Navigation – Plan du site
Varia

La ville romaine de Mariana (Corse) et son urbanisme

Cristina Corsi et Frank Vermeulen

Résumés

15 ans après la reprise de la recherche et des travaux de terrain sur le site archéologique de Mariana dans le département de Haute-Corse, et en conjonction avec la publication des Actes du Colloque International « Mariana et la vallée du Golo », nous présentons ici une synthèse des résultats des fouilles et prospections de différents types (topographiques, géomorphologiques, géophysiques et aériennes) au sujet de la ville romaine. Cet article analyse et situe tout le matériel recueilli à ce jour dans les archives et sur le terrain, et examine les résultats de fouilles anciennes et récentes, ainsi que de quelques diagnostics d’urgence menés dans les années 1990 et 2010. Ces données, réorganisées dans un SIG, fournissent l’occasion idéale pour des observations sur l’urbanisme romain provincial qui, compte tenu de la nature exceptionnelle des recherches géophysiques récentes, procurent de nouvelles perspectives très prometteuses pour la compréhension de la deuxième ville romaine de la Corse et les recherches futures la concernant.

Haut de page

Dédicace

Pour Annie Roblin-Jouve, collègue et amie.

Texte intégral

  • 1 Jehasse – Jehasse 1988, p. 22-28 ; Mertens 1992, p. 63-64 ; Bouet 1998.
  • 2 Vismara 1995.
  • 3 Pergola 2004.

1L’étude de la romanisation et de l’urbanisation de la Corse en est encore à ses débuts. Jusqu’à présent, les meilleures informations sur l’incorporation dans le monde romain de cette grande île de la Méditerranée occidentale proviennent de sources écrites antiques et de fouilles anciennes sur l’un de ses principaux sites archéologiques, Aleria1. Peu de temps après le début de la première guerre punique (264-241 av. J.-C.) les Romains ont pris aux Carthaginois l’ancienne ville côtière gréco-étrusque d’Alalia (259 av. J.-C.) et ont commencé leur conquête de la Corse. Cependant, l’intérieur de l’île n’a pas été entièrement pacifié avant le début du Ier siècle av. J.-C. Autour de 80 av. J.-C., Alalia a été reconstruite et rebaptisée, et est devenue Aleria, une capitale économique avec une infrastructure urbaine monumentale et une importante base navale. En même temps, une autre ville, Mariana, a été érigée à l’embouchure du fleuve Golo dans le N de la Corse. Ensemble avec la capitale, cette ville est devenue la force motrice de l’intégration de l’île et de ses habitants dans l’Empire romain2. Bien que la Corse soit devenue un lieu d’exil pour les opposants politiques à Rome, et qu’elle fut connue tant pour ses mines de fer que pour ses veines d’argent, l’île est restée une région relativement isolée de l’Empire d’Occident jusqu’à l’invasion par les Vandales en 436 après J.-C. Son paysage accidenté n’était pas bien adapté aux grands travaux agricoles et une partie de ses habitants autochtones est restée relativement fermée au monde extérieur3.

  • 4 Sénèque, De Consolatione ad Helviam Matrem, VIII, 8.

2Néanmoins, les recherches archéologiques récentes dans et autour de la ville de Mariana montrent à l’envi l’empreinte de la société romaine sur l’île entre le Ier siècle av. J.-C. et le Ve siècle de notre ère. Grâce à Sénèque, qui fut exilé en Corse, nous savons que Mariana était une colonia civium Romanorum, une colonie de citoyens romains4, et qu’elle doit son nom à son fondateur, Gaius Marius. Bien que les preuves archéologiques attestant les premières décennies de cette présence de colons romains soient encore maigres, de nouvelles enquêtes viennent néanmoins de démontrer l’importance du centre urbain romain établi ici. La visibilité accrue de son développement au cours des premiers siècles de notre ère montre clairement l'impact certain des modèles urbains romains.

  • 5 Cervoni 1989.

3Le site archéologique de Mariana est localisé dans la commune de Lucciana, à environ 15 km au S de Bastia, près de l’aéroport international de Poretta. La plaine littorale au cœur de laquelle la ville a été implantée est limitée à l’E par les rivages de la mer Tyrrhénienne et à l’O par les contreforts de la ligne de crête. Son emplacement était délimité en outre par le cours du fleuve Golo au S, situé actuellement à un peu plus d’une centaine de mètres, et par l’étang de Biguglia au NE, à une distance de 2,5 km. Les sources littéraires et des cartes historiques5, disponibles à partir du XVIe siècle, mentionnent l’existence ici de ruines importantes le long du fleuve (maisons, églises, rues, des parties de la muraille de la ville, des ponts, un aqueduc, des structures portuaires), bien qu’elles ne contiennent aucune information précise sur l’emplacement de ces vestiges ou sur la présence exacte de l’enceinte de la ville. Aujourd’hui, le site se compose essentiellement de terres agricoles et les champs sont dans une large mesure restés intouchés par le développement moderne. De cette importante ville maintenant abandonnée, presque aucune trace n’est visible à la surface. Le seul grand édifice préservé qui domine encore majestueusement la plaine rurale est l’église de la Canonica, une ancienne cathédrale romane inaugurée en l’an 1119.

  • 6 Nos vifs remerciements vont à Philippe Pergola pour le soutien scientifique de cette recherche et p (...)
  • 7 Istria – Pergola 2013. Les premiers résultats de la recherche ont été publiés dans les deux volumes (...)
  • 8 Corsi – Vermeulen - Roblin-Jouve 2009 ; Roblin-Jouve – Goiran – Barboni 2013.

4Après des décennies de fouilles et de recherches ponctuelles (voir ci-dessous) nos études récentes ont commencé en 2004. Elles ont pour objectif de déterminer les phases successives de la fondation et du développement de la colonie romaine de Mariana (Haute-Corse) et de définir les caractéristiques de cette urbanisation dans son cadre local, sa dynamique chronologique et sa relation avec le territoire. Ces recherches s'insèrent dans le cadre du Projet Collectif de Recherche (PCR) « Mariana et la Basse Vallée du Golo » sous la direction de Philippe Pergola6. Dans le cadre de ce PCR, les anciennes fouilles archéologiques sont reprises en 2001 autour du groupe épiscopal paléochrétien (voir ci-dessous), et sont complétées par des études de mobilier, une approche géomorphologique et une série de prospections relatives à différentes communes de la vallée du Golo7. L’étude de la phase romaine fut dans un premier temps placée sous la responsabilité de Cinzia Vismara, puis, à partir de 2004, sous celle de Cristina Corsi (Université de Cassino) et de Frank Vermeulen (Université de Gand). Depuis 2006, cette recherche a été développée dans l’axe du GDRE « Le monde insulaire en Méditerranée », intitulé « L’urbanisme romain en Corse : le cas de Mariana ». Cet axe a été consacré à la définition et à l’étude du réseau urbain de Mariana. Il comprenait une cartographie du système défensif, prenant en considération le réseau routier urbain et péri-urbain, ainsi que l’identification et la caractérisation des zones publiques et privées de la ville dans une perspective diachronique, depuis sa fondation jusqu’à l’aube de la christianisation. Il prend nécessairement en compte la contribution essentielle de l’étude géomorphologique conduite jusqu’ici sur le site par Annie Roblin-Jouve8. En fait, une partie des études de ces dernières années s’est aussi concentrée sur le territoire de la ville, la centuriation romaine, la viabilité et la relation ville-territoire, afin d’arriver à une meilleure compréhension du système romain d’organisation du paysage. Dans le cadre de cette contribution, seules seront présentées les données rassemblées dans la zone urbaine et ses alentours immédiats.

  • 9 Corsi – Vermeulen – Verdonck 2006 ; Corsi – Vermeulen 2007 ; Corsi – Vermeulen - Roblin-Jouve 2009 (...)

5Pour cette approche topographique et géo-archéologique du site de la ville antique elle-même, nous avons eu recours à plusieurs méthodes. Sans entrer dans le détail, décrit ailleurs9, nous pouvons mentionner l’utilisation de prospections aériennes actives et de divers types de prospections géophysiques intensives, en combinaison avec des méthodes de terrain plus traditionnelles (fouilles et sondages, prospections terrestres, analyses du matériel recueilli…), enfin surtout la mise en place d’une analyse détaillée de l’information historique, de la cartographie et des photographies aériennes existantes. Cette étude intégrée dans le cadre d’un SIG originel, a pu apporter une série de données nouvelles sur la localisation exacte de la ville antique, son système d’urbanisme et de défense et son encadrement dans une zone suburbaine diversifiée.

La ville et sa trame urbaine

Cadre géomorphologique

6La reconstitution du paléo-environnement est particulièrement cruciale dans le cas de Mariana, car la ville antique était située au cœur de la vaste plaine inférieure du Golo, le plus long fleuve de la Corse (env. 90 km), qui se jette dans la mer à environ 20 km au S de Bastia. La reconstruction des fluctuations du lit du fleuve, dans son cours inférieur, est évidemment fondamentale pour délimiter le cadre général de la ville et les possibilités d’exploitation des terres environnantes, tandis que le système hydrographique a sûrement affecté l’orientation des divisions foncières antiques (fig. 1).

Fig. 1 – La ville romaine de Mariana et ses environs sur la base de la reconstruction du paléo-environnement et référencement spatial des cadastres historiques avec lits du Golo.

Fig. 1 – La ville romaine de Mariana et ses environs sur la base de la reconstruction du paléo-environnement et référencement spatial des cadastres historiques avec lits du Golo.

Commune de Lucciana, Corse, voir étoile.

Élaboration C. Corsi, après A. Roblin-Jouve (Corsi – Vermeulen – Roblin-Jouve 2009) ; Image satellite SIO, NOAA, U.S. Navy NGA GEBCO, 2007, © 2011 IGN France.

7En même temps, la reconstitution de la côte antique, des marais et des lagunes côtières, est indispensable pour identifier les emplacements possibles des habitats pré-romains et romains ainsi que des ports antiques et médiévaux. D’ailleurs, le fait que Ptolémée qualifie Mariana de ville côtière (Ptol., III, 2, 5) est la preuve d’une situation antique fortement différente de la situation actuelle quant à l’emplacement de l’embouchure du fleuve.

  • 10 Corsi – Vermeulen –  Roblin-Jouve 2009 ; Roblin-Jouve – Goiran – Barboni 2013.
  • 11 La découverte en 2003 d’autres restes d’époque romaine près de la « Foce Vecchia » de Tanghiccia, e (...)

8Il est enfin important, pour comprendre la localisation du site antique – encore aujourd’hui entouré de zones plutôt humides près de l’église de La Canonica –, de mettre en évidence la présence d’une grande terrasse naturelle formée de galets, de sable et d’argile, fruit d’alluvions anciennes, située à quelques centaines de mètres au N du Golo moderne et actuellement à trois kilomètres du littoral. Cette terrasse représente une zone assez vaste et stable permettant l’établissement d’un habitat de grande envergure. Plusieurs observations géomorphologiques récentes, faites durant les fouilles dirigées par Ph. Pergola au S de La Canonica et à partir de carottages et de sondages à la pelle mécanique dans les environs, prouvent que la limite méridionale de la ville antique, maintenant située dans cette zone (voir infra), a été non seulement envahie par des inondations anciennes, mais aussi partiellement érodée par le fleuve dynamique10. Ces observations indiquent que ces structures romaines et les installations des premiers siècles après J.-C. se situent ici au-dessus d’un ancien lit du Golo qui apparaît aujourd’hui totalement comblé. La topographie actuelle de la plaine résulte donc d’une élévation et d’un aplanissement du sol en raison du dépôt de sables et de limon. Il est probable que le Golo des débuts de notre ère était à proximité immédiate du secteur de La Canonica et que l’emplacement du site était partiellement conditionné par sa présence. Durant toute la période historique, l’embouchure du Golo s’est déplacée à plusieurs reprises, en raison de l’obstacle formé par la barre sableuse du cordon littoral. En raison de l’ensablement du littoral, le site s’éloigna aussi progressivement de la mer. Le processus était déjà engagé avant la fondation de la ville antique et s’accentua de par l’embouchure antique, puis médiévale du fleuve, située plus au S, près du lieu-dit Tanghiccia, qui se déplaça naturellement, probablement à la fin du Moyen Âge11.

  • 12 Corsi – Venditti 2010, p. 71-72, voir infra.

9Cependant, la relation entre l’emplacement de la ville antique, près de La Canonica, et la mer s’effectuait non seulement par le Golo mais aussi par la lagune de Biguglia. Au N du site antique, l’environnement est conditionné par la présence de zones basses et marécageuses, où le plan d’eau de Biguglia rappelle l’emplacement ancien de lagunes côtières plus vastes, utilisées comme ressources naturelles mais aussi comme port d’approche. Ce mouillage naturel correspondant directement avec la mer, jouit près du Golo de la proximité des principaux éléments du réseau routier « naturel » intra-régional. Il s’agit notamment de la jonction entre la route côtière reliant les principales localités de la côte tyrrhénienne et l’axe O-E, probablement lié à une transhumance ancienne, et qui mettait en communication l’arrière-pays montagneux avec la plaine côtière12.

Analyse cartographique et photographie aérienne

10Le travail le plus complexe que nous ayons réalisé ces dernières années a été celui de la rédaction d’une carte archéologique de base permettant d’établir une cartographie digitale aussi précise que possible. Nous y avons intégré toutes les structures fouillées ou découvertes de manière fortuite par le passé, en y incluant les données de différentes sources, telles que la cartographie historique, les cartes géologiques et pédologiques, les plans cadastraux, la photographie aérienne existante, ainsi que les données des prospections géophysiques récentes.

  • 13 Des mesures détaillées d’altitude ont été prises à l’aide d’une station totale Leica TCR 307 afin d (...)
  • 14 Les exemplaires originaux de ce cadastre sont disponibles aux Archives Départementales de Haute-Cor (...)
  • 15 La plupart des clichés sont conservés dans la photothèque de l’Institut Géographique National de Sa (...)
  • 16 Vermeulen 2013; Corsi 2013b.

11Ces éléments cartographiques ont été introduits dans un Système d’Information Géographique (SIG) créé pour le site, afin de gérer de manière efficace toutes les informations recueillies au cours de cette recherche dans une base de données unique13. Les « couches historiques » d’analyse de ce SIG sont principalement les plans du cadastre napoléonien, dressé en Corse de 1845 à 184714, et des photographies aériennes verticales de différents vols qui ont couvert régulièrement la Haute-Corse à partir des années 1940 jusqu’à maintenant, avec quelques vues obliques exceptionnelles de la zone de Mariana datant des années 193015. Cette couverture photographique de la région a été complétée par F. Vermeulen avec deux vols à basse altitude en 2004 et 200516.

  • 17 Ce nouveau positionnement intègre et adapte la proposition de F. Nucci (2010, p. 71-72), voir infra(...)
  • 18 La documentation cartographique qui accompagne le rapport dactylographié et qui devrait faire appar (...)

12Le traitement de toutes ces couches d’informations a permis de réaliser le positionnement cartographique des célèbres fouilles de Louis Leschi et Albert Chauvel des années 1936 et 1937 (voir infra), mal localisées auparavant17. Une révision des données et surtout la restitution des traces encore visibles sur la photographie aérienne sont désormais possibles grâce à l’interprétation des données géophysiques à haute résolution (voir infra). Cette confrontation avec les données du terrain a permis la localisation topographique définitive de la quasi totalité des sondages alors effectués18 (fig. 2).

Fig. 2 – Lucciana, lieu-dit La Canonica. Plan général avec emplacement hypothétique du rempart de la ville romaine de Mariana et localisation des « chantiers » des fouilles Leschi-Chauvel de 1936-1937 (A-G).

Fig. 2 – Lucciana, lieu-dit La Canonica. Plan général avec emplacement hypothétique du rempart de la ville romaine de Mariana et localisation des « chantiers » des fouilles Leschi-Chauvel de 1936-1937 (A-G).

Les restes probables de la muraille au N (n° 1) ; indices possibles de l’enceinte urbaine dans la photographie aérienne à l’O (n° 2) ; église de Santa Maria appelée La Canonica (n° 3) ; district de la rue à boutiques (n° 4).

Élaboration C. Corsi.

