Navigation – Plan du site
Expropriations et confiscations en Italie et dans les provinces : la colonisation sous la République et l’Empire

Introduction

Audrey Bertrand

Texte intégral

Le programme « Expropriations et confiscations dans la Rome antique »

1Ce dossier s’inscrit dans le programme de recherche intitulé « Expropriations et confiscations dans la Rome antique » initié par Yann Rivière, alors directeur des Études pour l’Antiquité à l’École française de Rome, et qui fut ponctué de quatre rencontres au cours des années 2010 et 20111. Ce projet s’est forgé sur le constat d’un décalage significatif entre l’investissement scientifique des chercheurs pour les questions liées à la possession des territoires, sur fond de problématiques impérialistes, d’une part et l’absence d’une réflexion globale sur les procédures d’expropriations et de confiscations durant l’histoire de la République et de l’Empire d’autre part. La perspective était initialement centrée sur la publicatio bonorum, à savoir la saisie et les ventes aux enchères des biens des accusés dans le contexte de la procédure criminelle ; il est bien vite apparu que dans le contexte des guerres civiles (des proscriptions tout particulièrement) de la fin de la République de telles saisies étaient indissociables des confiscations de terres liées aux déductions coloniales. Dans la mesure où mes propres travaux portaient alors sur la colonisation, le soin m’a été confié d’organiser une rencontre au cours de laquelle les transferts de propriété survenus dans le cadre des fondations de colonies seraient au centre de la réflexion, offrant en retour un apport décisif pour comprendre l’un des instruments majeurs de la conquête romaine. Ce dossier rassemble les contributions scientifiques présentées lors du colloque qui concrétisa cette entreprise, « Expropriations et confiscations en Italie et dans les provinces : la colonisation sous la République et l’Empire », organisé les 6 et 7 juin 2011 à l’École française de Rome2.

La colonisation républicaine et impériale à travers les processus de confiscations et d’expropriations

  • 3 Ernout – Meillet 1959 , s.u. « Colonus ».

2Des premiers temps de la République aux premiers siècles de l’Empire, en Italie puis dans les provinces, les déductions coloniales accompagnèrent la prise en main des territoires par Rome et, le plus fréquemment, engagèrent des transferts de propriété importants, qu’il s’agisse de terres – et des richesses qu’elles pouvaient abriter –, d’habitats ou de sanctuaires. Le terme même de colonus indique dans sa construction que le colon se définit comme celui qui remplace un occupant précédent3. L’ampleur chronologique et spatiale de ce phénomène, associée à des sources littéraires souvent autant imprécises que suggestives, rend difficile toute tentative de synthèse et a parfois conduit l’historiographie à occulter la complexité et la variété des situations locales, tant du point de vue du régime juridique des biens fonciers que de celui du statut des personnes présentes sur le territoire des colonies au lendemain des fondations. Cependant, les analyses les plus récentes du corpus gromatique, ainsi que les enquêtes archéologiques et épigraphiques dont les résultats sont aujourd’hui à disposition, engagent à essayer de mieux rendre compte de la réalité quantitative et qualitative des transferts de biens opérés dans le cadre de la colonisation, ainsi que des modalités spatiales et des conditions matérielles de leur mise en œuvre. Centrer l’étude sur les expropriations et les confiscations dans le cadre de la colonisation, c’est aussi éclairer les processus possibles de redistributions, d’échanges, de compensations, et contribuer ainsi à une meilleure connaissance de la politique coloniale romaine et de ses évolutions. L’ambition est donc vaste et pour y répondre le choix a été fait de se confronter à des époques et à des contextes variés, mais aussi, dans une perspective comparatiste, d’ouvrir la réflexion vers le monde grec archaïque.

  • 4 Pol., Hist., II, 2, 19.
  • 5 Flor., II, 9, 27-28.
  • 6 Virg., Buc., 1, 70-74 et 9, 3-4 ; Hor., Epist., 2, 2, 130‑136 ; Prop., El., 1, 21 et 22.

