Navigation – Plan du site
Mélanges

Les formes de l’éloge dans les inscriptions honorifiques du Latium et de la Campanie (iie-ive siècle ap. J.-C.)

Forms of praise in the honorific inscriptions of Latium and Campania (second to fourth century AD)
Moïra Crété
p. 191-226

Résumés

Dans l’aire géographique retenue, l’analyse du corpus des inscriptions honoraires met en évidence une évolution des pratiques épigraphiques conduisant à distinguer deux formes d’éloges. À partir du iiie siècle ap. J.-C., au cursus laconique ponctué de l’énoncé de quelques qualités, se greffent, jusqu’à s’y substituer parfois, des formules rhétoriques intégrées à des formes syntaxiques complexes. L’examen des rapports sociaux prévalant à l’octroi de ces différentes formes d’hommage et l’étude lexicale et grammaticale de ces éloges permettent de comprendre un langage et un système de valeur inscrits dans la conscience collectives. Ce discours fonde théoriquement une hiérarchie et un système de représentation et d’autoreprésentation des élites impériales. Parallèlement, l’étude des origines et des conditions de diffusions dans les usages épigraphiques des deux types d’éloge préalablement définis permet de comprendre les significations d’une telle codification de l’éloge sur la pierre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’étude de l’elogium dans les inscriptions honorifiques africaines et romaines fait actuellement l’ (...)

1Dans les régions du Latium et de la Campanie les inscriptions honorant les membres des aristocraties sénatoriale, équestre ou municipale intègrent à leurs formulaires traditionnels le motif de l’honneur (ob merita) ainsi que les qualités du dédicataire qui justifient cet honneur. Ces louanges s’inscrivent dans le cadre d’une forme de remerciement et d’une relation hiérarchique entre dédicant et dédicataire, dont la nature est explicite et qui conditionne en partie la liste des valeurs retenues. L’étude de ces formulaires honorifiques, des vertus qu’ils mentionnent et des tournures rhétoriques qu’ils adoptent est révélatrice des modes de représentation et d’autoreprésentation des élites aristocratiques impériales et des codes de valeur constitutifs de leur identité. Elle souligne également, dans les coutumes épigraphiques, des transformations susceptibles d’être rapportées à une évolution plus générale des pratiques et des usages de l’écrit et de la parole1.

2Nous pouvons distinguer, au sein de cette pratique épigraphique, deux types d’éloge, qui se différencient par leurs formes, leurs contenus et leur diffusion chronologique.

3Dans un premier temps, l’éloge est très succinct et se limite à l’énoncé d’une ou deux qualités, parfois relevées d’un superlatif ou d’une épithète. Ce type d’éloge, que nous appellerons dès lors par convention « éloge de type 1 », apparaît au iie s. ap. J.-C. et représente une sorte d’hommage de convenance, où sont exprimées des qualités non dénuées de sens politique et idéologique, mais qui s’expriment à travers un formulaire fixe et stéréotypé. Ainsi, les formules telles que patrono dignissimo ou les remerciements ob munificientiam eius sont d’usage courant dans l’épigraphie honoraire italienne. À partir du iiie s. ap. J.-C., au cursus laconique ponctué de l’énoncé de quelques qualités dont la liste est assez répétitive, tend à se substituer sans toutefois le faire disparaître, ce que nous appellerons l’« éloge de type 2 ». En première lecture, ces hommages publics se différencient des précédents par la longueur de leurs discours élogieux et la complexité de leurs constructions syntaxiques. Cette forme d’expression insolite représente un changement des usages et des pratiques épigraphiques mais surtout, elle constitue une évolution dans l’élaboration et la représentation publique des systèmes de valeurs présidant à la reconnaissance et à la légitimité des élites et de l’Empire. Il est donc important de bien distinguer ces deux formes d’elogia. Si nous devons nécessairement les dissocier, nous les étudierons simultanément afin de comprendre ce qui les distingue ou ce qui, au contraire, les relie. Par ailleurs, le contenu de ces éloges représente autant que leur forme un élément permettant l’interprétation de ces hommages publics ; il reflète les rouages administratifs (et les rapports sociaux sous-jacents) sur lesquels reposent les deux principaux niveaux présidant au développement de la vie municipale : l’Empire et la cité.

  • 2 On recense 41 inscriptions pour la Campanie et 44 pour le Latium.
  • 3 Le corpus de la ville de Rome est exclu de cette étude, car il représente une masse documentaire tr (...)
  • 4 Nous ne reviendrons pas ici sur la définition de l’hommage public. Sur ce point voir : Christol 198 (...)

4Les documents retenus sont nombreux2, même si l’on exclut ceux de la ville de Rome, qui posent des problèmes spécifiques3, et s’échelonnent du iie siècle au début du ve siècle ap. J.-C. On a retenu dans cette étude toutes les attestations de louanges, du simple superlatif à la véritable construction rhétorique. Ces textes sont tous des hommages publics, érigés pour la plupart par l’ordre des décurions et/ou par le peuple de la cité dédicante4. Le type de monuments n’est pas toujours identifiable, même si les notices des corpora en précisent souvent la nature. S’il est difficile de savoir précisément à quoi nous avons affaire, nous pouvons souligner que, pour leur majorité, ces textes peuvent être identifiés comme des bases de statue.

  • 5 Les amici et les patroni sont : rarissimi, optimi, incomparabiles, fidelissimi, bene merentes, aman (...)
  • 6 Sur le vocabulaire employé pour qualifier les défunts voir : Cébeillac-Gervasoni, 1981 : Berthet et (...)

5Tous les hommages à caractère privé ont été exclus de cette étude car ils émanent de membres de la famille du dédicataire ou de personnes issues de sa clientèle privée et relèvent d’une thématique de la qualité et de la vertu différente. Les patres, fratres, filii, coniuges, mariti, amici ou patroni sont effectivement loués pour leurs qualités mais les vertus retenues sont alors propres à la sphère des relations privées et ne se rencontrent que dans ce cadre5. Elles sont systématiquement absentes des hommages publics et se retrouvent par ailleurs dans les formulaires des épitaphes6. Si l’éloge privé et l’éloge public représentent deux formes contemporaines de l’elogium, deux instruments au service de la mémoire, l’une commémore alors que l’autre exhorte, l’une s’applique à louer les qualités de l’Homme, l’autre honore sa fonction ; cette distance entre l’humanitas et la uirtus justifie la césure établie ici entre ces deux formes d’elogia. La uirtus, l’engagement et le dévouement à sa communauté civique ou sociale, est une valeur contributive de l’humanitas, mais elle relève de la sphère de l’honneur public et officiel, et doit en ce sens être analysée pour elle-même.

  • 7 Neri 1981 : Christol 1983 : Christol 1985 : Chastagnol 1988 : Salomies 1994 : Salomies 2000 : Nique (...)
  • 8 Forbis 1996.

6Les travaux portant sur les pratiques épigraphiques de l’éloge ne se sont que peu développés jusqu’à présent7. Il est nécessaire à cet égard d’évoquer ceux d’Elizabeth Forbis portant sur les vertus municipales dans les inscriptions honorifiques des régions italiennes8. Cette étude propose de revenir sur certains points négligés par E. Forbis et d’apporter une vision plus analytique et circonscrite en travaillant sur deux régions, le Latium et la Campanie, étudiées d’ailleurs de manière discutable dans son ouvrage comme un tout unitaire (la regio 1).

7Une analyse descriptive des textes permettra de déterminer les relations existantes entre dédicants et dédicataires, d’identifier les différents critères prévalant à l’octroi de tels honneurs et de préciser dans quels contextes ces monuments furent érigés. L’étude du contenu et de la forme de ces éloges nous aidera à définir une carte des valeurs aristocratiques et une topique du genre au sein des textes épigraphiques, afin de mieux comprendre les codifications d’un tel discours sur la pierre. Les éléments présidant à l’adoption et à la diffusion de ces types de louanges seront enfin dégagés, notamment grâce aux comparaisons pouvant être établies avec les formes d’hommages publics attestées dans d’autres régions de l’Empire.

Les dédicataires

  • 9 Notons quatre éloges d’affranchis impériaux faisant exception : en Campanie, Aurelius Symphorus (CA (...)

8Les dédicataires de ces hommages publics représentent les trois grandes catégories constituant l’élite aristocratique de l’Empire : les sénateurs, les chevaliers et les notables municipaux9.

Le Latium

  • 10 LAT N°6 : 8 : 25.
  • 11 LAT N°21 : 22 : 43 : 44.

9Dans le Latium, 25 % des éloges sont dédiés à des sénateurs, 23 % à des chevaliers, et 34 % à des notables municipaux. Parmi les 44 éloges relevés dans le corpus du Latium, il reste donc l’éloge de 3 affranchis impériaux10et de 5 individus anonymes dont le statut ne peut être défini11.

Les sénateurs

  • 12 LAT N°4/5 : 23 : 27 : 34 : 36 : 37 : 38 : 39/40 : 42.
  • 13 LAT N°4/5 : C. Octavius Appius Suetrius Sabinus, electus ad corrigendum statum Italiae, iuridicus p (...)
  • 14 LAT N°38 : Postumius Iulianus.
  • 15 LAT N°4/5 : proconsul Africae et consul ordinarius (iterum) : LAT N°36 : praefectus Urbis. LAT N°37 (...)
  • 16 LAT N° 4/5 : 36 : 38 : 40.
  • 17 LAT N° 37 : Lucius Crepereius Madalianus : 42 : Anicius Achilius Glabrio Faustus.
  • 18 LAT N° 38.

10Le corpus du Latium ne comporte que 11 inscriptions faisant l’éloge de sénateurs et celles-ci ne concernent que 9 individus12. Ces clarissimes ont tous exercé une ou plusieurs charges en Italie13, à l’exception d’un personnage à la carrière inconnue14. Notons la présence de 5 sénateurs de tout premier plan ayant fait une carrière brillante15. Enfin, soulignons que pour 5 inscriptions, le dédicataire est patron de la cité dédicante16. Parmi ces hommages, 3 sont des éloges de type 2 : ils honorent 2 individus ayant accompli un cursus brillant, en partie effectué en Italie17, et un sénateur à la carrière inconnue, patron de la cité dédicante18. Il apparaît donc que, dans cette région, les sénateurs honorés d’éloges sont majoritairement des personnages de haut rang ayant fait une partie de leur carrière en Italie et qui, probablement à cette occasion, ont été cooptés comme patrons de cité.

Les chevaliers

  • 19 LAT N° 2 : C. Veturius Testius Amandus : 18 : P. Vegellius Primus : 24 : L. Licinus Herodes.
  • 20 LAT N° 7 : C. Domitius Fabius Hermogenius.
  • 21 LAT N°33.
  • 22 LAT N°32 : praefectus annonae agens vices praefectorum praetori eminentissimorum virorum.
  • 23 LAT N°9 : LAT N°29 : notons que l’hommage à été rendu lors de sa procuratèle des ports d’Ostie (de (...)
  • 24 LAT N°31 : viro ducenario, procuratori rationis castrensis.
  • 25 LAT N°3.
  • 26 LAT N°3 : Q. Baienus Blassianus, praefectus annonae : 32 : Manilius Rusticanus, praefectus annonae.
  • 27 LAT N°33 : Valerius Frumentius.
  • 28 LAT N°18.
  • 29 LAT N°2.
  • 30 LAT N°10.
  • 31 LAT N°33.
  • 32 LAT N°3 : Q. Baienus Blassianus : 18 : P. Vigellius Primus : 29 : L. Mussius Aemilianus.
  • 33 LAT N°3 : 29 : 32 : Manilius Rusticanus.

11Comme nous l’avons constaté pour les sénateurs, les chevaliers honorés d’éloges publics ne sont pas nombreux dans le Latium. Le corpus de la région livre 11 attestions de louanges concernant des membres de l’ordre équestre. Parmi les dédicataires 5 sont de simples notables municipaux, qui portent le titre d’eques Romanus19ou mentionnent l’equus publicus20et n’ont exercé par la suite aucune charge équestre. Valerius Frumentius appartient à la catégorie des honorati et porte le titre de vir perfectissimus21. Soulignons que 5 dédicataires sont des chevaliers ayant exercé une carrière au service de l’Etat : Manilius Rusticanus est perfectissime22, Q. Acilius Fuscus et L. Mussius Aemilianus portent le titre de vir egregius23, Marcus Aurelius Basileus est dit vir ducenarius24, enfin Q. Baienus Blassianus ne porte aucun titre mais l’ensemble de sa carrière est inscrit sur l’hommage25. Par ailleurs, 6 de ces hommages sont érigés au titre du patronat assumé par le dédicataire. Notons que les 3 patronats de cités concernent deux chevaliers de haut rang26et un honoratus27. Les 3 autres concernent P. Vigellius Primus patron du collège de iuvenes28d’Anagnia, C. Veturius Testius Amandus patron des V corpora de lenuncularii d’Ostie29, et P. Martius Philippus patron du corpus fabrum navalium Ostiensium30 : tous sont des notables municipaux de rang équestre. Par ailleurs, un seul éloge de type 2 est à relever parmi ces hommages et il concerne Valerius Frumentius, un honoratus patron de sa cité31. Il apparaît donc que, dans le Latium, les chevaliers honorés d’hommages publics sont en majorité soit des aristocrates locaux ayant acquis un titre de noblesse de dignité, sans en exercer les fonctions, soit des chevaliers de haut rang ; ces chevaliers de premier plan sont d’origine italique32et/ou ont exercé en Italie des procuratèles qui les ont conduits à tisser des liens avec certaines cités33.

Les notables municipaux

  • 34 LAT N° 11 : Septimius Hermes : 30 : P. Baebius Iustus : 35 : C. Paccius Felix : 41 : M. Sentius Red (...)
  • 35 LAT N°1 : M. Pontius felix, curator sodalis. H. Dessau (CIL, 14, 169) propose pour Tusculum une org (...)
  • 36 LAT N° 11 : Septimius Hermes, curator viae Praenestinae : 19 : Cn. Voesius Aper, curator annonae (3 (...)
  • 37 LAT N° 13 : Marcus Licinus Privatus : 16 : T. Iulius Eutiches : 17 : Sex. Pompeius Maximus : 26 : M (...)
  • 38 LAT N° 26 : M. Iulius Zoticus.
  • 39 LAT N°3 : Marcus Licinus Privatus n’est pas un notable de très haut rang : magister quinquennalis d (...)
  • 40 LAT N°11 : Septimius Hermes : 14 : C. Sulpicius Victor : 20 : Tiberius Claudius Crescentianus : 41  (...)
  • 41 LAT N°26 : M. Iulius Zoticus : 16 : T. Iulius Eutiches.
  • 42 LAT N°28 : P. Acilius Paullus.
  • 43 LAT N°20.
  • 44 LAT N°41.
  • 45 LAT N°19.
  • 46 LAT N°19.

12Les notables municipaux sont largement représentés dans notre corpus. Dans le Latium, 15 hommages publics célèbrent les vertus de grands personnages, évergètes et administrateurs locaux de leur civitas. Tous ces notables ont manifestement pris part de manière active à la gestion de leur cité : 4 ont revêtu toutes les charges et tous les honneurs (omnibus oneribus et honoribus functo)34, et 5 ont exercé la magistrature suprême dans leur cité35. Parallèlement, 4 de ces notables municipaux ont assumé plusieurs curatèles, principalement financières36. Notons que 4 éloges37sont dédiés à des personnages que nous devrions placer au niveau immédiatement inférieur à celui des grands notables. Ces hommes d’origine modeste ont atteint les portes de l’aristocratie municipale par l’acquisition d’une richesse affichée de manière ostentatoire et surtout dans un cadre civique. Ces individus, qui, pour certains, ont accédé à l’ordo38ou aux ornamenta decurionalia39, ont tous acquis une position sociale importante dans la cité par le biais de leurs actions au sein des collegia. Enfin, il est important de noter que 7 aristocrates locaux sont honorés au titre de leur patronat : 4 sont patrons de leur cité40, 2 sont patrons d’un collège de dendrophores41, et enfin un l’est d’un autre collège religieux (cultores Iovis Arkani)42. Parmi ces hommages, 3 sont des éloges de type 2 : ils honorent Tiberius Claudius Crescentianus, quinquennalis et patron d’Anagnia43, M. Sentius Redemptus, un notable d’Interamna à la carrière municipale complète44, et Cn. Voesius Aper duumvir à Praeneste45. Ainsi dans la région du Latium, les aristocrates célébrés dans les inscriptions honorifiques sont majoritairement des notables arrivés au sommet de leur carrière après s’être réellement investis dans la gestion de leur cité, parfois au-delà du nécessaire, en acceptant par exemple un munus alors qu’ils pouvaient le refuser46.

