Navigation – Plan du site
Ostia antica
Le saline

Les conductores du Campus Salinarum Romanarum

Mireille Cébeillac-Gervasoni et Cinzia Morelli

Résumés

Lors d'une fouille d'urgence sur la rive droite du Tibre, une inscription datée de 135 apr. J.-C., dédiée par deux conductores salinarum romanarum à Neptune, a permis d'apporter des précisions inédites sur la gestion des salines au IIe s. apr. J.-C., qui étaient devenues romaines après la victoire de 396 av. J.-C. sur Véies. En outre, une hypothèse qui prend appui sur le culte de Neptune sur la rive droite du Tibre permet de relier le mythe à l'Histoire et peut-être de comprendre comment le lac Albain, Rome et Véies ont pu être les acteurs de la légende de la victoire urbaine de 396 av. J.-C.

Haut de page

Notes de l’auteur

Mireille Cébeillac-Gervasoni adresse un remerciement particulier à Aurélien Blanc, épigraphiste, ex-étudiant de l'Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, pour son précieux concours pour l'ultime mise en forme du texte ; ses problèmes oculaires récents l'ont empêchée de la réaliser elle-même.

Texte intégral

  • 1 Cinzia Morelli, que je remercie très vivement pour m'avoir confié la publication et l'étude de ce t (...)

1Durant une fouille d'urgence en 2003, Cinzia Morelli, qui a présenté dans l'article précédent, les données de sa fouille, a mis au jour deux cippes de travertin de mesures identiques, déposés avec soin dans une fosse ; un seul des deux portait une inscription, encore inédite1. La partie écrite était tournée contre la surface du sol, ce qui explique sans aucun doute la très bonne conservation du texte. Ce document présente une indéniable importance sur le plan économique et cultuel, outre des informations topographiques sur les salines.

Nature et mesure de la pierre inscrite2

  • 2 L'autre cippe est anépigraphe.

2La pierre est brisée en deux à la hauteur de la neuvième ligne du texte, et compte aussi de nombreux autres petits éclats. Il s'agit d'un travertin très poreux, ce qui explique que quelques lettres aient subi des dommages, surtout aux lignes 5-7, mais sans pour autant être un obstacle à leur lecture. La position du cippe, tourné contre terre, a permis une très bonne conservation de la gravure malgré la porosité de la pierre. L'épaisseur du bloc est plus importante à sa base, particulièrement dans sa partie droite ; on note une brisure à droite, sur la face postérieure. Dimensions du cippe : 268 x 58,5 x 30/35 cm.

Fig. 1 – Deux blocs jumeaux.

Fig. 1 – Deux blocs jumeaux.

Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma - sede di Ostia.

Fig. 2 – Reconstruction du bloc avec inscriptions.

Fig. 2 – Reconstruction du bloc avec inscriptions.

Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma - sede di Ostia. Reconstruction Viviana Forte.

Fig. 3 – Revers du bloc avec inscriptions.

Fig. 3 – Revers du bloc avec inscriptions.

Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma - sede di Ostia. Reconstruction Viviana Forte.

3On remarque la présence de deux trous dans l'épaisseur de la partie inférieure (diamètre 2/2,5 cm), l'un des deux est encore doté d'une cheville recouverte de plomb d'une épaisseur de 5 cm ; évidemment la pierre, d'un poids considérable, devait être fixée en haut et en bas à l'aide de chevilles.

Fig. 4 – Fixation par tenon.

Fig. 4 – Fixation par tenon.

Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma - sede di Ostia.

Fig. 5 – Fixation par tenon.

Fig. 5 – Fixation par tenon.

Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma - sede di Ostia.

4L'inscription n'occupe que la moitié supérieure de la surface du bloc. Les lettres sont d'une certaine élégance, il n'y a pas de points de ponctuation. On voit encore les réglures qui ont guidé le lapicide aux lignes 3 et 6.
L1 : 3,5 / 3,8-9 cm.
L2 : 3,6 / 3,7 cm.
L3 : 2,9 / 3 cm.
L4 : 2,7 / 2,9 cm.
L5 : 3,2 / 3,4 cm.
L6 : 3,4 cm.
L7-8 : 3,5 cm.
L9 : 2,7 / 2,8 cm.
L10 : 2,6 cm.
L12-13 : 2,3 / 2,4.

5- Texte
Neptuno / Sacrum, / cappi (sic) salinar(um) / romanar(um), /5L(ucius) Viṛtius / Epaphroditus et / L(ucius) Coṛnẹlius / Hesper / conductores /10dẹdicatus (sic) / Pontiaṇo et / Atiliano cos(ulibus).

Fig. 6 – Inscription des conductores.

Fig. 6 – Inscription des conductores.

Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma - sede di Ostia.

  • 3 Il s'agit de L. Tutilius Lupercus Pontianus et de P. Calpurnius Atilianus (Atticus Rufus ?), tous d (...)

6- Datation
Le couple de consuls3 permet de dater ce texte de 135 de notre ère, et plus précisément après le 14 avril. Comme on le verra plus avant, il est sans doute possible de proposer une datation encore plus précise.

7- Les particularités de la langue utilisée
Dans un texte de présentation plutôt soignée, on trouve deux erreurs surprenantes de vocabulaire et de grammaire : cappi pour campi à la ligne 3, et dedicatus pour dedicatum à la ligne 10.

L'onomastique : qui sont les conductores ?

  • 4 CIL, V, 462.
  • 5 CIL, V, 1865.
  • 6 CIL, V, 8110, 8165, 8414.
  • 7 CIL, VI, 2379b, pour un laterculum praetorianorum ; CIL, VI, 29028.
  • 8 CIL, VIII, 10884 & 12853.
  • 9 CIL, XI, 1147, IV, 28 & 29.
  • 10 CIL, X, 1081.

8Les gentilices des deux personnages permettent déjà de faire quelques remarques. Virtius est un nom absent dans l'onomastique des individus d'Ostie et de Porto. De toute façon, il n'est pas commun ailleurs, avec cependant une plus grande fréquence dans la Regio X, avec des témoignages épigraphiques à Piquentum4, Iulium Carnicum5, et Aquileia6. Le gentilice Virtius est aussi connu à Rome7, à Rusicade8, dans la Tabula Veleiana9, et pour un évergète magistrat local à Nuceria Alfaterna10.

