Navigation – Plan du site
Varia

Le tablier de Gruterus : jeu de faussaire ou jeu chrétien ?

Réflexions autour d’une tabula lusoria tardo-antique (CIG, IV 8983)
Vincent Goncalves

Résumés

L’Antiquité tardive est marquée par des mutations socio-culturelles desquelles ne réchappe pas la sphère du ludique. Nous abordons ici ces évolutions à travers l'exemple d'une inscription grecque de Rome issue du CIG IV, 8983 dont l'authenticité a pu être discutée. Il s’agit d'après nous d’un tablier de jeu dont l'authenticité nous paraît devoir être acceptée, et qui semble particulièrement significative des évolutions en cours entre le IVe et le VIIe s ap. J.-C. Après l’évocation des différentes sources manuscrites présentant cette inscription, nous formulerons les hypothèses plus précises qui peuvent être suggérées à propos de cette tabula lusoria. Enfin, nous nous efforcerons de replacer cette inscription dans son contexte historique et culturel.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous remercions ici Thomas Drew-Bear pour ses remarques, ainsi que Ginette Vaggenheim pour ses réflexions et ses encouragements concernant la tradition manuscrite de l’inscription. Cet article aura grandement bénéficié de leurs remarques et de leur amabilité.

Texte intégral

  • 1 Mayeur 1995, p. 704-707. Il semble significatif que trois pages seulement soient consacrées à la ch (...)

1Le lusus domestique romain n’a jamais suscité d’intérêt particulier chez les historiens de l’Antiquité tardive. Aussi considérer la tabula lusoria comme un objet d’étude singulier pour une approche de l’évolution des « styles de vie » du vulgum pecus d’alors pourrait sembler futile, voire suspect1. Pourtant, il semble judicieux de s’intéresser à l’évolution ludique au cours des derniers siècles de la culture antique et de revenir sur un dossier inédit. L’exemple de la tabula répertoriée par le CIG, IV, 8983 nous semble pertinent et peut constituer un cas d’école, qui soulève un problème volontairement esquivé.

  • 2 Outre les exemples bien connus des tabulae lusoriae gravées de Timgad ou du forum républicain de Ro (...)

2Il n’y a pas lieu de revenir ici sur l’importance des tabliers de jeux, si ce n’est pour en rappeler l’omniprésence dans le paysage urbain de la société romaine2. Si aucune étude n’a dressé un inventaire exhaustif des tabulae lusoriae connues dans le monde romain, il faut remarquer que l’abondance de la documentation est aussi remarquable que sa dispersion.

  • 3 Quelques exemples en CIL VIII, 7998 ; XI, 6729, 1 ; AE, 1930, 68 ; 1946, 147 ; 1949, 82 ; 2001, 463 (...)

3Nous évoquerons plus particulièrement la tabula dédiée au duodecim scripta. Ce jeu, souvent mentionné, suivait des règles encore obscures, mais il semble désormais établi qu’il constituait l’ancêtre du tric-trac et de l’actuel backgammon. La tabula se caractérise par trois rangées de douze emplacements équitablement séparés, soit 2 x 6 stationes juxtaposées sur trois niveaux. Il est remarquable que les Romains recoururent davantage aux lettres qu’aux cases ou des bandes de placement de pions. Dès lors, le duodecim scripta était également un jeu littéraire qui offre à l’épigraphiste des séries de dédicaces souvent reprises en formules usuelles, telles que « ludere nescis »3 ou « hostes vincti » (fig. 1)

Fig. 1 – Tabula lusoria de facture classique.

Fig. 1 – Tabula lusoria de facture classique.

Trèves ; h. 45 cm x l. 70 cm.

CIL XIII 3865 ; ILS 8626b ; RIC I, 39.
© Benediktinerabtei St. Matthias Trier, Th.
Zühmer

Le tablier de Gruterus : état de la question

  • 4 Sur les tabliers de jeux grecs, se reporter notamment à Austin 1940, p. 257-278.

4Très différente est la tabula du CIG IV 89834. Celle-ci est composée de douze bandes horizontales divisées par une section barrée, et l’inscription est disposée dans le sens de la hauteur, à l’inverse des tabulae lusoriae de période classique. Les caractères grecs qui la composent occupent presque toute la hauteur et semblent superposés à différentes bandes inscrites, ainsi qu’à la section centrale. Au centre de l’inscription figure une croix latine. Juste en dessous de cette dernière se trouve un motif en cloche sur lequel figure une étoile à cinq branches (fig. 2).

Fig. 2 - CIG, IV, 8983.

Fig. 2 - CIG, IV, 8983.

© Goncalves

5Nous restituons l’inscription ainsi :

  • 5 τὰ βόλια pluriel neutre de to bolion.

ὧδε παίζονται
εἰς τὰ βόλια5
Ἰ(ησοῦ)ς Χ(ριστὸ)ς
νικᾷ
Κ(ύρι)ε βοῆθει τοῦ ἐγράψαντος
καὶ παίζοντος εἰς τὰ βόλια
Ἀμήν

« Ici / on joue / aux dés. / Jésus Christ / est vainqueur. / Seigneur, porte secours / à celui /qui a écrit / et qui joue / aux dés. / Amen ».

  • 6 Nous remercions ici Bernadette Cabouret pour ces remarques.
  • 7 Nous reprenons ici la numérotation fournie par le CIG.

6Une correction a été proposée par les éditeurs du CIG qui ont pris παι πεζοντ[ο]ς pour πεζοντες que l’on lit sur le manuscrit. En effet le verbe boèthéô se construit avec le génitif, d’où la correction, mais il paraît préférable de laisser ce participe au nominatif pluriel dans la syntaxe approximative d’origine6. Ainsi, le texte illustre autant l’idiolecte que le style propre de l’auteur. L’élision de παίζοντ[αι] (l. 1-2)7 en donne un exemple parmi d’autres. On soulignera également la variation entre la forme τὰ βωλια (l. 2-3) et le τὰ βόλια (l. 9-10), sur laquelle nous reviendrons.

  • 8 Romae « in tabula marmorea reperta in piscina publica, prope armilustrium in vinea » Gruterus p. MX (...)

7La notice qui l’accompagnait ne fournit aucune dimension et l’indication de provenance reste imprécise, l’inscription n’ayant pas été visualisée. La raison en est simple : la tabulea marmorea n’est pas parvenue jusqu’à nous et les éditeurs du CIG ont reproduit cette inscription à partir d’un autre recueil, celui de « Gruterus ». Ils mentionnent également l’existence d’une copie de l’inscription repérée au folio 91b du Codex Pighianus8.

  • 9 Se reporter à Van Hulst 1847.
  • 10 Inscriptionum romanarum corpus absolutissimum ingenio et cura Jani Gruteri, auspiciis Jos. Scaliger (...)

8L’humaniste Janus Gruterus (ou Jan Gruytere, 1560-1627), originaire des Pays-Bas, était un épigraphiste renommé qui s’était formé au droit à Cambridge puis à Leyde. Nommé professeur à Wittenberg en 1592, il devint conservateur à la Bibliothèque Palatine en 1602 où il publia l’un des plus importants corpus épigraphiques de son temps, dont l’importance justifia plusieurs rééditions9. C’est cette compilation du début du XVIIe siècle qui constitue donc la principale source du CIG (fig. 3)10. L’inscription, telle qu’elle se présente dans le Corpus inscriptionum romanarum de Janus Gruterus, se révèle globalement identique à la représentation produite par les éditeurs du CIG, à quelques détails près relevant essentiellement de la qualité de la copie.

Fig. 3 - Inscriptionum romanorum corpus absolutissimum.

Fig. 3 - Inscriptionum romanorum corpus absolutissimum.

J. Gruter, Heidelbergae, bibliopolio Commeliniano, 1616, fig., p. 1049, n° 1.

© BnF.

9Ainsi, le dessin établi par Gruterus présente différemment l’étoile, en donnant au figuré qui l’entoure une forme de cloche ou d’arcade qui peut sembler suspendue à la croix. De plus, l’étoile elle-même est composée de six branches au lieu des cinq qu’illustre le CIG. On l’identifie donc clairement comme une étoile de David.

  • 11 Becq de Fouquières 1869.
  • 12 Bedon 1989, p. 62.
  • 13 Jackson 1877, p. 236-243.

10Ce fac-similé de 1616 fut également repris par Louis Becq de la Fouquières dans un ouvrage de référence consacré aux jeux de l’Antiquité publié en 186911. C’est pourquoi les quelques mentions de cette tabula ont toujours reposé sur cette copie. Celle-ci a notamment pu fournir la reproduction proposée par une revue de vulgarisation archéologique12. C’est sur cette même copie qu’ont porté les différents commentaires de spécialistes du jeu antique. Cette reprise de l’inscription de Gruterus n’est pas sans importance, puisque des hypothèses de reconstitution de règles de jeux antiques ont d’ailleurs été développées sur cette base13.

  • 14 Lamer 1927, XIII, 2 : 1998 ; Ferrua 1948, p. 31 ; Mendner 1978 ; Montesano 1980 : 2238. Si A. Ferru (...)
  • 15 Ficoroni 1734, p. 101-103.
  • 16 Schädler 1995, p. 83-84.

