Navigation – Plan du site
Mélanges

Dire le vœu sur le champ de bataille

Making a vow on the battle field
Michel Aberson
p. 493-501

Résumés

Lorsque l’on examine les notices des auteurs anciens – en particulier celles de Tite-Live – relatives à des vœux de temples en contexte de combat, on constate que celles-ci se caractérisent le plus souvent par la présence d’éléments factuels et de traits d’expression récurrents. Ainsi, nombre de ces notices mettent en évidence les circonstances – parfois le moment précis du combat – dans lesquelles le vœu est censé avoir été prononcé, s’accordant dans ce domaine avec la pratique épigraphique de l’époque républicaine. Certaines d’entre elles conservent même des formules de diction du vœu, réelles ou reconstituées, qui correspondent de manière évidente, tant par leur contenu que par leur style, à celles que nous connaissons par les inscriptions. Qu’il s’agisse de faits historiques dûment documentés ou de reconstitutions plus ou moins mythiques, cette tendance à la précision reflète vraisemblablement celle qui présidait à l’enregistrement de ce type de données dans les documents officiels de l’État romain, en particulier les registres pontificaux, sans doute dès la fin du ive siècle av. J.-C. Elle constitue aussi un trait caractéristique du genre même de l’annalistique latine. L’analyse de ces notices, dont le texte original est proposé en annexe à la présente contribution, permet donc, sur le plan historique, de percevoir les circonstances dans lesquels ce type de vœux étaient effectivement prononcés : authentiques outils rituels à l’origine, probablement réservés à des situations militaires critiques, ils sont ensuite devenus de plus en plus fréquents en raison du prestige grandissant que conférait à leurs auteurs la construction de temples votifs, bientôt perçus comme autant de témoignages de l’appui des dieux aux membres, anciens ou nouveaux, de la classe politique romaine.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce bref article est une adaptation de la première partie de ma contribution au colloque Les rites de victoire (ive siècle avant J.-C. – ier siècle après J.-C.), organisé par l’École française de Rome et le CNRS du 19 au 21 avril 2001. J.-B. Alvárez (Genève), Y. Berthelet (Paris), A. Giovannini (Genève), P. Sánchez (Genève), J. Scheid (Paris), m’ont fait part de précieuses observations et suggestions ; toute ma gratitude leur est acquise. Sauf précision contraire, toutes les dates mentionnées dans cet article se situent avant l’ère commune.

Texte intégral

  • 1 Liv., 1,12,3 : Romulus et ipse turba fugientium actus, arma ad cælum tollens : «Iuppiter, tuis, inq (...)
  • 2 Sur les vœux de temples, voir notamment : G. Rohde, Die Bedeutung der Tempelgründungen im Staatsleb (...)
  • 3 On sait que le premier livre de Tite-Live contient nombre de ces récits-archétype : cf. e.g. 1,10,4 (...)

1Au début de son Histoire, Tite-Live nous décrit le combat qui, sur le forum, oppose les Sabins, soucieux de venger le rapt de leurs filles, au tout jeune peuple des Romains. Or, au moment où la situation devient critique pour ces derniers, voici que Romulus lève ses armes vers le ciel et promet à Jupiter Stator – le Jupiter « qui arrête » – de lui édifier un temple s’il consent à mettre un terme à la fuite de son armée et à lui donner la victoire1. Nous sommes là, certes, en plein mythe, et le discours, obéissant aux principes de la composition littéraire, que notre historien place dans la bouche de son héros ne saurait être pris pour la transcription fidèle d’une formule de vœu identique à celles que les généraux romains prononçaient effectivement dans ce genre de situations2. En effet, comme il le fait fréquemment dans cette partie de son œuvre, Tite-Live nous offre ici de toute évidence un prototype, un primum exemplum, de la manière dont les généraux romains vouaient des temples en contexte de combat, ainsi que des circonstances dans lesquelles ce type de vœux pouvaient être prononcés3. Mais, lorsque l’on examine les données que nos sources – en particulier Tite-Live lui-même – nous transmettent à propos des circonstances dans lesquelles ont été voués des temples dont l’existence historique ne fait aucun doute, on constate que certains détails y sont volontiers répertoriés avec précision, sous une forme qui n’est pas sans rappeler, d’une part, le passage de Tite-Live dont il vient d’être question et, d’autre part, quelques témoignages épigraphiques que nous avons de formules votives réellement prononcées. C’est ce degré de précision et la nature de ces détails que je me propose d’étudier ici.

Le contexte de combat

  • 4 Pour définir les vœux prononcés en contexte de combat, j’ai proposé le néologisme «dimicatoire», ba (...)
  • 5 Voir aussi les inscriptions dédicatoires des temples de Minerua Pompeiana (Plin., nat., 7,97) et de (...)

2À examiner les notices des différents auteurs qui nous relatent ce type de vœux, nous constatons d’abord une nette tendance à la précision en ce qui concerne le caractère « dimicatoire » du vœu lui-même4. Cela se traduit, en particulier chez Tite-Live, par une mise en évidence du contexte guerrier au moyen de formules telles que : inter ipsam dimicationem (Liv., 7,28,5) ; in medio pugnæ discrimine (Liv., 10,19,17) ; quo die Hasdrubalem exercitumque eius cecidit (Liv., 36,36,6) ; principio pugnæ (Liv., 29,36,8) ; si eo die hostes fudisset (Liv., 31,21,12) ; prœlio ultimo, quo (...) signis conlatis conflixit (Liv., 39,2,11) ; in eo prœlio uotam (scil. ædem) (Liv., 32,6,7). On retrouve le même type de formules chez d’autres auteurs, p. ex. : hac sacrata die Tusco Bellona duello / dicitur (Ov., Fast., 6,201 sq.) ; compos uoti factus rege Antiocho apud Thermopylas superato (Val. Max., 2,5,1) ; qui, tremente inter prœlium campo, Tellurem deam promissa æde placauit (Flor., epit., 1,14 [ = 1,19,2]) ; ædemque (...) bello Sabino in ipsa pugna uouisse faciendam (Cic., rep., 2,36,5). Enfin les inscriptions elles-mêmes, laissées par les auteurs des vœux, vont dans le même sens, p. ex. : ob hasce res bene gestas, quod in bello uouerat, hanc ædem et signu(m) Herculis Victoris imperator dedicat (ILLRP, 122)5. Cette tendance à la précision trouve même un certain écho dans les notices d’auteurs littéraires qui ne parlent pas expressément d’un vœu, le plus souvent par la mention du théâtre des opérations militaires ou des noms des peuples vaincus, p. ex : itaque et Fontis (scil. ædem) Masso ex Corsica dedicauit (Cic., nat. deor., 3,52) ; πρòς τὴν τοῦ Τυχχαίου, ὅ ἐκ τοῦ ’Ιβηρικοῦ πολέμου κατεσκεύεασε, καθιέρωσιν (Cass. Dio, 22,76,2).