  • 11 Voir Solin 1982, p. 320-324.
  • 12 Voir Solin 1982, p. 382.

9L. Virtius Epaphroditus porte sans équivoque un cognomen qui le rattache au milieu affranchi, où il est extrêmement fréquent11 jusqu’au milieu du IIe siècle. Quant à son collègue, L. Cornelius Hesper, son gentilice est trop banal pour pouvoir en tirer la moindre indication. Les Cornelii sont certes très présents à Ostie, mais ils le sont tout autant à Rome ; en revanche, son surnom Hesper, comme le montrent les enquêtes de Solin12, n’est porté que par des esclaves ou des affranchis, avec une fréquence particulière au Ier s. de notre ère, et en se raréfiant au cours du IIe siècle. En conséquence, il est plus que probable qu’il s’agit de deux affranchis, des collègues de travail dans les salines romaines et qui, ensemble, en précisant leur qualité de conductores, ont offert une dédicace à Neptune.

Qui son les conductores du Campus Salinarum Romanarum ?

  • 13 On trouvera dans l'article de Cinzia Morelli tous les détails sur les salines romaines de la rive n (...)
  • 14 Voir Columelle, Rust., 2, 2, 15 et CIL, XIV, 4285, inscription gravée sur une petite base de marbre (...)
  • 15 Par trois fois au cours de la première moitié du IVe siècle av. J.-C. les Étrusques tentèrent, nous (...)
  • 16 Voir supra.

10Il faut replacer les deux protagonistes du texte, des affranchis, Epaphroditus et Hesper, au sein de l’organisation des salines romaines13, en 135. Notons qu’avant la découverte de cette inscription on ne connaissait que deux autres cas14 où on trouve le libellé Campus Salinarum Romanarum pour désigner les salines de la rive droite du Tibre, c’est-à-dire celles récupérées par Rome sur Véies après sa victoire15 de 396 av. J.-C. En revanche, dans les documents de la fin du Moyen Âge, cet endroit portait le nom de campus salinarius ou de campus salinus maior. Dans son article16, Cinzia Morelli a fourni tous les détails à propos de la découverte et de la position de ces pierres jumelles.

  • 17 Le même souci de précision a sûrement animé les rédacteurs de l’inscription CIL, XIV, 4285 ; il y e (...)

11On peut supposer que la précision romanarum signifie qu’ils souhaitaient souligner que leur fonction concernait les salines de la rive droite, donc celles situées sur l’ager publicus de l’Urbs, et non les salines de la colonie d’Ostie, sur la rive gauche17.

  • 18 Voir en particulier les recherches de Aubert 1994, p. 327, 333, 336, notamment à propos de la levée (...)
  • 19 On apprend par la lex horreorum (v. FIRA, III², n° 145, l. 11-12) qu’à Rome le conductor recevait u (...)
  • 20 C’est ce que pense René Cagnat, étude qui, après un siècle et demi, est encore valable et non rempl (...)
  • 21 Tite-Live, 2, 9, 6.
  • 22 Tite-Live, 29, 37, 3 : Vectigal etiam novum ex salaria annona statuerunt. Sextante sal et Romae et (...)
  • 23 Dion Cassius, 17, 57, 70.
  • 24 Voir Cagnat 1882, p. 237-244.
  • 25 Le lieu où était stocké et distribué le sel à Rome au Forum Boarium était dit salinae.

12Les études consacrées au monde économique et à ses acteurs indiquent que conductor est très souvent un terme synonyme de manceps ou même de redemptor18. Le conductor, tout comme le manceps, est un fermier, celui qui soumissionne un contrat public avec l’État19. On sait que tous les lieux de production du sel n’étaient pas sous le contrôle exclusif de Rome20, en revanche il est certain que les salines romaines de la rive droite du Tibre étaient un monopole de l'Urbs. La distribution et la vente du sel faisaient l’objet d’une locatio censoria pour la perception d’un vectigal. La tradition nous permet de connaître l’histoire de l’établissement de ce monopole de la vente de sel par l’État romain. Alors qu’il est impossible de donner crédit au récit de Tite-Live21 qui fixait à la fin du VIe s. av. J.-C. cette mesure, en 204/203 les censeurs établirent une nouvelle taxe qui regardait le sel avec un prix de vente qui différait entre Rome et les autres territoires22. L’établissement de cet impôt indirect à cette date est confirmé par Dion Cassius23. Ceci ne signifie pas que le monopole du sel n’existait pas auparavant24. On ignore cependant quels étaient les fermiers qui signaient ce contrat avec les censeurs pour cinq ans. Remarquons que le terme salinae a deux significations : lieu de production mais aussi magasin où est entreposé le sel avant sa vente25 et on doit penser que l’État affermait l’exploitation des salines (campi salinarum), ainsi que les dépôts du sel (salinae) et les taxes prélevées sur la vente.

  • 26 Voir. , 1937, 141 : Soll (sic) Inv / icto pro / salutem (sic) C. Iuli Valen / [t]ini c(uratoris) (...)
  • 27 Cette fonction très largement attestée dans l’épigraphie du monde romain (plusieurs centaines d’occ (...)
  • 28 Voir CIL, III, 1209 et 1363.

13Le sujet ne bénéficie pas d’une bonne documentation car, outre l’inscription que nous étudions, on ne possède qu’une seule attestation de conductor, anonyme, de salines en Roumanie, dans la région d’Hargita, près des salines romaines d’Homoródszentpál ; l’affranchi qui est le dédicant, C. Iulius Omucio26, se définit en tant qu’actor27 du conductor, position qu’il avait probablement conservée après son affranchissement. Je ne pense pas que le conductor mentionné dans deux inscriptions d’Apulum, en Dacie, soit un conductor de salines productrices de sel, mais plutôt un conductor qui s’intéressait au commerce au détail du sel ; en effet, le dédicataire est un chevalier qui, outre de nombreux honneurs locaux et un patronage de collèges, est mentionné en tant que conductor pascui, salinar(um) et commerciorum28 ; ce libellé tend à laisser supposer que cette énumération concerne des utilisateurs et vendeurs de sel : éleveurs et commerçants.