3Un examen rapide de la bibliographie disponible pourrait rassurer le chercheur de prime abord : peu de monographies consacrées à une colonie, ou à la colonisation dans une région donnée, omettent de traiter la question des modalités de l’installation des colons sur les terres conquises et toutes ou presque consacrent une réflexion attentive au nombre d’individus envoyés par Rome, aux dimensions des lots de terre distribués, ou encore au sort réservé aux populations coloniales. Cet intérêt des Modernes pour les confiscations n’étonne guère, en premier lieu parce qu’elles jouissent d’une visibilité importante dans les sources littéraires, où certains récits jettent une lumière crue sur la violence de la conquête, le massacre des populations locales et les confiscations massives effectuées pour permettre l’installation des colons. Y apparaît ainsi au premier plan du phénomène colonial le renouvellement de la population sur un territoire donné et, partant, les transferts de propriété qu’il implique. Ainsi, Polybe fournit un récit succinct de la conquête du territoire des Gaulois Sénons, où trois étapes majeures se dégagent : l’extermination de la plus grande partie de la population, l’expulsion des survivants, puis la domination finale et complète des Romains sur les terres conquises, sanctionnée par l’envoi de colons4. En réalité, pour la période alto- et médio-républicaine, les sources littéraires laissent largement au second plan les conditions matérielles des expropriations, puisque le point de vue adopté envisage avant tout un phénomène global, celui de la soumission d’un peuple ennemi et d’un territoire, et ne s’attarde guère sur le sort des vaincus. En revanche, les guerres civiles du Ier s. av. n.è. offrent aux auteurs l’opportunité d’évoquer plus spécifiquement, et parfois de manière suggestive, les transferts de propriété. Florus insiste à plusieurs reprises sur les confiscations opérées par Sylla sur les territoires des cités philomarianistes5. Pour l’époque triumvirale, Horace, Properce et Virgile adoptent un ton pathétique pour transmettre et dénoncer le désespoir des propriétaires contraints d’abandonner leurs terres et leurs maisons afin de laisser la place aux nouveaux arrivants6.

  • 7 Salmon 1969, p. 98 et suiv.

4L’écho littéraire des confiscations et expropriations effectuées dans le cadre colonial n’est donc pas négligeable et a contribué sans doute aucun à ce qu’elles deviennent un objet historiographique majeur : des travaux de Theodor Mommsen à ceux d’Ettore Pais, des études de Giorgio Tibiletti à celles d’Edward T. Salmon et Emilio Gabba, l’évaluation quantitative des transferts de terres effectués dans le cadre des opérations coloniales a été un enjeu permanent des études historiques, étroitement lié à celui du nombre de colons envoyés sur place et du nombre d’indigènes encore présents sur le territoire conquis, le cas échéant. Cependant, la qualité des informations transmises sur les confiscations par les sources littéraires apparaît presque inversement proportionnelle à l’importance des enjeux historiographiques que ce phénomène recouvre. En effet, la réflexion sur les expropriations opérées dans le cadre de la colonisation se prolonge vers des problématiques plus vastes, le sens historique de ce phénomène sous la République et sous l’Empire, et la nature de l’impérialisme romain. C’est à travers l’évaluation de l’intensité des opérations de confiscations qu’on a voulu mener des enquêtes sur les objectifs poursuivis par Rome lorsqu’elle déduisait des colonies en Italie et dans les provinces. L’approche quantitative – quelle surface de territoire est soumise à des expropriations – et qualitative – qui possédera ces terres – sert alors à déterminer si la déduction coloniale a répondu à une entreprise punitive à l’égard d’une cité donnée, à la nécessité de trouver des terres pour la plèbe de l’Vrbs, ou encore à la volonté de contrôler militairement une zone donnée. Le traitement réservé aux populations locales rejoint ces problématiques : des confiscations limitées seraient le signe d’une éventuelle intégration des indigènes, ou du moins des élites, au sein de la nouvelle communauté. Il n’est pas question de réduire le phénomène colonial à cette grille interprétative schématique et composée d’alternatives trop réduites pour rendre la complexité et la variété des situations coloniales à travers le temps et l’espace ; cependant, les grandes lignes de cette grille de lecture résument les problèmes historiques étroitement liés à la question des confiscations. Ainsi, lorsqu’Edward Salmon réfute l’hypothèse d’une action punitive envers Capua pour expliquer la création d’une colonie à Volturnum en 194 av. n.è., son argumentaire se fonde avant tout sur la faible extension du territoire de celle-ci et, par conséquent, sur le caractère limité des expropriations conduites sur les terres appartenant à Capoue7. L’étude de l’occupation des territoires coloniaux participe au premier plan d’un effort historiographique continu pour préciser les liens entre les formes de contrôle du territoire et celles de la domination économico-politique.

  • 8 Signalons notamment Bispham 2006 ; Patterson 2006. En dernier lieu, voir Stek – Pelgrom 2014.
  • 9 Torelli 1988.

