Navigation – Plan du site
Expropriations et confiscations en Italie et dans les provinces : la colonisation sous la République et l’Empire

Coloni et incolae de Gaule méridionale : une mise en perspective du cas valentinois

Nicolas Tran

Résumés

L’article porte sur la cohabitation entre Gaulois et migrants italiens, lotis par Rome sur des terres confisquées aux populations vaincues. Il se fonde sur le cas de Valence, étudié grâce aux parallèles fournis par les autres colonies romaines de Gaule transalpine puis narbonnaise. L’intérêt porté aux incolae conduit à définir les différents statuts juridiques des bourgs indigènes, à l’intérieur ou au voisinage des colonies, puis à l’intégration progressive de ces populations.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie chaleureusement M. Christol et M.-Th. Raepsaet-Charlier de leurs utiles remarques et suggestions.

Texte intégral

Fig. 1 -Hommage rendu à L. Nonius Asprenas : CIL, XII, 1748 (fac-similé du CIL).

Fig. 1 -Hommage rendu à L. Nonius Asprenas : CIL, XII, 1748 (fac-similé du CIL).
[L(ucio) Non]io L(uci) fil(io)
[Asp]renati, pro p[r(aetore)],
[c]oloni et incolae,
patrono.
  • 1 Je remercie chaleureusement M. Christol et M.-Th. Raepsaet-Charlier de leurs utiles remarques et su (...)
  • 2 Faure – Tran 2011 ; ILN, Valence, p. 43-51.

1L’inscription la plus riche d’informations sur l’histoire de la colonie de Valence fut gravée sur une base découverte en août 1869, lors de la démolition d’une maison adossée aux fortifications urbaines1. Elle correspondait à un texte légèrement lacunaire, de quatre lignes, par lequel des coloni et incolae rendirent hommage au propréteur romain L. Nonius Asprenas. Transcrite par A. Allmer, elle disparut à jamais quelques jours plus tard. Élaborant le fascicule valentinois des Inscriptions latines de Narbonnaise, Patrice Faure et moi en avons repris l’analyse dans le dessein d’élucider l’histoire institutionnelle de Valence2. Ce faisant, nous avons surtout prêté attention aux colons et au statut juridique de leur communauté. Cet article vise à reprendre ce dossier en décalant le regard porté sur lui, des colons vers les habitants initiaux du territoire. Cette approche conduit à s’interroger sur la cohabitation entre Gaulois et migrants italiens lotis par l’État romain sur les terres confisquées aux vaincus. Mais il convient de rappeler d’abord les acquis de la première étude.

  • 3 Sauf mention contraire, les dates évoquées sont antérieures à l’ère chrétienne.
  • 4 Telle est la reconstruction proposée par M. Christol depuis les années 1990, dans diverses publicat (...)
  • 5 Chastagnol 1995, p. 134 : « L’épigraphie de Valence est trop pauvre pour nous informer en quoi que (...)

2Le débat portant sur la datation du monument et donc sur l’identification de L. Nonius Asprenas a pu être tranché. Portant un titre incontestablement républicain, le récipiendaire de l’hommage doit être identifié au L. Nonius Asprenas qui, après s’être engagé dans le camp césarien durant les guerres civiles, assuma le consulat en 363. Des colons occupaient donc le site de Valence avant l’instauration du Principat et vraisemblablement avant 36. Le statut de la collectivité qu’ils formèrent est très difficile à déterminer. Nous tendons à privilégier l’hypothèse d’une fondation originelle de droit romain, entre 46 et 44 ou à l’époque triumvirale. Il ne s’agit cependant que d’une hypothèse et un autre scénario, impliquant une fondation de droit latin et l’attribution ultérieure du droit romain, demeure plausible4. À lui seul, l’hommage rendu à Asprenas ne permet pas de trancher et ne jette aucun éclairage direct sur le moment de la fondation. La colonia Valentia elle-même n’est pas mentionnée. Sans doute n’existait-elle pas encore, les colons bénéficiaires de distributions viritanes de portions de l’ager publicus ne formant pas encore une véritable cité de rang colonial. En outre, Asprenas fut honoré comme le patron des coloni et des incolae, et non comme le fondateur de la colonia Valentia. Sans doute (c’est une seconde possibilité) existait-elle déjà. L’inscription souligne, en tout cas, la mixité d’une société gallo-romaine qui venait de voir le jour. Par quelles tensions était-elle traversée et comment furent-elles en partie régulées ? Quels furent le sort et la condition juridique réservés aux habitants originels du Valentinois ? Telles sont les questions que l’inscription d’Asprenas invite à poser, sans apporter le moindre élément de réponse. Tout en privilégiant l’hypothèse d’une fondation de droit romain d’époque impériale, A. Chastagnol n’était donc pas loin de juger le cas valentinois désespéré5. D’où la nécessité de prendre quelque distance avec l’épigraphie locale, pour mieux la comprendre.

  • 6 P. Réthoré est l’auteur non seulement de la longue notice de la CAG 26 consacrée à Valence (p. 621- (...)

3D’une part, l’archéologie du Valentinois a connu de récentes et significatives avancées. Le fascicule drômois de la Carte archéologique de la Gaule, publié en 2010, rend plus accessibles les données portant sur l’occupation de la plaine reliant le Rhône au Vercors. Outre les notices rédigées par P. Réthoré, le volume comprend un bilan synthétique et critique des recherches sur les centuriations valentinoises, élaboré par G. Chouquer6. D’autre part, la pauvreté quantitative et qualitative de la documentation locale incite à chercher des parallèles dans des cités de Gaule méridionale moins mal connues, en particulier dans les colonies de vétérans fondées dans le Sud de la Province. Cet élargissement documentaire et géographique permet de délimiter un champ des possibles, mais ne conduit à aucun miracle : l’enquête contraint le plus souvent à se contenter d’hypothèses.

Des coloni et incolae sortant peu à peu de l’obscurité

  • 7 Sur le sens très général d’habitant que peut recouvrir le mot incola : voir TLL, VII, 1, col. 972-9 (...)
  • 8 Strab., IV, 1, 11.
  • 9 D. C., XXXVII, 47 ; voir aussi Liv., Per., 103.
  • 10 Will 1996, p. 95-97.
  • 11 Barruol 1975, p. 231-236 ; Christol 2009, p. 30-31.
  • 12 Plin., NH, III, 34 et 36 ; Strab., IV, 1, 11.
  • 13 Ptol., Géog., II, 10, 12-14.
  • 14 Sur la soumission des Salasses, voir essentiellement D. C., LIII, 25, 2-5 ; Strab., IV, 6, 7.
  • 15 D., 6753 ; Inscr. It., XI, 1, 6 ; I. Aug. Praetoria, 1 : Imp(eratori) Caesa[ri] / diui f(ilio) Augu (...)

4Qui étaient les incolae unis aux colons pour rendre hommage au propréteur L. Nonius Asprenas ? À une date aussi haute, le plus plausible consiste à les considérer comme les habitants initiaux du Valentinois, qui se soumirent à Rome. La définition juridique de l’incolatus comme un statut juridique de domiciliés, établis dans une cité distincte de leur origo, apparaît dans des textes des IIe et IIIe siècles p.C.7 Elle s’inscrit dans un autre contexte historique. Les ancêtres des incolae de Valence firent plus probablement partie des vaincus de 121, sur lesquels triompha Q. Fabius Maximus Aemilianus en érigeant un trophée et deux temples (de Mars et d’Hercule), au confluent du Rhône et de l’Isère8. Soixante ans plus tard, leurs pères durent être entraînés dans la dernière révolte allobroge mâtée par Rome. Les Ségovellaunes doivent se cacher derrière la périphrase de Dion Cassius évoquant, aux côtés des guerriers de Catugnatus, ἄλλοι τῶν παρά τὸν Ἴσαρα οἰκούντων9. Toutefois, la Ouentia mentionnée par l’historien à cette occasion ne correspond sûrement pas à une très hypothétique Valentia préromaine10. À un moment de son histoire au moins, le petit peuple des Ségovellaunes dut dépendre des Cavares11. Ainsi s’explique que Pline l’Ancien, comme Strabon avant lui, ait pu situer Valence in agro Cauarum, tout en plaçant la regio des Ségovellaunes juste au sud des Allobroges12. De son côté, Ptolémée fit de la colonia Valentia la cité des Segallauni (sic) et des Cavares les voisins méridionaux de ce peuple13. Il y a donc tout lieu de penser que les Ségovellaunes vivaient sur le territoire que l’État romain attribua à la colonie de Valence. À un moment de leur histoire, la situation de ces Gaulois dut être celle des Salasses qui, rescapés des combats et de la réduction en esclavage réservée à des milliers de leurs semblables, furent admis sur le territoire de la colonie de vétérans prétoriens d’Aoste14. Ces Salassi incolae sont connus par un célèbre hommage rendu à Auguste15. Unique en son genre, le document jette quelque lueur sur les habitants initiaux d’un territoire, devenus (d’une certaine manière) des étrangers de l’intérieur. Rien n’indique que de tels incolae-indigènes aient été dotés d’un statut juridique aussi formellement défini que celui des incolae-domiciliés des époques postérieures, d’un statut qui les auraient distingués des autres pérégrins avec qui la colonie et les citoyens romains de Valence auraient pu être en contact.

  • 16 CAG 26, p. 102.
  • 17 CAG 26, p. 194-197 ; 457-459 ; 391-394.
  • 18 Loriot – Rémy 1988, p. 25-26, n°30.
  • 19 Ibid., p. 22, n°21.

5L’archéologie apporte également des informations sur l’occupation indigène de la plaine valentinoise à la veille et au lendemain de la conquête romaine. Les traces d’un habitat rural protohistorique sont ténues, mais subsistent tout de même. Ainsi, l’empreinte de fossés funéraires de forme circulaire, antérieurs à l’époque romaine, serait perceptible16. En outre, plusieurs sites protohistoriques ont livré de la céramique laténienne, laissant parfois observer des formes et des décors de tradition celtique. Ce fut le cas sur les communes de Chabeuil, de Montvendre et de Livron-sur-Drôme, dont les territoires fournissent par ailleurs de nombreux témoins de la centuriation coloniale de Valence, ainsi que des vestiges d’habitat rural d’époque augustéenne17. Les trouvailles monétaires apportent d’autres indices de l’occupation ségovellaune de la plaine. Près de quatre cents oboles massaliètes et une quinzaine de monnaies attribuées aux Cavares et aux Allobroges furent enfouies à Porte-lès-Valence vers 115/11018. À Hostun, près de mille monnaies d’argent, exclusivement cavares et allobroges, ont été mises au jour19. Leur frappe s’est étalée entre le début du Ier siècle et, pour les plus nombreuses, les années 60/43. Si le site même de Valence était sans doute vierge avant l’arrivée des Romains, les campagnes environnantes n’étaient donc pas vides. Néanmoins, il est remarquable qu’aucune agglomération indigène n’ait été repérée dans la plaine valentinoise.

