Navigation – Plan du site
Varia

Vie religieuse au VIe siècle av. J.-C. et topographie urbaine

Encore à propos du temple de Diane sur l’Aventin
Joëlle Prim

Résumés

S’appuyant sur les récents travaux d’I. Malkin, l’auteur soutient qu'au moment de sa fondation, le sanctuaire de Diane sur l’Aventin assuma aussi bien la fonction d’asile que celle de sanctuaire fédéral rival d’Aricie. Dès l'origine, ces deux fonctions de protection et de médiation impliquaient deux niveaux d’identité concomitants de la Diana Aventinensis : un horizon grec / maritime et un horizon latin / terrestre. À la lumière de ces éléments, l’auteur revient également sur la question de la localisation du temple de Diane. Les récentes données obtenues par la recherche archéologique et l’étude des fragments 21 et 22 de la FUM sont confrontées aux informations topographiques tirées d’une nouvelle analyse des sources littéraires. Ces éléments, de même que les données sur les fonctions originelles du temple dégagées au fil de cette enquête, conduisent l'auteur à privilégier une localisation du sanctuaire de Diane dans la partie septentrionale de l'Aventin.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous tenons à remercier Mme la Professeur Claudia Moatti et M. le Professeur Filippo Coarelli pour les éclairages et conseils avisés qu’ils ont aimablement apportés à ce travail. Les réflexions présentées ici doivent également beaucoup aux communications de M. le Professeur Irad Malkin et M. le Professeur François de Polignac, présentées dans le cadre du séminaire « Religion et Institutions en Grèce ancienne » (EPHE, Sciences Religieuses). Les développements et conclusions proposées ici sont toutefois les nôtres et nous en assumons pleinement la responsabilité.

Texte intégral

  • 1 Merlin 1906.

1Parmi les nombreux espaces urbains qui composent la Ville de Rome, la colline de l’Aventin a accueilli quelques-uns des plus importants sanctuaires de la période archaïque. Le temple de Diane est probablement celui qui a suscité le plus grand nombre de travaux et de discussions de la part des chercheurs modernes. L’étude de cet édifice religieux occupait déjà une place importante dans la monographie qu’Alfred Merlin consacra, il y a plus d’un siècle, à l’histoire de l’Aventin1. Cette enquête fait encore aujourd’hui l’objet de discussions intenses. Celles-ci portent essentiellement sur deux points :

21) Les fonctions originelles du temple de Diane. La tradition lui attribue deux fonctions principales, au moment de sa fondation : la fonction fédérale, tout d’abord, qui soulève le problème des rapports avec la Diane de Nemi ; ensuite la fonction d’asile, qui soulève la question de l’existence de cette forme de protection à Rome, dès l’époque archaïque. L’attribution concomitante de ces deux fonctions distinctes, dès la fondation du temple, est également débattue.

32) La localisation du temple, étroitement liée à la question de ses fonctions originelles. À l’heure actuelle, les partisans d’une localisation du temple dans la partie nord-ouest de la colline, en articulation étroite avec l’emporium archaïque, s’opposent à ceux qui, sans abandonner le lien que l'édifice entretenait avec le premier port fluvial de Rome, proposent de le situer plus au sud, à plus grande distance de l’espace inauguré de l’Vrbs.

  • 2 Voir la bibliographie du présent article pour les principaux travaux menés au cours de ces quatre d (...)
  • 3 Ces réflexions s’appuient sur notre travail de recherche doctorale (Prim 2012). Notamment la troisi (...)

4De très nombreuses publications parues sur ces deux questions ont permis de mieux saisir la nature des fonctions politiques et religieuses du sanctuaire2. Le présent article propose de reprendre les principales réflexions élaborées à partir de cette imposante bibliographie et de formuler de nouvelles hypothèses sur le sujet, en intégrant les éléments d’une réflexion plus globale sur la topographie religieuse et les spécificités urbaines de l’Aventin, sur lequel fut établie Diana Aventinensis3.

La question des fonctions originelles du temple de Diane

  • 4 Comme l’a noté Gras 1987, p. 54, dans le déroulement du récit de Denys d’Halicarnasse (IV, 26, 5), (...)
  • 5 Merlin 1906, p. 203.

5Selon la tradition, le roi Servius Tullius aurait érigé un sanctuaire consacré à Diane sur la plus méridionale des collines romaines, vers la fin de son règne4. Comme l’avait noté A. Merlin5, le prestige du sanctuaire fut tel que la dénomination collis Dianae fut employée pour désigner l’Aventin (Mart., XII, 18, 3 ; VII, 73, 4 ; Stat., S., II, 3, 20-21 ; Hor., saec., LXIX), tandis que la déesse recevait l’épithète Aventina (Prop., IV, 8. 29) ou Aventinensis (Fest., p. 164 L ; Mart., VI, 64, 1 ; Val.-Max., VII, 3, 1). Un tel prestige s’expliquerait par l’ancienneté de l’édifice, mais également par les fonctions essentielles qu’il revêtit au moment de sa construction. En effet, la plupart des sources attribue une fonction fédérale au temple édifié par Servius Tullius, faisant ainsi de Rome un centre politique et religieux prépondérant dans le Latium dès le VIe s. av. J.-C. (Liv., I, 45, 2-3 ; DH, IV, 26, 3-5 ; Vir. Ill., VII, 9-13 ; DC, I, p. 24 Boiss. ; Zon., VIII, 9, 11).

Rome et la confédération latine, au VIe s. av. J.-C.

6D’emblée s’est posée la question de la vraisemblance chronologique et de la portée politique d’une telle fonction, en particulier si l’on considère le rôle primordial joué par un autre temple voué à Diane auprès de la ligue latine à cette même période : le temple de Diane situé dans le bois de Nemi, près d’Aricie.

  • 6 Sur la bibliographie et le détail des arguments soutenus par chacune des tendances opposées, voir P (...)

7Partant du principe d’une filiation nécessaire entre les deux sanctuaires, les chercheurs modernes se sont d’abord interrogés sur les rapports chronologiques entre les deux temples. Certains ont affirmé l’antériorité du culte fédéral de Nemi, lequel n’aurait pu être transféré à Rome que lorsque la cité eut fermement établi son hégémonie sur la ligue latine. La tradition aurait donc anticipé une situation politique qui ne s’affirma qu’à une période ultérieure. D’autres chercheurs ont soutenu, à l’inverse, que le culte de Diane, dont de très anciennes implantations sont bien attestées à Rome, aurait très bien pu se développer dans la Ville dès le règne de Servius Tullius. Ce n’est qu’ultérieurement que les règles du culte fédéral de l’Aventin auraient été transférées à Nemi6.

  • 7 Ibid, p. 425-471.
  • 8 Ampolo 1970, p. 200-210.

8Par la suite, F. H. Pairault7 a judicieusement déplacé les termes du débat, en démontrant qu’il n’y avait pas de dérivation absolue d’un culte par rapport à l’autre et que chacun possédait ses propres spécificités cultuelles. Ainsi, la Diane de l’Aventin, hellénisée dès le règne de Servius Tullius si l’on en croit la tradition, s’oppose à Diana Nemorensis, divinité avant tout latine, qui connut une hellénisation et des évolutions cultuelles qui lui furent propres. L’argument fut confirmé par les travaux de C. Ampolo8, parus peu après. Ce dernier démontra que si les deux cultes revêtirent une forme hellénisée, le culte de Diane présenta dès l’origine un caractère phocéen, tandis que la Diane de Nemi s’hellénisa plus tard, sous l’influence de Cumes, au Ve s. av. J.-C. Ces démonstrations ont ainsi permis de relativiser les rapports de dépendance entre les deux cultes et d’échapper au schéma d’une nécessaire succession chronologique des deux sanctuaires, dans lequel s’était jusqu’alors enfermée la recherche.

  • 9 Sur la cohérence de cette politique à l’égard des Latins, voir les remarques de Pairault 1969, p. 4 (...)
  • 10 Briquel 2000, p. 127 et p. 147-149. Selon ce dernier, l’antériorité du culte fédéral d’Aricie ne fa (...)

9Sur cette base, il était plus facile d’admettre la tradition selon laquelle Servius Tullius établit un sanctuaire fédéral sur le territoire de Rome, à une période où la cité était pourtant loin d’imposer totalement son autorité à la confédération latine. En effet, certaines formes de la tradition mentionnent différentes réalisations engagées dès le règne de Tarquin l’Ancien qui, selon certains chercheurs, trahissent une volonté politique délibérée d’imposer l’hégémonie de Rome aux cités de la ligue latine9. Ce serait dans la continuité de cette action politique que s’inscrivit l’initiative du roi Servius Tullius. Il établit un temple en mesure de rivaliser avec les sanctuaires fédéraux privilégiés par la confédération latine, en particulier celui de la Diane de Nemi. Ainsi, de la même façon que le temple de Jupiter Capitolin, voulu par Tarquin l’Ancien, devait imposer Rome comme nouveau centre religieux du Latium où serait désormais honoré Jupiter, en lieu et place de l’antique cité d’Albe, le sanctuaire de Diane sur l’Aventin devait supplanter le culte de Nemi, dont la fonction fédérale serait antérieure10.

  • 11 En ce sens, déjà, Pairault 1969, p. 439-445, pour qui le rôle fédéral de la déesse ne s’explique pa (...)

10D’autres chercheurs ont cependant proposé que le sanctuaire d’Aricie ne revêtît pas d’emblée une telle fonction. Ce ne fut qu’au moment où les peuples latins entrèrent en guerre contre Rome, autour de 509-508 av. J.-C., et se trouvèrent ainsi dans l’impossibilité de célébrer le culte de Diane à Rome, qu’ils favorisèrent le développement d’un culte fédéral autour de la Diane de Némi11.

11Quoi qu’il en soit, il apparaît que Rome s’engagea très tôt dans une action politique visant à imposer progressivement sa suprématie au nomen Latinum. L’œuvre de Servius Tullius constitua une étape importante dans ce processus qui s’affirma tout particulièrement à l’extrême fin de la période royale, sous le règne de Tarquin le Superbe. Une telle lecture des rapports politiques avec le Latium permet de mieux comprendre le sursaut d’hostilité des Latins envers Rome, qui marqua les débuts de la République : le nouveau régime bouleversait les équilibres régionaux et mettait en péril le bon déroulement des rassemblements fédéraux, placés depuis peu sous l’égide des derniers Tarquins. Qu’il s’agît d’une caractéristique nouvelle ou de la réactivation d’un culte antérieur, le culte fédéral de Diane à Aricie joua alors un rôle de premier plan auprès de la ligue latine, car il lui permit d’assurer la continuité d’un culte essentiel à sa survie.

L’asylie, une institution connue à Rome dès l’époque archaïque ?

12On cerne donc plus clairement la place singulière que le temple de Diane, érigé sur l’Aventin, joua dans la vie politique et religieuse de Rome et du Latium, dès le VIe s. av. J.-C. Mais la question prend un nouveau degré de complexité si l’on tient compte d’une autre fonction qui lui fut attribuée dès l’origine : la fonction d’asile.

13On peut déduire l’attribution de cette fonction des récits de Denys d’Halicarnasse et de Tite-Live sur la fondation du sanctuaire. Denys d’Halicarnasse (IV, 26, 3) précise que Servius Tullius envisagea de faire construire et entretenir à frais communs par les cités latines, un temple inviolable (ἱερόν ἄσυλον). Selon l’historien (IV, 25, 3-6), un tel projet trouvait sa source dans l’œuvre d’Amphictyon, que Servius Tullius admirait tout particulièrement. Ce roi légendaire, fils d’Hellène, avait en effet décidé de rassembler toutes les cités grecques au sein d’assemblées régies par des lois communes, qui furent nommées d’après leur fondateur, les Amphictionies. L’objectif était d’unir ces cités afin de les renforcer contre de potentielles menaces ennemies. Le projet d’Amphictyon fut suivi par de nombreux autres peuples grecs, notamment les Doriens, qui érigèrent le temple d’Apollon à Triopium, et les Ioniens qui bâtirent le temple d’Artémis à Éphèse. Ces populations se rassemblaient autour de sanctuaires construits à frais communs, afin de célébrer des cérémonies religieuses visant à maintenir et renforcer leurs liens politiques. C’est sur le modèle de ces institutions que Servius Tullius projeta l’élaboration d’un sanctuaire commun aux cités latines, selon Denys d’Halicarnasse. La localisation du temple sur le territoire de Rome se justifiait par le rôle prépondérant joué par la cité dans l’organisation de ce groupement fédéral (IV, 26, 2).

  • 12 Cette spécificité fonctionnelle de l’Artémision d’Éphèse a été notamment étudiée par Van Berchem 19 (...)
  • 13 Sur cette forme d’asylie ancienne et ses développements, voir Dreher 1996, p. 80-89 et Gauthier 197 (...)

14Reprenant le principe d’une initiative empruntée au monde grec, Tite-Live est encore plus précis sur l’institution religieuse qui servit d’exemple au projet servien. Selon l’historien padouan (I, 45, 2-3), le sanctuaire de Diane fut construit directement d’après le modèle du temple d’Artémis à Éphèse. Cependant, les deux auteurs insistent surtout sur le caractère fédéral du sanctuaire éphésien imité par Rome. Ils n’évoquent pas de manière explicite sa fonction de refuge. Celle-ci est pourtant bien attestée par d’autres sources anciennes12. Ainsi, Hérodote (I, 26) rapporte comment, au milieu du VIe s. av. J.-C., les Éphésiens relièrent par une corde l’enceinte de la ville au sanctuaire d’Artémis, situé à l’extérieur de l’agglomération, afin d’en obtenir la protection contre les armées lydiennes du roi Crésus. Il s’agit là d’une ancienne forme d’asylie attribuée à un sanctuaire, procédant du droit sacré, qui aurait caractérisé le culte d’Éphèse depuis ses plus lointaines origines (Pind. d’ap. Pausanias, VII, 2, 7-8)13. Le sanctuaire d’Artémis aurait conservé cette fonction par la suite, sous des formes différentes, jusqu’à l’époque d’Auguste (Str., XIV, 1, 23).

15Par le recoupement de ces différents éléments, on peut donc admettre le lien entre la fonction d’asile attribuée au sanctuaire de l’Aventin, et celle du sanctuaire artémisien d’Éphèse qui lui servit de modèle. Reste dès lors à déterminer si l’existence de cette institution peut être envisagée à Rome dans le contexte de la période archaïque, comme le suggère la tradition.

  • 14 Rigsby 1996, p. 575-577.
  • 15 Malheureusement l’auteur ne précise pas les références de sa source.

16La question ne va pas sans soulever toute une série de difficultés, si on l’aborde d’un point de vue strictement terminologique. Denys d’Halicarnasse (IV, 26, 3) désigne ainsi le sanctuaire de Diane fondé par Servius Tullius comme un ἱερόν ἄσυλον. Or, selon J. K. Rigsby14, l’usage du qualificatif grec ἄσυλος pour désigner un sanctuaire, considéré comme inviolable et pouvant éventuellement servir de refuge, serait un néologisme pour les Romains. Il ne fut couramment employé que dans l’Égypte Ptolémaïque, où on le trouve utilisé pour la première fois à propos du Sérapéum, en 160 av. J.-C.15 Le chercheur considère que son usage ne peut donc être antérieur à l’impact du vocabulaire et de la culture grecs sur la civilisation romaine.

  • 16 Dreher 1996, p. 80-81 et p. 87. Le chercheur allemand remarque en effet que dans la langue grecque, (...)

17Quant au terme latin, asylum, il n’apparaît pas avant le milieu du Ie s. av. J.-C. dans la littérature romaine, et ne peut être considéré comme la stricte translittération d’un terme grec. Désignant un lieu dont la sacralité s’explique parce qu’il permet, sur la base d’une reconnaissance officielle, l’accueil de personnes pourchassées, il ne trouve pas de forme substantivée d’acception équivalente dans la langue grecque16. Il renvoie donc à une pratique du monde grec, envisagée dans une perspective spécifiquement romaine. Les premières attestations se trouvent chez Cicéron, justement à propos du sanctuaire de l’Artémis d’Éphèse (Verr., I, 85), mais également chez Varron à propos de l’asile de Cérès sur l’Aventin (Varr. d’ap. Non., XLIV, 1). Dans les deux cas, le terme asylum est associé au verbe confugere, dont l’usage dans la langue latine est nettement antérieur.

  • 17 Ibid, p. 83-89. Selon le chercheur, l’Hikésie apparaîtrait déjà chez le poète Alcée, vers 600 av. J (...)

18Le terme confugere apparaît en effet dès le IIIe s. av. J.-C., et renvoie au principe d’inviolabilité des sanctuaires, qui permet aux suppliants de se placer sous la protection de la divinité qui occupe les lieux. On le trouve notamment dans les comédies plautiniennes pour désigner l’action de se réfugier auprès d’un autel (mos., 1135 ; rud., 455 et 1048). Il renvoie ainsi à une forme d’asylie de sanctuaire très ancienne, relevant du droit sacré, qui s’apparente clairement à l’Hikésie grecque dont la pratique remonte sans doute au VIe s. av. J.-C.17

  • 18 Freyburger 1992, p. 139-151 et plus récemment Id., 2003, p. 161-175.
  • 19 Colini 1942, p. 47.

