Navigation – Plan du site
Varia

Le développement urbain de Bulla Regia, ville polycentrique de l’Afrique proconsulaire

Walid Ben Akacha

Résumés

Cet article se propose d’étudier les relations établies au cours du Haut-Empire entre la situation civique, l’équipement monumental et les mutations de l’urbanitas dans la cité africaine de Bulla Regia. Bien que le site n’ait été que partiellement fouillé, l’examen des conditions dans lesquelles les divers centres de convergence de la ville se sont constitués permet de préciser les modalités de l’investissement des espaces publics et de montrer que leur organisation et leur hiérarchisation peuvent générer de facto de nouvelles conduites. Selon cette hypothèse, les centres administratifs et politiques ne changeraient pas de place malgré le polycentrisme. En revanche, leur importance relative dans l’espace urbain s’en trouverait modifiée, ce qui affecterait en retour les comportements collectifs par le biais de la translation des centres de l’intérêt ou de rassemblement populaire vers les édifices de spectacle, les grands édifices thermaux et les temples du culte dynastique.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article a bénéficié de la relecture critique de M. Pierre Gros. Je lui exprime toute ma gratitude pour ses conseils et ses suggestions.

Texte intégral

  • 1 Atlas archéologique de la Tunisie 1/50000, feuille n° 26, Fernana, n° 137. Sur Bulla Regia, voir Th (...)
  • 2 En réalité tous les travaux touchent également au Bas-Empire et au VIe siècle byzantin.
  • 3 Sur le champ des fouilles, voir Beschaouch et alii 1977, p. 12 et suiv. En effet, le cœur du site (...)
  • 4 Thébert 1973, p. 301.

1Si les études historiques qui permettent de saisir les grandes lignes de l’évolution urbaine de Bulla Regia1 durant le Haut-Empire2 sont nombreuses, les fouilles, portant sur des zones dispersées3, demeurent extrêmement médiocres. Les grands dégagements, effectués dans les années soixante, ont été suivis par des aménagements et des déplacements « esthétiques » qui empêchent souvent de connaître la provenance exacte du matériel trouvé. Mais, bien qu’insuffisamment fouillée, suggérant ainsi des hypothèses prudentes et invérifiables, la petite cité de Bulla Regia, « centre de diffusion de la romanité en Afrique, ou, pour mieux dire, centre d’élaboration d’une romanité africaine »4, ne cesse de susciter l’intérêt des historiens.

  • 5 Sur le problème du développement urbain des villes en liaison avec leur promotion juridique et cel (...)
  • 6 Sur la multiplication des centres de convergence, voir Gros 1987b, p. 111-120 ; Id. 1990-1992, p.  (...)

2Au niveau théorique, peu de travaux traitent respectivement de la relation entre le développement urbain et la promotion juridique de la ville et de ses principaux citoyens5, ainsi que de la conquête progressive d’une panoplie monumentale romaine, laquelle entraîne une modification profonde des activités collectives. À défaut de pallier le manque de données archéologiques, cette étude, en grande partie fondée sur des hypothèses, tentera d’alimenter le débat sur les étapes de l’évolution urbaine de Bulla Regia en restituant, sous un nouvel angle, la dynamique de ces transformations successives. À cette fin, elle opérera une série de va-et-vient entre, d’un côté, la monumentalisation et l’évolution juridico-politique de la communauté et, de l’autre, les mutations de l’urbanitas, lesquelles engendrent de nouvelles exigences collectives suscitant non seulement des déshérences, mais aussi et surtout la duplication des centres de convergence6.

  • 7 Polybe, XIV, 9 ; Beschaouch et alii 1977, p. 10. En 203 av. J.-C., Scipion l’Africain, vainqueur e (...)
  • 8 Appien, Lib., 68 ; Gsell 1914-1928, t. III, p. 320-321.
  • 9 Orose, Adv. pag., 5, 21, 14 ; Gsell 1914-1928, t. V, p. 163-166 et t. VII, p. 286-287.
  • 10 Ptolémée, IV, 3, 7, p. 646.
  • 11 Table de Peutinger, segment IV, 5.
  • 12 Itin. Anto., 43, 4, p. 6.

3Située sur un plateau à forte pente, Bulla Regia s’élève au lieu-dit anciennement dénommé Hammam Darradji, sur l’antique axe routier reliant Carthage à Hippo Regius, dans un riche terroir céréalier, la moyenne vallée de l’actuelle Medjerda, les Campi Magni des auteurs anciens. La cité est fort ancienne. Dès le IIIe siècle av. J.-C., elle fait partie du territoire carthaginois7. Vers 150, Massinissa s’en empare8. À cette époque, la ville devient, sans doute, l’une des résidences royales numides. Bulla reçoit dès lors son épithète de « royale » (Regia). Nous savons, en effet, d’après Paul Orose, qu’elle était l’une des résidences du roi Hiarbas. L’auteur tardif raconte que ce souverain, battu par Pompée et Hiempsal, était venu s’y réfugier9 en 81 av. J.-C. De même, la cité est mentionnée par Ptolémée10, dans la table de Peutinger11 et dans l’Itinéraire d’Antonin12.

  • 13 Broise – Thébert 1993, p. 377 et suiv. D’après ces deux historiens (p. 379), « nous ignorons, cert (...)
  • 14 Thébert 1985, p. 331-332 ; Id. 1992, p. 1650.
  • 15 Broise – Thébert 1993, p. 378.
  • 16 Broise – Thébert 1993, p. 377.

4Les fouilles ont montré qu’avant même d’intégrer l’Empire romain, Bulla était une véritable ville, dotée d’une muraille en gros blocs agencés selon un appareil de type polygonal. La surface enveloppée par cette muraille était, sans doute, bâtie de manière partielle. Les fondations d’un vaste monument du Ier siècle av. J.-C. y confirment la présence de bâtiments urbains construits dès l’époque hellénistique13. Encore plus remarquable est la découverte, au nord du site, d’un quartier du IIe siècle av. J.-C. strictement implanté selon un plan orthogonal qui divise l’insula de la chasse en quatre lots égaux14. D’autres fondations numides conservées au nord sous le marché ainsi qu’à l’emplacement des thermes memmiens semblent attester l’application de ce plan à l’ensemble de la cité. Bulla Regia témoigne, par conséquent, de la profondeur de l’hellénisation de la Numidie pré-romaine, au profit, non seulement d’une élite, mais, également, des classes moyennes du royaume numide, et, plus largement, de l’Afrique, hors du domaine punique15. Le matériel trouvé lors des diverses fouilles offre une idée du cadre de la vie quotidienne des futurs Bullenses Regii. Divers types de céramiques proviennent de la Méditerranée orientale et, à partir du IIe siècle av. J.-C., d’Italie, ce qui confirme « les étroites relations établies avec les centres du monde méditerranéen »16.

De l’oppidum liberum au municipium : la romanisation progressive du cadre urbain

  • 17 Pline, N.H, V, 22 ; Desanges 1980a, p. 199-200.
  • 18 Voir Kotula 1972, p. 73. Sur la politique municipale libérale d’Auguste, voir également Desanges 1 (...)
  • 19 Sur cette définition de l’oppidum, voir Le Roux 1997, p. 43-44.
  • 20 Toutain 1896, p. 323 et 398. Sur le statut d’oppidum liberum de Bulla, voir Thébert 1973, p. 250, (...)

5C’est assurément pour consacrer l’importance régionale de la ville qu’Auguste lui accorde le titre d’oppidum liberum17. D’après plusieurs historiens, ce n’est qu’avec le règne du princeps « qu’on voit se manifester une tendance plus libérale dans le domaine administratif. On en trouve la preuve dans la pratique de plus en plus fréquente d’accorder le statut autonome de ciuitas libera aux cités africaines »18. Le contenu précis de ce statut reste mal connu. En tant qu’oppidum, Bulla était une agglomération citadine possédant des limites définies19 ; et en tant que liberum, elle n’était pas considérée comme une ville sujette. En effet, cette liberté lui permit de conserver son territoire et ses institutions politiques tout en la préservant d’un apport de citoyens romains ; elle formait, pour ainsi dire, « une enclave étrangère en territoire romain »20.

  • 21 Sur cette première esplanade monumentale, voir Beschaouch et alii 1977, p. 100 et suiv ; Chaouali (...)
  • 22 Beschaouch et alii 1977, p. 107 ; Hanoune 1999a, p. 747-750, en particulier p. 748 et n° 3 ; Ksour (...)
  • 23 Notons que d’après Hanoune 1999a, p. 747-750, ce sanctuaire était dédié à Bacchus. À l’angle nord- (...)
  • 24 Ibid.
  • 25 Ksouri 2012.
  • 26 En effet, d’après Ksouri 2012, t. 1, p. 354, les éléments architectoniques appartenant à l’ordre d (...)
  • 27 Ibid., p. 432-435.

6Au sud du théâtre, s’ouvre une grande place rectangulaire fermée (80 x 40 m), dallée et entourée d’un portique large de 5 m. Cette première esplanade, ou esplanade A (n° 42, fig. 1, fig. 2 et fig. 3), est ornée de bassins, de fontaines et, à l’est, de salles annexes dont la destination reste inconnue21. Sur le grand axe, on peut voir, à l’est, un temple très ruiné. À l’ouest, se trouve un groupe de trois sanctuaires accolés qui conservent encore leurs soubassements. Le temenos central est sans doute le plus ancien (temple B, fig. 2 et fig. 3)22. Si le podium est en grand appareil, les murs de la cella sont bâtis en opus africanum avec des blocs verticaux qui affleurent aujourd’hui au niveau du sommet du podium. Les dimensions extérieures de la cella sont de 5,25 m dans le sens nord-sud et de 5,70 m dans le sens est-ouest. Selon plusieurs chercheurs, cet édifice23 aurait connu deux états successifs. Les auteurs des Ruines de Bulla Regia24 estiment qu’il s’agirait à l’origine d’un socle monumental transformé par la suite en un temple avec podium. Cependant, une récente étude25 suggère que cette aedes serait dès le départ un monument à podium dépourvu d’escalier frontal. Ce premier état daterait au plus tard du Ier siècle av. J.-C. Sous le règne du princeps, le sanctuaire aurait été aménagé au fond d’une vaste cour à portique (esplanade A)26. Pour H. Ksouri27, cet ensemble aurait correspondu à l’époque préromaine à un palais royal. Celui-ci comprenait une partie sacrée (autour de l’esplanade A) et une partie résidentielle (autour de l’esplanade B). S’appuyant uniquement sur les techniques de construction et l’étude de la chronologie relative des structures, cette thèse séduisante demeure invérifiable en l’absence de sondages et de fouilles stratigraphiques.

7La création du forum pourrait peut-être remonter à l’époque augustéenne. En effet, il est peu probable qu’une ville ancienne et libre n’ait possédé de place dallée à la romaine qu’à la suite de sa promotion en colonie, sous Hadrien. Par ailleurs, il est peu vraisemblable que les Bullenses Regii, fiers de leur prestigieux statut récemment acquis, aient construit, probablement sous Tibère ou ultérieurement, le temple d’Apollon, symbole de la splendeur de Bulla, sur un espace non dallé.

  • 28 Merlin 1908 ; Beschaouch et alii 1977, p. 86 ; Ruprechtsberger 1985, p. 17-20 ; Chaouali 2010, p.  (...)
  • 29 CIL, VIII, 25511 ; CIL, VIII, 25513 (AE, 1907, 22b = ILPB, 237) ; CIL, VIII, 25512 (AE, 1907, 22a (...)
  • 30 Merlin 1908, p. 16.
  • 31 CIL, VIII, 25516 ; Merlin 1908, p. 22 et p. 25 n° 3 ; Wesch-Klein 1990, p. 71, n° 1 ; Beschaouch 1 (...)
  • 32 Beschaouch 1992-1993, p. 422-426.

8Sans podium ni pronaos, le sanctuaire d’Apollon Auguste28 (n° 33, fig. 1), situé sur le côté nord du forum, était à l’origine composé d’une cour quadrangulaire, entourée d’un portique et s’ouvrant sur une cella axiale. Celle-ci était flanquée à droite et à gauche de deux pièces latérales plus étroites qui ne témoignent pas d’activités cultuelles. La salle orientale, affectant la forme d’un couloir longeant la cella, communique avec une petite pièce où ont été entreposées plusieurs dédicaces aux « Dii Augusti », à Apollon, le « deus patrius », et au Genius coloniae, le protecteur divin de la colonie29. La chambre occidentale, carrée et pavée en marbre, est dépourvue de sculptures. La cella centrale, distyle in antis, est pavée en opus sectile. Le mur de fond est occupé par une base rectangulaire en blocage, au pied de laquelle fut mise au jour une statue d’Apollon Citharède30. Des niches étaient pratiquées dans les murs latéraux : celles-ci abritaient les statues de Cérès à gauche et d’Esculape à droite. Il est communément admis que l’érection de l’édifice, celui d’Apollon deus patrius, date du règne de Tibère, vers 34-35. Une dédicace mentionne, en effet, la construction d’une aedes, d’un portique et de quatre colonnes31. Cependant cette inscription fait partie de l’ensemble des spolia, de provenance inconnue, déposés, à date tardive, dans l’emprise du temple. De surcroît, selon Beschaouch32, il faut lire plutôt aed(ilis) et développer col(umnarum) IIII à la suite de port(icum), sur le modèle d’un texte de Mustis (AE, 1968, 595). Par conséquent, en l’absence de nouvelles fouilles, sa datation relève de la gageure.

Fig. 1 – Site de Bulla Regia (plan H. Broise, dans Beschaouch et alii 1977, p. 13).

Fig. 1 – Site de Bulla Regia (plan H. Broise, dans Beschaouch et alii 1977, p. 13).

1 : Citernes. 2 : Monument en opus reticulatum. 3 : Citernes. 4 : Ensemble monumental. 5 : Arc. 6 : Fort byzantin. 7 : Temples. 8 : Thermes memmiens. 9 : Édifice de Diane. 10 : Péristyle de maison. 11 : Maison du trésor. 12 : Maison n° 3. 13 : Maison n° 7. 14 : Basiliques chrétiennes. 15 : Maison n° 2. 16 : Maison du paon. 17 : Insula de la maison n° 1. 18 : Maison de la chasse. 19 : Maison de la nouvelle chasse. 20 : Tombes. 21 : Maison n° 9. 22 : Maison n° 10. 23 : Maison de la pêche. 24 : Maison n° 15. 25 : Maison d’Amphitrite. 26 : Thermes des Venantii. 27 : Thermes du Nord-Est. 28 : Maison n° 8. 29 : Maisons n° 11, 12, 13 et 14. 30 : Nymphée. 31 : Forum. 32 : Capitole. 33 : Temple d’Apollon. 34 : Basilique. 35 : Marché. 36 : Maison n° 4. 37 : Maison n° 5. 38 : Constructions non identifiées. 39 : Thermes au Nord- Ouest du théâtre. 40 : Théâtre. 41 : Thermes à l’Est du théâtre. 42 : Première esplanade monumentale (esplanade A). 43 : Temple d’Isis. 44 : Seconde esplanade monumentale (esplanade B). 45 : Mur de soutènement. 46 : Maison (?). 47 : Grands thermes Sud. 48 : « Église d’Alexander ». 