  • 20 CAG 07, p. 395-404 (notice de J.-Cl. Courtial et O. Darnaud).
  • 21 Mauné – de Chazelles 1998, p. 187-208.
  • 22 Le cas biterrois diffère toutefois de celui de Valence, car l’occupation de Béziers est bien antéri (...)

6La seule agglomération gauloise proche de Valence se situait, non pas dans le triangle formé par l’Isère, le Rhône et le Vercors, mais sur la rive droite du Rhône, à cinq kilomètres en aval20. Surplombant le village de Soyons, le plateau de Malpas abrita en effet un oppidum, associé à un habitat construit en contrebas dès le VIe siècle. Une monnaie athénienne, des amphores et de la vaisselle en céramique témoignent d’une vitalité certaine et d’échanges précoces avec le monde méditerranéen. Le plateau fut abandonné par ses habitants au début de l’Empire, mais un bourg relativement important fut édifié à la romaine dans la partie basse, au moment même où croissait et s’organisait la ville de Valence. En réalité, l’implantation d’une colonie à proximité d’un oppidum gaulois n’a rien de surprenant, puisque le Sud de la Province en livre des parallèles. Occupé dès le VIe siècle, en plein essor entre la fin du IIIe et le milieu du Ier, abandonné seulement vers les années 20/15, l’oppidum de Montlaurès se situait à une heure de marche de Narbonne21. Les deux villes coexistèrent pendant un siècle. De même, Béziers se trouvait à huit kilomètres de l’oppidum d’Ensérune : il fut abandonné vers 10, soit vingt-cinq ans après l’installation des vétérans de la Septième Légion22.

Fig. 2 - Localisation de Valence, Lautagne et Soyons : d’après Silvino et al. 2011 (DAO : D. Tourgon).

Fig. 2 - Localisation de Valence, Lautagne et Soyons : d’après Silvino et al. 2011 (DAO : D. Tourgon).
  • 23 Allimant 1993 est le point de départ de Desbat – Maza 2008, p. 248-249.
  • 24 Je remercie T. Silvino et G. Maza de m’avoir informé de la réalisation d’un diagnostic archéologiqu (...)
  • 25 Stéphane de Byzance, Ethnika, éd. Meineke, Berlin, 1849 (réimpr. Chicago, 1992), p. 654 : Φαβία, πό (...)
  • 26 Strab., IV, 1, 5. Voir aussi Liv., Per., 61 et Cassiod., Chron., p. 131. Voir Berrendonner 2009, p. (...)
  • 27 D. C., XXVII, 90 . ῞Οτι Τόλοσσαν πρότερον μὲν ἔνσπονδον οὖσαν τοῖς ῾Ρομαίοις, στασιάσασαν δὲ πρὸς τ (...)
  • 28 Oros., Hist., V, 16, 9 : Igitur Marius quarto consul [a. 104] cum iuxta Isarae Rhodanique flumina, (...)
  • 29 Conjard Réthoré – Ferber 2013, p. 216-218, en particulier.

7Les colons romains prirent pied dans une plaine à l’occupation faible et à l’habitat dispersé, dont le probable chef-lieu se situait de l’autre côté du Rhône. Dans quelles conditions leur installation fut-elle imposée aux Ségovellaunes ? L’arrivée des colons semble avoir été préparée et facilitée par une présence militaire romaine. Découverts dans les années 1990 sur le plateau de Lautagne, des vestiges militaires correspondant à des fossés défensifs et à des armes (une pointe de pilum, un boulet de baliste, une balle de fronde) ont fait l’objet d’un réexamen récent23. Bien que très maigres, ils doivent être pleinement intégrés à la reconstruction historique des origines de Valence. Selon les archéologues, un camp pourrait avoir été construit à la fin du IIe siècle ou au début du Ier, avoir ensuite connu des réaménagements, avant d’être abandonné dans la première moitié du Ier siècle24. Les militaria sont semblables à des objets découverts à Alésia et les fossés suivent les orientations qui ont structuré le paysage valentinois. Certains suivent l’orientation N-23°E du cadastre B, utilisé pour lotir les colons ; d’autres l’orientation N-12/13°E autrefois attribuée à un cadastre A plus ancien. En plaçant la construction éventuelle d’un camp à la fin du IIe siècle, les archéologues renvoient, en fait, au tout début de la présence romaine en Gaule transalpine, au lendemain de la victoire obtenue et célébrée par Q. Fabius Maximus Aemilianus au confluent du Rhône et de l’Isère. Dès lors, il est fort tentant de rapprocher les maigres vestiges exhumés d’un passage des Ethnika de Stéphane de Byzance25. Le lexique géographique de cet érudit du VIe siècle de notre ère comporte en effet une entrée Fabia, définie comme une polis de Gaule, fondée par le général romain Fabius. Il ne peut être question que du consul de 121. Certes, l’emploi du terme polis, dans le sens de ville ou de cité, que l’on ne saurait confondre avec la mention explicite d’une garnison, pose problème. Il n’en demeure pas moins que la Fabia du général Fabius fait forcément penser aux Aquae Sextiae de C. Sextius Calvinus :à la πόλις ὁμώνυμος (pour reprendre l’expression de Strabon) et à lagarnison militaire romaine que cet autre général romain installa en pays salyen, en 12226. Un fragment de Dion Cassius peut être versé au dossier : c’est sur lui seul que se fonde l’hypothèse traditionnelle – mais controversée – de l’installation d’une garnison romaine à Toulouse par Cn. Domitius Ahenobarbus, à la fin du même conflit27. D’où l’interrogation suivante. Le camp de Lautagne est-il né dans le dernier quart du IIe siècle, d’une politique cohérente d’installation de garnisons, chargées du contrôle des peuples gaulois que Rome venait de vaincre ? Nos sources sont trop ténues pour l’affirmer, mais présentent des convergences sans doute assez troublantes pour se le demander. Assez troublante est aussi la mention par une autre source tardive (le récit de l’invasion des Cimbres et des Teutons par Orose) d’un camp établi par Marius « près de l’Isère et du Rhône, là où est leur confluent »28. S’est-il agi de castra éphémères ? C’est fort possible et l’étude archéologique la plus récente tente d’associer la multiplicité d’enclos observée (six au total) à différents épisodes de l’histoire militaire de la région29. En tout cas, des militaires romains stationnèrent en un lieu indéniablement stratégique.

8Quelle que fût son origine, le poste militaire de Lautagne constituait un point d’observation remarquable et occupait une position stratégique entre Valence et Soyons, à proximité d’un gué permettant aux habitants de la rive droite d’atteindre la plaine. Son abandon par les soldats de l’armée romaine précéderait celui de l’oppidum de Malpas, et le développement augustéen qui fit de Valence une véritable ville, dotée notamment du rempart caractéristique des colonies. La genèse de Valence et l’hommage rendu à L. Nonius Asprenas par les coloni et incolae,en particulier, doivent être envisagés avec cette présence militaire en tête. Certes, il n’est possible de sonder les cœurs et la sincérité ni des Ségovellaunes, ni des Salasses qui honorèrent Auguste quelques mois après que leur peuple eut subi une violente répression. Rien n’indique que le climat politique était le même dans la moyenne vallée du Rhône des années 40/30 et dans le val d’Aoste des années 20. Toutefois, le souvenir d’une présence militaire à Lautagne, à une époque encore assez proche du moment où L. Nonius Asprenas fut honoré à Valence, jetterait un éclairage particulier sur la protection qu’en tant que patron, le propréteur était censé accorder aux colons et aux incolae. Pour les seconds, la reconnaissance de la qualité de clients revenait à accepter solennellement leur état de soumission et donc à renoncer officiellement à une partie de leurs terres.

  • 30 Chouquer – Odiot 1984 ; CAG 26, p. 97-112.
  • 31 Sur le cadastre précolonial de Béziers, voir Clavel-Lévêque 1983, p. 219-241, en particulier p. 240 (...)
  • 32 CAG 26, p. 440-442, à propos du site de la Maison Alliod et de la Ferme Saint Achille : « des trace (...)

9Les opérations de centuriation visant à lotir les colons se firent à une date proche de l’hommage décerné à Asprenas. Telle est la conclusion à tirer des travaux récents de G. Chouquer sur l’archéogéographie du Valentinois : ils se substituent à l’article de 1984 que Th. Odiot et lui consacrèrent à ce sujet30. La centuriation B de Valence date du milieu ou du troisième quart du Ier siècle. Elle était conçue comme plus tardive jusqu’à peu. Cependant, au lieu-dit Mauboule, dans la partie méridionale de l’agglomération de Valence, un vaste fossé d’orientation N-23°E a permis d’établir un important repère. Constituant une limite de centurie, il fut en partie rempli de céramique campanienne A, de tessons d’amphores Dressel I/A et de céramique non-tournée : au moyen d’un matériel antérieur à 50. À Valence même, les plus anciens vestiges découverts à l’angle des rues d’Arménie et Bouffier suivent une orientation identique et datent des années 40 ou 30. De nombreux kardines, decumani et croisements d’axe correspondant à cette centuriation ont été repérés dans tout le Valentinois, avec une fiabilité incontestable. On ne peut en dire autant de l’orientation A, censée être plus ancienne que l’orientation B. En l’attente de nouvelles enquêtes, G. Chouquer se refuse désormais à parler de centuriation A. Il convient de respecter cette prudence, revendiquée de la manière la plus explicite. Toutefois, à bien lire les notices de la Carte archéologique, il ne paraît pas impossible que, dans les années à venir, l’hypothèse d’une centuriation précoloniale, comparable à celle de Béziers ou d’Orange, soit avancée31. L’analyse d’un site de Montélier, où les traces d’un enclos d’habitat préromain suivent l’orientation A, laisse cette impression32. Comme ailleurs, une limitatio visant à contrôler le territoire du peuple soumis a sans doute précédé une diuisio réalisée au profit de colons.