19Cette forme de protection fut vraisemblablement reconnue et pratiquée assez tôt, à Rome même, comme on peut le déduire de certaines spécificités du culte capitolin de Véiovis, identifiées par G. Freyburger18. Cherchant à démontrer le lien structurel, mais également cultuel entre l’asile de Romulus et le sanctuaire de Véiovis, le chercheur souligne le rôle de cette divinité dans la protection des suppliants. G. Freyburger part notamment d’un passage de Calpurnius Pison (d’ap. Serv., En., II, 761 = 4 Peter1 et 2), qui donne au dieu Véiovis le nom de Lucoris. Le chercheur remarque qu’il s’agit de la translittération latine de Λυχωρεύς, qualificatif d’Apollon. Cette assimilation Véiovis / Apollon, également suggérée par Aulu Gelle (V, 12. 12), a été confirmée au début des années 1940, par la découverte de la statue de culte de Véiovis sous des traits apolliniens19. Or, G. Freyburger remarque qu’il existait, selon Hérodote (I, 159), un lien étroit entre Apollon et les suppliants. En effet, le sort de ces derniers était spécifiquement placé sous l’égide de cette divinité.

  • 20 Sur l’application de la sacratio aux individus ne respectant pas les suppliants réfugiés auprès de (...)

20Par ailleurs, G. Freyburger attire l’attention sur la racine commune de Iuppiter et Ve(d)-iovis. Quant au préfixe –ve, le chercheur suit la théorie de C. Guiraud qui considère que le –ve marque l’écart par rapport à la référence. Ici la référence, Jupiter, est ouranienne, tandis que Vé–iovis est infernal. Cet aspect infernal, redoutable, viendrait probablement du fait que des humains, en l’occurrence ceux qui ne respectaient pas le droit d’asile, pouvaient être voués à Véiovis par le biais de la sacratio20. Or l’apparence redoutable et le naturel vengeur du dieu capitolin rappellent le Zeus protecteur des suppliants (Hikésios) dans le monde grec.

  • 21 Sur cette datation, voir Albertoni 1999, p. 100.
  • 22 Coarelli 1994, p. 35.
  • 23 Les principales informations concernant les spécificités et le fonctionnement de l’asile romuléen s (...)

21Les caractéristiques de ce culte suggèrent donc, à Rome même, l’existence et l’efficacité d’une pratique de droit sacré de type grec, visant la protection des personnes menacées, bien avant l’apparition du terme latin asylum qui, du reste, relève d’un contexte d’emploi spécifique. Mais dans quelle mesure cette pratique a-t-elle pu véritablement s'inscrire dans le contexte de la Rome archaïque ? Bien que les sources fassent remonter le culte de Véiovis à l’époque royale (Varr., L, V, 74), une telle assertion reste difficile à confirmer. La fondation du temple n’est attestée qu’au IIe s. av. J.-C. (Liv., XXXV, 41.8), période à laquelle appartient également la statue apollinienne de Véiovis découverte par A. M. Colini21, et l’antériorité du culte reste hypothétique22. Quant à l’existence effective d’un asylum romuléen, également suggérée par les sources (Liv., I, 8. 5 ; Str., V, 3. 2 ; DH, II, 15. 4 ; Plut., Rom., IX, 3 ; Ov., F., III, 429-448), elle semble évidemment problématique. On ne peut faire abstraction des constructions idéologiques élaborées autour de cet aspect de la geste romuléenne à l’époque d’Auguste. Les historiens de cette période ont manifestement procédé à une actualisation de cet épisode du passé mythique de Rome, en intégrant à la tradition des éléments qui reflètent clairement des enjeux politiques propres au contexte de mise en place du principat23. Pour autant, cela n’induit pas l’absence complète de fonds archaïque contenu dans cette tradition. L’asile de Romulus, malgré son caractère légendaire, pourrait très bien renvoyer à une institution juridico-religieuse ancienne. Le cas de Diana aventinensis tend à confirmer que ce type d’institution a pu trouver une existence légitime, sous une forme particulière, dès l’époque royale.

  • 24 Van Berchem 1960, p. 21-24.
  • 25 Ibid p. 30-33, à propos de la Diane aventine, p. 26-29, à propos de Naucratis et p. 24-26, à propos (...)
  • 26 Depuis les travaux de D. Van Berchem, ces questions ont été évidemment précisées. Sur les modalités (...)

22C'est ce que suggérait déjà D. Van Berchem24. Selon lui, le sanctuaire de Diane abritait un asile de type « emporique », développé au VIe s. av. J.-C. à l’instar des asyla d’Éphèse et de Naucratis25. Ce type d’asile visait à offrir une protection aux populations étrangères de passage dans les zones portuaires de ces cités26.

  • 27 Sur la distinction de nature entre l’asylie de sanctuaire et l’asylie personnelle, et ses évolution (...)
  • 28 Dreher 1996, p. 83-84.

23Rappelons que dans le monde grec archaïque, il existait deux modalités pour les individus se déplaçant hors du territoire de leur ville ou de leur communauté, et de ce fait privés de protection juridique, de se protéger du droit de συλᾶν, le sens premier du verbe étant « arracher par la force » ou « confisquer, saisir ». Le premier procédé consistait à se réfugier dans un sanctuaire, afin de se placer sous la protection directe du dieu associé à ce lieu ; le second à obtenir des cités dans lesquelles un individu se déplaçait, un décret d’asylie personnelle qui interdisait toutes violences à son égard27. L’asylie du sanctuaire de Diane, sur l’Aventin, s’inscrit manifestement dans le cadre du premier mode de protection. La pratique consistant à se réfugier auprès d’un sanctuaire relève, nous l’avons dit, de l’ancienne Hikésie. Les suppliants qui trouvaient refuge auprès de l’autel d’une divinité, ou bien dans son temple, étaient appelés ἱκέται et ne pouvaient faire l’objet de représailles car ils étaient, par ce procédé, liés à un sanctuaire considéré comme inviolable. Ce principe de l’inviolabilité des sanctuaires, très ancien, est bien antérieur à l’usage du qualificatif ἄσυλον, et expliquerait que dès le Ve s. av. J.-C., le terme négatif συλᾶν pouvait aussi bien être rapporté aux suppliants qu’aux sanctuaires qui les abritaient28. Le temple de Diane pouvait tout à fait relever de cette configuration très ancienne. Il aurait constitué un sanctuaire d’asile pour les étrangers impliqués dans les activités commerciales de l’emporium archaïque, qui se pratiquaient non loin de son site.

  • 29 Sur le rôle du port fluvial dans le développement économique et culturel de Rome au temps des rois (...)
  • 30 L’Aventin dominait en effet les salinae, lieu-dit qui devait certainement son nom à la présence de (...)

24Ajoutons que Rome avait sans doute intérêt à surveiller les activités de son port fluvial, point névralgique des entrées et des échanges dans la Ville29. Dominant le Tibre depuis les hauteurs de l’Aventin, le temple de Diane était le premier édifice public que les voyageurs rencontraient lorsqu’ils remontaient le fleuve, depuis le Sud. Le sanctuaire se trouvait également sur le tracé du principal système de voiries employé pour le commerce du sel en provenance des cités côtières latines, proches des marais pontins30. Ainsi, le temple de Diane offrait un lieu de refuge, mais il permettait également de contrôler l’arrivée des marchands qui abordaient la Ville par voies de terre ou par les voies fluviales du Tibre.

  • 31 Notamment parce qu’aux yeux des Romains, en offrant refuge à certains criminels, l’asile pouvait êt (...)
  • 32 Voir depuis les travaux de Sordi 1994 et 1995, les articles publiés entre 2000 et 2007 dans le cadr (...)

25Le contexte politique et économique du VIe s. av. J.-C. autorise donc à admettre l’apparition d’une institution juridico-religieuse de ce type à Rome, dès l’époque archaïque. Sans doute cette institution a fait l’objet d’une réinterprétation ultérieure, intégrant les évolutions de l’asylie grecque qui embarrassaient tant les Romains du Ier s. av. J.-C.31 Mais cela ne suffit pas à mettre en doute son apparition à Rome, dès le VIe s. av. J.-C. De nombreuses études récentes ont confirmé l’ouverture des sociétés méditerranéennes archaïques et l’importante mobilité des populations qui les composaient32. Dans une telle perspective, on imagine difficilement que la recherche d’une forme de protection au-delà des limites de la cité d’origine ait été une pratique totalement étrangère au monde italique en général, et romain en particulier, avant la conquête de l’Orient méditerranéen. Ainsi, l’attribution d’une telle fonction au temple de Diane, dès sa fondation, semble tout à fait vraisemblable. Reste dès lors à déterminer si le sanctuaire reçut cette caractéristique fonctionnelle en même temps que celle de sanctuaire fédéral, ainsi que le suggèrent les sources.

Le rôle problématique du modèle éphésien dans la définition du temple de Diana Aventinensis comme sanctuaire fédéral

26Comme nous l’avons rappelé plus haut, les sources indiquent que la fonction fédérale du sanctuaire de Diane s’inspirait de l’un des attributs du temple d’Artémis à Éphèse. Sur les recommandations de Servius Tullius, le temple de l’Aventin fut construit à frais communs par les cités latines, comme le fut l’Artémision des Ioniens (DH., IV, 25, 4 et 6 ; IV, 26, 1-3 ; Liv., I, 45, 2). Or, le rôle du modèle éphésien dans l’attribution d’une telle fonction a été discuté. Afin de mieux saisir les termes du débat, il est nécessaire de revenir sur les modalités par lesquelles le culte d'Éphèse se diffusa jusqu’à Rome.

  • 33 Van Berchem 1960, p. 21-24.
  • 34 Colonna 1962, p. 57-60.
  • 35 Ampolo 1970, p. 200-210.

27Peu après les travaux de D. Van Berchem33, G. Colonna34 puis C. Ampolo35se sont attachés à préciser le rôle des Phocéens dans l’implantation du culte de Diane sur l’Aventin. Ce dernier a insisté plus particulièrement sur la médiation des Massaliotes, ainsi que le suggère Strabon (IV, 1, 5). Selon le géographe grec, c’est en effet le ξόανον de l’Artémis de Marseille qui servit de modèle à celui du temple de Diane sur l’Aventin. Or, ce ξόανον massaliote s’inspirerait lui-même de celui du sanctuaire d'Éphèse, dont les ἀφίδρυματα furent apportés par les migrants phocéens qui fondèrent Massalia (Str., IV, 1, 4).

  • 36 Gras 1987, p. 47-61.
  • 37 Ibid, p. 54-56.
  • 38 Brunel 1953, p. 21-33.

28Une vingtaine d’années plus tard, M. Gras36 a repris et développé la thèse de l’influence phocéenne dans la diffusion du culte d'Artémis en Méditerranée occidentale, notamment à Rome. Il s’est intéressé en particulier à la nature du lien existant entre les principaux sanctuaires artémisiens de Méditerranée occidentale et le sanctuaire d’Éphèse. Revenant sur la signification problématique du terme ἀφίδρυματα employé par Strabon, M. Gras37 a suggéré qu’il désignait les images conservées dans les sanctuaires. Ces images n’étaient pas celles d’une statue de culte ou d’une figure divine, que Strabon désigne par le terme ξόανον, mais plutôt des reproductions d’édifices cultuels spécifiquement destinées aux prêtres. Elles jouaient donc un rôle particulier dans le cas d’un transfert de culte, en permettant la reconstruction du sanctuaire. M. Gras a ainsi proposé une définition du terme ἀφίδρυματα assez proche de celle qu’avait formulée J. Brunel38. Une telle définition implique une filiation directe entre les sanctuaires artémisiens massaliotes et l’Artémision d’Éphèse. Ces fondations, au nombre desquelles il faut compter le temple de l’Aventin, seraient donc des sortes de « succursales » de l’Artémis éphésienne.

  • 39 Gras 1987, p. 51-54.
  • 40 Notamment à Pyrgi, Gravisca et Adria où certains sanctuaires étaient destinés à l’accueil et à la p (...)
  • 41 Gras 1987, p. 57-60.

29Sur la base de ce constat, M. Gras39 a rejeté l’attribution d’une fonction fédérale au sanctuaire de l’Aventin dès sa fondation, contrairement à ce qu’affirment les sources (DH., IV, 25. 4 et 6 ; IV, 26, 1-3 ; Liv., I, 45, 2). Il a relevé à juste titre que, si le temple de l’Aventin doit effectivement être envisagé comme une succursale de l’Artémision d’Éphèse, invoquer ce modèle pour justifier l’attribution d’une fonction fédérale au sanctuaire romain est tout à fait anachronique. En effet, le sanctuaire commun des Ioniens à l’époque archaïque n’était pas le temple d’Artémis à Éphèse mais le Panionion, dédié à Poséidon Hélikonios, situé sur la côte nord du cap Mycale. Certaines sources grecques (notamment DS, XV, 49) permettent en outre de préciser que ce ne fut que plus tard que la ligue ionienne se réunit au temple d’Artémis à Éphèse, lorsque celui de cap Mycale devint inaccessible. Ainsi, selon M. Gras, si Servius Tullius utilisa, au VIe s. av. J.-C., le modèle éphésien pour la Diane Aventine, ce ne put être que dans une perspective ionienne d’asile et non de culte fédéral. Le contexte de l’époque aurait justifié la prééminence d’une telle fonction. On se trouve alors juste après la prise de Phocée par les Perses en 545, et la présence de migrants phocéens en Méditerranée occidentale semble attestée en Corse à Alalia et Volterra (Serv., Én., X, 172) mais également dans la plupart des villes d’Étrurie méridionale40. Dans ces cités, l’insertion des Phocéens est alors fructueuse mais difficile, comme l’atteste la bataille d’Alalia ou la lapidation de Phocéens à Cerveteri. Selon M. Gras41, la création sur l’Aventin d’un ἱερόν ἄσυλον comprenant un asile destiné à protéger ces populations serait donc une réponse à ces événements, à l’instar des expiations cérétaines effectuées au moyen de sacrifices et de jeux (Hdt., I, 167).

30Mais si le contexte des populations phocéennes alors présentes en Méditerranée occidentale justifie que le temple de Diane fut conçu comme un sanctuaire d’asile au moment de sa fondation, doit-on pour autant rejeter l’attribution concomitante d’une fonction fédérale à ce même sanctuaire ? Si une telle fonction ne trouve pas sa source dans le modèle éphésien, ne peut-on chercher ailleurs le motif de cette attribution ? Pour cela, il paraît nécessaire d’envisager différemment la nature des réseaux de temples construits sur le modèle de l’Artémis d’Éphèse dans l’Occident méditerranéen, notamment dans le Golfe du Lion et à Rome.

  • 42 Ibid, p. 54-57.

31Comme nous l’avons dit, selon M. Gras42, les ἀφίδρυματα de l’Artémis d’Éphèse, que les Phocéens emportèrent avec eux pour fonder l'Artémision de Marseille, prennent le sens de « succursales » chez Strabon (IV, 1, 4). De même, le culte de Diane sur l’Aventin, établi à Rome grâce à la médiation des Massaliotes, aurait été une « filiale » du sanctuaire d’Éphèse. La statue de culte serait inspirée du ξόανον de Marseille, « métropole » phocéenne en Occident (Str., IV, 1. 4), tandis que l’architecture de l’édifice trouverait directement son modèle dans l’Artémision archaïque d’Éphèse, alors en cours de construction.

  • 43 Malkin 2011, p. 182-204.
  • 44 La notion d’arborescence est empruntée à Deleuze et Guattari 1980, p. 30-31. Elle vient de la maniè (...)

32I. Malkin43 s’est récemment opposé à cette vision des sanctuaires artémisiens établis en Méditerranée occidentale. Le principe de succursale implique en effet un lien de dépendance entre le temple « mère » et le sanctuaire dans lequel est reproduit son culte. Ce nouvel établissement est en quelque sorte le prolongement du sanctuaire référent, même s’il dispose d’une certaine autonomie de fonctionnement. Or, selon I. Malkin, dans l’ensemble de la Méditerranée, la diffusion du culte artémisien s’inscrit plutôt dans une logique de « réseau » et s’oppose ainsi à une diffusion de type « arborescente »44. Les sanctuaires massaliotes ne seraient pas simplement des reproductions de l’Artémision d’Éphèse. Leur essaimage serait plutôt l’expression d’un réseau pan-méditerranéen qui lie différents niveaux de l’identité grecque : la πόλις (avec des villes telles que Phocée, Marseille, etc.), l’identité régionale (en relation avec les populations indigènes), le sous-ethnique ionien et enfin le niveau de l’identité grecque en général.

33I. Malkin a en effet observé que les sanctuaires voués à cette déesse, construits par les Massaliotes (Str., IV, 1, 4), étaient généralement établis en hauteur, sur des promontoires bien visibles depuis la mer (ainsi, le sanctuaire d’Artémision/Dianum, près d’Héméroskopeion, sur la côte sud-est de l’Ibérie – Str., III, 4, 6). Cette disposition offrait une unité visuelle qui paraît de façon évidente, si l’on considère l’ensemble des cités disposant d’un temple consacré à la déesse dans le Golfe du Lion, depuis Nikaia (actuelle Nice) jusqu’Artémision/Dianum (actuelle Dénia).

  • 45 Braudel 19909, p. 121-199.

