Skip to navigation – Site map
Varia

La publicatio bonorum dans le De Domo sua de Cicéron1

Maria Bats

Abstracts

As Cicero wants in the De Domo sua to cancel the consecration of his home in the Palatine, he compares his status as an aqua et igni interdictus to that of syllanian outlaws. The reality is different as suggested by the allusions to the exiles of Popillius Laenas and Caecilius Metellus condemned for perduellio. Picking up the same procedure, Clodius assimilates, in the absence of trial, the aqua et igni interdictio to a conviction, which he defends himself by using the concept of priuilegium. Clodius performs in person the publicatio bonorum which begins with a seizure of property according to the last census inventory, includes an expulsion and ends up a public sale : Clodius is responsible for the auction of the property, the registration of sales in the aerarium to take possession of the space of the Palatine domus which he wants to make a symbole of popular power.

Top of page

Full text

  • 1 Cet article a fait l’objet d’une communication lors de la Journée d’études de l’UMR 8210 Anhima co (...)
  • 2 Cic., Att., IV, 1, 2. La liste des pontifes comporte des optimates convaincus, d’anciens partisans (...)

1Ayant remercié le Sénat et le peuple de sa réintégration dans ses droits civiques à son retour d’exil, Cicéron sollicite les pontifes, le 29 septembre 57 dans le De Domo Sua ad pontifices, d’annuler la consecratio de sa maison sur le Palatin2. Il entretient néanmoins une certaine confusion, usant des ressources de la rhétorique pour éviter le rappel des chefs d’accusation qui ont entraîné la confiscation de ses biens. Ses invectives contre le tribun de la plèbe p. Clodius Pulcher laissent croire que ce dernier, animé par un esprit de vengeance, a franchi toutes les limites de la légalité ; or, une fois Cicéron réintégré dans sa citoyenneté, une fois la consécration de sa domus du Palatin supprimée par le collège des pontifes, le tribun de 58 a poursuivi sa carrière sans procès. Quelles sont les procédures politiques et judiciaires qui ont autorisé en 58 la confiscation des biens de Cicéron ? Comment s’est-elle opérée cette publicatio bonorum ?

  • 3 Vell. Pat., II, 45, 1 : qui ciuem Romanum indemnatum interemisset. Traduction J. Hellegouarc’h, Pa (...)
  • 4 Tatum 1999, p. 152 ; Kelly 2006, p. 111 ; Bellemore 2008, p. 116 : Cicéron refuserait de prêter un (...)
  • 5 Cic, Ad Att., III, 3, 4 ; 7, 1 ; 12, 1 ; Fam., XIV, 4, 2 ; Plut., Cic., 32, 1 ; Dio Cass., 38, 17, (...)
  • 6 Cic., Dom., 30, 78. Moreau 1987, p. 472, p. 489. La forme aqua et igni interdictio résulte de la c (...)

2Un premier plébiscite de capite ciuis Romani, voté en mars 58, poursuit « quiconque aurait fait périr un citoyen romain qui n’aurait pas été condamné »3 et vise sans le nommer Cicéron qui, se sentant menacé pour avoir fait exécuter en 63 cinq conjurés catiliniens, quitte la Ville la veille de la contio pour échapper à un éventuel procès4. Déposée dans les derniers jours de mars, votée le 24 avril5, la proposition d’exil applique à Cicéron la tecto, aqua et igni interdictio et la confiscation de ses biens6.

Les chefs d’accusation retenus contre Cicéron et leurs conséquences judiciaires

3Pour ne pas reprendre les chefs d’accusation de Clodius, Cicéron joue dans le De domo sua sur les définitions des termes juridiques et politiques.

Le souvenir des proscriptions : concordances apparentes et réelles différences

  • 7 La comparaison qui n’apparaît pas dans la correspondance d’exil sert sa propagande personnelle dan (...)
  • 8 Cic., Att., III, 15, 2 ; 23, 5. Si le mot proscriptio (proscribere : afficher) n’est pas en soi dé (...)
  • 9 Hinard 1985, p. 36 : l’édit de Sylla interdit le recours à la prouocatio pour qui aurait aidé un p (...)
  • 10 Moreau 1987, p. 474, p. 481 ; Kelly 2006, p. 234.
  • 11 Hinard 1985, p. 35.

4Sensible au traumatisme des proscriptions syllaniennes, il espère influencer son auditoire en assimilant le plébiscite d’exil à une décision de proscriptio7 : les proscrits et Cicéron ont ressenti comme une infamie l’affichage de leur nom8 ; ni Cicéron dont le départ empêche tout procès, ni les proscrits n’ont été déférés devant des tribunaux9 ; l’absence de tout débat au Sénat pour son rappel fait évoluer l’exil de Cicéron en un bannissement permanent tel que l’ont connu les proscrits10, tandis que l’édit syllanien de proscription inclut les effets d’une aqua et igni interdictio11.

  • 12 Cic., Sest., 12, 28-29 : Greenidge 1971, p. 365 ; Kelly 2006, p. 38, p. 191, p. 234 ; Rivière 2008 (...)
  • 13 Rivière 2009a, p. 536 (cas de C. Norbanus) : nombre de proscrits ont survécu (Hinard 1985, p. 327- (...)
  • 14 Cic., Red. Sen., 2, 4. Parce que l’édit de novembre 82, qui expose les motifs et conditions de la (...)
  • 15 Liv., Per., 89 ; Vell. Pat., II, 28, 4 ; Plut., Sull., 31, 8 ; App., B. C., I, 11, 95-100. Hinard  (...)
  • 16 Cic., Fam., XIV, 1, 5 ; Att., I, 4, 3. Les mouvements de foule lors de l’incendie de la maison du (...)
  • 17 Cic., Leg., 2, 56 ; Val. Max., IX, 2, 1 ; Lucain, Phars., I, 583-584 : Flower 2006, p. 104 ; Bats (...)
  • 18 Plut., Cic., 32, 5 ; 33, 1-6 ; Cic., Red. Sen., 15, 37-38 ; Red. pop., 2, 6 ; 4, 9 ; 5, 11 : Cicér (...)

5Il existe pourtant des différences entre l’exil de Cicéron et la situation des proscrits syllaniens dont le bannissement est sans limite : une délimitation de 500 milles des côtes italiennes est fixée pour l’ancien consul12 ; les proscrits pouvaient être exécutés en tout lieu alors que Cicéron n’a jamais été menacé par des agents de Clodius13. Dans sa forme juridique, la loi d’exil de Cicéron ne ressemble pas à « l’édit de mort » émanant des pouvoirs proconsulaires de Sylla et dont les modalités d’application ont été pérennisées sous sa dictature14 : proposée au vote du concile de la plèbe, la loi qui frappe Cicéron exprime en droit la souveraineté du peuple, manipulé certes par le tribun popularis. Alors que déclassés par les confiscations, les liberi des proscrits étaient interdits de toute candidature aux magistratures15, aucune mesure n’a été prise à l’encontre de Terentia ou de ses enfants même s’ils ont connu des difficultés financières dues à la confiscation des biens16. Enfin, Clodius n’a pas en son pouvoir les moyens légaux de Sylla qui prohibait tout souvenir de Marius17 ; le retour triomphal de Cicéron en 57 est une démonstration de ses soutiens politiques que Clodius n’a jamais fait totalement disparaître18. En dépit de ce que suggérerait sa rhétorique, Cicéron n’a jamais subi de mesure de proscription. 

Définition des chefs d’accusation et de la forme du procès

  • 19 Att., III, 1 (fin mars 58) fait allusion à la seconde rogatio ; Att., III, 15, 5 (17 août 58) aux (...)
  • 20 Moreau 2012, p. 36 ; Kelly 2006, p. 226. La loi de Clodius qui pourrait avoir repris la loi de C. (...)

6Habile, la démonstration de Cicéron dans le De domo sua s’appuie, pour brouiller la validité des accusations, sur la remise en cause de la légalité de la loi d’exil, sur l’omission de ce qui en constitue le fondement, à savoir la loi de capite ciuis Romani proposée par Clodius et les amalgame après son retour, alors que sa correspondance y reconnaît l’existence des deux lois19. Or, la première loi poursuit ceux qui auraient mis à mort un citoyen en l’absence d’un verdict populaire20.

  • 21 Kelly 2006, p. 227.
  • 22 Ferrary 2009, p. 227-232 liste les crimina maiestatis et suppose que « la lex Cornelia sanctionnai (...)
  • 23 Cic., Q. fr., I, 2, 16 : Si diem nobis dixerit... « S’il me cite en justice…». Traduction L-A. Con (...)
  • 24 Cic., Dom., 17, 45 ; 22, 57 ; 24, 62 : Mommsen 1907, p. 188 ; Costa 1964, II, p. 76, p. 131-132 ; (...)
  • 25 Varr., l. l., VI, 90-92 : Greenidge 1971, p. 345 ; Magdelain 1973, p. 418 ; 1990, p. 545, p. 565 ; (...)
  • 26 Mommsen 1907, p. 191 ; Greenidge 1971, p. 329 ; Magdelain 1990, p. 562 ; Venturini 1996, p. 153 ; L (...)
  • 27 Vell. Pat., II, 45, 1 : Venturini 1996, p. 163 ; Kelly 2006, p. 226 ; Moreau 2012, p. 37.

7Devant quel tribunal le consul de 63 aurait-il pu comparaître ? Le recours à la violence pourrait se rattacher à une accusation de ui qui le conduirait devant une quaestio21 ; mais l’exécution de citoyens, a fortiori d’un préteur en exercice, dépasse ce cadre et cet abus de pouvoir de la part d’un magistrat figurerait au nombre des crimina maiestatis avec le risque d’une condamnation capitale devant une quaestio de maiestate22. Ph. Moreau pense plutôt à une procédure devant le peuple en raison d’une allusion dans une lettre de décembre 59 à l’éventualité d’une citation en justice à l’entrée en charge de Clodius, qui en a déjà usé au début de l’année 58 à l’encontre de chevaliers qui ont soutenu Cicéron23. D’ailleurs, même si l’allusion à sa personne reste implicite, le De Domo sua explique les étapes d’un iudicium populi : la procédure commence par une diei dictio au cours de laquelle le magistrat-accusator, en l’occurrence le tribun de la plèbe, assigne le défendeur, justifie le bien-fondé de son accusation face à l’accusé et fixe trois contiones espacées d’une journée24. Dans cette phase d’anquisitio25, le tribun propose au jugement de l’assemblée du peuple une peine, sanction pécuniaire ou peine de mort26. Le trinundinum respecté, une contio devant laquelle se déroule le quatrième débat contradictoire, précède l’assemblée qui condamne ou acquitte l’accusé. En l’absence de procès, la peine que Cicéron pouvait encourir n’est pas mentionnée par les sources littéraires : seul Velleius Paterculus l’assimile à tort à l’aqua et igni interdictio27 ; ce devait être la mort, d’où les craintes et la fuite de l’ancien consul ; Clodius a tout fait pour provoquer son départ, sans doute peu assuré d’obtenir la majorité des votes pour une condamnation.

  • 28  Cic. Rab. Perd., 3 ; Sall., Cat., 53, 1 ; Vell. Pat., II, 35, 4 ; Dio Cass, 38, 14, 4 ; App., B. C(...)
  • 29 Cic., Dom., 19, 50 : Moreau 1987, p. 471, p. 491 ; Venturini 1996, p. 267 ; Kelly 2006, p. 231 ; D (...)
  • 30 S.c. ultimum (21 octobre 63) : Cic., Cat., I, 2, 4 ; Sall., Cat., 29, 2 ; Plut., Cic., 10, 3 ; Dio (...)
  • 31 Plut., Cic., 23, 4 ; Arist., Pol., 4, 5, 2.
  • 32 Cic., Off., I, 76 ; Cat., 3, 24 ; Sall., Hist, 1, 65-69, 77 M ; Liv., Per., 90 ; Val. Max., II, 8, (...)
  • 33 Cette thématique de la propagande anti-gracchienne des années 60 mêle aux cas des Gracques et de l (...)
  • 34 Dans le procès intenté par le tribun Titus Labienus pour le meurtre de son oncle, Rabirius aurait (...)
  • 35 Ferrary 1983, p. 557 ; Mommsen 1907, p. 229 ; Magdelain 1973, p. 415-419 ; 1990, p. 560 ; Brecht 1 (...)
  • 36 Magdelain 1973, p. 405 ; 1990, p. 560 ; Santalucia 1994, p. 35-48 ; 1998, p. 54-55 ; p. 76 ; p. 80 (...)
  • 37 Magdelain 1973, p. 407 ; 1990, p. 544 ; Ferrary 1983, p. 559 ; Lovisi 1999, p. 240 ; Lintott 2008, (...)
  • 38 Cic., Mil., 14, 36 : Diem mihi, credo, dixerat, multam inrogarat, perduellionis intenderat. Traduc (...)

8Quels sont les chefs d’accusation ? Clodius, menant la lutte des populares contre le recours des optimates au senatusconsultum ultimum en temps de crise, attaque par la loi d’exil contre Cicéron la légalité de son sénatus-consulte qui ordonnait la mise à mort des conjurés28 ; à cette accusation s’ajoute une inculpation de falsification de document public qui est un crimen maiestatis29. Dans les débats de la contio avant le vote du plébiscite, Clodius a attaqué le vote du s.c. ultimum, la déclaration d’hostes à l’encontre de Catilina et de ses complices, le refus de tout procès aux accusés et leur exécution menée par le consul qui constituent autant de chefs d’accusation30. Selon l’avis de ses opposants dont Plutarque se fait l’écho, la fin du consulat de Cicéron est une δυναστεία, véritable pouvoir tyrannique dans une perspective de restauration syllanienne de l’auctoritas du Sénat31 : son modèle est moins Sylla que le consul Q. Lutatius Catulus qui a eu recours en 78 au s.c. ultimum et à la déclaration d’hostis contre Lépide32. Ce sont ces abus de pouvoir qu’attaquent les populares, accusés d’adfectatio regni33 quand ils veulent défendre les intérêts du peuple, en particulier le droit de prouocatio : tout juste élu grand pontife en 63, César exhume des Annales maximi la procédure judiciaire de la perduellio contre Rabirius, accusé d’avoir participé à l’élimination d’un partisan de Saturninus en 10034. La perduellio se définit étymologiquement comme « le fait de se conduire en ennemi de la cité » et entraîne un procès capital devant le peuple35 ; l’accusation tibi perduellionem iudico peut être formulée soit par des duovirs comme le font César et L. Iulius en 63 en référence au procès fictif d’Horace, soit par des tribuns de la plèbe36. Clodius a pu envisager cette forme de poursuite en raison du retentissement de l’affaire Rabirius et des difficultés dans lesquelles cette « comédie » a placé Cicéron et les optimates37 : est-ce une exagération de l’orateur, une manipulation de Clodius ? En 52 à la mort de son ennemi, Cicéron reconnaît non sans ironie la cause de ses peurs, une accusation restée fictive de perduellio : « Clodius, j’imagine, m’avait légalement cité à comparaître, il avait réclamé ma condamnation à une amende ; il m’avait intenté une action de haute trahison » 38.

L’aqua et igni interdictio : M. Popillius Laenas, Q. Caecilius Metellus Numidicus et Cicéron

  • 39 Cic., Dom., 32, 86. Quinctius Caeso : Liv., III, 11-35 ; 6-15 ; Kelly 2006, p. 239 ; Magdelain 199 (...)
  • 40 Cic., Dom., 31, 82 : Kelly 2006, p. 239.

9Cicéron, ne se justifiant pas des crimina retenus contre lui, fonde son mode de défense sur de lointains exempla d’exilés, transmis par la tradition annalistique, comme les cas de Quinctius Caeso en 461 et de Servilius Ahala en 439, l’épisode de Camille en 39139 qui, illustrant les premières luttes tribuniciennes contre l’arbitraire des pouvoirs consulaires, nourrissent depuis les années 150 les débats entre optimates et populares40.

