Navigation – Plan du site
Le luxe et les lois somptuaires dans la Rome antique

Lois somptuaires et comportement économique des élites de la Rome républicaine

Marianne Coudry

Résumés

Dans le domaine du luxe alimentaire, que les lois somptuaires ont tenté avec constance de réguler du début du IIe siècle à Auguste, le Ier siècle voit se produire deux phénomènes nouveaux : la rupture du consensus politique sur la législation, et une mutation économique et sociale qui fait des sénateurs, jusque-là seulement consommateurs de ces denrées raffinées pour leurs banquets, des producteurs. Cette étude analyse leur implication dans cette activité nouvelle, que Varron théorise sous le nom de pastio uillatica, et qui connaît son expression la plus visible, et aussi la plus décriée, dans le développement des viviers qu’abritaient leurs villas maritimes. Elle croise approche économique, approche sociale et approche culturelle pour tenter de rendre compte de ces singularités, et conclut que la pénétration des élites sénatoriales dans les circuits économiques du luxe alimentaire a consolidé sa valeur sociale et culturelle, rendant inopérante toute tentative pour limiter ses manifestations.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce courant de la recherche, qui en général envisage à la fois le monde grec et Rome, a pris naissa (...)
  • 2 Fait exception Wallace-Hadrill 2008 (Rome's Cultural Revolution), qui intègre les acquis de ces re (...)
  • 3 Notamment La legislazione sul lusso nella Roma repubblicana (Bottiglieri 2002) ; Loi et société : (...)
  • 4 Elle tente ainsi de répondre aux attentes du recenseur, dans la BMCR, 2012.05.50, d’une récente sy (...)

1Parmi les formes de la vie sociale qui distinguent les élites romaines de l’époque républicaine et impériale, le banquet occupe une place de premier plan, et bon nombre de travaux récents en ont fait un objet d’étude en soi. L’analyse historique de cette pratique s’en trouve renouvelée et sa compréhension enrichie, notamment grâce à une approche anthropologique qui s’appuie sur les concepts de sociabilité, de convivialité et de distinction, inscrivant ainsi l’étude du banquet à la fois dans l’histoire sociale et dans l’histoire culturelle1. Toutefois, ces recherches ne prennent en compte que rarement, ou marginalement, la législation somptuaire républicaine, qui visait à encadrer spécifiquement les dépenses alimentaires que les banquets occasionnaient2. Celle-ci, de son côté, après un renouveau dans les années 1980, a donné lieu plus récemment à des travaux qui ont surtout porté sur ses aspects juridiques3. L’étude présentée ici s’inscrit à l’articulation de ces différents domaines, et tente de les mettre en relation en faisant intervenir des considérations économiques : le rôle joué par les élites, à la fin de la République, dans la production des denrées consommées au cours des banquets4. L’enjeu est une interrogation sur les rapports entre le cadre normatif que constituent les lois somptuaires, les attitudes politiques de l’aristocratie sénatoriale à leur égard, et ses comportements économiques.

2La lutte contre le luxe des élites constitue en effet dans la Rome républicaine l’une des expressions du souci de réformer la cité, remarquable par sa constance : du début du IIe siècle à Auguste, une série de lois prescrivent des limitations pour les dépenses des banquets, répétant et amplifiant les interdits sans parvenir à discipliner les conduites, et se heurtant à une opposition croissante. On a surtout étudié les raisons de fond qui pouvaient expliquer ce souci d’imposer des normes, sans s’intéresser beaucoup aux causes de leur rejet. Les historiens modernes se contentent en général de répéter ce qu’écrivaient les auteurs anciens, à savoir que le développement du luxe était un phénomène de fond, lié à l’enrichissement et à la pénétration de l’influence grecque qu’avait apportés la conquête, et qu’il en avait épousé les progrès. Pourtant, il vaut la peine de creuser davantage cette question, et l’une des pistes à explorer est celle des mécanismes économiques à l’œuvre dans le développement du luxe alimentaire. Identifier les circuits de production et de distribution des denrées visées par la législation, analyser leurs évolutions, peut apporter un éclairage sur l’enracinement du luxe de la table dans la société aristocratique, sur la forme qu’ont prise les interdits, sur la radicalisation de l’opposition qu’ils ont suscitée.

  • 5 Dubois-Pelerin 2008, p. 91.
  • 6 Voir Coudry 1998, p. 9-20.

3Notre point de départ sera une analyse proposée par E. Dubois-Pelerin dans la monographie qu’elle a consacrée au luxe privé à Rome au début de l’époque impériale. À la fin du chapitre dévolu au luxe de la table, elle dresse un bilan, intitulé « Raisons de sa légitimation ». Elle y décrit la production dans les uillae d’Italie de denrées et de vins qui à la fin de la République contribuaient à fournir les tables romaines raffinées, et conclut par ces mots : « Les nobiles avaient donc de bonnes raisons financières de ne plus décrier le luxe de la table et le combattre avec des lois somptuaires ». En effet, ayant observé que Varron, quand il présente dans le livre III de ses Res rusticae toute une gamme d’élevages spécialisés pratiqués par de grands personnages de son époque, ne critique pas le profit tiré de ces productions de mets de luxe, elle avance l’idée que son attitude révèlerait un changement des mentalités, « l’abandon par certains nobiles d’une position anti-somptuaire qui leur aurait été nuisible »5. De fait, depuis le début du Ier siècle, l’initiative des lois somptuaires, qui émanait précédemment du Sénat et rencontrait un certain consensus, était passée aux imperatores (Sylla, Pompée et Crassus, César)6, et ces lois nouvelles faisaient l’objet de vives critiques, notamment au motif de leur inadaptation au temps présent, quand tout simplement leurs dispositions n’étaient pas ignorées. Cette hostilité s’expliquerait donc par la gêne économique que les lois somptuaires imposeraient désormais aux élites : engagées depuis peu dans la production de ces denrées, elles auraient vu dans les restrictions que les lois imposaient à leur consommation une menace pour cette activité très rémunératrice à laquelle elles avaient entrepris de se livrer.

Le circuit économique des denrées de luxe

  • 7 L’ouvrage de Schatzman 1975, Senatorial Wealth and Roman Politics, avec son catalogue et ses table (...)
  • 8 Cet impératif est explicitement indiqué à propos de la loi Fannia (Macr., Sat. 3, 17, 5) et de la (...)

4Afin de discuter la validité de cette hypothèse de façon aussi précise que possible, il convient de l’expliciter en formulant une série de questions. La première porte sur le degré d’implication des sénateurs dans la production des denrées de luxe : leur rôle est-il suffisamment significatif pour qu’on puisse supposer un lien entre leur rejet des lois somptuaires et leur désir de préserver une source de revenus qui dépendait de la pratique régulière des banquets ? La réponse à cette question passe par l’établissement d’une prosopographie des producteurs qui permette d’établir aussi précisément que possible leur statut social. Une telle démarche est rendue relativement aisée par une série de travaux qui depuis une quarantaine d’années ont rassemblé et mis en forme la documentation7. Une seconde question est celle des circuits économiques des denrées de luxe : comment les grands personnages qui organisent des banquets se procurent-ils les produits nécessaires ? Les font-ils venir de leurs domaines ? S’approvisionnent-ils sur les marchés ? En reçoivent-ils à titre de don, de la part de leurs clients notamment ? En d’autres termes, quelle est la part de l’auto-consommation, de l’échange gratuit, de l’achat sur le marché ? Ces conditions d’approvisionnement ont en effet une incidence sur l’attitude à l’égard des lois somptuaires, dont les prescriptions visent à limiter les dépenses des banquets au nom de la préservation des patrimoines8. Car si la plus grande partie des mets consommés provient du domaine et non d’achats sur le marché, alors les banquets ne constituent pas une dépense qui mette en danger le patrimoine, et produire sur son domaine est un moyen de continuer à consommer des mets de luxe sans enfreindre les lois. En revanche, si l’approvisionnement s’effectue essentiellement par des achats sur les marchés, dont les lois restreignent les montants ou les quantités, alors la production et la vente de ces denrées, très rémunératrices, s’en trouvent contrariées. On comprendrait dans ces conditions que ces lois aient été perçues comme un frein à l’enrichissement des propriétaires de domaines qui s’y consacraient, et l’hypothèse de départ serait avérée.

  • 9 Une incertitude demeure sur l’identité de Mucius Scaevola, qui pourrait être « l’augure », consul (...)
  • 10 Deipn. 6, 274 c-d-e : Μούκιος γοῦν Σκευόλας τρίτος ἐν Ῥώμῃ τὸν Φάνιον ἐτήρει νόμον αὐτὸς καὶ Αἴλιο (...)
  • 11 Cf. les textes rassemblés par De Ruyt 1983, p. 236-246 ; 342-370.

5À cet égard, un passage des Deipnosophistes d’Athénée relatif à la lex Fannia de 161 mérite qu’on s’y arrête. Athénée indique d’abord les dispositions de la loi, qui limitait le nombre des convives à trois ou cinq, fixait une dépense maximale pour chaque repas, et limitait les achats de viande fumée à un certain poids annuel. Puis il décrit la manière dont Mucius Scaevola, Aelius Tubero et Rutilius Rufus, trois sénateurs dont la carrière se déroule entre l’époque des Gracques et la fin du IIe siècle9, auraient réussi, contrairement à leurs contemporains, à respecter la loi (ce qu’il met sur le compte de leur adhésion au stoïcisme) tout en continuant de consommer des denrées raffinées : « Ils prirent le parti de vivre plus librement sans violer la loi : Tubero achetait à ses paysans des volailles une drachme la pièce, Rutilius se faisait fournir du poisson par ses esclaves pêcheurs à raison de trois oboles la mine […] et Mucius, achetait à ceux dont il était le bienfaiteur et payait de la même façon »10. Bien que tout ne soit pas clair dans ce texte, il semble qu’on puisse le comprendre ainsi : en se procurant oiseaux et poissons de luxe à moindre coût directement sur leur domaine, auprès de leurs paysans ou de leurs esclaves, ou auprès de leurs clients, et donc en évitant le circuit commercial du marché, ces trois personnages échappaient aux dépenses qui tombaient sous le coup de la loi. Que vaut cette anecdote ? Permet-elle de supposer que la loi Fannia, la première à avoir introduit pour brider les dépenses des banquets un arsenal rigoureux de contraintes, que les lois suivantes reprendront, ait provoqué une modification des circuits d’approvisionnement, en poussant les élites à produire sur leurs domaines les denrées qu’elles servaient sur leurs tables ? Le marché, en particulier le marché de Rome, dont les comédies de Plaute et de Térence11 attestent largement le rôle qu’il jouait avant le vote des premières lois somptuaires dans les achats de poissons, de viandes, de mets fins, avec ses spécialistes, lanii, fartores, aucupes, aurait-il perdu de son importance sous l’effet de la législation somptuaire ? Le système de la uilla, qui visait à la fois l’autoconsommation et la vente à l’extérieur, se serait-il infléchi vers une autoconsommation plus poussée de ce type de produits ?

  • 12 Pol., 31, 25, 5-5 a, à propos du prix des salaisons, « trois cent drachmes pour une jarre de salai (...)
  • 13 37, 3, 4 : c’est le développement bien connu que Diodore, reprenant sous une forme amplifiée celui (...)
  • 14 Sur la variété des mets proposés, H 57 Charpin, CUF (= 1174-1176 M) ; 20, 2 (= 569 M) et 28, 37 (= (...)

6La réponse est clairement négative. La « stratégie » de ces trois aristocrates est présentée par Athénée lui-même comme une exception : les autres, dit-il, transgressent la loi et dépensent sans compter. Par ailleurs la consommation de ces produits pour les banquets ne semble pas régresser après 161, et les dépenses s’envolent, comme l’attestent sans ambiguïté les plaintes de Caton12, les exemples donnés par Diodore13, et de nombreux fragments des Satires de Lucilius14. Rien n’indique non plus une modification des circuits d’approvisionnement, qui continuent de passer par le marché.

