Navigation – Plan du site
Expropriations et confiscations en Italie et dans les provinces : la colonisation sous la République et l’Empire

Berytus au miroir des colonies pisidiennes : modalités spatiales et impact régional d’une fondation augustéenne

Anne-Rose Hošek

Résumés

La comparaison entre la fondation de Berytus et celle des colonies de Pisidie dessine le contexte de la déduction de Berytus comme un cadre permettant de mieux apprécier les transformations à l’œuvre dans le nouvel espace colonial. Cette comparaison s’appuie sur des convergences réelles et sort la colonie bérytaine d’un « isolement » lié au fait qu’elle est l’unique colonie romaine du Proche-Orient augustéen. Si l’analyse du « paysage de la romanisation » ne permet pas de tracer une ligne de continuité avec ce moment fondateur – tant les realia dont nous disposons pour l’établir s’en éloignent sur le plan chronologique –, il apparaît cependant que les communautés de colons et de pérégrins n’ont pas été « physiquement distinctes », peut-être même dès les premiers temps de la colonie. En conséquence, on peut mettre en évidence des indices convergents de la constitution, sur le long terme, d’une identité territoriale articulée autour du sanctuaire d’Héliopolis. La nouvelle référence « héliopolitaine », dont se réclament essentiellement des pérégrins, illustre un aspect fondamental du polythéisme antique, à savoir la dimension identitaire de la religion, ou, pour le dire autrement, le rôle du religieux dans la construction d’une identité. C’est peut-être pour avoir consciemment manipulé cette donnée que les autorités romaines ont réussi, dans la durée, ce qui peut apparaître comme le pari d’une « municipalisation » de la partie septentrionale de la Bekaa. Ce processus trouve son aboutissement avec la fondation de la colonie d’Héliopolis sous Septime Sévère.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Δύο δὲ ταῦτ’ ἐστὶν ὄρη τὰ ποιοῦντα τὴν κοίλην καλουμένην Συρίαν ὡς ἂν παράλληλα, ὅ τε Λίβανος κα (...)

C’est la chaîne du Liban qui par son parallélisme avec l’autre chaîne appelée Anti-Liban, forme la Cœlé-Syrie ou Syrie Creuse. Les deux chaînes commencent à une faible distance au-dessus de la mer […], Strabon1.

  • 2 À propos des colonies augustéennes disposant d’un vaste territoire, cf. Rizakis 1996, p. 174-176.
  • 3 Longtemps objet de débat, la fondation d’Héliopolis est désormais considérée par de nombreux histo (...)
  • 4 On peut toutefois rapprocher la fondation d’Héliopolis des mesures prises par Septime Sévère à Car (...)
  • 5 P. Le Roux fait cette remarque dans Le Roux 2009, p. 151, à propos de l’histoire des communautés l (...)

1La colonie augustéenne de Berytus présente dès sa fondation une extension territoriale singulière : le nouveau territoire colonial franchit la barrière du Mont Liban pour englober le sanctuaire d’Héliopolis et une partie de la plaine de la Bekaa. Pour H. Salamé-Sarkis, cette « aberration » géographique serait le fruit d’une représentation erronée de l’espace dont Strabon, cité en exergue, n’est que l’un des plus illustres propagateurs. Pourtant, si l’on change l’échelle de l’analyse, le territoire bérytain n’a rien d’exceptionnel. La colonie de Patras, fondée au même moment et dont le territoire s’étend de part et d’autre du golfe de Corinthe, montre que, loin de refléter une erreur d’appréciation, la nouvelle configuration territoriale de Berytus correspond bien aux aspects et modalités de la colonisation augustéenne2. Sous Septime Sévère, soit environ deux siècles après la fondation de la colonia Iulia Augusta Felix Berytus, le vaste territoire colonial a été divisé pour donner naissance à une autre colonie, celle d’Héliopolis3. La question du devenir et de l’évolution de la Bekaa durant les deux premiers siècles d’existence de la colonie de Berytus se pose donc avec acuité, car elle pourrait contribuer à expliquer ce fait, à ma connaissance unique dans l’histoire de la colonisation romaine4. En partant de la morphologie particulière du territoire bérytain, nous proposons donc d’interroger les conséquences de la colonisation sur les configurations locales. Toutefois, « l’enjeu est évidemment d’essayer de ne pas déformer la signification d’une mutation politique non programmée au départ »5.

  • 6 Rizakis 1998a, p. 609, n. 38.
  • 7 Par commodité de langage, on nomme « colonies pisidiennes » les colonies d’Antioche de Pisidie, d’(...)
  • 8 Cf. Rizakis 1998a, n.7, p. 615.
  • 9 Belayche 2001, p. 2 et Belayche 2009, p. 4.

2A.D. Rizakis l’a montré : le comportement de l’administration romaine vis à vis des populations locales « était dicté par les circonstances qui l’amenèrent à la deductio coloniale et en second lieu par les finalités qu’elle voulait atteindre »6. Dans cette optique et pour commencer, la comparaison entre la fondation de Berytus et celle des colonies de Pisidie7 dessinera le contexte de la déduction de Berytus comme un cadre permettant de mieux apprécier les transformations à l’œuvre dans le nouvel espace colonial. Cette comparaison s’appuie sur des convergences réelles, que nous proposerons, et sort la colonie bérytaine d’un isolement lié au fait qu’elle est l’unique colonie romaine du Proche-Orient augustéen. Ensuite, si l’analyse du paysage de la romanisation ne permet pas de tracer une ligne de continuité avec ce moment fondateur – tant les realia dont nous disposons pour l’établir s’en éloignent sur le plan chronologique –, il apparaît cependant que les communautés de colons et de pérégrins n’ont pas été « physiquement distinctes »8, peut-être même dès les premiers temps de la colonie. En conséquence on peut mettre en évidence des indices convergents de la constitution, sur le long terme, d’une identité territoriale articulée autour du sanctuaire d’Héliopolis. La nouvelle référence « héliopolitaine », dont se réclament essentiellement des pérégrins, illustre un aspect fondamental du polythéisme antique, à savoir la dimension identitaire de la religion, ou, pour le dire autrement, le rôle du religieux dans la construction d’une identité9. C’est peut-être pour avoir consciemment manipulé cette donnée que les autorités romaines ont réussi, dans la durée, ce qui peut apparaître comme le pari d’une municipalisation de la partie septentrionale de la Bekaa.

Un nouveau paradigme colonial ? Berytus et les colonies de Pisidie

  • 10 Levick 1967, p. 6.
  • 11 Sur cette mission, cf. Roddaz 1984, p. 417-450. Il s’agit pour Agrippa de ranimer la vie économiqu (...)

3Dans la partie orientale de l’empire, Octavien-Auguste a repris en grande partie les plans de César, à tel point que l’on hésite parfois sur l’identité exacte du fondateur et que la politique d’Octavien-Auguste a également consisté à renforcer les colonies césariennes. En deux endroits, cependant, il se démarque sans conteste de ce que l’on connaît des projets et réalisations de Jules César : avec la fondation des colonies pisidiennes à l’intérieur des terres micrasiates et non sur le littoral comme c’était habituel, et avec l’installation de la colonie de Berytus, isolée au Proche-Orient. Là, Auguste innove assurément, ainsi que le soulignait déjà B. Levick10. Le rapprochement entre les colonies pisidiennes et Berytus est d’autant moins anecdotique que nous formulons ici l’hypothèse qu’Auguste a agi dans les deux cas par l’intermédiaire d’Agrippa, en mission officielle dans la partie orientale de l’empire entre 17 et 13 avant notre ère11. En Pisidie comme à Berytus, la colonisation accompagne l’intégration de territoires nouvellement placés sous la domination de Rome. En cela elle s’accorde avec un réflexe d’occupation du territoire hérité de la période républicaine. Peut-elle être pour autant considérée comme un instrument de pacification aux yeux des autorités romaines ? Pour des questions de chronologie, mais également de configurations spatiales, nous verrons que ces fondations appartiennent aussi à l’histoire de l’organisation des espaces provinciaux sous Auguste.

  • 12 Levick 1967, n. 11, p. 34-37. Plus récemment, l’auteur a confirmé son analyse : Levick 1996, p. 65 (...)
  • 13 Cf. Sartre 2001b, p. 114-115, n. 27 à 34.
  • 14 Ce sont les : colonia Iulia Augusta Olbasa, colonia Iulia Augusta Felix Cremnena, colonia Iulia Au (...)
  • 15 Vittinghoff 1952, p. 133, n. 2.
  • 16 Salmon 1969, p. 141. Keppie 1983, p. 17, n. 48, signale que les colonies fondées après 27 avant no (...)
  • 17 La date approximative est donnée par la chronique d’Eusèbe. Die Chronik des Hieronymus, éd. R. Hel (...)
  • 18 Grant 1946, p. 259-260 souligne la présence exceptionnelle de l’épithète Iulia sur les monnaies co (...)
  • 19 Hurlet 1997, p. 421. Or, la présence de Julie aux côtés d’Agrippa lors de sa mission en Orient peu (...)
  • 20 F. Hurlet signale que « Julie est qualifiée de « fille d’Auguste » sur toutes les dédicaces » (Hur (...)
  • 21 La présence de Julie est assurée par l’épisode de la traversée du Scamandre qui a failli se solder (...)
  • 22 Eusèbe associe Patras et Berytus à Agrippa (cf. supra, n. 18).

4Les avis divergent sur la datation des colonies pisidiennes – les arguments de B. Levick, fondés sur les émissions monétaires de la fondation coloniale, étant loin d’être décisifs12 . D’autres chercheurs ont donc proposé une datation parfois très éloignée, mais faute de sources, la question reste ouverte13. Or, toutes les colonies pisidiennes – à l’exception d’Antioche (colonia Caesarea) et de Lystra (colonia Iulia Felix Gemina Lustra) – portent le titre de Iulia Augusta14. À ma connaissance, ce fait n’a jamais été pris en considération. Comme le montrent les interrogations de F. Vittinghoff sur ce point, une telle titulature est étonnante pour des colonies déduites au plus tôt à la fin des années 20 avant notre ère15, les colonies augustéennes portant généralement le seul titre d’Augusta16. Cette anomalie invite à conjecturer que, à Berytus et en Pisidie, un même contexte politique a présidé à la fabrication des noms coloniaux, et à proposer la fourchette chronologique en conséquence. Berytus est fondée par Agrippa en 15 avant notre ère17. Sa titulature – colonia Iulia Augusta Felix Berytus – renvoie à Julie, mariée à Agrippa depuis l’année 21 pour résoudre le délicat problème de la succession18. Même si Julie n’a jamais reçu le titre d’Augusta, la combinaison des titres de Iulia et Augusta dans la titulature bérytaine est l’expression d’un véritable programme dynastique car, ainsi que l’exprime F. Hurlet, la fille d’Auguste « était la seule à pouvoir transmettre le sanguis Augusti »19. Les dédicaces d’Asie Mineure et de Grèce en l’honneur de « la fille d’Auguste et la femme d’Agrippa » révèlent cet enjeu de la présence de Julie aux côtés d’Agrippa lors de sa deuxième mission en Orient20. On peut donc penser que les titulatures des colonies pisidiennes d’Olbasa, Cremna, Comama et Parlais (auxquelles on peut adjoindre Lystra) affichent la même logique dynastique que celle de Berytus et ont été fondées approximativement au même moment, entre 17 et 13 avant notre ère21. Cette chronologie pourrait contribuer à expliquer le nouvel état d’esprit qui semble présider à la déduction de Berytus et des colonies pisidiennes, et que suggèrent déjà leurs localisations inédites. Les fondations pisidiennes s’inscriraient ainsi dans le cadre de la réorganisation de l’Orient par Agrippa22.

  • 23 Cf. Mitchell 1993, p. 75.
  • 24 Lorsque Zénodore, tétrarque de Chalcis, entretient le brigandage dans ses possessions, Auguste réd (...)
  • 25 Pour l’espace contrôlé par les Ituréens, cf. Jones 1931, p. 265-266 et Aliquot 1999-2003, p. 200-2 (...)
  • 26 Le personnage est également connu parce qu’il est cité dans l’Évangile de Luc (2, 1-2), cf. Dąbrow (...)
  • 27 Mitchell 1993, p. 77.
  • 28 CIL III = ILS 2683, ll. 12-14 : idem missu Quirini adversus Ituraeos in Libano monte castellum eor (...)
  • 29 Sans s’associer à cette analyse, B. Isaac rappelle les principales interprétations qui font de Ber (...)
  • 30 Par ex. Strabon XVI, 2, 20, 12-15, à propos des caravanes venant de l’Arabie heureuse : « Encore l (...)
  • 31 Brélaz 2005, p. 204-205.
  • 32 Levick 1967, p. 6.

