Navigation – Plan du site
Varia

Divo Pertinaci… ex reditibus locorum amp(h)itheatri. À propos d’une inscription de Cirta (ILAlg, II, 1, 560)

Anne-Florence Baroni

Résumés

Une brève inscription de Cirta (Numidie), commémorant la dédicace d’une statue à Pertinax divinisé, permet d’éclairer à la fois la vie municipale et les relations entre les provinciaux et le pouvoir impérial en 193. Comme les autres rares dédicaces connues au Divus Pertinax, découvertes en Afrique et à Ostie, ce texte signale le soutien immédiat à Septime Sévère, qui se proclame héritier de Pertinax lors de la prise de pouvoir et fait diviniser son prédécesseur assassiné ; la similarité du texte cirtéen avec la propagande officielle indique que les notables de Cirta bénéficient d’un accès direct à l’information, probablement grâce à leurs compatriotes présents à Rome et dans les armées sévériennes. Le financement de la statue grâce à la location des places lors du spectacle organisé par un magistrat et évergète est en contradiction apparente avec l’expression de la libéralité du donateur. Il souligne la complexité de l’évergétisme municipal, dont le fonctionnement nous échappe encore largement. Les sources restent le plus souvent muettes sur les transactions entre l’évergète et la cité et on ne peut totalement exclure – à l’opposé des théories de P. Veyne sur l’évergétisme – la possibilité d’investissements rentables venant récompenser les avances de fonds à la communauté.

Haut de page

Notes de l’auteur

Mes remerciements vont à François Chausson, qui a accepté de relire cette étude, à Xavier Dupuis et à Sabine Lefebvre pour leurs suggestions, ainsi qu’à Éloïse Letellier pour ses nombreux conseils.

Texte intégral

  • 1 Renier 1855, n°1825. CIL, VIII, 6995 et p. 965 ; ILS, 411 ; ILAlg, II, 1, 560. Voir également Creu (...)

1L’objet de cette étude est une inscription de Cirta (l’actuelle Constantine, en Algérie) dont le texte commémore l’érection d’une statue du Divin Pertinax par les soins d’un notable du nom de L. Scantius Iulianus. Le texte est connu par une copie de L. Renier, reprise dans le Corpus inscriptionum latinarum puis par H.-G. Pflaum dans les Inscriptions latines de l'Algérie1. La pierre, initialement conservée au musée de Constantine, n’a pas été retrouvée par Pflaum. Décrite par Renier comme « un dé de piédestal, trouvé près de la porte Valée », de 93 cm hauteur et de 77 cm de largeur, elle porte le texte suivant :

Divo Pertinaci / Aug(usto) patri, / L(ucius) Scantius L(ucii) fil(ius) Quir(ina) / Iulianus, eq(uo) pub(lico) / exornatus, statuam / quam promisit / ex reditibus lo/corum amp(h)ithe/atri diei muneris / quem de libera/litate sua ob ho/norem IIIvira/tus edidit, dedit.

« Au Divin Pertinax Auguste père, L. Scantius Iulianus, fils de Lucius, inscrit dans la tribu Quirina, orné du cheval public, a donné cette statue, qu’il a promis (d’ériger) grâce aux revenus tirés des places de l’amphithéâtre le jour des jeux organisés libéralement pour l’honneur du triumvirat ».

  • 2 Aucun amphithéâtre n’a été formellement localisé à Cirta bien qu’une ruine ait été interprétée com (...)

2Ce court texte est à bien des égards un témoignage exceptionnel, puisqu’il est à la fois l’une des rares dédicaces à Pertinax divinisé, la seule mention d’un amphithéâtre à Cirta et l’unique attestation épigraphique d’un munus offert par un magistrat de la cité – bien que l’existence d’au moins un amphithéâtre sur le territoire cirtéen et du personnel qui y était attaché indique que des jeux devaient être fréquemment organisés2. Il existe en outre dans ce texte une apparente contradiction entre l’édition de jeux présentés comme une générosité du donateur, et la location payante des places – puisqu’on fait traditionnellement la différence entre les spectacles offerts par un évergète et ceux organisés par des entrepreneurs. Il s’agit également de l’un des rares témoignages de places payantes aux spectacles organisés par un évergète sous le Haut-Empire. Il convient donc d’expliquer comment ce qui est présenté comme une évergésie a pu donner lieu à des revenus.

3La rareté des attestations épigraphiques du Divus Pertinax invite d’abord à s’interroger sur la date de l’inscription et sur les implications politiques de ce choix. Il faut sans doute comprendre la décision de l’évergète d’élever cette statue pour ses concitoyens comme un indice de l’adhésion précoce des Cirtéens à la propagande sévérienne, au cours des guerres civiles qui suivent l’assassinat de Pertinax. Ceux qui célèbrent le Divin Pertinax peuvent en effet apparaître comme des partisans de l’« empereur africain » : le Divin Pertinax est au cœur de la propagande de Septime Sévère pendant un laps de temps relativement court, dans les mois qui suivent la prise de pouvoir, ce qui permet de dater l’inscription du début du règne.

L’hommage à Pertinax divinisé

  • 3 Le gentilice est relativement rare sur le territoire de la Confédération cirtéenne, puisqu’on le t (...)
  • 4 La Confédération cirtéenne est en effet dirigée, au moins depuis la deuxième moitié du Ier  s. de (...)

4L’évergète, L. Scantius Iulianus, n’est pas autrement connu3. La description de sa carrière est ici réduite à sa plus simple expression. Comme la plupart des chevaliers connus à Cirta, L. Scantius Iulianus se dit décoré du cheval public mais ne paraît avoir rempli aucune fonction équestre : il s’est probablement contenté de bénéficier du statut que lui confère dans sa cité le titre de chevalier sans faire carrière au service de l’Empire. Il a en revanche parcouru le cursus municipal au moins jusqu’au triumvirat4, pour l’honneur duquel il a fait organiser des jeux. Il s’agit donc vraisemblablement d’un notable local que la faveur impériale a élevé au-dessus des autres membres de l’élite municipale.

  • 5 Dion, LXXIII, 17, 4 ; HA, Helv. Pert., XIV, 10 ; Aur. Vict., 20, 1. Le 1er juin 193 est la date gé (...)
  • 6 Aureus et denier RIC, IV, Septimius Severus, 24A, 24B ; sesterces et as, 660B(a), 660B(b), 660b(c) (...)
  • 7 Zevi 1971, p. 474. L’emploi de l’épithète Pius dans les titulatures impériales est analysé par Van (...)

5Le texte inscrit sur la base de la statue, qui qualifie Pertinax de Divus, Augustus et pater, est l’un des rares à nous renseigner sur le titre porté par Pertinax divinisé, après sa consecratio par le sénat en juin 1935. Ce titre se trouve également sur quelques émissions monétaires célébrant la consecratio du Divus Pert(inax) Pius Pater6. Pertinax est Divus et Pater comme sur l’inscription de Cirta. Contrairement à l’inscription, les monnaies ne mentionnent pas le nom d’Augustus mais ajoutent celui de Pius, que Pertinax n’a vraisemblablement jamais porté de son vivant mais qui lui a été octroyé par Septime Sévère7. En revanche, la titulature de Pertinax divinisé sur les quelques inscriptions latines connues qui le mentionnent n’est jamais exactement identique à celle de Cirta, même si des ressemblances existent.

  • 8 Leschi 1949, p. 223 (d’où AE, 1950, 61) : Divo / Pertinaci / patri, / ala I Pan/noniorum. L. Lesch (...)
  • 9 CIL, VIII, 1576 (ILPBardo, p. 149, n° 384) : Divo P(ublio) Helvio / Pertinaci, / C(aius) Iulius C((...)
  • 10 CIL, VIII, 10593 et 14557 : Divo / P(ublio) Helvio Per/tinaci Aug(usto) / Pio, p(atri) p(atriae), (...)
  • 11 Maurin 1995, p. 98-104 (d’où AE, 1995, 1657) : Divo / [P(ublio)] Helvio Pertinaci Aug(usto) Pio, p(...)
  • 12 Voir la photographie publiée par Maurin 1995, p. 100, fig. 2.
  • 13 La titulature de Pertinax à sa mort est connue grâce à une inscription de Capène datée de huit jou (...)
  • 14 Chastagnol 1984. L’ajout de p(ater) p(atriae) sur le texte du pagus Mercurialis n’est peut-être pa (...)

6Cinq dédicaces seulement à Pertinax divinisé ont pu être relevées en Afrique, en comptant celle de Cirta, et une seule en Italie, à Ostie. Ce n’est sans doute pas par hasard si le formulaire le plus proche de celui adopté par L. Scantius Iulianus est celui d’une autre inscription de Numidie, érigée à Gemellae par la Ière aile des Pannoniens : le Divus Pertinax y est également appelé Pater8. La troisième inscription africaine provient de Mustis, en Proconsulaire : comme celle de Cirta, elle est élevée par un notable municipal devenu chevalier romain. Mais à la différence des textes de Cirta et Gemellae, Pertinax y est nommé par ses tria nomina et ne porte pas d’autre titre que celui de Divus9. Les tria nomina apparaissent également sur le quatrième texte, un hommage public décrété par les décurions de Simitthus (Chemtou)10 : Pertinax divinisé porte des titres impériaux classiques, Augustus, Pius et p(ater) p(atriae). Enfin, le même formulaire se trouve sur la dernière inscription africaine recensée, œuvre des pagani du pagus Mercurialis, au sud de Carthage11. Sur l’inscription du pagus Mercurialis, les titres impériaux habituels Aug(ustus) et p(ater) p(atriae), oubliés dans un premier temps, ont été rajoutés en lettres plus petites au-dessus de celui de Pius12. Les inscriptions de Mustis, de Simitthus et du pagus Mercurialis comportent ainsi plusieurs « anomalies » : les tria nomina et (sauf à Mustis) le titre de p(ater) p(atriae), porté par Pertinax avant sa mort13 comme il est usuel pour un empereur vivant, n’appartiennent pas d’ordinaire à la titulature d’un Divus14.

  • 15 Les deux blocs CIL, XIV, 4365 et 4382 ont été réunis par Zevi 1971, p. 472-478 et pl. III (d’où AE(...)
  • 16 Sur la place de Pius avant le nom de Pertinax, Zevi 1971, p. 474.
  • 17 La restitution de [patri] à la suite de cette titulature a été proposée par Bollmann 1998, p. 342- (...)

7La sixième dédicace connue au Divus Pertinax, la seule inscription latine en dehors de l’Afrique, provient d’Ostie : il s’agit de l’inscription de l’architrave du temple collégial des fabri tignuarii, datée entre 195 et 199 – plus probablement selon F. Zevi, de 19515 ; Pertinax y est appelé Divus, Pius16 et Augustus ; le titre de Pater apparaissait peut-être dans la partie de la pierre aujourd’hui disparue, sans qu’on puisse en avoir la certitude17.

  • 18 CIL, IV, 4648 (AE, 1928, 132) : D(is) M(anibus) / [A(ulo) Egrilio?] Faustino, eq(uiti) R(omano) [- (...)
  • 19 AE, 1988, 211 : [--- eq(uiti)] / Rom(ano), dec(urioni) Ost(iensi), prae(tori) sac(ris) / Vul(kani) (...)
  • 20 CIL, VI, 1577 (ILS, 1137) : [--- adlecto inter / patr]icios a divo Pertinace, IIIvir(o) a(ere) a(r (...)
  • 21 InscrIt, XIII, 2, 42 (p. 253). Voir HA, HelvPert., XV, 5-6. On le trouve également mentionné sur (...)

8Les mentions du Divus Pertinax sur les inscriptions latines sont donc relativement rares : en dehors de ces six dédicaces, on ne compte que quatre autres occurrences, qui apparaissent toutes sur des inscriptions d’Ostie et de Rome. Deux d’entre elles sont des épitaphes de personnages ayant revêtu le flaminat de Pertinax divinisé : les deux défunts sont chevaliers ; le premier appartient vraisemblablement à la grande famille des Egrilii18 ; le second, mort très jeune, a exercé à la fois le flaminat du Divin Sévère et du Divin Pertinax19. La troisième mention apparaît sur une inscription de Rome, dans le cursus d’un sénateur adlecté au patriciat par cet empereur20. Enfin, le dies natalis du Divus Pertinax est encore fêté le premier août d’après le calendrier de Philocalus de 35421.

  • 22 Voir Daguet-Gagey 2000, p. 204.
  • 23 Herodian., II, 9, 8-11 et 14, 3 ; HA, Sev., V, 4 ; Did. Iul., VIII, 5 ; Dion, LXXIII, 17, 3. Voir (...)
  • 24 Herodian., II, 10, 1 ; 10, 9 ; 14, 3 ; HA, HelvPert., XV, 2 ; Sev., VII, 9 ; Eutr., VIII, 18, 3. (...)
  • 25 Selon Hérodien (II, 3, 11 sq) et Dion Cassius (LXXIII, 10 et 13), Pertinax est apprécié des sénate (...)
  • 26 HA, Did. Iul., II, 6 ; IV, 8-10.
  • 27 Sur cet honneur, Ross Taylor 1935, en particulier p. 127.
  • 28 Dion, LXXIV, 4. Voir Birley 1988, p. 105 ; Fox – Pomponi 2010, p. 312 sq.
  • 29 Mastrocinque 2011, p. 72-74.
  • 30 HA, HelvPert., XV, 3 ; Sev., VII, 8. Pertinax ne semble avoir eu qu’un fils et une fille vivants (...)
  • 31 AE, 1988, 211.
  • 32 HA, HelvPert., XV, 4-5 ; Sev., VII, 8. InscrIt, XIII, 2, 42. En outre, Pertinax doit faire parti (...)