  • 33 Merlin 1908, p. 24.
  • 34 Le Glay 1961, p. 270.
  • 35 Eingartner 2005, p. 109 et p. 122.
  • 36 Sebaï 2010, p. 175-176 ; Saint-Amans – Sebaï 2011, p. 169-170.
  • 37 Saint-Amans – Sebaï 2011, p. 174.
  • 38 Sur Apollon, voir Gagé 1955, p. 555 et suiv ; Bayet 1969, p. 177 et suiv ; Dumézil 1974, p. 441-44 (...)

9Pour A. Merlin, l’Apollon de Bulla « n’est qu’un remplaçant, un équivalent » du dieu Baal, comme ailleurs Saturne33. Cependant, ces deux divinités sont différentes. Nous savons qu’à Mactaris, le culte d’Apollon existait, sans doute, dès l’époque punique, à côté de celui de Baal-Hammon34. De surcroît, on ne peut classer ce temple urbain à cour35 parmi les temples africains à trois cellae. En fait, les structures et les enduits utilisés pour la construction des différentes salles montrent que les chambres latérales ont été adjointes ultérieurement et qu’elles ne font pas partie du programme initial36. Enfin, les divinités honorées dans le sanctuaire d’Apollon sont bien définies selon les normes romaines : ils possèdent les attributs spécifiques des dieux gréco-romains « et accompagnent les communautés civiques, représentées par des prêtresses et des magistrats, dans l’instauration d’un nouvel ordre juridique et religieux »37. En conséquence, nous pourrions penser que l’introduction de ce culte augustéen38 corresponde à un choix raisonné, élaboré par une élite désireuse de renouer avec la tradition du bienfaiteur de la cité.

  • 39 Sur ces deux temples, voir Beschaouch et alii 1977, p. 107 et surtout Ksouri 2012, t. 1, p. 270-29 (...)
  • 40 Ksouri 2012, p. 289.

10À dire vrai, le temple d’Apollon faisait partie d’un grand programme de réaménagement des espaces urbains de la cité. La construction de deux temenoi39 (A et C, fig. 2 et fig. 3) dans l’esplanade A vraisemblablement durant l’époque julio-claudienne constitue, à cet égard, la seconde phase de la romanisation de cette place qui deviendra sous les Antonins un centre de convergence dynamique. Orientés à l’est, ces deux monuments à podium ont été élevés de part et d’autre du temple B. Le sanctuaire C, implanté immédiatement au sud de ce dernier, est probablement prostyle tétrastyle. Édifié sur un podium à structure pleine, le temple A est le plus tardif des trois templa situés à l’ouest de l’esplanade. Il déborde le groupe vers l’ouest, et la niche centrale rectangulaire de sa cella, qui faisait saillie, a été englobée postérieurement dans le mur de fond de l’ensemble. Ce monument, remanié sous les Sévères, a été aménagé au nord du templum B. Il était prostyle avec un pronaos assez profond précédé d’un grand escalier faisant toute la largeur de la façade. Il est donc probable que, dès l’époque julio-claudienne, la place sud entourée de portique « ait compris trois temples accolés dans sa partie postérieure reproduisant un schéma africain particulièrement répandu »40.

Fig. 2 – Plan de la première esplanade monumentale (esplanade A) d’après Ksouri 2012.

Fig. 2 – Plan de la première esplanade monumentale (esplanade A) d’après Ksouri 2012.

Fig. 3 – Plan d’ensemble du complexe monumental (esplanades A et B) à l’époque romaine d’après Ksouri 2012, p. 406.

Fig. 3 – Plan d’ensemble du complexe monumental (esplanades A et B) à l’époque romaine d’après Ksouri 2012, p. 406.

A : esplanade A. Th : Théâtre avec extension. I : Temple d’Isis. B : Temple B d’origine numide. C et A : Temples, début du Ier siècle. D : Temple et bassins, règne d’Hadrien ? C’ : Sanctuaire édifié au IIe siècle ? C’’ : Temenos construit sous les Sévères ? E : Temple construit à la fin du IIe ou au début du IIIsiècle. R : Espaces réaménagés au-dessus de l’ancienne résidence. CI : Chapelle du culte impérial ? Ba : Salle de banquets rituels et annexes ? T : Thermes romains. Ch : Chapelles ? S : Grande stoa réutilisée et dotée d’absides. TS : Temple du culte sévérien.

  • 41 Quoniam 1961-1962, p. 1-8. Le statut de municipe est attesté par une inscription en l’honneur de L (...)
  • 42 Merlin 1908, p. 27 ; Kotula 1967, p. 207-220, particulièrement p. 207-211 ; Gascou 1972, p. 33-34 (...)
  • 43 Sur la tête de Vespasien, voir Ouertani 1977, p. 131-132.
  • 44 Quoniam 1961-1962, p. 5, n° 17.
  • 45 D’après Broise – Thébert 1993, p. 380, « c’est dans ce cadre, alors que la ville était encore civi (...)
  • 46 Beschaouch et alii 1977, p. 18-22 ; Broise – Thébert 1993, p. 380-381 ; Chaouali 2010, p. 30-31.
  • 47 Pour Y. Thébert, « il est clair qu’un tel choix est le fruit d’une commande précise qui a peu à vo (...)

11Quant au statut de municipe, Pierre Quoniam a montré que celui-ci fut accordé entre 110 et 11241. Il est vraisemblable que Vespasien fut le conditor municipii42. Une tête colossale de cet empereur a été découverte dans le temple d’Apollon43, et c’est justement ce prince qui a fait construire ou restaurer la grande artère reliant Carthage au port d’Hippo Regius. Bulla aurait eu ainsi deux raisons d’honorer Vespasien : « sa promotion au rang de municipe et les soins donnés à la grande artère qui stimulait son activité économique »44. C’est peut-être dans ce contexte qu’il faudrait replacer l’édification d’un monument très original45, à proximité de la grande route Carthage-Hippone46. Cet opus reticulatum (n° 2, fig. 1), très curieux, est construit sur un soubassement de moyen appareil, scandé de harpes en blocs de grand appareil et précédé d’un vaste espace ceint de portiques47.

Le centre monumental sous les Antonins : du parachèvement à la dupplication

Sous Hadrien : la naissance du forum « tripartite »48

  • 48 Sur la notion du forum tripartite, voir Gros 1990-1992, p. 66 et suiv ; Id. 1996, p. 220-229. Noto (...)
  • 49 Gascou 1972, p. 115-119 ; Gascou 1982, p. 182-183 ; Birley 1997, p. 207.
  • 50 CIL, VIII, 25522 ; AE, 1949, 26.

12Sous Hadrien, la ville accède au rang colonial49 : Colonia Aelia Hadriana Augusta Bulla Regia50. Dans le contexte de cette promotion, Bulla connaît un essor sans précédent qui s’illustre par l’éclat de son architecture et de son urbanisme renouvelés.

  • 51 Voir Merlin 1908, p. 25 ; Quoniam 1952, p. 460-472, surtout p. 467. Un certain M. Liuineius Dexter (...)
  • 52 Quoniam 1952, p. 467 et n° 3 ; CIL, VIII, 25537.
  • 53 Merlin 1908, p. 25 et n° 4.
  • 54 Sur l’impact du statut colonial sur la vie religieuse des cités, voir Scheid 1999, p. 398 et suiv. (...)
  • 55 Sebaï 2010, p. 176 ; Saint-Amans – Sebaï 2011, p. 169-171.
  • 56 Saint-Amans – Sebaï 2011, p. 171.

13Ce n’est d’ailleurs que sous le règne d’Hadrien, nous semble-t-il, que le forum (n° 31, fig. 1) a pris sa configuration définitive. C’est vraisemblablement à ce moment que la cour du temple d’Apollon fut amputée de son portique sud pour s’aligner sur le portique nord du forum, désormais rectangulaire et régulier51. De surcroît, un bloc de marbre de Chemtou, daté du règne d’Hadrien52, avait été mis au jour dans les constructions situées à l’ouest du sanctuaire confirmant ainsi que plusieurs travaux ont été exécutés dans ce quartier pendant la première moitié du IIe siècle53. Pour commémorer l’accession de la ville au rang de colonie honoraire, l’autorité religieuse locale aurait créé le culte54 de Genius Coloniae Bullensium Regiorum, une divinité fondatrice de la nouvelle identité juridique de la ville55. Pour S. Saint-Amans et M. Sebaï56, il s’agit d’une « émanation divine de la colonie, double divin de celle-ci, ce type de Genius municipal pouvait parfaitement être associé à un Apollon Auguste jouant le rôle de divinité ancestrale de la cité et collaborant avec les Dii Augusti au bon fonctionnement de la communauté ».

  • 57 Quoniam 1952, p. 464-467 ; Beschaouch et alii 1977, p. 83-86 ; Barton 1982, p. 284 ; Ruprechtsberg (...)
  • 58 Par ailleurs, le temple n’a pas été retenu dans la liste des capitoles d’Afrique dans la récente é (...)
  • 59 Bianchi 1949-1950, p. 349-415 a montré que le souci des cités de droits pérégrins, les municipes o (...)
  • 60 Voir Jouffroy 1986, p. 209. 

14À l’ouest, se dresse un grand temple communément associé à un capitole57 (n° 32, fig. 1), sa dédicace n’ayant pas été trouvée et surtout n’offrant pas de cella tripartite, c’est principalement en raison de sa situation qu’il est défini comme tel58. Nous pourrions conjecturer que le capitolium, symbole de l’appartenance à la romanité59, a été édifié sous le règne d’Hadrien60, immédiatement après la transformation de Bulla en colonie honoraire. De ce sanctuaire prostyle ont disparu l’escalier, les colonnes de la façade qui donnait sur la place et la cella ; il n’en subsiste que la masse de blocage du soubassement. Sous l’emplacement de l’escalier, passait, sous une voûte large de 1,35 m, une canalisation qui drainait l’eau du grand nymphaeum situé au nord-est de la cité. Enfin, contre le mur méridional du sanctuaire, sous le portique, avait été adossée une tribune bien appareillée et moulurée qui a pu recevoir des statues.

  • 61 Quoniam 1952, p. 460-464 et p. 467-468 ; Beschaouch et alii 1977, p. 88 et fig. 80 ; Ruprechtsberg (...)
  • 62 La basilique fut reconstruite, peut-être à la suite d’un incendie en 235, d’après une monnaie pris (...)
  • 63 Beschaouch et alii 1977, p. 88 ; Balty 1991, p. 399.

15À l’opposé du capitole, sur le petit côté est de la place, s’élève une basilique61 (n° 34, fig. 1) à trois nefs longues de 25 m et larges de 6 environ, dont l’une, celle de l’ouest, n’est autre que le portique oriental du forum, sur lequel l’édifice basilical aurait donc empiété dans son dernier état. C’est de celui-ci que dateraient les deux absides (milieu du IIIe siècle)62, aux extrémités de la nef centrale ; celle du sud, surélevée d’environ 1 m par rapport au niveau du sol de l’ensemble, constituait sans doute le tribunal. Une pièce de forme rectangulaire allongée, également ornée d’une abside, la flanquait à l’est et serait identifiable avec la curie de la ville63.

  • 64 Jouffroy 1986, p. 410 ; Balty 1991, p. 398.
  • 65 Voir Gros 1996, p. 235 et suiv. ; Id. 2005a, p. 176.

16Le premier état de cet édifice date assurément du IIe siècle64. Aurait-il été créé sous Hadrien dans le contexte de la promotion coloniale ? Dans l’affirmative, la basilique de Bulla, comme ailleurs, contribuerait à la définition politico-religeuse du forum ; l’auctoritas qui en émane ne tient pas seulement au fait qu’elle est le bâtiment le plus représentatif du mode de vie des communautés romaines, italiennes ou provinciales65, mais à son statut sur la place publique et à sa relation avec le capitolium, situé de l’autre côté du forum.

  • 66 Gros 2005a, p. 206-207.

17Le vaste programme monumental mis en œuvre sous le règne d’Hadrien fut complété par la réorganisation du quartier méridional et, particulièrement, par la construction de l’amphitheatrum, situé au nord de la cité. Ceci montre, en effet, que l’évolution urbaine des villes romaines conduit inévitablement à la duplication des centres de convergence. P. Gros remarque, à juste titre, que les fora des colonies perdent très vite « une grande part de leur signification pour ne garder que les fonctions administratives et judiciaires, désormais bien secondaires, et ce sont les places ouvertes au-delà de l’enceinte qui répondent aux exigences d’une vie collective toujours davantage rythmée par les liturgies impériales »66.

  • 67 Sur la chronologie et la restitution de ce temple, voir Ksouri 2012, t. 1, p. 303-308.
  • 68 Ksouri 2012, p. 358-366.

18Situé à l’est de l’esplanade A et orienté vers l’ouest, le temple D67 (fig. 2 et fig. 3) a été édifié dans l’axe des trois temples juxtaposés. Cette aedes, probablement prostyle, se compose d’un podium plein, d’une cella, de forme presque carrée (6,75 m sur 6,35), et d’un pronaos relativement profond (8,10 m x 4,75). Par sa position dans l’axe et au milieu de la place, cet édifice aurait été bâti dans le cadre d’une vaste opération de remodelage réalisée probablement sous le règne d’Hadrien. D’après H. Ksouri, deux longs bassins dotés d’absides et une fontaine, située au milieu de la place, se seraient adjoints à l’ensemble public. Parfaitement axés sur le temple D, ces aménagements consolideraient la composition symétrique faite selon deux grands axes, est-ouest et nord-sud68.

  • 69 Winkler 1885a, p. 310 ; Winkler 1885b, p. 116 ; Lachaux 1979, p. 46-47 ; Golvin 1988, p. 133 ; Bom (...)
  • 70 Le terme (de Renan) est utilisé par Merlin 1908, p. 27.
  • 71 Hugoniot 2005, p. 243. Ce dernier conclut que la colonie célébrait au minimum sept jours de Jeux R (...)

19En dehors de la zone clôturée, à environ 300 mètres au nord des ruines, se trouve l’amphithéâtre69 de la cité. Il aurait été aménagé sous le règne du « César archéologue »70. Nous savons que « les statuts des colonies romaines et des municipes latins prévoyaient la création annuelle des fêtes romaines. Une des clauses de la loi d’Urso stipulait que les décurions de la cité devaient, au début de l’année, fixer le nombre précis de jours de fêtes (dies festi) et la nature des cérémonies religieuses (sacra) qui devaient être célébrés »71. L’édifice aujourd’hui à demi ruiné est adossé à la montagne au sud et à l’est, l’entrée principale étant à l’ouest. On distingue encore au sud-ouest quelques pans de murs voûtés et une partie du mur du podium. L’ensemble du bâtiment ne dépassait guère 60 x 40 m. Les dimensions de l’arène sont d’une quarantaine de mètres pour le grand axe et de 20 environ pour le petit. À Bulla, comme ailleurs, l’amphithéâtre contribue à affirmer vis-à-vis de l’extérieur la présence et la splendeur de la cité.

Remodelage et « officialisation » du secteur méridional sous les derniers Antonins

  • 72 Sur ce monument, voir Beschaouch et alii 1977, p. 93-100 ; Lachaux ibid., p. 42-45 ; Hanoune 1983, (...)
  • 73 Lachaux ibid., p. 44.
  • 74 Hanoune 2009, p. 65-72.

