Navigation – Plan du site

Résumés

Une petite cruche trouvée à Arles, dans le Rhône, peut être interprétée comme un échantillon commercial de vin des Monts Albains. Son inscription peinte renvoie à la capacité de production d’un grand domaine qui a appartenu à un certain Valerius Proculus.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Djaoui 2011, p. 77.

1En 2011, une petite cruche en céramique commune a été découverte dans le dépotoir portuaire du Rhône (fig. 1), lors de l’opération de relevage du chaland gallo-romain Arles-Rhône 3. Seule la partie supérieure est conservée sur 11 cm. Muni d’un bord à gorge interne devant recevoir un bouchon, le goulot d’étranglement réduit la largeur de l’embouchure interne à 1,7 cm. De la poix, dont des coulées sont encore visibles, a été utilisée pour assurer la fermeture de ce conteneur. Le contexte archéologique permet de proposer une fourchette de datation comprise entre 50 et 130/1401. Une inscription peinte sur la panse, juste en dessous du col, s’étend sur deux lignes (fig. 2). Ses caractères en écriture cursive sont petits et fins : hauts de 0,5 cm, ils couvrent une longueur totale de 8 cm. Leur dessin est soigné. Certaines lettres (le A et le D du début des lignes en particulier) témoignent même d’un souci calligraphique. Facilitée par un cliché à filtre infrarouge, la lecture est aisée.

ALB · VALERI · PROCVLI
DOL · CXXXX · SEXSAGENARIA

Fig. 1-2 – Cruche avec inscription peinte.

Fig. 1-2 – Cruche avec inscription peinte.

Dessin d’A. Véléva ; DAO de D. Djaoui ; cliché d’E. Botte.

Le vin d’un grand domaine

  • 2 Voir ainsi les marques sur amphores AE, 2007, 1021b (de Cologne) ; AE, 2002, 1102 (de Solua). Dans (...)
  • 3 Voir notamment Garnier – Silvino – Bernal Casasola 2011.
  • 4 CIL, XV, 4531 : Alb(anum). / Gaetulico et Caluisio [co(n)]s(ulibus), / diff(udit) Gamus, l(ibertus)(...)
  • 5 Tchernia 1986, p. 204-208, 324-325.
  • 6 CIL, XV, 4543.

2À la première ligne, le gentilice et le cognomen d’un citoyen romain sont déclinés au génitif. Ne pouvant correspondre à l’abréviation d’un prénom, les trois lettres précédentes désignent sûrement un produit possédé par Valerius Proculus. Certes, dans l’épigraphie de l’instrumentum, ALB abrège assez souvent l’adjectif albus, pour qualifier des oliuae albae : des olives blanches2. Cependant, cette possibilité doit être écartée, en raison de l’étroitesse du goulot. Par ailleurs, les traces de poissage observées sur la paroi interne, que le contact de l’huile fait habituellement disparaître, concorderaient bien avec un contenu composé de vin3. Or une amphore découverte à Rome, datée de 26, a justement contenu de l’alb(anum)4. La production viticole des Monts Albains était désignée sous ce nom. Au Ier siècle, il s’agissait d’un grand cru5. Il existait encore à l’époque de Marc Aurèle, mais sa réputation semble s’être progressivement dépréciée, puisqu’il n’apparaît pas parmi les vins de qualité supérieure dans l’Édit du Maximum, pris par Dioclétien en 301. Il arrivait aussi aux Romains de boire du vin blanc. Une autre amphore découverte à Rome a été remplie de Baeter[ense] alb(um) : de Béziers blanc6. Cependant, en l’absence de substantif, nous privilégions l’hypothèse de l’alb(anum).

  • 7 Cat., Agr., 69, 2.
  • 8 Ibid., 105, 2.
  • 9 Odiot 2009, p. 208-209.

3La lecture de la seconde ligne pose moins de difficulté, mais fait surgir un très fort contraste entre la petitesse de l’objet et la très grande quantité mentionnée. Le texte se réfère à 140 dol(ia), qualifiés de sexagenaria, ce qui permet de développer le nom dolium au nominatif pluriel avec certitude. Le x de sexagenaria est écrit xs, ce qui correspond à une graphie fautive, mais courante. Le traité De agricultura de Caton permet de saisir le sens de cette épithète. L’agronome explique d’abord comment enduire un dolium quinquagenarium, c’est-à-dire une jarre de 50 urnes7. Plus loin, un dolium quadragenarium, une jarre de 40 urnes, entre dans le procédé de fabrication de vin grec8. Des contenances exprimées en u(rnae), inscrites avant cuisson sur des dolia du cellier du Molard, à Donzère (Drôme), confirment l’interprétation du titulus arlésien9.