34F. Braudel avait déjà noté que les ports méditerranéens impliquaient des interrelations45. Ils ne constituaient pas de simples entités unicellulaires mais favorisaient du lien et de la connectivité. Selon I. Malkin, lorsque ces interrelations sont exprimées formellement par l’adoption d’une même divinité, que l’on rend délibérément visible en l’établissant sur un promontoire, tournée vers la mer, il est dès lors possible de parler d’un réseau conscient de lui-même. Ainsi, le chapelet de cités disposant d’un Artémision, qui s’étendait le long de la façade maritime, effaçait la division géographique formée par la montagne et créait une unité par la mer, faisant de l’Artémis éphésienne une déesse des grands espaces maritimes.

  • 46 Sur la notion de middle ground, telle que l’auteur la définit pour la Méditerranée archaïque, voir (...)

35Pour autant, ces espaces associés à la déesse avaient aussi une emprise plus strictement locale. Selon I. Malkin, les cités au sein desquelles étaient érigés les sanctuaires d'Artémis pouvaient fonctionner comme des middle grounds, des espaces intermédiaires favorisant le développement d’une « troisième culture » entre colons et indigènes, avec ses spécificités propres46. Chaque sanctuaire pouvait ainsi développer des particularités cultuelles et culturelles, étroitement liées aux problématiques spécifiques à son espace d’implantation.

  • 47 Nous reprenons et développons ici, selon une perspective quelque peu différente, une hypothèse form (...)

36Bien évidemment, le contexte du temple de Diana Aventinensis, est encore différent. Le sanctuaire ne constituait pas le point d’orgue édilitaire d’une fondation coloniale pan-ionienne, mais il fut réalisé sur le territoire d’une cité de fondation latine, avec l’assentiment des autorités dominantes, en vue de permettre la protection d’une catégorie de population spécifique. Pour autant, la singularité de ce contexte incite tout autant à juger pertinente l’existence d’un niveau d’identité plus local rattaché au sanctuaire, à l’instar des sanctuaires artémisiens des colonies pan-ioniennes. Le temple de Diane, étroitement lié à la mémoire phocéenne, intégra effectivement le réseau pan-ionien structuré autour de ces sanctuaires, mais il joua sans doute aussi, dès l'origine, un rôle essentiel en dehors de ce réseau, ainsi que le suggèrent les sources47.

  • 48 En ce sens, voir Momigliano 1962, p. 387-392 suivi par Pairault 1969, p. 428.
  • 49 Voir Dumézil 2000 (1966), p. 410-413. Plus spécialement sur la maternité comme attribution originel (...)

37D’une manière générale, Diane apparaît comme une divinité essentiellement latine, et nous avons vu que certains chercheurs ont soutenu l’établissement de sanctuaires voués à la déesse sur le territoire de Rome, bien avant la fondation du temple de l’Aventin48. Dès l’origine, cette divinité était vraisemblablement liée à la procréation des enfants, mais elle était également apte à conférer la souveraineté49. Selon G. Dumézil, ces deux fonctions n’étaient pas contradictoires mais complémentaires. Diane assurait ainsi la continuité de la royauté par le renouvèlement des générations, et donc des dynasties.

  • 50 Sur cette fonction très ancienne de Bona Dea, dont on trouverait les traces dans le culte de l’Aven (...)
  • 51 Sur la procréation et l’ensemble des fonctions liées à la continuitas de la cité et de la communaut (...)
  • 52 Le caractère « trivalent » de Junon, déesse de la fécondité mais aussi de la souveraineté et de la (...)

38Cette association procréation / souveraineté participe de l’originalité du culte de la déesse sur l’Aventin. D’autres divinités établies sur la colline étaient également liées à la procréation. Ce fut certainement le cas du culte très ancien de Bona Dea50, mais aussi des cultes plus récents de Vénus Obsequens, Minerve ou Iuventas51. Toutefois, ces divinités n’intégraient pas la dimension de souveraineté que l’on identifie à propos de Diane. Seul le culte de Junon Reine eut la particularité de présider également à ces deux fonctions52, mais son implantation sur l’Aventin advint au IVe s. av. J.-C., bien après celui de Diane.

  • 53 Dumézil 2000 (1966), p. 413.
  • 54 L’épisode apparait sur un type monétaire daté du Ier s. av. J.-C. (RRC, 372/1). Il fut diffusé quel (...)
  • 55 Pairault 1969, p. 432.
  • 56 Que la souveraineté fut conférée par la déesse elle-même, comme le suggère Dumézil 2000 (1966), p.  (...)

39Cette spécificité du culte de la Diana Aventinensis pourrait donc justifier le rôle prééminent du sanctuaire dans le patronage des relations entre Rome et les cités de la confédération latine, et plus largement avec les peuples italiques environnants, dès le VIe s. av. J.-C. Ce rôle, lié au principe de transmission de la souveraineté, est illustré par l’épisode bien connu de la vache sabine, dont le récit s’inscrit justement dans le contexte des prétentions hégémoniques de Rome sur les cités voisines53. Selon Tite-Live (I, 45, 3-7), une génisse d’une taille et d’une beauté remarquables naquit chez un Sabin. Les devins annoncèrent que l’État dont un citoyen immolerait l’animal, obtiendrait la suprématie. Espérant ainsi récupérer une telle hégémonie au profit de son peuple, le propriétaire de l’animal se rendit auprès du temple de l’Aventin, afin de le sacrifier à Diane54. Informé de cette prophétie, le prêtre du temple, antistes romani, ou bien le roi Servius Tullius lui-même, selon une autre forme de la tradition (Plut., QR, IV = 264 C.7-D.12 – CUF), envoya l’homme se purifier dans le Tibre et profita de son absence pour immoler l’animal, préservant ainsi la souveraineté de Rome. F.-H. Pairault a relevé les éléments étrusques contenus dans le récit livien55. Ils confirment que la question de la souveraineté et son lien avec le temple de Diana Aventinensis s’inscrivent dans le contexte des rivalités entre la royauté étrusque et ses voisins immédiats pour la domination de la région au VIe s. av. J.-C.56

  • 57 Sur ce point, voir aussi Ando 2009, p. 101-102.

40Le caractère fédéral du sanctuaire de Diane sur l’Aventin aurait donc été, au moins dans un premier temps, l’expression de préoccupations plus strictement régionales, associées à cet édifice. C’est sans doute parce que l’Artémis d’Éphèse revêtait également la fonction de sanctuaire fédéral en leur temps, que les historiens du Ier s. av. J.-C. rattachèrent ultérieurement l’origine de cet attribut au modèle éphésien57.

  • 58 Sur la dimension « terrestre » et latine de Diane, voir en dernier lieu Zevi 1995, p. 125 et s.

41En définitive, il apparaît que les deux fonctions d'asile et de sanctuaire fédéral, attribuées au sanctuaire de Diane au moment de sa fondation, renvoient à deux aspects, deux horizons bien identifiés dans le culte de l’Aventin. Un horizon maritime et pan-ionien, et un horizon terrestre et régional58. Une double fonctionnalité qui ne peut être envisagée si l’on considère le culte de l’Aventin comme une stricte « succursale » de l’Artémis d’Éphèse. Il faut noter par ailleurs que l’attribution de ces deux types de fonction, a priori très distincts, est tout à fait cohérente. En effet, dans ces deux niveaux de fonctionnalité, le temple de Diane apparaît comme un lieu de médiation avec les populations non-Romaines, aussi bien sur le plan politique et juridico-religieux, que sur le plan économique. Le sanctuaire constituait un lieu d’accueil et d’échanges, de protection et de contrôle, tant pour les populations latines et italiennes, que pour les populations grecques. Ces deux fonctions confirment le rayonnement politique, économique, et culturel de la « grande Rome des Tarquins », qui intégra aussi bien des problématiques locales que méditerranéennes.

Localiser le sanctuaire de Diana Aventinensis

42La question des fonctions du temple de Diane éclaircie, on peut dès lors aborder la question connexe de l’ancrage topographique précis du sanctuaire de Diane.

L’Aventin, espace des marges

  • 59 Pour le recensement de ces vestiges, voir Säflund 1932, p. 243-246. Ce dernier a cependant refusé q (...)
  • 60 Voir notamment l’étude de Quoniam 1947, p. 41-64, qui distingue deux phases d’emploi pour cet appar (...)
  • 61 Seul un passage de Festus (p. 17 L) met en doute la situation extrapomériale de la colline. Le gram (...)
  • 62 Sur l’organisation du territoire de Rome au regard du droit augural, voir Magdelain 1990a, p. 155-1 (...)

43Le site sur lequel fut établi ce sanctuaire n’était pas anodin. Il fut implanté sur l’Aventin, la plus méridionale des collines romaines, qui occupait une place singulière dans l’espace urbain de Rome. Cette singularité lui venait avant tout de sa situation stratégique et juridico-religieuse. On admet largement aujourd’hui que les structures en blocs de cappellacio, encore visibles aujourd’hui en certains endroits de la Ville, appartenaient au système défensif que la tradition attribuait au roi Servius Tullius (Liv., I, 44, 3 ; DH, IV, 14, 1 ; Str., V, 3, 7)59. Aussi, l’Aventin eut la particularité d’être à la fois compris dans la muraille servienne, comme l’atteste la découverte de blocs de cappellaccio dans la zone de S. Sabina60, mais également situé hors de l’espace auspicialement privilégié de l’Vrbs. La situation extrapomériale de l’Aventin jusqu’au Ier s. ap. J.-C., ne fait aucun doute. Les sources sont formellement unanimes sur ce point (Gell., XIII, 14, 4-5 ; 14, 7 ; Sen., Brev., XIII, 8)61. Du point de vue du droit augural, l’Aventin était donc soumis au régime de l’ager Romanus62.

  • 63 À condition d’admettre que le calcul de cette zone se fit depuis les limites pomériales, comme le s (...)
  • 64 Ibid, p. 105-108 sur la zone des mille pas comme limite de certaines réglementations urbaines, d’ap (...)
  • 65 Colonna 1991, p. 209-232.

44Il est par ailleurs très vraisemblable que la colline ait été concernée par les contraintes juridiques appliquées à la zone des mille pas63. On sait que ce périmètre réglementait un certain nombre d’aspects usuels de la vie urbaine, mais qu'il marquait également la limite territoriale des pouvoirs de certains magistrats pendant la période républicaine64. Pour la période qui nous intéresse, cette zone, vraisemblablement délimitée par un certain nombre de sanctuaires très anciens, aurait été principalement dévolue à des usages militaires et religieux, liés plus particulièrement à des cultes chtoniens et pérégrins65. Elle aurait ainsi revêtu une fonction assez semblable à celle des προάστειοι des cités grecques.

  • 66 Cette hypothèse faisait autorité chez de nombreux savants de la fin du XIXe siècle, tels B. G. Nieb (...)

45On s’est beaucoup interrogé sur les motifs permettant d’expliquer le statut juridique singulier de l’Aventin. Pour ce qui intéresse l’objet de notre enquête, on retiendra surtout que la présence du temple de Diane sur la colline a été parfois considérée comme l’une des causes possibles de sa situation extrapomériale, au motif qu’un sanctuaire fédéral ne pouvait être placé sur le territoire romain66. Aussi, lorsque Servius Tullius élargit le pomerium (Liv., I, 44, 3-4 ; DH, IV, 13, 1-3), il maintint délibérément l’Aventin hors de cette limite.

  • 67 Contra Alföldy 1965, p. 98. Le chercheur a justifié le caractère « extraterritorial » de l’espace s (...)

46Cependant, formulé ainsi, l’argument n’est pas tout à fait juste. Si l’Aventin était effectivement situé en dehors de l’Vrbs, il n’appartenait pas moins à un territoire soumis à des normes juridiques et religieuses clairement romaines. Plus encore, il était très vraisemblablement compris dans l’enceinte défensive de la Ville67. Par ailleurs, en l’absence d’indications chronologiques précises, on serait bien en peine de déterminer si le tracé du pomerium fut élaboré en fonction de l’emplacement du temple, ou bien l’inverse. Au contraire, dans la geste de Servius Tullius, la tradition tend à placer la construction du sanctuaire après l’extension pomériale. La thèse selon laquelle le temple de Diane expliquerait l’extraterritorialité juridico-religieuse de l’Aventin ne semble donc guère convaincante.

  • 68 Une spécificité déjà relevée par Zevi 1987, p. 125 et Vernole 2002, p. 27.
  • 69 Vernant –  Frontisi-Ducroux 1986, p. 33.
  • 70 Plusieurs temples de l’Aventin jouèrent en effet un rôle spécifique à l’égard des populations en ma (...)

47Il est pourtant indéniable que le temple de Diane contribua à conférer à la colline un profil singulier, en raison de ses spécificités cultuelles. Lieu de refuge pour les migrants phocéens de passage dans la zone toute proche de l’emporium archaïque, mais également sanctuaire fédéral, le temple de Diane était résolument un édifice tourné vers l’extérieur68. La déesse qu’il abritait, dans sa spécificité artémisienne, était une divinité des marges et des confins69. Cette fonction singulière fonde l’identité cultuelle de la colline, que l’on retrouve jusqu’à la fin de la République70. Le sanctuaire de Diane a donc contribué, dès l’origine, à faire de l’Aventin un « entre-deux », un espace à la fois intégré à la Ville et en dehors de l’Vrbs, un lieu de jonction entre l’intérieur et l’extérieur.

Où situer le temple de Diane sur l’Aventin ?

  • 71 Momigliano 1962, p. 387-392. L’hypothèse s’appuie essentiellement sur la référence aux « lois de l’ (...)
  • 72 Hypothèse que soutient Gras 1987, p. 57. Selon ce dernier, le temple archaïque d’Éphèse, alors en c (...)
  • 73 Auquel cas il serait difficile de déterminer l’aspect originel du temple car l’Artémision de Marsei (...)

48L’aspect du sanctuaire archaïque reste débattu. Tandis que certains ont soutenu que le premier temple se présentait sous la forme d’un autel placé dans une aire ouverte71, d’autres ont avancé la construction, dès l’origine, d’un temple dont le modèle aurait pu être éphésien72 ou marseillais73.

  • 74 L’édifice apparaît partiellement, à côté d’un autre temple de dimensions plus réduites. Ce dernier (...)

49Quel que fût son aspect originel, le sanctuaire de Diane conserva sans doute le même ancrage topographique jusqu’à l’époque augustéenne. Or, les plus récentes hypothèses de localisation du temple ont été déterminées par le positionnement attribué au fragment 22b du plan de marbre sévérien (fig. 1), sur lequel figure l'édifice tel qu’il se présentait après sa restauration par L. Cornificus, au Ier s. av. J.-C. (Suét., Aug., XXIX, 7-8)74.

Fig. 1 – Fragments des plaques 21 et 22 de la FUM selon Carettoni et alii.

Fig. 1 – Fragments des plaques 21 et 22 de la FUM selon Carettoni et alii.

Carettoni et al. 1960, pl. XXIII.

Une question débattue depuis l’époque moderne

  • 75 Voir le compte rendu et la bibliographie des opinions qui se sont opposées sur la question jusqu’au (...)

50La localisation du temple de Diane suscite l’intérêt depuis le XVIe siècle. Les antiquaires proposaient alors de placer l’édifice en différents endroits de la colline, le plus souvent sous l’une ou l’autre des églises que l’on peut encore voir aujourd’hui sur cette hauteur75. L’idée que chaque église se dressait sur un temple ou un édifice antique n’était fondée sur aucun argument sérieux, hormis quelques indications indirectes dans les sources et quelques cas où le phénomène a pu effectivement s’observer sur les collines voisines.

  • 76 Merlin 1906, p. 99-103.
  • 77 L’hypothèse se basait sur un passage de Martial (VI, 64, 1) indiquant que le temple de Diane se tro (...)
  • 78 Selon lui, les vestiges qui ont été exhumés sous l’église de S. Sabina appartiendraient plus vraise (...)

51Reprenant le dossier et l’ensemble des données disponibles sur le sujet, A. Merlin76 avait écarté les deux principales hypothèses admises en son temps, qui proposaient de placer le temple sous l’église de S. Prisca77 ou bien celle de S. Sabina78. Il se montra plus favorable à la thèse de C. Hülsen, qui proposait de situer le sanctuaire sur le plateau central de la proéminence occidentale de la colline, désignée aujourd'hui comme le « Grand Aventin ». Cette hypothèse fut élaborée à partir d’une certaine lecture des indications topographiques mentionnées par Paul Orose (V, 12. 3-9) et l’auteur du De uiris illustribus (LXV, 5. 60) – cf. fig. 2.

Fig. 2 – Tableau des sources littéraires évoquant la fuite de Caius Gracchus sur l’Aventin (121 av. J.-C.).

Fig. 2 – Tableau des sources littéraires évoquant la fuite de Caius Gracchus sur l’Aventin (121 av. J.-C.).

Prim 2012.

  • 79 Sur la correspondance du clivus Publicius avec l’actuel clivo dei Pubblici, déjà proposé par C. Hül (...)

52Le texte de Paul Orose indique notamment que le temple se trouvait le long du clivus Publicius, ce qui conduisit à situer l’édifice à l’endroit où se rejoignent aujourd’hui la via di S. Sabina et la via di S. Prisca79 (fig. 3).

Fig. 3 – Carte de l’Aventin selon A. Merlin.

Fig. 3 – Carte de l’Aventin selon A. Merlin.

Merlin 1906.

  • 80 Le chercheur s’opposait ainsi à une autre hypothèse qui plaçait le temple plus à l’est, à hauteur d (...)
  • 81 Les vestiges de cet édifice étaient alors clairement identifiés – voir La Follette 1999.

