Navigation – Plan du site
Expropriations et confiscations en Italie et dans les provinces : la colonisation sous la République et l’Empire

Metalla, civitates, coloniae : les mines hispaniques dans les processus de changement des statuts territoriaux à la fin de la République et au début de l’Empire

Almudena Orejas et Christian Rico

Résumés

Les mines anciennes ont été souvent considérées comme des éléments à part, dont l’évolution est restée indépendante des transformations qui ont secoué les villes et leurs territoires. Pourtant, la recherche contextuelle sur divers secteurs miniers indique que l’existence de richesses minières a conditionné l’assignation et l’aménagement (ou le réaménagement) des territoires des colonies et des municipes de l’Hispanie méridionale. Nous proposons d’analyser dans ce texte deux de ces zones : d’un côté, le rôle des mines dans la construction du territoire colonial de Carthago Nova (Carthagène, Murcie) et de l’autre, les rapports entre les mines et les territoires des colonies et des municipes du secteur central de la vallée du Guadalquivir (Andalousie). Les dernières décennies de l’étape républicaine et le premier siècle de notre ère ont été décisifs dans les mutations des statuts juridiques et territoriaux dont les mines étaient partie prenante.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette recherche a été développée dans le cadre du projet de recherche « Paisajes de dominación y resistencia. Procesos de apropiación y control social y territorial en el Noroeste hispano Proyecto » (PADORE) (HAR 2012-33774).

Texte intégral

1Le rapport entre les mines et les civitates reste un sujet très peu exploré. En fait, les particularités de l’exploitation minière, les infrastructures nécessaires, l’impact des travaux eux-mêmes (superficiels ou souterrains), des processus métallurgiques associés et les effets dérivés de l’accumulation de déchets (déblais et scories) sont à l’origine de l’idée que les metalla étaient des unités extraterritoriales dont l’agencement ne répondait pas aux modèles d’organisation, d’aménagement et d’administration des territoires des civitates, quel que fût leur statut juridique. Contre cette caractérisation simplificatrice, divers arguments indiquent qu’il faut reconsidérer le rôle des espaces miniers dans la planification et l’aménagement du territoire dans le cadre du sol provincial.

2Sans doute, dès les premières décennies de la domination de l’Hispania, le contrôle des riches gisements du Sud-Est péninsulaire a été au cœur des opérations stratégiques ; l’archéologie, l’épigraphie et les textes anciens en témoignent. Mais c’est à partir de la période augustéenne que la domination sur les zones minières les plus riches devient plus clairement une affaire d’État, notamment quand elles produisent les matières premières du monnayage : or, argent, cuivre.

3Stricto sensu, nous n’avons pas d’informations directes sur des démarches de confiscations ou bien d’expropriations liées à la colonisation, mais quelques indices montrent que, dans certains cas, l’existence de richesses minières a conditionné l’assignation et l’aménagement (ou le réaménagement) des territoires des colonies et des municipes de l’Hispanie méridionale. Nous proposons d’analyser dans ce texte deux cas de figure : le rôle des mines dans la construction du territoire colonial de Carthago Nova et les rapports entre les mines et les territoires des colonies et des municipes du secteur central du Guadalquivir (fig. 1).

Fig. 1 - Carte des principales zones minières d’Hispanie (@ EST-AP, CSIC)

Fig. 1 - Carte des principales zones minières d’Hispanie (@ EST-AP, CSIC)

Les mines de Carthago Nova : de l’ager publicus républicain à l’ager colonialis

  • 1 Un résumé des recherches et des interventions archéologiques dans Ramallo 2003. Sur les recherches (...)

4Carthago Nova a une place singulière dans l’histoire de la péninsule Ibérique des derniers siècles avant notre ère. Le site fut choisi par Hasdrubal, père d’Hannibal, pour y installer, en 229 av. J.-C., le centre du pouvoir barcide dans le Sud de la péninsule Ibérique conquis quelques années plus tôt. Le choix du site n’était pas indifférent. Il est le seul port en eaux profondes abrité de la côte méditerranéenne ibérique, qui plus est protégé côté terre par un système de lagunes que les Carthaginois n’eurent qu’à renforcer par une puissante muraille. Celle-ci n’empêcha pas cependant la ville de tomber vingt ans plus tard aux mains des légions commandées par Cnaeus Scipion, le futur Africain, au plus fort de la deuxième guerre punique qui faisait rage en Italie aussi bien qu’en Ibérie. Qart Hadst devint Carthago Nova et l’un des principaux points d’appui de la conquête romaine de l’Ibérie1.

  • 2 Domergue 1990, p. 230-234 ; Orejas – Ramallo 2004, p. 96 ; Orejas – Sánchez-Palencia 2002, p. 586.

5On ne sait rien du territoire sur lequel la cité avait alors juridiction. Si l’on en croit Pline l’Ancien (HN, III, 3, 9), celui-ci était très large, comprenant toutes les terres situées entre la côte et le Tader (le Segura). Il est probable que ce territoire est celui qui fut attribué à la cité au moment de sa promotion au rang de colonie, promotion sur laquelle on reviendra. Pour la période de la fin de la République, on peut tout juste affirmer qu’il comprenait les mines de plomb argentifère de la sierra littorale de Cartagena-La Unión, qui n’est située qu’à quelques kilomètres seulement à l’est de la ville. Le lieu est décrit par Polybe, vers le milieu du IIe s. av. J.-C., comme une véritable ruche où ne s’affairaient pas moins de 40 000 ouvriers dont le travail rapportait quotidiennement au Trésor romain 25 000 drachmes d’argent. Strabon (III, 2, 10), qui reprend cette information, ajoute que, à l’époque où il écrit, ces mines étaient désormais entre les mains de particuliers. Il faut croire alors qu’elles étaient publiques du temps de Polybe, que le Peuple romain s’en était réservé l’exploitation, ou du moins une partie des revenus2. Peut-être Cicéron pensait-il à ces mines dans son discours contre la loi agraire du tribun popularis P. Servilius Rullus en 63, quand il mentionne les agri apud Novam Karthaginem que le tribun voulait, avec d’autres terres publiques, vendre pour trouver des fonds permettant d’acheter des terres en Italie pour y installer des colons (De leg. agr., I, 2, 5).

  • 3 Antolinos – Soler 2007 ; Antolinos et Soler 2008.
  • 4 Domergue 1987, p. 358-390 ; voir aussi Antolinos – Noguera – Soler 2010.
  • 5 D’après Domergue 1990 ; tableau X p. 254-257 et p. 265-266 (33 noms) auxquels il faut ajouter deux (...)

6Malgré les nombreuses destructions de sites et le bouleversement du paysage dus à la reprise de l’exploitation minière et métallurgique dans la région à partir de 18423, les nombreuses observations archéologiques effectuées depuis plusieurs décennies4 attestent de la densité de l’occupation de la Sierra minera dès la fin du IIIe siècle en rapport avec l’extraction de minerai et sa métallurgie pour l’obtention des métaux convoités, l’argent et le plomb (fig. 2). L’épigraphie n’est pas en reste. Les lingots de plomb trouvés dans le port de Carthagène ou en mer, dans des épaves sur la route de l’Italie ou de la Gaule, et qui ont pu être sûrement attribués aux mines de Carthagène, révèlent, le fait est aujourd’hui bien connu depuis les travaux, notamment, de Cl. Domergue, l’identité des exploitants, très souvent des individus, parfois organisés en petites sociétés ordinaires ou familiales. Trente-cinq sont à ce jour connus5. Leur activité se place essentiellement dans la période comprise entre la fin du IIe siècle et le milieu du suivant, mais pas au-delà.

Fig. 2 - Filon exploité dans la mine républicaine de Rambla del Abenque (Sierra de Cartagena) (@ Christian Rico)

Fig. 2 - Filon exploité dans la mine républicaine de Rambla del Abenque (Sierra de Cartagena) (@ Christian Rico)
  • 6 Notamment Richardson 1976 et Domergue 1990, p. 241-277. Voir aussi Andreau 1989.
  • 7 Mateo 2001, p. 21-65.
  • 8 Mateo 2001, p. 65.
  • 9 Rico 2010, p. 405. Également Domergue 2008, p. 192-196 (à propos de la ferme républicaine).
  • 10 Antolinos – Noguera – Soler 2010 ; Antolinos – Soler 2007 et Antolinos – Soler 2008.

