Navigation – Plan du site
Magno e Latio totaque Ausonia : etnografia virgiliana e Italia augustea

Le peuplement de l’Italie dans l’Énéide de Virgile : situation historique ou reconstruction érudite ?

Stéphane Bourdin

Résumés

Cet article tente de trouver une logique dans la description ethnographique de l’Italie présente dans l’Enéide de Virgile, qui par un jeu de résonnances et d’échos, évoque la plus grande partie des peuples et villes de la Péninsule. Si le poème n’évoque en rien la réalité du peuplement de l’Italie proto-historique, Virgile a cependant puisé dans de riches, et parfois obscures, traditions sur les populations préromaines, comme à propos des Sarrastes ou de Mantoue. L’ensemble de l’Italie est donc présent dans le poème. Virgile appelle de ses vœux la fusion culturelle de tous ces peuples, ainsi que la contribution de l’Italie à la construction politique romaine, mais dénonce aussi, en négatif, en ne les mentionnant pas directement, les populations qui ont pris part à la guerre sociale (Samnites, Frentans, Vestins etc.) ou les ennemis les plus acharnés de Rome (Gaulois), coupables de s’être opposés à cette unification de la Péninsule.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Finley 1978.
  • 2 Cf. status quaestionis dans Musti 2009, p. 83-85.
  • 3 Jacob 1991, p. 20.
  • 4 Musti 1988.

1 L’Énéide peut-elle être utilisée comme source pour la connaissance du peuplement de l’Italie ? L’Iliade et l’Odyssée ne sont plus considérées comme des sources immédiates pour la connaissance du monde grec de la fin de l’Âge du Bronze, même si la critique actuelle a eu tendance à considérer que ces textes représentaient l’aboutissement d’une connaissance stratifiée et que certains éléments du Monde d’Ulysse, pour reprendre le titre d’un célèbre ouvrage de Moses Finley1, avaient pu parvenir jusqu’à nous, au milieu d’une vaste documentation reflétant plutôt le contexte d’élaboration orale puis de mise par écrit de ces épopées2. De la même manière, si les Navigations d’Ulysse sont désormais vues davantage comme les divagations de Victor Bérard plutôt que comme les navigations du héros homérique3, plus personne ne pense que le texte de Virgile ait jamais décrit l’Italie du début du XIIe s. av. J.-C.4

  • 5 Nersae en VII, 744 et Batulum en VII, 739.
  • 6 Sordi 1964.
  • 7 Weeda 2015.
  • 8 Rehm 1932 ; Della Corte 1972.

2Toutefois, en raison de la richesse et du foisonnement du texte de Virgile, qui mentionne un certain nombre de toponymes comme Nersae ou Batulum5 par exemple, pour lesquels la tradition annalistique romaine est à peu près muette, le texte de l’Énéide a été abondamment utilisé comme source documentaire ponctuelle. Les combinaisons audacieuses de toponymes, de noms de chefs etc. forment un système de résonances et d’échos qui a été patiemment décrypté et sur lequel nous allons revenir. Mais au-delà des questions de détail, demeure un problème fondamental : si l’Énéide présente bien une fresque du peuplement de l’Italie, de quelle Italie s’agit-il ? S’agit-il comme l’a proposé Marta Sordi d’une évocation de l’histoire italienne républicaine et en particulier du lien indéfectible établi entre Rome et les Étrusques dans le courant du IVe s.6 ? S’agit-il de l’Italie de la réconciliation après la guerre sociale et les troubles civils, en proie aux tensions crées par l’installation des colonies triumvirales (l’Italie de la première Églogue des Bucoliques)7 ? S’agit-il de la tota Italia unie dans le serment à Octave ou, en vertu de la nature étiologique du poème, de la contribution de l’Italie au projet de rétablissement d’un nouveau siècle par Auguste (l’Italie de l’éloge du livre II des Géorgiques) ? Différentes solutions ont été proposées, en sélectionnant à chaque fois dans le texte les éléments allant dans le sens de la démonstration, mais à quelques exceptions près8, on a le plus souvent renoncé à analyser dans un même mouvement l’ensemble de la documentation, tellement la richesse et l’abondance des informations semblent disqualifier la démarche.

Le contenu géographique et ethnographique de l’Énéide

  • 9 Horsfall 1984.

3La question de la validité des informations fournies par Virgile ou de la possibilité d’en exploiter le contenu pour une meilleure connaissance des sociétés antiques, a été longuement discutée et jamais complètement tranchée. N. Horsfall a par exemple soutenu que le cadre proposé par Virgile était volontairement anachronique, fortement inspiré de l’épopée homérique, et servait à souligner les éléments de continuité entre l’époque héroïque et le présent augustéen9.

  • 10 Stok 2004.
  • 11 Saunders 1930.
  • 12 Cf. par exemple Supplément critique au Bulletin de l'Association Guillaume Budé, 3, 1931. p. 155-1 (...)

4Comme le rappelait Fabio Stok dans un article récent sur la géopolitique de la guerre italique chez Servius, nous ne sommes pas soumis au même régime de la vérité que les Anciens10 : pour Servius, si la fabula est considérée comme falsitas, la fiction (fictum) peut être considérée comme ueritas, pour peu qu’elle soit confirmée par d’autres témoignages. Si la création poétique est ancrée dans un système de références inter-textuelles, on peut considérer selon Servius que l’on est dans le cadre d’une tradition historique fiable. Cela n’a pas empêché les Anciens, Macrobe en premier lieu, puis les Modernes, de se poser la question de la valeur des connaissances antiquaires de Virgile. Dans son ouvrage Vergil’s Primitive Italy, Catherine Saunders a systématiquement comparé les données du texte de l’Énéide avec l’état des connaissances archéologiques de l’époque, au sujet des villes de Grande Grèce, d’Étrurie et du Latium, des rites funéraires ou de l’armement, pour déterminer la vraisemblance ou non du récit virgilien11. Les comptes rendus de ce livre, en général assez sévères, ont condamné la méthode et plutôt souligné la liberté du poète, qui rendrait vaine toute recherche d’une cohérence interne au texte12.

