Navegación – Mapa del sitio
Varia

Le vignoble campanien sous les Antonins

Andrzej Łoś y Wojciech Pietruszka

Resúmenes

D’assez nombreux chercheurs croient que l’Italie entière, du moins la Campanie et d'autres régions centre-tyrrhénienne, a été touchée par une crise économique majeure. Une partie des historiens et archéologues considèrent toutefois avec un scepticisme plus ou moins marqué l’idée d’un déclin économique en Italie dès le IIe siècle ap. J.-C. Le présent article a pour objectif de proposer une réponse à la question de l’importance de la viticulture en Campanie sous les Antonins. Il existe une communis opinio selon laquelle ce secteur a été un élément essentiel de l’économie de la région à la fin de la République et au début du Principat. La condition du vignoble campanien au IIe siècle ap. J.-C. fait cependant l’objet de controverses. L’examen des données disponibles semble indiquer que, sur le plan général, le vignoble campanien s’est trouvé sous les Antonins sur une trajectoire descendante. L’érosion de sa position a été un long processus qui a progressé à un rythme variable. Il a commencé peut-être encore dans les années 60 du Ier siècle ap. J.-C., et l’éruption du Vésuve en 79 l’a précipité. Si la condition du secteur viticole en Campanie a continué de se détériorer lentement dans la première moitié du IIe siècle, le processus s’est subitement accéléré sous le règne de Marc Aurèle et de Commode. Une des causes de cette aggravation de la crise du vignoble campanien dans la seconde moitié du IIe siècle a pu être la variole, survenue par vagues d’épidémie. Mais à côté de ce fléau, d’importantes parties de la région ont probablement aussi été touchées par les effets défavorables des changements climatiques et la réduction des fonds d’entretien des systèmes de drainage.

Inicio de página

Texto completo

1Les statistiques sur les amphores à vin découvertes à Rome, Ostie et dans les garnisons frontalières qui étaient les plus importants centres de consommation de l’Empire romain montrent une baisse marquée de la proportion de récipients en provenance de Campanie entre la période néronienne et la fin de l’époque des Antonins. Pour d’assez nombreux chercheurs, elle est symptomatique du déclin économique, sinon de l’Italie entière, au moins de sa façade tyrrhénienne. Selon eux, la chronologie des villas serait également un indicateur de la crise économique survenue en Italie. 

  • 1 Carandini 1989 b, p. 117. Voir aussi les autres textes de Carandini : 1980 a ; 1980 b ; 1981 ; 198 (...)
  • 2 A. Marzano (2007, p. 199-218) critique leur valeur, même en ce qui concerne le Sud de l’Étrurie. L (...)

2Parmi les partisans de la théorie du déclin économique de l’Italie à l’époque des Antonins, c’est A. Carandini qui présente la vision la plus radicale. Dans un article publié dans l’un des volumes de la monumentale « Storia di Roma », il va même jusqu’à dire que « l’aurea età degli Antonini è stata per l’Italia il momento della rovina »1. Il a tiré cette conclusion de son analyse des vestiges des villas romaines des environs de Settefinestre (Sud de l’Étrurie). Carandini a essayé de prouver que l’agriculture, secteur le plus important de l’économie italienne, était entrée en crise à l’époque du Principat, comme le montre l’abandon progressif des formes d’exploitation intensive de la terre prédominantes au tournant de la République et de l’Empire, avec des exploitations de taille moyenne, de type villa, qui produisaient essentiellement du vin et de l’huile d’olive. La place laissée par les villae en déclin aurait été occupée par des latifundia appartenant à la famille impériale, aux sénateurs et aux chevaliers les plus puissants. La culture des céréales et l’élevage, gages de meilleure sécurité économique, auraient supplanté la culture de la vigne et de l’olivier. Carandini n’a pas hésité à étendre ensuite à toute l’Italie les conclusions tirées de son analyse des sources archéologiques du Sud de l’Étrurie2.

  • 3 Scheidel 2009. 
  • 4 Jongman 2007. 
  • 5 Purcell 2000, p. 433-435.

3S’appuyant sur d’autres indices, W. Scheidel a tiré des conclusions proches de celles du chercheur italien, mais a articulé son argumentation avec beaucoup plus de prudence3. W. Jongman défend également la thèse d’un recul économique en Italie, mais en évalue les causes et la chronologie autrement que Carandini et Scheidel4. Aussi N. Purcell discerne-t-il certains symptômes de crise en Italie au IIe siècle, mais émet beaucoup de réserves sur la possibilité d’évaluer cette crise en l’état actuel des recherches5

  • 6 Voir entre autres Giardina 1997 ; Patterson 1987 et 2006 ; Marzano 2007 ; Tchernia 2006 et 2011, p (...)

4Une partie des historiens et archéologues considèrent toutefois avec un scepticisme plus ou moins marqué l’idée d’un déclin économique en Italie dès le IIe siècle ap. J.-C. Ils insistent sur les différences entre les processus économiques survenus sous le Principat dans les différentes régions, voire micro-régions de la Péninsule au sud des Apennins6. Ils mettent ainsi l’accent sur la nécessité de les étudier avant tout dans une perspective régionale ou même locale. Il semble que, dans l’état actuel des recherches sur l’histoire économique de l’Italie, cette position soit entièrement justifiée. Nous la partageons d’ailleurs. Dans cet article, nous n’étudierons pas dans son ensemble l’économie campanienne sous les Antonins, mais nous nous limiterons à un seul secteur – celui de la viticulture – qui a toutefois joué un rôle clé dans la vie économique de la région, du moins à la fin de la République et au début du Principat. Le présent article a pour objectif de proposer une réponse à la question de l’importance de ce secteur au IIe siècle ap. J.-C.

  • 7 Jongman 2006, p. 242.

5L’état actuel des recherches sur l’agriculture campanienne en général, et sur la viticulture en particulier à l’époque du Principat, dont le règne des Antonins, est loin d’être satisfaisant. Une analyse même très attentive des textes des auteurs de l’époque impériale ne peut pas apporter beaucoup de conclusions certaines. Selon W. Jongman, ces textes ne sont qu’une sorte de « litanies of decline » dont il ressort seulement que « things went from bad to worse », ce qui est, selon lui, un non-sens évident. Dans la suite de son argumentation, le chercheur néerlandais en vient à la conclusion suivante : « these texts can not [...] serve usefully in any economic analysis », ils ne peuvent être considérés que comme « a window on elite political and social rhethoric, but not on proper economic history »7

  • 8 Tchernia 1993, p. 289.
  • 9 Voir ci-dessous, n. 108.

6Mais le jugement que Jongman porte sur l’utilité des textes des auteurs de l’Antiquité pour l’étude de l’histoire économique de Rome sous l’Empire pèche par son radicalisme. Il faut en effet distinguer la fiabilité du témoignage des sources littéraires de celle des textes à caractère scientifique et d’abord agronomique. Son opinion est entièrement justifiée dans le cas des premiers uniquement. Il est vrai, comme l’a observé A. Tchernia8, que nous ne disposons pas pour le IIe siècle ap. J.-C. d’œuvres de grands agronomes tels que ceux de la fin de la République et du premier siècle du Principat, à savoir Varron, Columelle et Pline l’Ancien. Pourtant il ne manque pas, pour la période qui nous intéresse, d’autres types de textes non-littéraires des auteurs anciens qui témoignent des activités viticoles en Italie, y compris la Campanie. On devrait surtout faire référence à la liste des crus campaniens cités par Galien9. Ainsi, le scepticisme de Jongman est certainement exagéré, mais d’autre part, il est vrai que l’analyse des textes en question ne prouve que la connaissance de l’un ou de l’autre vin ; elle ne permet pas d’évaluer son importance économique. 

  • 10 Jongman 2007, p. 187-188.
  • 11 Voir Bowman – Wilson 2009 a, passim, et plus particulièrement Bowman – Wilson 2009 b ; Wilson 2009 (...)

7Dans un de ses travaux, Jongman insiste sur le fait que « it is only archaeology that can provide the large datasets that we need as empirical foundation for a time series analysis of long term economic change in antiquity »10. Il serait difficile de prétendre le contraire : toutes les études portant sur l’histoire économique doivent s’appuyer sur des données sources quantifiables, et l’étude de l’économie romaine ne peut faire exception à cette règle11. Néanmoins, on est en droit de douter que seuls les apports de l’archéologie puissent faire progresser ces études. Les nouvelles fouilles, les méthodes toujours améliorées d’interprétation des objets découverts grâce à celles-ci ou à l’occasion de campagnes plus anciennes qui ont été bien documentées, permettent certainement aux historiens étudiant l’économie romaine de disposer de bases de données de plus en plus riches. Mais elles ne sont toujours pas assez abondantes pour qu’on puisse, en s’appuyant sur elles, se risquer à trancher définitivement les principales questions qui préoccupent les chercheurs dans le domaine de l’économie romaine, ni à l’échelle de tout l’Empire, ni à celle de ses grandes aires géographiques (Italie, provinces), ni même à celle des régions italiennes, dont la Campanie.

  • 12 Wilson 2009 b.
  • 13 Concernant cette région, la situation va peut-être changer dans un avenir assez proche en raison d (...)
  • 14 Voir Tchernia 2011, p. 35.

8On peut aussi reprocher à Jongman de n’avoir probablement pas saisi les possibilités qu’offrait l’analyse poussée des sources épigraphiques. A. Wilson a adopté une autre attitude, considérant que pour les recherches sur l’économie romaine, les longues séries d’inscriptions étaient une base empirique au moins aussi valide que les témoignages archéologiques12. Le chercheur britannique a cependant souligné que les bases épigraphiques dont nous disposons présentent trop de lacunes et de défauts qui les rendent difficilement exploitables dans les études scientifiques. Combler ces lacunes, corriger ces défauts prendra encore beaucoup de temps. Les observations de Wilson se rapportent évidemment à la Campanie13. Elles sont très certainement justes par rapport aux vues d’ensemble de l’économie de cette région. L’utilité des inscriptions est en revanche nettement moindre pour l’étude des secteurs distincts de l’économie régionale, dont la viticulture, même pour une époque telle que le IIe siècle où les sources épigraphiques sont abondantes. En pratique, cela signifie que ces études ne peuvent reposer que sur une base empirique composée à la fois de données fournies par l’archéologie, surtout les statistiques d’amphores, et par les études sur la chronologie des villas, malgré les difficultés d’interprétation de ce type de témoignages signalées par A. Tchernia14. Cette conclusion semble paradoxalement avaliser – malgré les réserves que nous avons signalées ci-dessus – l’idée de Jongman selon laquelle seule l’archéologie peut fournir des données permettant de reconstituer les processus économiques survenus dans le monde romain sous l’Empire. Cette contradiction n’est cependant qu’apparente : la thèse de l’historien néerlandais est en effet justifiée en ce qui concerne les études des secteurs particuliers de l’économie romaine dans une perspective régionale, mais elle ne se justifie pas dans le cas des études d’ensemble portant sur les changements économiques tant à l’échelle régionale qu’au niveau de l’Empire.

  • 15 Arthur 1991 a, p. 101. Le point de vue de l’archéologue britannique concorde avec les interprétati (...)
  • 16 Vallat 1987, p. 361 : « Il semble donc qu’un dixième environ des habitats que l’on peut dénommer v (...)
  • 17 Voir les remarques de Fentress 1993 et de Patterson 2006, p. 22.

9Les travaux de P. Arthur sont une lecture obligatoire pour tout chercheur s’occupant d’histoire économique de la Campanie. Ses études se sont cependant limitées à des analyses de résultats de prospections sur le terrain dans le Nord de cette région. En analysant les traces d’aménagement de l’espace de l’Ager Falernus, l’archéologue anglais a pu déterminer que, entre la fin du Ier et la seconde moitié du IIIe siècle, plus de 70% des sites habités (villae, villages) avaient été abandonnés, le phénomène s’étant intensifié surtout au IIIe siècle. La dépopulation des zones rurales de cette partie de la Campanie se serait accompagnée de sa « latifundisation » et du déclin de quelques villes, par exemple Sinuessa15. Il convient cependant de noter que J.-P. Vallat, en se référant aux résultats de prospection des terrains situés autour du Mons Massicus – une zone qui, en principe, est comprise dans celle des recherches d’Arthur – qu’il a complétés par des données obtenues par photographies aériennes, a conclu qu’une importante majorité de villae du nord de la Campanie étaient restées en activité jusqu’à la fin de l’Empire16. Les différences entre les deux chercheurs sont vraiment déroutantes17. Il vaut la peine de citer ici les réserves émises par A. Tchernia à propos des données obtenues au moyen des prospections de terrain :

  • 18 Tchernia 2011, p. 357-358. Tchernia signale que ces réserves ont déjà été formulées il y a de nomb (...)

Ni le témoignage des amphores, ni celui des prospections ne sont à l’abri de la critique. [...] Celui des villas, parce que très peu d’entre elles ont été véritablement fouillées, que leur datation dans les prospections porte souvent sur une étendue de terrain trop restreinte pour avoir prétention à la représentativité. On manque en outre d’une étude de la chronologie des villas qui rassemblerait le grand nombre d’indications éparses et appuierait les pourcentages sur des chiffres et des références précises. L’expérience prouve toutefois que ces réserves ne sont guère audibles, car elles compromettraient le discours historique qu’on veut tirer des observations archéologiques18

  • 19 Marzano 2007. Le parti pris de ses interprétations est toutefois dérangeant. En lisant son livre, (...)
  • 20 Les bâtiments mis au jour aux lieux-dits Posto et S. Rocco à Francolise sont à compter parmi les r (...)
  • 21 De Caro – Miele 2001.

10À vrai dire, la remarque de l’auteur de Les Romains et le commerce sur l’absence d’étude des villae et de leur chronologie s’est partiellement désactualisée, puisque depuis quelques années, il existe une étude d’A. Marzano sur le sujet19 ; son horizon géographique est cependant restreint à l’Ombrie, au Latium et à l’Étrurie, et n’englobe pas la Campanie. Concernant la région italienne qui nous intéresse, les réserves de Tchernia restent donc d’actualité. Préparer une étude comparable à celle de Marzano pour la Campanie s’annonce être une tâche énorme étant donné la richesse des découvertes de villas dans la région et le nombre infime de celles qui ont été véritablement fouillées et publiées selon les principes de l’archéologie moderne20. Cette étude permettrait très certainement de vérifier les résultats des prospections de terrain réalisées dans l’Ager Falernus. Il faut cependant noter que pour la Campanie du Nord (province actuelle de Caserte), on dispose d’une communication assez détaillée sur les fouilles entreprises dans les années 1990. Les travaux archéologiques ont permis des découvertes exceptionnelles, y compris de nombreuses villas21. Les données présentées dans la communication ne peuvent à vrai dire compenser l’absence de travail de synthèse sur les villas en Campanie et leur chronologie, mais il semble qu’elles soient suffisantes comme base pour tenter de reconstituer (hypothétiquement) la situation des vignobles campaniens à l’époque des Antonins.

  • 22 Tchernia 2011, p. 357. 
  • 23 Wilson 2009 a, p. 229-234. Voir aussi les remarques de Rizzo 2014, p. 73-75, 79-80.
  • 24 Communication personnelle (en mai 2014).
  • 25 Voir Giardina 1981, p. 103-105 et Biundo 2014, p. 108-109.
  • 26 Harris 2005 b, p. 35-36 et 2009, p. 259.
  • 27 Veal 2012.
  • 28 Voir Arthur - Williams 1992 ; Arthur 1995 ; Williams 2004, p. 449 ; Tchernia 2011, p. 368 ;Di Giov (...)

11Les statistiques sur les amphores créent des problèmes d’interprétation aussi importants que la chronologie des villas. Selon A. Tchernia, « les changements sont évalués au vu de pourcentages qui ne représentent pas des quantités absolues et ne tiennent pas compte des modifications démographiques »22. A. Wilson est encore plus sceptique que le chercheur français dans son appréciation de l’utilité des statistiques d’amphores pour reconstituer les processus historiques23. La raison la plus importante des réserves des deux chercheurs quant à la validité de ce genre de données est que l’on transportait peut-être le vin dans d’autres récipients que des amphores, par exemple dans des tonneaux ou des outres de cuir qui n’ont pas laissé de traces archéologiques. Il semble cependant que cette réserve ne soit que partiellement motivée pour l’analyse de l’économie campanienne sous les Antonins. Il est vrai que les outres de cuir étaient depuis longtemps utilisées pour transporter du vin dans le cadre du commerce local et, peut-être dans une certaine mesure, régional, mais pas pour les exportations à plus longue distance. Dans le commerce local, d’ailleurs, il est vraisemblable qu’elles n’aient pas joué non plus de rôle majeur, comme semble le prouver la présence massive dans les dépôts des villes vésuviennes d’amphores Dressel 2-4 (Schoene-Mau XII) d’origine campanienne, qui étaient employées pour transporter et conserver les vins locaux, pas les vins importés. Il serait difficile de trouver des explications à un recours plus fréquent aux outres à l’époque des Antonins par rapport aux époques précédentes. Quant aux tonneaux, leur utilisation comme récipients de transport de vin est généralement datée d’une époque postérieure aux Antonins, même si, selon A. Tchernia, le début de cette pratique pourrait bien remonter au Ier siècle ap. J.-C.24 Enfin, la déforestation d’une partie importante de la Campanie dès le début du principat – liée entre autres à la colonisation intensive et au développement de la construction navale, mais aussi à la production de céramique et de verre25– met en question une éventuelle utilisation à plus grande échelle des tonneaux pour le transport du vin dans cette région de l’Italie avant le IIIe siècle de notre ère. W. Harris utilise l’argument de la déforestation dans sa polémique contre les thèses de Wilson26. R. Veal a cependant réalisé des études pionnières sur le charbon de bois découvert lors de fouilles récentes à Pompéi, dont il ressort que – du moins dans le Sud de la Campanie – l’offre de bois en provenance des zones boisées du versant sud du Vésuve, du flanc nord du Mons Lactarius et de la partie des Apennins bordant à l’est la vallée du Sarnus était suffisante pour satisfaire la demande locale27. Il faut toutefois souligner que les conclusions de Veal sont davantage des hypothèses que des faits reposant sur l’analyse de sources matérielles. Les tonneaux ont probablement commencé à être utilisés assez tôt en Italie adriatique, comme tend à le prouver la cessation assez brutale de la production d’amphores à vin Dressel 6 A dans la seconde moitié du Ier siècle ap. J.-C. Comme elles n’ont été remplacées par aucun autre récipient céramique produit en quantité aussi massive que la leur, l’entrée en usage des tonneaux est l’explication la plus convaincante de la chute importante du nombre d’amphores à vin d’origine adriatique dans les grands centres de consommation, en particulier à Rome, après l’an 50 de notre ère. Il convient de signaler en outre que le problème de la déforestation n’a touché l’Italie adriatique que dans une plus faible mesure. Contrairement aux amphores Dressel 6 A, les Dressel 2-4 campaniennes et leurs dérivés se retrouveront en Campanie même et dans beaucoup d’autres endroits jusqu’à la première moitié du IIIe siècle, et même plus tard28. On ne peut donc pas parler de cessation brutale de leur production, ce qui semble être un argument contre la propagation de l’usage des tonneaux au détriment des amphores pour le transport de vin.

  • 29 Voir ci-dessous, § 14-15 et n. 41-42.
  • 30 Tchernia 1986, p. 305.

12Le point faible des études exploitant les statistiques des amphores est la « sensibilité » de ces statistiques aux changements radicaux qu’entraînent les nouvelles découvertes de dépôts de récipients céramiques. Les exemples foisonnent, et les plus spectaculaires se rapportent à Rome29. Cet inconvénient est cependant inévitable. Les fouilles apportent parfois des résultats qui imposent de réviser des idées qui, jusque là, semblaient parfaitement étayées. Cette perspective peut être assez décourageante pour les chercheurs qui exploitent des données archéologiques pour reconstituer les processus historiques. Elle ne devrait cependant pas les amener à renoncer à ces sources. Il est préférable d’admettre, comme A. Tchernia, qu’il est plus fructueux, en tout état de cause, d’avancer des hypothèses et de ne pas hésiter « à les modifier quand de nouvelles découvertes, cheminement normal, les invalident »30.

  • 31 Nous reviendrons souvent dans la suite de cet article sur les problèmes d’interprétation des stati (...)
  • 32 Rizzo 2014, p. 73-75, 79-80, 398-408.

13Nous sommes donc convaincus que le recours aux statistiques des amphores pour les études portant sur les processus économiques survenus dans le monde romain, dont l’Italie et ses régions, n’est pas une voie sans issue, malgré toutes les réserves et incertitudes que génère ce type de témoignages31. Il s’agit toutefois de les manier avec beaucoup de prudence. Il est surtout important d’éviter de surinterpréter les données recueillies. Le dernier travail de G. Rizzo est un bon exemple d’approche rationnelle des statistiques d’amphores. Tout en percevant bien leurs limites, l’archéologue italien, a proposé une tentative de reconstitution de la réalité historique et économique sur la base des données qu’il a analysées32.


  • 33 Sen. Nat. VI.1. 2-3.
  • 34 Williams 2004, 442 ; Williams, Peacock 2005, p. 143.
  • 35 Sen. Nat. VI 1. 10 : [..]desinamus audire istos qui Campaniae renuntiaverunt quique post hunc casum (...)
  • 36 Voir le cas de la villa de Scafati : De’ Spagnolis 2002, p. 150-151
  • 37 Plin. Ep. VI 16. 9.
  • 38 Tchernia 1986, p. 230-231 ; Id. 2011, p. 366-367 ; Widemann 1986 ; id. 1991, p. 221-230 ; Williams (...)
  • 39 Panella 1981, passim, plus particulièrement 68-69 ; Ead. 1989 ; Ead. 1992 ; Panella, Tchernia 1994 (...)
  • 40 Dans leur évaluation de la place occupée par les différentes zones de production viticole dans l’a (...)
  • 41 Il faut cependant signaler que vers la fin de la République (seconde moitié du Ier siècle av. J.-C (...)

14Toute recherche sur la condition du secteur viticole campanien à l’époque des Antonins doit tenir compte des effets des catastrophes naturelles qui ont frappé la région dans la seconde moitié du Ier siècle ap. J.-C. Leur ampleur et leur portée ont certainement affecté considérablement l’économie de cette partie de l’Italie, dont la viticulture. L’importance de leur impact et la chronologie de la revitalisation des zones dévastées par les cataclysmes font cependant l’objet de controverses. Le tremblement de terre de 62 a été une expérience traumatisante pour les habitants de la Campanie. Le séisme a vidé de sa population toute la partie sud de la région. Ses effets ont été particulièrement ressentis par les habitants de Pompéi et d’Herculanum33. Comme le pensent certains chercheurs, il a dû également avoir un impact négatif sur l’économie du Nord de la Campanie, même si les dégâts dans cette partie de la région ont été plus limités34. Selon Sénèque, la catastrophe a incité beaucoup de gens à quitter non seulement les zones les plus dévastées, mais aussi les parties de la Campanie les moins touchées, et les partants étaient bien décidés à ne plus jamais revenir dans la région35. Même si l’on considère que le récit du philosophe comporte des exagérations, son témoignage est difficilement réfutable, car les traces matérielles des destructions sont bien visibles dans les sources archéologiques36. L’exode n’a toutefois probablement pas été aussi massif que le suggère Sénèque, car dans une lettre à Tacite, Pline le Jeune rappelle que la région de la Baie de Naples était densément peuplée (frequens) au moment de l’éruption du Vésuve37. Bien entendu, le récit de Pline n’est pas non plus exempt d’amplification rhétorique : on la remarque notamment dans sa mise en opposition entre l’opulence de la région avant l’éruption et les conséquences de celle-ci. L’évaluation des effets du tremblement de terre du début des années 60 est évidemment rendue difficile par la brièveté de l’intervalle de temps qui le sépare du cataclysme de 79, dont l’étendue géographique correspond plus ou moins à celle du séisme. Les conséquences cumulées de ces deux catastrophes naturelles, dont la seconde fut véritablement apocalyptique, ont dû être dramatiques, du moins à court terme, tant sur le plan démographique que sur les plans économique et psychologique. A. Tchernia, tout comme F. Widemann, D. Williams et D. Peacock, ne doute pas que l’éruption volcanique a eu un impact négatif évident sur le niveau de la production de vin en Campanie38, la base de la prosperité économique de la région. Il a appuyé sa thèse entre autres sur les statistiques d’amphores des dépôts d’Ostie et de Rome dressées par C. Panella et G. Rizzo39. Il résulte de celles-ci que, entre le règne de Néron et l’époque flavienne, la proportion d’amphores vinaires italiennes par rapport à l’ensemble des récipients de ce type a diminué, passant de près de 49 % à 40 %, alors que la proportion concernant la capacité totale des amphores à vin d’origine italienne est passée de 55 % à environ 41 %40, pour demeurer ensuite à un niveau en principe invariable sous les Antonins (d’Hadrien à Commode) : 41 % à la fois pour l’ensemble des récipients et pour leur capacité totale41.

  • 42 Voir : Ferrandes 2008 (« area di via Sacchi sul Gianicolo ») : récipients de la fin du Principat d (...)
  • 43 Rizzo 2014. Voir aussi : id. 2012.
  • 44 Id. 2014, 393-440. Étant donné la taille exceptionnelle du dépôt des Terme del Nuotatore, que C. P (...)
  • 45 Rizzo 2012. Les statistiques concernant Ostie dans son article de 2012 (Rizzo 2012) sont très semb (...)
  • 46 Rizzo 2012, p. 90 tab. 4.1. Dans ses calculs, Rizzo n’a pas tenu compte de l’énorme matériel céram (...)
  • 47 On observe une différence frappante entre cette valeur et la proportion d’amphores italiennes à Ro (...)
  • 48 Selon les calculs de Rizzo (2014, p. 417) la proportion d’amphores italiennes dans les dépôts d’Os (...)
  • 49 Pour le milieu de l’époque antonine (années 120-160), la proportion a été estimée par Rizzo (2014, (...)
  • 50 Voir tab. 1. Outre la partie centre et nord et l’Italie tyrrhénienne, les amphores Dressel 2-4 éta (...)
  • 51 Ibid.
  • 52 Pour Rome, contrairement à Ostie (voir Rizzo 2014, p. 396), l’on ne dispose pas de statistiques d’ (...)
  • 53 Ce type d’amphore a vraisemblablement aussi été produit dans l’Ager Faliscus, à l’intérieur des te (...)
  • 54 Par rapport à l’époque flavienne, la proportion d’amphores de la vallée du Tibre, de Spello et du (...)
  • 55 La proportion de récipients d’autres régions de l’Italie adriatique est minime à Rome comme à Osti (...)
  • 56 Voir tab. 2.
  • 57 Sur les différences d’origine des marchandises qui parvenaient à Ostie et à Rome, voir Pavolini 19 (...)
  • 58 Voir Rickman 2003. Dans un de ses articles, A. Marzano (2011) a tenté de démontrer que dans l’Anti (...)
  • 59 Voir Rizzo 2012. M.-B. Carre est arrivé à des conclusions similaires (voir De l’amphore au tonneau (...)

