Navigation – Plan du site
Le luxe et les lois somptuaires dans la Rome antique

Luxe privé/faste public : le thème de l’aedificatio du IIsiècle av. J.-C. au début de l’Empire

Éva Dubois-Pelerin

Résumés

L’étude de l’attitude des Romains vis-à-vis du luxe des constructions publiques et privées suggère une légitimation progressive de ce dernier. La fin de la République marque l’arrêt de la polémique sur l’architecture publique luxueuse. Avec l’avènement de l’Empire, la magnificentia publica, monopolisée par l’empereur, devient légitime. Le luxe des constructions publiques atteste de la munificence impériale et de la grandeur de Rome. Même dans la partie privée des demeures impériales, l’archéologie témoigne d’un faste ostentatoire désormais nécessaire à l’image de l’empereur. Quant aux particuliers, nous notons un décalage dans le temps entre la légitimation sociale et politique du luxe des demeures privées et sa légitimation morale. Cette dernière est acquise dès la seconde moitié du Ier s. ap. J.-C. Cette célébration du goût pour les villas et de leurs marbres somptueux est inséparable d’une nouvelle approche de l’otium, elle-même liée au nouvel environnement politique lié au Principat.

Haut de page

Texte intégral

1Le luxe, phénomène économique, social et culturel considéré au IIe siècle av. J.-C. comme déstabilisateur devint, en tant que faste public, une condition nécessaire au bon fonctionnement de la vie sociale et politique. Ainsi, au milieu du dernier siècle de la République, l’attitude des Romains envers le luxe est ambiguë ; elle part de la séparation entre la sphère publique et la sphère privée.

  • 1 Cic., Mur. 76 : « Le peuple romain a horreur du luxe chez les particuliers, mais il aime la magnifi (...)
  • 2 L’adjectif sordes est plus fort qu’avaritia. La richesse privée doit profiter au peuple. Un peuple (...)

2Un seul passage, célèbre, de Cicéron suffit à montrer le clivage entre luxes public et privé, quand il admoneste Caton pour son excès de sévérité à l’égard des libéralités données au peuple en l’échange de son vote. Cicéron rappelle comment le peuple romain, avec bon sens, a refusé d’accorder ses votes aux personnages de la nobilitas à l’austérité excessive. Quintus Aelius Tubero, neveu de Paul-Émile, fut critiqué de la même façon pour avoir, au banquet funéraire de Scipion l’Africain, fait asseoir les invités sur des peaux de bouc et fait servir les mets dans de la simple vaisselle de Samos, alors qu’il s’agissait de l’un des plus glorieux Romains. Tubero ne fut pas élu à la préture. L’orateur rappelle les justes sentiments du peuple romain : Odit populus Romanus privatam luxuriam, publicam magnificentiam diligit ; non amat profusas epulas, sordes et inhumanitatem multo minus ; distinguit ratione officiorum et temporum vicissitudinem laboris ac voluptatis1. Cicéron se réfère surtout aux banquets et aux spectacles que l’homme politique est tenu d’offrir au peuple qui, après avoir lutté et souffert lors des conquêtes, a le droit de profiter des fruits de ces dernières2. Aux candidats aux élections est permise la benignitas s’exprimant effectivement par des spectacles et des banquets donnés au peuple, et qui est assimilée à de la liberalitas (Pro Murena, 77). Une distinction encore plus nette entre les deux sphères est attribuée aux Romains des temps des guerres puniques et légitimée par Cicéron dans le Pro Flacco (28) :

  • 3 « Tels étaient le système et les vues sublimes de nos ancêtres ; dans leurs maisons, dans leurs dé (...)

Haec enim ratio ac magnitudo animorum in maioribus nostris fuit ut, cum in priuatis rebus suisque sumptibus minimo contenti tenuissimo cultu uiuerent, in imperio atque in publica dignitate omnia ad gloriam splendoremque reuocarent. Quaeritur enim in re domestica continentiae laus, in publica dignitatis3. 

3Ce clivage se marque surtout au niveau de la polémique contre l’aedificatio. L’aedificatio privée luxueuse s’oppose à l’opportunité d’une architecture publique riche et somptueuse, où le faste a pour but de témoigner et d’exalter la grandeur de l’État romain.

Le luxe des constructions publiques : du faste ostentatoire à la magnificentia publica

  • 4 Cic., Off. 2, 60.
  • 5 Off. 2, 52.
  • 6 Morlino 1984, p. 621.
  • 7 Off. 2, 56. Les munera acceptés par l’auteur ne sont pas éphémères comme les autres du même genre é (...)
  • 8 La vieille mentalité conservatrice, hostile comme à une cause de dégénérescence à toute nouveauté (...)
  • 9 Tertullien, de spectaculis, 10, 5. Sur la prééminence de l’aspect cultuel de l’ensemble du complex (...)

4Pourtant, dans le De Officiis, Cicéron émet des réserves sur les dépenses consacrées aux édifices publics : dans le contexte théorique globalement négatif de son discours sur la prodigalitas, il propose comme unique expression acceptable d’une telle vitiosa mais temporibus necessaria4 beneficentia ex arca5, quelques structures publiques à caractère utilitaire, comme les murailles, les ports, les portes, les aqueducs et autres6. Relativement aux « théâtres, portiques, temples nouvellement construits », il ne renonce pas au blâme car de tels édifices s’apparentent aux largitiones corruptrices. Cicéron fait allusion au complexe pompéien et ne tempère son jugement que par sa fidélité envers Pompée, bâtisseur du premier théâtre en dur de Rome. Son opposition aux théâtres en dur peut s’expliquer par la volonté de défendre la sobriété des coutumes sur le modèle de Caton, mais pas uniquement7. La construction du théâtre de Pompée constitua un fait politique concret, indice d’une évolution des mœurs ; pour la première fois, l’autorité du senatus-consultum de 154 av. J.-C. était battue en brèche, invalidée8. Si Pompée a dû apparemment légitimer la présence de son théâtre par l’ajout d’un temple et de quatre petits sanctuaires9, une décennie plus tard l’argument religieux n’est plus nécessaire. César entreprend le projet d’un autre théâtre permanent vers 46 av. J.-C. et pour cela fait détruire le temple séculaire de la Pietas, sans qu’il rencontre aucune résistance, ni ait besoin d’une quelconque légitimation. Ce projet témoigne de la rapide mutation des mentalités qui culmine dans la transformation de l’État romain en monarchie. C’est à cette mutation, au-delà de la polémique moraliste stricto sensu, que devait penser Cicéron à l’époque de la rédaction du De Officiis, en 44 av. J.-C. Son opposition aux nova templa est également une allusion à la construction par César du temple dédié à Venus Genitrix en 46 av. J.-C.

  • 10 Virg., Aen. 1, 427-429 : … hic alta theatris /fundamenta locant alii, immanisque columnas/rupibus (...)

5Ce combat d’arrière-garde contre une tendance qui commençait à s’affirmer est totalement dépassé 15 ou 20 ans plus tard : Vitruve, dans son De Architectura, place immédiatement après le forum, le theatrum Latinum parmi les édifices publics profanes indispensables à la communauté urbaine. Sept chapitres lui sont consacrés, ce qui montre que seuls les temples, qui ont droit à quatorze chapitres, avaient davantage d’importance (De arch., 5, 3-9). De même, lorsque Virgile décrit la construction de la première Carthage, il accorde une place importante aux fondations du théâtre et à la taille des colonnes de son front de scène10 : la ville de Didon constitue à ce stade le modèle de la ville augustéenne. Peut-être doit-on voir ici une référence au théâtre de Marcellus dont le front de scène était paré de colonnes de jaune antique ou marbre numidique, comme nous le verrons ? Ovide, dans les Pontiques (1, 8, 29), regrette les théâtres de Rome revêtus de marbre : il en confirme implicitement le luxe et aussi l’acceptation pleine et entière, enthousiaste, de celui-ci. Ainsi, Strabon (5, 3, 8) mentionne trois théâtres et un amphithéâtre sur le champ de Mars à l’époque tardo-augustéenne.

  • 11 Réprouvé par Pline, NH 36, 5.
  • 12 Medri 1997, n. 101.

6Au contraire, Pline l’Ancien montre une attitude plus nuancée vis-à-vis des théâtres qui révèle bien finalement son acceptation de ce type de construction. Il blâme les théâtres provisoires construits par M. Aemilius Scaurus, beau-fils de Sylla, lors de son édilité en 58 av. J.-C. et par Curion, le tribun de la plèbe du parti de César. Pline retourne l’argument, en quelque sorte : ce luxe est d’autant plus condamnable qu’il s’agit de constructions provisoires, établies pour quelques mois. Un tel luxe était déployé pour le décor de ces théâtres provisoires, que finalement ces derniers s’avèrent plus contraires aux mores que les théâtres en dur. Pline ne comprend pas qu’aucune loi n’interdise un tel luxe public puisque c’est par le biais de tels exemples, nettement visibles, que les matériaux précieux intégrèrent les demeures des particuliers (NH 36, 5-6). Aucun matériau précieux n’est plus exclusivement réservé aux dieux car Scaurus avait rapporté d’Asie Mineure 360 colonnes en marbre africano (marbre luculléen provenant des carrières de Téos), afin de décorer la scène de son théâtre (NH 17, 5 et 36, 6)11. Leur transport avait constitué une opération onéreuse et délicate, et leur poids avait occasionné des dommages aux égouts de la ville. Selon M. Medri12, en suivant les normes données par Vitruve (De arch., 5, 6), si on considère la mesure des colonnes seules donnée par Pline l’Ancien, en y incluant la hauteur de la base et du chapiteau, le diamètre de l’orchestra devait atteindre 44,96 m et la longueur de la scène 89,92 m. Par contre, si on considère que cette hauteur donnée par Pline est relative à l’ensemble du premier ordre, y compris l’architrave, on obtient des dimensions plus réduites : le diamètre de l’orchestra serait de 39,16 m et la longueur de la scène de 78,32 m. Pour notre part, nous suivons cette seconde hypothèse car, si ce théâtre provisoire a bien été élevé sur le site du theatrum ad Apollinis, il est difficile de penser que Scaurus pouvait disposer d’un espace supérieur au terrain obtenu par les travaux de César, en faisant détruire une partie du côté courbe du Circus Flaminius et le temple de la Pietas, et que l’orchestra du théâtre provisoire de Scaurus aurait été ainsi plus vaste de presque un quart que celle du théâtre de Marcellus (37 m).

  • 13 « La partie inférieure de la scène était en marbre, la partie médiane était de mosaïque de verre, (...)
  • 14 Pulsa deinde ex humo, pavimenta in camaras transiere vitro. Novicium et hoc inventum. Agrippa cert (...)
  • 15 Lavagne 1989, p. 375.
  • 16 Prosopographia Imperii Romani, tome I, n°281.
  • 17 Gros 1987, p. 321.

7Or, c’est le décor du front de scène qui atteint un luxe inouï dans le théâtre de Scaurus : Ima pars (scenae) a marmore fuit, media e vitro, inaudito etiam postea genere luxuriae, summa e tabulis inauratis.13 La façade de scène était donc constituée de trois étages : le premier était revêtu de marbre, le second de pâte de verre et le dernier de tablettes dorées. Nous suivons l’interprétation de H. Lavagne qui s’appuie sur le fait que dans un second passage de Pline, qui fait référence au premier d’ailleurs, le mot vitro ne peut être traduit que par mosaïque de cubes de verre14. Pline précise que l’innovation de la mosaïque de cubes de verre sur les parois eut à l’époque de Scaurus, et même par la suite (etiam postea) un caractère luxueux, exceptionnel, extravagant et condamnable sur le plan moral. H. Lavagne considère qu’il pouvait s’agir de panneaux pivotants sur lesquels étaient fixées les mosaïques pariétales15, en somme un décor mobile que l’on disposait en fonction du genre dramatique représenté. Il est en effet essentiel de remarquer que c’est l’emploi même du verre qui paraît heurter Pline, plus attentif à la matière qu’au fait qu’il s’agisse d’une mosaïque pariétale ; le verre était coûteux à cette époque, mais sans doute pas plus que le marbre ou les placages dorés, types de décoration sur lesquels l’auteur ne s’étend pas et qui pourtant devaient être également un luxe. Significativement, il ne condamne nullement l’emploi de la dorure, ni du marbre dans ce cas précis. L’or avait déjà été utilisé par Marcus Petreius en 63 av. J.-C. pour décorer le mur de façade d’une scène de bois (Valère Maxime, 2, 4, 6). Si ce type de décor en mosaïque de verre présente pour Pline un caractère luxueux, c’est donc plus du fait de son caractère innovateur (confirmant ainsi le rapport déjà souligné entre luxe et nouveauté) que de son coût élevé. Il faut également rappeler que cette innovation symbolise la luxuria asiatica si souvent condamnée par les auteurs moralistes. En effet, H. Lavagne avance l’hypothèse que les mosaïques de verre que Scaurus proposait pour la première fois aux yeux des Romains n’étaient que le succédané des revêtements de pierres précieuses et semi-précieuses qu’il avait pu observer dans les palais royaux hellénistiques, plus particulièrement dans l’Égypte lagide. Scaurus a combattu contre Mithridate en Orient, et notamment en Syrie et en Judée ; il s’est rendu en Égypte16. Il ne serait donc pas étonnant qu’il eût rapporté cette innovation fastueuse de l’Orient. Par ailleurs, l’emploi des pierres précieuses dans l’art ptolémaïque est attesté dans la grotte de Ptolémée Philopator, et Lucain (Bell. civ., 10, 121) évoque encore l’incrustation de pierres précieuses dans le palais de Cléopâtre. Selon P. Gros, ce faste ostentatoire dans le décor des théâtres provisoires s’explique non seulement par le souci des magistrats de briguer auprès du peuple une reconnaissance utile à la suite de leur carrière, mais aussi par la volonté de mettre en place, même temporairement, un cadre prestigieux qui évoquât un type de pouvoir moins éphémère que celui de leur magistrature annuelle17.