9Ce rapide panorama des hommages au Divin Pertinax dans la partie occidentale de l’empire appelle plusieurs remarques. La première concerne le contexte politique. Pertinax a été divinisé à la suite de la prise de pouvoir par Septime Sévère le 1er juin 19322. Septime Sévère s’est en effet posé en vengeur de Pertinax23 et a ajouté le nom de ce dernier aux siens24. En revendiquant l’héritage de Pertinax, Septime Sévère cherche à se concilier à la fois le Sénat et le peuple de Rome25. Il s’oppose également à l’attitude de Didius Julianus qui, d’après l’Histoire Auguste, n’avait pris aucune mesure en faveur de la mémoire de Pertinax par crainte des prétoriens, mais tendait au contraire à réhabiliter Commode26. Immédiatement après sa prise de pouvoir, Septime Sévère rend donc une série d’honneurs à son prédécesseur. Une fois l’apothéose décidée par le Sénat, il fait élever un temple à Pertinax et ordonne que son nom figure dans les prières et les serments ; une statue en or de Pertinax est conduite en procession sur un char tiré par des éléphants au Cirque Maxime et trois trônes dorés sont dressés dans les autres édifices de spectacle (vraisemblablement dans les trois théâtres de la Ville, ceux de Pompée, Balbus et Marcellus)27. Septime Sévère organise des funérailles publiques, dont la description détaillée faite par Dion Cassius, qui a participé à l'événement, a été transmise par Jean Xiphilin28. Lors de ces cérémonies, l’empereur se charge lui-même de faire l’éloge du défunt, assumant ainsi clairement le rôle d’héritier, bien que le fils de Pertinax soit encore vivant29. Ce fils devient par ailleurs le premier titulaire du flaminat de Pertinax divinisé, nouvellement créé30 – comme on l’a noté, l’épigraphie d’Ostie nous fait connaître deux flamines de Pertinax, dont l’un, mort à douze ans, a également exercé le flaminat de Septime Sévère, ce qui prouve que le sacerdoce existe encore après la mort de ce dernier31. Au nom des sodales Marciani est adjoint celui d’Helviani. Enfin, sont institués des jeux pour commémorer l’accession de Pertinax au principat, supprimés plus tard par Septime Sévère, et d’autres pour le jour de son anniversaire, encore attestés par le calendrier de 35432.

  • 33 Zevi 1971, p. 476.
  • 34 Exemples cités par Chastagnol 1984, p. 277.

10On remarquera par ailleurs la grande hétérogénéité, sur les documents épigraphiques, de la titulature de Pertinax divinisé. Celle-ci pourrait indiquer que les communautés qui ont érigé des hommages au nouveau Divus n’ont pas nécessairement reçu de formulaire officiel sur lequel calquer leur propre texte. Ces dédicaces révéleraient alors une démarche relativement spontanée des communautés locales, ce qui irait dans le sens d’une adhésion précoce à la propagande sévérienne, déjà mise en évidence par F. Zevi pour Ostie33. Cela pourrait aussi expliquer les hésitations dans la gravure de la pierre, tel le rajout de p. p. sur l’inscription du pagus Mercurialis, et la reprise de formules qui appartiennent à la titulature de l’empereur régnant : dans les inscriptions où Pertinax est appelé Divus mais porte également ses tria nomina voire, sur les textes de Simitthus et au pagus Mercurialis, les titres d'Augustus, Pius et p(ater) p(atriae), les dédicants, ignorant la formule officielle exacte, ont pu forger une titulature à partir de celle de l’empereur vivant en la faisant simplement précéder du titre de Divus – même si on ne peut totalement exclure que la coexistence de titre de l’empereur vivant et de Divus s’explique par la prise de décision d’élever la pierre avant la mort de Pertinax et sa réalisation seulement après sa consecratio34.

  • 35 Zevi 1971, p. 476 émet l’hypothèse que la formule, présente sur les thèmes monétaires, ait été éga (...)
  • 36 Notice du CIL, VIII, 6995. Mommsen est suivi (au conditionnel) par Pflaum dans la notice ILAlg, II (...)
  • 37 Bénabou 1976, p. 351-356 ; Cadotte 2007, p. 253-281.
  • 38 Par ex., RIC, I, p. 106, n° 20. Zevi 1971, p. 476.
  • 39 RIC, II, p. 141, n° 184 et sq. (monnaies du règne de Titus) ; RIC, II, p. 261, n° 251-252 ; p. 301 (...)
  • 40 Pertinax a lui-même présenté son règne comme celui de la liberté retrouvée des citoyens (BMC, V, p (...)
  • 41 Weinstock 1971 en part. p. 200-205 (origines et premiers emplois de pater pour qualifier le chef p (...)
  • 42 Dion, LXXIII, 13, 3 (Didius Julianus est accusé par la foule d’être un πατροφόνος) ; Herodian., II (...)
  • 43 Seston 1966, en part. p. 219 ; Birley 1997, p. 2739 ; Festy 1999, p. 124-125 ; Molinier-Arbo 2010, (...)
  • 44 Epit., XVIII, 6 : huic mortuo Divi nomen decretum est ; ob cuius laudem ingeminatis ad vocis usque (...)
  • 45 HA, Helv. Pert., XV, 2.

11À la différence des hommages de Mustis, Simitthus et du pagus Mercurialis, les inscriptions de Cirta et de Gemellae sont, comme celle d’Ostie, plus proches du titre officiel diffusé par les légendes monétaires au Divus Pert(inax) Pius Pater35. Les deux inscriptions de Numidie omettent toutefois le titre de Pius que celui de Pater. Remarquant que Sévère ne s’est jamais fait appeler fils de Pertinax, Mommsen a fait le rapprochement entre ce nom et celui de divinités anciennes36 (comme Mars Pater, Summanus Pater, Ianus Pater ou encore Liber Pater, dont le culte est particulièrement répandu en Afrique37). Pater évoque également la mémoire du Divus Augustus, qualifié de Pater sur des monnaies de l’époque de Tibère38 et de Titus, mais aussi l’attitude que Trajan, modèle de Septime Sévère, a eu à l’égard de son propre père, M. Ulpius Traianus : après l’avoir fait diviniser, Trajan émet des monnaies avec la légende Divus Pater Traianus39. Néanmoins, il est probable que Pertinax doive essentiellement ce titre au souvenir que le Sénat et le peuple romains gardent de son règne, par opposition à la tyrannie de Commode40, selon une longue tradition qui associe le chef politique à la figure du père et la pietas de ce dernier envers ses enfants à celle due au peuple41. C’est du moins ce que laissent entendre les contemporains Dion et Hérodien, qui présentent tous deux le règne de Pertinax comme celui d’un père42. L’Epitome de Caesaribus – qui semble pour la fin de la notice consacrée à Pertinax s’inspirer de Marius Maximus43 – est encore plus explicite et éclaire à la fois le titre de Pius et celui de Pater accolés au nom de Pertinax après sa mort : « après sa mort, on lui décerna le titre de Divin ; pour faire son éloge, on redoubla d’applaudissements en proclamant jusqu’à en perdre la voix : " sous le règne de Pertinax, nous avons vécu en sécurité, nous n’avons craint personne ; au père pieux, au père du Sénat, au père de tous les bons citoyens "44 ». On voit ici combien Septime Sévère, qui se charge d’ailleurs de l’éloge funèbre, avait intérêt non seulement à revendiquer l’héritage de son prédécesseur mais aussi à entretenir la mémoire du bonus princeps vanté par les sources45.

  • 46 RIC, IV, p. 99, n. 65 (aureus daté de 195 par la troisième puissance tribunicienne de Septime Sévè (...)
  • 47 Mastrocinque 2011, p. 78.
  • 48 Voir Zevi 1971, p. 476 ; Zevi 2008, p. 491 ; Ardanaz Fernández – Fernández González 2006, p. 26 sq(...)

12L’utilisation politique de la figure de Pertinax appartient nécessairement au tout début du règne de Septime Sévère, lorsque ce dernier cherche à se concilier le Sénat et se place dans la continuité de la politique philo-sénatoriale de Pertinax. À partir de la fin 195 en effet, Septime Sévère se déclare fils de Marc Aurèle et frère de Commode46, ce qui permet de souligner la transmission héréditaire du pouvoir47. Le thème de l’héritage de Pertinax n’a alors plus de raison d’être48. L’inscription de Cirta doit donc être datée de 193-195, voire certainement de 193, dans les mois qui suivent la consecratio, comme les émissions monétaires.

  • 49 Briand-Ponsart 2006.
  • 50 Cf. infra.

13Il est en outre remarquable que les inscriptions les plus proches du formulaire officiel transmis par les monnaies sont érigées à Ostie, Gemellae et Cirta, où les dédicants sont susceptibles d’être en relation directe avec le pouvoir : les fabri tignuarii d’Ostie sont en effet installés à proximité de Rome, tandis que les soldats de la Ière aile des Pannoniens sont en relation directe avec le pouvoir central. Les Cirtéens ont quant à eux pu recevoir l’information depuis Lambèse, le camp de la IIIe légion Auguste ; ils bénéficient également d’un important réseau politique et social puisque leurs compatriotes sont nombreux dans l’élite impériale49 comme dans le camp sévérien50. Au contraire, à Mustis, à Simitthus et au pagus Mercurialis, les textes sont contaminés par le souvenir des noms et titres de l’empereur vivant. Ceci pourrait s’expliquer par un accès indirect à l’information, peut-être en raison d’une circulation difficile des nouvelles pendant cette période troublée.

  • 51 HA, HelvPert., IV, 2 ; Did. Iul., V, 2 ; Dion, LXXIII, 15, 4. Thomasson 1996, p. 73 ; Fox – Pomp (...)
  • 52 Birley 1969, p. 252-253, p. 261, et p. 271-272, 274 ; voir aussi l’importance de l’Afrique pour le (...)
  • 53 Selon Dion Cassius (LXXIII, 8, 2), une tentative de complot des prétoriens devait se dérouler alor (...)

14Le faible nombre d’inscriptions et l’hétérogénéité des formulaires indiquent que les autorités romaines n’ont pas relayé dans les cités les honneurs rendus au nouveau Divus. Les inscriptions à Pertinax divinisé dans l’Occident romain relèvent donc d’une décision propre aux élites locales. Comment expliquer alors que ces inscriptions se concentrent en Afrique et à Ostie ? Il pourrait s’agir d’une loyauté particulière de ces régions à la mémoire de Pertinax ou bien d'un signe d’allégeance précoce au nouveau pouvoir sévérien. La seconde hypothèse est la plus probable mais elle n’est pas incompatible avec la première. On sait en effet que Pertinax a été proconsul d’Afrique vers 188-18951 ; il semble également avoir eu l’appui des nombreux Africains qui détiennent des postes-clés en 192-193, en particulier Septime Sévère lui-même et surtout Q. Aemilius Laetus, le préfet du prétoire qui lui offre le pouvoir après l’assassinat de Commode52. Pour Ostie, F. Zevi a avancé l’argument de possibles mesures annonaires de Pertinax dont le port aurait pu bénéficier53. Cet argument pourrait tout aussi bien s’appliquer à l’Afrique, l’un des « greniers à blé » de Rome.

  • 54 Zevi 1971, p. 505.

15Plus simplement, les hommages à l’empereur précédent, divinisé par son successeur, sont un hommage indirect à Septime Sévère, au moment où la propagande impériale associe les deux souverains. De plus, selon F. Zevi, la dédicace du temple des fabrii tignuarii appartient à une grande phase de travaux édilitaires, qui correspondrait à la mise en valeur de parcelles confisquées à la fin du règne de Commode et confiées par ses successeurs aux collèges professionnels qui interviennent dans l’annone de Rome54 ; dans ce cas, l’hommage à Pertinax pourrait être une façon de remercier les empereurs dont la politique a permis la construction du temple.

  • 55 Alföldy 1968, p. 120, p. 123 sq. ; sur l’attitude probable des Maurétanies : Dietz 1997, p. 516, p (...)
  • 56 Romanelli 1959, p. 410-411 ; Barnes 1967, p. 98 ; Le Bohec 1981, p. 130, 134-135 ; Le Bohec 1989, (...)
  • 57 Autres exemples de soutiens africains de Septime Sévère dans Barnes 1967, p. 98 sq. ; Birley 1969, (...)
  • 58 Dion, LXXIV, 6, 5-6 ; LXXV, 2, 3. PIR² C 823 ; PME, IV, Suppl. I, C 128. La carrière de ce personn (...)
  • 59 PIR² C 834 ; Stein 1927, p. 287, p. 319 sq., n. 5, p. 393 ; Barbieri 1952, p. 39, n° 147 ; Fitz 19 (...)
  • 60 Di Vita-Évrard 1984, p. 129. Sur Q. Antistius Adventus Postumius Aquilinus, Bertrandy 1973 ; Birle (...)

16En Proconsulaire et en Numidie (chez les civils, à Cirta, comme chez les militaires, à Gemellae), l’adhésion à la propagande mise en place par l’« empereur africain » s’explique aisément. Même s’il est depuis longtemps démontré que Septime Sévère n’était pas l’homme d’un « parti africain » et qu’il n’était pas unanimement soutenu par ses compatriotes, il est certain qu’une partie des Africains, en particulier ceux de Numidie, ont pris son parti pendant les guerres civiles55. La IIIe légion Auguste rejoint ainsi rapidement le camp sévérien et reçoit en récompense le titre de Pia Vindex sans doute dès 194-19556. Les Cirtéens ont semble-t-il été nombreux dans les armées de Septime Sévère57 – à l’image de Ti. Claudius Candidus, grand général de Septime Sévère, généralement considéré comme Cirtéen58 ou de Ti. Claudius Claudianus, originaire de Rusicade, récompensé par un consulat suffect en 19959. Cet appui des sénateurs et chevaliers s’explique peut-être en partie par des relations personnelles anciennes entre la famille de Septime Sévère et l’élite cirtéenne. Le frère de Septime Sévère, P. Septimius Geta, est par exemple tribun laticlave de la legio II Augusta en Bretagne, sous les ordres du légat d’origine lepcitaine L. Silius Plautius Haterianus. Ce dernier est lui-même un protégé du gouverneur alors en poste, le Cirtéen Q. Antistius Adventus Postumius Aquilinus, général de Marc Aurèle et proche parent du gendre de l’empereur Antistius Burrus60.

  • 61 ILAlg, II, 1, 564-565 (Cirta) ; l’inscription à Paccia Marciana (PIR2 P 20 ; Raepsaet-Charlier 198 (...)
  • 62 HA, Sev., XIV, 4. Chausson 1995a, p. 191 sq.
  • 63 À Lepcis Magna, sont conservées non seulement les hommages à la première épouse et au père de l’em (...)
  • 64 Raepsaet-Charlier 1987, p. 484, n° 590.
  • 65 Thomasson 1996, p. 34, n° 30 et p. 44, n° 49.
  • 66 Le gentilice Marcius a également été importé en Afrique par des colons italiens : Lassère 1977, p. (...)
  • 67 Les Marcii de Lepcis Magna sont répertoriés par Birley 1969, p. 256-258. Également Chausson 2002, (...)
  • 68 Chausson 1995a, p. 192, n. 34.
  • 69 Commentaire à ILAlg, II, 2, 4196.
  • 70 ILAlg, I, 1349 ; ILAlg, II, 1, 630. Un parent de Septime Sévère, C. Septimius Severus, pourrait se (...)
  • 71 On compte 48 porteurs du gentilice Marcius : ILAlg, II, 1, 254 à Rusicade ; 559, 1465-1471 à Cirta (...)
  • 72 Inscriptions cirtéennes de P. Iulius Geminius Marcianus (PIR2 I 340) : ILAlg, II, 1, 634-637, 655 (...)
  • 73 Les Marcii et les Pacci sont notamment bien représentés sur l’ancien territoire de la Carthage pun (...)
  • 74 Si la Numidie semble avoir été majoritairement pro-sévérienne, Clodius Albinus comptait de nombreu (...)