  • 33 CAG 26, p. 632-633 et 695.
  • 34 Silvino et alii 2011. Les découvertes faites en cette zone du centre-ville viennent s’ajouter à cel (...)
  • 35 Poux 2008, p. 381-383, affirme notamment que les fibules dites « militaires » étaient « très certai (...)
  • 36 Argant et alii 2009 ; CAG 26, p. 631.

10Une autre nouveauté de l’archéologie de Valence et du Valentinois tient au meilleur repérage de vestiges pré-augustéens. Peu à peu, par petites touches, les colons qui honorèrent L. Nonius Asprenas, vraisemblablement issus de populations italiques des années 40 et 30, semblent presque sortir de l’obscurité33. Ces traces d’occupation proviennent surtout de la ville actuelle de Valence et procèdent d’un cadre de vie modeste, fait de bâtiments en terre crue. Ces traces sont encore une fois ténues, car beaucoup furent enfouies dans les remblais sur lesquels prospéra la ville augustéenne. Cependant, le matériel découvert présente un faciès très italique, qu’il s’agisse de céramique pré-augustéenne ou d’objets de parure et de toilette. Le site désormais le mieux connu a été fouillé à l’angle des rues d’Arménie et Bouffier34. L’équipe de T. Silvino y a trouvé non seulement beaucoup de vaisselle fine d’importation, mais aussi des éléments très caractéristiques de la batterie de cuisine romaine de la fin de la République. Un miroir probablement italique et deux fibules à charnière de « type Alésia », dont la large diffusion en Gaule est en rapport direct avec la présence de troupes romaines, sont également conservés35. Au total, l’ensemble de la fouille « trouve des comparaisons directes avec les niveaux de peu antérieurs ou contemporains de la colonie romaine de Lugdunum en 43 av. J.-C. » En dehors du centre-ville, une ferme du tournant de l’ère chrétienne, située à Mauboule, constitue un autre témoin crédible d’une présence italique dans le Valentinois36. Les archéologues y ont repéré l’utilisation du pied drusien dans l’aménagement d’un jardin et découvert des éléments de costume militaire. Sans se départir de la prudence requise, ils se demandent si l’exploitant de la parcelle concernée n’était pas un vétéran.

11En somme, après avoir écarté l’identification de la Ouentia de Dion Cassius à Valentia et souligné l’absence de vestiges antérieurs aux premiers signes très italiques d’occupation du site de Valence, il faut en déduire que les colons lotis par l’État romain s’installèrent dans un terroir faiblement occupé. Néanmoins, la plaine valentinoise ne constituait pas un désert humain, puisqu’avec une portion de la rive droite du Rhône, entre le Doux et l’Ouvèze peut-être, elle constituait le territoire des Ségovellaunes. Quelle marge d’autonomie fut réservée à ces Gaulois, qui durent renoncer à des terres et à la souveraineté exercée sur leur territoire ?

Soyons et le statut des communautés confrontées aux déductions coloniales

  • 37 CAG 07, p. 395-404.
  • 38 CIL, XII, 2697 ; ILN, Valence 72. CIL, XII, 2657 ; ILN, Valence 73.

12Faute de sources suffisantes sur les Gaulois de la plaine, poser cette question revient surtout à s’interroger sur le devenir et le statut juridique de Soyons. Après l’abandon de l’oppidum de Malpas au début de l’époque impériale, le bourg de Soyons se développa aux pieds du plateau et sur les pentes menant à celui-ci37. Il prit une grande extension. D’une trentaine d’hectares, son étendue était même supérieure à celle de Valence. De fait, placée en bordure du Rhône et de la voie dite d’Antonin, au point d’arrivée rhodanien de la route du Puy-en-Velay, l’agglomération profita d’avantages de situation. Elle était l’héritière de l’oppidum ségovellaune. Son maigre corpusépigraphique, constitué de dix inscriptions ou fragments, mentionne des noms de formation celtique ou fréquemment portés par des Celtes. Les noms de Sollia Urs[---], de Catia Decumina et de [---] Albinus ressortissent à ces deux catégories38. L’habitat et le matériel archéologique découverts révèlent la romanisation de cette population soyonnaise.

  • 39 CIL, XII, 2656 ; ILN, Valence 70 : Deae Soioni / aug(ustae), / Luccius Marcia(nus) / et Sennius Mar (...)
  • 40 On relève ainsi des noms formés sur cette racine en Germanie supérieure (Uppilius, CIL, XIII, 6198) (...)

13Sur le site de l’ancien oppidum, se trouvait le sanctuaire d’une divinité topique : la déesse Soio, qui donna son nom au village médiéval de Soyons. Découvert au milieu d’autres objets cultuels, un autel lui fut dédié, sans doute après 150 p.C. : le formulaire s’ouvre par « deae Soioni » et le prénom des dédicants, Luccius Marcianus et Sennius Marianus, est omis39. Le premier porte un gentilice italien très rare en Gaule, attesté uniquement à Soyons et à Narbonne ; le second un gentilice patronymique de formation celtique. La dédicace livre en outre une information foncière, en indiquant que l’autel fut élevé sur un locus priuatus, possédé par des pupilles répondant au nom d’Vpeius. Bien qu’il puisse faire penser au nom du village d’Upie, situé dans le Sud de la plaine valentinoise, le gentilice Vpeius est un hapax. Il faut néanmoins le considérer comme gaulois, car il fait écho à plusieurs anthroponymes en Vp(p)- attestés dans d’autres provinces de peuplement celtique40. Les pupilles de Soyons étaient donc issus d’une famille indigène. Les deux siècles de décalage entre la fondation de Valence et la dédicace rendent insatisfaisante toute hypothèse de continuité absolue. Dès lors peut-on vraiment tenir l’autel de Soio comme un signe du maintien, sur deux siècles, d’une propriété indigène aux alentours de Soyons ? L’indice est fragile, mais c’est le seul dont nous disposons.

  • 41 Gayraud 1981, p. 218 notamment ; Bonsangue 2006, p. 164-180.
  • 42 Mauné – de Chazelles 1998, p. 193.
  • 43 Comme Montlaurès, Soyons se trouvait sans doute dans une zone centuriée : l’empreinte du cadastre B (...)
  • 44 Faure – Tran 2009 : [--- ? Imp(eratori) Caesari / M(arco) Aur(elio) Antonino Aug(usto), / Pio, Fel( (...)

14En tout cas, cette hypothèse soyonnaise fait écho aux interrogations formulées par les spécialistes de Narbonne et de Montlaurès. Dans sa thèse de 1981, alors qu’aucune trace de centuriation n’avait encore été repérée aux pieds de Montlaurès, M. Gayraud estimait que les indigènes de l’oppidum avaient pu conserver leurs terres, malgré les déductions de 118 et 4641. Depuis, l’empreinte d’une centuriation de Narbonne a été perçue dans la zone incriminée, ce qui, toutefois, ne permet pas de conclure à l’expropriation des indigènes. Il faut distinguer la centuriation de l’ensemble d’un territoire et la distribution de parcelles au profit des colons. Des indigènes pouvaient conserver la possessio, et non la pleine propriété, de terres centuriées. Par ailleurs, de la monnaie de bronze fut frappée à Montlaurès à la fin du IIe siècle et durant le Ier, ce qui tendrait à révéler la marge d’autonomie que les autorités romaines concédèrent aux Gaulois vivant sur le territoire de Narbonne42. Malheureusement, les sources disponibles ne permettent pas de mesurer celle dont les habitants de Soyons auraient pu bénéficier vis-à-vis (ou au sein) de la colonie de Valence43. La documentation locale montre seulement que le bourg n’était pas qu’une zone d’habitat. Entre 1968 et 1975, les fouilles réalisées en amateur par le curé de Soyons dans son église ont mis des vestiges d’architecture publique au jour : des fragments de colonnes, un rinceau d’acanthe et un fragment d’inscription monumentale. En rapprochant cette pierre d’une autre, découverte dans une propriété voisine de l’église, Patrice Faure et moi avons pu restituer une titulature de Caracalla au datif, probablement scellée à un monument public entre 213 et 217 p.C.44 La nature de ce monument est une énigme insoluble, mais à choisir entre des hypothèses invérifiables, l’existence d’un sanctuaire, auquel rattacher un autel de Mercure trouvé à côté de l’église, paraît plausible. Compte tenu de la perte des dernières lignes de l’inscription, l’auteur de l’hommage rendu à Caracalla est tout aussi indéterminable. Est-ce la colonie de Valence ou une collectivité de Soyons (un uicus ou un pagus officiellement reconnu) qui manifesta son loyalisme à l’égard du prince ? Si un particulier avait fait acte d’évergétisme, quelles autorités le lui en auraient donné la permission ? Voilà encore des questions sans réponses. Elles ne sont pas totalement vaines, si l’on part en quête de parallèles, en étudiant les statuts des communautés indigènes établies à la périphérie des colonies romaines de Transalpine/Narbonnaise.


  • 45 Plin., NH, III, 36-37. Sur Cessero, voir Mauné 2002 ; sur les trois oppida à la fois, voir Christol (...)
  • 46 Plin., NH, III, 32-33.

15Le sort juridique des populations gauloises dont le territoire contribua à allotissement de colons romains fut divers. Même spoliées, les communautés à qui l’État romain accorda le plus d’autonomie furent reconnues comme des cités de plein exercice, jouissant du droit latin en vertu d’un bienfait général remontant probablement à César. Ainsi, situées dans les confins occidentaux du territoire de Béziers, Cessero (Saint-Thibéry) et les Piscenae (Pézenas) comptaient parmi les oppida latina de Narbonnaise énumérés par Pline l’Ancien et, avant lui, par la formula prouinciae établie par l’administration augustéenne45. Leur trop grand éloignement dut inciter Auguste à ne les inclure ni dans le territoire biterrois, ni dans la grande colonie latine de Nîmes. À la différence de ces deux localités de la vallée de l’Hérault, Agde se trouva qualifiée d’oppidum par Pline, et non d’oppidum latinum. M. Christol estime néanmoins possible que cette ancienne dépendance massaliète ait disposé de la même autonomie civique que d’autres villes du littoral mentionnées juste avant elle par le Naturaliste : Illiberis, Ruscino et Antipolis notamment46. Agde aurait donc disposé du même statut que Cessero, les Piscenae, mais aussi Augusta Tricastinorum.

