Navigation – Plan du site
Ostia antica
I Severi e la tarda Antichità

L’atelier monétaire d’Ostie (308/309-313 ap. J.-C.)

Enjeux géopolitiques
Vincent Drost

Résumés

Les enjeux relatifs à l’atelier monétaire d’Ostie, depuis sa création par Maxence en 308/309 jusqu’à sa fermeture par Constantin en 313, sont intimement liés au contexte géopolitique de la fin de l’époque tétrarchique. Les relations entretenues par Ostie, à travers son atelier monétaire, avec l’Afrique, Rome et la Gaule ou la Bretagne sont ici examinées successivement sous l’angle de la technique, de l’iconographie et de la circulation monétaire. Créée dans le contexte de la révolte en Afrique, la Monnaie d’Ostie peut, dans les faits, être considérée comme un atelier de circonstance. Elle n’en fut pas moins conçue par Maxence comme un centre de production permanent qui, certes, fonctionne en étroite collaboration avec Rome mais qui dispose aussi d’un certain degré d’autonomie. Ce ne fut plus le cas sous l’administration constantinienne qui procèdera à son transfert à Arles.

Haut de page

Notes de l’auteur

L’auteur est soutenu par une bourse de la Région Rhône-Alpes.

Texte intégral

1Les réformes monétaires et administratives mises en place par Dioclétien à l’extrême fin du IIIe siècle ap. J.-C. s’accompagnèrent de la création d’un réseau de Monetae couvrant l’ensemble du territoire de l’Empire. L’ouverture d’un atelier monétaire à Ostie, dans la décennie suivante, répond à des préoccupations différentes : elle est indépendante de toute planification tétrarchique et intervint dans un contexte bien particulier, celui de l’usurpation de Maxence. L’atelier ne survécut d’ailleurs que quelques mois à la conquête de l’Italie par Constantin. Malgré sa brève durée de vie, avec un peu plus de quatre années d’activité seulement, la Moneta d’Ostie fut, dès l’origine, conçue comme un centre de production permanent, et non comme un atelier d’appoint provisoire. Son mode de fonctionnement et les caractéristiques de sa production répondent à toutes les exigences d’un atelier monétaire tétrarchique.

  • 1 Maurice 1902 et 1908.
  • 2 Albertson 1984. On mentionnera également le texte publié dans le catalogue de l’exposition consacré (...)
  • 3 Ces études concernent par exemple le monnayage d’or maxentien d’Ostie (Drost 2008) ou bien les frac (...)
  • 4 Nous citerons entre autres le volume VI du Roman Imperial Coinage (RIC VI), ouvrage de référence un (...)

2Pourtant, l’atelier d’Ostie a assez peu retenu l’attention des numismates et des historiens, comparé notamment à celui d’Arles qui en est le prolongement. Après les études pionnières de Jules Maurice1, qui sont aujourd’hui largement dépassées, il a fallu attendre les années 1980 pour voir paraître une étude consacrée spécifiquement au sujet2. Par la suite, quelques articles se sont attachés à certains aspects particuliers de la production monétaire à Ostie3. Naturellement, les corpus ou les travaux généraux portant sur le monnayage du début du IVe siècle incluent l’atelier d’Ostie4.

  • 5 Nous renverrons pour cela au RIC VI ainsi qu’à la récente monographie consacrée au monnayage de Max (...)
  • 6 RIC VI, n° 1-10 ; Depeyrot 1995, n° 1/1-1/10 ; Drost 2013a, n° 1-10. Sur l’or maxentien d’Ostie, vo (...)
  • 7 RIC VI, n° 65-72 ; Depeyrot 1995, n° 2/1-8 et 3/1.
  • 8 RIC VI, n° 11-13 ; Drost 2013a, n° 11-16.
  • 9 RIC VI, n° 14-64 ; Drost 2013a, n° 17-97.
  • 10 RIC VI, n° 73-100. 

3Le propos ne sera pas ici de proposer un corpus du monnayage d’Ostie5. Nous rappellerons simplement la structure des émissions monétaires dans les différents métaux. L’atelier d’Ostie se conforma au système trimétallique instauré par la réforme de Dioclétien en frappant ponctuellement l’or et l’argent et en assurant une production régulière en bronze argenté. Quatre officines furent actives depuis la création jusqu’à la fermeture de l’atelier. Toutes les quatre frappèrent l’argent et le bronze argenté tandis que l’or n’émane vraisemblablement que d’une seule officine. Pour la période maxentienne, on dénombre trois séries en or (aurei et vraisemblablement multiples) destinées à célébrer l’ouverture de l’atelier pour la première, la reconquête de l’Afrique en même temps que les Quinquennales de Maxence pour la deuxième, et le quatrième consulat pour la troisième6. Viennent ensuite deux séries en or constantiniennes (solidi, multiples et sous-multiples) marquant la victoire au Pont Milvius7. La frappe de l’argent n’est attestée que sous le règne de Maxence, avec trois séries distinctes8. Quant au bronze argenté, il existe deux émissions maxentiennes, signées MOSTA-Δ pour la première et MOSTP-Q pour la seconde, comprenant chacune des nummi taillés au 1/48 de livre et des fractions (demis ou tiers)9. La signature MOSTP-Q se retrouve dans l’unique émission constantinienne, faite de nummi réduits au 1/72 de livre10.

4Une fois ce cadre posé, il est possible d’avoir une vision globale des enjeux relatifs à cette Moneta. Nous nous intéresserons ici en particulier aux rapports entretenus par Ostie, à travers son atelier monétaire, avec l’Afrique, avec Rome et avec les diocèses des Gaules ou des Bretagnes. Car l’atelier d’Ostie ne saurait être appréhendé indépendamment du contexte géopolitique instable de l’époque auquel sa création, son développement et sa fermeture sont intimement liés.

Ostie et l’Afrique : un rapport de cause à effet

5La création de l’atelier d’Ostie est à resituer dans le contexte de la révolte en Afrique. À une date indéterminée à compter du printemps 308, le vicaire Domitius Alexander prit le contrôle du diocèse africain et, sans doute aussi, des îles de la Méditerranée (Sicile, Sardaigne et Corse). Alors que Maxence perdait ainsi son grenier à blé, il se voyait également plongé dans l’isolement diplomatique le plus complet. Peu après la rupture de ses relations avec son père Maximien Hercule, vers le mois d’avril 308, il fut déclaré ennemi public lors de la Conférence de Carnuntum, en novembre de la même année.

  • 11 On remarquera toutefois que Carthage accuse parfois un retard en matière de titulatures monétaires. (...)
  • 12 Carson – Kent 1956, p. 116 ; RIC VI, p. 393-394 ; Cope 1970, p. 51, n. 16 ; Cope – Billingham 1971, (...)
  • 13 Nous reprendrons ici, dans les grandes lignes, les arguments avancés par Jeločnik 1973, p. 144, déj (...)

