Navigation – Plan du site
Varia

L’ultime commerce épistolaire d’Ausone et de Paulin de Nole

Franz Dolveck

Résumés

Le dernier échange épistolaire entre Ausone (trois lettres) et Paulin de Nole (deux lettres) est ici examiné sous tous ses aspects, principalement la tradition manuscrite. Cette étude, menée entièrement de première main, permet de refaire et d’approfondir la démonstration de certains éléments, principalement le fait qu’il existe deux recensions de la partie ausonienne de l’échange, et d’envisager plus clairement le contexte général de cette correspondance : de manière quasiment certaine, les lettres en vers, que nous conservons, étaient accompagnées de lettres en prose, qui ont été exclues des « éditions » antiques, ce qui explique certaines allusions de Paulin dont on ne trouve pas la source dans les lettres d’Ausone ; avec un degré de probabilité important mais légèrement moindre, la lettre (en vers) perdue d’Ausone est identifiée à l’Epist. 18 Green. Cela conduit d'autre part à redater plus tardivement la mort d'Ausone (probablement pas avant 397). Les éléments rassemblés contredisent globalement la tendance à interpréter ces lettres comme le reflet d'un conflit entre « paganisme » et christianisme : il s’agit, bien plus vraisemblablement, du témoignage de relations rendues difficiles certes pour des raisons religieuses, mais aussi et surtout à cause d’une série d’incompréhensions causées largement par les aléas inhérents à la matérialité de la correspondance antique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par défaut, les œuvres de Paulin de Nole sont citées d’après Hartel 1999, et les œuvres d’Ausone d’ (...)
  • 2 Des éditeurs modernes d’Ausone, seul R. Peiper édite l’ensemble de ce que l’on appellera désormais (...)

1Dans l’œuvre d’Ausone comme dans celle de Paulin1, les dernières lettres du maître et de l’élève, les Ultima commercia, tiennent une place singulière : il est rare que l’on puisse reconstituer une correspondance antique au delà de la réplique, et à plus forte raison au delà, comme disent les vieux dictionnaires, de la duplique ; d’autre part, les monuments de la poésie tardo-antique que sont ces lettres, s’ils frémissent d’émotions sans doute bien réelles et ont des traits autobiographiques moins fictifs que d’autres textes, sont aussi une source historique majeure de l’introduction du christianisme dans les hautes classes de la société romaine. Cependant, toute analyse de cette correspondance repose sur l’établissement des textes et donc sur leur transmission, points sur lesquels doivent se fonder la chronologie relative et absolue des lettres et l’identification des possibles lacunes ; or ces questions sont trop débattues pour que l’on puisse y trouver un consensus, et il manque aujourd’hui un exposé complet de l’état du dossier. Une étude équitablement répartie entre la part d’Ausone et celle de Paulin manque également : à de notables exceptions près, les éditeurs comme les commentateurs se concentrent sur une part seulement du corpus, c’est-à-dire soit les lettres d’Ausone, soit celles de Paulin, perdant ainsi de vue une unité non seulement originelle, sociale et littéraire, mais aussi philologique2. D’autres éléments, il est vrai, interfèrent : la tradition textuelle d’Ausone, exceptionnellement complexe comme on le sait, rebute les spécialistes de littérature, et, chez les philologues, l’éternel débat des variantes d’auteur, affaire d’opinion mais rarement de démonstration — ou de réfutation argumentée — mine le caractère scientifique de travaux nécessaires ou fait perdre de vue l’ensemble au profit du détail de tel ou tel vers.

  • 3 L’historiographie de la question n’est pas à négliger mais a fini par acquérir une certaine autonom (...)

2Le propos de cet article est avant tout philologique ; études et commentaires sur cette correspondance se multiplient mais se contentent, dès qu’il s’agit de manuscrits et d’établissement du texte, d’éléments de seconde main, parfois pris à une bibliographie plus que centenaire3. Il est vrai pourtant que beaucoup a déjà été fait : s’il n’y a pas lieu toujours d’apporter des nouveautés, il faut néanmoins reprendre le problème à ses fondements, dans l’espoir d’approcher une solution satisfaisante sur tous les plans. Je ne saurais masquer les doutes qui subsistent, mais j’ai du moins essayé de les signaler le plus explicitement possible.

Traditions manuscrites4

  • 4 Indépendamment des éditions citées, dont les références sont conservées, le texte des Ultima a été (...)

3Les manuscrits transmettant les Ultima sont les suivants :

B

V

H

J

S

N

P

W

Bruxelles, BR, 10615-10729, Trèves, ca. 1150 ;

Leyde, UB, Voss. lat. f.o 111, Lyon, s. IX;

Londres, BL, Harley 2613, région de Vérone, ca. 1460-1470 ;

Londres, BL, Harley 4831, Saint-Denis, s. IX;

Paris, BNF, lat. 2122, Nord de la Loire, s. IX;

Paris, BNF, lat. 7558, Lyon, s. IX;

Paris, BNF, lat. 8500, Vérone, ca. 1330-1340 ;

Vienne, ÖNB, 3261, copié par Sannazaro à Naples, ca. 1500-1510.

  • 5 Il existe également quatre manuscrits qui ne transmettent que quelques vers des Ultima, et dont on (...)

V, H, P et W relèvent de la tradition d’Ausone ; B, J (ce dernier non signalé auparavant) et S de celle de Paulin ; N, enfin, est apparemment mixte. À ces manuscrits, il faut ajouter du côté d’Ausone l’édition de Girolamo Avanzi, Venise, 1507 (A), et du côté de Paulin une série de manuscrits, que l’on appellera recentiores, tous manuscrits humanistes qui transmettent la correspondance (en prose) de Paulin ainsi que la seule Epist. 21 (inc. Quarta tibi) d’Ausone5.

4Les lettres telles que la philologie les reconstitue et telles qu’elles se présentent dans les manuscrits sont deux choses dont l’écart peut être grand ; par commodité et par souci d’observation neutre, on les désignera ci-après par leur incipit, en prenant en compte les divisions qu’établissent rubriques et salutations, et non les reconstitutions des éditions. Pour Ausone, on obtient de la sorte :

— Quarta tibi (Schenkl 24, Peiper 29, Prete 26, Green 21),

— Proxima (Schenkl 23, Peiper 28, Prete 25, Green 22),

— Discutimus a (la version des manuscrits de Paulin, ie. Green 23 sans les v. 23-42),

— Discutimus b (celle des manuscrits d’Ausone, Green 24 sans les v. 95-124 ; ces deux dernières lettres fondues sont en une seule chez Schenkl [25], Peiper [27] et Prete [23]),

Agnoscisne (les vers exclus à l’instant des lettres 23 et 24 de Green, à la suite de Discutimus b chez tous les éditeurs sauf Prete [24]).

Pour Paulin, le Carm. 10 Hartel se divise en trois parties, Quarta redit (distiques élégiaques, v. 1-18), Quid abdicatas (trimètre et dimètre iambiques, v. 19-102) et Defore (hexamètres, v. 103-331) ; pour le Carmen 11 (Continuata), il n’y a pas lieu de distinguer la première partie (en hexamètres) de la seconde (en « distiques iambiques » comme Quid abdicatas) parce que, sauf W, V et N qui n’ont que la première partie, les manuscrits présentent toujours d’un bloc, sans introduction de rubrique, cette lettre ; il n’y a donc pas lieu de mettre en doute son unité que l’analyse du texte confirme. Malgré ces distinctions, je conserve la numérotation des vers selon Green pour Ausone et Hartel pour Paulin (pour Agnoscisne, j’indique les numéros successivement dans l’ordre des lettres ; par exemple, le vers Ne sparsam raptamque domum lacerataque centum est référencé par Agnoscisne 35/107).

5Le classement des manuscrits ne peut pas se faire, on va le voir, sur l’ordre des lettres, qui n’est pas stable ; il vaut donc mieux commencer in medias res en établissant les stemmas d’Ausone et de Paulin sur les textes, quitte à n’aborder qu’ensuite les rapports entre les deux traditions ; puisque, sans préjuger des relations qu’elles entretiennent au sommet, il ne fait pas de doute qu’elles représentent deux collections radicalement différentes, il n’importe pas de savoir immédiatement si leur source est commune ou non.

La collection Υ d’Ausone

  • 6 Reeve 1983 forme un résumé commode que l’on peut compléter par la recension, par le même auteur, de (...)
  • 7 Sur ζ, que l’on ne peut pas, malgré l’usage des éditions, confondre avec Z, voir avant tout Reeve 1 (...)

6Aussi longtemps que l’on se concentre sur les seuls Ultima, on peut présenter la tradition des œuvres d’Ausone sans aborder les points les plus litigieux ; il suffit de rappeler que trois ensembles se distinguent, ne se recoupant que partiellement, deux à deux seulement, sur quelques textes6. Comme il ne s’agit pas ici de savoir s’ils recouvrent des éditions tardo-antiques différentes ou bien une seule divisée à une date indéterminée, on peut les appeler simplement des collections. Deux ne concernent pas les Ultima : ce sont la collection dite « des Excerpta », qui transmet principalement la Moselle, et la collection ζ, illustrée par les manuscrits Cambridge, UL, Kk. v. 34, Paris, BNF, lat. 18275 et par une trentaine de manuscrits humanistes, tous dérivés d’un archétype que l’on appelle Z. Elle contient un certain nombre de lettres, la plupart des épigrammes et des pièces « diverses » dont, au premier chef, la Gratiarum Actio7.

  • 8 Sur V, voir Tafel 1914, surtout p. 635-637 ; on n’a pas progressé depuis pour la datation et la loc (...)

7La collection que l’on appellera ici Υ est généralement désignée par les éditeurs par V, mais cela entraîne une confusion avec son manuscrit certes le plus riche quantitativement, mais certainement pas le plus ancien et encore moins le plus proche de l’archétype. L’établissement des liens entre les manuscrits fait consensus et les résultats en sont bien connus, ce qui permet d’aller à l’essentiel, notamment de ne pas tenir compte de manuscrits ne contenant qu’une pièce ou deux ; les plus complets sont les suivants8 :

V

Q

H

O

N

P

W

Leyde, UB, Voss. lat. fo 111, Lyon, s. IX;

Leyde, UB, Voss. lat. qo 33, Lyon, s. IXmed. ;

Londres, BL, Harley 2613, région de Vérone, ca. 1460-1470 ;

Paris, BNF, lat. 2772, Lyon, s. IX;

Paris, BNF, lat. 7558, Lyon, s. IX;

Paris, BNF, lat. 8500, Vérone, ca. 1330-1340 ;

Vienne, ÖNB, 3261, copié par Sannazaro à Naples, ca. 1500-1510.

  • 9 La présence de l’Egl. 9 dans ce manuscrit ne doit pas abuser : elle relève d’une tradition indépend (...)

V, Q et O, tous trois lyonnais et grosso modo contemporains, sont issus d’un même modèle. V est de loin le plus complet : Q ne transmet que le début du Technopaegnion (jusqu’au numéro 11 inclus, sans bien sûr la seconde préface en prose de l’éd. Green, qui est propre aux manuscrits issus de ζ), et O seulement trois extraits de la même œuvre (numéros 3, 5 et 6)9. V et Q s’accordent dans l’erreur en différents endroits dont le plus manifeste est l’omission de Techn. 11, 1-2 quem — aëra ; O n’a pas cette partie du texte mais se rapproche néanmoins de V et Q par divers lieux ; encore qu’il soit difficile de les définir comme des erreurs, ce sont néanmoins des leçons complètement différentes de celles qu’offre ζ. Aucun de ces trois manuscrits n’a pu être copié sur l’un des deux autres ; ni O ni Q ne sont, de manière obvie, la source de V puisque ce dernier est le plus complet ; les variantes relevables sont faibles, puisque le corpus commun est réduit, mais suffisantes :

Techn. 3, 1 regit et] V ζ, egit et Q, om. O — ni V ni Q ne peuvent être issus d’O ;

Techn. 3, 2 quam] VO ζ, quia Q — ni V ni O ne peuvent être issus de Q ;

Techn. 3, 15 vigor ac] ζ, iocosa V, iccor a Q, iuco et O — la lecture de V ne permet pas de justifier l’erreur des deux autres.

  • 10 Un argument supplémentaire allant dans ce sens est fourni par le manuscrit Cambridge, UL, Kk. v. 34 (...)

De la sorte, O et Q sont regroupés autour de V ; ils ne serviront pas directement à l’étude des Ultima, mais, dans la mesure où ils obligent à reconstituer en amont de V un modèle qui leur soit commun à tous trois, ils contribuent à faire prendre la mesure exacte de la position de l’illustre Vossianus. Quelques variantes invitent à supposer un archétype propre à Q et O ; par ex. Techn. 3, 15 cité ci-dessus, ou Techn. 3, tit. Incipit tethopegnii textus Q, Incipit techopegnii tes tus O, où les autres témoins ont en outre tous des formules différentes10.

  • 11 Turcan-Verkerk 2002, passim ; pour l’exemple qui suit, voir p. 292-293. Les deux autres « descendan (...)

8V, W et N s’accordent d’autre part dans l’erreur contre le reste des manuscrits de la famille, disons pour le moment P et H ; le cas d’N est un peu compliqué mais l’on peut s’en tenir à des lieux où aucune contamination avec les manuscrits de Paulin n’existe. En ce qui concerne W, je ne fais que résumer ici les analyses d’Anne-Marie Turcan-Verkerk, qui a démontré que son modèle n’était en rien V mais un manuscrit également en wisigothique, probablement antérieur (milieu ou fin du viiie siècle)11, ici appelé α ; un exemple parmi tant d’autres :

Techn. 4, 5 hiulca congruerent, denique haberent] om. VQ, habet W (cum hiulcula) — l’analyse des pratiques de Sannazaro démontrent que, si hiulcula est peut-être une erreur inconsciente due à sa fréquentation des éditions imprimées (qui ont toutes, à cette date, cette leçon), on ne peut en revanche envisager qu’il ait introduit délibérément et sans le signaler une portion de texte des éditions dans sa transcription d’α ; c’est donc que ce dernier avait bien ce qu’omettent V et Q.

9L’une des défaillances les plus visibles entre V, α et N d’une part et tout le reste de la tradition de l’autre est l’omission de la seconde partie de la lettre Continuata ; il est difficile de trouver ensuite des variantes nettement fautives et clairement partagées par ces trois manuscrits seuls, qui n’ont en commun que les Ultima, où N porte des traces de contamination, et l’Oratio maior, où le seul point de comparaison est la famille ζ : cela permet d’assurer qu’ils ne font pas partie de cette dernière famille, mais pas d’expliquer leurs rapports avec P et H. Voici quelques exemples parmi les plus probants, d’abord pour V et N contre P et H (en des endroits où W est absent) :

Paul., Defore 156 demens] codd. Paulini, vaga est VN, vaga PH ;

ibid. 201 in istis] P et codd. Paulini, honestis VN (H n’a pas cette partie).

ensuite pour V et W en des endroits où N est clairement contaminé par les manuscrits de Paulin, ou absent :

Aus., Quarta tibi 47 Multa loquens et cuncta silens non ambo placemus] PN et codd. Paulini, om. WVN reprend le vers aux mss de Paulin (H ne transmet pas cette lettre) ;

Aus., Discutimus b 9 parentes] PH, manere WV (N et les manuscrits de Paulin ne transmettent pas cette partie).

10De la sorte, la parenté des trois manuscrits est assurée ; il reste à voir les liens qu’ils entretiennent. V n’est évidemment copié ni sur α ni sur N, qui contiennent des collections moindres, mais, à première vue, on a l’impression que W et N s’opposent nettement à V, tant dans l’ordonnance des textes (avec, au premier chef, le placement de l’Oratio maior en tête des Ultima là où V l’intègre à l’Ephemeris) que dans le détail des collations, dont je ne donne qu’un exemple :

Oratio maior (olim Aus., Eph. 3) 35 aetas] (actas N) WN ζ, olim V.

11N ne peut pas avoir été copié sur α, ne serait-ce que parce qu’il possède l’Oratio minor (anciennement attribuée à Paulin de Pella) qui est inconnue à α, et l’inverse est également vrai parce que la collection transmise par α est plus vaste que celle d’N. On voudrait donc imaginer un stemma où d’un côté se trouveraient l’archétype de V, Q et O, et de l’autre un archétype commun à N et α, mais c’est une vision faussée par la singularité de V. Ce dernier est, de l’avis unanime, le résultat d’une copie extrêmement raisonnée, non seulement soigneuse mais encore attentive à transmettre une « bonne » collection et un « bon » texte ; en réalité, N et W sont le témoignage d’un état antérieur des œuvres d’Ausone, où, pour reprendre les deux exemples cités, l’aetas d’Or. mai. 35 devait être mal lisible et où le copiste de V a cherché une solution ex ingenio (le consensus du reste des manuscrits apparentés à V et de la collection ζ est formel sur ce point), et où une lacune dans l’Ephemeris, déjà présente, a incité le copiste — qui est clairement bien plus qu’un simple scribe — à chercher un moyen de la combler, ce qu’il a fait en déplaçant l’Oratio maior, modifiant ainsi son attribution ou se fiant à une erreur déjà commise. Il n’y a donc aucune raison, en bonne logique, de supposer l’existence d’un modèle commun à N et α mais distinct de celui (indirect) de V. Un dernier point doit être pris en compte avant de présenter un stemma : N est l’unique témoin aujourd’hui connu d’une anthologie dont la valeur est à nos yeux extrême à cause de la rareté des textes qu’elle transmet, et dont la constitution est le fruit d’opérations intellectuelles de premier ordre, ne serait-ce que, pour s’en tenir à ce qui nous intéresse, dans la collation pour les Ultima des manuscrits d’Ausone et de Paulin ; or l’intelligence éditoriale dont N fait preuve s’oppose directement à une copie très peu attentive où à peu près toute la gamme des fautes de copie est représentée. J’estime donc nécessaire de faire figurer dans le stemma à la fois le modèle direct d’N auquel j’attribue l’initiative de la collection, et N lui-même, auquel j’attribue la copie désastreuse d’un des plus beaux produits de la philologie médiévale ; cet intermédiaire supplémentaire n’apporte rien à l’établissement du texte mais il est d’une plus grande fidélité à l’histoire de la transmission telle que nous pouvons la reconstituer.

  • 12 Je ne fais que résumer rapidement ici le résultat des recherches de Weiss 1971 et Reeve 1977.

12Restent donc P et H12 ; la partie de la tradition textuelle qu’ils illustrent est désormais bien connue, et s’établit aisément ; ce n’est que la clarté de la démonstration qui impose de les présenter à la fin, puisque l’on peut alors les comparer à un groupe dont les relations sont bien définies même s’ils ne transmettent pas les mêmes textes. Ces deux manuscrits sont les descendants les plus complets d’un manuscrit perdu, que l’on appelle le Veronensis, d’après la ville où il fut redécouvert au début du XIVe siècle par Giovanni Mansionario ; il fut copié à de nombreuses reprises mais, à l’exception de P et d’H, aucun manuscrit ne transmet plus de deux pièces (et, à l’exception du ms. de Venise cité n. 5, aucun ne transmet les Ultima) ; en revanche, un troisième témoignage doit être ajouté, celui de l’édition ausonienne d’Avanzi (Avantius), Venise, 1507 (désormais A).

13La parenté des trois témoins est manifeste :

Paul., Defore 136 om. PHA ;

Aus., Proxima 27 in orbem] WV et codd. Paulini, in orbis PHA.

  • 13 J’ai utilisé l’un des exemplaires de la Bayerische Staatsbibliothek (Res/4 A.lat.a. 8), qui présent (...)

14La comparaison de ce que donnent les deux manuscrits avec la table du Veronensis telle que Mansionario la transcrivit permet d’autre part de dire qu’H est, et de loin, plus fidèle que P à son modèle ; il est vrai que la copie du second est, pour les Ultima du moins, plus complète, mais dans tous les cas A fournit un troisième témoin dont la fidélité est excellente, le texte des ces poèmes alors inédits n’étant pas retouché : l’éditeur va jusqu’à indiquer par des blancs les lacunes de son modèle.13 Ce troisième descendant permet de pallier le fait qu’H arrête sa copie de Defore au v. 166 (puisque, comme P, Avanzi va jusqu’au vers 284), et celle d’Agnoscisne au v. 42/114 ; cependant, il n’est pas utilisable pour la lettre Quarta tibi, que l’éditeur prend non au Veronensis mais aux éditions précédentes.

15Il ne reste qu’à s’assurer que le Veronensis relevait bien de la même famille que les autres manuscrits ausoniens déjà étudiés ; l’accord dans l’erreur de tous l’assure et contredit ainsi directement la théorie selon laquelle le Veronensis représenterait une quatrième collection ausonienne, distincte de celle qu’attestent α, V et les manuscrits annexes : voir, par exemple, le vers Discutimus b 70, dans une partie transmise seulement par les manuscrits d’Ausone ; inconstructible en l’état, il nécessite soit de supposer deux lacunes, juste avant et juste après, soit de le déplacer après quelques corrections (la première solution étant retenue par les éditeurs depuis Schenkl ; la seconde ressortit à l’édition du Dauphin).

  • 14 Il n’existe aucun usage satisfaisant, malgré le nombre d’éditions, dans la désignation des manuscri (...)

16Voici, finalement, le stemma tel qu’il est reconstitué ; je n’attribue de lettres grecques qu’aux archétypes utiles à une édition critique des Ultima, c’est-à-dire au Veronensis et au modèle commun à tous les autres14 :

Fig. 1 – La famille Υ d'Ausone.

Image 10000000000005130000042FD708734D.jpg

Franz Dolveck.

La tradition des Epistulae de Paulin de Nole15

  • 15 Le classement des Epistulae (en prose) que je présente ici est le fruit de sondages, de première ma (...)
  • 16 Le recours assez fréquent à la conjecture dans les éditions le prouve régulièrement ; pour ne citer (...)

17La tradition de Paulin de Nole passe pour plus simple que celle d’Ausone ; il est vrai que l’on peut la faire remonter sans peine à un archétype unique16, ce qui lève toute suspicion de variantes d’auteurs et ne rend nécessaire aucune théorie éditoriale particulière, mais le détail est bien plus complexe qu’il ne paraît. Ce n’est pas un sujet très étudié : les éditeurs d’Ausone se contentent régulièrement d’un exposé schématique où seuls S et B sont mentionnés et où la plupart considèrent que le second descend du premier, ce qui est manifestement faux ; et le seul éditeur moderne de Paulin de Nole, Wilhelm von Hartel, se contente de remarques assez générales, qui, même ainsi, ne sont pas toujours exactes. Un exposé de l’ensemble du dossier ne concernera pas dans toutes ses parties les Ultima, mais l’occasion de présenter un sujet délaissé justifie une part d’excursus.

  • 17 Je laisse de côté toutes les traditions étrangères à celles des Epistulae et des Carmina varia, qui (...)

18La distinction que fait l’éd. Hartel (à la suite de l’édition de Lebrun en 1685) entre Epistulae et Carmina est le fruit d’une reconstitution, de même que l’ordre chronologique, d’ailleurs sujet à controverses, adopté dans chacun des ensembles. Selon les manuscrits, la distinction ne s’établit pas entre prose et vers mais entre deux corpus radicalement différents. L’un, le mieux défini, est celui des Natalicia, écrits chaque année jusqu’en 408 pour la fête de saint Félix de Nole, le 14 janvier ; selon toute vraisemblance, l’édition de ces quatorze poèmes remonte à Paulin lui-même. Le second ensemble regroupe les lettres et une série de poèmes : dans l’ordre des manuscrits, les Ultima, puis les poèmes à Cythérius (Carm. 24), sur la mort de Celse (Carm. 31) et à Nicétas (Carm. 17), et enfin les trois paraphrases psalmiques (sur les Ps. 136, 1 et 2, soit les Carm. 9, 7 et 8) : appelons par commodité ces poèmes les Carmina varia. Peu de pièces authentiques sont extérieures à ces deux ensembles ; ce sont des poèmes de jeunesse transmis parmi les œuvres d’Ausone, l’épithalame en l’honneur de Julien d’Eclane et de Titia (Carm. 25), à la transmission indépendante, et les lettres transmises parmi celles d’Augustin et de Jérôme, bien que ces dernières aient été à différentes étapes réintroduites dans l’ensemble que forment les Epistulae et les Carmina varia17.

19Au risque de préjuger de ce qui va être démontré mais pour gagner en clarté, disons que l’édition tardo-antique des Epistulae obéissait à un plan logique mais assez complexe, que les éditions, à partir du xviie siècle, masquent au profit d’un ordre chronologique. L’ouvrage s’ouvre sur la prose et se termine sur les vers au moyen d’une transition. Les lettres sont classées par correspondant, ces derniers dans l’ordre d’importance, qui correspond en général au nombre de lettres reçues (les lettres envoyées à Paulin n’y sont pas conservées) : Sulpice Sévère, Delphinus, Amandus, Victricius, Aper, puis les correspondants pour qui une seule lettre de Paulin est conservée ; la série se termine sur l’Epist. 32, à Sulpice Sévère, qui est pour sa première partie un important relevé d’inscriptions composées par Paulin pour Primuliacum, Nole et Fundi, et sur l’envoi à Jovius, qui comprend l’Epist. 16 et le Carm. 22, séparés sans raison dans l’éd. Hartel, puisqu’ils forment sans ambiguïté une seule lettre, en prose puis en vers (le cas est le même pour l’Epist. 8 à Licentius, transmise avec la correspondance d’Augustin). L’Epist. 32 (qui est donc extraite de l’ensemble sulpicien) et l’envoi à Jovius sont la première étape d’une transition très bien organisée de la prose aux vers ; la seconde étape est constituée par les Ultima, lettres pour le genre, poèmes pour la forme. Ensuite seulement viennent les poèmes à dédicace, envoyés pour les deux premiers, l’un à Cythérius, l’autre aux parents du petit Celse, récité sans doute pour le troisième, en présence de Nicétas ; la dernière place est ainsi réservée à la poésie « pure » que sont les poèmes psalmiques.

  • 18 Fabre 1948, p. 4-5.

