Navigation – Plan du site
Varia

Les marbres de l’Ara Pacis Augustae : découverte et réception (1564 ?-1566)

Germaine Guillaume-Coirier

Résumés

La question de la découverte et de la réception des marbres de l’Ara Pacis, dont on ne connaissait que la date d’achat en 1566, peut être reprise grâce à des documents restés inexploités. Dans un passage de l’Enciclopedia del mondo antico consacré à l’Arco di Portogallo, Ligorio signale incidemment leur exhumation par le cardinal Francesco Gonzaga à l’emplacement du palais cardinalice de S. Lorenzo in Lucina également dit de Portogallo, ce qui permet de la dater puisque Gonzaga occupa ce palais de mars 1564 à janvier 1566. Les reliefs représentant le cortège sacrificiel furent aussitôt admirés et commentés. Un débat opposa Pirro Ligorio et Onofrio Panvinio pour l’identification du prêtre qui tenait une baguette : un flamine pour celui-ci, un salien pour celui-là. Ligorio s’inspira de vêtements sacerdotaux pour des dessins de trois chapitres du livre IX de ses Antichità (antérieurs à janvier 1567) ; Panvinio fit transposer des personnages par Étienne Dupérac pour des estampes destinées à son De ludis circensibus et son De triumpho (datées de 1565-1566). Le temps nécessaire à l’exécution de ces estampes laisse supposer que les vestiges furent trouvés au plus tard durant l’été 1565.

Haut de page

Notes de l’auteur

Toute notre gratitude va à Emmanuel Lurin qui nous a généreusement fait bénéficier de ses connaissances sur les relations entre les antiquaires et les artistes à la Renaissance, à Marcello Fagiolo qui nous a permis d’étudier les photographies des manuscrits de Turin et de Naples de Ligorio au Centro di Studi sulla Cultura e l’Immagine di Roma et dont la familiarité avec l’écriture de Ligorio nous a été précieuse, à Carlo Gasparri qui nous a incitée à approfondir nos recherches sur les débats d’antiquaires.

Texte intégral

  à la mémoire de Guido Saba

  • 1 Sur l’identification des reliefs, von Duhn 1881, p. 302-332 ; sur l’appartenance à l’Ara Pacis par (...)
  • 2 Boyer 1932, p. 48. Les comptes tenus par le secrétaire de Ricci, Giacomo Della Porta, datables de (...)
  • 3 Lettre du 11 février 1569, dans Villa Médicis, vol. 5, n°189, p. 88. De même, « novi pezzi di marm (...)
  • 4 Torelli 1993, p. 77-79. L’arc était encore appelé Arcus Claudii, Arcus Domitiani sive Tripoli, Arc (...)
  • 5 Sur le plan de Bufalini (1551), Frutaz 1962, t. II, pl. CIX, 12, le palais est désigné comme celui (...)

1Les premières mentions des marbres de l’Ara Pacis se trouvent dans les comptes et la correspondance du cardinal Ricci, leur acheteur1. Un paiement effectué le 29 juillet 1566 concerne « neuf morceaux de marbres à histoires […] qui étaient dans la cour de la maison de Saint-Laurent-in-Lucina » 2. Dans une lettre du 11 février 1569 adressée à Concini, secrétaire de Cosme de Médicis, Ricci parle de « pezzi di marmi grechi trovati sotterati, dicono d’un arco trionfale che fece Domitiano ». Ces antiques – des blocs de dimension imposante ornés sur une face de scènes figurées et sur la face opposée de guirlandes – avaient donc été extraits du sol, gage d’authenticité3 ; ils passaient pour provenir d’un monument illustre communément appelé Arco di Portogallo4 ; et au moment de leur vente ils étaient dans la cour du palais cardinalice de S. Lorenzo in Lucina, dit Palazzo di Portogallo du nom de l’arc auquel il était accoté et avec lequel il communiquait à l’étage5 (fig. 1).

Fig. 1 - Bufalini, Plan de la Rome moderne, 1551 (nord à gauche) : 1. via Flaminia ; 2. arcus Domitiani sive Tripoli (= Arco di Portogallo) ; 3. palais de S. Lorenzo in Lucina (= Palazzo di Portogallo) ; 4. via in Lucina ; 5. église de S. Lorenzo in Lucina. 

Fig. 1 - Bufalini, Plan de la Rome moderne, 1551 (nord à gauche) : 1. via Flaminia ; 2. arcus Domitiani sive Tripoli (= Arco di Portogallo) ; 3. palais de S. Lorenzo in Lucina (= Palazzo di Portogallo) ; 4. via in Lucina ; 5. église de S. Lorenzo in Lucina. 
  • 6 Leur insuffisance est déplorée : « Queste scoperte non suscitarono allora alcun interesse o deside (...)
  • 7 Personnages du cortège dans les Triomphes de Mantegna (1488-1490), Vickers 1975, p. 113-120 ; Tell (...)
  • 8 Gasparri 1989, p. 118-125 et fig. 11 ; De Caprariis 1991-1992, p. 184-185 ; D’Agostino 2003, p. 49 (...)

2Aucun texte connu ne faisant état de cette importante découverte6, on a cherché à l’établir en rapprochant des personnages du cortège et de la scène allégorique de personnages figurant sur des tableaux ; on a également supposé que les méandres d’une petite frise figurant sur des blocs de faible hauteur se reconnaissaient sur des tapisseries ; mais ces comparaisons formelles sont peu concluantes7. Un fragment de plaque orné de rinceaux, représenté sur une gravure d’Agostino Veneziano (vers 1520-1534), est le seul indice d’une connaissance précoce ; encore s’agit-il d’un morceau d’une plaque ayant servi de revêtement au registre inférieur externe, sans doute anciennement récupéré et réutilisé8.

  • 9 Panvinio, De ludis circensibus, restitution de la Pompa circensis défilant dans le Circus Maximus (...)
  • 10 Lurin 2006, t. 1, p. 124 ; 2007, p. 163.
  • 11 Ligorio BNN, livre IX, chap. CXVIII-CXXI, f° 61 r -64 r. Sur la vente des manuscrits des Antichità(...)
  • 12 Petersen 1902, p. 95, n. 1 ; p. 135 et 201 ; Michon 1909, p. 163-164, n. 8 ; Koeppel 1987, p. 156  (...)
  • 13 Ligorio AST, vol. 14, s. v. Piscina, f° 19-21. Ligorio travailla à ce grand ouvrage jusqu’à sa mor (...)

3Des données convergentes pourtant existent, qui sont restées inexploitées. Des personnages du cortège furent transposés par Étienne Dupérac dans trois estampes gravées en 1565-1566, destinées au De ludis circensibus et au De triumpho d’Onofrio Panvinio9, comme l’a signalé E. Lurin10. Les vêtements de trois prêtres servirent de modèles à Pirro Ligorio pour illustrer des chapitres du livre IX de ses Antichità dont les manuscrits furent vendus au cardinal Alexandre Farnèse avant le 17 janvier 156711, mais ces dessins furent négligés car ils ne renseignaient pas sur les vestiges eux-mêmes12. Or ils prennent tout leur sens s’ils sont rapprochés de quelques lignes qui ont échappé à l’attention, perdues dans un article de l’Enciclopedia del Mondo antico où Ligorio traite de l’Arco di Portogallo et de ses alentours13.

L’inventeur, le lieu, la date

  • 14 Dessin parfait avec mesures, reliefs tous en place. À comparer avec le dessin de Fontana (1662), S (...)
  • 15 Sur ces deux plans, Mandowsky – Mitchell 1963, p. 40-41 et pl. 74-75 ; Besse – Dubourg Glatigny 20 (...)
  • 16 Il tient de Biondo Flavio la mention d’une « Basilica Domitiana » sur les ruines de laquelle était (...)
  • 17 L’analyse des lieux sera examinée plus loin.
  • 18 Ligorio AST, vol. 14, s. v. Piscina, f° 21. 

4Après avoir présenté et dessiné cet arc dont il complète arbitrairement les parties manquantes14, Ligorio rappelle sa place dans la Rome moderne et dans une Rome antique reconstituée15 (fig. 2-3). Il le fait toucher à une « Basilica Domitiana »16 édifiée à l’extrémité d’une « seconda septa centuriata » 17, puis évoque le décor de cet enclos18 :

et vedesi esso Arco allato all’antica Basilica nella seconda septa centuriata et attaccato al palazzo di Portogallo oltre al monte Citorio, et propinco al tempio di San Lorenzo in Lucina ; posto nel spatio dove fù la propria piazza di Campo Martio, ch’era una septa tutta circundata d’opera di marmo lunense di scultura, con figure delle pompe Romane, dell’ordine del senato, et de’ cavallieri, et del sacerdozio, in cui intravenivano, gli ufficiali, alle sollennità che si facevano alla Martiale Vittoria del populo Romano ; delle quali opere havemo veduto molti fragmenti trovati dal signor cardinale Consaga, nel sito del pallazzo di Portugallo.

Fig. 2 – Ligorio, Plan de la Rome antique, 1553 : 1. via Flaminia ; 2. Arcus Claudij (= Arco di Portogallo) ; 3. Septa.

Fig. 2 – Ligorio, Plan de la Rome antique, 1553 : 1. via Flaminia ; 2. Arcus Claudij (= Arco di Portogallo) ; 3. Septa.

Fig. 3 – Ligorio, Plan de la Rome antique reconstituée, 1561 : 1. via Flaminia ; 2. Arcus Novus (= Arco di Portogallo) ; 3. Septa curiata ( = seconda Septa centuriata ?) ; 4. Basilica Domitiana.

Fig. 3 – Ligorio, Plan de la Rome antique reconstituée, 1561 : 1. via Flaminia ; 2. Arcus Novus (= Arco di Portogallo) ; 3. Septa curiata ( = seconda Septa centuriata ?) ; 4. Basilica Domitiana.
  • 19 Ligorio dut surveiller l’extraction de ces marbres alors qu’il avait assisté peu auparavant, impui (...)

5Des reliefs représentant un cortège de sénateurs, de chevaliers et de prêtres ornaient jadis son pourtour, dont l’existence se déduit des nombreux fragments qui furent « trouvés par le cardinal Gonzaga à l’emplacement du palais de Portogallo », et qu’il a « vus » 19.

  • 20 Ligorio BNN, livre IX, chap. CXIX, f° 62 v ; chap. CXXI, f° 63 v. 
  • 21 Crucitti 2001, p. 760-762. Il ne doit être confondu ni avec le cardinal Francesco Gonzaga (1444-14 (...)

6Or c’est à partir de ces « fragments » que Ligorio a dessiné les vêtements sacerdotaux qui illustrent trois chapitres du livre IX de ses Antichità ; ils étaient portés par des prêtres « sculpiti nell’ornamenti della septa del campo Marzio », dont un « victimario » figurant sur un marbre trouvé « nel campo Martio circa l’Arco che hoggidi si chiama di Portogallo »20. Le dessin qu’il fit de ce dernier ne laisse aucun doute (fig. 4) : vu de profil, vêtu d’une toge, voilé et portant une hache sur l’épaule, ce « victimaire » ressemble à un personnage du cortège (fig. 5) et à nul autre, car ce dernier est unique dans l’art romain. Quelle que soit donc l’amplification à laquelle se livre Ligorio à partir de quelques restes, les faits sont là : les « molti fragmenti » sortis du sol du palais de Portogallo sont bien ceux qu’on identifiera plus tard comme provenant de l’Ara Pacis. Et leur inventeur fut le cardinal Francesco Gonzaga21.

Fig. 4-5 – Ligorio, « victimario », détail de la fig. 11 ; Ara Pacis, prêtre à la hache, détail de la fig. 6.

Fig. 4-5 – Ligorio, « victimario », détail de la fig. 11 ; Ara Pacis, prêtre à la hache, détail de la fig. 6.
  • 22 Lanciani 1896, p. 242-246 ; Stucchi 1949-1950, p. 104. L’intérêt de Pie IV pour cet arc s’inscrit (...)