  • 13 Della Corte 1972.

5Francesco Della Corte a pu montrer en revanche, à partir de l’analyse du témoignage de Virgile sur la Campanie et sur le Latium, que la description de l’Italie, contrairement à celle de l’Afrique ou de l’Asie mineure, qui est essentiellement livresque, était fondée sur l’expérience réelle du poète et que ses descriptions de la zone du lac Averne ou de l’embouchure du Tibre étaient particulièrement précises13. Bien entendu, la description de l’acropole de Cumes correspond à ce que l’on pouvait y voir à l’époque de Virgile, ce qui semble d’autant plus évident que ni Cumes, ni les cités de Grande Grèce mentionnées au livre III n’existaient à l’époque d’Énée ; la carte de l’Italie, à défaut de correspondre au peuplement proto-historique de la Péninsule, apparaît donc comme nettement cohérente et semble renvoyer l’image d’une Italie plus récente.

  • 14 Horsfall 1984.
  • 15 Sordi 1964.
  • 16 Gagé 1929.

6La valeur du témoignage de Virgile tient bien entendu en partie à l’autorité des sources qu’il utilise et que nous ne possédons plus. La tradition historique grecque, Timée en particulier, que l’on trouve notamment chez Lycophron, est utilisée par Virgile, ainsi que la tradition épique latine (Ennius, Naevius) ou antiquaire (Origines de Caton en particulier en ce qui concerne les fondateurs de villes, Verrius Flaccus, Varron)14. M. Sordi a souligné les coïncidences avec le texte livien, ce qui laisse supposer aussi une fréquentation des annalistes15. Enfin, comme l’a bien noté J. Gagé, le parallélisme entre la liste des alliés étrusques d’Énée et le parcours périplographique de la description du littoral étrusque chez Pline l’Ancien est si étroit qu’on peut supposer là encore l’utilisation d’une source commune16. Toutefois, l’Italie de Virgile n’est pas que l’Italie des sources du poète. Virgile opère une sélection, dans la riche matière historique, ethnographique et géographique à disposition, pour fournir une démonstration et délivrer un message. Nous allons y revenir.

  • 17 Rehm 1932.
  • 18 Horsfall 1990.

7En parallèle à la question de la valeur du témoignage de Virgile, on a cherché à comprendre la logique narrative qui sous-tendait la géographie et l’ethnographie de l’Énéide. Bernhard Rehm, par exemple, a proposé d’une part un commentaire détaillé des données géographiques et ethnographiques, classées par région, et d'autre part une réflexion sur les liens de Virgile avec l’ethnographie grecque, sur l’influence de l’écriture périplographique17 etc. D’autres chercheurs, comme N. Horsfall ont poursuivi dans cette voie, en mettant en lumière les informations de nature socio-politique contenues dans ce texte, grosso modo les catégories conceptuelles (monarchie, cité-État, urbanisation etc.) appliquées par Virgile au cadre de l’Italie proto-historique18.

  • 19 Én., X, 543.
  • 20 Én., VII, 195-196.
  • 21 Én., VI, 756-757.
  • 22 Én., I, 247-249.
  • 23 Én., VII, 202-203 ; cf. Maddoli 1987.
  • 24 Én., VII, 746-747 ; cf. Mari 1985.
  • 25 Én., VII, 750 ; cf. Russi 1987.
  • 26 Én., VII, 803 ; cf. Nafissi 1990.
  • 27 Én., VIII, 328.
  • 28 Én., VII, 85.
  • 29 Én., XI, 252-253.

8Les peuples d’Italie sont désignés par Virgile au moyen de deux termes : gens, terme traditionnellement utilisé pour qualifier les ensembles ethniques, et populus. Dans certains cas, il est fait recours à d’autres vocables (genus, stirps) pour indiquer l’idée d’une filiation individuelle (Caeculus est de la « race » de Vulcain19) ou collective, comme quand Latinus affirme aux Troyens que le renom de leur ville et de leur genus est parvenu jusqu’à lui20. Dans la plupart des cas donc, le terme gens est utilisé, pour qualifier par exemple les Troyens21 , les Vénètes22, les Latins23, les Équicules24, les Marruviens25, les Volsques26, les Sicanes27. L’ensemble forme les Italae gentes, les « peuples d’Italie », qui sont plusieurs fois mentionnés en ces termes28 ou comme gentes des Saturnia regna29.

  • 30 Venturini 1988 ; Bourdin 2012, p. 184 sq.
  • 31 Én., VII, 723.
  • 32 Én., VI, 891.

9Le second terme utilisé pour désigner un « peuple » est populus : au sens institutionnel, le populus désigne le peuple en armes, l’ensemble des citoyens, comme le populus Romanus et correspond à l’échelon de la cité30. Chez Tite-Live, on trouve ainsi un clair emboîtement des notions : un nomen / une gens sont formés d’un regroupement de populi, comme le nomen Latinum, formé de l’ensemble des populi Latini. Virgile utilise le terme dans ce sens, en qualifiant de populi les différents contingents rangés sous la bannière de Turnus31 ou en évoquant les populi des Laurentes, placés sous l’autorité de Latinus32.

  • 33 Én., VII, 738 ; cf. Greco 1988.
  • 34 Sil., VIII, 536 ; Serv., Én., VII, 738.
  • 35 Serv. auct., Én., VII, 738.
  • 36 Greco 1988.
  • 37 Plb., III, 91, 4.
  • 38 Beloch 1877.
  • 39 Senatore 2001.