53Ces deux sources tardives indiquent également que le sanctuaire de Diane était proche du temple de la Lune, que C. Hülsen proposait de placer dans ce même secteur, au-dessus de la porta Trigemina80. La localisation du sanctuaire de Diane proposée par C. Hülsen permettait également de le situer non loin de l’emplacement attribué au balneum Surae dans la restitution du plan de marbre présentée en 1903 au palais des Conservateurs. Un passage de Martial (VI, 64, 1) suggère en effet le voisinage des deux édifices. Enfin, le sanctuaire se trouvait ainsi placé à proximité des thermes de Trajan Dèce81, mentionnés juste après le temple de Diane dans la liste des catalogues Régionnaires (Reg. XIII – Nordh 1949, p. 94).

  • 82 Comme l’attestent quelques esquisses conservées dans la correspondance que ce dernier avait entrete (...)

54Quelques décennies avant A. Merlin, la localisation du temple de Diane dans cette partie de la colline avait déjà emporté la faveur de P. Bigot82. Depuis les travaux d’A. Merlin, les chercheurs ont continué à privilégier ce secteur de la colline pour placer le temple de Diane.

De nouveaux instruments d’enquête : la FUM83 et les données archéologiques

  • 83 Forma Urbis Marmorea. Il s’agit d’un plan de marbre de Rome, daté du règne de Septime Sévère, qui é (...)
  • 84 Carettoni et alii 1960 et Rodríguez-Almeida 1981. Il faut noter la contribution notable en ce domai (...)
  • 85 Notamment par G. Lugli, A. M. Colini, F. Coarelli ou encore E. Rodríguez-Almeida, comme le rappelle (...)

55Entre 1960 et 1980, deux nouvelles éditions scientifiques de la FUM, basées sur une analyse globale rigoureuse, ont nettement amélioré les possibilités d’exploitation de ce document pour la reconstitution et la connaissance de la topographie antique de Rome84. Depuis ces avancées, la localisation du temple de Diane dépend en grande partie des possibilités d’intégration du fragment 22b dans la restitution générale de la FUM et de leurs éventuelles correspondances avec les connaissances archéologiques disponibles sur l’organisation du tissu urbain de l’Aventin. À partir de ces éléments, différentes hypothèses de localisation ont été successivement formulées85.

  • 86 Voir les positionnements du fragment 22b proposés par G. Carettoni et E. Rodríguez-Almeida dans Cas (...)
  • 87 Cassatella – Vendittelli 1986, p. 554‑560 ; Vendittelli 1995, p. 13.

56Jusqu’au milieu des années 80, la thèse généralement admise était celle qui plaçait le temple de Diane dans le secteur situé entre les églises S. Sabina, S. Alessio et S. Prisca, vers l’angle que décrivent l’actuelle via di S. Sabina et le dernier tronçon du clivo dei Pubblici, la face tournée vers l’est86. Mais les chantiers de fouilles ouverts par la Soprintendenza Archeologica di Roma (SAR) à partir de 1985, dans la zone donnant sur la via S. Alberto Magno, et les données archéologiques qui en ont résulté, ont conduit à l’élaboration d’une autre hypothèse de localisation du temple87. Il fut dès lors proposé de placer le sanctuaire au sud de l’église S. Sabina, au croisement de la rue homonyme et de la via S. Alberto Magno, la façade de la cella orientée vers le nord-est.

  • 88 Vendittelli – Coltorti – Gagliardo 1990, p.163-168.  
  • 89 Ibid, fig. 2 p. 164.

57Par la suite, une nouvelle hypothèse de localisation a été avancée, déportant le sanctuaire plus au sud, le long de la via di S. Sabina88. Les fouilles réalisées par la SAR au début des années 1990 ont en effet permis d’identifier dans le sondage A de la via di S. Alberto Magno, une série de salles qui, par leur dimension et leur forme, ont semblé correspondre à une partie des édifices thermaux représentés sur le fragment 21c de la FUM (le balneum Surae – fig. 1). Le positionnement du fragment dans cette zone a eu pour conséquence de déplacer le fragment 22b, et ainsi la position du temple de Diane, entre les églises S. Sabina et S. Alessio, la cella toujours tournée vers le nord-est89.

  • 90 Colonna 1994, p. 286-304.
  • 91 Voir les vestiges de cette voie sur la FUR de R. Lanciani (pl. 34 et 40). Sur la localisation de la (...)
  • 92 Lanciani FUR, pl. 34.
  • 93 Darsy 1968, p. 74-75.
  • 94 Sur la localisation des salinae et du pont Sublicius dans la partie nord de la colline, en rapport (...)
  • 95 Colonna 1994, p. 303.

58Cette hypothèse de localisation a été soutenue par G. Colonna, dans un article consacré aux vases peints de la collection Mengs publiés par Winckelmann90. En effet, suivant la thèse alors proposée par L. Vendittelli, le siège de Diane viendrait se placer au débouché d’une ancienne voie romaine provenant de la porta Lavernalis, dont quelques vestiges ont pu être observés au XVIe siècle, à l’occasion des travaux du couvent de S. Alessio91. Or, selon G. Colonna, la déesse Laverna, qui était vénérée non loin de cette porte, peut être considérée comme une sorte d’hypostasis infernale de Diane, assimilable à Hécate. Par ailleurs, le chercheur soutient qu'à l'époque archaïque, la portion de voie qui poursuivait depuis le temple jusqu’à la partie septentrionale de la colline ne correspondait pas à ce que R. Lanciani a identifié comme le vicus Armilustri92 (fig. 4). Il existait plus probablement une voie parallèle, plus ancienne, qui, à hauteur du temple, poursuivait son tracé vers le nord, en suivant la ligne de crête dans la partie ouest de la colline. Une portion de voie empruntant ce tracé fut, en effet, observée dans les années 1930 par le père F. M. Darsy93, qui la désigna par l’odonyme, vicus altus. Selon G. Colonna, ce système de voiries devait permettre à ceux qui venaient du Latium, et en particulier de la via Laurentina, de rejoindre les salinae et le pont Sublicius en évitant le chemin le long du Tibre94. Toutefois, dans la restitution proposée par L. Vendittelli, le temple de Diane aurait empiété sur une partie de ces voies. Aussi G. Colonna a proposé de déplacer le sanctuaire de Diane un peu plus à l’ouest, le plaçant ainsi sous le jardin attenant au cloître de S. Alessio et sous une partie de la piazza dei Cavalieri di Malta95. Cette hypothèse situerait donc le sanctuaire de Diane sur la dorsale du Grand Aventin, au plus près d’un sanctuaire consacré à Laverna et à une distance d’un demi-mille du pomerium.

  • 96 Les résultats de ces travaux ont été publiés notamment dans Taviani 2002, p. 197-221.
  • 97 Voir Armellin – Quaranta 2004, p. 279-298 et Quaranta 2006, p. 143-156 qui reprend en substance les (...)
  • 98 Voir Frutaz, 1962, 2, plan CXXVII, 2, pl. 249.
  • 99 Ces précisions architecturales viennent d’une note marginale qui apparaît sur un dessin de ces vest (...)

59Malgré ces éléments, la localisation du sanctuaire de Diane demeure, à ce jour, incertaine. Le débat a été rouvert à la suite de plusieurs campagnes de fouilles conduites sur l’Aventin par la SAR entre 1998 et 200296. Ces recherches ont en effet permis un important travail de restitution de la topographie antique du Grand Aventin, et donné lieu à la réalisation d’une carte archéologique digitalisée par P. Armellin. À la lumière de ces nouvelles données, P. Quaranta a proposé de reprendre l’enquête sur le positionnement des fragments 21a-c et 22a-b de la FUM97. Relevant une série de correspondances notables entre les données topographiques et planimétriques des fragments 21 et 22 de la FUM, et les données sur le maillage urbain antique, dont les traces s’observent dans le paysage urbain jusqu'aux époques moderne et contemporaine, l’archéologue italienne a proposé de situer le temple de Diane dans la partie septentrionale du Grand Aventin (fig. 4 – en bleu). Cette localisation permet en outre de placer les fragments 21a, 21c-d et 22b dans la restitution de la FUM en intégrant de manière optimale les plus récentes données relatives à leurs caractéristiques matérielles. Le sanctuaire se trouve ainsi placé à l’intérieur du parc de S. Alessio, actuelle propriété des sœurs de S. Vincenzo de’ Paoli, le long de l’actuelle via di S. Sabina. P. Quaranta remarque par ailleurs que, dans cette partie de la colline, d’imposantes structures antiques, pouvant être rattachées au sanctuaire, apparaissaient encore sur un plan de 1577, réalisé par Etienne Dupérac98. En outre, c’est également dans ce secteur, non loin des murs de S. Sabina, que furent découvertes au XVIe siècle, par l’architecte Matteo da Castello, les structures d’un temple réalisé en « pietra rustica », entièrement recouvertes de stuc99.

  • 100 Quaranta 2006, p. 154.

60Plusieurs éléments relativement solides ont donc permis d’élaborer une hypothèse de localisation du sanctuaire de Diane dans une partie de la colline traditionnellement privilégiée par les chercheurs modernes. En admettant que l’édifice augustéen qui apparaît sur le plan de marbre sévérien du IIIe s. ap. J.-C., reprit l’emplacement et l’orientation du sanctuaire originel, une telle localisation a pour intérêt de rapprocher le temple de Diane de la zone de l’emporium archaïque, auquel il était fonctionnellement lié dès sa fondation. On peut dès lors supposer que l’accès principal au temple se faisait originellement depuis le Tibre, par l’ancienne voie qui suivait le tracé de l’actuel clivo di Rocca Savella100, avant d’être supplanté ensuite par le clivus Publicius (fig. 4).

Fig. 4 – Restitution du parcours de Caius Gracchus sur l’Aventin selon les différentes hypothèses de localisation du sanctuaire de Diane.

Fig. 4 – Restitution du parcours de Caius Gracchus sur l’Aventin selon les différentes hypothèses de localisation du sanctuaire de Diane.

Prim (DAO) - EA 1571 (Université de Paris 8), 2013.

  • 101 Vendittelli 2005, p. 235-249. Ces arguments ont été également présentés à l’occasion d’une journée (...)
  • 102 Cette indication est tirée du diario ordinario di Roma, aux dates du 19 juillet 1765 (n. 7496) et d (...)
  • 103 Vendittelli ibid, mentionne notamment un passage de Silius Italicus (XII, 713), également relevé pa (...)
  • 104 Tout d’abord, les restes d’une korè archaïsante d’époque augustéenne ont été découverts en remploi (...)
  • 105 Guglielmi 2006, p 49-86. Sur la domus Pactumeia, voir Guidobaldi 1995, p. 150.

61En opposition à cette thèse, L. Vendittelli a réaffirmé la localisation du temple de Diane dans la partie sud de la colline, en intégrant les remarques apportées par G. Colonna101. Par rapport à l'emplacement proposé par ce dernier, la chercheuse suggère toutefois de placer le temple de Diane encore un peu plus au sud, dans la zone actuellement occupée par le prieuré de Malte (fig. 4 – en vert). L’hypothèse lui paraît d’autant plus vraisemblable qu’au milieu du XVIIIe siècle, les fouilles réalisées à l’occasion de la restructuration de l’église S. Maria del Priorato par Piranèse, avaient justement permis la mise au jour d’une structure décrite comme l’aja d’un temple102. Un tel positionnement renforcerait en outre le caractère spectaculaire du paysage religieux observé depuis la plaine du Testaccio, se conformant ainsi à la description du sanctuaire donnée par certaines sources anciennes103. L. Vendittelli considère enfin que cette localisation trouverait confirmation dans la découverte, toujours dans ce même secteur, d’une série d’objets pouvant être mis en rapport avec le temple104. On notera, cependant, que la valeur de ces indices matériels doit être relativisée. En effet, on ignore le plus souvent le lieu de leur découverte. Dans les cas où ces données sont connues, on remarque qu’aucun de ces objets n’a été mis au jour in situ. Il n’est donc pas à exclure qu’ils puissent provenir d’un tout autre secteur de la colline. Quant au tripode de marbre dit d’Apollon, il a été récemment identifié comme un élément de nymphée provenant d’un édifice privé postérieur à la phase augustéenne du temple, probablement lié aux structures de la domus Pactumeia localisées non loin de son lieu de découverte (fig. 4)105. Il serait donc sans lien avec un éventuel édifice cultuel situé dans cette zone du Grand Aventin. Dans l’ensemble, les éléments matériels invoqués en faveur de cette hypothèse paraissent donc peu déterminants. La recherche de structures pouvant appartenir à un temple de grandes dimensions, susceptibles de correspondre aux éléments planimétriques figurés sur les fragments 22a-b de la FUM, s’avère nettement plus décisive.

62Il y a donc, à l’heure actuelle, deux thèses qui s’opposent au sujet de la localisation du temple de Diane. Toutes deux reposent sur une analyse fine des fragments de la FUM et de leurs correspondances possibles avec les données relatives à la topographie de l’Aventin, enrichies par les plus récentes fouilles réalisées sur la colline. Chaque thèse verse également au dossier les données topographiques tirées de la documentation littéraire, mais le plus souvent de manière ponctuelle, citant telle ou telle source permettant d’étayer un argument. Nous proposons donc de considérer ces données littéraires selon une approche différente. Il s’agit de les considérer pour elles-mêmes, de façon globale, et de les comparer en intégrant les variations synchronique et diachronique de la tradition dont elles émanent. Une telle approche semble nécessaire, si l’on souhaite confronter de manière optimale les données transmises par la tradition littéraire à ces deux hypothèses de localisation.

Les deux plus récentes hypothèses de localisation du temple de Diane à l’épreuve des données topographiques tirées des sources littéraires

63Ces données topographiques proviennent essentiellement de la tradition qui relate la fuite de Caius Gracchus et de ses partisans sur l’Aventin, en 121 av. J.-C. (fig. 2). L’événement est déjà évoqué par les auteurs du Ier s. av. J.-C., mais ce n’est qu’à partir du principat que certaines étapes du parcours de Caius, depuis l’Aventin jusqu’au Janicule, commencent à être précisées. Par ailleurs, il faut attendre Plutarque pour que soit mentionné pour la première fois le temple de Diane. Par la suite, les auteurs livrent des indications topographiques de plus en plus précises sur le déroulement de ces événements. Notamment Paul Orose (II, 13, 6-8), qui indique qu’après la retraite de Caius et ses partisans sur l’Aventin, dans le temple de Diane, Opimius et ses hommes prirent la colline d’assaut par le clivus Publicius. Caius passa alors dans le temple de Minerve, avant de s’enfuir par le pont Sublicius pour rejoindre le Janicule. Pendant ce temps, Flaccus, qui s’était également fortifié dans le temple de Diane, passa avec son fils par le temple de la Lune, avant de tenter vainement de se barricader dans une maison voisine.

64Il est intéressant de remarquer que les sources antérieures à Paul Orose ne mentionnent que le temple de Diane parmi les édifices religieux qui ponctuent la fuite de Caius (fig. 2), tandis que les sources postérieures n’en parlent plus. Assez curieusement, l’auteur du De uiris illustribus (LXV, 60) lui substitue même le temple de la Lune :

  • 106 Qua re arcessitus cum in senatum non uenisset, armata familia Auentinum occupauit ; ubi ab Opimio u (...)

Il [Caius Gracchus] fut donc cité mais ne vint pas au sénat et s’empara de l’Aventin avec une troupe armée. Là, vaincu par Opimius, en sautant du temple de la Lune, il se foula le talon et tandis que son ami Pomponius faisait barrage aux poursuivant à la porte Trigémina, que Publius Laetorius le faisait sur le pont Sublicius, il arriva dans le bois sacré de Furina106.

  • 107 Contra, Armellin – Quaranta 2004, p. 296 et Quaranta 2006, p. 154 qui considèrent que la voie qui s (...)
  • 108 Ainsi, comme l’a noté Coarelli 1992a, p. 29-30, le récit de la fuite de Caius Gracchus implique que (...)

65D’après ces indications, si l’on veut placer le temple de Diane dans la partie septentrionale de la colline, il faut admettre que les deux voies d’accès permettant de rejoindre l’Aventin depuis le Forum Boarium demeurèrent en fonction jusqu’à l’époque impériale107. En effet, si les opposants des Gracques avaient pris d’assaut la colline par le clivius Publicius, en direction du temple de Diane, comme l’indique Paul Orose, les partisans de Caius Gracchus n’auraient pu quitter l’Aventin par cette même voie, occupée par l’ennemi. Le chemin qui suit l’actuel tracé du clivo di Rocca Savella apparaît donc comme la meilleure alternative pour rejoindre au plus vite le pont Sublicius depuis le Nord de la colline (fig. 4 – en bleu)108.

  • 109 Richardson 1992, p. 40 et Andreussi 1993, p. 127.

66Si l’on souhaite placer le sanctuaire de Diane dans la partie méridionale de l’Aventin, il faut dès lors imaginer que, pour traverser le Tibre, les fuyards furent contraints de revenir dans la partie nord de la colline afin de gagner le pont Sublicius, que les sources intègrent assez tôt dans le parcours de Caius Gracchus (fig. 2). Dès lors, le seul itinéraire possible était par la voie que les chercheurs modernes identifient comme le vicus altus, tandis que leurs assaillants occupaient la voie située dans le prolongement du clivus Publicius, que l’on identifie généralement comme le vicus Armilustri109 (fig. 4 – en vert). Revenus à hauteur de l’actuel giardino degli Aranci, les fuyards auraient rejoint le pont Sublicius par le chemin qui suit le tracé de l’actuel clivo di Rocca Savella.