20Situé au sud du noyau urbain, sur un terrain en pente vers les plaines, le théâtre de Bulla72 (n° 40, fig. 1, fig. 2 et fig. 3) est construit sur un terrain plat selon la tradition architecturale romaine. La zone d’implantation de l’édifice correspond à une plate-forme rectangulaire bordée au sud par un mur de soutènement. Au nord de cette plate-forme passe une importante rue qui traverse la ville du nord au sud. D’un diamètre de 60 m environ, cet édifice s’insère sans peine dans la série des théâtres de dimensions moyennes. Une série de voûtes rayonnantes, concentriques et inclinées, supportait les gradins. Mais, curieusement, les arcades extérieures de la voûte bordent la rue nord ; ainsi une partie de la circulation passait sous les gradins, empruntant deux portes cochères obliques. La cavea pouvait contenir de 2 500 à 3 000 spectateurs73. On pénétrait dans le monument par l’un des trois vomitoria équipés d’escaliers desservant les gradins. Une rangée de trois gradins, bas et larges, est réservée aux personnalités. Elle est séparée de la première praecinctio par une balustrade (balteus) encore bien conservée. Le maenianum inférieur est composé de cinq gradins, divisés en six cunei par huit escaliers radiaux de six marches. L’orchestra semi-circulaire, mesurant 8,23 m de diamètre, est délimitée au nord par un balteus et au sud par le mur de pulpitum. Son sol est fait de grandes dalles de marbre de Chemtou, excepté sa partie centrale revêtue par une mosaïque tardive représentant un ours en position d’attaque74. Le rebord de la scène est rythmé de niches alternativement rectangulaires et arrondies. À chaque extrémité du pulpitum, deux escaliers permettent de passer de l’orchestre à la scène. Celle-ci est recouverte d’un pavement de mosaïque blanche très dégradée, alors qu’il ne subsiste de la frons scaenae que les trois absides des exèdres habituelles avec, légèrement en saillie, les trois portes d’entrées des artistes.

  • 75 Ces statues ont été retrouvées à proximité immédiate du théâtre (Beschaouch et alii 1977, p. 93).
  • 76 Ouertani 1977, p. 123-132, particulièrement p. 123 ; Ksouri 2012, t. 2, p. 210-212.
  • 77 Fittschen 1982, p. 76, n° 10 et p. 85, n° 9.
  • 78 Voir Gros 1987a, p. 319-346.
  • 79 Sur le rôle du théâtre dans les provinces occidentales, voir Gros 1996, p. 290 et suiv. ; Id. 2002 (...)

21Faute d’inscription, il est difficile de préciser à quelle date exacte ce théâtre a été construit. Il est communément admis qu’il remonte au règne conjoint de Marc Aurèle et Lucius Verus. En effet, le programme décoratif de l’édifice comprenait les statues colossales de ces princes75, tous deux assis, couronnés de laurier et représentés dans la nudité héroïque, ainsi que deux figures féminines voilées, du type de Cérès76, identifiées avec Lucilla et Crispina77. Nous savons que le théâtre, monument civique par excellence, était, dès l’époque augustéenne, le vecteur de l’idéologie officielle78. Il représente, à ce titre, le lieu où s’organise « dans les meilleures conditions le contact codifié » entre le pouvoir, ou du moins ses signes plus ou moins sacralisés, et les citoyens79.

  • 80 De fait, il serait, d’après Ksouri 2012, t. 1, p. 141-147, implanté dès l’origine dans un complexe (...)
  • 81 Son édification serait alors liée à la destruction des temples préromains et à la construction sur (...)
  • 82 Ksouri 2012, t. 1, p. 107-131, particulièrement p. 130-131.

22D’après une récente étude, l’édifice de Bulla aurait connu deux phases de construction. Dans son premier état, ce serait un petit théâtre de forme semi-circulaire bordé au nord par une voie publique. L’ancienneté de celle-ci « est attestée par la position de la rue dégagée à l’angle nord-ouest des grands thermes ». Le monument serait lié à la grande esplanade (A et B) dotée dès l’époque numide d’un sanctuaire (temple B)80. Cette situation daterait au plus tard du Ier siècle apr. J.-C., date probable de l’aménagement du portique entourant l’esplanade A81. Sous le règne conjoint de Marc Aurèle et Lucius Verus, le théâtre, devenu monument de spectacle, se serait embelli et considérablement agrandi. En effet, le deuxième état de l’édifice « correspond à l’extension de la cavea et au réaménagement de la scène dont le mur, autrefois rectiligne, a été doté de trois absides semi-circulaires ». Cet agrandissement aurait imposé d’empiéter sur la vaste rue nord obligeant une partie de la circulation à emprunter l’ambulacre du théâtre82. Ceci paraît plausible bien qu’aucune fouille ne puisse, pour l’heure, l’attester.

  • 83 Voir Gros 1996, p. 290-294 ; Id. 2002b, p. 25 et suiv ; Id. 2006, p. 15-27.

23Au demeurant, la relation très intime entre le développement de la ville et la mise en place du bâtiment théâtral rend indéniable sa fonction socio-politique et religieuse, laquelle va au-delà de celle d’un édifice de spectacle83. À Bulla, par l’implantation du théâtre, les mouvements de foule deviennent donc plus que jamais centrifuges.

  • 84 Beschaouch et alii 1977, p. 107 ; Ruprechtsberger 1985, p. 25 ; Ouertani 1995, p. 395-404 ; Eingar (...)
  • 85 Ouertani 1995, p. 395-404.
  • 86 Bricault 2005a, vol. 2, p. 762, n° 703/0401, d’où AE, 2005, 1690 : Isidi Aug(ustae) sac(rum) / P(u (...)
  • 87 Pour Thébert 1973, p. 272, « leur nomenclature dérivant des empereurs Nerva et Hadrien, la teinte (...)
  • 88 Selon Ksouri ibid., p. 334-335, l’étude du péribole indique que le sanctuaire « a subi de profonds (...)
  • 89 Ruprechtsberger 1985, p. 25 ; Ouertani 1995, p. 404 ; Eingartner 2005, p. 189.

24En outre, lors des dégagements de 1959-1961, un autel en calcaire dédié à la déesse égyptienne Isis a été retrouvé au sud de l’édifice de la frons scaenae, au pied d’un temple de forme rectangulaire. Le temenos84 (n° 43, fig. 1, fig. 2 et fig. 3), auquel on accède par une petite place dallée, est élevé sur un podium et entouré d’un péribole construit en grosses pierres de taille sur le mur nord et en petits moellons sur le mur sud. Deux files de six colonnes bordent les longs côtés de l’édifice central. Le temple proprement dit est accessible par un escalier de sept marches. Orienté au sud, il comprend un pronaos et une cella de forme carrée. Dans la zone du théâtre ont été trouvés la statue cultuelle d’Isis et le buste d’un enfant portant la mèche de l’enfance (Horuslocke) des Égyptiens et des isiaques85. L’autel a été dédié par A. Aelius Privatus et par sa femme, Cocceia Bassa86. Les gentilices des dédicants, peut-être descendants d’affranchis, rappellent ceux des empereurs Nerva et Hadrien87. Comme le théâtre, l’édification, ou peut-être même la réfection88, de ce templum cum porticibus daterait de la deuxième moitié du second siècle89, plus probablement du règne de Marc Aurèle et Lucius Verus.

  • 90 Sur la diffusion des cultes isiaques en Afrique, notamment Isis, voir Podvin 2005, p. 213-228 ; Br (...)
  • 91 Gros 2007, p. 529. Sur le rôle de ces temples, voir Eingartner 2005. Pour un compte rendu détaillé (...)

25En somme, c’est une nouvelle phase d’urbanisme que nous pouvons situer sous le règne de Marc Aurèle. Le temple italique d’Isis, dont le culte représente un bon indicateur de la romanisation90, contribue à structurer le quartier sud. En liaison avec le théâtre, cette aedes à cour constitue, de ce point de vue, « un véritable relais d’une romanisation plus ou moins assumée »91 et consolide vigoureusement l’attractivité du nouveau centre de convergence.

La consolidation du polycentrisme à Bulla Regia sous les Sévères

  • 92 Beschaouch et alii 1977, p. 89-90 ; De Ruyt 1983, p. 48-52 ; Ruprechtsberger 1985, p. 21 ; Hamdoun (...)
  • 93 En effet, la plupart des textes concernant cette illustre famille du IIIe siècle sont gravés sur d (...)
  • 94 AE, 1971, 490 ; Rémy 1976, p. 458-477 ; Corbier 1982, p. 713, n° 10 ; Thomasson 1996, p. 94-95, n° (...)

26Il semble que le macellum de la cité92 (n° 35, fig. 1) marque le point d’orgue de la mise en place du forum et de ses annexes. Implanté à quelques mètres au sud de ce dernier, l’édifice mesure 24 m de largeur sur 25 m de longueur. Sa façade principale donne directement à l’est sur une large rue (6,50 m) qui se dirige, au sud-est, en ligne droite vers l’esplanade A. Le bâtiment est précédé d’un portique en façade surélevé de quatre marches par rapport à la rue. Il est composé d’une grande cour dallée de 11,90 m sur 12,60 entourée de portiques sur trois côtés. Douze petites boutiques sont disposées sur les côtés nord et sud. Au fond de la cour se développe, entre deux bassins, une abside (6,40 m) semi-circulaire fermée par une balustrade et décorée de niches. Même si les inscriptions du marché ne sont pas encore publiées, on peut admettre que celui-ci est postérieur à la période antonine. Édifié sans doute sous les premiers Sévères, le macellum semble dû à l’évergétisme des Aradii93, dont l’un des membres, Q. Aradius Rufinus Optatus Aelianus, fut consul et agens uice proconsulis Africae durant le premier tiers du IIIe siècle94.

  • 95 Broise – Thébert 1993, p. 384.

27Comme dans la quasi-totalité des cités africaines, l’activité édilitaire à Bulla Regia connaît son apogée sous les Sévères avec l’installation d’un réseau d’égouts dans la ville95, puis avec l’aménagement de la seconde esplanade (ou esplanade B) et enfin avec la construction des thermes memmiens sur des terrains occupés, partiellement ou entièrement, par des demeures privés.

  • 96 D’après Ksouri 2012, t. 1, p. 292-295, le temenos C’ (fig. 2 et fig. 3), situé au sud du temple C, (...)
  • 97 Ce temple a été simplement signalé par le guide de la cité (Beschaouch et alii 1977, p. 107). Réce (...)
  • 98 Ksouri ibid., p. 296-302.

28Avant de s’intéresser au « grand ensemble sévérien », il convient de signaler qu’au moins deux templa96 ont été édifiés sur la première esplanade (quartier du théâtre) durant le règne des empereurs africains. Inséré entre l’aedes d’Isis et le théâtre et précédé d’une plate-forme dallée, le temple E97 (fig. 2 et fig. 3) est érigé sur un podium que dessert un escalier faisant toute la largeur de la façade. Ouvrant vers la ville et non vers l’esplanade, cet édifice, construit à la fin du IIe ou au début du IIIe siècle, est selon toute vraisemblance tétrastyle in antis. Situé à l’est de l’esplanade, le petit temple C’’98 (fig. 2 et fig. 3) serait le bâtiment le plus tardif de la place. Ouvert à l’ouest, ce temenos à podium était probablement prostyle tétrastyle, d’ordre corinthien, avec une cella à abside de 4,8 m x 4,05 m et un pronaos accessible par un escalier frontal.

  • 99 Beschaouch et alii 1977, p. 108-113 ; Hanoune 1990b, p. 498-501 ; Hanoune 1992, p. 523-526 ; Hanou (...)
  • 100 Ce mur est datable du Ier siècle apr. J.-C. Cf. Beschaouch et alii 1977, p. 112 ; Hanoune 1990a, p (...)
  • 101 Hanoune 2006, p. 283. Le Glay 1988, p. 52-60, notamment p. 55 voit dans la basilique sud un xyste  (...)
  • 102 Beschaouch et alii 1977, p. 111 ; Hanoune 2005, p. 281-289.
  • 103 Ruprechtsberger 1985, p. 25 ; Le Glay 1988, p. 52-60.
  • 104 Vössing 1992, p. 169-183, surtout p. 181 ; De Chaisemartin 1994, p. 630 et p. 649 ; Hanoune 1999b, (...)
  • 105 Hanoune 2006, p. 283. D’après Chaisemartin 1994, p. 633 et suiv., l’exèdre à portique aurait pu se (...)
  • 106 Sur cette pièce, voir Beschaouch et alii 1977, p. 111 ; Hanoune 1992, p. 524 ; Hanoune 2006, p. 28 (...)
  • 107 Hanoune 2006, p. 283.
  • 108 Voir Khanoussi – Mastino 2004, p. 371-414, notamment p. 385-387, d’où AE, 2004, 1874.

29Au sud-est de la cité, se trouve, à proximité du théâtre et en bordure de la plaine de la Medjerda, un édifice que les archéologues ont désigné sous le nom de « seconde esplanade monumentale (parfois B) » ou « grand ensemble sévérien »99 (n° 44, fig. 1 et fig. 3) en raison des inscriptions en l’honneur de la famille impériale. Le complexe de grandes dimensions (85 m x 65) s’articule autour d’une vaste cour rectangulaire d’environ 50 m sur 30 entourée sur trois côtés par des bassins et un portique. Il est bordé à l’est par l’esplanade A, à l’ouest par un espace non fouillé, au nord par la rue du théâtre et au sud par un mur de soutènement100 (n° 45, fig. 1) qui supporte une longue salle à deux absides, sorte « de basilique à nef unique »101. Sur le long côté nord, la galerie du portique est bordée à l’est d’un petit édifice thermal séparé, sans communication avec le reste de la construction102. Dans l’axe du portique s’ouvre une exèdre carrée à deux colonnes avec une grande base rectangulaire contre le mur de fond. À l’ouest de cette pièce s’étend un péristyle semi-circulaire de huit colonnes. Cet ensemble a été interprété comme une bibliothèque municipale, par analogie avec la bibliothèque en hémicycle de Timgad103. Cependant, plusieurs chercheurs ont réfuté cette thèse104. Pour R. Hanoune105, l’architecture de l’ensemble, notamment l’accès, est plutôt comparable à celle du gymnase de l’Agora d’Athènes à l’époque tardive. Au reste, nous pouvons admettre que le monument en question aurait eu un lien avec le culte impérial. De surcroît, la salle centrale de l’aile nord, richement ornée d’opus sectile avec des murs plaqués de marbre, comporte un large soubassement destiné assurément à une statue106. R. Hanoune considère cette salle comme le siège du cule impérial à Bulla107. S’agit-il de la sedes offerte, en l’honneur de Septime Sévère, par un certain Q. Lollius Saturninus ?108

  • 109 Hanoune 1992, p. 524 ; Id. 2006, p. 285.
  • 110 Hanoune 1974, p. 387-394, notamment p. 394.
  • 111 Khanoussi – Mastino 2004, p. 388-390 et p. 390-393, d’où AE, 2004, 1875 et 1876. Soulignons que le (...)
  • 112 Hanoune 2006, p. 285.

30À l’est et à l’ouest de la cour, deux batteries de trois cellae se font face. Entre les trois salles cultuelles de la galerie occidentale ont été aménagés deux passages de 1,5 m permettant de rejoindre à l’ouest un ensemble de bassins, et au sud et au nord de grandes latrines. L’aile orientale, très large (7 m) et richement ornée de mosaïque, se compose de trois cellae contiguës, dont celle du centre est la plus vaste (17 m sur 14,5). Celle-ci est ornée d’un pavement en opus sectile, de deux colonnes surmontées de chapiteaux corinthiens en marbre de Chemtou, de peintures murales et de niches disposées en hauteur pour abriter des statues. Le pavement, comportant une bande dallée en marqueterie de marbres multicolores, rappelle un dispositif de triclinium et laisse supposer qu’il s’agit d’une salle de banquets officiels109. Il est communément admis que ces trois cellae, et sans doute le bâtiment entier (la deuxième esplanade)110, datent de l’époque des empereurs africains. Notons ici que les fouilles récentes ont ajouté aux anciens textes dédiés aux Sévères deux nouvelles inscriptions en l’honneur de Caracalla111. Récemment, R. Hanoune a interprété l’ensemble de l’édifice « comme un monument à la gloire de l’empereur, ici à l’époque de la dynastie sévérienne, en un mot une sorte d’Augusteum cum epulo, selon l’expression de certaines inscriptions anciennes d’Italie »112.

