Navigation – Plan du site
Varia

Les frequentissimi mercatores de Pouzzoles et le blé égyptien à Rome à la fin de l’époque républicaine

Lucia Rossi

Résumés

Au cours des années 70-60 du Ier s. av. J.-C., le ravitaillement en blé de Rome fut marqué par des crises répétées, découlant autant de l’augmentation des besoins alimentaires de Rome que de l’insécurité des trafics maritimes. À la même époque, les activités commerciales des Italiens et des Romains en Égypte, en Syrie et en Asie avaient atteint un développement sans précédents ; elles assuraient le ravitaillement du marché de Rome en esclaves, biens précieux et blé. Si les dynamiques du commerce des esclaves ont été reconstituées avec précision, les formes et l’importance du commerce du surplus céréalier égyptien et syrien méritent d’être précisées. L’étude de l’œuvre de Cicéron, en particulier de certains passages du second discours contre Verrès d’une part, celle de la documentation épigraphique de Délos, de l’Égypte et de la Campanie d’autre part, prouvent que les blés égyptien et syrien parvenaient à Rome par l’intermédiaire d’acteurs commerciaux d’origine putéolitaine. Une analyse globale de ce phénomène dans le contexte économique et politique qui lui est propre permettra de mesurer l’importance des ressources égyptiennes dans le ravitaillement en blé de Rome à la fin de l’époque républicaine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Choix [Durrbach 1921] 105 (= ID 1526) : « Ῥωμαίων οἱ εὐεργετηθέντες ναύκληροι / καὶ ἔμποροι ἐν τῆι (...)

Les nauclères et les marchands romains, qui ont été traités avec bonté lors de la prise d’Alexandrie par le roi Ptolémée, dieu Évergète, (ont dédié) à Apollon (une statue de) Lochos fils de Kallimèdès, parent du roi Ptolémée et de la reine Cléopâtre, pour son courage et sa bienveillance envers eux1.

  • 2 Sur la fonction de l’Agora des Italiens à Délos, Cf. Coarelli 1982, p. 119-145 ; Coarelli 2005, p.  (...)
  • 3 Cf. Choix 106 (= ID 1527), 127 av. J.-C.: « [Πολέ]μαρχον συνγενῆ / βασιλέως Πτολεμαίου Εὐεργέτου /  (...)
  • 4 Cf. Lampela 1998, p. 216-218 ; Mavrojannis 2002, p. 166-172.

1C’est ainsi qu’en 127 av. J.-C. les Romains installés à Alexandrie manifestèrent leur gratitude envers les autorités politiques et militaires lagides. L’inscription avait été placée dans une des niches de l’Agora des Italiens à Délos2. Elle symbolise, avec d’autres statues et inscriptions3, la dimension politique et économique des rapports entre Rome et les souverains lagides dans le dernier quart du IIe s. av. J.-C. L’Égypte émerge de ce contexte comme l’interlocuteur privilégié des autorités romaines en Méditerranée orientale4.

  • 5 C.I.L, X, 1781, 105 av. J.-C. : « Ab colonia deducta anno XC / N(umerio) Fufidio N(umeri) f(ilio) M (...)

2La documentation épigraphique campanienne pour sa part, montre que les échanges économiques entre Pouzzoles et l’Égypte étaient consolidés dès cette époque : l’existence d’un temple de Sérapis dans le quartier portuaire de la colonie à la fin du IIe s. av. J.-C.5 s’explique clairement par les intérêts commerciaux des Italiens et des Romains originaires de Pouzzoles et d’autres villes campaniennes à Alexandrie et en Égypte ; elle peut également suggérer la présence d’Égyptiens à Pouzzoles.

  • 6 Cf. Mavrojannis 2002, p. 163-179; Musti 1980, p. 197-215; Musti 1981, p. 243-263.

3À cette époque la présence romaine sur l’île de Délos et en Orient est significative : des armateurs et des marchands assurent l’acquisition et l’acheminement à Rome et à Pouzzoles d’esclaves, de biens précieux et probablement aussi de blé provenant des marchés orientaux, entre autres d’Égypte. Alors que les dynamiques du commerce des esclaves au départ de la Syrie, favorisé par les Ptolémées et passant par Délos, ont été bien reconstituées6, la question du commerce du blé pose problème.

  • 7 Casson 1984, p. 70-95 ; Geraci 2003, p. 625-690 ; Musti 1980, p. 197-215; Rathbone 1983, p. 54-53 .
  • 8 Casson 1984, p. 81-82 ; Geraci 2003, p. 630-632.
  • 9 Casson 1984, p. 82-85 ; Geraci 2003, p. 631-632 ; Musti 1980, p. 205-208 et 211-212 ; Rathbone 1983 (...)
  • 10 Je remercie F. Burkhalter et G. Geraci de m’avoir fait part de leurs précieuses considérations sur (...)

4Une littérature scientifique importante s’est intéressée à la question7. L’étude pionnière de L. Casson a mis en doute le fait que le blé égyptien ait seulement commencé à circuler à Rome, ou du moins en Méditerranée occidentale, à partir de la création de la province d’Égypte en 30 av. J.-C. Des arguments de nature économique, centrés sur le problème posé par les besoins croissants de l’Italie en denrées alimentaires et la crise de ravitaillement concomitante en Méditerranée orientale, rendent l’hypothèse de L. Casson difficilement discutable8. L’étude historique des rapports entre l’Égypte et Rome renforce l’idée que Rome bénéficia de l’apport frumentaire égyptien dès l’époque républicaine9. Toutefois, ainsi que d’autres auteurs10 l’ont fait remarquer, l’ampleur et les formes de ce commerce demeurent encore à définir.

  • 11 Cf. Erdkamp 1995, p. 168-191, en particulier p. 180-189 ; Garnsey 1994, p. 31-34. Pour l’époque imp (...)
  • 12 Cf. Erdkamp 1995, p. 171-175 ; 177-179. L’auteur insiste, à juste titre, sur le rôle joué par les é (...)
  • 13 Sur ces aspects voir les contributions de Geraci, cf. Geraci 2003, p. 646 ; Geraci 2004, p. 155-181
  • 14 Cf. Geraci 2003, p. 630-631.

5Dès lors, il convient de distinguer les différents univers économiques dans lesquels se réalisaient les transactions de blé égyptien : d’une part l’approvisionnement militaire11, le ravitaillement de Rome et de l’Italie d’autre part. Leur étude impose des approches distinctes, puisque les enjeux institutionnels, économiques et techniques qui en découlent sont différents12. Ces enjeux concernent avant tout le rôle respectivement joué par les acteurs du marché libre du blé et par les institutions publiques, dans l’acquisition des denrées, puis dans leur transport, enfin dans leur commercialisation et redistribution. Il convient aussi de remarquer que la nature, fiscale ou privée, des denrées céréalières destinées au ravitaillement civil et militaire influe sur les modalités de contrôle et d’enregistrement mises en place par les pouvoirs publics sur les biens circulant dans un territoire donné13. Cet état de choses se reflète dans la documentation disponible : les traces laissées par les procédures d’enregistrement et de vérification des denrées de nature fiscale sont de loin les plus significatives, tandis que celles qui concernent les transactions issues des réseaux du commerce « libre » demeurent beaucoup plus rares. Cela s’explique essentiellement par la nature de ces céréales : du fait de leur origine non-fiscale, ces blés ont échappé aux procédures officielles de contrôle14. À cette catégorie de denrées non-fiscales appartenait le blé égyptien commercialisé en Méditerranée occidentale à l’époque républicaine.

  • 15 Un papyrus datant du milieu du IIe s. av. J.-C. (SB III 7169) révèle la présence d’un citoyen romai (...)

6Au fur et à mesure que les rapports entre Rome et l’Égypte acquièrent une dimension économique plus accentuée, entre le IIe et le Ier s. av. J.-C., des éléments d’analyse intéressants se dégagent de l’ensemble de la documentation. Si pour tout le IIe s. av. J.-C. la documentation égyptienne concerne plutôt les produits importés d’Arabie15, les données concernant le blé sont plus nombreuses au Ier s. av. J.-C.

  • 16 Pouzzoles, colonie romaine dès 194 av. J.-C., devint depuis cette date le port de haute-mer de Rome (...)
  • 17 Cf. Virlouvet 1985, p. 15 ; ead. 1994, p. 15-16 ; Deniaux 1994, p. 244-246.

7Je m’intéresserai ici au commerce du blé égyptien à destination du marché urbain de Rome via Pouzzoles16 à la fin de l’époque républicaine, et plus précisément aux années 70 du Ier s. av. J.-C. Cette période fut marquée par des crises répétées du ravitaillement17, par l’insécurité des trafics maritimes en raison de la piraterie, ainsi que par le développement sans précédent des activités économiques des Italiens en Égypte, en Syrie et en Asie. Les discours cicéroniens d’une part, les inscriptions de Délos et de Pouzzoles d’autre part, constituent la documentation principale pour mon étude. Leur analyse permet de montrer, comme on va le voir, que le blé produit en Égypte et en Syrie parvenait jusqu’à Rome par l’intermédiaire d’acteurs commerciaux d’origine putéolitaine et campanienne.

8Dans un premier temps je m’attarderai sur quelques passages des discours IIIe et Ve de la seconde action de Cicéron contre Verrès, qui présentent une réflexion intéressante sur les réseaux et les acteurs du commerce oriental et égyptien. Dans un deuxième temps je replacerai ces informations dans le contexte économique de l’époque en m’intéressant notamment à la fonction productive et commerciale de la Sicile, grenier à blé de Rome et passage obligé pour les navires provenant de Méditerranée orientale. Dans un dernier temps je mènerai une analyse comparée de ces dynamiques économiques et des dispositions de nature militaire et fiscale mises en place par Rome dans les mêmes années. Cette approche permettra de mesurer l’importance prise par le blé d’Égypte dans le système de ravitaillement en blé de Rome à la fin de la République.

  • 18 Cf. Musti 1980, p. 197-215 ; id. 1981, p. 250-253 ; Mavrojannis 2002, p. 163-179.
  • 19 Mavrojannis 2002, p. 163-179.
  • 20 De Romanis 1996 (a), p. 162-167 ; Hatzfeld 1919, p. 31-37 ; Homolle 1884, 92-104 ; Rostovtzeff 1995 (...)

9Les passages des Verrines que j’étudie ici ont permis à certains auteurs18 de montrer d’une part le rôle joué par les marchands de Pouzzoles dans le ravitaillement en main-d’œuvre servile orientale, d’autre part celui de la colonie de Pouzzoles comme port de haute-mer de Rome. Les esclaves, le blé et les biens précieux étaient déchargés dans le port campanien avant d’atteindre la capitale. D’autres auteurs19 ont rapproché la documentation littéraire des inscriptions provenant de Délos. Ils ont montré que les Ptolémées collaboraient avec les marchands et les autorités romains aux dépens des Séleucides. La création du port franc de Délos en 167 av. J.-C. est généralement considérée comme le terminus ante quem de l’intensification des relations commerciales avec l’Orient méditerranéen : l’installation d’« associations » de banquiers, armateurs, marchands et gérants d’entrepôts sur l’île le prouve20. En ce qui concerne le blé, rien ne dit précisément qu’il était commercialisé en Occident par les Romains installés à Alexandrie et à Délos. Cependant, le blé et plus généralement les céréales, représentent le bien de consommation majeur produit en Égypte et exportable vers Rome. Nous avons donc affaire à des données dispersées qui doivent être mises en relation et réinscrites dans le contexte économique qui leur est propre. Les passages de la seconde action de Cicéron contre Verrès permettent d’aborder une telle réflexion, autant du point de vue économique que, plus généralement, historique.

  • 21 Cicéron, Verr. 5.154-157. 
  • 22 Les activités lucratives des Putéolitains au Ier s. av. J.-C. concernaient le prêt d’argent, le com (...)
  • 23 Cf. Cicéron, Verr. 5.154 : « Sed non licet me isto tanto bono, iudices, uti, non licet. Adsunt enim (...)

10Dans les paragraphes 154-157 du De suppliciis, Cicéron livre plusieurs types d’informations : la provenance des marchands actifs en Orient ; les gentilices de quatre d’entre eux ; enfin les sphères géographiques intéressées par leurs activités21. Au Ier s. av. J.-C., Pouzzoles est le port qui dessert Rome, cette dernière étant, depuis le début du IIe s. av. J.-C., le premier marché pour le blé, les esclaves, les biens précieux. Des familles marchandes originaires de la colonie phlégréenne aussi bien que des négociants provenant d’autres localités de Campanie et du Latium s’étaient installés dans le port de Pouzzoles et ils y réalisaient leurs affaires22. En 70 av. J.-C., les Putéolitains étaient accourus « frequentissimi » à Syracuse pour faire valoir leurs droits et réclamer leurs marchandises à l’occasion du procès contre Verrès, gouverneur de Sicile accusé, entre autres, d’avoir lésé les négociants romains de Pouzzoles23.

  • 24 Cf. Cicéron, Verr. 5.154. Cf. Musti 1980, p. 197-201.
  • 25 Cf. Cicéron, Verr. 5.154 : « Cum ego P. Granium testem produxero qui suos libertos abs te securi pe (...)
  • 26 Cf. Ferrary et al. 2002, p. 198-199; Hatzfeld 1912, p. 200 et 212-213. Une inscription retrouvée à (...)
  • 27 Cf. Mavrojannis 2002, p. 173-173. Sur la lex de piratis persequendis cf. Hassall, Crawford, Reynold (...)
  • 28 Cf. Casson 1984, p. 78-80 ; Musti 1980, p. 205-209.
  • 29 Cf. Cicéron, Verr. 5.73 ; 5.74 ; 5.156. Cf. Camodeca 1979, p. 17-19 ; Dubois 1907, p. 45; Nicolet 1 (...)
  • 30 Camodeca 1979, p. 19-20 ; Dubois 1907, p. 45.
  • 31 Ces informations nous sont parvenues par le dossier du mercator frumentarius Lucius Iucundus, cf. T (...)
  • 32 L’inscription a été découverte en 1972 dans le golfe de Pouzzoles. Elle date de 121 ap. J.-C. Les a (...)
  • 33 Cf. Camodeca 1995, p. 92-95 ; l’auteur insiste davantage sur l’origine républicaine de la position (...)
  • 34 Cf. Camodeca 1979, p. 17-20.
  • 35 Cf. Hatzfeld 1912, p. 14 ; Ferrary et al. 2002, p. 187.
  • 36 La question des rapports entre la famille Annia de Pouzzoles et la ramification des Annii Plocami e (...)
  • 37 Sur l’identification de Leptis avec Leptis Magna, cf. Rebuffat 1985.
  • 38 Cf. Cicéron, Verr. 5.15 et 155. 

