Navigation – Plan du site
Varia

Pacensis : les noms de la cité de Fréjus et l’histoire coloniale sous Auguste

Michel Christol

Résumés

L’ajout de termes dans la citation de la colonie romaine de Fréjus par Pline l’Ancien contient une originalité qui pourrait s’expliquer par les développements de l’histoire de cette communauté postérieurement à la fondation. La présence dans le territoire de nombreuses inscriptions de légionnaires, datées de haute époque, est aussi très originale, car le plus souvent les légionnaires démobilisés demeurent à proximité de leurs campements. On peut penser que le titre Pacensis rappelle l’époque de la Paix Auguste, postérieurement à la pacification des Alpes. L’aménagement du réseau routier au nord-ouest de l’Italie au lendemain de l’intégration des territoires alpins aurait pu s’accompagner d’un renforcement légionnaire de la colonie, mieux à même de rendre compte des témoignages épigraphiques qui distinguent Fréjus des autres colonies de vétérans de la Gaule Narbonnaise.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour Narbonne : Gayraud 1981, p. 146-147, p. 176-178 ; pour Arles : déjà Constans 1921, p. 52-53, (...)
  • 2 Christol 1994.

1La connaissance de la dénomination officielle des cités de Narbonnaise s’appuie pour beaucoup sur ce qu’apprennent les inscriptions qui livrent, soit par des sigles, soit sous une forme moins laconique mais plus ou moins respectueuse de l’intégrité du formulaire, ce que l’on appelle la « titulature civique ». La documentation est inégale, il est vrai, mais les quelques cités mieux loties par leur richesse documentaire livrent ainsi, à travers leur dénomination, des détails de leur histoire officielle1. Il y a aussi Pline le Naturaliste qui dans ses citations reprend vraisemblablement des documents officiels2, et qui en les reproduisant plus ou moins fidèlement permet de retrouver des dénominations établies dans un cadre institutionnel bien précis, celui de la province. Toutefois il n’est pas le seul auteur à apporter son concours à la question. Pomponius Mela, qui lui est antérieur de quelques décennies, est aussi riche d’informations comme on le verra, et Tacite lui-même, dans quelques cas ponctuels, apporte sa propre contribution.

L’apport de Pline l’Ancien

  • 3 Pline, NH, III, 5, 31-16 ; on se référera à l’édition de Zehnacker 2004, p. 22-25.
  • 4 Duval 1971, I, p. 368-379.
  • 5 Le cas d’Aquae Sextiae mérite une mise au point. J. Gascou dans le commentaire d’une inscription d (...)

2Lorsqu’il présente les colonies romaines de la Narbonnaise, Pline donne à lire, en effet, des renseignements précieux3. Lors de la rédaction de son œuvre, à l’époque de Vespasien4, elles sont alors au nombre de sept, pas davantage peut-on penser5. Deux d’entre elles sont citées isolément, lorsque cet auteur développe la présentation du littoral : ce sont Narbonne et Fréjus. Puis les cinq autres apparaissent dans une énumération s’achevant par la mention de Vienne.

  • 6 Christol 1994, p. 51-52, p. 58 ; sur la méthode de Pline on se référera aussi, à propos d’un conte (...)

3Ainsi, on trouve d’abord Narbo Martius Decumanorum colonia (III, 5 (4), 31). Comme elle est citée dans le propos initial, la plus vieille colonie de la province, refondée par César, ne reparaîtra pas plus loin, lorsque Pline arrive aux communautés qui sont situées in mediterraneo. Il en va de même de la colonie de Fréjus, Forum Iulii Octavanorum colonia, quae Pacensis appellatur et Classica. Elle est citée un peu plus loin (III, 5, 35) dans un passage qui s’appuie toujours sur une description de la côte (in ora autem…). C’est seulement par la suite que l’auteur passe in mediterraneo. Il énumère alors une série de cinq colonies : Arelate Sextanorum, Baeterrae Septimanorum, Arausio Secundanorum, in agro Cavarum Valentia, Vienna Allobrogum (III, 5 (4), 36). Le texte de Pline se présente à ce moment comme une suite rigoureuse, dans laquelle les intrusions discursives sont rares et toujours réduites à l’essentiel, comme si l’auteur avait surtout souhaité, sans se laisser aller à des fioritures de langage, dérouler une liste devant le lecteur, liste qu’il avait lui-même devant ses yeux. Il continue de la même manière lorsqu’il passe aux oppida latina : l’énumération est toujours d’une extrême sécheresse. C’est pour cette raison que l’on estimera qu’est minimale la part d’intervention personnelle dans la rédaction, peut-être même qu’elle est inexistante. La source paraît copiée avec une très grande fidélité. Pline ferait ainsi passer à notre connaissance le contenu d’un document officiel. En effet, après d’autres il nous a semblé qu’il s’appuyait sur une liste appartenant à la formula provinciae, mais qu’en ce passage le rapport au document était peut-être plus explicite qu’ailleurs6, puisque le terme de formula était utilisé, à un moment qui correspondrait à l’abandon de cette source.

  • 7 On relève que dans la liste des oppida latina, composée en ordre alphabétique, la cité d’Augusta T (...)
  • 8 Pflaum 1968, p. 378.
  • 9 La date admise traditionnellement est celle de 16-13, correspondant à un nouveau séjour d’Auguste (...)
  • 10 Explication fournie par Cuntz 1988, p. 13 : « Baeterrae ante Arausionem a Plinio fortasse sunt pos (...)

4Si l’on aborde à présent la composition de ce document, on peut aussi envisager que pour les colonies de droit romain il suivrait un ordre fondé sur l’ancienneté de fondation, dans la mesure où la liste que Pline avait sous les yeux aurait été complétée peu à peu, c’est-à-dire construite sur une base mais augmentée au cas par cas. Un premier temps aurait été celui de la mise en forme du document de base, qui paraît bien assuré : vraisemblablement en 27 av. J.-C., au moment où Auguste résidait à Narbonne7. Puis auraient été introduites dans le document que l’auteur consultait quelques observations complémentaires. Elles se rapporteraient à la création d’une nouvelle colonie de vétérans, celle de Valence, puis à l’élévation de Vienne du statut de colonie de droit latin à celui de colonie de droit romain sous Caligula8. Cette cité passait ainsi dans la catégorie supérieure, et sur le document officiel se seraient produites pour cette raison une soustraction d’un côté et une addition de l’autre. S’ajouteraient les modifications de la liste des oppida latina provenant de la perte d’autonomie imposée par le rattachement d’un certain nombre d’entre eux à une communauté plus importante, comme ce fut le cas pour ceux qui furent rattachés à Nîmes par Auguste9. Ainsi le document de base, plus ancien que l’époque de Vespasien, aurait été tenu à jour dans la version utilisée par l’auteur, mais ce n’est sûrement pas l’auteur lui-même qui aurait procédé aux rectifications imposées par l’évolution provinciale, Pline se contentant de suivre, plutôt passivement, ce que lui donnait la source, sans se soucier d’apporter une présentation personnelle. C’est ce qui permettait d’éclairer que Baeterrae (Béziers) soit mentionnée avant Arausio (Orange), alors que l’on avait envisagé auparavant, en supposant que l’énumération des colonies de droit romain aurait été construite en ordre alphabétique (la digestio in litteras), comme la liste des oppida latina qui venait à la suite, qu’une interversion10 des noms se serait produite dans la tradition manuscrite, plaçant Baeterrae avant Arausio. Finalement on dégagerait comme hypothèse d’ensemble qu’un ordre protocolaire existerait et qu’il se fonderait sur l’ancienneté de création.

  • 11 Voir n. 8 ainsi que, plus récemment, la notice de Gascou 2004 dans ILN Vienne, 1, p. 37-39.
  • 12 Sur ce point Christol 1994, p. 55-56. Récemment une autre interprétation a vu le jour, qui place l (...)

5Laissons pour l’instant de côté les deux dernières colonies, Valence et Vienne, qui sont, à notre avis, les deux dernières fondations au moment où Pline le Naturaliste rédigeait son œuvre. Vienne fut élevée du rang de colonie latine au rang de colonie romaine, à titre honorifique, sous Caligula11 ; Valence aurait été créée comme colonie romaine antérieurement à l’avènement de ce prince mais, à notre avis, seulement après que fut installée la dernière des colonies de vétérans dont l’unité était mentionnée12.

  • 13 Ce constat peut se dégager d’une comparaison avec le texte de Pomponius Mela qui apporte, tant pou (...)
  • 14 Dans l’ordre chronologique : AE, 1930, 70 ; CIL, VI, 1006 ; CIL, XII, 701, inscription revue par C (...)
  • 15 Après Vienne, ce fut le cas d’Avignon et d’Aix-en-Provence. Pour Avignon l’élévation devrait résul (...)
  • 16 À Narbonne, dans l’ordre chronologique : CIL, XII, 4344 ; 4345 ; 5366 ; 4349. À Béziers : CIL, XII (...)
  • 17 Solin 2011.
  • 18 Le fait ressort des accusations portées par les Lyonnais qui au moment de la descente des armées d (...)
  • 19 La cité fut fondée pour des soldats ayant combattu en Hispanie, selon Liv., Per., LV, 4 : Le Roux (...)

6On doit relever un net contraste dans les formes de citation. Pline et, sans aucun doute, sa source13 dénommaient un premier groupe de colonies (Narbonne, Arles, Béziers, Orange et Fréjus) de la même manière, en accolant au toponyme (Narbo Martius, Arelate, Baeterrae, Arausio, Forum Iulii), placé en tête, le nom de l’unité légionnaire qui avait fourni les vétérans, respectivement les Decumani, les Sextani, les Septimani, les Secundani, les Octavani. Et c’est aussi sur le modèle de ces citations que, pour les gens des colonies eux-mêmes, s’instaura une manière de se dénommer collectivement. Elle apparaît dans la documentation épigraphique à plusieurs reprises, par exemple pour les Arlésiens14. Ils pouvaient ainsi, en invoquant des origines militaires, se distinguer des colonies de droit latin ou des colonies romaines honoraires, dont le nombre s’accrut au IIe siècle15. Les témoignages de cette mémoire des origines existaient encore au IIIe siècle ap. J.-C. L’ensemble de la documentation provenait de Narbonne, de Béziers, et d’Arles16 ; Orange apporte aussi quelques témoignages17, mais rien de comparable n’a encore été mis au jour à Fréjus. Néanmoins, si au témoignage de Tacite les Viennois ne pouvaient pas faire valoir une telle origine18, le nom de Valence comporte une incontestable connotation militaire, qu’éclaire un parallèle avec la cité de même nom établie en Hispanie19, mais le nom que Pline découvrait dans sa source et qu’il reproduisait dans son œuvre marquait une nette différence de dénomination avec les colonies précédant dans l’énumération. Au sein des colonies romaines d’origine militaire une distinction avait donc été établie entre cinq d’entre elles d’une part et Valence d’autre part.

7Toutefois dans le premier groupe dont on signalait quels étaient les légionnaires de fondation, le cas de Fréjus est remarquable, car la dénomination que l’on trouve chez Pline s’écarte un peu du modèle adopté pour les autres, par une amplification notable. La citation est plus longue et elle se singularise par des adjonctions que les mots expriment nettement, car à l’expression Forum Iulii Octavanorum s’en ajoute une autre, elle-même formulée d’une manière complexe : quae Pacensis appellatur et Classica. On peut considérer que Pline, lisant sa source et la transcrivant, soulignait les traces d’une histoire singulière, distinguant Fréjus de Narbonne, d’Arles, de Béziers et d’Orange, et qu’il livrait à son lecteur les titres qui exprimaient cette singularité. Dans la mesure où l’on a la trace de remaniements de la source qui pourraient être indépendants de l’auteur lui-même, c’est-à-dire qui lui auraient été livrés par l’histoire même de cette dernière entre le moment de sa rédaction et celui de son utilisation, on se demandera si, presque à son insu, Pline ne livre pas d’intéressantes données chronologiques sur l’évolution de cette colonie de vétérans.

Les particularités de l’épigraphie de la colonie de Fréjus

  • 20 C’est ce constat qui est à l’origine de l’article de Keppie 1995 (= Keppie 2000, p. 233-238). Sur (...)

8Un autre trait original de l’histoire de la colonie dans ses premiers temps, que fait ressortir fermement du corpus épigraphique, est le nombre important d’inscriptions de militaires et de vétérans, et la grande diversité des unités qui ont apporté leurs vétérans dans la cité20. Cette caractéristique de l’épigraphie locale met à part Fréjus, et même à plusieurs titres (fig.1).

Fig. 1 - La répartition des inscriptions de soldats et vétérans légionnaires dans le territoire de Fréjus (carte M.-J. Ouriachi).

Fig. 1 - La répartition des inscriptions de soldats et vétérans légionnaires dans le territoire de Fréjus (carte M.-J. Ouriachi).
  • 21 Keppie 1995 (= Keppie 2000, p. 237-238), qui parle à plusieurs reprises de « reinforcement ».