  • 113 Sur ces thermes, voir notamment Beschaouch et alii 1977, p. 23-32 ; Broise – Thébert 1993 ; Gros 1 (...)
  • 114 ILAfr, 454 ; AE, 1921, 45 ; AE, 1973, 578 ; Broise – Thébert 1993, p. 347-351, n° 1 ; Thébert 2003 (...)
  • 115 ILAfr, 453 ; PIR², V, 2, 1983, n° 462. Sur la famille clarissime des Memmii, voir Corbier 1982, p. (...)
  • 116 Cependant « il est clair qu’ils appartiennent à une version particulièrement ample de ce type d’éd (...)
  • 117 Thébert 2003, p. 134. Sur cette éventuelle palestre, voir également Broise – Thébert ibid., p. 208 (...)
  • 118 Gros 1996, p. 412.

31Situés dans la partie méridionale de la cité, à 220 m environ du théâtre, les thermes memmiens113 (n° 8, fig. 1) sont érigés entre 220 et 240. Une inscription114 nous apprend que Iulia Memmia, fille d’un ancien consul originaire de Bulla115, a fait bâtir ces thermes et contribué ainsi à l’ornement de sa patria et à la salus ciuium. L’implantation de l’édifice a nécessité la destruction de plusieurs demeures privées permettant ainsi d’obtenir un espace de forme relativement régulière. Cependant la principale difficulté était le profil du terrain, en pente naturelle vers le sud, qui aurait contraint à ériger le monument sur trois niveaux principaux du nord au sud. Conçus selon un plan semi-symétrique, ces bains occupent un rectangle d’environ 2800 m². Il s’agit donc d’un bâtiment balnéaire de taille moyenne116. Le frigidarium, situé au cœur du bâtiment, mesure 11 m sur 15,50, soit environ 170 m² sans les piscines et les niches. Le secteur chauffé, disposé au sud, se compose de cinq salles parcourues selon un itinéraire circulaire. Pour Y. Thébert117, l’état des environs permet de reconnaître une éventuelle palestre, « selon le schéma qu’on observe aux thermes romains de Trajan et de Caracalla »118. Flanquant originellement la façade occidentale, celle-ci aurait été détruite, vers 360, lors de grands travaux dont le réaménagement de la grande place voisine.

  • 119 Sur l’insertion de ces bains dans le quartier, voir Broise – Thébert ibid., p. 355-377 et p. 410-4 (...)
  • 120 Broise – Thébert ibid., p. 410 ; Thébert 2003, p. 441.

32L’étude de l’insertion des thermes memmiens dans le paysage urbain119 a confirmé l’adaptation de ces édifices en fonction essentiellement des paramètres topographiques qui ont conditionné leur création et leurs formes sans pour autant en altérer les composantes canoniques. En fait, c’est surtout le secteur de l’entrée, conçu de manière remarquable, qui permet l’ancrage du bâtiment dans son environnement immédiat. Un vaste portique de façade, ouvrant sur la rue par une colonnade à seize arcs, précède un grand vestibule d’entrée. Occupant une position axiale, celui-ci commande deux escaliers permettant d’accéder au niveau principal du monument situé à 2,40 m en contrebas. Ainsi l’ample portique « constitue un véritable espace de transition entre le dehors et le dedans, entre la rue et l’édifice balnéaire proprement dit ». Les arcades qui animent ses murs « annoncent d’ailleurs un des thèmes décoratifs développé à l’intérieur du monument »120.

  • 121 Sur le rôle des thermes dans l’organisation de l’espace urbain, voir Gros – Torelli 1988, p. 379 e (...)
  • 122 Broise – Thébert ibid., p. 411.
  • 123 Nous avons la preuve, d’après l’étude d’un praefurnium et de monnaies liées au fonctionnement des (...)

33Par son élévation et sa masse monumentale, ce nouveau pôle de convergence populaire121 représente un des points forts122 du maillage urbain. Situé dans la partie basse de la cité, il supplante en effet les constructions voisines constituant désormais, et pour longtemps123, une puissante force d’attraction pour les Bullenses Regii.

  • 124 Broise – Thébert ibid., p. 384-385.

34Si nous prenons maintenant en considération la datation relativement tardive de la construction (220-240), l’activité de ce grand chantier démontre le dynamisme édilitaire de la Proconsulaire durant la fin de l’époque sévérienne et confirme ainsi que « la crise » du IIIsiècle « frappa l’Afrique tardivement et brutalement, sans qu’y aient été perceptibles les prémices qui affectaient auparavant d’autres provinces »124.

 

  • 125 Gros 1996, p. 220 remarque à juste titre que c’est dans les villes « dotées d’un nouveau centre mo (...)

35Ainsi, l’hypothèse de la duplication des centres de convergence des Bullenses Regii mérite attention. En effet, la présence de plusieurs complexes urbains a, semble-t-il, généré un polycentrisme de fait qui s’est traduit par la spécialisation fonctionnelle des espaces civiques. Si le forum, désormais « tripartite » après la déduction coloniale125, apparaît comme un centre essentiellement administratif et judiciaire, il est probable qu’au terme d’un long processus, le quartier méridional, pôle d’envergure intégrant des édifices consacrés aux loisirs, soit devenu, en un sens, le cœur vivant de la vie collective.

  • 126 Gros 2002a, p. 593.
  • 127 Voir Gros 1990-1992, p. 61-80 ; Id. 2005a, p. 206-207.

36Dans cette perspective, l’espace urbain a été continuellement scandé par ce que nous pourrions appeler un parallélisme urbain, c’est-à-dire une évolution parallèle du forum et du secteur des esplanades. Autrement dit, à chaque nouvelle situation juridique, on assiste simultanément à une monumentalisation du noyau central et à une romanisation urbanistique du complexe monumental situé au sud. Sous les Sévères, le polycentrisme de Bulla Regia semble se consolider avec le parachèvement du forum et du quartier du théâtre, puis s’amplifier avec l’édification des thermes memmiens et la création d’un pôle de culte impérial. Ainsi, l’une des raisons de la duplication des espaces publics, du moins durant l’époque sévérienne, est « l’emprise croissante du pouvoir sacralisé des empereurs, lequel ne trouve plus d’espace convenable dans l’ancienne panoplie civique pour sa mise en scène »126. Le cas de Bulla, comme celui de Cuicul127, tend à montrer que le capitole est désormais concurrencé par les temples du culte des empereurs régnants ou des diui.

  • 128 Beschaouch et alii 1977, p. 114-115 ; Thébert 2003, p. 288. Il s’agit d’un vaste bâtiment (60 x 55 (...)
  • 129 Beschaouch et alii 1977, p. 77-79.
  • 130 Voir Antit – Broise – Thébert 1983 p. 135-190, particulièrement p. 144 et p. 151.
  • 131 Beschaouch et alii 1977, p. 100. Ce petit édifice incomplètement fouillé avait été décrit par ces (...)
  • 132 Beschaouch et alii 1977, p. 111 ; Hanoune 2005, p. 281-289. Dans l’état actuel, ces thermes ouvren (...)
  • 133 Beschaouch et alii 1977, p. 93 ; Hanoune – Olivier – Thébert 1983, p. 63-92 ; Thébert 2003, p. 134 (...)
  • 134 À l’ouest, l’édifice est limité par une artère reliant le forum au quartier du théâtre et des espl (...)
  • 135 Broise – Thébert 1993, p. 411.

37Lier monumentalisation, contexte juridico-politique et transformations de l’urbanitas permet ainsi de mettre en évidence l’importance des réalisations urbanistiques dans l’histoire de la cité, telle celle des établissements balnéaires, notamment des thermes memmiens et des grands bains Sud. En effet, ceux-ci, présentant une composition volumétrique aussi complexe à l’intérieur qu’à l’extérieur, engendrent un bouleversement durable dans la hiérarchie des établissements publics. En fait, tout en s’insérant dans le tissu urbain, ces pôles monumentaux accentuent l’éclatement de la cité. Dans cette optique, il est intéressant de noter que globalement les bains sont érigés aux points focaux de la cité, structurant et circonscrivant plastiquement l’espace urbain. Ainsi, si les grands thermes Sud128 (n° 47, fig. 1) et les bains du Nord-Est129 (n° 27, fig. 1), situés aux limites du secteur bâti, dominent respectivement le front Sud et le flanc Nord130 de la cité ; l’établissement thermal à l’est du théâtre131 (n° 41, fig. 1) et celui du « grand ensemble sévérien »132 (fig. 3) s’implantent à l’intérieur du secteur méridional et contribuent donc à définir le nouveau cœur officiel de Bulla. Quant au petit bâtiment balnéaire situé au nord-ouest du théâtre133 (n° 39, fig. 1), dont il n’est séparé que par une rue, il joue, en quelque sorte, le rôle de médiateur ou de charnière entre le centre monumental, installé au nord134, et le quartier des esplanades, situé au sud. Ainsi, les thermes, loin de représenter de simples mondes clos135, constitueraient des éléments structurants de l’armature urbaine.

  • 136 En effet, à Bulla Regia, le forum au Nord n’a pas été délaissé stricto sensu. Ses façades et ses « (...)
  • 137 Sur ces phénomènes, voir Gros 1990-1992, p. 61-80 ; Id. 2005a, p. 199-209 ; Id. 2008, p. 47-59 ; B (...)

38Le phénomène observé à Bulla reflèterait une tendance plus générale, celle de la désaffection relative136 mais croissante du forum ainsi que du transfert graduel des centres de l’intérêt populaire vers les édifices de spectacle et les thermes, ces lieux de convergence constituant, de ce point de vue, les espaces privilégiés du populus. La mise en place de sanctuaires consacrés à l’empereur régnant ou à sa dynastie en position excentrée entraînerait ainsi le déplacement des centres religieux. Certes, la promotion juridique ne constitue pas l’unique cause des transformations de la conception et de l’usage de l’espace urbain. L’évolution des mœurs et la dépolitisation progressive des populations, rendue inévitable du fait de la dérive « monarchique » du régime à partir de la fin de la période flavienne, joueraient un rôle important137.

  • 138 Sur le développement urbain de cette ville, voir Février 1964, p. 9-11 ; Gros 1990-1992, p. 74-79  (...)
  • 139 Gros 2005a, p. 206-207 ; Id. 2008, p. 54.
  • 140 Gros 2008, p. 55.

39À cet égard, les sites africains du Haut-Empire fournissent des exemples dignes d’intérêt. En effet, si dans la colonie trajanienne de Cuicul (Djemila)138, le cœur urbain se déplace, à la fin du IIe siècle, vers le sud, des grands bains dits Thermes du sud furent construits à près de deux cents mètres de la porte de la cité, sous le règne de Commode, vers 183-185. Ces thermae, qui occupent 3000 m², soit un espace plus vaste que celui de l’ancien forum, ont assurément « créé un tropisme irréversible vers les quartiers méridionaux »139. Le transfert de la dignitas forensis s’accélère sous le règne de la dynastie africaine avec l’aménagement d’une nouvelle grande place dite forum des Sévères. En 229, sur son angle sud-est, fut édifié le puissant temple tétrastyle de la Gens Septimia, sur une haute plate-forme à escalier axial. Ce monument, dont la création confirme l’importance que le pouvoir sacralisé accorde à ce nouveau pôle de développement, modifie définitivement l’organisation globale de l’esplanade « qui pour la première fois se trouve orientée vers un édifice en position dominante »140. La supplantation du premier noyau urbain se confirme, au siècle suivant, avec l’ouverture d’une basilique judiciaire qui s’implante au pied du péribole du temple sévérien.

  • 141 Sur ces deux villes, voir, en dernier lieu, Ben Akacha 2011b, p. 422-436 ; Id. 2011c, p. 89-118.
  • 142 CIL, VIII, 11827.
  • 143 Picard 1957, p. 148-149 ; Fortuner 1976-1978, p. 159-168 ; M’Charek 1984, p. 220-221 ; Kleinwächte (...)
  • 144 Picard 1986, p. 462 et suiv. Sur le proconsulat de Faustinus, voir Thomasson 1996, p. 52, n° 61.
  • 145 Thébert 2003, p. 144-145.
  • 146 La longue exploitation de l’édifice est certaine et sa désaffection, qui n’est pas antérieure à la (...)
  • 147 Thebert 2003, p. 166-171 ; Ben Akacha 2011c, p. 102-105. Si les bains d’hiver sont édifiés entre l (...)
  • 148 Ben Akacha 2011c, p. 104-107.

40D’autres exemples pourraient être rapportés, tels ceux de Thuburbo Maius et de Mactaris141, en Proconsulaire, où l’on constate que les ensembles thermaux entraînaient, plus que les édifices de spectacle, un véritable déplacement de la vie collective. À Mactar, sous le règne de l’Optimus princeps, plusieurs familles de la bourgeoisie locale obtiennent la citoyenneté romaine. On change en triumuir le titre des sufètes désormais pris parmi les quirites, des quinquennales sont chargés du cens et un flamine perpétuel est préposé au culte impérial142. Ces transformations ont sans doute été l’occasion de la construction d’un forum nouum143. Au même moment, en 116, on construit l’arc de Trajan, dédié par le proconsul A. Caescilius Faustinus144. Dès lors, les lieux de la convergence se déplacent vers l’est, vers un terrain plus adéquat. Au demeurant, le moment fort de ce transfert est marqué par la mise en place des grands bains de l’Est, en 199145. Symbolisant la dissolution définitive de l’ancien forum, ces nouveaux espaces devaient pour longtemps constituer une puissante force d’attraction pour la population mactaroise146. À Thuburbo Maius, durant l’époque tardo-antonine et sévérienne, le quartier des bains (les thermes d’hiver et d’été147), mis en place à l’ouest de la cité, rivalisa très vite avec le noyau central148.

  • 149 Jacques 1984, p. 763.
  • 150 Sur le dynamisme de Bulla durant l’Antiquité tardive, voir Quoniam 1952, p. 468 -472 ; Lepelley 19 (...)
  • 151 CIL, VIII, 25521 ; cf. Merlin 1908, p. 21, n° 9 et Lepelley 1981, p. 88 et n° 7.
  • 152 CIL, VIII, 25524, 25525, 25528 et ILAfr, 456. Cf. Lepelley 1981, p. 88-89 ; Broise – Thébert ibid. (...)
  • 153 Quoniam 1952, p. 468.
  • 154 Thébert 1983, p. 113 et n° 15 p. 124 ; Thébert 1985, p. 319-325 et p. 330-332 ; Broise – Thébert i (...)
  • 155 Sur ces bains privés, voir Thébert 2003, p. 135-136. Ces thermes occupent environ 100 m². Les sall (...)
  • 156 Voir Thébert 2003, p. 482-483.
  • 157 À ce niveau, l’historien de Bulla (ibid., p. 483, n° 122) insiste sur le fait que la mutation de l (...)