15Après la publication de ces statistiques de Panella et Rizzo, d’autres fouilles réalisées à plusieurs endroits à Rome ont considérablement enrichi la base de données des amphores de la Ville éternelle et de son Suburbium, surtout pour la seconde moitié du IIe siècle ap. J.-C.42 En parallèle, G. Rizzo a vérifié et ordonné les données concernant les amphores des « Terme del Nuotatore » d’Ostie, datées des Ier et IIe siècles43, puis a corrigé les statistiques établies précédemment. Il a complété les résultats de ses travaux avec les données d’autres dépôts de récipients céramiques découverts à Ostie (« Casa delle Pareti Gialle », « Piazzale delle Corporazioni », « Taberna dell’Invidioso », « Domus dei Pesci »)44. Il a comparé les chiffres d’Ostie de la fin de la période des Antonins et les statistiques des amphores provenant des nouvelles fouilles de Rome, datées des règnes de Marc Aurèle et de Commode45. Dans l’Urbs, sur l’ensemble des amphores vinaires, les amphores d’origine italienne représentaient environ 17,1 %, et sur l’ensemble des amphores (à vin, mais aussi à huile d’olive, garum, fruits, etc.), à peine 8,7 %46. À Ostie, les données de la fin de l’époque antonine (31,1 % et 13,7 % respectivement) présentent une différence assez marquée par rapport à Rome. Pour la capitale de l’Empire, la comparaison de la proportion de récipients d’origine italienne par rapport à l’ensemble des amphores à vin à l’époque des Flaviens (40 %) et sous les deux derniers Antonins (17,1 %) accuse une baisse très marquée47, tandis qu’à Ostie, elle est faible (de 34,6 à 31,1 %)48. On observe en revanche dans les deux villes une baisse radicale de la proportion d’amphores Dressel 2-4, caractéristiques de l’Italie tyrrhénienne (Campanie, Latium, Étrurie), avec dans le cas d’Ostie un changement d’une telle importance qu’on peut le qualifier de spectaculaire : de 25,4 à 4,7 %49 ; pour Rome, les chiffres sont respectivement de 15,1 % et 4,8 %50. Ces statistiques semblent permettre de conclure que dans la seconde moitié du IIe siècle, les vignobles de la façade tyrrhénienne de l’Italie ne jouaient plus qu’un rôle secondaire dans l’approvisionnement en vin de Rome et d’Ostie. Dans le cas de la capitale de l’Empire, la perte d’importance marquée de la zone tyrrhénienne intervient cependant déjà entre les époques néronienne et flavienne : sous le règne du dernier julio-claudien, la part de cette partie de l’Italie sur le marché romain du vin selon les données des amphores est de 36,7 %, soit 2,5 fois plus élevée que sous les Flaviens51. La tendance à la baisse se maintient également sous les Antonins52. À Ostie, la proportion d’amphores de la façade tyrrhénienne est encore assez élevée dans les décennies récentes du Ier siècles (25,4 %), mais en l’absence de données fiables de l’époque néronienne pour cette ville, on ignore si, entre le règne du dernier julio-claudien et l’époque flavienne, d’importantes variations sont intervenues dans la proportion de récipients tyrrhéniens sur l’ensemble des amphores vinaires. L’époque des Antonins, et surtout sa dernière phase, entraîne cependant à Ostie également, comme nous l’avons déjà signalé, une brusque diminution de la proportion d’amphores d’origine tyrrhénienne, au point que sous les règnes de Marc Aurèle et de Commode, elle est presque identique à celle de Rome (4,7 % à Ostie et 4,8 % à Rome). À cette époque aussi, la proportion d’amphores à fond plat de la vallée du Tibre, de l’Ombrie (environs de Spello) et du centre et nord de l’Étrurie (environs d’Albinia, dans la région de Grosseto, Ager Pisanus et Volaterranus53) est très similaire dans les deux villes, mais d’un niveau plus élevé (11,5 % à Ostie et 11,8 % à Rome)54. Une différence marquée est perceptible dans le cas des amphores de la partie adriatique de l’Italie, et plus précisément, d’Émilie55 : elles arrivent en très grand nombre à Ostie et en quantité infime dans l’Urbs dans la seconde moitié du IIe siècle56. Les livraisons massives de vin émilien à la fin de l’époque antonine sont la principale explication de la proportion relativement élevée d’amphores italiennes à Ostie (31,1 %) comparativement à Rome (17,1 %). Les différences entre l’Urbs et son principal port de mer peuvent s’expliquer en partie par l’utilisation de plusieurs modes de transport pour approvisionner la population de Rome : à côté de la voie maritime, il y avait également les voies fluviale et routière57. Ces dernières devaient prendre une importance particulière pendant les longues périodes d’intempéries qui intervenaient surtout pendant l’automne et l’hiver, pendant lesquelles la navigation maritime était fortement paralysée58. En outre, évaluer l’importance économique d’Ostie exclusivement à travers le prisme du rôle qu’elle jouait dans l’approvisionnement des habitants de l’Urbs est semble-t-il une simplification de la réalité de l’époque des Antonins. Des indices montrent que la ville de l’embouchure du Tibre servait aussi de port de transbordement pour les marchandises importées, entre autres, d’Italie adriatique puis réexportées vers les provinces occidentales et septentrionales de l’Empire59.

  • 60 Les proportions pour Rome à l’époque néronienne sont basées sur les statistiques de Rizzo d’il y a (...)

Tab. 1. Proportions d’amphores vinaires italiennes (dont celles de la côte tyrrhénienne) sur l’ensemble des amphores à vin découvertes à Rome et Ostie.60

Ensemble de l’Italie Côte tyrrhénienne
Rome Ostie Rome Ostie
Époque néronienne 49 % nd 36,7 % nd
Époque flavienne 40 % 34,6 % 15,1 % 25,4 %
Moyenne époque antonine (120 à 160) nd 29,3 % nd 15,7 %
Époque antonine tardive 17,1 % 31,1 % 4,8 % 4,7 %

Graphique 1

Graphique 1
  • 61 Voir n. 60. Le tableau 2 ne tient pas compte des amphores reconnues comme italiennes mais dont la (...)

Tab. 2 - Proportions d’amphores vinaires des régions italiennes sur l’ensemble des amphores à vin découvertes à Rome et Ostie.61

Époque néronienne Époque flavienne Moyenne époque antonine Époque antonine tardive
Rome Ostie Rome Ostie Rome Ostie Rome Ostie
Côte tyrrhénienne 36,7 % nd 15,1 % 25,4 % nd 15,7 % 4,8 % 4,7 %
Côte adriatique 2,4 % nd 0,6 % 1,4 % nd 3,7 % 0,3 % 13,8 %
Vallée du Tibre, Spello, Étrurie 9,9 % nd 24,3 % 6,8 % nd 10 % 11,8 % 11,5 %

Graphique 2a

Graphique 2a

Graphique 2b

Graphique 2b
  • 62 Il y avait bien quelques grands crus dans le Sud de la Campanie (par exemple les Surrentinum et Ve (...)
  • 63 Voir tab. 2.
  • 64 Voir tab. 3. Étant donné le volume des amphores gauloises, nettement plus important que la moyenne (...)
  • 65 Tchernia 2011, p. 368. 

16Selon Tchernia, l’importante diminution du rôle de l’Italie, et surtout de sa façade tyrrhénienne, dans l’approvisionnement en vin de Rome entre le principat de Néron et la période domitienne est la conséquence de la destruction des vignobles de la zone vésuvienne, qui étaient spécialisés dans la production à grande échelle de vins bon marché destinés à la plèbe des villes campaniennes et de la capitale de l’Empire62. La baisse subséquente de l’offre ne fut que partiellement compensée par des vins provenant des terres situées le long du Tibre moyen et inférieur, des environs de Spello et du centre de l’Étrurie. Ces sources d’approvisionnement de l’Urbs furent complétées par des importations de l’Est du Bassin méditerranéen (surtout de la Mer Égée et d’Asie mineure) et de Gaule. En effet, la proportion d’amphores de la vallée du Tibre et des autres régions du Centre et du Nord de l’Italie, qui est à la fin du règne de Néron égale à 9,9 % de l’ensemble des amphores à vin découvertes à Rome, est passée à 24,3 % à la fin de l’époque flavienne63. Pour la Méditerranée orientale, les chiffres sont respectivement de 24,1 et 30,9 %, dont 23,1 et 27,6 % pour l’Égée et l’Asie mineure, et de 2,3 et 9,7 % pour la Gaule narbonnaise64. Tchernia souligne cependant que l’essor de la production de vin dans la vallée du Tibre avait déjà commencé avant l’éruption du Vésuve65. Il pense toutefois que la destruction des vignes du Sud de la Campanie a bien été l’un des facteurs décisifs du renforcement du rôle de la vallée du Tibre comme source d’approvisionnement en vin des habitants de Rome. 

  • 66 Voir ci-dessus n. 59. Le tableau 3 ne tient pas compte des amphores originaires de la zone Istrie- (...)

Tab. 3 - Proportions des amphores vinaires italiennes, gauloises, espagnoles, africaines et de l’Est du Bassin méditerranéen découvertes à Rome et Ostie.66

Époque néronienne Époque flavienne Moyenne époque antonine Époque antonine tardive
Rome Ostie Rome Ostie Rome Ostie Rome Ostie
Italie 49 % nd 40 % 34,6 % nd 29,3 % 17,1 % 31,1 %
Gaule 2,3 % nd 9,7 % 25,9 % nd 41,4 % 12,4 % 32,8 %
Péninsule ibérique 11,9 % nd 8,5 % 11,8 % nd 0,9 % 0,3 % 1,6 %
Afrique 3,6 % nd 6,1 % 13,9 % nd 8,7 % 14,4 % 9 %
Méditerranée orientale 24,1 % nd 30,9 % 5,7 % nd 13,6 % 48,4 % 21,6 %

Graphique 3a

Graphique 3a

Graphique 3b

Graphique 3b
  • 67 Il faut souligner que malgré l’énorme progrès des études sur les amphores de la façade tyrrhénienn (...)
  • 68 Williams 2004, p. 446-449 ; Williams – Peacock 2005, p. 144-147.

17Les statistiques des amphores vinaires des dépôts datés, dans le cas de Rome, de 160-190, et dans celui d’Ostie, de 120-190, inclinent à penser qu’il n’y a pas eu au IIe siècle de reprise de la consommation de vins campaniens dans la capitale de l’Empire. Au contraire, ces statistiques indiquent une érosion progressive du rôle de l’Italie, et surtout de sa façade tyrrhénienne, y compris la Campanie, dans l’approvisionnement en vin de l’Urbs et son port67. En théorie, une augmentation de la demande locale et des exportations vers les provinces où stationnait l’armée, voire au delà des frontières de l’Empire, aurait pu permettre aux viticulteurs campaniens de compenser en partie leur perte du marché romain. Mais à ce propos, D. Williams et D. Peacock ont observé que le commerce à longue distance qui avait été prospère sous les Julio-claudiens s’était affaibli dans les dernières décennies du Ier siècle, en particulier vers l’Inde : dans les années 70 de ce siècle, les amphores à vin de type Dr. 2-4, d’origine campanienne, ont en effet cessé de parvenir au sous-continent indien. La disparition de ce type d’amphores à cette époque est également observable sur les sites du limes rhénan et du limes danubien68.

  • 69 Rien ne permet de supposer que la diminution marquée de la part des vins tyrrhéniens dans l’approv (...)
  • 70 Il est probable que dans beaucoup d’endroits du monde romain mais également au delà de ses frontiè (...)

18Il est peu probable que la diminution marquée de la consommation de vins campaniens – en quantités relatives très certainement, mais aussi probablement en quantités absolues69 – à Ostie et dans la capitale de l’Empire, ainsi que son interruption presque totale en Grande-Bretagne, dans les provinces germaniques, mais aussi en Égypte et en Inde70, n’aient pas été en rapport avec la situation du secteur viticole en Campanie. Il faut rappeler que les couches plébéiennes de l’Urbs et d’Ostie ainsi que les soldats stationnant dans les provinces frontalières étaient les principales clientèles des vins bon marché de l’Empire romain produits en gros volumes. Pour les vins campaniens, la perte totale ou partielle de ces grands marchés ne pouvait être compensée en trouvant d’autres clients, car ceux-ci n’existaient tout simplement pas. Ni dans l’ensemble du monde romain ni au-delà de ses frontières, il n’y avait de centres de consommation de vins importés comparables à Rome et aux confins de l’Empire. Si d’ailleurs ils avaient existé, les producteurs campaniens n’auraient pas été en état de les satisfaire étant donné la forte réduction de la capacité de production de leurs vignobles (et ce, pour de nombreuses décennies) à la suite de l’éruption du Vésuve.

  • 71 Comme A. Tchernia (1986, p. 27-28), nous ne doutons pas que sous le Principat, le commerce du vin (...)
  • 72 Tchernia 1986, p. 230.
  • 73 Malgré les investissements réalisés à Ostie par Trajan, les navires de transport de blé d’Égypte c (...)
  • 74 Voir ci-dessous, § 37-43.

19La catastrophe de 79 n’a pas seulement contribué à une baisse marquée, voire à la fin de la consommation des vins campaniens bon marché au centre de l’Empire, dans les provinces frontalières, en Égypte et en Inde, mais a également entraîné des changements sur le marché régional du vin71. D’une part, la mort de milliers d’habitants dans les villes dévastées et l’exode de Campanie d’une partie des survivants ont forcément dû réduire le nombre de consommateurs potentiels sur le marché local ; d’autre part, l’interruption de la production agricole de la zone du Vésuve pour plusieurs décennies a fortement réduit l’offre de vins bon marché, spécialité de cette partie de la Campanie. A. Tchernia a même plaisanté à ce propos en disant que l’hiver 80 avait dû être particulièrement difficile pour les amateurs de vin de Rome (« un rude hiver pour les buveurs »)72. Les habitants de Pouzzoles, Capoue, Naples, Misène et autres villes campaniennes épargnées par le volcan ont certainement connu le même problème. Le déficit de vins bon marché a bien sûr pu être compensé par des importations, surtout en provenance de la Mer Égée et de l’Asie mineure73, ou en augmentant la production dans les zones du Nord de la Campanie non affectées par l’éruption. Un accroissement de la production dans cette partie de la région était évidemment possible, du moins jusqu’à un certain point, mais les traces conservées d’exploitation des sols ne fournissent pas d’arguments en faveur de cette hypothèse74. Les statistiques des amphores non plus, d’ailleurs, même s’il faut signaler que jusqu’à présent, seule une faible part des amphores découvertes en différents endroits en Campanie (surtout à Pompéi, Herculanum, Naples, Cumes et Pouzzoles) et datées des Ier et IIe siècles ont fait l’objet de publications. 

  • 75 Il y a eu quelques exceptions, comme les articles de A. Tchernia et F. Zevi (Tchernia 1964 ; Zevi (...)
  • 76 Voir par exemplePanella 1974-1975 ; Panella 1977 ; Panella – Fano 1977 ; Manacorda 1977 ; Scotti 1 (...)
  • 77 L’inventaire des types d’amphores portant des inscriptions peintes en grec publiées dans le tome I (...)
  • 78 Voir par exemple Miniero 1999 (villa San Marco di Stabia) ; De Sena – Ikäheimo 2003 (Casa delle Ve (...)

20La plupart des chercheurs exploitant cette catégorie de sources dans leurs travaux formulent depuis des dizaines d’années des avis critiques sur l’état des études et publications relatives à l’énorme collection d’amphores des cités vésuviennes. Jusqu’au début des années 1970, les amphores de la région du Vésuve ont rarement été étudiées sérieusement si elles ne comportaient pas d’inscriptions peintes ou imprimées75. Dans le dernier quart du XXe et la première décennie du XXIe siècle, on a publié de nombreux travaux consacrés, en tout ou en partie à des récipients découverts dans les villes vésuviennes. Leur niveau scientifique et les questions abordées sont très variables. La plupart des auteurs se sont concentrés sur la typologie, la chronologie et la provenance des amphores, et sur les produits qu’elles avaient contenus. D’assez nombreux travaux ont été réalisés dans le cadre de projets de recherche portant sur l’analyse détaillée des différentes insulae et domus de Pompéi et de certaines villae, et des mobiliers découverts sur ces sites76. En raison de leur nature, ces études n’ont donc examiné que des parties de l’énorme collection d’amphores découvertes dans les villes vésuviennes. Elles portent aussi bien sur les amphores à vin que sur les récipients ayant servi à transporter d’autres produits, tels l’huile d’olive et les sauces de poisson. Une partie importante des pièces découvertes à Pompéi et Herculanum n’ont jamais été analysées de façon plus systématique : par exemple, il n’y a pas d’études sur les amphores provenant de la Mer Égée (sauf la Crète) ou de l’Asie mineure77. D’autre part, les amphores Dressel 2-4 qui sont les plus nombreuses dans les villes du Vésuve n’ont jamais fait l’objet d’une analyse statistique générale. C’est ainsi que la part qu’elles représentent dans l’ensemble des amphores vinaires n’a jamais été établie, même s’il ne fait aucun doute que le type Dressel 2-4 était le plus répandu dans toute la zone du Vésuve. Enfin, il faut signaler que les résultats d’analyses des matériels sources des maisons/villas ou ensembles de maisons déjà publiés ou près de l’être sont souvent très divergents78.

  • 79 C’est par exemple le cas de la publication préliminaire du matériel céramique (comportant 63 fragm (...)
  • 80 Au début des années 1980, on a bien découvert à Naples (sous les bâtiments du couvent de Santa Pat (...)
  • 81 Nous adressons nos remerciements à E. Botte pour nous avoir communiqué les premières conclusions d (...)

21L’évaluation critique de l’état des études et publications portant sur la céramique de stockage se justifie encore davantage dans le cas de Pouzzoles. La plupart des analyses – d’ailleurs peu nombreuses – d’amphores de la cité phlégréenne ne sont tout au plus que des descriptions sommaires de découvertes isolées comportant parfois des estimations très approximatives des différents types de récipients79. Mais malgré leurs limites évidentes, ces travaux sont actuellement pratiquement notre seule source de connaissance sur les amphores du IIe siècle découvertes en Campanie80. Dans un avenir assez proche, la base empirique d’étude de l’économie campanienne de l’époque des Antonins devrait être complétée par la publication des dépôts d’amphores découverts pendant les fouilles de Cumes réalisées par l’équipe du Centre Jean Bérard depuis les années 1990. Les analyses préliminaires ont permis de fixer la chronologie de ces récipients à la fin du Ier siècle ap. J.-C. (règne de Domitien) et la première moitié du siècle suivant81.

  • 82 Voir Wilson 2009a, p. 229-234 ; Tchernia 2011, p. 357 ; Rizzo 2014, p. 73-75, 79-80.
  • 83 Le seul complément aux données provenant des villes vésuviennes consiste dans des amphores datées (...)
  • 84 Les contacts commerciaux du port campanien avec la Méditerranée orientale étaient particulièrement (...)

22Pour résumer, dans le cas de la Campanie, contrairement à Rome et Ostie, nous ne disposons pas de publications de matériel céramique conformes aux normes de la recherche actuelle ni susceptibles de permettre la comparaison des chiffres des amphores vinaires de la seconde moitié du Ier et du IIe siècles en fonction de leur provenance, et par conséquent de permettre une estimation chiffrée de l’évolution du rapport des vins importés aux vins locaux survenue entre l’époque néronienne et flavienne et l’époque des Antonins. Le problème se complique encore vu la possibilité que les vins des marchés locaux aient pu être transportés dans d’autres récipients que des amphores, par exemple dans des outres, qui n’ont pas laissé de traces matérielles82. Les spéculations plus avancées se basant sur la comparaison des statistiques du matériel céramique des Ier et IIe siècles peuvent être critiquées pour une autre raison encore. Comme nous l’avons signalé plus haut, les données du Ier siècle reposent presque exclusivement sur la documentation de Pompéi, d’Herculanum et des villas de la zone du Vésuve83, alors que pour le siècle suivant, on ne peut en principe s’appuyer que sur le matériel de Pouzzoles, lequel n’a été analysé que très sommairement. Or les villes vésuviennes, surtout Herculanum, étaient des centres économiques d’importance locale, alors que Pouzzoles – même après la construction par Trajan du nouveau port d’Ostie – jouait un rôle de premier plan dans le grand commerce méditerranéen et l’approvisionnement de l’Urbs84. Avec Capoue, la cité phlégréenne était en même temps le plus grand centre du commerce régional. L’ampleur des opérations commerciales et la structure des marchandises importées à Pouzzoles n’avaient probablement pas grand-chose de commun avec les activités commerciales dans les villes vésuviennes. L’utilité des statistiques des amphores des villes campaniennes pour reconstituer les processus économiques de l’ensemble du territoire campanien est donc sujette à caution. Mais rejeter d’emblée leur témoignage serait aussi faire preuve de minimalisme en adoptant une position critique excessive. Même si l’utilisation isolée de ces statistiques comme instrument de mesure des changements économiques fait l’objet de controverses, elles peuvent compléter le témoignage d’autres types de sources et élargir ainsi les données empiriques employées pour analyser la vie économique de la Campanie.

  • 85 De Sena – Ikäheimo 2003, 307 tab. 3. Il faut cependant noter que si la proportion d’amphores itali (...)
  • 86 Miniero 1999.
  • 87 Panella 1974-1975 ; Marangou-Lerat 1995. 
  • 88 Un grand merci à E. Botte de nous avoir communiqué ses statistiques d’amphores de l’insula I 8 ava (...)
  • 89 Timby 2004, p. 386-387. 
  • 90 Il n’est pas possible de préciser leur nombre exact en raison d’imprécisions dans les journaux des (...)
  • 91 Dans la période qui a précédé l’éruption, la Casa di Amarantus n’était pas habitée : on y entrepos (...)
  • 92 Voir Komar 2014, p. 125-129. 
  • 93 Les différences énormes affichées dans les statistiques des amphores découvertes dans les différen (...)

23Que suggèrent donc les statistiques des amphores campaniennes ? L’image qui se dégage des analyses des dépôts des années 50-79 est très ambiguë. Une grande majorité (86 %) des récipients à vin de cette époque découverts dans la « Casa delle Vestali » proviennent de l’Ouest de l’Italie (façade tyrrhénienne)85. Les amphores de Méditerranée orientale (surtout de Rhodes, et dans une moindre mesure de Crète) représentent 11 % du dépôt, celles de Gaule 3 %, et celles d’Espagne seulement 1 %. Les proportions relevées dans le dépôt de la Villa San Marco de Stabies sont proches : italiennes 82 %, grecques 16 %, autre provenance 2 %86. Les proportions d’amphores orientales (de l’Égée et d’Asie mineure) sont étonnamment faibles dans l’un et l’autre dépôts. Cependant, même un examen superficiel des formes des amphores portant des tituli picti (publiés dans le CIL IV) mène à la conclusion que les récipients originaires de l’Est de la Méditerranée ne sont inférieurs en nombre qu’aux amphores campaniennes Dressel 2-4 (= Schoene-Mau XII) seulement, une chose que soupçonnait déjà C. Panella il y a 40 ans et qu’a confirmée A. Marangou par son analyse minutieuse des amphores crétoises découvertes dans la zone du Vésuve87. Les recherches de l’équipe d’archéologues du Centre Camille Jullian (Aix-en-Provence) sur le site de l’insula I 8 ont apporté des preuves convaincantes de la présence massive de récipients grecs à Pompéi. Elles montrent en effet que les amphores originaires de la Méditerranée orientale représentent 24 % de l’ensemble des récipients trouvés sur le site de l’insula. Leur proportion parmi les amphores à vin n’est certainement pas inférieure à 35 %88. Les amphores orientales (principalement crétoises) constituent une part plus importante encore des récipients découverts dans la Caupona di Amarantus et la Casa di Amarantus (I 9. 11 et I 9. 12) dans des couches datées de 79 ap. J.-C. : il y en a 35 sur un total de 48, soit presque 73 %89. D’où peut donc bien venir la différence entre les données de la Casa delle Vestali et de la Villa San Marco d’une part, et de l’insula I 8, et, surtout, de la partie sud de l’insula I 9 d’autre part ? L’une des explications possibles est la faible représentativité du matériel source de la Casa delle Vestali et de la Villa San Marco daté des années 50-79. Dans le cas de la Casa delle Vestali, les calculs se sont basés sur 38 récipients, et dans celui de la Villa San Marco, 31, tandis que les chercheurs français qui ont exploré l’insula I 8 ont pu établir, grâce à une lecture attentive des journaux de fouilles et du tome IV du Corpus Inscriptionum Latinarum et grâce à leurs propres recherches sur le terrain dans les années 2005-2009, que le quartier qu’ils ont étudié renfermait près de 300 amphores au moment de l’éruption du Vésuve90. Le matériel étudié est donc sans conteste beaucoup plus riche que les dépôts de la Casa delle Vestali et de la Villa San Marco. L’argument de la faible représentativité pourrait aussi être employé dans le cas des données de la Caupona di Amarantus et de la Casa di Amarantus. Toutefois, il ne semble pas que la taille des dépôts soit la principale cause des différences observées d’amphores italiennes et non italiennes. La Casa delle Vestali et davantage encore la Villa San Marco étaient des demeures aristocratiques. Les insulae I 8 et I 9, en revanche, se trouvaient dans le quartier commerçant de Pompéi, au sud du decumanus maximus (via dell’Abbondanza). Elles se composaient en grande partie de tavernes, boutiques, ateliers d’artisans et auberges91. On ne trouve dans les insulae I 8 et I 9 aucune véritable casa signorile. Or à l’époque du Principat, contrairement à celle de la fin de la République, les élites romaines préféraient les vins italiens. Les vins grecs, généralement importés de Crète, de Kos, de Rhodes et de l’ouest de l’Asie mineure, n’étaient désormais plus considérés comme des produits de luxe et étaient principalement consommés par la plèbe92, servis très souvent dans les tavernes et les auberges de ville. Le caractère à la fois commercial et plébéien des insulae I 8 et I 9 serait donc une explication assez convaincante de la proportion beaucoup plus élevée d’amphores à vin grecques dans ces quartiers que dans la Casa delle Vestali et la Villa San Marco93

  • 94 Calculs sur la base des données présentées par Bragantini – Cipriano – Improta 1991 p. 89-93. Ils (...)
  • 95 Les fouilles stratigraphiques réalisées dans les années 1990 à la Caupona di Amarantus et la Casa (...)