9On peut se demander si ce constat ne vient pas éclairer le précédent. En effet, d’un côté, les adjonctions textuelles que livre le texte de Pline feraient envisager que l’histoire de cette colonie ne se serait pas achevée lors de la fondation, qu’elle aurait été une construction progressive et qu’elle aurait comporté d’autres étapes que l’installation des légionnaires, remémorée aussi par Pomponius Mela. D’un autre côté, les données provenant des inscriptions de la cité, réunies dans le recueil des ILN puis dans des publications qui ont fait suite, feraient penser que la colonisation militaire ne se limita pas au temps de la fondation par les vétérans de la Huitième Légion et que d’autres installations se seraient produites. Il semble toutefois possible d’aller plus loin que ce constat. La dénomination originale qui se dégage du texte de Pline, souligne qu’au moment de la fondation, certes essentiel mais seulement premier, s’ajouteraient d’autres moments, suffisamment importants pour imposer dans la dénomination de la communauté une marque résistant à l’usure du temps. L’hypothèse avait été avancée par L. Keppie21. Son réexamen montre que l’on peut non seulement l’adopter mais encore la reprendre pour approfondir la portée. En précisant sa signification on enrichit la connaissance de l’histoire de cette colonie romaine placée aux limites orientales de la province, presque au contact des Alpes et de l’Italie.

  • 22 Gébara – Digelmann – Lemoine, 2012, p. 397 (notice 74*).
  • 23 Keppie, 1995, p. 369 avec n. 29 (= Keppie 2000, p. 235) ; cet auteur émet toutefois un doute en in (...)
  • 24 Pflaum 1978, p. 275.
  • 25 Brun – Boréani 1999, p. 304 (notice 031) ; Feugère – Mauné 2005-2006, p. 458, n° 57.
  • 26 Gascou – Janon 1985, p. 25-28 dans ILN Fréjus, ainsi que carte et index des lieux en fin d’ouvrage (...)
  • 27 Un autre témoignage épigraphique de ce gentilice pour un sévir augustal, à Aix-en-Provence (CIL, X (...)

10En effet, sans qu’il y ait matière à étonnement – car les inscriptions des vétérans de l’époque triumvirale sont naturellement plutôt rares – les témoignages sur la présence des légionnaires fondateurs eux-mêmes sont rarissimes. On ne relève qu’une inscription, d’ailleurs d’interprétation complexe, comme l’ont relevé J. Gascou et M. Janon, puis L. Keppie (CIL, XII, 263 = ILN 16) : Kalavia M(arci) f(ilia) (centurionis) leg(ionis) IIX, hic sit(a), sacrorum. Elle proviendrait de la ville chef-lieu22. J. Gascou et M. Janon ont retenu le commentaire de Hirschfeld, qui considérait que le mot uxor devait être sous-entendu, comme dans d’autres cas signalant une épouse de personnage supposé important. On l’a traduite de la sorte : « Kalavia, fille de Marcus, épouse d’un centurion de la Huitième Légion ; ci-gît ; prêtresse ». C’est ce qu’a repris L. Keppie23. J. Gascou et M. Janon écartent comme moins probable – et selon nous à raison – l’interprétation qui ferait de (centurionis) l’apposition du génitif M(arci), prénom du père de Kalavia, même si cette interprétation ancienne a été revalorisée par H.-G. Pflaum24. Le gentilice du centurion n’est pas connu, mais l’implantation de la gens Kalavia (= Calavia), celle de l’épouse, qui est d’origine italienne puisqu’elle est attestée en Campanie, est renforcée par la connaissance d’un sceau marqué L•CALAVI / PANCARPI, mis au jour au Cannet-des-Maures25 dans le territoire de la colonie, tel qu’il sera étendu26 après absorption des agglomérations de droit latin qui s’y trouvaient enclavées, Matavo et Forum Voconii : il se réfère à un affranchi de cette famille, faisant marquer de la sorte une production céramique sur un domaine27.

  • 28 ILGN, 25 = ILN 144 ; Pflaum 1978, p. 276.
  • 29 Keppie 1995, p. 369 avec n. 30 (= Keppie 2000, p. 235).
  • 30 Brun – Boréani 1999, p. 209-210 avec fig. 70.

11On n’est pas assuré pour l’instant qu’il y ait dans l’épigraphie de la cité un autre vétéran de cette unité. Une inscription d’Ampus, qui se trouve dans le territoire sur la route reliant Fréjus à la colonie latine de Riez28, se réfère à un soldat de la Huitième Légion : [.] Casin[io ---] / io[---] / iuo, mil(iti) le[g(ionis)] VII[I], specul/ atori, obito / an(norum) XXVIII. L’épitaphe est précoce, mais ce n’est pas explicitement un vétéran. Il s’agirait, comme l’observent J. Gascou et M. Janon dans leur commentaire, d’un soldat recruté à Fréjus, apparemment pour servir dans l’unité fondatrice. L’incertitude qui demeurait sur le numéro de l’unité légionnaire29, a été levée par la redécouverte de l’inscription et son réexamen30. Qu’il appartienne à la Huitième, ou qu’il appartienne à la Neuvième – ce qui n’est pas exclu– il s’agit vraisemblablement d’un témoignage sur la persistance des traditions militaires dans le milieu social de la colonie.

  • 31 L. Keppie fait aussi remarquer qu’il est possible que dans l’inscription incomplète provenant du L (...)

12En revanche, dans le territoire de la colonie sont attestés les vétérans d’autres unités légionnaires [fig. 1]. Le nombre des témoignages est remarquable, comme l’a déjà relevé L. Keppie. La légion XXIa (Rapax) et la légion IXa (Hispana) sont les deux unités fréquemment citées, mais pas seulement31.

  • 32 CIL, XII, 259 = ILN Fréjus 18 ; Solin 1994, p. 317 (qui recommande de ne pas tenter de corriger le (...)

13On citera d’abord, car il est isolé pour l’instant, le cas d’un vétéran de la légion XIXa, unité appartenant à l’armée de Germanie inférieure entre 13 av. J.-C. et 9 ap. J.-C., qui disparut lors du désastre de Varus. L’inscription, qui provient de la ville de Fréjus, a disparu : M. Crasso / Fenestellae / veterano l(egionis) XIX. Sans appartenir aux premiers temps de la colonie, cette inscription ne peut pas trop dépasser l’époque augustéenne, mais le service du personnage se place incontestablement durant cette période, puisqu’il avait nécessairement quitté l’unité avant l’année 9 de notre ère32.

  • 33 ILN Fréjus 17.

14On mentionnera aussi une inscription de Fréjus, dont J. Gascou et M. Janon ont relevé, par la forme des lettres, la date assez haute (ils proposaient l’époque julio-claudienne)33. Mais le texte est incomplet en conséquence du remploi de la plaque sur laquelle se trouvait l’épitaphe du vétéran et de son épouse : [-]COR[---] / [S]EVER[---] / [VET]ERANV[S•LEGIONIS] / [IIII] MAC[---] / [--]LIAE•L•F[---] / [C]OIVGI• [---] / T•F•[I]. Bien des possibilités existent pour restituer la lacune du début de la ligne 4, mais sous les trois lettres manquantes à la ligne précédente c’est un numéro d’ordre assez long qu’il faut envisager : plutôt donc la IIIIa Macedonica que la Va, en tenant compte que nous serions vraisemblablement dans les premières années du Ier s. ap. J.-C. (fin de l’époque augustéenne et début des julio-claudiens).

  • 34 CIL, XII, 260 = ILN Fréjus 115 ; Brun – Boréani 1999, p. 296 avec fig. 219 (notice 029).
  • 35 AE, 1979, 397 = ILN Fréjus 125 (sur une plaque de marbre) ; voir aussi Brun – Boréani 1999, p. 583 (...)
  • 36 CIL, XII, 261 = ILN Fréjus, 19.
  • 37 Bérato – Gascou 1997 (d’où AE, 1997, 1023).

15Il y a également un groupe assez consistant, se rapportant à la légion VIIIIa. Une inscription provient de Callian34, qui serait le lieu d’implantation d’une agglomération secondaire dans le territoire colonial : on y a recueilli sept inscriptions, dont des témoignages sur plusieurs sévirs augustaux. Le texte conservé est le suivant : G(aio) Kafatio G(aii) f(ilio) / Ani(ensi tribu) Capitoni / veterano leg(ionis) / VIIII parent[i ---]. L’inscription a été placée à l’époque julio-claudienne par J. Gascou et M. Janon, ce qui laisse ouvertes bien des possibilités, puisque la citation de l’unité oriente vers une époque assez haute. Une autre provient du Puget-sur-Argens, qui se trouve sur la route de Fréjus à Riez, mais à peu de distance de Fréjus35. Le texte est le suivant : C. Novellio / Q.f. Ani(ensi tribu),/ veterano / leg(ionis) VIIII. L’inscription a été placée entre les guerres civiles et le milieu du règne de Tibère par J. Gascou et M. Janon. J.-P. Brun et M. Boréani retiennent aussi une datation précoce, en estimant que l’on se trouverait « à la première ou à la deuxième génération de la déduction coloniale ». Il faut de même citer une inscription de la ville de Fréjus36, dont le texte, disparu, est d’une interprétation délicate. Elle fait état d’un haut gradé de l’unité, ayant parcouru dans la colonie une carrière municipale jusqu’au duumvirat. L’inscription se présenterait de la sorte : [C(aio ?) I]ulio C(aii) f(ilio), primopil(o) / [leg(ionis) VI]III Hispan(ae) D PRO / [---] II vir(o) [col]on(iae) ? Priamum. La datation retenue par J. Gascou et M. Janon (entre Octave-Auguste et 40 env.) est très large et l’ampleur de l’intervalle devrait être réduite. Il faut ajouter à présent une inscription provenant de Vidauban37, au cœur du territoire, mais à proximité du lieu où l’on situe Forum Voconii. Le texte est aussi mutilé, et même la lecture de la première ligne est délicate : T•CRI[ 4 ou 5 l.]+ LEG•IX. Par la suite on trouve, au nominatif, les noms des responsables de la sépulture : la dernière ligne indique s(ua) p(ecunia) f(acere) c(uraverunt). À la ligne 1 il est difficile de restituer plus de 4 ou 5 lettres, dans une composition assez aérée, comme le montre le positionnement de l’abréviation du praenomen par rapport au début du gentilice, puis celui de l’abréviation LEG par rapport au chiffre IX. Aussi la restitution proposée par les éditeurs (T•CRI[SPIOMI]L•LEG•IX), soit 6 lettres ne semble pas convenir, surtout avec la présence de lettres telles que O ou M. Il serait peut-être préférable de laisser dans l’incertitude l’identité du défunt, et de ne conserver comme assuré que le témoignage sur la légion IXa.

  • 38 ILN Frejus 114 ; Brun – Boréani 1999, p. 296 (notice 029).
  • 39 CIL, XII, 298 = ILN Fréjus 126 : C(aio) Pacio L(ucii) f(ilio) / coiugi su/o Veratia M(arci) / l(ib (...)
  • 40 CIL, XII, 266 = ILN Fréjus 116. Elle est sommairement signalée par Brun – Boréani 1999, p. 296 (no (...)

16Le cas des vétérans de la légion XXIa est tout aussi remarquable, comme l’a relevé L. Keppie. Il existe plusieurs attestations concernant les soldats ayant appartenu à cette unité. Il s’agit d’abord de deux inscriptions de Callian, lieu où l’on avait déjà relevé l’inscription d’un vétéran de la légion VIIIIa. L’une est inscrite sur une stèle élaborée assez grossièrement, aux lettres irrégulières, gravées dans un cartouche à queue d’aronde38. Le texte est le suivant : L(ucio) Aconi L(ucii) f(ilio) / An(iensi tribu), leg(ione) XXI / et Quartae / coiugi / Hi(c) sit(i). La datation proposée par J. Gascou et M. Janon (« avant le règne de Claude »), est par trop prudente, car, de la même manière qu’une inscription du Puget-sur-Argens39, elle présente une écriture qu’on peut estimer précoce, et des formulations de même caractère (la mention de la légion, sans précision de la condition du personnage, l’absence de cognomen, la graphie coiugi pour coniugi). L’autre inscription de Callian est incomplète40, et il est surtout difficile d’extraire de nombreux renseignements d’un texte qui repose sur une ancienne copie : L[---]V[---]NO[---] / LEGI•XXI. Néanmoins, on ne peut pas trop isoler ce texte du précédent, comme on le constate dans l’édition de J. Gascou et M. Janon : le moins connu doit être éclairé par le mieux connu. Et l’on peut aussi relever le caractère ancien de l’abréviation du mot LEGI.

  • 41 CIL, XII, 5756 = ILN Fréjus 147 ; Brun – Boréani 1999, p. 346 avec fig. 294 (notice 043)
  • 42 ILN Fréjus 153.
  • 43 ILN Fréjus 149.
  • 44 CIL, XII, 703.
  • 45 Solin 1994, p. 317 (d’où AE, 1994, 1157).