20La collection des lettres de Paulin est remarquable en ce qu’elle ne contient pas les lettres échangées avec Jérôme et Augustin et celles qui sont liées à ces deux grands noms (par exemple, l’Epist. 8, déjà citée, adressée par Paulin à Licentius sur la demande d’Augustin). Pierre Fabre en concluait que l’édition des Epistulae était d’origine gauloise, puisqu’elle ne rassemblerait que des correspondants gaulois18 ; en fait, il serait plus exact de dire que les correspondants connus par ailleurs ou sur qui l’on peut avoir des renseignements bibliographiques clairs sont gaulois ; pour un bon nombre, ils ne restent connus que par leur nom et rien n’indique qu’ils ne soient pas italiens. La raison la plus vraisemblable de ce fait est plutôt que, à la date où fut constituée la collection des lettres de Paulin, vraisemblablement dans les années qui suivirent sa mort, en 431, on ne jugea pas utile d’y inclure des lettres qui étaient déjà éditées par ailleurs, nommément dans les éditions de Jérôme et d’Augustin, qui sont selon toute vraisemblance plus anciennes que celle de Paulin, le dernier survivant (Jérôme meurt en 420, Augustin en 430).

  • 19 J’ai essayé, dans la mesure du possible, de conserver les sigles de Hartel, mais des adaptations ét (...)

21Les difficultés qui se présentent à qui essaie de reconstituer la généalogie de ce corpus sont multiples : certains manuscrits ont perdu ou volontairement omis les poèmes, un autre a omis les lettres ; il existe quelques manuscrits n’ayant qu’un choix limité de lettres, dont en plus l’origine n’est pas nécessairement uniforme ; enfin, il faut prendre en compte des opérations de correction et de contamination dont la source, dans au moins un cas, n’est connue que de manière fragmentaire. Voici la totalité des manuscrits concernés par cette branche de la tradition paulinienne19 :

B

V

J

S

N

O

L

M

K

n1

n2

r

Bruxelles, BR, 10615-10729, Trèves, ca. 1150 ;

Leyde, UB, Voss. lat. f.o 111, Lyon, s. IX;

Londres, BL, Harley 4831, Saint-Denis, s. IX;

Paris, BNF, lat. 2122, Nord de la Loire, s. IX;

Paris, BNF, lat. 7558, Lyon, s. IX;

Paris, BNF, lat. 2772, Lyon, s. IX;

Lyon, BM, 618 (535), Bonnevaux, s. XII2 ;

Munich, BSB, lat. 26303, Cluny, s. XIImed. ;

Paris, BNF, n.a.l. 1443, Lyon, s. IXmed. ;

Rome, Bibl. Vallic., C 27, Italie, ss. XVI-XVII ;

Cité du Vatican, Bibl. Vat., Barb. lat. 655, Italie, s. XVII ;

Cité du Vatican, Bibl. Vat., Reg. lat. 331, s. IXmed..

ainsi que l’ensemble des manuscrits humanistes décrits et classés sous le nom de recentiores ci-après ; il faut encore prendre en compte un manuscrit perdu, vraisemblablement sans descendance, connu à Lorsch, et enfin le témoignage du De dubiis nominibus.

22On classera dans un premier temps les recentiores, puis L, M et les manuscrits associés : l’exposé peut se faire de manière démonstrative, en partant du bas du stemma ; cela fait, il est nécessaire, pour classer les autres témoins et établir le stemma général, de recourir à un certain nombre d’opérations plus délicates, que l’on exposera à partir de leurs résultats.

Les recentiores

  • 20 Les sigles y, s et v sont de mon fait : Hartel ne connaissait pas le dernier et tenait les deux pre (...)

23L’établissement de la tradition manuscrite gagne à être autant que possible allégé ; à cette fin, on commencera par clarifier la situation des recentiores entre eux. Ils sont au nombre de huit20 :

f

Florence, Bibl. Laur., plut. 23.20, Florence, s. XV2 : réalisé pour Laurent de Médicis et décoré par Attavante ;

s

Florence, Bibl. Laur., Strozzi 18, Italie du Nord, s. XV;

p

Paris, BNF, lat. 9548, Italie du Nord, vers 1450-1460 ;

y

Rome, Bibl. Vallicell., D. 7, vraisemblablement Florence, s. XVI4/4.

v

Valence (Esp.), BU, 842 (olim 782), Rome, entre 1471 et 1484, décoration due à Giacchino di Gigantibus de Rottenburg ;

u

Cité du Vatican, Bibl. Vat., Urb. lat. 45, copié à Florence avant 1474 ;

z

Cité du Vatican, Bibl. Vat., Vat. lat. 524, Italie du Nord, fin des années 1510.

  • 21 L’examen du manuscrit confirme qu’il ne contient pas la moindre ligne de Paulin de Nole. Voir la de (...)

le huitième manuscrit n’est utilisé par Hartel que pour le Carmen 22 ; il le cite sous la cote « Vrbinas 1303 saec. XIIII » p. XXI et dans le Conspectus siglorum, mais il se trouve que le manuscrit Cité du Vatican, Bibl. Vat., Urb. lat. 1303, ne correspond absolument pas : il s’agit du premier volume (le suivant étant le manuscrit suivant dans le même fonds) de l’autographe (ou de l’idiographe) de l’Expositio in Sphaeram Ioannis de Sacrobosco par Christophorus Clavius, s.j., ouvrage daté de 1564, édité en 157021. À ce jour, le manuscrit que W. von Hartel désignait sous le sigle t est introuvable ; il est en tout cas certain qu’il n’est pas à la bibliothèque Vaticane, dont j’ai dépouillé tous les catalogues et tous les index ; il n’existe pas, bien sûr, de manuscrit de Paulin de même segnatura dans un autre fonds, et toute tentative d’inverser les chiffres se solde par un échec. W. von Hartel, cependant, n’était pas toujours très précis dans ses cotes (par exemple, son « Petropolitanus Q IIII 1 » désigne le manuscrit Saint-Pétersbourg, BNR, Lat. Qo v. XIV. 1). J’essaye, ci-après, de classer ce manuscrit (sous le même sigle t) comme je le peux en fonction des maigres éléments que je possède, et sans tenir compte de la date indiquée (le XIVe siècle), qui est certainement inexacte.

  • 22 Hartel 1999, t. I, p. VIII-IX ; le premier en témoigne ipse, dit-il, sans s’être aperçu, apparemmen (...)

24L’opinion reçue est que tous ces manuscrits dérivent d’une source commune mais perdue, et que les témoins y et s sont copiés sur f22, ce qui laisserait donc à l’éditeur de Paulin de Nole cinq (ou six) manuscrits à collationner pour cette branche de la tradition. L’unité d’origine de ces manuscrits par rapport aux autres est une évidence, vérifiable à chaque page de l’édition ; je n’en donne donc que quelques exemples, pris à l’Epist. 16 :

p. 115, l. 7 suaseram ne] suas erumnae (aer-, -ne) recc. (ya.c.) ;

p. 117, l. 15 igniculis] geniculis recc. ;

p. 124, l. 9-10 studiis] om. recc.

25Le témoin u est à part à la fois par l’ordre de la collection, qu’il a entièrement réorganisée en cinq livres, les quatre premiers consacrés à un correspondant donné, le cinquième rassemblant ce qui restait ; il introduit des bouleversements majeurs en rapprochant l’Epist. 32 (à Sulpice Sévère) du reste des lettres au même, alors que, comme on l’a dit, elle en est normalement séparée par quasiment tout le corpus ; mais, dans la mesure où les recentiores n’ont plus les Carmina, c’était une opération logique, si innovatrice. À tout seigneur tout honneur, u est aussi le seul manuscrit à donner la première place aux lettres d’Augustin ou à Augustin, réintroduites chez lui comme dans d’autres manuscrits, alors qu’elles sont normalement reléguées à la fin de la collection lorsqu’elles sont présentes.

26Cet ordonnancement de la collection ne se retrouvant nulle part ailleurs, on peut en déduire qu’u est sans frères ni descendants, à l’exception de t s’il existe ; si l’on se fie à l’apparat de Hartel (qui ne collationne t, comme on l’a vu, que pour le Carmen 22), la parenté est manifeste :

  • 23 Les autres manuscrits n’ont qu’une simple salutation, à laquelle s’ajoute en général un titre du ty (...)

Titre : Epistola sancti Paulini episcopi ad Iovium clarum oratorem et (ac t) philosophum maximum versibus pulcherrimis compaginata, ubi docet eum omnia que in mundo et supra mundum sunt ab uno, vivo, vero et summo Deo esse creata et sua providentia regi ac gubernari ut23 ;

14 decuerunt ludicra parvum — ludicra] om. ut ;

75 ordine iusto / verus homo — iusto] mesto ut.

27Cependant, théoriquement, aucun des deux ne pourrait être la source de l’autre (mais les variantes sont très faibles) :

113 (natura) ventis fugitivum vinxit et undis — vinxit] unxit ex unxis u ;

152 variis elementa per omnia saeclis / dicta — saeclis] sedis u.

en sens contraire :

154 quae docuit tabulis legalibus indita Moyses — indita] inclita t (avec f et z) ;

156 operta prius retegens mysteria Christi — operta] aperta t.

28On le voit, les éléments sont trop faibles pour arriver à des résultats bien précis ; la prudence incite à supposer un archétype commun aux deux, que je rétablis donc, mais la redécouverte de t pourrait amener à changer cela.

29D’autre part, y est copié sur f dont il partage toutes les singularités avant correction : le copiste a revisé après coup tout son texte à l’aide d’une édition, mais n’a pas toujours été attentif ; voir par exemple, dans l’Epist. 16 puis dans le Carmen 22 :

p. 114, l. 18 : insalutatum te… praetermitterem — insalutatum] insalutantium fya.c. ;

p. 117, l. 11 : omnia Dei, etsi nobis non sint perspicua, tamen esse consulta — consulta] occulta fy ;

  • 24 quoque Hartel, sur une conjecture de Rosweyd, contre l’unanimité des manuscrits et à mon avis à tor (...)

p. 118, l. 1 : tamquam ideo numina quaeque24 sint — ideo numina] ideo numima f, ideo mumina ya.c., in deo numina fp.c. ;

p. 119, l. 27 : Quod cum prudentiae tuae… potuerit intimari — intimari] imitari fya.c. ;

et Carm. 22, 18 : tui specimen venerabile postulat oris — tui specimen] tuis decus hoc fy.

30Je laisse donc y à ce stade. L’unité d’un groupe fvzs est visible, par exemple :

  • 25 quam chez Hartel est manifestement une coquille.

Carm. 22, 46 : [tu] quem25 summa manus vultuque animoque / Sublimem… finxit — animoque] hamoque fvzsp.c., amoque sa.c. ;

ibid., 140 : Aëre non volucrem sine iussu decidere — decidere] desidere fvzs ;

Epist. 16, p. 118, l. 7 : Fata simulantur vitas hominum nere de calathis — calathis] calathus fvze corr., calath’ s ;

Epist. 8, p. 48, l. 7 : ut non possit a credente contemni — contemni] om. pusa.c., habent sp.c.fvz (s reprend sans doute l’omission grâce à un ms. d’Augustin).

  • 26 En revanche on devrait pouvoir identifier assez facilement le modèle de v s’il devait ressurgir d’u (...)

De ces quelques variantes, qui ne sont qu’une sélection, on en déduit que ce n’est certainement pas s qui est copié sur f, mais au contraire f, auquel se joignent v et z, ses frères. Je n’ai pas trouvé de moyen de préciser le détail de la généalogie ; aucun de ces trois manuscrits n’est copié sur l’un des autres26.

  • 27 Maïer 1965, p. 204-205, à compléter désormais par Marchiaro 2013, p. 160-177.
  • 28 Ullman – Stadter 1972, p. 271-291 ; voir p. 282 pour le « Milan Inventory », et 145 pour le catalog (...)
  • 29 Pour l’identification, voir la n. précédente ; pour la réfutation, voir Petitmengin – Ciccolini 200 (...)

31Le témoin s est l’un des laissés pour compte de l’historiographie paulinienne, déclaré descriptus d’f sans contrôle ; la place nouvelle qu’il prend dans le stemma invite à l’examiner un peu plus. Commençons par un détour : le manuscrit Munich, BSB, lat. 748 est un volume de mélanges de Pietro Crinito, rassemblé dans la dernière décennie du xve siècle à partir de notes autographes et de notes de la main de Politien27 ; les feuillets 59-82 contiennent de vastes extraits des Epistulae de Paulin, avec notamment le Carm. 22 transcrit en entier ; Crinito signale sa source ff. 62 et 82 : il s’agit d’un volume de la Bibliotheca divi Marci, c’est-à-dire de San Marco de Florence. Un manuscrit de Paulin y est en effet attesté : c’est le numéro 202 du « Milan Inventory », 178 du catalogue d’Acciaioli28 ; on l’a cru perdu, puis tenté de l’identifier à f, mais les indications de contenu et surtout le fait qu’f a été indubitablement produit pour Laurent le Magnifique et n’a donc jamais été à San Marco ne concordent pas29 ; en revanche, les leçons transmises par Crinito correspondent à s, et c’est donc ce dernier manuscrit qui était à San Marco.

32Il ne reste ainsi plus que p dont je n’aie pas parlé : on cherchera en vain dans l’apparat de Hartel une erreur dans ce manuscrit que les autres ne partagent pas ; pour peu que l’on aille voir le manuscrit lui-même, il devient évident que p est à l’origine de tous les autres recentiores ; le renversement que cela introduit dans le stemma reçu mérite de plus nombreux exemples justificatifs :

Epist. 16, salutatio : iovio fratri] iovio claro fratri recc. : l’addition est dans p de seconde main ;

ibid., p. 124, l. 1 : sapientiae caput non habet, quasi truncis sensibus — truncis] carens recc. : écrit de seconde main dans un blanc dans p ;

ibid., l. 20 : fucum illum facundiae… plenis rebus accommodes — accommodes] accom(m)odes pu, accomode cett. : p a raturé l’s final jusqu’à le rendre presque illisible ;

Carm. 22, 26 : Quanto maior ab his cedet tibi gloria coeptis —tous les recentiores ont rebus pour coeptis, sauf u(t) qui a le lemme ; p a rebus de première main, et ceptis en marge, abrégé de la fin de manière peu claire ;

ibid., 21 : cum ficta vetustis / Carminibus caneres — cum ficta] conficta recc. : p a en fait 9 ficta, l’abréviation a été ensuite mal résolue ;

ibid., 73 : proprios regnator in artus / Efficitur (homo) — regnator] regnatur recc. : p abrège de manière assez audacieuse la désinence, ensuite mal résolue chez les autres ;

Epist. 1, p. 9, l. 27 : agger (leçon incertaine)] ager recc. : p a ager est avant de rayer le deuxième mot ;

Epist. 5, p. 34, l. 21 : fraternitatem tuam… in gremio iam communis patroni… Felicis excipiam — iam] sane recc. : p a d’abord iam ; il a essayé de réécrire sane par-dessus puis a renoncé, a rayé et réécrit au-dessus de la ligne avec un signe d’insertion ;

Epist. 8, p. 45, l. 17 : Audi ergo, fili, legem patris tui — ergo] om. recc. : p l’avait avant de le rayer.

De la sorte, les graphies précises de p permettent d’expliquer des erreurs individuelles, notamment dans u, dont le modèle est moins soigné que l’autre partie de la famille :

Epist. 16, p. 122, l. 8 : tabulam perfugii meminerimus invadere — le profugii d’u doit remonter à la très grande proximité graphique du p barré et du p bouclé dans p ;

Carm. 22, 75 : ordine iusto / Verus homo — iusto] mesto u(t) remonte à p, qui a iuesto, avec e exponctué et des lettres suscrites que l’on peut confondre avec un m.

  • 30 Je n’ai pas parlé du très célèbre Tilianus d’Ausone, qui est l’un des représentants de la collectio (...)

33En conclusion, le stemma est le suivant, en prenant en compte le fait qu’s et u sont chacun séparément influencés par des manuscrits d’Augustin, qui ont servi à augmenter la collection d’origine transmise par p, et à corriger le texte en quelques endroits30 :

Fig. 2 – Les recentiores de Paulin de Nole.

Image 10000000000005DC00000320CD24BB9B.jpg

Franz Dolveck.

L, M, les recentiores et les manuscrits connexes31

  • 31 Sur L et M, il n’existe en pratique aucune bibliographie, à part les notices de leurs catalogues re (...)

34Le classement des recentiores permet de réduire huit manuscrits au seul p ; on l’appellera désormais K, pour lui accorder une majuscule comme les autres et pour éviter une possible confusion avec le P d’Ausone. Les opérations à effectuer se trouvent réduites par ces éliminations, mais la situation reste compliquée. Voici pour rappel les manuscrits ici concernés :

L

M

k

n1

n2

r

Lyon, BM, 618 (535), Bonnevaux, s. XII2 ;

Munich, BSB, lat. 26303, Cluny, s. XIImed. ;

Paris, BNF, n.a.l. 1443, Lyon, s. IXmed. ;

Rome, Bibl. Vallic., C 27, Italie, ss. XVI-XVII ;

Cité du Vatican, Bibl. Vat., Barb. lat. 655, Italie, s. XVII ;

Cité du Vatican, Bibl. Vat., Reg. lat. 331, s. IXmed.

  • 32 Ce modèle a également été augmenté de lettres prises dans les correspondances d’Augustin et de Jérô (...)

35La parenté d’L et d’M est attestée par les bouleversements introduits dans l’ordre des lettres, qui doivent être en partie causés par des défauts dans leur archétype, même si des opérations intellectuelles ont eu lieu ensuite ; ainsi, la série dont les autres manuscrits témoignent est brisée entre les Epist. 9 et 2 (3e et 4e à Amand de Bordeaux) pour y insérer d’autres lettres, prises çà et là dans le corpus avec des erreurs manifestes : l’Epist. 41 est ainsi séparée de l’Epist. 40 dont elle est le post scriptum. Néanmoins, l’archétype de ces deux manuscrits, clairement défectueux, a été corrigé assez régulièrement32 :

Epist. 1, p. 8, l. 4 : quaestiones aniles et vanas] quaestiones et aniles fabulas LM ;

Epist. 2, p. 11, l. 19 : tu, domine venerabilis, et frater et domine in Christo nobis — et domine] om. LM — comme le note Hartel dans l’apparat, l’omission est raisonnable (et devrait probablement être reçue dans le texte) ; le modèle d’L et M doit corriger un défaut de l’archétype ;

Epist. 9, entre les §§ 1 et 2 (p. 53) le modèle a une note passée également dans L et M : hic videtur deesse de hac epistola multum (multum ante videtur transp. m), quia continuatio paene nulla est (non satis apta est m).

En outre, M lui-même a subi en propre des corrections très importantes, dont on comprend souvent l’origine grâce à L ; pour ne prendre qu’un exemple, dans le Carm. 22, les vers 54-55, paraphrasant le prologue de saint Jean, sont les suivants :

Principio Verbum, inquit (Iohannes), erat, Deus obside Verbo

Gaudebat, Verbumque Dei simul et Deus idem

Verbum erat . . . . . . . . . . . . . .

36L n’a pas le groupe obside Verbo / Gaudebat ; M réécrit le passage entier (je souligne) :
Principio Verbum, inquit, erat, intraque paternum

Verbum erat arcanum aeternaliter, et Deus idem

Verbum erat . . . . . . . . . . . . . . .

Cela empêche qu’L soit copié sur M (en outre, M a perdu, contrairement à L, l’Epist. 34, le sermon De gazophylacio) ; mais l’inverse est également assuré par un certain nombre d’erreurs d’L qu’M ne partage pas :

Epist. 16, p. 116, l. 8 : mundum istum… nulla auctore compositum — nullo] om. L ;

ibid., p. 117, l. 2 : Deo, uno omnium conditore, a quo fieri ordinarique potuerunt — omnium conditore a quo] om. L.

37K, L et M s’accordent dans l’omission de l’Epist. 49 ; en sens inverse, bien que ce ne soit pas un accord dans l’erreur, ils ont seuls les Epist. 40 et 41 (qui sont en fait une seule lettre et son post scriptum) qu’S et J omettent ; les variantes le confirment, par exemple :

Carm. 22, 149 His, precor… studium operamque legendis / Scribendisque vove — vove] voce LK, dato M M corrige un locus desperatus ;

Carm. 22, 113 natura… timuit… ferre reum (ie. Ionam) — ferre reum] ferret eum LK, om. M — l’omission d’M couvre en fait un vers entier, pour éluder l’erreur ;

Epist. 5, p. 25, l. 12 illa enim peccatrix, utpote adhuc invisitatarum gentium socia — invisitatarum] a deo add. KLM — il doit s’agir d’une glose insérée dans le texte.

  • 33 Il faut vraisemblablement ajouter à la branche formée par L et M le manuscrit Leyde, UB, Voss. lat. (...)
  • 34 Une variante signalée dans l’éd. Hartel fait croire qu’M devrait être antérieur à K et à L : Epist. (...)

38K d’une part et L et M de l’autre forment deux branches distinctes33, sans rapport de filiation : K ne peut pas être copié sur les précédents, qui n’ont pas la lettre Quarta tibi d’Ausone, et qui présentent les lettres dans un ordre radicalement différent de tous les autres manuscrits ; en sens inverse, L et M ne peuvent bien sûr pas descendre de K qui est plus récent34.

39Cela établi, il est possible de classer les manuscrits proches et donc d’affiner le stemma de la famille. Les témoins n1 et n2 sont de vastes recueils érudits, même si, dans le cas d’n2, il ne demeure sous la cote actuelle que les feuillets correspondant à Paulin. Ils transmettent l’un et l’autre les Epist. 40 et 41, d’un bloc, avec des titres très proches :

n1 : S. Paulini Nolae episcopi epistola in codice antiquo manuscripto transcripta est Nolae invento, nec adhuc quod sciatur typis impressa.

n2 : In vetere manuscripto codice Nolae reperta nuper epistola, quae hactenus inter excusas non extat.

40Leur source est évidemment unique (voir en outre par ex. Epist. 40, p. 344, l. 1 iniquitati] om. n1n2), mais, en plus de cela, la proximité des titres semble indiquer que cette source n’est pas le codex Nolanus dont ils parlent mais une copie de ce dernier. Les variantes entre les deux manuscrits sont faibles et beaucoup ont pu être corrigées ; cependant, il ne semble pas que l’un soit copié sur l’autre :

Epist. 40, p. 345, l. 15 : nec spargit canis caput, sed perfundit senectus — nec] nisi n1 ;

ibid., l. 25 : enim] om. n2.

Ils se classent du côté de K :

Epist. 40, p. 340, l. 14 : pavistis enim nos litteris vestris — nos] om. Kn1n2 ;

ibid., p. 346, l. 7 : ut efficiamur sicut nycticorax in domicilio — sicut] om. Kn1n2.

Ils transmettent ce pendant un texte antérieur, et, dans quelques cas, ils ont gardé des leçons banalisées partout ailleurs :

Epist. 40, p. 350, l. 2 : sequentes istum passerem singularem, qui unicus est Dei Filius, supervolitantem — supervolitantem] super voluntatem KLrk, om. M.

Le cas des manuscrits de Florus

  • 35 Dire que les problèmes floriens sont épineux relève du truisme ; je dois à Pierre Chambert-Protat d (...)
  • 36 Sur la question de ces inscriptions, voir Lehmann 1992.
  • 37 Cameron 2011, p. 481-482, semble comprendre dans cette suscription que « Facistus » n’avait qu’un s (...)

41Trois manuscrits au moins sont liés à la personne de Florus de Lyon35 ; seuls deux subsistent, r et k. r au moins a été copié sous la direction personnelle de Florus ; il n’a que les Epist. 24 (sous forme d’extraits) et 40 (en entier). k a en revanche une collection plus complète ; il s’agit dans son principe d’un manuscrit des lettres d’Augustin, mais il s’ouvre sur les Epist. 40, 24, 41, 10 et 14 de Paulin (qui sont toutes étrangères aux lettres pauliniennes transmises ordinairement dans les manuscrits d’Augustin), et contient en outre un florilège d’inscriptions, pour la plupart œuvres de Paulin, qui se trouvaient gravées à Nole ; une bonne partie d’entre elles sont connues également par l’Epist. 32, mais le texte que transmet k a une tradition toute différente, puisqu’il se fonde sur des relevés épigraphiques36. Ce manuscrit, copié à Lyon, est ensuite passé à Cluny ; mais c’est surtout son histoire antérieure qui le rend célèbre : il contient f. 156 un colophon, issu de son modèle : Legi Facistus iuxta mendosum exemplar in Severinae. Deo gratias. On en déduit que le modèle de k était un manuscrit issu d’une contamination avec un manuscrit de la bibliothèque de San Severino de Naples, l’auteur de cette contamination étant le nommé Facistus, dont on suppose que le nom, mal transcrit, devait plutôt être Faustus37. Toutes les conditions sont réunies pour déclarer ce manuscrit tardo-antique, et la collection d’inscriptions mentionnées confirme par preuve interne que l’identification avec San Severino est bonne : de Naples à Nole, la distance à parcourir pour effectuer sur place le relevé épigraphique est des plus vraisemblables.

  • 38 Ces extraits sont les suivants : 1) ff. 17v-18, rom. in mg. (Epist. 24, p. 212, l. 18 novitatem — p (...)

42Avant de revenir à cette partie de l’histoire du manuscrit, déterminons d’abord l’usage qu’en fit Florus. Il l’a annoté passim et préparé des extraits ici ou là ; cependant — et l’on s’en tiendra à Paulin — aucun des extraits ainsi identifiés ne correspond aux péricopes utilisées dans la Collectio ex dictis XII Patrum, sauf un (voir plus loin) ; en revanche, dans l’Epist. 24, les extraits repérés par des crochets pointés deux fois correspondent exactement aux extraits copiés dans r ; l’étude des textes confirme ce que l’on présume : r est copié sur k. Dans r, toujours, l’Epist. 40 est amplement annotée par Florus, et les extraits de cette lettre cités dans les XII Pères (nos 28, 36, 37, 42, 56) sont indiqués : r est donc, pour cette lettre, le modèle qu’utilise Florus pour les XII Pères. Cependant, il n’est son modèle que pour cette Epist. 40 : l’Epist. 24 est vierge de toute annotation — et c’est le seul texte du manuscrit dans ce cas. Dans k, seule l’Epist. 24 est annotée ; elle l’est de deux manières : par des crochets pointés deux fois qui correspondent au contenu d’r, et à trois reprises par des crochets non pointés assortis de références aux Epîtres de saint Paul : cela correspond à la préparation d’une compilation jamais parue38.