24Les données des insulae I 8 et I 9 correspondent aux statistiques des amphores à vin du dépôt daté de l’époque néronienne découvert sous le Palazzo Corigliano à Naples : provenance italienne 30,8 %, Méditerranée orientale 53,8 %, Espagne 10,3 %, Afrique 5,1 %94. Même si le petit nombre (39) de fragments diagnostiques d’amphores à vin de ce site impose de rester prudent dans les conclusions, il n’interdit certainement pas de penser que la consommation de vins grecs non seulement à Pompéi, mais aussi dans les autres villes campaniennes, était déjà très répandue dans les années 50 et 60 du Ier siècle ap. J.-C.95

  • 96 Garcea – Miraglia – Soricelli 1984.
  • 97 Di Giovanni 2003, p. 87-90. Voir aussi ci-dessus, n. 79.
  • 98 Id. 2013, p. 1520.
  • 99 Les données des graphiques de Di Giovanni (2003 et 2013) et des commentaires qui les accompagnent (...)

25Comme nous l’avons déjà signalé, pour la Campanie du IIe siècle de notre ère, nous ne disposons que d’estimations fragmentaires et très préliminaires concernant le nombre d’amphores selon leur provenance et la nature des produits transportés. Les dépôts proviennent de Pouzzoles, Naples et Cumes. Sur les 39 fragments d’amphores à vin découverts dans la localité de Cratere Senga, près de Pouzzoles, 22 (56,4 %) sont d’origine égéenne (13 de Crète, 9 de Rhodes), et 17 (43,6 %) d’origine italienne96. Selon les estimations de 2003 de V. Di Giovanni, 51,5 % des plus de 300 récipients de transport de vin, huile et garum découverts à Rione Terra, l’un des plus importants dépôts de Campanie, sont des amphores à vin originaires de la Méditerranée orientale, dont la Crète (36,5 %, 113 exemplaires), les autres îles de la Mer Égée (7 %), et l’Ouest de l’Asie mineure (7,5 %). La proportion d’amphores italiennes de tous types est en revanche étonnamment faible (5 %)97. Le graphique dressé par le chercheur italien montre que la part des amphores vinaires dans l’ensemble du dépôt est de l’ordre de plus ou moins 70 %. Ceci impliquerait donc que dans cette catégorie de récipients, la proportion d’amphores orientales oscillerait autour de la même valeur, et que les amphores italiennes ne dépasseraient pas 10 %. Cependant, dans un article du même auteur publié en 2013, on voit apparaître d’autres données : les amphores crétoises ne représenteraient plus 36,5 %, mais environ 30 % de l’ensemble du dépôt, ce qui signifierait selon l’auteur qu’elles auraient atteint des « valori percentuali paragonabili ai contenitori che transportano vini italici »98. Les conclusions de Di Giovanni de 2003 et de 2013 concernant les proportions d’amphores italiennes de Rione Terra divergent de façon spectaculaire. Étant donné que les connaissances que nous avons de ce dépôt sont très fragmentaires, il n’est pas possible de préciser lesquelles des estimations de Di Giovanni sont les plus fiables99. Toutefois, les données d’autres sites campaniens de l’époque des Antonins (Cratere Senga, Cumes) inclinent à penser que ses dernières propositions sont les plus vraisemblables.

  • 100 Selon les données que nous a communiquées E. Botte, le dépôt du Mausoleo delle teste di cera compo (...)

26Les analyses très préliminaires des amphores du Mausoleo delle teste di cera et du Mausoleo della sfinge de Cumes font état de différences très marquées entre ces deux dépôts : au Mausoleo delle teste di cera, les amphores italiennes représentent 40 % et les orientales 14 % ; au Mausoleo della sfinge, les proportions sont respectivement de 15 % et 35 %. Si l’on ne tient compte que des amphores à vin, les valeurs obtenues pour le Mausoleo delle teste di cera sont de 67 et 33 %, et pour le Mausoleo della sfinge, de 22 et 64 %. Les données de ce dernier dépôt sont plus fiables car les fragments diagnostiques y sont beaucoup plus nombreux100.

  • 101 Étant donné le caractère provisoire des données de l’insula I 8 de Pompéi, de Rione Terra et du Ma (...)
  • 102 Il faut cependant noter que c'est une pratique assez répandue parmi certains spécialistes de l'his (...)
  • 103 Di Giovanni 2013, p. 1528. 

27Les statistiques des amphores de Cratere Senga, Rione Terra et du Mausoleo della sfinge montrent qu’entre la période de 50 à 79 et l’époque des Antonins, la proportion d’amphores italiennes (y compris campaniennes) diminue à nouveau non seulement dans les dépôts de Rome, d’Ostie et des frontières de l’Empire, mais aussi en Campanie même. Au IIe siècle, dans cette partie de l’Italie, elle ne dépasse probablement plus 40 % de l’ensemble des amphores à vin. En revanche, la proportion de récipients orientaux, principalement crétois, atteindrait au moins les 60 %101. Les analyses des dépôts d’amphores de l’époque des Antonins et la comparaison de leurs résultats avec les données de la seconde moitié du Ier siècle ap. J.-C. n’apportent donc aucun argument en faveur de l’hypothèse d’une éventuelle augmentation de la production de vin pour le marché régional sur les territoires campaniens non affectés par l’éruption du Vésuve. On peut évidemment spéculer que la chute de la proportion de récipients campaniens parmi les amphores à vin des dépôts de Pouzzoles et Cumes proviendrait de la propagation de l’usage des tonneaux, mais ce serait typiquement un argumentum ex silentio102. D’ailleurs, les données du dépôt découvert dernièrement à Baïes à l’occasion de la construction de la nouvelle gare « Ferrovia Cumana » confirment que les conteneurs céramiques ont continué d’être utilisés massivement pour le transport intérieur du vin en Campanie jusqu’à l’époque des Sévères. Ce dépôt comportait environ 10 000 fragments de divers types de céramiques. Selon V. Di Giovanni, « ciò che lascia perplessi è la presenza piuttosto cospicua delle anfore vinarie nordcampane : coprono il 13 % delle attestazioni sui contenitori commerciali »103. Partant de ses estimations, on peut supposer que les amphores nord-campaniennes pouvaient représenter 20 à 25 % de l’ensemble des amphores à vin. Ainsi, cela signifierait qu’au début du IIIe siècle, les récipients céramiques étaient encore utilisés à grande échelle pour le transport des vins locaux.

  • 104 Arthur 1995 ; Arthur – Williams 1992 ; Williams 2004, p. 449. Les amphores campaniennes tardives a (...)
  • 105 Ibid. ; Panella 1989, p. 142 ; Desbat – Savay-Guerraz 1990 ; Tchernia 2011, p. 368 ; Rizzo 2014, p. (...)
  • 106 Arthur, Williams 1992, p. 254. Ces archéologues supposent que le vin pouvait être exporté vers les (...)
  • 107 Rathbone 1983, p. 90-94. 

28La découverte de Baïes tend à modifier les idées que l’on avait de la situation économique de la viticulture en Campanie sous le principat. Dès le milieu des années 1990, les études de P. Arthur et D. Williams ont montré qu’au IIIe siècle, du vin en provenance du Centre et du Nord de la Campanie était parvenu aux localités situées près du Mur d’Hadrien et qu’il avait été transporté dans des récipients dérivés des amphores de type Dressel 2-4 produits dans la région de la Baie de Naples104. Outre en Campanie et en Grande-Bretagne, on en a retrouvé des exemplaires (de la seconde moitié du IIe et du IIIe siècle) à Ostie, Rome, Fondi, Tivoli, Florence, Mâcon, Lyon, Saint-Romain-en-Gal, dans un navire coulé près de Toulon, à Neuss sur le limes du Rhin, à Tarragone, Carthage, Butrinto (Albanie), Corinthe et Salamine de Chypre105. En outre, des tituli picti d’amphores gauloises à fond plat vraisemblablement du IIe siècle, découverts à St-Gervais à Fos et à Lyon et portant le nom de vin MASSICUM (ou sa version abrégée, MAS), semblent attester la consommation dans les provinces gauloises de vin produit dans les environs du Mons Massicus, en Campanie du nord106. Divers textes de papyrus signalent encore qu’au IIIe siècle, les vins des environs de Naples étaient consommés dans la lointaine Égypte107

  • 108 On peut consulter facilement cette liste dans le livre de Tchernia (1986, p. 331-335, apendice II) (...)
  • 109 Ep. I 8. 
  • 110 Sur l’interprétation du texte de Symmaque, voir Tchernia 1986, p. 296 et d’abord Blanchard-Lemée 1 (...)

29La consommation de vins campaniens à l’époque médio-impériale est même à la fin du IVe siècle est attestée aussi par les témoignages des auteurs anciens parmi lesquels il faut d’abord mentionner la liste des crus campaniens cités par Galien108. Ainsi, le petit poème qu’insérait Symmaque dans une lettre à son père datée de 375, montre que le Mons Gaurus, situé près du golfe de Pouzzoles109, était même à la fin du IVe siècle couvert de vignes110.

  • 111 Arthur – Williams 1992, p. 254-256.

30Les analyses d’Arthur et Williams ont été considérées par un grand nombre de chercheurs comme une preuve du dynamisme du vignoble campanien aux IIe et IIIe siècles. Certains d’entre eux pensent qu’une rapide revitalisation de la région du Vésuve après l’éruption de 79 y a contribué. Nous reviendrons tout à l’heure sur cette idée. Pour l’instant, arrêtons-nous sur les conclusions d’Arthur et Williams, et afin d’éviter toute interprétation abusive, citons 3 passages de la conclusion de l’article qu’ils ont co-signé111 :

Identification and study of this and other mid-imperial amphora types should help to define economic changes in Italy’s wine trade from the 1st to the 3rd c. The absolute quantities of Italian amphorae seem to have shrunk remarkably during this period, which suggests that Italian wine-production had diminished and had lost its hold on the « international » market […].

In north Campania field survey has also suggested that by the end of the 1st or early 2nd c. wine production had severely diminished, and that many inland kilns set up in Julio-Claudian times to produce Dressel 2-4 amphorae were abandoned. By the 3rd c., over 70 % of the rural sites under the early empire (mainly villas or farms) had been abandoned […]. 

Thus, although a surplus production of wine undoubtedly continued in the ager Falernus, it was so reduced that it is unlikely that it was directed to anything but the export of luxury vintages. The discovery in 3rd-c. Britain of amphorae produced around the Bay of Naples and in the ager Falernus makes this view somewhat less acceptable, as it is difficult to imagine that « luxury » wines were freely consumed at South Shields and other military sites in north Britain. We would therefore propose that, alongside the « grands crus », Campania continued, into 3rd c. and perhaps later, to export, at reduced levels, medium-priced wines. [...] the reduced quantities of exported wine, when compared to earlier periods, do not erase the notion of an Italian economic crisis. 

  • 112 Plin. NH III 40-41 et 60.

31La conception des archéologues britanniques est claire : aux IIe et IIIe siècles, le vin campanien était toujours consommé dans diverses parties de l’Empire romain ; l’importance du commerce dont il faisait l’objet était cependant fortement réduite par rapport à l’époque de la fin de la République et du premier siècle du Principat. Entre âge d’or économique et déclin total, il existe tout un éventail de possibilités. Arthur et Williams ont essayé de montrer, de façon convaincante pensons-nous, que la Campanie après l’époque julio-claudienne n’était ni un désert économique, ni un pays où coulent le lait et le miel – cette fameuse Campania felix décrite par Pline l’Ancien112. Il est certain que concernant la situation économique de la région, rien dans leur article ne justifie la thèse d’une absence de différences fondamentales entre d’une part la République tardive et les premières décennies de l’Empire, et de l’autre, les dernières décennies du Ier siècle ap. J.-C. et le siècle suivant.

32Les conclusions d’Arthur et Williams se sont appuyées principalement sur le témoignage de récipients découverts dans des localités extérieures à la Campanie. Le dépôt de Baïes semble indiquer un rôle relativement important des vignobles du nord de la Campanie également pour satisfaire la demande régionale. Il compléterait donc très bien la base empirique des thèses des archéologues britanniques. Mais le caractère résidentiel de Baïes incite à rester prudent dans l’interprétation de cette découverte : en effet, les préférences des consommateurs de Baïes n’étaient probablement pas typiques de toute la Campanie.


  • 113 Soricelli 2001, p. 455-461. Selon lui, la reconstruction du réseau routier et la nouvelle centuria (...)
  • 114 Ibid., p. 464-465.
  • 115 Description de la villa : voir De Simone 2009 a, p. 161-169.
  • 116 Ibid., p. 169.
  • 117 De Simone 2009 b, p. 201-202.
  • 118 Ibid., p. 202-204. Seules des parties de l’une et l’autre villas ont été mises à jour. Les fouilles (...)

33Les chercheurs qui ont analysé les traces d’exploitation de la terre en Campanie aux IIe et IIIe siècles, dont la zone du Vésuve, en ont tiré des conclusions très variables. Il convient de remarquer que le long débat sur la vitesse à laquelle s’est accomplie la revitalisation économique des régions affectées par l’éruption du volcan est loin d’être clos. Certains indices permettent de penser qu’à certains endroits, le processus a pu commencer 15 à 20 ans après l’éruption. Même dans la zone la plus dévastée, directement au pied du Vésuve, ou dans l’Ager Nucerinus qui fut enseveli sous les cendres, les premières traces d’activité de construction sont observables dès l’époque de Trajan113. Une villa rustica construite sur le flanc nord du volcan quelques dizaines d’années après l’éruption, près de Ponticelli, et deux bâtiments agricoles un peu plus tardifs mis à jour dans les environs de Pollena Trocchia et San Sebastiano al Vesuvio peuvent témoigner d’une reconstruction au moins partielle du potentiel économique de la région du Vésuve114. Les trouvailles réalisées à ces endroits permettent de conclure qu’une partie d’entre eux produisait du vin ou de l’huile d’olive : c’est certainement le cas de la villa de San Sebastiano al Vesuvio, peut-être aussi de celle de Ponticelli. Une grande et riche villa a également été construite au début du IIe siècle sur le territoire de la ville actuelle de Somma Vesuviana, au lieu-dit Starza della Regina115. Selon A. De Simone, la construction d’une résidence de pareilles dimensions « presuppone un impianto produttivo su larga scala »116. Une autre villa à caractère résidentiel a dû être construite au IIe siècle dans les environs de la rue San Gennarello à Pollena Trocchia, sur les ruines d’un bâtiment de ferme dont une partie était, semble-t-il, une cella vinaria117. À Pollena Trocchia également, au lieu-dit Masseria De Carolis, on a découvert les vestiges d’une autre villa résidentielle datée du IIe siècle118.

  • 119 Soricelli 1997 et 2001. Dans son analyse, le chercheur italien n’a tenu compte que d’une partie de (...)
  • 120 Pagano 1995-1996, p. 38.
  • 121 Guadagno 1997, p. 247-248.
  • 122 De Simone 2009 b, p. 201-202. La localisation sur le versant nord des vestiges de bâtiments agrico (...)
  • 123 Soricelli 1997, p. 144 ; Cerulli Irelli 1975.
  • 124 Widemann 1991, p. 224, 230.
  • 125 Esposito 1984. 
  • 126 Widemann 1991, p. 230.

34L’interprétation de ces bâtiments demeure toutefois incertaine. G. Soricelli y a vu la preuve d’une renaissance rapide de la région après l’éruption de 79119. Pour M. Pagano qui ne partage pas ce point de vue, si le repeuplement des environs du Vésuve a bien commencé dès l’époque d’Hadrien, il a fallu attendre le IVe siècle pour que la population atteigne un niveau suffisant120. Les conclusions de G. Guadagno vont dans le même sens. Pour lui, même les zones de Sarnum et Stabies, moins dévastées que celles d’Herculanum et Pompéi, ont dû attendre la fin du IIe siècle pour se repeupler121. G. De Simone pense que la revitalisation économique des zones dévastées s’est faite beaucoup plus vite sur le versant nord du volcan, moins affecté par la catastrophe que le versant sud122. Pour compliquer la question, des incertitudes demeurent quant au temps qui a été nécessaire pour restaurer la fertilité des sols endommagés par l’éruption. Se référant à l’opinion de G. Cerulli Irelli, G. Soricelli a estimé que la reconstitution de la couche d’humus de ces terrains avait dû intervenir assez rapidement, soulignant aussi que la terre avait dû devenir plus fertile qu’avant l’éruption123. Mais F. Widemann a considéré les thèses de Cerulli Irelli sur la « rinascita » de Pompéi comme dénuées de fondement124. Pour les rejeter, il se base sur les conclusions d’E. Esposito qui a étudié la reconstruction du réseau routier après l’éruption et qui a remarqué que la route reliant l’Ager Nucernius au port de Pompéi avant l’éruption n’avait pas été reconstruite. C’est Stabies qui est devenu le nouveau port de la région après son repeuplement125. Pour Wideman, il n’y a jamais eu de seconde Pompéi comme le pense Cerulli Irelli. Sur le territoire de la colonie fondée par Sylla, aucun édifice à caractère urbain n’a été construit avant le Moyen Âge ; exception faite d’une seule villa plus importante, le repeuplement de l’ancien Ager Pompeianus s’est désormais limité à quelques petits villages pauvres126.

  • 127 Pappalardo 2001, p. 446. Il n’a cependant proposé aucun argument en faveur de cette hypothèse.

35En se basant sur l’opinion des vulcanologues, U. Pappalardo a même émit l’hypothèse que la pleine revitalisation des terrains frappés par la catastrophe avait demandé 200 ans127, ce qui correspondrait au début du Dominat. L’on ne peut cependant exclure que les premières vignes aient été replantées après la catastrophe de 79 sur les flancs nord du volcan, moins endommagés, dès avant Trajan. Il est difficile d’écarter l’impression que beaucoup de participants à ce débat sur la chronologie de la revitalisation de la zone du Vésuve ont tendance à adopter des interprétations extrêmes. 

  • 128 Καὶ αὐτοῦ τὰ μὲν ἄκρα καὶ δένδρα καὶ ἀμπέλους πολλὰς ἔχει : Cass. Dio LXVI 21. 3. 
  • 129 La dense urbanisation actuelle des environs du Vésuve limite fortement les possibilités de réalise (...)

36Parmi ces hypothèses variées, on peut cependant trouver quelques points d’ancrage plus solides pour fixer le moment ante quem du retour de l’activité agricole dans la zone du Vésuve : il s’agit d’une part du témoignage de Dion Cassius qui signale que les pentes du volcan étaient recouvertes au début du IIIe siècle d’arbres et de vignes en grand nombre128, et d’autre part, des papyrus du IIIe siècle, déjà évoqués, qui attestent la consommation de vin de la région de Naples en Égypte à cette époque. Il est donc vraisemblable que le lent processus de revitalisation de l’activité agricole a dû parvenir à terme dans la seconde moitié du IIe siècle, dans cette région du Vésuve dont la spécialité était la viticulture. La documentation dont nous disposons aujourd’hui ne permet toutefois pas de préciser davantage cette chronologie129.

  • 130 De Simone 2009 b, p. 202. Voir aussi De Simone 2009 a, p. 161 : selon ses premières observations, (...)

37La reprise de la production de vin à grande échelle dans la zone du Vésuve pour satisfaire la demande régionale a certainement joué un rôle décisif en ce qui concerne le retour des vins campaniens sur les limes britannique et rhénan, en Gaule, en Afrique du Nord, en Égypte et dans les autres régions du monde romain. Rappelons toutefois que la reprise des exportations de vins campaniens a été, selon Arthur et Williams, assez limitée comparativement au boom de l’époque de la fin de la République et du début du Principat. La revitalisation économique de la Campanie du Sud n’a donc pas signifié un retour à l’état antérieur à l’éruption du Vésuve. L’analyse des traces de peuplement sur le versant nord du Vésuve, moins dévasté, a amené G. De Simone à conclure que la plupart des fermes situées plus en altitude n’avaient jamais été reconstruites, et que sur les terrains plus plats affectés par le volcan, les petites exploitations bien documentées avant l’éruption avaient disparu. Elles ont été remplacées par de grandes villas à caractère résidentiel appartenant aux membres de l’élite sénatoriale. C’est ainsi que le paysage économique du sud de la Campanie au IIe siècle a changé radicalement par rapport à sa situation d’avant 79130.

38L’impact de l’éruption du Vésuve sur la condition du vignoble campanien à la fin du Ier siècle et pendant la majeure partie du siècle suivant semble un fait indéniable. En revanche, on peut se demander si l’éruption a été le principal facteur déterminant l’évolution du secteur viticole de la région dans les deux dernières décennies du Ier siècle et au siècle suivant. En d’autres termes, la catastrophe de 79 aurait-elle renforcé, et éventuellement accéléré, certains processus économiques déjà engagés, indépendamment de l’« apocalypse » survenue à l’époque de Titus, mais qui progressaient plus lentement et avec une moindre intensité, ou encore, aurait-elle déclenché ces processus ? Pour répondre à cette question, il faut d’abord analyser les sources disponibles provenant des terrains de la Campanie qui n’ont pas été dévastés par l’éruption du Vésuve. 

  • 131 Williams 2004, p. 442.
  • 132 Voir pourtant les conclusions finales présentées ci-dessous.

39Un des chercheurs à avoir envisagé l’impact négatif de l’éruption sur la situation économique des parties de la région qui ont échappé à la lave et à l’ensevelissement sous les cendres est D. Williams. Comme il l’explique, « it is hard to demonstrate the effect on northern Campania because this would have been affected later by the fall of the high-level tephra, but it would be unreasonable to assume that the region escaped completely »131. L’hypothèse est entièrement à vérifier, mais il faut constater qu’on ne dispose pas, à l’état actuel des recherches, de données suffisantes pour formuler une opinion plus catégorique. Ainsi, l’impact de la catastrophe volcanique sur la condition du secteur viticole en Campanie du Nord reste incertain132.

  • 133 Voir ci-dessus, § 6-9. 

40Malgré cette conclusion, la reconstruction de l’état du vignoble campanien sous les Antonins ne semble pas une tâche désespérée. Étant donné les incertitudes et les lacunes dans nos connaissances sur les amphores nord-campaniennes au IIe siècle une telle reconstruction doit s’appuyer d’abord sur une analyse de la chronologie des villas. On a déjà souligné l’absence de travail de synthèse sur les villas en Campanie et leur chronologie133, mais il y a un certain nombre de rapports sur divers sites dans le Nord de la région permettant de pousser la recherche sur la situation du secteur viticole dans cette partie de la Campanie à l’époque des Antonins au-delà des spéculations. 

  • 134 Cotton 1979, p. 55-56 et Cotton – Métraux 1985, p. 83-84, 252-263.
  • 135 Une part importante des fouilles réalisées à cette époque a été en rapport avec la construction de (...)
  • 136 De Caro – Miele 2001, p. 581.
  • 137 Ibid., p. 528.
  • 138 Ibid., 561  ; Frederiksen 1959, p. 24. Il faut toutefois souligner que tout comme les chercheurs i (...)
  • 139 Ghini 1983, p. 69.
  • 140 Caiatia : Renda 2004, p. 409-413 ; Suessula : Carfora 2004, p. 374.
  • 141 De Caro – Miele 2001, p. 574.
  • 142 Chiosi et al. 1994, p. 301-308.
  • 143 De Caro – Miele 2001, p. 553.
  • 144 Cera 2004, p. 228-230.
  • 145 Cera 2011, p. 153-154.

41Les bâtiments découverts par les archéologues britanniques aux lieux-dits Posto et S. Rocco à Francolise sont à compter parmi les rares villas à avoir été fouillées de l’Ager Calenus). La chronologie de ces villas est un argument en faveur de la conception d’Arthur : la première a été abandonnée vers l’an 160, la deuxième à la fin du IIe siècle134. Les informations présentées dans une communication sur les fouilles entreprises dans les années 1990 dans la partie nord de la région (province actuelle de Caserte) vont également dans ce sens. Cette communication est de S. De Caro, surintendant pour les Biens Archéologiques de Naples et Caserte dans les années 1991-2003, et de F. Miele135. Pour résumer ces fouilles, les archéologues italiens estiment que « questa articolata strutturazione del territorio sembra entrare in crisi a partire dal II-III secolo d.C»136. Mais en même temps, ils soulignent que certaines villes de la région (Suessa Auruca, Teanum Sidicinum, Cales) auraient connu une « insospettata floridezza economica attraversata tra la prima e media età imperiale (I-III secolo d.C.) »137. Capoue aurait connu une situation différente. Selon De Caro et Miele, des fouilles plus récentes semblent confirmer l’hypothèse de M. Frederiksen de son déclin (« decadenza della città ») dès l’époque flavienne, auquel auraient contribué la concurrence de Pouzzoles et des provinces, la « latifundisation » de l’Ager Campanus et la construction de la via Domitiana138. L’ancienne capitale de la Campanie aurait peut-être connu une certaine renaissance sous Hadrien. Après le IIe siècle, les archéologues italiens n’observent plus de traces de vitalité de la ville jusqu’à l’époque de Constantin le Grand. Les fouilles menées dans la partie de l’Ager Campanus comprise entre Capoue et Caserte montrent cependant que le sommet de la colonisation rurale sur ce territoire correspond aux Ier et IIe siècles ap. J.-C. ; à la lumière des témoignages archéologiques (nombre et densité des sites), la crise n’aurait commencé à y être perceptible que vers le milieu du IIIe siècle139. Ses symptômes se seraient manifestés un peu plus tôt – dans la première moitié du IIIe siècle – dans les environs de Caiatia et Suessula, peu distantes de Capoue140. Entre-temps, sur l’Ager Attelanus de nouvelles villas apparaissent au IIe siècle et seront exploitées jusqu’à la fin du IVe siècle141. Les signes de crise se ressentent en revanche assez rapidement sur le territoire de l’actuelle commune de Pontelatone, également peu distante de Capoue : avant le IIe siècle, la plupart de ses fours à céramique sont abandonnés, alors que certains d’entre eux étaient en activité depuis la fin du IIe siècle av. J.-C.142. Une grande villa des environs de Casilinum, l’ancien port fluvial de Capoue, a été abandonnée à la charnière des Ier et IIe siècles143. Dans les environs de Cubulteria, à partir de la fin du Ier siècle, mais surtout au IIe et au début du IIIe siècles, les villages se vident les uns après les autres, cédant la place aux grandes propriétés144. La plupart des petites et moyennes villas construites dans les collines autour de Venafrum sont abandonnées assez rapidement, au tournant des Ier et IIe siècles. Notons toutefois qu’elles se spécialisaient plutôt dans l’huile d’olive, pas le vin145. En revanche, les exploitations spécialisées dans la culture extensive, dans la zone rurale de Venafrum située en plaine, ont poursuivi leur activité jusque dans l’Antiquité tardive.

