Navigation – Plan du site

Résumés

L’a. présente une série de réflexions sur une histoire, originale à l’intérieur du monde étrusque, et spécifique dans le contexte de la romanisation et de l’Empire de Rome : celle de la ville de Volsinii, de sa formation et de son développement au sein d’un territoire marqué par sa présence ou son influence. Partant de l’examen d’un livre illustrant des expositions advenues en 2013 et faisant le point sur les récentes découvertes archéologiques « entre Orvieto et Bolsena », l’auteur expose les différents problèmes au centre de la recherche actuelle et « croise son regard » avec celui des auteurs du livre. Sont pris en considération le territoire et son développement ; la continuité/discontinuité entre la Velzna étrusque et la Volsinii romano-étrusque et romaine ; l’implantation et les caractères des lieux de culte entre Velzna, Volsinii romaine et les pourtours du lac de Bolsena ; l’épigraphie, enfin, comme témoin d’une histoire spécifique entre époques étrusque et romaine. Tout en soulignant l’importance de nombreuses découvertes, comme celle du fanum Voltumnae en contrebas du plateau d’Orvieto, et le foisonnement des initiatives qui ont renouvelé l’archéologie de la région, l’auteur indique, chemin faisant, les points qui mériteraient d’être approfondis et le type de vision, plus vigoureuse et synthétique, en termes d’histoire sociale, politique et religieuse, vers laquelle doit tendre la recherche future.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les présentes réflexions naissent autour de l’ouvrage Orvieto Bolsena 2013*. Nous les dédions à la mémoire de Massimo Pallottino qui voulut bien nous exprimer par écrit son appréciation pour notre travail de 1983 sur les tombes peintes d’Orvieto (note 2 infra) et à celle de Giovanni Pugliese Carratelli qui fit des congrès de la fondation Faina un lieu de rencontre international.

Texte intégral

1Une série d’expositions (temporaires ou destinées à enrichir des fonds déjà constitués) viennent de se conclure entre Rome, l’Étrurie méridionale et les confins de la Sabine et de l’Ombrie. Elles offraient au public un parcours finalisé non seulement à la valorisation d’une région riche en musées et vestiges archéologiques, parfois méconnus, mais encore à un meilleur encadrement d’une histoire, originale à l’intérieur du monde étrusque, et spécifique dans le contexte de la romanisation et de l’Empire de Rome : celle de la ville de Volsinii, de sa formation et de son développement au sein d’un territoire marqué par sa présence ou son influence.

2Le riche volume illustrant ces expositions offre une sorte de tableau synoptique des recherches effectuées, certaines très récentes et des plus bouleversantes comme la reconnaissance et l’identification d’un certain nombre d’installations du fanum Voltumnae, lieu des concilia du nomen Etruscum. Le travail réalisé donne une idée des synergies et des collaborations nécessaires pour organiser la tutelle et l’étude scientifique d’un territoire aussi vaste : administrations communales et régionales, Surintendances archéologiques, Directions de Musées et de Fondations, Universités et Écoles archéologiques italiennes ou européennes, parmi lesquelles on ne manquera pas de citer les Surintendances archéologiques de l’Étrurie Méridionale et de l’Ombrie, la Fondation Claudio Faina d’Orvieto, les Universités de Pérouse, Macerata, Venise, Tübingen, Read, ainsi que l’École française de Rome. Au moment où tant de menaces s’accumulent sur la recherche et la culture, il est bon de saluer une initiative que seuls des services publics et des sujets privés ne se réglant pas sur le lucre étaient en mesure de réaliser et de coordonner avec autant d’efficacité.

3Le but principal du volume est sans doute de donner un tableau le plus complet possible de la multitude de cités grandes ou plus modestes, des communautés, petites ou plus étendues, qui ont laissé leur marque sur un vaste territoire dont le centre religieux et politique fut constitué par Volsinii. G. Colonna, qui a tant apporté à la compréhension de ce territoire unique, rappelle précisément dans sa préface les termes par lesquels les Étrusques désignaient les formes de leurs communautés et les institutions qui en définissaient l’organisation. De ce point de vue, on peut dire que l’ouvrage aura contribué à illustrer par les faits archéologiques ce vocabulaire politico-religieux. Mais voyons comment.

4La partie initiale de l’ouvrage regroupe un certain nombre d’essais autour de quatre grands « massifs » : le territoire et son développement ; la question de la continuité/discontinuité entre la Velzna étrusque et la Volsinii romano-étrusque et romaine ; les lieux de culte entre Velzna, Volsinii romaine et les pourtours du lac de Bolsena ; l’épigraphie enfin comme marqueur d’une histoire spécifique entre époques étrusque et romaine. La partie finale du volume, qui n’est pas moins importante, constitue le catalogue des expositions réalisées sur tout le territoire considéré : à Orvieto (Musée national archéologique et Fondation Faina), à Grotte di Castro (Museo Civita), à S. Lorenzo Nuovo (Palazzo Comunale), à Bolsena (Palazzo Monaldeschi) ainsi qu’au Musée de Villa Giulia à Rome. Dans cette partie ne manquent ni l’exposé de découvertes récentes comme celle du sanctuaire de Monte Landro, ni la reconsidération minutieuse des matériels les plus variés. On peut faire ainsi plus d’un renvoi interne, non seulement entre les fiches et les synthèses du catalogue, mais aussi entre ce dernier et les essais qui ouvrent le volume. Au total, la présentation est foisonnante mais elle n’est pas des plus aisées à dominer pour le non spécialiste ; pour le spécialiste, le nombre et la convergence des résultats laissent parfois sur la faim d’une synthèse historique plus maîtrisée.

Le territoire et son développement historique

5Cette partie est traitée dans trois essais de longueur inégale et de visées différentes partant de la considération du lac de Bolsena comme réceptacle géologique et humain d’un processus historique pour aboutir à la naissance et au développement de Volsinii comme centre politique issu d’une structuration démographique et d’une croissance économique attestée par des productions artisanales spécifiques.

6L. D’Erme examine les phases les plus antiques du peuplement dans la région considérée qui présente des traits distinctifs : la constitution des habitats au Bronze final laisse déjà entrevoir la ligne de peuplement qui constituera la limite méridionale du territoire de Volsinii (aux pieds des contreforts des monts Cimini et sur le mont Cimino même, comme l’atteste l’importante découverte d’une enceinte protohistorique), tandis qu’elle montre la totale indépendance de certains centres, comme Bisenzio, au sud du lac, et la croissance autonome d’un certain nombre de communautés se déplaçant sur des sites de hauteur facilement défendables comme Civita del Fosso d’Arlena (suite ou sœur du voisin habitat maintenant immergé de Gran Caro étudié par P. Tamburini). Il est frappant de constater que la dynamique socio-économique portant à la création des cités, reconnue pour d’autres grands centres d’Étrurie méridionale (concentration de villages sur un site unique ou unifié), ne semble pas affecter les phases les plus antiques du territoire considéré : ce qui vaut pour les aspects du conservatisme social décelés à Bisenzio dans le rituel funéraire, pour les témoignages très discrets du « décollage » social d’Orvieto jusqu’au début de la période orientalisante, pour la coexistence apparemment non hiérarchisée de plusieurs centres comme Civita di Bagnoregio et Castellonchio et la naissance même de certains autres, comme Civita di Castro. En réalité la partielle remise en cause du modèle de développement social précédemment reconnu demande une focalisation sur des problèmes (mouvements de populations, constitutions d’identités familiales ou ethniques) excédant le seul cadre territorial et souvent difficiles à saisir dans la réalité archéologique.

7Il est d’autant plus intéressant alors de suivre en diachronie, de la période orientalisante jusqu’à l’époque hellénistique, l’évolution du compartiment lacustre (le pourtour du lac de Bolsena) que Volsinii finira par marquer de son empreinte. C’est le but de l’essai d’E. Pellegrini, nourri principalement par les recherches qu’il a conduites à S. Lorenzo Nuovo et Civita di Castro. La fondation de ce centre dans la seconde moitié du VIIIe s. a.C. a pour but principal de contrôler le passage vers la vallée du Fiora et la mer où s’interpose la cité de Vulci. Celle-ci a développé un habitat-satellite sur le fleuve, Poggio Buco, conclusion possible d’une dispute territoriale avec Bisenzio qui semble au contraire derrière la création de Pitigliano. Or la fondation de Civita di Castro a fait appel à des ressources humaines de long rayon où l’on reconnaît non seulement l’apport culturel de Bisenzio, mais encore celui de Civita del Fosso d’Arlena, au SE du lac, et certainement aussi de la plus lointaine Orvieto. Tels sont les enseignements fournis par l’étude de la nécropole principale du site à Vigna La Piazza pour les phases les plus antiques qui couvrent jusqu’à la moitié du VIIe s. a.C. C’est alors, à partir de 650 environ, que l’on peut saisir, à travers l’apparition de chambres funéraires creusées dans la roche abritant des nuclei familiaux distingués rituellement à l’intérieur de cercles de pierres, une mutation de type social qui a aussi maintenant un répondant à Orvieto même. On regrettera ici (mais on comprend aussi la prudence de l’a.) que ces manifestations ne soient pas mises plus clairement en relation avec la première émergence des gentes locales dans un cadre encore fortement marqué par une égalité communautaire de base. Le modèle social est-il alors déjà Orvieto ? Cette mutation et ce modèle ont en tout cas leur pendant à Civita del Fosso d’Arlena, où les nécropoles de Scopetone, Bucine, Turona et S. Antonio présentent aussi de nombreuses tombes à chambres, ainsi qu’à Bolsena-Castello (nécropole de Poggio Pesce) et dans les localités secondaires de Madonna dell’Augello (nécropole de Barano). Toujours est-il que l’apparition de produits typiques, comme la céramique d’impasto rouge à surpeints blancs géométriques, ne manifeste pas seulement l’existence d’une sorte de « koiné », elle est aussi, à notre avis, pour tous ces centres, le vrai marqueur de la fidélité aux valeurs de la communauté de base à travers la transformation aristocratique en cours. Cette transformation se parachève en tout cas en concomitance avec l’émergence politique de Volsinii-Orvieto entre 580 et le début du Ve s. : la croissance démographique de Civita di Castro est l’indice non seulement de la réussite du modèle, mais aussi de la polarisation nouvelle de la population autour de familles éminentes : l’architecture funéraire témoigne en effet alors pleinement de l’adoption de formes monumentales de type gentilice avec dromos et chambres multiples s’ouvrant sur un atrium (ainsi la T. 31 de Vigna La Piazza et la tombe Golini à S. Lorenzo Nuovo « Caposecco »). Ces formes reflètent bien plus l’influence de l’Étrurie maritime que celle de Volsinii dont on peut se demander si la montée en puissance politique a pu tolérer longtemps ces potentats locaux. Le vide du Ve siècle et l’éclatement des communautés, compensés par la vitalité d’un certain nombre de lieux de culte et la création de sanctuaires, comme celui de Monte Landro, ne sont sans doute qu’un aspect de l’hégémonie de Volsinii, des inflexions et des dialectiques sociales qu’elle entraîne. La reprise des centres périlacustres au IVe siècle est aussi en rapport avec la nouvelle politique territoriale de Volsinii et la logique de la « colonisation » interne à l’Étrurie méridionale de cette époque engagée dans sa lutte contre Rome. Mais sur cette période pourtant cruciale nos données se font plus rares et l’essai d’E. Pellegrini plus laconique. D’autres essais en particulier sur les cultes peuvent prendre la relève sur ce point, mais sans réussir toujours à encadrer parfaitement les transitions en acte.