43Il va sans dire qu’r est d’une importance capitale pour l’histoire des textes et pour l’œuvre de Florus ; cependant, du point de vue de l’œuvre de Paulin, il est un descriptus clairement identifié, et peut être éliminé. k, bien qu’annoté, n’a pas servi directement à la réalisation des XII Pères : on a vu qu’il sert indirectement pour l’Epist. 40, à travers r ; mais pour le reste la seule autre lettre annotée, l’Epist. 24, l’est non pour les XII Pères mais pour préparer la copie d’r ; les Epist. 41, 10 et 14 n’ont aucun signalement florien (seule la dernière est utilisée dans les XII Pères : no 47).

44Que Florus n’ait pas utilisé et connu que ces deux manuscrits est une évidence, puisqu’il cite très largement la correspondance de Paulin, bien au delà des lettres présentes dans k et r, dans les XII Pères. Cependant, il est très difficile de déterminer la physionomie de son ou ses manuscrits principaux ; on pourrait déduire de l’absence d’extraits des Epist. 49, 13, 17 et 27 qu’il ne connaît pas les manuscrits du type d’S ou de J, mais ce ne sont pas les seules lettres qu’il n’utilise pas ; et, entre les deux manuscrits conservés des XII Pères, les variantes oscillent souvent entre différentes branches de Paulin, peut-être par « hasard », ce qui rend toute tentative de classement délicate. En attendant, on peut arriver à des conclusions à peu près sûres pour k, et donc pour r : ils se rapprochent tantôt d’LM :

Epist. 24, p. 203, l. 4 ut] ut vult LMkr ;

ibid., p. 203, l. 18 parem] paratam LMk ;

ibid., p. 205, l. 19 supersit] suum sit LMkr ;

ibid., p. 208, l. 1 diripientibus] obtinetur add. LMk ;

ibid., p. 211, l. 25 luminans] luminis Lrk, carnis ;

ibid., p. 222, l. 10 et inopiam et abundantiam] et abundantiam et inopiam KM, et inopiam et blanditiam Lrk (M doit corriger par conjecture),

tantôt s’en séparent, soit qu’ils soient vierges d’erreurs communes à LM, soit, de manière plus sûre en termes de méthode, qu’il s’apparentent à K :

Epist. 24, p. 213, l. 1 vivorum] vivi LM ;

ibid., p. 218, l. 7 domine] deum LM ;

Epist. 40, p. 347, l. 15 gemituum] ingentium Kkr ;

ibid., p. 347, l. 18 etenim quod se] Hartel, et in quo se Kkr, qui enim se M, qui se enim L.

on aboutit donc à la conclusion que le modèle de k est bien un manuscrit contaminé, comme l’indiquait le colophon, entre le modèle de K d’un côté (mais pas le codex Nolanus, qui est antérieur, apparemment) et le modèle d’LM de l’autre. Cela ne manque pas d’être surprenant en ce qui concerne la tradition de Paulin : cela voudrait dire que, dès la toute fin de l’Antiquité, la plupart des opérations stemmatiques avaient déjà eu lieu, c’est-à-dire en un laps de temps relativement court par rapport au bon millier d’années qui s’écoulent entre la parution de l’édition originale et la copie des derniers témoins manuscrits.

45À ce stade, des vérifications de grande ampleur seraient nécessaires et emmèneraient cet article bien trop loin de son but principal ; on s’en tiendra là, où les données principales restent assurées et fondées. Cependant, la question de la source principale de Florus reste ouverte : l’alternance des variantes du texte de Paulin que les XII Pères transmettent est-elle le reflet d’un manuscrit plus complet que k mais présentant les mêmes caractéristiques de contamination tardo-antique, ou, plus simplement, Florus a-t-il eu accès à deux manuscrits dont l’un serait l’archétype (ou un parent) de K et l’autre l’archétype (ou un parent) d’LM ? On ne pourra répondre à la question qu’en résolvant d’abord les problèmes inhérents à Florus, notamment en reprenant l’étude du texte que transmettent les deux manuscrits des XII Pères : pour les extraits de Paulin, toutes les conditions sont réunies pour croire qu’il existerait deux recensions de la compilation ; mais peut-être s’agit-il seulement, dans l’un des deux cas, du résultat de la copie des XII Pères moyennant une contamination sur un manuscrit de Paulin transmettant un autre texte que celui de Florus.

Le groupe des manuscrits transmettant les Carmina varia

  • 39 Bischoff 1966-1981, p. 58, attribue indirectement le manuscrit S à Corbie, sans préciser pour quell (...)

46Les manuscrits dont il reste à parler ont la particularité de transmettre la collection d’origine « entière », c’est-à-dire non amputée des Carmina39. Les embranchements sont particulièrement complexes : il faut prendre en compte les manuscrits tous ensemble, et établir leurs relations à partir du seul texte qu’ils aient tous en commun : le Carmen 17, le Propemptikon à Nicétas ; il se trouve que c’est également lui qui permettra de dénombrer les étapes par lesquelles sont passés les textes depuis leur première édition jusqu’au groupe des manuscrits qui nous intéresse.

B

V

J

S

N

O

Bruxelles, BR, 10615-10729, Trèves, ca. 1150 ;

Leyde, UB, Voss. lat. f.o 111, Lyon, s. IX;

Londres, BL, Harley 4831, Saint-Denis, s. IX;

Paris, BNF, lat. 2122, Nord de la Loire, s. IX;

Paris, BNF, lat. 7558, Lyon, s. IX;

Paris, BNF, lat. 2772, Lyon, s. IX1.

  • 40 Sur ces deux manuscrits, voir Brown – Mackay 1988. Le texte de ces deux manuscrits ne diffère que t (...)

47Le Carmen 17 est transmis par les manuscrits S, J, B, O et V déjà cités et par deux manuscrits jumeaux, copiés en Northumbrie, peut-être à Lindisfarne, peut-être à Wearmouth-Jarrow, dans les premières années du VIIIe siècle : Cité du Vatican, Bibl. Vat., Pal. lat. 235 (R) et Saint-Pétersbourg, BNR, Lat. Qo v. XIV. 1 (G) ; ces deux manuscrits transmettent une collection qu’ils intitulent Sex libri sancti Felicis, et qui rassemble cinq des Natalicia et le Carmen 17. Sans entrer dans les détails d’une transmission qui ne nous concerne ici que marginalement, disons simplement qu’ils sont les descendants ou les proches parents du manuscrit contenant le même corpus que Bède utilisa à plusieurs reprises ; ils descendent tous d’un manuscrit qui utilisait un modèle très mutilé et a donc choisi, le plus souvent, d’abandonner toute velléité de reconstruire les vers pour privilégier le sens du texte ; le résultat est une œuvre curieuse, une sorte de prose où abondent les demi-vers et les schémas métriques faux40.

48Il faut d’emblée prendre en compte le fait que B est le résultat d’une contamination : les textes qu’il transmet et les leçons qu’il donne l’assimilent sans ambiguïté à un groupe que forment avec lui S, J, O et :

Carm. 17, 34 : levi sudo tenuatus aer… spiret — sudo] R, sudet SJBO, sudans ;

ibid. 67 : Cogimur victo licet irrepleti / Cere voto — irrepleti] RSp.c., et repleti Sa.c.JBO (V n’a pas cette strophe) ;

cependant, il se distingue de ce groupe en ce qu’il ne partage pas un certain nombre de ses erreurs, dont la plus manifeste et l’omission des v. 290-293 (les trois derniers d’une strophe et le premier de la suivante), qui rend le texte inconstructible, mais au contraire partage avec R d’autres erreurs :

Carm. 17, 153 : Et gradus illos quibus ille vidit / Angelos… commeantes — ille vidit] vidit ille RB contra metrum ;

ibid. 20-21 : penetrabis… Thessalonicen ; / Apulis sed nunc via prima terris / Te vehet — thessalonicen apulis] tesaloni centepolis neceta R, thessalonica neapolis B.

La confirmation ultime est l’explicit que donne B : Finiunt sex volumina Felicis, Deo gratias, qui correspond au corpus transmis par R mais absolument pas à la collection de B, qui a bien plus de textes, et qui, en outre, n’a même pas d’un seul tenant les six poèmes d’R.

  • 41 Peiper 1880, p. 337-341, donne une transcription diplomatique du Carm. 17 tel que l’a V, ce qui ren (...)

49Le second cas particulier du groupe SJBOV est V ; alors que les autres transmettent un texte complet, V a abrégé drastiquement les quatre-vingt-cinq strophes initiales jusqu’à n’en garder que trente-neuf41 ; son but, apparemment, est de diminuer la longueur du texte, mais aussi d’éliminer la majorité des difficultés qu’occasionnaient les accidents de transmission ; il est d’ailleurs curieux, à ce titre, qu’il n’ait pas cherché à faire disparaître la strophe qui résultait de la perte des v. 290-293. L’abrégement pratiqué par V l’a conduit à modifier le texte de manière plus ou moins importante, ce qui crée nombre de variantes qui lui sont propres, mais en d’autres endroits il se révèle antérieur au groupe que forment contre lui S, J, B et O ; ce ne sont que de petites choses, le plus souvent des fautes de temps ou de cas que l’on aurait pu corriger d’après le mètre ou le sens, v. 17 (Arctuos, V est le seul à donner l’orthographe correcte), 29 (antiqui avec R seul), 33 (tous les manuscrits inversent caelum modo contre le mètre, sauf V, R, B et Sp.c.), 102 (obsequetur ; même répartition des mss), 236 (agnos seulement V et Sp.c., agnus/-is cett.), etc. ; voici la variante la plus notable :

Carm. 17, 17 : Ibis Arctoos procul usque Dacos — procul usque] VSp.c., proculosque cett.

On le voit, à chaque fois ou presque, V est le seul avec S après correction à donner la bonne leçon ou à ne pas partager les erreurs normalement communes à VSJOB (quand B n’est pas contaminé par R) ; examinons deux lieux, parmi d’autres, où V est absent :

Carm. 17, 130 : Testis est nobis veteris prophetae / Belua — belua] Sp.c.B, bilua R, babylon (babilon O) Sa.c.JO ;

  • 42 La leçon choisie par Hartel est manifestement fausse ; je retiens le texte de V et d’S après correc (...)

ibid. 183 : Christo referente litus / Flamine dextro — referente litus] Sp.c., ferente ipso laetos Sa.c.JO, fretis peletos B, freti spelitus R, referente laetos Hartel42.

50Ces mêmes lieux, auxquels on peut en ajouter beaucoup, révèlent également le statut particulier d’S : si son modèle premier est bien celui qu’utilisent aussi J et O (sans doute directement) ainsi que B (sans doute indirectement), il a été corrigé ensuite sur un manuscrit antérieur dans le stemma, qui doit être le modèle qu’utilisa V ; ce ne peut pas être V lui-même puisque S a des corrections y compris dans des strophes — et dans des textes — que V n’a pas.

51Remettons donc tous les éléments en place : un manuscrit donne d’abord naissance 1) au modèle qui servira à R, et 2) au modèle qui sert à V et à la relecture d’S ; ce dernier modèle donne aussi naissance au manuscrit que copient S (avant correction), J et O. B, lui, est issu, d’un manuscrit copié sur le même qu’S, J et O, mais collationné sur le modèle d’R. Enfin, il faut très vraisemblablement établir, au plus haut point de cette reconstruction, un intermédiaire supplémentaire, puisque le De dubiis nominibus semble utiliser un texte antérieur à celui que transmettent les manuscrits ; les vers qu’il cite sont toujours très déformés, soit que l’auteur les ait donnés de mémoire, soit qu’il les ait modifiés pour ne pas obscurcir son propos, qui est de donner le genre des mots sur lesquels on hésite ; néanmoins, c’est à partir de son texte que l’on reconstruit correctement le v. 293 (transmis seulement par B et R) :

nulla nos aetas tibi, nulla labes] nulla nos aetas, nulla tibi labes De dub. nom., nulla nos aetas tibi lapes (labis B) BR.

Synthèse

52Le Carm. 17, parce qu’il est transmis dans des manuscrits antérieurs aux témoins des Epistulae (R) et dans un manuscrit de cette famille mais plus vieux d’une génération (V), fournit un bon point de comparaison, d’autant que, particulièrement dans ce poème, S n’a que rarement corrigé le texte de son modèle directement pendant la copie, contrairement à ce qu’il fait passim. Il est vraisemblable que, si S a choisi pour modèle principal le fils et non le père, c’était pour des questions de lisibilité : le premier devait être dans une écriture pré-caroline qui était malaisément déchiffrable pour le copiste ; ce dernier a préféré transcrire aisément une caroline régulière et remonter à l’original toutes les fois qu’un problème se posait. De ce point de vue, Hartel avait donc raison de l’identifier comme le « meilleur manuscrit », même s’il n’en avait pas décelé la raison précise ; S est le fruit d’un travail philologique de première importance, ce qui ne rend que plus regrettable que l’on ne puisse déceler aucun indice de son origine géographique précise.

  • 43 Ce qui permet de dire que les cahiers aujourd’hui manquants dans J étaient encore présents au début (...)
  • 44 Häse 2002, catalogues A, no 122 (p. 99-101), et Ca, no 373 (p. 164).
  • 45 Sur la probabilité, assez forte, que le modèle de B et la contamination dont il témoigne soient l’œ (...)

53Il reste trois témoins dont il faut parler ; le premier est l’édition princeps ; elle est en tous points conforme à J, c’est-à-dire au manuscrit le plus complet de la série qui n’ait pas pour autant les corrections d’S, et il est presque certain qu’elle est issue de lui43. D’autre part, un manuscrit des Epistulae de Paulin est attesté à Lorsch à date ancienne44 ; si l’on en croit le sommaire très précis que donne le catalogue A, c’est lui aussi un jumeau de tous ces manuscrits, à ceci près qu’il n’a pas, semble-t-il, les poèmes (sans pour autant s’apparenter à KLM, puisqu’il n’a pas les Epist. 40 et 41). La conclusion de cela ne manque pas d’être surprenante : cela signifie que l’on reconstitue, sous le règne de Louis le Pieux, un stemma en rateau, avec un manuscrit-source et cinq copies, toutes directes — sauf B dont je pense que la contamination avec la branche d’R dont il témoigne est due non à lui mais à son modèle45.

54Enfin, le témoin N, pour les Ultima qu’il transmet aussi longtemps que son texte s’apparente aux manuscrits pauliniens et pour le Carmen 22, semble utiliser une seule source. Les leçons du Carm. 22 l’apparentent en général à S, J, et B (dans le premier exemple, ce dernier corrige par conjecture) :

Carm. 22, 24 : Non equidem ex illis tu laudem sumere dignus — non equidem] nonne quidem SJN ;

ibid. 9 : facundum concute pectus — facundum] fecundum SJBN Hartel ;

cependant, N est à de nombreuses reprises exempt de fautes communes à ces manuscrits :

Carm. 22, 5 : Subrectosque Deo sensus attollere — subrectosque] NK, subreptosque (-us- J) SJB, subiectosque LM ;

ibid. 93 : Expertus quem cuncta tremant, cui cuncta ministrent — quem] –que SJB ;

et, à quelques reprises, il conserve, seul ou isolé, de bonnes leçons qui incitaient à la faute :

Carm. 22, 101 : Inter aquas patuisse viam — inter aquas] N, i. quas SJBKL, hebreis ;

ibid. 117 : avertit et iras / Numinis — numinis] N, nominis SJBK, non minus ML ;

ibid. 130 : (cum Ezechias) caelique meatus / Turbaret iussi retroacto lumine solis — iussi] N, iussit S, iussis cett. (mais il est possible que la bonne leçon soit plutôt iussis) ;

ibid. 126 : rapidas nascentibus horas / Ponebant — nascentibus] NM, nascentium SJBKL.

Cela permet de conclure que le modèle d’N est, selon toute vraisemblance, puisqu’il est antérieur à S, J et B, le modèle de V pour le Carm. 17 ; on en trouve une confirmation possible, indirecte, dans les Ultima : dans la lettre Proxima, N omet les v. 27 et 28, tandis qu’S les copie en marge ; il est vrai que la répétition de formas à la cadence des v. 26 et 28 peut causer un saut du même au même, mais, dans ce cas précis, il me semble qu’il faut plutôt comprendre que, à cet endroit au moins, S et N avaient le même modèle, ce qui revient à dire que, pour la lettre Proxima, et peut-être pour d’autres textes, S utilise directement le « père » de son modèle courant au lieu de ne s’en servir que pour se corriger ; ce manuscrit devait avoir, lui, commis la faute par saut du même au même, et s’être corrigé d’une manière similaire à celle d’S mais que le modèle d’N n’aura pas repérée. On ne peut bâtir aucune certitude sur ce point, mais il concorde avec la quasi-certitude que V et N, tous deux lyonnais et de peu contemporains, avaient un ancêtre identique, qu’S a également utilisé, à des fins de correction et à l’occasion comme modèle principal.

55Dans le stemma général qui suit, je place par conjecture un modèle commun à tous les manuscrits des lettres en aval du modèle qui sert à R pour le Carmen 17 ; c’est une probabilité, mais puisque ces trois groupements de manuscrits (R, S et autre, K et autres) n’ont de textes en commun que deux à deux, il n’est possible de rien prouver ; cela ne vaut donc que comme supposition (très vraisemblable au vu de la datation respective des manuscrits) et comme convention de travail. Pour bien distinguer les manuscrits de Paulin et ceux d’Ausone, le consensus des premiers sera désormais désigné par Π, même lorsque le groupe n’est attesté que par ς.

Fig. 3 – La tradition manuscrite des Epistulae et des Carmina varia de Paulin de Nole.

Image 10000000000008CA000007D0D1C0E14C.jpg

Franz Dolveck.

56Cette reconstitution fournit un préalable à une étude de la correspondance de Paulin qui nécessiterait des recherches plus approfondies, en particulier sur l’ordre d’origine de la collection et sur ses lacunes, vérifiables et hypothétiques. Il a déjà été dit que, telle que les manuscrits les plus fiables la transmettent, la collection s’ouvre sur les lettres et se termine sur les poèmes ; plus exactement, à la suite des poèmes on trouve quatre lettres (Epist. 49, 13 [début], 17 et 27), comme en annexe, dont la transmission manuscrite est en outre délicate parce qu’S est, avec l’édition princeps, le seul témoin complet : J s’interrompt au cours de la deuxième par lacune matérielle ; les manuscrits issus de π les ignorent complètement. On ignore la place d’origine de l’Epist. 49, à Macarius (dont S n’a pas les rubriques : le destinataire est connu à date ancienne par l’éd. princeps, que conforte aujourd’hui J), correspondant inconnu par ailleurs. L’Epist. 13 est toujours présentée dans un état imparfait : tous les manuscrits mêlent la fin de cette lettre (à partir du courant du § 10) au début de l’Epist. 33 (dont la fin est perdue) ; aucun des manuscrits sauf L et M n’a été à même de repérer ce défaut ; et comme le début de l’Epist. 13 n’était présent que dans ς, ce même manuscrit n’a pas pu aller au bout de son raisonnement. Quelle est l’étendue de la perte entre ces Epist. 33 et 13 ? Nous ne le savons pas. Le problème de cette « annexe » n’est cependant pas terminé : les deux dernières lettres, 17 et 27, sont toutes deux adressées à Sévère ; la rubrique que donne S pour l’Epist. 17 est une salutation unique en son genre, et donc sûrement refaite : Paulinus Severo. Celle de l’Epist. 27 est plus surprenante : Incipit ad eundem VIIII ; ce numéro 9 ne peut pas être adapté à la série des lettres à Sévère, qui ouvrent le recueil et sont au nombre de onze (Epist. 5, 24, 23 [en deux parties], 11, 1, 22, 30, 28, 29, 31), régulièrement numérotées dans les manuscrits. C’est ici que, peut-être, le manuscrit B pourrait ouvrir la voie à une solution ; le f. 75 recto et verso, qui est isolé de ce qui précède et de ce qui suit dans le manuscrit, copié d’une autre main que les Carmina de Paulin et placé à un tout autre endroit, contient quatre extraits de la correspondance en prose : l’Epist. 17, qui commence imparfaitement sans doute par lacune matérielle (ex urbe facultas, p. 126, l. 3) et se termine régulièrement, puis l’Epist. 27 en entier, sous la rubrique Incipit ad eundem Severum. Severo fratri, etc. ; puis directement à la suite se trouve un fragment de l’Epist. 5 (p. 31, l. 15 positi — p. 34, l. 23 ipsum), signalé seulement par un gamma capitulaire qui semble contemporain de la copie ; et, enfin, un fragment de l’Epist. 24 (p. 203, l. 24 cum — p. 207, l. 18 ratione), lui signalé seulement par une main moderne. Se pourrait-il que la série actuelle des lettres à Sévère soit mutilée du début et que sa numérotation ait été refaite ? Dans ce cas, si l’Epist. 27 avait à l’origine le numéro 9, l’Epist. 5 prendrait le numéro 10 et non plus 1, et l’on arriverait à une série de vingt lettres dont treize seulement conservées (« 1 » – « 8 » perdues sauf peut-être l’Epist. 17, puis Epist. 27, 5, 24, 23, 11, 1, 22, 30, 28, 29, 31, et, hors série, 32). Cette « annexe » des Epist. 49, 13, 17 et 27 serait alors d’une double nature : le reliquat des pertes entre les Epist. 33 et 13, et le reliquat des pertes du début de la collection.

Le manuscrit N

  • 46 Aujourd’hui, N est le seul témoin subsistant, mais un autre, à l’Île-Barbe, est attesté et a servi (...)
  • 47 Sur le De cereo paschali, ibid., passim. L’attribution des Carm. 6 et 33 à Paulin est intenable, pa (...)
  • 48 Qui est en fait V, ou plus précisément l’autre partie du manuscrit original, Paris, BNF, lat. 8093, (...)

57N est un manuscrit fameux pour transmettre, parmi divers ouvrages de grammaire, une collection de textes poétiques tardo-antiques dont beaucoup ne sont connus que par lui ; ce sont, dans l’ordre, l’Alethia de Claudius Marius Victorius46, l’Epigramma Paulini, les deux Orationes de Paulin puis les Ultima, la Laus sancti Iohannis éditée par Hartel comme le Carm. 6 de Paulin, les Laudes Domini de l’anonyme d’Autun, le Carm. 22 de Paulin (Ad Iovium), le De obitu Baebiani édité par Hartel comme le Carm. 33 de Paulin, et enfin le De cereo paschali de Drepanius47. Les Orationes, les Ultima et le Carm. 22 ont la diffusion que l’on a vue, et il existe un autre manuscrit de la Laus sancti Iohannis48, mais tous les autres poèmes ne sont plus transmis que par N, et nous n’avons d’attestation d’aucun autre témoin.

58À la base de ce recueil se trouve sans doute une anthologie gauloise tardo-antique, mais augmentée à date plus récente, à Lyon, dans la première moitié du ixe siècle. On l’a déjà dit : la finesse de cette collection et le soin que l’on devine dans les textes contaminés — c’est-à-dire dans les Ultima — ne peuvent pas être attribués au responsable de la copie de ce manuscrit, qui est tout sauf soigneux : les éditions des Ultima mais aussi celles des divers anonymes l’attestent à toutes les pages. Il est donc nécessaire de supposer l’existence d’un manuscrit antérieur à N, responsable de la collection.

  • 49 Dans les séries d’exemples qui suivent, j’élimine pour la clarté de la démonstration les variations (...)

59Il reste à examiner le texte des Ultima qu’N transmet. On a vu sa place dans la tradition paulinienne d’une part et dans la tradition ausonienne de l’autre, qui le place à chaque fois à proximité géographique et temporelle de V. Qu’N ait contaminé les deux traditions des Ultima ne fait pas de doute, mais l’examen précis des textes permet d’en préciser un peu les conditions. Pour les lettres pauliniennes, N utilise comme base les manuscrits d’Ausone ; le plus important des éléments probatoires est que, de la lettre Defore, il suit l’ordre normal des vers, c’est-à-dire qu’il n’inverse pas les vers 108-175 et 176-277 comme le font les manuscrits de Paulin, de manière notoirement erronée ; l’étude précise des variantes le confirme dans toutes les unités (dans l’ordre du manuscrit) où les deux traditions coexistent49 :

Continuata 24 Laederet ut natis placidum malesuada (Fama) parentem — natis] Πτ, magis VN ;

Defore 156 Non etenim mihi mens demens — demens] Π, vaga est VN, vaga τ ;

Quid abdicatas 28 Petere e nemoribus aut iugis — e nemoribus] S, nemoribus JBW, fonte nemoribus VN, fonte nemore τ.

Cependant, si le manuscrit de base est bien ausonien, le texte d’N est partiellement contaminé ; on en trouve des traces dans Continuata et Quid abdicatas :

Continuata 29 tam tenera (pietas) offensae quam libera culpae — tenera] ΠτN, tetro υ ;

Quid abdicatas 70 quas videmur spernere — videmur] SBN, videmus JΥ ;

ibid. 77 Sine fraude custos — sine] τ, ne υ (Ve corr.), sic ΠN ;

en revanche, il n’y a aucun exemple sûr dans Defore ; il est possible que le désordre du texte dans les manuscrits de Paulin ait découragé le compilateur. La seule unité paulinienne non citée est donc Quarta redit : elle n’est attestée que dans les manuscrits d’Ausone (et N n’offre aucune variante qui pourrait faire supposer que sa perte dans les manuscrits de Paulin soit postérieure au manuscrit qu’utilise N).