5Comme en Pisidie, mais selon des modalités différentes, la fondation de Berytus accompagne l’intégration provinciale d’un espace autrefois concédé à des princes clients. La mort d’Amyntas en 25 avant notre ère a ouvert la voie à la provincialisation de son royaume, sans doute rapidement inaugurée par une première fondation coloniale, celle d’Antioche23. En 20 avant notre ère, la disparition du tétrarque ituréen Zénodore, dont une partie des terres s’étendaient sur la Bekaa, ne précède que de quelques années la fondation de Berytus24. Ces déductions ne préparent pas les opérations de « pacification » de plus ou moins grande ampleur menées successivement contre les Homonadeis, puis contre les Ituréens25. On doit, d’abord, souligner le décalage chronologique entre fondation et intervention militaire. Un même homme, P. Sulpicius Quirinus, préside aux deux opérations militaires26. Fort de ses succès contre les Marmariques et les Garamantes en Africa, le légat impérial vient à bout des Homodaneis lors d’une campagne qui ne commence sans doute pas avant l’an 6 avant notre ère27. Dans une inscription de Berytus, le chevalier Q. Aemilius Secundus se targue d’avoir pris une forteresse ituréenne sur l’ordre du même P. Sulpicius Quirinus, devenu entretemps gouverneur de Syrie28. Cela situe l’intervention en 6-7 de notre ère, c’est-à-dire une vingtaine d’années après la fondation de Berytus. Par ailleurs, le rôle militaire et stratégique de la colonie bérytaine, tel qu’il a été établi par la tradition historiographique, a été fortement remis en cause récemment par B. Isaac29, qui souligne le rôle incontournable des légions dans les opérations de « pacification »30. C. Brélaz fait le même constat pour l’Asie Mineure31. Ces travaux invitent à revenir sur l’affirmation de B. Levick, posée dès les premières pages de son ouvrage, pour les colonies pisidiennes : « these colonies were primarily military in character and their main purpose was defensive »32.

  • 33 Bru 2009, p. 263-287.
  • 34 Brélaz 2004, p. 187-209.
  • 35 Ibid. p. 191-192.
  • 36 Ibid. p. 192-193.
  • 37 Horden – Purcell 2000, p. 56.
  • 38 Strabon, XVI, 2, 16, 12-13 (trad. A. Tardieu).
  • 39 Le numéro des deux légions installées par Agrippa (Strabon XVI, 2, 19, 4-5) est connu par des lége (...)

6Les objectifs premiers des autorités romaines sont alors difficiles à établir. Situées très à l’intérieur des terres, les colonies pisidiennes forment un petit réseau de cités romaines au cœur d’une région montagneuse. Suivant une grille de lecture traditionnelle, H. Bru les analyse comme témoignant de la volonté « d’assurer une présence romaine plus marquée » dans un espace difficile à tenir33. De son côté, C. Brélaz a montré le peu de pertinence d’une analyse « géostratégique » de la situation des colonies dans un article fort stimulant, tant il va à rebours des idées reçues sur le rôle militaire de la colonisation en Pisidie34. Leur répartition dans l’espace régional ne témoigne ni de la volonté de quadriller l’espace35, ni de celle de border la via Sébastè, construite plusieurs années après les fondations coloniales. Selon C. Brélaz, « l’intention première de César et d’Auguste » est « de trouver la solution à un problème agraire » ; or, « l’annexion du royaume d’Amyntas de Galatie a principalement eu pour conséquence de mettre un surplus de terres à la disposition d’Auguste »36. Si l’on se tourne vers Berytus, l’étroitesse de la plaine côtière ne se prêtait pas à l’installation de nombreux vétérans. Mais, la fertilité de la Bekaa est un topos du discours géographique qui s’établit durant l’Antiquité37 et Strabon, dont les opinions sont susceptibles de refléter ou d’influencer les élites romaines, vante sa fertilité : « bon nombre de cours d’eau arrosent cette heureuse contrée et lui procurent une fertilité exceptionnelle »38. Cette région sans doute peu densément peuplée devait apparaître comme un « far East » très attractif pour lotir les vétérans issus de deux légions39 ; on ne peut négliger ce facteur explicatif. Assurément, à Berytus comme en Pisidie, la colonisation se fait opportuniste.

  • 40 Cf. Vittinghoff 1952, p. 131 et Levick 1967, p. 6 : « The ‘Pisidian’ colonies were, as Vittinghoff (...)
  • 41 De Giorgi 2011.
  • 42 Pour une analyse des stéréotypes véhiculés par la Géographie de Strabon, voir Briant 1982. Aliquot (...)

7Elle apparaît aussi comme un paradigme pour gérer des territoires nouvellement acquis. La fondation coloniale s’appuie ainsi sur un réseau urbain préalable et met à profit sa configuration particulière. La Pisidie, urbanisée, se détache de la Galatie, dans l’ensemble pauvre en cités, tandis que par le biais de l’extension territoriale de Berytus vers la Bekaa, les autorités romaines ont tiré parti de la proximité du réseau urbain phénicien de la ligne côtière. En tant que colonies romaines, Berytus et les colonies pisidiennes entretiennent le même rapport remarquable à l’espace. La situation géographique des colonies pisidiennes, implantées à l’intérieur des terres de manière exceptionnelle, et le réseau qu’elles y constituent, suscitent légitimement des interrogations car la solution adoptée paraît inédite40. A.U. De Giorgi s’est récemment penchée sur l’impact territorial de la colonisation, soulignant « the hierarchical configuration of the colonization scheme »41. À la logique réticulaire des colonies pisidiennes répond la mise en place du pôle bérytain, articulé entre la cité côtière et le sanctuaire héliopolitain, situé très à l’intérieur des terres : les colonies romaines sont autant de réponses à des configurations locales. Le nouveau territoire colonial bérytain met ainsi en contact un espace anciennement poliadisé avec un espace dépourvu de véritable cité, qui était probablement mis en valeur de façon agro-pastorale. Les sources font cependant défaut pour dessiner le paysage socio-économique de la Bekaa pré-romaine, les auteurs antiques se contentant de décrire les Ituréens selon les stéréotypes de l’ethno-géographie antique42. On peut néanmoins comprendre pourquoi Auguste n’a pas fondé deux colonies : d’une part, il n’y avait pas de cité pré-romaine dans la Bekaa, ce qui semble avoir été une condition essentielle des fondations augustéennes en Orient, et, d’autre part, l’un des objectifs de l’extension territoriale était peut-être justement d’accroître de facto l’espace municipalisé et d’assurer ainsi, à terme, la transformation de cette région. La proximité des cités de la côte phénicienne a été un facteur décisif du passage à l’administration directe de la Bekaa.

  • 43 Levick 1967, p. 189.
  • 44 De Giorgi 2011, p. 146.
  • 45 Strabon ne relie pas explicitement brigandage et fondation coloniale, mais l’enchaînement de deux (...)
  • 46 Ainsi que l’a montré P. Arnaud, Strabon s’attache à comprendre la « romanisation » et la présente (...)
  • 47 F. Lasserre signale à propos de la Lusitanie, que Strabon « cite sans les nommer les colonies dest (...)
  • 48 Inglebert 2005, p. 439-440 (Chapitre VIII. Les processus de romanisation).

8Faut-il pour autant voir dans le choix de l’intégration coloniale l’indice d’une politique volontariste dans le contexte de la provincialisation de l’empire ? Il est difficile de l’affirmer. B. Levick conclut son ouvrage pionnier sur les colonies pisidiennes en soutenant qu’il s’agissait « (…) not only pacifying the country but permanently altering its character »43. A.U. De Giorgi évoque « (…) the larger scheme that aimed to fundamentally change the socio-political matrix of southern Galatia »44. Sans que Strabon ne l’explicite, c’est un programme similaire que la colonisation romaine est amenée à accomplir dans la plaine de la Bekaa, cernée elle aussi par des peuples montagnards réputés pour leur agitation45. Ce télescopage entre une lecture contemporaine de la colonisation et l’idéologie strabonienne tient à la modernité du système explicatif du géographe antique46 et non à la justesse de son analyse de la situation à l’arrivée des Romains, à juste titre suspecte, tant elle s’applique mécaniquement à bien des régions de l’empire47. La colonisation romaine n’avait pas l’objectif culturel de « civiliser », mais celui plus pragmatique de gérer des populations et des espaces48. Il reste que l’idéologie civique que sous-tend l’œuvre strabonienne est aussi celle qui permet le mieux de comprendre la politique impériale dans les provinces, ce qui pondère quelque peu le recul que l’on doit nécessairement prendre par rapport à une telle lecture de la colonisation augustéenne. L’histoire de la Bekaa coloniale montre que la déduction a permis d’étendre la municipalisation vers l’arrière-pays, comme un processus graduel. Le choix de modifier les hiérarchies urbaines de la Pisidie, ou bien la municipalisation de la Bekaa, impliquaient à plus ou moins long terme d’adopter une politique d’ouverture vis à vis des populations locales. Sans vouloir pour autant préjuger des intentions du fondateur, c’est avec ce prisme de la gestion et de la municipalisation d’un espace que l’on peut analyser les changements à l’œuvre dans la Bekaa.

Le nouveau paysage de la romanisation

  • 49 Les sanctuaires du Liban font actuellement l’objet de nombreuses recherches et publications en his (...)
  • 50 Gatier 2001, p. 96.
  • 51 Seyrig 1939, p. 441 = Scripta varia, Paris, 1985, p. 142.
  • 52 Sommer 2003.
  • 53 Aliquot 2009, p. 109.

9L’espace libanais, le fait est marquant, se couvre de temples entre le Ier et le IIIe siècle de notre ère49. Sur le plan de l’historiographie, ainsi que l’écrit P.-L. Gatier, ces temples ont « été fréquemment intégrés aux réflexions sur le peuplement »50. On estime aujourd’hui que la plupart d’entre eux relevaient d’un horizon villageois et qu’ils se situaient sur le territoire des cités de la côte phénicienne ou à leur périphérie, il n’est pas toujours possible d’en décider. Selon H. Seyrig, qui n’en a pas abordé l’étude, ces temples sont « l’indice d’un important changement économique et social »51. Deux interprétations récentes s’inscrivent dans ce sillon herméneutique. M. Sommer décrit le réseau qu’ils forment dans la Bekaa comme une frontière symbolique et religieuse (voire un rempart) entre sédentaires et nomades, mais curieusement il ne tient absolument pas compte de l’extension de la colonie de Berytus lorsqu’il reconstitue les étapes de ce processus52. Au terme d’une étude approfondie des sanctuaires villageois, dans un espace plus vaste que celui de la Bekaa, J. Aliquot émet l’hypothèse qu’ils témoigneraient de « l’appropriation du paysage agraire par les populations locales à une époque où l’agriculture se développerait concurremment au pastoralisme »53. On retrouve aussi en filigrane la question, insoluble, de l’éventuelle sédentarisation d’une partie de la population locale. La construction religieuse présuppose la stabilité et la prospérité de ces espaces comme elle signale l’organisation des communautés villageoises. Elle reflète donc, avec décalage, la mise en valeur agricole à grande échelle de l’espace libanais.

  • 54 Cf. carte dans Butcher 2003, p. 236.
  • 55 M. Abdulkarim et O. Olesti-Vila ont dressé l’état de la recherche sur les cadastres romains de Syr (...)
  • 56 Pour atteindre la vallée dans laquelle Hosn-Niha (1350 m. d’altitude) se trouve, on passe d’abord (...)
  • 57 IGLS VI, 2928-2945 et pl. XLV, XLVII et XLVIII.