La Campanie

  • 47 CAMP N°8 : Aurelius Symphorus a tout de même reçu les ornamenta decurionalia.
  • 48 CAMP N°37 : 41.

13En Campanie 56 % des éloges sont dédiés à des sénateurs, 24,5 % à des chevaliers et 12 % à des notables municipaux. Sur les 41 inscriptions concernées, une seule fait état de l’hommage public d’un affranchi impérial47, deux autres se rapportent à des individus anonymes dont le statut ne peut-être défini48.

Les sénateurs

  • 49 CAMP N°25 : l’ensemble de son cursus est mentionné dans l’hommage public. Caius Iulius Rufinianus A (...)
  • 50 CAMP N°26 : seul le gouvernement consulaire de Campanie est mentionné dans l’hommage public rendu à (...)
  • 51 CAMP N°32.
  • 52 CAMP N°19/20 : Q. Flavius Maesius Egnatius Lollianus signo Mavortius : 23 : Q. Clodius Hermogenianu (...)
  • 53 CAMP N°1 : Q. Gavius Fulvius Proculus : 18 : Iulius Aurelius Auxontius Leonidae signo Carradius : 2 (...)
  • 54 Ces sénateurs aux cursus modestes représentent 37,5% de notre corpus. Ils ont accompli des carrière (...)
  • 55 CAMP N°19/20 : Q. Flavius Maesius Egnatius Lollianus signo Mavortius, quaestor kandidatus, praetor (...)
  • 56 CAMP N°23 et 27. L’absence de cursus peut s’expliquer soit par la date précoce de l’hommage, soit p (...)
  • 57 CAMP N°6 : 9 : 11 : 12 : 17 : 34 : 35.
  • 58 CAMP N°17 : C. Lucceius Petilius signo Gaudentius.
  • 59 CAMP N°12 : 17 : 18 : 26 : 27 : 30 : 31.

14Parmi 23 attestions d’éloges dédiés à des sénateurs, 20 constituent des remerciements en raison d’une relation de patronat avec une cité, un collège ou une corporation. Les 3 autres honorent C. Iulius Rufinianus Abablius Tatianus49et Virius Turbo50, tous deux consulaires de Campanie et Annius Vicorinus, personnage à la carrière floue ayant été correcteur de Lucanie et du Bruttium51. Parmi les 20 inscriptions dédiées à des patroni, notons que 5 honorent des consulaires de Campanie52et que 5 sont dédiées à des sénateurs originaires de la cité dédicante53. Pour ce qui est du rang social et du type de carrières de ces dédicataires, il est nécessaire de souligner que la majorité des éloges sont rendus à des sénateurs aux carrières honorables mais modestes54. Pour le reste, nous devons noter la présence au sein de notre corpus de 5 clarissimes de très haut rang : 3 dont la carrière prestigieuse est mentionnée dans l’hommage public55et 2 dont le cursus n’apparaît pas dans l’hommage56. Enfin pour 7 sénateurs, aucune charge n’est mentionnée et aucune information prosopographique n’est par ailleurs connue57. Il apparaît donc qu’en Campanie, les dédicataires de rang sénatorial sont essentiellement des patroni et/ou des consulares Campaniae. La seule exception concerne un clarissime ayant manifestement accompli une carrière italienne et qui pourrait éventuellement avoir des liens avec la cité dédicante58. Parmi ces 21 hommages publics dédiés à des membres de l’ordre sénatorial, 7 sont des éloges de type 259. Ce type de louanges est octroyé sans distinction sociologique et la tendance générale propre aux éloges de type 1 se retrouve pour les éloges de type 2.

Les chevaliers

  • 60 CAMP N°1 : 3 : 7 : 10 : 13 : 14 : 15 : 16 : 38 : 39.
  • 61 CAMP N°14/15/16 : Pollius Iulius Clementianus.
  • 62 CAMP N°10 : Veratius Severianus, probablement originaire de Pouzzoles, il fit carrière à Capoue ou (...)
  • 63 CAMP N°13 : Tannonius Boionius Chrysantius.
  • 64 CAMP N°14/15/16 : Pollius Iulius Clementianus : 38 : L. Munatius Concessianus : 39 : Tarquinius Vit (...)
  • 65 CAMP N°1 : Q. Gavius Fulvius Proculus. Père d’un sénateur, également honoré d’un hommage public à C (...)
  • 66 CAMP N°5 : M. Basseus Axius, procurator Augusti viae Ostiensis et Campaniae, procurator regionis Ca (...)

15En Campanie, seuls 10 hommages concernent des membres de l’ordre équestre60, et trois d’entre eux honorent le même personnage61. Parmi ces chevaliers, 5 n’ont exercé aucune charge équestre. Le premier est un notable à la carrière municipale originale couronnée par l’obtention du titre d’eques Romanus62. Le second est puer egregius, mais déjà patronus de la cité dédicante ; son jeune âge explique l’absence de carrière équestre63. Les 3 autres sont des vires perfectissimi et patroni de la cité dédicante, sans doute des notables municipaux qui, ayant achevé leur carrière municipale, furent dotés du grade de perfectissime, rentrant dès lors dans la catégorie privilégiée des honorati64. Notons la présence de 2 autres notables municipaux ayant entamé une carrière équestre : un patronus, tribunus cohortis65, originaire de la cité dédicante et un autre à la carrière plus avancée que le précédent, patronus, curator et natif de la cité66.

  • 67 CAMP N°3 : praefectus classis Misenensis.
  • 68 CAMP N°15 : Pollius Iulius Clementianus : 38 : L. Munatius Concessianus : 39 : Tarquinius Vitalionu (...)
  • 69 CAMP N° 10 : Veratius Severianus.

16Enfin, Flavius Marianus, doté du titre de vir perfectissimus, a effectivement accompli une carrière équestre et cela jusqu’à de hautes charges67 : il est patronus et curator de la cité dédicante. Parmi ces 9 inscriptions, 4 sont des éloges de type 2 ; elles concernent 3 honorati68, et un notable doté du titre d’eques Romanus69. Les chevaliers honorés sont donc dans leur grande majorité des aristocrates locaux de haut rang mais n’ayant exercé aucune charge équestre dans l’administration de l’Etat.

Les notables municipaux

  • 70 CAMP N° 7 : Gn. Stennius Egnatius Primus signo Heuresius : 22 : Minucius Aeterius : 33 : L. Alfius (...)
  • 71 CAMP N° 40 : L. Pompeius Felicissimus.
  • 72 CAMP N°4.
  • 73 CAMP N°8.
  • 74 CAMP N°7 : 33 : 40.

17Les notables municipaux sont peu nombreux dans notre corpus campanien. Seuls 5 éloges honorent des aristocrates locaux, 3 d’entre eux ont revêtu toutes les charges et tous les honneurs dans leur cité (omnibus oneribus et honoribus functo)70, et un est arrivé au sommet de sa carrière municipale71. Notons la présence de 2 individus aux limites de l’ordo. L. Licinius Primitivus est honoré par les Augustales dont il a été le patron ; il a obtenu les ornamenta decurionalia et reçoit un hommage qui mime manifestement le vocabulaire le plus officiel. Pourtant il n’appartient pas pleinement à l’aristocratie municipale72. Il en est de même pour l’affranchi impérial Aurelius Symphorus doté des ornamenta decurionalia ; il est honoré par l’ordre des décurions de Puteoli comme l’un des siens, mais ses origines serviles lui interdisent l’accès à l’ordo et donc au véritable statut de notable73. Notons enfin que 3 de ces aristocrates municipaux sont patrons de la cité dédicante74et qu’aucun éloge de type 2 n’est attribué à un de ces notables.

Les dédicants

  • 75 Le populus peut être également désigné dans la dédicace par les termes de plebs ou de cives.

18Les dédicants de ces éloges sont peu diversifiés et, dans les deux régions considérées, ils sont de même nature : les collegia, l’ordo, le populus75, l’ordo et le populus ensemble ou éventuellement une regio.

19Dans le Latium, 10 éloges émanent de collegia ou de corpora, 4 de l’ordo, 11 du populus, et 10 de l’ordo et du populus. Notons que 2 éloges, lacunaires, ne nous livrent pas la nature des dédicants et que 2 autres ne font mention d’aucun dédicant, le texte laissant penser qu’en toute vraisemblance, l’ordo en est l’auteur.

  • 76 CAMP N°12. Cet hommage a été retenu car il ne relève pas d’un cadre privé. Plutius Maximus se charg (...)

20En Campanie, 4 éloges émanent de collegia, 9 d’un ordo, 2 du peuple seul, 14 de l’ordo et du populus, 7 de regiones et un éloge est dédié par un certain Plutius Maximus76. De plus, pour 3 éloges lacunaires, le dédicant n’a pu être défini et une inscription ne mentionne pas de dédicant.

  • 77 À l’exception de CAMP N°20.

21L’ordo et le populus honorent indistinctement chevaliers, sénateurs et notables municipaux. Cependant il apparaît que les éloges dédiés par les collèges et les corporations ne décernent jamais de louanges aux hommes d’origine sénatoriale77. En outre, quand ils honorent un simple notable sans dignité équestre, les hommages concernent presque toujours des hommes d’extraction modeste en quête de gloire civique et dont l’ascension sociale a été favorisée par leur richesse et leurs actions au sein des collèges. L’évergétisme et leur appartenance aux associations romaines permettent à ces notables de prendre place au sein de l’aristocratie municipale ; s’ils ne peuvent prétendre, au sein de la curie, aux mêmes honneurs que les plus grands aristocrates, ils aspirent aux mêmes distinctions honorifiques. En ce qui concerne les éloges de type 2, notons qu’aucun n’émane de collegia ou de corpora. Le faible nombre d’inscriptions concernées nous interdit de tirer de cette absence des conclusions hâtives, mais nous pouvons cependant émettre l’hypothèse que ce type de discours reste en général l’apanage de la cité en tant qu’unité institutionnelle et de la collectivité dans son ensemble représentée par le populus ou par l’ordo.

22Les éloges s’inscrivent dans le cadre de relations hiérarchiques qui doivent être définies avec précision. Les rapports unissant dédicataires et dédicants sont complexes et multiples mais ce sont eux qui fixent les termes de l’éloge. Nous pouvons constater deux types de relation : celle qui unie les administrés à leurs administrateurs et celle qui est relative aux notions de concitoyenneté et de collégialité au sein de la civitas. À celles-ci se superposent des relations de type patronal dont la teneur est forcement influencée par les précédentes.

  • 78 LAT N°4/5 : electus ad corrigendum statum Italiae : LAT N°34 : consularis Campaniae : LAT N°36 : co (...)
  • 79 LAT N°12 : curator rei publicae de Gabiae (?) : LAT N°32 : curator rei publicae d’Ostia : LAT N°35  (...)
  • 80 LAT N°3 : praefectus annonae : LAT N°9 : procurator annonae : LAT N° 29 : procurator Portus utriusq (...)
  • 81 LAT N° 35.
  • 82 LAT N° 4/5 : LAT N° 40 : CAMP N° 3 : CAMP N° 19 : CAMP N° 23 : CAMP N° 27 : CAMP N° 29.
  • 83 LAT N° 9 : CAMP N° 20 : CAMP N° 21.
  • 84 LAT N° 38 : CAMP N° 2 : CAMP N° 9 : CAMP N° 30.
  • 85 CAMP N°17 : CAMP N°31.
  • 86 Annexe n°3.

23Dans notre corpus les liens unissant dédicants et dédicataires peuvent donc être la conséquence de contacts administratifs contemporains ou postérieurs à l’hommage. Ces représentants de l’autorité publique ont assumé une mission importante ou un gouvernement en Italie ou en Campanie78, des curatèles de cité79 ou dans le cas d’Ostie ont exercé des fonctions dans l’administration de l’annone ou plus généralement dans la gestion des ports80. La nature de ces relations pose fondamentalement une distance entre la personne qui est en principe extérieure à la cité (sauf pour quelques curateurs d’origine locale81) et celle-ci. Au sein de cette catégorie nous devons distinguer les administrateurs ou anciens administrateurs qui ne sont pas honorés en tant que tel mais plutôt en tant que patron de la cité82ou du collège83à l’origine de l’inscription. Dans ce cas, deux formes de liens se chevauchent et l’étude du contenu de l’éloge nous permettra de définir la position du dédicataire dans le contexte prévalant à l’érection de l’hommage concerné. Le second type de relation relevé dans notre corpus reste circonscrit au sein de la cité et relève donc des rapports de concitoyenneté ou de collégialité. Les notables municipaux peuvent être honorés en tant qu’évergètes, patrons ou magistrats, souvent même ces types de relations se superposent. Reste le cas des sénateurs patrons de la cité mais n’ayant apparemment jamais exercé de fonctions impériales dans la région. Dans un certain nombre de cas nous pouvons avancer une origine locale du clarissime84, et il serait tentant d’étendre cette hypothèse à d’autres situations85. Enfin, notons les dédicaces honorant des affranchis impériaux : elles se situent toujours dans un contexte de concitoyenneté ou de collégialité mais doivent être mise à part du fait de la distance pouvant s’instaurer, cette fois dans un sens inverse, entre dédicants et dédicataires. Le tableau portant sur la répartition des vertus en fonction des liens unissant dédicataires et dédicants présenté en annexe86nous indique que 28 % des éloges louent l’excellence gouvernementale de leurs administrateurs et que 43 % vantent l’excellence civique de leurs concitoyens. Les hommages restants se situent à la charnière de ces deux systèmes de valeurs, empruntant tantôt à l’un tantôt à l’autre son mode de représentation ou d’autoreprésentation des élites.

  • 87 Seules les inscriptions du Corpus Inscriptionun Latinarum ont été relevées, à l’exception de CAMP N (...)

24Il serait évidemment dangereux de prétendre tirer de ces mises en série et de ces statistiques des conclusions absolues, tout d’abord en raison des lacunes qui doivent nécessairement exister dans notre corpus87, ensuite du fait des difficultés que l’on éprouve à déterminer le statut de chacun. Pourtant quelques remarques et quelques grandes tendances peuvent être dégagées :

  • 88 Ils représentent 68,2% des hommages considérés dans cette étude.

25Au sein de ce monde de la qualité, les éloges sont manifestement le plus souvent attribués aux membres des ordres sénatoriaux et équestres88. Pourtant nous ne pouvons manquer de remarquer des disparités très nettes entre la répartition de l’éloge en Campanie et celle que l’on observe dans le Latium. Alors qu’en Campanie la pratique épigraphique de l’éloge s’applique presque essentiellement aux membres de l’ordre équestre ou sénatorial (80 %), dans le Latium la tendance est moins évidente. Si le nombre d’éloges rendus aux membres des deux ordines réunis (48 %) reste supérieur à celui des éloges rendus aux seuls notables (34 %), l’aristocratie locale occupe dans le Latium une place qu’elle n’a pas en Campanie. Ce constat souligne que les cités du Latium n’ont plus, au iie siècle, le même lustre ni le même attrait pour les notables, qu’elles attirent moins les personnages soucieux d’obtenir des patronages de cités et, d’une manière générale, les élites sénatoriales et équestres de l’empire. Surtout, la Campanie est une région de villégiature qui attire les représentants de la noblesse impériale et reste une zone économique considérablement dynamique. A contrario, dès le iie siècle, le Latium est une région qui pâtit sérieusement de se trop grande proximité avec Rome, principal centre d’attraction. De nombreux centres urbains jalonnent les routes du Latium, mais leurs liens avec les élites promues à Rome sont depuis longtemps affaiblis. Ceci explique donc aisément les disparités de répartitions sociales des éloges entre ces deux régions.

26En revanche, dans les deux régions l’éloge honore le plus souvent, toutes catégories sociales confondues, les vertus des patroni : 74 % en Campanie et 56 % dans le Latium.

  • 89 Alföldy 1975.