11Les témoins que Cicéron envisageait de faire comparaître lors de la seconde action avaient un statut social et économique remarquable (homini locupletes atque honesti)24 ; deux d’entre eux étaient issus des milieux marchands et financiers de Pouzzoles. Il s’agit de Publius Granius et de Marcus Annius. Le premier s’était rendu au procès pour dénoncer les violences perpétrées sur ses affranchis par le préteur sicilien et ses subordonnés. Il réclamait également la restitution des marchandises et du bateau (navis sua) qui lui avaient été confisqués25. La gens Grania est bien connue par l’épigraphie délienne, putéolitaine et romaine ; les activités lucratives des membres de cette famille sont attestées avec continuité du troisième quart du IIe s. av. J.-C. jusqu’au premier quart du Ier s. av. J.-C. Elles reposaient vraisemblablement sur le commerce d’esclaves provenant des cités syriennes et d’Asie Mineure26. C’est notamment dans ce réseau que les Ptolémées étaient intervenus aux côtés des marchands d’esclaves Romains installés à Délos27. Aucun indice ne suggère que les Granii putéolitains aient exercé également le commerce du blé, bien que les routes maritimes empruntées par ces trafics soient les mêmes28. Le statut du deuxième personnage, Marcus Annius, a été reconstitué avec précision à partir du témoignage cicéronien : « civis Romanus qui omnibus in illo conventu notus, qui Syracusis natus esset » ; « homo gravissimus atque ornatissimus » ; « eques Romanus, homo splendidissimus ». Marcus Annius était donc un negotiator, membre du conventus de negotiatores romains de Syracuse29. Les Annii sont bien attestés à Pouzzoles, autant au sein de l’élite municipale que dans les milieux marchands de la ville30. La documentation campanienne illustre l’importance des activités lucratives qu’ils avaient pratiquées : gestion d’entrepôts appartenant à la famille de l’empereur, qui en 40 ap. J.-C. abritaient du blé d’Alexandrie31 ; implication dans d’autres activités lucratives localisées dans le quartier suburbain de Pouzzoles connu sous le nom de « vicus Annianus »32. Lors de l’avènement d’Auguste, les Annii de Pouzzoles s’étaient distingués par l’édification d’une basilica Anniana, bâtiment qui illustrait la position sociale de la famille au sein de l’élite putéolitaine au début de l’Empire33. En se fondant sur ces éléments, G. Camodeca a démontré l’identité putéolitaine du chevalier romain M. Annius, accouru au procès contre Verrès en 70 av. J.-C.34 La présence des Annii dans les réseaux commerciaux de l’Orient méditerranéen est suggérée par une inscription retrouvée à Délos, concernant l’affranchi ou le fils d’un Marcus Annius35. La documentation de provenance égyptienne, en revanche, ne permet pas d’établir un rapport entre la branche putéolitaine des Annii et celle des Annii Plocami, actifs en Égypte dès le début de l’époque augustéenne. Ainsi, il serait hasardeux d’établir une relation immédiate entre les activités commerciales des Annii Plocami en Inde, mer Rouge et Égypte et les sphères commerciales fréquentées par les Annii putéolitains à l’époque républicaine. Il convient plutôt de souligner la présence des Annii dans les réseaux du commerce oriental et de considérer que leur présence en Égypte n’est pas improbable36. Les deux autres témoins, le chevalier romain Flavius, procurator de C. Matrinius, et T. Herennius, banquier à Leptis Magna37, représentent un autre secteur économique pénalisé par la conduite du gouverneur de Sicile, celui de l’exploitation foncière38.

12Les cas sur lesquels Cicéron s’attarde sont certainement symboliques par l’ampleur des intérêts économiques impliqués ; ils sont en même temps représentatifs de milieux économiques différents : le commerce et son financement ainsi que l’exploitation foncière. Les activités qui retiennent ici mon attention sont évidement le commerce et son financement représentés par les putéolitains Publius Granius et Marcus Annius.

13Les deux milieux professionnels rattachés à la « mercatura maritima » font l’objet d’une réflexion de l’orateur en conclusion de ces paragraphes. Il s’agit, en effet, d’une considération d’ordre général conçue sans doute afin de renforcer le chef d’accusation imputé à Verrès :

  • 39 Cf. Cicéron, Verr. 5.157 : « Parumne multa mercatoribus sunt necessario pericula subeunda fortunae, (...)

Les marchands ne sont-ils donc pas obligés par nécessité d’affronter assez de périls de la fortune pour que nos magistrats dans nos provinces fassent encore peser sur eux ces craintes ? Fallait-il que cette province voisine de Rome, fidèle, remplie de nos alliés les meilleurs et de nos concitoyens les plus honorables, qui a toujours fait dans ses localités l’accueil le plus bienveillant à tous les citoyens romains, exposât ceux qui arrivaient par mer du fond de la Syrie et de l’Égypte, ceux à qui le prestige de la toge avait valu quelques égards des barbares, ceux qui avaient échappé aux embûches des corsaires et aux assauts des tempêtes, à être frappés de la hache en Sicile, au moment où dès lors ils se croyaient fermement rentrés chez eux ?39.

  • 40 Cf. Cicéron, Verr. 5.146. Cf. Musti 1980, p. 198-199.

14Il est intéressant de s’attarder sur les informations de nature géographique contenues dans ce passage. La première permet de mieux éclairer la fonction de la Sicile sur les routes maritimes provenant de la Méditerranée orientale. Le voyage des marchands qui, dès leur arrivée en Sicile, notamment à Syracuse, « se croyaient fermement rentrés chez eux », n’était pas achevé. La dernière étape consistait à traverser le détroit de Messine et c’est dans ce contexte précis que Verrès se montrait plus hostile aux navigateurs que les monstres Scylla et Charybde : avec ses pillages et ses violences, le préteur empêchait les navigateurs de continuer leur voyage jusqu’au port de Pouzzoles40. La deuxième information géographique concerne les régions touchées par les activités des ces marchands : il s’agissait de la Syrie et de l’Égypte.

  • 41  Cf. Cicéron, Verr. 5.145 : « Quaecumque navis ex Asia, quae ex Syria, quae Tyro, quae Alexandria v (...)
  • 42 Préaux 1939, p. 93-94 ; Rostovtzeff 1995, p. 254-255.
  • 43 Cicéron, pro Rab. Post., 40 : « At permutata aliquando pecunia est,delatae naves Postumi Puteolos s (...)
  • 44 Cf. De Romanis 1996 (a), p. 157-166.
  • 45 Cf. Musti 1980, p. 206.
  • 46 De Romanis 1996 (a), p. 160-161.

15Dans les paragraphes 146-149 du même discours, Cicéron mentionne plus précisément les ports ou les provinces de départ des bateaux qui devaient atteindre la ville campanienne : Tyr, Alexandrie, Syrie et Asie. Ils assuraient l’exportation des marchandises les plus variées : « pourpre de Tyr, encens, parfums, étoffes de lin, pierres précieuses et perles, vin de Grèce et esclaves d’Asie »41. Le rôle joué par le port d’Alexandrie dans ces échanges est remarquable : le lin, produit traditionnel de l’industrie textile d’époque ptolémaïque42, avec le papyrus et le verre, faisait l’objet des activités commerciales de C. Rabirius Postumus au départ d’Alexandrie43. Les parfums et l’encens, provenant sans doute de la péninsule arabique, avaient intéressé les Italiens et les Campaniens présents en Égypte dès le IIe s. av. J.-C.44 Néanmoins, Alexandrie n’est pas le port de départ obligé : ces produits pouvaient être également acheminés en Syrie par voie caravanière et de là être chargés dans les ports syriens. Il en va de même pour ce qui est du commerce le plus lucratif, celui des pierres précieuses et des perles d’Inde, qui pouvait se réaliser au départ des ports syriens comme d’Alexandrie45. Ainsi que F. De Romanis l’a souligné, la liste proposée par Cicéron ne comprenait évidement pas toutes les marchandises qui étaient chargées sur les bateaux des Putéolitains. L’orateur choisit de focaliser l’attention de son auditoire sur les marchandises les plus précieuses, telles les perles et les pierres précieuses, afin de susciter l’indignation devant les pillages réalisés46. Les commerces moins lucratifs sont ainsi mis à l’écart ; tel pourrait être le cas du blé.

  • 47 Lexicon Totius Latinitatis, sv. oneraria ; Liddell Scott, sv. Φορτηγός . Cf. Casson 1973, p. 169-17 (...)

16D’une manière plus générale, les marchandises recensées par Cicéron sont désignées par le mot latin « merces », dont Cicéron se sert dans le même passage. Le terme apparaît dans une expression plus élaborée, « onera atque merces ». Dans ce binôme, « onus » tient à indiquer plus généralement les « cargaisons » transportées. Le mot « onus », dans sa forme d’adjectif « onerarius », désigne la famille mère des bâtiments de transport à vocation commerciale ; toutes les typologies de bateaux de commerce, se distinguant par leurs caractéristiques architecturales et morphologiques, sont dressées à partir de la catégorie des « naves onerariae »47. Il s’agit également de l’expression la plus couramment employée pour désigner, d’une façon très générale certes, les navires desservant l’annone civile et militaire de Rome.

17Si l’on songe aux choix rhétoriques de l’orateur, l’absence d’allusions explicites au blé ou aux céréales n’est pas contradictoire, bien au contraire elle est parfaitement cohérente avec la volonté d’amplifier les crimes du préteur à l’encontre de ces marchands. En effet, la possibilité que les termes « onera » et « merces » dans ce contexte désignassent des denrées céréalières est corroborée par Cicéron même, dans le IIIe discours de la même action, le De frumento. C’est sur ces passages que je vais m’attarder dans les pages qui suivent.

  • 48 Cicéron, Verr. 3.13-14. Cf. Calderone 1960, p. 3-25 ; id. 1964-1965, p. 63-98 ; Scramuzza 1959, p.  (...)
  • 49 Cicéron, Verr. 3.163 : « Frumentum emere in Sicilia debuit Verres ex senatus consulto et ex lege Te (...)
  • 50 Cf. Cicéron, Verr. 3.172. Sur le procédé de l’aestimatio (= adaeratio), cf. ibidem, 174. Cf. Mazzar (...)
  • 51 Cicéron, Verr. 3.76 : « […] Anno secundo cum emisset Apronius decumas tritici modium xxvdccc et ips (...)
  • 52 Cicéron, Verr. 3.172 : « […]Cum senatus decernit ut ematur in Sicilia frumentum, aut cum populus iu (...)
  • 53 Cicéron, Verr. 3.172 : « […]tu cum civitatum Siciliae vulgo omne frumentum improbas, num ex Aegypto (...)
  • 54 Cf. Cicéron, Verr. 3.173 : « Esto, improbas Halaesinum, habes ab alio populo quod probes: eme illud (...)

18Les paragraphes 170-180 du De frumento évoquent les vexations subies par la cité d’Halesa. Son statut de « civitas immunis ac libera » interdisait aux administrateurs romains d’y prélever toute contribution fiscale. Ce statut préservait cinq cités siciliennes du paiement de la decuma, le tribut en nature correspondant à 1/10e de la récolte annuelle qui était prélevé régulièrement sur les cités dites « decumanae ». Dès 73 av. J.-C., la lex Terentia Cassia imposait une contribution fiscale également aux cités qui étaient exemptées de la dîme. Les cités « foederatae », les cités « censoriae », les cités « immunes ac liberae »48, au nombre desquelles figurait Halesa, devaient s’acquitter de la secunda decuma, une dîme supplémentaire correspondant à la dîme ordinaire et rémunérée par l’État à raison de 3 HS par modius, ainsi que d’une quantité de froment qui s’élevait globalement à 800 000 modii de blé par an. Ce froment, défini « frumentum imperatum », était payé par l’État à un prix de 3,5 HS par modius49. Cicéron présente donc dans les détails les procédés fiscaux mis en place par Verrès et par ses collaborateurs pour la perception du « froment réquisitionné ». Il accuse notamment Verrès d’avoir refusé le froment fourni par Halesa, ayant ainsi recours à une estimation en argent du montant du blé dû50. Outre l’accusation de détournement des sommes qui lui avaient été fournies pour effectuer ces achats, Cicéron impute à Verrès un autre type de crime : celui d’avoir agi comme un « praedo frumentarius », i.e. un brigand ou un pirate qui fait du commerce de céréales51. En effet, Cicéron semble affirmer que les tâches de Verrès concernant le blé acheté et le blé réquisitionné se limitaient au territoire sicilien : « Lorsque le sénat décrète qu’il sera acheté du froment en Sicile, ou que le peuple l’ordonne, il entend bien, si je ne me trompe, que c’est de Sicile qu’il faut apporter du froment sicilien »52. Ainsi, conformément à la loi Terentia Cassia, le gouverneur de Sicile aurait dû envoyer à Rome au titre de la seconde dîme et du « frumentum imperatum » du blé sicilien et pas d’ailleurs. Si l’on s’en tient aux dires de Cicéron, Verrès avait contrevenu aux prescriptions de la loi ; il se serait procuré du blé sur des marchés étrangers, notamment en Égypte et en Syrie : « Toi qui refuses en bloc tout le froment de cités de Sicile, est-ce d’Égypte ou de Syrie que tu vas envoyer du froment à Rome ? »53. Une allusion très similaire se retrouve quelques lignes après dans le même passage : « Eh bien ! Soit : tu refuses le froment d’Halèse ; un autre peuple t’en procure que tu peux recevoir comme bon ; achète celui qui t’agrée et laisse tranquilles les gens dont tu as refusé le froment. »54.

19J’estime que les allusions contenues dans ces passages doivent être mises en rapport avec les données concernant le rôle des marchands putéolitains en Orient, notamment en Égypte et en Syrie. Sur ce point le témoignage cicéronien s’est avéré extrêmement riche, autant du point de vue de la provenance et de l’onomastique de ces marchands, que du point de vue économique, par sa précision sur une catégorie des biens commercialisés, celle des « merces ». Au même titre que les « merces », des « onera », notion incluant les « cargaisons » de blé, avaient été séquestrées par le préteur sicilien. Ainsi, les réseaux et les acteurs commerciaux responsables de la commercialisation du blé égyptien et syrien à Pouzzoles peuvent être reconstitués : le froment « ex Aegypto atque Syria », le blé obtenu « ab alio populo », atteignait Syracuse sur les navires des Putéolitains et des Campaniens.