  • 29 Cette fonction à propos de l’affermage des droits de douane a pu être étudiée par Jérôme France. Vo (...)
  • 30 Le caractère très marécageux bien attesté de cette zone du cours inférieur du Liris (le Garigliano (...)
  • 31 CIL, I², 2698 = ILLRP, 734 : Anteus sal(inatorum) soc(iorum) s(ervus) ; CIL, I², 2691 = ILLRP, 738  (...)
  • 32 Voir France 2003, p. 202.
  • 33 Voir Waltzing 1896, p. 226-227.

14Étant donné la carence des données concernant le rôle des conductores de salines, pour comprendre la position des conductores face à l’État qui leur affermait l’exploitation des salines et la perception du vectigal, il est indispensable de se tourner vers d’autres domaines dans lesquels les conductores sont mieux documentés et donc mieux connus ; c’est le cas pour les affermages des droits de douanes dans les provinces29. Pour les portoria, les conductores, fermiers individuels, ont pris au cours du IIe siècle la place des societates. Cette évolution a commencé à partir de Trajan et s’est accélérée ensuite ; on peut supposer une mutation semblable pour les salines. Rappelons que le texte qui nous intéresse est précisément daté de 135, mais peut-on trouver des indices qui nous permettent de savoir qui, avant le IIe siècle, prenait à ferme l’exploitation des salines ou des bâtiments où l’on stockait le sel qui faisait l’objet de la perception d’une taxe ? Trois témoignages d’époque républicaine qui concernent du personnel des salines de Minturnes30, près de l’embouchure du fleuve Liris, peuvent apporter un élément de réponse. Anteus, Antiocus et Niceporus, qui faisaient partie de collèges de magistri et magistrae, au Ier siècle avant notre ère, sont dits socii salinatorum s(ervus)31. Il s’agit donc d’esclaves travaillant dans des salines qui avaient été prises à ferme par leurs maîtres, désignés en tant que socii. À la fin de la République, à Minturnes, c’étaient donc des societates qui avaient en charge la gestion des salines, du moins à cet endroit. Il est évident que les informations dont nous disposons sont trop rares et étalées dans le temps pour pouvoir en tirer une certitude quant à la précision chronologique de l’évolution de l’affermage des salines ; comme pour ses autres domaines de compétence, le conductor s'est sans doute affirmé sous l’Empire, à partir du IIe siècle pour désigner celui qui soumissionnait un contrat public, en concurrence avec le manceps. On ne peut pas affirmer que, comme pour les portoria, l’État imposa au conductor un bail plus court qui passa de cinq ans (ce qui était la règle pour les socii) à un an32, cependant, on peut le supposer et ce changement fut sans doute imposé dans un même souci de plus de contrôle et d’efficacité. Waltzing33 estime qu’il n’exista pas un collège des fermiers des salines à Ostie, et on pourrait ajouter qu’il n’y en eu probablement pas pour celles de la rive droite du Tibre.

  • 34 Voir Waltzing 1896, p. 125-126, note 37.
  • 35 Selon une notice du code théodosien, une curieuse évolution veut qu’au Bas-Empire, les conductores (...)
  • 36 CIL, VI, 1152.
  • 37 Voir De Ruggiero 1895, p. 311.
  • 38 Voir supra note 17.

15Si cette inscription est le seul et unique témoignage sur les conductores campi salinarum romanarum, en revanche on connaît un peu mieux leurs homologues : les mancipes ou conductores salinarum, qui prenaient à ferme les entrepôts de sel et les taxes afférentes dans la ville de Rome où tous les marchands devaient obligatoirement déposer le sel en y payant une redevance34. Selon Waltzing, eux non plus ne formaient pas un collège35 et quant au corpus salariorum qui offrit au divus Constantinus une dédicace36, il s’agissait plutôt d’un collège de marchands de sel ou de saumure37. En revanche, on connaît en 202 de notre ère un collège des porteurs de sacs de sel qui exerçaient leur profession à Rome près de la Porta Trigemina et sur la rive droite du Tibre au Campus Salinarum Romanarum, comme le précise l’inscription38.

  • 39 Voir supra note 28, CIL, XIV, 4285, qui concerne le collège des porteurs de sacs de sel.

16On ignore aussi totalement par manque de documentation combien a duré cet affermage de la taxe sur le sel et de l’exploitation des salines. Il est fort possible que sous Septime-Sévère, comme pourrait le laisser supposer la présence des procurateurs impériaux en tant que dédicants de l’inscription déjà mentionnée39, l’exploitation des salines romaines de la rive droite du Tibre passa sous le contrôle de l’administration impériale et ses bénéfices financiers allèrent au fiscus. On pourrait avancer l'hypothèse que pour les salines et le sel, il y ait eu la même évolution que dans d'autres domaines, avec le passage d'une gestion collective des societates à une gestion individuelle des conductores à partir du début du IIe siècle, pour parvenir assez vite - à partir des Sévères, à la mainmise de la maison impériale sur ces services économiques et sur leurs bénéfices.

Pourquoi une dédicace à Neptune offerte par les conductores salinarum romanarum ?

  • 40 Je le remercie pour sa disponibilité à répondre à toutes mes interrogations et perplexités.
  • 41 Voir Arnaldi 1997.
  • 42 Voir Dumézil 1973, en particulier p. 21-89.
  • 43 Voir Dumézil 1973, p. 40 et il signale en note que l’essentiel des questions sur Neptune se trouve (...)

17Ce document est très important dans le cadre de la connaissance de ce dieu car, comme me l’a confirmé John Scheid40, si on excepte la publication d'Adelina Arnaldi41, il y a très peu de recherches récentes sur Neptune, le dieu romain, et les travaux anciens ne sont pas non plus si nombreux. Dumézil dans Mythe et épopée42, en 1973, reste le plus utile, et il notait lui-même à propos des Neptunalia, les fêtes en honneur de cette divinité : « Notre information directe sur ce dieu et sur sa fête est en effet l’une des plus misérables de la théologie et du culte de Rome »43.

  • 44 Serv., Géorg., IV, 29.
  • 45 Mais ailleurs aussi on trouve des dédicaces à Neptune très loin de la mer, par exemple dans la régi (...)

