Navigation – Plan du site
Expropriations et confiscations en Italie et dans les provinces : la colonisation sous la République et l’Empire

Les confiscations à l’époque alto-républicaine. Entre conquête romaine, colonisation et législation tribunitienne

Thibaud Lanfranchi

Résumés

Cet article se propose d’examiner les confiscations de territoire par les Romains, entre le début de la République et la réorganisation de la ligue latine en 338 avant J.-C. L’étude se focalise principalement sur les confiscations effectuées au début de la République, dans le but de montrer qu’une bonne part de ces phénomènes est à mettre en relation avec des victoires remportées par Rome et, surtout, avec la première colonisation romaine. La suite de l’examen des sources conduit à mettre en avant le fait que, après la création du tribunat de la plèbe, les questions de politique intérieure eurent une influence croissante sur ces pratiques et en modifièrent le sens, comme le montre le cas d’Ardée analysé en détail. L’article s’achève par l’étude des confiscations postérieures et montre comment les pressions des tribuns de la plèbe jouèrent un rôle important dans ces processus.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Flor., 1, 44 (3, 9, 3) mais dans un emploi presque métaphorique puisqu’il est question de confisqu (...)
  • 2  D., 27, 3, 9, 6 et 48, 21, 3, 8 ; Cod. Theod., 9, 21, 2, 4 et Cod. Iust., 10, 2, 5.
  • 3  Sur la lex metallis dicta, cf. Girard – Senn 1977, p. 586-589 et Domergue 1983, p. 41-180.
  • 4  Tert., pall., 5 et fug., 12 ; Vict. Vit., 3, 10 et Cassiod., Hist., 6, 1.
  • 5  Sauf mention contraire, les dates s’entendent avant J.-C.
  • 6  Liv., 2, 5.

1Si le vocabulaire contemporain de la confiscation dérive du latin (confiscatio et confiscare), force est de reconnaître que l’emploi de ces termes n’est pas usuel dans cette langue. Plutôt rares, ils apparaissent principalement chez des auteurs d’époque impériale tels Florus, Suétone et Festus1. Chez Suétone, ces mots servent le plus souvent à désigner des confiscations décidées à l’encontre d’ennemis du Prince. On les retrouve également dans le corpus juridique – Digeste, code théodosien ou code justinien2 – ainsi que dans la lex metallis dicta de Vipasca3. Ils réapparaissent ensuite chez des auteurs plus tardifs et chrétiens : Tertullien, Victor de Vita et Cassiodore4. À l’inverse, Tite-Live, par exemple, ne les emploie jamais dans ce qui nous est demeuré de son Histoire romaine et ces notions sont peu fréquentes dans le latin classique. C’est que la confiscatio au sens latin correspond littéralement au fait de confisquer, c’est-à-dire, en premier lieu, d’attribuer au fisc, à la cassette publique. C’est explicitement le sens dans lequel le terme est usité dans les deux passages cités du Digeste où il est fait référence au trésor – le fiscus – inexistant à l’époque alto-républicaine. Par analogie, le terme désigne tout processus par lequel la puissance publique procède à une prise de possession de quelque chose en son nom et à son profit. Or ces pratiques sont anciennes même si elles furent appelées différemment et nous voudrions revenir ici sur l’existence et le sens de ces phénomènes au début de la République, jusqu’à la réorganisation de la ligue latine par Rome en 3385. Il en existe des antécédents dès l’époque royale : pensons, par exemple, à la confiscation des biens des Tarquins au moment du passage à la République6. Les sources sur ce sujet sont cependant trop incertaines pour que nous nous y attardions. En revanche, les deux premiers siècles de la République présentent plusieurs situations révélatrices, particulièrement si l’on rapproche les confiscations alors mentionnées d’autres éléments caractéristiques de la vie politique romaine à cette époque : la colonisation et les troubles autour des problèmes agraires dans lesquels les tribuns de la plèbe jouèrent un rôle important. Si les études sur les processus coloniaux d’époque républicaine ont considérablement fait évoluer notre connaissance du phénomène ces dernières années, il nous semble en effet qu’ils ont été insuffisamment rapportés aux données purement romaines. Croiser ces différentes pratiques nous paraît nécessaire et susceptible d’une certaine valeur heuristique.

Les premières confiscations républicaines et leur contexte

  • 7  Dion. Hal., 2, 55, 5-6 ; Liv., 1, 15, 5 et Plut., Rom., 25, 5.
  • 8  Dion. Hal., 5, 31, 4 et 5, 36, 4.
  • 9  Liv., 2, 6, 1-4.
  • 10  Liv., 2, 13, 4 et 2, 15, 6.
  • 11  Dion. Hal., 2, 55, 5 et 5, 31, 4 le nomme Ἑπτὰ πάγους ; et Plut., Rom., 25, 5, Σεπτεμπάγιον.
  • 12  Caprino 1954 et Coarelli 2008. Le site de Poggioverde, plus au nord, présente également un profil (...)

2Sous la République, les premières confiscations connues portèrent sur un territoire véien dont l’annexion remonterait à Romulus (les septem pagi)7. Si la réalité de la saisie romuléenne est peu probable, le territoire en question semble bien avoir fait l’objet d’intenses tractations au moment du changement de régime. À lire Denys d’Halicarnasse, Porsenna s’en serait emparé avant de le rendre aux Romains8. Chez Tite-Live, ce territoire est évoqué à mots couverts par Tarquin le Superbe qui rappelle aux Véiens et aux Tarquiniens leurs pertes territoriales subies face à Rome pour les pousser à prendre les armes en sa faveur9. L’historien latin relève également la restitution du territoire par les Romains sous la pression de Porsenna avant que le roi étrusque ne le leur rendît au moment où il lia une alliance avec l’Vrbs10. Seuls les historiens grecs fournissent le nom de ce lieu qui se serait trouvé sur la rive droite du Tibre, dans la zone frontalière de l’Étrurie11. Sa localisation exacte n’est pas certaine même si l’un de ces sept pagi a été identifié de manière vraisemblable avec la colline S. Agata près du Monte Mario. Ce site, généralement considéré comme faisant partie du territoire de Véies, a en effet livré une nécropole et un ensemble de fonds de cabanes qui en font un candidat potentiel crédible12.

  • 13  Liv., 2, 16, 8-9.
  • 14  Virg., Æn., 6, 776. On la retrouve dans les listes similaires fournies par Diod., 7, 5, 9 et OGR, (...)
  • 15  Dion. Hal., 4, 50, 2-3 ; Liv., 1, 53, 2-3, Strab., 5, 3, 4 (C 231, qui la nomme Suessa et précise (...)
  • 16  Dion. Hal., 4, 50, 4-5 ; Liv., 1, 53, 2-3.
  • 17  Dion. Hal., 3, 49, 1-4 et Strab., 5, 3, 4 (C 231).
  • 18  Liv., 1, 35, 7-8 et Val. Ant., frgt 12 Chassignet (= frgt 11 P1 et 2, apud Plin., nat., 3, 70).
  • 19  Pais 1898, p. 347. Voir aussi, les observations de Palombi 2010, p. 183-186.
  • 20  Liv., 2, 17.
  • 21  Cato, Orig., 2, 28 Chassignet (= 2, 21 J = 58 P = 2, 62 Cugusi, apud Prisc., gramm., 4, p. 129 H e (...)
  • 22  Dion. Hal., 6, 30, 1 et Liv., 2, 22, 2.
  • 23  Dion. Hal., 6, 29, 4-5 et Liv., 2, 25.

3Plus tard, en 502, la prise de Pométia ne paraît pas avoir donné lieu à des confiscations, bien que la situation fût ici plus complexe. Cette victoire romaine intervint après la défection de Pométia et de Cora en faveur des Aurunces en 50313. Les rapports de Pométia avec Rome étaient cependant plus anciens, comme le suggère Virgile qui en fait une des colonies d’Albe14. La ville aurait été conquise par Tarquin le Superbe15 et le butin qu’il y récolta lui aurait permis de débuter le chantier de construction du temple de Jupiter Capitolin16. Des événements similaires sont toutefois attribués à Tarquin l’Ancien. Ce roi se serait emparé d’Apioles17 dont le butin lui aurait permis, d’après Tite-Live, d’instituer des jeux particulièrement splendides, tandis que Valerius Antias, cité par Pline l’Ancien, explique qu’il l’utilisa pour commencer la construction du temple de Jupiter Capitolin18. À cette redondance, s’ajoute le fait, remarqué au moins depuis E. Pais, qu’Apioles et Pométia constituent le même nom en deux langues différentes et pourraient ainsi désigner un lieu unique19. À en croire Tite-Live, en 502, la ville aurait simplement été démolie et une partie de ses terres vendues, sans que l’on sache à qui20. Une telle vente suppose une mainmise au moins provisoire sur les territoires en question, faisant suite à la victoire militaire romaine. De ce point de vue, l’absence de réelle confiscation pourrait trouver confirmation dans la suite de l’histoire du site. En effet, Caton la mentionne parmi les cités fondatrices du sanctuaire de Diane à Aricie et on la retrouve dans une assemblée de la ligue latine en 49821. Le témoignage de Tite-Live en ressort fragilisé : une réelle démolition n’est pas pensable et il faut plutôt imaginer une défaite militaire suivie de la vente éventuelle de certains territoires en quantité limitée. Cela ne suffit visiblement pas à apaiser les velléités d’indépendance de Pométia. Elle aurait ensuite été prise par les Volsques qui livrèrent aux Romains, en 495, trois cents enfants de l’aristocratie de Pométia et de Cora, lesquels furent massacrés22. La même année, la place fut encore une fois investie et pillée par les armées romaines23.

  • 24  Palombi 2010, p. 184-186.
  • 25  Strab., 5, 3, 4 (C 231) en fait une ville située à la frontière des territoires volsques. Nibby 18 (...)
  • 26  Palombi 2010, p. 184-186 avec la bibliographie antérieure. Pour l’emploi d’ouvriers de Cora, on se (...)

4Ces événements démontrent que la confiscation de territoires n’était pas une pratique généralisée, vraisemblablement parce que le contrôle effectif des terres du vaincu demeurait le plus souvent précaire. En moins de dix ans, Pométia changea plusieurs fois de camp, ce qui fut sans doute loin d’être une exception. La localisation du ou des sites en question fournit d’autres éléments pertinents. En l’absence de données concordantes, il nous semble préférable de suivre l’avis de D. Palombi d’après lequel Pométia et Apioles étaient deux cités différentes, bien que situées dans la même zone géographique. Pour la première, la proposition la plus généralement acceptée l’identifie désormais au site de Caprifico di Torrecchia24, tandis que la localisation exacte d’Apioles demeure incertaine25. Toujours en accord avec D. Palombi, soulignons aussi que l’histoire de Pométia ne se comprend qu’en rapport avec celle d’autres sites proches, et en particulier de Cora, dont l’emploi possible d’ouvriers sur le chantier du temple de Jupiter irait dans le sens d’une proximité de destin des deux cités26.

  • 27  Liv., 2, 25, 6.
  • 28  Cf. Quilici 1982, p. 168-171 et les arguments contraires de Lambrechts 1991, p. 65-69. Cf. en dern (...)
  • 29  Liv., 2, 31, 4. Sur le territoire de Vélitres, bien identifié, cf. Romana Fortunati 1990 et, en de (...)
  • 30  Liv., 2, 25, 6 : His ex senatus consulto data pax, ager ademptus (« un sénatus-consulte leur accor (...)
  • 31  Cf. TLL, 1, col. 679-683, s.v. adimo.
  • 32  Cic., Planc., 101.
  • 33  Liv., 23, 17, 1.
  • 34  Liv., 39, 54, 4.
  • 35  Liv., 1, 33, 9.
  • 36  Liv., 1, 38, 1.
  • 37  On retrouve chez Denys d’Halicarnasse un vocabulaire similaire avec l’usage du verbe ἀφαιρέω. Il e (...)
  • 38  Liv., 2, 34, 6.

5Il faut attendre ensuite 495 et 494 pour trouver mention de deux autres procédures de confiscation. En 495, à Ecetra, des terres en quantité inconnue furent enlevées à la suite d’un sénatus-consulte27. La localisation exacte de ce site est discutée. L. Quilici proposait de le situer dans la zone de Civita di Artena et de l’identifier à Artena. Ce point de vue a été critiqué depuis au profit d’une localisation plus méridionale, dans la basse vallée du Sacco28. Le problème d’une telle localisation est qu’elle suppose une opération romaine plus au sud que toutes les autres mentionnées par les sources pour cette période. Ce n’est pas impossible en soi, mais cela demeure surprenant. L’année suivante, il en fut de même à Vélitres suivant une procédure non précisée mais qui, au témoignage de Tite-Live, semble avoir concerné tout le territoire, sur lequel une colonie fut établie29. Ces exemples ont ceci d’intéressant qu’ils mobilisent un vocabulaire similaire dérivé du verbe adimere : ager ademptus dans les deux cas30. En latin, ce terme possède une signification concrète tout à fait nette31. Il signifie « enlever, ôter », à la fois pour dire « ôter la vie »32, mais aussi, par exemple, pour désigner la prise d’une ville, le fait d’enlever une place à l’ennemi33, voire tout simplement de voler et de piller34. Son usage pour désigner des confiscations de territoires se comprend d’autant mieux qu’il peut intervenir dans un contexte militaire et servir ainsi à évoquer la prise d’une cité ou l’appropriation de terrains qui lui fait suite. C’est le terme usité par Tite-Live pour décrire ces phénomènes et il l’emploie dès l’époque royale, par exemple pour évoquer la confiscation de la forêt Maesia par le roi Ancus Marcius35, ou la prise de territoires aux Sabins par Tarquin le Superbe36. L’intérêt de ce lexème est qu’il dénote très bien la réalité matérielle et symbolique d’un geste qui consiste en une saisie matérielle tandis que, par sa connotation militaire, il se rapporte à des captations expliquées et justifiées par le droit du vainqueur37. Vélitres fut alors transformée en colonie et il est encore fait mention d’une colonisation en 492, sans toutefois qu’il soit question d’une confiscation quelconque de territoire38.

6Ce sont là les seuls cas antérieurs à la création du tribunat de la plèbe et ils sont, à bien des égards, similaires. Ces confiscations concernèrent toujours des portions de territoires, jamais les territoires en entier, à l’exception, très incertaine, de Vélitres. Elles firent suite à des conflits dont Rome sortit victorieuse. Elles se situèrent dans deux zones stratégiques : les territoires tampons entre Véies et Rome, d’une part, l’axe de la future uia Appia en direction du Latium adiectum, d’autre part. Les sources sont sibyllines sur la procédure exacte mobilisée, dont les détails techniques s’étaient vraisemblablement perdus. Que cette pratique pût être assez fréquente est pourtant attesté au moment de la lutte contre Coriolan. Lors de la première ambassade romaine, ce dernier repoussa en effet les offres de conciliation de la façon suivante :

  • 39  Liv., 2, 39, 10-11 : Missique de pace ad Marcium oratores atrox responsum rettulerunt : si Volscis (...)

Mais, à leurs ambassadeurs qui venaient traiter de la paix, Marcius fit une réponse implacable : « s’ils rendaient aux Volsques leurs territoires, on pourrait parler de paix ; s’ils ne voulaient la paix que pour jouir de leurs prises de guerre, alors il se rappellerait, lui, l’injustice de ses compatriotes et les bons procédés de ses hôtes, et il leur prouverait que, loin de l’abattre, l’exil avait redoublé son énergie »39.

  • 40  Cf. Liv., 4, 21, 1-3.

7Il ne faudrait pas croire pour autant que les Romains s’approprièrent très tôt de nombreux territoires. Les caractères généraux de la guerre au Ve siècle, le plus souvent faite de batailles confuses et de razzias, de même que la relative précarité des avancées de chaque camp, interdirent longtemps des gains territoriaux durables40.

  • 41  Au sein d’une bibliographie immense, citons Bengtson 1962, p. 22-26 n° 126 ; Alföldi 1963, p. 113- (...)
  • 42  Alföldi 1963, p. 113-122. La vision d’Alföldi s’inscrit dans sa relecture plus générale de l’histo (...)
  • 43  Cf. Liv., 2, 53, 4-5 ou Liv., 3, 6, 4-6 par exemple.
  • 44  Fest., p. 276 L., s.v. Praetor.
  • 45  Humbert 1978, p. 68-69 : « l’égalité dans l’accord n’exclut pas du tout une victoire de Rome et n’ (...)
  • 46  Dion. Hal., 6, 20, 2-5. Les Latins qui doivent être naturalisés sont ceux qui firent preuve d’εὔνο (...)
  • 47  Sur les mouvements volsques et sur l’organisation de ce peuple, cf. Cifarelli – Gatti 2006 et Bour (...)
  • 48  Sur la construction et le tracé de la uia Appia, cf. en dernier lieu Humm 1996.
  • 49  Sur ces aspects, nous nous permettons de renvoyer aux analyses développées dans notre thèse de doc (...)