60La situation des unités ausoniennes est plus complexe. Le modèle d’Agnoscisne est en apparence forcément ausonien, puisque ce texte n’est pas transmis par les manuscrits de Paulin ; ainsi, il ne peut pas être contaminé, du moins à première vue ; mais il faudra y revenir. N n’a pas Discutimus ; il ne lui reste donc d’Ausone, outre Agnoscisne, que les lettres Quarta tibi et Proxima. Dans le premier de ces textes, il suit les manuscrits de Paulin pour les variantes importantes :

Aus., Quarta tibi 12 Somniferumque canit saepis (sic) depasta susurrum ΠN, Hyblaeis apibus saepes depasta susurrat Υ ;

ibid. 16 Dindymaque Idaeo respondent cantica luco ΠN, Dindyma Gargarico respondent cantica luco Υ ;

mais dans le détail, il prend souvent ses leçons aux manuscrits ausoniens :

ibid. 9 Respondent et saxa homini, et percussus ab antris / Sermo redit — et2] om. Υ;

ibid. 28 Obnixum, Pauline, taces — obnixum] ΥN, obnoxium Π ;

ibid. 73 Boeotia numina, Musae — numina] υN, nomina (nomine J) PΠ.

Dans Proxima, la situation est identique, mais l’influence des manuscrits ausoniens est plus importante :

Aus., Proxima 3 Eliceretque tuas blanda obiurgatio Musas ΠN, tuam… vocem Υ ;

ibid. 22 arescens chartas tenebit (notas) / Semper inaspicuas, prodentur scripta favillis — inaspicuas] ΠN, inaspicuis (inausp- τ) Υ ;

ibid. 34 praeceptor primus, primus largitor honorum — primus primus] ΠN, primus veterum υ, primus tantum τ (spat. rel. A, primusque tibi H) ; largitor] ΥN, largit2Π (largitus S, largitur JB) ;

ibid. 19 Depressis scrobibus vitium regale (i.e. Midae) minister / Credidit, atque diu texit fidissima tellus — atque] Π, idque Υ;

ibid. 25 Perpetuo inscribens versu qui, dum resolutus ΠN, qui, deinde solutus (solutis N) ΥN.

61Résumons : pour Ausone, les lettres Quarta tibi et Proxima sont établies sur les manuscrits de Paulin mais contaminées par les manuscrits d’Ausone ; la lettre Agnoscisne n’est en principe pas contaminée puisque présente seulement dans les manuscrits ausoniens. Pour Paulin, toutes les lettres sont prises aux manuscrits ausoniens ; les lettres Continuata et Quid abdicatas sont contaminées par les manuscrits pauliniens. Finalement, la collection réalisée par N semble chercher à sa manière à reconstituer la correspondance dans sa réalité historique, en prenant les textes non chez leur auteur mais chez leur destinataire ; c’est chez ce dernier, en effet, que devraient théoriquement se trouver les versions originales.

Reconstitution des lettres

62Toutes les unités présentées jusqu’à maintenant, Quarta tibi, Proxima, Discutimus a et b, Agnoscimus pour Ausone et Quarta redit, Quid abdicatas, Defore et Continuata pour Paulin, ne constituent pas toutes en soi des lettres entières ; il faut donc d’abord reconstituer avec ces fragments les lettres entières. La distribution des textes dans les manuscrits est, sommairement et sous forme de tableau, la suivante (+ indique une unité présente dans sa totalité, – une unité présente seulement partiellement) :

H

A

P

W

V

N

S

J

B

K

T

Quarta tibi

+

+

+

+

+

+

+

+

+

Proxima

+

+

+

+

+

+

+

+

+

Discutimus

+

+

+

+

+

+

+

+

Agnoscisne

+

+

+

+

Quarta redit

+

+

+

+

+

Quid abdicatas

+

+

+

+

+

+

+

+

+

Defore

+

+

+

+

+

Continuata

+

+

+

+

+

+

+

+

+

Ego te

+

+

+

+

+

+

Les lettres de Paulin

63Les quatre unités pauliniennes sont représentées dans les manuscrits de la manière suivante :

Quarta redit : H, A, P, V, N ;

Quid abdicatas : S, J, B ; H, A, P, W, V, N ;

Defore : S, J, B ; H, A, P, V, N (mais τ s’arrêtait au v. 284 ; H s’interrompt avant, v. 166) ;

Continuata : S, J, B ; H, A, P, W, V, N ; mais W, V et N n’ont pas la seconde partie (Ego te) — preuve supplémentaire qu’N utilise bien les manuscrits d’Ausone pour les lettres pauliniennes.

64L’unité de la lettre Continuata est hors de doute, puisque tous les manuscrits, pour peu qu’ils en transmettent bien les deux parties, hexamètres puis iambes, les font suivre soit directement (Π et A) soit en indiquant le changement de mètre par une ligne blanche (H) ou une lettrine (P). Cet état des manuscrits s’accorde, bien sûr, avec l’analyse interne de la lettre.

65Pour les unités qui restent, c’est Quarta redit qui donne la clef : ces neufs distiques élégiaques annoncent leur fonction et l’ordre des parties qui doivent suivre, v. 13-18 :

Ista suo regerenda loco tamen et graviore
Image 100000000000001600000009FCA1AD59.jpgVindicis heroi sunt agitanda sono ;

Interea levior paucis praecurret iambus,
Image 100000000000001600000009FCA1AD59.jpgDiscreto referens mutua verba pede ;

Nunc elegi salvere iubent, dictaque salute,
Image 100000000000001600000009FCA1AD59.jpgUt fecere aliis orsa gradumque, silent.

« J’aurai pourtant à revenir en son lieu sur cela, et à le brandir
Image 100000000000001600000009FCA1AD59.jpgAu son pesant de l’héroïque vengeur ;

D’ici là, l’iambe léger le précédera quelque temps de sa course,
Image 100000000000001600000009FCA1AD59.jpgD’un pied différent te portant ma réponse ;

Pour l’heure, les élégiaques te saluent, et, leur salut donné,
Image 100000000000001600000009FCA1AD59.jpgAyant fait pour les autres prélude et premier pas, se taisent. »

Après cette préface « élégiaque » doivent prendre place une partie en vers iambiques, donc Quid abdicatas, en distiques de trimètres et de dimètres, puis une partie en hexamètres, les vers héroïques. Le désordre que les manuscrits introduisent dans cette lettre, puisque, on le verra, aucun ne témoigne de l’ordre que la critique interne impose, n’est que partiellement explicable. Dans les manuscrits de Paulin, on peut l’attribuer sans hésiter à l’absence de Quarta redit, qui livrait la clef ; dans les manuscrits d’Ausone, tant dans υ que dans τ, Quarta redit et Quid abdicatas se suivent, mais Defore est toujours situé ailleurs, et je ne connais pas d’explication à cela.

Les lettres d’Ausone

66Le problème chez Ausone est différent, et nettement plus complexe, même s’il ne concerne ni Quarta tibi ni Proxima, qui sont assurément d’une seule pièce et complètes. Voici d’abord la liste des témoins :

Quarta tibi : S, J, B, K ; P, W, V ; N ;

Proxima : S, J, B ; H, A, P, W, V ; N ;

Discutimus a : S, J, B ;

Discutimus b : H, A, P, W, V ;

Agnoscisne : H (jusqu’au v. 42/114), A, P, W, V ; N.

67Les manuscrits de Paulin donnent de Discutimus une version courte ; les manuscrits d’Ausone en donnent une version longue avec un certain désaccord dans sa transmission : les manuscrits issus du Veronensis transmettent d’un bloc Discutimus b suivi directement d’Agnoscisne (H s’interrompt au vers 42/114, mais c’est après cette jonction) ; V transmet aussi les deux unités à la suite, mais il marque l’indépendance de la seconde par une rubrique, Ausonio Paulinus ; W n’a que Discutimus b, et N n’a qu’Agnoscisne. Cela permet d’affirmer que, d’une manière ou d’une autre, υ marquait la distinction entre les deux unités, qui demeurent toutes deux dans V mais sont soit l’une soit l’autre omises par W et N.

  • 50 Prete 1962, surtout p. 315-316.
  • 51 Reeve 1980, p. 447.

68La question de savoir si ces deux unités sont indépendantes ne se pose que parce que, de manière novatrice, cette thèse a été exposée, puis mise en pratique dans son édition, par Sesto Prete50. D’un point de vue stemmatique, c’est une hypothèse possible mais peu probable : la tendance des manuscrits est plus à diviser, et à ajouter des rubriques, qu’à unir des textes différents — et par suite qu’à supprimer la rubrique ou, ici, la titulature, devenue obsolète. L’analyse interne n’est cependant pas favorable à cette distinction. Les arguments de continuité thématique listés par M. Reeve51 ne sont pas dans l’absolu inexpugnables, parce que les rapports pourraient s’entendre également d’une lettre à l’autre, même si l’évidence ne va pas dans ce sens ; Agnoscisne 101 renvoie à Discutimus b 43-44 :

Nos quoque tam longo Rhamnusia foedere solvet,
« que nous aussi Celle de Rhamnonte nous absolve d’un accord si long »,

Grande aliquod nimirum diximus, ut se
Inferret nimiis vindex Rhamnusia votis,

« Nous avons prononcé quelque trait d’arrogance, pour que
La vengeresse de Rhamnonte contredît à des vœux trop grands ».

Agnoscisne 102-103,

Sed cur tam maesto sero tristia carmina versu
Et non in meliora animus se vota propinquat ?

« Mais pourquoi tressé-je mes tristes chants d’un vers si sombre,
Et mon âme ne se rapproche-t-elle pas de vœux meilleurs ? »

peut renvoyer à plusieurs passages mais le plus manifeste est celui qui termine Discutimus b, v. 91-94, qui se double d’une reprise de la première des prières consulaires (Prec. 2, 14-19) :

Te sine sed nullus grata vice provenit annus :
Ver pluvium sine flore fugit, Canis aestifer ardet,
Nulla autumnales variat Pomona sapores,
Effusaque hiemem contristat Aquarius unda
,

« Mais sans toi nulle saison ne me revient aimable :
Le printemps pluvieux fuit sans une fleur, la Canicule lourde de chaleur nous brûle,
Pomone ne donne nulle variété aux saveurs de l’automne,
Et le Verseau navre l’hiver de ses averses »,

et Agnoscisne 109 et 116-117/44-45 renvoient globalement à l’exposé de géographie hispanique des v. 60-81.

  • 52 Le fait que R. Green mette le retrait au vers 30/102 et non au vers 23/95 est une réaction à la thé (...)

69D’autre part, je ne crois pas formellement impossible qu’une lettre commence aussi brutalement que le ferait Agnoscisne, si cette unité était à tenir pour isolée : le ton général de la correspondance ne s’y opposerait pas, et il n’y a pas grand écart entre « Reconnais-tu, mon très cher Ponce, ta faute ? » et « Les reproches de ma lettre précédente, j’aurais cru, Paulin, qu’ils pourraient te fléchir » ; dans une tonalité certes plus ironique, les lettres d’Ausone hors Ultima témoignent d’ouvertures semblables, sinon comparables. En revanche, en voyant les choses dans l’autre sens, il est certain que Discutimus b ne peut pas se terminer sur les quatre vers que l’on vient de citer : c’est, de tous les arguments, non le seul mais le plus fort. Il permet de conclure définitivement sur l’unité d’origine de Discutimus b et d’Agnoscisne ; probablement, le vocatif Ponti a incité un copiste (celui d’ou celui de l’un des manuscrits antérieurs) à marquer une division dans le cours de la lettre, et, à partir de là, le copiste de V a introduit un titre qui lui semblait logique et dont il pensait que l’omission était accidentelle52.

70Ainsi, on atteint un total de trois lettres pour Ausone, Quarta tibi, Proxima et Discutimus ; il reste donc à aborder la délicate question des deux versions de cette dernière lettre.

Existe-t-il deux recensions différentes des Ultima ?

71La possibilité qu’il existe des variantes d’auteur, et la possibilité qu’elles aient été transmises, ne peuvent pas être rejetées a priori, quel que soit l’auteur ; en revanche, dans les cas où leur existence et leur conservation sont probables, une démonstration est nécessaire. Les arguments à utiliser sont à la fois négatifs et positifs : négativement, si deux versions d’une même œuvre transmises différemment ne sont pas vierges d’erreurs communes, alors une double recension est impossible, puisque cela signifie que la source ultime est unique — étant admis que de petits accidents de transmission attribuables à des causes mécaniques reproductibles ne peuvent entrer en ligne de compte ; et positivement, si ces deux versions sont l’une et l’autre acceptables du point de vue de leur cohérence interne et des usages littéraires de l’auteur. Ces deux types d’argumentation ouvrent la voie à une possibilité, qui doit alors être confirmée par une explication vraisemblable de ces deux versions coexistantes ; par exemple, s’il existe deux versions d’une œuvre donnée mais qu’il est impossible d’expliquer pourquoi l’auteur aurait fait ou laissé se diffuser deux versions distinctes, ou s’il est impossible d’accorder cette donnée avec les enseignements de la tradition manuscrite, c’est que l’une des deux versions n’est probablement pas auctoriale.

72Dans le cas des lettres de Paulin, la question est très vite close : le recours à la conjecture est régulièrement nécessaire ; voici quelques exemples où, manifestement, l’intervention de l’éditeur sera indispensable, et où il n’y a pas de raison qu’une erreur mécanique se soit produite indépendamment à plusieurs reprises :

Paul., Quid abdicatas 31 Sibi reposcens (subire poscens W) ab homine munus suum ΠΥN — scandé dans l’état actuel Sĭbī| rĕpō|scēns // ăb| hŏmĭnĕ| mūnūs| sŭūm, où le trochée troisième ne peut pas être admis (en revanche, on a d’autres exemples de tribraques quatrièmes chez Paulin) ;

ibid. 100 Veniale quicquid horum est ΠυN, vel aliud quid horum est τ — impossibles métriquement l’un et l’autre : vĕnĭā|lĕ quīc|quĭd hō|rūmst et vĕl ălĭūd quĭd hōrūmst ;

Defore 213 Quisquis agit purus sceleris vitam integer aequo — aequo ne se construit pas ;

ibid. 232 Caesarea est Augusta cui Barcino (barcinus ΥN) amoena — avec Barcino le vers est faux, mais Barcinus n’irait qu’au prix d’une scansion non attestée, avec i long, et il faudrait admettre une variante du nom là où Ausone, Disc. b, emploie toujours Barcino (v. 61 et 81) ;

ibid. 328 Communique (communesque VN) Deo ventura in saecula rebus / Exspectare trucem securo pectore mortem — communesque ne se rattacherait à rien, et, même avec communique, rebus reste incompréhensible.

Il n’y a aucun exemple aussi évident dans la lettre Continuata, seulement quelques vers transmis avec difficulté (18, 36) ; mais cela joint aux certitudes de la lettre Quarta redit suffit à conclure que la situation est identique pour les deux lettres : il n’en existe qu’une seule recension.

73Pour les lettres d’Ausone on ne peut pas répondre aussi vite. L’argument négatif ne peut pas être utilisé : dans toutes les parties communes aux deux traditions, il n’existe pas de passage où aucune des leçons proposées ne soit acceptable. L’argument positif appelle une plus ample étude. Il est entendu que la variante d’auteur peut toucher des portions de texte tout à fait variables, d’une pièce entière à un détail syntaxique mineur ; les apports de la critique appliquée aux textes modernes montrent même que la plupart des variantes auctoriales sont souvent de détail : pour ne citer qu’un exemple, au fil des éditions, les interventions de Racine sur son propre texte ne concernent presque que la ponctuation. Cependant, pour les œuvres antiques soumises aux aléas de la transmission manuscrite, un changement de cas ou de démonstratif peut aussi bien être un repentir de l’auteur que l’intervention consciente ou non d’un copiste ou d’un éditeur : à partir du moment où l’on a pu démontrer, sur des leçons assez vastes, que les variantes d’auteur sont avérées pour un texte donné, il est possible d’étendre l’examen sur des points de détail ; mais le contraire n’est pas fondé. Pour les Ultima d’Ausone qui nous occupent, il faut distinguer, puis confronter, deux situations différentes : celle où la possibilité de variantes auctoriales ne touche pas la lettre entière mais quelques vers (Quarta tibi et Proxima), et celle où cette possibilité modifie la structure même de l’œuvre (Discutimus).

Quarta tibi et Proxima

74Pour les lettres Quarta tibi et Proxima, on peut retenir cinq lieux où la variation d’une tradition à l’autre est d’une ampleur suffisante pour que l’on ne suppose pas une simple erreur de copie, et où, bien sûr, aucune des deux solutions n’est fausse métriquement ou syntaxiquement :

Image 100000000000001600000009FCA1AD59.jpgAus., Quarta tibi 12 :
Somniferumque canit saepis depasta susurrum ΠN,
Hyblaeis apibus
saepes depasta susurrat Υ ;

Image 100000000000001600000009FCA1AD59.jpgibid. 14 :
Atque arguta suis loquitur coma pinea ventis ΠN,
Cumque
suis loquitur tremulum coma pinea ventis Υ ;

Image 100000000000001600000009FCA1AD59.jpgibid. 16 :
Dindymaque Ideo respondent cantica luco ΠN,
Dindyma Gargarico
respondent cantica luco Υ ;

Image 100000000000001600000009FCA1AD59.jpgProxima 3 :
Eliceretque
tuas blanda obiugartio Musas ΠN,
Eliceretque tuam blanda obiurgatio vocem Υ ;

Image 100000000000001600000009FCA1AD59.jpgibid. 25 :
Perpetuo inscribens versu qui, dum resolutus Π,
Perpetuo inscribens versu qui, deinde solutus ΥN.

  • 53 Cela n’a rien d’une « erreur manifeste » comme l’affirme Combeaud 2010, t. II (sur disque), p. 309.

75Les variantes des manuscrits individuels peuvent être à ce stade négligées ; le saepis des manuscrits de Paulin n’est rien d’autre que le résultat d’une confusion entre e et i dont cette tradition offre des exemples infinis, et l’on corrige sans peine saepes ; les variantes orthographiques sur les noms propres ne nous concernent pas ici : le seul cas susceptible d’être vu comme un problème est l’Ideo des manuscrits de Paulin, qu’il est pourtant aisé de corriger en Idaeo53. Toutes les autres variantes de ces vers sont isolées et fautives.

76Les trois premiers vers cités prennent place dans une digression sur les capacités de la nature de parler et de répondre, destinée à être opposée au silence auquel Paulin est fidèle ; je cite, par simple convention selon les manuscrits de Paulin, le passage entier :

Respondent et saxa homini, et percussus ab antris
Sermo redit, redit et nemorum vocalis imago,
Litorei clamant scopuli, dant murmura rivi ;
Somniferumque canit saepes depasta susurrum,
Est et harundineis modulatio musica ripis,
Atque arguta suis loquitur coma pinea ventis
Incubuit foliis quotiens levis Eurus acutis,
Dindymaque Idaeo respondent cantica luco
,

« Les rochers aussi répondent à l’homme, et, réverbérée par les grottes
La parole s’en revient, comme revient l’image vocale des bois,
Les brisants des rivages crient, les ruisseaux murmurent ;
Et le buisson que l’on butine chante un murmure berceur,
Sur les rives pleines de roseaux aussi le son se module,
Et la haute frondaison du pin discute avec ses vents
À chaque fois que l’eurus léger se penche sur ses aiguilles,
Et les chants du Dindyme répondent aux forêts de l’Ida. »

77Le v. 12 évoque le bourdonnement des abeilles qui butinent dans un buisson ; la version paulinienne est assez allusive, la version ausonienne est plus claire :

Hyblaeis apibus saepes depasta susurrat,

« Le buisson ronfle sous le butinement des abeilles de l’Hyblée »,

les deux versions sont marquées par une reprise de Virgile, Egl. 1, 53-55, celle des manuscrits d’Ausone de manière plus claire :

Image 100000000000001600000009FCA1AD59.jpg(tibi) saepes
Hyblaeis apibus florem depasta salicti
Saepe levi somnum suadebit inire susurro
,

  • 54 Trad. Paul Valéry.

Image 100000000000001600000009FCA1AD59.jpg« … sur toi viendra vibrer,
Pour t’induire au sommeil par leur léger murmure,
Des abeilles d’Hybla l’essaim nourri de fleurs54. »

Il n’existe pas d’argument permettant de déclarer non authentique l’une des deux versions ; celle des manuscrits ausoniens, cependant, parce qu’elle est moins allusive à la fois en soi et par rapport au modèle virgilien, pourrait éventuellement avoir été interpolée. Je ne trouve pas pertinente la remarque de R. Green, ad loc., p. 12 : « In the alternative reading of [Paulinus’ manuscripts], somniferum is irrelevant, since the point is the existence of the sound, not its nature, and depasta would be brusque », pour deux raisons : d’abord parce que la description de la nature du son, qui est certes avérée, insiste sur son existence, de même que dans les vers 7-8 :

Hostis ab hoste tamen per barbara verba salutem
Accipit, et Salve mediis intervenit armis
,

« L’ennemi en langage barbare reçoit bien de son ennemi
Le salut, et des « salut ! » s’échangent au milieu des armées »,

  • 55 Cela rejoint l’analyse de Pastorino 1962, p. 225 (repris dans Id. 1971, ad loc., p. 240), qui défen (...)

ensuite, parce que depasta n’est pas brusque mais très allusif ; aucune glose, aucune interpolation ne peut viser à rendre le texte d’origine moins clair, et la conclusion logique qu’il faudrait en tirer, s’il fallait estimer qu’il n’y a pas dans cette correspondance de variante d’auteur, serait au contraire que la version d’Ausone est celle des manuscrits de Paulin, que quelqu’un aurait corrompue dans les manuscrits ausoniens d’après le modèle virgilien pour une plus grande clarté55.

78Le v. 14 dans les manuscrits d’Ausone change légèrement la syntaxe :

Cumque suis loquitur tremulum coma pinea ventis,

« Et avec ses vents la frondaison du pin bavarde en frissonnant »,

il ne s’agit plus d’une déclaration du pin aux vents, mais d’un dialogue, d’une discussion entre les deux, dont la source lointaine est la légende de Borée et de Pitys. Le neutre employé adverbialement, tremulum, est une pratique caractéristique de la poétique ausonienne, qui s’est également transmise à Paulin, ce qui semble authentifier ici la version des manuscrits d’Ausone ; mais on ne peut rien reprocher à celle des manuscrits de Paulin, de tout point de vue correcte : la « touche » ausonienne n’est pas censée et ne peut pas se retrouver dans chaque vers pris individuellement.

79Le v. 16 dans Υ est, comme le précédent, rendu plus subtil :

Dindyma Gargarico respondent cantica luco,

« Les chants du Dindyme répondent aux forêts du Gargare »,

  • 56 Il n’existe en outre pas d’autre attestation d’une quelconque formation adjectivale sur Gargara.
  • 57 À propos de ce vers, R. Green le place entre les v. 19 et 20 au motif qu’il brise une série d’exemp (...)

dans les deux cas, Ausone fait allusion aux cultes de Cybèle qui se rendaient aussi bien sur le mont Dindyme, de localisation incertaine en Turquie (aujourd’hui on retient surtout, semble-t-il, le Murat Dag), que sur le mont Ida (actuel Kaz Dag), désigné explicitement dans la version paulinienne et par synecdoque dans la version ausonienne, le Gargare étant avec le Cotyle le principal sommet de l’Ida. Ici, la version paulinienne pourrait en effet passer pour une interpolation, parce que l’adjectif Gargaricus est un hapax56 ; cependant, ce serait une interpolation habile, et sûrement pas une simple glose entrée dans le texte, puisqu’elle ne contrevient pas au mètre ; mais il est tout à fait possible que l’auteur ait après coup cherché une formulation plus complexe à un Idaeo somme toute assez attendu (Virg., Aen. 9, 618-620 et 10, 252 ; Sil. Ital., Pun. 17, 20-22 ; puis, après Ausone, Claud., Pros. 2, 267-269)57.

80Le premier exemple de la lettre Proxima appellerait de plus amples commentaires ; disons simplement ici que les deux versions, la voix ou les Muses de Paulin, sont également satisfaisantes, mais que la substitution de la voix aux Muses, s’il fallait conclure à une révision auctoriale, serait parfaitement explicable après les reproches de Paulin, au début des iambes de la lettre Quarta redit (Quid abdicatas 19-32 ; voir aussi, dans la même lettre, Defore 110-115). Quoi qu’il en soit, cette alternance est orientée (si la variante n’est pas auctoriale) : on peut comprendre que quelqu’un intervienne pour simplifier, clarifier le texte, substituant la voix aux Muses, mais non l’inverse.

81Le second exemple intervient au cours d’une description de la scytale, rapprochée de Sparte à cause de Plutarque (Lys. 19) :

Vel Lacedaemoniam scytalen imitare, libelli
Segmina Pergamei tereti circumdata ligno
Perpetuo inscribens versu, qui, dum resolutus,
Non respondentes sparso dabit ordine formas
Donec consimilis ligni replicetur in orbem
,

« Ou bien prends exemple sur la scytale lacédémonienne, copiant
Sur des découpes de papier de Pergame enroulées sur un bâton rond,
En une ligne infinie, qui, si on la déroule,
Donnera dans le désordre des lettres sans correspondance
Jusqu’à ce qu’elle soit enroulée de nouveau sur l’axe d’un bâton semblable »,

dum resolutus, selon les manuscrits de Paulin, signifie « aussi longtemps, tant, qu’il sera déroulé » ; deinde solutus, « ensuite déroulé », selon les manuscrits d’Ausone, change légèrement le point de vue, indiquant une circonstance temporelle plutôt qu’une nuance conditionnelle. Il ne me semble pas que l’on puisse ici trancher entre les deux leçons, qui sont d’égale valeur.

