Navigation – Plan du site
Varia

Gigantum ossa et arma heroum

Note sur les objets réunis par Auguste dans le praetorium impérial de Capri (circa 15 av. J.-C. – 14 ap. J.-C.)
Raphaël Angevin

Résumés

Le texte de Suétone relatif aux collections d’armes et d’ossements formées par l’empereur Auguste dans l’un de ses praetoria (Div. Aug., LXXII, 5-6) a fait l’objet, depuis le milieu du XIXe siècle, de nombreux commentaires de la part des érudits et des archéologues. Les historiens de la discipline connaissent bien ce court extrait où l’auteur mentionne, au détour de sa présentation des villégiatures du Prince, les objets qui auraient été exposés dans l’une de ses résidences et quae dicuntur gigantum ossa et arma heroum. Il nous a semblé intéressant de revenir, dans le cadre de cet article, sur le contenu de ce passage et sur les nombreuses interprétations dont il a pu faire l’objet depuis les années 1860 et les premières réflexions sur l’ancienneté de l’Homme. Sous ce regard, notre enquête couvrira toute la seconde moitié du XIXe siècle, jusqu’au tournant des années 1900 où d’importantes découvertes paléontologiques – notamment sur l’île de Capri – viennent abonder la réflexion sur sa signification. Dans cette contribution, nous nous proposerons donc de réexaminer ce témoignage à la lumière de l’abondante exégèse qu’il a suscitée, en cherchant à mettre en relief le projet de légitimation des pionniers de la Préhistoire. Pour ce faire, nous nous attacherons à la présentation du texte de Suétone et à sa critique avant de nous pencher sur la manière dont les préhistoriens ont cherché à intégrer les nouvelles connaissances acquises dans une culture classique partagée qui fonde sa démarche sur la pratique antique de la collection et s’inscrit dans une vision rationaliste des origines de l’Humanité dont les racines puisent substantiellement aux idées développées par les naturalistes du Ier siècle av. J.-C. comme Lucrèce. In fine, nous tenterons de questionner cette posture, en rouvrant l’instruction de ce dossier sur des fondements renouvelés. Cette courte note sera ainsi l’occasion d’illustrer, à la manière d’une chronique, la réception d’un texte classique par la communauté académique, au moment de la construction de la discipline préhistorique.

Haut de page

Texte intégral

Ex secessibus praecipue frequentauit maritima insulasque Campaniae aut proxima urbi oppida, Lanuuium, Praeneste, Tibur, ubi etiam in porticibus Herculis templi persaepe ius dixit. Ampla et operosa praetoria grauabatur.
Et neptis quidem suae Iuliae, profuse ab ea exstructa, etiam diruit ad solum, sua uero quamuis modica non tam statuarum tabularumque pictarum ornatu quam xystis et nemoribus excoluit rebusque uetustate ac raritate notabilibus, qualia sunt Capreis immanium beluarum ferarumque membra praegrandia quae dicuntur gigantum ossa, et arma heroum.

Parmi ses lieux de retraite, il séjourna surtout au bord de la mer, dans les îles de Campanie ou les villes très proches de Rome, Lanuvium, Préneste, Tibur, là où fort souvent il rendit la justice sous les portiques du temple d’Hercule. Il n’avait point de goût pour les maisons de plaisance vastes et luxueuses.
Il fit même raser jusqu’au sol celles de sa petite-fille Julia, construites avec prodigalité. Quant aux siennes, si modestes qu’elles fussent, il les orna et les embellit moins de statues et de tableaux que de galeries couvertes, de bosquets, de curiosités antiques et d’autres objets rares, tels à Capri ces membres énormes d’animaux monstrueux et de bêtes sauvages que l'on nomme les os des géants et les armes des héros.

Suétone, Vie des Douze Césars, Div. Aug., LXXII, 5-6, traduction N. Louis, 2010.

Introduction

  • 1 Suétone, Div. Aug., LXXII, 5-6.

1Le texte de Suétone (circa 70-140 ap. J.-C.) relatif aux collections d’armes et d’ossements formées par l’empereur Auguste dans l’un de ses praetoria d’Italie1 a fait l’objet, depuis le milieu du XIXe siècle, de nombreux commentaires de la part des érudits et des archéologues. Les historiens de la discipline connaissent bien en effet ce court extrait où l’auteur mentionne, au détour de sa présentation des villégiatures du Prince, les objets qui auraient été exposés dans une de ses luxueuses résidences et quae dicuntur gigantum ossa et arma heroum. Il nous a semblé intéressant, dans le cadre de cette courte note, de revenir sur le contenu de ce passage et sur les nombreuses interprétations dont il a pu faire l’objet depuis les années 1860 et les premières réflexions sur l’ancienneté de l’Homme. Sous ce regard, notre enquête couvrira toute la seconde moitié du XIXe siècle, jusqu’au tournant des années 1900 où d’importantes découvertes paléontologiques en Italie – notamment sur l’île de Capri – viennent abonder la discussion sur sa signification, alors même que cet épisode n’avait été signalé jusque-là que par voie d’allusion et trop rarement cité in extenso.

2Dans le cadre de cette contribution, nous nous proposerons de réexaminer le passage de l’historien latin à la lumière de l’abondante exégèse qu’il a suscitée, en cherchant à mettre en relief le projet de légitimation des pionniers de la discipline et les obstacles épistémologiques que cette démarche ne laissa pas d’engendrer. Pour ce faire, nous nous attacherons à la présentation du texte de Suétone et à sa critique avant de nous pencher sur les conditions de sa réception auprès de la communauté académique et la manière dont les préhistoriens ont cherché à intégrer les nouvelles connaissances élaborées dans une culture classique partagée. Enfin, nous tenterons de questionner cette posture, en rouvrant l’instruction de ce dossier sur des fondements renouvelés.

L’extrait cité à comparaître

3Eu égard aux nombreuses paraphrases – souvent discordantes – dont ces écrits ont pu faire l’objet, notamment de la part des préhistoriens, nous nous bornerons à livrer ici une restitution fidèle du texte latin, sans ponctuation ou ajout de forme, ainsi que sa traduction littérale, en essayant de suivre au plus près la construction de l’auteur et en faisant fi des tournures de style, au risque parfois de sacrifier toute élégance. D’un point de vue littéraire, l’anecdote ne fait d’ailleurs pas l’objet de longs développements et se trouve rapidement dépêché au détour de la présentation des résidences impériales du Latium et de Campanie.

Ampla et operosa praetoria grauabatur. Et neptis quidem suae Iuliae profuse ab ea exstructa etiam diruit ad solum sua uero quamuis modica non tam statuarum tabularumque pictarum ornatu quam xystis et nemoribus excoluit rebusque uetustate ac raritate notabilibus qualia sunt Capreis immanium beluarum ferarumque membra praegrandia quae dicuntur gigantum ossa et arma heroum.

Il n’aimait pas les maisons de campagne vastes et dispendieuses. Et l’une d’elle, construite à grand frais par sa petite-fille Julia fut détruite jusqu’au sol ; quant aux siennes, qui étaient modestes, il les orna moins avec des statues et des tableaux peints qu’avec des bosquets, des galeries et des objets remarquables par leur ancienneté et leur rareté comme sont à Capri les os énormes de bêtes colossales et de fauves dont on dit qu’ils sont les os des géants et les armes des héros.

  • 2 Reinach 1889, p. 29.

4La présente traduction rejoint sur de nombreux points celle proposée par S. Reinach dans sa célèbre publication relative au musée de l’empereur Auguste2. Cette version a le mérite de rester la plus neutre possible concernant l’origine des objets réunis par Auguste et les conditions de leur présentation dans l’un des praetoria impériaux. Elle ne va pas sans soulever quelques interrogations toutefois quant à la nature même des pièces collectées : cet état de fait concerne notamment la distinction qui est faite dans la subordonnée entre gigantum ossa – que quae dicuntur rapporte logiquement à immanium beluarum ferarumque membra praegrandia – et arma heroum dont la relation avec les autres composantes de la phrase restent ambiguë.

5De même, la localisation avancée par le texte – Capreis – pose un certain nombre de difficultés, tant il est délicat de se prononcer sur la nature de sa référence et son statut réels, sur le seul fondement de la construction grammaticale de Suétone : elle est tout à la fois susceptible de renvoyer au lieu de découverte ou au lieu d’exposition, sans que l’une ou l’autre de ces propositions puisse être considérée comme aberrante a priori, comme nous le verrons par la suite. Le subtil agencement des formules et des syntagmes – qui répond à un rythme particulier de l’écriture chez l’historien – facilite les traductions les plus floues et, par ricochet, les interprétations philologiques les plus hasardeuses. De fait, il est à l’origine des débats passionnés qui se sont fait jour au sein de la communauté savante européenne dès le milieu du XIXe siècle, mobilisant quelques figures marquantes de la nouvelle archéologie préhistorique.