  • 18 Courtois 1989, p. 101.

8Des tableaux de maître et des étoffes attaliques décoraient également l’appareil scénique du théâtre de Scaurus d’après Pline l’Ancien (NH 36, 113-116). M. Aemilius Scaurus avait emporté des tableaux de l’École de Sicyone en échange du règlement des dettes de la ville (NH 35, 127). De telles œuvres d’art furent ramenées par Pompée à la suite de sa conquête de l’Asie et furent placées dans le portique attenant à son théâtre (Properce, El., 2, 32). Mais Scaurus et Pompée s’opposent : le portique de ce dernier, destiné à la promenade, était ainsi l’équivalent d’un musée, tandis que le front de scène du théâtre de Scaurus ne permettait qu’une jouissance purement éphémère et non contemplative, et donc purement ostentatoire des œuvres d’art. De plus, le théâtre provisoire de Scaurus fut certainement le premier à présenter une façade de scène monumentale à trois étages et surtout à exèdres donnant l’illusion d’un univers palatial proche de celui des souverains hellénistiques, Séleucides ou Lagides18. Ce n’est certainement pas un hasard si la salle de banquet de Ptolémée Philadelphe intégrait dans son décor une collection de tableaux des peintres de Sicyone (Athénée, 5, 196).

9Or Scaurus accapare ces éléments architectoniques et ces œuvres d’art en les faisant transporter dans ses demeures, montrant que ce gaspillage concerté est inséparable d’une idéologie tyrannique ou au moins hégémonique. Pline veut bien se montrer indulgent vis-à-vis des « plaisirs publics » (voluptates), mais il n’accepte pas le fait que quatre gigantesques colonnes de marbre luculléen (de 11,24 m de haut) provenant du théâtre aient été placées dans l’atrium de la maison de Scaurus sur le Palatin. D’autres éléments du décor somptueux ont apparemment également été récupérés par Scaurus et placés dans sa villa de Tusculum (Pline, NH 36, 115). Donc l’essentiel fut réservé à un édifice privé uniquement accessible aux invités. Nous pouvons nous demander ce qu’il est advenu des 356 autres colonnes. Ces œuvres d’art sont accaparées par leur propriétaire et c’est contre cet exil qu’Agrippa voulut agir selon Pline l’Ancien (NH 35, 26). L’auteur oppose à ce sujet Pompée à Scaurus ; ce dernier fut le premier à posséder une collection de gemmes (37, 11) uniquement pour son plaisir personnel tandis que Pompée dédie au Capitole celle qu’il a soustraite à Mithridate. Pline souligne ainsi les vertus civiques de Pompée de même que celles de César, qui consacre six dactyliothèques au temple de Venus Genitrix, et de Marcellus qui en consacre une au temple d’Apollon Palatin.

  • 19 Lafon 1981, p. 154.
  • 20 Valère Maxime (9, 1, 4) retient le nombre de dix ; Pline l’Ancien (NH 36, 8), le nombre de 6 ; il (...)
  • 21 Coarelli 1997, p. 530 et Pensabene 2002a, p. 3.

10Quant au transfert des colonnes du théâtre vers la demeure de Scaurus, leur utilisation à but apparemment purement esthétique ne devait pas entraîner de modification dans l’organisation et la symbolique de la domus aristocratique. Mais précisément, la colonne de marbre étant jusqu’alors réservée aux temples et à quelques monuments publics, l’emploi de cet élément fastueux, et d’autant plus coûteux qu’il s’agit de colonnes monolithes, dans une demeure privée (même s’il s’agit dans le cas de Scaurus de matériaux de récupération) ne pouvait être sans conséquence sur la façon dont elle était perçue19. Lucius Licinius Crassus, censeur en 92 av. J.-C., avait déjà fait transporter dans sa maison du Palatin des colonnes de marbre utilisées dans la construction de son théâtre provisoire20. Elle fut ainsi la première à posséder de telles colonnes. Ce qui fit du bruit dans Rome : le marbre de l’Hymette (provenant des carrières d’Attique) n’était pas de grande qualité, mais il s’agissait certainement des premières colonnes monolithes. Brutus, dans une dispute, appela la maison de Crassus la « Vénus Palatine », en référence au sanctuaire d’Aphrodite à Corinthe et au faste de son marbre. Ceci confirme que c’est l’utilisation privée d’un matériau jusqu’alors réservé aux dieux qui lui est reprochée. C’est d’ailleurs ce que souligne Pline l’Ancien (NH 36, 7). Les premiers temples avec colonnes de marbre à Rome furent celui de Jupiter Stator dans le portique de Metellus dédié en 143 av. J.-C.21 et l’aedes Neptuni in Circo de 132 av. J.-C. : il a donc fallu une cinquantaine d’années pour que des colonnes de marbre intègrent un espace privé, si l’on en croit les sources littéraires. Les colonnes de Crassus ne dépassant pas 12 pieds de haut (environ 3,55 m), cela laisse supposer un atrium de 5,5 m par 8,5 m environ sur la base des mesures conseillées par Vitruve (6, 5, 1-2), pour une surface d’environ 46,75 m2. Ceci semble peu comparé à la superficie de l’atrium de la maison des Noces d’argent à Pompéi qui est de 144 m; mais il est périlleux de comparer l’espace disponible sur le Palatin et celui de Pompéi. Quoi qu’il en soit, l’utilisation de ces colonnes de marbre ne dut modifier en rien les dimensions de l’atrium. Crassus se sert le premier de la voie publique pour parer son espace privé.

  • 22 En 52 av. J.-C., Clodius acheta la fameuse domus de M. Aemilius Scaurus sur le Palatin, pour 14,8 (...)
  • 23 A partir des mesures-types données par Vitruve (De arch., 6, 3, 4) et des vestiges archéologiques (...)
  • 24 Scaurus fut condamné à l’exil pour concussion ; sa maison fut alors achetée par Clodius, le démago (...)
  • 25 La Rocca 1986, p. 8.
  • 26 Comme le dit expressément Vitruve, De arch., 6, 5, 1-2.
  • 27 Lavagne 1989, p. 376 et Gros 1976, p. 156.
  • 28 Pline (NH 33, 147) insiste sur la luxuria de Crassus : il possédait deux coupes de Mentor en argen (...)
  • 29 Medri 1997, p. 93.
  • 30 NH 17, 6 ; il cite par ailleurs le nombre de six (36, 7 ; 114).

11D’après les sources littéraires, la maison de M. Aemilius Scaurus fut en son temps la plus riche et la plus vaste de Rome22 : son atrium tétrastyle, soutenu par quatre colonnes de marbre de Lucullus ou africano, hautes d’environ 11,24 m (Pline, NH 36, 6), devait s’étendre sur une superficie de 473-541,50 m2 23 et pouvoir accueillir entre 2000 et 2500 clients24. Les magistrats romains, ne disposant pas d’édifice public pour l’exercice de leur magistrature25, recouraient fréquemment à des édifices complexes et non spécialisés, comme les curies et les basiliques, et à des résidences, initialement privées, y compris pour la réception d’ambassades étrangères26. On comprend ainsi que les dimensions des pièces publiques de la maison devaient être à la hauteur de leur fonction ; ainsi leur luxe témoignait directement du pouvoir politique et de la puissance économique et sociale du propriétaire. Nous soulignons que c’est apparemment par le biais de cet espace privé à destination publique qu’est l’atrium, que le marbre conquit pour la première fois les demeures de l’aristocratie romaine. Ainsi Crassus et Scaurus imitèrent les derniers dynastes hellénistiques, pour qui la séparation entre le domaine public et les édifices privés n’était nullement tranchée27. Scaurus était l’un des généraux ayant combattu en Orient, notamment contre Mithridate ; Crassus fut questeur en Orient avant 100 av. J.-C. ; tous deux ont rapporté ce faste d’Orient28. De plus, Scaurus exhibait dans son atrium ces colonnes de marbre africano comme les trophées d’un triomphe qu’il n’avait pas obtenu (gouverneur de Syrie, il soumit Areta et participa à la guerre de Judée en 63-61 av. J.-C.)29. Les atria des deux magistrats devaient ainsi répondre à la définition vitruvienne des regalia alta. De plus, nous notons un développement rapide de ce type de luxe en l’espace de 34 ans : les colonnes de Scaurus étaient trois fois plus hautes que celles de Crassus30 ; les premières étaient en marbre polychrome d’Asie Mineure, les secondes en marbre blanc provenaient d’une carrière de Grèce. Les premières soutenaient un espace 10 fois plus vaste. L’importation de ces colonnes de marbre se développa rapidement puisque César, d’après Cicéron (Att., 13, 6, 1), les taxa d’un impôt appelé columnarium. Cette mesure freina peut-être leur extension.

  • 31 Desanges 1994, p. 913.
  • 32 « ... alors que le simple terrain nécessaire à la construction de son forum, César, au cours de sa (...)
  • 33 Desanges 1994, p. 912-913.

12C’est cependant avec fascination que Pline évoque ces théâtres : celui de Scaurus fut « le plus grand ouvrage de tous ceux qui aient jamais été faits de main d’homme » ; à propos de celui de Curion, Pline interroge : « Que faut-il admirer le plus, l’inventeur ou la chose inventée, l’architecte ou l’inspirateur, l’audace qu’il y eut à imaginer cela ou à l’entreprendre ou à la commander ? » (NH 36, 116-117). Ces excès prodigieux, qui ne peuvent avoir cours que dans une « mégalopole » telle que Rome, suscitent en réalité chez Pline plus d’intérêt passionné que de véritable irritation31. Pline l’Ancien instrumentalise la polémique passée contre les demeures luxueuses pour justifier les dépenses occasionnées par la construction du forum de César : « ... cum solum tantum foro exstruendo HS M Caesar dictator emerit et, si quem inpensa moveat captis avaritia animis, HS CXLXVIII domo empta Clodius, quem Milo occidit habitaverit »32. Il taxe même d’avaritia (terme fortement péjoratif qui désigne la « cupidité ») l’individu qui oserait condamner les dépenses élevées occasionnées pour l’aménagement de ce forum. On le sent quelque peu flatté que César ait surpassé en prodigalité, les pharaons bâtisseurs de pyramides (NH 36, 24). En fait il semble partagé entre son aversion pour le luxe, si souvent affichée, et une certaine admiration pour tout ce qui l’emporte à Rome sur les autres civilisations, serait-ce par la démesure. Il fait mine de considérer que les vraies merveilles sont les constructions d’utilité publique, essentiellement l’équipement hydraulique de Rome (par exemple l’aqua Claudia) et les routes et ponts construits autour de la Ville. L’utilité économique justifie aux yeux de Pline ces efforts et ces dépenses considérables. Pourtant les 500 fontaines et la parure magnifique (complura et cultu magnifica) – notamment 300 statues de bronze et de marbre – dont fut ornée une bonne partie des 130 châteaux d’eau sous l’édilité d’Agrippa, outre les 59 jours de jeux qui marquèrent celle-ci, témoignent sans aucun doute de cet idéal urbain de prestige et de luxe que Pline ne cesse de condamner avec éloquence33. La tension est donc nette entre son aspiration à la simplicité et son admiration pour la magnificence de Rome.

  • 34 La Penna 1989, p. 29. Ce mot a toujours une valeur positive lorsqu’il se rapporte à la sphère publ (...)
  • 35 « ...lui qui fut décoré d’une couronne navale, exemple unique entre les récompenses militaires, qu (...)
  • 36 Gros 1976, p.41.
  • 37 Lafon 1981, p. 161.
  • 38 « ... ne reconnaîtrons-nous pas la magnificence de la basilique de Paulus avec ses merveilleuses c (...)