7Longtemps objet de discussions6, le cadre administratif et juridique qui a réglementé l’activité de ces entreprises minières a été précisé récemment par les travaux d’un juriste, Antonio Mateo, qui a fourni certaines clés cohérentes avec les données archéologiques et épigraphiques disponibles7. Selon cet auteur, l’exploitation des gisements de Carthagène n’a pu se faire que par le biais de l’occupatio. Cette procédure reposait sur le principe de la libre occupation du domaine minier public, à condition qu’elle fût dûment déclarée (peut-être formulée comme une professio qui pourrait avoir été précédée d’une postulatio) auprès du gouverneur de la province qui l’enregistrait, ce qui, en retour, entraînait le paiement d’une redevance par l’exploitant. L’exploitation d’une mine existante ou l’ouverture de nouvelles mines s’en trouvaient donc singulièrement simplifiées, par rapport au système classique d’adjudication par les censeurs à Rome (locatio-censoria), traditionnellement retenu par les historiens. L’occupatio permettait d’autre part d’assurer, sur le long terme, la continuité des exploitations8, ce qui n’était pas négligeable concernant une activité qui exigeait d’importants investissements en temps et en argent. Et ce qui est cohérent avec la continuité d’un certain nombre de familles liées aux exploitations minières et métallurgiques pendant plusieurs générations, dont les noms apparaissent sur les estampilles des lingots et dans l’épigraphie de la ville : les Aquinii, les Aurunculeii et les Laetilii parmi d’autres. Ce point est difficilement explicable dans le cadre d’un système de concessions quinquennales. Libre donc à qui le pouvait d’exploiter un gisement ou d’ouvrir une mine, aux conditions d’une déclaration préalable auprès du gouverneur et du paiement des taxes afférentes, celles, on peut croire, instituées par Caton en 1959. De telles facilités ne pouvaient qu’attirer de nouveaux exploitants. Or, l’épigraphie des lingots, corroborée par les plus anciennes inscriptions lapidaires de Carthagène, révèle que ceux-ci étaient originaires d’Italie, répondant comme en écho au célèbre texte de Diodore de Sicile décrivant l’arrivée en masse d’Italiens dans la péninsule Ibérique alléchés par les perspectives d’enrichissement dans le travail de la mine (Bibl. Hist., 5, 36, 4). Les données archéologiques montrent de leur côté l’essor de l’activité dans cette période : la multiplication des travaux miniers et la densité de l’occupation de la Sierra, ainsi que l’identification d’éléments religieux, architectoniques ou décoratifs d’origine italienne sont indicatifs de l’arrivée des Italiens dans la ville, mais aussi dans les secteurs en exploitation10.

8Ainsi donc, le domaine minier de Carthagène entrait dans la catégorie des agri occupatorii, telle qu’elle est définie par l’arpenteur Siculus Flaccus :

  • 11 Texte traduit par Clavel-Lévêque et al. 1993.

Et l’on appelle terres occupatoires les terres que certains nomment arcifinales et auxquelles le peuple victorieux, en les occupant, a donné ce nom. En effet, une fois la guerre terminée, les peuples vainqueurs expulsèrent les vaincus de leurs terres, et, toutes ces terres ils les déclarèrent ager publicus, et, dans tous les cas, territoire. À l’intérieur de leurs limites s’exerçait le pouvoir de dire le droit. Par la suite, au fur et à mesure que quelqu’un, par son aptitude à cultiver, a occupé un terrain, il l’a déclaré arficinalis d’après le verbe « écarter ». Aussi n’existe-t-il, pour ces terres, aucun bronze, aucun plan cadastral qui témoignerait de la garantie publique vis-à-vis de leurs possesseurs, puisque personne, individuellement, n’en reçut une quantité préalablement mesurée, mais que chacun occupa soit ce qu’il cultivait, soit ce qu’il pensait pouvoir cultiver. Certains ont bien établi à titre privé des plans de leurs possessions, mais elles ne créent de liens ni pour eux-mêmes vis-à-vis de leurs voisins, ni pour des voisins vis-à-vis d’eux-mêmes, puisqu’il s’agit d’une initiative des parties
(Sic. Flac., De Cond. Agr., Th. 102)11.

  • 12 Vip. I, 9 ; Vip. II, 1, 3, 5, 6 et 18. Domergue 1983 ; Mateo 2001, p. 87-166 ; Mateo 2011.
  • 13 Dans le commentaire sur les types de terres (Commentum de agrorum qualitate, Th. 53, 2), dans un p (...)
  • 14 Roselaar 2010, p. 79 et 88-119 ; Botteri 1992 ; Moatti 1992.

9Nous n’ignorons pas la complexité et les ambigüités du dossier sur l’occupatio comme mécanisme d’exploitation précaire des terres publiques conquises à l’ennemi. L’hypothèse sur l’encadrement des mines républicaines de Carthagène vient élargir le problème au-delà du domaine agraire et du cas des mines de Vipasca, dont la loi mentionne l’occupatio des puits12. Même si le principal appui reste le Corpus Agrimensorum (où les agri occupatorii sont équivalents aux agri arcifinales), quelques auteurs, dont Tite-Live, Appien ou Plutarque, fournissent quelques points de repère importants. Des questions restent sans réponse ; elles concernent la délimitation des terres occupées13, l’existence d’un système de registre, le (ou les) contextes historiques et territoriaux d’application, l’association de l’occupatio avec un cadre juridique précis, les caractéristiques des redevances dues à l’État 14 et la procédure suivie (l’identification des occupants, l’établissement des taxes, l’exigence d’une postulatio et/ou d’une professio).

  • 15 Abascal 2002, p. 32.
  • 16 Les références épigraphiques dans Abascal – Ramallo 1997. Les références aux études antérieures de (...)

10Le système devait évoluer ; ainsi en témoigne Strabon, cité plus haut, et cette évolution est probablement à mettre sur le compte de la promotion coloniale de la cité de Carthago Nova. La date n’est pas connue avec certitude. La transformation de la cité en colonie romaine est le plus souvent attribuée à César. Une proposition récente voit cependant dans Pompée le maître d’œuvre de la promotion de Carthago Nova15. Quoi qu’il en soit, elle eut certainement des conséquences sur le territoire, et sur le domaine minier et sa gestion en particulier. De plus, les particularités de la Colonia Urbs Iulia Nova Carthago et de son aristocratie coloniale doivent être mises en rapport avec son histoire antérieure, si étroitement liée aux richesses minières. Sous Auguste l’espace urbain et leurs éléments les plus distinctifs ont été profondément réformés : le plan urbanistique, les espaces publics, la muraille… Une nouvelle aristocratie prend en charge la vie urbaine et laisse son empreinte dans l’épigraphie et les bâtiments publics de la ville. Les programmes décoratifs, architectoniques et épigraphiques de la colonie montrent la proximité de la famille impériale, renforcée par le patronat d’Agrippa, de Tibère et de Juba II. C’est grâce aux inscriptions et aux légendes monétaires de cette période et aux estampilles des lingots républicains que nous savons qu’une partie de ces familles était de vieille souche à Carthagène et qu’elles étaient (ou bien qu’elles avaient été) impliquées dans les activités minières et métallurgiques ; pensons, par exemple, aux Atellii, dont le nom apparaît sur des lingots datés de la fin du IIe et de la première moitié du Ier av. J.-C., et qui ont occupé des magistratures entre la fin du Ier siècle av. et les premières décennies du Ier ap. J.-C. On pourrait aussi mentionner les Cornelii, les Laetilii, les Turulli ou encore les Varii 16.

  • 17 Orejas – Ramallo 2004, p. 96-97.
  • 18 Orejas – Ramallo 2004, p. 92, n. 26.

11Les données archéologiques, bien que partielles, montrent des modifications dans la distribution de l’occupation du sol dans le territoire de Carthagène. D’un côté, les zones les plus fertiles apparaissent, dès la deuxième moitié du Ier s. av. J.-C., plus densément peuplées17. De l’autre, on constate comment les principales voies de communication deviennent des axes d’occupation renforcés. L’installation de colons est quant à elle discutée18. Enfin, les diverses restructurations de l’espace agraire autour de Carthagène au fil du temps rendent de fait très difficile l’identification de traces attribuables à une centuriation.

  • 19 Par ex. Domergue 1990, p. 199.
  • 20 Antolinos 2011, p. 64 sq.
  • 21 En cours de fouille actuellement sous la direction de Chr. Rico et de J.A. Antolinos, programme fi (...)
  • 22 Alonso 2009, p. 30-33.
  • 23 Voir notes 4 et 5.

12Du côté de l’exploitation minière et de l’activité métallurgique, le Ier siècle av. J.-C. est aussi une période de changements. On y a depuis longtemps observé un ralentissement de l’activité19, ce que quelques fouilles récentes ont également mis en évidence. Dans la vallée du Gorguel, dans la partie centrale de la sierra, un grand établissement lié à la métallurgie du plomb-argent cesse son activité dans les premières décennies du Ier siècle20. Non loin, dans le même secteur, un complexe de laveries construit dans le courant du IIe siècle à proximité immédiate des mines, est lui aussi abandonné aux alentours des années 80-70. Les fouilles attestent d’une reprise de l’activité à l’époque augustéenne et sous les Julio-claudiens ; mais elle est alors loin d’avoir la même importance et intensité qu’au IIe siècle21. Dans la plaine, à distance des mines cette fois-ci, la fonderie romaine de La Huertecica montre une séquence chronologique comparable : essor de l’activité dans la deuxième moitié du IIe siècle, fort ralentissement dans les premières décennies du suivant, cessation de toute activité dans les toutes premières décennies du Ier s. ap. J.-C.22. Ces données récentes complètent un dossier archéologique riche et complexe, partiellement connu depuis le XIXe siècle, qui, considéré globalement, répond à ces rythmes23.

  • 24 Domergue et al. 2011, p. 82-88.
  • 25 Domergue 1994, p. 65.
  • 26 Domergue et al., p. 90-91 et 99-100.