  • 41 Vell. Pat., II, 7, 4 ; Plut., C. Gracch., 4, 3 : Broughton 1951, p. 497 ; 1952, p. 605 ; Nippel 19 (...)
  • 42 Lovisi 1999, p. 259 n. 317.
  • 43 Vell. Pat., II. 7, 4 ; Plut., C. Gracch., 4, 2 : Kelly 2006, p. 167.
  • 44 La juridiction du concile de la plèbe aurait été étendue par la législation gracchienne aux procès (...)
  • 45 Cic., Dom. 31, 82 ; 32, 87 ; De Rep., I, 3, 6 : Rivière 2008a, p. 52.
  • 46 Cic., Red. Sen., 15, 37 ; Red. Pop., 3, 6 ; 4, 9 ; 5, 11 ; Dom., 32, 87 ; Brut., 34, 128.

10Cicéron évoque aussi des destins plus récents, parallèles au sien, de consuls poursuivis par des tribuns de la plèbe et exilés : Popillius Laenas et Caecilius Metellus Numidicus sont deux grandes figures des optimates, dont ils défendent les valeurs face aux populares. Pour avoir fait condamner des partisans de Ti. Gracchus, le consul de 132 P. Popillius Laenas, accusé par C. Gracchus en application de la loi de capite ciuium Romanorum s’est exilé pour échapper à une condamnation à mort41 ; or, C. Lovisi précise que le recours à l’aqua et igni interdictio ne se rencontre pas dans les procès d’amende même en cas de fuite, mais se trouve souvent associé à des procédures de perduellio42. Velleius Paterculus mentionne un iudicium publicum, terme qui désigne généralement les quaestiones comme celles organisées contre les amis de Ti. Gracchus43 : ce serait un iudicium populi, dont Cicéron a connaissance, tout comme il se sait poursuivi pour un crimen similaire44. Une fois l’accusé condamné, son départ constaté, C. Gracchus a pu faire voter par le concile de la plèbe, une rogatio d’aqua et igni interdictio dont Cicéron rappelle la forme législative et le contenu45, mais dont les sources ne précisent ni la dénomination ni le caractère nominatif46.

  • 47 Cic., Cluent., 35, 95 ; Sest., 16, 36 ; 47, 101 ; 62, 130 ; Leg., 3, 26 : Broughton 1951, p. 538 ; (...)
  • 48 Vell. Pat., II, 15, 4 ; Plut., Mar., 29 ; App., B. C., I, 31 : Gruen 1965, p. 576 ; Cavaggioni 199 (...)
  • 49 App., B. C., I, 31 ; Liv., Per., 69 ; Plut., Mar. 29 : Gruen 1965, p. 577 ; Greenidge 1971, p. 327 (...)
  • 50 Liv., Per., 69 ; Orose, Hist., V, 17, 4 : Gabba 1951, p. 22 pense à une quaestio de maiestate, hyp (...)
  • 51 App., B. C., 1, 31 : Greenidge 1971, p. 351 ; Ferrary 1983, p. 567.

11Le cas, plus récent, de Q. Caecilius Metellus Numidicus47 cité par Cicéron dans sa plaidoirie apporte d’autres informations : éminent représentant de la nobilitas, il s’oppose en 100 au consul Marius, à C. Servilius Glaucia, préteur urbain, et à L. Appuleius Saturninus, tribun de la plèbe, en refusant de prêter serment en application d’une clause de la nouvelle loi agraire de ce dernier : la sanction de sa désobéissance est l’expulsion du Sénat48 à laquelle s’opposent les boni ciues, des partisans des optimates, chevaliers et tribuns de la plèbe qui usent de leur droit d’intercessio pour bloquer la mesure de coercition49. Saturninus s’engage alors dans une procédure judiciaire, dont la trace est conservée dans les Periochae de Tite-Live puisqu’une assignation en justice (diem dicere) est citée, qui entraîne selon Orose une condamnation ; les autres sources ne relatent que le vote de l’aqua et igni interdictio50 obtenu grâce au soutien des ἀγροίκοι, anciens soldats de Marius et bénéficiaires de la loi agraire51.

  • 52 App., B. C., 1, 31 ; Plut., Mar., 29, 8-9 : Gruen 1965, p. 577.
  • 53 Lintott 1999, p. 61 ; Gruen 1965, p. 578 ; Greenidge 1971, p. 351 ; Ferrary 1977, p. 630 ; p. 652 (...)
  • 54 Ferrary 1977, p. 652. La perduellio est l’arme des tribuns populares dans les années 100 pour ces (...)
  • 55 App., B. C., 1, 31 ; Liv., Per., 69 ; Plut., Mar., 29, 9-10.
  • 56 App., B. C., 1, 31 : Greenidge 1971, p. 351 ; Levick 1979, p. 360 ; Ferrary 1983, p. 567. 

12L’exil de Caecilius Metellus est présenté à tort comme volontaire52 : conformément à l’usage décrit par Polybe, il a dû quitter Rome avant la fin du vote qui le condamnait puisque le magistrat doit constater son absence, rendant impossible l’exécution de la peine, pour engager une aqua et igni interdictio. Deux hypothèses sont possibles. La première serait une absence de condamnation soit parce que les tribuns favorables à Caecilius Metellus ont bloqué la procédure judiciaire au moment de l’anquisitio, soit parce que leur intercessio a empêché tout vote de condamnation devant le concile de la plèbe ; si les comices centuriates ont été convoqués, puis suspendus par l’intervention des tribuns, ce serait la seule attestation d’une telle action tribunicienne dans des comices judiciaires53. La seconde hypothèse est que Plutarque et Appien ont retenu une seule assemblée pour dramatiser leur récit : la procédure judiciaire tribunicienne se serait déroulée jusqu’au vote de la peine de mort à laquelle Caecilius Metellus échappe par l’exil. Saturninus aurait intenté une accusation de perduellio : l’ancien censeur n’observant pas les clauses de la loi agraire, refusant son exclusion du sénat, a porté atteinte à l’inviolabilité du tribun et à la dignité du peuple54. Un climat insurrectionnel s’est installé à Rome, les partisans de Caecilius Metellus rendant impossible l’exécution de la peine, ce qui expliquerait la proposition de l’aqua et igni interdictio55. Les optimates et Caecilius Metellus cessent toute opposition avec le vote de la loi d’exil qui comporte des clauses d’exécution strictes : Saturninus use du droit de coercition contenu dans l’imperium consulaire de Marius pour lui confier l’annonce publique du plébiscite dans la Ville par des hérauts, l’interdiction de tout soutien de Caecilius Metellus au sein de la nobilitas : le consul dispose de tous les pouvoirs d’enquête, d’arrestation et de condamnation envers les contrevenants ; ce sont des clauses exceptionnelles dans l’application de l’aqua et igni interdictio56.

  • 57 Plut., Mar., 29, 9 : Ἐκ τούτου ψηφίζεται Σατορνῖνος ἐπικηρύξαι τοὺς ὑπάτους, ὅπως πυρὸς καὶ ὓδατος (...)
  • 58 Cic., Dom., 10, 26 ; 17, 43 ; 22, 57-58 ; 42, 110 ; 51,131.

13Le plebiscitum a été formulé ad hominem : Plutarque reprend un extrait du plébiscite dans lequel Μέτελλος est nommément désigné ; il l’est aussi par l’emploi du datif αὐτῷ dans le passage d’Appien57. La loi de Saturninus a donc adopté une présentation nominale de la mesure d’exil et constituerait un précédent de la loi de Clodius à l’encontre de Cicéron. Contrairement à ce que prétend Cicéron en jouant sur les mots quand il fait du second plébiscite clodien un priuilegium58, à savoir une loi à caractère général prise à l’encontre de sa personne, ce n’est pas sa forme nominatim qui permet d’en récuser la légalité, car comme Saturninus, Clodius a donné une tournure nominale à sa proposition d’aqua et igni interdictio.

  • 59 Kelly 2006, p. 227 ; Moreau 2012, p. 37 : le plébiscite de capite ciuis « n’édictait pas de peine  (...)
  • 60 Cic., Dom., 22, 57-58 ; 26, 68 ; 29, 77 ; 31, 83 ; 33, 86 : Venturini 1996, p. 270 ; Moreau 2012, (...)
  • 61 Tatum 1999, p. 125-133 ; p. 153 ; Lintott 2008, p. 8-14 ; p. 37.
  • 62 Ascon., Mil., 34 St. ; Gell., X, 20, 1-4. Humbert 1996, p. 151-168 ; Venturini 1996, p. 239 n. 1 ; (...)
  • 63 Cic., Att., III, 15, 5 (17 août 58).
  • 64 Cic., Dom., 10, 26 ; 17, 43 ; Red. Sen., 4, 8 ; 11, 29 ; Sest., 30, 65 ; 34, 73 ; Leg., 3, 11 ; Br (...)
  • 65 L’exil, auquel ne se réduit pas l’aqua et igni interdictio, est devenu à la fin de la République u (...)
  • 66 Cic., Leg., 3, 11 ; 3, 44-45 : Costa 1964, II, p. 79 ; Humbert 1996, p. 161.
  • 67 Mommsen 1907, p. 82 n. 3 ; Lovisi 1999, p. 259 n. 317 ; Rivière 2008a, p. 60 ; Lintott 2008, p. 37 (...)
  • 68 Costa 1964, I, p. 283 ; Greenidge 1971, p. 361 ; Levick 1979, p. 372 ; Kelly 2006, p. 122 ; Moreau (...)
  • 69 Cic., Dom., 4, 9 ; 10, 26 ; 20, 51 ; 24, 62. L’absence de condamnation permet des tentatives de ra (...)

14En comparaison des exempla de Popillius Laenas et de Caecilius Metellus jugés et condamnés par le peuple, le cas de Cicéron présente des variantes : Clodius a d’abord ménagé une loi d’intérêt général, la loi de capite ciuis Romani pour la défense passée et à venir du droit de prouocatio, avant de faire voter la loi d’exil contre Cicéron. Cette première loi sert de fondement à l’attaque du consul de 6359. Néanmoins, la différence la plus importante tient à l’absence de procès contre Cicéron et donc de condamnation : sa fuite rend impossibles une assignation de Clodius (diei dictio), un début de procédure judiciaire, voire une arrestation60. Le cas de Caecilius Metellus était un cas d’empêchement de l’application d’un jugement, que Saturninus a contourné en recourant à l’imperium consulaire pour mettre en œuvre sa rogatio d’exil. En 58, aucun tribun ne s’oppose via l’intercessio à la première rogatio clodienne, en raison du climat de violence, mais surtout parce qu’un tribun ne peut refuser de défendre le droit de prouocatio61. Moins habile dans son opposition aux optimates que César avec l’« invention » du procès contre Rabirius, Clodius fait de la fuite de Cicéron une preuve de culpabilité et substitue à une assemblée judiciaire ses invectives dans les contiones de la plèbe. Quant aux optimates qui n’ont pas fait jouer l’intercessio de leurs tribuns pour bloquer la loi d’exil, leur angle d’attaque est de la présenter ensuite comme un priuilegium62 : dans sa correspondance en réponse à Terentius Culleo, Cicéron refuse et souhaite l’annulation de l’aqua et igni interdictio63 ; puis l’idée du priuilegium fait son chemin et nourrit ultérieurement l’argumentation de plusieurs de ses discours et traités64. L’assimilation erronée faite par Clodius du plébiscite d’aqua et igni interdictio à une poena est le point faible de sa construction juridique65 : un plébiscite d’aqua et igni interdictio est certes nominal dans la mesure où il propose l’exil pour un citoyen désigné, ce dont témoignent les formulations de Plutarque et d’Appien pour Caecilius Metellus, mais il doit faire suite à un jugement capital. Si le plébiscite d’aqua et igni interdictio est conçu comme une peine, il devient un priuilegium, une loi concernant un particulier ce qu’interdit la loi des XII Tables, toute loi devant s’appliquer à l’ensemble des citoyens66. L’objet de l’attaque de Cicéron est moins la formulation que le mauvais usage du plébiscite dont Clodius prétend, par le subterfuge de discours populistes, qu’il peut remplacer une sentence de mort et remplir sa fonction d’interdiction de retour67. Même si Clodius exploite habilement le départ d’un accusé qui n’est ni jugé, ni condamné pour transformer l’aqua et igni interdictio en poena, l’absence de procès la rend vide68 : à ce titre, Cicéron se revendique ciuis indemnatus69.

La publicatio bonorum : inventaire et saisie des biens de Cicéron

Des biens définis comme des praedae

  • 70 Cic., Dom., 18, 47-48 ; 24, 62 ; Leg. agr., II, 56 ; Off., II, 8, 27. Une rogatio de 63 proposait (...)
  • 71 Gruen 1968, p. 228 ; Ungern-Sternberg 1970, p. 55-67 ; Bauman 1973, p. 270-294 ; Salerno 1990, p.  (...)
  • 72 Cic., Cat., IV, 5, 10 ; Sall., Cat., 81, 43 (hostes iudicati) : Allély 2012, p. 21-45. Cicéron tra (...)
  • 73 Cic., Off., I, 12, 37 : Equidem etiam illud animauerto, quod, qui proprio nomine perduellis esset, (...)

15Au-delà de la remise en cause de l’aqua et igni interdictio de 58, Cicéron, pour obtenir la restitution de sa maison du Palatin et une indemnisation de ses biens détruits cherche à émouvoir les pontifes en comparant les effets de l’interdictio à ceux des proscriptions syllaniennes qui définissent les biens des proscrits comme des praedae70 : praeda désigne un butin de guerre pris sur un ennemi extérieur ou hostis, mot qui appliqué à des citoyens romains depuis la période de Sylla, fait partie du vocabulaire des optimates à l’encontre des populares71 : le consul de 63 en use contre Catilina et Manlius72. Or, à la fin de la République, l’usage du terme hostis s’étend à l’accusé de perduellio : « Je remarque en outre que la tristesse de la réalité a été atténuée par la douceur du terme, en ceci que fut appelé hostis celui qui à proprement parler était perduellis », désormais considéré comme un « ennemi de la cité »73.

  • 74 La cité acquiert sur le patrimoine confisqué un droit analogue au dominium ex iure Quiritium du iu (...)
  • 75 Mommsen 1907, p. 54-55 ; Hartmann 1895, col. 308-309 ; Kleinfeller 1909, col. 1683-1685 ; Albanese (...)
  • 76 Ferrary 1983, p. 566 ; 2009, p. 233 ; Kelly 2006, p. 125 ; Ledneva 2009, p. 71 ; Van der Blom 2010 (...)
  • 77 Cic., Dom., 18, 48 ; 20, 51 ; 20, 53 ; 23, 60-61 ; 30, 80 ; 37, 100 ; 38, 102 ; 39, 103 ; 43, 114  (...)
  • 78 Moreau 1987, p. 477-480 ; Greenidge 1971, p. 364-385.

16Comme l’hostis auquel le droit de la guerre retire tout droit de propriété sur son patrimoine qui relève du droit du vainqueur, tout aqua et igni interdictus, condamné par un jugement du peuple et placé hors de la communauté civique par son départ, perd ses droits sur ses biens : la publicatio bonorum consiste en ce transfert des biens de la propriété privée personnelle à celle du populus Romanus74 ; elle accompagne régulièrement la condamnation capitale, peut être mise en œuvre quand celle-ci ne peut être appliquée, en particulier en cas d’exil volontaire75. Si dans les exemples de Popillius Laenas et de Caecilius Metellus la publicatio bonorum n’est pas attestée76, peut-être parce que leurs retours dans de brefs délais en ont gommé l’effet, celle de Cicéron figure dans le texte de la loi : Clodius qui la met en œuvre en personne, en vertu de ses pouvoirs de coercitio et en utilisant le vide juridique dû à l’absence de procès77, pourrait même avoir publié un édit énonçant ses modalités d’application78.

Missio in possessionem : inventaire et saisie des biens de Cicéron

  • 79 La tournure nominale dérive de publice in possessum mittere (Liv., XXXVIII, 60, 8) : Betti 1942, p (...)
  • 80 Moreau 1987, p. 476. Aelius Ligus (Broughton 1952, p. 195) soutient Clodius.
  • 81 Ces documents censoriaux sont déposés à l’Atrium Libertatis et à l’aerarium : Coarelli 1993, p. 13 (...)
  • 82 Moreau 1987, p. 476. Le recensement achevé en 64 n’a pas pris en compte les dernières acquisitions (...)