13Ce clivage entre sphères privée et publique conduit à l’élaboration d’un vocabulaire spécifique à chacun des types de luxe et fortement connoté chez les auteurs dès le Ier siècle ap. J.-C. Ainsi, chez Pline l’Ancien, Pline le Jeune, Tacite et Suétone le terme magnificentia, qui traduit également la notion de luxe, se rapporte le plus souvent au domaine public ou impérial et est alors emphatique puisqu’il souligne la grandeur et les richesses de l’État romain34. Une telle attitude est à rapprocher du De Beneficiis de Sénèque et de l’Éthique à Nicomaque d’Aristote (Nic. 4, 2, 1122a-1123a) où l’équivalent grec de la magnificentia se manifeste dans les dépenses et se mesure suivant leur destination. La voie du juste milieu n’est pas de modérer le luxe, mais consiste plutôt dans l’adaptation des dépenses au but : qu’elles soient destinées à de grandes œuvres. La magnificentia publica est également louée par Sénèque : « … navali corona insignis, unicum adeptus inter dona militaria decus, qui tot in urbe maxima opera excitavit, quae et priorem magnificentiam vincerent et nulla postea vincerentur ? »35 De même, chez Vitruve, l’auctoritas ne pouvait être conférée à un temple par la seule qualité de l’exécution (subtilitas ab arte), mais par les proportions monumentales et le matériau, le marbre (magnificentia), et, du même coup, par l’importance des sommes dépensées (impensis). La notion de magnificentia s’applique aux temples de marbre respectant les canons de l’hellénisme tardif36, reflétant un système de pensée où la valeur et le prix des matériaux contribuent pour une grande part à l’appréciation d’un ensemble architectural37. Dans un passage de Pline l’Ancien, le marbre exotique et polychrome joue également le rôle de révélateur de la magnificentia d’édifices publics : « ... non inter magnifica basilicam Pauli columnis e Phrygibus mirabilem forumque divi Augusti et templum Pacis Vespasiani Imp. Aug., pulcherrima operum quae umquam vidit orbis ? »38. Chez Vitruve, la relation entre magnificentia, maiestas et auctoritas est essentielle : la magnificentia est dans les monuments publics la manifestation extérieure de la maiestas de la cité, et donc de l’Empire, mais également de l’auctoritas du prince.

Le faste public et le luxe privé : les enjeux de la politique impériale

  • 39 Simplicitas rudis ante fuit ; nunc aurea Roma est/ et domiti magnas possidet orbis opes. « Une rud (...)
  • 40 ... nec fortuitam spernere caespitem/leges sinebant, oppida public/sumptu iubentes et deorum /temp (...)
  • 41 Gros – Torelli 1988, p. 178. Beaucoup de temples de l’époque augustéenne, et parmi les plus grands (...)

14Le luxe public fut fortement légitimé sous Auguste et opposé à la simplicité des temps anciens, vue négativement par Ovide39. Il ne fut plus critiqué dans la mesure où il ne servait plus les desseins individuels et partisans du temps des luttes politiques acharnées. Il est même montré comme un retour à la pureté des anciennes mœurs puisque, contrairement à l’époque précédente, il n’est plus cantonné aux édifices et aux activités à caractère privé. Horace rappelait qu’une antique législation réservait l’usage de la pierre de taille aux bâtiments publics et aux temples40. Auguste se rendit compte du danger politique que pouvait représenter cette magnificentia ; c’est pourquoi, le luxe public devint un monopole impérial de fait, qui faisait de la plebs Romana, les clients de l’empereur. Il servit désormais à manifester la maiestas imperii qu’il faut naturellement comprendre comme étant surtout la « majesté » providentielle de l’empereur lui-même, et non plus seulement de la res publica41.

  • 42 Sur le projet de César, D.C. 43, 44, 6 ; cf. Coarelli 1997, p. 587-588 et fig. 142.
  • 43 Guilhembet 2001, p. 223.
  • 44 Gros 2001, p. 72.
  • 45 Pensabene 2002a, p. 13 et Pensabene 1995, p. 307.
  • 46 Bianchi 2002, p. 402.
  • 47 Seule la domus impériale du Janicule, appartenant peut-être aux jardins d’Agrippine, a révélé des (...)
  • 48 Gagiotti 1986, p. 202.
  • 49 Poulle 1999, p. 258. Sur ce double avènement, cf. Sauron 2009, p. 81.

15Auguste procéda à une mise à disposition publique d’espaces privés afin de rendre encore plus légitime un luxe destiné à la gloire impériale. Il aurait rendu les quatre gigantesques colonnes de l’atrium de la demeure de Scaurus au peuple, en les insérant dans la scène du théâtre, dédié par la suite à Marcellus (Asc. 27 C), construite sur celle du théâtre provisoire de Scaurus. Ce fait rapporté par Pline l’Ancien a été confirmé par les données archéologiques (Cf. ci-après). Auguste marquait ainsi l’acceptation d’une certaine magnificentia pour un édifice de spectacles durable, et non plus provisoire ; mais il rompit avec le projet monarchique envisagé par César qui souhaitait un théâtre occupant les pentes occidentales du Capitole selon un schéma déjà mis en œuvre par Pompée sur le Champ de Mars42. Tout d’abord Auguste apparut comme refusant un tel luxe à titre personnel, puisque la maison de Scaurus était devenue sa propriété. D’autre part il s’attaquait à un espace privé initialement destiné à recevoir la clientèle, et de plus largement ouvert sur le clivus Palatinus, l’un des principaux accès de sa résidence. Le contenu idéologique de cette décision est manifeste : le peuple recouvrait son bien, et, en outre, les avait désormais sous les yeux comme symbole de prestige et de victoire de la munificence publique sur l’apparat privé43. L’empereur s’accaparait et monopolisait ce type de faste. L’itinéraire de ces gigantesques colonnes entre sphères privée et publique permet d’apprécier la valeur qui leur était conférée : dans leurs emplois successifs elles ont évidemment assumé la même fonction, celle de contribuer à l’expression plastique du pouvoir, qu’il s’agisse de celui, abusivement confisqué, de la nobilitas républicaine ou de celui, plus symbolique mais d’autant plus efficace, qui se déchiffre sur la scène du premier théâtre en dur du Principat44. En 1985, P. Gros avait montré combien les signes monarchiques et dynastiques propres au nouveau régime se condensaient dans l’enceinte du théâtre de Marcellus pour composer, avec le temple d’Apollon in Circo et le portique d’Octavie, un véritable Augusteum. Ce théâtre devait arborer tous les signes ostentatoires de la magnificentia publica. Des fûts de colonnes cannelés en marbre africano ont effectivement été retrouvés dans le secteur : leur hauteur, de 9,25 m, est de peu inférieure à celle qu’attribue Pline l’Ancien aux colonnes de Scaurus et est conforme aux proportions établies par Vitruve (De arch. 5, 6, 6) entre la hauteur de la colonne (base et chapiteau compris) du premier ordre de la scaena et ¼ du diamètre de l’orchestra (37 m)45. Les colonnes de Scaurus, étant donné leur hauteur, ont dû être placées devant la Porta Regia46 ; leur récupération atteste également de leur caractère encore exceptionnel quarante ans après leur mise en place dans le théâtre. Des fûts de colonne en albâtre et jaune antique ont également été mis au jour. L’albâtre, souvent reproduit en peinture, symbolise la royauté dans l’Égypte pharaonique puis ptolémaïque. Extraite principalement de différentes régions de la vallée du Nil, cette pierre est délicate et fragile. Apparemment introduite à Rome sous Auguste seulement (Plin., NH 36, 60), elle n’apparaît archéologiquement que dans des contextes impériaux47 et n’a été utilisée que rarement sous forme de colonnes, dans le théâtre de Balbus notamment. Le jaune antique a été intensément exploité à l’époque d’Auguste et pouvait marquer le concept de la royauté48. Ce théâtre permet de lier à la personne du prince une architecture et un décor luxueux de type royal d’autant plus que la valva regia se trouvait dans l’axe de la façade du temple d’Apollon49 soulignant le double avènement de la royauté céleste de l’Apollon solaire et de la prééminence terrestre d’Auguste.

  • 50 D’après deux inscriptions trouvées via G. Lanza, près de Saint Martin aux Monts (CIL VI 1262 et 31 (...)

16Or le parallèle est manifeste entre la remise au peuple des colonnes d’une maison patricienne et la destruction de la demeure de Vedius Pollio élevée sur la pente septentrionale de l’Oppius. Auguste fit construire la porticus Liviae sur le site occupé par cette dernière. Cette demeure, dont il avait hérité, illustrait l’exhibition provocatrice du luxe privé, comme en témoigne Ovide (Fast., 6, 633-644). Sa destruction, à partir de 15 av. J.-C., pour faire place à une structure publique, était une opération de propagande liée à la politique du princeps visant à endiguer le luxe privé. Ovide rapporte qu’Auguste agit en tant que censeur et donna l’exemple. Le complexe augustéen qui s’y éleva alors avait une signification idéologique : ouvrir un passage entre les constructions aristocratiques accrochées à la colline en même temps qu’endiguer le luxe privé. Le texte d’Ovide révèle la grandeur et la splendeur de la demeure de Pollion qui devait occuper une superficie d’environ 8 400 m2, l’équivalent de 10 à 12 unités résidentielles moyennes. Mais la propriété devait être encore plus grande si le terrain privé qu’Auguste rendit public en faisait également partie 50.

  • 51 Cassatella 1995, p. 50.
  • 52 Ripoll 1999, p. 147.

17Par ces deux actions, Auguste entendait certainement marquer sa nomination à la censure. Plutôt que d’intervenir juridiquement par le vote d’une loi visant à limiter le luxe des constructions, il donna l’exemple, comme le souligne Ovide (Fast. 6, 643-644). Contre la luxuria privata en matière de construction s’élevait la munificence impériale. Dans le même sens, les thermes d’Agrippa, construits sur des terrains appartenant à celui-ci et précédemment à Pompée et Antoine, se présentaient comme une sorte de villa et constituèrent un autre exemple de l’exaltation d’un luxe à l’origine privé et désormais offert au peuple. Vespasien suivit le modèle d’Auguste : son attitude vis-à-vis du luxe de Néron fut claire. Il redonna au peuple l’espace public privatisé par Néron : le vestibule de la Domus Aurea fut ouvert au passage public en accord avec le projet de l’amphithéâtre construit sur le site du lac et avec la nécessité de rétablir les liens entre la Velia et la vallée de l’amphithéâtre51. Les nombreuses œuvres d’art de la Domus Aurea, destinées à la seule jouissance de Néron, furent restituées aux citoyens par Vespasien qui les fit placer dans un lieu public, le Templum Pacis (Plin. NH 34, 84). L’Oppius fut rendu à l’usage public avec la construction des thermes de Titus. Les Flaviens affectaient ostensiblement de démanteler la Domus Aurea, chargée de symbolisme autocratique, au profit de constructions destinées à l’usage public, telles que l’amphithéâtre flavien, le portique de Claude reconstruit, les Horrea Piperataria et les thermes de Titus52.

  • 53 Grimal 1984, p. 147.

18Cependant nous devons apporter des limites à cette politique anti-somptuaire d’Auguste uniquement marquée par des exempla. Tout d’abord, soulignons le fait que ce dernier n’a pas immédiatement procédé à la restitution au peuple des colonnes de la maison de Scaurus. Effectivement cette maison devint sa propriété dès 31 av. J.-C., certainement à la suite de la défaite de Marc-Antoine. Agrippa et Messalla l’habitèrent et ce n’est qu’après un incendie survenu en 25 av. J.-C., qu’Auguste procéda à la récupération des colonnes. Son intervention ne fut donc pas spontanée mais elle mit à profit un événement particulier permettant une récupération de matériau. Elle ne fut pas le but premier d’une politique anti-somptuaire mûrement réfléchie, mais certainement la conséquence de la nomination d’Auguste en tant que censeur avec Agrippa depuis 18 av. J.-C. En outre, d’après Dion Cassius (54, 23, 6), Vedius Pollio aurait légué sa propriété de Rome à Auguste afin qu’un monument public y soit élevé en faveur du peuple : « Auguste, après avoir, sous prétexte des préparatifs de cette œuvre, rasé la maison de Pollion, afin que rien dans Rome n’en rappelât le souvenir, construisit un portique, et y fit graver, au lieu du nom de Pollion, celui de Livie. » Le texte de Dion Cassius ne fait donc aucunement allusion à la volonté d’Auguste de donner l’exemple en endiguant le luxe privé mais suggère plutôt une appropriation de l’espace afin de marquer sa propre munificence. De plus, la réalisation de la porticus Liviae ne s’opposait nullement aux structures alors en place au sommet de la colline : au contraire, elle accentuait par cet espace ouvert, monumental et élégant, la vocation résidentielle du site. Les jardins de Mécène étaient situés près de ce portique ; Auguste partageait ainsi, entre ses amis et le peuple, des terrains conquis sur la ville53.

  • 54 Suétone poursuit dans ce chapitre sa critique en montrant que l’empereur ne vient même pas en aide (...)

19Quoi qu’il en soit, à la suite d’Auguste, l’empereur devait absolument construire des monuments publics luxueux, temples et théâtre ; on attendait de lui qu’il rehausse par son règne le faste de la cité. Il fut ainsi reproché à Tibère, par son manque d’initiative ou son avarice en matière de construction publique, de manquer à la publica magnificentia. Tacite (Ann. 6, 45, 2) et Suétone (Tib. 47, 1) portent un jugement relativement sévère sur son règne en matière de construction, on ne peut lui attribuer que deux monuments et encore n’en fit-il pas la dédicace : le temple d’Auguste, qu’il ne réussit pas à achever (D.C., 57, 10, 2 ; Suét., Tib. 47, 1) et la scène du théâtre de Pompée. Fait encore plus grave, il refusa sa liberalitas à ceux qui la demandaient54 : les deux formes de liberalitas, volontaire et demandée, furent rejetées par Tibère.