7Les conditions dans lesquelles celui-ci occupa le palais cardinalice sont connues. Nommé cardinal-diacre de S. Lorenzo in Lucina le 16 juillet 1562, il devint cardinal-prêtre de cette basilique le 1er mars 1564 et mourut en plein conclave le 6 janvier 1566. Le cardinal Georges d’Armagnac son prédécesseur, qui par un bref du 21 juin 1563 avait obtenu de Pie IV la jouissance des lieux sa vie durant, lui avait cédé ses droits moyennant une compensation à verser chaque semestre. Cette transaction fut approuvée par un motu proprio du 1er mai 1564 qui stipulait que le nouvel occupant devait restaurer l’Arc de Portogallo et procéder dans le palais à des réparations et des aménagements – restaurandi arcum predictum et palatium quoque reparandum et meliorandum. Pour éviter toute controverse sur la somme due à d’Armagnac et sur celle à employer pour améliorer les lieux, ce motu proprio fut confirmé par un autre du 1er mai 1565 où il était essentiellement question de la restauration de l’arc à laquelle Pie IV était très attentif22.

  • 23 D’Onofrio 1961, p. 163 ; Vickers 1975 p. 112, n. 11. Le palais s’élevait sur des constructions rom (...)
  • 24 En 1859, via di Lucina, lors de la découverte du bloc orné sur une face d’une partie du relief d’E (...)
  • 25 Pasqui 1904, p. 571-572 ; Cannizzaro 1907, p. 3-5, note à propos des fouilles de 1903 que le sous- (...)

8Ces travaux allaient de pair. Le bâtiment, dont la façade est donnait sur la via Flaminia et la façade sud sur la via in Lucina, et dont les ailes nord, est et sud ouvraient sur un cortile (fig. 1), était bâti sur un sol instable et fragilisé par les inondations23. Comme ses fondations avaient été consolidées vers 1425 puis vers 1510, on devine qu’il fallut de nouvelles reprises en profondeur. Certaines durent être faites sous la façade sud, le long de la via in Lucina. C’est en effet vers l’angle sud-ouest qu’un bloc fut extrait en 1859 et que la base de l’enceinte de l’autel augustéen fut découverte en 190324. De plus, la présence de majolique à une grande profondeur révéla lors de ces fouilles que le terrain avait été bouleversé au XVIe siècle jusqu’au milieu de la rue ; l’accumulation de matériaux de décharge pourrait correspondre aux remblais qui avaient alors comblé les vides25.

  • 26 Pie IV mourut après une brève maladie, le 9 décembre 1565.
  • 27 Faites dans un palais cardinalice, les fouilles ne requéraient pas l’autorisation de la Camera Apo (...)
  • 28 La photographie de l’extraction du bloc Sud 4 en 1937, long de 1,34 m (Dolari 2011, p. 61, fig. 43 (...)

9De ces données il ressort que l’exhumation des vestiges fut postérieure à la nomination de Gonzaga comme cardinal-prêtre en mars 1564 et au motu proprio du 1er mai suivant. Comme Gonzaga se rendit à Mantoue prendre possession de son évêché à la fin de novembre 1565, tomba au retour gravement malade et mourut le 6 janvier 1566 durant le conclave qui suivit la mort de Pie IV26, les neuf blocs furent découverts entre l’été 1564 et l’automne 156527. Durant cette période ils furent vraisemblablement rangés au fur à mesure de leur extraction à l’abri dans la cour du palais28.

  • 29 Firpo – Biferali 2009, p. 325-326 ; Bonora 2011, p. 70-71.
  • 30 Pastor 1951, p. 76-77 ; finalement il n’en donna qu’une partie. L’hostilité des papes envers les s (...)
  • 31 Fosi Polverini 1988, p. 769-772.

10Avec l’élection inattendue de Pie V, le climat intellectuel et moral changea immédiatement et du tout au tout29. Dès le 10 février, le nouveau pape décida d’enlever les antiques réunis par Pie IV au Belvédère et alentour, un successeur de Pierre ne devant pas « tener simili idoli in casa » ; le 11 février il en fit don à la collection municipale du Capitole30. Ce même jour il nomma comme titulaire de la basilique de S. Lorenzo in Lucina un rigoureux réformateur, le cardinal Fulvio Corneo Della Cornia31, qui suivit son exemple. Pour mettre fin au désordre que causaient au palais cardinalice des reliefs ornés d’un cortège se rendant à un sacrifice païen et d’une scène avec trois femmes dont deux au buste dénudé, les marbres furent mis en vente.

  • 32 « À compter du 29 juillet 1566 cent vingt-cinq écus pour pareille somme payée à Camillo Bolognino, (...)

11Le cardinal Ricci les acheta, comme l’indique le paiement du 29 juillet 1566 dont les modalités ne sont pas claires et qui ne correspond pas nécessairement à une entrée en possession32. On ignore où il les entreposa ensuite et dans quelles conditions ils étaient alors visibles. De toutes manières, leur véritable « réception » avait déjà eu lieu.

Un ensemble énigmatique

  • 33 L’obélisque était loin, et l’on ignorait l’existence des insulae sur lesquelles reposaient les fon (...)

12Ces marbres avaient tout pour intriguer. Alors que leur masse laissait supposer qu’ils avaient appartenu à un ensemble important, ils étaient enfouis dans une zone du Champ de Mars où rien n’attestait l’existence d’une grande construction antique33 (fig. 2). Dans leur décor il n’y avait pas de relation apparente entre le cortège qui ornait une face de sept blocs et la scène allégorique sculptée sur deux autres. Comme des guirlandes couvraient la face opposée de tous les blocs, ceux-ci avaient été conçus pour être vus de deux côtés, et à une faible hauteur étant donné la finesse du travail.

  • 34 Nous désignerons les reliefs d’après les plaques obtenues par sciage des blocs, selon l’emplacemen (...)
  • 35 Relief Sud 7, figure S/39, Koeppel 1987, p. 125-126 et fig. 14. 
  • 36 Huet 2012, p. 47-62. 
  • 37 Le jeune enfant S/31 tenait serré le pan de sa toge, Koeppel 1987, p. 124 et fig. 13. Le prêtre S/ (...)

13Le cortège se composait de soixante-dix personnages34. Il y avait trente-cinq prêtres et trois assistants suivis par trente-deux participants – des hommes en toge, un officier de très haut rang en paludamentum35, des femmes de noble apparence et des enfants appartenant vraisemblablement à une famille impériale. La présence d’un officiant capite uelato selon l’usage romain36 et d’un camillus portant les objets cultuels indiquait qu’il s’agissait d’une pompa sacrificielle. Elle était toutefois d’un type particulier car il n’y avait pas de solution de continuité entre cet officiant et les participants37 (fig. 6).

Fig. 6 – Ara Pacis, cortège sud, reliefs Sud 5 et 6 (cliché ca 1900 des deux reliefs alors réunis aux Offices, Ist. Centr. Cat. Doc. S. Michele, Rome E 1161).

Fig. 6 – Ara Pacis, cortège sud, reliefs Sud 5 et 6 (cliché ca 1900 des deux reliefs alors réunis aux Offices, Ist. Centr. Cat. Doc. S. Michele, Rome E 1161).
  • 38 Sur l’ordo sacerdotum, Dumézil 1987, p. 116-125 et 155.
  • 39 Siebert 1999, p. 245. Il n’avait rien d’un popa qui porte la hache sacrificielle en étant nu jusqu (...)
  • 40 Huet 2004, p. 196-198.
  • 41 Quinze flamines attachés à une divinité dont trois majeurs (de Jupiter, Mars et Quirinus), Marquar (...)
  • 42 Douze saliens sous la tutelle de Mars et douze de Quirinus, Marquardt 1890, p. 158-172 ; Schäfer 1 (...)
  • 43 Les bonnets avec apex ornés d’un motif étaient rares : foudre et tige feuillue (temple de Vespasie (...)
  • 44 Sur les dessins du Codex Orsini et de Dupérac la baguette ressemble à une tige de bambou, à moins (...)
  • 45 Désaccord sur leur nature : lances, tiges de bois ou objets du même genre (Denys d’Halicarnasse, A (...)
  • 46 Aucune représentation, ni parmi les objets cultuels de la célèbre frise de la basilique de S. Lore (...)
  • 47 Seule mention alors qu’il en existe sur ces prêtres plus de deux cents, dont devaient être alors c (...)

14L’ordre des prêtres était impossible à définir parce qu’ils formaient deux groupes distincts38. De plus, les prêtres qui se dirigeaient vers la droite étaient indifférenciés. Et de ceux qui allaient vers la gauche un seul était identifiable : l’officiant S/28 (fig. 6). Le prêtre qui au premier plan le précédait, S/26, enveloppé dans une toge qui lui couvrait la tête, tenait une hache (ou sacena) posée sur l’épaule39 – données contradictoires que de rares textes sur les acteurs sacrificiels ne permettaient pas de comprendre40. Devant lui, S/24 avait un lourd manteau sous lequel ressortait une tunique et un bonnet terminé par une pointe (l’apex) : or, d’après les sources antiques peu explicites sur leurs différences, cette tenue était commune aux flamines41 et aux saliens42 ; son bonnet orné d’une palmette était unique43. Et la baguette qu’il tenait levée d’un geste calme mais assuré ne permettait pas de trancher44 (fig. 7-8). En effet les saliens se servaient de la leur pour faire résonner leur bouclier45, mais S/24 n’avait pas de bouclier ; et la forme de celle des flamines était inconnue46 car seul le De uerborum significatione de M. Verrius Flaccus abrégé par Festus signalait son existence47. On ne pouvait rien dire de S/22 dont on n’apercevait qu’un peu du manteau, ni de S/23 qui avait un bonnet à apex mais pas de baguette.

15Cet objet uniquement porté par S/24 incita Panvinio et Ligorio à s’interroger sur sa raison d’être.

Fig. 7-8 – Ara Pacis, relief Sud 5, détail des prêtres S/23 et S/24 (détail de la fig. 6) ; Dupérac, cortège de l’Ara Pacis,détail des prêtres S/23 et S/24. Louvre, Arts graphiques, Inv. 26466 (en haut à gauche).

Fig. 7-8 – Ara Pacis, relief Sud 5, détail des prêtres S/23 et S/24 (détail de la fig. 6) ; Dupérac, cortège de l’Ara Pacis,détail des prêtres S/23 et S/24. Louvre, Arts graphiques, Inv. 26466 (en haut à gauche).

Ligorio et la Saepta centuriata 

  • 48 Ligorio BNN, livre IX, chap. CXVIII-CXXI, f° 61 r -64 r. 
  • 49 Quand Ricci dit que les morceaux furent « trovati di quell’arco antico » (lettre du 11 mai 1569, d (...)
  • 50 Il place la « septa centuriata » derrière la « curiata » sur son plan de 1561. Mais il dit l’Arcus (...)
  • 51 Nicolet 1976, p. 297-300. En fait on ne sait rien de ces sacrifices, Marquardt 1890, p. 165-170.
  • 52 Ligorio BNN, livre IX, chap. CXIX, Di salii martiali, f° 62 r-v. 

16Au livre IX de ses Antichità qui traite Di alcune varietà di vestimenti, Ligorio illustra d’un dessin inspiré de la tenue de ce prêtre l’un des quatre chapitres consacrés aux vêtements des saliens de Mars48. Il établit cette relation avec le dieu de la guerre en se fondant sur la provenance qu’il attribuait aux marbres. Il connaissait en effet suffisamment l’Arco di Portogallo pour comprendre que des blocs ornés sur deux faces opposées étaient incompatibles avec sa structure49. En revanche un enclos appartenant à un ensemble qu’on croyait alors proche, la Saepta centuriata50, pouvait avoir abrité un tel décor (fig. 2-3). Comme les Romains s’y réunissaient par centuries en particulier pour donner leur avis sur les déclarations de guerre et la ratification des traités de paix, et comme les sacrifices célébrés à ces occasions l’étaient nécessairement par les prêtres de Mars51, le cortège sculpté représentait une cérémonie dans laquelle ceux-ci intervenaient52 :

questa è la ragione dunque che essi salii con li suoi due principali sacerdoti che erano i sacrificatori notissimi del sacrificio, furono sculpiti nell’ornamenti della septa del campo Marzio : ovve si diggerivano le cose del comitio in dare i uoti et sufragij. et nell’usare i sacrificij assignati al Gaudio di Marte delle cose degli huomini di guerra, i quali pria sacrificavano à Marte che si partissero come ai Dei Lari Tutelari et consiglieri […] nelle cose delle battaglie.