13L’élément le plus intéressant qui émerge du travail de géo-référencement dans le secteur de fouilles au S de La Canonica et des monuments partiellement connus grâce aux fouilles des années 1930, est que l’interprétation des données géophysiques de notre équipe est en contradiction avec l’affirmation de Louis Leschi et Albert Chauvel (reprise dans la bibliographie contemporaine), à savoir que toutes le structures antiques découvertes respectaient une orientation astronomique quasi parfaite. En fait, comme en font foi les nouveaux plans, publiés ici, que nous avons dressés, la rue à boutiques anciennement fouillée, les autres axes urbains identifiés et toutes les structures connues à ce jour répondent plutôt à une orientation déclinée de 12º à 13° par rapport aux axes N-S et E-O (infra ; voir fig. 2, 3, 7, 8).

  • 19 Vermeulen 2013 ; Corsi 2013b.

14Pour le côté occidental d’une possible enceinte de la ville antique, un indice important est fourni par une grande marque humide orientée NE-SO visible dans plusieurs photographies aériennes, par exemple, celles de 1937, 1948 et 195819. Nous sommes d’avis que cette trace, qui correspondait à un chemin indiqué dans le cadastre napoléonien (section C1, Lucciana), pourrait indiquer la présence de vestiges d’un long mur épais (ou d’un fossé parallèle) maintenant enterré.

Fouilles archéologiques et évidences structurelles

  • 20 Une des parties les mieux conservées sur le site est l’abside en opus mixtum (mur en pierres et gro (...)
  • 21 Corsi 2013a.

15Outre les informations récupérées dans les documents d’archives et celles transmises par les érudits locaux sur les ruines d’anciens bâtiments encore visibles dans la zone où l’ancienne ville était située20, les premières informations plus concrètes et ponctuelles sur le site proviennent des fouilles menées à Mariana par Louis Leschi et Albert Chauvel dans les années 1936 et 193721. Nous avons déjà insisté sur les problèmes liés au repositionnement topographique des huit secteurs de fouilles et de sondages. Pour une description plus détaillée des preuves archéologiques mises au jour, on peut se référer aux contributions de Nucci (2001) et Corsi (2013a). Nous voulons plutôt préciser maintenant certaines de nos préoccupations concernant les interprétations proposées par les fouilleurs d’alors pour les portions de monuments antiques mises au jour lors de ces travaux de terrain non systématiques. Il s’agit surtout des « chantiers » C, F et E, qui ont permis la découverte des structures murales les plus significatives.

  • 22 Corsi 2013a.

16Plus précisément, à propos de l’important « Chantier C » (fig. 3), nous tenons à exprimer notre scepticisme envers l’hypothèse d’identifier la salle absidée, trouvée lors des fouilles, comme une basilica civile22, identification qui impliquerait en même temps une proposition de localisation pour le forum de la ville.

Fig. 3 – Lucciana, lieu-dit La Canonica. Plan du « chantier C » des fouilles Leschi-Chauvel 1936-1937.

Fig. 3 – Lucciana, lieu-dit La Canonica. Plan du « chantier C » des fouilles Leschi-Chauvel 1936-1937.

D’après Nucci 2001.

  • 23 Une sélection plutôt représentative a été rassemblée dans Gros 1996, p. 240-260.
  • 24 En fait ces prospections dans la zone touchant le « chantier C » démontrent bien que « l’aula » fou (...)

17Ni la forme, ni les dimensions de cette « aula » ne se rapprochent de près de la grande série de basiliques civiles, connues dans le monde romain23. En effet, la comparaison avec les plans et les dimensions de quelques domus urbaines d’époque impériale permet d’assimiler cette structure absidée à la typologie de l’« aula résidentielle » maintenant bien attestée à Mariana même grâce à nos prospections géophysiques menées dans quelques îlots adjacents (voir infra)24.

18Cependant, la localisation dans la zone centrale du centre administratif romain serait soutenue par les observations à l’intérieur du « Chantier F » (fig. 4).

Fig. 4 –Lucciana, lieu-dit l’Imperiale. Les vestiges du podium du temple sous les constructions modernes.

Fig. 4 –Lucciana, lieu-dit l’Imperiale. Les vestiges du podium du temple sous les constructions modernes.

Vues prises lors des recherches de Leschi et Chauvel.

Dossier Leschi-Chauvel, Médiatèque de l’Architecture et du Patrimoine, Paris : Rapport sur les fouilles de Mariana (Corse) 19363 (cote : 0080/042), photo indiquée dans le dossier digital avec le n° 46l02825.

  • 25 Nucci 2011, p. 11.

19Cette fouille a été réalisée sur les lieux d’une maison rurale, dite « l’Impériale », qui réutilise partiellement les fondations de structures murales romaines. Lors de cette opération fut mise au jour une portion de podium monumental, de 15 x 7 m, avec les traces évidentes d’un accès, par un escalier, sur sa face orientale25. L’identification fonctionnelle de ce podium en tant que podium de temple, pourrait étayer l’hypothèse d’un espace public important (le forum ?), situé quelque part à l’est de cette structure.

  • 26 Le mur conservé dans la partie septentrionale mesure environ 23 m de longueur, jusqu’au contact ave (...)

20Même s’il est encore moins connu dans son détail, un élément d’intérêt particulier, quant à sa portée urbanistique, est apparu dans le « Chantier E » : il s’agit d’un vaste espace pourvu d'un enclos mural dans lequel s’ouvre une grande abside26, à laquelle on devrait, de par ses dimensions, attribuer une fonction publique.

  • 27 La photographie est reproduite dans la fig. 10.3 de l’article Corsi 2012.
  • 28 Corsi – Vermeulen 2007 ; Corsi – Venditti 2010, p. 78-79.
  • 29 Vivarelli 2013, p. 60.

21Un autre élément intéressant fourni par le dossier dense des photographies réalisées lors des campagnes de Leschi et Chauvel, est une prise de vue où apparaît le segment d’un mur puissant, bien préservé au-dessus du sol, au vu de l’homme figurant debout à l’avant (faisant office d’« échelle ») d’une longueur d’environ 20 m et d’une hauteur d’environ 2,5 m27. La vue en perspective nous permet, malgré les changements du paysage survenus depuis, de positionner le lieu de ce mur le long de la bordure N du chemin en terre battue orienté E-O lequel, à quelques centaines de mètres au N de La Canonica, relie le pont sur le canal dans la zone de Pruniccia au secteur de l’aéroport de Poretta (fig. 2, no 1). Ici, un contrôle direct sur le terrain, en 2006, a démontré la présence de quelques restes d’un mur en opus caementicium, orienté E-O, très mal conservé et recouvert par de la végétation et des détritus. Il nous semble probable que ces restes soient le seul témoignage tangible actuel du mur d’enceinte de la ville antique28. Il est intéressant de noter qu’une partie de ce tracé linéaire correspond à une trace de végétation visible sur quelques vues photographiques aériennes des années 1930-1950, qui lui semblent liées et sont du même type que celles orientées N-S, repérées par nos soins et signalées ci-dessus. C’est probablement aussi à cette enceinte que fait référence Philippe Pierangeli, qui dans un rapport daté de 1822 évoque d’importantes murailles (« des cailloux joints avec un ciment très fort ») fournissant encore une idée des limites de la cité antique29.

  • 30 Moracchini-Mazel 1967 ; voir supra, par. histoire des études. Les fouilles anciennes des années 195 (...)
  • 31 Di Renzo 2011.

22De 1959 à 1966, G. Moracchini-Mazel a fouillé un secteur de la ville antique situé immédiatement au S de la cathédrale médiévale, mettant au jour les vestiges d’une partie d’un quartier résidentiel et commercial, organisé des deux côtés d’un axe routier à portiques, où fut érigée une basilique paléochrétienne, associée à un baptistère et des annexes, construite sur des structures romaines arasées30 (fig. 2, no. 3). La réouverture des fouilles près de La Canonica depuis 2000, par une équipe dirigée par Philippe Pergola (voir supra) a conduit à une révision complète des interprétations et des théories anciennes, grâce à une fouille stratigraphique, à l’étude du mobilier et des objets et à l’application des méthodes de l’analyse archéologique du bâti. La nouvelle enquête menée par l’équipe du PCR prouve que la plupart des structures attribuées à la phase romaine (Ier-IIe siècle après J.-C.) peuvent être décrites comme des salles rectangulaires qui s’ouvraient sur une rue définie comme étant un decumanus, bordée de portiques. Elles furent remaniées à plusieurs reprises et leurs ouvertures ont été comblées en plusieurs points. Leurs murs sont constitués par un noyau en opus caementicium et des parements de briques ou bien de galets de fleuve liés au ciment. Deux pièces étaient vraisemblablement destinées, pendant une certaine période, à la vinification. Les restes d’un petit édifice thermal faisaient probablement partie d’une domus. Ils se trouvaient en dessous du baptistère de la basilique paléochrétienne, qui en aurait réemployé les conduites d’eau. Comprendre les plans et les relations stratigraphiques entre les différentes phases du complexe est presque impossible de par l’installation ultérieure de la basilique et son baptistère annexe, mais aussi à cause du manque de documentation précise sur les fouilles des années 1950 et 1960 et de la restauration et reconstruction inadéquate des structures murales. Pour les structures liées à la mosaïque des saisons, il y a maintenant une première étude de la mosaïque par F. Di Renzo31.

23La rue antique avait une largeur moyenne d’environ 13 m, y compris les portiques qui la longeaient, et a pu être suivie en fouille sur une longueur d’environ 125 m. L’empierrement de la rue, assez bien conservé par endroits, est constitué aujourd’hui par un niveau de dalles bien posées. Il ne reste pas grand-chose de l’aspect originel des portiques, car les transformations et leur utilisation continue pendant le haut Moyen Âge, ainsi que les restaurations (sans fondement) modernes ont brouillé l’aspect originel romain. Quelques fragments de colonnes en granit gris avec différentes bases de marbre blanc au socle bas, ont été réutilisés dans la basilique paléochrétienne à proximité et venaient probablement de cette rue à boutiques du Haut-Empire.

  • 32 La nature commerciale de ce bâtiment trouve une comparaison intéressante dans un complexe de l’insu (...)

24Le « petit marché », mieux défini comme « bâtiment à péristyle »32, relève d’une structure spéciale. C’est un espace assez vaste et ouvert (fig. 5, E), entouré d’un portique (fig. 5, B), et accessible depuis la rue à boutiques par le biais d’un couloir (fig. 5, C).

Fig. 5 – Lucciana, lieu-dit La Canonica. Plan du bâtiment dit « petit marché ».

Fig. 5 – Lucciana, lieu-dit La Canonica. Plan du bâtiment dit « petit marché ».

A. rue à boutiques ; B. portique ; C. couloir ; D. pièces (tabernae ?), e) cour / péristyle.

Dessin Leandri-Termot.

  • 33 Le mur de fondation est réalisé de manière assez inégale avec des cailloutis moyens liés par un mor (...)

25La partie N du monument est donc composée d’un portique à huit piliers (longueur d'environ 28,5 m et largeur moyenne de 3,18 m) construit en briques reposant probablement sur un mur de fondation unique33. Les baies ne sont pas toujours alignées avec les ouvertures des compartiments et ont ensuite été rejointes par des cloisons en opus incertum. Au S du portique, se trouve une série de huit pièces, dont trois sont encore subdivisées, en partie alignées et en partie coaxiales (mais elles ont toutes la même longueur : 7,90 m : fig. 5, D). Quatre d’entre elles sont ouvertes sur le portique, alors que deux pièces s’ouvrent certainement sur le péristyle. La plupart des murs de séparation ont des fondations de galets liés par un mortier et sont jetées dans une tranchée. Le socle de galets et mortier présente une élévation en opus testaceum, souvent mal conservée. Une réinterprétation de la relation stratigraphique des murs, qui sont souvent fortement restaurés, permet de proposer que dans la phase principale, qui semble datable, de manière hypothétique, du IIe siècle après J.-C., le bâtiment aurait eu l’aspect que l’on observe aujourd’hui, à savoir une série de tabernae ouvertes sur la voie à portiques et une série de pièces s’ouvrant sur le péristyle. Les portions de structures qui utilisent les galets sont attribuées à un stade antérieur, tandis que les clôtures partielles du portique sont attribuées à une date ultérieure.

  • 34 Comiti 2008, p. 44-45.
  • 35 Comiti 2008, p. 44.

26D’un intérêt particulier sont les éléments mis au jour dans le secteur 11 de ces fouilles, perçus comme indices de l’emplacement possible d’une activité métallurgique grâce à la découverte d’une quantité considérable de scories. Ici, P. Comiti, à travers un sondage en profondeur, a mis en lumière des segments de murs avec plan en « L », construits en « assises de galets sans aucun élément de réemploi, liés à l’argile, qui repose sur le substrat »34. Ces structures plutôt primitives furent coupées par d’autres structures interprétées comme étant des fondations en tranchées. Elles ont été réutilisées en tant que fondations d’un mur en opus testaceum avec une orientation presque parfaitement cohérente avec celle de l’ensemble des boutiques bordant la rue. La datation des couches d’occupation liée à cette première phase de construction sur le site se situe entre les IIIe et Ier siècles av. J.-C.35

  • 36 Pallarés 1974 ; Pallarés – Lavizzari Pedrazzini 1980. Le fait que des timbres inédits n’ont pas été (...)
  • 37 Menchelli et alii 2007 ; Picchi 2013.
  • 38 Jodin 1971.
  • 39 Arcelin 2013, p. 199-220. Un petit lot de vaisselle tardo-républicaine, recueillie dans les fouille (...)

27Les matériels trouvés lors de ces fouilles ont récemment fait l’objet d’une étude approfondie, qui comprenait également l’examen des études plus anciennes comme les observations de Francesca Pallarés sur les découvertes de poterie de sigillée italique et tardo-italique des fouilles de 1960-196636. Nous pouvons ajouter à celles-ci, pour ces mêmes fouilles et pour leur reprise réduite durant les années 2001-2003, les observations présentées par un groupe de chercheurs de l’Université de Pise, sur les céramiques communes et les amphores tardo-antiques trouvées à Mariana37. D’autres classes de matériel provenant des fouilles anciennes sont la terre sigillée claire et l’estampée grise38. Ces publications, intéressantes pour la compréhension des répertoires formels et des décorations, doivent toutefois être mises à jour du point de vue de la chronologie et de la classification typologique. Une autre étude importante, récemment publiée39, porte sur la céramique du second Âge du Fer et de l’époque tardo-républicaine trouvée dans des contextes non-précisés durant les fouilles de Moracchini-Mazel près de La Canonica et de San Parteo. Elle prouve bien la présence d’éléments autochtones entre les IIIe et Ier siècles av. J.-C. dans les environs immédiats de ces deux sites, sans préciser la localisation ni la nature précise de cette occupation. à partir du début du Ier siècle, la céramique romaine d’importation y est bien présente, ce qui pourrait confirmer l’installation près du Golo de la colonie de Marius.

  • 40 Nous remercions Jérôme Gattacceca et Pierre-Etienne Mathé d’avoir mis à notre disposition les résul (...)
  • 41 Voir infra et Verdonck – Vermeulen 2009; Carboni et alii 2011; Verdonck et alii 2012 ; Vermeulen –  (...)

28Durant deux campagnes successives, en 2006 et 2007, C. Corsi et F. Vermeulen ont effectué une fouille-sondage (tranchée de 12 m sur 2 m) sur un terrain situé immédiatement au N de La Canonica (secteur 12). L’objectif était de contrôler les données de quelques prospections géophysiques préliminaires conduites par une équipe du CEREGE de Marseille-Aix40 mais aussi de mieux saisir le contexte topographique et stratigraphique de cette zone (plus centrale ?) de la ville antique. Par la suite, l’interprétation des structures exhumées a été contextualisée par les prospections géophysiques de l’équipe de l’Université de Gand41. Directement en-dessous du sol perturbé par les travaux agricoles, la fouille a mis au jour des structures relatives à deux phases différentes d’occupation de la zone. La plus récente est constituée par un alignement de galets, lisible sur une longueur de 8 m et une largeur maximale de 0,70 m, et peut être interprétée comme un mur, avec orientation approximative E-O, dont seulement deux assises de galets sont conservées. De la phase précédente, on a récupéré deux murs en opus testaceum, larges d’à peu près 55 cm et construits parallèlement. Ils sont orientés approximativement N-S, mais avec une déviation de plus ou moins 12° vers le NNE-SSO. Les murs présentent des parements de briques construits très régulièrement et un noyau composé de mortier et de grands galets bien sélectionnés. Les semelles de fondation des deux structures en briques ont été posées directement sur le substrat naturel, composé de galets et de cailloutis, dans une matrice argileuse. Celle-ci a été mise au jour à une profondeur de moins de 1,30 m par rapport au plan de campagne actuel. La surface de cette strate de formation naturelle, qui correspond à la terrasse fluviale, était couverte par une couche de sable de couleur brun orange qui n’a livré aucun reste anthropique. Celle-ci, elle-même coupée par les fosses de fondation des murs en briques, est le premier sol qui s’est déposé sur le niveau vierge, à une époque postérieure à l’inondation qui l’a formé. Aucun vrai pavement associé aux murs en briques n’a été découvert. Le seul élément de sol dégagé, dans les espaces délimités par ces murs, au-dessus du niveau de la semelle de fondation, est une strate constituée de terre mêlée à des fragments de briques et de galets qu’on pourrait, interpréter comme la partie inférieure d’une préparation de pavement. Par contre, dans la pièce à la limite orientale de la tranchée, l’indice d’un pavement originel de mosaïque s’est conservé, attesté par un grand nombre de tesserae noires recueillies dans la couche limoneuse qui s’adosse au mur.