10Dans la Bekaa septentrionale, la monumentalisation des espaces cultuels est à mettre en rapport avec l’implantation coloniale, particulièrement précoce. Même si elle se joue des limites civiques et déborde très largement le cadre colonial puisqu’elle couvre l’espace libanais, la mise en place d’un réseau de temples semble y constituer, sur la longue durée et dans le sillage du grand chantier impérial d’Héliopolis, une réponse à la romanisation, elle-même emportée par la déduction coloniale augustéenne. La diffusion de l’épigraphie latine confirme que la partie nord de la Bekaa est devenue un nouvel espace vécu54 : l’installation des colons a densifié l’occupation de la plaine et de ses contreforts montagneux. Nous n’avons cependant aucune donnée relative aux opérations de redistribution consécutives à la déduction coloniale. D’une part, les études ponctuelles du paysage agraire du Proche-Orient romain menées jusqu’à présent n’ont pas porté sur des espaces coloniaux55 ; d’autre part, la recherche d’éventuelles traces fossilisées de l’antique trame agraire reste à faire dans la Bekaa. Pour aborder les changements occasionnés par l’installation des colons, nous proposons donc d’analyser le nouveau paysage humain en mettant à profit les realia du site antique de Niha, situé sur le versant oriental du Mont Liban, à une vingtaine de km à vol d’oiseau au sud-ouest de Baalbek, ainsi que l’inscription latine découverte sur le site voisin de Hosn Niha56. Les découvertes épigraphiques de Niha, plus nombreuses qu’ailleurs dans la Bekaa coloniale, et auxquelles s’ajoute une intéressante documentation iconographique57, en font un terrain d’observation privilégié. Nous pouvons ainsi esquisser le tableau de la nouvelle organisation territoriale, et avec elle, la façon dont colons et autochtones ont cohabité sur le territoire colonial.

  • 58 Yasmine 2009.
  • 59 IGLS VI, 2928.
  • 60 IGLS VI, 2929 et 2936.
  • 61 Les objets retrouvés lors de la fouille sont d’époque pré-romaine et romaine. Cf. Yasmine 2009, p. (...)
  • 62 Ibid., p. 147.
  • 63 IGLS VI, 2937 : les colon[i] --- [s]plendidissimae [col(oniae)] rendent hommage à un empereur, pro (...)
  • 64 Un bas-relief de Palmyre actuellement au Louvre représentant un défunt originaire de Berytus, tran (...)
  • 65 IGLS VI, 2936, dédicace du pagus Augustus sur laquelle nous allons revenir, IGLS VI, 2937, dédicac (...)
  • 66 IGLS VI, 2940, 2942-2944.
  • 67 Freyberger 1999, p. 570 compare le temple A de Niha au temple de Bacchus de Baalbek. Cf. également (...)
  • 68 Autel avec Hadaranès, IGLS VI, pl. XLVII, n°2928 A.
  • 69 Cf. Kropp 2011, p. 400-401. Plus généralement, sur les Tychai du Proche-Orient, cf. Belayche 2003a

11Le site de Niha montre encore aujourd’hui deux temples d’époque romaine. L’analyse archéologique du bâti, réalisée par J. Yasmine, donne une idée des conditions dans lesquelles l’installation des colons a pu s’effectuer58. Elle semble confirmer ce que le micro-panthéon local, composé d’un couple divin à l’onomastique en partie sémitique, le dieu Hadaranès59 et la dea Suria Nihatena (thea Atargatis en grec)60, laisse deviner : en s’installant sans doute dans un village préexistant, les colons auraient repris sans discontinuer certains des cultes locaux. J. Yasmine fonde notamment son analyse sur la présence d’un « vieux sanctuaire », pour reprendre sa terminologie, mis au jour lors des travaux entrepris entre 1946 et 197561 et observe que les deux temples d’époque romaine s’ouvrent vers cet ancien lieu de culte62. Les indices d’une possible continuité se conjuguent à Niha avec les pratiques épigraphiques d’une communauté « romaine ». Le terme de coloni apparaît dans deux inscriptions63, même si ce sont les deux seules attestations sur le territoire colonial64. Par ailleurs, trois dédicaces de Niha honorent l’empereur régnant : deux d’entre elles sont réalisées collectivement et la troisième est due à l’initiative d’un colon65. Enfin, même si des pérégrins apparaissent dans la documentation épigraphique, l’usage des tria nomina est de règle dans les quatre inscriptions funéraires du site et les cognomina romains confirment la forte implantation d’une communauté de colons66. L’importance de cette communauté se signale par la construction, entre les IIe et IIIe siècles, du deuxième temple d’époque romaine, dit temple A : de plus grande dimension que le temple B, il est réalisé sur le modèle du temple dit de Bacchus à Héliopolis67. L’influence d’Héliopolis est également perceptible dans la représentation du dieu Hadaranès sur un autel de Niha68, tandis que le modèle de la dea Suria Nihathena est à chercher dans l’iconographie monétaire des cités phéniciennes69. Les influences perceptibles à Niha renvoient à la bipolarité du territoire colonial, articulé entre la cité côtière et le sanctuaire héliopolitain.

  • 70 IGLS VI, 2936, le nominatif pour la dea suria Nihathena ne s’explique guère. H.G. Pflaum considéra (...)

12Le point de départ d’une réflexion sur l’organisation territoriale de la colonie bérytaine est la mention d’un pagus dans une inscription découverte à Niha : Dea Suria Nihathe(na) / pro Aug(usto), Pagus / Augustus fecit / et dedica[vi]t70.

  • 71 Goffaux 2006, p. 57 signale un pagus Augustus d’Emerita qui « existait aux débuts de la cité ». On (...)
  • 72 Cf. Avi Yonah 1946, n°3, pl. XXVI, p. 86-87.
  • 73 Rey-Coquais 1989, p. 736 et Ghadban 1987, p. 231.
  • 74 En Gaule, le pagus désigne une subdivision territoriale. W. Van Andringa signale que sur le territ (...)
  • 75 D’une province de l’empire à l’autre, les cas sont différents et sans doute révélateurs du context (...)

13Son nom, Augustus, suggère sa mise en place dès les premiers temps de la colonie71. À l’échelle du Proche-Orient romain, le seul autre pagus connu est celui de Ptolémaïs, une dédicace adressée pago vicinal(i) ayant été retrouvée au sud du chef-lieu de cette colonie claudienne72. Le terme renvoie donc clairement au contexte colonial. L’inscription de Niha commémore une offrande faite par le pagus Augustus à la déesse locale, pour le salut de l’empereur régnant. Comme l’affichent sans ambiguïté son iconographie, empruntée aux Tychai des monnaies civiques des cités des côtes phénicienne et palestinienne, ainsi que l’épiclèse topique qu’elle porte, la déesse préside aux destinées d’une communauté locale. Son théonyme conserve un toponyme que la dénomination du pagus n’enregistrait pas. Les commentateurs ont généralement identifié le pagus Augustus à la communauté de colons romains résidant à Niha73. En l’état actuel de la documentation, cela n’est qu’une hypothèse, même si elle peut apparaître comme la plus probable : le pagus Augustus pouvait tout aussi bien renvoyer à une circonscription territoriale dont un hypothétique vicus, patronné par une déesse topique, ne serait que l’agglomération la plus importante74. S’il se confondait néanmoins avec la communauté locale romaine, la dea Suria Nihatena aurait ici peut-être la même fonction protectrice ou tutélaire que le genius pagi de certains pagi de la partie occidentale de l’empire75.

  • 76 Ainsi Aliquot 2009, p. 117 : « Niha chef-lieu du pagus dont dépend Hosn Niha », voir aussi p. 51 e (...)

14Il n’est guère possible de préciser davantage l’image de l’organisation administrative du territoire colonial. Contrairement à ce que l’on peut lire parfois, les sources dont nous disposons ne permettent pas d’affirmer des liens de dépendance entre le pagus Augustus et le village voisin de Hosn Niha désigné par le terme de vicus dans une inscription retrouvée in situ76 :

  • 77 IGLS VI, 2946. « Sur le revenu et le rapport des bien-fonds du dieu Mifsénus et (sur le revenu et (...)

Ex usu et reditu obligato/rum dei Mifseni et vici et cul/toribus eius sub cura Haninae et / Sacerdot(is) et Zabdae et Candidi et Anni vet(erani) / et Magni et Samaionis et Zebidae et Be[l]iabi77.

  • 78 Ainsi, le mot cultores correspond à celui de katochoi, catégorie de personnages qui semblent avoir (...)
  • 79 Aliquot 2009, p. 115-117.
  • 80 Les exemples de vici cités par Rey-Coquais 1989, p. 738-739, ne contredisent pas cette hypothèse.

15Le recours à la terminologie latine, qui pourrait témoigner de l’importation de structures « romaines », ne résiste pas à l’analyse de l’inscription. Si à Niha, le terme de pagus témoigne de la volonté de structurer l’espace selon des normes importées ou du moins fixées par les colons, ainsi que le suggère son nom, à Hosn Niha, celui de vicus répond manifestement à une logique différente. Le terme de vicus y traduit celui de komè dans une inscription latine en tous points semblable à celles que l’on trouve en grec sur le territoire d’une polis comme celle de Sidon par exemple78. Prolongeant les travaux de C. Ghadban, J. Aliquot a montré que les mécanismes du financement de la communauté de Hosn Niha étaient tout à fait comparables à ceux qui sont attestés ailleurs au Liban, hors du contexte colonial79. À la différence du mot pagus, celui de vicus apparaît dans des contextes institutionnels variés en Syrie : il y désigne la cellule de base de l’organisation territoriale80. En déduire un rapport institutionnel, voire une relation de subordination avec le pagus, est un schéma explicatif parmi d’autres possibles qui ne s’appuie que sur l’apparition des termes pagus et vicus dans l’épigraphie locale et les représentations qu’ils suscitent chez les Modernes. Pour s’avancer davantage, il faudrait connaître la réalité institutionnelle que recouvrait le mot pagus à Berytus. Dans un contexte de pénurie épigraphique sur la question des subdivisions de l’espace colonial bérytain, les termes vicus et pagus ne doivent pas être surinterprétés, sous prétexte que l’inscription d’Hosn Niha se trouvait dans un village voisin de Niha et que les deux termes sont, ailleurs, ceux de l’administration territoriale romaine.

  • 81 À Niha, la stèle funéraire des quatre enfants de Caius Claudius Marcellus, en grec, est particuliè (...)
  • 82 Le prêtre Narkissos, représenté sur un relief de grand escalier menant au temple A, porte un costu (...)
  • 83 Applebaum 1989, p. 87. Le cippe a été retrouvé à l’est de Shavei Tziyyon, cf. carte p. 72.
  • 84 L’inscription a été retrouvée une dizaine de km au sud de Ptolémaïs, près de Kefar Ata, ibid. cart (...)
  • 85 Sartre 2001a, p. 755, fait cette hypothèse. L’inscription a été retrouvée près de Nehariyah, Apple (...)
  • 86 Belayche 2003b, p. 173, n. 141.

16Ces deux structures territoriales ne mettent pas sur la voie de communautés séparées. Se fondant sur l’étude de l’onomastique et l’analyse des monuments funéraires de Niha, J.-P. Rey-Coquais a mis en évidence ce que l’on pourrait désigner comme un processus d’acculturation réciproque81. L’organisation religieuse de la communauté de Niha montre que les colons de Berytus se sont, le cas échéant, installés dans des villages existants et y rendaient un culte aux divinités locales, aux côtés des anciens habitants de la Bekaa82. Peut-on généraliser à partir de cet exemple ? Il dessine un scénario que ne contredisent pas les quelques témoignages épigraphiques de la Bekaa coloniale. Pour le renforcer, on peut évoquer l’organisation de l’espace rural de la colonie de Ptolémaïs. La découverte d’un cippe de centuriation à 6 km au nord de Ptolémais83, ainsi que l’inscription précédemment évoquée faisant état d’un pagus vicinalis84, laissent penser que les colons ont été lotis dans la plaine côtière, au nord et au sud de la ville. Quelques kilomètres au nord du lieu de découverte du cippe de centuriation, la présence d’un village dénommé « Nea Komè » a été interprétée comme la trace de l’expropriation de populations locales, réinstallées loin du chef-lieu, dans des villages créés ex nihilo85. La séparation des communautés, dans un contexte socio-politique (l’organisation en cité avant l’arrivée des colons) et géographique (la plaine côtière) très différent, semble avoir été bien plus nette à Ptolémaïs que dans la Bekaa. Loin du chef-lieu, dans un espace probablement moins densément peuplé au moment du lotissement des vétérans, l’installation des colons de Berytus aurait entraîné des bouleversements moindres dans le maillage territorial et humain de la Bekaa. De manière significative peut-être, le pagus Augustus est associé à une déesse topique tandis que l’inscription de Ptolémaïs est adressée à une divinité de conception « romaine ». En effet, N. Belayche interprète l’inscription de Ptolémaïs comme une dédicace à la personnification du pagus86. Il nous semble que si la dea Suria Nihatena tenait lieu de divinité tutélaire de pagus, autrement dit, si elle endossait le rôle de genius pagi, ce pourrait être l’indication d’une insertion harmonieuse des colons dans le paysage divin – et par conséquent humain – local, dès les premiers temps de la colonie.