5Le dossier réuni dans ce volume entend prolonger ces efforts ; il émerge aussi d’un contexte scientifique particulièrement dynamique depuis quelques années, où l’histoire de la colonisation a bénéficié tout à la fois d’un apport de sources nouvelles et d’un renouvellement conceptuel important. Sans prétendre à une présentation exhaustive des travaux à l’origine de cette vitalité historiographique, leurs lignes de force se déclinent en trois volets principaux. Le premier a pris la forme d’une profonde remise en cause de la colonisation telle que la donnent à voir les sources littéraires, soit une entreprise entièrement étatique et homogène, caractérisée par la régularité de ses procédures et modalités : plusieurs travaux ont insisté durant la dernière décennie sur le caractère « expérimental » des colonies d’époque républicaine, résultats du pragmatisme militaire et administratif des Romains face à la nécessité de gérer de nouveaux territoires plutôt que traductions d’un modèle politique et juridique bien défini. Les auteurs du Ier s. av. n.è. seraient en partie responsable de notre vision trop uniforme des colonies, où les particularités de chaque situation coloniale et les évolutions seraient trop facilement gommées8. Certaines conclusions de ces travaux ont semblé vouloir déconstruire entièrement le concept de colonies, au moins pour l’époque alto- et médio-républicaine. L’insistance sur la variété des fondations coloniales et la nécessité de privilégier les études de cas à la traque stérile d’un modèle répliqué à l’identique emportent aujourd’hui l’adhésion de tous les chercheurs et ne font que prolonger ce que signalait Mario Torelli dès les années 19809. Faut-il néanmoins s’affranchir de la catégorie de « colonies », parce que trop rigide, pour appréhender l’histoire de la conquête de l’Italie et des provinces ? Seules des études de cas précises et l’appréhension concrète des mécanismes de la colonisation offrent de premiers éléments de réponse et de véritables outils aux historiens pour reconstruire la réalité de ce phénomène, avec autant de justesse et de nuances que les sources le permettent.

  • 10 Capogrossi Colognesi 2004, p. 22.
  • 11 Ibid., passim.

6Un deuxième élément du dynamisme des études sur la colonisation concerne plus spécifiquement les opérations d’expropriations et prend sa source dans les nouvelles analyses dont ont fait l’objet les textes gromatiques. Une difficulté méthodologique majeure marque ce type de documents : rédigés à l’époque impériale, ils décrivent aussi des réalités juridiques et politiques qui renvoient plus sûrement à l’époque médio- et tardo-républicaine. Néanmoins, l’adoption par les arpenteurs de ce « point de vue singulièrement rétrograde »10 offre à l’historien une plongée dans la complexité et la variété de l’organisation des territoires coloniaux, tant sur le statut des biens fonciers que sur celui des individus qui les possèdent en aval de la déduction coloniale. Le réexamen attentif des situations décrites par les textes gromatiques est le nécessaire contrepoint à ce que les enquêtes archéologiques et topographiques montrent des transformations du paysage. Parmi les pistes de recherche qui invitent à prolonger les réflexions sur les expropriations en situation coloniale, la question de la limitatio mérite notamment une attention particulière, depuis que ses liens exclusifs avec le dominium ex iure Quiritium ont été largement nuancés11. Parallèlement, les concepts juridiques mobilisés par les agrimensores obligent à ne pas se contenter d’une dichotomie simpliste entre d’un côté des terres confisquées et assignées aux colons, et de l’autre, l’ager publicus, l’ensemble étant soumis dans son entier à la juridiction de la colonie. Les sources gromatiques, en faisant intervenir les catégories de terres exceptae et de terres redditae et comutatae pro suo, révèlent l’existence d’une mosaïque beaucoup plus colorée des situations foncières où se pose de manière aiguë la question des modalités de la présence des indigènes.

  • 12 Respectivement, Heijmans – Rothé 2008 ; Roumegous 2009 ; Planchon – Bois – Conjard-Réthoré 2010.
  • 13 Sabbatini 2001 – Marchi 2010.
  • 14 Notamment Marchi – Forte 2012.
  • 15 La bibliographie est vaste, voir par exemple Vermeulen 2010.
  • 16 Gorostidi Pi – Berni Millet 2010 ; Prevosti – Guitart i Duran 2010 ; Prevosti – Guitart i Duran 20 (...)