  • 15 Macrobe indique comme rogator P. Licinius Crassus Dives, qu’il faut très certainement assimiler à (...)
  • 16 Macr., Sat., 3, 17, 11, d’où il ressort que les produits concernés (pisces, offulae) sont bien des (...)
  • 17 Un fragment des Satires de Lucilius évoque le transport de trente « immenses » poissons offerts en (...)

7C’est ce que confirment indirectement les lois somptuaires suivantes : la lex Licinia, qui date vraisemblablement de 13115, réitère les prescriptions de la lex Fannia en relevant les seuils de dépense, dans un effort pour les adapter à la réalité des prix. Quant à la lex Cornelia de 81, elle introduit une disposition nouvelle et tout à fait inhabituelle à Rome, un tarif pour les produits alimentaires les plus prisés16, qui ne se comprend justement que si le marché reste un mode d’approvisionnement important. En somme, ni la loi Fannia ni celles qui lui ont succédé ne paraissent avoir eu d’effet sur la consommation des mets de luxe ni sur les circuits d’approvisionnement. L’anecdote d’Athénée, si elle demeure intéressante par la mention de circuits des aliments de luxe autres que le circuit marchand, que certains textes confirment17, révèle une conduite économique manifestement marginale.

L’investissement des sénateurs dans la production

8En revanche la loi de Sylla paraît bien coïncider avec un essor de la production de ces denrées sur les domaines italiens des élites, pour qui le banquet constitue plus que jamais un élément central de la vie sociale. Les indications de Varron, dans le livre III des Res rusticae consacré aux élevages spécialisés pratiqués dans le cadre de la uilla, complétées par celles de Pline, et accessoirement de Valère-Maxime et de Columelle, permettent d’esquisser l’histoire de cette évolution, qui présente plusieurs caractéristiques.

  • 18 Plin., NH 9, 170 ; Val.Max., 9, 1, 1 ; Varr., RR 3, 3, 10.
  • 19 Plin., NH 9, 168-169 ; Val.Max., 9, 1, 1 ; Macr., Sat. 3, 15, 3. Sur le procès à propos des eaux d (...)
  • 20 Lafon 2001, p. 158-179, qui confronte les indications littéraires à la documentation archéologique (...)
  • 21 Ces mutations sont clairement décrites par Varron, RR 3, 3, 5-10.

9D’abord un développement en deux phases : la première, « avant la guerre des Marses », voit apparaître des installations conçues de manière rationnelle, viviers à poissons avec bassins séparés pour les différentes espèces18, et parcs à huîtres installés dans la région de Baïes et sur les bords du lac Lucrin, manifestement avec une certaine agressivité économique puisqu’il en résulta un procès avec le publicain qui en exploitait les eaux19. La seconde phase, qui débute dans les années 70-60, voit se multiplier les viviers particulièrement consacrés aux espèces marines privilégiées dans les banquets, et s’imposer une pisciculture intensive, qui s’accompagne d’un développement des installations en bord de mer, comme le montre l’étude de X. Lafon sur les uillae maritimae20. Elle voit aussi apparaître les élevages spécialisés, où se pratique l’engraissement d’oiseaux d’espèces diverses, domestiques comme les oies et les pigeons, sauvages comme les grives, ou exotiques comme les paons, mais aussi d’escargots, de loirs, et enfin les parcs à gibier où voisinaient sangliers, cerfs, lièvres. Là aussi cet essor s’accompagne d’une sophistication des équipements et d’une spécialisation du vocabulaire qui les désigne, révélatrices de ce qu’on pourrait appeler en termes modernes un saut qualitatif21.

  • 22 Plin., NH 8, 211.
  • 23 Ibid. 9, 170.
  • 24 Ibid.
  • 25 Varr., RR 3, 5, 8, où la comparaison est placée dans la bouche de son interlocuteur Ap. Claudius.
  • 26 Pline, dans le passage relatif aux viviers évoqué ci-dessus, s’exprime de cette manière quand il d (...)

10Cette multiplication et cette diversification des élevages sont mis en relief par les auteurs anciens sous un jour particulier, celui d’une diffusion par imitation : par exemple Hortensius et Lucullus imitant Fulvius Lippinus qui avait été le premier à élever des sangliers22, et, Marcius Philippus imitant Murena qui avait créé les premiers viviers23. Ces textes font ressortir aussi chez les imitateurs une volonté de dépasser leur modèle qui prend une allure de surenchère. C’est de cette manière que Pline présente les entreprises piscicoles de Lucullus qui lui valurent le surnom de « Xerxès en toge »24, et Varron la construction de sa volière surpassant celles de ses prédécesseurs25. L’impression qui est donnée est finalement celle d’un engouement pour la production de ces denrées aussi envahissant que l’avait été l’engouement pour leur consommation un siècle plus tôt, mais qui revêt des caractéristiques différentes. Cette fois-ci, l’imitation ne fonctionne pas par rapport à un monde extérieur, celui des contrées avec lesquelles la conquête mettait les Romains en contact, mais au sein de la société romaine elle-même, par un passage d’un milieu à un autre26.

  • 27 Elles reposent essentiellement sur les indications du livre III des Res rusticae, et sont rassembl (...)
  • 28 Cf. Cic., Mur. 16. Cherchant à montrer la respectabilité de la famille de son client, il indique q (...)
  • 29 D’Arms 2003, p. 31-35. Lafon 2001, p. 177-178, le considère comme difficile à situer socialement.
  • 30 Il était apparenté à Pompée, qu’il soutint comme tribun en 53, mais échoua aux élections édilicien (...)
  • 31 Schatzman 1975, p. 342, reste prudent.
  • 32 Plin., NH 10, 139-141 ; Varr., RR 3, 5, 8.
  • 33 Mathieu 1999, p. 49-86 et la notice n°17, p. 133-135.
  • 34 Cf. Linderski 1974, dont Mathieu 1999, p. 134, suit les conclusions.
  • 35 Sur ses propriétés et ses activités agricoles, voir Harvey 1979.
  • 36 Dans le banquet qu’il offrit au moment de son entrée dans le collège des augures (Varr., RR 3, 6, (...)

11C’est ce phénomène original que l’analyse prosopographique permet de préciser. Elle montre que, schématiquement, les « inventeurs » sont au mieux des chevaliers ou des sénateurs de second ordre, alors que les « imitateurs » sont des sénateurs de premier plan. Sans reprendre en détail les données prosopographiques27, mentionnons les cas les mieux renseignés. Le premier à avoir créé des viviers pour différentes espèces de poissons de mer est un Licinius Murena que l’on s’accorde à considérer comme un ascendant du Murena élu au consulat pour 62 et pour lequel Cicéron plaida. Il peut s’agir soit de son père, soit de son grand-père, mais ni l’un ni l’autre ne dépassa le rang prétorien, et n’appartenait à la nobilitas28. Quant à l’inventeur des parcs à huîtres, connu aussi pour ses viviers, Sergius Orata, que J. D’Arms décrit comme « un spéculateur avisé et chanceux », représentant un type social nouveau, il n’était apparemment ni sénateur, ni chevalier29. C. Lucilius Hirrus, qui imagina des viviers spécifiques pour les murènes, était un sénateur, et descendait probablement du satiriste du IIe siècle, mais il ne dépassa pas le tribunat de la plèbe30. L’initiateur de l’élevage des sangliers, et aussi des escargots, Q. Fulvius Lippinus, si son nom est celui d’une gens bien connue, mais dont l’heure de gloire était passée depuis longtemps, ne paraît pas avoir été sénateur31. Laenius Strabo, inventeur des volières d’élevage dont il trouva le modèle à Délos, était un chevalier32. Enfin M. Aufidius Lurco, que Pline présente comme le premier à avoir pratiqué l’élevage des paons au temps de la guerre des pirates, c’est-à-dire aux alentours de 67, est certainement le tribun de la plèbe de 61 que Cicéron mentionne en plusieurs occasions, et qui lui non plus ne poursuivit pas sa carrière au-delà. L’étude récente de N. Mathieu sur la famille des Aufidii permet de la situer socialement à cette époque, et fait apparaître son engagement dans les affaires, mais le caractère limité et éphémère de son ascension politique33 : Lurco, sénateur de rang modeste, illustre ces caractéristiques, et l’hypothèse selon laquelle il serait le premier à porter ce surnom (« le glouton »), évocateur de son intérêt pour la gastronomie, confirme ce profil social34. Le milieu des inventeurs, tel que notre documentation permet de le cerner, est donc assez éloigné socialement de celui des imitateurs, ou du moins d’une partie d’entre eux, qui sont clairement les membres les plus prestigieux de la nobilitas. Il s’agit de Lucullus, qui développe à la fois les parcs à gibier, les volières et les viviers ; d’Hortensius, qui s’intéresse au gibier, en particulier les sangliers, et aux viviers ; de M. Pupius Piso, le consul de 61, qui possède un parc à gibier et une île proche de la côte tyrrhénienne vouée à l’élevage des paons ; de L. Marcius Philippus, le consul de 56, qui possède des viviers ; de Scipio Metellus , le consul de 52, qui pratique l’engraissement des oies. Cet investissement nouveau de sénateurs de premier plan dans les élevages spécialisés n’en écarte pas les acteurs précédents. On continue de voir s’y livrer des chevaliers, comme M. Seius, qui cumule toute la gamme des élevages, à l’instar de Mamurra, l’officier de César cible des poèmes de Catulle35, ou comme L. Axius, qui pratique l’engraissement des pigeons, mais on y rencontre aussi des personnages au statut incertain, comme ce L. Abuccius qui élève des paons, ou ce T. Pompeius qui possède un immense parc à gibier en Transalpine. Il est significatif, par exemple, que l’introduction de l’élevage des paons soit due à Aufidius Lurco, sénateur de modeste envergure, comme on l’a vu plus haut, après que la mode d’en servir sur les tables eut été lancée par Hortensius36, qui s’orienta lui-même vers d’autres élevages.

  • 37 RR 3, 2, 13 : il évoque Magon, Cassius Dionysius, qui avait donné une traduction grecque abrégée d (...)
  • 38 RR 3, 1, 9. (traduction C. Guiraud, CUF). Déjà au début du livre II (praef. 5) il avait insisté su (...)
  • 39 Rinkewitz 1984, p. 21-22. C’est l’une des rares études consacrées spécifiquement au livre III. D’u (...)
  • 40 Pour cette période de l’histoire de Rome, il n’y a guère que la correspondance de Cicéron qui four (...)
  • 41 RR 3, 2, 9-18.
  • 42 Fr. 403 Bücheler : Gell., NA 6, 16, 1-5.
  • 43 J.P. Cèbe, Varron, Satires ménippées, fr. 403, p. 1691-1708, à la p. 1696.