La formule de diction du vœu

  • 6 CIL, VI, 2065 (ILS 5034), col. I, l. 29-38. Des formules semblables se répètent aussi ailleurs dans (...)
  • 7 AE, 1981, 283, corrigé par J. Scheid, Epigraphie et rituel. Le vœu du légionnaire de Sulmo, dans (...)
  • 8 Dans les actes des Arvales, les protases hypothétiques sont à l’indicatif futur ou futur antérieur; (...)
  • 9 Cf. p. ex. la relatio de Q. Fulvius Flaccus en 179 (Liv.,40,44,8-9 : Q. Fuluius consul priusquam ul (...)
  • 10 Sur la transmission de ce type de formules, orale ou par l’entremise de libelli, cf. notamment J. S (...)

3Outre la prière à Jupiter Stator, reconstituée par Tite-Live dans le passage que nous avons examiné plus haut, certaines notices d’auteurs nous transmettent les conditions posées aux dieux par les auteurs des vœux pour que ces derniers soient considérés comme exaucés. Ainsi, dans le récit qu’il fait d’une bataille livrée en 296, Tite-Live fait dire au consul Ap. Claudius Caecus (Liv., 10,19,17) : Bellona, si hodie nobis uictoriam duis, ast ego tibi templum uoueo. Ailleurs, des expressions semblables apparaissent en discours indirect : si eo die hostes fudisset (Liv., 29,36,8 et 31,21,12) ; si res prospere gesta esset (Antias, ap. Liv., 32,6,7) ; si eo die hostes fusi fugatique fuissent (Liv., 32,30,10) ; si Syracusas cepisset (Cic., II Verr., 4,123) ; si populo reconciliasset ordines (Plin., nat., 33,19 – pour un vœu non dimicatoire). On les voit aussi transposées chez des auteurs d’expression grecque : ἐὰν κρατήσῃ τῇ μάχῃ (Dion. Hal., Ant. Rom., 4,59,1) ; κατορθώσας (App. , B.C., 2,10,68). Or ces formules, qui se caractérisent par une protase hypothétique suivie d’une apodose, se retrouvent presque à l’identique dans des témoignages épigraphiques de vœux effectivement prononcés. Ainsi, pour la nuncupatio des vœux réguliers de 87 apr. J.-C., les actes du collège des Frères Arvales portent : [Iuppi]ter O(ptime) M(axime), si Imp. Caesar Diui Vespasiani f. Domitia[nus Au]g(ustus) (...) [et Domit]ia Aug(usta) coniunx eius, et Iulia Aug(usta), quos me sentio [dicere, uiu]ent domusq(ue) eorum incolumis erit a. d. III nonas Ianu[ar(ias)] (...), eos[que saluos s]eruaueris ex peric<u>lis, si qua sunt eruntue ante eum [diem, euentu]mque bonum ita, uti me sentio dicere, dederis eos[que in eo statu] quo nunc sunt, aut eo meliore seruaueris, ast tu [ea ita faxis, tu]m tibi (...) bo[ue aurato uoueo e]sse futurum6. De même, sur un graffito du temple d’Hercules Curinus, près de Sulmona, en Italie centrale, J. Scheid a pu reconstituer une formule très semblable : C(aius) Nonius, L(ucii) f(ilius) Ser(gia) [(tribu), – – –] / e (a ?) munici[p]io Sulmone p[rofectus], / miles, Herc[u]li Curino, sei salu[us e] / castris redis<s>et, uot[a nuncupauit ?] / uer<r>em et uitulu[m], et uotis dam[natus] / [a]dest7. On voit donc que, lorsqu’ils mettent en scène la diction d’un vœu de temple, les auteurs littéraires ont volontiers souci de reproduire assez fidèlement la syntaxe même des formules usuelles dans ce domaine8. Dans certains cas, cela pourrait s’expliquer par l’existence de documents rapportant les paroles effectivement prononcées. On pense notamment à des inscriptions, aux registres des pontifes ou à des comptes rendus de séances du Sénat où les généraux pouvaient faire état, peut-être en détail, des vœux par lesquels eux-mêmes et la République étaient désormais liés9. Mais il est probable que, lorsqu’ils devaient se contenter d’une documentation moins précise, les annalistes aient reconstitué de telles formules à partir du contexte qui leur était transmis et de leur propre connaissance, dans leur vie quotidienne, de la structure de ce type de formules10.

L’enregistrement dans les archives et le passage dans l’annalistique

  • 11 J’ai développé ailleurs cet aspect du problème (M. Aberson, op. cit. n. 3, p. 49-50). Voir aussi P. (...)
  • 12 Cf. M. Aberson, op. cit. n. 3, p. 16-26. Interprétation différente chez E. M. Orlin, op. cit. n. 3, (...)

4L’insistance et la répétitivité que nous pouvons constater dans les exemples qui viennent d’être cités doivent nous conduire à penser qu’une certaine précision formulaire présidait à l’enregistrement de ce type de vœux dans les archives officielles, en particulier celles des pontifes11. Cet enregistrement s’explique évidemment par l’implication des dieux dans le rite même des vœux de temples ; mais une telle précision répondait probablement aussi à des nécessités administratives. En effet, seuls les vœux de temples prononcés en contexte dimicatoire semblent avoir échappé à la nécessité d’un aval préalable du Sénat pour être reconnus comme valides par l’État romain12. Il fallait donc sans doute qu’un vœu de ce type fût répertorié comme tel – avec détails à l’appui – pour pouvoir donner lieu à un processus de construction officiel.

  • 13 Cf. par ex. Liv., 10,46,7 (à propos de la dédicace du temple de Quirinus par L. Papirius Cursor en (...)
  • 14 Sur cette relative prudence de Tite-Live, voir notamment G. Forsythe, Livy and early Rome. A study (...)
  • 15 Cf. M. Aberson, op. cit. n. 14; id., op. cit. n. 3, p. 39-41.

5Tout cela ne signifie pas que le détail des circonstances ainsi décrites corresponde dans tous les cas – en particulier pour les temps les plus reculés – à une réalité historique. On sait en effet qu’en matière de vœux, l’information dont disposaient les annalistes est moins ancienne et moins fiable que celle qui concernait les dédicaces de temples ; en l’absence de données précises, les auteurs anciens avaient en effet parfois tendance à reconstituer les circonstances d’un vœu en partant des données dont ils disposaient pour son acquittement – il arrive même que l’on y prenne Tite-Live en flagrant délit13. Mais si l’on se reporte aux exemples qui viennent d’être cités, on remarquera que les notices qui nous fournissent des détails précis sur les circonstances d’un vœu de temple ne concernent jamais des événements antérieurs à la fin du ive siècle, alors qu’elles sont relativement fréquentes pour les périodes plus récentes ; ce qui semblerait montrer que les auteurs concernés, Tite-Live en particulier, avaient malgré tout quelques réticences à inventer de telles circonstances de toutes pièces14. Au delà, cependant, de ces problèmes de fiabilité, le seul fait que de nombreux auteurs – en particulier ceux qui dépendent de la tradition annalistique – prennent le soin de nous transmettre ce type de détails, inventés ou non, nous montre l’importance que devaient y attacher leurs contemporains. Et, si l’on ajoute à cela le respect dont ils font parfois preuve pour la syntaxe des formules prononcées, on est en droit de considérer cette fidélité stylistique comme l’une des caractéristiques mêmes du genre annalistique15.