  • 110 En effet, dans la mesure où la muraille républicaine formait certainement une structure de défense (...)
  • 111 Lanciani FUR, pl. 34. L’hypothèse fut également suivie par H. Jordan et O. Gilbert – voir Platner – (...)
  • 112 Actuellement, ces vestiges sont plutôt reconnus comme les restes du pons Probi, érigé au IIIe s. ap (...)
  • 113 Frutaz 1962, III, tav. 407 et 476.
  • 114 Le positionnement de ces fragments dans la restitution de la FUM, rigoureusement démontré par Tucci (...)

67Force est de reconnaître que la localisation du temple de Diane dans la partie sud de la colline implique ainsi un parcours peu stratégique, qui aurait facilement laissé aux assaillants la possibilité de prendre les fuyards à revers et de leur bloquer l’accès au pont Sublicius. La seule configuration topographique qui autoriserait la viabilité d’une telle hypothèse, est celle qui place le pont Sublicius et la porta Trigemina en aval du fleuve, en admettant qu’on pouvait les atteindre directement depuis la ligne de crête du Grand Aventin (fig. 4)110. R. Lanciani avait proposé de placer la porta Trigemina dans l’axe de S. Sabina111. En revanche, il n’identifiait pas explicitement les vestigia pontis visibles dans le prolongement de la porte comme les restes possibles du pons Sublicius112. L’hypothèse semble pourtant avoir été envisagée un temps, comme l’attestent les plans de Giambattista Nolli (1748) et de Pietro Ruga (1824), qui les désignent comme « vestigie del ponte Sublicio »113. P. L. Tucci a récemment repris cette hypothèse, à partir de l’analyse des éléments topographiques représentés sur les fragments 138a-f et 574a-b de la FUM, qu’il place sur la rive droite du Tibre, dans le secteur de l’hospice apostolique de S. Michele (fig. 5)114.

Fig. 5 – Fragments de la FUM superposés au cadastre moderne du Transiberim (ante 1870), et restitutions possibles du tracé de la via Campana-Portuensis selon P. L. Tucci.

Fig. 5 – Fragments de la FUM superposés au cadastre moderne du Transiberim (ante 1870), et restitutions possibles du tracé de la via Campana-Portuensis selon P. L. Tucci.

Tucci 2004, fig. 5.

  • 115 Tucci op. cit., p. 198. Le chercheur propose ainsi que l’actuelle via di S. Michele, jusqu’ici priv (...)
  • 116 Ibid, p. 199-200 et fig. 5 et 6.
  • 117 Le Gall 1953, p. 84
  • 118 Ibid, p. 40-41 et 82-83.
  • 119 Lanciani, FUR pl. 28 et 34.
  • 120 L’identification de cette voie, déjà suggérée par Carettoni et alii 1960, n. 7 p. 86, a été démontr (...)
  • 121 Pour obtenir un tel résultat, P. L. Tucci modifie légèrement les correspondances habituellement adm (...)
  • 122 En ce sens, déjà, Carettoni et alii 1960, p. 86 et pl. LXII b. D’ailleurs, sur la base de cette hyp (...)
  • 123 Au moins à partir du IIe s. av. J.-C., avec le développement de l’Emporium (Liv., XXXV, 10. 12), pu (...)
  • 124 En ce sens, Coarelli 1992b et aussi, différemment, Scheid 1976.
  • 125 Voir Coarelli 1992a, p. 25-35 et Richardson 1992, p. 299.

68Le chercheur observe en effet deux voies représentées sur les fragments 138a-f, et propose que la plus large mais aussi la plus proche du Tibre, correspondait au tronçon de la via Campana-Portuensis115. Mais surtout, P. L. Tucci soutient que cette voie pourrait avoir bifurqué ensuite dans la direction des vestigia pontis signalés par R. Lanciani, qu’il propose par conséquent d’identifier comme les vestiges du pont Sublicius116. Pourtant, hormis la légère inclinaison de la voie principale identifiée sur le fragment 138b en direction du Tibre, aucun élément tangible ne permet d’étayer cette hypothèse. L’identification des vestigia pontis situés dans l’axe de S. Sabina avec le pont Sublicius, n’est pas attestée avant le XVe siècle et elle ne semble reposer sur aucune donnée ancienne. En l’état actuel des connaissances, elle apparaît plutôt comme une invention des Modernes117. C'est pourquoi J. Le Gall avait proposé de situer le pont Sublicius un peu plus en amont du fleuve, à hauteur du Forum Boarium, en un point où le lit du Tibre se resserre et les versants des collines s’abaissent, favorisant ainsi très tôt le développement d’une « ville-pont »118. Cette thèse, étayée par la restitution du système de voirie antique de la rive droite du Tibre, proposée par R. Lanciani119, a été plus tard confortée par l’intégration des fragments 28 a-b de la FUM. On repéra en effet sur ces fragments des portions de voies également identifiées comme des tronçons de la via Campana-Portuensis120. Le positionnement des fragments 138a-f proposé par P. L. Tucci complète idéalement la restitution du tracé de cette voie. Mais plutôt que proposer une bifurcation de celle-ci vers le Tibre, à l'extrémité nord de la Via di S. Michele, il semble préférable d'admettre qu'elle poursuivait en direction du méandre formé plus en amont par le Tibre, un peu avant l’île Tibérine121, a fortiori si l’on admet qu’une portion de la via Campana-Portuensis figure également sur le fragment 27a de la FUM122 (fig. 5). Certes, il s’agit là d’éléments topographiques tardifs, et le tracé intra urbain de la via Campana, auquel se confond celui de la via Portensis à partir du Ier s. ap. J.-C., se ramifia et se complexifia certainement au fil des siècles, pour s’adapter aux nouvelles infrastructures fluviales de Rome dédiées aux échanges commerciaux123. Pour autant, cette voie conserva certainement l’empreinte de son orientation originelle, qui devait plus probablement se poursuivre vers le méandre du Tibre pour ainsi déboucher en face du plus ancien port fluvial de Rome124. Sur la base de ces éléments, on privilégie largement la localisation du pont Sublicius dans ce secteur125.

  • 126 Sur les limites des Regiones, voir en dernier lieu Palombi 1999, p. 199-204 et fig. 84.
  • 127 Encore signalée dans Platner – Ashby 1929, p. 418, cette hypothèse est en effet absente des plus ré (...)

69Par ailleurs, l’emplacement de la porta Trigemina suggéré par R. Lanciani rencontre une difficulté notable. Cette hypothèse place en effet la porte dans la Regio XIII, en contradiction avec les indications des catalogues Régionnaires, qui la situent dans la Regio XI (Nordh 1949, p. 91)126. Aussi n’est-elle plus guère suivie à l’heure actuelle127.

70Il semble donc difficile de rapprocher le pont Sublicius ou la porta Trigemina de l’angle sud-ouest du Grand Aventin. De ce fait, le positionnement du sanctuaire de Diane dans cette partie de la colline oblige à admettre un parcours laborieux et peu vraisemblable pour la fuite de Caius Gracchus.

  • 128 Encore que cette mention ne constitue pas la preuve irréfutable que le temple de Diane existait enc (...)
  • 129 Les sources tardives qui font allusion au temple, le situent toujours dans un contexte antérieur au (...)
  • 130 Une telle rupture viderait complètement le récit de sa substance symbolique et mémorielle. Cela par (...)
  • 131 Dès l’époque classique, Diane a en effet absorbé les caractéristiques de la Luna primitive, même si (...)
  • 132 Soit dans la partie nord-ouest, soit dans la partie nord-est (Merlin 1906, p. 98-99). À l’heure act (...)

71D’autres indications tirées des sources littéraires rendent également cette hypothèse de localisation difficilement soutenable. Ainsi, nous avons relevé que le De uiris illustribus situe le départ de la course de Caius Gracchus, non pas depuis le sanctuaire de Diane, mais depuis le temple de la Lune. Un tel choix paraît d’autant plus curieux que le temple de Diane était encore mentionné dans les catalogues Régionnaires du IVe s. ap. J.-C.128 (Reg. XIII – Nordh 1949, p. 94), tandis que celui de la Lune, détruit par l’incendie de 64 ap. J.-C. (Tac., Ann., XV, 41), ne semble pas avoir été reconstruit après cette date129. Pour autant, on imagine difficilement que l’auteur ait choisi, de manière totalement inédite et arbitraire, de situer les événements en un lieu qui ne présente aucun lien avec le secteur privilégié par la tradition antérieure130. On est donc en droit de supposer que si l’auteur a décidé de substituer le temple de la Lune au sanctuaire de Diane dans son récit des événements, quelle qu’en soit la raison, un tel choix se justifie parce que cet édifice était le plus proche de la Diana Aventinensis, aussi bien du point de vue cultuel131 que topographique. Or, les modernes ont toujours localisé unanimement le temple de la Lune dans la partie nord de la colline132.

  • 133 1) Caius, accusé d’adfectatio regni se réfugia dans un sanctuaire fondé à l’époque royale ; 2) il c (...)

72Certes, il n’est pas à exclure que le passage par le temple de Diane, évoqué par la tradition antérieure, n’ait aucune valeur factuelle et que sa justification réside avant tout dans le lien symbolique que les Anciens ont cherché à établir entre la déesse et Caius Gracchus. Ce lien peut d’ailleurs donner lieu à diverses interprétations133. Si l’on admet cependant que cette tradition fut élaborée en intégrant des données topographiques authentiques, la localisation du temple dans la partie septentrionale de l’Aventin est celle qui se conforme le mieux aux connaissances actuelles sur le maillage urbain de l'Aventin antique.

  • 134 Pairault 1969.
  • 135 Ampolo 1970.

73À la lumière des différents éléments avancés au fil de cette enquête, quelques remarques conclusives peuvent être formulées. Les travaux de F. Pairault134 et C. Ampolo135 ont été déterminants pour comprendre les spécificités de l’identité cultuelle de la Diane Aventine, par rapport à celles de la Diane de Nemi. Ces derniers ont également insisté sur les évolutions de cette identité, soumise à différentes influences culturelles, soulignant ainsi les cheminements des deux cultes en fonction de leur contexte propre et de leur implication dans des événements distincts. Nous suggérons pour notre part que la multiplicité des influences qui caractérisent le culte de la Diane Aventine ne s’observe pas seulement au niveau diachronique mais également synchronique. La dimension latine de Diane, comme sa dimension phocéenne, ont toute légitimité à se placer de manière concomitante dans le contexte de fondation du sanctuaire. Elles impliquent, comme nous l’avons dit, deux niveaux d’identité, liés à deux échelles de préoccupation et de connectivité distinctes. L’une régionale, tournée vers les terres de l’arrière-pays italien, l’autre maritime, tournée vers les grands espaces méditerranéens. Malgré les horizons différents que chacun envisage, ces deux niveaux d’identité et de préoccupation ne s’ignorent pas. Ils donnent même une spécificité cohérente au sanctuaire, car tous deux recouvrent des fonctions de médiation et/ou de protection envers des populations étrangères à la citoyenneté romaine, qui transitent par Rome et y séjournent éventuellement.

  • 136 La recherche archéologique a permis d’identifier dans cette zone les vestiges d’édifices religieux (...)

74Dans cette perspective, il semble plus pertinent d’envisager la localisation du temple de Diane dans la partie septentrionale de la colline. Si le temple se trouve ainsi plus près des limites de l’espace inauguré de l’Vrbs, il est intéressant de noter qu’en ce lieu, le sanctuaire domine aussi bien les réseaux de voiries permettant de circuler depuis les cités côtières du Latium vers la Sabine, que le réseau de transport fluvial formé par le Tibre, qui relie la Ville aux espaces de navigation de la mer Tyrrhénienne. Le sanctuaire occupe ainsi une position stratégique qui lui permet de répondre pleinement aux fonctions liées à sa double identité cultuelle, et de s’articuler parfaitement aux deux horizons territoriaux qui le concernent. En outre, cette localisation nous paraît plus cohérente avec la logique d’implantation globale des édifices religieux construits dans cette zone, au cours de la même période. Tandis que la thèse d’une implantation du temple au sud de l’Aventin a pour effet d’isoler le sanctuaire sur la colline, sa situation dans la partie septentrionale permet de le placer au plus près du Tibre et du plus ancien port fluvial de Rome, mais également à proximité du temple de la Lune et des sanctuaires archaïques du Forum Boarium, que la tradition attribue également à Servius Tullius136.

75Pour autant, force est de reconnaître que seule la réalisation de sondages et, si besoin, de fouilles plus étendues dans les deux zones de localisation proposées, devrait permettre d’évaluer rigoureusement la validité de l’une ou l’autre des hypothèses actuellement en débat. Un tel projet a été évoqué à maintes reprises. On ne peut qu’espérer sa concrétisation, en vue d’apporter des éléments de réponse déterminants à l’une des plus anciennes questions de topographie religieuse romaine.

Haut de page

Bibliographie

Albertoni 1999 = M. Albertoni, Veiovis aedes (in Capitolio), dans E. M. Steinby (éd.), Lexicon topographicum urbis Romae, Volume V, Rome, 1999, p. 99-100.

Alföldy 1965 = G. Alföldy, Early Rome and the Latins, Ann Arbor, 1965.

Ampolo 1970 = C. Ampolo, L'Artemide di Marsiglia e la Diana dell'Aventino, dans PP, 1970, p. 200-210.

Ando 2009 = C. Ando, Diana on the Aventine, dans H. Cancik, J. Rüpke, F. Fabricius (éd.), Die Religion des Imperium Romanum : Koine und Konfrontationen, Tübingen, 2009, p. 99-114.

Andreussi 1993 = M. Andreussi, Vicus Armilustrium, dans E. M. Steinby (éd.), Lexicon topographicum urbis Romae, Volume I, Rome, 1993, p. 127.

Andreussi 1996a = M. Andreussi, Luna aedes, dans E. M. Steinby (éd.), Lexicon topographicum urbis Romae, Volume III, Rome, 1996, p. 198.

Andreussi 1996b = M. Andreussi, Iuno Regina, dans E. M. Steinby (éd.), Lexicon topographicum urbis Romae, Volume III, Rome, 1996, p. 125-127.

Arce 1999 = J. Arce, El inventario de Roma : Curiosum y Notitia, dans W. V. Harris (éd.), The Transformations of Vrbs Roma in Late Antiquity, Portsmouth, 1999 (JRA suppl., 33), p. 15-22.

Armellin – Quaranta 2004 = P. Armellin, P. Quaranta, Il tempio di Diana sull'Aventino : nuove acquisizioni, dans BCAR, 105, 2004, p. 279-299.

Babelon 1886 = E. Babelon, Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine vulgairement appelées monnaies consulaires, vol. 2, Paris, 1886.

Bartoli 1914 = A. Bartoli, I monumenti antichi di Roma nei disegni degli Uffici di Firenze, 5 vol. , Rome, 1914-1922.

Boëls-Janssen 1993 = N. Boëls-Janssen, La vie religieuse des matrones dans la Rome archaïque, Rome, 1993 (Collection de l'École française de Rome, 176).

Bouquet – Festy – Le Jouan 2005 = M. Bouquet, M. Festy, P. Le Jouan, De uiris illustribus urbis Romae / pseudo Aurélius Victor [édition bilingue commentée], Rennes, 2005.

Bourdin 2006 = S. Bourdin, Fréquentation ou intégration : les présences allogènes dans les emporia étrusques et ligures (VIe-IVe siècles av. J.-C.), dans F. Clément, J. Tolan et J. Wilgaux (éd.), Espaces d'échanges en Méditerranée : Antiquité et Moyen Âge, Rennes, 2006, p. 19-39.

Bourdin 2012 = S. Bourdin, Les peuples de l'Italie préromaine : identités, territoires et relations inter-ethniques en Italie centrale et septentrionale (VIIIe-Ier s. av. J.-C.), Rome, 2012 (BEFAR, 350).

Braudel 1990 = F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, 1, La part du milieu, Paris, 1990 (9e éd.).

Bresson 2007 = A. Bresson, L’entrée dans les ports en Grèce ancienne : le cadre juridique, dans C. Moatti, W. Kaiser (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne, Paris, 2007, p. 37-59.

Briquel 2000 = D. Briquel dans F. Hinard (dir.), Histoire romaine, I, Des origines à Auguste, Paris, 2000.

Brunel 1953 = J. Brunel, À propos des transferts de cultes : un sens méconnu du mot aphidrumata, dans RPh, 27, 1953, p. 21-33.

Bruno 2006 = D. Bruno, La topografia dei culti dell'Aventino ricostruita, dans Workshop di archeologia classica : paesaggi, costruzioni, reperti, 3, Pise-Rome, 2006, p. 113-119.

Capodiferro – Quaranta 2011 = A. Capodiferro, P. Quaranta (dir.), Gli scavi di Via Marmorata : 1, La dea rivelata, Milan, 2011.

Carettoni et alii, 1960 = G. Carettoni, A. M. Colini, L. Cozza, G. Gatti (éd.), La pianta marmorea di Roma antica. Forma urbis Romae, Rome, 1960.

Cassatella – Vendittelli 1985 = A. Cassatella, L. Vendittelli, Santuario di Diana sull'Aventino : il problema della localizzazione, dans Roma. Archeologia nel centro, II, La Città murata, Rome, 1985, p. 442-451.

Cassatella – Vendittelli 1986 = A. Cassatella, L. Vendittelli, Aventino. Localizzazione del Tempio di Diana, dans BCAR, XCI, 1986, p. 554-560.