  • 10 Marzano 2007, p. 128 : l’estimation basse est celle de P. A. Brunt, l’estimation haute d’A. Carandi (...)
  • 11 Brun 2004, p. 18 ; p. 54, l’auteur qualifie d’énorme la capacité de stockage de 1500 hl (pour 100 d (...)
  • 12 Brun – Laubenheimer 2009, p. 223-224.
  • 13 V, XI, 4-5. Le Caseggiato dei Doli (I, IV, 5) ne contient que 35 grands dolia defossa, pour une cap (...)

4L’urne romaine équivaut à un peu plus de 13 litres. Ainsi, un dolium sexagenarium était une jarre d’environ 780 litres et la quantité indiquée sur la cruche atteindrait environ 1100 hectolitres. Seul un chai imposant ou un grand entrepôt urbain ont pu abriter ces 140 jarres. À titre de comparaison, le cryptoportique de la villa de Settefinestre a pu abriter entre 75 et 80 dolia de 10 hectolitres chacun10. Construite également au Ier siècle av. J.-C., mais entre Pompéi et le Vésuve, la villa de la Pisanella disposait d’un chai de 84 dolia11. Certes, à partir de l’époque flavienne, des villas de Gaule méridionale en ont comporté bien plus12. Mais la capacité indiquée sur la cruche est tout de même remarquable, d’autant qu’elle renvoyait à une importante quantité de vin de qualité. En milieu urbain, un seul entrepôt d’Ostie, bâti à l’époque de Commode, est connu pour avoir abrité plus de cent dolia13. Les autres établissements portés au jour présentent des capacités de stockage bien inférieures. Au total, nous proposons de développer et de traduire :

Alb(anum) Valeri Proculi.
Dol(ia) (centum quadraginta) sexsagenaria.

Albanum de Valerius Proculus.
Cent quarante jarres de soixante (urnes).

Une cruche-échantillon

  • 14 Silvino 2007, p. 207.
  • 15 Tchernia 1986, p. 276, 279.
  • 16 CIL, VI, 1785 = 31931 ; ILMN, I, 51 ; Rougé 1957 ; Vera 2006 (d’où AE, 2006, 170).
  • 17 Geraci 2012. Outre les références papyrologiques et épigraphiques, un passage de la Vie d’Apollonio (...)
  • 18 Liou – Morel 1977 (d’où AE, 1988, 863). L’article signale d’autres découvertes d’objets de même typ (...)

5Pourquoi indiquer une telle capacité sur une si petite cruche ? Sa découverte dans les eaux du port d’Arles suggère une utilisation commerciale. L’objet a dû servir d’échantillon, dans le cadre d’une négociation d’affaires ou du contrôle d’un produit. Sans doute n’est-il pas le seul récipient de ce genre récemment découvert en Gaule. Ainsi, la fouille lyonnaise du Parc Saint-Georges a livré, en plus de spectaculaires épaves, une petite cruche, datée de la seconde moitié du IIIe siècle. Quatre lignes d’écriture sont peintes sur sa panse14. Seule la première peut être lue sans difficulté. Le récipient contenait de l’amin(eum) : du vin issu d’un cépage utilisé en Italie, en Étrurie et près de Naples, mais aussi en Sicile et dans le Biterrois15. Son inventeur a proposé de lire Falerno à la deuxième ligne, et donc une indication de provenance prestigieuse, puisque le Falerne était un grand cru italien. Cette lecture paraît toutefois très incertaine. Par ailleurs, l’usage d’échantillons de vin (contenus dans des ampullae) apparaît sur une inscription tardive de Rome16. Il y est question de l’arrivée, sur les berges du Champ de Mars, du vin fiscal prélevé par l’État romain à partir du règne d’Aurélien (270-275). Or, en plus des rémunérations du personnel d’enregistrement et de manutention, l’inscription précise que les fioles-échantillons devaient être restituées au contribuable, après dégustation : d<e> ampullis placuit ut post degustatio[nem] / reddantur. Néanmoins, les échantillons utilisés pour le commerce des grains, nommés exemplaria en latin et deigmata en grec, sont les mieux connus17. Dans ce dossier, le parallèle le plus proche d’Arles correspond à une amphorette provenant du port antique de Marseille18. Elle a servi d’échantillon-témoin d’une cargaison de 1500 modii d’orge des Cavares, livrée à un négociant du nom de Rubrius [---]sinus.