Quand et comment vouer un temple ?

  • 16 Liv., 10,42,7 : ab eodem robore animi neque controuerso auspicio reuocari a proelio potuit et in ip (...)

6Venons-en à présent aux détails du rite. La plupart des notices que nous avons vues nous orientent vers une diction du vœu au cours de l’engagement lui-même : inter ipsam dimicationem (Liv., 7,28,4), in medio pugnæ discrimine (Liv., 10,19,17) ; in eo prœlio uotam (scil ædem) (Liv., 32,6,7) ; qui, tremente inter prœlium campo, Tellurem deam promissa æde placauit (Flor., epit., 1,14 [ = 1,19,2]) ; ædemque (...) in ipsa pugna uouisse faciendam (Cic., rep., 2,36,5) ; ce que confirme une curieuse notice de Tite-Live, relative au vœu par le consul L. Papirius Cursor d’une coupe de vin miellé au cours de la bataille d’Aquilonia, en 29316. Mais d’autres sources illustrent un vœu prononcé au début de la bataille (Liv., 29,36,8 : principio pugnæ), voire durant la veillée d’armes (App. , B.C., 2,10,68 : θυóμενóς τε νυκτòς μέσης, τòν ’Άρη κατεκάλει καὶ τὴν ἑαυτοῦ πρóγονο ’Αφροδίτην (...), νεών τε αὐτῇ νικηφρφóρῳ χχαριστήριον ἐν ’Ρώμῃ ποιήσειν εὔχετο κατορθώσας). De même, la diction du vœu par Marius et Catulus, précédée d’une ablution des mains, est située par Plutarque au début de la bataille de Verceil (Plut. Mar. 26,3 : ἐνταῦθα νιψάμενος ὁ Μάριος τὰς χεῖρας καὶ πρòς τòν οὐρανòν ἀνασχών εὔξατο τοῖς θεοῖς καθ’ ἑκατóμβης· εὔξατο δὲ καὶ Κάτλος ὁμοίος ἀνασχὼν τὰς χεῖρας καθιερώσειν τὴν Τύχην τῆς ἡμέρας ἐκείνης). Ce passage nous fournit d’ailleurs la description la plus précise que nous ayons de ce rite.

  • 17 Cf. M. Aberson, op. cit. n. 3, p. 108-110. J’ai supposé (ibid, p. 145-148) que, s’étant vu refuser (...)

7Certains textes – qu’ils relatent des faits historiques ou mythiques n’a ici pas d’importance, seule compte la mise en scène de comportements – nous laissent entrevoir une diction du vœu à voix haute et de manière visible, conférant une certaine théâtralité à ce rite ; ainsi, chez Tite-Live, à propos du temple promis par Romulus à Jupiter Stator (1,12,3 : Romulus et ipse turba fugientium actus, arma ad cælum tollens : « Iuppiter, (...) inquit (...) », de celui qui fut voué au même dieu durant la bataille de Luceria en 294 (10,36,11 : inter hæc consul manus ad cælum attolens uoce clara, ita ut exaudiretur, templum Ioui Statori uouet) ou de celui qu’Appius Claudius Cæcus consacra à Bellone (10,19,17 : dicitur Appius in medio pugnæ discrimine, ita ut inter prima signa manibus ad cælum sublatis conspiceretur, ita precatus esse). Comme le montrent les deux derniers passages cités, il paraît important pour le moral des troupes que les soldats perçoivent le vœu, dont ils peuvent même parfois donner quittance (cf. Liv., 32,30,10 : consul principio pugnæ uouit ædem (...) si eo die hostes fusi fugatique fuissent. A militibus clamor sublatus compotem uoti consulem se facturos). Dans ce même ordre d’idées, les mentions, toujours chez Tite-Live, de vœux en souffrance, non assumés par les imperatores qui les ont prononcés et dont le Sénat se charge de l’acquittement, parlent également en faveur de la publicité du rite17.

  • 18 B.C., 2,10,68-69 (voir annexe).

8Même dans le cas d’un vœu prononcé nuitamment – celui qu’Appien attribue à César durant la veillée d’armes de Pharsale – cette publicité est vraisemblable18. En effet, Appien nous raconte comment le rêve prémonitoire de Pompée est faussement interprété en sa faveur par son entourage et par les soldats, « n’ayant pas connaissance du vœu de César » (ἀγνοίᾳ τῆς Καίσαρος εὐχῆς), ce qui, par contraste, donne à penser au lecteur que, dans le camp ennemi, tout le monde était au courant.

Pourquoi vouer un temple ?

  • 19 Liv., 1,12,3. Il y a d’ailleurs de fortes chances pour que cet épisode soit calqué sur celui, histo (...)
  • 20 Cf. R. D. Weigel, op. cit. n. 3, p. 120.
  • 21 Cette opinion est également exprimée par E. M. Orlin, op. cit. n. 3, p. 17; 20. Le même savant, ibi (...)
  • 22 Liv., 10,42,7 (cité plus haut, n. 17).
  • 23 Sur cet épisode, voir notamment A. Ziolkowski, op. cit. n. 3, p. 245 (avec une explication peu sati (...)