  • 55 Lafon 2001, p. 403.
  • 56 Bianchi 2002, p. 402 et Pensabene 2002b, p. 437.
  • 57 Pensabene 2002a, p. 5 et Carettoni 1983, p. 412.
  • 58 Iacopi 2007, p. 16 et 63-64.
  • 59 Iacopi 1995, p. 46 et Gros 2001, p. 234.
  • 60 Lafon 2001, p. 231.
  • 61 D’après Lafon 2001, p. 230, les restes d’une villa (n°LT 125 de son catalogue) découverts à Ventot (...)
  • 62 Pour le Pausilypon, cf. D. C., 54, 23, 5 ; pour Capri, cf. Strab., 5, 4, 9 et Anzio, id., 5, 3, 5.

20Le clivage entre luxes privé et public se reporta sur la personne de l’empereur. Dans la sphère privée, Auguste devait donner l’exemple de la modération : il fit raser la maison de Vedius Pollion, nous l’avons souligné, et les résidences trop somptueuses de sa fille Julie et, pour soi-même, se contentait de résidences modestes (Suét., Aug. 72). La modestie de ses villas se caractérisait selon Suétone par le peu de tableaux et de statues. Il se présentait ainsi comme le tenant de cette tradition italique antique, qui, jusqu’à l’époque de Caton le Censeur, avait désapprouvé le luxe des villas et s’opposait ainsi à l’exil d’œuvres d’art dans ces dernières. Cependant, le « refus » des constructions luxueuses ne fut pas uniforme sous Auguste et ne correspondrait qu’à la première partie de son règne, avant le changement d’ère55. Auguste en réalité ne renonça pas à la luxuria : dans sa résidence du Palatin, nous n’avons pas trace des colonnes de pierre d’Albe de son portique mentionnées par Suétone (Aug., 72, 2). Au contraire, sur la terrasse inférieure du secteur ouest de sa demeure ont été mis au jour des éléments architectoniques luxueux et raffinés : des fûts, des bases et des chapiteaux en portasanta, jaune antique et pavonazzetto ainsi que des corniches doriques appartenant à des entablements qui présupposent une façade articulée avec des exèdres et des niches56. De plus, les pièces principales de cette demeure ont révélé des traces de pavements en opus sectile et le cubiculum supérieur des traces de dorure et de métal sur son plafond en stuc57. La façade articulée de marbre et les peintures de la « salle des masques » et du grand oecus de cette domus évoquent donc des frontes scaenae58 et des architectures royales révélant finalement que les intentions monarchiques de l’empereur ne sont pas si discrètes. Auguste, dès 36 av. J.-C., promit de réserver sa maison et ses dépendances publicis usibus, ce qui fut le cas en partie dès sa nomination en tant que pontifex maximus. Dès 3 ap. J.-C., à la suite de l’incendie du temple de Cybèle, Auguste céda sa domus à l’État et habita alors dans des édifices « à la fois privés et publics » (D.C., 55, 12, 4)59. Cette limite floue entre sphères impériales publique et privée lui permit certainement de préserver le mythe de l’image d’un empereur simple citoyen (Suét., Aug. 73, 1) alors que sa résidence révélait un décor luxueux. Comme pour sa domus de Rome, le coup de frein porté réellement par Auguste aux villas maritimes dut être très relatif60. R. Syme associe la destruction des villas de Julie avec son exil dans l’île de Trimerus en 8 ap. J.-C. sur accusation d’adultères. Les membres de sa famille qu’Auguste exila à Ventotène ou Ponza occupèrent des villas beaucoup plus évoluées que celles que nous pouvons reconstituer pour Lucullus61. Pour lui-même, il accepta également des héritages comme celui du Pausilypon hérité du même Vedius Pollion, la plus grande villa connue du littoral italien, qui s’ajoutèrent aux résidences maritimes confisquées et à celles construites par ses soins à Capri comme à Anzio 62.

21L’attitude d’Auguste révèle ainsi que le luxe privé lié à l’aedificatio est désormais légitimé et même nécessaire à l’image du princeps. De même Suétone (Aug., 73, 1) suggère, en évoquant la simplicité du mobilier d’Auguste que la simplicité domestique ne saurait plus convenir à un empereur.

Le luxe des constructions privées : de sa nécessité politique et sociale à sa légitimation morale

22À travers le thème de l’aedificatio était abordé le problème, lancinant à Rome, des rapports entre l’accroissement de la richesse publique et celle de la richesse privée. L’individualisme qui naquit à la fin de la République favorisa le développement du luxe privé. Nous remarquons qu’aucune loi somptuaire n’a jamais émis d’interdiction en matière de constructions. La raison en est simple : cette forme de luxe n’entraînait pas a priori de diminution du patrimoine, contrairement au luxe de la table qui représentait une « perte sèche ». Elle ne représentait pas un danger économique pour la nobilitas mais elle lui permettait de s’enrichir, et cela sans risque, contrairement au commerce. Ceci confirme les raisons sociales et politiques et non purement morales de la mise en place de lois somptuaires.

  • 63 « … la maison de Scaevola ne suffisait pas à sa campagne, la campagne de Lucullus ne suffisait pas (...)
  • 64 Agache 2008, p. 31, n. 80. Il serait ici question de la propriété de Tusculum du père du consul de (...)
  • 65 Val.-Max., 8, 1, 7, à la suite d’une accusation du censeur L. Cassius. Velleius Paterculus (2, 10, (...)
  • 66 Lafon 2001, p. 59.

23Les textes ont gardé peu de traces de sanctions censoriales ou judiciaires contre le luxe des constructions. Pline (NH 18, 32) évoque deux exemples opposés de villas, que l’on pouvait d’autant mieux comparer qu’elles étaient voisines et contemporaines, celles de L. Lucullus et de Q. Scaevola : « … cum villa Scaevolae fructus non caperet, villa Luculli ager, quo in genere censoria castigatio erat minus arare quam verrere. »63 Aucun autre texte ne relève pourtant l’application d’une sanction de cet ordre (censoria castigatio) pour le fait d’avoir « une villa où il y a plus à balayer qu’à labourer »64. La seule mention d’une intervention censoriale contre ce type de luxe est celle qui, en 137 av. J.-C., condamna le consul M. Aemilius Porcina à une forte amende pour avoir élevé trop haut sa villa d’Alsium65. La condamnation portait donc sur une villa et non sur une domus ; selon X. Lafon, en l’absence de risques d’effondrement sur des passants dans un contexte rural, il ne pouvait s’agir que d’un souci plus général d’éviter toute confusion entre architectures privée et publique, dans ce cas-ci avec les sanctuaires extra-urbains66. Ce qui signifierait que la confusion entre la « magnificence » d’un édifice public et celle d’une villa était alors architecturalement possible et que marquer une limite entre les deux sphères publique et privée était une préoccupation censoriale.

  • 67 Romano 1994, p. 64.

24Vers la fin du IIe siècle av. J.-C., le discours de Rutilius Rufus, De modo aedificiorum, (« sur la mesure à garder dans les constructions ») témoigne peut-être de l’existence d’un débat entre les théoriciens du luxe et les partisans du modus67. Il révèle que des règles concernant les domus ont peut-être été édictées ; mais Suétone (Aug. 89, 5), rappelant qu’Auguste reprit le discours de Rutilius Rufus dans le cadre de sa politique de moderatio et de redressement moral, ne place pas son intervention dans le cadre d’une loi somptuaire. Ce discours ne visait peut-être, une nouvelle fois, que la hauteur des bâtiments urbains (Strabon, 5, 3, 7).

  • 68 Coudry 2004, p. 157.
  • 69 « En effet que tenterais-je d’interdire et que faut-il ramener aux antiques usages ? Sera-ce l’éte (...)

25En 55 av. J.-C., Quintus Hortensius Hortalus s’opposa aux tentatives de Pompée et Crassus, alors consuls, de soumettre aux comices une proposition de loi visant « à réduire les dépenses somptuaires qui s’étaient énormément accrues ». Hortensius parvint à les en dissuader « en décrivant la puissance de l’État et en faisant l’éloge de leur opulence domestique et de leurs largesses. » (D.C., 39, 37, 3). Cette proposition voulait limiter la « magnificence des oikoi » : est-ce à dire « la magnificence des maisons » ou celle « de l’appareil domestique » ? Quoi qu’il en soit, les progrès du luxe sont présentés comme ayant atteint une telle ampleur que les tentatives des consuls seraient de toute façon vouées à l’échec. L’argument que « l’accroissement de l’empire et l’enrichissement général expliquent la magnificence actuelle » fut repris par Asinius Gallus quand il fit repousser au Sénat, au début du règne de Tibère, une proposition de répression (Tac., Ann. 2, 33, 3). C’est donc longtemps avant ce règne que l’idée de l’impossibilité d’endiguer l’expansion du luxe prend corps, et le renoncement de Tibère à légiférer fut l’aboutissement d’une réflexion qui traversa tout le dernier siècle de la République, selon M. Coudry68. En 22 ap. J.-C., Tibère se demanda effectivement ce qu’une nouvelle loi somptuaire pourrait limiter : « Quid enim primum prohibere et primum ad morem recidere adgredias ? villarumne infinita spatia ? familiarum numerum et nationes ? »69 Nous pouvons nous demander si « l’étendue infinie de nos villas, le nombre ou plutôt le peuple d’esclaves » ne sont pas justement une allusion à l’expansion de l’Empire marquant le fait que l’empereur se résigne à l’idée d’un parallélisme entre l’accroissement du luxe et celui de l’Empire.

  • 70 « Je peux dire à qui appartiennent les villas et les maisons construites et ornées, à très grands (...)
  • 71 « Rencontrait-il quelque part des champs cultivés avec soin, des maisons de campagne florissantes  (...)

26Dès 149 av. J.-C., Caton menaça de désigner à la vindicte populaire ceux dont les demeures s’ornaient de matériaux précieux provenant de Carthage (discours Ne quis iterum consul fieret) : « Dicere possum quibus villae atque aedes aedificatae atque expolitae maximo opere citro atque ebore atque pavimentis Poenic(i)is sient » (Fest.-Paul, 348 L)70. L’expression expolita, employée pour décrire ces constructions, n’est pas péjorative et liée au terme luxus. Or, expolita, qualification difficile à traduire, doit signifier « lissée, polie, embellie, agrémentée, magnifiée » et ne peut désigner uniquement les enduits peints caractérisant désormais ces villas en consacrant leur fonction résidentielle ; mais cette expression suggère aussi que la villa s’apparente dès lors à une œuvre d’art, ou plus largement à un produit achevé du savoir-faire et de l’esprit. Au superlatif, l’adjectif expolitissima se retrouve dans un sens emphatique, dans un discours au peuple prononcé par Scipion Émilien en 140 av. J.-C., le Pro se contra Ti. Claudium Asellum (Gell., 2, 20, 6) : « Ubi agros optime cultos atque villas expolitissimas vidisset… »71

  • 72 Dubois-Pelerin 2008, p. 225-226.

27La condamnation du luxe dans le discours de Caton l’Ancien doit naturellement être mise en relation avec la polémique anti-carthaginoise : ce luxe est encore plus répréhensible dans la mesure où il rappelle Carthage. Les trois matériaux précieux cités (ivoire, citrus et marbre jaune antique) étaient importés de cette région et revêtaient un caractère exceptionnel qui perdura tout au long du Ier siècle ap. J.-C.72 En contrepoint, Caton vantait l’austérité de sa vie en décrivant la simplicité de ses villas (Gell., 13, 24, 1) :

  • 73 « M. Caton, qui fut consul et censeur, dit qu’au milieu de l’opulence de la République et des part (...)

M. Cato consularis et censorius publicis iam privatisque opulentis rebus villas suas inexcultas et rudes ne tectorio quidem praelitas fuisse dicit ad annum usque aetatis suae septuagesimum. Atque ibi postea his uerbis utitur : neque mihi, inquit, aedificatio neque uasum neque uestimentum ullum est manupretiosium neque pretiosus seruus neque ancilla73.

  • 74 Croisille 2005, p. 19.

28Le terme aedificatio est utilisé pour la première fois à notre connaissance dans la littérature latine, dans un sens négatif. Il est fait référence à l’enduit peint, tectorium, en opposition certainement avec le passage précédemment cité où Caton fustige les demeures expolitae de son temps. C’est effectivement depuis le début du IIe siècle av. J.-C., que l’habitude d’imiter, par l’usage des stucs traités en relief et peints, les placages de marbre est attestée en Italie74. Scipion l’Africain, selon Sénèque (Ep. 11, 86, 10) possédait des bains « recouverts d’un stuc vulgaire », gregali tectorio, imitant peut-être des placages de marbre puisque le philosophe les oppose aux revêtements de marbre des bains de son époque qui constituent un décor luxueux. Pour Velleius Paterculus, Scipion Émilien, le destructeur de Carthage, fut celui qui ouvrit la voie à la luxuria. Dès le milieu du IIe siècle av. J.-C. et par sa faute, « les citoyens abandonnèrent les veilles pour le sommeil, les armes pour les plaisirs, l’activité pour le loisir » (2, 1, 1). Il ajoute, après avoir évoqué les portiques construits à Rome, au Capitole et au champ de Mars : « le luxe privé s’engouffra dans la brèche de la magnificence publique » (2, 1, 2).

  • 75 Agache 2008, p. 21 et Lafon 2001, p. 24 et 66.
  • 76 Agache 2008, p. 23.
  • 77 Gros 1978, p. 63.