  • 55 Sur les Mevii de Délos, cf. Ferrary et al. 2002, p. 202. Sur les Mevii installés à Alexandrie et le (...)
  • 56 Cf. Ferrary et al. 2002, p. 202.
  • 57 Cf. Kayser, n. 5 : « Germanico Caesari Ti(beri) [Caesari Aug(usti) f(ilio)] / (vac.) L(ucius) Valer (...)
  • 58 TPSulp. 51; TPSulp. 52; TPSulp. 45. Cf. Camodeca 1994, p. 104-105. A. Tchernia a prouvé que le blé (...)
  • 59 La proximité chronologique des documents, les tablettes de Pouzzoles datant du 18 juin 37 ap. J.-C. (...)
  • 60 Deux types d’opérations commerciales pourraient expliquer la présence d’A. Mevius comme signator lo (...)

20Un dossier composé d’inscriptions provenant de Pouzzoles, Délos et Alexandrie vient renforcer cette hypothèse. Il concerne la gens Mevia, originaire de Pouzzoles, attestée à Délos au début du Ier s. av. J.-C. et en Égypte au début de l’époque impériale55. Si l’absence de ce gentilice parmi les marchands évoqués par Cicéron pourrait poser problème, les données onomastiques transmises par les tablettes de Murecine et par une inscription d’Alexandrie paraissent difficilement contestables. Les Mevii de Pouzzoles sont attestés à Délos au début du Ier s. av. J.-C. Un Caius Mevius, fils de Publius et un Lucius Mevius apparaissent dans la liste des souscripteurs retrouvée dans le Sérapeion C, tandis qu’un sceau porte le nom de Marcus Mevius, fils ou affranchi de Lucius56. En 19 ap. J.-C., trois magistri Larum Augustorum, Aulus Mevius, Lucius Valerius et Lucius Tonneius dédient une inscription à Germanicus lors de sa venue en Égypte. Hatzfeld les avait identifiés avec des negotiatores, membres de la communauté de négociants italiens installés à Alexandrie57. Or, un Aulus Mevius apparaît dans une tablette des archives des Sulpicii, en qualité de signator dans une transaction concernant du triticum Alexandrinum ainsi que d’autres céréales et légumes provenant d’une même cargaison d’Alexandrie58. Le blé d’Alexandrie, les autres céréales et les lentilles, servaient de gage à un prêt d’argent accordé au marchand Novius Eunus. Ces indices révèlent avant tout l’appartenance d’Aulus Mevius aux mêmes milieux marchands ; ils peuvent également suggérer une participation directe d’Aulus Mevius à la transaction. En effet, sa présence lors de l’emprunt et du transfert des denrées gagées au créancier laisse penser à une implication dans la commercialisation des denrées égyptiennes, quel que soit le rapport (identité ou filiation) entre le Mevius d’Alexandrie et celui de Pouzzoles59. Les documents que je viens d’évoquer semblent donc suggérer pour les Mevii une implication en Égypte au début de l’époque impériale, qui reposait sur la commercialisation du blé égyptien60. Il n’est pas invraisemblable que ces relations commerciales aient eu des précédents à l’époque républicaine et que le commerce du blé ait intéressé les Mevii présents à Délos dès le début du Ier s. av. J.-C.

21Ce constat soulève une question : si l’on admet que le blé égyptien et syrien était susceptible d’être commercialisé à Pouzzoles et Rome, il faut tenter d’en préciser l’importance au sein du marché alimentaire de l’époque. À ce stade, la réflexion doit concerner avant tout le lien avec la Sicile. Il convient en effet de s’interroger sur la place prise par le blé égyptien dans la Sicile de Verrès ; sur les causes de nature productive et fiscale de ce phénomène ; enfin sur la nature du blé égyptien et sur les volumes atteints par ce commerce.

  • 61 Cicéron, Verr. 5.145 : « Quaecumque navis ex Asia, quae ex Syria, quae Tyro, quae Alexandria venera (...)
  • 62 Les accusations de Cicéron méritent d’être nuancées sur certains points, notamment en raison de l’a (...)
  • 63 Cf. Cicéron, Verr. 5.146 : « Illi ad deprecandum periculum proferebant alii purpuram Tyriam, tus al (...)
  • 64 Le témoignage de Cicéron ici étudié a été déjà considéré comme une preuve de l’association de march (...)
  • 65 Cf. De Romanis 1996 (a), p. 191-192.

22Il est intéressant de remarquer que les allusions de Cicéron au blé égyptien apparaissent dans deux contextes différents, les exactions imputées à Verrès se distinguant par leur gravité et par leurs conséquences : des confiscations illicites à l’encontre des marchands de Pouzzoles et des achats de blé provenant de marchés « étrangers » pour satisfaire la demande romaine en blé. Dans le premier cas Verrès était accusé de pillage de bateaux chargés de « merces atque onera »61. Les navires qui arrivaient à Syracuse étaient inspectés et séquestrés, puisque leurs exploitants ou propriétaires étaient soupçonnés, dans certains cas à juste titre, d’avoir collaboré avec Sertorius et les pirates62. Pour se défendre de cette accusation, les marchands montraient les biens acquis sur les marchés d’Asie Mineure, d’Alexandrie, de Syrie et de Grèce63. Les cargaisons de blé chargées sur ces bateaux, tout comme les marchandises séquestrées, étaient acheminées dans la maison du préteur. La possibilité qu’il s’agisse de fournitures de blé pour l’équipage (ἐπισιτισμός) n’exclut pas, a priori, l’hypothèse d’un chargement majoritairement composé de blé. Se pose ici la question de la part respective de transports spécialisés dans telle ou telle marchandise et de cargaisons mixtes associant les marchandises. L’idée généralement répandue est que commerce des esclaves et commerce du blé sont incompatibles. Alors que la main d’œuvre servile apparaît souvent associée à des biens tels que le verre, les parfums, les épices, les onguents, la pourpre, les tissus, les perles et les pierres précieuses, le blé est rarement associé à des produits autres que les céréales dans les mêmes cargaisons64. Néanmoins, il n’est pas invraisemblable de supposer une association de marchandises telles que le blé, les perles, les pierres précieuses ou encore les encens et les onguents. Les ports de départs de ces biens étaient les mêmes, tout comme le marché auquel ils étaient destinés. Si l’on considère que la saison la plus favorable pour les navires frumentaires provenant d’Alexandrie et dirigés à Pouzzoles était comprise entre les mois de mars / avril et la fin septembre et que le voyage des marchands provenant d’Inde s’achevait à Alexandrie au cours du mois d’avril65, cette possibilité me paraît d’autant plus admissible.

  • 66 Le témoignage cicéronien est particulièrement instructif sur la crise de 58-56 av. J.-C. Les marcha (...)
  • 67 Virlouvet 1985, p. 97-98, n. 33 ; ead. 2000, p. 145-146, n. 57 et 58.
  • 68 Sur le commerce des esclaves, cf. Coarelli 1982, p. 119-152; id. 2005, p. 197-212 ; Mavrojannis 200 (...)

23Et pourtant, l’absence de ces associations dans les sources écrites demeure une question de taille. Quelques indices de réflexion peuvent être tirés de l’étude du contexte dans lequel apparaît le blé « privé ». Les occurrences les plus nombreuses et significatives se retrouvent dans les discours de Cicéron : elles concernent toujours du blé qui avait déjà été déchargé et stocké et sur lequel des commerçants avaient spéculé en temps de crise66. À la fin de la République et probablement de manière régulière, les autorités publiques exerçaient un certain contrôle sur les denrées « privées » puisque les citoyens romains possédant du blé (marchands et grands propriétaires) étaient tenus de déclarer à l’État leurs stocks de céréales. Cette procédure s’appliquait certainement à Rome ; il n’est pas improbable qu’elle concernât également Pouzzoles, surtout en périodes de crise67. Sans doute Cicéron comptait-il parmi ses sources des informations issues des procédures officielles d’enregistrement. Il apparaît donc avec évidence que le devenir du blé « privé » était en quelque sorte encadré par les autorités publiques une fois que ces denrées avaient été déchargées et ensuite stockées à Rome ou à proximité de Rome. Tout autre était le sort des esclaves et des biens précieux importés en Italie. Les lieux de stockage et les modalités de redistribution de ces marchandises étaient distingués de ceux qui concernaient les denrées alimentaires et cela pour des raisons techniques et commerciales que d’autres auteurs ont bien éclairées68.

  • 69 Cf. De Laet 1949, p. 65-70. Plus récemment J. France est revenu sur la question du portorium en Sic (...)

24Il n’est pas inintéressant de s’interroger sur le moment précis dans lequel l’information sur les blés syrien et égyptien avait été acquise par les autorités romaines en Sicile, puis par Cicéron. En effet, l’escale de Syracuse était la première étape des contrôles imposés par les autorités publiques sur les biens acheminés depuis l’Orient69. Conformément aux procédures douanières ordinaires, tous les bateaux étaient inspectés et les marchandises transportées étaient enregistrées pour le prélèvement de taxes et impôts douaniers ou simplement pour le paiement des droits de passage. C’est à ce stade précis que les informations transmises par Cicéron ont été élaborées et que le blé égyptien se retrouve ainsi parmi les cargaisons confisquées par Verrès.

  • 70 Je remercie J. Andreau de m’avoir fait part de ses recherches sur le triticum dans les Verrines.
  • 71 Cf. Cicéron, Verr. 3.172-174, cf. Mazzarino 1961, p. 99-118.
  • 72 Halesa : cf. Cicéron, Verr. 3.172-173; Herbita : Cicéron, Verr. 3.76; Ager Mutycensis : Cicéron, Ve (...)
  • 73 Cf. Geraci 2003, p. 630-631 ; id. 2004, p. 156-159. Dans les registres fiscaux égyptiens le procédé (...)
  • 74 Cf. Calderone 1964-1965, p. 83-85 ; Mazza 1981, p. 32-38 ; Mazzarino 1961, p. 104-107.

25Les blés égyptien et syrien apparaissent également parmi les grains circulant en Sicile. Ici Verrès s’était distingué également par ses exactions fiscales. Les blés achetés, entre autres le blé égyptien et syrien, étaient censés être envoyés à Rome comme secunda decuma et frumentum imperatum. Si l’on s’en tient à Cicéron, ces achats illicites, et plus globalement l’activité de « praedo frumentarius », découlaient des malversations commises par le préteur et ses subordonnés lors de la vérification des denrées achetées par Rome au titre de la secunda decuma et du frumentum imperatum. Le procédé mis en place par Verrès consistait en une estimation en argent (adaeratio ou aestimatio) de la quantité de céréales due lorsque la qualité du froment ne correspondait pas à la demande de Rome en triticum70. Suite aux résultats négatifs de la « probatio frumenti », le préteur exigeait que les contribuables s’acquittent d’une somme d’argent estimée sur la base du cours du blé dans la province, qui était à ce moment-là inférieur d’un sesterce au prix d’achat fixé par la loi Terentia Cassia71. De nombreuses localités siciliennes furent victimes de ces pratiques, entre autres Halesa, Herbita et l’ager Mythicensis72. Les actes criminels de Verrès se situaient donc au niveau de la « probatio frumenti », procédé appliqué par les autorités romaines à toutes les céréales acquises par voie fiscale. La « probatio frumenti » visait à vérifier que la quantité (mensura frumenti) et la qualité (pondus frumenti)73 de blé étaient conformes aux prescriptions de la loi fiscale, en l’occurrence de la loi Terentia Cassia. Comme l’a démontré S. Mazzarino, la loi de 73 av. J.-C. exigeait que les contribuables s’acquittent, pour la secunda decuma et pour le blé « réquisitionné », uniquement de triticum et non pas de triticum et hordeum, comme c’était le cas pour la prima decuma74.

  • 75 Les fournitures de céréales assurées par Hiéron II à Rome entre 216 et 215 av. J.-C. présentent un (...)
  • 76 Cf. Mazzarino 1961, p. 107-110. Plus généralement sur l’usage des données chiffrées dans le De frum (...)
  • 77 En d’autres réalités environnementales telle l’Égypte et l’Asie Mineure, le mélange d’orge et de bl (...)
  • 78 Des professionnels ayant passé des contrats avec l’État, les mancipes, assuraient le transport du b (...)

26Or, cette nouvelle exigence fiscale de Rome se heurtait aux traditions productives et à la capacité contributive de l’île au Ier s. av. J.-C. L’orge était sur l’île l’une des céréales les plus répandues depuis le IVe s. av. J.-C. Les données quantitatives transmises par Tite-Live sur les fournitures frumentaires que Hiéron II de Syracuse avait garanties à Rome pendant la deuxième guerre punique montrent bien l’importance de l’hordeum dans l’économie agricole sicilienne75. Les données chiffrées conservées dans le discours cicéronien peuvent être interprétées dans ce même sens76. Force est donc de constater que face à une demande fiscale massive en blé, les cultivateurs siciliens maintinrent élevée la production d’orge. Ils pratiquèrent avec continuité la culture alternée d’orge et de blé afin de limiter les risques de mauvaises récoltes et, plus encore, les risques d’un appauvrissement irréversible du sol qui pouvait résulter d’une exploitation intensive en blé77. Ainsi on comprend mieux les causes de l’« improbatio » des céréales requises pour la secunda decuma et pour le frumentum imperatum : les cultivateurs siciliens s’acquittaient de frumentum lato sensu, c’est-à-dire de blé et d’orge, contrairement aux prescriptions de la loi Terentia Cassia. L’intervention du préteur auprès des marchands actifs sur les circuits méditerranéens du blé était l’une des solutions possibles, et déjà pratiquées par d’autres gouverneurs de Sicile, pour garantir l’envoi à Rome des quantités de triticum exigées78.

  • 79 Mazzarino 1961, p. 113-117.
  • 80 Pline l’Ancien, N.H., XVIII, 66-67 : « Nunc ex his generibus quae Romam invehuntur, levissimum est (...)