17La publicatio bonorum intervenant à l’issue du iudicium populi, il semble que le préteur urbain conserve l’autorité sur les opérations, mais confie aux questeurs urbains la saisie des biens (missio in possessionem) au nom de la cité (publice)79. Faute de procès, Clodius prononce la missio in possessionem à la place du préteur, ce qui serait la seule attestation d’une telle intervention tribunicienne80 ; il a pu faire cependant appel aux questeurs pour leurs compétences et leurs pouvoirs d’enquête. La saisie des biens se fonde probablement sur leur inventaire reporté dans les archives censoriales81 : la professio de Cicéron lors du recensement précédent comporte, outre son état civil, la déclaration de sa femme et de ses enfants, les rationes pecuniae ; le « décompte de sa fortune » se décompose en propriétés bâties et non bâties, biens mobiliers et esclaves82. Quel patrimoine Cicéron détient-il avant son départ de Rome ?

  • 83 Carcopino 1947, p. 73 ; Shatzman 1975, p. 403-414 : la fortune de Cicéron à la fin de sa vie s’élè (...)
  • 84 Plut., Cic., 8, 3 ; Cic., Att., I, 16, 10 ; 16, 18 : le domaine est affermé ; il peut avoir hérité (...)
  • 85 Plut., Cic., 8, 6 : Shatzman 1975, p. 403 ; Guillhembet 2008, p. 201, p. 217.
  • 86 Plut., Cic., 8, 3 : Shatzman 1975, p. 404 ne cite pas ces deux propriétés.
  • 87 Fille unique d’un père décédé, Terentia est sui iuris : mariée en 77, elle garde en gestion propre (...)
  • 88 Plut., Cic., 8, 3 : soit 400 000 HS (Shatzman 1975, p. 413 ; Guillaumont 2015, § 5). Jusqu’à sa mo (...)
  • 89 Cic., Att., II, 8, 2 (15 avril 56) ; 9, 4. Les uillae de Tusculum et Pompéi sont intégrées dans de (...)
  • 90 Cic., Att., I, 20, 1 ; II, 1, 11 ; 4, 6. Carcopino 1947, p. 83 ; Shatzman 1975, p. 405. Ce Pompeia (...)
  • 91 Cic., Fam., V, 6, 2 ; Dom., 37, 100 ; 39, 103 ; 40, 106 ; 44, 116 ; 51, 132 ; Planc., 27, 66 ; Vel (...)
  • 92 Cic., Att., I, 1, 6 ; 13, 5 ; 16, 10 : Wiseman 1987, p. 393 ; Moreau 1987, p. 479 ; Rawson 1991, p (...)
  • 93 Cic., Dom., 41, 109 ; 56, 143. L’atrium est, selon l’usage aristocratique, le lieu d’exposition de (...)

18À la fin des années 60, la fortune de l’homo nouus, en cours de constitution, atteint le niveau d’aisance de la noblesse83. L’héritage paternel comprend une propriété à Arpinum84, une maison à Rome dans le quartier des Carènes laissée à son frère85 quand Cicéron acquiert sa nouvelle domus sur le Palatin, et peut-être deux petits domaines agricoles dans les environs de Naples et près de Pompéi86. Terentia, riche héritière de la gens plébéienne des Terentii87 lui apporte en dot 120 000 drachmes et deux insulae sur l’Argilète et l’Aventin88. Dans une lettre à Atticus, un an avant son exil, Cicéron récapitule le calendrier de ses prochains séjours dans ses domaines situés respectivement à Formies, Antium, Tusculum et Arpinum89 : manque à cette liste le domaine de Pompéi où ses séjours sont attestés à partir de 6090. En 62, Cicéron achète à Crassus, pour 3 500 000 sesterces, sa domus du Palatin qui par sa position privilégiée et visible de tous sur cette colline aristocratique91, manifeste son statut social, son existimatio et son insertion dans les milieux de la nobilitas92 : choisie pour sa proximité du forum, elle est un lieu de sociabilité politique pour l’accueil de ses clientes et amici, et d’ancrage familial93.

  • 94 Cic., Dom., 19, 50 ; 20, 60 ; 61 ; Red. Sen., 7, 18 ; 8, 21 ; Pis. 11, 26 ; Plut., Cic., 33, 2 : M (...)
  • 95 Cic., Dom., 23, 60 ; 24, 62 ; Sest., 24, 53-54 ; Pis., 26, 52 ; Plut., Cic., 33, 1 ; Dio Cass., 38 (...)
  • 96 Cic., Fam., XIV, 2, 3 (5 octobre 58) ; Dom., 24, 62 ; Sest., 24, 54 ; Plut., Cic., 33, 2. Le lexiq (...)
  • 97 Cic., Dom., 38, 101-102. Wiseman 1987 p. 393 ; Guilhembet 1996, p. 192 ; Flower 2006, p. 77 ; Roll (...)
  • 98 Cic., Dom., 20, 51 ; 37, 100 ; 38, 102 ; 43, 114. La porticus Catuli est un « édifice manubial » ( (...)
  • 99 Thommen 1995, p. 368 ; Baroin 2010, p. 23-26 ; p. 33-41. Voir infra l’article de Y. Berthelet.

19C’est ce symbole politique qu’attaque Clodius quand il incite ses bandes armées à piller la domus du Palatin le soir du vote de la loi de capite ciuis Romani94. Les saccages ont touché la uilla de Tusculum, assez proche de la capitale, sans doute à l’instigation du consul Gabinius ; pour expliquer que les uillae d’Antium et d’Arpinum ont été épargnées, puisque Cicéron ne réclame pas d’indemnités compensatoires à leur sujet, alors que celle de Formies bien plus éloignée a été dévastée, il faut songer à la mobilisation des soutiens de la famille Tullia à Arpinum, des optimates à Antium et à Pompéi où la noblesse est propriétaire de nombreuses résidences alors que les partisans locaux des populares s’en sont pris aux uillae de Tusculum et de Formies95. L’incendie qui détruit la domus du Palatin laisse pendant des mois une area vide qui témoigne du châtiment et de l’oubli frappant tout homme politique agissant en tyran96 : c’est un rappel de l’arasement de la demeure de Sylla en 87 même si Cicéron préfère se comparer à Spurius Cassius, Spurius Maelius, Manlius Capitolinus ou à C. Gracchus et Fulvius Flaccus, défenseurs du peuple accusés d’adfectatio regni97. La loi d’exil légalise le 24 avril ces destructions : Clodius, en acquéreur du lot, élève un monumentum incluant le portique de Catulus sur lequel il fait graver son nom pour manifester sa vengeance personnelle sur l’exilé et célébrer sa victoire sur deux leaders optimates, Lutatius Catulus et Cicéron98. La construction d’un templum de la Libertas est une réappropriation symbolique d’un lieu de mémoire du courant populaire99.

  • 100 Cic., Dom., 23, 60 (vaisselle d’argent, mobilier) ; 24, 62 ; 43, 113 ; Pis., 26, 52 ; Red. Sen., 7 (...)
  • 101 Les esclaves sont objets de dominium : Costa 1964, I, p. 74.
  • 102 Cic., Fam., XIV, 4, 4. Cicéron recourt à ce procédé en 52 pour acquérir les esclaves de son ami Mi (...)
  • 103 Les affranchissements informels opérés en présence d’amis (manumissio inter amicos : Gaius, I, 44) (...)
  • 104 Cic., Fam., XIV, 1, 3 (25 novembre 58).

20La saisie des biens concerne d’autres éléments de la fortune de Cicéron, des objets de luxe comme ses œuvres d’art, ses bibliothèques en grande partie pillées, peut-être de l’argent100 : un courrier du 29 avril 58 évoque le cas des esclaves101 quand il s’attend à leur vente aux enchères et espère faire appel à des amis pour leur rachat102. Peut-être a-t-il procédé avant son départ à quelques affranchissements soit de façon informelle soit par manumissio uindicta devant un magistrat à imperium : un citoyen alors présent comme adsertor libertatis103 peut ensuite intervenir auprès du préteur urbain pour faire reconnaître cet acte à un moment d’ultimes tractations dans les derniers jours du tribunat de Clodius104.

  • 105 Verboven 2002, p. 208. Cicéron a d’autres revenus ponctuels comme le legs du philosophe Diodote en (...)
  • 106 Cic., Q. fr., 1, 3, 7 ; Att., III, 19, 3 ; IV, 3, 6 ; Red. Sen., 15, 37 ; Red. Pop., 2, 5 ; 5, 15. (...)
  • 107 Cic., Red. Sen., 14, 35 ; Planc., 41, 98 ; Att., III, 19, 3 ; 20, 2 ; Corn. Nep., Att., 4, 4.

21Cicéron ne dispose plus de ses revenus fonciers, soit 500 000 sesterces par an105. Après les soutiens financiers de son frère, il recourt aux échanges de services qu’impliquent les liens de l’amicitia106 : Laenius Flaccus l’accueille à Brindes treize jours, le questeur de Macédoine Cn. Plancius l’héberge à Thessalonique pendant six mois ; Atticus lui offre sans doute l’hospitalité dans son domaine de Buthrote et le gratifie de 250 000 sesterces107.

Missio in possessionem : les répercussions pour la famille

  • 108 Le capite deminutus ne peut ni ester, ni recevoir de legs (Cic., Dom., 32, 85 ; Gaius, 2, 145-147  (...)
  • 109 Cic., Fam., XIV, 4, 3 : Tullia est née vers 76, mariée en 63 à C. Calpurnius Piso Frugi, questeur (...)
  • 110 Cic., Att., III, 19, 3 ; 23, 5 : il s’agit sans doute d’un soutien financier, Terentia assurant l’ (...)

22La missio in possessionem qui prive Cicéron de tous ses avoirs, n’est pas sans conséquence pour l’avenir des siens. Il redoute leur déclassement au sein de la hiérarchie sociale même s’ils bénéficient des soutiens de leur milieu, car il est dans l’incapacité légale de gérer ses affaires108 : faute de disponibilités financières, il ne peut s’acquitter de ses dettes, ni peut-être du solde de la dot de sa fille109, et demande à Atticus dans un courrier de septembre 58 de veiller sur son fils mineur110.

  • 111 Le mariage d’un capite deminutus peut subsister dans le cadre du ius gentium : Albanese 1979, p. 3 (...)
  • 112 Terentia ne formule pas de demande de divorce, ne se le voit pas imposer, en raison du statut du m (...)
  • 113 Cic., Fam., XIV, 2, 2 (5 octobre 58) ; Sest., 24, 54. La Tabula Valeria est le lieu du tribunal de (...)
  • 114 Dixon, 1986, p. 96 cite la confiscation de la dot de la femme de C. Gracchus (Plut., C. Gracch., 1 (...)
  • 115 Cic., Fam., XIV, 1, 5 ; Att., XVI, 1, 5 (divorce et restitution de la dot en 45) : Fayer 2005, p.  (...)
  • 116 Cic., Fam., XIV, 4, 4 : Cicéron distingue les esclaves de Terentia (tuis) des siens (ceterorum ser (...)
  • 117 Cic., Fam., XIV, 1, 4.

23Quant à son legitimum matrimonium avec Terentia, l’aqua et igni interdictio en ferait juridiquement, selon S. Treggiari, un iniustum matrimonium et Terentia serait une iniusta uxor, c’est-à-dire une femme dont le mariage n’est plus reconnu par le droit romain111. Dans la pratique, Clodius ne cesse de considérer Terentia112 qui demeure à Rome l’alliée de son mari œuvrant pour son retour avec sa fille Tullia, comme la femme légitime de son adversaire : un incident survenu en septembre 58 le confirme quand Terentia est convoquée au siège des tribuns de la plèbe, sans doute par Clodius, ce qui serait un indice de son rôle dans la publicatio bonorum113 ; vraisemblablement en rapport avec la saisie des biens de Cicéron, ce déplacement pourrait correspondre à l’enquête menée par le tribun soit sur la dot de Terentia, soit sur ses biens propres. La dot, prise en compte dans la liste des bona détenus par le mari, peut être soumise à confiscation114 ; mais comme il est censé restituer cette dot à sa femme en cas de divorce, elle peut ne pas être comptée au nombre des biens de l’époux115 ; la décision de Clodius n’est pas connue. Quant à ses biens propres, Terentia, en tant que sui iuris, a pu en justifier la propriété, prouvant qu’ils se distinguaient de sa dot et qu’elle les gérait par le biais de son affranchi Philotimus : les biens immobiliers hérités de son père sont attestés par les registres censoriaux ; la question est plus délicate pour la détention d’esclaves à laquelle fait allusion la lettre envoyée de Brindes116. Malgré le déshonneur lié à l’exil de son époux, Terentia a conservé ses droits de fille de citoyen romain et reste propriétaire de ses biens dont elle dispose comme l’atteste la vente en novembre 58 d’un uicus qu’elle possède117.

  • 118 Cic., Rosc. Amer., 8, 23 ; 10, 27 ; 11, 29 ; 11, 32 ; 50, 145 ; 50, 147 : l’expulsion (expellere, (...)
  • 119 Dom., 20, 51 : Damnatum ? certe non. Expulsum ? (…) Eiectio nusquam est. « Étais-je condamné ? non (...)
  • 120 Cic., Fam., XIV, 2, 2 : Treggiari 2007, p. 47. Les quatre lettres de Cicéron adressées à sa femme (...)

24Une dernière mesure liée à la missio in possessionem concerne directement Terentia et son fils. Selon le Pro Roscio Amerino118, l’expulsion des occupants est la conséquence de la saisie des biens immobiliers ; dans le De Domo sua, Cicéron fait une rapide allusion à l’expulsio ou eiectio qui aurait dû le frapper dans une procédure normale119. Dans les faits, Terentia quitte dès la mi-mars la domus du Palatin pour assurer sa sauvegarde et celle de son fils face à la violence des bandes de Clodius ; l’incendie qui suit l’oblige à résider ailleurs ; à partir du vote du plébiscite du 24 avril, les autres demeures familiales lui sont interdites : selon S. Treggiari, elle trouve refuge dans la maison des Vestales auprès de Fabia, sa demi-sœur ; mais la présence de son fils, la puissance des alliances familiales laissent supposer un probable hébergement chez sa fille et son gendre, ou chez son beau-frère et sa femme Pomponia, sœur d’Atticus120.

La publicatio bonorum : la vente publique des biens de Cicéron aux enchères

Forme et organisation de la vente des biens confisqués par la cité

  • 121 Cic., Dom., 41, 108 ; 44, 116 : Costa 1964, II, p. 48-49 ; Moreau 1987, p. 476.
  • 122 Schol. Gron., Cic., Verr. II, 1, 52 (345 St.) ; Ps. Ascon., Cic. II Verr., 1, 52 (236 St.) ; 1, 61 (...)
  • 123 Talamanca 1954, p. 158-160 ; Salerno 1990, p. 182 ; p. 173 ; Hinard 1993, p. 22.
  • 124 Ces situations diverses sont assimilées sur la base d’un passage d’Aulu-Gelle (XIII, 25, 5 : Cic., (...)
  • 125 En droit privé, quinze jours pour les décès, trente pour les dettes : Gaius III, 79.

25La dernière étape de la publicatio bonorum consiste à vendre aux enchères les biens confisqués (uenditio bonorum) : c’est l’usage pour les proscrits, les condamnés, les aqua et igni interdicti et Cicéron, selon deux références à une emptio dans le De domo sua121. L’opération de vente publique est appelée sectio bonorum, le terme désignant une vente en bloc (publicata bona per uniuersitatem)122 : le sector est donc l’adjudicataire, c’est-à-dire l’acquéreur d’un lot parmi les biens confisqués proposés à l’encan123. Toutes les procédures de vente de biens publics aux enchères par lots, qu’il s’agisse de prises de guerre, de propriétés des proscrits, de biens des condamnés, ont pour point commun d’être organisées par l’intermédiaire des questeurs qui adjugent les bona par addictio sous l’autorité d’un magistrat supérieur, généralement préteur urbain à Rome, gouverneur de rang consulaire ou prétorien dans les provinces124. Le délai entre la saisie des biens et leur vente n’est pas connu pour les adjudications publiques125.

