Navigation – Plan du site
Allevamento transumante e agricoltura

Interrogations actuelles sur la transhumance

Mireille Corbier

Résumés

Le propos de l’étude est d’identifier un certain nombre de questions en suspens sur la pratique de la transhumance en Italie centrale à l’époque romaine et de suggérer quelques pistes nouvelles de recherche sur ces déplacements réguliers et saisonniers des troupeaux et des hommes à plus ou moins longue distance. Après avoir rappelé quelques définitions, notamment les trois emplois principaux du mot latin saltus, l’auteur centre son attention sur la complémentarité de l’agriculture et de l’élevage, trop souvent oubliée. Ce thème dont elle avait souligné l’intérêt lors de la rencontre de 2012 a été retenu pour la rencontre de 2013. L’auteur souligne la diversité des terres – mises en culture ou non – qui peuvent servir de pâturages aux troupeaux. Parmi les orientations envisagées pour l’avenir on notera les suivantes : dépasser les limites chronologiques imposées par la majorité des sources écrites, élargir l’espace géographique considéré et développer les comparaisons. Par la diversité des questions qu’elle pose ainsi que des domaines, des disciplines et des méthodes qu’elle met en cause, l’étude de la transhumance est l’une des clefs les plus fascinantes de lecture et de compréhension du fonctionnement des sociétés rurales : cette pratique a constitué en effet au long des siècles un « objet social total ». 

Haut de page

Texte intégral

1Où en sommes-nous aujourd’hui ? Quelles questions nous poser sur la transhumance ? Quelles pistes nouvelles de recherche proposer ? Mon intervention dans le débat ouvert à l’École française en 2012 sera d’ordre avant tout programmatique, sur le mode « bilan et perspectives ». Je commencerai donc par quelques définitions simples

  • 1 Pour m’en tenir à ma seule bibliographie personnelle : Corbier 1983 ; Corbier 1988 ; Corbier 1991  (...)
  • 2 Rendu 2006, p. 7-29, en date la première occurrence en langue française, sous sa forme adjective, (...)

2Nous avons tous, ou presque tous1, écrit à des titres divers sur la transhumance dans la péninsule Italienne et dans certaines provinces du monde romain, et nous l’avons fait pour l’essentiel en nous appuyant sur un petit nombre de textes, sur l’interprétation desquels nous avons formulé des hypothèses différentes. Celles-ci restent des hypothèses, même si certains n’ont pas échappé à la tentation de vouloir imposer les leurs en invoquant, sous une forme ou une autre, l’argument d’autorité. Je n’y reviendrai pas ici. Je voudrais proposer de replacer ce que nous désignons du nom de « transhumance » (un mot d’invention somme toute récente2, repris et promu dans la seconde moitié du XIXe siècle au rang de concept et de catégorie analytique dans la « langue savante » de la géographie humaine) dans le contexte plus général de l’organisation des activités pastorales dans le monde romain. Un contexte sur lequel nous disposons d’autres sources écrites et, désormais, d’une quantité croissante d’informations d’origine archéologique, au sens le plus large du terme.

3Dans l’ensemble de l’espace unifié par Rome, si l’on met à part le simple élevage domestique pratiqué par de petits fermiers, on devrait distinguer trois niveaux principaux d’activité pastorale spécialisée.

4Le premier niveau est celui de l’élevage sédentaire intégré à l’agriculture ; pratiqué sur le fundus, le domaine, il est recommandé par les agronomes latins, Caton, Varron et Columelle. Varron le désigne comme uillatica pastio (R.R., 3, 1, 8). Columelle (1, 2, 5) conseille pour sa part aux propriétaires de faire paître sur leurs terres par le bétail de leur domaine aussi bien les culta que les dumeta.

5Le deuxième niveau correspond au secteur pastoral d’une agriculture sédentaire, celui que nous nous proposons d’étudier ici : le déplacement des troupeaux et de leurs bergers depuis les pâturages d’hiver vers les pâturages d’été (ou l’inverse) y prend des formes multiples, à courte (et parfois très courte) comme à plus longue distance. Il ne faut pas d’ailleurs imaginer seulement des déplacements liés à de fortes dénivellations ; ils peuvent associer aussi des zones sèches et des zones humides. 

  • 3 Les callitani sont connus depuis longtemps par une inscription de Sulmona, Eph. epigr., 8, 1899, n (...)
  • 4 Crawford 1996, n° 2, l. 26 ; lire aussi le commentaire de Granet 1989, p. 141-154, trop souvent né (...)

6Pour désigner ces migrations, le latin ne possède pas de terme spécifique, le grec non plus d’ailleurs, il fait seulement des références aux calles – les chemins de transhumance –, aux callitani 3 – les transhumants –, aux troupeaux qui suivent les calles itineris causa – pour leur déplacement –, ainsi qu’aux saltus où les troupeaux vont paître. En dehors de cette circulation sur les calles, dont la gratuité avait été garantie par la lex agraria de 111 avant J.-C.4 et que nous supposons libre aussi par ressemblance avec ce qui s’est pratiqué sur les drailles en France et sur leurs homologues d’Italie centrale et méridionale, de Sicile et de Castille, à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne, seule l’Italie centrale nous permet d’identifier les traces d’une institution jouant un rôle comparable à celui de la Mesta dans la péninsule Ibérique et de la Dogana ou Mena delle pecore en Italie méridionale à l’époque moderne. Entendons une institution, contrôlée ou du moins surveillée par le pouvoir politique, et venant se superposer aux pratiques concrètes des acteurs et aux accords passés et renouvelés entre les parties en présence (propriétaires de troupeaux et de terrains de parcours) pour leur imposer des règles communes (à commencer par le respect d’un calendrier), fixer le nombre des têtes de bétail admises sur les pâturages, les superficies destinées à les accueillir, les prix et l’impôt à payer pour y accéder, et organiser un arbitrage juridique en cas de conflit.

7Le troisième niveau d’activité pastorale concerne de véritables sociétés de pasteurs, généralement nomades ou semi-nomades, qui ont été repérées à l’intérieur ou aux marges de l’empire, et dont la présence a perduré ou s’est renouvelée jusqu’au XIXe siècle tant dans les Balkans (Morlaques, Valaques et Aroumains) qu’en Anatolie (yürüks), et plus encore dans l’ensemble de la rive sud du Maghreb au Machrek, du Maroc à la Syrie, la péninsule Arabique et la Mésopotamie : à l’élevage, ces sociétés présentent l’originalité d’avoir souvent associé une forte participation dans l’organisation des trafics caravaniers. Mais on n’en connaît pas dans l’Italie romaine. 

8La seule description précise de la transhumance des ovins concerne l’Italie centrale au dernier siècle de la République avec le livre 2 et quelques passages du livre 3 des Res Rusticae de Varron. Un texte essentiel (R.R., 2, 1, 16) atteste à la fois l’existence de déplacements à longue distance d’Apulie vers le Samnium et l’obligation d’une déclaration (professio) des effectifs des troupeaux au publicain avant tout accès au pâturage – et donc le paiement d’un uectigal, connu par ailleurs sous le nom de scriptura. Ce n’est donc pas un hasard si la transhumance est plus étudiée sur le versant adriatique, seul concerné par ces textes, que sur le versant tyrrhénien, où elle se pratiquait aussi (comme à l’époque moderne entre les Apennins et les Maremmes, sous le contrôle du pouvoir pontifical) : Pline le Jeune (Epist., 2, 17, 3) a vu des troupeaux de moutons, mais aussi des chevaux et des bœufs, « chassés des montagnes par l’hiver », autour de sa villa des Laurentes, dans la plaine côtière proche d’Ostie. Strabon (4, 6, 2) sous-entend pour sa part la pratique chez les Ligures – sous forme de transhumance inverse des troupeaux des montagnards vers les plaines côtières. 


  • 5 Lire Corbier 2007, p. 4-8, avec référence aux travaux récents sur le sujet.
  • 6 Sigaut 1975. 

9Ces mots d’introduction m’invitent à clarifier une question de vocabulaire : le sens, ou plutôt les sens, du mot latin saltus5. Certes le premier sens de saltus, selon la définition donnée par Aelius Gallus transmise par Festus et celle de Varron dans le De lingua latina, est celle d’une terre non cultivée par opposition à l’ager ou au fundus, tous les deux régulièrement cultivés. On pourrait multiplier les exemples de textes littéraires ou juridiques où saltus est bien employé dans ce sens de terres utilisées pour le pacage, qu’elles soient boisées ou non. Le poète Silius Italicus évoque ainsi les Calabrais (c’est-à-dire à l’époque romaine les habitants du sud de la Pouille actuelle) qui mettent le feu aux saltus pour fertiliser leurs pâturages (ad pinguia pabula saltus) : une pratique, l’écobuage, qui a elle aussi perduré jusqu’à une époque récente, que l’on retrouve dans de nombreuses régions, et qui a été dans les années 1970 remarquablement étudiée par François Sigaut6

  • 7 Martin 1995, p. 97-106. 
  • 8 Agennius Urbicus, De controuersiis agrorum (Th, 45, 16 s.) : Inter res p(ublicas) et priuatos non (...)
  • 9 Scaevola, Dig., 19, 1, 52, pr. : ... a conductore saltus in quo idem fundus est..
  • 10 Lire Peyras 1995, p. 107-128 ; le domaine le plus connu est le saltus Burunitanus
  • 11 Capogrossi Colognesi 1995, p. 208-209, qui cite, à côté de Scaevola, Ulpien, Dig., 13, 7, 25 (puta (...)
  • 12 S.C. de Cn. Pisone patre, lignes 85-90 (CIL, II2, 5, 900 = AE, 1996, 885) ; noter la mention de co (...)

10Mais, lorsque saltus apparaît dans un document latin (texte littéraire, juridique, inscription), il n’est pas toujours nécessaire d’imaginer un espace boisé ou un terrain inculte destiné au pacage. En effet saltus a deux autres sens en latin, un sens technique – une unité cadastrale utilisée par les arpenteurs, qui ne nous concerne pas directement ici – et un troisième sens, qui se situe sur un autre plan. Dans les inscriptions latines et les textes juridiques c’est le mot saltus et non celui de latifundium7 qui est utilisé le plus souvent à l’époque romaine pour parler d’une grande propriété ou d’une grande exploitation agricole8, et ce saltus est souvent constitué d’une pluralité de fundi (de domaines)9 ; on en connaît de nombreux exemples, notamment en Afrique10. Luigi Capogrossi Colognesi avait fait la même observation lors du colloque de Bordeaux sur le latifundium 11 : « i giuristi imperiali conoscono ormai un saltus che non è più solo terra ai margini delle grandi strutturie agrarie, che è una unità di proprietà e un riferimento giuridico preciso ». On sait par exemple, grâce au sénatus-consulte de Gnaeo Pisone patre, que Calpurnius Pison avait reçu d’Auguste en Illyricum un saltus (c’est-à-dire une grande propriété, même si on pouvait y pratiquer l’élevage) qui a été rendu à Tibère après sa condamnation (posthume) par le Sénat12

  • 13 Braudel 1949, p. 38-50 ; 2e éd. : 1966, I, p. 77-86. 