27D’un point de vue qualitatif, le blé égyptien, πυρός en grec, égalait la meilleure qualité de blé produite en Sicile, celui provenant de l’ager Leontinus. S. Mazzarino a insisté, à juste titre, sur l’importance de la qualité du blé acheté par le préteur pour la secunda decuma et le frumentum imperatum, ces derniers étant destinés principalement à la population urbaine de Rome. La loi Terentia Cassia, en confiant au gouverneur de Sicile la tâche d’effectuer un achat, permettait d’acquérir du triticum par des voies alternatives à celles ordinairement pratiquées pour la perception de la prima decuma. En d’autres termes, les dispositions de 73 av. J.-C. autorisaient le préteur à avoir recours à d’autres régions productrices, pourvu que le grain envoyé à Rome fût du triticum79. La qualité comparable du triticum sicilien et du πυρός égyptien est évoquée dans un passage de Pline consacré à la description des blés importés à Rome au Ier s. ap. J.-C. : le triticum Alexandrinum et le triticum de Sicile avaient le même poids, à savoir une demi livre et un tiers de livre de plus que 20 livres, poids de l’unité du boisseau si le grain était pesé seul80. Cela permettait au préteur de substituer au blé produit en terre sicilienne le froment acquis sur les marchés égyptien et syrien.

28Tout en admettant qu’à l’époque républicaine les échanges entre Alexandrie et Pouzzoles ne concernaient pas seulement et principalement le blé et que les rythmes et les volumes de ce commerce ne sont nullement comparables à ceux de l’époque impériale, l’hypothèse d’un commerce de blé égyptien à destination de Pouzzoles et de Rome est donc bel et bien plausible.

29L’étude du contexte économique et politique permet de mieux comprendre le rôle joué par les marchés issus de régions non encore soumises à la domination romaine au sein du système de ravitaillement en blé de la capitale. Il ne faut pas oublier en effet la crise généralisée du ravitaillement que Rome vécut dans les années 70 du Ier s. av. J.-C. Je reviendrai brièvement sur les causes de ce phénomène. Je m’attarderai davantage sur les mesures mises en place par le sénat et les magistrats romains pour garantir la régularité des arrivées en blé. Ainsi, il sera possible de mieux mesurer la place jouée par le blé circulant sur les réseaux du commerce libre dans l’approvisionnement alimentaire de Rome à la fin de la République.

  • 81 Cf. Virlouvet 1985, p. 39-40 et 110-111 ; Deniaux 1994, p. 244-247.
  • 82 Salluste, Hist., II, 45 M; Cicéron, pro Plancio, 64: « sic tum existimabam, nihil homines aliud Rom (...)
  • 83 Salluste, Hist., II, 45M : « <annonae intolerabil>is saevitia . Qua re fati<ga>ta plebes forte consu<les> ambo Q. Metellum, cui <pos>t</pos></les></ga></annonae> (...)
  • 84 Cicéron, Verr. 3.215: « Quod nisi omnis frumenti ratio ex temporibus esset et annona, non ex numero (...)
  • 85 Pline l’Ancien, N.H., XVIII, 4, 16 : « Seius in aedilitate assibus populo frumentum praestitit , qu (...)

30Les années 76-73 av. J.-C. furent marquées par des difficultés répétées du ravitaillement civil. Les crises frumentaires qui en découlèrent sont bien documentées, tout comme leurs conséquences sur l’équilibre social à Rome81. La situation sicilienne apparaît dès l’année 76 comme le facteur déclenchant l’augmentation du cours du blé, « summa caritas ». Cicéron, nommé questeur de l’île à Lilybée, avait réussi à procurer à Rome des quantités importantes de blé « frumenti maximum numerum », en s’assurant par sa diligentia la collaboration des acteurs du commerce libre du blé (negotiatores et mercatores), des publicains et des contribuables82. En 75 av. J.-C., une intolerabilis saevitia éprouva la population de la capitale83 et engendra une émeute au cours de laquelle les consuls de l’année furent agressés. L’édile plébéien Q. Hortensius Hortalus, finança une distribution de blé à prix réduit qui fut accueillie avec soulagement par la population84. En 74 av. J.-C. l’édile curule M. Seius finança une distribution de blé et des distributions d’huile pour une année entière85.

  • 86 Cf. Lo Cascio 1994, p. 91-109 ; Lo Cascio 1997, p. 23-38; Lo Cascio 2000, p. 628-658.
  • 87 Virlouvet 1994, p. 17 et 20-21.
  • 88 Tchernia 2011, p. 252-254.
  • 89 Sur les dépenses pour le ravitaillement de l’armée engagée en Espagne, cf. Brunt 1971, p. 448-449 ; (...)
  • 90 Cf. Gabba 1973, p. 309-313 ; Hatzfeld 1912, p. 120-128; Musti 1980, p. 209-210.

31Les facteurs à l’origine de ces crises frumentaires sont multiples. La croissance de la population urbaine de Rome86 et l’engagement des légions romaines sur plusieurs fronts de guerre engendrèrent une augmentation remarquable des besoins alimentaires de Rome. La dépense publique pour les distributions à prix réduit entre 75 et 73 av. J.-C. était supérieure à 2 400 000 modii de blé par an87, tandis que la demande totale en blé devait osciller entre 24 et 50 millions de modii de blé par an88. De même, les dépenses pour le ravitaillement de l’armée atteignirent des montants significatifs89. L’engagement militaire sur plusieurs fronts, de l’Espagne contre Sertorius à l’Asie contre Mithridate du Pont, facilita l’émergence d’un autre phénomène déstabilisateur du ravitaillement et du commerce maritime en général, la piraterie. Les sources littéraires évoquent à plusieurs reprises la connivence entre les Sertoriens, Mithridate, les gens de mer de Campanie et les pirates90. De fait, l’explosion de la piraterie en Méditerranée méridionale mit à l’épreuve les autorités romaines.

  • 91 Velleius Paterculus, II, 31, 2-4 : « […] Quo scito paene totius terrarum orbis imperium uni viro de (...)
  • 92 Florus, I, 41 : « Ac primum dum Isidoro contenti proximo mari Cretam inter atque Cyrenas et Achaiam (...)
  • 93 Florus, I, 41 : « Non ideo tamen tot cladibus domiti terra se continere potuerunt; sed ut quaedam a (...)
  • 94 En 74 av. J.-C., P. Cornelius Lentulus Marcellinus fut nommé questeur de la province de Cyrénaïque. (...)
  • 95 Cf. Laronde 1987, p. 466-469.

32L’intervention des pouvoirs publics se déploya sur plusieurs fronts, militaire et administratif d’abord, fiscal ensuite. Ainsi, en 74 av. J.-C., le sénat institua un commandement militaire pour l’élimination de la piraterie. Marcus Antonius Creticus fut investi d’un « imperium infinitum » dans le cadre d’une « curatio tuendae totius orae maritimae » qui concernait la mer crétoise et la mer égéenne91. Les incursions des praedones crétois s’étendaient donc de la Crète aux côtes cyrénéennes, de l’Achaïe au golfe de Malée92 ; elles touchèrent également les côtes campaniennes et siciliennes93. L’explosion de la piraterie crétoise orienta probablement le comportement des autorités romaines en matière d’administration provinciale. La désignation d’un magistrat en Cyrénaïque en 74 av. J.-C. peut être interprétée comme une tentative de renforcement du contrôle dans la région créto-libyenne94. En 74 av. J.-C., l’action conjointe du questeur P. Cornelius Lentulus Marcellinus et d’Antonius Creticus ne fut probablement pas décisive pour la garantie de la sécurité des villes côtières de Cyrénaïque tout comme des navires marchands qui parcouraient les routes maritimes traversant la mer crétoise. L’intervention de Pompée le Grand en 67 av. J.-C. et la désignation d’un légat pro praetore pour la région de Cyrénaïque montrent que les pirates crétois gardaient encore un contrôle solide de cet espace maritime95.

  • 96 Cf. Arnaud 2005.
  • 97 Il s’agit de la route la plus favorable dès le début de juillet, période de stabilisation des vents (...)
  • 98 Il s’agit de la route pratiquée au printemps comme le témoigne le papyrus P. Mich. VIII 490 (IIe s. (...)
  • 99 Cf. Arnaud 2005, p. 124 ; p. 170, n. 45 ; p. 182-183; 189, n. 69.

33Il est intéressant de constater que les régions frappées par l’action des pirates étaient, en effet, parcourues par les routes méditerranéennes du blé, des esclaves et des biens précieux acheminés depuis l’Orient méditerranéen. L’œuvre des géographes et quelques papyrus permettent la reconstitution des routes du blé à l’époque romaine96. Les routes les plus couramment pratiquées étaient au nombre de deux, l’une longeant la côte syro-palestinienne, l’autre celle nord-africaine. Dans les deux cas, la fonction des escales crétoises était remarquable : le cap sud-occidental de Criu Métapon ouvrait notamment la route en direction de la Sicile méridionale. Cela permettait aux navires empruntant la route micro-asiatique d’éviter la traversée de la mer Égée et d’atteindre la Crète depuis Rhodes97. Pour les navires qui, en revanche, avaient suivi le parcours nord-africain, l’escale du cap Criu Métapon constituait une alternative au cabotage de la grande Syrte et permettait ainsi d’atteindre la côte méridionale de la Sicile98. Ensuite, les escales de Syracuse et de Messine anticipaient la dernière étape de la navigation jusqu’au port de Pouzzoles99. L’intervention d’Antonius Creticus était donc censée accroître la sécurité de la navigation dans ces zones parcourues par les marchands putéolitains et par les pirates crétois. De même, le questeur envoyé en Cyrénaïque devait empêcher les pirates d’exploiter l’escale de Cyrène-Apollonia pour leurs incursions. Ces deux mesures visaient ainsi le même objectif : sécuriser les trafics maritimes passant par la mer crétoise et dirigés vers la Sicile méridionale, puis vers Pouzzoles.

  • 100 Virlouvet 1994, p. 11-29.
  • 101 Nicolet 1999, p. 209-211.

34Dès lors, nous pouvons penser que ces interventions militaire et administrative relevaient de la même politique que la loi Terentia Cassia, puisqu’elles visaient des objectifs complémentaires : d’une part la sécurisation des trafics maritimes, d’autre part l’augmentation des quantités de céréales acheminées à Rome. Il s’agissait, en d’autres termes, d’une politique économique globale visant une stabilisation des prix du blé sur le marché alimentaire de Rome. Comme C. Virlouvet l’a montré, les lois frumentaires d’époque républicaine, en l’occurrence celle proposée par les consuls M. Terentius Varro Lucullus et C. Cassius Longinus, intervenaient non seulement dans le cadre des frumentationes réservées à un nombre restreint de citoyens, mais plus globalement dans le système d’approvisionnement en blé de Rome100. La régularisation de la « secunda decuma » et l’institution d’une nouvelle contribution, à un montant fixe de 800 000 modii par an, peuvent être interprétées sous cet angle. La Sicile était formellement mentionnée dans la loi, mais comme l’a fort justement supposé Cl. Nicolet101, il devait y avoir plusieurs provinces concernées par ce nouveau dispositif fiscal. Au nombre des provinces non mentionnées par Cicéron figurait probablement la province d’Asie : la nouvelle lecture et interprétation des lignes 72-78 du Monumentum Ephesenum plaide en faveur de cette hypothèse, montrant ainsi l’ampleur de la politique frumentaire inaugurée par la loi Terentia Cassia. La Sicile, quant à elle, jouait un rôle dans la production de céréales tout comme dans les circuits commerciaux, puisque le port de Syracuse constituait le premier point d’arrivée en Occident des marchands romains provenant de l’Orient méditerranéen. L’hypothèse d’exportation de blé d’Égypte et de Syrie au bénéfice de la population urbaine de Rome se comprend davantage dans ce contexte.

  • 102 Frederiksen 1980-1981, p. 15-18.

35En une période difficile pour le ravitaillement alimentaire de Rome, caractérisée par des dépenses importantes pour le ravitaillement de l’armée et par la croissance de la population urbaine, les pouvoirs publics augmentèrent leur demande fiscale en blé dans les provinces frumentaires. Les réseaux du commerce libre du blé, se ravitaillant en des territoires non encore soumis à l’administration romaine, tels que l’Égypte et la Syrie, furent indirectement sollicités par les nouveaux dispositifs fiscaux. Les clauses de la loi Terentia Cassia conféraient au préteur sicilien une certaine liberté d’action économique puisque l’acquisition du blé se réalisait par l’achat de denrées frumentaires qui pouvaient être fournies par la Sicile ou par d’autres régions, pourvu qu’il s’agisse de triticum. Les traditions agricoles siciliennes ne pouvaient pas satisfaire entièrement les besoins alimentaires de la capitale. Dès lors, le recours aux blés produits en Égypte et en Syrie se justifie pleinement. Le comportement des autorités romaines dans les années 70 du Ier s. av. J.-C. se rapproche par certains aspects de celui tenu par Pompée et ses légats en 57 av. J.-C.102, notamment par la place laissée aux marchands privés de blé, en particulier ceux des milieux campaniens. Les acteurs de la « mercatura maritima » de Pouzzoles nouèrent des relations économiques privilégiées avec l’Orient méditerranéen, en l’occurrence avec l’Asie Mineure, l’Égypte, la Syrie. La fonction annonaire du port de Pouzzoles et le primat incontesté de la ville dans les rapports commerciaux avec l’Orient se maintinrent pendant l’époque impériale, du moins jusqu’au IIe s. ap. J.-C. Les études menées sur la documentation épigraphique et papyrologique en provenance de Pouzzoles et de l’Égypte montrent que le rôle des familles putéolitaines dans le développement et dans le renforcement des rapports économiques avec l’Egypte fut déterminant dès l’époque républicaine.

Haut de page

Bibliographie

Andreau 1978 = J. Andreau, Financiers de l'aristocratie à la fin de la République, dans Le dernier siècle de la République romaine et l'époque augustéenne, Strasbourg, 1978, p. 47-62.

Andreau 1983 = J. Andreau, À propos de la vie financière à Pouzzoles : Cluvius et Vestorius, dans Les « bourgeoisies » municipales italiennes aux IIe et Ier siècles avant J.-C. : colloque du CNRS, Naples, 7-10 déc. 1981, Paris-Naples, 1983, p. 9-20.

Brunt 1971 = P. A. Brunt, Italian manpower : 225 B.C.-A.D. 14, Oxford, 1971.

Burkhalter 2006 = F. Burkhalter, Place de la monnaie dans l’économie royale ptolémaïque d’après les sources papyrologiques, dans Approches de l'économie hellénistique : communications présentées lors des 4e rencontres d'économie antique, Saint-Bertrand-de-Comminges, 6-7 mai 2004, Saint-Bertrand-de-Comminges-Paris, 2006, p. 275-286.

Burkhalter – Picard 2005 = F. Burkhalter, O. Picard, Le vocabulaire financier dans les papyrus et l’évolution des monnayages lagide en bronze, dans F. Duyrat, O. Picard (éd.), L’exception égyptienne ? Production et échanges monétaires en Égypte hellénistique et romaine [Actes du colloque d’Alexandrie, 13-15 avril 2002], Le Caire, 2005 (Études alexandrines, 10), p. 53-80.