10Dans l’ensemble donc, la terminologie de Virgile ne pose pas de problème, à deux exceptions près, deux expressions un peu mystérieuses. La première, au livre VII, concerne les populi Sarrastes, qui sont mentionnés dans le catalogue des alliés de Turnus33. Cet ethnique, qui apparaît ici pour la première fois, et sera ensuite repris par Silius Italicus et par Servius34, est rapproché du nom du fleuve Sarnus. L’interpolateur de Servius rapporte que Conon faisait des Sarrastes une population venue du Péloponnèse, qui avait rebaptisé le fleuve du nom de Sarro, et fondé un certain nombre de villes, dont Nucérie35. Donc, bien que Silius distingue clairement les contingents de Nucérie des Sarrastes populi et des troupes de la vallée du Sarnus, on a cru trouver une confirmation de ce lien entre Sarrastes et Sarno, sur des monnaies à légende arnsei / arasnei que l’on connaît dans cette ville (didrachmes d’argent et monnaies de bronze du milieu à la fin IIIe s.)36. Ce terme a été interprété comme Sarnine / Sarasne et correspondrait à un ethnique, équivalent de Sarrastes, désignant les habitants de la vallée du Sarno, qui seraient d’une manière ou d’une autre en relation avec les Nuvkrinum Alafaternum de la légende du droit. Suivant cette idée d’une « confédération des peuples « sarrastes », qui serait confirmée par le fait que Polybe utilise le terme ἔθνος normalement employé pour qualifier les peuples et non les cités, pour parler de Nucérie37 et sur le fait que les attestations de la gens Sittia (que l’on rencontre ensuite dans cette anomalie institutionnelle que serait la Confédération cirtéenne) sont concentrées dans la vallée du Sarno, K.J. Beloch, a supposé qu’existait autour de Nucérie une confédération, une ligue nucérine, qui devait comprendre également Pompéi, Herculanum et Sorrente38. F. Senatore a récemment montré, avec de bons arguments, que cette ligue nucérine n’a jamais existé39, mais il n’en demeure pas moins que la présence d’une structure politique particulière, comprenant des Sarrastes, des Alfaterni etc. dans la vallée du Sarno est suggérée par Virgile, sur la base de sources qui nous font désormais défaut.

  • 40 Cf. les autres articles de ce dossier.
  • 41 Én., X, 201-203 : Mantua, diues auis, sed non genus omnibus unum : / gens illi triplex, populi sub (...)
  • 42 Serv., Én., X, 202 : (…) quia Mantua tres habuit populi tribus, quae in quaternas curias diuideban (...)
  • 43 Serv. auct. X, 202 : Ergo Vergilius miscet nouam et ueterem Etruriam, ut utriusque principatum pat (...)

11Le texte de Virgile ouvre sur des questions extrêmement complexes40. Un autre exemple de cette difficulté se trouve dans les vers par lesquels Virgile décrit le peuplement de la ville de Mantoue. Dans ce passage célèbre, qui a fait couler beaucoup d’encre, Virgile commence par dire que Mantoue, divisée en 3 gentes (ou plus exactement en une gens triple), elles-mêmes subdivisées en 4 populi, est à la tête de cette coalition de populi et tire sa force du « sang étrusque »41. Cette répartition en 12 populi a été interprétée par Servius comme une subdivision interne en 3 tribus de 4 curies, mais son explication est peu convaincante, voire confine à la paraphrase42. L’interpolateur de Servius43, de même que le commentateur des Scholies de Vérone, dénoncent d’ailleurs la confusion entre l’Étrurie propre et l’Etruria noua, ou plutôt la suggestion volontaire effectuée par Virgile autour de ce nombre 12 (allusion à la dodécapole), dans le but de glorifier sa propre patrie. Ce passage reste donc très difficile à comprendre : la subdivision de gentes en populi est tout à fait normale dans la terminologie latine, même si Mantoue ne devrait pas être qualifiée de gens. Plutôt qu’une allusion à la composition ethnique de Mantoue, qui comprendrait trois ensembles (Grecs, Étrusques et Ombriens), théorie qui ne s’impose que si l’on veut associer étroitement les vers 201 et 202, je pense qu’il faut bien distinguer les choses : Mantoue est une ville dont les ancêtres sont de genus différent (l’étrusque Ocnus et sa mère la thébaine Mantô) et, dans le cadre de l’action de l’Énéide, Ocnus est à la tête de sa propre « dodécapole », 12 cités, appartenant à 3 gentes distinctes.

  • 44 Én., XI, 701 ; cf. Maggiulli 1987, qui montre bien que Virgile reprend l’ensemble des traditions e (...)
  • 45 Én., XI, 736-737.
  • 46 Dauge 1981, p. 152 sq.
  • 47 Én., IX, 598 sq. Sur l’argument de la duritia de l’Italie primitive dans le discours de Numanus Re (...)
  • 48 Rehm 1932, p. 70 ; Della Corte 1972.
  • 49 Grimal 1985, p. 222.
  • 50 Strab., V, 2, 1.

12Comme l’a bien montré B. Rehm, le texte de Virgile se conforme en grande partie aux canons de la littérature ethnographique antique. On retrouve les poncifs classiques : la malhonnêteté des Ligures44, le goût des Étrusques pour les banquets45 etc. Par contraste, il dresse le portrait d’une jeunesse rutule, dure à la guerre, austère, qui rappelle tous les clichés sur les Sabins et les Italiques en général, mais également des référents plus récents : les Celtes tels que les décrit Posidonios (grande taille, vêtements de fourrure) ou les Germains de César. À cette barbarie nordique, il oppose même la luxuria orientale dont seraient coupables les Troyens46. C’est en particulier le cas dans le discours du rutule Numanus Rémulus47. Le physique, le mode de vie, le caractère des peuples sont, conformément à l’ethnographie grecque, influencés par le climat et l’environnement. La modération du climat de l’Italie, chantée dans les laudes du livre II des Géorgiques, permet le développement d’une agriculture florissante, même si, comme cela été plusieurs fois bien noté48, les forêts et les zones incultes (marais) sont un des éléments majeurs du paysage de l’Énéide, et reflètent bien entendu la sauvagerie et le caractère primitif d’une partie de la population. Cela s’accorde assez bien avec les conceptions épicuriennes de Virgile, dans l’œuvre duquel (6eBucolique, Géorgiques, Énéide) court l’idée que les humains, comme tous les êtres vivants, sont créés à partir de la terre, comme dans le mythe de Deucalion, et donc qu’ils en possèdent les qualités49 (et ce motif se retrouve par exemple chez Strabon avec un parallèle entre la dureté du sol pierreux des Ligures50 et la dureté de leur caractère).