  • 146 Ager Trebulanus voir De Caro – Miele 2001, p. 545-549 et Calastri 2004, p. 225-227 ; Ager Falernus  (...)
  • 147 Renda 2010, p. 295-298. Notons toutefois que pour d’assez nombreux chercheurs, Telesia faisait par (...)

42Les fouilles de la fin du XXe siècle ont révélé un tableau assez complexe de la condition économique de l’agriculture du nord de la Campanie sous le principat. Au niveau régional, sa crise n’a pas commencé avant la seconde moitié du IIe siècle, même si certaines zones à problèmes se sont manifestées dès l’époque flavienne, comme le montrent Capoue, le territoire compris entre l’ancienne capitale de la Campanie et Trebula Balliensis, sur la commune actuelle de Pontelatone, ou encore la zone rurale de Venafrum située plus en altitude. À la fin de l’époque des Antonins, ces zones à problèmes sont devenues si nombreuses que l’on peut désormais considérer comme fondée la thèse d’une récession économique en Campanie du Nord. Toutefois, même pendant le siècle qui suit, quelques îlots prospères subsistent dans cette partie de la région, tels Suessa Aurunca, Teanum Sidicinum, Cales ou l’Ager Attelanus déjà évoqués. Leur situation contraste avec celle de la plupart des civitates nord-campaniennes désormais confrontées à des difficultés économiques. Il faut cependant noter que celles-ci sont d’intensité variable en fonction de leur situation dans l’espace : à côté de zones connaissant un vrai désastre économique, comme Sinuessa ou une grande partie du territoire de Venafrum, on peut en distinguer d’autres que la crise affecte moins, par exemple l’Ager Trebulanus et une partie de l’Ager Falernus (environs de la localité actuelle de Carinola)146. À Telesia également, située à la frontière, la diminution (à partir de la fin du Ier siècle) du nombre de petites et moyennes fermes se réalise lentement et ne connaîtra une chute marquée qu’à la fin du IIIe siècle147.

  • 148 Arthur 1991 a, p. 101-102 ; Crimaco – Gasperetti 1993, p. 48.
  • 149 Frederiksen 1959, p. 24.
  • 150 De Caro – Miele 2001, p. 561.

43Parmi les causes de changements défavorables à l’agriculture campanienne, on cite souvent le développement des latifundia. Pour P. Arthur, L. Crimaco et G. Gasperetti, ce phénomène aurait été l’un des facteurs décisifs de la disparition des formes intensives d’exploitation de la terre centrée sur la viticulture dans la région du Mons Massicus. Il aurait débuté au Ier siècle ap. J.-C.148. Le rapport entre la multiplication des latifundia et la « décadence » de Capoue à l’époque flavienne a été souligné par M. Frederiksen149. Comme nous l’avons déjà signalé, S. De Caro et F. Miele semblent accepter son hypothèse150. L’expansion de la grande propriété terrienne s’est faite au détriment des petites et moyennes exploitations et s’est accompagnée d’un abandon des formes de culture intensives au profit d’une agriculture extensive. Ces changements ont surtout profité aux élites impériales, famille du princeps en tête.

  • 151 Une table ronde sur le sujet a été organisée à Bordeaux en 1992 : voir Latifundium, d’abord les ar (...)
  • 152 Voir Martin 1995. 
  • 153 Plin. Ep. III 19.
  • 154 Voir Marzano 2007, p. 199-222. 
  • 155 A. Marzano, résumé d’un exposé intitulé Pressing matters : Oil, olives and presses in Roman Lazio (...)

44Le processus de concentration de la propriété foncière aux mains des plus riches – que l’on appelle parfois « latifundisation » – a fait l’objet d’études poussées ces dernières décennies151, et les chercheurs y ont certainement été encouragés par les nombreuses mentions du phénomène – ou du moins les allusions qui y sont faites – dans les textes des auteurs antiques152. Il faut souligner que ce phénomène a été assez complexe. On l’associe souvent à un remembrement des terres et à l’apparition d’immenses propriétés. Cependant, les oligarques romains de l’époque du Principat avaient diverses stratégies pour augmenter leurs propriétés foncières. Dans les sources anciennes, on trouve mention de leurs doutes sur la rentabilité d’encore ajouter des terres aux domaines qu’ils possédaient déjà. Pline le Jeune, dans une lettre à son ami Calvisius Rufus, se demande s’il vaut mieux acheter une terre qui jouxte ses propriétés, ce qui réduirait le coût de sa gestion, ou plutôt acheter une autre villa dans une autre région153. Cette deuxième solution semble le séduire parce qu’elle lui permettrait de jouir d’un autre climat pendant ses vacances, mais surtout, parce qu’elle réduirait le risque de perdre une partie plus importante de ses récoltes en cas d’intempéries ou d’autres catastrophes naturelles. Nous ignorons aujourd’hui quelle fut la décision de Pline. Mais quelle qu’elle fût, il est probable que beaucoup d’autres riches Romains aient été confrontés au même genre de dilemme. La vitalité de l’économie de villa dans certaines régions (Latium, Ombrie, Étrurie du nord154) après le Ier siècle tend à prouver que les oligarques préférant posséder des domaines dispersés étaient assez nombreux, du moins sous les Antonins, mais peut-être aussi sous les Sévères. Pour résumer, sous le Principat, il s’est opéré une concentration de la propriété foncière aux mains de l’empereur et de l’aristocratie impériale, mais cette concentration n’a pas toujours entraîné la création d’immenses domaines remembrés donnant des zones économiques uniformes sur le plan de la propriété. Dans l’un de ses récents travaux, A. Marzano a argumenté que l’absence en Campanie comme dans le Latium d’installations de production d’huile d’olive comportant plusieurs pressoirs (« multi-press oil producing installations ») indique une dispersion de la propriété foncière dans ces deux régions. Selon elle, « there were very few large continuous estates in these regions ; properties of the wealthy were scattered in a number of geographic locations »155. Si Marzano a raison, à l’exception de la région dévastée par le Vésuve en 79, le territoire campanien n’a pas vu apparaître de ces immenses propriétés caractéristiques de l’Afrique du Nord (dès le Ier siècle ap. J.-C.) ou de l’Istrie (à l’époque des Antonins), ce qui du reste ne signifie pas que cette partie de l’Italie n’aurait pas connu de concentration de la propriété terrienne.

  • 156 Jongman 2006, p. 247-250.

45W. Jongman a présenté une brillante interprétation du processus de concentration de la propriété foncière aux mains des oligarques156. Il explique que les membres les plus riches des élites, surtout de l’élite impériale, disposant d’importantes ressources financières, ont investi leur argent en agrandissant leurs domaines, souvent au détriment des élites locales. Cette stratégie prédominante des cercles de l’aristocratie impériale a mené à renforcer encore davantage leur position économique au détriment des autres classes sociales romaines, et par conséquent, à accroître le poids de l’oligarchie dans les relations sociales. L’historien néerlandais a comparé à titre d’illustration les sénateurs romains aux junkers prussiens qui, en leur temps, finirent par « étouffer » l’économie des territoires situés à l’est de l’Elbe. À la base, sa théorie suppose que les processus d’oligarchisation et de « latifundisation » devaient être étroitement liés et se renforcer mutuellement. Cette conception très intéressante comporte cependant plusieurs faiblesses qui en réduisent l’attrait. En analysant les dépenses des sénateurs, Jongman n’a pas pris en compte les frais liés à leur activité publique, dont l’évergétisme qui réclamait d’eux de grosses dépenses. En outre, dans ses réflexions sur les revenus globaux de la population de l’Empire, il a complètement laissé de côté les riches affranchis. Or, comme le montrent les inscriptions conservées, notamment en Campanie, ces derniers pouvaient posséder des biens largement supérieurs à ceux des chevaliers. Il en résulte que ses propositions concernant les revenus et le pouvoir d’achat des sénateurs sont probablement surestimées. Mais sa théorie, en dépit de ses imperfections, demeure l’une des interprétations les plus originales de ces dernières années à propos des processus intervenus dans la vie économique et sociale de Rome sous l’Empire.

  • 157 Voir n. 18.
  • 158 Voir ci-dessus, § 37-41.

46Les transformations de la structure de la propriété foncière et les progrès de la crise de l’économie de villa à l’époque du Principat sont attestés par les sources, mais leur ampleur, leur chronologie et leur portée territoriale donnent lieu à de sérieuses incertitudes. Le débat se complique en raison de la tendance de beaucoup de chercheurs à pousser très loin leurs conclusions sur la situation économique générale de l’ensemble de l’Italie sur la seule base de résultats d’analyses du matériel de sites archéologiques isolés et peu nombreux – une tendance que déplore A. Tchernia, comme nous l’avons déjà signalé157. Ces chercheurs semblent admettre a priori que l’Italie était un organisme économique homogène, en opposition aux provinces, ce qui est une hypothèse difficile à justifier. En effet, les différentes régions, et même sous-régions ou micro-régions de la Péninsule, ont vraisemblablement réagi de manière variable aux changements de conditions intérieures et extérieures de l’économie, dont le secteur viticole. Le Nord de la Campanie semble en offrir une bonne illustration, puisque dans cette partie de la région, il y avait à côté de zones en récession, comme Sinuessa ou Capoue, des îlots de développement, comme Suessa Aurunca et Cales, qui furent prospères non seulement au IIe, mais aussi au IIIe siècle. Dans l’état actuel des recherches, il n’est pas possible de préciser davantage l’échelle du processus de « latifundisation » du Nord de la Campanie, ni a fortiori l’importance des changements qu’elle a pu entraîner dans la vie économique et sociale. Il faut toutefois noter que l’analyse des matériels du Sud de la Campanie indique que la revitalisation des terrains dévastés par le Vésuve n’a pas impliqué de reconstruction des petites fermes158, ce que l’on peut interpréter comme une preuve de la faiblesse économique des petits et moyens agriculteurs de l’ensemble de la Campanie. Cette faiblesse aurait été un facteur favorable à la « latifundisation ».

  • 159 Voir ci-dessus, n 138.
  • 160 Crimaco – Gasperetti 1993, p. 47-48. Ils sont d’avis que la construction de la route, d’une part, (...)
  • 161 Arthur n’explique pas de quelle manière le climat se serait détérioré. À propos des changements cli (...)
  • 162 Arthur 1991 b, p.158.
  • 163 De Caro – Miele 2001, p. 512. Cette publication présente aussi des références bibliographiques con (...)

47Certains chercheurs voient dans la construction de la via Domitiana une cause du déclin économique d’une partie de la région, l’abandon de la viticulture et de la production de vin en étant l’un des symptômes. Cette nouvelle route aurait notamment entraîné une perte d’importance progressive des autres voies commerciales terrestres existantes. Selon M. Frederiksen, comme nous l’avons déjà signalé, elle aurait eu un impact négatif sur l’économie de Capoue159. L. Crimaco et G. Gasperetti semblent suggérer qu’elle aurait aussi affecté la situation économique de Sinuessa160. Nous sommes d’avis que chercher des relations entre la construction de la via Domitiana et la récession économique de certaines zones de Campanie n’est pas motivé, puisque la prospérité continue de Suessa Aurunca, Teanum Sidicinum et Cales, situées comme Capoue sur la via Appia, prouve le contraire. Comment en effet l’apparition de la via Domitiana aurait-elle pu contribuer à la crise de l’ancienne capitale campanienne tout en n’affectant pas la situation des civitates situées au nord-ouest de celle-ci ? Autre question du même ordre : pourquoi la route littorale construite par le dernier Flavien, qui traversait le territoire de Sinuessa, n’a-t-elle pas empêché le déclin de cette ville ? P. Arthur, S. De Caro et F. Miele préfèrent donner une autre explication à la récession économique de cette colonie. Pour l’archéologue britannique, elle serait due, outre la « latifundisation », à la réduction des dépenses de l’État et des municipes pour l’entretien des systèmes de drainage à un moment où le climat se détériorait161, ce qui aurait entraîné une érosion des sols et l’apparition de marécages dans certaines parties du territoire de Sinuessa. L’économie de la colonie aurait également souffert de l’envasement progressif de son port162. S. De Caro et F. Miele ont aussi remarqué l’impact négatif de la progression des marécages sur une partie du territoire de Sinuessa. Mais ils ont aussi signalé l’envahissement d’une partie du littoral par la mer163.

  • 164 Témoin direct de l’épidémie, Aelius Aristides (Or. XLVIII 38-44) la décrit comme un événement part (...)
  • 165 Voir Bruun 2003, 426 et Zelener 2012, 175-176.
  • 166 Pour un bref résumé de la discussion sur l’impact de l’épidémie de l’époque antonine sur la sociét (...)

48L’apparition de marécages sur certaines terres et l’érosion du littoral étaient des phénomènes locaux. En revanche, il semble établi qu’à l’époque de Marc Aurèle et de Commode, de grandes épidémies ont décimé la population d’une grande partie de l’Italie, dont la Campanie, et de nombreuses provinces164. Si l’existence de ce fléau ne fait aucun doute, ses effets réels font l’objet de nombreuses polémiques. Les estimations de la mortalité due à l’épidémie varient entre 1 à 2 % et 22 à 25 %165. Une partie des chercheurs la considèrent comme la principale cause de la crise du IIIe siècle, comparant parfois ses effets à ceux de la peste qui a ravagé l’Europe au Moyen Âge, d’autres ne voient que ses conséquences à court terme, et d’autres encore, se retranchant derrière l’absence de données sources fiables, évitent de se prononcer sur la question166

  • 167 Lo Cascio 1980 ; id.1982 ; id. 1991 ; id. 1994.
  • 168 Parmi les rares chercheurs à avoir perçu avant la dernière décennie du XXe siècle l’impact importa (...)
  • 169 Duncan-Jones 1996.
  • 170 Jongman 2006 et 2012 ; W. Scheidel 2002. Ce dernier a cependant fait preuve de plus de prudence qu (...)
  • 171 Bruun 2003 ; id. 2007 ; id. 2012.
  • 172 Id. 2003, p. 426. R. S. Bagnall (2002) se montre critique par rapport aux conclusions de W. Scheid (...)
  • 173 Bruun 2003, p. 430-434.

49Depuis plus de 30 ans, E. Lo Cascio persiste à voir dans les épidémies de la seconde moitié du IIe siècle ap. J.-C. la cause principale de la crise économique en Italie à cette époque167. Il a longtemps été l’un des seuls à défendre cette idée168. La publication de l’article de R. Duncan-Jones intitulé « The Impact of the Antonine Plague » a fait date dans le débat sur les conséquences de l’épidémie de l’époque de Marc Aurèle et Commode169. W. Jongman et dans une certaine mesure W. Scheidel ont également partagé ce point de vue170. Ch. Bruun en revanche a critiqué leurs théories171. Le chercheur finlandais s’est surtout attaché à questionner leurs arguments à propos des conséquences de l’épidémie pour Rome et Ostie172. Pour lui, le matériel épigraphique et archéologique dont disposent actuellement les chercheurs, étayé seulement de quelques rares mentions dans les textes littéraires, non seulement ne permet pas d’accepter les visions désastreuses concernant les effets de l’épidémie, mais encore, suggère parfois un phénomène opposé. Tel serait par exemple le cas, selon lui, de l’essor des activités édilitaires sous Marc Aurèle173

  • 174 Lo Cascio 2012 a. 
  • 175 Bruun 2012 ; Kron 2012 ; Scheidel 2012. Dans l’un de ses articles plus anciens, Scheidel (2002) s’ (...)
  • 176 Livi Bacci 2012.
  • 177 Il s’agit évidemment des chercheurs qui se sont exprimés sur la peste antonine (Eck 2012 ; Jongman (...)

50La conférence de Capri de 2008, exclusivement consacrée au problème de cette épidémie de l’époque de Marc Aurèle et Commode, n’a pas apporté de solution définitive au débat sur ses conséquences. Les actes du colloque ont été publiés il y a quelques années174. Les interprétations présentées à la conférence sont très différentes. Ch. Bruun a continué d’y soutenir son idée sur l’importance et les effets du fléau. G. Kron et W. Scheidel, également sceptiques face à la théorie des effets catastrophiques de l’épidémie de l’époque des derniers Antonins175, ont cependant appuyé leurs conclusions sur d’autres indices que le chercheur finlandais. Le démographe M. Livi Bacci est resté prudent à ce propos, estimant que les données sources ne sont pas assez claires pour qu’on puisse formuler sur leur base une appréciation fiable de l’épidémie, probablement de variole. Pour lui, la prudence s’impose, car on ignore si la population de l’Empire a été précédemment en contact avec cette maladie, or les recherches actuelles sur les épidémies de variole prouvent que la mortalité est très élevée surtout dans le cas des populations qui n’ont jamais été en contact avec le virus responsable. Le chercheur italien a également rappelé l’importance de la stabilité générale de la société pour le renouvellement de la population après une épidémie176. D’autres participants de la conférence de Capri se sont prononcés de façon plus ou moins décidée sur l’importance des répercussions de la maladie sur la vie économique et sociale de l’Empire, dont l’Italie177.

  • 178 Rossignol 2012.
  • 179 Sauf dans le cas de la « mort noire » qui a frappé l’Europe dans le troisième quart du XIVe siècle (...)
  • 180 Rossignol 2012, p. 116.
  • 181 Rossignol accorde beaucoup de poids à l’impact de ce facteur.

51Le débat sur la peste antonine et ses effets socio-économiques n’est donc certainement pas clos, notamment en raison des circonstances évoquées par M. Livi Bacci, même si les partisans de la thèse de l’impact considérable de la pestilence de la seconde moitié du IIe siècle sur la vie économique de l’Empire, Italie comprise, semblent avoir dans une certaine mesure pris le dessus. L’approche la plus intéressante de la question du rapport entre l’épidémie et la situation socio-économique semble être celle de B. Rossignol178, également présentée à la conférence de Capri de 2008. Le chercheur français ne remet pas en question le fait qu’une longue crise très grave ait frappé le monde romain sous le règne de Marc Aurèle. Mais à son avis, l’épidémie seule, ou plus exactement les épidémies de la seconde moitié du IIe siècle, ne peuvent l’avoir provoquée, car les sociétés pré-industrielles ont toujours retrouvé assez rapidement leur équilibre démographique après les fléaux de toute nature179, ce qui s’est presque toujours accompagné d’un renouveau économique. Pour Rossignol, la pestilence n’aurait été que l’élément le plus remarquable de la crise180, et l’ampleur de celle-ci aurait résulté du concours de plusieurs autres facteurs à impact négatif sur l’économie de l’Empire en général, et de l’Italie en particulier : changements climatiques défavorables dus, entre autres, à une fréquence accrue des éruptions volcaniques181, mauvaises récoltes répétées entraînant des famines, guerres prolongées et instabilité dans certaines provinces. Ces facteurs réunis auraient constitué une synergie négative. Pour Rossignol, aucun de ces facteurs pris séparément n’aurait pu entraîner une crise d’une telle ampleur que celle qu’a connu l’Italie sous les derniers Antonins et qu’il appelle « multifactorielle ». Il suppose que dans beaucoup de domaines, la crise a pu être surmontée à l’époque des Sévères, mais cette renaissance, tout comme par la suite celle de la tétrarchie, a été limitée. L’Empire n’est plus jamais revenu à sa situation d’avant le principat de Marc Aurèle. 

  • 182 Bagnall 2013, 717.
  • 183 Łoś - Pietruszka s.p.

52En accentuant l’aspect multifactoriel de la crise de la fin de l’époque antonine sans remettre en question les thèses sur l’impact important des épidémies de la seconde moitié du IIe siècle sur l’économie et la société de l’Italie et de certaines provinces, le chercheur français apporte une voix importante en opposition aux interprétations basées sur une cause unique du phénomène. Sa conception a d’ailleurs été appréciée par R. S. Bagnall dans sa lecture critique des actes de la conférence de Capri182. Nous sommes également d’avis qu’elle est probablement la meilleure interprétation des changements survenus dans le monde romain, dont l’Italie, dans la seconde moitié du IIe siècle, même si nous pensons qu’il n’a pas suffisamment mis l’accent sur les faiblesses structurelles de l’économie romaine de l’époque du Principat183. Signalons enfin que Rossignol a aussi eu le mérite de souligner l’existence d’importantes différences d’intensité de la crise entre les régions, voire micro-régions. De ce point de vue, son interprétation concorde avec nos observations concernant la Campanie.

  • 184 Vallat 2001.
  • 185 Voir de Franciscis 1991, 69-72 ; Zevi 2000.
  • 186 Łoś - Pietruszka s.p.

53L’évaluation de l’impact des épidémies en Campanie, tout comme d’ailleurs dans les autres parties de l’Italie, n’est pas une tâche facile. Comme l’a remarqué M. Livi Bacci, elle est rendue difficile par le silence du matériel source sur de nombreuses données essentielles nécessaires pour estimer l’ampleur de la catastrophe. Dans leurs tentatives d’évaluation de l’importance de l’épidémie et de ses conséquences, les chercheurs actuels se basent sur l’analyse des témoignages épigraphiques et archéologiques. Or les problèmes de datation de la plupart de ces témoignages en limitent l’utilité. Les différences de datation sont parfois de 50 ans ou plus, ce qui implique que les interprétations du matériel source parlant de dépopulation de certaines régions dans la seconde moitié du IIe siècle pourraient bien être erronées, et que les documents analysés pourraient bien se rapporter en réalité à des processus survenus plusieurs dizaines d’années plus tard, ce qui excluerait l’existence d’un rapport de cause à effet entre eux et l’épidémie. Si l’on consulte la liste déjà évoquée et malheureusement peu précise de « sites vivants » du Nord de la Campanie dressée par J.-P. Vallat, on y trouve 256 sites de ce genre en l’an 100 ap. J.-C., 165 en l’an 150, et 110 en l’an 200. On observe donc une baisse progressive plutôt qu’une dépopulation subite à la fin de l’époque des Antonins184. Il existe cependant certains indices en faveur des effets importants de l’épidémie sur le territoire campanien. Il y a par exemple la chronologie des inscriptions trouvées dans le sacellum augustalium de Misène. Ce temple a probablement continué de fonctionner jusqu’à la fin de l’époque des Sévères, mais la majorité des inscriptions qui y ont été découvertes et qui documentent l’activité des augustales sont datées d’une époque qui ne s’étend pas au-delà du règne de Marc Aurèle185. À notre avis, l’importante diminution du nombre d’inscriptions à la fin du IIe siècle peut provenir de l’appauvrissement de l’organisation des augustales de l’endroit, lequel serait dû à la mort en un bref laps de temps de nombreux de ses membres, et simultanément, à la réduction des activités commerciales qui étaient la principale source de revenu des augustales186. L’épidémie semble être l’explication la plus convaincante de ces changements. 

  • 187 On sait avec certitude que C. Vettius C. f. Volt. Siberians Iulius Hospes et Q. Hedius L. f. Pol. (...)
  • 188 Camodeca 1980, p. 511-520 et 2008.
  • 189 Abbot – Johnson 1926, p. 62-63, 228-231.
  • 190 Duthoy 1979, p. 238 ; Camodeca 1980, p. 488 ; Galsterer 2000, p. 346.

54L’activité à Pouzzoles de trois curatores rei publicae à l’époque de Marc Aurèle et de Commode est peut-être aussi à rattacher aux conséquences économiques de l’épidémie187. Les personnes qui remplissaient cette fonction appartenaient généralement à l’ordre sénatorial et étaient une sorte de mandataires de l’empereur envoyés dans les villes en difficultés financières. Leur principale mission était d’assainir les dépenses municipales en veillant surtout à éviter le gaspillage des deniers publics188. Autrefois, les chercheurs considéraient cette institution comme une preuve de la perte d’autonomie des civitates italiennes et d’une centralisation accrue du pouvoir impérial189. L’opinion qui prévaut aujourd’hui est que les curatores rei publicae étaient des fonctionnaires chargés simplement d’aider les villes en situation financière difficile190. L’activité particulièrement accrue de ces fonctionnaires impériaux à Pouzzoles à l’époque antonine tardive ne peut pas avoir été le fruit du hasard. Elle s’explique vraisemblablement par la mauvaise situation économique de la colonie phlégréenne à la suite de l’épidémie de l’époque de Marc Aurèle et Commode. 

  • 191 Même si les populations urbaines étaient toujours plus exposées aux épidémies que les populations (...)

55Si les arguments exposés ci-dessus sont assez suggestifs, ils ne constituent cependant pas une base suffisante pour évaluer l’ampleur de la crise sur l’ensemble du territoire campanien. Pouzzoles et Misène étaient des villes portuaires. Elles étaient par conséquent davantage en contact avec le monde extérieur et plus sensibles à la propagation d’épidémies. La situation à l’intérieur des terres pouvait être différente. Nous ne disposons cependant pas d’indices pour conclure que les zones plus éloignées de la mer et moins urbanisées n’ont pas ressenti les conséquences de l’épidémie. L’accélération de la dépopulation des territoires ruraux de nombreuses civitates campaniennes dans la seconde moitié du IIe siècle est peut-être l’une d’elles191.

56Ainsi, il semble que l’hypothèse d’un impact important de la peste antonine sur la société et l’économie campaniennes dans les dernières décennies du IIe siècle ne relève pas uniquement de la spéculation. À côté de traces indirectes de cet impact dans le matériel source, le niveau élevé d’urbanisation de la région et son importante densité de population, y compris dans les zones rurales, vont dans le même sens, de même que les activités commerciales de nombreux habitants des villes campaniennes – leurs affaires exigeaient d’avoir des contacts intensifs avec les commerçants et les clients aussi bien locaux que d’autres villes d’Italie et même de provinces. Toutes ces circonstances étaient favorables à la propagation des épidémies. 