Calderone 1960 = S. Calderone, Il problema delle città censorie e la storia agraria della Sicilia romana, dans Kokalos, 6, 1960, p. 3-25.

Calderone 1964-1965 = S. Calderone, Problemi dell’organizzazione della Provincia di Sicilia, dans Kokalos, 10-11, 1964-1965, p. 63-98.

Camodeca 1977 = G. Camodeca, L’ordinamento in regiones e vici di Puteoli, dans Puteoli, 1, 1977, p. 62-98.

Camodeca 1979 = G. Camodeca, La gens Annia puteolana in età Giulio-Claudia : potere politico e interessi commerciali, dans Puteoli, 3, 1979, p. 17-34.

Camodeca 1994 = G. Camodeca, Puteoli porto annonario e il commercio del grano in età imperiale, dans Le ravitaillement en blé de Rome et des centres urbains des débuts de la République jusqu’au Haut Empire [Actes du colloque international de Naples (1991)], Naples, 1994, p. 103-128.

Camodeca 1995 = G. Camodeca, L’élite municipale di Puteoli tra la tarda repubblica e Nerone, dans Les élites municipales de l’Italie péninsulaire des Gracques à Néron [Actes de la table ronde internationale de Clermont-Ferrand (1991)], Clermont Ferrand, 1995, p. 91-105.

Camodeca 1999 = G. Camodeca, Tabulae pompeianae Sulpiciorum (TPSulp.) : edizione critica dell'archivio puteolano dei Sulpicii, Naples, 1999.

Carcopino 1905 = J. Carcopino, Decumani : note sur l’organisation des sociétés publicaines sous la République, dans MEFR, 25, 1905, p. 401-442.

Casson 1973= L. Casson, Ships and seamanship in the ancient world, Princeton, 1973.

Casson 1980= L. Casson, The role of the State in Rome’s Grain Trade, dans J. H. D’Arms, E. C. Kopff (éd.), The Seaborne Commerce of Ancient Rome, Rome, 1980 p. 21-33.

Casson 1984= L. Casson, The Grain Trade of the Hellenistic World, dans Ancient trade and society, Detroit, 1984, p. 70-95.

Castrén 1975 = P. Castrén, Ordo populusque pompeianus : polity and society in Roman Pompeii, Rome, 1975.

Cébeillac Gervasoni 2000 = M. Cébeillac Gervasoni, Les enseignements fournis par les archives des Sulpicii pour une meilleure connaissance de certaines couches de la société de Puteoli, dans CCG, XI, 2000, p. 107-111.

Coarelli 1982 = F. Coarelli, L’« agora des Italiens » a Delo : il mercato degli schiavi ?, dans F. Coarelli, D. Musti, H. Solin (éd.), Delo e l’Italia, Rome, 1982 (Opuscula Instituti Romani Finlandiae, II), p. 119-145.

Coarelli 1994 = F. Coarelli, Iside e Fortuna a Pompei e a Palestrina, dans PP, 99, 1994, p. 126-129.

Coarelli 2005 = F. Coarelli, L’« Agora des Italiens » : lo statarion di Delo ?, dans JRA, 18/1, 2005, p. 197-212.

Cocco 1970 = M. Cocco, Sulla funzione dell’« agorà degli italiani » di Delo, dans PP, 25, 1970, p. 446-449.

Crawford et al. 1996 = M. Crawford (éd.), Roman statutes 1, Londres, 1996.

D’Arms 1981= J. H. D’Arms, Commerce and social standing in ancient Rome, Cambridge, 1981.

De Laet 1949 = S. J. De Laet, Portorium : étude sur l'organisation douanière chez les romains, surtout à l'époque du haut-empire, Bruges, 1949.

De Romanis 1993 = F. De Romanis, Puteoli e l’Oriente, dans F. Zevi (éd.), Puteoli, Naples, 1993, p. 61-72.

De Romanis 1996 (a) = F. De Romanis, Cassia, cinnamomo, ossidiana : uomini e merci tra Oceano Indiano e Mediterraneo, Rome, 1996.

De Romanis1996 (b) = F. De Romanis, Graffiti greci da Wadi Menih El-Her : un Vestorius tra Coptos e Berenice, dans Topoi, 6/1, 1996, p. 731-745

Deniaux 1993 = E. Deniaux, Clientèles et pouvoir à l'époque de Cicéron, Rome, 1993.

Deniaux 1994 = E. Deniaux, Le patronage de Cicéron et l’arrivée des blés de Sicile à Rome, dans Le ravitaillement en blé de Rome et des centres urbains des débuts de la République jusqu’au Haut Empire [Actes du colloque international de Naples (1991)], Naples, 1994, p. 243-253.

Deniaux 2002 = E. Deniaux, Les gentes de Délos et la mobilité sociale à Rome au Ier siècle av. J.-C. : l’exemple de Marcus Seius et des Seii, dans Cl. Hasenohr, Ch. Müller (éd.), Les Italiens dans le monde grec IIe siècle av. J.-C.-Ier siècle ap. J.-C, Paris (BCH Supplément, 41), 2002, p. 29-54.

Dubouloz 2007 = J. Dubouloz, Autorité romaine, fermiers de l’impôt et contribuables en Sicile dans les années 70 avant J.-C., dans J. Dubouloz, S. Pittia (éd.), La Sicile de Cicéron : lectures des Verrines, Paris, 2007, p. 147-168.

Dubois 1907 = Ch. Dubois, Pouzzoles antique : histoire et topographie, Paris, 1907.

Durrbach 1921 = F. Durrbach, Choix des inscriptions de Délos, Paris, 1921.

Erdkamp 1995= P. Erdkamp, The corn supply of the Roman armies during the third and second centuries B. C., dans Historia, 44, 1995, p. 168-191.

Erdkamp 2005= P. Erdkamp, The grain market in the Roman Empire: a social, political and economic study, Cambridge, 2005.

Ferrary et al. 2002= J.-L. Ferrary, Cl. Hasenor, M.-Th. Le Dinahet, M.-Fr. Boussac, Liste des Italiens de Délos, dans Cl. Hasenohr, Ch. Müller (éd.), Les Italiens dans le monde grec IIe siècle av. J.-C.-Ier siècle ap. J.-C, Paris, 2002, (BCH Supplément, 41), p. 183-239.

France 2003 = J. France, La ferme des douanes dans les provinces occidentales de l’Empire romain, dans J. J. Aubert (éd.), Tâches publiques et entreprise privée dans le monde romain : actes du diplôme d'études avancées, universités de Neuchâtel et de Lausanne, 2000-2002, Genève, 2003, p. 193-213.

Frederiksen 1980-1981 = M. W. Frederiksen, Puteoli e il commercio del grano in epoca romana, dans Puteoli, IV-V, 1980-1981, p. 5-27.

Frederiksen 1984 = M. W. Frederiksen, N. Purcell (éd.), Campania, Rome, 1984.

Gabba 1973 = E. Gabba, Esercito e società nella tarda repubblica romana, Florence, 1973.

García Vargas – Martinez Maganto 2009 = E. García Vargas, J. Martinez Maganto, Fuentes de riqueza y promoción social de los Negotiantes salsarii béticos en el alto Impero Romano. Una aproximación diacrónica, dans A. Esp. A., 82, 2009, p. 133-152.

Garnsey 1994 = P. Garnsey, L’approvisionnement des armées et la ville de Rome, dans Le ravitaillement en blé de Rome et des centres urbains des débuts de la République jusqu’au Haut Empire [Actes du colloque international de Naples (1991)], Naples-Rome, 1994, p. 31-34.

Geraci 2003 = G. Geraci, Alessandria, l’Egitto e il rifornimento frumentario di Roma in età repubblicana e imperiale, dans B. Marin, C. Virlouvet (éd.), Nourrir les cités de Méditerranée (Antiquité-Temps Modernes), Paris, 2003, p. 625-690.

Geraci 2004 = G. Geraci, Mensura, pondus e probatio di stato nel rifornimento ranario di Roma imperiale (e di Costantinopoli), dans Politica retorica e simbolismo del primato : Roma e Costantinopoli, secoli 4.-7. [Atti del Convegno internazionale, Catania, 4-7 ottobre 2001 : omaggio a Rosario Soraci], Catane, 2004, p. 155 - 181.

Gianfrotta 2007 = P. Gianfrotta, Il commercio maritttimo in età tardo-repubblicana : merci, mercanti, infrastrutture, dans J. P. Ballester, G. Pascual (éd.), Actas V jornadas internacionales de arqueologia subacuatica (Gandia, 8 a 10 de noviembre de 2006), Valence, 2007, p. 65-78.

Hasenohr 2007 = Cl. Hasenohr, Les Italiens à Délos : entre romanité et hellénisme, dans Pallas, 73, 2007, p. 221-232.

Hasenohr – Müller 2002= Cl. Hasenohr, Ch. Müller, Gentilices et circulation des Italiens : quelques réflexions méthodologiques, dans Cl. Hasenohr, Ch. Müller (éd.), Les Italiens dans le monde grec : IIe siècle av. J.-C.-Ier siècle ap. J.-C, Paris (BCH Supplément, 41), 2002, p. 11-20.

Hassall – Crawford – Reynolds 1974= M. Hassall, M. Crawford, J. Reynolds, Rome and the eastern provinces at the end of the second century B.C., dans JRS, 64, 1974, p. 195-220.

Hatzfeld 1912 = J. Hatzfeld, Les Italiens résidant à Délos mentionnés dans les inscriptions de l’île, dans BCH, 36, 1912, p. 75-158.

Hatzfeld 1919 = J. Hatzfeld, Les trafiquants italiens dans l'Orient hellénique, Paris, 1919.

Hauben 1985 = H. Hauben, « Ceux qui naviguent sur la mer extérieure » (SB III 7169), dans ZPE, 59, 1985, p. 135-136.

Heilporn 2010 = P. Heilporn, Présence romaine en Égypte ptolémaïque, dans N. Barrandon, F. Kirbihler (éd.), Administrer les provinces de la République romaine [Actes du colloque de l’université de Nancy II, 4-5 juin 2009], Rennes, 2010, p. 99-111.

Homolle 1884 = Th. Homolle, Les Romains à Délos, dans BCH, 8, 1884, p. 75-159.

Kayser 1994 = F. Kayser, Recueil des inscriptions grecques et latines (non funéraires) d’Alexandrie impériale (Ier-IIIe s. apr. J.-C.), Le Caire, 1994.

Lampela 1998= A. Lampela, Rome and the Ptolemies of Egypt: the development of their political relations, 273-80 B.C., Helsinki, 1998 (Commentationes humanarum litterarum, 111).

Laronde 1987 = A. Laronde, Cyrène et la Libye hellénistique : Libykai historiai de l'époque républicaine au principat d'Auguste, Paris, 1987.

Laronde 1988 = A. Laronde, La Cyrénaïque romaine, des origines à la fin des Sévères (96 av. J.-C. - 235 ap. J.-C.), dans ANRW, 10/1, 1988, p. 1006-1064.

Lo Cascio 1994 = E. Lo Cascio, La dinamica della popolazione in Italia da Augusto al III secolo, dans L’Italie d’Auguste à Dioclétien, Rome, 1994, p. 91-125.

Lo Cascio 1997 = E. Lo Cascio, Le procedure di recensus dalla tarda repubblica al tardo antico e il calcolo della popolazione di Roma, dans La Rome impériale : démographie et logistique [Actes de la table ronde (Rome, 25 mars 1994)], Rome, 1997, p. 3-76.

Lo Cascio 2000 = E. Lo Cascio, Registrazioni di tipo censuale e stime della popolazione delle Mégapoles nell’Antichità : il caso di Roma imperiale, dans Cl. Nicolet, R. Ilbert, J.-Ch. Depaule (éd.), Mégapoles méditerranéennes : géographie urbaine rétrospective [Actes du colloque, Rome, 8-11 mai 1996], Rome, 2000, p. 628-659.

Lo Cascio 2007 = E. Lo Cascio, L’approvvigionamento dell’esercito romano : mercato libero o « commercio amministrato » ?, dans L. De Blois, E. Lo Cascio (éd.), The impact of the Roman army (200 BC-AD 476), economic, social, political, religious, and cultural aspects [Proceedings of the Sixth Workshop of the international network impact of Empire (Roman Empire, 200 BC-AD 476), Capri, March 29-April 2, 2005], Leiden-Boston 2007, p. 195-206.

Mavrojannis 2002 = Th. Mavrojannis, Italiens et orientaux à Délos : considérations sur l’« absence » des negotiatores romains dans la Méditerranée orientale, dans Cl. Hasenohr, Ch. Müller (éd.), Les Italiens dans le monde grec : IIe siècle av. J.-C.-Ier siècle ap. J.-C, Paris, 2002 (BCH Supplément, 41), p. 163-179.

Mayerson 2002 = Ph. Mayerson, Three Pharaonic crops in Ptolemaic Egypt : ὄλυρα (Emmer Wheat) and Maslins of κριθόπυρον and ὀλυρόκριθον, dans ZPE, 141, 2002 p. 210-213.

Mayerson 2005= Ph. Mayerson, sitov / purov in Egypt as deliberate mixtures of wheat with barley, dans BASP, 42/ 1-4, 2005, p. 51-62.

Mazza 1981 = M. Mazza, Terra e lavoratori nella Sicilia tardorepubblicana, dans A. Giardina, A. Schiavone (éd.), Società romana e produzione schiavistica. 1 L’Italia : Insediamenti e forme economiche, Bari, 1981, p. 19-49.

Mazzarino 1961 = S. Mazzarino, In margine alle Verrine per un giudizio storico sull’orazione De frumento, dans Atti del congresso internazionale degli studi ciceroniani, Roma aprile 1959, 2, Rome, 1961, p. 99-118.

Musti 1980 = D. Musti, Il commercio degli schiavi e del grano : il caso di Puteoli. Sui rapporti tra l’economia italiana della tarda repubblica e le economie ellenistiche, dans J. H. D’Arms, E. C. Kopff (éd.), The seaborne commerce of ancient Rome : studies in archeology and history, Rome, p. 197-215.

Musti 1981 = D. Musti, Modi di produzione e reperimento di manodopera schaivile : sui rapporti tra l’Oriente ellenistico e la Campania, dans A. Giardina, A. Schiavone (éd.), Società romana et produzione schiavistica, I, Rome, 1981, p. 244-263 .