11La question de l’authenticité de l’inscription constitue évidemment l’un des principaux problèmes14. Si l’on met de côté les arguments moraux avancés par certains auteurs, comme Francesco Ficoroni15, les réserves exprimées par Ulrich Schädler semblent les plus pertinentes16.

  • 17 Becq de Fouquières 1869, p. 364.
  • 18 Schädler 1995, p. 83 : « ...and perhaps is not a real game board at all ».

12Trois objections ont notamment été avancées. La première et la plus décisive est le déséquilibre du nombre de champs qui formeraient des bandes de sept et cinq flèches au lieu de l’équilibre nécessaire de six flèches de part et d’autre, pour que le tric-trac soit utilisable. Il s’agit évidemment du point essentiel et c’est pour cette raison que L. Becq de la Fouquières avait avancé l’idée que « l’artisan était un très mauvais joueur de tric-trac ». Cette table de jeu s’inscrirait donc selon lui dans une pure démarche prosélyte. Hypothétiquement gravée par un fervent chrétien, elle n’aurait sans doute pas été destinée au jeu17. Le deuxième argument discréditant l’inscription est la référence aux seuls dés, sans qu’il soit fait état d’autres intrumenta ludiques. Enfin, le fait que l’inscription se tienne sur la largeur de la table et non sur sa longueur fait définitivement de cette tabula un unicum. En somme, Ulrich Schädler fait remarquer à juste titre que cette tabula lusoria ne s’insère dans aucune typologie établie jusque-là. Il en vient donc logiquement à la conclusion que cette inscription, uniquement connue par la transmission manuscrite, est probablement fausse18.

13Ainsi l’absence de l’inscription originelle, le déséquilibre apparent, l’inscription chrétienne et la disposition d’ensemble constituent un sérieux faisceau de preuves qui rend cette inscription éminemment douteuse. Tout paraît faire de cette inscription une monstruosité à ne pas inclure dans les études consacrées au jeu antique, une anomalie singulière qui ne serait d’aucun secours documentaire.

La transmission manuscrite : essai d’interprétation

  • 19 Ms. lat. fol. 61a, fig. 2 (Staatsbibliothek de Berlin). Sur ce codex voir Otto 1868, p. 161-235.
  • 20 Ce dernier correspond en fait aujourd’hui au folio 89v.

14Il apparaît toutefois que le corpus d’inscriptions de Janus Gruterus ne constitue pas l’editio princeps de cette tabula lusoria douteuse. Les éditeurs du CIG signalent en effet qu’il en existe une copie dans le Codex Pighianus qui rassemble les notices épigraphiques de Venandius Pighius (1520-1604)19. Ce codex a donc été théoriquement consulté par les éditeurs puisque le folio 91b est nommément cité20. De plus, les éditeurs avaient bien noté que Janus Gruterus mentionnait sa source. Or celle-ci n’était justement pas le folio de Venandius Pighius. En effet, on peut lire sous son fac-similé : « Grutero ex Metelli schedis Gutenst ». Il semble donc nécessaire d’expliciter cette indication de provenance.

  • 21 Sur le rôle de Gutenstenius dans les premières transmissions de notices épigraphiques, voir Mommsen (...)

15La préface du Corpus inscriptionum romanorum de Janus Gruterus cite nommément trois individus bien identifiés, et qui ont chacun joué un rôle dans la transmission de cette inscription : Stephanus Vinandius Pighius, Leonhardus Gutenstenius ainsi que Ioannes Matalius Metellius. La référence de Janus Gruterus indique qu’il a pris connaissance de cette inscription par le biais de Gutenstenius, lequel avait consulté les scedae de Metellius (génitif), communément appelé Jean Matal21. Janus Gruterus ne semble donc pas avoir eu recours au folio de Pighius, tout comme sa notice suggère qu’il n’a pas eu un accès direct à la copie de cette inscription produite par Jean Matal, et l’intermédiaire de Gutenstenius semble explicite. Il paraît en tout cas assuré qu’il n’a pas eu la tabula lusoria à disposition.

  • 22 Heuseur 2003. Sur les travaux épigraphiques de Jean Matal, se reporter à Crawford 1993, p. 95-111, (...)

16Jean Matal (1517-1597) est souvent considéré comme l’un des fondateurs de la recherche épigraphique. Ce Franc-Comtois formé en Italie fut l’un des meilleurs connaisseurs du droit et de l’histoire de Rome et de Byzance de son temps. Il joua un rôle pionnier dans l’émergence de l’épigraphie scientifique, notamment grâce à son impressionnante collection d’inscriptions grecques et latines22. La Biblioteca Apostolica Vaticana a conservé ses scedae (Vat. Lat. 8495, 6034, 6037-6040). Or, le dépouillement exhaustif de ces scedae a non seulement permis de retrouver la tabula en question, mais d’en observer deux représentations nouvelles et sensiblement différentes (Ms Vat. Lat. fol. 15v et 57r = fig. 4 et 5).

Fig. 4 - Fac-similé d’après VatLat 6040 15v.

Fig. 4 - Fac-similé d’après VatLat 6040 15v.

© Goncalves.

Fig. 5 - Fac-similé d’après VatLat 6040 57r.

Fig. 5 - Fac-similé d’après VatLat 6040 57r.

© Goncalves.

17On le voit, la transmission de la copie de l’inscription peut être reconstituée, mais chaque nouvel éditeur de l’inscription, en produisant des copies légèrement différentes à chaque époque, a introduit malgré lui des variantes sur lesquelles il convient de s’attarder.

18Tout d’abord, la copie du Codex Pighianus (folio 91b des éditeurs = 89v actuel, fig. 6), comme les deux copies du Vat. Lat. 6040, montrent clairement que la croix n’est pas une croix latine, mais une croix grecque aux branches égales. De plus, l’étoile est bien une étoile à cinq branches, soit un pentagramme. Sur ces deux points, les trois folios mis au jour sont parfaitement concordants.

Fig. 6 - Codex Pighianus, folio 89v.

Fig. 6 - Codex Pighianus, folio 89v.

© Staatsbibliothek de Berlin (source : http://census.bbaw.de/​).

19Mais l’élément décisif est que l’équilibre des bandes était en fait respecté, à savoir six de part et d’autre de la barre centrale tel qu’on l’observe sur le Vat. Lat. 6040 57r et le Pighianus 89v. Seul le folio 15v du Vat. Lat.6040 présente le déséquilibre qui fut a repris par Janus Gruterus. Un signe trahit d’ailleurs la moindre qualité de la copie de ce folio 15v, en ce que le nombre de bandes figurées pour la section inférieure diffère sur chaque côté. De sept à gauche de l’inscription, elles sont au nombre de six à droite, signe manifeste d’une incohérence qui va de pair avec le peu de soin de l’exécution manuscrite, et l’absence totale d’indication documentaire sur ce folio. Il semble donc probable que cette copie fut assez hâtive, ou du moins peu soignée.

20Ainsi, le déséquilibre des bandes ne se trouve que dans une copie sur trois (en dehors de celle de Janus Gruterus), et même de manière partielle. Cette observation annule de facto l’argument essentiel des sceptiques, à savoir celui du déséquilibre d’une tabula lusoria qui serait sinon inutilisable, du moins bien mal conçue.

21Les différences observées amènent à formuler plusieurs remarques, plus hypothétiques que conclusives. La première est que si les éditeurs du CIG avaient connaissance du Pig. 89v, ils ne semblent pas l’avoir observé eux-mêmes. Et s’ils l’ont fait, il apparaît que ce fut de manière extrêmement sommaire, sans souci du détail de reproduction nécessaire. Leur copie de la tabula est bien plus proche de celle de celle de Janus Gruterus.

  • 23 « In tab. marmorea reperta in piscina publica prope Armilustrium in quadam vinea » (Vat. Lat. 6040 (...)
  • 24 Le folio présente d’ailleurs la tabula à l’envers, en dessous d’une inscription manuscrite grecque (...)

22La deuxième remarque concerne l’extrême ressemblance entre la copie du Vat. Lat 6040 57r et le folio 89v du Codex Pighanius. Outre la similitude des dessins et le caractère soigné de la reproduction, des annotations à la graphie identique figurent à côté des deux copies23. Il paraît probable que l’auteur des deux inscriptions est en fait une seule et même personne, très probablement Stephanus Pighius, auteur identifié du Codex conservé à la Staatsbibliothek de Berlin. Mais qui serait en ce cas l’auteur de la représentation fautive figurant parmi les scedae de Jean Matal, et qui n’est accompagnée d’aucune annotation (Vat. Lat 6040 15v)24 ? On sera tenté de voir dans cette copie peu soignée et irrégulière un premier envoi à Jean Matal, sans doute exécuté par Stephanus Pighius. Ceci expliquerait la présence de cette première copie dans les premières pages du Vat. Lat. 6040, suivie par la suite d’une seconde version plus achevée, qui fut peut-être demandée à des fins de précision avec – ce qui est essentiel – l’indication du lieu de la découverte. Il nous semble que c’est là la seule hypothèse envisageable expliquant la reprise par deux fois, à quelques folios d’intervalles, de cette même inscription parmi les scedae de l’épigraphiste franc-comtois, alors en séjour à Rome.