13Du côté de l’épigraphie, les grands timbres sur les dos des lingots de plomb, qui constituaient une source essentielle pour identifier les exploitants de la phase républicaine, disparaissent après le milieu du Ier siècle av. J.-C. Comme le montrent les lingots de l’épave italienne de Comacchio, récemment attribués aux mines dépendant de Carthagène grâce aux analyses isotopiques du plomb24, ils cèdent la place, à l’époque augustéenne, à des timbres imprimés à froid sur les flancs des lingots après leur démoulage, qui identifient désormais les acheteurs ou possesseurs successifs du métal25. À la lumière de ces résultats, une interprétation nouvelle, et séduisante, a été donnée par Cl. Domergue de certains de ces cachets. Il y a vu les noms de quelques-unes de ces familles qui, sous la République, avaient bâti leur fortune sur la production des métaux ; il s’agit des Vtii, Furii, Planii Russini et Iunii26. Désormais, ceux-ci apparaissent comme marchands de plomb, non plus comme producteurs. Cela montre que la position de ces familles, bien qu’elles soient encore liées à ce moment à l’économie minière, n’est plus la même à l’époque augustéenne. Au contraire, les producteurs du métal disparaissent… ou plutôt tombent dans l’anonymat.

  • 27 Nous laisserons ici de côté le district de Mazarrón, à une trentaine de km à l’ouest de Carthagène (...)
  • 28 Orejas – Ramallo 2004, p. 98-99.

14La disparition, pour ce qui concerne du moins la Sierra de Carthagène27, de toute référence aux possesseurs des mines, a-t-elle un lien avec un changement de statut, et donc de mode de gestion, du domaine minier ? Car, si l’on suit Strabon, les mines avaient déjà changé de mains à son époque. On peut croire alors que ce changement fut lié à l’octroi du rang colonial à Carthago Nova, qui aurait entrainé la fin du système d’occupatio 28. Deux cas de figure peuvent être envisagés :

15- soit les mines furent assignées dans le cadre des opérations d’organisation du territoire de la colonie. Le sort des anciens occupatores est alors difficile à préciser ; ont-ils été expulsés et d’autres exploitants ont pris leur place, mais dans des conditions différentes ? Ont-ils été régularisés ? La première solution semble devoir être écartée. Nombre de ces exploitants de la fin de l’époque républicaine ont fait souche à Carthagène, constituant, eux et leurs familiae, le noyau dur de l’aristocratie coloniale, bien représentée, comme nous l’avons rappelé, dans l’épigraphie de la fin du Ier siècle av. J.-C. et du début du Ier siècle de n. è. Il serait surprenant que le nouvel ordo eût pris des mesures aussi draconiennes qui toucheraient aux intérêts de certains de leurs membres. Une régularisation paraît plus probable. Reste à savoir dans quelle mesure ces familles conservaient encore un rôle important dans l’activité minière et métallurgique au moment où le territoire de la colonie fut organisé. Les cachets de Comacchio que nous venons de mentionner laissent deviner un changement important de leur fonction et, vraisemblablement, un éloignement des opérations extractives ;

16- soit elles devinrent agri publici sous contrôle de la colonie et c’est alors le gouvernement de la cité qui a pu décider des modalités d’exploitation (concession, locatio-conductio…). On peut se demander si le domaine minier n’aurait pas été transformé en ager tutelatus, dont la définition est donnée dans un texte attribué à Hygin l’Arpenteur :

  • 29 Texte établi et traduit par Clavel-Lévêque et al. 1996.

De même, ce qui aura été assigné au territoire reviendra à la personne de la ville, si bien qu’il ne sera licite ni de le vendre ni de l’aliéner du domaine public. Nous inscrirons donné en tutelle au territoire comme les pâturages et les bois publics. Ce qui aura été donné à l’ordo de la colonie, nous l’inscrirons sur le plan cadastral comme forêts et pâturages, par exemple Semproniens, comme ils ont été assignés aux Iulienses. D’où il apparaîtra que ces terres appartiennent à l’ordo.
(Hyg. Grom., Const. Limit., Th. 160-161)29

  • 30 Domergue 1987, p. 243-244.
  • 31 Domergue 1990, p. 236 n. 46, excluait que les lingots fussent postérieurs à la promotion coloniale (...)
  • 32 Domergue et al. 2011, p. 91 et 98-99.
  • 33 Rodà 2004.

17Les deux cas de figure justifient potentiellement le commentaire de Strabon sur le « contrôle » privé des mines. Une combinaison des deux reste aussi possible. Il faut enfin tenir compte de l’existence de lingots marqués « Noua Carthago », trouvés en deux exemplaires dans les mines antiques de Río Tinto, Huelva, et aujourd’hui perdus30. S’ils datent bien des débuts de l’époque impériale31, ils signalent une implication directe de la colonie dans la production des métaux. La cité se serait réservée ainsi une ou plusieurs mines, dont l’exploitation aurait pu être confiée à des conductores, ou, ce qui est toujours possible, aurait possédé ses propres fonderies où était traité le minerai provenant de mines situées sur le territoire de la colonie. Que penser dès lors de la présence de M. Agrippa sur les lingots de Comacchio ? A-t-elle un lien avec la restructuration au profit de la cité du domaine minier ? Si, comme Cl. Domergue l’a récemment démontré, Agrippa apparaît sur les lingots en position de marchand32, on ne peut ignorer qu’il fut aussi patron de Carthago Nova entre 19 et 12. On peut dès lors soupçonner, en raison même de ce lien étroit avec la colonie, une intervention du personnage, dont la nature nous échappe, dans les activités liées à l’exploitation des ressources de la région. D’ailleurs, n’oublions pas qu’un lingot marqué par une societas plumbaria, que les analyses isotopiques ont attribué à la Sierra Morena, et portant sur un des côtés le cachet « AGRIP », trouvé près de l’île de Minorque, avait déjà mis en évidence l’implication d’Agrippa, sinon dans la production du plomb hispanique, en tout cas dans sa commercialisation33 (fig. 3).

Fig. 3 - Lingot de Comacchio avec la marque « AGRIP » (@ Claude Domergue)

Fig. 3 - Lingot de Comacchio avec la marque « AGRIP » (@ Claude Domergue)
  • 34 Domergue et al. 2011, p. 99.
  • 35 Rico 2010, p. 407-408.
  • 36 Les choses semblent avoir été différentes dans le district de Mazarrón, toujours actif à l’époque (...)

18Si l’on accepte que les mines de Carthago Nova changèrent de statut à la faveur de la promotion de la cité au rang colonial, avec toutes les implications que cela suppose au niveau de la possession et de l’exploitation des ressources minières, on notera que le processus intervint à une époque où l’activité était en plein déclin, ce qui a pu être un argument supplémentaire pour l’État de se séparer d’un patrimoine qui lui avait assuré par le passé des revenus substantiels. Les raisons de ce déclin ne sont pas connues. À des difficultés techniques plus grandes pour atteindre les zones riches des gisements ont pu s’ajouter les perturbations liées à la guerre civile34. Quoi qu’il en soit, le Ier siècle voit le désengagement des entreprises italiennes qui avaient sans doute rapidement investi la région35. Peut-être le relais fut-il pris alors par d’autres exploitants qui n’ont pas laissé de traces épigraphiques de leur existence, mais sans doute aussi de nombreuses mines furent purement et simplement fermées. L’activité ne devait pas s’en relever, malgré, ici ou là, des tentatives de reprise, ceci étant dans des conditions différentes, la colonie étant désormais maîtresse d’œuvre36.

19Le changement de statut ne fut donc pas la cause du déclin des mines de la Sierra de Carthagène. Celui-ci le précéda mais force est de constater que la nouvelle colonie fut, malgré le riche patrimoine qui lui fut attribué, dans l’incapacité de redonner du lustre à l’activité qui fit par le passé la puissance et la richesse de ses familles les plus en vue. Ainsi, quand Pline s’arrête sur Carthagène il mentionne les roses, l’orge, le garum et le spart produits dans la région (NH XVIII, 18 ; XIX, 7-8 : XXI, 43 ; XXI, 10), mais les jadis très célèbres mines d’argent sont ignorées.

Mines et civitates de la vallée moyenne du Guadalquivir

  • 37 Romero Macias – Pérez Macias 2004.
  • 38 Des visions synthétiques chez : Domergue 1990, p. 189-192, 261-263 et 270-277; Domergue 1987 (prov (...)

20Les sources littéraires anciennes mettent bien en valeur la réputation des richesses minières de l’Hispanie méridionale et l’archéologie laisse deviner l’ampleur des travaux et l’intensité de l’exploitation, notamment des gisements argentifères et cuivreux. Mais les secteurs miniers ont été souvent étudiés comme des unités indépendantes, ignorant souvent les divers rapports avec les stratégies d’organisation des territoires des cités. D’un côté, la localisation et les caractéristiques des mines anciennes dans les différents secteurs de la Sierra Morena reflètent la complexité géologique et géomorphologique de la région37. Cette diversité fait qu’une vision d’ensemble soit, souvent, peu significative ; il faut donc examiner, au cas par cas, ces divers secteurs pour apprécier les particularités géologiques des gisements, les aspects technologiques et les contextes historiques des uns et des autres. De l’autre côté, la carte des territoires civiques établis en Bétique, avec leurs différents statuts juridiques et leurs évolutions, construisent un puzzle complexe et changeant. Nous ne prendrons donc que quelques cas d’étude, Cordoue et Écija, pour illustrer le besoin de replacer la recherche sur les zones minières dans son contexte géo-historique38.