Discutimus

82Qu’il existe bien deux versions différentes de la lettre Discutimus est un point aujourd’hui acquis : les tentatives anciennes de réunir en une seule lettre les deux traditions, même si elles sont suivies par Schenkl, Peiper, puis Prete et Pastorino (le second sans conviction, le quatrième par commodité éditoriale et contre sa propre démonstration), sont notoirement insatisfaisantes. Dans Discutimus a, le texte utilise des exemples d’amitiés célèbres pour dire que Paulin aurait réussi à les briser :

Impie, Pirithoo diiungere Thesea posses
Euryalumque suo socium secernere Niso,
Te suadente fugam Pylades liquisset Oresten
Nec custodisset Siculus vadimonia Damon !
,

« Impie, tu pourrais séparer Thésée de Pirithoüs,
Ecarter Euryale de son compagnon Nisus,
T’écoutant l’inciter à la fuite, Pylade aurait abandonné Oreste
Et Damon de Sicile n’aurait pas honoré sa caution ! »,

tandis que dans Discutimus b ils servent à dresser un catalogue dont Ausone et Paulin sont le faîte :

… iam nomina nostra parabant (cuncti)
Inserere antiquis aevi melioris amicis :
Cedebat Pylades, Phrygii quoque gloria Nisi
Iam minor, et promissa obiens vadimonia Damon ;
Nos documenta magis felicia, qualia magnus
Scipio longaevique dedit sapientia Laeli,
Nos studiis animisque isdem miracula cunctis,
Hoc maiora pares fuimus quod dispare in aevo
.

« … déjà (tous) s’apprêtaient à joindre nos noms
Aux anciens amis d’un âge meilleur :
Pylade s’effaçait, la gloire aussi de Nisus de Phrygie
S’amoindraissait déjà, comme Damon fidèle à la caution promise ;
Nous donnions un exemple plus heureux, tel Scipion
Le Grand et la sagesse du vieux Lélius,
Par nos goûts et nos âmes identiques nous étions une merveille pour tous,
D’autant plus grande que nous étions semblables bien que d’âge dissemblable. »

83Il va de soi que les mêmes exemples mis à la suite ne peuvent pas logiquement être utilisés dans deux sens différents, et il est bien plus économique d’admettre qu’il existe deux versions, indépendantes, même si l’une n’est pas originale, plutôt que d’y voir le morcellement d’une seule.

84Avant de s’interroger sur la valeur des deux versions de la lettre Discutimus, il faut étudier l’état dans lequel il faut prendre la version brève, celle de la tradition paulinienne. Les manuscrits transmettent invariablement, d’un seul tenant, les v. 1-22 et 43-52 de l’Epist. 23 Green ; R. Green est le premier éditeur à unir la version de Discutimus transmise par les manuscrits de Paulin et la version d’Agnoscisne transmise par N. Il s’appuie sur deux arguments : l’analyse littéraire de Discutimus a dont il juge la progression insuffisamment satisfaisante en l’état, et l’étude des variantes de l’Agnoscisne d’N dont il déduit qu’elles révèlent une version de cette partie de lettre radicalement différente de celle des manuscrits d’Ausone.

85Les correspondances entre les deux, ou trois, versions des lettres sont les suivantes (je ne cite Agnoscisne que dans la numérotation de l’Epist. 23) :

Discutimus a

(codd. Paulini)

Discutimus b

(codd. Ausonii)

Agnoscisne

(N)

1-4

1-4

6

19-20

7-15

21-29

95-114

23-42

43-52

115-124

43-52

86On y voit que la première partie d’Agnoscisne (jusqu’au v. 42/114) n’est actuellement connue que par les manuscrits d’Ausone et par N, tandis que la seconde partie est attestée dans les « trois » traditions. L’analyse de cette seconde partie rattache N à Υ sans hésitation :

Agnoscisne 43/115 :
En erit ut nostras hic nuntius excitet aures N,
Et quando iste meas impellet nuntius aures Υ;

ibid. 50/122 :
Praevertit cunctos ut te amplectatur amicos Π,
Totum occursantis populi praevertitur agmen ΥN ;

  • 58 Au v. 40/112, Accurre… / Votis ominibusque bonis precibusque vocatus, la leçon hominibusque d’N est (...)

cependant, il se pourrait qu’N n’offre là que le résultat d’une contamination si par hasard Agnoscisne dans son entier avait été présent dans Π. Les variantes utiles dans N ne sont qu’au nombre de trois58 :

Agnoscisne 27/99 :
Si tendi facilis cuiquam fuit arcus Ulixei — facilis cuiquam] Υ, cuiquam facilis ;

ibid. 29/101 :
Nos quoque tam longo Rhamnusia foedere solvet — rhamnusia] Υ, mens altera ;

ibid. 33/105 :
Si Genitor Natusque Dei pia verba volentum / Exaudiat — volentum]
Υ, voventum N.

La première de ces variantes n’est sans doute qu’une faute d’attention, même si la scansion est juste dans les deux cas. La troisième a toutes les chances d’être une simple erreur par banalisation dans une thématique de prière, d’autant que la minuscule wisigothique de V, d’α et sans doute de leur modèle se prête volontiers à une confusion entre l et u. La deuxième variante a un certain succès dans la critique ; dans Discutimus b + Agnoscisne, le v. 29/101 est un rappel des v. 43-52, dont une partie a déjà été citée plus haut. Sans ces vers, la mention de Némésis dans Agnoscisne est incompréhensible, d’où son remplacement par mens altera dans N ; la leçon, en effet, correspond bien à l’esprit général des Ultima :

Aus., Quarta tibi 50 :
Vertisti, Pauline, tuos, dulcissime, mores ;

Paul., Quarta redit 29-30 :
Nunc alia mentem vis agit, maior Deus, / Aliosque mores postulat ;

ibid. 142-143 :
Mens nova mi, fateor, mens non mea, non mea quondam, / Sed mea nunc auctore Deo…

Cependant, N — ou plutôt son modèle — offre en au moins un endroit une correction manifeste d’un texte qu’il n’a pas compris :

Aus., Quarta tibi 68 : Solatur nostras Echo resecuta loquelas
echo] eto
Va.c. a.m., etho P ;

nostras echo resecuta] nostras et ore secuta S, nostra setore (sectore B) secuta JB, nostras ore secuta K ; nostras — loquelas] tacitas defixo in pectore curas N.

Les coupures de mots, même si elles sont à prendre avec circonspection, montrent qu’aucun des copistes à part celui de W, celui de V (ou plutôt un correcteur, vraisemblablement), et peut-être celui de P, puisque la confusion c/t est normale au xive siècle, n’a compris ce qu’il copiait. Comme plus haut dans Agnoscisne, la leçon d’N est un peu curieuse mais pas vide de sens :

Non (mulceat impium illum) quae pastorum nemoralibus abdita lucis
Solatur tacitas defixo in pectore curas
,

« (Qu’elle n’apaise pas cet impie), celle qui, cachée dans les bois sacrés des bergers,
Console les peines silencieuses dans un cœur paralysé »,

l’ensemble a une tournure tout à fait classique et même un assez bon parallèle chez Paulin de Périgueux, Mart. 4, 656 :

Verum ita constanti defixa in pectore mansit
Iam Domino devota fides

Cependant, cette leçon est clairement une correction, ingénieuse, mais malhabile, qui a contre soi le consensu des traditions de Paulin et d’Ausone.

87La possibilité qu’Agnoscisne ait fait partie de la tradition paulinienne et qu’N seul l’ait conservé est donc statistiquement faible à défaut d’être nulle : le texte transmis par N concorde avec la tradition ausonienne sauf en un lieu certain qui peut être une conjecture ; et la possibilité que les manuscrits de Paulin aient perdu vingt vers au milieu de Discutimus a, conservés alors, peut-on le dire ? par un heureux hasard dans N, est peu probable.

  • 59 À ce titre, tout argument de pratique ausonienne est forcément invalide ici : s’il y avait une part (...)

88Enfin vient l’argument de la cohérence interne : dans cette lettre, elle est assez faible. Certes, il existe une rupture entre les vers 22 et 43 si l’on exclut de réinsérer Agnoscisne, mais elle n’est pas plus manifeste qu’entre les vers 15 et 16, ou 18 et 19, et il faut y voir plus un fait de style qu’un accident de transmission. Cette lettre, moins qu’à une épître, s’apparente à un billet, comme il y en a tant chez Ausone – chez qui, à vrai dire, le seul exemple de lettre de vaste dimension est Discutimus b59. On peut ajouter pour terminer que la réintroduction des vers 23/95 à 29/101 serait clairement une répétition des vers 6-12 ; cela se justifie dans Discutimus b où de longues digressions sont intercalées, mais nettement moins dans Discutimus a. De tout cela, je conclus qu’N donne bien pour Agnoscisne une version issue d’Υ, et donc que le texte tel qu’il est transmis par Π est bien entier par rapport à l’état le plus ancien de la collection telle qu’elle est connue.

89Il reste à voir si ces deux lettres sont deux versions de l’auteur ou si l’une est d’origine différente. On peut exclure a priori la possibilité qu’un éditeur ou un copiste ait développé Discutimus a pour en faire Discutimus b ; les realia impliqueraient une intervention extrêmement renseignée, par exemple, sur les possessions d’Ausone et sur la géographie bordelaise, et on ne voit pas comment justifier un tel développement, surtout au tournant des ive et ve siècles. L’hypothèse inverse, en revanche, que Discutimus a soit une version abrégée de Discutimus b a été défendue, et elle n’a pas l’invraisemblance de la précédente. Elle se tient cependant difficilement : pourquoi aurait-on modifié l’utilisation des exemples d’amitié, et pourquoi aurait-on modifié les v. 43/115 et 50/122, qui étaient limpides et s’inséraient parfaitement dans le texte ? Il peut arriver que, lors des opérations d’abrégement, on modifie tel ou tel vers, telle structure, pour sauvegarder une cohérence interne : pour ne prendre qu’un exemple à proximité, V le fait à plusieurs reprises dans sa retractatio du Carm. 17 de Paulin ; mais pas que l’on modifie « gratuitement » des vers, surtout quand ils ne posent aucun problème de langue ou de compréhension. En outre, si véritablement Discutimus a était une version remaniée, il faudrait expliquer pourquoi elle l’a été et, plus encore, pourquoi les autres ne l’ont pas été : pourquoi un copiste aurait-il réduit drastiquement Discutimus et pas la première lettre de Paulin, où pourtant — on peut le dire sans jugement de valeur — les longueurs et les difficultés de compréhension sont plus nombreuses ?

90Enfin, l’orientation des variantes potentiellement auctoriales ne se répartit pas de manière unilatérale : s’il existait une version remaniée et une version auctoriale des lettres d’Ausone, elles seraient forcément représentées uniquement dans une seule des deux traditions ; et, à cause de Discutimus b qui ne peut être que d’Ausone, la version auctoriale serait dans les manuscrits de ce dernier. Seulement, cela voudrait dire que la version remaniée — celle des manuscrits de Paulin — accueillerait des leçons plus difficiles que les leçons originales (Quarta redit 12 et Proxima 3), ce qui ne peut pas être admis dans le cadre d’une interpolation. En revanche, il n’est en rien nécessaire que, lorsqu’un auteur reprend ses textes, ce soit forcément dans le sens d’une plus grande difficulté.

91Il découle de tout cela que l’hypothèse d’une double recension des lettres d’Ausone est d’un maniement plus facile que l’hypothèse inverse ; en outre, elle a pour soi la condition la plus favorable, dans la transmission des textes, à la conservation de variantes d’auteur : la double transmission propre, en théorie, aux correspondances, bien qu’en réalité elle soit assez rare. Un dernier argument contre les hypothèses d’interpolation doit être avancé : si l’une des deux traditions des lettres d’Ausone avait subi la révision d’un copiste ou d’un éditeur, il faudrait nécessairement que la même révision se soit portée également sur les lettres de Paulin dans la même tradition ; or tout démontre que cette partie du corpus est nécessairement issue d’une source unique et n’a pas été retouchée. Il est parfaitement compréhensible qu’un auteur, ici Ausone, n’ait repris, à quelques fins que ce soit, que ses propres lettres, et pas celles de son correspondant ; mais pas qu’un intervenant postérieur ait appliqué ses « soins » à la moitié seulement de la correspondance. Il faut donc prendre en compte le fait qu’il existe deux recensions des lettres d’Ausone, mais une seule des lettres de Paulin ; ce dernier n’a logiquement pu recevoir, au titre de correspondance, qu’une seule version des lettres d’Ausone ; cette version est, en toute logique, celle de Π ; on verra plus loin que l’analyse interne du corpus le confirme. Pour le moment, ces conclusions permettent de dresser enfin un stemma définitif des Ultima, qui remonte jusqu’aux auteurs, et intègre la conséquence des deux faits énoncés, 1) l’unité de tradition des lettres de Paulin et 2) l’existence de deux recensions ausoniennes : nécessairement, à une date quelconque mais postérieure à la parution de l’édition des œuvres de Paulin, un éditeur ou un copiste d’Ausone a réintroduit dans les œuvres de ce dernier les lettres de Paulin, ce que l’on peut représenter de la manière suivante :

Fig. 4 – La tradition manuscrite des Ultima.

Image 10000000000008CA0000070800F4C9B5.jpg

Franz Dolveck.

Chronologie relative de l’échange épistolaire

92Les manuscrits, qui, pour le moins, ne sont pas consensuels sur le sujet, ne permettent pas de définir dans quel ordre les lettres s’échelonnent dans le temps ; il y aurait tout lieu de penser, étant donné que presque toutes les possibilités sont présentes, que l’une d’elles est la bonne, mais aucun stemma ne peut en la matière fournir de preuves. L’historiographie, là encore, a proposé à peu près toutes les solutions, avec un bonheur variable. Voici l’ordre que proposent les manuscrits :

  • 60 La reconstitution de l’ordre du Veronensis, fondée sur H, A et P, est purement hypothétique ; l’ord (...)

Codd. Paulini

Veronensis60

W

V

N

Quarta tibi

Proxima

Quarta tibi

Quarta tibi

Quarta tibi

Quid abdicatas

Discutimus b

Discutimus b

Discutimus b

Proxima

Proxima

Quarta tibi

Proxima

Proxima

Continuata

Continuata

Quarta redit

Continuata

Continuata

Defore

Discutimus a

Quid abdicatas

Quid abdicatas

Defore

Agnoscisne

Defore

Continuata

Quarta redit

Quarta redit

Defore

Quid abdicatas

Quid abdicatas

93Puisqu’il est démontré qu’N est contaminé, il n’est pas surprenant qu’il ait également un ordre original, qui ne s’accorde pas au témoignage presque concordant de W et de V ; l’ordre d’υ est celui de V : le fait que W n’ait pas toute la correspondance de Paulin est dû aux visées anthologiques du copiste, non à l’existence d’un autre ordre que celui de V ; on peut donc présenter un tableau simplifié :

Π τ υ

Quarta tibi

Proxima

Quarta tibi

Quid abdicatas

Discutimus b

Discutimus b

Proxima

Quarta tibi

Proxima

Continuata

Quarta redit

Continuata

Discutimus a

Quid abdicatas

Defore

Defore

Continuata

Quarta redit

Defore

Quid abdicatas

94Les jeux d’écho entre lettres sont nombreux, et il est difficile de s’appuyer sur eux pour établir l’antériorité d’une lettre par rapport à une autre ; en revanche, on peut partir d’une constatation sur laquelle tout le monde est d’accord : Ausone a l’initiative de ce commerce épistolaire ; en d’autres termes, c’est une lettre d’Ausone qui doit être chronologiquement la première — mais il n’est pas nécessaire qu’elle ait été conservée.

95Paulin, à plusieurs reprises, cite Ausone, parfois en utilisant ses mots mêmes, parfois en indiquant par un verbe à la deuxième personne qu’il reprend des thèmes ou des paroles d’Ausone ; ce sont des indications orientées, en ce sens qu’elles s’appuient nécessairement sur une lettre d’Ausone antérieure à la réponse de Paulin. On s’en tiendra aux mentions vierges d’ambiguïté, dans les deux lettres de Paulin, pour déterminer à quelles lettres d’Ausone elles répondent.

Les reprises ausoniennes dans la lettre Quarta redit

961) Paulin reproche à Ausone de demander aux Muses son retour (Quarta redit 19-20, 109-112, etc.) :

Quid abdicatas in meam curam, pater,
Image 100000000000001600000009FCA1AD59.jpgRedire Musas praecipis ?

« Pourquoi commandes-tu à des Muses déchues, mon père,
Image 100000000000001600000009FCA1AD59.jpgDe revenir prendre soin de moi ? » ;

Sed reditum inde meum, genitor, te poscere mallem
Unde dari possit : revocandum me tibi credam,
Cum steriles fundas non ad div
ina precatus,
Castalidis supplex averso numine Musis ?

« Mais je préférerais, mon père, que tu demandes mon retour
Où il pourrait t’être donné : croirai-je devoir t’être rendu,
Alors que tu adresses des prières stériles au non divin,
Suppliant les Muses de Castalie au pouvoir renversé ? »

972) il lui reproche de le dire segnis, perversus et impius (ibid. 83-84) :

Ne, quaeso, (me) segnem neve perversum putes
Image 100000000000001600000009FCA1AD59.jpgNec crimineris impium,

« De grâce, ne (me) crois pas paresseux ou changé
Image 100000000000001600000009FCA1AD59.jpgEt ne m’accuse pas d’impiété ».

983) il indique qu’Ausone lui reproche d’avoir été absent trois ans de sa patrie (l’Aquitaine) au profit d’autres cieux (ibid. 103-104, 193) ;

Defore me patriis tota trieteride terris
Atque alium legisse vagis erroribus orbem…
Increpitas
,

« D’avoir été absent des terres de mes pères trois ans
Et d’avoir choisi une autre région en de vaines errances…
C’est ce dont tu m’accuses » ;

Nec mihi nunc patrii est, ut vis, oblivio caeli,

  • 61 La leçon ut vis ne fait pas consensus parmi les éditeurs ; mais même sans elle, il est clair que Pa (...)

« Et je n’ai pas oublié, comme tu le veux, le ciel de mes pères61. »

994) il récuse le reproche de folie et d’isolement et cite la comparaison avec Bellérophon (ibid. 156-158, 191-192) :

Non etenim mihi mens demens neque participantum
Vita fugax hominum Lyciae qua scribis in agris
Pegaseum vixisse equitem
,

« En vérité mon esprit est sans délire, et ma vie ne fuit pas
La compagnie des hommes dans les plaines de Lycie où, m’écris-tu,
Vécut le cavalier de Pégase » ;

… non anxia Bellerophontis
Mens est
,

« … Je n’ai pas de Bellérophon
L’esprit torturé ».

1005) il récuse la comparaison entre Therasia et Tanaquil (ibid. 192) :

… nec Tanaquil mihi sed Lucretia coniunx,

« Et ma femme n’est pas Tanaquil mais Lucrèce. »

1016) il récuse l’interprétation que fait Ausone des saltus Vasconiae et des hospitia ninguida Pyrenaei (ibid. 202-204) et indique qu’Ausone parle de Calahorra, de Bilbilis et de Lérida (ibid. 221-225) :

… tu mihi vastos
Vasconiae saltus et ninguida Pyrenaei
Obicis hospitia
,

« …Tu me reproches
Les vastes défilés du pays Basque et les abris des Pyrénées
Que la neige recouvre »,

Nam quod in eversis habitacula ponis Hibera
Urbibus et deserta tuo legis oppida versu
Montanamque mihi Calagurrim et Bilbilim acutis
Pendentem scopulis collemque iacentis Ilerdae
Exprobras
,

« Parce que tu mets ma demeure espagnole dans des villes
En ruine et dénombres dans tes vers des villages déserts
Et que de la montagneuse Calahorra, de Bilbilis perchée
Sur des rochers à pic et de la colline où gît Lérida
Tu me fais le reproche. »

… et dans la lettre Continuata

1027) Paulin synthétise l’ensemble des reproches énoncés dans l’autre lettre (Continuata 1-5) :

Continuata meae durare silentia linguae
Te numquam tacito memoras, placitamque latebris
Desidiam exprobras, neglectaeque insuper addis
Crimen amicitiae, formidatamque iugalem
Obicis
,

« Tu rappelles que dure le silence obstiné de ma langue
Alors que toi, tu ne te tais jamais, et tu blâmes ma retraite
Aimée dans des cachettes, et y ajoutes encore le crime
D’une amitié négligée, et m’accuses de craindre
Ma femme ».

1038) Il déclare qu’Ausone l’accuse d’avoir abandonné le joug de leur amitié (ibid. 30-31) :

Discussisse iugum quereris me quo tibi doctis
Iunctus eram studiis
,

« Tu te plains que j’ai abandonné le joug par lequel à toi
J’étais lié en d’érudits travaux. »

Correspondances chez Ausone

1041) Ausone terminait Quarta tibi par une adresse aux Muses :

Haec precor, hanc vocem, Boeotia numina, Musae,
Accipite, et Latiis vatem revocate Camenis
,

« Voici ma prière : Ma voix, divinités de Béotie, ô Muses,
Accueillez-la, et rendez le poètes aux Camènes latines. »

1052) Le reproche de paresse (segnis) est exprimé passim dans Quarta tibi (29-31, notamment) ; celui d’avoir changé en mal (perversus) est dans Quarta tibi, 50 :

Vertisti, Pauline, tuos, dulcissime, mores,
« Tu as changé, Paulin, mon très chéri, tes mœurs » ;

et celui d’impiété est à tirer de la fin de la même lettre, où Paulin n’a pas compris, ou pas voulu comprendre, qu’Ausone maudissait le responsable imaginé du comportement de Paulin, et non Paulin lui-même (62-63) :

Quis tamen iste tibi tam longa silentia suasit
Impius ut nullos hic vocem vertat in usus ?

« Mais qui est celui qui t’a convaincu d’aussi longs silences,
L’impie, pour que ta voix n’ait plus aucun usage ? »

1063) Ausone n’indique pas explicitement que Paulin ait été absent trois ans, mais il se plaint néanmoins et de l’absence et du dédain de Paulin pour son pays ; dans ce dernier cas, Paulin reprend exactement la formulation d’Ausone (ibid. 51-52) :

Vasconis hoc saltus et ninguida Pyrenaei
Hospitia et nostri facit hoc oblivio caeli
,

« Cela, ce sont les défilés du pays Basque et les abris des Pyrénées
Que la neige recouvre, cela, c’est l’oubli de notre ciel qui le fait »,

ce qui est également la source de la première citation du no 6 ci-dessus.

1074) La référence à Bellérophon a sa source en Quarta tibi 69-72, avec la même remarque que pour les v. 62-63 faite ci-dessus :

Tristis, egens, deserat colat tacitusque pererret
Alpini convexa iugi, ceu dicitur olim,
Mentis inops, coetus hominum et vestigia vitans,
Avia perlustrasse vagus loca Bellerophontes
,

« Désolé, misérable, qu’il habite un désert et divague muet
Au flanc des monts alpestres, comme on dit qu’autrefois,
Privé de raison, évitant la compagnie et les traces des hommes,
Bellérophon battait sans but des lieux non frayés. »

1085) C’est dans Proxima qu’Ausone (peut-être moins sérieusement que ne l’a pris Paulin) appelle Therasia Tanaquil (v. 31) :

… Tanaquil tua nesciat istud,

« … Que ta Tanaquil ignore cela. »

1096) La première source du « reproche espagnol » a déjà été citée ; la mention des trois villes vient peu après (Quarta tibi 56-59) :

Ergo meum patriaeque decus columenque senati
Bilbilis aut haerens scopulis Calagurris habebit
Aut quae deiectis iuga per scruposa ruinis
Arida torrentem Sicorim despectat Ilerda ?

« Ainsi, celui qui est mon honneur et celui de sa patrie, colonne du sénat,
Sont-ce Bilbilis ou Calahorra pendue à ses rochers qui l’auront,
Ou bien, ruines répandues sur des monts pierreux,
L’aride Lérida qui regarde d’en haut le Sègre bouillonnant ? »

1107) La synthèse paulinienne reprend la plupart des numéros évoqués ; le crimen amicitiae, cependant, est également une reprise verbale de Proxima 31 :

Si prodi, Pauline, times, nostraeque vereris
Crimen amicitiae
,

« Si tu crains la trahison, Paulin, et si t’effraie de notre
Amitié le reproche. »

1118) L’image du joug est exprimée uniquement dans Discutimus, mais occupe toute la lettre, qui développe le vers initial (cité ici selon Discutimus a) :

Discutimus, Pauline, iugum quod certa fovebat
Temperies
,

« Nous l’avons rompu, Paulin, le joug que ménageait
Notre attelage bien assuré. »

Synthèse

  • 62 On verra que, dans tous les cas, il a existé d’autres lettres, perdues : Proxima nostrae querimonia (...)

112Il ressort clairement des jeux d’échos relevés que Paulin écrivait Quarta redit sans avoir connaissance de Discutimus ; en revanche, en écrivant Continuata, il avait bien présente à l’esprit l’image du joug qu’il file tout au long de la lettre. C’est donc que Quarta tibi et Proxima sont la cause de Quarta redit ; Continuata est la dernière des lettres, puisqu’elle prend en compte l’ensemble des lettres d’Ausone ; par suite, Discutimus est la réponse à Quarta redit. L’ordre dans lequel doivent se placer Quarta tibi et Proxima est incertain ; je suis d’accord avec R. Green pour dire que Quarta tibi en première position puis Proxima en deuxième est la solution la plus élégante : après les plaintes sur le silence de Paulin, Proxima vient assez naturellement, avec le rappel des thèmes précédents et avec de nouvelles hypothèses sur le silence de Paulin qui développent la fin de Quarta tibi : l’impius qui contraint Paulin au mutisme serait sa femme ; l’inverse, qu’Ausone accuse d’abord Therasia puis ensuite un impius indéfini, me semble moins logique. Cependant, il s’agit là d’un point qui reste hypothétique ; il faut faire un choix, parce qu’aucune édition ne pourrait rendre concrètement cette incertitude ; je fais celui qui me semble le meilleur, mais il n’a rien d’exclusif62.

La seconde recension ausonienne

  • 63 Pastorino 1962, p. 214-215. L’ajout de l’argument de la compétence linguistique de Julius Ausonius (...)
  • 64 L’analyse de Continuata, et donc de l’ensemble des Ultima, que donne Roberts 1985, est la seule ple (...)