23Janus Gruterus, qui dit avoir pour source les scedae de Jean Matal, a donc vraisemblablement reçu une reproduction de la copie du folio 15v qui lui a été communiquée par Leohnardus Gutenstinius. Ce dernier aura probablement remarqué le doublon de l’inscription et ajouté la précision de provenance se trouvant au folio 57r, sans prêter attention aux légères corrections factuelles qui distinguent les deux folios.

  • 25 Voir Ihm, 1890, n. 15 : Si tibi tessella favet, ego te studio vincam ; Ant. Lat. 117 Laus omnium me (...)

24Un autre argument avancé par Ulrich Schädler pour mettre en doute l’authenticité de cette tabula est l’invocation du seul dé (βολια). Cette objection nous semble pouvoir être facilement surmontée par la comparaison avec d’autres inscriptions à caractère ludique qui mentionnent souvent le dé par synecdoque, alors qu’on sait bien que ce type de jeux de parcours se jouait à deux ou trois dés et au moyen de pions25. Aussi semble-t-il abusif d’en faire un élément discriminant l’inscription. Reste toutefois la question du positionnement de l’inscription, située dans la verticalité du tablier de jeu au lieu de la disposition classique dans le sens de la longueur. Sa forme même – à savoir l’usage de bandes au lieu de lettres – se révèle inhabituelle pour les tabliers de jeux romains.

Une nouvelle typologie de tabula lusoria ?

  • 26 Ex : CIL VIII, 8407 ; Ferrua, 2001, n°7 (p. 29). Voir également Rieche, 2007, p. 87-89.

25Les tabulae lusoriae romaines classiques isolent effectivement trois rangées dans les emplacements de jeux – les stationes – composées par des mots de six lettres. Quelques tabulae chrétiennes indiquent que ce « formulaire de jeu » avait encore cours à la fin de l’Empire26. Aussi l’inscription du CIG IV 8983 semble se distinguer de cette typologie et nous paraît de prime abord se rapprocher de deux ensembles auxquels il convient de la comparer.

  • 27 Morcelli – Fea – Visconti 1869, p. 315 (CIL XIV 4125) ; Bruzza 1877 b, p. 69 pl. 29 = Jordan 1877, (...)
  • 28 À même le sol de la Basilica Iulia. Voir Marucchi 1888, p. 474, n° 124 = Lafaye 1892, p. 1404 fig.  (...)

26Le premier ensemble est constitué d’un groupe de sept tabulae verticales dont on discute encore la signification27. Elles se présentent comme des plateaux ou des supports de jeux distincts du duodecim scripta. Si certaines d’entre elles ne sont que parcellaires, d’autres semblent respecter une relative symétrie de deux séries de rangées qui les rapproche de la présente tabula. Ainsi le tablier du CIL IV 4125, avec ses vingt bandes apparemment équitablement réparties en deux ensembles de dix par le biais d’une césure, rappelle fortement notre tabula. Toutefois, il ne présente que l’inscription « Roma » sur la bande finale inférieure, ainsi que des signes et des chiffres qui pourraient peut-être évoquer des positionnements, des mises ou des gains prédéfinis. D’autres tabliers relevant de cette typologie présentent également des inscriptions qui pourraient les apparenter à la famille du tric-trac, malgré d’indéniables différences, tel que celui comportant des formules épigraphiques typiques des tabulae lusoriae : bincis gaudes / perdis plangis / labama s-etrecede ( ?) et dont la bande finale inférieure reprend, là encore, l’exclamation « Roma »28 (fig. 7 et 8).

Fig. 7 - Les tabulae dites « verticales ».

Fig. 7 - Les tabulae dites « verticales ».

CIL IV 4125.

Fig. 8 - Les tabulae dites « verticales ».

Fig. 8 - Les tabulae dites « verticales ».

Gatti 1904.

27Un tel rapprochement de ces tabulae verticales avec le tric-trac, déjà discuté par Ulrich Schädler, revient toutefois à accepter l’idée que ces tabliers sont bel et bien des supports de jeux, dont les liens avec le ludus duodecim scripta (le « tric-trac » romain) restent à déterminer. Toutefois, les importantes différences de disposition ainsi que les signes et chiffres inscrits posent encore problème, et doivent nous inciter à les distinguer des tabulae lusoriae classiques.

  • 29 British Museum, inv. 1898, 716, 4. Palestrina. Voir Gerhard 1863, fig. 146. Pour le commentaire du (...)

28Par ailleurs, une attestation iconographique extrêmement précoce invite à la prudence. Outre le rôle et la fonction indéterminés des tabulae dites « verticales » que nous venons d’évoquer, il apparaît en effet que la composition d’une tabula lusoria de configuration proche, quoique dénuée de toute inscription et à treize bandes non séparées, se trouve illustrée sur un miroir de bronze de Palestrina, de datation bien plus ancienne, conservé aujourd’hui au British Museum29 (fig. 9).

Fig. 9 - Miroir de bronze (IIIe-IIe s. av. J.-C.).

Fig. 9 - Miroir de bronze (IIIe-IIe s. av. J.-C.).

British Museum, inv. 1898, 716, 4.
© Trustees of the British Museum.

  • 30 Schädler 2009, p. 169-192.

29Un tel rapprochement reviendrait à voir dans le tablier de Gruterus non pas une nouvelle configuration du tric-trac dérivé de la tabula lusoria à trois stationes, mais la continuité altérée d’un type de tabulae extrêmement anciennes auxquelles s’intègreraient peut-être également les sept tabulae que nous avons mentionnées précédemment. En somme, plus qu’un unicum, le tablier de jeu discuté serait en ce cas l’attestation supplémentaire d’une typologie de jeu à considérer dans toute son historicité, de la période républicaine à l’Antiquité tardive, et au delà. Nous sommes cependant bien mal informés du jeu représenté par ce miroir de Palestrina, que l’on a par ailleurs pu rapprocher du pentei grammai ou « jeu des cinq lignes » grec30. Aussi cette deuxième hypothèse, qui nécessiterait des analyses et des comparaisons plus poussées sur la base d’une documentation plus fournie, ne nous semble pas davantage pouvoir être soutenue en l’état actuel des sources. En l’état, et malgré une physionomie proche, trop de différences subsistent.

  • 31 On trouve des attestations de l’usage de tabulae lusoriae dans les poèmes de Venance Fortunat, dans (...)

30Une autre comparaison nous semble plus pertinente, bien que là encore aucun élément décisif ne puisse nous pousser à tirer une conclusion définitive. En effet, on observe que les premiers tabliers de tric trac médiévaux sont bel et bien dépourvus du système d’inscriptions régulières et codifiées si typique des tabulae romaines, tout en présentant les deux ensembles de six bandes successives que donne à voir notre tabula. En ce sens, l’Antiquité tardive nous semble pouvoir avoir constitué une étape décisive dans la transformation du jeu de l’alea (ou de la tabula lusoria apparentée au tric-trac) vers le modèle médiéval, qui aboutira finalement au backgammon contemporain. Outre les représentations de tric-trac médiévaux bien connus, certaines tabulae à la datation incertaine paraissent devoir être également rapprochées du tablier de Gruterus. Si aucun tablier de tric-trac qui nous soit parvenu n’a été officiellement daté de la période mérovingienne et carolingienne, les sources littéraires soulignent incontestablement le maintien de cette pratique ludique, dont les textes ne rendent pas l’évolution31.

31Toutefois, on peut s’interroger sur certains realia subsistants. Ainsi, la tabula lusoria remployée dans l’église Saint-Just de Valcabrère (Saint Bertrand de Comminges), édifiée au XIe siècle au moyen de remplois provenant de la cité antique, présente une disposition identique à celle du CIG IV 8983, bien qu’elle soit dépourvue de toute inscription. Cette tabula de marbre blanc bleuté (long. 1,02 m ; haut. 44 cm) est un remploi des vestiges provenant de la ville antique (fig. 10).

Fig. 10 – Tabula lusoria de Saint Just de Valcabrère.

Fig. 10 – Tabula lusoria de Saint Just de Valcabrère.

In situ.

© Goncalves.

  • 32 Voir Sablayrolles – Beyrie 2006, p. 448 (fig. 571).
  • 33 Schädler 1995, p. 89 et 94. Par ailleurs, l’auteur formule l’hypothèse que le passage de trois à de (...)
  • 34 Les données archéologiques sont à peu près nulles pour l’Occident. Les pions de tric-trac à bordure (...)

32S’il semble bien difficile d’avancer une datation précise, il semble peu probable que les artisans se soient donné la peine de ne graver cette tabula qu’à l’occasion de l’édification de l’église pour la remployer sitôt après. Par ailleurs, les autres remplois du piler comprenant ladite tabula lusoria mêlent des éléments antiques à un chapiteau du VIe ou VIIe siècle ap. J.-C., comme pour le reste de l’édifice32. Aussi, et sans que l’on dispose d’éléments déterminants, ce constat semble valider l’hypothèse selon laquelle l’Antiquité tardive fut la période au cours de laquelle les tabulae lusoriae ne passèrent pas seulement de trois à deux stationes – ainsi que l’a avancé Ulrich Schädler33 – mais prirent également l’apparence qu’on observe de manière assurée à partir du IXe-XIe siècle.34, en adoptant un dispositif de bandes équitablement réparties et dépourvue d’inscriptions.