18À cause de son assimilation avec le Poséidon grec, on a, à tort, tendance à considérer Neptune en tant que dieu de la mer, ce qui rendrait étrange une dédicace à Neptune à cet endroit, dans les terres et à une certaine distance de la côte. En fait, Neptune est avant tout le dieu des eaux comme l’écrit Servius dans son commentaire aux Géorgiques44 : Neptunus fluminibus et fontibus et aquis omnibus praeest. C’est ce qui explique que ce ne soit absolument pas surprenant de trouver cette inscription dans un tel lieu45, caractérisé jusqu’au XIXe siècle par des étangs, des zones marécageuses, la rive droite du Tibre assez proche et, comme l’a montré la fouille récente, des sources d’eaux thermo-minérales.

  • 46 Voir Gell., Nuits Att., 13, 23, 2 : Salacia Neptuni.
  • 47 Nous verrons plus loin que le lieu de la dédicace était aussi un endroit où des sources d’eaux miné (...)
  • 48 Voir Paul Diacre, p. 437 (Lindsay) : Salaciam dicebant deam aquae, quam putabant salum ciere ; Varr (...)
  • 49 Comme me le suggère aussi John Scheid, ils auraient pu vénérer Neptune en l’associant simplement à (...)

19On sait que la parèdre de Neptune était Salacia46, la déesse des eaux jaillissantes, de ces eaux qui bondissent47, mais les Anciens avaient aussi rapproché Salacia de sal48. Quoi de plus normal que des travailleurs des salines aient offert un hommage à Neptune auquel ils attribuaient aussi le sel49 ; ce serait un intérêt quasi professionnel qui les aurait amenés à honorer Neptune. Mais était-ce leur unique motivation ?

Les acquis de la fouille et les analyses de laboratoire

  • 50 Il s’agit des travaux faits sous la direction de la Dott.ssa Paola Tuccimei. Voir Tuccimei et alii (...)

20La fouille a permis à Cinzia Morelli, comme elle l’a exposé, de mettre au jour l’inscription des conductores, mais aussi, dans le même secteur, une série de sources d'eaux thermo-minérales qui sourdaient à 18°C ; le griffon de certaines d’entre elles avait été obturé dès l'Antiquité. Une des sources était encore active lors de la fouille, en même temps que se dégageaient de puissantes émanations de gaz carbonique. Les géologues du département de Sciences géologiques de l’Université La Sapienza50, avec le concours d’un laboratoire de géologie isotopique de l’Université de Berne, ont été interpellés par Cinzia Morelli ; ils ont étudié ces émanations hydrothermales, le gaz et des incrustations calcaires manifestement antiques, et ont réalisé des analyses. Leurs conclusions démontrent qu'il s'agit d'émanations gazeuses et d'eaux de sources liées au phénomène volcanique en phase finale, mais encore bien actif, du lac Albain.

Fig. 7 – Carte des émanations hydro-thermales antiques et actuelles dans l’ager portuensis.

Fig. 7 – Carte des émanations hydro-thermales antiques et actuelles dans l’ager portuensis.

Antonia Arnoldus Huyzendveld.

21Ces scientifiques connaissent très bien ces phénomènes gazeux et les surveillent dans le fond de vallée du Tibre, y compris sur la rive droite, dans un but très contemporain de protection des zones très peuplées de la campagne romaine qui sont encore soumises à d’intenses épisodes de dégagements de gaz d’anhydride carbonique, eux aussi en rapport direct avec le volcan du lac Albain. Ces sources sont présentes jusque sur le territoire de l'aéroport de Rome-Leonardo da Vinci. Fin août 2013, à Fiumicino, sur la même ligne de faille que les griffons retrouvés lors de la fouille, un phénomène naturel tout à fait identique a suscité l'intérêt et la curiosité des grands médias italiens. Au milieu d'un carrefour, à l'improviste, est né un cratère ou petit volcan (« vulcaneto di Fiumicino » pour les journalistes et le public). Les géologues interpellés ont constaté qu'il s'agit d'un phénomène hydrothermal avec émanations gazeuses qui transportent un substrat géologique argileux. Les analyses prouvent qu'on assiste à un événement d'origine volcanique relié au volcan encore actif en profondeur du lac Albain, exactement comme dans l'Antiquité.

Fig. 8 – Griffon mis au jour par la fouille.

Fig. 8 – Griffon mis au jour par la fouille.

Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma - Sede di Ostia.

L'histoire et le mythe

  • 51 Voir Giovannini 1985, p. 373-387, note 14.
  • 52 Voir Giovannini 1985, p. 373-387, repris avec la même conviction dans Descoeudres 2001 ; voir aussi (...)
  • 53 C’est-à-dire non rituellement créés et donc non qualifiés pour faire les actes du culte du Mont Alb (...)
  • 54 Voir Dumézil 1973, p. 454 s. le détail des récits des Anciens sur ce prodige, ainsi que les comment (...)
  • 55 Denys d'Halicarnasse, Antiquités Romaines, 12, fr. 11-15.
  • 56 Voir Dumézil 1973, p. 59 s. et en particulier le tableau qui résume les éléments du mythe p. 60-61.
  • 57 Voir Dumézil 1973, p. 54.
  • 58 Voir Hubeaux 1958, p. 123.

22L’endroit n’est pas anodin pour plusieurs motifs, à la fois géologiques et historico-mythologiques, car il est lié de manière intime à l’histoire de la Rome médio-républicaine. Il s’agit des territoires annexés par Rome, salines comprises51, après la prise de Véies en 396 av. J.-C. Je ne reviens pas sur l’importance du sel dans l’Antiquité, cet or blanc que certains52 désignent comme le casus belli de la guerre entre ces deux cités. À ce fait historique authentique, les Anciens ont associé un mythe qui liait à la victoire urbaine le soi-disant débordement du lac Albain, ainsi que le mécontentement de Jupiter Latiaris contre les responsables romains « mal élus »53 et donc non idoines pour la célébration des Féries latines. C’étaient ces mêmes dirigeants qui menaient la guerre contre Véies. Cette situation politique constituait, selon la tradition54, un obstacle insurmontable et empêchait les Romains de vaincre. Selon Denys d’Halicarnasse55, Jupiter n’agit pas lui-même pour manifester sa colère, il se servit d’êtres surnaturels qui auraient soulevé les eaux du lac ; Dumézil56 suppose, avec un exposé savant et argumenté, que Neptune est le dieu qui apporta son concours au dieu des dieux pour manifester sa grogne envers les Romains. Lorsque ces derniers restaurèrent, après consultation de l'oracle de Delphes et d’un haruspice, la légalité rituelle du culte à Jupiter au Mont Albain, tout s’apaisa, ils prirent Véies et avec ses territoires, les salines sur la rive droite du Tibre. L’invraisemblance du mythe et de la fable du lac qui déborde est certes patente car on sait que l’émissaire du lac était artificiel et creusé par la main de l’homme, sans doute des ingénieurs étrusques. En revanche, on peut rappeler l’incompréhension de tous les historiens qui de nos jours se sont penchés sur l’aspect irrationnel de la tradition du point de vue géographique ; ainsi Dumézil, qui partageait cet étonnement57, rappelait les propos de Hubeaux58 : « La première question qui se pose est de savoir comment on a jamais pu établir un lien d’interdépendance entre trois endroits situés comme ils le sont l’un par rapport à l’autre, Véies, Rome et le lac Albain : le lac se trouve au sud et Véies au nord de Rome ».