9Pour l’époque tardo-républicaine, on entrevoit assez bien les liens existants entre les vœux de temples et la position socio--politique dominante de leurs auteurs. Mais qu’en était-il à l’origine ? L’exploitation politique des rites doit-elle pour autant nous en faire oublier la nature proprement rituelle ? Et, en effet, il existe quelques indices, dans les premiers livres de Tite-Live notamment, de la fonction première des vœux de temples. Tout d’abord, le prototype lui-même. Comme nous l’avons vu, pour fonder l’existence et la pratique du rite, l’historien des origines de Rome a choisi un événement dramatique entre tous : la fuite des Romains devant les Sabins dans la plaine du Forum19. Certes, seule une telle situation permet de rendre compte de l’éponyme du dieu auquel le vœu s’adresse : Jupiter Stator20. Mais il est significatif que ce soit précisément cet épisode qui ait été choisi pour son exemplarité ; et pour sa théâtralité, que Tite-Live ne manque pas de mettre en évidence. Or un certain nombre d’autres cas anciens, ou relativement anciens, de vœux de temples apparaissent également liés à des situations critiques pour les troupes romaines21 : la bataille de Sentinum, en 295 (Liv., 10,29,12-18) ; celle de Luceria, l’année suivante (10,36,11), où le vœu à Jupiter Stator interrompt la fuite des Romains ; celle d’Asculum, en 268, où la terre tremble (Flor., epit., 1,14 [ = 1,19,2]) ; l’expédition navale de Scipion Barbati f. en Corse (259), durant laquelle la flotte romaine a manqué d’être engloutie (Ov., Fast., 6,193 sq.) ; le Métaure, bataille de la dernière chance (Liv., 36,36,6), où les Romains arrêtent la marche d’Hasdrubal venu au secours de son frère ; et Pharsale, enfin, que les auteurs anciens présentent volontiers comme un combat perdu d’avance (App. , B.C., 2,10,68-69 ; 2,15,102). D’ailleurs, l’anecdote du gobelet de mulsum voué en lieu et place d’un temple par L. Papirius Cursor à la bataille d’Aquilonia pourrait confirmer cette hypothèse22. En effet, d’après Tite-Live, l’engagement aurait débuté après une prise d’auspices défavorables, frauduleusement annoncés comme favorables par le gardien des poulets sacrés. Or le consul, sans se laisser troubler, reporte la faute sur le pullaire, qu’il envoie aussitôt se faire tuer en première ligne ; il prononce le vœu du gobelet, obtient alors de meilleurs auspices et remporte la victoire. Une situation qui, de prime abord, paraissait critique pour les Romains tourne donc à leur avantage grâce au comportement adéquat de leur chef. Mettant ainsi en scène le vœu d’un simple gobelet se substituant à celui d’un temple, Tite-Live (ou, avant lui, sa source ; ou encore, si l’épisode est véridique, Papirius lui-même) met peut-être là en évidence l’appui manifeste accordé au consul par le « Jupiter-qui-fait-vaincre » : déterminé de son plein gré à donner la victoire aux Romains, ce dernier n’a pas besoin d’être convaincu par le vœu d’un véritable temple ; il se contente, dieu frugal pour un chef frugal, d’un simple verre de vin23. Ainsi, par effet de contraste, cette histoire – se non è vera, è ben trovata ! – pourrait signifier qu’à l’origine du moins, le vœu d’un temple en contexte de combat était réservé à de vraies situations d’urgence.

  • 24 Abordant cette question, E. M. Orlin, op. cit. n. 3, p. 29-30, cite quelques batailles où le vœu d’ (...)

10Aux deux derniers siècles de la République, en revanche, le prestige que les temples votifs, marques visibles du soutien accordé par les dieux aux généraux vainqueurs et, par là même, témoins de la justification du pouvoir et de la position sociale de leurs familles, a dû contribuer à ce que ce type de vœux soit prononcés plus fréquemment – et dans des situations plus banales – qu’en des temps plus anciens24.

11En conclusion, le vœu de temples semble donc bien avoir été un authentique outil rituel, réservé à l’origine aux situations critiques, et dont le caractère dramatique – au sens étymologique du terme, soit théâtral ! – n’a pas échappé aux auteurs anciens. En raison de l’information qu’elles transmettaient sur l’état des relations entre les dieux et les représentants de la cité, les données relatives à ce type de vœux semblent avoir été enregistrées avec une certaine précision dans les archives publiques romaines. À partir du iiie siècle en tout cas, nous en trouvons des échos relativement fiables chez un certain nombre d’auteurs anciens. Enfin, parfois, ces notices littéraires préservent ou imitent des bribes de formules votives dont nous trouvons les modèles effectifs dans quelques documents épigraphiques.

Haut de page

Annexe

NOTICES VOTIVES DE TEMPLES EN CONTEXTE DE COMBAT25

Liv., 10,19,17-18 (Bellona) :
Dicitur Appius in medio pugnæ discrimine, ita ut inter prima signa manibus ad cælum sublatis conspiceretur, ita precatus esse : « Bellona, si hodie nobis uictoriam duis, ast ego tibi templum uoueo ». Hæc precatus uelut instigante dea et ipse collegæ et exercitus uirtutem æquauit ducis.

Ov., Fast., 6,201 sq. (Bellona) :
Hac sacrata die Tusco Bellona duello / dicitur.

Liv., 22,33,7-8 (Concordia) :
In religionem etiam uenit ædem Concordiæ, quam per seditionem militarem biennio ante L. Manlius prætor in Gallia uouisset locatam ad id tempus non esse. Itaque duumuiri ad eam rem creati a M. Æmilio prætore urbano C. Pupius et Cæso Quinctius Flamininus ædem in arce faciendam locauerunt.

Ov., Fast., 1,641 sq. (Concordia) :
Furius antiquam populi superator Etrusci / uouerat.

Liv., 39,2,8 (Diana) :
Deinde eos (...) coactos in aciem descendere iusto prœlio deuicit, in quo et ædem Dianæ uouit.

Liv., 40,44,8-9 (Fortuna Equestris) :
Q. Fuluius consul priusquam ullam rem publicam ageret liberare et se et rem publicam religione uotis soluendis dixit uelle. Vouisse quo die postremum cum Celtiberis pugnasset ludos Ioui Optimo Maximo et ædem Equestri Fortunæ sese facturum.

Plut., Mar., 26,3 (Fortuna Huiusce Diei) :
Ενταῦθα νιψάμενος Μάριος τὰς χεῖρας καὶ προòς τòν οὐρανòν ἀνασχών, εὔξατο τοῖς θεοῖς καθἑκατóμβης· εὔξατο δὲ καὶ Κάτλος ὁμοίος ἀνασχὼν τὰς χεῖρας καθιερώσειν τὴν τύχην τῆς ἡμέρας ἐκείνης.

Liv., 29,36,8-9 (Fortuna Primigenia) :
Consul (scil. Tuditanus) principio pugnæ ædem Fortunæ Primigeniæ uouit si eo die hostes fudisset. Composque eius uoti fuit. Fusi ac fugati Pœni.

ILLRP, 122 (Hercules Victor):
L. Mummi(us) L. f. co(n)s(ul), duct(u) auspicio imperioque eius Achaia capt(a) Corinto deleto Romam redieit triumphans. Ob hasce res bene gestas, quod in bello uouerat, hanc ædem et signu(m) Herculis Victoris imperator dedicat.

Liv., 27,25,7-9 (Honos et Virtus):
Marcellum (scil. consulem) aliæ atque aliæ obiectæ animo religiones tenebant in quibus quod, cum bello Gallico ad Clastidium ædem Honori et Virtuti uouisset, dedicatio eius a pontificibus impediebatur, quod negabant unam cellam amplius quam uni deo recte dedicari, quia si de cælo tacta aut prodigii aliquid in ea factum esset, difficilis procuratio foret, quod utri deo res diuina fieret sciri non posset. Neque enim duobus nisi certis deis rite una hostia fieri. Ita addita Virtutis ædes adproperato opere. Neque tamen ab ipso ædes eæ dedicatæ sunt.

Cic., II Verr. 4,123 (Honos et Virtus) :
Et Marcellus qui, si Syracusas cepisset, duo templa se Romæ dedicaturum uouerat (...).

