes pluies.

27 Peyras 2003, p. 278.

28 Quoniam 1951.

29 Les synclinaux perchés, nummulitiques, sont entourés d'une ligne de sources d’affleurement : Bonniard 1934, p. 249-255 et fig. 30. Sur la géographie et la géologie de la région, voir aussi Solignac 1927, p. 107-114 sur la région de Tébourba, p. 228-229 et 310-314 sur le Djebel Ansarine, p. 653-658 sur la Medjerda. Maurin - Peyras 1971 font également le point sur les ressources hydrauliques de la région, en particulier p. 14-16.

30 Peyras 1991, p. 208-209 et n. 100. J. Peyras nous indique qu'il verrait l'aqueduc de Cincari plus court, plus proche, directement en amont. L'aménagement était plus pratique, tandis que, d'autre part, juridiquement parlant, une colonie (Thuburbo Minus) disposait de l'espace public (ius territorii), ce qui n'était pas le cas d'une cité pérégrine ou d'un municipe.

31 Entre l'aqueduc à la cote 61 et les berges de la Medjerda à la cote 40, la déclivité est d'environ 20 m sur presque 1 km, soit une pente à 2 %. Il faut noter que le sommet du mamelon se situant à 63 m d’altitude et l'aqueduc provenant très probablement du Djebel Ansarine, qui culmine à plus de 500 m, un système de siphon pouvait rendre possible l'alimentation par les eaux de l'aqueduc de la totalité du site.

32 Gesta, I, 133, Lancel 1972, p. 766-767 : Restitutus episcopus plebis Cincaritanae ; I, 188, p. 840-841 : Campanus episcopus Cincaritanus. Cf. Mandouze 1982, p. 1259 et Restitutus 8, p. 973, Campanus 1, p. 184.

33 Pflaum 1970, p. 102. Voir aussi Peyras - Maurin 1974, p. 17 et n. 25.

34 Ben Abdallah - Peyras 1997.

35 Kerr 2006.

36 Kotula 1968, no 11, p. 34.

37 Pflaum 1970, p. 100.

38 Duval - Cintas 1978. À propos du gentilice, voir notamment p. 942-944.

39 Peyras 2003, p. 279 ; Mandouze 1982, Domitius Zenophilus, p. 1238.

40 Picard 1962. Une note était déjà parue dans Picard 1961. L'édifice est également mentionné dans plusieurs études traitant des fontaines monumentales, notamment par Aupert 1974, p. 94 et fait l'objet d'une notice dans Letzner 1999, no 458, p. 524-525.

41 Sur les photographies des fig. 10 et 11, on constate que ce mur n'a pas été mis au jour ni dessiné parce qu'il était recouvert par le chemin d'évacuation des déblais.

42 Picard 1962, p. 82.

43 Pensabene 1986, en particulier p. 368-378.

44 Sur la datation des chapiteaux, voir Bessière 2006, p. 670-679.

45 Duval - Cintas 1976.

46 Picard 1962, p. 92.

47 Coutelas 2009, notamment p. 18.

48 Contra Ginouvès et al. 1969, p. 153, n. 7.

49 Picard 1962, p. 85-89.

50 Gerhard 1861, pl. 145.

51 Pergamonmuseum zu Berlin, Inv.-Nr. Sk 384 ; Museo archeologico di Napoli, inv. 6088, coll. Farnese no 53.

52 Broise - Thébert 1993, p. 267-271 ; voir aussi Hanoune 198

53 Peyras 1968, p. 252.

54 Sur cette mosaïque, Peyras 1968, p. 252-253 et Picard 1962, fig. 2 A et B. Aucune photographie couleur ne nous est parvenue. La mosaïque a disparu de longue date, déjà à l'époque des travaux de J. Peyras.

55 Sur les sodalités, voir les articles d'A. Beschaouch publiés dans les CRAI, notamment Beschaouch 1977.

56 Inventaire dans Thébert 1991, p. 201-203.

57 Thirion 1957, p. 229-233 et pl. IV, fig. 1-3, signalé par Thébert 1991, p. 202.

58 Pachtère 1911, III, no 3 et Pachtère 1914, II, no 3 ; Dunbabin 1978, p. 74 et fig. 59, qui fait référence à une association.