17Pour sa part l’inscription de Collobrières serait aux limites de la cité. Elle est même à l’extérieur des limites du diocèse, à l’Ouest41. On lit un texte dont la troisième ligne a été martelée afin d’inscrire la mention de l’épouse : Q. Vibius C(aii) f(ilius) / Ani(ensi tribu) Varus XXI / et T(…) uxori. La dernière ligne semble d’une autre main que le début, dans un champ épigraphique réaménagé (peut-être avait-on enlevé l’indication de la sépulture du vétéran). On peut développer la dernière ligne au datif. Les observations de L. Keppie permettent de mieux comprendre qu’il s’agit bien de l’unité légionnaire, la XXIa. S’ajoute à cette série une inscription de Gonfaron, qui se trouve à l’ouest du territoire42. Le texte est incomplet, mais on peut lire à la fin du texte le nom de la légion : [---]V[---] / [---] Q•F [---] / [---]LEG • XXI [---]. La gravure du texte et des éléments de composition, tels les points séparatifs, orienteraient vers une date augustéenne ou de peu postérieure. Enfin, provenant du Luc43, dans la partie occidentale du territoire, une dernière inscription se rapporte à cette unité : M(arcus) Satrius M(arci) f(ilius) / Teretina miles / XXI, speculato(r) / heic situs est. La formule finale signale l’ancienneté du texte, mais aussi l’absence du mot legio : on s’est contenté du numéro de l’unité. La mention de la tribu Teretina, qui est aussi celle d’Arles, a suscité de même des commentaires, mais on pourrait renoncer à étendre jusqu’à ce lieu le territoire de la colonie des Sextani. On peut envisager qu’il s’agirait soit d’un légionnaire issu de la colonie voisine, où de plus le gentilice Satrius est attesté44, qui aurait été installé à Fréjus après une démobilisation prématurée, soit d’un légionnaire d’origine italienne installé dans les mêmes circonstances, comme l’a envisagé H. Solin45.

  • 46 On pourrait faire la même observation à propos d’inscriptions de soldats et vétérans à Antioche de (...)
  • 47 Keppie 1995, p. 371 (=Keppie 2000, p. 237). Cette observation doit aider à reconsidérer parfois le (...)

18L. Keppie observait que la documentation mettait en évidence d’une façon remarquable l’épigraphie provenant du territoire colonial46. Mais surtout il ajoutait, à partir de sa connaissance de l’épigraphie militaire de la fin de l’époque républicaine et des débuts du principat augustéen, une observation de portée chronologique sur les inscriptions relatives à la légion XXIa : « The word sequence employed here – name followed immediatly by leg(ione) in the ablative case – is a distinctive feature of the Late Republic / Early Augustan military epitaphs, and usually denotes a veteran of the time »47.

19Avant d’aller plus loin il convient de relever que la plupart de ces témoignages se réfèrent à des militaires inscrits dans la tribu Aniensis, celle de Fréjus en l’occurrence. Un seul cas concerne un membre de la tribu Teretina, mais on n’est pas tenu de considérer nécessairement qu’il s’agirait d’un Arlésien. Pour définir les personnages cités on pourrait hésiter entre deux solutions, dans la mesure où il faut tenir compte qu’ils n’appartiennent pas, sauf un, à la Huitième Légion : soit des citoyens de Fréjus enrôlés dans des légions, ayant plutôt servi en Occident, et enterrés dans leur cité d’origine, notamment après y être retournés après le congé et l’obtention de la prime de démobilisation ; ou bien des militaires d’unités légionnaires autres que celle de la fondation et inscrits dans la tribu Aniensis lors de leur établissement dans la colonie de Fréjus.

  • 48 cf. n. 36.
  • 49 Christol – Demougin 1982 (d’où AE, 1982, 694) ; Christol 2004, p. 114-118 ; Christol – Faure – Hei (...)
  • 50 Pflaum 1978, p. 195-210.
  • 51 Demougin 1988, p. 701-706
  • 52 Si l’on se réfère à l’époque augustéenne et julio-claudienne (Pflaum 1978, p. 195-210), on relève (...)
  • 53 Chastagnol 1992, p. 194 (5 attestations de soldats) ; sur place un seul cas (ILN Riez, 43). Pour A (...)
  • 54 En la matière, mais selon une perspective qui semble avoir été mise en place au moment de la fonda (...)
  • 55 Forni 1974, p. 364 (= Forni 1992, p. 36) ; Forni 1992, p. 82 ; Forni 1979, p. 216 (= Forni 1992, p (...)

20La première solution éclaire sans réserve le cas du primipile qui fut enseveli à proximité de la ville de Fréjus, donc au chef-lieu de la colonie48. Il faisait partie de l’élite sociale et il était donc pleinement intégré aux classes dirigeantes. L’engagement dans le service militaire (comme centurion vraisemblablement) lui apportait, au moment de son retour, le moyen de conforter sa position dans la cité. Sa situation s’éclaire par comparaison avec d’autres témoignages provenant des colonies militaires de Narbonnaise49, qui montrent que les traditions de service s’y étaient bien maintenues, au moins durant le Ier siècle ap. J.-C., et qu’elles recevaient une bonne considération de la part des concitoyens. La notabilité municipale s’entretenait par le service militaire de l’État, dans le corps des centurions ou bien dans les milices des chevaliers romains. L’inventaire qu’a établi H.-G. Pflaum50 montre que, même avec peu de cas attestés, l’élite politique et sociale des cités et colonies mettait en évidence cet aspect de la vie publique dans les inscriptions de leurs lieux d’origine51. Aussi les personnes entrant de ce groupe social sont essentiellement connues par des inscriptions provenant de leur communauté d’attache52. En revanche il est difficile d’adopter la même explication pour ce qui concerne les légionnaires, et notamment pour ceux qui sont qualifiés de vétérans. Le retour des légionnaires recrutés dans la province de Narbonnaise est en effet rarement attesté dans la documentation épigraphique, que ce soit au sein des autres colonies de vétérans légionnaires de la province ou que ce soit dans des cités provinciales de statut différent qui participèrent aussi très tôt au recrutement légionnaire. On le constate pour Vienne, pour Nîmes ou pour d’autres encore. L’inventaire de H.-G. Pflaum déjà cité, réalisé avant la parution des recueils des ILN qui ont accru la documentation, est par lui-même suffisamment révélateur. À l’époque envisagée, celle d’Auguste et des Julio-Claudiens, c’est par les nécropoles militaires, sur le Rhin, en Illyricum, en Bretagne, en péninsule Ibérique, qu’est connu le recrutement légionnaire de la province de Narbonnaise : pour Narbonne, un seul exemple provient de l’épigraphie locale, mais cinq sont de l’extérieur ; pour Riez, les deux exemples provenaient aussi de l’extérieur ; pour Vienne ce sont seulement deux attestations qui se trouvent dans les inscriptions de la cité, contre dix-neuf qui proviennent de l’extérieur, etc. Mais pour Fréjus c’est, quantitativement, l’équilibre, selon les comptabilités traditionnelles : six inscriptions proviendraient de la cité et sept de l’extérieur. Apparaît donc dans ce dernier cas une situation originale. Pourquoi seule Fréjus aurait-elle suscité les retours de ses ressortissants et pourquoi ce phénomène n’aurait-il pas touché d’autres colonies romaines ou les cités latines ? Lorsque l’on prend en compte, à propos des colonies de vétérans de Narbonnaise, le rapport entre documents locaux et documents de provenance extérieure (pour l’époque augustéenne et les Julio-claudiens) les indications sont incontestables : la seconde catégorie l’emporte très nettement. De même A. Chastagnol, lorsqu’il relevait les témoignages sur les noms de citoyens de Riez connus hors de la cité, mettait en évidence, à propos des inscriptions de soldats, l’importance de l’apport extérieur à la cité53. En revanche il n’avait relevé sur place qu’un seul témoignage. C’est pour ces raisons que l’autre voie envisagée ci-dessus devrait être suivie prioritairement. On doit conclure que si des Fréjussiens seraient revenus dans la cité de leur origine, une fois le service accompli, afin de jouir des mérites qu’ils avaient acquis, c’est dans un cadre qui dépasse le simple retour au pays natal et dont il convient de rechercher le fondement, comme l’a fait L. Keppie, dans un processus de « reinforcement » : ce savant estimait en effet que si la colonie de Fréjus avait été initialement fondée pour établir des soldats de la légion VIIIa, elle avait par la suite connu de nouvelles installations, apportant des compléments de vétérans au noyau initial54. Et l’on ajoutera qu’à l’époque augustéenne, une argumentation portant sur la présence de la tribu Aniensis dans les inscriptions de vétérans ne peut pas signifier nécessairement qu’il s’agirait de personnes issues de la colonie, en quelque sorte des descendants des fondateurs. Il semble qu’à cette époque il soit très courant pour un vétéran établi hors de son lieu d’origine d’adopter dans sa nomenclature civique la tribu de la communauté d’accueil : ce fait, constaté depuis longtemps par G. Forni, a été confirmé récemment par les travaux d’E. Todisco sur les vétérans établis en Italie55. On peut donc aisément envisager que les militaires que nous venons de citer appartiendraient à une vague d’installations postérieure à la création de la colonie, sans être nécessairement rattachés aux familles établies à l’époque triumvirale.

Pacensis : une autre étape de l’histoire coloniale

  • 56 Ce point important de l’histoire de la cité a été placé à juste titre à l’époque triumvirale. Mais (...)
  • 57 Par exemple par Gascou – Janon 1985, p. 16, dans l’introduction à ILN Fréjus, p. 16, qui reprend l (...)
  • 58 Gascou – Janon, 1985, p. 18-20 dans l’introduction à ILN Fréjus. L’épisode, et les personnages imp (...)
  • 59 Un débat important concerne l’établissement du texte et l’interprétation d’une inscription sur une (...)

21La forme selon laquelle Pline le Naturaliste cite la colonie de Fréjus invite aussi à considérer que l’histoire coloniale de Fréjus ne s’acheva pas avec l’installation des vétérans de la légion VIIIa56. Les ajouts Pacensis et Classica se réfèrent à d’autres phases, ultérieures dans leur positionnement chronologique : ces points ont été déjà soulignés57. Le qualificatif Classica ferait référence, plus qu’à l’établissement d’une flotte, au rôle qu’elle pouvait jouer dans la mise en valeur de la colonie. Les monnaies représentent une proue de navire, ce qui pourrait être considéré comme un indice significatif, et surtout décisif en matière chronologique. Mais l’est-il suffisamment pour éclairer la qualification de Forum Iulii comme colonie Classica ? À l’époque flavienne, l’unité navale aurait pu être toujours en place, s’il faut tenir compte que c’est à partir du port de Fréjus, qualifié par Tacite de claustra maris, que fut capturé Fabius Valens, le général de Vitellius qui tentait de récupérer le contrôle de la Narbonnaise58. On ne trouve pas de trace de ce terme dans les inscriptions qui rappellent la dénomination de la colonie, même si dans la ville chef-lieu et dans le territoire les inscriptions signalent la présence de marins59.

  • 60 Mela, Chorogr., II, 5, 74-76, qui évoque aussi les Atacini ; Gayraud, 1981, p. 155-158, p. 173-175 (...)

22En revanche le qualificatif Pacensis a laissé des traces. L’inscription CIL, XII, 285 = ILN Fréjus 117, qui est du IIe siècle, est d’interprétation délicate comme le montre le commentaire de J. Gascou et de M. Janon. Mais la citation de la colonie comme Forum Iulii Pacatum (CIL, XII, 3203) dans une inscription de Nîmes montre bien que le terme Pacensis n’était pas tombé en désuétude à cette époque, même s’il a été déformé sous l’aspect du participe passé Pacatum. Ce nom s’était incrusté durablement dans la mémoire collective, comme élément essentiel de la définition civique. Il y a donc une étape importante dans l’histoire de la colonie de Fréjus qui est postérieure à la fondation par les vétérans de la légion VIIIa, et non antérieure. Si les observations de L. Keppie peuvent être retenues, il faut relier cette étape aux installations des vétérans d’autres unités que la Huitième Légion. Mais il ne suffit pas de retenir qu’il y eut, peut-être, une succession de nouveaux apports, que traduirait dans l’épigraphie la diversité des unités légionnaires mentionnées. Il faut envisager, à un moment donné, une installation plus massive, ou bien suffisamment significative pour justifier l’octroi par l’autorité politique d’un nouveau titre qui venait augmenter la titulature de la cité, et donner le sentiment que son histoire allait se dérouler dans un cadre nouveau, plus riche que par le passé. L’adjonction d’une épithète valait quasiment restauration ou refondation, à l’instar de ce qui s’était produit dans la vieille colonie de Narbonne à l’époque de César60.

  • 61 Y compris chez les auteurs qui se sont intéressés à la fondation de Fréjus : dans l’article de J. (...)

23Le qualificatif Pacensis a suscité peu de commentaires61. Celui de L. Keppie est plutôt désabusé et n’ouvre aucune perspective :

  • 62 Keppie 1995, p. 368 (= Keppie 2000, p. 234)

The other two titles reported for the town by Pliny are Pacensis and Classica. The former is an adjective from Pax, Peace, and would be appropriate to a settlement which maked or seemed to mark hopefully permanent cessation of hostilities – but all the major veteran settlement programs of the later 1st century BC by definition fell at such times62.

  • 63 Ernout – Meillet 1959, p. 473. Le Thesaurus (Th.l.L., X, I (1) (1982), col. 21-24 (paco -are), le (...)
  • 64 Rapprochement déjà effectué par Keppie 1995, p. 368 (= Keppie 2000, p. 234). Sur Pax Iulia en Lusi (...)

24C’est un adjectif aux attestations rares. Comme les adjectifs en –ensis, il peut traduire l’origine, et c’est ainsi que le Dictionnaire étymologique d’Ernout et Meillet l’entend63 : « habitant des colonies dont le nom commence par pax ». Dans la dénomination de Fréjus ce sens n’est pas pertinent. On doit se référer non seulement à la formation par dérivation, mais encore au choix des mots. Un des exemples les plus proches provient de la péninsule ibérique où, en Lusitanie, fut fondée la colonie de Pax Iulia64. En attribuant ce nom à la colonie qu’il fondait, Auguste se référait à une situation pacifiée, et il inscrivait la colonie dans une action ayant produit la paix ou bien y conduisant inéluctablement. L’histoire générale prend donc sa place, et il faut alors se tourner vers la Gaule Narbonnaise et vers son plus proche environnement, afin de rechercher s’il n’y aurait pas des circonstances qui éclaireraient ce choix de vocabulaire, et qui rendraient pertinent le choix de ce titre dont l’importance n’est pas négligeable pour la compréhension de l’évolution de la colonie.