Cifani 1998 = G. Cifani, La documentazione archeologica delle mura arcaiche a Roma, avec appendice de S. Fogagnolo, dans MDAI(R), 105, 1998, p. 359-389.

Coarelli 1992a = F. Coarelli, Il foro Boario : dalle origini alla fine della Repubblica, Rome, 1992 (2e édition).

Coarelli 1992b = F. Coarelli, La via Campana-Portuensis e alcuni edifici adiacenti nella pianta marmorea severiana, dans Ostraka, I, 1, 1992, p. 39-54.

Coarelli 1994 = F. Coarelli, Guide archéologique de Rome, Paris, 1994 (éd. française).

Coarelli 1995 = F. Coarelli, Le mura regie e repubblicane, dans B. Brizzi (dir.), Mura e porte di Roma antica, Rome, 1995, p. 9-38.

Coarelli 1996a = F. Coarelli, Porta Lavernalis, dans E. M. Steinby (éd.), Lexicon topographicum urbis Romae, Volume III, Rome, 1996, p. 329.

Coarelli 1996b = F. Coarelli, Porta Trigemina, dans E. M. Steinby (éd.), Lexicon topographicum urbis Romae, Volume III, Rome, 1996, p. 332-333.

Coarelli 1999a = F. Coarelli, Salinae, dans E. M. Steinby (éd.), Lexicon topographicum urbis Romae, Volume IV, Rome, 1999, p. 229.

Coarelli 1999b = F. Coarelli, I santuari, il fiume, gli empori, dans A. Giardina, A. Schiavone (dir.), Storia di Roma, Turin, 1999, p. 23-47.

Coarelli 1999c = F. Coarelli, Pons Sublicius, dans E. M. Steinby (éd.), Lexicon topographicum urbis Romae, Volume IV, Rome, 1999, p. 112-113.

Colini 1942 = A. M. Colini, Aedes Veiovis inter Arcem et Capitolium, dans BCAR, 1942, p. 5-55.

Colonna 1962 = G. Colonna, Sull'origine del culto di Diana Aventinensis, dans PP, 17, 1962, p. 57-60.

Colonna 1991 = G. Colonna, Acqua Acetosa Laurentina, l’ager Romanus antiquus e i santuari del I miglio, dans Scienze dell’Antichità, 5, 1991, p. 209-232.

Colonna 1994 = G. Colonna, Winckelmann, i vasi « etruschi » dall’Aventino e il tempio di Diana, dans PP, 49, 1994, p. 286-304.

Crawford 1996 = M. H. Crawford (éd.), Roman Statutes, 2 vol. , Londres, 1996.

Cristofani 1990 = M. Cristofani (éd.), La grande Roma dei Tarquini [catalogo della mostra, Roma, Palazzo delle Esposizioni, 12 giugno-30 settembre 1990], Rome, 1990.

Daguet-Gagey, à paraître = A. Daguet-Gagey, Splendor aedilitatum : l’édilité à Rome (Ier s. av. J.-C.-IIIe s. ap. J.-C.), Rome, à paraître.

Darsy 1968 = F. M. Darsy, Recherches archéologiques à Sainte Sabine sur l’Aventin : géologie, topographie, sanctuaires archaïques, culte isiaque, ensemble architectural paléochrétien, Cité du Vatican, 1968.

Deleuze – Guattari 1980 = G. Deleuze, F. Guattari, Capitalisme et schizophrénie, 2, Mille plateaux, Paris, 1980.

Della Fina 2010 = G. M. Della Fina (dir.), La grande Roma dei Tarquini : atti del XVII convegno internazionale di studi sulla storia e l'archeologia dell'Etruria, Rome, 2010.

Derlien 2003 = J. Derlien, Asyl. Die religiöse und rechtliche Begründung der Flucht zu sakralen Orten in der griechisch-römischen Antike, Marbourg, 2003.

Dreher 1996 = M. Dreher, Das Asyl in der Antike von seinen griechischen Ursprüngen bis zur christlichen Spätantike, dans Tychè, 1996, 11, p. 79-96.

Dumézil 2000 (1966) = G. Dumézil, La religion romaine archaïque, avec un appendice sur la religion des Étrusques, Paris, 2000 (1966 pour la 1ère éd.).

Dumézil 1954 = G. Dumézil, Iuno S.M.R., dans Eranos, 1954, 52, p. 105-119.

Dupré-Raventós 1999 = X. Dupré-Raventós, Pons Probi, dans E. M. Steinby (éd.), Lexicon topographicum urbis Romae, Volume IV, Rome, 1999, p. 111-112.

Freyburger 1992 = G. Freyburger, Le droit d’asile à Rome, dans LEC, 60, 1992, p. 139-151.

Freyburger 2003 = G. Freyburger, Le dieu Veiovis et l’asile accordé à Rome aux suppliants, dans M. Dreher, Das antike Asyl : kultische Grundlagen, rechtliche Ausgestaltung und politische Funktion, Cologne, 2003, p. 161-175.

Frutaz 1962, vol. 2 = A. P. Frutaz, Le piante di Roma, vol. 1-3, Rome, 1962.

Gauthier 1972 = Ph. Gauthier, Symbola : les étrangers et la justice dans les cités grecques, Nancy, 1972.

Giovannini 1983 = A. Giovannini, Consulare imperium, Bâle, 1983.

Gras 1987 = M. Gras, Le temple de Diane sur l’Aventin, dans REA, 89, 1987, p. 47-61.

Guidobaldi 1995 = F. Guidobaldi, Domus Pactumeia, dans E. M. Steinby (éd.), Lexicon topographicum urbis Romae, Volume II, Rome, 1995, p. 150.

Guglielmi 2006 = S. Guglielmi, Un ninfeo dell'Aventino : scoperta di un monumento inedito e della sua decorazione architettonica, dans BCAR, 2006, 107, p. 49-86.

Guilhembet 2006 = J.-P. Guilhembet, Limites et entrées de la Rome antique : quelques rappels et quelques remarques, dans F. Michaud-Fréjaville, N. Dauphin et J.-P. Guilhembet (dir.), Entrer en ville : actes du colloque international co-organisé par l'EA 2634 « Territoires de l’identité » de l'Université d'Orléans et le Centre d'histoire urbaine de l'ENS-LSH, Orléans, 26-27/10/2001, Rennes, 2006, p. 79-121.

Humbert 1988 = M. Humbert, Le tribunat de la plèbe et le tribunal du peuple : remarques sur l’histoire de la provocatio ad populum, dans MEFRA, 100, 1, 1988, p. 431-503.

Hellegouarc’h 1994 = J. Hellegouarc’h, De Tite-Live au De uiris, dans R. Chevallier, R. Poignault (dir.), Présence de Tite-Live. Hommage au professeur Paul Jal, Tours, 1994, p. 169-186.

Koller – Levoy 2006 = D. Koller, M. Levoy, Computer-aided Reconstruction and New Matches in the Forma Urbis Romae, dans BCAR, suppl. 15, 2006, p. 103-125.

La Follette 1999 = L. La Follette, Thermae Decianae, dans E. M. Steinby (éd.), Lexicon topographicum urbis Romae, Volume V, Rome, 1999, p. 51-53.

Lanciani FUR = R. Lanciani, Forma urbis Romae, Rome, 1988 (1893).

Le Gall 1953 = J. Le Gall, Le Tibre, fleuve de Rome dans l’Antiquité, Paris, 1953.

Liou-Gille 1992 = B. Liou-Gille, Une tentative de reconstitution historique : les cultes fédéraux latins de Diane Aventine et de Diane Nemorensis, dans PP, 1992, XLVII, p. 411-438.

Lugli 1933 = G. Lugli, Le mura di Servio Tullio e le cosiddette mura serviane, dans Historia, 7, 1933, p. 3-45.

Lunaïs 1979 = S. Lunaïs, Recherches sur la lune chez les auteurs latins, de la fin des guerres puniques à la fin du règne des Antonins, Leyde, 1979.

Magdelain 1990a = A. Magdelain, Le pomerium archaïque et le mundus, dans Ius Imperium auctoritas : études de droit romain, Rome, 1990 (Collection de l'École française de Rome, 133), p. 155-191.

Magdelain 1990b = A. Magdelain, L'inauguration de l'urbs et l'imperium, dans Ius Imperium auctoritas : études de droit romain, Rome, 1990 (Collection de l'École française de Rome, 133), p. 210-211.

Malkin 2011 = I. Malkin, A small greek world. Networks in the Ancient Mediterranean, Oxford, 2011.

Marcattili 2010 = F. Marcattili, Bona Dea, Θεὸς γυναικεια, dans ArchCl, LXI, 2010, p. 7-40.

Marcattili 2012 = F. Marcattili, Per un’archeologia dell’Aventino : i culti della media Repubblica, dans MEFRA, 124, 1, 2012, p. 109-122.

Martin 1994 = P. M. Martin, L’idée de royauté à Rome, II : Haine de la royauté et séductions monarchiques du IVe s. av. J.-C. au principat augustéen, Paris, 1994.

Merlin 1906 = A. Merlin, L’Aventin dans l'Antiquité, Paris, 1906.

Mignone 2010 = L. M. Mignone, The Republican Aventine, PH. D. of Classical Studies, Columbia University (W. V. Harris dir.), 2010.

Moatti 1997 = C. Moatti, La raison de Rome : naissance de l’esprit critique à la fin de la République, Paris, 1997.

Moatti 2000 = C. Moatti, Le contrôle de la mobilité des personnes dans l'Empire romain, dans MEFRA, 112, 2, 2000, p. 925-958.

Moatti 2004 = C. Moatti (dir.), La mobilité des personnes en Méditerranée de l'Antiquité à l'époque moderne : procédures de contrôle et documents d'identification, Rome, 2004.

Moatti 2007 = C. Moatti, W. Kaiser (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l'Antiquité à l'époque moderne : procédures de contrôle et d'identification, Aix-en-Provence, 2007.

Mombrizio 1910 = B. Mombrizio, Sanctuarium seu vitae sanctorum, Paris, 1910.

Momigliano 1962 = A. Momigliano, Sul dies natalis del santuario federale di Diana sull’Aventino, dans RAL, 8, 1962, p. 7-12.

Nicolet 1987 = C. Nicolet, La Table d'Héraclée et les origines du cadastre romain, dans L'Vrbs : espace urbain et histoire (Ier s. ap. J.-C.) : actes du colloque international organisé par le Centre national de la recherche scientifique et l'École française de Rome (Rome, 8-12 mai 1985), Rome-Paris, 1987, p. 1-25.

Nordh 1949 = A. Nordh, Libellus de regionibus urbis romae, Lund, 1949.

Pairault 1969 = F. H. Pairault, Diana Nemorensis, déesse latine, déesse hellénisée, dans MEFRA, 81, 1969, p. 425-471.

Palombi 1999 = D. Palombi, Regiones quattuordecim (topografia), dans E. M. Steinby (éd.), Lexicon topographicum urbis Romae, Volume IV, Rome, 1999, p. 93-94.

Patterson 1999 = J. R. Patterson, Via Campana, dans E. M. Steinby (éd.), Lexicon topographicum urbis Romae, Volume V, Rome, 1999, p. 135.

Pensabene 1982 = P. Pensabene, Frammenti antichi del convento di S. Alessio, Rome, 1982.

Picard 1922 = C. Picard, Éphèse et Claros, Paris, 1922.

Platner – Ashby 1929 = S. Platner, T. Ashby, Topographical dictionary of ancient Rome, Oxford, 1929.

Prim 2012 = J. Prim, Histoire de l’Aventin : limites, fonctions urbaines et rôle symbolique d’un quartier romain (IIe s. av. J.-C.-49 ap. J.-C.), thèse de doctorat sous la direction de C. Moatti, Université de Paris 8, 2012.

Quaranta 2006 = P. Quaranta, La Forma Urbis Marmorea come strumento di verifica della topografia di Roma antica : il caso di Diana in Aventino, dans R. Menghini, R. Santangeli Valenzani (dir.), Formae Urbis Romae. Nuovi frammenti di piante marmoree dalla scavo dei fori imperiali, Rome, 2006, p. 143-156.

Quoniam 1947 = P. Quoniam, À propos du mur dit de Servius Tullius, dans MEFRA, 59, 1947, p. 41-64.

Richardson 1992 = L. Richardson, A new topographical dictionary of ancient Rome, Baltimore, 1992.

Rigsby 1996 = J. K. Rigsby, Asylia : territorial inviolability in the Hellenistic World, Berkeley, 1996.

Rodríguez-Almeida 1981 = E. Rodríguez-Almeida, Forma Urbis Marmorea : aggiornamento generale, 1980, Rome, 1981.

Säflund 1932 = G. Säflund, Le mura di Roma repubblicana : saggio di archeologia romana, Lund-Uppsala, 1932.

Scheid 1976 = J. Scheid, Notes sur la via Campana, dans MEFRA, 88, 2, 1976, p. 639-668.

Scodellari 2003 = E. Scodellari, Le temple servien de l'Aventin : essai de réinterprétation des données traditionnelles, dans Athenaeum, 91, 2, 2003, p. 417-433.

Sordi 1994 = M. Sordi (dir.), Emigrazione e immigrazione nel mondo antico, Milan, 1994.

Sordi 1995 = M. Sordi (dir.), Coercizione e mobilità umana nel mondo antico, Milan, 1995.

Taviani 2002 = M. Taviani, Indagini della Soprintendenza archeologica di Roma nella zona dell’Aventino (1999-2002), dans BCAR, 2002, 103, p. 197-221.

Tucci 2004 = P. L. Tucci, Eight fragments of the Marble Plan of Rome shedding new light on the Transtiberim, dans PBSR, 72, 2004, p. 185-202.

Turcan 2000 = R. Turcan, Une Artémis d’Éphèse trouvée sur l’Aventin, dans CRAI, 2, 2000, p. 657-669.

Van Berchem 1960 = D. Van Berchem, Trois cas d'asylie archaïque, dans MH, 17, 1960, p. 21-33.

Vendittelli – Coltorti – Gagliardo 1990 = L. Vendittelli, P. Coltorti, M. C. Gagliardo, Aventino. Via S. Alberto Magno - Largo Arrigo VII. La localizzazione del Balneum Surae e del tempio di Diana (scavi 1989-1990), dans BdArch, 1990, p. 163-169.

Vendittelli 1995 = L. Vendittelli, Diana Aventina aedes, dans E. M. Steinby (éd.), Lexicon topographicum urbis Romae, Volume II, Rome, 1995, p. 11-13.

Vendittelli 2005 = L. Vendittelli, Il tempio di Diana sull’Aventino : ipotesi di posizionamento e ricerca archeologica, dans D. Caiazza (éd.), Italica Ars : studi in onore di Giovanni Colonna per il premio I Sanniti, 2005, p. 235-249.

Ver Eecke 2008 = M. Ver Eecke, La République et le roi : le mythe de Romulus à la fin de la République romaine, Paris, 2008.

Vernant – Frontisi-Ducroux 1986 = J.-P. Vernant, F. Frontisi-Ducroux, Figure du masque en Grèce ancienne, dans J.-P. Vernant et P. Vidal-Naquet, Mythe et tragédie en Grèce ancienne, volume II, Paris, 1986, p. 25-43.

Vernole 2002 = V. E. Vernole, Servius Tullius, Rome, 2002.

Zanotti 1999 = M. G. Zanotti, Santa Prisca, titulus, dans E. M. Steinby (éd), Lexicon topographicum urbis Romae, Volume IV, Rome, 1999, p. 162-163.

Zevi 1987 = F. Zevi, I santuari di Roma agli inizi della repubblica, dans M. Cristofani (dir.), Etruria e Lazio arcaico : atti dell'incontro di studio, 10-11 novembre 1986, Rome, 1987 (QArchEtr, 15), p. 121-132.

Zevi 1995 = F. Zevi, I santuari « federali » del Lazio : qualche appunto, dans Eutopia, 4, 2, 1995, p. 123-142.

Haut de page

Notes

1 Merlin 1906.

2 Voir la bibliographie du présent article pour les principaux travaux menés au cours de ces quatre dernières décennies. Pour la bibliographie antérieure, voir les références mentionnées dans Pairault 1969, p. 425-428.

3 Ces réflexions s’appuient sur notre travail de recherche doctorale (Prim 2012). Notamment la troisième partie de notre thèse, consacrée à l’étude du paysage religieux de l’Aventin. Voir également les récents travaux de Mignone 2010 (non uidi), consacrés à l’histoire de l’Aventin à la fin de la période républicaine.

4 Comme l’a noté Gras 1987, p. 54, dans le déroulement du récit de Denys d’Halicarnasse (IV, 26, 5), la fondation du temple apparaît comme l’un des derniers faits du règne de Servius Tullius, que la tradition situe autour de 534 av. J.-C. Cette chronologie concorde avec le contexte politique singulier dans lequel se place la construction du temple.

5 Merlin 1906, p. 203.

6 Sur la bibliographie et le détail des arguments soutenus par chacune des tendances opposées, voir Pairault 1969, p. 426-428.

7 Ibid, p. 425-471.

8 Ampolo 1970, p. 200-210.

9 Sur la cohérence de cette politique à l’égard des Latins, voir les remarques de Pairault 1969, p. 430 et Briquel 2000, p. 127-129. Voir aussi Bourdin 2012, p. 286-289.