6Ce moment singulier dans l’histoire des sciences voit en effet les érudits de tout bord s’emparer des témoignages classiques pour justifier le développement d’une « sensibilité » archéologique dès la période antique. D’un point de vue formel, cette démarche fait écho à la pratique d’antiquaire qui est celle des archéologues depuis le milieu du XVIIIsiècle : pour la Préhistoire naissante, la convocation du texte de Suétone participe d’une entreprise de légitimation que les découvertes de la seconde moitié du XIXe siècle viennent résolument conforter, alors que la nouvelle discipline cherche à inscrire son propos à la croisée des différentes traditions académiques.

Les commentaires des archéologues et des préhistoriens

  • 3 Rossi 1867.
  • 4 Nicolucci 1872, p. 34.

7Les premières mentions des os des géants et des armes des héros apparaissent dans les publications archéologiques dès le milieu des années 1860. Le premier à rapporter ces faits et à établir un lien entre les objets réunis par Auguste et les antiquités antédiluviennes récemment découvertes en Europe est le naturaliste M. S. de Rossi dans son Rapporto sugli studi e sulle scoperte paleoetnologiche nel bacino della campagna romana publié en 1867 dans les Annales de l’Institut italien de correspondance archéologique3. Citant le texte de Suétone, il évoque à cette occasion les récentes découvertes paléontologiques effectuées sur l’île de Capri (Italie) par Bonucci4 (1864) et qui sont présentées en détail lors du Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques de Bologne en 1871 :

  • 5 Rossi 1867, p. 9.

Non tutti nell’antichità romana hanno creduto alla fulminea origine delle armi in pietra. Augusto ne conobbe la vera natura e le cercò nelle caverne ossifere. [Suivent plusieurs lignes où l’auteur mentionne le texte de la Vie du Divin Auguste] Le grotte ossifere dell’isola de Capri sono state testè rinvenute dal ch. Cav. Bonucci. Adunque Augusto riconosceva in quelle armi i manufatti degli eroi, cioè degli uomini vissuti contemporaneamente alle immani belue ossia ai pachidermi dell’epoca quaternaria5.

8Dès l’origine donc, l’association entre le texte classique et le passé préhistorique de l’humanité se fait sur le fondement des découvertes archéologiques, bien souvent fortuites, réalisées sur l’île de Capri ; en cela, elle ne procède pas d’une lecture déductive inspirée par les récentes théories évolutionnistes, mais plutôt d’une convergence de points de vue qui tient à la vaste culture des premiers représentants de la discipline dont la démarche affecte, en ce milieu de XIXe siècle, un mouvement pendulaire régulier entre sciences naturelles et humanités. Sous ce regard, la vision de Rossi relève malgré tout d’une perspective exclusive : il s’agit pour lui de procéder à une lecture sélective des sources, dans le cadre d’une historiographie qui juge de la pertinence des références à prendre en compte en fonction de ses propres cadres conceptuels.

9Nous voyons bien que le préhistorien italien outrepasse très largement, dans son commentaire, le contenu du texte de l’historien latin : il déduit en effet que les arma heroum décrites sont bien des objets en pierre – les célèbres pierres de foudre – et présente Auguste en « empereur-archéologue », tout occupé à rechercher des témoignages de « l’époque des Héros » dans les gisements paléontologiques « et les grottes ossifères » de la baie de Naples. Par la suite, son propos sera forcé et déformé à de nombreuses reprises, conduisant à une variété d’interprétations souvent contradictoires. Le succès des thèses de Rossi est de ce point de vue immédiat. La même année, A. Rhôné, résumant la contribution du naturaliste italien, écrit ainsi, dans une recension du mémoire pour la Revue archéologique :

  • 6 Rhôné 1867, p. 49.

Suétone rapporte que l’Empereur, plus soucieux de curiosités que d’œuvres d’art, avait fait réunir dans sa bibliothèque du Palatin quantité de gemmes, de silex polis et même d’ossements gigantesques d’animaux d’espèces éteintes que l’on croyait être les restes des géants et les armes des héros6.

  • 7 Pline l’Ancien, Hist. natur., XXXVII, 51.

10Les confusions sont ici nombreuses : elles tiennent tout d’abord à la nature des objets réunis – des gemmes, des silex polis et des ossements d’animaux selon les termes de l’auteur – mais également au lieu de leur présentation que Rhôné assimile avec certitude à la bibliothèque du palais d’Auguste, à Rome. Cette dernière localisation est à l’évidence imprudente. Concernant le premier point toutefois, la démarche de l’auteur relève logiquement, comme chez Rossi, d’une volonté de légitimation de la discipline, par l’affirmation de la coexistence de l’homme et des grands mammifères fossiles. Pour les deux auteurs, les armes des héros ne peuvent en aucun cas désigner des ossements d’animaux ; il s’agit sans conteste d’outils en pierre fabriqués par l’Homme, comme les récentes recherches en ont révélés en grand nombre. Les savants divergent simplement sur la nature de ces industries : pour le naturaliste italien, elles s’apparentent naturellement à des coups-de-poing paléolithiques, alors que l’archéologue français les rapproche plus volontiers des haches polies, les fameuses céraunies décrites par les auteurs latins après Pline l’Ancien7.

  • 8 Hamy 1870, p. 15.
  • 9 Ennius, d’après Festus, Sign. Verb., XVII.
  • 10 Tite Live, Hist. Rom., I, 24.
  • 11 Pline l’Ancien, op. cit.
  • 12 Solin, Polyhist., XXI & XXIV.
  • 13 Isidore de Séville, Etym., XVI, 13, 5.
  • 14 Hamy 1870, p. 14.
  • 15 Hamy ibid., p. 15.

11C’est ce même article de Rossi qui inspire à E. Hamy cette allégation dans son Précis de Paléontologie humaine : « Suétone [montre] Auguste occupé à chercher, dans les grottes de Caprée, les énormes membres des bêtes fauves, réputés des os des géants, et les armes des héros (c’était des céraunies assurément) »8. Il tire de cette assertion plusieurs conclusions fondamentales : en premier lieu, il affirme que certains auteurs latins comme Ennius9, Tite-Live10 et, bien sûr, Suétone avaient une connaissance assurée de « l’usage vrai des céraunies » et des armes de silex, à l’opposé d’autres personnalités, comme Pline11, Solin12 ou Isidore de Séville13, dont « l’imprimerie vulgarise avec tant d’ardeur » le constat d’ignorance14. En outre, il déduit des comparaisons établies entre ces différents textes que les savants de l’Antiquité avaient une perception des temps antédiluviens somme toute assez proche de celle des archéologues du XIXe siècle, leur « théorie préhistorique [étant] bien peu éloignée de celle que nous admettons aujourd’hui »15.

  • 16 Cartailhac 1873, p. 18.

12Cette légitimation par l’histoire se retrouve avec force chez E. Cartailhac lorsqu’il convoque le passé pour justifier l’ancienneté des recherches dans la péninsule, faisant d’Auguste l’un des précurseurs de l’archéologie préhistorique en Italie. Dans le compte rendu des actes du Congrès international de Bologne (1871) qu’il livre dans sa revue Matériaux pour une histoire primitive et naturelle de l’homme, il précise ainsi : « les études préhistoriques ont été entreprises depuis peu en Italie quoique Auguste, d’après Suétone, ait cherché dans les grottes ossifères de Capri les silex taillés comme des arma heroum »16.

13Plusieurs fois dans sa présentation, il fait référence à « l’intuition » d’Auguste, rejoint en cela par le génial Mercati quelques siècles plus tard. Ici aussi, la mention – qui s’appuie sur les références publiées par Rossi – ne tient pas au hasard : elle exprime pour la première fois une filiation directe entre les savants éclairés de l’Antiquité – au premier rang desquels nous retrouvons le fondateur du Principat – et les préhistoriens du XIXe siècle qui ne seraient finalement que les « inventeurs » des origines de l’Humanité. Dès lors, les idées nouvelles véhiculées par les promoteurs de l’évolution de l’homme et du progrès industriel ne peuvent être présentées comme « révolutionnaires » : elles s’inscrivent dans une longue tradition de recherche dont les racines puisent substantiellement dans la culture antique.

  • 17 Cazalis de Fondouce – Cartailhac 1873, p. 431.
  • 18 Voir notamment à ce sujet Coye 2005.