12Ce processus n’est pas seulement économique et social : il comporte une dimension culturelle que traduisent la rédaction et la publication du traité que Varron consacre à ces nouveaux élevages et intègre dans ses Res rusticae. Il est le premier, en effet, à constituer cette branche de l’agriculture, qu’il dénomme pastio uillatica, en activité spécifique, sur laquelle n’existaient chez ses prédécesseurs, dit-il, que « des remarques particulières et dispersées »37, et à la placer sur le même plan que les autres, comme il l’indique en introduisant son sujet : « Pensant que, dans l’économie rurale, il y a trois secteurs institués en vue du profit, l’un concernant l’agriculture (agri cultura), l’autre l’élevage (res pecuaria), le troisième les élevages à la ferme (pastiones uillaticae), j’ai programmé trois livres »38. Remarquons aussi que ce troisième livre est presque aussi développé que les deux précédents, et que Varron a choisi pour celui-ci comme pour les autres – l’ensemble de l’œuvre ayant la forme d’un dialogue – des interlocuteurs spécifiques, signe de l’importance qu’il accorde à cette nouvelle discipline. Plus intéressant est ce qui singularise ce troisième livre. D’abord la fréquence avec laquelle apparaissent les indications sur le rapport élevé de ces élevages : comme l’a souligné un commentateur moderne, les termes de fructus, reditus, quaestus, lucrum, reviennent dans tous les chapitres39, et à propos de toutes les spécialités, assortis d’indications chiffrées abondantes et détaillées comme il n’en figure dans aucun des autres livres40. Ensuite le nombre élevé des personnes qui sont citées comme impliquées dans ces élevages : si les interlocuteurs forment un petit groupe comparable à ceux des livres précédents (six, contre cinq au livre I et sept au livre II), c’est une galerie de dix-huit producteurs qui est présentée (contre un seul éleveur au livre II). On pourrait penser que ceci traduit simplement une réalité sociologique : l’intérêt que portent à cette activité nouvelle une grande variété d’individus, par opposition avec l’agriculture et l’élevage plus ancrés dans la tradition. Mais c’est, plus probablement, l’expression des visées de Varron : susciter l’imitation, inciter par l’exemple. Cette intention didactique apparaît très clairement, par exemple, dans la progression de la discussion qui conduit Q. Axius à solliciter les conseils de Merula sur l’élevage des oiseaux. Les exemples d’élevages y sont particulièrement nombreux, et les indications chiffrées sont égrenées en une sorte de crescendo, montrant un Axius de plus en plus surpris et intéressé41. En bref, la multiplication des exemples personnalisés, l’insistance sur la rentabilité, la vivacité du dialogue, font de ce livre III autre chose qu’un guide : il tranche sur les autres par son esprit « militant ». On pourrait même se demander si la conviction qu’y exprime Varron de l’intérêt économique de la pastio uillatica n’est pas à mettre en rapport avec sa satire intitulée Des mets (περὶ ἐδεσμάτων) dont quelques fragments nous sont parvenus. Le plus long est un catalogue de mets raffinés et exotiques, oiseaux et surtout poissons de mer et coquillages, dans la tradition de celui d’Archestratos de Géla qu’Ennius avait fait connaître à Rome. Aulu-Gelle, en le citant, indique que Varron y exprimait sa réprobation pour la recherche frénétique de la rareté à laquelle pousse la gloutonnerie42. Les commentateurs s’accordent à reconnaître là le topos de la philosophie populaire qui opposait les aliments faciles à se procurer aux autres, mais J.P. Cèbe relève une particularité intéressante : les lieux d’origine des mets sont placés aussi loin que possible de Rome (Phrygie, Cilicie, Médie, Égypte, Tartessos)43. En poussant à l’extrême l’ironie sur l’éloignement des sources d’approvisionnement en mets raffinés, Varron ne suggère-t-il pas aux gourmets qu’ils pourraient les trouver en Italie, et aux propriétaires de domaines, qu’ils pourraient les fournir ?

  • 44 RR 3, 2, 16.
  • 45 RR 3, 6, 6.

13De fait, ce lien entre recherche de raffinement et pastio uillatica est explicitement attesté, et exprimé de façon tout à fait rationnelle, dans les Res rusticae. À propos du rapport élevé des volières, dont Axius s’étonne, Varron réplique : « Avec les mœurs actuelles, il est rare qu’on ne s’y retrouve pas : combien y a-t-il d’années en effet où tu ne voies un banquet ou un triomphe, et où il n’y ait pas de repas de collèges, qui maintenant font flamber les prix du marché ? À cause du luxe, il y a en quelque manière un banquet chaque jour à l’intérieur des portes de Rome »44. Même idée dans le passage relatif à la mode des paons initiée par le banquet offert par Lucullus pour son augurat : « Beaucoup de gens suivirent rapidement cet exemple et firent monter les prix des paons au point que leurs œufs se vendent 5 deniers pièce et eux-mêmes facilement 50 »45. En d’autres termes, la multiplication des banquets à Rome assure pour ces productions un débouché commercial régulier et des profits élevés.

  • 46 L’importance accordée à la recherche du profit résultant de la vente de ces productions sur le mar (...)
  • 47 Pour la vente des pigeons (RR 3, 7, 10), du miel (3, 16, 11).
  • 48 RR 3, 2, 11.
  • 49 RR 3, 4, 2.
  • 50 Signalées par D’Arms 1998, p. 38, n. 28.
  • 51 RR 3, 14, 3.
  • 52 Varr., LL 5, 147 : « Forum Cuppedinis (le marché des gourmets), expression tirée de cuppedium (fri (...)
  • 53 Suet., Caes. 43, 3 : Legem praecipue sumptuariam exercuit, dispositis circa macellum custodibus qu (...)

14Ces passages indiquent nettement que la pastio uillatica vise le circuit marchand et nullement l’autoconsommation46. D’autres le confirment par des indications concrètes ayant trait aux intermédiaires par lesquels s’effectue la commercialisation, mercatores qui viennent acheter sur la propriété47, lanii, macellarii48, dont certains stockent les oiseaux dans des volières situées dans les régions de production, ainsi que dans des cages installées à Rome49, ce qui révèle une organisation élaborée de l’écoulement de la production. Quelques inscriptions de Rome font aussi connaître des bubularii, spécialisés dans les morceaux de viande de choix50, et Varron mentionne la boutique où se vendent les escargots51. Enfin, l’étymologie qu’il donne dans le De lingua latina pour l’expression forum Cuppedinis, « le marché des gourmets », qui désignait le macellum de Rome, confirme l’importance que celui-ci conservait à son époque dans la commercialisation des mets recherchés52. S’y ajoute l’indication que donne Suétone au sujet des efforts déployés par César pour faire respecter la loi somptuaire dont il avait pris l’initiative comme dictateur en 46, la lex Iulia sumptuaria : gardes disposés autour du marché, avec mission d’intercepter et de confisquer les denrées de luxe achetées en contrevenant à l’interdiction, et parfois renfort de licteurs et de soldats pour les saisir déjà apprêtées sur les tables, si elles avaient échappé à la vigilance des gardes53.

  • 54 Val.Max. 9, 1, 1 ; Plin., NH 6, 169 : nec gulae causa, sed auaritiae.
  • 55 RR 1, 2, 12.
  • 56 1, 4, 1.
  • 57 1, 23, 4, à propos des jardins de fruits et de fleurs, où le rapport entre plaisir, revenu et util (...)
  • 58 3, 4, 2-3.
  • 59 Col., RR 9, proem.

15Pourtant les données ne sont pas univoques, et certaines pointent dans une autre direction. À propos de Sergius Orata, Valère-Maxime indique qu’il installa ses parcs sur les rives du lac Lucrin afin de fournir sa table par tous les temps – c’est-à-dire sans pâtir des aléas climatiques –, alors que Pline affirme qu’il était mû par le goût du profit, et non par la gourmandise54. Sans doute faut-il voir dans cette contradiction un écho des flottements perceptibles déjà dans le traité de Varron. Les principes généraux qu’il pose semblent clairs. L’injonction qui, au début du livre I, ouvre la discussion de fond sur l’agriculture est ainsi formulée : « Enseignez-nous quel est le principe de l’agriculture, si c’est l’utilité (utilitas) ou le plaisir (uoluptas) ou les deux à la fois »55. La réponse est donnée par Scrofa : « Les agriculteurs doivent tendre vers deux buts, l’utilité et le plaisir. L’utilité cherche le rapport (fructus), le plaisir veut l’agrément (delectatio), mais le premier rôle revient à ce qui est utile, avant ce qui est agréable »56. Mais d’autres passages montrent que le choix n’est pas toujours aussi net, et frôlent la contradiction57. De la même façon, la volière de Lucullus est présentée comme étant « d’un troisième type », mixte, c’est-à-dire conçue ni uniquement pour l’agrément, ni uniquement pour le profit, mais mêlant les deux. Du triclinium où étaient servis les hôtes, ceux-ci pouvaient voir les oiseaux soit cuits et apprêtés pour le repas, soit voletant autour d’eux. Énoncé relativement incohérent, puisque la vente des oiseaux, donc le revenu, n’apparaît pas dans cette description, qui met seulement en évidence la juxtaposition de deux usages de la volière, l’agrément et la consommation directe de la production58. C’est d’ailleurs ce type d’usage que Columelle indique pour les parcs à gibier d’un « autrefois » qui n’est pas situé avec précision, mais qui pourrait être le temps de Varron : plaisir visuel du propriétaire (oblectare oculos), et réserve où puiser (cella) pour les banquets qu’il organise (usus epularum), donc là aussi pour une consommation directe59.

  • 60 Suet. Caes. 26, 2 : Ea quae ad epulum pertinerent, quamuis macellaris ablocata, etiam domesticatim (...)
  • 61 Varr., RR 3, 17, 3 : duo milia murenarum mutua dedisse pondo ; Plin., NH 9,171 : sex milia numero (...)
  • 62 Bien que la mention d’une pesée suggère une évaluation de la valeur du bien, qui devait être consi (...)
  • 63 Il avait suivi Pompée en Orient et celui-ci l’avait envoyé auprès des Parthes (Caes., BC 3, 82, 4)
  • 64 Sur la signification sociale et culturelle du mutuum entre membres de l’élite, et sa proximité ave (...)
  • 65 Autres attestations de dons : le fragment des Satires de Lucilius (4, 3 Charpin = 166-167 M), évoq (...)

16D’autres textes révèlent une relation au marché difficile à cerner et qui ne cadre pas avec les principes posés dans le Res rusticae. Ainsi Suétone indique que, pour le banquet funèbre que César offre en l’honneur de sa fille Julie en 52, il recourt pour partie aux macellarii, pour partie à son propre personnel domestique60 : faut-il comprendre que seule la préparation s’effectuait partiellement dans sa domus, les denrées continuant d’être fournies par le marché, ou bien que celles-ci provenaient en partie de ses propriétés ? Dans ce cas, on aurait un premier exemple de circuit non commercial d’une certaine ampleur, préfigurant peut-être l’économie des banquets de la cour impériale. Un autre cas intrigant est celui des murènes fournies à César pour son banquet triomphal de 46 par Lucilius Hirrus, qui, comme on l’a vu plus haut, avait construit les premiers viviers spécialement voués à leur élevage. Varron et Pline évoquent explicitement non pas une vente, mais un prêt gratuit (mutuum), Pline précisant que Hirrus ne voulait ni paiement ni échange avec une autre marchandise61. Sans doute ce prêt, dont on voit mal à quelle forme de remboursement il pouvait conduire62, était-il le résultat d’un compromis entre le souhait de César d’acheter à Hirrus les murènes qu’il pouvait fournir en grande quantité, et celui de Hirrus de les offrir à titre de don : sa fidélité à Pompée pendant la guerre civile63 pourrait expliquer ce geste de rapprochement, qui s’inscrirait dans le schéma culturel des relations d’amicitia64. En tout cas c’est un exemple de circulation de denrées de luxe par d’autres canaux que celui du marché : il évoque celui des réseaux de clientèle qu’on entrevoit par ailleurs et auquel faisait allusion, à propos de Mucius Scaevola, un siècle plus tôt, le passage d’Athénée cité ci-dessus65.

  • 66 Comme j’ai tenté de le montrer dans une étude récente, Coudry 2004, à laquelle je renvoie pour les (...)
  • 67 Elles font apparaître une évolution, caractérisée par l’apparition et la place récurrente des pois (...)
  • 68 Val.Max. 2, 9, 5.
  • 69 Plut., Sull. 35, 3-4. Elles relèvent de la polémique anti-tyrannique traditionnelle et ne nous ren (...)
  • 70 Sur ce projet de rogatio, voir Coudry 2007 d.
  • 71 D.C. 39, 37, 3, traduction G. Lachenaud, CUF, 2011, légèrement modifiée.
  • 72 Argument qu’on retrouvera dans la bouche du sénateur Asinius Gallus au début du principat de Tibèr (...)