27Les chevaliers et les notables locaux honorés dans les inscriptions honorifiques sont dans leur grande majorité des personnages arrivés au sommet de la hiérarchie au sein de leur groupe social. Dans notre corpus, 30 % des inscriptions honorant des membres de l’ordre équestre concernent des personnages de haut rang ayant accédé aux fonctions les plus prestigieuses au sein de l’administration impériale. Le reste, soit 70 %, célèbre des chevaliers qui ne sont qu’un groupe distingué au sein de la cité. Ces notables, qui dans leur grande majorité n’ont exercé aucune charge équestre dans l’administration impériale, doivent être davantage considérés comme une élite au sein de l’aristocratie municipale que comme une sous-catégorie au sein de l’ordre équestre89. Les inscriptions honorant les notables municipaux concernent pour 60 % des individus arrivés au sommet de leur carrière municipale. Les hommes en milieu de cursus ne représentent que 15 % de ces inscriptions. Les 25 % restants concernent des magistrats locaux dont la carrière n’a pu être définie. Force est de constater que la frange intermédiaire de ces deux catégories sociales n’est que très peu représentée au sein de notre corpus. Cet élément pourrait nous donner un indice sur les facteurs stimulant l’octroi de tels hommages publics alors que parallèlement persistent des hommages sans éloge. Ces louanges pourraient constituer un élément de distinction sociale, réservé aux notables les plus prestigieux et aux grands administrateurs impériaux, remplaçant ou complétant l’énoncé du cursus.

28Plusieurs éléments expliquent le lien initial entre dédicataires et dédicants : soit le dédicataire est originaire de la cité dédicante, soit il a exercé une fonction impériale qui l’a conduit à tisser des liens avec les différentes civitates des deux régions étudiées. Il peut être également un membre éminent du collège ou de la corporation dédiant l’hommage, mais dans ce cas un fossé social le sépare de ceux qui appartiennent à la catégorie précédente.

29Enfin, il est notable de souligner que l’octroi d’un éloge de type 2 – qui, rappelons-le, n’apparaît pas avant le iiie siècle – plutôt que celui d’un éloge de type 1 ne se fait pas selon des critères d’ordre social. Nous avons pu démontrer qu’aucune unité dans le statut social, les fonctions, la carrière ou les origines ne prévaut à l’octroi d’un tel honneur. En revanche la nature du dédicant semble être un facteur déterminant ; il apparaît que les éloges de type 2 émanent essentiellement du peuple ou de l’ordre des décurions.

Les formes de l’éloge

Les éloges de type 1

30L’éloge de type 1 est majoritaire : il représente 75 % de notre corpus et il se manifeste tout au long de la période étudiée. Cette forme d’éloge se construit selon deux modèles syntaxiques qui ne varient que très peu, mais qui peuvent se combiner l’un et l’autre.

  • 90 CAMP N° 1 : 2 : 3 : 6 : 7 : 11 : 13 : 14 : 19 : 20 : 21 : 22 : 23 : 24 : 29 : 33 : 35 : LAT N° 4 : (...)
  • 91 LAT N° 2 : 29 : CAMP N° 5.
  • 92 LAT N°14.
  • 93 LAT N°24.
  • 94 LAT N°13.
  • 95 LAT N°12.
  • 96 CAMP N°36.

31La forme la plus lapidaire du discours élogieux repose sur l’énoncé de la fonction ou plus généralement de la condition du dédicataire au datif, suivi, ou parfois précédé, par un génitif de qualité. Ce type de construction syntaxique représente 37 % des éloges de type 1. Le dédicataire est le plus souvent désigné comme patronus90, mais nous retrouvons sporadiquement d’autres dénominations : certaines représentent le dédicataire dans sa qualité de citoyen, uir91, homo92, ciuis93, d’autres désignent sa fonction d’administrateur local, magister94, ou impérial, curator95, iudex96. De même, les adjectifs épithètes ne varient que très peu et sont dans la plupart des cas exprimés au superlatif.

Tableau 1. Les adjectifs épithètes dans les éloges de type 1

Tableau 1. Les adjectifs épithètes dans les éloges de type 1
  • 97 LAT N°2 : dignissimo atque abstinentissimo viro : LAT N°3 : optimo et sanctissimo piissimoque patro (...)

32Une qualité suffit généralement à qualifier le dédicataire, mais certaines louanges sont amplifiées par l’accumulation de 2 ou 3 épithètes97.

  • 98 CAMP N°8 : ob amorem et instantiam : LAT N° 1 : ob innoc(entiam) et adsiduit(atem) : LAT N°7 : ob a (...)

33Un second modèle de construction syntaxique est largement employé dans les inscriptions honorifiques, il représente 52 % des éloges de type 1 et soulignons que 36 % d’entre eux combinent les deux types de formes grammaticales Tout aussi formulaire que le premier modèle, son caractère est plus emphatique et gagne en flexibilité. L’éloge se compose d’un groupe prépositionnel introduit par ob suivi des qualités louées98. Parmi ces qualités, il est nécessaire de distinguer les vertus qui s’expriment au moyen de substantifs ou au moyen d’adjectifs épithètes et les adjectifs de degré qui nourrissent l’expression emphatique de la louange. Ces adjectifs de degré suivent immédiatement la préposition ob et peuvent se rapporter à une ou plusieurs vertus. Le nombre des qualités et celui des adjectifs de degré qui les complètent peuvent varier, mais le schéma grammatical initial ne change pas.

34Au sein du corpus nous relevons cinq formulations différentes construites sur cette base syntaxique :

35Neuf éloges se composent d’une vertu et d’un adjectif de degré : CAMP No 7 : ob infinita merita eius ; CAMP No9 : ob eximiam... honorificentiam ; CAMP No 13 : ob eius insigne meritum ; CAMP No 29 : ob insignem amorem ; CAMP No 32 : ob insignem benivolentiam eius ; LAT No14 : ob insignem munificentiam ; LAT No 25 : ob insignem amorem eius ; LAT No32 : ob eius fidem merita ; LAT No40 : ob inlustria merita.

36Deux éloges se composent d’une vertu et de deux adjectifs de degré : CAMP No 4 : ob perpetuam et plurifariam munificentiam eius ; LAT N° 6 : ob adsiduam et liberam munificentiam eius.

37Trois éloges se composent de deux groupes prépositionnels composés chacun d’une vertu et d’un adjectif de degré : CAMP No 28 : ob industria merita et... praeclara providentia (sic) ; LAT No14 : ob inparem obsequium et... inmensam munificentiam eius ; LAT No29 : ob insignem... benivolentiam ac singularem abstinentiam.

38Trois éloges se composent de deux qualités et d’un adjectif de degré : CAMP No 40 : ob singularem... liberalitatem et praestantiam ; LAT No 21 : ob eximiam ipsius peritiam obsequiaque.

39Deux éloges se composent de trois qualités et d’un adjectif de degré : CAMP No 25 : ob insignem... benevolentiam et religionem et integrit(atem) eius ; LAT No34 : ob insignem... benivolentiam et religionem et integritatem eius.

  • 99 La communauté dans son ensemble en est systématiquement la bénéficiaire et elle est désignée par le (...)
  • 100 CAMP N° 9 : 25 : 40 : LAT N° 14 : 29 : 34.
  • 101 LAT N° 8.

40À ce groupe prépositionnel peut se superposer un second groupe prépositionnel introduit par erga indiquant ceux qui ont profité des qualités vertueuses et des bienfaits de l’individu honoré. Ces bénéficiaires sont soit cités directement99soit désignés par le pronom réfléchi se100. L’association de ces deux groupes prépositionnels paraît tellement systématique, que dans l’inscription CIL, X, 5917101, les rédacteurs du texte semblent avoir fait une erreur ; la confusion entre ob et erga dans la formule « erga amorem patriae et civium », révèle une faute d’inattention, probablement imputable à l’aspect mécanique et répétitif de ce type de formulaire.

  • 102 CAMP N° 6 : 11 : 34 : LAT N° 30 : 35 : 36.

41Les qualités peuvent varier et le discours être plus ou moins amplifié par des superlatifs et des adjectifs de degré, mais la construction grammaticale de l’éloge de type 1 ne déroge presque jamais à ces deux structures de phrase. Soulignons tout de même l’existence de quelques variantes au modèle. 11 % des éloges de type 1 se différencient du modèle initial, soit par l’emploi de prépositions telles que pro ou quod remplaçant le conventionnel ob, soit par l’emploi de constructions un peu moins stéréotypées102. Ces écarts par rapport au modèle sont mineurs ; ils traduisent peut-être une volonté de se démarquer du discours lapidaire traditionnel et malgré une tendance à l’amplification, ils restent profondément inscrits dans la norme.

  • 103 LAT N°2 : C(aio) Veturio C(ai) f(ilio) Testio / Amando, / eq(uiti) R(omano), patrono et / defensori (...)
  • 104 Voir Eck 1984 : Salomies 1994, p. 73-76.

42Pourtant une de ces inscriptions est à étudier avec plus d’intérêt. Dédiée par les cinq corps des lenuncularii et les dignitaires du corpus codicariorum d’Ostie, elle fait l’éloge de C. Veturius Testius Amandus, chevalier romain et patron de ces mêmes corporations103. Elle est atypique à plusieurs titres. Sa construction syntaxique, où plusieurs modèles se combinent dans une accumulation d’épithètes hyperboliques, donne au texte une densité emphatique qui est peu commune à cette époque. Aux vertus traditionnellement évoquées s’ajoutent des qualités et des actions qui semblent s’appliquer tout particulièrement au dédicataire. Cet éloge n’a pas l’aspect universel des louanges plus sommaires qui en définitive pourraient honorer indistinctement n’importe quels aristocrates. Surtout cette pierre est précisément datée de l’année 147, époque où le texte épigraphique est encore extrêmement laconique et ne laisse aucune place à l’originalité. On sort ici d’une logique lapidaire et les rédacteurs ont manifestement souhaité donner du volume au texte pour le distinguer des éloges conventionnels qui ont cours à cette période. Pourtant, malgré l’aspect rhétorique du texte nous ne sommes manifestement pas encore dans un éloge de type 2. Cette inscription se situe ainsi à mi-chemin entre les deux modèles épigraphiques d’éloge que nous avons distingués. Les clés de lecture de cette forme atypique de louange, à une époque aussi haute, sont probablement à chercher dans le contexte d’érection de cette base statuaire. Comme le texte, le lieu et les dédicants même se situent entre deux mondes. Ostie d’abord, qui au milieu du iie siècle est certes très proche de la Capitale et de ses élites mais qui représente également un espace cosmopolite, une sorte d’interface de l’Empire où se croisent et s’entremêlent diverses influences linguistiques et culturelles. Les dédicants ensuite, qui représentent certes une frange extrêmement importante de la cité, mais qui se situent eux aussi à une frontière sociologique entre l’aristocratie et la plèbe. L’aspect exceptionnel de cette louange nous montre qu’au iie s. ap. J.-C le texte épigraphique est encore guindé et enserré dans les conventions du cursus augustéen, et que les effets de langage ne sont pas encore choses communes sur la pierre. On a le sentiment que les rédacteurs sont ici à la limite de la convenance, et ce fait suggère que si, à cette époque, ce type de discours ne se grave pas normalement sur la pierre, il existe pourtant, il est connu et intelligible : la nouveauté ne réside pas ici dans la formule mais dans le support. L’aspect innovant et original de cette inscription est ainsi à mettre en relation avec l’idée de bienséance et de norme en matière de textes épigraphiques. Avec le principat, apparaissent des cursus qui structurent les comportements des aristocrates selon leur rang, et se mettent en place les bases de conventions sociales qui figent le langage épigraphique. Il semble difficile de s’en démarquer. La distinction et les vertus romaines sont réservées à l’empereur et à son idéologie. L’empereur investit l’espace public au sein duquel il garde l’exclusivité du discours épidictique et les aristocrates se contentent, dans les inscriptions honoraires, de l’énoncé de leur cursus et d’éventuelles formes de louanges stéréotypées et normatives104. Pourtant dès le iie siècle, l’Empire est marqué par le goût de l’éloquence qui transparaît notamment dans les documents issus de la chancellerie impériale et dans la faveur accordée à la rhétorique par les milieux lettrés et aristocratiques. Cet engouement pour la rhétorique, qui s’exprimait déjà avec plus ou moins de retenue dans les éloges de type 1, trouve à partir du iiie siècle un support d’expression privilégié dans les inscriptions honorifiques.

Les éloges de Type 2

  • 105 12 en Campanie et 8 dans le Latium : CAMP N°10 : 12 : 15 : 17 : 18 : 26 : 27 : 30 : 31 : 37 : 38 : (...)

43Sur l’ensemble du corpus des deux régions étudiées, 20 inscriptions se distinguent nettement du modèle de type 1105. Les éloges de type 2 sont donc manifestement minoritaires (25 % de notre corpus), mais n’en demeurent pas moins significatifs. Ils n’apparaissent qu’à partir du iiie siècle sans pour autant se substituer aux autres formes d’hommages publics.

44Dans les éloges de type 1 les rédacteurs cherchent à condenser la louange par des formulations simples et dépouillées : l’objectif semble être d’évoquer un maximum d’idées en un minimum de termes. Au contraire les éloges de type 2 privilégient un mode d’expression alambiqué se caractérisant par la redondance des idées et le foisonnement des détails.

45Malgré un réel éclectisme dans le discours et la syntaxe, un modèle peut être dégagé par la récurrence de certaines particularités.

  • 106 CAMP N°18.
  • 107 CAMP N°30.
  • 108 LAT N°19.
  • 109 LAT N°38.
  • 110 LAT N°41.
  • 111 CAMP N°10.
  • 112 Jacques 1983, p. 323-326 : Au regard du titre de la colonie inconnue, Colonia Iulia, de la tribu et (...)
  • 113 CAMP N°12.
  • 114 LAT N°19.

46Les bienfaits en remerciement desquels sont gravées les inscriptions et les circonstances précises de l’accomplissement de ces libéralités sont le plus souvent exprimés avec détails et précisions. L’acte d’évergésie peut être clairement cité : bâtiments publics106, conduite d’eau107, caserne de gladiateur et vestiaire108, propriété109, paiement de l’impôt pour la cité110. Les circonstances peuvent être plus ou moins développées : dans l’inscription CIL, X, 3704111, l’ordre des décurions d’une cité inconnue112remercie Veratius Severianus pour avoir accepté l’édilité dans une circonstance où, revêtu de la prêtrise de Caenina, il aurait pu facilement décliner en toute légalité les honneurs et les munera : qui cum privilegio sacerdoti Caeninensis munitus potuisset ab honorib(us) et munerib(us) facile excusari praeposito amore patriae et honorem aedilitat (is) laudabiliter administravit. Des détails temporels peuvent également figurer dans le texte. À Volturnum, une inscription souligne le jeune âge supposé de P. Aelius Aelianus Archelaus Marcus et mentionne la dignité de son patronat qualifié de « récent » : cuius aetatis laudabilis constantia et recens patronatus dignitas113. À Praeneste, la cité vante les bienfaits promulgués par Cn. Voesius Aper « à l’époque de ses mandats électifs et de ses curatèles » : quot (sic) is tempore honorum curarumque suarum114.

  • 115 Annexes N°1 et 2.
  • 116 CAMP N°17.

47Les structures syntaxiques des hommages sont souvent complexes, avec des imbrications de subordonnées et une accumulation d’épithètes. Ces constructions grammaticales confèrent au texte un caractère emphatique, soulignant par sa forme autant que par son contenu, le foisonnement et la profusion de vertus et de bienfaits. Le développement de la louange permet ainsi l’évocation de vertus plus nombreuses, amplifiées par des adjectifs ou des adverbes plus variés. Les tableaux annexes115représentant la répartition du vocabulaire employé en fonction du type d’éloge démontrent que les vertus, les adjectifs de degré et les adverbes constituant l’éloge sont plus variés et plus nombreux dans les éloges de type 2 alors qu’ils ne représentent qu’un quart du corpus total. Pour illustrer cette phraséologie alambiquée, nous citerons l’inscription CIL, X, 1126116qui exprime d’une manière particulièrement dithyrambique les qualités du dédicataire : Gaudenti. / C(aio) Lucceio Petilio, c(larissimo) v(iro), / praeposito in urbe Ro/ma thermarum felicium / Constantinianarum, pleno / humanitatis et iustitiae ma/gistro aequitatis et totius auc/tori gravitatis benibolentiae (sic) / sapientissimo et eloquen/tissimo pro summa in / se bonitate in curia, quod omne / genus eius pedestribus statuis / tot tantisque dispositis meritum / ostendat insignem patrono praes/tantissimo excubiis eius semper ful/tus splendidissimus ordo / Abell[i]na[tiu]m cens(uit).

  • 117 CAMP N°10 : praeposito amore patriae et honorem aedilitat(is) laudabiliter administravit : CAMP N°1 (...)

48Une des spécificités des éloges de type 2 est une forme de pléonasme, sorte d’éloge dans l’éloge qui consiste à préciser que le dédicataire est digne de louanges117.

  • 118 CAMP N°15 : cuius facta enarari non possunt eius meriti.
  • 119 CAMP N°30.