8Ces épisodes prirent par ailleurs place dans un contexte géopolitique neuf. Les premières guerres du jeune régime républicain se firent plutôt en direction du nord et de l’est, contre les Étrusques et contre les Sabins, voire contre les Latins et les Herniques. Toutefois, la victoire du lac Régille et le foedus Cassianum de 493 mirent Rome en position de force, au moins sur ce dernier front41. Rappelons que la situation exacte de Rome à l’issue de ce traité demeure un problème disputé. À la suite des travaux d’A. Alföldi, un courant interprétatif refuse que Rome pût contrôler la ligue latine dès ce moment, notamment en raison de la place ambiguë laissée alors aux Herniques et parce qu’il existe, dans nos sources, des témoignages de conflits dans lesquels les alliés Latins ou Herniques de Rome agirent en commandant eux-mêmes des troupes42. De fait, des campagnes autonomes des Latins et des Herniques sont parfois attestées43 et un fragment d’un traité de Cincius sur les pouvoirs des consuls, rapporté par Festus, signale un partage du commandement entre les alliés44. Toutefois, si la position de M. Humbert, qui postule une prééminence de Rome, peut sembler excessive dans sa formulation, le fond de son propos nous paraît demeurer pertinent45. En effet, même dans l’hypothèse d’A. Bernardi d’une alliance tripartite entre Rome, les Latins et les Herniques, on se doit de souligner que Rome fut la seule ville à se voir reconnaître un statut équivalent à celui de plusieurs cités alliées, ce qui ressort de façon particulièrement nette par comparaison avec les Latins. Si nous concédons volontiers que notre regard est sur ce point très (trop ?) dépendant de sources dont la partialité en faveur de Rome n’est plus à démontrer, et que l’Vrbs ne put sans doute pas encore manipuler à sa guise une ligue latine qui constituait son horizon diplomatique principal, il nous semble qu’elle y occupa précocement une position prépondérante, ce que manifesta le foedus Cassianum. En outre, la position plutôt avantageuse faite aux Herniques par le traité peut s’expliquer par des changements de perspective politique ainsi que par la personnalité du signataire romain du foedus, Sp. Cassius (consul en 502, 493, 486 et maître de cavalerie en 498). D’après nos sources, ce personnage apparaît, dans la première décennie du Ve siècle, comme un partisan farouche de l’extension du pouvoir romain au détriment des Latins et des Herniques. Chez Denys d’Halicarnasse, en particulier, il prône des mesures radicales après la victoire du lac Régille : raser les cités latines, confisquer leurs territoires, tout en proposant de naturaliser les Latins de bonne volonté46. Or, dès 503, la mention d’une première guerre contre les Aurunces signala l’ouverture des hostilités contre les populations volsques installées dans la partie sud du Latium (le Latium adiectum)47. C’est dans ce contexte de pression volsque que s’expliquent les interventions romaines dans cette zone qui constituait une véritable porte d’entrée vers la Campanie et par laquelle passa plus tard la uia Appia48. L’installation durable de ces populations nouvelles dans la région fragilisait les contacts anciens du monde romain avec la Campanie et fournit des éléments de compréhension tant aux interventions romaines dès le début du Ve siècle, qu’à certains des aspects du traité de 493, continué par le même Sp. Cassius, en 486, avec sa loi agraire qui associait certains alliés aux distributions. Par son rôle politique et militaire de premier plan, par l’origine latine de sa famille, Sp. Cassius était sans doute un des mieux placés pour orienter dans une direction nouvelle la politique de Rome, en tenant compte de ces nouveaux impératifs. Si notre interprétation est juste, la position de Rome à l’issue du foedus de 493 combinerait à une impossibilité romaine de dominer totalement la ligue latine, une volonté de ménager certains de ses alliés à un moment où l’Vrbs pouvait en avoir besoin pour lutter contre des adversaires différents49.

  • 50  Sur la colonisation royale, cf. Bandelli 1995, p. 147-153. Pométia et Cora, en particulier, remont (...)
  • 51  Dion. Hal., 5, 20 et Plut., Publ., 16, 3. Le site est bien identifié, près de l’actuelle commune d (...)
  • 52  Dion. Hal., 4, 63, 1 et Liv., 1, 56, 3. Le site est aussi bien localisé : cf. Quilici 1990 et Band (...)
  • 53  Sur le lapis Satricanus, CIL, I2, 2832a. Voir Stibbe et al. 1987 ; Wachter 1987, p. 75-80 ; Arcell (...)
  • 54  Plin., nat., 7, 68-69. Cf. Coarelli 1990, p. 151-152.
  • 55  Liv., 2, 21, 7.
  • 56  Bandelli 1995, p. 154. Niebuhr 1842, p. 397 avait déjà relevé ce caractère de la notice livienne. (...)

9Enfin, et le cas de Vélitres en atteste, ces pratiques furent en rapport avec la première colonisation romaine. Si les sources mentionnent une colonisation romaine d’époque royale50, c’est avec la République que ce phénomène connut ses développements les plus spectaculaires. Or, les premières phases de confiscations entrent dans un cadre chronologique comportant une première série de fondations coloniales. Dès 508, les consuls P. Valerius Publicola et T. Lucretius Tricipitinus auraient procédé à une déduction sur un lieu au toponyme ordinairement identifié avec Signia51, une colonie qu’aurait déjà fondée Tarquin le Superbe en même temps que Circeii52. Si l’on tient la fondation tarquinienne pour historique, ce pourrait être une refondation ou le simple envoi d’un supplément de colons. La fondation de 508, impliquant un Valerius, a trouvé deux supports historiques d’une certaine importance : la fameuse inscription de Satricum mentionnant un Poplios Valesios53 et un passage de Pline l’Ancien signalant la déportation d’une Valeria à Pométia54. Si l’identification entre le Poplios Valesios et le consul de 508 ne saurait être acceptée en l’état de la documentation, ces deux indices témoignent à tout le moins de liens étroits entre les régions concernées et la famille des Valerii qui rendent plausibles une telle fondation. Tite-Live ajoute qu’en 495, la colonie reçut un nouveau renfort de colons55. Comme le souligne G. Bandelli, cette information fait partie de la très sèche notice mentionnant vingt-et-une tribus, placée en annexe du récit annalistique et qui a toutes les chances d’avoir été recopiée sur une documentation antérieure56. L’existence d’une procédure de type colonial dans la région de Signia à cette époque paraît donc dériver de sources anciennes, peut-être pontificales, ce qui lui assure une certaine valeur historique.

  • 57  Le site est reconnu (près de Castel Giubileo) et fouillé depuis longtemps. Cf. Quilici – Quilici G (...)
  • 58  Dion. Hal., 2, 53, 4.
  • 59  Dion. Hal., 3, 31, 5-6.
  • 60  Dion. Hal., 3, 58, 4.
  • 61  Dion. Hal., 5, 60, 4. Liv., 2, 19, 1-2 mentionne uniquement la prise de la ville et de Crustumérie

10En 498, ce fut au tour de Fidènes57. Cette colonie a une histoire plus ancienne puisque Denys d’Halicarnasse attribue à Romulus une première colonisation de la ville. Si la réalité de cette dernière est peu crédible, le processus tel que se l’imagine Denys demeure révélateur. À la suite de la victoire romuléenne sur la ville, le premier roi de Rome aurait confisqué une portion du territoire des Fidénates pour y établir sa colonie58. Les Romains durent reprendre le contrôle de la cité après une révolte durant le règne de Tullus Hostilius59, puis Tarquin l’Ancien procéda à une nouvelle colonisation du site consécutive à une nouvelle révolte60. En 498, on retrouve une procédure similaire. À la suite d’une victoire contre Fidènes, Larcius aurait confisqué la moitié du territoire fidénate. Seul Denys d’Halicarnasse fournit ces renseignements et il ne parle pas de colonisation. En revanche, il précise que le territoire approprié fut divisé en lots attribués aux Romains venant sur place faire office de garnison61. Si une fondation ou refondation coloniale à ce moment n’est pas impossible, elle est cependant loin d’être assurée.

  • 62  Dion. Hal., 6, 43, 1 à 6, 44, 2 et Liv., 2, 31, 4.
  • 63  D. Cass., frgt 18, 4 Boissevain ; Dion. Hal., 7, 12 et 7, 13 et Liv., 2, 34, 6.
  • 64  Sur ce site et sa localisation, cf. Quilici Gigli 1988 ; Quilici – Quilici Gigli 1988, p. 227-232 (...)

11En 494, la confiscation du territoire de Vélitres fut suivie, là aussi, de la déduction d’une colonie. Tite-Live la mentionne brièvement, mais le texte de Denys, plus développé, attribue la déduction à l’action du dictateur M’. Valerius Volusius62. Cette première fondation aurait été suivie de l’envoi d’un supplément de colons en 492, associé à la création d’une colonie à Norba63. La localisation de Norba correspond aux zones géographiques déjà citées puisqu’on l’identifie à un site de l’actuelle commune de Norma64. Dans ce dernier cas, il faut noter que Denys met explicitement en rapport ces nouvelles entreprises coloniales avec les troubles politiques qui affectaient alors Rome. De fait, l’année 494 est aussi celle de la première sécession de la plèbe, suivie de la création du tribunat. À partir de cette date, les processus de confiscation et de colonisation furent systématiquement liés à des aspects politiques internes. C’est, à tout le moins, ainsi que les sources se les représentent.

La situation après 494

  • 65  Liv., 2, 41, 1 : Cum Hernicis foedus ictum ; agri partes duae ademptae (« paix avec les Herniques (...)
  • 66  Sur la loi agraire de Sp. Cassius, cf. Mommsen 1871 ; Rotondi 1962, p. 194-195 ; De Sanctis 1907, (...)
  • 67  Des plébiscites agraires sont attestés dans les sources pour 484 (Liv., 2, 42, 6), 483 (Dion. Hal. (...)
  • 68  Liv., 2, 48, 2.
  • 69  Dion. Hal., 9, 59, 2 et Liv., 3, 1. Là aussi, des plébiscites agraires précédèrent ces événements. (...)
  • 70  Le site est bien connu. Cf. Cébeillac-Gervasoni 1984 et Attema – de Haas – Tol 2011, p. 53-59.
  • 71  Dion. Hal., 9, 59, 1-2 et Liv., 3, 1, 4-7.

12Le rôle déterminant assuré par les événements de politique intérieure se manifesta dès l’année 486 avec l’annexion de deux tiers des territoires herniques, évoquée par Tite-Live en usant encore une fois du verbe adimere65. Cette annexion doit être mise en rapport avec la loi agraire de Sp. Cassius puisque ce consul chercha à employer ces terres pour la réalisation de ses projets agraires66. Sans entrer dans le détail de la législation agraire de Sp. Cassius, notons qu’à partir de ce moment, les cas de confiscation, qui concernèrent systématiquement des terres, furent reliés de façon de plus en plus nette à des problématiques coloniales ou agraires et témoignent de l’imbrication de ces différentes dimensions dans l’esprit des sources antiques. Une anecdote narrée par Tite-Live dans son récit de l’année 479 abonde en ce sens. En effet, le consul Caeso Fabius, pour consolider la bonne entente existant alors entre patriciens et plébéiens, proposa d’accéder aux demandes agraires de la plèbe et d’anticiper d’éventuels plébiscites67 en distribuant des territoires conquis68. De même, la victoire contre Antium en 468 semble s’être accompagnée de confiscations territoriales puisqu’elle fut suivie d’intenses tractations et de combats politiques à propos de distributions agraires, lesquels s’achevèrent par la fondation d’une colonie sur le site69. Or, après Norba, déduite en 492, le processus colonial s’était arrêté et reprit précisément avec la fondation d’Antium en 467, année d’un plébiscite agraire70. Tite-Live et Denys d’Halicarnasse insistent sur l’espoir des plébéiens de voir leurs revendications du jour satisfaites grâce à l’appui du consul T. Æmilius71. Les sénateurs et grands propriétaires résistèrent avant qu’un compromis ne fût trouvé avec la fondation d’une colonie à Antium, sur les territoires confisqués aux Volsques. Il y eut cependant si peu de volontaires qu’il fallu faire appel à des Volsques pour compléter la colonie. Citons Tite-Live :

  • 72  Liv., 3, 1, 4-7 : Atrox certamen aderat, ni Fabius consilio neutri parti acerbo rem expedisset : « (...)

Une lutte terrible allait éclater si Fabius n’avait trouvé une solution du conflit qui ne lésait aucun parti : « La guerre menée l’année précédente sous la conduite et les auspices de Titus Quinctius laissait un gain notable de territoire enlevé aux Volsques ; Antium, par sa proximité, sa position avantageuse de ville maritime, se prêtait à recevoir une colonie ; ainsi, sans soulever les plaintes des propriétaires actuels, on rendrait la terre accessible à la plèbe et l’État retrouverait le calme ». Sa proposition fut adoptée. Il désigne trois répartiteurs : Titus Quinctius, Aulus Virginius et Publius Furius. On invita à se faire inscrire ceux qui voulaient des terres. Dès lors, comme toujours, choses faciles, choses sans attrait : il n’y eut que quelques inscrits, si bien qu’il fallut compléter l’effectif de la colonie en y adjoignant des Volsques. La foule aima mieux réclamer des terres à Rome que d’en recevoir ailleurs72.

13Ainsi, les demandes agraires et l’action des tribuns aboutirent à une déduction coloniale à partir de confiscations. Le point de départ était une revendication de distributions de terres, visiblement à Rome (mais là se sent l’influence de l’époque gracquienne). La solution trouvée fut, en revanche, originale, même si les sources insistent sur l’insatisfaction des plébéiens à recevoir des terres si éloignées, insatisfaction qui entraîna le recours à des colons latins. La colonie en question mélangeait des Romains et des Volsques selon Tite-Live ; des Romains, des Antiates, des Latins et des Herniques selon Denys d’Halicarnasse, les deux auteurs témoignant ici du caractère mixte des plus anciennes colonies romaines.

Ardée : un cas exemplaire

  • 73  Sur le site, cf. Morselli – Tortorici 1982 et Quilici Gigli 1990a.
  • 74  Cf. Marincola 2000, p. 18-21 et Bourdin 2005.
  • 75  Cf. Bourdin 2005, p. 594-601 ; Di Mario 2007 et Modica 2011, p. 25-55.
  • 76  Fest., p. 106 L., s.v. Lucereses.
  • 77  Cn. Gellius, frgt 16 Chassignet (apud Dion. Hal., 2, 72, 1-3).
  • 78  Cic., rep., 2, 5.
  • 79  Serv., Æn., 7, 796.
  • 80  Liv., 1, 2, 1 et Zonar., 7, 1.
  • 81  D. Cass., 2, frgt 11, 13 ; Dion. Hal., 4, 7, 2 et 4, 64 ; Liv., 1, 57, 1-3 ; Ov., F., 2, 721-722, (...)
  • 82  Dion. Hal., 4, 85 et 5, 1, 2 ; Flor., 1, 1 ; Oros., 2, 4, 12 et Sen., Ep., 14, 91, 16.
  • 83  Sur ce traité, la bibliographie est considérable. On consultera Aymard 1957 ; Alföldi 1963, p. 350 (...)

14Le cas immédiatement postérieur, concernant la cité d’Ardée, fournit l’exemple le plus remarquable de ces processus et mérite que l’on s’y arrête plus longuement73. À en croire la majorité des sources, Ardée était une cité des Rutules, peuple du Latium dont l’origine et la nature exactes furent disputées dès l’Antiquité. Nous n’entrerons pas ici dans ces problèmes d’identité ethnique qui ont fait l’objet d’études récentes74. Ardée appartenait à l’aire culturelle latiale, ce que confirment la documentation archéologique et les inscriptions trouvées in situ : les Rutules parlaient vraisemblablement latin, même si l’on trouve sur place une certaine proportion d’étruscophones75. À en croire la tradition, ses rapports avec Rome étaient très anciens, ce qui n’est guère surprenant au vu de la situation géographique de la ville. Les Luceres tireraient ainsi leur nom du roi ardéate Lucerus76. De même, selon Cn. Gellius, les faisceaux proviendraient des Équicoles ou des ardéates77. Enfin, Cicéron précise qu’au moment de sa fondation, Rome était cernée par les Rutules et par les Aborigènes78. Dans le même ordre d’idée, une notice de Servius, un commentateur de l’Énéide, explique que le uer sacrum des Sacrani proviendrait d’Ardée79. Dès l’époque d’Énée, Turnus, roi des Rutules aurait affronté ce dernier80. Si les Ardéates furent donc bien présents dans l’histoire mythique des premiers temps de l’Vrbs, il n’est ensuite plus question de cette ville pour toute la période royale avant qu’elle ne réapparaisse au moment du règne de Tarquin le Superbe puisqu’une guerre entre les deux cités aurait alors eu lieu81. Tite-Live et Zonaras précisent que l’attaque de la ville aurait été motivée par les besoins financiers de Tarquin et c’est durant ce siège qu’eut lieu l’attentat contre Lucrèce qui conduisit à la chute de la monarchie romaine. Le sort exact de la cité est disputé : Denys d’Halicarnasse évoque une paix tandis que d’autres sources font mention d’une prise de la ville82. Une semblable conquête est cependant peu probable pour deux raisons. La première est la mention d’Ardée dans le premier traité romano-carthaginois de 508, à l’authenticité aujourd’hui largement acceptée83 :

  • 84  Pol., 3, 22, 11 : Καρχηδόνιοι δὲ μὴ ἀδικείτωσαν δῆμον Ἀρδεατῶν, Ἀντιατῶν, Λαρεντίνων, Κιρκαιιτῶν, (...)

Les Carthaginois ne feront aucun tort au peuple d’Ardée, d’Antium, de Laurente, de Circé, de Terracine, ni à aucun autre des peuples latins qui sont soumis à Rome84.

  • 85  Cato, Orig., 2, 28 Chassignet (= 2, 21 J = 58 P = 2, 62 Cugusi, apud Prisc., gramm., 4, p. 129 H e (...)
  • 86  Bourdin, 2005, p. 605-606.

15Le statut des quatre premières collectivités nommées est complexe : doivent-elles être rangées aux côtés des peuples latins soumis à Rome ou bien disposaient-elles d’un statut à part ? En réalité, les deux solutions n’impliquent pas forcément une prise de la ville mais plus simplement le fait qu’Ardée était entrée dans l’orbite diplomatique romaine. Deuxièmement, une conquête pure et simple expliquerait mal comment Ardée put sortir aussi vite de l’influence romaine. En effet, elle fit partie de ces cités qui, à l’instigation d’Aricie, résistèrent dans un premier temps à Porsenna, puis développèrent le sanctuaire fédéral de Nemi, avant d’entrer en conflit avec Rome en 49885. À ce titre, comme le souligne St. Bourdin, elle fut sans doute partie prenante du foedus Cassianum de 493 et de l’alliance dirigée par Rome qui fut alors mise sur pied86.

  • 87  Dion. Hal., 11, 52 et Liv., 3, 71-72.
  • 88  Cf. Jehne 2011.