Val. Max., 1,1,8 (Honos et Virtus) :
In qua cum <M.> Marcellus quintum consulatum gerens templum Honori et Virtuti Clastidio prius, deinde Syracusis potitus nuncupatis debitum uotis consecrare uellet, a collegio pontificum inpeditus est, negante unam cellam duobus diis recte dicari (...).

Liv., 7,28,1-4 (Iuno Moneta) :
Auruncum inde bellum ab repentina populatione cœptum ; metuque ne id factum populi unius consilium omnis nominis Latini esset, dictator – uelut aduersus armatum iam Latium – L. Furius creatus magistrum equitum Cn. Manlium Capitolinum dixit ; et cum – quod per magnos tumultus fieri solitum erat – iustitio indicto dilectus sine uacationibus habitus esset, legiones quantum maturari potuit in Auruncos ductæ. Ibi prædonum magis quam hostium animi inuenti ; prima itaque acie debellatum est. Dictator tamen, quia et ultro bellum intulerant et sine detractatione se certamini offerebant, deorum quoque opes adhibendas ratus inter ipsam dimicationem ædem Iunoni Monetæ uouit ; cuius damnatus uoti cum uictor Romam reuertisset, dictatura se abdicauit.

Ov., Fast., 6,183 sq. (Iuno Moneta):
Arce quoque in summa Iunoni templa Monetæ / ex uoto memorant facta, Camille, tuo.

Liv., 5,21,3 (Iuno Regina – Camille):
Te simul, Iuno Regina, quæ nunc Veios colis, precor ut nos uictores in nostram tuamque mox futuram urbem sequare, ubi te dignum amplitudine tua templum accipiat.

Liv., 5,22,6-7 (Iuno Regina – Camille):
Motam certe sede sua parui molimenti adminiculis, sequentis modo accepimus leuem ac facilem tralatu fuisse, integramque in Auentinum æternam sedem suam quo uota Romani dictatoris uocauerant perlatam, ubi templum ei postea idem qui uouerat Camillus dedicauit.

Liv., 39,2,11 (Iuno Regina):
Proelio ultimo, quo cum Liguribus signis conlatis conflixit, ædem Iunoni Reginæ uouit.

Liv., 40,52,1 (Iuno [Regina] et Diana):
Et alter ex censoribus M. Aemilius petiit ab Senatu ut sibi dedicationis templorum Reginae Iunonis et Dianae, quae bello Ligustino ante annos octo uouisset, pecunia ad ludos decerneretur.

Liv., 32,30,10 (Iuno Sospita) :
Consul principio pugnæ uouit ædem (...) si eo die hostes fusi fugatique fuissent. A militibus clamor sublatus compotem uoti consulem se facturos (...).

Cic., rep., 2,36,5 (Iuppiter Optimus Maximus):
ædemque in Capitolio Ioui Optimo Maximo bello Sabino in ipsa pugna uouisse faciendam.

Tac., hist., 3,72,2 (Iuppiter Optimus Maximus):
Vouerat Tarquinius Priscus rex bello Sabino.

Dion. Hal., 3,69,1 (Iuppiter Optimus Maximus):
(...)
εὐχὴν ἀποδιδούς͵ ἣν ἐποιήσατο τοῖς θεοῖς ἐν τῇ τελευταίᾳ πρòς Σαβίνυς μάχῃ.

Dion. Hal., 4,59,1 (Iuppiter Optimus Maximus):
Εκεῖνος γὰρ ἐν τῷ τελευταίῳ πολέµῳ µαχóµενος πρòς Sαβίνους εὔξατο τῷ Διὶ καὶ τῇ Ἥρᾳ καὶ τῇ ’Αθηνᾷ ἐὰν κρατήσῃ τῇ µάχῃ, ναοὺς αὐτοῖς κατασκευάσειν.

Liv., 1,12,3-6 (Iuppiter Stator – Romulus):
Romulus et ipse turba fugientium actus, arma ad cælum tollens: « Iuppiter, tuis, inquit, iussus auibus hic in Palatio prima urbi fundamenta ieci. Arcem iam scelere emptam Sabini habent. Inde huc armati, superata media ualle, tendunt. At tu, pater deum hominumque, hinc saltem arce hostes! Deme terrorem Romanis fugamque foedam siste! Hic ego tibi templum Statori Ioui, quod monumentum sit posteris tua præsenti ope seruatam urbem esse, uoueo ».

Liv., 10,36,11 (Iuppiter Stator – M. Atilius):
Inter hæc consul (scil. M. Atilius) manus ad cælum attolens uoce clara, ita ut exaudiretur, templum Ioui Statori uouet, si constitisset a fuga Romana acies redintegratoque proelio cecidisset uicissetque legiones Samnitium (...).

Liv., 10,37,14-15 (Iuppiter Stator):
Fabius (scil. Pictor) ambo consules in Samnio et ad Luceriam res gessisse scribit (...) inque ea pugna Iouis Statoris ædem uotam, ut Romulus ante uouerat.

Dion. Hal., 2,50,3 (Iuppiter Stator):
’Ιερά τε ἱδρύσαντο καὶ βωµοὺς καθιέρωσαν οἷς ηὔξαντο κατὰ τὰς µάχας θεοῖς.

Liv., 10,29,12-18 (Iuppiter Victor):
Tum Fabius audita morte collegæ Campanorum alam, quingentos fere equites, excedere acie iubet et circumuectos ab tergo Gallicam inuadere aciem; tertiæ deinde legionis subsequi principes et, qua turbatum agmen hostium uiderent impetu equitum, instare ac territos cædere. Ipse ædem Ioui Victori spoliaque hostium cum uouisset, ad castra Samnitium perrexit, quo multitudo omnis consternata agebatur. Sub ipso uallo, quia tantam multitudinem portæ non recepere, temptata ab exclusis turba suorum pugna est; ibi Gellius Egnatius, imperator Samnitium, cecidit; compulsi deinde intra uallum Samnites paruoque certamine capta castra et Galli ab tergo circumuenti.Cæsa eo die hostium uiginti quinque milia, octo capta; nec incruenta uictoria fuit; nam ex P. Deci exercitu cæsa septem milia, ex Fabi mille septingenti. Fabius dimissis ad quærendum collegæ corpus spolia hostium coniecta in aceruum Ioui Victori cremauit. Consulis corpus eo die, quia obrutum superstratis Gallorum cumulis erat, inueniri non potuit ; postero die inuentum relatumque est cum multis militum lacrimis. Intermissa inde omnium aliarum rerum cura Fabius collegæ funus omni honore laudibusque meritis celebrat.

Antias, ap. Liv., 32,6,7 (Iuppiter Victor):
Ædem etiam Ioui in eo proelio (scil. a P. Villio) uotam si res prospere gesta esset.

Liv., 36,36,6 (Iuuentas):
Item Iuuentatis ædem in Circo Maximo C. Licinius Lucullus duumuir dedicauit. Vouerat eam sexdecim annis ante M. Liuius consul, quo die Hasdrubalem exercitumque eius cecidit.