7Enfin, les enquêtes archéologiques toujours plus nombreuses enrichissent et affinent depuis plusieurs années notre connaissance des territoires coloniaux. Elles fournissent la matière nécessaire à la confrontation d’études de cas, seule voie possible pour entrer dans les particularités de chaque déduction et la spécificité des processus d’expropriations qui en résultait. Un tour d’horizon général des nouvelles publications à disposition est hors de portée, mais quelques exemples parmi les plus récents illustrent la vitalité des travaux archéologiques. Pour la Gaule, les fascicules de la carte archéologique dédiés aux colonies d’Arles, Orange et Valence ont été publiés entre 2008 et 201012. En Italie sont désormais à disposition des chercheurs les deux volumes de la Forma Italiae consacrés à l’ager Venusinus13, les premiers résultats des prospections et des campagnes de photographie aérienne de la valle del Celone sur le tavoliere des Pouilles, qui intéressent notamment la colonie de Luceria14, tout comme ceux du « Potenza Valley Project » associant prospections archéologiques, géophysiques et photographies aériennes dans cette vallée marchésane15 (colonies de Potentia, Helvia Ricina). Pour les provinces, signalons par exemple la parution entre 2010 et 2013 de cinq volumes consacrés à l’étude de l’ager Tarraconensis16. C’est la somme de ces données nouvelles qui octroie aux chercheurs la possibilité de confronter le cadre général que dessinent les sources littéraires aux réalités matérielles des expropriations, enrichies d’une profondeur chronologique et spatiale difficilement accessible sinon. L’archéologie du paysage, les transformations du bâti, la culture matérielle sont autant de traces des modifications intervenues dans l’occupation d’un territoire. D’une colonie à l’autre, les enquêtes archéologiques aujourd’hui disponibles affinent nos connaissances sur les dimensions quantitatives et qualitatives des expropriations et dessinent plus nettement le contexte dans lequel analyser la documentation épigraphique.

8Le premier objectif de la rencontre, comme l’expriment les treize articles qui en sont issus, a été d’exploiter et de valoriser ce contexte scientifique particulièrement dynamique ; le dossier rassemblé regroupe des spécialistes de champs divers, tant d’un point de vue chronologique et géographique que des sources mobilisées pour les analyses proposées. Cette variété, ou hétérogénéité, assumée nous a semblé un premier pas vers une synthèse, même partielle, des dernières avancées de la recherche sur les trois axes problématiques placés au cœur de cette table-ronde.

9En écho aux trois rencontres qui précédèrent celle consacrée à la colonisation, nous avons souhaité focaliser l’attention sur l’acte de confiscation ou d’expropriation, c’est-à-dire sur les réalités juridiques pratiques qui accompagnent l’installation des colons et l’éventuelle expulsion des populations locales. Nous l’avons déjà souligné, les textes gromatiques transmettent l’image de territoires coloniaux où existe une mosaïque de statuts fonciers, image qui s’accorde mal avec l’idée d’une simple expulsion des indigènes de leurs terres. Les modalités de leur présence au lendemain de la conquête apparaissent centrales dans la compréhension du phénomène colonial et invitent à s’intéresser de très près aux procédures de redistributions, d’échanges et de compensations. La visibilité de ces étapes n’a rien d’évident, surtout pour la période républicaine ; les périodes de crise, notamment durant les guerres civiles du Ier s. av. n.è. caractérisées par une intense activité coloniale, produisent des sources souvent plus nombreuses, littéraires et épigraphiques, qui donnent un aperçu plus net de ces processus. Il consent alors aux chercheurs de considérer avec un œil plus averti les déductions coloniales de l’époque médio-républicaine, moins bien documentées.

  • 17 Andreau 1980.

10Dans la continuité de ce champ de réflexion, un deuxième axe problématique intéresse l’évaluation qualitative des expropriations. Il ne suffit pas en effet de déterminer, dans le meilleur des cas, un pourcentage approximatif des terres qui seraient passées des mains des indigènes à celles des colons pour avoir une vision juste des modalités de la colonisation. D’autres paramètres entrent en jeu, que l’on peut envisager sous forme de questionnaire ouvert : était-il systématique que les colons reçoivent les terres considérées les meilleures ? Lorsqu’un centre urbain ou proto-urbain préexistait à la déduction coloniale, les habitats les plus prestigieux ou les plus vastes étaient-ils nécessairement confisqués de manière privilégiée ? Ou encore, selon quels critères un sanctuaire indigène entrait-il à faire partie des sacra publica ? Autrement dit, possédait-il des qualités intrinsèques ou extrinsèques qui puissent rendre compte de la décision prise par les triumvirs fondateurs de l’assigner à la colonie, le cas échéant ? On ne peut malheureusement ignorer les difficultés de telles enquêtes, celles liées à l’absence de documentation comme à l’interprétation délicate de la culture matérielle. Jean Andreau le déplorait il y a 30 ans pour la colonie de Pompéi, pourtant exceptionnellement riche archéologiquement : si les traces laissées par les vétérans de Sylla se dérobaient très largement au regard de l’archéologue et de l’historien, il n’y avait pourtant aucun doute que l’arrivée des colons avait été un véritable « tremblement de terre social »17. Les progrès de l’archéologie, l’ouverture de nouveaux chantiers, permettent aujourd’hui de ne pas laisser ces questionnements sans réponse. De ces enquêtes dépend à notre sens une appréhension plus fine de la politique coloniale des Romains, de son évolution et de sa souplesse. Si l’on doit revenir sur les schémas trop rigides proposés par l’historiographie de la première moitié du XXe siècle, de telles études s’avèrent incontournables puisqu’elles permettent aux chercheurs de proposer une approche synchronique et diachronique de la colonisation au sein de laquelle la spécificité des contextes locaux et historiques, mais aussi la personnalité des agents à l’œuvre, peuvent être mises en relation avec les variations d’un hypothétique « modèle » colonial. C’est aussi à une réévaluation de la pertinence des catégories traditionnelles utilisées pour classer les colonies qu’elles invitent, colonies « militaires » ou « honoraires » par exemple.