  • 59 Voir Dumézil 1973, p. 54-55.

23Les données de la fouille peuvent-elles apporter quelques indices pour expliciter les invraisemblances de la légende ? Un fil conducteur entre Rome, Véies et le lac Albain ne serait-il pas là ? On peut se demander si les résultats, à bien des égards surprenants, de la fouille réalisée par Cinzia Morelli dans ce lieu si symbolique, n’apportent pas un élément de réponse à cette énigme. Une hypothèse, certes audacieuse, permet d'établir un lien entre des lieux aussi éloignés les uns des autres. Comme l'ont prouvé les analyses, les territoires récupérés par Rome sur la rive droite du Tibre étaient, dès l'Antiquité, le théâtre de phénomènes naturels gazeux et de sources thermo-minérales, outre des émanations olfactives puissantes. Ces manifestations devaient être incompréhensibles et assez spectaculaires pour susciter des fantasmes. Sur la réponse de l'oracle et de l'haruspice étrusque, concordant pour mettre en cause la colère de Jupiter, se greffa la situation insolite que Rome trouva sur ces territoires nouvellement conquis, et les contemporains recherchèrent dès le IVe siècle av. J.-C. des explications, y compris à caractère fabuleux. L’étrangeté de ces phénomènes géophysiques troublants découverts par les Romains contrastaient avec l’environnement pacifique de la campagne romaine de la vallée du Tibre ; en revanche, ils étaient proches des caractéristiques visuelles mais surtout olfactives, quasi identiques, de la région du lac Albain qui leur étaient familières. Les manifestations insolites de la nature purent alors être associées à la puissance du dieu le plus en symbiose avec ces phénomènes naturels et avec l’eau, c’est-à-dire Neptune. La puissance du maître des eaux, associé à sa parèdre Salacia, qui patronnait les salines avec lui, pourrait avoir été invoquée pour faire de cette divinité l’auxiliaire complice de Jupiter Latiaris, offensé lors du mauvais déroulement des Féries Latines. La guerre contre les Étrusques fut longue et très difficile et les Romains, comme le souligne Dumézil59, « partagent avec la plupart des peuples de tous les temps l’habitude de donner, dans leur histoire officielle, tous les torts à leurs ennemis malheureux [...] Parfois ce ne sont pas les Romains mais quelque divinité, même étrangère, qui est censée avoir eu de légitimes griefs ». Dumézil n’ose conclure que l’enjeu était entre Rome et ses dieux mais il suppose que la vulgate des derniers jours de Véies a été constituée vers le milieu du IVe siècle av. J.-C., étroitement associée au récit du lac Albain.

Le culte de Neptune dans les territoires au nord du Tibre

  • 60 Ces vestiges datent du II/IIIe siècle. Il est possible que ces bâtiments aient aussi servi pour log (...)
  • 61 Je remercie Stéphane Bourdin de m'avoir signalé l'importance du culte de Neptune en Étrurie.
  • 62 Voir Serv., Aen., VIII, 285 et Arnaldi 1997, p. 85.
  • 63 On peut souligner que M. Ruch a proposé comme événement à l’origine la fête des Neptunalia, la fin (...)

24On peut aussi se demander pourquoi les deux conductores des salines romaines vénéraient Neptune à cet endroit. La proximité des salines, c’est-à-dire de leur lieu de travail, doit-elle être le seul motif à invoquer pour expliciter la dédicace ? Il est peut-être possible, avec beaucoup de prudence, d’aller un peu plus loin si on tient compte du lieu et du contexte de la mise au jour de cette inscription. Je rappelle qu’elle a été trouvée dans le territoire au nord du Tibre, donc sur la rive droite, près des salines du Stagno Maccarese – disparu avec les bonifications des Torlonia au XIXe siècle – et déposée à l'envers dans un des édifices identifiés comme des magasins où probablement on stockait le sel avant son départ pour Rome60. Il est certain que Neptune était bien à sa place dans ce lieu tout à la fois marécageux et fluvial, traversé par des phénomènes gazeux, et on pourrait imaginer que, dès la conquête, il y eut à cet endroit l’instauration d’un culte à Neptune, dont le souvenir se serait perpétué dans les siècles suivants. De surcroît, il est notoire que le culte de Neptune était fréquent dans les cités étrusques61, en particulier à Véies et Faléries comme le soulignait Servius62. Il est tentant de supposer une permanence de ce culte sous une forme ou une autre dans ces territoires récupérés par Rome sur Véies. Les Romains, en honorant Neptune en ces lieux, auraient assuré la continuité de son culte. Par ailleurs, la fête des Neptunalia étant célébrée le 23 juillet63, il n’est pas impossible que les conductores aient fait à cette date leur dédicace à la divinité. C’est une hypothèse très aléatoire car, comme me l’écrit dans un message privé John Scheid, « il est bien possible qu’il y ait eu quelque part un temple à Neptune aussi ancien, d’autant plus qu’il s’agit là de phénomènes manifestant la force de Neptune… Mais évidemment il est difficile de construire un monument à partir de faits mythiques avec des pierres de 135 de notre ère ! ».

Le « revival » de certaines traditions au IIe siècle de notre ère

  • 64 Cette partie du texte doit beaucoup aux commentaires de Laurent Lamoine, que nous remercions viveme (...)
  • 65 Voir Scheid 2006, p. 75-86.
  • 66 Voir Rouveret 1991, p.3051-3099.
  • 67 Voir CIL, XIV, 2216 et commentaires de Boatwright 1989, p. 235-271.
  • 68 Étant donné le destin récent de ce territoire qui a subi un grand remaniement à la suite des bonifi (...)