  • 1 Voir abréviations bibliographiques.

8Le dernier essai consacré au territoire se focalise maintenant sur le centre productif constitué par Volsinii (Orvieto), qui contrôle la vallée du Tibre et s’ouvre à des compartiments de peuplement qui vont jusqu’au pays falisque et à la Sabine, au sud, jusqu’à l’Ombrie, à l’est, jusqu’à la vallée du Clanis (Chiana) et Clusium (Chiusi) au nord. Cette situation, servie par de grandes potentialités agricoles et minérales (argiles, métaux), explique la fortune de la cité. G. Camporeale en évoque la richesse, largement documentée dans les sources écrites, mais aussi reflétée par la floraison de l’artisanat artistique et la circulation des maîtres d’atelier, locaux ou étrangers. Or sur le principe de la croissance de Volsinii, nous hésiterions à chercher une cause purement économique. Rome aussi a joui d’une situation exceptionnelle de ce point de vue, mais les causes de sa croissance se mesurent aussi à la force de ses structures d’État, juridiques et politiques. En un mot, la création de la cité-État de Volsinii vers 580-560 a.C. (et même la création d’une dyarchie avec Clusium commençant avec la tyrannie de Porsenna), n’est pas la simple conséquence d’une situation économique favorable, elle est la cause même de la naissance d’une économie particulière, comprenant l’organisation de la production artistique dans la cité (entre commissions publiques et nécessités individuelles ), et la distribution des produits sur le territoire ordonnancée au moyen d’un réseau d’oppida et centralisée à partir des foires du fanum Voltumnae quand l’institution prendra une importance incontournable dans le dernier quart du VIe siècle a.C. Et dans ce contexte c’est la naissance d’une catégorie civique aux possibilités censitaires également calibrées, bien documentée dans l’organisation régulière des nécropoles de Tufo del Crocifisso et de Cannicella, qui justifie le recours à des modèles architecturaux cérétains (là où Caere expérimentait des nouveautés politiques analogues) ou l’appel à des artisans de la même cité (là où la cité maritime offrait des individus ou des collèges d’artisans en mesure de répondre à une demande interne d’un type nouveau). La production du bucchero d’Orvieto que M. Camporeale a contribué comme peu d’autres à éclairer nous semble ainsi une production conçue pour ces « nouveaux citoyens » que leurs ressources homologuent et auxquels on transmet en les simplifiant et les adaptant à un répertoire de formes plus ou moins autonomes et locales, des marques au cilindretto inventées à Caere, ou encore, quand la dyarchie Clusium-Volsinii devient plus effective, on propose des formes et décors de bucchero pesante qui doivent marquer l’union avec Clusium avant toute recherche d’originalité. Jusqu’à la fin du VIe siècle (jusqu’aux production du groupe Orvieto et des figures noires du P. de Micali ou assimilable), la céramique est un domaine où Volsinii n’invente guère : la vraie « industrie » de la ville, le vrai « investissement » de sa classe politique et le berceau des nouveautés qu’elle transmettra à son tour, réside dans ses sanctuaires, dont on saisit l’importance seulement à partir de 530 environ et qui non seulement alimentent une production de terres cuites pour leur ornement, mais encore induisent la manufacture de toutes sortes d’objets, dont la destination votive est primordiale, comme les bronzes, avant de s’étendre à toutes les catégories d’usage domestique ou funéraire. Dans les étroites limites réservées à son essai qui recoupe la section des sanctuaires, Camporeale énumère alors les productions d’artisans qui affluent vers Orvieto mais en survolant sur les rapports entre les styles et les types de commission qui peuvent parfois unir des catégories diverses de produits. Il est vrai que l’on ne peut faire encore une histoire cohérente de la sculpture en pierre : ce qui vaut en particulier pour les cippes dont les rares exemplaires figurés se partagent entre l’influence de Chiusi et celle de Vulci, les rares commanditaires connus évoquent parfois une provenance plus méridionale, comme Véies (cippe de Larth Cupure). Vers 530-520 la « Vénus de la Cannicella » en marbre cycladique de Naxos, statue de culte appartenant à un sanctuaire de la nécropole est un fait unique dans tout l’art étrusque. Il a fait naître l’hypothèse ou d’une importation ou de la présence d’un marbrier gréco-oriental ou de formation gréco-orientale à Volsinii : la médiation imaginée est celle de Vulci par la vallée du Fiora ou encore celle de Pise par l’Arno, Arezzo, le Val di Chiana et le Tibre. Mais plus importants que ces itinéraires reconstitués, qui ont tous un certain degré de plausibilité, serait à notre avis la considération du commissionnaire et de la signification d’une telle dédicace dans le cadre d’une politique « tyrannique » à la hauteur de celle d’un Pisistrate ou d’un Tarquin. Dédiée dans une partie du sanctuaire de la nécropole consacrée à Vei (l’équivalent de Déméter), la statue renvoie aussi à l’initiative d’un équivalent de Tarquin ou de Servius Tullius. En général l’histoire de la dialectique gréco-étrusque en matière de produits d’artisanat à Orvieto est encore largement à écrire : c’est ce qui rend l’essai de G. Camporeale relativement provisoire, et plus malaisée, en ce domaine, l’ouverture de perspectives historiques que nous avons jugées possibles, chaque fois qu’il nous a été donné de travailler sur cette cité à part dans le monde étrusque1. Sur le classicisme des ornements des temples d’Orvieto et de certains objets du fanum Voltumnae (dont la découverte laisse l’a. sceptique), l’essai propose ainsi des explications un peu trop dépouillées et l’impression d’une énumération, savante certes, mais manquant parfois de relief, s’accentue à mesure que l’on aborde le IVsiècle et les dernières productions du IIIe siècle de la cité. La naissance des tombes peintes comme phénomène social requalifiant l’ager Volsininensis au IVe siècle, la production des figures rouges de cette époque, comme celle des miroirs et de la céramique argentée méritaient sans doute de plus larges analyses au vu de la question d’une ville, d’un territoire, de sa gestion et de ses composantes politiques et sociales.

Velzna/Volsinii : d’Orvieto à Bolsena

9Cette section de l’ouvrage est plus spécialement consacrée à l’étude des continuités et discontinuités entre les périodes étrusques et romaines considérées du point de vue de l’organisation de la cité et de son territoire. Elle aborde en particulier l’histoire de la recherche archéologique tant pour Orvieto (dans l’essai riche en données d’archives de G. Della Fina) que pour Bolsena et la zone du Lac où les recherches de R. Bloch sont évoquées par V. Jolivet. L’historiographie peut avoir en effet sa place dans la mesure où elle n’est pas fin à elle-même et comporte un enseignement sur l’évolution des théories, notamment relatives à l’identification de la Volsinii étrusque, sans doute possible l’actuelle Orvieto, mais qui pouvait encore soulever quelques questions au moment des recherches de R. Bloch (1946-1963) et avant celles de l’École française de Rome au Poggio Moscini de Bolsena. Le cœur de la section est constitué par les essais de P. Bruschetti sur les nécropoles d’Orvieto, témoins du développement urbain exceptionnel de l’ancienne Velzna, et de P. Gros sur la nouvelle Volsinii, fondée après la destruction par Rome en 264 a.C. de l’ancienne cité et la déportation des survivants sur le site de l’actuelle Bolsena. Les deux essais se recommandent tous les deux par une attentive considération des phénomènes urbanistiques comme indices de l’histoire. Mais on n’a pas craint d’associer à ces synthèses d’ordre général des pages de la recherche plus particularisées.

10Ainsi le compte rendu de l’exploration, effectuée par C. Bizzarri, de la cavité 254 de la rue Ripa Medici à Orvieto qui a conduit à la découverte d’une cavité en forme de tronc de pyramide précédée de témoignages de l’âge du Bronze jusqu’ici peu représentés sur le plateau d’Orvieto. La cavité, en rapport avec une carrière antique mais probablement aussi d’usage sacré, puisqu’elle évoque de caractéristiques autels volsiniens à cavités tronconiques, fut oblitérée vers 450 a.C. peut-être à la suite d’un événement signifiant pour la cité. Les caractéristiques de la cavité comme les dimensions du quadrilatère de base (4,00 x 4,00 m) nous frappent personnellement par leur analogie avec la salle souterraine à couverture tronconique de Poggio Moscini (IIIe siècle a.C.).

11Une autre recherche particulière est celle de D. B. George et du Saint Anselm College près de la fontaine de Coriglia, non loin de Vitorchiano, au sud des Cimini, et sur les confins méridionaux du territoire de Volsinii. L’exploration a révélé un modeste habitat étrusque qui aurait une phase archaïque, mais plus sûrement hellénistique (à partir de la fin du IVe siècle), supplanté à l’époque romaine par des structures organisées autour d’un axe routier et dont la vie se prolonge jusqu’à l’Antiquité tardive.

12Des recherches spécifiques, enfin, associées à celles de l’École française à Poggio Moscini, comme celle d’A. Barbet, illustrent les fresques romaines des maisons du site, reprenant sans nouveautés substantielles la section du Musée territorial du Lac de Bolsena au Castello, ou relatent la pertinence et la minutie des interventions de restauration sur les fresques et le matériel lapidaire en provenance du même site.

  • 2 Massa-Pairault 1983 ; Massa-Pairault 2000.