14L’année suivante, P. Cazalis de Fondouce et E. Cartailhac précisent leur pensée à ce sujet, tout en prenant quelque liberté avec le texte de Suétone : « Parmi les objets provenant de la terre de Labour et des Principautés, [certains proviennent] […] de l’île de Capri où Auguste recueillit, il y a déjà dix-huit siècles, des armes de pierre et des os d’animaux d’espèces perdues, gigantum ossa et arma heroum »17. Par l’évocation de la profondeur du temps, les auteurs souhaitent illustrer la longue lignée des savants qui se sont intéressés à la Préhistoire depuis l’Antiquité. Ils se démarquent en cela d’un autre courant de l’archéologie préhistorique, sensible à la notion de rupture, et qui reste attaché à l’idée d’un bouleversement sans précédent des connaissances. G. de Mortillet en est l’un des représentants les plus emblématiques : issu de l’école naturaliste, il se distingue d’un Reinach et d’un Lenormant, hellénistes de formation, et qui bénéficient d’une solide culture classique18.

15Au-delà de la question du caractère fortuit de ces découvertes, qui pose légitimement le problème de l’existence d’une pratique d’antiquaire au tournant de notre ère, d’âpres discussions s’établissent également sur la nature des objets mis au jour. Au début des années 1880, le ton change ainsi radicalement et le débat se déplace sur un terrain plus strictement archéologique.

  • 19 Nadaillac 1881, p. 6.
  • 20 Evans 1878, p. 4.

16La thèse de l’existence de céraunies est ainsi défendue par le marquis de Nadaillac : « l’Empereur Auguste, rapporte Suétone, avait réuni dans son palais du mont Palatin une collection nombreuse de silex polis et d’ossements de grands animaux disparus qu’il croyait les restes des géants et les armes des héros »19. Il s’oppose en cela à J. Evans pour qui le terme arma heroum fait écho à des instruments en métal : « à l’époque même d’Auguste, il paraît que les armes de bronze étaient considérées comme des antiquités et cet empereur semble avoir commencé la première collection archéologique et géologique qu’il soit parlé »20.

17Pour S. Reinach enfin, la formule arma heroum renvoie plus vraisemblablement aux ossements d’animaux également mentionnés dans le texte de Suétone sous l’appellation de gigantum ossa :

  • 21 Reinach 1889, p. 36.

Cette collection ne comprenait, que nous sachions, ni céraunies, ni haches paléolithiques, ni armes de bronze. [...] Les grands ossements fossiles, à l’époque impériale, étaient considérés comme des os des géants et des armes des héros ; Suétone et d’autres avant lui avaient reconnu qu’ils appartenaient bien à des animaux.21

De nouvelles pièces versées au dossier

  • 22 Cerio – Bellini – Pigorini 1906.
  • 23 Boule 1906, p. 587.

18À la fin du XIXe siècle, le dossier est provisoirement clos par la publication de Reinach qui dresse un bilan critique des interprétations dont l’extrait de la Vie d’Auguste a pu faire l’objet. Le débat est toutefois rouvert à l’occasion des nouvelles fouilles effectuées sur l’île de Capri en 1905 : c’est à cette date que l’agrandissement de l’hôtel Quisisana, sur la côte méridionale de l’île, entraîne la découverte fortuite d’importants vestiges paléontologiques associés à de nombreux témoignages de la période acheuléenne22. Dès la fin de l’année, I. Cerio entreprend des investigations limitées sur le site, mettant en lumière une importante séquence stratigraphique de près de huit mètres23.

  • 24 Santagata 2013.
  • 25 Pigorini 1907.
  • 26 Ibid.
  • 27 Giuffrida-Ruggeri 1908. Pour un historique des fouilles de Capri, voir Mussi 2001, p. 6.

19Il met au jour, dans les argiles rouges situées à la base de la coupe et scellées par plusieurs niveaux de pouzzolane et de cendres volcaniques, des restes de grands mammifères (éléphant antique, hippopotame, rhinocéros, ours des cavernes, etc.), au côté de nombreux outils en silex et quartzite, dont plusieurs bifaces de type chelléen24. Très rapidement, L. Pigorini, directeur du Museo Preistorico e Etnographico de Rome, s’intéresse aux découvertes de Cerio et fait lui-même procéder à de nouvelles explorations, d’ampleur plus limitée. Il publie ses découvertes – qu’il présente comme « le più importanti compiute nel nostro paese dai paletnologi in questi ultimi anni »25 – en plusieurs livraisons dans le Bolletino di paletnologia italiana ainsi que dans les comptes rendus de sessions du Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques qui se tient en 1906 à Monaco26. À la suite de ces différentes opérations, des fouilles de contrôle sont de nouveau organisées en 1910 sur le gisement de Quisisana, avec le soutien et sous l’autorité de la Società Italiana per il Progresso delle Scienze27.

  • 28 Ce schéma diffusionniste ne fut que tardivement remis en question, dans la seconde moitié du XXe si (...)

20D’un point de vue archéologique, ces découvertes sont à l’origine des thèses historicistes de Pigorini sur la propagation des cultures chelléennes en Italie, modèle confirmé quelques années plus tard par la mise au jour d’industries archaïques sur le site de Notarchirico, en Italie du Sud28. Mais la diffusion de ces résultats auprès de la communauté préhistorienne conduit également à une reformulation inattendue de la question des os des géants et des armes des héros. C’est ce qu’indique dès 1905 L. Capitan dans la Revue anthropologique :

Ces découvertes ont une grande importance générale. Elles ont également un intérêt d’un autre ordre. On sait que Suétone, décrivant la villa d’Auguste, dit qu’il y avait réuni surtout des objets uetustate ac raritate notabilibus qualia sunt Capreis immanium beluarum ferarumque membra praegrandia quae dicuntur gigantum ossa et arma heroum.

On a beaucoup discuté sur l’interprétation de ce texte, depuis Bonucci écrivant en 1864 au Duc de Luynes jusqu’à Sir J. Evans et à M. Reinach qui a publié, sur ce sujet, en 1889, un fort intéressant article. Pour ossa gigantum, on était bien d’accord. Ce devaient être des ossements fossiles de grands mammifères. On voit que les dernières fouilles démontrent leur abondance à Capri. Mais, pour arma heroum, les avis étaient partagés. Bonucci pensait que cela devait s’appliquer aux haches polies qui auraient pu être recueillies par les Romains avec les ossements des grands animaux. Reinach fait très judicieusement observer que les Romains connaissaient fort bien les haches polies, les céraunies, mais que pour eux c’étaient des pierres de foudre et que jamais il ne leur serait venu à l’idée d’appeler arma heroum des céraunies. Evans pensait même que les arma heroum étaient en bronze.

  • 29 Capitan 1907a, p. 104.

Mais voici que les découvertes récentes de Capri semblent devoir changer la solution de ce petit problème. Il y avait à Capri avec les ossa gigantum de grosses pierres pointues en roches étrangères au pays, le tout contenu dans l’argile rouge sans autre débris. Il paraît donc tout naturel que les Romains, recueillant les os, aient en même temps ramassé les pierres qui les accompagnaient et les aient considérées comme les armes des héros avec lesquelles ceux-ci auraient tué ces gigantesques animaux. […] Les Romains [ont donc recueilli] les haches chelléennes placées à côté des ossa gigantum, lesquelles haches, absolument différentes des céraunies, auraient servi aux héros à tuer les immania bellua dont les os étaient associés à ces armes primitives29.

  • 30 Ibid., p. 103.
  • 31 Capitan 1907b, p. 252.

21Capitan réitère cette position – qui est certifiée « avec une plus forte probabilité que jadis » par les récentes découvertes effectuées à Capri30 – à plusieurs reprises entre 1907 et 1908 devant la Société des Antiquaires de France31 et, bien entendu, au sein de l’École d’anthropologie de Paris qu’il a lui-même contribué à fonder. En dépit de la vaste audience laissée à ses interprétations, le point de vue développé ne semble toutefois connaître qu’une résonance limitée dans la communauté savante, à l’opposé de ce que nous avons pu percevoir au cours du dernier tiers du XIXe siècle à travers les écrits de la première historiographie. De fait, la question des gigantum ossa et des arma heroum ne rencontre qu’un écho de confidence après 1910, les temps n’étant plus à la justification ou la légitimation de la recherche préhistorique.

Récits mythologiques et matériaux du discours historiographique

22S’il en est ainsi, c’est que la Préhistoire connaît, au début du XXe siècle, une importante fracture épistémologique qui entérine de manière définitive la création d’un espace de savoir autonome. Dans ce contexte, les travaux des années 1910-1920 se dégagent progressivement de toute référence aux humanités et placent leur approche dans une perspective sociale et culturelle qui rompt définitivement avec la première historiographie de la discipline qui nous intéresse plus spécifiquement ici.

  • 32 Coye 1997, p. 15.
  • 33 Schnapp 1993.