  • 42 Il s’agit des productions africaines de table et de cuisine, les sigillées italiques et les céramiq (...)
  • 43 Ces données semblent confirmées par les 3 monnaies retrouvées au cours de la campagne de 2006. Les (...)

29Même si les dimensions de la tranchée ne facilitent pas l’identification de la fonction de ce bâtiment, il est clair que la qualité des murs, dont la technique de construction ne semble pas pouvoir remonter à une époque antérieure au milieu du Ier siècle après J.-C., et la présence probable d’une mosaïque indiquent qu’il s’agit d’un édifice d’une certaine importance. L’étude préliminaire de la céramique nous permet, grâce à un premier diagnostic42, de souligner une concentration des chronologies d’occupation entre le Ier et le IIe siècle après J.-C., avec une présence de formes encore sûrement attestées au IIIe siècle, mais qui sont insuffisantes et douteuses pour le IVe et le début du Ve siècle43 (fig. 6). Très pauvres, au contraire, sont les témoignages de l’époque républicaine, avec seulement deux fragments de céramique à vernis noir significatifs.

Fig. 6 – Quantification des matériaux céramiques, trouvés durant le diagnostic du secteur 12, situé au N de La Canonica.

Fig. 6 – Quantification des matériaux céramiques, trouvés durant le diagnostic du secteur 12, situé au N de La Canonica.

Élaboration C. P. Venditti.

  • 44 Istria – Ferreira 2012. Nos remerciements vont à Daniel Istria pour nous avoir procuré ce rapport e (...)
  • 45 Istria – Ferreira 2012, p. 10-11, 21-22, 25.

30Notre connaissance du secteur N de la ville s’est enrichie grâce à une courte campagne de diagnostic archéologique réalisée sur la parcelle 02 de la section AT de la commune de Lucciana (lieu dit Pruniccia), conduite par l’INRAP44. Ici, l’ouverture de 14 petites tranchées de 2 m de largeur a permis de vérifier que, d’un point de vue géologique, la terrasse fluviale, dont l’existence avait déjà été identifiée par A. Roblin-Jouve dans la zone S de la ville, sur la rive du Golo, et confirmée par les fouilles du secteur 12 (voir supra), s’étend jusque dans ce secteur septentrional45.

  • 46 Istria – Ferreira 2012, p. 10.
  • 47 Istria – Ferreira 2012, fig. 9, 15.

31Quant aux structures archéologiques identifiées dans certaines de ces tranchées, elles sont censées être compatibles avec l’orientation de la trame urbaine, comme indiqué dans notre recherche (mais donc non pas SO-NE, comme rapporté par les auteurs du rapport). Mais la technique de construction des segments de maçonnerie mis en lumière (en galets de calibre moyen liés à la terre sans fondation) les rattachent à ceux du secteur 12 qui ont été définis dans la phase II (voir supra), avec une orientation différente par rapport à celle déclinée à 12º-13° vers le N. Nous avons tendance à exclure que, comme l’affirment les fouilleurs46, les différents segments de murs découverts puissent être attribués à un même mur, qui de cette façon permettrait d’atteindre la longueur minimale de 86 m. À l’est de cet alignement ont été trouvés à plusieurs endroits des restes de l’axe urbain, qui dans l’analyse globale du plan d’urbanisme a été défini cardo A (voir infra). Sa largeur pourrait être d’environ 5 m. Compte tenu de la hauteur absolue de ces structures, mais aussi de leur apparence décrite dans le rapport, il semble peu probable que la terrasse fluviale et le pavage des rues ne correspondent. Au lieu de cela, on a sans doute retrouvé une couche de préparation pour le pavage des rues, probablement construites avec de grands blocs de pierre comme ceux retrouvés dans la rue à boutiques. Il est également possible que ce que l’on appelle ici « terrasse fluviale » doive plutôt être considérée comme une couche alluviale déposée lors de la crue du fleuve Golo après l’abandon, comme le démontre le fait que certains endroits dans les couches en-dessous des blocs de pierre contiennent du matériel archéologique47.

  • 48 Istria – Ferreira 2012, p. 11, 38-41. Une datation renvoyant aux IIIe-IVe siècles proposée par les (...)

32Dans la tranchée 4 a été partiellement mis au jour une fosse creusée dans la terrasse, couverte par trois tegulae jointives avec des timbres, dont un in planta pedis avec inscription indiscutablement chrétienne attribuée au Ve-VIe siècle après J.-C.48, bien que cette datation semble très basse dans le contexte général des techniques de l’Antiquité tardive. Étant donné que la fosse n’a pas été mise complètement en lumière, et que n’ont pas été retrouvés des restes de squelettes, l’identification avec une sépulture à demi-bâtière (qui, par conséquent, serait envisagée dans l’espace urbain) reste problématique.

  • 49 Istria – Ferreira 2012, p. 10, 46-53.
  • 50 Voir aussi le travail de synthèse récent dans le fascicule de la Carte Archéologique de la Gaule co (...)

33Le reste du mobilier archéologique (fragments de tegulae, de céramique et de verre) se trouve dans un arc chronologique entre le Ier av. J.-C. et le IIe siècle après J.-C. On note toutefois la présence de quelques rares fragments de céramique un peu plus tardifs (IIIe ou IVe siècle)49. Dans la tranchée 3 la découverte de nombreuses monnaies et la présence de fragments de statuettes en terre cuite pourraient évoquer un dépôt cultuel plutôt qu’une simple zone de rejets domestiques. Dans les tranchées situées dans le N de la parcelle, les traces d’habitat sont très rares, ce qui nous amène à imaginer ici un fort amincissement du tissu urbain. Il faut cependant souligner que les fouilles en ce lieu n’ont fait qu’effleurer le gisement archéologique, interceptant uniquement les phases ultérieures et les plus superficielles. Une publication future et de nouveaux sondages prévus dans le cadre de la construction du musée archéologique de Mariana devront élucider le caractère et l’évolution spécifique de ce secteur périphérique de la ville50.

  • 51 Alessandri 1995, p. 7-15. Voir infra, par. « Les nécropoles de Mariana ».
  • 52 Alessandri 1995, p. 14-48.
  • 53 Alessandri, p. 16, 55.

34Finalement, pour compléter cet aperçu de ce qui est connu sur le plan stratigraphique et/ou préservé structurellement, il nous faut mentionner les données particulières en provenance des fouilles de sauvetage entreprises au long de la route D107, au début des années 1990. Il s’agit d’une tranchée de non moins de 800 m de longueur, ouverte le long du côté S de la route qui s’étend du terrain directement au N de l’église de San Parteo jusqu’aux ruines en opus testaceum identifiées comme les structures fouillées par Leschi et Chauvel dans leur « chantier B » (voir supra). Dans la partie occidentale de la tranchée (presque 300 m à l’est des nécropoles de Murotondo et Palazzetto), on a trouvé des tombes à bâtière, dont (certaines) avec un conduit pour libations, datées entre le Ier et le IIIe siècle de notre ère51. À cette occasion, dans la partie orientale, donc plus proche de La Canonica, des restes de murs indiqueraient la présence d’un secteur d’habitation d’époque augustéenne, avec plusieurs éléments permettant de penser à un remaniement au IIe siècle, avec une utilisation jusqu’à la fin du IVe siècle52. Mais, un aspect encore plus intéressant est lié au fait que cette zone semble avoir révélé une section d’un « decumanus », avec un empierrement de galets liés à l’argile, qui court « depuis le double franchissement de la route jusqu’aux abords de La Canonica »53. Comme cette rue semble directement couverte par des couches d’occupation et d’abandon qui contiennent seulement du matériel romain, une datation antique semble s'imposer. Selon nous, cette voie correspond à la partie orientale de la rue à boutiques.

35D’autres tombes ont été trouvées dans différentes parties de la tranchée, mais selon les observateurs elles seraient toutes médiévales ou modernes et liées à la présence de l’église. Aucune des découvertes de cette intervention ne peut être associée à la phase de l’implantation de la colonie de Mariana, alors que la fin de l’époque républicaine ne se reflète que sur la seule base de quelques fragments de céramique « épars et résiduels ». La première phase mise en évidence à cette occasion concerne des constructions d’époque augustéenne, et c’est au cours du IIe siècle que certains bâtiments ont été rénovés, en respectant l’orientation et l’organisation spatiale de ce qui précède. Il n’y a cependant pas de preuves de réorganisations ultérieures, même si une continuité de l’occupation dans le courant du IIIe siècle peut être supposée sur la base des matériaux archéologiques.
(Franck Vermeulen)

Quelques observations sur les techniques de construction du bâti romain

36Les seuls termes de comparaison sur le territoire corse pour les techniques de construction du bâti romain, observées jusqu’ici à Mariana, proviennent du site bien documenté de Piantarella, près de Bonifacio, et de la capitale elle-même, Aleria.

  • 54 Teatini 1996.
  • 55 Teatini 1996, p. 96.
  • 56 Teatini 1996, p. 92-93.

37La plupart des monuments mis au jour dans la zone centrale d’Aleria, ont été soumis à une spoliation intensive et il est donc difficile de reconstruire une séquence stratigraphique fine de ces murs. Mais en général on peut encore observer que de nombreux murs sont réalisés en opus incertum, bordé de gros blocs en calcaire, généralement attribué à une phase plus ancienne (dans la domus au dolium, par exemple, de la première moitié du Ier siècle av. J.-C.), tandis que les murs en briques sont attribués à l’époque impériale54. Dans certains cas, par exemple dans la construction de plan irrégulier au centre du « praetorium », la date traditionnelle renvoyant à l’époque sévérienne a été revue et se rapporte maintenant au Haut-Empire (Néron) sur la base du module de la brique55. L’opus quasi-reticulatum est également attesté (dans la base de l’arc honorifique qui mène au soi-disant « praetorium ») : la datation de l’utilisation de cette technique a été revue et renvoie ici au Ier siècle après J.-C., puisque nous considérons qu'elle relève d’un retard provincial dans le développement sur le plan technique56.

  • 57 Teatini 1996, p. 109-110.

38Des murs en opus incertum et opus mixtum, avec alternance de bandes de galets et de briques, sont mieux conservés à les thermes de Santa Laurina, dont la construction, établie sur la base des matériaux trouvés, a été fixée à la fin du IIe siècle de notre ère57.

  • 58 Agostini 1985-1986, p. 9 et 23-24.

39Dans le vaste complexe de Piantarella, identifié provisoirement avec le site de Pallas, la plupart des murs sont réalisés en opus reticulatum, d’une régularité inégale, qui ressemble parfois à de l’opus quasi-reticulatum, avec des coins de murs constitués d’une « chaîne d’angle en moellons calcaires bien taillés », sans que l’on puisse attribuer une chronologie différente à ce type de construction. Par ailleurs, certains murs sont construits avec des chaînes d’angle en opus mixtum, avec des bandes de briques, alternant avec des zones en opus incertum. La chronologie a été fixée du Ier s. après J.-C. à l’âge des Antonins58.

  • 59 Istria – Ferreira 2012, p. 10.

40Comme nous l’avons vu, la datation des murs en galets, comme suggérée dans le secteur 12 par la chronologie relative, est postérieure à la phase des murs en opus testaceum des IIe-IIIe s. après J.-C. Dans les fouilles à Pruniccia, les murs en galets sont conservés sur une ou deux assises posées directement sur la terrasse de galets. L’absence de fondation et la technique de construction donnent à penser qu’il s’agit de simples solins qui supportaient à l’origine des parois en matériaux périssables59.

La prospection géophysique

  • 60 Sur les parcelles 81 et 76.
  • 61 Les dernières prospections par radar-sol ont été effectuées en automne 2010. La captation de donnée (...)

41Après une évaluation du potentiel du site pour une étude de prospection non-invasive, notre équipe a choisi de procéder à une enquête intensive utilisant des méthodes géophysiques. Pendant la campagne de 2006, une première prospection magnétique et de résistivité électrique a été conduite au N de la cathédrale de La Canonica60. À partir de 2006 ces techniques ont été complétées par la prospection par radar-sol, technique très adaptée pour ce genre de site61. Ces méthodes de prospection étaient attractives par l’absence de bâtiments et de végétation importante sur la surface du terrain et par le manque de résultats substantiels sur le plan de la photographie aérienne active dans la zone intra-murale. Le questionnaire scientifique de cette approche peut être synthétisé par les questions suivantes :
(1) Quelles sont l’étendue et la fonction de cette partie de la ville romaine ?
(2) Quelle est la relation avec la partie fouillée du site, immédiatement au S de la Canonica ?
(3) Peut-on distinguer une trame antique systématique (voirie, bâtiments) dans cette partie de Mariana ?

  • 62 Verdonck 2012.

42Comme la résistivité électrique n’a pas donné de bons résultats, à cause de la sécheresse du terrain pendant les saisons choisies pour le travail de terrain (été ou début automne), cette technique a été abandonnée. Cependant l’utilisation des méthodes géomagnétiques et surtout de radar-sol, ont mené à des résultats spectaculaires (fig. 7-8). Les aspects techniques de ces enquêtes ont été présentés ailleurs de manière analytique62 et nous nous concentrerons surtout ici sur les résultats concernant la compréhension de l’agencement de la ville antique.

Fig. 7 – Lucciana, lieu-dit La Canonica.

Fig. 7 – Lucciana, lieu-dit La Canonica.

Détail de l’image obtenue par prospection par radar-sol d’une partie de la zone au N de La Canonica à une profondeur d’environ 0,75 m.

D’après Corsi – Verdonck – Vermeulen 2010.

Fig. 8 – Lucciana, lieu-dit La Canonica. Interprétation par L. Verdonck des anomalies géophysiques dans les parcelles nos 76 et 81, situées au NE de la « rue à boutiques » (E).

Fig. 8 – Lucciana, lieu-dit La Canonica. Interprétation par L. Verdonck des anomalies géophysiques dans les parcelles nos 76 et 81, situées au NE de la « rue à boutiques » (E).

Le « bâtiment à abside » du « chantier C » des anciennes fouilles Leschi-Chauvel s’insère probablement dans les structures les plus septentrionales de ce plan. Pour les numéros et les lettres voir le texte.

D’après Verdonck 2012.

  • 63 Quelques petites zones prospectées au radar se trouvent directement au S de La Canonica et au N prè (...)

43Le résultat le plus évident qui se dégage des prospections au radar sur la grande parcelle directement au N de La Canonica63 est que cette grande zone, clairement intra-urbaine, entre la « rue à boutiques » et la limite N de cette parcelle moderne est intensément occupée par des insulae principalement destinées à un usage résidentiel (fig. 8). La texture des blocs rectangulaires est garantie par un axe avec orientation E-O, décliné de 12-13 degrés, et parfaitement parallèle à la « rue à boutiques » et à (au moins) trois axes parfaitement perpendiculaires à ces deux decumani. De ces trois axes, seul le plus central (fig. 8, B) se poursuit certainement vers le N après l’intersection avec l’axe D sur la fig. 8, tandis que celui qui est le plus à l’O (fig. 8, A) est certainement contenu entre les deux axes E-O, alors que celui de l’extrême E du terrain prospecté n’a pas livré de données pour son extension vers le N ou le S. Un prolongement de l’axe central vers le S, au-delà de la « rue à boutiques », paraît invraisemblable, à cause de la présence d’anomalies liées à des structures de construction indiquées par le n° 1 de la fig. 8. Cette rue N-S centrale, qui domine la trame dans ce secteur, garde une largeur d’au moins 8,5 m jusqu’à la route moderne D107 (fig. 8, B). Les résultats de quelques prospections à plus haute résolution dans ce secteur montrent bien qu’une division existait ici entre la rue même, qui a une largeur de 4,5 m, et deux trottoirs (fig. 7). La rue à l’O (fig. 8, A) avait également une largeur d’environ 8,5 m et montre une configuration semblable. Les trottoirs étaient probablement couverts par des portiques, puisqu’il y a des traces de colonnes dans les couches les plus profondes visualisées par les ondes radar. Ceci semble aussi le cas avec la rue plus orientale (fig. 8, C) qui est même un peu plus large (environ 9 m).