  • 65 Dion Cassius, 54, 4, 1 ; Hurlet 2006, p. 14, n. 8, p. 49 ; Dalla Rosa 2014, p. 139-140 n. 93.
  • 66 Les observations qui se trouvent dans Goudineau – Brentchaloff 2009 (ci-dessus, n. 59) sont précie (...)
  • 67 Gabba 1988, (= Gabba 1994, p. 267-273). On verra aussi Van Berchem 1968 (=Van Berchem 1982, p. 87- (...)
  • 68 Dion Cassius, LIV, 24, 1-3. Un effectif militaire fut établi dans la nouvelle province. Sur les dé (...)

25Il est difficile de le mettre en rapport avec l’évolution du statut provincial. Le prince avait aussi pris la partie méditerranéenne, l’ancienne Transalpine, en son pouvoir en 27 av. J.-C. car elle était toujours rattachée à l’ensemble de la Gaule, qui requérait alors la présence d’armées. Mais en 22 av. J.-C. cette partie, vraisemblablement redéfinie d’après les données de géographie administrative se rapportant à l’ancienne Transalpine, acquit une existence séparée avec le statut de province publique65. C’est un repère qu’il serait possible d’avancer, mais cette mutation institutionnelle pouvait-elle d’elle-même entraîner l’installation d’un complément de vétérans et se marquer dans le destin d’une seule colonie ? On s’est donc référé constamment aux données les plus générales de la vie de l’Empire. En la matière, le thème de la Paix apparaît même avant 2766 et avant la mise en valeur du princeps. Mais une étape majeure, qui marque l’histoire du principat en train de se construire comme régime politique, est franchie avec l’affirmation de la Paix Auguste à partir de 13 av. J.-C. (RGDA, 12, 2 et 13) et avec la pacification des Alpes, qui venait de s’achever en 14 av. J.-C. Ce fut au Nord de l’Italie une période militaire glorieuse, dont la phase la plus remarquable correspondit à la grande manœuvre réalisée par Drusus et Tibère en 15 av. J.-C., qui mettait quasiment un point final à des entreprises plus ponctuelles engagées dès 25 av. J.-C. dans le Val d’Aoste. Dans le récit des RGDS, 26, le rappel de ces campagnes se présente d’une manière globale, et il entre dans une présentation synthétique de l’ensemble de l’œuvre « impérialiste » d’Auguste : après l’extension des limites des provinces (fines auxi) afin d’y faire entrer de nouveaux peuples, le prince rappelle la soumission définitive des terres d’Occident (Gallias et Hispanias prouincias item Germaniam, qua includit Oceanus a Gadibus ad ostium Albis fluminis, pacaui), puis il évoque l’intégration des régions des Alpes (Alpes a regione ea, quae proxima est Hadriano mari, ad Tuscum pacari feci nulli genti bello per iniuriam inlato). E. Gabba a éclairé le déroulement de cette phase du principat par des réflexions qui concernent le contenu du verbe pacare, utilisé à plusieurs reprises dans ce chapitre 26 des RGDA67 : il ne s’agit plus d’accroître les limites de l’imperium (fines auxi), mais de dominer des peuples afin de transformer leur genre de vie, dans une optique qui sera développée largement peu après par Strabon. L’environnement le plus immédiat de la province de Narbonnaise en est affecté, puisque les zones intermédiaires entre l’Italie du Nord et la Gaule d’au-delà des Alpes sont touchées par l’extension du cadre provincial. Ainsi, en 14 av. J.-C., selon Dion Cassius, les Alpes maritimes furent soumises68. C’est à notre avis un rapprochement à approfondir, car les concordances chronologiques sont importantes au plan local.

  • 69 Son installation coïncide avec le retour du grand voyage en Occident entre 16 et 13 av. J.-C. : Ha (...)
  • 70 Keppie 1995, p. 368 (= Keppie 2000, p. 234); déjà Keppie1983, p. 82-86.

26Le retour d’Auguste en Italie suivit un long séjour d’organisation en péninsule Ibérique et dans les Gaules. Il se concrétisa à Rome par l’installation de l’autel de la Paix, décidée le 4 juillet 13 av. J.-C. Celui-ci fut dédié le 30 janvier 9 av. J.-C.69, puis le trophée de la Turbie, achevé en 7-6 av. J.-C., vint ponctuer de la manière la plus visible l’achèvement de la domination romaine. Dans ces années-là, se produisirent aussi de nombreuses installations de vétérans, mais à présent dans les provinces et non dans l’Italie70. L’ajout du qualificatif Pacensis dans la dénomination de la colonie devient alors significatif, mais s’il se produisit à ce moment-là, ou très peu après, il conviendrait d’en déduire que ce fut alors que s’effectua plus qu’une opération de « reinforcement » : une œuvre de refondation marquant plus fortement encore, selon la volonté des responsables publics, le destin de la colonie et offrant l’occasion de reprendre les traits les plus contemporains de la communication politique du pouvoir augustéen. Il est difficile de n’interpréter que d’une manière honorifique l’ajout de ce titre : il traduit une réalité plus large en renvoyant aussi à l’évolution du contenu humain de la colonie en rapport avec la réalisation d’une œuvre très connotée dans son expression.

  • 71 Voir ci-dessus n. 7 pour la date de rédaction du document qui sert de source à Pline.
  • 72 Sur la fondation de la colonie, Keppie 1995, p. 371-372 (= Keppie 2000, p. 237-238), examine rapid (...)

27L’examen du texte de Pline, qui constitue notre point de départ, situant Fréjus dans l’ensemble des communautés provinciales n’apporte que des indications chronologiques très générales. Si l’on peut penser que Pline utilisait des documents administratifs assez précis, et qu’ils auraient été tenus à jour dans leur contenu informatif, sans exclure que de tels documents aient existé à l’époque césarienne, c’est apparemment lors du séjour en Gaule en 27 av. J.-C. que l’ampleur des mesures décidées entraîna la rédaction ou l’ample réaménagement de ces textes fondamentaux pour le fonctionnement de la vie provinciale, surtout pour la Narbonnaise71 : à cette date la colonie de Fréjus avait été fondée72, avec d’autres colonies de vétérans, et une présentation normalisée de ces communautés s’explique bien par la rédaction d’un document embrassant toutes les communautés provinciales, les répartissant et les classant, et trouvant les formules adaptées pour opérer les distinctions de statut qui mettaient à part au sein des communautés provinciales les communautés de vétérans. Mais il convient de tenir compte à présent d’un autre auteur, Pomponius Mela, qui achève sa Chorographie au début du principat de Claude. Il semble utiliser la même source, mais sans s’obliger à la suivre littéralement, en particulier en tenant compte des hiérarchies civiques, puisqu’il les mêle dans son énumération. On relève entre les deux auteurs de fortes similitudes dans la manière de citer les diverses communautés qui composaient la province, même si Mela ne vise pas à l’exhaustivité. Lorsqu’il mentionne les cités les plus florissantes (urbium opulentissimae), que Pline, en étant plus rigoureux et en se laissant guider par sa source, placera dans son œuvre tant parmi les colonies romaines que parmi les oppida latina, il a recours aux mêmes dénominations : Vienna Allobrogum, Vasio Vocontiorum, Avennio Cavarum, Arecomicorum Nemausum, Tolosa Tectosagum, et même Maritima Avaticorum (74-78). La présence de Vienna Allobrogum en tête, mais surtout mêlée dans l’énumération à celles qui, chez Pline, constituent la catégorie des oppida latina, pourrait indiquer d’une part que le document utilisé n’avait pas pris en compte l’élévation de la colonie latine au rang de colonie romaine, et d’autre part que si Vienne est mise à part comme ville florissante c’est dans le groupe des cités de droit latin que le texte utilisé par cet auteur la plaçait, à côté de Vaison, d’Avignon, de Nîmes ou de Toulouse. Quant à la série des colonies de vétérans, elle recourt à un mode de citation qui a sa spécificité et qui donc reprend la distinction fondatrice qui a été présentée ci-dessus : Secundanorum Arausio, Sextanorum Arelate, Septimanorum Baeterrae. À part se trouvent Narbonne, Atacinorum Decumanorumque colonia… Martius Narbo, puis Fréjus, Forum Iuli Octavanorum colonia. Faut-il argumenter sur l’absence des épithètes Pacensis et Classica, pour conclure que l’état dont disposerait Mela était celui qui fut établi en 27 av. J.-C., sans un ajout quelconque ? L’absence de ces compléments de dénomination, qui chez Pline sont vraisemblablement les correctifs de mise à jour d’une liste officielle, indiquerait-elle qu’à cette date l’histoire officielle de la colonie de Fréjus n’était pas achevée ? Il est tentant de s’engager sur cette voie, surtout en comparant les manières des deux auteurs, qui présentent un fond de similitude, et de dégager de la fidélité qu’ils mettent à transmettre le contenu de leurs sources les nuances qui distinguaient celle que suivait Pline et celle que suivait Pomponius Mela, avec plus de liberté dans ses choix. Mais cette interprétation, si elle est recevable, entraîne deux conséquences. La mise en évidence du texte de Mela conduit à douter de la validité de l’interprétation, qui est traditionnelle, de la longue séquence des titres de la colonie de Fréjus : si Mela se référait aux seuls Octavani dans un document constitué en 27 et non retouché par la suite, n’aurait-on pas l’indication que la colonie de Fréjus n’avait pas connu les épisodes ayant provoqué l’allongement de sa dénomination officielle ? Mais aussi, le commentaire de Pline, prenant en compte ces autres épisodes, suggère qu’il faudrait admettre que ces épisodes relatifs à l’évolution de la colonie de Fréjus se seraient produits postérieurement à 27 av. J.-C. ? Mais ce n’est à la vérité qu’un large terminus post quem. Il importe donc de préciser à quel moment les nouvelles installations seraient possibles.

La Gaule, les Alpes, l’Italie : les interventions d’Auguste

  • 73 Letta 1976.
  • 74 France 1993, p. 923-924.

28Pour avancer dans la recherche d’un repère chronologique plus précis, il convient donc, en définitive, de revenir sur l’organisation du territoire provincial dans la partie orientale de la Narbonnaise, car dans ce cadre géographique bien délimité apparaissent des signes d’intervention de l’autorité publique. Outre la mise en place de la province des Alpes maritimes, l’importance des décisions prises lors du séjour augustéen de 16-13, en conséquence de la prise en main des Alpes, semble en effet avoir marqué cette région orientale de la Narbonnaise. Une des conséquences de la nouvelle situation, dans laquelle s’insérait le statut particulier accordé aux descendants du roi Donnus en la personne de Cottius73, outre la mise en place d’espaces administratifs mieux définis, se retrouve dans la géographie des districts financiers : on a pu dater de ce temps-là la mise en place du district de la Quadragesima Galliarum74.

  • 75 Voir à ce propos, outre le témoignage significatif d’Ammien Marcellin, XV, 10, 2, les commentaires (...)
  • 76 Arnaud 2011.

29Le développement du réseau routier en fut aussi facilité. On a en des traces un peu plus tard sur la voie qui empruntait le col du Mont Genèvre75. Surtout, en soulignant combien il importe d’utiliser un vocabulaire pertinent, adapté au développement historique des réalités décrites, et de se garder des généralisations fallacieuses, P. Arnaud a mis l’accent sur des aspects remarquables de l’aménagement de l’espace, en insistant aussi, au sein de la province de Narbonnaise, sur le sort particulier de la colonie de Fréjus à ce moment-là76. Il est important en effet de tenir bien présent à l’esprit que la route qui marquait depuis Rome le départ d’un trajet routier vers l’Étrurie côtière, jusqu’à Pise, appelée via Aurelia, n’avait pas été initialement un projet de la plus vaste ampleur, et qu’il serait peu pertinent d’oublier qu’elle se construisit par étapes avant de devenir, comme l’indique l’Itinéraire d’Antonin, une voie conduisant a Roma per Tusciam et Alpes Maritimas Arelatum usque. Il y eut d’abord l’ajout de la via Aemilia Scauri, qui depuis le Sud conduisait la pénétration romaine jusqu’à Vado Ligure, puis il y eut l’ajout de la via Iulia Augusta, qui conduisait jusqu’aux limites de l’Italie, telles qu’elles pouvaient désormais être redéfinies.

  • 77 Barruol 1975, p. 32-41, et pour la route p. 58-59. Les milliaires sur le territoire de la colonie (...)
  • 78 Arnaud 2011, p. 55-56 : en 3 av. J.-C. on ne touche pas au grand trajet, mais à des diverticules ; (...)
  • 79 Salmon 1969, p. 106-109.
  • 80 Dyson 1985, p. 102-116.
  • 81 Ci-dessus n. 75 ; Barruol 1975, p. 60-68.