29Le raffinement des villas prit de l’ampleur à la fin du IIe s. av. J.-C. et au début du siècle suivant ; elles s’implantèrent de manière privilégiée dans les zones du territoire italien devenues des lieux de villégiature. L’archéologie confirme un changement des modes de construction dans le sens d’un confort accru même si les données archéologiques sont encore relativement trop lacunaires75. C’est entre la fin du IIe s. av. J.-C. et le début du Ier s. av. J.-C. que Sergius Orata construisit et réaménagea pour les vendre des villas dans les environs du lac Lucrin ; il s’est ainsi enrichi en spéculant sur cette envie de villas pourvues du dernier confort (Plin., NH 11, 79)76. La polémique sur l’aedificatio privée trouva des échos bien connus dans toute la littérature du Ier s. av. J.-C., de Cicéron à Horace. Elle fut la conséquence directe de l’activité édilitaire frénétique et de la spéculation qui dominèrent Rome et l’Italie à l’époque post-sylllanienne et qui furent mises en mouvement à la suite des reconstructions consécutives à la Guerre sociale et du processus de municipalisation77. Les premiers exemples d’utilisation du marbre dans les demeures de l’aristocratie, décrits par Pline (NH 36, 7-8), datent d’entre l’époque de Sylla et celle de César : les seuils monolithes en marbre numidique de la maison de M. Lepidus en 78 av. J.-C. et les revêtements pariétaux en marbre de Luni et de Carystos de la maison de Mamurra, praefectus fabrum de César en Gaule, qui le premier utilisa des crustae de marbre pour les parois de sa maison sur le Célius. Pline (NH 36, 24) nous rapporte que la maison de Lépide fut rapidement déclassée :

  • 78 « Sous le consulat de M. Lepidus et de Q. Catulus il n’y avait pas à Rome, au dire des auteurs les (...)

M. Lepido Q. Catulo cos., ut constat inter diligentissimos auctores, domus pulchior non fuit Romae quam Lepidi ipsius, at, Hercules, intra annos XXXV eadem centissimum locum non optinuit. Computet in hac aestimatione qui volet marmorum molem, opera pictorum, impendia regalia et cum pulcherrima lauditissimaque certantes centum domus posteaque ab innumerabilibus aliis in hunc diem victas. Profecto incendia puniunt luxum, nec tamen effici potest, ut mores aliquid ipso homine mortalius esse intellegant78.

  • 79 Cf. la maison des Griffons sur le Palatin, le pavement retrouvé sous le Ludus Magnus et celui d’un (...)

30 Les données archéologiques attestent de l’introduction et de l’importance de l’usage privé du marbre à Rome à la fin de la République79.

  • 80 L’exemple qu’il cite de Cn. Octavius, consul en 165 av. J.-C., homo novus, à qui sa domus sur le P (...)
  • 81 Agache 2008, p. 39.

31Or dans le De Officiis, écrit en 44 av. J.-C., Cicéron traite du luxe des résidences. Il définit comme valeur et comme principe d’action la notion de decorum, le « convenable », donné comme indissociable de l’honestum, le bien moral. L’application de ce principe aux maisons des hommes éminents dans l’État est résumée par cette formule : « Il faut en effet que la dignité soit ornée par la maison, mais on ne doit pas espérer tirer sa dignité toute entière de sa maison et le propriétaire ne doit pas être honoré par sa maison, mais la maison par son propriétaire. » (Off. 1, 139)80. Il précise que pour un homme en vue (clarus homo), la grande dimension et un certain type de configuration de sa domus sont une nécessité liée à sa fonction, car elle doit pouvoir accueillir « la foule des hommes et des citoyens » (Off. 1, 138-139). La laxitas est d’ailleurs une des caractéristiques des demeures luxueuses dans la littérature du Ier s. ap. J.-C. Cicéron conclut par une mise en garde adressée aux aedificatores et déplorant l’excès de dépenses et de faste, il reprend l’exemple de Lucullus, bâtisseur de villas : « C’est avec application, en effet, que la plupart des gens imitent les actes des grands comme Lucullus, cet homme éminent, mais qui imite sa valeur morale ? Or combien ont imité le faste de ces villas ? » (Off. 1, 140). Alors que dans le De legibus (3, 30-31), il avait reproché à Lucullus d’avoir donné le mauvais exemple et d’être la caution de ses émules, à la fin de sa vie, dans les décombres de la République, il clame que le luxe des demeures peut être légitime, et qu’il l’est pour les grands serviteurs de l’État81.

  • 82 Les vestibula recommandés par Vitruve pour les habitations des nobiles sont qualifiés de regalia, (...)
  • 83 Même si son ouvrage, rédigé entre 35 et 25 av. J.-C., se fonde sur l’acquis des années précédentes (...)
  • 84 Les publica consilia, c’est-à-dire certaines affaires de l’État, étaient fréquemment débattus ou t (...)
  • 85 Romano 1994, p. 69.

32Vitruve reprend ces prescriptions dans le livre VI de son De architectura. Il emploie magnificentia dans un contexte aussi bien privé que public, et compare même le degré de magnificentia atteint par les demeures privées à celui atteint par les opera publica. Par conséquent, l’architecte ne s’oppose au luxe des constructions privées que dans une perspective bien précise : il considère que la maison de chacun doit être en rapport avec son status, sa position sociale et ses activités. Le luxe est évité si nul ne cherche à surpasser son status. Il ne condamne donc pas toute manifestation de luxe, et considère comme normal, voire nécessaire, que les membres de la nobilitas ayant des activités politiques déploient une magnificentia égale à celle des constructions publiques dans leur maison : il s’agit spécialement des pièces à caractère public destinées à accueillir des visiteurs, basilica et vestibula82. Il faut rappeler que Vitruve est l’un des rares auteurs à ne pas strictement séparer la sphère privée de la sphère publique, et cela à une époque où Auguste entame une politique de rénovation des mœurs et où il marque bien les limites entre les deux sphères par les interventions mentionnées précédemment83. Il témoigne nettement de ce que l’exhibition de la richesse et le luxe qui caractérisaient les domus des nobiles étaient en fait fonctionnels, dans le contexte socio-politique de la fin de la République84. Vitruve exprime très clairement l’identification entre les magnificentiae publique et privée, au nom de la disparition de la frontière entre les deux sphères, manifestée par un processus de transfert des décisions politiques dans les maisons des particuliers comme nous l’avons souligné précédemment85. Il est significatif que Vitruve emploie à propos des constructions privées, de manière neutre, les termes aedificatio ou aedificare (De arch., 1, 3, 1 ; 2, 1, 2 ; 7 ; 3, 4 ; 4, 2, 2 ; 5, 11, 1 ; 7, 14, 3) alors que l’étroit rapport entre aedificatio et luxuria est explicite chez ses contemporains : notamment Varron (RR 1, 13, 6), et Horace (Sat., 2, 3, 308).

  • 86 Cf. l’exemple de la domus de Pison (Tac., Ann. 3, 9, 3).

33Or, en dépit de l’avènement du Principat, l’enjeu socio-politique du luxe privé fut maintenu86 et même légitimé. En témoigne le De re rustica de Varron : dans le livre III, le point de vue de l’agronome diffère radicalement de celui du livre I puisqu’il accepte apparemment les villas luxueuses :

  • 87 « Au reste, ajouta-t-il, ne convenez-vous pas que cette villa où nous sommes, telle que l’ont cons (...)

Sed non haec, inquit, villa quam aedificarunt majores nostri, frugalior, ac melior est, quam tua illa perpolita in Reatino ? Nuncubi hic vides citrum, aut aurum ? num minium, aut Armenium ? num quod emblema aut lithostrotum ? quae illic omnia contra. Et cum haec sit communis universi populi, illa solius tua... Tua, inquit, haec in campo Martio extremo utilis, et non deliciis sumptuosior, quam omnes omnium Reatinae ? tam et oblita tabulis pictis, nec minus signis ornata : an mea ? vestigium ubi sit nullum Lysippi aut Antiphili, sed crebra satoris et pastoris87.

  • 88 Dubois-Pelerin 2008, p. 148.
  • 89 RR 3, 1, 10.
  • 90 RR 3, 2, 3.
  • 91 1971, p. 222.
  • 92 RR 3, 17, 2 ; 3, 10.
  • 93 RR 3, 4, 2.
  • 94 RR 1, 2, 12 : docete nos agri cultura quam summum habeat, utilitatemne an voluptatem an utrumque, (...)
  • 95 Dubois-Pelerin 2008, p. 91.

34Le débat se situe autour de la notion d’utilité de deux types de constructions : l’une, publique, la villa publica, l’autre, la villa privée d’Axius. Appius Claudius oppose la simplicité de la première à l’élégance de la seconde. Nous notons d’ailleurs que la villa d’Axius n’est pas qualifiée de « luxueuse » ou de « somptueuse » mais elle est perpolita, c’est-à-dire « polie », « achevée », « parfaite », adjectif dérivé du verbe polio comme le terme expolita utilisé par Caton. Cette villa est perpolita en raison justement de son décor de citrus, de ses peintures murales réalisées avec des pigments coûteux et de ses lithostrota, types d’opus sectile utilisant des crustae de petites dimensions88. Appius Claudius oppose le caractère public de la villa publica à la jouissance privée qu’apporte la villa d’Axius. Mais Axius rétorque que celle-là, qui d’ailleurs se caractérise par sa « magnificence », n’est pas productive, contrairement à la sienne. Par conséquent, Varron n’apparaît nullement opposé aux villas « luxueuses » à condition qu’elles soient en même temps productrices de richesses, et qu’elles permettent à leur propriétaire de réaliser des bénéfices grâce aux élevages spécialisés englobés dans la dénomination de pastio villatica89. C’est ainsi que, dans le livre III, les interlocuteurs remettent entièrement en discussion le concept de la villa, confrontant sans préjugés les opinions des traditionalistes et des innovateurs, avec une ouverture vers ces derniers, non seulement sur les aspects agricoles mais aussi sur les aspects résidentiels90. R. Martin observe que nous sommes presque en présence de deux auteurs différents91 : l’un, celui du premier livre, apparaît comme un agriculteur dans la tradition des « vieux Romains », soucieux de tirer de ses terres le profit maximal, mais ennemi du luxe et opposé à l’élevage ; l’autre, celui des livres II et III, apparaît comme le type même de ces possidentes qui tournent le dos au mos maiorum, et affectent volontiers un certain mépris à l’égard de l’agriculture, à leurs yeux bien peu rémunératrice en regard de tel ou tel genre d’élevage spécialisé – observation que Varron est seul à formuler parmi les agronomes latins. Pourtant, l’ensemble du traité offre une unité certaine quant au problème du luxe des villas : est seul vilipendé le luxe qui entrave la production. Varron ne blâme les villas de Metellus et Lucullus, dans le livre I, que dans la mesure où elles sacrifient leurs fonctions de production au plaisir du propriétaire, comme nous l’avons souligné. Les villas doivent, sinon uniquement, du moins principalement, être toujours génératrices de richesses, et Varron exprime sa réprobation vis-à-vis des installations qui ruinent les propriétaires au lieu de les enrichir92. Sa volière de Cassinum est certes présentée comme purement décorative93, mais du moins ne perturbe-t-elle pas le fonctionnement de la villa : la recherche du plaisir ne se substitue pas à celle du profit94. Nous avons émis dans notre ouvrage, l’hypothèse que des raisons économiques ont dû favoriser la légitimation du luxe de la table ; les membres de la nobilitas devaient financièrement profiter de la vente de produits de luxe95.

  • 96 Pensabene 2002a, p. 7-9.
  • 97 Agache 2008, p. 35.
  • 98 Croisille 2005, p. 208.

35Ainsi, les données archéologiques attestent qu’entre la fin de la République et le début de l’Empire le marbre fut abondamment diffusé dans la sphère privée, mais on remarque un paradoxe : alors qu’il est fortement utilisé et investi de significations idéologiques célébrant l’importance et le prestige du commanditaire, il est d’autant plus rejeté comme la manifestation de l’abandon des antiques traditions de la part des écrivains de l’époque. De nombreux auteurs latins le stigmatisent en tant qu’ostentation inutile du luxe, en l’opposant à la simplicité des coutumes des Romains du début de la République : ainsi Tibulle (2, 3, 49), Properce (3, 2, 9) et Horace (Carm. 2, 18, 1) critiquent l’excessive recherche du luxe dans le marbre. Or de tels passages citent les types de marbres et leur lieu de provenance montrant que la connaissance des marbres est diffusée dans la société romaine. Sénèque, qui affecte de déprécier la course au luxe dans la société, sait apprécier la différence entre les types de roche. La réalité archéologique témoigne que, entre la fin de la République et le début de l’Empire, les architectures et les décors les plus recherchées sont ceux qui sont en marbre ou imitent le marbre et combien les lamentations des écrivains contre le luxe restèrent confinées à leur texte. Dans une communauté où l’ascension sociale et la manifestation de son propre prestige sont les points principaux de la vie quotidienne, les exhortations à la modération du luxe devaient être difficilement écoutées, d’autant plus lorsqu’il s’agissait de personnages riches comme Sénèque qui devaient habiter dans des maisons et des villas décorées de marbre. Il est évident que les tirades de Sénèque et de Pline l’Ancien contre ce type de luxe étaient devenues un topos littéraire comme l’était l’aspiration à l’austérité des antiques traditions romaines, opposée plus ou moins consciemment au nouvel ordre politique impérial qui avait fortement réduit les pouvoirs du Sénat. Leur détachement n’était certainement que purement théorique ; ils n’ont certainement pas hésité à utiliser dans leur maison ces marbres précieux qu’ils semblent tant déprécier et ils durent considérer comme évident que leur decorum public soit assuré par un mobilier convenable. Du reste, une série de villas suburbaines privées de cette période attestent une large diffusion des décors de marbre et c’est pour cette raison que nous devons penser que Sénèque et Pline l’Ancien ont dû se conformer aux habitudes des citoyens romains de haut niveau96. Ce phénomène de décalage est également remarqué pour la villa dont la valorisation littéraire ne trouvera pas sa consécration avant l’extrême fin du Ier s ap. J.-C.97. À partir de la période du IIIe style tardif (15-45 ap. J.-C.), apparaît sur les fresques toute une série de petits cadres dont le thème principal est la reproduction de villas à portiques où l’aspect réaliste voire documentaire semble plus évident même s’il apparaît impossible d’établir un rapprochement précis avec le plan de bâtiments effectivement fouillés98. L’image de la villa est symbole d’un luxe qu’il convient de posséder.