44La plupart des structures trouvées peuvent être identifiées comme étant des maisons. Certains noyaux d’habitation semblent appartenir à une typologie bien connue en Méditerranée, à savoir dotés de péristyle. Par exemple, une grande partie de l’insula NO, qui est encore incomplète, semble être occupée par un grand complexe privé, de plan axial et assez symétrique, avec cour centrale entourée par plusieurs grandes pièces allongées, dont quelques-unes sont clairement du type des aulae absidées. Certaines traces visibles, surtout sur l’image magnétique, mais plus clairement bornées par le radar-sol, nous permettent de suggérer la présence d’hypocaustes dans certaines de ces domus, et probablement, ici et là, de fours et/ou d’une activité métallurgique. Comme cette activité métallurgique semble surtout se situer dans le secteur SO, donc près du « village » du haut Moyen Âge autour de l’église chrétienne, il faut peut-être penser à une activité (en partie) post-romaine.

45D’autres anomalies, clairement liées à la trame antique, indiquent des systèmes liés à l’approvisionnement en eau ou au drainage, essentiels dans toute ville romaine bien organisée, mais ici certainement bien développés. En général, aucun bâtiment ne semble correspondre à une fonction publique certaine, mais on ne peut certainement pas exclure que quelques ensembles avec salles absidées et sol en dur bien conservés (mosaïques ?) avaient une fonction publique ou correspondent peut-être à des bains privés présentant un certain confort. De la même manière, on peut aussi supposer que la plupart des petites constructions rectangulaires, avec côté étroit le long de certaines rues (surtout la rue ouest, fig. 8, A), fonctionnaient comme des tabernae, mais celles-ci semblent moins organisées que dans la « rue à boutiques » exhumée au S de La Canonica.

  • 64 Cette technique d’analyse des résultats de la prospection par radar-sol permet de visualiser des co (...)
  • 65 Carboni et alii 2011, fig. 2-4, p. 10.

46Et quels sont les indices d’une dynamique majeure dans la trame urbaine dans ce secteur ? Grâce à la technique du « time-slices »64 (fig. 7) on peut tout d’abord établir que les « murs » les plus profonds (qui doivent donc être vus comme des fondations) se trouvent à environ 1,5 m de profondeur. Ceci semble déjà impliquer la présence d’une stratigraphie conséquente. Du point de vue de la méthodologie, mais aussi pour la lecture « diachronique » des zones urbaines ainsi révélées, la preuve la plus intéressante de l’existence de plusieurs phases dans le développement de quelques insulae est donnée par un bâtiment situé vers le NO de la zone prospectée au radar, ayant une orientation légèrement divergente par rapport au reste des structures trouvées à Mariana. Vu sa faible profondeur, il est probablement en rapport avec la structure de galets alignée E-O observée près de la limite S de la fouille-sondage du secteur 1265. Cette structure, coupée par nos fouilles, et son rapport avec les murs orientés NE/SO donnent une indication, à savoir que les murs les plus superficiels observés avec le radar appartiennent à une phase postérieure de l’histoire de Mariana. Ceci pourra seulement être confirmé avec certitude par des sondages visant d’autres intersections de murs et par une analyse des découvertes qui en résulteront. Toujours est-il que les coupes en profondeur, extraites de la prospection par radar-sol (« time-slices »), ont bien démontré que le grand « bâtiment à abside », observé lors de la prospection magnétique dans cette zone du site (fig. 8, no 2) se caractérisait dans sa phase originelle par un plan assez régulier avec cour centrale et portique. Des structures plus superficielles, qui parcourent cet ensemble et s’étendent vers l’E et l’O, prouvent quant à elles l’existence d’une phase (réduite ?) de réorganisation de Mariana (ou de ce secteur), qui selon le mobilier recueilli dans notre tranchée (IVe-Ve siècle) pourrait bien appartenir à l’époque romaine tardive.

47En comparaison avec les « coupes en profondeur » qui résultent de la prospection au radar et donnent des informations sur des niveaux bien définis, les résultats de la prospection magnétique ressemblent plutôt à un palimpseste, où les traces plus profondes ne peuvent pas être distinguées des structures plus superficielles. La prospection magnétique dans la zone directement au N de La Canonica a produit des contrastes plus faibles entre la géologie et les structures archéologiques mais l’orientation des anomalies linéaires est la même que celle observée lors des fouilles autour de la Canonica et de la prospection au radar. Il est intéressant de noter que cette prospection magnétique a pu individualiser quelques zones où des anomalies très fortes indiquent la présence de fours, d’ateliers ou de zones de combustion, même si la datation romaine ou post-romaine de celles-ci n’a pas pu être déterminée.

Discussion des résultats

48Que pouvons-nous déduire de l’ensemble des informations archéologiques sur le développement topographique de la Mariana romaine ? Les éléments les plus importants à considérer ici sont certainement la chronologie, l’emplacement et l’envergure de la ville et son système défensif, et finalement la trame urbaine et l’organisation spatiale de la ville.

Chronologie

  • 66 Pour une discussion sur les sources disponibles, voir Corsi – Venditti 2010, p. 70-71. Sur la possi (...)
  • 67 Brenot 1973, p. 2. À la date de cette publication, Brenot proposait que « le monnayage antérieur à (...)
  • 68 Nucci 2011, p. 8-9.
  • 69 Ceux-ci peuvent être de la même date et même du même complexe que les murs fouillés par Corsi et Ve (...)

49Ce qui frappe le plus, parmi les données apportées par la fouille stratigraphique, c’est l’absence de phases claires et bien datées attribuables à la fondation même de la colonie. D’après le témoignage de Sénèque, brièvement confirmé par d’autres, celle-ci peut être principalement fixée autour de 100 av. J.-C. à initiative de Caius Marius (Sen., Cons. Helv., VIII, 8 ; Plin., Nat Hist., 3, 6, 80 ; Sol. 37, 151)66. Ceci est en contraste avec la phase tardo-républicaine, qui est attestée de manière sûre à Mariana. En effet, outre quelques découvertes de céramiques et monnaies éparpillées dans plusieurs secteurs du site67, la seule découverte bien attestée stratigraphiquement semble celle – récente – du secteur 11 (voir supra). Ici, dans le cadre de la campagne de 2007, on a mis au jour une partie d’un mur profondément enfoui construit de galets, en combinaison avec une présence significative de céramique à vernis noir, associant la datation des structures au Ier siècle av. J.-C. Les structures trouvées à l’intérieur d’une taberna le long de la rue à colonnades semblent être assez semblables à celles fouillées par Leschi et Chauvel dans le « chantier C »68. Les murs délimitant la phase ultérieure de l’aula partiellement mise en lumière à l’intérieur de ce chantier étaient en opus testaceum69, mais ils reposent sur des murs plus anciens en dalles de schiste liées avec de la terre. La découverte de plusieurs monnaies dont la présence semble associée à ces murs suggère ici aussi une datation tardo-républicaine, alors que l’absence d’une phase structurale bien définie de la même période, à quelques dizaines de mètres au S de ce chantier (voir nos fouilles de 2006-2007, secteur 12), semble indiquer que dans cette phase précoce le site de Mariana connut un habitat peu dense et peu compact, qu’on ne peut probablement pas encore définir pleinement comme urbain.

  • 70 Un seul fragment du pavement de la domus au dolium, daté en tenant compte d’éléments stylistiques, (...)
  • 71 Probablement une restauration majeure de l’époque flavienne (Teatini 1996, p. 108).
  • 72 À l’époque de Trajan la domus au dolium fut reconstruite. Les portiques du forum peuvent cependant (...)

50En revanche, les données de fouille qui plaident en faveur d’un développement urbain de l’époque augustéenne sont plus convaincantes. L’intérêt de la part du princeps pour la Corse est d’ailleurs bien attesté à Aleria, où, par ailleurs, la pauvreté des données archéologiques attribuables à la fin de la République et à la fondation par Sylla70 est similaire. À Aleria aussi, la monumentalisation du site semble donc se produire seulement à partir d’Auguste, avec l’implantation du forum et la restauration des murs hellénistiques71, tandis que la réalisation d’importantes modifications appartient à la deuxième moitié du Ier siècle après J.-C., avec la construction de l’édifice thermal proche du capitolium de la ville72.

51Un scénario comparable peut s’envisager à Mariana, même si la phase d’importantes modifications semble ici plus tardive, au plus tôt à l’époque Flavienne, ou plus probablement sous Trajan ou même Hadrien si l’on en croit les éléments stratigraphiques repérés pendant nos récentes fouilles-sondages dans le secteur 12.

Mur d’enceinte et surface urbaine

52Sur base des données disponibles aujourd’hui, nous pouvons proposer une première localisation plus précise et une reconstruction des principales caractéristiques topographiques et urbaines de Mariana, à partir d’une esquisse préliminaire de son périmètre, et en tenant compte de l’emplacement précis des nécropoles suburbaines (voir infra) qui sans aucun doute marquent les limites au-delà desquelles la ville du Haut-Empire ne pouvait pas s’étendre (fig. 9).

Fig. 9 – Mariana : situation générale de la ville romaine et de ses environs sur fond de carte IGN.

Fig. 9 – Mariana : situation générale de la ville romaine et de ses environs sur fond de carte IGN.

La zone urbaine hypothétique (en grisé), les lieux de sépulture (n° 1 : Palazzetto ; n° 2 : Murotondo ; no 3 : I Ponti ; no 4 : San Parteo ; no 5 : Pruniccia) et les routes extra urbaines (A, B, C, D, E)

Élaboration C. Corsi.

  • 73 Alessandri 1995, p. 56.
  • 74 Cette dimension urbaine intra-murale semble correspondre à ce qui a été attesté pour d’autres ville (...)

53Pour les côtés O et N, nous avons déjà présenté les données qui nous ont suggéré la reconstruction de la fig. 9 (voir supra), même si nous devons souligner que tout au long de la tranchée ouverte en 1994 et à travers les zones urbaines, aucun élément de cette enceinte urbaine ne fut découvert73. Sur le côté oriental, au contraire, aucune trace claire, qu’il s’agisse des images aériennes ou de la cartographie historique, n’est détectable. Mais la limite urbaine doit y être recherchée entre la zone encore habitée à l’époque romaine, de « La Poudrière » (« chantier B » de Leschi et Chauvel), et la zone funéraire de « I Ponti ». Nous avançons l’hypothèse d’identifier une continuation de la délimitation urbaine romaine dans la délimitation des biens comme on peut l’observer dans le cadastre historique du XIXe siècle possédant encore un nombre important de points de repère très conservateurs. Cependant, la limite S de la ville a été presque complètement effacée par les fluctuations du fleuve Golo (voir supra). Une marque double dans la végétation, visible dans une photo verticale de 1937, et parallèle au mur d’enceinte N, pourrait être la seule trace restante de la partie S du mur de la ville, mais une fois encore, cela reste à prouver. Selon cette hypothèse donc, l’espace urbain serait délimité par un périmètre de forme trapézoïdale, avec un mur septentrional d’environ 590 m de longueur et un côté méridional parallèle d’au moins 680 m. La marge orientale serait orientée grosso modo N-S et mesurerait 450 m, tandis que le côté O, orienté NNE-SSO, mesurerait environ 460 m. La longueur totale du périmètre serait d’environ 2200 m, ce qui engloberait une superficie de presque 30 hectares74.

  • 75 Gros – Torelli 1997, p. 255.
  • 76 Corsi – Venditti 2010, p. 69-71.

54À partir des restes du rempart N, très mal conservés, et de la documentation d’archives il est difficile de proposer une datation pour la construction de ce mur d’enceinte. La recherche comparative montre que les défenses urbaines dans les provinces occidentales n’ont souvent qu’une signification symbolique et qu’elles restent assez rares avant les invasions du IIe siècle après J.-C.75 Pourtant, dans le N de la Corse, en gardant à l’esprit les difficultés rencontrées par les colons romains76, il est raisonnable de penser que le rempart ait été érigé au plus tard à l’époque augustéenne, comme c’est le cas d’Aleria, où les murs de l’époque hellénistique ont subi une reconstruction totale sous ce règne (voir infra).

L’aménagement urbain et ses parallèles

55L’intégration des données recueillies par le biais de méthodes différentes produit un premier plan de Mariana et de son suburbium. Celui-ci, quoique partiel, est certainement suffisant pour faire quelques observations sur le cadre général de l’aménagement urbain, et en particulier sur l’orientation et le modèle du réseau routier, ainsi que sur le caractère de quelques espaces urbains. Même s’il existe une « lacune » en raison de la présence de la route moderne qui, en passant juste au N de l’église de La Canonica, coupe en deux portions inégales ce secteur de Mariana, nous pouvons affirmer que le secteur méridional de la ville était intensément urbanisé et surtout occupé par des quartiers d’habitation. Ces quartiers étaient structurés de manière très orthogonale et systématique. Comme nous ne possédons que deux insulae assez complètes, qui semblent modulées sur des rectangles de 3 x 1,5 actus (environ 107 x 53 m), il est pour le moment prématuré de proposer une modulation de la trame totale de la ville, ou même seulement de cette partie méridionale.

  • 77 La présence de matériaux de construction dans le lit du fleuve a été confirmée par des recherches s (...)

56Le complexe paléochrétien, qui s’est ensuite développé dans cette zone, a certainement profité de la présence de l’un des axes urbains principaux, probablement le plus méridional, bien relié à la viabilité extra-urbaine et peut-être à un port fluvial près de « I Ponti »77. Cette voie E-O, axe dominant d’un secteur résidentiel et commercial, a aussi fonctionné comme catalyseur de l’occupation tardo-antique, encore très active dans cette zone limitrophe de la ville du Haut-Empire. Il est possible qu’au même moment, d’autres secteurs de la ville aient pu souffrir d’une dépopulation graduelle, comme cela a été observé dans tant de villes de la Gaule et de l’Occident romain à partir du IIIe siècle. Les informations beaucoup plus détaillées dans la zone fouillée de la rue à boutiques, avec ses mosaïques somptueuses, témoins de la richesse écrasante de l’Antiquité tardive et paléochrétienne à Mariana, éclipse sûrement ce que nous savons du reste de la ville, mais l’impression reste intacte que durant la fin de la République et le Haut-Empire, le centre monumental de la ville se trouvait quelque part au N de ce secteur. L’existence d’au moins une autre large rue à colonnades parallèle, située juste au N de celle de La Canonica et fortement visible dans l’interprétation des prospections géophysiques, pourrait souligner le fait que toute la partie S de la surface urbaine intra-muros a été conçue et monumentalisée au cours d’une même grande opération, même si le secteur était exclusivement ciblé comme zone résidentielle et commerciale.

  • 78 Bejor 1999, p. 89.
  • 79 L’exemple le plus proche d’un portique qui borde une insula se trouve à Nora en Sardaigne, mais ici (...)

57En ce qui concerne ces « colonnades », nous pouvons remarquer, avec Bejor78, que ces réalisations ne peuvent pas être attribuées à cette classe si typique des grandes villes monumentales de l’Orient antique, parce qu’ici il s’agit plutôt d’une série d’insulae qui sont liées aux rues par des portiques sans qu’on puisse parler de complexes monumentaux unitaires de tradition hellénistique. Mais il est acceptable que ces créations soient tout de même inspirées par le même désir de réunir dans un plan l’utilitas et le décor architectural. Leur propagation dans les villes romaines occidentales est généralement fixée entre la fin du Ier siècle et le début du IIe après J.-C., date qui pourrait bien coïncider avec la chronologie proposée (voir supra) pour la réorganisation de ce secteur de Mariana79.

  • 80 Voir, par exemple, les cas présentés dans Vermeulen et alii 2012.
  • 81 Sommella 1998, p. 209-218.