30L’aménagement de la via Iulia Augusta fut réalisé en 13/12 av. J.-C., comme l’attestent plusieurs bornes milliaires. Sa construction traduit une volonté de s’assurer une maîtrise de l’espace, ce qu’allait démontrer un peu plus tard, sur un mode plus symbolique, l’érection du trophée de la Turbie, achevée en 7-6 av. J.-C.77 Or les milliaires mis au jour sur le territoire de la colonie de Fréjus montrent que l’œuvre routière engagée sur le versant italien des Alpes se poursuivit en direction de la province de Narbonnaise, et que la colonie de Fréjus fut englobée d’une certaine manière dans l’entreprise, sans que l’on puisse envisager nécessairement qu’il s’agirait d’un aménagement conduisant jusqu’au franchissement du Rhône78, où commençait la via Domitia : c’était toutefois une possibilité, mais les documents routiers ne l’imposent pas encore à notre connaissance. Le projet réalisé reliait désormais, bien plus fermement que par le passé, la plaine padane, où la via Aemilia et la via Postumia avaient depuis longtemps accompagné l’expansion de Rome79, ainsi que la Ligurie orientale où s’était développée la via Aemilia Scauri80, à la Narbonnaise méridionale en complément de la traversée des Alpes Cottiennes vers le pays des Voconces et la voie de la Durance81. [espace] On retrouve ainsi l’ambiance générale du principat augustéen des années 13-12 av. J.-C., celles de la mise en valeur de la Pax Augusta.


  • 82 Le Roux 1982, p. 61, p. 62-63 (sur le nom).
  • 83 Le Roux 1982, p. 84.
  • 84 [espace] Tac., Ann. I, 23, 5.
  • 85 Pflaum 1978, p. 274, et surtout Le Roux 1982, p. 173-183, p. 256.

31Il convient enfin de rechercher si l’histoire des légions qui seraient directement impliquées dans cette nouvelle étape de la colonie peut apporter des éclairages significatifs. La légion IXa participa aux guerres de pacification et de conquête en péninsule Ibérique entre 27 av. J.-C. et 19 av. J.-C., et c’est dans ce pays qu’elle prit l’épithète qui devait illustrer les capacités combattantes de ses hommes, Hispaniensis puis Hispana82. Elle quitta la péninsule dès la victoire83. En 14 ap. J.-C. elle était en Pannonie84. Son histoire est mal connue dans la période intermédiaire. C’est peut-être pourquoi L. Keppie hésite à considérer que les témoignages provenant de Fréjus se rapporteraient à des soldats qui auraient une origine extérieure à la colonie. Ils auraient pu être recrutés à Fréjus, puis être revenus dans leur cité d’origine, à son avis. Il s’agirait d’un recrutement de la IXa bien antérieur à l’année 19. C’est possible, car le recrutement en Narbonnaise est attesté très tôt, pour les unités engagées en péninsule Ibérique par exemple85. Néanmoins demeure l’ampleur de ce qui serait à considérer comme des retours, dont on ne trouve pas trace dans d’autres cités provinciales. On peut donc, en définitive, se demander s’il ne convient pas de traiter en commun le cas de cette unité et celui de la XXIa Rapax.

  • 86 Sur la fondation de Caesaraugusta : Le Roux 1982, p. 72-73 ; pour Emerita Augusta : ibid., p. 69-7 (...)
  • 87 Christol – Drew-Bear 1998 (voir n. 46) ; Mitchell 1976 ; Strobel 2000, p. 516-517. Mais les élémen (...)
  • 88 Strabon, Geogr., IV, 6, 3 ; Thollard 2009, p. 101-114 ; Arnaud 2000 ; Morabito 2010, p. 104-105, p (...)
  • 89 Arnaud 2011, p. 57.
  • 90 J. Gascou l’avait pressenti, même s’il se rallie à l’interprétation traditionnelle, qui minore la (...)
  • 91 Il vaudrait la peine d’embrasser du même regard la zone orientale de la Narbonaise et le piémont d (...)
  • 92 Cette nouvelle interprétation laisse ouverte la question du moment de l’obtention du titre Classic (...)

32Cette légion XXIa (Rapax) avait pris une part importante à la pacification des Alpes : l’installation de ses vétérans pourrait correspondre à la fois au souci de récompenser ceux qui avaient assuré la pacification des régions voisines, et à l’intention de conforter dans l’espace l’emprise du pouvoir romain. Pour la colonie de Fréjus, l’octroi du titre Pacensis, alors rempli de connotations idéologiques, serait ainsi venu sceller une nouvelle phase de l’histoire de la cité. S’il y avait eu antérieurement des renforcements du groupe des colons par de nouveaux apports, ils n’avaient pas pris la même ampleur ou bien ils n’avaient pas revêtu la même signification. Les remarques de J. Gascou, si elles sont attentives à l’usage de ce titre, n’en tirent pas toute la signification, notamment par l’originalité qu’il confère à cette colonie par rapport aux autres installations de vétérans, celles des Decumani, des Sextani, des Septimani, des Octavani. De ce point de vue, cet aspect de l’histoire de la colonie de Fréjus se rapproche de la pratique augustéenne en péninsule Ibérique, à même époque, qui vint sceller de la même manière une phase de conquête et l’établissement de la paix dans les provinces : plus qu’à la création de Mérida, c’est à celle de Caesaraugusta que l’on pourrait penser, car y furent installés les vétérans de trois légions, la IVe, la VIe et la Xe, qui étaient demeurées en Hispanie après les remaniements de la garnison qui furent consécutifs à la pacification du Nord-Ouest86. Il faut donc, dans le prolongement des observations de L. Keppie sur les inscriptions des vétérans provenant de la cité de Fréjus, être attentif aux développements d’une histoire dont les marques s’étaleraient dans le temps plus longuement qu’on ne l’envisageait. A l’interprétation qui paraissait jusqu’ici l’emporter, et qui postulait une séquence fort resserrée d’événements structurants entre 31 et 27, et même, comme l’envisageait J. Gascou à partir d’un conglomérat de décisions majeures dans ces quelques années, nous préférerions substituer une présentation un peu différente, qui étalerait davantage dans la durée les temps majeurs de l’histoire de la colonie de Fréjus pendant le premier siècle de son existence. Sans renoncer nécessairement à une datation antérieure à 31 pour l’installation des vétérans de la Huitième Légion, mais en tenant bien présent à l’esprit que ce repère est moins bien assuré qu’il ne paraît, à la suite des réflexions de L. Keppie on pourrait envisager que le renforcement de cet établissement se serait produit au cœur de l’époque augustéenne, au moment où l’attention des autorités romaines s’était concentrée sur l’organisation des territoires qui se trouvaient entre Cisalpine et Ligurie d’un côté, Transalpine de l’autre, au lendemain de la pacification des Alpes. L’installation en nombre important d’autres soldats légionnaires rapprocherait le cas de Fréjus de celui d’autres colonies, par exemple Antioche de Pisidie, constituée initialement par des soldats d’une légion Va (Gallica), et qui reçut plus tard, venant de la garnison provinciale, des vétérans de la légion VIIa87. Mais c’est aussi relever l’originalité du sort qui fut réservé à cette colonie de Narbonnaise par rapport aux autres colonies de vétérans de la province, peut-être en raison de sa position au contact des Alpes maritimes, qui ne furent pleinement pacifiées qu’au cœur du principat augustéen. Le faisceau d’indices qui viennent d’être relevés est suffisamment cohérent pour envisager que l’achèvement de la pacification des Alpes se compléta d’un ample réaménagement de l’espace dans cette région, qui toucha autant la zone littorale avec la via Iulia Augusta, que le débouché de l’Italie dans la province voisine88 dont l’accès devenait plus sûr, avec la première colonie de vétérans qui s’y trouvait, au-delà d’Antibes/Antipolis. La colonie de Fréjus, qui fut ainsi englobée dans ce projet et qui devenait une porte d’entrée dans la province de Narbonnaise89, à présent considérée aussi comme une province calme, vécut alors une nouvelle phase de son histoire90, inscrite aussi dans les titres qui la définissaient et qui faisaient d’elle une colonie « de la Paix »91. Pomponius Mela n’en dit rien, mais l’Histoire naturelle de Pline en conserve la trace92.

Haut de page

Bibliographie

Arnaud 2000 = P. Arnaud, Varus, finis Italiae : réflexions sur les limites occidentales du territoire d’Albintimillum et la frontière de l’Italie impériale, dans A. Venturini (dir.), D’Albintimillum à la prud’homie des pêcheurs mentonnais, Actes des 3e journées d’études régionales de la Société d’art et d’histoire du Mentonnais (Menton, 9 oct. 1999), Menton, 2000, p. 5-20.

Arnaud 2011 = P. Arnaud, Les milliaires de Fréjus. Une introduction à la signification politique des bornages, dans M. Pasqualini (éd.), Fréjus romaine : la ville et son territoire. Agglomérations de Narbonnaise, des Alpes-Maritimes et de Cisalpine à travers la recherche archéologique (Actes du 8e colloque historique de Fréjus, 8-10 octobre 2010), Antibes, 2011, p. 55-63.

Barruol 1975 = G. Barruol, Les peuples pré-romains du Sud-Est de la Gaule. Étude de géographie historique (RAN Supplément I), Paris, 1975.

Bérard – Codou – Fiches – Rodgers – Sintès 1993 = G. Bérard, Y. Codou, J.-L. Fiches, G.B. Rodgers, G. Sintès, Matavo (Cabasse, Var) et le pagus Matavonicus, dans RAN, 26, 1993, p. 301-337.

Bérato – Gascou 1999 = J. Bérato, J. Gascou, Inscriptions des territoires antiques d’Arles et de Fréjus, dans ZPE, 119, 1997, p. 221-227.

Bertoncello 2002 = Fr. Bertoncello, La cité de Fréjus (Var, France) : modalités de l’implantation romaine et dynamiques territoriales, dans D. Garcia, Fl. Verdin (éd.), Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale (Actes du XXIVe Colloque international de l’AFEAF, Martigues, 1-4 juin 2000), Paris, 2002, p. 150-159.

Bertoncello – Codou 2003 = Fr. Bertoncello, Y. Codou, Variations sur un thème : le territoire de la cité antique et du diocèse médiéval de Fréjus (Var), dans M. Bats, B. Dedet, P. Garmy, Th. Janin, Cl. Raynaud, M. Schwaller (éd.), Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommage à Guy Barruol (RAN Supplément 35), Montpellier, 2003, p. 167-180.

Brun – Boréani 1999 : J.-P. Brun, avec la coll. de M. Boréani, Le Var 83/1 et 83/2 (Carte archéologique de la Gaule), Paris, 1999.

Cadiou Fr. = Fr. Cadiou, Hibera in terra miles. Les armées romaines et la conquête de l’Hispanie sous la République (218-45 av. J.-C.), Madrid, 2008.

Chastagnol 1992 = A. Chastagnol, Inscriptions Latines de Narbonnaise. Antibes, Riez, Digne, Paris, 1992.

Christol 1994 = M. Christol, Pline l’Ancien et la formula de la province de Narbonnaise, dans C. Nicolet (dir.), La mémoire perdue. À la recherche des archives oubliées, publiques et privées, de la Rome antique, Paris, 1994, p. 45-63.

Christol 1995 = M. Christol, Béziers en sa province, dans M. Clavel-Lévêque, R. Plana-Mallart (éd.), Cité et territoire (Colloque européen, Béziers, 14-16 octobre 1994), Paris-Besançon, 1995, p. 101-124.

Christol 1996 = M. Christol, Nîmes dans les sources antiques, dans J.-L. Fiches, A. Veyrac (éd.), Nîmes 30/1 (Carte archéologique de la Gaule), Paris 1996, p. 58-60.

Christol 1999 = M. Christol, La municipalisation de la Gaule Narbonnaise, dans M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier, Cités, municipes, colonies. Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut-Empire romain, Paris, 1999, p. 127-230.

Christol 2004 = M. Christol, Notes d’épigraphie, 7-8, dans CCG, 15, 2004, p. 85-119.

Christol 2005-2006 = M. Christol, Praetor Aquis Sextis, dans RAN, 38-39, 2005-2006, p. 425-436.

Christol 2011 = M. Christol, La formation d’une élite municipale : l’originalité de la cité de Nîmes, dans C. Deroux (éd.), Corolla epigraphica. Hommages au professeur Yves Burnand (Collection Latomus 331), Bruxelles, 2011, I, p. 76-87.

Christol 2012a = M. Christol, Ressources des colonies, ressources de l’État, dans S. Demougin, J. Scheid (éd.), Colons et colonies dans le monde romain (Actes de la XVe Rencontre franco-italienne d’épigraphie du monde romain, Paris, 4-6 octobre 2008), (CEFR 456), Rome, 2012, p.65-86.

Christol 2012b = M. Christol, De la colonie provinciale au Sénat romain : les Valerii Paulini de Fréjus, dans R. Baudry, S. Destephen (éd.), La société romaine et ses élites. Hommages à Elizabeth Deniaux, Paris, 2012, p. 327-336.

Christol 2013 = M. Christol, Histoire et mémoire en Gaule méridionale, dans Bulletin de l’Académie de sciences et lettres de Montpellier, ns. 44, 2013, p. 79-89.

Christol – Demougin 1982 = M. Christol, S. Demougin, La carrière d’un notable narbonnais, au début du Ier s. après J.-C. (CIL, XII, 4371 et 4372), dans ZPE, 49, 1982, p. 41-53.

Christol – Drew-Bear 1998 = M. Christol, Th. Drew-Bear, Vétérans et soldats légionnaires à Antioche de Pisidie, dans Epigrafia romana in area adriatica (Actes de la IXe Rencontre franco-italienne sur l’épigraphie du monde romain, Macerata, 10-11 novembre 1995), Macerata, 1998, p. 302-332.