17Pour les élites locales, nous ne disposons pas de témoignages d’adhésion au parti sévérien aussi précoces. Néanmoins, quelques années plus tard, après la fin des guerres civiles, les Cirtéens ont manifesté leur loyauté envers Septime Sévère en élevant des statues à son père P. Septimius Geta et à sa première femme Paccia Marciana61 ; ces hommages appartenaient vraisemblablement à un groupe plus important destiné à honorer la famille de l’empereur et font sans doute écho à la décision de Septime Sévère d’élever des statues à ses parents, son grand-père et sa première épouse, à une date comprise entre 197 et 202/20362. Même en tenant compte du caractère aléatoire des découvertes, il convient de souligner que Cirta est avec Lepcis Magna63, la patrie de Septime Sévère, la seule cité à avoir livré des témoignages d’hommages au père et à la première femme de ce prince. La présence de ces hommages à Cirta a parfois été expliquée par l’origine cirtéenne de Paccia Marciana. On ignore d’où venait précisément la première épouse de Septime Sévère, mais on admet généralement qu’elle était Africaine64 : les gentilices Paccius et Marcius évoquent en effet l’activité potentielle de deux proconsuls d’Afrique dans la diffusion de la citoyenneté romaine, Q. Marcius Barea en 41-43 et C. Paccius Africanus en 77-7865. Les Marcii, notamment, sont nombreux66, ce qui rend pratiquement impossible, en l’absence d’une source explicite, de déterminer la cité exacte dont venait Paccia Marciana. On estime souvent que Septime Sévère a épousé une compatriote67. L’hypothèse d’une origine cirtéenne a cependant été évoquée68, notamment par H.-G. Pflaum69 qui a conjecturé un lien de parenté entre Paccia Marciana et les Paccii propriétaires du saltus Bagatensis, probablement issus d’une famille équestre originaire de Thubursicu Numidarum mais implantée sur le territoire cirtéen70. Marcii et Pacci sont bien représentés à Cirta même et dans la Confédération cirtéenne71. De plus, Marcianus est un cognomen porté dans une famille sénatoriale cirtéenne, dont le ressortissant le plus connu est P. Iulius Geminius Marcianus, qui termine sa carrière comme proconsul d’Asie peu avant 183/18472. Toutefois, en raison de la large diffusion de ces noms et en particulier du gentilice Marcius, d’autres cités africaines pourraient être la patrie de Paccia Marciana, d’autant plus que son père et sa mère n’étaient pas nécessairement originaires de la même cité73. On ne peut donc s’appuyer sur les origines de Paccia Marciana pour expliquer la réalisation à Cirta d’un programme iconographique représentant la famille de Septime Sévère. Cependant, comme l’hommage au Divus Pertinax, les statues des parents et de la première épouse de Septime Sévère témoignent de l’initiative des Cirtéens d’appliquer une décision de Septime Sévère qui devait à l’origine concerner seulement Rome. Peut-être ces statues étaient-elles également pour les Cirtéens un moyen de rappeler l’origine africaine de la nouvelle dynastie et de favoriser la réconciliation aux lendemains des guerres civiles74.

  • 75 Pescennius Niger s’est lui-même comparé à Pertinax (Herodian., II, 7, 5). Même si des hommages à S (...)

18Il n’est d’ailleurs pas exclu que, quelques années auparavant, lors de la première guerre civile, la référence à Pertinax, figure relativement consensuelle, soit également une façon discrète de montrer sa préférence pour le parti sévérien, sans pour autant prendre de risque inconsidéré avant la résolution définitive du conflit75. Il n’en reste pas moins que, dès 193, les notables cirtéens, au premier rang desquels L. Scantius Iulianus, se sont montrés prompts à relayer la propagande sévérienne, ce qui indique que la grande majorité d’entre eux a soutenu Septime Sévère dès sa prise de pouvoir.

La location des places de l’amphithéâtre

19La dernière partie de l’inscription explique les raisons et les circonstances du don de la statue par L. Scantius Iulianus : L. Scantius Iulianus a promis d’élever la statue à Pertinax divinisé avec l’argent des places de l’amphithéâtre, le jour des jeux qu’il a libéralement organisés pour l’honneur du triumvirat (statuam quam promisit ex reditibus locorum amp(h)itheatri diei muneris quem de liberalitate sua ob honorem IIIviratus edidit dedit).

  • 76 Ville 1981, p. 155-158.
  • 77 Ville 1981, p. 156.
  • 78 Ceballos Hornero – Ceballos Hornero 2011, en part. p. 110 sq. Hugoniot 1996, vol. I, p. 342-343 so (...)
  • 79 ILAlg, II, 1, 17 : Pro salute / Imp(eratoris) Caes(aris) M(arci) Aureli / Commodi Antonini Aug(ust (...)

20L’organisation de munera par un évergète n’a rien d’exceptionnel : offrir des jeux pour l’honneur d’une magistrature est une pratique habituelle, même si sous l’Empire, ce n’est pas une obligation légale. En revanche, cette inscription est la seule attestation de l’édition par un notable cirtéen d’un munus à Cirta même. La signification et la polysémie du terme munus est débattue ; c’est pourquoi la nature exacte du spectacle proposé n’est pas totalement assurée : s’agit-il d’un jeu de gladiateurs, d’une chasse ou bien des deux à la fois ? En effet, le terme munus, qui au départ désigne le munus gladiatorum, le combat de gladiateurs, s’applique aussi progressivement aux autres spectacles de l’amphithéâtre, les chasses76, voire aux deux types de spectacles présentés au public successivement : les venationes le matin et les gladiateurs l’après-midi. Le munus finit par pouvoir désigner éventuellement un spectacle de chasses uniquement77. Il n’est donc pas impossible que certaines inscriptions où munus est employé sans plus de précision renvoient à des venationes sans combat de gladiateurs, surtout en Afrique, la région de l’Empire qui a livré le plus d’attestations de venationes et où les mentions des gladiateurs sont beaucoup moins fréquentes78. Cependant, malgré la disproportion des témoignages, les Africains assistaient bien à des spectacles de gladiateurs : ainsi, quelques années avant le munus offert par L. Scantius Iulianus, en 187, un autre notable organise à Rusicade, l’une des quatre colonies cirtéennes, un munus gladiat(orum) et venat(orum)79. Il n’est donc pas possible de trancher définitivement et de déterminer si le munus de Iulianus comprenait des gladiateurs, des chasses, ou les deux types de spectacles présentés successivement, ce qui est envisageable pour des jeux organisés sur une journée.

  • 80 Ceballos Hornero 2007, en part. p. 111 (le prix du spectacle offert par L. Scantius Iulianus est é (...)
  • 81 En Afrique Proconsulaire comme en Numidie, les ludi scaenici, moins onéreux, sont les jeux les plu (...)
  • 82 Par ex., ILAlg, II, 1, 10, 34, 473, 479, 528, 529, 709.

21L. Scantius Iulianus offre quoi qu’il en soit à ses concitoyens un spectacle onéreux80, ce qui explique peut-être deux autres particularités de ce texte. La première est le fait que les jeux seuls constituent l’évergésie ob honorem. D’ordinaire, à Cirta et dans les colonies cirtéennes, le spectacle (le plus souvent théâtral81) est présenté comme une libéralité supplémentaire, offerte par l’évergète le jour de l’inauguration du monument offert pour l’honneur de la magistrature que ces concitoyens lui ont décernée82, ce qui implique que les ludi scaenici coûtaient moins cher que la statue. C’est donc le contraire pour l’évergésie de L. Scantius Iulianus, qui offre d’abord des jeux dans l’amphithéâtre, puis fait élever une statue après le spectacle.

  • 83 Voir par exemple Piernavieja 1975.
  • 84 Tac., Ann., IV, 62-63.

22La particularité la plus notable du texte réside cependant dans le financement de la statue par l’argent tiré de la location des places à l’amphithéâtre, le jour des jeux organisés généreusement par l’évergète. On sait en effet qu’il existe des spectacles payants, organisés par des entrepreneurs83 – l’un des exemples les plus célèbres étant présenté par la catastrophe de Fidènes survenue sous Tibère, où l’amphithéâtre construit à moindres frais et dans un but commercial (in sordidam mercedem, écrit Tacite) s’effondra sous le poids des spectateurs84.

  • 85 Ville 1981, p. 430-432 ; Cavallaro 1984, p. 115, 207-208.

23Le problème est différent pour les spectacles organisés dans le cadre de la cité, par les magistrats et, comme c’est le cas ici, par un évergète pour ses concitoyens. Dans ce cas de figure, la question de la gratuité ou non des places est un problème non résolu85. L’inscription de Cirta indique sans ambiguïté que dans certains cas, les places de l’amphithéâtre peuvent être payantes, même lorsque le spectacle est offert par un évergète ; de plus, une partie au moins de l’argent est revenue à l’éditeur des jeux lui-même puisque c’est L. Scantius Iulianus qui emploie tout ou partie de la somme ainsi rassemblée pour ériger la statue du Divus Pertinax.

  • 86 Ville 1981, p. 431.
  • 87 Plut., Caius Gracchus, 12, 5-6 : Συνέτυχε δὲ αὐτῷ καὶ πρὸς τοὺς συνάρχοντας ἐν ὀργῇ γενέσθαι διὰ τ (...)
  • 88 Vitruve, De Architectura, V, 1, 1-2 : Italiae vero urbibus non eadem est ratione faciendum, ideo q (...)
  • 89 Pour l’utilisation du forum comme lieu de spectacle et les maeniana, voir Saliou 2009, p. 109-111 (...)

24Le texte de Cirta est le seul hors d’Italie à faire allusion à la location des places de spectacle86. Pour l’Italie républicaine, plusieurs sources précisent que la cité et les magistrats qui ordonnent les jeux sont susceptibles de tirer des revenus de la location des places de spectacle. Plutarque rapporte ainsi que C. Gracchus, afin de permettre au peuple d’assister au spectacle gratuitement, a fait retirer les tribunes que les magistrats avaient dressées pour les louer à l’occasion d’un combat de gladiateurs organisé sur le forum87. De même, au début de l’époque augustéenne, Vitruve88 considère que la location de balcons (maeniana) installés pour les spectateurs sur le forum lors des munera gladiatoria est une source de revenus publics89.

  • 90 Bibliographie dans Sabbatini Tumolesi 1974, p. 287 sq. ; EAOR, ad n. 19, p. 44.
  • 91 CIL, I2, 3182 (EAOR, III, 19) ; CIL, I2, 3183- 3184 (CIL, IX, 326-327 ; EAOR, III, 20-21). Pour le (...)
  • 92 Sabbatini Tumolesi 1974, p. 288 ; Morizio dans Chelotti et al. 1990, p. 6 ; EAOR, III, p. 43. Selo (...)
  • 93 Sur les munera organisés par les magistrats municipaux, voir par exemple Duncan-Jones 1974, p. 149 (...)

25En outre, l’inscription de L. Scantius Iulianus a été utilisée pour tenter d’expliquer un autre dossier épigraphique, daté de la fin de l’époque républicaine90 : d’après trois inscriptions de Canusium, deux quattuorviri ont érigé des statues à Mars, Vesta et Vortumnus, de munere gladiatorio ex s(enatus) c(onsulto)91. L’expression de munere gladiatorio est généralement interprétée comme l’argent tiré du spectacle de gladiateurs92. Cependant, outre l’écart chronologique, la situation est sensiblement différente dans les deux cas : à Cirta, il s’agit d’une évergésie ob honorem ; à Canusium, d’un acte officiel, décidé par le conseil local et réalisé par les magistrats en exercice, qui ont probablement organisé les jeux93. Le parallèle entre ces deux cas ne permet pas d’expliquer la contradiction apparente entre évergétisme et paiement des places dans l’inscription cirtéenne. Mais si le sens donné à l’expression de munere gladiatorio est juste, nous avons là un témoignage supplémentaire d’entrées payantes aux spectacles de l’amphithéâtre.

  • 94 Martial, V, 24, 9 : Hermes divitiae locariorum.
  • 95 Selon le sens généralement admis : Ville 1981, p. 43 ; doute de Rawson 1987, p. 96, n. 72.
  • 96 Suet., Caligula, 26 : inquietatus fremitu gratuita in Circo loca de media nocte occupantium, omnis (...)
  • 97 Dion, LIX, 13, 8 : καὶ μετὰ τοῦτο ἐπανελθὼν πρὸς τὰ τῆς Δρουσίλλης γενέσια ἄγαλμά τε αὐτῆς ὑπ᾽ ἐλε (...)

26Au début de l’époque impériale, quelques sources littéraires signalent qu’il existait à Rome des représentations payantes et que pouvaient se trouver à un même spectacle des spectateurs ayant bénéficié de places gratuites et d’autres ayant dû payer leur entrée – y compris, dans un cas, lors d’une représentation offerte par l’empereur. Un vers de Martial94 cite ainsi un gladiateur qui fait la richesse des locarii, c’est-à-dire des loueurs de sièges95  ; mais cet exemple ne permet pas véritablement d’éclairer la question des places payantes dans l’amphithéâtre de Cirta car Martial ne précise pas dans quel type de spectacle (officiel ou organisé par des entrepreneurs) intervient ce gladiateur. On trouve aussi chez Suétone96 une allusion à un nombre limité de places gratuites au cirque à l’époque de Caligula, ce qui laisse entendre que la majorité des places est payante. Par conséquent, dans certains cas, un même spectacle peut donner lieu à la distribution de places gratuites et à la location des autres sièges. Sous le règne de Caligula également et toujours dans le cadre du cirque, Dion Cassius mentionne un spectacle donné gratuitement par l’empereur, ce qui permet de penser que la représentation aurait pu être payante97. Ces témoignages semblent donc indiquer qu’à Rome au moins, dans la première moitié du Ier siècle ap. J.-C., les places au cirque et à l’amphithéâtre étaient généralement payantes puisque les entrées gratuites sont à chaque fois comprises comme une exception – ce dont ne s’étonne d’ailleurs par Dion Cassius, qui écrit plus d’un siècle et demi plus tard. On ignore par ailleurs quel pouvait être le prix de ces places.