58Bien sûr, même si l’enquête géophysique et les fouilles archéologiques peuvent contribuer à la compréhension de l’évolution chronologique, la carte archéologique que nous pouvons présenter ici n’a pas la dimension diachronique requise. La rareté frustrante des découvertes archéologiques datables de la période de fondation de la colonie nous empêche de reconstruire le processus de la transformation du projet de la colonisation en une réalité urbaine. En effet, en comparaison avec d’autres études de situations ailleurs, notamment sur des sites de villes romaines désertées, aujourd’hui libres d’occupation moderne, où la prospection non-invasive et surtout géophysique fait découvrir pas à pas, et de manière spectaculaire, la trame urbaine détaillée80, la découverte de Mariana est plus problématique : la partie encore inexplicable, une sorte de « black out », dissimule encore la structure de la ville. Pour la Mariana romaine, c’est surtout l’infrastructure monumentale qui reste encore quasi totalement à découvrir (forum politique, temples, bâtiments de spectacle…), même si les résultats des prospections donnent au moins une première indication de la localisation du centre géographique probable de la ville antique, quelque part, directement au NE-E de la structure appelée « Impériale ». Néanmoins, ce que nous savons déjà de Mariana peut appeler quelques considérations sur son « plan programmatique ». Ce concept, introduit par Paolo Sommella dans le domaine de l’urbanisme romain, permet d’expliquer parfaitement comment les évidences matérielles d’un site urbain programmé, transformées par des siècles d’évolutions et de changements locaux, peuvent être utilisées pour recomposer le modèle original, qui a été à la base de l’exécution du projet81. Dans le cadre de sa réalisation, en fait, les volumes remplacent les lignes idéales, les bâtiments ont pris la place de formes, introduisant ainsi d’importantes variations dans les « modules » du plan de base. De cette façon, nous pouvons bien expliquer l’incongruité de certaines insulae, des différences dans la largeur et la continuité de certaines rues et même la non-occupation ou occupation faible de certaines zones situées intra-muros.

  • 82 Teatini 1996, p. 84-85.
  • 83 Zucca 1998, p. 104-105.
  • 84 Meloni 1980 ; Boninu – Le Glay – Mastino 1984.
  • 85 Teatini 1996, p. 113

59Finalement, les contours stricts de comparaison pour cette trame urbaine encore bien incomplète, se confinent dans le contexte insulaire de la mer Tyrrhénienne, bien que le manque d’informations détaillées sur les villes romaines de Sardaigne et l’histoire urbaine spécifique de cette autre grande ville Corse, Aleria, rende nos considérations très générales. À Aleria, par exemple, on peut affirmer que les rues principales se développent, en principe, selon les directives E-O (decumani) et N-S (cardines), mais qu’on n’est pas parvenu à y créer un tracé régulier puisqu’il fallait s’adapter à la topographie accidentée du site et, peut-être aussi, respecter certains éléments de la topographie urbaine préromaine, dont, malheureusement, nous ne savons que très peu82. Dans le contexte de l’urbanisme romain de la province Sardinia et Corsica on pourrait sans doute insister sur une comparaison avec la centralité des axes orientés NE/SO, perpendiculaires à la côte, qui sont aussi à la base de la planification urbaine de Carales83. Un plan régulier avec des îlots de 2 x 1 actus et une orientation NNO/SSE est par ailleurs bien connu pour Turris Libisonis84. Ce qui frappe toutefois c’est qu’ici comme à Aleria, on ne peut distinguer d’influences évidentes, d’éléments préromains ni de connotations spécifiquement locales dans l’organisation de l’espace. Même sur le plan de la construction privée, les domus d’Aleria sont du type à péristyle, typique du monde romain85. À Mariana, le même type semble prévaloir, comme le suggère la typologie de certaines maisons privées plus modestes ou de fonction semi-commerciale (telle que les tabernae) et rien ne semble s’y distinguer des courants architecturaux dominants dans l’ambiance urbaine de l’aire méditerranéenne occidentale.

Le suburbium et les nécropoles romaines

  • 86 Jehasse 1998, p. 247-248.

60Comme le fait remarquer Olivier Jehasse, en l’état actuel de nos connaissances, les monuments non funéraires sont très peu connus dans le suburbium immédiat des villes romaines de la Corse. Le cas des Thermes de Santa Laurina, appartenant à la mansio indiquée dans l’Itinéraire d’Antonin apparaît, en fait, comme assez isolé86. Pour Mariana, en plus des zones de sépulture situées autour de la zone urbaine, nous pouvons présenter quelques données sur les routes suburbaines, ainsi que des informations sur les établissements agricoles trouvés dans les 2 ou 3 milles de la ville.

Les nécropoles de Mariana

  • 87 Ces deux zones funéraires sont situées le long de la route départementale D107 (séparées par une di (...)
  • 88 Moracchini-Mazel 1971; Moracchini-Mazel 1974.
  • 89 Pergola 2008, p. 185.

61Dans les années 1960, durant l’activité de recherche de Geneviève Moracchini-Mazel, quatre nécropoles d’époque romaine ont été situées et partiellement étudiées autour de Mariana : à la périphérie orientale de la ville (I Ponti, fig. 9, no. 3), dans le suburbium occidental (Murotondo-Palazzetto : fig. 9, no. 1-2)87, et le long de la route allant vers le S-O, à proximité de l’église funéraire romane de S. Parteo88 (fig. 9, no. 5). Dans la nécropole occidentale on peut distinguer en fait deux noyaux de sépultures : celui de Palazzetto, plus au S, et celui de Murotondo, aux confins de l’aéroport. Une prospection topographique effectuée durant les campagnes de 2001-2004 a révélé la présence d’au moins une autre zone funéraire, située directement au N de la ville dans la localité de Pruniccia89.

62Palazzetto est ainsi nommé en raison de la présence d’un bâtiment en brique, qui est actuellement utilisé comme grange et qui intègre un monument de la période romaine (fig. 10).

Fig. 10 – Lucciana, lieu-dits Palazzetto et Murotondo. Plan des tombes fouillées dans les années 1970.

Fig. 10 – Lucciana, lieu-dits Palazzetto et Murotondo. Plan des tombes fouillées dans les années 1970.

D’après Moracchini-Mazel 1971.

  • 90 Moracchini-Mazel 1971, p. 1-60.
  • 91 Moracchini-Mazel 1971, p. 5. En effet, les tombes ne semblent respecter aucune orientation dominant (...)

63Ce dernier comporte deux phases de construction très évidentes : dans la première, attribuée à la fin du Ier siècle après J.-C., le bâtiment était de taille plus grande, et son plan ressemblait à un petit temple avec cella précédé au S par une sorte de pronaos, qui avait sur son côté N une autre pièce rectangulaire. Pour la deuxième phase, il s’agissait avec certitude d’un mausolée, entouré par d’autres tombes, pour lequel on peut proposer une datation se situant au IVe siècle90. Sur le site de Palazzetto les fouilles ont mis au jour seulement dix sépultures, datant surtout du IIe siècle après J.-C., sauf quelques-unes sans mobilier funéraire, sises autour du mausolée et attribuées par Moracchini-Mazel à l’époque chrétienne (par ex. tombe II). Il est important d’observer qu’une partie des sépultures montre une orientation astronomique, à la fois E-O comme N-S, ce qui pourrait correspondre à des suggestions cultuelles du rite funéraire, mais on ne peut guère confirmer une grande organisation topographique des tombes suivant un alignement E-O, comme communément affirmé. Moracchini-Mazel proposait plutôt « un alignement en enfilade qui ferait supposer que les tombes ont été disposées le long d’une voie romaine descendant de la montagne à Mariana ». Cette route semble correspondre avec l’alignement de la voie qui conduisait de Murotondo à La Canonica, aujourd’hui interrompue91.

  • 92 Moracchini-Mazel 1971, p. 6.
  • 93 Moracchini-Mazel 1971, p. 25-26.

64Les 10 tombes présentent une typologie variée : les tombes I, II, IV, VI, VII, VIII, IX et X sont définies comme étant « triangulaires », c’est-à-dire « alla cappuccina », mais les tombes I, II et IV contiennent des incinérations, la tombe III est « en jarre », la tombe V est composée de tegulae réutilisées qui délimitent le dépôt de quelques os d’enfant. Il faut noter que certaines des tuiles utilisées dans des fosses montrent des estampilles, qui ont mené à les percevoir comme déposées « neuves », (donc, « ce ne sont pas des éléments de remploi »)92. La datation de ces timbres, de la céramique du mobilier et des quelques pièces de monnaie qui s’y trouvent contribuent à fixer la chronologie de ces tombes à l’époque de Marc-Aurèle. La tombe VI serait au plus tard datable du IIe siècle, et on peut situer au milieu du IIe siècle le tombeau IX. La tombe VII daterait de la fin du Ier et de la première moitié du IIe siècle après J.-C., et la même datation vaut pour la tombe VIII, avec un mobilier assez riche. La tombe X, dans laquelle était enterré un corps sans mobilier, daterait des IVe/Ve siècles. Les mêmes datations sont proposées pour les tombes II et III93.

  • 94 Moracchini-Mazel 1971, p. 5.

65À Murotondo, une parcelle plus proche de l’aéroport de Poretta, 31 sépultures ont été fouillées, toutes datables des Ier et IIe siècles après J.-C. (fig. 10). La plupart d’entre elles ont un alignement en fonction des axes cardinaux, avec une orientation E-O dominante. Mais dans ce cas-ci, l’avis de Moracchini-Mazel, qui propose de percevoir ici aussi une enfilade et suppose une orientation le long de la route romaine susmentionnée, ne peut se confirmer94.

  • 95 Moracchini-Mazel 1971, p. 26-59.

66Dans le même secteur, 19 tombes (I, III, V, VI, IX, XI, XII, XIII, XIV, XV, XVI, XVIII, XIX, XXI, XXIII, XXIV, XXV, XXVI, XXVIII) correspondent au type « alla cappuccina » (dans la tombe XII les tuiles étaient disposées de façon à protéger l’aire d’incinération), alors que la tombe II est constituée, de tuiles « mises à plat et non en triangle », et dans la tombe XX les tuiles sont disposées « en aménagement à peu près carré formant coffre ». La tombe X est constituée d’une seule tuile qui protège une couche de terre noire. On y découvrit entre autres une monnaie frappée probablement à l’époque de Vespasien. La tombe IV « présentait un aménagement de 4 briques rectangulaires formant châssis de protection autour d’une urne cinéraire en terre cuite », alors que les tombes VII, XVII, XXIX-XXXI contiennent une urne cinéraire. La tombe XXII est définie comme « une aire d’incinération ». Pour les tombes I, XII, XXVII et XXVIII, le rite de l’incinération est bien attesté. Pour les tombes II, XVI, XVIII, XXII, XXVII et XXX on propose une datation aux Ier-IIe siècles. Les tombes V, VIII, IX, XII, XIII, XXVIII dateraient de la seconde moitié du Ier siècle. Les tombes III, XXIII et XXVI sont datées sur la base d’une découverte numismatique renvoyant à la fin du IIe siècle, comme c’est sans doute aussi le cas pour les tombes XI et XV. La tombe XX appartient au début du Ier siècle95.

  • 96 Alessandri 1995, p. 7, 12-14.
  • 97 Alessandri 1995, p. 7-11.
  • 98 Alessandri 1995, p. 7-15. Dans le cadre de ce travail, des tombes ont également été trouvées dans l (...)

67À cette vaste nécropole doivent certainement aussi appartenir les quelques tombes localisées dans la longue tranchée creusée en 1994 le long de la route départementale (voir supra), et plus précisément sur son côté S, à l’E du pont sur le canal (zone 1). Les sépultures les plus clairement identifiées dans l’espace confiné de la tranchée sont des tombes à bâtière, avec orientation de la fosse SO-NE96. Particulièrement digne d’être mentionnée est l’incinération à bâtière et libation, cette dernière étant effectuée par un col d’amphore. Ici le mobilier funéraire, y compris une pièce de l’empereur Decius (249-251), et le mode de sépulture ont été étudiés. Il s’agit probablement d’une crémation in situ du type busta97. Il faut noter aussi la présence d’une fosse à offrandes, qui se présentait comme un petit creusement en cuvette contenant du mobilier archéologique (céramique). Il faut conclure que ce secteur a eu, depuis son premier emploi au milieu du Ier siècle après J.-C., une fonction funéraire et que les indices de cet usage persistent au moins jusqu’au milieu du IIIe siècle98.

  • 99 Moracchini-Mazel 1967, pp. 79-88 ; Moracchini-Mazel 1972, p. 79-81.

68Autour de l’église de S. Parteo fut trouvé un vaste cimetière, où les quelques inhumations de l’époque romaine se trouvent parmi des tombes plus récentes appartenant aux phases chrétiennes et médiévales99. Il est probable qu’une phase tardive de la nécropole romaine de Palazzetto s’est développée ici au haut Moyen Âge autour d’une chapelle funéraire.

  • 100 Moracchini-Mazel 1974, p. 1-48.
  • 101 Moracchini-Mazel 1974, p. 5.

69À l’autre extrémité de la zone urbaine, au lieu-dit « I Ponti », furent trouvées une trentaine de tombes romaines à incinération de typologies diversifiées (fig. 11) : surtout des tombes à bâtière mais aussi des tombes à urnes (tombes VIII, IX, XII, XVIII, XXX), quelques fois protégées par des tuiles disposées en triangle et reposant sur une tuile de fond (tombes XXIII, XXVI), des fosses simples (tombe XXV) ou limitées par des murets de briques (tombes VI, VII, XXIV), des enclos funéraires (tombes XI, XX, XXI, XXII) et à inhumation avec des matériaux de réutilisation (tombe XXV)100. Ici, la fouille fut particulièrement complexe car « certaines des sépultures s’y trouvent à 2.40 m et plus sous le niveau actuel et semblent avoir été oubliées dès l’Antiquité même »101. Ici encore le type dominant est le type « alla cappuccina » (tombes I, II, X, XIII, XIV, XV, XVI, XVII ?, XIX ?, XXVII, XXVIII,…), parmi lesquelles figure une tombe ayant pour cheminée un col d’amphore (tombe I).

Fig. 11 – Lucciana, lieu-dit I Ponti : plan de tombes fouillées dans les années 1970.

Fig. 11 – Lucciana, lieu-dit I Ponti : plan de tombes fouillées dans les années 1970.

D’après Moracchini-Mazel 1974.

  • 102 Moracchini-Mazel 1974, p. 6-7, 39, 41-43.

70La plupart d’entre-elles sont conformes à une direction des fosses rectangulaires E-O, mais d’autres orientations, comme l’orientation N-S, existent également. L’aire de la nécropole est partiellement occupée par le passage de la route départementale. La plupart des tombes, datées par la numismatique ou des matériaux céramiques et vitreux, sont du Ier siècle après J.-C. mais des matériaux sans contexte et des monnaies témoignent aussi d'une utilisation au cours du IIe siècle après J.-C., et jusqu’à la fin de l’Empire (tombe XXV)102.

Les voies et ponts romains

  • 103 Moracchini-Mazel 1974, p. 24-25, 47.
  • 104 Moracchini-Mazel 1974, p.  32-33.

71Il semble que dans la partie occidentale de la zone de fouilles de « I Ponti », des traces de la route romaine côtière furent identifiées en 1972103. Selon le rapport, il fut possible de découvrir dans une longue tranchée (d’environ 70 m de longueur, large de 4,50 m et avec une profondeur moyenne de 2,50 à 3 m), « quel était le tracé exact de la voie empierrée de galets sur 0,30 m, qui avait donné naissance à la nécropole… La fouille a atteint en cet endroit 3,60 m de profondeur. À 2,60 m se trouve la partie supérieure de la chaussée sous une épaisse couche d’alluvion… »104. Il semble que la voie découverte venait du N et franchissait le Golo en direction du S. Le lieu-dit « I Ponti » prend ainsi tout son sens, et nous ne pouvons donc pas exclure que les traces de pilotis et d’autres structures trouvées à cet endroit proviennent d’un pont romain ainsi que de la jetée d’un port fluvial.

  • 105 Moracchini-Mazel 1974, p. 48. Voir aussi note 72.

72Environ 70 m à l’E de ces découvertes, Leschi et Chauvel avaient déjà signalé la présence d’«  édifices réguliers » sur les rives du Golo, qui furent interprétés comme étant des vestiges des installations portuaires (chantier D)105.