  • 18 Lors du colloque, une ouverture vers le monde contemporain avait également été proposée à travers (...)
  • 19 Terrenato 2005.

11Implicite depuis le début de cette présentation, la question du comparatisme traverse l’ensemble des axes problématiques abordés. L’insertion au sein de ce dossier consacré à la colonisation romaine d’une analyse de la question foncière dans les colonies grecques en est l’aspect le plus visible18. En multipliant les contextes d’étude – la Grèce archaïque, l’Italie alto-républicaine, la Syrie impériale, etc. –, il ne s’agit pas de donner une signification unique et universelle à des pratiques caractérisées par la diversité des objectifs, des modalités de leur mise en œuvre ou encore des conséquences historiques sur les territoires concernés. Le comparatisme raisonnable et limité qui est mis en œuvre au sein de ce dossier exploite un double avantage. Le premier s’appuie sur la conviction que la confrontation d’études de cas vise moins à faire apparaître des similitudes qu’à favoriser une connaissance d’ordre contrastif, les différences mises en lumière étant souvent plus fertiles scientifiquement que les parallèles. Dans cette perspective, le choix de ne pas appréhender la colonisation d’un point de vue global, mais d’y entrer par le biais de pratiques précises, les confiscations et expropriations, offre la voie privilégiée pour permettre aux chercheurs de faire entrer en résonance leurs approches sur des objets comparés clairement délimités. Comme l’a souligné Nicola Terrenato19, les post-colonial studies ont donné aux antiquisants un arsenal conceptuel riche, afin de mener un comparatisme efficace, mais leur mise en œuvre s’avère parfois délicate, notamment à cause du mètre-étalon souvent implicite des entreprises comparatistes : l’impérialisme contemporain continue de peser lourdement sur nos réflexions. Assumer le comparatisme, dans un cadre chronologique et géographique limité, est l’un des moyens pour ne pas passer sous silence les pièges de la sémantique, en partie liés aux contraintes épistémologiques contemporaines, et de mieux comprendre les divers temps et formes de la colonisation, en révélant leurs différences structurelles.

Présentation du dossier

12Le dossier se structure en trois grands axes, organisés selon une double logique : celle des sources privilégiées pour l’étude, et chronologique. Ainsi un premier ensemble regroupe des études fondées sur les sources littéraires d’abord, dont les textes gromatiques et juridiques, et qui toutes envisagent la colonisation à la lumière de son droit. Une deuxième grande section, centrée sur l’Italie républicaine, rassemble des articles où les sources archéologiques forment le socle principal de la réflexion pour déterminer l’ampleur des bouleversements induits par la colonisation sur les territoires. Enfin, une dernière partie couvre la période de la fin de la République et de l’Empire et propose des cas d’étude provinciaux, pour lesquels sont principalement mises à contribution l’épigraphie et l’archéologie afin de révéler les multiples traces de l’occupation coloniale et indigène.

13Dans une perspective comparatiste, l’article liminaire de ce dossier s’intéresse aux confiscations foncières dans le monde grec. La difficulté de mettre en relation les sources relatives aux confiscations en droit grec avec l’ensemble des sources disponibles pour étudier la colonisation forme selon Julien Zurbach un premier obstacle méthodologique pour l’enquête. Celle-ci lui permet néanmoins de dégager deux hypothèses de travail dont la portée heuristique dépasse largement la colonisation grecque. Il souligne d’abord la nécessité de ne pas envisager la fondation coloniale comme un instantané, mais de la saisir dans son épaisseur chronologique afin de mieux mesurer les processus de confiscations. Pour comprendre ceux-ci, il est également nécessaire d’établir un lien étroit avec le statut des terres anté-colonisation, car il les détermine probablement en partie.