27Cependant, comme on l’a dit, l’inscription cirtéenne présente une situation distincte des exemples précédemment évoqués, qui plus est largement antérieurs. L’éditeur des jeux, par qui transite la somme ex reditibus locorum amp(h)itheatri, n’est en effet ni un entrepreneur ni un magistrat chargé dans le cadre de ses fonctions d’organiser des jeux. Si L. Scantius Iulianus a bien été triumvir, le spectacle offert à ses concitoyens est une évergésie ob honorem, en remerciement de sa désignation à cette magistrature supérieure de la colonie de Cirta, et non une mission effectuée en tant que triumvir. Ce n’est donc pas comme représentant de la communauté que L. Scantius Iulianus a encaissé l’argent des places de l’amphithéâtre : à la différence, par exemple, du cas présenté par Vitruve, les bénéfices ne sont pas revenus à la cité mais au munéraire.

28Le paiement de leur place par les spectateurs n’est pas exceptionnel en soi ; le caractère surprenant du texte tient à la perception d’un droit d’entrée pour un munus présenté comme une liberalitas : l’inscription souligne la générosité du donateur envers la communauté ; si l’on se place dans la perspective d’un don sans attente de rétribution matérielle, on comprend difficilement la mention de recettes de la part de l’évergète. Il y a visiblement un jeu entre le notable et ses concitoyens qui nous échappe largement mais pour lequel on peut tenter d’avancer plusieurs explications. Celles-ci peuvent se résumer à trois solutions : il peut s’agir ou bien d’un arrangement pour payer la statue, ou bien d’une distinction entre le paiement des jeux par le munéraire et la location (hypothétique) de l’amphithéâtre, ou bien des fruits d’une négociation pour limiter la dépense de l’évergète – ce qui signifie que la liberalitas n’est pas incompatible avec la perception de revenus.

  • 98 Lepore 2005, en part. p. 31-44.
  • 99 Les inscriptions de Cirta trahissent en effet un souci de précision, parfois à la limite de la red (...)
  • 100 Jacques 1984, en part. p. 399 sq.

29L. Scantius Iulianus a promis une statue avec l’argent gagné grâce la location des places à l’amphithéâtre. Il faut apparemment comprendre que les conditions du financement de la statue, mentionnées après le verbe promisit, faisaient partie des termes de cette promesse. On doit d’ailleurs sans doute à l’enregistrement par les autorités de la promesse – c’est-à-dire du contrat entre l’évergète et la cité qu’indique le terme promisit98 – la précision ex reditibus locorum amp(h)itheatri99. On ignore si la promesse a eu lieu avant ou après le spectacle. Si elle a lieu avant, il pourrait s’agir d’un des termes de la négociation : il est prévu dès le départ que les places seront payantes et serviront (au moins en partie) à payer une statue. Si la promesse a lieu après le spectacle, on se trouverait ici devant un exemple de pression exercée par le peuple sur les notables et évergètes potentiels lors des événements publics, dont Fr. Jacques a analysé les modalités100. Nous ne savons pas non plus si la somme a été employée intégralement ou partiellement dans l’exécution de la statue, même si la deuxième solution semble plus probable.

30Comment résoudre la contradiction entre la manifestation de générosité de la part de l’évergète et le fait que celui-ci ait fait payer des places, ce qui reviendrait à demander aux spectateurs de financer une partie du munus, si ce n’est à tirer profit de cette liberalitas initiale ?

  • 101 Ville 1981, p. 431, qui cite Pétrone, XLV, 13 (« munus tamen, inquit, tibi dedi » ; et ego tibi pl (...)

31La première explication plausible est l’arrangement conclu entre les citoyens pour payer la statue. Le coût du spectacle est réglé par l’évergète de liberalitate sua mais les places sont payantes et la collecte des sommes confiée au munéraire, à charge pour lui de faire également ériger la sculpture par la suite. Cette solution est conforme à l’idée que l’éditeur des jeux, « particulier, magistrat ou empereur, ne perçoit jamais rien sur le prix éventuel des places » et n’est jamais remboursé de ses dépenses101. Mais cette interprétation s’accorde mal avec l’emploi du verbe dedit, qui désigne la statue comme un don supplémentaire de L. Scantius Iulianus et qui indique par conséquent qu’il était le détenteur, et non le simple dépositaire, de l’argent récolté.

  • 102 Les monuments publics, dont font partie les édifices de spectacle, sont des loca publica, qui ne s (...)

32Une deuxième hypothèse consiste à considérer que la liberalitas ne concerne que l’édition des jeux, le fait d’engager et de payer les services de gladiateurs et/ou de chasseurs professionnels. Les spectateurs doivent s’acquitter d’un droit d’entrée pour l’usage du bâtiment public qu’est l’amphithéâtre. Cet argent est perçu par Iulianus puisque c’est lui qui le reverse à la communauté sous forme de statue. Deux explications sont possibles : ou bien L. Scantius Iulianus a directement loué l’édifice à la cité102, la location des places de spectacle étant ensuite effectuée sous sa responsabilité, avec la possibilité pour lui de réaliser un profit ; ou bien il a avancé à la cité la somme qu’elle aurait dû encaisser si elle s’était elle-même chargée de la location, à charge pour lui d’organiser la vente, de percevoir l’argent et ainsi de se rembourser ; mais évergète modèle, il a remis cette somme à la collectivité sous forme de statue.

  • 103 Voir la bibliographie dans Kokkinia 2012, p. 97, n. 1.
  • 104 Voir Kokkinia 2012, p. 121-122.
  • 105 Hugoniot 1996, p. 208.

33Une troisième possibilité est d’envisager que L. Scantius Iulianus ait cherché à limiter ses dépenses. Les promesses des évergètes et leur exécution pouvaient donner lieu à une négociation entre le notable et la cité103. Peut-être les termes de la transaction permettaient-ils à L. Scantius Iulianus de se rembourser d’une partie des frais engagés, éventuellement à cause de la difficulté d’estimer les coûts notamment des combats de gladiateurs104. Cet arrangement aurait été trouvé entre les deux parties pour permettre l’organisation des jeux dans la cité, sans que le notable dépense plus qu’il n’avait prévu. La location des places à l’amphithéâtre n’aurait pas alors pour but de dégager un bénéfice mais de permettre à l’évergète d’alléger sa dépense. Dans sa thèse inédite sur les spectacles en Afrique romaine105, Chr. Hugoniot a également proposé l’hypothèse suivante : Scantius Iulianus n’avait peut-être pas les liquidités suffisantes et l’annonce de la location des places lui aurait permis d’emprunter. Il n’aurait pas gardé les bénéfices pour lui mais les aurait reversés à la communauté sous la forme d’une statue. Mais Chr. Hugoniot ne juge pas cette hypothèse pleinement satisfaisante car selon lui, le prix des places ne devait pas compenser la dépense, immense pour ce type de jeux. Néanmoins, on ne peut présumer du gain de Scantius Iulianus dans l’affaire car le coût du spectacle, le prix des places comme la capacité de l’amphithéâtre (qui n’est pas identifié) restent inconnus. Même en tenant compte de la gratuité éventuelle pour certains spectateurs ou d’un quota de places réservées aux invités de l’éditeur, la somme obtenue a pu être élevée. On ignore également si l’éditeur des jeux pouvait tirer d’autres revenus de cette journée (par exemple sous forme de droits prélevés sur les activités commerciales autour de l’événement). Surtout, puisqu’il existe des spectacles payants et des organisateurs de jeux professionnels, il n’y a pas de raison de penser que le munus cirtéen ne puisse être rémunérateur.

  • 106 Par exemple Sabbatini Tumolesi 1980, p. 125, n. 40.
  • 107 Voir supra n. 99.
  • 108 Veyne 1976.
  • 109 Voir le legs de Gargilianus pour la construction d’un aqueduc à Cirta, connu par un rescrit de Se (...)

34Ceci signifierait que la liberalitas n’est pas obligatoirement incompatible avec la perception de recettes, que ces dernières servent à limiter la dépense de l’évergète ou, si l’on va au bout du raisonnement, qu’elles permettent même la réalisation de bénéfices. Les revenus de L. Scantius Iulianus, tirés de la location des places, ont été considérés comme un cas exceptionnel106. On ne peut cependant pas savoir si le caractère unique de l’inscription cirtéenne est dû au fait qu’il était inhabituel d’exiger une participation financière de la part des bénéficiaires d’une évergésie, ou bien tout simplement que l’on ne faisait pas d’ordinaire mention de ce détail sur les textes gravés. La clause pourrait apparaître sur l’inscription de Cirta uniquement par souci de précision107. L’idée qu’une évergésie ob honorem puisse susciter des rentrées d’argent est certes en contradiction avec l’image du bienfaiteur de la cité, tel que l’a décrit Paul Veyne108, un citoyen mu par l’obligation morale et la libre générosité individuelle. Cette image, bien attestée par les sources, de l’évergète en bienfaiteur, non pas totalement désintéressé, mais dont les bénéfices escomptés tiennent essentiellement à la reconnaissance publique et aux manifestations de celle-ci, et qui donne à la communauté parfois au risque de sa propre ruine ou celle de sa famille109, n’est peut-être qu’un aspect de l’évergétisme antique.

  • 110 En particulier Veyne 1969 p. 808.
  • 111 Müller 2011, p. 351 sq.
  • 112 Lassus 1966, en part. p. 1229-1931.

35En effet, il n’est pas dit qu’il faille nécessairement opposer évergétisme et investissement rentable, comme le faisait P. Veyne110. Dans un tout autre contexte que le nôtre, celui des cités grecques hellénistiques, il a été récemment mis en évidence que les prêts à intérêt peuvent être considérés comme des actes d’évergétisme111 : un évergète ne donne pas forcément sans contrepartie ; il rend un service à la cité – et peut comme tel être considéré comme son bienfaiteur – mais ce service est rétribué après négociation entre les deux parties. Il n’est pas interdit d’imaginer que la même logique est suivie dans les cités romaines d’époque impériale. Les personnes qui se lancent dans la construction d’infrastructures comme les marchés ou les bains engagent de lourdes sommes pour un édifice qui rendra service à la communauté. Même si le constructeur en tire par la suite des revenus, son action est susceptible d’être considérée comme un bienfait pour la cité. Certaines évergésies monumentales, comme le marché de Sertius à Timgad112, ont ainsi déjà été mises en relation avec de possibles opérations immobilières fructueuses. On ne peut néanmoins sans imprudence envisager la liberalitas de L. Scantius Iulianus comme un service de ce type et en déduire que l’organisation du munus cache un marché rentable conclu avec la cité. Par conséquent, les termes du contrat qui lient Scantius Iulianus à la cité pour l’organisation du munus et l’érection de la statue restent relativement obscurs. Mais il paraît certain que l’inscription au Divus Pertinax est le fruit d’une négociation entre le donateur et la cité : bien que les formulaires épigraphiques souvent stéréotypés ne permettent que rarement de s’en rendre compte, les actes d’évergétisme relèvent manifestement d’un subtil équilibre entre l’intérêt de la communauté et celui des notables.

Haut de page

Bibliographie

Abréviations

AAA : S. Gsell (éd.), Atlas archéologique de l’Algérie, Alger-Paris, 1903-1911 (réimp. texte, Alger, 1997).

AE : L'Année Épigraphique.

BGU : Ägyptische Urkunden aus den Koeniglichen Museen zu Berlin herausgegeben von der Generalverwaltung Griechische Urkunden, II, Berlin, 1898.

BMC : H. Mattingly, R.A.G. Carson, P.V. Hill, Coins of the Roman Empire in the British Museum, V, Pertinax to Elagabalus, Londres, 1950 (A Catalogue of the Roman coins in the British Museum).

EAOR : M. Buonocore, Epigrafia anfiteatrale dell’Occidente romano. III. Regiones Italiae II-V, Sicilia, Sardinia et Corsica, Rome, 1992 (Vetera, 6) ; J. Gómez-Pantoja, Epigrafia anfiteatrale dell’Occidente romano. VII. Baetica, Tarraconensis, Lusitania, Rome, 2009 (Vetera, 17).

CSEL : Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum.

ILAlg : Inscriptions latines de l’Algérie, t. I, Inscriptions de la Proconsulaire, recueillies et publiée par St. Gsell, Paris, 1922 ; t. II, 1, Inscriptions de la confédération cirtéenne, de Cuicul et de la tribu des Suburbures, recueillies par St. Gsell, préparées par E. Albertini et J. Zeiller, publiées par H.-G. Pflaum, sous la dir. de L. Leschi, Paris, 1957 ; II, 2, recueillies par St. Gsell ; publiées par H.-G. Pflaum, Alger, 1976 ; II, 3, recueillies et éditées par H.-G. Pflaum ; publiées par X. Dupuis, Paris, 2003.

ILPBardo : Z.B. Ben Abdallah, Catalogue des inscriptions latines païennes du Musée du Bardo, Rome, 1986 (Collection de l’École française de Rome, 92).

InscrIt : Inscriptiones Italie, Rome, 1931 –.

IRT : The Inscriptions of Roman Tripolitania, by J. Reynolds, J. B Ward Perkins, in collaboration with S. Aurigemma, R. Bartoccini, G. Caputo, R. Goodchild, P. Romanelli, Rome, 1952.

PIR : E. Groag, A. Stein et al., Prosopographia Imperii Romani, Berlin, 1887 –.

PME : H. Devijver, Prosopographia militiarum equestrium quae fuerunt ab Augusto ad Gallienum, 5 vol. , Louvain, 1977-1993.

RIC : H. Mattingly, E. Sydenham et al., The Roman Imperial Coinage, 10 vol., Londres, 1923-1994.

Bibliographie

Alföldy 1968 = G. Alföldy, Septimius Severus und der Senat, dans Bonner Jahrbücher, 168, 1968, p. 112‑160.

Alföldy 1969= G. Alföldy, Fasti hispanienses. Senatorische Reichsbeamte und Offiziere in den Spanischen Provinzen des Römischen Reiches von Augustus bis Diokletian, Wiesbaden, 1969.

Ardanaz Fernández – Fernández González 2006 = S. Ardanaz Fernández, R. Fernández González, El consensus y la auctoritas en el acceso al poder del emperador Septimio Severo, dans Antigüedad y Cristianismo, 23, 2006, p. 23‑37.

Bani – Villoresi 2014 = S. Bani, R. Villoresi, Sylloge nummorum Romanorum Italia : Firenze, Monetiere del Museo archeologico nazionale, Florence, 2014.

Barbieri 1952 = G. Barbieri, L’albo senatorio da Settimio Severo a Carino, 193-285, Rome, 1952.

Barnes 1967= T.D. Barnes, The family and career of Septimius Severus, dans Historia, 16, 1967, p. 87‑107.

Bassignano 1974 = M.S. Bassignano, Il flaminato nelle province romane dell’Africa, Rome, 1974.

Bauzou 1998a = T. Bauzou, Les inscriptions relevées sur les bornes milliaires du secteur nord de la via nova  : dossier épigraphique, dans J.-B. Humbert, A. Desreumaux (éd.), Fouilles de Khirbet es-Samra en Jordanie. I. La voie romaine. Le cimetière. Les documents épigraphiques, Turnhout, 1998, p. 153‑233.