73Une confirmation de la présence de toutes ces structures et surtout de leur datation par de nouvelles opérations sur le terrain reste nécessaire avant de conclure ce dossier crucial. Pour le moment nous avons plus de certitudes quant à l’axe de la directrice E-O. La ligne qui unit les deux nécropoles de « I Ponti » et du complexe Murotondo-Palazzetto, et qui, dans sa portion centrale, coïncide exactement avec la voie à portiques, affiche une déclinaison de 13 degrés de la direction E-O, en fait la même déclinaison des îlots urbains présentés plus haut. Comme nous l’avons vu, cette partie centrale représente ainsi un des axes urbains principaux, communément mais improprement dit « decumani ». Aujourd’hui cette ligne est encore calquée sur une grande longueur par la viabilité locale, connue comme étant l’« ancien chemin de Crocetta à la mer » (fig. 9, A-B). De toute évidence, cette route constituait dans l’Antiquité un des axes de communication les plus importants, et peut-être préexistait-il déjà à la colonie romaine, puisque son orientation semble avoir généré la grille du plan de la ville.

  • 106 Nucci 2004, p. 182.
  • 107 Corsi 2013a.
  • 108 Moracchini-Mazel 1974, p. 48.

74La définition du réseau routier suburbain, à l’exception de ce qui a déjà été mentionné, est fortement liée à la reconstruction de l’évolution du fleuve au cours des siècles entre la période républicaine et la fin de l’Antiquité tardive, et à la position exacte de ses points de passage à l’époque romaine. Des restes de ponts sur le Golo ont été signalés à différents moments : Salvatore Vitale signale déjà en 1639 deux ponts qui étaient situés sur la frontière entre les paroisses de Marana et Casinca, et en 1822, Pierangeli a réitéré dans un rapport inédit, adressé au ministre de l’Intérieur, la présence de pilotis d’un pont près de Mariana, mais à quelque distance du Golo106. En 1863, l’abbé Galletti rapporte également qu’il existe des restes d’un pont sur le Golo, tandis que, en 1931, l’abbé Casanova écrit que la ville de Mariana était traversée par le fleuve et que les deux parties étaient unies par deux ponts107. Des restes de ponts ont également été identifiés en 1936 par Chauvel et Leschi, là où Moracchini-Mazel a mis au jour une portion de l’axe routier romain orienté N-S (voir supra). Mais l’identification de ces restes est restée douteuse : en fait Moracchini-Mazel, en commentant le rapport sur les résultats du chantier D (plan IV) de Leschi, remarque que « ces vestiges, qui ne se trouvent pas en face de la voie antique retrouvée, mais à environ 70 m plus à l’est, paraissent appartenir plutôt à des murs d’une construction relative aux installations portuaires plutôtqu’à une pile de pont. […] J’avais moi-même essayé de reconnaître ces murs en 1964 avant qu’ils ne disparaissent presque complètement, ensuite du fait des crues répétées du fleuve »108.

  • 109 Il s’agit de l’acte de vente de cette parcelle dans le plan de Vescovato, par Guglielmo à la comtes (...)
  • 110 Moracchini-Mazel 1997, p. 330.

75En plus du nom explicite « I Ponti » on peut situer près d’une des dernières boucles de l’actuel Golo le nom de « Ponticchio », mentionné avec des orthographes différentes dans des documents du Xe siècle109, juste au-dessus de la mention du nom de l’embouchure – » foce » – et inclus dans le nom ripatico110.

  • 111 Moracchini-Mazel 1997, p. 175.
  • 112 Abbayes primitives 1997, p. 331.

76Une transcription par Muratori de ces documents111 mentionne que « l’ensemble de ces parcelles correspond exactement aux terres alluviales qui bordent le Golo au S et encadrent la « foce » de Ciavattone, ou petit Golo, « Goluccio », que les Romains avaient aménagée pour leurs installations portuaires (cales sèches, quais, canaux, pontons encore visibles par endroits) »112. La tradition orale dit encore que les bateaux remontaient au-delà de « Ponticchio » (sorte d’étranglement de l’embouchure à cet endroit) et pouvaient atteindre le lieu-dit « Mora » (on dit même « fossu a mora »), mais que les pirates sarrasins (ceux du VIIIe siècle ?) ne remontaient que jusqu’à la « poraja » située dans le prolongement de l’embouchure de Ciavattone. Ceci signifie (la distance les deux sites étant d’environ 1 km) qu’entre le IVe s. et le IXe s. environ la navigabilité sur le petit « canal » aurait été moindre, par suite des comblements et alluvionnements, et naturellement du non-entretien.

  • 113 Itinerarium Antonini, 85,4-86,1 (éd. Cuntz) où Mariana est un des « capita viarum » (l’autre étant (...)
  • 114 Voir à ce sujet l'étude récente suivante: Jehasse – Nucci 2000, p. 4-5, 22-24. C’est la conviction (...)

77L’identification des restes du pont est donc bien évidemment relatée à l’emplacement sur le terrain de l’importante route qui longeait la côte tyrrhénienne et qui est indiquée dans les sources d’itinéraires antiques113 et sur la Table de Peutinger (segm. IV), où Mariana est la seule ville mentionnée114.

Aménagement du territoire

  • 115 = Fontes iuris romani anteiustiniani, S. Riccobono éd., Florentiae, 1941. Voir maintenant : Corsi – (...)

78On peut s’attendre à ce que la fondation de Mariana ait été intégrée à un projet de division des terres, définissable comme « centuriatio ». Celle-ci a probablement eu lieu dans la zone au N du Golo, dans une région autrefois appartenant à la tribu des Vanacini, avec laquelle, au temps de Vespasien, les habitants de Mariana étaient toujours engagés dans une controversia finium115. Les Vanacini sont connus pour avoir résidé, au moins depuis le IIe siècle, sur le « Promontorium Sacrum », identifié comme le Cap Corse moderne.

  • 116 Teusch 1962, p. 22-25.

79Le projet de morcellement des terres aurait pu faire partie du vaste programme pour les assignations de la lex Appuleia (100 av. J.-C.), qui s’étend de la Sicilia, l’Achaia et la Macedonia (Vir. Ill., LXXIII, 5) à la Gallia Cisalpina (App. , Bell. Civ., I, 130-134), et dont la tradition montre des lacunae116.

  • 117 Des informations sur les fouilles menées à Torricella par INRAP peuvent être consultées à l’adresse (...)

80Même si la centuriation de Mariana doit encore être entièrement reconstruite, la prospection dans son territoire par une équipe sous la direction de Ph. Pergola et quelques fouilles préventives de la part de l’INRAP à Mezzana et Torricella117, peuvent confirmer que la partie inférieure de la vallée du Golo était intensément parsemée d’habitats ruraux.

  • 118 Moracchini-Mazel 1973, p. 37-39.
  • 119 Moracchini-Mazel 1973, p. 40.

81Quelques découvertes fortuites dans la plaine de Lucciana sont aussi attribuables à des complexes agricoles, comme les cas partiellement étudiés par Moracchini-Mazel. Parmi ceux qui ont été publiés, quoique sommairement, nous rappelons celui du lieu-dit Chiusone, de l’autre côté de la voie ferrée, à 800 m de son croisement avec le chemin rural qui va de Casamozza à la mer. Les diverses techniques des murs (en pierres de schiste taillées dans le fil ou « plus grossières »), en combinaison avec une étude préliminaire des mobiliers, montre que la durée d’habitation a pu être assez longue (IIe-IVe/Ve siècle après J.-C.)118. Dans le lieu-dit « Campiani » on peut signaler la fouille partielle d’une cuve destinée à contenir du liquide119.

82Ce qui diverge à nouveau avec les sources écrites, c’est que ces villas ainsi que d’autres habitations rurales, qui dans certains cas sont attestées par de petites nécropoles qui leur sont rattachées, semblent rarement être occupées avant les IIe- IIIe siècles après J.-C.

Conclusion

83Les recherches archéologiques sur le site colonial de Mariana ont permis, au cours des 15 dernières années, de faire progresser considérablement nos connaissances sur la deuxième ville de la Corse romaine. Son emplacement est maintenant mieux défini, même si l’incertitude demeure quant à son extension maximale (environ 30 hectares intra muros ?) et même sur la présence d’une enceinte de la ville. Ce qu’il faudrait aussi encore mieux définir, c’est la relation entre la partie S du noyau urbain et le cours du fleuve Golo à l’époque romaine, y compris l’emplacement possible d’un port fluvial, qui a sans doute fonctionné comme centre économique de la ville. De nombreux éléments du suburbium immédiat ont également été identifiés, et une partie des anciennes enquêtes effectuées au cours du XXe siècle sur les nécropoles et les routes ont maintenant reçu une contextualisation plus claire. La structure interne de cette ville romaine, qui a probablement reçu ses caractéristiques pleinement urbaines pendant le règne d’Auguste, près d’un siècle après sa fondation, se révèle maintenant peu à peu. Ce qui est remarquable, c’est la présence d’une grille très régulière de rues, dont la rue fouillée à proximité de La Canonica, avec ses portiques et magasins, n’est qu’un élément périphérique. Ce secteur méridional de la ville a cependant gagné une importance particulière à partir de la fin de la période impériale quand il s’est développé comme le nouveau centre paléochrétien d’une agglomération urbaine qui diminuait progressivement. Le centre réel de la ville impériale, avec son forum et ces bâtiments publics, doit encore être découvert, mais des indications telles qu’un possible podium de temple sur le site de « l’Impériale », suggèrent un emplacement dans le centre géographique de la zone urbaine que nous avons maintenant délimité. C’est probablement ici que la recherche de terrain devrait à l’avenir concentrer ses efforts pour mettre en lumière les principaux traits du centre monumental de Mariana et pour compléter notre connaissance de ce premier effort d’urbanisme fort dans la partie N de la Corse.
(Cristina Corsi)

Haut de page

Bibliographie

Abbayes primitives 1997 = Abbayes primitives et monuments du Haut Moyen Âge en Corse, Bastia, 1997 (Cahier Corsica, 177-178).

Agostini 1985-1986 = P. Agostini, Le site romain de Piantarella, Bonifacio, dans Archeologia Corsa, 10-11, 1985-1986, p. 3-43.

Alessandri 1995 = P. Alessandri, Lucciana, Mariana. Bilan scientifique 1994, Ajaccio, 1995.

Arcelin 2013 = P. Arcelin, La vaisselle tardo-républicaine de la colonie romaine de Mariana (Lucciana, Haute-Corse) : analyse du fonds des fouilles anciennes, dans Ph. Pergola (éd.), Actes du Colloque international « Mariana et la basse Vallée du Golo » [Bastia-Lucciana, 2004], I, Ajaccio, 2013 (Patrimoine d’une île, 2), p. 199-220.

Bejor 1999 = G. Bejor, Vie colonnate. Paesaggi urbani del mondo antico, Rome, 1999 (Rivista di archeologia. Suppl., 22).

Boninu – Le Glay – Mastino 1984 = A. Boninu, M. Le Glay, A. Mastino, Turris Libisonis colonia Iulia, Sassari, 1984.

Bouet 1998 = A. Bouet, Un complexe thermal de l’Antiquité tardive : le « Prétoire » à Aléria (Haute-Corse), dans Gallia, 55, 1998, p. 343-363.

Brenot 1973 = C. Brenot, Les fouilles de Mariana (Corse), 4. Les monnaies romaines, Bastia, 1973.

Carboni et alii 2011 = F. Carboni, C. Corsi, C.P. Venditti, L. Verdonck, F. Vermeulen, Urbanistica delle città romane di Corsica : l’esempio di Mariana, dans Multidisciplinary Approaches to Classical Archaeology - Approcci multidisciplinari per l’archeologia classica [Proceedings of the 17th international Congress of Classical Archaeology, Rome 22-26 sept. 2008], dans Bollettino archeologia online : 2011, http://151.12.58.75/archeologia/bao_document/poster/2_Corsi_1_e_altri.pdf.

Cervoni 1989 = F. Cervoni, Image de la Corse : 120 cartes de la Corse des origines à 1831, Ajaccio, 1989.

Comiti 2008 = P. Comiti, Les campagnes de fouilles du secteur 11 de 2005 à 2007, dans Ph. Pergola (éd.), Rapport de fouilles programmées 2006-2007 du site de Mariana & Rapport du Projet Collectif de Recherche « Mariana et la basse vallée du Golo de l’Âge du Fer à la fin du Moyen Âge », Ajaccio, 2008, p. 42-58.

Corsi 2012 = C. Corsi, Integrating Aerial-Photography, Historical Cartography, Archaeological Excavations and Geophysic Survey on the Roman Colony of Mariana (Corsica, France), dans P. S. Johnson, M. Millett (éd.), Archaeological Survey and the City, Oxford, 2012 (University of Cambridge Museum of Classical Archaeology Monograph Series, 3), p. 222-240.

Corsi 2013a = C. Corsi, Le paysage urbain de Mariana : observations préliminaires sur l’urbanisme des périodes tardo-républicaine et impériale, dans Ph. Pergola (éd.), Actes du Colloque International « Mariana et la basse Vallée du Golo » [Bastia-Lucciana, 2004], I, Ajaccio, 2013 (Patrimoine d’une île, 2), p. 109-121.

Corsi 2013b = C. Corsi, Il cielo sopra Mariana : aviatori e archeologi alla scoperta di una colonia romana in Corsica, dans Archeologia Aerea, VII, 2013, p. 89-193.

Corsi – Venditti 2010 = C. Corsi, C. P. Venditti, The role of Roman towns in the Romanization process in Corsica : the case-study of Mariana, dans C. Corsi, F. Vermeulen (éd.), Changing Landscapes. The impact of Roman towns in the Western Mediterranean [Proceedings of the International Colloquium (Castelo de Vide-Marvão 15th-17th May 2008)], Bologne, 2010, p. 69-84.

Corsi – Verdonck – Vermeulen 2010 = C. Corsi, L. Verdonck, F. Vermeulen, Mariana (Corsica). Integrating GPR in Roman urban survey, dans Proceedings of the 13th International Conference on Ground penetrating Radar [Lecce, 21-25 June 2010], dans IEEE (CFP10538), 2010, p. 1-6.

Corsi – Vermeulen 2007 = C. Corsi, F. Vermeulen, Digital vs. historical cartography for studying archaeological sites : a case study from Corsica, dans W. Börner (éd), Proceedings of the Workshop « Archäologie und Computer » [Vienne, 17-20 Octobre 2006], Vienne, 2007, p. 1-19.

Corsi – Vermeulen – Roblin-Jouve 2009 = C. Corsi, F. Vermeulen, A. Roblin-Jouve, Géoarchéologie autour de la ville romaine de Mariana et de la basse vallée du Golo (Haute-Corse, France), dans M. De Dapper, F. Vermeulen, S. Deprez, D. Taelman (éd.), Ol’Man River. Geoarchaeology of Rivers and River Plains [Proceedings of the International Colloquium Ghent 22nd-24th September 2006], Gand, 2009 (Archaeological Reports Ghent, 5), p. 267-282.

Corsi – Vermeulen – Verdonck 2006 = C. Corsi, F. Vermeulen, L. Verdonck, Étude topographique de la ville romaine de Mariana et de son territoire : rapport des activités en 2005 et 2006, Gand, 2006 [Université de Gand].

Di Renzo 2011 = F. Di Renzo, Un inedito mosaico dallo scavo di Mariana in Corsica, dans Marmoribus vestita : miscellanea in onore di Federico Guidobaldi, Cité du Vatican, 2011 (Studi di antichità cristiana, 63), p. 451-467.

Di Renzo 2013 = F. Di Renzo, Relazione di scavo : la navata sud e centrale della basilica paleocristiana di Mariana, dans Ph. Pergola (éd.), Actes du Colloque international « Mariana et la basse Vallée du Golo » [Bastia-Lucciana, 2004], I, Ajaccio, 2013 (Patrimoine d’une île, 2), p. 127-142.

Fabiani 2013 = F. Fabiani, Nora : il secolo d’oro, dans G. Graziadio, R. Guglielmino, V. Lenuzza, S. Vitale (éd.), Φιλική Συναυλία : studies in Mediterranean archaeology for Mario Benzi, Oxford, 2013, p. 407-414.

Gros 1996 = P. Gros, L’architecture romaine du début du IIIe siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire, 1, Les monument publics, Paris, 1996.

Gros – Torelli 1997 = P. Gros, M. Torelli, Storia dell’urbanistica : il mondo romano, Bari, 1997.