  • 19 Originaires d’Astigi (Ecija), les D.D. Caecilii forment l’un des groupes familiaux les mieux représ (...)
  • 20 Aguilera Martín – Berni Millet 1998.
  • 21 Djaoui à paraître.
  • 22 Les initiales C.I.P. sont écrites au-dessus d’un premier titulus pictus, sur une amphore Dressel 21 (...)

6Pour en revenir au dépotoir du Rhône, une autre trouvaille récente pourrait relever de pratiques commerciales similaires, mais appliquées à des ventes d’huile. Ainsi, les inscriptions peintes en noir d’un même pot mentionnent une société de D.D. Caecilii, à quatre reprises (fig. 3). Ces personnages appartenaient à une célèbre « dynastie marchande » spécialisée dans l’exportation d’huile de Bétique19. Or le chiffre CCXVIIIII, inscrit également en noir sur la panse, selon une graphie typiquement hispanique20, paraît anormalement élevé par rapport au volume du conteneur. Le pot pourrait donc être un échantillon d’une cargaison de 220 amphores ou de 220 quadrantalia d’huile de Bétique21. Probables initiales des tria nomina d’un citoyen romain, les lettres L.C.S., écrites en rouge au-dessus des tituli picti en noir, indiqueraient le nom de l’acquéreur. Cet usage, consistant à signaler le nouveau propriétaire d’un conteneur, est attesté à Pompéi, par le biais d’une amphore marquée C.I.P. et découverte dans la maison de C. Iulius Polybus22. Les grandes lettres rouges peintes sur trois autres pots de Bétique pourraient en relever et avoir servi d’échantillons également (fig. 4). Enfin, une autre petite cruche a été découverte dans le Rhône en 2011. Comme le révèle le déchiffrage de son inscription, elle était la propriété d’un certain Saturninus (fig. 5). Ce cognomen au génitif occupe la première ligne d’un texte qui en compte trois, dont deux illisibles. La dimension modeste de ces conteneurs, leurs marques de propriété et l’emplacement identique de leurs tituli picti incitent à verser les cruches de Saturninus et de Valerius Proculus au même dossier et à les considérer comme deux échantillons de vin.

Fig. 3 – Tituli Picti d’un pot de Bétique, fouilles du relevage d’Arles-Rhône 3.

Fig. 3 – Tituli Picti d’un pot de Bétique, fouilles du relevage d’Arles-Rhône 3.

Dessin d’A. Véléva ; DAO de D. Djaoui ; Photomosaïque de R. Benali.

Fig. 4 – Pots de Bétique avec de grandes lettres rouges inscrites sur la panse, fouilles du relevage d’Arles-Rhône 3.

Fig. 4 – Pots de Bétique avec de grandes lettres rouges inscrites sur la panse, fouilles du relevage d’Arles-Rhône 3.

Dessin d’A. Véléva, DAO de D. Djaoui.

Fig. 5 – Cruche avec inscription peinte.

Fig. 5 – Cruche avec inscription peinte.

Dessin d’A. Véléva ; DAO de D. Djaoui.

  • 23 Deux images au moins représentent un prélèvement de vin dans un tonneau : la première a été sculpté (...)
  • 24 PPM, V, p. 563-564, fig. 157.
  • 25 On soulignera que l’inscription secondaire L.C.S marquée en rouge sur le pot de Bétique (voir supra(...)

7De tels objets ont pu servir à faire goûter un produit à des clients potentiels. Mais à quelle étape de la transaction l’échantillon a-t-il été utilisé ? A-t-il permis d’amorcer le processus de vente ? Ou bien a-t-il accompagné la cargaison pour permettre de vérifier sa conformité ? Pour faire goûter un produit, les marchands romains pouvaient prélever quelques gorgées d’un récipient de transport : au moyen de pipettes, quand le produit était transporté en tonneau (fig. 6)23. En outre, une fresque pompéienne de la Casa dei Vettii représente un buveur, probablement un client, à qui un vendeur tend une coupelle d’un vin prélevé dans les amphores peintes à l’arrière-plan (fig. 7)24. Il paraît donc assez peu probable qu’une négociation commerciale ait pu se dérouler en présence de l’échantillon et de la cargaison. En outre, si l’échantillon et la marchandise avaient été livrés en même temps, la comparaison des deux aurait permis de s’assurer que le contenu était identique, mais cela n’aurait en rien garanti la conformité du produit livré à la commande d’albanum de Valerius Proculus. Il est dont plus vraisemblable que l’échantillon ait servi à solliciter des acheteurs. De tels objets pouvaient être adressés à un client potentiel déjà connu, comme cela semble être le cas quand un nom au datif (« Rubrio », à Marseille) est indiqué, ou bien utilisés de manière prospective, pour faire découvrir un produit et déclencher, après retour du « courtier », l’exportation du produit. Dépourvue de nom au datif, notre cruche pourrait avoir été utilisée de la seconde manière25. Elle aurait aussi pu être laissée sur place par le vendeur, afin de servir d’étalon au moment de la livraison, l’acheteur vérifiant que le vin goûté et le vin livré étaient bien les mêmes.

