Navigation – Plan du site
Le Quotidien institutionnel des cités municipales : regards croisés de juristes et d'historiens

Le quotidien institutionnel des cités municipales : Regards croisés de juristes et d’historiens.

Propos liminal
Mireille Cébeillac-Gervasoni
p. 5-6

Texte intégral

  • 1 On trouve une synthèse des publications sur cette thématique dans M. Cébeillac-Gervasoni, Les élite (...)
  • 2 V. MEFRA, 119, 2, 2007.
  • 3 V. L. Capogrossi et E. Gabba (éd.), Gli statuti municipali, Pavie, 2006.
  • 4 Pour une historiographie de la découverte des lois municipales du xviiie siècle au début du xxe siè (...)
  • 5 Dans le volume des Statuti municipali, une intéressante contribution de G. Camodeca, qui est un mem (...)
  • 6 V. pour ne citer que les publications les plus récentes M. Cébeillac-Gervasoni (dir.), Les élites m (...)
  • 7 V. Les dossiers réunis dans CCG, 14, 2003, p. 96-225 ; CCG, 17, 2006, [2008], p. 79-181. MEFRA, 117 (...)

1Dans le cadre du programme EMIRE (« Élites municipales italiennes de la République et de l’Empire »), dirigé par Clara Berrendonner et Mireille Cébeillac-Gervasoni, de l’UMR 8585 du CNRS, le 25 octobre 2008, une journée de travail a réuni à Paris les membres de ce programme international et des juristes spécialistes du droit municipal sur le thème « Les textes juridiques et le fonctionnement institutionnel au quotidien des cités municipales : regards croisés de juristes et d’historiens ». Depuis plusieurs années, après une période consacrée aux recherches sur les élites locales1, les recherches de ce groupe de travail qui réunit historiens, archéologues et épigraphistes de toute l’Europe, se sont axées sur des dépouillements exhaustifs et systématiques des sources dans le but de permettre une meilleure connaissance du « quotidien » institutionnel des cités de l’Empire, replacé dans le contexte de ces localités et de leur arrière-pays, de la République au ive siècle. Il est certain que la mise à disposition d’une telle masse de données s’est révélée être, ainsi qu’on l’espérait, un instrument de premier ordre ; aussi peut-on considérer sans fausse modestie qu’ont été tenues les promesses annoncées par Michel Christol dans une préface à un dossier publié en 2007 dans les MEFRA2, intitulé « Le quotidien institutionnel des cités de l’occident. Des résultats prometteurs », Alors que s’est achevée, grâce à la collaboration d’une quarantaine de chercheurs, la mise en liste des résultats obtenus par l’examen minutieux des inscriptions latines (ils sont désormais disponibles sur un unique CDRom) et qu’est en cours celui des sources littéraires, il était important, avec le concours de juristes du droit romain, de se tourner vers les textes juridiques qui pouvaient éclairer les réalités locales dans une optique de confrontations avec les acquits des autres sources. De nombreuses publications, parmi lesquelles le récent volume publié par le CEDANT de Pavie sur les statuts municipaux occupe une place essentielle3, ont exploité les découvertes – en particulier espagnoles – de lois municipales4 ; cependant, le chantier n’est pas clos, car les domaines de recherche sur les institutions et la vie locales se sont beaucoup diversifiés5. Le programme EMIRE a déjà fourni maintes contributions à ces thématiques, avec des publications annuelles, soit dans les actes des colloques6, soit dans les dossiers publiés dans diverses revues7. Cependant (et heureusement !), les pistes d’étude non encore exploitées restent très nombreuses. Les cinq contributions présentées ici représentent une nouvelle approche dans divers domaines de quelques thématiques de « Regards croisés entre historiens et juristes » : une question de sémantique (E. Lyasse, Communis ou publicus ? D’Irni à Arpinum), les finances locales (M. Christol, Remarques sur les recettes d’une colonie romaine), les relations « diplomatiques » entretenues par les cités entre elles et avec le pouvoir central (Fr. Rodriguez Neila, Legationes municipales en el oeste del impero y estatutos locales de Hispania. Algunas consideraciones), un aspect des rapports entre la cité et l’empereur (E. Mechor Gil, Sobre Digesto L, 10, 3 pr. Y la necesidad de solicitar permiso al emperador per financiar la construcción de edificios de espectáculos), l’intérêt d’un ‘grand commis’ de l’état pour le droit local (A. Sartori, Le curiosità private di Caecilius Plinius per lo ius locale). Les discussions fructueuses de cette journée que présidait Jean-Louis Ferrary ont ouvert la voie à des dialogues transversaux qui sont en train de porter leurs fruits comme le prouvent la table ronde organisée à Paris les 6-7 novembre 2010 ainsi que les programmes des journées d’étude prévues pour 2010 et d’un colloque pour 2011.