23Comme le rappelle avec pertinence N. Coye, cette tradition, telle qu’elle se met en place au milieu du XIXe siècle, inscrit l’émergence de la Préhistoire dans la longue durée des temps historiques, « ordonnant une succession de motifs apparus entre l’Antiquité et le XVIIIe siècle »32. En cela, elle s’approprie un discours sur les origines de l’Humanité qui, parfaitement constitué chez les auteurs anciens, est reformulé par les humanistes de la Renaissance et les philosophes des Lumières33. À partir des années 1850, préhistoriens et naturalistes cherchent ainsi à mettre en perspective les observations archéologiques avec les constructions littéraires et mythologiques de l’Antiquité qui ne traduisaient jusque-là qu’une conception purement spéculative du passé.

24Sous cet aspect, le texte de Suétone réussit une synthèse opérante entre différentes perceptions des origines de l’homme. Sa formule repose sur un traitement largement éprouvé par l’historiographie et qui puise ses sources dans une conception gréco-romaine de la marche de l’humanité : remontant aux VIIIe-VIIe siècles av. J.-C., une solide tradition littéraire s’attache en effet à retracer les premiers temps de l’espèce humaine, tout en essayant d’en proposer une première périodisation. Au sein de ce corpus, deux thèses apparaissent toutefois radicalement opposées et c’est dans leur combinaison que réside l’originalité de la démarche de l’historien.

  • 34 Coye 1997, p. 35.
  • 35 Hésiode, Trav. 1-201, notamment 150 sq.
  • 36 Eschyle, Pr., 450 sq.
  • 37 Empédocle d’Agrigente, fr. 130.
  • 38 Platon, Prot., 320c sq.
  • 39 À cet effet, il est intéressant de constater que, quelles qu’en soient les causes conjoncturelles, (...)
  • 40 Ovide, Mét., I, 77-415, notamment 126.
  • 41 Properce, Élégies, III, 13.
  • 42 Tibulle, Élégies, I, 3, 35-48.
  • 43 Cette lecture est fortement teintée cependant de pensée judéo-chrétienne. Chez Hésiode et ses épigo (...)

25La plus ancienne procède ouvertement du mythe et conçoit l’histoire de l’humanité « en termes de corruption et de dégénérescence »34. Illustrée par Hésiode35 à travers le mythe des quatre races, cette vision trouve, aux siècles suivants, des échos chez Eschyle36, Empédocle d’Agrigente37, Platon38 et jusqu’au changement d’ère39 chez Ovide40, Properce41 ou Tibulle42. Le tableau primordial qu’elle nous livre ressortit à un hypothétique âge d’Or, règne de Chronos ou de Saturne, décrivant un printemps éternel et une ère d’abondance. En résonance avec la théorie des trois âges, cette séquence aurait précédé les temps des héros (âges d’Argent et de Bronze puis âge des Héros chez Hésiode) puis celui des humains (âge de Fer), sanctionnant chez certains commentateurs l’idée d’une lente dégradation et d’une chute progressive de l’humanité43.

  • 44 Lucrèce, Natur., V, 925-1457.
  • 45 Diodore de Sicile, Bibl., VII-VIII.
  • 46 La pensée rationaliste inscrit l’histoire humaine dans une succession chronologique propre à l’âge (...)

26En cela, la tradition mythologique s’oppose à une deuxième conception plus rationaliste, défendue par un ensemble d’auteurs chronologiquement centré sur le Ier siècle av. J.-C. et qui inscrit son regard dans le sillage des idées développées par Lucrèce44 puis Diodore de Sicile45. Leur perspective est sensiblement différente de celle de leurs prédécesseurs : elle s’incarne dans une démarche purement théorique et ordonne suivant un enchaînement logique les étapes successives de la marche vers la civilisation. En cela, elle décrit un cheminement ascendant vers le progrès qui se détourne nettement, dans son orientation et ses références, du modèle mythologique46.

  • 47 Sur la pensée primitiviste chez Lucrèce, voir Taylor 1947 ainsi que le chapitre intitulé Lucretius (...)
  • 48 Lucrèce, Natur., v. 1283-1285
  • 49 Horace, Sat., I, 3, 101-102.

27Chez les auteurs latins, ce point de vue s'exprime en outre dans l’idée d’un perfectionnement graduel de l’armement, sous l’action combinée des innovations techniques et d’une recherche de plus grande efficacité47. La prééminence de ce regard est perceptible dans les vers fréquemment cités du De Natura Rerum de Lucrèce pour qui « les premières armes furent les mains, les ongles et les dents, comme aussi les pierres, les branches cassées aux arbres (lapides et fragmina) puis la flamme et le feu dès qu’ils furent connus »48. Mais elle rencontre également un écho chez Horace dans un passage relatif aux premiers temps de l’Humanité : « ils se disputaient […] en luttant avec leurs ongles et avec leurs poings, puis avec des bâtons et ainsi de suite, avec les armes qu’avait plus tard fabriquées l’expérience »49.

  • 50 Homère, Ill., 22.
  • 51 Pausanias, Pér., II, 16 et III, 3-8.
  • 52 Cette association relève malgré tout d’un certain anachronisme. Pour les anthropologues en effet, l (...)
  • 53 Varron, De Re Rustica, I, II, 1, cité par Censorinus, De Die Natali, 21.
  • 54 Denys d’Halicarnasse, Ant. Rom., I, IV-IX.
  • 55 Eschyle, Pr., 450 sq. et Sénèque, Ep., 90
  • 56 Polybe, Hist., V1, 5.
  • 57 Vitruve, Arch., II, I.
  • 58 Virgile, Géorg., 1, 63.

28L’évolution des armes et des outils est donc un thème commun à tout le discours rationaliste. Elle se retrouve avec force dans la succession des métaux décrite par Homère50 à travers une longue tradition littéraire qui se poursuit jusqu’à Pausanias51. D’un point de vue anthropologique, ce lent progrès des techniques accompagnerait la trajectoire des sociétés, depuis leurs expressions les plus primitives jusqu’aux constructions complexes de l’Antiquité52. Cette idée se retrouve notamment dans la « théorie des trois âges », parfaitement développée par Varron53 ou Denys d’Halicarnasse54 et qui fait succéder à un hypothétique âge obscur, où l’homme cherche à se réfugier dans des cavernes55, un âge mythique puis un âge policé. La spéculation historiciste, également présente chez Polybe56, Vitruve57 ou Virgile58, cherche donc à restituer la genèse de l’Humanité – et de ses cultures – dans un processus libéré de toute intervention divine, omniprésente dans les mythes anthropogéniques traditionnels.

  • 59 Testart 2012.
  • 60 Cité dans Veyne 1983, p. 57.
  • 61 Le passage du mythe rétrospectif des origines au récit historique joue ici un rôle crucial : dans c (...)
  • 62 Dans la conception antique, cette réalité fait logiquement écho à la condition primordiale de l’hum (...)
  • 63 Plutarque, Vie de Thésée, 36.

29En dépit de ces dynamiques opposées, les conceptions mythologique et rationaliste puisent à un même substrat empirique, à une même inspiration historique : l’une et l’autre se fondent sur l’intuition d’une mutation de la race humaine dont le postulat a pour corollaire la construction progressive de ses structures sociales59. Si elles diffèrent par leur projet, leur mouvement et leur orientation, elles se retrouvent pourtant dans la définition d’un âge intermédiaire qui serait celui des héros. Ce temps particulier qui se développerait « du premier déluge à la première olympiade »60, précèderait le temps de l’Histoire et serait marqué par le règne sans partage d’une race mythique, singulièrement évoluée et porteuse d’une technologie avancée61. Dans les deux traditions, la constitution symbolique des héros prolonge ainsi leur morphologie biologique62 : à la stature exceptionnelle des géants répond le caractère massif de leurs outils et de leurs armes, comme le rappelle Plutarque à travers le récit du transfert des os de Thésée à Athènes dans sa Vie des Hommes illustres63. Quelle que soit la diversité de leurs approches, ces auteurs introduisent donc un parallèle fondamental entre le raffinement des industries des hommes et le stade plus ou moins avancé de leur transformation anatomique.

30Il est intéressant de voir comment Suétone, dans l’extrait de la Vie d’Auguste que nous avons commenté supra, intègre son propos dans une longue tradition littéraire qui oscille entre ces deux visions : gigantum ossa fait alors référence à la perception commune que les auteurs anciens ont de cet hypothétique âge des héros, dans ce qu’il a de transitoire d’un point de vue biologique, tandis que arma heroum trahit le caractère quelque peu polymorphe de ses productions matérielles ; productions dont la caractérisation, problématique à bien des égards, tient avant tout au regard que ses contemporains posent sur les notions mêmes de progrès, d’évolution et de civilisation. Par une formulation originale de son propos, Suétone a sans doute cherché à opérer la synthèse entre les traditions mythologique et rationaliste que nous avons cru percevoir plus haut. En cela, il occupe une place particulière dans l’historiographie antique, car son propos traduit une variation évidente de la perception gréco-romaine des temps primordiaux.