13Mais Virgile sait parfois se démarquer de cette ethnographie « classique ». Sa conception de ce qu’est un « peuple » est nettement plus romaine que grecque. Il place ainsi dans la bouche de Jupiter une définition des éléments constitutifs de ce que nous appelons désormais l’ethnicité :

  • 51 Én., XII, 834; trad. P. Veyne.

Les peuples d’Ausonie garderont la langue et les mœurs de leurs pères, leur nom restera ce qu’il est. Les Troyens, mêlés à eux de corps seulement, ne seront que subsidiaires – j’y ajouterai leurs rites particuliers – et je ferai de tous des Latins parlant d’une même voix.51

14Le sang, le genus, n’a finalement qu’une importance secondaire, tandis que l’élément fondamental d’un peuple est l’adhésion de tous au même ensemble de valeurs morales, culturelles et religieuses, marqué par la désignation par un même nomen (ce terme nomen ayant d’ailleurs en latin, même si Virgile ne l’emploie jamais comme tel, le sens institutionnel d’ἔθνος / κοινόν). On sent ici un des motifs principaux de la description de l’Italie dans l’Énéide : Virgile appelle de ses vœux l’émergence d’une nouvelle identité, italienne, qui participe de la romanité et transcende les anciennes divisions.

Quelle Italie ?

  • 52 Montenegro Duque 1949 ; Stok 2009.
  • 53 Serv., Én., X, 166 : sane sciendum Vergilium Italis ducibus dare nomina uel fluiorum uel montium.
  • 54 Adams Holland 1935, p. 206.

15Les noms des personnages ont été particulièrement étudiés, notamment par Angel Montenegro Duque, qui a montré que la plupart renvoyaient directement, ou par assonance, soit à un personnage homérique, soit à un toponyme, un hydronyme, un ethnique, voire à une épiclèse divine ; l’ensemble contribuant à donner une sonorité italienne à tout le poème52. Alsus rappelle le toponyme Alsium ; Cethegus est un cognomen de la gens Cornelia. La racine Num-, que l’on retrouve dans l’hydronyme Numicius, est également productive dans l’onomastique italienne (Numa, Numitor) ou dans l’onomastique virgilienne (Numanus). C’est bien entendu, comme le notait Servius, un procédé totalement volontaire53. L’ensemble de ces allusions forme ce que Louise Adams Holland a appelé la ghost map de l’Italie virgilienne54.

  • 55 Rehm 1932, p. 9 ; Vanotti 2000 ; Bourdin 2012, p. 607 sq.
  • 56 Briquel 1974.
  • 57 Briquel 1994 ; Briquel 2014.
  • 58 Adams Holland 1935, p. 214.
  • 59 Stok 2009.

16Tous les commentateurs ont en outre relevé les interférences entre onomastique et toponymie dans l’Énéide, et notamment le fait que Virgile a d’une part mélangé des traditions, faisant par exemple d’Ocnus le fondateur de Mantoue, alors qu’on lui attribue en général la fondation de Felsina55, ou de Métabus, fondateur mythique de Métaponte, le père de la vierge Camille, chef du contingent des Volsques56, et d’autre part qu’un certain nombre de noms des catalogues, sont présentés en dehors de leur contexte géographique normal, comme Halaesus chez les Falisques57, Ufens chez les Èques, Massicus à Chiusi. Ce « jeu de chaises musicales » permet au poète d’évoquer la présence de régions qui n’entrent pas directement dans le fil de la narration (la Grande Grèce, l’Apulie, l’Ombrie etc.) et de présenter une « pan-Italian picture »58. De la même manière, certaines allusions à la topographie des provinces sont décelables (Liger, Tagus, Sucro). Fabio Stok a récemment repris l’analyse des noms des chefs alliés de Turnus (VII, 641-687), en particulier Auentinus, Catillus, Coras, Messapus, Vfens, Vmbro. S’il accepte l’idée d’une évocation par Virgile de régions autrement absentes, il note également le fait que la structure de ces renvois n’est pas le fait du hasard mais le fruit d’une composition savante, dans laquelle Vfens et Vmbro forment un couple, et portent des noms qui évoquent les deux extrémités de la région latiale (l’Ombrone et l’Ufente)59.

  • 60 Lyc., v. 1254.
  • 61 Briquel 1974.
  • 62 Pour L. Adams Holland (p. 202), Messapus serait une référence à Ennius, originaire de Rudiae, mais (...)
  • 63 ap. Serv., Én., XI, 567.

17La composition est donc savamment élaborée et ne doit rien au hasard. D’autre part, ces allusions semblent recouvrir d’anciennes traditions, mal connues. Ainsi, la généalogie de Turnus, fils de Daunus, qui tend à établir un lien entre les Rutules et l’éponyme des Dauniens, a été rapprochée d’une notice de Lycophron, localisant un groupe de Dauniens sur la côte du Latium60. D. Briquel a même proposé de rétablir la leçon Δαυνῖται du paragraphe 11 du Périple du pseudo-Scylax (sur la base du Δαυνῖται que l’on trouve au chapitre 15) et pense que Virgile se rattachait à cette tradition d’une présence daunienne sur la façade tyrrhénienne61. C’est peut-être aussi à cette tradition sur une présence daunienne, ou sur un substrat proto-italique commun aux deux versants de l’Italie, que font allusion les noms des héros Messapus62 et Métabus, tyran de Priverne, qui n’est pas une invention de Virgile mais dont la présence dans le Latium est déjà connue de Caton63.