Fig. 6 – Sarcophage d’Ancône représentant une vente de vin.

Fig. 6 – Sarcophage d’Ancône représentant une vente de vin.

D’après Zimmer 1982, n° 177.

Fig. 7 – Fresque de Pompéi représentant une dégustation de vin.

Fig. 7 – Fresque de Pompéi représentant une dégustation de vin.

Cliché de J.-P. Brun.

Une hypothèse d’identification de Valerius Proculus

  • 26 Voir ainsi AE, 1968, 8b (de Rome) ; 1978, 729 (de Cabyle, en Thrace) ; 1979, 88 (de Rome, mais cita (...)
  • 27 Pflaum 1960, I, n°113, p. 274-279.
  • 28 CIL, II, 1970 : L(ucio) Valerio L(uci) f(ilio) Qui(rina) Proculo, / praef(ecto) cohort(is) IIII Tra (...)

8Le nom de Valerius Proculus est d’une banalité désarmante. Une rapide consultation des bases de données épigraphiques, et donc d’une infime proportion des inscriptions gravées durant l’Antiquité, permet de rassembler plus d’une trentaine d’homonymes. Ils ont vécu à différentes époques et dans diverses régions de l’empire26. Des dizaines de milliers de Romains ont dû s’appeler ainsi. Bien que nécessaire, la recherche onomastique à entreprendre paraît donc a priori désespérée. Pourtant, l’un des Valerii Proculi attestés se dégage de l’ensemble et mérite qu’on lui prête attention. Né dans la décennie 90, probablement, L. Valerius Proculus a suivi un brillant cursus équestre dans la première moitié du IIe siècle27. Le point d’orgue en fut la préfecture d’Égypte, qu’il assuma à partir du printemps 144. Les spécialistes le considèrent comme originaire de Malaga. Il est vrai que le gouverneur d’Égypte récemment promu et son épouse y furent honorés28. De même, Proculus était inscrit dans la tribu Quirina, comme l’ensemble des Malacitains. Néanmoins, il a aussi assumé la procuratèle de Bétique et a donc pu devenir patron de la cité à cette occasion.

  • 29 CIL, XIV, 2957.

9De toute façon, le document troublant du dossier provient de Préneste, dont L. Valerius Proculus n’était pas originaire, les Prénestins étant inscrits dans la tribu Maecia29. Il s’agit d’un monument (une base, selon le CIL) dédié au chevalier C. Valerius L. f. Quir. Florinus par un certain Proculus, au meilleur des frères. Les prosopographes considèrent que le dédicant se confond avec L. Valerius L. f. Quir. Proculus.

C(aio) Valerio L(uci) f(ilio)
Quir(ina) Florino,
praef(ecto) coh(ortis) II Thrac(um)
Syriacae,
trib(uno) milit(um) leg(ionis) VII
Claud(iae) Piae
Fidelis,
Proculus
fratri optimo
.

  • 30 Panella – Tchernia 1994, p. 148.

10L’inscription semble aujourd’hui perdue, mais le CIL se réfère à une indication de provenance donnée par Smetius : « sub Praeneste in sacello quod est in via qua Albam itur ». H. Dessau n’a indexé le toponyme ni parmi les localités antiques, ni parmi les localités modernes, mais il doit être question d’Albano (Albanum, ailleurs dans le CIL). La route mentionnée se dirigeait donc vers les Monts Albains. Leur versant septentrional ne se situait qu’à une dizaine de kilomètres de Préneste et de nombreux pressoirs ont été découverts entre la ville et le massif30. En somme, la tournure du texte fait penser à un hommage funéraire et l’indication de provenance permet d’envisager qu’il ait été rendu sur les terres d’une famille de chevaliers. Dans le milieu des hauts dignitaires équestres, la propriété d’un domaine non loin de Rome faisait partie d’usages courants, dictés par l’imitation du Prince et des Grands, presque des convenances.