16Ardée disparaît ensuite de nos sources jusqu’au milieu du Ve siècle. En 445, Ardée et Aricie firent appel à Rome à propos d’un territoire dont elles se disputaient la souveraineté. Même si les sources n’en disent mot, la querelle prenait vraisemblablement sa source dans les actions conjointes des deux cités durant les premières années du Ve siècle au sein de la ligue latine. Toujours est-il que, face à l’impossibilité de régler cette affaire entre elles, elles choisirent de la porter devant les Romains, signe tout à fait net de la prééminence de l’Vrbs dans les rapports entre Latins dès cette époque. Le problème fut débattu devant une assemblée romaine que Denys d’Halicarnasse et Tite-Live présentent comme des comices tributes. L’existence d’une telle assemblée à cette date n’étant pas possible, la décision dut en réalité être le fait des comices centuriates ou curiates. Lors des débats, un dénommé P. Scaptius produisit un témoignage qui fit basculer le vote en faveur de l’appropriation par Rome du territoire contesté87. Il fut donc confisqué, à la grande colère des deux cités et au grand désarroi du Sénat. Au-delà des enseignements possibles de ce récit à propos du fonctionnement des comices, il est évidemment tentant de considérer l’intervention de Scaptius et la confiscation du territoire disputé comme une invention88. Toutefois, plusieurs faits invitent à la regarder d’un autre œil, à commencer par l’histoire même de ce P. Scaptius et par la localisation du territoire en question.

  • 89  Dion. Hal., 6, 91-94 et Liv., 2, 33, 4-9.
  • 90  Liv., 2, 39, 1-6.
  • 91  Dion. Hal., 8, 36, 1-3.
  • 92  Dion. Hal., 8, 17-21.
  • 93  En effet, l’ordre actuel du texte de Tite-Live résulte d’une correction des manuscrits. En réalité (...)

17Tout l’argumentaire de P. Scaptius repose en effet sur l’emplacement des terrains disputés. D’après lui, ils faisaient partie du territoire de Corioles et, après la prise de cette ville, auraient donc logiquement rejoint l’ager Romanus. La localisation de Corioles n’en est pas rendue plus facile pour autant car nous manquons de données concrètes pour cela. Un passage intéressant de Tite-Live et de Denys d’Halicarnasse fournit quelques indications. On y apprend qu’en 493, Postumus Cominius défit les Volsques d’Antium en les refoulant sur Longula, prit cette ville, puis poussa vers Polusca avant de s’attaquer à Corioles. C’est durant ce siège que Cn. Marcius gagna son surnom de Coriolan89. Pour autant, lorsqu’ils mentionnent la chute de Corioles ces deux auteurs ne font nulle mention d’une quelconque procédure de confiscation qui expliquerait le témoignage ultérieur de Scaptius. Plus tard, lors des combats menés par les Volsques avec Coriolan à leur tête, on retrouve un périple similaire, partant du sud cette fois : Circeii, Satricum (en longeant la côte puis en remontant l’Astura donc), Longula, Polusca, Corioles et Mugilla. De là, les troupes Volsques virèrent vers Lauinium avant de rejoindre la uia Latina pour prendre Corbion, Vetelia, Trebium, Labici, Pedum puis de marcher sur Rome où ils campèrent près du fossé de Cluilius90. Denys d’Halicarnasse donne une version légèrement différente du parcours, puisqu’elle comprend la séquence suivante : Longula, Satricum, Cetia, Polusca, la cité des Albieti, celle de Mugilla et Corioles, avant de se diriger vers Rome et de dresser son campement à un peu plus de trente stades de l’Vrbs, sur la route menant à Tusculum, c’est-à-dire sur la uia Latina91. En revanche, il situe lors d’une première campagne, antérieure, la prise de Toleria, Boles, Labici, Pedum, Corbion, Caruentum, Bouillae et Lauinium, inversant ainsi l’ordre de Tite-Live92. En dépit de ces différences, incertaines93, le périple évoqué est intéressant bien que ces sites soient très difficiles à situer sur une carte. Satricum, Ardée et Aricie sont repérées avec certitude, ce qui n’est pas le cas des autres sites.

  • 94  Palombi 2010, p. 188-190.
  • 95  Nibby 1849, 1, p. 512-514.
  • 96  Cf. Dion. Hal., 5, 61, 3 ; Fest., p. 464 L., s.v. Scaptia tribus ; Paul-Fest., p. 465 L., s.v. Sca (...)
  • 97  Taylor 1960, p. 54-55. L’examen le plus récent de la question et des difficultés à trancher se tro (...)

18D. Palombi est récemment revenu sur cette question94. Sur la base des témoignages évoqués, il estime que le parcours de Coriolan suivit une série d’axes précis : la côte tout d’abord en empruntant la uia Severiana, avant de repiquer vers le nord par l’axe de la uia Doganale puis par la uia Satricana. Il ne fait pas de doute, pour lui, que la plupart des sites mentionnés se situent dans l’aire géographique comprise entre Ardée, Aricie et Satricum, point sur lequel nous assentons volontiers. Curieusement, à le lire, seule Corioles fait exception. Pour déterminer la position de la cité, il reconnaît à raison la grande importance de la zone disputée entre Ardée et Aricie qui, en toute logique, induit à considérer que le territoire de Corioles devait être mitoyen aux deux cités et, donc, dans la même zone géographique que celle précédemment énoncée. A. Nibby concluait d’ailleurs de l’examen du dossier que le site de Corioles pouvait être celui du Monte Giove, sur l’actuelle commune d’Aricia95. D. Palombi conteste cette proposition qui repose aussi sur la localisation de la tribu Scaptia. Il se fonde pour cela sur le fait que, d’après les sources, cette tribu prit le nom d’une cité latine disparue qui existait peut-être encore au IIe siècle à en croire Silius Italicus96 et, ce faisant, il réutilise une série d’arguments de L. R. Taylor. Malheureusement, ces témoignages littéraires ne fournissent aucune indication sur la localisation de cette cité du nom de Scaptia. Pour en proposer une (vers Vélitres, entre les monts Albains et les monts Lepini), L. R. Taylor se fondait sur le fait que le père d’Auguste, un natif de Vélitres, était enregistré dans la Scaptia, ainsi que sur une opération de colonisation vers 338 qui aurait jeté les bases de cette future tribu. Ce sont cependant là des indices bien peu concluants, ce que L. R. Taylor reconnaissait elle même. Avec prudence, D. Palombi suit cette proposition mais rien ne permet de rattacher la Scaptia à Vélitres et, donc, de proposer une nouvelle localisation de Corioles97.

  • 98  Beloch 1926, p. 380-381.
  • 99  Cf. Solin 2010, p. 77.
  • 100  Nibby 1849, 1, p. 326-331, p. 402-403, et 2, p. 387-388.
  • 101  Maria De Rossi 1979, p. 334-338 et Moltesen – Rasmus Brandt 1994, p. 42-44.
  • 102  Niebuhr 1836, p. 133-134.

19Une contre-proposition, plus ancienne, nous semble plus pertinente : celle de K.-J. Beloch. Ce dernier estimait plus juste de placer la Scaptia entre Aricie et Ardée98. Plusieurs arguments vont en ce sens et d’abord, bien sûr, l’affaire du territoire disputé. Si l’on déplace le territoire de la tribu Scaptia, sur lequel devait nécessairement se trouver le site de Corioles, à l’est de Vélitres, la dispute de 445 perd de son intelligibilité, sauf à estimer que ces terrains n’étaient pas mitoyens. Dans un deuxième temps, l’action même de P. Scaptius est à prendre en compte. Tout inventé qu’il soit, ce personnage ne l’a pas été par hasard et nous pensons qu’il est ici investi d’une valeur étiologique. Pour les historiens plus tardifs, seul un Scaptius était à même d’intervenir parce que la région disputée servit par la suite de base territoriale à la tribu Scaptia99. Un autre argument doit être tiré des parcours de troupes rapportés par Denys d’Halicarnasse et Tite-Live. Quels sont les sites possibles pour les villes de localisation incertaine ? Pour Longula, A. Nibby proposait le site de Buon Riposo (légèrement à l’ouest d’Aprilia) ; pour Polusca, celui de Casal della Mandria (cette fois un peu au nord d’Aprilia) ; et pour Mugilla, un site sur le territoire de la commune de Marino100. Concernant Mugilla, le site pourrait être localisé plus précisément au nord de Bouillae, non loin de la uia Appia101. Cetia et la cité des Albietes sont, eux, totalement inconnus même si une hypothèse de Niebuhr invite à voir dans la mention des Albietes une déformation pour les Albains (Albensis). Ces informations se rapporteraient donc aussi à Pollusca102.

  • 103  Même si, chez Tite-Live, cela implique une correction du manuscrit puisque ce dernier fait précéde (...)
  • 104  Musti 1992, p. 25-26. Idée reprise par Palombi 2010, p. 193.

20Sur ces maigres bases, si l’on reconstitue les deux parcours proposés, il devient très compliqué de situer Corioles à l’ouest de Vélitres. Dans les deux cas, Corioles est l’avant-dernière ou la dernière étape du cheminement des troupes. Les deux récits indiquent, en outre, que Coriolan déboucha ensuite sur la uia Latina où il poursuivit son offensive avant de gagner Rome103. La logique de l’ensemble implique une localisation de Corioles entre Ardée et Aricie pour rendre le trajet crédible, sans quoi, cela impliquerait un retour en arrière pour contourner les Monts Albains par l’est et gagner la uia Latina à l’est de Tusculum. Bien sûr, rien n’implique que le parcours de Coriolan ait été le plus efficient possible : il put en réalité être totalement erratique ou avoir été tout différent de celui rapporté par nos sources. Toutefois, il est incontestable que Denys d’Halicarnasse et Tite-Live se le représentaient ainsi, de manière relativement ordonnée, et cela fournit un argument en faveur de l’idée que tous deux localisaient bien Corioles entre Aricie et Ardée. Enfin, d’un point de vue tactique, s’approprier un tel territoire se comprend mieux si on le place dans cette zone car il se situe alors précisément sur la plaine qui s’étend entre les Monts Albains et la mer. Il permettait à Rome de contrôler cet important couloir de communication utilisé plus tard pour implanter la uia Appia. C’était un espace stratégique, défini par D. Musti comme une zone de friction et d’acculturation entre les Latins et les Volsques104. Les tentatives de confiscation dans une telle région se comprennent bien.

  • 105  Liv., 3, 72.
  • 106  Liv., 4, 1, 4 ; 4, 7, 1 et 4, 7, 4.
  • 107  Liv., 4, 7, 12. Sur ce foedus, cf. les remarques de Bourdin 2005, p. 607.

21Ces épisodes sont intéressants par leur signification géopolitique mais aussi par la réaction sénatoriale rapportée : les sénateurs semblent avoir penché en faveur d’Ardée et manifestèrent leur crainte que la décision ne s’ébruitât chez les alliés et n’affaiblissent ainsi la position romaine105. Toutefois, l’histoire d’Ardée n’en demeura pas là car cette décision controversée fut rapidement suivie de la défection de la cité en 444106 (avec rapport explicite au problème des terres) et par la venue de délégués pour se plaindre officiellement aux Sénat. Ce dernier leur aurait demandé de prendre leur mal en patience et il est alors fait mention d’un foedus avec la cité107.

  • 108  Liv., 4, 9.

22Intervint alors l’épisode d’une discorde au sein d’Ardée pour des raisons matrimoniales108. En 443, Ardée appela à nouveau Rome au secours du fait d’une dissension interne entre des plébéiens et des nobles locaux qui se disputaient la main d’une jeune fille :

  • 109  Liv., 4, 9, 4­8 : Virginem plebeii generis maxime forma notam <duo> petiere iuuenes, alter uirgini gene</duo> (...)

Une jeune fille d’origine plébéienne et célèbre par sa beauté était recherchée par deux jeunes gens ; l’un, de la même origine qu’elle, avait l’appui des tuteurs, appartenant, eux aussi, à la même classe ; l’autre, noble, était simplement épris de sa beauté : il était chaudement soutenu par la noblesse. C’est ainsi que la lutte des partis pénétra jusqu’au domicile de la jeune fille. Le noble avait les préférences de la mère, qui voulait pour sa fille le mariage le plus brillant possible : les tuteurs, même dans cette affaire, ne voyaient que leur parti et penchaient pour leur homme. Le cas ne put se régler entre quatre murs et vint en justice. Après avoir ouï les plaignants, mère et tuteurs, le magistrat autorise le mariage au gré de la mère. Mais la violence prévalut : les tuteurs, entourés de leurs partisans, s’élèvent publiquement au forum contre l’injustice de cette sentence ; ils rassemblent une bande, qui enlève la jeune fille du domicile maternel ; contre eux se dressent plus furieuse encore une troupe de nobles sous la conduite du jeune homme, outré de cette injustice109.

  • 110  Liv., 4, 11.

23La noblesse locale se tourna vers Rome et la plèbe vers les Volsques, ce qui entraîna un court conflit. Une fois vainqueurs, les Romains décidèrent d’envoyer des colons sur place, de manière à casser indirectement la sentence de 446 en recourant à plus de colons rutules que romains et en leur attribuant le territoire disputé en 446110. Cela déplut fortement à la plèbe romaine et, dès l’année suivante, un plébiscite agraire fut voté. Le but exact de ce plébiscite n’est pas clair car Tite-Live n’en précise pas les attendus, se contentant d’évoquer un plébiscite de agris diuidendis. Dans son commentaire à l’édition française du texte de l’historien latin, J. Bayet traite l’épisode comme un lieu commun tandis que sa date incite à y voir plus : un plébiscite agraire cette année-là n’est assurément pas anodin. Mécontent du choix de l’année précédente, les tribuns exigèrent peut-être que la plèbe reçût aussi des terres dans la nouvelle colonie, comme ce fut le cas pour Antium en 467.

  • 111  Liv., 5, 44 ; 5, 46 et 5, 48. Voir aussi les remarques de Bourdin 2005, p. 609.
  • 112  Liv., 4, 29, 4. Notons qu’il n’est cependant pas question ici de confiscation mais simplement de l (...)

24Se dessine ici un rapport complexe entre ambitions plébéiennes, colonisation et confiscations de territoires adverses. Le point de départ fut une procédure de confiscation qui ne fit pas l’unanimité à Rome même, mais qui se justifiait d’un point de vue stratégique, Ardée contrôlant par sa position la route du pays volsque. La situation qui menaçait de dégénérer fut arrangée en raison des rapports que l’aristocratie romaine entretenait avec celle d’Ardée, ce qui témoigne de la façon dont le Sénat entendait sans doute, au départ, prendre pied dans la région par le truchement de l’aristocratie locale, comme ce fut le cas à Capoue bien plus tard. Ces liens entre aristocraties romaine et ardéate sont d’ailleurs confirmés par le fait que cette cité fut choisie par Camille pour son exil111. Un autre passage de Tite-Live confirme encore ces stratégies aristocratiques. En 431, lors d’une victoire contre les Volsques, il rapporte que tous les adversaires, sauf les sénateurs (c’est-à-dire les aristocrates) furent vendus112. Dans le cas d’Ardée, cependant, l’affaire prit une autre tournure précisément parce que se greffèrent sur cette stratégie sénatoriale des revendications d’origine plébéienne qui aboutirent à la confiscation initiale du territoire, mais aussi au plébiscite agraire postérieur au règlement de 443. Contrairement au cas d’Antium, il ne semble pas ici que l’idée de partir dans la colonie fût mal vécue par les plébéiens, bien au contraire. Peut-être est-ce dû au fait qu’il s’agissait d’un territoire déjà approprié par Rome mais le point mérite d’être souligné.

25Enfin, les quelques détails apportés par Tite-Live sont significatifs de la nature des phénomènes de confiscation à cette époque. Pour déduire la colonie, on ne prit que les terres devenues romaines à la suite de la sentence de 445. Il est ensuite explicitement fait mention de la présence tant de Rutules que de Romains, étant précisé que les premiers étaient en nombre supérieur. Enfin, il est aussi spécifié que les Romains ne recevraient des terres qu’après que tous les Rutules en eurent été pourvus. Ces deux dernières précisions peuvent laisser penser que tel n’était pas le cas ordinairement. La proportion de Romains ou de Latins devait être paritaire et, si elle ne l’était pas, les Romains devaient numériquement dominer. Il est par ailleurs hautement improbable que les Romains aient été servis en dernier. L’histoire d’Ardée est donc riche d’enseignements mais ne doit pas être totalement isolée des autres procédures connues.

Les procédures postérieures

  • 113  Liv., 4, 30, 6 et 4, 31, 7.
  • 114  Liv., 4, 43, 5-6. Cf. Rotondi 1962, p. 213 et Flach 1994, p. 254-255 n° 48.
  • 115  Liv., 4, 44, 7-10. Cf. Rotondi 1962, p. 213.

26Les mentions explicites de confiscations continuent de se faire relativement rares par la suite. Tite-Live signale l’envoi d’un supplément de colons à Fidènes en 428 mais ils furent très vite assassinés113. En revanche, des confiscations sont probables dans le cas de la déduction coloniale suivante, concernant Labici en 418. Constatons dès maintenant qu’elle prit place dans un contexte d’agitation agraire. En 421 et 420, deux plébiscites agraires avaient été votés sans succès. Nous n’avons aucun renseignement concret sur le premier114. Pour celui de 420, Tite-Live est un peu plus précis, évoquant le partage des terres (de agris diuidendis) ce qui peut laisser penser à des assignations viritanes mais sans qu’aucune certitude soit possible115. C’est deux ans plus tard qu’intervint la déduction de Labici, en 418, immédiatement après une victoire militaire contre les Labicans et les Èques. La façon dont Tite-Live présente cette déduction est révélatrice quant au contexte et quant à la réalité de la confiscation, même si les modalités exactes n’en sont pas détaillées :

  • 116  Liv., 4, 47, 6.

Avec beaucoup d’à propos, sans laisser aux tribuns de la plèbe le temps de créer des troubles au sujet des terres en déposant un projet de partage du territoire de Labici, le Sénat décida à une grande majorité l’envoi d’une colonie à Labici116.

  • 117  Cf. Bandelli 1995, p. 157.
  • 118  Pour 417 : Liv., 4, 47, 7-8, mais le plébiscite n’est pas certain. Pour 416 : Liv., 4, 48, 1-2 et (...)
  • 119  Liv., 4, 48, 1 à 16.
  • 120  Pour 415 : Liv., 4, 49, 6. Pour 414 : Diod., 13, 42, 6 et Liv., 4, 49, 7-12 et 4, 51, 3-6. Cf. Rot (...)
  • 121  Liv., 4, 51, 7-8.
  • 122  Liv., 4, 52, 2 et 4, 53, 1-7.