59 Thébert 1991, p. 202. Il fait bien référence ici à la grande mosaïque des jeux et non au fragment étudié par A. Truillot, qui n'est pas rattaché à des thermes.

60 Thébert 1991, p. 196, fig. 3, d'après Beschaouch 1979, tableau p. 418, fig. 8.

61 Truillot 1932. La provenance de la mosaïque n'est pas préci

62 Lassus 1971. Voir aussi Hugoniot 2008, en particulier p. 182-187, sur la salle à abside et la mosaïque.

63 Les attestations sont nombreuses en Afrique, par exemple à Tébessa : CIL, VIII, 1887 = 16510 = ILAlg, I, 3066 = AE, 1977, 859.

64 Thébert 1991 reste l'article de référence pour le lien entre les sodalités et les thermes.

65 Thébert 1991, p. 194.

66 Thirion 1957, p. 211, n. 1 et p. 229.

67 Lassus 1971, p. 200-207; Hugoniot 2008, p. 182.

68 Thébert 1991, p. 196, n. 10 et p. 202, n. 43.

69 « Les sodalités ne sont pas les seules à organiser des chasses, mais une allusion claire à ces collèges nous paraît découler de la présence du lierre et du millet. » Thébert 1991, p. 202, n. 40.

70 Quoniam 1951.

71 Picard 1962, p. 89-90; AE, 1962, 299.

72 Il semble trop risqué d'aller plus avant dans une restitution de l’inscription avec ce seul M, même en comparaison avec celle de Lambèse … Septizonium marmorib(us)… CIL, VIII, 2657= CIL, VIII, 18105= ILS, 5626= AE, 1973, 645. Janon 1973, p. 240 avait déjà proposé cette lecture.

73 Le grammairien latin Marcus Valerius Probus considère que l’orthographe correcte est septizonium. Cf. Appendix Probi 197, 23 dans Keil 1964; Stok 1997. Sur la différence entre les deux termes, voir Settis 1973, en particulier p. 722-724. Nous utilisons septizonium dans cet article, en suivant l'Appendix Probi, mais septizodium pour le monument de Septime Sévère à Rome, plus fréquent dans la littérature savante.

74 Au XIXe siècle, les philologues qui éditaient les inscriptions latines tardives se référaient à l’ouvrage de Schuchardt 1866. Voir vol. I, p. 65-69, 142 et vol. III, p. 73. Le problème est soulevé par Maas 1902, p. 109. Cf. aussi Beschaouch 2004, p. 63-65.

75 Cf. Stotz 1996, p. 323-324. Nous remercions l’éminent philologue médiéviste F. Dolbeau d’avoir cherché à nous éclairer pour ces phénomènes de langue, si courants pour le Moyen Âge comme ils l’étaient déjà dans l’Afrique tardive.

76 Sur la paléographie, cf. Lassère 2007, p. 36-37.

77 J. Peyras a mentionné à plusieurs reprises l'importance de cet édifice, dernier exemplaire conservé du monde romain. Cf. Peyras 1993, p. 1957 et Peyras 2003, p. 280. Le septizonium de Septime Sévère à Rome a été détruit sur ordre du pape Sixte V entre 1588 et 1589, cf. en dernier lieu Lusnia 2004, p. 519. Le monument de Lambèse semblait déjà très ruiné à la fin du XIXsiècle, mais comportait encore des soubassements et un grand nombre de fragments architecturaux, parmi lesquels ont été découverts les blocs épigraphiés. M. Janon identifie les différentes parties du monument tout en précisant l'étendue des récupérations dont le monument a fait l'objet. Cf. Janon 1973, p. 229-232. L'édifice est aujourd'hui très abîmé et difficilement repérable, envahi par la végétation.