Bauzou 1998b = T. Bauzou, Histoire et évolution du secteur septentrional de la via nova  : essai de synthèse historique, dans J.-B. Humbert, A. Desreumaux (éd.), Fouilles de Khirbet es-Samra en Jordanie. I. La voie romaine. Le cimetière. Les documents épigraphiques, Turnhout, 1998, p. 235‑255.

Bénabou 1976 = M. Bénabou, La résistance africaine à la romanisation, Paris, 1976 (Textes à l’appui).

Bertrandy 1973 = F. Bertrandy, Une grande famille de la confédération cirtéenne. Les Antistii de Thibilis, dans Karthago, 17, 1973, p. 195‑202.

Beschaouch 1979 = A. Beschaouch, Une sodalité africaine méconnue : les Perexii, dans CRAI, 123, 3, 1979, p. 410‑420.

Birley 1969 = A. Birley, The coups d’État of the year 193, dans Bonner Jahrbücher, 169, 1969, p. 247‑280.

Birley 1988 = A. Birley, The African Emperor : Septimius Severus, Londres, 1988.

Birley 1997 = A. Birley, Marius Maximus, the Consular Biographer, dans ANRW, II, 34, 3, 1997, p. 2678‑2757.

Birley 2005 = A. Birley, The Roman government of Britain, Oxford, 2005.

Bollmann 1998 = B. Bollmann, Römische Vereinshäuser : Untersuchungen zu den Scholae der römischen Berufs-, Kult- und Augustalen-Kollegien in Italien, Mayence, 1998.

Bollmann 2001 = B. Bollmann, Les collèges religieux et professionnels romains et leurs lieux de réunion à Ostie, dans J.-P. Descœudres (éd.), Ostia : port et porte de la Rome antique. Catalogue de l’exposition, Musée Rath, Genève, 2001, p. 172‑178.

Bomgardner 2000 = D.L. Bomgardner, The story of the Roman amphitheatre, Londres, 2000.

Briand-Ponsart 2006 = C. Briand-Ponsart, Les relations de Cirta et de la Confédération cirtéenne avec le pouvoir pendant le Haut-Empire, dans CCG, 17, 2006, p. 105‑122.

Cadotte 2007 = A. Cadotte, La romanisation des dieux. L’« interpretatio romana » en Afrique du Nord sous le Haut-Empire, Leyde, 2007 (Religions in the Graeco-Roman world, 158).

Callu 2000 = J.-P. Callu, Pia Felix, dans RN, 155, 2000, p. 189‑207.

Cavallaro 1984 = M.A. Cavallaro, Spese e spettacoli : aspetti economici-strutturali degli spettacoli nella Roma giulio-claudia, Bonn, 1984 (Antiquitas, 34).

Ceballos Hornero 2007 = A. Ceballos Hornero, El coste de los espectáculos gladiatorios en las ciudades del Occidente romano, dans AEA, 80, 2007, p. 107‑118.

Ceballos Hornero – Ceballos Hornero 2011 = A. Ceballos Hornero, D. Ceballos Hornero, La nominación de los espectáculos romanos en la epigrafía provincial del Occidente latino, dans Emerita, 79, 2011, p. 105‑130.

Cébeillac-Gervasoni – Caldelli – Zevi 2006 = M. Cébeillac-Gervasoni, M.L. Caldelli, F. Zevi, Épigraphie latine, Paris, 2006 (Collection U).

Cébeillac-Gervasoni – Caldelli – Zevi 2010 = M. Cébeillac-Gervasoni, M.L. Caldelli, F. Zevi, Epigrafia latina, Rome, 2010.

Chastagnol 1984 = A. Chastagnol, Un chapitre négligé de l’épigraphie latine : la titulature des empereurs morts, dans REL, 62, 1984, p. 275‑287.

Chausson 1995a = F. Chausson, L’Autobiographie de Septime Sévère, dans REL, 73, 1995, p. 183‑198.

Chausson 1995b = F. Chausson, Vel Iovi vel Soli  : quatre études autour de la Vigna Barberini (191-354), dans MEFRA, 107-2, 1995, p. 661‑765.

Chausson 2002 = F. Chausson, Variétés généalogiques. II - Macer auus maternus de Septime Sévère, dans G. Bonamente (éd.), Historiae Augustae Colloquium Perusinum, Bari, 2002, p. 149‑170.

Chelotti et al. 1990 = M. Chelotti, R. Gaeta, V. Morizio, M. Silvestrini, Le epigrafi romane di Canosa, Bari, 1990 (Documenti e studi, 7).

Cohen 1883 = H. Cohen, Description historique des monnaies frappées sous l’Empire romain, communément appelées médailles impériales, 2e éd., Paris, 1883.

Corbier 1982 = M. Corbier, Les familles clarissimes d’Afrique proconsulaire (Ier-IIIe siècle), dans S. Panciera (éd.), Epigrafia e ordine senatorio, Rome, 1982 (Tituli, 5), p. 685‑754.

Corbier 1986 = M. Corbier, L’évergétisme de l’eau en Afrique. Gargilianus et l’aqueduc de Cirta, dans L’Africa Romana, 3, 1986, p. 275‑285.

Cracco Ruggini 1994 = L. Cracco Ruggini, Publio Elvio Pertinace o il governo delle buone intenzioni, dans Alba Pompeia, n.s. XV, 1994, p. 5‑20.

Creully 1853 = col. Creully, Inscriptions de Constantine, dans Annuaire de la Société archéologique de la province de Constantine, 1853, p. 39‑80.

Daguet-Gagey 2000 = A. Daguet-Gagey, Septime Sévère : Rome, l’Afrique et l’Orient, Paris, 2000 (Biographie Payot).

Delamare 1850 = A.H.A. Delamare, Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840, 1841, 1842, 1843, 1844 et 1845, Paris, 1850.

Dietz 1997 = K. Dietz, Iulius Asper, Verteidiger der Provinzen unter Septimius Severus, dans Chiron, 27, 1997, p. 483‑523.

Di Vita-Évrard 1963 = G. Di Vita-Évrard, Un «  nouveau  » proconsul d’Afrique, parent de Septime Sévère  : Caius Septimus Severus, dans MEFR, 75, 1963, p. 389‑414.

Di Vita-Évrard 1984 = G. Di Vita-Évrard, L. Septimius Seuerus et P. Septimius Geta, dans BCTH, 20-21, 1984, p. 129‑131.

Dubouloz 2003 = J. Dubouloz, Territoire et patrimoine urbains des cités romaines d’Occident (Ier siècle av. J.-C.-IIIe siècle ap. J.-C.). Essai de configuration juridique, dans MEFRA, 115-2, 2003, p. 921‑957.

Duncan-Jones 1967 = R. Duncan-Jones, Equestrian Rank in the Cities of the African Provinces under the Principate : An Epigraphic Survey, dans PBSR, 35, 1967, p. 147‑188.

Duncan-Jones 1974 = R. Duncan-Jones, The Economy of the Roman Empire : quantitative studies, Cambridge, 1974.

Dupuis 1994 = X. Dupuis, Trajan, Marciana et Timgad, dans Y. Le Bohec (éd.), L’Afrique, la Gaule, la religion à l’époque romaine. Mélanges à la mémoire de Marcel Le Glay, Bruxelles, 1994, p. 220‑225.

Emmett 2001 = K. Emmett, Alexandrian coins, Lodi, 2001.

Festy 1999 = Pseudo-Aurelius Victor, Abrégé des Césars, texte établi, traduit et commenté par Michel Festy, Paris, 1999 (CUF).

Fitz 1961 = J. Fitz, Legati legionum Pannoniae Superioris, dans Acta Antiqua Academiae Scientiarum Hungaricae, 9, 1961, p. 159‑207.

Fitz 1966 = J. Fitz, Réflexions sur la carrière de Tib. Claudius Candidus, dans Latomus, 24, 1966, p. 831‑846.

Fitz 1993 = J. Fitz, Die Verwaltung Pannoniens in der Römerzeit, Budapest, 1993.

Fox – Pomponi 2010 = S. Fox, M. Pomponi, Publio Elvio Pertinace Imperatore romano, 126-193 d.C., Rome, 2010.

Gascou 1981 = J. Gascou, Les magistratures de la Confédération Cirtéenne, dans BCTH, n. s. 17, B, 1981, p. 323‑335.

Golvin – Landes 1990 = J.-C. Golvin, C. Landes, Amphithéâtres et gladiateurs, Paris, 1990.

Grelle 1993 = F. Grelle, Canosa romana, Rome, 1993 (Saggi di storia antica, 5).

Gsell 1901 = S. Gsell, Les monuments antiques de l’Algérie, I, Paris, 1901.

Gsell 1912 = S. Gsell, Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840-1845 : archéologie. Texte explicatif des planches de Ad. H.-Al. Delamare, Paris, 1912.

Hellmann 1987 = M.-C. Hellmann, Les représentations de gladiateurs sur les lampes romaines, dans Les gladiateurs : Lattes, 26 mai-4 juillet 1987, Toulouse, 13 juillet-début septembre 1987, Lattes, 1987, p. 83‑85.

Henzen 1874 = W. Henzen, Acta Fratrum Arvalium quae supersunt, Berlin, 1874.

Hugoniot 1996 = C. Hugoniot, Les spectacles de l’Afrique romaine : une culture officielle municipale sous l’Empire romain, thèse de doctorat sous la direction de J.-P. Martin, Paris IV, 1996.

Ibba 2006 = A. Ibba (éd.), Uchi Maius. 2. Le iscrizioni, Sassari, 2006.

Jacques 1983 = F. Jacques, Les curateurs des cités dans l’Occident romain de Trajan à Gallien, Paris, 1983.

Jacques 1984 = F. Jacques, Le privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de l’Occident romain (161-244), Rome, 1984 (CEFR, 76).

Khanoussi – Mastino 2012 = M. Khanoussi, A. Mastino, D’Uchi Maius à Rome... en passant par Pouzzoles. À propos de nouvelles découvertes épigraphiques à Henchir Douamis, en Tunisie, dans S. Demougin, J. Scheid (éd.), Colons et colonies dans le monde romain. Actes de la XVe Rencontre franco-italienne d’épigraphie du monde romain (Paris, 4-6 octobre 2008), Rome, Italie, 2012 (CEFR, 456), p. 147‑177.

Khanoussi – Maurin 2000 = M. Khanoussi, L. Maurin, Dougga, fragments d’histoire. Choix d’inscriptions latines éditées, traduites et commentées (Ier-IVe siècles), Bordeaux-Tunis, 2000 (Ausonius-Publications, 3).

Kokkinia 2012 = C. Kokkinia, Games vs building as euergetic choices, dans K.M. Coleman, J. Nelis-Clément, P. Ducrey (éd.), L’organisation des spectacles dans le monde romain. Huit exposés suivis de discussions (Vendoeuvres-Genève, 22-26 août 2011), Genève, 2012 (Entretiens sur l’Antiquité classique, 58), p. 97‑130.

Lafer 2009= R. Lafer, What can the inscriptions tell us about spectacles ? The example of the provinces of Africa Proconsularis and Numidia, dans T. Wilmott (éd.), Roman amphitheatres and Spectacula : a 21st-century perspective. Papers from an international conference held at Chester, 16th-18th February, 2007, Oxford, 2009 (BAR international series, 146), p. 176‑183.

Lassère 1977 = J.-M. Lassère, Ubique populus. Peuplement et mouvements de population dans l’Afrique romaine, de la chute de Carthage à la fin de la dynastie des Sévères, 146 a.C.-235 p.C., Paris, 1977.

Lassus 1966 = J. Lassus, Une opération immobilière à Timgad, dans R. Chevallier (éd.), Mélanges d’archéologie et d’histoire offerts à André Piganiol, Paris, 1966, p. 1221‑1231.

Le Bohec 1981 = Y. Le Bohec, Les marques sur briques et les surnoms de la IIIème légion Auguste, dans Epigraphica, 43, 1981, p. 127‑160.

Le Bohec 1989 = Y. Le Bohec, La troisième légion Auguste, Paris, 1989 (Études d’antiquités africaines).

Lepore 2005 = P. Lepore, « Rei publicae polliceri ». Un’indagine giuridico-epigrafica, Milan, 2005.

Leschi 1949 = L. Leschi, Découvertes épigraphiques dans le camp de Gemellae (El-Kasbat, Algérie), dans CRAI, 1949, p. 220‑226.

Marasco 2012 = G. Marasco, La politica di Pertinace e il culto di Saeculum frugiferum, dans M. Cassia, C. Giuffrida Manmana, C. Molè Ventura, A. Pinzone (éd.), Pignora amicitiae. Scritti di storia antica e di storiografia offerti a Mauro Mazza, Acireale, 2012, p. 109‑122.

Mastrocinque 2011 = A. Mastrocinque, L’eredità politica al tempo dei Severi, dans A. Mastrocinque, S. Marastoni, B. Poletti, Hereditas, adoptio e potere politico in Roma antica, Rome, 2011 (Serie Storico-archeologica, 2), p. 71‑83.

Maurin 1995 = L. Maurin, Pagus Mercurialis Veteranorum Medelitanorum. Implantations vétéranes dans la vallée de l’oued Miliane. Le dossier épigraphique, dans MEFRA, 107-1, 1995, p. 97‑135.

Mayer 2007 = M. Mayer, Colonia Helvia Ricina Pertinax. A propósito de CIL IX 5747, dans Picus, 27, 2007, p. 9‑21.

Molinier-Arbo 2010 = A. Molinier-Arbo, Les documents d’archives dans la Vita Commodi  : degré zéro de l’histoire ou fiction ?, dans DHA. Suppl., 4, 1, 2010, p. 87‑112.

Müller 2011 = C. Müller, Évergétisme et pratiques financières dans les cités de la Grèce hellénistique, dans REA, 113, 2011, p. 345‑363.

Pflaum 1960 = H.-G. Pflaum, Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 1960.

Pflaum 1968 = H.-G. Pflaum, Les juges des cinq décuries originaires d’Afrique romaine, dans AntAfr, 2, 1968, p. 153‑195. Repris dans Afrique romaine. Scripta Varia I, Paris, 1978, p. 245-287.

Pflaum 1969 = H.-G. Pflaum, Inscriptions impériales de Sila, dans AntAfr, 1969, p. 133‑144. Repris dans Afrique romaine. Scripta Varia I, Paris, 1978, p. 288-299.

Pflaum 1970 = H.-G. Pflaum, La romanisation de l’ancien territoire de la Carthage punique à la lumière des découvertes épigraphiques récentes, dans AntAfr, 4, 1970, p. 75‑118. Repris dans Afrique romaine. Scripta Varia I, Paris, 1978, p. 300-344.