27La colère de la plèbe fut totale car elle se retrouva privée de terres à distribuer. Labici est localisée assez précisément117. Les 1 500 colons reçurent deux jugères chacun et la question agraire fut agitée les années suivantes avec des plébiscites agraires en 417 et 416118. Celui de 417 n’est pas certain. En revanche, celui de 416 fut une réaction directe à la déduction de la colonie de Labici, ce que le texte de Tite-Live indique expressément119. Ce passage est doublement intéressant. Il démontre, d’une part, le fort lien de la politique agraire à la politique coloniale. D’autre part, et contrairement à la présentation livienne, il est tout à fait certain que la motion fut votée et qu’elle entraîna une série de luttes politiques car les deux années suivantes furent marquées par des projets agraires visant à déduire une colonie à Boles120. Cette fois, le projet tribunicien était explicitement porteur d’une volonté de déduction coloniale mais fut un échec. Les mêmes années virent la prise de Ferentinum et des terres rendues aux Herniques121. Nous ne savons ensuite rien du projet agraire de 412 et celui de 410 semble à nouveau avoir concerné des assignations viritanes prises sur l’ager publicus et donc avoir impliqué moins directement les questions de confiscations122.

  • 123  Diod., 14, 34, 7.
  • 124  Liv., 5, 24, 4-5.
  • 125  Cf. Bandelli 1995, p. 158.
  • 126  Diod., 14, 102, 4 et Liv., 5, 24-25.
  • 127  Liv., 5, 30, 8, qui évoque des lots de sept jugères pour un nombre inconnu de colons. Diod., 14, 1 (...)

28Par la suite, Diodore de Sicile nous apprend que des colons furent envoyés à Vélitres en 401123 et Tite-Live mentionne aussi une colonisation chez les Volsques en 395, suivant une répartition assez précise : 3 000 citoyens devaient recevoir trois arpents et 7/12 par tête124. Ces informations pourraient correspondre aux colonisations de Vitellia et de Circeii datées traditionnellement des années 395-393, mais nos renseignements à leur sujet sont bien peu concluants125. En revanche, la confiscation du territoire de Véies ne fait aucun doute. Elle est prouvée à la fois par les projets d’émigration dans cette ville126, et par le témoignage de Diodore de Sicile. De façon symptomatique, le refus de la loi d’émigration fut suivi d’une distribution de terres, probablement dans la région de Véies127, avant que Camille ne parvînt à faire définitivement échouer ces projets de transfert.

  • 128  Liv., 6, 5, 1-2.
  • 129  Liv., 6, 4, 4.
  • 130  Liv., 6, 21, 1-5.
  • 131  Liv., 6, 6, 7 ou Liv., 6, 12, 1-2.
  • 132  Dion. Hal., 6, 61, 3 et Liv., 2, 39.
  • 133  Liv., 6, 16, 6. Tite-Live (6, 15) fait état de lots de deux jugères et demi pour 2 000 colons.
  • 134  Liv., 6, 22, 4.
  • 135  Liv., 6, 22-24 ; 6, 27, 7 et 6, 32, 4.
  • 136  Liv., 6, 33, 4-5.
  • 137  Liv., 7, 27.
  • 138  Cf. Bandelli 1995, p. 169.

29Pour la période qui nous occupe, les dernières grandes entreprises de confiscation concernèrent la question du partage du pays Pontin128. Tite-Live n’évoque pas directement la confiscation de ces territoires mais elle dut suivre les victoires de Camille en 390 et 389, narrées au début du livre six de l’Ab Vrbe Condita. La définition géographique exacte de ces territoires n’est pas claire mais correspond à la plaine côtière entre Antium et Circeii. Tout l’intérêt des sources, en dépit de leurs incertitudes et de leur relative fiabilité, est de montrer que les opérations romaines dans la région furent de trois grands types : des distributions de terres, des fondations coloniales et des créations de tribus. Les distributions de terres à des nouveaux citoyens sont attestées essentiellement par Tite-Live, notre seule source sur ces aspects, mais sans préciser leur localisation129. Il existe une autre mention, corrélée à des défections latines et qui, à lire Tite-Live, avait un but politique130. Concernant les colonies, nos renseignements sont plus nombreux et concernent Satricum, Setia, Sutrium et Nepet. Ces créations coloniales sont intimement liées aux guerres menées par Rome dans la région, par exemple contre les Antiates en 386, ou lors d’une série d’opérations militaires dans le pays Pontin131. En 385, une colonie fut envoyée à Satricum, ville située dans la vallée de l’Astura, au nord de la plaine pontine. Cette cité avait déjà été en rapport avec Rome au début du Ve siècle132, mais c’est surtout à ce moment qu’elle apparaît réellement dans les sources. La colonie fut déduite après les défaites volsques de 389 et 386 et dans un contexte de tension autour de l’affaire de M. Manlius Capitolinus133. Dès le départ, donc, le contexte politique proprement romain n’était pas neutre puisqu’on y retrouve des oppositions patricio-plébéiennes. Par la suite, Volsques et Prénestins s’en seraient à nouveau emparés en 383134 et les Romains semblent avoir eu du mal à en reprendre le contrôle dans les années suivantes135. En 377, Satricum aurait été détruite par les Latins qui n’épargnèrent que le temple de Mater Matuta136. En 347, les Volsques d’Antium envoyèrent une colonie sur place et relevèrent la cité détruite avant que les Romains ne se lancent à l’assaut du site et ne le détruisent en n’épargnant, une fois encore, que le temple de Mater Matuta137. L’histoire de la ville se poursuit puisqu’elle serait devenue un municipe sans suffrage après 338138.

  • 139  Liv., 6, 30, 9.
  • 140  Liv., 7, 42, 8.
  • 141  De façon plus générale, on se reportera, pour ces dernières colonies et pour les étapes ultérieure (...)

30Le cas de Setia offre moins d’éléments. Nous apprenons qu’un supplément de colons fut envoyé en 379 à la demande des habitants139, ce qui suppose une colonisation antérieure, qui correspond peut-être à la mention en 383 du partage du pays Pontin, mais ce n’est pas certain. La ville fut ravagée par les Privernates en 342140. Sutrium et Nepet nous intéressent moins car ces colonies furent fondées en Étrurie. La seconde offre toutefois quelques éclairages sur les processus exacts mis en jeu. En effet, en 386, la ville fut reprise par les Romains à la suite d’une défection et dut accueillir une garnison. Ceux qui avaient poussé à la reddition face aux Étrusques furent alors mis à mort mais les autres furent épargnés et conservèrent leurs biens. Cela dénote l’existence de véritables stratégies romaines et démontre que les confiscations ne furent jamais généralisées141.

  • 142  Liv., 6, 5, 8.
  • 143  Liv., 7, 15, 12.
  • 144  Cf. Grandazzi 2008, p. 78-105.

31La création des nouvelles tribus achève de le prouver. Ce processus reprit en 387 avec les créations des tribus Stellatina, Tromentina, Sabatina et Arniensis142. Les trois premières se situent sur la rive droite du Tibre et font suite à la victoire contre Véies, l’Arniensis étant en territoire èque. Avec la création de deux nouvelles tribus en 358 (la Pomptina et la Publilia)143, précisément sur les territoires pontins, Rome manifestait l’affirmation de son implantation locale. De la même façon, les fameux cuniculi du Latium et la mention du prodige de la montée des eaux du lac Albain en 398 se font l’écho d’aménagements hydrauliques qui impliquent une prise de contrôle et une mise en valeur élaborée du territoire, laquelle accompagna le découpage administratif par tribus144.

  • 145  Liv., 8, 1, 3.
  • 146  Liv., 8, 13, 2.

32Cette histoire confuse illustre la complexité de l’avancée romaine dans le Latium méridional et dans la plaine pontine, ce dont témoigne exemplairement le sort de Satricum. C’est dans ce contexte que les confiscations prirent place et qu’elles servirent la politique romaine, tantôt en privilégiant les intérêts des classes dirigeantes locales, tantôt en servant la politique militaire de Rome, tantôt en permettant des distributions de terres à destination de la population romaine. Avant la réorganisation de la ligue latine, il reste une mention de confiscation en 341 lors de la prise de Priuernum. Tite-Live signale alors la saisie des deux tiers du territoire, en employant exactement la même formule que celle utilisée pour décrire le sort des Herniques en 486145. Le verbe adimere est encore une fois employé pour évoquer des confiscations territoriales à l’encontre des Latins dans le contexte du soulèvement général de ces années-là146. Des phénomènes similaires sont décelables après 334 et la fondation de la colonie de Cales, mais ils prennent des significations nouvelles dans un contexte politique métamorphosé par la réorganisation de la ligue latine en 338.

Des phénomènes difficilement décelables

  • 147  Cette phase comprend des colonies latines : Frégelles (328) ; Luceria (314) ; Saticula et Suessa A (...)

33Les épisodes explicites de confiscation à l’époque alto-républicaine sont donc peu nombreux dans nos sources. Leur étude démontre l’intrication constante de trois phénomènes : des considérations stratégiques liées à l’extension de la puissance romaine, des aspects coloniaux et la question agraire, ce qui n’est guère surprenant car les confiscations en question semblent avoir concerné uniquement des terres. De façon obvie, cette pratique se développa parallèlement à la progression de la domination romaine, reflétant le caractère non linéaire du processus et la difficulté parfois rencontrée à s’implanter durablement. C’est encore plus net avec la colonisation, car la colonisation romaine la plus ancienne – si on laisse de côté les possibles colonies d’époque royale – suivit des temporalités tout à fait significatives. Deux grandes phases peuvent être isolées. La première s’étend de 498 à 382. Il s’agit des fondations suivantes : Fidènes en 498, Signia en 495, Vélitres en 494, Norba en 492, Antium en 467, Ardée en 442, Labici en 418, Vélitres à nouveau en 401, Vitellia en 395, Circeii en 393, Satricum en 385, Setia en 383, Sutrium et Nepet en 382. Puis, le processus s’interrompit pendant un laps de temps assez long. Il reprit avec une seconde phase qui débuta par la fondation de la colonie de Cales en 334. S’engagea alors un tout autre processus colonial mieux connu et bien attesté sur lequel nous ne nous attarderons pas mais qui fit suite à la réorganisation des peuples latins sous l’égide de Rome en 338147. La plupart de ces colonies sont à mettre en relation avec les guerres samnites puis puniques, avec l’expansion vers le sud et la Campanie également. Par exemple, un lien est à peu près certain entre les fondations de Terracine (329), Minturnes et Sinuessa (296), la création des tribus Oufentina et Falerna en 318 et Teretina en 299 et la construction de la uia Appia. Cette coupure importante doit conduire à proposer, pour la partie ancienne de ces processus, des analyses un peu différentes.

  • 148  Pensons aux travaux d’E. Fentress sur Cosa. Cf. Pelgrom 2008, p. 333-336 avec la bibliographie ant (...)
  • 149  Cf. les données réunies par Pelgrom 2008, p. 338.
  • 150  Pelgrom 2008, p. 342-354 qui parle de « clustered configuration ».

34L’archéologie fournit ici un certain nombre d’éléments de réflexion en renforçant l’idée d’une différence profonde de nature entre ces deux périodes, notamment pour ce qui concerne la colonisation. Longtemps, l’image que l’on se fit du phénomène colonial romain, fortement influencée par les sources littéraires, consista en un processus parfaitement régulé, obéissant à une série de mesures normatives aboutissant, sur place, à l’édification d’une réplique miniature de la cité-mère (un centre urbanisé) et à l’organisation rigoureuse de son territoire, divisé selon les principes romains de la cadastration (l’ager diuisus). À la suite de la décision de colonisation, création urbaine et organisation du territoire présidaient ainsi à la naissance de la nouvelle colonie. Cette vision a été remise en cause, d’abord pour ce qui concerne l’aspect urbain des colonies les plus anciennes148, mais aussi, plus récemment, pour les questions d’organisation du territoire. Même si les données des sources littéraires sont à manier avec prudence, elles impliquent l’envoi sur place d’un nombre conséquent de personnes et l’utilisation d’une assez grande quantité de terres. Le calcul de la superficie des territoires distribués, à partir des données de Denys d’Halicarnasse et de Tite-Live, aboutit, par exemple, à 7,5 km2 pour Labici, 27 km2 pour Véies, 12,5 km2 pour Satricum ou 1,5 km2 pour Anxur149. Or, les recherches archéologiques récentes ont souligné l’absence à peu près totale, sur le terrain, des signes d’organisation de territoires que l’on s’attendrait à voir pour accueillir tant de colons dans des espaces aménagés si vastes. Au contraire, on constate une très faible densité d’occupation de l’espace rural par rapport aux estimations attendues et une urbanisation réduite. Comme il était impossible que les centres urbains documentés accueillissent tous les colons requis par des entreprises coloniales de cette envergure, cela suppose une forme de colonisation différente de celle attendue à partir de la seule documentation littéraire. À la lumière de ces données nouvelles, la répartition des sites sur le territoire colonial, loin d’être uniforme, se présente sous la forme de petits regroupements séparés les uns des autres, sur tout le territoire, sans qu’un centre plus important n’émerge150. Ces résultats concernent essentiellement des sites des IVe et IIIe siècles mais il est peu probable qu’ils fussent différents pour la période antérieure.

  • 151  Notamment pour Labici, le pays volsque ou Véies. Cf. supra.
  • 152  Depuis les travaux de Hinrichs 1974 et en particulier les p. 25-29 et 50-57, on se fonde en généra (...)
  • 153  Chouquer et al.1987, p. 96.
  • 154  Chouquer et al.1987, p. 98-99.
  • 155  De Haas 2011, p. 238-239 et p. 263-264.
  • 156  Chouquer et al.1987, p. 98.
  • 157  De Haas 2011, p. 210-213 et p. 220-221.

35Un tel constat doit par ailleurs être rapproché de l’absence totale de signes de cadastration ou de centuriation pour cette époque, alors même que les sources littéraires mentionnent parfois l’existence de ce type d’opérations151. En dépit des considérables difficultés pour proposer des datations aux traces de centuriation152, les premières attestations possibles ne datent que de la fin du IVe siècle et les études de terrain révèlent que, pour les plus anciennes colonies, nous ne trouvons rien ou presque. À Fidènes, le cadastre connu sous le nom de campi Tiberiani est tardif153. Il n’existe pas d’étude sur Cora mais la zone est proche de celle de Norba (492) pour laquelle nous disposons de quelques renseignements puisqu’on y relève des traces d’un cadastre par scamnatio qui fut longtemps daté de la fin du IVe siècle154. Cette interprétation a été récemment remise en cause par T. C. A. De Haas qui juge les éléments matériels trop fragiles pour autoriser des conclusions fermes quant à l’existence d’un cadastre ancien dans cette zone où les traces d’implantation sont rares au Ve siècle155. Signia conserve une centuriation antique datant sans doute de la fin du Ier siècle et de l’époque triumvirale. Il en va de même pour les autres colonies d’époque alto-républicaine. À Vélitres (494), aucune cadastration de l’époque de la fondation n’est attestée. En revanche, il y eut une restructuration postérieure à la guerre latine et les traces de cadastre actuelles doivent sans doute être datées de l’époque augustéenne156. À Setia (environ 383), les études les plus récentes confirment l’absence de cadastre avant la fin du IVe siècle et la très faible implantation au Ve siècle. C’est à la période médio-républicaine que les changements les plus importants eurent lieu157. Nous ne disposons pas d’éléments matériels probants pour les autres colonies. À ce jour, aucun vestige cadastral antérieur à la fin du IVe siècle n’a été retrouvé et les premières centuriations attestées sont postérieures à la guerre latine. S’il convient de toujours manier avec prudence ce type d’argumentation a silentio, cela recoupe le constat d’absence de colonisation organisée avant le IIIe siècle.

  • 158  Liv., 5, 24, 4-5.

36Ces développements tardifs s’expliquent parce que ces phénomènes supposaient des évolutions politiques et sociales considérables qui n’étaient pas réalisées au Ve siècle : en particulier, la dissolution complète des structures gentilices et l’atomisation des familles proprio iure. La centuriation est bien plus qu’un simple quadrillage matériel du sol permettant la distribution de la terre car il existe un lien puissant entre centuriation et système politique. Ce lien correspond, d’une part, bien évidemment, à la mainmise sur des territoires dans lesquels la centuriation opère la manifestation de la domination romaine. D’autre part, l’idée d’un tel découpage de territoires dans le but de réaliser une répartition de lots de taille égale sous-entend également une certaine conception politique égalitaire du corps civique. De la sorte, il faut supposer que la centuriation ne put véritablement émerger, comme concept et comme outil pratique, qu’une fois achevée la mise en place du système politique romain, ce qui se fit précisément durant le IVe siècle, entre les plébiscites licinio-sextiennes de 367 et la censure d’Appius Claudius Cæcus en 312. La centuriation n’existait pas auparavant, et si des lots de petite taille durent être distribués, ce ne fut pas suivant ces règles très précises. Une preuve indirecte de ces distributions anciennes mais réelles, qui obéissait à des procédures peu régulées, pourrait être la taille conservée de certains lots. En effet, pour la distribution en territoire volsque, en 395, Tite-Live donne le chiffre de trois jugères et 7/12158. Cette taille étrange ne correspond à rien de connu mais n’a pas pu être inventée par Tite-Live.

  • 159  Cf. Cornell 1995, p. 301-304 et Pelgrom 2008, p. 368.
  • 160  Sur ce point, cf. les réflexions de Bispham 2006 et Bradley 2006. Voir aussi Pelgrom 2008, p. 354- (...)

37La colonisation romaine archaïque et son cortège de confiscations correspondent donc à une autre conception et à un autre contexte politique. Ces colonies étaient différentes des colonies latines plus tardives, ce qui se manifeste par les procédés décrits par J. Pelgrom comme « a multiple-core nucleated settlement system ». Il nous semble que la prise en compte de la situation interne à Rome comme facteur décisif va encore en ce sens159. Une telle organisation sur le terrain rend mieux compte du phénomène confiscatoire tel que nous l’avons vu apparaître : il ne touche que des portions de territoires et voit la cohabitation des anciens habitants et des colons qui se dispersent dans les campagnes. Le statut exact des uns et des autres reste l’objet de discussions160, mais la situation sur place telle que l’on peut aujourd’hui la reconstituer explique aussi l’éventuel intérêt des plébéiens pour ce type de distributions de terres.