  • 53 Il décrit cette tenue dans le chapitre de généralités CXVIII : Ligorio BNN, livre IX, Del’ habito (...)
  • 54 Koeppel 1990, p. 36-38, fig. 8.
  • 55 Fragment du relief Casali, connu par un dessin du milieu du XVIe siècle qui réunit plusieurs relie (...)

17Ligorio estima que le prêtre S/24 du cortège portait leur « habito » caractéristique – bonnet à apex, manteau, tunique, baguette – même s’il lui manquait le baudrier, l’épée et le bouclier53. Le cas en effet n’était pas unique d’une représentation de saliens en tenue incomplète. Dans le cortège se rendant à un sacrifice à Mars, sur la base des Decennalia, au Forum, ces prêtres n’avaient ni bouclier ni baguette54. Dans un autre cortège, sur un fragment de relief de provenance inconnue, quatre saliens ne portaient qu’un bouclier et le cinquième qu’une baguette qu’il tenait appuyée contre son bras droit baissé le long du corps, sa main étant posée à la hauteur de la hanche55. La baguette de S/24 tenue elle aussi sans effort suffisait donc pour identifier ce prêtre.

  • 56 Un autre dessin représente un salien avec une tunique plus courte et un bonnet sans palmette.
  • 57 Ligorio BNN, livre IX, chap. CXIX, f° 62 r. 

18Le premier dessin du chapitre CXIX du livre IX56, complété par des annotations manuscrites dont celle de la « trabea mantello del salio », montre trois saliens légèrement différents57 (fig. 9) :

sono i sacerdoti di Marte Gradivo, di quali dimostraremo anche come li habbiamo veduti, in altri luoghi sculpiti, come nel campo Martio in quelli sacrificij fatti à Cerere, alle fonti, à Marte et à Neptuno. dove sono bellissimi habiti di quali havemo ritratto molte cose ai nostri propositi.

  • 58 Nous ignorons quels sont les reliefs de sacrifices à Cérès, aux Fontaines et à Neptune.
  • 59 Il reconstitue ces tenues de prêtres comme il le fait pour celles de Romains et de Romaines dans d (...)

19Ligorio précise qu’il les représente à partir de ceux qu’il a vus sur des reliefs de sacrifices où il a trouvé « nombre des choses dont il avait besoin »58. Les trois prêtres ressemblent à S/24 dont ils ont les « très beaux habits » (fig. 6) juste un peu rectifiés : franges ajoutées aux manteaux, tuniques plus longues, pointes des bonnets accentuées. Chacun porte un élément guerrier emprunté ailleurs, « in altri luoghi »59 : celui qui marche en tête a une épée (peu visible), le suivant un bouclier ovale et échancré (avec palmettes assorties à celle du bonnet), le dernier un bouclier rond (avec apex au centre) et une épée. Et ils brandissent leur baguette très effilée d’un air déterminé, comme le font les prêtres de Mars lorsqu’ils célèbrent bruyamment le début et la fin de la saison guerrière.

Fig. 9 – Ligorio, « Salii Martiali », dans Antichità di Roma, livre VIIII, chap. CXIX, f° 62 r (document Centro di Studi sulla Cultura e l’Immagine di Roma).

Fig. 9 – Ligorio, « Salii Martiali », dans Antichità di Roma, livre VIIII, chap. CXIX, f° 62 r (document Centro di Studi sulla Cultura e l’Immagine di Roma).


  • 60 Ligorio, BNN, livre IX, chap. CXIX, f° 62 v. Les études modernes distinguent le « sacrifiant » qui (...)
  • 61 Ligorio, BNN, livre IX, chap. CXX, f° 63 r. Main droite complétée tenant un simpulum.
  • 62 Il lui fait de plus tenir un vase à libation. Ligorio, qui dit avoir vu un victimaire « scolpito i (...)
  • 63 Dell’altro sacerdote al sinitro del pontifice martiale, Ligorio, BNN, livre VIIII, chap. CXXI, f° (...)

20Ligorio considéra les prêtres S/26 et S/28 qui suivaient S/24 comme des saliens ayant une tenue appropriée à la situation représentée sur les reliefs. C’étaient les « due principali sacerdoti che erano i sacrificatori notissimi del sacrificio », les sacrificateurs qui agissaient lors du sacrifice60. Au chapitre CXX il se servit de la tenue de l’officiant S/28 uelato capite (fig. 6) pour représenter le « pontifice martiale » 61 (fig. 10). Au chapitre CXXI il fit du porteur de hache S/26 (fig. 6) un « ministro chiamato victimario » de belle prestance au visage anobli par une barbe et des cheveux abondants62 (fig. 11). Pour confirmer l’existence de ce prêtre d’un statut inconnu il précisa l’endroit où on pouvait le voir63 :

andava vestito cosi l’havemo qui disegnato secondo si vede nel sacrificio di Marte trovato di Marmo nel Campo Marzio circa l’Arco che hoggidi si chiama di Portogallo.

Fig. 10 – Ligorio, « Pontifice Martiale » , dans Antichità di Roma, livre VIIII, chap. CXX, f° 63 r (document Centro di Studi sulla Cultura e l’Immagine di Roma).

Fig. 10 – Ligorio, « Pontifice Martiale » , dans Antichità di Roma, livre VIIII, chap. CXX, f° 63 r (document Centro di Studi sulla Cultura e l’Immagine di Roma).

Fig. 11 – Ligorio, « Altro sacerdote » , dans Antichità di Roma, livre VIIII, chap. CXXI, f° 63 v (document Centro di Studi sulla Cultura e l’Immagine di Roma).

Fig. 11 – Ligorio, « Altro sacerdote » , dans Antichità di Roma, livre VIIII, chap. CXXI, f° 63 v (document Centro di Studi sulla Cultura e l’Immagine di Roma).
  • 64 On sait depuis 1934 que la façade nord des saepta s’alignait sur celle du Panthéon, Gatti 1999, p. (...)
  • 65 Ligorio AST, vol. 14, rubrique Piscina, f° 21. 

21Quelques années plus tard, au livre 16 de l’Enciclopedia del Mondo antico, à partir des reliefs exhumés sur lesquels figuraient soixante-dix personnages, tirant argument de la proximité alors indiscutée de la « septa centuriata »64, il évoqua la représentation de la pompa sculptée conduite par les saliens de Mars qui y officiaient ; déployée tout autour, elle rappelait la commémoration d’une victoire65 :

una septa tutta circondata d’opera di marmo lunense di scultura, con figure delle pompe Romane, dell’ordine del senato, et de’ cavallieri, et del sacerdotio, in cui intravenivano, gli ufficiali, alle sollennità che si facevano alla Martiale Vittoria del populo Romano.

  • 66 Sur les « saepta » ornés d’œuvres d’art longtemps et faussement localisés, Gatti 1999, p. 228-229.
  • 67 Tel est son vœu formulé dans l’introduction du premier livre de l’Enciclopedia : « Sendomi accorto (...)

22En restituant ce grand décor qu’aucun texte antique ne citait parmi les œuvres d’art qui avaient orné les saepta66, Ligorio réalisait son vœu le plus cher : ressusciter le passé enfoui de Rome67.

Panvinio et la baguette de flamine

  • 68 Les commentaires qui accompagnent ses estampes sont purement descriptifs.
  • 69 Agustin qualifiait l’ouvrage dans la préface de son édition (citée dans Bracke 1995, p. 214-215) d (...)

23L’approche de Panvinio fut tout autre. Il définit l’identité du prêtre S/24 en interprétant la manière dont il tenait sa baguette (fig. 6-7). Bien qu’il n’ait laissé aucune explication68, son examen reposa manifestement sur deux définitions du De verborum significatione de M. Verrius Flaccus abrégé par Festus, édité par Agustin en 155969.

  • 70 Commentacula, Festus Aug, s.v ; commoetacula, Festus L, p. 56. 
  • 71 Commentaculum, Festus Aug, s. v. ; commoetaculum, Festus L, p. 49.
  • 72 Aucune distinction n’est faite entre eux alors que les textes relatifs aux flamines indiquent en g (...)
  • 73 Les flamines étaient précédés par des ministri dont les cris avertissaient les hommes de cesser de (...)

24Selon la première définition, commentacula virgae, quas flamines portant pergentes ad sacrificium, ut a se homines amoueant70, « les commentacula [étaient] des baguettes de bois qu’emportaient les flamines lorsqu’ils se rendaient à un sacrifice pour que les hommes s’écartent d’eux ». Selon la suivante, plus lapidaire, commentaculum genus virgulae, qua in sacrificijs vtebantur71, « le commentaculum [était] une sorte de petite baguette de bois utilisée lors des sacrifices ». Ces deux textes faisaient ainsi connaître le nom de l’objet, sa matière, sa taille et la fonction des prêtres auquel était réservé son usage – les flamines72. Ceux-ci l’emportaient lorsqu’ils se rendaient à un sacrifice, et ils la conservaient sans doute durant son déroulement. Ce n’était donc pas un élément constitutif de leur tenue mais un instrument réservé à une situation particulière et qui était destiné à écarter la foule. Or Panvinio savait par d’autres définitions de Festus, et par quelques lignes de Plutarque, les précautions à prendre dans les rites préliminaires d’un sacrifice, donc lors de la pompa73.

  • 74 Le bonnet de S/23 était-il orné d’une palmette ? Dupérac ne représente qu’un seul des deux bonnets (...)
  • 75 Il dut s’interroger sur l’ordre des prêtres, qui ne correspondait pas à l’ordo sacerdotum défini p (...)

25La baguette du cortège sacrificiel correspondait à ces informations : elle était en bois, de taille moyenne, fine. Le geste de son porteur indiquait qu’il la levait en l’air suffisamment haut pour signaler son passage. Par conséquent S/24 était un flamine. Comme S/23 avait en principe le même bonnet que lui74 et S/22 le même manteau, tous trois étaient sans doute les flamines majeurs75. Néanmoins seul S/24 avait une baguette.

  • 76 Titre de l’estampe de restitution de la pompa circensis défilant dans le Circus Maximus ; sur ce p (...)
  • 77 Panvinio, De ludis, gravures V et X ; Lurin 2006, t. 2, E 55-56, p. 1130-1136. La pompa circensis, (...)
  • 78 Les flamines se distinguent des saliens massés plus loin dans le groupe des reliqui sacerdotes. Pa (...)
  • 79 Leur vêtement et leur geste leur donnent une réalité qui fait défaut aux prêtres voisins.
  • 80 Panvinio, De ludis, planche Y ; Lurin 2006, t. 2, E 57, p. 1138-1142. Panvinio savait (commentaire (...)

26Soucieux de représenter une cérémonie avec le plus d’exactitude possible ex antiqueis librorum lapidum et nummorum testimonieis76, Panvinio trouva dans la baguette du relief un objet approprié. Dans l’estampe de restitution de la pompa circensis défilant dans le Circus Maximus où S/24 se reconnaît au premier rang du groupe devant duquel est inscrite au sol la légende Flamines77 (fig. 12), le port du commentaculum est généralisé comme l’autorisait le pluriel de la première définition ; et son emploi est suggéré par le mouvement du bras de ceux qui marchent en tête78. Dans l’estampe du sacrifice devant le temple de Jupiter Ultor les deux prêtres d’allure juvénile qui sont au bord de l’aire sacrificielle, dont l’un a le bonnet à palmettes de S/2479, tiennent un commentaculum qu’ils lèvent comme pour tenir à distance l’agitation environnante80 (fig. 13).