Pflaum 1974 = H.-G. Pflaum, Les personnages nommément cités par la Vita Pertinacis de l’Historia Augusta, dans Bonner Historia-Augusta Colloquium 1971, Bonn, 1974, p. 113‑137.

Piernavieja 1975 = P. Piernavieja, Munera quae assiforana appellantur, dans Emerita, 43, 1975, p. 101‑105.

Piso 1993 = I. Piso, Fasti provinciae Daciae. I. Die senatorischen Amtsträger, Bonn, 1993 (Antiquitas, 43).

Raepsaet-Charlier 1987 = M.-T. Raepsaet-Charlier, Prosopographie des femmes de l’ordre sénatorial, Ier-IIe siècles, Louvain, 1987.

Rawson 1987= E. Rawson, Discrimina ordinum. The lex Julia theatralis, dans PBSR, 55, 1987, p. 83‑114.

Renier 1854 = L. Renier, Mélanges d’épigraphie, Paris, France, 1854.

Renier 1855 = L. Renier, Inscriptions romaines de l’Algérie, Paris, 1855.

Romanelli 1959 = P. Romanelli, Storia delle province romane dell’Africa, Rome, 1959 (Studi pubblicati dall’Istituto italiano per la storia antica, fasc. 14).

Ross Taylor 1935 = L. Ross Taylor, The Sellisternium and the Theatrical Pompa, dans CPh, 30, 2, 1935, p. 122‑130.

Sabbatini Tumolesi 1974 = P. Sabbatini Tumolesi, Documenti gladiatori dell’Occidente romano (1. Iscrizioni dell’età repubblicana), dans RAL, 29, 1974, p. 283‑293.

Sabbatini Tumolesi 1980 = P. Sabbatini Tumolesi, Gladiatorum paria : annunci di spettacoli gladiatorii a Pompei, Rome, 1980 (Tituli, 1).

Salcedo de Prado 2006 = I. Salcedo de Prado, El senador de Cirta Ti. Claudius Claudianus y su familia  : un ejemplo de integración, dans J.F. Rodríguez Neila, E. Melchor Gil (éd.), Poder central y autonomía municipal : la proyección pública de las élites romanas de Occidente, Cordoue, 2006, p. 211‑225.

Saliou 2009 = Vitruve, De l’architecture, V, texte établi, traduit et commenté par Catherine Saliou, Paris, 2009 (CUF).

Sánchez Jiménez 2011 = J.A. Sánchez Jiménez, Obispos y gladiadores : el recurso de los profesionales del anfiteatro en disputas por la elección episcopal, dans Polis, 23, 2011, p. 89‑113.

Scheid 1998 = J. Scheid (éd.), Commentarii Fratrum arvalium qui supersunt : les copies épigraphiques des protocoles annuels de la Confrérie arvale, Rome, 1998.

Scheid 2003 = J. Scheid, Remarques sur le culte des Diui et la consecratio, dans B. Boissavit-Camus, F. Chausson, H. Inglebert (éd.), La mort du souverain entre Antiquité et haut Moyen Âge, Paris, 2003, p. 83-89.

Seston 1966 = W. Seston, Sur les traces de Marius Maximus. I. Marius Maximus et les consuls en 209, dans Bonner Historia-Augusta-Colloquium 1964/1965, Bonn, 1966 (Antiquitas, 4, Beitrage zur Historia-Augusta-Forschung, 3), p. 211‑219.

Smadja 1999 = E. Smadja, Divination et idéologie impériale en Afrique romaine, dans E. Smadja, E. Geny (éd.), Pouvoir, divination, prédestination dans le monde antique, Besançon, 1999, p. 299‑316.

Stein 1927 = A. Stein, Der römische Ritterstand : ein Beitrag zur Sozial- und Personengeschichte des römischen Reiches, Munich, 1927.

Thomasson 1996 = B.E. Thomasson, Fasti africani : senatorische und ritterliche Amtsträger inden römischen Provinzen Nordafrikas von Augustus bis Diokletian, Stockholm, 1996 (Skrifter utgivna av Svenska Institutet i Rom, 53).

Thomas 2002 = Y. Thomas, La valeur des choses. Le droit romain hors la religion, dans AHESS, 57, 6, 2002, p. 1431‑1462.

Van den Hout 1999 = M.P.J. Van den Hout, A commentary on the letters of M. Cornelius Fronto, Leyde-Boston, 1999 (Mnemosyne, bibliotheca classica Batava, 190).

Van’t Dack 1991 = E. Van’t Dack, Commode et ses épithètes Pius Felix sous les Sévères, dans G. Bonamente, N. Duval (éd.), Historiae Augustae colloquium Parisinum, Macerata, 1991, p. 311‑335.

Van’t Dack 1993 = E. Van’t Dack, L’épithète Eusebès / Pius dans la titulature officielle des empereurs romains jusqu’à la monarchie de Commode, dans CE, 68, 1993, p. 234‑246.

Veyne 1969 = P. Veyne, Panem et circenses  : l’évergétisme devant les sciences humaines, dans AHESS, 24, 3, 1969, p. 785‑825.

Veyne 1976 = P. Veyne, Le pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris, 1976 (Univers historique).

Ville 1981 = G. Ville, La gladiature en Occident des origines à la mort de Domitien, Rome, 1981 (BEFAR, 245).

Vincent 2013 = A. Vincent, Rome, scène ouverte. Les enjeux urbains des édifices de spectacles temporaires à Rome, dans Histoire urbaine, 38, 2013, p. 61‑87.

Weinstock 1971 = S. Weinstock, Divus Julius, Oxford, 1971.

Whittaker 1969= Herodian, History of the Empire, vol. I, éd. C. R. Whittaker, Loeb Classical Library, Londres-Cambridge, 1969.

Zevi 1971 = F. Zevi, Miscellanea Ostiense, dans RAL, 26, 1971, p. 449‑479.

Zevi 2008 = F. Zevi, I collegi di Ostia e le loro sedi associative tra Antonini e Severi, dans C. Berrendonner, M. Cébeillac-Gervasoni, L. Lamoine (éd.), Le quotidien municipal dans l’Occident romain, Clermont-Ferrand, France, 2008, p. 477‑506.

Haut de page

Notes

1 Renier 1855, n°1825. CIL, VIII, 6995 et p. 965 ; ILS, 411 ; ILAlg, II, 1, 560. Voir également Creully 1853, p. 58 et Renier 1854, p. 182.

2 Aucun amphithéâtre n’a été formellement localisé à Cirta bien qu’une ruine ait été interprétée comme les restes d’un théâtre ou un amphithéâtre (Gsell 1901, p. 200). Les représentations théâtrales à Cirta devaient être fréquentes et de nombreux ludi scaenici sont offerts par les notables cirtéens : ILAlg, II, 1, 473, 478, 479, 528, 529, 562, 569, 674-678, 569, 688, 689, 696, 697, 709 ; 501 (ludi florales). L’épitaphe (ILAlg, II, 1, 819) d’un dénommé Ursus, scenicus stupidus des quatre colonies, laisse entendre que la Confédération cirtéenne appointait une troupe municipale. Le personnel de l’amphithéâtre est attesté avec la mention d’un costumier (sartor arenarius, ILAlg, II, 1, 822) et, au début du IVe siècle, des harenarii dans les Gesta apud Zenophilum consularem (CSEL, XXVI, p. 194 et 196) – voir Sánchez Jiménez 2011 (en part. p. 97 et n. 33-34 pour les différentes interprétations du mot arenarius). Hugoniot 1996, vol. I, p. 80 et p. 104 émet l’hypothèse que Cirta ait pu avoir un théâtre en dur et un amphithéâtre en bois. On notera que Rusicade, qui fait partie du territoire de la Confédération cirtéenne jusqu’au milieu du IIIe siècle, disposait à la fois d’un amphithéâtre (Delamare 1850, pl. 15 et 18 ; AAA, f. 8, n° 24 du plan ; Gsell 1901, p. 201-202 ; Gsell 1912, p. 17 ; Bomgardner 2000, p. 181) et d’un théâtre (Delamare 1850, pl. 18, fig. 1-3 ; AAA, f. 8, n° 19 du plan ; Gsell 1901, p. 192-194, pl. XLVIII ; Gsell 1912, p. 16-17 ; inscriptions ILAlg, II, 1, 5, 37-40 ; ludi scaenici mentionnés par ILAlg, II, 1, 10, 34, 37, voire 42-43). Dans le cas où Cirta n’aurait pas eu d’amphithéâtre en dur, ce qui n’est pas certain, on pourrait imaginer que l’amphithéâtre de Rusicade soit utilisé pour toute la Confédération.

3 Le gentilice est relativement rare sur le territoire de la Confédération cirtéenne, puisqu’on le trouve à quatre autres reprises seulement : ILAlg, II, 1, 306 (Rusicade), 1667-1668 (Cirta), 3624 (Castellum Tidditanorum). Sa présence en Afrique est peut-être due à une immigration en provenance du centre et du nord de l’Italie, où les Scantii sont relativement bien représentés. Voir Lassère 1977, p. 194 pour les régions d’origine des Italiens installés en Numidie.

4 La Confédération cirtéenne est en effet dirigée, au moins depuis la deuxième moitié du Ier  s. de n. è., par des triumvirs et non par des duumvirs, comme il est habituel dans les cités de droit romain. Voir notamment Gascou 1981, p. 324 sq.

5 Dion, LXXIII, 17, 4 ; HA, Helv. Pert., XIV, 10 ; Aur. Vict., 20, 1. Le 1er juin 193 est la date généralement retenue, d’après le nombre de jours pendant lesquels Didius Julianus a régné (à partir de l’assassinat de Pertinax, le 26 mars 193 selon HA, Pert., XV, 6), légèrement différent selon les auteurs : voir notamment Dion, LXXIII, 17, 5 ; HA, Did. Jul., IX, 3. Herodian., II, 12 (Whittaker 1969, p. 227, n. 1).

6 Aureus et denier RIC, IV, Septimius Severus, 24A, 24B ; sesterces et as, 660B(a), 660B(b), 660b(c), 660C (Bani – Villoresi 2014 ; également Fox – Pomponi 2010, p. 310). Voir également Zevi 1971, p. 475-476.

7 Zevi 1971, p. 474. L’emploi de l’épithète Pius dans les titulatures impériales est analysé par Van’t Dack 1991, Van’t Dack 1993, Callu 2000. Marc Aurèle semble aussi avoir été appelé Pius après sa mort seulement (Van’t Dack 1991, p. 322). Nous reviendrons plus loin sur les raisons de l’octroi de ce titre au Divus Pertinax.

8 Leschi 1949, p. 223 (d’où AE, 1950, 61) : Divo / Pertinaci / patri, / ala I Pan/noniorum. L. Leschi propose pour l’érection de ce monument la date de 193, peu après la divinisation de Pertinax.

9 CIL, VIII, 1576 (ILPBardo, p. 149, n° 384) : Divo P(ublio) Helvio / Pertinaci, / C(aius) Iulius C(ai) f(ilius) Corn(elia) Cresc/{c}entianus Instania/nus, equo pub(lico) et in quin/que dec(urias) adlectus, flam(en) / perp(etuus), inlata aerario / [summa legitima? ---]. Sur C. Iulius C. fil. Corn. Crescentianus Instanianus, voir Pflaum 1968, p. 178, n° 32. Cité également par Duncan-Jones 1967, p. 176, n° 137 et par Bassignano 1974, p. 125, n° 10 et p. 128, n° 7.

10 CIL, VIII, 10593 et 14557 : Divo / P(ublio) Helvio Per/tinaci Aug(usto) / Pio, p(atri) p(atriae), / d(ecreto) d(ecurionum), p(ecunia) p(ublica).

11 Maurin 1995, p. 98-104 (d’où AE, 1995, 1657) : Divo / [P(ublio)] Helvio Pertinaci Aug(usto) Pio, p(atri) p(atriae), / pagani pagi Mercurial(is) / veterani Medelitan(i), / ponend(um) curaver(unt) ex HS VCCC/XXXIII n(ummis), cum tertis summae / honorar(iae) flamoni(i) perpet(ui) / C(ai) Mithri Gemini et M(arci) Vibi Fe/licis, qui ob hon(orem) flam(onii) sui perp(etui) / magg(istris) flaminib(us) sportul(as) et de/[cu]riis singulis binos aureos / [et] gymna[sium] biduo populo de/der(unt) ; d(ecreto) [p(aganorum)].

12 Voir la photographie publiée par Maurin 1995, p. 100, fig. 2.

13 La titulature de Pertinax à sa mort est connue grâce à une inscription de Capène datée de huit jours avant son assassinat (le cinq des calendes d’avril selon HA, Helv. Pert., XV, 6) ; CIL, XI, 3873 : Imp(eratori) Caes(ari) P(ublio) Helvio / Pertinaci Aug(usto), / co(n)s(uli) II, pontifici / maximo, trib(unicia) pot(estate), / p(atri) p(atriae), principi sen(atus), / fortissimo duci / et omnium vir/tu[t]u{u}m principi, / Capenates foeder(ati), / pr(aetore) C(aio) Licinio Sperando. // Dedicata XIII Kal(endas) Apri[l(es)], / cur(ante) P(ublio) Sextilio Prospecto q(uin)q(uennale) / et L(ucio) Mucio Muciano, / Falcone et Claro co(n)s(ulibus).

14 Chastagnol 1984. L’ajout de p(ater) p(atriae) sur le texte du pagus Mercurialis n’est peut-être pas anodin : l’Histoire Auguste signale en effet que Pertinax est le premier à avoir reçu ce titre le jour même où il est proclamé Auguste (HA, Helv. Pert., V, 5).

15 Les deux blocs CIL, XIV, 4365 et 4382 ont été réunis par Zevi 1971, p. 472-478 et pl. III (d’où AE, 1971, 64) : Divo Pio [P]ertinaci Au[g(usto)] / colleg(ium) fabr(um) [tignu]ar(iorum) O[st(iensium)] / curam agentibus C(aio) Plotio Ca[---] Salinatore Ianuario, L(ucio) Faianio / Olympo mag(istris) q(uin)q(uennalibus) lust(ri) X[XVIII].

16 Sur la place de Pius avant le nom de Pertinax, Zevi 1971, p. 474.

17 La restitution de [patri] à la suite de cette titulature a été proposée par Bollmann 1998, p. 342-343, fig. 94 et pl. 6,1 (voir également Bollmann 2001, p. 173 sq et n. 6, fig. 2) ; F. Zevi a d’abord pensé que la lacune ne permettait pas la restitution (dans Cébeillac-Gervasoni - Caldelli - Zevi 2006, p. 156) avant d’en admettre la possibilité (Zevi 2008, p. 490, n. 42). L’ambiguïté est conservée dans l’édition italienne du manuel Épigraphie Latine (Cébeillac-Gervasoni - Caldelli - Zevi 2010, p. 198).