11L’opposition saltus / ager correspond à celle emblématique des paysages ruraux méditerranéens entre terres incultes (bois, maquis, garrigue, terres infertiles, terres abandonnées ou cultivées de façon extensive, pâturages variés) et terres régulièrement cultivées (cultures céréalières, vigne, olivier, autres cultures arbustives et jardins). Ces terres se répartissent entre les trois niveaux de plaine, colline et montagne identifiés par Varron (R.R., 1, 6, 2), et que Fernand Braudel a pu présenter comme une grille d’organisation et de lecture de longue durée des paysages ruraux méditerranéens13 : tria genera agrorum : campestre, collinum, montanum

12La contamination entre les différents sens de saltus s’explique facilement. L’assignation de superficies plus étendues à certains propriétaires a pu être justifiée par le fait qu’elles étaient montagneuses, boisées ou infertiles, ou encore non cultivées au moment de la concession mais adaptées à une forme ou une autre d’utilisation productive. Cette forme d’assignation a pu être l’un des facteurs de la formation de la grande propriété ou de la grande exploitation agricole dans certaines régions du monde romain.

  • 14 Dig., 32, 67 ; 41, 2, 3, 11 ; 19, 2, 19, 1. 

13Lorsque les juristes à partir de l’époque sévérienne, tels Marcien, Paul et Ulpien, parlent les deux premiers de saltus hiberni ou saltus aestiui et le troisième de saltus pascuus14, ils ont clairement en tête soit l’existence de zones réservées chaque année ou de façon plus continue au pacage, soit l’opposition entre pâturages d’hiver et d’été qui constitue la base de l’organisation de la transhumance. La pratique était donc bien identifiée par les contemporains sans attendre que la géographie humaine du XIXe siècle nous ait pourvus pour la désigner d’un mot, devenu d’usage courant dans la plupart des langues européennes. 

  • 15 Marino 1988.

14Nous ne devons pas pour autant identifier les saltus comme des terres non cultivées de manière permanente et encore moins comme des régions boisées. Ceci est vrai en particulier pour une large part des pâturages d’hiver (en dehors des zones marécageuses ou insuffisamment drainées des Maremmes) : un saltus appelé pascuus ou hibernus peut comprendre aussi des terres cultivées en blé de façon plus ou moins régulière et dont une part est chaque année au moins, mais parfois plusieurs années de suite, laissée par rotation en jachère. Ceci vaut en particulier pour les saltus du Tavoliere, la région qui constitue à l’époque romaine comme à l’époque moderne le centre (à l’époque romaine d’après Varron le point de départ, à l’époque moderne le point de destination) du principal exemple de transhumance à longue distance dont nous disposons dans la péninsule Italienne. Il est vrai qu’à la différence de l’époque moderne où les sources sont très abondantes et ont été récemment bien analysées par John Marino pour le XVIIIe siècle15, les sources de l’époque romaine ne nous disent rien sur l’articulation de la culture du blé et du pâturage accessible en hiver aux troupeaux transhumants, pas plus sur le pourcentage relatif que sur la distribution spatiale dans le Tavoliere des terres réservées au pacage et des terres cultivées. 

  • 16 Volpe 2001, p. 315-361 : p. 339-340.
  • 17 Marino 1988, p. 47.
  • 18 R.R., 1, 6, 3 (ubi lati campi, ibi magis aestus, et eo in Apulia loca calidoria ac graviora) ; 1, (...)
  • 19 R.R., 2, 1, 16 : Neque eadem loca aestiua et hiberna idonea omnibus ad pascendum. Itaque greges ou (...)

15Je souhaite ici faire part de ma perplexité – comme je l’ai déjà fait au colloque de Ferrare (pour le détail il est possible de se reporter à mon texte publié en italien) – à l’égard d’une tendance diffuse parmi certains chercheurs qui font partie des meilleurs spécialistes de la région à fonder leurs propositions sur une stricte opposition entre céréaliculture et pâturage en oubliant quasiment qu’il s’agit de deux activités complémentaires. Ainsi Giuliano Volpe auquel nous devons pourtant une bien meilleure connaissance des paysages ruraux de la Pouille à l’époque romaine : il a mis en évidence en effet grâce à de longues enquêtes archéologiques exemplaires sur le terrain et à des fouilles d’envergure à San Giusto « l’immagine di un territorio abbastanza fittamente popolato da fattorie, ville e villagi per tutta l’età romana e tardoantica ». Et il remarque que les seules traces de bois datent de l’époque médiévale. La conclusion qu’il en tire alors est surprenante : « è erroneo pensare che i saltus prevedessero immense distese continue di incolto e bosco : è verosimile infatti che…i pascoli si concentrassero in parte nelle zone pianeggianti costiere del Tavoliere, e in parte sui pianori garganici, subappenici e murgiani »16, excluant ainsi toute la partie centrale du Tavoliere où, au contraire, au XVIIIe siècle encore, le « locazioni » étaient réparties dans toute la zone17 ! Ce serait donc n’importe où, sauf sur le Tavoliere, alors que Varron lui-même nous dit que l’Apulia est caractérisée par ses lati campi qui produisent le froment (triticum) le plus apprécié18, et où viennent toujours, selon le même Varron, pâturer en hiver de nombreux troupeaux de moutons19. La même idée a été reprise par Domenico Vera ; considérant en effet qu’il y a eu un développement de la céréaliculture dans ces régions au IVsiècle – ce qui n’a rien d’impossible et serait comparable à ce qui a été observé au milieu du XVIe siècle puis de nouveau au XVIIIe siècle (mais à deux époques de forte croissance de la population totale, et plus forte encore de la population urbaine, dont il fallait assurer l’approvisionnement, et dont la demande tirait les prix du blé vers le haut) mais reste une hypothèse difficile à démontrer sur la base de quelques sources littéraires descriptives et qualitatives qui pourraient se lire en sens inverse – Vera localise les pascui saltus « nel Gargano, nel preappenino daunio, nell’altopiano delle Murge », c’est-à-dire là encore à la périphérie du Tavoliere. 

  • 20 Vera 2002, p. 253. Cette fumure est considérée aussi comme durable par Volpe 1996, p. 266.
  • 21 Le Roy Ladurie 1966, I, p. 112-122, en particulier p. 112-113 : (il s’agit de l’accueil fait aux t (...)

16L’idée qui revient plusieurs fois chez ces auteurs est que ces terres du centre du Tavoliere devaient être particulièrement fertiles après avoir été fumées aussi longtemps par les troupeaux de moutons20. En fait l’avantage procuré par la fumure antérieure se serait vite épuisé après quelques années de culture du blé, si les moutons n’étaient plus venus renouveler cet apport fertilisant que les labours répétés avant les semailles incorporent dans la terre avec l’eau des pluies d’automne et de printemps. Cette idée d’exclure toute forme de complémentarité entre la céréaliculture et l’élevage, et de priver les terres du « bassopiano » des bénéfices de la présence durant la saison hivernale des troupeaux du Samnium, me paraît donc une hypothèse difficile à démontrer et donc à soutenir. Je me contenterai de renvoyer ceux qui auraient encore des doutes à ce sujet aux belles pages qu’Emmanuel Le Roy Ladurie a consacrées dans ses Paysans du Languedoc à cette complémentarité et aux efforts consentis par les agriculteurs du Causse de Sauveterre pour accueillir même une nuit les troupeaux itinérants entre leurs pâturages d’hiver et d’été21.

  • 22 Pani 1986, p. 21-45.

17À mon sens, on ne peut pas se fier aux topoi littéraires relatifs à ces régions : à l’Apulia inanissima pars Italiae selon Cicéron, répondent les références contemporaines de Varron aux lati campi producteurs du meilleur triticum, même si ce sont des segetes non tam latae (des structures de moyenne propriété, selon Mario Pani22), et quatre siècles plus tard la Calabria frumentifera de l’Expositio totius mundi et gentium (53). Selon le lieu et le moment, les saltus incendiés par les Calabrais pour fertiliser leurs pâturages pouvaient être couverts ou de broussailles, ou de chaumes et d’herbes sauvages s’ils avaient précédemment été mis en culture. 

  • 23 Textes cités par Aymard 1978, p. 1131-1192. 

18S’il y a donc une enquête importante à mener dans le cadre du programme de recherche de l’École française, c’est bien la question de la répartition des cultures et des pratiques d’assolement à l’époque romaine. Il a pu exister, de façon permanente ou à certaines époques, des zones jamais cultivées ou retournées à la friche. Mais tout ce que l’on sait sur les rythmes de rotation des cultures dans l’espace non seulement méditerranéen mais plus largement européen invite à reconnaître qu’avant le développement de l’irrigation systématique de la bassa padana à partir de la seconde moitié du XVe siècle et du bêchage régulier en profondeur, la culture des céréales – à la différence de celle de la culture irriguée du riz dans l’Asie des moussons – est restée, faute d’engrais suffisants et / ou d’investissements en travail humain, une culture extensive imposant le respect de périodes plus ou moins longues de repos de la terre. L’irrigation de la bassa padana constitue un exemple exceptionnel, presque une anticipation qui, plusieurs siècles avant la Révolution agricole anglaise, comme le nota Arthur Young dans son voyage au Piémont et en Lombardie23, permettait de substituer à la jachère la culture de plantes fourragères et donc d’élever du bétail bovin sur le domaine et en étable, et d’intensifier la production sur place de fromage, dont les modèles de référence étaient dès la fin du Moyen Âge principalement le parmesan et le grana padano. Quant au bêchage régulier en profondeur on le trouve pratiqué à l’époque moderne dans certaines régions des Pays-Bas de l’époque, c’est-à-dire de la Belgique actuelle, et il a été imposé par les propriétaires à leurs paysans dans le cadre de la mezzadria toscane ou émilienne. Le repos nécessaire de la terre impliquait donc l’alternance entre une ou au maximum deux années de cultures de céréales d’hiver ou de printemps, et une au minimum et parfois plusieurs années de jachère herbeuse ou labourée. 