6L’atelier monétaire de Carthage fut démantelé par l’administration maxentienne préalablement à la révolte de Domitius Alexander. C’est du moins ce que laisse penser l’absence, à Carthage, de monnaies au nom de Constantin Auguste, dont la promotion à l’augustat intervint à la fin de l’année 30711. L’ouverture d’une Moneta à Ostie contribua notamment à compenser la fermeture de l’atelier nord-africain et à épauler les trois ateliers italiens alors en activité (Rome, Ticinum et Aquilée). Si Ostie et Carthage sont liés par les circonstances, le lien entre les deux ateliers n’est en revanche pas d’ordre technique. Le nouvel atelier d’Ostie ne semble pas être issu du transfert des officines carthaginoises, contrairement à ce qui a parfois été avancé12. Par leur style et leur facture, les productions des deux ateliers sont bien distinctes (fig. 1 et 2)13. Les portraits en haut relief de Carthage se démarquent clairement de la gravure plus plate des effigies d’Ostie. Mais surtout, l’irrégularité de la forme des flans à Carthage tranche avec la découpe plus nette qui s’observe à Ostie. Par ailleurs, le diamètre des coins des premiers nummi d’Ostie (cercle de grènetis : 23-24 mm) est plus important que celui des derniers nummi de Carthage (cercle de grènetis : 22-23 mm). Ajoutons à ceci qu’un délai d’au moins un an sépare apparemment la fermeture des officines nord-africaines de l’ouverture de la Moneta italienne. On verrait d’ailleurs mal l’opportunité d’un rapatriement d’hommes et de matériel de Carthage à Ostie alors que tout le nécessaire se trouvait à portée de main, à Rome. Comme nous le verrons plus loin, il est clair que l’atelier d’Ostie bénéficia d’un apport technique en provenance de Rome. Le personnel de Carthage se retrouva sans doute au chômage. Il ne fut pas même réemployé par Domitius Alexander, lequel se trouva dans l’obligation de créer un atelier de toutes pièces, atelier dont les productions sont bien loin des standards maxentiens (fig. 3).

Fig. 1 – Nummus au nom de Maxence frappé à Ostie (fin 308/début 309 ap. J.-C.).

Fig. 1 – Nummus au nom de Maxence frappé à Ostie (fin 308/début 309 ap. J.-C.).

Vienne, Kunsthistorisches Museum, Münzkabinett, 25372.

Fig. 2 – Nummus au nom de Maxence frappé à Carthage (fin 307 ap. J.-C.).

Fig. 2 – Nummus au nom de Maxence frappé à Carthage (fin 307 ap. J.-C.).

Milan, Gabinetto Numismatico e Medagliere, 11393 (coll. Laffranchi).

Fig. 3 – Nummus au nom de Domitius Alexander frappé à Carthage (308-310 ap. J.-C.).

Fig. 3 – Nummus au nom de Domitius Alexander frappé à Carthage (308-310 ap. J.-C.).

Vente Künker 136, 10/03/2008, n° 1240.

  • 14 RIC VI, n° 15, 17, 20 ; Drost 2013a, n° 21, 22, 24, 27.
  • 15 Lot C : Jeločnik, Kos 1983 ; lot D : Matijasic 1981/2.
  • 16 Drost 2013a, p. 169.
  • 17 Pour cela, il faut toutefois admettre que le bronze argenté fut frappé d’emblée à Ostie. Albertson (...)

7Les repères manquent pour situer avec précision la date de la création de l’atelier d’Ostie. Certes, des bustes consulaires se trouvent dans la première émission en bronze argenté14 mais les titulatures sont dénuées d’itération. L’absence de monnaies aux noms de Maximien Hercule et de Constantin à Ostie montre que l’ouverture se situe après la rupture de la concordia au printemps 308. La présence de monnaies de consécration au nom de Romulus, frappées à partir de la fin 310, donne quant à elle un terminus ante quem. Cette fourchette reste néanmoins très large. Afin de la resserrer, il faut se référer aux trésors ainsi qu’aux productions de l’atelier de Rome. Les lots C et D des trésors de Čentur15, clos vers la mi-309, contiennent des proportions infimes de nummi de l’émission 5 de Rome, signée RBP-Q, comme de l’émission 1 d’Ostie, signée MOSTA-Δ. Ces deux émissions sont donc à peu près contemporaines et ont débuté dans la première moitié de l’année 309. Pour être plus précis, le lancement de la cinquième émission de Rome peut être situé, en fonction de la durée relative des émissions précédentes, vers la fin 308 ou le début 30916. C’est donc à cette date qu’il faudrait situer les premières frappes monétaires à Ostie17.

  • 18 RIC VI, n° 18-19 ; Drost 2013a, n° 18-20.
  • 19 RIC VI, n° 18-19 ; Drost 2013a, n° 25.
  • 20 RIC VI, n° 21, 22, 53, 54, 57 (c’est par erreur que des monnaies à la légende VICTORIA AETERNA AVG (...)

8Si la création de l’atelier d’Ostie ne semble donc pas avoir de lien direct avec la révolte africaine, elle pourrait en revanche trouver une justification dans l’optique de la reconquête qui aura lieu au printemps/été 310. Il est envisageable que l’atelier d’Ostie ait prioritairement contribué à fournir le numéraire destiné à la rémunération des troupes sur le départ. Sa situation portuaire s’y prête bien. Plus concrètement, certaines spécificités qui s’observent dans l’iconographie des premiers nummi maxentiens d’Ostie vont dans ce sens. L’introduction des bustes à attributs militaires intervint de façon particulièrement précoce à Ostie, ceci dès la première émission, entre fin 308/début 309 et mi-30918. À Rome, de tels bustes militaires n’apparaissent pas avant 310. Par ailleurs, le thème de la Fides Militum se trouve au revers des premiers nummi d’Ostie19. Par la suite, il y sera fait recours de manière soutenue tandis qu’à Rome, ce motif ne se trouve que très épisodiquement. La personnification de la Victoire n’apparaît en revanche à Ostie qu’à partir de 31020, semble-t-il une fois la victoire en Afrique acquise. Là encore, l’emploi de ce type de revers est nettement plus soutenu qu’à Rome.

  • 21 Fulford 1972, p. 69 ; Hendy 1972, p. 75-82.
  • 22 Voir aussi Albertson 1984, p. 128-132.
  • 23 Garraffo 1996 ; Garraffo, Santangelo 2010 ; Garraffo 2012.