33Le fait que l’inscription grecque du CIG IV 8983 soit positionnée de manière verticale pourrait faire penser à un remploi chrétien d’une table de jeu. Toutefois l’inscription est très clairement favorable au jeu et n’oppose aucun obstacle à l’hypothèse de l’utilisation du tablier, si le support original présentait les dimensions habituelles à ce type d’instrumentum de marbre (soit assez couramment 1 m sur 0,5 m environ). On précisera également que si l’inscription est ici ornementale et non pas utilitaire, différence notable avec les formules épigrammatiques latines qui servaient de stationes pour les pions de jeux, elle permet ici une lecture simultanée pour les deux joueurs assis de part et d’autre d’un tablier sans doute imposant. C’est là un procédé parfaitement courant des jeux de plateau d’aujourd’hui. Ainsi, si l’inscription paraît dans un premier temps déroutante, elle ne l’est qu’en comparaison des tabulae lusoriae latines classiques et non pas dans la perspective de la pratique du jeu en soi.

34L’ensemble de ces comparaisons et de ces remarques incitent à la prudence. Elles nous semblent autant de rappels de la nécessité de considérer non pas un jeu mais les jeux antiques dans une longue durée historique, en se méfiant des typologies préétablies que l’on chercherait à appliquer sur la base de postulats qui ne sont que théoriques.

35En l’état, il nous paraît plus raisonnable et plus sûr de considérer la tabula lusoria du CIG IV 8983 comme la continuité du jeu de tabula romain à trois stationes, progressivement remplacé par le modèle à deux rangées, dans une évolution qui devait finalement aboutir au tric-trac médiéval au terme d’un processus qui a pris place entre le IVe et le VIIe siècle ap. J.-C.

Localisation et symbolique : quelques éléments de datation

  • 35 Le rite de l’Armilustrium (19 octobre) prenait place sur l’Aventin, dans le vicus Armilustri. Le li (...)
  • 36 Jatta 2010.
  • 37 Une étude exhaustive du vocabulaire topographique de Jean Matal ou Stephanus Pighianus pourrait peu (...)

36Revenons au lieu de découverte de la tabula, sur lequel l’annotation des manuscrits reste approximative. La mention de l’Armilustrium situe clairement l’invention de la tabula sur l’Aventin, très probablement dans le vicus Armilustrium augustéen, identifié au tracé de l’actuelle via di S. Sabina qui se prolonge jusqu’à l’actuelle piazza dei Cavalieri di Malta, dans la partie sud-ouest de l’Aventin majeur35. De plus, il apparaît que les Humanistes des XVIe et XVIIe siècles ont pu désigner un emplacement précis par le biais de cette appellation36. Malheureusement, il semble difficile de savoir à quoi Jean Matal ou Stephanus Pighianus faisaient précisément allusion par la mention de l’Armilustrium37.

  • 38 Nous remercions ici Joëlle Prim pour cette remarque.
  • 39 LTUR, vol. 4, éditions Quasar, 1999, p. 93-94 ; Richardson 1992, p 292. Voir Amm. XVII, 4, 14.
  • 40 Soit approximativement l’emplacement des thermes de Caracalla.

37La précision de piscina publica peut désigner le vicus qui marquait la limite entre les regiones XII et XIII et s’étendait de la Porta Raudusculana, insérée dans la muraille servienne, jusqu’au Circus maximus, en reprenant le tracé actuel du Viale Aventino38. On pourra ici s’interroger sur le sens que l’auteur a voulu donner à « piscina publica prope... » : évoque-t-il ici un ensemble thermal quelconque, l’ancienne piscina publica (située entre la via Appia et le mur servien, au bas du versant nord est de l’Aventin), ou bien plus largement la XIIeregio augustéenne connue sous ce nom par les sources littéraires, au moins jusqu’à Ammien Marcellin39 ? Sur ce point, il semble difficile de répondre de manière sûre, mais il est également probable qu’un lettré du XVIe siècle désignait par ces termes, là encore, un lieu précis et non pas un type de complexe monumental40.

  • 41 Nous n’avons malheureusement pas eu l’opportunité d’étudier les registres cadastraux du milieu du X (...)

38Enfin, l’évocation des vignes de la vinea Claudii della Valle autorise à penser que l’invention de la tabula s’est faite sur les pentes de l’Aventin, sur un domaine appartenant à ladite famille, les hauteurs de la colline étant largement occupées par les propriétés des communautés religieuses41.

  • 42 Voir Sophocle, fr. 429 (édition Loeb) : καὶ πεσσὰ πεντέγραμμα καὶ κύβων βολαί.
  • 43 Falus 1982-1984, p. 75-111. Le pentagramme a gardé un sens similaire à la Renaissance. Voir Schoute (...)
  • 44 Thaenae, port de Byzacène, au sud de l’actuelle Sfax en Tunisie.
  • 45 Beschaouch 2011, p. 321-322. Pour la mosaïque, se reporter au CIL, VIII, 8509. Pour l’inscription s (...)

39Une datation tardive semble devoir être suggérée. Celle-ci se trouverait justifiée tout autant par l’apposition de la croix que par le formulaire original de ce tablier de jeu. Quant à l’étoile à cinq branches il semble bien s’agir d’un pentagramme, si l’on se reporte aux copies du Vat. Lat. 6040 autant qu’à celle du Codex Pighianus. Si les sources littéraires sont peu prolixes sur le pentalpha, on remarquera que l’une des rares occurrences dans la littérature grecque de l’adjectif πεντέγραμμος (-η) se trouve dans l’un des fragments de Sophocle et concerne justement le jeu de dé42. S’il s’agit sans doute là d’une coïncidence, on sait néanmoins que ce symbole était d’une grande importance pour les Pythagoriciens, pour qui il revenait à invoquer la santé (hygieia), dans une salutation équivalant peu ou prou au latin « vale ». Si le pentagramme figurait comme contremarque sur des monnaies romaines de période républicaine et impériale, sa signification ne semble plus véritablement en lien avec le pythagorisme43. Par ailleurs, on le retrouve comme marqueur communautaire en Afrique romaine du IIIe s. ap. J.-C. ainsi que semblent l’attester une mosaïque des environs de l’actuelle Sétif (Algérie centrale) et une inscription de Thyna44. L’étoile à cinq branches servirait à cette occasion de symbole aux Sideris (« Les Étoilés »), une sodalité locale45.

  • 46 Schouten 1968, p. 23-24. Sur son emploi en contexte judaïque, on consultera Goodenough, 1953-1968.

40Le pentacle se retrouve également en contexte judaïque, tant dans des synagogues antiques que des sépultures juives. On en trouve un exemple sur une inscription funéraire de Tortosa, dans la province de Valence, datée du IVe siècle ap. J.-C46.

  • 47 Thee 1984, p. 190 et 199-203.
  • 48 Perdrizet 1992, p. 35-38 ; Goodenough 1953-1968, p. 198.
  • 49 Maguire 1994, p. 265-274.
  • 50 ICUR V, 15237 b).
  • 51 Cabrol – Leclercq 1939, 258-259.
  • 52 Vikan 1984, p. 65-86 ; p. 74-76 ; Spier 1993, p. 25-62.

41Il semble toutefois que le pentalpha ait essentiellement revêtu une signification magique ou apotropaïque. C’est parmi les symboles de ce type que le place l’auteur chrétien Sextus Iulius Africanus, auteur des Cestes, au IIIe siècle ap. J.-C.47. Son assimilation au « sceau de Salomon » destiné à conjurer les démons semble devoir expliquer son succès48. On retrouve ce symbole sur des ensembles mosaïqués du IVe-Ve siècle49, ainsi que des inscriptions et des sarcophages paléochrétiens50. La présence du pentagramme ne semble d’ailleurs pas avoir véritablement de rapport avec l’inscription en tant que telle51. Il semble donc que l’étoile à cinq branches ait été très couramment utilisée comme symbole magique dans l’Antiquité chrétienne du Ve - VIIe siècle ap. J.-C. En effet, différentes amulettes et breloques tardo-antiques attestent de la vitalité du symbole du pentacle, qui exprime peut-être parfois des réminiscences pythagoriciennes dans les possibles utilisations médicinales qui en étaient faites52. L’usage du pentagramme est attesté sur divers objets tels que ce bracelet de bronze retrouvé en Sicile et qui semble relever d’une typologie relativement courante aux Ve-VIIe siècle ap. J.-C. (fig. 11).

Fig. 11 - Bracelet nastriforme, bronze.

Fig. 11 - Bracelet nastriforme, bronze.

l. 8,3cm ; h. 0,9cm.

D’après Manganaro 2001, fig. 19.

  • 53 Giannobile 2003, p. 129-132. Manganaro 2001, p.131-178, voir p. 157-164. De nombreux parallèles ont (...)
  • 54 Inv. 404059 et 403366 de la Crypta Balbi. Bagues à chevalières en bronze datées des VIe-VIIe s. ap. (...)
  • 55 Arena (dir.) 2001, p. 64-65. Céramique mise au jour à Sperlonga, dans le Latium, dans la villa dite (...)
  • 56 Inscription retrouvée près de Carrio (Asturies), le long de la Navia. Voir Nieto 2010, p. 552-599.