Une identité territoriale : la question de l’ethnique héliopolitain

  • 87 Cf. Myers 2010, p. 115-127. Une inscription de Rome émanant du détachement de vexillaires de l’ail (...)
  • 88 Cf. Rizakis 1998a, p. 614 : « … les anciens habitants d’une colonie, malgré l’infériorité de leur (...)

17Alors que l’épigraphie de Niha atteste de l’usage du terme coloni, à rebours, les génériques d’incolae ou de vicani n’apparaissent pas dans la documentation bérytaine. De façon plus générale, se pose la question d’une désignation collective, identitaire, des populations locales de la Bekaa. Des corps auxiliaires de l’armée de l’Empire ont perpétué l’ethnique ituréen87. On n’en trouve la trace ni dans la Bekaa coloniale ni même dans la proche région. L’ethnique bérytain, quant à lui, était, le cas échéant, plus approprié pour désigner les pérégrins de la côte phénicienne que les populations de l’arrière-pays88. L’apparition de l’ethnique héliopolitain dans la documentation épigraphique de la période antonine n’a été envisagée que dans le cadre du débat sur la date de la fondation d’Héliopolis puisqu’il a semblé témoigner de l’existence d’une deuxième entité civique, avant même l’arrivée au pouvoir de Septime Sévère. S’il est désormais plus ou moins admis qu’Héliopolis est une colonie sévérienne, rendre à l’ethnique son exacte signification dans le paysage humain local engage une autre question, celle du devenir de la Bekaa coloniale durant les deux premiers siècles de l’Empire. Dans le prolongement de notre réflexion sur la cohabitation des populations, nous proposons d’analyser son usage comme la trace d’une étape significative, celle de la constitution d’une identité territoriale. L’ethnique se confondant avec l’épiclèse du grand dieu d’Héliopolis, Iupiter optimus maximus Heliopolitanus, il se révèle d’autant plus intéressant d’examiner conjointement ethnique et épiclèse que les identités antiques se construisaient ou s’exprimaient prioritairement à partir du référent religieux.

  • 89 Seyrig 1961, n°2, p. 111-113. Ce savant avait signalé auparavant une liste, malheureusement fragme (...)
  • 90 Tomlin 1997, p. 464, n° 28 = AE 1997, 1001. Le bénéficiaire, originaire d’Héliopolis, est un caval (...)

18L’ethnique héliopolitain entre dans la nomenclature officielle d’un citoyen romain, légionnaire qui plus est, mort durant le règne d’Hadrien. L’inscription qui l’atteste, découverte à l’occasion de travaux effectués dans le grand temple de Baalbek, a été publiée en 1961 par H. Seyrig, à qui revient le mérite d’avoir versé les attestations de l’ethnique au dossier de la fondation coloniale d’Héliopolis89. L’identité pérégrine d’un autre ‘héliopolitain’ connu par un diplôme militaire découvert sur le site d’Itunocelum (Ravenglass) en Bretagne, et publié en 1995, invite à l’examiner à nouveaux frais90. Dans l’inscription connue de H. Seyrig, quatre héritiers d’onomastique romaine, acquittent le vœu d’un ancien cavalier de la IIIe légion Augusta, Lucius Antonius Silo, envers le grand dieu d’Héliopolis :

  • 91 IGLS VI, 2714 = Hajjar, Triade I, n° 12. « À Jupiter Très Bon Très Grand Héliopolitain, pour le sa (...)

I(oui) O(ptimo) M(aximo) H(eliopolitano) / pro sal(ute) imp(eratoris) / Caes(aris) Traiani / Hadriani Aug(usti), p(atris) p(atriae) / ex testamento / L(ucii) Antonii Silonis / eq(uitis) leg(ionis) III Aug(ustae), He/liopolitani / L(ucius) Varius Q(uinti) f(ilius) Fab(ia tribu) / Magnus, uet(eranus), pro / parte dimidia et / L(ucius) Valerius L(ucii) f(ilius) Fabi(a tribu) Me/lior pup(illus) (pro) parte quar/ta et Vibi C(aii) f(ilii) Fab(ia tribu) Ru/fus et Fuscus pupilli / pro parte quarta, hered(es) eius / ex arg(enti) p(ondo) octoginta u(otum) s(oluerunt).91

  • 92 Il est plus fréquent de citer d’abord l’origine, puis la fonction dans l’armée, mais l’on trouve é (...)
  • 93 On peut ainsi comparer la façon dont l’identité d’Antonius Silo est formulée avec celle des légion (...)
  • 94 Seyrig 1961, p. 112.

19Le défunt est identifié par les tria nomina, sans filiation ni tribu, avec l’indication de son ancienne fonction dans l’armée, puis avec un adjectif, généralement interprété comme civique. Sur certaines listes de militaires, on retrouve exactement la même séquence, à ceci près que les listes donnent en général le nom de la cité d’origine et non l’adjectif92. Ce constat est un argument fort en faveur de l’existence juridique d’Héliopolis à l’époque antonine : les listes de légionnaires sont aussi des listes de cités, celles dont sont originaires ces soldats, et la nomenclature d’Antonius Silo en suit très exactement le modèle93. Pour H. Seyrig, ce « texte apparemment très attentif au statut juridique des personnes, porte un coup grave à l’hypothèse d’après laquelle Héliopolis n’aurait été, jusque sous Septime Sévère, qu’une dépendance de Béryte [...] »94.

  • 95 À propos des auxiliaires portant les tria nomina, cf. Dušanić 1993. La question, très disputée, de (...)
  • 96 D’ailleurs, R.S.O. Tomlin qui fait le compte rendu du diplôme militaire s’étonne : « it is unusual (...)

20L’identité pérégrine du bénéficiaire du diplôme d’Itunocelum invite cependant à envisager une autre hypothèse, selon laquelle Lucius Antonius Silo, eques leg(ionis) III Aug(ustae), n’était peut-être pas citoyen au moment de ses années de service, à tout le moins à son entrée dans l’armée. Son nom, très banal, lui aurait été attribué à l’occasion de son service militaire95. Il est intéressant de constater que l’identité des exécuteurs testamentaires n’est pas déclinée comme celle d’Antonius Silo : l’inscription ne livre pas leur origo, mais comporte, en revanche, leur filiation et leur tribu, celle des colonies de Berytus et d’Héliopolis. Elle rend peut-être compte d’une différence, non pas de statut, mais de parcours, au travers de deux types de nomenclatures. Plus que l’origine – dont la mention est inutile sur le territoire colonial –, c’est la tribu qui constitue, de manière banale, un marqueur de citoyenneté romaine. Les trois témoins sont des citoyens de la colonie, des coloni pourrait-on dire. Leur nomenclature est civique autant que « civile » : la séquence onomastique du vétéran Varius Magnus est la même que celle de ses deux comparses. En regard, la nomenclature employée pour Antonius Silo serait, quant à elle, le décalque, non actualisé, de celle de ses années de service, ne comportant ni la mention de la tribu, ni son origo, désormais civique. Elle serait donc sans doute moins soucieuse d’exactitude que ne le pensait H. Seyrig. Si notre hypothèse est exacte, ces deux « Héliopolitains » seraient d’anciens pérégrins originaires de la Bekaa, devenus l’un et l’autre citoyens au plus tard à l’issue de leur service dans l’armée romaine96.

  • 97 IGLS VI, 2763 : M(arco) Aurelio Antonino / Aug(usto) P(atri) P(atriae) / Heliopolitani et 2764 : S (...)
  • 98 La première occurrence est celle de l’inscription d’Antonius Silo, elle est datée du règne d’Hadri (...)
  • 99 Pour expliquer les ethniques héliopolitains de la documentation épigraphique du IIe siècle de notr (...)
  • 100 On peut rapprocher ces deux inscriptions de quelques rares dédicaces religieuses évoquées par W. V (...)
  • 101 Tranoy 1993, p. 31-33.

21Nous proposons donc de considérer comme un ensemble cohérent ces deux inscriptions ainsi que deux autres qui mettent en scène une communauté aux contours flous, celle des Heliopolitani (les « habitants d’Héliopolis »), connue pour avoir rendu hommage à Marc-Aurèle et à sa fille à Héliopolis97. Ces différentes attestations épigraphiques de l’ethnique dessinent un cadre chronologique resserré autour de la période antonine98. Contrairement à ce que l’on a pu affirmer parfois, il n’y a pas de raison de penser que l’ethnique héliopolitain renvoie à une subdivision territoriale de l’administration romaine, comme le pagus99. Dans le contexte colonial, il nous semble plutôt qu’il constitue une origo alternative, indigène, qui pourrait montrer qu’un processus d’intégration d’une partie au moins des habitants de la Bekaa est amorcé, le passage par l’armée constituant, comme ailleurs, un accélérateur. Figurant dans un diplôme militaire, l’ethnique est reconnu par l’administration romaine à l’échelon impérial ce qui lui confère un caractère semi-officiel à tout le moins. Le fait que la communauté des Héliopolitains rende collectivement hommage à l’empereur à Héliopolis, quelques années après la première attestation de l’ethnique dans l’épigraphie militaire, donne également à penser qu’elle pourrait avoir un caractère officiel100. Il s’agit en tout cas d’une collectivité organisée affichant un certain degré de cohésion. Dans un tout autre contexte, celui de la Galice du début du Ier siècle de notre ère, A. Tranoy a évoqué la « persistance d’un état civil indigène dans un cadre administratif romain » ; l’étape suivante à partir des Flaviens, a vu la disparition de l’origo indigène101. L’exemple héliopolitain pourrait témoigner du processus inverse : la mise en place d’un état civil indigène comme préalable à l’autonomie civique elle-même favorisée par l’environnement municipal. Cette reconstitution paraît d’autant plus plausible que cette étape antonine trouve un parallèle dans le domaine religieux.

  • 102 Vénus porte exceptionnellement l’épiclèse Heliopolitana dans une inscription bilingue de Beyrouth (...)
  • 103 Hajjar, Triade I, n°195, n°196, n°197 (Beyrouth), n° 215 (sanctuaire de Deir el-Qalaa près de Beyr (...)
  • 104 Hajjar, Triade I, n°268.
  • 105 IGLS VI, 2711 : [I.O.M., V(eneri)], M(ercurio), diis Heliupol(itanis) et 2712 : [I.O.]M. V(eneri),(...)

22L’ethnique Heliopolitanus est d’abord l’épiclèse du grand dieu héliopolitain, Iupiter optimus maximus Heliopolitanus, généralement abrégé IOMH dans les dédicaces. Or, si les historiens des religions ont consacré l’expression de « triade héliopolitaine » pour désigner les trois divinités honorées à Héliopolis (Jupiter héliopolitain, Vénus et Mercure), il convient de rappeler que les dédicaces à Vénus et à Mercure ne les désignent pas comme des divinités héliopolitaines102. Ce fait est particulièrement net si l’on prend en compte les dédicaces destinées aux trois divinités en association : pour l’essentiel, elles sont adressées IOMH, V(eneri), M(ercurio)103. De manière inhabituelle, l’épiclèse est attribuée collectivement aux trois dieux dans une dédicace faite à Athènes : le dédicant, Q(uintus) Tedius Maximus y honore IOM, V(eneri), M(ercurio) Heliupolitani probablement durant le règne d’Antonin le Pieux104. Sous Caracalla, Antoninus Longinus, speculator de la légion III Gallica Antoniniana, offre aux trois divinités héliopolitaines deux chapiteaux de bronze qui orneront deux colonnes des nouveaux propylées. Les deux inscriptions, identiques, mais inégalement conservées, qualifient Jupiter, Vénus et Mercure de « diis heliupolitanis »105. Ces trois inscriptions apparaissent comme des exceptions ; elles révèlent que l’épiclèse s’est chargée d’une connotation identitaire au cours des deux premiers siècles d’existence de la colonie de Berytus : la première est contemporaine de l’apparition de l’ethnique héliopolitain dans la documentation épigraphique, tandis que les deux autres appartiennent déjà à l’histoire de la colonie d’Héliopolis.