41Enfin, notons qu’à Bulla, comme partout dans l’Occident romain, « les permanences l’emportent sur les changements »149. En effet, toutes les sources convergent pour démontrer l’importance et la vitalité de la cité durant l’époque tardive150. Aux environs de l’année 360, le secteur occidental des thermes memmiens est profondément transformé par la création d’un cryptoportique. En 361, une inscription mentionne la restauration du tabularium151. De surcroît, plusieurs textes témoignent que la ville avait, au IVe siècle, la tradition de compter le proconsul d’Afrique parmi ses patrons152. Pour P. Quoniam, la réapparition de dédicaces honorifiques à de hauts fonctionnaires patrons de Bulla « indique clairement que le forum et ses annexes, certainement mieux entretenus, plus ornés et plus fréquentés qu’au siècle précédent, étaient redevenus le centre d’une vie municipale active et, en quelque sorte, régénérée »153. Parallèlement à ces travaux, l’insula de la chasse, qui s’était déjà dotée d’un étage souterrain sous les Sévères, se dilate quelque peu et reçoit, sans doute à l’époque constantinienne, une ample basilique privée154 ainsi que des thermes « logés entre cette dernière et la façade occidentale de la demeure »155. Cet important remaniement démontre cependant un changement dans le comportement des élites : « la hiérarchie sociale s’exprime de façon de plus en plus codifiée ». Pour Y. Thébert, à Bulla comme ailleurs, la multiplication de bains privés en milieu urbain traduirait à la fois un nouveau rapport au corps (sentiment de la pudeur) et une nouvelle manière de manifester la dignité et le pouvoir156, bien que seul le triomphe du christianisme entérine pleinement le changement157, restructurant en profondeur l’organisme urbain des cités et bouleversant les pratiques sociales antérieures.

  • 158 Voir Thébert 1983, p. 116-120 ; Id. 1986, p. 37-45.
  • 159 Quoniam 1952, p. 472.

42Globalement, la vie urbaine se poursuit, sans rupture, jusqu’à l’époque byzantine. Selon Y. Thébert, cette période correspondrait au rétrécissement de la cité, concentrée désormais sur quelques quartiers seulement. À l’extrême fin du VIe siècle, la ville se simplifie. Le cadre urbain est dès lors rythmé par une démultiplication des lieux de cultes158. Au milieu du VIIe siècle, la présence d’un évêque atteste le maintien d’une certaine vie urbaine dont la décadence demeure encore mal connue. La découverte d’un trésor composé de soixante-dix pièces d’or byzantines dans le sous-sol de la maison du trésor prouve « qu’à la veille de la conquête arabe les belles demeures de Bulla Regia – ou au moins certaines d’entre elles – étaient encore habitées, et par des gens qui n’étaient pas sans ressources »159.

43En définitive, il est regrettable que le site demeure encore trop insuffisamment fouillé. Seules de nouvelles recherches archéologiques pourraient permettre une véritable synthèse urbanistique de Bulla Regia, ou du moins, à défaut, confirmer la pertinence d’une approche liant le développement urbain de la cité, sa promotion juridique et la transformation profonde de ses activités collectives.

Haut de page

Bibliographie

Ammar 1992 = S. I. Ammar, Réflexions comparatives sur quelques programmes d’urbanisme en Tunisie antique : l’aménagement des fora (du Ier au IIIsiècle de notre ère), dans L’Africa romana, 10, 1992, p. 455-462.

Antit – Broise – Thébert 1983 = A. Antit, H. Broise et Y. Thébert, Les environs immédiats de Bulla Regia, dans Beschaouch et alii 1983, p. 135-190.

Balty 1991 = J.-Ch. Balty, Curia ordinis. Recherches d’architecture et d’urbanisme antiques sur les curies provinciales du monde romain, Bruxelles, 1991.

Barton 1982 = I. M. Barton, Capitoline Temples in Italy and the Provinces (especially Africa), dans ANRW, 1982, 2, 12, 1, p. 259-342.

Bayet 1969 = J. Bayet, La religion romaine. Histoire politique et psychologique, Paris, 1969.

Ben Akacha 2011a = W. Ben Akacha, Statut institutionnel, évergétisme et urbanisme à Thugga, dans MEFRA, 123, 2, 2011, p. 613-627.

Ben Akacha 2011b = W. Ben Akacha, L’évolution juridico-urbaine de Mactaris sous le Haut-Empire, dans Latomus, 70, 2, 2011, p. 422-436.

Ben Akacha 2011c = W. Ben Akacha, Promotion coloniale, frénésie évergétique et aménagement urbanistique à Thuburbo Maius, dans DHA, 37, 2, 2011, p. 89-118.

ILPB = Z. Benzina Ben Abdallah, Catalogue des Inscriptions Latines Païennes du Musée du Bardo, Rome, 1986 (CEFR, 92).

Bertrand 2010 = A. Bertrand, Y a-t-il un paysage religieux colonial ? Entre prescription, mimétisme et adaptation : les mécanismes de l’imitatio Romae, dans Revue d’histoire des religions, 4, 2010, p. 591-608.

Beschaouch et alii 1977 = A. Beschaouch, R. Hanoune et Y. Thébert, Les ruines de Bulla Regia, Rome, 1977 (CEFR, 28).

Beschaouch et alii 1983 = A. Beschaouch, R. Hanoune, M. Khanoussi, A. Olivier et Y. Thébert, Recherches archéologiques franco-tunisiennes à Bulla Regia, I. Miscellanea 1, Rome, 1983 (CEFR, 28/I).

Beschaouch 1992-1993 = A. Beschaouch, À propos de deux inscriptions africaines de l’époque de Tibère (CIL, VIII, 25516 et 25844), dans Africa, 11-12, 1992-1993, p. 422-426. 

Bianchi 1949-1950 = U. Bianchi, Disegno storico del culto capitolino nell’Italia romana e nelle provinicie dell’impero, dans Accademia Nazionale dei lincei, Memorie, Classe die Scienze Morali, Storiche e Filosofiche, Série 8, II, Rome, 1949-1950, p. 349-415.

Birley 1997 = A. R. Birley, Hadrian. The Restless Emperor, Londres-New York, 1997.

Bomgardner 2000 = D. L. Bomgardner, The Story of the Roman Amphitheatre, Londres-New York, 2000.

Briand-Ponsart – Hugoniot 2005 = C. Briand-Ponsart et Ch. Hugoniot, L’Afrique romaine de l’Atlantique à la Tripolitaine, 146 av. J.-C.-533 ap. J.-C., Paris, 2005.

Bricault 2005 = L. Bricault, Les dieux de l’Orient en Afrique romaine, dans Pallas, 68, 2005, p. 289-293.

Bricault 2005a = L. Bricault, Recueil des Inscriptions concernant les Cultes Isiaques (RICI), 3 vol., Paris, 2005.

Broise – Thébert 1993 = Y. Thébert et H. Broise, Recherches archéologiques franco-tunisiennes à Bulla Regia, II. Les architectures, 1. Les thermes memmiens, étude architecturale et histoire urbaine, Rome, 1993 (CEFR, 28/II, 1).  

Chaouali 2010 = M. Chaouali, Bulla la royale, Tunis, 2010. 

Chastagnol 1990 = A. Chastagnol, Considérations sur les municipes latins du premier siècle apr. J.-C., dans L’Afrique dans l’Occident romain. Ier siècle av. J.-C.-IVe siècle ap. J.-C, Rome, 1990 (CEFR, 134), p. 351-365.

Christol 1978 = M. Christol, À propos des Aradii : le stemma d’une famille sénatoriale au IIIe siècle ap. J.-C., dans ZPE, 28, 1978, p. 145-150.

Corbier 1982 = M. Corbier, Les familles clarissimes d’Afrique Proconsulaire Ier-IIIe siècle, dans Atti del Colloquio Internazionale AIEGL su Epigrafia e ordine senatorio (Roma, 14-20 maggio 1981), II (Tituli, 5), Rome, 1982, p. 685-754.

Corbier 1990 = M. Corbier, Usages publics du vocabulaire de la parenté : patronus et alumnus de la cité dans l’Afrique romaine, dans L’Africa romana, 7, 1990, p. 815-854.

De Chaisemartin 1994 = N. De Chaisemartin, Note sur l’influence de la planimétrie du gymnase hellénistique sur certains édifices romains liés au culte impérial, dans L’Afrique, la Gaule, la Religion à l’époque romaine. Mélanges à la mémoire de Marcel Le Glay, Latomus, 226, 1994, p. 628-649.

De Ruyt 1983 = C. De Ruyt, Macellum. Marché alimentaire des Romains, Louvain-La Neuve, 1983.

Desanges 1980a = J. Desanges, Pline L'Ancien, Histoire Naturelle, Livre V, 1ère partie, 1-46 : L’Afrique du Nord, texte établi, traduit et commenté, Paris, CUF, 1980.

Desanges 1980b = J. Desanges, Permanence d’une structure indigène en marge de l’administration romaine : la Numidie traditionnelle, dans AntAfr, 1980, p. 77-89.

Dumézil 1974 = G. Dumézil, La religion romaine archaïque, Paris, 1974.

Eingartner 2005 = J. Eingartner, Templa cum Porticibus. Ausstattung und Funktion italischer Tempelbezirke in Nordafrica und ihre Bedeutung für die römische Stadt der Kaiserzeit, Internationale Archäologie Bd. 92, Marie Leidorf, Rahden, 2005.

Février 1964 = P.-A. Février, Notes sur le développement urbain en Afrique du Nord : les exemples comparés de Djémila et de Sétif, dans Cahiers archéologiques, 14, 1964, p. 1-47 [repris dans La Méditerranée de Paul-Albert Février, Rome, 1996 (CEFR, 225), p. 651-697].

Fittschen 1982 = K. Fittschen, Die Bildnistypen der Faustina Minor und die Fecunditas Augustae, Göttingen, 1982.

Fortuner 1976-1978 = B. Fortuner, Le forum de Mactar, dans BCTH, XII-XIV, 1976-1978, p. 159-168.

Gagé 1955 = J. Gagé, Apollon romain. Essai sur le culte d’Apollon et le développement du « ritus Graecus » à Rome des origines à Auguste, Paris, 1955. 

Gascou 1972 = J. Gascou, La politique municipale de l’Empire romain en Afrique proconsulaire de Trajan à Septime Sévère, Rome, 1972 (CEFR, 8).

Gascou 1982 = J. Gascou, La politique municipale en Afrique du Nord. I. De la mort d’Auguste au début du IIIe siècle, dans ANRW, 10, 2, 1982, p. 136-229.

Golvin 1988 = J.-C. Golvin, L’amphithéâtre romain. Essai sur la théorisation de sa forme et de ses fonctions, Paris, 1988.

Gros 1987a = P. Gros, La fonction symbolique des édifices théâtraux dans le paysage urbain de la Rome augustéenne, dans L’Urbs. Espace urbain et histoire, Rome, 1987 (CEFR, 98), p. 319-346.

Gros 1987b = P. Gros, Sanctuaires traditionnels, capitoles et temples dynastiques : ruptures et continuités dans le fonctionnement et l’aménagement des centres religieux urbains, dans Los asentamientos ibericos ante la romanizacion (Madrid 1986), Madrid, 1987, p. 111-120. 

Gros – Torelli 1988 = P. Gros, M. Torelli, Storia dell’urbanistica. Il mondo romano, Bari, 1988.

Gros 1992-1993 = P. Gros, Les forums de Cuicul et de Thamugadi : ordonnance et fonctionnement des espaces publics en milieu provincial au IIe siècle apr. J.-C., dans BCTH, 23, 1990-1992, p. 61-80.

Gros 1994 = P. Gros, Comprendre la ville romaine ? Perspectives et problèmes d’une approche structurelle, dans La ciudad en el mundo romano. Conférence inaugurale du XIVCongrès international d’archéologie classique, Tarragone, 5-11 septembre 1993, Tarragone, 1994, p. 45-55.

Gros 1996 = P. Gros, L’architecture romaine du début du IIIsiècle avant J.-C., à la fin du Haut-Empire. I. Les monuments publics, Paris, 1996.

Gros 2002a = P. Gros, Une nouvelle approche de l’urbanisme romain d’Afrique, dans JRA, 15, 2, 2002, p. 591-596.

Gros 2002b = P. Gros, La fonction politique des monuments du spectacle dans le monde romain sous le Haut-Empire, dans Ludi Romani, Merida, 2002, p. 25-40.

Gros 2005a = P. Gros, La ville comme symbole. Le modèle central et ses limites, dans H. Inglebert (dir.), Histoire de la civilisation romaine, Paris, 2005, p. 155-232.

Gros 2005b = P. Gros, Le rôle du peuple de Rome dans la définition, l’organisation et le déplacement des lieux de la convergence sous l’Empire, dans Popolo e potere nel mondo antico. Atti del convegno internazionale, Cividale del Friuli, 23-25 settembre 2004, Pise, 2005, p. 191-214.

Gros 2006 = P. Gros, Les théâtres des provinces occidentales. Le problème des modèles architecturaux et idéologiques. Conférence inaugurale du colloque de Cordoue, dans Los teatros romanos en Hispania, 12 novembre 2002, Cordoue, 2006, p. 15-27.

Gros 2007 = P. Gros, Une nouvelle synthèse sur l’architecture religieuse de l’Afrique romaine, dans JRA, 20, 2007, p. 525-531.

Gros 2008 = P. Gros, De Cyrène à Lepcis Magna. L’investissement des centres urbains par le pouvoir, dans Lieux de cultes : aires votives, temples, églises, mosquées. Actes du IXe Colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord antique et médiévale, Tripoli, 19-25 février 2005, Paris, 2008, p. 47-59.

Gsell 1914-1928 = S. Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, t. I-VIII, Paris, 1914-1928.

Hamdoune 2009 = Ch. Hamdoune, Les macella dans les cités de l’Afrique romaine, dans AntAfr, 45, 2009, p. 27-36.

Hanoune 1974 = R. Hanoune, Une muse et un philosophe sur une mosaïque de Bulla Regia, dans Mélanges de philosophie, de littérature et d’histoire ancienne offertes à Pierre Boyancé, Rome, 1974 (CEFR, 22), p. 387-394.

Hanoune 1983 = R. Hanoune, Bulla Regia : bibliographie raisonnée, dans Beschaouch et alii 1983, Rome, 1983, p. 5-48.

Hanoune – Olivier – Thébert 1983 = R. Hanoune, A. Olivier et Y. Thébert, Les thermes au nord-ouest du théâtre, dans Beschaouch et alii 1983, p. 63-92.

Hanoune 1990a = R. Hanoune, « Opus africanum » à Bulla Regia (Tunisie), dans L’Africa romana, 7, 1990, p. 409-414.

Hanoune 1990b = R. Hanoune, Activités de l’École française de Rome : Bulla Regia, dans MEFRA, 102-1, 1990, p. 498-501.

Hanoune 1992 = R. Hanoune, Bulla Regia (Tunisie), opérations franco-tunisiennes avec la collaboration de l’École française de Rome, dans MEFRA, 104-1, 1992, p. 523-526. 

Hanoune 1999a = R. Hanoune, Une mosaïque de cella de temple à Bulla Regia (Tunisie), dans VIIe colloque international pour l’étude de la mosaïque antique. La mosaïque gréco-romaine VII, Tunis 3-7 octobre 1994, t. 2, INP, Tunis, 1999, p. 747-750.

Hanoune 1999b = R. Hanoune, La « bibliothèque » de Bulla Regia, dans S. Lancel (éd.), Numismatiques, langues, écritures et arts du livre, spécificité des arts figurés. Actes du VIIe colloque international réunis dans le cadre du 120e Congrès des Sociétés historiques et scientifiques, Nice, 21 au 31 octobre 1996, Paris, 1999, p. 213-222.