Nicolet 1974 = Cl. Nicolet, L'ordre équestre à l'époque républicaine (312-43 av. J.-C.). 2, Prosopographie des chevaliers romains, Rome, 1974.

Nicolet 1999 = Cl. Nicolet, Le Monumentum Ephesenum, la loi Terentia-Cassia et les dîmes d’Asie, dans MEFRA, 111/1, 1999, p. 191-215.

Nicolet 2000 = Cl. Nicolet, Dîmes de Sicile, d’Asie et d’ailleurs, dans Cl. Nicolet (éd.), Censeurs et publicains : économie et fiscalité dans la Rome antique, Paris, 2000, p. 277-293.

Ormerod 1969= H. A. Ormerod, Piracy in the ancient world an essay in Mediterranean history, Liverpool, 1969.

Pena 1998 = M. J. Pena, Productores y comerciantes de vino layetano, dans M. Comas, P. Padrós (éd.), El Vi a l’antiguitat. Economia, producció i commerç al Mediterrani occidental [Actas del II Colloqui internacional d’Arqueologia Romana, Badalona 6/9 de maig 1998], Badalona, 1998, p. 305-318.

Pinzone 2007 = A. Pinzone, Cicerone e l’iniquitas nouorum edictorum di Verre, dans J. Dubouloz, S. Pittia (éd.), La Sicile de Cicéron : lectures des Verrines, Paris, 2007, p. 91-109.

Pittia 2007 = S. Pittia, Les données chiffrées dans le De frumento de Cicéron, dans J. R. W. Prag (éd.), Sicilia nutrix plebis romanae : rhetoric, law and taxation in Cicero's "Verrines", Londres, 2007, p. 49-79.

Pomey – Tchernia 1980-1981 = P. Pomey, A. Tchernia, Il tonnellaggio massimo delle navi mercantili romane, dans Puteoli, IV-V, 1980-1981, p. 29-57.

Préaux 1939 = Cl. Préaux, L'économie royale des Lagides, Bruxelles, 1939.

Rathbone 1983= D. Rathbone, The grain trade and grain shortages in the Hellenistic East, dans P. Garnsey, C. R. Whittaker (éd.), Trade and famine in classical antiquity, Cambridge, 1983, p. 45-53.

Rauh 1999= N. K. Rauh, Rhodes, Rome, and the Aestern Mediterranean Wine Trade, 166-88 B.C., dans V. Gabrielsen et al. (éd.), Hellenistic Rhodes: politics, culture and society, Cambridge-Oxford, 1999, p. 162-186.

Rebuffat 1986 = R. Rebuffat, Un banquier à Lepcis Magna, dans A. Mastino (éd.), L’Africa Romana [Atti del convegno di studio. Sassari , 13-15 dicembre 1985], Sassari, p. 179-187.

Rickman 1980= J. Rickman, The corn supply of ancient Rome, Oxford, 1980.

Romanelli 1971 = P. Romanelli, Cirenaica Romana, Rome, 1971.

Rostovtzeff 1995 = M. Rostovtzeff, Foreign commerce of Ptolemaic Egypt, dans A. Marcone (éd.), Scripta varia : ellenismo e impero romano, Bari, 1995, p. 231-263.

Rovira Guardiola 2007 = R. Rovira Guardiola, El Archivo Sulpicio y los tituli Picti β : circulación de commerciantes en el Mediterráneo, dans M. Mayer i Olivé, G. Baratta, A. Guzmán Almagro (éd.), Acta XII Congressus internationalis epigraphiae graecae et latinae, Barcelone, 2007, p. 1263-1268.

Scramuzza 1959= V. M. Scramuzza, Roman Sicily, dans T. Frank (éd.), An economic survey of ancient Rome, III, Oxford, 1959, p. 253-269.

Sirago 1979 = A.V. Sirago, La personalità di C. Vestorio, dans Puteoli, III, 1979, p. 3-16.

Tchernia 1969 = A. Tchernia, Les fouilles sous-marines de Planier (Bouche-du-Rhône), dans CRAI, 113/2, 1969, p. 292-309.

Tchernia 2011 = A. Tchernia, Les Romains et le commerce, Naples, 2011.

Vélissaropoulos 1980 = J. Vélissaropoulos, Les nauclères grecs, Genève -Paris, 1980.

Verboven 2007 = K. Verboven, Ce que negotiari et ses dérivés veulent dire, dans J. Andreau, V. Chankowski (éd.), Vocabulaire et expression de l’économie dans le monde antique, Paris, 2007, p. 89-118.

Virlouvet 1985 = C. Virlouvet, Famines et émeutes à Rome : des origines de la République à la mort de Néron, Rome, 1985.

Virlouvet 1994 = C. Virlouvet, Les lois frumentaires d’époque républicaine, dans Le ravitaillement en blé de Rome et des centres urbains des débuts de la République jusqu’au Haut Empire [Actes du colloque international de Naples (1991)], Naples-Rome, 1994, p. 11-29.

Virlouvet 2000 = C. Virlouvet, Les denrées alimentaires dans les archives des Sulpicii de Pouzzoles, dans CCG, 2, 2000, p. 131-149.

Virlouvet 2003 = C. Virlouvet, L’approvisionnement de Rome en denrées alimentaires de la République au Haut-Empire, dans B. Marin, C. Virlouvet (éd.), Nourrir les cités de Méditerranée (Antiquité-Temps Modernes), Paris, 2003, p. 68-82.

Zevi 1994 = F. Zevi, Le grandi navi mercantili, Puteoli e Roma, dans Le ravitaillement en blé de Rome et des centres urbains des débuts de la République jusqu’au Haut Empire [Actes du colloque international de Naples (1991)], Naples-Rome, 1994, p. 61-68.

Haut de page

Notes

1 Choix [Durrbach 1921] 105 (= ID 1526) : « Ῥωμαίων οἱ εὐεργετηθέντες ναύκληροι / καὶ ἔμποροι ἐν τῆι γενομένῃ καταλή/ψει Ἀλεξανδρείας ὑπὸ βασιλέως / Πτολεμαίου Θεοῦ Εὐεργέτου, / Λόχον Καλλιμήδου, τὸν συγγενῆ βασι/λέως Πτολεμαίου καὶ βασιλίσσης / Κλεοπάτρας, ἀρετῆς ἕνεκεν καὶ /εὐεργεσίας τῆς εἰς ἑαυτούς, / Ἀπόλλωνι ». Cf. Durrbach 1921, p. 174 ; Mavrojannis 2002, p. 175-176 ; Heilporn 2010, p. 103.

2 Sur la fonction de l’Agora des Italiens à Délos, Cf. Coarelli 1982, p. 119-145 ; Coarelli 2005, p. 196-212 ; Cocco 1970, p. 446-449. Cocco et Coarelli défendent l’identification de l’Agora comme un marché d’esclaves.

3 Cf. Choix 106 (= ID 1527), 127 av. J.-C.: « [Πολέ]μαρ<χ>ον συνγενῆ / βασιλέως Πτολεμαίου Εὐεργέτου / καὶ βασιλίσσης Κλεοπάτρας καὶ / ἐπιστράτηγον / Λ<ε>ύκιος καὶ Γάιος Πέδιοι Γαίου υἱοὶ / Ῥωμαῖοι ἀρετῆς ἕνεκεν καὶ / καλοκἀγαθίας καὶ τῆς εἰς ἑαυτοὺς / εὐνοίας Ἀπόλλωνι, Ἀρτέμιδι, / [Λητοῖ?] », « Lucius et Gaius Pedii, fils de Gaius, Romains, (ont dédié) à Apollon, Artémis (et) [Léto ?] (une statue de) Timarchos (?), parent du roi Ptolémée Evergète et de la reine Cléopâtre, épistratège, pour son courage, sa noblesse et sa bienveillance envers eux » ; Choix 107 (ID 1699), 99 av. J.-C. : « [C. Marium legat]um Alexandreae Italicei quei fuere / [virtut]is beneficique ergo. / Ἀγασίας Μηνοφίλου / Ἐφέσιος ἐποίει. / [Γάιον Μάριον πρεσβευ]τὴν οἱ ἐν Ἀλεξανδρείαι [παρα]/[γενόμενοι Ἰταλικ]οὶ ἀρετῆς καὶ εὐεργεσίας [ἕνεκεν] », « Les Italiens qui étaient présents à Alexandrie (ont honoré) le légat [C. Marius (?)], pour son courage et sa bienveillance. Agasias, fils de Mènophilos, d’Éphèse, a réalisé (la statue) ». Pour l’identification du magistrat romain avec C. Marius, Cf. Coarelli 1994, p. 126-129 ; Mavrojannis 2002, p. 176. Deux inscriptions (Choix 127 [= ID 1533] et Choix 128 [ID 1534], 116-80 av. J.-C.) montrent la permanence des rapports amicaux entre Rome et les Lagides au début du Ier s. av. J.-C. Cf. Mavrojannis 2002, p. 175-179.

4 Cf. Lampela 1998, p. 216-218 ; Mavrojannis 2002, p. 166-172.

5 C.I.L, X, 1781, 105 av. J.-C. : « Ab colonia deducta anno XC / N(umerio) Fufidio N(umeri) f(ilio) M(arco) Pullio duovir(eis) / P(ublio) Rutilio Cn(aeo) Mallio co(n)s(ulibus) / operum lex II / lex parieti faciendo in area quae est ante / aedem Serapi trans viam ». La datation de l’inscription permet de fixer la date de fondation de la colonie à 194 av. J.-C. et confirme donc le témoignage de Tite-Live (XXIV, 45). Cf. Dubois 1907, p. 70-74 ; Musti 1980, p. 200 ss. ; Zevi 1994, p. 64-65.

6 Cf. Mavrojannis 2002, p. 163-179; Musti 1980, p. 197-215; Musti 1981, p. 243-263.

7 Casson 1984, p. 70-95 ; Geraci 2003, p. 625-690 ; Musti 1980, p. 197-215; Rathbone 1983, p. 54-53 .

8 Casson 1984, p. 81-82 ; Geraci 2003, p. 630-632.

9 Casson 1984, p. 82-85 ; Geraci 2003, p. 631-632 ; Musti 1980, p. 205-208 et 211-212 ; Rathbone 1983, p. 52-53.

10 Je remercie F. Burkhalter et G. Geraci de m’avoir fait part de leurs précieuses considérations sur le problème de l’exportation du blé égyptien vers Rome et Pouzzoles. Les procédures préalables à l’exportation de blé dans l’Égypte lagide demeurent à présent encore très obscures. Dans ce domaine, l’apport des études sur la circulation monétaire en bronze et en argent dans la chôra est remarquable, Cf. Burkhalter 2006, p. 275-286 ; Burkhalter – Picard 2005, p. 53-80. Je reviendrai sur ces questions dans mes recherches futures.

11 Cf. Erdkamp 1995, p. 168-191, en particulier p. 180-189 ; Garnsey 1994, p. 31-34. Pour l’époque impériale, cf. Lo Cascio 2007, p. 195-206 ; Tchernia 2011, p. 134-140.

12 Cf. Erdkamp 1995, p. 171-175 ; 177-179. L’auteur insiste, à juste titre, sur le rôle joué par les états alliés et amis de Rome dans le ravitaillement de l’armée. Les deux premières attestations d’achat (fin IIIe s. av. J.-C., Cf. Polybe, IX, 11a) et de donation de blé égyptien (169 av. J.-C., Cf. OGIS 760) au bénéfice de Rome s’inscrivent dans un contexte militaire.

13 Sur ces aspects voir les contributions de Geraci, cf. Geraci 2003, p. 646 ; Geraci 2004, p. 155-181.

14 Cf. Geraci 2003, p. 630-631.

15 Un papyrus datant du milieu du IIe s. av. J.-C. (SB III 7169) révèle la présence d’un citoyen romain dans les réseaux commerciaux dirigés vers la péninsule arabique, « le pays des Aromatophores ». Cf. De Romanis 1996 (a), p. 162-163 ; Hauben 1985, p. 135-136 ; Vélissaropoulos 1980, p. 118-119 ; 308-310. D’autres inscriptions (SEG XVIII, 1479 [= AE 1977, n. 839] ; SEG XXVIII, 1485 [= AE 1977, n. 838]), retrouvées en Haute-Égypte, ont été utilisées comme preuve de l’implication des Campaniens dans le commerce oriental, cf. Cébeillac-Gervasoni 2002, p. 23-26 ; contra Heilporn 2010, p. 104-105.

16 Pouzzoles, colonie romaine dès 194 av. J.-C., devint depuis cette date le port de haute-mer de Rome. La vocation commerciale de la ville se développa rapidement au cours du IIe s. av. J.-C. ; les commerces qui transitaient par la ville de Pouzzoles atteignirent des volumes comparables à ceux du port franc de Délos, comme le suggère le fameux passage de Lucilius en 130 av. J.-C., Cf. Lucilius, Sat., III, 9 (123 M). Cf. Camodeca 1994, p. 103-128 ; Dubois 1907, p. 66-77 ; Frederiksen 1980-1981, p. 5-27; id. 1984, p. 319-337, en particulier p. 328-330 ; Zevi 1994, p. 61-68.

17 Cf. Virlouvet 1985, p. 15 ; ead. 1994, p. 15-16 ; Deniaux 1994, p. 244-246.

18 Cf. Musti 1980, p. 197-215 ; id. 1981, p. 250-253 ; Mavrojannis 2002, p. 163-179.

19 Mavrojannis 2002, p. 163-179.

20 De Romanis 1996 (a), p. 162-167 ; Hatzfeld 1919, p. 31-37 ; Homolle 1884, 92-104 ; Rostovtzeff 1995, p. 251-253 ; Vélissaropoulos 1980, p. 100-101.