42On y trouve juxtaposés le pentagramme et la croix, le tout parfaitement intégré et représenté dans des objets du quotidien incontestablement marqués par une spiritualité chrétienne exprimée par la lecture de la Bible53. D’autres exemplaires ont été répertoriés en Italie54. On peut également observer l’utilisation du pentalpha dans la décoration en estampe de sigillées africaines D datée des IVe et VIe siècles ap. J.-C55. Son usage est même attesté en Espagne wisigothique, dans une inscription datée du VIIIe siècle. Il s’agit ici d’un charme destiné à protéger les cultures de la grêle, sur lequel on observe pas moins de quatre pentagrammes en début et fin de texte56.

43Ainsi, si l’utilisation du pentalpha comme « auxiliaire symbolique » de la spiritualité chrétienne semble avoir été fréquent au cours des IVe-VIIe siècle ap. J.-C., elle ne permet guère de s’avancer plus avant dans l’interprétation de la valeur intrinsèque du pentacle. On se contentera donc de déduire que l’auteur de l’inscription a voulu « décupler » la valeur de son invocation christique en y ajoutant un élément magique dans lequel il ne voyait aucune incompatibilité avec la croix. Il faut sans doute voir dans la coprésence de la croix et du pentagramme une volonté d’accumulation mystique destinée à bénéficier au joueur.

  • 57 Coates-Stephens 2006, p. 149-166. L’auteur avance néanmoins que les nombreuses thermae de Rome ne s (...)
  • 58 Anthologie palatine, IX, 482.

44Toutes les caractéristiques de cette inscription semblent converger pour amener à proposer une datation tardive, sans doute celle de la Rome byzantine (554-772)57. En cela, il nous paraît probable que la tabula du CIG IV 8983 constitue en fait un chaînon - jusque-là manquant - dans l’évolution de la tabula lusoria au cours de l’Antiquité tardive. Et sans doute n’est-il pas absurde d’établir un rapprochement – évidemment tentant – avec la fameuse tabula lusoria à laquelle jouait l’empereur Zénon, à l’occasion de la partie décrite par Agathias de Smyrne58.

Typographie et incohérence graphique : les traces d’une seconde main ?

45On fera remarquer que, bien qu’il soit hors de question d’attribuer une importance décisive aux rapports d’échelle des manuscrits des humanistes de la Renaissance, une assez nette différence de taille de caractères est unanimement reproduite par les copies manuscrites que nous avons discutées.

46Ce phénomène concerne les lignes 6 à 10 de la représentation du CIG en les comparant aux autres caractères de l’inscription, ainsi qu’aux figurés (croix et pentalpha). Cette différence de taille, ainsi que la répétition de l’invocation et la mention de « celui qui a écrit » nous invitent à avancer l’hypothèse d’une seconde main qui a gravé ultérieurement la tabula lusoria préalablement inscrite. Ainsi s’expliquerait le désordre apparent de la seconde moitié de l’inscription qui précède immédiatement le « Amen » final : l’auteur aurait pris garde de ne pas empiéter sur les symboles – et notamment le pentalpha – qui figuraient déjà sur la pierre. Cette hypothèse a le mérite d’expliquer tout à la fois le caractère répétitif d’une inscription qui serait en fait double, l’inégalité de la disposition de l’écrit reproduite par les manuscrits, ainsi que la différence de graphie entre τὰ βωλια (l. 3) et le τὰ βόλια (l. 10), lesquelles ne seraient tout simplement pas de la même main.

  • 59 L’immense majorité des tabulae lusoriae repérées in situ se trouvent dans l’espace urbain public et (...)

47L’hypothèse de cette seconde main appelle deux remarques. La première est qu’il ne nous semble pas qu’il faille voir une généreuse admonestation du second graveur envers le premier. Nul doute que s’il s’agissait d’une condamnation du jeu de table, l’hypothétique deuxième auteur aurait davantage pris soin de détruire celle-ci que de la graver à son tour. Deuxièmement, et ce point nous semble essentiel, cette deuxième écriture de la tabula nous semble pouvoir illustrer le caractère éminemment public de celle-ci, tant en terme de localisation – dans des thermes ? – que de visibilité. Si ce tablier de marbre a bien existé, il nous semble qu’il devait être tout autant fréquenté que ceux des siècles antérieurs, et dans un espace tout aussi public59. En cela, le jeu de table conservait encore un fort caractère social, et renvoyait encore aux valeurs et pratiques de l’urbanitas classique.

Le tablier de Gruterus : un témoignage des évolutions sociologiques de l’Antiquité tardive ?

  • 60 Sur la notion du joueur comme doctus ou détenteur d’une ars, voir. n°3 et Goncalves 2013, p. 257-26 (...)

48Ainsi, l’usage remarquable du marbre et l’inscription épigraphique qui signalent le caractère ostentatoire de la tabula tendent à montrer le maintien d’un idéal de « publicité » du jeu tout à fait typique de l’Antiquité. Mais l’invocation du Christ au lieu de l’ars ou de la doctrina de l’aleator60 tout comme les symboles chrétiens semblent par contre parfaitement illustrer des processus typiques de l’Antiquité tardive.

  • 61 Les bellatores sont clairement présentés comme de grands joueurs par le Code Justinien (CJ, III, 43 (...)
  • 62 Grossein 1996, p. 123-124.
  • 63 Weber 1996, p. 178.
  • 64 Augustin, In Iohannis Evangelium tractatus, CXXIV VII, 6 (70, 33-40), IEA, 1993: Perdidit signum Ch (...)

49Avec cette tabula lusoria, le christianisme et sa symbolique iconographique se révèlent immédiatement identifiables. Toutefois, dans le quotidien d’un joueur de la Rome tardo-antique, on peut mesurer la persistance d’un ethos ludique qui, lui, est resté intact. Nul doute en effet que les joueurs d’alors – des militaires ?61 – qui se divertissaient autour de la tabula reproduite se sentaient tout à fait chrétiens, tandis qu’ils agitaient leurs dés. En cela, cette tabula lusoria illustre parfaitement la complexité du processus de « quotidianisation »(Veralltäglichung) du christianisme tardo-antique – pour reprendre un concept weberien –, à savoir la capacité du fait religieux à élaborer une nouvelle « éthique quotidienne » (Alltagsethik)62. En effet, il apparaît ici que la « disposition d’esprit » (Gesinnung) de l’auteur de cette tabula lusoria, loin d’avoir systématisé la religion de salut qu’était le christianisme, l’avait d’ores et déjà intégré comme une religiosité de dévotion qui s’exprimait finalement, et avant tout, par un « formalisme magique » qui rappelle le ritualisme antique63. En cela, le Christ ne semble ici que se substituer à une divinité quelconque, et l’aleator se moque bien des condamnations répétées de l’alea par les autorités ecclésiastiques. Entremêlant spiritualité chrétienne et pratique magique, le joueur pouvait sans doute être assimilé à ces superstitieux qu’avait dénoncés saint Augustin64.

  • 65 Amm., XIV, 6, 14 et 25 ; XXVIII, 4, 21 ; 4, 28 et 29.
  • 66 Le thème de la victoire de Rome garantissant la tranquillité du joueur est un leitmotiv des tabulae(...)
  • 67 Sur cette notion, se reporter au numéro de la revue Antiquité tardive (9), 2001, p. 24-295, et plus (...)

50Toutefois, s’arrêter au constat d’une simple continuité d’habitus sous un vernis chrétien reviendrait à faire fi d’une différence essentielle avec les inscriptions ludiques de l’Antiquité romaine de période classique. En effet, il faut ici souligner que les joueurs n’exaltaient plus tant leur propre talent – leur ars – à l’instar des aleatores évoqués par Ammien Marcellin que leur ferveur à invoquer le Christ65. Une distinction semble donc bien se dessiner et l’aleator nous révèle ici qu’il ne joue plus ici sous les auspices des victoires de Rome66, mais celles du Christ. Entre christianisation de Rome et romanisation du christianisme, l’historien retrouve toute la complexité de cette « démocratisation de la culture » qu’avait brillamment mise en avant Santo Mazzarino67.

51Si, comme nous l’avons proposé ici, le tablier de Gruterus est bien la transcription maladroite d’une authentique tabula lusoria tardo-antique, on sera alors frappé de l’évolution en cours à cette période. En effet, qu’elle soit ou non à comparer avec l’ensemble des tabulae verticales à l’usage toujours discuté, l’inscription du CIG IV 8983 illustre de manière originale les profonds renouvellements ludiques en cours durant les VIe-VIIIe siècles ap. J.-C.