10 Briquel 2000, p. 127 et p. 147-149. Selon ce dernier, l’antériorité du culte fédéral d’Aricie ne fait aucun doute. Elle est attestée par l’aspect primitif de ses rites, connus par une inscription archaïque transcrite par Caton le Censeur (fr. II, 28 – Chassignet). Le culte évolua au début du Ve s. av. J.-C., sous l’influence de Cumes, au moment de l’entente entre les Latins et Aristodème. Le caractère fédéral du culte fut lors réaffirmé contre Rome. C’est pourquoi l’inscription transcrite par Caton, datée de cette période, ne fait aucune mention de l’Vrbs dans la liste des cités impliquées dans le culte d’Aricie.

11 En ce sens, déjà, Pairault 1969, p. 439-445, pour qui le rôle fédéral de la déesse ne s’explique pas indépendamment de l’hellénisation du culte, qui survint sous l’influence de Cumes, au Ve s. av. J.-C. Selon cette hypothèse, l’inscription transcrite par Caton (500 av. J.-C.), n’évoquerait donc pas la réaffirmation du culte fédéral d’Aricie face à celui de Rome, mais plutôt le début de l’utilisation du sanctuaire de Nemi pour les réunions de la ligue latine. En ce sens également Liou-Gille 1992.

12 Cette spécificité fonctionnelle de l’Artémision d’Éphèse a été notamment étudiée par Van Berchem 1960, p. 24-26.

13 Sur cette forme d’asylie ancienne et ses développements, voir Dreher 1996, p. 80-89 et Gauthier 1972, p. 226-227.

14 Rigsby 1996, p. 575-577.

15 Malheureusement l’auteur ne précise pas les références de sa source.

16 Dreher 1996, p. 80-81 et p. 87. Le chercheur allemand remarque en effet que dans la langue grecque, la forme substantivée τὸ ἄσυλον n’existe pas. On a d’un côté le substantif ἀσυλία, mentionné pour la première fois dans les sources littéraires du milieu du Ve s. av. J.-C. (Eschl., suppl., v. 610), qui désigne l’état d’asile ainsi que la personne protégée, et par ailleurs l’adjectif ἄσυλος, plus tardif.

17 Ibid, p. 83-89. Selon le chercheur, l’Hikésie apparaîtrait déjà chez le poète Alcée, vers 600 av. J.-C. Mais elle pourrait avoir une origine plus ancienne, dont l’épopée homérique aurait conservé la trace.

18 Freyburger 1992, p. 139-151 et plus récemment Id., 2003, p. 161-175.

19 Colini 1942, p. 47.

20 Sur l’application de la sacratio aux individus ne respectant pas les suppliants réfugiés auprès de Véiovis, voir plus particulièrement Freyburger 2003, p. 166.

21 Sur cette datation, voir Albertoni 1999, p. 100.

22 Coarelli 1994, p. 35.

23 Les principales informations concernant les spécificités et le fonctionnement de l’asile romuléen sont transmises par les auteurs de la période augustéenne, et traduisent surtout certains aspects de la politique du princeps. Il est bien connu en effet que la figure romuléenne était centrale dans l’idéologie impériale d’Auguste, qui se présentait comme le nouveau Romulus (Martin 1994, p. 405-411). Aussi les différentes formes de la tradition augustéenne relatives à l’asile de Romulus reflètent essentiellement les débats, propres à cette période, sur la question des origines de la population romaine et les fondements militaires et démographiques de Rome (voir sur ce point Ver Eecke 2008, p. 71-80). Par ailleurs, l’asile romuléen, paradigme de l’ouverture de Rome chez la plupart des historiens augustéens (sauf chez Denys d’Halicarnasse pour qui le rôle fondateur de cette institution est largement marginalisé – voir Ver Eecke 2008, p. 72-74), évoque aussi la question de l’intégration des étrangers au corps civique de Rome (Moatti 1997, p. 277). On trouve notamment cette idée chez Florus (I, 1, 9) qui évoque, à travers la création de cette institution par Romulus, l’idéal de la cité intégratrice, créé par Auguste au Ier s. av. J.-C. (Ver Eecke 2008, p. 76-78). Cette tradition relative à l’asile de Romulus invite donc à relativiser l’attitude négative d’Auguste envers cette institution. L’asylie contenait également une dimension positive qui fut vraisemblablement promue et exploitée par l’idéologie impériale (contra, Derlien 2003, p. 221-225).

24 Van Berchem 1960, p. 21-24.

25 Ibid p. 30-33, à propos de la Diane aventine, p. 26-29, à propos de Naucratis et p. 24-26, à propos d’Éphèse.

26 Depuis les travaux de D. Van Berchem, ces questions ont été évidemment précisées. Sur les modalités de protection juridique des individus de passage dans les ports en Grèce ancienne, voir notamment Bresson 2007.

27 Sur la distinction de nature entre l’asylie de sanctuaire et l’asylie personnelle, et ses évolutions dans le monde grec, depuis l'époque archaïque jusqu'à la période hellénistique, voir Dreher 1996, p. 80-91. Voir aussi Gauthier 1972, p. 107-156, p. 127-128 en particulier.

28 Dreher 1996, p. 83-84.

29 Sur le rôle du port fluvial dans le développement économique et culturel de Rome au temps des rois étrusques, voir les différentes contributions présentées dans le catalogue de l’exposition consacrée à la « Grande Roma dei Tarquini », dans Cristofani 1990. Voir également les différents articles sur le sujet proposés dans les actes du récent colloque consacré à cette même phase du développement urbain de Rome dans Della Fina 2010, en particulier l’article de G. Camporeale.

30 L’Aventin dominait en effet les salinae, lieu-dit qui devait certainement son nom à la présence de magasins de sel, probablement très anciens (Coarelli 1999a, p. 229). Ces magasins se trouvaient à la jonction des deux grands axes commerciaux employés pour le transport et la vente de cette denrée depuis les cités côtières du Latium vers les terres de la Sabine (Coarelli 1999b, p. 29-30). Ces considérations ont conduit Scodellari 2003, p. 417-433, à suggérer que la Diane Aventine aurait eu des liens privilégiés avec le commerce du sel pratiqué depuis la côte maritime, reprenant en cela l’une des spécificités de son modèle artémisien (sur l’Artémis d’Éphèse et le sel, voir Picard 1922, p. 315-317).

31 Notamment parce qu’aux yeux des Romains, en offrant refuge à certains criminels, l’asile pouvait être synonyme d’impunité (Voir Derlien 2003, p. 188-194 et p. 221-225). On retrouve cet aspect dans certaines formes de la tradition tardo-républicaine et du début du principat, relatives à l’asile romuléen (cf. Ver Eecke 2008, p. 71-72).

32 Voir depuis les travaux de Sordi 1994 et 1995, les articles publiés entre 2000 et 2007 dans le cadre du programme consacré à « La mobilité des personnes en Méditerranée », dirigé par C. Moatti.

33 Van Berchem 1960, p. 21-24.

34 Colonna 1962, p. 57-60.

35 Ampolo 1970, p. 200-210.

36 Gras 1987, p. 47-61.

37 Ibid, p. 54-56.

38 Brunel 1953, p. 21-33.

39 Gras 1987, p. 51-54.

40 Notamment à Pyrgi, Gravisca et Adria où certains sanctuaires étaient destinés à l’accueil et à la protection de ces populations de passage, ainsi que le confirme la récente étude de Bourdin 2006, p. 19-39.

41 Gras 1987, p. 57-60.

42 Ibid, p. 54-57.

43 Malkin 2011, p. 182-204.

44 La notion d’arborescence est empruntée à Deleuze et Guattari 1980, p. 30-31. Elle vient de la manière dont les arbres généalogiques sont dessinés : une progression unidirectionnelle sans aucun retour possible et des coupes binaires continues. Elle s’oppose au rhizome qui, « à la différence des arbres ou de leurs racines, connecte un point quelconque avec un autre point quelconque, et chacun de ces traits ne renvoie pas nécessairement à un trait de même nature […]. Il n’est pas fait d’unité mais de dimensions, ou plutôt de directions mouvantes. […] À l’opposé de l’arbre, le rhizome n’est pas un objet de reproduction ».

45 Braudel 19909, p. 121-199.

46 Sur la notion de middle ground, telle que l’auteur la définit pour la Méditerranée archaïque, voir Malkin 2011, p. 47-48.

47 Nous reprenons et développons ici, selon une perspective quelque peu différente, une hypothèse formulée en 2011 par F. de Polignac, dans le cadre de son séminaire « Religion et institutions en Grèce ancienne » (EPHE, Sciences religieuses).

48 En ce sens, voir Momigliano 1962, p. 387-392 suivi par Pairault 1969, p. 428.

49 Voir Dumézil 2000 (1966), p. 410-413. Plus spécialement sur la maternité comme attribution originelle de la Diane latine, voir Boëls-Janssen 1993, p. 422-425. 

50 Sur cette fonction très ancienne de Bona Dea, dont on trouverait les traces dans le culte de l’Aventin, et sur son rôle social, voir Marcattili 2010, notamment p. 17-18 et p. 35-37.

51 Sur la procréation et l’ensemble des fonctions liées à la continuitas de la cité et de la communauté civique associés à ces cultes de l’Aventin, ainsi que leurs significations sociale et symbolique dans la société du IVe s. av. J.-C., voir Marcattili 2012.

52 Le caractère « trivalent » de Junon, déesse de la fécondité mais aussi de la souveraineté et de la guerre, a été observé par G. Dumézil, à propos de la Junon SMR de Lanuvium – Dumézil 1954. Selon ce dernier, cette caractéristique concernait également la Junon Reine de Véies, dont le culte fut transféré à Rome par le biais d’une evocatio, au début du IVe s. av. J.-C. (Dumézil 2000 (1966), p. 303). Nos observations sur le culte de la Iuno Regina établie sur l’Aventin indiquent que cette déesse conserva cette trivalence fonctionnelle bien après son transfert à Rome – Prim 2012, p. 476-480.

53 Dumézil 2000 (1966), p. 413.

54 L’épisode apparait sur un type monétaire daté du Ier s. av. J.-C. (RRC, 372/1). Il fut diffusé quelques années après la fin de la guerre sociale, sous la dictature de Sylla, par A. Postumius Albinus, triumvir monétaire autour de 81 av. J.-C. Ce choix iconographique visait probablement à souligner le lien entre la gens Postumia et le sanctuaire de Diane, comme l’avait déjà noté Babelon 1886, p. 380-381. En effet, Postumius Albus, ancêtre légendaire de la gens, passait pour avoir été le vainqueur de la bataille du lac Régille contre la ligue latine, entre 499 et 496 av. J.-C., confirmant ainsi la prédiction de l’oracle à propos de la domination romaine sur la région.

55 Pairault 1969, p. 432.

56 Que la souveraineté fut conférée par la déesse elle-même, comme le suggère Dumézil 2000 (1966), p. 413 ou qu’elle résulte plutôt de l’accomplissement du sacrifice, comme le suggère Pairault 1969, p. 432-433.

57 Sur ce point, voir aussi Ando 2009, p. 101-102.

58 Sur la dimension « terrestre » et latine de Diane, voir en dernier lieu Zevi 1995, p. 125 et s.

59 Pour le recensement de ces vestiges, voir Säflund 1932, p. 243-246. Ce dernier a cependant refusé que les appareillages en cappellaccio aient pu appartenir à une enceinte archaïque, et considéré que leur emploi fut strictement limité aux fondations et à la restauration de l’enceinte du IVe s. av. J.-C. Les positions sur ce point ont évolué depuis. En particulier avec les travaux de Lugli 1933, p. 3-45, qui a réaffirmé l’emploi diachronique et antérieur du cappellaccio. Si la majorité des chercheurs s’accorde à l’heure actuelle sur l’existence d’une enceinte archaïque (voir en dernier lieu Coarelli 1995, p. 19-22), la forme unitaire de cette enceinte reste en revanche très discutée – voir les principaux points de vue qui s’opposent sur la question dans Cifani 1998, p. 359-389.

60 Voir notamment l’étude de Quoniam 1947, p. 41-64, qui distingue deux phases d’emploi pour cet appareil en cappellaccio : une phase archaïque et une phase ultérieure, au cours de laquelle les assises supérieures des blocs furent retaillées en assises de réglage pour y placer des blocs de Grotta Oscura. Par ailleurs, il ne semble faire aucun doute que la structure dans laquelle furent intégrés ces deux types d’appareil appartenait à un mur d’enceinte.

61 Seul un passage de Festus (p. 17 L) met en doute la situation extrapomériale de la colline. Le grammairien indique en effet : Auentinus mons intra urbem dictus est, quod ibi rex Albanorum Auentinus bello fuerit extinctus atque sepultus. Il est toutefois probable que cet auteur du IIe s. ap. J.-C. fasse ici allusion à la nouvelle situation juridique de l’Aventin. La colline fut en effet englobée dans le pomerium par l’empereur Claude, en 49 ap. J.-C.

62 Sur l’organisation du territoire de Rome au regard du droit augural, voir Magdelain 1990a, p. 155-191.

63 À condition d’admettre que le calcul de cette zone se fit depuis les limites pomériales, comme le suggère la plupart des textes mentionnant la zone des mille pas, et non depuis la muraille. En effet, si les murs et le pomerium tendent à se confondre sur l’ensemble du périmètre de l’Vrbs, ce ne fut jamais le cas dans le secteur de l’Aventin. Pour le recensement des sources relatives à la zone des mille pas, voir en dernier lieu Guilhembet 2006, n.76, p. 105.

64 Ibid, p. 105-108 sur la zone des mille pas comme limite de certaines réglementations urbaines, d’après les indications de la Table d’Héraclée. Sur la zone des mille pas comme périmètre définissant territorialement les champs de compétence des édiles, toujours d’après la table d’Héraclée, voir Nicolet 1987, p. 1-25, Crawford 1996, vol. 1, n°24, p. 355-391 et Daguet-Gagey, à paraître. Enfin, sur la zone des mille pas comme périmètre définissant territorialement les domaines de pouvoir des magistrats à imperium, et la question connexe des modalités d’activation du ius provocationis par les tribuns de la plèbe, à l’intérieur de cette limite, voir les points de vue contradictoires de Magdelain 1990b, p. 210-211, Giovannini 1983, p. 19-26 et Humbert 1988, p. 431-503, ainsi que nos remarques – Prim 2012, p. 45-61.

65 Colonna 1991, p. 209-232.

66 Cette hypothèse faisait autorité chez de nombreux savants de la fin du XIXe siècle, tels B. G. Niebuhr, puis H. Jordan, Th. Mommsen et R. Lanciani, comme le précisait déjà Merlin 1906, p. 55 n. 6.

67 Contra Alföldy 1965, p. 98. Le chercheur a justifié le caractère « extraterritorial » de l’espace sur lequel fut établi le sanctuaire de Diane, par sa position à l’extérieur des murs de la Ville. L’argument ne semble plus soutenable.

68 Une spécificité déjà relevée par Zevi 1987, p. 125 et Vernole 2002, p. 27.

69 Vernant –  Frontisi-Ducroux 1986, p. 33.

70 Plusieurs temples de l’Aventin jouèrent en effet un rôle spécifique à l’égard des populations en marge de la citoyenneté active, notamment à partir de la seconde guerre punique. En particulier à l’égard des femmes et des esclaves – Prim 2012, p. 465 et s.

71 Momigliano 1962, p. 387-392. L’hypothèse s’appuie essentiellement sur la référence aux « lois de l’autel de Diane sur l’Aventin » (leges arae Dianae in Aventino), qui apparaît sur trois inscriptions d’époque impériale (CIL III, 1933 ; CIL XI, 361 et CIL XII, 4333). Selon le chercheur italien, cette mention pourrait évoquer la forme originelle du sanctuaire. Enfin, un passage de Tacite (An., XII, 8 : Addidit Claudius sacra ex legibus Tulli regis piaculaque apud lucum Dianae per pontifices danda) renverrait à ce lucus originel, à condition d’admettre qu’il s’agit ici du lucus de la Diane aventine et non de la Diane d’Aricie. Contra Pairault 1969, n. 2 p. 428.

72 Hypothèse que soutient Gras 1987, p. 57. Selon ce dernier, le temple archaïque d’Éphèse, alors en cours de construction, était suffisamment avancé pour que les Romains, aidés par la maîtrise technique des migrants phocéens, puissent s’en inspirer.

73 Auquel cas il serait difficile de déterminer l’aspect originel du temple car l’Artémision de Marseille reste mal connu – Gras 1987, p. 56.

74 L’édifice apparaît partiellement, à côté d’un autre temple de dimensions plus réduites. Ce dernier est accompagné de la légende Minerbae, qui a été restituée [Aedes] Minerbae. Cet édifice a été identifié comme le temple de Minerve, érigé sur l’Aventin au IIIe s. av. J.-C. Le temple de Diane est, quant à lui, accompagné de la légende Cornificia, restituée [Aedes Dianae] Cornificia[e]. Sur le fragment, on peut observer un temple, probablement octastyle, à l’instar du modèle éphésien du IVe s. av. J.-C., avec un pronaos d’une profondeur de quatre ou cinq colonnes bordé d’une rangée externe de colonnes sur les côtés longs. À moins qu’il ne s’agisse d’une double colonnade latérale qui enceint complètement le pronaos. On observe également que le sanctuaire est entouré d’un portique à double colonnade, à moins qu’il ne s’agisse d’une double rangée de petits arbres présente sur un seul côté.