  • 64 Serv., Én., VI, praef. : Totus quidem Virgilius scientia plenus est
  • 65 Horsfall 1984.

18Contrôler l’exactitude des informations, des rapprochements ou des évocations proposées par le poète serait un travail interminable. N. Horsfall a d’ailleurs bien mis en garde contre le fait que l’on oublie trop souvent que, si Virgile est « tout rempli de science » comme l’écrit Servius au début du livre VI de son commentaire de l’Énéide64, il n’en demeure pas moins avant tout un poète65. Toutefois, la somme des informations qu’il fournit montre que si l’Énéide est bien un poème étiologique, visant à souligner l’apport de l’Italie à la construction politique et culturelle romaine et à manifester le soutien des élites italiennes à la politique d’Octave-Auguste, certaines régions sont curieusement demeurées à l’écart. Ces vides apparaissent encore plus nettement si l’on compare l’Italie de l’Énéide avec celle La guerre punique de Silius Italicus.

  • 66 Sil., VIII, 536.
  • 67 Sil., I, 70.
  • 68 Sil., VIII, 356-369.
  • 69 Sil., VIII, 376-390.
  • 70 Sil., VIII, 391-405.
  • 71 Sil., VIII, 412-423.
  • 72 Sil., VIII, 424-438.
  • 73 Sil., VIII, 446-462.
  • 74 Sil., VIII, 468-488.
  • 75 Sil., VIII, 489-494.
  • 76 Sil., VIII, 495-510.
  • 77 Sil., VIII, 511-514.
  • 78 Sil., VIII, 515-523.
  • 79 Sil., VIII, 524-545.
  • 80 Sil., VIII, 562-567.
  • 81 Sil., VIII, 568-587.
  • 82 Sil., VIII, 588-612.
  • 83 Sil., VIII, 615-616.
  • 84 Strab., V, 2, 6.
  • 85 Sil., IV, 145 sq.
  • 86 Sil., XI, 7 sq.

19Le poème de Silius Italicus cherche clairement à évoquer l’Énéide de plusieurs façons : par le choix des mêmes toponymes ou ethnonymes rares (Sarrastes)66, par la réutilisation d’expressiosn tirées de Virgile (in finis Italum Saturniaeque arua)67, par le choix des noms de chefs de contingents déjà présents chez le Mantouan (Rémulus, Métabus, Ufens etc.). Toutefois, le cadre géographique de Silius est nettement plus complet. C’est bien entendu nécessaire dans le cadre du déroulement de l’action, puisque si l’Énéide se déroule en l’Italie centrale (Campanie et Latium), l’action de l’épopée de Silius est beaucoup plus vaste, depuis la plaine du Pô jusqu’à l’Apulie. Dans le grand catalogue du livre VIII de Silius, si l’imitation virgilienne est évidente (on parle de Rutules, de Sicanes, d’Antemnae etc.), le cadre géographique est exposé d’une façon beaucoup plus systématique : on trouve tout d’abord le Latium (Ardée, Lanuuium, Collatia, Tibur, Préneste etc.) jusqu’aux Équicoles68, le Latium adiectum (Setia, Velletri, Cora etc.) jusqu’au Circeo et à Terracine69, les Herniques (auxquels sont adjoints des centres qui sont en réalité volsques, mais comme la ligue volsque elle-même n’existe plus au IIIe s., l’ethnique n’est pas nommé : Priverne, Sora, Fabrateria, Arpinum etc.) jusqu’aux marges du Samnium (Venafrum)70. On remonte ensuite vers le nord avec les Sabins (Amiterne, Casperia, Foruli, Rieti…)71, les Picentes (Numana, Cupra, Ancône, Atri, Asculum)72, l’Ombrie (d’Arna à Todi)73, puis l’Étrurie (Caere, Cortone, Grauiscae, Chiusi, Vetulonia etc.)74, le pays falisque75, le territoire des Marses et des Péligniens76. Suivent les Sidicins77, les Vestins et les Marrucins78, la Campanie (de Sinuessa à Capoue)79, les Samnites et Hirpins80, les Bruttiens, les Lucaniens, les Calabrais et Sallentins81. Enfin l’Italie du Nord, avec les colonies (Plaisance, Modène, Crémone) et les alliés cénomans (qui ne sont pas nommés) de Vérone et Mantoue, les Vénètes et les Ligures82. L’énumération se termine avec les contingents de l’île d’Elbe83, traitée à part comme les espaces insulaires dans les ouvrages de géographie84. C’est ni plus ni moins l’image de l’Italie canonique que nous rencontrons chez Strabon ou Pomponius Mela. Les absents de ce catalogue sont bien évidemment les populations ressenties comme « non Italiennes », et suspectes d’avoir pris le parti d’Hannibal : les Celtes cisalpins, qui apparaissent notamment au livre IV parmi les ennemis de Rome85, et les cités de Grande Grèce, qui apparaissent elles dans le petit catalogue du livre XI, qui énumère les partisans d’Hannibal (dont certains ont tourné casaque entre temps) : Samnites, Bruttiens, Apuliens, Hirpins, ainsi que certaines cités de Campanie (Atella, Calatia) et de Grande Grèce (Tarente, Crotone, Locres)86.

  • 87 Musti – Mansuelli – Bernardi 1987.
  • 88 Cf. article d’A. Pagliara dans ce dossier.