19Cette alternance a pris des formes différentes : biennale (l’año y vez en Espagne), triennale (une ou deux années de culture et deux ou une année de jachère, avec, dans le cas de deux années de jachère, une année de jachère pâturée suivie d’une année de jachère labourée), ou échelonnée sur des périodes plus longues encore. Dans tous les cas, elle devait absolument faire place à l’apport en engrais des troupeaux pendant une période plus ou moins longue, ces troupeaux pouvant être élevés sur place, ou venir de plus ou moins loin, mais venant d’autant plus loin (et en fait de régions montagneuses déficitaires en céréales et riches en bétail) qu’ils étaient plus nombreux : on pourra se reporter à un grand classique de l’agronomie italienne de la Renaissance, les Giornate dell’Agricoltore in villa d’Agostino Gallo (milieu du XVIe siècle), construites autour d’un dialogue entre le propriétaire de la villa (citoyen de Brescia) et l’éleveur transhumant descendu des Alpes avec ses bovins, et désigné du nom générique de « Bergamino ». Celui-ci était, aux yeux du propriétaire, la seule personne digne, même s’il était de rang social inférieur, de lui servir d’interlocuteur parce qu’il était l’autre acteur de cette agriculture savante et plus productive qu’il voulait promouvoir aux dépens de l’ignorance des simples paysans. Et ce recours au fumier du bétail transhumant était d’autant plus indispensable que la période de jachère se réduisait à une seule année et qu’une pression s’exerçait en faveur d’un accroissement de la production de blé. Inversement, comme le montrent les plaintes contre la Dogana delle Pecore au XVIIIe siècle, les propriétaires de terres cultivées pouvaient concentrer leurs réclamations sur l’obligation qui leur était faite de laisser en jachère pour accueillir les troupeaux des terres qu’ils auraient préféré semer, en réduisant la durée de la jachère, mais sûrement pas en l’éliminant, ce qui aurait été un non-sens agronomique.

20À ces contraintes multiples que font peser sur l’agriculture et l’élevage méditerranéens le relief, le climat, la nature des sols, l’hydrographie, il serait sans aucun doute vain de chercher à tout prix pour l’époque romaine une réponse unique, valable en tous temps et en tous lieux. La diversité des solutions mises en œuvre selon les époques, en fonction notamment de la pression démographique, de la demande urbaine ou encore des systèmes de propriété et d’exploitation des terres ou des choix productifs (la laine ou la viande par exemple) a toutes chances d’être la conclusion, infiniment plus stimulante, de nos recherches.

21Pour en rester aux espaces géographiques, il vaudrait la peine aussi d’enrichir, grâce à la multiplication des recherches archéologiques, l’information sur ce que j’ai appelé les « balises » de la transhumance. 

  • 24 Barker 1989, p. 1-19. 
  • 25 Voir les études classiques de Van Wonterghem 1973, p. 36-48 avec planches I à X, et Di Niro 1977.  (...)

22Non empierrés, à la différence des routes romaines, les « chemins des troupeaux » n’ont pas laissé de traces archéologiques directes. Ils ne peuvent être identifiés que par la méthode régressive dont Marinella Pasquinucci est une remarquable spécialiste et par les vestiges dont on peut penser qu’ils les ont balisés. Je les énumère : bergeries et abreuvoirs, inscriptions lorsqu’elles sont retrouvées in situ ce qui est le cas de l’inscription de Saepinum toujours en place sur la porte de la cité, ce qui est peut-être le cas de celle de Buca, mais c’est moins sûr, car elle est connue par la tradition manuscrite, restes de monuments funéraires dont l’un porte un décor qui est peut-être la seule représentation que nous possédions de la transhumance, j’y reviendrai, les traces de campements (ainsi, selon Graeme Barker24, les « sites de poteries sans tuiles » pourraient correspondre aux campements des bergers transhumants, comparables aux huttes de paille ou pagliari de l’époque médiévale ou moderne, dont les trulli, construits désormais en pierre, ont repris la forme à partir de la fin du XVIIe siècle), etc. Les sanctuaires méritent une attention toute particulière : des manifestations du culte d’Hercule, échelonnées sur plusieurs siècles, jalonnent les itinéraires anciens25

  • 26 Hatzopoulos 2004, p. 45-53. Lire aussi l’introduction du corpus de Petsas et al. 2000. 

23L’importance des sanctuaires liés à la transhumance n’est certes pas propre à l’Italie. À la lumière de quelque deux cents inscriptions ou fragments d’inscriptions retrouvées dans le sanctuaire de la Mère des Dieux Autochtone, au-dessus du village de Leukopétra en Macédoine, Miltiade Hatzopoulos nous invite à restituer la vie d’un petit temple, surgi au milieu du IIe siècle après J.-C. sur les lieux d’une dévotion plus ancienne, à mi-chemin entre les alpages du Mont Bromion, où les troupeaux montaient au mois de mai pour estiver, et les plaines de la Basse ou de la Haute Macédoine, où ils redescendaient en octobre pour hiverner. Deux fois par an, les fidèles accourent aux panégyries de la Mère des Dieux et procèdent à des dédicaces ou à des consécrations-donations d’esclaves ou même de leurs propres enfants26

  • 27 Gabba – Pasquinucci 1979.
  • 28 Rostovtzeff 1926 ; 2e édition révisée par P.M. Fraser, 1957, p. 20 avec photo après la p. 20, ajou (...)
  • 29 La houlette, utilisée comme ornement, permet souvent d’identifier des bergers, transhumants ou non (...)
  • 30 Chioffi 1999, p. 69-70, n° 84. 

24Faut-il retenir parmi les « balises » de la transhumance le célèbre relief de Sulmona qu’Emilio Gabba et Marinella Pasquinucci avaient choisi pour illustrer précisément la jaquette de leur livre sur la transhumance (fig. 1)27 ? Rostovtzeff, qui s’y était déjà intéressé lui aussi, est un peu rapide dans son analyse de l’image28 ; il parle de « scènes de la vie paysanne » et envisage la possibilité (« perhaps ») d’un lien avec la transhumance. Il reconnaît à gauche un paysan, appuyé sur un bâton ou une charrue surveillant des moutons ainsi peut-être que des cochons. Au centre, un chariot chargé tiré par des chevaux ou des mules, à droite une femme, épouse vraisemblable du conducteur du chariot, selon lui. D’autres ont reconnu depuis, plus justement, dans le personnage de gauche, un berger appuyé sur sa houlette – car cette houlette (désignée en latin par le terme pedum), dont l’extrémité recourbée permettait de recueillir des mottes de terre et de les projeter sur les moutons, est bien visible sur d’autres monuments funéraires ou votifs (fig. 2 a-b)29. Et ils ont reconnu aussi dans le personnage de droite un autre homme plutôt qu’une femme. Mais, s’il tenait dans sa main droite un culter, comme le propose L. Chioffi, la scène n’aurait pas de lien avec la transhumance et représenterait des bêtes conduites à l’abattoir30

25Quant à l’inscription lacunaire – homines ego moneo niquei diffidat [---] (noter que le sibi que l’on voit dans la lacune est un ajout moderne, inspiré par une proposition de Bücheler), elle a été interprétée par Rostovtezff dans une perspective morale. « I warn men ; do not distrust yourselves » (J’avertis les hommes. Ne manquez pas de confiance en vous-mêmes). 

  • 31 CIL, IX, 3128 = I2, 1776 (cf. p. 2038) = CLE, 184 ; M. Buonocore, Supplementa Italica, n. s., 4, 1 (...)
  • 32 Voir supra la note 3.

26Lors de la première réédition de ce texte dans les Supplementa Italica31, il avait été plutôt envisagé que cette admonestation concernait les passants (bergers et conducteurs de chariots) et devait être rapprochée de celle du cippe de Sulmona promettant aux pasteurs transhumants qu’ils ne subiraient pas d’inuriae s’ils évitaient soigneusement de sortir des tratturi (fig. 3)32. Mais maintenant Marco Buonocore retient lui aussi l’interprétation morale. Il ne faut pas oublier que les représentations figurées que l’on possède proviennent souvent de monuments funéraires élevés le long des routes (fig. 4). Les troupeaux ne suivent pas seulement les calles, ils empruntent aussi des portions de uiae publicae, comme l’indique la lex agraria de 111 avant J.-C.

Fig. 1 – Bas-relief de Sulmona (cliché Centra Jean Bérard, Naples).

Fig. 1 – Bas-relief de Sulmona (cliché Centra Jean Bérard, Naples).

Fig. 2 a-b – Peltuinum. Dédicace de deux esclaves à Silvain : face et côté du cippe (clichés L. Migliorati)

Fig. 2 a-b – Peltuinum. Dédicace de deux esclaves à Silvain : face et côté du cippe (clichés L. Migliorati)

Fig. 3 – Cippe de Sulmona (cliché Centre Jean Bérard, Naples).

Fig. 3 – Cippe de Sulmona (cliché Centre Jean Bérard, Naples).

Fig. 4 – Vestiges d’un monument funéraire. Musée de Lucera (cliché du musée).

Fig. 4 – Vestiges d’un monument funéraire. Musée de Lucera (cliché du musée).

27Une autre piste de recherche nous est offerte par certains travaux récents : loin de se limiter aux espaces géographiques, ils manifestent un intérêt nouveau pour les espaces sociaux et les représentations de ces derniers. Les études sur les pasteurs transhumants mettent en évidence des formes de spécialisation à l’intérieur de la société agricole et des formes de transferts entre les différents secteurs de la société rurale. 

  • 33 Carlsen 1992, p. 59-65.
  • 34 Andriani 2013, p. 11-19.
  • 35 Par Apulée (Met., 7, 15 et 7, 20), Columelle (6 praef.1) et cinq inscriptions funéraires d’Italie (...)
  • 36 AE, 1985, 483 : épitaphe mise au jour à Ramacca, à 15 km à l’est de Morgantina.

28Quelques précisions : pour la spécialisation, il s’agit de la figure et surtout du statut du magister pecoris – le berger en chef – qui ont été étudiés par Jesper Carlsen33 et, récemment, par Adriano Andriani34. Leur enquête repose à la fois sur les textes des agronomes – Varron et Columelle dans ce cas – et l’épigraphie. La meilleure description des qualités exigées du magister pecoris se trouve chez Columelle (7, 6, 9) : la précision selon laquelle, à la différence des autres bergers, il ne suit pas le troupeau, mais le précède, est suggestive ; on trouve la même image du berger en chef ouvrant la marche du troupeau chez le poète Frédéric Mistral. Pour Varron, le magister pecorum doit savoir lire et écrire ; il doit être capable aussi de s’y reconnaître dans les recettes médicales dont il emporte le recueil (2, 10, 4). Pour notre propos, il est important de noter qu’il ne se confond pas avec les conductores (les fermiers) des troupeaux de moutons attestés par l’inscription de Saepinum. Un des rôles du magister pecorum est de maintenir l’ordre dans la communauté des bergers placés sous son autorité, connus sous le nom de gregarii35. L’accroissement régulier de la documentation épigraphique a fait connaître l’épitaphe d’Abdalas, magister magnus ouium de Domitia Longina, épouse de Domitien, dans son domaine sicilien ; nous ne savons pas s’il a été amené à conduire des troupeaux transhumants36 ; mais ce ne serait pas impossible : à l’époque médiévale et moderne en tout cas, la descente des troupeaux de l’intérieur alla marina est bien attestée en Sicile, quadrillée par un réseau de trazzere (l’équivalent des tratturi dans le royaume de Naples, des drailles françaises ou des cañadas espagnoles). 