13L’apport de ces corollaires de la recherche sur Velzna/Volsinii n’est pas négligeable mais leur impact est disparate pour l’étude du problème Velzna/Volsinii abordée par P. Bruschetti et P. Gros. Que peut-on saisir tout d’abord du développement de Velzna-Orvieto ? P. Bruschetti souligne en commençant que la phase villanovienne, quoique non adéquatement relevée lors des recherches les plus anciennes, dut sûrement exister sur le plateau de la cité (en particulier près du Pozzo di S. Patrizio) et témoigner d’une effervescence de rapports le long des principales voies de communications, avec des contacts importants, déjà à cette époque, avec la région de Clusium, comme l’indiquent certains traits du matériel proches de ceux du groupe protovillanovien et villanovien Chiusi-Cetona. Mais les recherches récentes et le réexamen de matériels de fouilles plus anciennes ont permis de reconstruire un horizon orientalisant ancien jusqu’ici peu représenté, dans les deux principales nécropoles de Crocifisso del Tufo et Cannicella (tombes à fosse à l’intérieur d’enclos circulaires, pourvues de riches matériels) ainsi qu’au Podere dell’Arcone près de Porta Romana. Une partie de ces tombes est exposée au Musée National d’Orvieto et trouve place dans le catalogue (voir Binaco, infra). La récupération des horizons les plus anciens sur le plateau d’Orvieto et dans les alentours immédiats de la cité permet donc d’apporter des correctifs à l’idée d’une formation relativement tardive du centre comparée à celle d’autres cités d’Étrurie méridionale. Mais le phénomène le plus difficile à encadrer historiquement est celui de l’augmentation de la population, concomitante d’une décisive urbanisation reflétée dans l’organisation des axes routiers et des nécropoles à partir de 600-580 a.C. environ. Encore une fois le langage de l’objectivité ne satisfait pas pleinement car l’augmentation de la population n’est probablement pas seulement un fait naturel, mais un phénomène socialement et politiquement induit (cf. la mobilité sociale archaïque bien attestée dans les origines allogènes de certaines gentes ; cf. d’éventuelles formes de « colonisation interne » à l’Étrurie régie par la dyarchie Clusium-Volsinii ?) au même titre que l’apparition d’une classe censitaire homologuée (reflet d’une propriété calibrée sur une même part d’heredium ? d’un même droit à la co-gestion des sanctuaires ?). La naissance d’une cité unique dans ses présupposés sociaux se reflète en tout cas pleinement dans la planification régulière et par lots familiaux égalitaires des nécropoles : les recherches de la Surintendance archéologique de l’Ombrie ont permis d’éclaircir la plupart des questions relatives à leur implantation et leur physionomie, tant à Crocifisso del Tufo qu’à Cannicella, beaucoup plus martyrisée lors des recherches du XIXe s., mais où l’on a reconnu l’existence d’un important sanctuaire, qui fut utilisée même après 264 a.C. (en particulier pour des sépultures d’enfants), voire jusqu’à l’époque tardo-antique et médiévale, fournissant ainsi un bel exemple de continuité et de mémoire. Or la structure étatique reflétée dans la planification des nécropoles et de l’urbanisme semble subir une crise à partir de la seconde moitié du Ve s. a.C. : il est vrai que les données sur l’occupation des tombes se font plus rares et que l’examen des seules nécropoles ne suffit pas à rendre compte de toutes les pulsions historiques de la cité : les essais consacrés aux sanctuaires et temples de Velzna (voir infra) donnent au contraire des éléments de floraison et de reprise entre le dernier tiers du Ve s. et le premier quart du IVe s. a.C. Dans les limites imparties à son essai P. Bruschetti examine cependant deux phénomènes liés à la distribution des tombes sur le territoire de la cité : le premier, contemporain du floruit de l’époque archaïque et tardo-archaïque, est lié à la création de centres satellites de la cité attestés par les sources écrites, notamment Tite-Live (castella et oppida) ; le second, qui se précise au IVe s., se présente comme une « décentralisation » des habitats et des propriétés qui nécessite une analyse plus complexe. L’oppidum de Bardano (nécropole de Poggio Ginestra), la nécropole de Colle Monte Mellonta avec un voisin sanctuaire, l’oppidum de Parrano, au contrôle des vallées du Clanis et du Paglia, présentent des tombes bien alimentées en matériels produits à Orvieto et une architecture funéraire marquée par le modèle à chambre de type cérétain. Les familles à la tête de ces oppida sont-elles alors de simples déléguées du centre (et, en dépit de leur richesse économique, dans quelle relation d’éventuelle subalternité ?). La question aurait mérité au moins d’être posée. Dans les oppida reconnus vers le sud (au contrôle de la vallée du Tibre) comme celui de Mossa del Palio ou de Castellonchio (nécropole de Vallone S. Lorenzo), on note la même richesse des familles gestionnaires des trafics et leur rôle dans la redistribution des produits d’Orvieto, mais la vie de ces oppida, qui connut aussi des phases de IVe et IIIe siècles d’une certaine vivacité paraît souffrir des changements qui affectent la fonction centrale de Volsinii au IVe siècle : il est clair que l’on se heurte à une limite de la recherche archéologique puisqu’elle ne permet guère de dater précisément le ralentissement de cette activité économique (sûrement en rapport avec la montée de l’hégémonie de Rome) comme la fin d’un système de gestion économico-politique dont Velzna est le centre et réussit encore moins à en définir les aspects sociaux. Faut-il alors, pour mieux prendre la mesure de ces changements entre centre et périphérie, analyser le système des oppida ou habitats qui se distribuent sur l’itinéraire portant d’Orvieto à Bolsena, du vieux centre étrusque à celui qui lui offrira une nouvelle localisation après 264 a.C. ? P. Bruschetti reprend d’abord la question des nécropoles qui sont situées en vue et en face du plateau de la cité à Settecamini avec les célèbres tombes peintes Golini I et II, la « tomba del guerriero » e d’autres tombes riches en céramique à figures rouges et en objets de bronze de production locale. À ce groupe de tombes est étroitement lié topographiquement l’ensemble afférent à l’habitat de Porano, dont la nécropole comprend la célèbre tombe peinte Hescanas utilisée entre 350 environ et le début du IIIe s. Pour rendre compte du phénomène, effectivement nouveau, d’une décentration de certaines familles par rapport au plateau et de l’apparition de tombes peintes qui en promeuvent la représentation, P. Bruschi parle de la naissance d’une nouvelle aristocratie latifondiste en opposition avec les éléments du nucleus socio-politique décelable à l’époque archaïque. Or le terme de latifundus (système de grande propriété à personnel servile bien connoté historiquement et en rapport avec un type d’esclavage successif aux guerres de conquête de Rome) n’est probablement pas approprié et fait bon marché du type de subalternité sociale propre au monde étrusque, incarnée dans les oiketai, parfaitement représentés précisément sur les fresques de ces tombes peintes. Et l’on peut discuter aussi de la « nouveauté » de cette aristocratie (les Leinie de la tombe Golini I s’en appellent à une magistrature exercée à Clusium dans la pleine tradition de la formation de la cité de Volsinii). En un mot l’explication sociale donnée par M. Torelli de ce phénomène, soit une sorte de migration vers l’ager Volsiniensis de certains membres de l’aristocratie pour se défendre d’une cité devenue plus difficile à dominer et à gouverner en raison de la montée en puissance des plèbes urbaines n’est ni citée ni considérée, comme notre étude de 1983 sur les trois tombes Golini I, II et Hescanas dont certains résultats sont repris dans l’essai de 2000 sur « la question servile en Étrurie »2. Et cette situation datable au IVe siècle n’est probablement qu’en partie analogue à la floraison de tombes plus récentes du IIIe s., riches en céramiques argentées de type volsinien, individualisées à la limite du centre urbain de l’actuelle Bolsena (Podere Lauscello et Fattoraccio). Il se peut que ces tombes soient l’héritage d’une situation d’habitat antérieure à la fondation de la nouvelle Volsinii : (mais alors qui sont ces familles qui se démarquent du nucleus habité fondé par la suite ? Des oiketai qui étaient déjà à Bolsena ? ou encore, comme à Castelgiorgio des personnes qui vivent selon les critères de l’opulence volsinienne et entendent continuer, après la destruction du centre, à marquer leur identité et leur appartenance à un certain ordre de richesse qui les qualifient comme membres de la communauté d’autrefois ?). En matière de continuité/discontinuité, notre documentation concernant le nombre et l’organisation des nécropoles les plus récentes de Bolsena et de ses environs les plus immédiats (nonobstant une continuité du marquage des tombes par des cippes funéraires inscrits) présente encore des carences et des contradictions.

  • 3 Buchicchio 1970, p. 43.

14L’essai de P. Gros auquel on doit des analyses fondamentales sur Volsinii romaine et qui par l’étude des architectures et des traits urbanistiques en a établi la chronologie, est résolument orienté vers la compréhension historique d’une cité dont l’importance régionale est indiscutable ainsi que l’originalité dans le panorama de l’Italie antique. Aussi, tout en reprenant des thèses qui font autorité et en intégrant à sa vision les résultats des recherches les plus récentes de P. Tamburini, E. Pellegrini et S. Rafanelli, P. Gros aborde-t-il une série de faits et de problèmes. Il se pose d’abord la question de l’enceinte en opus quadratum de la cité (maintenant connue dans son tracé près du port). Une date au début du IIe s. a.C. semblerait confirmée par les récents sondages, comme l’influence de modèles hellénistiques de Grande Grèce ou de Grèce (système des portes, existence d’un diateichisma). Or c’est la même enceinte qui porte des marques de carrière en lettres étrusques (où G. Colonna a reconnu la possibilité même de lire des noms abrégés de magistrats-édiles, comme fle[re], ca[zlanie]) et près de laquelle (près du Fosso Brutto) le même Colonna a retrouvé un cippe portant l’inscription « methlumes », terme étrusque désignant la limite sacrée (pomerium) de la cité. L’enceinte, qui paraît le fruit d’une programmation soigneuse et non dictée par l’urgence, peut certainement être lue comme le premier signe de la dignité retrouvée de Volsinii après le temps qui en a marqué la prostration initiale, suite aux événements et à la déportation de 264 a.C. Mais quelle est la couleur juridique de cette dignité retrouvée : s’agit-il d’un statut de colonie (hypothèse de J.-M. Pailler) que recommanderait l’emploi de certains modules métriques romains, et la contemporanéité d’autres créations coloniales en Étrurie ? Les textes ne portent pas trace cependant d’une telle opération coloniale qui se heurte aussi bien, à notre avis, à l’intervention éventuelle de magistrats locaux d’origine étrusque dans la construction de l’enceinte qu’à la constatation de l’affirmation de la continuité d’une identité à travers l’emploi de l’opus quadratum tant dans la cité ancienne que dans la cité translatée de Volsinii. Nous nous demandons cependant si cette dignité retrouvée ne s’inscrit pas dans la politique romaine contemporaine de la création de la via Clodia et de l’action de M. Claudius Marcellus, cos. 196 et cens. 189 a.C. (ce qui expliquerait peut-être aussi l’actualisation de modèles empruntés au monde grec et de Grande Grèce). Dans ce cas, comme dans celui de la création de la via Cassia entre 170 et 150 a.C., le repositionnement urbain et édilitaire de la cité serait le fruit de la politique romaine de pénétration vers le nord, de conciliation de clientèles et de réactivation d’antiques « hospitia » entre Rome et Volsinii, certainement considérés au début du IIe siècle après les traumas de la 2e guerre punique. La création de la via Cassia et son parcours à l’intérieur du decumanus « F + B-C », reconnu par T. F. Buchicchio3, du site de la nouvelle Volsinii conditionne par la suite, selon la démonstration de P. Gros, tous les phénomènes d’orientation des édifices (notamment à Poggio Moscini) et conduit à une inflexion générale de l’orientation des insulae (certainement affectées aussi dans leur régularité par les conditions du terrain d’implantation originel), comme au lent déplacement du centre de la cité des parties supérieures du site vers le lac. Bien des questions restent ouvertes alors : comme celle de l’identification encore sujette à caution d’un Capitolium et d’édifices liés au culte impérial dans la cité, comme celle de son forum originel, antérieur à l’espace et aux structures d’époque flavienne découverts par les recherches de l’École française de Rome à Poggio Moscini. Le forum en effet avec son accès monumentalisé (via tecta), sa superficie supérieure à celle des fora des colonies romaines en Étrurie, ses statues honorifiques d’administrateurs et mécènes impériaux, parfois d’origine étrusque et à l’occasion praetores Etruriae XV populorum, ne remonte pas à une époque antérieure, comme sa basilique monumentale, mais témoigne de l’importance régionale de la cité (conséquence probable de son passé de métropole étrusque gestionnaire des cultes fédéraux du fanum Voltumnae). Il s’insère ainsi dans une série d’initiatives édilitaires du début de l’Empire marquées par une certaine ampleur et cohérence, comme la construction des thermes sur le même plateau de Poggio Moscini, peut-être due à la munificence de C. Caecina Tuscus, ou encore comme le convoyage des eaux et la construction de l’aqueduc où la famille de Séjan (inscription étudiée par M. Corbier) fournit deux curatores aquarum.