Gualandi et alii 2003 = M. L. Gualandi, F. Fabiani, F. Donati, I. Cerato, L’isolato lungo la via del Porto, dans C. Tronchetti (éd.), Ricerche su Nora-II (anni 1990-1998), Cagliari, 2003, p. 81-97.

Istria – Carboni 2013 = D. Istria, F. Carboni, La fouille du secteur 8000 : le chœur de la basilique paléochrétienne, dans Ph. Pergola (éd.), Actes du Colloque international « Mariana et la basse Vallée du Golo » [Bastia-Lucciana, 2004], I, Ajaccio, 2013 (Patrimoine d’une île, 2), p. 143-150.

Istria – Ferreira 2012 = D. Istria, P. Ferreira (éd.), Corse, Haute-Corse, Lucciana. Mariana, lieu-dit Pruniccia, Nîmes, 2012.

Istria – Pergola 2004 = D. Istria, Ph. Pergola, Introduction, dans Ph. Pergola (éd.), Actes du Colloque international « Mariana et la basse Vallée du Golo » [Bastia-Lucciana, 2004], I, Ajaccio, 2013 (Patrimoine d’une île, 2), p. 13-18.

Jehasse 1998 = O. Jehasse, Les suburbia d’Aleria et la romanisation de la Corse au second siècle de l’Empire, dans Caesarodunum, XXXII, 1998, p. 247-258.

Jehasse – Jehasse 1988 = J. Jehasse, L. Jehasse, L’évolution du forum d’Aléria et la centuriation N 82° E, dans Archeologia Corsa, 12-13, 1988, p. 22-28.

Jehasse – Nucci 2000 = O. Jehasse, F. Nucci, Les voies romaines de corse. Étude réalisée pour le compte de la collectivité territoriale de Corse-programme interreg IIC : les voies romaines en Méditerranée, Labiana/idim de l’université de Corse, 2000.

Jodin 1971 = A. Jodin, Les fouilles de Mariana (Corse), 2, La terre sigillée claire et la céramique estampée grise, Bastia, 1971 (Corsica, 9), p. 1-64.

Meloni 1980 = P. Meloni, La Sardegna romana, Sassari, 1980 (2e édition).

Menchelli et alii 2007 = S. Menchelli, C. Capelli, M. Pasquinucci, G. Picchi, Corsica tardo-antica : anfore italiche e ceramica comune da Mariana, dans M. Bonifay, J.-Ch. Tréglia (éd.), LRCW 2. Late roman Coarse Wares, Cooking wares and amphorae in the Mediterranean, Oxford, 2007 (BAR International series, 1662 I), p. 313-328.

Mertens 1992 = S. Mertens, L’amphithéâtre d’Aléria : approche de la géométrie de sa construction, dans Archeologia Corsa, 16-17, 1992, p. 63-64.

Michel – Pasqualaggi 2013 = F. Michel, D. Pasqualaggi (éd.), La Corse : 2A-2B, Paris, 2013 [Carte archéologique de la Gaule].

Moracchini Mazel 1967 = G. Moracchini-Mazel, Les monuments paléochrétiens de la Corse, Paris, 1967.

Moracchini-Mazel 1971 = G. Moracchini-Mazel, Les fouilles de Mariana, 1, La nécropole de Palazzetto-Murotondo, dans Cahier Corsica, 4-7, 1971.

Moracchini-Mazel 1972 = G. Moracchini-Mazel, Corse Romane, La Pierre-qui-Vire, 1972.

Moracchini-Mazel 1973 = G. Moracchini-Mazel, Vestiges de villas romaines dans la plaine de Lucciana, dans Découvertes archéologiques fortuites en Corse, II, Bastia, 1973 (Corsica, 34), p. 37-40.

Moracchini-Mazel 1974 = G. Moracchini-Mazel , Les fouilles de Mariana, 6, La nécropole d’I Ponti, dans Cahier Corsica, 37-39, 1974, p. 1-48.

Moracchini-Mazel 1997 = G. Moracchini-Mazel, L’abbadia di San Benedetti et San Zenobio d’Aleria à Pietra Verde, dans Abbayes primitives et monuments du Haut Moyen Âge en Corse, Bastia, 1997 (Cahier Corsica, 177-178).

Nucci 2001 = F. Nucci, Les campagnes de fouilles à Mariana (Corse) en 1936 et 1937 par Louis Leschi et Albert Chauvel, dans Cahier Corsica, 2001, p. 1-19.

Nucci 2004 = F. Nucci, À la découverte des voies romaines de Corse, dans Encyclopaedia Corsicae, IV, Millau, 2004.

Nucci 2011 = F. Nucci, Architecture et économie antiques de la Corse : les équipements et les activités mis en évidence à Mariana, dans R. Bedon (éd.), Macellum, taberna, portus : les structures matérielles de l’économie en Gaule romaine et dans les régions voisines, Limoges, 2011 (Caesarodunum XLIII-XLIV, 2009-2010), p. 255-276.

Pallarés 1974 = F. Pallarés, Sigillata italica a tardo-italica di Mariana (Corsica) : scavi 1960-1966, dans Rivista di studi liguri, 40, 1974, p. 108-120.

Pallarés – Lavizzari Pedrazzini 1980 = F. Pallarés, M. P. Lavizzari Pedrazzini, La céramique sigillée italique et tardo-italique : les fouilles de Mariana (Corse) 7, Bastia, 1980 (Cahiers Corsica, 86-88), p. 1-40.

Pasquinucci – Menchelli 2013 = M. Pasquinucci, S. Menchelli, Le anfore di provenienza italica rinvenute a Mariana, dans Ph. Pergola (éd.), Actes du Colloque international « Mariana et la basse Vallée du Golo » [Bastia-Lucciana, 2004], I, Ajaccio, 2013 (Patrimoine d’une île, 2), p. 41-48.

Pergola 2004 = Ph. Pergola, Mariana, capitale de la première Corse chrétienne, dans M. Fixot (éd.), Paul-Albert Février de l’Antiquité au Moyen Âge [Actes du colloque de Fréjus, 7-8 avril 2001], Aix-en-Provence, 2004, p. 238-257.

Pergola 2008 = Ph. Pergola (éd.). Rapport de fouilles programmées 2006-2007 du site de Mariana & Rapport du Projet Collectif de Recherche « Mariana et la basse vallée du Golo de l’Âge du Fer à la fin du Moyen Âge », Ajaccio, 2008.

Picchi 2013 = G. Picchi, La ceramica a pareti sottili e la sigillata italica e tardo-italica di Mariana, dans Ph. Pergola (éd.), Actes du Colloque international « Mariana et la basse Vallée du Golo » [Bastia-Lucciana, 2004], I, Ajaccio, 2013 (Patrimoine d’une île, 3), p. 7-16.

Roblin-Jouve – Goiran – Barboni 2013 = A. Roblin-Jouve, J.-Ph. Goiran, D. Barboni, Géomorphologie du site de Mariana à Lucciana, Haute-Corse et son cadre, la plaine de la Marana Casinca, dans Ph. Pergola (éd.), Actes du Colloque international « Mariana et la basse Vallée du Golo » [Bastia-Lucciana, 2004], I, Ajaccio, 2013 (Patrimoine d’une île, 2), p. 97-107.

Simi 1961 = P. Simi, Les recherches d’archéologie sous-marine sur la côte orientale de la Corse, dans Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de la Corse, LXXXI, 558, Bastia, 1er semestre 1961, p. 51-64.

Sommella 1998 = P. Sommella, Schemi programmatici e pianificazione edilizia nell’urbanistica romana in Italia, dans A. Rodríguez Colmenero (éd.), Los orígenes de la ciudad en el Noroeste Hispánico [Actas del Congreso Internacional, Lugo 1996], Lugo, 1998, p. 209-218.

Teatini 1996 = A. Teatini, Le testimonianze monumentali di età imperiale in Corsica : raffronti con la Sardegna, dans Sardegna e Corsica : problemi di storia comparata, Sassari, 1996, p. 87 -91.

Teusch 1962 = L. Teutsch, Das Städtewesen in Nordafrika in der Zeit von C. Gracchus bis zum Tode des Kaisers Augustus, Berlin, 1962.

Verdonck 2012 = L. Verdonck, Fluxgate gradiometer and GPR survey to locate and characterize the perimeter : Early Imperial centre and street network of the Roman town Mariana (Corsica), dans P. S. Johnson, M. Millett (éd.), Archaeological Survey and the City, Oxford, 2012 (University of Cambridge Museum of Classical Archaeology Monograph Series, 3), p. 241-260.

Verdonck et alii 2012 = L. Verdonck, F. Vermeulen, C. Corsi, R. Docter, Ground-penetrating radar survey at the Roman town of Mariana (Corsica), complemented with fluxgate gradiometer data and old and recent excavation results, dans Near Surface Geophysics, 10, 1, February 2012, p. 35-45, DOI : 10.3997/1873-0604.2011034.

Verdonck – Vermeulen 2009 = L. Verdonck, F. Vermeulen, GPR survey at the Roman town of Mariana (Corsica), dans ArchéoSciences. Revue d’archéométrie, 33 (suppl.), 2009, p. 241-243.

Vermeulen 2013 = F. Vermeulen, L’emploi de la photographie aérienne pour la recherche topographique à Mariana, dans Ph. Pergola (éd.), Actes du Colloque international « Mariana et la basse Vallée du Golo » [Bastia-Lucciana, 2004], I, Ajaccio, 2013 (Patrimoine d’une île, 2), p. 123-126.

Vermeulen et alii 2012 = F. Vermeulen, G. J. Burgers, C. Corsi, S. Keay (éd.), Urban Landscape Survey in Italy and the Mediterranean, Oxford, 2012.

Vermeulen – Verdonck - Corsi 2013 = F. Vermeulen, L. Verdonck, C. Corsi, L’apport des méthodes non-destructives à l’étude de sites archéologiques complexes : étude de cas Mariana, dans J. Rebière (éd.) Actes de la conférence : conserver, étudier, protéger, valoriser le patrimoine en milieu isolé [Bastia-Lucciana 9-12 octobre 2008], Bastia-Lucciana, 2013.

Vismara 1995 = C. Vismara, Corsica, dans E. C. Portale, S. Angiolillo, C. Vismara (éd.), Le grandi isole del Mediterraneo occidentale : Sicilia, Sardinia, Corsica, Rome, 1995, p. 319-343.

Vivarelli 2013 = L. Vivarelli, Une archéologie des archives : les documents conservés à la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine à Paris, dans Ph. Pergola (éd.), Actes du Colloque international « Mariana et la basse Vallée du Golo » [Bastia-Lucciana, 2004], I, Ajaccio, 2013 (Patrimoine d’une île, 2), p. 59-96.

Zucca 1996 = R. Zucca, Sardegna e Corsica nell’età romana. Profilo storico, dans Sardegna e Corsica : problemi di storia comparata, Sassari, 1996, p. 22-23.

Zucca 1998 = R. Zucca, L’origine delle città di fondazione romana in Sardinia e Corsica, dans A. Rodríguez Colmenero (éd.), Los orígenes de la ciudad en el Noroeste Hispánico [Actas del Congreso internacional Lugo 1996], Lugo, 1998, p. 99-122.

Haut de page

Notes

1 Jehasse – Jehasse 1988, p. 22-28 ; Mertens 1992, p. 63-64 ; Bouet 1998.

2 Vismara 1995.

3 Pergola 2004.

4 Sénèque, De Consolatione ad Helviam Matrem, VIII, 8.

5 Cervoni 1989.

6 Nos vifs remerciements vont à Philippe Pergola pour le soutien scientifique de cette recherche et pour son aimable collaboration. Le contenu et la forme de cet article ont été révisés avec son soutien.

7 Istria – Pergola 2013. Les premiers résultats de la recherche ont été publiés dans les deux volumes dédiés aux actes de ce colloque.

8 Corsi – Vermeulen - Roblin-Jouve 2009 ; Roblin-Jouve – Goiran – Barboni 2013.

9 Corsi – Vermeulen – Verdonck 2006 ; Corsi – Vermeulen 2007 ; Corsi – Vermeulen - Roblin-Jouve 2009 ; Verdonck – Vermeulen 2009, p. 241-243 ; Corsi – Venditti 2010, p. 69-84 ; Verdonck et alii 2012 ; Corsi 2013a ; Vermeulen 2013.

10 Corsi – Vermeulen –  Roblin-Jouve 2009 ; Roblin-Jouve – Goiran – Barboni 2013.

11 La découverte en 2003 d’autres restes d’époque romaine près de la « Foce Vecchia » de Tanghiccia, est mentionnée par Nucci 2011, p. 274. Plus de détails seront présentés par cet auteur dans les Cahiers Corsica.

12 Corsi – Venditti 2010, p. 71-72, voir infra.

13 Des mesures détaillées d’altitude ont été prises à l’aide d’une station totale Leica TCR 307 afin de créer un modèle digital de la micro-élévation du site.

14 Les exemplaires originaux de ce cadastre sont disponibles aux Archives Départementales de Haute-Corse à Bastia. Pour plus de détails sur le traitement de ces données, voir : Corsi – Vermeulen 2007 ; Corsi 2013a.

15 La plupart des clichés sont conservés dans la photothèque de l’Institut Géographique National de Saint-Mandé (France).

16 Vermeulen 2013; Corsi 2013b.

17 Ce nouveau positionnement intègre et adapte la proposition de F. Nucci (2010, p. 71-72), voir infra.

18 La documentation cartographique qui accompagne le rapport dactylographié et qui devrait faire apparaître la localisation exacte des découvertes de Leschi et Chauvel est plutôt vague, indiquant seulement une localisation globale des secteurs de fouilles par des « taches d’encre » sur un fond cadastral très dégradé. Pour une analyse détaillée de ce dossier et la méthodologie spatiale adoptée voir : Corsi – Venditti 2010 ; Corsi 2013a.

19 Vermeulen 2013 ; Corsi 2013b.

20 Une des parties les mieux conservées sur le site est l’abside en opus mixtum (mur en pierres et gros galets liés par mortier entrecoupées de recours des briques), qui délimite une « piscine » située dans le jardin du restaurant « La Canonica », sur la berge gauche d’un canal : Michel – Pasqualaggi 2013, p. 237.

21 Corsi 2013a.

22 Corsi 2013a.

23 Une sélection plutôt représentative a été rassemblée dans Gros 1996, p. 240-260.

24 En fait ces prospections dans la zone touchant le « chantier C » démontrent bien que « l’aula » fouillée dans les années 1930 fait partie d’un grand complexe résidentiel avec plusieurs salles absidées.

25 Nucci 2011, p. 11.

26 Le mur conservé dans la partie septentrionale mesure environ 23 m de longueur, jusqu’au contact avec l’autre élément mural appelé J, et pour l’abside on peut calculer une ouverture d’environ 11 m : Nucci 2011, p. 11.

27 La photographie est reproduite dans la fig. 10.3 de l’article Corsi 2012.

28 Corsi – Vermeulen 2007 ; Corsi – Venditti 2010, p. 78-79.

29 Vivarelli 2013, p. 60.

30 Moracchini-Mazel 1967 ; voir supra, par. histoire des études. Les fouilles anciennes des années 1950 et 1960 forment la base de la thèse de doctorat présentée par F. Nucci à l’Université de Corte, dont une brève synthèse fut publiée dans Nucci 2011. Il est regrettable que l’auteur continue à ignorer les réinterprétations et éléments nouveaux publiés récemment par les chercheurs du PCR.

31 Di Renzo 2011.

32 La nature commerciale de ce bâtiment trouve une comparaison intéressante dans un complexe de l’insula A de la ville de Nora en Sardaigne, avec la différence que là plusieurs chambres groupés autour d’une court donnent aussi accès aux rues environnantes : Fabiani 2013, p. 408-409, avec références.

33 Le mur de fondation est réalisé de manière assez inégale avec des cailloutis moyens liés par un mortier.

34 Comiti 2008, p. 44-45.

35 Comiti 2008, p. 44.

36 Pallarés 1974 ; Pallarés – Lavizzari Pedrazzini 1980. Le fait que des timbres inédits n’ont pas été découverts, ainsi que la constatation que les argiles semblent appartenir à trois types différents, n'excluent pas l’hypothèse que dans la plaine de Mariana, riche en argile, des ateliers de sigillée italique auraient pu être implantés : Pallarés 1974, p. 120.