29Loin d’être uniquement masculine, la société des bergers transhumants suppose le déplacement d’une partie de la famille (Varron, R.R., 2, 10, 7 : « pour ceux qui sont sur les pacages... beaucoup ont jugé utile de leur adjoindre des femmes pour suivre les troupeaux, préparer la nourriture aux bergers et les rendre plus zélés... ».)

  • 37 Russi 1986, p. 855-872. 

30Toujours dans la même perspective – l’étude des bergers transhumants comme société – une autre dimension mérite d’être soulignée : le rôle des femmes de bergers comme nourrices, à propos d’un texte qu’Angelo Russi a rapproché, pour sa part, dans un long article37, de l’abandon des enfants (l’expositio), et qui mérite d’être regardé de plus près. Le titre 31 du livre 9 du Code Théodosien, dont il s’agit, a pour sujet Ne pastoribus dentur filii nutriendi (« Défense de mettre ses enfants en nourrice chez les bergers »). Il ne mentionne en fait qu’une seule Constitution impériale promulguée à Ravenne le 21 janvier 409 par les empereurs Honorius et Théodose II et adressée au préfet du prétoire (d’Italie et d’Illyricum) Caecilianus et, plus justement, d’ailleurs un fragment de celle-ci (post alia), dont voici le texte et la traduction.

Post alia : Nemo curialium plebeiorum possessorumue filios suos nutriendos pastoribus tradat. Aliis uero rusticanis, ut fieri solet, nutriendos dari non uetamus. Si uero post istius legis publicationem quisquam nutriendos pastoribus dederit, societatem latronum uidebitur confiteri.

« Disposition suivante : que pas un curiale, pas un homme du peuple, pas un propriétaire, ne mette ses enfants en nourrice chez des bergers. Toutefois, nous n’interdisons pas de les mettre en nourrice chez les autres paysans, comme il est habituel de le faire. Quiconque aura donné des enfants à nourrir à des bergers après la promulgation de cette loi sera convaincu de complicité avec des brigands. »

31Il s’agit bien de confier des enfants – dare –, non de les abandonner. Plus profondément, le texte reflète un rapport ville / campagne. Les trois catégories de « donneurs » d’enfants sont des citadins. Les « preneurs » sont des ruraux, divisés en deux catégories : les bergers (non sédentaires, plus encore que brigands – latrones) et les autres rusticani (sédentaires). Ce texte est intéressant surtout pour nous aujourd’hui par cette représentation « duale » de la société paysanne avec des transferts de l’un à l’autre secteur (par la mise en nourrice) que l’autorité politique et judiciaire cherche à interdire : les pastores sont des « sauvages », donc des bandits potentiels, les autres rusticani donnent des garanties de civilisation, ils appartiennent au même monde que les citadins. Cette représentation duale est une représentation durable : pensons au roman – et au film – Padre padrone. Mais cette représentation qui est celle de l’autorité n’était pas nécessairement celle des populations locales, puisqu’elles n’hésitaient pas à confier leurs nouveau-nés aux femmes des bergers ni éventuellement à les laisser plusieurs années chez les parents nourriciers. La législation impériale du début du Ve siècle manifeste clairement le désir de casser des formes de réseaux interpersonnels liant les populations sédentaires aux bergers transhumants (relations humaines, mais aussi peut-être formes de crédit dont nous ne savons rien pour l’Antiquité). 


  • 38 Barker – Grant 1991, p. 15-88. 

32Autre changement de regard qui semble prometteur : pour l’Antiquité, on note aujourd’hui une forte tendance, chez les historiens comme chez les archéologues, à valoriser les déplacements à court rayon qui n’avaient pas bénéficié de la même attention que les déplacements à longue distance. Ces déplacements, très probablement majoritaires et omniprésents, ont le mérite de nous aider à ne pas nous limiter à une image trop unilatérale d’une transhumance placée sous le seul signe de la longue distance. Cette démarche est d’autant plus nécessaire que l’importance relative de l’une et de l’autre a toutes les chances d’avoir varié selon les époques. Les connaissances ont été profondément renouvelées par l’apport de l’archéologie, notamment avec les travaux de l’école anglaise dans le Molise (vallée du Biferno). Des enquêtes d’ethno-archéologie menées dans le Cicolano (région située entre Rieti et L’Aquila, où, de nos jours encore, coexistent les deux types de transhumance) ont été utilisées aussi, récemment, à l’appui de cette distinction38


33Une autre piste encore serait de sortir du cadre local, régional ou national pour élargir la comparaison à l’échelle de l’ensemble de la Méditerranée au lieu de la limiter à son seul bassin occidental. 

  • 39 Vokotopoulou 1987, p. 53-64. 

34Pour des époques anciennes (du IXe au IVe siècles avant J.-C.), les fouilles de Vitsa, au nord de l’Épire, à 1030 mètres d’altitude, ont mis au jour les vestiges d’un village d’éleveurs dont les archéologues ont souligné les similitudes du mode de vie avec celui des nomades Saraktsani dans la même région au XIXe siècle. Les bergers auraient, dans leurs déplacements hivernaux vers la plaine, échangé leurs produits avec des vases corinthiens et attiques39

  • 40 Nixon – Price 2001, p. 395-424. 

35Parmi les variables à étudier en parallèle pour toute étude comparée relative à la transhumance qu’ils ont identifiées dans le contexte de leur « survey » sur Sphakia, dans le sud de la Crète, un site extraordinaire que j’ai visité en 2003, Lucia Nixon et Simon Price ont établi la liste suivante40 :

  • l’environnement,

  • la localisation,

  • l’échelle,

  • les liens avec l’agriculture,

  • les problèmes de genre et la division du travail entre les hommes et les femmes,

  • l’âge et le sexe des transhumants,

  • l’intégration culturelle.

36Ils me semblent avoir oublié de signaler dans leur liste – ils ne l’ignorent pourtant pas – que, pour l’Antiquité romaine en tout cas, l’esclavage constitue un élément essentiel du dossier. Et ils n’ont abordé que superficiellement, dans le cadre du point 3 (l’échelle), la question majeure des débouchés possibles pour la laine principalement, mais aussi pour la viande et le fromage, qui peuvent justifier la mobilisation d’un plus grand nombre de bêtes et l’allongement des tracés. Il n’y a pas de transhumance à longue distance si l’on ne peut pas en attendre des profits. Elle s’inscrit dans une économie d’échanges, en partie au moins monétarisée. 


37Le lien entre transhumance à longue distance, grande propriété et intervention des autorités politiques intéressées par les profits fiscaux a été perçu et souligné depuis longtemps : l’intervention du pouvoir politique en accentuait la visibilité. En revanche, le lien entre cette même grande transhumance et une commercialisation à grande échelle de la laine essentiellement, mais aussi de la viande, des cuirs et des fromages, a été accueilli seulement depuis peu dans l’historiographie. Pline l’Ancien (N. H., 11, 240-241), aussitôt après avoir fait l’éloge de deux fromages des Alpes cités par leurs noms, précise que les fromages des Apennins sont plus nombreux que ceux des Alpes. Ils bénéficiaient du débouché romain.

  • 41 AE, 2001, 865 ; lire Grelle – Silvestrini 2001, p. 91-136.

38Le corpus des témoignages relatifs à la transformation de la laine et à la commercialisation des tissus s’accroît régulièrement par le biais de documents parfois inattendus : ainsi c’est un graffito qui a fait apparaître récemment un certain Eutychys, un esclave vu son nom unique, qui se déclare lanarius, à Canosa ; il a incisé vers la fin du Ier siècle l’enduit de son lieu de travail qu’il appelle statio41. Ces témoignages multiples incluent des textes littéraires, des épitaphes, l’édit de Dioclétien. 


39Une autre dimension de la comparaison internationale serait celle de l’historiographie : on ne trouve que ce que l’on cherche, et on ne propose des réponses qu’aux questions que l’on s’est posées. Pour m’en tenir ici à la France et à l’Italie, on ne peut que constater que la transhumance y occupe une place différente dans l’historiographie. 

40En France, la transhumance a été valorisée, d’un côté, par la tradition ethnographique et folklorique et, de l’autre, par les études régionales de géographie humaine. Elle figure dans la description classique des Alpes, de la Provence, des Cévennes, du Languedoc de Le Roy Ladurie, sans connotation péjorative. Certains auteurs manifestent un attachement sentimental à une tradition qu’ils imaginent volontiers éternelle. Cette confusion entre longue durée et permanence à l’identique agace les médiévistes français (ainsi Louis Stouff ou Noël Coulet) comme les autres. Il est vrai que les terres d’en bas n’étaient pas, à l’époque, des terres cultivées : pour reprendre l’exemple de la Crau, jusqu’à l’irrigation récente, nul ne pouvait proposer d’enlever les terres aux bergers pour les rendre aux cultivateurs, comme l’avaient demandé, et fini par l’obtenir, les propriétaires les plus éclairés des Pouilles à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle. 

  • 42 Grenier 1905, p. 293-328. 

41En Italie, l’historiographie s’intègre dans une opposition nord-sud. C’est la transhumance des Apennins qui est critiquée, non la transhumance alpine. Dans les Alpes, les « Bergamini » qui, au XVIe siècle, conduisent leurs troupeaux sur les terres des riches ville de la plaine irriguée dont ils mangent le foin bénéficient d’une connotation positive. Je les ai mentionnés plus haut en citant les Giornate dell’Agricoltore in villa d’Agostino Gallo. Mais l’historiographie des recherches sur la transhumance est influencée par les critiques des XVIIIe et XIXe siècles contre les formes d’agriculture extensive qu’elle perpétuait dans les Apennins et sur le Tavoliere. Elle est marquée par le contexte de l’abolition de la Douane des Pouilles à la suite de longues controverses : pour les hommes des Lumières, l’abandon du Tavoliere aux moutons alors qu’il pouvait produire du blé était un non-sens économique et un archaïsme, et le rétablissement des droits des propriétaires sur leurs terres une nécessité et un préalable à tout progrès de l’agriculture. Mais la même tonalité se retrouve dans l’article classique d’Albert Grenier42 : « Les procédés nouveaux d’exploitation de la terre par l’élevage que nous voyons se développer à Rome au IIe siècle avant notre ère constituent donc une sorte de retour en arrière bien plutôt qu’un progrès ». 

  • 43 Eidem primus fecei ut de agro poplico aratoribus cederent paastores : V. Bracco, Inscriptiones Ita (...)

42On retrouve donc à diverses époques la tonalité du célèbre elogium de Polla, dont l’auteur, encore incertain, se flatte – au milieu du IIe siècle avant J.-C. – d’avoir reconquis les terres publiques de l’actuelle Valle di Diano sur les pastores pour les rendre aux aratores43

  • 44 Horden – Purcell 2001, p. 80-87, et le « bibliographical essay » (très incomplet) correspondant, p (...)