  • 106 Eck 2010. Beyrouth : AE 1906, 188 = Hajjar, Triade I, n° 231. W. Eck révise la lecture de l’inscri (...)
  • 107 Le Dolichenum ne peut pas avoir été construit « vor der Anlage des Lagers in frühseverischer Zeit  (...)

23Pour conforter cette thèse, on peut comparer les dédicaces de deux dévots très vraisemblablement originaires de la colonie bérytaine. Ils sont tous deux connus par une inscription du territoire colonial et une ou deux dédicaces faites ailleurs dans l’empire. W. Eck a récemment étudié les trois dédicaces d’un centurion qui a honoré les trois dieux d’Héliopolis à Beyrouth et en Galilée, et le seul Jupiter héliopolitain à Doura Europos106. L’emplacement de la dédicace de Doura Europos (le Dolichenum) incite W. Eck à dater ces inscriptions du IIIe siècle de notre ère : la colonie d’Héliopolis est désormais fondée107. À Beyrouth et en Galilée, le dédicant recourt à la formulation habituelle de IOMH, V(eneri), M(ercurio). Q(uintus) Tedius Maximus avait, quant à lui, vraisemblablement des attaches à Héliopolis, puisqu’il y est l’auteur d’une dédicace à Jupiter héliopolitain pour le salut d’Antonin. Mais le sanctuaire se trouvant encore sur le territoire de Berytus, il était sans doute lui aussi colon de Berytus. Son choix d’attribuer collectivement l’épiclèse topique aux dieux d’Héliopolis à Athènes semble en tout cas confirmer un lien privilégié avec Héliopolis : peut-être résidait-il dans la Bekaa. Sous Caracalla, l’expression de « dii heliupolitani » encore visible aujourd’hui sur la base de deux propylées du grand temple se situe dans le prolongement de cet usage inhabituel de l’épiclèse : exacerbant l’origine commune des dieux d’Héliopolis, elle est à mettre au compte de la toute récente fondation coloniale. Ce phénomène d’attribution de l’épiclèse, dont les ressorts sont a priori purement religieux, nous semble donc ici étroitement lié à l’émergence d’une identité héliopolitaine. Il n’apparaît dans aucun exemple que nous pouvons rapporter avec certitude à Berytus, y compris tardivement, nous venons de le voir, même si la minceur du dossier incite à la prudence. Dans l’état actuel de la documentation, ce constat renforce l’hypothèse de la constitution d’une identité territoriale héliopolitaine.

  • 108 Cf. Fernoux 2009, p.139-142.
  • 109 Ibid. p. 141.

24Cette évolution est contemporaine de l’apparition de l’ethnique dans la documentation épigraphique, en contexte militaire et honorifique, et n’a pas nécessairement une signification religieuse. Elle contribue, nous semble-t-il, à expliquer la fondation de la colonie d’Héliopolis. Dans un article consacré aux frontières civiques des cités grecques du Haut-Empire, H.-L. Fernoux a montré la réticence des empereurs, pour des raisons que l’on pourrait qualifier d’idéologiques, à modifier les limites des cités et en particulier à promouvoir au statut civique les entités villageoises des chôrai108. Certaines situations sont néanmoins plus propices à de tels changements et l’historien évoque « les villages sacrés qui avaient une identité forte du fait de la présence en leur sein d’un sanctuaire » et qui « étaient les plus à même de profiter de cette promotion (…) »109. Cette description offre un schéma bien parallèle à la situation héliopolitaine où la présence du grand sanctuaire a pu favoriser la construction identitaire et l’accession à l’autonomie civique. À elles seules, les caractéristiques du territoire colonial peuvent expliquer l’évolution vers l’autonomie civique autour d’un sanctuaire prestigieux que les Sévères avaient toutes les raisons de favoriser. De plus, le sanctuaire était à même de devenir un noyau d’urbanisation, comme ailleurs d’autres grands lieux de rassemblement dans l’empire romain. On sait que nombre de ces agglomérations ont fini par acquérir l’autonomie civique. Mais il nous semble aussi que, « lieu de mémoire », le sanctuaire était susceptible de fédérer les colons et les autres habitants de la Bekaa, constituant le ferment d’une identité territoriale commune et un socle préparant l’évolution vers l’autonomie civique.

  • 110 Hošek 2011.
  • 111 Scheid 2006, p. 444.
  • 112 Hošek 2011.

25L’histoire du sanctuaire se mêle en effet à la ‘politique impériale’, sur la longue durée. L’extension territoriale de la colonie de Berytus assurait à Rome le contrôle d’un sanctuaire symboliquement important et potentiellement fédérateur, celui de la principauté ituréenne déchue. Nous avons défendu ailleurs l’idée que le choix de Berytus pour en faire la première colonie du Proche-Orient était sans doute lié à la présence en son arrière-pays du sanctuaire dont les dynastes ituréens étaient grands-prêtres110. L’exemple italien enseigne en effet qu’une cité pouvait recevoir, lors de sa fondation, « un sanctuaire régional fameux, qui appartenait à une autre communauté soumise »111. Pour l’Italie, J. Scheid a mis en évidence cet aspect de la politique d’Octavien-Auguste qui, selon nous, éclaire aussi la fondation coloniale de Berytus112. Plus d’un siècle après le moment fondateur, l’apparition des ethniques héliopolitains amène à formuler l’hypothèse de mesures prises sous les Antonins comme un deuxième jalon de la politique impériale à Héliopolis : on peut penser au souci qu’avait Hadrien de favoriser les communautés locales et à sa politique en faveur des grands sanctuaires de la partie orientale de l’empire. Lorsqu’il fonde Héliopolis, Septime Sévère semble entériner une évolution, certes difficile à cerner, mais marquée tout de même par la soudaine visibilité d’une communauté (celle des Heliopolitani) qui rend collectivement hommage à Marc Aurèle. La fondation coloniale sévérienne procède ensuite à une sorte de « nivellement juridique » incorporant tout ou partie de la population indigène et enregistrant ainsi peut-être une étape antonine dont la teneur nous échappe.


26La recomposition territoriale issue de la fondation de Berytus a mis en contact, soudainement, l’espace poliadisé de la côte phénicienne avec la plaine de la Bekaa. Il faut envisager ce fait comme le résultat d’une politique volontariste. En l’absence de données sur les procédures mises en œuvre lors du partage des terres, j’ai voulu évoquer l’installation des colons et la nouvelle situation des populations locales comme le segment d’une dynamique qui est celle de la municipalisation du nord de la Bekaa. En retour, l’image qui se dessine est susceptible d’une part de donner quelque consistance à l’analyse du nouveau paysage villageois comme étant révélateur des conditions de l’installation et, d’autre part, de fournir une trame impériale plus étoffée aux évolutions locales.

27L’implantation coloniale ne semble pas avoir eu pour conséquence un bouleversement complet du paysage humain, tel que l’expropriation peut parfois le créer, mais doit être vue aussi comme un processus de récupération, d’adaptation, de remodelage du substrat local, en particulier du tissu villageois. À la faveur d’une morphologie territoriale particulière et peut-être de densités peu importantes, celles d’une économie agro-pastorale, les colons se sont coulés dans le moule des micro-identités et ont inventé, dans l’échange, un nouveau paysage social, religieux et monumental, dans le sillage du grand chantier impérial. Il est vrai que la phase éminemment conflictuelle, celle de l’installation, nous échappe : plus d’un siècle après, les contours sont nécessairement lissés. Le hiatus chronologique de la documentation disponible est insurmontable.

28À l’échelle de la colonie de Berytus toute entière, on peut penser que le statut des anciens habitants a pu être très différent selon qu’il s’agissait des anciens citoyens de la cité phénicienne ou des habitants de la plaine intérieure et de ses contreforts montagneux. Il est vraisemblable que le statut d’incolae a été attribué aux premiers tandis qu’un statut moins favorable a pu échoir, dans un premier temps, aux deuxièmes. Mais, conformément à une tendance de la politique romaine, celle de favoriser le nivellement juridique entre les communautés au sein des colonies, la fondation d’Héliopolis a sans doute accéléré, ne fût-ce que pour des raisons d’équilibre démographique, un processus en cours, celui de l’intégration d’une partie au moins de cette population locale restée sur place.

Haut de page

Bibliographie

Abdulkarim – Olesti-Vila 2007 = M. Abdulkarim et O. Olesti-Vila, Les centuriations dans la province romaine de Syrie : nouvelles perspectives d’étude, dans Syria, 84, 2007, p. 249-276.

Aliquot 1999-2003 = J. Aliquot, Les Ituréens et la présence arabe au Liban du IIsiècle a.C. au IVe siècle p.C., dans Mélanges de l’Université Saint-Joseph, 56, 1999-2003, p. 161-290.

Aliquot 2009 = J. Aliquot, La vie religieuse au Liban sous l’Empire romain, Beyrouth, 2009.

Applebaum 1989 = S. Applebaum, Judaea in Hellenistic and Roman Times. Historical and Archaeological Essays, Leyde, 1989.

Arnaud 2004 = P. Arnaud, La gestion des ressources naturelles et l’intégration économique des provinces d’Occident dans le processus de développement et de romanisation d’après Strabon : topique littéraire et document historique, dans M. Clavel-Lévêque et E. Hermon (éd.), Espaces intégrés et ressources naturelles dans l’Empire romain, Besançon, 2004, p. 25-38.

Avi Yonah 1946 = M. Avi Yonah, Newly discovered latin and greek inscriptions, dans Quarterly of the Department of Antiquities of Palestine, XII, 1946, p. 84-102.

Aviam 1999 = M. Aviam, Horvath Hesheq. A Unique Church in Upper Galilee : Preliminary Report, dans G.C. Bottini, L. Di Segni et E. Alliata (éd.), Christian Archaeology in the Holy Land. New Discoveries. Essays in Honour of Virgilio C. Corbo, Jérusalem, 1999, p. 351-377.

Ball 2001 = W. Ball, Rome in the East, Londres-New-York, 2e éd., 2001.

Belayche 2001 = N. Belayche, Iudaea-Palaestina. The Pagan Cults in Roman Palestine (Second to Fourth Century), Tübingen, 2001.

Belayche 2003a = N. Belayche, Tychè et la Tychè dans les cités de Palestine romaine, dans Syria, 80, 2003, p. 111-138.

Belayche 2003b = N. Belayche, Les formes de religion dans quelques colonies du Proche-Orient, dans Archiv für Religionsgeschichte, 5, 2003, p. 157-179.

Belayche 2009 = N. Belayche, Entrée en matière : de la démarche à un cas modèle, dans N. Belayche et S.C. Mimouni, Entre lignes de partage et territoires de passage. Les identités religieuses dans les mondes grec et romain. « Paganismes », « judaïsmes », « christianismes », Paris-Louvain, 2009.

Boffo 1994 = L. Boffo, Iscrizioni greche e latine per lo studio della Bibbia, Brescia, 1994.

Brélaz 2004 = C. Brélaz, Les colonies romaines et la sécurité publique en Asie Mineure, dans G. Salmeri, A. Raggi et A. Baroni (éd.), Colonie romane nel mondo greco, Rome, 2004, p. 187-209.

Brélaz 2005 = C. Brélaz, La sécurité publique en Asie Mineure sous le Principat (Ier- IIe s. apr. J.-C.). Institutions municipales et institutions impériales dans l’Orient romain, Bâle, 2005.

Briant 1982 = P. Briant, États et pasteurs au Moyen-Orient ancien, Paris-Cambridge, 1982.

Bru 2009 = H. Bru, L’origine des colons romains d’Antioche de Pisidie, dans H. Bru (éd.), L’Asie Mineure dans l’Antiquité : échanges, populations et territoires, Rennes, 2009, p. 263-287.

Butcher 2003 = K. Butcher, Roman Syria and the Near East, Londres, 2003.

Clermont-Ganneau 1888 = C. Clermont-Ganneau, Sur une inscription bilingue du Louvre grecque et palmyrénienne, dans Revue d’Archéologie Orientale, I, 1888, p. 300-302.

Curchin 1985 = L. A. Curchin, Vici and Pagi in Roman Spain, dans Revue des Études Anciennes, 87, 1985, p. 327-343.

Dąbrowa 1998 = E. Dąbrowa, The governors of Roman Syria from Augustus to Septimius Severus, Bonn, 1998.