11L. Valerius Proculus, chevalier dont la famille possédait un domaine près de Préneste, et Valerius Proculus, propriétaire d’un chai de 140 dolia d’Albanum ne font-ils qu’un ? L’extrême banalité de ce nom empêche toute certitude. La solidité de l’hypothèse s’en ressent, mais il faut souligner que trois autres éléments plaident en sa faveur. Ils relèvent d’une possible unité de temps (les premières décennies du IIe siècle), de lieu (le vignoble des Monts Albains) et de milieu social (les grands propriétaires fonciers d’Italie). En somme, si le gentilice Valerius et le cognomen Proculus n’étaient pas si courants, l’identification du chevalier serait jugée très probable. En l’état du dossier, nous l’estimons vraisemblable. En tout cas, le chevalier L. Valerius Proculus est le seul personnage connu à ce jour qui permette de proposer une reconstruction cohérente.

  • 31 Djaoui 2011, p. 64 : un peu moins d’une vingtaine de Dressel 2/4 italiques sur plus de 3000 individ (...)
  • 32 Tel est l’avis de M.-B. Carre et Fr. Cibecchini, exprimé lors d’une table-ronde sur les dolia, orga (...)
  • 33 Marlière 2014.
  • 34 Bellini – Rea, 1985 ; Panella – Tchernia 1994, p. 147.
  • 35 Panella – Tchernia 1994, p. 147.
  • 36 Tchernia 1980.

12Au total, la petite cruche du Rhône semble mêler en elle l’extraordinaire et le très ordinaire, de manière presque inextricable. Elle fait référence, bien après la grande époque des importations vinaires italiennes en Gaule, à un grand cru du Latium dont un marchand souhaitait écouler une quantité indéterminée. Or la découverte d’un échantillon d’albanum à Arles est d’autant plus surprenante que les amphores d’Italie qui auraient pu servir à l’acheminement d’un tel produit sont quasi-absentes du dépotoir fouillé dans les eaux du fleuve31. Dès lors, faut-il envisager un transport en vrac ? Selon les spécialistes, les navires à dolia n’ont navigué que pendant une courte période, correspondant grosso modo aux époques augustéenne et julio-claudienne32. L’éventualité d’un tel mode d’acheminement pose donc problème, sauf à reculer la datation de la cruche et à abandonner l’hypothèse d’identification du propriétaire de domaine que nous avons proposée. Un transport en tonneaux, dont l’usage est de mieux en mieux attesté dans l’empire romain pourrait mieux concorder avec notre réflexion33. En tout cas, on ignore quels étaient les conteneurs habituels du vin des Monts Albains34. Dans cette zone assez bien prospectée, où de nombreux pressoirs ont été découverts, aucune trace de production d’amphores n’a été trouvée. Compte tenu de la proximité de Rome, A. Tchernia et C. Panella ont donc supposé que des outres étaient utilisées pour le transport à l’échelle régionale35. En outre, A. Tchernia a bien montré, grâce à des sources textuelles, à Galien en particulier, que du Falerne était toujours exporté dans la seconde moitié du IIe siècle et qu’il était conservé dans des amphores que l’archéologie n’a pas encore identifiées36. Quoi qu’il en soit, la petite cruche d’Arles sert de support à un message signalant les capacités de vinification très remarquables d’un grand domaine. Il appartenait, sinon au chevalier L. Valerius Proculus, au moins à un Romain d’une stature sociale comparable. Parallèlement, cet échantillon est le témoin archéologique de pratiques commerciales qui devaient être courantes et ne se limitaient sûrement pas aux grands crus italiens. Elles seront probablement de mieux en mieux attestées, si la recherche y prête plus attention.

Haut de page

Bibliographie

Aguilera Martín – Berni Millet 1998 = A. Aguilera Martín, P. Berni Millet, Las cifras hispánicas, dans Calligraphia et tipographia : arithmetica et numerica. Chronologia, Barcelone, 1998, p. 257-282.

Bellini – Rea 1985 = G. R. Bellini, R. Rea, Note sugli impianti di produzione vinicolo-olearia nel suburbio di Roma, dans Misurare la terra : centuriazione e coloni nel mondo romano. Città, agricolture e commercio : materiali da Roma e dal suburbio, Rome, 1985, p. 119-131.

Botte 2009 = E. Botte, Salaisons et sauces de poissons en Italie du sud et en Sicile durant l’Antiquité, Naples, 2009 (Collection du Centre Jean-Bérard, 31).

Brun – Laubenheimer 2009 = J.-P. Brun, F. Laubenheimer, Le vignoble gaulois, dans J.-P. Brun, M. Poux, A. Tchernia (éd.), Le vin. Nectar des dieux. Génie des hommes, Gollion, 2009, p. 210-223.

Brun 2004 = J.-P. Brun, Archéologie du vin et de l’huile dans l’Empire romain, Paris, 2004.

Djaoui 2011 = D. Djaoui, Arles : une destinée portuaire, dans D. Djaoui, S. Greck, S. Marlier (éd.), Arles-Rhône 3. Le naufrage d’un chaland antique dans le Rhône, enquête pluridisciplinaire, Arles, 2011, p. 28-123.