78 Les travaux de référence sont Hülsen 1886 et Maas 1902. Voir aussi Guey 1946, qui résume son mémoire de membre de l'École française de Rome de 1938, Recherches sur le Septizonium de Septime Sévère et les septizonia, rédigé sous la direction de J. Carcopino, dont nous n'avons pas retrouvé la trace. Pour les travaux récents, voir Lusnia 2004 et Thomas 2007 notamment, qui traitent essentiellement de la restitution de l'édifice et avec Desnier 1993, p. 597-600 de son rapport au programme urbanistique de Septime Sévère. Voir aussi Gorrie 2001 qui, contrairement aux précédents, n'aborde pas la question de la terminologie et ne propose pas de comparaisons. Parmi les travaux qui ont marqué un renouveau dans l'étude du septizonium de Rome, Iacopi - Tedone 1990 et Iacopi - Tedone 1993. Après les articles de Picard 1962 sur Cincari et de Janon 1973 sur Lambèse, l'étude du nymphée de Tipasa par Aupert 1974 marque une étape dans la recherche sur les nymphées et les septizonia, et les publications sur le sujet ont ensuite été rares.

79 Henchir Bedd est située à environ 17 km de Cincari à vol d'oiseau (cf. AAT, feuille Tébourba (XIX) : le site n'est pas à l'emplacement du no 8 mais à 2,5 km au sud-est, à 1 km à l'ouest du marabout de Rhozelnine, selon Merlin 1914, p. CCX, n. 4. Poinssot 1932, p. 79, n. 3 ajoute que les ruines se situent à l'emplacement des lettres Mta sur l'AAT. Nous les identifions à la « Ferme le Bed » de la Carte topographique Tunisie 1950). Picard 1962, p. 81 confond Medd(a), parfois Avedda, avec Avitta Bibba, Henchir bou Ftis, dans la région du Fahs, à proximité de Thuburbo Maius.

80 Toutes les attestations ont été recensées et commentées par Dombart 1923.

81 SHA, Sept. XIX, 5 et XXIV, 3.

82 SHA, Get. VII, 2.

83 Amm. XV, 7, 3. L'auteur s'est probablement laissé abuser par la titulature impériale de l'inscription en attribuant l'ouvrage à Marc Aurèle. Cf. Galletier - Fontaine 1968, n. 227, p. 253 ; Settis 1973, p. 718. On trouve aussi dans les manuscrits la forme septenzonium et septizonium.

84 Suet. Tit. 1.

85 Settis 1973, p. 718.

86 Thomas 2007, p. 358. L’auteur fait de l’édifice de Cincari le premier septizonium du monde romain, en donnant comme datation la deuxième moitié du IIe siècle : c’est en réalité la datation que G. Picard donnait des thermes.

87 Contra Guilhembet 2011, p. 24, n. 7. Voir les introductions de Roth (1858) et Ihm (1907) chez Teubner. Sur le problème des manuscrits de Suétone et la branche Z : Smith 1901 ; Smith 1905 ; Rand 1926 ; Bridge 1930. La discussion reste donc ouverte.

88 Lusnia 2004, p. 533 s.

89 Les restitutions proposant sept absides, notamment Settis 1973, p. 724, semblent définitivement délaissées.

90 Lusnia 2004, p. 525-534.

91 D.C. LXXVI, 1, 5 ; Thomas 2007, p. 337-339.

92 Contra Thomas 2007, p. 364 notamment.

93 Barbieri 1961, p. 40. Voir aussi Thomas 2007, p. 362-36

94 Thomas 2007, p. 362-363.

95 CIL, X, 7287. Cf. Barbieri 1961, p. 41.

96 Desnier 1993, p. 597-600 ; Lusnia 2004, p. 525 s.

97 Respectivement CIL, VIII, 2658 = 18105 = ILS, 5626 = AE, 1973, 645 et CIL, VIII, 2657 = AE, 1973, 645.

98 Janon 1973, p. 239.

99 PIR 2, II, 1265. Thomasson 1996, no 66, p. 186-188.

100 Janon 1973, p. 251.

101 AE, 1942-1943, 93 = AE, 1973, 646 : L(ucius) Apronius | Pius, leg(atus) Aug(usti) | pr(o) pr(aetore), co(n)s(ul) des(ignatus), | u(otum) quo[d], | coepto op[ere] | aquae ductu[s] | [[Alexandriani]] | [promiserat] | [opere ? perfec|t]o sol|uit | Clodius Septi|minus discens | libratorum | fecit.