43Paradoxalement, le livre épais et touffu de Peregrine Horden et Nicolas Purcell, The Corrupting Sea, conçu comme une enquête sur la Méditerranée « avant Braudel », sur trois ou quatre millénaires, a réservé récemment à cette thématique une place restreinte44, qui contraste avec l’apport indéniable des archéologues et des historiens anglais qui ont été à la pointe des recherches « trans-périodes » en ce domaine : Graeme Barker et Annie Grant pour le Molise et le Cicolano, Chris Wickham pour l’ensemble de l’Apennin, Lucia Nixon et Simon Price pour le site extraordinaire de Sphakia au sud de la Crète. 


44Dernier argument au terme de ce triple plaidoyer en faveur d’un élargissement des questions posées et des sources mobilisées et interrogées, de la multiplication systématique des comparaisons dans l’espace et dans le temps, et de la mise en évidence de la diversité des situations et des solutions mises en œuvre : les progrès de l’archéologie, de l’archéozoologie et des études environnementales viennent renouveler et diversifier de l’intérieur une information qui avait longtemps privilégié l’écrit ; ils multiplient les lieux d’observation des faits étudiés, relancent les interrogations et élargissent l’éventail des comparaisons possibles, dans l’espace comme dans le temps. Toutefois l’information reste fragmentée, localisée, datée ; il faut donc savoir réagir à la double tentation de la généralisation – dans l’espace – et de la permanence – dans le temps. Il faut savoir en particulier résister à la tentation de la longue durée : la permanence apparente d’un phénomène ou d’une pratique masque souvent des variations importantes dans le temps, notamment des ruptures durables et des reprises, qui demandent les unes et les autres une périodisation plus fine.


45Toutes les demandes que je formulais dans ce questionnaire ne pouvaient bien évidemment recevoir de réponse dans les trois rencontres qui nous ont réunis à Rome en 2012 et 2013 et à Foggia en 2014. Mais des progrès importants y ont été faits, qui méritent d’être soulignés : ils nous ont permis de prendre la mesure des limites auxquelles viennent se heurter nos recherches, mais aussi, dans certains cas, de définir les pistes que nous pourrions suivre pour les surmonter. Parmi ces limites, je ne retiendrai ici que trois groupes qui m’apparaissent les principaux.


46Limites chronologiques d’abord : elles ont aussi des implications méthodologiques. La majeure partie des textes et des inscriptions conservés pour l’époque romaine concerne en effet la période comprise entre IIe siècle avant J.-C et IVe siècle après, ce qui explique que ces six siècles ont mobilisé et continuent à mobiliser l’attention des historiens, habitués à privilégier les sources écrites. Mais nous disposons désormais d’une documentation archéologique importante qui ne se limite pas à ces six siècles mais couvre aussi les siècles antérieurs. Son élaboration systématique devrait nous permettre, d’un côté de la confronter avec ce que nous disent explicitement les sources écrites, mais aussi avec la façon dont nous les avons lues et interprétées, en les rapprochant le plus souvent d’autres textes et beaucoup plus rarement avec une documentation de nature différente. Elle devrait nous permettre également d’élargir notre observation à une période plus longue, d’un ordre proche du millénaire, couvrant cette fois les siècles qui ont précédé ou accompagné la conquête et l’unification de la péninsule Italienne sous l’autorité de Rome, qui a pu, selon les cas, soit reprendre, quitte à les adapter à ses propres exigences, des pratiques antérieures, soit au contraire introduire des ruptures plus fondamentales, visant à « casser » ou à remodeler fondamentalement « l’ordre ancien ». D’où l’importance de disposer, pour cette période plus longue, d’un panorama plus général des lieux, des itinéraires, des distances parcourues, des scansions plus fines de la périodisation, des modalités d’organisation, et enfin des différents acteurs de ces mobilités pendulaires des animaux et des hommes qui les accompagnaient.

47En aval, reste en revanche « à découvert », entre la fin de l’époque romaine et le XVsiècle, presque un millénaire qui, si l’on s’en tient aux informations disponibles, tant écrites qu’archéologiques (et ceci, pour ces dernières, malgré les développements récents de l’archéologie médiévale), offre un déficit presque total de sources permettant d’étudier la transhumance à grande échelle et à longue distance dont celle reliant les Abruzzes au Tavoliere est l’exemple de référence pour la péninsule Italienne, comme la Mesta – dont les antécédents romains ne sont pas connus – pour la péninsule Ibérique dès le XIIIe siècle. Pour ce millénaire, les historiens de l’Italie ont jusqu’ici hésité entre deux hypothèses opposées. La première est celle de la continuité, couvrant ainsi deux millénaires, la seconde celle d’une ou plusieurs phases de contraction tant des parcours eux-mêmes que du nombre des bêtes impliquées. Mais il reste aussi la grande inconnue des conséquences qu’a pu avoir, avant le milieu du XVe siècle, l’absence d’un pouvoir politique assez fort, comme a pu le faire Alphonse d’Aragon dès les lendemains de la conquête du Royaume de Naples, pour placer ces mobilités sous son autorité et en faire une source de revenus importants pour la Couronne.

48Sur ce millénaire, je n’ai donc pu qu’être sensible aux informations recueillies par des enquêtes archéologiques systématiques, et à la mise en perspective chronologique nouvelle, que nous ont apportées en décembre 2013 les exposés de Giuliano Volpe, Antonietta Buglione et Giovanni De Venuto d’une part, sur la partie septentrionale des Pouilles, et d’Edoardo Micati de l’autre, sur les Abruzzes. Les premiers ont mobilisé les ressources de la bioarchéologie appliquée au traitement des données relevant de l’archéobotanique, de l’archéozoologie et de l’archéoanthropologie pour nous proposer une chronologie fine des variations comparées de la production agricole (céréales, légumineuses, vigne et olivier) et de l’élevage des différentes espèces animales (ovins, caprins, porcins), qui suggère à la fois l’alternance contrastée des dynamiques en cause, et le progrès continu de la part des ovins entre XIe et XVe siècle. Dans les Abruzzes, à l’autre extrémité des routes de la transumance, E. Micati enregistre, d’un côté, le rôle joué, dès le XIe siècle, dans la reprise de la transhumance, par les monastères cisterciens, qui ont créé leurs propres établissements pastoraux et par les plus importantes familles de propriétaires de troupeaux, auxquelles on doit de grandes structures agro-pastorales, mais aussi par les initiatives paysannes qui ont cherché à mettre en valeur des terrains, souvent pauvres et d’accès difficile, situés à la limite altimétrique des cultures, et même créé de véritable villages saisonniers témoignant d’un effort pour coloniser de façon permanente la haute montagne. Autant d’efforts remis en cause par la crise démographique des XIVe-XVe siècles, puis par le « petit âge glaciaire » de l’époque moderne, mais qui reprennent au début du XIXe siècle, au profit cette fois de la mise en culture plus que de l’élevage, dans le contexte créé par l’abolition de la féodalité et la mise en vente des terres ecclésiastiques et communales.


  • 45 Maire-Vigueur 1981.

49Limites géographiques ensuite : pour l’Italie centrale, la transhumance entre les Abruzzes et le Tavoliere reste privilégiée aussi bien pour l’époque romaine que pour l’époque moderne, où le Royaume de Naples s’étend vers le nord jusqu’à L’Aquila et Teramo et couvre l’ensemble du parcours migratoire des troupeaux sur le versant adriatique. Mais, le versant tyrrhénien, où les déplacements de troupeaux entre l’Apennin et les Maremmes ont été bien étudiés (en particulier par Jean-Claude Maire-Vigueur45) pour la fin du Moyen Âge et l’époque moderne, où les papes de retour à Rome s’efforcent de les encadrer et d’en tirer des ressources financières, fait encore, pour l’Antiquité, figure de parent pauvre, malgré les témoignages dont nous disposons (par exemple celui de Pline le Jeune qui voyait, en hiver, près de sa villa des Laurentes proche d’Ostie, les moutons descendus de la montagne paître avec des chevaux et des bœufs), et malgré l’importance du matériel archéologique, fragmenté il est vrai, dont nous disposons, qui aurait mérité une présentation systématique.

50Mais le choix même de l’Italie centrale comme espace de référence ne nous a pas permis de faire aux Alpes, comme nous l’avions souhaité en 2012, la place qui aurait dû être la leur, à titre comparatif, en dehors du très intéressant exposé d’Elvira Migliardo, qui manque dans cette publication. On ne peut que le regretter, si l’on pense que, depuis les années 1970, les régions alpines ont occupé une place de choix dans le grand mouvement de « redécouverte de la montagne » par les historiens de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne, qui avait conduit l’Association internationale d’histoire économique à en faire l’un des thèmes principaux de son Congrès de Berne en 1986 : une montagne qui prend entre XIVe et XVe siècles une place nouvelle dans la vie économique, sociale et politique de l’Occident européen, en exportant ses hommes, ses produits végétaux, animaux et miniers (bois, bétail surtout bovins, fromages et cuirs, fer et autres métaux) et en participant activement aux transports terrestres empruntant les vallées qui conduisent aux cols alpins.


51Limites disciplinaires et thématiques, enfin, qui freinent le développement d’une véritable recherche comparée, et conduisent à privilégier un inventaire des différences aux dépens de la recherche des convergences et des points communs. Un bon exemple en est fourni par la transhumance entre les Abruzzes et les Pouilles, qui aurait pu constituer une excellente illustration d’histoire de longue durée. La comparaison entre les deux moments forts de cette histoire vient souligner la différence des contextes politiques, juridiques, économiques et sociaux, et, indirectement, l’opposition entre deux « blocs homogènes ».

52Pour la période romaine seront ainsi mises en cause les diverses lois sur le statut et l’utilisation de la terre après l’affirmation de l’autorité de Rome sur l’Italie centrale, en particulier sur le Samnium ; les informations que nous pouvons avoir sur les conflits entre populations sédentaires, d’un côté, et, de l’autres les troupeaux et leurs conductores qui empruntent les calles ; les procédures de perception des sommes dues au publicanus pour accéder aux pâturages ; l’extension des propriétés impériales (terres et troupeaux) dans les Pouilles actuelles ; les observations des agronomes romains sur les aspects économiques de l’élevage transhumant, notamment sur les profits monétaires que peut en attendre celui qui s’y consacre soit comme propriétaire, soit comme conductor de terres et de troupeaux ; les connaissances directes ou indirectes que nous avons sur les activités manufacturières et le traitement surtout de la laine ; et enfin les hypothèses que l’on peut établir sur le lien entre les variations des superficies consacrées respectivement à la céréaliculture et à l’élevage, et celles de la pression démographique.