20Le cadre proposé par Virgile est sensiblement différent. L’Italie porte dans l’Énéide différents noms, Italia (43 occurrences), Hesperia (13 occurrences), Ausonia (9 occurrences), Saturnia tellus87, et elle est décrite, conformément à l’image qu’en donnent les historiographes (Tite-Live, Denys d’Halicarnasse) ou les géographes (Strabon, Pline l’Ancien) comme un ensemble de peuples, plus ou moins bien identifiés. Ces peuples sont parfois désignés dans leur ensemble, ou pour une grande partie d’entre eux – c’est-à-dire les peuples du Latium ou les peuples de la grande coalition groupée autour de Turnus par des qualificatifs correspondant à un chôronyme – Ausones / Ausonii (6 occurrences)88, Itali (18 occurrences) – ou par métonymie, en rangeant sous un même ethnique l’ensemble des protagonistes : les alliés d’Énée sont ainsi parfois désignés comme Tyrrheni / Tusci / Etrusci, et les alliés de Turnus comme Rutuli, Laurentes ou Latini dans leur ensemble.

  • 89 Én., X, 544 ; X, 562.
  • 90 Én., XI, 318.
  • 91 Én., VII, 747.
  • 92 Etrusci : En., VIII, 480 ; 503 ; IX, 150 ; 521 ; X, 148 ; 180 ; 238 ; 429 ; XI, 598 ; Tusci : VIII (...)
  • 93 Én., VII, 695.
  • 94 Én., VIII, 127 ; X, 82 ; 334 ; 430 ; 720.
  • 95 Én., VII, 684.
  • 96 P.Fest., p. 89 L. ; Serv., Én., VII, 684.
  • 97 Én., V, 567 ; 598 ; VI, 875 ; VII, 96 ; 151 ; 160 ; 202 ; 313 ; 367 ; 400 ; 426 ; 470 ; 716 ; VIII (...)
  • 98 Én., X, 185 ; XI, 701 ; 715.
  • 99 Én., VII, 750 ; 758 ; X, 544
  • 100 Én., VII, 705 ; 709 ; VIII, 635.
  • 101 Én., III, 400.
  • 102 Én., VII, 665 ; VIII, 510. Cf. Dench 1995 (p. 103 sq.), qui montre que l’ethnique Sabelli semble a (...)
  • 103 Én., VII, 803 ; VIII, 505 ; XI, 167 ; 432 ; 463 ; 498 ; 546 ; 801 ; 898.
  • 104 Sat., V, 15, 4 : Contra Vergilius nullum in commemorandis regionibus ordinem seruat, sed locorum s (...)

21Virgile a très peu emprunté, pour dresser le cadre de l’Italie à l’époque d’Énée, au vaste répertoire des ethnonymes de populations semi-légendaires. Mis à part les Ausones, les Œnôtres, les Iapyges, les Osques (forme latine pour les Opiques) et les Rutules, tous les ethnonymes mentionnés font référence à des réalités plus récentes, alors qu’il aurait pu peupler son Italie de noms des peuples « primordiaux » que nous transmettent les auteurs grecs : Euganéens, Opiques, Chônes, Itales, Morgètes, Sicules. Les Ombriens, qui passent pour une des populations les plus anciennes de la Péninsule, sont à peine mentionnés dans l’Énéide, et uniquement à travers le nom de personnages, comme Vmbro ou Camers89. Virgile choisit donc de mentionner des populations qui sont connues à l’époque historique, en accordant une attention particulière au Latium, mais pas uniquement. Sont nommés dans l’épopée : les Aurunces90, les Équicules91, les Étrusques (appelés Etrusci, Tusci ou Tyrrheni)92, les Falisques93, les Grecs94, les Herniques95 (avec un jeu de mot sur les Hernica saxa, qui renvoie à l’étymologie courante de leur nom96), les Latins97, les Ligures98, les Marses dits aussi Marruviens99, les Sabins100, les Sallentins101, les Sabelliens (terme qui désigne normalement les Samnites)102 et les Volsques103. Dans les catalogue des alliés, comme l’a bien vu Macrobe104, Virgile ne respecte aucune cohérence géographique, mais opère une série de va-et-vient entre les différentes régions.

  • 105 Én., XII, 715.
  • 106 Én., VII, 565.
  • 107 Én., X, 561.
  • 108 Én., VII, 752 ; VIII, 562.
  • 109 Én., IX, 412.
  • 110 Et encore ne s’agit-il que du dieu latin et pas d’un éponyme des Picéniens.
  • 111 Én., IX, 343.
  • 112 Én., VI, 858.

22D’autres populations ne sont évoquées qu’à travers des toponymes ou des hydronymes présents sur leur territoire : la Sila évoque les Bruttiens105, le val d’Ansanto les Hirpins106 ; d’autres enfin, sont évoqués par le nom d’un héros : les Lucaniens (Lucas)107, les Ombriens (Vmbro, Camers)108, les Péligniens (Sulmo)109, les Picéniens (Picus)110, les Rhètes (Rhoetus)111. Les Gaulois sont mentionnés une fois, mais pas comme protagonistes de l’époque d’Énée, uniquement dans la prophétie sur l’histoire à venir de l’Vrbs et il n’est en aucun cas fait référence à une présence stable sur le territoire italien112.

  • 113 Én., I, 183 ; II, 35 ; IX, 576 ; X, 145.
  • 114 Én., X, 202-203.
  • 115 Strab., V, 1, 10.