  • 39 C’est Pedro Sáez qui a lancé cette interprétation : Sáez 1993, p. 426-429. Beltrán 1947, p. 204 ; (...)
  • 40 Sáez – Ordóñez – García-Dils 2002 ; García-Dils 2011.
  • 41 Domergue 1990 p. 260-262 et tableau X (p. 254-257) ; Rico 2010, p. 408-409. Arboledas 2010, p. 143 (...)

21Un lingot de plomb (aujourd’hui disparu) estampillé COLON(i) AVGVSTIFIRMI /FERM constitue notre point de départ39. Comme dans le cas des pièces marquées avec le nom de Carthagène, tout indique un rapport entre Astigi (Écija, Séville) et la production minière. Mais là le cas se complique : le territoire colonial, tel qu’on peut le restituer, n’intégrait pas de gisements miniers40. Pourtant, au nord du Guadalquivir (à Posadas, Cordoue) et dans la Sierra au nord de la vallée, les minéralisations abondent et on sait qu’une intense activité eut lieu au cours du Ier siècle av. J.-C. dans le cadre d’un système piloté par des societates, dont quelques-unes sont connues, surtout par des marques épigraphiques41. Mais, après les guerres civiles, lorsque le Sud de la péninsule Ibérique est devenu un acteur de l’histoire politique de Rome, la carte géopolitique de la Bétique change profondément et des territoires civiques prennent forme. Les civitates et les metalla partageaient un espace riche en ressources et, sans doute, une pluralité de solutions fût dès lors envisagée : des mines publiques, des mines publiques des cités – les unes et les autres différemment gérées –, des mines privées… On trouve alors les mines à la croisée des intérêts stratégiques de Rome sur le sol provincial, des sociétés d’origine républicaine, des colonies ou des municipes récemment organisés (ou réorganisés) mais aussi, comme on va le voir, des intérêts et des ambitions de certaines personnages ou familles.

  • 42 C’est peut-être le cas illustré par une inscription trouvée aux confins de la colonie de Philippes (...)

22C’est sous Auguste, en 14 av. J.-C., que la deductio de la Colonia Augusta Firma eut lieu. Le territoire de l’ancienne civitas libera a été alors modifié pour accueillir des colons vétérans des légions VI Victrix, IV Macedonica et II Augusta : un réseau centurié, les infrastructures urbaines et territoriales (sur l’ancien Singilis, Genil, et la via Augusta) ont articulé la pertica. La référence sur le lingot aux colons d’Astigi nous situe donc à une période postérieure à la fondation coloniale. Ledit lingot indique l’existence de mines propriété des colons ; vu le contexte, il s’agissait vraisemblablement des mines qui avaient été publiques et qui ont été assignées à la nouvelle colonie, ce qui a pu être le cas ailleurs. Deux remarques à propos de ce cas de figure : comme nous venons de l’indiquer, le territoire de la colonie ne contient pas de mines et il semble que le lingot des colons astigitains a été trouvé à Carthagène ; cela peut indiquer une provenance de l’Andalousie orientale (où le plomb est souvent présent dans les minéralisations) qui était, peut-être à cette époque, plus facilement connectée avec le Sud-Est hispanique, plutôt que d’un secteur occidental dont la sortie logique est vers l’ouest suivant le Guadalquivir. On peut donc penser à une sorte de praefectura quelque part en Sierra Morena. Malheureusement le lingot n’a jamais été analysé. Le dossier des possibles préfectures minières n’a pas été systématisé, mais d’autres cas sont possibles en Hispanie et ailleurs42.

  • 43 Chic 2007-2008.
  • 44 González Román – Mangas 1991, p. 102-103 ; Arboledas 2010, p. 146-147.
  • 45 Mirum in his solis metallis, quod derelicta fertilius revivescunt. Hoc videtur facere laxatis spir (...)

23Le cas d’Écija sert à montrer qu’il faut absolument tenir compte des mines quand on envisage l’étude des territoires coloniaux ou municipaux dans les provinces où les travaux d’extraction atteignirent une échelle si importante ; au-delà des espaces cultivés, des saltus et des metalla43 ont probablement été intégrés et exploités (directement ou indirectement) dans le cadre des civitates. En fait, il faut plutôt imaginer la carte minière de la Bétique, au moins au Ier siècle ap. J.-C., comme une mosaïque de conditions : des mines qui restaient publiques (soit sous contrôle du Sénat, puisqu’il agissait d’une province sénatoriale, soit sous contrôle du fisc impérial, ce que suggère la présence d’un libertus Augusti à El Centenillo)44 coexistaient à coté de mines privées et des mines de civitates, dont la place respective a peut-être été sous-estimée. Il en va ainsi de ces mines mentionnées par Pline qui portaient des noms de personnes, les metalla samariense et antonianinum. On peut imaginer un Samarius ( ?) et un Antonius ( ?), ou Antoninus ( ?), associés à ces mines de plomb, de localisation inconnue. Pline explique qu’elles étaient exploitées au moyen de locationes qui fournissaient d’importants vectigalia. On peut donc penser qu’il s’agissait de mines publiques affermées45, mais, dans le cadre de la province ou dans un contexte municipal ?

  • 46 Dion Cassius, Histoire romaine, LVIII, 22 ; Tacite, Annales, VI, 19.1 ; Suétone, Tibère, 49.
  • 47 Praeterea Galliarum et Hispaniarum Syriaeque et Graeciae principes confiscatos ob tam leve ac tam (...)

24Le seul cas de confiscation de mines en Bétique attesté par les sources écrites eut lieu à proximité de Corduba ; il s’agit des metalla de Sextus Marius mais les rapports administratifs entre ceux-ci et la colonie ne sont pas clairement établis. L’affaire de Sextus Marius sous Tibère est bien connue par Dion Cassius et par Tacite et le contexte est donné par Suétone46. On se limitera ici à définir les possibles rapports entre ces mines et l’organisation du territoire de Cordoue ; aussi, nous n’allons pas insister sur la figure de Sextus Marius ni sur les motifs réels de l’empereur pas plus que sur le délicat contexte économique sous Tibère et la tendance générale du Fisc à contrôler les secteurs miniers riches, en particulier ceux qui fournissaient des métaux pour la frappe de monnaie, qui a dû toucher spécialement la péninsule Ibérique47.

  • 48 Dupré 2004 ; Vaquerizo – Murillo – Garriguet 2011.
  • 49 Rodríguez Sánchez 2009-2010 ; Rodríguez Sánchez 2008 ; Rodríguez Sánchez 2006 ; Melchor 2004, p. 1 (...)
  • 50 Melchor 1993.
  • 51 Ventura 1993.

25Sans doute les opérations liées à l’assignation d’un territoire à la colonie48 durent-ils tenir compte des riches mines au nord de la ville, mais étaient-elles intégrées dans le territoire colonial ? D’un côté, la reconstruction récente des limites du territoire de la colonie et la caractérisation de l’habitat compris dans cet ager tiennent compte de cette possibilité49 ; de l’autre, la construction du réseau de communications au nord de la ville et l’épigraphie montrent que les besoins des mines étaient prises en compte dans l’articulation de l’espace : au moins quatre voies partant de la ville traversaient les secteurs miniers (Corduba-Emerita, Corduba-Sisapo, Corduba-Toletum, Epora-Solia) et même une cinquième, le dénommé « Chemin du Prétoire », est considérée comme une voie minière50. L’inscription sur le servitus viae pour assurer la connexion avec les mines de cinabre et de mercure de Sisapo (faisant partie du conventus cordubensis) en est la preuve51.

  • 52 Domergue 1987, p. 86-180 ; García Romero 2002.
  • 53 Penco 2010 ; Penco 2011.
  • 54 Tacite (Ann. VI, 19) indique que les mines de Sextus Marius produisaient du cuivre et de l’or.
  • 55 Summa gloria nunc in Marianum aes conversa, quod et Cordubense dicitur; hoc a Liviano cadmean maxi (...)
  • 56 Un procurator massae marianae est attesté à Ostie (CIL XIV, 52) et un procurator montis Mariani es (...)

26La richesse et la diversité de ces mines anciennes ont été historiquement célèbres52. Au nord de Cordoue, autour de Cerro Muriano, les anciens travaux miniers sont relativement bien connus, malgré l’importance des chantiers plus récents53. Les données numismatiques indiquent une activité depuis le Ier siècle av. J.-C. Presque 80 mines et fonderies de cuivre ont été cataloguées dans le secteur. La toponymie ancienne (mons Marianus, mansio Mariana, etc.) et moderne renforce l’identification de ces gisements comme source (ou bien comme une des sources) de l’aes Marianum. Quelques filons (du secteur Alanis-Cerro Muriano) contiennent des petites quantités d’or54. Le fait que le cuivre était appelé aes Marianus mais aussi aes Cordubensis, comme l’indique un texte de Pline55, implique-t-il une intégration des mines dans l’ager de la colonie ? Ou bien étaient-elles conçues comme un saltus extraterritorial et l’adjectif « Cordubensis » n’était qu’une référence géographique générique ? À notre avis et vue la large implication de la gens Maria dans l’histoire de Corduba, les mines ont pu être intégrées dans le territoire de la colonie et assignées à une des familles les plus puissantes de l’aristocratie coloniale. Sans doute elles (ou du moins leur périmètre) étaient représentées sur la forma de l’ager Cordubensis, peut-être comme metalla Marii ou Mariana (à la manière des fundi nommés par le nom des propriétaires). La confiscation aurait donc frappé un privé mais aussi, au moins indirectement, la configuration du territoire colonial. Quelques décennies après, l’épigraphie confirme qu’elles étaient absolument séparées de Cordoue, sous le contrôle d’un procurator, une suite logique à la confiscation56.