53La Dogana delle Pecore nous renvoie à une histoire assez différente, qui rend difficile la comparaison. La réorganisation imposée en 1447 par Alphonse d’Aragon coïncide avec un moment économique et démographique très particulier. Une population fortement réduite après un siècle d’épidémies et de guerres, mais restée plus nombreuse dans les Abruzzes, en montagne, que sur le Tavoliere et dans les zones côtières. Une propriété foncière de la Couronne assurément pas totalement absente, mais très inférieure en étendue à celle de l’Église et des seigneurs laïques titulaires de fiefs ainsi qu’à celle des administrations communales (les Università) des villes et des gros bourgs de l’intérieur. La Dogana est, dans ce contexte, organisée comme un instrument fiscal destiné à obliger les propriétaires du Tavoliere à laisser inculte et à ouvrir aux troupeaux une part importante de leurs terres, dont la période de jachère peut alors dépasser l’année ou les deux années du système d’assolement le plus général, et à permettre à la Couronne de percevoir la part principale, et rapidement croissante, des sommes payées par les propriétaires de troupeaux, souvent « accusés », à partir de la fin du XVIe siècle, d’emporter dans leurs montagnes, après avoir vendu leurs laines et payé l’accès aux pâturages, des quantités importantes de monnaies d’argent, qui seront thésaurisées et sortiront du même coup de la circulation monétaire nécessaire à la vie économique du Royaume. Un rôle central est reconnu dans ces conditions à la Foire de Foggia, où la vente de la laine à des marchands d’Italie septentrionale, en particulier des Bergamasques sujets de Venise, permet de payer les sommes dues pour l’accès aux pâturages et des achats de produits manufacturés (textiles, métaux, verre), de « drogues » et d’épices, mais se trouve aussi soldée pour une part en monnaie. La pression à la hausse sur les prix d’accès aux pâturages contraint les propriétaires de troupeaux à déclarer un nombre de bêtes très supérieur à la réalité, ce qui relativise les chiffres enregistrés dans les archives de la Dogana. Au final le débat qui s’amorce au milieu du XVIIIe siècle (voir le livre de John Marino) vient dénoncer les « effets pervers » d’un système qui limite la liberté des propriétaires d’adapter leurs choix productifs aux demandes du marché, et leur interdit de réduire l’étendue des terres laissées incultes ou en jachère pour augmenter la production céréalière et répondre ainsi aux besoins d’une population croissante. Il se conclut avec l’abolition définitive de la Dogana, décidée par Joseph Bonaparte en 1806 peu après son accès au trône décidé par son frère cadet. Celle-ci marque la fin d’un système institutionnel qui avait duré trois siècles et demi, mais non celle d’une transhumance qui se trouve à la fois réduite et réorganisée dans un contexte juridique très différent. Ce qui ouvre la voie à une redéfinition des rapports entre agriculture et élevage dans le sud de la péninsule, mais aussi, par contrecoup, dans les Abruzzes.

54La double geste historique qui met en scène, pour les rapprocher mais aussi et surtout les opposer, ces deux moments forts, pluriséculaires, de l’histoire de la transhumance entre les Abruzzes et les Pouilles, a eu pour contrepartie de laisser de nombreux vides sur la carte de l’élevage transhumant dans la péninsule Italienne, et dans l’ensemble du Bassin méditerranéen : en fait partout où les sources écrites sont moins nombreuses, et de plus fragmentaires et indirectes, et où le matériel archéologique et archéobotanique aujourd’hui disponible, riche et diversifié, et les recherches de surface sur le terrain peuvent précisément, au prix d’une élaboration systématique et approfondie, compenser la rareté des textes, contribuer à construire un autre corpus documentaire, et renouveler le questionnaire et les pistes de recherche. En témoignent par exemple les recherches de Marinella Pasquinucci (Italie), de Philippe Leveau (Provence), de Lucia Nixon et Simon Price (Crète), de la British School de Rome (vallée du Biferno dans le Molise), largement fondées sur le repérage et l’interprétation des « balises de la transhumance », dont j’ai rappelé précédemment la liste, et qui ont laissé dans le sol des marques moins profondes et durables que la « grande transhumance », mais désormais lisibles. Ces recherches nous aident à élargir le champ de notre vision de la transhumance, et à réintroduire dans le débat un large éventail de formes de transhumance qui représentent peut-être la majorité des déplacements de troupeaux, en nombre de têtes de bétail, de situations locales et de groupes humains concernés, et donc en couverture du territoire. Ainsi pour les déplacements à courte distance, et notamment pour toutes les transhumances de type vertical où l’estive est une pratique courante. Ou ceux qui touchent des troupeaux de dimension plus réduite (quelques centaines et non quelques milliers de bêtes), comme dans la Sicile tardo-médiévale ou moderne, avec son réseau dense de trazzere, régulièrement empruntées dans ce cas par les troupeaux qui descendent des bourgs et des villes des collines de l’intérieur pour hiverner alla marina

  • 46 Pour la Mesta, on se reportera au livre classique de Klein 1920, et à la troisième édition de sa t (...)
  • 47 Créée elle aussi pour défendre les privilèges concédés un siècle plus tôt, dès les lendemains de l (...)
  • 48 Voir, sur ces différentes institutions, le dossier présenté par Gérard Delille et Angelo Massafra, (...)

55De telles analyses élargies à toutes les formes, même en apparence mineures, de mobilité des troupeaux et des hommes qui les accompagnent nous permettent d’élargir la comparaison à d’autres régions de l’aire méditerranéenne où des activités identiques ont été pratiquées pendant des durées variables. De ce point de vue, l’exemple de l’Espagne présenté ici par Joaquin Gómez Pantoja est particulièrement riche d’enseignements et de suggestions. La Mesta y occupe dans la tradition historiographique une place égale à celle de la Dogana delle Pecore dans le Royaume de Naples, par rapport à laquelle elle a le privilège de l’antériorité46. Elle a en effet été instituée près de deux siècles plus tôt, en 1273, dans le contexte spécifique de la Reconquista, par Alphonse X le Sage. Celui-ci décide alors de reconnaître sous le nom de Honrado Concejo de la Mesta de Pastores l’association d’éleveurs transhumants fondée par les titulaires des concessions royales des terres reconquises sur les musulmans, au premier rang desquels figurent les grands propriétaires aristocratiques et ecclésiastiques, et les ordres militaires. Encore sa décision ne fait-elle que suivre, à un demi-siècle de distance, celle de la création par la Couronne d’Aragon en 1218 de la Casa de Ganaderos de Saragosse (ou Cofradia de San Simon y San Judas47). La Mesta est dotée de privilèges, et placée sous l’autorité du souverain, qui nomme à sa tête un magistrat (entregador) assisté de entregadores subalternas (un par district). Ceux-ci doivent assurer la surveillance des cañadas48, dont les trois principales, dites reales (Leonesa, Segoviana et Mancha), descendent du Nord vers les pâturages de l’Estremadure et de l’Andalousie, et garantir le libre accès aux abreuvoirs et aux zones de repos, mais aussi percevoir les deux redevances du servicio y montazgo : le premier, le plus important, destiné au souverain comme droit de transit au moment du passage par les puertos secos, et le second destiné à indemniser les Municipios pour les dommages causés par les troupeaux sur les terres des agriculteurs. Sur leur route, ce sont cette fois, à la différence de la Dogana delle Pecore, des villes qui accueillent des foires dont certaines jouent aussi le rôle de foires de change, développent des manufactures textiles, et exportent la laine fine dite d’Espagne vers les Flandres et l’Italie du Centre-Nord : ainsi Medina del Campo, Burgos, Tolède, Ciudad Real et Albacete.

56Face au grand personnage historique, médiéval et moderne, de la Mesta et à son homologue aragonais, le premier mérite de la contribution de J. Gómez Pantoja est précisément de souligner la modestie, et même la discrétion, des informations dont nous disposons pour la période de la domination romaine, et leur presque totale absence pour les siècles qui l’on précédée. D’un côté, quelques textes, comme ceux de Pline l’Ancien, qui soulignent l’excellence des troupeaux et la qualité de la laine de la péninsule Ibérique, et qui ont conduit certains à extrapoler vers l’amont l’image liée à la Mesta. Mais, de l’autre, très peu d’autres traces, même archéologiques, d’une pratique massive de l’élevage et d’un quelconque développement d’une transhumance à longue distance comparables à ce qui se met en place au Moyen Âge. Même les dispositions de la Lex Visigothorum garantissant la libre circulation des troupeaux sur les voies publiques et fixant des procédures pour récupérer les bêtes égarées pourraient n’être qu’un rappel et une réactualisation de la doctrine juridique commune fixée par la loi agraire de 111 avant J.-C. Tous les indices dont nous disposons, conclut Gómez Pantoja, sont « rares, dispersés dans le temps et sur la carte, et n’ont pas tous la même valeur de preuve ».

57Le dossier reste donc ouvert et invite à poursuivre la recherche sur le terrain en évitant toute conclusion hâtive. Il nous faut retenir que la transhumance à longue distance de troupeaux de milliers de têtes, dont les déplacements font l’objet d’un encadrement institutionnel défini et mis en œuvre par les autorités politiques centrales et locales, ne constitue que l’une des formes, et peut-être une forme extrême, prise dans certaines régions, à certaines époques, et dans un contexte géographique, économique et social particulier, de l’utilisation par certains acteurs de ressources « naturelles » non transportables, qui exigent donc des déplacements réguliers, à date fixe, verticaux ou horizontaux, du bétail, accompagné par un personnel spécialisé, pour développer une production destinée à la commercialisation : selon les cas, la laine, les fromages, la viande ou les cuirs. D’où le rôle central joué par les villes, actrices et organisatrices de ces échanges. Par ailleurs, ces déplacements ne sont que l’une des solutions choisies par des sociétés rurales désormais sédentaires pour développer l’élevage en s’affranchissant de la contrainte que représentent les limites quantitatives des ressources produites par les pâturages disponibles toute l’année à courte distance. Il faudra attendre l’introduction des plantes fourragères dans les cycles d’assolement (par exemple les fameux turnips de la révolution agricole anglaise au XVIIIe siècle, qui avaient, comme le lupin, l’avantage supplémentaire de recharger la terre arable en azote, et d’éviter ainsi le recours à la jachère) puis la production systématique par l’industrie d’aliments d’origine végétale, mais aussi parfois animale, pour bétail (dans la seconde moitié du XXe siècle) pour que ces mêmes sociétés s’affranchissent de cette contrainte. 

58Pour les deux millénaires au moins qui ont précédé ces transformations récentes, l’étude (qu’il nous faut envisager dans leur totalité, leurs différences, leurs coexistences et leurs rivalités) des formes prises par ces déplacements dans l’espace des troupeaux et des hommes reste, par la diversité des questions qu’elle pose ainsi que des domaines, des disciplines et des méthodes qu’elle met en cause, l’une des clefs les plus fascinantes de lecture et de compréhension du fonctionnement de ces sociétés rurales. Elle n’a pas fini de mobiliser notre attention pour ce qui a constitué au long de tous ces siècles un « objet social total ».

Haut de page

Bibliographie

Andriani 2013 = A. Andriani, Magistri e gregarii. L’epigrafe di Botromagno (Gravina), dans M. Chelotti, M. Silvestrini (éd.), Epigrafia e territorio. Politica e Società. Temi di Antichità romana, IX, Bari, 2013, p. 11-19.