Fig. 12 – Panvinio, groupe des flamines, détail de la Pompa circensis, dans De ludis circensibus, planche X (cl. Biblioteca Hertziana).

Fig. 12 – Panvinio, groupe des flamines, détail de la Pompa circensis, dans De ludis circensibus, planche X (cl. Biblioteca Hertziana).

Fig. 13 – Panvinio, deux flamines, détail de l’Antiquorum sacrificandi ritus, dans De ludis circensibus, planche Y (cl. Biblioteca Hertziana).

Fig. 13 – Panvinio, deux flamines, détail de l’Antiquorum sacrificandi ritus, dans De ludis circensibus, planche Y (cl. Biblioteca Hertziana).
  • 81 Sur son importance dans le cortège, Koeppel 1987, p. 131-132, fig. 21 et 23. Il se remarquait d’au (...)
  • 82 Flaminius camillus puer dicebatur ingenuus patrimes et matrimes, qui Flamini Diali ad sacrificia p (...)
  • 83 Panvinio, De triumpho, planche C, Lurin 2006, t. 2, E 60-63, p. 1152-1160 ; trois des jeunes gens (...)
  • 84 Panvinio, De ludis, planche V (deuxième rangée à l’extrémité droite de la meta). Il est le seul du (...)

27Sur l’un des reliefs, l’apparence très soignée du camillus N/24 chargé des objets du sacrifice, vêtu d’une longue tunique et d’un tissu noué à la taille, laissait également supposer une fonction particulière81 (fig. 14). Rapprochant sa représentation d’une définition du lexique de Festus sur le flaminius camillus, l’assistant du flamine de Jupiter lors d’un sacrifice82, Panvinio l’intégra dans le groupe des camilli et flaminij de la pompa triumphalis83 et de la pompa circensis où, placé au premier rang à gauche, il se distingue nettement des autres jeunes gens84 (fig. 15).

Fig. 14 – Dupérac, cortège de l’Ara Pacis, camillus N/24. Louvre, Arts graphiques, Inv. 26466 (en bas à droite).

Fig. 14 – Dupérac, cortège de l’Ara Pacis, camillus N/24. Louvre, Arts graphiques, Inv. 26466 (en bas à droite).

Fig. 15 - Panvinio, groupe des camilli et flaminij, détail de la Pompa circensis, dans De ludis circensibus, planche V (cl. Biblioteca Hertziana).

Fig. 15 - Panvinio, groupe des camilli et flaminij, détail de la Pompa circensis, dans De ludis circensibus, planche V (cl. Biblioteca Hertziana).
  • 85 Ligorio, qui n’avait que mépris pour Panvinio (Madonna 1980, p. 271), lui fit sûrement remarquer l (...)
  • 86 Moretti 1937, p. 37-44 ; Koeppel 1987, p. 120-122 et fig. 10. S/24 est le seul des quatre flamines (...)

28Sa lecture du cortège fut donc celle d’un érudit pour qui la représentation d’un élément rituel était à considérer avec le plus grand scrupule. La concordance qu’il établit avec le De verborum significatione pour identifier S/24 était toutefois sujette à caution car aucune source figurée ne la confirmait85. Pour qu’elle soit prouvée il faudra attendre l’extraction en 1937 du bloc Sud 3 où se trouvent l’autre partie du flamine S/22 et le quatrième flamine entier S/2086.



29Les interprétations que Ligorio et Panvinio firent du prêtre à la baguette montrent l’importance qu’ils attachèrent à ces marbres qui apportaient des données nouvelles sur les sacerdoces romains. Les méthodes de ces personnalités rivales – expliquer un personnage par la provenance du relief sur lequel il figurait, ou expliquer l’objet qu’il tenait par un texte – correspondaient à deux conceptions de la science antiquaire, leurs conclusions étant également valables compte tenu des connaissances de l’époque.

30De plus, les dessins de Ligorio antérieurs à 1567 et les estampes de Panvinio gravées en 1565-1566 témoignent des réactions que suscitèrent immédiatement les vestiges exhumés par le cardinal Gonzaga entre le milieu de 1564 et la fin de 1565. Le temps nécessaire à l’exécution des estampes laisse même supposer que cette découverte eut lieu au plus tard durant l’été 1565. Les amateurs qui se précipitèrent lors de la mise en vente de ces antiques vers le printemps 1566, et le cardinal Ricci qui les acheta, en avaient également saisi la qualité exceptionnelle.

Haut de page

Bibliographie

Aldroandi 1975 = U. Aldroandi, Delle statue antiche, che per tutta Roma, in diversi luoghi e case si veggono, Hildesheim-New York, 1975.

Amelung 1897 = W. Amelung, Führer durch die Antiken in Florenz, Munich, 1897.

Balty 1999 = J.-Ch. Balty, Jean Cousin et l’Ara Pacis, dans N. Blanc, A. Buisson (éd.), Imago Antiquitatis. Religions et iconographie du monde romain. Mélanges offerts à Robert Turcan, Paris, 1999, p. 81-86.

Bertoldi 1992 = M. E. Bertoldi, L’area archeologica di S. Lorenzo in Lucina, dans Bollettino di Archeologia, 13-15, 1992, p. 127-150.

Besse – Dubourg Glatigny 2008 = J.-M. Besse et P. Dubourg Glatigny, Cartographier Rome au XVIe siècle (1544-1599), dans A. Romano (éd.), Rome et la science moderne entre Renaissance et Lumières, Rome, 2008 (Collection de l’École française de Rome, 403), p. 369-414 (en ligne par. 1-86).

Bober – Rubinstein 2010 = P. P. Bober, R. Rubinstein, Renaissance Artists and Antique Sculpture. A Handbook of Sources2, Londres, 2010.

Bonora 2011 = E. Bonora, Roma 1564. La congiura contro il Papa, Rome-Bari, 2011.

Borgna 1993 = E. Borgna, Ancile e arma ancilia. Osservazioni sullo scudo dei Salii, dans Ostraka. Rivista di Antichità, II, 2, 1993, p. 9-42.

Boyer 1932 = F. Boyer, Les antiques et le musée de portraits du cardinal Ricci de Montepulciano, dans CRAI, 1932, p. 44-52.

Bracke 1995 = W. Bracke, La première « édition » humaniste du De verborum significatione de Festus (Vat. Lat. 5958), dans Revue d’histoire des textes, 25, 1995, p. 189-215.

Cannizzaro 1907 = M. E. Cannizzaro, Ara Pacis Augustae, dans Boll. d’Arte, I, 1907, fasc. 10, octobre 1907, p. 1-16.

Castagnoli 1942 = F. Castagnoli, Due archi trionfali della via Flaminia presso Piazza Sciarra, dans BCAR, 70, 1942, p. 57-82.

Castagnoli 1978-1980 = F. Castagnoli, Due disegni inediti di Pirro Ligorio e il tempio del Sole, dans RendPontAccArch, 51-52, 1978-1980, p. 371-387.

Ceretti 1952-1953 = L. Ceretti, I precedenti e la formazione dell’editio di S. Pompeo Festo di Antonio Agustin, dans AIV, 111, 1952-1953, p. 153-164.

Cesaroli 1897 = F. Casaroli, Usi e regolamenti per gli scavi di Antichità in Roma nei secoli XV e XVI, dans Studi e documenti di storia e diritto, XVIII, 1897, p. 133-149.

Chambers 1976 = D. S. Chambers, The housing problems of Cardinal Francesco Gonzaga, dans JWCI, 39, 1976, p. 21-58.

Codex Orsini. Vat. Lat. 3439 = Codex Orsini, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vaticanus Latinus 3439.

Cosmo 1989 = G. Cosmo, Pirro Ligorio e gli abiti degli antichi Romani. I disegni dei costumi femminili, dans Imago Moda. Rivista di storia del costume, 2-3, décembre 1989, p. 21-30.

Crucitti 2001 = F. Crucitti, art. Gonzaga, Francesco (1538-1566), dans Dizionario biografico degli Italiani, t. 57, Rome, 2001, p. 760-762.

D’Agostino 2003 = A. D’Agostino, Vicende collezionistiche di alcuni rilievi dell’Ara Pacis Augustae, dans BMusRoma, 17, 2003, p. 26-52.

De Caprariis 1991-1992 = F. De Caprariis, Due note di topografia romana, dans RIA, ser. 3, 14-15, 1991-1992, p. 174-191.

De Caro 1962 = D. De Caro, art. Avalos, Inigo d’, marchese del Vasto, dans Dizionario biografico degli Italiani, t. 4, Rome, 1962, p. 636-637.

Deswarte-Rosa 1991 = S. Deswarte-Rosa, Le cardinal Giovanni Ricci de Montepulciano, dans Villa Médicis, vol. 2, p. 110-169.

Dolari 2009 = S. Dolari, Riscoperta e fortuna dei rilievi dell’Ara Pacis nell’età della Rinascita, dans http://www.engramma.it/eOS/index.php?id_articolo=380, 76, décembre 2009, p. 1-11.

Dolari 2011 = S. Dolari, « Multa renascentur ». Ara Pacis Augustae, le storie del monumento nel XX secolo, dans Opus incertum. 6-7. Costruzioni e ricostruzioni dell’identità italiana, Florence, 2011, p. 52-73.

D’Onofrio 1961 = C. D’Onofrio, Palazzo Fiano-Almagia, dans Via del Corso, Rome, 1961, p. 162-169.

Du Choul 1556 = G. Du Choul, Discours de la Religion des Anciens Romains, Lyon, 1556.

Dumézil 1987 = G. Dumézil, La religion romaine archaïque2, Paris, 1987.

Dupérac Inv = E. Dupérac, Illustration des fragmens anticques appartenant à la religion et cérémonie des antiens romains, Louvre, Arts graphiques, Inv. 26465-26467.

Ehrle 1911 = F. Ehrle, Roma al tempo di Giulio III. La pianta di Roma di Leonardo Bufalini, Vatican, 1911.

Fagiolo-Madonna 1972 = M. Fagiolo et M. L. Madonna, La Roma di Pio IV : la « civitas pia », la « salus medica », la « custodia angelica », dans Arte illustrata, 5, n° 50, sept. 1972, p. 383-402.

Ferrary 1996 = J.-L Ferrary, Onofrio Panvinio et les Antiquités romaines, Rome, 1996 (Collection de l’École française de Rome, 214).

Festus Aug. = M. Verrii Flacci Quae extant et Sex. Pompei Festi De verborum significatione, lib. XX, Venise, 1559 ; dans cette édition établie Ex bibliotheca Antonij Augustini, les entrées sont disposées par ordre alphabétique.

Festus L. = Sexti Pompei Festi De verborum significatu quae supersunt cum Pauli epitome, éd. Lindsay, Leipzig, 1913

Firpo – Biferali = M. Firpo, F. Biferali, Navicula Petri. L’arte dei papi nel Cinquecento, Rome-Bari, 2009.

Foresta 2002 = S. Foresta, I fregi con processione dell’Ara Pacis Augustae : osservazioni sull’attuale ricostruzione, dans BCAR, 103, 2002, p. 43-66.

Fosi Polverini 1988 = L. Fosi Polverini, art. Della Cornia, Fulvio, dans Dizionario biografico degli Italiani, t. 36, Rome, 1988, p. 769-772.

Frutaz 1962 = A. P. Frutaz, Le piante di Roma, t. 1-2, Rome, 1962.

Gaillot 2009 = A. Gailliot, Une impiété involontaire ? La procession des jeux et le problème de l’instauratio, dans G. Hoffmann, A. Gailliot, Rituels et transgressions de l’Antiquité à nos jours, Actes du colloque (Amiens, 23-25 janvier 2008), Amiens, 2009, p. 89-96.