57La viticulture demande une main d’œuvre nombreuse. La série d’épidémies de l’époque antonine tardive a très certainement réduit cette main d’œuvre en Campanie, même si l’ampleur des problèmes liés à celle-ci pour les propriétaires des villas productrices de vin continue de faire débat, comme nous l’avons déjà souligné. La pestilence a donc peut-être été l’une des causes les plus importantes de l’aggravation de la crise des vignobles campaniens dans la seconde moitié du IIe siècle, qui a mené au recul économique de cette partie de l’Italie. Les statistiques des amphores des dépôts d’Ostie et de Rome évoquées plus haut dans cet article tendraient à le montrer. Elles signalent une forte baisse de l’importance de l’Italie tyrrhénienne, dont la Campanie, en tant que fournisseur de vin de l’Urbs et de son port après 160.


  • 192 Pour A. Tchernia (2011, p. 369), il ne fait pas de doute que la présence d’amphores campaniennes d (...)

58En dépit des défauts des méthodes de recherche utilisées pour l’étudier, la viticulture est le secteur de l’agriculture nord-campanienne qui a été analysé le mieux et sous le plus grand nombre d’aspects. Nos connaissances sur sa situation après l’éruption du Vésuve restent malgré tout remplies d’incertitudes et de lacunes. Les « grands crus » ont très certainement continué leur activité192, puisque des amphores campaniennes du IIe et de la première moitié du IIIe siècle ont été découvertes dans différentes parties du monde romain – nous en avons parlé. La situation dans laquelle se sont retrouvés les producteurs nord-campaniens de vins de moins bonne qualité n’est en revanche pas claire. L’élimination pour de nombreuses décennies des vignobles de la zone du Vésuve a pu leur ouvrir de nouveaux marchés. Le matériel archéologique découvert dans la partie de la région qui voisine avec le Latium ne présente cependant pas de traces d’une intensification de la culture de la vigne sous les Flaviens et les Antonins ; même J.-P. Vallat, plus optimiste que P. Arthur dans son évaluation de l’état d’aménagement des terrains des environs du Mons Massicus après l’époque flavienne, n’en a pas observées. La présence d’assez nombreuses amphores nord-campaniennes dans le dépôt de Baïes, daté de l’époque des Sévères, peut en revanche indiquer un accroissement limité de la production de vins dans la partie nord de la région.

  • 193 Sur la situation économique de cette partie de l’Italie sous le principat, voir Carandini 1994. Ma (...)
  • 194 Lafon 2001, p. 259-261 ; Marzano 2007, p. 759-767.

59Les statistiques des amphores des dépôts d’Ostie et de Rome que nous avons présentées ci-dessus mènent à des conclusions beaucoup plus univoques. Elles indiquent qu’entre l’époque néronienne et la fin de l’époque des Antonins, la proportion d’amphores produites sur la côté tyrrhénienne (dont la Campanie) n’a cessé de diminuer dans l’ensemble du matériel céramique de la capitale de l’Empire et d’Ostie. La destruction des vignes des environs du Vésuve ne peut être la seule explication de cette tendance : en effet, si la baisse importante de la proportion de récipients tyrrhéniens sous Domitien peut s’expliquer comme conséquence de l’éruption, la poursuite de cette tendance à la baisse à l’époque des Antonins a dû provenir d’autres facteurs. L’idée que la récession de la viticulture dans le Sud de l’Étrurie à la fin du Ier et au IIe siècles a pu être l’un d’eux ne suscite pas beaucoup d’objections193. En outre, les recherches de X. Lafon et A. Marzano indiquent l’absence d’indices de déclin des villas sur le littoral du Latium194, ce que l’on peut interpréter comme une preuve d’animation économique de cette partie de la Péninsule. Compte tenu de cette circonstance, force est de reconnaître que, à côté de la destruction des vignobles de la zone du Vésuve et de la crise de la production de vin en Étrurie du Sud, la faiblesse des fournitures de vins nord-campaniens à l’Urbs a fortement contribué à la baisse importante de la consommation de vins du littoral tyrrhénien à Rome et à Ostie. Dans l’état actuel des recherches, il n’est pas possible de préciser davantage si cette situation tenait seulement au fait que, après l’éruption, il était devenu plus profitable de vendre ces vins sur le marché régional qu’à Rome (notamment parce que les frais de transport étaient moins élevés), ou si elle résultait également de la concurrence des vins gaulois et égéens. Si l’on accepte les conclusions que J.-P. Vallat a tirées de son analyse des résultats de prospections de terrain, la première de ces interprétations s’impose ; si l’on suit les thèses de P. Arthur, c’est la deuxième qui prévaut.

60Pas plus que les fouilles plus anciennes, celles qui ont été réalisées ces deux dernières décennies n’ont fourni de bases pour trancher définitivement dans ce débat. La récession du secteur viticole en Étrurie du Sud avalise dans une certaine mesure la conception de l’archéologue britannique. Mais en dire davantage deviendrait certainement de la surinterprétation du matériel source actuellement à la disposition des chercheurs.

61La chronologie des traces matérielles de la crise de la production de vin dans le Nord de la Campanie (qui, à l’exception d’une partie de l’Ager Campanus, des environs de Cubulteria et de certains terrains de la zone du Mons Massicus, n’apparaissent pas avant la seconde moitié du IIe siècle) n’indique pas de rapports étroits entre l’éruption du Vésuve en 79 et l’évolution des structures économiques de cette partie de l’Italie. L’hypothèse de D. Williams évoquée ci-dessus ne trouve donc pas de confirmation dans les résultats des prospections de terrain et des fouilles.

62À la fin de l’époque des Antonins, l’âge d’or du secteur viticole campanien est bel et bien terminé. L’érosion de sa position a été un long processus qui a progressé à un rythme variable. Il a commencé dans les années 60 du Ier siècle ap. J.-C., et l’éruption du Vésuve en 79 l’a précipité. Sous les Antonins, le vignoble campanien a poursuivi sa trajectoire descendente. Si sa position a continué de s’éroder lentement dans la première moitié du IIe siècle, le processus s’est subitement accéléré sous le règne de Marc Aurèle et de Commode. Une des causes de cette aggravation de la crise du vignoble campanien dans la seconde moitié du IIe siècle a pu être la variole, survenue par vagues d’épidémie. Mais à côté de la maladie, d’importantes parties de la région ont probablement aussi été touchées par les effets défavorables des changements climatiques et la réduction des fonds d’entretien des systèmes de drainage.

63La récession n’a cependant pas été totale. Il est certain que les grands crus du Nord de la région ont poursuivi leurs activités jusqu’au IIIe siècle, et peut-être même plus longtemps. Des dépôts d’amphores campaniennes datés du IIIe siècle et découverts sur le limes britannique prouvent que des territoires du pourtour de la Baie de Naples ont continué de produire des vins de qualité moyenne destinés à l’exportation au moins jusqu’à la fin de l’époque des Sévères. Dans certaines parties de la Campanie, les symptômes de récession économique ne se sont manifestés que dans la seconde moitié du IIIe siècle. D’autres zones ont été affectées beaucoup plus tôt. L’analyse du matériel source sous tous les aspects possibles permet toutefois de conclure que la production de vin et son importance pour l’économie de la région à l’époque antonine tardive et dans les décennies suivantes n’avaient déjà plus grand-chose à voir avec la prospérité de la viticulture au dernier siècle de la République et au début du Principat. La reconstitution de la situation du vignoble campanien à l’époque des Antonins proposée dans notre article s’est basée beaucoup plus sur des indices ténus que sur des preuves solides, et en tant que telle, même si elle paraît assez vraisemblable, elle ne demeure qu’une hypothèse.

Inicio de página

Bibliografía

Abbott – Johnson 1926 = F. Abbott, A. Johnson, Municipal Administration in the Roman Empire, Princeton, 1926.

Abulafia 2003 = D. Abulafia (éd.,), The Mediterranean in History, Los Angeles, 2003. 

Adinolfi 1981 = R. Adinolfi, Notizie su un scarico di materiale di età romana nell’area dell’Anfiteatro minore di Pozzuoli (1964-1966), dans Puteoli, 4-5, 1981, p. 235-244.

Albiach et al. 2008 = R. Albiach et al., Estudios estratigráficos y geofisicos entre la Casa de Ariadna y el Vicolo Storto (VII, 4), dans Guzzo – Guidobaldi 2008, p. 249-264.

Andreau 1973 = J. Andreau, Histoire des séismes et histoire économique : le tremblement de terre de Pompéi (62 ap. J.-C.), dans Annales ESC, 28, 1973, p. 369-395.

Arthur 1991 a = P. Arthur, Romans in the northern Campania : settlement and landuse around the Massico and the Garigliano Basin, Londres, 1991.

Arthur 1991 b = P. Arthur, Territories, Wine and wealth. Suessa Aurunca, Sinuessa, Minturnae and the Ager Falernus, dans G. Barker, J. Lloyd (éd.), Roman landscapes : archaeological survey in the Mediterranean region, Londres, 1991, p. 153-159 (Archaeological monographs of the British School at Rome 2).

Arthur 1995 = P. Arthur, Roman exports to the North. Wine in the West : a view from Campania, dans J. Swaddling, S. Walker, P. Roberts (éd.), Italy in Europe : economic relations 700 BC-AD 50 (16th British Museum classical colloquium held on 8-10 December 1992), Londres, 1995, p. 241-251.

Arthur – Williams 1992 = P. Arthur, D. Williams, Campanian wine, Roman Britain and the third century A.D., dans JRA, 5, 1992, p. 250-260.

Aymard – Corbier – Étienne 1995 = M. Aymard, M. Corbier, R. Étienne, Postface, dans Latifundium, p. 459-461.

Bagnall 2002 = R. S. Bagnall, The effects of plague. Model and evidence, dans JRA, 15, 2002, p. 114-120.

Bagnall 2013 = R. S. Bagnall, The antonine plague returns, dans JRA, 26, 2013, p. 714-717.

Bencivenga Trillmich 1999 = C. Bencivenga Trillmich, Le ville romane della Campania antica, dans M. Aoyagi, S. Steingräber (éd.), Le ville romane dell’Italia e del Mediterraneo antico : academic meeting at the University of Tokyo, November 13-15th, 1996, Tokyo, 1999, p. 21-29.

Bernal Casasola et al2013 = D. Bernal Casasola et al. (éd.), Hornos, talleres y focos de producción alfarera en Hispania. I Congreso Internacional de la SECAHEx Officina Hispana (Cádiz, 3-4 marzo de 2011), I-II, Cadix, 2013.

Bertoldi 2010 = T. Bertoldi, I materiali del contesto traianeo (saggio M) dallo scavo nell’angolo sud-occidentale, dans Bulletino della Comissione Archeologica Comunale di Roma, 111, 2010, p. 307-310.

Bertoldi 2011 a = T. Bertoldi, Ceramiche comuni dal suburbio di Roma, Rome, 2011.

Bertoldi 2011 b = T. Bertoldi, Le anfore, dans A. Capodiferro, P. Quaranta, (éd.), Alle pendici dell’Aventino. Gli scavi di via Marmorata. 2, Rome, 2011, p. 148-170.

Biundo 2014 = R. Biundo, « Volturnus rapax »Débordements de fleuves en Campanie du Nord à l’époque romaine, dans E. Hermon, A. Watelet (éd.), Riparia, un patrimoine culturel. La gestion intégrée des bords de l’eau. Proceedings of the Sudbury Workshop, April 12–14, 2012 / Actes de l’atelier Savoirs et pratiques de gestion intégrée des bords de l’eau – Riparia, Sudbury, 12–14 avril 2012, Oxford, 2014, p. 97-114 (BAR International Series 2587).

Blanchard-Lemée 1988 = M. Blanchard-Lemée, À propos des mosaïques de Sidi Ghrib : Vénus, le Gaurus et un poème de Symmaque, dans MEFRA, 100-1, 1988, p. 367-384.

Borgard – Carre – Fontaine 2007 = Ph. Borgard, M.-B. Carre, S.-D. Fontaine, Pompéi : un site de référence ? Approche socio-économique de l’insula I 8, dans L. Bernabei (éd.), Contributi di Archeologia Vesuviana, 3, 2007, p. 108-116 (Studi della Soprintendenza Archeologica di Pompei 21).

Bowman – Garnsey – Rathbone 2000 = A. Bowman, P. Garnsey, D. Rathbone, The Cambridge ancient history, XI : The High Empire A.D. 70–192, Cambridge-New York, 2000.

Bowman – Wilson 2009 a = A. Bowman, A. Wilson (éd.), Quantifying the Roman economy : methods and problems, Oxford, 2009.

Bowman – Wilson 2009 b = A. Bowman, A. Wilson, Quantifying the Roman economy : integration, growth, decline ?, dans Bowman – Wilson, 2009 a, p. 3-84.

Bragantini – Cipriano – Improta 1991 = I. Bragantini, M. Cipriano, P. Improta, Anfore, dans I. Bragantini (éd.), Ricerche archeologiche a Napoli. Lo scavo di Palazzo Corigliano, I, Naples, 1991, p. 88-104.

Brun et al.2000 [2003] = J.-P. Brun et al.2000 [2003], Alla ricerca del porto di Cuma. Relazione preliminare sugli scavi del Centre Jean Bérard, dans AION (archeol), n.s. 7, 2000, p. 131-155.

Brun – Munzi 2009 = J.-P. Brun, P. Munzi 2009, La necropoli monumentale di età romana a nord della città di Cuma, dans CumaAtti del quarantottesimo convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto 27 settembre - 1 ottobre 2008, Tarente, 2009, p. 637-717.

Bruun 2003 = Ch. Bruun, The Antonine plague in Rome and Ostia, dans JRA, 16, 2003, p. 426-434.

Bruun 2007 = Ch. Bruun, The Antonine plague and the third-century crisis, dans Hekster, de Klein – Slootjes 2007, p. 201-218.

Bruun 2012 = Ch. Bruun, La mancanza di prove di un effetto catastrofico della « peste antonina » (dal 166 d.C. in poi), dans Lo Cascio 2012 a, p. 123-165.

Cafini – D’Alessandro 2010 = M. L. Cafini, L. D’Alessandro, Anfore adriatiche a Roma. Rinvenimenti dall’area del Nuovo Mercato di Testaccio, dans RCRF, 41, 2010, p. 93-100.

Caiazza 2003 = D. Caiazza, Modificazioni geoambientali nella piana del Volturno dal I sec. a.C. La crescita dei suoli ad Allife, Casilinum e Urbana, dans C. Albore Livadie, F. Ortolani, Variazioni climatico-ambientali e impatto sull’uomo nell’area circummediterranea durante l’Olocene, Bari, 2003, p. 425-436 (Centro Universitario Europeo per i Beni Culturali, Ravello, Territorio storico ed ambiente 3).

Calastri 2004 = C. Calastri, Il territorio di Trebula Baliensis, dans CARC 3 : Comuni di Airola, Arienzo, Arpaia, Castel di Sasso, Cervino, Durazzano, Forchia, Formicola, Liberi, Maddaloni, Pontelatone, Roccarainola, S. Felice a Cancello, S. Maria a Vico, Rome, 2004, p. 11-228.

Camodeca 1980 = G. Camodeca, Ricerche sui curatores rei publicae, dans ANRW, II. 13, 1980, p. 453-534.

Camodeca 1994 = G. Camodeca, Puteoli porto annonario e il commercio del grano in età imperiale, dans L’Italie méridionale et le ravitaillement en blé de Rome et des centres urbains des débuts de la République jusqu’au Haut Empire. Actes du colloque international organisé par le Centre Jean Bérard et l’URA 994 du CNRS à Naples, 14-16 Février 1991, Naples-Rome, 1994 (Collection du Centre Jean Bérard, 11 ; Collection de l’École Française de Rome, 196), p. 103-128.

Camodeca 2008 = G. Camodeca, I curatores rei publicae in Italia : note di aggiornamento, dans C. Berrendonner, M. Cébeillac-Gervasoni, L. Lamoine (éd.), Le quotidien municipal dans l’Occident romain, Clermont-Ferrand, 2008, p. 507-521.

Capogrossi Colognesi 1995 = L. Capogrossi Colognesi, Dalla villa al « saltus », dans Latifundium, p. 191-219.

Carandini 1977 = A. Carandini (éd.), L’« instrumentum domesticum » di Ercolano e Pompei nella prima età imperiale, Rome, 1977.

Carandini 1980 a = A. Carandini, Roma imperialistica : un caso di sviluppo precapitalistico, dans J. H. D’Arms, E. C. Kopff (éd.), Seaborne commerce of ancient Rome. Studies in ancient archaeology and history, Rome, 1980, p. 11‑20 (MAAR 26).

Carandini 1980 b = A. Carandini, Quando la dimora dello strumento è l’uomo, prefazione a Kolendo J., L’agricoltura nell’Italia romana : tecniche agrarie e progresso economico dalla tarda repubblica al principato, Rome, 1980, p. IX-LX.

Carandini 1981 = A. Carandini, Sviluppo e crisi delle manifatture rurali e urbane, dans Giardina – Schiavone 1981, II, p. 249-260.

Carandini 1989 a = A. Carandini, Italian wine and African oil : commerce in a world Empire, dans K. Randsborg (éd.), The birth of Europe : archaeology and social development in the first millenium A.D., Rome, 1989, p. 16-24.

Carandini 1989 b = A. Carandini, La villa romana e la piantagione schiavistica, dans Schiavone 1989, p. 101-200.

Carandini 1989 c = A. Carandini, L’economia italica fra tarda Repubblica e medio Impero considerata dal punto di vista di una merce : il vino, dans Lenoir – Manacorda – Panella 1989, p. 505-521.

Carandini 1994 = A. Carandini, I paesaggi agrari dell’Italia romana visti a partire dall’Etruria, dans L’Italie, p. 167-174.

Carandini 1995 = A. Carandini, Il latifondo in epoca romana fra Italia e province, dans Latifundium, p. 31-36.

CARC = L. Quilici, S.Quilici Gigli (éd.), Carta archeologica e ricerche in Campania, fasc. 1-8, Rome 2004-2014.

Carfora 2004 = P. Carfora, La valle di Ad Novas e i monti soprastanti, dans CARC 3 : Comuni di Airola, Arienzo, Arpaia, Castel di Sasso, Cervino, Durazzano, Forchia, Formicola, Liberi, Maddaloni, Pontelatone, Roccarainola, S. Felice a Cancello, S. Maria a Vico, Rome, 2004, p. 331-376.

Casaramona et al2010 = A. Casaramona et al., Anfore cretesi dallo scavo del Nuovo Mercato di Testaccio, dans RCRF, 41, 2010, p. 113-122.

Ceci 2006 = M. Ceci, Un contesto medio imperiale dall’area dei Mercati di Traiano, dans Meneghini – Santangeli Valenzani 2006, p. 25-56.

Ceci 2013 = M. Ceci (éd.), Contesti ceramici dai Fori Imperiali, Oxford, 2013 (BAR International Series, 2455).

Cera 2004 = G. Cera, Il territorio di Cubulteria, dans CARC 1 : Comuni di Alvignano, Baia e Latina, Caiazzo, Castel Campagnano, Castel di Sasso, Dragoni, Piana di Monte Verna, Ruviano, Rome, 2004, p. 21-238.

Cera 2010 = G. Cera, Comune di Venafro, dans CARC 5 : Comune di Venafro, Rome, 2010.

Cerulli Irelli 1975 = G. Cerulli Irelli, Intorno al problema della rinascita di Pompei, dans B. Andreae, H. Kyrieleis (éd.), Neue Forschungen in Pompeji und den anderen vom Vesuvausbruch 79 n. Chr. verschütteten Städten, Recklinghausen, 1975, p. 291-298.

Chiosi et al.1994 = E. Chiosi et al., Impianti produttivi nella media valle del Volturno, dans G. Olcese (éd.), Ceramica romana e archeometria : lo stato degli studi. Atti delle Giornate Internazionali di Studio, Castello di Montegufoni (Firenze), 26-27 aprile 1993, Florence, 1994, p. 301-312.

Chouquer et al1987 = G. Chouquer et al., Structures agraires en Italie centro-méridionale. Cadastres et paysages ruraux, Rome, 1987 (Collection de l’École Française de Rome, 100).

Coletti 2011 = F. Coletti, Considerazioni preliminari sui materiali ceramici degli horrea, Abstract dans Ricerche in corso sui magazzini romani. Roma-Ostia-Portus. Incontro di studi, Roma, 13-15 aprile 2011, Museo Nazionale Romano Palazzo Altemps, http://www.entrepots-anr.efa.gr.

Coletti – Lorenzetti 2010 = F. Coletti, E. G. Lorenzetti, Anfore orientali a Roma. Nuovi dati dagli scavi della Soprintenza Archeologica di Roma nell’area di Testaccio, dans RCRF, 41, 2010, p. 155-164.

Conti 2007 = T. Conti, Le ville rustiche dellager Falernus : il territorio di Carinola, dans F. Sirano (éd.), In itinereRicerche di archeologia in Campania. Atti del I e del II ciclo di conferenze di ricerca archeologica nell’Alto Casertano, Sant’Angelo in Formis, 2007, p. 287-298.

Contino 2013 = A. Contino, Anfore africane tra I e II d.C. a Roma (Ostia 59 ; Ostia 23 ; Uzita) : rinvenimenti dall’area del Nuovo Mercato Testaccio, dans Bernal Casasola et al. 2013, II, p. 317-332.

Contino et al2013 = A. Contino et al., Anfore Dressel 2-4 « Tarraconensi » a Roma : ricerche epigrafiche dal sito del Nuovo Mercato Testaccio. Dati preliminari, dans Bernal Casasola et al. 2013, II, p. 333-351.

Contino – D’Alessandro 2014 = A. Contino, L. D’Alessandro, Materiali ceramici dagli scavi della Porticus Aemilia (Testaccio, Roma). Campagne di scavo 2011-2012, dans RCRF, 43, 2014, p. 323-334.

Cotton 1979 = M. A. Cotton, The late Republican villa at Posto, Francolise, Londres, 1979.

Cotton – Métraux 1985 = M. A. Cotton, G. P. R. Métraux, The San Rocco Villa at Francolise, Londres, 1985.

Crimaco et al2003 = L. Crimaco et al., L’impianto fognario sottoposto al. settore ovest del decumano di via Duomo, dans L. Crimaco, C. Gialanella, F. Zevi (éd.), Da Puteoli a Pozzuoli. Scavi e vicende sulla rocca del Rione Terra, Atti della giornata di studio, Istituto Germanico di Roma, Roma, 27 aprile 2001, Naples, 2003, p. 79-117.

Crimaco – Gasperetti 1993 = L. Crimaco, G. Gasperetti, Prospettive di memoria. Testimonianze archeologiche dalla città e dal territorio di Sinuessa, Naples, 1993.

D’Alessandro 2013 = L. D’Alessandro, Anfore adriatiche a Roma : dati eigrafici dal Nuovo Mercato Testaccio, dans Bernal Casasola et al. 2013, II, p. 351-364.

De Caro – Miele 2001 = S. De Caro, F. Miele 2001, L’occupazione romana della Campania settentrionale nella dinamica insediativa di lungo periodo, dans Lo Cascio – Storchi Marino 2001, p. 501-581.

De Filippo 2014 = M. De Filippo, Anfore dal Rione Terra, Pozzuoli (Napoli), dans RCRF, 43, 2014, p. 335-343.

De Franciscis 1991 = A. De Franciscis, Il Sacello degli Augustali a Miseno, Naples, 1991.

Desbat – Savay-Guerraz 1990 = A. Desbat, H. Savay-Guerraz, Note sur la découverte d’amphores Dr. 2-4 italiques, tardives à Saint-Romain-en Gal (Rhône), dans Gallia 47, 1991, p. 203-213.

Descoedres 1992 = J.-P. Descoedres, Did some Pompeians return to their city after the eruption of Mt. Vesuvius in AD 79 ? Observations in the House of the Coloured Capitals, dans Franchi Dall’Orto 1993, p. 165-178.

De Sena – Ikäheimo 2003 = E. C. De Sena, J. P. Ikäheimo, The supply of amphora-borne commodities and domestic pottery in Pompeii 150 BC–AD 79 : preliminary evidence from the House of the Vestals, dans EJA, 6, 2003, p. 301-321.

De Simone 2009 a = A. De Simone, Ricerche e scavi a Somma Vesuviana, dans De Simone – Macfarlane 2009, p. 157-171.

De Simone 2009 b = G. F. De Simone, Pollena Trocchia : archives and field survey results, dans De Simone – Macfarlane 2009, p. 191-206.

De Simone – Macfarlane 2009 = G. F. De Simone, R. T. Macfarlane (éd.), Apolline project, I : Studies on Vesuvius’ north slope and the Bay of Naples, Naples, 2009.

De Spagnolis 2002 = M. De’ Spagnolis, La villa N. Popidi Narcissi Maioris in Scafati, suburbio orientale di Pompei, Rome, 2002.

Di Giovanni 2003 = V. Di Giovanni, Le anfore da trasporto, dans Crimaco et al. 2003, p. 86-91.

Di Giovanni 2013 = V. Di Giovanni, Le dinamiche degli scambi economici nella Campania in età imperiale. Circolazione delle produzioni africane : ceramiche fini, anfore da trasporto e ceramiche da cucina, dans M. Bastiana Cocco, A. Gavini, A. Ibba (éd.), L’Africa Romana XIX. Trasformazione dei paesaggi del potere nell’Africa settentrionale fino alla fine del mondo antico, Sassari, 2013, p. 1511-1538 (Collana del Dip. Storia Uiv. Sassari 43).

Duncan-Jones 1996 = R. P. Duncan-Jones, The impact of the Antonine plague, dans JRA, 6, 1996, p. 108-136.

Duthoy 1979 = R. Duthoy, Curatores rei publicae en Occident durant le Principat. Recherches préliminaires sur l’apport des sources épigraphiques, dans AncSoc, 10, 1979, p. 171-238.

Eck 2012 = W. Eck, Die Seuche unter Mark Aurel : ihre Auswirkungen auf das Heer, dans Lo Cascio 2012 a, p. 63-78.