23La différence avec le cadre, presque exhaustif proposé par Silius Italicus est évidente : chez Virgile, d’amples portions de l’Italie ne sont pas ou très peu représentées : les Samnites ne sont évoqués que très indirectement (et jamais nominalement, Virgile les qualifiant de Sabelli), de même que les Bruttiens. Certains ne le sont que par de vagues et discutables assonances et d’autres, comme les Vestins, les Marrucins et les peuples de la façade adriatique (Peucétiens, Frentans, Prétutiens) sont ignorés. Les Campaniens n’apparaissent jamais en tant que peuple : la Campanie est présentée avant tout comme un territoire grec, et la ville de Capoue elle-même n’est nommée qu’indirectement à travers le nom de Capys113. La Cisalpine est présente mais presque complètement débarrassée de toute référence ethnique, à l’exception de la présence étrusque114. Strabon indique pourtant, dans un passage célèbre, qu’à son époque, après l’expulsion des Boïens, et alors que tous les Cisalpins possédaient la citoyenneté romaine, les identités étrusques, ombriennes ou ligures étaient encore sensibles parmi la population115. Chez Virgile, mis à part le caractère étrusque de sa patrie Mantoue, le reste de la région n’est évoqué qu’à travers des repères géographiques (Alpes, Pô et Adige, lac de Garde, Mincio).

  • 116 Sordi 1964.

24Comment se justifie ce cadre géographique ? M. Sordi a proposé une savante reconstitution, en mettant en avant les parallèles entre le texte de l’Énéide et la première décade de Tite-Live116. Toute la seconde partie de l’Énéide serait selon elle un reflet des événements du IVe s. av. J.-C., depuis la prise de Véies par Camille (qui correspondrait au pieux Énée) jusqu’à la défaite des Latins en 338. La prise de Véies ouvrirait une période de 333 ans aboutissant à la naissance d’Auguste en 63, début d’un nouvel âge d’or. Le cadre géographique de l’Énéide serait alors le reflet de l’horizon militaire des Romains au IVe s. La faiblesse de la reconstitution proposée par M. Sordi est cependant évidente : il manque un mobile ! Quel serait réellement l’intérêt de Virgile de proposer une épopée qui ne serait que le calque crypté des événements du IVe s. ? En réalité, une partie de ces parallèles vient simplement du fait que le cadre géographique est le même : la sphère d’intérêt immédiate de Rome : Latium uetus et adiectum, Sabine, Étrurie.

  • 117 Roddaz 2000, p. 899 sq.

25On a souligné aussi depuis longtemps que l’Énéide est un vaste poème étiologique, destiné à expliquer la grandeur de Rome, en mettant en avant la contribution de l’Italie, unie dans le serment à Octave en 32117. L’absence de référent ethnique dans la description de la Cisalpine peut ainsi être interprétée comme la manifestation par Virgile de la volonté de transcender les anciennes divisions ethniques, dans le cadre de l’Italie unie, avec la citoyenneté romaine accordée aux Transpadans par César en 49 (rogatio Roscia), et la fin du statut provincial à l’époque où Virgile rédige l’Énéide.

  • 118 Barchiesi 2008.
  • 119 En., XI, 429.
  • 120 Desantis – Ames 2011.
  • 121 Renan 1882.

26Toutefois, l’Italie de l’Énéide n’est pas un portrait unanime et aussi complet que possible de l’Italie, comme chez Silius Italicus. Les absences signalées doivent être justifiées. Alessandro Barchiesi a bien montré que le rôle de l’Italie est particulièrement ambigu : si l’idée d’une unité italienne est bien mise en avant, c’est avant tout par le dépassement des identités locales et de la violence inter-ethnique primordiale que Rome accomplit son destin118. Pour Barchiesi, ce dépassement est avant tout fondé sur l’oubli volontaire du dernier épisode de cette violence italienne, la guerre sociale. Et ce sont de fait les populations belligérantes de la guerre sociale qui sont absentes de l’Énéide (à l’exception des Marses) : Samnites, Vestins, Péligniens, Picéniens, Frentans, Lucaniens, certaines villes de Campanie ; plus largement, si toutes les populations d’Italie ont eu maille à partir avec Rome à un moment donné de leur histoire, les peuples responsables des grandes défaites romaines (les Véiens de la Crémère, qui ne sont évoqués qu’à travers l’augure Tolumnius119, les Tarquiniens de la guerre de 358-351, les Samnites des Fourches Caudines, les Celtes de la silua Litana etc.) sont tous absents de l’évocation. Comme l’ont bien souligné récemment Cecilia Ames et Guillermo De Santis, l’Énéide n’est pas réellement un poème de réconciliation120, mais comme le disait si bien Ernest Renan dans sa conférence Qu’est-ce qu’une nation ? en 1882, la construction d’une nouvelle identité se fonde en grande partie sur l’oubli d’un passé conflictuel121.

  • 122 Sur le thème du retour des Troyens au pays de Dardanos, originaire de Corythus / Cortone : Én., I, (...)
  • 123 Giardina 1997.

27L’Énéide de Virgile est donc un poème de la romanité, mais aussi de la contribution italienne à la grandeur de Rome. Les Troyens d’Énée ne font d’ailleurs que redécouvrir leur italianité, en venant fonder une ville sur la terre de Dardanos122. Cette unanimité italienne ne masque pas toutefois la violence sur laquelle s’est construite l’identité, jamais réellement portée à terme de l’Italie antique123, et Virgile choisit clairement de ne pas mentionner les protagonistes qui ont pu incarner avec le plus d’acharnement, dans la longue durée, l’opposition à Rome. Son ouvrage n’en demeure pas moins un formidable répertoire d’informations géographiques, ethnographiques et historiques, de toutes époques, savamment ordonnancé par un jeu subtil de citations, de références et d’évocations.

Haut de page

Bibliographie

Adams Holland 1935 = L. Adams Holland, Place Names and Heroes in the Aeneid, dans American Journal of Philology, 56, 3, 1935, p. 202-215.

Adler 2003 = E. Adler, Vergil’s Empire. Political Thought in the Aeneid, Lanham, 2003.