Christol – Faure – Heijmans – Tran 2014 = M. Christol, P. Faure, M. Heijmans, N. Tran, Les élites de la colonie et de l’Empire à Arles, au début du Principat : nouveaux témoignages épigraphiques, dans Chiron, 44, 2014, p. 341-390.

Christol – Goudineau 1987-1988 = M. Christol, Chr. Goudineau, Nîmes et les Volques Arécomiques au Ier siècle avant J.-C., dans Gallia, 45, 1987-1988, p. 87-103.

Christol – Heijmans 1992 = M. Christol , M. Heijmans, Les colonies latines de Narbonnaise : un nouveau document d’Arles mentionnant la Colonia Iulia Augusta Avennio, dans Gallia, 49, 1992, p. 37-44.

Clavel 1970 = M. Clavel, Béziers et son territoire dans l’Antiquité, Paris, 1970.

Congès 1989 = G. Congès, Épitaphe d’un légionnaire ( ?) au Luc (Var), dans D. Darde, M. Janon (éd.), Les inscriptions latines de Gaule Narbonnaise, Actes de la Table Ronde de Nîmes, 25-6 mai 1987, Nîmes, 1989, p. 68-69.

Congès – Martos 2002 = G. Congès, Fr. Martos, Forum Voconii aux Blaïs (Le Cannet-des-Maures, Var) : le cas d’une agglomération secondaire sur la voie Aurélienne, dans RAN, 35, 2002, p. 129-135. 

Constans 1921 = L.-A. Constans, Arles antique, Paris, 1921.

Cuntz 1888 = O. Cuntz, De Augusto Plinii geographicum Auctore, diss. Bonn, 1888.

Dalla Rosa 2014 = A. Dalla Rosa, Cura et tutela. Le origini del potere imperiale sulle province proconsolari, Stuttgart, 2014.

Demougin 1988 = S. Demougin, L’ordre équestre sous les Julio-Claudiens (CEFR, 108), Rome, 1988.

Demougin 1992 = S. Demougin, Prosopographie des chevaliers romains julio-claudiens (CEFR 153), Rome, 1992.

Donati 1989 = A. Donati, Alpibus bello patefactis, dans H.E. Herzig, R. Frei-Stolba (hg.), Labor omnibus unus. Gerold Walser zum 70. Geburtstag dargebracht von Freunden, Kollegen und Shülern, Stuttgart, 1989, (Historia Einzelschr., 60), p. 21-24.

Duval 1971 = P.-M. Duval, La Gaule jusqu’au milieu du Ve siècle (Les sources de l’Histoire de France des origines à la fin du XVe siècle), Paris, 1971.

Dyson 1985 = St. L. Dyson, The Making of the Roman Frontier, Princeton, 1985.

Ernout – Meillet 1959 = A. Ernout, A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine4, Paris, 1959.

Faure – Tran 2012 = P. Faure, N. Tran, L. Nonius Asprenas (CIL, XII, 1748) et les origines de la colonie de Valence, dans S. Demougin, J. Scheid (éd.), Colons et colonies dans le monde romain (Actes de la XVe rencontre franco-italienne d’épigraphie du monde romain, Paris, 4-6 octobre 2008), (CEFR 456), Rome, 2012, p. 41-64.

Faure – Tran 2013 = P. Faure, N. Tran, Inscriptions latines de Narbonnaise- VIII. Valence (Gallia, XLIVe Supplément-ILN), Paris, 2013.

Feugère – Mauné 2005-2006 = M. Feugère, St. Mauné, Les signacula de bronze en Gaule Narbonnaise, dans RAN, 38-39, 2005-2006, p. 437-458.

Forni 1974 = G. Forni, Estrazione etnica e sociale dei soldati delle legioni nei primi secoli dell’impero, dans ANRW, II, 1, Berlin-New York, 1974, p. 339-391 (= Forni 1992, p. 11-63)

Forni 1979 = G. Forni, L’anagrafia del soldato e del veterano, dans Actes du VIIe Congrès international d’épigraphie grecque et latine, Constanza 1971, Bucarest-Paris, 1979, p. 205-228 (= Forni 1992, p. 180-205). 

Forni 1992 = G. Forni, Esercito e marina di Roma antica (Roman Army Researches, Mavors V), Stuttgart, 1992.

France 1993 = J. France, Administration et fiscalité douanières sous le règne d’Auguste : la date de la création de la Quadragesima Galliarum, dans MEFRA, 105-2, 1993, p. 895-927.

Gabba 1988 = E. Gabba, Significato storico della conquista Augustea delle Alpi, dans M.G. Vacchina (éd.), La valle d’Aosta e l’arco alpino nella politica del mondo antico (Atti del convegno internazionale di studi, St. Vincent, 25-26 aprile 1987), Aoste, 1988, p. 53-61 (= Gabba 1994, p. 267-273).

Gabba 1994 = E. Gabba, Italia romana, Côme, 1994.

García Fernandez 2001 = E. García Fernandez, El municipio latino. Origen y desarollo constitucional (Gerión. Anejos, V, 2001), Madrid, 2001.

Gascou 1982 = J. Gascou, Quand la colonie de Fréjus fut-elle fondée ?, dans Latomus, 41, 1982, p. 132-145.

Gascou 1990 = J. Gascou, Le statut d’Avignon d’après un prétendu faux épigraphique de la cité d’Apt (Vaucluse), dans RAN, 23, 1990, p. 225-233.

Gascou 1991 = J. Gascou, Duumvirat, quattuorvirat et statut dans les cités de Gaule Narbonnaise, dans Epigrafia. Actes du colloque en mémoire de Attilio Degrassi (Rome, 27-28 mai 1988), Rome, 1991 (CEFR 143), p. 547-563.

Gascou 1997 = J. Gascou, Magistratures et sacerdoces municipaux dans les cités de Gaule Narbonnaise, dans Actes du Xe Congrès international d’épigraphie grecque et latine (Nîmes, 4-9 octobre 1992), Paris, 1997, p. 75-140.

Gascou 2004 = J. Gascou, Magistratures et sacerdoces, dans B. Rémy (dir.), Inscriptions latines de Narbonnaise (ILN), V, 1. Vienne, Paris, 2004, p. 43-52.

Gascou – Janon 1985 = J. Gascou, M. Janon, Inscriptions latines de Narbonnaise (ILN Fréjus), Paris, 1985.

Gayraud 1981 = M. Gayraud, Narbonne, des origines à la fin du IIIe siècle, Paris, 1981.

Gébara – Digelmann – Lemoine 2012 = Ch. Gébara, avec la coll. de P. Digelmann et Y. Lemoine, Fréjus 83/3 (Carte archéologique de la Gaule), Paris, 2012.

Goudineau 1976 = Chr. Goudineau, Le statut de Nîmes et des Volques Arécomiques, dans RAN, 9, 1976, p. 106-114.

Goudineau 1981 = Chr. Goudineau, Informations archéologiques. Circonscription de la Côte d’Azur, dans Gallia, 39, 1981, p. 531-546.

Goudineau – Brentchaloff 2009 = Chr. Goudineau, D.Brentchaloff (dir.), Le camp de la flotte d’Agrippa à Fréjus, Paris, 2009.

Halfmann 1985 = H. Halfmann, Itinera principum. Geschichte und Typologie der Kaiserreisen im Römischen Reiches, Stuttgart, 1985.

Hurlet 2006 = Fr. Hurlet, Le proconsul et le prince d’Auguste à Dioclétien, Bordeaux, 2006.

Keppie 1983 = L. Keppie, Colonisation and Veteran Settlement in Italy, 47-14 B.C., Londres 1983.

Keppie 1995 = L. Keppie, Soldiers and Veterans at the Colony of Forum Julii (Fréjus), dans Y. Le Bohec (éd.), La hiérarchie (Rangordnung) de l’armée romaine Empire (Actes du Congrès de Lyon, 17-19 septembre 1998), Lyon, 1995, I, p. 367-372 (= Keppie 2000, p. 233-238).

Keppie 2000 = L. Keppie, Legions and Veterans. Roman Army Papers, 1971-2000, Stuttgart, 2000.

Le Roux 1982 = P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques d’Auguste à l’invasion de 409, Bordeaux, 1982.

Letta 1976 = C. Letta, La dinastia dei Cozii e la romanizzazione delle Alpe occidentali, dans Athenaeum, 54, 1976, p. 37-76.

Marcos 2011 = S. Marcos, Espaces et identités : les colonies lusitaniennes du conventus Emeritensis, dans Cahiers « Mondes anciens », 2, 2011, p. 2-14.

Mitchell 1976 = St. Mitchell, Legio VII and the Garrison of Augusta Galatia, dans Class. Quarterly, 26, 1976, p. 298-308.

Monteil 1996 = M. Monteil, La ville romaine et wisigothique, dans J.-L. Fiches, A. Veyrac (dir.), Nîmes 30/1 (Carte archéologique de la Gaule), Paris, 1996, p. 153-161.

Morabito 2010 = St. Morabito, Entre Narbonnaise et Italie : le territoire de la province des Alpes Maritimae pendant l’Antiquité romaine (Ier s. av. J.-C.-Ve s. apr. J-C.), dans RAN, 67, 2010, p. 99-124.

Nicolet 1988 = C. Nicolet, L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris, 1988.

Nicolet 1991 = C. Nicolet, L’origine des regiones Italiae augustéennes, dans CCG, 2, 1991, p. 73-97.

Pflaum 1968 = H.-G. Pflaum, La mise en place des procuratèles financières dans les provinces du Haut-Empire, dans RHD, 46, 1968, p. 367-388.

Pflaum 1978 = H.-G. Pflaum, Les Fastes de la province de Narbonnaise (XXXe supplément à Gallia), Paris, 1978.

Piganiol 1962 = A. Piganiol, Les documents cadastraux de la colonie d’Orange (XVIe supplément à Gallia) Paris, 1962.

Rivet 1992 = L. Rivet, Un quartier artisanal d’époque romaine à Aix-en-Provence. Bilan de la fouille de sauvetage du « parking Signoret » en 1991, dans RAN, 25, 1992, p. 326-396.

Salmon 1969 = E.T. Salmon, Roman Colonization under the Républic, Londres-Southampton, 1969.

Silbermann 2003 = A. Silbermann, Pomponius Mela, Chorographie (CUF), Paris, 2003.

Solin 1994 = H. Solin, Remarques sur des inscriptions de Fréjus, dans L’Afrique, la Gaule, la Religion à l’époque romaine. Mélanges à la mémoire de Marcel Le Glay, Bruxelles, 1994 (Collection Latomus 226), p. 316-317.

Solin 2011 = H. Solin, Orange et Rome : un nouveau témoignage, dans C. Deroux (éd.), Corolla epigraphica. Hommages au professeur Y. Burnand (Collection Latomus 331), Bruxelles, 2011, I, p. 318-322.

Starr 1960 = C.G. Starr, Roman Imperial Navy, 31 B.C.- A.D. 324, 2e éd., Cambridge, 1960.

Strobel 2000 = K. Strobel, Zur Geschichte der Legiones V (Macedonica) und VII (Claudia pia fidelis) in der frühen Kaiserzeit und zur Stellung der Provinz Galatia in der augusteichen Heeresgeschichte, dans Y. Le Bohec, Les légions de Rome sous le Haut-Empire (Actes du Congrès de Lyon, 17-19 septembre 1998), II, Lyon, 2000, p. 515-528.

Thollard 2009 = P. Thollard, La Gaule selon Strabon. Du texte à l’archéologie, Géographie, livre IV, traduction et études, Arles-Paris, 2009.

Todisco 1999 = E. Todisco, I veterani in Italia in età imperiale, Bari, 1999.

Van Berchem 1968 = D. Van Berchem, La conquête de la Rhétie, dans MH, 25, 1968, p. 1-10 (= Van Berchem 1982, p. 87-102).

Van Berchem 1982 = D. Van Berchem, Les routes et l’histoire, Genève, 1982.

Zehnacker 2004 = H. Zehnacker, Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre III, (CUF), Paris, 2004.

Haut de page

Notes

1 Pour Narbonne : Gayraud 1981, p. 146-147, p. 176-178 ; pour Arles : déjà Constans 1921, p. 52-53, ainsi que Christol 2004, p. 102-119 ; pour Béziers : Clavel 1970, p. 163-165, ainsi que Christol 1995 ; pour Fréjus : Gascou – Janon 1985, p. 13-30, reprenant pour l’essentiel Gascou 1982 (mais voir plus bas n. 72) ; pour Orange : Piganiol 1962, p. 31-32. Nous remercions Marie-Jeanne Ouriachi pour le complément cartographique (fig. 1).