  • 57 HEp 9, 1999, 27 = AE 1999, 960 = HEp 14, 2005, 13.
  • 58 - - - - - - / K(alendas) Augusta[s] / Sex(tus) Marius [- - -] / hospiti[um fecit cum (AE 1991, 101 (...)
  • 59 Anno Cn(aei) Cinnai Magn[i L(uci) Messallae Volesi co(n)s(ulibus)] / XV K(alendas) Novembris(!) [- (...)
  • 60 CIL II 2226 ; CIL II 2269 ; CIL II2/7, 544.
  • 61 CIL II2/7, 153 ; CIL II 5059 ; AE 1988, 0739.
  • 62 Ventura 1999, p. 69-72, fig. 18 et 21.

27Mais revenons un moment à la gens Maria. L’arrivée de cette gens dans la péninsule Ibérique semble correspondre aux premières vagues d’Italiques installés sur la côte du Levant et dans le Sud péninsulaire : on les trouve (entre la fin de la République et le début de l’Empire) à Saguntum et à Saetabis ; un Marcus Marius Vibone est un des bénéficiaires mentionnés sur le fragment de la sortitio d’Ilici (Elche) (dont la deductio eut lieu en 43 av. J.-C.)57. Des membres de cette famille apparaissent aussi dans l’épigraphie de Tarraco et de Carthago Nova, ce qui montre la présence de la gens dans les centres de pouvoir de vieille date. Deux documents de Bétique renforcent ces arguments : il s’agit de deux tabulae avec des pactes d’hospitium entre des membres de la gens Maria et des communautés dont les noms sont perdus. L’une, très fragmentaire, conserve le nom, d’un Sextus Marius58 (fig. 4). La deuxième, beaucoup plus complète, datée de 5 ap. J.-C., provient de Cadix et conserve le nom d’un Quintus Marius Balbus59. Dans cette période, mis à part le Sextus Marius et sa fille des textes, trois autres Marii sont attestés à Cordoue (un édile et duumvir ; un servus de Sextus Marius et, un peu plus tard, un mercator olei hispani)60 et trois dans les provinces de Séville et Cordoue61 ; il est intéressant surtout de remarquer que ces trois dernières inscriptions mettent cette famille en rapport aussi avec des secteurs d’exploitation minière : Montoro, Alcalá la Real, Palma del Río… Au cours des deux premiers siècles, des Marii sont également connus par l’épigraphie bien sûr à Corduba, mais aussi à Séville (Hispalis), Santiponce (Italica), Peñaflor (Celti), Villanueva del Río y Minas (près de Mulva-Munigua)… Tout cela nous convainc qu’on ne peut pas imaginer les mines de Sextus Marius sans aucun lien avec la consolidation des aristocraties bétiques et que, d’une façon directe ou indirecte, l’assignation de domaines miniers privés comme leur confiscation ont eu des conséquences pour la colonie. Du reste, dans la révision qu’il fit il ya quelques années de l’épigraphie provenant des environs du théâtre romain de Cordoue, Ángel Ventura avait déjà tenté de mettre en évidence les liens des familles les plus visibles avec le contrôle des ressources minières62.

Fig. 4 - Tessera de Sextus Marius, Séville (AE 1991, 1017) (@ Junta de Andalucia, Hispania Epigraphica)

Fig. 4 - Tessera de Sextus Marius, Séville (AE 1991, 1017) (@ Junta de Andalucia, Hispania Epigraphica)
  • 63 Cas de figure envisagé aussi pour les mines de Carthagène pour la République tardive, cf. supra.
  • 64 F[in]es (?) / Operis / T(iti) Pasidi P(ubli) f(ilii )/ Ser(gia)/ Sabinei (HEp 6, 1996, 612 = HEp 1 (...)

28Mais, comment ces mines étaient-elles devenues privées ? Parce que, en effet, tout semble indiquer qu’il s’agissait, au moment de la confiscation, de mines entièrement privées et non pas simplement possédées ou affermées. Deux voies semblent possibles : ou bien cela était le résultat de la confirmation (ou régularisation) d’une situation préalable (peut-être d’une occupatio)63 ou bien il s’agissait d’une concession pour favoriser un personnage (ou une famille) dans le cadre de la consolidation des aristocraties provinciales. L’amitié de Sextus Marius et de l’empereur constitue un indice dans ce sens. Il est pertinent de rappeler ici cette autre inscription de Carboneros (Jaén)64, qui peut être également interprétée comme une borne sur le terrain d’une mine privée ou en tout cas exploitée par un particulier. Vu la localisation de cet épigraphe, près des mines d’argent de Valdeinfierno dans la région de Castulo, sa chronologie (probablement le milieu du Ier siècle av. J.-C.), l’onomastique et la tribu du personnage, elle peut, très vraisemblablement, désigner un occupant.

  • 65 CIL II, 128* = CILA 5, 3*1 = HEp 9, 1999, 504 = HEp 13, 2004/2005, 588. P. Sáez, Algunas considera (...)
  • 66 Chic 2007-2008.

29Pour en finir avec ce cas d’étude il est intéressant de mentionner ici un deuxième épisode de réorganisation de la moyenne vallée du Guadalquivir qui entraîna le réaménagement territorial et administratif de cette région : la municipalisation flavienne. La politique flavienne semble marquée par une multiplication de territoires qui ont transformé la géographie administrative de ce secteur. Les anciens territoires coloniaux de Corduba, Carmo ou d’Astigi – piliers de l’organisation du territoire au début de l’Empire – ont sans doute supporté les effets de la création des territoires municipaux d’Arva, Axati, Munigua, etc. Une inscription votive dédiée à la déesse Cérès par plusieurs collegia agrimensorum et centuriae, trouvée à Carmona (Séville), rend compte de l’intervention des collegia de huit cités dans ces opérations 65 : Carmo, Arva, Munigua, Axati, Obulcula, Oducia, Segovia et le municipim Hienipensium ; le résultat des interventions est une distribution de municipes dotés de territoires allongés du Guadalquivir vers la Sierra, à la manière de bandes qui parcourent les diverses unités géographiques et productives : des terres inondables aux terres fertiles et aux monts où les minéralisations abondent. Il est très vraisemblable que les mines, comme les saltus forestiers, ont été prises en compte dans ces opérations66.

  • 67 Voir en dernier lieu, Schattner – Ovejero – Pérez Macías 2012.

30Le cas de Munigua nous semble particulièrement révélateur : l’étude récente du territoire de ce municipe a mis en évidence que le rôle des mines dans l’essor des cités ne doit pas être sous-estimé67. Les ruines spectaculaires du centre monumental de la ville, son statut municipal, la petite taille du centre urbain et le nombre très réduit de familles responsables de l’épigraphie de Munigua (Aelii, Licinii, Valerii, Quintii, Aemilii Pudentes) faisaient de ce municipe, un peu éloigné du Guadalquivir, une énigme, malgré les fouilles archéologiques qui s’y sont déroulées depuis presqu’un demi-siècle. La présence de scories a été souvent mentionnée, mais c’est récemment, grâce aux travaux archéologiques systématiques – développés aussi bien à l’intérieur du noyau urbain que dans ses environs – qu’on a pu localiser et évaluer les mines de cuivre et de fer du territoire, et qu’on a pu reconnaître le poids spécifique de l’activité minière et métallurgique dans l’essor de la cité, ce qui expliquerait l’éloignement du chef-lieu par rapport au cours du Baetis. Sans doute la municipalisation flavienne de certains oppida comme Obulcula, Carruca et El Nuño, Segovia, El Cerro de la Cabeza et Segida a-t-elle provoqué des changements dans le territoire dépendant d’Astigi. Ce fut aussi le cas de Carmo et probablement de Cordoue : plusieurs territoires municipaux se sont formés aux dépens de leurs grands territoires coloniaux originaux ; et il y a un nombre suffisant d’indices pour soupçonner que la distribution des ressources minières a été un des facteurs pris en compte dans les opérations d’assignation des nouveaux territoires.

Conclusion et perspectives

  • 68 Orejas – Sastre 1999 ; Orejas – Ruiz del Árbol – Sastre 2005 ; Orejas – Sánchez-Palencia 2010.

31Le dossier que nous avons parcouru dans ces pages n’est pas complet et, en fait, toutes les lignes de recherche esquissées restent ouvertes, car les points de convergence entre l’histoire des civitates et l’histoire des mines commencent à acquérir un rôle important. De notre point de vue, en tant que spécialistes des mines anciennes, cette approche s’inscrit dans une tendance à réintroduire les mines dans l’histoire de l’articulation du domaine provincial romain. Nous avons avancé ici quelques traits concernant seulement certains cas d’étude. Nous avons lancé ailleurs quelques hypothèses concernant le Nord-Ouest hispanique, où les territoires des civitates, assignées globalement aux communautés pérégrines, ont été définis et sans doute modifiés au rythme des travaux développés dans les abondantes mines d’or. Les rapports territoriaux entre les metalla publica et les civitates peregrinae reste néanmoins un des sujets de recherche ouverts68. Mais il y a également d’autres colonies et municipes hispaniques qui sont encore à explorer dans cette direction : Italica, Pax Iulia ou Myrtilis et les mines du sud-ouest ibérique, Sisapo et les mines de mercure et cinabre, ou encore Segobriga et le lapis specularis parmi d’autres.