102 PIR 2, IV, 161. Thomasson 1996, no 59, p. 182.

103 CIL, VIII, 18270 = ILS, 1196 (Lambèse) : L(ucio) Iul(io) Apronio Maenio | Pio Salamalliano, | trib(uno) latic(lauio) leg(ionis) X Gem(inae), ad|lecto inter qq(uaestorios), prae|posito actis senat(us), | aed(ili) curuli, praeto|ri, leg(ato) Aug(usti) uice quin|que fascium prou(inciae) | Belgi[cae, le]g(ato) leg(ionis) | I Adiutric(is), leg(ato) Au[g(usti)] | pr(o) pr(aetore) prouinc(iae) Ga[la]|tiae, item l[eg(ato) Aug(usti)] | pr(o) pr(aetore) C( ?) V[---. Les autres inscriptions nous renseignent sur la fin du cursus, legatus Augusti pro praetore legionis III Augustae Severianae et prouinciae Numidiae, consul designatus. Cf. Thomasson 1996, no 59, p. 182. Nous reprenons le commentaire de son parcours par Rémy 1989, no 127, p. 163-166.

104 À Tipasa notamment : Aupert 1974, p. 49-51. Voir aussi les aboutissements d'aqueducs qui étaient monumentalisés à Rome dans Aicher 1993.

105 Janon 1973, p. 251-252.

106 Cité par Janon 1973, p. 194.

107 Beury 1893.

108 Rénier 1854, p. 323.

109 Gsell 1901, I, p. 242-243.

110 Puisque nous ne sommes pas sûrs d'avoir des représentations de Nymphes, l'affirmation de S. Settis selon laquelle l'appellation nymphaei opus est pleinement justifiée par la décoration sculptée est à nuancer, cf. Settis 1973, p. 715.

111 Voir une statue découverte à Rome, de l'époque d'Hadrien d'après un original de la première moitié du IIIe siècle av. J.-C. Musei Vaticani, Braccio Nuovo 2268. Cf. Gury 1994.

112 Thomas - Witschel 1992.

113 Tedeschi Grisanti 1996.

114 Settis 1973, p. 715-721.

115 SHA, Alex. XXV, 3.

116 Il. I, 423 s.

117 CIL, VI, 41329 = 31893 = ILCV, 672-3 = ILS, 6072 = EAOR, 6, p. 28 = JIWE, 2, 601a.

118 Settis 1973, p. 715, n. 389.

119 Chez Tertullien, Augustin ou Commodien notamment. Les références sont données par Poinsotte 2009, p. 134-135.

120 Desnier 1993, p. 600-605.

121 Espérandieu 1907, no 412, p. 481-482.

122 CIL, XII, 2683.

123 Duval P.-M. 1953, p. 287. Voir la discussion dans Desnier 1993, p. 600-601.

124 D.C. LXXVI, 11, 1.

125 SHA, Sept. III, 8.

126 CIL, VI, 1408 et 1409 ; AE, 1926, 79.

127 SHA, Sept. XXIV, 4.

128 Desnier 1993, p. 601-604.

129 Tomlin 2008, p. 218.

130 Sur la chronologie des constructions, voir les conclusions de Ward-Perkins 1993, p. 104-107. Le nymphée est daté entre 198 et 211 par l'inscription IRT, 398a sur une fistula mentionnant le nom de l'empereur et de ses deux fils.

131 Contrairement à ce qu'affirme Guilhembet 2011, p. 29, n. 33, en parlant du « long et vain débat » sur la fonction hydraulique de ces édifices, évidente à Cincari « dans un complexe thermal ».