  • 64 L’explication mythologique est du reste régulièrement tenue à l’écart de ses écrits. C’est le cas p (...)

31Dans cet extrait, l’auteur souhaite en effet clairement distinguer ce qui relève de la description stricte (immanium beluarum ferarumque membra praegrandia) de ce qui ressortit à une interprétation plus délicate, de caractère légendaire. Dès lors, et s’il souhaite malgré tout en livrer le contenu au lecteur, Suétone se démarque nettement des sources classiques relatives aux origines de l’Humanité et renvoie l’interprétation mythologique des faunes fossiles à une perception archaïque, naturellement sujette à caution. Sa formule ne souffre d’ailleurs guère de contradiction : quae dicuntur fait référence à une tradition orale ancienne que les écrits des naturalistes viennent largement contester. Pour l’auteur, cette interprétation résulte donc d’une croyance vernaculaire suspecte et la distance qu’il exprime ici se veut chez lui une constante de rigueur64.

  • 65 À cet égard, il est intéressant de noter que cette posture se retrouve jusque dans l’examen de ses (...)

32Sous ce regard, nous voyons bien que la démarche rationaliste est consubstantielle de l’œuvre de Suétone : elle consiste à croiser les données et à fournir des informations qui peuvent se révéler vraisemblables, à défaut d’être parfaitement vérifiables65. Dès lors, l’épisode du musée d’Auguste se veut avant tout descriptif : il signale la nature des objets réunis et livre quelques clés de compréhension factuelles et culturelles, à la mesure de la curiosité suscitée.

  • 66 Coye 1997, p. 36.
  • 67 Nous comprenons bien la diversité des interprétations qui se sont fait jour au sujet de cet extrait (...)
  • 68 Reinach 1889.
  • 69 Cette hypothèse a été étayée après lui par O. Abel et A. Mayor dans leurs études respectives relati (...)

33Dans ce contexte, il apparaît extrêmement délicat de décrire plus avant la vision « suétonienne » des temps primordiaux et, par ricochet, de présenter précisément les matériaux qu’il utilise pour évoquer cette « Préhistoire ». Il est évident toutefois que ses références puisent avec profit dans une conception rationaliste des origines de l’Humanité héritée des travaux de Lucrèce et de Diodore de Sicile66. Ce constat permet d’avancer quelques éléments de réponse quant à l’interprétation du dernier membre de la phrase : au regard de la posture adoptée par l’historien dans cet extrait, il ne fait pas de doute en effet que la locution arma heroum s’intègre à la proposition relative ouverte par quae dicuntur et renvoie elle aussi à une interprétation fabuleuse relevant de la tradition orale et de sa manipulation67. Partant, et comme l’avait déjà proposé S. Reinach en 188968, nous pouvons en déduire que les objets réunis par Auguste correspondaient, pour la très grande majorité d’entre eux, à des témoins paléontologiques qui ont pu être un temps considérés comme les « armes des héros », dans une visée évolutive de l’arsenal humain69.

Le musée de l’empereur Auguste

  • 70 Sur la réception des cosmogonies et des mythes anthropogéniques de l’Antiquité classique, voir nota (...)

34Nous avons pu nous en rendre compte précédemment : Auguste était parvenu à constituer, si l’on se fie aux écrits de Suétone, une collection d’ossements de grands animaux fossiles qui, dans l’imaginaire antique, passaient pour être les os des géants et les armes des héros. Cette opinion renvoie à deux courants de pensée dominants qui se sont diversement attachés, durant toute l’Antiquité, à décrire et périodiser les temps primordiaux de l’Humanité. Intégrant tout à la fois l’idée d’une division mythologique de l’Histoire et celle d’un progrès linéaire des industries, elle a été parfaitement synthétisée par l’historien latin qui livre ici un témoignage de première importance sur les croyances et superstitions associées aux périodes pré-historiques aux premiers siècles de notre ère70.

35La singularité de ce point de vue est sans doute à l’origine des nombreuses interprétations dont cet extrait a pu faire l’objet au moment de l’érection de la Préhistoire en discipline scientifique ; dynamique qui a été largement soutenue par les multiples découvertes archéologiques réalisées dans la seconde moitié du XIXe siècle.

36Mais le succès de ce texte tient également à la singularité des informations qu’il rapporte sur les modalités de conservation et de présentation de ces vestiges. Leur réappropriation par la communauté préhistorienne procède d’ailleurs du même programme de légitimation que toute l’exégèse déployée autour des gigantum ossa et des arma heroum.

37D’un point de vue circonstanciel pourtant, force est de constater que ce passage ne fournit aucune indication précise sur les conditions de mise au jour de ces objets. Les lieux de la découverte ne sont pas connus et rien dans le texte ne vient confirmer que la collection constituée par Auguste provînt de l’île de Capri, contrairement à ce qui fut allégué à diverses reprises. Cette confusion tient en grande partie au procédé métonymique employé par l’auteur qui induit une superposition logique entre le lieu d’exposition des ossements et l’emplacement hypothétique de leur gisement. En l’état toutefois, rien ne permet d’affirmer avec certitude leur provenance locale, et ce même si cette interprétation semble supportée par des découvertes paléontologiques récurrentes dans la région, notamment à proximité immédiate de l’un des praetoria du Prince.

  • 71 Les exemples sont ainsi nombreux, depuis Hérodote et Thucydide jusqu’aux historiens grecs et latins (...)
  • 72 Ainsi Manilius, un contemporain d’Auguste, signale-t-il l’existence d’espèces terrestres composites (...)
  • 73 Pline l’Ancien, Hist. Nat., VII, 16.
  • 74 Solin, IX, 7
  • 75 Une dent d’un de ces géants fut envoyée à l’empereur qui la confia alors à un illustre mathématicie (...)
  • 76 Philostrate, Héroïc., 8, 14. Ce dernier rapporte qu’au début de son règne l’empereur Hadrien a fait (...)

38Si nous connaissons par ailleurs la nature des objets réunis, les modalités de leur mise au jour ne sont malheureusement pas assurées. Sans doute relève-t-elle de découvertes fortuites, à l’occasion de travaux d’aménagement ou d’événements accidentels, comme de nombreux témoignages littéraires nous en livrent le récit71. Si les inventions d’armes de héros sont rares, les découvertes spontanées concernent régulièrement des os de géants72 : ainsi, Pline l’Ancien évoque-t-il un tremblement de terre sur l’île de Crète qui permit de dégager un corps de quarante-six coudées de long que ses contemporains interprétèrent comme la dépouille d’Orion73. Solin rapporte également que sur la presqu’île de Pallène, en Chalcidique, l’érosion du sol et le ravinement des eaux firent régulièrement apparaître des squelettes énormes que l’on crut être ceux des héros74. Dans son Livre des Merveilles, Phlégon de Tralles mentionne quant à lui de nombreuses découvertes d’os de géants en différents points de la Méditerranée, notamment en Sicile et en Calabre où de tels témoignages furent mis au jour à l’occasion d’un tremblement de terre, sous le règne de Tibère75. Ces vestiges étaient parfois récupérés et exposés au plus grand nombre, comme les os du géant Alcyonée, ensevelis sous le Vésuve et conservés comme une merveille par les Napolitains, aux dires de Philostrate76.

  • 77 Cet acte n’apparaît pas isolé et l’intérêt du Prince pour les curiosités ne semble pas se limiter a (...)
  • 78 Il est important de signaler toutefois que le corrélatif qualia introduit une simple subordonnée de (...)
  • 79 Suétone, Tibère, XL.
  • 80 Tacite, Annales, V-VI.

39Dans ce contexte, il est évident que Suétone ne fait pas d’Auguste un « empereur-archéologue », se livrant à une exploration systématique des grottes préhistoriques de la péninsule, mais plutôt un collectionneur éclairé que son intérêt pour les uetustates a conduit à rassembler divers objets de curiosité dont la faible valeur marchande, posée en miroir des statuarum tabularumque pictarum, semble plus en adéquation avec la sobriété érigée en principe par le mos maiorum77. Dès lors, le seul élément indiscutable concerne la localisation de ces collections après leur découverte : qualia sunt Capreis précise Suétone, ce qui laisse supposer sans trop de risque que les objets réunis étaient présentés dans un praetorium impérial de Capri78. D’un point de vue historique cependant, nous ne savons que très peu de chose des programmes monumentaux réalisés sur l’île avant le règne de Tibère, empereur dont Suétone79 et Tacite80 nous rapportent qu’il y séjourna près de dix ans et fit construire plus de douze villae dont la célèbre Villa Jovis.

  • 81 Cicéron, Ver., 1.51.
  • 82 À la fin de la République, l’engouement pour les Antiquitates va jusqu’à susciter un véritable traf (...)