Confiscations, plèbe et tribuns de la plèbe

  • 161  Sur cette loi agraire, cf. supra.

38Le tableau ainsi dressé des pratiques de confiscation à l’époque alto-républicaine, pour peu qu’on les insère au sein de l’ensemble des données disponibles, apparaît plutôt cohérent. Il confirme ce qui est connu depuis longtemps, à savoir l’aspect stratégique de ces phénomènes, coordonnés à l’avancée de la puissance romaine. Pour autant, une telle analyse doit aussi conduire à souligner les rapports incontestables entre ces pratiques, les débuts de la colonisation romaine et la politique des tribuns de la plèbe. Un argument en faveur du lien entre politique tribunitienne et politique coloniale nous paraît résider dans la source même de cette législation agraire tribunitienne : la loi agraire de Spurius Cassius161. Or, nous savons qu’en 486, cette loi agraire fut directement corrélée à la confiscation de territoires herniques dans le but de procéder à des distributions de terres à destination de la plèbe. Il est possible d’approfondir encore ces rapprochements. En effet, la colonisation archaïque républicaine connut une première phase, plus courte, entre 498 et 492, qui doit être rapprochée du contexte des guerres alors conduites par Rome. Les années 498-496 furent marquées par les guerres avec les Latins et la bataille du lac Régille ; puis de 495 à 493, par des guerres contre les Volsques et les Herniques. En 493, le fœdus Cassianum entérina une situation nouvelle de domination romaine dans le Latium et trouva des prolongements évidents dans les tentatives agraires de Spurius Cassius. Quelques années plus tard, une nouvelle phase commença, dans laquelle les confiscations furent fréquemment en rapport cette fois avec les problématiques d’ordre politique et, notamment, tribunitiennes.

  • 162  Liv. 10.21.7-10. Cf. Rotondi 1962, p. 237 et Elster 2003, p. 111-12 n° 50.

39L’action tribunitienne en ce domaine n’est, de fait, pas négligeable. Sur la période 494-287, nous avons conservé la trace de soixante-dix-huit rogationes ou plébiscites, et, sur cet ensemble, de vingt-et-un textes à vocation agraire, soit presque un tiers du total. C’est dire l’intérêt porté par les tribuns à ce problème, même s’ils ne furent pas pionniers sur ce thème puisque le premier plébiscite agraire ne date que de 484, soit deux ans après la loi agraire de Spurius Cassius. Ils lui emboîtèrent le pas. À l’autre bout du spectre, le dernier plébiscite de ce type est le fameux plébiscite licinio-sextien de modo agrorum de 367. Après cette date, pour autant que nous puissions le percevoir, les tribuns ne s’intéressèrent plus ni à la question agraire ni aux colonies avant longtemps puisqu’il fallut attendre 296 et un plébiscite autorisant le préteur P. Sempronius à nommer des triumvirs pour fonder une colonie162. Cette législation se concentre donc sur la période 484-367 et s’accorde fortement avec les processus confiscatoires évoqués et l’essor du premier processus colonial. Y a-t-il plus qu’une simple coïncidence chronologique entre ces deux phénomènes ? À notre sens, la réponse ne peut être que positive.

  • 163  Cf. Bandelli 1995, p. 143-197 et Bandelli 1999, p. 91-98.
  • 164  G. Bandelli 1995, et notamment la p. 155.
  • 165  Cf. supra.
  • 166  Idées déjà développées par Serrao et Raaflaub.

40Dans son étude du premier phénomène colonial romain, G. Bandelli développa pourtant des hypothèses allant dans un sens différent, en mettant en avant deux dimensions principales d’analyse163. La première tend à isoler la toute première phase coloniale, au début du Ve siècle, pour en faire une colonisation spéciale. L’idée suggérée est que l’opération de colonisation fut à chaque fois proposée par des personnages singuliers, qui agissaient de leur propre fait et pour lesquels l’étude du lapis Satricanus offrirait une clé de lecture. G. Bandelli parle ainsi d’initiatives « condotte in un quadro istituzionale arcaico, cioè fra gentilizio e statale, da figure che assumono talvolta (Publio Valerio Publicola) una connotazione “tirannica”, circondate dai loro suodales e dai loro clienti »164. La deuxième partie de sa reconstruction repose sur le constat qu’en règle générale, les tribuns de la plèbe semblent avoir réclamé des assignations viritanes (la formule la plus courante est celle de agris diuidendis) et non des fondations coloniales, d’origine sénatoriale. Le cas paradigmatique est, pour lui, celui d’Antium en 467165. Autrement dit, les projets d’assignations viritanes de terres et de déductions de colonies ne seraient jamais complémentaires mais toujours contradictoires. Les premiers étaient proposés par les tribuns de la plèbe, les seconds par l’aristocratie sénatoriale. Les tribuns auraient toujours échoué à obtenir la distribution de l’ager publicus et durent, à chaque fois, se contenter d’une colonie. Ces dernières furent toutes des colonies de droit latin dans lesquelles tout laisse à penser que l’apport de populations proprement romaines fut en réalité plutôt modeste alors que les Latins et les Herniques y occupèrent une place importante. Dès lors, les rares plébéiens qui acceptaient ces transferts étaient des « désespérés » que leur situation sociale aurait poussé à accepter des terres lointaines, supposant en outre une réduction probable de leurs droits politiques. Le cas des Latins et des Herniques est différent et ils pouvaient avoir intérêt à entrer dans ce type d’établissement. Enfin, notons que cette opposition entre assignations viritanes et colonies aurait duré un siècle environ. L’annexion de l’ager Veientanus et l’accroissement soudain des terres romaines créèrent les possibilités du consensus qui permit de satisfaire les demandes de la plèbe166. Cette dernière continua cependant à regarder avec défiance les projets de colonies comme le montre l’épisode de Satricum. Les Romains mirent alors fin à un mode colonisation qui n’avait pas fait ses preuves pour alléger les tensions sociales et qui ne servait plus à rien.

  • 167  Sur cette législation, cf. Rotondi 1962, p. 190-191 ; Flach 1994, p. 59-62 n° 6, p. 63-69 n° 8, 9, (...)
  • 168  Pour les sources sur son action politique, cf. Broughton 1951. Pour sa mort, avec le deuil des mat (...)
  • 169  Liv., 2, 30, 5 à 2, 31, 11.
  • 170  Bandelli 1995, p. 159.

41Cette hypothèse, tout à fait intéressante et juste à certains égards, ne nous paraît pas rendre totalement compte de la complexité d’un processus qui dépasse cette opposition trop rigide. Les analyses que nous avons tentées de mettre en place jusqu’à présent nous conduisent à nuancer un propos qui gagnerait à mieux intégrer la dimension plébéienne, en réalité largement effacée par G. Bandelli, ainsi que des évolutions chronologiques évidentes. C’est particulièrement net dès les premières opérations de confiscation et de colonisation, au début du Ve siècle. Il est effectivement révélateur que, pour quatre des opérations mentionnées, les données prosopographiques isolent une personne : P. Valerius Publicola, T. Larcius Rufus et M’. Valerius Maximus. De même, la mise en avant par G. Bandelli d’une spécialisation géographique en fonction de l’origine est pertinente. Toutefois, il importe de rapprocher l’action extérieure de ces personnages de ce que nous savons de leur politique à Rome même, ce dont témoigne l’exemple de P. Valerius Publicola. Consul en 509, il laissa son nom à une législation favorable à la plèbe, déplaça sa maison pour satisfaire aux demandes du peuple et ôta les haches des faisceaux, ce qui lui valut son cognomen167. Il fut à nouveau consul en 508, 507 et 504 et son décès marqua profondément le peuple168. Le cas de M’. Valerius est tout aussi pertinent. Désigné dictateur durant la sécession de la plèbe, il réussit à convaincre les plébéiens de servir dans l’armée en échange de promesses pour améliorer leur sort. Confronté au refus patricien d’y accéder, il préféra démissionner169. De façon plus générale, les Valerii étaient une famille traditionnellement représentée comme pro-plébéienne et Tite-Live insiste sur le fait que la plèbe ne tint pas rigueur à M’. Valerius de n’avoir pas réussi à faire aboutir ses revendications. Par conséquent, il ne nous paraît pas pertinent de réduire leur action dans le cadre des confiscations et de la colonisation à une pure politique gentilice. Elle put très bien inclure une dimension politique en faveur de la plèbe, qui doit au moins être interrogée. Ces constats peuvent, en outre, en partie éclairer une remarque de G. Bandelli. Il souligne à juste titre que cette colonisation la plus ancienne délaissa le territoire de la Sabine et fut moins importante dans la région de Labici170. Cela pourrait s’expliquer si on ajoute à ces phénomènes de colonisation et de confiscation cette dimension politique à destination des citoyens romains. La Sabine, région très proche de Rome depuis longtemps offrait sans doute moins de zones d’implantation propices pour conduire cette politique.

  • 171  Bandelli 1999, p. 94.
  • 172  Liv., 4, 36, 1-2.

42Si l’on en vient à la seconde partie de l’hypothèse de G. Bandelli, son schéma mérite là aussi des nuances et des correctifs. Du point de vue colonial, il reconnaît d’ailleurs l’existence d’au moins une exception : la colonie de Boles attribuée par Tite-Live au tribun de la plèbe L. Decius. Il l’explique soit par l’intervention d’un chef modéré de la plèbe, soit comme celle d’un tribun rallié au patriciat. C’est insuffisant et nous pouvons ajouter qu’il existe aussi des exceptions aux demandes d’assignations viritanes d’origine uniquement plébéienne : Spurius Cassius en 486, Céson Fabius en 479 et Ti. Æmilius en 467. Tous ces cas invitent à modifier le schéma interprétatif proposé car il nous semble, au contraire, que la plèbe put trouver intérêt à ces colonies : peut-être pas immédiatement, mais au bout d’un certain temps. Un bref retour sur les cas évoqués le démontre aisément. G. Bandelli range l’exemple de Labici dans ceux correspondant à une demande d’assignations viritanes. S’il est vrai qu’il n’est pas fait état d’une demande de colonie par les tribuns, ces derniers souhaitaient des assignations de terres sur le territoire labican, alors même qu’un des arguments de G. Bandelli est précisément d’expliquer la résistance plébéienne à ces départs comme lié à un sentiment de déclassement et de déportation171. Il ne s’agissait pourtant pas ici de terres proches ou provenant d’un ager publicus occupé injustement, ce qui tend à prouver que les tribuns ne cherchaient pas forcément des distributions sur le sol même de Rome. Les élections au tribunat militaire à pouvoirs consulaires en 424 abondent en ce sens. En effet, pour attirer les voix des électeurs, les candidats plébéiens promirent, entre autres choses, le départ vers des colonies, ce qui n’aurait aucun sens si la plèbe d’alors avait manifesté une quelconque réticence face à cette perspective172.

  • 173  Sur ce plébiscite, cf. Dion. Hal., 10, 31, 2-3 ; Dion. Hal., 10, 32, 1-4 ; Dion. Hal., 10, 33, 1 ; (...)
  • 174  Liv., 4, 49, 14-15 ; Liv., 4, 51, 3-6 ; 4, 58, 12-13 ; 6, 14, 11 (et peut-être 9, 24, 15). Cependa (...)
  • 175  Liv., 5, 24, 7 à 5, 30, 7 et Plut., Cam., 7, 2-3 à 11, 2. Cf. Rotondi 1962, p. 214 et Flach 1994, (...)
  • 176  Liv., 5, 12. Cf. Rotondi 1962, p. 214.
  • 177  Liv., 6, 5 et 6, 6. Cf. Rotondi 1962, p. 215.

43Au sujet de Boles, comment interpréter cette nouveauté, soulignée par G. Bandelli ? Ce projet n’était, en réalité, pas forcément dénué de toute logique et plusieurs pistes nous paraissent pouvoir être proposées. Rappelons que la lutte autour de la question agraire durait, à ce moment-là, depuis plus de cinquante ans, sans grand succès pour la plèbe. Les demandes d’assignations purement viritanes ne fonctionnaient guère et les tribuns de la plèbe purent estimer plus intéressant de prendre directement en main le contrôle du processus de colonisation afin de mieux assurer leurs objectifs. En outre, avec le plébiscite de lotissement de l’Aventin, des distributions à Rome même avaient été acquises, même si ce plébiscite ne concernait pas spécifiquement des problématiques agraires173. Il devenait compréhensible de se tourner vers des terres plus lointaines qui pouvaient présenter de l’intérêt parce qu’elles étaient situées hors de toute sphère d’influence gentilice. Elles étaient, d’une certaine façon, « libres ». Tite-Live met d’ailleurs, à plusieurs reprises, cet argument en avant174. Enfin, quelques années plus tard, ce furent bien les tribuns qui proposèrent les projets d’émigration et d’installation sur le site de Véies, confirmant leur intérêt pour ces terres lointaines175. En 401, année de la fondation de Vélitres, un nouveau projet agraire fut présenté par les tribuns de la plèbe176. Les fondations coloniales suivantes ne paraissent pas directement pouvoir être reliées à des plébiscites agraires. Il faut toutefois faire une place aux projets tribunitiens de 388/387. C’est le tribun L. Sicinius qui en est à l’origine et il est explicitement précisé que ce projet prit sa source dans l’annexion du pays Pontin, pris aux Volsques177. La reconquête du sud du Latium sur les Volsques à partir de 413 puis la victoire contre Véies et l’expansion dans le Latium adiectum ouvrirent la voie aux plébiscites ultérieurs. C’est dans ce contexte que la fin des années 380 vit la déduction de toute une série de colonies. L’apport de terres nouvelles à la charnière des Ve et IVe siècles permit alors les distributions importantes de l’époque et, bien sûr, le plébiscite licinien de modo agrorum de 367 qui régla pour un temps la question agraire à Rome.

44Enfin, ce que nous avons vu de la situation concrète révélée par l’archéologie invite à ne pas durcir artificiellement, pour cette époque, l’opposition entre colonies, d’une part, et assignations viritanes, d’autre part. Chez G. Bandelli, cet antagonisme est largement influencé par l’image canonique de la colonie romaine, laquelle ne correspond à la réalité observable qu’à partir du IIIe siècle. De la sorte, l’hypothèse de l’historien italien fut peut-être valable au départ, mais la politique tribunitienne varia rapidement et s’orienta vers un intérêt indéniable pour le processus colonial. Même si l’on accepte le schéma interprétatif de G. Bandelli, notons que, dès les premières années du Ve siècle, la pression plébéienne puis tribunitienne fut à l’origine de confiscations et de déductions coloniales puisqu’elles sont présentées comme le résultat de compromis politiques. L’analyse de la plus ancienne colonisation républicaine doit donc réintégrer le facteur politique plébéien et tribunitien pour être comprise.

  • 178  Voir Willems 1885, p. 33­57 et p. 80­84 ; Niccolini 1932, p. 22 et p. 54­56 ; Homo 1927, p. 58­59, (...)
  • 179  Voir Mommsen 1889, p. 175­176. On se reportera aussi à Meyer 1895, p. 18 ; Binder 1909, p. 371, p. (...)

45Ce n’est, en soi, guère surprenant car il est évident que la capacité des tribuns à agir dans le domaine législatif remonte aux origines de la fonction. Simplement, le tribun ne pouvait faire voter que des plébiscites, non des lois, qui n’avaient de valeur contraignante que pour la plèbe et non pour l’ensemble de la collectivité. Pour l’époque qui nous concerne, parler de loi à propos d’un projet porté et voté à l’initiative des tribuns de la plèbe est donc un abus de langage mais un abus de langage révélateur car issu d’une situation valable pour la fin de la République, à un moment où les plébiscites avaient acquis force de loi. À l’époque alto-républicaine, le sens des plébiscites, leur portée et leur valeur contraignante pour l’ensemble de la cité romaine furent différents jusqu’à ce qu’il y eut exæquatio entre les plébiscites et les lois, à une date longtemps discutée puisque Tite-Live mentionne trois lois prévoyant de conférer aux plébiscites la même valeur qu’aux lois comitiales à trois dates différentes : en 449, 339 et 287. Cette répétition a longtemps posé problème. En réalité, s’opposent, d’une part, ceux qui estiment qu’il y a une certaine part de vérité dans les lois de 449 et 339178 et ceux qui, d’autre part, y voient plutôt des anticipations et des reconstructions à partir de la seule loi que l’on peut qualifier d’historique, celle de 287179. Cette dernière interprétation nous paraît la plus probable et c’est uniquement avec la loi de 287 que l’exaequatio fut réalisée. Avant 287, les plébiscites ne sauraient avoir nulle valeur contraignante en dehors de la plèbe. Le populus Romanus n’était pas engagé par ces décisions et les patriciens luttèrent farouchement pour défendre ce privilège avant de céder au début du IIIe siècle. Tous les plébiscites mentionnés dans nos sources furent donc bien votés, et si les mêmes plébiscites l’ont été plusieurs fois c’est qu’ils ne trouvaient nulle application. Ainsi, alors qu’ils n’avaient pas de pouvoir contraignant, les plébiscites eurent quand même une portée politique réelle : celle d’une pression qui chercha à trouver sa traduction normative. En effet, s’il n’y avait pas intervention des consuls et/ou du Sénat, tout plébiscite (et en particulier ceux qui modifient l’architecture institutionnelle de la cité) ne pouvait demeurer, selon l’expression de M. Humbert, qu’un « vœu pieux ».


46Le combat pour la lutte agraire fut donc intimement mêlé aux phénomènes de confiscation et à la première colonisation romaine. Loin d’être du ressort exclusif des gentes ou des principaux magistrats de la République naissante, ces phénomènes impliquèrent massivement les plébéiens qui eurent une grande influence sur leur développement. Par leur pression sur la politique agraire, même détournée, ils poussèrent à la colonisation et donc à des processus de confiscations. Cela conduisit aux premières formes de confiscations et de colonisations qui doivent être rapportées à des facteurs tant internes qu’externes pour être réellement comprises. Par ailleurs, cette évolution différenciée de la colonisation romaine, avec la rupture de 338 et de la guerre latine, est à rapprocher d’un ensemble d’évolutions plus structurelles et de long terme concernant l’organisation civique et institutionnelle de Rome. Ce n’est finalement pas un hasard si la colonisation latine et la cadastration apparaissent à la fin du IVe siècle à un moment où la République romaine achève de se former. En ce sens, colonisation et cadastration sont effectivement bien plus que de simples outils d’organisation et, en même temps qu’eux, ce sont les procédures même de la confiscation qui mutèrent vers des formes nouvelles. Enfin, nous avons ici volontairement mis l’accent sur la dimension romaine du phénomène, mais elle ne doit pas faire oublier l’existence de la ligue latine, autre acteur d’un processus sur lequel nos sources n’apportent pas toujours tous les renseignements que nous pourrions souhaiter.