Eiring – Lund 2004 = J. Eiring, J. Lund (éd.), Transport amphorae and trade in the eastern Mediterranean. Acts of the international colloquium at the Danish Institute at Athens, september 26-29, 2002, Athènes-Aarhus, 2004, p. 383-392 (Monographs of the Danish Institute at Athens, 5). 

Escrivà Chover (M. I.) et alii 2008 = M. I. Escrivà Chover et alii, Estudios estratigráficos y geofísicos entre la casa de Ariadna y el Vicolo Storto (VII,4), dans Guzzo – Guidobaldi 2008, p. 249-264.

Esposito 1984 = E. Esposito, L’« ager Nucerinus » : Note storiche e topografiche, dans RAAN 59, 1984, p. 221-241.

Fentress 1993 = E. Fentress, Field surveyors in northern Campania, dans JRA, 6, 1993, p. 367-370.

Ferrandes 2008 = A. F. Ferrandes, I contenitori da trasporto, dans F. Filippi (éd.), Horti et sordes. Uno scavo alle falde del Gianicolo, Rome, 2008, p. 247-283.

Ferrandes 2014 = A. F. Ferrandes, Circolazione ceramica e approvvigiamento urbano a Roma nel I secolo A.C. Nuovi dati dall’area degli « Horti Lamiani », dans RCRF, 43, 2014, p. 353-366.

Franchi Dall’Orto 1993 = L. Franchi Dall’Orto (éd.), Atti Convegno « Ercolano 1738-1988. 250 anni di ricerche archeologiche », Ravallo 30 ottobre-5 novembre, Rome, 1993.

Frederiksen 1959 = M. Frederiksen, Republican Capua : a social and economic study, dans PBSR, 27, 1959, p. 80-130.

Frederiksen 1984 = M. Frederiksen, Campania, Londres, 1984.

Galsterer 2000 = H. Galsterer, Local and provincial intitutions and government, dans Bowman – Garnsey – Rathbone 2000, p. 344-360.

Garcea – Miraglia – Soricelli 1984 = F. Garcea, G. Miraglia, G. Soricelli, Un scarico di materiale ceramico di età adrianeo-antonina da Cratere Senga (Pozzuoli), dans Puteoli, 7-8, 1984, p. 245-285.

Ghini 1983 = G. Ghini, Insediamenti rustici romani tra Capua e Caserta, dans G. Gazzetti et al., L’agricoltura romana : atti del 1° Convegno, Tolfa, 10-11 novembre 1979, Gruppo archeologico romano, Rome, 1983, p. 51-70.

Giardina 1981 = A. Giardina, Allevamento ed economia della selva in Italia meridionale. Trasformazioni e continuità, dans Giardina – Schiavone 1981, I, p. 87-113.

Giardina 1997 = A. Giardina, L’Italia, il modo di produzione schiavistico e i tempi di una crisi, dans A. Giardina, L’Italia Romana, storie di una identità incompiuta, Rome-Bari, 1997, p. 233-264.

Giardina – Schiavone 1981 = A. Giardina, A. Schiavone (éd.), Società romana e produzione schiavistica, I-III, I : L’Italia, insediamenti e forme economiche. II : Merci, mercati e scambi nel Mediterraneo ; III : Modelli etici diritto e trasformazioni sociali, Rome-Bari, 1981.

Guadagno 1997 = G. Guadagno, I vini della Campania dai Romani alle soglie del terzo millennio, dans Rivista storica del Sannio 8, 3e série, 1997, p. 245-259.

Guadagno 2002 = G. Guadagno, Variazioni climatiche e forme dell’occupazione del territorio in Campania tra età arcaica ed altomedioevo, dans Rivista Storica del Sannio, 18, 3e série, 2002, p. 51-70.

Guzzo – Guidobaldi 2008 = P. G. Guzzo, M. P., Guidobaldi, (éd.), Nuove ricerche archeologiche nell’area vesuviana (scavi 2003-2006). Atti del convegno internazionale, Roma 1-3 febbraio 2007, Rome, 2008.

Harris 1993 = W. V. Harris, Between archaic and modern : some current problems in the history of the Roman economy, dans W. V. Harris (éd.), Inscribied economy. Production and distribution in the Roman Empire in the light of instrumentum domesticum, Ann Arbor, 1993 (JRA 6 supplementary ser.).

Harris 2005 a = W. V. Harris (éd.), Rethinking the Mediterranean, Oxford, 2005.

Harris 2005 b = W. V. Harris, The Mediterranean and Ancient History, dans Harris 2005 a, p. 1-42.

Harris 2009 = W. V. Harris, A comment on Andrew Wilson : « Approaches to quantifying Roman trade », dans Bowman – Wilson 2009 a, p. 259-265.

Harris 2012 = W. V. Harris, The great pestilence and the complexities of the Antonine-Severan economy, dans Lo Cascio 2012 a, p. 331-338.

Hekster – de Klein – Slootjes 2007 = O. Hekster, G. de Klein, D. Slootjes (éd.), Crises and the Roman Empire : Proceedings of the seventh workshop of the international network impact of Empire, Nijmegen 20-24 June 2006, Leyde-Boston, 2007.

Iorio 1999 = V. Iorio, I reperti del saggio 4 U.S. 4 : le anfore, dans Opuscula Pompeiana, 9, 1999, p. 35–118.

Jongman 2006 = W. Jongman, The rise and fall of Roman economy : population, rents and entitlement, dans Bang – Ikeguchi – Ziche 2006, p. 237-254.

Jongman 2007 = W. Jongman, Gibbon was right : the decline and fall of the Roman economy, dans Hekster – de Klein – Slootjes 2007, p. 183-200.

Jongman 2012 = W. Jongman, Roman economic change and the Antonine plague, dans Lo Cascio 2012 a, p. 253-263.

Keay 2012 = S. Keay (éd.), Rome, Portus and the Mediterranean, Londres, 2012 (Monographs of the British School at Rome, 21).

Komar 2014 = P. Komar, The Consuption of Aegean wines in Roman Tyrrhenian Italy : beteween literary and archaelogical evidence, dans Food & History, 12.3, 2014, p. 97-129.

Komar 2015 = P. Komar, Consumption of Greek wines in Roman Italy, Thèse de doctorat, Université de Wrocław, Wrocław, 2015.

Kron 2012 = G. Kron, Nutrition, hygiene and mortality. Setting parametrs for Roman health, dans Lo Cascio 2012 a, p. 193-242.

Lafon 2001 = X. Lafon, Villa maritima. Recherches sur les villas littorales de l’Italie romaine (IIIe siècle av. J.-C.-IIIe siècle ap. J.-C), Rome, 2001 (BEFAR, 307).

Laforgia 1981 = E. Laforgia, La ceramica del tempio di Augustoa Pozzuoli, dans Puteoli, 4-5, 1981, p. 201-222.

Latifundium = Du latifundium au Latifondo : un héritage de Rome, une création médiévale ou moderne ? : Actes de la Table Ronde Internationale du CNRS organisée à l’Université Michel de Montaigne - Bordeaux III les 17-19 décembre 1992, Paris, 1995.

Laurence 1998 = R. Laurence, Land transport in Roman Italy : costs, practice, and the economy, dans Parkins – Smith 1998, p. 129-148.

Lenoir – Manacorda – Panella 1989 = M. Lenoir, D. Manacorda, C. Panella (éd.), Amphores romaines et histoire économique : dix ans de recherche = Anfore romane e storia economica. Un decennio di ricerche, Atti del colloquio di Siena, 22-24 maggio 1986, Rome, 1989 (Collection de l’École française de Rome, 114).

L’Italie = L’Italie d’Auguste à Dioclétien. Actes du colloque international organisé par l’École Française de Rome … [et al.], Rome, 25-28 mars 1992, Rome, 1994 (Collection de l’École française de Rome. 198).

Littman – Littman 1973 = R. J. Littman, M. L. Littman, Galen and the Antonine Plague, dans AJPh, 94, 1973, p. 243-255.

Livi Bacci 2012 = M. Livi Bacci, Note demografiche ed epidemiologiche a margine della « peste antonina », dans Lo Cascio 2012 a, p. 339-346. 

Lo Cascio 1980 = E. Lo Cascio, Gli alimenta e la « politica economica » di Pertinace, dans RFIC, 108, 1980, p. 264-288.

Lo Cascio 1982 = E. Lo Cascio, A proposito del IV capitolo di « Ancient slavery and modern ideology ». Movimenti demografici e trasformazioni sociali tra principato e Basso Impero, dans Opus, 1, 1982, p. 147-159.

Lo Cascio 1991 = E. Lo Cascio, Forme dell’economia imperiale, dans Schiavone 1991, p. 313-365.

Lo Cascio 1994 = E. Lo Cascio, La dinamica della popolazione in Italia da Augusto al III secolo, dans L’Italie, p. 91-125.

Lo Cascio 2012 a = E. Lo Cascio (éd.), L’impatto della « peste <ntonina », Bari, 2012. 

Lo Cascio 2012 b = E. Lo Cascio, Introduzione, dans Lo Cascio 2012 a, p. 7-13.

Lo Cascio – Storchi Marino 2001 = E. Lo Cascio, A. Storchi Marino (éd.), Modalità insediative e strutture agrarie nell’Italia meridionale in età romana, Bari, 2001.

Łoś - Pietruszka s.p. = A. Łoś, W. Pietruszka, L'économie de la Campanie sous les Antonins : les sources et les modèles, sous presse.

Manacorda 1977 = D. Manacorda, Anfore spagnole a Pompei, dans Carandini 1977, p. 121-133.

Manacorda 1995 = D. Manacorda, Sulla proprietà della terra nella Calabria romana tra repubblica e impero, dans Latifundium, p. 143-189.

Marangou-Lerat 1995 = A. Marangou-Lerat, Le vin et les amphores de Crète de l’époque classique à l’époque impériale, Athènes, 1995 (Études Crétoises, 30).

Martin 1995 = R. Martin, Les sources littéraires de la notion de latifundium, dans Latifundium, p. 97-106.

Marucci 2006 = A. Marucci, Foro Transitorio. Sistema di smaltimento delle acque del portico occidentale : stratigrafie e materiali dei livelli di abbandono (fasi II e III), dans Meneghini – Santangeli Valenzani 2006, p. 57-92.

Marzano 2007 = A. Marzano, Roman Villas in Central Italy. A Social ad Economic History, Leyde-Boston, 2007.

Marzano 2011 = A. Marzano, Snails, wine and winter navigation, dans W. V. Harris, K. Iara (éd.), Maritime technology in the ancient economy : ship-design and navigation, Portsmouth R. I., 2011, p. 179-187 (JRA Supplementary series, 84).

Meneghini – Santangeli Valenzani 2006 = R. Meneghini, R. Santangeli Valenzani, (éd.), Roma. Lo scavo dei fori imperiali 1995-2000 : I contesti ceramici, Rome, 2006 (Collection de l’École française de Rome, 365).

Miniero 1999 = P. Miniero, Anfore, dans A. Barbet, P. Miniero (éd.), La villa San Marco a Stabia, Naples-Rome-Pompéi, 1999 (Collection du Centre Jean Bérard, 18 ; Collection de l’École Française de Rome, 258), p. 323-330.

Nocera 2013 = D. Nocera, Un contesto ceramico dall’ambiente 3 del Foro di Nerva, dans Ceci 2013, p. 75-85.

Ortolani et al2002 = F. Ortolani et al., I dissesti catastrofici del Matese meridionale nel quadro delle modificazioni geoambientali avvenute durante il periodo storico in Campania, dans D. Caiazza (éd.), I torrenti assassini del Matese meridionale. Atti del Convegno di Studi sulle alluvioni catastrofiche recenti negli insediamenti urbani : il rischio e la prevenzione dopo il disastro di Sarno, Piedimonte Matese, 31 ottobre 1998, Alife, 2002, p. 55-100. 

Pagano 1995-1996 = M. Pagano, L’area vesuviana dopo l’eruzione del 79 d.C., dans RSP, 7, 1995-1996, p. 35-44.

Panella 1974-1975 = C. Panella, Per uno studio delle anfore di Pompei, le forme VIII e X della tipologia di R. Schoene, dans Stud. Misc. 22, 1974-1975, p. 151-165.

Panella 1977 = C. Panella, Anfore tripolitane a Pompei, dans Carandini 1977, p. 135-147.

Panella 1981 = C. Panella, La distribuzione e mercati, dans Giardina – Schiavone 1981, II, p. 55-80. 

Panella 1989 = C. Panella, Le anfore italiche del II secolo d.C., dans Lenoir – Manacorda – Panella 1989, p. 139-178.

Panella 1992 = C. Panella, Mercato di Roma e anfore galliche nella prima età imperiale, dans F. Laubenheimer (éd.), Les amphores en Gaule. Production, circulation, Besançon, 1992, p. 185-213.

Panella – Fano 1977 = C. Panella, M. Fano, Le anfore con anse bifide conservate a Pompei : contributo ad una loro classificazione, dans Méthodes classiques et méthodes formelles dans l’étude typologique des amphores. Actes du colloque de Rome, 27-29 mai 1974, Rome, 1977, p. 133-177 (Collection de l’École française de Rome, 32).

Panella – Tchernia 1994 = C. Panella, A. Tchernia, Produits agricoles transportés en amphores : l’huile et surtout le vin, dans L’Italie, p. 145-165.

Pappalardo 2001 = U. Pappalardo, Vesuvio. Grandi eruzioni e reinsediamenti, dans Lo Cascio – Storchi Marino 2001, p. 435-453. 

Parkins – Smith 1998 = H. Parkins, Ch. Smith (éd.), Trade, traders and the ancient city, Londres-New York, 1998.

Pascual – Ribera Lacomba 2007 = G. Pascual, A. Ribera Lacomba, De oriente a occidente. El consumo de productos foráneos, dans A. Ribera, M. Olcina, C. Ballester (éd.), Pompeya bayo Pompeya. Las excavaciones en la casa de Ariadna, Valence, 2007, p. 120-123.

Pascual – Ribera Lacomba – Finkielszjtejn 2008 = G. Pascual, A. Ribera Lacomba, G. Finkielszjtejn, Las ánforas griegas y púnicas de recientes excavaciones en la regio VII de Pompeya, dans J. Pérez Ballester, G. Pascual (éd.), V Jornades d’Arqueologia Subaquàtica. Comercio, redistribución y fondeaderos. La navegación a vela en el mediterráneo. Universitat de Valencia (Gandía, 2006), Valence, 2008, p. 501-517.

Patterson 1987 = J. R. Patterson, Crisis : what crisis ? Rural change and urban development in imperial Appennine Italy, dans PBSR, 55, 1987, p. 115-146. 

Patterson 2006 = J. R. Patterson, Landscapes and cities : rural settlement and civic transformation in early imperial Italy, Oxford, 2006.

Pavolini 1996 = C. Pavolini, Mercato ostiense e mercato romano : alcuni contesti ceramici a confronto, dans A. Gallina Zevi, A. Claridge (éd.), Roman Ostia revisited, Londres, 1996, p. 223-242. 

Purcell 2000 = N. Purcell, Rome and Italy, dans Bowman – Garnsey – Rathbone 2000, p. 405-444.

Rathbone 1983 = D. Rathbone, Italian Wines in Roman Egypt, dans Opus, 2.1, 1983, p. 81-98.

Renda 2004 = G. Renda, Il territorio di Caiatia, dans CARC 1 : Comuni di Alvignano, Baia e Latina, Caiazzo, Castel Campagnano, Castel di Sasso, Dragoni, Piana di Monte Verna, Ruviano, Rome, 2004, p. 239-426.

Renda 2010 = G. Renda, Il territorio tra Monte Monaco e il fiume Carole, dans CARC 4 : Comuni di Amorosi, Faicchio, Puglianello, San Salvatore Telesino, Telese Terme, Rome, 2010, p. 275-311.

Rickman 2003 = G. Rickman, The Creation of Mare Nostrum : 300 BC-500 AD, dans Abulafia 2003, p. 127-153.

Rinaldi 2013 = A. Rinaldi, Contesti ceramici del Foro di Nerva dagli ambienti 1 e 2. I vasi decorate a matrice in terra sigilata italic e le anfore, dans M. Ceci (éd.), Contesti ceramici dai Fori Imperiali, Oxford, 2013, p. 61-73 (BAR International Series, 2455).

Rizzo 2003 = G. Rizzo, Instrumenta urbis I : ceramiche fini da mensa, lucerne ed anfore a Roma nei primi due secoli dell’impero, Rome, 2003 (Collection de l’École française de Rome, 307).

Rizzo 2012 == G. Rizzo, Roma e Ostia, un binomio ancora posible ? Di alcuni generi trasportati in anfora in età tardo-antonina, dans Keay 2012, p. 87-103.

Rizzo 2014 = G. Rizzo, Le anfore, Ostia e i commerci mediterranei, dans C. Panella, G. Rizzo, Ostia VI. Le Terme del Nuotatore, Rome, 2014, p. 65-481 (Studi Miscellanei, 38).

Rossignol 2012 = B. Rossignol, Le climats, les famines et la guerre : éléments du contexte de la peste antonine, dans Lo Cascio 2012 a, p. 87-122.

Scheidel 2002 = W. Scheidel, A Model of Demographic and Economic Change in Roman Egypt after the Antonine Plague, dans JRA, 15, 2002, p. 97-114.

Scheidel 2009 = W. Scheidel, In search of Roman Economic Growth, dans JRA, 22, 2009, p. 46-70.

Scheidel 2012 = W. Scheidel, Roman Wellbeing and the Economic Consequences of the Antonine Plague, dans Lo Cascio 2012 a, p. 263-295.

Schiavone 1991 = A. Schiavone (éd.), Storia di Roma, II : L’impero mediterraneo, 2 : I principi e il mondo, Torino, 1991.

Scotti 1984 = C. Scotti, Le anfore, dans M. Bonghi Jovino (éd.), Ricerche in Pompei. L’insula 5 della Regio VI dale origini al 79 d.C., Rome, 1984, p. 270-316.

Sebastiani = R. Sebastiani, Nouvelles données sur les entrepôts situés le long du parcours urbain du Tibre à Rome, dans Ricerche in corso sui magazzini romani. Roma-Ostia-Portus. Incontro di studi, Roma, 13-15 aprile 2011, Museo Nazionale Romano Palazzo Altemps, http://www.entrepots-anr.efa.gr

Sebastiani – Serlorenzi 2008 = R. Sebastiani, M. Serlorenzi (éd.), Il progetto del Nuovo Mercato di Testaccio, dans Workshop di Archeologia Classica, 5, 2008, p. 137-171.

Sebastiani – Serlorenzi 2011 = R. Sebastiani, M. Serlorenzi, Nuove scoperte dall’area di Testaccio (Roma). Tecniche costruttive, riuso e smaltimento dei contenitori anforici pertinenti ad Horreae strutture utilitarie di età imperiale, dans J. Arce, B. Goffaux (éd.), Horrea d’Hispanie et de la Méditerranée romaine, Madrid, 2011, p. 67-95.

Soricelli 1997 = G. Soricelli, La regione vesuviana dopo l’eruzione del 79 d.C., dans Athenaeum, 85, 1997, p. 139-154.

Soricelli 2001 = G. Soricelli, La regione vesuviana tra secondo e sesto secolo d.C., dans Lo Cascio – Storchi Marino 2001, p. 455-472.

Tchernia 1964 = A. Tchernia, Amphores et marques d’amphores de Bétique à Pompéi et à Stabies, dans MEFRA, 76, 1964, p. 419-449.

Tchernia 1984 = A. Tchernia, Il vino : produzione e commercio, dans F. Zevi (éd.), Pompei 79. Raccolta di studi per il decimonono centenario dell’eruzione vezuviana2, Naples, 1984, p. 87-96.

Tchernia 1986 = A. Tchernia, Le vin de l’Italie romaine. Essai d’histoire économique d’après les amphores, Rome, 1986 (BEFAR 261).

Tchernia 1993 = A. Tchernia, Le vignoble italien du Ier siècle avant notre ère au IIIe siècle de notre ère : répartition et évolution, dans M.-C. Amouretti, J.-P. Brun (éd.), La production du vin et de l’huile. Actes du Symposium International, organisé par le Centre Camille Jullian (Université de Provence-CNRS) et le Centre Archéologique du Var (Ministère de la Culture et Conseil Général du Var), Aix-en-Provence et Toulon, 20-22 novembre 1991, Athènes, 1993, p. 284-296 (BCH suppl., 26).

Tchernia 1995 = A. Tchernia, Les dimensions de quelques vignobles romains, dans Latifundium, p. 383-394.

Tchernia 2006 = A. Tchernia, La crise de l’Italie impériale et la concurrence des provinces, dans Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 37, avril 2006, p. 137-156 = Tchernia 2011, 351-375.

Tchernia 2011 = A. Tchernia, Les Romains et le commerce, Naples.

Tchernia – Zevi 1972 = A. Tchernia, F. Zevi, Amphores vinaires de Campanie et de Tarraconaise à Ostie, dans Recherches sur les amphores romainesActes du Colloque de Rome, 4 mars 1971, Rome, 1972, p. 35-67 (Collection de l’École française de Rome, 10).

Tempesta 2010 = C. Tempesta, Nuovo Mercato di Testaccio : dallo scavo archeologico allo studio dei materiali. I reperti ceramici dell’ambiente I degli horrea, dans A. Gallone, S. Zottis (éd.), L’archeologia con gli occhi di Silvia. Atti della giornata di studi per ricordare Valeria Silvia Mellace, Palazzo Massimo alle Terme, 7 marzo 2009, Roma, Catane, 2010, p. 189-200.

Thomas 2007 = E. Thomas, Monumentality and the Roman Empire : architecture in the Antonine age, Oxford, 2007.

Thomsen 1947 = R. Thomsen, The Italic regions from Augustus to the Lombard invasion, Copenhague, 1947.

Timby 2004 = J. Timby, Amphorae from excavations at Pompeii by the University of Reading, dans Eiring – Lund 2004, p. 383-392.

Vallat 1987 = J.-P. Vallat, Le paysage agraire du piedmont du Massique, dans Chouquer et al. 1987, p. 315-377.

Vallat 2001 = J.-P. Vallat, Temps long et temps court, structures et conjonctures dans l’économie rurale de la Campanie romaine, dans Lo Cascio – Storchi Marino 2001, p. 583-589.

Veal 2012 = R. Veal, From context to economy : charcoal as an archaeological interpretive tool. A case study from Pompeii (3rd c. BC - AD79), dans I. Schrüder-Kolb (éd.), More than just numbers ? The role of science in Roman archaeology, Portsmouth R. I., 2012, p. 19-51 (JRA Suppl. series, 91)

Villedieu 2007 = F. Villedieu, La vigna Barberini, II : Domus, palais impérial et temples : stratigraphie du secteur nord-est du Palatin, Rome, 2007 (Roma antica 6).

Widemann 1986 = F. Widemann, Les effets économiques de l’éruption de 79. Nouvelles données et nouvelle approche, dans C. Albore-Livadie (éd.), Tremblements de terre, éruptions volcaniques et vie des hommes dans la Campanie antique, Naples, 1986, p. 107-112 (Bibliothèque de l’Institut Français de Naples, 2e série, 7).

Widemann 1991 = F. Widemann, Implications économiques des désastres volcaniques. Le court et le long terme dans le cas de Pompéi, dans F. Widemann, C. Albore Livadie (éd.), Volcanologie et archéologieActes des Ateliers Européens de Ravello, 19-27 novembre 1987 et 30-31 mars 1989, Strasbourg, 1991, p. 217-232 (PACT 25).

Williams 2004 = D. F. Williams, The eruption of Vesuvius and its implications for the early Roman amphora trade with India, dans Eiring – Lund 2004, p. 441-450.

Williams – Peacock 2005 = D. F. Williams, D. P. S. Peacock, The eruption of Vesuvius and campanian Dressel 2-4 amphorae, dans J. Pollini (éd.), Terra marique : studies in art history and marine archaeology in honor of Anna Marguerite McCann on the receipt of the gold medal of the Archaeological Institute of America, Oxford, 2005, p. 140-148.

Wilson 2009 a = A. Wilson, Approaches to quantifying Roman trade, dans Bowman – Wilson 2009 a, p. 213-249.

Wilson 2009 b = A. Wilson, Indicators for Roman economic growth : a response to Walter Scheidel, dans JRA, 22, 2009, p. 71-82.

Wilson 2014 = A. Wilson, Quantifying Roman economic performance by means of proxies : pitfalls and potential, dans F. de Callataÿ (éd.), Quantifying the Greco-Roman economy and beyond, Bari, 2014, p. 133-152. 

Zelener 2012 = Y. Zelener, Genetic evidence, density dependence and epidemiological models of the « Antonine plague », dans Lo Cascio 2012 a, p. 167-178.

Zevi 1966 = F. Zevi, Appunti sulle anfore romane : I. La tavola tipologica del Dressel, dans AC, 18, 1966, p. 208-247.

Zevi 2000 = F. Zevi. The epigraphic evidence, dans P. Miniero (éd.), The sacellum of the augustales at Miseno : Archaeological Museum of the Phlegrean Fields in the Castle of Baia, Naples, 2000, p. 47-62.

Inicio de página

Notas

1 Carandini 1989 b, p. 117. Voir aussi les autres textes de Carandini : 1980 a ; 1980 b ; 1981 ; 1989 a ; 1989 c ; 1994 ; 1995. L’archéologue italien s’est inspiré des idées de M. Rostovtseff.

2 A. Marzano (2007, p. 199-218) critique leur valeur, même en ce qui concerne le Sud de l’Étrurie. Les reproches qu’elle formule ne sont cependant pas tous fondés. On peut par exemple douter de la valeur de certaines de ses interprétations qui consistent à substituer aux spéculations de Carandini ses propres spéculations, lesquelles ne sont pas forcément plus vraisemblables. Nous présentons des remarques plus détaillées sur ses interprétations plus loin dans cet article, n. 19.

3 Scheidel 2009. 

4 Jongman 2007. 

5 Purcell 2000, p. 433-435.

6 Voir entre autres Giardina 1997 ; Patterson 1987 et 2006 ; Marzano 2007 ; Tchernia 2006 et 2011, p. 351-376.

7 Jongman 2006, p. 242.

8 Tchernia 1993, p. 289.

9 Voir ci-dessous, n. 108.

10 Jongman 2007, p. 187-188.

11 Voir Bowman – Wilson 2009 a, passim, et plus particulièrement Bowman – Wilson 2009 b ; Wilson 2009 a ; id. 2014.

12 Wilson 2009 b.

13 Concernant cette région, la situation va peut-être changer dans un avenir assez proche en raison de la parution de la deuxième édition du tome X du Corpus Inscriptionum Latinarum depuis longtemps attendue.