  • 126 Cic. Rosc. Amer., 45, 130 ; 38, 110 ; 37, 105-107 ; 43, 125-126 ; 44, 128 ; 44, 130. Sylla a prési (...)
  • 127 Cic., Phil., II, 26, 64.
  • 128 Dom., 41, 107 (emploi du verbe addicere qui renvoie à l’addictio) ; Red. Sen., 7, 16. Sur l’addict (...)
  • 129 Cic., Rosc. Amer., 46, 133 (pour les proscrits) ; Phil., II, 26, 64 ; 29, 73 (pour Pompée). Les ta (...)
  • 130 Ces annonces (proscriptio bonorum) sont une source d’infamie dans la société romaine (Cic., Off., (...)

26Les ventes de bona publicata concernant Roscius Amerinus, Cicéron et Pompée, s’inscrivent dans un fonctionnement irrégulier des institutions qui efface le rôle des questeurs dans l’organisation de la vente publique. En effet, dans le premier cas, l’irrégularité tient à la fausse inscription de Roscius Amerinus par Chrysogonus sur la liste des proscrits : la vente de ses biens s’est faite à l’encan comme pour les autres proscriptions sans que soit précisé dans son cas le magistrat en fonction126. Antoine s’est vu confier par César l’organisation de la mise à l’encan des biens de Pompée après sa défaite127. En 58, Clodius semble, d’après une allusion relevée par Ph. Moreau, avoir pris en charge l’adjudication des publicata bona de Cicéron à la place des questeurs : c’est la phase dite de l’addictio128. Elle commence par l’affichage préalable sur des tabulae de bois, dressées dans la Ville, de la liste des biens confisqués129 : l’information porte sur la nature des publicata bona, peut-être un prix pour le début des enchères, la localisation des biens immobiliers et indique le jour de la vente, son heure et son lieu. Cet affichage est complété le jour même par une annonce orale des praecones ou crieurs publics130.

  • 131 Cic., Phil., II, 29, 71 ; 29, 73-74.
  • 132 Cic., Off., II, 8, 27 ; 23, 83 ; Phil., II, 26, 64 ; Paul/Fest., 90L, s. u. Hasta : Klingmüller 19 (...)
  • 133 Cic., Phil., II, 26, 64. L’usage est que le préteur préside la vente.

27L’adjudication (addictio) se poursuit par la vente elle-même, qui se fait à l’hasta comme pour la plupart des ventes faites au nom du populus Romanus : l’usage de l’hasta est ancien en ce qui concerne les confiscations liées à des condamnations, attesté pour les biens des proscrits syllaniens et pour ceux de Pompée en 48131, vraisemblable dans le cas de Cicéron132. La vente commence avec un geste symbolique du magistrat-président, en l’occurrence Clodius, qui enfonce la lance (hasta) dans le sol du forum, habituellement près du temple de Jupiter Stator si la référence de Cicéron à la vente menée par Antoine s’applique aux autres cas133.

  • 134 Cic., Phil., II, 27, 64-68 ; 29, 71-73.
  • 135 Cic., Dom., 44, 116 : inferiorem aedium partem adsignauit (…) Clodiae genti. Traduction P. Wuilleu (...)
  • 136 Cic., Dom., 44, 116 (nomen adscribere) : Moreau 1987, p. 477 n. 86.

28Les lots sont présentés aux enchères quelle que soit leur nature : les Philippiques les énumèrent dans un certain désordre, les propriétés foncières, étoffes et vêtements, vaisselle et vins, esclaves134. Dans une organisation normale de la procédure, les questeurs mènent les enchères, mais c’est le praeco qui fait la licitatio, c’est-à-dire l’annonce officielle de la dénomination de chaque bien, de sa valeur et qui écoute les propositions. Clodius semble diriger, du moins pour les biens qu’il convoite, l’adjudication jusqu’à son terme, c’est-à-dire jusqu’à l’assignation des lots (adsignatio) : « Quant à la partie inférieure de ma propriété, il l’assigna (adsignauit) (…) à la famille Clodia »135. Il semble avoir même suppléé son appariteur qui procède à l’enregistrement des adjudicataires, en reportant leurs noms sur les listes des tabulae136.

Bénéfices et bénéficiaires de la vente aux enchères

  • 137  Sector : Cic., Rosc. Amer., 29, 80 ; 36, 103 ; 43, 124 ; 52, 152 ; bonorum emptor : Cic., Rosc. Am (...)
  • 138 Cic., Rosc. Amer., 8, 21 ; Paul/Fest., 137 L, s. u. Manceps ; Varr., l.l., 5, 48 : Talamanca 1954, (...)
  • 139 Dom., 18, 48 : Postremo ne in praedae quidem societate mancipem aut praedem socium extra tuorum gl (...)
  • 140 Dans le cas de Roscius, Cic., Rosc. Amer., 10, 28 ; 21, 58 ; 22, 60 ; 31, 87 ; 34, 95 ; 34, 96 ; 3 (...)
  • 141 Dom., 19, 50 : tetigit digito « il a touché du doigt » renvoie au fait de lever le doigt pour répo (...)
  • 142 Cic., Dom., 44, 116 ; 62, 124 ; Red. sen., 18 : Moreau 1987, p. 478, n. 95.

29L’acquéreur de bona publicata ou adjudicataire est usuellement désigné par le mot sector comme Chrysogonus dans l’affaire de Roscius Amerinus ; il est aussi appelé bonorum emptor137 ou manceps, ce dernier terme désignant celui qui lève la main pour enchérir : le manceps peut être seul, mais aussi constituer une societas avec des praedes pour présenter des garanties d’achat138 : « Tu n’as même pas pu trouver dans le partage du butin (in praedae societate) un acquéreur (mancipem) ou un répondant (praedem) hors de la foule de tes gladiateurs », praes désignant la personne qui se porte caution dans une opération avec la cité139. Cette societas se fait adjuger les biens confisqués et les répartit entre les socii en fonction de leur participation140. Clodius, tout en étant le magistrat en charge de l’addictio, en est le sector et il a répondu en personne aux enchères ce que pourrait indiquer l’expression tetigit digito dans un passage du De domo sua141. Dans ce but, il a constitué une societas à laquelle participent Scato le Marse et la gens Claudia pour l’achat de la maison du Palatin ; une autre societas, avec le consul Gabinius et d’autres socii, acquiert la uilla de Tusculum ; les acquéreurs des autres biens restent inconnus142. Ainsi l’utilisation comme prête-nom de Scato le Marse est-elle un subterfuge pour cacher le double rôle d’adjudicateur et d’adjudicataire joué par Clodius.

  • 143 Cic., Rosc. Amer., 44, 128 : Salerno 1990, p. 175. Le montant est si dérisoire qu’il semble falsif (...)
  • 144 Cic., Phil., II, 27, 65. Le sector peut revendre les biens acquis grâce à une sectio bonorum dans (...)
  • 145 C’est la situation de Roscius Amerinus (Cic., Rosc. Amer., 6, 15 ; 6, 17 ; 8, 21 ; 8, 23 ; 9, 24 ; (...)
  • 146 Plut., Cic., 33, 1-2 ; Cic., Red. Sen., 22 ; Dom., 48, 107-108 : Jal 1967, p. 430.

30Le produit des ventes publiques est versé à l’aerarium. Même si l’addictio doit se faire en faveur de la meilleure offre, elle ne vise pas toujours le profit de la cité, et a servi à l’enrichissement des partisans de Sylla, puis de César : le domaine de Roscius Amerinus, estimé à six millions de sesterces, est adjugé à deux mille sesterces143 ; Cicéron reproche à Antoine de s’être approprié les propriétés de Pompée, sans avoir versé quoi que ce soit à l’aerarium144. On ignore à quel prix Clodius a adjugé les biens de Cicéron. Le versement supposé car les sources ne le précisent pas, des sommes dues à l’État par l’adjudicateur et leur enregistrement dans les archives de l’aerarium par les questeurs assurent le transfert des biens à la propriété privée de l’adjudicataire (dominium)145. Dans la mesure où Cicéron ne donne pas d’information sur l’acquéreur de sa uilla ravagée de Formies, sur le devenir de ses domaines d’Arpinum, Antium et Pompéi, il est permis de s’interroger non pas sur leur mise aux enchères (addictio) mais sur la réalité de leur vente : Plutarque signale le retard et l’échec relatif des adjudications, Clodius ayant éprouvé des difficultés pour trouver des acquéreurs autres que lui-même et ses alliés. Car même si les adjudicataires acquièrent la pleine propriété sur les biens confisqués, des affaires comme celle de Roscius Amerinus, un retour éventuel de Cicéron ont créé une certaine méfiance146.

Le calendrier de la publicatio bonorum

  • 147 Cic., Fam., XIV, 2, 2 (5 octobre, le délai du courrier est à prendre en compte).
  • 148 Cic., Att., III, 15, 2 (17 août 58, première allusion à la perte totale de ses biens).
  • 149 Cic., Dom., 38, 101-103. Moreau 1987, p. 479, n. 99 : la maison de Cicéron n’ayant peut-être pas e (...)
  • 150 Cic., Fam., XIV, 1, 3 (25 novembre 58).

31La procédure de confiscation des biens de Cicéron couvre un peu plus de sept mois de l’année 58. Les destructions de la domus et des uillae de la mi-mars sont régularisées par la loi d’exil du 24 avril. Dès cette date, Clodius organise, sous sa seule autorité, la missio in possessionem des bona publicata et commence l’inventaire dont les dernières vérifications semblent se placer à la fin septembre quand il convoque Terentia147. À l’issue de cet entretien ou déjà avant, Clodius procède à la vente par lots des biens dans un temps assez court qui explique les difficultés signalées par Plutarque pour trouver des acquéreurs148. Dans sa lettre du 5 octobre en réponse aux descriptions de Terentia, l’exilé évoque le vide laissé par sa domus sur le Palatin : la vente effectuée, Clodius a fait dégager les structures incendiées pour commencer les travaux de reconstruction qui se sont poursuivis pendant les six premiers mois de 57149. Les derniers prolongements de la sectio bonorum concernent la reconnaissance du statut des affranchis en novembre 58, soit quelques jours avant l’échéance du tribunat de Clodius et de ses pouvoirs pour mettre à exécution son plébiscite150.


32Contrairement à ce que Cicéron laisse croire, sa situation d’exilé n’a pas le caractère terrible des proscriptions syllaniennes. Elle doit être rapprochée des exils de Popillius Laenas et de Caecilius Metellus poursuivis pour des crimina qui relevant de l’accusation de perduellio, sont punis de la peine de mort, ce que les sources n’expliquent guère, rappelant plus volontiers l’aqua et igni interdictio. Or Cicéron a exercé selon ses adversaires un pouvoir tyrannique en 63. La loi de Clodius de capite ciuis Romani pouvait l’entraîner dans un procès tribunicien de perduellio : sa fuite empêche toute condamnation et contraint le tribun à assimiler l’aqua et igni interdictio à une poena qu’elle n’est pas. Faute d’opposition lors de son vote, ses partisans, puis Cicéron adoptent l’argument du priuilegium pour invalider la loi d’exil de Clodius, dans laquelle figure expressément la publicatio bonorum : le tribun l’exécute lui-même en se fondant sur l’inventaire des biens de l’ancien consul pour procéder à leur saisie. Sa femme Terentia conserve ses biens propres, mais elle et son fils sont expulsés. Clodius se fait l’adjudicateur de la vente publique qui n’a pas été d’un grand profit pour l’aerarium, et acquiert par le biais d’une societas la maison de Palatin : aucune plainte sur la procédure ne semble s’ensuivre.

  • 151 p. Cornelius Lentulus Spinther (Broughton 1952, p. 199) et Q. Caecilius Metellus Nepos (Broughton  (...)
  • 152 Cic., Ad Att., IV, 2, 5 : 2 000 000 de sesterces pour la domus du Palatin, 500 000 sesterces pour (...)
  • 153 Cic., Dom., 41, 108.

33En 57, le ciuis restitutus qu’est Cicéron retrouve la pleine propriété de ses biens et sa dignitas. Dans un délai bref – deux mois après son retour – ce qu’expliquent la pression des optimates et la volonté des consuls favorables à Cicéron151, une enquête a été diligentée auprès des questeurs pour opérer le recensement des bona publicata et étudier les rapports et comptes des ventes à l’aerarium : s’ensuivent l’expulsion des nouveaux propriétaires, leur remboursement, et pour Cicéron une proposition d’indemnisation des destructions et pillages de trois de ses demeures152 ; celui-ci, tout en estimant insuffisantes ces indemnités, ne refuse pas la proposition et se satisfait des mesures d’accompagnement, la destruction de l’édifice élevé par Clodius et la mise en locatio de la reconstruction du portique de Catulus. Certes il fait allusion à des poursuites judiciaires à l’occasion d’autres malversations contre certains acquéreurs de ses biens153 ; mais il n’a lancé aucune enquête contre Clodius parce qu’il est sans doute impossible de prouver sa responsabilité dans les destructions, qu’il a dûment enregistré à l’aerarium ses opérations de vente et que les optimates n’ont plus voulu lui offrir l’occasion de s’illustrer dans les débats politiques sur ce sujet.

Top of page

Bibliography

Albanese 1979 = B. Albanese, Le persone nel diritto romano, Palerme, 1979.

Allély 2012 = A. Allély, La déclaration d’hostis sous la république romaine, Bordeaux, 2012.

Allély 2013 = A. Allély, La confiscation des biens des hostes dans le cadre des déclarations d’hostis sous la République romaine, dans M.-Cl. Ferriés et F. Delrieux, Spolier et confisquer dans les mondes grec et romain Ve siècle av. J.-C.-Ier siècle ap. J.-C., Chambéry, 2013, p. 147-163.

Baroin 2010 = C. Baroin, Se souvenir à Rome. Formes, représentations et pratiques de la mémoire, Paris, 2010.

Bats 2007 = M. Bats, La damnatio memoriae a-t-elle des origines républicaines ? Les procédures de condamnation publique des Gracques aux proscriptions de Sylla, dans Mémoire et histoire. Les procédures de condamnation dans l'antiquité romaine, Metz, 2007, p. 21-39.

Baudry 2007 = R. Baudry, Patriciens et nobles à Rome, dans Hypothèses, 10, 2007/1, p. 169-178.

Bauman 1973 = R. A. Bauman, The hostis declaration of 88 and 87 BC, dans Athenaeum, 51, 1973, p. 270-294.

Bauman 1996 = R. A. Bauman, Crime and punishment in ancient Rome, Londres-New York, 1996.

Bellemore 2008 = J. Bellemore, Cicero’s retreat from Rome in early 58 BC, dans Antichthon, 42, 2008, p. 100-120.

Betti 1942 = E. Betti, Istituzioni di diritto Romano, I, Padoue, 1942.

Bonnefond 1979 = M. Bonnefond, Le Sénat républicain dans l’Atrium Libertatis ?, dans MEFRA, 91-2, 1979, p. 601-622.

Bonnefond-Coudry 1989 = M. Bonnefond-Coudry, Le Sénat de la République romaine. De la guerre d’Hannibal à Auguste : pratiques délibératives et prise de décision, Rome, 1989 (Collection de l’École française de Rome, 273).

Brecht 1981 = C. Brecht, RE, XIX.1 (1981), s. v. Perduellio, col. 615-639.

Broughton 1951 = T. R. S. Broughton, The magistrates of the Roman republic, I, New York, 1951.

Broughton 1952 = T. R. S. Broughton, The magistrates of the Roman republic, II, New York, 1952.

Carcopino 1947 = J. Carcopino, Les secrets de la correspondance de Cicéron, Paris, 1947.

Cavaggioni 1998 = F. Cavaggioni, L. Apuleio Saturnino, tribunus plebis seditiosus (Memoria presentata dal s. c. Maria Capozza nell'adunanza ordinaria del 24 maggio 1997), Venise, 1998.

Coarelli 1993 = F. Coarelli, LTVR, I (1993), s. v. Atrium Libertatis, p. 133-135.

Coarelli 1999 = F. Coarelli, LTVR, V (1999), s. v. Tabula Valeria, p. 16.

Costa 1964 = E. Costa, Cicerone giureconsulto, Rome, 1964.

Couhade-Beyneix 2013 = F. Couhade-Beyneix, La confiscation des biens dans la procédure de maiestate, dans M.-C. Ferries et F. Delrieux, Spolier et confisquer dans les mondes grec et romain, Chambéry, 2013, p. 163-178.

Crawford 1996 = M. H. Crawford et al., Roman Statutes, Londres, 1996.