Haut de page

Bibliographie

Alföldi 1963 = A. Alföldi, Early Rome and the Latins, Ann Arbor, 1963.

Amirante 1984-1985 = L. Amirante, Plebiscito e legge : primi appunti per una storia, dans Sodalitas: scritti in onore di Antonio Guarino, IV, Naples, 1984­1985, p. 2025­2045 (= Id., Studi di storia costituzionale romana, Naples, 1988, p. 23­55).

Amirante 1991 = L. Amirante, Una storia giuridica di Roma, Naples, 1991.

Arcella 1992 = L. Arcella, L’Iscrizione di Satrico e il mito di Publio Valerio, dans SMSR, 16, 1992, p. 219-247.

Attema, De Haas, Tol 2011 = P. Attema, T. De Haas et G. Tol, Between Satricum and Antium: Settlement Dynamics in a Coastal Landscape in Latium Vetus, Louvain, 2011.

Aymard 1957 = A. Aymard, Les deux premiers traités entre Rome et Carthage, dans REA, 59, 1957, p. 277-293.

Bandelli 1995 = G. Bandelli, Colonie e municipi dall’età monarchica alle guerre sannitiche, dans Eutopia, 4/2, 1995, p. 143-197.

Bandelli 1999 = G. Bandelli, Le comunità urbane: agitazioni plebee e colonizzazione federale dal foedus Cassianum alla guerra latina, dans E. Hermon (éd.), La Question agraire à Rome : droit romain et société. Perceptions historiques et historiographiques, Côme, 1999, p. 91-98.

Beloch 1926 = K.-J. Beloch, Römische Geschichte bis zum Beginn der punischen Kriege, Berlin, 1926.

Bengtson 1962 = H. Bengtson (dir.), Die Staatsverträge des Altertums, 2, Die Verträge der griechische-römischen Welt von 700 bis 333 v. Chr., Munich, 1962

Bernardi 1973 = A. Bernardi, Nomen Latinum, Pavie, 1973.

Binder 1909 = J. Binder, Die Plebs, Studien zur römischen Rechtsgeschichte, Leipzig, 1909.

Biscardi 1987 = A. Biscardi, Auctoritas patrum: problemi di storia del diritto publico romano, Naples, 1987.

Bispham 2006 = E. Bispham, Coloniam deducere: how Roman was Roman Colonization during the Middle Republic?, dans G. Bradley et J.-P. Wilson (éd.), Greek and Roman Colonization: Origins, Ideologies and Interactions, Swansea, 2006, p. 73-160.

Bradley 2006 = G. Bradley, Colonization and Identity in Republican Italy, dans G. Bradley et J.-P. Wilson (éd.), Greek and Roman Colonization: Origins, Ideologies and Interactions, Swansea, 2006, p. 161-187.

Bleicken 1955 = J. Bleicken, Das Volkstribunat der klassischen Republik. Studien zu seiner Entwicklung zwischen 287 und 133 v. Chr., Munich, 1955.

Bleicken 1975 = J. Bleicken, Lex Publica: Gesetz und Recht in der römischen Republik, Berlin, 1975.

Bottiglieri 1980 = A. Bottiglieri, Il foedus Cassianum e il problema dell’ἰσοπολιτεία, dans AAP, 29, 1980, p. 317-328.

Bourdin 2005 = S. Bourdin, Ardée et les Rutules : réflexions sur l’émergence et le maintien des identités ethniques des populations du Latium préromain, dans MEFRA, 117, 2, 2005, p. 585-631.

Bourdin 2006 = S. Bourdin, Les Ligues ethniques en Italie : l’exemple des èques et des Volsques (Ve-IVe siècles av. J.-C.), dans E. Caire et S. Pittia (éd.), Guerre et diplomatie romaine (IVe-IIIe siècles av. J.-C.) : pour un réexamen des sources, Aix-en-Provence, 2006, p. 259-275.

Bresson 2004 = A. Bresson, Les accords romano-carthaginois, dans Cl. Moatti (dir.), La mobilité des personnes en Méditerranée de l’Antiquité à l’Époque moderne : procédures de contrôle et documents d’identification, Rome, 2004 (Collection de l'École française de Rome, 341), p. 649-676.

Bringman 2001 = Kl. Bringman, überlegungen zur Datierung und zum historischen Hintergrund der beiden ersten römisch-karthagischen Verträge, dans Kl. Geus et Kl. Zimmermann (éd.), Punica – Libyca – Ptolemaica. Festschrift für Werner Huß zum 65 Geburstag dargebracht von Schülern, Freunden und Kollegen, Louvain, 2001, p. 111-120.

Broughton 1951 = T. R. S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, New York, 1, 1951.

Capanelli 1981 = D. Capanelli, Appunti sulla rogatio agraria di Spurio Cassio, dans F. Serrao (éd.), Legge e società nella repubblica romana, I, Naples, 1981, p. 3-50.

Caprino 1954 = C. Caprino, Roma (Via Trionfale): i ritrovamenti di Innocenzo Dall’Osso sul colle di Sant’Agata di Monte Mario, dans NSA, 8, 1954, p. 195-268.

Cazanove 2001 = O. de Cazanove, Itinéraires et étapes de l’avancée romaine entre Samnium, Daunie, Lucanie et Étrurie, dans D. Briquel et J.-P. Thuillier, Le Censeur et les Samnites : sur Tite-Live, livre IX, Paris, 2001, p. 147-192.

Cébeillac-Gervasoni 1984 = M. Cébeillac-Gervasoni, Anzio, dans BTCGI, 3, 1984, p. 254-266.

Chouquer et al. 1987 = G. Chouquer, M. Clavel-Lévêque, F. Favory et J.-P. Vallat, Structures agraires en Italie centro-méridionale : cadastres et paysages ruraux, Rome, 1987.

Cifarelli 2002 = F. M. Cifarelli, Segni: una guida archeologica, Segni, 2002.

Cifarelli Gatti 2006 = F. M. Cifarelli et S. Gatti, I Volsci: una nuova prospettiva, dans Orizzonti, 7, 2006, p. 23-48.

Coarelli 1990 = F. Coarelli, Roma, i Volsci e il Lazio antico, dans Crise et transformation des sociétés archaïques de l’Italie antique au Ve siècle avant notre ère, Rome, 1990 (Collection de l'École française de Rome, 137), p. 135-154.

Coarelli 2008 = F. Coarelli, Septem pagi, dans A. La Regina (éd.), Lexicon Topographicum Urbis Romae. Suburbium, 5, Rome, 2008, p. 60.

Colonna 2010 = G. Colonna, A proposito del primo trattato romano-cartaginese (e della donazione pyrgense ad Astarte), dans La Grande Roma dei Tarquini, Rome, 2010 (Ann. Faina, 17), p. 275-303.

Cornell 1995 = T. J. Cornell, The Beginnings of Rome, Italy and Rome from the Bronze Age to the Punic Wars (c. 1000-264 BC), Londres-New York, 1995.

D’Ippolito 1975 = F. D’Ippolito, La legge agraria di Spurio Cassio, Labeo, 21/2, 1975, p. 197-210.

De Cristofaro Santolini Giordani 2005 = A. De Cristofaro et R. Santolini Giordani, Roma, località Poggioverde: una necropoli etrusca sulla via Trionfale, dans Dinamiche di sviluppo delle città nell’Etruria meridionale: Veio, Caere, Tarquinia, Vulci, Atti del XXIII Convegno di studi etruschi ed italici (Roma, Veio, Cerveteri/Pyrgi, Tarquinia, Tuscani, Vulci, Viterbo, 1-6 ottobre 2001), Pise-Rome, 2005, p. 163-172.

De Haas 2011 = T. C. A. de Haas, Fields, Farms and Colonists: Intensive Field Survey and Early Roman Colonization in the Pontine Region, Central Italy, 1, Groningen, 2011.

De Rossi 1990 = G. M. De Rossi, Signia, dans M. Cristofani (éd.), La Grande Roma dei Tarquini, Rome, 1990, p. 219-222.

De Sanctis 1907 = G. De Sanctis, Storia dei Romani, 2, Milan-Turin-Rome, 1907.

Develin 1975 = R. Develin, Comitia tributa plebis, dans Athenaeum, 53/3­4, 1975, p. 302-337.

Di Mario 2007 = Fr. Di Mario, Ardea. La terra dei Rutuli tra mito e archeologia: alle radici della romanità, Rome, 2007.

Domergue 1983 = Cl. Domergue, La Mine antique d’Aljustrel (Portugal) et les tables de bronze de Vipasca, Paris, 1983.

Elster 2003 = M. Elster, Die Gesetze der mittleren römischen Republik, Darmstadt, 2003.

Ferenczy 1969 = E. Ferenczy, Die römisch-punischen Verträge und die Protohistorie des commercium, dans RIDA, 16, 1969, p. 259-282.

Flach 1994 = D. Flach, Die Gesetze der frühen römischen Republik, Darmstadt, 1994.

Fraccaro 1952 = P. Fraccaro, La storia romana arcaica. Discorso inaugurale, Istituto Lombardo di scienze e lettere, dans RIL, 85, 1952, p. 85-118 (= Id., Opuscula, 1, Pavie, 1956, p. 1-23).

Gabba 1964 = E. Gabba, Studi su Dionigi d’Alicarnassio, 3, La proposta di legge agraria di Spurio Cassio, dans Athenaeum, 42, 1964, p. 29-41.

Gagé 1979 = J. Gagé, Rogatio Maecilia : la querelle agro-militaire autour de Bolae en 416 avant notre ère et la probable signification des projets agraires de Sp. Cassius vers 486, dans Latomus, 38/4, 1979, p. 838-861.

Gatti et Picuti 2008 = S. Gatti et M. R. Picuti, Fana, templa, delubra: Corpus dei luoghi di culto dell’Italia antica (FTD), 1. Regio I. Alatri, Anagni, Capitulum Hernicum, Ferentino, Veroli, Rome, 2008.

Girard, Senn 1977 = P.-Fr. Girard et F. Senn, Les Lois des Romains, Naples, 19777.

Gjerstad 1973 = E. Gjerstad, Early Rome, V, The Written Sources, Lund, 1973.

Grandazzi 2008 = A. Grandazzi, Alba Longa : histoire d’une légende, Rome, 2008 (BEFAR, 336).

Hermon 1999 = E. Hermon, Le Lapis Satricanus et la colonisation militaire au début de la République, dans MEFRA, 111-2, 1999, p. 847-881.

Heurgon 1993 = J. Heurgon, Rome et la Méditerranée occidentale jusqu’aux guerres puniques, Paris, 19933.

Hinrichs 1974 = F.-T. Hinrichs, Die Geschichte der Gromatischen Institutionen, Wiesbaden, 1974.

Hölkeskamp 1987 = K.­J. Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität. Studien zur sozialen und politischen Geschichte der Römischen Republik im 4. Jhdt. v. Chr., Stuttgart, 1987.

Hölkeskamp 1988 = K.­J. Hölkeskamp, Die Entstehung der Nobilität und der Funktionswandel des Volkstribunats: die historische Bedeutung der lex Hortensia de plebiscitis, dans AKG, 70, 1988, p. 207-312.

Homo 1927 = L. Homo, Les Institutions politiques romaines : de la cité à l’État, Paris, 1927.

Humbert 1978 = M. Humbert, Municipium et civitas sine suffragio : l’organisation de la conquête jusqu’à la guerre sociale, Rome, 19932 (1978) (Collection de l'École française de Rome, 36).

Humbert 1998 = M. Humbert, La normativité des plébiscites selon la tradition annalistique, dans M. Humbert et Y. Thomas (éd.), Mélanges de droit romain et d’histoire ancienne : hommage à la mémoire de André Magdelain, Paris, 1998, p. 211­238.

Humm 1996 = M. Humm, Appius Claudius Caecus et la construction de la via Appia, dans MEFRA, 108, 2, 1996, p. 693-746.

Imagines Italicae = M. Crawford (dir.), Imagines Italicae. A Corpus of Italic Inscriptions, Londres, 2011.

Jehne 2011 = M. Jehne, Scaptius oder der kleine Mann in der großen Politik. Zur kommunikativen Struktur der contiones in der römischen Republik, dans Politica Antica, 1, 2011, p. 59-87.

Kunkel Wittman 1995 = W. Kunkel et R. Wittmann, Staatsordnung und Staatspraxis der römischen Republik, 2, Die Magistratur, Munich, 1995.

Lambrechts 1991 = R. Lambrechts, Préromains et Romains sur le plateau d’Artena ? Introduction à l’exposition consacrée aux fouilles d’Artena, dans J. Mertens et R. Lambrechts (éd.), Comunità indigene e problemi della romanizzazione nell’Italia centro-meridionale (IV-III sec. a.C.), Bruxelles-Rome, 1991, p. 65-73.

Lanfranchi 2015 = Les Tribuns de la plèbe et la formation de la République romaine (494-287 avant J.-C.), Rome, 2015.

Levi 1995 = M. A. Levi, Il Lapis satricanus e le genti romane, dans RIDA, 42, 1995, p. 195-219.

Lilli 2008 = M. Lilli (éd.), Velletri: carta archeologica. Velletri-Le Castella (IGM 150 II SO-158 IV NE), Rome, 2008.

Lucchesi Magni 2002 = E. Lucchesi et E. Magni, Vecchie e nuove (in)certezze sul lapis Satricanus, Pise, 2002.

Maddox 1984 = G. Maddox, The Binding Plebiscite, dans V. Giuffrè (éd.), Sodalitas: scritti in onore di Antonio Guarino, I, Naples, 1984, p. 85­95.

Magdelain 1978 = A. Magdelain, La Loi à Rome : histoire d’un concept, Paris, 1978.

Maria de Rossi 1970 = G. Maria De Rossi, Forma Italiae, Regio I, 9, Apiolae, Rome, 1970.

Maria De Rossi 1979 = G. Maria De Rossi, Forma Italiae. Regio 1, 15, Bovillae, Rome, 1979.

Marincola 2000 = M. Marincola, I Dauni e le origini di Ardea, Lucera, Roma, Rome, 20002.

Mastrocinque 1988 = A. Mastrocinque, Lucio Giunio Bruto: ricerche di storia, religione e diritto sulle origini della repubblica romana, Trente, 1988.

Meyer 1895 = E. Meyer, Der Ursprung des Tribunats und die Gemeinde der vier Tribus, Hermes, 30, 1895, p. 14-16 (= Id., Kleine Schriften, 1, Halle (Saale), 1924, p. 355­356).

Modica 2011 = S. Modica, Ardea, Rome, 2011.

Moltesen Rasmus Brandt 1994 = M. Moltesen et J. Rasmus Brandt, Excavations at La Giostra: a mid-republican Fortress outside Rome, Rome, 1994.

Mommsen 1871 = Th. Mommsen, Sp. Cassius, M. Manlius, Sp. Maelius, die drei Demagogen der älteren republikanischen Zeit, dans Hermes, 5, 1871, p. 228-271 (= Id., Römische Forschungen, II, Berlin, 1979, p. 153-220).

Mommsen 1889 = Th. Mommsen, Le Droit public romain, VI/1, Paris, 1889.

Morselli Tortorici 1982 = Ch. Morselli et E. Tortorici, Forma Italiae, Regio 1, 16, Ardea, Rome, 1982.

Musti 1992 = D. Musti, L’immagine dei Volsci nella storiografia antica, dans I Volsci. Undicesimo Incontro di studio del comitato per l’archeologia laziale, Rome, 1992, p. 25-31.

Nibby 1849 = A. Nibby, Analisi storico-topografico-antiquaria della carta de’dintorni di Roma, Rome, 18492, 2 vol.

Niccolini 1932 = G. Niccolini, Il Tribunato della plebe, Milan, 1932.

Niebuhr 1836 = B. G. Niebuhr, Histoire romaine, II, Bruxelles, 1836.

Niebuhr 1842 = B. G. Niebuhr, Histoire romaine, I, Bruxelles, 1842.

Ogilvie 1965 = R. M. Ogilvie, A Commentary on Livy. Books I-V, Oxford, 1965.

Pais 1898 = E. Pais, Storia di Roma, I, 1, Turin, 1898.

Palombi 1997 = D. Palombi, Cic., 2 Verr., V, 19, 48 e Gloss. Ps. Plac. F5 (= GL, IV, p. 61) sulla costruzione del tempio di Giove Capitolino, dans BCAR, 98, 1997, p. 7-14.

Palombi 2010 = D. Palombi, Alla frontiera meridionale del Latium vetus: insediamento e identità, dans D. Palombi (éd.), Il Tempio arcaico di Caprifico di Torrecchia (Cisterna di Latina): i materiali e il contesto, Rome, 2010, p. 173-225.

Pelgrom 2008 = J. Pelgrom, Settlement Organization and Land Distribution in Latin Colonies Before the Second Punic War, dans L. de Ligt et S. Northwood (éd.), People, Land, and Politics: Demographic Developments and the Transformation of Roman Italy 300 BC-AD 14, Leyde-Boston, 2008, p. 333-372.

Perelli 1990 = L. Perelli, Questioni graccane, dans RFIC, 118, 1990, p. 237-252.

Petzold 1972 = K. E. Petzold, Die Beiden ersten römisch-karthagischen Verträge und das foedus Cassianum, Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, I, 1, Berlin-New York, 1972, p. 364-411.

Piccarreta 1977 = F. Piccarreta, Forma Italiae, Regio 1, 13, Astura, Rome, 1977, p. 21-66.

Prosdocimi 1994 = A. Prosdocimi, Satricum: i sodales del Publicola steterai a Mater (Matuta ?), dans PP, 49, 1994, p. 365-377.