132 Settis 1973, p. 722-726. Sur le lien entre nymphées et septizonia, la bibliographie est abondante. Nous mentionnerons seulement Ginouvès et al. 1969, p. 137-167 et Aupert 1974, p. 113-126.

133 Hamdoune 2009, p. 547-548, voit le nymphée de Leptis Magna comme le correspondant du septizodium de Rome. Déjà Aupert 1974, p. 122-123 avait comparé l'édifice à un septizonium, parmi une série d'autres fontaines à sept niches. Sandoz 2008, p. 294-299 propose également de voir un septizonium dans le nymphée de Leptis Magna, et suggère une restitution du décor statuaire qui serait composé sur un niveau de la famille impériale et sur l'autre des sept divinités planétaires.

134 Balland et al. 1971, p. 233-241.

135 Laur-Belart 1960. Picard 1962, p. 82 doutait de cette identification.

136 Guilhembet 2011.

137 Petr. XXX, 4.

138 Guilhembet 2011, p. 40.

139 Supra note 11.

140 Vett. Val. I, 10 ; III, 9, 1 ; IV, 25 ; VI, 6, 12 ; Add. 6, 1 ; App. XV, 1.

141 Commod. Instr., I, 7 et I, 7, 14.

142 Aupert 1974, p. 122-123, mentionne plusieurs fontaines monumentales à sept niches en précisant que ce seul élément est insuffisant pour les identifier à des septizonia.

143 Une brève étude est présentée dans Duval - Golvin 1982.

144 ILCV, III, p. 108. Trois personnages de ce nom dans Mandouze 1982, p. 710.

145 Picard 1962, p. 83.

146 ILCV, III, p. 45. Deux évêques de ce nom en 484 dans Mandouze 1982, p. 228-229.

147 ILCV, III, p. 508. Pour le nom Criscis voir ILCV, 3758.

148 Fournet-Pilipenko 1961, s.v. Cingaris (Henchir Toungar), no 129, p. 133-134, pl. XVI.

149 Une « église double » ?, un reliquaire non violé et des tombes dont certaines recouvertes par des « mosaïques funéraires » : le dossier constitué par J. Cintas est daté du 30 juin 1976.

150 Duval 1996.

151 Duval - Cintas 1976, p. 885-888.

152 Duval - Cintas 1976, p. 887, fig. 20-21.

153 Duval 1971, I, p. 123, fig. 114-115; p. 189 et fig. 206.

154 Duval Y. 1982, I, no 141, p. 299-301, fig. 201-202 (reliquaire des saints Laurent et Hippolyte).

155 Duval Y. 1982, I, no 67, p. 144-145, fig. 98-99 (reliquaire de saint Liberalis).

156 On peut hésiter entre le carreau en pierre posé à proximité sur la fig. 45 et des carreaux de terre cuite qui ont à peu près la dimension voulue qui figurent sur une autre photographie, fig. 46.

157 Cet examen a été piloté par Madame Hours, alors directrice au Laboratoire des musées de France, qui en accord avec N. Duval, après examen au laboratoire par Madame Delbourgo, a demandé au Laboratoire de l'identité judiciaire de la préfecture de police de procéder à l'analyse.

158 Duval 2003, p. 91.

159 Les inscriptions sont numérotées à la suite de deux déjà décrites dans le chœur de l'église tardive dans la salle basilicale du septizonium. Elles sont indexées à la fin de l'article.

160 Découverte dans la basilique II: Baratte et al. 2011, no 223, p. 196. Gududza est l'équivalent phonétique de Gududia: sur le traitement de d + yod en Afrique, cf. supra pour le mot septidonium et Duval 1975, p. 498-499.

161 CIL, VIII, 9733 = ILCV, 1534.

162 Duval Y. 1982, I, n27 et 29, p. 62 et 64, cf. p. 66. Un martyr Guddenis de Carthage en 203 a fait l'objet d'un culte en Afrique (voir le sermon 294 d'Augustin) qui s'est prolongé en Occident. Il était vénéré le 27 juin: cf. Peeters - Delehaye - Coens 1931, p. 338, n. 34; Delehaye 1933, p. 378 et n. 6. Voir aussi à l'index du Mart. Hier., p. 628, Gudenis, Guddinis, Giddinus, Geddinus, Guddentis, etc.