17Si nous tirons le bilan de ces premières analyses, deux faits paraissent bien établis : l’implication des élites sénatoriales dans la production des denrées alimentaires de luxe et le rôle prépondérant du marché comme mode de circulation de ces denrées. Reste à examiner la validité de l’hypothèse de départ, selon laquelle le rejet par ces mêmes élites de la législation somptuaire serait fondé, au moins en partie, sur la conscience que celle-ci menace la nouvelle source de revenus que leur offraient ces élevages spécialisés. Deux éléments paraissent aller dans ce sens. Le premier est le renforcement constant des dispositions des lois somptuaires. Contrairement à l’idée couramment reçue, leurs instigateurs ne se contentent pas de répéter les mêmes interdits, ils les précisent sans cesse, de façon à enserrer la consommation des denrées de luxe dans un tissu d’interdits et de restrictions de plus en plus dense, qui cible particulièrement les produits issus de la pastio uillatica66. C’est le cas pour la loi Aemilia de 115, pour la loi Cornelia de 81, pour la loi Iulia de 46, autant qu’on puisse accorder de crédit aux textes qui mentionnent les produits interdits ou dont les quantités étaient limitées67. Le second élément est l’âpreté croissante des résistances aux contraintes législatives. L’abrogation, par un plébiscite voté au tout début du Ier siècle, d’une de ces lois, sans doute la loi Licinia, constitue un signe de la rupture du consensus qu’avait rencontré la législation somptuaire au siècle précédent. Parmi les arguments du tribun qui en fut l’instigateur, un certain Duronius, inconnu par ailleurs, celui qu’a retenu la tradition est révélateur : la revendication de « la liberté de périr de luxe », qui traduit une mise en cause de la législation dans sa légitimité elle-même68. Si les critiques suscitées par la loi de Sylla paraissent plus politiques, en ce qu’elles incriminent la liberté que le dictateur aurait prise de s’en affranchir immédiatement69, celles que souleva le projet de Pompée et Crassus lors de leur consulat, en 55, montrent bien, en revanche, les raisons de fond de l’opposition des sénateurs70. C’est très certainement au Sénat, en effet, que celle-ci s’est exprimée, par la bouche d’Hortensius, dont on a vu à quel point il était personnellement engagé dans ces élevages lucratifs. Ses arguments, sans doute développés dans une longue intervention, sont présentés par Dion Cassius de façon très elliptique, mais suffisamment claire : « Exposant la grandeur de la cité et les félicitant (les consuls) pour l’opulence de leurs maisons et pour leur générosité envers les autres, il les persuada de renoncer à leur proposition. Son opposition les rendit honteux, et ils hésitèrent à donner l’impression d’interdire aux autres par jalousie la conduite qui était la leur »71. La nécessité sociale des dépenses des nobles est clairement affirmée, et reçoit une justification supplémentaire dans un argument général, la « grandeur de la cité », ce qui peut se comprendre à la fois au sens de « richesse collective » et au sens de « prestige ». Ce qui est évoqué en termes voilés est un processus économique et social irréversible, tant il s’est développé à grande échelle, l’enrichissement collectif et l’usage des dépenses ostentatoires qui l’accompagne72. Certes le texte ne dit pas explicitement que les sénateurs sont eux-mêmes engagés dans la production de ce qui figure sur leurs tables et matérialise leur « générosité », mais si on rapproche cette légitimation du luxe de ce que l’on sait par ailleurs des nouvelles activités économiques des plus fortunés d’entre eux, les propos d’Hortensius sonnent comme une revendication de s’y livrer sans entraves.

18On a donc l’impression que la période qui commence au début du Ier siècle se caractérise par deux évolutions, d’un côté le développement en Italie d’activités agricoles qui amènent sur le marché une quantité et une variété croissantes de denrées de luxe, et auxquelles participent activement un certain nombre de sénateurs de premier plan, et de l’autre côté une radicalisation de l’opposition de ces mêmes sénateurs à toute législation qui limiterait la consommation de ces produits. Une relation directe entre ces deux phénomènes est plus que plausible, et, sans affirmer que la préservation de leurs intérêts économiques soit le mobile unique de leur position politique, en faire l’hypothèse donne à celle-ci une plus grande intelligibilité.

Les réactions à cet investissement des élites dans la production : le cas des viviers

  • 73 Cic. Marc. 23 ; Sall. (?) Ep. 1, 5, 4.

19Pourtant les choses ne sont pas si simples et univoques. Quelques discordances sont sensibles dans le discours sur les lois somptuaires : un Salluste, un Cicéron, appelleront de leurs vœux, après la victoire de César, des mesures qui combattent, entre autres signes de décadence morale, la dilapidation des richesses73. On en remarque également dans le traité de Varron, et elles vont nous servir de point de départ pour tenter maintenant d’apprécier l’écho qu’a rencontré cet investissement des nobiles les plus fameux dans la production des denrées de luxe.

  • 74 Rinkewitz 1984, p. 127-129, a bien relevé les caractères particuliers du traitement des viviers da (...)

20Ces discordances concernent les écarts entre l’appréciation théorique de la pastio uillatica, qui, comme on l’a vu, valorise en priorité la rentabilité, et les exemples pratiques, qui peuvent révéler des décalages ou des contradictions avec cet impératif. Or ces écarts sont soulignés de façon beaucoup plus vigoureuse quand il s’agit de l’élevage des poissons de mer : il y a véritablement chez Varron un discours spécifique sur les viviers74.

  • 75 RR 3, 13, 2-3.
  • 76 3, 5, 15-16.
  • 77 En évoquant la mauvaise odeur des oiseaux cuisinés, qui incommode les hôtes, ce qui anéantit la va (...)

21À propos des autres formes d’élevage, en effet, gibier, oiseaux, escargots, abeilles, soit il les présente comme vouées au rapport et n’exprime aucun doute sur leur rentabilité, dont il fournit de nombreux exemples chiffrés, soit il accepte que certaines s’attachent à l’agrément, comme le parc à gibier d’Hortensius, qui sert de cadre à des mises en scènes d’inspiration mythologique75, ou sa propre volière, conçue comme un spectacle pour ses hôtes76. Et même quand il critique la volière de Lucullus, « déviante » en ce qu’elle associe agrément et consommation, il le fait de manière détournée77. Lorsqu’il s’agit des viviers, en revanche, la critique de ceux qui faillent à l’impératif de rentabilité est radicale. Ses propos prennent une allure contradictoire, comme il ressort du tableau ci-dessous qui met en regard les appréciations positives, dans la partie gauche, et les appréciations négatives, dans la partie droite.

rentabilité de la uilla maritima en général (3, 2, 17) les maritimae piscinae nobilium sont plus pour les yeux que pour la bourse (3, 17, 2)
produit élevé de la vente des poissons de Lucullus après sa mort (3, 2, 17) dépense non contrôlée pour le creusement du tunnel amenant l’eau de mer à ses viviers de Baïes (3, 17, 9)
produit très élevé de la vente de la uilla de C. Hirrus après sa mort, à cause de la multitude des poissons (3,17, 3) il consomme en nourriture pour ses poissons le revenu de ses installations (3, 17, 3)
Hortensius a beaucoup investi dans ses viviers de Bauli, mais envoie acheter du poisson à Pouzzoles pour ses hôtes (3, 17, 5) ; coût de la nourriture de ses poissons, qu’il doit parfois acheter (3, 17, 6)
  • 78 On remarquera au passage qu’Hortensius apparaît dans ces textes comme une figure emblématique de l (...)
  • 79 Une autre question, liée à celle-ci, se pose à propos de la viticulture : comment expliquer le qua (...)

22Les appréciations négatives se ramènent à trois arguments qu’on peut résumer de la façon suivante. Une idée générale : l’agrément l’emporte sur le rapport (17, 2 : « les viviers marins des nobles […] concernent les yeux plutôt que la bourse »), donc les viviers dérogent à l’ordre de priorité défini pour l’économie rurale en général, en l’inversant. Ensuite une critique qui vient conforter cette idée générale en dénonçant l’oubli de la rationalité économique : les propriétaires perdent de vue la relation entre investissement et revenu (17, 2 : « les viviers vident plus qu’ils ne le remplissent le porte-monnaie du maître ; car premièrement ils coûtent cher à construire, deuxièmement cher à remplir, troisièmement cher à alimenter ») ; ou bien ils cessent de surveiller les investissements (17, 9 : Lucullus « permit à son architecte de dépenser l’argent comme si c’était le sien ») ; ou encore ils font un mauvais calcul en mobilisant un personnel domestique excessif (17, 6 : « Hortensius avait un grand nombre de pêcheurs à son service »). Et enfin une dénonciation des situations extrêmes auxquelles sont conduits les propriétaires, présentées comme des paradoxes économiques : la recherche de l’agrément est poussée si loin qu’elle élimine les autres objectifs, auto-consommation ou vente (17, 4 : « aucun cuisinier n’ose convoquer ces poissons en cuisine ») ; et qu’elle inverse la relation production-vente en poussant certains à acheter sur le marché, soit pour faire fonctionner leurs viviers (17, 6 : Hortensius « faisait jeter dans les viviers ce qu’il avait acheté en fait de poissons salés : […] c’est le marché qui fournissait la nourriture des viviers »), soit pour éviter de consommer la production (17, 6 : Hortensius lorsqu’il recevait des hôtes « avait l’habitude de toujours envoyer acheter des poissons à Pouzzoles pour le dîner »)78. On a donc dans ces passages une critique en règle de tout ce qui, dans la pisciculture de luxe, s’écarte du modèle économique érigé en absolu dans le traité. En regard, l’insistance sur les revenus élevés qu’elle procure donne à cet écart un relief plus net encore. Comment expliquer ces appréciations et cette focalisation de la critique sur les viviers maritimes79 ?

  • 80 Cic., Att. 1, 18, 6 et 2, 1, 7. Ils sont évoqués aussi dans les lettres 1, 19, 6 et 1, 20, 3, et s (...)
  • 81 Macrobe, dans le chapitre des Saturnales qu’il consacre aux poissons de luxe (3, 15, 6), indique q (...)
  • 82 Parad. Stoic. 38.
  • 83 Voir les remarques de J. Molager, CUF, 2002, notes p. 145 et 148.

23La documentation dont nous disposons sur leurs propriétaires ne se réduit pas au traité de Varron, et permet d’élargir la perspective en prenant en compte des aspects de l’appréciation des contemporains qui ne relèvent pas du seul registre économique. On songe d’abord à la série de lettres adressées à Atticus dans lesquelles Cicéron stigmatise ceux qu’il appelle les piscinarii. À plusieurs reprises, entre le début de l’année 60, où se noue l’alliance entre Pompée, César et Crassus, et le milieu de l’année 59, où leur domination politique s’est installée, il fustige leur aveuglement : attachés à leurs poissons et à la délectation qu’ils leur procurent, « ils sont si sots qu’on les voit nourrir l’espoir de sauver leurs viviers quand la République aura péri », et, alors que déjà l’éloignement des publicains affaiblit de façon inquiétante à ses yeux la position des sénateurs, « nos grands s’imaginent toucher le ciel du doigt s’ils ont dans leurs viviers des barbeaux qui viennent manger à la main, et négligent le reste »80. C’est la démission politique de ces grands personnages81 qui est dénoncée, et leur repli sur leurs propriétés et les plaisirs qu’ils en tirent. Dans les Paradoxes des stoïciens, écrits une quinzaine d’années plus tard, il dépeindra, avec des formules quasiment identiques, le type de l’homme politique comblé d’honneurs par ses concitoyens, et occupé à « tirer des rougets barbets de son vivier et à les palper, et à se glorifier du grand nombre de ses murènes »82. Cette dénonciation s’inscrit dans une réflexion qui oppose le sage à ceux qui sont asservis aux passions, en particulier la séduction des objets d’art et des demeures somptueuses : thème philosophique banal, développé par Épictète et peut-être déjà véhiculé par la diatribe83. Mais elle s’accompagne d’une opposition entre la futilité des occupations de ces grands personnages, qui tirent gloire de leurs poissons coûteux, et le devoir d’engagement public qui est leur vocation véritable. Le thème des lettres à Atticus refait surface ici, avec une dérision peut-être teintée d’amertume si l’on songe qu’au moment où il rédige cet opuscule Cicéron s’est retiré de la vie publique et a perdu espoir dans la République. Au demeurant le choix des viviers pour illustrer ces idées montre que la pisciculture de luxe avait chez Cicéron des connotations politiques, morales et philosophiques.