18 CIL, IV, 4648 (AE, 1928, 132) : D(is) M(anibus) / [A(ulo) Egrilio?] Faustino, eq(uiti) R(omano) [--- / --- fl]am(ini) divi Pertina[c(is) --- / --- praetori(?) vel aedili sacris Volcani f]ac[i]und(is), aedil(i), q(uaestori) a[er(arii) --- / ---] corp(oris) navicul[ar(iorum) --- / --- vixi]t annis XXV[--- / ---] A(ulus) Egrili[us --- / --- V]olc(ani?) [--- / ---]O[---].

19 AE, 1988, 211 : [--- eq(uiti)] / Rom(ano), dec(urioni) Ost(iensi), prae(tori) sac(ris) / Vul(kani), flam(ini) di(vi) Seue(ri) et di(vi) / Pertin(acis), qui vix(it) ann(os) XII / [---]VS[---].

20 CIL, VI, 1577 (ILS, 1137) : [--- adlecto inter / patr]icios a divo Pertinace, IIIvir(o) a(ere) a(rgento) a(uro) f(lando) f(eriundo), / [so]dali Hadrianali, flamini Commodian(o), / [Pol]ytimus lib(ertus) et proc(urator) patrono.

21 InscrIt, XIII, 2, 42 (p. 253). Voir HA, HelvPert., XV, 5-6. On le trouve également mentionné sur le Feriale Duranum (II, 23-24).

22 Voir Daguet-Gagey 2000, p. 204.

23 Herodian., II, 9, 8-11 et 14, 3 ; HA, Sev., V, 4 ; Did. Iul., VIII, 5 ; Dion, LXXIII, 17, 3. Voir Birley 1988, p. 97, p. 104-105, p. 199-200 ; Chausson 1995b, p. 725; Ardanaz Fernández - Fernández González 2006, p. 24 sq ; Fox - Pomponi 2010, p. 301 sq ; Mastrocinque 2011, p. 72.

24 Herodian., II, 10, 1 ; 10, 9 ; 14, 3 ; HA, HelvPert., XV, 2 ; Sev., VII, 9 ; Eutr., VIII, 18, 3. Également Aur. Vict., 20, 10. Les soldats de Pannonie qui proclament Septime Sévère empereur à Carnuntum semblent avoir déjà associé le nom de Pertinax à celui de leur chef : Zevi 1971, p. 475.

25 Selon Hérodien (II, 3, 11 sq) et Dion Cassius (LXXIII, 10 et 13), Pertinax est apprécié des sénateurs comme du peuple (voir également HA, Helv. Pert., XIV, 6), même si le soutien du Sénat (Alföldy 1968, p. 115) envers cet empereur est sans doute à nuancer (Cracco Ruggini 1994, p. 19). La fidélité à la mémoire de Pertinax s’est en outre traduite par l’exécution des décisions prises par lui et laissées en suspens après son assassinat (Mayer 2007).

26 HA, Did. Iul., II, 6 ; IV, 8-10.

27 Sur cet honneur, Ross Taylor 1935, en particulier p. 127.

28 Dion, LXXIV, 4. Voir Birley 1988, p. 105 ; Fox – Pomponi 2010, p. 312 sq.

29 Mastrocinque 2011, p. 72-74.

30 HA, HelvPert., XV, 3 ; Sev., VII, 8. Pertinax ne semble avoir eu qu’un fils et une fille vivants en 193 (HA, Helv. Pert., XIII, 7 ; Dion, LXXIII, 7). Pertinax avait initialement refusé le titre d’Augusta pour sa femme Flavia Titiana Augusta et celui de César pour son fils (HA, Helv. Pert., VI, 9 ; Dion, LXXIII, 7 ; PIR2 H 74 et F 444) – ce qui rappelle sa propre refutatio imperii (voir Fox – Pomponi 2010, p. 238 sq. avec la bibliographie) mais aussi d’autres refus de semblables honneurs comme celui de Plotine et Marciane sous le règne de Trajan, qui n’a pas dû excéder quelques semaines, en septembre-octobre 100 (Plin., Paneg., 84, 6 ; voir Dupuis 1994). Une inscription de Metz (CIL, XIII, 4323) et des monnaies d’Alexandrie (Emmett 2001, p. 119) indiquent que ces titres ont sans doute été finalement acceptés. Le fils est également dit César sur des milliaires d’Arabie (CIL, III, 14149, 35 et 38 ; CIL, III, 14168a ; AE, 1969/70, 618 ; Bauzou 1998a, p. 175 sq., notamment n° 44, 47, 49, 52). Voir RE suppl. III, col. 899 ; Pflaum 1974, p. 129 ; Bauzou 1998b, p. 243-244. Un papyrus égyptien mentionne le titre d’Augusta pour l’épouse de Pertinax, sans le titre de César pour leur fils (BGU, II, 646). On a tenté d’expliquer la contradiction entre l’Histoire Auguste et ces témoignages par une initiative provinciale (Dessau, ad ILS, 410 ; Cohen 1883) ou l’élaboration de ces documents entre le moment où le Sénat en a fait la proposition et le refus de Pertinax (Birley 1969, p. 269). Le fils de Pertinax est par la suite mis à mort par Caracalla : HA, Geta, VI, 6 (cf. Carac., X, 6).

31 AE, 1988, 211.

32 HA, HelvPert., XV, 4-5 ; Sev., VII, 8. InscrIt, XIII, 2, 42. En outre, Pertinax doit faire partie des vingt Divi auxquels les frères arvales sacrifient en 218 et 224 (Scheid 1998, n° 100 a, l. 4 et n° 105 b, l. 13 ; voir Henzen 1874, p. 148 sq. et Scheid 2003, p. 84 sq.).

33 Zevi 1971, p. 476.

34 Exemples cités par Chastagnol 1984, p. 277.

35 Zevi 1971, p. 476 émet l’hypothèse que la formule, présente sur les thèmes monétaires, ait été également celle inscrite sur le fronton du temple de Pertinax (voir ibid., p. 475, n. 76).

36 Notice du CIL, VIII, 6995. Mommsen est suivi (au conditionnel) par Pflaum dans la notice ILAlg, II, 1, 560.

37 Bénabou 1976, p. 351-356 ; Cadotte 2007, p. 253-281.

38 Par ex., RIC, I, p. 106, n° 20. Zevi 1971, p. 476.

39 RIC, II, p. 141, n° 184 et sq. (monnaies du règne de Titus) ; RIC, II, p. 261, n° 251-252 ; p. 301, n° 762-764. Mastrocinque 2011, p. 74-75. Également CIL, VIII, 22705 à Gigthis et IRT, 17 à Sabratha.

40 Pertinax a lui-même présenté son règne comme celui de la liberté retrouvée des citoyens (BMC, V, p. 1, n° 3) et revêtu le titre de princeps senatus (Dion, LXXIIII, 5, 1 ; CIL, II2/14-1, 787 ; CIL, III, 14149, 35 et 38 ; CIL, III, 14150, 6 (Bauzou 1998a, p. 179, n° 52) ; CIL, III, 14168a ; Bauzou 1998a, p. 175 sq., n° 44-47, 49, 51, 54 ; CIL, XI, 3873 ; AE, 1969/70, 618). Voir également le discours de Pertinax devant le Sénat d’après Hérodien (II, 3, 3-10) ; Cracco Ruggini 1994; Fox – Pomponi 2010, p. 246-267.

41 Weinstock 1971 en part. p. 200-205 (origines et premiers emplois de pater pour qualifier le chef politique) et p. 248 sq. (pietas du dirigeant vu comme un père).

42 Dion, LXXIII, 13, 3 (Didius Julianus est accusé par la foule d’être un πατροφόνος) ; Herodian., II, 2, 8 ; 4, 1 ; 6, 2.

43 Seston 1966, en part. p. 219 ; Birley 1997, p. 2739 ; Festy 1999, p. 124-125 ; Molinier-Arbo 2010, p. 109.

44 Epit., XVIII, 6 : huic mortuo Divi nomen decretum est ; ob cuius laudem ingeminatis ad vocis usque defectum plausibus acclamatum est : « Pertinace imperante securi viximus, neminem timuimus. Patri pio, patri senatus patri omnium bonorum » (trad. M. Festy).

45 HA, Helv. Pert., XV, 2.

46 RIC, IV, p. 99, n. 65 (aureus daté de 195 par la troisième puissance tribunicienne de Septime Sévère, appelé fils du Divin Marc) ; CIL, VIII, 9317, inscription datée de la fin 195, à Sidi Amar (anciennement Zurich), au sud-est de Tipasa et au sud-ouest de Caesarea, en Maurétanie Césarienne : Septime Sévère est appelé fils du Divin Marc Aurèle et frère du Divin Commode ; également ILS, 8805, à Aezanoi, en Phrygie ; Mastrocinque 2011, p. 76. Birley 1988, p. 117, 127.

47 Mastrocinque 2011, p. 78.

48 Voir Zevi 1971, p. 476 ; Zevi 2008, p. 491 ; Ardanaz Fernández – Fernández González 2006, p. 26 sq., en part. p. 29.

49 Briand-Ponsart 2006.

50 Cf. infra.

51 HA, HelvPert., IV, 2 ; Did. Iul., V, 2 ; Dion, LXXIII, 15, 4. Thomasson 1996, p. 73 ; Fox – Pomponi 2010. L’Histoire Auguste rapporte que le proconsul Pertinax a dû affronter de nombreux soulèvements suscités par les oracles du temple de Caelestis (bibliographie rassemblée par Smadja 1999, p. 300-301 et Fox – Pomponi 2010, p. 214).

52 Birley 1969, p. 252-253, p. 261, et p. 271-272, 274 ; voir aussi l’importance de l’Afrique pour le pouvoir dans les années troublées de 193-195 : ibidem, p. 265 sq. À l’opposé, on notera que, selon le biographe de Pertinax, le bruit a couru que le futur empereur avait contribué sous Commode à l’élimination des Cirtéens Antistius Burrus et Arrius Antoninus en les accusant d’adfectatio imperii (HA, Helu. Pert., III, 7 ; également Comm., VI, 11 et VII, 1).

53 Selon Dion Cassius (LXXIII, 8, 2), une tentative de complot des prétoriens devait se dérouler alors que Pertinax se trouvait hors de Rome (probablement à Ostie) afin de contrôler l’approvisionnement en blé. Sur la politique annonaire de Pertinax, Marasco 2012, en part. p. 114-119 pour les rapports avec l’Afrique.

54 Zevi 1971, p. 505.

55 Alföldy 1968, p. 120, p. 123 sq. ; sur l’attitude probable des Maurétanies : Dietz 1997, p. 516, p. 519. Ce soutien n’est peut-être pas sans rapport avec la création de la province de Numidie si celle-ci est bien à dater, comme on le pense traditionnellement, du règne de Septime Sévère.

56 Romanelli 1959, p. 410-411 ; Barnes 1967, p. 98 ; Le Bohec 1981, p. 130, 134-135 ; Le Bohec 1989, p. 392.

57 Autres exemples de soutiens africains de Septime Sévère dans Barnes 1967, p. 98 sq. ; Birley 1969, p. 274 sq.

58 Dion, LXXIV, 6, 5-6 ; LXXV, 2, 3. PIR² C 823 ; PME, IV, Suppl. I, C 128. La carrière de ce personnage, connue par une inscription de Tarraco (CIL, II2, 14-3, 975), laisse entrevoir la protection de deux puissants patrons cirtéens, Q. Antistius Adventus Postumius Aquilinus et C. Arrius Antoninus. Un homonyme est enterré à Cirta (ILAlg, II, 1, 1031). Parmi les nombreux commentaires suscités par la carrière de Candidus, on retiendra notamment Pflaum 1960, I, p. 548, n° 203 ; Fitz 1966 ; Alföldy 1969, p. 43 sq. ; Birley 1969, p. 275-276 ; Jacques 1983, p. 67-69, n° 23 ; Di Vita-Évrard 1984, p. 130.

59 PIR² C 834 ; Stein 1927, p. 287, p. 319 sq., n. 5, p. 393 ; Barbieri 1952, p. 39, n° 147 ; Fitz 1961, p. 194-195, 205 ; Piso 1993, p. 155, 166, 180, 246, 270 sq., 302, 310 sq. ; Fitz 1993 II, p. 509 sq. ; Salcedo de Prado 2006, p. 211-225.

60 Di Vita-Évrard 1984, p. 129. Sur Q. Antistius Adventus Postumius Aquilinus, Bertrandy 1973 ; Birley 2005, p. 157-161.

61 ILAlg, II, 1, 564-565 (Cirta) ; l’inscription à Paccia Marciana (PIR2 P 20 ; Raepsaet-Charlier 1987, n° 590) n’est pas datée, celle en l’honneur de P. Septimius Geta (PIR1 S 328) est de 198 au plus tôt. Les deux bases, de dimensions comparables, ont été découvertes à peu de distance l’une de l’autre (AAA, f. 17, 126, 13) et devaient appartenir à un même ensemble.

62 HA, Sev., XIV, 4. Chausson 1995a, p. 191 sq.

63 À Lepcis Magna, sont conservées non seulement les hommages à la première épouse et au père de l’empereur, mais aussi à sa mère, son grand-père et sa sœur. Inscriptions à Paccia Marciana, également postérieures à 198 : IRT, 410 (AE, 1947, 50) et 411 (AE, 1950, 160). Inscription à P . Septimius Geta datée de fin 200 – fin 201 : IRT, 414 (AE, 1947, 48) ; à L. Septimius Severus, avus de l’empereur, fin 202 – fin 203 : IRT, 413 ; à la mère Fulvia Pia, après 198 : IRT, 415-416 ; à la sœur Septimia Octavilla, après 198 : IRT, 417. Chausson 1995a, p. 191 sq.

64 Raepsaet-Charlier 1987, p. 484, n° 590.

65 Thomasson 1996, p. 34, n° 30 et p. 44, n° 49.

66 Le gentilice Marcius a également été importé en Afrique par des colons italiens : Lassère 1977, p. 462.

67 Les Marcii de Lepcis Magna sont répertoriés par Birley 1969, p. 256-258. Également Chausson 2002, p. 157, n. 29.

68 Chausson 1995a, p. 192, n. 34.

69 Commentaire à ILAlg, II, 2, 4196.

70 ILAlg, I, 1349 ; ILAlg, II, 1, 630. Un parent de Septime Sévère, C. Septimius Severus, pourrait selon Di Vita-Évrard 1963 p. 410 sq. avoir été le patron de Thubursicu Numidarum (ILAlg, I, 1283 ; voir AE, 1967, 536).