  • 4 Pour plus de détails, Strazzulla, Rafanelli et nos propres recherches Massa-Pairault 1992 b (avec a (...)

15Il reste à comprendre la distribution topographique et la fonction des sanctuaires comme la continuité éventuelle des cultes avec ceux de la cité ancienne de Velzna (Orvieto). Et cette partie de l’essai de P. Gros constitue une charnière avec l’essai de P. Tamburini sur les lieux de culte dans le « Val di lago » volsinien (infra). Les deux sanctuaires de Poggio Casetta et de Pozzarello sont les mieux connus, le premier sans doute le plus ancien et en position dominante, dont l’orientation ne suit pas celle du maillage de la cité, remonte sans doute au temps de son premier établissement, au IIIe siècle a.C. (le dépôt d’un trésor monétaire avec as romains sextantaires et onciaux nous semble un terminus post quem non). Mieux que d’autres sanctuaires il évoque selon nous la possibilité d’un culte de Jupiter (Voltumna) et aussi une éventuelle fonction d’auguraculum (cf. l’orientation vers le plein sud, les plinthes carrées et la base circulaire récemment retrouvées à l’intérieur de la cella). C’est de ce temple, à notre avis, que se pose la question de l’établissement du pomerium et des parties de l’enceinte qui lui appartenaient (ce qui repose éventuellement la question de la date initiale de l’enceinte : voir infra). Le sanctuaire de Pozzarello, sans doute organisé ou réorganisé au début du IIe siècle, suit en revanche l’orientation générale des axes reconnus : d’après ses aménagements internes et les dépôts votifs, il abritait un culte de type chthonien, agraire (Vei/Céres ?) et salutaire : mais d’autres divinités devaient être représentées, sûrement Selvans désigné par l’épithète de Sanchuneta (gardien de la fides, soit de l’ordre social dans les propriétés, selon l’interprétation de G. Colonna), et peut-être aussi la fameuse Nortia ou Fortune volsinienne. Jusqu’à présent on n’a pu mettre en relation les terres cuites Saulini (dont le lieu de découverte reste inconnu) avec l’un ou l’autre temple. Mais il est évident que leurs thèmes offrent des éléments pour y reconnaître une évocation de l’identité religieuse volsinienne4. Cette résurgence de la tradition théologique et mythographique locale ne peut avoir été promue que sous l’égide de Rome et nous en proposerions volontiers la concomitance avec la création de l’enceinte monumentale de la cité (supra).

  • 5 Sur ce temple et la discutable hypothèse de Jolivet et Marchand, voir infra.
  • 6 Cf. nos recherches et celles de J.-M. Pailler, toutes exposées au Musée du Castello de Bolsena.

16Mais la continuité Velzna/Volsinii a toujours semblé remarquable également dans le cadre d’autres lieux de cultes et manifestations religieuses repérés à l’intérieur de l’habitat soit au Mercatello (avec la grotte d’un Selvans salutaire, à mettre peut-être en relation avec une statuette adespote de collection dédiée à Selvans enizpetla (infra, catalogue qui n’est certainement pas, en tout cas une représentation du dieu comme veut M. Bentz), mais bien l’effigie d’un dévot), soit à Poggio Moscini. P. Gros rappelle dans cette partie de l’habitat l’existence d’un petit temple offert à Vénus datable de la seconde moitié du IIe siècle oblitéré ensuite par l’implantation d’une domus5, comme les installations qui précédèrent la domus aux peintures, sur une terrasse totalement distincte et en contrebas de celle du forum d’époque flavienne, avec une favissa remplie de terres cuites architectoniques présentant des points de contacts stylistiques avec les terres cuites Saulini, et les restes d’un trône dionysiaque mis en relation avec une remarquable salle souterraine remontant au IIIe siècle, utilisée comme partie d’un sanctuaire bachique et probablement déconsacrée après la répression inaugurée par le s. c. de Bacchanalibus en 186 a.C.6 Ces éléments posent certainement la question de la « romanisation » du culte de Dionysos et de la continuité entre ces manifestations dionysiaques et celles de même couleur repérées dans les sanctuaires de Velzna/Orvieto.

17P. Gros évoque enfin la vexata quaestio de l’identification du théâtre de Volsinii, jamais retrouvé, contrairement à l’amphithéâtre. Mais l’existence d’une inscription (CIL XI 2710) qui cite un « theatrum et proscaenium » porterait à penser à un édifice qui, comme au cirque Flaminius à Rome avant la construction du théâtre de Marcellus, comportait des tréteaux temporaires pour la représentation de ludi scaenici réguliers. Cette inscription ouvre alors le problème de la possibilité d’une tenue à Bolsena des jeux qui étaient prévus au fanum Voltumnae (cf. le rescrit de Constantin à Hispellum). Pour résoudre cette question complexe, il faudra maintenant tenir compte des découvertes au Campo della Fiera d’Orvieto. De la mise en évidence de phénomènes de continuité ou de rupture dans la vie du fanum Voltumnae identifié à Orvieto, dépend en effet la reconnaissance d’une fonction substitutive de Bolsena aux moments où la célébration des jeux ne pouvait se tenir dans les structures et lieux originellement prévus ou encore d’une éventuelle fonction « duplicative » de Bolsena, si le revival augustéen de l’Étrurie a permis la reprise des jeux à Orvieto sans effacer complètement ceux de Bolsena, son héritière directe.

Sanctuaires et lieux sacrés

18Cette section du volume comprend trois essais, le premier sur les sanctuaires dans Velzna-cité, le second sur le fanum Voltumnae extraurbain, le troisième sur les sanctuaires et lieux de culte autour du lac de Bolsena. Ces études visent à cerner la particulière identité religieuse de la métropole étrusque et déterminer quel a été l’impact des cultes qui y furent pratiqués sur les territoires et les communautés qu’elle contrôla ou influença.

19F. Roncalli commence par souligner les conséquences de la redécouverte du fanum Voltumnae qui marque un tournant dans les études sur l’Étrurie en général et sur Orvieto-Velzna en particulier. La reconnaissance de cette réalité fédérale où se tenaient les assemblées (concilia) du nomen Etruscum sur les questions d’intérêt commun ainsi que des foires régulières stimulant les échanges et les mouvements de population, permet de reconsidérer le profil historique de la cité et de mieux contextualiser l’ensemble des sanctuaires et structures religieuses déjà reconnues (au moins dix). La densité comme la distribution de ces derniers sur le plateau d’Orvieto nous confronte avec une « planification du sacré » dont nous devons la reconnaissance aux difficiles mais substantiels progrès de l’archéologie urbaine qui doit se pratiquer au milieu du tissu médiéval, Renaissance et contemporain de la cité.

  • 7 Massa-Pairault 1986.

20L’aire sacrée reconnue sous l’église de S. Andrea se situe non loin du croisement des deux axes principaux de l’habitat. Sa fondation ne semble pas étrangère à une précédente occupation villanovienne et la zone a restitué pour l’époque étrusque des autels perforés (évoquant une cavité ou mundus) destinés sans doute à des pratiques de cultes chtoniens. Cette bipolarité « infernale et végétale » caractérise un certain nombre de cultes de la cité. Un autre sanctuaire, correspondant à l’actuelle église de S. Giovanni Evangelista, sur le versant sud-occidental du plateau, gardait l’unique accès facile à la cité (mia eisodos : Procope, Bell. Goth., 6, 20, 7-11). On le sait maintenant dans une position qui, du nord, domine l’esplanade du fanum Voltumnae. Des éléments structuraux (murs, chapiteaux en terre cuite, tête acrotériale de Satire (Ve siècle a.C.) et la proximité d’une salle souterraine revêtue d’un enduit (voir supra) en définissent la physionomie : la divinité est Jupiter/Tinia dont le nom est révélé par l’inscription d’un autel à cavité interne (tinia tinscvil), soit un Jupiter qui ne manque pas de points de contact avec un Dionysos de type chtonien. Mais les structures les plus imposantes, d’épais murs en opus quadratum définissant un temple, ont été retrouvées sous le Palais du Capitaine du Peuple, ainsi que d’autres éléments à Via S. Leonardo. On dispose ici d’une dédicace à Pethn, divinité de type infernal que Roncalli met en rapport avec l’« Hadès-Dionysos » figurant sur les vases du groupe de Vanth et de splendides terres cuites architectoniques dont F. Roncalli souligne à juste titre le langage post-phidiaque : des terres cuites qui nous avaient paru aussi reposer en termes nouveaux l’expression de la figure de Dionysos en Étrurie et soulever l’hypothèse d’une figuration de Tinia-Voltumna7. Dans la zone de l’actuel Duomo d’Orvieto, où des mémoires érudits reconnaissaient l’existence d’un temple de « Vénus », on a trouvé sous le transept un autre de ces autels forés dédiés à Tinia (tinia tinscvil), ainsi que d’autres autels et deux puits derrière l’abside. Il est probable que ce matériel et ces vestiges se réfèrent à un autre édifice sacré. D’autres zones de la cité encore sont en rapport avec les sanctuaires et les manifestations de la dévotion, en particulier auprès du Couvent de S. Paolo, les restes d’une activité de coroplastes liée à la production de l’ornement des temples, ou encore, près de S. Domenico, des restes de fours et de scories de fusion du bronze, en rapport avec la production d’objets votifs. Plus difficile est l’encadrement du matériel (Ve-IIIe s. a.C.) trouvé à Vigna Grande, en rapport probable avec un temple qui gardait aussi une issue de la cité vers l’extérieur. La découverte d’une plaque appartenant au fronton et représentant la Gigantomachie de Minerve (Ve s. a.C.) a fait penser à un culte dédié à cette divinité, instauratrice d’ordre civique et poliade, pense justement F. Roncalli, face à l’afflux des populations allogènes qui devaient fréquenter Volsinii/Velzna.

  • 8 Massa-Pairault 1985 c, p. 42-47.
  • 9 Synthèse de la question dans Massa-Pairault 1992 a, p. 103-105.
  • 10 Massa-Pairault1992 a, p. 102-103, fig. 80 et 82.