  • 47 Sur les documents cadastraux d’Orange et les Tricastins, voir Piganiol 1962, p. 149-262 ; et en der (...)
  • 48 Chastagnol 1995, p. 134, qui traite de ces exploitants tricastins, développe, en fait, une argument (...)
  • 49 Dubouloz 2012, en particulier p. 99-123.
  • 50 Christol 2010b, p. 17.
  • 51 AE, 1962, 143 (de Vaison-la-Romaine) évoque une flaminica colonia Flauia Tricastinorum.
  • 52 Mauné 2002, p. 333.

16Dans l’historiographie, les Tricastins cités sur le cadastre d’Orange sont décrits comme les victimes par excellence de la politique d’expropriation menée par l’État romain en Gaule méridionale47. De fait, l’installation des vétérans de la Deuxième Légion priva les Tricastins de leurs meilleures terres et les aurait repoussés vers les marges de leur territoire initial. En conséquence, A. Chastagnol fit des exploitants indigènes de parcelles voisines de lots coloniaires, dites « rendues aux Tricastins », des incolae semblables aux Salasses d’Augusta Praetoria48. Cependant, après la lecture d’un article de J. Dubouloz, cette position ne paraît pas tenable49. L’examen du Corpus agrimensorum suggère que la restitution partielle des terres confisquées fut prévue au moment même de la déduction coloniale de 35, dans le cadre d’une seule et même opération. Or la notion d’agri redditi impliquait non seulement la restitution d’une possessio aux anciens propriétaires, mais aussi la reconnaissance d’une juridiction exercée par la res publica indigène, sur un territoire propre bien que mité par la présence de parcelles relevant d’un autre statut et d’une autre cité. Érigés en archétype des victimes de la politique coloniale romaine, les Tricastins n’en auraient donc pas moins conservé une autonomie civique, concédée par l’État qui les avait spoliés50. La promotion obtenue par leur cité en devenant une colonia Flauia, de droit latin probablement, est d’autant plus remarquable que le sort réservé à Cessero et aux Piscenae fut différent51. Les deux bourgades semblent avoir été intégrées au territoire de Béziers dès le Haut-Empire, comme l’indique notamment le fait que Cessero apparaisse comme une simple mansio sur la Table de Peutinger52.


  • 53 Tarpin 2002, p. 220-232, en particulier 231-232. Étant donné la complexité du dossier, nous avons f (...)
  • 54 CIL, XII, 5370 : T(itus) Valerius C(ai) f(ilius) Senecio, / P(ublius) Vsulenus Veientonis l(ibertus (...)
  • 55 CIL, XII, 342 ; ILN, Fréjus 164 : Pro salute / C(ai) Caesaris German(ici) / f(ilii) Germanic(i) Aug (...)

17D’autres communautés ne furent jamais reconnues comme de véritables ciuitates, mais (au mieux) comme des pagi dont la position périphérique justifiait l’existence d’institutions propres. Des cités de tout statut en comportèrent, plusieurs colonies de droit romain déduites en Gaule méridionale notamment53. Un pagus centré sur le sanctuaire d’une divinité indigène du nom de Larraso se trouvait à vingt-cinq kilomètres de Narbonne, dans la commune de Moux54. La société qui le composait était complexe puisque, à l’époque augustéenne, parmi les magistri pagi responsables de travaux dans le sanctuaire, se trouvaient des personnages divers. T. Valerius Senecio était citoyen romain, ingénu et probablement gaulois. P. Usulenus Phileros, assurément, T. Alfidius Stabilio et P. Usulenus Charito, vraisemblablement, étaient les affranchis de notables de Narbonne qui devaient faire exploiter des terres dans les environs, sans doute sous le régime de la possessio. Par ailleurs, sur le territoire de Fréjus, un pagus Matauonicus situé autour de Cabasse, soit à douze milles du chef-lieu colonial, fit élever un monument pour la sauvegarde de Caligula55. Son nom celtique est remarquable, si bien qu’il a été considéré comme un héritage indigène qui finit par être intégré à la colonie romaine.

  • 56 Christol 2008, p. 127-128.
  • 57 CIL, XII, 594 : [P]agani pagi Lucreti qui sunt fini/bus Arelatensium loco Gargario, Q(uinto) Cor(ne (...)
  • 58 Sur ce point, nous nous démarquons de Gascou 2000a, p. 290-292, qui estime que l’inscription fait a (...)
  • 59 Voir Gascou 2000b, p. 223-231, à propos de AE, 2000, 880 (L. Vrittius Avitus) ; CIL, XII, 5788 (Der (...)

18Du fait notamment de l’extension qui lui fut donnée, le territoire d’Arles était composite lui aussi56. Des communautés y disposaient du statut officiel de pagus. Ainsi, des pagani pagi Lucreti qui sunt finibus Arelatensium loco Gargario sont connus par une inscription de Saint-Jean-de-Garguier, gravée au temps d’Antonin le Pieux57. Compte tenu de leur éloignement, ces habitants de confins peinaient à se faire reconnaître l’accès gratuit aux thermes du chef-lieu, que leur qualité d’Arlésiens devait pourtant leur garantir58. Ils vivaient dans la vallée de l’Huveaune, à l’est du territoire colonial. Certes, le nom de leur pagus découlait du gentilice d’un citoyen romain, qui dut y posséder des terres, mais la dénomination des pagani connus est bien différente. De fait, l’épigraphie funéraire de Saint-Jean-de-Garguier révèle plusieurs dénominations pérégrines du Ier siècle p.C., ainsi que l’usage du gentilice gaulois Vrittius au siècle suivant59. Ainsi, en ses débuts, le pagus Lucretius fut probablement peuplé de familles pérégrines, dont l’accès à la citoyenneté romaine entraîna une incorporation dans le corps civique arlésien, effective au milieu du IIe siècle p.C. au plus tard. Sans doute, sous le principat d’Antonin, remontait-elle à plus de quarante ans, c’est-à-dire à l’époque où les pagani commencèrent à avoir l’usage de l’huile et du bain, prodigué dans le chef-lieu.

  • 60 Plin., NH, III, 34.
  • 61 Gascou 2002, p. 195-198 (d’où AE, 2002, 916).
  • 62 Christol 2008, p. 127. Tout dépend du sens d’oppidum dans le texte de Pline. J. Gascou admet sa pol (...)
  • 63 ILGN, 44 : Genio Viciniae / Castellanae Ol/biensiun (sic), L(ucius) Rupil(i)us / Iacchus d(ono) d(e (...)

19Le statut d’autres secteurs, qui avaient été inclus dans le territoire de Marseille ou placés sous sa dépendance, est bien plus difficile à définir, car ces entités ne sont pas explicitement qualifiées de pagi. Un désaccord portant sur Maritima Auaticorum (Martigues) oppose J. Gascou et M. Christol60. Analysant trois anthroponymes attestés sur place, le premier considère qu’à l’image du pagus Lucretius, cette localité appartenait au territoire arlésien et abritait une communauté d’incolae de statut pérégrin61. À l’inverse, le second choisit Cessero et les Piscenae comme point de comparaison et d’analogie. L’oppidum Maritima Auaticorum mentionné par Pline l’Ancien serait donc, selon M. Christol, un oppidum latinum enclavé dans le territoire arlésien62. Enfin, le cas d’Olbia semble procéder d’une dernière situation possible. Le devenir, à l’époque impériale, de l’ancien établissement marseillais est connu par une seule inscription : une dédicace de la seconde moitié du IIe ou du début du IIIe siècle p.C., adressée au Genius uiciniae castellanae Olbiensium63. Selon J. Andreau, cette uicinia castellana devait regrouper les habitants de l’espace fortifié, délimité par l’enceinte d’Olbia. Le mot uicinia est rare et ses occurrences renvoient toujours à un sens topographique concret. Il fut préféré au terme uicus, dont le contenu administratif et officiel est beaucoup plus marqué. Ainsi, en 46, l’antique établissement phocéen fut sans doute englobé dans le territoire de la nouvelle colonie romaine, sans recevoir un statut officiel de uicus ou de pagus. Deux siècles plus tard, ses habitants devaient se sentir unis par des liens de voisinage qui n’impliquaient pas forcément l’existence d’une association de riverains très structurée et a fortiori la reconnaissance officielle d’un statut de pagani ou de uicani.


  • 64 Soyons a toujours appartenu au diocèse de Valence. Au nord, l’autorité de l’évêque de Vienne sur le (...)
  • 65 Plin., NH, III, 37 : … oppida uero ignobilia XVIIII, sicut XXIIII Nemausiensibus adtributa. Sur le (...)

20À quelle configuration le bourg de Soyons se rattachait-il ? La première solution, la reconnaissance d’un oppidum latinum par l’État romain, paraît a priori la plus incertaine. Certes, les indices de l’appartenance de Soyons à la colonie de Valence sont peu nombreux et, comme souvent en la matière, ne constituent pas des preuves irréfutables64. Cependant, il est plus probable que le bourg ait dépendu de Valence que d’Alba ou de Vienne ; et aucun élément ne laisse présumer qu’il ait pu être indépendant des trois cités à la fois. La ville de Valence était sans doute trop proche et le Rhône ne constituait en rien une barrière assez nette, pour que Soyons ne fût pas inclus dans le territoire de la colonia Valentia, au moins sous le Haut-Empire. Néanmoins, la liste plinienne des oppida latina de Narbonnaise s’achève par l’évocation de dix-neuf oppida ignobilia et des vingt-quatre oppida attribués à Nîmes. Le Naturaliste se dispense de les citer65. Quel que fût le destin de Soyons, on ne peut donc exclure sa présence parmi les dix-neuf oppida dont la mention était inutile aux yeux de Pline, sans doute parce qu’ils avaient très tôt perdu leur autonomie et avaient été attribués à une autre cité. Par ailleurs, une découverte future démontrera sans doute l’existence légale d’un uicus ou d’un pagus soyonnais. Pour l’heure, on ne peut que souligner les ressemblances entre Soyons et les collectivités plus méridionales évoquées plus haut. L’attestation d’un substrat de peuplement indigène, du sanctuaire d’une divinité topique, d’un témoignage de loyalisme à l’égard du pouvoir impérial est remarquable à Soyons. Les pérégrins du territoire arlésien, le culte de Larraso à Moux et les vœux pour la salus de Caligula formulés à Cabasse dessinent, de manière discontinue, les contours d’un même paysage. Tel était sans doute le cadre de vie de nombreux incolae de l’inscription d’Asprenas, si l’on admet que beaucoup habitaient le plateau de Malpas et ses environs immédiats.