  • 84 Lafon 2001, p. 170-178.
  • 85 Ces caractéristiques sont bien mises en valeur par Gros 2001, p. 303, qui montre comment spécifici (...)
  • 86 RR 1, 13, 6-7.
  • 87 Pour une analyse des Res rusticae de Varron, et notamment des passages du livre III sur la piscicu (...)

24Un autre élément de la documentation est constitué par l’ensemble des données qui concernent le cadre matériel dans lequel cette forme de pisciculture s’est développée, les uillae maritimae. Dans l’étude extrêmement précise que X. Lafon a consacrée à ce type particulier de villa, en croisant textes littéraires et documentation archéologique, il a montré qu’il s’agissait non seulement d’un mode d’exploitation économique, mais d’un type architectural original, né de l’intégration des bassins, d’abord installés à distance de la résidence du maître, à l’édifice lui-même, qui en tire son originalité esthétique. À partir de l’époque de Varron, les viviers maritimes ne forment plus des installations séparées, à vocation uniquement technique, mais constituent un élément de la scénographie de la villa, lié à sa position sur le rivage84. Ils acquièrent de ce fait une dimension qui dépasse leur fonctionnalité, et participent directement à la vocation sociale de la demeure : ils contribuent comme les autres éléments de l’édifice à l’expression du prestige du propriétaire et d’un mode de vie luxueux85. Il se peut, du coup, que les critiques que Varron exprime dans d’autres parties de son traité aient concerné, dans son esprit, ce type particulier de villa. On songe au passage bien connu dans lequel, décrivant l’organisation optimale des bâtiments de la uilla, il oppose « les méthodes attentives des anciens », qui « agissaient en fonction du rapport », au « luxe de nos contemporains » qui « agissent en fonction de leurs passions effrénées » : autrefois, « les bâtiments d’exploitation valaient plus cher que la partie résidentielle, alors qu’aujourd’hui c’est presque toujours le contraire », et « on s’applique à avoir une maison d’agrément aussi vaste et élégante que possible »86. Cette opposition entre recherche rationnelle de la rentabilité (ratio ad fructum) et passion de l’agrément (libidines indomitae) est tout à fait analogue aux critiques qu’il adresse aux possesseurs de viviers maritimes87.

  • 88 Voir les remarques de Rinkewitz 1984, p. 89-90.
  • 89 D’Arms 2003, chap. 2 et 3.
  • 90 Lafon 2001, p. 198-203. Gros 2001, p. 289-290, insiste également sur ce phénomène, en soulignant l (...)

25Or ce type nouveau de uilla s’est concentré dans un secteur géographique particulier et assez limité, contrairement aux autres formes de pastio uillatica que l’on rencontre dans des régions diverses, Sabine, Latium, Étrurie, Picenum88. Il s’est restreint au littoral du sud du Latium et de la Campanie, régions qui avaient vu se développer depuis la période syllanienne une fièvre de construction et une spéculation immobilière effrénées, et dans lesquelles, comme l’avait déjà bien montré J. D’Arms, les élites romaines menaient une vie sociale active, à l’écart de Rome89. C’est d’ailleurs cette caractéristique qui contribue sans doute à expliquer le reproche de démission politique adressé par Cicéron aux piscinarii. Mais l’étude de X. Lafon a mis en lumière un autre élément original de ce milieu géographique, sa valorisation culturelle par le biais des références odysséennes que cultivaient à la fois les recherches érudites et les choix architecturaux, notamment le type bien connu de la grotte90.

  • 91 Les références aux textes littéraires sont données par Schneider 1950, et reprises sous une forme (...)
  • 92 Sur la place du poisson dans l’alimentation grecque, voir en dernier lieu l’étude approfondie de C (...)
  • 93 Mentionnée par Apulée qui en cite une partie (Apol. 39, 2). Wallace-Hadrill 2008, p. 338-345, évoq (...)
  • 94 Voir les études de N. Purcell, de J. Davidson et de G. Gilula dans Wilkins – Harvey – Dobson 1995.

26C’est peut-être du côté de l’hellénisation de l’aristocratie romaine qu’il faut chercher les racines non pas tant du développement des viviers consacrés à l’élevage de poissons de mer réputés, car la documentation a conservé si peu de traces de viviers dans le monde grec qu’on peut douter qu’ils aient constitué des antécédents91, que du goût pour les poissons recherchés. C’était depuis l’époque classique un trait culturel propre à la Grèce d’Occident, Sicile et Italie méridionale, et il connut un épanouissement particulier à l’époque hellénistique. En témoigne le développement dans cette région d’une littérature gastronomique, illustrée par le poème d’Archestratos de Géla dont Athénée a transmis un grand nombre de fragments92. On sait que le poète Ennius en fit une adaptation93, signe que ce type de mets commençait à intéresser à Rome dès cette époque, et rencontrait un succès que confirment les comédies de Plaute. Mais on sait aussi que dans le monde grec la consommation du poisson, particulièrement les poissons de mer recherchés, qui entraient dans la catégorie de l’opson, véhiculait toutes sortes de connotations négatives, morales et politiques, largement attestées chez les auteurs comiques et les orateurs94, et que d’autre part les cités d’Italie du Sud étaient considérées comme emblématiques de la truphè. Or ce n’est pas seulement le goût pour les poissons recherchés qui s’est implanté à Rome dès le début du IIe siècle, mais aussi toutes les valeurs qui lui étaient liées, valeurs positives de distinction et de raffinement, valeurs négatives de luxe extravagant et corrupteur, qui en font un support de stigmatisation sociale et politique.

  • 95 Il est révélateur que les murènes soient devenues emblématiques ce mode de vie particulier : les a (...)

27On peut donc se demander si ce phénomène de transfert culturel, qui englobe tout à la fois les habitudes de consommation, leur rôle dans la distinction sociale, et des valeurs politiques et morales, en se polarisant en quelque sorte sur la région où se concentraient les viviers, n’a pas eu une influence déterminante sur les représentations qui leur ont été associées à l’époque de Varron. En d’autres termes, son insistance à dénoncer les incohérences économiques de l’élevage des poissons recherchés exprimerait une réticence d’un autre ordre, moral et social, devant une évolution particulièrement visible dans cette région : les viviers étaient devenus un élément du mode de vie spécifique de la haute aristocratie, et plus seulement un moyen de diversifier ses profits95.


  • 96 C’est l’argument principal qu’avançait Hortensius pour pousser Pompée et Crassus à retirer leur pr (...)

28Ainsi, à la fin de la République, l’élite sénatoriale a pénétré les rouages de l’économie du luxe alimentaire. Elle n’est plus seulement en position de consommatrice, mais aussi de productrice, et son investissement dans la production a probablement ancré plus profondément le luxe dans son mode de vie. L’écart entre les critiques de Caton, dans la première moitié du IIe siècle, sur les dépenses, les prix, la possession des objets, et celles de Varron sur les viviers permet de mesurer l’ampleur des changements survenus. Ceux-ci donnent à leur tour une forte vraisemblance à l’hypothèse de travail dont nous sommes partie : le détachement croissant de cette élite vis-à-vis de la législation somptuaire, qui repose certes sur la revendication d’un mode de vie96, pourrait bien tenir aussi à son engagement dans la production et à la volonté de préserver les profits élevés qu’elle en retirait.

  • 97 Suet., Tib. 34, 2. Suétone mentionne en même temps une mesure de surveillance des tavernes, confié (...)
  • 98 Tac., Ann. 2, 33.
  • 99 Ann. 3, 52-54. Le débat et la réponse de Tibère, sous la forme d’une lettre communiquée aux sénate (...)
  • 100 3, 54, 8 : Nisi prouinciarum copiae et dominis et seruitiis et agris subuenerint, nostra nos scili (...)

29La prise de conscience de la profondeur de cette mutation et de son caractère irréversible survient à l’époque de Tibère, et suit des étapes qu’il est intéressant de rappeler. La première, sur laquelle nous renseigne Suétone, se place au début du règne : « S’étant plaint avec sévérité que trois surmulets eussent été vendus 30.000 sesterces […] il demanda que le prix des denrées fût réglementé tous les ans par décision du Sénat »97. C’est une mesure qui rappelle le tarif imposé par la loi de Sylla, avec cette différence que le Sénat est impliqué dans sa mise en œuvre. Sans doute l’intention de Tibère est-elle de désarmer la résistance aux mesures somptuaires qui avait caractérisé l’attitude des sénateurs au dernier siècle de la République. La seconde étape se place en 16 : deux sénateurs ayant suscité un débat au sujet des progrès du luxe et réclamé que des limites soient imposées, un autre, Asinius Gallus, s’y oppose vigoureusement, avec des arguments qui rappellent ceux d’Hortensius naguère, l’enrichissement général et la dignité supérieure des sénateurs ; pour lui, le luxe est devenu partie intégrante du mode de vie des sénateurs. Son avis l’emporte, signe que persiste chez les sénateurs le rejet de toute restriction autoritaire, et Tibère refuse de prendre des mesures98 : c’est l’amorce d’un changement de politique. La troisième étape est bien connue, grâce au long développement que lui consacre Tacite99. En 22, nouveau débat, et réponse claire de Tibère aux sollicitations des sénateurs : le luxe est si bien épanoui qu’aucun retour en arrière n’est possible, toutes les tentatives passées pour le contenir ont échoué, donc il renonce à toute mesure somptuaire. Son vrai sujet de préoccupation, dit-il, est de veiller à l’approvisionnement de Rome grâce aux ressources des provinces. L’argumentation est placée sur le terrain économique, sans qu’il soit fait allusion au rôle des sénateurs dans la production, mais les mots par lesquels il termine - « Si les ressources des provinces nous manquent, c’est à coup sûr nos bois et nos villas qui y pourvoiront » - doivent peut-être se comprendre comme une pique adressée aux sénateurs, un rappel sarcastique de leur implication dans la production des denrées de luxe au détriment des productions nécessaires au ravitaillement de la capitale100.

30Tout se passe finalement comme si la pénétration des élites sénatoriales dans les circuits économiques du luxe alimentaire, au dernier siècle de la République, avait consolidé la valeur sociale et culturelle de celui-ci, et rendu inopérante toute tentative pour en limiter les manifestations. C’est ce que Tibère a bien compris, et qui l’a conduit à mettre un terme à la répression du luxe par le recours à la loi.

Haut de page

Bibliographie

Baltrusch 1989 = E. Baltrusch, Regimen morum : die Reglementierung des Privatlebens der Senatoren und Ritter in der römischen Republik und frühen Kaiserzeit, Munich, 1989.

Bottiglieri 2002 = A. Bottiglieri, La legislazione sul lusso nella Roma repubblicana, Naples, 2002.

Bresson 2002 = A. Bresson, La cité marchande, Bordeaux, 2002, chapitre VIII, L’inscription agoranomique du Pirée et le contrôle des prix de détail en Grèce ancienne, p. 151-182.

Clemente 1981 = G. Clemente, Le leggi sul lusso e la società romana tra il III e il II secolo a.C., dans A. Giardina, A. Schiavone (dir.), Società romana e produzione schiavistica, Rome-Bari, 1981, III, p. 3-14.

Collin-Bouffier 2008 = S. Collin-Bouffier, Le poisson dans le monde grec, mets d’élite ?, dans J. Leclant, A. Vauchez, M. Sartre (dir.), Pratiques et discours alimentaires en Méditerranée de l’Antiquité à la Renaissance, Paris, 2008, p. 91-121.

Coudry 1998 = M. Coudry , Luxe et politique dans la Rome républicaine : les débats autour des lois somptuaires, de Caton à Tibère, dans M. Coudry (dir.) Les petits-fils de Caton : attitudes à l’égard du luxe dans l’Italie antique et moderne (colloque Mulhouse 1997), Chroniques italiennes 54, 1998, p. 9-20.

Coudry 2004 = M. Coudry, Loi et société : la singularité des lois somptuaires de Rome, in CCG, 15, 2004, p. 135-171.