21C’est en soulignant de nouveau la densité des trouvailles en rapport avec les manifestations du sacré (même souvent en l’absence d’identification formelle d’édifices) et en réaffirmant l’importance des cultes à valence chtonienne et infernale à Volsinii que F. Roncalli aborde le problème du temple et des cultes du Belvédère. Situé sur le bord nord-oriental du plateau et orienté vers le SE, le temple présente la pars postica adossée au mur de téménos qui l’entoure. De type tuscanique, il est situé sur un haut podium auquel on accédait par un escalier. Il présente trois cellae, derrière un pronaos à colonnes. On doit ajouter qu’une salle souterraine rectangulaire aux parois recouvertes d’enduit, alignée avec le temple a été découverte entre celui-ci et l’à-pic de la roche. Ces éléments sont certainement liés, comme les épigraphes découvertes à Tinia calusna (Jupiter infernal) et à Apa (le Père), illustrant certains aspects chtoniens ou catachtoniens des cultes pratiqués et suscitant la considération de certaines analogies avec les cultes de Pyrgi-Caere. Mais, s’ils permettent de qualifier la nature de certains cultes, principaux ou associés au temple, ils ne consentent pas pour autant, croyons-nous, d’identifier à coup sûr la structure religieuse indiquée par la tripartition de la cella. Le Belvédère a de plus livré des terres cuites architectoniques significatives et d’une grande beauté où Roncalli, de nouveau avec justesse, décèle les traits d’un classicisme volsinien en rapport avec les expériences artistiques de la Grèce. Mais, quant à l’identification de la ou des scènes qui pouvaient orner les frontons du temple, l’a. préfère ne pas aborder une discussion dont il pouvait être éclairant de rappeler les termes, non indifférents aussi pour la qualification des cultes. En effet certains des héros distribués sur les plaques de mutules sont représentés dans l’attente d’une réponse (en 19858, nous y avons reconnu une scène inspirée de l’Iliade VII où, en présence du vieillard Nestor, on extrait d’un casque – et une main tenant un casque a été identifiée par M.-J. Strazzulla – le nom du brave destiné à combattre Hector9). Et l’importance de la mantique, comme celle de Minerve sur d’autres plaques architecturales10, incite à reconnaître au Belvédère un temple d’une grande importance poliade : nous pensons qu’une Minerva « nurtina » (qui agit dans la sphère de Fortuna-Nortia) pourrait y être impliquée.

22Le dernier sanctuaire pris en examen par F. Roncalli est celui de Cannicella, qui dessert la nécropole homonyme et dont l’emplacement fut planifié sur une terrasse du site dès le début du VIe siècle. Ici, on aurait aimé un plan des fouilles effectuées récemment. Les installations du sanctuaire comprennent un temple qui fut orné au début du Ve siècle d’acrotères représentant l’assassinat de Clytemnestre (Stopponi) ou encore le sacrifice de Polyxène (Roncalli), scènes évocatrices d’une violence réparatrice de la mort des héros (Agamemnon, Achille). Il n’est pas donné de connaître la divinité de ce temple qu’il ne serait pas impossible de rapprocher, comme à Rome dans la nécropole de l’Esquilin, d’une Vénus funéraire. Est-ce à une telle divinité que correspondait la célèbre statue en marbre de Cannicella (supra) ? Il nous semble que la question devait être posée même si d’autres cultes sont attestés dans le sanctuaire comme celui de Vei/Cérès à laquelle on serait tenté d’associer, comme suggère F. Roncalli, une Sech (Fille)/Proserpina, dont la présence se recommande dans ce contexte. Certaines dévotions à Héraclès et à l’équivalent de Bona Dea ont aussi été reconnues par G. Colonna. Mais à côté de ces indications relatives aux titulaires des cultes, le sanctuaire offre tout un réseau de cuves, canalisations et puits en relation avec une dévotion quotidienne intense qui explique peut-être pourquoi le sanctuaire fut « resacralisé » après la destruction de la cité en 264 pour permettre la continuité de certaines sépultures, notamment d’enfants, et la poursuite de certains rites dont témoigne peut-être, suggérons-nous, le petit bronze de Pomponios Virios (infra, catalogue).

23Du tableau essentiel retracé par F. Roncalli, on retiendra certainement l’idée de l’importance des cultes agraires et chtoniens à Velzna (peut-être trop emphatisée par rapport à leur importance poliade qui émerge aussi dans certains cas) et de l’intime dialectique entre le fanum Voltumnae et les autres sanctuaires de la cité, non seulement dans l’organisation des cultes, mais dans la création d’un style international qui s’inspire des canons du classicisme grec pour augmenter le prestige des institutions et des divinités concernées.

24L’essai de S. Stopponi retrace les étapes de la découverte des vestiges attribuables au fanum Voltumnae, situés dans une zone plane aux pieds du plateau de la cité vers l’ouest, au lieu-dit « Campo della Fiera ». Le « Champ de foire » d’Orvieto, mérite en effet à coup sûr son nom, offrant l’exemple d’une belle rémanence de la mémoire historique, de l’Antiquité à nos jours. Et c’est une série de découvertes bouleversantes (advenues entre 2000 et 2013) que l’a. nous invite à suivre dans leur ordre chronologique, sinon logique, s’attardant peut-être un peu trop sur certains détails de la condition des découvertes (mais il valait sans doute la peine de rappeler quelles difficultés ont dû être affrontées sur le terrain) au détriment de la clarté de l’exposé qu’il est vraiment difficile de suivre sans un plan. Nous tenterons donc de présenter une brève synthèse des découvertes, des principaux résultats et des problèmes essentiels qu’ils posent.

25Une voie sacrée monumentale (dégagée sur 60 m environ) avec sillons attestant le passage des chars traverse le site. Elle peut certainement être considérée comme une voie triomphale qui se dirigeait au sud vers les cotes les plus hautes de la zone sacrée, là où les recherches ont dû s’arrêter après la reconnaissance d’éléments du podium d’un temple (nommé « B ») en position dominante et d’une fontaine. Ce temple est vraisemblablement à attribuer à Tinia/Voltumna si un tesson de céramique à vernis noir trouvé dans la fontaine est marqué du graffite Ve[lthumenas ?] ( = de Voltumna). L’autre conclusion provisoire remarquable est que le temple paraît abandonné au IIIe s. a. C. en concomitance probable avec la fin de Volsinii en 264 a. C.

  • 11 Massa-Pairault 1987.

26Un autre temple (« C ») a été reconnu à l’extrémité de la voie sacrée actuellement dégagée (sont identifiables l’assise de fondation en tuf et les restes d’une seconde assise ; les murs sont d’épaisseur inégale : 2,70 et 2,30 m ; le côté bref du temple a été dégagé sur environ 8 m). Sur la superficie du temple affleurait une couche d’incendie au-dessus de laquelle étaient dispersés pêle-mêle des restes de céramique, certains appartenant à de précieuses coupes attiques (env. 510 a.C.) ; d’autres restes d’offrandes, sont les coupes carénées et miniaturisées en bucchero gris (courant Ve ?) dédiées l’une à Ati (la mère), l’autre à Hu[siur ?] (les fils). Le matériel le plus récent du sanctuaire est datable entre la fin du IVe s. et la première moitié du IIIe siècle. Pour S. Stopponi toutefois il est probable que son abandon, ou sa destruction, qui paraissent concomitantes avec la sépulture de trois enfants dans le périmètre de l’édifice (rite qu’il est malaisé d’expliquer seulement par référence à l’existence d’un culte matronal, comme propose l’a.), ne coïncide pas exactement avec la fin de Volsinii en 264 a.C ., mais plutôt avec les guerres meurtrières de la cité contre Rome entre 308 et 280 a.C. On peut toutefois s’interroger sur la destruction par étapes du sanctuaire et sur les différences de destin entre les temples « B » (détruit en 264 en première hypothèse) et « C » (détruit avant 264). Par ailleurs, les informations jusqu’ici recueillies sur les cultes du temple « C » sont intéressantes puisqu’elles semblent avérer l’existence d’une divinité matronale (ati = la mère) complémentaire d’une divinité masculine (apa = le père), reconnue près du temple « A » (infra). Intéressante est également la mention des « fils » qui semblent avoir aussi des reflets dans la mythologie volsinienne (antéfixes Saulini et miroirs des maris11), mais appartiennent peut-être, selon nous, à une strate religieuse des plus anciennes comparable à celle qui à Rome nous confronte aux Lares fils d’Acca Larentia. Non loin de ce temple sous la voie sacrée a été découverte, entre autres matériels attiques, une amphore à la brosse qui date l’implantation de cette dernière (et donc les débuts de l’organisation du site sacré) dans la seconde moitié du VIe s., ainsi que des restes de dépôts votifs parmi lesquels sont remarquables les éléments d’un char (environ 470 a.C. ?). On peut se demander s’il s’agit là d’un objet constituant l’offrande votive d’un vainqueur aux jeux (comme pense l’a.) ou plutôt des spolia d’un triomphe (comme pour les bronzes de l’édifice du plateau de Tarquinia fouillé par l’Université de Milan).

27Le temple « A » et son enclos ont été les premiers reconnus. L’existence du temple, orienté vers l’est, est avérée au IVe s., mais il fut probablement précédé par un édifice archaïque. Le temple du IVe siècle et tout le secteur qu’il commande est ensuite restructuré : des traces de réfection en trachyte incluse dans les murs, des éléments de colonnes, le seuil de la porte d’entrée, contemporains d’un second mur de téménos, paraissent en effet en relation avec les événements de 264 a.C. Après cette phase médio-républicaine, on reconnaît encore une phase tardo-républicaine et proto-augustéenne (réfection du pavement).

28Devant le temple à l’est une base en trachyte a été découverte : sa typologie comme sa date le rapprochent des autels consacrés devant les temples de Fortuna et Mater Matuta au Forum Boarium de Rome, mais des traces d’arrachements pour tenons de bronze feraient penser à une base d’ex-voto. On peut en effet discuter sur l’interprétation de la structure, mais la position dans l’axe du temple en fait à coup sûr un autel. La découverte semble en tout cas fondamentale dans la mesure où elle établirait que, après la prise de Volsinii, le vainqueur, M. Fulvius Flaccus, accomplit ici un acte religieux strictement parallèle de ceux qui sont connus à Rome : érection d’autels devant les temples de Fortuna et de Mater Matuta et consécration sur l’axe médian entre les deux temples d’un ex-voto parallélépipédique dont la base et l’épigraphie ont été reconstituées par M. Torelli. D’une manière générale ce secteur du fanum poursuit sa vie même après 264 a.C. : il faudra en expliquer la raison, peut-être en rapport avec la nature des cultes et la fonction de cette partie du sanctuaire, objet d’une attention particulière du vainqueur romain et voué par lui à une certaine continuité.

29Mais l’enclos du temple « A » conservait encore d’autres vestiges importants pour l’histoire du sanctuaire et de ses cultes. Entre l’autel ou l’ex-voto monumental en trachyte et le mur du téménos, se situait une autre base quadrangulaire monolithique et moulurée en tuf, soit un autel de moindres dimensions et de date antérieure ( ?) auprès duquel a été trouvée une coupe en bucchero portant le graffite « apas » (« du père »), évidente allusion à une divinité qui peut assumer certains aspects infernaux. Près de cet autel fut installé à l’époque augustéenne un thesaurus lithique qui contenait 200 monnaies. Le repérage et la fouille de nombreuses fosses, remplies avec des restes d’ex-voto, la découverte, en particulier, d’une fosse rectangulaire aménagée qui contenait une sorte d’omphalos naturel en pierre en rapport probable avec le marquage intentionnel d’un locus sub terra complètent la recherche dans ce secteur.

  • 12 Massa-Pairault 1988.
  • 13 Massa-Pairault, intervention au Congrès de la Fondation Faina de décembre 2011 (Il Fanum Voltumnae (...)