Haut de page

Notes

1 On trouve une synthèse des publications sur cette thématique dans M. Cébeillac-Gervasoni, Les élites locales de l’Occident romain. Le bilan synthétique d’un programme de longue haleine, dans Pathways to power. Civic Elites in the eastern part of the Roman Empire, Athènes, 2008, p. 9-14.

2 V. MEFRA, 119, 2, 2007.

3 V. L. Capogrossi et E. Gabba (éd.), Gli statuti municipali, Pavie, 2006.

4 Pour une historiographie de la découverte des lois municipales du xviiie siècle au début du xxe siècle, v. J.-L. Ferrary, dans Gli statuti municipali... cit., p. 56-108, sur les lois municipales H. Galsterer dans Gli statuti municipali... cit., p. 31-56 et plus particulièrement sur la lex Irnitana et les Tables de Veleia et Ateste, J. G. Wolf, dans Gli statuti municipali... cit., p. 205-237.

5 Dans le volume des Statuti municipali, une intéressante contribution de G. Camodeca, qui est un membre très actif du programme, sur La prassi giuridica municipale. Il problema dell’effettività del diritto romano... cit., p. 515-549.

6 V. pour ne citer que les publications les plus récentes M. Cébeillac-Gervasoni (dir.), Les élites municipales de l’Italie péninsulaire de la mort de César à la mort de Domitien, Rome, 2000 (Collection de l’École française de Rome, 271) ; M. Cébeillac-Gervasoni et L. Lamoine (dir.), Les élites et leurs facettes. Les élites locales dans le monde hellénistique et romain, Clermont-Ferrand-Rome, 2003 (Collection de l’École française de Rome, 309) ; M. Cébeillac-Gervasoni, L. Lamoine et Fr. Trément (dir.), Autocélébration des élites locales dans le monde romain. Contexte, textes, images (iiie siècle av. J.-C.-iiie siècle ap. J.-C.), Clermont-Ferrand, 2004 ; Cl. Berrendonner, M. Cébeillac-Gervasoni et L. Lamoine (dir.), Le quotidien municipal dans l’Occident romain, Clermont-Ferrand, 2008.

7 V. Les dossiers réunis dans CCG, 14, 2003, p. 96-225 ; CCG, 17, 2006, [2008], p. 79-181. MEFRA, 117, 2, 2005, p. 433- 584, MEFRA, 119, 2, 2007, p. 345-445 et dans Histoire et Sociétés Rurales, 19, 2003, p. 11-157.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Cébeillac-Gervasoni, « Le quotidien institutionnel des cités municipales : Regards croisés de juristes et d’historiens.  », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 122-1 | 2010, 5-6.

Référence électronique

Mireille Cébeillac-Gervasoni, « Le quotidien institutionnel des cités municipales : Regards croisés de juristes et d’historiens.  », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 15 avril 2013, consulté le 24 août 2017. URL : http://mefra.revues.org/321

Haut de page

Auteur

Mireille Cébeillac-Gervasoni

Université de Clermont-Ferrand, aprat-aventino@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org