Hommage épigraphique et régulation des tensions entre indigènes et colons

  • 66 CIL, XII, 4189 : Cn(aeus) Plaetorius Macrinus / colonis et incolis, / ex ea pequnia quae ei in / st (...)

21L’hommage rendu à L. Nonius Asprenas donne l’image d’une collectivité composite, issue d’expropriations réalisées au profit de nouveaux venus, fondée sur l’inégalité juridique, mais en train de se construire par l’action commune. Par son contenu précis, l’inscription est exceptionnelle, car elle offre l’attestation de loin la plus précoce en Transalpine d’un patronat, officiellement exercé sur l’ensemble d’une collectivité locale. Cependant, bien que sans rapport avec cette dignité, d’autres documents commémorent aussi l’action commune d’Italiens et de Gaulois méridionaux, à la fin de l’époque républicaine. Sans surprise, les antagonismes politiques et sociaux qui opposaient sans doute ces deux populations furent passés sous silence et, au contraire, une promiscuité entre colons et indigènes, si ce n’est une véritable cohésion, se trouva affichée. À Sextantio (Castelnau-le-Lez), dans le troisième quart du Ier siècle probablement, des coloni et des incolae se cotisèrent pour réunir la somme nécessaire à la réalisation de statues, cultuelles ou honorifiques66. Citoyen romain au gentilice italien, Cn. Plaetorius Macrinus joua un grand rôle dans cette affaire : il fit personnellement ériger les statues, pour les colons et les incolae qui lui avaient confié leur collecte. S’il ne portait le titre ni de patron ni de magistrat, Cn. Plaetorius Macrinus devait être un notable, aux yeux d’une population dont la mixité résultait non pas d’une véritable déduction coloniale, mais de distributions viritanes de parcelles de l’ager publicus. Plus tard, au début du principat d’Auguste, Sextantio fit partie des bourgs attribués à Nîmes. Établis dans cette modeste localité, les colons de l’époque précédente ne formaient donc pas une cité coloniale : les Italiens présents à Murviel-lès-Montpellier avant l’avènement d’Auguste, non plus.

  • 67 CIL, XII, 4190 = I2, 2281 : Sex(tus) Vetto, C(aius) Pedo, aed(iles), / uiam, lacum ex d(ecreto) d(e (...)

22Les édiles Sex. Vetto et C. Pedo étaient des leurs, comme M. Christol l’a montré en renouvelant l’étude de leurs gentilices67. Ils firent appliquer un décret décurional, en supervisant la réfection d’un chemin et d’un bassin. L’archaïsme coer(auerunt) et l’absence de toute mention de Nîmes laissent entendre que Murviel-lès-Montpellier n’avait pas encore été attribué à la grande colonie conçue par Auguste. Cette bourgade dotée de magistrats et d’un conseil devait être le chef-lieu d’une petite cité de droit latin, ce qui implique que les Italiens installés sur place aient bénéficié de distributions viritanes de l’ager publicus. Ils ne devaient pas former le corps civique d’une colonie de droit romain, mais vivre aux côtés de Gaulois qui, s’ils en avaient les moyens, pouvaient eux aussi assumer les magistratures locales et siéger parmi les décurions. Ni à Castelnau-le-Lez, ni à Murviel-lès-Montpellier, ni à Valence, il n’est question du statut civique, chargé du plus grand prestige, dont disposaient les coloniae fondées par l’État romain. Ce silence tend à renforcer l’hypothèse selon laquelle L. Nonius Asprenas fut peut-être honoré avant la création officielle de la colonia Valentia.

  • 68 CIL, XII, 4333. Voir Gayraud 1981, p. 358-366 et, en dernier lieu, Fishwick 2007, p. 247-255, pour (...)
  • 69 Néanmoins, compte tenu de la présence (en nombre et à date haute) d’Italiens installés à Narbonne i (...)

23Cependant, la volonté d’unir des coloni et des incolae dans l’accomplissement d’actions communes apparaît dans une colonie romaine de Narbonnaise : la capitale de la Province. À l’échelle de l’ensemble des provinces de l’empire, la plupart des dédicaces réalisées par des coloni et incolae proviennent de cités de ce rang. L’autel du numen Augusti fut installé en 12/13 p.C. sur le forum de Narbonne, à la suite d’un vœu prononcé en 11 p.C.68 Son inscription stipulait dans quelles conditions de l’encens et du vin devaient être fournis aux colons et aux incolae pour que toute la population adresse des supplications à la Puissance divine d’Auguste. La participation d’individus étrangers au corps colonial de Narbonne, en la personne des incolae, visait à donner une image d’unanimité sans faille, dans l’expression du loyalisme à l’égard du Prince69. À une époque plus reculée et à un niveau inférieur de l’État, pour ce qui concerne le récipiendaire de l’hommage, l’inscription d’Asprenas fut probablement le produit d’une même recherche de cohésion entre les deux composantes de la population. Comme nous l’avons souligné, il faut ne pas être naïf face aux manifestations de fidélité à Rome et à son Empire de populations qui avaient été durement traitées, après leur défaite militaire. Ces indigènes avaient bien des raisons de ne pas considérer le pouvoir romain comme bienveillant, protecteur et digne des éloges les plus sincères.

  • 70 CIL, XIII, 1998 : épitaphe d’un Véliocasse d’origine, sublectus in numer(o) colonor(um) Lug(dunensi (...)
  • 71 Chastagnol 1995 p. 126 : « il ne fait guère de doute que ces incolae des colonies romaines ont obte (...)

24Néanmoins, la juste portée des hommages rendus par les incolae de Valence comme d’Aoste apparaît sous un autre jour, quand l’analyse historique prend la longue durée en compte. Si sa complète sincérité peut être mise en cause, le geste des coloni et des incolae n’en constitue pas moins le signe d’une proximité relative entre Italiens et indigènes. En cela, il tend à révéler l’enclenchement d’un lent processus d’intégration, qui aboutit, des décennies plus tard, à l’accès des incolae à la citoyenneté romaine et à leur admission au « nombre des colons », pour reprendre la formule d’une inscription lyonnaise70. Le refus des pagani du pagus Lucretius d’être traités en Arlésiens de seconde zone suppose l’application antérieure d’une telle procédure. Dès 1992, A. Chastagnol défendit le principe de cette promotion des incolae à la citoyenneté romaine, en des termes généraux71. Le corpus épigraphique de la colonia Valentia en apporte la confirmation.

  • 72 CIL, XII, 1773 ; ILN, Valence 35 : Primo, Br[---] / filio, [---] / arbitrat[u ---] / P(ubli) Cossut (...)
  • 73 Pour Béziers, voir CIL, XII, 4289 : [---]rus Siluini fil(ius) / [---] sibi et suis. Pour Orange voi (...)
  • 74 CIL, V, 6850 ; I. Aug. Praetoria, 24 : [T(estamento)] f(ieri) i(ussit). / Maricca, Namici / fil(ia) (...)
  • 75 CIL, XII, 1234 = ICalvet, 87 : M(arco) Arruntio M(arci) l(iberto) / Verecundo, IIIIII/uir(o), Pupae (...)
  • 76 Voir, à ce titre, la synthèse proposée par Rémy 2006. Sont ainsi attestés e.g. les gentilices Attiu (...)

25Les quelque quatre-vingt-dix individus cités sur les pierres conservées à Valence ou sur son territoire antique ne comptent qu’un seul pérégrin parmi eux : Primus, fils de Br[---], dont l’épitaphe fut probablement gravée à l’époque julio-claudienne72. Cette rareté n’est pas imputable à la maigreur de la documentation, puisque les si nombreuses inscriptions de Narbonne ne livrent le nom d’aucun pérégrin. De telles mentions de pérégrins sont exceptionnelles à Béziers, Orange et Aoste73. L’usage de l’épigraphie n’entra dans les mœurs des incolae de l’époque julio-claudienne que de manière tardive et limitée. Seuls les plus sensibles aux influences romaines s’approprièrent cette pratique, qui supposait une maîtrise même minimale de l’écrit et du latin. Les cas avérés laissent percevoir une population en voie de romanisation. Ainsi, porteur d’un nom latin, Primus demanda à un citoyen romain dont il était proche, P. Cossutius S[---], de veiller à la bonne exécution de ses dernières volontés. Très italien, le vieux formulaire « arbitratu P. Cossuti » fait référence à des dispositions testamentaires et donc à une pensée juridique proprement romaine. De manière voisine, à Augusta Praetoria, la pérégrine Marrica ordonna par testament la réalisation d’une épitaphe pour elle et sa fille, ce à quoi veilla le citoyen romain T. Tullius Secundus74. Enfin, à l’époque julio-claudienne encore, mais cette fois à Orange, mourut Pupa qui s’était mariée à deux reprises avec un citoyen romain75. Accès à la citoyenneté romaine, incorporation dans le corps colonial et pratique de l’épigraphie semblent liées. Après le tournant des Ier et IIe siècles p.C., les inscriptions valentinoises mentionnent une notable proportion de citoyens romains porteurs de gentilices patronymiques, de formation celtique ou construits en milieu provincial, parfois associés à des cognomina celtiques ou appréciés des Celtes76. Comme à Narbonne notamment, l’onomastique des citoyens romains permet de repérer la présence de descendants d’incolae dans une communauté civique désormais unifiée.


26En somme, l’hommage rendu à L. Nonius Asprenas apparaît comme un jalon à la fois crucial et tout à fait ponctuel d’un processus de longue durée. Son étude conduit à tenter de reconstituer une stratigraphie complexe, dont les couches recèlent une série de moments fondateurs :

  • la conquête,
  • le contrôle militaire et l’appropriation du territoire,
  • le lotissement de colons et la fondation d’une cité coloniale,
  • le développement d’un chef-lieu et d’un bourg indigène disposant sans doute d’institutions propres en vertu d’une délégation de pouvoir,
  • l’accès des Ségovellaunes à la citoyenneté romaine et au corps civique colonial.