Hanoune 2005 = R. Hanoune, Les thermes du « grand ensemble sévérien » à Bulla Regia (Tunisie), dans La mosaïque gréco-romaine IX, Vol. 1, Rome, 2005 (CEFR, 352), p. 281-289.

Hanoune 2006 = R. Hanoune, Le « grand ensemble sévérien » de Bulla Regia (Africa Proconsularis, Tunisie) : un Augusteum, dans Proceeding of the XVIth international Congress of Classical Archaeology, Boston, 2003, Oxford, 2006, p. 283-286.

Hanoune 2009 = R. Hanoune, Chasse en Afrique romaine, le cas de Bulla Regia (Tunisie), dans Chasses antiques : pratiques et représentations dans le monde gréco-romain (IIIsiècle av. J.-C. – IVe siècle apr. J.-C.), Rennes, 2009, p. 65-72.

Hugoniot 2005 = Ch. Hugoniot, Peut-on écrire que les spectacles furent un facteur de romanisation en Afrique du Nord ?, dans Pallas, 68, 2005, p. 241-268.

Jacques 1984 = Fr. Jacques, Le privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de l’Occident romain (161-244), Rome, 1984 (CEFR, 76).

Jouffroy 1986 = H. Jouffroy, La construction publique en Italie et dans l’Afrique romaine, Strasbourg, 1986.

Khanoussi 1986 = M. Khanoussi, Note préliminaire sur Bulla la royale, dans Reppal, II, 1986, p. 325-336.

Khanoussi – Mastino 2004 = M. Khanoussi, A. Mastino, Il culto della Gens Septimia a Bulla Regia : Settimio Severo e Caracalla in tre basi inedite degli Agrii, dei Domitiie dei Lollii, dans M.G. Angeli Bertinelli, A. Donati (dir.), Epigrafia di confine dell’epigrafia. Atti del Colloquio AIEGL, Borghesi, 2003, Faenza, 2004, p. 371-414.

Kleinwächter 2001 = C. Kleinwächter, Platzanlagen Nordafricanischer Städte. Untersuchungen zum sogenannten Polyzentrismus in der Urbanistik der römischen Kaiserzeit, Mayence, 2001. 

Kotula 1967 = T. Kotula, À propos d’une inscription reconstituée de Bulla Regia (Hammam Darradji). Quelques municipes « mystérieux » de l’Afrique Proconsulaire, dans MEFR, 79, 1967, p. 207-220.

Kotula 1972 = T. Kotula, Remarques sur les traditions puniques dans la constitution des villes en Afrique romaine, dans VIe congrès d’épigraphie grecque et latine, Munich, 1972, p. 73-83.

Ksouri 2012 = H. Ksouri, Le théâtre de Bulla Regia dans son contexte urbain, Thèse de doctorat (dactylographiée), Université Michel de Montaigne, Bordeaux III, 2012 (deux tomes).

Lachaux 1979 = J.-Cl. Lachaux, Théâtres et amphithéâtres d’Afrique Proconsulaire, Aix-en-Provence, 1979.

Lassère 2005 = J.-M. Lassère, Onomastica africana XVII/XVIII : gentilices romains d’origine africaine, dans Identités et cultures dans l’Algérie antique. Actes du colloque international de Rouen, 2003, Rouen-Le Havre, 2005, p. 179-192.

Le Glay 1961 = M. Le Glay, Saturne africain. Monuments, I, Paris, 1961.

Le Glay 1988 = M. Le Glay, Une nouvelle bibliothèque municipale à Bulla Regia en Afrique Proconsulaire ?, dans Mélanges de la bibliothèque de la Sorbonne offerts à A. Tuilier, Paris, 1988, p. 52-60.

Lepelley 1981 = Cl. Lepelley, Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, tome II, Notices d’histoire municipale, Paris, 1981.

Lepelley 2005 = Cl. Lepelley, Deux ruptures dans l’histoire de l’Afrique romaine : les Flaviens et les Vandales, dans Pallas, 68, 2005, p. 49-62.

Le Roux 1997 = P. Le Roux, Le Haut-Empire romain en Occident d’Auguste aux Sévères (31 av. J.-C.-235 apr. J.-C.), Paris, 1997.

Mahjoubi 2000 = A. Mahjoubi, Villes et structures urbaines de la province romaine d’Afrique, Tunis, 2000.

M’Charek 1984 = A. M’Charek, Documentation épigraphique et croissance urbaine : l’exemple de Mactaris aux trois premiers siècles de l’ère chrétienne, dans L’Africa romana, 2, 1984, p. 213-223.

Merlin 1908 = A. Merlin, Le temple d’Apollon à Bulla Regia, dans Notes et Documents publiés par la Direction des Antiquités et Arts, I, Paris, 1908. 

Ouertani 1977 = N.-A. Ouertani, Les antiquités de Bulla Regia au Musée de Bardo, dans A. Beschaouch et alii 1977, p. 123-132.

Ouertani 1995 = N.-A. Ouertani, Deux documents relatifs au culte d’Isis à Bulla Regia, dans L’Afrique du Nord antique et médiéval. VIe Colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord, Pau, Octobre 1993. Productions et exportations africaines. Actualités archéologiques (CTH, 118e congrès), Paris, 1995, p. 395-404. 

Pelletier 1964 = A. Pelletier, Les sénateurs d’Afrique proconsulaire d’Auguste à Gallien, dans Latomus, 23, 1964, p. 511-531.

Picard 1957 = G.-Ch. Picard, Civitas Mactaritana, dans Karthago, VIII, 1957.

Picard 1986 = G.-Ch. Picard, Le statut politique de Mactar de Trajan à Marc-Aurèle, dans L’Africa romana, 4, 1986, p. 461-467.

Podvin 2005 = J.-L. Podvin, Les cultes isiaques en Afrique sous l’Empire romain, dans Questions d’histoire. L’Afrique romaine de 69 à 439. Romanisation et christianisation, Ouvrage collectif coordonné par B. Cabouret, Nantes, 2005, p. 213-228.

Quinn – Wilson 2013 = J. C. Quinn, A. Wilson, Capitolia, dans JRS, 103, 2013, p. 117-173.

Quoniam 1952 = P. Quoniam, Fouilles récentes à Bulla Regia (Tunisie), dans CRAI, 1952, p. 460-472.

Quoniam 1961-1962 = P. Quoniam, Deux notables de Bulla Regia, dans Karthago, 11, 1961-1962, p. 1-8.

Rémy 1976 = B. Rémy, La carrière de Q. Aradius Rufinus Optatus Aelianus, dans Historia, 4, 1976, p. 458-477. 

Rives 1995 = J. B. Rives, Religion and Authority in Roman Carthage from Augustus to Constantine, Oxford, 1995.

Ruprechtsberger 1985 = E. M. Ruprechtsberger, Bulla Regia, dans AW, 16, 1, 1985, p. 13-34.

Saint-Amans – Sebaï 2011 = S. Saint-Amans et M. Sebaï, Genius en Afrique romaine : dossiers iconographiques et épigraphiques. Nouvelles observations sur la représentation et la définition d’une divinité romaine, dans Iconographie et religions dans le Maghreb antique et médiéval. Actes du Ier Colloque international organisé par l’Institut Supérieur des Métiers du Patrimoine, Tunis, 21-23 février 2008. Textes réunis par L. Ben Abid Saadallah, Tunis (Institut Supérieur des Métiers du Patrimoine), 2011, p. 165-183.

Scheid 1999 = J. Scheid, Aspects religieux de la municipalisation. Quelques réflexions générales, dans M. Dondin-Payre, M.-T. Raepsaet-Charlier, Cités, municipes, colonies. Les processus de municipalisation en Gaule et en Germanie sous le Haut-Empire romain, Paris, 1999, p. 381‑423.

Sebaï 2010 = M. Sebaï, La construction d’un mythe contemporain : les temples « sémitiques » d’Afrique romaine, dans Anabases, 11, 2010, p. 165-179.

Thébert 1973 = Y. Thébert, La romanisation d’une cité indigène d’Afrique : Bulla Regia, dans MEFRA, 1973, p. 247-312.

Thébert 1983 = Y. Thébert, L’évolution urbaine dans les provinces orientales de l’Afrique romaine tardive, dans Opus, 2, 1983, p. 99-131.

Thébert 1985 = Y. Thébert, Vie privée et architecture domestique en Afrique romaine, dans Ph. Ariès et G. Duby (dir.), Histoire de la vie privée. I. De l’Empire romain à l’an mil, volume dirigé par P. Veyne, Paris, 1985, p. 301-415.

Thébert 1986 = Y. Thébert, Permanences et mutations des espaces urbains dans les villes de l’Afrique du Nord orientale : de la cité antique à la cité médiévale, dans Les cahiers de Tunisie, 34, 1986, p. 31-46.

Thébert 1992 = Y. Thébert, Bulla Regia, dans L’encyclopédie berbère, XI, Aix-en-Provence, 1992, p. 1647-1653.

Thébert 2003 = Y. Thébert, Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen. Études d’histoire et d’archéologie, Rome, 2003 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 315).

Thomasson 1996 = B. E. Thomasson, Fasti Africani. Senatorische und ritterliche Amtsträger in den römischen Provinzen Nordafrikas von Augustus bis Diokletian, Stockholm, 1996.

Tlili 2000 = N. Tlili, Les bibliothèques en Afrique romaine, dans DHA, 26, 1, 2000, p. 151-174.

Toutain 1896 = J. Toutain, Les cités romaines de la Tunisie. Essai sur l’histoire de la colonisation romaine dans l’Afrique du Nord, Paris, 1896.

Vössing 1992 = K. Vössing, Die öffentliche Bibliotheken in Africa, dans L’Africa romana, 11, 1992, p. 169-183.

Wesch-Klein 1990 = G. Wesch-Klein, Liberalitas in rem publicam. Private Aufwendungen zugunsten von Gemeinden in römischen Africa, bis 284 n. Chr., Bonn, 1990.

Winkler 1885a = A. Winkler, Description des ruines de Bulla Regia, dans Revue africaine, 29, 1885, p. 304-320.

Winkler 1885b = A. Winkler, Notes sur les ruines de Bulla Regia, dans Bulletin trimestriel des antiquités africaines, 1885, p. 286-292.

Haut de page

Notes

1 Atlas archéologique de la Tunisie 1/50000, feuille n° 26, Fernana, n° 137. Sur Bulla Regia, voir Thébert 1973, p. 247-312 ; Beschaouch et alii 1977 ; Beschaouch et alii 1983 ; Khanoussi 1986, p. 325-336 ; Ruprechtsberger 1985, p. 13-34 ; Thébert 1992, p. 1647-1653 ; Broise – Thébert 1993 ; Chaouali 2010 ; Ksouri 2012. Sur une liste exhaustive des études antérieures à 1983, voir Hanoune 1983, p. 5-48.

2 En réalité tous les travaux touchent également au Bas-Empire et au VIe siècle byzantin.

3 Sur le champ des fouilles, voir Beschaouch et alii 1977, p. 12 et suiv. En effet, le cœur du site n’a pas été mis au jour. Le centre-ville, du sud au nord entre la rue du théâtre et l’insula de la chasse, de l’ouest à l’est entre le fort byzantin et le quartier du théâtre, est encore inconnu. Il est difficile de se faire une idée très précise de l’urbanisme étant donné que la majeure partie de la cité est loin d’avoir encore été fouillée. De surcroît, si les opulentes demeures du nord ont été explorées, les maisons ordinaires des Bullenses Regii n’ont pas encore été découvertes.

4 Thébert 1973, p. 301.

5 Sur le problème du développement urbain des villes en liaison avec leur promotion juridique et celle de leurs principaux citoyens, voir, outre notre thèse (dirigée par M. P. Gros et soutenue à Aix-en-Provence le 24 juin 2006, Statut juridique, évergétisme et urbanisme des villes de l’Afrique Proconsulaire durant le Haut-Empire : exemples de Thuburbo Maius, d’Uchi Maius et de Thugga), nos récentes études : Ben Akacha 2011a, p. 613-627 ; Id. 2011b, p. 422-436 ; Id. 2011c, p. 89-118.

6 Sur la multiplication des centres de convergence, voir Gros 1987b, p. 111-120 ; Id. 1990-1992, p. 61-80 ; Id. 1994, p. 45-55 ; Id. 1996, p. 197-202 et p. 220-231 ; Id. 2002a, p. 591-596 ; Id. 2005a, p. 199-209 ; Id. 2005b, p. 191-214 ; Id. 2008, p. 47-59 ; Ben Akacha 2011a, p. 613-627 ; Id. 2011b, p. 422-436 ; Id. 2011c, p. 89-118.

7 Polybe, XIV, 9 ; Beschaouch et alii 1977, p. 10. En 203 av. J.-C., Scipion l’Africain, vainqueur en ces lieux des Carthaginois, s’empare des villes de la région.

8 Appien, Lib., 68 ; Gsell 1914-1928, t. III, p. 320-321.

9 Orose, Adv. pag., 5, 21, 14 ; Gsell 1914-1928, t. V, p. 163-166 et t. VII, p. 286-287.

10 Ptolémée, IV, 3, 7, p. 646.

11 Table de Peutinger, segment IV, 5.

12 Itin. Anto., 43, 4, p. 6.

13 Broise – Thébert 1993, p. 377 et suiv. D’après ces deux historiens (p. 379), « nous ignorons, certes, dans quelle mesure le tracé de l’enceinte correspondait à la surface bâtie, mais il est notable que des constructions pré-romaines aient été, d’ores et déjà, retrouvées en des points forts divers de la superficie ainsi enclose ».

14 Thébert 1985, p. 331-332 ; Id. 1992, p. 1650.

15 Broise – Thébert 1993, p. 378.

16 Broise – Thébert 1993, p. 377.

17 Pline, N.H, V, 22 ; Desanges 1980a, p. 199-200.

18 Voir Kotula 1972, p. 73. Sur la politique municipale libérale d’Auguste, voir également Desanges 1980b, p. 82-83.

19 Sur cette définition de l’oppidum, voir Le Roux 1997, p. 43-44.

20 Toutain 1896, p. 323 et 398. Sur le statut d’oppidum liberum de Bulla, voir Thébert 1973, p. 250, n° 3 et p. 280, n° 1.

21 Sur cette première esplanade monumentale, voir Beschaouch et alii 1977, p. 100 et suiv ; Chaouali 2010, p. 103-105 et, en dernier lieu, Ksouri 2012, t. 1, p. 246 et suiv.

22 Beschaouch et alii 1977, p. 107 ; Hanoune 1999a, p. 747-750, en particulier p. 748 et n° 3 ; Ksouri 2012, t. 1, p. 247-269 et p. 371-372.

23 Notons que d’après Hanoune 1999a, p. 747-750, ce sanctuaire était dédié à Bacchus. À l’angle nord-ouest de la cella de ce sanctuaire a été découvert un pavement de mosaïque figurée du IVe siècle apr. J.-C. représentant, selon Hanoune, une scène bucolique avec une chèvre aux longs polis et probablement un pasteur. L’historien (p. 750), analysant cette iconographie, suppose qu’il pourrait s’agir d’un temple de Bacchus. Toutefois, on ne dispose pas d’éléments suffisants (uniquement la chèvre et le pileus) pour prouver qu’il s’agit d’une scène cultuelle. De surcroît, comme l’admet Hanoune, le motif était en vogue dans le décor domestique.