30Mais une autre découverte fondamentale en provient aussi : la base (dernier quart du VIe s. a.C) supportant le don de Kanuta, Lauthenita, i. e. affranchie, de la famille volsinienne des Larecenas et puia (épouse) de Aranth Pinie (dont le nom de famille nous reporte à une composante gentilice bien connue au IVe s. à Tarquinia, propriétaire de la Tombe Giglioli12). La dédicace est faite aux divinités tluschva (les Charites ?) dans le faliathere (« lieu céleste »). Une telle inscription mérite plus d’un commentaire mais on peut souligner de façon préliminaire l’aspect social d’une telle dédicace qui jusqu’à présent a moins retenu l’attention : en effet la promotion par le mariage de cette affranchie de probable origine campanienne nous reporte au problème des oiketai de Volsinii, soit aux origines de la plèbe dans la cité13 ; tandis que le mariage avec un individu qui pourrait aussi ne pas être volsinien, mais de Tarquinia, ouvre la question des intermariages garantis dans le cadre des cultes du sanctuaire (ius connubii ?). Les restes d’une statue en basalte tenant une grenade (Perséphonè ou Héra ?), d’autres vestiges, comme une oinochoè attique configurée en tête de Dionysos, font penser en effet à un type de structure religieuse en rapport avec la vie féminine, le mariage et les forces de la végétation et de la vie. L’orientation de ces cultes est d’ailleurs confirmée par la présence de feuilles votives (typiques dans le culte de Perséphonè) et de têtes féminines également votives en terre cuite et en bronze, certaines reconstituables avec leur base, comme la belle tête sub-archaïque (env. 470 a.C.) étudiée par C. Giontella prématurément et tragiquement disparue.

31Nous ne pouvons nous étendre davantage sur la nouveauté des découvertes faites par S. Stopponi et son équipe de recherche qui placent les débuts de la fréquentation du fanum vers 550 environ (coupe ionienne), en montrent déjà la complexe articulation religieuse et commencent à en esquisser l’histoire. Et, comme ces découvertes extraurbaines ou suburbaines permettent de prendre la mesure des cultes et des sanctuaires repérés dans la cité même, elles offrent aussi un éclairage supplémentaire aux ensembles religieux qui ont été reconnus autour du lac de Bolsena, dans la dépendance plus ou moins étroite de Volsinii/Velzna, ainsi qu’aux sanctuaires de la ville de Volsinii translatée à Bolsena après les événements de 264 a.C. C’est l’objet de l’essai de P. Tamburini que d’en illustrer la consistance et la variété.

32Il s’agit de savoir d’abord quels types de sanctuaires se sont établis autour du lac de Bolsena. Il semble qu’ils étaient pour la plupart en position extra-urbaine, ce qui veut dire en position externe aux formes d’habitats (castella) explorées. C’est le cas de la structure en tuf (probable temple datable du IVe siècle) de S. Donato près de Civita Grotte di Castro et du temple de Monte Landro près de S. Lorenzo Nuovo (dont la vie est attestée entre Ve et IIIe siècles a.C.), de Poggio Pesce et Poggio Battaglini et de San Arcangelo près de Bolsena, de la Piana del Lago sur la rive lacustre de Montefiascone. Même la position des sanctuaires de la seconde Volsinii, Poggio Casetta et Pozzarello semblent en position excentriques dans le tissu habitatif.

33À Monte Landro les recherches les plus récentes (Maggiani-Pellegrini) ont reconnu que le temple est à l’intérieur d’un téménos en blocs de tuf posés en échiquier. Ici aussi on a prêté grande attention à l’affleurement naturel d’un bloc d’origine volcanique que l’on a sacralisé. Les divinités pourraient être Hercle (Héraclès) en raison de la présence d’une massue votive et peut-être Minerve, en raison de la dédicace de poids de métiers à tisser.

34Pour les temples de Poggio Casetta et de Pozzarello nous avons déjà évoqué un certain nombre de problèmes en rendant compte de l’essai de P. Gros (supra). Tamburini examine encore d’autres temples que de récentes explorations ont permis de mieux encadrer : celui de Poggio Pesce qui semble un petit temple de nécropole dont la vie se déroule entre fin VIe et fin IIIe s. a. C. et qui n’est pas sans rappeler, avec son bothros et ses autres aménagements cultuels, le sanctuaire de Cannicella. Récemment E. Pellegrini a proposé de reconnaître (proposition suggestive contestée à tort, nous semble-t-il, par V. Jolivet) comme éléments du revêtement de ce temple des plaques ornées de têtes de Charon et de Vanth (deux entités divines en rapport avec l’Outre-Tombe) qui marquent ainsi une phase du IVe s. de cet édifice et permettent de soulever à son propos le problème du castellum ou des habitats qui précédèrent sur les lieux la cité translatée de Volsinii en 264 a. C. Un autre temple à l’intérieur de l’enceinte de la deuxième Volsinii a une certaine importance, celui du Poggetto qui devait être construit en blocs de tuf, présentait des chapiteaux composites en nenfro et auquel appartenait vraisemblablement la tuile marquée [velth]urs : aplus conservant le nom théophore (voir Colonna) de l’artisan. Ce temple de la nouvelle Volsinii était vraisemblablement dédié à un Tinia catachtonien puisqu’on a trouvé près de son emplacement des objets votifs dont une charrette agricole en bronze et une série de petits autels à cavité interne dédiés à Tinia tinscvil, offrant un bel exemple de continuité avec les cultes de la première Velzna (Orvieto). Tamburini examine aussi la question des cultes attestés à Poggio Moscini, avec des considérations qui recoupent celles de P. Gros. On ne peut que douter, cependant, contrairement à ce que pense l’a., des conclusions de Jolivet et Marchand sur les liens entre le petit temple de Vénus où fut trouvée la plaque en terre cuite avec Éros, le culte de Dionysos et la salle souterraine : le hiatus paraît total en ce qui concerne les terrasses, les contextes architecturaux et stratigraphiques ainsi que les styles des objets. Tamburini examine ensuite le problème de l’édifice trouvé à Pescara sur la rive du lac, localité riche en sources, où ont été trouvées des terres cuites appartenant vraisemblablement à un complexe religieux : que cet édifice soit à identifier, comme pense l’a., avec les vestiges du complexe où se tenaient les jeux du fanum Voltumnae répliqués à Bolsena est rien moins que sûr si l’on songe à l’emplacement du site de Pescara, au caractère des vestiges jusqu’à présent identifiés et à la nécessité d’un théâtre pour les ludi scaenici.

35D’autres lieux sacrés non loin de Bolsena ont été repérés, certains en rapport avec les phénomènes d’origine volcanique, comme à Pietre Lanciate où semble exister une structure du IIIe s. a.C. À quelques km au sud de Bolsena, on atteint ensuite la localité S. Arcangelo où des enquêtes récentes ont identifié un lieu de culte datable au IIe s., orné de plaques avec Éros comparables à celles du petit temple de Poggio Moscini : le contexte indique un culte des eaux, comme à Bolsena où le temple fut oblitéré par le nymphée postérieur de la domus, mais ici comme à Bolsena, la conclusion qu’il s’agisse d’un culte dionysiaque mérite plus ample réflexion.

36On aborde ensuite le problème de Civita Fosso d’Arlena dont l’habitat fut exploré par R. Bloch qui y reconnut un temple archaïque construit en blocs de tuf disposés en échiquier. Mais tant la chronologie archaïque proposée par Bloch que l’identification du temple (en réalité, selon Colonna, probablement une résidence) sont à revoir, même si les différentes phases (archaïque et hellénistique) de ce castellum volsinien méritent encore d’être mieux éclairées, en rapport avec la topographie historique des hauteurs qui concoururent à son développement et à la possibilité réelle de l’existence de lieux de culte en rapport avec les sources, tant en liaison avec les nécropoles (voir supra : nécropole de Turona et dépôt votif) que sur la portion même de l’habitat exploré partiellement par R. Bloch.

37Le dernier site examiné est le complexe (20 m x 50 m) de Montefiascone (Piana del Lago) exploré par I. Berlingo et V. D’Atri. Un sacellum (a) appartient à la première phase qui, par l’ornement architectural semble montrer la part croissante des modèles coroplastiques volsiniens (Orvieto) vers la fin du Ve s. a.C. Ce sacellum fut restructuré à l’époque hellénistique tardive (IIIe-Ier s. a.C.) au moment de l’implantation d’un grand mur de téménos en blocs de tuf disposés en échiquier, délimitant un espace ouvert vers le nord et bordé en est et au sud d’un portique (b). Un second sacellum (c) appartient au contraire à l’époque hellénistique haute (IVe -IIIe s.). Il semble avoir été le centre d’un culte de type salutaire (attesté par des ex-voto anatomiques) et présente plus d’un point de comparaison avec l’enclos du Pozzarello à Bolsena. Comme le note justement P. Tamburini, ce sanctuaire au sud du Lac, comme son vis-à-vis de Monte Landro, au nord, marquent l’arc de domination et d’influence de Volsinii. Mais on est aussi frappé des différences de niveau entre les cultes des « domini » (incarnés dans la complexe théologie de Tinia-Jupiter qui survit à Bolsena) et les formes populaires et subordonnées de la dévotion adressées à Selvans, ou à différentes divinités des eaux et de la terre titulaires de ces sanctuaires.

Témoignages épigraphiques

38Cette section comprend deux essais : le premier sur l’épigraphie de Volsinii étrusque (qui examine aussi les inscriptions sur vases en étrusque trouvées à Bolsena/Poggio Moscini, fouilles de l’EFR) ; le second sur la Volsinii nouvelle, essentiellement l’épigraphie latine de Bolsena et de ses alentours immédiats.

39A. Maggiani rappelle en commençant l’existence de plus de 600 inscriptions à Volsinii qui se présente comme l’un des centres où l’écriture a connu une floraison remarquable et se dénote, à ses débuts par des caractères méridionaux dans la transcription de certains phonèmes, comme la sibilante continue, la sibilante palatalisée, et le kappa (avec ses variations : kappa, gamma, qoppa selon la voyelle d’appui). Ainsi les écritures attestées, par exemple à la fin du VIIe s. à Sferracavallo près d’Orvieto, ou encore à Castro, présentent des sibilantes à 4 traits comparables à leurs homologues de Véies, de Cerveteri et de l’ager Faliscus. Cependant ces premières manifestations d’écriture cèdent la place aux graphies « normalisées » des inscriptions lapidaires archaïques de la cité, connues essentiellement à travers les épitaphes (VIe s.-premier quart du Ve s. a.C.) : 140 textes environ. Selon les recherches de G. Colonna et de l’a., l’écriture la plus courante (qui présente entre autres signes, le sigma rétrograde, tau et alpha avec transversale descendante, ypsilon en forme de V et thêta ovale pointé ou vide) suit un modèle qui fut inauguré à Cerveteri mais eut son véritable successeur dans la zone de Vulci pour s’étendre ensuite vers l’Étrurie centro-septentrionale et connaître à Volsinii un certain nombre d’adaptations que l’on note par exemple sur l’architrave de la tombe d’Avele Metienas avec sigma à trois traits rétrograde (vers 560-550 a.C.) ou encore sur le cippe de Latin-[--]kailes. La chronologie de certains changements scripturaux peut s’établir à partir de l’épitaphe de deux époux Aranth Flavienas et Larthai Camus qui, datable dans la seconde moitié du VIe, reflète la réforme généralisée de l’écriture connue en milieu méridional.