14Quatre contributions se réunissent pour proposer une approche juridique des confiscations et expropriations dans le cadre de la colonisation romaine. Envisagés à partir du corpus gromatique, les processus de confiscations offrent l’un des rares aperçus que permettent les sources littéraires sur les populations locales. Les contributions d’Antonio Gonzales et Lorenzo Gagliardi offrent ensemble un panorama des situations indigènes autour du moment colonial. Des modes de légitimation de l’expropriation des populations locales aux statuts des vaincus, les expériences coloniales se caractérisent par une forte diversité : celle-ci révèle un politique coloniale romaine marquée par le pragmatisme et la plasticité des solutions mises en œuvre en fonction des contextes d’implantation. En plaçant eux aussi les instruments du droit au cœur de notre compréhension du phénomène colonial, les deux dernières contributions de cette première partie éclairent à leur tour la richesse de cette approche. L’étude de la colonisation durant les deux premiers siècles de la République, pour lesquels les sources littéraires forment un corpus complexe à exploiter, invite Thibaud Lanfranchi à réévaluer à la hausse le poids de la législation tribunitienne et à avancer l’hypothèse que les plébiscites agraires aient pu jouer un rôle de premier plan dans l’expansion coloniale romaine. Pour une période marquée à la fois par une politique coloniale intensive et par la violence des transferts patrimoniaux, celle des guerres civiles qui closent la période républicaine, l’article de Raphaëlle Laignoux montre également que l’analyse des procédures juridiques qui encadrent la colonisation – toujours en vigueur alors – permettent, tout autant que la mise au jour des rapports de force, d’entrer dans la logique historique des affrontements politiques entre les prétendants au pouvoir, celle d’une recherche de légitimité.

15L’Italie archaïque et républicaine forme, avec l’exploitation privilégiée des sources archéologiques, le socle commun aux articles réunis dans la deuxième partie de ce volume. L’étude de Saskia Roselaar s’intéresse aux catégories d’individus qui bénéficièrent des confiscations opérées dans le cadre colonial. Les historiens peinent à dresser, à partir des seules sources littéraires, un tableau précis des individus appelés à rejoindre les colonies formées par Rome. S’il est exclu que les citoyens romains aient été les seuls nouveaux occupants des territoires conquis, dans quelle mesure les alliés latins et italiens ont-ils pris part aux fondations coloniales ? Le croisement de l’ensemble des types de sources, associé à la prise en compte de la culture matérielle, apporte une réponse nuancée à ce problème puisque la présence d’Italiens dans les colonies – indéniable – reste invisible durant les phases de fondations coloniales, pour n’apparaître que quelques décennies plus tard. Gabriele Cifani, Helena Fracchia, Maurizio Gualtieri et Fabrizio Pesando interrogent les formes de confiscations et d’expropriations en traquant les traces archéologiques qu’elles ont pu laisser. Ces trois enquêtes placent au cœur de leur réflexion les recompositions spatiales consécutives aux entreprises de colonisation, à l’échelle du territoire, de la ville et des bâtiments. Gabriele Cifani démontre ainsi que la densification des établissements ruraux autour de Fidènes d’une part et Véies d’autre part, durant la période archaïque, peut être mise en relation avec la politique d’expansion romaine et l’installation de colons dans les espaces de confins. Ce sont également les transformations du paysage agraire qu’évaluent Helena Fracchia et Maurizio Gualtieri afin de mesurer l’impact de la déduction de Buxentum sur l’occupation de la valle del Bussento. L’analyse des témoignages archéologiques se révèle doublement salutaire face au récit livien, puisqu’elle signale d’une part la réalité de l’occupation lucanienne du territoire en aval de l’abandon de l’oppidum de Roccagloriosa et d’autre part la continuité des sites du IVe au Ier s. av. n.è. La question de la visibilité archéologique des colons, et, partant, de notre capacité à évaluer les expropriations liées aux déductions coloniales, se trouve également au cœur du travail de Fabrizio Pesando. Bien que les sources littéraires insistent à l’envi sur le traumatisme de la déduction syllanienne, seule une enquête à l’échelle des domus pompéiennes laisse entrevoir des transferts de propriété. En écho à l’étude de Julien Zurbach, et à celle de Nicolas Tran sur Valence (cf. infra), la question de la durée du « moment » colonial, apparaît ici cruciale puisqu’on constate le retour des grandes familles samnites sur le devant de la scène politique quelques décennies après la déduction syllanienne.