24 Ibid.

25 Ksouri 2012.

26 En effet, d’après Ksouri 2012, t. 1, p. 354, les éléments architectoniques appartenant à l’ordre de ce portique (bases ioniques, fûts lisses de colonnes doriques et chapiteaux de type toscan) rappellent ceux des portiques des vieux fora d’Announa et de Lepcis Magna.

27 Ibid., p. 432-435.

28 Merlin 1908 ; Beschaouch et alii 1977, p. 86 ; Ruprechtsberger 1985, p. 17-20 ; Chaouali 2010, p. 86-90 ; Sebaï 2010, p. 175-176 et, en dernier lieu, Saint-Amans – Sebaï 2011, p. 169-171.

29 CIL, VIII, 25511 ; CIL, VIII, 25513 (AE, 1907, 22b = ILPB, 237) ; CIL, VIII, 25512 (AE, 1907, 22a = ILPB, 236) ; CIL, VIII, 25510 (ILPB, 235). Contrairement à la thèse traditionnelle, Saint-Amans – Sebaï 2011, p. 171 admettent que le Genius Coloniae est une divinité à part entière différente d’Apollon Citharède, « identifiable aisément à la corne d’abondance, à la patère et à la couronne tourelée recouverte par un pan de la toge ». Par conséquent, la figure divine interprétée, depuis la découverte du sanctuaire, comme un Saturne frugifère serait plutôt celle d’un Genius municipal dont le culte a été créé à l’occasion de la déduction coloniale de la cité.

30 Merlin 1908, p. 16.

31 CIL, VIII, 25516 ; Merlin 1908, p. 22 et p. 25 n° 3 ; Wesch-Klein 1990, p. 71, n° 1 ; Beschaouch 1992-1993, p. 422-426 ; ILPB, 240 : [Ti(berio) Caesari,] Aug(usti) f(ilio), Aug(usto), pon[t(ifici) / max(imo), trib(unicia)] pot(estate) XXXVI, co(n)s(uli) V / [….Ce?]lsus aed(em), port(icum), columnas IIII, / d(e) s(ua) p(ecunia) f(ecit).

32 Beschaouch 1992-1993, p. 422-426.

33 Merlin 1908, p. 24.

34 Le Glay 1961, p. 270.

35 Eingartner 2005, p. 109 et p. 122.

36 Sebaï 2010, p. 175-176 ; Saint-Amans – Sebaï 2011, p. 169-170.

37 Saint-Amans – Sebaï 2011, p. 174.

38 Sur Apollon, voir Gagé 1955, p. 555 et suiv ; Bayet 1969, p. 177 et suiv ; Dumézil 1974, p. 441-443.

39 Sur ces deux temples, voir Beschaouch et alii 1977, p. 107 et surtout Ksouri 2012, t. 1, p. 270-291 (pour la chronologie et la restitution des plans).

40 Ksouri 2012, p. 289.

41 Quoniam 1961-1962, p. 1-8. Le statut de municipe est attesté par une inscription en l’honneur de L. Iulius Cerealis, datant de l’époque trajanienne (Quoniam 1961-1962, p. 3, d’où AE, 1964, 177).

42 Merlin 1908, p. 27 ; Kotula 1967, p. 207-220, particulièrement p. 207-211 ; Gascou 1972, p. 33-34 et p. 115 et suiv ; Gascou 1982, p. 165-166 ; Chastagnol 1990, p. 359 ; Lepelley 2005, p. 53.

43 Sur la tête de Vespasien, voir Ouertani 1977, p. 131-132.

44 Quoniam 1961-1962, p. 5, n° 17.

45 D’après Broise – Thébert 1993, p. 380, « c’est dans ce cadre, alors que la ville était encore civitas libera ou déjà municipe, qu’il faut replacer la construction du vaste ensemble méridional ». Il convient de souligner ici que malgré les importantes réformes entreprises en Afrique par les Flaviens, notamment la réorganisation du culte impérial, « il est peu d’attestations monumentales qu’on puisse rattacher avec certitude » à cette dynastie (Briand-Ponsart – Hugoniot 2005, p. 127-128).

46 Beschaouch et alii 1977, p. 18-22 ; Broise – Thébert 1993, p. 380-381 ; Chaouali 2010, p. 30-31.

47 Pour Y. Thébert, « il est clair qu’un tel choix est le fruit d’une commande précise qui a peu à voir avec des impératifs techniques : il s’agissait d’étaler à Bulla Regia, aux yeux du voyageur, des techniques à la mode, de démontrer la modernité de la cité » (Broise – Thébert 1993, p. 380). Au demeurant, on peut aussi bien soutenir que cette maçonnerie devait être enduite et donc invisible.

48 Sur la notion du forum tripartite, voir Gros 1990-1992, p. 66 et suiv ; Id. 1996, p. 220-229. Notons qu’il existe plusieurs variantes urbanistiques de ce schéma (enrichies ou simplifiées), imposées par des circonstances topographiques ou historiques diverses. Il convient, à cet égard, de distinguer ce qui relève d’un complexe organique (temple-place-basilique), autrement dit d’une construction d’un seul jet et ce qui est, comme à Bulla Regia, l’aboutissement de reprises et bricolages divers.

49 Gascou 1972, p. 115-119 ; Gascou 1982, p. 182-183 ; Birley 1997, p. 207.

50 CIL, VIII, 25522 ; AE, 1949, 26.

51 Voir Merlin 1908, p. 25 ; Quoniam 1952, p. 460-472, surtout p. 467. Un certain M. Liuineius Dexter, en l’honneur de son flaminat perpétuel, a procédé, au cours du IIe siècle, à la remise en état complète (a solo) de l’aedes (CIL, VIII, 25512 ; ILPB, 236 ; Wesch-Klein 1990, p. 72, n° 3). P. Quoniam suppose qu’il s’agit de la restitutio en question.

52 Quoniam 1952, p. 467 et n° 3 ; CIL, VIII, 25537.

53 Merlin 1908, p. 25 et n° 4.

54 Sur l’impact du statut colonial sur la vie religieuse des cités, voir Scheid 1999, p. 398 et suiv. ; Bertrand 2010, p. 591-608.

55 Sebaï 2010, p. 176 ; Saint-Amans – Sebaï 2011, p. 169-171.

56 Saint-Amans – Sebaï 2011, p. 171.

57 Quoniam 1952, p. 464-467 ; Beschaouch et alii 1977, p. 83-86 ; Barton 1982, p. 284 ; Ruprechtsberger 1985, p. 16-17 ; Ammar 1992, p. 455-456 ; Chaouali 2010, p. 85.

58 Par ailleurs, le temple n’a pas été retenu dans la liste des capitoles d’Afrique dans la récente étude de Quinn – Wilson 2013, p. 150-167, particulièrement p. 156, 160 et 171.

59 Bianchi 1949-1950, p. 349-415 a montré que le souci des cités de droits pérégrins, les municipes ou les colonies était de construire ou de susciter l’érection de capitoles, un des signes de l’unité et de la cohérence de l’Empire romain exprimé dans le paysage de la ville. Rives 1995, p. 98 estime, quant à lui, que le culte capitolin était le signe d’un statut romain formel « signified formal Roman status ». Récemment Quinn – Wilson 2013, réfutant le lien fréquemment établi entre l’érection des capitoles et l’évolution du statut juridique des communautés, pensent que la multiplication de ces sanctuaires en Afrique, notamment sous les Antonins, s’explique par l’accroissement du pouvoir (politique et financier) et de l’influence des élites locales africaines, lesquelles ont adopté et introduit le phénomène « sur la base de leurs relations avec Rome ». L’étude confirme paradoxalement l’importance de la municipalisation. Au demeurant, la relation dialectique entre statut civique, comportements collectifs et équipement monumental demeure significative car la hiérarchisation des espaces publics génère de nouvelles conduites. Voir Gros 2001a, p. 591-596 ; Id. 2005a, p. 199-209 ; Id. 2008, p. 47-59 ; Ben Akacha 2011c, p. 94 et n° 24.  

60 Voir Jouffroy 1986, p. 209. 

61 Quoniam 1952, p. 460-464 et p. 467-468 ; Beschaouch et alii 1977, p. 88 et fig. 80 ; Ruprechtsberger 1985, p. 20-21 ; Balty 1991, p. 398-399 ; Chaouali 2010, p. 90.

62 La basilique fut reconstruite, peut-être à la suite d’un incendie en 235, d’après une monnaie prise dans le support de la mosaïque du sol (Quoniam 1952, p. 463-464).

63 Beschaouch et alii 1977, p. 88 ; Balty 1991, p. 399.

64 Jouffroy 1986, p. 410 ; Balty 1991, p. 398.

65 Voir Gros 1996, p. 235 et suiv. ; Id. 2005a, p. 176.

66 Gros 2005a, p. 206-207.

67 Sur la chronologie et la restitution de ce temple, voir Ksouri 2012, t. 1, p. 303-308.

68 Ksouri 2012, p. 358-366.

69 Winkler 1885a, p. 310 ; Winkler 1885b, p. 116 ; Lachaux 1979, p. 46-47 ; Golvin 1988, p. 133 ; Bomgardner 2000, p. 158-159 ; Chaouali 2010, p. 123. Lachaux pense que le théâtre et l’amphithéâtre furent édifiés à la suite du voyage africain d’Hadrien en 128 apr. J.-C. Golvin propose également de dater l’amphithéâtre « après le voyage effectué par Hadrien […] au cours duquel l’empereur conféra à cette ville, comme à d’autres cités d’Afrique, le rang de colonie ». Pour Bomgardner, l’amphithéâtre de la ville aurait été édifié en deux phases. La partie de la voûte bâtie sur un coffrage perdu en tubes emboîtés de céramique remonterait à une époque ultérieure « (later) ». L’autre partie, datant d’une période antérieure « (earlier) », est édifiée sur un échafaudage en bois (les trous de montage). Ces deux types de construction sont séparés par un joint vertical.

70 Le terme (de Renan) est utilisé par Merlin 1908, p. 27.

71 Hugoniot 2005, p. 243. Ce dernier conclut que la colonie célébrait au minimum sept jours de Jeux Romains et une journée de Jeux Vénériens.

72 Sur ce monument, voir Beschaouch et alii 1977, p. 93-100 ; Lachaux ibid., p. 42-45 ; Hanoune 1983, p. 33-34 ; Ruprechtsberger 1985, p. 25-26 ; Mahjoubi 2000, p. 144-145 ; Chaouali 2010, p. 96-101 et, en dernier lieu, Ksouri 2012.

73 Lachaux ibid., p. 44.

74 Hanoune 2009, p. 65-72.

75 Ces statues ont été retrouvées à proximité immédiate du théâtre (Beschaouch et alii 1977, p. 93).

76 Ouertani 1977, p. 123-132, particulièrement p. 123 ; Ksouri 2012, t. 2, p. 210-212.

77 Fittschen 1982, p. 76, n° 10 et p. 85, n° 9.

78 Voir Gros 1987a, p. 319-346.

79 Sur le rôle du théâtre dans les provinces occidentales, voir Gros 1996, p. 290 et suiv. ; Id. 2002b, p. 25- 34 ; Id. 2006, p. 15-27, particulièrement p. 16.

80 De fait, il serait, d’après Ksouri 2012, t. 1, p. 141-147, implanté dès l’origine dans un complexe d’édifices sacrés. Pour cet architecte (p. 145), la conception du monument correspondrait « à des théâtres de sanctuaires et particulièrement aux ‘’théâtres des mystères’’ ».

81 Son édification serait alors liée à la destruction des temples préromains et à la construction sur leur emplacement d’un premier monument de spectacle (Ksouri ibid).

82 Ksouri 2012, t. 1, p. 107-131, particulièrement p. 130-131.

83 Voir Gros 1996, p. 290-294 ; Id. 2002b, p. 25 et suiv ; Id. 2006, p. 15-27.

84 Beschaouch et alii 1977, p. 107 ; Ruprechtsberger 1985, p. 25 ; Ouertani 1995, p. 395-404 ; Eingartner 2005, p. 189-190 ; Chaouali 2010, p. 106-107 ; Ksouri ibid., t. 1, p. 315-337.

85 Ouertani 1995, p. 395-404.

86 Bricault 2005a, vol. 2, p. 762, n° 703/0401, d’où AE, 2005, 1690 : Isidi Aug(ustae) sac(rum) / P(ublius) Aelius Priua/tus et Cocceia / Bassa, uxor eius, aram ex uot(o) / libens animo / posuer(unt) et ded(icauerunt).

87 Pour Thébert 1973, p. 272, « leur nomenclature dérivant des empereurs Nerva et Hadrien, la teinte orientale du cognomen Bassus et leur prédilection pour Isis permettent de penser qu’il s’agit de descendants d’affranchis qui sont d’origine orientale, au moins en ce qui concerne Cocceia Bassa ».

88 Selon Ksouri ibid., p. 334-335, l’étude du péribole indique que le sanctuaire « a subi de profonds réaménagements et l’existence d’un état ancien est probable ». En effet, à l’ouest, au sud et partiellement au nord, les murs, construits en maçonnerie de pierre de taille, sont anciens et vraisemblablement numides. D’autre part, les bases de la colonnade du portique oriental ne sont pas homogènes (les unes à double tores dépourvues de plinthe, les autres avec plinthe scellées dans le revêtement du sol), ce qui montre que le bâtiment a été réaménagé.

89 Ruprechtsberger 1985, p. 25 ; Ouertani 1995, p. 404 ; Eingartner 2005, p. 189.

90 Sur la diffusion des cultes isiaques en Afrique, notamment Isis, voir Podvin 2005, p. 213-228 ; Bricault 2005, p. 289-293.

91 Gros 2007, p. 529. Sur le rôle de ces temples, voir Eingartner 2005. Pour un compte rendu détaillé de ce livre, voir Gros 2007, p. 525-531.

92 Beschaouch et alii 1977, p. 89-90 ; De Ruyt 1983, p. 48-52 ; Ruprechtsberger 1985, p. 21 ; Hamdoune 2009, p. 29 et p. 31 ; Chaouali 2010, p. 91-92.

93 En effet, la plupart des textes concernant cette illustre famille du IIIe siècle sont gravés sur des bases de statues retrouvées au marché dit, pour cette raison, des Aradii. L’origine africaine de cette famille ne fait guère de doute. Le gentilice Aradius est rarissime, pour ne pas dire inexistant, au point qu’on s’est demandé si cette famille ne venait pas de la cité d’Aradi, située au sud-ouest de Thuburbo Maius. Sur cette gens, voir Pelletier 1964, p. 512-513 ; Thébert 1973, p. 290-291 ; Rémy 1976, p. 458-477 ; Christol 1978, p. 145-150 ; Corbier 1982, p. 689-690 et p. 712-713 ; Lassère 2005, p. 180-181.

94 AE, 1971, 490 ; Rémy 1976, p. 458-477 ; Corbier 1982, p. 713, n° 10 ; Thomasson 1996, p. 94-95, n° 133. À l’époque sévérienne, les Aradii Rufini comptait parmi les familles les plus puissantes de la cité. Comme les Marcii, ils bâtirent leur richesse sur la production et l’exportation de blé et d’huile et recoururent à une habile stratégie sociale, fondée sur un étroit réseau d’alliances et de clientèles. Cf. Corbier 1982, p. 690-699.

95 Broise – Thébert 1993, p. 384.

96 D’après Ksouri 2012, t. 1, p. 292-295, le temenos C’ (fig. 2 et fig. 3), situé au sud du temple C, est probablement tétrastyle et d’ordre corinthien. Il aurait été construit sous les Sévères (p. 377).