Liv., 40, 52,4 (Lares Permarini) :
Vouerat (...) nauali proelio aduersus præfectos regis Antiochi.

Liv., 40,52,5-6 (Lares Permarini) :
Supra ualuas templi tabula cum titulo hoc fixa est : « Duello magno dirimendo regibus subigendis patrandæ pacis <causa> ad pugnam exeunti L. Æmilio M. filio <Regillo ( ?) res cessit gloriose>. Auspicio imperio felicitate ductuque eius inter Ephesum Samum Chiumque inspectante eopse Antiocho <cum> exercitu omni equitatu elephantisque classis regis Antiochi antea inuicta fusa contusa fugataque est, ibique eo die naues longæ cum omnibus sociis captæ quadraginta duæ. Ea pugna pugnata rex Antiochus regnumque eius <in mari omne fractum subactum est. Eius> rei ergo ædem Laribus Permarinis uouit ».

Macr., Sat., 1,10,10 (Lares Permarini) :
Laribus (...) quibus ædem bello Antiochi Æmilius Regillus prætor (...) curandam uouit.

Suet., Aug., 29,3 (Mars Vltor) :
Ædem Martis bello Philippensi pro ultione paterna uouerat.

Ov., fast., 5,569 (Mars Vltor) :
Vouerat hoc iuuenis tunc cum pia sustulit arma.

Plin., nat., 7,97 (Minerua) :
Cn. Pompeius Magnus imperator bello XXX annorum confecto, fusis fugatis occisis in deditionem acceptis hominum centies uicies semel LXXXIII, depressis aut captis nauibus DCCCXLVI, oppidis castellis MDXXXVIII in fidem receptis, terris a Mæoti ad Rubrum Mare subactis, uotum merito Mineruæ.

Liv., 40,34,5-6 (Pietas):
Eam ædem dedicauit M’ Acilius Glabrio duumuir. Statuam auratam quæ prima omnium in Italia statua aurata est patris Glabrionis posuit. Is erat qui ipse eam ædem uouerat quo die cum rege Antiocho ad Thermopylas depugnasset. Locaueratque idem ex Senatus consulto.

Val. Max., 2,5,1 (Pietas):
Eam autem ædem (...) ipse dedicauerat, compos uoti factus rege Antiocho apud Thermopylas superato.

Flor., 1,14 ( = 1,19,2) (Tellus) :
Domiti ergo Picentes et caput gentis Asculum Sempronio duce, qui, tremente inter proelium campo, Tellurem deam promissa æde placauit.

ILLRP, 310 (Tempestates) :
Hec cepit Corsica(m) Aleria(m)que urbe(m), / dedet Tempestatebus aide(m) mereto[d].

Ov., Fast., 6,193 sq. (Tempestates) :
Te quoque Tempestas meritam delubra fatemur / cum pæne est Corsis obruta classis aquis.

App. , B.C., 2,10,68-69 (Venus Genitrix) :
Καίσαρι δὲ τῆς νυκτòς ἐκείνης τρία µὲν ἐπὶ σιτολογίαν ἐξῄει τέλη (τòν γὰρ Ποµπήιον ἐπαινῶν τῆς βραδυτῆτος καὶ οὐδαµοῦ νοµίζων µεταθήσεσθαι τοῦ βουλεύµατος περιέπεµπεν ἐπὶ σῖτον), πήθóµενος δὲ τῆς παρασκευῆς ἣσθη τε τῆς ἀνάγκης, ἣν εἴκαζεν ἠναγκάσθαι Ποµπήιον ὑπò τοῦ στρατοῦ , καὶ τòν ἑαυτοῦ τάχιστα ἀνεκάλει πάντα καὶ ἀντιπαρεσκευάζετο. Θυ óενóς τε νυκτòς µέσης τòν ’’Αρη κατεκάλει καὶ τὴν ἑαυτοῦ πρóγονονΑφροδίτην (ἐκ γὰρ Αἰνείου καὶ ’’Ιλου τοῦ Αἰνείοή τò τῶνΙοήλίων γένος παρενεχθέντος τοῦ ὀνóµατος ἡγεῖτο εἶναι), νεών τε αὐτῇ νικηφóρῳ χαριστήριον ἐνΡώµ ποιήσειν εὔχετο κατορθώσας. Ως δὲ καὶ σέλας ἐξ οὐρανοῦ διαπτὰν ἀπò τοῦ Καίσαρος ἐς τò Ποµπηίου στρατóπεδον ἐσβέσθη, οἱ µὲν µφὶ τòν Ποµπήιον ἔσεσθαί τι λαµπòν αὑτοῖς ἔφασαν ἐκ τῶν πολεµίων, δὲ Καῖσαρ σβέσειν αὐτòς ἐπεσὼ ν τὰ Ποµπηίου. Αὐτῷ δὲ τῷ Ποµπηίῳ τῆς αὐτῆς νυκτóς τινα τῶν ἱερείων ἐκφυγóντα οὐ συνελήφθη, καὶ µελισσῶν ἑσµòς ἐπὶ τοῖς βωµοῖς ἐκάθισε, ζῴου νωχελοῦς. Μικρóν τε πρòε ἕω πανικòν ἐνέπεσεν αὐτοῦ τῶ στρατῶ καὶ τóδε περιδραµὼν αὐτòςκαὶ καταστήσας ἀνεπαύετο σὺν ὕπνῳ βαθεῖ . περιεγειράντων δ' αὐτòν τῶν φίλων, ὄναρ ἒφ ασκεν ἂρτι νεὼν ἐν 'Ρώµ καθιεροῦν 'Αφροδίτῃ Νικηφóρῳ Καὶ τóδε µὲν ἀγνοίᾳ τῆς Καίσαρος εὐχῆς οἳ τε φίλοι καὶ στρατòς ἃπας πυθóµενοι ἣδοντο, καὶ ταἆλλα ἀλóγως σὺν ὁρµ καὶ καταφρονήσει χωροῦντες ἐπὶ τò ἔργον ὡς ἐπὶ ἕτοιµον. ῏Ων γε πολλοὶ καὶ τὰς σκηνὰς δὰφναις ἀνέ - στεφον ἢδη, συµβóλῳ νίκης.

App., B.C., 2,15,102 (Venus Genitrix):
Ανέστησε καὶ τῇ Γενετείρᾳ τòν νεών, ὥσπερ εὔξατο µέλλων ἐν Φαρσάλῳ µαχεῖσθαι. καὶ τέµενος τῷ νεῷ περιέθηκεν, Ρωµαίοις ἔταξεν ἀγορὰν εἶναι, οὐ τῶν ὠνίων, ἀλλ' ἐπὶ πράξεσι συνιóντων ἐς ἀλλήλους, καθὰ καὶ Πέρσαις ἦν τις ἀγορὰ ξητοῦσιν µανθάνουσι τὰ δίκαια.