163 Mandouze 1982, Gududus, p. 546. On sait par la Notitia de 484 que le siège est en Byzacène. L'évêché Ancusensis n'est pas identifié.

164 CIL, VIII, suppl. V, p. 59-60.

165 PLRE, 1, p. 796-799 ; PLRE, 2, p. 971-973.

166 ILCV, III, 2003.

167 Mandouze 1982, Sallustius Victorinus, p. 1022 et 1196. Il est un des clerici qui a été réintégré dans la curie de Thamugadi par Julien.

168 Mandouze 1982, Sallustius, p. 1022. C'est un évêque Sallustius Zertensis (le siège n'est pas identifié. Il s'agirait peut-être de Macomades).

169 Nous avons vainement cherché à l’époque à savoir la provenance exacte de ce panneau et les circonstances de son entrée au musée, de façon à retrouver les autres panneaux provenant du même bâtiment.

170 Cintas - Duval 1958, sur les mosaïques voir p. 181-232 et pl. XIII à XL notamment. Sur la bordure en rinceaux de fleurs du type II, voir p. 225 et pl. XXVII.

171 Duval - Cintas 1978, en particulier p. 905-907.

1 Cintas - Duval 1958. Cf. aussi Duval 1958. Les abréviations des périodiques sont celles en usage dans l'Année philologique. Les abréviations des corpus épigraphiques sont celles du Guide de l'épigraphiste.

2 Duval - Cintas 1976.

3 Duval - Cintas 1976, p. 856, n. 1 : « J. Cintas, N. Duval et J.-C. Golvin, À propos des thermes de Cincari et de leur transformation en église, à paraître dans MEFRA ». Picard 1962, p. 85 annonçait une étude plus détaillée du monument par J. Cintas et C. Poinssot.