52Au delà d’un apparent hapax épigraphique, ce legs du quotidien ludique de l’Antiquité tardive nous permet de mieux appréhender la complexité des mutations sociales et culturelles en cours durant cette période mal connue. Les usages classiques évoluent et se maintiennent tout en se fondant peu à peu dans les normes nouvelles de la société chrétienne. Interpellation écrite sans être épigrammatique, chrétien sans renier sa fonction ludique, ce tablier de jeu semble bien être l’un de ces chaînons manquants éclairant singulièrement le hiatus chronologique des historiens du jeu, qui n’avaient jusque-là aucune attestation archéologique des tabulae lusoriae occidentales entre le Ve et le Xe siècle ap. J.-C. Reproduction déformée par le temps et les aléas de la transmission, le « tablier de Gruterus » illustre cette réélaboration identitaire complexe où s’entremêlèrent pratiques romaines et spiritualité chrétienne.

Haut de page

Bibliographie

Arena 2001 = M.S. Arena (dir.), Roma dall’antichità al medioevo : archeologia e storia, Milan, 2001.

Austin 1940 = R. G. Austin, Greek Board-Games, dans Antiquity, 14, 1940, p. 257-278.

Bardiès-Fronty – Dunn – Vaturi – Drake Boehm 2012 = I. Bardiès-Fronty, A.-E. Dunn-Vaturi, B. Drake Boehm et al., Art du jeu, jeu dans l’art : de Babylone à l’Occident médiéval [Musée de Cluny, Musée national du Moyen Âge, 28 novembre 2012-4 mars 2013], Paris, 2012.

Becq de Fouquière 1869 = L. Becq de Fouquière, Les jeux des Anciens, Paris, 1869.

Bedon 1989 = R. Bedon, Les jeux de société chez les Romains, dans Archeologia, 246, 1989, p. 60-64.

Beschaouch 2011 = A. Beschaouch, Invidu vide : la compétition publique entre les sodalités africo-romaines et son écho dans l’espace domestique, dans M. Corbier, J.-P. Guilhembet, L’écriture dans la maison romaine, Paris, 2011, p. 315-328.

Beyrie – Sablayrolles 2006 = R. Sablayrolles, A. Beyrie, CAG 31/2, Le Comminges, Paris, 2006.

Bruzza 1877 = L. Bruzza, Interpretazione del monogramma PE nei contorniati e nelle iscrizioni, in Annali dell’Instituto di corrispondenza archeologica, 1877, p. 58-72.

Cabrol – Leclercq 1939 = H. Leclercq, F. Cabrol, Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, Paris, t. XIV/1, 1939.

Carrié 2001 = J.-M. Carrié, Antiquité tardive et « démocratisation de la culture » : un paradigme à géométrie variable, in AnTard, 9, 2001, p. 27-46.

Coates-Stephens 2006 = R. Coates-Stephens, Byzantine building patronage in post-reconquest Rome, dans M. C. Ghilardi, J. Goddard et P. Porena, Les cités de l’Italie tardo-antique (IVe-VIe s.) : institutions, économie, société, culture et religion, Rome, 2006, p. 149-166.

Crawford 1993 = M. H. Crawford (éd.), Antonio Agustin between Renaissance and Counter-Reform, Londres, 1993.

Falus 1982-1984 = R. Falus, πεντεγραμμον, dans AAntHung, 30, 1982-1984, p. 75-111.

Ferrua 1948 = A. Ferrua, Tavole lusorie scritte, dans Epigraphica 10, 1948, p. 31.

Ferrua 2001 = A. Ferrua, Tavole lusorie epigrafiche, Cité du Vatican, 2001.

De’ Ficoroni 1734 = F. de’ Ficoroni, Itali ed altri strumento lusori degli antichi Romani, Rome, 1734, p. 101-103.

Gagé 1976 = J. Gagé, Les autels de Titius Tatius, dans L’Italie préromaine et la Rome républicaine : mélanges offerts à Jacques Heurgon, Rome, 1976, p. 309-322.

Gatti 1904 = G. Gatti, Nuove scoperte nella città e nel suburbio, dans Notizie degli scavi di antichità, 50, 1905, p. 153-157.

Gerhard 1863 = E. Gerhard, Etruskische Spiegel V, 2, Berlin, 1863.

Giannobile 2003 = S. Giannobile, Braccialetto di bronzo siciliano con « incipit » del salmo 90 (91), dans Kokalos, 49, 2003, p. 129-132.

Goncalves 2013 = V. Goncalves, Aleae aut tesserae ? Les significations d’une opposition ludique dans la Rome d’Ammien Marcellin, dans AnTard 21, 2013, p. 257-264.

Goodenough 1953-1968 = R. E. Goodenough, Jewish symbols in the Greco-Roman period, New York, 1953-1968.

Grossein 1996 = J.-P. Grossein, Glossaire raisonné, dans M. Weber, Sociologie des religions, Paris, 1996, p. 123-124.

Heuseur 2003 = P. A. Heuseur, Jean Matal. Humanistischer Jurist und europäischer Friedensdenker (um 1517-1597), Cologne, 2003.

Ihm 1890 = M. Ihm, Die Inschriften der tabulae lusoriae, dans Bonner Studien, 1890, p. 230-239.

Jatta 2010 = B. Jatta, L’Aventino nella grafica fra Seicento e Settecento, dans M. Bevilacqua, D. Gallavotti Cavallero (éd.), L’Aventino dal Rinascimento a oggi : arte e architettura, Rome, 2010, p. 226-231.

Jackson 1877 = H. Jackson, Aristot. Polit. I. 3 : Anth. IX 482, dans The Journal of Philology, 7, 1877, p. 236-243.

Jordan 1877 = H. Jordan, Sylloge epigrafica del Foro Romano, dans Ephemeris epigraphica, 3, 1877, p. 237-310.

Kirschbaum – Bandmann 1971 = E. Kirschbaum, G. Bandmann, Lexikon der Christlichen Ikonographie, t. 3, Freiburg, 1971.

Krautheimer 1999 = P. Krautheimer, Rome, portrait d’une ville (312-1308), Paris, 1999 (éd. originale 1980).

Lafaye 1892 = G. Lafaye, dans Ch. V. Daremberg, E. Saglio, Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines, Paris, 1877-1919, p. 1404.

Lamer 1927 = H. Lamer, dans Paulys Realencycopädie der classischen altertumswissenschaft, Stuttgart, 1927 (rééd. 1972), XIII, 2, 1900-2029.

Maguire 1944 = H. Maguire, Magic and geometry in early Christian floor mosaics and textiles, dans JÖByz, 44, 1944, p. 265-274.

Manganaro 1989 = G. Manganaro, Documenti magici della Sicilia dal III al VI sec. d.C., dans Hestiasis : studi offerti a Salv. Calderone, Messina, 1989 (Studi Tardoantichi, VI), p. 13-41.

Manganaro 2001 = G. Manganaro, Byzantina Siciliae, dans MEP IV, 5, 2001, p. 131-178.

Marucchi 1888 = O. Marucchi, Le recenti scoperte presso il cimetero di S. Valentino sulla via Flaminia, dans Bullettino della Commissione archeologica comunale di Roma 16, 1888, p. 429-492.

Mayeur 2001 = J.-M. Mayeur (éd.), Histoire du christianisme des origines à nos jours, Paris, 1995.

Mommsen 1878 = T. Mommsen, De fide Leonhardi Gutenstenii, in Ephemeris Epigraphica, Berlin, 1878, p. 67-77.

Mandersheid – Carboni – Gent – Bruno 2011 = H. Mandersheid, F. Carboni, U. Gent, M. Bruno, Tabulae lusoriae nel mondo romano : il tavoliere dei muratori di Villa Adriana, tabulae dalle Terme di Traiano a Roma e da Leptis Magna, Rome, 2011 (Archeologia Classica, 62), p. 513-535.

Mendner 1978 = S. Mendner, RAC s. v. « Gesellschaftsspiele », 10, 1978, p. 847-895.

Montesano 1980 = G. Montesano, Lusoria tabula, dans E. De Ruggiero (éd.), Dizionario Epigrafico IV (fasc. 69), 1980, p. 2238.

Morcelli – Fea – Visconti 1869 = St. Morcelli, C. Fea, P. E. Visconti, La Villa Albani descritta, Rome, 1869.

Neira Faleiro 2005 = C. Neira Faleiro, La « Notitia dignitatum » : nueva edición crítica y comentario histórico, Madrid, 2005.

Nieto 2010 = F. J. F. Nieto, A Visigothic charm from Asturias and the classical tradition of phylacteries against hail, dans R. L. Gordon, F. M. Simón, Magical Practice in the Latin West. Papers from the international conference held at the University of Zaragoza, 30 Sept. -1 Oct. 2005, Boston, 2010, p. 552-599.

Otto 1868 = J. Otto , Ueber die Zeichnungen antiker Monumente im Codex Pighianus, dans Berichte der Koeniglichen Saechsischen Gesellschaft der Wissenschaften zu Leipzig, Leipzig, 1868 (philol.-hist. Classe, XX), p. 161-235.

Perdrizet 1992 = P. Perdrizet, Negotium perambulans in tenebris : études de démonologie gréco-orientale, Strasbourg, 1992.

Richardson 1992 = L. Richardson, A new topographical dictionary of Ancient Rome, Londres, 1992.

Richmond 1930 = I. Richmond, The city wall of imperial Rome, Oxford, 1930.