Haut de page

Bibliographie

Abascal 2002 = J.M. Abascal, La fecha de la promoción colonial de Carthago Noua y sus repercusiones edilicias, dans Mastia, 1, 2002, p. 21-44.

Abascal – Ramallo 1997 = J.M. Abascal et S. F. Ramallo, La ciudad de Carthago Nova, la documentación epigráfica, Murcie, 1997.

Alonso 2009 = D. Alonso, Minería y tráfico marítimo. Pecios y enclaves costeros para el estudio de la actividad minera en Carthago Noua, dans Argentum, 1, 2009, p. 11-55.

Andreau 1989 = J. Andreau, Recherches récentes sur les mines à l’époque romaine. I. Propriété et mode d’exploitation, dans Revue numismatique, 31, 1989, p. 86-112.

Andreau 1990 = J. Andreau, Recherches récentes sur les mines à l’époque romaine. II. Nature de la main d’œuvre ; Histoire des Techniques et de la Production, dans Revue numismatique, 32, 1990, p. 85-108.

Antolinos 2011 = J.A. Antolinos, Centros de producción y administración en el territorio de Carthago Nova. A propósito de los hallazgos documentados en El Gorguel (Sierra de Cartagena), dans A. Orejas et Chr. Rico (éd.), Minería y metalurgia antiguas. Visiones y revisiones. Homenaje a Claude Domergue, Madrid, 2011, p. 63-80.

Antolinos – Rico 2012 = J.A. Antolinos et Chr. Rico, El complejo mineralúrgico de época tardorrepublicana del Cabezo del Pino (Sierra de Cartagena, Murcia), dans M. Zarzalejos Prieto et al. (éd.), Paisajes mineros antiguos en la Península Ibérica. Investigaciones recientes y nuevas lineas de trabajo, Actas del coloquio de Almadén 2012, UNED, Madrid, 2012, p. 69-90.

Antolinos – Soler 2007 = J.A. Antolinos et B. Soler, Los orígenes de la arqueominería en la Región de Murcia (I) : los hallazgos en la Sierra Minera de Cartagena-La Unión, dans Mastia, 6, 2007, p. 123-142.

Antolinos – Soler 2008 = J.A. Antolinos et B. Soler, Los orígenes de la arqueominería en la Región de Murcia (II) : los descubrimientos en el área de Mazarrón, dans Mastia, 7, 2008, p. 9-34.

Antolinos – Noguera – Soler 2010 = J.A. Antolinos, J.M. Noguera et B. Soler, Poblamiento y explotación minero-metalúrgica en el distrito minero de Carthago Noua, dans J.M. Noguera (éd.), Poblamiento rural romano en el Sureste de Hispania. 15 años después, Murcie, 2010, p. 167-231.

Arboledas 2010 = L. Arboledas, La explotación masiva de los recursos mineros de Sierra Morena Oriental : la minería iberorromana, dans F. Contreras et J. Dueñas (dirs.), La minería y la metalurgia en el Alto Guadalquivir : desde sus orígenes hasta nuestros días, Jaén, 2010, p. 143-153.

Arboledas 2010 = L. Arboledas, Minería y metalurgia romana en el sur de la Península Ibérica. Sierra Morena oriental, Oxford, 2010.

Beltrán 1947 = A. Beltrán, Objetos romanos de plomo en el Museo de Cartagena y sus inscripciones, dans Memorias de los Museos Arqueológicos Provinciales, 8, 1947, p. 202-209.

Botteri 1992 = P. Botteri, La définition de l’ager occupatorius, dans Cahiers du Centre Glotz, 3, 1992, p. 45-55.

Chic 1991 = G. Chic, Economía y política en la época de Tiberio. Su reflejo en la Bética, dans Laverna, 2, 1991, p. 76-128.

Chic 2001 = G. Chic, Religión, territorio y economía en la Carmo Romana, dans A. Caballos (éd.), Carmona romana. Actas del II Congreso de Historia de Carmona (Carmona, 29 de septiembre al 2 de octubre de 1999), Carmona, 2001, p. 465-476.

Chic 2007-2008 = G. Chic, Los saltus y las explotaciones mineras, dans Boletín Arkeolan, 15, 2007-2008, p. 143-163.

Clavel-Lévêque et al. 1993 = M. Clavel-Lévêque, D. Conso, F. Favory, J.-Y. Guillaumin et Ph. Robin, Siculus Flaccus. Les conditions des terres, Naples, 1993.

Clavel-Lévêque et al. 1996 = M. Clavel-Lévêque, D. Conso, A. Gonzales et J.-Y. Guillaumin, Hyginus-Hygin. Corpus Agrimensorum Romanorum IV. Hygini Gromatici Constitutio limitum. L'établissement des limites, Naples, 1996.

Contreras – Dueñas 2010 = F. Contreras et J. Dueñas (dir.), La minería y la metalurgia en el Alto Guadalquivir : desde sus orígenes hasta nuestros días, Jaén, 2010.

Domergue 1972 = Cl. Domergue, Rapports entre la zone minière de Sierra Morena et la plaine agricole du Guadalquivir à l’époque romaine, dans MCV, 8, 1972, p. 614-622.

Domergue 1983 = Cl. Domergue, La mine antique d’Aljustrel (Portugal) et les tables de bronze de Vipasca, Paris, 1983.

Domergue 1987 = Cl. Domergue, Catalogue des mines et des fonderies antiques de la péninsule Ibérique, t. I, Madrid, 1987.

Domergue 1990 = Cl. Domergue, Les mines de la péninsule Ibérique dans l’Antiquité romaine, Rome, 1990.

Domergue 1994 = Cl. Domergue, Production et commerce des métaux dans le monde romain : l’exemple des métaux hispaniques d’après l’épigraphie, dans Epigrafia della produzione e della distribuzione, Actes de la VIIe Rencontre franco-italienne sur l’épigraphie du monde romain (Rome, 5-6 juin 1992), Rome, 1994, p. 61-91.

Domergue 2008 = Cl. Domergue, Les Mines antiques. La production des métaux aux époques grecque et romaine, Paris, 2008.

Domergue – Piccotini 2004 = Cl. Domergue et G. Piccotini, À propos du fragment de lingot de plomb hispanique trouvé au Magdalensberg (Carinthie, Autriche). Note additionnelle, Rudolfinum, dans Jahrbuch des Landesmuseums Kärten (2003), 2004, p. 167-170.

Domergue et al. 2011 = Cl. Domergue, P. Quarati A. Nesta et P.R. Trincherini, Retour sur les lingots de plomb de Comacchio (Ferrara, Italie) en passant par l’archéométrie et l’épigraphie, dans A. Orejas et Chr. Rico (dir.), Minería y metalurgia antiguas. Visiones y revisiones. Homenaje a Claude Domergue, Madrid, 2011, p. 81-104.

Dupré 2004 = X. Dupré (éd.), Las capitales provinciales de Hispania 1. Córdoba. Colonia Patricia Corduba, Rome, 2004.

Fernández Ochoa et al. 2002 = C. Fernández Ochoa, M. Zarzalejos, C. Burkhalter, P. Hevia et G. Esteban, Arqueominería del sector central de Sierra Morena. Introducción al estudio del Área Sisaponense, Madrid, 2002.

García Romero 2002 = J. García Romero, Minería y metalurgia en la Córdoba romana, Cordoue, 2002.

García-Dils 2011 = S. García-Dils, Colonia Augusta Firma Astigi (Écija, Sevilla). La estructura urbana de una fundación romana en la Baetica, dans J. Gonzalez et J. C. Saquete (éd.), Colonias de César y Augusto en la Andalucía romana, Rome, 2011, p. 99-128.

González Román – Mangas 1991 = C. González Román, J. Mangas, Corpus de Inscripciones Latinas de Andalucía (CILA). Volumen III, Jaén-Séville, 1991.

Gutiérrez 2010 = L. Gutiérrez, Minería antigua en Sierra Morena, Jaén, 2010.

Mateo 2001 = A. Mateo, Observaciones sobre el régimen jurídico de la minería en tierras públicas en época romana, Saint-Jacques de Compostelle, 2001.

Mateo 2011 = A. Mateo, Nuevas reflexiones sobre el régimen jurídico minero romano, dans A. Orejas et Chr. Rico (éd.), Minería y metalurgia antiguas. Visiones y revisiones. Homenaje a Claude Domergue, Madrid, 2011, p. 245-254.

Melchor 1993 = E. Melchor, Vías romanas y explotación de los recursos mineros de la zona norte del Conventus Cordubensis, dans Anales de Arqueología Cordobesa, 4, 1993, p. 63-89.

Melchor 2004 = E. Melchor, El territorio, dans X. Dupré (éd.), Las capitales provinciales de Hispania 1. Córdoba. Colonia Patricia Corduba, Rome, 2004, p. 105-117.

Moatti 1992 = Cl. Moatti, Étude sur l’occupation des terres publiques à la fin de la République Romaine, dans Cahiers du Centre Glotz, 3, 1992, p. 57-73.