Gallo 1992 = D. Gallo, Ulisse Aldrovandi, « Le statue di Roma » e i marmi romani, dans MEFRIM, 104-2, 1992, p. 479-490.

Gasparri 1989 = C. Gasparri, Sulle lesene con tralci di acanto Valle-Medici, dans R. Harprath et H. Wrede (éd.), Antikenzeichnung und Antikenstudium in Renaissance und Frühbarock : Akten des Internationalen Symposions, 8.-10. September 1986 in Coburg, Mayence, 1989, p. 111-125.

Gasparri 1991 = C. Gasparri, La collection d’antiques du cardinal Ferdinand, dans Villa Médicis, vol. 2, p. 443-485.

Gasparri 2009 = C. Gasparri, Notices sur les sculptures, dans Villa Médicis, vol. 4.

Gasparri 2010 = C. Gasparri, Appunti per Raffaello e l’antico, dans Accademia Raffaello, Atti e studi, 1-2, 2010, p. 9-24.

Gatti 1999 = E. Gatti, Saepta Iulia, dans LTUR, IV, 1999, p. 228-229.

Giglioli 1951-1952 = G. Q. Giglioli, Un rilievo, ora perduto, conservato in un disegno pubblicato da G. Casali nel 1644, dans RendPontAcc 27, 1951-1952, p. 33-45.

Giuliano 1983 = A. Giuliano, Il ritratto di Federico II, dans Xenia, 5, 1983, p. 64.

Gros 1976 = P. Gros, Aurea templa. Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste, Rome, 1976 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 231).

Guiffrey – Marcel 1910 = J. Guiffrey, P. Marcel, Inventaire général des Dessins du Musée du Louvre et du Musée de Versailles. École française, vol. V, Paris, 1910.

Halkin 1953 = L. Halkin, La supplication d’action de grâces chez les Romains, Paris, 1953.

Haskell – Penny 1988 = F. Haskell, N. Penny, Pour l’amour de l’antique. La statuaire gréco-romaine et le goût européen, 1500-1900, éd. revue et augmentée, Paris, 1988.

Huet 2004 = V. Huet, Acteurs du rite, dans Thesaurus cultus et rituum antiquorum (ThesCRA), I, Processions Sacrifices. Libations. Fumigations. Dedications, Los Angeles, 2004, p. 196-197.

Huet 2012 = V. Huet, Le voile du sacrifiant à Rome sur les reliefs romains : une norme ?, dans F. Gherchanoc, V. Huet (éd.), Vêtements antiques. S’habiller, se déshabiller dans les mondes anciens, Arles, 2012, p. 47-62.

Jestaz 1963 = B. Jestaz, L’exportation des marbres de Rome de 1535 à 1571, dans MEFRA, 75-1, 1963, p. 415-466.

Keller 1991 = F.-E. Keller, Les reliefs de la façade sur jardin, dans Villa Médicis, vol. 2, p. 412-442.

Koeppel 1983 = G. M. Koeppel, Die historischen Reliefs der römischen Kaiserzeit. I. Stadtrömische Denkmäler unbekannter Bauzugehörigkeit aus augusteischer und julisch-claudischer Zeit, dans BJ, 183, 1983, p. 104-106

Koeppel 1985 = G. M. Koeppel, Die historischen Reliefs der römischen Kaiserzeit. III. Stadtrömische Denkmäler unbekannter Bauzugehörigkeit aus trajanischer Zeit, dans BJ, 185, 1985, p. 141-213.

Koeppel 1986 = G. M. Koeppel, Die historischen Reliefs der römischen Kaiserzeit. IV. Stadtrömische Denkmäler unbekannter Bauzugehörigkeit aus hadrianischer bis konstantinischer Zeit, dans BJ, 186, 1986, p. 47-53.

Koeppel 1987 = G. M. Koeppel, Die historischen Reliefs der römischen Kaiserzeit, V, Ara Pacis Augustae,1, dans BJ 187, 1987, p. 101-157.

Koeppel 1990 = G. M. Koeppel, Die historischen Reliefs der römischen Kaiserzeit. VII. Der Bogen des Septimius Severus, die Decennalienbasis und der Konstantinsbogen, dans BJ, 190, 1990, p. 32-38.

Koeppel 1992 = G. M. Koeppel, The third man : restoration problems on the North Frieze of the Ara Pacis Augustae, dans JRA, V, 1992, p. 216-218.

Lanciani 1896 = R. Lanciani, Varia, III, Arco di Portogallo, dans BCAR, ser. 3, anno 24, 1896, p. 239-246.

Lanciani 1990 = R. Lanciani, Storia degli scavi di Roma e notizie intorno le collezioni romane di antichità, vol. III, Dalla elezione di Giulio III alla morte di Pio IV (7 febbraio 1550-10 dicembre 1565), C. Buzzetti (éd.), Rome, 1990.

Lanciani 1992 = R. Lanciani, Storia degli scavi di Roma e notizie intorno le collezioni romane di antichità, vol. IV, Dalla elezione di Pio V alla morte di Clemente VIII (7 gennaio 1566-3 marzo 1605), P. Liverani (éd.), Rome, 1992.

Lanciani appunti 2000 = B. Buonocore (éd.), Appunti di topografia romana nei Codici Lanciani della Biblioteca Apostolica Vaticana, vol. III, Rome, 2000.

Le Bonniec 1984 = H. Le Bonniec, Une faute rituelle dans la pompa des jeux, dans Mélanges de philosophie, de littérature et d’histoire ancienne offerts à Pierre Boyancé, Rome, 1984 (Collection de l’ École française de Rome, 22), p. 505-511.

Lens 1776 = A. Lens, Le Costume ou Essai sur les habillements et les usages de plusieurs peuples de l’Antiquité prouvé par les Monuments, Liège, 1776.

Leoncini 1987 = L. Leoncini, Storia e fortuna del cosidetto « Fregio di S. Lorenzo », dans Xenia, Semestrale di Antichità, 14, 1987, p. 59-110.

Ligorio AST, vol. 14 = Ligorio, Enciclopedia del mondo antico. Libro 16° nel quale si tratta delli Luoghi, Città, Vici, et Castelli, et Ville, Monti, et delle altre cose illustri (lettres P et Q), Archivio di Stato di Torino, Cod. a.II.i.J.14, libro 16 (vol. 14).

Ligorio AST, vol. 16 = Ligorio, Enciclopedia del mondo antico. Libro 18° nel quale sono compilate tutte le Città, et le Ville, et Allogiamenti più illustri, come delli Homini di Laude degni (lettre S), Archivio di Stato di Torino, Cod. a.II.3.J.16, libro 18 (vol. 16).

Ligorio BNN, livre IX = Ligorio, libro VIIII. Dell’Antichità di Pyrrho Ligorio Patritio Napolitano, et Cittadino Romano. Dove si tratta di alcune varietà di vestimenti di Rè, e di Magistrati Romani. Di Privati, et dell’altre usanze di diversi populi, Biblioteca Nazionale di Napoli, Cod. XIII.B.2.

LTUR = Lexicon topographicum urbis Romae, E. M. Steinby (éd.), t. 1-6, Rome, 1993-2000.

Lurin 2006, t. 1-3 = E. Lurin, Étienne Dupérac, graveur, peintre et architecte (Vers 1535 ?-1604). Un artiste-antiquaire entre l’Italie et la France, 3 vol., Thèse soutenue à l’Université Paris-IV-Sorbonne, 11 décembre 2006 (non publiée).

Lurin 2007 = E. Lurin, Les restitutions de scènes antiques : Onofrio Pavinio iconographe et inventeur d’images, dans M. Hochmann et al. (éd.), Programme et invention dans l’art de la Renaissance, Actes du colloque de la Villa Médicis (Rome, 20-23 avril 2005), Rome, 2007, p. 153-173.

Lurin 2012 = E. Lurin, La restitution graphique : de la restitution des lacunes aux vues restituées de monuments ou de scènes antiques, communication orale (INHA, 9 mai 2012), p. 1-6.

Madonna 1980 = M. L. Madonna, L’Enciclopedia del mondo antico di Pirro Ligorio, dans 1° Congresso Nazionale di Storia dell’Arte (Rome 1978), Quaderni de la Ricerca scientifica, 1980, p. 257-271.

Madonna 1997 = M. L. Madonna, Intorno ai Libri delle sepolture : riflessioni sui codici napoletani. Saggio introduttivo, dans F. Rausa, Pirro Ligorio. Tombe e mausolei dei Romani, Rome, 1997, p. 1-10.

Mandowsky 1951-1952 = E. Mandowsky, Some Observations on Pyrrho Ligorio’s Drawings of Roman Monuments in Cod. B. XIII 7 at Naples, dans AttiPontAccRomArchRend XXVII, I-II, 1951-1952, p. 335-358.

Mandowsky – Mitchell 1963 = E. Mandowsky, Ch. Mitchell, Pirro Ligorio’s Roman Antiquities. The Drawings in Ms XIII. B. 7 in the National Library in Naples, Londres, 1963.

Marquardt 1890 = J. Marquardt, Le culte chez les Romains, t. II, Paris, 1890.

Michon 1909 = E. Michon, Les bas-reliefs historiques romains du Musée du Louvre, dans MMAI, 17, 1909, p. 157-185.

Mommsen 1873 = Inscriptiones Asiae Provinciarum Europae Graecarum Illyrici Latinae, CIL, III, 2, Th. Mommsen (éd .), Berlin, 1873.

Moretti 1937 = G. Moretti, La ripresa dello scavo dell’Ara Pacis Augustae, dans Not. Scav., 1937, 15, p. 37-44.

Moretti 1948 = G. Moretti, Ara Pacis Augustae, Rome, 1948.

Nelles 2006 = P. Nelles, The Measure of Rome : André Schott, Justus Lipsius and the Early Reception of the Res Gestae divi Augusti, dans C.R. Ligota, J.-L. Quantin (éd.), History of Scholarship. A Selection of Papers from the Seminar on the History of Scholarship Held Annually at the Warburg Institute, Londres, 2006, p. 113-134.

Nicolet 1976 = Cl. Nicolet, Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Paris, 1976.

Pallottino 1938-1939 = M. Pallottino, L’Ara Pacis e suoi problemi artistici, dans BdA, 32, 1938-39, p. 162-172.

Panvinio, De ludis = O. Panvinio, De ludis circensibus libri II. De triumphis liber unus, quibus universa fere Romanorum veterum sacra ritusque declarantur, Venise, 1600.

Panvinio, De triumpho = O. Panvinio, De triumpho commentarius, Venise, 1571.

Pasqui 1904 = A. Pasqui, Scavi dell’Ara Pacis Augustae, dans Not. Scav. 1903, fasc. 2, 1904, p. 549-574.

Pastor 1951 = L. Pastor, Storia dei Papi dalla fine del Medio Evo, VIII, Storia dei Papi nel periodo della Riforma e Restaurazione Cattolica. Pio V( 1566-1572), Rome, 19512.

Petersen 1894 = E. Petersen, L’Ara Pacis Augustae, dans RM, 1894, p. 171-228.

Petersen 1902 = E. Petersen, Ara Pacis Augustae, dans Sonderschriften des Österreichischen Archäologischen Institutes in Wien, II, Vienne, 1902.

Piganiol 1923 = A. Piganiol, Recherches sur les jeux romains. Notes d’archéologie et d’histoire religieuse, Strasbourg, 1923.

Prescendi 2007 = F. Prescendi, Décrire et comprendre le sacrifice. Les réflexions des Romains sur leur propre religion à partir de la littérature antiquaire, Stuttgart, 2007.

Porte 1989 = D. Porte, Les donneurs de sacré. Le prêtre à Rome, Paris, 1989.

Rakob 1987 = R. Rakob, Die Urbanisierung des nördlichen Marsfeldes. Neue Forschungen im Areal des Horologium Augusti, dans L’Urbs. Espace urbain et histoire (Ier siècle av. J.-C.-IIIe siècle ap. J.-C.), Actes du colloque international (Rome 8-12 mai 1985), Rome, 1987 (Collection de l’École française de Rome, 98), p. 687-712.