113L’ordre des lettres établi, deux arguments supplémentaires permettent d’affirmer que ce sont bien les lettres de Π, non celles d’Υ, que Paulin reçoit. Le premier est dû à Agostino Pastorino ; la lettre Continuata comprend que le joug évoqué par Discutimus est un joug littéraire, une parenté d’études, une communauté poétique ; or cette méprise d’interprétation ne peut s’admettre qu’à partir de Discutimus a, où la nature du joug n’est pas explicitement précisée. En revanche, dans Discutimus b, à cause des v. 8-11, aucun doute n’est possible, parce que les pères d’Ausone et de Paulin, qui ont transmis ce joug à leurs enfants, étaient bien amis, mais certainement pas compagnons de lettres, ne serait-ce que parce que le père d’Ausone n’a jamais véritablement maîtrisé le latin63. Le second argument est de « vraisemblance », si l’on peut parler comme le théâtre du xviie siècle français ; il repose sur la longueur des lettres. Les quelques trois cent trente vers de Quarta redit se conçoivent aisément, puisqu’il s’agit de répondre à trois lettres différentes, et que le temps qui s’est écoulé nécessite de veiller à la qualité de la réponse. En revanche, Continuata est une lettre brève, d’autant plus brève que, sur ses soixante-huit vers, les vingt derniers, qui ne sont qu’une reprise, ne comptent pas vraiment ; si cette petite cinquantaine de vers devait être la réponse à Discutimus b (en plus de cent vingt vers), Paulin aurait par là enfreint des usages mondains et littéraires et teinté sa réponse d’un mépris qu’elle n’a en aucune manière64. La situation au regard de Discutimus a est tout autre : Ausone répond, brièvement il est vrai, mais sa supériorité d’âge, et donc de hiérarchie, et l’émotion provoquée par la lecture de Quarta redit, qui suppose une réponse rapide, justifient qu’un billet réponde à une épître. Qu’à ce billet Paulin réponde par un autre billet n’est alors que logique et conformisme au jeu dont Ausone, parce qu’il est et reste le maître, dicte les règles.

  • 65 Mais la raison de fond, à mon avis, est de clarté et de précision : Ausone n’attendait pas tant une (...)

114Le fait qu’Ausone reprenne ses propres textes n’a rien de surprenant : même sans invoquer les textes communs aux collections Υ et ζ, donnés dans deux recensions différentes mais sans qu’un consensus s’établisse parmi les spécialistes pour les reconnaître comme également auctoriales, Ausone lui-même évoque à plusieurs reprises le travail de lime qui le conduit parfois à reprendre entièrement certaines pièces. Dans le cas de ces dernières lettres à Paulin, cette révision porte à quelques endroits la trace de la lecture de la réponse ; particulièrement, la substitution de vocem à Musas dans la lettre Proxima s’éclaire après les reproches de paganisme énoncés par Paulin65. Quelle était alors la raison d’être de cette seconde recension ? C’est la tradition des textes qui apporte la réponse : on a vu que la source des lettres de Paulin était unique et secondaire, puisque marquée par des fautes non imputables à l’auteur ; étant donné que, à cause des deux recensions ausoniennes, les deux traditions, celle de Π et celle d’Υ, se présentent comme radicalement différentes, il faut que l’une des deux traditions ait repris à l’autre, et postérieurement à la parution des deux éditions qu’elles représentent, les lettres de Paulin ; en d’autres termes, il faut que l’une des deux éditions n’ait pas comporté, dans son état initial, les lettres de Paulin ; et cette édition est celle d’Ausone. La réécriture radicale de Discutimus que révèlent ses manuscrits est l’élément le plus visible de cette révision de nature éditoriale : Ausone n’a voulu livrer au public qu’une partie de l’échange, en donnant une correspondance à une seule voix, et en accentuant la part de littérature de ses lettres au détriment de leur fonction proprement épistolaire. C’est ainsi que s’expliquent les reprises massives de la lettre Quarta redit dans Discutimus b, et que s’explique le relatif lissage des aspérités, dont la plus notable était l’imprécation des couples d’amis (Impie ! Pirithoo disiungere posses…), transformée en expression d’un regret plus attristé que polémique. Au demeurant, qu’Ausone supprime pour l’édition les lettres de Paulin est conforme à la logique des collections qui contiennent ses œuvres, où aucune lettre adressée à Ausone n’est présente : c’est un indice supplémentaire qui aurait dû attirer l’attention des philologues sur la curiosité des Ultima d’Υ.

Lettres perdues et retrouvées : reconstitution générale

  • 66 Le nombre quatre est assuré ; je ne comprends pas que l’on ait pu s’interroger sur la valeur de la (...)

115Résumons : dans l’état actuel de nos connaissances, Ausone écrit à Paulin, d’Aquitaine en Espagne, à quatre reprises sans avoir de réponse ; la quatrième de ces lettres est Quarta tibi (cf. v. 1)66 ; n’ayant toujours aucune réponse, il envoie une cinquième lettre, Proxima. À la suite de cela, Paulin reçoit, dit-il (mais on va revenir sur ce qu’il dit exactement en Quarta redit 7-8), trois lettres, alors que « le quatrième été revient » depuis la dernière lettre reçue d’Ausone. Paulin répond donc en une fois, par Quarta redit, à ces trois lettres, dont deux sont pour l’heure identifiées en Quarta tibi et Proxima. Ausone répond, sans doute sous le coup de l’émotion, comme en témoignent la brièveté et la faiblesse d’articulation rhétorique de sa lettre, par Discutimus a. À la lecture de cette dernière, comprenant alors le malentendu, Paulin répond enfin par Continuata.

116Pour bien savoir quelles lettres perdues rechercher, il faut d’abord s’entendre sur ce que dit exactement Paulin ; en effet, les manuscrits s’accordent pour donner ce texte,

Trina etenim vario florebat epistola textu
Image 100000000000001600000009FCA1AD59.jpgSed numerosa triplex pagina carmen erat,

  • 67 Communication privée à Stefania Filosini, citée dans le commentaire de cette dernière ad loc. Encor (...)

que, volontairement, je ne ponctue pas. Hartel, tout en maintenant sed dans le texte, conjecture et ; Green franchit le pas et adopte et. L’exacte compréhension de ces vers varie considérablement selon le sens que l’on donne à numerosa et selon la ponctuation que l’on retient, les éditeurs mettant tous une virgule après textu. Le résultat est le suivant : « En effet, ta lettre trine fleurissait d’un texte varié, mais ta page numerosa était un triple chant/poème » ; les traducteurs s’accordent alors à donner à numerosus le sens d’« abondant ». Il faut bien reconnaître que, bien que cette traduction ait toutes les apparences de la fidélité, elle n’a pas de sens ; tout au plus l’et conjecturé par Hartel permet-il de sauver l’essentiel en faisant du pentamètre une simple reprise de l’hexamètre. La seule solution honorable a été proposée par Luca Mondin, qui suggère de ponctuer non après textu, mais après numerosa67 ; d’autre part, comme le sens de numerosus est manifestement ici celui de metricus, sous peine de pléonasme, le distique se traduit finalement ainsi : « En effet, ta lettre trine fleurissait d’un texte varié, mais elle était en vers ; ta page était un triple chant. » Sed prend une valeur d’opposition très faible, assez ordinaire chez Paulin, et l’on traduirait volontiers en français par « et », sans que la correction de Hartel soit nécessaire ; et, ici, le pentamètre a réellement un sens propre, en ce qu’il explique et précise l’hexamètre. En conclusion, les trois lettres reçues de Paulin étaient en vers.

  • 68 Cette correspondance n’est pas pertinente ici : son objectif premier n’est pas de littérature mais (...)

117Ausone signalait donc l’existence de trois lettres perdues, de nature non précisée ; Paulin nous indique que, de ces trois lettres inconnues de nous, deux lui étaient inconnues à lui aussi, et que la troisième était en vers. Si Paulin tient à le signaler, c’est que cela n’a aucun caractère évident ; c’est que, et je demande pardon de cette lapalissade, une lettre pouvait aussi être en prose. Que savons-nous, alors, des usages épistolaires du vers et de la prose chez Ausone et Paulin ? En dehors des Ultima et des épîtres dédicatoires, on conserve vingt lettres d’Ausone ; treize sont en vers uniquement, et six mêlent les vers et la prose, formant des opera gemina, où, généralement, la prose prélude et explique les vers (Epist. 5, 9, 14, 17, 19, 20). Il n’existe qu’une seule lettre uniquement en prose, celle à Symmaque (Epist. 12), mais il me semble presque assuré qu’elle est un élément adventice, issu des éditions de Symmaque, non présent à l’origine dans l’édition ausonienne. Chez Paulin, je ne tiens pas compte de la cinquantaine de lettres en prose68, pour m’intéresser à son œuvre épistolaire, ou assimilable, en vers : à l’exception des Ultima et de la lettre-poème à Cythérius (Carm. 24), lorsqu’il écrit en vers, Paulin y prélude toujours par une lettre en prose, que ce soit à Licentius (Epist. 8) ou à Jovius (Epist. 16 et Carm. 22, dont on a rappelé plus haut l’unité originale). On déduit de cela que, bien évidemment, Ausone et Paulin écrivent à leurs correspondants en prose, et même sans doute majoritairement en prose, mais que, lorsqu’ils écrivent en vers, il y joignent de la prose ; cette dernière n’est pas systématiquement conservée pour les éditions, mais c’est sans doute en fonction de sa portée littéraire : dans les cas cités de lettres doubles, la prose aide à la compréhension des vers, et réciproquement, soit que l’une justifie les autres, soit que les seconds paraphrasent la première. Tout porte alors à croire que les Ultima ne sont que la partie subsistante d’une correspondance plus importante, non en nombre d’étapes mais en quantité ; en quelque sorte, les Ultima sont des lettres dont on n’a pas gardé l’enveloppe. Cela permet d’expliquer que les deux lettres envoyées par Ausone et jamais reçues par Paulin n’aient pas été conservées : Ausone ne gardait sans doute pas de doubles de sa correspondance « ordinaire », en prose.

118Le corollaire à cette conclusion est cependant problématique : la troisième lettre dont parle Paulin était en vers ; il l’a évidemment reçue, et en avait donc un exemplaire ; Ausone devait en avoir un lui aussi. Dès lors, il est possible que cette lettre ait été perdue pour nous à deux reprises, par Ausone (ou ses éditeurs) et par Paulin (ou ses éditeurs), mais ce n’est pas le plus vraisemblable. Que savons-nous d’elle ? Elle était, donc, en vers ; elle a pu être écrite n’importe quand dans l’espace de temps pendant lequel Paulin ne reçoit aucune lettre d’Ausone, qui est un espace de trois ans, Paulin écrivant à la fin du printemps ou au début de l’été (Quarta redit duris haec iam messoribus aestas). Cette lettre, si elle a été écrite au début de cette période, peut donc n’avoir rien à voir avec la tonalité élégiaque et conflictuelle des Ultima ; plus précisément, puisque l’existence de versions en prose des Ultima est très probable, il n’est absolument pas nécessaire que cette lettre contienne les paroles d’Ausone que rapporte Paulin et qui n’ont pas de correspondant dans Quarta tibi et Proxima ; surtout, puisque c’est le plus explicite, le reproche que Paulin a été absent trois ans d’Aquitaine (Defore me patriis tota trieteride terris // Increpitas). Si cette lettre, comme on peut le supposer, n’a rien à voir avec la matière des Ultima, on peut expliquer que Paulin ne l’ait pas conservée — pas plus, d’ailleurs, que toutes les autres lettres qu’Ausone lui avait envoyées.

  • 69 R. Green évoque la possibilité, sans y croire, p. 647, que l’Epist. 19 soit une des lettres prélimi (...)
  • 70 Coşkun 2002, p. 98, n. 249, date cette lettre après 379 (le consulat d’Ausone, mentionné dans la le (...)

119Il ne reste donc plus qu’à chercher dans l’œuvre d’Ausone un texte qui puisse convenir. Les lettres à Paulin hors Ultima et hors la dédicace du Technopaegnion sont au nombre de quatre (Epist. 17-20). Rien dans l’Epist. 17 ne permet de préciser les circonstances exactes de son écriture ; cependant, puisqu’elle a trait à la mise en vers du De regibus de Suétone par Paulin, dont elle livre les seuls extraits conservés, on peut supposer qu’elle est antérieure au séjour du poète en Espagne, antérieure à sa conversion. L’Epist. 19, bien qu’elle mentionne un don de garum de Barcelone fait par Paulin à Ausone, ne convient pas, pas plus que l’Epist. 20, parce que toutes deux indiquent que Paulin réside alors à Ebromagus (Epist. 19b, 15, et en outre la prose signale qu’Hespérius, le fils d’Ausone, est avec Paulin ; la faveur qu’Ausone demande à Paulin dans l’Epist. 20 suppose nécessairement qu’il soit, sinon à Ebromagus même, du moins à proximité)69. Il ne reste donc que l’Epist. 18. La conservation nécessaire de cette pièce manquante est le critère d’« attribution » principal, conforté par le fait qu’aucune des autres lettres à Paulin ne peut correspondre70 ; mais l’analyse interne confirme, une fois l’identité de la troisième lettre reçue par Paulin et de l’Epist. 18 supposée, une certaine parenté avec les Ultima dont on s’étonne qu’elle n’ait jamais été reconnue.

  • 71 Witke 1971, p. 11.

120L’Epist. 18, en sept distiques élégiaques, est un billet à Paulin dont le but est très probablement d’adresser des vœux de nouvel an71, v. 13-14 :

Vive, vale, et totidem venturos congere Ianos
Image 100000000000001600000009FCA1AD59.jpgQuot tuus aut noster conseruere patres,

  • 72 R. Green maintient à raison le congere du consensus des manuscrits contre la conjecture consere d’A (...)

« Vis, et vis bien, et amasse-toi tout autant de futurs jours de l’an
Image 100000000000001600000009FCA1AD59.jpgQu’en ont enchaînés ton père ou le mien72. »

  • 73 Julius Ausonius meurt à 88 ans : Étienne 1985, p. 13. La gens Paulina avait sans doute une longévit (...)

Prétexte idéal, s’il en est, pour écrire à un ami absent ; mais, de manière plus probante, cette lettre accumule des thématiques que l’on retrouve dans les Ultima. La première partie de la lettre reconnaît à Paulin la suprématie sur Ausone sur presque tous les points : première place dans la salutation metri causa (en réalité, à cause de la coupe ; v. 1-2), première place dans les fastes (d’où l’on déduit que Paulin a été consul avant Ausone ; v. 3-4), première place dans l’ordre poétique (v. 5-6). Ausone ne l’emporte que par l’âge (v. 7), mais l’âge n’est rien, puisqu’il ne suffit pas à la corneille pour l’emporter sur le cygne, au phénix sur le paon (v. 8-10), et, ainsi, Ausone doit le céder à Paulin, la « Camène » du premier à la « Muse » du second. Dans le dernier distique, déjà cité, Ausone souhaite alors à Paulin un âge aussi vénérable que celui de leurs pères, c’est-à-dire, au fond, de le vaincre finalement par là aussi. Bien des éléments trouvent des correspondances dans les Ultima : le thème « consulaire » est mentionné à nouveau par Ausone, Quarta tibi 60, et le développement de Paulin, Quarta redit 250-255, semble bien être influencé par l’Epist. 18 (notamment par palmatas, v. 253) ; la comparaison entre les deux poètes est au cœur de Continuata, avec une autre hiérarchie, bien sûr, mais avec des exemples mythologico-littéraires comparables (et la reprise du cygne, bien qu’avec un autre comparé) ; l’allusion à Julius Ausonius et à Paulin « l’Ancien » est reprise dans Discutimus b, v. 9-12, avec la même allusion (longa dies, v. 12) à leur grand âge73. Le jeu entre Camènes et Muses est courant chez Ausone (Protr. 1, Epist. 6, 1, etc.), mais il se retrouve dans Quarta tibi, v. 73-74, où il faut noter que l’orientation est la même : les Muses sont pauliniennes, les Camènes ausoniennes ; or, par-dessus tout, cela n’explique-t-il pas mieux les Musae de Proxima 2 qu’une simple préciosité lexicale ?

  • 74 Sa mise en collection avec les lettres datant de la « jeunesse » de Paulin peut également servir à (...)

121L’ensemble de ces éléments rend cette lettre trop providentielle pour n’être pas celle que l’on recherchait, et cela permet d’affirmer que, contrairement à ce qui a toujours été écrit, cette correspondance est complète pour sa partie en vers. Les lettres en prose jointes aux lettres en vers n’ont pas été tant perdues que non conservées : on peut le regretter, parce que l’on perd avec elles des pièces nécessaires à une interprétation psychologique vraiment fine de cet échange ; mais on peut abandonner l’espoir de les retrouver. On ne s’étonne pas que Paulin n’ait pas conservé l’Epist. 18 : il n’a rien gardé des monuments de sa vie littéraire avant sa conversion ; et l’on n’est pas plus surpris qu’Ausone ne l’ait pas jointe aux Ultima, d’où le fait qu’elle soit transmise, comme toutes les autres lettres à Paulin, dans ζ et non dans Υ : bien que Paulin l’ait reçue avec les premières lettres de plaintes d’Ausone, bien que des liens thématiques, forts qui plus est, on l’a vu, existent, le propos de l’Epist. 18 est entièrement différent74.

  • 75 Très vraisemblablement, Ausone avait fait le choix de renvoyer avec Proxima les deux lettres en ver (...)

122Si le chemin qui mène à elles a pu être difficile, les conclusions sont du moins simples. Après le départ de Paulin pour l’Espagne, Ausone lui écrit, à trois reprises, dont l’une au moins à l’occasion d’un nouvel an, pour lequel il présente les vœux de l’Epist. 18. Les deux autres lettres sont en prose ; Ausone n’en a pas conservé de copie et Paulin ne les a jamais reçues. Ne recevant aucune lettre de Paulin, Ausone s’en plaint d’abord par Quarta tibi, puis, n’ayant toujours aucune réponse, par Proxima. Après cela, Paulin reçoit d’un seul coup75 l’Epist. 18, Quarta tibi et Proxima, et y répond par Quarta redit. Ausone répond à Quarta redit par Discutimus a, et, à la réception de cette dernière, comprenant enfin l’immense quiproquo de cet échange épistolaire, Paulin répond — et termine — par Continuata. Ici s’arrête ce que l’on peut reconstituer de l’historicité de cet échange ; ensuite commence son histoire éditoriale. Paulin ne touche à rien : il se contente de conserver ses propres lettres et celles d’Ausone — moins l’Epist. 18, qui est pour lui une source littéraire mais non une explication et une justification de ses propres lettres, et a un objet contingent, mondain, moins digne de la postérité (ou de la conservation, du moins). C’est dans cet état, malgré des bouleversements introduits par des éditeurs ou des copistes cherchant à combler des pertes et à proposer un ordre satisfaisant, que les manuscrits de Paulin transmettent l’échange. Ausone, lui, veille personnellement à l’édition de ses œuvres, et, à ce titre, ne retient que ses propres lettres et les retravaille, de manière plus ou moins importante, en vue précisément de l’édition. Dans cette édition, qu’elle soit posthume ou non, on ne trouve donc que les lettres d’Ausone ; mais, à une date difficile à fixer, à mon sens dans la deuxième moitié du ve siècle, c’est-à-dire une fois l’édition des œuvres de Paulin parue et diffusée, un copiste ou un éditeur, s’apercevant qu’Ausone avait omis la moitié de l’échange, réintroduit dans le corpus ausonien les lettres de Paulin, dans un état qui est déjà passablement insatisfaisant.

  • 76 Trout 1991. Le 18 janvier 396 est la date de récitation ou de composition du deuxième Natalicium (C (...)
  • 77 La date du départ de Paulin pour l’Espagne ne repose, en effet, que sur la datation des Ultima. Les (...)
  • 78 Étienne 1985, p. 75 ; voir aussi p. 20, où le compte-rendu de la chronologie de P. Fabre n’est pas (...)
  • 79 Fabre 1949, p. 37 et n. 5, a parfaitement raison de dire que l’on ne peut rien conclure des allusio (...)

123Il est assez difficile de donner des dates extrêmement précises à cet échange. Une seule date est absolument certaine : le 18 janvier 396, Paulin était installé à Nole ; on est d’accord pour dire qu’il y était arrivé en 395, à la fin du printemps ou à l’été76. Sachant que Quarta redit est écrit alors que l’été va commencer ou commence, l’été 394 est le terme ante quem, mais, sachant que les courriers ont à cette date encore trois trajets à effectuer pour que l’échange des Ultima soit complet, l’été 393 est plus probable. Cela revient à dire que Paulin a quitté l’Aquitaine, dont il a été absent à la date où il écrit un peu plus de trois ans, début 390, à la rigueur en 389 ; en tout cas, la dernière fois qu’il avait reçu une lettre d’Ausone, c’était avant l’été 390, donc très peu de temps, finalement, après son départ77. En aval, la date de la mort d’Ausone n’a jamais été que supposée ; tout ce que l’on sait, c’est que, évidemment, il meurt après les Ultima ; comme, par ailleurs, il est né en 309 ou 310, on peut légitimement supposer qu’il meurt relativement peu de temps après 393 (ou 394) ; mais d’ici à le « faire mourir » très précisément à l’automne 394 comme le fait R. Etienne78, il y a une marge de manœuvre, d’abord parce qu’il faut « laisser le temps » à Ausone de reprendre ses trois lettres et de les insérer dans une édition en préparation. Ausone, en 393-394, a moins de quatre-vingt-cinq ans ; son père mourant à quatre-vingt-huit ans, son grand-père à plus de quatre-vingt-dix, les probabilités sont en faveur d’une fourchette plus large ; Ausone est de manière à peu près certaine mort avant, au plus large, 401/402, mais pas avant une date que l’on pourrait fixer à 395. 397-399 sont donc le triennium le plus probable. Cela change bien des perspectives, notamment sur les derniers rapports de Paulin avec son maître : plutôt que de se représenter Ausone mourant, méprisé, brisé, dans l’indifférence du più grande discepolo, comme un poète maudit incompris par l’intransigeance de ses plus proches, on se demande si la réconciliation que souhaitait la lettre Continuata ne s’est pas faite ; d’ailleurs, il n’est même pas certain qu’Ausone n’ait plus jamais revu Paulin : on ne sait absolument rien de la manière dont Paulin quitte l’Espagne pour Nole, si ce n’est qu’il s’arrête en chemin à Rome79 ; une halte en Aquitaine, au cas où Paulin aurait pris la voie des terres, restera à jamais indémontrée, mais toujours envisageable.

Haut de page

Bibliographie

Amherdt 2004 = D. Amherdt, Ausone et Paulin de Nole, correspondance : introduction, texte latin et notes, Berne, 2004 (Sapheneia : Beiträge zur klassischen Philologie, 9).

Anglada Anfruns 2012 = A. Anglada Anfruns, Paciani Barcinonensis opera quae extant, Turnhout, 2012 (C.C.S.L., 69B).

Avril 1984 = Fr. Avril, Dix siècles d’enluminure italienne (VIe-XVIe siècles), Paris, 1984.

Avril – Gousset 2005 = Fr. Avril, M.-Th. Gousset, Manuscrits enluminés d’origine italienne, 3, XIVe siècle, I. Lombardie-Ligurie, Paris, 2005.

Baldini 2003 = U. Baldini, The Academy of Mathematics of the Collegio Romano From 1553 to 1612, dans Jesuit Science and the Republic of Letters, éd. M. Feingold, Cambridge (Mass.)-Londres, 2003, p. 47-98.

Becker 1885 = G. Becker, Catalogi bibliothecarum antiqui, Bonn, 1885.

Billanovich 1990 = G. Billanovich, Quattro libri del Petrarca e la biblioteca della cattedrale di Verona, dans Studi petrarcheschi, 7, 1990.

Bischoff 1959 = B. Bischoff, Ein Brief Julians von Toledo über Rhythmen, metrische Dichtung und Prosa, dans Hermes, 87, 1959, p. 147-256, rééd. dans Id., Mittelalterliche Studien : Ausgewählte Aufsätze zur Schriftkunde und Literaturgeschichte, 3 t., Stuttgart, 1966-1981, t. I, p. 288-298.

Bischoff 1966-1981 = B. Bischoff, Hadoard und die Klassikerhandschriften aus Corbie, dans Id., Mittelalterliche Studien…, t. II, p. 49-63.

Brown – Mackay 1988 = Th. J. Brown, Th. W. Mackay, Codex Vaticanus Palatinus latinus 235 : an Early Insular Manuscript of Paulinus of Nola Carmina, Turnhout, 1988 (Armarium codicum insignium, 4).

Cameron 2011 = A. Cameron, The Last Pagans of Rome, Oxford-New York, 2011.

Chatelain 1880 = É. Chatelain, Notice sur les manuscrits des poésies de Paulin de Nole suivie d’observations sur le texte, Paris, 1880 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 14).

Combeaud 2010 = B. Combeaud, D. M. Ausonii Burdigalensis opuscula omnia / Ausone de Bordeaux, œuvres complètes, 2 t. [le second sur disque], Bordeaux, 2010.

Coşkun 2002 = A. Coşkun, Die gens Ausoniana an der Macht : Untersuchungen zu Decimus Magnus Ausonius und seiner Familie, Oxford, 2002 (Prosopographica et genealogica, 8).

De la Mare 1985 = A. C. de la Mare, New Research on Humanistic Scribes in Florence, dans Miniatura fiorentina del Rinascimento (1440-1525) : un primo censimento, éd. A. Garzelli, 1 v. de texte et 1 de pl., Florence, 1985, p. 393-600.

De la Mare 1986 = A. C. de la Mare, Vespasiano da Bisticci e i copisti fiorentini di Federico, dans Federico di Montefeltro : lo stato, le arti, la cultura, éd. G. C. Baiardi et al., 3 vol., Rome, 1986 (Biblioteca del Cinquecento, 30), vol. « La cultura », p. 81-96.

De Marinis 1947-1952 = T. De Marinis, La biblioteca napoletana dei re d’Aragona, 4 t., Milan, 1947-1952.

Dolveck 2015 = Fr. Dolveck, Les Orationes « d’Ausone » et « de Paulin » : examen des problèmes liés à leur attribution, dans Revue bénédictine, 125, 2015.