Quilici 1982 = L. Quilici, La Civita di Artena, Rome, 1982.

Quilici 1990 = L. Quilici, Circei, dans M. Cristofani (éd.), La Grande Roma dei Tarquini, Rome, 1990, p. 217-218.

Quilici Quilici Gigli 1986 = L. Quilici et S. Quilici Gigli, Fidenae, Rome, 1986.

Quilici Quilici Gigli 1988 = L. Quilici et S. Quilici Gigli, Ricerche su Norba, dans Archeologia laziale IX, Rome, 1988, p. 233-256.

Quilici Quilici Gigli 2001 = L. Quilici et St. Quilici Gigli, Sulle mure di Norba, dans Fortificazioni antiche in Italia: Età repubblicana, Rome, 2001, p. 181-244.

Quilici Gigli 1988 = St. Quilici Gigli, Insediamenti nel territorio di Norba: il poggio di Serrone di Bove, dans Archeologia laziale IX, Rome, 1988, p. 227-232.

Quilici Gigli 1990a = S. Quilici Gigli, Ardea, dans M. Cristofani (éd.), La Grande Roma dei Tarquini, Rome, 1990, p. 192-195.

Quilici Gigli 1990b = S. Quilici Gigli, Fidenae, dans M. Cristofani (éd.), La Grande Roma dei Tarquini, Rome, 1990, p. 155-158.

Quilici Gigli 1990c = S. Quilici Gigli, Norba, dans M. Cristofani (éd.), La Grande Roma dei Tarquini, Rome, 1990, p. 214-216.

Quilici Gigli 1990d = S. Quilici Gigli, Satricum, dans M. Cristofani (éd.), La Grande Roma dei Tarquini, Rome, 1990, p. 230-245.

Rebuffat 1966 = R. Rebuffat, Les Phéniciens à Rome, dans MEFR, 78, 1966, p. 7-48.

Richard 1978 = J.-Cl. Richard, Les Origines de la plèbe romaine : essai sur la formation du dualisme patricio-plébéien, Rome, 1978 (réimpr. dans les Classiques de l’École française de Rome, 2015).

Rieger 2007 = M. Rieger, Tribus und Stadt: die Entstehung der römischen Wahlbezirke im urbanen und mediterranen Kontext (ca. 750-450 v.Chr.), Göttingen, 2007.

Romana Fortunati 1990 = Fr. Romana Fortunati, Velitrae, dans M. Cristofani (éd.), La Grande Roma dei Tarquini, Rome, 1990, p. 199-206.

Roselaar 2010 = S. T. Roselaar, Public Land in the Roman Republic: a Social and Economic History of ager publicus in Italy (396-89 B.C.), Oxford, 2010.

Rotondi 1962 = G. Rotondi, Leges publicae populi romani, Darmstadt, 1962 (1912).

Sandberg 1993 = K. Sandberg, The concilium plebis as a Legislative Body during the Republic, dans J. Vaahtera (éd.), Senatus populusque romanus : Studies in Roman Republican Legislation, Helsinki, 1993, p. 74-96.

Scardigli 1991 = B. Scardigli, I Trattati romano-cartaginesi, Pise, 1991.

Serrao 1974 = F. Serrao, Classi, partiti e legge nella repubblica romana, Pise, 1974.

Serrao 1981 = F. Serrao, Lotte per la terra e per la casa a Rome dal 485 al 441 a.C., dans F. Serrao (éd.), Legge e società nella Repubblica romana, Naples, 1981, p. 51-54.

Siber 1936 = H. Siber, Die plebejischen Magistraturen bis zur lex Hortensia, Leipzig, 1936.

Solin 2010 = H. Solin, Problemi delle tribù nel Lazio meridionale, dans M. Silvestrini (éd.), Le tribù romane, Atti della XVIe Rencontre sur l’épigraphie (Bari 8-10 ottobre 2009), Bari, 2010, p. 73-77.

Staveley 1955 = E. St. Staveley, Tribal Legislation before the lex Hortensia, dans Athenaeum, 33/1­2, 1955, p. 14­31.

Stibbe et al. 1980 = C. M. Stibbe, G. Colonna, C. De Simone et H. S. Versnel, Lapis Satricanus : Archaeological, epigraphical, linguistic and historical aspects of the new inscription from Satricum, La Haye, 1980.

Tassi Scandone 2008 = E. Tassi Scandone, Leges Valeria de prouocatione: repressione criminale e garanzie costituzionali nella Roma repubblicana, Naples, 2008.

Taylor 1960 = L. R. Taylor, The Voting Districts of the Roman Republic, Rome, 1960.

von Fritz 1950 = K. von Fritz, The Reorganisation of the Roman Government in 366 B.C. and the so­called Licinio­Sextian Laws, Historia, 1/1, 1950, p. 18­31 (= Id., Schriften zur griechischen und römischen Verfassungsgeschichte und Verfassungstheorie, Berlin-New York, 1976, p. 346­359).

von Fritz 1953 = K. von Fritz., Leges sacratae and plebi scita, dans G. E. Mylonas et D. Raymond (éd.), Studies presented to D. M. Robinson on his Seventieth Birthday, 2, Saint Louis, 1953, p. 893­905 (= Id., Schriften zur griechischen und römischen Verfassungsgeschichte und Verfassungstheorie, Berlin-New York, 1976, p. 373­387).

Wachter 1987 = R. Wachter, Altlateinische Inschriften: Sprachliche und epigraphische Untersuchungen zu den Dokumenten bis etwa 150 v. Chr., Berne, 1987.

Werner 1963 = R. Werner, Der Beginn der römischen Republik: Historisch-chronologische Untersuchungen über die Anfangszeit der libera res publica, Munich, 1963.

Willems 1885 = P. Willems, Le Sénat de la république romaine, II, Paris, 1885.

Haut de page

Notes

1  Flor., 1, 44 (3, 9, 3) mais dans un emploi presque métaphorique puisqu’il est question de confisquer la personne du roi Ptolémée. Voir aussi Suet., Aug., 15, 1 et 101, 2-3 ; Suet., Tib., 49, 2 ; Suet., Cal., 16, 3 et 41, 2 ou encore Suet., Dom., 12, 2. Cf., enfin, Fest., 13, 1.

2  D., 27, 3, 9, 6 et 48, 21, 3, 8 ; Cod. Theod., 9, 21, 2, 4 et Cod. Iust., 10, 2, 5.

3  Sur la lex metallis dicta, cf. Girard – Senn 1977, p. 586-589 et Domergue 1983, p. 41-180.

4  Tert., pall., 5 et fug., 12 ; Vict. Vit., 3, 10 et Cassiod., Hist., 6, 1.

5  Sauf mention contraire, les dates s’entendent avant J.-C.

6  Liv., 2, 5.

7  Dion. Hal., 2, 55, 5-6 ; Liv., 1, 15, 5 et Plut., Rom., 25, 5.

8  Dion. Hal., 5, 31, 4 et 5, 36, 4.

9  Liv., 2, 6, 1-4.

10  Liv., 2, 13, 4 et 2, 15, 6.

11  Dion. Hal., 2, 55, 5 et 5, 31, 4 le nomme Ἑπτὰ πάγους ; et Plut., Rom., 25, 5, Σεπτεμπάγιον.

12  Caprino 1954 et Coarelli 2008. Le site de Poggioverde, plus au nord, présente également un profil intéressant qui peut être rapproché des septem pagi, cf. De Cristofaro – Santolini Giordani 2005.

13  Liv., 2, 16, 8-9.

14  Virg., Æn., 6, 776. On la retrouve dans les listes similaires fournies par Diod., 7, 5, 9 et OGR, 17, 6. Cato, Orig., 2, 28 Chassignet (= 2, 21 J = 58 P = 2, 62 Cugusi, apud Prisc., gramm., 4, p. 129 H et 7, p. 337 H) la mentionne, lui, parmi les peuples fondateurs du sanctuaire de Diane à Aricie.

15  Dion. Hal., 4, 50, 2-3 ; Liv., 1, 53, 2-3, Strab., 5, 3, 4 (C 231, qui la nomme Suessa et précise qu’elle était la capitale des Volsques) et Vir. ill., 8, 1-2.

16  Dion. Hal., 4, 50, 4-5 ; Liv., 1, 53, 2-3.

17  Dion. Hal., 3, 49, 1-4 et Strab., 5, 3, 4 (C 231).

18  Liv., 1, 35, 7-8 et Val. Ant., frgt 12 Chassignet (= frgt 11 P1 et 2, apud Plin., nat., 3, 70).

19  Pais 1898, p. 347. Voir aussi, les observations de Palombi 2010, p. 183-186.

20  Liv., 2, 17.

21  Cato, Orig., 2, 28 Chassignet (= 2, 21 J = 58 P = 2, 62 Cugusi, apud Prisc., gramm., 4, p. 129 H et 7, p. 337 H) et Dion. Hal., 5, 61, 3.

22  Dion. Hal., 6, 30, 1 et Liv., 2, 22, 2.

23  Dion. Hal., 6, 29, 4-5 et Liv., 2, 25.

24  Palombi 2010, p. 184-186.

25  Strab., 5, 3, 4 (C 231) en fait une ville située à la frontière des territoires volsques. Nibby 1849, p. 208-212 propose une localisation un peu au nord-ouest de Bouillae, près du lieu-dit La Giostra. De son côté, Maria De Rossi 1970, p. 9 et p. 62-66 en propose une localisation légèrement différente de celle de Nibby, plus au sud de Bouillae, sur la colline de Castel Savello. Le site de La Giostra est à présent bien connu et on se reportera à Moltesen – Rasmus Brandt 1994 et notamment les p. 33-48 qui fournissent l’historique de la discussion depuis le XVIe siècle. Ces pages témoignent d’une identification toujours délicate puisqu’on a parfois assimilé La Giostra à la cité antique de Tellenae. Concernant Apioles, Moltesen et Rasmus Brandt ne tranchent pas et la discussion demeure ouverte.

26  Palombi 2010, p. 184-186 avec la bibliographie antérieure. Pour l’emploi d’ouvriers de Cora, on se reportera à Palombi 1997 qui a mis en lumière l’intérêt d’une glose méconnue du Pseudo-Placide. Sur l’identification parfois proposée de Pométia avec Satricum que, suivant D. Palombi, nous préférons refuser, cf. aussi Bandelli 1995, p. 152 n. 63.

27  Liv., 2, 25, 6.

28  Cf. Quilici 1982, p. 168-171 et les arguments contraires de Lambrechts 1991, p. 65-69. Cf. en dernier lieu Palombi 2010, p. 180.

29  Liv., 2, 31, 4. Sur le territoire de Vélitres, bien identifié, cf. Romana Fortunati 1990 et, en dernier lieu, Lilli 2008. Le cas de Vélitres impose d’évoquer brièvement la Tabula Veliterna. Cette inscription date d’environ 275 et est intéressante car elle témoigne du maintien de structures politiques indigènes : l’inscription rapporte une décision d’Egnatus Cossutius et de Marcus Tafanius avec leur titre de meddices. Toutefois, il est très incertain que cette inscription provienne réellement de Vélitres et l’hypothèse qu’elle nous renseigne sur les structures politiques de la cité au début du IIIe siècle est donc fragile. Cf. Imagines Italicae, I, p. 340-342, Velitrae 1 avec la bibliographie.

30  Liv., 2, 25, 6 : His ex senatus consulto data pax, ager ademptus (« un sénatus-consulte leur accorde la paix, mais leur enlève des terres », trad. G. Baillet) et Liv, 2, 31, 4 : Volscis deuictis Veliternus ager ademptus ; Velitras coloni ab urbe missi et colonia deducta (« les Volsques perdirent par cette défaite le territoire de Vélitres ; la ville fut peuplée de Romains qu’on y conduisit en colonie », trad. G. Baillet).

31  Cf. TLL, 1, col. 679-683, s.v. adimo.

32  Cic., Planc., 101.

33  Liv., 23, 17, 1.

34  Liv., 39, 54, 4.

35  Liv., 1, 33, 9.

36  Liv., 1, 38, 1.

37  On retrouve chez Denys d’Halicarnasse un vocabulaire similaire avec l’usage du verbe ἀφαιρέω. Il est employé par Dion. Hal., 5, 31, 4 à propos des septem pagi, mais il n’existe pas, chez cet auteur, de vocabulaire spécifique décrivant un phénomène de confiscation bien caractérisé pour cette époque.

38  Liv., 2, 34, 6.

39  Liv., 2, 39, 10-11 : Missique de pace ad Marcium oratores atrox responsum rettulerunt : si Volscis ager redderetur, posse agi de pace ; si praeda belli per otium frui uelint, memorem se et ciuium iniuriae et hospitum beneficii adnisurum, ut appareat exsilio sibi inritatos, non fractos animos esse (trad. G. Baillet).

40  Cf. Liv., 4, 21, 1-3.

41  Au sein d’une bibliographie immense, citons Bengtson 1962, p. 22-26 n° 126 ; Alföldi 1963, p. 113-122 ; Werner 1963, p. 443-473 ; Ogilvie 1965, p. 317-319 ; Humbert 1978, p. 68-71 ; Richard 1978, p. 543 et n. 346 ; Bottiglieri 1980 ; Petzold 1972 et Cornell 1995, p. 299-301.

42  Alföldi 1963, p. 113-122. La vision d’Alföldi s’inscrit dans sa relecture plus générale de l’histoire archaïque de Rome. D’après lui, la puissante Rome royale présentée par les sources littéraires ne fut en réalité qu’une cité vassale des villes d’Étrurie méridionale. Le développement politique de l’Vrbs ne daterait que du Ve siècle et rendrait impossible une position d’hégémonie à l’issue du foedus Cassianum. Cette idée a trouvé des prolongements chez Bernardi 1973, p. 33-42 qui imagine plutôt la conclusion d’une alliance tripartite associant Romains, Latins et Herniques. Cf. aussi les remarques pertinentes de Cazanove 2001, p. 147-149.

43  Cf. Liv., 2, 53, 4-5 ou Liv., 3, 6, 4-6 par exemple.

44  Fest., p. 276 L., s.v. Praetor.

45  Humbert 1978, p. 68-69 : « l’égalité dans l’accord n’exclut pas du tout une victoire de Rome et n’oblige pas même à la réduire à un succès douteux ».

46  Dion. Hal., 6, 20, 2-5. Les Latins qui doivent être naturalisés sont ceux qui firent preuve d’εὔνοια.

47  Sur les mouvements volsques et sur l’organisation de ce peuple, cf. Cifarelli – Gatti 2006 et Bourdin 2006.

48  Sur la construction et le tracé de la uia Appia, cf. en dernier lieu Humm 1996.

49  Sur ces aspects, nous nous permettons de renvoyer aux analyses développées dans notre thèse de doctorat, Lanfranchi 2015, p. 364-373.

50  Sur la colonisation royale, cf. Bandelli 1995, p. 147-153. Pométia et Cora, en particulier, remonteraient à l’époque royale.

51  Dion. Hal., 5, 20 et Plut., Publ., 16, 3. Le site est bien identifié, près de l’actuelle commune de Segni. Cf. De Rossi 1990 et Cifarelli 2002.

52  Dion. Hal., 4, 63, 1 et Liv., 1, 56, 3. Le site est aussi bien localisé : cf. Quilici 1990 et Bandelli 1995, p. 151-153.

53  Sur le lapis Satricanus, CIL, I2, 2832a. Voir Stibbe et al. 1987 ; Wachter 1987, p. 75-80 ; Arcella 1992 ; Prosdocimi 1994 ; Levi 1995 ; Hermon 1999 et Lucchesi – Magni 2002. Sur le site de Satricum, bien connu, cf. Quilici Gigli 1990d.

54  Plin., nat., 7, 68-69. Cf. Coarelli 1990, p. 151-152.

55  Liv., 2, 21, 7.

56  Bandelli 1995, p. 154. Niebuhr 1842, p. 397 avait déjà relevé ce caractère de la notice livienne. Cf. aussi les remarques de Gjerstad 1973, p. 119 et, en dernier lieu, Rieger 2007, p. 326, p. 349, et p. 353-361.

57  Le site est reconnu (près de Castel Giubileo) et fouillé depuis longtemps. Cf. Quilici – Quilici Gigli, 1986 et Quilici Gigli 1990b, p. 155-158.

58  Dion. Hal., 2, 53, 4.

59  Dion. Hal., 3, 31, 5-6.

60  Dion. Hal., 3, 58, 4.

61  Dion. Hal., 5, 60, 4. Liv., 2, 19, 1-2 mentionne uniquement la prise de la ville et de Crustumérie.

62  Dion. Hal., 6, 43, 1 à 6, 44, 2 et Liv., 2, 31, 4.

63  D. Cass., frgt 18, 4 Boissevain ; Dion. Hal., 7, 12 et 7, 13 et Liv., 2, 34, 6.

64  Sur ce site et sa localisation, cf. Quilici Gigli 1988 ; Quilici – Quilici Gigli 1988, p. 227-232 et p. 233-256 ; Quilici Gigli 1990c et Quilici – Quilici Gigli 2001.

65  Liv., 2, 41, 1 : Cum Hernicis foedus ictum ; agri partes duae ademptae (« paix avec les Herniques et annexion des deux tiers de leur territoire », trad. G. Baillet). Pour une synthèse récente sur les Herniques, cf. Gatti – Picuti 2008, et notamment p. 7-10.

66  Sur la loi agraire de Sp. Cassius, cf. Mommsen 1871 ; Rotondi 1962, p. 194-195 ; De Sanctis 1907, p. 8-11 ; Beloch 1926, p. 323-332 ; Fraccaro 1952 ; Gabba 1964 ; Ogilvie 1965, p. 339-342 ; D’Ippolito 1975 ; Gagé 1979 ; Capanelli 1981 ; Serrao 1981 ; Perelli 1990 ; Flach 1994, n° 16, p. 83-85 et Lanfranchi 2015, p. 364-373.

67  Des plébiscites agraires sont attestés dans les sources pour 484 (Liv., 2, 42, 6), 483 (Dion. Hal., 8, 87, 4 à 8, 88, 1 et Liv., 2, 42, 8), 481 (Dion. Hal., 9, 1, 2-3 et Liv., 2, 43, 2-4) et 480 (Dion. Hal., 9, 2 ; 9, 5, 1-2 et Liv., 2, 44, 1). Cf. Rotondi 1962, p. 195.