Noguera 1995 = J. M. Noguera (coord.), Poblamiento rural romano en el Sureste de Hispania, Murcie, 1995.

Noguera 2010 = J.M. Noguera (éd.), Poblamiento rural romano en el Sureste de Hispania. 15 años después, Murcie, 2010.

Orejas – Ramallo 2004 = A. Orejas et S.F. Ramallo, Carthago Nova : La ville et le territoire. Recherches récentes, dans M. Clavel-Lévêque et G. Tirologos (éd.), De la terre au ciel. II. Paysages et cadastres antiques, Besançon, 2004, p. 87-118.

Orejas – Sánchez-Palencia 2002 = A. Orejas et F.J. Sánchez-Palencia, Mines, territorial organization, and social structure in Roman Iberia : Carthago Noua and the Peninsular Northwest, dans American Journal of Archaeology, 106, 2002, p. 581-599.

Orejas – Sánchez-Palencia 2010 = A. Orejas et F.-J. Sánchez-Palencia, Mining, rural settlement and tax system in Roman Spain, dans Mining in European History and its Impact on Environment and Human Societies. Proceedings of the 1st Mining in European History. Conference of the SFB-HIMAT (12-15 November 2009, Innsbruck), Innsbruck, 2010, p. 29-34.

Orejas –Sastre 1999 = A. Orejas et I. Sastre, Fiscalité et organisation du territoire dans le Nord-Ouest de la Péninsule Ibérique : ciuitates, tribut et ager mensura comprehensus, dans Dialogues d’Historie Ancienne, 25.1, 1999, p. 159-188.

Orejas – Ruiz del Árbol – Sastre 2005 = A. Orejas, A. M. Ruiz del Árbol et I. Sastre, L’ager mensura comprehensus et le sol provincial : l'Occident de la Péninsule Ibérique, dans D. Conso, A. Gonzales et J.-Y Guillaumin (éd.), Les vocabulaires techniques des arpenteurs latins, Besançon, 2005, p. 193-199.

Penco 2010 = F. Penco, Cerro Muriano. Sitio histórico. Historia de la minería en Córdoba, Cordoue, 2010.

Penco 2011 = F. Penco, Mons Marianus, dans Hastial, 1, 2011, p. 167-205.

Plana 1994 = R. Plana, Aménagement, réaménagement et gestion du territoire : le cas de la Bétique, dans M. Clavel-Lévêque, I. Jouffroy et A. Vignot (éd), De la terre au ciel. Paysages et cadastres antiques, Paris, 1994, p. 263-273.

Ramallo 2003 = S. F. Ramallo, Carthago Nova y la arqueología romana en el sureste de la Península Ibérica, dans S. F. Ramallo (éd.), Estudios de Arqueología dedicados a la profesora Ana María Muñoz Amilibia, Murcie, 2003, p. 289-318.

Richardson 1976 = J. S. Richardson, The Spanish Mines and the Development of Provincial Taxation in the Second Century B.C., dans The Journal of Roman Studies, 66, 1976, p. 139-152.

Rico 2010 = Chr. Rico, Sociétés et entrepreneurs miniers italiques en Hispanie à la fin de l’époque républicaine. Une comparaison entre les districts de Carthagène et de Sierra Morena, dans Pallas, 82, 2010, p. 395-415.

Rizakis 2012 = A.D. Rizakis, Une praefectura dans le territoire colonial de Philippes : les nouvelles données, dans S. Demougin et J. Scheid (éd.), Colons et colonies dans le monde romain. Actes de la XVe Rencontre franco-italienne d’épigraphie du monde romain (Paris, 4-6 octobre 2008), Rome, 2012, p. 87-105.

Rodà 2004 = I. Rodà, Agripa y el comercio del plomo, dans Mastia, 3, 2004, p. 183-194.

Rodríguez Sánchez 2006 = Mª C. Rodríguez Sánchez, El poblamiento del ager cordubensis y las necrópolis rurales, dans Anales de Arqueología Cordobesa, 17, 2006, p. 325-352.

Rodríguez Sánchez 2008 = Mª C. Rodríguez Sánchez, El ager cordubensis: una aproximación a la delimitación del territorio de Colonia Patricia Corduba », dans Anejos de Anales de Arqueología Cordobesa, 1, 2008, p. 45-66.

Rodríguez Sánchez 2009-2010 = Mª C. Rodríguez Sánchez, El poblamiento rural del ager cordubensis: patrones de asentamiento y evolución diacrónica, dans Anejos de Anales de Arqueología Cordobesa, 2, 2009-2010, p. 21-44.

Romergo Macias – Pérez Macias 2004 = E. Romero Macias et J. A. Pérez Macias (éd.), Metallum : la minería suribérica, Huelva, 2004.

Roselaar 2010 = S. T. Roselaar, Public land in the Roman Republic. A Social and Economic History of Ager Publicus in Italy, 396-89 BC, Oxford, 2010.

Sáez 1993 = P. Sáez, Algunas consideraciones sobre el territorio de las ciudades de la Bética, dans C. González Román et A. Padilla (éd.), Estudios sobre las ciudades de la Bética, Grenade, 1993, p. 389-445.

Sáez – Ordoñez – García-Dils 2002 = P. Sáez, S. Ordoñez et S. García-Dils, Le territoire d’Astigi (Écija). La centuriation, dans M. Clavel-Lévêque et A. Orejas (dir.), Atlas historique des cadastres d’Europe II, Luxembourg, 2002, dossier 2.

Samsaris 1985 = D. Samsaris, Une inscription latine inédite trouvée près des frontières du territoire de la colonie de Philippes, dans Klio, 67.2, 1985, p. 458-465.

Schattner – Ovejero – Pérez Macías 2012 = Th. G. Schattner, G. Ovejero et J. A. Pérez Macías, Minería y metalurgia antiguas en Munigua, dans A. Orejas et Chr. Rico (éd.), Minería y metalurgia antiguas. Visiones y revisiones, Madrid, 2012, p. 151-168.

Tisseyre et al. 2008 = Ph. Tisseyre et al., The lead ingots of Capo Passero : Roman global Mediterranean trade, dans Oxford Journal of Archaeology, 27 (3), 2008, p. 315-323.

Vaquerizo – Murillo – Garriguet 2011 = D. Vaquerizo, J.F. Murillo et J.A. Garriguet, Novedades de arqueología en Corduba, Colonia Patrícia, dans J. González et J. C. Saquete (éd.), Colonias de César y Augusto en la Andalucía Romana, Rome, 2011, p. 9-46.

Ventura 1993 = A. Ventura, Susum ad Montes S(ocietatis) S(isponensis) : nueva inscripción tardorrepublicana de Corduba, dans Anales de Arqueología Cordobesa, 4, 1993, p. 49-61.

Ventura 1999 = A. Ventura, El teatro en el contexto urbano de Colonia Patricia (Córdoba) : ambiente epigráfico, evergetas y culto imperial, dans Archivo Español de Arqueología, 72, 1999, p. 57-72.

Haut de page

Notes

1 Un résumé des recherches et des interventions archéologiques dans Ramallo 2003. Sur les recherches archéologiques dans le Sud-Est ibérique : Noguera 1995 ; Noguera 2010. Les nouvelles archéologiques sont régulièrement diffusées à travers la revue Mastia, publiée par le Musée Archéologique Municipal de Carthagène, et les publications des Jornadas de Patrimonio histórico y arqueológico de la región de Murcia (1990-…) et les Memorias de Arqueología de la Región de Murcia (1987-..). Voir aussi le site web : http://www.arqueomurcia.com/.

2 Domergue 1990, p. 230-234 ; Orejas – Ramallo 2004, p. 96 ; Orejas – Sánchez-Palencia 2002, p. 586.

3 Antolinos – Soler 2007 ; Antolinos et Soler 2008.

4 Domergue 1987, p. 358-390 ; voir aussi Antolinos – Noguera – Soler 2010.

5 D’après Domergue 1990 ; tableau X p. 254-257 et p. 265-266 (33 noms) auxquels il faut ajouter deux nouveaux, connus, l’un par un lingot trouvé dans le Magdalensberg (cf. Domergue – Piccotini 2004), l’autre par un saumon de plomb de l’épave Capo Passero en Sicile (Tisseyre et al. 2008, p. 316-317).

6 Notamment Richardson 1976 et Domergue 1990, p. 241-277. Voir aussi Andreau 1989.

7 Mateo 2001, p. 21-65.

8 Mateo 2001, p. 65.

9 Rico 2010, p. 405. Également Domergue 2008, p. 192-196 (à propos de la ferme républicaine).

10 Antolinos – Noguera – Soler 2010 ; Antolinos – Soler 2007 et Antolinos – Soler 2008.

11 Texte traduit par Clavel-Lévêque et al. 1993.

12 Vip. I, 9 ; Vip. II, 1, 3, 5, 6 et 18. Domergue 1983 ; Mateo 2001, p. 87-166 ; Mateo 2011.

13 Dans le commentaire sur les types de terres (Commentum de agrorum qualitate, Th. 53, 2), dans un passage qui reprend des phrases de Siculus Flaccus (Th.101-102) on trouve une description de l’ager occupatorius dans laquelle le verbe ambire (tracer le contour) est employé : Hic et occupatorius ager dicitur eo quod in tempore occupatus est a victore populo, territis exinde fugatisque hostibus ; quia non solum tantum occupabat unus quisque, quantum colere praesenti tempore poterat, sed quantum in spe colendi habuerat ambiebat.