Haut de page

Notes

1 Liv., 1,12,3 : Romulus et ipse turba fugientium actus, arma ad cælum tollens : «Iuppiter, tuis, inquit, iussus auibus hic in Palatio prima urbi fundamenta ieci. Arcem iam scelere emptam Sabini habent. Inde huc armati, superata media ualle, tendunt. At tu, pater deum hominumque, hinc saltem arce hostes! Deme terrorem Romanis fugamque foedam siste! Hic ego tibi templum Statori Ioui, quod monumentum sit posteris tua præsenti ope seruatam urbem esse, uoueo». Au delà des procédés rhétoriques habituels mis en œuvre par Tite-Live dans ce bref discours, on remarquera certains traits archaïsants, caractéristiques, notamment, de prières réellement attestées. Ainsi, par exemple, le groupe binaire fugam foedam avec allitération, homéoarcton et homéotéleute, trouve des parallèles dans une prière citée par Caton, agr. 141,2 : uiduuertatem uastitudinemque (...) fruges frumenta, uineta uirgultaque. On trouve aussi ce type d’allitération dans la prière de deuotio prononcée par Scipion Émilien devant Carthage (Macr., Sat. 3,9,10 : fuga formidine). Voir aussi, chez Tite-Live lui-même (32,30,10) à propos du vœu du temple de Iuno Sospita par C. Cornelius Cethegus en 197 : si eo die hostes fusi fugatique fuissent.

2 Sur les vœux de temples, voir notamment : G. Rohde, Die Bedeutung der Tempelgründungen im Staatsleben der Römer, Marburg, 1932 (= Studien und Interpretationen zur antiken Literatur, Religion und Geschichte, Berlin, 1963, p. 189-205); H. Bardon, La naissance d’un temple, dans REA, 33, 1955, p. 166-182; A. Ziolkowski, The Temples of Mid-Republican Rome and their Historical and Topographical Context, Rome, 1992, p. 193-203; M. Aberson, Temples votifs et butin de guerre dans la Rome républicaine, Institut Suisse de Rome, 1994, p. 10-53; E. M. Orlin, Temples, Religion and Politics in the Roman Republic, Leyde-New-York-Cologne, 1997, p. 12-75; R. D. Weigel, Roman generals and the vowing of temples, 500-100 B.C., dans Classica et Mediaevalia, 49, 1998, p. 119-152; J.-L. Bastien, Les temples votifs de la Rome républicaine : monumentalisation et célébration des cérémonies du triomphe, dans Ph. Fleury et O. Desbordes (éd.), Roma illustrata. Représentations de la ville. Actes du colloque international de Caen (6-8 octobre 2005), Caen, 2008, p. 29-47.

3 On sait que le premier livre de Tite-Live contient nombre de ces récits-archétype : cf. e.g. 1,10,4-7 (spolia opima – formule de dédicace d’un temple); 1,18,6-10 (prise d’auguria); 1,24,3-9 (traité avec Albe – déclaration de guerre par les fétiaux); 1,32,5-14 (rerum repetitio), etc.

4 Pour définir les vœux prononcés en contexte de combat, j’ai proposé le néologisme «dimicatoire», basé sur une formulation antique (voir M. Aberson, op. cit. n. 3, p. 11, n. 4; Liv., 7,28,5; 10,46,7). L’ensemble des notices votives examinées ici est donné en annexe à la fin de la présente contribution, p. 9-12. On peut donc s’y référer pour avoir le contexte des brèves citations qui suivent.

5 Voir aussi les inscriptions dédicatoires des temples de Minerua Pompeiana (Plin., nat., 7,97) et des Lares Permarini (Liv., 40,52,5-6).

6 CIL, VI, 2065 (ILS 5034), col. I, l. 29-38. Des formules semblables se répètent aussi ailleurs dans ces mêmes actes. Pour l’édition du texte, voir J. Scheid, Recherches à la Magliana. Commentarii fratrum Arualium qui supersunt. Les copies épigraphiques des protocoles annuels de la confrérie arvale (21 av.-304 ap. J.-C.), Rome, 1998. Voir aussi id., Romulus et ses frères : le collège des Frères Arvales, modèle du culte public dans la Rome des empereurs, Rome, 1990 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 275), en particulier p. 339-344.

7 AE, 1981, 283, corrigé par J. Scheid, Epigraphie et rituel. Le vœu du légionnaire de Sulmo, dans Mélanges Simon Price, Oxford, s.p.

8 Dans les actes des Arvales, les protases hypothétiques sont à l’indicatif futur ou futur antérieur; de même dans la diction du vœu par Ap. Claudius Cæcus en 296 (Liv., 10,19,17). Sur le graffito de Sulmona, en revanche, ainsi que chez les auteurs littéraires latins qui nous transmettent ce type de formules en discours indirect, elles sont transposées – grammaire oblige – au subjonctif plus-que-parfait. Pour les équivalents en grec, on voit que Denys (Ant. Rom., 4,59,1) recourt à une protase au subjonctif aoriste tandis qu’Appien (B.C., 2,10,68) emploie un participe aoriste à valeur hypothétique. Dans la prière de Romulus (1,12,3), très travaillée sur le plan littéraire, Tite-Live nous propose un discours direct, à l’impératif, sans protase hypothétique – l’équivalent d’une apodose pouvant être reconnue dans la formule : hic ego tibi templum (...) uoueo. La prière d’euocatio adressée par Camille à Iuno Regina selon Tite-Live (5,21,3) n’évoque un vœu que de manière implicite et dans une formulation, semble-t-il, peu fidèle à la pratique réelle. Mais le caractère votif du temple est explicitement mentionné quelques lignes plus loin (Liv., 5,22,6-7).

9 Cf. p. ex. la relatio de Q. Fulvius Flaccus en 179 (Liv.,40,44,8-9 : Q. Fuluius consul priusquam ullam rem publicam ageret liberare et se et rem publicam religione uotis soluendis dixit uelle. Vouisse quo die postremum cum Celtiberis pugnasset ludos Ioui Optimo Maximo et aedem Equestri Fortunae sese facturum). Dans ce passage, la formule votive n’est pas citée; mais nepourrait-elle pas l’avoir été dans d’autres situations analogues? Sur l’utilisation d’actes sénatoriaux, voir notamment l’approche prudente de U. Bredehorn, Senatsakten in der republikanischen Annalistik. Untersuchungen zur Berichtserhaltung über den römischen Senat bei den annalistischen Vorgängerndes Livius unter besonderer Berücksichtigung der römischen Ostpolitik zwischen 205 und 171 v. Chr., Dissertation, Marburg-Lahn 1968, p. 69-75.

10 Sur la transmission de ce type de formules, orale ou par l’entremise de libelli, cf. notamment J. Scheid, Romulus et ses frères, cit. n. 7, p. 673-675.