9Si, à l’origine, l’atelier d’Ostie a peut-être pu être conçu comme un « atelier de campagne », il prit rapidement une dimension plus large. En effet, en 310, avec la fermeture des centres de production nord-italiens de Ticinum et d’Aquilée, l’atelier Ostie partagea avec celui de Rome la charge d’approvisionner en numéraire l’ensemble du domaine de Maxence. Il ne semble pas avoir eu vocation à alimenter en priorité le commerce en Méditerranée, contrairement à ce qui a parfois été suggéré21. Les ensembles monétaires enfouis ou perdus sous le règne de Maxence montrent par exemple que le numéraire d’Ostie ou de Rome parvenait dans des proportions similaires en Italie du Nord et en Afrique, dans un rapport qui est toujours légèrement défavorable à Ostie (tableau 1)22. Les gigantesques lots de monnaies de Maxence provenant de trouvailles nord-africaines (Mangub et Misurata23 notamment) témoignent de convoiements massifs de numéraire depuis Rome et son port vers l’Afrique, région qui ne disposait plus d’un atelier monétaire depuis la chute de Domitius Alexander. Après la reconquête, Maxence ne jugea pas nécessaire de recréer un atelier à Carthage et maintint l’activité à Ostie, dans ce centre de production bien organisé dont la nature était pérenne.

Tableau 1 – Représentation des émissions d’Ostie et de Rome (fin 308/déb. 309-fin 312) dans les trésors maxentiens.

  • 24 Jeločnik 1973.
  • 25 Salama 1966/7 ; Salama 1982 ; Di Vita, Polosa, Salama 2009.
  • 26 Salama 1966/7 ; Salama 1982.
  • 27 Documentation inédite P. Salama et G. Malingue.
  • 28 Fendri 1964 et documentation inédite P. Salama.
  • 29 Bouscaras 1981.

Terminus

Ostie,

ém. 1 et 2

Rome,

ém. 5 et 6

Rapport

Ostie/Rome

Čentur A-B (Slovénie)24

310

433

616

0,70

Mangub A (Libye)25

310/311

879

1029

0,85

Mangub B (Libye)26

310/311

5190

5636

0,92

Cirta (Algérie)27

310/311

29

40

0,73

Henchir Thina (Tunisie)28

312

99

144

0,69

Gruissan (France, Aude)29

313

1283

1598

0,80

Ostie et Rome : dialogue et autonomie

  • 30 Van Heesch 2006.
  • 31 Albertson 1984, p. 133 pensait que, pour cette raison, la frappe de l’or et de l’argent maxentien a (...)

10Dans les faits, Maxence ne semble pas avoir eu à regretter son choix d’implanter un atelier monétaire à Ostie. Mais il faut tout de même s’interroger sur les raisons qui le poussèrent à créer une nouvelle Moneta à proximité immédiate de Rome. Cette initiative est somme toute cohérente si l’on considère l’extrême centralisation du pouvoir maxentien et la politique de repli sur soi adoptée par l’empereur de Rome à partir du printemps 308 et sa rupture avec Maximien et Constantin. Qui plus est, la situation géographique d’Ostie présentait certains avantages. En premier lieu, la présence d’un atelier monétaire dans une ville portuaire était de nature à faciliter la diffusion du numéraire, compte tenu de l’importance des convoiements de fonds par voie de mer dans l’Antiquité tardive30. Par ailleurs, Ostie pouvait être aisément contrôlée depuis Rome tout en étant relativement préservée des vicissitudes de l’Vrbs31. La création de la Moneta d’Ostie répond peut-être aussi tout simplement à des considérations pratiques : la place manquait certainement à Rome pour doubler la capacité de production de l’atelier existant, ce que permettait en revanche l’ouverture de quatre nouvelles officines à Ostie.

  • 32 Dans le RIC VI, p. 307 et p. 394, les deux monnaies sont classées à plusieurs années d’intervalle, (...)

11L’atelier d’Ostie bénéficia manifestement du concours technique de l’atelier de Rome. Depuis les premières jusqu’aux dernières frappes d’Ostie, les portraits sont, par leur style, très similaires à ceux de Rome. S’il faut évoquer une même école de gravure, il est toutefois difficile d’établir des équivalences formelles et il semblerait que les deux ateliers aient chacun disposé de leurs propres scalptores. De rares exemples d’échanges de graveurs sont tout de même à relever, notamment pour ce qui est des coins destinés à la frappe de l’or dont la réalisation était sans nul doute confiée aux meilleurs ouvriers. L’exemple le plus frappant réside dans ces deux aurei de Rome et d’Ostie montrant Maxence casqué et cuirassé au droit et la Victoire faisant face à l’empereur au revers (fig. 4 et 5)32.

Fig. 4 – Aureus au nom de Maxence frappé à Ostie (fin 310/début 311 ap. J.-C.).

Fig. 4 – Aureus au nom de Maxence frappé à Ostie (fin 310/début 311 ap. J.-C.).

Vienne, Kunsthistorisches Museum, Münzkabinett, 25338.

Fig. 5 – Aureus au nom de Maxence frappé à Rome (fin 310/début 311 ap. J.-C.).

Fig. 5 – Aureus au nom de Maxence frappé à Rome (fin 310/début 311 ap. J.-C.).

Londres, The British Museum, Department of Coins and Medals, R 0137.

  • 33 Drost 2013a, p. 38-39.
  • 34 Le fait est déjà reconnu dans le RIC VI, p. 394.

12Au niveau technique, les deux ateliers évoluèrent en parallèle. Une réduction du diamètre des coins servant à frapper les nummi intervint notamment au même moment à Rome et à Ostie, à partir 310. Par contre, des écarts sont à relever en ce qui concerne la métrologie, le poids moyen des nummi d’Ostie étant sensiblement inférieur à celui des nummi de Rome33. Des différences sont également à noter quant à l’affectation des officines. À Rome, dans le cadre des séries de consécration maxentiennes, chaque officine travaille, à de rares exceptions près, pour un divus en particulier (off. P : Romulus ; off. S : Maximien Hercule ; off. T : Constance Chlore ; off. Q : Galère). Ce n’est pas le cas à Ostie où les quatre officines frappent simultanément pour tous les divi. Au contraire, au cours de la période constantinienne, certaines officines d’Ostie se consacrent prioritairement à l’un des « corégents » de Constantin (off. S et T : Maximin ; off. Q : Licinius), organisation qui ne s’observe pas à Rome. Ces paramètres liés à la métrologie et à l’organisation du travail étaient laissés à la discrétion du procurateur monétaire. Les deux ateliers semblent donc avoir été placés sous l’autorité d’un procurateur indépendant. Ceci amène à considérer l’atelier d’Ostie comme un centre de production autonome et non pas comme une simple extension délocalisée de l’atelier de l’Vrbs34.