40Dans ce contexte, il apparaît extrêmement délicat de se pencher sur les conditions de présentation de cette collection. Avec prudence, nous pourrions toutefois inférer, par comparaison avec des textes plus anciens, que ces objets étaient exposés dans l’un des espaces publics de l’édifice, comme les galeries d’entrée : ainsi, le propréteur de Sicile Caius Licinius Verrès exposait-il dans sa luxueuse résidence de Syracuse, au Ier siècle av. J.-C., sa collection d’antiquités mais aussi de curiosités naturelles (mirabilia), sous les colonnades d’un portique ornemental disposé autour de la cour principale, à la manière des grands apparats royaux des souverains hellénistiques81. Mais les effets de l’analyse comparée s’arrêtent là, car la nature et le statut des objets rassemblés à Capri se révèlent par trop singuliers pour susciter des parallèles plus étroits, notamment avec ce que nous connaissons de la pratique de la collection sous la République82.

Conscience du passé et pratique d’antiquaire

41Quelles qu'en soient par ailleurs les modalités, une telle démarche de publication des témoignages archéologiques atteste une conscience déjà ancienne de la haute antiquité de l’homme, confortée en cela par de nombreuses découvertes dont l’interprétation demeure cependant malaisée, en miroir du cadre théorique fragile défini par les auteurs grecs et romains pour appréhender ces temps reculés. En dépit des nombreux paradoxes qu’il soulève, les préhistoriens ont toutefois parfaitement compris tout le profit qu’ils pouvaient tirer de la mobilisation de cet extrait : se jouant de contradictions pourtant bien incommodes, ils retirent de cette citation les matériaux nécessaires à la démonstration d’une histoire antédiluvienne de l’homme, sur le fondement d’une démarche dont les racines puisent substantiellement dans l’expérience antique de la collection.

  • 83 Schnapp 1993

42Nous le voyons donc : au milieu du XIXe siècle, la conquête du passé83 passe non seulement par une présentation du tableau primordial de l’Humanité, sous ses différents traits, mais également par l’affirmation d’une pratique dominante, issue en droite ligne de la tradition gréco-romaine. Ainsi, et parallèlement à l’évocation de l’évolution humaine sur des fondements conceptuels composites tout à la fois issus de la rhétorique mythologique et rationnelle, les « pères fondateurs » de la Préhistoire ont cherché à ancrer la légitimité de la discipline dans une démarche héritée des antiquaires de Rome et de la Renaissance, sur des fondements identiques à ceux mobilisés pour justifier l’ancienneté de l’Homme.

  • 84 À cet égard, il est intéressant de signaler que les interprétations des exégètes varient en fonctio (...)

43Parvenus à cette étape, nous percevons bien la manière dont le texte de Suétone a pu être compris et réinterprété par le discours historiographique : à la faveur de procédés de lecture sélective et de réécritures successives des sources, les préhistoriens ont développé un propos « archéocentriste » affirmant que les outils de pierre ou d’os, même incompris dans leur nature et leur fonction, « ont de tout temps été remarqués dans leur spécificité », c’est-à-dire perçus comme des documents à part entière84. À l’instar des procédés démonstratifs adoptés pour les céraunies, l’exégèse de cet extrait témoigne ainsi d’une perspective historiciste renouvelée, qui est loin d’être innocente. Dans le contexte général de contestation des années 1860, qui voit la remise en cause systématique des découvertes préhistoriques, la recherche de – rares et discutables – attestations d’outils en pierre dans les textes classiques vient s’articuler avec les métamorphoses du discours classique sur l’humanité primordiale et la réinterprétation des grands mythes fondateurs.

  • 85 Rossi 1984.
  • 86 Sur les liens étroits existant entre pratique d’antiquaire et programme classificatoire, voir notam (...)
  • 87 Schnapp 2009.

44D’un point de vue méthodologique, l’émergence de l’archéologie préhistorique s’opère donc sous le signe d’une double dette : vis-à-vis des sciences naturelles et de la paléontologie tout d’abord auxquelles elle emprunte l’outil stratigraphique et la perspective évolutive85 ; en miroir des humanités par ailleurs, à travers le recours à une pratique d’antiquaire dont le succès s’incarne dans un programme typologique qui connaîtra par la suite une postérité féconde86. L’une et l’autre de ces démarches s’inscrivent dans une longue lignée dont les racines plongent profondément dans l’Antiquité classique : ainsi, les naturalistes du siècle des Lumières assoient solidement leurs avancées sur les connaissances issues des observations des auteurs gréco-romains, tandis que les études des humanistes valident une perspective archéologique qui voit la valeur documentaire du monument antique87 s’imposer progressivement entre le XVIe et le XVIIIe siècle.

  • 88 Schnapp 1993, p. 34.

45Au milieu du XIXsiècle et alors que se font jour les premières démarches méthodiques, le texte de Suétone relatif aux gigantum ossa et aux arma heroum présente le double intérêt de se démarquer de la vulgate antique et médiévale88 qui voit dans les antiquités antédiluviennes le produit de phénomènes naturels mystérieux et de valider une pratique scientifique dont les fondements théoriques et techniques apparaissent encore mal assurés. En cela, sa réappropriation par la première historiographie témoigne d’un étrange paradoxe dont la discipline archéologique semble toute entière traversée : élevée en espace de savoir autonome, libérée des carcans académiques traditionnels, elle cherche invariablement à conforter sa légitimité par une référence aux humanités classiques, dans un propos comptable qui rejette toute solution de continuité. Le récit historiographique des premiers temps inscrit ainsi l’émergence de la discipline dans une longue tradition naturaliste et littéraire, estompant par là-même tout caractère de nouveauté et d’originalité.

Haut de page

Bibliographie

Abel 1939 = O. Abel, Vorzeitliche Tierreste im deutschen Mythos, Brauchtum und Volksglauben, Iéna, 1939.

Ballabriga 1998 = A. Ballabriga, L’invention du mythe des races en Grèce archaïque, dans Revue de l’histoire des religions, 215, 3, 1998, p. 307-339.

Boule 1906 = M. Boule, Recension de Pigorini L. : materiali paletnologici dell’Isola di Capri, dans Bolletino di Paletnologia italiana, XXXII, Parme, 1906 = L’Anthropologie, XVII, 1906, p. 587-588.

Brisson 1992 = J.-P. Brisson, Rome et l’âge d’Or : de Catulle à Ovide, vie et mort d’un mythe, Paris, 1992.

Capitan 1907a = L. Capitan, Les dernières découvertes paléolithiques à Capri, dans Revue anthropologique, t. XVII, 1907, p. 103-104.

Capitan 1907b = L. Capitan, Quelques observations sur l'interprétation des termes ossa gigantum et arma heroum employés par Suétone, dans Bulletin de la Société des Antiquaires de France, 1907, p. 252.

Carrière 1996 = J.-C. Carrière, Le mythe prométhéen, le mythe des races et l’émergence de la Cité-État, dans F. Claise, P. Judet de la Combe et P. Rousseau, Le métier du mythe : lectures d’Hésiode, Lille, 1996, p. 393-429.

Cartailhac 1873 = E. Cartailhac, Compte rendu du Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques. 5e session, Bologne, dans Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’homme, t. III, 1873, Toulouse, p. 18-19.

Cazalis de Fondouce – Cartailhac 1873 = P. Cazalis de Fondouce et E. Cartailhac, Exposition préhistorique italienne à Bologne, dans Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’homme, t. IV, 8, Toulouse, 1873, p. 399-445.

Cerio – Bellini – Pigorini 1906 = I. Cerio, R. Bellini et L. Pigorini, Materiali paletnologici dell'Isola di Capri, dans Bolletino di Paletnologia italiana, XXXII, Parme, 1906.

Coye 1997 = N. Coye, La Préhistoire en paroles et en actes : méthodes et enjeux de la pratique archéologique (1830-1950), Paris, 1997.

Coye 2005 = N. Coye, Remous dans le creuset des temps : la Préhistoire à l’épreuve des traditions académiques, dans Bulletin de la Société préhistorique française, 102, 2005, p. 701-707.

Evans 1878 = J. Evans, Les Âges de la pierre, traduction française, Paris [J.-B. Baillière et fils], 1878.

Fabre-Serris 1998 = J. Fabre-Serris, Mythologie et littérature à Rome : la réécriture des mythes aux Ier siècles avant et après J.-C., Lausanne, 1998.

Gascou 1984 = J. Gascou, Suétone historien, Rome, 1984 (BEFAR, 255).

Giuffrida-Ruggeri 1908 = V. Giuffrida-Ruggeri, Nuovo materiale paleolitico dell’isola di Capri a facies eolitica, dans Atti della Società romana di antropologia, vol. XIV, fasc. II, 1908, p. 149-158.

Hamy 1870 = T. Hamy, Précis de Paléontologie humaine, Paris [J.-B. Baillière et fils], 1870.