37 Menchelli et alii 2007 ; Picchi 2013.

38 Jodin 1971.

39 Arcelin 2013, p. 199-220. Un petit lot de vaisselle tardo-républicaine, recueillie dans les fouilles effectuées durant les années 1958 à 1994, a permis de confirmer l’existence d’une colonie installée au début du Ier siècle av. J.-C.

40 Nous remercions Jérôme Gattacceca et Pierre-Etienne Mathé d’avoir mis à notre disposition les résultats de leurs tests de prospection magnétique. Ils nous ont permis d’élaborer notre stratégie de prospection systématique dans ce secteur.

41 Voir infra et Verdonck – Vermeulen 2009; Carboni et alii 2011; Verdonck et alii 2012 ; Vermeulen – Verdonck – Corsi 2013.

42 Il s’agit des productions africaines de table et de cuisine, les sigillées italiques et les céramiques à parois fines, qui ont fait l’objet d’une analyse détaillée par Caterina Venditti (Université de Cassino), en coordination avec Maria Rosa Patti, responsable du Dépôt archéologique de Lucciana.

43 Ces données semblent confirmées par les 3 monnaies retrouvées au cours de la campagne de 2006. Les stratigraphies bouleversées par les interventions modernes ont rendu, en effet, deux nominaux en bronze du Ier siècle après J.-C., tandis que le follis recueilli en surface date du Ve siècle.

44 Istria – Ferreira 2012. Nos remerciements vont à Daniel Istria pour nous avoir procuré ce rapport encore inédit.

45 Istria – Ferreira 2012, p. 10-11, 21-22, 25.

46 Istria – Ferreira 2012, p. 10.

47 Istria – Ferreira 2012, fig. 9, 15.

48 Istria – Ferreira 2012, p. 11, 38-41. Une datation renvoyant aux IIIe-IVe siècles proposée par les comparaisons avec les formules « VIVAS » et « IN DEO » (p. 40) semble plus raisonnable.

49 Istria – Ferreira 2012, p. 10, 46-53.

50 Voir aussi le travail de synthèse récent dans le fascicule de la Carte Archéologique de la Gaule consacré à l’île par Michel – Pasqualaggi 2013, p. 222-246.

51 Alessandri 1995, p. 7-15. Voir infra, par. « Les nécropoles de Mariana ».

52 Alessandri 1995, p. 14-48.

53 Alessandri, p. 16, 55.

54 Teatini 1996.

55 Teatini 1996, p. 96.

56 Teatini 1996, p. 92-93.

57 Teatini 1996, p. 109-110.

58 Agostini 1985-1986, p. 9 et 23-24.

59 Istria – Ferreira 2012, p. 10.

60 Sur les parcelles 81 et 76.

61 Les dernières prospections par radar-sol ont été effectuées en automne 2010. La captation de données sur le terrain, ainsi qu’une grande partie des analyses et de l’interprétation des résultats obtenus sont le travail de l’archéologue Lieven Verdonck dans le cadre d’une préparation de sa thèse de doctorat (à l’Université de Gand), sous la codirection de F. Vermeulen. Les auteurs remercient Lieven Verdonck d'avoir mis à leur disposition quelques données encore inédites. Des rapports préliminaires et études méthodologiques ont déjà été publiés dans Corsi – Vermeulen – Verdonck 2006 ; Verdonck – Vermeulen 2009 ; Corsi – Verdonck – Vermeulen 2010 ; Carboni et alii 2011 ; Verdonck et alii 2012 ; Vermeulen – Verdonck – Corsi 2013. Les résultats présentés ici synthétisent les acquisitions déjà publiées.

62 Verdonck 2012.

63 Quelques petites zones prospectées au radar se trouvent directement au S de La Canonica et au N près de la localisation probable du mur d’enceinte nord (voir supra). Les résultats y sont moins intéressants, à cause de perturbations récentes, et ne seront pas discutés ici.

64 Cette technique d’analyse des résultats de la prospection par radar-sol permet de visualiser des couches visuelles (« tranches de temps ») à des profondeurs fixes (par ex. avec intervalle de 10 cm), donnant une vision stratigraphique, et en 3D, du sous-sol.

65 Carboni et alii 2011, fig. 2-4, p. 10.

66 Pour une discussion sur les sources disponibles, voir Corsi – Venditti 2010, p. 70-71. Sur la possible reconstruction de l’intervention de Marius en Corse, voir Zucca 1996, p. 22-23.

67 Brenot 1973, p. 2. À la date de cette publication, Brenot proposait que « le monnayage antérieur à l’empire constitue moins de 2% de l’ensemble » ! Mais, en fait, les données de la numismatique n’étaient alors pas vraiment fiables, même pour les phases ultérieures de l’habitat, car elle écrivait que « avec les émissions postérieures à 378 s’annonce le déclin aboutissant à la destruction du site » (ibidem). Deux monnaies en bronze dont une avec Janus bifront, et deux monnaies en argent, dont un denier datant de 90 av. J.-C., viennent du Chantier H (Vivarelli 2013, p. 85). Une pièce en bronze, frappée en 81 av. J.-C., a été découverte dans l’US 8109, un remblai déposé avant la première phase d’urbanisation du secteur 8000, où – après la première moitié du VIe siècle – la basilique paléochrétienne fut édifiée : Istria – Carboni 2013, p. 148-149. Du mobilier du IIe s. av. J.-C. fut également trouvé dans les tranchées de contrôle de la parcelle AT02, située vers l’extrémité nord de la ville (voir supra). Quelques fragments d’amphores du type Dressel 1, datés deuxième moitié du Ier siècle furent trouvés durant les fouilles stratigraphiques conduites à Mariana dans les années 2000 à 2003 : Pasquinucci – Menchelli 2013, p. 45-46.

68 Nucci 2011, p. 8-9.

69 Ceux-ci peuvent être de la même date et même du même complexe que les murs fouillés par Corsi et Vermeulen en 2006-2007 (secteur 12).

70 Un seul fragment du pavement de la domus au dolium, daté en tenant compte d’éléments stylistiques, remonte probablement à la première moitié du Ier siècle. av. J.-C. (Teatini 1996, p. 102). En fait, comme l’a démontré René Rebuffat par l’analyse complète de la titulature de la colonie d’Aléria, attesté comme c(olonia) v(eneria) i(ulia) p(acensis) r(estituta) t(ertianorum), la ville phocéenne subit une restitutio avec des vétérans d’une legio III, qui pourrait être identifiée avec la légion dite Munda de César et qui, après avoir passée sous Lépide en Afrique, avait abandonné son commandant en faveur d’Octave en 36. La référence à la pax retrouvée peut rappeler les jours suivant immédiatement la victoire de Naulocos ou celle d’Antium. À ces deux occasions un grand nombre de vétérans se virent attribuer un nouveau lieu de résidence (Zucca 1996, p. 28). Cette décision est attribuée à César, à qui nous devons attribuer le cognomentum Iulia, mais il est probable que la restitutio effective de la colonie ait été faite par Octave, probablement entre 36 et 27 avant J.-C. (Zucca 1996, p. 25-27, avec bibliographie).

71 Probablement une restauration majeure de l’époque flavienne (Teatini 1996, p. 108).

72 À l’époque de Trajan la domus au dolium fut reconstruite. Les portiques du forum peuvent cependant dater de l’époque d’Hadrien, alors que la restauration des portiques du praetorium est datée de l’époque de la Tétrarchie (Teatini 1996, p. 103-107).

73 Alessandri 1995, p. 56.

74 Cette dimension urbaine intra-murale semble correspondre à ce qui a été attesté pour d’autres villes romaines dans les provinces occidentales. En Gaule, la surface intra-muros moyenne est de 50-80 hectares, mais plusieurs villes ont une surface de moins de 30 hectares (Gros – Torelli 1997, p. 249-250).

75 Gros – Torelli 1997, p. 255.

76 Corsi – Venditti 2010, p. 69-71.

77 La présence de matériaux de construction dans le lit du fleuve a été confirmée par des recherches subaquatiques conduites en 1958 pour vérifier la présence des ruines du pont romain : Simi 1961, p. 55-56.

78 Bejor 1999, p. 89.

79 L’exemple le plus proche d’un portique qui borde une insula se trouve à Nora en Sardaigne, mais ici la chronologie indique une construction au IIIe siècle : Gualandi et alii 2003.

80 Voir, par exemple, les cas présentés dans Vermeulen et alii 2012.

81 Sommella 1998, p. 209-218.

82 Teatini 1996, p. 84-85.

83 Zucca 1998, p. 104-105.

84 Meloni 1980 ; Boninu – Le Glay – Mastino 1984.

85 Teatini 1996, p. 113

86 Jehasse 1998, p. 247-248.

87 Ces deux zones funéraires sont situées le long de la route départementale D107 (séparées par une distance de 1300 m), qui semble correspondre à l’ancienne route reliant la zone des premières collines à la côte. L’axe s’écarte légèrement de l’orientation astronomique E-O.

88 Moracchini-Mazel 1971; Moracchini-Mazel 1974.

89 Pergola 2008, p. 185.

90 Moracchini-Mazel 1971, p. 1-60.

91 Moracchini-Mazel 1971, p. 5. En effet, les tombes ne semblent respecter aucune orientation dominante et le même auteur admet que « effectivement je n’ai pas réussi à localiser cette voie – ou ces voies – en dépit de recherches multipliées ».

92 Moracchini-Mazel 1971, p. 6.

93 Moracchini-Mazel 1971, p. 25-26.

94 Moracchini-Mazel 1971, p. 5.

95 Moracchini-Mazel 1971, p. 26-59.

96 Alessandri 1995, p. 7, 12-14.

97 Alessandri 1995, p. 7-11.

98 Alessandri 1995, p. 7-15. Dans le cadre de ce travail, des tombes ont également été trouvées dans les zones 2 et 3 de la tranchée, mais celles découvertes dans les environs immédiats de La Canonica sont datables des périodes médiévale et postmédiévale et peuvent être liées au cimetière assez vaste qui s’est développé autour du complexe épiscopal (Di Renzo 2013, p. 127-142).

99 Moracchini-Mazel 1967, pp. 79-88 ; Moracchini-Mazel 1972, p. 79-81.

100 Moracchini-Mazel 1974, p. 1-48.

101 Moracchini-Mazel 1974, p. 5.

102 Moracchini-Mazel 1974, p. 6-7, 39, 41-43.

103 Moracchini-Mazel 1974, p. 24-25, 47.

104 Moracchini-Mazel 1974, p.  32-33.

105 Moracchini-Mazel 1974, p. 48. Voir aussi note 72.

106 Nucci 2004, p. 182.

107 Corsi 2013a.

108 Moracchini-Mazel 1974, p. 48.

109 Il s’agit de l’acte de vente de cette parcelle dans le plan de Vescovato, par Guglielmo à la comtesse Mathilde d’Ampugnani (936), et du testament de la même comtesse (951).

110 Moracchini-Mazel 1997, p. 330.

111 Moracchini-Mazel 1997, p. 175.

112 Abbayes primitives 1997, p. 331.

113 Itinerarium Antonini, 85,4-86,1 (éd. Cuntz) où Mariana est un des « capita viarum » (l’autre étant Pallas) de la seule route (avec un total de cinq points d’arrêt) le long de la côte orientale de la Corse.

114 Voir à ce sujet l'étude récente suivante: Jehasse – Nucci 2000, p. 4-5, 22-24. C’est la conviction d’Olivier Jehasse et Frédérique Nucci qu’une deuxième route vers le S, parallèle à celle-là, se détache de Mariana à la périphérie O de la ville (Jehasse – Nucci 2000, p. 4-25) mais pour cette hypothèse aucune preuve topographique datable n’est à ce jour disponible, ni sur le terrain, ni dans la cartographie historique. La connexion routière romaine Mariana-Aleria semble cependant être une certitude.

115 = Fontes iuris romani anteiustiniani, S. Riccobono éd., Florentiae, 1941. Voir maintenant : Corsi – Venditti 2010, p. 70-71.

116 Teusch 1962, p. 22-25.

117 Des informations sur les fouilles menées à Torricella par INRAP peuvent être consultées à l’adresse suivante : http://www.inrap.fr/userdata/atlas_chantier_pdf/0/203/203_fichier_MED-Plaquette-Lucciana-ecran-3.pdf.

118 Moracchini-Mazel 1973, p. 37-39.

119 Moracchini-Mazel 1973, p. 40.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La ville romaine de Mariana et ses environs sur la base de la reconstruction du paléo-environnement et référencement spatial des cadastres historiques avec lits du Golo.
Légende Commune de Lucciana, Corse, voir étoile.
Crédits Élaboration C. Corsi, après A. Roblin-Jouve (Corsi – Vermeulen – Roblin-Jouve 2009) ; Image satellite SIO, NOAA, U.S. Navy NGA GEBCO, 2007, © 2011 IGN France.
Titre Fig. 2 – Lucciana, lieu-dit La Canonica. Plan général avec emplacement hypothétique du rempart de la ville romaine de Mariana et localisation des « chantiers » des fouilles Leschi-Chauvel de 1936-1937 (A-G).
Légende Les restes probables de la muraille au N (n° 1) ; indices possibles de l’enceinte urbaine dans la photographie aérienne à l’O (n° 2) ; église de Santa Maria appelée La Canonica (n° 3) ; district de la rue à boutiques (n° 4).
Crédits Élaboration C. Corsi.
Titre Fig. 3 – Lucciana, lieu-dit La Canonica. Plan du « chantier C » des fouilles Leschi-Chauvel 1936-1937.
Crédits D’après Nucci 2001.
Titre Fig. 4 –Lucciana, lieu-dit l’Imperiale. Les vestiges du podium du temple sous les constructions modernes.
Légende Vues prises lors des recherches de Leschi et Chauvel.
Crédits Dossier Leschi-Chauvel, Médiatèque de l’Architecture et du Patrimoine, Paris : Rapport sur les fouilles de Mariana (Corse) 19363 (cote : 0080/042), photo indiquée dans le dossier digital avec le n° 46l02825.
Titre Fig. 5 – Lucciana, lieu-dit La Canonica. Plan du bâtiment dit « petit marché ».
Légende A. rue à boutiques ; B. portique ; C. couloir ; D. pièces (tabernae ?), e) cour / péristyle.
Crédits Dessin Leandri-Termot.
Titre Fig. 6 – Quantification des matériaux céramiques, trouvés durant le diagnostic du secteur 12, situé au N de La Canonica.
Crédits Élaboration C. P. Venditti.
Titre Fig. 7 – Lucciana, lieu-dit La Canonica.
Légende Détail de l’image obtenue par prospection par radar-sol d’une partie de la zone au N de La Canonica à une profondeur d’environ 0,75 m.
Crédits D’après Corsi – Verdonck – Vermeulen 2010.
Titre Fig. 8 – Lucciana, lieu-dit La Canonica. Interprétation par L. Verdonck des anomalies géophysiques dans les parcelles nos 76 et 81, situées au NE de la « rue à boutiques » (E).
Légende Le « bâtiment à abside » du « chantier C » des anciennes fouilles Leschi-Chauvel s’insère probablement dans les structures les plus septentrionales de ce plan. Pour les numéros et les lettres voir le texte.
Crédits D’après Verdonck 2012.
Titre Fig. 9 – Mariana : situation générale de la ville romaine et de ses environs sur fond de carte IGN.
Légende La zone urbaine hypothétique (en grisé), les lieux de sépulture (n° 1 : Palazzetto ; n° 2 : Murotondo ; no 3 : I Ponti ; no 4 : San Parteo ; no 5 : Pruniccia) et les routes extra urbaines (A, B, C, D, E)
Titre Fig. 10 – Lucciana, lieu-dits Palazzetto et Murotondo. Plan des tombes fouillées dans les années 1970.
Crédits D’après Moracchini-Mazel 1971.
Titre Fig. 11 – Lucciana, lieu-dit I Ponti : plan de tombes fouillées dans les années 1970.
Crédits D’après Moracchini-Mazel 1974.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cristina Corsi et Frank Vermeulen, « La ville romaine de Mariana (Corse) et son urbanisme », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 127-1 | 2015, mis en ligne le 03 juin 2015, consulté le 16 août 2017. URL : http://mefra.revues.org/2758 ; DOI : 10.4000/mefra.2758

Haut de page

Auteurs

Cristina Corsi

Université de Cassino – c.corsi[at]unicas.it

Frank Vermeulen

Université de Gand – frank.vermeulen[at]ugent.be

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org