  • 99 La Penna 1989, p. 24.
  • 100 Dubois-Pelerin 2008, p. 118.

36Nous notons cependant qu’à partir d’Auguste et de Tibère, non seulement le luxe continua à se diffuser parmi les riches, mais que sa légitimation morale fit de remarquables progrès99. Dans cette perspective, Mécène, connu pour son goût des voluptés, joua un rôle très important. Auguste lui-même se divertissait de ce trait de caractère de son ami, dont il connaissait par ailleurs l’énergie et l’habileté politique. Contre les attaques menées à son endroit, Mécène se défendit par écrit dans son opuscule, le De cultu. Il revendiquait pour les vainqueurs le droit de jouir de la vie ; non seulement le repos mais aussi les plaisirs, sont une juste récompense des fatigues subies par les hommes politiques et les guerriers. Le discours d’Asinius Gallus au Sénat en 16 ap. J.-C., qui s’opposait à la promulgation d’une nouvelle loi somptuaire restreignant le luxe privé, semble montrer que ce dernier est légitimé ou en voie de l’être. Gallus avança comme argument que l’histoire démontre que faste public et luxe privé croissent parallèlement, et ne peuvent relever de normes différentes, suivant qu’il s’agisse du domaine public ou privé (Tac., Ann. 2, 33)100.

  • 101 Pani 1983, p. 62.
  • 102 Cf. Pline le Jeune qui fait remarquer que la dignitas est sumptuosa (Ep., 2, 4, 3).
  • 103 Guilhembet 2001, p. 225 et 227.
  • 104 C’est le très noble et très riche Sulpicius Galba qui promeut une législation contre l’usurpation (...)
  • 105 Tac., Ann. 3, 53, 5.
  • 106 Tac., Ann. 14, 57, 3 ; D. C., 62, 27, 2) ; et Tacite (Ann. 3, 55, 4) dit bien qu’une des raisons d (...)

37La pratique du luxe ostentatoire des riches familles nobles continue, observe Tacite, jusqu’à l’époque flavienne. Quelques-unes des motivations qui avaient soudé la classe dirigeante républicaine par des mécanismes d’autoconservation limitant le luxe étaient désormais dépassées. La restriction de l’espace politique avait provoqué une utilisation ostentatoire de la richesse à travers un processus de « publicisation » de la sphère privée101. L’utilisation ostentatoire de la richesse servait à sauvegarder la distinction, la valeur et la fonction du status, forteresse où s’abritaient les milieux de « l’opposition » politique pour y retrouver leur propre dignitas102. L’avènement du principat, en monopolisant au profit du seul princeps la possibilité d’afficher des prétentions politiques, élimina l’un des principaux motifs d’ostentation de richesse ; dès lors, elle se transforma en luxe, devenant ainsi gratuite. L’ostentation sociale de la domus persista effectivement à Rome sous les Julio-Claudiens et les habitus aristocratiques en matière de résidence urbaine demeurent pleinement intégrés aux débats politiques, selon J.-P. Guilhembet103. L’usage ostentatoire de la richesse ne suffit toutefois pas à sauvegarder le status des couches dirigeantes contre les nouveaux riches : ceux-ci précisément purent s’approprier un status fondé sur la seule richesse et donc peu protégé. Des mesures tentèrent de freiner le phénomène de l’usurpation du status aristocratique et de ses symboles par les nouveaux riches, mesures plus efficaces que les lois somptuaires104. Tibère parut extérieurement résigné à l’ostentation de la richesse par les milieux d’opposition, en refusant de promulguer une loi contre le luxe en 22 après J.-C. Les empereurs furent en général plus tolérants envers l’usage privé du luxe105 mais la disgrâce, la condamnation, l’exil, le suicide, attendaient ceux qui déployaient en public un luxe excessif106. L’intervention du prince assuma en fait une fonction de nivellement de la richesse, par les subventions aux nobles appauvris et les confiscations aux dépens des riches familles de la noblesse d’opposition. Tacite (Ann. 3, 55, 4) juge en effet que les nobiles et les insignes claritudine abandonnèrent peu à peu leur goût pour la magnificentia.

  • 107 Ainsi, Sénèque s’attira des soupçons infamants en tant que propriétaire de villas luxueuses (Ann. (...)
  • 108 Guilhembet 2001, p. 226.
  • 109 Grelle 1980, p. 353.
  • 110 D’Elia 1980, p. 352 et 355-356.
  • 111 Guilhembet 2001, p. 225.

38Depuis le règne de Vespasien, le goût du luxe avait diminué, et il en recherche les raisons. La première est, selon lui, le danger qu’il pouvait y avoir pour les nobiles, sous les Julio-Claudiens, à s’élever trop au-dessus d’une fortune moyenne et à rivaliser avec celle de l’empereur 107. Mais dans le sens contraire, le destin de Rubellius Plautus illustre le fait que le souci de respecter fidèlement les traditions les plus lointaines du mos maiorum (celles de Caton l’Ancien) et de rendre sa domus « sans scandale et peu ouverte » aggravent la défiance de Néron (Ann. 14, 22)108. La seconde raison est liée au renouvellement de la composition du Sénat. Tacite souligne nettement et délibérément la fracture profonde qui sépare l’éthique des milieux nobiliaires julio-claudiens de celle des modèles de comportement de l’aristocratie flavienne109. Les Annales (3, 55) reconnaissent dans les guerres civiles et dans l’avènement de la nouvelle dynastie une véritable révolution des coutumes dont les protagonistes sont les homines novi e municipiis et coloniis. Autrefois détenu par la nobilitas aristocratique, le pouvoir passe entre les mains d’une nouvelle nobilitas équestre, celle des cités d’Italie110. Dans cette présentation rétrospective, il faut faire la part, selon J.-P. Guilhembet, des lieux communs (la parcimonie italienne et provinciale par opposition au faste excessif de la vieille noblesse romaine, ou la conception cyclique de l’Histoire) et de la célébration des Flaviens et de la génération de sénateurs nouveaux qu’ils ont promue (à laquelle appartient Tacite lui-même, ce qui confère au texte une dimension autobiographique)111.

  • 112 Guilhembet 2001, p. 227.
  • 113 Plin., NH 36, 103 ; 111-113 et Tac., Ann. 3, 55, 4. Boethius 1960, p. 107. Lafon (2001, p. 246, n. (...)
  • 114 Guilhembet 2001, p. 227-229.

39Quoi qu’il en soit, le renouvellement de la composition sociologique et géographique du Sénat est un phénomène lent mais indéniable112. Or, peut-on admettre, en s’appuyant sur le témoignage de Tacite et celui de Pline l’Ancien, que les dépenses en matière de demeure d’un Scaurus ou d’un Clodius ne seront plus dépassées113 ? Affirmation qu’il semble difficile de prouver en raison de sources littéraires et archéologiques difficilement appréciables pour ce qui concerne le Palatin et Rome en général. Nous remarquons cependant que les nouveaux sénateurs semblent moins empressés à fréquenter Rome et leur domus, comme l’attestent les attitudes de Pline le Jeune et de Fronton114. La situation économique des couches au pouvoir est également très différente : les énormes fortunes en biens mobiliers et immobiliers qui caractérisaient les « grands » de l’époque julio-claudienne ne trouvent pas de correspondants sous les Flaviens. Les grandes fortunes existent mais n’atteignent pas des niveaux aussi considérables : nous sommes plus proches du modèle du propriétaire foncier soucieux de son bien et encore attaché à ses « racines locales ». Pline le Jeune en est un exemple frappant, propriétaire de propriétés et villas remarquables mais aussi administrateur attentif de ses biens.


  • 115 Lafon 2001, p. 285.

40L’étude de l’attitude des Romains vis-à-vis du luxe des constructions publiques et privées semble révéler une légitimation progressive de ce dernier. Dès l’avènement de l’Empire le faste déployé dans les constructions publiques est la magnificentia publica monopolisée par l’empereur et atteste de sa munificence et de la grandeur de Rome. Dans la sphère privée des demeures impériales, les textes témoignent de la modération d’Auguste mais les données archéologiques attestent d’un luxe ostentatoire désormais nécessaire à l’image de l’empereur. Nous notons un décalage entre la légitimation sociale et politique du luxe des demeures privées et sa légitimation morale particulièrement remarquable au sein de deux thèmes récurrents dans le cadre du débat sur l’aedificatio : la villa et le marbre. À l’époque de Pline le Jeune, il n’y a plus d’entraves à la célébration du goût pour les villas et du luxe de leur marbre : celles-ci complètent le paysage et animent sa beauté. L’évolution idéologique semble nette : Pline le Jeune et Stace valorisent ce qui n’apparaissait avant eux que sous une forme négative. Les obstacles intellectuels à la possession de villas maritimes ont totalement disparu dans la seconde moitié du Ier s. ap. J.-C. Ce retournement complet est inséparable d’une nouvelle approche de l’otium, elle-même liée au nouveau système politique115.

Haut de page

Bibliographie

Agache 1981 = S. Agache, L’idée de la villa dans la littérature latine, Thèse dactylographiée Paris, 1981.

Agache 2008 = S. Agache, La villa comme image de soi (Rome antique, des origines à la fin de la République), dans P. Galand-Hallyn (dir.), La villa et l’univers familial de l’Antiquité à la renaissance, Paris, 2008, p. 15-44.

Bianchi 2002 = F. Bianchi, Il marmo negli spazi della vita pubblica e privata, dans M. De Nuccio, L. Ungaro (dir.), I marmi colorati della Roma imperiale, Venise, 2002, p. 401-402.

Boethius 1960 = A. Boethius, The Golden House of Nero. Some Aspects of Roman Architecture, Ann Arbor, 1960.

Carettoni 1983 = G. Carettoni, La decorazione pittorica della Casa di Augusto sul Palatino, dans MDAI(R), 15/2, 1983, p. 373-419.

Cassatella 1995 = A. Cassatella, Domus aurea, dans E. M. Steinby, LTUR, II, Rome, 1995, p. 49-50.

Coarelli 1983 = F. Coarelli, Il commercio delle opere d’arte in età tardo-repubblicana, in DArch, 3e s., I, 1983, p. 45-53 (= Revixit ars. Arte e ideologia a Roma. Dai modelli ellenisticialla tradizione repubblicana, Rome, 1996, p. 312-326).

Coarelli 1984 = F. Coarelli, Lazio, Guida archeologica, Rome, (1ère éd. 1982).

Coarelli 1997 = F. Coarelli, Il Campo Marzio : dalle origini alle fine della Repubblica, Rome, 1997.

Coudry 2004 = M. Coudry, Loi et société : la singularité des lois somptuaires à Rome, dans CCG, 15, 2004, p. 135-171.

Courtois 1989 = C. Courtois, Le bâtiment de scène des théâtres d’Italie et de Sicile. Étude chronologique et typologique, Louvain-la-Neuve, 1989.

Croisille 2005 = J.-M. Croisille, La peinture romaine, Paris, 2005.

D’Elia 1980 = S. D’Elia, Osservazioni su cultura e potere nell’età flavia, dans QS, 4, 1980, p. 351-364.

De Albentiis 1990 = E. De Albentiis, La casa dei Romani, Milan, 1990.

Desanges 1994 = J. Desanges, Les très grandes villes du monde romain d’après les « géographes » de langue latine, dans MEFRA, 106-2, 1994, p. 901-919.

Dubois-Pelerin 2008 = É. Dubois-Pelerin, Le luxe privé à Rome et en Italie au Ier siècle après J.-C., Naples, 2008.

Duret – Néraudeau 1983 = L. Duret, J.-P. Néraudeau, Urbanisme et métamorphoses de la Rome antique, Paris, 1983.

Gagiotti 1986 = M. Gagiotti, L’importazione del marmo numidico a Roma in epoca tardo-repubblicana, dans Africa romana, 4, 1986, p. 201-214.

Grelle 1980 = F. Grelle, La correctio morum nella legislazione flavia, dans ANRW, II, 13, 1980, p. 340-365.

