Navigation – Plan du site
Allevamento transumante e agricoltura

Introduction

Stéphane Bourdin, Mireille Corbier et Saverio Russo

Texte intégral

  • 1 Pasquinucci 1979, p. 79.
  • 2 Les actes de la rencontre de Foggia, qui portait sur les politiques de tutelle et les initiatives (...)
  • 3 Lors de cette journée d’étude, Elvira Migliario (Università degli Studi di Trento) avait également (...)

1Dans le cadre du programme de recherche de l’École française de Rome, La transhumance en Italie centrale de la Protohistoire à nos jours, qui vise à enquêter principalement sur la question de la continuité du phénomène, souvent considéré comme une réponse structurelle des populations méditerranéennes aux contraintes de milieu1, plusieurs rencontres ont été organisées, en particulier le 5 décembre 2012 et le 5 décembre 2013 à Rome et le 28 novembre 2014 à Foggia2. Nous présentons ici les contributions issues de la 2e rencontre (5 décembre 2013), Allevamento transumante e agricoltura3.

  • 4 D’Ercole 2013, p. 10.

2La rencontre était destinée à revenir sur l’articulation entre l’élevage transhumant et l’agriculture, deux termes trop souvent considérés comme antinomiques. Pour le premier Âge du Fer en Italie centrale par exemple, on pense parfois que le développement des vastes nécropoles qui occupent les fonds de vallée (comme à Fossa, Bazzano, Capestrano etc.) au détriment des terrains plats et fertiles sont le signe d’une réorientation économique vers une exploitation plus ou moins exclusive des versants et des alpages, dans le cadre du pastoralisme transhumant4.

  • 5 Corbier 2007.

3Pour l’époque romaine, Varron distingue deux formes d’association entre élevage et agriculture. La première, sous le nom de uillatica pastio (R. R., III, 1, 8), est celle de leur coexistence à l’intérieur d’un même fundus, en utilisant pour le pâturage les terres en jachère et les terres incultes (Columelle). La seconde, qui correspond à notre transhumance, est celle du déplacement des troupeaux à longue distance, des terres « d’en bas » vers celles d’« en haut » (dans son cas, entre ses domaines des Pouilles et ceux de la région de Rieti). Ces migrations saisonnières, qui empruntent les calles et les uiae publicae, répondent à un double besoin. Celui, rappelé par Pietro Tino, de la régénération, indispensable avant le développement des cultures fourragères et des engrais artificiels, des sols des terres cultivées en céréales. Mais aussi celui de pâturages d’hiver pour les troupeaux des éleveurs de la montagne5

4Ce dossier entend donc poser la question de la nécessaire articulation de ces deux activités, des contraintes imposées par le partage des espaces (interdiction des clôtures, limitation de la saison agricole), de la rivalité pour le contrôle de certains territoires, comme les zones d’altitude, objets d’une reconquête agricole au Moyen Âge et à partir du début du XIXe  siècle (cf. Edoardo Micati), des conflits parfois violents générés par cette interaction difficile (cf. Saverio Russo).

Haut de page

Bibliographie

Corbier 2007 = M. Corbier, Proprietà imperiali e allevamento transumante in Italia, dans D. Pupillo (dir.), Le proprietà imperiali nell’Italia romana. Economia, produzione, amministrazione, Ferrare, 2007, p. 1-48. 

D’Ercole 2013 = V. D’Ercole, Il territorio fra L’Aquila e Onna all’inizio del I millennio a.C., dans V. d’Ercole (dir.), I Vestini tra L’Aquila e Onna – 3000 anni fa, L’Aquila, 2013, p. 10-21.

Pasquinucci 1979 = M. Pasquinucci, La transumanza nell’Italia romana, dans E. Gabba, M. Pasquinucci (dir.), Strutture agrarie e allevamento transumante nell’Italia romana (III-I sec. a.C.), Pise, 1979, p. 77-182.

Russo – Bourdin 2016 = S. Russo, S. Bourdin (dir.), I tratturi fra tutela e valorizzazione. Atti del Convegno di Foggia . 28 novembre 2014, Foggia, 2016.

Haut de page

Notes

1 Pasquinucci 1979, p. 79.

2 Les actes de la rencontre de Foggia, qui portait sur les politiques de tutelle et les initiatives de valorisation des tratturi, viennent d’être publiés (Russo – Bourdin 2016).

3 Lors de cette journée d’étude, Elvira Migliario (Università degli Studi di Trento) avait également présenté une communication, intitulée « Alpeggio e/o transumanza : qualche osservazione sull’uso dei terreni d’alta quota in area alpina », qui ne figure pas dans ce dossier.

4 D’Ercole 2013, p. 10.

5 Corbier 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Bourdin, Mireille Corbier et Saverio Russo, « Introduction », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 128-2 | 2016, mis en ligne le 17 novembre 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://mefra.revues.org/3874

Haut de page

Auteurs

Stéphane Bourdin

École française de Rome - dirant@efrome.it

Articles du même auteur

Mireille Corbier

L’Année épigraphique, Paris - corbier@msh-paris.fr

Articles du même auteur

Saverio Russo

Università degli Studi di Foggia - savruss@alice.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org