27Le tout s’étale sur deux siècles au moins. Rien n’est simple, tout est hypothétique dans la reconstitution laborieuse de ce fil d’événements, dont on ne sait parfois s’ils sont contemporains ou non. Le principal ressort de cette histoire apparaissait néanmoins sur la pierre découverte et perdue à l’été 1869. Comme ailleurs, les autorités romaines avaient réuni sur un territoire dont elles avaient pris la maîtrise des Gaulois en partie dépossédés et des colons bénéficiaires de distributions foncières. Avec le recul dont il dispose, l’historien peut donc considérer l’hommage rendu à Asprenas à la fois comme un départ et comme un tournant. Car, par ce geste, les Ségovellaunes manifestèrent leur soumission définitive à une puissance conquérante puis dominatrice, autant que leur adhésion à un système qui devait finir par les intégrer pleinement, mais bien plus tard. Le renouvellement des générations implique qu’aucun d’entre eux ne put, sans doute, prendre la pleine mesure du lent processus que nous avons tenté de saisir.

Haut de page

Bibliographie

CAG 07 = J. Dupraz, Chr. Fraisse, Carte archéologique de la Gaule. 07. L’Ardèche, Paris, 2001.

CAG 26 = J. Planchon, M. Bois, P. Conjard-Réthoré, Carte archéologique de la Gaule. La Drôme. 26, Paris, 2010.

Allimant 1993 = A. Allimant, Les fossés du plateau de Lautagne, Valence (Drôme), dans RAN, 26, 1993, p. 113-116.

Andreau 1977 = J. Andreau, La vicinia d’Olbia, dans REA, 99, 1997, p. 463-474.

Argant et alii 2009 = Th. Argant, Valence-Mauboule (Drôme), rapport de fouilles, SRA Rhône-Alpes, Archeodunum, Chaponnay, 2009.

Barruol 1975 = G. Barruol, Les peuples préromains du Sud-Est de la Gaule. Étude de géographie historique, Paris, 1975.

Barruol 2002 = G. Barruol, Sextantio (Substantion). Castelnau-le-Lez (Hérault), dans J.-L. Fiches (éd.), Les agglomérations gallo-romaines en Languedoc-Roussillon, I, Lattes, 2002, p. 469-482.

Bérard et al. 1993 = G. Bérard, Y. Codou, J.-L. Fiches, G. B. Rogers, G. Sintès, Matavo (Cabasse, Var) et le pagus Matavonicus, dans RAN, 26, 1993, p. 301-337.

Berrendonner 2009 = Cl. Berredonner, Les Fabii et les provinces d’Occident au IIe siècle av. J.-C., dans Fr. Chausson (éd.), Occidents romains. Sénateurs, chevaliers, militaires, notables dans les provinces d’Occident (Espagnes, Gaules, Germanies, Bretagne), Paris, 2009, p. 9-21.

Blanc 1964 = A. Blanc, Valence des origines aux Carolingiens, Valence, 1964.

Bonsangue 2006 = M. L. Bonsangue, L’emporion de Narbonne. Économie et société (IIe siècle av. J.-C.-Ier siècle ap. J.-C.), Paris, 2006 (thèse de doctorat inédite).

Chastagnol 1995 = A. Chastagnol, La Gaule romaine et le droit latin, Lyon, 1995.

Chouquer – Odiot 1984 = G. Chouquer, Th. Odiot, L’évolution morpho-historique de la cité de Valence, dans DHA, 10, 1984, p. 361-396.

Christol 1994 = M. Christol, Pline l’Ancien et la formula de la Narbonnaise, dans S. Demougin et Cl. Nicolet (éd.), La mémoire perdue. À la recherche des archives oubliées, publiques et privées de la Rome ancienne, Paris, 1994, p. 45-63.

Christol 1999 = M. Christol, La municipalisation de la Gaule narbonnaise, dans M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier (éd.), Cités, municipes, colonies. Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut-Empire, Paris, 1999, p. 1-27.

Christol 2008 = M. Christol, Colonie de vétérans et communautés indigènes, dans J.-M. Rouquette (dir.), Arles. Histoire, territoires et cultures, Paris, 2008, p. 125-134.

Christol 2009 = M. Christol, Géographie administrative et géographie humaine entre Rhône et Pyrénées, dans L. Callegarin, Fr. Réchin (éd.), Espaces et sociétés à l’époque romaine : entre Garonne et Èbre, Pau, 2009, p. 28-37.

Christol 2010a = M. Christol, Une histoire provinciale : la Gaule narbonnaise de la fin du IIe siècle av. J.-C. au IIIe siècle ap. J.-C., Paris, 2010.

Christol 2010b = M. Christol, Remarques sur les recettes d’une colonie romaine, dans MEFRA, 122/1, 2010, p. 15-23.

Christol 2011 = M. Christol, Ressources des colonies, ressources de l’État, dans S. Demougin, J. Scheid (éd.), Colons et colonies dans le monde romain, Rome, 2011, p. 65-86.

Clavel-Lévêque 1983 = M. Clavel-Lévêque, Cadastres, centuriations et problèmes d’occupation du sol dans le Biterrois, dans M. Clavel-Lévêque (éd.), Cadastres et espace rural. Table ronde de Besançon, mai 1980, Paris, 1983, p. 207-258.

Conjard Réthoré – Ferber 2013 = P. Conjard Réthoré, E. Ferber, Les camps romains du plateau de Lautagne à Valence (26) : état de la question, dans RAN, 46, 2013, p. 2011-220.

Desbat – Maza 2008 = A. Desbat, G. Maza, Militaria de la moyenne vallée du Rhône (Lyon, Vienne, Valence), dans M. Poux (dir.), Sur les traces de César. Militaria tardo-républicains en contexte gaulois, Glux-en-Glenne, 2008, p. 237-250.

Dubouloz 2012 = J. Dubouloz, Terres, territoire et juridiction dans les cités de l’Occident romain : le regard des arpenteurs, dans J. Dubouloz, A. Ingold (éd.), Faire la preuve de la propriété. Droits et savoirs en Méditerranée (Antiquité-Temps modernes), Rome, 2012, p. 79-128.

Faure – Tran 2009 = P. Faure, N. Tran, Un hommage à l’empereur dans une inscription fragmentaire inédite de Soyons (Ardèche. Territoire de la colonie de Valence), dans RAN, 42, 2009, p. 338-343.

Faure – Tran 2011 = P. Faure, N. Tran, Les origines de la colonie de Valence (Gaule narbonnaise), dans S. Demougin, J. Scheid (éd.), Colons et colonies dans le monde romain, Rome, 2011, p. 41-64.

Fiches 2004 = J.-L. Fiches, Art et pratiques funéraires des élites dans la cité des Volques Arécomiques, dans M. Cébeillac-Gervasoni, L. Lamoine, Fr. Trément (éd.), Autocélébration des élites locales dans le monde romain. Contexte, textes, images (IIe s. av. J.-C. – IIIe s. ap. J.-C.), Clermont-Ferrand, 2004, p. 403-422.

Fishwick 2007 = D. Fishwick, Numen Augustum, dans ZPE, 160, 2007, p. 247-255.

Gagliardi 2006 = L. Gagliardi, Mobilità e integrazione delle persone nei centri cittadini romani : aspetti giuridici. Vol. 1 : La classificazione degli incolae, Milan, 2006.

Gascou 2000a : J. Gascou, L’inscription de Saint-Jean-de-Garguier en l’honneur du sévir augustal Q. Cornelius Zosimus, dans MEFRA, 112/1, 2000, p. 279-295.

Gascou 2000b = J. Gascou, Le gentilice Vrittius. Remarques sur l’onomastique du pagus Lucretius (territoire oriental d’Arles), dans ZPE, 130, 2000, p. 223-231.

Gascou 2002 = J. Gascou, Une inscription de Martigues et le statut de Maritima Auaticorum, dans RAN, 35, 2002, p. 195-198.

Gayraud 1981 = M. Gayraud, Narbonne antique des origines à la fin du IIIe siècle, Paris, 1981.

Jacques 1990 = Fr. Jacques, Les cités de l’Occident romain, Paris, 1990.

Labrousse 1968 = M. Labrousse, Toulouse antique des origines à l’établissement des Wisigoths, Paris, 1968.

Loriot – Rémy 1988 = X. Loriot, B. Rémy, Corpus des trésors monétaires de la France. Tome V.2, Rhône-Alpes. Drôme, Isère, Savoie, Haute-Savoie, Paris, 1988.

Mauné 2002 = S. Mauné, Cessero/St-Thibéry (Hérault), dans J.-L. Fiches (éd.), Les agglomérations secondaires antiques en Languedoc-Roussillon, I, Lattes, 2002, p. 333-345.

Mauné – de Chazelles = S. Mauné, C. A. de Chazelles, Dynamique du peuplement et occupation du sol sur le territoire de Montlaurès, dans M. Clavel-Lévêque, A. Vignot (éd.), Cité et territoire. 2, Paris, 1998, p. 187-208.

Meid 2005 = W. Meid, Keltische Personennamen in Panonien, Budapest, 2005.

Moret 2008 = P. Moret, Tolosa, 106-47 av. J.-C. : topographie et histoire, dans Pallas, 76, 2008, p. 295-329.

Napoli – Rebuffat 1992 = J. Napoli, R. Rebuffat, Les milliaires ardéchois d’Antonin le Pieux, dans Gallia, 49, 1992, p. 51-79.

Piganiol 1962 = A. Piganiol, Les documents cadastraux de la colonie romaine d’Orange, Paris, 1962.

Poma 2005 = G. Poma, Le regole della convivenza tra i cittadini e « immigrati » in età imperiale, dans M. G. Angeli Bertinelli et A. Donati (éd.), Il cittadino, lo straniero, il barbaro, fra integrazione ed emarginazione nell’antichità, Rome, 2005, p. 185-212.

Poux 2008 = M. Poux, L’empreinte du militaire tardo-républicain dans les faciès mobiliers de la Tène finale. Caractérisation, chronologie et diffusion de ses principaux marqueurs, dans M. Poux (dir.), Sur les traces de César. Militaria tardo-républicains en contexte gaulois, Glux-en-Glenne, 2008, p. 299-432.

Rémy 2006 = B. Rémy, La dénomination des habitants de la colonie de Valence (Narbonnaise), dans S. Demougin, X. Loriot, P. Cosme et S. Lefebvre (éd.), H.-G. Pflaum, un historien du XXe siècle, Genève, p. 305-341.

Silvino et alii 2011 = T. Silvino, G. Maza, P. Faure, N. Tran, Nouvelles données sur les origines de la colonie romaine de Valence (Drôme), dans Gallia, 68/2, 2011, p. 109-154.

Tarpin 1993 = M. Tarpin, Un pagus Sallèles d’Aude ? Essai sur les pagi de Narbonnaise, dans RAN, 26, 1993, p. 259-276.