Étienne 1985 = R. Étienne, Ausone, ou les ambitions d’un notable aquitain, dans Ausone, humaniste aquitain : Revue française d’histoire du livre, 46, 1985, p. 7-98.

Fabre 1948 = P. Fabre, Essai sur la chronologie de l’œuvre de saint Paulin de Nole, Strasbourg, 1948.

Fabre 1949 = P. Fabre, Saint Paulin de Nole et l’amitié chrétienne, Paris, 1949 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 67).

Filosini 2008 = St. Filosini, Paolino di Nola, Carmi 10 e 11 : introduzione, testo e commento, Rome, 2008 (Studi e testi tardoantichi, 6).

Garzelli 1986 = A. Garzelli, I miniatori fiorentini di Federico, dans Federico di Montefeltro : lo stato, le arti, la cultura, éd. G. C. Baiardi et al., 3 vol., Rome, 1986 (Biblioteca del Cinquecento, 30), vol. « La cultura », p. 113-130.

Gentile = S. Gentile, Umanesimo e Padri della Chiesa : manoscritti e incunaboli di testi patristici da Francesco Petrarca al primo Cinquecento, Florence, 1997.

Green 1991 = R. P. H. Green, The Works of Ausonius, Oxford, 1991.

Green 1999 = R. P. H. Green, Ausonii opera, Oxford, 1999 (Oxford Classical Texts).

Guglielmetti 2007 = R. E. Guglielmetti, I testi agiografici latini nei codici della Biblioteca Medicea Laurenziana, Florence, 2007 (Quaderni di « Hagiographica », 5).

Hartel 1999 = W. von Hartel, Sancti Pontii Meropii Paulini opera, 2 t., éd..revue et corrigée par M. Kamptner, Vienne, 1999 [1re éd. 1894] (C.S.E.L., 29-30).

Häse 2002 = A. Häse, Mittelalterliche Bücherverzeichnisse aus Kloster Lorsch : Einleitung, Edition und Kommentar, Wiesbaden, 2002 (Beiträge zum Buch- und Bibliothekswesen, 42).

Kaffarnik 2011 = A. Kaffarnik, Querela magistri Treverensis : Neuedition, Übersetzung und Kommentar, mit einer Beschreibung der Handschrift Bruxelles, BR 10615-729, Berne, 2011 (Lateinische Sprache und Literatur des Mittelalters, 46).

Lebek 1987 = W. D. Lebek, Das Versepitaph Syll.Eln. 2 (ZPE 63, 1986, 83 ff.) und Ausonius, besonders Epitaphia Heroum 35, dans Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 69, 1987, p. 101-105.

Lehmann 1992 = T. Lehmann, Eine spätantike Inschriftensammlung und der Besuch des Papstes Damasus an der Pilgerstätte des hl. Felix in Cimitile/Nola, dans Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 91, 1992, p. 243-281.

Marchiaro 2013 = M. Marchiaro, La biblioteca di Pietro Crinito : manoscritti e libri a stampa della raccolta libraria di un umanista fiorentino, Porto, 2013 (Textes et études du Moyen Âge, 67).

Maïer 1965 = I. Maïer, Les manuscrits d’Ange Politien : catalogue descriptif, Genève, 1965 (Travaux d’Humanisme et Renaissance, 70).

Mondin 1995 = L. Mondin, Decimo Magno Ausonio, Epistole, Venise, 1995

Pastorino 1962 = A. Pastorino, A proposito della tradizione del testo di Ausonio, dans Maia, 14, 1962, p. 41-68 et 212-243.

Pastorino 1971 = A. Pastorino, Opere di Decimo Magno Ausonio, Turin, 1971 (Classici UTET).

Peiper 1880 = R. Peiper, Die handschriftliche Überlieferung des Ausonius, dans Jahrbücher für classische Philologie, suppl., 11, 1880, p. 189-353.

Peiper 1886 = R. Peiper, Decimi Magni Ausonii Burdigalensis opuscula, Leipzig, 1886 (Bibl. Teubneriana).

Pepino 2009 = J. M. Pepino, Eucherius of Lyon : Rhetorical Adaptation of Message to Intended Audience in Fifth Century Provence, Ph. D., Catholic University of America, Washington D.C., 2009, dactyl.

Petitmengin – Ciccolini 2005 = P. Petitmengin, L. Ciccolini, Jean Matal et la bibliothèque de Saint-Marc de Florence (1545), dans Italia medioevale e umanistica, 46, 2005, p. 207-374.

Prete 1962 = S. Prete, The Textual Tradition of the Correspondance between Ausonius and Paulinus, dans Collectanea Vaticana in honorem Anselmi M. card. Albareda, 2 t., Cité du Vatican, 1962 (Studi e testi, 220), t. II, p. 309-330.

Prete 1978 = S. Prete, Decimi Magni Ausonii Burdigalensis opuscula, Leipzig, 1978 (Bibl. Teubneriana).

Raïos 1979 = D. [K.] Raïos, Rem(m)i Favini Carmen de ponderibus et mensuris, th. de doct., latin, dir. Hubert Zehnacker, Strasbourg, 1979, dactyl.

Raïos 1983 = D. K. Raïos, Recherches sur le Carmen de ponderibus et mensuris, Jannina, 1983 (Πανεπιστήμιο Ιωαννίνων, Επιστημονική επετηρίδα φιλοσοφικής σχολής, Δωδώνη : παράρτημα αρ., 19).

Reeve 1977 = M. D. Reeve, Some Manuscripts of Ausonius, dans Prometheus, 3, 1977, p. 112-120.

Reeve 1978 = M. D. Reeve, The Tilianus of Ausonius, dans Rheinisches Museum, 121, 1978, p. 350-366.

Reeve 1980 = [Recension de] Decimi Magni Ausonii Burdigalensis opuscula. Ed. Sextus Prete. Leipzig : Teubner 1978. LXXXVI, 418 S. 2 Taf. (Bibliotheca script. Graecorum et Romanorum Teubneriana.), dans Gnomon, 52, 1980, p. 444-451.

Reeve 1983 = M. D. Reeve, Ausonius, dans Texts and Transmission : A Survey of the Latin Classics, éd. L. D. Reynolds, Oxford, 1983, p. 26-28.

Rizzo 2006 = S. Rizzo, Un codice veronese del Petrarca, dans L’Ellisse, 1, 2006, p. 37-45.

Roberts 1985 = M. Roberts, Paulinus Poem 11, Virgil’s First Eclogue, and the Limits of Amicitia, dans Transactions of the American Philological Association, 115, 1985, p. 271-282.

Rücker 2012 = N. Rücker, Ausonius an Paulinus von Nola : Textgeschichte und Literarische Form der Briefgedichte 21 und 22 des Decimus Magnus Ausonius, Göttingen, 2012 (Hypomnemata : Untersuchungen zur Antike und zu ihrem Nachleben, 190).

Ruysschaert 1984 = J. Ruysschaert, Johann Hess et Valentin Crautwald, rédacteurs en 1514-1515 du manuscrit Vat. lat. 524 pour l’évêque de Breslau Johann Turzo, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 64, 1984, p. 397-401.

Schenkl 1883 = K. Schenkl, D. Magni Ausonii opuscula, Berlin, 1883 (M.G.H., Auct. ant., 5, 2).

Tafel 1914 = S. Tafel, Die vordere, bisher verloren geglaubte Hälfte des Vossianischen Ausonius-Kodex, dans Rheinisches Museum, 69, 1914, p. 630-641.

Tompkins 2002 = I. G. Tompkins, [Recension de] R. P. H. Green (ed.), Ausonii Opera [Oxford, 1999 (Oxford Classical Texts)], dans Bryn Mawr Classical Review, 2002, en ligne (16 déc. 2002).

Trout 1991 = D. E. Trout, The Dates of the Ordination of Paulinus of Bordeaux and of His Departure to Nola, dans Revue d’études augustiniennes, 37, 1991, p. 237-260.

Turcan-Verkerk 2002 = A.-M. Turcan-Verkerk, L’Ausone de Iacopo Sannazaro : un ancien témoin passé inaperçu, dans Italia medioevale e umanistica, 43, 2002, p. 231-312.

Turcan-Verkerk 2003 = A.-M. Turcan-Verkerk, Un poète latin chrétien redécouvert : Latinius Pacatus Drepanius, panégyriste de Théodose, Bruxelles, 2003 (Collection Latomus, 276).

Ullman – Stadter 1972 = B. L. Ullman, Ph. A. Stadter, The Public Library of Renaissance Florence : Niccolò Niccoli, Cosimo de’ Medici and the Library of San Marco, Padoue, 1972 (Medioevo e umanesimo, 10).

Vernet 1957 = M.-Th. Vernet, Notes de dom André Wilmart † sur quelques manuscrits latins anciens à la Bibliothèque nationale de Paris, dans Bulletin d’information de l’I.R.H.T., 6, 1957, p. 7-40.

Villani 1927 = L. Villani, Sur l’ordre des lettres échangées par Ausone et Paulin de Nole, dans Revue des études anciennes, 29, 1927, p. 35-44.

Weiss 1971 = R. Weiss, Ausonius in the Fourteenth Century, dans Classical Influences on European Culture (AD 500-1500) : Proceedings of an International Conference Held at King’s College, Cambridge, April 1969, éd. R. R. Bolgar, Cambridge, 1971, p. 67-72.

Winter 1972 = U. Winter, Die mittelalterlichen Bibliothekskataloge aux Corbie : komentierte Edition und bibliotheks- und wissenschaftsgeschichtliche Untersuchung, th. de doct., dir. R. Schober, Humboldt-Universität, Berlin, 1972, dactyl.

Witke 1971 = Ch. Witke, Numen litterarum : The Old and the New in Latin Poetry from Constantine to Gregory the Great, Leyde, 1971 (Mittellateinische Studien und Texte, 5).

Haut de page

Notes

1 Par défaut, les œuvres de Paulin de Nole sont citées d’après Hartel 1999, et les œuvres d’Ausone d’après Green 1991, mais en prenant en compte les quelques émendations apportées par Green 1999, et dont la liste est dressée par Tompkins 2002 ; cette édition d’Ausone est par bien des aspects la plus achevée bien qu’elle ne traite qu’en passant de la tradition manuscrite. Il sera fait à l’occasion appel aux éditions antérieures, Schenkl 1883, Peiper 1886, Pastorino 1971 et Prete 1978.

2 Des éditeurs modernes d’Ausone, seul R. Peiper édite l’ensemble de ce que l’on appellera désormais commodément les Ultima (en adaptant ainsi une formule dont la paternité revient à B. Combeaud) ; encore ne le fait-il que par fidélité absolue à son manuscrit de base, le fameux Vossianus, Leyde, UB, Voss. lat. fo 111. R. Green donne en annexe quoique éditées à nouveaux frais les lettres de Paulin, mais il ne les commente pas. Amherdt 2004 est le seul à présenter l’ensemble des textes, mais les éléments fondamentaux sont de seconde main. En ce qui concerne les commentaires, les plus complets sont, pour Ausone Mondin 1995, et pour Paulin Filosini 2008 ; le premier, en particulier, est d’une exceptionnelle richesse. La dernière contribution de ce type en date est Rücker 2012 ; curieusement, l’auteur ne se penche que sur une part très restreinte de cette correspondance, les deux premières lettres d’Ausone.

3 L’historiographie de la question n’est pas à négliger mais a fini par acquérir une certaine autonomie d’existence, coupée de ses sources. Quelques contributions résument efficacement cette bibliographie ancienne, à laquelle il ne sera pas fait, sauf exception, référence ; voir principalement Villani 1927 et Prete 1962.

4 Indépendamment des éditions citées, dont les références sont conservées, le texte des Ultima a été entièrement réétabli sur les manuscrits pour cet article ; cependant, sauf exception signalée, le texte donné dans les citations est un texte de consensus, aussi longtemps que la leçon la plus généralement admise, même si je la pense erronée, ne remet pas en cause le propos.

5 Il existe également quatre manuscrits qui ne transmettent que quelques vers des Ultima, et dont on ne tiendra pas compte pour ne pas obscurcir la démonstration. Ce sont :

— Venise, Bibl. Marciana, lat. XII, 69 (3949), copié en Italie du Nord à la fin du xve siècle (pour l’addition qui nous concerne seulement : le reste, également d’une main italienne, date du concile de Bâle) ; il ne contient, ff. 179v-180v, sous le titre Oda Paulini ad Ausonium, que la seconde partie (les iambes) du Carm. 10 de Paulin (ainsi que, f. 178v-179, l’Epicedion in patrem) ; il est issu, probablement directement, du Veronensis disparu (voir ci-après). J’ai pu établir mes collations sur l’original, mais la Marciana a bien voulu me fournir, malgré la fermeture du service photographique, des images d’une qualité remarquable.

— Berne, Bürgerbibl., 330 (n.v.), peut-être copié dans la région d’Auxerre, 2e moitié du IXe siècle ; il ne contient que les vers 28-29 de l’Epist. 22 d’Ausone (inc. Proxima) avec, d’après l’apparat de Schenkl (p. 186), les variantes celandae et loquelas ; il ne peut être classé.

— Paris, BNF, lat. 7297 et Cité du Vatican, Bibl. Vat., Reg. lat. 1638, tous deux du Xe siècle, manuscrits jumeaux du De musica de Boèce ; ils contiennent l’un et l’autre en addition (respectivement f. 102v et 125) les v. 24-27 de la même lettre, avec la variante dum resolutus au v. 25, ce qui les apparente donc aux manuscrits de Paulin (la seule autre variante est inscribe même vers).

6 Reeve 1983 forme un résumé commode que l’on peut compléter par la recension, par le même auteur, de l’éd. Prete (Reeve 1980).

7 Sur ζ, que l’on ne peut pas, malgré l’usage des éditions, confondre avec Z, voir avant tout Reeve 1978. Sur la datation et la localisation du ms. de Cambridge, ainsi que sur les liens qu’on lui prêtait avec υ (voir ci-après), voir Dolveck 2015. Plusieurs références seront faites ci-après aux conclusions de cet article, mais ne reposent pas sur elles ; en un mot, elles refusent l’attribution de l’Oratio autrefois prise comme troisième pièce de l’Ephemeris à Ausone et de l’Oratio attribuée à Paulin de Pella, dans les deux cas au profit de Paulin de Nole ; c’est pour cela que l’on désignera la première, la plus longue, par Oratio maior (Or. mai.) et la seconde, la plus brève, par Oratio minor (Or. min.). — Il faut noter enfin qu’il existe un témoignage de ζ, plus ancien que tous les manuscrits conservés, à travers des reprises dans la Sylloge Elnonensis : voir Lebek 1987.

8 Sur V, voir Tafel 1914, surtout p. 635-637 ; on n’a pas progressé depuis pour la datation et la localisation.

— Sur Q, Turcan-Verkerk 2002, p. 253, n. 42 et la bibliographie citée pour la description du contenu.

— Sur H, voir surtout Reeve 1977, p. 116-118, à cette réserve près que les filigranes ne sont pas le Briquet 12235, même s’ils en sont proches ; cela évite d’avoir à soutenir l’hypothèse d’un manuscrit copié vers 1460-1470 sur du papier non attesté avant 1491 ; noter également que, lorsque R. Peiper dit, dans la préface de son édition, p. xli-xlii, que le copiste de ce manuscrit est aussi celui du ms. du même fonds, 2599, l’examen des deux originaux le dément formellement.

— Sur O, Turcan-Verkerk 2003, p. 25, n. 59, et la bibliographie y citée.

— Sur N, je ne peux que renvoyer globalement à l’ouvrage cité pour O.

Sur P, Reeve 1977, passim ; pour la datation et le passage du manuscrit dans les mains de Pétrarque, voir principalement Avril – Gousset 2005, no 63, p. 135-138 et pl. 206-217 et XXVIII-XXIX ; les éléments à tirer de la décoration avaient déjà été établis par Avril 1984, no 73, p. 87-89 ; pour l’origine précise du manuscrit et des trois autres qui y sont liés, voir Billanovich 1990, p. 233-262, à compléter et corriger par Rizzo 2006.

— Sur W enfin, voir Turcan-Verkerk 2002, passim.

9 La présence de l’Egl. 9 dans ce manuscrit ne doit pas abuser : elle relève d’une tradition indépendante caractéristique de certaines des églogues.

10 Un argument supplémentaire allant dans ce sens est fourni par le manuscrit Cambridge, UL, Kk. v. 34, déjà cité comme le plus ancien témoin connu de la collection ζ. Ce témoin est un cas particulier dans la mesure où il présente certaines leçons et corrections qui l’apparentent à VQO. Je démontre ailleurs (Dolveck 2015) qu’il ne s’agissait nullement de contamination au sens où le copiste reformerait un texte à partir de deux archétypes différents, l’un de type ζ, l’autre de type Υ ; le manuscrit contient deux Ausoniana : l’Oratio dont on croyait qu’elle faisait partie de l’Ephemeris et le Technopaegnion. Pour la première, une contamination est impossible, et ce que l’on a pris pour tel n’est rien d’autre que l’état le plus ancien du texte dont nous ayons le témoignage matériel ; pour le second, on constate que, comme plus loin dans le manuscrit pour le Carmen de ponderibus et mensuris, qui n’est certainement pas contaminé, certaines variantes sont notées au-dessus de la ligne, souvent précédées de vel. Il ne s’agit donc, dans les deux cas, pas de véritable contamination mais de report, dûment signalé, de variantes parfaitement identifiables comme telles. Pour le Technopaegnion, le ms. de Cambridge a pour texte de base celui de ζ, qui ne semble proche d’Υ que parce que les seuls manuscrits utiles pour comparaison dans la descendance de ζ ont trois voire quatre siècles de moins et sont donc bien plus altérés ; et il a, signalées comme telles, des variantes issues d’Υ. Il y a de fortes probabilités pour que le manuscrit ayant servi à la sélection de ces variantes soit le modèle immédiat de Q (et donc sans doute d’O), qui a fourni au copiste du ms. de Cambridge le texte principal du Carmen de ponderibus. Sur la tradition de ce dernier, voir Raïos 1979 (la partie proprement philologique n’a à ma connaissance pas été éditée, mais pour le reste on peut se reporter à Raïos 1983, mis à jour et complété), en ce qui nous concerne surtout p. 79-81 (dans Raïos 1983, p. 85-86) ; les variantes notées dans le Carmen de ponderibus sont issues d’une autre famille dont l’origine n’est pas manifeste.

11 Turcan-Verkerk 2002, passim ; pour l’exemple qui suit, voir p. 292-293. Les deux autres « descendants » de ce manuscrit perdu, certaines des notes de Mariangelo Accursio dans ses Diatribae [in Ausonium], Rome, 1524, et des corrections de la main de Girolamo Aleandro dans un exemplaires de la Iuntina d’Ausone (aujourd’hui Leyde, UB, [impr.] 754 F 9 ; c’est le fameux apographum Schenklianum) permettent à l’occasion de vérifier telle ou telle variante de W, mais leur caractère nécessairement sélectif les rend d’un usage malcommode, et je préfère à ce titre les traiter en codices eliminati, me contentant d’y recourir lorsqu’ils permettent d’identifier à coup sûr une erreur de W qui n’était pas dans son modèle. De mon point de vue, le modèle de W a absolument tout d’un archétype, et même plus, puisque son existence n’est pas déduite de la seule logique stemmatique mais aussi de l’étude historique, et qu’ainsi nous pouvons en avoir une connaissance bien plus précise qu’il n’en va d’ordinaire pour ces manuscrits reconstitués intellectuellement ; j’appelle donc α ce manuscrit qu’A.-M. Turcan-Verkerk siglait @.

12 Je ne fais que résumer rapidement ici le résultat des recherches de Weiss 1971 et Reeve 1977.

13 J’ai utilisé l’un des exemplaires de la Bayerische Staatsbibliothek (Res/4 A.lat.a. 8), qui présente les deux avantages d’être accessible en ligne et d’avoir un report complet, d’une main du xvie siècle, de l’erratum du f. lxxxiiv.

14 Il n’existe aucun usage satisfaisant, malgré le nombre d’éditions, dans la désignation des manuscrits et plus encore des archétypes ausoniens ; je crois que l’usage systématique du grec pour les seconds serait nettement préférable, ne serait-ce que pour ne pas maintenir à l’infini les ambiguïtés de type « collection V / manuscrit V », mais à cette règle on pourrait laisser l’exception de Z pour désigner l’archétype des manuscrits humanistes de la collection ζ. Pour ce qui nous concerne ici, la solution la moins mauvaise m’a semblé être de retenir Υ pour désigner l’Ur-Archetyp en me contentant de transcrire V en grec ; « @ » devient α pour que le changement reste logique, même si la position du manuscrit ne justifie pas qu’il reçoive la première lettre de l’alphabet. Les deux branches issues d’Υ deviennent υ et, en remontant l’alphabet, τ, c’est-à-dire le Veronensis. Ce système devrait permettre de suivre, pour les sous-archétypes d’υ, l’ordre de l’alphabet sans avoir à « perdre » une lettre pour le Veronensis.

15 Le classement des Epistulae (en prose) que je présente ici est le fruit de sondages, de première main (d’où certaines divergences avec l’apparat de Hartel) ; l’envoi à Jovius (Epist. 16 et Carm. 22), qui occupe généralement une position centrale dans les volumes et mêle vers et prose, a été collationné entièrement sur tous les manuscrits, et les résultats obtenus confrontés à des sondages ponctuels dans les dix premières lettres de l’éd. Hartel (soit cinq lettres, puisque les Epist. 3-4 et 6-8 relèvent de la tradition d’Augustin), qui se répartissent à peu près également, dans les manuscrits, entre le début et la fin, et dans les Epist. 10, 14, 24, 40 et 41, les seules que contiennent les manuscrits liés à Florus et les apographes du codex Nolanus. Le texte des Carmina, lorsqu’ils sont présents dans ces manuscrits, a en revanche été bien sûr collationné entièrement, puisque leur édition était l’objet de ma thèse de doctorat.

16 Le recours assez fréquent à la conjecture dans les éditions le prouve régulièrement ; pour ne citer qu’un seul défaut visible de l’archétype initial, il suffit de rappeler que l’Epist. 33, transmise dans toutes les branches, est lacunaire de la fin ; on peut voir aussi, dans le corpus retenu pour les sondages, la lacune de l’Epist. 24, p. 217, l. 1.

17 Je laisse de côté toutes les traditions étrangères à celles des Epistulae et des Carmina varia, qui seraient pour le coup complètement en dehors du sujet ; pour cette raison je n’entrerai pas dans le détail de la tradition des Natalicia qui sont transmis par les manuscrits J et B, et ne traiterai pas des transmissions particulières des Carm. 17 et 31, sauf quand, dans le cas du premier, cela aide à comprendre les relations entre les manuscrits du corpus ici étudié.

18 Fabre 1948, p. 4-5.

19 J’ai essayé, dans la mesure du possible, de conserver les sigles de Hartel, mais des adaptations étaient nécessaires pour éviter les conflits avec les sigles d’Ausone et pour prendre en compte de nouveaux témoins ; les sigles des recentiores sont donc (temporairement pour l’un d’eux, voir plus loin) passés en minuscules et, si besoin, en alphabet latin, et les sigles O et S de Hartel sont inversés pour correspondre à l’usage ausonien, mieux connu.

20 Les sigles y, s et v sont de mon fait : Hartel ne connaissait pas le dernier et tenait les deux premiers pour descripti. La bibliographie sur ces manuscrits est d’abondance variable :

— pour p, il n’y en a pas : le manuscrit a été acquis en 1838 par la BNF auprès du libraire italien Molini, installé à Paris depuis le siècle précédent mais d’origine florentine : reg. des acq., 1833-1848, no 2289 ; la main principale est en cursive humanistique, les annotations et les corrections sont en antiqua mais pourraient être le fait de la même personne ; les filigranes (le premier proche des Briquet 15908-15912, le second des Picard III, ii, 611-612), surtout le second, invitent à proposer une datation vers 1450-1460, en Italie du Nord (Ravenne ? Milan ?) ;

— pour f, voir Gentile 1997, no 33, p. 214-217, et, plus spécialisée sur les testimonia que l’on rencontre régulièrement au voisinage des lettres (divers extraits prosopographiques anciens et le De obitu sancti Paulini d’Uranius), la notice de Guglielmetti 2007, no 163, p. 656-659 ;

— pour s, il n’existe pas de bibliographie à part le catalogue de Bandini, t. II, col. 316, mais voir surtout plus loin ;

— pour v, qui est accessible en ligne, voir la notice attachée aux images du manuscrit, qui résume l’essentiel ; De Marinis 1947-1952, t. II, p. 23, signale que ce manuscrit fait partie d’une série de trois (dont un d’Ausone), tous avec le portrait de Sixte IV, et émet l’hypothèse que, préparés pour lui être offerts mais jamais sortis de la bibliothèque aragonaise, les manuscrits datent de peu de temps avant la mort du pape (en 1484) ;

— pour u, le copiste comme le décorateur sont identifiés, respectivement Francesco Contugi da Volterra et Francesco Rosselli : voir Garzelli 1986, p. 129, et De la Mare 1985, app. I, no 20 (p. 494) ; voir aussi De la Mare 1986, p. 90, n. 42 ;

— pour z, voir Ruysschaert 1984, dont je ne retiens pas la datation parce qu’il est évident, vu sa filiation, que le manuscrit a été copié en Italie même si c’est sur du papier d’Europe centrale ; je ne développe pas ici, mais la répartition des mains, si l’identification est sans doute juste, est largement erronée ;

— sur y, enfin, il n’existe rien, mais on peut se reporter à la notice ancienne, consultable sur Manus ; je tire la datation des filigranes, une aigle à une tête couronnée, Briquet 207, attesté en Italie à cette époque ; des spécialistes pourraient sans doute identifier le motto qui orne certaines des lettres-cadeau (ff. LV, LXXVIII, C, CXv, CLXIVv) : « w.iesus.maria », mais je n’ai eu aucune réponse de la conservation de la Vallicelliana où j’ai posé la question.

21 L’examen du manuscrit confirme qu’il ne contient pas la moindre ligne de Paulin de Nole. Voir la description du catalogue de Stronajolo, t. III, p. 256 ; voir aussi Baldini 2003, p. 70, 74, 77 (n. 6).