49Les effets de langage purement rhétoriques sont également significatifs. À Nola, la regio Iovia rend hommage à son patron Pollius Iulius Clementianus et, si l’inscription ne se caractérise pas par la longueur de son texte, une seule phrase suffit à donner au discours toute l’emphase propre à un éloge de type 2 : les actions du dédicataire sont tellement louables « qu’elles ne peuvent être décrites »118. À Salerne, l’ordo et le peuple de la cité soulignent au sein de l’éloge « qu’un jour ne suffirait pas pour commémorer les hauts faits » de leur patron : cuius si universa gestorum refoveamus dies non sufficit119.

  • 120 CAMP N° 26 : Virtute / sapien/tia inge/nioq(ue) pol/lenti /Virius Turbo / v(ir) c(larissimus) cons( (...)

50Comme pour mieux expliquer aux lecteurs les raisons de l’érection du monument, l’éloge peut parfois s’exprimer par une formule introductive précédant les noms et les fonctions du personnage. Nous devons cependant souligner que ce type de construction, largement diffusé en Afrique et à Rome à la même époque, n’est attesté qu’à deux reprises dans le Latium et la Campanie120.

  • 121 Sur les 20 attestations d’éloge de type 2, 13 louanges sont articulées grammaticalement sans la pré (...)

51Enfin, l’abandon de la préposition ob pour introduire les motifs de l’honneur, n’est pas systématique121, mais témoigne d’un réel détachement par rapport au modèle de type 1.

52Nous constatons donc qu’une véritable rhétorique de l’éloge s’intègre aux formulaires honorifiques. Elle se caractérise par l’utilisation d’un langage plus emphatique, par l’énoncé des qualités de plus en plus nombreuses et, surtout, par des formes syntaxiques complexes. Cet « éloge de type 2 » constitue une forme d’expression insolite caractérisée par une surdétermination rhétorique qui s’exprime à la fois dans la construction syntaxique et dans l’accumulation d’épithètes. Il se distingue par des formes grammaticales élaborées qui ne correspondent pas au rythme normal de la phrase. La complexité de la construction syntaxique s’articule alors autour de subordinations en cascade et puise largement dans l’arsenal des figures du discours. De plus, les raisons qui justifient l’éloge, c’est-à-dire les bienfaits promulgués par le dédicataire, s’intègrent à la construction rhétorique : à la formule ob merita caractérisant l’« éloge de type 1 » se substitue un discours narratif qui expose les actions dignes de louanges de l’individu honoré. L’elogium structuré, tel qu’il apparaît au iiie siècle, constitue un véritable discours épidictique et fait à ce titre partie intégrante de l’honneur rendu au dédicataire. L’éloge se trouve avoir une signification autant pour la qualité de sa forme que pour son contenu.

Le contenu de l’éloge

53Le contenu idéologique et lexical des éloges se présente sous deux aspects aussi importants l’un que l’autre. Il s’exprime tout d’abord dans le choix, fait par le ou les dédicants, des vertus attribuées à l’individu honoré. Le choix des vertus qu’opèrent les rédacteurs des hommages publics obéit en effet à des règles déterminées en amont par les liens unissant dédicants et dédicataires. L’analyse de la répartition de ces vertus en fonction des rapports existants entre l’auteur et le destinataire de l’éloge permet ainsi de fixer un lexique des qualités propres à chaque dédicataire selon son rang, sa fonction et surtout selon le type de relation prévalant à l’octroie de l’éloge.

54Mais la teneur des louanges ne réside pas exclusivement dans le choix des vertus, elle relève aussi de celui du vocabulaire pris dans sa globalité. Ce ne sont plus seulement les qualités décernées qui donnent du sens à l’éloge, mais toute la phraséologie qui s’attache à l’énoncé de ces vertus. L’étude de cette construction du discours nous permettra de déterminer ce qui sépare intrinsèquement les éloges de type 1 et 2.

La distribution des vertus en fonction des liens existant entre dédicataires et dédicants

  • 122 Annexe N° 3.

55Nous avons précédemment évoqué les différents types de relation unissant dédicataires et dédicants. Si ces liens stimulent ou justifient l’octroi d’un éloge, ils en déterminent surtout le contenu. Deux figures se dégagent à la lecture de ces louanges : le portrait du parfait représentant de la puissance publique et celui du citoyen idéal. Ces deux catégories d’hommages représentent les deux niveaux de valeurs sur lesquels repose la vie municipale. Mais ces deux niveaux n’impliquent pas des systèmes étanches. Entre ces deux degrés relationnels il existe des hommages multiformes qui occupent une position intermédiaire : un consulaire de Campanie peut être également patron de la cité dédicante et parfois même en être originaire ; inversement, un notable municipal peut être chargé d’une curatelle, mission à caractère public, lui donnant une position particulière dans la cité. Les distorsions sont donc nombreuses et influencent le vocabulaire retenu. Malgré une schématisation dangereuse des différents types de liens unissant dédicataires et dédicants, le tableau présenté en annexe122tente de rendre lisibles les différentes occurrences relevées dans notre corpus.

  • 123 LAT N° 12 : 32 : CAMP N° 5 : 27 : 28 : 36.
  • 124 LAT N° 4 : 3 : 5 : 9 : 18 : 40 : CAMP N° 3 : 18 : 19 : 20 : 23 : 29.

56En Campanie et dans le Latium, vingt-six éloges concernent des représentants de l’autorité impériale. Ces individus ont assumé soit une mission importante en Italie et/ou un gouvernement en Campanie, soit des curatèles de cités ou encore, dans le cas particulier d’Ostie, ils ont assumé des responsabilités dans la gestion de l’annone ou dans l’administration du portus. Les fonctions exercées par les agents impériaux établissent une distance entre leurs personnes et ceux qui les honorent : une situation de supériorité qui place les dédicants dans une position inégale. Aussi les qualités attribuées à ces personnages se rapportent plus à leurs actions et à leur efficience qu’à leurs qualités personnelles. Parmi ces hommages, dix-huit inscriptions mentionnent le patronat du dédicataire. Pour six d’entre elles, la relation patronale n’apparaît pas dans l’éloge, et l’inscription loue donc essentiellement les vertus gouvernementales123du dédicataire. Cependant, douze de ces inscriptions louent les qualités, non-pas de l’administrateur, mais celles du patron124.

  • 125 LAT N° 29 : 34 : CAMP N° 25 : 32.
  • 126 LAT N° 12 : 32 : 37 : CAMP N° 5.
  • 127 LAT N° 34 : CAMP N° 25 : 36.
  • 128 LAT N° 37.
  • 129 LAT N° 42 : CAMP N° 26.
  • 130 CAMP N° 28.
  • 131 CAMP N° 26 : sapientia et ingenium (associées a la virtus et a pollens).

57Ainsi, quatorze hommages vantent clairement les qualités d’un représentant de la puissance publique. Même si le nombre de ces inscriptions est réduit, leur contenu n’est pas en soi moins significatif. Les vertus le plus souvent associées aux détenteurs du pouvoir central sont la benivolentia125, la fides126et l’integritas127. Aux côtés de ces qualités, des occurrences isolées sont marquantes car essentiellement attestées dans ce cadre relationnel : la pollentia128, la virtus129, la providentia130, la sapientia ou l’ingenium131.

  • 132 CAMP N° 36.
  • 133 CAMP N° 25.
  • 134 LAT N° 34.

58L’hommage que rendent l’ordo et le populus de Puteoli à Pontius Proserius Paulinus Iunior, consulaire de Campanie au début du ve siècle ap. J.-C., vante l’integritas de leur iudex : iudici integerrimo132. Le rapport entre dédicant et dédicataire est clairement annoncé : si le personnage est également patron de la cité, c’est bien la qualité de gouverneur qui est évoquée, ce dernier étant envisagé avant tout comme dispensateur de justice. Caius Iulius Rufinianus Abablius Tatianus à Abellinum est également représenté comme un authentique détenteur de la puissance publique : ce consulaire de Campanie est loué pour sa benivolentia, sa religio et son integritas133. Notons qu’à Privernum un consulaire de Campanie anonyme est loué pour ces mêmes qualités134. La parfaite similitude des formulaires finaux des deux dédicaces est d’ailleurs troublante :

  • CAMP No 25 = CIL, X, 1125 = ILS 2942 : Huic ordo splen/didissimus et populus / Abellinatium ob insignem / erga se benivolentiam et / religionem et integrit (atem) eius / statuam conlocandam censuit.

  • LAT No34 = CIL, X, 6441 = ILS 1250 : Huic ordo / splendidissimus col(oniae) / Privernatium ob insig/nem erga se benivolenti/am et religionem et inte/ gritatem eius statuam / conlocandam censuit.

  • 135 Chastagnol 1963, p. 363-364.

59Il est exclu d’attribuer ces deux hommages au même personnage, dont André Chastagnol sépare les gouvernements consulaires de Campanie de plus de vingt ans135 ; cette analogie, presque une gémellité, est alors un témoignage attestant de la circulation d’un vocabulaire et d’un formulaire épigraphiques propre à louer les vertus de tels gouverneurs. La benivolentia présente dans ces deux dédicaces est également attribuée à Lucius Mussius Aemilianus, procurator Portus utriusque, honoré à Ostie par les codicarii navicularii et les quinque corporum navigantes. Cette vertu est la seule qualité relative au champ lexical de l’adfectio présente dans les louanges d’administrateurs. Ce terme a une valeur active : il situe la bienveillance dans l’action plus que dans le sentiment. Ceci explique qu’il appartienne au vocabulaire politique plus qu’à celui de la concitoyenneté (qui préfère des termes comme l’amor, ou l’adfectio). De plus, les dédicants d’Ostie vantent l’innocentia et l’abstinentia de leur procurateur : ces termes définissent les qualités de l’homme qui ne profite pas de sa position à des fins personnelles, mais l’utilise au contraire pour en tirer des avantages collectifs (benivolentia). La valeur passive de ces vertus est alors compensée par celle, active, de la benivolentia. Dans les deux hommages précédents, le même schéma s’exprime dans la louange : l’integritas et la religio qui expriment une idée de rectitude et de droiture (severitas) sont contrebalancées par la benivolentia afin d’établir une image conforme à l’équilibre vertueux du pouvoir. L’administrateur modèle se doit d’exercer son autorité dans une totale indépendance d’esprit et une parfaite objectivité, mais il doit tout de même faire appel à des vertus plus subjectives comme la benivolentia, la distance entre administrés et administrateurs interdisant l’emploi d’un vocabulaire plus affectif.

  • 136 LAT N° 12 : 32 : CAMP N° 5.
  • 137 LAT N° 37.

60Les hommages publics vantent également la fides des administrateurs. Si la notion de fides traduit une position de supériorité et s’associe donc à l’auctoritas de son détenteur, elle induit un lien de confiance, un contrat (garanti par l’état) entre l’administré et l’administrateur. Ce lien de réciprocité explique qu’elle est le plus souvent une vertu propre aux curateurs136, qui sont certes détenteurs d’une autorité publique et extérieure, mais qui peuvent être originaires de la cité ou du moins qui doivent travailler en collaboration avec celle-ci afin de garantir l’harmonie collective. Cette fides est pourtant attribuée à Lucius Crepereius Mandalianus, praefectus annonae, dans une dédicace d’Ostie : fide exercitationem bonitati pollenti137. Elle est ici associée à la pollentia du préfet et souligne que la puissance du personnage, résultant de ses fonctions, s’exerce dans le respect des droits de chacun des administrés. L’épithète bonus attaché à pollentia surajoute à cette thématique une notion de bienveillance, exprimée dans les précédentes inscriptions par le terme de benivolentia. Ici encore l’éloge souligne le bon équilibre entre pratique du pouvoir impérial et vie municipale.

  • 138 CAMP N° 26.
  • 139 CAMP N° 28.

61D’autres vertus n’apparaissent que de façon très sporadique et n’ont de sens que parce qu’elles sont essentiellement décernées dans le cadre de fonctions étatiques. D’un proconsul de Campanie, on loue par exemple la virtus, la sapientia, et l’ingenium : Virtute sapientia ingenioq(ue) pollenti138. Cette formule louangeuse, située en tête d’inscription est tout à fait significative des hommages traditionnellement rendus aux gouverneurs, notamment en Afrique. On remarquera l’éclectisme dans le choix du vocabulaire qui évoque la virtus du personnage, son intelligence et ses capacités d’homme d’action, autant innées (ingenium) qu’acquises par expérience (sapientia) et son pouvoir qui s’exerce justement et brillement (pollens) grâce à ces qualités. À Neapolis l’ordo et le peuple de la cité louent la providentia d’Anicius Auchenius Bassus proconsul de Campanie entre 379 et 382 : ob inlustria merita et circa provinciales praeclara providentia139. Cette vertu très rarement évoquée dans les hommages publics se réfère manifestement à la qualité de clairvoyance du personnage dans l’exercice de ses fonctions de gouverneur.

  • 140 LAT N° 3.
  • 141 Panciera 2006, p 468-469.
  • 142 Tran 2006, p. 307-308 : G. E. Rickman, Roman granaries and store buildings, Cambridges, 1971, p. 41 (...)

62L’inscription dédiée par les fabrii tignuarii d’Ostie à leur patron Q. Baienus Blassianus est apparemment à classer dans le domaine des relations patronales, puisque toutes les vertus évoquées se rattachent à sa qualité de patronus : optimo et sanctissimo piissimoque patrono140. Pourtant, l’accumulation d’épithètes et le choix des vertus ne sont pas habituels. En effet la sanctitas appartient au champ lexical de la justice, et met en exergue les qualités de pureté, d’intégrité et de rigueur morale (nécessaires à ceux qui doivent administrer la justice)141. De plus, la pietas semble dans ce contexte se rapprocher de la fides évoquée précédemment ; elle fixe les termes du contrat liant les deux partis, mais elle est rattachée ici au patronus et relève donc plus du domaine de l’amicitia que du strict rapport du gouverné au gouvernant. L’emploi de ces termes, exprimant un enchevêtrement de relations, s’explique ici par la dualité de la position du dédicataire, simultanément praefectus annonae et patronus. Les compétences du préfet de l’annone étaient assez étendues pour qu’il côtoie les charpentiers dans l’exercice de leur profession et notamment lors de la construction ou l’entretien des horrea. De plus, cette dédicace semble être justement contemporaine de travaux liés à des entrepôts142. Ainsi les dédicants louent leur patron autant que leur administrateur.

  • 143 LAT N° 5.
  • 144 CAMP N° 29.

63Le cadre négatif peut également être intéressant : certaines vertus sont totalement absentes ou très rares dans les hommages louant les représentants de l’état alors qu’elles sont fréquentes dans ceux honorant les notables et patronus de cité ou de collège : toutes les vertus relatives à la philantropia ou à l’adfectio sont ainsi réservées aux sphères de la concitoyenneté ou de la collégialité, et à celles des relations patronales. Notons cependant deux dédicaces où un administrateur est loué pour l’affection qu’il témoigne à la cité dédicante. Mais dans les deux cas, le personnage n’est pas honoré pour l’exercice de son gouvernement en Italie, mais pour ses qualités de patronus. C. Octavius Appius Suetrius Sabinus, electus ad corrigendum statum Italiae, est honoré à Casinum comme patrono amantissimo143 ; de même Septimius Rusticus, consularis Campaniae, mais surtout patrono praestantissimo de Puteoli, est honoré ob insignem amorem144.

  • 145 LAT N°4 : patrono rarissimo : LAT N°40 : dignissimo patrono : CAMP N° 3 : digno patrono : CAMP N° 1 (...)

64Enfin, parfois l’administrateur n’est pas loué pour une qualité spécifique, mais d’une façon générique pour son excellence, qui s’exprime à travers des superlatifs tel que dignissimus praestantissimus ou rarissimus. Les représentants du pouvoir impérial sont rarement parés de ces formules génériques dont les rares occurrences concernent des hommes également patrons de la cité dédicante. D’ailleurs, ces formules se rattachent systématiquement à la qualité de patronus145 et placent donc l’hommage dans une sphère relationnelle différente de celle de gouverné à gouvernant.

65Notre corpus livre trente-sept attestations d’hommages honorant des notables, magistrats et patrons de cités ou de divers collèges et corporations. Deux aspects caractérisent cette représentation de l’excellence civique : un vocabulaire qui est propre et quasiment réservé à la vie municipale et une relative diversité dans l’attribution d’autres vertus parfois empruntées au champ lexical du bon gouvernement.