Tarpin 2002 = M. Tarpin, Vici et Pagi dans l’Occident romain, Rome, 2002.

Thomas 1996 = Y. Thomas, « Origine » et « commune patrie ». Étude de droit public romain (89 av. J.-C. – 212 ap. J.-C.), Rome, 1996.

Will 1996 = E. Will, Les origines de la colonie romaine de Valence, dans BSNAF, 1996, p. 92-102.

Haut de page

Notes

1 Je remercie chaleureusement M. Christol et M.-Th. Raepsaet-Charlier de leurs utiles remarques et suggestions. CIL, XII, 1748 = I2, 790 ; ILN, Valence 6.

2 Faure – Tran 2011 ; ILN, Valence, p. 43-51.

3 Sauf mention contraire, les dates évoquées sont antérieures à l’ère chrétienne.

4 Telle est la reconstruction proposée par M. Christol depuis les années 1990, dans diverses publications : voir en particulier Christol 1999.

5 Chastagnol 1995, p. 134 : « L’épigraphie de Valence est trop pauvre pour nous informer en quoi que ce soit sur les incolae du lieu. »

6 P. Réthoré est l’auteur non seulement de la longue notice de la CAG 26 consacrée à Valence (p. 621-698), mais aussi des notices consacrées aux communes du Valentinois. Le chapitre d’introduction de G. Chouquer (p. 97-112) est intitulé « Archéogéographie des planimétries et des centuriations de la plaine de Valence. » Il s’ouvre par une présentation des recherches pionnières sur les centuriations romaines qui, au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, firent de la plaine valentinoise un cas d’école.

7 Sur le sens très général d’habitant que peut recouvrir le mot incola : voir TLL, VII, 1, col. 972-975. Poma 2005, p. 188-189, et Gagliardi 2006, p. 1-4, 57-58, 156-160, résument la bibliographie antérieure et donnent les principales références textuelles. Sur les différentes acceptions du terme, voir Thomas 1996, p. 25-34 et en particulier p. 28-29, qui traitent des « citoyens-résidents primitifs, devenus étrangers sur leur propre sol à la suite d’une conquête ».

8 Strab., IV, 1, 11.

9 D. C., XXXVII, 47 ; voir aussi Liv., Per., 103.

10 Will 1996, p. 95-97.

11 Barruol 1975, p. 231-236 ; Christol 2009, p. 30-31.

12 Plin., NH, III, 34 et 36 ; Strab., IV, 1, 11.

13 Ptol., Géog., II, 10, 12-14.

14 Sur la soumission des Salasses, voir essentiellement D. C., LIII, 25, 2-5 ; Strab., IV, 6, 7.

15 D., 6753 ; Inscr. It., XI, 1, 6 ; I. Aug. Praetoria, 1 : Imp(eratori) Caesa[ri] / diui f(ilio) Augus[to], / co(n)s(uli) XI, imp(eratori) VI[II], / tribunic(ia) pot(estate), / Salassi incol(ae) / qui initio se / in colon(iam) con[t(ulerunt)] / patron(o). G. Walser propose de dater l’inscription des années 23-21 ; A. Chastagnol des années 20-16.

16 CAG 26, p. 102.

17 CAG 26, p. 194-197 ; 457-459 ; 391-394.

18 Loriot – Rémy 1988, p. 25-26, n°30.

19 Ibid., p. 22, n°21.

20 CAG 07, p. 395-404 (notice de J.-Cl. Courtial et O. Darnaud).

21 Mauné – de Chazelles 1998, p. 187-208.

22 Le cas biterrois diffère toutefois de celui de Valence, car l’occupation de Béziers est bien antérieure à l’implantation de colons romains. Voir Clavel-Lévêque 1970, p. 99-101.

23 Allimant 1993 est le point de départ de Desbat – Maza 2008, p. 248-249.

24 Je remercie T. Silvino et G. Maza de m’avoir informé de la réalisation d’un diagnostic archéologique sur le plateau en 2011, par E. Ferber (INRAP), et de la découverte « d’une série de fossés comblés par du mobilier amphorique se rapportant aux vestiges de camps ». Bien après l’élaboration de cet article (en 2011), j’ai pris connaissance de Conjard Réthoré – Ferber 2013, publié en 2014, qui constitue désormais l’article de référence sur les occupations militaires successives du plateau de Lautagne.

25 Stéphane de Byzance, Ethnika, éd. Meineke, Berlin, 1849 (réimpr. Chicago, 1992), p. 654 : Φαβία, πόλις Κελτογαλατῶν, κτίσμα Φαβίου στρατηγοῦ ῾Ρωμαίων.

26 Strab., IV, 1, 5. Voir aussi Liv., Per., 61 et Cassiod., Chron., p. 131. Voir Berrendonner 2009, p. 14 et 20.

27 D. C., XXVII, 90 . ῞Οτι Τόλοσσαν πρότερον μὲν ἔνσπονδον οὖσαν τοῖς ῾Ρομαίοις, στασιάσασαν δὲ πρὸς τὰς τῶν Κίμβρων ἐλπίδας ὡς καὶ τοὺς φρουροὺς δεθῆναι… Le texte évoque le soulèvement des Volques Tectosages de 106, encouragé par les troubles causés par l’invasion des Cimbres : il consista notamment à arrêter des « gardes » qu’il convient de considérer comme romains. Voir e.g. Labrousse 1968, p. 124. Moret 2008, p. 300, doute néanmoins de la présence continue de soldats romains à Toulouse durant la décennie suivant le conflit de 125-117 et préfère considérer les « gardes » de 106 comme un détachement militaire dépêché à Toulouse quelques mois avant le soulèvement.

28 Oros., Hist., V, 16, 9 : Igitur Marius quarto consul [a. 104] cum iuxta Isarae Rhodanique flumina, ubi in sese confluunt, castra posuisset… De manière beaucoup plus imprécise, assurément, Lucain (BC, I, 399-401) signale que, parmi les cohortes que César avait cantonnées en Gaule et à qui il demanda de le rejoindre pour combattre les Pompéiens, se trouvaient des soldats qui « laissèrent les marais de l’Isère ».

29 Conjard Réthoré – Ferber 2013, p. 216-218, en particulier.

30 Chouquer – Odiot 1984 ; CAG 26, p. 97-112.

31 Sur le cadastre précolonial de Béziers, voir Clavel-Lévêque 1983, p. 219-241, en particulier p. 240 (« le cadastre B pourrait constituer alors à la fois la première division du sol pérégrin dans cette zone, un élément de contrôle des populations encore agitées et un moyen d’installer les possesseurs italiens de domaines et de troupeaux dont le Pro Fonteio et le Pro Quinctio attestent, vers la même époque, la présence en Transalpine »). Sur le problème général posé par les grilles cadastrales antérieures à la colonisation césaro-augustéenne, imputables à une volonté de contrôle plus que de distribution de lots, voir Christol 2010a, p. 69. Sur l’identification du cadastre B à une limitatio antérieure au lotissement des vétérans de la Deuxième Légion à Orange, et du cadastre C à l’outil plus récent utilisé pour les véritables diuisio et adsignatio, voir Christol 2010a, p. 73-85. Comme le souligne Christol 2011, p. 72-73, le fait que les lots coloniaires d’Orange soient ex tributario solo suppose qu’avant la déduction de 35, l’ensemble du futur territoire de la colonie ait correspondu à un sol tributaire, ce qui justifiait sa centuriation à des fins fiscales.

32 CAG 26, p. 440-442, à propos du site de la Maison Alliod et de la Ferme Saint Achille : « des traces de limites parcellaires fossiles sont orientées selon l’une et l’autre centuriation, autour d’un enclos d’habitat du même type que les enclos de l’âge du Fer. Il faut remarquer ici l’absence de traces correspondant aux axes théoriques des deux centuriations. Le gisement présente le grand intérêt par rapport au raisonnement qu’on est en droit de tenir sur l’orientation de la centuriation A. On observe en effet que l’enclos en adopte approximativement la direction sur trois de ces côtés, et que la relation avec le parcellaire 12°/13° est directe. On a donc ici un exemple de site pouvant indiquer l’emploi – au moins local – de cette orientation à l’époque préromaine. »

33 CAG 26, p. 632-633 et 695.

34 Silvino et alii 2011. Les découvertes faites en cette zone du centre-ville viennent s’ajouter à celles des sites de la Préfecture et de la Place des Ormeaux, fouillés par P. Réthoré.

35 Poux 2008, p. 381-383, affirme notamment que les fibules dites « militaires » étaient « très certainement conservées par les vétérans au terme de leur service ».

36 Argant et alii 2009 ; CAG 26, p. 631.

37 CAG 07, p. 395-404.

38 CIL, XII, 2697 ; ILN, Valence 72. CIL, XII, 2657 ; ILN, Valence 73.

39 CIL, XII, 2656 ; ILN, Valence 70 : Deae Soioni / aug(ustae), / Luccius Marcia(nus) / et Sennius Marianus / de suo posuerunt / loco priuato / Vpeior(um) pupillor(um).

40 On relève ainsi des noms formés sur cette racine en Germanie supérieure (Uppilius, CIL, XIII, 6198), en Norique (e.g. Uppia, CIL, III, 11571), en Pannonie (Uppu, CIL, III, 10895) ou en Dalmatie (Upio, CIL, III, 3110). Voir Meid 2005, p. 299-300.

41 Gayraud 1981, p. 218 notamment ; Bonsangue 2006, p. 164-180.

42 Mauné – de Chazelles 1998, p. 193.

43 Comme Montlaurès, Soyons se trouvait sans doute dans une zone centuriée : l’empreinte du cadastre B de Valence a été repérée sur la rive ardéchoise du Rhône (voir Blanc 1964, p. 28-31, repris par la CAG 07, p. 81-82).

44 Faure – Tran 2009 : [--- ? Imp(eratori) Caesari / M(arco) Aur(elio) Antonino Aug(usto), / Pio, Fel(ici), A]ra[b(ico), Adiaben(ico), / Parth(ico)] ma[x(imo), Brit(annico) / max(imo),] German[ico max(imo), / po]ntifici [max(imo)] / ---.

45 Plin., NH, III, 36-37. Sur Cessero, voir Mauné 2002 ; sur les trois oppida à la fois, voir Christol 2010a, p. 157-174.