Crifo 1961 = G. Crifo, Ricerche sull’exilium nel periodo repubblicano, Milan, 1961.

David 1992 = J.-M. David, Le patronat judiciaire au dernier siècle de la République romaine, Paris, 1992.

Dixon 1986 = S. Dixon, Family Finances : Terentia and Tullia, dans B. Rawson (éd.), The family in ancient Rome. New Perspectives, Ithaca, 1986, p. 93-120.

Ducos 2015 = M. Ducos, De l’exil à la domus : les problèmes de droit liés à l’exil de Cicéron, Interférences [En ligne, 8 | 2015, http://interferences.revues.org/5457].

Fayer 2005 = C. Fayer, La familia romana. Aspetti giuridici ed antiquari. II. Sponsalia. Matrimonio. Dote, Rome, 2005, p. 673-750. 

Ferrary 1977 = J.-L. Ferrary, Recherches sur la législation de Saturninus et de Glaucia. I, dans MEFRA, 89-2, 1977, p. 619-660.

Ferrary 1979 = J.-L. Ferrary, Recherches sur la législation de Saturninus et de Glaucia. II, dans MEFRA, 91-1, 1979, p. 85-134.

Ferrary 1983 = J.-L. Ferrary, Les origines de la loi de majesté à Rome, dans CRAI, 127, 1983/4, p. 556-572.

Ferrary 2009 = J.-L. Ferrary, Lois et procès de majesté dans la Rome républicaine, dans B. Santalucia (éd.), La repressione criminale nella Roma repubblicana fra norma e persuasione, Pavie, 2009, p. 223-249.

Fezzi 2008 = L. Fezzi, Il tribuno Clodio, Roma-Bari, 2008.

Flower 2006 = H. I. Flower, The art of forgetting : disgrace and oblivion in Roman political culture, Chapel Hill, 2006.

Fuhrmann 1959 = M. Fuhrmann, RE, XXIII.2 (1959), s. v. Publicatio bonorum, col. 2484-2515.

Gabba 1951 = E. Gabba, Ricerche su alcuni punti di storia mariana, dans Athenaeum, 29, 1951, p. 12-24.

Greenidge 1971 = A. H. J. Greenidge, The Legal Procedure of Cicero’s Time, Londres, 1901, rééd. 1971.

Gruen 1968 = E. S. Gruen, Roman politics and the criminal courts, 149-78 BC, Cambridge Mass., 1968.

Guilhembet 1996 = J.-P. Guilhembet, Les résidences urbaines des sénateurs romains des Gracques à Auguste : la maison dans la Ville, dans L’Information historique, 58.5, 1996, p. 185-197.

Guilhembet 1999 = J.-P. Guilhembet, LTUR, V (1999), s. v. Domus : M. Tullius Cicero, p. 255.

Guilhembet 2001 = J.-P. Guilhembet, Les résidences aristocratiques de Rome, du milieu du Ier siècle avant n.è. à la fin des Antonins, dans Pallas 55, 2001, p. 215-241. 

Guilhembet-Royo 2008 = J.-P. Guillhembet et M. Royo, L’aristocratie en ses quartiers (IIe s. av. J. C. – IIe s. ap. J. C.), dans M. Royo, E. Hubert et A. Bérenger (éds.), « Rome des quartiers » : des vici aux rioni. Cadres institutionnels, pratiques sociales et requalifications entre Antiquité et époque moderne, Paris, 2008, p. 193-227.

Guillaumont 2015 = F. Guillaumont, Vie publique et vie privée dans les lettres de Cicéron à Terentia (Ad Familiares, 14, 1-4), Interférences [En ligne, 8 | 2015, http://interferences.revues.org/5457].

Hartmann 1895 = L. M. Hartmann, RE, II, (1895), s. v. Aquae et ignis interdictio, col. 308-309.

Hinard 1985 = F. Hinard, Les proscriptions de la Rome républicaine, Rome, 1985 (CEFR, 83).

Hinard 1993 = F. Hinard, Confiscation et consécration des biens dans la Rome Républicaine, dans Kentron, 9, 1993, p. 11-23.

Humbert 1877a = G. Humbert, DS, I/1 (1877), s. v. Auctor, p. 543-544.

Humbert 1877b = G. Humbert, DS, I/1 (1877), s. v. Bonorum sectio, p. 736-737.

Humbert 1990 = M. Humbert, L’individu, l’État, quelle stratégie pour le mariage classique ?, dans J. Andreau et H. Bruhns, Parenté et stratégies familiales dans l’antiquité romaine. Actes de la table ronde des 2-4 octobre 1986 à Paris, Rome, 1990, p. 173-198.

Humbert 1996 = M. Humbert, Les privilèges, des XII Tables à Cicéron, dans A. Chastagnol, S. Demougin et Cl. Lepelley, Splendidissima ciuitas. Études d’histoire romaine en hommage à François Jacques, Paris, 1996, p. 151-168.

Hurlet 1993 = F. Hurlet, La dictature de Sylla : monarchie ou magistrature républicaine ? Essai d'histoire constitutionnelle, Bruxelles, 1993.

Jal 1967 = P. Jal, La publicatio bonorum dans la Rome de la fin de la République, dans BAGB, 1967, p. 412-445.

Kelly 2006 = G.p. Kelly, A history of exile in the Roman Republic, New York-Cambridge, 2006.

Kleinfeller 1909 = G. Kleinfeller, RE, VI.2, 1909, s. v. Exilium, col. 1683-1685.

Klingmüller 1912 = Klingmüller, RE, VII.2, 1912, s. v. Hasta, col. 2501-2503.

Klingmüller 1921 = Klingmüller, R.E., II.A.1, 1921, s. v. Sectio bonorum, col. 982.

Ledneva 2009 = M. V. Ledneva, La confisca dei beni come effetto dell’aquae et ignis interdictio in età repubblicana, dans B. Santalucia, La repressione criminale nella Roma repubblicana fra norme e persuasione, Pavie, 2009, p. 63-76.

Leist 1896 = G. A. Leist, RE, II.2 (1896), s. v. Auctio, col. 2270-2272.

Levick 1979 = B. Levick, Poena legis maiestatis, dans Historia, 28-3, 1979, p. 358-379.

Lintott 1999 = A. W. Lintott, The Constitution of the Roman Republic, Oxford, 1999, p. 147-162.

Lintott 2008 = A. W. Lintott, Cicero’s as Evidence. A Historian’s Companion, Oxford, 2008.

Liou-Gille 1994 = B. Liou-Gille, La perduellio : les procès d’Horace et de Rabirius, dans Latomus, 53, 1994, p. 3-38.

Lovisi 1999 = Cl. Lovisi, Contribution à l’étude de la peine de mort sous la République romaine (509-149 av. J.-C.), Paris, 1999.

Magdelain 1973 = A. Magdelain, Remarques sur la perduellio, dans Historia, 22.3, 1973, p. 405-422.

Magdelain 1990 = A. Magdelain, De la coercition capitale du magistrat supérieur au tribunal du peuple, dans Ius, Imperium, Auctoritas. Études de droit romain, Rome, 1990, p. 539-565.

Mantovani 2009 = D. Mantovani, Un giudizio capitale nelle Satire di Lucilio (vv. 784-790 M. = fr. XXVIII 29 Ch.), dans B. Santalucia, La repressione criminale nella Roma repubblicana fra norma e persuasione, Pavie, 2009, p. 25-62.

Millar 1998 = F. Millar, The crowd in the Late Republic, Ann Arbor, 1998.

Mommsen 1894 = T. Mommsen, Le Droit public romain, IV, Paris, 1894.

Mommsen 1907 = T. Mommsen, Le Droit pénal romain, Paris, 1907.

Moreau 1982 = Ph. Moreau, Clodiana religio. Un procès politique en 61 av. J.-C., Paris, 1982.

Moreau 1987 = Ph. Moreau, La Lex Clodia sur le bannissement de Cicéron, dans Athenaeum, 65, 1987, p. 465-492.

Moreau 2007 = Ph. Moreau, Cicéron, Epistulae ad familiares, I, 9, 15 : un « mémorial » de la conjuration de Catilina ?, dans Rev. de philologie, de littérature et d’histoire anciennes, 81, 2007/2, p. 343-350.

Moreau 2012 = Ph. Moreau, EXILER CICERON. La Lex Clodia de capite ciuis (58 av. J.-C.) a-t-elle comporté une clause de serment ?, dans R. Baudry, S. Destephen, La société romaine et ses élites. Hommages à Elisabeth Deniaux, Paris, 2012, p. 35-42.

Nicolet 2001 = C. Nicolet, Centralisation d'État et problème du recensement dans le monde gréco-romain, dans MEFRA, 1985, 82-1, p. 9-24 = Censeurs et publicains, Paris, 2001, p. 197-208.

Nippel 1995 = W. Nippel, Public Order in Ancient Rome, Cambridge, 1995.

Papi 1995 = E. Papi, LTVR, II (1995), s. v. Domus : M. Tullius Cicero, p. 202-204.

Papi 1999 = E. Papi, LTVR, IV (1999), s. v. Porticus Catuli, p. 119.

Paulus 2001 = C. G. Paulus, Neue Pauly, 10, 2001, s. v. Publicatio bonorum, p. 578-579. 

Rawson 1991 = E. Rawson, The Ciceronian aristocracy and its properties, dans M. I. Finley (éd.), Studies in Roman Property, Cambridge, 1976, p. 85-102 = Roman culture and society, Oxford, 1991, p. 204-222.

Rivière 2008a = Y. Rivière, L’interdictio aqua et igni et la deportatio sous le Haut-Empire romain (étude juridique et lexicale), dans Ph. Blaudeau, Exil et rélégation : les tribulations du sage et du saint durant l'Antiquité romaine et chrétienne, Ier-VIe s. ap. J.-C. Actes du colloque de l’Université de Paris XII-Val de Marne, 17-18 juin 2005, Paris, 2008, p. 48-113.

Rivière 2008b = Y. Rivière, L’Italie, les îles et le continent : recherches sur l’exil et l’administration du territoire impérial (Ier-IIIe siècles), dans Sécurité collective et ordre public dans les sociétés anciennes, Genève, 2008 (Entretiens pour l’étude de l’Antiquité classique de la Fondation Hardt, 54), p. 261-310.

Rivière 2009a = Y. Rivière, La relégation et le retour des relégués dans l’Empire romain (Ier-IIIe siècles), dans C. Moatti, W. Kaiser, C. Pébarthe, Le monde de l’itinérance en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne, Bordeaux, 2009, p. 535-570.

Rivière 2009b = Y. Rivière, Compétence territoriale, exercice de la coercition et pouvoirs juridictionnels du préfet de la Ville (Ier–IVe siècle ap. J.-C.), dans Mediterraneo antico, XII.1-2, 2009, p. 227-256.

Rivière 2013a = Y. Rivière, Éléments pour une relecture de la procédure tribunicienne, dans RHDFE, 2013/1, 91, p. 1-52.

Rivière 2013b = Y. Rivière, L’interdiction de l’eau, du feu… et du toit (sens et origine de la désignation du bannissement chez les Romains), dans RPh, 87/1, 2013, p. 125-155.

Roller 2010 = M. B. Roller, Demolished houses, Monumentality and memory in Roman culture, dans Classical Antiquity, 29-1, 2010, p. 117-180.

Rotondi 1911 = G. Rotondi, Enciclopedia giuridica italiana, II.1 (1911), s. v. Bonorum sectio, col. 1263-1264.

Salerno 1990 = F. Salerno, Dalla consecratio alla publicatio bonorum. Forme giuridiche e uso politico dalle origini a Cesare, Naples, 1990.

Santalucia 1994 = B. Santalucia, Studi di diritto penale romano, Rome, 1994, p. 35-48. 

Santalucia 1998 = B. Santalucia, Diritto e processo penale nell’antica Roma, Milan, 1998.

Santalucia 2012 = B. Santalucia, Le clausole autoprotettive delle leggi, dans J.-L. Ferrary (dir.), Leges publicae. La legge nell’esperienza giuridica romana, Pavie, 2012, p. 115-137.

Shatzman 1975 = I. Shatzman, Senatorial wealth and Roman politics, Bruxelles, 1975.

Talamanca 1954 = M. Talamanca, Contributi allo studio delle vendite all’asta nel mondo romano, Rome, 1954.

Tatum 1999 = W. J. Tatum, The Patrician Tribune Publius Clodius Pulcher, Chapel Hill, 1999.

Thommen 1995 = L. Thommen, Les lieux de la plèbe et de ses tribunaux dans la Rome républicaine, dans Klio, 77, 1995, p. 358-370.

Treggiari 2007 = S. Treggiari, Terentia, Tullia and Publilia : the women of Cicero’s family. New York, 2007.

Ungern-Sternberg 1970 = J. Ungern-Sternberg von Puerkel, Untersuchungen zum spätrepublikanischen Notstandsrecht. Senatusconsultum ultimum und hostis-Erklärung, München, 1970.

Van der Blom 2010 = H. Van der Blom, Cicero’s role models. The political strategy of a newcomer, Oxford-New York, 2010.

Venturini 1996 = C. Venturini, Processo penale e società politica nella Roma repubblicana, Pise, 1996.

Verboven 2002 = K. Verboven, The Economy of Friends. Economic Aspects of Amicitia and Patronage in the Late Republic, Bruxelles, 2002 (Collection Latomus, 269).

Vervaet 2004 = F. J. Vervaet, The Lex Valeria and Sulla’s empowerment as dictator (82-79 BCE), dans CCG, 2004, p. 37-84.

Waldstein 1965 = W. Waldstein, RE, Suppl. X (1965), s. v. Bona damnatorum, col. 100-106.

Watson 1967 = A. Watson, The Law of Persons in the Later Roman Republic, Oxford, 1967.

Weiss 1980 = E. Weiss, RE, XV.2 (1980), s. v. Missio in possessionem, col. 2053-2062.

Wiseman 1987 = T. P. Wiseman, Conspicui postes tectaque digna deo : The public image of aristocratic and imperial houses in the late republic and early empire, dans L’Urbs. Espace urbain et histoire (Ier siècle av J.-C.-IIIe siècle ap. J.-C.). Actes du colloque international organisé par le CNRS et l’École française de Rome (Rome, 8-12 mai 1985), Rome, 1987 p. 393-413.

Top of page

Notes

1 Cet article a fait l’objet d’une communication lors de la Journée d’études de l’UMR 8210 Anhima consacrée à « L’attraction des patrimoines privés par les patrimoines civiques » organisée par Clara Berrendonner que je remercie. Mes remerciements vont également à Philippe Moreau pour ses précieux conseils et à Yann Rivière qui m’a informée de sa prochaine publication sur une thématique proche dans C. Moatti, C. Müller (dir.), À l’épreuve de l’espace. Statuts personnels et espaces sociaux. Questions grecques et romaines.

2 Cic., Att., IV, 1, 2. La liste des pontifes comporte des optimates convaincus, d’anciens partisans de Sylla (Cic., Har. Resp., 6, 12) : Moreau 1982, p. 65-79. Cicéron s’est adressé le 5 septembre au Sénat, le 7 au peuple : Lintott 2008, p. p. 8-14.

3 Vell. Pat., II, 45, 1 : qui ciuem Romanum indemnatum interemisset. Traduction J. Hellegouarc’h, Paris, 2003 ; Dio Cass., 38, 14, 4-7 : Costa 1964, I, p. 281 ; II, p. 79 ; Greenidge 1971, p. 359-366. La rogatio a été déposée à la fin janvier ou en février : Moreau 1987, p. 469 ; Fezzi 2008, p. 67 ; Lintott 2008, p. 176-178.

4 Tatum 1999, p. 152 ; Kelly 2006, p. 111 ; Bellemore 2008, p. 116 : Cicéron refuserait de prêter un serment inclus dans la loi de capite ciuis Romani ; contra, Moreau 2012, p. 41, pense à la suppression d’une immunité protégeant depuis 62 l’ancien consul, qui dès la candidature de Clodius, formule ses craintes (Cic., Att., II, 22, 1 ; Q. fr., I, 2, 16) ; Lintott 2008, p. 175.