66La palette des termes de l’éloge semble plus large dans les hommages vantant les qualités des notables municipaux et le portrait du citoyen idéal que dressent ces inscriptions semble être le résultat d’une plus grande liberté dans le choix des vertus louées. L’espace d’autonomie laissé dans la rédaction de l’hommage paraît plus important que dans les dédicaces à des personnages extérieurs à la cité et il est possible que le dédicataire ou sa famille soient intervenus plus directement dans la rédaction de l’éloge.

  • 146 LAT N° 1.
  • 147 LAT N° 2.
  • 148 LAT N° 30.
  • 149 LAT N° 14.
  • 150 LAT N° 14.
  • 151 CAMP N 10.

67Quelques occurrences isolées témoignent de cette diversité. Un notable peut être loué pour son adsiduitas146, sa diligentia147, sa reverentia148, son labor149, son obsequium150ou encore sa modestia151. Ces vertus ont en commun qu’elles témoignent toutes d’un dévouement du dédicataire au bien public municipal. L’obsequium, la reverentia et la modestia soulignent que le magistrat est au service de la cité et non l’inverse. Elles n’apparaissent que très rarement hors de ce cadre civique, car elles suggèrent une position de subordination, même si celle-ci ne doit pas être envisagée vis-à-vis des dédicants en tant qu’individus, mais en tant que collectivité. L’emploi de ces termes évoque ainsi un renversement dans l’ordonnancement des rapports sociaux traditionnels : ces vertus semblent pouvoir aussi bien caractériser une relation ascendante que descendante. Sans doute parce qu’en définitive l’organisation des relations au sein de la cité voudrait prétendre à une harmonie non hiérarchique : l’homme honoré est jugé par ses pairs sur un pied d’égalité. Les termes de labor, de diligentia et d’adsiduitas expriment la réalité d’un travail en soulignant que cette fonction s’inscrit dans une relation ascendante de l’individu vers la cité (adsiduitas, diligentia) ou en insistant sur la pénibilité de la tâche (labor).

  • 152 LAT N° 1.
  • 153 LAT N° 14.
  • 154 LAT N° 2.
  • 155 CAMP N° 26.
  • 156 LAT N° 1.

68Parallèlement, un certain nombre de termes employés sont empruntés au vocabulaire politique de l’excellence gouvernementale. Ainsi, M. Pontius Felix est loué pour l’innocentia de son administration152et C. Sulpicius Victor est dit homini innocentissimo153. De même, C. Veturius Testius Amandus est dit abstinentissimo uiro154et à Nola la regio Iovia vante la clementia de Pollius Iullius Clementianus155. Ces aristocrates locaux sont tous honorés pour leurs actions au sein de la cité et, même si leur patronat est mentionné dans l’hommage, l’éloge insiste sur leur position de magistrat. Ces attestations soulignent qu’à l’échelle de la civitas les magistrats sont aussi des administrateurs et en possèdent donc les qualités. Ces qualités sont cependant peu fréquentes et sont probablement le résultat d’une forme de mimétisme des valeurs propres aux représentants de la puissance publique. Notons tout de même que ce processus d’imitation n’est pas forcement épigraphique : M. Felix Pontius, déjà cité précédemment est honoré ob innoc(entiam) et adsidui(atem) ceterasq(ue) administra(tiones) eius par les municipes et les incolae de Tusculum156. Cet hommage daté de 131, date à laquelle ce type de discours élogieux n’est encore que très peu diffusé, présuppose que les rédacteurs de l’éloge n’imitent pas ici un modèle épigraphique, mais un code de valeur qui circule au travers d’autres supports que la pierre. De plus, la tournure non développée des deux vertus implique que même abrégées, elles peuvent être comprises de tous et intégrées dans un système représentant un modèle d’exercice du pouvoir.

  • 157 LAT N°3 : ob amorem et merita eius : LAT N° 5 : patrono amantissimo : LAT N°7 : ob amorem et indust (...)
  • 158 LAT N° 14 : ob inparem obsequium et erga se inmensam munificentiam eius : LAT N° 15 : ob insignem m (...)

69Malgré cette diversité nous relevons quelques spécificités récurrentes. Comme nous l’avons précédemment évoqué, il apparaît que les notions d’amor ou d’adfectio sont essentiellement réservées à ce type de relations157. Elles sont des qualités indissociables de la personne qui s’expriment en privé à l’égard des proches, et en public à l’égard de ses concitoyens. L’idée de sentiment devient alors constitutive des qualités individuelles. Cette sensibilité le rend humain, et définit sa capacité à gérer ses fonctions avec humanitas. Toutes les notions afférentes à l’amor, à l’adfectio, à l’amicitia et à la recherche de l’amicitia s’inscrivent systématiquement dans un cadre municipal et font donc partie intégrante du portrait de l’évergète modèle, particulièrement quand la dédicace concerne un patronus. De même, les manifestations de cette philanthropia telles que la munificentia, la benificentia, la largitas et la liberalitas ne dépassent pas le cadre de cette concitoyenneté et des relations patronales158.

  • 159 CAMP N°1 : 2.

70Comme c’est le cas pour les administrateurs patrons de cité ou de collèges, les formules génériques évoquant la praestantia (praestantissimo), la dignitas (dignissimo) ou le qualificatif d’optimus font presque systématiquement couple avec la qualité de patronus. Ces formes superlatives appartiennent en définitive au vocabulaire des relations patronales quelque soit le lien initial entre dédicant et dédicataire. Elles ne semblent pas liées à des comportements individuels spécifiques, mais représentent juste une manière de souligner la convenance du personnage possédant une haute dignité de rang et de fonction. Par ailleurs, les sénateurs, patrons de cité, sont gratifiés des mêmes formules, auxquelles s’ajoute la mention des vertus exprimant leurs sentiments (amor) et leur générosité (munificentia). Parfois, seule la générosité est exprimée par une autre formule générique se rapprochant des premières : patrono munificentissimo159.

  • 160 LAT N°6.

71Un sort particulier doit être fait aux quatre hommages louant les vertus d’affranchis impériaux. Les quatre inscriptions se réfèrent à la thématique de l’adfectio, soit par le biais du sentiment d’amor, soit par l’expression de sa manifestation la plus courante, la munificentia. Ce vocabulaire appartient à la thématique classique de concitoyenneté mais, comme pour atténuer les origines non libres des ces hommes, l’attention des rédacteurs semble ce concentrer sur cette concitoyenneté. Pour trois hommages, la patrie et les citoyens sont évoqués afin de souligner l’intégration du dédicataire dans la collectivité. Surtout, Aelius Saturninus, procurator castrensis, est honoré par la plèbe de Miturnae ob adsiduam et liberam munificentiam eius160 : les dédicants semblent ici jouer sur la dualité du terme liber se rapportant à la munificentia mais pouvant faire implicitement allusion au nouveau statut du dédicataire.

  • 161 LAT N° 43 : 44 : CAMP N° 37 : 41.
  • 162 LAT N° 21.
  • 163 Panciera 2006, p. 462-463.
  • 164 LAT N° 22.
  • 165 LAT N°2 : ob insignem eius in d[efend]endis se et in tuendis eximiam diligentiam dignissimo [a]tque (...)

72Au regard de cette analyse, nous pouvons sûrement tenter de définir la position des dédicataires dont le rang et la fonction n’ont pu être déterminés. Si pour un certain nombre de dédicaces aucune hypothèse ne peut être avancée161, nous pouvons analyser certains hommages à la lumière de nos réflexions sur la distribution des vertus. En effet, il nous semble que l’anonyme loué par l’ordre des décurions d’Ostie ob eximiam ipsius peritiam obsequiaque in patriam maxima in colonia162, est de toute vraisemblance un notable municipal. Nous avons déjà démontré en quoi l’obsequium est une qualité qui s’exerce tout particulièrement dans le cadre de la concitoyenneté. De plus, il apparaît que la peritia, attestation isolée, pourrait correspondre à l’aspect éclectique et peu rigoureux des éloges civiques, mais surtout la notion d’experientia qu’implique cette vertu se rapporterait plus aisément à la sphère municipale, car cette « expérience » n’est que très rarement louée pour les administrateurs dans la mesure où elle est considérée à ce niveau comme acquise163. L’inscription de Privernum louant son patronus, ob eximiam diligentiam et abstinentiam eius, peut également être réexaminée164. Tout d’abord, il semble que les vertus évoquées ne peuvent être envisagées en termes de relation patronale et nous avons montré que la diligentia est une vertu réservée traditionnellement à la sphère municipale. Mais surtout nous devons rapprocher cette inscription, de l’hommage à C. Veturius Testius Amandus, chevalier honoraire et notable d’Ostie, loué également pour sa diligentia (amplifié dans les deux cas par l’adjectif de degré eximium) et son abstinentia165. La mention de ces qualités est bien trop rare pour ne pas être tenté de rapprocher ces deux inscriptions et faire de notre anonyme de Privernum un notable sans doute de haut rang.

  • 166 Annexes N°1 et 2. Au sein de notre corpus la variété des vertus mentionnées est considérable : 50 q (...)
  • 167 Pernot 1993, p. 710-724.
  • 168 A. Wallace-Haddrill développe cette idée sur le rôle du langage dans la propagande impériale : Wall (...)

73À la lumière de notre démonstration et du tableau présenté en annexe, il apparaît donc que les rédacteurs des éloges puisent leur vocabulaire dans une carte des valeurs aristocratiques possédant deux lexiques distincts, celui de l’excellence gouvernementale et celui de l’excellence civique. Ces textes honorifiques se composent donc de tout un arsenal de vertus qui loue le dédicataire166 : ses qualités administratives ou politiques, ses qualités morales et personnelles, sa générosité financière. La carte des valeurs que l’épigraphie honoraire met alors en exergue est certainement révélatrice des vertus du dédicataire, des actions qu’il a menées en faveur du ou des dédicants, en tant que patronus, agent impérial ou simple notable. Elle correspond également à un code de conduite et à un discours stéréotypé qui trouve son origine dans une thématique chère aux Romains, celle de l’exemplum. L’éloge loue autant qu’il exhorte et ces hommages publics, souvent surmontés par des statues honorifiques et placées sur le forum dans des lieux donnés par décret des décurions, ont une visée parénétique167. Cette pratique de l’hommage induit une volonté d’afficher publiquement le portrait d’un évergète ou d’un administrateur modèle, auquel tout aristocrate a le devoir de se conformer. Si l’évergésie en elle-même est partie intégrante de la légitimité aristocratique (munificentia), toute une liste de qualités morales, politiques ou intellectuelles organise un système de représentation et d’autoreprésentation des élites et apparaît constitutif de la dignitas, de l’auctoritas et de l’humanitas du dédicataire. Le contenu de l’éloge vise donc à reconnaître et à commémorer les vertus du dédicataire. Mais le rôle de l’éloge n’est pas simplement subordonné à cette virtus, qui ne peut exister sans la langue dans laquelle elle est conçue. Ainsi l’elogium reflète autant cette virtus qu’il ne la définit168. La justification de l’honneur par l’énumération de vertus devient donc un outil politique important qui justifie et définit le pouvoir et le statut privilégié des élites aristocratiques de l’Empire. L’éloge exprime une supériorité sociale autant qu’il la construit.

La construction du discours : différenciation entre éloge de Type 1 et 2

  • 169 Annexe N°1.
  • 170 16 occurrences pour la dignitas, 16 pour le meritum, 9 pour la munificentia, 8 pour la praestantia, (...)

74L’examen des tableaux présentant la répartition des vertus, des adjectifs et des adverbes en fonction du type d’éloge désigné, nous permet de préciser ce qui dans leur contenu différencie les éloges de type 1 et 2. Notons que 48 vertus distinctes sont évoquées au sein de notre corpus pour un total de 172 occurrences169. Les 65 éloges de type 1 comportent 102 mentions de qualités élogieuses, avec 27 vertus différentes. Parmi ces vertus, 6 d’entre elles (la dignitas, le meritum, la munificentia, la praestantia, l’amor, et le qualificatif d’optimus) représentent 60 % des occurrences170. Le corpus des éloges de type 2 se caractérise par une plus grande diversité dans le choix des qualificatifs élogieux. Les 20 éloges de type 2 comportent 70 mentions de qualités avec 32 vertus différentes. Les 6 vertus les plus évoquées dans les éloges de type 1 y sont également légèrement surreprésentées mais dans de moindres proportions. De plus soulignons que, malgré le faible nombre d’éloges de type 2 (23,5 % du corpus), ceux-ci représentent tout de même 41 % des vertus attestées dans les hommages publics du Latium et de la Campanie. La carte des valeurs aristocratiques s’est donc étoffée et diversifiée, mais, surtout, de nombreux adjectifs de degré et des adverbes sont venus nourrir la louange de l’homme public. Le recensement de ce vocabulaire montre que les 20 hommages de type 2 contiennent plus d’adjectifs de degré que les 64 éloges de type 1. En outre, alors que l’adjectif insignis conserve le monopole de l’amplification dans les éloges de type 1, les éloges de type 2 se distinguent par l’emploi d’une grande variété d’adjectifs et par l’usage d’adverbes par ailleurs totalement absents des éloges de type 1.

  • 171 Le sens précis de ces qualités a été justement défini dans de précédents travaux. Voir : Hellegouar (...)

75Nous ne reviendrons pas ici sur la définition de ces termes171, mais il est important d’étudier l’évolution de leur utilisation au sein des textes épigraphiques. Si l’abondance et la diversité du vocabulaire caractérisent davantage l’éloge de type 2, les vertus évoquées dans les deux types d’éloge sont globalement similaires et relèvent d’une seule et même idéologie aristocratique. Nous convenons donc que le noyau des vertus constituant la base de l’identité aristocratique romaine procède d’un même fond idéologique pour les deux types d’éloge. Mais il est important de préciser qu’audelà de cette tendance à l’amplification, l’évolution se situe dans l’utilisation que les élites et le populus font de cette identité aristocratique.

  • 172 Forbis 1996.

76Dans ses travaux, Elisabeth Forbis172 ne fait pas de distinction entre les différentes formes d’éloges et ne s’intéresse que très peu à la forme de ces textes. Elle se concentre presque essentiellement sur le contenu de ces hommages en étudiant chaque terme pour lui-même sans tenter de l’introduire dans un tout, le discours. Pourtant il semble que la véritable évolution, et l’une des distinctions majeures sur laquelle se fonde la différenciation entre éloges de type 1 et 2, se détermine sur l’organisation d’un véritable discours rhétorique. Alors que les éloges de type 1 s’appuient sur la valeur intrinsèque de la vertu évoquée, les éloges de type 2 jouent sur la construction d’une rhétorique qui n’a de sens que prise dans sa globalité. Le contenu de l’éloge n’a plus seulement pour fonction d’évoquer des vertus canoniques représentant un idéal aristocratique, il constitue un discours qui évoque non seulement ces vertus mais qui les met en scène dans leurs manifestations et leurs répercussions sur la communauté. Ainsi l’éloge de type 2 individualise la louange et personnifie davantage le dédicataire qui ne fait plus seulement partie d’un modèle englobant, mais qui participe à la construction de ce modèle. La distinction du personnage ne résulte plus essentiellement de sa qualité générique de sénateur, chevalier, honoratus ou d’une quelconque désignation statutaire, ce sont ses vertus, ses actions et sa propre personne qui créent sa dignitas. Ce mode de représentation épigraphique des élites aristocratiques s’intègre probablement dans une évolution plus globale qui dès le iiie siècle ap. J.-C. rend plus floues les anciennes césures hiérarchiques et contraste donc avec la stabilité des ordres sous le Haut-empire. Les distorsions entre dignité sociale et exercice du pouvoir tendent à disparaître et les élites aspirent donc à une individualisation de leurs mérites. L’apparition des éloges de type 2 dans les hommages publics pourrait ainsi procéder d’une volonté de se distinguer vis-à-vis de l’« Autre » dans un monde où la dignité sociale ne crée plus à elle seule la dignitas.

77De plus, des éloges de type 2 se dégage une fonction purement esthétique. D’abord, l’esthétique des mots et du discours participe au faste du monument qui cherche « à faire du beau », autant pour honorer le dédicataire que pour procurer du plaisir aux lecteurs. Mais au-delà de ce premier niveau d’esthétique visuelle, l’éloge induit une esthétique vécue. Le lecteur de l’hommage peut se féliciter de la qualité de ses administrateurs et de ses élites. Les éloges rappellent la somptuosité des évergésies qui participent à la splendeur de la cité. L’individu qui se projette alors avec fierté dans ce monde de justice, de richesses et de beauté ne peut être qu’heureux de participer lui-même à cette esthétique de l’Empire.