Aymard 1978 = M. Aymard, La transizione del feudalismo al capitalismo, dans Storia d’Italia, Annali, 1, Turin, 1978, p. 1131-1192. 

Barker 1989 = G. Barker, The Archaeology of the Italian Shepherd, dans Proceedings of the Cambridge Philological Society, 215, 1989, p. 1-19.

Barker – Grant 1991 = G. Barker, A. Grant (éd.), Ancient and Modern Pastoralism in Central Italy : An Interdisciplinary Study in the Cicolano Mountains, dans PBSR, 59, 1991, p. 15-88.

Braudel 1949 / 1966 = F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 1949 (2e éd. 1966).

Capogrossi Colognesi 1995 = L. Capogrossi Colognesi, Dalla villa al saltus : continuità e trasformazioni , dans Du latifundium au latifondo. Un héritage de Rome, une création médiévale ou moderne. Actes de la table ronde CNRS-Université de Bordeaux III les 17-19 novembre 1992, Paris, 1995, p. 191-211.

Carlsen 1992 = J. Carlsen, The Nomenclature and Qualifications of the Chief Herdsman in Roman Pasturage, dans Analecta Romana Instituti Danici, 20, 1992, p. 59-65.

Ceglia 2012 = V. Ceglia, Villa romana di Mattonelle - San Martino in Pensilis : Nuove iscrizioni, dans Considerazioni di Storia ed Archeologia, 5, 2012, p. 65-66.

Chioffi 1999 = L. Chioffi, Caro : il mercato della carne nell’Occidente romano, Rome, 1999.

Cianfarani – Franchi Dell’Orto – La Regina 1978 = V. Cianfarani, L. Franchi Dall’Orto, A. La Regina, Culture adriatiche antiche d’Abruzzo e di Molise, Roma, 1978.

Corbier 1983 = M. Corbier, Fiscus and Patrimonium : the Saepinum Inscription and Transhumance in the Abruzzi, dans JRS, 73, 1983, p. 126-131.

Corbier 1988 = M. Corbier, Intervention, dans C.R. Whittaker (éd.), Pastoral Economies in Classical Antiquity, Cambridge, 1988, p. 216-218.

Corbier 1991 = M. Corbier, La transhumance entre le Samnium et l’Apulie : continuités entre l’époque républicaine et l’époque impériale, dans La romanisation du Samnium aux IIe et Ier siècles av. J.-C. (Naples, Centre Jean Bérard, 4-5 novembre 1988), Naples, 1991, p. 149-176.

Corbier 1999 = M. Corbier, La transhumance : aperçus historiographiques et acquis récents, dans E. Hermon (éd.), La question agraire à Rome : droit romain et société. Perceptions historiques et historiographiques, Côme, 1999, p. 37-57.

Corbier 2006a = M. Corbier, Écritures affichées sur les chemins de la transhumance, dans M. Corbier, Donner à voir, donner à lire. Mémoire et communication dans la Rome ancienne, Paris, 2006, p. 217-232. 

Corbier 2006b = M. Corbier, La transhumance dans les pays de la Méditerranée antique, dans P.-Y. Laffont (éd.), Transhumance et estivage en Occident des origines aux enjeux actuels, Toulouse, 2006, p. 67-81. 

Corbier 2007 = M. Corbier, Proprietà imperiali e allevamento transumante in Italia, dans D. Pupillo (éd.), Le proprietà imperiali nell’Italia romana. Economia, produzione, amministrazione, Ferrare, 2007, p. 1-48. 

Corbier 2010 = M. Corbier, Transhumance, dans Brill’s New Pauly, XV, 2010, col. 1044-1050. 

Crawford 1996 = M.H. Crawford (éd.), Roman Statutes, Londres, 1996, 2 vol.

Di Niro 1977 = A. Di Niro, Il culto dErcole tra i Sanniti Pentri e Frentani. Nuove testimonianze, Rome, 1977.

Gabba – Pasquinucci 1979 = E. Gabba, M. Pasquinucci, Strutture agrarie e allevamento transumante nell’Italia romana (III-I sec. A.C.), Pise, 1979.

Granet 1989 = J. Granet, La loi agraire épigraphique de 111, dans Pallas, 35, 1989 (1990), p. 141-154.

Grelle – Silvestrini 2001 = F. Grelle, M. Silvestrini, Lane apule e tessuti canosini, dans M. Pani (éd.), Epigrafia e territorio. Politica e società. Temi di antichità romane, VI, Bari, 2001, p. 91-136.

Grenier 1905 = A. Grenier, La transhumance des troupeaux en Italie et son rôle dans l’histoire romaine, dans MEFR, 25, 1905, p. 293-328.

Hatzopoulos 2004 = M. Hatzopoulos, La société provinciale de Macédoine sous l’Empire à la lumière des inscriptions du sanctuaire de Leukopétra, dans S. Follet (éd.), L’hellénisme d’époque romaine. Nouveaux documents, nouvelles approches (Ier s. a.C. - IIIe s. p.C.), Paris, 2004, p. 45-53.

Horden – Purcell 2000 = P. Horden, N. Purcell, The Corrupting Sea. A Study of Mediterranean History, Oxford, 2001, 2e éd.

Klein 1920 = J. Klein, The Mesta : a Study in Spanish Economic History 1273-1836, Cambridge, 1920.

Le Roy Ladurie 1996 = E. Le Roy Ladurie, Les Paysans de Languedoc, Paris, 1966.

Maire-Vigueur 1981 = J.-Cl. Maire-Vigueur, Les pâturages de l’Église et la Douane du bétail dans la province du Patrimonio (XIVe-XVe siècles), Rome, 1981.

Marino 1988 = J.A. Marino, Pastoral Economics in the Kingdom of Naples, Baltimore-Londres, 1988.

Martin 1995 = R. Martin, Les sources littéraires de la notion de latifundium, dans Du latifundium au latifondo. Un héritage de Rome, une création médiévale ou moderne. Actes de la table ronde CNRS-Université de Bordeaux III les 17-19 novembre 1992, Paris, 1995, p. 97-106. 

Nixon – Price 2001 = L. Nixon, S. Price, The diachronic analysis of pastoralism through comparative variables, dans Annual of the British School at Athens, 96, 2001, p. 395-424.

Pani 1986 = M. Pani, I municipia romani, dans C. Marangio (éd.), La Puglia in età repubblicana. Atti del primo convegno di studi sulla Puglia romana, Mesagne 20-22 marzo 1986, Mesagne, 1986, p. 21-45.

Petsas et al. 2000 = Ph. Petsas, M. B. Hatzopoulos, L. Gounaropoulou, P. Paschidis, Les inscriptions du sanctuaire de la Mère des Dieux Autochtone de Leukopétra (Macédoine), Athènes, 2000.

Peyras 1995 = J. Peyras, Les grands domaines de l’Afrique mineure d’après les inscriptions, dans Du latifundium au latifondo. Un héritage de Rome, une création médiévale ou moderne. Actes de la table ronde CNRS-Université de Bordeaux III les 17-19 novembre 1992, Paris, 1995, p. 107-128.

Rendu 2006 = C. Rendu, « Transhumance » : prélude à l’histoire d’un mot voyageur, dans P.-Y. Laffont (éd.), Transhumance et estivage en Occident des origines aux enjeux actuels, Toulouse, 2006, p. 7-29.

Rostovtzeff 1926 = M. Rostovtzeff, The Social and Economic History of the Roman Empire, Oxford, 1926 ; 2e édition révisée par P.M. Fraser, Oxford, 1957.

Russi 1986 = A. Russi, I pastori e l’esposizione degli infanti nella tarda legislazione imperiale e nei documenti epigrafici, dans MEFRA, 98-2, 1986, p. 855-872.

Sigaut 1975 = F. Sigaut, L’agriculture et le feu. Rôle et place du feu dans les techniques de préparation des champs de l’ancienne agriculture européenne, Paris-La Haye, 1975. 

Van Wonterghem 1973 = F. Van Wonterghem, Le culte d’Hercule chez les Peligni. Documents anciens et nouveaux, dans L’Antiquité classique, 42, 1973, p. 36-48.

Vera 2002 = D. Vera, Res Pecuariae imperiali e concili municipali nell’Apulia tardoantica, dans K. Ascani, V. Gabrielsen, K. Kvist, A. Holm Rasmussen (éd.), Ancient History Matters. Studies Presented to Jens Erik Skydsgaard on His Seventeenth Birthday, Roma, 2002, p. 245-257.

Volpe 1996 = G. Volpe, Contadini, pastori e mercanti nell’Apulia tardoantica, Bari, 1996.

Volpe 2001 = G. Volpe, Linee di storia del paesaggio dell’Apulia romana. San Giusto e la valle del Celone, dans E. Lo Cascio, A. Storichi Marino (éd.), Modalità insediative e strutture agrarie nell’Italia meridionale in età romana, Bari, 2001, p. 315-361.

Vokotopoulou 1987 = J. Vokotopoulou, Vitsa, organisation et cimetières d’un village molosse, dans P. Cabanes (éd.), L’Illyrie méridionale et l’Épire dans l’Antiquité, Actes du colloque international de Clermont-Ferrand (22-25 octobre 1984), Clermont-Ferrand, 1987, p. 53-64.

Haut de page

Notes

1 Pour m’en tenir à ma seule bibliographie personnelle : Corbier 1983 ; Corbier 1988 ; Corbier 1991 ; Corbier 1999 ; Corbier 2006a et b ; Corbier 2007 ; Corbier 2010. Pour un large panorama historiographique on se reportera à la contribution d’Aldo Marcone. 

2 Rendu 2006, p. 7-29, en date la première occurrence en langue française, sous sa forme adjective, de mai 1791, « dans les procès-verbaux du Comité d’agriculture et de commerce de la Constituante…par les citoyens du département des Bouches-du-Rhône, notamment la ville et le territoire d’Arles, propriétaires faisant le commerce des bêtes à laine transhumantes » qui sollicitent la protection de « la marche des troupeaux transhumants » dans huit départements voisins, dont les Hautes et les Basses-Alpes. Mais, ajoute l’auteur, « il apparaît en revanche à plusieurs reprises, sous la forme d’une transcription directe de l’adjectif espagnol trasumantes, dans l’édition de 1770 du monumental Traité des bêtes à laine de Carlier » (p. 9-11), qui, citant Varron, note que « les Romains appelaient Aestivatio (sic) ces sortes de transmigrations ».