Rebecchini 2013 = G. Rebecchini, For Pleasure and for Entertainment : a Rustic Fountain in Sixteenth-Century Rome and a Project by Giovanni Mangone, dans M. Israëls, L.A. Waldman (éd.), Renaissance Studies in Honor of Joseph Connors, Florence, 2013, p. 463-573.

Res Gestae 2007= Res Gestae Divi Augusti. Hauts faits du Divin Auguste, texte établi et traduit par J. Scheid, Paris, 2007.

Ribouillault 2012 = D. Ribouillault, Peindre Rome à la Renaissance (XVe-XVIIe siècles) : des loggias à l’antique aux nouveaux systèmes géopolitiques, dans M. Bevilacqua, M. Fagiolo (éd.), Piante di Roma dal Rinascimento ai catasti, Rome, 2012, p. 134-157.

Rossini 2006 = O. Rossini, Ara Pacis, Milan, 2006.

Schäfer 1980 = Th. Schäfer, Zur Ikonographie der Salier, dans JDAI, 95, 1980, p. 342-373.

Scheid 1981 = J. Scheid, Le délit religieux dans la Rome tardo-républicaine, dans Le délit religieux dans la cité antique (Table ronde, Rome, 6-7 avril 1978) Rome, 1981 (Collection de l’École française de Rome, 48), p. 117-171.

Schreurs 2000 = A. Schreurs, Antikenbild und Kunstanschauungen des neapolitanischen Malers, Architekten und Antiquars Pirro Ligorio (1513-1583), Cologne, 2000.

Scott-Ryberg 1955 = I. Scott Ryberg, Rites of the State Religion in Roman Art, Rome, 1955.

Siebert 1999 = A. V. Siebert, Instrumenta sacra. Untersuchungen zu römischen Opfer-, Kult- und Priestergeräten, Berlin-New York, 1999.

Stenhouse 2012 = W. Stenhouse, Panvinio and Descriptio : Renditions of History and Antiquity in the late Renaissance, dans PBSR, 80, 2012, p. 233-256.

Stucchi 1949-1950 = S. Stucchi, L’arco detto « di Portogallo » sulla via Flaminia, dans BCAR, 73, 1949-1950, p. 101-123.

Tomasi Velli 1990 = S. Tomasi Velli, Gli antiquari intorno al circo romano. Riscoperta di une tipologia monumentale antica, dans ASNP, Classe di lettere e filosofia, s. III, vol. XX, 1, 1990, p. 61-160.

Torelli 1992 = M. Torelli, Topografia e iconologia. Arco di Portogallo, Ara Pacis, Ara Providentiae, Templum Solis, dans Ostraka. Rivista di Antichità, 1, 1992, p. 105-131.

Torelli 1993 = M. Torelli, Arco di Portogallo, dans LTUR, I, A-C, Rome, 1993, p. 77-79.

Vagenheim 2012 = G. Vagenheim, Qui a écrit les « Antichità romane » attribuées à Pirro Ligorio (1512-1583) ?, dans M. Furno, R. Mouren (éd.), Auteur, traducteur, collaborateur, imprimeur … qui écrit ? Paris, 2012, p. 57-68.

Vanggaard 1988 = J. H. Vanggaard, The Flamen. A Study in the History and Sociology of Roman religion, Copenhague, 1988.

Vickers 1975 = M. Vickers, Mantegna and the Ara Pacis, dans The J. Paul Getty Mus. Journ., 1975, II, p. 113-120.

Villa Médicis, vol. 2 = La Villa Médicis, vol. 2, Études, Rome, 1991.

Villa Médicis, vol. 4 = A. Cecchi, C. Gasparri, La Villa Médicis, vol. 4, Le collezioni del cardinale Ferdinando. I dipinti e le sculture, Rome, 2009.

Villa Médicis, vol. 5 = La Villa Médicis, vol. 5, Fonti documentarie, Rome, 2010.

von Duhn 1881 = F. von Duhn, Sopra alcuni bassirilievi che ornavano un monumento pubblico romano dell’epoca di Augusto, dans Ann. Ist. Corr. Arch., 1881, p. 302-332.

Wrede 2001 = H. Wrede, Die Relief Casali. Ein Monument der augusteischen Säkularspiele ?, dans Rome et ses provinces. Genèse et diffusion d’une image du pouvoir. Hommages à J.-C. Balty, Bruxelles, 2001, p. 259-280.

Haut de page

Notes

1 Sur l’identification des reliefs, von Duhn 1881, p. 302-332 ; sur l’appartenance à l’Ara Pacis par rapprochement avec un passage des Res Gestae Divi Augusti (12, 2), Petersen 1894, p. 171. 

2 Boyer 1932, p. 48. Les comptes tenus par le secrétaire de Ricci, Giacomo Della Porta, datables de la fin de 1568 au début de 1570, portent sur des faits antérieurs ; seule est connue leur traduction, l’original ayant disparu, Deswartes-Rosa 1991, p. 152, n. 176. L’expression « marbres à histoires » montre que la face historiée des blocs était considérée par Ricci comme la seule importante. 

3 Lettre du 11 février 1569, dans Villa Médicis, vol. 5, n°189, p. 88. De même, « novi pezzi di marmo che furono trovati di quell’arco antico », lettre du 11 Mai 1569, n°229, p. 101. Pour envoyer à Florence ces blocs qu’il destinait au grand-duc, Ricci les fit scier en épaisseur. Sur la place originelle de ces reliefs à l’extérieur et l’intérieur de l’enceinte, Moretti 1948, pass. ; Foresta 2002, p. 43-66. Documentation photographique, site http://cdm.reed.edu/ara-pacis/altar.

4 Torelli 1993, p. 77-79. L’arc était encore appelé Arcus Claudii, Arcus Domitiani sive Tripoli, Arcus Novus, Stucchi 1949-1950, p. 111.

5 Sur le plan de Bufalini (1551), Frutaz 1962, t. II, pl. CIX, 12, le palais est désigné comme celui du D. R. C(ardinale) DE MANTUA, Ercole Gonzaga qui en avait obtenu la jouissance en 1529, Erhle 1911, p. 33-34 ; Rebecchini 2013, p. 464-466 ; nous remercions Pier Nicola Pagliara et Flaminia Bardatti de nous avoir signalé ces études. Lieux très visibles sur une vue du Salone Sistino de la Bibliothèque Vaticane par Giovanni Guerra et Cesare Nebbia (1588-1590), Ribouillault 2012, p. 143 et fig. au revers de la deuxième de couverture. Sur le passage du palais à l’arc, Stucchi 1949-1950, p. 101-123 ; Castagnoli 1978-1980, p. 378-382 et fig. 8-13 ; Torelli 1992, p. 105-131. 

6 Leur insuffisance est déplorée : « Queste scoperte non suscitarono allora alcun interesse o desiderio di conoscere, e tanto meno, di cercare nel terreno la ragione della esistenza di tali capolavori in quel punto. Cosi nessuna informazione di carattere topografico e monumentale si raccolse da quelle opere, chè allora avrebbero potuto dare la fortunata occasione di ricomporre, forse nella sua mirabile integrità, il venerando monumento » (Moretti 1948, p. 20). « Nessuna citazione né negli Itinerari medievali né nelle guide rinascimentali della città di Roma di Flavio Biondo, Lucio Fauno, Giovanni Bartolomeo Marliani, Maurio Lucio, Pirro Ligorio e altri » (Dolari 2009, p. 2).

7 Personnages du cortège dans les Triomphes de Mantegna (1488-1490), Vickers 1975, p. 113-120 ; Tellus dans La Charité de Jean Cousin père (entre 1540-1545), Balty 1999, p. 81-86 ; ces personnages étaient sur les reliefs externes des blocs du registre supérieur. Méandres sur des tapisseries de Raphaël (1515-1516), Gasparri 2010, p. 15 et fig. 12 ; ces méandres étaient sur des blocs du registre médian. Or Aldrovandi ne fait pas allusion aux reliefs figurés quand il recense vers 1550 les statues et reliefs conservés à Rome, Aldroandi 1975, pass. ; Gallo 1992, p. 479-490 ; et les mêmes méandres étaient visibles sur les caissons du soffite du temple de Mars Ultor relevés entre autres par Labacco et Palladio.

8 Gasparri 1989, p. 118-125 et fig. 11 ; De Caprariis 1991-1992, p. 184-185 ; D’Agostino 2003, p. 49 ; rien à attendre du rapprochement avec un relief de Santa Maria in Trastevere, Giuliano 1983, p. 64. Les rinceaux du registre inférieur ornaient des plaques de marbre revêtant un mur de maçonnerie alors que les registres médian et supérieur étaient faits de blocs, Gros 1976, p. 73-74. 

9 Panvinio, De ludis circensibus, restitution de la Pompa circensis défilant dans le Circus Maximus et restitution d’un antiquorum sacrificandi ritus ; De triumpho, restitution d’une pompa triumphalis, Lurin 2006, t. 2, E 55-56, p. 1130-1137 ; E 57, p. 1138-1142 ; E 60-63, p. 1152-1160. Les planches du De ludis et du De triumpho de l’édition de 1600 (quatre planches Bb de la pompa circensis, planche Y du sacrifice devant un temple, planches A-D de la pompa triumphalis) sont datées de 1580, mais les cuivres, qui ont été regrattés, sont de 1565-1566 ; les modifications concernent le nom du pape et l’année, Ferrary 1996, p. 26-31. Sur la collaboration de Panvinio et de Dupérac, p. 35-38. 

10 Lurin 2006, t. 1, p. 124 ; 2007, p. 163.

11 Ligorio BNN, livre IX, chap. CXVIII-CXXI, f° 61 r -64 r. Sur la vente des manuscrits des Antichità, Tomasi Velli 1990, p. 149-150 ; Madonna 1997, p. 6, n. 5. 

12 Petersen 1902, p. 95, n. 1 ; p. 135 et 201 ; Michon 1909, p. 163-164, n. 8 ; Koeppel 1987, p. 156 ; Gasparri 2009, n° 377. 4, p. 266. Prêtres considérés comme des types iconographiques, Lurin 2012, p. 2-3.

13 Ligorio AST, vol. 14, s. v. Piscina, f° 19-21. Ligorio travailla à ce grand ouvrage jusqu’à sa mort à Ferrare en 1583 à partir de sa documentation antérieure, Madonna 1980, p. 258. 

14 Dessin parfait avec mesures, reliefs tous en place. À comparer avec le dessin de Fontana (1662), Stucchi 1949-1950, fig. 1. Ligorio souligne que le cardinal Gonzaga « lha molto bene accommodato, et annullato l’acquedutto », Ligorio AST, vol. 14, s. v. Piscina, f° 19. La partie haute de l’arc avait été aménagée antérieurement par un autre cardinal ; on croyait alors que l’Acqua Vergine passait naguère dessus.

15 Sur ces deux plans, Mandowsky – Mitchell 1963, p. 40-41 et pl. 74-75 ; Besse – Dubourg Glatigny 2008, par. 20 (en ligne).

16 Il tient de Biondo Flavio la mention d’une « Basilica Domitiana » sur les ruines de laquelle était érigé le couvent de S. Silvestro, Castagnoli 1978-1980, p. 380-383. 

17 L’analyse des lieux sera examinée plus loin.

18 Ligorio AST, vol. 14, s. v. Piscina, f° 21. 

19 Ligorio dut surveiller l’extraction de ces marbres alors qu’il avait assisté peu auparavant, impuissant, à la dilapidation de l’arcus Claudii, Scheurs 2002, n°77 et 161, p. 350 et 368.

20 Ligorio BNN, livre IX, chap. CXIX, f° 62 v ; chap. CXXI, f° 63 v. 

21 Crucitti 2001, p. 760-762. Il ne doit être confondu ni avec le cardinal Francesco Gonzaga (1444-1483), qui d’ailleurs n’occupa pas ce palais, ni avec le cardinal Ercole Gonzaga (1505-1563).