14 Roselaar 2010, p. 79 et 88-119 ; Botteri 1992 ; Moatti 1992.

15 Abascal 2002, p. 32.

16 Les références épigraphiques dans Abascal – Ramallo 1997. Les références aux études antérieures de, par exemple, M. Koch et Cl. Domergue, sont prises en compte dans ce corpus. Pour les lingots en particulier : Domergue 1990, p. 251-266.

17 Orejas – Ramallo 2004, p. 96-97.

18 Orejas – Ramallo 2004, p. 92, n. 26.

19 Par ex. Domergue 1990, p. 199.

20 Antolinos 2011, p. 64 sq.

21 En cours de fouille actuellement sous la direction de Chr. Rico et de J.A. Antolinos, programme financé par la Casa de Velázquez et le Ministère des Affaires étrangères et européennes. Pour un premier compte-rendu, voir Antolinos – Rico 2012.

22 Alonso 2009, p. 30-33.

23 Voir notes 4 et 5.

24 Domergue et al. 2011, p. 82-88.

25 Domergue 1994, p. 65.

26 Domergue et al., p. 90-91 et 99-100.

27 Nous laisserons ici de côté le district de Mazarrón, à une trentaine de km à l’ouest de Carthagène, auquel ne peut être attribué avec certitude aucun timbre moulé sur lingots de plomb républicains. Les mines de ce secteur sont exploitées par des entreprises dites « anonymes », telle la societas argentifodinarum Montis Ilucronensis, dont l’activité est située à l’époque augustéenne ; voir Domergue 1990, p. 261.

28 Orejas – Ramallo 2004, p. 98-99.

29 Texte établi et traduit par Clavel-Lévêque et al. 1996.

30 Domergue 1987, p. 243-244.

31 Domergue 1990, p. 236 n. 46, excluait que les lingots fussent postérieurs à la promotion coloniale. L’opinion a depuis évolué ; cf. Domergue et al. 2011, p. 99, n. 45.

32 Domergue et al. 2011, p. 91 et 98-99.

33 Rodà 2004.

34 Domergue et al. 2011, p. 99.

35 Rico 2010, p. 407-408.

36 Les choses semblent avoir été différentes dans le district de Mazarrón, toujours actif à l’époque augustéenne et sous les Julio-Claudiens (cf. Rico 2010, p. 399). Les conditions d’exploitation furent probablement les mêmes que celles que la colonie avait alors imposé aux entreprises encore en activité dans la Sierra de Cartagena.

37 Romero Macias – Pérez Macias 2004.

38 Des visions synthétiques chez : Domergue 1990, p. 189-192, 261-263 et 270-277; Domergue 1987 (provinces de Grenade, Jaén, Cordoue et Séville) ; Contreras – Dueñas 2010 ; Arboledas 2010 ; Gutiérrez 2010 ; García Romero 2002; Fernández Ochoa et al. 2002.

39 C’est Pedro Sáez qui a lancé cette interprétation : Sáez 1993, p. 426-429. Beltrán 1947, p. 204 ; Domergue 1972, p. 617-619 ; Domergue 1990, p. 236.

40 Sáez – Ordóñez – García-Dils 2002 ; García-Dils 2011.

41 Domergue 1990 p. 260-262 et tableau X (p. 254-257) ; Rico 2010, p. 408-409. Arboledas 2010, p. 143-153.

42 C’est peut-être le cas illustré par une inscription trouvée aux confins de la colonie de Philippes mentionnant un affranchi conductor interprété comme conductor metallorum : Samsaris 1985, p. 458. Une révision de ce cas est offerte par Rizakis 2012. Nous remercions le Prof. Athanase Rizakis de nous avoir signalé ce cas.

43 Chic 2007-2008.

44 González Román – Mangas 1991, p. 102-103 ; Arboledas 2010, p. 146-147.

45 Mirum in his solis metallis, quod derelicta fertilius revivescunt. Hoc videtur facere laxatis spiramentis ad satietatem infussu aër, aeque ut feminas quasdam fecundiores facere abortus. Nuper id conpertum in Baetica Samariensi metallo, quod locari solitum CC annuis, postquam obliteratum erat, CCLV locatum est. Simili modo Antonianum in eadem provincia pari locatione pervenit ad HS CCCC vectigalis (Pline, NH, XXXIV, 49, 164-165) ; Domergue 1990, p. 236.

46 Dion Cassius, Histoire romaine, LVIII, 22 ; Tacite, Annales, VI, 19.1 ; Suétone, Tibère, 49.

47 Praeterea Galliarum et Hispaniarum Syriaeque et Graeciae principes confiscatos ob tam leve ac tam impudens calumniarum genus, ut quibusdam non aliud sit obiectum, quam quod partem rei familiaris in pecunia haberent; plurimis etiam civitatibus et privatis veteres immunitates et ius metallorum ac vectigalium adempta (Suétone, Tib. 49). Chic 1991 ; Andreau 1990, p. 86.

48 Dupré 2004 ; Vaquerizo – Murillo – Garriguet 2011.

49 Rodríguez Sánchez 2009-2010 ; Rodríguez Sánchez 2008 ; Rodríguez Sánchez 2006 ; Melchor 2004, p. 105-117.

50 Melchor 1993.

51 Ventura 1993.

52 Domergue 1987, p. 86-180 ; García Romero 2002.

53 Penco 2010 ; Penco 2011.

54 Tacite (Ann. VI, 19) indique que les mines de Sextus Marius produisaient du cuivre et de l’or.

55 Summa gloria nunc in Marianum aes conversa, quod et Cordubense dicitur; hoc a Liviano cadmean maxime sorbet et aurichalchi bonitatem imitatur in sestertiis dupondiariisque Cyprio suo assibus contentis. Et hactenus nobilitas in aere naturalis se habet (Pline, NH, XXXIV 2, 4).

56 Un procurator massae marianae est attesté à Ostie (CIL XIV, 52) et un procurator montis Mariani est attesté à Hispalis (CIL II, 1179 ; CILA II, 25) : T(ito) Flavio Aug(usti) / lib(erto) Polychryso / proc(uratori) montis / Mariani prae/stantissumo (!) / confectores aeris.

57 HEp 9, 1999, 27 = AE 1999, 960 = HEp 14, 2005, 13.

58 - - - - - - / K(alendas) Augusta[s] / Sex(tus) Marius [- - -] / hospiti[um fecit cum (AE 1991, 1017).

59 Anno Cn(aei) Cinnai Magn[i L(uci) Messallae Volesi co(n)s(ulibus)] / XV K(alendas) Novembris(!) [- - -] / Q(uintus) Marius Balbus hosp[itium fecit cum] / senatu populoque [- - -] / liberisque eoru[m eosque liberos] / posterosque eor[um in fidem] / clientelamqu[e suam liberorum] / posterorumq[ue suorum recepit] / eg[erunt] / M(arcus) Fabius [- - -] / M(arcus) Manilius [- - -] / P(ublius) Cornelius [- - -] / C(aius) Fabius [- - -] (Grazalema, Cadix ; CIL II 1343 = IRPCadiz 508 = ILS 6097)

60 CIL II 2226 ; CIL II 2269 ; CIL II2/7, 544.

61 CIL II2/7, 153 ; CIL II 5059 ; AE 1988, 0739.

62 Ventura 1999, p. 69-72, fig. 18 et 21.

63 Cas de figure envisagé aussi pour les mines de Carthagène pour la République tardive, cf. supra.

64 F[in]es (?) / Operis / T(iti) Pasidi P(ubli) f(ilii )/ Ser(gia)/ Sabinei (HEp 6, 1996, 612 = HEp 10, 2000, 333 = AE 2000, 781)

65 CIL II, 128* = CILA 5, 3*1 = HEp 9, 1999, 504 = HEp 13, 2004/2005, 588. P. Sáez, Algunas consideraciones…, p. 406-412 ; Chic 2001 ; Plana 1994.

66 Chic 2007-2008.

67 Voir en dernier lieu, Schattner – Ovejero – Pérez Macías 2012.

68 Orejas – Sastre 1999 ; Orejas – Ruiz del Árbol – Sastre 2005 ; Orejas – Sánchez-Palencia 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Carte des principales zones minières d’Hispanie (@ EST-AP, CSIC)
Titre Fig. 2 - Filon exploité dans la mine républicaine de Rambla del Abenque (Sierra de Cartagena) (@ Christian Rico)
Titre Fig. 3 - Lingot de Comacchio avec la marque « AGRIP » (@ Claude Domergue)
Titre Fig. 4 - Tessera de Sextus Marius, Séville (AE 1991, 1017) (@ Junta de Andalucia, Hispania Epigraphica)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Almudena Orejas et Christian Rico, « Metalla, civitates, coloniae : les mines hispaniques dans les processus de changement des statuts territoriaux à la fin de la République et au début de l’Empire », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 127-2 | 2015, mis en ligne le 21 octobre 2015, consulté le 22 mars 2017. URL : http://mefra.revues.org/3038 ; DOI : 10.4000/mefra.3038

Haut de page

Auteurs

Almudena Orejas

Instituto de Historia - CSIC, Madrid - almudena.orejas@cchs.csic.es

Christian Rico

Université de Toulouse-Jean Jaurès - rico@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org