97 Ce temple a été simplement signalé par le guide de la cité (Beschaouch et alii 1977, p. 107). Récemment, il vient de faire l’objet d’une étude complète : voir Ksouri ibid., p. 337-346.

98 Ksouri ibid., p. 296-302.

99 Beschaouch et alii 1977, p. 108-113 ; Hanoune 1990b, p. 498-501 ; Hanoune 1992, p. 523-526 ; Hanoune 2006, p. 283-286 ; Chaouali 2010, p. 114-115 ; Ksouri 2012, t. 1, p. 236-245.

100 Ce mur est datable du Ier siècle apr. J.-C. Cf. Beschaouch et alii 1977, p. 112 ; Hanoune 1990a, p. 409-414 ; Hanoune 1992, p. 526.

101 Hanoune 2006, p. 283. Le Glay 1988, p. 52-60, notamment p. 55 voit dans la basilique sud un xyste (« salle d’exercices gymniques pour la iuuentus ») ou piste de course. Cette interprétation a été retenue par Chaisemartin 1994, p. 628-649, particulièrement p. 631.

102 Beschaouch et alii 1977, p. 111 ; Hanoune 2005, p. 281-289.

103 Ruprechtsberger 1985, p. 25 ; Le Glay 1988, p. 52-60.

104 Vössing 1992, p. 169-183, surtout p. 181 ; De Chaisemartin 1994, p. 630 et p. 649 ; Hanoune 1999b, p. 213-222 ; Hanoune 2006, p. 283. Sur ces différentes thèses, voir Tlili 2000, p. 161-162. Au demeurant, nous savons qu’il existait à Bulla un tabularium (un dépôt d’archives publiques) d’époque indéterminée mais qui a été restauré, aux frais de la cité, en 361 (CIL, VIII, 25521).

105 Hanoune 2006, p. 283. D’après Chaisemartin 1994, p. 633 et suiv., l’exèdre à portique aurait pu servir de « salle de réunion ou d’enseignement ». La chercheuse, effectuant des comparaisons avec plusieurs gymnases tardo-hellénistiques et proto-impériaux d’Italie, propose de replacer le complexe de Bulla Regia « dans le contexte de la relation entre le schéma architectural du gymnase issu de la tradition hellénistique et le culte impérial romain » (p. 648-649).

106 Sur cette pièce, voir Beschaouch et alii 1977, p. 111 ; Hanoune 1992, p. 524 ; Hanoune 2006, p. 283.

107 Hanoune 2006, p. 283.

108 Voir Khanoussi – Mastino 2004, p. 371-414, notamment p. 385-387, d’où AE, 2004, 1874.

109 Hanoune 1992, p. 524 ; Id. 2006, p. 285.

110 Hanoune 1974, p. 387-394, notamment p. 394.

111 Khanoussi – Mastino 2004, p. 388-390 et p. 390-393, d’où AE, 2004, 1875 et 1876. Soulignons que le lieu précis de la découverte de ces inscriptions dans l’esplanade B est inconnu. De toute évidence, celles-ci ont été placées de manière ornementale après le dégagement.

112 Hanoune 2006, p. 285.

113 Sur ces thermes, voir notamment Beschaouch et alii 1977, p. 23-32 ; Broise – Thébert 1993 ; Gros 1996, p. 412 ; Thébert 2003, p. 133-134.

114 ILAfr, 454 ; AE, 1921, 45 ; AE, 1973, 578 ; Broise – Thébert 1993, p. 347-351, n° 1 ; Thébert 2003, p. 488, n° 12.

115 ILAfr, 453 ; PIR², V, 2, 1983, n° 462. Sur la famille clarissime des Memmii, voir Corbier 1982, p. 715.

116 Cependant « il est clair qu’ils appartiennent à une version particulièrement ample de ce type d’édifice » (Thébert 2003, p. 134).

117 Thébert 2003, p. 134. Sur cette éventuelle palestre, voir également Broise – Thébert ibid., p. 208 et suiv et p. 408-410.

118 Gros 1996, p. 412.

119 Sur l’insertion de ces bains dans le quartier, voir Broise – Thébert ibid., p. 355-377 et p. 410-415 ; Thébert 2003, p. 441-442.

120 Broise – Thébert ibid., p. 410 ; Thébert 2003, p. 441.

121 Sur le rôle des thermes dans l’organisation de l’espace urbain, voir Gros – Torelli 1988, p. 379 et p. 401-402 ; Gros 1996, p. 409-415 ; Thébert 2003, p. 435-483 ; Gros 2005a, p. 199-201 ; Gros 2005b, p. 209-211 ; Gros 2008, p. 54 ; Ben Akacha 2011b, p. 432-433 ; Ben Akacha 2011c, p. 102-107.

122 Broise – Thébert ibid., p. 411.

123 Nous avons la preuve, d’après l’étude d’un praefurnium et de monnaies liées au fonctionnement des canalisations d’un tepidarium, que ces balnea étaient en état de fonction jusqu’à une date très avancée dans le Ve siècle, sinon jusqu’au VIe siècle. Sur la longue durée de ces bains, voir Thébert 1983, p. 99-131, surtout p. 112-113 ; Thébert 1986, p. 31-46, notamment p. 38 ; Broise – Thébert ibid., p. 384-397.

124 Broise – Thébert ibid., p. 384-385.

125 Gros 1996, p. 220 remarque à juste titre que c’est dans les villes « dotées d’un nouveau centre monumental en prévision ou à la suite d’une promotion juridique que s’applique avec le plus de rigueur ce schéma du forum tripartite ».

126 Gros 2002a, p. 593.

127 Voir Gros 1990-1992, p. 61-80 ; Id. 2005a, p. 206-207.

128 Beschaouch et alii 1977, p. 114-115 ; Thébert 2003, p. 288. Il s’agit d’un vaste bâtiment (60 x 55 m) situé au sud de la cité, en dehors du secteur enclos. Bien que l’édifice ne soit que très partiellement dégagé, Thébert pense qu’il s’agit de grands thermes de plan symétrique.

129 Beschaouch et alii 1977, p. 77-79.

130 Voir Antit – Broise – Thébert 1983 p. 135-190, particulièrement p. 144 et p. 151.

131 Beschaouch et alii 1977, p. 100. Ce petit édifice incomplètement fouillé avait été décrit par ces auteurs de la façon suivante : « en quittant l’orchestre par la rampe inclinée orientale, on débouche sur une rue dallée [...]. Elle permet d’accéder à un petit édifice thermal dont la pièce la plus caractéristique est un frigidarium octogonal pourvu d’une piscine ».

132 Beschaouch et alii 1977, p. 111 ; Hanoune 2005, p. 281-289. Dans l’état actuel, ces thermes ouvrent uniquement sur la rue est-ouest reliant le théâtre aux thermes memmiens. Le bâtiment, datant probablement du IIIe siècle, couvre 770 m² « dont 200 m² pour les espaces de réception, 100 m² pour les salles froides, 300 m² pour les salles chaudes, 90 m² pour l’éventuel espace tiède et 80 m² pour les espaces de service » (Hanoune 2005, p. 281).

133 Beschaouch et alii 1977, p. 93 ; Hanoune – Olivier – Thébert 1983, p. 63-92 ; Thébert 2003, p. 134-135. L’entrée principale se trouve sur une rue qui passe au nord de l’édifice. Il s’agit de petits thermes couvrant environ 800 m², le frigidarium atteignant à peine plus de 40 m². D’après les formes architecturales et le décor mosaïqué, ce complexe thermal daterait du IVe siècle. Pour Hanoune – Olivier – Thébert 1983, p. 92 et n° 50, « les dimensions modestes de cet édifice mais aussi son autonomie peuvent faire penser soit à de petits bains publics de quartier soit à des bains réservés à une catégorie précise d’usagers (membres d’une sodalité ou d’un groupement quelconque) ».

134 À l’ouest, l’édifice est limité par une artère reliant le forum au quartier du théâtre et des esplanades monumentales.

135 Broise – Thébert 1993, p. 411.

136 En effet, à Bulla Regia, le forum au Nord n’a pas été délaissé stricto sensu. Ses façades et ses « frontes » ont été aménagées et son cadre a été restauré au Bas-Empire.

137 Sur ces phénomènes, voir Gros 1990-1992, p. 61-80 ; Id. 2005a, p. 199-209 ; Id. 2008, p. 47-59 ; Ben Akacha 2011a, p. 613-627 ; Id. 2011b, p. 422-436 ; Id. 2011c, p. 89-118. Kleinwächter 2001, refusant le lien dynamique souvent établi entre statut politico-juridique, urbanisation et comportements collectifs, aboutit à des conclusions réductrices. Sur une critique du livre de Kleinwächter, voir Gros 2002a, p. 591-596 et N. Ferchiou dans Gnomon 5, 2004, p. 574-577.

138 Sur le développement urbain de cette ville, voir Février 1964, p. 9-11 ; Gros 1990-1992, p. 74-79 ; Kleinwächter 2001, p. 96-109.

139 Gros 2005a, p. 206-207 ; Id. 2008, p. 54.

140 Gros 2008, p. 55.

141 Sur ces deux villes, voir, en dernier lieu, Ben Akacha 2011b, p. 422-436 ; Id. 2011c, p. 89-118.

142 CIL, VIII, 11827.

143 Picard 1957, p. 148-149 ; Fortuner 1976-1978, p. 159-168 ; M’Charek 1984, p. 220-221 ; Kleinwächter 2001, p. 161-171 ; Ben Akacha 2011b, p. 428-429.

144 Picard 1986, p. 462 et suiv. Sur le proconsulat de Faustinus, voir Thomasson 1996, p. 52, n° 61.

145 Thébert 2003, p. 144-145.

146 La longue exploitation de l’édifice est certaine et sa désaffection, qui n’est pas antérieure à la fin du IVe siècle, pourrait ne s’être produite qu’après 400 (Thébert 2003, p. 144).

147 Thebert 2003, p. 166-171 ; Ben Akacha 2011c, p. 102-105. Si les bains d’hiver sont édifiés entre la fin du IIe et le début du IIIe siècle, les thermes d’été et la palestre des Petronii sont conçus et réalisés, sans doute entre 200 et 225, dans le cadre d’un seul et unique projet.

148 Ben Akacha 2011c, p. 104-107.

149 Jacques 1984, p. 763.

150 Sur le dynamisme de Bulla durant l’Antiquité tardive, voir Quoniam 1952, p. 468 -472 ; Lepelley 1981, p. 87-90 ; Broise – Thébert 1993, p. 385-397.

151 CIL, VIII, 25521 ; cf. Merlin 1908, p. 21, n° 9 et Lepelley 1981, p. 88 et n° 7.

152 CIL, VIII, 25524, 25525, 25528 et ILAfr, 456. Cf. Lepelley 1981, p. 88-89 ; Broise – Thébert ibid., p. 386 et n° 52-53. À cette série, on peut ajouter la dédicace, datant probablement des années 339-340, d’une base de statue en l’honneur du proconsul d’Afrique Postumius Rufius Festus Avienius (Abienius dans le texte). Connu sous le nom habituel d’Avienus, il est l’un des derniers poètes païens de Rome, auteur entre autres de l’Ora maritima. L’inscription de Bulla, récemment redécouverte (AE, 2002, 1676), fait l’éloge de ses vertus exceptionnelles et de sa bonne gouvernance.

153 Quoniam 1952, p. 468.

154 Thébert 1983, p. 113 et n° 15 p. 124 ; Thébert 1985, p. 319-325 et p. 330-332 ; Broise – Thébert ibid., p. 386.

155 Sur ces bains privés, voir Thébert 2003, p. 135-136. Ces thermes occupent environ 100 m². Les salles chauffées, au nombre de trois et disposées au sud, étaient parcourues selon un itinéraire rétrograde.

156 Voir Thébert 2003, p. 482-483.

157 À ce niveau, l’historien de Bulla (ibid., p. 483, n° 122) insiste sur le fait que la mutation de l’art balnéaire et l’affirmation de la religion chrétienne « sont deux aspects d’un même phénomène, à savoir un changement progressif mais radical de société : il serait erroné de transformer le second en cause du premier. On remarquera d’ailleurs qu’il n’existe pas d’opinion commune des milieux chrétiens vis-à-vis des thermes, encore moins de pratiques balnéaires qui seraient caractéristiques de ces milieux ».

158 Voir Thébert 1983, p. 116-120 ; Id. 1986, p. 37-45.

159 Quoniam 1952, p. 472.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Site de Bulla Regia (plan H. Broise, dans Beschaouch et alii 1977, p. 13).
Légende 1 : Citernes. 2 : Monument en opus reticulatum. 3 : Citernes. 4 : Ensemble monumental. 5 : Arc. 6 : Fort byzantin. 7 : Temples. 8 : Thermes memmiens. 9 : Édifice de Diane. 10 : Péristyle de maison. 11 : Maison du trésor. 12 : Maison n° 3. 13 : Maison n° 7. 14 : Basiliques chrétiennes. 15 : Maison n° 2. 16 : Maison du paon. 17 : Insula de la maison n° 1. 18 : Maison de la chasse. 19 : Maison de la nouvelle chasse. 20 : Tombes. 21 : Maison n° 9. 22 : Maison n° 10. 23 : Maison de la pêche. 24 : Maison n° 15. 25 : Maison d’Amphitrite. 26 : Thermes des Venantii. 27 : Thermes du Nord-Est. 28 : Maison n° 8. 29 : Maisons n° 11, 12, 13 et 14. 30 : Nymphée. 31 : Forum. 32 : Capitole. 33 : Temple d’Apollon. 34 : Basilique. 35 : Marché. 36 : Maison n° 4. 37 : Maison n° 5. 38 : Constructions non identifiées. 39 : Thermes au Nord- Ouest du théâtre. 40 : Théâtre. 41 : Thermes à l’Est du théâtre. 42 : Première esplanade monumentale (esplanade A). 43 : Temple d’Isis. 44 : Seconde esplanade monumentale (esplanade B). 45 : Mur de soutènement. 46 : Maison (?). 47 : Grands thermes Sud. 48 : « Église d’Alexander ». 
Titre Fig. 2 – Plan de la première esplanade monumentale (esplanade A) d’après Ksouri 2012.
Titre Fig. 3 – Plan d’ensemble du complexe monumental (esplanades A et B) à l’époque romaine d’après Ksouri 2012, p. 406.
Légende A : esplanade A. Th : Théâtre avec extension. I : Temple d’Isis. B : Temple B d’origine numide. C et A : Temples, début du Ier siècle. D : Temple et bassins, règne d’Hadrien ? C’ : Sanctuaire édifié au IIe siècle ? C’’ : Temenos construit sous les Sévères ? E : Temple construit à la fin du IIe ou au début du IIIsiècle. R : Espaces réaménagés au-dessus de l’ancienne résidence. CI : Chapelle du culte impérial ? Ba : Salle de banquets rituels et annexes ? T : Thermes romains. Ch : Chapelles ? S : Grande stoa réutilisée et dotée d’absides. TS : Temple du culte sévérien.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Walid Ben Akacha, « Le développement urbain de Bulla Regia, ville polycentrique de l’Afrique proconsulaire », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 128-1 | 2016, mis en ligne le 02 mars 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://mefra.revues.org/3412 ; DOI : 10.4000/mefra.3412

Haut de page

Auteur

Walid Ben Akacha

Institut Supérieur des Sciences Humaines de Jendouba, Tunisie, walidbenakacha@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org