4 Voir ma notice nécrologique dans Duval 1978.

5 Peyras 1968.

6 Peyras 1991 (thèse soutenue en 1984).

7 Peyras 1993. L’auteur annonçait alors la publication dans les MEFRA de 1993.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Extrait de l'Atlas archéologique de la Tunisie, feuille XIX, Tébourba, avec l'emplacement de Cincari
Titre Fig. 2 - Extrait de la Carte topographique de la Tunisie avec l'emplacement d'Henchir Toungar et d'Henchir Sinngaris (1950)
Titre Fig. 3 - Vue aérienne du site. Les rectangles blancs sont des serres modernes
Crédits (Google Map 2010)
Titre Fig. 4 - Plan schématique du site
Crédits (N. Lamare, d'après N. Duval et J. Cintas 1976)
Titre Fig. 5 - Restitution du groupe de cinq citernes
Crédits (N. Lamare, d'après les notes de J. Peyras)
Titre Fig. 6 - Restitution de l’inscription ILTun, 1166.
Titre Fig. 7 - Restitution de l'inscription chrétienne CIL, VIII, 25826a
Crédits (dans R. Cagnat 1882, p. 143)
Crédits (Archive photographique CIL, Inv.-Nr. PH0000345)
Titre Fig. 9 - L'inscription chrétienne CIL, VIII, 25826a
Crédits (Archive photographique CIL, Inv.-Nr. PH0008118, détail de PH0000345)
Titre Fig. 10 - Vue rapprochée vers le sud-ouest de l'édifice en cours de fouilles
Crédits (d'après G. Picard 1961, cliché J. Cintas)
Titre Fig. 11 - Vue générale vers le sud-ouest de l'édifice en cours de fouilles, avec au fond à droite les restes du gros mur signalé par différents voyageurs avant la fouille
Crédits (photomontage N. Duval d'après clichés J. Cintas)
Titre Fig. 12 - Plan et coupe longitudinale de l'édifice au 1/100e
Crédits (dessin J.-Cl. Golvin, 1976 d'après les relevés de J. Cintas, mise au net N. Lamare, 2011)
Titre Fig. 13 - L'évolution de l'édifice d'après G. Picard
Crédits (N. Lamare)
Titre Fig. 14 - Vue de l'édifice vers l'Est prise depuis l'abside 7, avec à droite vue du mur Sud derrière les absides, après les fouilles
Crédits (© CCJ – CNRS/Université de Provence)
Titre Fig. 15 - Le vestibule des thermes et la mosaïque à cercles sécants. Vue vers le nord
Crédits (cliché N. Duval, 1955)
Titre Fig. 16 - Vue de la salle basilicale après la fouille prise depuis le vestibule B vers le nord-ouest (mur nord et pilastres 18 à 22). Au sol, on voit les claveaux d'un arc abattu et en arrière l'épaisseur du mur nord
Crédits (cliché J. Cintas)
Titre Fig. 17 - Une abside du septizonium en cours de fouille
Crédits (cliché J. Cintas, 1955)
Titre Fig. 18 - L'abside 6 du septizonium
Crédits (cliché N. Lamare, 2009)
Titre Fig. 19 - Détail de l'enduit recouvrant l'intérieur de l'abside 7
Crédits (cliché N. Lamare, 2009)
Titre Fig. 20 - L'édifice en cours de fouille. Vue vers l'Est, avec le vestibule au fond
Crédits (cliché J. Cintas, 1955)
Titre Fig. 21 - Chapiteau corinthien à conque
Crédits (cliché J. Cintas, 1955)
Titre Fig. 22 - Chapiteau corinthien à foliole
Crédits (cliché J. Cintas, 1955)
Titre Fig. 23 - Statue de jeune homme à la chlamyde (Hélios ?)
Crédits (d'après G. Picard 1961, p. 86, fig. 4)
Titre Fig. 24 - Statue d'Hélios découverte à Alexandrie
Crédits (d'après Arch. Zeitung 1861, pl. 145)
Titre Fig. 25 - Tête de Saturne
Crédits (d'après G. Picard 1961, p. 86, fig. 5)
Titre Fig. 26 - Tête casquée de Mars
Crédits (d'après G. Picard 1961, p. 88, fig. 6)
Titre Fig. 27 - Cippe au buste féminin
Crédits (d'après G. Picard 1961, p. 88, fig. 7)
Titre Fig. 28 - Mosaïque géométrique à carrés emboîtés
Crédits (cliché J. Cintas, 1955)
Titre Fig. 29 - Mosaïque géométrique à octogones
Crédits (cliché J. Cintas, 1955)
Titre Fig. 30 - Mosaïque au chasseur de Cincari
Crédits (cliché J. Cintas, 1955)
Titre Fig. 31 - Mosaïque à l'ours de Cincari
Crédits (cliché J. Cintas, 1955)
Titre Fig. 32 - Fragment de mosaïque de uenatio de Tébessa
Crédits (dans A. Truillot 1932, p. 334)