Barchiesi 2008 = A. Barchiesi, Bellum Italicum : l’unificazione dell’Italia nell’Eneide, dans G. Urso (dir.), Patria diversis gentibus una ? Unità politica e identità etniche nell’Italia antica. Atti del convegno internazionale, Cividale del Friuli, 20-22 settembre 2007, Pise, 2008, p. 243-260.

Beloch 1877 = K.J. Beloch, Sulla confederazione nocerina, dans Arch. Stor. Prov. Napoletane, II, 1877, p. 285-298.

Bourdin 2005 = S. Bourdin, Ardée et les Rutules. Réflexions sur l’émergence et le maintien des identités ethniques des populations du Latium préromain, dans MEFRA, 117-2, 2005, p. 585-631.

Bourdin 2012 = S. Bourdin, Les peuples de l’Italie préromaine. Identités, territoires et relations inter-ethniques en Italie centrale et septentrionale (VIIIe-Ier s. av. J.-C.), Rome, 2012 (BEFAR, 350).

Briquel 1974 = D. Briquel, Le problème des Dauniens, dans MEFRA, 1974-1, p. 7-40.

Briquel 1994 = D. Briquel, Haleso, eroe campano (Virgilio, Eneide 7, 723-730) e i Falisci, coloni calcidesi (Giustino 20, 1, 13), dans L. Braccesi (dir.), Hesperìa 4. Studi sulla grecità di Occidente, Rome, 1994, p. 83-94.

Briquel 2014 = D. Briquel, Les Falisques et les Capénates : perspective historique. Les témoignages littéraires et leurs limites, dans M. Aberson, M.C. Biella, M. Di Fazio, M. Wullschleger (dir.), E pluribus unum ? L’Italie, de la diversité préromaine à l’unité augustéenne. vol. 1. Entre archéologie et histoire : dialogues sur divers peuples de l’Italie préromaine, Berne, 2014, p. 51-64.

Colonna 1980 = G. Colonna, Virgilio, Cortona e la leggenda etrusca di Dardano, dans ArchClass, 32, 1980, p. 1-15.

Dauge 1981 = Y.A. Dauge, Le Barbare. Recherches sur la conception de la barbarie et de la civilisation, Bruxelles, 1981.

De Santis – Ames 2011 = G. De Santis, C. Ames, La memoria histórica de la diversidad étnica italiana en Eneida de Virgilio, dans Circe de Clásicos y Modernos, 15, 2, 2011, p. 41-54.

Della Corte 1972 = F. Della Corte, La mappa dell’Eneide, Florence, 1972.

Della Corte 1975 = F. Della Corte, I Sabini in Virgilio, dans Preistoria, storia e civiltà dei Sabini. Convegno di studio. Rieti, ottobre 1982, Rieti, 1985, p. 57-74.

Dench 1995 = E. Dench, From Barbarians to New Men. Greek, Roman, and Modern Perceptions of Peoples of the Central Apennines, Oxford, 1995.

Dupont 2011 = F. Dupont, Rome, la ville sans origine. L’Énéide, un grand récit du métissage ?, Paris, 2011.

Finley 1978 = M.I. Finley, Le monde d’Ulysse, Paris, 1978.

Gagé 1929 = J. Gagé, Les Étrusques dans l’Éneide, dans MEFR, XLVI, 1929, p. 115-144.

Giardina 1997 = A. Giardina, L’Italia romana : storie di un’identità incompiuta, Rome, 1997.

Greco 1988 = E. Greco, s.u. Sarrasti (Sarrastes), dans Enciclopedia Virgiliana, IV, Florence, 1988, p. 680-681.

Grimal 1985 = P. Grimal, Virgile ou la seconde naissance de Rome, Paris, 1985.

Horsfall 1971 = N. Horsfall, Ethnography and Propaganda in Aen. IX, 598 f., dans Latomus, 30, 4, 1971, p. 1108-1116.

Horsfall 1984 = N. Horsfall, s.u. anacronismi, dans Enciclopedia Virgiliana, I, Florence, 1984, p. 151-154.

Horsfall 1990 = N. Horsfall, The Aeneid and the social structures of primitive Italy, dans Athenaeum, 78, 2, 1990, p. 523-527.

Jacob 1991 = C. Jacob, Géographie et ethnographie en Grèce ancienne.

Maddoli 1987 = G. Maddoli, s.u. Latini (Latini), dans Enciclopedia Virgiliana, III, Florence, 1987, p. 129-131.

Maggiulli 1987 = G. Maggiulli, s.u. Liguri (Ligures), dans Enciclopedia Virgiliana, III, Florence, 1987, p. 221-222.

Mari 1985 = Z. Mari, s.u. Equicoli (Aequiculi), dans Enciclopedia Virgiliana, II, Florence, 1985, p. 347-348.

Montenegro Duque 1949 = A. Montenegro Duque, La onomastica de Virgilio y la antiguedad preitalica, I, Salamanque, 1949.

Musti 1988 = D. Musti, I Greci e l’Italia, dans A. Momigliano, A. Schiavone, (dir.), Storia di Roma. I. Roma in Italia, Turin, 1988, p. 39-51.

Musti 2009 = D. Musti, Storia greca. Linee di sviluppo dall’età micenea all’età romana, Rome-Bari, 2009.

Musti – Mansuelli – Bernardi 1987 = D. Musti, G.A. Mansuelli, A. Bernardi, s.u. Italia (Italia, ’Ιταλία), dans Enciclopedia Virgiliana, III, Rome, 1987, p. 34-50.

Nafissi 1990 = M. Nafissi, s.u. Volsci (Volsci), dans Enciclopedia Virgiliana, V, Florence, 1990, p. 617-619.

Rehm 1932 = B. Rehm, Das geographische Bild des alten Italien in Vergils Aeneis, Leipzig, 1932 (suppl. XXIV à Philologus).

Renan 1882 = E. