Navigazione – Piano del sito
Varia

Nécropole Ouest, 1879 : la première fouille programmée à Mégara Hyblaea

Annexe anthropologique par Henri Duday
Reine-Marie Bérard

Riassunti

La colonie grecque archaïque de Mégara Hyblaea, en Sicile, figure parmi les premiers sites archéologiques italiens à avoir fait l’objet de fouilles gouvernementales programmées à la fin du XIXe siècle. La première campagne eut lieu dans la nécropole Ouest en 1879. À partir des archives scientifiques et administratives de l’époque et du matériel conservé au Musée de Syracuse, cet article restitue les grandes étapes de la préparation et du déroulement de cette fouille, encore très largement inédite ; il analyse ses méthodes et ses enjeux, replacés dans le contexte de l’histoire de l’archéologie italienne à la fin du XIXe siècle. Il présente en outre le catalogue des 34 tombes fouillées à l’occasion de cette première campagne et leur étude, en proposant des comparaisons systématiques avec les travaux déjà menés sur les fouilles postérieures survenues dans les nécropoles Sud et Ouest de Mégara Hyblaea.

Inizio pagina

Piano

Inizio pagina

Note dell'autore

Je tiens à remercier ici la directrice du Musée de Syracuse, Gioconda Lamagna, qui m’a donné libre accès à tout le mobilier provenant de Mégara Hyblaea sous sa responsabilité, ainsi qu’à l’ensemble du personnel du Musée qui m’a apporté son aide avec autant de gentillesse que d’efficacité à chacune des étapes de ma recherche. Je tiens également à remercier Michel Gras, Henri Duday, Henri Tréziny et Jean-Christophe Sourisseau pour m’avoir donné accès à l’ensemble des travaux qu’ils avaient déjà pu consacrer à cette fouille, ainsi que pour leurs relectures, leurs suggestions et leurs conseils.

Testo integrale

  • 1 Dans la suite du texte et sauf mention expresse du contraire, toutes les dates s’entendent av. J.‑ (...)
  • 2 À propos de la réforme des structures gouvernementales de l’archéologie italienne à la fin du XIXe(...)

1La colonie grecque archaïque de Mégara Hyblaea, fondée sur la côte est de la Sicile en 728 av. J.-C. et vidée de ses habitants en 483 av. J.-C.1 par les troupes de Gélon de Syracuse d’après Thucydide, figure parmi les premiers sites archéologiques italiens à avoir fait l’objet d’une véritable campagne de fouille programmée, décidée, gérée et financée par la Direzione generale di antichità e belle arti, crée en 1860 dans l’Italie fraîchement unifiée2. Ce sont les objectifs, les méthodes et les résultats de cette première campagne de fouille, réalisée en 1879 dans la nécropole Ouest de la cité, que nous souhaitons présenter ici, dans une double perspective archéologique et historiographique, en cherchant non seulement à exploiter les données significatives pour la connaissance de la colonie grecque de Mégara Hyblaea, mais aussi à mettre en évidence certains jalons de l’histoire de l’archéologie dans l’Italie contemporaine.

Les premières interventions ponctuelles à Mégara Hyblaea 

  • 3 Nous y reviendrons plus bas.

2La première campagne de fouille officielle à Mégara Hyblaea est l’aboutissement d’un long cheminement politique et scientifique où les découvertes sporadiques et les récupérations de mobilier archéologique suivent de près les opérations clandestines et les nombreux pillages, maintes fois signalés dans les nécropoles de la cité. Il est donc indispensable de rappeler brièvement les étapes de ce processus entre 1858 et 1879, non seulement pour comprendre les enjeux et les acteurs de cette première campagne officielle, mais aussi parce que de nombreuses confusions eurent lieu par la suite entre le mobilier provenant de la fouille de 1879 et celui provenant des opérations ponctuelles antérieures3.

  • 4 Cavallari – Orsi 1892.
  • 5 Iacovella 1997. Voir également : Iacovella 2001, qui sera beaucoup cité ici.

3La documentation concernant ces événements est malheureusement lacunaire et rarement impartiale. D’un intérêt majeur sont les deux historiques proposés par Francesco Saverio Cavallari d’une part et Paolo Orsi d’autre part dans la première grande publication consacrée à la nécropole Ouest de Mégara Hyblaea – à l’occasion de la campagne de 1889 – dans le premier volume des Monumenti Antichi della Reale Academia dei Lincei (MAL), paru en 18924. Cependant, ces deux textes publiés à quelques pages de distance seulement présentent déjà entre eux un certain nombre de discordances et de contradictions difficiles à démêler – indices d’une certaine crispation entre les deux hommes qui firent les premières heures de l’archéologie mégarienne. C’est pourquoi le recours aux documents d’archive, tant scientifiques qu’administratifs, est indispensable pour essayer de démêler l’écheveau de ces années archéologiquement mouvementées. Le travail de recherche et de transcription effectué par Andrea Iacovella dans le cadre de son doctorat5 à l’Archivio Centrale dello Stato (ACS) à Rome dans les années 1990 a constitué, à cet égard, une base exceptionnelle et un gain de temps inestimable pour notre propre réflexion sur ces premières interventions archéologiques à Mégara Hyblaea. Il convient par conséquent de souligner ici l’importance fondamentale de son travail pour la réalisation du nôtre ; nous y renverrons fréquemment pour toutes les questions touchant aux problèmes administratifs dans la gestion des premières fouilles. C’est dans un labyrinthe d’informations souvent contradictoires qu’il faut ainsi chercher les indices des premières interventions à Mégara Hyblaea.

Les deux lots de terres cuites et la découverte de la nécropole Ouest

  • 6 Cavallari – Orsi 1892, col. 755, Iacovella 2001, p. 411.
  • 7 Cavallari 1873 ; Cavallari – Orsi 1892, col. 708 et 723 ; Kekulé 1884.
  • 8 « Als man vor einiger Zeit an der Nordseite am Abhang gegen den Cantara ein Haus baute, fand man i (...)
  • 9 Elles figurent probablement parmi les statuettes enregistrées sous les numéros 957 à 2021 du premi (...)

4La première découverte archéologique dont on conserve la trace dans des documents officiels date de 1858 : cette année-là, un lot de terres cuites archaïques est mis au jour fortuitement dans une grotte naturelle accolée à la maison, alors en construction, du notaire Alfio Vinci6. Cette maison, encore visible aujourd’hui quoiqu’en ruine, se situe à proximité immédiate de l’enceinte de la cité vers son extrémité nord (fig. 1). Les différentes sources dont nous disposons s’accordent pour dire que le dépôt rassemblait pour l’essentiel des petites statuettes figurées7 et peut-être des lampes, si l’on en croit la brève description donnée par le savant allemand Julius Schubring en 18648 ; il ne semble pas en revanche avoir livré le moindre vase. Ces objets figurent parmi ceux qui furent rassemblés et enregistrés dans le premier inventaire du Musée de Syracuse rédigé par Antonio Sogliano en 18859.

  • 10 Document ACS : 1° V. AA.BB.AA. b. 62, Palermo, f. 87-29 (Rapports d’activité de Cavallari à la Com (...)
  • 11 Cavallari 1887, p. 13, n. 2.
  • 12 Cavallari 1873. Les dates de 1868 et 1869, que Cavallari donne à quelques pages d’intervalle dans (...)
  • 13 Voir : Cavallari 1873, p. 1, note 1.

5Au mois de juin 1873, la découverte d’un second lot de terres cuites votives, à 1,5 km à l’ouest de la cité10, amène Cavallari, alors Direttore degli scavi, à effectuer une nouvelle inspection sur le site même de Mégara Hyblaea où il s’est déjà rendu en 1868 à l’occasion des découvertes fortuites suscitées par l’aménagement de la voie ferrée Catane-Syracuse. Là encore, la composition exacte de ce lot de terres cuites est mal connue : dans le texte de 1887 sur les vases « orientaux » de Syracuse et de Mégara Hyblaea, Cavallari évoque « alcuni giocattoli di terra cotta e piccoli vasettini11 », mais il n’est pas certain qu’il fasse ici allusion uniquement au lot de terres cuites récupéré en juin. En effet, c’est au cours de cette visite que Cavallari découvre pour la première fois les tombes de la nécropole occidentale, mises au jour par de nombreux pillages12. Dès cette époque, il s’intéresse à la topographie de la nécropole, essayant d’en connaître l’extension et les limites par des reconnaissances de surface. Dans son premier rapport, il indique ainsi que la nécropole s’étendait vers l’intérieur des terres en direction de Melilli et des collines des Monts Hybléens, et il en propose une division en deux parties, les tombes les plus proches de la cité contenant, selon lui, des « vases grecs », tandis que les tombes plus éloignées de l’habitat, vers l’intérieur des terres, auraient contenu des « vases avec des animaux »13. Si cette distinction n’apparaît plus guère pertinente aujourd’hui, elle montre néanmoins l’importance du travail de reconnaissance et de réflexion effectué dès cette époque par Cavallari sur les nécropoles entourant Mégara Hyblaea.

  • 14 Iacovella 2001, p. 416, n. 41. Cette hostilité des propriétaires, mentionnée dans le rapport de fo (...)
  • 15 Il s’agit de la roche locale, calcarénite sableuse de couleur jaunâtre et de densité variable que (...)
  • 16 Il est simplement décrit par Cavallari comme un vaso ordinario di argilla. Cavallari – Orsi 1892, (...)
  • 17 Cavallari – Orsi 1892, col. 715. La boucle d’oreille en question est inventoriée sous le numéro 48 (...)
  • 18 Cavallari – Orsi 1892, col. 715
  • 19 La fouille de la tombe Schermi est datée avec certitude du mois d’octobre 1873 par le rapport adre (...)

6Les documents administratifs conservés à l’Archivio di Stato montrent que Cavallari revient à Mégara au mois d’octobre 1873 dans le but d’effectuer des sondages dans la nécropole. Si le projet fut interrompu rapidement à cause de l’opposition des propriétaires de terrain14, c’est néanmoins durant cette brève mission que Cavallari ouvre la première tombe de la nécropole Ouest à avoir fait l’objet d’une véritable fouille archéologique. Dans les terrains appartenant à Giuseppe Schermi, à l’ouest du chemin (appelé trazzera ou stradella dans les documents d’époque) Nord-Sud qui court à environ 100 m du rempart Ouest de la cité (fig. 1) il met au jour un tombeau creusé dans l’arenaria15, contenant un squelette humain, un vase probablement dépourvu de décor16 et une boucle d’oreille d’argent – indice à partir duquel Cavallari identifie le squelette comme celui d’une femme17. La date de 1872-1873 fréquemment donnée dans les MAL par Cavallari lui-même pour dater la découverte de la nécropole occidentale18 peut donc être précisée : si Cavallari a pu identifier des tombes à l’Ouest de la cité dès 1872, ce n’est qu’en novembre 1873 qu’il procède à la première véritable fouille dans les terrains Schermi19.

  • 20 Étant donné les nombreuses incertitudes qui demeurent sur la localisation exacte des premières int (...)

Fig. 1 - Schéma20 de localisation des premières interventions à Mégara Hyblaea (R.-M. Bérard ; fond de plan H. Tréziny).

Fig. 1 - Schéma20 de localisation des premières interventions à Mégara Hyblaea (R.-M. Bérard ; fond de plan H. Tréziny).
  • 21 « Nell’ottobre dell’anno scorso e nel mese di giugno di quest’anno si fecero piccoli scavi in Mega (...)

7Cavallari revient encore deux fois à Mégara Hyblaea en sa fonction de Direttore delle Antichità di Sicilia, en octobre 1874 et en juin 1875 pour effectuer des petits sondages dans la nécropole, où il récupère du mobilier, en particulier des vases21. Nous ne disposons malheureusement d’aucune information précise sur ces découvertes.

  • 22 Voir la citation précédente sur les petits sondages effectués par Cavallari dans la nécropole en j (...)
  • 23 Les rapports des deux hommes durant l’année 1874-1875 ne sont pas sans équivoque et Kekulé, comme (...)

8Parallèlement aux travaux de Cavallari, Reinhardt Kekulé, archéologue allemand qui s’est installé à Syracuse pour travailler sur les terres cuites de Mégara, entreprend en janvier 1875 la fouille d’une unique tombe de la nécropole Ouest. Cette intervention, alors même que Cavallari travaillait déjà sur la nécropole22, n’est pas facile à expliquer, et témoigne probablement, là encore, de certains désaccords scientifiques et humains23. Cette même année 1875 cependant, la réforme des institutions administratives régissant l’activité archéologique en Italie, proposée par Giuseppe Fiorelli (alors à la tête de la Direzione generale di antichità e belle arti pour tout le royaume d’Italie), renvoie Cavallari au poste technique d’Ingegnere degli scavi, lui ôtant toute possibilité d’intervenir sur les priorités en matière de sites.

Le lot de 1877 et le précieux rapport de Di Targia

  • 24 Les découvertes de 1877 ne sont donc pas relatives à des « sondages », comme l’affirme Orsi. Caval (...)

9La première demande de fouille officielle à Mégara Hyblaea est faite en août 1877 par le directeur du Musée de Syracuse, Arezzo Di Targia, alors qu’il vient de récupérer un nouveau lot de pièces de mobilier découvertes fortuitement lors de travaux agricoles sur les propriétés Vinci et Schermi24. Si, dans son rapport du 15 août adressé à Fiorelli, Di Targia regrette de ne disposer d’aucune information précise sur le contexte de découverte de ces objets ni sur les tombes et les ossements auxquels ils étaient probablement associés, cette opération constitue un jalon important pour l’histoire des fouilles dans les nécropoles mégariennes dans la mesure où Di Targia fournit dans son rapport une description détaillée des objets découverts ainsi que deux planches d’illustrations réalisées par le dessinateur Salvatore Politi. Il est donc possible de confronter ici le vocabulaire de l’époque à d’excellents dessins qui, joints aux descriptions détaillées de Di Targia, permettent non seulement d’identifier les formes des vases mais aussi d’appréhender la terminologie de l’époque. Dans la mesure où nous ne disposons d’aucun dessin pour la fouille de 1879, il est intéressant de s’arrêter un moment sur la description de ces objets et sur le vocabulaire employé par Di Targia pour les désigner. Nous présenterons donc ici le mobilier en donnant d’abord pour chaque objet le nom en usage aujourd’hui puis, entre parenthèses, le mot italien employé dans le texte original.

  • 25 La numérotation et les dessins ont donc été faits selon deux logiques différentes.

10Les dessins sont répartis sur deux planches (fig. 2 et fig. 3) et numérotés selon un ordre qui ne correspond pas à leur disposition graphique25. Dans son rapport, Di Targia commence par décrire tous les vases de la première planche (Tavola I dans le texte), privilégiant la numérotation des vases sur celle des objets. Nous suivrons ici le même ordre.

Fig. 2 - Mobilier des tombes découvertes en 1877, planche 1 (S. Politi).

Fig. 2 - Mobilier des tombes découvertes en 1877, planche 1 (S. Politi).

11Sur la planche 1 sont représentés quatre vases :

  • un grand alabastre (alabastron) du corinthien moyen orné d’oiseaux et de lion. Dim. : h. 18 cm (n°1).
  • un second alabastre (alabastron) également du corinthien ancien ou moyen mais plus petit, dont le décor représente un lion faisant face à un cygne. Dim. : h. 8,5 cm (n°2).
  • un alabastre en bucchero ionien (alabastron). En réalité, si seul le plus grand est représenté, Di Targia précise que deux vases de ce type, que l’on appelle selon lui des « unguentarii » ont été récupérés. Dim. : h. 24 cm (n°16).
  • un amphoriskos (anforetta) en pâte de verre colorée à motifs en zigzags. Dim. : h. 11,5 cm (n°17).

Fig. 3 - Mobilier des tombes découvertes en 1877, planche 2 (S. Politi).

Fig. 3 - Mobilier des tombes découvertes en 1877, planche 2 (S. Politi).

12Sur la planche 2 sont représentés 13 objets (dont 8 vases) :

  • un aryballe26 du type football de Payne27. Dim. : h. 9,5 cm (n°3).
  • un lécythe de type samien. Dim. : h. 8,5 cm (n°4)
  • un aryballe annulaire (fiaschetto…in forma di cannello circolare) en argile claire. Dim. : h. 7,5 cm (n°5)
  • un amphoriskos (anforetta) à fond blanc avec décor d’oiseaux. Dim. : h. 14 cm (n°6)
  • une petite coupelle (scatoletta) percée de deux trous de suspension. Dim. : h. 4,5 cm (n°7)
  • une patère (pateretta grossolana) à fond plat munie d’un ombilic central et de deux trous de suspension. Dim. : diam. 10 cm (n°8).
  • un stamnos (vaso di certo cinerario, ossuario) muni de son couvercle. Dim. : h. 28 cm (n°9).
  • une lampe (lucerna grossolana) (n°10).
  • une grosse perle biconique en bronze à laquelle semble soudée une seconde perle fusiforme (n°11)28.
  • deux autres perles (ghiandetto tronco) de bronze, l’une courte, l’autre allongée et fuselée (n°12 et 13).
  • une épingle (ago crinalis) en bronze à tête discoïdale (n°14).
  • une petite palette à fards (n°15).
  • 29 « Mi è parso bene tacere di questo vasellame, al quale non potrebbesi, a prima vista, che assegnar (...)
  • 30 Cité dans : Iacovella 2001, p. 425.

13À la fin de la description du 17e objet, Di Targia ajoute : « di bronzo, oltre a questi che mi par conveniente dar le figure, posso contare N. 4 palline imperforate e qualche chiodo di forma e grandezza comune ». En outre, Di Targia suggère au début de son rapport l’existence d’autres vases qui ne sont ni dessinés ni précisément décrits dans la mesure où ils étaient, selon lui, beaucoup plus tardifs29. Au total, il est donc probable que Di Targia a récupéré cette année-là plus d’une vingtaine d’objets. Insistant sur l’importance de ces découvertes, Di Targia demande des crédits pour les fouilles de la nécropole, qualifiée de « estesissima30 » dans son rapport au Ministère qui, bien qu’appuyé par Fiorelli, reste sans suite.

  • 31 Jean-Christophe Sourisseau propose en effet une datation de l’aryballe football au plus tard à la (...)
  • 32 « Se tutti sono di un epoca, i sepolcri, sarebbe il primo esempio di una lucerna rinvenuta nelle n (...)

14Cette documentation et ces dessins sont cependant intéressants à plus d’un titre : ils permettent d’abord d’établir le caractère chronologiquement hétérogène du mobilier récupéré, qui doit donc provenir soit de plusieurs tombes différentes, soit d’une tombe plurielle utilisée pendant près d’un siècle31. En outre, il s’agit du seul exemple avéré à ce jour d’une lampe qui proviendrait d’une tombe archaïque mégarienne, un dépôt tout à fait exceptionnel comme le souligne Di Targia lui-même dans son rapport32. Enfin, ces documents montrent à la fois la qualité de la documentation que l’on a la chance de pouvoir retrouver pour ces époques anciennes (dessins avec décors et mesures doublant des descriptions précises) mais aussi ses lacunes : certains objets ont été écartés d’office comme non pertinents chronologiquement alors que nos connaissances actuelles permettent d’affirmer le contraire ; d’autres objets n’ont pas été représentés car jugés de peu d’intérêt. Si nous n’avions possédé que les planches, nous aurions perdu une partie non négligeable de l’information et, à l’inverse, si nous n’avions eu que les descriptions, nous aurions été dans l’incapacité d’identifier un certain nombre des objets désignés par des termes vagues ou simplement différents du vocabulaire employé aujourd’hui. Le rapport Di Targia résonne donc comme une invitation à la prudence, en même temps qu’il constitue un pas important vers la première fouille officielle de la nécropole Ouest de Mégara Hyblaea.

Vers la première campagne

  • 33 ACS, 288/4959, 6B.
  • 34 La description n’est peut-être pas spécifique, cependant, des découvertes de 1878 et pourrait engl (...)

15En octobre 1877, l’inspecteur pour les fouilles de la province de Syracuse Enrico Lo Curzio envoie encore à Fiorelli le dessin de quelques statuettes de terre cuite dont il indique qu’elles proviennent de Mégara Hyblaea et qu’elles ont été acquises récemment33. En septembre 1878, de nouveau, le directeur du musée de Syracuse Di Targia récupère du mobilier issu de tombes mégariennes ; dans son rapport du 4 février 1879 adressé à Fiorelli, il indique notamment la découverte de vases à figures noires et à figures rouges ainsi que de petits vases de formes variées, mais aussi d’objets d’ornement en argent et de petites billes de bronze34.

  • 35 Iacovella 2001, p. 427 et n. 68.

16La fin de l’année 1879 marque enfin un tournant dans l’histoire du site : le vendredi 17 octobre, à la suite de l’apparition à Syracuse de nouveaux objets issus des nécropoles mégariennes, une visite du site est organisée pour l’inspecteur Lo Curzio, accompagné du secrétaire du Musée de Syracuse Luigi Mauceri et du garde Di Natale. Le rapport détaillé envoyé au Ministère montre que les opérations clandestines sur les tombes mises au jour par les travaux agricoles ont pris une telle ampleur que le site ressemble désormais à un véritable chantier35 ! Mauceri dresse à cette occasion le premier plan topographique de la cité (fig. 4) sur lequel sont représentées par un semis de points les tombes visibles au moment de sa visite sur le site.

Fig. 4 - Plan topographique de Mégara Hyblaea avant la fouille de 1879 (L. Mauceri).

Fig. 4 - Plan topographique de Mégara Hyblaea avant la fouille de 1879 (L. Mauceri).

17Deux tombes, numérotées A et B sur le plan Mauceri, sont fouillées dans les terrains Schermi à l’occasion de cette visite du site et admirablement documentées par des relevés en plan et en coupe des structures, ainsi que le dessin du mobilier funéraire (fig. 5 et fig. 6). On ne peut que s’émerveiller devant la précision et la richesse de ces relevés qui permettent de restituer à la fois les structures tombales, leurs dimensions et leurs spécificités, mais aussi la localisation et la disposition du mobilier par rapport aux restes osseux lorsqu’ils ont été identifiés, ainsi que les dimensions et les décors des vases.

Fig. 5 - Tombe A du plan Mauceri (coupe, plan et mobilier).

Fig. 5 - Tombe A du plan Mauceri (coupe, plan et mobilier).
  • 36 Il s’agit ici des dimensions internes de la tombe, portées sur le relevé. La même remarque s’appli (...)

18Il est ainsi possible d’établir que la tombe A (256 x 94 x 90 cm36) était une structure à mi-chemin entre un caveau bâti et une tombe à orthostates : les grands côtés étaient constitués chacun de deux blocs particulièrement massifs, tandis que les petits côtés étaient constitués d’un seul bloc dans la largeur, mais rehaussés sur la hauteur par un bloc plus petit, permettant de les mettre à la hauteur des grands blocs des grands côtés. La structure ainsi constituée était posée directement sur la roche nue ; la couverture était composée de quatre dalles (dont un bloc plus court et plus haut). La vue en plan montre clairement la présence dans cette tombe d’un individu inhumé en décubitus avec les membres en extension, dont le squelette semble cependant avoir été assez mal conservé.

19L’unique vase découvert dans cette tombe, un lécythe de type samien (h. 19,5 cm), se trouvait à l’extrémité opposée à la tête, assez loin cependant de l’endroit où devaient se trouver les pieds du défunt étant donnée les très grandes dimensions de la cuve. Il permet de dater la structure dans la seconde moitié du VIe siècle.

Fig. 6 – Tombe B du plan Mauceri (coupe, plan et mobilier).

Fig. 6 – Tombe B du plan Mauceri (coupe, plan et mobilier).

20La tombe B était quant à elle constituée par un sarcophage monolithique (186 x 65 x 60 cm) fermé par quatre dalles de couverture et présentant un dispositif tout à fait étonnant. En effet, la cuve était posée sur deux petits blocs d’arenaria (mesurant environ 20 cm de haut) permettant de la surélever au-dessus d’une fosse irrégulière et peu profonde, creusée dans la roche sur une longueur approximativement égale à celle du sarcophage. Une cavité quadrangulaire de 26,5 x 33 cm était aménagée en encoche dans le fond du sarcophage, fermée par un élément dont le matériau n’est pas précisé (peut-être une tuile). La cavité se réduisait à une largeur de 24 cm sous cet élément, ce qui permettait d’empêcher sa chute dans la fosse inférieure.

  • 37 Cavallari – Orsi 1892, col. 874.
  • 38 Mauceri 1877, p. 6, fig. 2.
  • 39 Cavallari 1872, pl. II, 10. L’exemplaire de Sélinonte est cependant encore plus surprenant car l’e (...)

21Une structure similaire est documentée par la fouille Orsi de 1889 : il s’agit de la tombe à orthostates 18837, dont le fond était percé d’une cavité large d’environ 25 cm, obstruée par un fragment de tuile amovible. La fosse inférieure, semi-sphérique, n’était cependant profonde que de 40 cm environ et la cuve n’était pas surélevée comme dans la tombe de 1879, ce qui s’explique aisément par le fait que le fond de la tombe 188 d’Orsi était composé de deux dalles distinctes. Des cas semblables sont également connus à Syracuse38 et Sélinonte39. Dans les MAL, Orsi propose d’expliquer ce dispositif curieux comme un moyen d’évacuer les jus de décomposition du cadavre, une hypothèse certes possible si l’on considère que les tombes mégariennes étaient régulièrement ré-ouvertes pour le dépôt de nouveaux corps et faisaient souvent l’objet d’opérations de maintenance. On peut cependant s’étonner, alors, que de tels dispositifs aient été aussi rares.

22Aucune trace de squelette n’est visible sur le relevé de la tombe B. Elle contenait en revanche un lécythe de type samien (h. 21 cm) dont la moitié supérieure était peinte en noir, découvert à l’un des angles de la cuve, tandis qu’une petite olpè miniature (h. 17,5 cm) dont l’embouchure était cassée se trouvait près de la cavité quadrangulaire précédemment décrite.

23Malgré la richesse exceptionnelle de cette documentation graphique, on ne peut que déplorer que Lo Curzio se soit contenté de signaler la découverte et la fouille de ces deux tombes le 17 octobre sans donner de description écrite précise de leur structure et de leur contenu – un complément fort utile comme nous avons pu l’observer avec le rapport Di Targia. Néanmoins, le rapport Lo Curzio et la documentation graphique qu’il y joint sont déterminants : selon les recommandations de l’inspecteur, la première campagne de fouille programmée commence enfin dans la nécropole Ouest de Mégara Hyblaea le 24 novembre 1879 sous la direction de Cavallari.

La fouille de 1879

  • 40 Fiorelli 1880.
  • 41 Archivio 2°V. S1, AA.BB.AA, b. 288, f. 4959, 1 Siracusa, Melilli Scavi di M. H. 1882. En tout, Iac (...)
  • 42 Toutes les informations biographiques concernant Palumbo sont tirées des notes prises par l’histor (...)
  • 43 Il s’agit d’un poste intermédiaire entre l’interlocuteur scientifique et le personnel technique dé (...)
  • 44 Plusieurs élèves de « l’école pompéienne » de Fiorelli ont eu une grande importance pour la fouill (...)

24Avant de passer à l’étude de la campagne même qui fait l’objet de cet article, il est important de présenter les sources sur lesquelles elle se fonde, car elles sont, là encore, variées et parfois contradictoires. La seule publication qui traite directement de la fouille de 1879 est un article de cinq pages, rédigé par Fiorelli à partir de la documentation transmise par Cavallari pour les Notizie degli Scavi di Antichità de 188040. Cependant, de nombreux documents administratifs et divers documents de travail déposés à l’ACS et soigneusement recensés par A. Iacovella41 permettent, là encore, de retracer les principales étapes du déroulement de cette campagne. Parmi les plus importants pour l’appréhension archéologique de la fouille elle-même figurent le journal de fouille et le journal des objets (fig. 8) rédigés par l’assistant de fouille de Cavallari, Antonio Palumbo. Élève de Fiorelli, Palumbo a commencé à 19 ans comme simple gardien à Pompéi42 ; remarqué pour son intelligence et sa culture, il gravit peu à peu les échelons jusqu’au grade de Soprastante agli Scavi43, qu’il obtient en 1878. Mis à disposition de la Commission pour les fouilles en Sicile, basée à Palerme et dirigée par le Prince Francesco Lanza di Scalea, il est recommandé par Fiorelli comme assistant de Cavallari pour la fouille de 1879 à Mégara Hyblaea. C’est donc un élève méritant et reconnu de « l’école archéologique de Pompéi44 » qui est en charge des opérations de terrain et de leur compte rendu, ce qui explique la qualité remarquable des journaux qu’il rédige à Mégara Hyblaea en 1879. Transcrits puis traduits par nos soins, ils constituent la principale source de ce travail de recherche.

25Outre les journaux de Palumbo, nous disposons également des deux rapports adressés au Ministère de l’Instruction Publique par Cavallari lui-même le 10 et le 26 décembre 1879, rendant compte des évolutions de la fouille et des difficultés rencontrées avec les propriétaires de terrain – en particulier le notaire Vinci, qui ne cesse de réclamer des compensations numéraires pour les dommages causés à ses terres. Enfin, l’abondante correspondance échangée par Cavallari (responsable de la fouille), Fiorelli (directeur général de la commission des Antiquités), Di Targia (directeur du Musée de Syracuse) et Lo Curzio (inspecteur des fouilles pour la province) permet d’apporter des réponses à certaines questions épineuses laissées en suspens par les documents officiels. C’est de cette documentation, qui n’est malheureusement pas toujours cohérente, que nous tirons les informations suivantes qui permettent de restituer les principaux éléments de la fouille de 1879.

Localisation

  • 45 Elles sont probablement au nombre de dix (désignées par les abréviations Tr1-Tr10 dans le catalogu (...)
  • 46 Fiorelli 1880, p. 37.

26Le premier problème posé par la campagne de 1879 – et non des moindres – touche à sa localisation. Certes, l’emplacement approximatif de la fouille est relativement sûr : les documents convergent pour indiquer que toutes les tranchées45 de fouille se trouvaient implantées à proximité de l’angle formé par deux chemins vicinaux (trazzere ou stradelle). Le premier, orienté est-ouest, menait au phare du Cantera, tandis que le second, orienté nord-sud et rejoignant le premier quasiment à angle droit, séparait les terres appartenant à la famille Vinci, à l’est, des terres appartenant à la famille Schermi, à l’ouest (fig. 1). Il peut d’abord sembler difficile, cependant, d’établir si la fouille de 1879 se déroula des deux côtés du chemin nord-sud, c’est-à-dire à la fois dans les terres appartenant aux familles Vinci et Schermi, ou seulement à l’est du chemin, sur les terrains Vinci. En effet, toutes les indications relatives à la fouille de 1879 dans les documents publiés semblent orienter vers une fouille des deux côtés du chemin: dans la publication de 1880, Fiorelli indique que la fouille eut lieu « nelle terre di proprietà dei Signori Alfio Vinci e Giuseppe Schermi di Melilli, nell’ex feudo di San Gusmano nel territorio di Augusta46 », et sur le plan topographique des MAL, l’indication Scavi 1879-1889 est portée des deux côtés du chemin. Cependant, le document de première main que constitue le journal de fouille rédigé par l’assistant Palumbo indique que le travail commença le 24 novembre « nelle terre di proprietà del sig. Notaro Alfio Vinci di Melilli nel feudo detto San Gusmano, determinato a Nord da una stradella vicinale e a Occidente della stradella che conduce ad altre proprietà nella direzione da Nord a Sud ». L’ambiguïté porte sur la possible extension des fouilles à l’ouest du chemin, dans les terrains Schermi à propos desquels Palumbo précise : « Secondo le indicazioni del sullodato Direttore, la necropoli di Megara devesi distendere verso Occidente nelle terre di proprietà del Sign. Giuseppe Schermi pure di Melilli ».

  • 47 « Gli scavi governativi, per le ragioni di sopra cennate, si concentrarono nei terreni di propriet (...)
  • 48 Le compte rendu de la Commissione per la conservazione delle antichità e belle arti en date du 20  (...)
  • 49 C’est en revanche dans les terrains Schermi, à l’ouest du chemin, qu’eurent lieu les fouilles Orsi (...)

27En réalité, l’étude des documents déposés à l’Archivio di Stato permet de montrer que l’extension de la fouille aux terrains Schermi, initialement prévue, n’eut finalement pas lieu. Dans une lettre adressée au Regio Commissario Speciale degli Scavi e Musei di Sicilia in Palermo le 26 décembre 1879 (soit peu après l’arrêt de la fouille), Cavallari écrit en effet explicitement que tous les objets décrits dans le journal des objets ont été découverts dans les terrains Vinci – tout en précisant qu’il a pu identifier de nombreuses tombes dans les terrains Schermi, alors en culture, grâce aux dépressions laissées dans les champs par les tombes ouvertes par les pillards47. En outre, plusieurs documents montrent clairement que seul le notaire Vinci reçut une compensation numéraire pour les dommages causés à ses terres par la fouille, tandis que les terrains Schermi furent seulement évalués par un agronome dans l’hypothèse d’une expropriation qui ne fut finalement pas jugée nécessaire48. Les indications données dans les textes publiés témoignent donc seulement d’une confusion entre les terrains qui furent véritablement fouillés en 1879 (terrains Vinci) et ceux où les prospections avaient permis de repérer le prolongement de la nécropole dès 1879 mais qui ne furent pas fouillés cette année-là49 (terrains Schermi). Plus qu’au grand plan topographique, il faut donc se fier au schéma proposé par Orsi dans les MAL qui indique à l’est du chemin Scavi del 1879 et à l’ouest Necropoli Schermi, repérée par les prospections et non par la fouille elle-même.

Fig. 7 - Schéma de localisation des fouilles de 1879 et 1889, MAL 1892.

Fig. 7 - Schéma de localisation des fouilles de 1879 et 1889, MAL 1892.

Déroulement de la fouille

  • 50 Le 1er décembre 1879, l’assistant Palumbo écrit ainsi à Fiorelli en lui annonçant que des tombes o (...)

28La première campagne de fouille officielle à Mégara Hyblaea fut brève et compliquée à la fois par des difficultés matérielles et par des problèmes humains. Le manque de gardes est évoqué dans plusieurs échanges de courrier comme un problème important, limitant les opérations possibles au risque d’exposer des tombes au pillage pendant le jour de repos des ouvriers50. En outre, Cavallari évoque à diverses reprises le mauvais temps qui l’oblige à suspendre la fouille pendant plusieurs jours, tout en soulignant l’impossibilité d’intervenir à un autre moment de l’année dans une région marécageuse fortement touchée par la malaria. C’est d’ailleurs officiellement en raison des mauvaises conditions météorologiques que la fouille s’interrompt le 17 décembre 1879.

  • 51 En réalité, avant même le début de la fouille, dans la lettre par laquelle il signifie son accord (...)
  • 52 Voir : Iacovella 2001 pour le détail de ces courriers.

29Cependant, au-delà des problèmes matériels, ce sont surtout des difficultés relationnelles qui vont conduire à un arrêt prématuré des fouilles. Le problème vient d’abord du propriétaire des terrains fouillés, le notaire Vinci qui ne cesse de réclamer, tout au long de la fouille51 et même après l’arrêt des travaux, des compensations en numéraire ou une part des objets découverts. À plusieurs reprises, les courriers échangés par Cavallari, Scalea, Lo Curzio ou Fiorelli évoquent ce problème et ces récriminations52 auxquelles les autorités refusent de donner suite, au-delà des compensations prévues pour la perte de la récolte dans les terrains fouillés.

  • 53 Guzzo 1993.
  • 54 Iacovella 2001, p. 430-432.

30Bien plus encore que les problèmes créés par les propriétaires de terrain néanmoins, ce sont sans doute les rapports difficiles entre Cavallari et l’inspecteur des fouilles Lo Curzio, qui sont à l’origine de l’arrêt prématuré de la fouille. Le conflit se cristallise autour des méthodes de travail mises en œuvre pour la fouille et surtout de l’enregistrement des données. En effet, alors que le règlement de 1877 sur les méthodes de fouille prévoit l’enregistrement des découvertes au jour le jour et l’envoi d’un rapport hebdomadaire à la Direction des Antiquités53, le premier rapport de Cavallari sur la fouille de la nécropole occidentale n’est envoyé que 10 décembre (soit une quinzaine de jours après le début des fouilles) et résume de manière très informelle les découvertes faites à cette date. Il apparaît en outre que Cavallari a imposé l’accumulation du mobilier depuis le début de la fouille jusqu’au 16 décembre, et le premier journal des objets rédigé à cette date ne s’embarrasse guère des normes imposées par le règlement. Devant ces manquements au règlement, l’inspecteur Lo Curzio refuse de viser le journal des objets malgré l’insistance de Cavallari 54. L’épisode est sans doute un des éléments majeurs qui, combiné aux nouvelles réclamations des propriétaires de terrain, conduisent à l’arrêt des travaux dès le lendemain, 17 décembre 1879, sous prétexte du mauvais temps.

  • 55 Dans un courrier du 18 décembre au Prince de Scalea, Lo Curzio ne cache pas son inimitié envers Ca (...)
  • 56 Pour le journal des objets comme pour le journal de fouille, la première partie des journaux conce (...)

31Là encore, les échanges de courriers entre les différents acteurs de l’archéologie sicilienne de l’époque montrent clairement les crispations de plus en plus marquées entre les deux hommes qui prennent à parti, chacun de leur côté, le Directeur Général Fiorelli et le Directeur de la commission sicilienne, le prince de Scalea55. Après diverses tergiversations, Cavallari demande finalement à Palumbo de rédiger la première partie du journal des objets selon les normes imposées par le règlement le 18 décembre56, tandis que la seconde partie du journal des objets n’est rédigée que dix jours plus tard, le 29 décembre. De même, la première partie du journal de fouille est rédigée selon les normes en vigueur le 23 décembre, la seconde partie le 6 janvier 1880. De nombreux courriers suivent durant les premiers mois de l’année 1880, discutant l’opportunité de reprendre la fouille dans la nécropole Ouest, mais le projet est finalement abandonné en avril. Il faudra attendre 10 ans pour que des fouilles officielles soient à nouveau entreprises dans la nécropole Ouest de Mégara Hyblaea. La campagne de 1879 n’aura duré que 24 jours.

Intérêt anthropologique et remarques stratigraphiques : une archéologie en avance sur son temps

32Si Lo Curzio dut lutter pour obtenir les journaux de terrain en bonne et due forme, et si Cavallari ne les fit rédiger que de mauvaise grâce par son assistant Palumbo, le résultat est néanmoins tout à fait remarquable. Les journaux de 1879 s’illustrent en effet non seulement par la qualité et la précision des données archéologiques enregistrées, mais aussi par les informations que ces journaux fournissent, directement ou indirectement, sur les enjeux, les méthodes et les questionnements même de l’archéologie italienne à la fin du XIXe siècle. L’intérêt porté à l’anthropologie biologique d’une part, à la stratigraphie d’autre part, montre tout particulièrement combien l’archéologie de Palumbo, apprise à l’école de Fiorelli, est novatrice.

33Ainsi, à une époque où les restes humains étaient le plus souvent mis de côté puis ré-enterrés sans autre forme de procès, le journal de fouille et le journal des objets rédigés par Palumbo montrent au contraire un intérêt précoce pour ces vestiges : les restes humains sont mentionnés directement ou indirectement à propos de 11 des 34 tombes mises au jour en 1879. Dans certains cas, leur présence est seulement suggérée par la description de la localisation d’un objet « près de la tête », « contre le flanc » ou « aux pieds » du défunt – l’attention à la localisation des objets dans la tombe étant d’ailleurs, en elle-même, tout à fait exceptionnelle. Dans d’autres cas, la description des restes humains est beaucoup plus précise : on sait ainsi que les trois défunts de la tombe T17 étaient orientés selon un axe est-ouest, et Palumbo précise même que le défunt de la tombe T18 était déposé avec la tête à l’est. Plus encore, le journal de fouille donne parfois des indications concernant le sexe et l’âge des défunts : ainsi, le squelette de la tombe T8 est défini comme celui d’un ragazzo, tandis que Palumbo indique que la tombe T17 contenait trois squelettes « che per mezzo dei loro denti il Direttore li riconobbe per tre donne ».

  • 57 Le seul cas avéré de dépôt secondaire à inhumation dans les nécropoles de Mégara Hyblaea pourrait (...)

34Certes, il faut considérer avec prudence ce type de considérations : le jeune âge supposé du défunt de la tombe T18 tout comme le sexe féminin attribué aux trois défunts de la tombe T17 ont sans aucun doute été « identifiés » par Cavallari à partir de la gracilité des squelettes et de leur dentition. Or, la double interprétation qu’il en fait porte en elle ses propres limites : en l’absence d’une étude anthropologique poussée, il n’est guère possible de déterminer si un squelette gracile appartenait à un jeune adulte, une femme, ou même un homme de faible stature. L’évaluation de l’état des ossements qui figure dans certaines notices peut également être mise en doute : ainsi, on est en droit de douter de l’affirmation selon laquelle, dans la tombe T12, le stamnos 118 aurait été rempli à ras bord d’os non brûlés57. Les informations d’ordre anthropologique qui figurent dans les journaux de Palumbo valent donc moins pour elles-mêmes que pour l’intérêt précoce et véritable qu’elles signalent pour les restes humains, un intérêt tout à fait exceptionnel pour l’époque. Le manque d’habitude dans la gestion des restes humains apparaît d’ailleurs clairement dans la façon dont est traité le « beau crâne » de la tombe 23, prélevé et, faute de mieux, enregistré parmi le mobilier d’accompagnement sous le numéro 175 du journal des objets !

35Outre l’intérêt témoigné aux vestiges anthropologiques, les journaux de Palumbo s’illustrent également par une attention précoce à la stratigraphie. Palumbo souligne par exemple que la grande tombe T9 était entièrement vide de terre au moment de son ouverture, contrairement aux autres qui étaient toutes remplies de terre jusqu’à la couverture – une particularité qui s’explique sans doute par la structure même de ce grand caveau bâti, dont la couverture s’emboîtait parfaitement avec la cuve, grâce à la feuillure aménagée dans les blocs supérieurs des parois.

36Mais l’attention que porte Palumbo à la stratigraphie apparaît surtout dans sa description de la tombe T31, réoccupée à l’époque romaine. Il indique en effet que le premier squelette découvert dans la tombe était à un niveau relativement haut dans la cuve, et que sous ce squelette se trouvait une couche de terre beaucoup plus compacte, témoignant d’une première utilisation de la tombe. C’est dans cette couche de terre située sous le premier squelette mis au jour que furent trouvés tous les objets qui composaient le mobilier de la tombe, à l’exception d’une monnaie de bronze, romaine, placée à côté du crâne du dernier inhumé. Il est frappant de constater que ces remarques concernant la stratigraphie interne de la tombe, pourtant d’importance pour sa compréhension, sont éludées dans la publication par Fiorelli qui ne mentionne à aucun moment l’existence de deux phases d’utilisation distinctes et place même la monnaie romaine parmi les éléments du mobilier d’accompagnement au même titre que les vases archaïques. Par son attention au terrain et à une stratigraphie atypique mais hautement significative, l’élève dépasse ici son maître pompéien.

Le journal des objets et la reconstitution des dépôts funéraires

  • 58 Les carnets d’Orsi portent fréquemment l’indication r.n.r., abréviation de rotto non raccolto, à c (...)

37Le journal des objets de Palumbo se signale enfin par un dernier trait exceptionnel : il semble en effet recenser tous les objets découverts pendant la campagne de 1879 – et non pas seulement les plus beaux ou les mieux conservés. Certes, on peut d’abord être inquiet à la lecture de la mention portée en date du 10 décembre 1879, indiquant qu’aucun objet « important » ne fut découvert ce jour-là. La formule, ambiguë, pourrait suggérer que des objets furent cependant découverts, mais ne furent pas jugés suffisamment importants pour être prélevés et enregistrés. Cependant, la minutie avec laquelle Palumbo enregistre par ailleurs jusqu’aux vases les plus modestes est de nature à rassurer sur ce point, et tend à faire pencher la balance en faveur d’une formule malheureuse plutôt que d’un aveu involontaire de négligence. De fait, il est également rassurant de constater que le seul objet découvert dans la tombe T22, un petit vase, peut-être une olpè (fiasco) dont Palumbo indique qu’il était tellement endommagé qu’il ne fut pas ramassé, à défaut d’être enregistré sous un numéro individuel, est du moins clairement mentionné et aussi précisément décrit que son mauvais état de conservation le permettait. À de nombreuses reprises, Palumbo signale en outre que les vases enregistrés dans le journal des objets étaient brisés, parfois en de nombreux fragments : c’est le cas par exemple de la tazzolina n°18 dont Palumbo écrit qu’un petit morceau du bord était cassé mais qu’il a été récupéré ; du pompilius n°33, brisé « en de nombreux fragments » ; ou encore du lechitos n°28, brisé en 12 fragments qui ont tous été ramassés. Palumbo fait preuve d’une minutie tout à fait exceptionnelle pour l’époque, et de scrupules qu’Orsi lui-même n’eut pas en 188958. Il est donc tout à fait remarquable que, bien avant l’heure et avant Orsi lui-même, Palumbo privilégie une approche toute archéologique des objets, qu’il ne considère pas seulement pour leur valeur artistique mais pour leur intérêt intrinsèque dans le contexte de la tombe. D’ailleurs, Palumbo va même jusqu’à enregistrer les vases découverts « au bord » des tombes (par exemple dans le cas des quatre aryballes de la tombe T34). L’hypothèse selon laquelle la totalité des objets découverts durant la fouille de 1879 furent effectivement recensés dans le journal des objets paraît donc probable, et nous l’adopterons pour la suite de cette réflexion.

38Dans un souci de clarté et d’efficacité, le journal des objets comme le journal de fouille, est présenté sous forme d’un tableau, organisé en rubriques : Data, Numero degli operai, Sito preciso dello scavo et Indicazioni degli oggetti trovati pour le journal de fouille ; Numero, Qualità e misura, Descrizione sommaria, Luogo del trovamento, Data et Osservazioni pour le journal des objets (fig. 8).

Fig. 8 - Extrait du journal des objets (A. Palumbo).

Fig. 8 - Extrait du journal des objets (A. Palumbo).

39Les objets découverts, succinctement présentés dans le journal de fouille, sont précisément décrits dans le journal des objets. Pour chaque objet enregistré sont précisés :

  • la date de découverte59 ;
  • le matériau (la qualité de l’argile, grossolana, fina ou finissima étant même régulièrement spécifiée pour les vases et les objets de terre cuite) ;
  • les principales mesures (hauteur ou longueur, mais aussi une mesure plus étonnante aujourd’hui qui est celle non pas de la largeur mais de la circonférence maximale de chaque objet) ;
  • l’état de conservation ;
  • les éventuels décors (motifs, couleurs et techniques).

40Certes, malgré la clarté apparente de cette présentation et un évident souci d’efficacité formelle, on relève quelques incohérences et inexactitudes qui compliquent l’exploitation du journal de fouille : ainsi, les épingles métalliques découvertes dans la tombe T8 ne sont pas enregistrées sous un numéro d’objet à part, mais sont seulement mentionnées brièvement dans la rubrique Luogo del trovamento à propos de la découverte de l’objet n°67, petite figurine en terre cuite représentant un cheval à trois pattes. En outre, Palumbo emploie systématiquement le terme rame (cuivre) pour caractériser les objets en bronze – une erreur corrigée par Fiorelli dans la publication de 1880. Enfin, Palumbo est victime de sa propre minutie : voulant exprimer toutes les mesures en mètres pour uniformiser la présentation, il se trompe régulièrement dans le placement des zéros et des virgules lorsqu’il donne les dimensions des objets. Il indique ainsi par exemple une hauteur de 50 cm (alta m. 0,5) pour l’objet n°2 décrit comme une petite tasse (tazzolina). Il ne fait pas de doute ici que la petite tasse mesurait en réalité 5 cm de haut et, là encore, l’erreur est corrigée par Fiorelli dans la publication de 1880. Malgré ces menues inexactitudes, le journal des objets reste donc un instrument précis et précieux pour appréhender le mobilier des tombes de la fouille de 1879 – à condition du moins de parvenir à identifier les types des vases qui se cachent derrière les dénominations retenues par Palumbo.

Questions de vocabulaire

  • 60 Nous avons ici regroupé les termes et leurs diminutifs associés.

41L’étude des documents de fouille anciens pose de fait un problème majeur : celui du vocabulaire. En effet, dans la mesure où il n’existe pas de témoignage antique explicite sur le nom attribué aux différentes formes des vases grecs, la terminologie employée pour les désigner varie selon les époques et les auteurs. Il est donc nécessaire, avant d’aller plus loin, de « traduire » le lexique de Palumbo dans les termes de l’archéologie contemporaine. Or, les 176 vases d’argile enregistrés dans le journal des objets sont désignés en tout et pour tout par treize noms différents60 :

Tab. 1 - Nombre des objets de chaque type dans les tombes de 1879 d’après la terminologie de Palumbo.

Dénomination Nombre
Tazza/Tazzolina 71
Lechitos 23
Vaso/Vasettino 22
Fiasco/Fiaschetto 15
Bompilius 10
Vaso cinerario/Ossuario 7
Patera 7
Labastron 6
Aryballos 5
Coppa 4
Anfora/Anforetta 4
Lagrimatoio 1
Cantera 1
Total 176
  • 61 Ce n’est pas le cas dans le rapport Di Targia, qui emploie également le terme alabastron pour les (...)

42Plusieurs termes peuvent être aisément traduits en s’appuyant d’une part sur les précisions apportées par Palumbo lui-même dans la rubrique Descrizione sommaria du journal des objets, d’autre part sur la confrontation des dessins et du texte dans le rapport Di Targia de 1877 et dans la publication des MAL. Ainsi, le terme labastron apparaît exclusivement réservé par Palumbo aux alabastres de bucchero ionien, facilement identifiables à leur forme effilée, leur couleur brun-noire et les stries incisées, tandis que le terme pompilius ou bompilius (qui devient bombylion dans la publication des MAL) désigne les alabastres de terre cuite de type corinthien61.

43Le terme aryballos semble quant à lui caractériser les aryballes corinthiens, en particulier les aryballes sphériques du corinthien ancien, moyen et récent si l’on se fie à la publication des MAL, et on peut établir avec certitude que le terme anforetta est employé par Palumbo pour désigner ce que nous appelons aujourd’hui un amphoriskos.

44Enfin, l’unique cantera de terre cuite découvert dans la fouille de 1879 est sans aucun doute un canthare étrusque, clairement identifiable à sa couleur noire et à ses grandes anses dont Palumbo indique qu’elles dépassaient largement la lèvre du vase.

45D’autres termes sont en revanche plus problématiques : le lagrimatoio mentionné une seule fois désigne probablement une forme rare, mais qui reste difficile à identifier. Si l’incertitude est tolérable quand elle ne concerne qu’un seul vase, le problème s’aggrave dès lors que l’on touche à des catégories mieux représentées. Ainsi, sur les 23 vases désignés comme lechitos, seuls 15 peuvent être considérés avec certitude comme des lécythes attiques dans la mesure où Palumbo en décrit la forme et les décors peints et incisés. L’incertitude demeure pour les 8 autres parmi lesquels au moins un n’est certainement pas un lécythe : Palumbo indique en effet que le lechitos 136, découvert dans la tombe T17, n’avait pas d’anse ; il ne peut donc en aucun cas s’agir d’un lécythe attique. La description précisant que le vase était « de belle forme » et entièrement peint en noir pourrait éventuellement faire penser, par comparaison avec le vocabulaire employé par Orsi dans les MAL, à un lydion en bucchero ionien – sans que l’on puisse cependant acquérir la moindre certitude à ce sujet.

  • 62 La rubrique Descrizione sommaria indique à propos de ce vase : « Ha un ansa e il becco è diviso in (...)

46La même incertitude plane autour des vases désignés comme fiasco ou fiaschetto. Les descriptions, lorsqu’il y en a, mentionnent presque toujours une seule anse et une embouchure plus ou moins large, ce qui suggère qu’il pourrait s’agir d’olpai ou d’oinochoai. Lorsque nous ne disposions d’aucune précision suggérant la présence d’un bec verseur nous avons choisi de traduire fiasco par le terme d’olpè. Il convient cependant de rester prudent puisque l’objet n°8 découvert dans la tombe T1, que la description sommaire de Palumbo permet de considérer sans doute possible comme une oinochoè à embouchure trilobée62, est appelé simplement vasettino et non pas fiasco. Pour cette catégorie très vague des vasi ou vasettini, on est ainsi contraint de chercher dans la description sommaire des vases quelque indice qui permette d’aller plus loin – et on ne l’y trouve pas toujours.

  • 63 Il pourrait s’agir de la coupe inventoriée sous le numéro 2348, retrouvée dans les réserves du Mus (...)

47En outre, si la description et les mesures des vases désignés comme patera (et la représentation qui est faite dans le rapport Di Targia du vase n°8 ainsi désigné) permettent de conserver la traduction simple de patère dans un certain nombre de cas, le doute est permis lorsque la description indique qu’il s’agissait d’une patère à deux anses, terme qui désigne souvent dans les MAL une coupe basse. De fait les vases n°35 et 139, appelés patera mais portant un décor à figures noires, sont très probablement en réalité des coupes attiques – tout comme le vase à figures noires n°19, pourtant appelé tazza mais dont les dimensions, comme le décor, indiquent, là aussi, qu’il s’agissait d’une coupe attique63.

48Enfin, un certain flou règne également autour de la catégorie majoritaire des tazze ou tazzoline. Palumbo précise en effet souvent dans la description sommaire que ces petites tasses étaient munies de deux anses, c’est-à-dire qu’elles correspondent selon toute probabilité à ce que nous appelons aujourd’hui des skyphoi ou kotylai. Mais une telle interprétation ne convient pas pour tous les vases désignés par ce nom : certains étaient en effet munis d’une seule anse – et il s’agit alors probablement de véritables tasses selon nos appellations contemporaines ; d’autres, munies d’un couvercle, sont sans doute plus proches de pyxides. Enfin, il n’est pas certain que les vases désignés à deux reprises comme des coppe (pour quatre exemplaires en tout) répondent véritablement aux caractéristiques de la coupe.

  • 64 L’amphore de table à figures noires de la tombe T4 est d’abord désignée comme un vaso cinerario da (...)

49Quant aux vases appelés vasi cinerari ou ossari, souvent décrits avec deux anses et un couvercle64, il s’agit sans doute de ce que l’on appelle aujourd’hui des stamnoi, fréquemment utilisés comme récipient cinéraire dans la nécropole Ouest de Mégara Hyblaea. Les plus petits exemplaires sont très probablement des pyxides corinthiennes à anses relevées ou pyxides stamnoïdes (c’est le cas du vaso cinerario représenté dans les planches du rapport Di Targia), dont la forme est exactement similaire à celles des stamnoi mais en miniature, et qui ont souvent été déposées simplement comme mobilier d’accompagnement sans contenir d’ossements. Il faut donc se garder de considérer systématiquement les vasi cinerari mentionnés par Palumbo comme des récipients cinéraires, en particulier lorsque rien n’indique la présence d’ossements à l’intérieur.

50C’est seulement en tenant compte de tous ces éléments et avec la plus grande prudence qu’il a été possible de dresser la liste du mobilier de chaque tombe dans le catalogue proposé à la fin de cet article et d’entreprendre la recherche des objets correspondants dans l’inventaire et les réserves du Musée de Syracuse.

Les objets conservés au Musée de Syracuse

  • 65 « La suppellettile venne depositata nel Museo comunale di Siracusa di quel tempo, che era piuttost (...)

51La recherche du mobilier provenant de la fouille de 1879 dans les réserves du Musée de Syracuse s’est heurtée à plusieurs problèmes. Le premier concerne la date de rédaction de l’Inventaire du Musée, qui fut commencé en 1885 seulement, soit six ans après la fin de la fouille et un an après le transfert des collections de l’ancien Musée communal au nouveau Musée national en 1884. Or, comme l’avoue Cavallari lui-même dans la publication des MAL, il y eut de fâcheux mélanges entre le mobilier provenant des diverses fouilles de Mégara Hyblaea (et potentiellement d’autres sites) non seulement au moment du stockage des objets dans l’ancien Musée communal mais aussi au moment du transfert des collections au nouveau Musée national65. Les objets provenant de la fouille de 1879 furent ainsi décontextualisés, séparés et mélangés à d’autres objets de provenance variée. De fait, le premier volume de l’inventaire du Musée de Syracuse classe les objets principalement par type et non par date et lieu de découverte.

52Certes, l’indication Megara, scavo governativo qui apparaît à plusieurs reprises dans le premier volume de cet inventaire (fig. 9) est un indice précieux, renvoyant très probablement à la fouille de 1879.

Fig. 9 - Extrait du premier volume de l’inventaire du Musée de Syracuse (A. Sogliano).

Fig. 9 - Extrait du premier volume de l’inventaire du Musée de Syracuse (A. Sogliano).
  • 66 « Vi è rappresentato il combattimento di Ercole con tre Amazzoni, delle quali una è stata già atte (...)

53Elle est cependant associée à 16 objets seulement dans l’inventaire Sogliano – contre 202 objets enregistrés par Palumbo. Or, parmi les 16 objets de l’inventaire figure au moins un vase qui ne provient pas, en réalité, de la fouille de 1879 : il s’agit du lécythe 2339, dont le décor remarquable et précisément décrit dans l’inventaire du Musée66 ne correspond à aucun des lécythes pourtant soigneusement décrits par Palumbo. Il provient donc certainement d’une autre fouille, sinon d’un autre site. Enfin, parmi les nombreuses caissettes de mobilier provenant de Mégara Hyblaea conservées dans les réserves du Musée de Syracuse, aucune ne renvoie explicitement à la fouille de 1879.

  • 67 Voir : planches I-IV pour les photographies du mobilier céramique.
  • 68 Il s’agit des caissettes n°148, 157 et 165.
  • 69 Il s’agit de la caissette n°124.

54C’est donc en s’appuyant essentiellement sur les descriptions sommaires données par Palumbo dans le journal des objets que les recherches ont dû être menées dans les magasins du Musée ; c’est la raison pour laquelle seuls quelques objets dont la forme ou le décor original et bien décrit constituaient un critère distinctif fort ont pu être identifiés. Parmi ces objets retrouvés figurent d’abord trois éléments architecturaux : le chapiteau dorique portant l’inscription Kalisteos eimi (inv. 001, fig. 10) la stèle très abimée portant une représentation de guerrier courant (inv. 836, fig. 11), et le fragment de sphinge ailée (inv. 5892, fig. 12), aujourd’hui exposés côte à côte dans la salle consacrée à la sculpture mégarienne au Musée de Syracuse. Parmi les vases67 figurent en outre cinq lécythes attiques (inv. 2287, 2308, 2337, 2342, 2343), une amphore de table à figures noires (inv. 2347), un vase plastique en forme de cheval à trois pieds portant un bât sur son dos (inv. 1833), ainsi que trois gros stamnoi encore remplis d’os brûlés (inv. 3108, 3109 et 3110) qui avaient déjà été identifiés en 1998 par M. Gras comme les récipients cinéraires découverts dans deux des tombes de la fouille 1879. Tous ces vases (à l’exception des stamnoi, trop volumineux) étaient conservés dans trois caissettes portant l’inscription Cavallari Sporadico68, tandis que la statuette 1833 était conservée dans une caissette portant simplement l’inscription Coroplastica69. Il n’a cependant pas été possible d’identifier avec certitude, parmi les 59 vases et les 28 statuettes contenus dans ces caissettes d’autres objets pouvant provenir de la fouille de 1879.

55Peu d’objets ont donc pu, finalement, être étudiés de visu. Le travail effectué sur la terminologie et les informations, tant quantitatives que qualitatives, dont nous disposons sur le mobilier des tombes grâce au journal des objets permettent cependant de proposer un certain nombre de réflexions sur la portion de nécropole fouillée en 1879 et sur les tombes qui la composaient.

Résultats récents sur des fouilles anciennes

56À partir de ce premier travail de traduction de la documentation (non seulement de l’italien au français mais surtout du vocabulaire ancien au vocabulaire moderne) et d’étude du mobilier découvert dans les réserves du Musée de Syracuse, il a été possible de dresser un véritable catalogue des tombes fouillées en 1879, récapitulant pour chaque tombe, autant que faire se pouvait, sa date de découverte, sa localisation, les caractéristiques de sa structure et de son contenu. C’est de ce catalogue (présenté à la fin de cet article) que sont tirées les réflexions suivantes qui visent à la meilleure compréhension possible des contextes archéologiques fouillés en 1879.

Sculptures, épigraphie et éléments architecturaux

  • 70 À propos de cette inscription, voir : Arena 1989, p. 19 ; Dubois 1989, p. 29.

57Avant de passer à l’étude des tombes proprement dites, il convient de présenter quelques éléments qui, bien que rares et décontextualisés, intéressèrent tout particulièrement les acteurs de l’époque. Il s’agit des éléments de pierre sculptés ou gravés, qui ne purent pas être mis en relation avec une tombe en particulier mais qui appartenaient sans doute à l’origine à des monuments funéraires. L’élément le plus remarquable parmi ceux-ci est sans aucun doute le chapiteau dorique d’arenaria inscrit découvert le 1er décembre 1879 et jugé de tant d’intérêt qu’il fut enregistré en premier dans l’inventaire du Musée en 1885 (fig. 10). Si la partie inférieure du chapiteau est endommagée, interdisant d’en établir la hauteur totale, l’abaque en revanche bien conservé est d’autant plus remarquable qu’il portait l’inscription suivante : ΚΑΛΙΣtΕΟΣ : ΕΙΜΙ. Elle est gravée en lettres majuscules de 9 cm de haut (à l’exception du tau minuscule, visiblement oublié par le lapicide et rajouté dans un second temps). Selon un trait courant à l’époque, il manque en outre un second lambda ; l’inscription doit donc être restituée ainsi : « Καλ(λ)ιστέος : εἰμί». Le chapiteau appartenait probablement au monument funéraire d’un certain Kallisteus, un nom qui n’est pas attesté par ailleurs dans la région70.

Fig. 10 - Le chapiteau inscrit (inv. 001).

Fig. 10 - Le chapiteau inscrit (inv. 001).
  • 71 Les traces de l’araire sont clairement visibles sur la pierre.
  • 72 À propos de ce relief, voir : Arias 1937, p. 134-139.

58Dans la même tranchée fut en outre découverte le même jour une lourde dalle d’arenaria d’une hauteur de 100 cm pour 59 cm de large et 33 cm d’épaisseur, dont la face postérieure est marquée par un ressaut de 15,5 cm de large au niveau de la base (fig. 11) La face antérieure, ornée d’une corniche en léger ressaut de 10 cm de haut dans sa partie supérieure, porte le décor sculpté, autrefois en haut-relief mais très fortement arasé par les labours71. On devine cependant encore très bien la silhouette d’un guerrier casqué, représenté dans la position de la « course à genoux » caractéristique de la période archaïque72.

Fig. 11 - La stèle au guerrier courant (inv. 836).

Fig. 11 - La stèle au guerrier courant (inv. 836).
  • 73 À propos de cette sculpture, voir : Arias 1937, p. 139 ; Gentili 1954, p. 38, fig. 19 ; Holloway 1 (...)

59Le 12 décembre 1879 fut en outre découvert dans un mur de pierre sèche bordant la propriété Schermi du côté du chemin nord-sud un fragment de marbre sculpté d’environ 34 cm de long et 34 cm de large pour 19 cm d’épaisseur. Comme le note déjà Palumbo, il s’agit d’un fragment de sphinge ailée qui ornait probablement un monument funéraire, peut-être une colonne ou une colonnette73.

Fig. 12 - Le fragment de sphinge (inv. 5892).

Fig. 12 - Le fragment de sphinge (inv. 5892).

60Le 17 décembre furent enfin découverts sur le sol près de la tombe T31 cinq petits fragments de pierre blanche jointifs, sur lesquels on pouvait lire seulement les deux lettres grecques SA. Ils appartenaient probablement à une stèle funéraire, dont on ne conserve cependant aucun autre élément. Eux-mêmes n’ont pu être retrouvés au Musée de Syracuse.


  • 74 Bernabò Brea – Pugliese Carratelli 1946.
  • 75 Il s’agit de deux petites pyramides tronquées : la première, haute de 73 cm de haut était placée s (...)
  • 76 Il s’agit d’un chapiteau de pilastre, d’un fragment de sculpture représentant un torse de type apo (...)

61Si ces quatre éléments architecturaux isolés peuvent sembler peu de chose, leur seule découverte est cependant remarquable dans la mesure où très peu de marqueurs de tombes quels qu’ils soient (stèles, inscrites ou non, sculptures ou petits monuments) sont actuellement connus dans les nécropoles de Mégara Hyblaea. Dans la nécropole Sud, à l’exception du superbe kouros de Sombrotidas74, seules quelques pierres dressées pourraient éventuellement être considérées comme des stèles funéraires rudimentaires. Parmi les tombes publiées de la nécropole Ouest, seuls deux marqueurs funéraires ont été découverts en contexte75 et quatre n’ont pu être rattachés à aucune tombe en particulier76. Qui plus est, les inscriptions, funéraires ou non, sont extrêmement rares à Mégara Hyblaea. Si quelques marqueurs de tombes supplémentaires ont d’ores et déjà pu être repérés dans les carnets de fouille concernant les tombes inédites de la nécropole Ouest, il n’en reste pas moins que la découverte de quatre éléments architecturaux – dont un inscrit – dans une fouille qui ne dura que 24 jours est tout à fait remarquable.

Les types de structures funéraires

  • 77 Comme nous le verrons plus bas, Palumbo emploie parfois successivement deux termes différents pour (...)

62Si les fragments architecturaux provenant probablement de monuments funéraires ne peuvent être rattachés à une tombe en particulier, établir la typologie des tombes fouillées par Cavallari en 1879 n’est pas non plus une chose facile. Palumbo emploie en effet seulement et de manière très inégale trois termes pour désigner les structures tombales fouillées en 1879, par ailleurs très sommairement décrites. Si l’on prend le premier terme77 utilisé par Palumbo pour désigner chaque tombe, on obtient le tableau suivant :

Tab. 2 - Types des tombes fouillées en 1879 d’après la terminologie de Palumbo.

Terme employé par Palumbo Nombre de tombes
Sepolcro 24
Sarcofago 9
Tomba 1
Total 34

63Le terme le plus employé est celui de sepolcro, utilisé par Palumbo en première occurrence pour désigner 24 tombes. Les descriptions données dans le journal des objets permettent d’établir avec certitude que quatre d’entre elles étaient des structures construites. Le sepolcro 9, ouvert en présence du préfet de Syracuse, est certainement le plus massif : il est en effet décrit par Palumbo comme un véritable caveau bâti constitué de 24 blocs d’arenaria. Les sepolcri 17 et 18, plus modestes, correspondent quant à eux à ce que l’on appelle aujourd’hui à Mégara des tombes à orthostates, c’est-à-dire des cuves formées par la juxtaposition de plusieurs dalles sur une seule assise (ici deux dalles pour chacun des grands côtés et une pour chacun des petits, ce qui est la norme dans les nécropoles pour les tombes d’adulte). Enfin, la tombe T3 est décrite comme un sepolcro di costruzione semplice, renforçant l’idée d’une structure construite à partir de plusieurs blocs de pierre. Aucune précision supplémentaire n’est malheureusement donnée quant aux 20 autres sepolcri.

  • 78 « Era costruito di 14 massi di tufo, cioè 4 al suolo, 4 nel coperchio… e 6 all’intorno, posti di t (...)
  • 79 C’est le cas de la tombe 301, déjà évoquée. Cavallari – Orsi 1892, col. 900‑901.
  • 80 La tombe W21, fouillée en 1953 par G. Vallet et F. Villard, présente un modèle très proche, si ce (...)

64Certes, il pourrait être tentant d’étendre la définition de tombe à orthostates à toutes les tombes appelées sepolcro par Palumbo, par opposition au terme sarcofago, utilisé pour qualifier 8 tombes, qui renverrait exclusivement aux sarcophages monolithiques. Deux remarques viennent cependant contredire cette séduisante mais fragile hypothèse : la première, c’est que Palumbo indique explicitement, à propos des tombes T7, T8 et T28, qu’il s’agissait de cuves creusées dans un unique bloc de pierre – ce qui laisse à penser que ce n’était pas le cas des autres sarcofagi ; la deuxième, c’est que la description de la tombe T5, qualifiée de grande sarcofago permet d’établir sans doute possible qu’il s’agissait en réalité d’une tombe à orthostates78. Enfin, plusieurs tombes sont qualifiées successivement – et souvent dans un même paragraphe, voire une même phrase – de sepolcro et de sarcofago. Il est donc nécessaire d’évaluer la structure de chaque tombe au cas par cas à partir des descriptions plus ou moins précises qu’en donne Palumbo, et se résigner à rester dans l’incertitude sur la structure des tombes qui ne sont pas précisément décrites. Il est ainsi impossible de se prononcer quant à la structure de la tombe T23, simplement décrite comme piccola tomba rovinata. La description précise de la tombe T26, constituée d’un bassin de bronze enchâssé dans un bloc d’arenaria spécialement creusé à ses dimensions, permet en revanche d’établir avec certitude qu’il s’agissait d’une tombe a dado selon la terminologie mégarienne actuelle, un type de structure rare, mais dont divers exemples sont déjà connus dans les nécropoles Ouest79 et Sud80.

65Au total, il est donc seulement possible de dresser le tableau suivant des types de tombes de la fouille de 1879 :

Tab. 3 - Restitution des types des tombes fouillées en 1879.

Type de tombe Nombre de tombes
Tombe à orthostates 4
Sarcophage monolithique 3
Caveau bâti 1
Tombe a dado 1
Indéterminé 25

66Ce tableau sommaire est bien loin de la typologie riche et complexe proposée par Orsi dans la publication des MAL pour la fouille de 1889 :

Tab. 4 - Types des tombes fouillées en 1889 d’après la terminologie d’Orsi.

Type de tombe Nombre
Caveau bâti (celle ipogeiche) 14
Sarcophage monolithique (sarcofagi monoliti) 117
Tombe à orthostates (cassoni di più pezzi) 32
Tombe a dado (sepolcri a dado) 3
Tombe à tuiles (sepolcri di tegole a piovente ed a cassetta) 22
Tombe à tuiles (sepolcri a mezzo tubo fittile) 7
Tombe à coffre de terre cuite (sepolcri fittili a baule) 1
Récipient céramique isolé - inhumation ? (sepolcri ad anfora) 99
Récipient céramique isolé - inhumation ? (sepolcri a pithos) 7
Récipient céramique isolé - crémation ? (ossuari fittili) 40
Fosse (umazione in nuda terra) 2
Total 344
  • 81 Mégara 6.1 et Mégara 6.2, à paraître.

67La comparaison de ces deux tableaux montre clairement deux choses : la première, c’est qu’Orsi a été beaucoup plus attentif à la typologie des structures tombales que ne l’étaient Palumbo et Cavallari en 1879 – et cela s’explique en partie par le nombre beaucoup plus élevé de tombes fouillées en 1889 sur une période de temps beaucoup plus longue. Orsi distingue clairement des types de structures bien définis et choisit pour chacun une appellation spécifique, explicite et non interchangeable. Sa typologie est d’ailleurs tellement précise qu’il isole deux différents types de tombe à tuiles et distingue même entre les inhumations d’enfant en amphore et les inhumations d’enfant en pithos81.

68Cette précision amène à un second constat : Orsi a fouillé en 1889 des types de tombe qui ne sont pas documentés pour la fouille de 1879. Il s’agit des tombes à tuiles, des fosses et des inhumations en vase. Certes, l’absence de ces types de tombe dans la fouille de 1879 pourrait s’expliquer, en partie du moins, par le faible nombre de tombes fouillées durant cette brève campagne, réduisant statistiquement les chances de voir tous les types de tombe représentés. Cependant, dans la mesure où manquent exclusivement les types de tombe les plus modestes, facilement endommagés et donc plus difficiles à repérer, il est également probable que leur absence reflète en grande partie des méthodes et des conditions de fouille moins efficaces en 1879 qu’en 1889. S’il est ainsi difficile d’établir la typologie exacte des tombes fouillées en 1879 et plus difficile encore d’évaluer leur représentativité par rapport à l’ensemble des tombes qui devaient en réalité se trouver dans les zones fouillées, ce double biais méthodologique et terminologique permet cependant de mettre en évidence les progrès rapides de la réflexion archéologique à Mégara Hyblaea entre 1879 et 1889.

Tombes d’adulte et tombes d’enfant

  • 82 Mégara 6.1 et Mégara 6.2, à paraître.
  • 83 La pratique des tombes plurielles n’est pas rare à Mégara Hyblaea, nous y reviendrons plus bas.
  • 84 T7, T8 T11, T28.
  • 85 Palumbo n’indique pas si les dimensions données sont les dimensions internes ou externes de la cuv (...)

69Malgré les difficultés rencontrées dans l’identification des différents types de tombe découverts en 1879, les descriptions sommaires des structures tombales figurant dans le journal de fouille et le journal des objets apportent un autre type d’information tout à fait primordial : elles permettent en effet d’identifier avec certitude un certain nombre de tombes d’enfant et de tombes d’adulte à partir des dimensions des cuves. Les travaux récents consacrés à la nécropole Sud de Mégara Hyblaea82 ont en effet déjà permis d’établir que les dimensions des tombes mégariennes étaient adaptées à la stature du premier83 défunt auquel elles étaient destinée. Il est ainsi apparu qu’une longueur interne de la cuve de 150 cm pouvait être retenue comme pertinente – avec une marge d’erreur approximative de 5 cm – pour distinguer les tombes d’enfant (d’une longueur inférieure ou égale à 145 cm) des tombes d’adulte (d’une longueur supérieure ou égale à 155 cm). Il est alors possible d’identifier avec certitude comme des tombes d’enfant quatre des tombes fouillées en 187984, dont Palumbo indique qu’elles étaient d’une longueur85 inférieure ou égale à 125 cm. Il est également probable que les tombes T4, T10, T27 et T33, décrites comme piccolo sepolcro ou piccolo sarcofago par Palumbo, aient été des tombes de dimensions réduites, adaptées aux inhumations d’enfant.

Tab. 5 - Tombes d’enfant dans la fouille de 1879.

Tombe Type de tombe Longueur (cm)
T11 Sarcofago 80
T28 Sarcophage monolithique 100
T8 Sarcophage monolithique 100
T7 Sarcophage monolithique 125
T4 Sepolcro "piccolo"
T10 Tombe à orthostates "piccolo"
T21 Tomba "piccola"
T27 Sepolcro "piccolo"
T33 Sepolcro "piccolo"
  • 86 T1, T2, T5, T6, T9.

70À l’inverse, il est possible d’établir avec certitude à partir des dimensions de leur cuve (supérieur ou égale à 175 cm) que cinq des tombes de 187986 contenaient au moins un adulte. L’identification comme tombe d’adulte est également très probable pour les deux tombes à orthostates T17 et T18, dont Palumbo indique qu’elles étaient composées de six dalles d’arenaria, une pour chacun des petits côtés et deux pour chacun des grands (ce qui suggère leur grande taille et correspondait systématiquement, dans les études que nous avons menées sur la nécropole Sud, à des tombes d’adulte). Les grandes dimensions de la tombe T31, indiquées par la présence de cinq dalles de couverture, suggèrent également une identification probable comme tombe d’adulte.

Tab. 6 - Tombes d’adulte dans la fouille de 1879.

Tombe Type de tombe Longueur (cm)
T2 Sepolcro 175
T6 Sepolcro 180
T1 Sarcofago 195
T5 Tombe à orthostates 215
T9 Caveau bâti 250
T17 Tombe à orthostates 2 dalles/grand côté
T18 Tombe à orthostates 2 dalles/grand côté
T31 Sepolcro 5 dalles de couverture
  • 87 Parmi les 832 tombes des nécropoles Ouest et Sud étudiées dans le cadre de notre doctorat, seule u (...)

71Il faut cependant rester prudent quant à cette deuxième catégorie de tombes puisque, dans la mesure où les tombes plurielles ne sont pas rares à Mégara Hyblaea, les tombes d’adulte peuvent également avoir contenu des enfants qui n’auraient pas été identifiés au moment de la fouille alors que, sauf cas exceptionnel et traitement du cadavre atypique87, les tombes d’enfant n’ont pu contenir que des enfants.

Mode de traitement du cadavre : quelques précieuses données anthropologiques

  • 88 Nous reviendrons ci-dessous sur l’étude faite par H. Duday des os brûlés contenus dans trois stamn (...)

72Les documents d’archive ne donnent aucune indication sur le sort des ossements découverts dans les tombes fouillées en 1879, à l’exception du « beau crâne » de la tombe 23, enregistré dans le journal des objets sous le numéro 175, mais dont on ne sait ce qu’il devint par la suite. Si ces ossements furent à l’époque88 examinés seulement par des archéologues, il est néanmoins possible de faire quelques remarques sur le mode de traitement des cadavres dont les tombes furent fouillées durant cette campagne.

73Il apparaît d’abord clairement que l’inhumation était prédominante dans ce groupe de tombes. Palumbo mentionne en effet explicitement la présence d’un ou de plusieurs individus inhumé dans neuf tombes, et la présence d’un squelette est suggérée dans trois tombes par des indications concernant la localisation du mobilier d’accompagnement « aux pieds » du défunt. La crémation est cependant également attestée par le dépôt secondaire en bassin de bronze de la tombe T26 et par au moins trois dépôts secondaires en stamnoi de terre cuite dans les tombes T9 et T12. Il est d’ailleurs intéressant de souligner que la tombe T12 contenait à la fois un ou plusieurs sujets inhumés et un ou plusieurs sujets incinérés, puisque Palumbo indique que les deux stamnoi remplis d’os brûlés qui y furent trouvés étaient placés « aux pieds » du défunt, à l’intérieur d’un sepolcro d’axe est-ouest, dont la couverture était composée de quatre dalles d’arenaria. Il y a donc là une juxtaposition des deux modes de traitement du cadavre, fait rare à Mégara Hyblaea, puisqu’elle n’est attestée que dans 21 des 832 tombes des nécropoles Sud et Ouest étudiées dans le cadre de notre doctorat. Cette situation originale permet en outre de souligner la présence, dans notre échantillon, d’au moins deux tombes plurielles : la tombe T12, contenant plusieurs individus inhumés et incinérés, mais aussi la tombe T17, dont Palumbo indique explicitement qu’elle contenait au moins trois squelettes (probablement identifiés à partir des crânes car il y a fort à parier que l’un au moins de ces squelettes ait été en situation de réduction et par conséquent difficile à identifier pour un non spécialiste).

  • 89 Le vase 3110 a en effet livré une feuille de papier roulée en boule, placée sous les ossements, ta (...)
  • 90 Je tiens à le remercier une fois de plus ici pour m’avoir communiqué ses données inédites et autor (...)

74Fait tout à fait exceptionnel, trois stamnoi identifiés comme provenant de la fouille de 1879 par M. Gras en 1998 dans les réserves du Musée de Syracuse contenaient encore des os brûlés qui ont été étudiés par H. Duday. Il s’agit de trois stamnoi de terre cuite du milieu du VIe siècle, inventoriés au Musée de Syracuse sous les numéros 3108, 3109 et 3110, et qui semblent correspondre respectivement aux vases cinéraires n°112 (tombe T9), n°118 et n°119 (tombe T12) de l’inventaire de Palumbo. S’il était manifeste que les os contenus dans ces trois vases avaient déjà été manipulés et sortis des urnes89, peut-être à plusieurs reprises avant leur redécouverte par M. Gras, l’étude anthropologique qu’a pu en proposer H. Duday est cependant extrêmement précieuse pour notre connaissance des tombes de 1879, comme nous allons le voir ici. Toutes les informations qui suivent proviennent directement du rapport d’H. Duday90.

  • 91 Il est en effet possible que la tombe ait abrité d’autres individus, inhumés ou incinérés, dont le (...)

75Le stamnos inventorié sous le numéro 3108 (fig. 18), identifié comme l’objet n°112 de Palumbo découvert dans la tombe T9, était un grand stamnos à bandes, dont l’embouchure d’un diamètre de 14,4 cm était fermée par une coupe renversée. En dehors de quelques intrusions tardives de minuscules mottes de terre, les os étaient absolument propres, dépourvus d’infiltrations de terre dans l’os spongieux et les canaux médullaires. Il est donc certain que l’embouchure du vase était soigneusement fermée pendant tout le temps de son séjour sous terre et, presqu’aussi certain que le vase lui-même était placé dans une structure qui l’a protégé des infiltrations de terre – ce qui cadre de fait avec la description de la tombe T9 comme un solide caveau bâti. Les os, montrant les indices d’une crémation poussée, étaient exceptionnellement bien conservés ; toutes les régions anatomiques étaient bien représentées, à l’exception des extrémités – ce qui n’est guère étonnant dans le cadre d’un dépôt secondaire à crémation. À partir de ces vestiges, H. Duday a pu établir que le stamnos 3108 contenait un seul individu et qu’il s’agissait sans aucun doute d’une jeune femme, morte entre 20 et 25 ans. Il est donc intéressant de constater que la structure massive tout à fait exceptionnelle et remarquable de la tombe T9 était destinée à une jeune femme – au moins91.

76Les deux autres stamnoi dont le contenu a été étudié par H. Duday semblent quant à eux provenir de la tombe T12. Le stamnos 3109 (fig. 19) muni de son couvercle d’origine, contenait également des os brûlés dépourvus d’imprégnations terreuses – tout comme le stamnos 3110 ce qui s’accorde, là aussi, avec la description de la tombe T12 comme une structure construite couverte. Là encore, la bonne conservation des ossements a permis à H. Duday d’établir avec certitude que le stamnos 3109 contenait les restes d’un seul individu, un adulte d’âge moyen de sexe masculin, particulièrement robuste. H. Duday note en outre un détail intéressant pour notre connaissance des gestes funéraires qui entouraient le dépôt secondaire à crémation : il souligne en effet qu’un fragment particulièrement gros de l’os coxal droit de cet individu ne passe pas directement par l’embouchure du stamnos, qui mesurait seulement 10,1 cm. Il est nécessaire, pour l’introduire, de le prendre en main et de le faire tourner, ce qui implique une manipulation directe de cet os, et non un simple déversement de la totalité des os dans l’urne, voire un dépôt global dans un tissu. Si l’on ne peut se prononcer pour les autres ossements, il est certain du moins que ce fragment d’os coxal a été introduit isolément par une manipulation directe de l’os.

  • 92 Il est pourtant extrêmement probable que le contenu de l’urne a été examiné dès sa découverte pour (...)
  • 93 Il pourrait s’agir d’une offrande mais peut-être aussi d’un clou utilisé dans la construction du b (...)

77Le stamnos 3110 (fig. 19) identifié au vase n°119 de l’inventaire Palumbo provenant également de la tombe T12, contenait quant à lui un ensemble d’os ayant fait l’objet d’une crémation peu poussée, dépourvus d’imprégnation terreuse. Moins bien conservés que dans les deux vases précédents, ces os ont néanmoins pu être attribués par H. Duday à un seul individu adulte, dont la robustesse exceptionnelle indique qu’il était très probablement de sexe masculin. La présence de traces d’oxyde de fer sur certains fragments osseux, notamment un fragment de crâne, suggère qu’un objet métallique fut soit brûlé avec le défunt, soit placé avec ses ossements dans l’urne. Dans la mesure où aucun objet n’a été découvert dans l’urne ni n’est mentionné par Palumbo pour la tombe T1292, il paraît plus probable de voir là l’indice de la présence d’un objet métallique près de la tête du défunt sur le bûcher même – une information tout à fait nouvelle et particulièrement intéressante pour notre connaissance des pratiques funéraires à Mégara Hyblaea93.

78La tombe T12 contenait donc, en plus d’au moins un individu adulte inhumé, les restes de deux adultes, l’un de sexe masculin, l’autre très probablement de sexe masculin. S’il est impossible d’établir la chronologie des décès et des dépôts des deux individus incinérés, du moins peut-on établir qu’ils furent brûlés sur des bûchers séparés (chaque urne contenant exclusivement les os d’un seul défunt) conduits différemment (l’un ayant fait l’objet d’une crémation poussée, l’autre au contraire d’une crémation peu poussée). La tombe T12 constitue donc un exemple frappant de la diversité des pratiques funéraires appliquées à un même groupe, sinon familial du moins suffisamment uni socialement pour partager la même tombe, à Mégara Hyblaea.

Quantité et qualité du mobilier d’accompagnement

79Un des principaux apports à mettre au crédit de Palumbo, nous l’avons dit, est d’avoir semble-t-il enregistré la totalité des objets découverts dans les tombes de 1879, même lorsqu’ils étaient brisés. Il est donc possible de réfléchir de manière relativement fiable sur les quantités de mobilier découvert dans ses tombes avant de se pencher sur la question plus problématique des types d’objet.

80La première chose qui ressort de l’étude du mobilier des tombes de 1879 est d’abord la proportion relativement élevée des tombes dépourvues de tout objet d’accompagnement : 13 des 34 tombes décrites par Palumbo ne contenaient pas le moindre objet. De manière symptomatique, 11 de ces tombes ne sont même pas mentionnées dans la brève publication de la fouille donnée par Fiorelli en 1880. Les deux seules tombes sans mobilier à être publiées par Fiorelli sont l’exceptionnelle T26, dont le récipient cinéraire de bronze, suffit à lui seul à justifier l’importance, et le sarcofago T2 – peut-être parce qu’il s’agit de la seule tombe dépourvue de mobilier dont on connaisse les dimensions précises. Toutes les autres tombes dépourvues de mobilier d’accompagnement sont purement et simplement passées sous silence dans la publication de 1880 – ce qui ne manque pas de surprendre de la part d’un archéologue aussi attentif que Fiorelli.

81C’est là le signe d’une époque où, malgré le caractère relativement novateur des fouilles de Mégara, le mobilier des tombes comptait encore plus que les tombes elles-mêmes. Symptomatique de ce courant est également le fait que Fiorelli publie le mobilier de la tombe T3 en indiquant qu’il a été découvert « au nord-ouest de la fouille de 1872 », mais en omettant de signaler qu’il provient de l’intérieur d’une tombe. De la même manière, il décrit précisément les 29 pièces de mobilier de la tombe T7 mais ne donne aucune indication sur la structure de la tombe qualifiée simplement de piccolo sepolcro, alors même que Palumbo précise qu’il s’agissait d’un sarcophage monolithique dont il donne les dimensions. Clairement, le mobilier comptait beaucoup plus que les structures funéraires pour Fiorelli. Orsi en 1889 ne fera pas les mêmes choix puisqu’il publie les tombes sans mobilier au même titre que les autres.

82Le nombre moyen d’objets par tombe est de 5,7 sur l’ensemble des tombes, et il s’élève à 9,3 si l’on ne considère que les 21 tombes qui contenaient au moins un objet. Ce nombre cache cependant d’importantes disparités puisque ces tombes contenaient entre 1 et 36 objets, avec une répartition observable dans le graphique ci-dessous.

Fig. 13 - Répartition des tombes de 1879 en fonction du nombre de pièces de mobilier par tombe.

Fig. 13 - Répartition des tombes de 1879 en fonction du nombre de pièces de mobilier par tombe.

83Les vases en céramique constituent le principal type de mobilier d’accompagnement, avec 184 exemplaires répartis dans 20 tombes. Là encore, ce nombre particulièrement élevé cache d’importantes disparités entre les tombes et s’explique en partie par le dépôt d’un nombre important de tazzoline dans les tombes T7 (10 exemplaires) et T8 (29 exemplaires). Il s’agit probablement de petits skyphoi dont le dépôt massif dans les tombes mégariennes est une pratique déjà observée dans les tombes publiées de la fouille de 1889 ou dans les tombes de la nécropole Sud. Dans ces contextes, les dépôts massifs de skyphoi accompagnaient le plus souvent des enfants : de fait, ici aussi, les dimensions des tombes T7 (125 cm de longueur) et T8 (100 cm de longueur) permettent d’affirmer que ces dépôts massifs de skyphoi étaient destinés à des enfants.

  • 94 Voir par exemple : Bazant 1986.
  • 95 L’amphore est décrite comme un vaso prezioso par Palumbo, comme un vaso pregevolissimo par Fiorell (...)
  • 96 Le vase, retrouvé dans les réserves du Musée de Syracuse, présente un décor très peu incisé et aff (...)

84À l’exception des skyphoi, la plupart des vases étaient déposés en un ou deux exemplaires seulement, le maximum étant atteint par les sept lécythes attiques de la tombe plurielle T7, parmi lesquels figure le remarquable lécythe à fond blanc n°39, retrouvé au Musée de Syracuse (fig. 16). Il s’agit du seul lécythe à fond blanc actuellement publié pour les nécropoles de Mégara Hyblaea, une exception d’autant plus notable que la destination strictement funéraire de ces vases est par ailleurs bien connue94. De manière générale, les vases attiques sont particulièrement bien représentés puisque l’on compte 17 lécythes, au moins trois coupes et une amphorette à figures noires. Cette dernière, malgré une qualité somme toute très relative, semble avoir été considérée par Palumbo et Fiorelli comme un vase de grand prix95 (fig. 14)96. Sans doute la rareté de l’objet compensait-elle à leurs yeux la qualité médiocre de sa réalisation.

  • 97 Il s’agit de la tombe T7, longue de 125 cm et de la tombe T10, désignée comme un piccolo sarcofago(...)

85Quatre tombes (T4, T7, T9, T10) contenaient enfin des statuettes ou des vases plastiques, dont deux au moins étaient des tombes d’enfant97.

  • 98 L’imprécision du nombre s’explique par le caractère fragmentaire de certains objets décrits par Pa (...)

86Les objets métalliques sont rares : une douzaine98 seulement sont répartis dans 7 des 34 tombes répertoriées. L’objet le plus remarquable provient de la tombe T15, qui contenait pour tout mobilier les fragments d’un miroir de bronze dont le manche était orné de palmettes – un type d’objet qui n’est attesté dans aucune des 832 tombes étudiées dans le cadre de notre doctorat.

87Moins exceptionnelles sont les deux épingles de bronze découvertes dans la tombe T8, tandis que la tombe T11 en a livré une seule, enfilée – peut-être par hasard – dans l’embouchure d’un vase plastique en forme de colombe. Parmi les objets d’ornement personnels figurent également deux fibules de bronze découvertes dans la tombe plurielle T17, ainsi que plusieurs anneaux. La tombe T16 a ainsi livré, outre des fragments de tôle de bronze ciselée, un petit anneau d’argent dont Palumbo indique qu’il était « de taille à être mis au petit doigt » et qu’il portait un motif incisé. La tombe T31 contenait également un petit anneau de bronze et un autre d’argent qui jouxtait un morceau d’os ou d’ivoire qui participait peut-être de la même parure. Enfin, la tombe T18 contenait de petits fragments de bronze appartenant pour certains à de fines aiguilles, pour d’autres à des objets tubulaires dont l’état ne permettait pas une identification formelle.

Datation

88L’observation du mobilier archéologique découvert dans les tombes donne quelques pistes de datation pour l’ensemble des tombes fouillées en 1879. Les éléments anciens sont peu nombreux, les objets les plus anciens étant les fibules de la tombe T17 et les épingles de la tombe T8, qui datent probablement de la fin du VIIe siècle (bien qu’il soit difficile d’être précis sans possibilité d’observer directement ces objets). Plusieurs éléments, comme l’abondance des vases attiques à figures noires (amphore, lécythes et coupes) suggèrent en revanche une datation relativement basse d’un grand nombre de tombes aux alentours de la fin du VIe siècle, ce qui correspond aux remarques déjà proposées à partir de l’étude des tombes publiées de la fouille Orsi de 1889. Il apparaissait en effet une surreprésentation des tombes du VIe siècle et un taux relativement faible de tombes plus anciennes dans la nécropole Ouest – un déséquilibre qui pourrait s’expliquer en partie, là encore, par les méthodes de fouille si l’on suppose que les tombes de structure modeste, notamment les fosses, sont nombreuses pour la période ancienne des nécropoles mégariennes. Le biais de fouille en faveur des tombes construites se doublerait alors d’un biais en faveur des tombes les plus récentes. Seules de nouvelles fouilles dans la nécropole Ouest permettraient cependant de vérifier l’exactitude de cette hypothèse.

89La datation du mobilier d’accompagnement permet enfin de mettre en évidence la juxtaposition de plusieurs phases chronologiques dans diverses tombes qui peuvent ainsi être identifiées comme des tombes plurielles, alors même que nous ne disposons d’aucune information significative à ce sujet du point de vue anthropologique. C’est le cas par exemple de la grande tombe à orthostates T5, qui contenait à la fois un alabastre de bucchero ionien du début du VIe siècle et plusieurs lécythes attiques de la fin du même siècle. De la même manière, le petit sarcophage monolithique T7 a certainement reçu successivement plusieurs inhumations d’enfant : certes, l’abondance du mobilier (29 vases en tout) était déjà en soi un bon indice de la présence dans cette tombe de plusieurs individus ; mais le décalage chronologique existant entre l’alabastre corinthien et les six lécythes attiques qui s’y trouvaient démontre sans équivoque l’existence de plusieurs dépôts successifs. La tombe T8, autre petit sarcophage monolithique riche de 36 pièces de mobilier, se signale également par des décalages chronologiques marqués entre d’une part des épingles de bronze qui remontent probablement à la fin du VIIe ou au début du VIe siècle et des lécythes attiques de la fin du VIe siècle (époque à laquelle correspond aussi le dépôt massif de 29 petits skyphoi, probablement du corinthien récent). L’amphoriskos découvert dans cette même tombe, plus vraisemblablement daté du corinthien moyen, pourrait même signaler une troisième phase de dépôt intermédiaire. Enfin, la présence d’une monnaie romaine dans la tombe T31 indique de manière irréfutable sa réutilisation tardive – dont Palumbo note par ailleurs les indices stratigraphiques très clairs.

90Au total, il est donc possible de mettre en évidence dans le groupe des tombes de 1879 au moins cinq tombes plurielles, dont quatre identifiées à partir du mobilier d’accompagnement. Il faut cependant bien garder à l’esprit qu’il s’agit là du nombre minimum des tombes plurielles de ce groupe. En effet, non seulement certains décalages chronologiques nous échappent du fait des difficultés rencontrées à identifier les vases désignés par des termes imprécis et sommairement décrits, mais il est en outre possible que certains défunts déposés dans des tombes plurielles n’aient reçu aucun objet d’accompagnement non périssable, ce qui nous ôte toute possibilité d’identifier leur présence par d’éventuels décalages chronologiques du mobilier archéologique, à défaut d’avoir des informations anthropologiques précises. Le nombre réel de tombes plurielles dans le groupe de tombes de 1879 devait donc en réalité être beaucoup plus élevé. Si l’on en croit les proportions observées parmi les tombes de la nécropole Sud ayant fait l’objet d’une étude ostéologique en laboratoire, on peut supposer une proportion d’au moins un tiers de tombes plurielles, soit une dizaine de tombes pour 1879.

Conclusion

91Malgré les difficultés attendues et rencontrées dans la reprise d’une documentation ancienne et hétérogène, le cumul des informations provenant des journaux de terrain, des archives administratives, de la publication de 1880 et des études déjà menées par ailleurs sur les nécropoles de Mégara Hyblaea, permet de dresser un tableau toujours incomplet mais néanmoins instructif de la fouille de 1879. Durant les 24 jours que dura la mission furent mis au jour 34 tombes construites et différents éléments architecturaux, tandis que des structures tombales plus modestes (fosses et récipients céramiques isolés) furent probablement laissées pour compte, volontairement ou non. Parmi les tombes fouillées, datant pour la plupart du VIe siècle, il a été possible d’identifier des tombes d’adulte et des tombes d’enfant, des tombes à crémation et à inhumation (exclusives ou non), des tombes avec et sans mobilier et des tombes plurielles. Si ce bilan s’inscrit sans surprise dans le tableau des connaissances que nous possédons déjà sur les nécropoles mégariennes, la fouille de 1879 présente cependant quelques cas rares (comme la tombe T12 juxtaposant inhumation et crémation, ou la tombe a dado T26) et livre même des informations tout à fait inédites, qu’elles concernent le mobilier d’accompagnement (comme le miroir de la tombe T15) ou les pratiques funéraires elles-mêmes (notamment pour la gestion des crémations). Ces découvertes importantes, possibles malgré le caractère succinct et incomplet de la documentation à notre disposition, invitent à poursuivre nos recherches sur l’ensemble des tombes inédites de la nécropole Ouest de Mégara Hyblaea.

92Cette étude a en outre permis de comprendre certains mécanismes des fouilles anciennes à partir d’une documentation dont on a pu montrer les lacunes (notamment en ce qui concerne la typologie des tombes et du mobilier d’accompagnement) mais surtout la très grande richesse, tout à fait exceptionnelle pour l’époque. À travers la première fouille de Mégara Hyblaea, on assiste aux premiers pas de la stratigraphie et de l’archéo-thanatologie moderne, articulés autour d’un réel souci de considérer la tombe comme un ensemble cohérent, et non simplement comme le réceptacle d’objets potentiellement précieux. Si la reprise de fouilles anciennes est toujours plus difficile qu’un travail de première main sur des fouilles récentes que l’on aurait, idéalement, soi-même menées, il nous semble que cette étude de la première fouille de Mégara Hyblaea permet de montrer qu’un tel projet, s’il est laborieux, est loin d’être vain et permet d’enrichir considérablement notre connaissance d’un site anciennement fouillé. Cette première étude peut donc être lue comme les prémices d’un travail plus large de reprise et de publication de toutes les tombes inédites des nécropoles de Mégara Hyblaea, un travail que nous continuerons avec d’autant plus d’espoir de résultats que le prochain dossier en souffrance est celui, beaucoup plus vaste et beaucoup mieux documenté, des quelque 300 tombes fouillées par Paolo Orsi dans la nécropole Ouest en 1891.

Catalogue des tombes

93N.B. : Nous avons choisi de donner, pour chaque objet, l’appellation moderne, suivie d’un point d’interrogation lorsque l’identification était incertaine. Le terme employé en italien suit en italique et entre parenthèses ; lorsqu’aucune piste ne permettait d’orienter l’identification du vase, seul le terme italien en italique est donné.

Tombe 1 - (Tr1)

94- 25 novembre 1879

95Dans la première tranchée (Tr1) de 25 x 4 m ouverte à 60 m environ des limites de la cité, près de l’emplacement de la fouille de 1873, au niveau des deux chemins vicinaux est-ouest et nord-sud.

96- Structure

97Sarcofago rectangulaire couvert de quatre dalles d’arenaria. Grand axe d’orientation est-ouest. Les parois latérales avaient cédé sous le poids de la terre et sont apparues brisées. 195 x 80 x 70 cm.

98- Observations anthropologiques

99Tombe d’adulte d’après ses dimensions.

100- Mobilier

  • alabastre (labastron) d’argile brisé en deux morceaux et dépourvu de l’embouchure, placé aux pieds du squelette. Dim. : l. 30 cm, circ. max. 15 cm (n°1).
  • 6 skyphoi ? (tazzolina) d’argile. (n°2, 5, 6, 7a et 7b, 11).
  • lékanè ? (vaso cinerario) avec couvercle, placé près de la tête du défunt. Dim. : h. 13 cm avec couvercle ; circ. max. 39 cm (n°3).
  • lécythe attique (lechitos) à figures noires et anse cassée. Dim. : h. 15 cm, circ. max. 17 cm (n°4).
  • oinochoé à embouchure trilobée (vasettino). Dim. : h. 6 cm, circ. max. 16 cm (n°8).
  • lécythe (lechitos) d’argile. Dim. : h. 14 cm, circ. max. 15 cm (n°9).
  • lécythe attique (lechitos) à figures noires représentant quatre personnages. Dim. : h. 21 cm, circ. max. 25 cm (n°10).
  • lécythe attique (lechitos) avec un décor sur le col. Dim. : h. 20 cm, circ. max. 25 cm (n°12).

Tombe 2 - (Tr1)

101- 25 novembre 1879

102À une dizaine de mètres de la précédente, dans la même tranchée (Tr1).

103- Structure

104Sarcofago. Grand axe d’orientation est-ouest. Les parois latérales avaient cédé sous le poids de la terre et sont apparues brisées. 175 x 67 x 70 cm.

105- Observations anthropologiques

106Tombe d’adulte d’après ses dimensions.

107- Mobilier

108Néant.

Tombe 3 - (Tr2)

109- 26 novembre 1879

110Dans une seconde tranchée (Tr2) ouverte au nord-ouest de la fouille de 1873.

111- Structure

112Sepolcro de construction simple.

113- Observations anthropologiques

114Néant.

115- Mobilier

  • alabastre corinthien (pompilius) avec un décor représentant une sphinge et un volatile. Dim. : h. 11 cm ; circ. max. 31 cm (n°13).
  • alabastre corinthien (pompilius) avec un décor de figures noires. Dim. h. 7 cm ; circ. max. 21 cm (n°14).
  • alabastre corinthien (pompilius) avec un décor de bandes noires et d’« ornati ». Dim. : h. 10 cm ; circ. max. 28 cm (n°15).

Tombe 4 - (Tr2)

116- 26 novembre 1879

117Dans la tranchée Tr2, parallèle à la tombe 3.

118- Structure

119Sepolcro plus petit que le précédent. Palumbo précise qu’il pourrait s’agir d’une tombe d’enfant.

120- Observations anthropologiques

121Tombe d’enfant probable.

122- Mobilier (fig. 14)

  • amphore de table (vaso prezioso) à embouchure large « come un panatenaion ». Décor à figures noires représentant six personnages. Dim. : h. 17 cm ; circ. max. 29 cm (n°16 = inv. 2347).
  • vase plastique (idolo) d’argile fine de style oriental, représentant un personnage aux cheveux longs avec des mèches parotides, tenant dans ses mains un oiseau. La description mentionne une embouchure. Dim. : h. 20 cm (n°17).
  • tazzolina d’argile fine munie d’un couvercle. Dim. : h. 5 cm couvercle compris ; circ. max. 21 cm (n°18).
  • coupe attique (tazza) à figures noires représentant sept personnages. Dim. : h. 6 cm ; circ. max. 28 cm (n°19).
  • alabastre corinthien (pompilius) d’argile fine à fond blanc très bien conservé. Dim : h. 5 cm ; circ. max. 19 cm (n°20).
  • petite olpè (fiaschettino). Dim : h. 6 cm ; circ. max. 14 cm. (n°21).
  • 2 skyphoi (tazzolina). (n°22, 24).
  • alabastre corinthien (pompilius) à fond noir dont le col est manquant. Dim : h. 5 cm ; circ. max. 17 cm (n°23).
  • pyxis stamnoïde (vasettino cinerario) d’argile très fine. Dim. : h. 5 cm ; circ. max. 25 cm (n°25).
  • lagrimatoio d’argile très fine bien conservé et peint sur fond jaune. Dim. : h. 5 cm ; circ. max. 25 cm (n°26).

Fig. 14 – Tombe 4. Amphore de table (n°16 = inv. 2347)

Fig. 14 – Tombe 4. Amphore de table (n°16 = inv. 2347)

Tombe 5 - (Tr2)

123- 28-29 novembre 1879

124Près du chemin qui divise les propriétés Vinci et Schermi, à 15 m environ au nord-ouest de la fouille de 1873.

125- Structure

126Tombe à orthostates (grande sarcofago) composé de 14 blocs d’arenaria (4 pour le fond, 4 pour la couverture et 6 pour les côtés). Grand axe orienté est-ouest. 215 x 85 x 90 cm.

127- Observations anthropologiques

128Tombe d’adulte d’après ses dimensions ; tombe plurielle d’après la chronologie du mobilier. Palumbo mentionne qu’une des dalles de couverture s’est effondrée et a écrasé le crâne du squelette – ce qui a entraîné le bris de la plupart des vases « les plus précieux ».

129- Mobilier (fig. 15)

  • lécythe attique (lechitos) à figures noires représentant trois femmes suivant en procession un héraut. Dim. : h. 28 cm ; circ. max. 37 cm (n°27 = inv. 234599).
  • lécythe (lechitos) d’argile très fine mais brisé en 12 morceaux. L’embouchure, intacte, est ornée ; l’anse manque. Dim. partie conservée : h. 24 cm ; circ. max. 37 cm (n°28 = inv. 2343100).
  • alabastre de bucchero ionien (labastron) d’argile fine. Dim. : h. 29 cm ; circ. max. 14 cm (n°29).
  • lécythe attique (lechitos) à figures noires représentant un héraut guidant cinq femmes en procession. Celles-ci ont les extrémités peintes en blanc. Autour des personnages sont représentés divers motifs végétaux d’ornementation. Dim. : h. 29 cm ; circ. max. 39 cm (n°30 = inv. 2344101).
  • coupe (patera) d’argile fine très bien conservée avec un décor de bandes noires. Dim. : h. 8 cm ; circ. max. 35 cm (n°31).

Fig. 15 – Tombe 5. Lécythes attiques (n°27 = inv. 2345, n°28 = inv. 2343 et n°30 = inv. 2344)

Fig. 15 – Tombe 5. Lécythes attiques (n°27 = inv. 2345, n°28 = inv. 2343 et n°30 = inv. 2344)

Tombe 6 - (Tr2)

130- 28 novembre 1879

131Découvert immédiatement à côté du précédent.

132- Structure

133Sepolcro. Grand axe orienté nord-sud. 180 x 65 x 70 cm.

134- Observations anthropologiques

135Tombe d’adulte d’après ses dimensions.

136- Mobilier

  • olpè ? (fiasco) d’argile très fine. Dim. : h. 25,5 cm ; circ. max. 34 cm (n°32).
  • alabastre corinthien (pompilius) d’argile très fine, brisé en de nombreux fragments. Décor à figures noires représentant deux personnages à genoux, entourées de rosettes. (n°33).
  • olpè ? (fiasco) bien conservée. Dim. : h. 15 cm ; circ. max. 25 cm (n°34).
  • coupe attique (patera) d’argile fine extrêmement bien conservée peinte en noir à l’exception du décor à figures noires sur fond clair. On y voit deux femmes debout, les extrémités peintes en blanc, encadrant la figure d’un homme assis en train de jouer de la harpe. Dim. : h. 8 cm ; circ. max. 56 cm (n°35).

Tombe 7 - (Tr4)

137- 2 décembre 1879

138Découverte dans une quatrième tranchée (Tr4), parallèle à celle dans laquelle a été découverte l’inscription (Tr3) et située à 3 m de distance de celle-ci.

139- Structure

140Sarcophage monolithique (sarcofago) muni d’une seule dalle de couverture. Grand axe orienté est-ouest. 125 x 50 x 40 cm.

141- Observations anthropologiques

142Tombe d’enfant d’après ses dimensions : tombe plurielle d’après la chronologie du mobilier.

143- Mobilier (fig. 16)

  • lécythe attique (lechitos) à figures noires représentant deux femmes assises autour d’un personnage jouant de la lyre, encadré par deux chiens. Troué sur la face postérieure. Dim. : h. 28 cm ; circ. max. 38 cm (n°38).
  • lécythe attique (lechitos) à fond blanc très bien conservé. Le décor représente trois hommes : le premier tient à la main un vase ; il est séparé du second par un chien qui tient dans sa gueule trois liens qui lui permettent de porter une sorte de bassin tripode. Le deuxième personnage joue d’un instrument à vent tandis que le troisième tient dans ses mains un gobelet à l’embouchure large et la partie inférieure étroite. Plusieurs lettres indistinctes entre les personnages. Dim. : h. 28 cm ; circ. max. 35 cm (n°39 = inv. 2287).
  • lécythe attique (lechitos) à figures noires représentant cinq personnages : trois femmes portant de longs chitons et deux silènes barbus assaillant deux de ces femmes. Ce lécythe se trouvait du côté sud de la tête. Dim. : h. 30 cm ; circ. max. 34 cm (n°40).
  • lécythe attique (lechitos) à figures noires représentant cinq personnages : une femme suivie d’un héraut et tournée vers un troisième personnage, un guerrier armé avec casque et chlamyde, qui semble se retourner vers elle. Les deux autres personnages sont également des hérauts. Ce lécythe se trouvait du côté nord de la tête. Dim. : h. 27 cm ; circ. max. 34 cm (n°41 = inv. 2337).
  • 2 protomés féminines (immagine) avec diadème et voile descendant de part et d’autre du visage. (n°42 et 43).
  • olpè (fiaschetto). Dim. : h. 10 cm ; circ. max. 12 cm (n°44).
  • statuette (idoletto) de type oriental représentant une femme portant une tunique étroite, les bras le long du corps. (n°45).
  • lécythe (lechitos) dont manquent le pied et l’anse. Pas de détail sur le décor. Découvert près des pieds du défunt. Dim. : h. 46 cm ; circ. max. 30 cm (n°46).
  • 10 petits skyphoi (tazza). (n°47-56).
  • lécythe attique (lechitos) à figures noires découvert aux pieds du défunt. Dim. : h. 13 cm ; circ. max. 20 cm (n°57).
  • patère (patera) d’argile ordinaire à deux anses. Dim. : h. 7 cm ; circ. max. 11 cm (n°58).
  • olpè (fiaschetto) à large embouchure. Dim. : h. 14 cm ; circ. max. 21 cm (n°59).
  • 4 coupes ? (coppa) d’argile. (n°60-63).
  • alabastre corinthien (pompilius) bien conservé. Dim. : h. 6 cm ; circ. max. 18 cm (n°64).
  • lécythe (lechitos) peint en noir, embouchure brisée mais restaurable. Dim. : h. 10 cm ; circ. max. 16 cm (n°65).
  • olpè (fiasco) à une anse dont une partie du bec manque. Dim. : h. 12 cm ; circ. max. 31 cm (n°66).

Fig. 16 – Tombe 7. Lécythes attiques (n°39 = inv. 2287, n°41 = inv. 2337)

Fig. 16 – Tombe 7. Lécythes attiques (n°39 = inv. 2287, n°41 = inv. 2337)

Tombe 8 - (Tr4)

144- 2 décembre 1879

145Découvert à 3 m de la fouille de 1873, probablement dans la tranchée Tr4.

146- Structure

147Petit sarcophage monolithique couvert d’une unique dalle d’arenaria. Grand axe orienté est-ouest. 100 x 48 x 28 cm.

148- Observations anthropologiques

149Tombe d’enfant d’après ses dimensions ; tombe plurielle d’après la chronologie du mobilier. Palumbo écrit que la tombe contenait le squelette d’un adolescent (lo scheletro di un ragazzo) avec la tête du côté ouest. La tête était légèrement décalée vers le coin sud-ouest, laissant libre l’angle nord-ouest dans lequel on a trouvé amassé le mobilier.

150- Mobilier (fig. 17)

  • 2 épingles (spille) de bronze sont mentionnées dans le journal des objets mais sans numéro à part (elles sont seulement indiquées dans la colonne « observations »).
  • vase plastique (giocattolo) d’argile représentant un cheval marin à trois jambes et une queue. L’animal porte un bât sur le dos, chargé de deux petits vases dont l’un manquait. L’embouchure se situe sur le dos, entre la tête et le bât. La tête est en partie brisée et il manque la crinière. Dim. : l. 22 cm ; h. 13 cm (n°67 = inv. 1833).
  • olpè ? (fiasco) d’argile ordinaire portant un motif de lignes. Dim. : h. 12 cm ; circ. max. 31 cm (n°68).
  • amphoriskos (anforetta) d’argile très fine portant un décor de trois personnages à figures noires. Une seule anse mentionnée. (n°69)
  • lécythe attique (lechitos) à figures noires représentant deux satyres entourant un personnage central vêtu d’un chiton. Dim. : h. 10 cm ; circ. max. 15 cm (n°70).
  • lécythe attique (lechitos) à figures noires très bien conservé représentant trois guerriers en train de lutter. Dim. : h. 10 cm ; circ. max. 15 cm. (n°71 = inv. 2308).
  • lécythe attique (lechitos) à figures noires très bien conservé représentant deux hérauts entourant un personnage assez effacé. Dim. : h. 10 cm ; circ. max. 15 cm (n°72).
  • 29 skyphoi (tazzolina). (n°73-101).
  • lécythe attique (lechitos) dont manquent l’embouchure et l’anse. Dim. sans le col : h. 9 cm ; circ. max. 18 cm. (n°102).

Fig. 17 – Tombe 8. Vase plastique (n°67 = inv. 1833) et lécythe attique (n°71 = inv. 2308)

Fig. 17 – Tombe 8. Vase plastique (n°67 = inv. 1833) et lécythe attique (n°71 = inv. 2308)

Tombe 9 - (Tr4)

151- 2-3 décembre 1879

152Repérée le 2 décembre dans la tranchée Tr4 et conservée pour être ouverte le 3 décembre en présence du Préfet de Syracuse.

153- Structure

154Caveau bâti (grande sepolcro) constitué de 24 blocs d’arenaria : couverture constituée de 5 dalles ; parois internes constituées de deux assises et sol également constitué de dalles d’arenaria. Une feuillure était aménagée au sommet des parois pour recevoir la couverture. Grand axe d’orientation est-ouest. Cette tombe a été découverte vide de terre « contrairement aux autres qui étaient pour la plupart remplies de terre jusqu’au bord » dit le journal de fouille. 250 x 130 cm.

155Récipient cinéraire : stamnos (ossario) d’argile fine qui contenait des os au moment de la découverte d’après les notes de Palumbo. Muni de deux anses mais dépourvu de couvercle, il était orné d’un décor de bandes. (n°112 = inv. 3108). (fig. 18).

Fig. 18 – Stamnos (n°112 = inv. 3108)

Fig. 18 – Stamnos (n°112 = inv. 3108)

156- Observations anthropologiques

157Le stamnos contenait les os brûlés d’une femme jeune.

158- Mobilier

  • amphore ? (anfora) d’argile ordinaire munie d’une seule anse mais abimée. Dim. : h. 30 cm ; circ. max. 55 cm (n°113).
  • vase plastique (vasettino) en pierre blanche représentant une tortue à tête d’homme barbu. Découvert près de la poitrine du défunt. Dim. : h. 6 cm ; circ. max. 17 cm (n°114).
  • amphoriskos (anforetta) d’argile fine, munie de deux anses et d’un col étroit. Dim. : h. 12,5 cm ; circ. max. 24 cm (n°115).
  • olpè ? (fiasco) d’argile ordinaire munie d’un col étroit. (n°116).
  • olpè ? (fiasco) d’argile ordinaire munie d’un col étroit (n°117).

Tombe 10 - (Tr5-6)

159- 3 décembre 1879

160Dans la tranchée Tr5 ou Tr6 (peu clair), toutes deux d’axe nord-sud.

161- Structure

162Tombe à orthostates (piccolo sarcofago) dépourvu de fond. 150 x 45 x 40 cm.

163- Observations anthropologiques

164Tombe d’enfant d’après ses dimensions. La présence du défunt est suggérée par la mention de localisation « aux pieds du défunt ».

165- Mobilier

  • statuette (effigie) de terre cuite brisée en six morceaux représentant probablement une femme puisqu’il est précisé qu’elle tient une colombe contre son sein. Découverte aux pieds du squelette, dans la partie occidentale de la tombe. (n°103).
  • 3 skyphoi (tazzolina) (n°104-106).

Tombe 11 - (Tr5-6)

166- 3 décembre 1879

167Proche du précédent (Tr5-6).

168- Structure

169Sarcofago couvert de trois dalles d’arenaria. Grand axe orienté nord-sud. 80 x 50 x 40 cm.

170- Observations anthropologiques

171Tombe d’enfant d’après ses dimensions.

172- Mobilier

  • 3 vasettini conservés dont deux n’avaient pas d’anses et le dernier n’en avait qu’une seule (n°107-109).
  • tazzolina munie d’un couvercle et de quatre petites excroissances d’argile. Le vase est peint en noir. Dim. : h. 5 cm (n°110).
  • petite figurine de colombe (palomba) munie d’un trou « avec une épingle de bronze » (probablement dedans ?) (n°111).

Tombe 12 - (Tr5-6)

173- 3 décembre 1879

174Au Nord du précédent. (Tr5-6)

175- Structure

176Sepolcro couvert de quatre dalles d’arenaria. Grand axe orienté est-ouest.

177Récipients cinéraires : deux grands stamnoi (ossario) entièrement remplis d’os brûlés (n°118 = inv. 3109 et n°119 = inv. 3110) (fig. 19).

Fig. 19 – Stamnos (n°118 = inv. 3109 et n°119 = inv. 3110)

Fig. 19 – Stamnos (n°118 = inv. 3109 et n°119 = inv. 3110)

178- Observations anthropologiques

179Chaque stamnos contenait les os brûlés d’un sujet adulte de sexe masculin. D’après les notes de fouille, ces deux vases étaient placés « aux pieds » du défunt, ce qui suggère la présence d’au moins un troisième défunt inhumé en dépôt primaire.

180- Mobilier

181Néant.

Tombe 13 - (Tr5-6)

182- 3 décembre 1879

183À quelque distance du précédent (Tr5-6)

184- Structure

185Sepolcro.

186- Observations anthropologiques

187La présence du squelette est mentionnée comme l’unique contenu de la tombe.

188- Mobilier

189Néant

Tombe 14 - (Tr5-6)

190- 5 décembre 1879

191Dans la tranchée déjà ouverte près du chemin à l’ouest des limites de Mégara (Tr5 ou Tr6 ?).

192- Structure

193Sepolcro.

194- Observations anthropologiques

195Néant.

196- Mobilier

197Néant.

Tombe 15

198- 5 décembre 1879

199La tombe était à cheval sur le chemin et la propriété Vinci.

200- Structure

201Sepolcro.

202- Observations anthropologiques

203Néant.

204- Mobilier

  • fragment d’un miroir en bronze dont le manche, est travaillé en palmettes. Dim. : l. 30 cm avec le manche ; la partie circulaire mesure 20,05 cm (n°120).

Tombe 16

205- 5 décembre 1879

206À 1,50 m de la tombe ouverte en présence du préfet (tombe 9).

207- Structure

208Sepolcro.

209- Observations anthropologiques

210Néant.

211- Mobilier

  • 2 plaques de bronze (placche di rame), ornées et ciselées brisées en plusieurs fragments (n°122).
  • anneau (anello) d’argent de petite taille avec un motif incisé non reconnaissable (n°123).
  • aryballe (aryballos) d’argile fine avec un décor à figures noires non précisé. Dim. : h. 8 cm ; circ. max. 23 cm (n°121).

Tombe 17 - (Tr5-6)

212- 5 décembre 1879

213À 4 m de la tombe 16.

214- Structure

215Tombe à orthostates (sepolcro) composée de dix dalles d’arenaria (deux pour chacun des grands côtés, une pour chacun des petits et quatre pour la couverture). Grand axe orienté est-ouest.

216- Observations anthropologiques

217Tombe plurielle d’après la chronologie du mobilier et les observations anthropologiques. Palumbo mentionne la présence dans la tombe de trois squelettes, « identifiées comme des femmes à partir de l’examen de leurs dents » par Cavallari.

218- Mobilier

  • 2 fibules de bronze (fibule) brisées au niveau du fermoir (n°143).
  • canthare (cantera) peint en noir et muni de deux grandes anses mais dont une partie du pied manque. Dim. : h. 14 cm sans les anses, 22 cm avec les anses ; circ. max. 54 cm (n°124).
  • 5 skyphoi (tazza) dont l’une porte un décor à figures noires (n°129) (n°125-129).
  • patère (patera) d’argile ordinaire peinte en jaune avec deux anses peintes en noir. Dim. : h. 5 cm ; circ. max. 36 cm (n°130).
  • oinochoé (fiaschetto) avec une anse et le bec en avant, peint en jaune. Dim. : h. 7 cm ; circ. max. 26 cm (n°131).
  • 12 vasi ou vasettini sur lesquels on dispose de peu d’informations. Seul le n°145 est mieux décrit, avec deux anses, une large embouchure et un décor de lignes noires sur fond jaune-rouge (n°132, 133, 145, 148-152, 153-156).
  • olpè (fiaschetto) à fond jaune-rouge. Dim. : h. 10 cm ; circ. max. 21 cm (n°134).
  • olpè (fiasco). Dim. : h. 11 cm ; circ. max. 22 cm (n°135).
  • lydion ? (lechitos) de belle forme, dépourvu d’anse et entièrement peint en noir. Dim. : h. 12 cm ; circ. max. 14 cm (n°136).
  • lécythe (lechitos) entièrement peint en noir. Dim. : h. 9 cm ; circ. max. 14 cm (n°137).
  • patère (patera) d’argile ordinaire peinte en noir avec décor de lignes jaune-orangé. Dim. : h. 8 cm ; circ. max. 49 cm (n°138).
  • coupe attique (patera) à figures noires représentant quatre personnages luttant. Les anses et le fond sont peints en noir. Dim. : h. 7 cm ; circ. max. 50 cm (n°139).
  • figurine (idoletto) représentant un silène accroupi. Dim. : h. 9 cm ; circ. max. 20 cm (n°140 = inv. 1141).
  • figurine (idoletto) représentant une femme assise, les mains sur les genoux; elle porte un diadème sur la tête et ses cheveux tombent de part et d’autre de son visage de type égyptisant. Dim. : h. 13 cm (n°141).
  • figurine (idoletto) représentant une petite tête de femme avec un beau visage et de beaux cheveux (sic). Dim. : h. 9 cm. (n°142).
  • olpè (fiasco) à vernis noir. Dim. : h. 18 cm ; circ. max. 46 cm (n°144).
  • olpè (fiasco) à vernis noir. Dim. : h. 18 cm ; circ. max. 39 cm (n°146).
  • alabastre corinthien (pompilius) avec décor de rosettes. Dim. : h. 11 cm ; circ. max. 16 cm (n°147).

Tombe 18 - (Tr5-6)

219- 6 décembre 1879

220Dans la même tranchée que les tombes 16 et 17 (Tr5-6).

221- Structure

222Tombe à orthostates (sepolcro) composé de 9 dalles d’arenaria (deux pour chacun des grands côtés, une pour chacun des petits et trois pour la couverture). Grand axe orienté est-ouest.

223- Observations anthropologiques

224Palumbo indique la présence d’un squelette déposé avec la tête à l’est. Le mobilier était « près » du squelette d’après les notes de fouille.

225- Mobilier

  • fragments de bronze de dimensions négligeables, deux appartenant à de fines aiguilles, les autres étant de plus gros diamètre mais creux (n°163).
  • alabastre de bucchero ionien (labastron) décoré de stries incisées. Dim. : l. 17 cm ; circ. max. 10 cm (n°157)
  • pyxis stamnoïde (vaso cinerario) dépourvue de couvercle. Dim. : h. 6 cm ; circ. max. 26 cm (n°158).
  • pyxis stamnoïde (vaso cinerario), décorée de bandes noires (n°159).
  • 2 skyphoi (tazzoline). (n°160-161).
  • patère (patera) d’argile. Dim. : h. 3 cm ; circ. max. 34 cm (n°162).

Tombe 19 - (Tr5-6)

226- 6 décembre 1879

227Dans la même tranchée que les tombes 16, 17 et 18 (Tr5-6).

228- Structure

229Sepolcro.

230- Observations anthropologiques

231Néant.

232- Mobilier

233Néant.

Tombe 20 - (Tr5-6)

234- 6 décembre 1879

235Dans la même tranchée que les tombes 16, 17, 18 et 19 (Tr5-6).

236- Structure

237Sepolcro.

238- Observations anthropologiques

239Néant.

240- Mobilier

241Néant

Tombe 21 - (Tr3 ?)

242- 9 décembre 1879

243À l’est du lieu de découverte du chapiteau inscrit.

244- Structure

245Piccola tomba rovinata.

246- Observations anthropologiques

247Néant.

248- Mobilier

  • alabastre de bucchero ionien (labastron) avec des lignes incisées au niveau du col. Dim. : l. 26 cm ; circ. max. 13 cm (n°164).
  • alabastre de bucchero ionien (labastron) avec des lignes incisées au niveau du col. Dim. : l. 21 cm ; circ. max. 10 cm (n°165).
  • amphoriskos (anforetta) très bien conservé, peint en noir avec une bande blanche. Dim. : h. 10 cm ; circ. max. 18 cm (n°166).
  • 2 skyphoi (tazzoline) (n°167-168).
  • alabastre corinthien (pompilius) (n°169).
  • alabastre corinthien (pompilius) (n°170).

Tombe 22 - (Tr3 ?)

249- 9 décembre 1879

250Tombe découverte à 15 mètres du lieu de découverte de l’inscription

251- Structure

252Sepolcro.

253- Observations anthropologiques

254Il est précisé que les vases étaient déposés « aux pieds du défunt ».

255- Mobilier

  • olpè ? (fiasco) découverte aux pieds du défunt mais en si mauvais état qu’elle a été placée parmi les vases non restaurables. Il n’a donc pas été enregistré dans le journal des objets.

Tombe 23 - (Tr3 ?)

256- 9 décembre 1879

257Dans la même tranchée que les tombes 22 et 23.

258- Structure

259Sepolcro.

260- Observations anthropologiques

261Palumbo mentionne seulement « un beau crâne humain » enregistré parmi le mobilier d’accompagnement.

262- Mobilier

263Néant.

264(Crâne humain enregistré sous le numéro n°175).

Tombe 24 - (Tr7)

265- 10 décembre 1879

266Dans une nouvelle tranchée nord-sud (Tr7), large de 3,50 m et située à 20 m des limites de Mégara.

267- Structure

268Sepolcro.

269- Observations anthropologiques

270Palumbo signale que la tombe contenait seulement des os humains.

271- Mobilier

272Néant.

Tombe 25 - (Tr7)

273- 10 décembre 1879

274Dans la tranchée Tr7.

275- Structure

276Sepolcro.

277- Observations anthropologiques

278Palumbo signale que la tombe contenait seulement des os humains.

279- Mobilier

280Néant.

Tombe 26 - (Tr8)

281- 11 décembre 1879

282Dans une nouvelle tranchée (Tr8) près du chemin, près d’une tombe déjà pillée.

283- Structure

284Tombe constituée d’un bassin de bronze utilisé comme urne cinéraire, déposé dans un bloc d’arenaria spécialement taillé aux dimensions du vase.

285- Observations anthropologiques

286Néant.

287- Mobilier

288Néant.

289(Bassin de bronze enregistré sous le numéro n°176 = inv. 6760 )

Tombe 27 - (Tr9)

290- 12 décembre 1879

291Au milieu d’une nouvelle tranchée (Tr9) de 15 x 3 m, creusée à 2 m du chemin (il n’est pas précisé lequel).

292- Structure

293Piccolo sepolcro.

294- Observations anthropologiques

295Néant.

296- Mobilier

297Néant.

Tombe 28 - (Tr10)

298- 12 décembre 1879

299Au milieu d’une nouvelle tranchée (Tr10) de 15 x 3 m, creusée à 4 m du chemin (il n’est pas précisé lequel).

300- Structure

301Sarcophage monolithique (sarcofago) dont la couverture était brisée en de multiples fragments. 100 x 50 cm.

302- Observations anthropologiques

303Tombe d’enfant d’après ses dimensions.

304- Mobilier

  • lécythe attique (lechitos) avec un décor à figures noires indiscernable en raison de l’encroûtement de terre. Dim. : h. 20 cm ; circ. max. 25 cm (n°177).
  • lécythe attique (lechitos) peint en noir avec un décor de figures incisées. Dim. : h. 14 cm ; circ. max. 19 cm (n°178).

Tombe 29 - (Tr10)

305- 12 décembre 1879

306Dans la tranchée Tr10, près de la tombe 28.

307- Structure

308Sepolcro.

309- Observations anthropologiques

310Néant.

311- Mobilier

312Néant

Tombe 30 - (Tr10)

313- 12 décembre 1879

314Cette tombe a été découverte dans la tranchée Tr10, près de la tombe 29.

315- Structure

316Sepolcro.

317- Observations anthropologiques

318Néant.

319- Mobilier

320Néant

Tombe 31 - (Tr10 ?)

321- 17 décembre 1879

322À 15 m de l’emplacement de la tombe fouillée en 1873.

323- Structure

324Sepolcro dont la couverture était constituée de 5 dalles d’arenaria. À l’intérieur, Cavallari et Palumbo distinguent deux strates, correspondant à deux phases d’utilisation de la tombe.

325- Observations anthropologiques

326Tombe plurielle d’après la chronologie du mobilier. La présence d’au moins un squelette est clairement mentionnée.

327- Mobilier

  • fragment de bijou (?) composé de deux éléments : un fragment d’os ou d’ivoire (pezzeto bianco) et un petit anneau d’argent délicat (anelletto di argento) (n°183-184).
  • anneau de bronze (anello di rame) oxydé. (n°186).
  • vaso d’argile ordinaire muni de deux anses et d’un couvercle en partie brisée. Dim. : h. 8 cm avec le couvercle ; circ. max. 29 cm (n°180).
  • vaso d’argile ordinaire muni de deux anses et d’une large embouchure. Le pied était percé d’un trou. Dim. : h. 9 cm ; circ. max. 25 cm (n°181).
  • alabastre de bucchero ionien (labastron) d’argile ordinaire (n°182).
  • monnaie romaine de bronze (moneta di rame) qui se trouvait près de la pierre accolée au crâne du dernier inhumé (n°185).

328Sur la terre, au bord du tombeau ont été ramassés divers fragments de pierre blanche qui, assemblés, permettent de restituer les lettres grecques SA (n°187).

Tombe 32 - (Tr10 ?)

329- 17 décembre 1879

330À proximité de la tombe 31.

331- Structure

332Sepolcro mal conservé.

333- Observations anthropologiques

334Néant.

335- Mobilier

  • olpè ? (fiaschetto). Dim. : h. 10 cm ; circ. max. 24 cm (n°188).
  • 9 tazzoline dont 7 à deux anses (skyphoi) et 2 à une anse (n°189-197).

336Ont également été retrouvés sur la terre au bord du tombeau :

  • vasetti d’argile ordinaire (n°198-199).
  • 2 pesons pyramidaux (tessere…di forma piramidale) munis d’un trou de suspension (n°200-201).

Tombe 33 - (Tr10 ?)

337- 17 décembre 1879

338À proximité de la tombe 33.

339- Structure

340Piccolo sepolcro.

341- Observations anthropologiques

342Néant.

343- Mobilier

344Découvert sur la terre au bord de la tombe :

  • vase (lechitos) dont Palumbo dit qu’il lui manque une anse - ce qui implique qu’il devait en avoir deux et qu’il ne s’agissait donc pas d’un lécythe. Dim. : h. 15 cm ; circ. max. 20 cm (n°202).

Tombe 34 - (Tr3 ?)

345- 9 décembre 1879

346Dans la même tranchée que la tombe 22.

347- Structure

348Sepolcro pillé.

349- Observations anthropologiques

350Néant.

351- Mobilier

352Tombe pillée.

353Découvert sur la terre au bord de la tombe :

  • 4 aryballes (aryballos) dont deux avaient le col cassé (n°171-174).

Annexe - Étude des restes humains brûlés contenus dans trois urnes de la nécropole occidentale de Mégara Hyblaea (fouilles Cavallari, 1879) par Henri Duday102

  • 102 Henri Duday, Directeur de recherche émérite au CNRS, UMR 5199 Pacea, Université de Bordeaux.
  • 103 Van Andringa et al. 2013, p. 5-16.

354Comme il a été écrit précédemment, c’est à M. Gras que revient le mérite d’avoir repéré dans les réserves du Musée Paolo Orsi un ensemble de vases issus des fouilles qu’avaient conduites F. Cavallari et P. Orsi dans la nécropole occidentale de Mégara Hyblaea, dans les dernières décennies du XIXe siècle. Parmi ces vases figurent les réceptacles de sépultures secondaires à crémation à l’intérieur desquels se trouvaient encore des os brûlés. C’est donc à la demande de M. Gras que j’ai réalisé l’étude de ces restes humains. Il est très vite apparu que dans tous les cas, les fouilleurs (?) avaient sorti les os des vases avant de les y redéposer, sans doute afin de vérifier la présence éventuelle de mobilier. En témoigne notamment le fait que dans les vases qui font l’objet de cette note, de nombreux fétus de paille sèche (non brûlés, évidemment) se trouvaient mêlés aux restes osseux. Une feuille de papier roulée en boule a même été trouvée au fond de l’urne 3110, au-dessous des os brûlés. Il était donc inutile d’appliquer les protocoles actuels, à savoir le démontage du contenu des urnes par passes consécutives de 2 à 3 cm d’épaisseur. Cependant, le caractère cohérent des résultats (un individu par urne) prouve que les os ont été soigneusement remis à l’intérieur des vases. Les paramètres de quantification (tableau 1) sont ceux que nous avons définis pour l’étude des tombes de la nécropole de la Porta Nocera à Pompéi103.

Tombe 9, inv. 3108

355Les os brûlés contenus dans le stamnos sont parfaitement propres, sans infiltration de sédiment, que ce soit dans les alvéoles de l’os spongieux dans les canaux médullaires des os longs. Il y avait cependant quelques très petites mottes de terre d’environ 1 cm de diamètre maximal. Le niveau supérieur des os se trouvait 15 cm environ au-dessous du plan de la lèvre.

356La crémation est relativement poussée, assez homogène : le blanc crayeux prédomine très largement, avec une coloration jaunâtre dans les parties spongieuses (os coxaux, vertèbres lombaires) et à l’intérieur des diaphyses (fémurs notamment). Quelques os sont plus gris (tarse). Partout on note des fissurations en ondes concentriques.

357Il s’agit indiscutablement d’un sujet unique (aucun doublet malgré l’excellente conservation du squelette). Quelques fragments de diaphyse fémorale ont tout d’abord été isolés, car ils semblaient plus gris, engobés de cendres grumeleuses, mais des collages certains ont été trouvés avec les autres fragments. Il n’y a donc aucune raison de penser à la présence de plus d’un sujet.

358Ce sujet est un adulte jeune : toutes les épiphyses des grands os longs sont soudées, mais les crêtes iliaques droite et gauche sont en fin de soudure, avec un léger sillon à l’emplacement du cartilage de conjugaison dans leur portion moyenne ; on retrouve une synostose incomplète pour les listels vertébraux, notamment à l’étage cervical. De même, l’alvéole déshabité de la troisième molaire inférieure droite est largement béant, semble-t-il sans évidence radiculaire (dent encore incluse). En revanche, la synchondrose basi-sphénoïdale est complétement fermée. Ces observations suggèrent un âge au décès compris entre 20 et 25 ans.

359La morphologie des os coxaux est incontestablement féminine, avec une grande échancrure ischiatique très large et évasée ; on note un sillon pré-auriculaire à gauche, mais il ne semble pas y en avoir à droite.

  • 104 Lowrance – Latimer 1957.

360La masse totale des os brûlés est moyenne pour un adulte (1397,1 g), le taux de détermination est bon (86,4 % de la masse totale) en raison d’une fragmentation faible (le poids moyen des fragments sauf esquilles est élevé, 1,70 g). Des collages évidents permettent le remontage de la majeure partie du squelette céphalique et des grands os longs. De nombreux corps vertébraux sont intacts, alors que l’atlas et l’axis sont assez peu représentés. Quelques morceaux sont exceptionnellement grands ; ainsi, l’os coxal droit, auquel il ne manque que le pubis, est en deux fragments jointifs. La représentation pondérale des diverses régions anatomiques est équilibrée : les indices pondéraux de la tête et du tronc (20,8 et 15,7) sont conformes aux valeurs de références104, ceux des membres supérieurs (12,6 et 37,3) sont légèrement plus faibles mais la masse des fragments indéterminés (190 g, soit 13,6 % de la masse totale) suffit à compenser ce déficit.

361Une énorme cavité ovoïde occupe la majeure partie de la tête et du col du talus droit ; il s’agit sans aucun doute d’une lésion ante mortem, car ses limites sont densifiées par rapport à l’os spongieux avoisinant. Elle s’ouvrait sur la face médiale du talus, mais l’orifice paraît anormalement grand en raison de l’effondrement de la paroi lié à la crémation. L’aspect évoque une tumeur bénigne (tumeur à cellules géantes ?), mais sans données anatomo-pathologiques, il est évidemment difficile d’aller plus loin dans le diagnostic.

362Au titre des caractères discrets, on note une fosse pituitaire très nette (diamètre sagittal 7,2 mm, diamètre transversal 4,5 mm) sur la face inférieure du basi-occipital, une très large perforation olécranienne gauche de 10 mm environ de large et 5,5 mm de haut (la droite n’est pas observable), et une fosse d’Allen sur le col fémoral gauche (probablement présente à droite mais cette zone est en partie détruite).

363Enfin, un grand fragment d’os brûlé (3 g) semble se rapporter à un atlas de mammifère (?). C’est le seul vestige qui peut être considéré comme non humain.

Tombe 12, Inv. 3109

364Le stamnos contient un ensemble relativement important d’ossements humains incinérés. Les os sont propres, totalement dépourvus d’imprégnation terreuse. On note d’importantes fissurations en ondes concentriques sur les diaphyses fémorales et les os coxaux. La plupart des os sont blancs ou blanc jaunâtre, mais les vertèbres lombaires sont plus grises, ainsi que l’extrémité distale du fémur gauche, une tête tibiale et surtout les os des pieds dont la teinte va du gris bleu au gris noir. La crémation est donc hétérogène.

365Tous les os sont manifestement humains et se rapportent à un seul individu (pas de doublets, concordance en ce qui concerne la robustesse) ; il s’agit d’un adulte car tous les points secondaires d’ossification sont soudés, y compris l’extrémité médiale de la clavicule. La symphyse pubienne est plane, légèrement grenue et poreuse, sans véritable rempart postérieur. Une vertèbre thoracique montre une très légère collerette ostéophytique autour du plateau caudal (très discrète toutefois). Les quelques segments de sutures observables sont libres. Il s’agit donc probablement d’un adulte d’âge moyen. Ce sujet est indiscutablement de sexe masculin : la grande échancrure ischiatique droite est très fermée, le départ des branches ischio-pubiennes indique un angle sous-pubien également très fermé. Tout le squelette est remarquablement robuste.

366La masse totale des os brûlés est moyenne (1405 g), avec un taux de détermination moyen (80,2 % de la masse totale) malgré une fragmentation très faible (le poids moyen des fragments sauf esquilles est extrêmement élevé, de 2,34 g). En fait, les diaphyses ont éclaté dans le sens de la longueur, ce qui a libéré de grands fragments allongés difficiles à attribuer à tel ou tel os (la masse des fragments diaphysaires indéterminés est très importante, de 165 g). Le squelette céphalique est légèrement sous-représenté (indice pondéral 13,1), de même que le tronc (indice pondéral 10,9), mais pour ce dernier, le déficit concerne avant tout les vertèbres cervicales (aucun fragment d’atlas ni d’axis, 3 fragments seulement pour les 5 autres cervicales avec une masse de seulement 2 g), alors que le segment thoraco-lombaire et le sacrum sont beaucoup mieux attestés. L’indice pondéral des membres inférieurs (46,4) est conforme aux normes de référence, celui des membres supérieurs est faible (9,8) mais ici, il est manifeste que beaucoup de fragments des scapulas, clavicules, radius et ulnas doivent figurer dans le lot des fragments indéterminés. Cette explication ne vaut ni pour le squelette céphalique (bloc crânio-facial, mandibule et dents) ni pour les vertèbres cervicales, car leurs plus petits vestiges sont aisément reconnaissables. On retiendra donc que la collecte sur l’aire de crémation a « désavantagé » les restes de la tête et du cou.

367Enfin, on remarquera que le plus gros fragment de l’os coxal droit ne passe pas directement par l’ouverture du stamnos ; il est nécessaire pour l’introduire de le prendre en main et de le faire tourner. Il n’y a donc pas été possible de déverser les os dans l’urne, du moins pas tous les os.

Tombe 12, Inv. 3110

368Tous les os contenus dans le stamnos sont indiscutablement humains et ont été soumis à l’action du feu. Ils sont totalement dépourvus d’imprégnation terreuse. L’ensemble se rapport à un seul et même individu (pas de doublets) ; la concordance est généralement bonne en ce qui concerne la robustesse, bien que l’extrémité distale du radius gauche paraisse vraiment petite par rapport aux autres pièces du squelette. Or elle est moyennement brûlée (coloration gris clair), ce qui empêche de penser à une rétraction différentielle. Ce fait paraît toutefois insuffisant pour que l’on puisse évoquer la présence d’un deuxième sujet. Il s’agit d’un adulte d’âge moyen : toutes les épiphyses sont soudées, y compris l’extrémité médiale de la clavicule. La seule lésion dégénérative qu’il ait été possible d’observer réside en une petite collerette ostéophytique autour du plateau d’une vertèbre lombaire inférieure. Plusieurs segments de sutures sont entièrement synostosés sur la face exocrânienne (stade 4), libres sur la face endocrânienne (sagittale) ; en revanche, la suture lambdoïde est entièrement libre. Bien que de nombreux fragments des os coxaux aient été retrouvés, aucun n’est absolument pertinent en ce qui concerne le sexe. Mais d’une manière générale, le squelette est d’une robustesse exceptionnelle : les diamètres transversal et sagittal de la tête humérale droite sont respectivement de 46,3 mm et environ 44 mm, alors même que l’exposition au feu entraîne une rétraction de l’os ! L’attribution au sexe masculin est donc très probable.

369La crémation est irrégulière et relativement peu poussée ; l’os spongieux est généralement brun jaune foncé, il n’y a que très peu de fissurations en ondes concentriques ; les extrémités des os longs des membres inférieurs, les os du pied, l’os coxal droit et les os des deux coudes sont gris à gris bleu.

370La masse totale des os brûlés est élevée (1559,7 g) avec un taux de détermination extrêmement faible (à peine 68,8 % de la masse totale) ; la fragmentation est cependant moyenne (le poids moyen des fragments sauf esquilles est moyen, de 1,37 g) mais les os ont extrêmement friables : de nombreuses cassures fraîches ont été observées, ce qui rend la détermination relativement peu performante. Il y a peu à dire quant à la représentation relative des régions anatomiques. L’indice pondéral de la tête est assez bas (14,2), ceux du tronc (10,3) et des membres inférieurs (29,8) sont nettement abaissés mais évidemment, la part très importante que représentent ici les fragments indéterminés (31,2 % de la masse totale) ôte toute signification à ce constat.

371Enfin, on notera que quelques petits fragments osseux, dont un de crâne, portent des traces d’oxyde de fer (objet dans l’urne ou brûlé avec le corps ???) (voir Tableau).

Tableau - Paramètres quantitatifs enregistrés pour les urnes 3108, 3109 et 3110

Tombe/os Tombe 9 - Urne 3108 Tombe 12 - Urne 3109 Tombe 12 - Urne 3110
  3108 %Tot. Réf. 3108 Pm/Rg. 3109 %Tot. Réf. 3109 Pm/Rg. 3110 %Tot. Réf. 3110 Pm/Rg.
  Masse Nombre   Masse Nombre   Masse Nombre  
Bloc crâniofacial 267,0 19,1 18,0 100   175,0 12,5 18,0 75   209,0 13,4 18,0 185  
Mandibule 22,0 1,6 2,4 13   9,0 0,6 2,4 4   12,0 0,8 2,4 4  
Dents sup.                              
Dents inf.                              
Dents indet. 1,0     4             1,0     3  
Os hyoïde                              
Osselets oreille                              
Cartilage calcifié                              
Tête 290,0 20,8 20,4 117 2,48 184,0 13,1 20,4 79 2,33 222,0 14,2 20,4 192 1,16
Atlas 2,0 9,6 10,1 3     7,3 10,1     0,3 6,7 10,1 2  
Axis 2,0 3         4,0 2  
Vert. C3-C7 17,0 21   2,0 3   8,0 10  
Vert. thoraciques 39,0 17   36,0 17   37,0 51  
Vert. lombaires 53,0 24   49,0 16   47,0 26  
Vert. indet. 2,0 8              
Sacrum 19,0 8   16,0 9   7,5 8  
Coccyx                  
Côtes 84,0 6,0 6,4 84   50,0 3,6 6,4 63   54,0 3,5 6,4 122  
Sternum 2,0 0,1 0,5 1     0,0 0,5     2,5 0,2 0,5 5  
Tronc 220,0 15,7 17,0 169 1,30 153,0 10,9 17,0 108 1,42 160,3 10,3 17,0 226 0,71
Clavicule 11,0 0,8 1,0 3   8,5 0,6 1,0 3   28,0 1,8 1,0 4  
Scapula 30,0 2,1 2,8 10   14,5 1,0 2,8 10   18,0 1,2 2,8 13  
Humérus 85,0 6,1 6,4 14   87,5 6,2 6,4 15   103,0 6,6 6,4 22  
Radius 22,0 1,6 2,2 7   13,0 0,9 2,2 2   37,0 2,4 2,2 8  
Ulna 24,0 1,7 2,7 4   11,0 0,8 2,7 2   28,5 1,8 2,7 6  
Carpe   0,3 2,5       0,2 2,5     0,4 0,6 2,5 2  
Métacarpe 3,0 4   3,5 7   5,0 8  
Phalanges main 1,0 7         4,0 6  
Diaph. membre sup.                              
Membres supérieurs 176,0 12,6 17,6 49 3,59 138,0 9,8 17,6 39 3,54 223,9 14,4 17,6 69 3,24
Coxal 136,0 9,7 7,8 20   125,0 8,9 7,8 20   118,0 7,6 7,8 48  
Fémur 263,0 18,8 17,7 23   318,0 22,6 17,7 35   186,0 11,9 17,7 26  
Patella 3,0 0,2 0,6 1   3,0 0,2 0,6 2   2,5 0,2 0,6 1  
Tibia 76,0 5,4 10,6 16   127,0 9,0 10,6 23   91,0 5,8 10,6 18  
Fibula 23,0 1,6 2,5 7   18,0 1,3 2,5 7   21,0 1,3 2,5 9  
Tarse 17,0 1,4 5,8 10   36,0 4,3 5,8 13   19,0 1,7 5,8 14  
Métatarse 3,0 5   18,0 7   8,0 8  
Phalanges pieds 0,1 1   7,0 7        
Sésamoïde                  
Diaph. membre inf.                     20,0     4  
Membres inférieurs 521,1 37,3 45,0 83 6,28 652,0 46,4 45,0 114 5,72 465,5 29,8 45,0 128 3,64
MTC,MTT,Pm,Pp   0,0     0,00   0,0     0,00 1,0 0,1   4 0,25
Total déterminé 1207,1 86,4   418 2,89 1127,0 80,2   340 3,31 1072,7 68,8   619 1,73
                               
Os plat 46,0 9,4   227 0,35 40,5 15,2   81 0,92 62,0 17,7   128 0,75
Os court ou spongieux 7,0   31 8,5   35 24,0   75
Diaphyses indet. 79,0   114 165,0   116 190,0   163
Esquilles 58,0 4,2       64,0 4,6       211,0 13,5      
Total indéterminé 190,0 13,6   372   278,0 19,8   232   487,0 31,2   366  
                               
TOTAL 1397,1 100,0   790 1,70 1405,0 100,0   572 2,34 1559,7 100,0   985 1,37

372Pour chaque partie du squelette (tête, tronc, membres supérieurs et inférieurs) sont successivement donnés la masse d’os (en g), le pourcentage que représente cette masse par rapport à la masse totale des os brûlés (%Tot.), les valeurs de référence pour les adultes (Réf., d’après Lowrance et Latimer 1957), puis le nombre de fragments, enfin le poids moyen par région anatomique (Pm/Rg.). Les esquilles (éclats infimes, particules d’os spongieux) n’ont pas été comptées ; le poids moyen calculé est donc un poids moyen sans esquilles.

373Diaph. : diaphyse ; MTC, MTT, Pm, Pp : métacarpien ou métatarsien, phalange de la main ou du pied.

Inizio pagina

Bibliografia

Arena 1989 = R. Arena (éd.), Iscrizioni greche arcaiche di Sicilia e Magna Grecia, Milan, 1989.

Arias 1937 = P.E. Arias, Daedalica Siciliae, dans Ann. Della Scuola Norm. Super. Pisa Cl. Lett. Storia E Filos., 15, 1937, p. 129‑141.

Barbanera 2001 = M. Barbanera, Il sorgere dell’archeologia in Italia nella seconda metà dell’Ottocento, dans MEFRIM, 113, 2, 2001, p. 493‑505.

Barbanera – Terrenato 1998 = M. Barbanera, N. Terrenato, L’archeologia degli Italiani : storia, metodi e orientamenti dell’archeologia classica in Italia, Rome, 1998 (Nuova biblioteca di cultura).

Bazant 1986 = J. Bazant, Entre la croyance et l’expérience : la mort sur les lécythes à fond blanc, dans Iconographie classique et identités régionales, Athènes, 1986, p. 34‑44.

Bernabò Brea – Pugliese Carratelli 1946 = L. Bernabò Brea, G. Pugliese Carratelli, Kouros arcaico di Megara Hyblaea, dans ASAA, 25-26, 1946, p. 56‑68.

Cavallari 1872 = F. Cavallari, Le due necropoli di Selinunte ed i suoi vasi ritrovati negli scavi del 1872, dans Bull. Della Comm. Antich. E Belle Arti Sicil., 1872, p. 10‑22.

Cavallari 1873 = F. Cavallari, Le terre cotte figurate di Megara Iblea, dans Bull. Della Comm. Antich. E Belle Arti Sicil., 6, 1873, p. 1‑10.

Cavallari 1875 = F. Cavallari, Scavi e restauri eseguiti nei monumenti di Sicilia, dans Bull. Della Comm. Antich. E Belle Arti Sicil., 8, 1875, p. 20.

Cavallari 1887 = F. Cavallari, Su alcuni vasi orientali con figure umane rinvenuti in Siracusa e Megara-Iblea, dans Atti Della R. Accad. Sci. Lett. E Belle Arti Palermo Nuova Ser., 9, 1887.

Cavallari – Orsi 1892 = F. Cavallari, P. Orsi, Megara Hyblaea : storia, topografia, necropoli e anathemata, dans Monum. Antichi Dei Lincei, 1, 1892, p. 689‑950.

Dubois 1989 = L. Dubois, Inscriptions grecques dialectales de Sicile : contribution à l’étude du vocabulaire grec colonial, Rome, 1989 (Collection de l’École française de Rome, 119).

Fiorelli 1880 = G. Fiorelli, Megara Hyblaea, dans Not. Degli Scavi Antich., 1880, p. 37‑42.

Gentili 1954 = G.V. Gentili, L’arte di Megara Hyblaea nei nuovi reperti architettonici e statuari, dans Giara Rassegna Sicil. Della Cult. Dellarte Della Scuola, 2, 1954, p. 21‑39.

Gras – Tréziny – Broise 2004 = M. Gras, H. Tréziny, H. Broise, Mégara Hyblaea, 5. La ville archaïque : l’espace urbain d’une cité grecque de Sicile orientale, Rome, 2004.

Guzzo 1993 = P.G. Guzzo, Antico e archeologia : scienza e politica delle diverse antichità, Bologne, 1993 (Rapporti, 68).

Holloway 1975 = R.R. Holloway, Influences and styles in the late archaic and early classical Greek sculpture of Sicily and Magna Graecia, Louvain, 1975 (Publications d’histoire de l’art et d’archéologie de l’Université catholique de Louvain, 6).

Iacovella 1997 = A. Iacovella, Nécropole occidentale de Mégara : reconstitution de l’espace, Lyon, 1997.

Iacovella 2001 = A. Iacovella, Les premières fouilles à Mégara Hyblaea (1860-1897), dans MEFRA, 113, 1, 2001, p. 401‑469.

Kekulé 1884 = R. Kekulé, Die Antiken Terracotten. 2. Die Terracotten von Sizilien, Berlin, 1884.

Lowrance – Latimer 1957 = E.W. Lowrance, H.B. Latimer, Weights and linear measurements of 105 human skeletons from Asia, dans Am. J. Anat., 101, 1957, p. 445‑459.

Mauceri 1877 = L. Mauceri, Relazione sulla necropoli del fusco in Siracusa : Seguita da talune osservazioni sui vasi rinvenutivi. Lettera di Luigi Mauceri a W. Helbig, 1877.

Mégara 6. 1 = H. Duday (dir.), M. Gras (dir.), Mégara Hyblaea, 6. La nécropole méridionale archaïque de la cité grecque. 1. Les données funéraires, Rome, à paraître.

Mégara 6. 2 = R.-M. Bérard, Mégara Hyblaea, 6. La nécropole méridionale archaïque de la cité grecque. 2. Archéologie et histoire sociale des rituels funéraires, Rome, à paraître.

Payne 1931 = H. Payne, Necrocorinthia: a Study of Corinthian Art in the Archaic Period, Oxford, 1931.

Pelagatti 2001 = P. Pelagatti, Dalla Commissione Antichità e Belle Arti di Sicilia (CABAS) alla amministrazione delle Belle Arti nella Sicilia postunitaria : rottura e continuità amministrativa, dans MEFRIM, 113, 2, 2001, p. 599‑622.

Schubring 1864 = J. Schubring, Umwanderung des Megarischen Meerbusens in Sicilien, Berlin, 1864.

Van Andringa et al. 2013 = W. Van Andringa, H. Duday, S. Lepetz, T. Creissen, S. De Larminat, A. Gailliot, Mourir à Pompéi : fouille d’un quartier funéraire de la nécropole romaine de Porta Nocera (2003-2007), Rome, 2013 (Collection de l’École française de Rome, 468).

Inizio pagina

Note

1 Dans la suite du texte et sauf mention expresse du contraire, toutes les dates s’entendent av. J.‑C.

2 À propos de la réforme des structures gouvernementales de l’archéologie italienne à la fin du XIXe siècle, voir : Barbanera 2001, p. 49‑90 ; Iacovella 2001, p. 418-421 ; Pelagatti 2001.

3 Nous y reviendrons plus bas.

4 Cavallari – Orsi 1892.

5 Iacovella 1997. Voir également : Iacovella 2001, qui sera beaucoup cité ici.

6 Cavallari – Orsi 1892, col. 755, Iacovella 2001, p. 411.

7 Cavallari 1873 ; Cavallari – Orsi 1892, col. 708 et 723 ; Kekulé 1884.

8 « Als man vor einiger Zeit an der Nordseite am Abhang gegen den Cantara ein Haus baute, fand man in der Erde eine ganze Sammlung von Terrakotten, Lampen und Idoletten ; diese befindet sich jetzt in Museum von Syrakus ». Kekulé 1884, p. 461. À propos de Schubring, voir : Iacovella 2001, p. 411 : Mégara 5, p. 22-24.

9 Elles figurent probablement parmi les statuettes enregistrées sous les numéros 957 à 2021 du premier volume de l’inventaire du Musée de Syracuse mais il n’est guère possible d’aller plus loin dans leur identification en l’absence de plus amples précisions.

10 Document ACS : 1° V. AA.BB.AA. b. 62, Palermo, f. 87-29 (Rapports d’activité de Cavallari à la Commission de Palerme en date du 1er juin, du 1er septembre et du 1er novembre 1873) ; Cavallari 1873, p. 1.

11 Cavallari 1887, p. 13, n. 2.

12 Cavallari 1873. Les dates de 1868 et 1869, que Cavallari donne à quelques pages d’intervalle dans l’article consacré aux vases orientaux de Syracuse et Mégara Hyblaea (Cavallari 1887, p. 13, n. 2 et p. 30) comme celles où il aurait découvert la nécropole Ouest sont non seulement contradictoires entre elles mais aussi erronées puisque les vases achetés par le Musée de Syracuse en 1868 provenaient en réalité de la nécropole méridionale. Deux raisons de douter de la précision des indications tant chronologiques que géographiques de Cavallari.

13 Voir : Cavallari 1873, p. 1, note 1.

14 Iacovella 2001, p. 416, n. 41. Cette hostilité des propriétaires, mentionnée dans le rapport de fouille cité par A. Iacovella, donne enfin une explication à l’arrêt brusque des opérations dont Cavallari indique seulement, dans les MAL, qu’il survint « non per ordine del Ministero, ma arbitrariamente ». Cavallari – Orsi 1892, col. 716.

15 Il s’agit de la roche locale, calcarénite sableuse de couleur jaunâtre et de densité variable que Palumbo désigne systématiquement sous le nom de tufo, sans doute parce qu’il a été formé en Campanie où le tuf est abondant.

16 Il est simplement décrit par Cavallari comme un vaso ordinario di argilla. Cavallari – Orsi 1892, col. 715.

17 Cavallari – Orsi 1892, col. 715. La boucle d’oreille en question est inventoriée sous le numéro 4872 dans l’Inventaire du Musée de Syracuse.

18 Cavallari – Orsi 1892, col. 715

19 La fouille de la tombe Schermi est datée avec certitude du mois d’octobre 1873 par le rapport adressé par Cavallari à la Commission des Antiquités de Palerme le 1er novembre 1873, à propos de la mission qu’il vient d’effectuer sur place : « In Megara si eseguirono altri saggi di scavi molto vicini a quell’antichissima città. Gli oggetti di argilla furono consegnati al Museo di Siracusa… e tra quelli oggetti si consegnava un orchio di argento (sembra un’orecchina). Gli scavi furono sospesi per le difficoltà avute da parte dei proprietari ». (Document 1° V. AA.BB.AA b. 62, Palermo de l’Archivio Centrale dello Stato, cité dans : Iacovella 2001, p. 416, n. 41).

20 Étant donné les nombreuses incertitudes qui demeurent sur la localisation exacte des premières interventions à Mégara Hyblaea, il convient de rappeler le caractère strictement indicatif de ce schéma qu’on ne saurait considérer comme un reflet exact de la réalité.

21 « Nell’ottobre dell’anno scorso e nel mese di giugno di quest’anno si fecero piccoli scavi in Megara Iblea ove si rinvennero altri vasi nella sua necropoli del genere di quelli antecedentemente trovati, che si depositarono, come lo prescrive la legge, nel Museo di Siracusa ». Cavallari 1875, p. 23.

22 Voir la citation précédente sur les petits sondages effectués par Cavallari dans la nécropole en juin 1875 (Cavallari 1875, p. 23). Également dans l’historique d’Orsi : « Si trovarono alcuni sepolcri (….) uno di essi e quello il cui materiale fu descritto dal Kekulé » (Cavallari - Orsi 1892, col. 708). Si la publication de Kekulé précise le contenu de la tombe qu’il a fouillée – deux lécythes, trois fragments d’un vase corinthien (alabastre ?), un skyphos, un peson et trois statuettes, (Kekulé 1884, p. 7-8) – on ne dispose en revanche d’aucune information complémentaire sur les tombes fouillées par Cavallari cette même année.

23 Les rapports des deux hommes durant l’année 1874-1875 ne sont pas sans équivoque et Kekulé, comme Orsi, se montra fort critique sur les travaux de Cavallari. Voir : Iacovella 1997, p. 21‑23.

24 Les découvertes de 1877 ne sont donc pas relatives à des « sondages », comme l’affirme Orsi. Cavallari – Orsi 1892, col. 708.

25 La numérotation et les dessins ont donc été faits selon deux logiques différentes.

26 Di Targia ayant oublié de décrire les objets n°3 et 4 dans son rapport, nous ne connaissons pas le terme italien qu’il aurait employé pour les désigner.

27 Payne 1931, p. 291, type n°638.

28 La perle biconique est tout à fait semblable à celle découverte dans la tombe 239 de la nécropole Ouest, fouillée par Orsi en 1889. Voir : Cavallari – Orsi 1892, col. 887-888.

29 « Mi è parso bene tacere di questo vasellame, al quale non potrebbesi, a prima vista, che assegnare al secondo risorgimento, e non tanto celebro, di Megara, la quale andò a fine sotto Marcello ».

30 Cité dans : Iacovella 2001, p. 425.

31 Jean-Christophe Sourisseau propose en effet une datation de l’aryballe football au plus tard à la fin du VIIe siècle, tandis que la pyxis stamnoïde, la phiale et l’amphoriskos datent probablement du corinthien récent II. Je tiens à le remercier ici une fois de plus pour son aide précieuse.

32 « Se tutti sono di un epoca, i sepolcri, sarebbe il primo esempio di una lucerna rinvenuta nelle necropoli vicine dell’alta Antichità : in quella del Fusco non se ne sono trovate ».

33 ACS, 288/4959, 6B.

34 La description n’est peut-être pas spécifique, cependant, des découvertes de 1878 et pourrait englober notamment les objets déjà récupérés par Di Targia en 1877.

35 Iacovella 2001, p. 427 et n. 68.

36 Il s’agit ici des dimensions internes de la tombe, portées sur le relevé. La même remarque s’applique à la tombe B présentée ci-dessous.

37 Cavallari – Orsi 1892, col. 874.

38 Mauceri 1877, p. 6, fig. 2.

39 Cavallari 1872, pl. II, 10. L’exemplaire de Sélinonte est cependant encore plus surprenant car l’espace vide aménagé sous l’orifice est lui-même architecturé comme une tombe à orthostates miniature, deux fois moins haute que celle du dessus.

40 Fiorelli 1880.

41 Archivio 2°V. S1, AA.BB.AA, b. 288, f. 4959, 1 Siracusa, Melilli Scavi di M. H. 1882. En tout, Iacovella a recensé 76 documents, datés du 4 novembre 1879 au 20 juin 1880, traitant de la campagne de fouille 1879. Voir : Iacovella 2001, p. 429‑436.

42 Toutes les informations biographiques concernant Palumbo sont tirées des notes prises par l’historien de l’art Andrea Milanese sur le dossier administratif concernant Palumbo à l’Archivio Storico della Soprintendenza di Napoli. Je tiens à remercier ici Michel Gras qui m’a confié ces notes qu’il avait lui-même rassemblées avec l’aide de P. G. Guzzo.

43 Il s’agit d’un poste intermédiaire entre l’interlocuteur scientifique et le personnel technique dédié aux opérations de terrain.

44 Plusieurs élèves de « l’école pompéienne » de Fiorelli ont eu une grande importance pour la fouille de Mégara Hyblaea : en 1885, c’est à la demande de Fiorelli que Sogliano est envoyé à Syracuse pour rédiger le premier inventaire du Musée d’archéologie, et en 1892, c’est encore un élève de Fiorelli, Caruso, qui assiste Orsi pour la troisième grande campagne de fouille dans la nécropole Ouest de Mégara Hyblaea. Fiorelli signe d’ailleurs de sa main les notices concernant Mégara Hyblaea et Syracuse dans les Notizie degli Scavi à partir de 1880. À propos de la Scuola archeologia di Pompei, voir : Barbanera – Terrenato 1998, p. 19-34 et p. 64-70.

45 Elles sont probablement au nombre de dix (désignées par les abréviations Tr1-Tr10 dans le catalogue des tombes) mais les notes de terrain, trop elliptiques et parfois contradictoires, ne permettent guère d’en restituer la disposition exacte.

46 Fiorelli 1880, p. 37.

47 « Gli scavi governativi, per le ragioni di sopra cennate, si concentrarono nei terreni di proprietà del Notaro Vinci, in cui si trovarono gli oggetti descritti nel giornale dei trovamenti redatto del soprastante A. Palumbo. Nelle terre del Sig. Schermi attualmente seminate a grano se ne sono incontrati molto e lo attestano le conche che si osservano alla superficie del terreno ma la necropoli megarese si può estendere ancora verso Sud ». Document 3° V. S1. AA.BB.AA b. 288, f. 4959, 1, Siracusa, « Melilli, Scavi di M. H. 1882 ».

48 Le compte rendu de la Commissione per la conservazione delle antichità e belle arti en date du 20 décembre 1879 est très clair à ce sujet : « L’ing. Cavallari dice che fatte le perizie, di cui una per i danni arrecati alle terre del Vinci, in lire 107,90, l’altra per l’espropria dei terreni dello Schermi e dello Vinci, che complessivamente ammonta a Lire 15 200, ne fece rapporto ritenendo però affatto ingiustificabile l’espropria dei terreni ». Document 3° V. S1. AA.BB.AA b. 288, f. 4959, 1, Siracusa, « Melilli, Scavi di M. H. 1882 ».

49 C’est en revanche dans les terrains Schermi, à l’ouest du chemin, qu’eurent lieu les fouilles Orsi de 1891-1892.

50 Le 1er décembre 1879, l’assistant Palumbo écrit ainsi à Fiorelli en lui annonçant que des tombes ouvertes sont exposées au pillage et en demandant des gardes supplémentaires pour la fouille : un garde accompagné d’un policier est aussitôt envoyé par le préfet de Syracuse.

51 En réalité, avant même le début de la fouille, dans la lettre par laquelle il signifie son accord pour entreprendre la fouille de la nécropole Ouest, le Prince de Scalea met en garde Fiorelli contre les difficultés que peuvent créer les propriétaires de terrain – difficultés déjà constatées en 1873.

52 Voir : Iacovella 2001 pour le détail de ces courriers.

53 Guzzo 1993.

54 Iacovella 2001, p. 430-432.

55 Dans un courrier du 18 décembre au Prince de Scalea, Lo Curzio ne cache pas son inimitié envers Cavallari lorsqu’il évoque la situation de l’assistant Palumbo, embarqué « su d’una nave sbattuta dalle onde e guidata da un nocchiero che sorregge mal sicuro il timone e privo di bussola ». Il ajoute en conclusion que, si Cavallari a certainement des qualités scientifiques, « è unico per far perdere le giornata in vacue discussioni, che rende vivaci e irritanti, senza poi concludere nulla ».

56 Pour le journal des objets comme pour le journal de fouille, la première partie des journaux concernent les découvertes du 24 novembre au 2 décembre, la seconde du 3 au 17 décembre 1879.

57 Le seul cas avéré de dépôt secondaire à inhumation dans les nécropoles de Mégara Hyblaea pourrait être celui de la tombe 301 de la nécropole Ouest, fouillée par Orsi en 1889. Cette tombe a dado a en effet livré un lébès de bronze qui contenait les restes très partiels de cinq individus, dont quatre avaient été inhumés et un seul incinéré comme l’a montré l’étude récente et encore inédite d’H. Duday. Il s’agissait cependant d’une structure tout à fait originale, témoignant potentiellement d’un remploi tardif, et il est peu probable que le stamnos 112 présente la même situation, d’autant plus que, comme nous le verrons plus bas, un vase identifié comme ce stamnos, découvert dans les réserves du Musée de Syracuse en 1998 (en même temps que le lébès de la tombe 301) était encore rempli d’ossements brûlés qui ont également fait l’objet d’une étude anthropologique par H. Duday.

58 Les carnets d’Orsi portent fréquemment l’indication r.n.r., abréviation de rotto non raccolto, à côté de la description sommaire de nombreux vases qui ne furent pas ramassés.

59 On constate cependant de nombreuses variations, à un ou deux jours près, entre les dates de découverte indiquées dans le journal de fouille, dans le journal des objets et dans la publication de Fiorelli.

60 Nous avons ici regroupé les termes et leurs diminutifs associés.

61 Ce n’est pas le cas dans le rapport Di Targia, qui emploie également le terme alabastron pour les alabastres corinthiens.

62 La rubrique Descrizione sommaria indique à propos de ce vase : « Ha un ansa e il becco è diviso in tre curve ».

63 Il pourrait s’agir de la coupe inventoriée sous le numéro 2348, retrouvée dans les réserves du Musée de Syracuse. Il y a cependant une divergence d’1 cm entre la hauteur indiquée par Palumbo pour le vase n°19 et celle observée sur la coupe 2348 au Musée.

64 L’amphore de table à figures noires de la tombe T4 est d’abord désignée comme un vaso cinerario dans le journal de fouille, mais l’expression disparaît dans le journal des objets et la publication.

65 « La suppellettile venne depositata nel Museo comunale di Siracusa di quel tempo, che era piuttosto un magazzino. Per mancanza di spazio e di armadi, gli oggetti si confusero ed il prof. Sogliano, incaricato di consegnare tutta la suppellettile archeologica depositata in quel locale ne fece un inventario nel migliore modo possibile. Nel 1884, tutto ciò che conteneva i Museo civico fu consegnato e trasportato al nuovo Museo divenuto nazionale, e si poteranno solamente classificare quei vasi topograficamente. Le terre cotte figurate trovate negli scavi del 1879 erano state riunite e confuse con quelle di Megara, trovate nel 1865 in una grotta presso la casetta del citato notaro Vinci, e quindi non fu possibile separarle da altri ». Cavallari – Orsi 1892, col. 716.

66 « Vi è rappresentato il combattimento di Ercole con tre Amazzoni, delle quali una è stata già atterrata dall’Eroe. Le Amazzoni hanno il volto, le mani e le gambe di bianco ». Inventaire du Musée de Syracuse, objet 2339.

67 Voir : planches I-IV pour les photographies du mobilier céramique.

68 Il s’agit des caissettes n°148, 157 et 165.

69 Il s’agit de la caissette n°124.

70 À propos de cette inscription, voir : Arena 1989, p. 19 ; Dubois 1989, p. 29.

71 Les traces de l’araire sont clairement visibles sur la pierre.

72 À propos de ce relief, voir : Arias 1937, p. 134-139.

73 À propos de cette sculpture, voir : Arias 1937, p. 139 ; Gentili 1954, p. 38, fig. 19 ; Holloway 1975, p. 33, 46, fig. 199-200.

74 Bernabò Brea – Pugliese Carratelli 1946.

75 Il s’agit de deux petites pyramides tronquées : la première, haute de 73 cm de haut était placée sur la couverture de l’impressionnant caveau bâti T185 ; la seconde, haute de 43 cm, était adossée à la petite tombe alla cappuccina T307. Cavallari – Orsi 1892, col. 870-873 et col. 902.

76 Il s’agit d’un chapiteau de pilastre, d’un fragment de sculpture représentant un torse de type apollinien et de deux cippes inscrits. Cavallari – Orsi 1892, col.786-798.

77 Comme nous le verrons plus bas, Palumbo emploie parfois successivement deux termes différents pour désigner la même structure.

78 « Era costruito di 14 massi di tufo, cioè 4 al suolo, 4 nel coperchio… e 6 all’intorno, posti di taglio ai quattro lati ».

79 C’est le cas de la tombe 301, déjà évoquée. Cavallari – Orsi 1892, col. 900‑901.

80 La tombe W21, fouillée en 1953 par G. Vallet et F. Villard, présente un modèle très proche, si ce n’est que le bloc de tuf dans lequel était enchâssé le bassin de bronze était circulaire et non parallélépipédique Voir : Mégara 6.1, à paraître.

81 Mégara 6.1 et Mégara 6.2, à paraître.

82 Mégara 6.1 et Mégara 6.2, à paraître.

83 La pratique des tombes plurielles n’est pas rare à Mégara Hyblaea, nous y reviendrons plus bas.

84 T7, T8 T11, T28.

85 Palumbo n’indique pas si les dimensions données sont les dimensions internes ou externes de la cuve mais on sait que dans la publication des MAL, ce sont toujours les mesures internes qui sont indiquées par Orsi. Quand bien même Palumbo donnerait ici les dimensions externes des tombes, cela ne poserait pas non plus de problème majeur pour l’identification des tombes d’enfant. Le seul problème envisageable concernerait les tombes d’adulte si les dimensions données étaient proches de la limite retenue de 150 cm – ce qui n’est pas le cas ici puisque toute les tombes d’adulte avaient une longueur supérieure ou égale à 175 cm.

86 T1, T2, T5, T6, T9.

87 Parmi les 832 tombes des nécropoles Ouest et Sud étudiées dans le cadre de notre doctorat, seule une tombe répondait à ce profil exceptionnel : il s’agissait du petit sarcophage monolithe Z105, dont la cuve d’une longueur interne de 122 cm était clairement prévue à l’origine pour l’inhumation d’un enfant, mais qui contenait seulement au moment de sa découverte les os brûlés de deux sujets adultes, un homme et une femme. Il s’agit sans aucun doute ici d’un remploi, après une première utilisation du sarcophage pour l’inhumation d’un ou plusieurs enfants.

88 Nous reviendrons ci-dessous sur l’étude faite par H. Duday des os brûlés contenus dans trois stamnoi provenant très probablement de la fouille de 1879.

89 Le vase 3110 a en effet livré une feuille de papier roulée en boule, placée sous les ossements, tandis que les vases 3108 et 3109 contenaient des fétus de paille et de minuscules mottes de terre – alors même que les os dépourvus de toute imprégnation terreuse indiquaient clairement l’absence d’infiltration de terre dans l’Antiquité. Il s’agit donc nécessairement d’infiltrations récentes.

90 Je tiens à le remercier une fois de plus ici pour m’avoir communiqué ses données inédites et autorisé à les reproduire dans le cadre de cet article.

91 Il est en effet possible que la tombe ait abrité d’autres individus, inhumés ou incinérés, dont les restes n’auraient pas été identifiés au moment de la fouille. Il est cependant possible également que la tombe T9 ait abrité seulement ce récipient cinéraire, comme c’est le cas semble-t-il de la tombe Z122 de la nécropole Sud. Ce massif caveau bâti n’a en effet livré qu’un grand cratère laconien contenant les os brûlés et mêlés d’un homme et d’une femme. Voir : Mégara 6.1, à paraître.

92 Il est pourtant extrêmement probable que le contenu de l’urne a été examiné dès sa découverte pour y chercher d’éventuels objets précieux

93 Il pourrait s’agir d’une offrande mais peut-être aussi d’un clou utilisé dans la construction du bûcher. Il n’est donc pas certain qu’il s’agisse d’un dépôt volontaire.

94 Voir par exemple : Bazant 1986.

95 L’amphore est décrite comme un vaso prezioso par Palumbo, comme un vaso pregevolissimo par Fiorelli. Fiorelli 1880, p. 38.

96 Le vase, retrouvé dans les réserves du Musée de Syracuse, présente un décor très peu incisé et affiche une dissymétrie marquée, donnant au vase une forme nettement déséquilibrée – indépendamment des problèmes causés par le manque de certains fragments de la partie inférieure de la panse. Il n’y a cependant pas de doute possible sur l’identification du vase, inventorié sous le numéro 2347 au Musée de Syracuse avec l’indication de provenance Megara Hyblaea, scavo governativo et conservé dans la caissette 165 (marquée Cavallari Sporadico) avec d’autres vases provenant de la fouille de 1879. L’amphorette 2347 correspond en effet en tous points à la description du journal des objets pour l’amphore n°16 : haute de 17 cm, elle est brisée uniquement dans sa partie basse en plusieurs fragments qui ont été recollés après la fouille. Elle se caractérise par une embouchure large et un décor divisé en deux panneaux à figures noires au niveau de l’épaule, tandis que le reste du vase est entièrement peint en noir (comme une petite amphore panathénaïque, pour reprendre la comparaison de Palumbo).

97 Il s’agit de la tombe T7, longue de 125 cm et de la tombe T10, désignée comme un piccolo sarcofago. Nous ne disposons d’aucune information sur la tombe T4 ; quant au grand caveau bâti T9, s’il contenait au moins le dépôt secondaire à crémation d’une jeune femme, il n’est pas impossible qu’il ait également abrité les restes d’un ou plusieurs enfants dont les restes n’auraient pas été identifiés au moment de la fouille.

98 L’imprécision du nombre s’explique par le caractère fragmentaire de certains objets décrits par Palumbo.

99 Publié sous le numéro 34 dans : Giudice 1983, p. 57 et tav. 5.

100 Publié sous le numéro 34 dans : Giudice 1983, p. 58 et tav. 7.

101 Publié sous le numéro 36 dans : Giudice 1983, p. 57-58 et tav. VI.

102 Henri Duday, Directeur de recherche émérite au CNRS, UMR 5199 Pacea, Université de Bordeaux.

103 Van Andringa et al. 2013, p. 5-16.

104 Lowrance – Latimer 1957.

Inizio pagina

Indice illustrazioni

Titolo Fig. 1 - Schéma20 de localisation des premières interventions à Mégara Hyblaea (R.-M. Bérard ; fond de plan H. Tréziny).
Titolo Fig. 2 - Mobilier des tombes découvertes en 1877, planche 1 (S. Politi).
Titolo Fig. 3 - Mobilier des tombes découvertes en 1877, planche 2 (S. Politi).
Titolo Fig. 4 - Plan topographique de Mégara Hyblaea avant la fouille de 1879 (L. Mauceri).
Titolo Fig. 5 - Tombe A du plan Mauceri (coupe, plan et mobilier).
Titolo Fig. 6 – Tombe B du plan Mauceri (coupe, plan et mobilier).
Titolo Fig. 7 - Schéma de localisation des fouilles de 1879 et 1889, MAL 1892.
Titolo Fig. 8 - Extrait du journal des objets (A. Palumbo).
Titolo Fig. 9 - Extrait du premier volume de l’inventaire du Musée de Syracuse (A. Sogliano).
Titolo Fig. 10 - Le chapiteau inscrit (inv. 001).
Titolo Fig. 11 - La stèle au guerrier courant (inv. 836).
Titolo Fig. 12 - Le fragment de sphinge (inv. 5892).
Titolo Fig. 13 - Répartition des tombes de 1879 en fonction du nombre de pièces de mobilier par tombe.
Titolo Fig. 14 – Tombe 4. Amphore de table (n°16 = inv. 2347)
Titolo Fig. 15 – Tombe 5. Lécythes attiques (n°27 = inv. 2345, n°28 = inv. 2343 et n°30 = inv. 2344)
Titolo Fig. 16 – Tombe 7. Lécythes attiques (n°39 = inv. 2287, n°41 = inv. 2337)
Titolo Fig. 17 – Tombe 8. Vase plastique (n°67 = inv. 1833) et lécythe attique (n°71 = inv. 2308)
Titolo Fig. 18 – Stamnos (n°112 = inv. 3108)
Titolo Fig. 19 – Stamnos (n°118 = inv. 3109 et n°119 = inv. 3110)
Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento elettronico

Reine-Marie Bérard, « Nécropole Ouest, 1879 : la première fouille programmée à Mégara Hyblaea », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [Online], 128-2 | 2016, Messo online il 25 luglio 2016, consultato il 27 marzo 2017. URL : http://mefra.revues.org/3797

Inizio pagina

Autore

Reine-Marie Bérard

École française de Rome - rmberard@hotmail.fr

Inizio pagina

Diritti d'autore

© École française de Rome

Inizio pagina
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org