22 Hartel 1999, t. I, p. VIII-IX ; le premier en témoigne ipse, dit-il, sans s’être aperçu, apparemment, que la page de titre était l’œuvre de Vincenzo Vettori, qui était en charge de la Vallicelliana au xviiie siècle et en réalisa le catalogue, et non un élément original du manuscrit ; en réalité, Hartel reprend sans contrôle une indication de Chatelain 1880, p. 52.

23 Les autres manuscrits n’ont qu’une simple salutation, à laquelle s’ajoute en général un titre du type Epistola Paulini per versus ad Iovium.

24 quoque Hartel, sur une conjecture de Rosweyd, contre l’unanimité des manuscrits et à mon avis à tort.

25 quam chez Hartel est manifestement une coquille.

26 En revanche on devrait pouvoir identifier assez facilement le modèle de v s’il devait ressurgir d’un catalogage : Carm. 22, 1 libris] libenter v doit remonter à une abréviation mal lue ; Epist. 16, p. 123, l. 25-26 profana — vento] prophanato v doit résulter d’un saut de ligne assez aisé à repérer dans un manuscrit.

27 Maïer 1965, p. 204-205, à compléter désormais par Marchiaro 2013, p. 160-177.

28 Ullman – Stadter 1972, p. 271-291 ; voir p. 282 pour le « Milan Inventory », et 145 pour le catalogue d’Acciaioli.

29 Pour l’identification, voir la n. précédente ; pour la réfutation, voir Petitmengin – Ciccolini 2005, p. 310 (no 394) dont il faut retenir surtout le dernier argument : il y a suffisamment de pièces de vers prises parmi le corpus des lettres pour que l’on ne doive pas faire correspondre la mention de carmina à un ensemble constitué de poèmes. Les notices mentionnent une Vita Paulini (le De obitu sancti Paulini d’Uranius) ; elle devait se trouver dans le premier cahier du manuscrit, aujourd’hui perdu : les testimonia qui accompagnent les lettres du pseudo-Ignace, dans la deuxième partie du manuscrit, précèdent le texte, et il devait en être de même pour Paulin. L’espace fourni par les huit feuillets manquants suffit pour une table, les testimonia et le début de l’Epist. 5, qui est normalement la première lettre dans les manuscrits.

30 Je n’ai pas parlé du très célèbre Tilianus d’Ausone, qui est l’un des représentants de la collection ζ, mais contient deux additions finales (d’origine différente du texte principal et également l’une par rapport à l’autre), une version particulière de l’Ordo urbium nobilium et la lettre Quarta tibi. Ce second Ordo est repris à une édition, ainsi que le déduit Reeve 1977, p. 112-114 ; cependant, contrairement à ce que je crois sous-entendu dans Reeve 1978, p. 350, ce n’est pas vrai de la lettre Quarta tibi, qui a des leçons propres empêchant de la rapprocher des éditions antérieures à A. Le texte du Tilianus est clairement apparenté aux manuscrits de Paulin (il en partage les variantes les plus importantes, notamment celles qui seront étudiées plus loin pour savoir si elles relèvent ou non de l’auteur), bien qu’il témoigne ici ou là de corrections qui sont presque sûrement ex ingenio (par ex., v. 28, obnixum] T et codd. Aus., obnoxium codd. Paul.) ; puisque, d’autre part, il n’a que la lettre Quarta tibi, on peut affirmer sans grand risque que sa source est un recentior de Paulin, vu que ces manuscrits se signalent par le fait que, d’Ausone, ils n’ont que ce texte. Il s’agit d’un manuscrit, donc, mais les variantes mêmes qui l’assurent (notamment les résultats de passages mal ou non lisibles, v. 72 perlustrasse] lustra spat. rel. T ; ibid. loca] om. spat. rel. T) ne permettent pas d’identifier le manuscrit source, puisque aucun de ceux qui sont conservés ne correspond ; selon toute probabilité, T utilise en réalité un manuscrit antérieur à p, plus difficilement lisible (dans le même sens, voir v. 10, redit et] reboat p, om. T sed resultat add. in fine versus). Les éditions d’Ausone, y compris A, reprennent le texte de Quarta tibi à son premier éditeur, Ugoleto (Parme, 1499). Ugoleto, lui, utilise bien un recentior de Paulin, non identifiable précisément. De cette généalogie aux contours encore très imprécis, le texte d’Ausone n’a rien à gagner, mais la connaissance de sa tradition, à cette période charnière, beaucoup.

31 Sur L et M, il n’existe en pratique aucune bibliographie, à part les notices de leurs catalogues respectifs ; L provient de Bonnevaux, où il a été sans doute copié ; c’est le Viennensis des éditions anciennes de Paulin. Sur M, voir plus bas. Sur n1 et n2, il n’existe rien non plus. J’ai eu la chance de voir l’original de ce dernier manuscrit, qui n’est plus consultable, trop endommagé par une encre très acide, mais il en existe à la Vaticane un microfilm satisfaisant.

32 Ce modèle a également été augmenté de lettres prises dans les correspondances d’Augustin et de Jérôme. Le cas est très vraisemblablement le même pour l’Epist. 51, à Eucher de Lyon et Galla, qui résidaient alors à Lérins ; cette lettre n’est plus connue que par L et M et on ne peut pas expliquer pourquoi elle aurait été éliminée et de K et des manuscrits apparentés à S ; en revanche, l’origine rhodanienne d’L et d’M explique aisément un emprunt à une tradition locale d’Eucher, d’autant que la lettre, que suit immédiatement celle d’Eucher à Philon, n’est connue que par ces deux manuscrits. Il me semble que la copie simultanée de l’Epist. 51 de Paulin et de l’Epist. ad Philonem (C.P.L. sub 496) est une garantie pour l’authenticité de cette dernière : c’est un argument à ajouter à l’analyse de Pepino 2009, p. 87-89.

33 Il faut vraisemblablement ajouter à la branche formée par L et M le manuscrit Leyde, UB, Voss. lat. fo 104 (France, peut-être Aquitaine d’après le catalogue, s. XII1), qui contient, ff. 136-139v, l’Epist. 5 seulement (qui est la première dans les manuscrits), entre Isidore et le De amicitia de Cicéron ; j’ai pu le collationner grâce à un jeu de photographies aimablement fournies par Frédéric Duplessis.

34 Une variante signalée dans l’éd. Hartel fait croire qu’M devrait être antérieur à K et à L : Epist. 40, p. 340, l. 7-10 « et lucem — non sunt] exh. M et cod. Cluniac., om. cet » ; en fait, il s’agit d’une glose, forgée à partir de diverses réminiscences bibliques et patristiques banales, sur l’éternité comme propriété divine, qui en outre rompt la paraphrase du καιρός de l’Ecclésiaste sur laquelle Paulin ouvre la lettre. C’est l’occasion de signaler que, malgré ce qu’en dit Hartel, le codex Cluniacus de Lebrun, qu’il cite d’après ce dernier et juge perdu depuis, est à assimiler à M ; les divergences apparentes s’expliquent souvent par le fait que Lebrun, bien que son travail soit exceptionnel, n’est pas toujours un collateur très fidèle. L’histoire récente d’M n’est pas bien renseignée : il faisait partie de la bibliothèque d’Etienne Quatremère, qui fut rachetée par Maximilien II de Bavière, d’où sa présence actuelle à Munich. Rien n’empêche qu’il ait été à Cluny du temps de Lebrun, puis ait été acheté, sans doute après la Révolution, par Quatremère. Dans le catalogue du fonds de Cluny à la Bibliothèque nationale de France, Delisle édite (app. V, p. 383-393) d’après Paris, BNF, lat. 13071, un fragment de catalogue par dom Anselme Le Michel, qui cite un manuscrit en tout point conforme à (p. 384) : Pauli Orosii historia libris 7, cum 44 epistolis sancti Paulini Nolani [je corrige libris V de Delisle d’après le manuscrit, f. 140v]. Scriptus est codex iussu Petri abbatis Cluniacensis. M a bien ces deux œuvres, et le style d’écriture et de décoration correspond à ce que l’on attend de l’abbatiat de Pierre le Vénérable (1122-1156). La table détaillée des lettres de Paulin, signalée mais non imprimée par Delisle (même manuscrit, f. 173), concorde en tout point avec le manuscrit, à part quelques erreurs banales de transcription.

35 Dire que les problèmes floriens sont épineux relève du truisme ; je dois à Pierre Chambert-Protat d’avoir une vision à peu près claire de la question ; pour cela, je ne saurais trop le remercier. La Collectio ex dictis XII Patrum est citée d’après l’édition de Paul-Irénée Fransen et Bertrand Coppieters’t Wallant, 3 t., Turnhout, 2002-2007 (C.C.C.M., 193). Sur k, l’essentiel est dit et la bibliographie principale est citée dans la référence de la note suivante. Sur r, on pourra se reporter au catalogue des Reginenses, pour une description, et à l’introduction d’Anglada Anfruns 2012, p. XXX-XXXV en particulier.

36 Sur la question de ces inscriptions, voir Lehmann 1992.

37 Cameron 2011, p. 481-482, semble comprendre dans cette suscription que « Facistus » n’avait qu’un seul manuscrit à disposition, celui qu’il mentionne ; je ne suis pas certain que ce ne soit pas une vue plus juste que l’interprétation traditionnelle, à laquelle je souscrivais au départ, et qui est à ce titre mentionnée ci-dessus. Dans tous les cas, cependant, je ne crois pas que l’on puisse expliquer cette branche autrement que par une contamination, qui sera avant ou après le manuscrit de « Facistus » s’il n’en est pas lui-même le premier produit.

38 Ces extraits sont les suivants : 1) ff. 17v-18, rom. in mg. (Epist. 24, p. 212, l. 18 novitatem — p. 213, l. 14 provocamus) ; 2) ff. 19-19v, cor. i in mg. (Epist. 24, p. 215, l. 21 quae causa — p. 216, l. 9 suae) ; 3) f. 22, rom. in mg. (Epist. 24, p. 221, l. 4 vides — l. 13 pronuntiat). Seul le troisième extrait correspond exactement à un élément des XII Pères (no 3) ; le no 55 inclut le premier extrait mais s’étend largement en amont et en aval ; il en va de même pour le no 32 et le deuxième extrait.

39 Bischoff 1966-1981, p. 58, attribue indirectement le manuscrit S à Corbie, sans préciser pour quelles raisons. Je suppose qu’il s’appuie sur la mention d’un manuscrit de Paulini epistolae ad multos cité dans les catalogues du xiie siècle (no 244 du premier, 136 du second dans Becker 1885, p. 190 et 280 ; no 243 du cat. B2 et 135 du cat. V2 dans Winter 1972, p. 65 et 108), mais l’identification s’appuie sur des éléments trop ténus pour être affirmée sans risque ; je m’en tiens donc à la datation proposée par dom Wilmart : voir Vernet 1957, p. 14. Le manuscrit appartenait au XVIIe siècle à Claude Dupuy. Sur J, il n’existe pas de bibliographie : cité sans commentaire dans les ouvrages sur la bibliothèque de Saint-Denis, il est resté ignoré des études pauliniennes. Sur B, enfin, voir désormais la notice admirable (que de minimes erreurs n’entachent guère) de Kaffarnik 2011, p. 315-356, qui dépasse pour la description du contenu toutes les tentatives précédentes et synthétise la littérature de datation et de localisation.

40 Sur ces deux manuscrits, voir Brown – Mackay 1988. Le texte de ces deux manuscrits ne diffère que très peu ; je n’ai connaissance de G qu’à travers l’apparat de Hartel et les quelques notes de Th. Mackay, toutes mes tentatives d’obtenir une reproduction du manuscrit auprès de la Bibliothèque nationale de Russie étant restées sans réponse ; ci-après, je ne prends donc en compte que le témoin R, que j’ai pu, lui, collationner sur l’original. G est assez régulièrement un peu plus fidèle à son modèle qu’R, mais ce dernier a sur lui l’avantage d’avoir quelques corrections faites à la pointe sèche, invisibles sur les reproductions, qui remontent au modèle de leur modèle, voire au delà.

41 Peiper 1880, p. 337-341, donne une transcription diplomatique du Carm. 17 tel que l’a V, ce qui rend facile la comparaison avec le texte édité par Hartel, qui correspond dans ses grandes lignes au consensus des autres témoins.

42 La leçon choisie par Hartel est manifestement fausse ; je retiens le texte de V et d’S après correction, qui est la plus satisfaisante : « Mais tandis que le gouvernail de la croix dirige ce navire, en nous nous déployons les voiles pieuses de nos cœurs, alors que le Christ fait se rapprocher le rivage par un vent favorable ». Cela dit, le groupe -sp- fautif qui se retrouve de toutes part dans la tradition est étrange, et je ne sais l’expliquer.

43 Ce qui permet de dire que les cahiers aujourd’hui manquants dans J étaient encore présents au début du xvie siècle. Le texte que Bade fait imprimer est très retouché (et, souvent, de manière très intelligente), parfois difficilement reconnaissable. On y retrouve toutefois des variantes propres à J, non traditionnelles mais, par hasard ou par calcul, vraisemblables. Par exemple, dans les Natalicia : 3, 22 recepti] recepta J Bad. ; 4, 63-64 om. J Bad. ; 10, 303 casum] cassum R (ut solet), causam J Bad.

44 Häse 2002, catalogues A, no 122 (p. 99-101), et Ca, no 373 (p. 164).

45 Sur la probabilité, assez forte, que le modèle de B et la contamination dont il témoigne soient l’œuvre – carolingienne donc – de Sedulius Scottus, voir l’introduction de l’édition des Carmina de Paulin de Nole à paraître dans le Corpus christianorum à la fin de l’année.

46 Aujourd’hui, N est le seul témoin subsistant, mais un autre, à l’Île-Barbe, est attesté et a servi à l’édition princeps, par Jean de Gagny, Lyon, 1536. Turcan-Verkerk 2003, p. 20-23.

47 Sur le De cereo paschali, ibid., passim. L’attribution des Carm. 6 et 33 à Paulin est intenable, parce qu’elle ne repose sur rien d’autre que la présence de ces deux poèmes (transmis sans nom d’auteur) au voisinage d’œuvres pauliniennes dans N ; les irrégularités métriques du premier et l’usage du grec du second condamnent formellement toute tentative d’y voir des œuvres de Paulin, malgré — pour le Carm. 33, personne ne s’étant jamais interrogé sur l’authenticité du Carm. 6 avant Turcan-Verkerk 2003, p. 157-165 — la bibliographie importante sur la question, notamment plusieurs articles de Giuseppe Guttilla. La situation aurait été entièrement différente, en revanche, si ces poèmes avaient eu dans le manuscrit une attribution à « Paulin » comme pour l’Epigramma Paulini, bien que personne ne remette en cause, et à bon droit, la « non-attribution » de cette pièce à Paulin de Nole.

48 Qui est en fait V, ou plus précisément l’autre partie du manuscrit original, Paris, BNF, lat. 8093, ff. 38-38v. La découverte revient à Bischoff 1959, p. 292, n. 10.

49 Dans les séries d’exemples qui suivent, j’élimine pour la clarté de la démonstration les variations orthographiques et autres leçons isolées de tel ou tel manuscrit aussi longtemps que l’on peut les rattacher clairement au groupe principal. De même, lorsque l’on peut hésiter sur la « bonne » leçon, je prends systématiquement par convention celle des manuscrits de Paulin, dans la mesure où il ne s’agit pas encore de discuter du texte définitif à retenir. L’apparat est positif.

50 Prete 1962, surtout p. 315-316.

51 Reeve 1980, p. 447.

52 Le fait que R. Green mette le retrait au vers 30/102 et non au vers 23/95 est une réaction à la théorie de S. Prete, mais ce n’est pas pertinent. L’apostrophe à Paulin vient briser le fil d’un discours élégiaque qui arrivait à son terme ; le vers 30/102 constitue une rupture moindre parce que ce qu’il annonce est la réaction immédiate à ce qui précède.

53 Cela n’a rien d’une « erreur manifeste » comme l’affirme Combeaud 2010, t. II (sur disque), p. 309.

54 Trad. Paul Valéry.

55 Cela rejoint l’analyse de Pastorino 1962, p. 225 (repris dans Id. 1971, ad loc., p. 240), qui défend ainsi la chronologie relative de ces deux versions qu’il juge auctoriales : « Nella prima stesura [quella dei manoscritti di Paolino] calcava [ie. Ausonio] sul motivo del mormorio che induce al sonno, ma saepes depasta, tolto il motivo virgiliano delle api, rimaneva poco chiaro. Riprende allora il motivo virgiliano, includendovi l’erudita citazione della Sicilia (Hyblaeis apibus) e, in tal modo, il verso acquista quella chiarezza che prima lasciava a desiderare. »

56 Il n’existe en outre pas d’autre attestation d’une quelconque formation adjectivale sur Gargara.

57 À propos de ce vers, R. Green le place entre les v. 19 et 20 au motif qu’il brise une série d’exemples non humains, mais il fournit lui-même ad loc., p. 650, l’argument opposé à sa théorie : au lieu de chercher la cohérence, l’auteur procède plutôt par rapprochement d’idées, et l’évocation du pin aux v. 14-15 appelait naturellement celle des cultes de Cybèle, à qui le pin était consacré. En tout cas, il faut noter que ce déplacement serait incompatible avec la possibilité de double recension auctoriale pour cette lettre, puisque ce n’est pas une erreur reproductible.

58 Au v. 40/112, Accurre… / Votis ominibusque bonis precibusque vocatus, la leçon hominibusque d’N est une simple variante orthographique ; on ne saurait l’admettre, comme le fait le dernier des éditeurs d’Ausone, Combeaud 2010 (dans la traduction au moins, le texte latin donnant un mystérieux omnibusque ; voir p. 496-497). Il n’y a, semble-t-il, qu’une occurrence d’hominibus avec o long, Anthol. 387, 2 ; cette licence n’est pas compatible avec la poétique ausonienne.

59 À ce titre, tout argument de pratique ausonienne est forcément invalide ici : s’il y avait une partie du corpus que l’on devait déclarer étrangère à Ausone sur la foi de tels critères, ce serait Discutimus b dont la longueur et la gravité de ton tranchent nettement avec l’ensemble des lettres d’Ausone conservées. Les circonstances de ce dernier commerce épistolaire sont exceptionnelles : leur produit l’est, logiquement, tout autant.

60 La reconstitution de l’ordre du Veronensis, fondée sur H, A et P, est purement hypothétique ; l’ordre des lettres de chaque correspondant est sûr (avec un léger doute pour Quarta tibi), de même qu’il est sûr que le manuscrit n’alternait pas lettres d’Ausone et de Paulin ; en revanche, il n’est pas sûr que les lettres d’Ausone précédaient celles de Paulin plutôt que l’inverse.

61 La leçon ut vis ne fait pas consensus parmi les éditeurs ; mais même sans elle, il est clair que Paulin cite Ausone.

62 On verra que, dans tous les cas, il a existé d’autres lettres, perdues : Proxima nostrae querimonia chartae ne se réfère donc pas forcément à la lettre Quarta tibi. Cependant, je n’ai pas trouvé d’argument particulièrement fort dans la bibliographie sur la question pour défendre l’ordre Proxima puis Quarta tibi : le seul est finalement celui de Schenkl, qui y voit une mesure d’économie : puisque Quarta tibi est, selon son incipit même, la quatrième des lettres d’Ausone restées sans réponse, Schenkl préfère supposer que l’une des trois lettres précédentes est Proxima pour qu’il n’en reste que deux, et non trois, de perdues.

63 Pastorino 1962, p. 214-215. L’ajout de l’argument de la compétence linguistique de Julius Ausonius m’est propre : cf. Epiced. 9-10.

64 L’analyse de Continuata, et donc de l’ensemble des Ultima, que donne Roberts 1985, est la seule pleinement satisfaisante, et, également, la seule véritablement argumentée. Il me semble que la source de Continuata 35-38 est plus Lucrèce 3, 3-13 que Virgile, Egl. 1, 22-25 (voir p. 275), mais cela, de toute façon, n’enlève rien à la force intertextuelle de Continuata 48, en position d’envoi, et donc rien à l’analyse de M. Roberts.

65 Mais la raison de fond, à mon avis, est de clarté et de précision : Ausone n’attendait pas tant une réponse en vers (tuas… Musas) qu’une réponse tout court (tuam… vocem). Voir aussi plus loin, n. 74.

66 Le nombre quatre est assuré ; je ne comprends pas que l’on ait pu s’interroger sur la valeur de la rubrique de V, Cum Pontius Paulinus iunior quartis (je souligne) iam litteris non respondisset sic ad eum scriptum est : elle est évidemment nulle, et ce n’est qu’une simple erreur influencée par l’incipit de la lettre (que ne commet pas W). Dans un autre sens, la reconstitution de Coşkun 2002, p. 99-111, repose sur l’idée que Quarta… epistola désigne en fait un ensemble de quatre lettres précédant la lettre Quarta tibi (voir surtout p. 108, n. 72), idée qui, à mes yeux, sur-interprète le texte. Elle est cependant compatible avec les conclusions exposées ici.

67 Communication privée à Stefania Filosini, citée dans le commentaire de cette dernière ad loc. Encore ne la reçoit-elle pas, pour des raisons d’ordre stylistique qui, d’après ses exemples, ne s’appuient que sur le corpus des vers 1-8 de cette lettre, et, à cause de cela même, sont infondées.

68 Cette correspondance n’est pas pertinente ici : son objectif premier n’est pas de littérature mais d’édification, et il faut la rapprocher des correspondances patristiques, non des correspondances poétiques, dont la finalité est au premier titre littéraire, et dont Ausone est ici l’exemple.

69 R. Green évoque la possibilité, sans y croire, p. 647, que l’Epist. 19 soit une des lettres préliminaires aux Ultima, parce que « it is possible that Paulinus’ absence began with his convalescence at Ebromagus (Ep[ist]. 19b, 16-17) ». C’est en fait impossible, puisque le reproche d’Ausone porte clairement sur une absence de l’Aquitaine (Quarta redit 1, patriis… terris).

70 Coşkun 2002, p. 98, n. 249, date cette lettre après 379 (le consulat d’Ausone, mentionné dans la lettre), mais également avant 380/381 (Paulin consularis Campaniae). La datation post quem est irréfutable, et d’ailleurs aussi ancienne que la critique ausonienne ; mais la datation ante quem est sans fondement.

71 Witke 1971, p. 11.

72 R. Green maintient à raison le congere du consensus des manuscrits contre la conjecture consere d’Avanzi.

73 Julius Ausonius meurt à 88 ans : Étienne 1985, p. 13. La gens Paulina avait sans doute une longévité comparable : Paulin meurt, en 431, à plus de quatre-vingts ans. D’ailleurs, ne pourrait-on déduire de l’aut d’Ausone que Julius Ausonius et le père de Paulin sont morts au même âge exactement ? Ce serait un élément nouveau, sinon capital, à apporter à la biographie pour le moins incertaine du second.

74 Sa mise en collection avec les lettres datant de la « jeunesse » de Paulin peut également servir à expliquer, en plus des Musae de Proxima 2, leur remplacement par la simple vox : l’Epist. 18 étant éditée ailleurs, l’allusion n’est plus directement pertinente et justifie révision.

75 Très vraisemblablement, Ausone avait fait le choix de renvoyer avec Proxima les deux lettres en vers précédentes, par précaution : les trois lettres, copiées alors à la suite, expliquent avec la meilleure idonéité possible que Paulin emploie pour les désigner le mot pagina.

76 Trout 1991. Le 18 janvier 396 est la date de récitation ou de composition du deuxième Natalicium (Carm. 13 Hartel), qui se désigne lui-même comme nolan.

77 La date du départ de Paulin pour l’Espagne ne repose, en effet, que sur la datation des Ultima. Les « trois ans » sont cités comme étant des mots d’Ausone ; cette durée, à la date à laquelle écrit Paulin, a donc augmenté, peut-être de manière un peu conséquente si la lettre qu’il cite n’est pas la dernière écrite par Ausone, mais en tout cas sans que l’écart soit notable ; voir, sur cela, Fabre 1948, p. 105-106. Je ne comprends alors pas d’où provient la date de départ à l’automne 389, qui prend pour P. Fabre (et tous les historiens à sa suite) un caractère d’absolue nécessité : « Il a donc à ce moment quitté l’Aquitaine depuis près de quatre ans en tout cas, au moins depuis l’automne 389 » (p. 105) ; au contraire, si Paulin était parti dès l’automne 389, la mention de trois ans qu’il cite serait, comme le dit lui-même P. Fabre, caduque, et n’aurait pas été citée de cette manière ; c’est donc qu’à la veille de l’été 393 cela fait trois ans révolus, mais la quatrième année pas encore assez entamée pour être comptabilisée, que Paulin a quitté l’Aquitaine ; c’est-à-dire que son départ, s’il n’est pas postérieur au printemps 390 inclus (parce que la dernière lettre qu’il avait reçue était antérieure à l’été 390), ne peut pas non plus être antérieur à l’hiver 389. Tout cela, enfin, doit être encore pondéré par la possibilité que Quarta redit date non de l’été 393 mais de l’été 394, possibilité faible mais non nulle.

78 Étienne 1985, p. 75 ; voir aussi p. 20, où le compte-rendu de la chronologie de P. Fabre n’est pas très fidèle. Coşkun 2002, p. 111, arrive à la même conclusion que R. Étienne, par un raisonnement un peu différent dans le détail ; mais ni l’un ni l’autre ne prennent en compte la question éditoriale soulevée par les versions doubles des Ultima d’Ausone, qui impose une datation et plus large, et moins affirmative.

79 Fabre 1949, p. 37 et n. 5, a parfaitement raison de dire que l’on ne peut rien conclure des allusions trop vagues, et peut-être uniquement symboliques, des deux premiers Natalicia.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franz Dolveck, « L’ultime commerce épistolaire d’Ausone et de Paulin de Nole », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 127-1 | 2015, mis en ligne le 15 juin 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://mefra.revues.org/2789 ; DOI : 10.4000/mefra.2789

Haut de page

Auteur

Franz Dolveck

École française de Rome — fdolveck[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org