22 Lanciani 1896, p. 242-246 ; Stucchi 1949-1950, p. 104. L’intérêt de Pie IV pour cet arc s’inscrit dans son projet de réhabilitation de l’entrée nord de Rome, Fagiolo – Madonna 1972, p. 389. La nécessité de ces travaux est déjà soulignée dans deux lettres adressées au cardinal Ercole Gonzaga, son état n’étant pas digne d’un grand prélat, Rebecchini 2013, p. 469-473. Être bien logés était la préoccupation des cardinaux résidant à la cour papale ; mais ils devaient procéder aux aménagements à leurs frais, Chambers 1976, p. 21-22 et 41.

23 D’Onofrio 1961, p. 163 ; Vickers 1975 p. 112, n. 11. Le palais s’élevait sur des constructions romaines, Rakob 1987, p. 698-700 et fig. 5-6. Les dégâts causés par les inondations de 1598 obligeront le cardinal Avalos d’Aragon à rehausser le sol de l’église voisine, Bertoldi 1992, p. 128 et 150, n. 45-46. 

24 En 1859, via di Lucina, lors de la découverte du bloc orné sur une face d’une partie du relief d’Enée, sur l’autre d’une moitié de guirlande, « la sottofondazione ebbe luogo precisam. nell’angolo rientrante contiguo ai numeri 16 B, 16 C. I frammenti giacevano a -5.50 », Lanciani appunti 2000, p. 28. 

25 Pasqui 1904, p. 571-572 ; Cannizzaro 1907, p. 3-5, note à propos des fouilles de 1903 que le sous-sol du palais était inondé ; les fondations des constructions s’arrêtaient au niveau de l’eau et s’appuyaient sur un amas de décharges, des pieux et des ruines antiques. Or la masse des blocs exhumés faisait plus de 12 mètres cubes : H. ca 1,50 m (plaques à guirlandes réemployées à la villa Médicis, Gasparri 2009, n°231, p. 202 et n°241, p. 212) ; L. de ca 1 m à 2,64 m (Koeppel 1987, p. 112 et 126) ; l. ca 0,75 m (Moretti 1937, p. 39 ; 1948, p. 69). 

26 Pie IV mourut après une brève maladie, le 9 décembre 1565.

27 Faites dans un palais cardinalice, les fouilles ne requéraient pas l’autorisation de la Camera Apostolica, Cesaroli 1897, p. 133-149. 

28 La photographie de l’extraction du bloc Sud 4 en 1937, long de 1,34 m (Dolari 2011, p. 61, fig. 43) laisse supposer les moyens mis en œuvre pour extraire le bloc Nord 2 long de 2,64 m. Ces blocs pesaient de trois à huit tonnes, la densité du marbre de Carrare étant de 2,7 kg pour 100 cm3

29 Firpo – Biferali 2009, p. 325-326 ; Bonora 2011, p. 70-71.

30 Pastor 1951, p. 76-77 ; finalement il n’en donna qu’une partie. L’hostilité des papes envers les statues antiques n’était pas nouvelle, Haskell – Penny 1988, p. 28-29.

31 Fosi Polverini 1988, p. 769-772.

32 « À compter du 29 juillet 1566 cent vingt-cinq écus pour pareille somme payée à Camillo Bolognino, prix de neuf morceaux de marbres à histoires cédés par lui qui étaient dans la cour de la maison de Saint-Laurent-in-Lucina », Boyer 1932, p. 48-49. L’intervention de Camillo Bolognino, membre d’une grande famille bolonaise, reste à éclaircir. La somme de 125 écus semble modeste alors que Ricci écrit à Concini qu’il a payé ces marbres « grassamente » (lettre du 11 février 1569, dans Villa Médicis, vol. 5, n° 189, p. 88). Ce paiement, seul connu, pourrait être un règlement partiel.

33 L’obélisque était loin, et l’on ignorait l’existence des insulae sur lesquelles reposaient les fondations du palais cardinalice, Rakob 1987, p. 698- 706 et fig. 6. Le plan de 1565 par Panvinio, considéré comme une « carte archéologique », a trois « septa » dont l’une touche à l’arc ; leur désignation n’est pas spécifiée, Ferrary 1996, p. 89-93.

34 Nous désignerons les reliefs d’après les plaques obtenues par sciage des blocs, selon l’emplacement qu’elles ont retrouvé sur les parois externes sud et nord de l’enceinte augustéenne reconstituée en 1938. Pour la numérotation des plaques (ex. Sud 5) et des personnages (ex. S/24) nous suivrons l’ordre de Koeppel 1987, p. 115-137, à partir de l’entrée Ouest vers laquelle se dirigeait le cortège. Groupe allant vers la gauche : 26 personnages sur les reliefs Sud 5, 6 et 7 (de S/22 à S/47) dont 7 prêtres de S/22 à S/28. Groupe allant vers la droite, 44 personnages sur les reliefs Nord 1, 2, 3 et Nord 4 incomplet (de N/1 à N/44), dont 1 licteur, 28 prêtres et 2 camilli (de N/1 à N/31) ; dans ce groupe les têtes des adultes du premier plan manquaient, comme on le sait par des dessins du Codex Orsini et de Dupérac, Lurin 2006, t. 3, A 60-61, p. 2125-2132. 

35 Relief Sud 7, figure S/39, Koeppel 1987, p. 125-126 et fig. 14. 

36 Huet 2012, p. 47-62. 

37 Le jeune enfant S/31 tenait serré le pan de sa toge, Koeppel 1987, p. 124 et fig. 13. Le prêtre S/28 est sur les reliefs Sud 5 et 6 avec raccord le long du voile ; ces plaques exposées aux Offices, salle de l’Hermaphrodite jusqu’à leur transfert à Rome en 1938, étaient réunies, Amelung 1897, n°152, p. 96-97 ; Dolari 2011, p. 59.

38 Sur l’ordo sacerdotum, Dumézil 1987, p. 116-125 et 155.

39 Siebert 1999, p. 245. Il n’avait rien d’un popa qui porte la hache sacrificielle en étant nu jusqu’à la ceinture, Scott Ryberg 1955, p. 109-113 et fig. 55-56.

40 Huet 2004, p. 196-198.

41 Quinze flamines attachés à une divinité dont trois majeurs (de Jupiter, Mars et Quirinus), Marquardt 1890, p. 8-21 ; Dumézil 1987, p. 118-125 et 573 ; Vanggaard 1988, pass. ; Porte 1989, p. 78-79 ; Siebert 1999, p. 118-127 et 265-267.

42 Douze saliens sous la tutelle de Mars et douze de Quirinus, Marquardt 1890, p. 158-172 ; Schäfer 1980, p. 342-373 ; Dumézil 1987, p. 285-287 ; 581-582 ; Porte 1989, p.102-107 ; Borgna 1993, p. 9-42 ; Siebert 1999, p. 127-128. 

43 Les bonnets avec apex ornés d’un motif étaient rares : foudre et tige feuillue (temple de Vespasien), rameau végétal (temple de Minerve), ornements ondulés (arc des Argentiers), Du Choul 1556, p. 238 ; Siebert 1999, p. 118-123 ; D 2, p. 284 ; D 5, p. 285 ; E 6, p. 288 et pl. 5 et 14.

44 Sur les dessins du Codex Orsini et de Dupérac la baguette ressemble à une tige de bambou, à moins que les dessinateurs n’aient accentué les encoches que conserve toute tige après élagage. Son état actuel – elle paraît à peu près lisse – résulte de l’intervention faite à Florence par Carradori, la surface du relief exposé aux intempéries depuis 1584-1585 sur le mur de la terrasse du Bosco de la Villa Médicis étant très érodée à la fin du XVIIIe siècle, Lens 1776, p. 315. 

45 Désaccord sur leur nature : lances, tiges de bois ou objets du même genre (Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines, II, 70) ; petites épées (Plutarque, Vies parallèles, Numa, 13, 7) ; uirgae donc en bois (Servius, Commentarii ad Aeneidem, VII, 188). Lors de leur déambulation spectaculaire dans Rome au début et à la fin de la saison guerrière, les saliens sautaient et chantaient tout en frappant sur leurs boucliers avec leurs baguettes. Relevé des textes dont la plupart étaient alors connus, Borgna 1993, p. 38-42.

46 Aucune représentation, ni parmi les objets cultuels de la célèbre frise de la basilique de S. Lorenzo fuori le mura, Leoncini 1987, p. 62-63, ni comme élément de la tenue de ces prêtres. Flamine avec les mains vides, Koeppel 1983, p. 104-106 et fig. 18-19 ; Keller 1991, p. 440-441 ; Gasparri 2009, n° 214, p. 187 ; Ligorio y fait peut-être allusion, BNN, livre IX, Del phalacro sacerdote, diale, et flamine, chap. CXXIX, p. 9115-9116. Flamines avec les mains cachées : sacrifice de Marc Aurèle, Koeppel 1986, p. 52 et fig. 29 ; sacrifice de la base des Decennalia, Koeppel 1990, p. 34-36 et fig. 7 ; scène d’extispicine, Koeppel 1985, p. 204-208 et fig. 39. 

47 Seule mention alors qu’il en existe sur ces prêtres plus de deux cents, dont devaient être alors connues un bon nombre, Vanggaard 1988, p. 123-170. 

48 Ligorio BNN, livre IX, chap. CXVIII-CXXI, f° 61 r -64 r. 

49 Quand Ricci dit que les morceaux furent « trovati di quell’arco antico » (lettre du 11 mai 1569, dans Villa Médicis, vol. 5, n° 229, p. 101), il ne spécifie pas le lieu de leur extraction mais la provenance qu’on leur attribue. 

50 Il place la « septa centuriata » derrière la « curiata » sur son plan de 1561. Mais il dit l’Arcus Novus (l’Arco di Portogallo) « allato all’antica Basilica nella seconda septa centuriata » comme si la « septa curiata » proche de l’arc était une seconde « centuriata », AST, vol. 14, s. v. Piscina, f° 21. Et la légende « il sito della septa centuriata » qui est au bas d’une page correspond mal aux deux dessins qui y figurent (plan et vue cavalière) ayant au centre la mention « septa curiata », AST, vol. 16, s. vseptae, p. 142 ; Castagnoli 1978-1980, p. 373-381 et fig. 5. 

51 Nicolet 1976, p. 297-300. En fait on ne sait rien de ces sacrifices, Marquardt 1890, p. 165-170.

52 Ligorio BNN, livre IX, chap. CXIX, Di salii martiali, f° 62 r-v. 

53 Il décrit cette tenue dans le chapitre de généralités CXVIII : Ligorio BNN, livre IX, Del’ habito di salii, detto trabea, et della tvnica, et delloro origine, f° 61 r-v. N’ayant qu’une pratique limitée des textes antiques il recourut sans doute à des collaborateurs pour réunir ses informations, Ferrary 1996, p. 38, n. 107 ; Vagenheim 2012, p. 57-68. 

54 Koeppel 1990, p. 36-38, fig. 8.

55 Fragment du relief Casali, connu par un dessin du milieu du XVIe siècle qui réunit plusieurs reliefs et que devait connaître Ligorio, Giglioli 1951-1952, p. 33-45 ; Wrede 2001, p. 259-280.

56 Un autre dessin représente un salien avec une tunique plus courte et un bonnet sans palmette.

57 Ligorio BNN, livre IX, chap. CXIX, f° 62 r. 

58 Nous ignorons quels sont les reliefs de sacrifices à Cérès, aux Fontaines et à Neptune.

59 Il reconstitue ces tenues de prêtres comme il le fait pour celles de Romains et de Romaines dans d’autres chapitres du même livre, Cosmo 1989, p. 21-30 ; sur ces « images-types », Lurin 2012. Très travaillé – contrastes entre les lignes sombres des plis, le blanc des surfaces planes et les grisés obtenus par diverses hachures – le dessin occupe presque toute la page, les personnages étant hauts de ca 20 cm.