46 Plin., NH, III, 32-33.

47 Sur les documents cadastraux d’Orange et les Tricastins, voir Piganiol 1962, p. 149-262 ; et en dernier lieu Christol 2011, qui cite l’abondante bibliographie qui s’est développée depuis la publication assurée par A. Piganiol.

48 Chastagnol 1995, p. 134, qui traite de ces exploitants tricastins, développe, en fait, une argumentation assez ambiguë, avant d’en venir à une conclusion tranchée : « Puisque nous sommes bien avec eux dans le territoire de la colonie, comme le montrent les portions voisines des mêmes centuries, les unes qualifiées de reddita coloniae, les autres de ex tributario solo (c’est-à-dire distribuées aux colons), il est évident que ces Tricastini ne sont pas des citoyens romains ; ils sont censés relever de la cité voisine des Tricastins, mais sont en fait originaires du territoire de la colonie d’Orange. On leur laisse donc leur nom ethnique ; leur sort est alors comparable à celui des Salasses à l’intérieur de la colonie d’Aoste, et c’est pourquoi nous sommes en droit de supposer que, comme ces derniers, ils jouissent du statut d’incolae au sens que nous avons défini à Narbonne et à Aoste. »

49 Dubouloz 2012, en particulier p. 99-123.

50 Christol 2010b, p. 17.

51 AE, 1962, 143 (de Vaison-la-Romaine) évoque une flaminica colonia Flauia Tricastinorum.

52 Mauné 2002, p. 333.

53 Tarpin 2002, p. 220-232, en particulier 231-232. Étant donné la complexité du dossier, nous avons fait le choix de concentrer nos analyses sur les pagi attestés dans les colonies de droit romain déduites en Narbonnaise. En plus des cas développés ci-dessous, il faut relever l’existence d’un pagus Mineruius sur le territoire d’Orange (CIL, XII, 1243).

54 CIL, XII, 5370 : T(itus) Valerius C(ai) f(ilius) Senecio, / P(ublius) Vsulenus Veientonis l(ibertus) / Phileros, / T(itus) Alfidius T(iti) l(ibertus) Stabilio, / M(arcus) Vsulenus M(arci) l(ibertus) Charito, / magistri pagi, ex reditu fani / Larrasoni cellas faciund(um) / curauerunt idemque probauerunt. Voir aussi CIL, XII, 5369 : P(ublius) Cornelius / Phileros / Larrasoni / u(otum) s(oluit) l(ibens) m(erito). Et enfin IG, XIV, 2520 : --- / Λαρρασῶνι / δῶρον. Le sanctuaire de Larraso était lié à une source (la Font de Comigne). Sur l’ensemble du dossier, voir Christol 2010a, p. 445-465. Sur la base d’une inscription très fragmentaire, Tarpin 1993 propose d’identifier un autre pagus sur le territoire de Narbonne, centré sur l’agglomération de Sallèles-d’Aude. Voir AE, 1993, 1178 : Pago / Mesenco M( ?) / I( ?).

55 CIL, XII, 342 ; ILN, Fréjus 164 : Pro salute / C(ai) Caesaris German(ici) / f(ilii) Germanic(i) August(i), / pagus Matauonicus. Sur ce pagus, voir Bérard et al. 1993.

56 Christol 2008, p. 127-128.

57 CIL, XII, 594 : [P]agani pagi Lucreti qui sunt fini/bus Arelatensium loco Gargario, Q(uinto) Cor(nelio) / Marcelli lib(erto) Zosimo, IIIIIIuir(o) Aug(ustali) col(onia) Iul(ia) / Paterna Arelate, ob honorem eius. Qui notum (sic) fecit / iniuriam nostram omnium saec[ulor]um sacra/tissimo principi T(ito) Aelio Antonino [Aug(usto) Pio. Te]r Romae / misit, per multos annos ad praesides pr[ouinci]ae perse/cutus est iniuriam nostram suis in[pensis e]t ob hoc / donauit nobis inpendia quae fecit, ut omnium saecu/lorum sacratissimi principis Imp(eratoris) Caes(aris) Antonini Aug(usti) Pii / beneficia durarent permanerentque quibus frueremur / [aquis] et balineo gratuito quod ablatum erat paganis / quod usi fuerant amplius annis XXXX.

58 Sur ce point, nous nous démarquons de Gascou 2000a, p. 290-292, qui estime que l’inscription fait allusion à des thermes locaux. Nous partageons l’avis de Jacques 1990 et de Christol 2008, p. 133-134, qui considèrent qu’il s’agit au contraire de thermes du chef-lieu colonial.

59 Voir Gascou 2000b, p. 223-231, à propos de AE, 2000, 880 (L. Vrittius Avitus) ; CIL, XII, 5788 (Derceia Venilati f.) ; CIL, XII, 602 (Escengolatis Venimari f.) ; CIL, XII, 607 (Prima Sanuilli f.) ; AE, 2000, 881 (Litumarus Metelicci f., Mala Actalonis f.).

60 Plin., NH, III, 34.

61 Gascou 2002, p. 195-198 (d’où AE, 2002, 916).

62 Christol 2008, p. 127. Tout dépend du sens d’oppidum dans le texte de Pline. J. Gascou admet sa polysémie et donc la possibilité de son emploi pour désigner une simple agglomération, indépendamment de toute idée de statut, quand il n’est pas explicitement question d’oppidum latinum. Ayant démontré par ailleurs que Pline était tributaire d’un document administratif consignant le statut des diverses communautés de Narbonnaise (la formula prouinciae), M. Christol considère les oppida du texte de Pline comme des cités de plein exercice, tous dotés du droit latin à partir de César.

63 ILGN, 44 : Genio Viciniae / Castellanae Ol/biensiun (sic), L(ucius) Rupil(i)us / Iacchus d(ono) d(edit) c(um) s(uis). Étudiée par Andreau 1997, p. 463-474.

64 Soyons a toujours appartenu au diocèse de Valence. Au nord, l’autorité de l’évêque de Vienne sur les paroisses de rive droite ne dépassait pas le Doux. La limite du territoire helvien devait se situer à une quinzaine de kilomètres au sud de Soyons. La série de milliaires de la « Voie des Helviens », dont le bornage sous Antonin le Pieux fut sans doute systématique, en donne un indice antique : voir Napoli – Rebuffat 1992.

65 Plin., NH, III, 37 : … oppida uero ignobilia XVIIII, sicut XXIIII Nemausiensibus adtributa. Sur le statut de ces oppida ignobilia, en particulier sur la probabilité de leur adtributio, voir Christol 1994, p. 58-61.

66 CIL, XII, 4189 : Cn(aeus) Plaetorius Macrinus / colonis et incolis, / ex ea pequnia quae ei in / statuas conlata est. M. Christol comprend et traduit l’inscription ainsi : « Cn. Plaetorius Macrinus pour les colons et les habitants du lieu avec l’argent qui a été collecté pour lui (auprès d’eux), en vue de (la réalisation par lui de) statues ». Voir Barruol 2002, p. 469-482, en particulier 470 (qui s’appuie sur l’analyse communiquée par M. Christol) ; Fiches 2004, p. 408.

67 CIL, XII, 4190 = I2, 2281 : Sex(tus) Vetto, C(aius) Pedo, aed(iles), / uiam, lacum ex d(ecreto) d(ecurionum) / refic(iendum) coer(auerunt). Voir Christol 2010a, p. 64-65, 190 et 417.

68 CIL, XII, 4333. Voir Gayraud 1981, p. 358-366 et, en dernier lieu, Fishwick 2007, p. 247-255, pour qui l’autel est probablement une copie d’époque antonine.

69 Néanmoins, compte tenu de la présence (en nombre et à date haute) d’Italiens installés à Narbonne indépendamment des déductions coloniales de 118 et de 46, soulignée notamment par Bonsangue 2006, on ne peut exclure qu’une partie des incolae évoqués sur l’autel soit constituée, non pas de pérégrins autochtones, mais de citoyens romains étrangers au corps civique de Narbonne.

70 CIL, XIII, 1998 : épitaphe d’un Véliocasse d’origine, sublectus in numer(o) colonor(um) Lug(dunensium).

71 Chastagnol 1995 p. 126 : « il ne fait guère de doute que ces incolae des colonies romaines ont obtenu ensuite la citoyenneté romaine et l’égalité avec les colons assez rapidement, probablement tous (au moins en Narbonnaise) avant la fin du Ier s., et dès lors, tous les habitants libres étaient citoyens romains ; seuls des incolae venus du dehors pouvaient y garder un nom unique. »

72 CIL, XII, 1773 ; ILN, Valence 35 : Primo, Br[---] / filio, [---] / arbitrat[u ---] / P(ubli) Cossuti S[---].

73 Pour Béziers, voir CIL, XII, 4289 : [---]rus Siluini fil(ius) / [---] sibi et suis. Pour Orange voir CIL, XII, 1225 = ICalvet, 51(Paternus Certulli f.) et ci-dessous. Pour Aoste, voir ci-dessous.

74 CIL, V, 6850 ; I. Aug. Praetoria, 24 : [T(estamento)] f(ieri) i(ussit). / Maricca, Namici / fil(ia), sibi et / Saturninae, f(iliae), / T(itus) Tullius / Cassi fil(ius) / Secundus, / f(aciendum) [c(urauit)].

75 CIL, XII, 1234 = ICalvet, 87 : M(arco) Arruntio M(arci) l(iberto) / Verecundo, IIIIII/uir(o), Pupae Cilae f(iliae), / uxori, / Fuluiae Pupae f(iliae) / Secundinae, / heredes ex testam(ento).

76 Voir, à ce titre, la synthèse proposée par Rémy 2006. Sont ainsi attestés e.g. les gentilices Attius, Barbarius, Cabirius, Iccius, Severius.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 -Hommage rendu à L. Nonius Asprenas : CIL, XII, 1748 (fac-similé du CIL).
Titre Fig. 2 - Localisation de Valence, Lautagne et Soyons : d’après Silvino et al. 2011 (DAO : D. Tourgon).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Tran, « Coloni et incolae de Gaule méridionale : une mise en perspective du cas valentinois », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 127-2 | 2015, mis en ligne le 21 octobre 2015, consulté le 21 août 2017. URL : http://mefra.revues.org/2918 ; DOI : 10.4000/mefra.2918

Haut de page

Auteur

Nicolas Tran

Université de Poitiers, UFR Sciences Humaines et Arts, Équipe d’accueil HeRMA - nicolas.son.tran@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org