25Cette dédicace de 135 s'inscrit dans un climat de reviviscence de traditions anciennes64. Les lieux de mémoire de l’Italie antique, qui sont souvent des sanctuaires, ont été investis par le pouvoir impérial dès Auguste65. À l’époque, cela permettait d’illustrer le soutien de la tota Italia à la paix augustéenne ; plus d'un siècle plus tard, sous les Antonins, le pouvoir impérial retrouve le chemin de cet investissement pour rassurer une Italie qui reste encore un fondement idéologique pour le régime, mais qui pourrait craindre le phénomène de provincialisation à une époque où les provinciaux eux-mêmes atteignent le sommet de l’État. Cet investissement a été accompagné par les écrivains qui ont mis en relief l’histoire ancienne de l’Empire et le lien entre Rome et l’Italie66. Il ne fait pas de doute que l’empereur Hadrien, au moment où il s’apprêtait à partir pour son premier grand voyage dans l’Empire en Occident, entre 122 et 126, a fait un effort particulier pour montrer son attachement à la terre italienne en multipliant les restaurations. Ainsi, il fit restaurer le sanctuaire de Diane, à Nemi (Aricie), en rappelant d’ailleurs la précédente intervention augustéenne67. Il n’est pas difficile d’imaginer que cette politique a gagné les esprits, même les plus modestes, surtout au voisinage de l’Urbs. S'il existait localement une vénération ancienne à Neptune, l’hommage des conductores y trouverait une justification supplémentaire, mais il est certain qu’à moins qu’on ne retrouve un jour des vestiges d’un tel lieu de culte68, il ne s’agit que d’une hypothèse.

Conclusions

26Le contexte archéologique dans lequel ce texte a été mis au jour a apporté des informations tout à fait inédites sur la connaissance et la gestion des salines de la rive droite du Tibre, le Campus Salinarum Romanarum. Ce témoignage prouve qu'en 135 l'exploitation des salines de la rive droite du Tibre était confiée par affermage à des individus, des conductores, et non à des socii. Il est cependant probable qu'auparavant, comme pour les portoria, des societates avaient cette mission.

27Cette inscription dédiée à Neptune par deux conductores de ces salines romaines en 135 de notre ère représente peut-être, si on accepte notre hypothèse basée sur une interprétation des données de la fouille et de la présence de Neptune, un indice important pour éclairer l’énigme que représente la légende qui relie Rome et la prise de Véies au lac Albain.

Haut de page

Bibliographie

Arnaldi 1997 = A. Arnaldi, Ricerche storico-epigrafiche sul culto di Neptunus nell'Italia romana, Rome, 1997.

Aubert 1994 = J.-J. Aubert, Business Managers in ancient Rome : a social and economic study of institores 200 B.C.- A.D. 250, Leiden, 1994.

Aubert 2003 = J.-J. Aubert (éd.), Tâches publiques et entreprise privée dans le monde romain, Genève, 2003.

Boatwright 1989 = M. T. Boatwright, Hadrian and Italian Cities, dans Chiron, 19, 1989, p. 235-271.

Cinafriglia – De Cristofaro 2012 = L. Cinafriglia, A. De Cristofaro, I crepundia dalla tomba 37 della necropoli di Castel Malnome : usi funerari e rituali magici, dans Contesti Magici / Contextos Magicos, Atti del Convegno internazionale 4-6 novembre 2009, Rome, 2012, p. 253-265.

Cagnat 1882 = R. Cagnat, Étude historique des impôts indirects chez les Romains jusqu’aux invasions barbares, Paris, 1882.

Carusi 2008 = C. Carusi, Il sale nel mondo greco (VI a.C.-III d.C.) : luoghi di produzione, circolazione commerciale, regimi di sfruttamento nel contesto del Mediterraneo antico, Bari, 2008.

D'Ercole 2002 = M. C. D’Ercole, Importuosa Italiae litora : paysages et échanges dans l’Adriatique méridionale archaïque, Naples, 2002.

Degrassi 1952 = A. Degrassi, I Fasti consolari dell’impero romano dal 50 avanti Cristo al 613 dopo Cristo, Rome, 1952.

Descoeudres 2001 = J.-P. Descoeudres (dir.), Ostia - port de la Rome antique, Genève, 2001.

De Ruggiero 1895= E. De Ruggiero, Dizionario epigrafico di Antichita romane, I, Roma, 1895.

Dumézil 1973 = G. Dumézil, Mythe et épopée, III. Histoires romaines, Paris, 1973.

France 2003 = J. France, La ferme des douanes dans les provinces occidentales de l’Empire romain, dans Aubert 2003, p. 193-213.

Giovannini 1985 = A. Giovannini, Le sel et la fortune de Rome, dans Ath., 63, 1985, p. 373-387.

Hubeaux 1958 = J. Hubeaux, Rome et Véies, recherches sur la chronologie légendaire du Moyen Âge romain, Paris, 1958 (Bibliothèque de la Faculté de philologie et lettres de l’Université de Liège, 145).

Huelsen 1888 = Huelsen H., dans NSc, 1888.

Morelli – Olcese 2004 = C. Morelli, G. Olcese, Scoperte recenti nelle saline portuensi (Campus Salinarum Romanarum), e un progetto di ricerca sulla ceremica ostiense in età repubblicana, dans A. Gallina Zevi, R Turchetti (éd.), Méditerranée occidentale antique : les échanges, Atti del III seminario ANSER, Soveria Mannelli, 2004.

Rouveret 1991 = A. Rouveret, Tacite et les monuments, dans ANRW, II, 33, 4, Berlin-New York, 1991, p. 3051-3099.

Ruch 1967 = M. Ruch, La capture du devin, Tite-Live, V, 15, dans REL, 44, 1967, p. 333-350.

Scheid 2006 = J. Scheid, Rome et les grands lieux de culte d'Italie, dans Pouvoir et religion dans le monde romain [Hommage à Jean-Pierre Martin], Paris, 2006, p. 75-86.

Solin 1982 = H. Solin, Die griechischen Personennamen in Rom, ein Namenbuch, Berlin-New York, 1982.