Rieche 2007 = A. Rieche, Board games and their symbols from Roman times to Early Christianity, dans I. L. Finkel (éd.), Ancient board games in perspective : papers from the 1990 British Museum colloquium, with additional contributions, Londres, 2007, p. 87-89.

Roueché 2007 = C. Roueché, Late Roman and Byzantine game boards at Aphrodisias, dans I. L. Finkel (éd.), Ancient board games in perspective : papers from the 1990 British Museum colloquium, with additional contributions, Londres, 2007, p. 100-105.

Saumaise 1620 = C. Saumaise, Historiae Augustae scriptores VI, Paris, 1620.

Schädler 1995 = U. Schädler, XII scripta, alea, tabula - New evidence for the Roman History of « backgammon », dans A.J. Voogt, New approaches to board games research, Leiden, 1995, p. 73-98.

Schädler 1999 = U. Schädler, Damnosa Alea. Würfelspiel in Griechenland und Rom, dans 5000 Jähre Würfelspiel [Katalog der Ausstellung im Schloß Kleßheim vom 31. August-31. Oktober 1999], Salzburg, 1999, p. 39-58.

Schädler 2009 = U. Schädler, Pentei grammai : the ancient Greek board game five lines, dans J. Nuno Silva (éd.), Board game studies [XI Colloquim : Proceedings], Lisbonne, 2009, p. 169-192.

Schouten 1968 = J. Schouten, The pentagram as a medical symbol, Niewkoop, 1968.

Spier 1993 = J. Spier, Medieval Byzantine magical amulets and their tradition, in Journal of the Warburg and Courtauld Institutes 56, 1993, p. 25-62.

Thee 1984 = F. R. R. Thee, Julius Africanus and the Early Christian view of magic, Tübingen, 1984.

Van Hulst 1847 = F. Van Hulst, Jean Gruytère (Janus Gruterus), Liège, 1847 (2e édition).

Vikan 1984 = G. Vikan, Art, medicine and magic in early Byzantium, in Dumbarton Oaks Papers, vol. 38, Symposium on Byzantine Medicine, 1984, p. 65-86

Weber 1996 = M. Weber, Les voies du salut-délivrance et leur influence sur la conduite de la vie, dans M. Weber, Sociologie des religions [textes réunis, traduits et présentés par Jean-Pierre Grossein], Paris, 1996.

Haut de page

Notes

1 Mayeur 1995, p. 704-707. Il semble significatif que trois pages seulement soient consacrées à la christianisation des loisirs, question finalement éludée.

2 Outre les exemples bien connus des tabulae lusoriae gravées de Timgad ou du forum républicain de Rome (notamment dans la Basilica Iulia), on pourra illustrer le caractère urbain, public et quotidien de la pratique ludique par les exemples qu’on trouvera dans Mandersheid – Carboni – Gent – Bruno 2011, p. 513-535.

3 Quelques exemples en CIL VIII, 7998 ; XI, 6729, 1 ; AE, 1930, 68 ; 1946, 147 ; 1949, 82 ; 2001, 463 ; Ihm, « Die Inschriften der tabulae lusoriae », 1890, p. 230-239, n° 25 et 29.

4 Sur les tabliers de jeux grecs, se reporter notamment à Austin 1940, p. 257-278.

5 τὰ βόλια pluriel neutre de to bolion.

6 Nous remercions ici Bernadette Cabouret pour ces remarques.

7 Nous reprenons ici la numérotation fournie par le CIG.

8 Romae « in tabula marmorea reperta in piscina publica, prope armilustrium in vinea » Gruterus p. MXLIX n. 1. ex Metelli schedis. Exstat etiam in codice Pighiano fol. 91b : « Rep. in vinea Claudii de la Valle in piscina publica ».

9 Se reporter à Van Hulst 1847.

10 Inscriptionum romanarum corpus absolutissimum ingenio et cura Jani Gruteri, auspiciis Jos. Scaligeri ac M. Velseri. Accedunt XXIV Scaligeri indices, item notae Tyronis ac Senecae nunquam antehac excusae, Heidelbergae, in bibliopolio Commeliniano, 1616, 4 parties en 1 vol. in-fol., fig., p. 1049, n°1. Le tablier de jeu avait déjà été repris dans Saumaise 1620.

11 Becq de Fouquières 1869.

12 Bedon 1989, p. 62.

13 Jackson 1877, p. 236-243.

14 Lamer 1927, XIII, 2 : 1998 ; Ferrua 1948, p. 31 ; Mendner 1978 ; Montesano 1980 : 2238. Si A. Ferrua passe rapidement sur cette inscription « curiosissima », G. Montesano se contente de dire qu’il la pense plutôt authentique, sans s’avancer plus avant.

15 Ficoroni 1734, p. 101-103.

16 Schädler 1995, p. 83-84.

17 Becq de Fouquières 1869, p. 364.

18 Schädler 1995, p. 83 : « ...and perhaps is not a real game board at all ».

19 Ms. lat. fol. 61a, fig. 2 (Staatsbibliothek de Berlin). Sur ce codex voir Otto 1868, p. 161-235.

20 Ce dernier correspond en fait aujourd’hui au folio 89v.

21 Sur le rôle de Gutenstenius dans les premières transmissions de notices épigraphiques, voir Mommsen 1878, p. 67-77.

22 Heuseur 2003. Sur les travaux épigraphiques de Jean Matal, se reporter à Crawford 1993, p. 95-111, 247-263 et 279-289. Sur le développement de l’épigraphie grecque, idem, p. 133-143.

23 « In tab. marmorea reperta in piscina publica prope Armilustrium in quadam vinea » (Vat. Lat. 6040 57r) et « In domo Bruti de la Valle » (Pig. 89v).

24 Le folio présente d’ailleurs la tabula à l’envers, en dessous d’une inscription manuscrite grecque en l’honneur de Miltiade.

25 Voir Ihm, 1890, n. 15 : Si tibi tessella favet, ego te studio vincam ; Ant. Lat. 117 Laus omnium mensium et 192 De tabula (éd. Riese, 1869). Le nombre de dés utilisé ne nous semble pas être un critère déterminant, car il paraît trop sujet à variations. Ainsi Martial évoque deux dés XIV, 17, 1, Isidore de Séville et Agathias de Smyrne en mentionnent trois (Etym. XVIII, 64 ; Ant. pal. IX, v. 23) quand le plateau de jeu découvert à Qustul (fin IVe s ap. J.-C.) en a livré cinq.

26 Ex : CIL VIII, 8407 ; Ferrua, 2001, n°7 (p. 29). Voir également Rieche, 2007, p. 87-89.

27 Morcelli – Fea – Visconti 1869, p. 315 (CIL XIV 4125) ; Bruzza 1877 b, p. 69 pl. 29 = Jordan 1877, p. 279, n°41 ; Marucchi 1888 p. 474, n° 124 = Lafaye 1892, p. 1404 fig. 4677 ; Gatti 1904, p. 157, fig. 17 ; Lamer 1927, 1900-2029, c. 1927, XIII, 2, 2005. Voir Schädler 1995, p. 83 et Idem, 1999, p. 39-58, part. 52.

28 À même le sol de la Basilica Iulia. Voir Marucchi 1888, p. 474, n° 124 = Lafaye 1892, p. 1404 fig. 4677 ; Gatti 1904, p. 157.

29 British Museum, inv. 1898, 716, 4. Palestrina. Voir Gerhard 1863, fig. 146. Pour le commentaire du miroir, se reporter au tome cinq, Berlin 1884-1897, p. 191-193. La datation avancée situe le miroir au IIIe-IIe s. avant J.-C. Se reporter à Bardiès-Fronty – Dunn – Vaturi – Drake Boehm et al. 2012, p. 62.

30 Schädler 2009, p. 169-192.

31 On trouve des attestations de l’usage de tabulae lusoriae dans les poèmes de Venance Fortunat, dans les Decem libros historiarum de Grégoire de Tours, la chronique dites du pseudo-Frédégaire, le Liber Manualis de Dhuoda ou bien encore l’Historia Langobardorum de Paul Diacre. Le relevé et l’analyse de ces utilisations pratiques et discursives de la tabula lusoria s’intègrent dans le contenu d’une thèse en cours de préparation.

32 Voir Sablayrolles – Beyrie 2006, p. 448 (fig. 571).

33 Schädler 1995, p. 89 et 94. Par ailleurs, l’auteur formule l’hypothèse que le passage de trois à deux rangées est une évolution venue de la partie orientale de l’Empire qui s’est diffusé à Rome et à l’Occident à partir de la fin du IVe s. ap. J.-C.

34 Les données archéologiques sont à peu près nulles pour l’Occident. Les pions de tric-trac à bordure festonnée de Blois sont issus d’un contexte datant de la fin du IXe s. et les premiers tabliers conservés datent du XIe-XIIe s. (tabliers de Gloucester, de Mayenne et de Saint-Denis notamment).

35 Le rite de l’Armilustrium (19 octobre) prenait place sur l’Aventin, dans le vicus Armilustri. Le lieu tirait son nom de la procession du Lustrum (Varron, Ling., VI, 22). Voir LTUR, vol. 1, Quasar, 1993, p. 126-127 ; Richardson 1992, p. 39-40 ; Gagé 1976, p. 309-322. On connaît des exemples de tabliers de jeux de période byzantine gravés dans des bains à Aphrodisias. Se reporter à Roueché 2007, p. 100-105.