5 Cic, Ad Att., III, 3, 4 ; 7, 1 ; 12, 1 ; Fam., XIV, 4, 2 ; Plut., Cic., 32, 1 ; Dio Cass., 38, 17, 7. Moreau 1987, p. 471 : les modifications avant le vote de la rogatio fixent la limite d’exil à 500 milles des côtes d’Italie et non à 400 milles (Cic., Att., III, 4, 1 : Moreau 1987, p. 475), interdisent toute proposition de rappel. D’où un affichage sur les portes de la curie pour décourager les soutiens du consul au Sénat.

6 Cic., Dom., 30, 78. Moreau 1987, p. 472, p. 489. La forme aqua et igni interdictio résulte de la construction du verbe interdicere ; aquae et ignis interdictio s’utilise aussi : Rivière 2013b, p. 125 ; p. 155.

7 La comparaison qui n’apparaît pas dans la correspondance d’exil sert sa propagande personnelle dans les discours : Cic., Dom., 17, 43-44 ; 18, 48 ; 19, 50 ; 21, 55 ; 22, 58 ; Red. Sen., 2, 4 ; 4, 8 ; Sest., 20, 46 ; 30, 65 ; 64, 133 : Lintott 2008, p. 176 ; Rivière 2013b, p. 150-152.

8 Cic., Att., III, 15, 2 ; 23, 5. Si le mot proscriptio (proscribere : afficher) n’est pas en soi dépréciatif, l’affichage des noms étant source de prestige dans une « société de l’ostentation » (Hinard 1985, p. 30), désigner ainsi des individus les voue au mépris de la communauté.

9 Hinard 1985, p. 36 : l’édit de Sylla interdit le recours à la prouocatio pour qui aurait aidé un proscrit ; Vervaet 2004, p. 51-56 : la lex Valeria suspendrait la prouocatio.

10 Moreau 1987, p. 474, p. 481 ; Kelly 2006, p. 234.

11 Hinard 1985, p. 35.

12 Cic., Sest., 12, 28-29 : Greenidge 1971, p. 365 ; Kelly 2006, p. 38, p. 191, p. 234 ; Rivière 2008b, p. 267 ; 2009b, p. 246. Au début, l’exilé s’éloignait de Rome, puis à partir de 150, l’interdiction s’étend à l’Italie. L. Aelius Lamia a été frappé par le consul Gabinius d’un interdit de 200 milles, qui correspond à la frontière du Rubicon (Cic. Dom., 21, 55 ; 36, 96 ; Red. Sen., 11, 28-29 ; Red. Pop., 5, 12-13) : Kelly 2006, p. 191 ; Rivière 2009a, p. 536 ; 2009b, p. 245. Les 500 milles incluent la Sicile, Malte, les côtes de l’Adriatique et peut-être une partie de l’Achaïe (Cic., Att., III, 7, 1).

13 Rivière 2009a, p. 536 (cas de C. Norbanus) : nombre de proscrits ont survécu (Hinard 1985, p. 327-411). Tout aqua et igni interdictus risque la mort s’il entre dans le territoire prohibé : Cicéron craint d’être exécuté en Italie, puis en Grèce (Att., III, 1 ; 3 ; 4 ; 6 ; 7, 1-3 ; 10, 2 ; Fam., XIV, 4, 2 ; Cic., Q. fr., I, 4, 5) ; les partisans de Catilina en exil étaient aussi une menace (Cic., Planc., 41, 98) : Kelly 2006, p. 39.

14 Cic., Red. Sen., 2, 4. Parce que l’édit de novembre 82, qui expose les motifs et conditions de la proscription, les listes de noms, perd sa validité à la fin du proconsulat de Sylla (Val. Max., IX, 2, 1 ; App., B. C., I, 11, 95 ; Plut., Sull., 31, 7-9 ; Flor., II, 9, 25), une lex Cornelia fixerait le statut des proscrits survivants, de leurs descendants et confirmerait la confiscation des biens : Hinard 1985, p. 67 ; p. 72 ; p. 76 ; Hurlet 1993, p. 177 ; contra, Vervaet 2004, p. 43 : ce serait la lex Valeria sur la dictature de Sylla.

15 Liv., Per., 89 ; Vell. Pat., II, 28, 4 ; Plut., Sull., 31, 8 ; App., B. C., I, 11, 95-100. Hinard 1985, p. 87-101 : l’atimie frappant les descendants de proscrits aurait inclus une perte des droits civiques et une interdiction de séjour à Rome.

16 Cic., Fam., XIV, 1, 5 ; Att., I, 4, 3. Les mouvements de foule lors de l’incendie de la maison du Palatin ont pu être une menace pour Terentia et son fils : Cic., Sest., 24, 54. Seul le frère de Cicéron a dû se défendre dans un procès des populares pour concussion : Cic., Dom., 36, 96 ; Att., III, 8, 1-2 ; 9, 1 ; 17, 1 ; 17, 3 ; Q. fr., I, 3 ; 4, 2.

17 Cic., Leg., 2, 56 ; Val. Max., IX, 2, 1 ; Lucain, Phars., I, 583-584 : Flower 2006, p. 104 ; Bats 2007, p. 34.

18 Plut., Cic., 32, 5 ; 33, 1-6 ; Cic., Red. Sen., 15, 37-38 ; Red. pop., 2, 6 ; 4, 9 ; 5, 11 : Cicéron se compare aux consulares exilés, Popilius Laenas, Numidicus et Marius : Costa 1964, II, p. 81 ; Lintott 2008, p. 11-13 ; Van der Blom 2010, p. 130 ; p. 329.

19 Att., III, 1 (fin mars 58) fait allusion à la seconde rogatio ; Att., III, 15, 5 (17 août 58) aux deux lois : Gruen 1968, p. 245 ; Kelly 2006, p. 225. Les discours les mélangent : Red. Sen., 4, 8 ; Dom., 18, 47 ; 19, 51 ; 26, 68 ; 31, 3 ; Sest., 24, 53.

20 Moreau 2012, p. 36 ; Kelly 2006, p. 226. La loi de Clodius qui pourrait avoir repris la loi de C. Gracchus de capite ciuium Romanorum de 123 (Cic., Rab. Perd., 4, 12 ; Cat., IV, 5 ; Plut., C. Gracch., 4, 1) et en avoir étendu la portée (Tatum 1999, p. 153) est rétroactive (Dio Cass., 38, 14, 4 : Moreau 2012, p. 38). Le principe de non-rétroactivité concerne le droit privé et ne s’applique pas aux crimina de maiestate : Ferrary 2009, p. 234 n. 43.

21 Kelly 2006, p. 227.

22 Ferrary 2009, p. 227-232 liste les crimina maiestatis et suppose que « la lex Cornelia sanctionnait expressément le meurtre d’un magistrat du peuple romain ».

23 Cic., Q. fr., I, 2, 16 : Si diem nobis dixerit... « S’il me cite en justice…». Traduction L-A. Constans, Paris, 1935 ; Cic., Fam., 11, 16, 2 ; 12, 29, 1 ; Dom., 21, 54 ; 36, 96 ; Red. Pop., 5, 12 ; Red. Sen., 12, 31 ; Sest., 12, 28. Moreau 1987, p. 481 ; 2012, p. 37 ; Tatum 1999, p. 154. 

24 Cic., Dom., 17, 45 ; 22, 57 ; 24, 62 : Mommsen 1907, p. 188 ; Costa 1964, II, p. 76, p. 131-132 ; Magdelain 1990, p. 539-565 ; Lintott 1999, p. 153 ; Lovisi 1999, p. 247 ; Rivière 2013a, p. 30, p. 52. Iudicium populi définit le pouvoir judiciaire des assemblées du peuple.

25 Varr., l. l., VI, 90-92 : Greenidge 1971, p. 345 ; Magdelain 1973, p. 418 ; 1990, p. 545, p. 565 ; Rivière 2013a, p. 33.

26 Mommsen 1907, p. 191 ; Greenidge 1971, p. 329 ; Magdelain 1990, p. 562 ; Venturini 1996, p. 153 ; Lovisi 1999, p. 239. L’assemblée centuriate décide de la peine de mort (Cic., Leg., 3, 11 ; 3, 44) : Mommsen 1907, p. 194 ; Venturini 1996, p. 330 ; Lovisi 1999, p. 252. Pour Magdelain 1973, p. 419, la compétence du peuple en matière capitale est en lien avec la lex Valeria de 300 (prouocatio ad populum) ; selon Rivière 2013a, p. 41-51, les tribuns de la plèbe agissant en « accusateurs », les comices tributes détiennent aussi ce pouvoir.

27 Vell. Pat., II, 45, 1 : Venturini 1996, p. 163 ; Kelly 2006, p. 226 ; Moreau 2012, p. 37.

28  Cic. Rab. Perd., 3 ; Sall., Cat., 53, 1 ; Vell. Pat., II, 35, 4 ; Dio Cass, 38, 14, 4 ; App., B. C., II, 15 : Bonnefond-Coudry 1989, p. 782 ; Lintott 1999, p. 155 ; 2008, p. 124 ; Allély 2012, p. 59-63. Contesté à la fin de son consulat (Plut., Cic., 23, 2), Cicéron s’est protégé d’une accusation d’infraction au droit de prouocatio (Cic., Dom., 34, 91).

29 Cic., Dom., 19, 50 : Moreau 1987, p. 471, p. 491 ; Venturini 1996, p. 267 ; Kelly 2006, p. 231 ; Ducos 2015, §17.

30 S.c. ultimum (21 octobre 63) : Cic., Cat., I, 2, 4 ; Sall., Cat., 29, 2 ; Plut., Cic., 10, 3 ; Dio Cass., 37, 31, 1 ; Ungern-Sternberg 1970, p. 55-67 ; Bonnefond-Coudry 1989, p. 766-786 ; Allély 2012, p. 18 ; p. 59. Catilina et Manlius hostes iudicati (mi-novembre) : Sall., Cat., 36 ; Allély 2012, p. 54. Exécution du préteur Lentulus par Cicéron, des autres conjurés par les préteurs : Allély 2012, p. 61. Liste des accusations : Cic., Sest., 25, 55 - 26, 56 ; Dio Cass., 38, 14, 6 ; Tatum 1999, p. 156 ; Millar 1998, p. 139.

31 Plut., Cic., 23, 4 ; Arist., Pol., 4, 5, 2.

32 Cic., Off., I, 76 ; Cat., 3, 24 ; Sall., Hist, 1, 65-69, 77 M ; Liv., Per., 90 ; Val. Max., II, 8, 7 : Tatum 1999, p. 158 ; Flower 2006, p. 100 ; Allély 2012, p. 67.

33 Cette thématique de la propagande anti-gracchienne des années 60 mêle aux cas des Gracques et de leurs partisans (Cic., Cat., I, 2, 4 ; IV, 4, 2 ; Sest., 47, 101) ceux des adfectatores regni dont la critique historique conteste l’authenticité : Spurius Cassius en 485 (Cic., Dom., 38, 101) ; Spurius Maelius vers 439 (Cat., 1, 3 ; Dom., 32, 86 ; 38, 101) ; M. Manlius Capitolinus en 384 (Cic., Dom., 38, 101) : Magdelain 1990, p. 543 ; Lovisi 1999, p. 26, p. 54 ; Bats 2007, p. 22 ; Rivière 2013a, p. 23.

34 Dans le procès intenté par le tribun Titus Labienus pour le meurtre de son oncle, Rabirius aurait été condamné à mort si la justice était allée à son terme (Rab. Perd., 1, 1 ; 2, 5 ; 11, 31 ; 13, 33) : Costa 1964, II, p. 87-90 ; Greenidge 1971, p. 354 ; Magdelain 1990, p. 543 ; p. 559 ; Liou-Gille 1994, p. 3-38 ; Bauman 1996, p. 41 ; Venturini 1996, p. 318-332 ; Lovisi 1999, p. 268-277.

35 Ferrary 1983, p. 557 ; Mommsen 1907, p. 229 ; Magdelain 1973, p. 415-419 ; 1990, p. 560 ; Brecht 1981, col. 615-639 ; Venturini 1996, p. 153 ; Lovisi 1999, p. 221-262 ; Lintott 1999, p. 150-157 ; Allély 2012, p. 17.

36 Magdelain 1973, p. 405 ; 1990, p. 560 ; Santalucia 1994, p. 35-48 ; 1998, p. 54-55 ; p. 76 ; p. 80-81.

37 Magdelain 1973, p. 407 ; 1990, p. 544 ; Ferrary 1983, p. 559 ; Lovisi 1999, p. 240 ; Lintott 2008, p. 120-125.

38 Cic., Mil., 14, 36 : Diem mihi, credo, dixerat, multam inrogarat, perduellionis intenderat. Traduction A. Boulanger, Paris, 1999 : Costa 1964, II, p. 86 ; Lovisi 1999, p. 240, n. 163.

39 Cic., Dom., 32, 86. Quinctius Caeso : Liv., III, 11-35 ; 6-15 ; Kelly 2006, p. 239 ; Magdelain 1990, p. 540 ; Rivière 2013a, p. 13. Servilius Ahala : Liv., IV, 13-16 ; Kelly 2006, p. 239 ; Magdelain 1990, p. 541 ; Rivière 2013a, p. 22. Camille : Liv., V, 32 : Kelly 2006, p. 239 ; Rivière 2013a, p. 21.

40 Cic., Dom., 31, 82 : Kelly 2006, p. 239.

41 Vell. Pat., II, 7, 4 ; Plut., C. Gracch., 4, 3 : Broughton 1951, p. 497 ; 1952, p. 605 ; Nippel 1995, p. 62-65.

42 Lovisi 1999, p. 259 n. 317.

43 Vell. Pat., II. 7, 4 ; Plut., C. Gracch., 4, 2 : Kelly 2006, p. 167.

44 La juridiction du concile de la plèbe aurait été étendue par la législation gracchienne aux procès capitaux : Greenidge. 1971, p. 330, n. 5 ; Venturini 1996, p. 264 ; Van der Blom 2010, p. 197-199.

45 Cic., Dom. 31, 82 ; 32, 87 ; De Rep., I, 3, 6 : Rivière 2008a, p. 52.

46 Cic., Red. Sen., 15, 37 ; Red. Pop., 3, 6 ; 4, 9 ; 5, 11 ; Dom., 32, 87 ; Brut., 34, 128.

47 Cic., Cluent., 35, 95 ; Sest., 16, 36 ; 47, 101 ; 62, 130 ; Leg., 3, 26 : Broughton 1951, p. 538 ; p. 541 ; p. 545 ; p. 549 ; p. 551 ; p. 554 ; 1952, p. 539 ; Van der Blom 2010, p. 195-203 ; p. 326 n. 1 ; p. 329 ; p. 336. Caecilius Metellus, censeur en 102, a voulu rayer de l’album senatus Servilius Glaucia et ne pas y inscrire Appuleius Saturninus : Cic., Sest., 47, 101 ; App., B. C., 1, 28 : Ferrary 1979, p. 105.

48 Vell. Pat., II, 15, 4 ; Plut., Mar., 29 ; App., B. C., I, 31 : Gruen 1965, p. 576 ; Cavaggioni 1998, p. 117-127. App., B. C., I, 29 ajoute une amende de vingt talents : la lex Cassia renforce les effets du « procès en amende entraînant en cas de condamnation l’exclusion du sénat » selon Ferrary 1979, p. 99 ; Gruen 1965, p. 577 reconnaît l’application de l’amende, mais pour Ferrary 1977, p. 652 n. 116, Appien commet une confusion : l’amende punit le sénateur qui viole son serment et agit contre la loi, et non pas celui qui refuse de jurer ; contra, Santalucia 2012, p. 129, n. 70.

49 App., B. C., I, 31 ; Liv., Per., 69 ; Plut., Mar. 29 : Gruen 1965, p. 577 ; Greenidge 1971, p. 327 ; Rivière 2013b, p. 128.

50 Liv., Per., 69 ; Orose, Hist., V, 17, 4 : Gabba 1951, p. 22 pense à une quaestio de maiestate, hypothèse contestée par Cavaggioni 1998, p. 130. Pour Gruen 1965, p. 578, n. 6, c’est un iudicium populi devant les comices centuriates présidés par Glaucia ; Greenidge 1971, p. 351 ; David 1992, p. 702.