Hurel 2007 = A. Hurel, La France préhistorienne de 1789 à 1941, Paris, 2007.

Louis 2010 = N. Louis, Commentaire historique et traduction du Divus Augustus de Suétone, Bruxelles, 2010.

Lovejoy – Boas 1997 = A. O. Lovejoy et G. Boas, Primitivism and Related Ideas in Antiquity, Londres, 1935.

Mayor 2000 = A. Mayor, The First Fossil Hunters : Paleontology in Greek and Roman Times, Princeton, 2000.

Mussi 2001 = M. Mussi, Earliest Italy : an overview of the Italian Paleolithic and Mesolithic, New-York, 2001.

Nadaillac 1881 = J.-F. Albert du Pouget (marquis de Nadaillac), Les premiers hommes et les temps préhistoriques, t. 1, Paris [Masson], 1881.

Nicolucci 1872 = G. Nicolucci, L’Âge de la pierre dans les provinces napolitaines, dans Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistorique [Compte rendu de la 5e Session], Bologne, (1871) 1872, p. 17-48.

Morel – Rouvenet 2013 = J.-P. Morel et A. Rouvenet (éd.), Le temps dans l’Antiquité, Paris, 2013.

Pigorini 1907 = L. Pigorini, Instruments paléolithiques découverts à Capri, dans Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques [Compte rendu de la 13e Session], Monaco (1906), 1907, t. II, p. 167-168.

Reinach 1889 = S. Reinach, Le musée de l’empereur Auguste, dans Revue d’anthropologie, 1889, t. 18, p. 28-36.

Rhôné 1867 = A. Rhôné, Récension de l’ouvrage de M. S. de Rossi : rapporto sugli studi e sulle scoperte paleoetnologiche nel bacino della campagna romana, dans Revue archéologique, vol. II, [Rome] 1867, p. 49.

Rossi 1867 = M. S. Rossi, Rapporto sugli studi e sulle scoperte paleoetnologiche nel bacino della campagna romana, dans Annali dell’Instituto di Corrispondenza archeologica, t. XXXIX, Rome, 1867.

Rossi 1984 = P. Rossi, The Dark Abyss of Times : the History of the Earth and the History of Nations from Hooke to Vico, Chicago, 1984.

Santagata 2013 = C. Santagata, Les recherches d’Ignazio Cerio à Capri à l’aube des études préhistoriques en Italie, dans Bulletin du musée d’anthropologie préhistorique de Monaco, 53, 2013, p. 17-28.

Schnapp 1993 = A. Schnapp, La Conquête du passé, Paris, 1993.

Schnapp 2009 = A. Schnapp, Précurseurs, antiquaires et la question de l’archéologie préventive, dans J.-P. Demoule et C. Landes, La fabrique de l’archéologie en France, Paris, 2009, p. 19-33.

Taylor 1947 = M. Taylor, Progress and Primitivism in Lucretius, dans The American Journal of Philology, 68, 2, 1947, p. 180-194.

Testart 2012 = A. Testart, Avant l’Histoire : l’évolution des sociétés, de Lascaux à Carnac, Paris, 2012.

Vernant 1960 = J.-P. Vernant, Le mythe hésiodique des races : essai d’analyse structurale, dans Revue de l’histoire des religions, 157, 1, 1960, p. 21-54.

Veyne 1983 = P. Veyne, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Essai sur l’imagination constituante, Paris, 1983.

Haut de page

Notes

1 Suétone, Div. Aug., LXXII, 5-6.

2 Reinach 1889, p. 29.

3 Rossi 1867.

4 Nicolucci 1872, p. 34.

5 Rossi 1867, p. 9.

6 Rhôné 1867, p. 49.

7 Pline l’Ancien, Hist. natur., XXXVII, 51.

8 Hamy 1870, p. 15.

9 Ennius, d’après Festus, Sign. Verb., XVII.

10 Tite Live, Hist. Rom., I, 24.

11 Pline l’Ancien, op. cit.

12 Solin, Polyhist., XXI & XXIV.

13 Isidore de Séville, Etym., XVI, 13, 5.

14 Hamy 1870, p. 14.

15 Hamy ibid., p. 15.

16 Cartailhac 1873, p. 18.

17 Cazalis de Fondouce – Cartailhac 1873, p. 431.

18 Voir notamment à ce sujet Coye 2005.

19 Nadaillac 1881, p. 6.

20 Evans 1878, p. 4.

21 Reinach 1889, p. 36.

22 Cerio – Bellini – Pigorini 1906.

23 Boule 1906, p. 587.

24 Santagata 2013.

25 Pigorini 1907.

26 Ibid.

27 Giuffrida-Ruggeri 1908. Pour un historique des fouilles de Capri, voir Mussi 2001, p. 6.

28 Ce schéma diffusionniste ne fut que tardivement remis en question, dans la seconde moitié du XXe siècle, avec la découverte d’occupations humaines plus anciennes que celles reconnues par Pigorini, dans la péninsule italienne elle-même mais également en Espagne et dans le Caucase. Mussi 2001.

29 Capitan 1907a, p. 104.

30 Ibid., p. 103.

31 Capitan 1907b, p. 252.

32 Coye 1997, p. 15.

33 Schnapp 1993.

34 Coye 1997, p. 35.

35 Hésiode, Trav. 1-201, notamment 150 sq.

36 Eschyle, Pr., 450 sq.

37 Empédocle d’Agrigente, fr. 130.

38 Platon, Prot., 320c sq.

39 À cet effet, il est intéressant de constater que, quelles qu’en soient les causes conjoncturelles, la constitution de ce mythe semble correspondre à un moment décisif de la formation sociopolitique des cités grecques qui voit l’émergence, au début de la période archaïque, du modèle de la Cité-État (Carrière 1996 ; Ballabriga 1998). Sa reformulation au début du Principat romain procède du même mouvement de (re)fondation, alors qu’Auguste souhaite inscrire le régime naissant dans une histoire du renouveau (Brisson 1992 ; Fabre-Serris 1998).

40 Ovide, Mét., I, 77-415, notamment 126.

41 Properce, Élégies, III, 13.

42 Tibulle, Élégies, I, 3, 35-48.

43 Cette lecture est fortement teintée cependant de pensée judéo-chrétienne. Chez Hésiode et ses épigones en effet, l’idée d’une déchéance progressive s’accommode difficilement d’un temps qui n’est pas linéaire et continu mais cyclique : les âges se succèdent depuis l’époque de la race d’Or jusqu’à celle de la race de Fer pour former un cycle complet qui, une fois achevé, recommence. Dès lors, les phases se répondent selon des rapports d’opposition et de complémentarité, exempts de toute considération déterministe. L’âge des Héros, parfaitement isolé dans les Travaux et les Jours, marque de ce point de vue une rupture majeure dans un mouvement de déclin que l’on considérerait volontiers par ailleurs comme inéluctable. Cf. Vernant 1960.

44 Lucrèce, Natur., V, 925-1457.

45 Diodore de Sicile, Bibl., VII-VIII.

46 La pensée rationaliste inscrit l’histoire humaine dans une succession chronologique propre à l’âge des Hommes, en miroir d’un passé mythologique qui apparaît comme quelque peu « suspendu » et qui ne peut s’établir que hors du temps ou, à tout le moins, de sa perception humaine (Morel – Rouvenet 2013).

47 Sur la pensée primitiviste chez Lucrèce, voir Taylor 1947 ainsi que le chapitre intitulé Lucretius : Primitivism and the Idea of Progress dans Lovejoy – Boas, 1935, p. 222-242.

48 Lucrèce, Natur., v. 1283-1285

49 Horace, Sat., I, 3, 101-102.

50 Homère, Ill., 22.

51 Pausanias, Pér., II, 16 et III, 3-8.

52 Cette association relève malgré tout d’un certain anachronisme. Pour les anthropologues en effet, les techniques apparaissent indissociables de savoir-faire autonomes, de connaissances et de formes d’organisation structurées qui vont de pair avec la complexité sociale. Une telle vue, héritée de la pensée des philosophes des Lumières, ne semble toutefois pas partagée par les auteurs de l’Antiquité. Ni Platon, ni Aristote, par exemple, ne mobilisent le développement technologique et l’essor des forces productives pour justifier du progrès social et retracer l’évolution qui va de la communauté naturelle qu’est la famille à la société pleinement constituée qu’est la polis (Testart 2012, p. 117).