Dąbrowa 2003 = E. Dąbrowa, Les colonies et la colonisation romaine en Anatolie et au Proche-Orient (IIe-IIIe s. après J.-C.) : nouvelles observations, dans Electrum, 7, 2003, p. 71-82.

De Giorgi 2011 = A.U. De Giorgi, Colonial Space and the City : Augustus’ geopolitics in Pisidia, dans R.J. Sweetman (éd.), Roman colonies in the first century of their foundation, Oxford, 2011, p. 135-149.

Di Segni 1999 = L. Di Segni, Horvath Hesheq : the Inscriptions, dans G.C. Bottini, L. Di Segni et E. Alliata (éd.), Christian Archaeology in the Holy Land. New Discoveries. Essays in Honour of Virgilio C. Corbo, Jérusalem, 1999, p. 379-390.

Dupuis 1996 = X. Dupuis, La concession du ius italicum à Carthage, Utique et Lepcis Magna : mesure d’ensemble ou décisions ponctuelles ?, dans A. Chastagnol, S. Demougin, et C. Lepelley (éd.), Splendidissima civitas. Études d’histoire romaine en hommage à François Jacques, Paris, 1996, p. 57-65.

Dušanić 1993 = S. Dušanić, Military diplomata for the auxiliary soldiers from the hellenophone provinces : the problem of the recipients’ Roman name-formulae, dans A.D. Rizakis (éd.), Roman Onomastics in the Greek East, Social and Political Aspects, International Colloquium on Roman Onomastics, 1993, Athènes, 1996, p. 31-42.

Eck 2010 = W. Eck, Weihungen an Iupiter Optimus Maximus Heliopolitanus, Venus und Merkur in Beirut und in Obergaliläa, dans Chiron, 40, 2010, p. 175-185.

Fernoux 2009 = H.L. Fernoux, Frontières civiques et maîtrise du territoire : un enjeu pour la cité grecque sous le Haut-Empire (Ier-IIIe siècle apr. J.-C.), dans H. Bru (éd.), L’Asie Mineure dans l’Antiquité : échanges, populations et territoires, Rennes, 2009, p. 135-164.

Freyberger 1999 = K.S. Freyberger, Les temples de Niha témoins de cultes locaux d’influence romaine au Liban, dans Topoi, 9, 1999, p. 569-577.

Gascou 1972 = J. Gascou, La politique municipale de l’Empire romain en Afrique proconsulaire de Trajan à Septime Sévère, Rome, 1972.

Gascou 1982 = J. Gascou, La politique municipale de Rome en Afrique du Nord. I. De la mort d’Auguste au IIIe s., dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, II, 10-2, Berlin-New York, 1982, p. 136-229.

Gatier 2001 = P.L. Gatier, Mission de Yanouh et de la haute vallée du Nahr Ibrahim. Rapport préliminaire 1999-2001, dans Bulletin d’archéologie et d’architecture libanaises, 5, 2001, p. 93-201.

Ghadban 1987 = C. Ghadban, Observations sur le statut des terres et l’organisation des villages dans la Beqa‛ hellénistique et romaine, dans E. Frézouls (éd.), Sociétés urbaines, sociétés rurales dans l’Asie Mineure et la Syrie hellénistiques et romaines, Strasbourg, 1987, p. 217-238.

Gilliam 1952 = J.F. Gilliam, The Dolicheneum. II. The Inscriptions, dans M. I. Rostovtzeff, A.R. Bellinger, F.E. Brown et C.B. Welles (éd.), The Excavations at Dura-Europos conducted by Yale University and the French Academy of Inscriptions and Letters. Preliminary Report of the ninth Season of Work 1935-1936. Part III. The Palace of the Dux Ripae and the Dolicheneum, New Haven-Londres, 1952, p. 107-124.

Goffaux 2006 = B. Goffaux, Formes d’organisation des cultes dans la Colonia Augusta Emerita (Lusitanie), dans M. Dondin-Payre et M.-T. Raepsaet-Charlier (éd.), Sanctuaires, pratiques cultuelles et territoires civiques dans l’Occident romain, Bruxelles, 2006, p. 51-97.

Grant 1946 = M. Grant, From Imperium to Auctoritas. A historical study of Aes Coinage in the Roman Empire, 49 B.C.-A.D. 14, Cambridge, 1946.

Hajjar, Triade I = Y. Hajjar, La Triade d’Héliopolis-Baalbek, I, Leyde, 1977.

Halfmann 1986 = H. Halfmann, Itinera principum. Geschichte und Typologie der Kaiserreisen im Römischen Reich, Stuttgart, 1986.

Horden – Purcell 2000 = P. Horden et N. Purcell, The Corrupting Sea. A study of Mediterranean History, Oxford-Victoria, 2000.

Hošek 2011 = A.-R. Hošek, Contrôler un territoire, contrôler un sanctuaire : aspects religieux de la fondation de Berytus, dans Cahiers « Mondes anciens », mis en ligne le 20 juillet 2011, URL http://mondesanciens.revues.org/index501.html.

Hurlet 1997 = F. Hurlet, Les Collègues du prince sous Auguste et Tibère. De la légalité républicaine à la légitimité dynastique, Rome, 1997.

Inglebert 2005 = H. Inglebert (dir.), Histoire de la civilisation romaine, Paris, 2005.

Isaac 1990 = B. Isaac, The Limits of Empire. The Roman Army in the East, New York-Oxford, 1990.

Jones 1931 = A.H.M. Jones, The Urbanization of the Ituraean Principality, Journal of Roman Studies, 21, 1931, p. 265-275.

Keppie 1983 = L. Keppie, Colonisation and Veteran Settlement in Italy, 47-14 B.C., Londres, 1983.

Kropp 2011 = A. Kropp, Anatomy of a Phoenician goddess : the Tyche of Berytus and her acolytes, dans Journal of Roman Archaelogy, 24, 2011, p. 389-407.

Lasserre 1982 = F. Lasserre, Strabon devant l’Empire romain, dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt , II, 30-1, Berlin-New York, 1982, p. 867-896.

Le Roux 2009 = P. Le Roux, Peuples et cités de la péninsule Ibérique du IIe a. C. au IIe p. C., dans Pallas, 80, 2009, p. 147-173.

Lepelley 2001 = C. Lepelley, Une forme religieuse du patriotisme municipal : le culte du génie de la cité dans l’Afrique romaine, dans Cl. Lepelley (éd.), Aspects de l’Afrique romaine. Les cités, la vie rurale, le christianisme, Bari, 2001, p. 39-52.

Levick 1967 = B. Levick, Roman Colonies in Southern Asia Minor, Oxford, 1967.

Levick 1996 = B. Levick, Greece (including Crete and Cyprus) and Asia Minor from 43 B.C. to A.D. 69, dans A.K. Bowman, E. Champlin et A. Lintott (dir.), The Cambridge Ancient History. X. The Augustan Empire, 43 B.C.-A.D. 69, Cambridge, 1996, 2e éd., p. 641-675.

Millar 1990 = F. Millar, The Roman Coloniae of the Near East : a Study of Cultural Relations, dans H. Solin et M. Kajava (éd.), Roman Eastern Policy and Other Studies in Roman History, Helsinki, 1990, p. 7-58.

Mitchell 1993 = S. Mitchell, Anatolia : Land, Men, and Gods in Asia Minor. I. The Celts in Anatolia and the Impact of Roman Rule, Oxford-New York, 1993.

Myers 2010 = E.A. Myers, The Ituraeans and the Roman Near East. Reassessing the Sources, Cambridge, 2010.

Rey-Coquais 1989 = J.-P. Rey-Coquais, Les exemples de l’Afrique romaine peuvent-ils éclairer les rares emplois des termes pagus et vicus en Syrie romaine ?, dans L’Africa Romana, 6, (Atti del VI convegno di studio. Sassari, 16-18 dicembre 1988 a cura di A. Mastino), Sassari, 1989, p. 735-741.

Rizakis 1996 = A.D. Rizakis, Les colonies romaines des côtes occidentales grecques. Populations et territoires, dans Dialogues d’Histoire Ancienne, 22/1, 1996, p. 255-324.

Rizakis 1998a = A.D. Rizakis, Incolae-paroikoi : populations et communautés dépendantes dans les cités et les colonies romaines de l’Orient, dans Revue des Études Anciennes, 100, 1998, p. 599-617.

Rizakis 1998b = A.D. Rizakis, Achaïe II. La cité de Patras : épigraphie et histoire, Athènes-Paris, 1998.

Roddaz 1984 = J.-M. Roddaz, Marcus Agrippa, Rome, 1984.

Salmon 1969 = E.T. Salmon, Roman Colonization under the Republic, Londres, 1969.

Sartre 2001a = M. Sartre, D’Alexandre à Zénobie. Histoire du Levant antique. IVsiècle av. J.-C. – IIIsiècle ap. J.-C., Paris, 2001.

Sartre 2001b = M. Sartre, Les colonies romaines dans le monde grec. Essai de synthèse, dans Electrum, 5, 2001, p. 111-152.

Sawaya 1999 = Z. Sawaya, Les monnaies d’Octave au dauphin et au trident, témoignage d’une installation de vétérans romains à Bérytos dès 30 av. J.-C., dans C. Augé et F. Duyrat (éd.), Les monnayages syriens. Quel apport pour l’histoire du Proche-Orient hellénistique et romain ? Actes de la table ronde de Damas, 10-12 novembre 1999, Beyrouth, 1999, p. 123-139.

Sawaya 2009 = Z. Sawaya, Histoire de Bérytos et d’Héliopolis d’après leurs monnaies, Ier siècle av. J.-C.-IIIe siècle apr. J.-C., Beyrouth, 2009.

Scheid 2006 = J. Scheid, Paysage religieux et romanisation. Quelques réflexions en guise de conclusion, dans M. Dondin-Payre et M.-T. Raepsaet-Charlier (éd.), Sanctuaires, pratiques cultuelles et territoires civiques dans l’Occident romain, Bruxelles, 2006, p. 439-448.

Schürer 1973 = E. Schürer, The history of the Jewish People in the Age of Jesus-Christ (175 B.C. – A.D. 135), (éd. G. Vermes et F. Millar), I, Édimbourg, 1973.

Seyrig 1939 = H. Seyrig, Daniel Krencker und Willy Zschietzschmann, Römische Tempel in Syrien, dans Gnomon, 15, 1939, p. 438-443 (repris dans H. Seyrig, Scripta varia, Paris, 1985, p. 139-144).

Seyrig 1954 = H. Seyrig, Antiquités syriennes. 57. Questions héliopolitaines, dans Syria, 31, 1954, p. 80-98.

Seyrig 1961 = H. Seyrig, Nouveaux monuments de Baalbek et de la Beqaa, dans Bulletin du Musée de Beyrouth, 16, 1961, n° 2, p. 109-135.

Sommer 2003 = M. Sommer, Konstruktion einer Landschaft. Zur Entstehung einer sakralen Topographie der Bekaa-Ebene (Libanon) in der Konsolidierungsphase römischer Herrschaft (1. Jahrhundert n. Chr.), dans Historia, 52, 2003, p. 209-224.

Speidel 1986 = M.P. Speidel, The Soldiers’ Homes, dans W. Eck et H. Wolff (éd.), Heer und Integrationspolitik. Die römischen Militärdiplome als historische Quelle, Passau, 1986, p. 467-481.

Tomlin 1997 = R.S.O. Tomlin, Inscriptions, Britannia, 1997, 28, p. 455-472.

Tranoy 1993 = A. Tranoy, Communautés indigènes et promotion juridique dans le nord-ouest ibérique, dans coll., Ciudad y comunidad cívica en Hispania : siglos II y III d.C. = Cité et communauté civique en Hispania, Madrid, 1993, p. 27-36.

Van Andringa 2002 = W. Van Andringa, La religion en Gaule romaine. Piété et politique (Ier-IIIe siècles apr. J.-C.), Paris, 2002.

Vittinghoff 1952 = F. Vittinghoff, Römische Kolonisation und Bürgerrechtspolitik unter Caesar und Augustus, Wiesbaden, 1952.

Yasmine 2009 = J. Yasmine, Transformations monumentales de sanctuaires et de temples antiques. Le cas de Niha et de Hardine, dans Topoi, 16, 1, 2009, p. 121-151.