13Le fait que l’atelier d’Ostie ait élaboré un registre iconographique qui, pour partie, lui est propre va dans le même sens. Au préalable, il faut rappeler que certaines séries de Rome et d’Ostie présentent une parenté typologique évidente (monnayages d’or et d’argent, nummi de consécration, nummi célébrant la reconquête de l’Afrique, fractions du nummus). En revanche, le motif emblématique du monnayage maxentien, celui du temple de Vénus et de Rome accompagné de la formule Conservator Vrbis Suae, ne fut jamais usité à Ostie. Cette image du temple fut pourtant employée sans discontinuité sur les nummi émis à Rome, dans les ateliers nord-italiens et même à Carthage dans son adaptation locale, la statue de Carthage se substituant à celle de Rome dans la cella du temple. La seule référence directe à Rome dans tout le monnayage maxentien d’Ostie se trouve sur un aureus unique qui associe au revers la légende CONSERVATOR VRBIS SVAE et l’image de la déesse Roma (fig. 6). Encore faut-il préciser qu’il s’agit là de l’une des toutes premières monnaies frappées à Ostie, avant que l’atelier portuaire ne se dote d’une iconographie spécifique.

Fig. 6 – Aureus au nom de Maxence frappé à Ostie (fin 308/début 309 ap. J.-C.).

Fig. 6 – Aureus au nom de Maxence frappé à Ostie (fin 308/début 309 ap. J.-C.).

Vienne, Kunsthistorisches Museum, Münzkabinett, 25323.

  • 35 RIC VI, n° 14-20 ; Drost 2013a, n° 17-27.
  • 36 Chevallier 1986, p. 225.
  • 37 Gricourt 1994, p. 194-198 insiste sur ce point, à propos des émissions célébrant les victoires d’An (...)

14Les nummi d’Ostie adoptèrent d’emblée une iconographie bien spécifique. Dans la première émission, ils portent systématiquement la légende de revers AETERNITAS AVG N35. Cette légende accompagne les images de Fides, de la Louve ou bien encore des Dioscures (fig. 1). Ce dernier type est de loin le plus répandu. Il constitue en quelque sorte le pendant du type au temple à Rome. Dans un premier temps, Castor et Pollux encadrent la Louve qui allaite Romulus et Rémus dans une démarche syncrétique qui est sans équivalent. Nous trouvons là une double allusion à la légende de l’Vrbs, à ses fondateurs, Romulus et Rémus, et à sauveurs, les Dioscures. Mais les Dioscures ont aussi et surtout un lien direct avec Ostie, où des jeux étaient donnés en leur honneur36. Les protecteurs de la navigation et les patrons des transactions pécuniaires et commerciales trouvent tout naturellement leur place au revers des monnaies frappées dans un atelier portuaire. Par ailleurs, la vocation guerrière des Dioscures ne doit pas être négligée. Le plus souvent, les représentations monétaires de Castor et Pollux interviennent dans des émissions produites dans le contexte d’événements militaires37. On a vu plus haut que ce fut également le cas à Ostie dans le cadre des préparatifs de la campagne africaine et de la célébration de la reconquête.

  • 38 À titre d’exemple, la collection du Cabinet des médailles de la BnF compte 80 nummi au 1/72 de livr (...)
  • 39 Zosime, II, XV, 1, qui mentionne également le recrutement de soldats parmi les peuples barbares, ch (...)

15Avec la prise de contrôle de l’atelier par Constantin, Ostie ne disposa plus d’un tel type emblématique et l’iconographie s’uniformisa par rapport à Rome. De même que dans l’ensemble des ateliers constantiniens, le revers le plus courant fait l’apologie de Sol Invictus. En revanche, au cours de sa brève période constantinienne, l’atelier d’Ostie semble avoir été doté d’une mission spécifique. Alors que, sous Maxence, l’aire diffusion des productions d’Ostie et de Rome était identique, les trésors enfouis à partir de 313 montrent des disparités flagrantes en la matière pour la période constantinienne (tableau 2). Les rares dépôts de Gaule méridionale répertoriés montrent une prédominance des monnaies de Rome, ce qui n’est pas surprenant puisque le volume des frappes fut certainement plus important à Rome qu’à Ostie38. Malheureusement, les ensembles correctement publiés manquent pour apprécier la situation en Gaule septentrionale. En revanche, les assez nombreux trésors bretons disponibles se caractérisent par une nette surreprésentation des monnaies d’Ostie par rapport à celles de Rome. Il en va de même dans le trésor de Sarzeau (Morbihan), massivement alimenté par le monnayage londonien. Ces données convergentes ne doivent sans doute rien au hasard. Une partie du numéraire frappé à Ostie à la fin de l’année 312 et au début de l’année suivante a semble-t-il été acheminée d’une manière ou d’une autre en Bretagne. Un convoiement massif n’aurait guère eu de sens puisque le diocèse des Bretagnes disposait, à Londres, de son propre atelier. Il est plus probable que ces monnaies furent véhiculées par l’armée. Zosime précise d’ailleurs que les troupes qui accompagnèrent Constantin dans la campagne italienne furent recrutées pour partie en Bretagne39. Ainsi, il se pourrait qu’avant de prendre la route du retour pour la Bretagne, les troupes victorieuses de Constantin aient été payées en priorité avec du numéraire frappé à Ostie.

Tableau 2 – Représentation des émissions de Rome et d’Ostie (fin 312-printemps 313) dans les trésors gallo-britanniques.

  • 40 Bouscaras 1981.
  • 41 Documentation personnelle inédite. Ce trésor, réputé provenir de France, est constitué de 375 nummi(...)
  • 42 Rogers 1981.
  • 43 Drost 2013b.
  • 44 Huvelin 1980.
  • 45 Carson – Burnett 1979.
  • 46 Huvelin – Brenot – Callu 1978.
  • 47 Algar 1997.
  • 48 Burge 1973.
  • 49 Kienast 1962.
  • 50 Carson – Kent 1956.
  • 51 Schaeffer 1926.

Terminus

Ostie

Rome

Rapport Ostie/Rome

Gruissan (France, Aude)40

313

0

6

0

Trésor constantinien (France méridionale ?)41

318

4

20

0,20

Antibes (France, Alpes-Maritimes)42

317

27

28

0,96

Chitry (France, Yonne)43

323/324

27

13

2,08

Sarzeau (France, Morbihan)44

318

143

33

4,33

Waddington (Royaume-Uni, Lincolnshire)45

318

29

6

4,83

Villars-sous-Yens (Suisse, Vaud)46

317/318

6

1

6,00

Durrington (Royaume-Uni, Wiltshire)47

317/318

12

2

6,00

Bourton-on-the-Water (Royaume-Uni, Gloucestershire)48

318

27

4

6,75

Bliesmengen-Bolchen (Allemagne, Sarre)49

318

8

1

8,00

Llangarren (Royaume-Uni, Wiltshire)50

327/328

16

1

16,00

Wettolsheim (France, Haut-Rhin)51

316

4

0

Ostie et Arles : la passation

16Sous l’administration constantinienne, l’atelier d’Ostie a donc pu se voir confier certaines attributions spécifiques. Mais la présence d’un centre de production à proximité immédiate de Rome ne se justifiait certainement plus guère aux yeux de Constantin. D’une part, la centralisation maxentienne autour de l’Vrbs n’avait plus lieu d’être alors que Constantin contrôlait l’ensemble de la partie occidentale de l’Empire. D’autre part, l’Italie était de nouveau bien couverte en termes de production monétaire depuis la réouverture, au cours de la campagne italienne, des ateliers du nord, Ticinum et Aquilée.