53 Varron, De Re Rustica, I, II, 1, cité par Censorinus, De Die Natali, 21.

54 Denys d’Halicarnasse, Ant. Rom., I, IV-IX.

55 Eschyle, Pr., 450 sq. et Sénèque, Ep., 90

56 Polybe, Hist., V1, 5.

57 Vitruve, Arch., II, I.

58 Virgile, Géorg., 1, 63.

59 Testart 2012.

60 Cité dans Veyne 1983, p. 57.

61 Le passage du mythe rétrospectif des origines au récit historique joue ici un rôle crucial : dans ce contexte, la transition du temps des héros vers le temps des hommes s’exprime, chez bon nombre d’historiens grecs et latins, d’Hérodote (Hist., I, 1-5) à Salluste (Cat., I-II) et Tite-Live (Hist. Rom, I, 1), dans un syncrétisme évident entre sources mythologiques et historiques, dont la synthèse s'opère progressivement dans la référence à la tradition orale archaïque.

62 Dans la conception antique, cette réalité fait logiquement écho à la condition primordiale de l’humanité. Ainsi, pour Pline l’Ancien, plus le temps avance, plus la taille des hommes diminue (Pline l’Ancien, Hist. Nat., VII, 16). Cette idée est d’ailleurs reprise au début du Ve siècle par saint Augustin d’Hippone qui affirme avoir lui-même découvert, sur le rivage d’Utique, une dent de géant antérieure au Déluge, dans une formulation propre à la tradition chrétienne (La Cité de Dieu, XV, 9).

63 Plutarque, Vie de Thésée, 36.

64 L’explication mythologique est du reste régulièrement tenue à l’écart de ses écrits. C’est le cas par exemple dans l’extrait de la Vie de Galba où l’auteur mentionne la découverte analogue de douze haches (secures) à l’occasion d’un orage au-dessus des Cantabres. Le terme securis, utilisé en lieu et place de ceraunia, ne présente de ce point de vue aucune ambiguïté et fait clairement référence à des objets manufacturés, distincts des « pierres de foudre » (Suétone, Galba, VIII, 3).

65 À cet égard, il est intéressant de noter que cette posture se retrouve jusque dans l’examen de ses sources : dans la Vie d’Auguste, par exemple, les attestations épigraphiques (inscriptions et dédicaces) sont régulièrement confrontées entre elles, tandis que le récit de témoins directs comme Caius Drusus, Julius Marathus et Asclépiade de Mendès vient à dessein compléter cette contribution pour restituer les événements les plus marquants de la vie du Prince (Caius Drusus, Mémoires, cité dans Suétone, Div. Aug., XCIV, 9 ; Julius Marathus, cité dans Suétone, Div. Aug., LXXIX, 5 et XCIV, 3 ; Asclépiade de Mendès, cité dans Suétone, Div. Aug., XCIV, 4).

66 Coye 1997, p. 36.

67 Nous comprenons bien la diversité des interprétations qui se sont fait jour au sujet de cet extrait : en lien pourtant avec la proposition relative ouverte par quae dicuntur, la conjonction de coordination et entérine une liaison moins évidente entre les deux composantes gigantum ossa et arma heroum que ne l’aurait fait la forme spécifique -que, marquant sans ambiguïté la relation étroite entre les deux groupes nominaux et, partant, entre ces derniers et l’unité syntaxique qui précède.

68 Reinach 1889.

69 Cette hypothèse a été étayée après lui par O. Abel et A. Mayor dans leurs études respectives relatives aux découvertes paléontologiques dans l’Antiquité. Abel 1939, p. 102 et Mayor 2000, p. 172 et suivantes.

70 Sur la réception des cosmogonies et des mythes anthropogéniques de l’Antiquité classique, voir notamment Veyne 1983.

71 Les exemples sont ainsi nombreux, depuis Hérodote et Thucydide jusqu’aux historiens grecs et latins du Haut-Empire. Sans chercher à être exhaustif, nous citerons ici Hérodote, Histoires, I, 1 et V ; Thucydide, I, 10 ; Pausanias, Pér., I, 35, 4-5 et VIII, 29 ; 4. Plutarque, Questions grecques, 56. Tacite signale à cet égard une duperie de Cesellius Bassus dont les conséquences, assez inattendues, conduisent à une véritable « chasse au trésor », à l’initiative de Néron et sous l’effet de sa cupidité (Tacite, Ann., XVI, 1).

72 Ainsi Manilius, un contemporain d’Auguste, signale-t-il l’existence d’espèces terrestres composites et polymorphes, « curieux assemblage de membres animaux et humains » (ferarum corpora cum membris hominum) dont la description s’appuie sans doute sur des découvertes de hasard (Manilius, Astr., IV, 100). Dans son Histoire naturelle, Pline rapporte également qu’en Gaule, sous le règne de Tibère, plusieurs centaines d’ossements d’animaux fabuleux furent déposés par la mer sur une île de Lyonnaise ainsi qu’en Saintonge, entraînant une collecte sans précédent (Pline l’Ancien, Hist. Nat., IX, 4). Pour le détail de cette « ruée vers l’os », voir notamment Mayor 2000, p. 145.

73 Pline l’Ancien, Hist. Nat., VII, 16.

74 Solin, IX, 7

75 Une dent d’un de ces géants fut envoyée à l’empereur qui la confia alors à un illustre mathématicien, Pulcher, afin qu’il en déterminât précisément la taille (Phlégon de Tralles, Peri Thaumasion, XIV, 3-4). Affranchi de l’empereur Hadrien et contemporain de Suétone, Phlégon livre, dans son ouvrage, un inventaire unique des prodiges d’origine naturelle (naturalia) et des phénomènes extraordinaires (mirabilia) qu’il a pu recenser depuis le début du Principat, sur le fondement des archives et des collections impériales. Il consacre ainsi une section entière de sa nomenclature aux découvertes d’os de géants (XI-XIX) qui constitue à l'évidence l'une des sources les plus riches sur cette question dans le courant du IIe siècle ap. J.-C.

76 Philostrate, Héroïc., 8, 14. Ce dernier rapporte qu’au début de son règne l’empereur Hadrien a fait relever, à Troie, le tombeau d’Ajax dont le tumulus était si endommagé par les vagues que les ossements du héros avaient été découverts (Philostrate, Héroïc., 8, 1).

77 Cet acte n’apparaît pas isolé et l’intérêt du Prince pour les curiosités ne semble pas se limiter aux seuls témoignages fossiles : Pline rappelle ainsi qu’il avait fait ensevelir, dans les jardins de Salluste, les corps de deux géants nommés Pusio et Secundilla dont la sépulture recevait la visite de nombreux curieux (Pline l’Ancien, Hist. natur., VII, 16). Octave-Auguste avait en outre fait piller, après la bataille d’Actium, le trésor du temple d’Athéna Aléa à Tégée qui conservait pieusement les défenses du mythique sanglier de Calydon, et présenter ces dernières sur son forum (Pausanias, Pér., VIII, 46). Ovide, qui les a sans doute vues exposées dans le temple de Bacchus, à Rome, les compare d’ailleurs à des défenses d’éléphants d’Asie (Ovide, Mét., VIII, 279).

78 Il est important de signaler toutefois que le corrélatif qualia introduit une simple subordonnée de comparaison qui, dans l’absolu, peut être dégagée de toute référence au contenu précédent. Ici, le contexte de la phrase nous pousse cependant à rapprocher la proposition ouverte par qualia sunt Capreis des praetoria du Prince qui font l’objet par ailleurs de longs développements. Sous ce regard, le terme praetorium s’emploie généralement, dans le lexique des Ier et IIe siècles ap. J.-C., pour désigner la résidence de l’empereur, villa de plaisance ou palais officiel. Cf. Louis 2010.

79 Suétone, Tibère, XL.

80 Tacite, Annales, V-VI.

81 Cicéron, Ver., 1.51.

82 À la fin de la République, l’engouement pour les Antiquitates va jusqu’à susciter un véritable trafic d’œuvres d’art. Voir notamment à ce sujet le récit du pillage des tombes antiques de Corinthe au moment de la fondation de la colonie romaine par César (Strabon, Géo., VIII, 6).

83 Schnapp 1993

84 À cet égard, il est intéressant de signaler que les interprétations des exégètes varient en fonction de leur projet discursif et, partant, des aspects qu’ils souhaitent tour à tour mettre en valeur : ainsi, la nature des objets réunis, les lieux et conditions de leur présentation, le caractère de curiosité des collections, etc. sont successivement mis en avant pour justifier une pratique archéologique par ailleurs contestable et soutenir la haute antiquité de l’Homme.

85 Rossi 1984.

86 Sur les liens étroits existant entre pratique d’antiquaire et programme classificatoire, voir notamment Hurel 2007.

87 Schnapp 2009.

88 Schnapp 1993, p. 34.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Angevin, « Gigantum ossa et arma heroum », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 127-1 | 2015, mis en ligne le 17 juin 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://mefra.revues.org/2697 ; DOI : 10.4000/mefra.2697

Haut de page

Auteur

Raphaël Angevin

Conservateur du patrimoine, Ministère de la Culture et de la Communication, UMR 7041 ArScAn – raphael.angevin[at]culture.gouv.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org