16La troisième et dernière partie de ce dossier rassemble quatre études provinciales – Achaïe et Macédoine, Gaule Narbonnaise, Bétique et Syrie – au sein desquelles la documentation épigraphique est mise à contribution de manière privilégiée. Les inscriptions découvertes sur les territoires des colonies dessinent de manière souvent fine les contours de la présence des colons. Ainsi, les nombreuses colonies fondées par César et Auguste en Grèce révèlent selon Athanase Rizakis l’approche pragmatique et inventive des Romains dans l’organisation des territoires destinés à accueillir les vétérans : parfois soucieux de ne pas mécontenter les populations locales, les fondateurs n’ont pas systématiquement attribué les terres les plus fertiles, ni les plus proches du chef-lieu colonial, aux colons. À Valence, Nicolas Tran restitue, à côté des distributions foncières attendues aux colons, la persistance d’un bourg indigène dont les habitants furent progressivement intégrés à la communauté civique coloniale. Il met en valeur, ici aussi, le temps long du processus colonial. La documentation épigraphique religieuse s’offre à son tour comme un outil précieux dans la localisation des colons et, partant, des modalités de la coexistence avec la population indigène. Analysées par Anne-Rose Hošek pour le territoire de Berytus, les dédicaces religieuses, ainsi que l’évolution du paysage religieux, laissent entrevoir une installation disséminée des colons dans des villages préexistants. Enfin, la question de l’assise économique des colons, qui court parallèlement et de façon continue à celle de l’évaluation des confiscations opérées en leur faveur, se trouve au cœur de l’étude conduite par Almudena Orejas et Christian Rico sur les mines hispaniques. Les études de cas de Carthago Nova et Corduba suggèrent que les richesses minières aient pu être un élément déterminant dans la construction des territoires coloniaux, en vue d’offrir aux premières générations de colons les bases d’une implantation réussie, qui passait par l’appropriation des ressources locales majeures.

Haut de page

Bibliographie

Andreau 1980 = J. Andreau, Pompéi : mais où sont les vétérans de Sylla ?, dans REA, 82, 1980, p. 183-199.

Bispham 2006 = E. Bispham, Coloniam deducere : how Roman was Roman Colonization during the Middle Republic ?, dans G. Bradley, J. P. Wilson (éd.), Greek and Roman colonization. origins, ideologies and interactions, Wales, 2006, p. 74-160.

Capogrossi Colognesi 2004 = L. Capogrossi Colognesi, Le statut des terres dans l’Italie républicaine, dans Histoire & Sociétés Rurales, 2, 22, 2004, p. 9-28.

Ernout – Meillet 1959 = A. Ernout, A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine : une histoire des mots, Paris, 1959-1960, 4e éd. revue et corrigée, 2 vol.

Gorostidi Pi – Berni Millet 2010 = D. Gorostidi Pi, P. Berni Millet, Ager Tarraconensis, 3, Les inscripcions romanes, Barcelone, 2010.

Heijmans – Rothé 2008 = M. Heijmans, M.-P. Rothé, Arles, Crau, Camargue, Paris, 2008.

Jarrega Domínguez – Prevosti i Monclús 2014 = R. Jarrega Domínguez, M. Prevosti i Monclús (dir.), Ager Tarraconensis, 4, Els Antigons, una vil la senyorial del camp de Tarragona, Barcelone, 2014.

Marchi 2010 = M. L. Marchi, Ager Venusinus. II : (IGM 175 II SO; 187 I NO; 187 I SE; 188 IV NO; 188 IV SO), Florence, 2010.

Marchi – Forte 2012 = M. L. Marchi, G. Forte, Paesaggio e storia della Daunia antica : l’ager Lucerinus, dans A. Gravina (dir.), Atti del 32° Convegno sulla Preistoria – Protostoria – Storia della Daunia, (San Severo, 12-13 novembre 2011), San Severo, 2012, p. 271-290.

Patterson 2006 = J. R. Patterson, Colonization and historiography : the Roman Republic, dans G. Bradley et J. P. Wilson (éd.), Greek and Roman colonization. Origins, ideologies and interactions, Wales, 2006, p. 189-218.

Planchon – Bois – Conjard-Réthoré 2010 = J. Planchon, M. Bois, P. Conjard-Réthoré, Carte archéologique de la Gaule, 26, la Drôme, Paris, 2010.

Prevosti – Guitart i Duran 2010 = M. Prevosti, J. Guitart i Duran, Ager Tarraconensis, 1, Aspectes històrics i marc natural, Barcelone, 2010.

Prevosti – Guitart i Duran 2011 = M. Prevosti, J. Guitart i Duran, Ager Tarraconensis, 2, El poblament, Barcelone, 2011.

Prevosti – Guitart i Duran – López i Vilar 2013 = M. Prevosti, J. Guitart i Duran, J. López i Vilar (dir.), Ager Tarraconensis, 5, Paisatge, poblament, cultura material i història, Barcelone, 2013.

Roumegous 2009 = A. Roumegous, Orange et sa région, Paris, 2009.