  • 52 Une thèse portant sur l’atelier monétaire d’Arles est actuellement en cours : Alexis-Michel Schmitt (...)
  • 53 RIC VII, p. 227 ; Depeyrot 1996, p. 5 ; Ferrando 2010, p. 8.
  • 54 Maximin fut défait par Licinius au Campus Ergenus le 30 avril 313, avant de se donner la mort à Tar (...)
  • 55 Bastien 1980, p. 87.
  • 56 Bruun 1953, p. 63.
  • 57 Pour C. H. V. Sutherland, dans le RIC VI, p. 399, l’émission de nummi au 1/72 de livre d’Ostie se s (...)
  • 58 D’après les données issues des 10 trésors cités dans le tableau 2, les monnaies au nom de Constanti (...)
  • 59 Bruun 1953, p. 17. Cope 1970, p. 57-58, se fondant sur l’évolution parallèle du module des nummi d’ (...)

17Ainsi, quelques mois seulement après la victoire de Constantin au Pont Milvius, la Monnaie d’Ostie ferma ses portes pour laisser place à celle d’Arles, ville qui allait progressivement gagner en importance sous la dynastie constantinienne52. L’ouverture de l’atelier d’Arles est généralement située au printemps ou à l’été 31353. Elle serait postérieure à l’éviction de Maximin Daïa en avril/mai 31354 puisque celui-ci n’est pas représenté dans les premières émissions arlésiennes, et légèrement antérieure à la réduction du nummus au 1/96 de livre, placée par P. Bastien vers le printemps 31355, puisque les premiers nummi d’Arles sont toujours taillés au 1/72 de livre56. La fermeture de l’atelier d’Ostie n’est pas datée avec davantage de précision. Elle est à situer dans les premiers mois de l’année 31357, avec pour terminus ante quem l’élimination de Maximin Daïa, lequel est représenté à parts sensiblement égales avec Licinius sur le bronze d’Ostie58. Quoi qu’il en soit, le transfert des officines d’Ostie à Arles se fit sur un délai assez bref, peut-être de manière progressive59.

  • 60 Laffranchi 1921.
  • 61 RIC VII, 49-51 ; Ferrando 2010, 331-333.
  • 62 Laffranchi 1921, p. 14.
  • 63 RIC VII, 30-32 ; Ferrando 2010, 334-339 et 663.

18Des nummi de la deuxième émission d’Arles illustrent ce transfert de manière on ne peut plus explicite. L. Laffranchi a parfaitement décrypté l’iconographie des deux revers en question60. Le type VTILITAS PVBLICA montre Rome faisant ses adieux à la Monnaie (fig. 7)61. Le fait que ce soit Rome, et non Ostie, qui soit représentée ici suggère, selon L. Laffranchi, que l’atelier d’Ostie n’était qu’une « simple succursale » de l’atelier de Rome62. C’était peut-être vrai du point de vue de l’administration constantinienne, alors que nous avons vu que l’administration maxentienne avait fait de l’atelier d’Ostie un centre de production autonome. Le type PROVIDENTIAE AVGG présente quant à lui la personnification de la ville d’Arles accueillant la Monnaie transférée (fig. 8)63.

Fig. 7 – Nummus au nom de Constantin Ier frappe à Arles (313-314 ap. J.-C.).

Fig. 7 – Nummus au nom de Constantin Ier frappe à Arles (313-314 ap. J.-C.).

Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des monnaies, médailles et antiques, acq. 1985/380.

Fig. 8 – Nummus au nom de Constantin Ier frappe à Arles (313-314 ap. J.-C.).

Fig. 8 – Nummus au nom de Constantin Ier frappe à Arles (313-314 ap. J.-C.).

Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des monnaies, médailles et antiques, acq. 2005/211.

  • 64 Selon Alföldi 1951, p. 307, une bonne partie du personnel et de l’équipement de l’atelier d’Ostie s (...)

19L’outillage, de même que le personnel d’Ostie furent manifestement transférés, du moins pour partie64, en Arles. Les monnaies d’Arles se caractérisent effectivement par un style « italien » qui tranche clairement avec le style des productions gallo-britanniques de Trèves, de Lyon ou de Londres. Le traitement des derniers portraits d’Ostie et des premiers portraits d’Arles est, dans certains cas, très proche (fig. 9 et 10), ce qui dénote, sinon un transfert de graveurs, du moins une réelle influence.

Fig. 9 – Nummus au nom de Constantin Ier frappe à Ostie (fin 312-début 313 ap. J.-C.).

Fig. 9 – Nummus au nom de Constantin Ier frappe à Ostie (fin 312-début 313 ap. J.-C.).

Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des monnaies, médailles et antiques, acq. 1995/969.

Fig. 10 – Nummus au nom de Constantin Ier frappe à Ostie (313 ap. J.-C.).

Fig. 10 – Nummus au nom de Constantin Ier frappe à Ostie (313 ap. J.-C.).

Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des monnaies, médailles et antiques, acq. 1982/1370.

  • 65 Bouscaras 1981.

20Il a aussi nécessairement fallu acheminer du métal jusqu’en Arles. Le trésor de Gruissan (Aude)65, découvert au sein d’épaves, témoigne par exemple du rapatriement de numéraire italien en Gaule : constitué à 98 % de monnaies maxentiennes, en grande majorité frappées à Rome et à Ostie, ce trésor s’achève au début de l’année 313 avec quelques nummi au 1/72 de livre frappés sous l’autorité de Constantin. Le profil de cette encaisse ne laisse aucun doute sur le fait qu’elle a été constituée dans l’ancien domaine de Maxence, en Italie voire en Afrique du Nord. Il est peu probable que cet ensemble constitué en quasi-totalité de nummi relativement lourds, taillés au 1/48 de livre, et à l’effigie de Maxence, l’« usurpateur » vaincu, ait été destiné à être réinjecté dans des circuits gaulois qui étaient alors essentiellement alimentés par des nummi taillés au 1/72 puis au 1/96 de livre. Il faudrait plutôt voir là un lot destiné à terme à la refonte, pourquoi pas dans les officines du nouvel atelier d’Arles situé à faible distance de là (environ 150 km).