68  Liv., 2, 48, 2.

69  Dion. Hal., 9, 59, 2 et Liv., 3, 1. Là aussi, des plébiscites agraires précédèrent ces événements. Après celui de 480, on en retrouve en 476 (Dion. Hal., 9, 27, 1-5 et Liv., 2, 52, 2-3), en 474 (Dion. Hal., 9, 37-38 et Liv., 2, 54, 2) et 470 (Dion. Hal., 9, 51-54 et Liv., 2, 61, 1-2). Cf. Rotondi 1962, p. 195-196.

70  Le site est bien connu. Cf. Cébeillac-Gervasoni 1984 et Attema – de Haas – Tol 2011, p. 53-59.

71  Dion. Hal., 9, 59, 1-2 et Liv., 3, 1, 4-7.

72  Liv., 3, 1, 4-7 : Atrox certamen aderat, ni Fabius consilio neutri parti acerbo rem expedisset : « T. Quincti ductu et auspicio agri capti priore anno aliquantum a Volscis esse ; Antium, propinquam, opportunam et maritimam urbem, coloniam deduci posse ; ita sine querellis possessorum plebem in agros ituram, ciuitatem in concordia fore ». Haec sententia accepta est. Triumuiros agro dando creat T. Quinctium A. Verginium P. Furium ; iussi nomina dare qui agrum accipere uellent. Fecit statim, ut fit, fastidium copia adeoque pauci nomina dedere ut ad explendum numerum coloni Volsci adderentur ; cetera multitudo poscere Romae agrum malle quam alibi accipere (trad. G. Baillet).

73  Sur le site, cf. Morselli – Tortorici 1982 et Quilici Gigli 1990a.

74  Cf. Marincola 2000, p. 18-21 et Bourdin 2005.

75  Cf. Bourdin 2005, p. 594-601 ; Di Mario 2007 et Modica 2011, p. 25-55.

76  Fest., p. 106 L., s.v. Lucereses.

77  Cn. Gellius, frgt 16 Chassignet (apud Dion. Hal., 2, 72, 1-3).

78  Cic., rep., 2, 5.

79  Serv., Æn., 7, 796.

80  Liv., 1, 2, 1 et Zonar., 7, 1.

81  D. Cass., 2, frgt 11, 13 ; Dion. Hal., 4, 7, 2 et 4, 64 ; Liv., 1, 57, 1-3 ; Ov., F., 2, 721-722, 727-728 et 749-750 et Zonar., 7, 11.

82  Dion. Hal., 4, 85 et 5, 1, 2 ; Flor., 1, 1 ; Oros., 2, 4, 12 et Sen., Ep., 14, 91, 16.

83  Sur ce traité, la bibliographie est considérable. On consultera Aymard 1957 ; Alföldi 1963, p. 350-355 ; Werner 1963, p. 299-368 ; Rebuffat 1966 ; Ferenczy 1969 ; Richard 1978, p. 300-305 ; Petzold 1972 ; Scardigli 1991 ; Heurgon 1993, p. 386-395 ; Cornell 1995, p. 210-214 ; Bringman 2001 ; Bresson 2004 et Colonna 2010.

84  Pol., 3, 22, 11 : Καρχηδόνιοι δὲ μὴ ἀδικείτωσαν δῆμον Ἀρδεατῶν, Ἀντιατῶν, Λαρεντίνων, Κιρκαιιτῶν, Ταρρακινιτῶν, μηδ’ ἄλλον μηδένα Λατίνων, ὅσοι ἂν ὑπήκοοι (trad. J. de Foucault). La leçon Λαρεντίνων est une correction manuscrite d’Ἀρεντίνων. Si l’on conserve cette dernière leçon, ces Arentinoi pourraient être rapprochés du site littoral de Torre Astura. Cf. Coarelli 1990, p. 152 n. 65 et Palombi 2010, p. 186 et la n. 46. Sur le site de Torre Astura, cf. Piccarreta 1977, p. 21-66.

85  Cato, Orig., 2, 28 Chassignet (= 2, 21 J = 58 P = 2, 62 Cugusi, apud Prisc., gramm., 4, p. 129 H et 7, p. 337 H) et Dion. Hal., 5, 61, 3.

86  Bourdin, 2005, p. 605-606.

87  Dion. Hal., 11, 52 et Liv., 3, 71-72.

88  Cf. Jehne 2011.

89  Dion. Hal., 6, 91-94 et Liv., 2, 33, 4-9.

90  Liv., 2, 39, 1-6.

91  Dion. Hal., 8, 36, 1-3.

92  Dion. Hal., 8, 17-21.

93  En effet, l’ordre actuel du texte de Tite-Live résulte d’une correction des manuscrits. En réalité, comme chez Denys d’Halicarnasse, le passage « gagnant la voie latine par des chemins de traverses » figure avant l’énumération débutant par « Satricum ». Les deux témoignages étaient donc peut-être assez proches et, en tous les cas, font tous les deux état de deux phases bien différenciées.

94  Palombi 2010, p. 188-190.

95  Nibby 1849, 1, p. 512-514.

96  Cf. Dion. Hal., 5, 61, 3 ; Fest., p. 464 L., s.v. Scaptia tribus ; Paul-Fest., p. 465 L., s.v. Scaptia tribus ; Plin., nat., 3, 68 et Sil., Pun., 8, 395.

97  Taylor 1960, p. 54-55. L’examen le plus récent de la question et des difficultés à trancher se trouve chez Solin 2010, qui démontre que rien ne permet de rattacher la Scaptia à Vélitres.

98  Beloch 1926, p. 380-381.

99  Cf. Solin 2010, p. 77.

100  Nibby 1849, 1, p. 326-331, p. 402-403, et 2, p. 387-388.

101  Maria De Rossi 1979, p. 334-338 et Moltesen – Rasmus Brandt 1994, p. 42-44.

102  Niebuhr 1836, p. 133-134.

103  Même si, chez Tite-Live, cela implique une correction du manuscrit puisque ce dernier fait précéder le passage par Satricum de celui par la voie latine, ce qui est peu cohérent.

104  Musti 1992, p. 25-26. Idée reprise par Palombi 2010, p. 193.

105  Liv., 3, 72.

106  Liv., 4, 1, 4 ; 4, 7, 1 et 4, 7, 4.

107  Liv., 4, 7, 12. Sur ce foedus, cf. les remarques de Bourdin 2005, p. 607.

108  Liv., 4, 9.

109  Liv., 4, 9, 4­8 : Virginem plebeii generis maxime forma notam <duo> petiere iuuenes, alter uirgini genere par, tutoribus fretus, qui et ipsi eiusdem corporis erant, nobilis alter, nulla re praeterquam forma captus. Adiuuabant eum optumatium studia, per quae in domum quoque puellae certamen partium penetrauit. Nobilis superior iudicio matris esse, quae quam splendidissimis nuptiis iungi puellam uolebat: tutores in ea quoque re partium memores ad suum tendere. Cum res peragi intra parietes nequisset, uentum in ius est. Postulatu audito matris tutorumque, magistratus secundum parentis arbitrium dant ius nuptiarum. Sed uis potentior fuit; namque tutores, inter suae partis homines de iniuria decreti palam in foro contionati, manu facta uirginem ex domo matris rapiunt ; aduersus quos infestior coorta optumatium acies sequitur accensum iniuria iuuenem (trad. G. Baillet revue et corrigée par Ch. Guittard). Cet épisode entre bien évidemment en résonance avec l’affaire de Virginie, au moment de la chute du décemvirat législatif à Rome en 449. À ce titre, la narration livienne est sans aucun doute marquée par la similitude des deux situations même s’il nous semble que cela n’invalide pas forcément l’anecdote, ni ses enseignements historiques.

110  Liv., 4, 11.

111  Liv., 5, 44 ; 5, 46 et 5, 48. Voir aussi les remarques de Bourdin 2005, p. 609.

112  Liv., 4, 29, 4. Notons qu’il n’est cependant pas question ici de confiscation mais simplement de la vente du butin.

113  Liv., 4, 30, 6 et 4, 31, 7.

114  Liv., 4, 43, 5-6. Cf. Rotondi 1962, p. 213 et Flach 1994, p. 254-255 n° 48.

115  Liv., 4, 44, 7-10. Cf. Rotondi 1962, p. 213.

116  Liv., 4, 47, 6.

117  Cf. Bandelli 1995, p. 157.

118  Pour 417 : Liv., 4, 47, 7-8, mais le plébiscite n’est pas certain. Pour 416 : Liv., 4, 48, 1-2 et 4, 48, 15-16. Cf. Rotondi 1962, p. 213 et Flach 1994, p. 255-256 n° 49.

119  Liv., 4, 48, 1 à 16.

120  Pour 415 : Liv., 4, 49, 6. Pour 414 : Diod., 13, 42, 6 et Liv., 4, 49, 7-12 et 4, 51, 3-6. Cf. Rotondi 1962, p. 213 et Flach 1994, p. 257-259 n° 50.

121  Liv., 4, 51, 7-8.

122  Liv., 4, 52, 2 et 4, 53, 1-7.

123  Diod., 14, 34, 7.

124  Liv., 5, 24, 4-5.

125  Cf. Bandelli 1995, p. 158.

126  Diod., 14, 102, 4 et Liv., 5, 24-25.

127  Liv., 5, 30, 8, qui évoque des lots de sept jugères pour un nombre inconnu de colons. Diod., 14, 102, 4 mentionne aussi des distributions à Véies, de quatre ou vingt-huit plèthres, pour un nombre inconnu de colons.

128  Liv., 6, 5, 1-2.

129  Liv., 6, 4, 4.

130  Liv., 6, 21, 1-5.

131  Liv., 6, 6, 7 ou Liv., 6, 12, 1-2.

132  Dion. Hal., 6, 61, 3 et Liv., 2, 39.

133  Liv., 6, 16, 6. Tite-Live (6, 15) fait état de lots de deux jugères et demi pour 2 000 colons.

134  Liv., 6, 22, 4.

135  Liv., 6, 22-24 ; 6, 27, 7 et 6, 32, 4.

136  Liv., 6, 33, 4-5.

137  Liv., 7, 27.

138  Cf. Bandelli 1995, p. 169.

139  Liv., 6, 30, 9.

140  Liv., 7, 42, 8.

141  De façon plus générale, on se reportera, pour ces dernières colonies et pour les étapes ultérieures de l’avancée romaine, à Cazanove 2001, p. 147-192.

142  Liv., 6, 5, 8.

143  Liv., 7, 15, 12.

144  Cf. Grandazzi 2008, p. 78-105.

145  Liv., 8, 1, 3.

146  Liv., 8, 13, 2.

147  Cette phase comprend des colonies latines : Frégelles (328) ; Luceria (314) ; Saticula et Suessa Aurunca (313) ; Pontiae (313) ; Interamna (312) ; Sora (303) ; Alba Fucens (303) ; Narnia (299) ; Carseoli (298) ; Venusia (291) ; Hatria (289 ?); Cosa et Paestum (273) ; Bénévent et Ariminum (268) ; Firmum (264) ; Æsernia (263) ; Alsium (247) ; Brindisi (244) ; Spolète (241) ; Crémone et Placentia (218). Mais aussi des colonies romaines : Terracine (329) et Sena Gallica (289-283).

148  Pensons aux travaux d’E. Fentress sur Cosa. Cf. Pelgrom 2008, p. 333-336 avec la bibliographie antérieure.

149  Cf. les données réunies par Pelgrom 2008, p. 338.

150  Pelgrom 2008, p. 342-354 qui parle de « clustered configuration ».

151  Notamment pour Labici, le pays volsque ou Véies. Cf. supra.

152  Depuis les travaux de Hinrichs 1974 et en particulier les p. 25-29 et 50-57, on se fonde en général sur une typologie des formes qui distingue une centuriation per strigas et per scamnas – réputée plus ancienne – de la centuriation traditionnelle. Ces appellations peuvent cependant désigner deux éléments bien différents. Il peut s’agir, d’une part, de la forme cadastrale ancienne per strigas ou per scamnas, comme à Suessa Aurunca, où l’on trouve trace d’une division par strigae qui pourrait remonter à la fin du IVe ou au début du IIIe siècle. D’autre part, il peut aussi s’agir d’une forme de découpage par centurie répétant ce dispositif en son sein. Autrement dit, l’affirmation selon laquelle les systèmes par strigatio ou scamnatio seraient nécessairement plus anciens est à manier avec prudence. Voir à ce sujet Pelgrom 2008, p. 361-367 et Roselaar 2010, p. 14-15 avec la bibliographie.

153  Chouquer et al.1987, p. 96.

154  Chouquer et al.1987, p. 98-99.

155  De Haas 2011, p. 238-239 et p. 263-264.

156  Chouquer et al.1987, p. 98.

157  De Haas 2011, p. 210-213 et p. 220-221.

158  Liv., 5, 24, 4-5.

159  Cf. Cornell 1995, p. 301-304 et Pelgrom 2008, p. 368.

160  Sur ce point, cf. les réflexions de Bispham 2006 et Bradley 2006. Voir aussi Pelgrom 2008, p. 354-357.

161  Sur cette loi agraire, cf. supra.

162  Liv. 10.21.7-10. Cf. Rotondi 1962, p. 237 et Elster 2003, p. 111-12 n° 50.

163  Cf. Bandelli 1995, p. 143-197 et Bandelli 1999, p. 91-98.

164  G. Bandelli 1995, et notamment la p. 155.

165  Cf. supra.

166  Idées déjà développées par Serrao et Raaflaub.

167  Sur cette législation, cf. Rotondi 1962, p. 190-191 ; Flach 1994, p. 59-62 n° 6, p. 63-69 n° 8, 9, 10, 11 et 12 avec la bibliographie. Sur la loi Valeria de prouocatione, on consultera aussi, depuis, Tassi Scandone 2008, p. 39-152, qui adopte cependant une vision fidéiste plutôt mommsénienne et anti-kunkélienne de la question.

168  Pour les sources sur son action politique, cf. Broughton 1951. Pour sa mort, avec le deuil des matrones romaines, cf. Liv., 2, 16, 7.

169  Liv., 2, 30, 5 à 2, 31, 11.

170  Bandelli 1995, p. 159.

171  Bandelli 1999, p. 94.

172  Liv., 4, 36, 1-2.

173  Sur ce plébiscite, cf. Dion. Hal., 10, 31, 2-3 ; Dion. Hal., 10, 32, 1-4 ; Dion. Hal., 10, 33, 1 ; Dion. Hal., 10, 40, 2 ; Dion. Hal., 11, 28, 2 et 11, 28, 7 ; Dion. Hal., 11, 30 à 11, 33, 3 ; Dion. Hal., 11, 37, 7 ; Dion. Hal., 11, 38, 2 ; Dion. Hal., 11, 46, 5 ; Dion. Hal., 11, 50 ; Liv., 3, 31, 1-2 ; Liv., 3, 32, 7 ; Liv., 3, 35, 4-5 ; Liv., 3, 44, 3-7 ; Liv., 3, 45, 4 à 46, 8 ; Liv., 3, 47, 3-8 ; Liv., 3, 48, 1 à 49, 4 ; Liv., 3, 51, 6-11 ; Liv., 3, 54, 11-15 ; Liv., 3, 57, 4 ; Liv., 3, 58, 5 ; Liv., 3, 63, 8-1 ; Liv., 3, 65, 9 et Zonar., 7, 19. Cf. aussi Rotondi 1962, p. 199-200 et Flach 1994, p. 95-98 n° 22.

174  Liv., 4, 49, 14-15 ; Liv., 4, 51, 3-6 ; 4, 58, 12-13 ; 6, 14, 11 (et peut-être 9, 24, 15). Cependant, Liv., 4, 51, 5 propose un témoignage ambigu car la colonie est présentée comme venant compenser l’absence d’une loi agraire qui aurait enlevé aux sénateurs les terres qu’ils occupaient indument. Toutefois, l’aspect fortement gracquien d’une telle incise doit peut-être conduire à ne pas en surévaluer la portée.

175  Liv., 5, 24, 7 à 5, 30, 7 et Plut., Cam., 7, 2-3 à 11, 2. Cf. Rotondi 1962, p. 214 et Flach 1994, p. 265-268 n° 54.

176  Liv., 5, 12. Cf. Rotondi 1962, p. 214.

177  Liv., 6, 5 et 6, 6. Cf. Rotondi 1962, p. 215.

178  Voir Willems 1885, p. 33­57 et p. 80­84 ; Niccolini 1932, p. 22 et p. 54­56 ; Homo 1927, p. 58­59, p. 67, p. 76­77 et p. 82 ; Staveley 1955 ; Biscardi 1987, p. 39­71 et p. 81­91 ; Serrao 1974, p. 39­41 ; Serrao 1981, p. 94 et p. 130­134 ; Amirante 1984­1985 ; Amirante 1991, p. 139­140, p. 186­187, p. 210­221 et Kunkel – Wittmann 1995, p. 81 n. 95, p. 439 n. 172, p. 608­610 et p. 617.

179  Voir Mommsen 1889, p. 175­176. On se reportera aussi à Meyer 1895, p. 18 ; Binder 1909, p. 371, p. 476 et p. 485 ; Beloch 1926, p. 350 et p. 477­478 ; Siber 1936, p. 39­44 ; von Fritz 1950 ; von Fritz 1953 ; Bleicken 1955, p. 13­15 ; Bleicken 1975, p. 95 n. 23 ; Develin 1975, p. 320­321 ; Magdelain 1978, p. 56­57 ; Maddox 1984 ; Hölkeskamp 1987, p. 163­166 ; Hölkeskamp 1988, p. 292­298 ; Mastrocinque 1988, p. 187­191 ; Sandberg 1993, p. 92­95 et Humbert 1998, p. 211­212.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibaud Lanfranchi, « Les confiscations à l’époque alto-républicaine. Entre conquête romaine, colonisation et législation tribunitienne », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 127-2 | 2015, mis en ligne le 14 octobre 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://mefra.revues.org/2929 ; DOI : 10.4000/mefra.2929

Haut de page

Auteur

Thibaud Lanfranchi

Université Toulouse Jean Jaurès, EA 4601 PLH ERASME – lanfranc@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org