  • 14 Sur la signification de cette tombe et de son riche matériel voir Massa-Pairault 2007.

40L’a. se devait peut-être d’indiquer de façon encore plus nette les phénomènes de standardisation de l’écriture qui accompagnent la représentation « égalitaire » en acte dans les nécropoles du VIe s., phénomènes d’autant plus remarquables qu’il recouvrent parfois une diversité de composantes ethniques dans la cité indiquée par l’onomastique. Mais il préfère se concentrer, parmi ces apports allogènes, sur ceux que la diversité des signes scripturaux permet de considérer comme des exceptions : ainsi le cippe de Larth Cupures Aranthia qu’il propose de lier au milieu de Véies14, ou encore les inscriptions de Velthur Skanesnas et Aranth Laricenas Velchaes, que le thêta à croix fait appartenir à la tradition de Clusium (Chiusi). A. Maggiani conclut cette partie en rappelant que les inscriptions des sanctuaires (comprise celle de Kanuta Larecenas au fanum Voltumnae) suivent le modèle des mêmes ateliers d’écriture que ceux de la nécropole.

41Mais, demandons-nous, l’écriture fut-elle unifiée par l’unité religieuse de la ville autour de ses sanctuaires, par une norme civique (classis), par une autorité politique (Porsenna à Rome est « rex cum scriba ») ? D’Orvieto, nous rappelons-nous, provient l’un des plus remarquables « stylos » de scribe en bronze orné d’une figure de style ionien (vers 520 a.C.).

42L’a. passe ensuite à l’écriture de la moitié du Ve s. au début de l’époque hellénistique. Une écriture régularisée avec my comprenant hastes verticales unies à leurs extrémités, comme sur le vase attique appartenu à Alveth(na)nas ou sur encore nombre d’objets de l’instrumentum en bronze du IVe s. a.C. On constate, également pour cette époque, la présence d’inscriptions portant trace de l’influence des écritures septentrionales. Mais plus intéressant sur le plan social semble le fait, découvert par l’a., que dans la tombe Golini I les oiketai-serviteurs ont leurs noms en écriture cursive, les domini en écriture « noble » d’Orvieto/Velzna.

  • 15 Massa-Pairault 1985 c, p. 79-87.

43Pour l’époque hellénistique, l’a. passe trop brièvement sans doute sur la continuité Orvieto-Bolsena en ce qui concerne les cippes funéraires, qui sont un vrai marqueur de la mémoire historique de la société normalisée égalitaire remontant à l’époque archaïque, même dans les conditions changées de fin IVe-IIIe s. a.C. dans la cité, même après la translation des habitants à Bolsena15.

  • 16 Massa-Pairault 1985 a ; Massa-Pairault 1985 b.

44L’a. examine de nombreux exemples de l’écriture « carrée » de cette époque avec ses particularités graphiques, à partir d’exemples provenant des castella volsiniens comme de Bolsena. Il donne enfin (fig.20) un tableau des principales marques sur l’enceinte urbaine de Bolsena, sans autre commentaire qu’une référence à E. Pellegrini qui date ces marques à la moitié du IIIe s. (ce qui introduit un élément de contradiction avec d’autres hypothèses présentées dans l’essai de P. Gros (supra). Enfin, toujours de Bolsena, les inscriptions essentiellement du IIe siècle, notamment de potiers qui continuent à proclamer leur origine de Velzna (Velznalthi) sont passées en revue : un oubli en ce qui concerne l’inscription de ce type que nous avons publiée en 1985 dans SE16.

45L’essai de Ph. Mauget prend en compte les inscriptions latines de la nouvelle Volsinii. Il s’agit d’une revue très solide de l’ensemble des témoignages classés selon les critères du CIL, mais également soucieuse d’aborder des problèmes socio-historiques, comme le développement des fundi et de la propriété, la circulation des élites administratives impériales ou la question de l’évergétisme.

46L’a. examine d’abord les premières inscriptions latines connues où l’on note sur cippe de type volsinien ce phénomène (la date, antérieure ou non à 90 a.C., serait intéressante à déterminer) et les premiers témoignages sur le personnel administratif du municipium, comme L. Cominius (sur l’origine, remarquable nous semble la référence onomastique à. étr. Cumni connu à Chiusi), identifié au constructeur du théâtre, et L. Vinulleius (h)arispex ex sexaginta dont le titre renvoie certainement à la réorganisation augustéenne des XV populi Etruriae, étudiée par Torelli.

47La considération des limites de la cité est ensuite abordée, i.e. les limites administratives que suggèrent l’appartenance de Bolsena à la tribu Pomptina. Le nom des IV viri laisse parfois aussi transparaître l’origine étrusque comme L. Spurinna (époque augustéenne) et remarquable est souvent leur insertion dans le cursus honorum romain (omnibus honoribus functis) et les ordines.

48Un autre chapitre s’ouvre avec la question des « patroni » de rang sénatorial de l’époque impériale, comme L. Caecina L. f. qui finança le pavement de rues de la cité, avec les IV viri qui payèrent le theatrum et proscaenium (supra) ; peut-être L. Seius Strabo est-il le préfet d’Égypte auquel on doit le financement des thermes près du forum. Et cette forme d’évergétisme continue jusqu’à l’époque tardo-antique avec Maecius Paternus (IVe s. d. C), curator de la cité et restaurateur des thermae Tusciani.

  • 17 Massa-Pairault 1998.

49Au-delà de la sphère municipale, les inscriptions offrent encore des témoignages importants sur les hommages à la famille impériale ainsi que sur le monde des senatores et chevaliers impliqués dans le patronat de la cité et l’évergétisme. Certains recoupements avec le paragraphe précédent ne sont pas ici évités. Le prince de la jeunesse (L. Caesar), l’impératrice Faustine, M. Aurèle, L. Verus, et Caracalla qui reçoit le double hommage du peuple et du sénat de la cité sont, au fil du temps, au centre des hommages rendus à la famille impériale. Sur Pompeius Vopiscus Arruntius Celer Allius Sabinus et la base honorifique sur le forum de Volsinii de ce protecteur de Carthage et de Volsinii, publiée par P. Gros, la bibliographie est déjà immense et sur ce cas comme pour d’autres cas, ainsi ceux de C. Manilius, L. Aconius, ou L. Seius Strabo, l’a. offre de justes commentaires. Pour la famille des Rufii (cf. étr Ruvfie), Rufius Festus Avienus mérite à l’époque tardive et en raison de sa dévotion à Nortia et au « Lare » de la cité un plus long commentaire (voir notre étude à ce propos17).

50Aussi l’a. aborde-t-il justement le panorama religieux de la cité en commençant par citer ce personnage. Il passe ensuite à d’autres dédicaces aux divinités, Juppiter Ciminius (prolongement à l’époque romaine d’un culte qui pourrait même remonter à l’âge du Bronze sur les Monts Cimini (voir supra l’essai de L. D’Erme) ainsi que Silvanus, Ceres et Bona Dea.

51Ces dernières divinités sont particulièrement en rapport avec la gestion des fundi auxquels l’a. consacre deux paragraphes dans un effort d’identification des domaines à travers le territoire : propriétés gérées par des liberti impériaux à Castiglione in Teverina, noms de l’élite locale dans l’aire de Bagnoregio ou de Pagliano, ou encore à Bolsena (S. Arcangelo), les Canuleii connus par un mausolée identifiés par Timperi.

52Les deux derniers paragraphes examinent principalement le cas des soldats d’origine volsinienne qui prêtèrent service dans les cohortes impériales et l’épigraphie d’époque chrétienne dont J- Ch. Picard (non cité) avait naguère abordé l’étude. Au total, Ph. Mauget offre un panorama bien construit de l’épigraphie latine de Bolsena et de son territoire qui donnera lieu à de futurs développements.

53Nous donnons, pour terminer, un résumé du catalogue illustrant le parcours des expositions coordonnées qui ont permis de revoir des pièces souvent dispersées et d’accès difficile, comme elles ont illustré les découvertes archéologiques les plus récentes.

Catalogue (résumé)

Orvieto, Musée de la Fondation Faina

54Della Fina présente les dessins, d’un grand intérêt, des tombes peintes exécutée par V. Cozza et O. Amici au XIXe siècle ; S. Rafanelli illustre le matériel de la recherche archéologique, en particulier les cippes figurés en pierre (du VIIe au VIe s. a.C.) de la nécropole, des antéfixes et un bronze votif (IIIe-IIe s. a.C.) de l’ex-collection Kircher avec inscription latine (C. Pomponios Virios) provenant d’ Orvieto, ainsi que le fameux autel à Tinia tinscvil trouvé sous le Duomo.

Orvieto, Musée national

55P. Binaco illustre les matériels de Velzna et du territoire sous son étroit contrôle : une tombe à Fossa dell’Arcone (VIIIe s. a.C.) ; le matériel de la tombe K 212 de Tufo del Crocefisso (Orientalisant antique) ; ceux de Piazza del Mercato (fin VIIe-début VIe s. caractérisés par des bucchero volsiniens et des céramiques étrusco-corinthiennes ; les matériels de Monte Mellonta (VIIIe- VIIe s. a.C.), puis de la tombe K 237 de Crocifisso del Tufo (seconde moitié VIes. a.C.) où l’on note un aryballe laconien et un couvercle en bucchero avec têtes féminines plastiques dénotant l’influence de Chiusi. L’époque hellénistique est principalement représentée par du matériel de Castellonchio (casque à bouton, situles et autres bronzes du service de table typiquement volsiniens, plaquette en or avec personnages féminins ailés, démons selon nous en rapport avec le mariage) ; suit le matériel de même époque, attribuable au IVe-IIIe s. a.C., des nécropoles de Monte Cavallo (strigiles, céramiques étrusques à fig. rouges, certaines du groupe Clusium ; le matériel inédit, enfin, de la tombe Hescanas (comportant des tessons de kylikes étrusques à fig. rouges de la 2e moitié du IVes. a.C.

Castiglione in Teverina, Museo del Vino

56L’habitat de Poggio Sermugnano et sa nécropole sont illustrés par M. L. Arancio, O. Cavallo, F. Cosimi, N. Insolvibile, M. Peciarelli. Les tessons de la reconnaissance archéologique s’échelonnent du Bronze final aux périodes orientalisante et archaïque. La nécropole a livré des tombes à chambre dont l’apparition au VIe siècle est liée avec la montée en puissance d’Orvieto (attestée ente autres par des bucchero de fabrication volsinienne et des vases étrusco-corinthiens).

S. Lorenzo Nuovo, Palazzo Comunale

57Le sanctuaire de Monte Landro, récemment fouillé, ainsi que son matériel sont présentés par C. Rampazzo : on note en particulier les terres cuites architecturales de fin Vs.qui marquent l’influence d’Orvieto, ainsi que la massue votive permettant d’attribuer le culte à Hercle ; L. Ambrosini présente la tombe de la Colonna et son matériel échelonné entre la fin du Ve et le IVe s. a.C. (les céramiques attiques comme leurs substituts étrusques au IV e s. montrent bien comment agit l’influence d’Orvieto, mitigée parfois par l’emprise des produits de l’Étrurie côtière (Tarquinia, Vulci).