14 Voir Tchernia 2011, p. 35.

15 Arthur 1991 a, p. 101. Le point de vue de l’archéologue britannique concorde avec les interprétations de C. Bencivenga Trillimich 1999, p. 28-29. Selon elle, l’analyse des vestiges des villas, en particulier dans des zones telles que l’Ager Falernus et la vallée du Volturnus, apportent des preuves d’une crise de l’agriculture italienne en général, et campanienne en particulier dès la charnière des Ier et IIe siècles de notre ère. En dehors de formules généralisantes, on ne trouve pas dans son article de références au matériel source, pratique qui a peu à voir avec les procédures de recherche généralement admises. Sur la condition économique de Sinuessa, voir aussi Crimaco – Gasperetti 1993, p. 48-49.

16 Vallat 1987, p. 361 : « Il semble donc qu’un dixième environ des habitats que l’on peut dénommer villae, ait disparu lors de l’empire tardif, ce qui est relativement peu important, et laisse une emprise fort dense de villae dans la zone considérée, puisqu’autant de sites sont créés. Les continuités l’emporteraient ainsi sur les ruptures et de grandes tendances, comme celles tant de fois décrites, de l’habitat colonaire vers l’exploitation de taille moyenne puis vers le latifundium ne reçoivent, ici, nulle confirmation ». Quatorze ans plus tard, le même chercheur (Vallat 2001, p. 588-589) écrit que sous le règne de Trajan, les zones habitées commencent à se dépeupler en Campanie du Nord ; le nombre de « sites vivants » se serait ainsi réduit de plus de la moitié entre le début et la fin du IIe siècle. Si l’on admet que cette baisse importante du nombre de sites habités est une conséquence de la dépopulation – et c’est sans doute ainsi qu’il faudrait l’interpréter –, force est de remarquer l’incohérence entre ces deux textes de Vallat. On peut bien sûr imaginer que « les habitats que l’on peut dénommer villae », l’un des types de sites étudiés par le chercheur, auraient disparu du paysage nord-campanien beaucoup plus lentement que les autres types de sites habités de cette partie de la région, mais la probabilité de cette situation est faible. Vallat lui même (2001, p. 585) a d’ailleurs observé que « durant toute l’époque romaine, villages, fermes et villae, très nombreux prospèrent le plus souvent ensemble et déclinent, fréquemment, en même temps ». 

17 Voir les remarques de Fentress 1993 et de Patterson 2006, p. 22.

18 Tchernia 2011, p. 357-358. Tchernia signale que ces réserves ont déjà été formulées il y a de nombreuses années : ibid., n. 18. À propos des problèmes d’interprétation des résultats de prospections de terrain, voir aussi Patterson 2006, p. 13-16, 23. Sur les remarques critiques de Tchernia à propos de l’utilité des statistiques d’amphores pour reconstituer les processus économiques, voir ed., loc. cit.

19 Marzano 2007. Le parti pris de ses interprétations est toutefois dérangeant. En lisant son livre, il est difficile de chasser l’idée que ses interprétations visent à contredire le modèle de la villa basée sur une main d’œuvre servile proposé par A. Carandini et à prouver que les différences entre la villa du tournant de la République et du Principat et ses formes ultérieures sont tout à fait secondaires : voir Marzano 2007, p. 199-233, en particulier 227-232. Cette impression est renforcée par sa tendance à exposer des arguments qui mettent en doute les opinions émises à propos de l’abandon de telle ou telle villa sans accorder suffisamment de poids aux indices qui parlent en leur faveur. L’on n’est pas obligé d’accepter l’idée qu’elle essaie de défendre, à savoir que l’abandon d’une villa ne devait pas forcément impliquer l’interruption des activités sur les terrains situés alentour. Cela devait bien se produire, mais était-ce pour autant une règle générale ? On peut en douter. Malgré ces réserves, le travail monumental de Marzano est une aide précieuse, depuis longtemps attendue, à l’étude de l’histoire économique de l’Italie centrale.

20 Les bâtiments mis au jour aux lieux-dits Posto et S. Rocco à Francolise sont à compter parmi les rares villas à avoir été fouillées convenablement dans cette partie de la Campanie : voir COtton 1979 et Cotton - Métraux 1985.

21 De Caro – Miele 2001.

22 Tchernia 2011, p. 357. 

23 Wilson 2009 a, p. 229-234. Voir aussi les remarques de Rizzo 2014, p. 73-75, 79-80.

24 Communication personnelle (en mai 2014).

25 Voir Giardina 1981, p. 103-105 et Biundo 2014, p. 108-109.

26 Harris 2005 b, p. 35-36 et 2009, p. 259.

27 Veal 2012.

28 Voir Arthur - Williams 1992 ; Arthur 1995 ; Williams 2004, p. 449 ; Tchernia 2011, p. 368 ;Di Giovanni 2013, p. 1528 ; Rizzo 2014, p. 109-117.

29 Voir ci-dessous, § 14-15 et n. 41-42.

30 Tchernia 1986, p. 305.

31 Nous reviendrons souvent dans la suite de cet article sur les problèmes d’interprétation des statistiques sur les amphores.

32 Rizzo 2014, p. 73-75, 79-80, 398-408.

33 Sen. Nat. VI.1. 2-3.

34 Williams 2004, 442 ; Williams, Peacock 2005, p. 143.

35 Sen. Nat. VI 1. 10 : [..]desinamus audire istos qui Campaniae renuntiaverunt quique post hunc casum emigraverunt negantque ipsos umquam in illam regionemaccessuros. Voir aussi Descoedres 1992. À propos de l’impact économique et social du tremblement de terre, voir Andreau 1973. Malgré plus quarante ans écoulés depuis la publication de cet article, il demeure l’une des meilleures approches de la question des effets économiques et sociaux du tremblement de terre de 62. Cf. Widemann 1991, p. 220-223.

36 Voir le cas de la villa de Scafati : De’ Spagnolis 2002, p. 150-151

37 Plin. Ep. VI 16. 9.

38 Tchernia 1986, p. 230-231 ; Id. 2011, p. 366-367 ; Widemann 1986 ; id. 1991, p. 221-230 ; Williams 2004 ; Williams – Peacock 2005.

39 Panella 1981, passim, plus particulièrement 68-69 ; Ead. 1989 ; Ead. 1992 ; Panella, Tchernia 1994, p. 155-157 ; Rizzo 2003.

40 Dans leur évaluation de la place occupée par les différentes zones de production viticole dans l’approvisionnement de l’Urbs, Rizzo et Tchernia n’ont pas tenu compte seulement du nombre d’amphores, mais aussi de leur capacité (car leur contenu net était très variable).

41 Il faut cependant signaler que vers la fin de la République (seconde moitié du Ier siècle av. J.-C.), les amphores à vin italiennes – dans leur immense majorité tyrrhéniennes – représentent jusqu’à 72 % de l’ensemble des amphores (à vin, mais aussi d’autres produits dont l’huile d’olive et les sauces de poisson) datées de cette époque : voir Ferrandes 2014, p. 363-364. À vrai dire, ce pourcentage a été fixé sur la base d’un seul dépôt, découvert sur le site des anciens Horti Lamiani, du côté sud-ouest de la Piazza Vittorio Emanuele II, mais il comportait environ 3 000 fragments, dont 500 fragments diagnostiques. Selon A. Ferrandes (ibid.), c’était une » quantità [...] assolutamente inconsueta […] per le stratigrafie romane anteriori all’età augustea ».

42 Voir : Ferrandes 2008 (« area di via Sacchi sul Gianicolo ») : récipients de la fin du Principat d’Auguste, de l’époque flavienne et de l’époque des derniers Antonins ; Contino – D’Alessandro 2014 (Porticus Aemilia) : amphores de diverses époques allant du règne de Domitien au VIIe siècle ; Rinaldi 2013 et Nocera 2013 (Forum Transitorium, angle sud-ouest) : récipients de l’époque flavienne ; Marucci 2006 (Forum Transitorium, portique nord-ouest) : vestiges du IIe siècle ap. J.-C. ; Ceci 2006 (area dei Mercati Traianei) : amphores de la seconde moitié du IIe siècle ap. J.-C. ; Bertoldi 2010 et 2011 a (

Thermae Traiani

) : récipients du début du principat de Trajan

 ; Bertoldi 2011 b (Via Marmorata) : amphores de diverses époques allant du règne d’Auguste au VIIe siècle ; Bertoldi 2011 a (Boccone del Povero, Suburbium) : récipients du second quart du IIe siècle ; Villedieu 2007, p. 361-367 (Vigna Barberini sur le Palatin) : récipients de la fin du IIe et de la première moitié du IIIe siècle ap. J.-C. Une part importante de ces publications ne sont que des rapports intermédiaires et ne présentent dès lors que des informations très générales sur les amphores découvertes lors des fouilles. En outre, les cadres chronologiques proposés par leurs auteurs concernant les céramiques mises à jour sont souvent très larges, ce qui les rend difficiles à exploiter dans les études des processus économiques – voir les remarques de Rizzo 2014, p. 393-394.

43 Rizzo 2014. Voir aussi : id. 2012.

44 Id. 2014, 393-440. Étant donné la taille exceptionnelle du dépôt des Terme del Nuotatore, que C. Panella et G. Rizzo ont appelé « piccoloTestaccio », les données des autres sites n’influent pas beaucoup sur les statistiques d’Ostie : voir Rizzo 2014, p. 394.

45 Rizzo 2012. Les statistiques concernant Ostie dans son article de 2012 (Rizzo 2012) sont très semblables à celles qu’il présente dans Ostia VI (Rizzo 2014, p. 393-440). Les différences proviennent du fait que dans cette dernière publication, à côté des amphores des Terme del Nuotatore, il tient compte également de celles des autres sites d’Ostie qui n’avaient pas été prises en considération dans Rizzo 2012.

46 Rizzo 2012, p. 90 tab. 4.1. Dans ses calculs, Rizzo n’a pas tenu compte de l’énorme matériel céramique du Nuovo Mercato Testaccio. À propos de ce site, voir aussi ci-dessous n. 64

47 On observe une différence frappante entre cette valeur et la proportion d’amphores italiennes à Rome pendant toute la période antonine, estimée dans Rizzo 2003, p. 206 à 41 %. 

48 Selon les calculs de Rizzo (2014, p. 417) la proportion d’amphores italiennes dans les dépôts d’Ostie datés de l’époque antonine tardive a même augmenté par rapport aux années 120-160 de 29,3 à 31,1 % : voir tab. 1.

49 Pour le milieu de l’époque antonine (années 120-160), la proportion a été estimée par Rizzo (2014, p. 417) à 15,7 %. Les statistiques dressées par Rizzo montrent que l’érosion de la position des vins tyrrhéniens à Ostie s’est particulièrement intensifiée après 160.

50 Voir tab. 1. Outre la partie centre et nord et l’Italie tyrrhénienne, les amphores Dressel 2-4 étaient également fabriquées en Lucanie, dans le Bruttium et en différents endroits de l’Italie adriatique, mais l’importance de cette production était de loin inférieure à celle de la Campanie, du Latium et du littoral de l’Étrurie : voir Rizzo 2014, p. 109-115, 125-126.

51 Ibid.

52 Pour Rome, contrairement à Ostie (voir Rizzo 2014, p. 396), l’on ne dispose pas de statistiques d’amphores fiables pour les décennies précédant le règne des deux derniers Antonins. Il n’est donc pas possible d’estimer l’importance de la baisse de la proportion d’amphores tyrrhéniennes à ce moment-là.

53 Ce type d’amphore a vraisemblablement aussi été produit dans l’Ager Faliscus, à l’intérieur des terres du Sud de l’Étrurie : voir Rizzo 2014, p. 131.

54 Par rapport à l’époque flavienne, la proportion d’amphores de la vallée du Tibre, de Spello et du Centre-Nord de l’Étrurie a diminué à Rome de 24,3 à 11,8 %, et augmenté à Ostie de 6,8 % à 11,5 %.

55 La proportion de récipients d’autres régions de l’Italie adriatique est minime à Rome comme à Ostie.

56 Voir tab. 2.

57 Sur les différences d’origine des marchandises qui parvenaient à Ostie et à Rome, voir Pavolini 1996 ; Tchernia 2011, p. 365-366 ; Rizzo 2012. Il est probable que même dans la seconde moitié du IIe siècle, Pouzzoles a joué un grand rôle dans l’approvisionnement de Rome. À partir de Pouzzoles, les marchandises remontaient vers le nord par voie terrestre (la via Domitiana puis la via Appia) ou dans de petites embarcations adaptées au cabotage qui remontaient peut-être le Tibre jusqu’au port même de Rome. Cela explique peut-être pourquoi la proportion d’amphores de la Méditerranée orientale est beaucoup plus importante à Rome (48,4 %) qu’à Ostie (21,6 %) à l’époque antonine tardive (voir tab. 3 et graphique 3). R. Laurence (1998) a montré non sans raison que le transport terrestre jouait dans l’Italie romaine un rôle beaucoup plus important qu’on ne le pense habituellement.

58 Voir Rickman 2003. Dans un de ses articles, A. Marzano (2011) a tenté de démontrer que dans l’Antiquité, l’hiver n’était certainement pas une saison morte pour la navigation en Méditerranée. Ses arguments sont si sérieux qu’ils méritent pour le moins d’être envisages attentivement.

59 Voir Rizzo 2012. M.-B. Carre est arrivé à des conclusions similaires (voir De l’amphore au tonneau : le commerce des vins de l’Adriatique à l’époque romaine, communication présentée à Wrocław le 15 avril 2015).

60 Les proportions pour Rome à l’époque néronienne sont basées sur les statistiques de Rizzo d’il y a une douzaine d’années (Rizzo 2003, p. 204-206) ; pour l’époque flavienne, les chiffres du tableau ont été obtenus en complétant les statistiques de Rizzo (ibid.) au moyen des listes d’amphores dressées par Ferrandes (2008) et Rinaldi (2013) ; les chiffres de l’époque antonine tardive sont basés sur les données présentées par Rizzo dans un de ses textes récemment publiés (Rizzo 2012, p. 90-97). Tous les chiffres d’Ostie proviennent de sa dernière publication sur les amphores des Terme del Nuotatore (Rizzo 2014, p. 408-417). Dans ce tableau et les suivants, nous avons omis les données de la première phase de l’époque antonine (avant 120) tant pour Rome que pour Ostie. En effet, en raison de leur pauvreté comparativement à la documentation des dernières décennies du Ier siècle et de l’époque de Marc Aurèle et Commode, mais aussi de leur incohérence par rapport au témoignage des sources datées du début et de la fin de ces périodes, l’interprétation de ces données est très problématique : cf. Tchernia 2011, p. 371 et Rizzo p. 2014, 395. Il faut toutefois souligner une différence entre Ostie et Rome en ce qui concerne la quantité du matériel source des années 120-160 : pour cette période, on estime que les données d’Ostie sont très riches (Rizzo 2014, p. 396), mais concernant la documentation de la capitale de l’Empire, la même appréciation ne se justifierait pas en l’état actuel des recherches, car si les fouilles stratigraphiques menées au cours de la présente décennie et de la précédente en différents endroits de Rome et de ses environs ont bien fourni de nouvelles données sur les amphores de l’époque antonine, la datation des trouvailles dans des publications qui ne sont généralement que des rapports intermédiaires (voir ci-dessus n. 42) est peu précise. Il faudra encore attendre pour obtenir la publication définitive des résultats d’une grande partie de ces fouilles : voir Rizzo 2014, p. 393. En l’état actuel de leur publication, il est justifié de ne pas présenter de données pour Rome concernant le milieu de l’époque antonine. Pour Rome, le nombre total d’amphores (N) est le suivant : 777 pour l’époque néronienne, 2 757 pour l’époque flavienne, non disponible pour le milieu de l’époque antonine, 947 pour la fin de l’époque antonine. Pour Ostie, les données correspondantes sont les suivantes : non disponible pour l’époque néronienne, 769 pour l’époque flavienne, 562 pour le milieu de l’époque antonine, 1 512 pour la fin de l’époque antonine.

61 Voir n. 60. Le tableau 2 ne tient pas compte des amphores reconnues comme italiennes mais dont la provenance exacte n’a pas pu être déterminée.

62 Il y avait bien quelques grands crus dans le Sud de la Campanie (par exemple les Surrentinum et Vesuvinum), mais la majorité des vignobles de cette région étaient spécialisés dans la production de petits vins en grandes quantités : voir Tchernia 1986, p. 176-177. 

63 Voir tab. 2.

64 Voir tab. 3. Étant donné le volume des amphores gauloises, nettement plus important que la moyenne, leur capacité totale représente plus de 15 % de l’ensemble des amphores à vins de l’époque flavienne découvertes à Rome ; à l’époque néronienne, cette proportion était de 3 % (voir Rizzo 2003, p. 204, tab. 32a). Tchernia (2011, p. 371) a cependant observé que l’augmentation de la consommation de vins gaulois dans l’Urbs s’était accompagnée d’une érosion du rôle des vins espagnols sur ce marché. Toutes les estimations existantes (même les plus récentes) des volumes relatifs et absolus de marchandises transportées en amphores à Rome pendant le principat seront bientôt dépassées en raison de la découverte, lors de fouilles menées dans les années 2005-2009 à l’occasion de la construction du Nuovo Mercato Testaccio, de vestiges d’horrea datés de l’époque des Antonins. Dans les couches les plus anciennes (Ier siècle ap. J.-C.) et les couches contemporaines de la construction des greniers, on a découvert d’énormes quantités d’amphores. À propos de ces horrea et des fouilles réalisées sur le site, voir Serlorenzi, Sebastiani 2008 et Sebastiani – Serlorenzi 2011. Les récipients de l’époque antonine de provenance égéenne, en particulier de Crète, y sont particulièrement nombreux (près de 40 000 fragments : voir Casaramona et al. 2010). Il est donc très probable que les Romains aient consommé, au moins au IIe siècle, des quantités de vins crétois beaucoup plus importantes qu’on ne le pensait jusqu’ici : voir ibid., 120 et Tempesta 2010, 195-196. Une telle concentration de récipients semble indiquer la localisation à proximité des anciens horrea de dépotoirs d’amphores à vin usées organisés sur le modèle du dépotoir d’amphores à huile situé tout près. À côté des récipients égéens (environ 55 % des amphores découvertes pendant les fouilles du Nuovo Mercato Testaccio : Coletti 2011 ; dans le local I, leur proportion a même été estimée à 88,4 % : Tempesta 2010, p. 195), on a identifié dans les couches datées d’environ 50 av. J.-C. à 50 ap. J.-C. près de 500 amphores adriatiques (principalement des Dressel 6 A) utilisées pour le transport de vin, et dans les couches de l’époque de Trajan, 199 amphores Dressel 20 : voir Sebastiani 2011, Cafini – D’Alessandro 2010 et D’Alessandro 2013. Les auteurs des rapports intermédiaires signalent aussi la découverte d’un nombre assez élevé d’amphores vinaires Dressel 2-4 de l’Hispania Tarraconensis du Ier siècle ap. J.-C., sans cependant donner de chiffres précis, et d’amphores africaines à huile relativement peu nombreuses : Contino et al. 2013 ; Contino 2013. Étant donné la localisation de ce site dans le voisinage de l’Emporium, c’est-à-dire dans « un’area cruciale in epoca antica per l’approvvigionamento urbano », pour utiliser les mots de Contino et al. (2013, 333), il est d’une importance exceptionnelle pour la reconstitution de la géographie du commerce romain sous l’Empire. Les rapports préliminaires de fouilles du Nuovo Mercato Testaccio ne mentionnent pas la découverte de quantités importantes d’amphores tyrrhéniennes ou plus spécialement campaniennes sur le site, datées de la période des Flaviens et des Antonins. On peut donc supposer que la publication définitive du matériel céramique de ce site n’aura pas d’incidence sur l’évaluation du rôle de la zone tyrrhénienne dans l’approvisionnement en vin de la capitale de l’Empire.

65 Tchernia 2011, p. 368. 

66 Voir ci-dessus n. 59. Le tableau 3 ne tient pas compte des amphores originaires de la zone Istrie-Pont Euxin et de Sicile. Les récipients des territoires situés sur la Mer Noire arrivaient à Rome et Ostie en quantité infime (voir Coletti – Lorenzetti 2010, p. 156 et Rizzo 2014, p. 397) ce qui montre le rôle mariginal de cette région de l’Empire dans l’approvisionnement en vin de l’Urbs et son port. Il a y une autre raison pour exclure les récipients de Sicile des calculs : un certain nombre d’amphores reconnues commes siciliennes pouvait être originaires en réalité d’Afrique du Nord : voir Rizzo 2012, p. 89-90 et id. 2014, p. 139-143.

67 Il faut souligner que malgré l’énorme progrès des études sur les amphores de la façade tyrrhénienne de l’Italie réalisées ces dernières décennies, les statistiques sur les amphores, même les plus récentes, ne sont que d’une utilité limitée pour les études sur la vie économique des régions de l’Italie romaine. Dans ses tableaux et graphiques, G. Rizzo (2003 et 2014) a présenté différentes classifications d’amphores tyrrhéniennes en fonction de leur provenance. La plus étendue se compose de 10 groupes (Rizzo 2014, p. 82, tab. 3 et 411, tab. 8 a) :

1. « Dressel 2-4 compatibili con provenienza dal Falerno e dalla baia di Neapolis » ; 2. « Dressel 2-4 compatibili con provenienza da Neapolis e dalla sua baia » ; 3. « Dressel 2-4 compatibili con provenienza da Pompei/Sorrento (argilla Eumachi) » ; 4. « Dressel 2-4 « tirreniche » analizzate incompatibili con provenienza dal Falerno e dalla Campania » ; 5. » Dressel 2-4 analizzate incompatibili con provenienza dall’Etruria settentrionale » ; 6. » Dressel 2-4 non analizzate : del versante tirrenico della penisola ? » ; 7. « Dressel 2-4 tarda compatibile con origine campana, bollata da Redemptus » ; 8. « Dressel 2-4 tarda di provenienza non precisabile » ; 9. » Anfore con ansa « a bastone » compatibili con regione della baia di Neapolis e con Campania » ; 10. » Dressel 1 « tarde » : produzione « tirrenica » ? ». Les récipients des groupes 6, 8 et 10 n’ont été attribués par Rizzo à aucune région particulière de l’Italie tyrrhénienne, circonstance d’une certaine importance puisqu’ils sont assez nombreusement représentés (sauf le type « Dressel 2-4 tarda di provenienza non precisabile ») dans le matériel qu’il a étudié. Sur la base de sa classification des amphores tyrrhéniennes (représentative de l’état actuel des recherches sur les conteneurs céramiques de cette partie de l’Italie), il n’est pas possible d’estimer avec précision le pourcentage d’exemplaires campaniens dans le nombre total d’amphores tyrrhéniennes. À titre d’hypothèse, on peut admettre qu’une certaine partie des amphores que Rizzo appelle globalement tyrrhéniennes ont été produites en Campanie, ce qui impliquerait que la plupart des amphores vinaires tyrrhéniennes parvenues à Rome et à Ostie provenaient de cette région, puisque selon les statistiques de cet archéologue, les amphores campaniennes sont les plus nombreusement représentées parmi les récipients tyrrhéniens dont le lieu de fabrication a pu être précisé avec plus ou moins de probabilité.

68 Williams 2004, p. 446-449 ; Williams – Peacock 2005, p. 144-147.

69 Rien ne permet de supposer que la diminution marquée de la part des vins tyrrhéniens dans l’approvisionnement de Rome entre les époques néronienne et antonine tardive n’ait pas été de pair avec une baisse de volume des vins de cette partie de l’Italie consommés dans la capitale : pour qu’il ait pu se maintenir (vu la proportion de 4,8 % d’amphores tyrrhéniennes après l’an 160) au même niveau que sous Néron, époque à laquelle la proportion de récipients tyrrhéniens était de 36,7 %, le volume des vins consommés dans l’Urbs aurait dû augmenter de plus de sept fois sur l’espace de 100 à 130 ans. Une pareille augmentation paraît très peu réaliste.

70 Il est probable que dans beaucoup d’endroits du monde romain mais également au delà de ses frontières, des « grands crus » nord-campaniens aient été consommés, même sous le règne de Domitien et au début de l’époque antonine. Les traces de ce commerce sont peu visibles dans le matériel céramique, parce que les vins précieux ont été diffusés en nombre faible, bien qu’ils fussent économiquement très rentables. On a affaire à une situation similaire dans le cas de la consommation des vins grecs de luxe à Rome à la fin de la République et au début du Principat : leur consommation est abondamment documentée dans les sources littéraires, mais ses traces archéologiques sont infimes : cf. Komar 2015.

71 Comme A. Tchernia (1986, p. 27-28), nous ne doutons pas que sous le Principat, le commerce du vin se soit exercé librement. Dès lors, l’offre et la consommation dépendaient beaucoup plus des mécanismes du marché que de décisions prises par les dirigeants.

72 Tchernia 1986, p. 230.

73 Malgré les investissements réalisés à Ostie par Trajan, les navires de transport de blé d’Égypte continuaient d’accoster au port de Pouzzoles ; en route, ils faisaient escale à Rhodes, à Kos et en Crète, îles qui produisaient de grandes quantités de vins bon marché. Dans leurs ports, les navires embarquaient un complément de cargaison d’amphores de vin. Le procédé se pratiquait à grande échelle, comme le prouvent les découvertes de nombreuses amphores égéennes, tant avant l’éruption du Vésuve (à Pompéi, Herculanum et dans les villas environnantes, mais aussi à Rome et Ostie) qu’après la catastrophe (Ostie, Rome, Pouzzoles, Cumes) : voir ci-dessous, § 21-25.

74 Voir ci-dessous, § 37-43.

75 Il y a eu quelques exceptions, comme les articles de A. Tchernia et F. Zevi (Tchernia 1964 ; Zevi 1966 ; Tchernia – Zevi 1972), mais elles ne changent pas cette appréciation générale.

76 Voir par exemplePanella 1974-1975 ; Panella 1977 ; Panella – Fano 1977 ; Manacorda 1977 ; Scotti 1984 ; Tchernia 1984 ; Marangou-Lerat 1995 ; Iorio 1999 ; Miniero 1999 ; De Sena – Ikäheimo 2003 ; Timby 2004 ; Borgard – Carre – Fontaine 2007 ; Albiach et al. 2008.