60 Ligorio, BNN, livre IX, chap. CXIX, f° 62 v. Les études modernes distinguent le « sacrifiant » qui offre le vin, l’encens, dit les prières et immole la victime, du « sacrificateur » proprement dit – un esclave – qui tue la victime et qui est le « victimaire », Huet 2004, p. 196-197.

61 Ligorio, BNN, livre IX, chap. CXX, f° 63 r. Main droite complétée tenant un simpulum.

62 Il lui fait de plus tenir un vase à libation. Ligorio, qui dit avoir vu un victimaire « scolpito in un altro simile sacrificio trovato nelle reliquie del Foro Traino », s’inspira, semble-t-il, du visage de Marc Aurèle officiant auprès d’un prêtre coiffé d’un bonnet à apex, qui figurait sur un relief déposé dans l’église de S. Luc et Martin jusqu’en 1515, Haskell – Penny 1988, p. 277-279 ; Bober – Rubinstein 2010, n° 191, p. 241-242 et fig. 163 b, 191-191a. 

63 Dell’altro sacerdote al sinitro del pontifice martiale, Ligorio, BNN, livre VIIII, chap. CXXI, f° 63 v. 

64 On sait depuis 1934 que la façade nord des saepta s’alignait sur celle du Panthéon, Gatti 1999, p. 228. Les copies du testament d’Auguste trouvées à Ancyre en 1555 n’avaient pas livré leurs informations sur l’Ara Pacis ; les études de ces inscriptions seront faites à partir de 1579, portant surtout sur des questions historiques et juridiques, Nelles 2006, p. 113-134. Relation entre le paragraphe 12 des Res Gestae Divi Augusti et le lieu d’où provenaient les vestiges établie par Petersen 1894, p. 171-172, à partir de Mommsen 1873, p. 790-791. Sur le texte, Res Gestae 2007, p. 11 et 47.

65 Ligorio AST, vol. 14, rubrique Piscina, f° 21. 

66 Sur les « saepta » ornés d’œuvres d’art longtemps et faussement localisés, Gatti 1999, p. 228-229.

67 Tel est son vœu formulé dans l’introduction du premier livre de l’Enciclopedia : « Sendomi accorto, che molte cose dell’antichità sono state già poste nelle tenebre et sepulte sotto le rovine, havemo pensato essere cosa honorevole, di ricordarlo, all’effetto nobile, in rappresentarla, alla luce, et recarle, disperso ch’erano, insieme » (texte cité dans Madonna 1980, p. 265).

68 Les commentaires qui accompagnent ses estampes sont purement descriptifs.

69 Agustin qualifiait l’ouvrage dans la préface de son édition (citée dans Bracke 1995, p. 214-215) de monumentum antiquitatis ; sur sa publication scrupuleuse, Ceretti 1952-1953, p. 153-164. Panvinio rangeait Festus parmi les auteurs auxquels il était redevable d’une antiquitatis Romanae […] descriptio, Ferrary 1996, p. 224. 

70 Commentacula, Festus Aug, s.v ; commoetacula, Festus L, p. 56. 

71 Commentaculum, Festus Aug, s. v. ; commoetaculum, Festus L, p. 49.

72 Aucune distinction n’est faite entre eux alors que les textes relatifs aux flamines indiquent en général ce qui concerne les flamines majeurs, et principalement le flamen Iouis.

73 Les flamines étaient précédés par des ministri dont les cris avertissaient les hommes de cesser de travailler, sinon la vue d’hommes au travail aurait frappé de nullité l’acte religieux qu’ils s’apprêtaient à faire : praeciamitatores, praeclamitatores, precias, Festus Aug, s. v. ; Festus L, praecia, p. 250 ; praeciamitatores, p. 292 et 293 ; Plutarque, Vies parallèles, Numa, 14, 3-4. Sur ces précautions, Halkin 1953, p. 99 ; Scheid 1981, p. 121-129 ; Vanggaard 1988, p. 91-92 ; Porte 1989, p. 30-31 ; Siebert 1999, p. 267 ; Prescendi 2007, p. 71-78.

74 Le bonnet de S/23 était-il orné d’une palmette ? Dupérac ne représente qu’un seul des deux bonnets de flamines avec palmette sur l’estampe du sacrifice devant le temple de Jupiter Ultor (notre fig. 13), comme il le fera plus tard aussi dans le relevé du cortège qui figure dans son album, Dupérac, Inv 26466 (notre fig. 8) ; le dessin anonyme est peu net, Codex Orsini, Vat. Lat. 3439, f° 95 r° haut. Les deux autres flamines connus par les fouilles de 1937 ont un bonnet avec palmette, ce qui toutefois n’est pas une preuve suffisante pour celui de S/23 qui est à l’arrière-plan. 

75 Il dut s’interroger sur l’ordre des prêtres, qui ne correspondait pas à l’ordo sacerdotum défini par Festus, selon lequel le plus important était le Rex ; les flamines majeurs et le pontifex maximus venaient ensuite, Festus Aug, s. v ; Festus L, p. 198-200.

76 Titre de l’estampe de restitution de la pompa circensis défilant dans le Circus Maximus ; sur ce procédé alors nouveau et auquel il tenait, Ferrary 1996, p. 38.

77 Panvinio, De ludis, gravures V et X ; Lurin 2006, t. 2, E 55-56, p. 1130-1136. La pompa circensis, première phase des ludi Romani, partait du Capitole et gagnait le Circus Maximus, Piganiol 1923, p. 15-31 ; Dumézil 1987, p. 563-564. Nous remercions la Biblioteca Hertziana pour les clichés qu’elle nous a aimablement procurés et autorisé à publier.

78 Les flamines se distinguent des saliens massés plus loin dans le groupe des reliqui sacerdotes. Parmi eux se trouvent des jeunes filles qui ne peuvent être que les vierges saliennes dont Panvinio avait découvert l’existence dans le De verborum significatione (Festus Aug, s. v. Salias ; Festus L, Salias virgines, p. 439), et qu’il mentionne dans le commentaire de l’estampe (p. 90).

79 Leur vêtement et leur geste leur donnent une réalité qui fait défaut aux prêtres voisins.

80 Panvinio, De ludis, planche Y ; Lurin 2006, t. 2, E 57, p. 1138-1142. Panvinio savait (commentaire, p. 89) que ce qui pouvait troubler le sacrifice obligeait à recommencer les jeux depuis le début ; sur le texte d’Arnobe (Adversus gentes, 4, 31) connu des humanistes, Le Bonniec 1984, p. 505-511 ; Gaillot 2009, p. 89-96. 

81 Sur son importance dans le cortège, Koeppel 1987, p. 131-132, fig. 21 et 23. Il se remarquait d’autant plus qu’il était placé à la suite de douze prêtres indifférenciés (N/12-N/23) sur le long bloc Nord 2. Cette partie du cortège se trouvera modifiée quand, à la suite du sciage en épaisseur de ce bloc (entre déc. 1568 et févr. 1569), la plaque Nord 2 sera divisée accidentellement ou volontairement en deux – Nord 2/gauche et Nord 2/droit ; cette division permet de dater au moins leurs deux dessins qui figurent dans le Codex Orsini et dans l’album de Dupérac. 

82 Flaminius camillus puer dicebatur ingenuus patrimes et matrimes, qui Flamini Diali ad sacrificia praeministrabat ; antiqui enim ministros camillos dicebant, Festus Aug, s. v. Flaminius camillus ; Festus L, p. 82 L. Le singulier définit sa nature, mais il pouvait y avoir plusieurs camilles flaminiens. Seul Festus signale l’existence du camille du flamine de Jupiter. En fait N/24 est le ministre d’un quindecemvir sacris faciundis, comme l’indique le trépied qui orne l’acerra, Koeppel 1992, p. 216-218.

83 Panvinio, De triumpho, planche C, Lurin 2006, t. 2, E 60-63, p. 1152-1160 ; trois des jeunes gens du premier rang lui empruntent un peu de son apparence, tournés en sens inverse, et tenant différemment les objets cultuels. 

84 Panvinio, De ludis, planche V (deuxième rangée à l’extrémité droite de la meta). Il est le seul du groupe composé d’une douzaine de jeunes gens à s’inspirer de N/24 ; la tête est restituée.

85 Ligorio, qui n’avait que mépris pour Panvinio (Madonna 1980, p. 271), lui fit sûrement remarquer la faiblesse de son argument. Du moins ne pouvait-il pas l’accuser ici de le piller !

86 Moretti 1937, p. 37-44 ; Koeppel 1987, p. 120-122 et fig. 10. S/24 est le seul des quatre flamines maintenant connus à porter une baguette.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Bufalini, Plan de la Rome moderne, 1551 (nord à gauche) : 1. via Flaminia ; 2. arcus Domitiani sive Tripoli (= Arco di Portogallo) ; 3. palais de S. Lorenzo in Lucina (= Palazzo di Portogallo) ; 4. via in Lucina ; 5. église de S. Lorenzo in Lucina. 
Titre Fig. 2 – Ligorio, Plan de la Rome antique, 1553 : 1. via Flaminia ; 2. Arcus Claudij (= Arco di Portogallo) ; 3. Septa.
Titre Fig. 3 – Ligorio, Plan de la Rome antique reconstituée, 1561 : 1. via Flaminia ; 2. Arcus Novus (= Arco di Portogallo) ; 3. Septa curiata ( = seconda Septa centuriata ?) ; 4. Basilica Domitiana.
Titre Fig. 4-5 – Ligorio, « victimario », détail de la fig. 11 ; Ara Pacis, prêtre à la hache, détail de la fig. 6.
Titre Fig. 6 – Ara Pacis, cortège sud, reliefs Sud 5 et 6 (cliché ca 1900 des deux reliefs alors réunis aux Offices, Ist. Centr. Cat. Doc. S. Michele, Rome E 1161).
Titre Fig. 7-8 – Ara Pacis, relief Sud 5, détail des prêtres S/23 et S/24 (détail de la fig. 6) ; Dupérac, cortège de l’Ara Pacis,détail des prêtres S/23 et S/24. Louvre, Arts graphiques, Inv. 26466 (en haut à gauche).
Titre Fig. 9 – Ligorio, « Salii Martiali », dans Antichità di Roma, livre VIIII, chap. CXIX, f° 62 r (document Centro di Studi sulla Cultura e l’Immagine di Roma).
Titre Fig. 10 – Ligorio, « Pontifice Martiale » , dans Antichità di Roma, livre VIIII, chap. CXX, f° 63 r (document Centro di Studi sulla Cultura e l’Immagine di Roma).
Titre Fig. 11 – Ligorio, « Altro sacerdote » , dans Antichità di Roma, livre VIIII, chap. CXXI, f° 63 v (document Centro di Studi sulla Cultura e l’Immagine di Roma).
Titre Fig. 12 – Panvinio, groupe des flamines, détail de la Pompa circensis, dans De ludis circensibus, planche X (cl. Biblioteca Hertziana).
Titre Fig. 13 – Panvinio, deux flamines, détail de l’Antiquorum sacrificandi ritus, dans De ludis circensibus, planche Y (cl. Biblioteca Hertziana).
Titre Fig. 14 – Dupérac, cortège de l’Ara Pacis, camillus N/24. Louvre, Arts graphiques, Inv. 26466 (en bas à droite).
Titre Fig. 15 - Panvinio, groupe des camilli et flaminij, détail de la Pompa circensis, dans De ludis circensibus, planche V (cl. Biblioteca Hertziana).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Germaine Guillaume-Coirier, « Les marbres de l’Ara Pacis Augustae : découverte et réception (1564 ?-1566) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 128-2 | 2016, mis en ligne le 13 juillet 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://mefra.revues.org/3820

Haut de page

Auteur

Germaine Guillaume-Coirier

germaine@guillaume.nu

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org