Tuccimei et alii 2007 = P. Tuccimei, M. Soligo, A. Arnoldus-Huyzendveld, C. Morelli, A. Carbonara, M. Tedeschi, G. Giordano, Datazione U/Th di depositi carbonatici intercalati ai resti della via Portuense antica (Ponte Galeria, Roma) : attribuzione storico-archeologica della strada e documentazione cronologica dell'attività idrotermale del fondovalle tiberino, dans FOLD&R FastiOnLine Documents & Research, 2007, 97, p. 1-9.

Waltzing 1896 = J.-P. Waltzing, Étude historique sur les corporations professionnelles chez les Romains depuis les origines jusqu’à la chute de l’Empire d’Occident, 3 vol. , Louvain, 1895-1896-1899, vol. II.

Haut de page

Notes

1 Cinzia Morelli, que je remercie très vivement pour m'avoir confié la publication et l'étude de ce texte exceptionnel, avait signalé l'existence de ce texte sans en donner le contenu ; c'est cette inscription qui lui a permis de définir l'usage du bâtiment dans lequel les deux pierres ont été trouvées. Voir Morelli – Olcese 2004, p. 43-55.

2 L'autre cippe est anépigraphe.

3 Il s'agit de L. Tutilius Lupercus Pontianus et de P. Calpurnius Atilianus (Atticus Rufus ?), tous deux en fonction le 14 avril 135. Voir Degrassi 1952, p. 39

4 CIL, V, 462.

5 CIL, V, 1865.

6 CIL, V, 8110, 8165, 8414.

7 CIL, VI, 2379b, pour un laterculum praetorianorum ; CIL, VI, 29028.

8 CIL, VIII, 10884 & 12853.

9 CIL, XI, 1147, IV, 28 & 29.

10 CIL, X, 1081.

11 Voir Solin 1982, p. 320-324.

12 Voir Solin 1982, p. 382.

13 On trouvera dans l'article de Cinzia Morelli tous les détails sur les salines romaines de la rive nord du Tibre.

14 Voir Columelle, Rust., 2, 2, 15 et CIL, XIV, 4285, inscription gravée sur une petite base de marbre datée de la fin du IIe siècle de notre ère et trouvée dans le stagno portuensi loco dicto campo saline (voir Huelsen 1888, p. 229) : à gauche : Dedicanbus / Sallustio Saturnino / et Orfiti procc. / Augg. nn. ; à droite : Pro salute Impp. Severi et Antonini / Augg. et getae nobilissimi Caes. et Iuliae Aug. / m. Augg. et castr. Genio sacariorum, salarior. / totius urbis camp. sal. rom. Restitutianus Corne-/lianus de XVI ab aer.et ark. sal. romanarum / ingenua filia donum dedit.

15 Par trois fois au cours de la première moitié du IVe siècle av. J.-C. les Étrusques tentèrent, nous dit Tite-Live (en 390 : 5, 45, 8 ; en 356 : 7, 17, 6 ; en 353 : 7, 19, 8), de reprendre ces salines.

16 Voir supra.

17 Le même souci de précision a sûrement animé les rédacteurs de l’inscription CIL, XIV, 4285 ; il y est question du collège des saccarii salariorum totius urbis ‹et› campi salinarum romanarum dans laquelle étaient bien distinguées leurs différentes activités : portage de sacs de sel dans toute l’Urbs et une tâche de portage mais dans les salines de la rive droite du Tibre sans doute pour porter les sacs de sel de la zone de récolte aux magasins puis des magasins vers les moyens de transport qui acheminaient les sacs de sel vers Rome.

18 Voir en particulier les recherches de Aubert 1994, p. 327, 333, 336, notamment à propos de la levée des impôts. Voir Aussi Aubert, 2003.

19 On apprend par la lex horreorum (v. FIRA, III², n° 145, l. 11-12) qu’à Rome le conductor recevait un chirographum, une attestation pour la location du dépôt.

20 C’est ce que pense René Cagnat, étude qui, après un siècle et demi, est encore valable et non remplacée. Voir Cagnat 1882, p. 237-244.

21 Tite-Live, 2, 9, 6.

22 Tite-Live, 29, 37, 3 : Vectigal etiam novum ex salaria annona statuerunt. Sextante sal et Romae et per totam Italiam erat ; Romae pretio eodem, pluris in foris et conciliabulis et alio alibi pretio praebendum locaverunt.

23 Dion Cassius, 17, 57, 70.

24 Voir Cagnat 1882, p. 237-244.

25 Le lieu où était stocké et distribué le sel à Rome au Forum Boarium était dit salinae.

26 Voir. , 1937, 141 : Soll (sic) Inv / icto pro / salutem (sic) C. Iuli Valen / [t]ini c(uratoris) salinar(um) / C. Iulius Omucio / [l]ibertus actor posuit.

27 Cette fonction très largement attestée dans l’épigraphie du monde romain (plusieurs centaines d’occurrences) était essentiellement remplie par des esclaves qui pouvaient conserver leur rôle après affranchissement, comme c’est semble-t-il le cas ici. L’actor, quel que soit le contexte dans lequel il travaillait, avait une évidente compétence en particulier dans le domaine juridique.

28 Voir CIL, III, 1209 et 1363.

29 Cette fonction à propos de l’affermage des droits de douane a pu être étudiée par Jérôme France. Voir France 2003, p. 193-213.

30 Le caractère très marécageux bien attesté de cette zone du cours inférieur du Liris (le Garigliano actuel) permet de supposer qu’il y existait des salines. Voir Carusi 2008, p. 138-139 ; cet ouvrage principalement consacré au monde grec fait aussi de larges excursus dans le monde romain et en particulier à Rome et sur la côte tyrrhénienne.

31 CIL, I², 2698 = ILLRP, 734 : Anteus sal(inatorum) soc(iorum) s(ervus) ; CIL, I², 2691 = ILLRP, 738 : Antioc(us) sal(inatorum) soc(iorum) s(ervus) sal(inatorum) soc(iorum) s(ervus) ; CIL, I², 2703 = ILLRP, 743 : Niceporus sal(inatorum) soc(iorum) s(ervus). 