Coudry 2007 a = M. Coudry, Loi Cornelia sumptuaria, dans LEPOR. Leges Populi Romani, sous la dir. de Jean-Louis Ferrary et Philippe Moreau [En ligne]. Paris : IRHT-TELMA 2007, URL : http://www.cn-telma.fr/lepor/notice163/. Date de mise à jour : 28/11/2014.

Coudry 2007 b = M. Coudry, Loi Fannia somptuaire, dans LEPOR. Leges Populi Romani, sous la dir. de Jean-Louis Ferrary et Philippe Moreau [En ligne]. Paris : IRHT-TELMA 2007, URL : http://www.cn-telma.fr/lepor/notice380/. Date de mise à jour : 28/11/2014.

Coudry 2007 c = M. Coudry, Loi Licinia somptuaire, dans LEPOR. Leges Populi Romani, sous la dir. de Jean-Louis Ferrary et Philippe Moreau [En ligne]. Paris : IRHT-TELMA 2007, URL : http://www.cn-telma.fr/lepor/notice510/. Date de mise à jour : 28/11/2014.

Coudry 2007 d = M. Coudry, Rogatio somptuaire de Pompée et Crassus, dans LEPOR. Leges Populi Romani, sous la dir. de Jean-Louis Ferrary et Philippe Moreau [En ligne]. Paris : IRHT-TELMA 2007, URL : http://www.cn-telma.fr/lepor/notice617/. Date de mise à jour : 10/7/2014.

Coudry 2012 = M. Coudry, Lois somptuaires et regimen morum, dans J.-L. Ferrary (dir.), Leges publicae. La legge nell’esperienza giuridica romana (CEDANT, 8), Pavie, 2012 p. 489-513.

D’Arms 1998 = J. D’Arms, Between public and private : the epulum publicum and Caesar’s horti trans Tiberim, dans M. Cima, E. La Rocca (dir.), Horti Romani, Rome, 1998, p. 33-43.

D’Arms 2003 = J. D’Arms, Romans on the Bay of Naples, Bari, 2003 (1ère éd. Cambridge, 1970).

De Ruyt 1983 = C. De Ruyt, Macellum, marché alimentaire des Romains, Louvain, 1983.

Donahue 2004 = J.F. Donahue, The Roman Community at table during the Principate, Michigan, 2004.

Dubois-Pelerin 2008 = E. Dubois-Pelerin, Le luxe privé à Rome et en Italie au Ier siècle ap. J.-C., Rome, 2008.

Dunbadin 2003 = K.M.D. Dunbabin, The Roman Banquet. Images of Conviviality, Cambridge, 2003.

Ferrary 1988 = J.-L. Ferrary, Philhellénisme et impérialisme, Rome, 1988 (BEFAR, 271).

Gabba 1981 = E. Gabba, Del buon uso della ricchezza, in RSI, 93, 1981, p. 541-558 ( = Ricchezza e classe dirigente romane fra III e I sec. a.C., Milan, 1988, p. 26-44).

Gros 2001 = P. Gros, L’architecture romaine. 2. Maisons, palais, villas et tombeaux, Paris, 2001.

Gruen 1974 = E. Gruen, The Last Generation of the Roman Republic, Berkeley-Los Angeles-Londres, 1974

Harvey 1979 = P.B. Harvey, C. 114-115 : Mentula, Bonus Agricola, dans Historia, 28, 1979, p. 329-355.

Higginbotham 1997 = J. Higginbotham, Piscinae. Artificial Fishponds in Roman Italy, Chapel Hill-Londres, 1997.

Ioannatou 2006 = M. Ioannatou, Affaires d’argent dans la correspondance de Cicéron : l’aristocratie sénatoriale face à ses dettes, Paris, 2006.

Kronenberg 2009 = L. Kronenberg, Allegories of Farming from Greece and Rome. Philosophical Satire in Xenophon, Varro, and Virgil, Cambridge, 2009.

Lafon 2001 = X. Lafon, Villa maritima. Recherches sur les villas littorales de l’Italie romaine, Rome, 2001 (BEFAR, 307).

Linderski 1974 = J. Linderski, The mother of Livia Augusta and the Aufidii Lurcones of the Republic, dans Historia, 23, 1974, p. 463-480.

Martin 1971 = R. Martin, Recherches sur les agronomes latins et leurs conceptions économiques et sociales, Paris, 1971.

Mathieu 1999 = N. Mathieu, Histoire d’un nom. Les Aufidii dans la vie politique, économique et sociale du monde romain, Rennes, 1999.

Marzano 2007 = A. Marzano, Roman Villas in Central Italy. A Social and Economic History, Leyde-Boston, 2007.

Marzano 2013 = A. Marzano, Harvesting the Sea. The Exploitation of Marine Resources in the Roman Mediterranean, Oxford, 2013.

Marzano – Brizzi 2009 = A. Marzano, G. Brizzi, A quantitative approach to the study of marine aquaculture, dans JRA, 22/1, 2009, p. 215-230.

Murray 1990 = O. Murray (dir.), Sympotica : a symposium on the « Symposion », Oxford, 1990.

Nadeau 2010 = R. Nadeau, Les manières de table dans le monde gréco-romain, Rennes-Tours, 2010.

Nielsen – Nielsen 1998 = I. Nielsen, H.S. Nielsen (dir.), Meals in a Social Context. Aspects of the Communal Meal in the Hellenistic and Roman World, Aarhus, 1998.

Olson – Sens 2000 = S.D. Olson, A. Sens, Archestratos of Gela. Greek Culture and Cuisine in the fourth century BCE, Oxford, 2000.

Orfanos – Carrière 2003 = C. Orfanos, J.-C. Carrière (dir.), Symposium. Banquet et représentations en Grèce et à Rome, dans Pallas, 61, 2003, p. 13-21.

Purcell 1985 = N. Purcell, Wine and Wealth in Ancient Italy, dans JRS, 75, 1985, p. 1-19.

Rinkewitz 1984 = W. Rinkewitz, Pastio villatica. Untersuchungen zur intensiven Hoftierhaltung in der römischen Landwirtschaft, Francfort-Berne-New York, 1984.

Schatzman 1975 = I. Schatzman, Senatorial Wealth and Roman Politics, Bruxelles, 1975.

Schneider 1950 = K. Schneider, RE XX, 2, 1950, s.v. Piscina, 1783-85.

Schmitt-Pantel 1992 = P. Schmitt-Pantel, La cité au banquet. Histoire des repas publics dans les cités grecques, Rome, 1992 (CEFR, 157).

Stein-Hölkeskampf 2005 = E. Stein-Hölkeskampf, Das römische Gastmal. Eine Kulturgeschichte, Munich, 2005.

Tchernia 1986 = A. Tchernia, Le vin de l’Italie romaine, Rome, 1986 (BEFAR, 261), 2e éd., Rome, 2016 (Classiques - École Française de Rome).

Tchernia 2008 = A. Tchernia, Le convivium romain et la distinction sociale, dans J. Leclant, A. Vauchez, M. Sartre (dir.), Pratiques et discours alimentaires en Méditerranée de l’Antiquité à la Renaissance, Paris, 2008, p. 147-156.

Van Oothegem 1968 = J. Van Oothegem, Piscinarii, dans LEC, 36, 1968, p. 41-46.

Verboven 2002 = K. Vervoven, The Economy of Friends. Economic Aspects of Amicitia and Patronage in the Late Republic, Bruxelles, 2002 (Collection Latomus, 269).

Vössing 2004 = K. Vössing, Mensa regia. Das Bankett beim hellenistischen König und beim römischen Kaiser, Munich-Leipzig, 2004.

Vössing 2008 = K. Vössing (dir.), Das römische Bankett im Spiegel der Altertumswissenschaften, Stuttgart, 2008.

Wallace-Hadrill 2008 = A. Wallace-Hadrill, Rome’s Cultural Revolution, Cambridge, 2008.

Wilkins – Harvey – Dobson 1995 = J. Wilkins, D. Harvey, M. Dobson (dir.), Food in Antiquity, Exeter, 1995.

Wyetzner 2002 = P. Wyetzner, Sulla’s Law on Prices and the Roman Definition of Luxury, dans J.J. Aubert, B. Sirks (dir.), Roman Law as a Reflection of Social and Economic Life in Antiquity, Ann Arbor, 2002, p. 15-33.

Zanda 2011 = E. Zanda, Fighting Hydra-like Luxury : Sumptuary Regulation in the Roman Republic, Londres, 2011.

Haut de page

Notes

1 Ce courant de la recherche, qui en général envisage à la fois le monde grec et Rome, a pris naissance dans les pays anglo-saxons avec les travaux collectifs suscités dans les années 1980 par Oswald Murray, qui se plaçaient explicitement dans la mouvance des cultural studies. Une dizaine d’ouvrages en sont issus, de Sympotica : a symposium on the « Symposion » (Murray 1990) à Food in Antiquity (Wilkins – Harvey – Dobson 1995), et s’y rattache également Meals in a Social Context. Aspects of the Communal Meal in the Hellenistic and Roman World (Nielsen – Nielsen 1998). Un bilan de l’entreprise a été dressé par son initiateur au colloque réuni à Toulouse en 2002, sous le titre Sympotica twenty years on, dans Symposium. Banquet et représentations en Grèce et à Rome (Orfanos – Carrière 2003). Ce courant a donné lieu plus récemment, pour le monde romain, à des monographies, comme The Roman Banquet. Images of Conviviality (Dunbabin 2003) ou The Roman Community at table during the Principate (Donahue 2004), centré sur Rome et les provinces occidentales. Il s’est développé également dans la recherche germanophone, comme l’attestent quelques monographies récentes, Das römische Gastmal. Eine Kulturgeschichte (Stein-Hölkeskampf 2005) et Mensa regia. Das Bankett beim hellenistischen König und beim römischen Kaiser (Vössing 2004), qui comporte un chapitre sur la Rome républicaine ; les actes du colloque réuni à Düsseldorf en 2005 à l’initiative du même savant, Das römische Bankett im Spiegel der Altertumswissenschaften (Vössing 2008) comportent un rapide bilan de la recherche antérieure (p. 7-8). Du côté francophone, malgré le travail pionnier La cité au banquet. Histoire des repas publics dans les cités grecques (Schmitt-Pantel 1992) (voir par le même auteur un bilan de l’historiographie des vingt années suivantes sur le sujet dans les DHA, suppl. 7, 2012, p. 73-93), les travaux ont été moins nombreux et la recherche s’est orientée plutôt vers l’histoire de l’alimentation. Citons Le convivium romain et la distinction sociale (Tchernia 2008) et Les manières de table dans le monde gréco-romain (Nadeau 2010). Une analyse de ce courant historiographique, pour ce qui concerne Rome, est présentée par C. Badel dans les DHA, suppl. 7, 2012, p. 133-157.

2 Fait exception Wallace-Hadrill 2008 (Rome's Cultural Revolution), qui intègre les acquis de ces recherches dans une approche comparatiste des législations somptuaires, de Rome d’un côté et des états de l’Europe médiévale et moderne de l’autre (chap. 7 : Luxury and the consumer revolution, p. 315-355), en tentant notamment d’établir les raisons de la polarisation sur le luxe de la table qui fait l’originalité de Rome (p. 335-345).

3 Notamment La legislazione sul lusso nella Roma repubblicana (Bottiglieri 2002) ; Loi et société : la singularité des lois somptuaires de Rome (Coudry 2004) ; Lois somptuaires et regimen morum (Coudry 2012). Les travaux pionniers ont été Le leggi sul lusso e la società romana tra il III e il II secolo a.C (Clemente 1981) et Del buon uso della ricchezza (Gabba 1981). Leurs interprétations ont été reprises largement, notamment par Regimen morum : die Reglementierung des Privatlebens der Senatoren und Ritter in der römischen Republik und frühen Kaiserzeit (Baltrusch 1989).

4 Elle tente ainsi de répondre aux attentes du recenseur, dans la BMCR, 2012.05.50, d’une récente synthèse sur les lois somptuaires, Fighting Hydra-like Luxury : Sumptuary Regulation in the Roman Republic (Zanda 2011), qui déplore que le contexte économique de la fin de la République y soit trop peu abordé.