Sabbatini 2001 = G. Sabbatini, Ager Venusinus, 1, Mezzana del Cantone, Florence, 2001.

Salmon 1969 = E.T. Salmon, Roman colonization under the Republic, Londres, 1969.

Stek – Pelgrom 2014 = T. D. Stek, J. Pelgrom, Roman republican colonization : new perspectives from archaeology and ancient history, Rome, 2014.

Terrenato 2005 = N. Terrenato, The deceptive archetype. Roman colonialism and post-colonial thought, dans H. Hurst et S. Owen (éd.), Ancient colonizations : Analogy, similarity and difference, Londres, 2005, p. 59-72.

Torelli 1988 = M. Torelli, Aspetti ideologici della colonizzazione romana più antica, dans DdA, 6, 3e série, 1988, p. 65-72.

Vermeulen 2010 = F. Vermeulen, Reviewing 10 years of aerial photography in the Valley of the River Potenza (Le Marche), dans G. Ceraudi (éd.), 100 anni di archeologia aerea in Italia [Atti del convegno internazionale, Roma 15-17 aprile 2009], Foggia, 2010, p. 255-264.

Haut de page

Notes

1 Dans l’ordre chronologique : colloque « Expropriations et confiscations dans l’Empire tardif et les royaumes barbares » (14-15 septembre 2009) ; conférence « Expropriations et confiscations dans l’Empire tardif et les royaumes barbares » (15 avril 2010) ; colloque « Expropriations et confiscations à la fin de la République et au début de l’Empire » (18-19 novembre 2010) ; colloque « Expropriations et confiscations en Italie et dans les provinces : la colonisation sous la République et l’Empire » (6 et 7 juin 2011). Le premier colloque a été publié : F. Porena et Y. Rivière (dir.), Expropriations et confiscations dans les royaumes barbares : une approche régionale, Rome, 2012 (Collection de l’École française de Rome, 470).

2 Le programme de la rencontre est consultable à cette adresse : http://www.ecole-francaise.it/fr/PDF/rep-empire_fr_06062011.pdf. Seule la contribution de R. Laignoux est issue du colloque « Expropriations et confiscations à la fin de la République et au début de l’Empire » (École française de Rome, 18-19 novembre 2010), organisé par Y. Rivière. En raison de sa convergence thématique avec les contributions rassemblées ici, il a été décidé, en accord avec l’auteur et avec l’organisateur de la rencontre, de l’insérer dans ce dossier.

3 Ernout – Meillet 1959 , s.u. « Colonus ».

4 Pol., Hist., II, 2, 19.

5 Flor., II, 9, 27-28.

6 Virg., Buc., 1, 70-74 et 9, 3-4 ; Hor., Epist., 2, 2, 130‑136 ; Prop., El., 1, 21 et 22.

7 Salmon 1969, p. 98 et suiv.

8 Signalons notamment Bispham 2006 ; Patterson 2006. En dernier lieu, voir Stek – Pelgrom 2014.

9 Torelli 1988.

10 Capogrossi Colognesi 2004, p. 22.

11 Ibid., passim.

12 Respectivement, Heijmans – Rothé 2008 ; Roumegous 2009 ; Planchon – Bois – Conjard-Réthoré 2010.

13 Sabbatini 2001 – Marchi 2010.

14 Notamment Marchi – Forte 2012.

15 La bibliographie est vaste, voir par exemple Vermeulen 2010.

16 Gorostidi Pi – Berni Millet 2010 ; Prevosti – Guitart i Duran 2010 ; Prevosti – Guitart i Duran 2011 ; Prevosti – Guitart i Duran – López i Vilar 2013 ; Jarrega Domínguez – Prevosti i Monclús 2014.

17 Andreau 1980.

18 Lors du colloque, une ouverture vers le monde contemporain avait également été proposée à travers la communication de Federico Cresti (Università degli Studi di Catania) sur la colonisation italienne en Libye durant la période fasciste. Nous profitons de la publication de ce dossier pour le remercier à nouveau chaleureusement d’avoir accepté de s’investir alors dans une rencontre centrée sur l’Antiquité.

19 Terrenato 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Bertrand, « Introduction », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 127-2 | 2015, mis en ligne le 23 octobre 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://mefra.revues.org/2945 ; DOI : 10.4000/mefra.2945

Haut de page

Auteur

Audrey Bertrand

Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Analyse Comparée des Pouvoirs (ACP) EA 3350 – audrey.bertrand@u-pem.fr

Articles du même auteur

  • Au chevet de Livie [Texte intégral]
    La colonie d’Vrbs Saluia et le culte de Salus Augusta
    Paru dans Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 125-2 | 2013
Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org