32 Voir France 2003, p. 202.

33 Voir Waltzing 1896, p. 226-227.

34 Voir Waltzing 1896, p. 125-126, note 37.

35 Selon une notice du code théodosien, une curieuse évolution veut qu’au Bas-Empire, les conductores de magasins à sel de Rome furent connus comme « chauffeurs de bains », d’où leur double nom de conductores ou mancipes thermarum et de mancipes ou conductores salinarum. L’État leur accorda pour compenser les dépenses occasionnées par le chauffage des bains des thermes, de conserver pour eux les redevances perçues lors de l’exploitation des salinae, c’est-à-dire des magasins où tout le sel devait être obligatoirement déposé avant sa vente (v. C. Th., 11, 20, l.3 et Waltzing 1896, p. 426).

36 CIL, VI, 1152.

37 Voir De Ruggiero 1895, p. 311.

38 Voir supra note 17.

39 Voir supra note 28, CIL, XIV, 4285, qui concerne le collège des porteurs de sacs de sel.

40 Je le remercie pour sa disponibilité à répondre à toutes mes interrogations et perplexités.

41 Voir Arnaldi 1997.

42 Voir Dumézil 1973, en particulier p. 21-89.

43 Voir Dumézil 1973, p. 40 et il signale en note que l’essentiel des questions sur Neptune se trouve dans l’article de la RE, XVI (1933), col. 2514-2523 (St. Weinstock).

44 Serv., Géorg., IV, 29.

45 Mais ailleurs aussi on trouve des dédicaces à Neptune très loin de la mer, par exemple dans la région des lacs des Alpes ou à l’intérieur des terres en Afrique du Nord.

46 Voir Gell., Nuits Att., 13, 23, 2 : Salacia Neptuni.

47 Nous verrons plus loin que le lieu de la dédicace était aussi un endroit où des sources d’eaux minérales jaillissaient.

48 Voir Paul Diacre, p. 437 (Lindsay) : Salaciam dicebant deam aquae, quam putabant salum ciere ; Varron, L.L., 5,72 : Salacia Neptuni ab salo ; aussi Serv., Aen., X, 76.

49 Comme me le suggère aussi John Scheid, ils auraient pu vénérer Neptune en l’associant simplement à l’eau, par exemple si ces conductores empruntaient le fleuve pour le transport du sel.

50 Il s’agit des travaux faits sous la direction de la Dott.ssa Paola Tuccimei. Voir Tuccimei et alii 2007.

51 Voir Giovannini 1985, p. 373-387, note 14.

52 Voir Giovannini 1985, p. 373-387, repris avec la même conviction dans Descoeudres 2001 ; voir aussi D'Ercole 2002, p. 316-317.

53 C’est-à-dire non rituellement créés et donc non qualifiés pour faire les actes du culte du Mont Albain lors des Féries Latines, en honneur de Jupiter Latiaris.

54 Voir Dumézil 1973, p. 454 s. le détail des récits des Anciens sur ce prodige, ainsi que les commentaires de l’auteur. Voir également Arnaldi 1997, p. 5.

55 Denys d'Halicarnasse, Antiquités Romaines, 12, fr. 11-15.

56 Voir Dumézil 1973, p. 59 s. et en particulier le tableau qui résume les éléments du mythe p. 60-61.

57 Voir Dumézil 1973, p. 54.

58 Voir Hubeaux 1958, p. 123.

59 Voir Dumézil 1973, p. 54-55.

60 Ces vestiges datent du II/IIIe siècle. Il est possible que ces bâtiments aient aussi servi pour loger l'abondante main-d'œuvre servile qui travaillait dans les salines. La nécropole de Castel Malnome pourrait correspondre à ces populations modestes. Voir Cinafriglia – De Cristofaro 2012.

61 Je remercie Stéphane Bourdin de m'avoir signalé l'importance du culte de Neptune en Étrurie.

62 Voir Serv., Aen., VIII, 285 et Arnaldi 1997, p. 85.

63 On peut souligner que M. Ruch a proposé comme événement à l’origine la fête des Neptunalia, la fin de la guerre contre Véies et la victoire de Rome, qui étaient liées au mythe du débordement du lac Albain et la naissance éphémère de la rivière qui en découla. Voir Ruch 1967, p. 333-350.

64 Cette partie du texte doit beaucoup aux commentaires de Laurent Lamoine, que nous remercions vivement pour sa lecture toujours attentive de nos travaux.

65 Voir Scheid 2006, p. 75-86.

66 Voir Rouveret 1991, p.3051-3099.

67 Voir CIL, XIV, 2216 et commentaires de Boatwright 1989, p. 235-271.

68 Étant donné le destin récent de ce territoire qui a subi un grand remaniement à la suite des bonifications opérées par les Torlonia au XIXe siècle, il est peut-être vain d’espérer y trouver beaucoup de réponses concrètes à nos interrogations.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Deux blocs jumeaux.
Crédits Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma - sede di Ostia.
Titre Fig. 2 – Reconstruction du bloc avec inscriptions.
Crédits Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma - sede di Ostia. Reconstruction Viviana Forte.
Titre Fig. 3 – Revers du bloc avec inscriptions.
Crédits Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma - sede di Ostia. Reconstruction Viviana Forte.
Titre Fig. 4 – Fixation par tenon.
Crédits Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma - sede di Ostia.
Titre Fig. 5 – Fixation par tenon.
Crédits Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma - sede di Ostia.
Titre Fig. 6 – Inscription des conductores.
Crédits Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma - sede di Ostia.
Titre Fig. 7 – Carte des émanations hydro-thermales antiques et actuelles dans l’ager portuensis.
Crédits Antonia Arnoldus Huyzendveld.
Titre Fig. 8 – Griffon mis au jour par la fouille.
Crédits Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma - Sede di Ostia.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mireille Cébeillac-Gervasoni et Cinzia Morelli, « Les conductores du Campus Salinarum Romanarum  », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 126-1 | 2014, mis en ligne le 02 juillet 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://mefra.revues.org/2075 ; DOI : 10.4000/mefra.2075

Haut de page

Auteurs

Mireille Cébeillac-Gervasoni

CNRS, UMR 8210 Anthropologie et histoire des mondes anciens (ANHIMA) – aprat-aventino[at]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Cinzia Morelli

Soprintendenza speciale per i beni archeologici di Roma - sede di Ostia, cinzia.morelli[at]beniculturali.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org