Origine et diffusion de l’éloge dans les inscriptions honoraires

78La segmentation de notre corpus entre éloge de type 1 et 2, nous a conduite à les différencier autant du point de vue de leurs formes que de leurs contenus : il paraît évident que ces deux formes de louanges procèdent de deux phénomènes épigraphiques distincts. Leurs origines et leur diffusion dans les usages épigraphiques doivent donc être étudiées séparément.

79E. Forbis situe les premières attestations d’éloges au début du ier siècle ap. J.-C. et son analyse repose en partie sur le fait qu’elle considère le terme de meritum comme une vertu. Mais le mérite n’est pas une qualité, c’est simplement la conséquence d’une ou plusieurs actions. C’est pour cette raison que la simple formule ob merita est exclue de notre étude quand celle-ci n’est accompagnée d’aucune autre vertu. Nous ne pouvons manifestement pas considérer cette formule répétitive et presque systématique comme la manifestation d’une quelconque louange. L’insertion de ce type de formulation comme une marque d’éloge fausse la lisibilité du corpus, tant d’un point de vue quantitatif que d’un point de vue chronologique. La louange en tant que telle, au sein du texte épigraphique, n’est pas une invention augustéenne et elle ne se diffuse dans l’épigraphie honoraire qu’à partir du début du iie s. ap. J.-C.

  • 173 Notamment dans l’œuvre de Cicéron. Hellegouarc’h 1972.
  • 174 LAT N°36.
  • 175 Crété B, à paraître.

80En outre, E. Forbis ne parle de modèle qu’en référence à un fonds littéraire et philosophique. L’origine des vertus évoquées et leurs définitions se retrouvent assurément dans les textes littéraires173 ; pourtant il n’est pas évident que le postulat initial de ce type d’hommage épigraphique soit à rechercher dans la littérature, la philosophie ou l’idéologie impériale. Elle arrive à cette conclusion en concentrant ses recherches sur l’origine des valeurs évoquées et non pas sur l’origine de leurs formulations ou de leurs transferts sur la pierre. Son bilan est d’ailleurs décevant car elle finit par constater une relative indépendance de la louange épigraphique vis à vis de la propagande impériale et de la rhétorique littéraire. La distance entre le vocabulaire des hommages publics et les vertus mises en valeur dans la propagande impériale est manifeste et évidente : les vertus impériales sont par nature réservées à l’empereur et n’ont donc que peu de place dans l’idéal aristocratique. En revanche, nous verrons qu’au contraire la convergence est totale entre rhétorique littéraire et éloges de type 2. Pour l’heure, notons que les premières formes de louanges italiennes, celles que nous nommons éloges de type 1, correspondent avant tout à une tradition commémorative impulsée par l’épigraphie funéraire et transférée à l’épigraphie officielle. L’inscription CIL, X, 5061174 est révélatrice de l’influence des épitaphes sur ce type de formulaire : l’hommage public dédié par l’ordo et le peuple d’Atina en l’honneur de son patron s’achève par la formule patrono dulcissimo. L’emploi du superlatif dulcissimus traditionnellement mentionné dans les épitaphes pour qualifier un père ou un frère décédés, démontre l’interaction entre ces deux mondes de l’écrit, ces deux formes d’expression, publique et privée. Nous retrouvons donc dans les éloges de type 1 des expressions formulaires largement inspirées des habitudes prises dans la rédaction des textes funéraires. De plus, E. Forbis fait de l’Italie une base de travail pour d’éventuelles études de ce phénomène épigraphique dans d’autres régions et souligne que la présence de ces hommages élogieux constituerait alors un élément attestant d’un haut niveau de romanisation. Il est vrai que les éloges de type 1 prennent naissance en Italie mais ils ne trouvent finalement qu’un modeste écho dans le reste de l’Empire romain. L’étude de ce type de formulaire en Narbonnaise175 a démontré que la louange est presque complètement absente dans cette province, pourtant une des plus romanisée de l’empire. Le faible ancrage de ce type de discours en Espagne, en Gaule et en Afrique prouve que cet usage épigraphique reste en définitive une caractéristique italienne, qui n’a circulé dans l’empire qu’à travers les déplacements des administrateurs impériaux qui devaient influer sur la rédaction de leurs propres éloges dans ces provinces.

  • 176 Chastagnol 1988, p. 64.
  • 177 IRT 601.
  • 178 AE, 1960, 167 = AE, 1962, 183 = AE, 1971, 491 = AE, 1972, 687 = AE, 2005, 25. Sur les vertus évoqué (...)
  • 179 Russel et al. 1981.
  • 180 Ce topos est systématiquement absent, mais nous devons souligner que toutes ces inscriptions sont d (...)
  • 181 Les vertus retenues correspondent à la tétrade platonicienne : justice (iustitia) / courage (fortit (...)
  • 182 Crété A à paraître.
  • 183 La mention d’un discours public attaché au monument épigraphique est clairement évoquée dans l’insc (...)

81Les éloges de type 2 procèdent d’un modèle totalement différent. Au iiie siècle est apparue une véritable langue de l’éloge qui s’appuie certes sur un même fonds idéologique et littéraire de la vertu, mais qui apparaît concrètement dans l’épigraphie par le transfert sur la pierre d’un goût ambiant pour l’éloquence. Cette rhétorique encouragée par l’essor de la Seconde Sophistique prend d’abord des chemins détournés. En effet, dès le iie siècle elle se développe par le biais de deux vecteurs qui tous deux sont à l’origine d’un basculement de l’éloge sur la pierre : les textes juridiques et l’exercice du panégyrique176. Le premier transfert sur la pierre se fera par le biais du modèle juridique initial. Ainsi les premières attestations d’éloge de type 2 au sein des textes épigraphiques sont le résultat d’une stratégie de contournement. À la suite d’un texte épigraphique traditionnel on retrouve des citations issues d’une phraséologie officielle de tradition littéraire : on cite un décret municipal177 ou un codicille impérial178. À ce détournement de la norme fait suite une insertion progressive mais réelle du discours épidictique au sein des textes épigraphiques qui est alors en totale adéquation avec la rhétorique littéraire. L’étude de la forme et du contenu de cet éloge montre que ces louanges s’appuient sur une topique épidictique théorisée par la Seconde Sophistique et notamment par Ménandre le Rhéteur179. La construction du discours de l’éloge au sein des textes épigraphiques s’appuie donc sur une liste de topoi théorisés en amont. Les hommages publics gravés sur la pierre et ceux clamés par les rhéteurs se construisent sur les mêmes thèmes récurrents : le genus, l’ordo, la natura180, les virtutes181, et les facta qui interviennent à titre d’indices ou de preuves182. Cette topique n’implique pas l’uniformité car, quelle que soit la forme de l’éloge, il ne peut exister une correspondance exacte, a fortiori quand il s’agit de texte épigraphique. Pourtant il n’est pas exclu qu’à tous ces hommages publics aient correspondu des discours probablement prononcés le jour de l’érection du monument183.

  • 184 Niquet 2000.
  • 185 Exemple d’un éloge de type 2 provenant de Lepcis Magna et illustrant le type d’hommage public abond (...)

82Ce type d’hommage apparaît en Afrique et c’est dans cette province que cette forme de discours rhétorique prend toute sa dimension. Cela s’explique en partie car si, l’éloquence épidictique de la Seconde Sophistique reste grecque, des liens ne se tissent pas moins entre la Grèce et Rome et cela tout particulièrement dans les milieux africains. Les écoles y fleurissent et l’enseignement de la rhétorique inscrit profondément l’elogium dans la culture collective. Ils se diffusent ensuite dans l’Occident romain avec plus ou moins de succès. La capitale s’ouvre très tôt à ces usages épigraphiques184 à une époque où les élites africaines constituent déjà un groupe influent à Rome. En revanche notre étude montre que ce modèle ne trouve pas un véritable ancrage en Italie. Nous avons vu que dans le Latium et la Campanie les éloges de type 2 sont largement minoritaires et nous devons concéder n’avoir aucun exemple de véritable rhétorique, comme c’est le cas en Afrique ou a Rome185. La faible attraction de ce type de modèle sur l’aristocratie municipale italienne et notamment les décurions est significative. Alors qu’Elisabeth Forbis considère la présence de ces louanges comme une preuve d’attachement à la culture romaine, nous pensons au contraire que le faible nombre d’éloge de type 2 dans ces régions italiennes est la marque la plus forte d’attachement à la tradition latine. L’aristocratie italienne n’avait aucune conscience vécue de cette problématique de la romanisation et n’avait pas besoin d’excès de verve pour témoigner de son identité. Elle pouvait même, par conservatisme, rester plus ou moins hermétique à une mode rhétorique d’essence grecque et africaine.

  • 186 Eck 1984.
  • 187 LAT N° 42.

83L’éloge dans les hommages publics du Latium et de la Campanie n’est ni libre, ni autonome. Il se réfère à des normes, des modes, parfois des contraintes, fixées par la tradition, plus ou moins contrôlées par les instances publiques et façonnées par les héritages et les évolutions non seulement politiques mais aussi littéraires. Nous avons distingué deux types d’éloges et leur examen a montré que la langue des hommages publics n’est pas unique et découle de plusieurs influences, tant du point de vue de l’écrit dans sa globalité, que du rapport qu’ont les hommes avec cet écrit. La première fonction des inscriptions honorifiques et des éloges qu’elles contiennent est de reconnaître et de commémorer la virtus des membres de l’élite aristocratique de l’Empire. Les hommages « simples », sans éloge, ont la même fonction et constituent jusqu’à la fin de l’Empire l’essentiel du corpus honoraire en notre possession. L’intégration de la louange au sein du texte épigraphique n’est pas automatique. Même si elle reste exempte de toutes mentions de vertus, l’inscription honorifique, par son aspect monumental et par son contenu, si générique soit-il, constitue déjà une forme d’éloge. La mention du nom, de la filiation, de la carrière du dédicataire et éventuellement celle de la formule générique ob merita, suffisent dans bien des cas à souligner sa dignité. Cependant, dans certains cas, nous avons constaté que le ou les dédicants cherchent à amplifier le caractère élogieux de l’hommage en intégrant au formulaire traditionnel et laconique l’énumération de bienfaits et de vertus. Ce nouveau type d’éloge accentue la première fonction commémorative de l’hommage public et y ajoute une fonction éducative et incitative. Educative, car on ne peut omettre l’importance de la langue elle-même dans les textes honorifiques et la nécessaire contribution du texte à la rhétorique de puissance véhiculée par le monument186. L’hommage est alors un outil capable de convaincre le public de la prééminence sociale et politique du dédicataire et donc de l’ensemble du groupe dont il est issu. Incitative, car l’éloge propose un modèle de vertus et des exemples d’actions philanthropiques qui exhortent l’ensemble de l’élite aristocratique à l’imitation, voire au dépassement, notamment dans le contexte de compétition aux honneurs caractérisant les sociétés municipales. L’hommage public dédié à Anicius Achilius Glabrio Faustus à Ariciae nous donne explicitement une des fonctions premières de l’éloge : l’ordo et le peuple de la cité ont érigé une statue, « geste destiné à célébrer sa gloire pour les temps présents et à en faire un modèle de vertu pour l’avenir » : quod et praesentibus gloriae et futuris incitamento ad virtutem187. Sur ces points, les éloges de type 1 et 2 partagent des fonctions similaires, même si le second, en amplifiant la forme et le contenu de son discours, le rend plus visible et en exacerbe les symboles et le message. En outre, des éloges de type 2 se détache une fonction distinctive : chaque louange est unique et vante les vertus et les actions propres à une personne et non plus à une fonction. L’éloge distingue un homme pour son excellence plus qu’elle ne l’intègre dans un modèle, un système de valeurs, qui fonde par nature une excellence normative.

84Ces pratiques complexes de l’écrit, conscientes ou inconscientes, sont donc au cœur de la vie sociale, administrative, politique et culturelle de la cité. La forme de l’éloge réunit les acteurs du jeu social et politique autour d’un univers de la qualité. Son contenu exprime les valeurs de la société qui l’entoure, il met en forme les convictions les plus répandues, il construit le consensus autour d’une idéologie dominante et cristallise les souhaits et les attentes de chacun. C’est le miroir d’un ordre social rêvé et d’un Empire idéalisé, certes déformant, mais révélateur des systèmes d’idées et de représentations qui l’organisent.

Haut de page

Bibliographie

Abréviations bibliographiques

AE : L’Année épigraphique, Paris, 1888-.

CIL : Corpus inscriptionum latinarum, Berlin, 1895-.

EAOR : Epigrafia anfiteatrale dell’occidente Romano, Rome, 1988-.

Fabra : N. G. Brancato, Il « caso Ceccano ». Fabrateriae Veteris inscriptiones : aggiornamenti onomastici, problemi amministrativi et cetera, Rome, 1994.

IDRE : C.C. Petolescu, Inscriptiones Daciae Romanae. Inscriptiones extra fines Daciae repertae, Bukarest, 1996-.

ILMN : G. Camodeca, H. Solin (dir.), Catalogo delle iscrizioni latine del Museo Nazionale di Napoli, 1 : Roma e Latium, Naples, 2000.

ILS : H. Dessau, Inscriptiones latinae selectae, Berlin, 18921916.

InscrIt : Inscriptiones Italiae, Rome, 1931-.

IPOstie : H. Thylander, Inscriptions du port d’Ostie, Lund, 1952.

RECapuae : L. Chioffi avec la collaboration de L. Capurso et M. Foglia, Museo provinciale Campano di Capua. La raccolta epigrafica, le iscrizioni latine : cortili, sale, depositi, Capoue, 2005.

RICIS : L. Bricault, Recueil des inscriptions concernant les cultes isiaques, Paris, 2005.

SIRIS : L. Vidman, Sylloge inscriptionum religionis Isiacae et Searapiacae, Berlin, 1969.

SIPSurrentum : M. M. Magalhaes, Storia, istituzioni e prosopografia di Surrentum romana. La collezione epigrafica del Museo Correale di Terranova, Naples, 2003.

Références

Alföldy 1975 = G. Alföldy, Römiche Sozialgeschichte, Wiesbaden, 1975.

Berthet et al. 1989 = J.-F. Berthet et B. Pagnon, Le vocabulaire moral des inscriptions de Lyon et de Vienne dans la langue des inscriptions latines de la Gaule, dans La langue des inscriptions de la Gaule, Lyon, 1989, p. 43-57.

Burnand 2003 = Y. Burnand, Infelicissimi superstites. L’expression du deuil dans les épitaphes arlésiennes du Haut-Empire, dans P. Defosse (dir.), Hommages à Carl Deroux, 3, 2003 (coll. Latomus, 270), p. 100-115.

Cébeillac 1981 = M. Cébeillac-Gervasoni, Les qualificatifs réservés aux défunts dans les inscriptions publiées et inédites d’Ostie et de Portus, dans ZPE, 43, 1981, p. 57-62.

Chastagnol 1963 = A. Chastagnol, L’administration du diocèse italien au Bas-Empire, dans Historia, XII, 3, 1963, p. 348-379.

Chastagnol 1988 = A. Chastagnol, Le formulaire de l’épigraphie latine officielle dans l’Antiquité tardive, dans A. Donati (dir.), Terza età dell’epigrafia, Faenza, 1988, p. 12-38.

Christol 1983 = M. Christol, Hommages publics à Lepcis Magna à l’époque de Dioclétien, dans Revue historique de droit français et étranger, 61, 1983, p. 331-342.

Christol 1985 = M. Christol, Les hommages publics de Volubilis : épigraphie et vie municipale, dans L’Africa romana, 3, 1985, p. 83-96.

Crété A à paraître = M. Crété, La topique de l’elogium dans les hommages publics, dans M. Crété (dir.), Discours et systèmes de représentation : modèle et transfert de l’écrit dans l’Empire romain, Actes du colloque de Nice (24-26 septembre 2009), à paraître.

Crété B à paraître = M. Crété, L’absence d’elogium dans les inscriptions honorifiques de Narbonnaise, dans Revue Archéologique de Narbonnaise, 43, à paraître.

Eck 1984 = W. Eck, Senatorial self-representation: developments in the Augustan period, dans F. Millar et E. Segal (dir.), Caesar Augustus: seven aspects, Oxford, 1984, p. 129-168.

Eck 1991 = W. Eck, « Tituli honorarii », curriculum vitae und Selbstdarstellung in der Hohen Kaiserzeit, dans H. Solin, O. Salomies et U-M. Liertz (dir.), Acta colloqui epigraphici Latini Helsingiae 3.-6. Sept. 1991, Helsinki, 1995, p. 211-237.