Djaoui à paraître = D. Djaoui, Découverte d’un pot mentionnant la famille des DD Caecilii dans un contexte portuaire situé entre 50-140 apr. J.-C : commerce d’olives ou échantillon d’une cargaison de Dressel 20 ? (découverte subaquatique à Arles, France, Bouches-du-Rhône), à paraître dans les actes du Congresso internacional de la SECAH, Ex officina Hispana, Las producciones cerámicas de imitación en Hispania, Braga, 3-6 avril 2013.

Étienne – Mayet 2002 = R. Étienne, Fr. Mayet, Salaisons et sauces de poisson hispaniques, Paris, 2002.

Étienne – Mayet 2004 = R. Étienne, Fr. Mayet, L’huile hispanique, Paris, 2004.

Garnier – Silvino – Bernal Casasola 2011 = N. Garnier, T. Silvino, D. Bernal Casasola, L’identification du contenu des amphores : huile, conserves de poisson et poissage, dans SFECAG, Actes du Congrès d’Arles, 2-5 juin 2011, Marseille, 2011, p. 397-416.

Geraci 2012 = G. Geraci, Sekomata e deigmata nei papiri come strumenti di controllo delle derrate fiscali e commerciali, dans V. Chankowski, P. Karvonis (éd.), Tout vendre, tout acheter : structures et équipements des marchés antiques, Bordeaux, 2012, p. 347-361.

Liou – Morel 1977 = B. Liou, M. Morel, L’orge des Cavares : une amphorette à inscription peinte trouvée dans le port antique de Marseille, dans RAN, 10, 1977, p. 189-197.

Marlière 2002 = É. Marlière, L’outre et le tonneau dans l’Occident romain, Montagnac, 2002.

Marlière 2014 = É. Marlière, Les campagnes militaires et l'expansion de l'usage du tonneau dans l’Empire romain, dans J. Perard et M. Perrot (éd.), De la cave au vin : une fructueuse alliance, Rencontres du Clos-Vougeot 2013, Dijon, 2014, p. 47-61.

Marzano 2007 = A. Marzano, Roman Villas in Central Italy : a Social and Economic History, Leyde-New York, 2007.

Odiot 2009 = Th. Odiot, Le site de Molard à Donzère (Drôme), dans J.-P. Brun, M. Poux, A. Tchernia (dir.), Le vin : nectar des dieux, génie des hommes, Gollion, 2009, p. 202-203.

Panella – Tchernia 1994 = Cl. Panella, A. Tchernia, Produits agricoles transportés en amphores : l’huile et surtout le vin, dans L’Italie d’Auguste à Dioclétien, Rome, 1994, p. 145-165 (Collection de l’École Française de Rome, 198).

Pflaum 1960 = H.-G. Pflaum, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 1960.

Rickman 2007 = G. E. Rickman, Roman Granaries and Store Buildings, Cambridge, 1971.

Rougé 1957 = J. Rougé, Ad Ciconias Nixas, dans REA, 59, 1957, p. 320-328.

Silvino 2007 = T. Silvino, Lyon. La fouille du Parc Saint-Georges : le mobilier céramique de l’Antiquité tardive, dans RAE, 56, 2007, p. 187-230.

Tchernia 1980 = A. Tchernia, Quelques remarques sur le commerce du vin et les amphores, dans J. H. D’Arms, E. C. Kopff (éd.), The Seaborne Commerce of Ancient Rome : Studies in Archaeology and History, Rome, 1980 ( = MAAR, 36), p. 305-312.

Tchernia 1986 = A. Tchernia, Le vin de l’Italie romaine : essai d’histoire économique d’après les amphores, Rome, 1986 (BEFAR, 261).

Tchernia 2011 = A. Tchernia, Les Romains et le commerce, Naples, 2011.

Vera 2006 = D. Vera, Un’iscrizione sulle distribuzioni pubbliche di vino a Roma (CIL, VI, 1785 = 31931), dans M. Silvestrini, T. Spagnolo Vigorita, G. Volpe (éd.), Studi in onore di Francesco Grelle, Bari, 2006, p. 303-317.

Virlouvet 2004 = C. Virlouvet, Les naviculaires d’Arles : à propos de l’inscription de Beyrouth, dans MEFRA, 116-2, 2004, p. 327-370.

Zimmer 1982 = G. Zimmer, Römische Berufsdarstellungen, Berlin, 1982.