21Si la création par l’administration maxentienne d’un atelier monétaire à Ostie doit beaucoup aux circonstances, en l’occurrence à la sécession africaine, cette Moneta prit très vite une dimension importante dans le cadre de la centralisation des frappes monétaires voulue par Maxence. Elle doit être considérée comme un atelier de nature pérenne, qui jouissait d’une autonomie vis-à-vis de celui de l’Vrbs. Avec la prise de contrôle de Constantin sur l’Italie, elle ne fut plus qu’un atelier d’appoint destiné à disparaître rapidement au profit d’Arles, dont l’activité monétaire prendra une ampleur considérable sous la dynastie constantinienne.

Haut de page

Bibliographie

Albertson 1984 = F. C. Albertson, Maxentian hoards and the mint at Ostia, dans American Numismatic Society. Museum notes, 30, 1985, p. 119-141.

Alföldi 1951 = A. Alföldi, The initials of Christ on the helmet of Constantine, dans P. R. Coleman-Norton (éd.), Studies in roman economic and social history in honor of Allan Chester Johnson, Princeton, 1951, p. 303-311.

Algar 1997 = D. Algar, Durrington, Wiltshire : 5,200 nummi to AD 328, dans Coin Hoards from Roman Britain, 10, 1997, p. 296-338.

Bastien 1980 = P. Bastien, Le monnayage de l’atelier de Lyon. De la réforme monétaire de Dioclétien à la fermeture temporaire de l’atelier en 316 (294-316), Wetteren, 1980 (Numismatique romaine. Essais, recherches et documents, XI).

Bouscaras 1981 = A. Bouscaras, Le trésor de monnaies (306-312), dans Archeonautica, 3, 1981, p. 117-175.

Bruun 1953 = P. Bruun, The constantinian coinage of Arelate, Helsinki, 1953.

Burge 1973 = D. W. Burge, Bourton-on-the-Water (Gloucestershire) hoard of constantinian folles, dans Numismatic Chronicle, 1973, p. 98-125.

Calabria 2001 = P. Calabria, La Monnaie d'Ostie, dans J.-P. Descoeudres (dir.), Ostia, port et porte de la Rome antique [catalogue d’exposition, Genève, Musée Rath, 23 février-22 juillet 2001], Genève, 2001, p. 137-140.

Carson – Burnett 1979 = R. A. G. Carson, A. Burnett, The Waddington treasure trove (1976) : 2958 folles to AD 318, dans British Museum, Occasional Paper, 5, 1979, p. 26-39.

Carson – Kent 1956 = R. A. G. Carson, J. P. C. Kent, Constantinian hoards and other studies in the later Roman bronze coinage, dans Numismatic Chronicle, 1956, p. 83-162.

Chevallier 1986 = R. Chevallier, Ostie antique. Ville et port, Paris, 1986.

Cope 1970 = L. H. Cope, Die-module measurements, and the sequence of Constantine’s reformed folles issues of spring A.D. 310 and of early A.D. 313, dans Gazette numismatique suisse, 78, 1970, p. 46-61.

Depeyrot 1995 = G. Depeyrot, Les monnaies d’or de Dioclétien à Constantin (284-337), Wetteren, 1995 (Moneta, 1).

Depeyrot 1996 = G. Depeyrot, Les émissions monétaires d’Arles (quatrième-cinquième siècles), Wetteren, 1996 (Moneta, 6).

Di Vita – Polosa – Salama 2009 = A. Di Vita, A. Polosa, P. Salama, Il ripostiglio di Mangub A, dans Quaderni di archeologia della Libya, 20, 2009, p. 159-168.

Drost 2008 = V. Drost, Le monnayage d’or de Maxence à l’atelier d’Ostie : à propos de l’aureus au type Pax Aeterna Aug N, dans Revue numismatique, 2008, p. 269-296.

Drost 2011 = V. Drost, Les fractions du nummus frappées à Rome et à Ostie sous le règne de Maxence (306-312 ap. J.-C.), dans N. Holmes (éd.), Proceedings of the XIVth international numismatic congress (Glasgow, 2009), vol. I, Glasgow, 2011, p. 635-644.

Drost 2013a = V. Drost, Le monnayage de Maxence (306-312 après J.-C.), Zurich, 2013 (Études suisses de numismatique, 3).

Drost 2013b = V. Drost, Le trésor constantinien de Chitry (Yonne), terminus 323/4 apr. J.-C., dans Trésors monétaires, XXV, 2013, p. 177-243.

Fendri 1964 = N. Fendri, Les thermes des Mois à Thina. Inventaire préliminaire du trésor et présentation des différents types, dans Cahiers de Tunisie, 45-46, 1964, p. 59-67.

Ferrando 2010 = Ph. Ferrando, L’atelier monétaire d’Arles de Constantin le Grand à Romulus Augustule (313-476), vol. I, sans lieu, 2010.

Fulford 1972 = M. Fulford, Coin circulation and mint activity in the late Roman Empire : some economic implications, dans The Archaeological Journal, 135, 1972, p. 67-114.

Garraffo 1996 = S. Garraffo, Notes on coin production, use and circulation in Tripolitana and Crete in late Roman and early Byzantine times, dans C. E. King, D. G. Wigg (éd.), Coin finds and coin use in the Roman world, Berlin, 1996, p. 179-184.

Garraffo 2012 = S. Garraffo, L’importanza del Tesoro di Misurata per lo studio della monetazione tardo romana in aes arricchito di argento, dans Mare internum. Archeologia e culture del Mediterraneo, 4, 2012, p. 59-69.

Garraffo – Santangelo 2010 = S. Garraffo, S. Santangelo, Nummi inediti o rari del Tesoro di Misurata (Libia), dans Il dialogo dei Saperi : metodologie integrate per I beni culturali, vol. I, Naples-Rome, 2010, p. 353-365.

Gricourt 1994 = D. Gricourt, Les Dioscures sur les monnaies romaines impériales, dans Dialogues d’histoire ancienne, 20/2, 1994, p. 189-224.

Hendy 1972 = M. Hendy, Mint and fiscal administration under Diocletian, his colleagues and his successors, A.D. 306-324, dans Journal of Roman Studies, 62, 1972, p. 75-82.

Huvelin 1980 = H. Huvelin, Le trésor de Saint-Colombier-en-Sarzeau, dans Trésors monétaires, II, 1980, p. 59-102.

Huvelin – Brenot – Callu 1978 = H. Huvelin, C. Brenot, J.-P. Callu, Trouvaille constantinienne au Cabinet des médailles de Lausanne (Villars-sous-Jens), dans Revue suisse de numismatique, 57, 1978, p. 174-204.