51 App., B. C., 1, 31 : Greenidge 1971, p. 351 ; Ferrary 1983, p. 567.

52 App., B. C., 1, 31 ; Plut., Mar., 29, 8-9 : Gruen 1965, p. 577.

53 Lintott 1999, p. 61 ; Gruen 1965, p. 578 ; Greenidge 1971, p. 351 ; Ferrary 1977, p. 630 ; p. 652 n. 119.

54 Ferrary 1977, p. 652. La perduellio est l’arme des tribuns populares dans les années 100 pour ces crimina (Q. Servilius Caepio, Cn. Mallius Maximus) : Magdelain 1973, p. 405 ; Ferrary 1983, p. 557.

55 App., B. C., 1, 31 ; Liv., Per., 69 ; Plut., Mar., 29, 9-10.

56 App., B. C., 1, 31 : Greenidge 1971, p. 351 ; Levick 1979, p. 360 ; Ferrary 1983, p. 567. 

57 Plut., Mar., 29, 9 : Ἐκ τούτου ψηφίζεται Σατορνῖνος ἐπικηρύξαι τοὺς ὑπάτους, ὅπως πυρὸς καὶ ὓδατος καὶ στέγης εἴργηται Μέτελλος. « Aussitôt, Saturninus fit voter que les consuls interdiraient à Metellus, par une proclamation du héraut, l’usage du feu, de l’eau et du toit. » Traduction R. Flacelière et E. Chambry, Paris, 2001. App., B. C., 1, 31 : Rivière 2013b, p. 149.

58 Cic., Dom., 10, 26 ; 17, 43 ; 22, 57-58 ; 42, 110 ; 51,131.

59 Kelly 2006, p. 227 ; Moreau 2012, p. 37 : le plébiscite de capite ciuis « n’édictait pas de peine », « ne prescrivait pas de procédure, ni n’instaurait de juridiction nouvelle ».

60 Cic., Dom., 22, 57-58 ; 26, 68 ; 29, 77 ; 31, 83 ; 33, 86 : Venturini 1996, p. 270 ; Moreau 2012, p. 42 : resté en mars en Italie au-delà de la juridiction tribunicienne (le premier mille), Cicéron a gagné en avril le sud de la péninsule, puis la Grèce.

61 Tatum 1999, p. 125-133 ; p. 153 ; Lintott 2008, p. 8-14 ; p. 37.

62 Ascon., Mil., 34 St. ; Gell., X, 20, 1-4. Humbert 1996, p. 151-168 ; Venturini 1996, p. 239 n. 1 ; p. 244-280 ; p. 333 ; Lintott 1999, p. 151. L. Ninnius Quadratus (Broughton 1952, p. 196) et Q. Terentius Culleo (Broughton 1952, p. 197), tribuns favorables aux optimates, n’ont pas agi.

63 Cic., Att., III, 15, 5 (17 août 58).

64 Cic., Dom., 10, 26 ; 17, 43 ; Red. Sen., 4, 8 ; 11, 29 ; Sest., 30, 65 ; 34, 73 ; Leg., 3, 11 ; Brut., 23, 89 ; Par. Stoic., 4, 32 : Venturini 1996, p. 274-294 ; Tatum 1999, p. 157.

65 L’exil, auquel ne se réduit pas l’aqua et igni interdictio, est devenu à la fin de la République une peine prévue par quelques lois : la lex Tullia de ambitu de 63 qui fixe une condamnation à dix ans d’exil, fait de l’exsilium une sanction pénale (Cic., Mur., 22, 45 ; 23, 47 ; Planc., 34, 83 : mea lege exsilio ambitum sanxisse : « avoir puni par ma loi la brigue de l’exil » ; Dio Cass., 37, 29, 1) ; la lex Licinia de sodaliciis de 55, la loi de Pompée de ambitu de 52, et certaines lois du dictateur César auraient peut-être infligé la peine de l’exil. Parallèlement, l’exsilium est resté un moyen d’échapper à une condamnation à mort : Costa 1964, I, p. 284 ; Levick 1979, p. 371 ; Santalucia 1998, p. 154 ; Kelly 2006, p. 44 ; Moreau 2012, p. 36, n. 12.

66 Cic., Leg., 3, 11 ; 3, 44-45 : Costa 1964, II, p. 79 ; Humbert 1996, p. 161.

67 Mommsen 1907, p. 82 n. 3 ; Lovisi 1999, p. 259 n. 317 ; Rivière 2008a, p. 60 ; Lintott 2008, p. 37 : Clodius est un felix Catilina (Cic. Dom., 27, 72).

68 Costa 1964, I, p. 283 ; Greenidge 1971, p. 361 ; Levick 1979, p. 372 ; Kelly 2006, p. 122 ; Moreau 1987, p. 474 ; Nippel 1995, p. 74 ; Ducos 2015, § 11. L’aqua et igni interdictio peut-elle, à l’époque républicaine, être assimilée à une capitis deminutio qui entraîne la perte de la citoyenneté ? Gaius, 1, 161, cite à titre d’exemple de la capitis deminutio media le statut de l’aqua et igni interdictus : Minor siue media est capitis deminutio, cum ciuitas amittitur, libertas retinetur ; quod accidit ei, cui aqua et igni interdictum fuerit : « La petite ou moyenne diminution de capacité se produit quand on perd la nationalité en conservant la liberté, ce qui arrive quand on a été l’objet de l’interdiction de l’eau et du feu. » (Traduction J. Reinach, Paris, 2003). Néanmoins l’expression capitis deminutio n’apparaît pas dans le corpus cicéronien avec cette acception (Costa 1964, I, p. 86-87) et Cicéron affirme avoir conservé sa citoyenneté, même si une loi le réintègre en 57 dans la communauté civique et dans ses droits (Cic., Att., 23, 2). L’exilé ne perdrait pas sa citoyenneté, sauf en prenant celle de la cité qui l’accueille : Mommsen 1907, p. 82 n. 3 ; Costa 1964, I, p. 279 ; Lovisi 1999, p. 259 n. 317 ; Kelly 2006, p. 45-47 ; Mantovani 2009, p. 49, n. 88 ; Ledneva 2009, p. 66 ; Ducos 2015, § 2. Selon Rivière 2008a, p. 53-54 ; p. 60, l’aqua et igni interdictio est une forme de mort civique, « une sortie de la ciuitas par voie législative ».

69 Cic., Dom., 4, 9 ; 10, 26 ; 20, 51 ; 24, 62. L’absence de condamnation permet des tentatives de rappel dès le début de 57 : Cic., Dom., 32, 84 ; Att., III, 26 ; Sest., 34, 73.

70 Cic., Dom., 18, 47-48 ; 24, 62 ; Leg. agr., II, 56 ; Off., II, 8, 27. Une rogatio de 63 proposait la restitution des biens des proscrits (Cic., Att., 2, 1, 3) : Moreau 1982, p. 215. Cicéron (Dom., 23, 60-61) compare la façon dont Clodius s’empare de ses maisons à une situation de guerre.

71 Gruen 1968, p. 228 ; Ungern-Sternberg 1970, p. 55-67 ; Bauman 1973, p. 270-294 ; Salerno 1990, p. 163 ; Hinard 1993, p. 20. C. Gracchus, Saturninus, Glaucia et leurs partisans ne sont pas appelés hostes : les premiers hostes iudicati qui perdent leur citoyenneté, leurs biens, sont les victimes de Sylla en 88 (Bats 2007, p. 31 ; Allély 2012, p. 124-128 ; 2013, p. 147-163). La déclaration d’hostis contre des optimates est rare : Sylla en 87 (Bats 2007, p. 32 ; Allély 2012, p. 30).

72 Cic., Cat., IV, 5, 10 ; Sall., Cat., 81, 43 (hostes iudicati) : Allély 2012, p. 21-45. Cicéron traite souvent Clodius d’hostis (Dom., 5, 12 ; 25, 66 ; 38, 101 ; Sest., 13, 29 ; 34, 73), insulte peu utilisée par Clodius à son égard (hostis Capitolinus « ennemi du Capitole » : Cic., Dom., 3, 7).

73 Cic., Off., I, 12, 37 : Equidem etiam illud animauerto, quod, qui proprio nomine perduellis esset, is hostis uocaretur lenitate uerbi rei tristitiam mitigatam. Traduction M. Testard, Paris, 2002. Ferrary 1983, p. 557 ; Magdelain 1973, p. 421 ; 1990, p. 560 ; Lovisi 1999, p. 230 ; Allély 2012, p. 17. 

74 La cité acquiert sur le patrimoine confisqué un droit analogue au dominium ex iure Quiritium du ius ciuile : Talamanca 1954, p. 162 ; Fuhrmann 1959, col. 2484-2515 ; Paulus 2001, p. 578.

75 Mommsen 1907, p. 54-55 ; Hartmann 1895, col. 308-309 ; Kleinfeller 1909, col. 1683-1685 ; Albanese 1979, p. 330, n. 42 ; Bauman 1996, p. 12 ; Kelly 2006, p. 37 ; Rivière 2008a, p. 56.

76 Ferrary 1983, p. 566 ; 2009, p. 233 ; Kelly 2006, p. 125 ; Ledneva 2009, p. 71 ; Van der Blom 2010, p. 195-203 ; p. 329. Est attesté le cas de Q. Servilius Caepio, proconsul vaincu, démis de son imperium, exclu du sénat en 104, condamné pour perduellio et frappé d’interdictio aqua et igni en 103, qui perd ses biens et devient citoyen de Smyrne (Liv., Per., 67 ; Cic., Balb., 28 ; Brut., 135) : Ferrary 2009, p. 235 ; Kelly 2006, p. 161.

77 Cic., Dom., 18, 48 ; 20, 51 ; 20, 53 ; 23, 60-61 ; 30, 80 ; 37, 100 ; 38, 102 ; 39, 103 ; 43, 114 ; 44, 115 ; 56, 153 ; App., B. C., II, 15 ; Plut., Cic., 33, 1 : Mommsen 1907, p. 51-61 ; Moreau 1987, p. 476 ; Kelly 2006, p. 236. Le droit de coercition du tribun est limité à la Ville et par le veto de ses collègues : Greenidge 1971, p. 327.

78 Moreau 1987, p. 477-480 ; Greenidge 1971, p. 364-385.

79 La tournure nominale dérive de publice in possessum mittere (Liv., XXXVIII, 60, 8) : Betti 1942, p. 316-318 ; Weiss 1980, col. 2053-2062 ; Talamanca 1954, p. 171 ; Salerno 1990, p. 164. Les questeurs ont qualité de mandataires : Mommsen 1894, p. 239.

80 Moreau 1987, p. 476. Aelius Ligus (Broughton 1952, p. 195) soutient Clodius.

81 Ces documents censoriaux sont déposés à l’Atrium Libertatis et à l’aerarium : Coarelli 1993, p. 133 ; 2007, p. 106 ; p. 115 ; Bonnefond 1979, p. 612 ; Nicolet 2001, p. 197-208.

82 Moreau 1987, p. 476. Le recensement achevé en 64 n’a pas pris en compte les dernières acquisitions de Cicéron, la domus du Palatin achetée à Crassus en 62 et deux domaines situés à Antium et à Pompéi acquis vers 60.

83 Carcopino 1947, p. 73 ; Shatzman 1975, p. 403-414 : la fortune de Cicéron à la fin de sa vie s’élève à 13 millions de sesterces, mais celles de Crassus ou Pompée à plus de cent millions. Après 57, Cicéron adopte le comportement des nobles de son temps en achetant d’autres domaines (Cumes en 56, Alba vers 50, Astura et Pouzzoles vers 45), des deuersoria pour ses déplacements et en les revendant (Rawson 1991, p. 204-222). Il reçoit des legs de ses amis et clients (Cluvius de Pouzzoles en 45).

84 Plut., Cic., 8, 3 ; Cic., Att., I, 16, 10 ; 16, 18 : le domaine est affermé ; il peut avoir hérité d’autres terres, de maisons de rapport à la base de la fortune des Tullii : Shatzman 1975, p. 404 

85 Plut., Cic., 8, 6 : Shatzman 1975, p. 403 ; Guillhembet 2008, p. 201, p. 217.

86 Plut., Cic., 8, 3 : Shatzman 1975, p. 404 ne cite pas ces deux propriétés.

87 Fille unique d’un père décédé, Terentia est sui iuris : mariée en 77, elle garde en gestion propre son patrimoine dont des terres boisées près de Rome, un saltus constitué de bois et de pâturages à Antium (Att., II, 4, 5), un uicus vendu en 58 (Fam., XIV, 1, 4), deux insulae à Rome et la possessio de terres du domaine public (Att., II, 15) : Fayer 2005, p. 678 ; Treggiari 2007, p. 30.

88 Plut., Cic., 8, 3 : soit 400 000 HS (Shatzman 1975, p. 413 ; Guillaumont 2015, § 5). Jusqu’à sa mort vers 68, le père de Cicéron a autorité sur la dot de sa bru en tant que pater familias : selon l’usage, les jeunes gens des élites en disposent pour financer le début de leur cursus honorum : Treggiari 2007, p. 32. Les insulae génèrent 80 000 sesterces de revenu par an, affectés en 45 à l’éducation du fils de Cicéron (Cic., Fam., XI, 1, 5 ; Att., XII, 32, 2, 7 ; XVI, 1, 5) : Carcopino 1947, p. 75 ; Shatzman 1975, p. 404 ; p. 413.

89 Cic., Att., II, 8, 2 (15 avril 56) ; 9, 4. Les uillae de Tusculum et Pompéi sont intégrées dans des exploitations foncières (Shatzman 1975, p. 27) et bien qu’il ne soit pas établi que les autres uillae le soient, cette tournée indiquerait que Cicéron comme tout sénateur à ce moment de vacance du Sénat, règle les questions d’intendance liées à l’exploitation de ses domaines, forêts, pâturages. Cicéron achète Tusculum en 68 (Cic., Att., I, 6 ; 10, 3 ; 4, 3 ; II, 1, 11) : Carcopino 1947, p. 80. La uilla de Formies, Formianum ou Caietanum, est acquise en 67-66 (Cic., Att., I, 4, 3 ; 16, 10 ; II, 4, 6 ; 4, 10-17) : Carcopino 1947, p. 80 ; Shatzman 1975, p. 407. Antium est cité dans des lettres de juin 60 (Cic., Att., II, 1, 1 ; II, 2 ; 3, 3) : Carcopino 1947, p. 82. Shatzman 1975, p. 405, écarte l’ager Solanius, legs de l’acteur Roscius.

90 Cic., Att., I, 20, 1 ; II, 1, 11 ; 4, 6. Carcopino 1947, p. 83 ; Shatzman 1975, p. 405. Ce Pompeianum n’est pas la propriété citée par Plut., Cic., 8, 3.

91 Cic., Fam., V, 6, 2 ; Dom., 37, 100 ; 39, 103 ; 40, 106 ; 44, 116 ; 51, 132 ; Planc., 27, 66 ; Vell. Pat., II, 14, 3 ; Plut., Cic., 8, 3 ; Gell., XII, 12, 2. Carcopino 1947, p. 74 ; Shatzman 1975, p. 403 ; Wiseman 1987, p. 398 ; Papi 1995, p. 202 ; Guilhembet 1996, p. 189 ; 1999, p. 255 ; 2001, p. 255 : la « visibilité » est une nécessité pour l’homme politique. Le Palatin passe pour une colline patricienne par opposition à la colline plébéienne de l’Aventin : Baudry 2007, p. 177.

92 Cic., Att., I, 1, 6 ; 13, 5 ; 16, 10 : Wiseman 1987, p. 393 ; Moreau 1987, p. 479 ; Rawson 1991, p. 206 ; Guilhembet 2001, p. 217 ; Verboven 2002, p. 47 ; Guilhembet-Royo 2008, p. 201 ; Roller 2010, p. 123.

93 Cic., Dom., 41, 109 ; 56, 143. L’atrium est, selon l’usage aristocratique, le lieu d’exposition des imagines dont ne peut se prévaloir Cicéron faute d’ancêtre ayant exercé une magistrature curule, et l’espace consacré aux autels domestiques.

94 Cic., Dom., 19, 50 ; 20, 60 ; 61 ; Red. Sen., 7, 18 ; 8, 21 ; Pis. 11, 26 ; Plut., Cic., 33, 2 : Moreau 1987, p. 479 ; 2012, p. 38 ; p. 56 ; Tatum 1999, p. 159 ; Lintott 2008, p. 9-14.