5 Dubois-Pelerin 2008, p. 91.

6 Voir Coudry 1998, p. 9-20.

7 L’ouvrage de Schatzman 1975, Senatorial Wealth and Roman Politics, avec son catalogue et ses tableaux récapitulatifs aux p. 239-467, demeure fondamental. Des catalogues plus restreints peuvent apporter des compléments : celui des possesseurs de villae sur la baie de Naples dressé en 1970 par J. D’Arms, Romans on the Bay of Naples, réédité avec quelques compléments en 2003 (D’Arms 2003), à confronter à celui des possesseurs de villae maritimae établi par Lafon 2001 (Villa maritima. Recherches sur les villas littorales de l'Italie romaine) ; celui des personnages qui s’adonnaient à l’élevage d’animaux destinés aux banquets, la pastio uillatica, dressé par Rinkewitz 1984 (Pastio villatica. Untersuchungen zur intensiven Hoftierhaltung in der römischen Landwirtschaft).

8 Cet impératif est explicitement indiqué à propos de la loi Fannia (Macr., Sat. 3, 17, 5) et de la loi de Sylla (Gell., NA 2, 24, 11 ; Macr., Sat. 3, 17, 11). Il a été considéré comme l’une des justifications fondamentales de la législation somptuaire par Clemente 1981, dont les analyses ont recueilli un large consensus. Ce souci de préserver les fortunes est à mettre en relation avec le thème de la gourmandise dévoreuse de patrimoine, récurrent dans la littérature latine depuis Lucilius (Charpin, CUF, H 30 = 1235-1240 M), sur lequel renchérit Cicéron (Fin. 2, 23), jusqu’aux auteurs de l’époque impériale, par exemple Juvénal (Sat. 11, 9-10).

9 Une incertitude demeure sur l’identité de Mucius Scaevola, qui pourrait être « l’augure », consul en 117, ou « le pontife », ami de Rutilius et consul en 95, ou bien son père, le consul de 133. Sur ce texte, peut-être tiré de Posidonius, voir Ferrary 1988, p. 599-600.

10 Deipn. 6, 274 c-d-e : Μούκιος γοῦν Σκευόλας τρίτος ἐν Ῥώμῃ τὸν Φάνιον ἐτήρει νόμον αὐτὸς καὶ Αἴλιος Τουβέρων καὶ Ῥουτίλιος Ῥοῦφος […] πρὸς τὸ ἐλευθεριώτερον νομίμως προήρχοντο. Ὁ μὲν γὰρ Τουβέρων παρὰ τῶν ἐν τοῖς ἰδίοις ἀγροῖς ὄρνιθας ὠνεῖτο δραχμιαίους, ὁ δὲ Ῥουτίλιος παρὰ τῶν ἁλιευόντων αὐτοῦ δούλων τριωβόλου τὴν μνᾶν τοῦ ὄψου καὶ μάλιστα τοῦ θυριανοῦ καλουμένου […] ὅ δὲ Μούκιος παρὰ τῶν εὐχρηστουμένων ὑπ αὐτοῦ πρὸς τὸν αὐτὸν τύπον ἐποιεῖτο τὴν διατίμησιν.

11 Cf. les textes rassemblés par De Ruyt 1983, p. 236-246 ; 342-370.

12 Pol., 31, 25, 5-5 a, à propos du prix des salaisons, « trois cent drachmes pour une jarre de salaisons du Pont », dans les années qui suivent la guerre de Persée ; Plut., Cat. mai., 8, 2 : « Il est difficile de sauver une cité où un poisson se vend plus cher qu’un bœuf » ; cf. 4, 4 : « Il disait qu’il ne mettait pas plus de 30 as aux mets qu’il faisait acheter au marché pour son dîner » - la somme de 30 as était précisément la limite autorisée par la loi Fannia pour les jours ordinaires.

13 37, 3, 4 : c’est le développement bien connu que Diodore, reprenant sous une forme amplifiée celui de Polybe, consacre aux progrès du luxe après la victoire sur Persée (cf. 31, 26, 7), avec l’évocation de tout ce qui constitue l’apparat des banquets, et, pour les produits alimentaires, l’exemple des salaisons du Pont et celui du vin.

14 Sur la variété des mets proposés, H 57 Charpin, CUF (= 1174-1176 M) ; 20, 2 (= 569 M) et 28, 37 (= 769-770 M), avec la mention récurrente des poissons, des volailles, des viandes. Sur les huîtres et leur coût, 13, 3 Charpin (= 440-441 M). Sur le montant ridiculement bas du plafond de dépense de 100 as par repas imposé par la loi Fannia, H 53 Charpin (= 1172 M). Sur le coût des banquets en général, H 52 Charpin (= 1288 M).

15 Macrobe indique comme rogator P. Licinius Crassus Dives, qu’il faut très certainement assimiler à Mucianus, le beau-père de C. Gracchus, consul en 131, et non au consul de 97. Voir Coudry 2007 c, et pour la loi Fannia Coudry 2007 b (pour chacune des lois somptuaires, une notice détaillée figure dans la base LEPOR).

16 Macr., Sat., 3, 17, 11, d’où il ressort que les produits concernés (pisces, offulae) sont bien des mets raffinés. Les objectifs de cette mesure diffèrent de ceux des tarifs de poissons connus par des inscriptions du IIIe siècle pour Delphes et la cité béotienne d’Akraiphia, et du tarif des pièces de triperie de l’incription agoranomique du Pirée d’époque syllanienne (sur ces documents, voir Bresson 2002). Sur la loi somptuaire de Sylla, voir Coudry 2007 a, et pour une discussion sur ses objectifs, Wyetzner 2002.

17 Un fragment des Satires de Lucilius évoque le transport de trente « immenses » poissons offerts en cadeau (4, 3 Charpin = 166-167 M, avec la note).

18 Plin., NH 9, 170 ; Val.Max., 9, 1, 1 ; Varr., RR 3, 3, 10.

19 Plin., NH 9, 168-169 ; Val.Max., 9, 1, 1 ; Macr., Sat. 3, 15, 3. Sur le procès à propos des eaux du Lucrin, voir D’Arms 2003, p. 34-35.

20 Lafon 2001, p. 158-179, qui confronte les indications littéraires à la documentation archéologique, présentée dans un tableau synthétique aux p. 174-176. L’étude matérielle des viviers attestés en Italie avait déjà fait l’objet d’une synthèse, beaucoup plus générale, mais accompagnée d’un précieux catalogue (Higginbotham 1997). Les conclusions de X. Lafon ont été reprises, pour les villae maritimae du Latium et de l’Étrurie, dans la synthèse de Marzano 2007, qui comporte également un catalogue et une abondante cartographie. Sur la spécialisation dans les espèces marines, Varr., RR 3, 3, 9-10.

21 Ces mutations sont clairement décrites par Varron, RR 3, 3, 5-10.

22 Plin., NH 8, 211.

23 Ibid. 9, 170.

24 Ibid.

25 Varr., RR 3, 5, 8, où la comparaison est placée dans la bouche de son interlocuteur Ap. Claudius.

26 Pline, dans le passage relatif aux viviers évoqué ci-dessus, s’exprime de cette manière quand il décrit l’imitation de l’initiative de Licinius Murena : cuius deinde exemplum nobilitas secuta est Philippi, Hortensi.

27 Elles reposent essentiellement sur les indications du livre III des Res rusticae, et sont rassemblées sous la forme d’un catalogue dans Rinkewitz 1984.

28 Cf. Cic., Mur. 16. Cherchant à montrer la respectabilité de la famille de son client, il indique que depuis trois générations on y avait atteint la préture. Seul le père de Murena connut une certaine notoriété comme légat de Sylla en Asie, et c’est avec lui que Schatzman 1975, p. 275, n. 107, identifie notre personnage, alors que Rinkewitz 1984, p. 82, suivant l’avis de Münzer (RE XIII, 1, 19262, Licinius 121), l’identifie avec son grand-père, dont la préture se placerait avant 100 (MRR I, p. 571). Comme l’a fait remarquer Münzer, le surnom Murena ne lui fut pas donné à cause de ses viviers, contrairement à ce qu’écrit Varron (RR 3, 3, 10) : il apparaît sur un as frappé avant 150 (RRC 186), sans doute par l’arrière-grand-père du consul de 62 (RE 120).

29 D’Arms 2003, p. 31-35. Lafon 2001, p. 177-178, le considère comme difficile à situer socialement.

30 Il était apparenté à Pompée, qu’il soutint comme tribun en 53, mais échoua aux élections édiliciennes en 51, et la guerre civile mit fin à sa carrière (voir Gruen 1974, p. 110-111). Caelius et Cicéron échangèrent, au moment des élections, des propos caustiques à son sujet (« il joue au noble », écrit Caelius, Fam. 8, 2, 2).

31 Schatzman 1975, p. 342, reste prudent.

32 Plin., NH 10, 139-141 ; Varr., RR 3, 5, 8.

33 Mathieu 1999, p. 49-86 et la notice n°17, p. 133-135.

34 Cf. Linderski 1974, dont Mathieu 1999, p. 134, suit les conclusions.

35 Sur ses propriétés et ses activités agricoles, voir Harvey 1979.

36 Dans le banquet qu’il offrit au moment de son entrée dans le collège des augures (Varr., RR 3, 6, 6), dont on ne connaît pas la date, mais qui se place selon toute vraisemblance avant l’époque de la guerre des pirates, où commença l’élevage (Plin., NH 10, 45). Sur l’augurat d’Hortensius, MRR II, p. 256, n. 2.

37 RR 3, 2, 13 : il évoque Magon, Cassius Dionysius, qui avait donné une traduction grecque abrégée de son traité au début du siècle (cf. J. Heurgon, introduction au livre I, CUF, 1978, p. XXXIII-XXXIV), et « d’autres » qu’il ne précise pas.

38 RR 3, 1, 9. (traduction C. Guiraud, CUF). Déjà au début du livre II (praef. 5) il avait insisté sur l’égal intérêt de ces trois branches pour les propriétaires de domaines.

39 Rinkewitz 1984, p. 21-22. C’est l’une des rares études consacrées spécifiquement au livre III. D’une façon générale, cette branche de l’activité agricole n’occupe guère de place dans les travaux modernes : il est significatif, par exemple, que Schatzman 1975 ne la singularise pas dans son développement sur les revenus de la propriété foncière, p. 49.

40 Pour cette période de l’histoire de Rome, il n’y a guère que la correspondance de Cicéron qui fournisse des données aussi nombreuses.

41 RR 3, 2, 9-18.

42 Fr. 403 Bücheler : Gell., NA 6, 16, 1-5.

43 J.P. Cèbe, Varron, Satires ménippées, fr. 403, p. 1691-1708, à la p. 1696.

44 RR 3, 2, 16.

45 RR 3, 6, 6.

46 L’importance accordée à la recherche du profit résultant de la vente de ces productions sur le marché est affirmée avec force par Marzano 2007, p. 51-56, à propos de l’élevage des poissons dans les uillae maritimae, en réaction contre l’interprétation de Higginbotham 1997, qui privilégiait leur fonction sociale. Ce point de vue est réaffirmé dans Marzano 2013, p. 201-213 et 299. Voir aussi Marzano – Brizzi 2009 pour une tentative d’analyse précise du fonctionnement économique des viviers de ces uillae maritimae de la côte tyrrhénienne.