77 L’inventaire des types d’amphores portant des inscriptions peintes en grec publiées dans le tome IV du CIL mène à la conclusion qu’il y avait dans les villes vésuviennes une clientèle non seulement pour les vins de Crète, mais aussi pour ceux des autres îles de la Mer Égée et des parties occidentales de l’Asie mineure, même si ces vins étaient certainement plus rarement consommés que ceux de l’île de Minos dans la période qui a précédé l’éruption. 

78 Voir par exemple Miniero 1999 (villa San Marco di Stabia) ; De Sena – Ikäheimo 2003 (Casa delle Vestali) ; Timby 2004 et les statistiques non publiées des amphores de l’insula I 8 (information personnelle de E. Botte). Dans son interprétation des données de la Caupona di Amarantus ( I 9. 11) et de la Casa di Amarantus (I 9. 12), J. Timby (ibid., p. 9) fait cette remarque avisée : « we cannot say whether the assemblage from Houses 11 and 12 is typical or atypical, and how reflective it might be of general economic patterns in respect of pottery operating in the first century BC and the first century AD ». Pour trancher la question, il faudrait disposer de statistiques d’un plus grand nombre de domus offrant un échantillon représentatif de Pompéi.

79 C’est par exemple le cas de la publication préliminaire du matériel céramique (comportant 63 fragments d’amphores datés de l’époque d’Hadrien et d’Antonin le Pieux) découvert lors des fouilles réalisées dans les années 1970 à Cratere Senga, près de Pouzzoles : Garcea – Miraglia – Soricelli 1984. Sur les 63 fragments en question, 39 proviennent d’amphores ayant servi à transporter du vin : 22 (56,4 %) de la Mer Égée (13 de Crète, 9 de Rhodes) et 17 (43,6 %) de provenance italienne. Le faible nombre de fragments diagnostiques ne permet pas de tirer de conclusions trop avancées. La documentation de l’Amphithéâtre mineur est nettement plus abondante. Selon R. Adinolfi (1981, p. 236), les cavea de l’amphithéâtre ont été comblés à une époque indéterminée au moyen d’énormes quantités de débris de toute sorte, dont des éclats d’amphores. Une brève information à leur propos se répète dans le commentaire d’une photo publiée dans l’article d’Adinolfi (1981, p. 240). À notre connaissance, le matériel céramique du plus ancien amphithéâtre de Pouzzoles n’a jamais été publié. Les amphores et autres types de céramiques mis à jour pendant les travaux de restauration de la cathédrale de Pouzzoles n’ont pas non plus fait l’objet de publication définitive. E. Laforgia (1981) a noté sur ce site une grande quantité d’amphores, dont des vinaires. Les fragments les plus nombreux datent de l’époque de la République (IIe et Ier siècles av. J.-C.). Ils proviennent principalement de Campanie, et dans une moindre mesure de Rhodes. Le matériel de l’époque impériale est beaucoup moins abondant. Il faut toutefois souligner que Laforgia n’a analysé – de manière d’ailleurs très superficielle – qu’une partie des récipients trouvés pendant les travaux de la cathédrale de Pouzzoles. Une très grande quantité d’éclats d’amphores (28 522) et d’autres types de récipients céramiques datés de la seconde moitié du IIe siècle ap. J.-C. ont été mis à jour lors des fouilles commencées dans les années 1990 (elles se poursuivent aujourd’hui) dans la région de Rione Terra, sous la partie ouest de la via Duomo située sur le decumanus : voir Di Giovanni 2003 et id. 2013, p. 1520. À ce jour, ce matériel n’a encore été publié sous aucune forme, même partiellement. Les seules références et tentatives de quantification de ce matériel selon des critères fonctionnels, géographiques ou chronologiques sous forme graphique se trouvent seulement dans deux articles de Di Giovanni (2003 et 2013). Ces deux publications soulèvent cependant des réserves de nature méthodologique : l’auteur présente le chiffre de tous les fragments de récipients et poteries découverts, sans préciser le nombre de fragments diagnostiques. À la lecture de ses articles, on ignore donc l’importance de l’échantillon sur lequel reposent ses calculs. Nous reparlerons plus loin d’autres défauts de ces publications.

80 Au début des années 1980, on a bien découvert à Naples (sous les bâtiments du couvent de Santa Patrizia, dans le haut de la ville antique) un dépôt contenant environ 5000 fragments d’amphores datés de la première moitié du IIe siècle ap. J.-C., mais aucune de ses parties n’a encore été publiée, même provisoirement : voir Di Giovanni 2013, p. 1519.

81 Nous adressons nos remerciements à E. Botte pour nous avoir communiqué les premières conclusions de ses études des amphores du Mausoleo delle teste di cera et du Mausoleo della sfinge, situés dans le cimetière qui s’étend au nord de la ville (porta Mediana). À propos de cette nécropole, voir Brun et al.2000 [2003] et Brun – Munzi 2009.

82 Voir Wilson 2009a, p. 229-234 ; Tchernia 2011, p. 357 ; Rizzo 2014, p. 73-75, 79-80.

83 Le seul complément aux données provenant des villes vésuviennes consiste dans des amphores datées de l’époque néronienne découvertes lors des fouilles du Palazzo Corigliano, à Naples : Bragantini – Cipriano – Improta 1991. Les auteurs de la publication de ces fouilles ont considéré le dépôt comme statistiquement non diagnostique et ont dès lors renoncé à quantifier les données obtenues. Ils ont probablement péché par excès de prudence.

84 Les contacts commerciaux du port campanien avec la Méditerranée orientale étaient particulièrement intensifs : voir Camodeca 1994, 112-113 et ci-dessus, n. 57 et n. 73.

85 De Sena – Ikäheimo 2003, 307 tab. 3. Il faut cependant noter que si la proportion d’amphores italiennes en général n’a pas baissé de façon marquée par rapport à la première moitié du Ier siècle de notre ère (de 89 à 86 %), la part des amphores campaniennes a chuté considérablement (de 81 à 46 %).

86 Miniero 1999.

87 Panella 1974-1975 ; Marangou-Lerat 1995. 

88 Un grand merci à E. Botte de nous avoir communiqué ses statistiques d’amphores de l’insula I 8 avant même leur publication dans la série Studi della Soprintendenza Archeologica di Pompei.

89 Timby 2004, p. 386-387. 

90 Il n’est pas possible de préciser leur nombre exact en raison d’imprécisions dans les journaux des fouilles et dans les commentaires des tituli picti vasis fictilibus publiés dans le CIL IV. 

91 Dans la période qui a précédé l’éruption, la Casa di Amarantus n’était pas habitée : on y entreposait les amphores de vin de la taverne voisine avec laquelle elle communiquait. Le propriétaire de l’ensemble s’appelait probablement Sex. Pompeius Amarantus : voir Timby 2004.

92 Voir Komar 2014, p. 125-129. 

93 Les différences énormes affichées dans les statistiques des amphores découvertes dans les différents bâtiments de Pompéi montrent que ce serait une erreur de tirer des conclusions généralisantes sur la base d’études ponctuelles. Force est de donner raison aux archéologues français qui ont étudié les amphores de l’insula I 8, pour qui « seule une étude d’ensemble pourrait permettre d’ébaucher des statistiques sur le commerce » : Borgard – Carre – Fontaine 2007, p. 114.

94 Calculs sur la base des données présentées par Bragantini – Cipriano – Improta 1991 p. 89-93. Ils ne tiennent pas compte des amphores d’origine incertaine

95 Les fouilles stratigraphiques réalisées dans les années 1990 à la Caupona di Amarantus et la Casa di Amarantus, et dans la dernière décennie à la Casa di Ariadna (VII 4. 31/51) et dans la partie ouest de l’insula VII 2 ont prouvé que d’importantes quantités de vins grecs étaient déjà importées à Pompéi au IIe siècle av. J.-C. À cette époque, les vins provenaient surtout de Rhodes. Ils ont continué d’être consommés au siècle suivant, mais moins qu’auparavant. À la fin de la République, les Pompéiens ont commencé à apprécier davantage les vins de Kos, et à partir du début du Ier siècle ap. J.-C., la consommation de vins crétois s’est accrue systématiquement. À la fin de l’époque julio-claudienne, ils étaient devenus les plus populaires après les vins campaniens dans la ville vésuvienne. À propos des amphores mises à jour lors des études stratigraphiques que nous venons d’évoquer, voir Timby 2004 ; Pascual – Ribera Lacomba 2007 ; Pascual – Ribera Lacomba – Finkielszjtejn 2008 ; Escrivà Chover et alii 2008, p. 261. Lors de leur analyse du matériel céramique des IIe et Ier siècles av. J.-C., G. Pascual et A. Ribera Lacomba (2008, p. 121 ) ont été surpris de relever dès cette époque un grand nombre d’amphores grecques : « es extraño constatar la extraordinaria abundancia de envases de vino griego, principalmente de Rodas ». À propos du rôle des vins grecs sur une période de trois siècles (IIe siècle av. J-C.-Ier siècle ap. J-C.), ils concluent : « el vino griego también es omnipresente en estos siglos » (ibid., p. 123). Selon les calculs de J. Timby (2004, p. 391-392), les amphores grecques des dernières décennies du Ier siècle av. J-C. et du début du Ier siècle ap. J-C. représentent environ 18 % des amphores de tous types datées de cette époque. Pour les seules amphores vinaires, elles dépasseraient les 25 %. La tradition du vin grec était donc bien enracinée à Pompéi. L’augmentation de sa consommation dans la seconde moitié du Ier siècle ne s’est donc pas faite brusquement. Il faut en outre noter que la ville vésuvienne n’était pas une exception : dès la fin de la première moitié du Ier siècle av. J-C., les vins grecs étaient assez répandus à Rome. Les amphores vinaires grecques représentent 12 % de l’ensemble des amphores commerciales de l’époque, et environ 15 % des amphores vinaires découvertes aux Horti Lamiani : voir Ferrandes 2014, p. 363.

96 Garcea – Miraglia – Soricelli 1984.

97 Di Giovanni 2003, p. 87-90. Voir aussi ci-dessus, n. 79.

98 Id. 2013, p. 1520.

99 Les données des graphiques de Di Giovanni (2003 et 2013) et des commentaires qui les accompagnent sont souvent peu précises, et parfois même contradictoires. Par exemple, elles nous apprennent combien le dépôt contenait d’amphores crétoises, mais rien n’est dit sur le nombre de récipients d’autres provenances. En outre, les chiffres de la fig. n. 4 (Di Giovanni 2003, p. 87) ne correspondent pas aux statistiques de la fig. n. 5 qui apparaît dans le même article (Di Giovanni 2003, p. 90). 

100 Selon les données que nous a communiquées E. Botte, le dépôt du Mausoleo delle teste di cera comportait 204 fragments correspondant à au moins 43 amphores, et celui du Mausoleo della sfinge, 2 806 fragments correspondant à au moins 135 amphores.

101 Étant donné le caractère provisoire des données de l’insula I 8 de Pompéi, de Rione Terra et du Mausoleo della sfinge, nous avons renoncé à présenter ces statistiques d’amphores sous forme de graphique et de tableau.

102 Il faut cependant noter que c'est une pratique assez répandue parmi certains spécialistes de l'histoire économique du monde romain. 

103 Di Giovanni 2013, p. 1528. 

104 Arthur 1995 ; Arthur – Williams 1992 ; Williams 2004, p. 449. Les amphores campaniennes tardives auraient été fabriquées à Ischia. Les conclusions de ces deux chercheurs sont dans une certaine mesure en contradiction avec les thèses précédentes d’Arthur (1991, p. 89), puisqu’il a soutenu qu’à partir du IIIe siècle ap. J.-C., on pouvait observer une paupérisation de nombreuses propriétés qui se serait accompagnée d’une disparition des traces de production pour l’exportation.

105 Ibid. ; Panella 1989, p. 142 ; Desbat – Savay-Guerraz 1990 ; Tchernia 2011, p. 368 ; Rizzo 2014, p. 114-117.

106 Arthur, Williams 1992, p. 254. Ces archéologues supposent que le vin pouvait être exporté vers les ports du sud de la Gaule conditionné dans des amphores campaniennes adaptées au transport maritime, puis transvasé dans des amphores locales à fond plat, mieux adaptées au transport fluvial et terrestre que les amphores campaniennes.

107 Rathbone 1983, p. 90-94. 

108 On peut consulter facilement cette liste dans le livre de Tchernia (1986, p. 331-335, apendice II). 

109 Ep. I 8. 

110 Sur l’interprétation du texte de Symmaque, voir Tchernia 1986, p. 296 et d’abord Blanchard-Lemée 1988. 

111 Arthur – Williams 1992, p. 254-256.

112 Plin. NH III 40-41 et 60.

113 Soricelli 2001, p. 455-461. Selon lui, la reconstruction du réseau routier et la nouvelle centuriation peuvent même être attribuées à Titus. Son point de vue est très discutable.

114 Ibid., p. 464-465.

115 Description de la villa : voir De Simone 2009 a, p. 161-169.

116 Ibid., p. 169.

117 De Simone 2009 b, p. 201-202.

118 Ibid., p. 202-204. Seules des parties de l’une et l’autre villas ont été mises à jour. Les fouilles de la villa de Masseria De Carolis se poursuivent depuis plusieurs années.

119 Soricelli 1997 et 2001. Dans son analyse, le chercheur italien n’a tenu compte que d’une partie des villas évoquées ici.

120 Pagano 1995-1996, p. 38.

121 Guadagno 1997, p. 247-248.

122 De Simone 2009 b, p. 201-202. La localisation sur le versant nord des vestiges de bâtiments agricoles évoqués ci-dessus justifie son point de vue.

123 Soricelli 1997, p. 144 ; Cerulli Irelli 1975.

124 Widemann 1991, p. 224, 230.

125 Esposito 1984. 

126 Widemann 1991, p. 230.

127 Pappalardo 2001, p. 446. Il n’a cependant proposé aucun argument en faveur de cette hypothèse.

128 Καὶ αὐτοῦ τὰ μὲν ἄκρα καὶ δένδρα καὶ ἀμπέλους πολλὰς ἔχει : Cass. Dio LXVI 21. 3. 

129 La dense urbanisation actuelle des environs du Vésuve limite fortement les possibilités de réaliser des recherches systématiques pour tenter de reconstituer le paysage économique de la région après l’éruption. Il est peu probable que cette situation change dans un avenir proche.

130 De Simone 2009 b, p. 202. Voir aussi De Simone 2009 a, p. 161 : selon ses premières observations, comme il le souligne lui-même (« prima lettura del territorio »), les bâtiments situés dans les parties supérieures des pentes nord du Vésuve (au dessus de 200 m) n’ont pas été reconstruits après l’éruption de 79 ; après cette date, les installations agricoles ont été construites soit à moindre altitude sur les flancs du volcan, soit dans la plaine voisine. Avant l’éruption, il n’y aurait eu que peu de bâtiments à ces terrains.

131 Williams 2004, p. 442.

132 Voir pourtant les conclusions finales présentées ci-dessous.

133 Voir ci-dessus, § 6-9. 

134 Cotton 1979, p. 55-56 et Cotton – Métraux 1985, p. 83-84, 252-263.

135 Une part importante des fouilles réalisées à cette époque a été en rapport avec la construction de la ligne de chemin de fer à grande vitesse Rome-Naples.

136 De Caro – Miele 2001, p. 581.

137 Ibid., p. 528.

138 Ibid., 561  ; Frederiksen 1959, p. 24. Il faut toutefois souligner que tout comme les chercheurs italiens, Frederiksen fait reposer ses thèses concernant le déclin de Capoue sur l’analyse de matériel source provenant de la ville même. Capoue appartenait probablement aux cités relativement peu nombreuses dans l’Antiquité dont la situation économique dépendait dans une large mesure de l’activité d’autres secteurs que l’agriculture. Cependant, la grande étendue de son territoire rural (même si celui-ci a été réduit par Auguste qui a augmenté la surface de Pouzzoles au détriment de Capoue) et la fertilité exceptionnelle de l’ager Campanus (évoquée de façon unanime dans toutes les descriptions antiques de cette partie de l’Italie) portent à croire que les revenus de l’agriculture devaient jouer un grand rôle dans la prospérité des habitants de Capoue, en particulier des membres de son élite. On peut donc admettre que la crise des structures urbaines est née, du moins en partie, de changements intervenus dans le secteur agricole de l’économie de Capoue. Une interprétation analogue, mais en sens inverse, expliquerait l’» insospettata floridezza economica » de Suessa Aurunca, Teanum Sidicinum et Cales, qui n’aurait pas été possible si l’état de leur agriculture n’avait pas été favorable.

139 Ghini 1983, p. 69.

140 Caiatia : Renda 2004, p. 409-413 ; Suessula : Carfora 2004, p. 374.

141 De Caro – Miele 2001, p. 574.

142 Chiosi et al. 1994, p. 301-308.

143 De Caro – Miele 2001, p. 553.

144 Cera 2004, p. 228-230.

145 Cera 2011, p. 153-154.

146 Ager Trebulanus voir De Caro – Miele 2001, p. 545-549 et Calastri 2004, p. 225-227 ; Ager Falernus : Conti 2007, passim.

147 Renda 2010, p. 295-298. Notons toutefois que pour d’assez nombreux chercheurs, Telesia faisait partie du territoire du Samnium, pas de la Campanie. Il nous semble plus justifié de la rattacher à la Campanie ; voir aussi Thomsen 1947, p. 71-73.

148 Arthur 1991 a, p. 101-102 ; Crimaco – Gasperetti 1993, p. 48.

149 Frederiksen 1959, p. 24.

150 De Caro – Miele 2001, p. 561.

151 Une table ronde sur le sujet a été organisée à Bordeaux en 1992 : voir Latifundium, d’abord les articles de Carandini 1995, Capogrossi Colognesi 1995, Manacorda 1995, Martin 1995, Tchernia 1995 et le texte d’Aymard – Corbier – Étienne 1995.

152 Voir Martin 1995. 

153 Plin. Ep. III 19.

154 Voir Marzano 2007, p. 199-222. 

155 A. Marzano, résumé d’un exposé intitulé Pressing matters : Oil, olives and presses in Roman Lazio and Campania et présenté lors de la conférence The Economic Utility of Olive, Cambridge, McDonald Institute for Archaeological Research 27-28 September 27-28 2014, www.academia.edu.

156 Jongman 2006, p. 247-250.

157 Voir n. 18.

158 Voir ci-dessus, § 37-41.

159 Voir ci-dessus, n 138.

160 Crimaco – Gasperetti 1993, p. 47-48. Ils sont d’avis que la construction de la route, d’une part, aurait accru l’importance économique des terrains situés en bordure (notamment en facilitant le transport des productions des villas riveraines), et d’autre part, aurait réduit la compétitivité des exploitations plus éloignées par une relative augmentation des frais de transport.

161 Arthur n’explique pas de quelle manière le climat se serait détérioré. À propos des changements climatiques défavorables en Campanie du nord, voir Guadagno 2002 ; Ortolani et al. 2002 ; Caiazza 2003 ; Biundo 2014, p. 107-109. Selon eux, ces changements auraient entraîné des inondations beaucoup plus fréquentes que précédemment. Les travaux plus récents soulignent un lien entre les changements climatiques et la déforestation : voir Biundo (2014, p. 108-109), qui se réfère à Giardina 1981, p. 103-105.

162 Arthur 1991 b, p.158.

163 De Caro – Miele 2001, p. 512. Cette publication présente aussi des références bibliographiques concernant les changement de la ligne côtière des environs de Sinuessa.

164 Témoin direct de l’épidémie, Aelius Aristides (Or. XLVIII 38-44) la décrit comme un événement particulièrement dramatique. Dion Cassius (LXXIII 14.3-4) en parle également. Des auteurs de l’Histoire Auguste (Marc. 13) la considèrent aussi comme digne d’être mentionnée.

165 Voir Bruun 2003, 426 et Zelener 2012, 175-176.

166 Pour un bref résumé de la discussion sur l’impact de l’épidémie de l’époque antonine sur la société romaine, voir Bruun 2007, 202-204.

167 Lo Cascio 1980 ; id.1982 ; id. 1991 ; id. 1994.

168 Parmi les rares chercheurs à avoir perçu avant la dernière décennie du XXe siècle l’impact important des épidémies sur les changements socio-économiques survenus dans le monde romain dans les dernières décennies du IIe siècle et au siècle suivant, il convient de signaler surtout R. J. Littman et M. L. Littman (1973).

169 Duncan-Jones 1996.

170 Jongman 2006 et 2012 ; W. Scheidel 2002. Ce dernier a cependant fait preuve de plus de prudence que l’historien néerlandais dans son évaluation des effets démographiques et économiques de l’épidémie ; dans ses travaux suivants, il se distancie encore davantage de la théorie des effets catastrophiques de la peste : voir Scheidel 2009 et 2012.

171 Bruun 2003 ; id. 2007 ; id. 2012.

172 Id. 2003, p. 426. R. S. Bagnall (2002) se montre critique par rapport aux conclusions de W. Scheidel concernant la situation en Égypte.

173 Bruun 2003, p. 430-434.

174 Lo Cascio 2012 a. 

175 Bruun 2012 ; Kron 2012 ; Scheidel 2012. Dans l’un de ses articles plus anciens, Scheidel (2002) s’est montré moins prudent dans son évaluation de l’impact de l’épidémie.

176 Livi Bacci 2012.

177 Il s’agit évidemment des chercheurs qui se sont exprimés sur la peste antonine (Eck 2012 ; Jongman 2012 ; Zelener 2012 et Harris 2012), car une partie des exposés portaient sur des épidémies d’autres époques.

178 Rossignol 2012.

179 Sauf dans le cas de la « mort noire » qui a frappé l’Europe dans le troisième quart du XIVe siècle, et qui a réduit de 1/3 la population européenne. Le continent n’a retrouvé son niveau de peuplement d’avant la peste (1348) qu’aux environs de l’an 1500 : Livi Bacci 2012, p. 340-341.

180 Rossignol 2012, p. 116.

181 Rossignol accorde beaucoup de poids à l’impact de ce facteur.

182 Bagnall 2013, 717.

183 Łoś - Pietruszka s.p.

184 Vallat 2001.

185 Voir de Franciscis 1991, 69-72 ; Zevi 2000.

186 Łoś - Pietruszka s.p.

187 On sait avec certitude que C. Vettius C. f. Volt. Siberians Iulius Hospes et Q. Hedius L. f. Pol. Rufus Lollianus Gentianus ont exercé leurs fonctions à une époque où les effets des vagues successives d’épidémies se faisaient certainement ressentir (176/177 et 185/186 : Camodeca 1980, p. 498-499). Camodeca (ibid.) date en revanche l’activité du curateur anonyme d’une époque située entre le milieu du IIe et le début du IIIe siècle. Il est probable que sa mission est intervenue également dans la seconde moitié du règne de Marc Aurèle ou sous Commode. Ainsi, 2 seulement des 5 curatoresrei publicae mentionnés dans les sources de Pouzzoles seraient intervenus en dehors de l’époque de la peste antonine : (T.) Flavius Longinus (Q. Marcius Turbo) en 161, soit avant l’épidémie, et Rutilius Crispinus en 283/284 : Camodeca (ibid.). Contre l’avis de Camodeca (ibid.), nous ne comptons pas Appius Claudius (Iulianus), consul sous les Sévères, parmi les curatores rei publicae. Nous pensons que la reconstitution que Camodeca fait à partir du texte de l’inscription est très problématique.

188 Camodeca 1980, p. 511-520 et 2008.

189 Abbot – Johnson 1926, p. 62-63, 228-231.

190 Duthoy 1979, p. 238 ; Camodeca 1980, p. 488 ; Galsterer 2000, p. 346.

191 Même si les populations urbaines étaient toujours plus exposées aux épidémies que les populations rurales, ces dernières, surtout sur des territoires densément peuplés, n’étaient pas pour autant à l’abri. Nous avons certes rappelé ci-dessus que, selon Vallat, la diminution du nombre de ‘sites vivants’ au cours du IIe siècle ap. J.-C. s’était faite avec plus ou moins de régularité, mais les données apportées par les fouilles (De Caro – Miele 2001) – et pas par prospection de terrain, comme dans l’étude de Vallat – indiquent une accélération des processus de dépopulation dans la seconde moitié du IIe siècle ap. J.-C.

192 Pour A. Tchernia (2011, p. 369), il ne fait pas de doute que la présence d’amphores campaniennes des IIe et IIIe siècles en nombre relativement restreint dans diverses parties du monde romain souvent très éloignées de la Campanie indique que l’on exportait vers ces régions des « vins précieux, qui ne peuvent s’adresser qu’à une élite priviégiée ». Pour G. Rizzo (2014, 116), en revanche, « la diffusione di queste anfore nei contesti inglesi « non privilegiati », in quanto probabilmente in associazione con le esigenze della truppa, non sembrava compatibile con una bevanda di pregio – appunto il Falerno – ma indicare un nuovo contenuto : un vino piuttosto corrente, di medio prezzo ». Son opinion est cependant sujette à caution, car elle repose sur l’idée plutôt discutable que chaque type d’amphores n’aurait été associé qu’à un seul type de vin. Voir aussi Arthur – Williams 1992, p. 254-256.

193 Sur la situation économique de cette partie de l’Italie sous le principat, voir Carandini 1994. Marzano (2007, p. 208 et 214-218) a émis des réserves à l’encontre de l’interprétation de Carandini, mais elles ne sont pas d’une importance susceptible de remettre en cause la théorie de ce dernier. Ce ne sont pas tant les thèses de l’archéologue italien concernant le Sud de l’Étrurie qui sont critiquables, c’est leur généralisation à toute l’Italie.

194 Lafon 2001, p. 259-261 ; Marzano 2007, p. 759-767.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título Graphique 1
Título Graphique 2a
Título Graphique 2b
Título Graphique 3a
Título Graphique 3b
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Andrzej Łoś y Wojciech Pietruszka, « Le vignoble campanien sous les Antonins », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En línea], 128-2 | 2016, Publicado el 18 julio 2016, consultado el 27 marzo 2017. URL : http://mefra.revues.org/3774

Inicio de página

Autores

Andrzej Łoś

Université de la Basse Silésie - andrzej.los@dsw.edu.pl

Wojciech Pietruszka

Université de Wrocław - wojciech.pietruszka@gazeta.pl

Inicio de página

Derechos de autor

© École française de Rome

Inicio de página
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org