Haut de page

Notes

1 « Δύο δὲ ταῦτ’ ἐστὶν ὄρη τὰ ποιοῦντα τὴν κοίλην καλουμένην Συρίαν ὡς ἂν παράλληλα, ὅ τε Λίβανος καὶ ὁ Ἀντιλίβανος μικρὸν ὕπερθεν τῆς θαλάττης ἀρχόμενα ἄμφω, … », Strabon, XVI, 2, 16, 1-4 (trad. A. Tardieu). La représentation du Mont-Liban et de l’Antiliban comme étant des chaînes montagneuses perpendiculaires à la mer a perduré jusqu’au Moyen Âge, cf. la note additionnelle d’H. Salamé-Sarkis à l’article de Sawaya 1999, p. 135.

2 À propos des colonies augustéennes disposant d’un vaste territoire, cf. Rizakis 1996, p. 174-176.

3 Longtemps objet de débat, la fondation d’Héliopolis est désormais considérée par de nombreux historiens comme une fondation sévérienne et non pas augustéenne. Il semble que les affirmations de Fergus Millar dans l’article qu’il a consacré à la colonisation au Proche-Orient aient emporté l’adhésion, cf. Millar 1990, p. 19 et 30. Dans leurs synthèses récentes sur le Proche-Orient, W. Ball, K. Butcher et M. Sartre estiment que le débat est clos (Ball 2001, p. 39 ; Butcher 2003, p. 116 et 230 ; Sartre 2001a, p. 646, n. 46).

4 On peut toutefois rapprocher la fondation d’Héliopolis des mesures prises par Septime Sévère à Carthage. La fondation de municipes à partir de la fusion de pagi et de civitates pérégrines voisines réduit d’autant le territoire carthaginois, de la même manière que celui de Berytus est amputé de son extension dans la Bekaa. Cf. Gascou 1972, p. 226-230, ou encore, Gascou 1982, p. 201-202, ainsi que Dupuis 1996.

5 P. Le Roux fait cette remarque dans Le Roux 2009, p. 151, à propos de l’histoire des communautés locales de l’Empire romain.

6 Rizakis 1998a, p. 609, n. 38.

7 Par commodité de langage, on nomme « colonies pisidiennes » les colonies d’Antioche de Pisidie, d’Olbasa, de Cremna, de Comama, de Parlais et de Lystra. Auguste lui-même proclame la fondation de colonies en « Pisidie » (Res Gestae, 28). Olbasa et Lystra se situent toutefois en dehors de cette région.

8 Cf. Rizakis 1998a, n.7, p. 615.

9 Belayche 2001, p. 2 et Belayche 2009, p. 4.

10 Levick 1967, p. 6.

11 Sur cette mission, cf. Roddaz 1984, p. 417-450. Il s’agit pour Agrippa de ranimer la vie économique et conforter les institutions municipales.

12 Levick 1967, n. 11, p. 34-37. Plus récemment, l’auteur a confirmé son analyse : Levick 1996, p. 650.

13 Cf. Sartre 2001b, p. 114-115, n. 27 à 34.

14 Ce sont les : colonia Iulia Augusta Olbasa, colonia Iulia Augusta Felix Cremnena, colonia Iulia Augusta Prima Fida Comama et colonia Iulia Augusta Parlais, auxquelles on peut adjoindre Lystra pour Iulia seulement.

15 Vittinghoff 1952, p. 133, n. 2.

16 Salmon 1969, p. 141. Keppie 1983, p. 17, n. 48, signale que les colonies fondées après 27 avant notre ère ne portent généralement que l’épithète Augusta ; il cite toutefois le contre-exemple que constituent les colonies de Pisidie.

17 La date approximative est donnée par la chronique d’Eusèbe. Die Chronik des Hieronymus, éd. R. Helm, p. 166 : coloniae Berytum et Patras deductae. La traduction arménienne permet de calculer la date de 16 avant notre ère, la version hiéronimienne, celle de 14. Cf. Rizakis 1998b, p. 24 et en particulier n. 8. Emil Schürer signale que le texte de Jérôme est plus fiable (année 2003 depuis Abraham et 30e année d’Auguste à partir de 43 avant notre ère selon Eusèbe), Schürer 1973, p. 323-324, n. 150. Strabon confirme qu’Agrippa est bien le fondateur de la colonie (XVI, 2, 19, 3-5). On déduit du récit que Josèphe fait du voyage d’Agrippa au Proche-Orient la date de 15 avant notre ère : sa présence à Berytus était nécessaire.

18 Grant 1946, p. 259-260 souligne la présence exceptionnelle de l’épithète Iulia sur les monnaies coloniales. Sans faire référence à Julie, il évoque le rôle possible d’un petit-fils d’Auguste.

19 Hurlet 1997, p. 421. Or, la présence de Julie aux côtés d’Agrippa lors de sa mission en Orient peut être considérée comme exceptionnelle (ibid., p. 432). Elle a une portée symbolique forte. Même si Julie n’a sûrement pas accompagné Agrippa en Syrie et en Judée (cf. Roddaz 1984, p. 424, n. 33 et p. 442, n. 128), le choix de la titulature bérytaine est lié à ces représentations.

20 F. Hurlet signale que « Julie est qualifiée de « fille d’Auguste » sur toutes les dédicaces » (Hurlet 1997, p. 433, n. 77). La légitimité dynastique se construisait au croisement entre l’impulsion impériale et l’initiative des cités.

21 La présence de Julie est assurée par l’épisode de la traversée du Scamandre qui a failli se solder par la noyade de la femme d’Agrippa ; cet évènement est rapporté par Nicolas de Damas, cf. FGrHist. 90 F 134. Pour les déplacements d’Agrippa lors de cette deuxième mission en Orient, cf. Halfmann 1986, p. 164-164.

22 Eusèbe associe Patras et Berytus à Agrippa (cf. supra, n. 18).

23 Cf. Mitchell 1993, p. 75.

24 Lorsque Zénodore, tétrarque de Chalcis, entretient le brigandage dans ses possessions, Auguste réduit son territoire au profit d’Hérode, Josèphe, BJ, I, 398-399 ; AJ, XV, 344-348. À sa mort, en 20 avant notre ère, l’empereur, alors au Levant, dispose des territoires restants. Certains sont encore donnés à Hérode. Cf. Josèphe, BJ, I, 400 ; AJ, XV, 359-360 et Dion Cassius, Histoire romaine, LIV, 9, 3.

25 Pour l’espace contrôlé par les Ituréens, cf. Jones 1931, p. 265-266 et Aliquot 1999-2003, p. 200-201.

26 Le personnage est également connu parce qu’il est cité dans l’Évangile de Luc (2, 1-2), cf. Dąbrowa 1998, p. 27-30.

27 Mitchell 1993, p. 77.

28 CIL III = ILS 2683, ll. 12-14 : idem missu Quirini adversus Ituraeos in Libano monte castellum eorum cepi. Cf. Boffo 1994, n° 23.

29 Sans s’associer à cette analyse, B. Isaac rappelle les principales interprétations qui font de Berytus, et plus généralement des colonies augustéennes, les instruments de la conquête militaire ou de la pacification romaine dans Isaac 1990, p. 311-313.

30 Par ex. Strabon XVI, 2, 20, 12-15, à propos des caravanes venant de l’Arabie heureuse : « Encore les attaques dirigées contre les caravanes deviennent-elles chaque jour plus rares, depuis que la bande de Zénodore toute entière, grâce aux sages dispositions des gouverneurs romains et à la protection permanente des légions cantonnées en Syrie, a pu être exterminée », (trad. A. Tardieu).

31 Brélaz 2005, p. 204-205.

32 Levick 1967, p. 6.

33 Bru 2009, p. 263-287.

34 Brélaz 2004, p. 187-209.

35 Ibid. p. 191-192.

36 Ibid. p. 192-193.

37 Horden – Purcell 2000, p. 56.

38 Strabon, XVI, 2, 16, 12-13 (trad. A. Tardieu).

39 Le numéro des deux légions installées par Agrippa (Strabon XVI, 2, 19, 4-5) est connu par des légendes monétaires de la colonie bérytaine (RPC, I, 4547, Claude). Leur nom est donné par une émission de la colonie d’Héliopolis datant de Philippe l’Arabe : il s’agit de la legio V Macedonica et de la legio VIII Augusta. Cf. Sawaya 2009, p. 245.

40 Cf. Vittinghoff 1952, p. 131 et Levick 1967, p. 6 : « The ‘Pisidian’ colonies were, as Vittinghoff says, exceptional in being inland ».

41 De Giorgi 2011.

42 Pour une analyse des stéréotypes véhiculés par la Géographie de Strabon, voir Briant 1982. Aliquot 1999-2003, p. 205-208, montre que l’analyse de P. Briant s’applique au passage de Strabon, XVI, 2, 18.

43 Levick 1967, p. 189.

44 De Giorgi 2011, p. 146.

45 Strabon ne relie pas explicitement brigandage et fondation coloniale, mais l’enchaînement de deux paragraphes de la Géographie fait sens : après avoir décrit les violences subies par Byblos et Berytus jusqu’à l’intervention de Pompée et les menaces qui pèsent encore sur les agriculteurs de la Bekaa (XVI, 2, 18), Strabon signale l’installation de vétérans à Berytus et l’agrandissement territorial (XVI, 2, 19). L’extension de la chôra bérytaine répond à une nécessité : « celle [i.e. la population] de la plaine, au contraire, est exclusivement agricole, et, à ce titre, a grand besoin que tantôt l’un, tantôt l’autre la protège contre les violences des montagnards ses voisins » (XVI, 2, 18) (trad. A. Tardieu).

46 Ainsi que l’a montré P. Arnaud, Strabon s’attache à comprendre la « romanisation » et la présente « dans des termes souvent très proches de ceux qu’a établis l’historiographie récente, notamment lorsqu’il s’attache à décrire les effets bénéfiques de la conquête sur les peuples barbares de l’Europe occidentale à partir de l’analyse des provinces ibériques et des Gaules ». Cf. Arnaud 2004, p. 26.

47 F. Lasserre signale à propos de la Lusitanie, que Strabon « cite sans les nommer les colonies destinées à attirer dans les plaines les peuples montagnards et à mettre fin ainsi à leurs brigandage », cf. Lasserre 1982, p. 892-893.

48 Inglebert 2005, p. 439-440 (Chapitre VIII. Les processus de romanisation).

49 Les sanctuaires du Liban font actuellement l’objet de nombreuses recherches et publications en histoire et en archéologie. Cf. par ex. la publication des communications d’un colloque qui s’est tenu à Beyrouth les 26 et 27 avril 2007 dans le volume 16/1 de la revue Topoi. Voir aussi Aliquot 2009, p. 71-119. La plupart des temples libanais se concentrent sur deux régions : les temples jalonnent le versant maritime du Mont Liban à partir de Berytus en direction du nord, ainsi que les avant-monts libanais de la Bekaa (ne dépassant guère, au nord, la hauteur de Baalbek), et la partie occidentale du Mont Hermon (cf. ibid., fig. 45, p. 108).

50 Gatier 2001, p. 96.

51 Seyrig 1939, p. 441 = Scripta varia, Paris, 1985, p. 142.

52 Sommer 2003.

53 Aliquot 2009, p. 109.

54 Cf. carte dans Butcher 2003, p. 236.

55 M. Abdulkarim et O. Olesti-Vila ont dressé l’état de la recherche sur les cadastres romains de Syrie (Abdulkarim – Olesti-Vila 2007). Parmi les cités ayant fait l’objet d’une étude cadastrale, Damas et Emèse pourraient avoir reçu des colons (respectivement des vétérans et des civils) lors des fondations coloniales du debut du IIIe siècle, selon Dąbrowa 2003. Cette proposition reste hypothétique.

56 Pour atteindre la vallée dans laquelle Hosn-Niha (1350 m. d’altitude) se trouve, on passe d’abord par Niha (1100 m. d’altitude) qui se trouve à environ 1 km. de la Bekaa. Les deux sites sont éloignés l’un de l’autre de plusieurs kilomètres.

57 IGLS VI, 2928-2945 et pl. XLV, XLVII et XLVIII.

58 Yasmine 2009.

59 IGLS VI, 2928.

60 IGLS VI, 2929 et 2936.

61 Les objets retrouvés lors de la fouille sont d’époque pré-romaine et romaine. Cf. Yasmine 2009, p. 145.

62 Ibid., p. 147.

63 IGLS VI, 2937 : les colon[i] --- [s]plendidissimae [col(oniae)] rendent hommage à un empereur, probablement Antonin et IGLS VI, 2942 : l’épitaphe d’un décurion de Berytus signale qu’il a exercé la charge de quaestor col(onorum) col(oniae).