47 Pour la vente des pigeons (RR 3, 7, 10), du miel (3, 16, 11).

48 RR 3, 2, 11.

49 RR 3, 4, 2.

50 Signalées par D’Arms 1998, p. 38, n. 28.

51 RR 3, 14, 3.

52 Varr., LL 5, 147 : « Forum Cuppedinis (le marché des gourmets), expression tirée de cuppedium (friandise), c’est-à-dire fastidium (goût délicat) ; beaucoup l’appellent Forum Cupidinis (le marché de la tentation), rattachant l’expression à cupiditas (désir) » (trad. J. Collard, Belles-Lettres, 1954). Cf. De Ruyt 1983, p. 243-245. Columelle, Horace, Festus indiquent une situation identique pour le début de l’Empire. Il semble qu’on trouve une confirmation indirecte de cette prépondérance du circuit marchand chez certains auteurs de cette période, évoquant l’idéal d’autarcie qui refuse le recours au marché et valorise la consommation exclusive des produits du domaine, tantôt avec nostalgie, comme Juvénal dans la fameuse Satire 11, tantôt avec ironie, comme Horace dans des vers qui seraient, si l’on suit l’interprétation séduisante de Martin 1971, p. 337, une réplique au « vieillard de Tarente » des Géorgiques (Ep., 2, 2, 167-171), tantôt encore avec une franche dérision, comme Pétrone montrant de façon comique que les domaines de Trimalcion le fournissent en tout (Sat., 38, 1-5).

53 Suet., Caes. 43, 3 : Legem praecipue sumptuariam exercuit, dispositis circa macellum custodibus qui obsonia contra uetitum retinerent deportarentque ad se, submissis nonnumquam lictoribus atque militibus qui, si qua custodes fefellissent, iam adposita e triclinio auferrent.

54 Val.Max. 9, 1, 1 ; Plin., NH 6, 169 : nec gulae causa, sed auaritiae.

55 RR 1, 2, 12.

56 1, 4, 1.

57 1, 23, 4, à propos des jardins de fruits et de fleurs, où le rapport entre plaisir, revenu et utilité se brouille ; 3, 1, 10, à propos de la villa de Pinnius, avec un jeu de vocabulaire sur l’ornement et le revenu.

58 3, 4, 2-3.

59 Col., RR 9, proem.

60 Suet. Caes. 26, 2 : Ea quae ad epulum pertinerent, quamuis macellaris ablocata, etiam domesticatim apparabat. De Ruyt 1983, p. 365, comprend ce passage comme un indice de modification de l’usage traditionnel qui consistait à s’adresser aux cuisiniers installés au macellum pour la préparation des plats, du fait de l’accroissement du personnel domestique.

61 Varr., RR 3, 17, 3 : duo milia murenarum mutua dedisse pondo ; Plin., NH 9,171 : sex milia numero murenarum mutua appendit, nam permutare quidem pretio noluit aliaue merce. Quoique ni l’un ni l’autre ne le précise, il doit s’agir du banquet de 22 000 triclinia dont parle Plutarque (Caes. 55, 4). D’Arms 1998 s’est intéressé au lieu dans lequel il fut organisé, mais pas à la fourniture des produits.

62 Bien que la mention d’une pesée suggère une évaluation de la valeur du bien, qui devait être considérable comme l’indique le contexte chez les deux auteurs : ils mentionnent immédiatement après la valeur vénale de la villa de Hirrus, 4 millions de sesterces.

63 Il avait suivi Pompée en Orient et celui-ci l’avait envoyé auprès des Parthes (Caes., BC 3, 82, 4).

64 Sur la signification sociale et culturelle du mutuum entre membres de l’élite, et sa proximité avec le don, voir Verboven 2002, p. 120-125, qui cependant n’évoque pas ce cas. Il est cité, en revanche, par Ioannatou 2006, p. 186, n. 456, mais ne fait l’objet d’aucun commentaire spécifique.

65 Autres attestations de dons : le fragment des Satires de Lucilius (4, 3 Charpin = 166-167 M), évoqué plus haut n. 17, et qui concerne aussi des poissons ; et peut-être, implicitement, l’anecdote de la grive que Pompée refuse d’envoyer ses serviteurs se procurer chez Lucullus (Plut., Luc. 40, 2).

66 Comme j’ai tenté de le montrer dans une étude récente, Coudry 2004, à laquelle je renvoie pour les détails de la démonstration.

67 Elles font apparaître une évolution, caractérisée par l’apparition et la place récurrente des poissons et des coquillages à partir de la fin du IIe siècle : pour la loi Aemilia, sont mentionnés les coquillages, les loirs, les oiseaux importés (Plin., NH 8, 223) ; pour la loi Cornelia, les poissons et les viandes préparées (Macr., Sat. 3, 17, 11) ; pour la loi Iulia, les huîtres et les murènes (Cic., Fam. 7, 26, 2).

68 Val.Max. 2, 9, 5.

69 Plut., Sull. 35, 3-4. Elles relèvent de la polémique anti-tyrannique traditionnelle et ne nous renseignent pas sur un éventuel rejet de l’objet de la loi en lui-même.

70 Sur ce projet de rogatio, voir Coudry 2007 d.

71 D.C. 39, 37, 3, traduction G. Lachenaud, CUF, 2011, légèrement modifiée.

72 Argument qu’on retrouvera dans la bouche du sénateur Asinius Gallus au début du principat de Tibère, pour repousser une demande de mesures somptuaires (Tac., Ann. 2, 33, 3).

73 Cic. Marc. 23 ; Sall. (?) Ep. 1, 5, 4.

74 Rinkewitz 1984, p. 127-129, a bien relevé les caractères particuliers du traitement des viviers dans l’ouvrage de Varron, et présente une utile mise au point sur les erreurs d’interprétation auxquelles ils ont donné lieu dans la littérature secondaire.

75 RR 3, 13, 2-3.

76 3, 5, 15-16.

77 En évoquant la mauvaise odeur des oiseaux cuisinés, qui incommode les hôtes, ce qui anéantit la valeur d’agrément : 3, 4, 3.

78 On remarquera au passage qu’Hortensius apparaît dans ces textes comme une figure emblématique de l’anomalie économique, ce qui pourrait sembler contradictoire avec l’hypothèse faite plus haut selon laquelle son opposition au projet de loi somptuaire des consuls de 55 aurait un motif économique. Mais dans quelle mesure les critiques de Varron sont-elles fondées, et suffisent-elles à établir qu’Hortensius était indifférent aux revenus que procuraient les viviers de ce type ?

79 Une autre question, liée à celle-ci, se pose à propos de la viticulture : comment expliquer le quasi silence de Varron sur les profits que permettait pour les sénateurs la production des grands crus, dont la culture avait commencé de se développer avant le milieu du IIe siècle (comme l’a établi Tchernia 1986, p. 60-65) ? Les lacunes et les difficultés d’interprétation de la documentation, littéraire et archéologique, ont conduit les modernes à des interprétations opposées, soit une forte implication des sénateurs dans la production, pour Tchernia 1986, p. 116-118 ; soit une absence d’implication, pour Purcell 1985, qui pense que jusqu’à la fin de la République cette activité fut investie essentiellement par les élites municipales et les affranchis.

80 Cic., Att. 1, 18, 6 et 2, 1, 7. Ils sont évoqués aussi dans les lettres 1, 19, 6 et 1, 20, 3, et sous l’appellation de « tritons » en 2, 9, 1.

81 Macrobe, dans le chapitre des Saturnales qu’il consacre aux poissons de luxe (3, 15, 6), indique que Cicéron désignait ainsi Lucullus, Marcius Philippus et Hortensius, et renvoie au traité de Varron.

82 Parad. Stoic. 38.

83 Voir les remarques de J. Molager, CUF, 2002, notes p. 145 et 148.

84 Lafon 2001, p. 170-178.

85 Ces caractéristiques sont bien mises en valeur par Gros 2001, p. 303, qui montre comment spécificité architecturale et spécificité économique de la villa maritime se mêlent, et expriment la recherche de tous les raffinements de la luxuria qui caractérise les classes dirigeantes romaines dans les dernières décennies de la République.

86 RR 1, 13, 6-7.

87 Pour une analyse des Res rusticae de Varron, et notamment des passages du livre III sur la pisciculture, en termes de métaphore philosophique, dimension que nous laissons délibérément de côté ici, voir Kronenberg 2009, p. 116-129.

88 Voir les remarques de Rinkewitz 1984, p. 89-90.

89 D’Arms 2003, chap. 2 et 3.

90 Lafon 2001, p. 198-203. Gros 2001, p. 289-290, insiste également sur ce phénomène, en soulignant l’attraction que la Campanie exerçait sur les Romains à cause de son passé hellénique, et l’ardeur qu’ils mettaient à créer chacun « son petit paradis hellénisé ».

91 Les références aux textes littéraires sont données par Schneider 1950, et reprises sous une forme plus développée par Van Oothegem 1968. Le seul exemple qui présente quelque ressemblance avec les viviers romains est celui de l’immense bassin (κολυμβήθρα) que la cité d’Agrigente fit aménager en l’honneur de Gélon après la victoire d’Himère, avec la main d’œuvre fournie par les prisonniers de guerre carthaginois, et qui « fournissait en abondance du poisson pour se nourrir et pour le plaisir (εἰς τροφὴν καὶ ἀπόλαυσιν) » : Diod. 11, 25, 4. On voit qu’il ne s’agit en rien d’un aménagement privé, et que le lien avec la gastronomie est ténu. Quant aux viviers royaux de l’Egypte lagide, ils sont seulement mentionnés par Platon à propos des divisions de la science de l’élevage, sans le moindre détail précis (Pol. 264 c). Lafon 2001, p. 164, fait remarquer à juste titre que le vocabulaire latin des viviers est beaucoup plus riche que le vocabulaire grec, ce qui renforce l’idée d’une « spécialité » romaine.

92 Sur la place du poisson dans l’alimentation grecque, voir en dernier lieu l’étude approfondie de Collin-Bouffier 2008. Sur Archestratos et son environnement culturel, Olson – Sens 2000.

93 Mentionnée par Apulée qui en cite une partie (Apol. 39, 2). Wallace-Hadrill 2008, p. 338-345, évoque l’importance de cet héritage grec des valeurs liées au banquet et à la consommation de poissons recherchés ; il y voit la raison de la polarisation de la législation somptuaire romaine sur l’alimentation.

94 Voir les études de N. Purcell, de J. Davidson et de G. Gilula dans Wilkins – Harvey – Dobson 1995.

95 Il est révélateur que les murènes soient devenues emblématiques ce mode de vie particulier : les anecdotes collectées par Pline (NH 9, 172) ; celles que beaucoup plus tard Macrobe réunit dans un chapitre particulier (Sat. 3, 15) ; l’idée probablement fausse selon laquelle le Murena qui en avait inventé l’élevage lui devait son surnom (cf. n. 28), tout cela atteste le souvenir durable laissé par l’engouement pour les viviers.

96 C’est l’argument principal qu’avançait Hortensius pour pousser Pompée et Crassus à retirer leur projet de loi somptuaire en 55.

97 Suet., Tib. 34, 2. Suétone mentionne en même temps une mesure de surveillance des tavernes, confiée aux édiles, qui paraît relever d’une autre logique : cf. la contribution de M.A. Le Guennec.

98 Tac., Ann. 2, 33.

99 Ann. 3, 52-54. Le débat et la réponse de Tibère, sous la forme d’une lettre communiquée aux sénateurs, sont suivis de l’excursus historique, très souvent commenté, dans lequel Tacite revient sur le développement du luxe depuis la République.

100 3, 54, 8 : Nisi prouinciarum copiae et dominis et seruitiis et agris subuenerint, nostra nos scilicet nemora nostraeque uillae tuebuntur. Toute la difficulté de l’interprétation repose sur le sens que l’on donne aux deux mots nemora – forêts, sous-entendu servant de pacage, ou bois, sous-entendu comportant des parcs à gibier – et uillae – maisons de plaisance, ou domaines agricoles. Cf. les réflexions de Martin 1971, p. 332, n. 1, qui propose de voir dans cette formule une sorte de résumé des livres I et II des Res rusticae de Varron, et de comprendre que Tibère ferait allusion à l’abandon de l’agriculture au profit de l’élevage extensif et de la pastio uillatica.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Coudry, « Lois somptuaires et comportement économique des élites de la Rome républicaine », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 128-1 | 2016, mis en ligne le 18 février 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://mefra.revues.org/3180 ; DOI : 10.4000/mefra.3180

Haut de page

Auteur

Marianne Coudry

Université de Haute-Alsace-UMR 7044 - ARCHIMEDE (Strasbourg-Mulhouse) - marianne.coudry@uha.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org