36 Jatta 2010.

37 Une étude exhaustive du vocabulaire topographique de Jean Matal ou Stephanus Pighianus pourrait peut-être permettre de résoudre cette question.

38 Nous remercions ici Joëlle Prim pour cette remarque.

39 LTUR, vol. 4, éditions Quasar, 1999, p. 93-94 ; Richardson 1992, p 292. Voir Amm. XVII, 4, 14.

40 Soit approximativement l’emplacement des thermes de Caracalla.

41 Nous n’avons malheureusement pas eu l’opportunité d’étudier les registres cadastraux du milieu du XVIe siècle, lesquels pourraient également permettre de préciser l’espace considéré.

42 Voir Sophocle, fr. 429 (édition Loeb) : καὶ πεσσὰ πεντέγραμμα καὶ κύβων βολαί.

43 Falus 1982-1984, p. 75-111. Le pentagramme a gardé un sens similaire à la Renaissance. Voir Schouten 1968.

44 Thaenae, port de Byzacène, au sud de l’actuelle Sfax en Tunisie.

45 Beschaouch 2011, p. 321-322. Pour la mosaïque, se reporter au CIL, VIII, 8509. Pour l’inscription sur une plaque funéraire (Thyna), se reporter au CIL, VIII, 11070. L’auteur argumente de manière convaincante en faveur d’une signalétique de sodalité, interprétation confortée par l’adjonction de l’iconographie et du sens des inscriptions. On notera que dans le cas de Thyna, l’étoile se trouve apposée au centre du frigidarium de l’édifice thermal au sein de la domus.

46 Schouten 1968, p. 23-24. Sur son emploi en contexte judaïque, on consultera Goodenough, 1953-1968.

47 Thee 1984, p. 190 et 199-203.

48 Perdrizet 1992, p. 35-38 ; Goodenough 1953-1968, p. 198.

49 Maguire 1994, p. 265-274.

50 ICUR V, 15237 b).

51 Cabrol – Leclercq 1939, 258-259.

52 Vikan 1984, p. 65-86 ; p. 74-76 ; Spier 1993, p. 25-62.

53 Giannobile 2003, p. 129-132. Manganaro 2001, p.131-178, voir p. 157-164. De nombreux parallèles ont été repérés en Orient. Voir également Manganaro 1989.

54 Inv. 404059 et 403366 de la Crypta Balbi. Bagues à chevalières en bronze datées des VIe-VIIe s. ap. J-C. Le catalogue présente comme des « étoiles de David » ce qui semblent néanmoins être des pentacles ou « sceaux de Salomon ».

55 Arena (dir.) 2001, p. 64-65. Céramique mise au jour à Sperlonga, dans le Latium, dans la villa dite « de Tibère ».

56 Inscription retrouvée près de Carrio (Asturies), le long de la Navia. Voir Nieto 2010, p. 552-599.

57 Coates-Stephens 2006, p. 149-166. L’auteur avance néanmoins que les nombreuses thermae de Rome ne semblent pas avoir été réactivées au cours de la période byzantine (p. 154). Cette position a silentio peut néanmoins sembler en contradiction avec l’entretien des aqueducs par l’administration byzantine, assurément attesté à Ravenne et à Naples à la même période, et sans doute à Rome (p. 151). Les données archéologiques sur les aménagements byzantins de la Rome tardo-antique sont encore rares. Voir Arena 2001, p. 20-34. Pour l’épigraphie grecque à Rome à cette période, Idem, p. 108-109.

58 Anthologie palatine, IX, 482.

59 L’immense majorité des tabulae lusoriae repérées in situ se trouvent dans l’espace urbain public et non pas à l’intérieur des domus.

60 Sur la notion du joueur comme doctus ou détenteur d’une ars, voir. n°3 et Goncalves 2013, p. 257-264.

61 Les bellatores sont clairement présentés comme de grands joueurs par le Code Justinien (CJ, III, 43, 1). Il subsiste peu de témoignages épigraphiques de la présence de la garnison byzantine à Rome, mais ils existent, comme l’illustre une inscription de la Porta Appia. Voir Richmond 1930, p. 107, fig. 18 A. Les traces laissées par la garnison militaire byzantine sont tenues. Voir Krautheimer 1999, p. 190-191. On notera que des dictionnaires des symboles évoquent une utilisation du pentalpha au sein de l’armée byzantine. Toutefois aucune source ne semble étayer cette affirmation. Voir notamment Kirschbaum – Bandmann 1971, 392-393. Les insignes de la Notitia Dignitatum illustrent plusieurs cas d’étoiles au nombre de branches variable, mais aucun pentagramme n’est attesté. Voir Notitia Orientis : V, 5 et 6 (8 branches) ; VII, 15-16 (8 branches) ; VIII, 2 et 14 (7 branches) ; IX, 4 (8 branches) et 9 (7 branches). Notitia Occidentis : V, 91 (6 branches), 94 (10 branches) et 95 (8 branches) ; VI, 13 (9 branches) sur la base de l’édition de Neira Faleiro 2005. L’hexagramme arboré par l’insigne des propugnatores (Not. Occ. V, 91) est un cas unique. Il semble donc difficile d’argumenter en faveur d’une symbolique particulière de l’étoile de David dans l’armée romaine au Ve siècle, et moins encore du pentagramme. Cependant, la symbolique militaire a pu largement évoluer au cours des deux siècles suivants et reste tributaire, sur le plan épigraphique, de l’utilisation qui en est faite par les individus.

62 Grossein 1996, p. 123-124.

63 Weber 1996, p. 178.

64 Augustin, In Iohannis Evangelium tractatus, CXXIV VII, 6 (70, 33-40), IEA, 1993: Perdidit signum Christi, accepit signum diaboli. An forte dicat : Non perdidi signum Chrisit ? Ergo signum Christi cum signo diaboli habuisti. Non vult Christus communionem, sed solus vult possidere quod emit (« [Son âme] a perdu le signe du Christ, elle a reçu le signe du diable. Peut-être va-t-elle dire : je n’ai pas perdu le signe du Christ ? Tu as donc eu le signe du Christ avec le signe du diable ! Le Christ ne veut pas de partage, il veut posséder seul ce qu’il a acheté »).

65 Amm., XIV, 6, 14 et 25 ; XXVIII, 4, 21 ; 4, 28 et 29.

66 Le thème de la victoire de Rome garantissant la tranquillité du joueur est un leitmotiv des tabulae lusoriae classiques. Ex. à Rome, catacombe de Priscilla, CIL VI, 37272 : Hostes victos italia c(g?)audet [ludit]e Romani (« Les ennemis (sont) vaincus, l’Italie se réjouit, jouez Romains. ») ; Trèves, CIL XIII, 3865 : Virtus Imperi / Hostes Vincti/ Ludant Romani ! (fin IIIe-début IVe s.) (Imperi est en fait le génitif Imperii).

67 Sur cette notion, se reporter au numéro de la revue Antiquité tardive (9), 2001, p. 24-295, et plus précisément Carrié 2001, p. 27-46.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Tabula lusoria de facture classique.
Légende Trèves ; h. 45 cm x l. 70 cm.
Crédits CIL XIII 3865 ; ILS 8626b ; RIC I, 39.© Benediktinerabtei St. Matthias Trier, Th. Zühmer
Titre Fig. 2 - CIG, IV, 8983.
Crédits © Goncalves
Titre Fig. 3 - Inscriptionum romanorum corpus absolutissimum.
Légende J. Gruter, Heidelbergae, bibliopolio Commeliniano, 1616, fig., p. 1049, n° 1.
Crédits © BnF.
Titre Fig. 4 - Fac-similé d’après VatLat 6040 15v.
Crédits © Goncalves.
Titre Fig. 5 - Fac-similé d’après VatLat 6040 57r.
Crédits © Goncalves.
Titre Fig. 6 - Codex Pighianus, folio 89v.
Crédits © Staatsbibliothek de Berlin (source : http://census.bbaw.de/​).
Titre Fig. 7 - Les tabulae dites « verticales ».
Crédits CIL IV 4125.
Titre Fig. 8 - Les tabulae dites « verticales ».
Crédits Gatti 1904.
Titre Fig. 9 - Miroir de bronze (IIIe-IIe s. av. J.-C.).
Crédits British Museum, inv. 1898, 716, 4. © Trustees of the British Museum.
Titre Fig. 10 – Tabula lusoria de Saint Just de Valcabrère.
Légende In situ.
Crédits © Goncalves.
Titre Fig. 11 - Bracelet nastriforme, bronze.
Légende l. 8,3cm ; h. 0,9cm.
Crédits D’après Manganaro 2001, fig. 19.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Goncalves, « Le tablier de Gruterus : jeu de faussaire ou jeu chrétien ? », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 126–2 | 2014, mis en ligne le 09 janvier 2015, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://mefra.revues.org/2643 ; DOI : 10.4000/mefra.2643

Haut de page

Auteur

Vincent Goncalves

Université Jean Moulin Lyon III – vgoncalves71[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org