Jeločnik 1973 = A. Jeločnik, The Čentur hoard : folles of Maxentius and of the Tetrarchy, Ljubljana, 1973.

Jeločnik – Kos 1983 = A. Jeločnik, P. Kos, The Čentur-C Hoard, Ljubljana, 1983.

Kienast 1962 = D. Kienast, Bliesmengen-Bolchen, dans Die Fundmünzen der Römischen Zeit in Deutschland, III, n° 1161, p. 218-246.

King 1959 = C. E. King, The maxentian mints, dans Numismatic Chronicle, 1959, p. 47-77.

King – Northover 1991 = C. E. King, P. Northover, Fractional coins at Rome, Ostia and Trier A.D. 310-313, dans Quaderni ticinesi di numismatica e antichità classiche, 20, 1991, p. 227-238.

Laffranchi 1921 = L. Laffranchi, La translation de la monnaie d’Ostie à Arles dans la typologie numismatique constantinienne, dans Revue belge de numismatique, 1921, p. 7-15.

Matijašič 1981/2 = R. Matijašič, Il ripostiglio di monete romane di Centora (Čentur) custodito presso il Museo Archeologico di Pola, dans Atti del centro di ricerche storiche di Rovigno, 12, 1981-1982.

Maurice 1902 = J. Maurice, L’atelier monétaire d’Ostia pendant la période constantinienne sous les règnes de Maxence et de Constantin, dans Rivisita italiana di numismatica, 1902, p. 41-65.

Maurice 1908 = J. Maurice, Numismatique constantinienne, iconographie et chronologie, description historique des émissions monétaires, vol. I, Paris, 1908.

RIC VI = C. H. V. Sutherland, The Roman Imperial Coinage, VI, from Diocletian’s reform (A.D. 294) to the death of Maximinus (A.D. 313), Londres, 1967.

RIC VII = P. Bruun, The Roman Imperial Coinage, VII, Constantine and Licinius, A.D. 313-317, Londres, 1966.

Rogers 1981 = G. B. Rogers, Le trésor de l’anse Saint-Roch : folles constantiniens de la période 300-317, dans Archeonautica, 3, 1981, p. 265-434.

Salama 1966/7 = P. Salama, Les trésors maxentiens de Tripolitaine : rapport préliminaire, dans Libya Antiqua, 3/4, 1966-1967, p. 21-27.

Salama 1982 = P. Salama, Monnaies rares de l’empereur Maxence dans les trésors de Tripolitaine, dans T. Hackens, R. Weiller (éd.), Actes du 9e congrès international de numismatique, Berne, septembre 1979, Louvain-la-Neuve-Luxembourg, 1982, p. 511-534.

Schaeffer 1926 = F. A. Schaeffer, Deux trésors de monnaies romaines découverts en Alsace. A, le trésor de Wettolsheim près de Colmar, dans Bulletin de la Société pour la conservation des monuments historiques d’Alsace, Strasbourg, 1926, p. 93-128.

van Heesch 2006 = J. van Heesch, Transport of coins in the later Roman Empire, dans Revue belge de numismatique, 2006, p. 51-61.

Haut de page

Notes

1 Maurice 1902 et 1908.

2 Albertson 1984. On mentionnera également le texte publié dans le catalogue de l’exposition consacrée à Ostie par le Musée Rath à Genève (Calabria 2001).

3 Ces études concernent par exemple le monnayage d’or maxentien d’Ostie (Drost 2008) ou bien les fractions du nummus (King – Northover 1991 ; Drost 2011).

4 Nous citerons entre autres le volume VI du Roman Imperial Coinage (RIC VI), ouvrage de référence universel, King 1959 pour les ateliers italiens et africain, ou bien encore Depeyrot 1995 pour le monnayage d’or.

5 Nous renverrons pour cela au RIC VI ainsi qu’à la récente monographie consacrée au monnayage de Maxence (Drost 2013a).

6 RIC VI, n° 1-10 ; Depeyrot 1995, n° 1/1-1/10 ; Drost 2013a, n° 1-10. Sur l’or maxentien d’Ostie, voir aussi Drost 2008.

7 RIC VI, n° 65-72 ; Depeyrot 1995, n° 2/1-8 et 3/1.

8 RIC VI, n° 11-13 ; Drost 2013a, n° 11-16.

9 RIC VI, n° 14-64 ; Drost 2013a, n° 17-97.

10 RIC VI, n° 73-100. 

11 On remarquera toutefois que Carthage accuse parfois un retard en matière de titulatures monétaires. Il ne peut donc être formellement exclu que la production se soit poursuivie en Afrique du Nord jusqu’au début de l’année 308.

12 Carson – Kent 1956, p. 116 ; RIC VI, p. 393-394 ; Cope 1970, p. 51, n. 16 ; Cope – Billingham 1971, p. 35 (transfert du personnel de Carthage à Ostie via Rome).

13 Nous reprendrons ici, dans les grandes lignes, les arguments avancés par Jeločnik 1973, p. 144, déjà suivi par Albertson 1984, p. 125-126.

14 RIC VI, n° 15, 17, 20 ; Drost 2013a, n° 21, 22, 24, 27.

15 Lot C : Jeločnik, Kos 1983 ; lot D : Matijasic 1981/2.

16 Drost 2013a, p. 169.

17 Pour cela, il faut toutefois admettre que le bronze argenté fut frappé d’emblée à Ostie. Albertson 1984, p. 122-123 suggère que l’atelier d’Ostie se consacra dans un premier temps exclusivement à la frappe des métaux précieux, ce qui est loin d’être évident.

18 RIC VI, n° 18-19 ; Drost 2013a, n° 18-20.

19 RIC VI, n° 18-19 ; Drost 2013a, n° 25.

20 RIC VI, n° 21, 22, 53, 54, 57 (c’est par erreur que des monnaies à la légende VICTORIA AETERNA AVG N sont attribuées à la première émission) ; Drost 2013a, n° 62-71.

21 Fulford 1972, p. 69 ; Hendy 1972, p. 75-82.

22 Voir aussi Albertson 1984, p. 128-132.

23 Garraffo 1996 ; Garraffo, Santangelo 2010 ; Garraffo 2012.

24 Jeločnik 1973.

25 Salama 1966/7 ; Salama 1982 ; Di Vita, Polosa, Salama 2009.

26 Salama 1966/7 ; Salama 1982.

27 Documentation inédite P. Salama et G. Malingue.

28 Fendri 1964 et documentation inédite P. Salama.

29 Bouscaras 1981.

30 Van Heesch 2006.

31 Albertson 1984, p. 133 pensait que, pour cette raison, la frappe de l’or et de l’argent maxentien avait été concentrée à Ostie. Mais il est établi que Rome a bien frappé les métaux précieux jusqu’à la fin du règne (Drost 2013a, p. 151).