3 Les callitani sont connus depuis longtemps par une inscription de Sulmona, Eph. epigr., 8, 1899, n° 139 = Cianfarani – Franchi Dell’Orto – La Regina 1978, p. 568, n° 415, tav. 415 = M. Buonocore, Supplementa Italica, n. s., 4, 1988, p. 34 et 22, 2004, p. 98 ; la fiche du futur supplément au CIL IX (regio IV) que m’a aimablement communiquée l’éditeur, M. Buonocore, fournit toute la bibliographie et le texte exact : Callitan[i] callibus iti, ni iniuriam ac(c)ipiatis (iti, ni pour ite, ne) « Bergers transhumants, allez (restez) sur les chemins de transhumance et vous ne serez pas inquiétés » ; un avertissement rapproché de l’inscription CIL, IX, 4171, qui contient l’injonction : pecus, plostru(m) niquis agat.

Un jeune homme présenté comme callitanus est connu depuis peu par son inscription funéraire mise au jour à la villa romaine de Mattonelle à San Martino in Pensilis dans la province de Campobasso, villa située à proximité du tratturo L’Aquila-Foggia : Ceglia 2012, p. 65-66 (= AE, 2012, 413). Le défunt, Calauius Buttius, et sa mère, Calauia Loccias, sont probablement des affranchis.

Dans les mêmes régions où se pratique la transhumance Callitanus est attesté aussi comme nom propre avec tantôt la fonction de nom unique (pour des esclaves), tantôt celle de cognomen (en général pour des affranchis) ; Russi 1986, p. 855-872, a constitué un petit corpus de quatre noms en publiant une nouvelle inscription (de Castelnuovo della Daunia) : à celle-ci il a ajouté CIL, X, 256 ; 267 ; 386. 

4 Crawford 1996, n° 2, l. 26 ; lire aussi le commentaire de Granet 1989, p. 141-154, trop souvent négligé.

5 Lire Corbier 2007, p. 4-8, avec référence aux travaux récents sur le sujet.

6 Sigaut 1975. 

7 Martin 1995, p. 97-106. 

8 Agennius Urbicus, De controuersiis agrorum (Th, 45, 16 s.) : Inter res p(ublicas) et priuatos non facile tales in Italia controuersiae (de iure territorii) mouentur, sed frequenter in prouinciis, praecipue in Africa, ubi saltus non minores habent priuati quam res p(ublicae) territoria : qui immo multi saltus longe maiores sunt territoriis. 

Pseudo-Agennius Urbicus, De controuersiis agrorum (Th, 23, 5-8) : prima enim condicio possidendi haec extat per Italiam ; ubi nullus ager est tributarius, sed aut colonicus aut municipalis, aut alicuius castelli aut conciliabuli, aut saltus priuati. 

Pseudo-Agennius Urbicus, De controuersiis agrorum (Th, 36, 1-4) : nam inter respublicas non mediocriter eius modi controuersia solet exerceri, quam frequenter coloniae habent cum coloniis aut municipiis aut saltibus Caesaris aut priuatis. 

9 Scaevola, Dig., 19, 1, 52, pr. : ... a conductore saltus in quo idem fundus est..

10 Lire Peyras 1995, p. 107-128 ; le domaine le plus connu est le saltus Burunitanus

11 Capogrossi Colognesi 1995, p. 208-209, qui cite, à côté de Scaevola, Ulpien, Dig., 13, 7, 25 (puta saltum grandem pignori datum ab homine qui uix luere potest nedum excolere, tu acceptum pignori excoluisti sic ut magni pretii faceres), et Modestin, Dig., 3, 5, 26 (27) (... maior frater in saltu communi habenti habitationes paternas ampla aedificia aedificauerat : cumque eodem saltum cum fratre diuideret...).

On pourrait penser aussi à Ulpien, Dig., 11, 4, 1, 1 (Senatus censuit, ne fugitiui admittantur in saltus neque protegantur a uilicis uel procuratoribus possessorum et multam statuit...).

12 S.C. de Cn. Pisone patre, lignes 85-90 (CIL, II2, 5, 900 = AE, 1996, 885) ; noter la mention de conflits avec les cités ou les peuples limitrophes suscités par les esclaves et les affranchis de Calpurnius Pison, à rapprocher des controuersiae signalées par les Gromatici (textes cités supra note 8). 

13 Braudel 1949, p. 38-50 ; 2e éd. : 1966, I, p. 77-86. 

14 Dig., 32, 67 ; 41, 2, 3, 11 ; 19, 2, 19, 1. 

15 Marino 1988.

16 Volpe 2001, p. 315-361 : p. 339-340.

17 Marino 1988, p. 47.

18 R.R., 1, 6, 3 (ubi lati campi, ibi magis aestus, et eo in Apulia loca calidoria ac graviora) ; 1, 29, 2 (nonnulli postea, qui segetes non tam latas habent, ut in Apulia et id genus praediis), et 1, 2, 6 (contra quid in Italia utensile nonmodo non nascitur, sed etiam non egregium fit ? Quod far conferam Campano ? Quod triticum Apulo ? Quod uinum Falerno ? Quod oleum Venafro ?).

19 R.R., 2, 1, 16 : Neque eadem loca aestiua et hiberna idonea omnibus ad pascendum. Itaque greges ouium longe abiguntur ex Apulia in Samnium aestiuatum atque ad publicanum profitentur, ne, si inscriptum pecus pauerint, lege censoria committant ; 2, 2, 9 : Nam mihi greges in Apulia hibernabant, qui in Reatinis montibus aestiuabant, cum inter haec bina loca, ut iugum continet sirpiculos, sic calles publicae distantes pastiones ».

20 Vera 2002, p. 253. Cette fumure est considérée aussi comme durable par Volpe 1996, p. 266.

21 Le Roy Ladurie 1966, I, p. 112-122, en particulier p. 112-113 : (il s’agit de l’accueil fait aux troupeaux transhumants à la montée) « l’accueil triomphant des laboureurs du Causse, cultivateurs sans sol arable, qui troqueraient leur âme contre un plat de fumier : pour engraisser leurs pauvres champs, pour obtenir d’un troupeau passager une nuit de fumature et de parquage, ils font des bassesses, donnent de l’argent aux bergers, leur font entonner force vin, manger pain blanc, poulets, « cher fresche » : telles sont les mœurs, au Causse de Sauveterre, dès 1542. »

22 Pani 1986, p. 21-45.

23 Textes cités par Aymard 1978, p. 1131-1192. 

24 Barker 1989, p. 1-19. 

25 Voir les études classiques de Van Wonterghem 1973, p. 36-48 avec planches I à X, et Di Niro 1977. Mais on s’intéressera aussi au culte de Silvain. 

26 Hatzopoulos 2004, p. 45-53. Lire aussi l’introduction du corpus de Petsas et al. 2000. 

27 Gabba – Pasquinucci 1979.

28 Rostovtzeff 1926 ; 2e édition révisée par P.M. Fraser, 1957, p. 20 avec photo après la p. 20, ajoutée dans la 2e éd.

29 La houlette, utilisée comme ornement, permet souvent d’identifier des bergers, transhumants ou non : voir, par exemple, AE, 1992, 454 ; 2006, 374. Quant au décor du cippe de Peltuinum portant une dédicace à Silvain (AE, 2012, 418), il est remarquable puisqu’il montre, outre une serpette et deux moutons sur la face principale, une syrinx et une houlette sur l’un des côtés. On trouvera plusieurs représentations de pedum dans le livre de Chioffi 1999.

30 Chioffi 1999, p. 69-70, n° 84. 

31 CIL, IX, 3128 = I2, 1776 (cf. p. 2038) = CLE, 184 ; M. Buonocore, Supplementa Italica, n. s., 4, 1988, p. 32-33 ; 22, 2004, p. 98 ; la fiche du futur supplément au CIL IX (regio IV) que m’a aimablement communiquée l’éditeur, M. Buonocore, fournit toute la bibliographie et les parallèles nécessaires ; l’a. propose pour ce vers la traduction suivante « Esorto gli uomini a non diffidare di se » mais ne suggère aucune identification pour l’objet que tient le personnage de droite. 

32 Voir supra la note 3.

33 Carlsen 1992, p. 59-65.

34 Andriani 2013, p. 11-19.

35 Par Apulée (Met., 7, 15 et 7, 20), Columelle (6 praef.1) et cinq inscriptions funéraires d’Italie répertoriées par Chioffi 1999 et Andriani 2013. 

36 AE, 1985, 483 : épitaphe mise au jour à Ramacca, à 15 km à l’est de Morgantina.

37 Russi 1986, p. 855-872. 

38 Barker – Grant 1991, p. 15-88. 

39 Vokotopoulou 1987, p. 53-64. 

40 Nixon – Price 2001, p. 395-424. 

41 AE, 2001, 865 ; lire Grelle – Silvestrini 2001, p. 91-136.

42 Grenier 1905, p. 293-328. 

43 Eidem primus fecei ut de agro poplico aratoribus cederent paastores : V. Bracco, Inscriptiones Italiae, 3, 1, 1974, n° 272 ; Id., Supplementa Italica, 3, 1987, p. 71-72 ; AE, 1991, 520 ; Chioffi 1999, p. 11, Appendice II, n° 1. L’identité du magistrat constructeur de la route menant de Reggio à Capoue reste controversée. 

44 Horden – Purcell 2001, p. 80-87, et le « bibliographical essay » (très incomplet) correspondant, p. 549-552. 

45 Maire-Vigueur 1981.

46 Pour la Mesta, on se reportera au livre classique de Klein 1920, et à la troisième édition de sa traduction en espagnol, J. Klein, La Mesta. Estudio de la historia economica española 1273-1836, accompagnée d’une note critique d’Angel Garcia Sanz : Nota a la tercera edicion en castellano.

47 Créée elle aussi pour défendre les privilèges concédés un siècle plus tôt, dès les lendemains de la Reconquista, aux propriétaires de troupeaux d’ovins du Royaume, avec à sa tête un Justicia nommé par le souverain, une organisation corporative regroupant les conducteurs de troupeaux et les éleveurs, et le contrôle des cañadas depuis les vallées des Pyrénées jusqu’à Teruel. Assimilée à la Mesta, bien que plus décentralisée, elle survivra à la dissolution de celle-ci, en perdant ses privilèges judiciaires.

48 Voir, sur ces différentes institutions, le dossier présenté par Gérard Delille et Angelo Massafra, La transhumance dans les pays méditerranéens du XVe au XIXe siècle, dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, Temps modernes, 100-2, 1988.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Bas-relief de Sulmona (cliché Centra Jean Bérard, Naples).
Titre Fig. 2 a-b – Peltuinum. Dédicace de deux esclaves à Silvain : face et côté du cippe (clichés L. Migliorati)
Titre Fig. 3 – Cippe de Sulmona (cliché Centre Jean Bérard, Naples).
Titre Fig. 4 – Vestiges d’un monument funéraire. Musée de Lucera (cliché du musée).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mireille Corbier, « Interrogations actuelles sur la transhumance », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 128-2 | 2016, mis en ligne le 25 juillet 2016, consulté le 30 mai 2017. URL : http://mefra.revues.org/3762

Haut de page

Auteur

Mireille Corbier

L’Année épigraphique, Paris - corbier@msh-paris.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org