Eck 1992 = W. Eck, Ehrungen für Personen hohen soziopolitischen Ranges im öffentlichen und privaten Bereich, dans H.-J. Shalles, H. V. Hesberg et P. Zanker (dir.), Die Römische Stadt im 2 Jahrhundert n.Chr., Köln, 1992, p. 359-376.

Forbis 1996 = E. Forbis, Municipal virtues in the Roman Empire: the evidence of Italian honorary inscriptions, Stuttgart, 1996.

Harmand 1957 = L. Harmand, Le patronat sur les collectivités publiques des origines au Bas-Empire, Paris, 1957.

Hellegouarc’h 1972 = J. Hellegouarc’h, Le vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la république, Paris, 1972.

Lefebvre 1998 = S. Lefebvre, Critère de définition des hommages publics dans l’Occident romain, dans Bulletin de la société nationale des antiquaires de France, 1998, p. 100-113.

Lefebvre 2000 = S. Lefebvre, Donner et recevoir : les chevaliers dans les hommages publics d’Afrique, dans S. Demougin et al. (dir.), L’ordre équestre. Histoire d’une aristocratie (Ier siècle av. J.-C. – IIIe siècle ap. J.-C.). Actes du colloque de Bruxelles-Leuven (octobre 1995), Rome, 2000 (Collection de l’École française de Rome, 257), p. 513-578.

Neri 1981 = V. Neri, L’elogio della cultura e l’elogio delle virtù politiche nell’epigrafia latina del IV secolo d.C., dans Epigraphica, XLIII, 1981, p. 175-201.

Niquet 2000 = H. Niquet, Monumenta virtutum titulique : Senatorische Selbstdarstellung im spätantiken Rom im Spiegel der epigraphischen Denkmäler, Stuttgart, 2000.

Panciera 2006 = S. Panciera, Le virtù del governatore provinciale nelle iscrizioni latine da Augusto a Diocleziano, dans S. Demougin et al. (dir.), H-G. Pflaum, un historien du XXe siècle, Genève, 2006, p. 457-484.

Pernot 1993 = L. Pernot, La rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain, Paris, 1993.

Pflaum 1960 = H.-G. Pflaum, Les carrières procuratoriennes équestres sous le haut-empire romain, Paris, 1960.

Royden 1987 = H. L. Royden, The magistrates of the Roman professional collegia in Italy, Pise, 1987.

Russel et al. 1981 = D. A. Russel, N. G. Wilson, Menander Rhetor. Edited with translation and commentary, Oxford, 1981.

Salomies 1994 = O. Salomies, Observations on the development of the style of Latin honorific inscriptions during the Empire, dans Arctos, XXVIII, 1994, p. 64-106.

Salomies 2000 = O. Salomies, Some interesting expressions found in Late Antique Honorific inscriptions, dans P. Gianfranco (dir.), Epigraphai: miscellanea epigraphica in onore de Lidio Gasperini, Tivoli, 2000, v. 2, p. 931-942.

Tran 2006 = N. Tran, Les membres des associations romaines : le rang social des collegiati en Italie et en Gaule sous le Haut-Empire, Rome, 2006 (Collection de l’École française de Rome, 367).

Wallas-Hadrill 1990 = A. Wallace-Hadrill, Roman arches and Greek honours: the language of power at Rome, dans Proceedings of the Cambridge Philological Society, 216, 1990, p. 143-181.

Waltzing 1895 = J.-P. Walzing, Étude historique sur les corporations professionnelles chez les Romains, Louvain, 1895-1900.

Haut de page

Annexe

Annexe 1

La répartition des vertus en fonction du type d’éloge

La répartition des vertus en fonction du type d’éloge

Annexe 2

La répartition des adjectifs de degré et des adverbes en fonction de type d’éloge

La répartition des adjectifs de degré et des adverbes en fonction de type d’éloge

Annexe 3

La répartition des vertus en fonction des liens entre dédicataire et dédicants

La répartition des vertus en fonction des liens entre dédicataire et dédicants

Appendice

Les listes suivantes regroupent les inscriptions honoraires du Latium (appendice no 1) et de la Campanie (appendice no 2) dans lesquelles une forme d’éloge est attestée. Un numéro est affecté à chaque personnage, et les tableaux suivent une logique chronologique. Le caractère gras de certaines inscriptions désigne les « éloges de type 2 ». Les abréviations suivantes sont utilisées pour indiquer le statut des individus honorés :

Affr. imp. : affranchi impérial

Sen. : sénateur

Cons. Camp : consularis Campaniae

PA : patronus

Corr. Camp : corrector Campaniae

Praef. : praefectus

Chev. : chevalier

Praef. praet. : praefectus praetorio

Chev. hon. : chevalier honoraire

Proc. : procurator

Cur. r. p. : curator rei publicae

Procos. Camp. : proconsul Campaniae

Not. mun. : notable municipal

Appendice 1 – Latium

Appendice 1 – Latium

Appendice 2 – Campanie

Appendice 2 – Campanie
Haut de page

Notes

1 L’étude de l’elogium dans les inscriptions honorifiques africaines et romaines fait actuellement l’objet de mon sujet de doctorat en cours d’achèvement, intitulé «Vertus aristocratiques et rhétorique de l’éloge dans les inscriptions honorifiques en Afrique et à Rome (iiie-ve s. ap. J.-C.)».

2 On recense 41 inscriptions pour la Campanie et 44 pour le Latium.

3 Le corpus de la ville de Rome est exclu de cette étude, car il représente une masse documentaire trop importante, et parce qu’il fera l’objet d’une étude précise dans le cadre de ma thèse de doctorat. De plus, cette problématique a en partie été évoquée par Heike Niquet. Voir : Niquet 2000.

4 Nous ne reviendrons pas ici sur la définition de l’hommage public. Sur ce point voir : Christol 1983 : Christol, 1985 : Lefebvre, 1998.

5 Les amici et les patroni sont : rarissimi, optimi, incomparabiles, fidelissimi, bene merentes, amantissimi. Les patres, fratres, mariti et coniuges sont : dulcissimi, bene merentes, pientissimi, piissimi, amantissimi, carissimi, benignissimi, plus rarement optimi et indulgentissimi.

6 Sur le vocabulaire employé pour qualifier les défunts voir : Cébeillac-Gervasoni, 1981 : Berthet et al., 1989 : Burnand, 2003.

7 Neri 1981 : Christol 1983 : Christol 1985 : Chastagnol 1988 : Salomies 1994 : Salomies 2000 : Niquet 2000 : Lefebvre 2000 : Panciera 2006.

8 Forbis 1996.

9 Notons quatre éloges d’affranchis impériaux faisant exception : en Campanie, Aurelius Symphorus (CAMP N° 8) et dans le Latium, Aelius Saturninus (LAT N° 6), Marcus Aurelius Sabinianus (LAT N° 8) et Marcus Aurelius Agilius (LAT N° 25).

10 LAT N° 6 : 8 : 25.

11 LAT N° 21 : 22 : 43 : 44.

12 LAT N° 4/5 : 23 : 27 : 34 : 36 : 37 : 38 : 39/40 : 42.

13 LAT N° 4/5 : C. Octavius Appius Suetrius Sabinus, electus ad corrigendum statum Italiae, iuridicus per Aemiliam et Liguriam, curator uiae Latinae nouae, curator rei publicae Ocriculanorum : LAT N° 23 : C. Iulius Asper, curator viae Appiae : LAT N° 34 : un anonyme, corrector Tusciae et Umbriae, consularis Campaniae : LAT N° 36 : C. Vettius Cossinius Rufinianus, corrector Campaniae, corrector Tusciae et Umbriae, corrector Venetiae et Histriae : LAT N° 37 : Lucius Crepereius Madalianus, praefectus annonae, corrector Flaminiae et Piceni, et après la rédaction de l’inscription, vicarius Italiae : LAT N° 39/40 : Anicius Auchenius Bassus, proconsul Campaniae : LAT N° 42 : Anicius Achilius Glabrio Faustus, praefectus praetorio Italiae Africae et Illyrici.

14 LAT N° 38 : Postumius Iulianus.

15 LAT N° 4/5 : proconsul Africae et consul ordinarius (iterum) : LAT N° 36 : praefectus Urbis. LAT N°37 : consul et praefectus annonae cum iure gladii : LAT N° 39/40 : praefectus Urbis : LAT N° 42 : consul et praefectus praetorio Italiae Africae et Illyrici.

16 LAT N° 4/5 : 36 : 38 : 40.

17 LAT N° 37 : Lucius Crepereius Madalianus : 42 : Anicius Achilius Glabrio Faustus.

18 LAT N° 38.

19 LAT N° 2 : C. Veturius Testius Amandus : 18 : P. Vegellius Primus : 24 : L. Licinus Herodes.

20 LAT N° 7 : C. Domitius Fabius Hermogenius.

21 LAT N° 33.

22 LAT N°32 : praefectus annonae agens vices praefectorum praetori eminentissimorum virorum.

23 LAT N° 9 : LAT N° 29 : notons que l’hommage à été rendu lors de sa procuratèle des ports d’Ostie (de rang ducénaire), et qu’il obtint peu après le titre de vir perfectissimus.

24 LAT N°31 : viro ducenario, procuratori rationis castrensis.

25 LAT N° 3.

26 LAT N° 3 : Q. Baienus Blassianus, praefectus annonae : 32 : Manilius Rusticanus, praefectus annonae.

27 LAT N° 33 : Valerius Frumentius.

28 LAT N° 18.

29 LAT N° 2.

30 LAT N° 10.

31 LAT N° 33.

32 LAT N° 3 : Q. Baienus Blassianus : 18 : P. Vigellius Primus : 29 : L. Mussius Aemilianus.

33 LAT N° 3 : 29 : 32 : Manilius Rusticanus.

34 LAT N° 11 : Septimius Hermes : 30 : P. Baebius Iustus : 35 : C. Paccius Felix : 41 : M. Sentius Redemptius.

35 LAT N° 1 : M. Pontius felix, curator sodalis. H. Dessau (CIL, 14, 169) propose pour Tusculum une organisation en collège des édiles. Notre personnage est donc un édile, membre du collège des édiles en charge (ce qui explique la répétition du titre). En tant que curateur de la sodalité, il avait autorité sur le collectif des édiles : sans doute une façon de désigner la magistrature suprême : LAT N° 11 : Septimius Hermes, quattuorvir quinquennalis : LAT N° 19 : Cn. Voesius Aper, duumvir : LAT N° 28 : P. Acilius Paullus, duumvir : LAT N°30 : P. Baebius Iustus, duumvir.

36 LAT N° 11 : Septimius Hermes, curator viae Praenestinae : 19 : Cn. Voesius Aper, curator annonae (3 fois), curator muneris publici gladiatori (3 fois) : 28 : P. Acilius Paullus curator annonae, curator muneris publici : 35 : C. Paccius Felix, curator et instaurator aedium publicarum.

37 LAT N° 13 : Marcus Licinus Privatus : 16 : T. Iulius Eutiches : 17 : Sex. Pompeius Maximus : 26 : M. Iulius Zoticus.

38 LAT N° 26 : M. Iulius Zoticus.

39 LAT N° 3 : Marcus Licinus Privatus n’est pas un notable de très haut rang : magister quinquennalis du collège des fabrii tignuarii, son métier d’origine, puis quaestor et quinquennalis de la corporation des pistores, il a ensuite gravi les échelons jusqu’aux ornamenta decurionalia. Voir : Tran 2006, p. 105 et 448. Privatus démontre sa volonté de convertir sa grande richesse en prestige civique en donnant à la cité 50000 sesterces. Le rang équestre de ses fils et le décurionat de ses petits-fils confirment la richesse de Privatus et sa volonté de s’élever, par lui-même et à travers sa descendance. La véritable ascension sociale et le prestige qui en découle sont donc à chercher dans les générations suivantes, d’ailleurs largement évoquées dans l’hommage.

40 LAT N° 11 : Septimius Hermes : 14 : C. Sulpicius Victor : 20 : Tiberius Claudius Crescentianus : 41 : M. Sentius Redemptius.

41 LAT N° 26 : M. Iulius Zoticus : 16 : T. Iulius Eutiches.

42 LAT N° 28 : P. Acilius Paullus.

43 LAT N° 20.

44 LAT N° 41.

45 LAT N° 19.

46 LAT N° 19.

47 CAMP N° 8 : Aurelius Symphorus a tout de même reçu les ornamenta decurionalia.

48 CAMP N° 37 : 41.

49 CAMP N° 25 : l’ensemble de son cursus est mentionné dans l’hommage public. Caius Iulius Rufinianus Ablabius Tatianus, dont la carrière est essentiellement italienne (corrector Tusciae et Umbriae, consularis Aemiliae et Liguriae, consularis Campaniae), est probablement d’origine italique, éventuellement natif de la cité dédicante.

50 CAMP N° 26 : seul le gouvernement consulaire de Campanie est mentionné dans l’hommage public rendu à Virius Turbo, inconnu par ailleurs.

51 CAMP N° 32.

52 CAMP N° 19/20 : Q. Flavius Maesius Egnatius Lollianus signo Mavortius : 23 : Q. Clodius Hermogenianus : 27 : Postumius Lampadius : 29 : Septimius Rusticus : 35 : Pontius Proserius Silvanus signo Gennadius.

53 CAMP N° 1 : Q. Gavius Fulvius Proculus : 18 : Iulius Aurelius Auxontius Leonidae signo Carradius : 27 : Postumius Lampadius : 30 : Arrius Maecius Gracchus : 31 : L. Mamilianus Licinianus.

54 Ces sénateurs aux cursus modestes représentent 37,5% de notre corpus. Ils ont accompli des carrières prétoriennes et/ou consulaires dont le sommet est au mieux le gouvernement de Campanie.

55 CAMP N° 19/20 : Q. Flavius Maesius Egnatius Lollianus signo Mavortius, quaestor kandidatus, praetor Urbis, augur publicus populi Romani Quiritium, consularis albei Tiberis et cloacarum (curator dans ILS, 1223), consularis operum publicorum (curator dans ILS, 1223), consularis aquarum, consularis Campaniae, comes Flavialis, comes Orientis, proconsul Africae, [cursus postérieur à CIL 10, 1696 : praefectus Urbis, praefectus praetorio] : N° 24 : M. Maecius Memmius Furius Barburius Caecilianus Placidus, pontifex maior, augur publicus populi Romani Quiritum, quindecemuir sacris faciundis, corrector Venetiarum et Histriae, praefectus annonae Urbis, comes ordinis primi, comes orientis Aegypti et Mesopotamiae, iudex sacrarum cognitionum, <tertio>, iudex iterum ex delegationibus sacris, praefectus praetorio et iudex sacrarum cognitionum tertio, consul ordinarius : N° 28 : Anicius Auchenius Bassus, proconsul Campaniae, praefectus Urbis.

56 CAMP N° 23 et 27. L’absence de cursus peut s’expliquer soit par la date précoce de l’hommage, soit parce que, le gouvernement consulaire de Campanie représentant le motif de l’éloge, le dédicant n’a pas estimé nécessaire de mentionner sur l’inscription l’ensemble de sa carrière.

57 CAMP N° 6 : 9 : 11 : 12 : 17 : 34 : 35.

58 CAMP N° 17 : C. Lucceius Petilius signo Gaudentius.

59 CAMP N° 12 : 17 : 18 : 26 : 27 : 30 : 31.

60 CAMP N° 1 : 3 : 7 : 10 : 13 : 14 : 15 : 16 : 38 : 39.

61 CAMP N° 14/15/16 : Pollius Iulius Clementianus.

62 CAMP N° 10 : Veratius Severianus, probablement originaire de Pouzzoles, il fit carrière à Capoue ou Misène et exerça une curatelle de cité à Teganium. Voir : Jacques 1983, p. 323-326.

63 CAMP N° 13 : Tannonius Boionius Chrysantius.

64 CAMP N° 14/15/16 : Pollius Iulius Clementianus : 38 : L. Munatius Concessianus : 39 : Tarquinius Vitalionus.

65 CAMP N° 1 : Q. Gavius Fulvius Proculus. Père d’un sénateur, également honoré d’un hommage public à Caiatia : CAMP N° 2.

66 CAMP N° 5 : M. Basseus Axius, procurator Augusti viae Ostiensis et Campaniae, procurator regionis Calabricae, tribunus militum.