95 Cic., Dom., 23, 60 ; 24, 62 ; Sest., 24, 53-54 ; Pis., 26, 52 ; Plut., Cic., 33, 1 ; Dio Cass., 38, 17, 6 : Tusculum étant à un vingtaine de kilomètres de Rome, Antium à une cinquantaine, Arpinum à un peu moins de cent, et Formies à plus de 150 kilomètres, le critère de distance n’a pas joué.

96 Cic., Fam., XIV, 2, 3 (5 octobre 58) ; Dom., 24, 62 ; Sest., 24, 54 ; Plut., Cic., 33, 2. Le lexique de la destruction est très présent : Red. Sen., 8, 18 ; Dom., 25, 64 ; 36, 96 ; 47, 122 (ruinae) ; 24, 62 ; 38, 101 ; 38, 102 ; 40, 105 ; 41, 107 ; 42, 109 ; 43, 114 ; 58, 147 (euertere) ; 40, 106 (adfligere).

97 Cic., Dom., 38, 101-102. Wiseman 1987 p. 393 ; Guilhembet 1996, p. 192 ; Flower 2006, p. 77 ; Roller 2010, p. 131-137.

98 Cic., Dom., 20, 51 ; 37, 100 ; 38, 102 ; 43, 114. La porticus Catuli est un « édifice manubial » (Moreau 2007, p. 347) qui remplace en 103 la maison arasée de Fulvius Flaccus : Papi 1999, p. 119. Q. Lutatius Catulus et Cicéron ont témoigné dans l’affaire de la Bona Dea : Cic., Dom., 38, 102 ; Att., I, 16, 5 ; Plut., Ant., 29, 6 ; Dio Cass., 37, 46, 3. Guilhembet 1996, p. 194 ; Moreau 2007, p. 348-350.

99 Thommen 1995, p. 368 ; Baroin 2010, p. 23-26 ; p. 33-41. Voir infra l’article de Y. Berthelet.

100 Cic., Dom., 23, 60 (vaisselle d’argent, mobilier) ; 24, 62 ; 43, 113 ; Pis., 26, 52 ; Red. Sen., 7, 18 ; Sest., 24, 54 (portes, colonnes, impostes) : Shatzman 1975, p. 403 ; Papi 1995, p. 203 ; Guilhembet 1999, p. 255. Cicéron avait aménagé ses uillae de façon luxueuse (Att., I, 10, 3 : une « Académie » à Tusculum) : Shatzman 1975, p. 407.

101 Les esclaves sont objets de dominium : Costa 1964, I, p. 74.

102 Cic., Fam., XIV, 4, 4. Cicéron recourt à ce procédé en 52 pour acquérir les esclaves de son ami Milon, exilé (Cic., Att., V, 8, 2 ; VI, 4, 3 ; 5, 1-2) : Dixon 1986, p. 96.

103 Les affranchissements informels opérés en présence d’amis (manumissio inter amicos : Gaius, I, 44) ou par lettre (manumissio per epistulam) ne sont pas reconnus par le ius ciuile : Watson 1967, p. 197 ; Albanese 1979, p. 52. Sous la République, les actes accomplis avant une sentence demeurant valables (Couhade-Beyneix 2013, p. 168), une manumissio uindicta quand elle est effectuée avant une condamnation et la perte de la citoyenneté est légale : Dig., 40, 2, 7-8 ; Costa 1964, I, p. 79-82 ; Watson 1967, p. 191-192 ; p. 218 ; Albanese 1979, p. 40-41. L’affranchissement censu (Watson 1967, p. 185-190 ; Albanese 1979, p. 45) ne peut être envisagé en raison des dates de recensement. Le statut de capite deminutus empêche toute forme d’affranchissement, même par testament (Gaius, 2, 145) : Watson 1967, p. 194 ; Albanese 1979, p. 329, n. 41 ; Rivière 2008a, p. 56.

104 Cic., Fam., XIV, 1, 3 (25 novembre 58).

105 Verboven 2002, p. 208. Cicéron a d’autres revenus ponctuels comme le legs du philosophe Diodote en 59 : Shatzman 1975, p. 410.

106 Cic., Q. fr., 1, 3, 7 ; Att., III, 19, 3 ; IV, 3, 6 ; Red. Sen., 15, 37 ; Red. Pop., 2, 5 ; 5, 15. Les amis sollicités sont Ateius Capito (Fam., XIII, 29, 2), Rabirius Postumus (Rab. Post., 47), Sestius (Red. Sen., 8, 20 ; Sest., 69, 144) ; d’autres références restent imprécises (Fam., XIV, 2, 3 ; 1, 5 ; Att., IV, 2, 7 ; Red. Sen., 8, 21-23) : Carcopino 1947, p. 98 ; Verboven 2002, p. 83 ; p. 122 ; p. 159.

107 Cic., Red. Sen., 14, 35 ; Planc., 41, 98 ; Att., III, 19, 3 ; 20, 2 ; Corn. Nep., Att., 4, 4.

108 Le capite deminutus ne peut ni ester, ni recevoir de legs (Cic., Dom., 32, 85 ; Gaius, 2, 145-147 ; Albanese 1979, p. 329, n. 41 ; Rivière 2008a, p. 56 ; 2008b, p. 274), ni accomplir le moindre acte selon le droit romain.

109 Cic., Fam., XIV, 4, 3 : Tullia est née vers 76, mariée en 63 à C. Calpurnius Piso Frugi, questeur en 58 du Pont-Bithynie, décédé en 57 (Broughton 1952, p. 187). Le retard de paiement de la dot est mis en doute, l’usage romain étant de trois versements à un an d’intervalle : Treggiari 2007, p. 48 ; p. 68 ; Guillaumont 2015, § 6 ; § 18 envisage un divorce.

110 Cic., Att., III, 19, 3 ; 23, 5 : il s’agit sans doute d’un soutien financier, Terentia assurant l’éducation du jeune Marcus (Treggiari 2007, p. 44). Né en juillet 65 ou au début 64, encore infans puisque dans sa septième année (Albanese 1979, p. 434), il relèverait d’une tutela impuberum parce que la capitis deminutio media entraîne la perte des liens agnatiques (Gaius, I, 158 : Albanese 1979, p. 314 ; p. 316, n. 15) et la fin de la patria potestas du père (Watson 1967, p. 100 ; p. 121). Selon la Loi des XII Tables, 5, 6, la tutelle de l’enfant revient à l’agnat le plus proche : Gaius, I, 155-157 ; Costa 1964, I, p. 165 ; Albanese 1979, p. 442 ; les sources n’évoquent pas ce rôle de Quintus Cicéron.

111 Le mariage d’un capite deminutus peut subsister dans le cadre du ius gentium : Albanese 1979, p. 330, n. 41 ; Treggiari 2007, p. 43.

112 Terentia ne formule pas de demande de divorce, ne se le voit pas imposer, en raison du statut du mariage qui n’est pas codifié par un acte officiel lors de sa constitution, ni lors de sa rupture éventuelle par divorce : Humbert 1990, p. 177.

113 Cic., Fam., XIV, 2, 2 (5 octobre 58) ; Sest., 24, 54. La Tabula Valeria est le lieu du tribunal des tribuns : Thommen 1995, p. 151 ; Coarelli 1999, p. 16. L’interrogatoire de Clodius pourrait être lié à une vengeance personnelle, Terentia ayant soutenu son mari dans l’affaire de la Bona dea : Treggiari 2007, p. 33 ; p. 65 ; Guillaumont 2015, § 33.

114 Dixon, 1986, p. 96 cite la confiscation de la dot de la femme de C. Gracchus (Plut., C. Gracch., 17, 5-6). Mais la confiscation de la dot n’est pas de règle dans la capitis deminutio : Albanese 1979, p. 326, n. 36.

115 Cic., Fam., XIV, 1, 5 ; Att., XVI, 1, 5 (divorce et restitution de la dot en 45) : Fayer 2005, p. 698-714 ; Treggiari 2007, p. 338.

116 Cic., Fam., XIV, 4, 4 : Cicéron distingue les esclaves de Terentia (tuis) des siens (ceterorum seruorum, nostri). Dixon 1986, p. 95.

117 Cic., Fam., XIV, 1, 4.

118 Cic., Rosc. Amer., 8, 23 ; 10, 27 ; 11, 29 ; 11, 32 ; 50, 145 ; 50, 147 : l’expulsion (expellere, exturbare) suit l’achat des domaines et maisons : le nouveau propriétaire prend aussi possession des esclaves.

119 Dom., 20, 51 : Damnatum ? certe non. Expulsum ? (…) Eiectio nusquam est. « Étais-je condamné ? non pas. Étais-je expulsé ? (…) Il n’y a aucune trace d’expulsion ». Traduction P. Wuilleumier, 2002.

120 Cic., Fam., XIV, 2, 2 : Treggiari 2007, p. 47. Les quatre lettres de Cicéron adressées à sa femme et à son fils pendant son exil le sont aussi à sa fille.

121 Cic., Dom., 41, 108 ; 44, 116 : Costa 1964, II, p. 48-49 ; Moreau 1987, p. 476.

122 Schol. Gron., Cic., Verr. II, 1, 52 (345 St.) ; Ps. Ascon., Cic. II Verr., 1, 52 (236 St.) ; 1, 61 (239 St.) ; Gaius, 4, 146 ; Paul/Fest., 455L, s. u. Sectores : Klingmüller 1921, col. 982 ; Talamanca 1954, p. 158-161 a démontré que l’hypothèse ancienne (Humbert 1877a, p. 736-737 ; Rotondi 1911, col. 1263-1264) qui faisait du sector un intermédiaire qui acquérait en bloc pour revendre par lots, était fausse ; Salerno 1990, p. 169-172.

123 Talamanca 1954, p. 158-160 ; Salerno 1990, p. 182 ; p. 173 ; Hinard 1993, p. 22.

124 Ces situations diverses sont assimilées sur la base d’un passage d’Aulu-Gelle (XIII, 25, 5 : Cic., Leg. agr., 2, 59). Les questeurs des provinces assurent sur place la vente du butin de guerre, dont les prisonniers. Les sources ne précisent pas l’intervention des questeurs de Rome, supposée par la critique, pour les biens des proscrits, des aqua et igni interdicti.

125 En droit privé, quinze jours pour les décès, trente pour les dettes : Gaius III, 79.

126 Cic. Rosc. Amer., 45, 130 ; 38, 110 ; 37, 105-107 ; 43, 125-126 ; 44, 128 ; 44, 130. Sylla a présidé la vente des biens des autres proscrits : Plut., Sull., 33, 3.

127 Cic., Phil., II, 26, 64.

128 Dom., 41, 107 (emploi du verbe addicere qui renvoie à l’addictio) ; Red. Sen., 7, 16. Sur l’addictio, Dig., 49, 14, 50 ; 6, 1, 41 : Talamanca 1954, p. 214-220 ; Waldstein 1965, col. 101 ; Moreau 1987, p. 476-477 ; Salerno 1990, p. 173 n. 37.

129 Cic., Rosc. Amer., 46, 133 (pour les proscrits) ; Phil., II, 26, 64 ; 29, 73 (pour Pompée). Les tabulae ne sont pas attestées dans le cas de Cicéron.

130 Ces annonces (proscriptio bonorum) sont une source d’infamie dans la société romaine (Cic., Off., II, 23, 83) : Salerno, p. 165. 

131 Cic., Phil., II, 29, 71 ; 29, 73-74.

132 Cic., Off., II, 8, 27 ; 23, 83 ; Phil., II, 26, 64 ; Paul/Fest., 90L, s. u. Hasta : Klingmüller 1912, col. 2501-2503 ; Waldstein1965, col. 100-106 ; Salerno 1990, p. 163.

133 Cic., Phil., II, 26, 64. L’usage est que le préteur préside la vente.

134 Cic., Phil., II, 27, 64-68 ; 29, 71-73.

135 Cic., Dom., 44, 116 : inferiorem aedium partem adsignauit (…) Clodiae genti. Traduction P. Wuilleumier, Paris, 2002 : Moreau 1987, p. 477.

136 Cic., Dom., 44, 116 (nomen adscribere) : Moreau 1987, p. 477 n. 86.

137  Sector : Cic., Rosc. Amer., 29, 80 ; 36, 103 ; 43, 124 ; 52, 152 ; bonorum emptor : Cic., Rosc. Amer., 9, 24 ; 21, 58 ; 22, 60 ; 26, 72 ; 43, 125 ; 50, 146 ; 52, 151. Pour Antoine : Phil., II, 26, 6.

138 Cic., Rosc. Amer., 8, 21 ; Paul/Fest., 137 L, s. u. Manceps ; Varr., l.l., 5, 48 : Talamanca 1954, p. 246 ; p. 254 ; Salerno 1990, p. 162. Les biens affermés sont, entre autres, la perception des uectigalia, les travaux publics…

139 Dom., 18, 48 : Postremo ne in praedae quidem societate mancipem aut praedem socium extra tuorum gladiatorum numerum. Traduction P. Wuilleumier, Paris 2002 : Moreau 1987, p. 477 retient la lecture du mot societas auquel il donne son sens juridique (récusant la traduction par « partage »). Praes : Varr., l.l., 6, 24 ; Paul/Fest., 249L, s. u. Praes ; Cic., Verr. I, 54, 142.

140 Dans le cas de Roscius, Cic., Rosc. Amer., 10, 28 ; 21, 58 ; 22, 60 ; 31, 87 ; 34, 95 ; 34, 96 ; 35, 99 ; 40, 117 ; 43, 124.

141 Dom., 19, 50 : tetigit digito « il a touché du doigt » renvoie au fait de lever le doigt pour répondre aux enchères. Moreau 1987, p. 477, n. 84.

142 Cic., Dom., 44, 116 ; 62, 124 ; Red. sen., 18 : Moreau 1987, p. 478, n. 95.

143 Cic., Rosc. Amer., 44, 128 : Salerno 1990, p. 175. Le montant est si dérisoire qu’il semble falsifié.

144 Cic., Phil., II, 27, 65. Le sector peut revendre les biens acquis grâce à une sectio bonorum dans le cadre d’une vente privée et en dégager un profit : Talamanca 1954, p. 159-163 ; Salerno 1990, p. 185.

145 C’est la situation de Roscius Amerinus (Cic., Rosc. Amer., 6, 15 ; 6, 17 ; 8, 21 ; 8, 23 ; 9, 24 ; 11, 32 ; 36, 103 ; 41, 120-121 ; 50, 145) et de Cicéron (Dom., 40, 107 ; 41, 107). Talamanca 1954, p. 162 ; Salerno 1990, p. 178 (Varr., Re rust., II, 10, 4).

146 Plut., Cic., 33, 1-2 ; Cic., Red. Sen., 22 ; Dom., 48, 107-108 : Jal 1967, p. 430.

147 Cic., Fam., XIV, 2, 2 (5 octobre, le délai du courrier est à prendre en compte).

148 Cic., Att., III, 15, 2 (17 août 58, première allusion à la perte totale de ses biens).

149 Cic., Dom., 38, 101-103. Moreau 1987, p. 479, n. 99 : la maison de Cicéron n’ayant peut-être pas entièrement brûlé, Clodius pourrait s’être servi de la structure pour construire la maison des Clodii et le templum de la Libertas.

150 Cic., Fam., XIV, 1, 3 (25 novembre 58).

151 p. Cornelius Lentulus Spinther (Broughton 1952, p. 199) et Q. Caecilius Metellus Nepos (Broughton 1952, p. 199-200) ont été les porteurs de la loi qui restitue à Cicéron sa citoyenneté et ses biens.

152 Cic., Ad Att., IV, 2, 5 : 2 000 000 de sesterces pour la domus du Palatin, 500 000 sesterces pour la uilla de Tusculum, 250 000 pour celle de Formies. Carcopino 1947, p. 90 ; Shatzman 1975, p. 407.

153 Cic., Dom., 41, 108.

Top of page

References

Electronic reference

Maria Bats, « La publicatio bonorum dans le De Domo sua de Cicéron », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [Online], 128-2 | 2016, Online since 14 June 2016, connection on 26 June 2017. URL : http://mefra.revues.org/3653

Top of page

About the author

Maria Bats

Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne/UMR 8210 ANHIMA - mariabats@orange.fr

Top of page

Copyright

© École française de Rome

Top of page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org