Haut de page

Notes

1 Djaoui 2011, p. 77.

2 Voir ainsi les marques sur amphores AE, 2007, 1021b (de Cologne) ; AE, 2002, 1102 (de Solua). Dans les traités agronomiques, les conserves d’olives en pots (les oliuarum conditurae décrites par Columelle, 12, 49, 1) sont plusieurs fois associées à des recettes de fabrication à base d’olives blanches : voir Cat., Agr., 117 et Col., 12, 49, 4.

3 Voir notamment Garnier – Silvino – Bernal Casasola 2011.

4 CIL, XV, 4531 : Alb(anum). / Gaetulico et Caluisio [co(n)]s(ulibus), / diff(udit) Gamus, l(ibertus).

5 Tchernia 1986, p. 204-208, 324-325.

6 CIL, XV, 4543.

7 Cat., Agr., 69, 2.

8 Ibid., 105, 2.

9 Odiot 2009, p. 208-209.

10 Marzano 2007, p. 128 : l’estimation basse est celle de P. A. Brunt, l’estimation haute d’A. Carandini.

11 Brun 2004, p. 18 ; p. 54, l’auteur qualifie d’énorme la capacité de stockage de 1500 hl (pour 100 dolia) de la villa de Kolci (sur l’île croate de Brijun, au large de l’Istrie).

12 Brun – Laubenheimer 2009, p. 223-224.

13 V, XI, 4-5. Le Caseggiato dei Doli (I, IV, 5) ne contient que 35 grands dolia defossa, pour une capacité de stockage totale d’environ 365 hectolitres. 21 dolia ont été mis au jour dans le Magazzino dei Doli (III, XIV, 3) : ils occupent environ les deux tiers de la pièce. Voir Rickman 1971, p. 73-76.

14 Silvino 2007, p. 207.

15 Tchernia 1986, p. 276, 279.

16 CIL, VI, 1785 = 31931 ; ILMN, I, 51 ; Rougé 1957 ; Vera 2006 (d’où AE, 2006, 170).

17 Geraci 2012. Outre les références papyrologiques et épigraphiques, un passage de la Vie d’Apollonios de Tyane montre à quel point l’examen d’échantillons par les marchands était une pratique courante (Philostr., V. Ap., 6, 12, 2).

18 Liou – Morel 1977 (d’où AE, 1988, 863). L’article signale d’autres découvertes d’objets de même type, mais anépigraphes. Deux exemplaria de blé (triticum) sont conservés à Pompéi (CIL, IV, 5894 et 9591).

19 Originaires d’Astigi (Ecija), les D.D. Caecilii forment l’un des groupes familiaux les mieux représentés sur les inscriptions peintes de Bétique : Étienne – Mayet 2002, p. 214-218 ; 2004, p. 163-176 ; Tchernia 2011, p. 76-81. Douze Caecilii, aux cognomina différents, sont connus, essentiellement entre 144 et 160. Connus par l’épigraphie lapidaire de Rome, les diffusores olearii D. Caecilius Onesimus et D. Caecilius Abascantus exerçaient un métier prestigieux (AE, 1980, 98 ; CIL, VI, 1885). En 147, D. Caecilius Hospitalis et Cassius Faustus prirent en charge, au nom de l’ensemble des negotiatores olearii ex Baetica, un hommage au préfet de l’annone (CIL, VI, 1625b).

20 Aguilera Martín – Berni Millet 1998.

21 Djaoui à paraître.

22 Les initiales C.I.P. sont écrites au-dessus d’un premier titulus pictus, sur une amphore Dressel 21/22 : Botte 2009, p. 136, fig. 4-23 et 4-29, n° inv. 27074.

23 Deux images au moins représentent un prélèvement de vin dans un tonneau : la première a été sculptée sur le sarcophage d’un marchand mort à Ancône (Zimmer 1982, p. 218-219, n° 177 : le marchand a rempli la coupelle et place le surplus prélevé dans une cruche à deux anses) ; la seconde apparaît sur un moule de céramique sigillée découvert en territoire trévire (Marlière 2002, p. 127, fig. 138).

24 PPM, V, p. 563-564, fig. 157.

25 On soulignera que l’inscription secondaire L.C.S marquée en rouge sur le pot de Bétique (voir supra) pourrait aussi bien désigner le destinataire que l’acte d’engagement réalisé dans le port d’Arles.