Grimal 1984 = P. Grimal, Les jardins romains à la fin de la République et aux deux premiers siècles de l’Empire : essai sur le naturalisme romain, Paris, 1984 (1ère éd. 1943).

Gros 1976 = P. Gros, Aurea Templa, Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste, Rome, 1976 (BEFAR 2031).

Gros 1978 = P. Gros, Architecture et société à Rome et en Italie centro-méridionale aux deux derniers siècles de la République, Bruxelles, 1978.

Gros 1994 = P. Gros, Les théâtres en Italie au Ier siècle de notre ère : situation et fonctions dans l’urbanisme impérial, dans L’Italie d’Auguste à Dioclétien, Rome, 1994 (CEFR, 198), p. 285-307.

Gros 1987 = P. Gros, La fonction symbolique des édifices théâtraux dans le paysage urbain de la Rome augustéenne, dans L’Urbs : espace urbain et histoire (Ier siècle av. J.-C.-IIIe siècle ap. J.-C.), Rome, 1987 (CEFR, 98), p. 319-346.

Gros 2001 = P. Gros, L’architecture romaine du début du IIIe siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire. 2, Maisons, palais, villas et tombeaux, Paris, 2001.

Gros 2009 = P. Gros, Les sanctuaires in summa cavea. L’ensemble des recherches récentes sur le théâtre de Pompée à Rome, dans J.-Ch. Moretti (dir.), Fronts de scène et lieux de culte dans le théâtre antique, Lyon, 2009, p. 79-88.

Gros – Torelli 1988 = P. Gros, M. Torelli, Storia dell’urbanistica. Il mondo romano, Rome, 1988.

Guilhembet 2001 = J.-P. Guilhembet, Les résidences aristocratiques de Rome, du milieu du Ier siècle avant n. è. à la fin des Antonins, dans Pallas, 55, 2001, p. 215-241.

Iacopi 1995 = I. Iacopi, Domus : Augustus, dans E. M. Steinby, LTUR, II, Rome, 1995, p. 46-48.

Iacopi 2007 = I. Iacopi, La casa di Augusto. Le pitture, Vérone, 2007.

Lafon 1981 = X. Lafon, À propos des villae républicaines, quelques notes sur les programmes décoratifs et les commanditaires, dans L’art décoratif à Rome, Paris 1981 (CEFR, 55), p. 151-172.

Lafon 2001 = X. Lafon, Villa maritima : Recherches sur les villas littorales de l’Italie romaine (IIIe siècle av. J.-C. /IIIesiècle ap. J.-C.), Rome, 2001 (BEFAR, 307).

La Penna 1989 = A. La Penna, La legittimazione del lusso privato da Ennio a Vitruvio, Momenti, problemi, personaggi, dans Maia, 41, 1989, p. 3-34.

La Rocca 1986 = E. La Rocca, Il lusso come espressione del potere, dans E. La Rocca, M. Cima (dir.), Le tranquille dimore degli dei. La residenza imperiale degli Horti Lamiani, Venise, 1986, p. 3-35.

Lavagne 1989 = H. Lavagne, Operosa antra, Recherches sur la grotte à Rome de Sylla à Hadrien, Rome, 1989 (BEFAR, 272).

Martin 1971 = R. Martin, Recherches sur les agronomes latins et leurs conceptions économiques et sociales, Paris, 1971.

Medri 1997 = M. Medri, Fonti letterarie e fonti archeologiche : un confronto possibile su M. Emilio Scauro il giovane, la sua domus « magnifica» e il theatrum « opus maximum omnium », dans MEFRA, 109-1, 1997, p. 83-110.

Morlino 1984 = R. Morlino, Cicerone e l’edilizia pubblica : De Officiis, II, 60, dans Athenaeum, 72, 1984, p. 620-634.

Pani 1983 = M. Pani, Principato e società a Roma dai Giulio Claudi ai Flavi, Bari, 1983.

Pensabene 1995 = P. Pensabene, Le vie del marmo, I blocchi di cava di Roma e di Ostia : Il fenomeno del Marmo nella Roma Antica, Rome, 1995.

Pensabene 2002a = P. Pensabene, L’uso del marmo a Roma tra la fine della reppublica e l’età imperiale, dans M. De Nuccio et L. Ungaro (dir.), I marmi colorati della Roma imperiale, Venise, 2002, p. 3-67.

Pensabene 2002b = P. Pensabene, La casa di Augusto sul Palatino, dans M. De Nuccio et L. Ungaro (dir.), I marmi colorati della Roma imperiale, Venise, 2002, p. 437.

Poulle 1999 = B. Poulle, Le théâtre de Marcellus et la sphère, dans MEFRA, 111-1, 1999, p. 257-272.

Ripoll 1999 = F. Ripoll, Aspects et fonction de Néron dans la propagande impériale flavienne, dans J. M. Croisille, R. Martin, Y. Perrin (dir.), Neronia V. Néron : histoire et légende, Bruxelles, 1999 (coll. Latomus 247), p. 137-151.

Romano 1994 = E. Romano, Dal De Officiis a Vitruvio, da Vitruvio a Orazio : il dibattito sul lusso edilizio, dans Le projet de Vitruve : objet, destinataires, et réception du De Architectura, Rome, 1994 (CEFR, 192), p. 63-73.

Sauron 2009 = G. Sauron, Architecture et âge d’or, le front de scène augustéen, dans J.-Ch. Moretti (dir.), Fronts de scène et lieux de culte dans le théâtre antique, Lyon, 2009, p. 79-88.

Haut de page

Notes

1 Cic., Mur. 76 : « Le peuple romain a horreur du luxe chez les particuliers, mais il aime la magnificence publique. Il n’aime pas la profusion dans les festins, mais il déteste bien plus encore la lésinerie sordide et le manque d’usages. Il sait, en tenant compte des devoirs et des circonstances, faire alternativement sa part au travail et au plaisir. »

2 L’adjectif sordes est plus fort qu’avaritia. La richesse privée doit profiter au peuple. Un peuple qui sait ce qui lui est dû : humanitas.

3 « Tels étaient le système et les vues sublimes de nos ancêtres ; dans leurs maisons, dans leurs dépenses privées, ils se contentaient de peu, ils vivaient simplement : était-il question de l’empire, de la majesté de Rome, ils rappelaient tout à la gloire et à la magnificence. En effet, dans la vie domestique, il faut de la simplicité et de la modestie ; dans les dépenses publiques, de la dignité, de la splendeur ».

4 Cic., Off. 2, 60.

5 Off. 2, 52.

6 Morlino 1984, p. 621.

7 Off. 2, 56. Les munera acceptés par l’auteur ne sont pas éphémères comme les autres du même genre évergétique, « les banquets, les spectacles et la magnificence des jeux », desquels on efface le souvenir avec la satiété du plaisir. 

8 La vieille mentalité conservatrice, hostile comme à une cause de dégénérescence à toute nouveauté qui trahissait une influence grecque, jugeait indigne d’un citoyen, voué à servir la République de toute son énergie, de s’asseoir pour regarder. Peut-être les sénateurs craignaient-ils en plus qu’un théâtre permanent ne fournît à la plèbe un lieu d’assemblée séditieuse ? Duret – Néraudeau 1983, p. 201.

9 Tertullien, de spectaculis, 10, 5. Sur la prééminence de l’aspect cultuel de l’ensemble du complexe pompéien, cf. Gros 2009, p. 79-88.

10 Virg., Aen. 1, 427-429 : … hic alta theatris /fundamenta locant alii, immanisque columnas/rupibus excidunt, scaenis decora alta futuris. « …là, on bâtit un théâtre sur de larges assises, et d’énormes colonnes sortent de la pierre, hautes décorations de la scène future. » Gros 1994, p. 287.

11 Réprouvé par Pline, NH 36, 5.

12 Medri 1997, n. 101.

13 « La partie inférieure de la scène était en marbre, la partie médiane était de mosaïque de verre, trait de luxe sans exemple même par la suite, et la partie supérieure était faite de placage dorés. » (NH 36, 114).

14 Pulsa deinde ex humo, pavimenta in camaras transiere vitro. Novicium et hoc inventum. Agrippa certe in thermis quas Romae fecit, figlinum opus encausto pinxit in calidis, reliqua albario adornavit, non dubie vitreas facturus camaras, si prius inventum id fuisset, aut a parietibus scaenae, ut diximus Scauri, pervenisset in camaras. « Quittant ensuite le sol, les pavements passèrent ensuite aux voûtes, grâce à l’emploi du verre. Il s’agit, là encore, d’une invention récente, car Agrippa dans les thermes qu’il fit construire à Rome, fit peindre à l’encaustique la terre cuite des salles chaudes et orner le reste de stuc. Aucun doute qu’il n’eût fait revêtir les voûtes de mosaïques de verre, si l’invention en eût déjà été faite, ou si, des murs de la scène de Scaurus, comme nous l’avons dit plus haut, ces mosaïques étaient parvenues jusqu’aux voûtes. » (NH 36, 189).

15 Lavagne 1989, p. 375.

16 Prosopographia Imperii Romani, tome I, n°281.

17 Gros 1987, p. 321.

18 Courtois 1989, p. 101.

19 Lafon 1981, p. 154.

20 Valère Maxime (9, 1, 4) retient le nombre de dix ; Pline l’Ancien (NH 36, 8), le nombre de 6 ; il est probable que le nombre réel fût le plus bas d’entre eux, car les colonnes de la maison de Scaurus étaient au nombre de quatre. Valère Maxime mentionne dans le même passage le prix de 100 000 sesterces pour dix colonnes, soit 10 000 chacune. Ce prix n’est pas excessif si l’on tient compte du fait qu’il s’agit du premier exemple d’utilisation privée d’éléments architectoniques en marbre à Rome et que ce prix inclut sans doute celui du chapiteau et de la base (Coarelli 1983, p. 50- 51).

21 Coarelli 1997, p. 530 et Pensabene 2002a, p. 3.

22 En 52 av. J.-C., Clodius acheta la fameuse domus de M. Aemilius Scaurus sur le Palatin, pour 14,8 millions de sesterces (Plin., NH 36, 103), c’est la somme la plus élevée jamais payée pour une maison à Rome.

23 A partir des mesures-types données par Vitruve (De arch., 6, 3, 4) et des vestiges archéologiques découverts à l’angle de la via sacra et de l’actuel clivus Palatinus ; 430 m2 si l’on élimine l’impluvium et les bases de colonnes ; Gros 2001, p. 75 ; De Albentiis 1990, p. 186.

24 Scaurus fut condamné à l’exil pour concussion ; sa maison fut alors achetée par Clodius, le démagogue ennemi de Cicéron, pour 14 millions et demi de sesterces, prix jamais atteint jusqu’alors. Clodius annexa cette maison à la sienne, déjà peut-être la plus vaste de Rome. Quand il fut assassiné par Milon en 52 av. J.-C., son corps fut exposé dans le célèbre atrium, et pratiquement toute la plèbe de Rome y défila (Asc. 32 C ; Coarelli 1984, p. 126-127).

25 La Rocca 1986, p. 8.

26 Comme le dit expressément Vitruve, De arch., 6, 5, 1-2.

27 Lavagne 1989, p. 376 et Gros 1976, p. 156.

28 Pline (NH 33, 147) insiste sur la luxuria de Crassus : il possédait deux coupes de Mentor en argent, achetées 100 000 sesterces, et un grand nombre de triclinia aerata, des lits avec des appliques de bronze. Il est curieux de voir ces éléments associés à rôle apparemment égal dans la description de la luxuria du personnage.

29 Medri 1997, p. 93.

30 NH 17, 6 ; il cite par ailleurs le nombre de six (36, 7 ; 114).

31 Desanges 1994, p. 913.

32 « ... alors que le simple terrain nécessaire à la construction de son forum, César, au cours de sa dictature, l’a payé cent millions de sesterces. Et si quelqu’un, cédant à l’esprit d’avarice qui règne, s’émouvait de la dépense, qu’il songe que la demeure de Clodius, le meurtrier de Milon, lui coûta quatorze millions huit cent mille sesterces. » (NH 36, 103).

33 Desanges 1994, p. 912-913.

34 La Penna 1989, p. 29. Ce mot a toujours une valeur positive lorsqu’il se rapporte à la sphère publique, aux spectacles, aux banquets offerts au peuple, aux dons offerts ou cadeaux reçus lors de relations diplomatiques ...

35 « ...lui qui fut décoré d’une couronne navale, exemple unique entre les récompenses militaires, qui dressa dans Rome tant d’édifices aux vastes proportions, capables de surpasser la magnificence des âges précédents et n’être surpassés dans les âges suivants par aucune magnificence ? » (Benef. 3, 32, 4).

36 Gros 1976, p.41.

37 Lafon 1981, p. 161.

38 « ... ne reconnaîtrons-nous pas la magnificence de la basilique de Paulus avec ses merveilleuses colonnes phrygiennes, du Forum du divin Auguste, et du temple de la Paix élevé par l’empereur Auguste Vespasien, les plus beaux ouvrages qu’ait jamais vus le monde ? » (NH 36, 102). De plus, l’une des caractéristiques d’un monument public somptueux est l’utilisation de marbre, surtout étranger : le marbre de Synnada, blanc veiné de pourpre, appelé aussi pavonazzetto, dont les carrières passèrent dans le patrimoine impérial après la mort d’Agrippa. Cette basilique fut restaurée en 54 av. J.-C. par l’édile L. Aemilius Paulus avec des fonds prêtés par César (Plut., Caes. 29, 3 ; App., BC 2, 26 ; Cic., Att. 4, 16, 14). Mais les travaux ne furent achevés que par le fils de L. Aemilius Paulus en 34 av. J.-C. (D.C., 49, 42, 2).