2 Christol 1994.

3 Pline, NH, III, 5, 31-16 ; on se référera à l’édition de Zehnacker 2004, p. 22-25.

4 Duval 1971, I, p. 368-379.

5 Le cas d’Aquae Sextiae mérite une mise au point. J. Gascou dans le commentaire d’une inscription d’Aix-en-Provence [Rivet 1992, p. 376-377 avec fig. 45 (d’où AE, 1992, 1168) = ILN, Aix-en-Provence, 298 : L(ucio) Antonio Rufino (duo)viro, Thallus et Rythmus lib(erti)] avait conclu de l’usage du datif, que l’on était à l’époque flavienne, et que la mention du duumvirat indiquait nécessairement qu’à ce moment la cité d’Aquae Sextiae avait acquis le rang de colonie de droit romain. La mutation juridique qui s’inscrit dans le texte est évidente, comme en d’autres cités de la province, telle Vienne (Gascou 1991, p. 555-560 ; voir aussi l’introduction au premier volume de la publication des inscriptions de Vienne : Gascou 2004, p. 43-46) : à cette occasion un collège de duumvirs prenaient la suite du collège des quattuorvirs, comme collège de magistrats supérieurs (sur le duumvirat et les duumvirs à Aix-en-Provence, Gascou 1997, p. 101-102, ainsi que la notice sur les institutions d’Aix-en-Provence, ILN, Aix-en-Provence, p. 28 et p. 31). Mais la date ne peut être déterminée comme s’il s’agissait d’une épitaphe : l’inscription a été gravée sur une gaine d’hermès et elle n’a donc pas de caractère funéraire. C’est un hommage au génie du maître du lieu par deux de ses affranchis, dans sa propre domus. On ne pouvait donc pas conclure que le « document (prouvait) l’existence du duumvirat à Aix-à-Provence à une date assez précoce », ni que « cette cité (était) devenue colonie romaine au plus tard au début de l’époque flavienne » : J. Gascou, ad ILN, Aix-en-Provence, 298, cf. p. 368 ; cf. aussi p. 28 et p. 30. Cet avis a pourtant été suivi sans examen critique par García Fernandez 2001, p. 47. Il nous semble qu’un point de vue différent s’impose pour interpréter ce texte : Christol 1999, p. 23 avec n. 67 ; Christol 2005-2006.

6 Christol 1994, p. 51-52, p. 58 ; sur la méthode de Pline on se référera aussi, à propos d’un contexte géographique différent, aux observations de Nicolet 1988, p. 181-201 ainsi que de Nicolet 1991.

7 On relève que dans la liste des oppida latina, composée en ordre alphabétique, la cité d’Augusta Tricastinorum est à la première lettre mentionnée : Christol 1994, p. 55, 56-57 ; on disposerait donc un terminus post quem. Sur le séjour du princeps, Dion Cassius, 53, 22, 5 ; Liv., Per., 134 ; Halfmann 1985, p. 156. Sur l’organisation financière de la province, qui était alors une province de l’empereur : Christol 2012a, p. 83-85.

8 Pflaum 1968, p. 378.

9 La date admise traditionnellement est celle de 16-13, correspondant à un nouveau séjour d’Auguste en Occident (Dion Cassius, 54, 19, 1, à rapprocher de 54, 25, 1) et au don de l’enceinte et des portes de Nîmes (CIL, XII, 3151 ; en 16-15 av. J.-C.) ; Goudineau 1976 ; Christol – Goudineau 1987-1988, p. 99, p. 102 ; Monteil 1996, p. 153-154. Le séjour du princeps dans la capitale provinciale en 15 av. J.-C. est confirmé par AE, 1999, 915. On pourrait toutefois envisager de placer cette décision accroissant l’importance de la colonia Augusta Nemausus à une date un peu antérieure : en 22 av. J.-C. lorsque la province revint au peuple romain, étant dès lors gouvernée par des proconsuls (voir n. 65) : Christol 1996, p. 59. Pour les conséquences d’une telle décision dans la vie de cette cité, Christol 2011. En ce qui concerne la colonie de Fréjus les cas de Matavo et de Forum Voconii sont évoqués ci-dessous (n. 26 et n. 92).

10 Explication fournie par Cuntz 1988, p. 13 : « Baeterrae ante Arausionem a Plinio fortasse sunt positae » ; discussion par Christol 1994, p. 53-54.

11 Voir n. 8 ainsi que, plus récemment, la notice de Gascou 2004 dans ILN Vienne, 1, p. 37-39.

12 Sur ce point Christol 1994, p. 55-56. Récemment une autre interprétation a vu le jour, qui place la fondation de la colonie romaine antérieurement à la fin de l’époque triumvirale : Faure – Tran 2012 ; Faure – Tran 2013, p. 44-51. Nous pensons pouvoir maintenir notre point de vue sur la date. D’abord en envisageant la question d’une manière large, par un simple terminus post quem : postérieurement aux fondations coloniales de l’époque triumvirale ; puis, en envisageant une hypothèse : peut-être à partir de la période médio-augustéenne.

13 Ce constat peut se dégager d’une comparaison avec le texte de Pomponius Mela qui apporte, tant pour les colonies de vétérans que pour les cités liées à des peuples provinciaux, des dénominations qui concordent avec celles de Pline : Pomponius Mela, Chorographie, 2, 74-84 (on se référera à l’édition de Silbermann 2003, p. 54-57) ; sur l’auteur, Duval, 1971, I, p. 344-346.

14 Dans l’ordre chronologique : AE, 1930, 70 ; CIL, VI, 1006 ; CIL, XII, 701, inscription revue par Christol 2004, p. 102-119 (les propositions de restitution ont échappé à l’Année épigraphique qui n’en a pas tenu compte) ; voir aussi Christol 2011.

15 Après Vienne, ce fut le cas d’Avignon et d’Aix-en-Provence. Pour Avignon l’élévation devrait résulter d’un bienfait d’Hadrien, car la cité se dénomme colonia Iulia Hadriana Avennio, ce qui résume les diverses étapes institutionnelles de son histoire : Gascou 1990. Elle avait été, comme colonie latine, colonia Iulia Augusta Avennio (AE, 1992, 1181) : Christol – Heijmans 1992 ; pour le cas d’Aix-en-Provence, voir ci-dessus n. 5.

16 À Narbonne, dans l’ordre chronologique : CIL, XII, 4344 ; 4345 ; 5366 ; 4349. À Béziers : CIL, XII, 4227.

17 Solin 2011.

18 Le fait ressort des accusations portées par les Lyonnais qui au moment de la descente des armées de Vitellius en direction de l’Italie en 69 ap. J.-C. établirent une distinction ferme avec leurs voisins : Tac., Hist., I, 65-66.

19 La cité fut fondée pour des soldats ayant combattu en Hispanie, selon Liv., Per., LV, 4 : Le Roux 1982, p. 36-37, p. 49-50 ; Cadiou 2008, p. 645-653. Le nom fait allusion à la force, à la vigueur, à la puissance, qui placent ceux qui détiennent cette qualité dans une situation de supériorité.

20 C’est ce constat qui est à l’origine de l’article de Keppie 1995 (= Keppie 2000, p. 233-238). Sur le territoire de la colonie Bertoncello 2002 ainsi que Bertoncello – Codou 2003.

21 Keppie 1995 (= Keppie 2000, p. 237-238), qui parle à plusieurs reprises de « reinforcement ».

22 Gébara – Digelmann – Lemoine, 2012, p. 397 (notice 74*).

23 Keppie, 1995, p. 369 avec n. 29 (= Keppie 2000, p. 235) ; cet auteur émet toutefois un doute en introduisant un point d’interrogation : « (wife of ?) ».

24 Pflaum 1978, p. 275.

25 Brun – Boréani 1999, p. 304 (notice 031) ; Feugère – Mauné 2005-2006, p. 458, n° 57.

26 Gascou – Janon 1985, p. 25-28 dans ILN Fréjus, ainsi que carte et index des lieux en fin d’ouvrage (p. 225-226) ; les développements portant sur la présence dans des inscriptions de la tribu Voltinia doivent à présent être repris à la lumière des connaissances sur le développement des oppida latina et sur leurs structures institutionnelles. La citation de Forum Voconii dans le texte de Pline indiquerait qu’à l’époque de sa rédaction l’agglomération avait préservé son autonomie civique, étant encore une communauté de droit latin. En revanche l’agglomération de Matavo, dont l’existence peut être présumée à une époque assez ancienne, avait été englobée dans la colonie antérieurement à l’époque de Caligula, mais peu avant dans la mesure où le pagus Matauonicus pouvait exprimer une initiative de loyalisme par une inscription (CIL, XII, 342 et p. 810 = ILN, Fréjus, 164). Sur le contexte administratif et territorial, à propos de Matavo : Bérard – Codou – Fiches – Rodgers – Sintès 1993 ; sur Forum Voconii : Congès – Martos 2002; pour une perspective d’ensemble Bertoncello 2002, ainsi que Bertoncello – Codou 2003 ; voir aussi ci-dessous n. 92.

27 Un autre témoignage épigraphique de ce gentilice pour un sévir augustal, à Aix-en-Provence (CIL, XII, 520 = ILN Aix-en-Provence, 34) : Sex(tus) Calavius Sex(ti) f(ilius) Pastor.

28 ILGN, 25 = ILN 144 ; Pflaum 1978, p. 276.

29 Keppie 1995, p. 369 avec n. 30 (= Keppie 2000, p. 235).

30 Brun – Boréani 1999, p. 209-210 avec fig. 70.

31 L. Keppie fait aussi remarquer qu’il est possible que dans l’inscription incomplète provenant du Luc, le personnage aurait été soldat légionnaire (Congès 1989, d’où AE, 1989, 504) : L(ucius) Praecian[us] / Sex(ti) f(ilius) An(iensi tribu), le[g(ione) ---] : Keppie 1995, p. 371 avec n. 50 (=Keppie 2000, p. 237) ; Brun, Boréani 1999, p. 504 avec fig. 553 (notice 073).

32 CIL, XII, 259 = ILN Fréjus 18 ; Solin 1994, p. 317 (qui recommande de ne pas tenter de corriger le gentilice Crassus en Crassius). Le congé est précisé grâce au terminus ante quem de 9 apr. J.-C. On doit donc envisager comme datation l’époque augustéenne, et non nécessairement les premières décennies du Ier s. ap. J.-C. Le même raisonnement s’applique à AE, 1974, 283, inscription retenue par Keppie 1983, p. 151-152, n° 86, qui adopte donc une datation haute. Celle que propose Todisco 1999, p. 12-13 et p. 26 (« primi decenni I d.C. ») est trop restrictive, même si l’auteur dans son commentaire apporte une point de vue plus nuancé. En revanche la formulation adoptée pour dater CIL, XI, 348 (ibid., p. 99 et p. 107 : « età augustea ») rend mieux compte de la situation.

33 ILN Fréjus 17.

34 CIL, XII, 260 = ILN Fréjus 115 ; Brun – Boréani 1999, p. 296 avec fig. 219 (notice 029).

35 AE, 1979, 397 = ILN Fréjus 125 (sur une plaque de marbre) ; voir aussi Brun – Boréani 1999, p. 583-584 (notice 099) avec fig. 683.

36 CIL, XII, 261 = ILN Fréjus, 19.

37 Bérato – Gascou 1997 (d’où AE, 1997, 1023).

38 ILN Frejus 114 ; Brun – Boréani 1999, p. 296 (notice 029).

39 CIL, XII, 298 = ILN Fréjus 126 : C(aio) Pacio L(ucii) f(ilio) / coiugi su/o Veratia M(arci) / l(iberta) Fausta fec(it) ; Brun – Boréani 1999, p. 583 et fig. 682.

40 CIL, XII, 266 = ILN Fréjus 116. Elle est sommairement signalée par Brun – Boréani 1999, p. 296 (notice 029).

41 CIL, XII, 5756 = ILN Fréjus 147 ; Brun – Boréani 1999, p. 346 avec fig. 294 (notice 043)

42 ILN Fréjus 153.

43 ILN Fréjus 149.

44 CIL, XII, 703.

45 Solin 1994, p. 317 (d’où AE, 1994, 1157).

46 On pourrait faire la même observation à propos d’inscriptions de soldats et vétérans à Antioche de Pisidie : Christol – Drew-Bear 1998.

47 Keppie 1995, p. 371 (=Keppie 2000, p. 237). Cette observation doit aider à reconsidérer parfois les datations qu’apporte Todisco 1999 (« primi decenni I d.C. ») : voir n. 32.

48 cf. n. 36.

49 Christol – Demougin 1982 (d’où AE, 1982, 694) ; Christol 2004, p. 114-118 ; Christol – Faure – Heijmans – Tran 2014, p. 341-358..

50 Pflaum 1978, p. 195-210.

51 Demougin 1988, p. 701-706

52 Si l’on se réfère à l’époque augustéenne et julio-claudienne (Pflaum 1978, p. 195-210), on relève qu’un seul document est localisé en Italie, à Venafrum (CIL, X, 4868 = ILS, 2688 : Sex. Aulienus Sex(ti) f(ilius) Ani(ensi)), mais il survalorise la marque de l’origine : Demougin 1992, p. 264-265, n° 311. Les autres proviennent des cités d’origine (Béziers, Arles, Narbonne, Aix-en-Provence, Vienne, Fréjus), en sorte que le cas de T. Pompeius Albinus (Pflaum 1978, p. 204-206, n° 2), attesté post mortem à la fois à Vienne et à Emerita, est d’autant plus remarquable.

53 Chastagnol 1992, p. 194 (5 attestations de soldats) ; sur place un seul cas (ILN Riez, 43). Pour Arles, Christol – Faure – Heijmans – Tran 2014, p. 342-343. Rappelons que pour Forni 1974, p. 359 (= Forni 1992, p. 31), à propos des soldats des armées permanentes du Principat : « Gli oltre due decenni che i legionari erano tenuti a trascorrere in armi, finivano per soffocare il ricordo del sito da dove erano originari e favorivano il loro attaccamento con i luoghi dove erano stati così a lungo di guarnigione. Si osserva infatti che per la maggior parte essi non ritornavano alle loro case, ma rimanevano sur posto dopo il congedo ». Le non-retour impose donc d’envisager pour Fréjus non une exception à ce qui serait plus un usage qu’une règle, mais une solution originale.