11 J’ai développé ailleurs cet aspect du problème (M. Aberson, op. cit. n. 3, p. 49-50). Voir aussi P. Fraccaro, La storia Romana Arcaica, dans Opuscula I, Pavia, 1956, p. 1-23, (repris de RIL, vol. 85, p. 87-118), en particulier p. 16; J. E. A. Crake, Archival material in Livy 218-167 B.C., Baltimore, 1939,p. 73-74; T. Cornell, The value of the literary tradition concerning archaic Rome, dans K. A. Raaflaub (éd.), Social struggles in archaic Rome. New perspectives on the conflict of the orders, Berkeley-Los Angeles-Londres, 1986, p. 52-76, en particulier p. 62 sq.; S. P. Oakley, A commentary on Livy, Books VI-X. Vol. I, Oxford, 1997, p. 60-61.

12 Cf. M. Aberson, op. cit. n. 3, p. 16-26. Interprétation différente chez E. M. Orlin, op. cit. n. 3, p. 45-61, laquelle ne me convainc pas entièrement : cet auteur a tendance à mettre sur un même plan temples votifs et jeux votifs. Voir aussi R. D. Weigel, op. cit. n. 3, p. 137-138 et 141-141 (sans prise de position claire ni argumentée sur ce point). Adalberto Giovannini me suggère que cette compétence des magistrats cum imperio leur était peut-être conférée par la lex curiata qu’ils devaient obtenir avant de partir en campagne (voir A. Giovannini, Consulare imperium, Bâle, 1983, p. 55-56).

13 Cf. par ex. Liv., 10,46,7 (à propos de la dédicace du temple de Quirinus par L. Papirius Cursor en 293) : aedem Quirini dedicauit – quam in ipsa dimicatione uotam apud neminem ueterem auctorem inuenio, neque hercule tam exiguo tempore perficere potuisset – ab dictatore patre uotam filius consul dedicauit exornauitque hostium spoliis. Pour la reconstitution de vœux par les annalistes, voir notamment M. Aberson, Tite-Live et les temples de Rome : tradition formulaire et récit annalistique, dans REL, 68, 1990, p. 2-3.

14 Sur cette relative prudence de Tite-Live, voir notamment G. Forsythe, Livy and early Rome. A study in historical method and judgement, Stuttgart, 1999, p. 133-135.

15 Cf. M. Aberson, op. cit. n. 14; id., op. cit. n. 3, p. 39-41.

16 Liv., 10,42,7 : ab eodem robore animi neque controuerso auspicio reuocari a proelio potuit et in ipso discrimine quo templa deis immortalibus uoueri mos erat uouerat Ioui Victori, si legiones hostium fudisset, pocillum mulsi priusquam temetum biberet sese facturum. Id uotum dis cordi fuit et auspicia in bonum uerterunt. Cf. aussi Plin., nat. 14,91 : L. Papirius imperator aduersus Samnites dimicaturus uotum fecit, si uicisset, Ioui pocillum uini. Sur cet épisode qui n’a pas manqué d’intriguer les historiens modernes, voir plus loin, p. 8, avec n. 25.

17 Cf. M. Aberson, op. cit. n. 3, p. 108-110. J’ai supposé (ibid, p. 145-148) que, s’étant vu refuser le triomphe après la prise de Syracuse en 211, M. Claudius Marcellus avait, a posteriori, reporté sur sa victoire de Clastidium, en 222, son vœu d’un temple à Honos et Virtus (Liv., 27,25,7 – mais cf. Val. Max., 1,1,8, et Cic., II Verr., 4, 123) afin de pouvoir associer cette construction à une victoire triomphale (voir aussi R. D. Weigel, op. cit. n. 3, p. 136-137 : «there is a possibility that some generals could have ‘remembered’ a vow made in the heat of battle that could now conveniently be fulfilled in conjunction with the triumphal festivities. After all, who on the battlefield would or could have contradicted the commander’s report to the Senate of a vow?»). Mais je crois aujourd’hui qu’il faut abandonner cette hypothèse, difficilement compatible avec la diction publique du vœu. C’est sans doute l’utilisation par Marcellus des spolia de Syracuse pour orner cet édifice qui explique la confusion (voir aussi R. D. Weigel, op. cit. n. 3, p. 128).

18 B.C., 2,10,68-69 (voir annexe).

19 Liv., 1,12,3. Il y a d’ailleurs de fortes chances pour que cet épisode soit calqué sur celui, historique et réellement dramatique, de la bataille de Luceria (294), au cours de laquelle un temple fut voué à Jupiter Stator (Liv., 10,36,11 et 10,37,14-15).

20 Cf. R. D. Weigel, op. cit. n. 3, p. 120.

21 Cette opinion est également exprimée par E. M. Orlin, op. cit. n. 3, p. 17; 20. Le même savant, ibid., p. 28-33 analyse de manière détaillée les circonstances dans lesquelles divers généraux ont pu prendre la décision de vouer des temples en contexte de combat et établit des parallèles intéressants avec des vœux de temples prononcés dans d’autres situations de crise (discordes civiles, mutineries, épidémies, etc.).

22 Liv., 10,42,7 (cité plus haut, n. 17).

23 Sur cet épisode, voir notamment A. Ziolkowski, op. cit. n. 3, p. 245 (avec une explication peu satisfaisante); E. M. Orlin, op. cit. n. 3, p. 30-31 (à mon avis, sans explication vraimentconvaincante); S. P. Oakley, A commentary on Livy, Books VI-X. Vol. IV, Oxford, 2005, p. 431-432, ne prend pas position mais réfute l’interprétation proposée par Ziolkowski, lui préférant celle d’Orlin.

24 Abordant cette question, E. M. Orlin, op. cit. n. 3, p. 29-30, cite quelques batailles où le vœu d’un temple, comme celui du gobelet d’Aquilonia, aurait été prononcé après le moment où l’ennemi avait commencé à céder devant les troupes romaines. Mais les exemples qu’il cite méritent discussion : celui de la bataille du Lac Régille (496) est évidemment trop ancien pour que ces détails soient dignes de foi; pour la bataille de Sentinum (295), je ne suis pas entièrement convaincu par son argumentation : même si le vœu a été prononcé après la rupture des lignes ennemies, la situation était très critique au départ; en revanche, dans le cas du combat de Q. Fulvius Flaccus contre les Celtibères (180), je lui donne volontiers raison. Sur les causes probables de ce phénomène, voir M. Aberson, op. cit. n. 3, p. 153-156; 183-185.

25 Par ordre alphabétique des divinités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Aberson, « Dire le vœu sur le champ de bataille », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 122-2 | 2010, 493-501.

Référence électronique

Michel Aberson, « Dire le vœu sur le champ de bataille », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 122-2 | 2010, mis en ligne le 11 septembre 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://mefra.revues.org/309 ; DOI : 10.4000/mefra.309

Haut de page

Auteur

Michel Aberson

Département des sciences de l’Antiquité, Université de Genève, Michel.Aberson@unige.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org