Titre Fig. 33 - Mosaïque de chasse à l'ours des thermes de Thina
Crédits (dans J. Thirion 1957, fig. 3)
Titre Fig. 34 - Photo mosaïque de la chasse de la domus présumée
Légende a. Registre supérieur : le départ de la chasse ; b. Registre médian : chasse au sanglier ; c. Registre inférieur : cheval attaqué par un lion.
Crédits (Musée du Bardo, cliché Fr. Baratte, 2011)
Titre Fig. 35 - L'inscription septidonium de Cincari
Crédits (cliché J. Cintas, 1955)
Titre Fig. 36 - L'inscription de Ti. Aprarius Felix Paratus mentionnant la construction d'un septizodium à Henchir Bedd
Crédits (© CCJ – CNRS/Université de Provence)
Titre Fig. 37 - L'édifice en cours de fouille. Vue du chœur de l'église vers l'ouest
Crédits (cliché J. Cintas, 1955)
Titre Fig. 38 - Détail du chœur de l'église en cours de fouilles. Vue vers l'ouest
Crédits (cliché J. Cintas, 1955)
Titre Fig. 39 - Mosaïques du chœur
Crédits (cliché J. Cintas, 1955)
Titre Fig. 40 - Dessin de la mosaïque du chœur
Crédits (croquis J.-Cl. Golvin, 1976, mise au net N. Lamare, 2011)
Titre Fig. 41 - Mosaïque de Martinianus
Crédits (cliché J. Cintas, 1955)
Titre Fig. 42 - Mosaïque funéraire de Cresci[turus ?
Crédits (cliché J. Cintas, 1955)
Titre Fig. 43 - Sarcophage découvert à Henchir Toungar
Crédits (dans Fournet-Pilipenko 1961-1962, pl. XVI fig. 129)
Titre Fig. 44 - Plan de « l’église double »
Crédits (relevé J. Cintas, vers 1955, mise au net N. Lamare, 2011)
Titre Fig. 45 - Le chapiteau-reliquaire lors de la fouille
Crédits (cliché J. Cintas)
Titre Fig. 46 - Le chapiteau-reliquaire au moment de la découverte, avec les deux ampoules au fond du loculus et les carreaux de terre cuite autour de la fouille
Crédits (cliché J. Cintas)
Titre Fig. 47 - Le chapiteau-reliquaire
Crédits (cliché J. Cintas)
Titre Fig. 48 - Le chapiteau-reliquaire. Coupe et plan du lit de pose
Crédits (dessin d'après un croquis de J. Cintas, mise au net N. Lamare, 2011)
Titre Fig. 49 - Reliquaire des saints Laurent et Hippolyte. Couvercle du loculus. Sillègue-Beni Fouda, antique Novar
Crédits (cliché N. Duval)
Titre Fig. 50 - Reliquaire de saint Liberalis. Henchir el Abiod, région de Tébessa
Crédits (cliché N. Duval)
Titre Fig. 51a-b : Les ampoules de Cincari (clichés Laboratoire des Musées de France). - c : ampoule dans un loculus à saint Jean de Samra, Jordanie
Crédits (d'après N. Duval 2003, fig. 40c, p. 91)
Titre Fig. 52 - Mosaïques de Félix et Gududia en place
Crédits (cliché J. Cintas)
Titre Fig. 53 - Mosaïque de Gududia et Sallustius
Crédits (cliché J. Cintas)
Titre Fig. 54 - Mosaïque de Gududia et Sallustius
Légende Lettres sombres sur fond clair d'environ 10 cm de haut
Crédits (dessin J. Cintas)
Titre Fig. 55 - Mosaïque de Felix après repose sur béton
Crédits (cliché N. Duval)
Titre Fig. 56 - Mosaïque de Florentius
Crédits (cliché J. Cintas)
Titre Fig. 57 - Mosaïque de Florentius
Crédits (dessin J. Cintas)
Titre Fig. 58 - Mosaïque de Ianuaria et Fortu( ?)[nata
Crédits (cliché J. Cintas)
Titre Fig. 59 - Épitaphe non déchiffrée
Crédits (cliché J. Cintas)
Titre Fig. 60 - Fragment de mosaïque 8 avec le symbole
Crédits (cliché J. Cintas)
Titre Fig. 61 - Fragment de mosaïque 9
Crédits (cliché J. Cintas)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noël Duval et Nicolas Lamare, « Une petite ville romaine de Tunisie : le Municipium Cincaritanum », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 124-1 | 2012, mis en ligne le 19 décembre 2012, consulté le 28 août 2014. URL : http://mefra.revues.org/198

Haut de page

Auteurs

Noël Duval

Professeur émérite d'archéologie, Université Paris-Sorbonne (Paris IV) - duval-noel@orange.fr

Nicolas Lamare

Doctorant, Université Paris IV-Sorbonne, UMR 8167 Orient et Méditerranée, Centre Antiquité classique et tardive - lamare.nicolas@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org