75 Voir le compte rendu et la bibliographie des opinions qui se sont opposées sur la question jusqu’au XIXe siècle, dans Cassatella – Vendittelli 1985, p. 444‑446.

76 Merlin 1906, p. 99-103.

77 L’hypothèse se basait sur un passage de Martial (VI, 64, 1) indiquant que le temple de Diane se trouvait à proximité des thermes de Sura, qui dominaient la vallée du Grand Cirque. Cependant, Merlin (Ibid) avait déjà relevé que ce voisinage n’impliquait pas nécessairement que le temple fut placé immédiatement au-dessus du Circus Maximus. Mais surtout, le chercheur a justement remarqué que l’église S. Prisca fut construite à une période où le sanctuaire de Diane subsistait encore (IIIe-IVe s. ap. J.-C.), si l’on en croit les catalogues Régionnaires (Reg. XIII – Nordh 1949, p. 94). Notons toutefois que le titulus de l’église n’est pas attesté par les sources avant le Ve s. av. J.-C. – voir Zanotti 1999, p. 162.

78 Selon lui, les vestiges qui ont été exhumés sous l’église de S. Sabina appartiendraient plus vraisemblablement au temple de Junon Reine. La localisation du sanctuaire de Diane sous S. Sabina reste aujourd’hui exclue et on préfère y placer le temple de Junon Reine (Andreussi 1996b, p. 125-127) ou bien celui de Libertas (Coarelli 1994, p. 238).

79 Sur la correspondance du clivus Publicius avec l’actuel clivo dei Pubblici, déjà proposé par C. Hülsen, voir Coarelli 1992a, p. 29-30.

80 Le chercheur s’opposait ainsi à une autre hypothèse qui plaçait le temple plus à l’est, à hauteur de l’actuel Roseto comunale (ancien cimetière hébraïque), au-dessus du Circus Maximus (Merlin 1906, p. 98-99). À l’heure actuelle, la thèse de C. Hülsen est majoritairement admise par les chercheurs (voir en dernier lieu Coarelli 1992a, p. 32 et Andreussi 1996a).

81 Les vestiges de cet édifice étaient alors clairement identifiés – voir La Follette 1999.

82 Comme l’attestent quelques esquisses conservées dans la correspondance que ce dernier avait entretenue avec R. Lanciani ; voir Cassatella – Vendittelli 1985, p. 446-447.

83 Forma Urbis Marmorea. Il s’agit d’un plan de marbre de Rome, daté du règne de Septime Sévère, qui était affiché dans la préfecture de la Ville. Plusieurs fragments de ce plan ont été retrouvés dès le milieu du XVIe siècle, près de la basilique des Santi Cosma e Damiano.

84 Carettoni et alii 1960 et Rodríguez-Almeida 1981. Il faut noter la contribution notable en ce domaine que représente également la récente digitalisation des fragments de la FUM, réalisée dans le cadre du Stanford digital forma urbis Romae project – http://formaurbis.stanford.edu/

85 Notamment par G. Lugli, A. M. Colini, F. Coarelli ou encore E. Rodríguez-Almeida, comme le rappellent Cassatella – Vendittelli 1985, p. 446-447.

86 Voir les positionnements du fragment 22b proposés par G. Carettoni et E. Rodríguez-Almeida dans Cassatella – Vendittelli 1985, fig. 11 et 12.

87 Cassatella – Vendittelli 1986, p. 554‑560 ; Vendittelli 1995, p. 13.

88 Vendittelli – Coltorti – Gagliardo 1990, p.163-168.  

89 Ibid, fig. 2 p. 164.

90 Colonna 1994, p. 286-304.

91 Voir les vestiges de cette voie sur la FUR de R. Lanciani (pl. 34 et 40). Sur la localisation de la porta Lavernalis en ce lieu, voir Richardson 1992, p. 304 et Coarelli 1996a, p. 329.

92 Lanciani FUR, pl. 34.

93 Darsy 1968, p. 74-75.

94 Sur la localisation des salinae et du pont Sublicius dans la partie nord de la colline, en rapport avec le forum boarium, voir Coarelli 1992a, p. 28 ; 31-34.

95 Colonna 1994, p. 303.

96 Les résultats de ces travaux ont été publiés notamment dans Taviani 2002, p. 197-221.

97 Voir Armellin – Quaranta 2004, p. 279-298 et Quaranta 2006, p. 143-156 qui reprend en substance les mêmes arguments.

98 Voir Frutaz, 1962, 2, plan CXXVII, 2, pl. 249.

99 Ces précisions architecturales viennent d’une note marginale qui apparaît sur un dessin de ces vestiges réalisé à la même époque, par Giovanni Antonio Dosio : « Uestigie d u[n] Tempio scoperto nel mo[n]te aue[n]tino trouato da m(esse)r Matteo da Castello uicino alle mura di S. Sabina el quale era di Pietra rustica coperto tutto di stucco e no[n] se ne uedeua più eh [e] qua[n]to è qui di sotto in pianta o[m]brato » – cf. Bartoli 1914, 5, fig. 884-885.

100 Quaranta 2006, p. 154.

101 Vendittelli 2005, p. 235-249. Ces arguments ont été également présentés à l’occasion d’une journée d’étude sur l’Aventin antique, organisée en février 2006. En ce sens également, Bruno 2006, p. 113-115.

102 Cette indication est tirée du diario ordinario di Roma, aux dates du 19 juillet 1765 (n. 7496) et du 20 juillet 1765 (n. 7497). Le terme aja désignerait vraisemblablement une substruction. Voir Vendittelli 2005, p. 246.

103 Vendittelli ibid, mentionne notamment un passage de Silius Italicus (XII, 713), également relevé par Merlin 1906, p. 17-18, pour décrire la morphologie singulière de cette partie de l’Aventin. La chercheuse renvoie également au récit du martyre d’Eugénie, d’après la passion des saints Prote et Hyacinthe, qui se déroula dans le temple et suggère la proximité du sanctuaire de Diane avec le Tibre (Mombrizio1910, p. 397). Toutefois, cette indication pourrait tout aussi bien être exploitée en faveur d’une localisation du temple dans la partie septentrionale de la colline.

104 Tout d’abord, les restes d’une korè archaïsante d’époque augustéenne ont été découverts en remploi dans les murs de construction du couvent de S. Alessio – sur cette statue et son lien éventuel avec le sanctuaire de Diane, voir Pensabene 1982, p. 56-59. C’est également de la zone située entre S. Alessio et S. Sabina que proviendrait, selon la chercheuse, un simulacre de l’Artémis polymaste, découvert sur la colline en 1722 et publié par Francesco de Ficorini en 1744 (Vendittelli 2005, p. 247). Cependant, Turcan 2000, p. 657-659 et p. 668, avait plutôt mis cette découverte en rapport avec la localisation traditionnelle du sanctuaire sur le plateau central du Grand Aventin. Toujours dans le secteur sud-ouest du Grand Aventin, R. Lanciani signale la mise au jour d’une inscription vraisemblablement datée du IIe s. ap. J.‑C., mentionnant un scriba librarius (CIL VI, 1068) qu’il serait possible de mettre en relation avec le temple de Minerve, voisin du sanctuaire de Diane. Enfin, Vendittelli 2005, p. 247 signale la découverte au XIXe siècle, entre S. Alessio et le prieuré de Malte, d’un tripode en marbre attribué, au moment de sa découverte, à Apollon, parèdre de Diane. Nous ajouterons pour finir, la découverte en mars 2009, le long de la via Marmorata, d’un buste du IIe s. ap. J.-C. représentant une Artémis de type éphésien – voir Capodiferro, Quaranta 2011, p. 15-40.

105 Guglielmi 2006, p 49-86. Sur la domus Pactumeia, voir Guidobaldi 1995, p. 150.

106 Qua re arcessitus cum in senatum non uenisset, armata familia Auentinum occupauit ; ubi ab Opimio uictus, dum a templo Lunae desilit, talum intorsit et Pomponio amico apud portam Trigeminam, P. Laetorio in ponte sublicio persequentibus resistente in lucum Furinae peruenit. Texte latin et traduction de M. Bouquet, Rennes : SCÉRÉN-CRDP de Bretagne, 2005.

107 Contra, Armellin – Quaranta 2004, p. 296 et Quaranta 2006, p. 154 qui considèrent que la voie qui suivait l’actuel clivo di Rocca Savella fut abandonnée avec la construction du mur républicain, qui vint l’obstruer au IVs. av. J.-C. Tout dépend si l’on admet que l’enceinte archaïque de Rome présentait déjà un caractère unitaire. Auquel cas, il n’y a aucune raison d’affirmer que cette voie fut tronquée par les aménagements du IVe s. av. J.-C., qui consistaient surtout à rénover et améliorer l’enceinte antérieure, et en préservaient ainsi le tracé (en ce sens notamment Coarelli 1995, p. 16 et 22).

108 Ainsi, comme l’a noté Coarelli 1992a, p. 29-30, le récit de la fuite de Caius Gracchus implique que l’antique clivus Publicius suivait le tracé de l’actuel clivo dei Pubblici (Hülsen), plutôt que celui du clivo di Rocca Savella (Lyngby). En effet, si l’on place le clivus Publicius au plus près du Tibre, on ne comprend pas comment les fuyards auraient pu rejoindre le pont Sublicius en passant par l’actuel clivo dei Pubblici, sans se faire couper la route par leurs ennemis.

109 Richardson 1992, p. 40 et Andreussi 1993, p. 127.

110 En effet, dans la mesure où la muraille républicaine formait certainement une structure de défense unitaire, il est nécessaire de placer l’une des portes de l’enceinte dans ce secteur. La seule que l’on puisse situer dans cette zone est la porta Trigemina – voir Coarelli 1995. À l’heure actuelle, aucune source ne permet formellement de supposer l’existence d’un autre système de passage à travers la muraille républicaine, qui aurait permis de rejoindre directement les rives du Tibre depuis la façade occidentale de la colline dès le IIe s. av. J.-C.

111 Lanciani FUR, pl. 34. L’hypothèse fut également suivie par H. Jordan et O. Gilbert – voir Platner – Ashby 1929, p. 418.

112 Actuellement, ces vestiges sont plutôt reconnus comme les restes du pons Probi, érigé au IIIe s. ap. J.-C. par l’empereur Probus, ou comme des éléments architecturaux effondrés de l’Aventin. Sur ces interprétations, voir Dupré-Raventós 1999, p. 111-112.

113 Frutaz 1962, III, tav. 407 et 476.

114 Le positionnement de ces fragments dans la restitution de la FUM, rigoureusement démontré par Tucci 2004, p. 185-196, a été confirmé par les algorithmes de correspondance automatique développés par D. Koller, dans le cadre du Stanford digital forma urbis Romae project. Voir Koller – Levoy 2006, p. 109-110.

115 Tucci op. cit., p. 198. Le chercheur propose ainsi que l’actuelle via di S. Michele, jusqu’ici privilégiée pour repérer le tracé de l’antique via Campana-Portuensis (déjà Lanciani FUR, pl. 34), n’était en réalité qu’une voie secondaire.

116 Ibid, p. 199-200 et fig. 5 et 6.

117 Le Gall 1953, p. 84

118 Ibid, p. 40-41 et 82-83.

119 Lanciani, FUR pl. 28 et 34.

120 L’identification de cette voie, déjà suggérée par Carettoni et alii 1960, n. 7 p. 86, a été démontrée par Coarelli 1992b, p. 39 et passim.

121 Pour obtenir un tel résultat, P. L. Tucci modifie légèrement les correspondances habituellement admises entre la topographie moderne et le positionnement des plaques de la FUM relatives au Transtiberim, de sorte que le tronçon de la via Campana identifié sur la plaque 28 se situe parfaitement dans l’axe de la voie supérieure figurée sur les fragments 138 a-f (comparer Tucci 2004, fig. 5 et Coarelli 1992b, fig. 2).

122 En ce sens, déjà, Carettoni et alii 1960, p. 86 et pl. LXII b. D’ailleurs, sur la base de cette hypothèse, Tucci 2004, p. 198 et fig. 4 suggère, dans un premier temps, un prolongement de la via Campana vers le nord avec, là encore, une légère modification des correspondances entre les fragments de la FUM et la topographie moderne, puisque la voie inférieure repérée sur le fragment 27a ne se place plus dans l’axe de la via di S. Cecilia, mais plus près du Tibre. Selon nous, c’est cette première interprétation qu’il faut retenir.

123 Au moins à partir du IIe s. av. J.-C., avec le développement de l’Emporium (Liv., XXXV, 10. 12), puis la construction du pons Aemilius, le premier pont en pierre reliant la rive gauche du Tibre au Transtiberim, réalisée au cours de la même période (Liv., XL, 51. 4).

Sur le recoupement des tracés intra urbain des viae Campana et Portuensis, voir en dernier lieu Patterson 1999, p. 135 et Richardson 1992, p. 415.

124 En ce sens, Coarelli 1992b et aussi, différemment, Scheid 1976.

125 Voir Coarelli 1992a, p. 25-35 et Richardson 1992, p. 299.

126 Sur les limites des Regiones, voir en dernier lieu Palombi 1999, p. 199-204 et fig. 84.

127 Encore signalée dans Platner – Ashby 1929, p. 418, cette hypothèse est en effet absente des plus récents dictionnaires topographiques de la Rome antique : voir Richardson 1992, p. 310 et Coarelli 1996b, p. 332-333.

128 Encore que cette mention ne constitue pas la preuve irréfutable que le temple de Diane existait encore au IVe s. ap. J.-C. L’inclusion ou l’exclusion d’un monument dans le Curiosum et/ou la Notitia ne repose sur aucun motif apparent, et il n’est pas à exclure que ces documents aient pu faire référence à des édifices déjà disparus au moment de leur élaboration (voir Arce 1999, p. 22).

129 Les sources tardives qui font allusion au temple, le situent toujours dans un contexte antérieur au Ier s. ap. J.-C., et aucune reconstruction du sanctuaire n’est explicitement mentionnée.

130 Une telle rupture viderait complètement le récit de sa substance symbolique et mémorielle. Cela paraîtrait d’autant moins compréhensible que le De uiris illustribus relève clairement de ces travaux d’abréviateurs qui s’appuyaient sur la tradition historiographique antérieure (sur ce point voir Hellegouarc’h 1994, p. 179-180 et l’édition commentée de Bouquet – Festy – Le Jouan 2005).

131 Dès l’époque classique, Diane a en effet absorbé les caractéristiques de la Luna primitive, même si cette divinité continua d’être honorée (Lunaïs 1979, p. 116-139).

132 Soit dans la partie nord-ouest, soit dans la partie nord-est (Merlin 1906, p. 98-99). À l’heure actuelle, la localisation du temple au nord-ouest, dans la partie haute de l’actuel clivo dei Pubblici, est majoritairement admise (voir en dernier lieu Coarelli 1992a, p. 32 et Andreussi 1996a).

133 1) Caius, accusé d’adfectatio regni se réfugia dans un sanctuaire fondé à l’époque royale ; 2) il chercha refuge dans un sanctuaire institué par Servius Tullius considéré comme un roi populaire à la fin de la République ; 3) comme les plébéiens du Ve s. av. J.-C. pendant la seconde sécession, les partisans des Gracques avaient trouvé refuge dans le temple de Diane – sur cette indication topographique à propos de la seconde sécession de la plèbe, voir DH, XI, 43, 6.

134 Pairault 1969.

135 Ampolo 1970.

136 La recherche archéologique a permis d’identifier dans cette zone les vestiges d’édifices religieux dont certaines séquences chronologiques correspondent vraisemblablement aux dates traditionnelles du règne de Servius Tullius. Il a été proposé d’identifier ces édifices comme les temples de Fors Fortuna et de Mater Matuta (Coarelli 1992a, p. 205-328). Or, ces deux divinités évoquent certains aspects du pouvoir royal étrusque que l’on retrouve dans la tradition (sur la nature hiérogamique de ces divinités et leur rapport à une forme de pouvoir tyrannique, voir Briquel 2000, p. 111-115). Il est intéressant de noter par ailleurs que ces divinités sont liées à l’enfantement et à une certaine forme de souveraineté, présentant ainsi des caractéristiques cultuelles proches de celles de Diana Aventinensis.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Fragments des plaques 21 et 22 de la FUM selon Carettoni et alii.
Crédits Carettoni et al. 1960, pl. XXIII.
Titre Fig. 2 – Tableau des sources littéraires évoquant la fuite de Caius Gracchus sur l’Aventin (121 av. J.-C.).
Crédits Prim 2012.
Titre Fig. 3 – Carte de l’Aventin selon A. Merlin.
Crédits Merlin 1906.
Titre Fig. 4 – Restitution du parcours de Caius Gracchus sur l’Aventin selon les différentes hypothèses de localisation du sanctuaire de Diane.
Crédits Prim (DAO) - EA 1571 (Université de Paris 8), 2013.
Titre Fig. 5 – Fragments de la FUM superposés au cadastre moderne du Transiberim (ante 1870), et restitutions possibles du tracé de la via Campana-Portuensis selon P. L. Tucci.
Crédits Tucci 2004, fig. 5.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joëlle Prim, « Vie religieuse au VIe siècle av. J.-C. et topographie urbaine », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 126-1 | 2014, mis en ligne le 02 juillet 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://mefra.revues.org/2093 ; DOI : 10.4000/mefra.2093

Haut de page

Auteur

Joëlle Prim

Université de Paris 8, EA 1571 – joelleprim[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org