54 En la matière, mais selon une perspective qui semble avoir été mise en place au moment de la fondation, le cas d’Emerita Augusta, en péninsule Ibérique, semble remarquable. La fondation advient en 25 av. J.-C. (Le Roux 1982, p. 69-72) ; elle est destinée aux vétérans de deux légions, la Ve et la Xe, mais on avait prévu d’autres lotissements.

55 Forni 1974, p. 364 (= Forni 1992, p. 36) ; Forni 1992, p. 82 ; Forni 1979, p. 216 (= Forni 1992, p. 191) ; Todisco 1999, p. 13, p. 30, p. 203, etc.

56 Ce point important de l’histoire de la cité a été placé à juste titre à l’époque triumvirale. Mais J. Gascou avait envisagé une date un peu plus précise (entre 31 et 27 av. J.-C.) sans toutefois convaincre totalement, comme l’a montré Keppie (ci-dessous n. 72) : on pourrait être tenté de revenir à une datation un peu plus ancienne dans l’époque triumvirale.

57 Par exemple par Gascou – Janon 1985, p. 16, dans l’introduction à ILN Fréjus, p. 16, qui reprend l’opinion traditionnelle : Pacensis aurait été attribué par Octavien après Actium, pour commémorer « le retour à la paix au terme des guerres civiles », Classica « pour rappeler le fait qu’il envoya à Fréjus les navires pris à Marc Antoine ». On retrouve ces explications dans l’ouvrage récent sur la fouille du quartier de Villeneuve : Goudineau – Brentchaloff 2009, d’abord dans le chapitre III de Brentchaloff – Goudineau (« Le camp : emplacement, structures, chronologie » : p. 35-66, particulièrement p. 36-37), puis dans le chapitre de Brentchaloff (« Bilan numismatique » : p. 69-106, particulièrement p. 98-99), à propos des monnaies émises à Fréjus.

58 Gascou – Janon, 1985, p. 18-20 dans l’introduction à ILN Fréjus. L’épisode, et les personnages impliqués dans son déroulement ont été réexaminés par Christol 2012b.

59 Un débat important concerne l’établissement du texte et l’interprétation d’une inscription sur une plaque de marbre, épaisse de 2 cm et d’excellente facture, mais très incomplète. Elle fut publiée par Goudineau 1981, p. 536. Interprétée comme inscription funéraire dans ILN, Fréjus, 97, sa présentation a été reprise dans Goudineau – Brentchaloff 2009, p. 61-62, avec fig. 94, en annexe au chapitre III (« Le camp : emplacement, structures, chronologie »). L’interprétation comme épitaphe paraît difficile à argumenter. L’interprétation comme inscription « publique » est à première vue plus satisfaisante : un texte émanant de la cité (y compris un hommage public) ? ou bien celui émanant d’une « autorité » et se référant aussi à un prince ? Il est tentant de restituer à la deuxième ligne in or]A MAR[itima] mais on peut objecter que cette proposition n’est pas évidente.

60 Mela, Chorogr., II, 5, 74-76, qui évoque aussi les Atacini ; Gayraud, 1981, p. 155-158, p. 173-175, p. 240.

61 Y compris chez les auteurs qui se sont intéressés à la fondation de Fréjus : dans l’article de J. Gascou, c’est surtout l’adjectif Classica qui a été utilisé pour envisager deux étapes dans la fondation : Gascou 1982, p. 137-138, puis p. 146 (cf. Starr 1960, p. 12 et p. 26). Ce savant envisage en conséquence de relier l’octroi du cognomen Pacensis à la victoire d’Actium, Pacensis et Classica ayant été attribués au même moment. C’est l’interprétation traditionnelle (voir aussi n. 56 et surtout n. 89).

62 Keppie 1995, p. 368 (= Keppie 2000, p. 234)

63 Ernout – Meillet 1959, p. 473. Le Thesaurus (Th.l.L., X, I (1) (1982), col. 21-24 (paco -are), le fait dériver d’un verbe signifiant « qui apporte la paix », « qui agit pour la paix », « qui rend les lieux sûrs » à l’instar d’Hercule, « qui apaise » ; pacatus signifie donc « doux, calme, irénique, apaisé ».

64 Rapprochement déjà effectué par Keppie 1995, p. 368 (= Keppie 2000, p. 234). Sur Pax Iulia en Lusitanie, dans une région pacifiée, Le Roux 1982, p. 51-52, qui apporte à l’occasion des réflexions sur le lien entre établissements de colonies et pacification, en suggérant qu’il importe de bien tenir compte de l’évolution des contextes provinciaux.

65 Dion Cassius, 54, 4, 1 ; Hurlet 2006, p. 14, n. 8, p. 49 ; Dalla Rosa 2014, p. 139-140 n. 93.

66 Les observations qui se trouvent dans Goudineau – Brentchaloff 2009 (ci-dessus, n. 59) sont précieuses. On peut citer l’inscription de Nicopolis rappelant la victoire d’Actium, entre 31 et 27 av. J.-C., sur une dédicace à Neptune et à Mars (AE, 2002, 1297 = AE, 2009, 96) : pace parta terra [marique].

67 Gabba 1988, (= Gabba 1994, p. 267-273). On verra aussi Van Berchem 1968 (=Van Berchem 1982, p. 87-102), et pour les résonances idéologiques Donati 1989.

68 Dion Cassius, LIV, 24, 1-3. Un effectif militaire fut établi dans la nouvelle province. Sur les débuts de l’organisation, Morabito 2010, p. 100-101, p. 104-108.

69 Son installation coïncide avec le retour du grand voyage en Occident entre 16 et 13 av. J.-C. : Halfmann 1986, p. 157-158. Son installation résulte d’une décision du Sénat (RGDA, 12, 2 : cum ex Hispania Galliaque, rebus in iis prouinciis prospere gestis, Romam redi, Ti. Nerone P. Quintilio consulibus, aram Pacis Augustae Senatus pro reditu meo consecrandam censuit ad Campum Martium), qui prévit aussi un sacrifice annuel.

70 Keppie 1995, p. 368 (= Keppie 2000, p. 234); déjà Keppie1983, p. 82-86.

71 Voir ci-dessus n. 7 pour la date de rédaction du document qui sert de source à Pline.

72 Sur la fondation de la colonie, Keppie 1995, p. 371-372 (= Keppie 2000, p. 237-238), examine rapidement la démonstration de Gascou 1982, (ainsi que Gascou – Janon 1985, p. 16-18, introduction à ILN Fréjus), pour revenir à une datation plus ancienne au sein de l’époque triumvirale, en rapport avec les indications de Dion Cassius sur les décisions d’Octavien pour calmer les soldats qui réclamaient des récompenses (XLIX, 14, 1-2 et XLIX, 34, 4), passages déjà utilisés par Piganiol 1962, p. 83, en vue de proposer la date de 35 pour la fondation de la colonie d’Arausio (au profit des vétérans de la légion IIa). L’interprétation par J. Gascou de l’expression oppidum Foroiuliense dans Tac., Ann., IV, 5, est peut-être poussée trop loin dans le domaine de l’hypothèse.

73 Letta 1976.

74 France 1993, p. 923-924.

75 Voir à ce propos, outre le témoignage significatif d’Ammien Marcellin, XV, 10, 2, les commentaires apportés dans CIL, XVII, II, p. 27. Les documents routiers significatifs sont CIL, V, 7209, 7211, 7213 (= ILS, 1853), 7214. Les prolongements en Narbonnaise se trouvent par CIL, XII, 5497 = CIL, XVII, II, 82 = ILN Apt, 120 et par CIL, XII, 5500 = CIL, XVII, II, 86. La datation correspond à 3 av. J.-C.

76 Arnaud 2011.

77 Barruol 1975, p. 32-41, et pour la route p. 58-59. Les milliaires sur le territoire de la colonie de Fréjus sont publiés et commentés : CIL, XII, 5454 = ILN Fréjus, 177 = CIL, XVII, II, 35 ; CIL, XII, 5455 = ILN Fréjus, 178 = CIL, XVII, II, 36. Du côté italien : CIL, V, 8085, 8088, 8094, 8100, 8101, 8105. Par la suite, à l’époque d’Hadrien les milliaires évoqueront la via Iulia Aug(usta) a flumine Trebia (CIL, V, 8102, 8103, 8106), ce qui indique l’orientation particulière du tracé.

78 Arnaud 2011, p. 55-56 : en 3 av. J.-C. on ne touche pas au grand trajet, mais à des diverticules ; Barruol 1975, p. 58-59.

79 Salmon 1969, p. 106-109.

80 Dyson 1985, p. 102-116.

81 Ci-dessus n. 75 ; Barruol 1975, p. 60-68.

82 Le Roux 1982, p. 61, p. 62-63 (sur le nom).

83 Le Roux 1982, p. 84.

84 [espace] Tac., Ann. I, 23, 5.

85 Pflaum 1978, p. 274, et surtout Le Roux 1982, p. 173-183, p. 256.

86 Sur la fondation de Caesaraugusta : Le Roux 1982, p. 72-73 ; pour Emerita Augusta : ibid., p. 69-72, à compléter par Marcos 2011 (avec bibliographie complémenaire).

87 Christol – Drew-Bear 1998 (voir n. 46) ; Mitchell 1976 ; Strobel 2000, p. 516-517. Mais les éléments du dossier numismatique indiquent que les deux unités auraient participé à l’histoire de cette colonie. Ils sont datés de l’époque flavienne, ce qui permet d’envisager que la légion VII aurait pu apporter des compléments à la population coloniale établie lors de la fondation, sans qu’elle ait appartenu à la première garnison de la province, ni même, pour cette raison, qu’elle ait participé à la fondation.

88 Strabon, Geogr., IV, 6, 3 ; Thollard 2009, p. 101-114 ; Arnaud 2000 ; Morabito 2010, p. 104-105, p. 112-113.

89 Arnaud 2011, p. 57.

90 J. Gascou l’avait pressenti, même s’il se rallie à l’interprétation traditionnelle, qui minore la place des apports qui se réalisèrent postérieurement à la fondation. Citons Gascou 1982, p. 137 avec la n. 31 : « … certes, il n’est pas douteux que les surnoms Pacensis et Classica ne soient à mettre en rapport avec le retour de la paix après Actium et l’installation de la flotte d’Antoine et de Cléopâtre… Mais, comme toujours en pareil cas, il faut se demander si les surnoms ont tous été attribués au moment de la fondation de la colonie, ou si certains d’entre eux ne peuvent pas avoir été conférés à une date postérieure à cette création [n. 31] » (suit l’examen des interprétations qui aboutit au constat sur l’incertitude des solutions proposées).

91 Il vaudrait la peine d’embrasser du même regard la zone orientale de la Narbonaise et le piémont des Alpes en Transpadane, en Vénétie et en Histrie. L’ouvrage de Todisco 1999, passim, contient des observations intéressantes. À l’exception d’un cas signalé à Cales, les vétérans de la légion IXa Hispaniensis sont repérables à Aquilée, Côme, Crémone, Milan et Dertona. Le cas de Milan (ibid., p. 172-178) est remarquable, car on retrouve des vétérans de la VIIIa Augusta, de la IXa Hispaniensis et de la IIIIa Macedonica.

92 Cette nouvelle interprétation laisse ouverte la question du moment de l’obtention du titre Classica, qui est acquis avant la rédaction de Pline. En 23 ap. J.-C. (Tac., Ann. IV, 5) on sait que le rôle de port de guerre n’avait pas disparu. Et l’on sait aussi que dans la guerre civile des années 68-70, Fréjus, claustra maris selon l’expression de Tacite, fut au cœur d’un des derniers épisodes militaires opposant les partisans de Vitellius à ceux de Vespasien (Tac., Hist., III, 43, 1-2 ; 44, 1-2) : le dénouement se produisit en mer, par la capture de Fabius Valens (voir n. 57). Un autre aspect de l’évolution territoriale de la colonie concerne l’absorption des cités de droit latin qui auraient pu, initialement, être enclavées : Matavo et Forum Voconii (voir n. 26 ; on éclaire aussi l’existence d’inscriptions de citoyens romains inscrits dans la tribu Voltinia à l’intérieur de ce qui correspond au territoire de Fréjus dans sa plus grande extension). L’existence d’un monnayage provenant de Matavo (Bérard – Codou – Rodgers – Fiches – Sintès 1993, p. 305-308) montrerait qu’à la date d’émission envisagée (en liaison avec les déplacements d’Auguste ou d’Agrippa, mais éventuellement un peu plus tard) cette communauté disposerait de l’autonomie et devrait être comptée au nombre des oppida latina avant de devenir vraisemblablement un pagus de la colonie romaine (on doit éclairer ainsi la distinction entre oppidum latinum et pagus qui demeure confuse dans l’article cité). La perte de l’autonomie serait à placer peu avant l’époque de Caligula (voir aussi n. 26).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - La répartition des inscriptions de soldats et vétérans légionnaires dans le territoire de Fréjus (carte M.-J. Ouriachi).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Christol, « Pacensis : les noms de la cité de Fréjus et l’histoire coloniale sous Auguste », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 127-2 | 2015, mis en ligne le 06 octobre 2015, consulté le 22 mars 2017. URL : http://mefra.revues.org/2839 ; DOI : 10.4000/mefra.2839

Haut de page

Auteur

Michel Christol

Université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne / ANHIMA, christolmichel@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org