64 Un bas-relief de Palmyre actuellement au Louvre représentant un défunt originaire de Berytus, transcrit le terme de colonus en grec. L’inscription est bilingue (grec / palmyrénien), cf. Clermont-Ganneau 1888.

65 IGLS VI, 2936, dédicace du pagus Augustus sur laquelle nous allons revenir, IGLS VI, 2937, dédicace émanant des colons de la splendide colonie à Antonin (?), cf. n. 64 et IGLS VI, 2938.

66 IGLS VI, 2940, 2942-2944.

67 Freyberger 1999, p. 570 compare le temple A de Niha au temple de Bacchus de Baalbek. Cf. également Aliquot 2009, p. 103-104.

68 Autel avec Hadaranès, IGLS VI, pl. XLVII, n°2928 A.

69 Cf. Kropp 2011, p. 400-401. Plus généralement, sur les Tychai du Proche-Orient, cf. Belayche 2003a.

70 IGLS VI, 2936, le nominatif pour la dea suria Nihathena ne s’explique guère. H.G. Pflaum considérait qu’il s’agissait là d’un accusatif, dea(m) suria(m) Nihathena(m). On aurait là une contamination des pratiques épigraphiques grecques et l’inscription ferait allusion à l’offrande d’une statue.

71 Goffaux 2006, p. 57 signale un pagus Augustus d’Emerita qui « existait aux débuts de la cité ». On connaît également un pagus Augustus à Cordoue (Curchin 1985, p. 338) et à Pompéi (CIL X, 924).

72 Cf. Avi Yonah 1946, n°3, pl. XXVI, p. 86-87.

73 Rey-Coquais 1989, p. 736 et Ghadban 1987, p. 231.

74 En Gaule, le pagus désigne une subdivision territoriale. W. Van Andringa signale que sur le territoire de la civitas Treverorum, les divinités tutélaires du pagus recevaient « un culte essentiellement dans le cadre des sanctuaires de vicus », cf. Van Andringa 2002, p. 243-244.

75 D’une province de l’empire à l’autre, les cas sont différents et sans doute révélateurs du contexte de la municipalisation et de la réalité institutionnelle et humaine que revêtait le pagus. En Espagne, les pagi ne font pas de dédicace à des dieux indigènes, cf. Curchin 1985, p. 343. C. Lepelley a mis en évidence dans l’Afrique romaine ce qu’il désigne comme « des cas de confusion du génie et d’un dieu civique » qui pourrait peut-être éclairer ce qui est en jeu à Niha. Dans ces cas particuliers, les deux entités divines, deus patrius d’une cité et genius, sont toutefois superposées. Cf. Lepelley 2001, p. 44-47.

76 Ainsi Aliquot 2009, p. 117 : « Niha chef-lieu du pagus dont dépend Hosn Niha », voir aussi p. 51 et 116. Rey-Coquais 1989, p. 737 : « le problème se pose de déterminer le rapport du Pagus Augustus de Niha et de ce vicus situé dans la haute vallée ».

77 IGLS VI, 2946. « Sur le revenu et le rapport des bien-fonds du dieu Mifsénus et (sur le revenu et le rapport) du bourg, aux frais également de ses fidèles, par les soins de Haninas, Sacerdos, Zabdas, Candidus, Annius, vétéran, Magnus, Samaion, Zébidas et Béliabos », trad. Aliquot 2009, p. 116.

78 Ainsi, le mot cultores correspond à celui de katochoi, catégorie de personnages qui semblent avoir joué un rôle important dans l’administration de certains sanctuaires ruraux du Liban, cf. Ghadban 1987, p. 231.

79 Aliquot 2009, p. 115-117.

80 Les exemples de vici cités par Rey-Coquais 1989, p. 738-739, ne contredisent pas cette hypothèse.

81 À Niha, la stèle funéraire des quatre enfants de Caius Claudius Marcellus, en grec, est particulièrement intéressante à cet égard : deux de ses fils portent un nom grec (Ménos et Kéamos), le troisième, un nom latin (Candidus) ; le quatrième nom n’est pas lisible, mais quatre nefesh symbolisent, sur la stèle, les défunts, cf. IGLS VI, 2940 et pl. LVII.

82 Le prêtre Narkissos, représenté sur un relief de grand escalier menant au temple A, porte un costume et des accessoires qui sont ceux des prêtres de la région, IGLS VI 2935 et pl. XLV.

83 Applebaum 1989, p. 87. Le cippe a été retrouvé à l’est de Shavei Tziyyon, cf. carte p. 72.

84 L’inscription a été retrouvée une dizaine de km au sud de Ptolémaïs, près de Kefar Ata, ibid. carte p. 72.

85 Sartre 2001a, p. 755, fait cette hypothèse. L’inscription a été retrouvée près de Nehariyah, Applebaum1989, carte p. 72.

86 Belayche 2003b, p. 173, n. 141.

87 Cf. Myers 2010, p. 115-127. Une inscription de Rome émanant du détachement de vexillaires de l’aile des Ituréens (vexillatio alae Itureorum) honore Jupiter héliopolitain (CIL VI, 421 = ILS 2546 = Hajjar, Triade I, n° 294).

88 Cf. Rizakis 1998a, p. 614 : « … les anciens habitants d’une colonie, malgré l’infériorité de leur statut juridico-politique, conservent leur ethnique ».

89 Seyrig 1961, n°2, p. 111-113. Ce savant avait signalé auparavant une liste, malheureusement fragmentaire, de légionnaires stationnés à Lambèse (CIL VIII, 18 084), dans laquelle deux soldats se disent originaires d’Héliopolis, cf. Seyrig 1954, p. 93 n. 1. En l’absence de la dédicace à l’empereur qui devait ouvrir cette longue liste (il manque la partie supérieure de l’inscription), le seul élément de datation est la mention de Marcianopolis, fondée par Trajan. Elle donne un terminus post quem plus tardif que ne le pensait H. Seyrig (la liste aurait été d’époque flavienne selon ce savant). Par ailleurs, la IIIe légion Auguste a stationné à Lambèse de 117 à 238 : l’inscription pourrait être contemporaine de la colonie d’Héliopolis. Nous n’en tenons donc pas compte.

90 Tomlin 1997, p. 464, n° 28 = AE 1997, 1001. Le bénéficiaire, originaire d’Héliopolis, est un cavalier ; de sa nomenclature, il ne subsiste que sa filiation (ex equite [---] Cassi f., Heli[op(oli)]). L’inscription date de 158 de notre ère.

91 IGLS VI, 2714 = Hajjar, Triade I, n° 12. « À Jupiter Très Bon Très Grand Héliopolitain, pour le salut de l’empereur César Trajan Hadrien, Auguste, Père de la Patrie, en vertu du testament de Lucius Antonius Silo, cavalier de la légion III Augusta, Héliopolitain, Lucius Varius Magnus, fils de Quintus, de la tribu Fabia, vétéran, pour la moitié, Lucius Valerius Melior, fils de Lucius, de la tribu Fabia, son pupille, pour un quart, Vibius Rufus et Vibius Fuscus, (tous deux) fils de Gaius, de la tribu Fabia, ses pupilles, pour un quart, ses héritiers, ont acquitté ce vœu de quatre-vingt livres d’argent ». Trad. J.-P. Rey-Coquais légèrement modifiée.

92 Il est plus fréquent de citer d’abord l’origine, puis la fonction dans l’armée, mais l’on trouve également l’ordre qui est celui de l’inscription d’Héliopolis.

93 On peut ainsi comparer la façon dont l’identité d’Antonius Silo est formulée avec celle des légionnaires d’une liste découverte précisément à Lambèse en Numidie (CIL, VIII, 18086). Ces listes n’étaient toutefois pas des documents administratifs, mais commémoraient un moment particulier comme une dédicace religieuse.

94 Seyrig 1961, p. 112.

95 À propos des auxiliaires portant les tria nomina, cf. Dušanić 1993. La question, très disputée, de savoir si ces auxiliaires sont des citoyens romains, n’a pas d’incidence sur l’analyse de l’inscription. M.P. Speidel signale des soldats portant les tria nomina qui mentionnent leur origine par une tribu ou une province, et pas une cité dans Speidel 1986, p. 478.

96 D’ailleurs, R.S.O. Tomlin qui fait le compte rendu du diplôme militaire s’étonne : « it is unusual for a Roman colonia to be the origin of a non-Roman auxiliary veteran » (Tomlin 1997, p. 463, n. 33).

97 IGLS VI, 2763 : M(arco) Aurelio Antonino / Aug(usto) P(atri) P(atriae) / Heliopolitani et 2764 : Sabinae / Imp(eratoris) Antoni/ni Aug(usti) fil(iae) / Heliopolitani.

98 La première occurrence est celle de l’inscription d’Antonius Silo, elle est datée du règne d’Hadrien, plus précisément des années 128 (date à laquelle l’empereur est père de la patrie) à 138. Le diplôme d’Itunocelum libère le soldat « héliopolitain » en 158, sous Antonin le Pieux. Enfin, les inscriptions par lesquelles les Heliopolitani nous sont connus, datent du règne de Marc-Aurèle.

99 Pour expliquer les ethniques héliopolitains de la documentation épigraphique du IIe siècle de notre ère, F. Millar (Millar 1990, p. 19), suivi par K. Butcher (Butcher 2003, p. 116 et p. 230) ont avancé l’hypothèse d’un pagus.

100 On peut rapprocher ces deux inscriptions de quelques rares dédicaces religieuses évoquées par W. Van Andringa pour la Gaule, qui pareillement, font intervenir une communauté indigène, sous la forme d’un ethnique au statut incertain. Pour ce chercheur, « le fait que les collectivités ne précisent pas leur statut indique presque assurément que, dans le cadre précis de leur dévotion, elles agissent chaque fois en tant que groupe organisé, mais ne se rattachent à aucune subdivision officielle de la cité, pagus, vicus ou autre », Van Andringa 2002, p. 251-252.

101 Tranoy 1993, p. 31-33.

102 Vénus porte exceptionnellement l’épiclèse Heliopolitana dans une inscription bilingue de Beyrouth (Hajjar, Triade I, n° 211). Lorsque Vénus et Mercure sont honorés dans l’empire, en contexte militaire, ils sont susceptibles de recevoir des épiclèses « romaines » : Vénus est felix et Mercure augustus dans une inscription de Zellhausen (Hajjar, Triade I, n° 281). Ce point est développé dans la deuxième partie de ma thèse de doctorat sur Berytus, territoires et cultes, de la fondation coloniale au début du IVe siècle de notre ère.

103 Hajjar, Triade I, n°195, n°196, n°197 (Beyrouth), n° 215 (sanctuaire de Deir el-Qalaa près de Beyrouth), n° 281 (Zellhausen).

104 Hajjar, Triade I, n°268.

105 IGLS VI, 2711 : [I.O.M., V(eneri)], M(ercurio), diis Heliupol(itanis) et 2712 : [I.O.]M. V(eneri), M(ercurio), diis Heliupol(itanis).

106 Eck 2010. Beyrouth : AE 1906, 188 = Hajjar, Triade I, n° 231. W. Eck révise la lecture de l’inscription p. 176. En Haute-Galilée, dans l’église Khorvat Hesheq : Di Segni 1999, p. 385-387, n°5 ; voir également, dans le même ouvrage, Aviam 1999, p. 365, n°5 ; l’inscription est revisée par Eck 2010, p. 181. Doura Europos : Gilliam 1952, p. 119-120, n° 977, pl. XX, 2 ; Eck 2010, p. 178.

107 Le Dolichenum ne peut pas avoir été construit « vor der Anlage des Lagers in frühseverischer Zeit », tandis que la destruction du sanctuaire peu avant 260 donne un terminus ante quem, Eck 2010, p. 183.

108 Cf. Fernoux 2009, p.139-142.

109 Ibid. p. 141.

110 Hošek 2011.

111 Scheid 2006, p. 444.

112 Hošek 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Rose Hošek, « Berytus au miroir des colonies pisidiennes : modalités spatiales et impact régional d’une fondation augustéenne », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 127-2 | 2015, mis en ligne le 21 octobre 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://mefra.revues.org/3088 ; DOI : 10.4000/mefra.3088

Haut de page

Auteur

Anne-Rose Hošek

UMR 8210 AnHiMA - anne.hosek@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org