39 Simplicitas rudis ante fuit ; nunc aurea Roma est/ et domiti magnas possidet orbis opes. « Une rude simplicité régna un temps ; maintenant Rome est toute en or et possède les immenses richesses du monde qui lui est assujetti. » (Ovide, Ars am. 3, 113-114).

40 ... nec fortuitam spernere caespitem/leges sinebant, oppida public/sumptu iubentes et deorum /templa novo decorare saxo. «  ... et les lois défendaient de mépriser un gazon ramassé au hasard, réservant l’usage de la pierre pour orner aux frais du trésor des villes et les temples des dieux. » (Od., 2, 15, v. 16-20).

41 Gros – Torelli 1988, p. 178. Beaucoup de temples de l’époque augustéenne, et parmi les plus grands, constituaient des ex-votos, qui se définissaient moins comme la demeure des dieux que comme des monuments élevés à leur gloire, et à celle de l’imperator dont ils avaient assuré la victoire ou la sauvegarde. Ces temples tendent à faire figure de témoins matériels mais aussi de garants du saeculum aureum inauguré en 17 av. J.-C.

42 Sur le projet de César, D.C. 43, 44, 6 ; cf. Coarelli 1997, p. 587-588 et fig. 142.

43 Guilhembet 2001, p. 223.

44 Gros 2001, p. 72.

45 Pensabene 2002a, p. 13 et Pensabene 1995, p. 307.

46 Bianchi 2002, p. 402.

47 Seule la domus impériale du Janicule, appartenant peut-être aux jardins d’Agrippine, a révélé des plaques de revêtement pariétal, en albâtres cotognino et fleuri.

48 Gagiotti 1986, p. 202.

49 Poulle 1999, p. 258. Sur ce double avènement, cf. Sauron 2009, p. 81.

50 D’après deux inscriptions trouvées via G. Lanza, près de Saint Martin aux Monts (CIL VI 1262 et 31572).

51 Cassatella 1995, p. 50.

52 Ripoll 1999, p. 147.

53 Grimal 1984, p. 147.

54 Suétone poursuit dans ce chapitre sa critique en montrant que l’empereur ne vient même pas en aide aux sénateurs dans l’inopia (contrepoint évident d’Auguste) : Paucorum senatorum inopia sustentata, ne pluribus opem ferret, negavit se aliis subventurum, nisi senatui justas necessitatem causas probassent. « Il soulagea le dénuement d’un petit nombre de sénateurs, et pour ne pas en secourir davantage, il déclara qu’il n’aiderait que ceux qui auraient prouvé au sénat la légitimité de leurs besoins. » (Tib. 47, 2).

55 Lafon 2001, p. 403.

56 Bianchi 2002, p. 402 et Pensabene 2002b, p. 437.

57 Pensabene 2002a, p. 5 et Carettoni 1983, p. 412.

58 Iacopi 2007, p. 16 et 63-64.

59 Iacopi 1995, p. 46 et Gros 2001, p. 234.

60 Lafon 2001, p. 231.

61 D’après Lafon 2001, p. 230, les restes d’une villa (n°LT 125 de son catalogue) découverts à Ventotène sont d’époque augustéenne et s’avèrent « somptueux » contredisant donc les propos de Suétone.

62 Pour le Pausilypon, cf. D. C., 54, 23, 5 ; pour Capri, cf. Strab., 5, 4, 9 et Anzio, id., 5, 3, 5.

63 « … la maison de Scaevola ne suffisait pas à sa campagne, la campagne de Lucullus ne suffisait pas à sa maison. En cela on était repris par les censeurs quand on avait moins à labourer qu’à balayer. »

64 Agache 2008, p. 31, n. 80. Il serait ici question de la propriété de Tusculum du père du consul de 74 av. J.-C., le préteur de 104 av. J.-C., qui la transmettra à son fils, et du Tusculanum de Q. Mucius Scaevola, consul de 95 av. J.-C.

65 Val.-Max., 8, 1, 7, à la suite d’une accusation du censeur L. Cassius. Velleius Paterculus (2, 10, 1) rapporte qu’on lui reprochait de louer une maison trop cher.

66 Lafon 2001, p. 59.

67 Romano 1994, p. 64.

68 Coudry 2004, p. 157.

69 « En effet que tenterais-je d’interdire et que faut-il ramener aux antiques usages ? Sera-ce l’étendue infinie de nos maisons des champs ? Le nombre ou plutôt le peuple d’esclaves ? » Tac., Ann. 3, 53, 5.

70 « Je peux dire à qui appartiennent les villas et les maisons construites et ornées, à très grands frais, de bois de cédratier, d’ivoire et de pavements puniques. »

71 « Rencontrait-il quelque part des champs cultivés avec soin, des maisons de campagne florissantes ? ». Agache 2008, p. 21.

72 Dubois-Pelerin 2008, p. 225-226.

73 « M. Caton, qui fut consul et censeur, dit qu’au milieu de l’opulence de la République et des particuliers, il était arrivé à l’âge de soixante et dix ans sans avoir donné aucun soin, aucun embellissement à ses maisons de campagne, sans même avoir fait crépir les murailles de sa demeure : ‘Je n’ai, ajoute-t-il, ni édifices, ni vases, ni vêtements d’un travail précieux, ni esclave, ni servante achetés à un prix élevé ’ »

74 Croisille 2005, p. 19.

75 Agache 2008, p. 21 et Lafon 2001, p. 24 et 66.

76 Agache 2008, p. 23.

77 Gros 1978, p. 63.

78 « Sous le consulat de M. Lepidus et de Q. Catulus il n’y avait pas à Rome, au dire des auteurs les plus exacts, de maison plus belle que celle de Lepidus lui-même ; après moins de trente-cinq ans cette même maison n’était pas au centième rang. Si l’on veut en faire l’estimation, que l’on calcule les masses de marbre, les travaux des peintres, les dépenses royales, et cent maisons, toutes le disputant à la plus belle et la plus renommée, toutes vaincues dans la suite jusqu’à nos jours par mille et mille autres maisons. Sans doute les incendies punissent le luxe ; mais, malgré ces destructions, rien ne peut faire comprendre dans les mœurs actuelles qu’il y a quelque chose de plus périssable que l’homme lui-même. »

79 Cf. la maison des Griffons sur le Palatin, le pavement retrouvé sous le Ludus Magnus et celui d’une domus découverte derrière le temple de la Magna Mater sur le Palatin (Pensabene 2002a, p. 4-5).

80 L’exemple qu’il cite de Cn. Octavius, consul en 165 av. J.-C., homo novus, à qui sa domus sur le Palatin valut d’accéder au consulat. Le cas contraire est celui de M. Aemilius Scaurus qui démolit la maison d’Octavius pour agrandir la sienne et n’obtint que déshonneur. Cicéron revendique le droit d’avoir une domus conforme à sa valeur et son rang.

81 Agache 2008, p. 39.

82 Les vestibula recommandés par Vitruve pour les habitations des nobiles sont qualifiés de regalia, adjectif ambigu qui aura une connotation entièrement négative par la suite et sera banni du vocabulaire officiel. Il est remarquable, (selon Gros 1982b, p.338), que les deux seules occurrences de l’adjectif regalis chez Vitruve caractérisent d’une part la demeure des nobles, dont le vestibule doit être lui aussi « royal », et d’autre part la façade du mur de scène d’un théâtre (De arch., 6, 5, 2 ; 5, 6, 8). Qu’il y ait là plus qu’une coïncidence, c’est ce que prouvent les allées et venues des colonnes les plus imposantes qui avaient servi au décor de la scène temporaire d’Aemilius Scaurus.

83 Même si son ouvrage, rédigé entre 35 et 25 av. J.-C., se fonde sur l’acquis des années précédentes, Vitruve aurait pu se plier aux préceptes de moderatio établis par Auguste.

84 Les publica consilia, c’est-à-dire certaines affaires de l’État, étaient fréquemment débattus ou traités à l’intérieur de ces demeures, dans ces amples espaces que sont les basilicae, en tout similaires aux édifices publics.

85 Romano 1994, p. 69.

86 Cf. l’exemple de la domus de Pison (Tac., Ann. 3, 9, 3).

87 « Au reste, ajouta-t-il, ne convenez-vous pas que cette villa où nous sommes, telle que l’ont construite nos ancêtres, est à la fois plus simple et de meilleur goût que votre élégante maison de Réate. Est-ce qu’on trouve ici de ces incrustations en or ou en citronnier ? Y voit-on briller l’azur et le vermillon ? Y marche-t-on sur la marqueterie et les mosaïques ? Toutes magnificences étalées avec profusion dans la vôtre. Cependant celle-ci est commune à tout le peuple romain, et la vôtre ne sert qu’à vous... Mais, reprit Axius, laquelle regardez-vous donc comme plus utile, ou de votre villa de l’extrémité du champ de Mars, qui réunit à elle seule plus de magnificence que celle de Réate ensemble, avec son splendide étalage de peinture et de statues ; ou de la mienne, où ne se voit trace de la main de Lysippe ou d’Antiphile, mais où le semeur et le pâtre laissent fréquemment les leurs en revanche ? » (RR 3, 2).

88 Dubois-Pelerin 2008, p. 148.

89 RR 3, 1, 10.

90 RR 3, 2, 3.

91 1971, p. 222.

92 RR 3, 17, 2 ; 3, 10.

93 RR 3, 4, 2.

94 RR 1, 2, 12 : docete nos agri cultura quam summum habeat, utilitatemne an voluptatem an utrumque, « enseignez-nous quel est le principe de l’agriculture, si c’est l’utilité ou le plaisir ou tous les deux. » ; 4, 1 ; Agache 1981, p.130.

95 Dubois-Pelerin 2008, p. 91.

96 Pensabene 2002a, p. 7-9.

97 Agache 2008, p. 35.

98 Croisille 2005, p. 208.

99 La Penna 1989, p. 24.

100 Dubois-Pelerin 2008, p. 118.

101 Pani 1983, p. 62.

102 Cf. Pline le Jeune qui fait remarquer que la dignitas est sumptuosa (Ep., 2, 4, 3).

103 Guilhembet 2001, p. 225 et 227.

104 C’est le très noble et très riche Sulpicius Galba qui promeut une législation contre l’usurpation de la dignité équestre (Plin., NH 33, 32).

105 Tac., Ann. 3, 53, 5.

106 Tac., Ann. 14, 57, 3 ; D. C., 62, 27, 2) ; et Tacite (Ann. 3, 55, 4) dit bien qu’une des raisons de la fin du luxe de la table tient aux condamnations à mort.

107 Ainsi, Sénèque s’attira des soupçons infamants en tant que propriétaire de villas luxueuses (Ann. 14, 52, 2). Ses richesses sont dites evectae, c’est-à-dire qu’elles ont « surpassé, dépassé » le modus privatus. Sa richesse est précisément ingens et représente, avec la magnificentia de ses villas, un danger politique potentiel pour le prince. Tacite écrit nettement que ce luxe et cette richesse peuvent lui gagner le studium, c’est-à-dire « l’affection, le dévouement » des citoyens, il montre ensuite Sénèque, qui n’a pas reçu de l’empereur l’autorisation de se retirer pour vivre en simple particulier, fuir sa propre popularité, donc sa clientèle (Ann. 14, 56, 3), et dresse une liste célèbre des personnages éliminés par les empereurs julio-claudiens parce que trop riches et politiquement trop puissants, comme L. Arruntius sous Tibère (Ann., I, 13, 1 ; Hist., II, 65, 5), et surtout Valerius Asiaticus, victime de l’avidité de Messaline en raison de la magnificentia de ses jardins (Ann. 11, 1, 1). L’affranchi Sosibius suggère à Claude le fait que Valerius Asiaticus représente un danger pour le pouvoir impérial (Ann. 11, 1, 1).

108 Guilhembet 2001, p. 226.

109 Grelle 1980, p. 353.

110 D’Elia 1980, p. 352 et 355-356.

111 Guilhembet 2001, p. 225.

112 Guilhembet 2001, p. 227.

113 Plin., NH 36, 103 ; 111-113 et Tac., Ann. 3, 55, 4. Boethius 1960, p. 107. Lafon (2001, p. 246, n. 45) considère que le texte de Tacite concerne au sens strict le seul luxe de la table et de la parure alors qu’il est fait mention de domo (Ann. 3, 55, 3).

114 Guilhembet 2001, p. 227-229.

115 Lafon 2001, p. 285.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éva Dubois-Pelerin, « Luxe privé/faste public : le thème de l’aedificatio du IIsiècle av. J.-C. au début de l’Empire », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 128-1 | 2016, mis en ligne le 22 février 2016, consulté le 22 mars 2017. URL : http://mefra.revues.org/3227 ; DOI : 10.4000/mefra.3227

Haut de page

Auteur

Éva Dubois-Pelerin

e.dubois-pelerin@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org