26 Voir ainsi AE, 1968, 8b (de Rome) ; 1978, 729 (de Cabyle, en Thrace) ; 1979, 88 (de Rome, mais citant un Bolognais) ; 1980, 901 (d’Afrique proconsulaire) ; 1985, 943 (de Césarée de Maurétanie) ; 1987, 686 (de Carcauuium, en Hispanie citérieure) ; 1996, 653b (de Vettona, près de Pérouse) ; AIJ, 585 (d’Aquae Balissae, en Pannonie supérieure) ; CIL, III, 1483 (de Sarmizegetusa), 2059 (de Salona), 9739 (de Tilurium, en Dalmatie), 11239 (de Carnuntum) ; V, 2830 (de Padoue) ; VI, 1684-1691, 3141, 9924, 28091-28092, 28221 (de Rome) ; VIII, 270 (de Casae, en Afrique proconsulaire), 24521 (de Carthage) ; IX, 799 (de Luceria), 6078 (de Corropoli, dans le Picenum) ; XI, 1355 (de Luna), 7979 (de Vettona, près de Pérouse) ; XII, 1596 (de Die) ; XIII, 7002 (de Mayence) ; XIV, 250 (d’Ostie), 3941 (de Nomentum) ; D., 9100 (de Lambèse) ; HEp., XV, 29 (de Merida) ; ILBulg., 194 (de Glava Panega, en Mésie inférieure).

27 Pflaum 1960, I, n°113, p. 274-279.

28 CIL, II, 1970 : L(ucio) Valerio L(uci) f(ilio) Qui(rina) Proculo, / praef(ecto) cohort(is) IIII Trachum / Syricae, trib(uno) milit(um) legion/is VII Claudiae P(iae) F(idelis) [---], / praef(ecto) classis Alexandrin(ae) / et Potamophylaciae, proc(uratori) / Aug(usti) Alpium maritumar(um), / delectatori Aug(usti) pro [---] / prouinc(iae) ueteris Hispan(iae) / Baetic(ae), proc(uratori) prouinc(iae) Cap/padociae, proc(uratori) prouinciae / Asiae, proc(uratori) prouinciarum trium / [Gallia]r(um), [proc(uratori) a rationib(us)] Aug(usti), / [prae]f(ecto) [ann]on(ae), [praef(ecto) Aegypti], r(es) p(ublica) / Malacit(anorum) patrono / d(onum) d(at). CIL, II, 1971 : Valeriae C(ai) f(iliae) / Lucillae, / L(uci) Valeri Proculi, / praef(ecti) Aegypti, / d(ecreto) d(ecurionum) Malac(itanorum), / ciues e[x] / aere co[nla]to / posue[runt] ; / P(ublius) Clodius [---]io, / honore accepto, / conlationem / reddidit.

29 CIL, XIV, 2957.

30 Panella – Tchernia 1994, p. 148.

31 Djaoui 2011, p. 64 : un peu moins d’une vingtaine de Dressel 2/4 italiques sur plus de 3000 individus ont été enregistrées.

32 Tel est l’avis de M.-B. Carre et Fr. Cibecchini, exprimé lors d’une table-ronde sur les dolia, organisée à Lattes les 26 et 27 septembre 2013.

33 Marlière 2014.

34 Bellini – Rea, 1985 ; Panella – Tchernia 1994, p. 147.

35 Panella – Tchernia 1994, p. 147.

36 Tchernia 1980.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1-2 – Cruche avec inscription peinte.
Crédits Dessin d’A. Véléva ; DAO de D. Djaoui ; cliché d’E. Botte.
Titre Fig. 3 – Tituli Picti d’un pot de Bétique, fouilles du relevage d’Arles-Rhône 3.
Crédits Dessin d’A. Véléva ; DAO de D. Djaoui ; Photomosaïque de R. Benali.
Titre Fig. 4 – Pots de Bétique avec de grandes lettres rouges inscrites sur la panse, fouilles du relevage d’Arles-Rhône 3.
Crédits Dessin d’A. Véléva, DAO de D. Djaoui.
Titre Fig. 5 – Cruche avec inscription peinte.
Crédits Dessin d’A. Véléva ; DAO de D. Djaoui.
Titre Fig. 6 – Sarcophage d’Ancône représentant une vente de vin.
Crédits D’après Zimmer 1982, n° 177.
Titre Fig. 7 – Fresque de Pompéi représentant une dégustation de vin.
Crédits Cliché de J.-P. Brun.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Djaoui et Nicolas Tran, « Une cruche du port d’Arles et l’usage d’échantillons dans le commerce de vin romain », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 126–2 | 2014, mis en ligne le 14 janvier 2015, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://mefra.revues.org/2549 ; DOI : 10.4000/mefra.2549

Haut de page

Auteurs

David Djaoui

Musée départemental de l’Arles antique – david.djaouimdaa[at]gmail.com

Nicolas Tran

Université de Poitiers, Institut universitaire de France – nicolas.tran[at]univ-poitiers.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org