71 On compte 48 porteurs du gentilice Marcius : ILAlg, II, 1, 254 à Rusicade ; 559, 1465-1471 à Cirta ; 3055-3057 à Celtianis ; 3058 à castellum Tidditanorum ; ILAlg, II, 2, 5529, 5607-5614 à Thibilis ; 6519, 6692-6700 à Sigus ; 7102-7103 à Sila ; ILAlg, II, 3, 7292 et 7329 à Saddar et environs ; 7413 à castellum Subzuaritanum ; 8795, 8859 à Uzelis ; 9319 à Arsacal ; 9881-9885 à castellum Mastarense ; 10209 à castellum Elefantum. Les porteurs du gentilice Pac(c)ius sont beaucoup moins nombreux : ILAlg, II, 1, 267 à Rusicade ; 630, 1541 à Cirta (voir aussi 1616) ; 4196 à El Aria ; ILAlg, II, 3, 8674 à Mileu.

72 Inscriptions cirtéennes de P. Iulius Geminius Marcianus (PIR2 I 340) : ILAlg, II, 1, 634-637, 655 (qui montre que le cognomen était également porté par son père) ; ILAlg, II, 2, 4428. On a supposé un lien familial avec le Marcianus noster mentionné par Fronton (Ad M. Aurelium, III, 4) : Van den Hout 1999, p. 104. Un autre clarissime du nom de Q. Geminius Marcianus est attesté par une inscription de Thibilis (ILAlg, II, 2, 4687).

73 Les Marcii et les Pacci sont notamment bien représentés sur l’ancien territoire de la Carthage punique (Pflaum 1970). Au IIIe siècle, le gentilice Paccius est par exemple porté par un chevalier à la fois citoyen de Furnos Minus et de Carthage, à une date postérieure au règne de Septime Sévère (CIL, VIII, 25808c ; voir Jacques 1983, p. 361) ; Marcius est le nom d’une famille d’Uchi Maius, de rang équestre au IIIe siècle (CIL, VIII, 15455 (Ibba 2006, n° 74) ; AE, 2012, 1885-1886 ; voir Ibba 2006, p. 416 sq., Khanoussi – Mastino 2012, p.162 sq.), également bien attestée dans la région de Thugga (Jacques 1984, p. 542 ; Khanoussi – Maurin 2000, p. 87-88, 90-92, 203-209). Les Marcii de Bulla Regia intègrent quant à eux l’ordre sénatorial à la fin du IIsiècle : Corbier 1982, p. 687-689, 713-714.

74 Si la Numidie semble avoir été majoritairement pro-sévérienne, Clodius Albinus comptait de nombreux partisans en Afrique : Alföldy 1968, p. 120 sq. ; la province n’a pas échappé à l’épuration après la victoire de Septime Sévère : Barnes 1967, p. 99 ; Birley 1969, p. 277.

75 Pescennius Niger s’est lui-même comparé à Pertinax (Herodian., II, 7, 5). Même si des hommages à Septime Sévère sont élevés en Afrique avant la fin des guerres civiles (voir les exemples cités par Pflaum 1969), on ne connaît pas à Lepcis Magna de telles manifestations de loyauté avant 197 (IRT, indices, p. 253-254). Sur le territoire cirtéen, les premiers témoignages connus remontent à 196 (ILAlg, II, 1, 566 à Caracalla ; voir Pflaum 1969, p. 136).

76 Ville 1981, p. 155-158.

77 Ville 1981, p. 156.

78 Ceballos Hornero – Ceballos Hornero 2011, en part. p. 110 sq. Hugoniot 1996, vol. I, p. 342-343 souligne la rareté en Afrique des inscriptions relatives aux spectacles de gladiateurs, explicitement mentionnés par huit documents sur trente-quatre. Également Lafer 2009, p. 180-181. Pour la région de Cirta, voir par exemple Beschaouch 1979. Il a par ailleurs été observé que les représentations de gladiateurs sur les lampes sont moins fréquentes en Afrique du Nord que dans les provinces du nord de la Méditerranée (Hellmann 1987, p. 83 et n. 6). Un bel exemplaire a toutefois été découvert à Cirta : Golvin – Landes 1990, p. 216.

79 ILAlg, II, 1, 17 : Pro salute / Imp(eratoris) Caes(aris) M(arci) Aureli / Commodi Antonini Aug(usti) Pii Sarm(atici) Ger(manici) / Brit{t}(annici) Fel(icis), p(atris) p(atriae), pont(ificis) max(imi), tr(ibunicia) p(otestate) XII, imp(eratoris) VII, / co(n)s(ulis) V, munus gladiat(orium) et venat(orum) vari(i) gen(eris) / dentatar(um) ferar(um) et mansuet(arum) item herbat(icarum), / M(arcus) Cosinius M(arci) f(ilius) Quir(ina) Celerinus, / in col(onia) Vener(ia) Rusicade, de sua pec(unia), / promisit edidit.

80 Ceballos Hornero 2007, en part. p. 111 (le prix du spectacle offert par L. Scantius Iulianus est évalué à 50 000 HS par jour). Le coût d’un combat de gladiateurs, quelques années seulement avant la date qui nous concerne, peut être estimé d’après le senatus consultum de pretiis gladiatorum minuendis sous Marc Aurèle et Commode (CIL, II, 6278 ; ILS, 5163 ; EAOR, VII, 3) : voir Bomgardner 2000, p. 208 sq. et p. 230 sq. (liste des prix). Pour le coût d’une venatio, ibidem, p. 211 sq. À titre de comparaison, deux inscriptions de Rusicade malheureusement non datées (ILAlg, II, 1, 42-43) indiquent le prix dépensé par un évergète pour une journée de ludi scaenici, soit 6 000 HS. La liste des prix des spectacles en Afrique est établie par Duncan-Jones 1974, p. 68-69, p. 104-105 ; pour l’Italie, p. 200-201 ; p. 245-246.

81 En Afrique Proconsulaire comme en Numidie, les ludi scaenici, moins onéreux, sont les jeux les plus fréquemment mentionnés sur les inscriptions (Lafer 2009, p. 179, 182 et pl. 51) ; c’est également le cas à l’échelle de la Confédération cirtéenne.

82 Par ex., ILAlg, II, 1, 10, 34, 473, 479, 528, 529, 709.

83 Voir par exemple Piernavieja 1975.

84 Tac., Ann., IV, 62-63.

85 Ville 1981, p. 430-432 ; Cavallaro 1984, p. 115, 207-208.

86 Ville 1981, p. 431.

87 Plut., Caius Gracchus, 12, 5-6 : Συνέτυχε δὲ αὐτῷ καὶ πρὸς τοὺς συνάρχοντας ἐν ὀργῇ γενέσθαι διὰ τοιαύτην αἰτίαν. Ἔμελλεν ὁ δῆμος θεᾶσθαι μονομάχους ἐν ἀγορᾷ, καὶ τῶν αρχόντων οἱ πλεῖστοι θεωρητήρια κύκλῳ κατασκευάσαντες ἐξεμίσθουν. Ταῦθ’ ὁ Γάιος ἐκέλευεν αὐτοὺς καθαιρεῖν, ὅπως οἱ πένητες ἐκ τῶν τόπων ἐκείνων ἀμισθὶ θεάσασθαι δύνωνται· μηδενὸς δὲ προσέχοντος, ἀναμείνας τὴν πρὸ τῆς θέας νύκτα, καὶ τῶν τεχνιτῶν ὅσους εἶχεν ἐργολάβους ὑφ’ ἑαυτῷ παραλαβών, τὰ θεωρητήρια καθεῖλε καὶ τῷ δήμῳ σχολάζοντα μεθ’ ἡμέραν ἀπέδειξε τὸν τόπον ; « il lui arriva aussi d’irriter ses collègues pour la cause que voici : le peuple devait assister à un combat de gladiateurs au forum, et la plupart des magistrats avaient fait dresser des tribunes à l’entour pour les louer. Caius leur enjoignit de les enlever pour que les pauvres pussent disposer des lieux et voir le spectacle gratuitement ; comme personne ne l’écoutait, il attendit la nuit qui précédait les jeux, et, prenant sous ses ordres tous les ouvriers qu’il put trouver pour ce travail, il fit disparaître les tribunes et, le lendemain matin, il montra au peuple la place dégagée » (trad. R. Flacelière, É. Chambry). Les édifices temporaires construits pour les spectacles sont étudiés par Vincent 2013.

88 Vitruve, De Architectura, V, 1, 1-2 : Italiae vero urbibus non eadem est ratione faciendum, ideo quod a maioribus consuetudo tradita est gladiatoria munera in foro dari. Igitur circum spectacula spatiosiora intercolumnia distribuantur circaque in porticibus argentariae tabernae maenianaque superioribus coaxationibus collocentur ; quae et ad usum et ad vectigalia publica recte erunt disposita ; « pour les villes d’Italie en revanche, il ne faut pas agir de la même façon, car nos ancêtres nous ont transmis la coutume de donner des combats de gladiateurs sur la place publique. C’est donc autour des emplacements des gradins que doivent être disposées les colonnes, assez éloignées les unes des autres, et il faut placer tout autour, sous les portiques, des boutiques, des banquiers, et des galeries sur les planchers supérieurs ; ces heureux aménagements seront utiles tout en procurant des revenus publics » (trad. C. Saliou).

89 Pour l’utilisation du forum comme lieu de spectacle et les maeniana, voir Saliou 2009, p. 109-111 et p. 114-115, et la bibliographie antérieure qui y est citée.

90 Bibliographie dans Sabbatini Tumolesi 1974, p. 287 sq. ; EAOR, ad n. 19, p. 44.

91 CIL, I2, 3182 (EAOR, III, 19) ; CIL, I2, 3183- 3184 (CIL, IX, 326-327 ; EAOR, III, 20-21). Pour les magistrats municipaux cités par ces textes, voir Grelle 1993, p. 87, 88, 96, 105, 109, 116.

92 Sabbatini Tumolesi 1974, p. 288 ; Morizio dans Chelotti et al. 1990, p. 6 ; EAOR, III, p. 43. Selon une autre interprétation, les quattuorvirs de Canusium ont payé les statues en prenant une partie des fonds destinés à l’organisation d’un munus : Ville 1981, p. 184.

93 Sur les munera organisés par les magistrats municipaux, voir par exemple Duncan-Jones 1974, p. 149, Ville 1981, p. 175 sq.

94 Martial, V, 24, 9 : Hermes divitiae locariorum.

95 Selon le sens généralement admis : Ville 1981, p. 43 ; doute de Rawson 1987, p. 96, n. 72.

96 Suet., Caligula, 26 : inquietatus fremitu gratuita in Circo loca de media nocte occupantium, omnis fustibus abegit ; elisi per eum tumultum viginti amplius equites R., totidem matronae, super innumeram turbam ceteram.

97 Dion, LIX, 13, 8 : καὶ μετὰ τοῦτο ἐπανελθὼν πρὸς τὰ τῆς Δρουσίλλης γενέσια ἄγαλμά τε αὐτῆς ὑπ᾽ ἐλεφάντων ἐν ἁρμαμάξῃ ἐς τὸν ἱππόδρομον ἐσήγαγε, καὶ θέαν τῷ δήμῳ προῖκα ἐπὶ δύο ἡμέρας ἀπένειμε ; « il revint ensuite pour l’anniversaire de Drusilla, conduisit au cirque sa statue placée sur un char tiré par des éléphants et offrit au peuple un spectacle gratuit qui dura deux jours » (trad. J. Auberger). Voir cependant le commentaire de Cavallaro 1984, p. 204-205, n. 45, selon qui Dion a simplement voulu dire que le spectacle donné par Caligula pour le natalis de Drusilla morte n’était pas de ceux dont le peuple était habituellement gratifié.

98 Lepore 2005, en part. p. 31-44.

99 Les inscriptions de Cirta trahissent en effet un souci de précision, parfois à la limite de la redondance, qu’il est tentant d’interpréter comme la transcription sur pierre du contrat liant l’évergète à la cité. On citera ainsi le don par M. Roccius Felix de sportules aux citoyens secundum matricem publicam (conformément au registre public des citoyens) : ILAlg, II, 1, 479 : Genio populi / M(arcus) Roccius Felix / M(arci) fil(ius) Quir(ina), eq(uo) publ(ico), / IIIvir, sac(erdos) Urb(is), fl(amen) divi / M(arci) Antonini statuam, quam / ob honorem IIIviratus promisit / ex (sestertium) VI mil(ibus) n(ummum) sua pecunia / posuit, ad cuius dedicationem / sportulas denarios singulos secundum matricem public(am) / civibus de suo dedit, itemque / ludos scaenicos cum missilibus / [edidit].

100 Jacques 1984, en part. p. 399 sq.

101 Ville 1981, p. 431, qui cite Pétrone, XLV, 13 (« munus tamen, inquit, tibi dedi » ; et ego tibi plodo) : le munéraire offre le spectacle et ne peut espérer recevoir que des applaudissements ; Cavallaro 1984, p. 207.

102 Les monuments publics, dont font partie les édifices de spectacle, sont des loca publica, qui ne sont juridiquement pas la propriété de la cité car ils sont destinés à l’usage public, n’appartiennent à personne et sont de ce fait inaliénables ; toutefois, la communauté peut les louer pour une durée déterminée : Thomas 2002, en part. p. 1435, 1460 sq. ; Dubouloz 2003.

103 Voir la bibliographie dans Kokkinia 2012, p. 97, n. 1.

104 Voir Kokkinia 2012, p. 121-122.

105 Hugoniot 1996, p. 208.

106 Par exemple Sabbatini Tumolesi 1980, p. 125, n. 40.

107 Voir supra n. 99.

108 Veyne 1976.

109 Voir le legs de Gargilianus pour la construction d’un aqueduc à Cirta, connu par un rescrit de Septime Sévère et Caracalla, qui excède les trois quarts de l’héritage : Paul, Lib. Singularis de iuris et facti ignorantia, Dig., XXII, 6, 9, 5. Corbier 1986, p. 281 sq.

110 En particulier Veyne 1969 p. 808.

111 Müller 2011, p. 351 sq.

112 Lassus 1966, en part. p. 1229-1931.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Florence Baroni, « Divo Pertinaci… ex reditibus locorum amp(h)itheatri. À propos d’une inscription de Cirta (ILAlg, II, 1, 560) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 128-1 | 2016, mis en ligne le 25 février 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://mefra.revues.org/3383 ; DOI : 10.4000/mefra.3383

Haut de page

Auteur

Anne-Florence Baroni

École française de Rome - aflorence.baroni@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org