67 CAMP N°3 : praefectus classis Misenensis.

68 CAMP N° 15 : Pollius Iulius Clementianus : 38 : L. Munatius Concessianus : 39 : Tarquinius Vitalionus.

69 CAMP N° 10 : Veratius Severianus.

70 CAMP N° 7 : Gn. Stennius Egnatius Primus signo Heuresius : 22 : Minucius Aeterius : 33 : L. Alfius Fannius Primus So[– – –].

71 CAMP N° 40 : L. Pompeius Felicissimus.

72 CAMP N° 4.

73 CAMP N° 8.

74 CAMP N° 7 : 33 : 40.

75 Le populus peut être également désigné dans la dédicace par les termes de plebs ou de cives.

76 CAMP N° 12. Cet hommage a été retenu car il ne relève pas d’un cadre privé. Plutius Maximus se charge de l’érection du monument car le dédicataire l’aurait déchargé à trois reprises d’une legatio, un munus publicus. Le bénéfice de Plutius Maximus est certes personnel mais se situe dans le cadre d’une mission publique. C’est pourquoi, le texte fait l’éloge du patron de la cité et de ses actions envers tous les hommes de la res publica.

77 À l’exception de CAMP N° 20.

78 LAT N° 4/5 : electus ad corrigendum statum Italiae : LAT N° 34 : consularis Campaniae : LAT N°36 : corrector Campaniae : LAT N° 39/40 : proconsul Campaniae : LAT N°42 : praefectus praetorio per Italiae Africae et Illyrici : CAMP N° 19/20 : consularis Campaniae : CAMP N° 23 : consularis Campaniae : CAMP N° 25 : consularis Campaniae : CAMP N° 26 : consularis Campaniae : CAMP N° 27 : consularis Campaniae : CAMP N° 28 : consularis Campaniae : CAMP N° 29 : proconsul Campaniae : CAMP N°36 : consularis Campaniae.

79 LAT N°12 : curator rei publicae de Gabiae (?) : LAT N°32 : curator rei publicae d’Ostia : LAT N°35 : curator rei publicae de Gabinium : CAMP N°3 : curator rei publicae de Misenum : CAMP N° 5 : curator rei publicae de Capuae (?) : CAMP N° 18 : curator rei publicae de Capuae.

80 LAT N°3 : praefectus annonae : LAT N°9 : procurator annonae : LAT N° 29 : procurator Portus utriusque : LAT N° 32 : praefectus annonae : LAT N°37 : praefectus annonae.

81 LAT N° 35.

82 LAT N° 4/5 : LAT N° 40 : CAMP N° 3 : CAMP N° 19 : CAMP N° 23 : CAMP N° 27 : CAMP N° 29.

83 LAT N° 9 : CAMP N° 20 : CAMP N° 21.

84 LAT N° 38 : CAMP N° 2 : CAMP N° 9 : CAMP N° 30.

85 CAMP N° 17 : CAMP N° 31.

86 Annexe n° 3.

87 Seules les inscriptions du Corpus Inscriptionun Latinarum ont été relevées, à l’exception de CAMP N° 28 : cette inscription a été insérée dans le cadre de notre étude car elle concerne Anicius Auchenius Bassus, honoré par ailleurs par 2 autres inscriptions tirées du CIL.

88 Ils représentent 68,2% des hommages considérés dans cette étude.

89 Alföldy 1975.

90 CAMP N° 1 : 2 : 3 : 6 : 7 : 11 : 13 : 14 : 19 : 20 : 21 : 22 : 23 : 24 : 29 : 33 : 35 : LAT N° 4 : 3 : 5 : 6 : 11 : 12 : 17 : 21 : 25 : 26 : 27 : 34 : 35 : 39.

91 LAT N° 2 : 29 : CAMP N° 5.

92 LAT N° 14.

93 LAT N° 24.

94 LAT N° 13.

95 LAT N° 12.

96 CAMP N° 36.

97 LAT N°2 : dignissimo atque abstinentissimo viro : LAT N°3 : optimo et sanctissimo piissimoque patrono : LAT N°27 : patrono dignissimo et praestantissimo.

98 CAMP N°8 : ob amorem et instantiam : LAT N° 1 : ob innoc(entiam) et adsiduit(atem) : LAT N°7 : ob amorem et industriam : LAT N° 13 : ob amorem et merita eius : LAT N° 17 : ob amorem et merita eius : LAT N°39 : ob merita eius industria (sic).

99 La communauté dans son ensemble en est systématiquement la bénéficiaire et elle est désignée par les termes de patrie, de citoyens ou de république. CAMP N° 8 : erga patriam civesque : LAT N° 8 : erga patriae et civium : LAT N° 31 : erga patriam nostram : LAT N° 25 : erga cives patriamque : LAT N° 15 et 32 : erga rem publicam.

100 CAMP N° 9 : 25 : 40 : LAT N° 14 : 29 : 34.

101 LAT N° 8.

102 CAMP N° 6 : 11 : 34 : LAT N° 30 : 35 : 36.

103 LAT N°2 : C(aio) Veturio C(ai) f(ilio) Testio / Amando, / eq(uiti) R(omano), patrono et / defensori V corporum / lenuncularior(um) Ostiens(ium), / universi navigiarii corpor(um) / quinque, ob insignem eius / in d[efend]endis se et in tuendis / eximiam diligentiam, dignissimo / [a]tque abstinentissimo viro, / ob merita eius, / [patron]O <ou [quin]Q(uennales)> corporis splendissimi codicar(iorum), / l(oco) d(ato) d(ecreto) d(ecurionum) p(ublice). En ce qui concerne la restitution de la ligne 12, voir : Royden 1987, p. 104 : Tran 2006, p. 82-83.

104 Voir Eck 1984 : Salomies 1994, p. 73-76.

105 12 en Campanie et 8 dans le Latium : CAMP N° 10 : 12 : 15 : 17 : 18 : 26 : 27 : 30 : 31 : 37 : 38 : 39 : LAT N° 15 : 20 : 33 : 37 : 38 : 41 : 42 : 44.

106 CAMP N° 18.

107 CAMP N° 30.

108 LAT N° 19.

109 LAT N° 38.

110 LAT N° 41.

111 CAMP N° 10.

112 Jacques 1983, p. 323-326 : Au regard du titre de la colonie inconnue, Colonia Iulia, de la tribu et du gentilice du personnage, F. Jacques pense que la cité dédicante pourrait être Capoue ou éventuellement Misène.

113 CAMP N° 12.

114 LAT N° 19.

115 Annexes N° 1 et 2.

116 CAMP N° 17.

117 CAMP N° 10 : praeposito amore patriae et honorem aedilitat(is) laudabiliter administravit : CAMP N° 12 : laudabilis constantia : CAMP N°18 : ab origine patrono omni laude dignissimo : LAT N° 41 : v(iro) l(audabili), notons que cette dernière forme laisse penser que ce type d’expression est assez courant pour faire l’objet d’une abréviation.

118 CAMP N° 15 : cuius facta enarari non possunt eius meriti.

119 CAMP N° 30.

120 CAMP N° 26 : Virtute / sapien/tia inge/nioq(ue) pol/lenti /Virius Turbo / v(ir) c(larissimus) cons(ularis) Camp(aniae) : LAT N° 34 : Fide exercitationem / bonitati pollenti (sic). Lucio / Crepereio Madaliano, v(iro) c(larissimo), / praef(ecto) ann(onae) cum iure gladii, / comiti Flaviali, corr(ectori) Flam(iniae) / et Piceni, leg(ato) pro praetore prov(inciae) / Asiae, leg(ato) prov(inciae) Africae, consula(ri) / aed(ium) sacrar(um), consul(ari), molium fari / at(que) purgaturae, quaest(ori) candid(ato), / praet(ori), consuli, ob multa in se eius / testimonia ordo et popuius(sic) /Fl(aviae) Constantinianae Portuenses (sic) / statuam public(a)e ponendam / censuerunt.

121 Sur les 20 attestations d’éloge de type 2, 13 louanges sont articulées grammaticalement sans la préposition ob.

122 Annexe N° 3.

123 LAT N° 12 : 32 : CAMP N° 5 : 27 : 28 : 36.

124 LAT N° 4 : 3 : 5 : 9 : 18 : 40 : CAMP N° 3 : 18 : 19 : 20 : 23 : 29.

125 LAT N° 29 : 34 : CAMP N° 25 : 32.

126 LAT N° 12 : 32 : 37 : CAMP N° 5.

127 LAT N° 34 : CAMP N° 25 : 36.

128 LAT N° 37.

129 LAT N° 42 : CAMP N° 26.

130 CAMP N° 28.

131 CAMP N° 26 : sapientia et ingenium (associées a la virtus et a pollens).

132 CAMP N° 36.

133 CAMP N° 25.

134 LAT N° 34.

135 Chastagnol 1963, p. 363-364.

136 LAT N° 12 : 32 : CAMP N° 5.

137 LAT N° 37.

138 CAMP N° 26.

139 CAMP N° 28.

140 LAT N° 3.

141 Panciera 2006, p 468-469.

142 Tran 2006, p. 307-308 : G. E. Rickman, Roman granaries and store buildings, Cambridges, 1971, p. 41-54.

143 LAT N° 5.

144 CAMP N° 29.

145 LAT N°4 : patrono rarissimo : LAT N°40 : dignissimo patrono : CAMP N° 3 : digno patrono : CAMP N° 19 : patrono dignissimo : CAMP N°20 : patrono dignissimo : CAMP N° 23 : patrono praestantissimo : CAMP N° 29 : patrono praestantissimo.

146 LAT N° 1.

147 LAT N° 2.

148 LAT N° 30.

149 LAT N° 14.

150 LAT N° 14.

151 CAMP N 10.

152 LAT N° 1.

153 LAT N° 14.

154 LAT N° 2.

155 CAMP N° 26.

156 LAT N° 1.

157 LAT N°3 : ob amorem et merita eius : LAT N° 5 : patrono amantissimo : LAT N°7 : ob amorem et industriam : LAT N°8 : erga amorem patriae et ciuium (sic) : LAT 17 : ob amorem et merita eius : LAT N°19 : (patrono) amantissimo [–––] ob nimiam eius erga municipes patriamque adfectionem : LAT N°28 : ob tanto amore quam erga pariam nostram : CAMP N° 10 : civi amantissimo : CAMP N° 38 : ob que testimonia amoris sincerissimi.

158 LAT N° 14 : ob inparem obsequium et erga se inmensam munificentiam eius : LAT N° 15 : ob insignem munificentiam erga se et r(em) p(ublicam) : LAT N°16 : ob plura saepius beneficia et munificent(ia) largitionesque que circa collegium suum exiuberit dignissimo : LAT N°18 : exsemplis munificentiae suae optime merenti : LAT N°19 : quot (sic) is tempore honorum curarumque suarum plenissimo munificentiae studio [–––] : LAT N°20 : quod is in honoribus enixe adque inpenssime in omnibus patriae suae largiter functus sit : LAT N°33 : pro meritu munificentie (sic) su(a)e : CAMP N°4 : ob perpetuam et plurifariam munificentiam eius : CAMP N° 5 : uir(o) munifico : CAMP N° 15 : patrono inimitabili largissimo cuius facta enarari (sic) non possunt eius meritis : CAMP N° 38 : pro meritis eius erga ciues munifica largitate olim : CAMP N° 39 : ob eius merita adque innumerabilia beneficia quae circa ciues suos : CAMP N° 40 : ob sing(ularem) erga se liberalitatem et praestantiam.

159 CAMP N° 1 : 2.

160 LAT N° 6.

161 LAT N° 43 : 44 : CAMP N° 37 : 41.

162 LAT N° 21.

163 Panciera 2006, p. 462-463.

164 LAT N° 22.

165 LAT N°2 : ob insignem eius in d[efend]endis se et in tuendis eximiam diligentiam dignissimo [a]tque abstinentissimo uiro, ob merita eius.

166 Annexes N° 1 et 2. Au sein de notre corpus la variété des vertus mentionnées est considérable : 50 qualités distinctes et 20 adjectifs de degré et adverbes.

167 Pernot 1993, p. 710-724.

168 A. Wallace-Haddrill développe cette idée sur le rôle du langage dans la propagande impériale : Wallace-Haddrill 1990, p. 147 et suiv.

169 Annexe N° 1.

170 16 occurrences pour la dignitas, 16 pour le meritum, 9 pour la munificentia, 8 pour la praestantia, 7 pour l’amor et 6 pour le qualificatif d’optimus, soit un total de 62 occurrences.

171 Le sens précis de ces qualités a été justement défini dans de précédents travaux. Voir : Hellegouarc’h 1972 : Christol 1983 : Christol 1985 : Forbis, 1996. En outre, nous avons précédemment établi la distinction devant être instaurée entre vocabulaire gouvernemental et vocabulaire civique. Notons que nous pourrions revenir plus précisément sur la répartition, souvent artificielle, des vertus en fonctions de leurs domaines d’action instituée par J. Hellegouarc’h et repris en partie par E. Forbis. Cependant cette question qui réclamerait un long développement ne peut prendre place dans cette étude.

172 Forbis 1996.

173 Notamment dans l’œuvre de Cicéron. Hellegouarc’h 1972.

174 LAT N° 36.

175 Crété B, à paraître.

176 Chastagnol 1988, p. 64.

177 IRT 601.

178 AE, 1960, 167 = AE, 1962, 183 = AE, 1971, 491 = AE, 1972, 687 = AE, 2005, 25. Sur les vertus évoquées dans cette inscription voir : Panciera, 2006.

179 Russel et al. 1981.

180 Ce topos est systématiquement absent, mais nous devons souligner que toutes ces inscriptions sont des bases de statue et que, dans ces circonstances, il paraît évident que la description physique du laudandus n’est pas nécessaire dans la mesure où sa représentation siège au-dessus de la dédicace. Ce deuxième topos se matérialise donc dans la statue surplombant l’hommage.

181 Les vertus retenues correspondent à la tétrade platonicienne : justice (iustitia) / courage (fortitudo) / tempérance (temperantia) / intelligence (prudentia), auxquelles s’ajoute la philantropia.

182 Crété A à paraître.

183 La mention d’un discours public attaché au monument épigraphique est clairement évoquée dans l’inscription CIL VI 1698 = ILS 1257 : Auro inlustrem statuam quam / a dominis Augustisq(ue) nostris senatus / amplissimus decretis frequentib(us) in/petrabit idem triumfatores principes / nostri constitui adposita oratione ius/serunt quae meritorum eius ordinem / ac seriem contineret.

184 Niquet 2000.

185 Exemple d’un éloge de type 2 provenant de Lepcis Magna et illustrant le type d’hommage public abondamment présent dans les provinces africaines : IRT, 565 = AE, 1952, 173. Nepotianii. / Fl(auio) Nepotiano u(iro) p(erfectissimo), com(iti) et praesidi prouin(ciae) Trip(olitanae), / iustitia et integritati prae/ cipuo moderatione ac benigni/tate praestantissimo abstinen/tiae et honestatis officiorumq(ue) / omnium cultori, rei etiam mili/taris peritissimo armis consi/li(i)sq(ue) incomparabili, quod idem / ordines uniuersosq(ue) prouin/ciales iuridicendo fide beni/uolentiam viti(i)s beneficiis / cumulauerit : quod barbaro/rum insolentiam exercitio / scientiae militaris adtriberit : / quod limitis defensionem tui/tionemq(ue) perpetuam futuris etia(m) / temporibus munitam securamq(ue) / ab omni hostile incursione prae/ stiterit : quod ciuitatum moenia ope/rum instauratione uel nouitate de/corauerit. Ordo ciuitatis Lepcimag(nensis) / cum populo statuam marmoream / ob haec merita decretis et sufragiis / concinnentibus conlacauit.

186 Eck 1984.

187 LAT N° 42.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les adjectifs épithètes dans les éloges de type 1
Titre La répartition des vertus en fonction du type d’éloge
Titre La répartition des adjectifs de degré et des adverbes en fonction de type d’éloge
Titre La répartition des vertus en fonction des liens entre dédicataire et dédicants
Titre Appendice 1 – Latium
Titre Appendice 2 – Campanie
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Moïra Crété, « Les formes de l’éloge dans les inscriptions honorifiques du Latium et de la Campanie (iie-ive siècle ap. J.-C.) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 122-1 | 2010, 191-226.

Référence électronique

Moïra Crété, « Les formes de l’éloge dans les inscriptions honorifiques du Latium et de la Campanie (iie-ive siècle ap. J.-C.) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 10 septembre 2013, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://mefra.revues.org/346 ; DOI : 10.4000/mefra.346

Haut de page

Auteur

Moïra Crété

Centre d’Étude Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge – CEPAM, UMR 6130 – F 06560 Valbonne, moira.crete@unice.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org