32 Dans le RIC VI, p. 307 et p. 394, les deux monnaies sont classées à plusieurs années d’intervalle, celle d’Ostie étant considérée comme une survivance anachronique de celle de Rome. Albertson 1984, p. 133 voyait là la preuve du transfert de celui qu’il considère comme le « chief die engraver » de Rome à Ostie. Or, les deux aurei de Rome et d’Ostie sont en réalité contemporains (Drost 2008, p. 284).

33 Drost 2013a, p. 38-39.

34 Le fait est déjà reconnu dans le RIC VI, p. 394.

35 RIC VI, n° 14-20 ; Drost 2013a, n° 17-27.

36 Chevallier 1986, p. 225.

37 Gricourt 1994, p. 194-198 insiste sur ce point, à propos des émissions célébrant les victoires d’Antonin le Pieux et de Commode en Bretagne ou bien celle de Lucius Verus contre les Parthes.

38 À titre d’exemple, la collection du Cabinet des médailles de la BnF compte 80 nummi au 1/72 de livre de Rome, contre 36 exemplaires d’Ostie. À l’American Numismatic Society, ces chiffres sont de 94 pour Rome et de 36 pour Ostie.

39 Zosime, II, XV, 1, qui mentionne également le recrutement de soldats parmi les peuples barbares, chez les Francs et les Germains.

40 Bouscaras 1981.

41 Documentation personnelle inédite. Ce trésor, réputé provenir de France, est constitué de 375 nummi, dont 145 sont issus d’ateliers italiens et 65 d’Arles. Ce profil laisse penser à une provenance méridionale.

42 Rogers 1981.

43 Drost 2013b.

44 Huvelin 1980.

45 Carson – Burnett 1979.

46 Huvelin – Brenot – Callu 1978.

47 Algar 1997.

48 Burge 1973.

49 Kienast 1962.

50 Carson – Kent 1956.

51 Schaeffer 1926.

52 Une thèse portant sur l’atelier monétaire d’Arles est actuellement en cours : Alexis-Michel Schmitt-Cadet, L'atelier monétaire d'Arles sous Constantin : diffusion et propagande (312-341), Université Paris-Est Créteil.

53 RIC VII, p. 227 ; Depeyrot 1996, p. 5 ; Ferrando 2010, p. 8.

54 Maximin fut défait par Licinius au Campus Ergenus le 30 avril 313, avant de se donner la mort à Tarse dans le courant de l’été.

55 Bastien 1980, p. 87.

56 Bruun 1953, p. 63.

57 Pour C. H. V. Sutherland, dans le RIC VI, p. 399, l’émission de nummi au 1/72 de livre d’Ostie se serait prolongée « well into 313 ». Selon P. Bruun, dans le RIC VII, p. 227, n° 5, elle aurait au contraire pu prendre fin dès le début de l’année, au moment où Constantin quittait Rome. Les arguments manquent pour trancher et seul l’établissement d’un corpus complet du monnayage d’Ostie pour la période constantinienne permettrait de donner une date plus précise. Ce corpus est actuellement en préparation par Brent Upchurch.

58 D’après les données issues des 10 trésors cités dans le tableau 2, les monnaies au nom de Constantin représentent plus de la moitié du total des monnaies frappées à Ostie en fin 312/début 313 (159 ex.), contre moins du quart pour Maximin (71 ex.) ou pour Licinius (61 ex.). Quant à la légère surreprésentation de Maximin par rapport à Licinius, il faut préciser que deux officines travaillaient prioritairement pour le premier, contre une seule pour le second.

59 Bruun 1953, p. 17. Cope 1970, p. 57-58, se fondant sur l’évolution parallèle du module des nummi d’Ostie et d’Arles, estime que les deux ateliers ont fonctionné de manière concomitante sur une courte période.

60 Laffranchi 1921.

61 RIC VII, 49-51 ; Ferrando 2010, 331-333.

62 Laffranchi 1921, p. 14.

63 RIC VII, 30-32 ; Ferrando 2010, 334-339 et 663.

64 Selon Alföldi 1951, p. 307, une bonne partie du personnel et de l’équipement de l’atelier d’Ostie serait restée en Italie et aurait ensuite contribué à la préparation de séries produites à Ticinum.

65 Bouscaras 1981.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Nummus au nom de Maxence frappé à Ostie (fin 308/début 309 ap. J.-C.).
Crédits Vienne, Kunsthistorisches Museum, Münzkabinett, 25372.
Titre Fig. 2 – Nummus au nom de Maxence frappé à Carthage (fin 307 ap. J.-C.).
Crédits Milan, Gabinetto Numismatico e Medagliere, 11393 (coll. Laffranchi).
Titre Fig. 3 – Nummus au nom de Domitius Alexander frappé à Carthage (308-310 ap. J.-C.).
Crédits Vente Künker 136, 10/03/2008, n° 1240.
Titre Fig. 4 – Aureus au nom de Maxence frappé à Ostie (fin 310/début 311 ap. J.-C.).
Crédits Vienne, Kunsthistorisches Museum, Münzkabinett, 25338.
Titre Fig. 5 – Aureus au nom de Maxence frappé à Rome (fin 310/début 311 ap. J.-C.).
Crédits Londres, The British Museum, Department of Coins and Medals, R 0137.
Titre Fig. 6 – Aureus au nom de Maxence frappé à Ostie (fin 308/début 309 ap. J.-C.).
Crédits Vienne, Kunsthistorisches Museum, Münzkabinett, 25323.
Titre Fig. 7 – Nummus au nom de Constantin Ier frappe à Arles (313-314 ap. J.-C.).
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des monnaies, médailles et antiques, acq. 1985/380.
Titre Fig. 8 – Nummus au nom de Constantin Ier frappe à Arles (313-314 ap. J.-C.).
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des monnaies, médailles et antiques, acq. 2005/211.
Titre Fig. 9 – Nummus au nom de Constantin Ier frappe à Ostie (fin 312-début 313 ap. J.-C.).
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des monnaies, médailles et antiques, acq. 1995/969.
Titre Fig. 10 – Nummus au nom de Constantin Ier frappe à Ostie (313 ap. J.-C.).
Crédits Paris, Bibliothèque nationale de France, Département des monnaies, médailles et antiques, acq. 1982/1370.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Drost, « L’atelier monétaire d’Ostie (308/309-313 ap. J.-C.) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 126-1 | 2014, mis en ligne le 09 juillet 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://mefra.revues.org/2182 ; DOI : 10.4000/mefra.2182

Haut de page

Auteur

Vincent Drost

Post-doctorant ARC 5 Rhône-Alpes, CNRS, HISOMA-UMR 5189, Lyon – drost_vincent[at]hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org