21 Cicéron, Verr. 5.154-157. 

22 Les activités lucratives des Putéolitains au Ier s. av. J.-C. concernaient le prêt d’argent, le commerce maritime, l’industrie. Sur l’homme d’affaire Cluvius, cf. Andreau 1983, p. 9-20 ; Hatzfeld 1912, p. 28 ; Sirago 1977, p. 50-61. Sur Vestorius, engagé dans la production des colorants à Pouzzoles, Cf. Andreau 1983, p. 9-20 ; D’Arms 1981, p. 48-54 ; De Romanis 1996 (b), p. 731-745 ; Dubois 1907, p. 74-78 ; Musti 1980, p. 197-204 et 209-211 ; Sirago 1979 p. 3-16 ; Tchernia 1969, p. 302-303. Sur la localisation de ses activités à Pouzzoles, cf. Camodeca 1977, p. 63-98. Un C. Vestorius Priscus est connu par une inscription funéraire de Pompéi (AE 1911, 72), cf. Castrén 1975, p. 238-239, n. 453. Au nombre des familles engagées dans le commerce oriental on compte les Calpurnii (Asie, Syrie, Égypte), cf. De Romanis 1996 (a), p. 252-253 ; Tchernia 2011, p. 64-66 ; les Annii Plocami, cf. Camodeca 1979, p. 17-34 ; D’Arms 1981, p. 166; De Romanis 1996 (a), p. 247-250 ; Tchernia 2011, p. 62-64. Sur les Granii, marchands d’esclaves, Cf. infra. Sur les Avianii, marchands de blé entre la Sicile et Pouzzoles cf. Camodeca 1995, p. 94-95 et 105 ; D’Arms 1981, p. 28 et 125-126 ; Deniaux 1993, p. 441-442 ; 462-469 ; Frederiksen 1980-1981, p. 16-18.

23 Cf. Cicéron, Verr. 5.154 : « Sed non licet me isto tanto bono, iudices, uti, non licet. Adsunt enim Puteoli toti ; frequentissimi venerunt ad hoc iudicium mercatores, homines locupletes atque honesti, qui partim socios suos, partim libertos, partim conlibertos spoliatos in vincla coniectos, partim in vinclis necatos, partim securi percussos esse dicunt. Hic vide quam me sis usurus aequo ». Les accusations intentées à C. Verrès concernaient l’administration fiscale (IIIe discours) ainsi que l’administration de la justice, civile et pénale (IIe discours). D’autres accusations portaient notamment sur les « vols » d’œuvres d’art et les confiscations illicites de biens aux marchands et négociants provenant de l’Orient méditerranéen (IVe et Ve discours). Pour une analyse du discours cicéronien concernant l’administration fiscale de Verrès, cf. Calderone 1960, p. 3-25 ; Calderone 1964-1965, p. 63-98 ; Dubouloz 2007, p. 147-168 ; Mazzarino 1961, p. 99-118 ; Pinzone 2007, p. 91-109.

24 Cf. Cicéron, Verr. 5.154. Cf. Musti 1980, p. 197-201.

25 Cf. Cicéron, Verr. 5.154 : « Cum ego P. Granium testem produxero qui suos libertos abs te securi percussos esse dicat, qui abs te navem suam mercesque repetat, refellito, si poteris; meum testem deseram, tibi favebo, te, inquam, adiuvabo; ostendito illos cum Sertorio fuisse, ab Dianio fugientis ad Siciliam esse delatos. Nihil est quod te mallem probare; nullum enim facinus quod maiore supplicio dignum sit reperiri neque proferri potest ». Il s’agit de Publius Granius, identifié avec le Publius Granius connu par Plutarque et mentionné dans la vie de Sylla en raison d’un conflit qui l’opposa à Sylla (Plutarque, Syl., 37 ; Valère Maxime, IX, 3, 8). La position sociale et économique de P. Granius au sein de la cité devait être élevée si l’on s’en tient à l’expression employée par Valère Maximus, « princeps coloniae ». Le rôle de cette gens apparaît significatif dès 105 av. J.-C., cf. CIL, X, 1781. Publius Granius était accouru au procès pour défendre sa « familia » d’esclaves et affranchis ; ces derniers étaient responsables de la réalisation de ses affaires en Orient. Selon toute vraisemblance, le bateau dont il est question dans le passage lui appartenait. Cf. Camodeca 1995, p. 96.

26 Cf. Ferrary et al. 2002, p. 198-199; Hatzfeld 1912, p. 200 et 212-213. Une inscription retrouvée à Rome (CIL, VI, 309), aujourd’hui perdue, atteste la présence à Rome d’un G. Granius Hilarus, auteur d’une dédicace à une divinité syrienne et au genius venalicii. Cf. Musti 1980, p. 200-201.

27 Cf. Mavrojannis 2002, p. 173-173. Sur la lex de piratis persequendis cf. Hassall, Crawford, Reynolds 1974, p. 195-220 ; Crawford et al. 1996, p. 231-270.

28 Cf. Casson 1984, p. 78-80 ; Musti 1980, p. 205-209.

29 Cf. Cicéron, Verr. 5.73 ; 5.74 ; 5.156. Cf. Camodeca 1979, p. 17-19 ; Dubois 1907, p. 45; Nicolet 1974, p. 774-775.

30 Camodeca 1979, p. 19-20 ; Dubois 1907, p. 45.

31 Ces informations nous sont parvenues par le dossier du mercator frumentarius Lucius Iucundus, cf. TPSulp. 53 et 46, Camodeca 1999, p. 124-126 ; 141-143 ; 181-183. Les membres de la gens Annia qui y figurent sont : P. Annius Seleucus et Publius Annius Felix. L’un agit en qualité de horrearius de l’« ho[r]reum / [XXVI, quod e]st in p[raedis Domit]iae / Lepid[ae Barbatianis] superi[oribus ». Publius Annius Felix apparaît comme signator dans la transaction concernant la cession d’un prêt de 20 000 HS par Sulpicius Faustus, l’un des propriétaires des archives, à Lucius Jucundus, mercator frumentarius. Sur les affaires de Lucius Jucundus et Novius Eunus, cf. Camodeca 1994, p. 103-123 ; Casson 1980, p. 21-33 ; Virlouvet 2000, p. 131-149 ; Tchernia 2011, p. 335-349.

32 L’inscription a été découverte en 1972 dans le golfe de Pouzzoles. Elle date de 121 ap. J.-C. Les auteurs de la dédicace étaient les « inquilini vici Anniani », à savoir les familles marchandes actives dans le quartier portuaire de la ville. Cf. Camodeca 1977, p. 77-78. 

33 Cf. Camodeca 1995, p. 92-95 ; l’auteur insiste davantage sur l’origine républicaine de la position sociale et économique de la gens Annia dans la vie de Pouzzoles. Cela paraît être le cas des autres familles de l’élite municipale et économique de la ville phlégréenne.

34 Cf. Camodeca 1979, p. 17-20.

35 Cf. Hatzfeld 1912, p. 14 ; Ferrary et al. 2002, p. 187.

36 La question des rapports entre la famille Annia de Pouzzoles et la ramification des Annii Plocami est épineuse. Je partage l’hypothèse proposée par A. Tchernia : les Annii Plocami s’étaient installés en Égypte dès l’époque augustéenne commençant dès lors une évolution économique remarquable qui leur ouvrit, après le commerce avec l’Inde, les adjudications publiques, notamment celle de la douane de la mer Rouge, le vectigal maris Rubri. Cf. Tchernia 2011, p. 62-64 ; contra Camodeca 1979, p. 17-34 ; De Romanis 1993, p. 70-71 ; id. 1996 (a), p. 247-249.

37 Sur l’identification de Leptis avec Leptis Magna, cf. Rebuffat 1985.

38 Cf. Cicéron, Verr. 5.15 et 155. 

39 Cf. Cicéron, Verr. 5.157 : « Parumne multa mercatoribus sunt necessario pericula subeunda fortunae, nisi etiam hae formidines ab nostris magistratibus atque in nostris provinciis impendebunt? Ad eamne rem fuit haec suburbana ac fidelis provincia, plena optimorum sociorum honestissimorumque civium, quae civis Romanos omnis suis ipsa sedibus libentissime semper accepit, ut, qui usque ex ultima Syria atque Aegypto navigarent, qui apud barbaros propter togae nomen in honore aliquo fuissent, qui ex praedonum insidiis, qui ex tempestatum periculis profugissent, in Sicilia securi ferirentur, cum se iam domum venisse arbitrarentur ? ».

40 Cf. Cicéron, Verr. 5.146. Cf. Musti 1980, p. 198-199.

41  Cf. Cicéron, Verr. 5.145 : « Quaecumque navis ex Asia, quae ex Syria, quae Tyro, quae Alexandria venerat, statim certis indicibus et custodibus tenebatur; vectores omnes in lautumias coniciebantur, onera atque merces in praetoriam domum deferebantur ». Cf. sur ce passage De Romanis 1996 (a), p. 159-162 ; Musti 1980, en particulier p. 199-200, où l’auteur met en avant l’hypothèse suivant laquelle les Ptolémées avaient favorisé le commerce d’esclaves étrangers au départ de l’Égypte. Cf. sur ce même sujet Mavrojannis 2002, p. 167-168.

42 Préaux 1939, p. 93-94 ; Rostovtzeff 1995, p. 254-255.

43 Cicéron, pro Rab. Post., 40 : « At permutata aliquando pecunia est,delatae naves Postumi Puteolos sunt, auditae visaeque merces. fallaces quidem et fucosae <e> chartis et linteis et vitro ; quibus cum multae naves refertae fuissent, naulum non potuit parari ». Sur les affaires de Rabirius Postumus et son profil socio-économique, cf. Andreau 1978, p. 47-62 ; D’Arms 1981, p. 27-30. Sur le mandat de diœcète à la cour de Ptolémée XII Aulète, cf. Geraci 1983, p. 14-15, nt. 12 ; Heilporn 2010, p. 105-107.

44 Cf. De Romanis 1996 (a), p. 157-166.

45 Cf. Musti 1980, p. 206.

46 De Romanis 1996 (a), p. 160-161.

47 Lexicon Totius Latinitatis, sv. oneraria ; Liddell Scott, sv. Φορτηγός . Cf. Casson 1973, p. 169-170.

48 Cicéron, Verr. 3.13-14. Cf. Calderone 1960, p. 3-25 ; id. 1964-1965, p. 63-98 ; Scramuzza 1959, p. 253-269. Pour les estimations quantitatives du tribut en blé provenant de la Sicile, cf. Erdkamp 2005, p. 214-218 ; Rickman 1980, p. 104-106 ; Scramuzza 1959, p. 255-259 ; Virlouvet 2003, p. 67-68.

49 Cicéron, Verr. 3.163 : « Frumentum emere in Sicilia debuit Verres ex senatus consulto et ex lege Terentia et Cassia frumentaria. Emundi duo genera fuerunt, unum decumanum, alterum quod praeterea civitatibus aequaliter esset distributum; illius decumani tantum quantum ex primis decumis fuisset, huius imperati in annos singulos tritici mod. dccc; pretium autem constitutum decumano in modios singulos HS iii, imperato HS iii s. Ita in frumentum imperatum HS duodetriciens in annos singulos Verri decernebatur quod aratoribus solveret, in alteras decumas fere ad nonagiens. Sic per triennium ad hanc frumenti emptionem Siciliensem prope centiens et viciens erogatum est ».

50 Cf. Cicéron, Verr. 3.172. Sur le procédé de l’aestimatio (= adaeratio), cf. ibidem, 174. Cf. Mazzarino 1961, p. 113-118.

51 Cicéron, Verr. 3.76 : « […] Anno secundo cum emisset Apronius decumas tritici modium xxvdccc et ipse Herbitam cum illa sua praedonum copia manuque venisset […] quin ad istum praedonem frumentarium sicut Agyrinense frumentum pervenerit? ». Cf. Cicéron, Verr. 2. 185 : pour ses exportations Verrès avait fraudé le portorium de Syracuse, en complicité avec la société de publicains responsable de sa perception pour l’État romain. Cf. Carcopino 1905, p. 401-442, en particulier p. 414-419. 

52 Cicéron, Verr. 3.172 : « […]Cum senatus decernit ut ematur in Sicilia frumentum, aut cum populus iubet, hoc, ut opinor, intellegit, ex Sicilia Siculum frumentum apportari oportere […] ».

53 Cicéron, Verr. 3.172 : « […]tu cum civitatum Siciliae vulgo omne frumentum improbas, num ex Aegypto aut Syria frumentum Romam missurus es ? ».

54 Cf. Cicéron, Verr. 3.173 : « Esto, improbas Halaesinum, habes ab alio populo quod probes: eme illud quod placet, missos fac eos quorum frumentum improbasti. Sed ab iis quos repudias exigis tantum pecuniae quantum ad eum numerum frumenti satis sit quem ei civitati imperas emendum ».

55 Sur les Mevii de Délos, cf. Ferrary et al. 2002, p. 202. Sur les Mevii installés à Alexandrie et leur origine putéolitaine, cf. Hatzfeld 1919, p. 176-177, repris dans Camodeca 1994, p. 104-105 ; id. 1999, p. 141. Cf. également Cébeillac Gervasoni 2000, p. 109-110. Cf. sur les Mevii engagés dans le commerce des salaisons de Bétique, García Vargas – Martínez Maganto 2009, p. 140-142 ; Pena 1998, p. 306-308 ; Rovira Guardiola 2007, p. 1266-1267. Je remercie A. Tchernia d’avoir attiré mon attention sur les études consacrées aux timbres d’amphores de Bétique.

56 Cf. Ferrary et al. 2002, p. 202.

57 Cf. Kayser, n. 5 : « Germanico Caesari Ti(beri) [Caesari Aug(usti) f(ilio)] / (vac.) L(ucius) Valerius [.... / (vac.) L(ucius) Tonneius L(uci) f(ilius) [.... / (vac.) A(ulus) Mevius (vac.) A(uli) [f(ilius)... .. / Magistri Larum Aug[ustorum] / (vac.) Anno V Ti(beri) Cae[saris Aug(usti).] » ; « À Germanicus César, fils de Tibère César Auguste, Lucius Valerius..., Lucius Tonneius, fils de Lucius..., Aulus Mevius, fils d’Aulus…, "maîtres des Lares Auguste" (ont dédié cette statue) l’an 5 de Tibère César Auguste » (trad. Kayser 1994). L’identification de ces personnages avec des negotiatores se fondait sur la comparaison avec une autre inscription provenant d’Alexandrie, cf. Kayser n. 83: « Λεύ̣κ̣ιος Τοννήιος Ἀντέρως̣·/ εὐπλοία ὑ̣πὲρ πλοίου / Νικαστά<ρ>της {²vac.}²/ (ἔτους) μγʹ Καίσαρος Μεχὶρ καʹ ». Cf. Kayser 1994, p. 251-252. L’auteur hésite sur l’identification du personnage en raison de l’absence du cognomen.

58 TPSulp. 51; TPSulp. 52; TPSulp. 45. Cf. Camodeca 1994, p. 104-105. A. Tchernia a prouvé que le blé d’Alexandrie, le blé amidonnier, les pois chiches, les lentilles et le monocopus, donnés en gage contre un prêt de 13 000 HS au total, provenaient d’une même cargaison d’un navire alexandrin. Cf. Tchernia 2011, p. 336-340.