Grotte Di Castro, Museo Civita

58V. Re et E. Pellegrini présentent les matériels des tombes à cercles de la nécropole de Vigna La Piazza à Civita Grotte di Castro (voir supra essai de E. Pellegrini) ; pour l’époque hellénistique, M. Sannibale, illustre le matériel de Casale Cento Camere au Musée du Vatican qui comprend de remarquables bronzes volsiniens et des miroirs datables entre la fin du IVe et le début du IIIe siècle a.C., précieux témoignages de l’ultime opulence des castella volsiniens avant la conquête romaine.

Bolsena, Palazzo Monaldeschi

59L’exposition comprend les matériels des IVe-IIIes. a.C. des fouilles de l’EFR à « Turona », trouvés par R. Bloch et réexaminés par S. Palmieri, V. Re, J. Tabolli ; les mêmes a. font la présentation de la nécropole archaïque de Turona comprenant l’autel à coupoles pour libations funéraires (buccheri de la première moitié du VIes. a.C.) ; enfin ils illustrent le dépôt votif de Turona comprenant des buccheri et du matériel étrusco-corinthien datables entre fin VIIe et VIe s. a.C . ; suit la présentation de matériels inédits du forum romain provenant des fouilles de l’EFR à Poggio Moscini. A. Barbet, A. Bertrand, E. Botte, C. Courrier présentent fresques, statues en marbre, objets de l’instrumentum en bronze ; R. Pellegrini rappelle l’existence de vases argentés datables au IVe s. au Poggio Pesce de Bolsena et il présente aussi le matériel archaïque de Madonna del Giglio a Bolsena, qui fait naître l’hypothèse de structures habitatives dans ce secteur dans la deuxième moitié du VIe s. a.C. Mais les fréquentations (cf. scarabée égyptien du VIIIe s. a.C.) pourraient remonter à la période orientalisante ancienne.

Rome, Museo nazionale di Villa Giulia

60Le musée abrite une exposition centrée sur les cultes et les rites à Volsinii , mais riche aussi d’autres matériels. Après l’introduction d’E. Pellegrini sur les sanctuaires et lieux de cultes, suit la présentation de S. Rafanelli sur les céramiques typiquement volsiniennes du « groupe d’Orvieto » (arch.) et du « groupe de Vanth » (IVe s. a.C.) ; à l’époque impériale romaine nous conduisent les pièces du Poggio Moscini étudiées par A. Ambrogi et I. Caruso qui identifient les portraits de Constantin et de Domitia Longina ; I. Caruso illustre les intéressantes pièces originaires de Volsinii-Bolsena dans la collection Castellani ; une section sur les vases en céramique argentée (IVe-IIIe s. a.C.) est présentée par M. S. Pacetti ; le matériel d’une tombe provenant de la collection Castellani illustre la beauté des vases de bronze de Volsinii-Orvieto (IVe s. a.C.).

61Viennent les offrandes votives, en particulier le matériel du sanctuaire de Pozzarello à Bolsena ; en outre sont exposés un autre bronze de Bolsena, d’un sanctuaire de Selvans Enizpeta (supra) et le char agricole de Melona ; ces objets (IIIe-IIes. a.C.) et leur problématique sont présentés par A. Maggiani, M. S. Pacetti , E. Pellegrini et S. Rafanelli.

62On passe enfin aux terres cuites architecturales décorant les temples : S. Rafanelli réexamine les terres cuites Saulini (fin IIIe-début IIe s. a.C.) et leur importance fondamentale pour comprendre la théologie volsinienne ; elle illustre enfin les plaques de la collection Signorelli avec figures de Charon et de Vanth (supra) attribuées par E. Pellegrini au sanctuaire de la nécropole de Poggio Pesce à Bolsena (commençant aux IVe- IIIe s. a.C.).

Conclusion

63Il nous semble que la série d’initiatives qui a donné lieu à ce riche volume, comme le nombre et la qualité des différentes contributions scientifiques qu’il rassemble méritaient un long commentaire qui, parfois, s’est fait critique. Nous espérons n’avoir oublié aucun de ceux qui ont concouru à la réalisation du livre et aucun des protagonistes des débats qu’une recherche archéologique recouvrant autant de domaines peut susciter. Au-delà de son intérêt intrinsèque pour l’étude de l’Antiquité, « ce territoire, comme déclara l’un de ceux qui furent invités à parler à l’inauguration des expositions précitées, nous l’avons aimé et nous l’aimons ». Peut-être les congrès de la fondation Faina d’Orvieto organisés par G. Pugliese Carratelli ne sont-ils pas étrangers à la naissance de ces exigences scientifiques comme aux manifestations que comporte, ou doit comporter, une telle tradition d’amitié.

Haut de page

Bibliographie

*Orvieto Bolsena 2013 = Da Orvieto a Bolsena : un percorso tra Etruschi e Romani (a cura di Giuseppe M. Della Fina e Enrico Pellegrini), Catalogue des expositions : Rome (Museo Nazionale etrusco di Villa Giulia), Orvieto (Museo « Claudio Faina »), Orvieto (Museo Archeologico Nazionale), Bolsena (Museo territoriale del Lago di Bolsena), Grotte di Castro (Museo Civita), San Lorenzo Nuovo (Palazzo Comunale), Castiglione in Teverina (Museo del Vino)-24 avril 2013-3 novembre 2013, Pisa, 2013.

Buchicchio 1970 = T. F. Buchicchio, Note di topografia antica sulla Volsinii romana, dans MDAI (R), 72, 1970, p. 19-45.

Fanum Voltumnae 2012 = G. Della Fina (éd.), Il Fanum Voltumnae e i santuari comunitari dell'Italia antica [Atti del XIX convegno internazionale di studi sulla storia e l'archeologia dell'Etruria], dans Ann.Faina, XIX, 2012.

Massa-Pairault 1983 = F.-H. Massa-Pairault, Problemi di lettura della pittura funeraria di Orvieto dans Lettura e interpretazione della produzione pittorica dal IV sec. all'ellenismo[Congresso internazionale, Acquasparta, 1983], dans DdA II, 1983, p. 19-42.

Massa-Pairault 1985 a = F.-H. Massa-Pairault, Note sur une inscription de Bolsena, dans SE 52, 1985 (REE n° 6).

Massa-Pairault 1985 b = F.-H. Massa-Pairault, Une récolte de céramique à Bolsena et l'inscription d'un potier volsinien [avec une analyse de M. Picon], dans MEFRA, 97, 1985, p. 923-950.

Massa-Pairault 1985 c = F.-H. Massa-Pairault, Recherches sur l’art et l’artisanat étrusco-italiques à l’époque hellénistique, Rome, 1985 (BEFAR, 257).

Massa-Pairault 1986 = F.-H. Massa-Pairault, En quel sens parler de la romanisation du culte de Dionysos en Étrurie ?, dans MEFRA 99-2, 1986, p. 573-594 [Actes de la Table ronde internationale organisée par l’EFR : Bolsena et la romanisation de l’Étrurie].

Massa-Pairault 1987 = F.-H. Massa-Pairault, De Préneste à Volsinii : Minerve, le fatum et la constitution de la société, dans PdP, 234, 1987, p. 200-235.

Massa-Pairault 1988 = F.-H. Massa-Pairault, La tombe Giglioli de Tarquinia ou l'espoir déçu de Vel Pinie : un tournant dans la société étrusque, in Studia Tarquiniensia, Rome, 1988, p. 69-97.

Massa-Pairault 1992 a = F.-H. Pairault Massa, Iconologia e politica nell’Italia antica, Milan, 1992 (Biblioteca di archeologia 18).

Massa-Pairault 1992 b = F.-H. Massa-Pairault, Stili e committenza nei cicli figurativi di età repubblicana, dans M. Torelli et C. Masseria (éd.), I cicli figurati fittili di età repubblicana, [Congresso internazionale, Chianciano -Sienne], dans Ostraka, II.2, 1992, p. 243-268.

Massa-Pairault 1998 = F.-H. Massa-Pairault, Regards sur Volsinii. Variations sur la survivance de la culture étrusque, dans L. Aigner Foresti (éd.), Die Integration der Etrusker und das Weiterwirken etruskischen Kulturgutes im republikanischen und Kaiserzeitlichen Rom, Vienne, 1998 (Oesterreich.Akad., SBph 658), p. 421-434.

Massa-Pairault 2000 = F.-H. Massa-Pairault, La struttura sociale e la questione dei servi dans M. Torelli (éd.), Gli Etruschi [catalogue de l’exposition, Venise, Palais Grassi, novembre 2000], Milan, 2000, p. 255-271.

Massa-Pairault 2007 = F.-H. Massa-Pairault, La domanda di ceramica attica e l’autorappresentazione dei principes etruschi, dans F. Giudice & R. Panvini (éd.), Il Greco, il Barbaro e la ceramica attica : immaginario del diverso, processi di scambio e autorappresentazione degli indigeni [Atti del convegno internazionale di studi, 14-19 maggio 2001, Catania, Caltanissetta, Gela, Camarina, Vittoria, Siracusa], Catania, 2003-2010 (Monografie della Scuola di specializzazione in archeologia dell'Università di Catania, 1-4), vol. 4, 2007, p. 45-55.

Haut de page

Notes

1 Voir abréviations bibliographiques.

2 Massa-Pairault 1983 ; Massa-Pairault 2000.

3 Buchicchio 1970, p. 43.

4 Pour plus de détails, Strazzulla, Rafanelli et nos propres recherches Massa-Pairault 1992 b (avec appendice sur les cultes et le sanctuaire de Pozzarello).

5 Sur ce temple et la discutable hypothèse de Jolivet et Marchand, voir infra.

6 Cf. nos recherches et celles de J.-M. Pailler, toutes exposées au Musée du Castello de Bolsena.

7 Massa-Pairault 1986.

8 Massa-Pairault 1985 c, p. 42-47.

9 Synthèse de la question dans Massa-Pairault 1992 a, p. 103-105.

10 Massa-Pairault1992 a, p. 102-103, fig. 80 et 82.

11 Massa-Pairault 1987.

12 Massa-Pairault 1988.

13 Massa-Pairault, intervention au Congrès de la Fondation Faina de décembre 2011 (Il Fanum Voltumnae e i santuari comunitari dell’Italia antica) que nous n’avons pas eu l’honneur de voir publiée. Voir Fanum Voltumnae 2012.

14 Sur la signification de cette tombe et de son riche matériel voir Massa-Pairault 2007.

15 Massa-Pairault 1985 c, p. 79-87.

16 Massa-Pairault 1985 a ; Massa-Pairault 1985 b.

17 Massa-Pairault 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise-Hélène Massa-Pairault, « Entre Orvieto et Bolsena », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 126–2 | 2014, mis en ligne le 18 décembre 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://mefra.revues.org/2584 ; DOI : 10.4000/mefra.2584

Haut de page

Auteur

Françoise-Hélène Massa-Pairault

Directrice de recherches émérite au CNRS – fhpm[at]inwind.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org