59 La proximité chronologique des documents, les tablettes de Pouzzoles datant du 18 juin 37 ap. J.-C. et l’inscription d’Alexandrie de 19 ap. J.-C., ainsi que la rareté du praenomen Aulus permettent de supposer l’existence d’une véritable filiation entre l’Aulus Mevius signator à Pouzzoles et l’Aulus Mevius magister Larum Augusti d’Alexandrie. Le contenu onomastique de l’inscription alexandrine se heurte à la précision de l’onomastique dans les tablettes de Pouzzoles, cf. TPSulp 52 : « Aulus Mevius Auli filius Falerna Iulus » ; TPSulp. 45 : « Aulus Mevius Auli filii Falerna Iulus ».

60 Deux types d’opérations commerciales pourraient expliquer la présence d’A. Mevius comme signator lors de la locatio-conductio et lors du transfert des denrées au créancier. A. Mevius était l’auteur d’un prêt au profit de C. Novius Eunus pour la traversée jusqu’à Pouzzoles. Son fils figurait dans le contrat de locatio-conductio en tant que témoin car il était supposé récupérer l’argent prêté après que C. Novius Eunus, avec la somme empruntée pour affréter un navire, transporter et vendre son blé à Rome ait cumulé les sommes nécessaires à la restitution des prêts. La deuxième possibilité est qu’A. Mevius ait été directement intéressé par la vente des denrées gagées, qu’il aurait pu acquérir par la gestion d’une propriété foncière appartenant à autrui en territoire égyptien ou dans le port d’Alexandrie.

61 Cicéron, Verr. 5.145 : « Quaecumque navis ex Asia, quae ex Syria, quae Tyro, quae Alexandria venerat, statim certis indicibus et custodibus tenebatur; vectores omnes in lautumias coniciebantur, onera atque merces in praetoriam domum deferebantur ».

62 Les accusations de Cicéron méritent d’être nuancées sur certains points, notamment en raison de l’adhésion de certaines familles putéolitaines à la cause des Sertoriens. Cette hypothèse s’avère particulièrement plausible pour P. Granius et le banquier Herennius. Cf. Gabba 1973, p. 155 et 312-313.

63 Cf. Cicéron, Verr. 5.146 : « Illi ad deprecandum periculum proferebant alii purpuram Tyriam, tus alii atque odores vestemque linteam, gemmas alii et margaritas, vina non nulli Graeca venalisque Asiaticos, ut intellegeretur ex mercibus quibus ex locis navigarent ». Cf. De Romanis 1996 (a), p. 161-162.

64 Le témoignage de Cicéron ici étudié a été déjà considéré comme une preuve de l’association de marchandises telles les perles, les étoffes, les encens, les vins d’une part et les esclaves d’autre part. Cf. Casson 1984, p. 78-79 ; Musti 1980, p. 206-207. Outre le témoignage de Pétrone (Satiricon, Cena Trimalchionis, 76) cité par Musti, il est intéressant de constater que nous retrouvons une association de marchandises similaire chez Plaute, dans le Stichus aux vers 364-381 : « de l'or et de l'argent […], de la laine, de la pourpre en quantité […], des lits ornés d'ivoire et d'or […], des tentures de Babylone, des tapis et des tapisseries […] ; beaucoup d'objets précieux […]; des joueuses de lyre, des joueuses de flûte, des harpistes d'une rare beauté […] » (traduction Ph. Remacle [en ligne] : http://remacle.org/bloodwolf/comediens/Plaute/stichusfr.htm). Le navire qui transportait ces biens était un « cercurus », bateau de charge utilisé autant en milieu fluvial que maritime. Les papyrus d’époque ptolémaïque attestent que cette catégorie de bateau pouvait atteindre des tonnages importants et qu’elle était destinée au transport du blé sur le Nil.

65 Cf. De Romanis 1996 (a), p. 191-192.

66 Le témoignage cicéronien est particulièrement instructif sur la crise de 58-56 av. J.-C. Les marchands / négociants accusés de spéculation sur le blé sont P. Sittius de Nucérie (Cicéron, ad Fam., V, 17) et le chevalier romain M. Furius Flaccus (id., ad. Q. fr., II, 5). Cf. Virlouvet 1985, p. 46-48. Le même phénomène se produisit lors de la crise de 67 av. J.-C., cf. Virlouvet 1985, p. 48-49.

67 Virlouvet 1985, p. 97-98, n. 33 ; ead. 2000, p. 145-146, n. 57 et 58.

68 Sur le commerce des esclaves, cf. Coarelli 1982, p. 119-152; id. 2005, p. 197-212 ; Mavrojannis 2002, p. 166-172 ; Musti 1980, p. 197-215. Sur le commerce de biens précieux, cf. De Romanis 1996 (a), en particulier p. 157-166 et 167-202 ; Tchernia 2011, p. 62-73.

69 Cf. De Laet 1949, p. 65-70. Plus récemment J. France est revenu sur la question du portorium en Sicile, cf. France 2003, p. 193-213.

70 Je remercie J. Andreau de m’avoir fait part de ses recherches sur le triticum dans les Verrines.

71 Cf. Cicéron, Verr. 3.172-174, cf. Mazzarino 1961, p. 99-118.

72 Halesa : cf. Cicéron, Verr. 3.172-173; Herbita : Cicéron, Verr. 3.76; Ager Mutycensis : Cicéron, Verr. 3.101. 

73 Cf. Geraci 2003, p. 630-631 ; id. 2004, p. 156-159. Dans les registres fiscaux égyptiens le procédé de la probatio peut être identifié grâce à des expressions qui désignent la qualité de blé après vérification et qui le classifient donc comme conforme ou non-conforme à la demande fiscale. Ainsi, le triticum durum, désigné comme πυρός, est classé comme καθαρός ou ῥυπαρός, ce dernier terme qualifiant le blé lorsque le procédé de séparation et de purification des éléments « impurs » tel que l’orge ou d’autres céréales n’a pas encore eu lieu. Cf. Mayerson 2005, p. 54-61 ; Mayerson 2002, p. 210-213.

74 Cf. Calderone 1964-1965, p. 83-85 ; Mazza 1981, p. 32-38 ; Mazzarino 1961, p. 104-107.

75 Les fournitures de céréales assurées par Hiéron II à Rome entre 216 et 215 av. J.-C. présentent un rapport entre l’orge et le blé de 1 ½ (216 av. J.-C. : Hiéron envoie à Rome un donum de 300 000 modii de blé et de 200 000 modii d’orge, Cf. Tite-Live, XXII, 37, 6) dans un cas et de 2/1 dans l’autre (215 av. J.-C. : Hiéron fournit 200 000 modii de blé et 100 000 modii d’orge aux troupes romaines en Italie, Cf. Tite-Live, XXIII, 38, 12-13). La dîme annuelle imposée à la province de Sicile se composait de blé et d’orge.

76 Cf. Mazzarino 1961, p. 107-110. Plus généralement sur l’usage des données chiffrées dans le De frumento, cf. Pittia 2007, p. 49-79.

77 En d’autres réalités environnementales telle l’Égypte et l’Asie Mineure, le mélange d’orge et de blé s’opérait au moment même des semailles. Cette technique n’est pas documentée par les agronomes latins au sujet de la Sicile. Néanmoins, la similarité du régime d’irrigation sicilien à celui mésopotamien, fondé sur les précipitations pluvieuses, pourrait ouvrir des réflexions intéressantes. Cf. Mayerson 2002, p. 210-211; id. 2005, p. 51-52.

78 Des professionnels ayant passé des contrats avec l’État, les mancipes, assuraient le transport du blé fiscal de Sicile à Rome. Cf. Nicolet 2000, p. 282-283.

79 Mazzarino 1961, p. 113-117.

80 Pline l’Ancien, N.H., XVIII, 66-67 : « Nunc ex his generibus quae Romam invehuntur, levissimum est Gallicum atque Chersoneso advectum, quippe non excedunt modii vicenas libras, si qui granum ipsum ponderet. Sardum adicit selibras, Alexandrinum et trientes – hoc et Siculi pondus- […] ».

81 Cf. Virlouvet 1985, p. 39-40 et 110-111 ; Deniaux 1994, p. 244-247.

82 Salluste, Hist., II, 45 M; Cicéron, pro Plancio, 64: « sic tum existimabam, nihil homines aliud Romae nisi de quaestura mea loqui. frumenti in summa caritate maximum numerum miseram; negotiatoribus comis, mercatoribus iustus, mancipibus liberalis, sociis abstinens, omnibus eram visus in omni officio diligentissimus; excogitati quidam erant a Siculis honores in me inauditi ».

83 Salluste, Hist., II, 45M : « <annonae intolerabil>is saevitia . Qua re fati<ga>ta plebes forte consu<les> ambo Q. Metellum, cui <pos>tea Cretico cognome<ntum> fuit, candidatu<m pr>aetorium sacra via de<du>c<en>tis cum magno tu<m>ultu invadit fugien<tis>que secuta ad Octavi do<mu>m , quae proprior erat, in ........um perve*** ».

84 Cicéron, Verr. 3.215: « Quod nisi omnis frumenti ratio ex temporibus esset et annona, non ex numero neque ex summa consideranda, numquam tam grati hi sesquimodii, Q. Hortensi, fuissent, quos tu cum ad mensurae tam exiguam rationem populo Romano in capita discripsisses, gratissimum omnibus fecisti ; caritas enim annonae faciebat ut istuc, quod re paruum videtur, tempore magno videretur. Idem istuc si in vilitate populo Romano largiri voluisses, derisum tuum beneficium esset atque contemptum ».

85 Pline l’Ancien, N.H., XVIII, 4, 16 : « Seius in aedilitate assibus populo frumentum praestitit , quam ob causam et ei satuae in Capitolio atque Palatio dicatae sunt, ipse supremo die populis umeris portatus in rogum est » ; Cic., De Officis, II, 58. L’onomastique de notre édile ouvre des considérations intéressantes : la famille des Seii, d’origine campanienne, attestée à Délos aussi bien qu’en Asie Mineure, était probablement engagée dans le commerce de l’huile d’Apulie vers les marchés d’Égypte et d’Asie Mineure, ce qui rend plausible une activité d’exportation du blé produit en Égypte vers l’Italie. Cf. Deniaux 1994, p. 246 ; ead. 2002, p. 29-39, en particulier p. 35-37 ; Ferrary et al. 2002, p. 213-214.

86 Cf. Lo Cascio 1994, p. 91-109 ; Lo Cascio 1997, p. 23-38; Lo Cascio 2000, p. 628-658.

87 Virlouvet 1994, p. 17 et 20-21.

88 Tchernia 2011, p. 252-254.

89 Sur les dépenses pour le ravitaillement de l’armée engagée en Espagne, cf. Brunt 1971, p. 448-449 ; sur l’armée engagée en Asie, cf. Brunt 1971, p. 452-455.

90 Cf. Gabba 1973, p. 309-313 ; Hatzfeld 1912, p. 120-128; Musti 1980, p. 209-210.

91 Velleius Paterculus, II, 31, 2-4 : « […] Quo scito paene totius terrarum orbis imperium uni viro deferebatur ; 3 sed tamen idem hoc ante septennium in M. Antonii praetura decretum erat. 4 Sed interdum persona ut exemplo nocet, ita invidiam auget aut levat : in Antonio homines aequo animo passi erant ; raro enim invidetur eorum honoribus, quorum vis non timetur ». Cf. Ormerod 1969, p. 219-220.

92 Florus, I, 41 : « Ac primum dum Isidoro contenti proximo mari Cretam inter atque Cyrenas et Achaiam sinumque Maleum, quod a spoliis aureum ipsi vocavere, latrocinabantur ». Deux inscriptions (IG2, 4.1.66 ; SEG, XI, 397) témoignent de l’activité de Antonius Creticus dans les régions crétoise et péloponnésienne où il s’était distingué par des réquisitions. Cicéron nous transmet aussi un tableau très intéressant sur le personnage, cf. Cicéron, Verr. 3.213-215. Cf. Ormerod 1969, p. 219-220.

93 Florus, I, 41 : « Non ideo tamen tot cladibus domiti terra se continere potuerunt; sed ut quaedam animalia, quibus aquam terramque incolendi gemina natura est, sub ipso hostis recessu inpatientes soli in aquas suas resiluerunt, et aliquando latius quam prius Siciliae quoque litora et Campaniam nostram subito adventu terrere voluerunt » ; cf. Laronde 1987, p. 468-469.

94 En 74 av. J.-C., P. Cornelius Lentulus Marcellinus fut nommé questeur de la province de Cyrénaïque. Les sources d’informations sur son gouvernement dans la nouvelle province sont presque inexistantes. Cf. Laronde 1988, p. 1011-1012 ; Romanelli 1971, p. 47-51.

95 Cf. Laronde 1987, p. 466-469.

96 Cf. Arnaud 2005.

97 Il s’agit de la route la plus favorable dès le début de juillet, période de stabilisation des vents étésiens. Elle était régulièrement pratiquée au début de la saison hivernale, comme en témoigne le récit du voyage de l’apôtre Paul (Actes des Apôtres, 27-28) aussi bien que celui relatant l’aventure du navire géant Isis (Lucien, Navigium, 5-9 ; cf. Casson 1973, p. 187-189 ; Pomey – Tchernia 1980-1981, p. 403-423). Cf. Arnaud 2005, p. 124-125.

98 Il s’agit de la route pratiquée au printemps comme le témoigne le papyrus P. Mich. VIII 490 (IIe s. ap. J.-C.) qui permet de fixer au 20 mai l’arrivée à Rome du marin auteur de la lettre. Cf. Arnaud 2005, p. 124-125 ; Casson 1973, p. 297, n. 4.

99 Cf. Arnaud 2005, p. 124 ; p. 170, n. 45 ; p. 182-183; 189, n. 69.

100 Virlouvet 1994, p. 11-29.

101 Nicolet 1999, p. 209-211.

102 Frederiksen 1980-1981, p. 15-18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucia Rossi, « Les frequentissimi mercatores de Pouzzoles et le blé égyptien à Rome à la fin de l’époque républicaine », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 126–2 | 2014, mis en ligne le 18 décembre 2014, consulté le 24 mai 2017. URL : http://mefra.revues.org/2536 ; DOI : 10.4000/mefra.2536

Haut de page

Auteur

Lucia Rossi

Post-doctorante Labex HASTEC (Université Paris 1 – EPHE), ANHIMA (UMR 8210) – lucia.rossi.682[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org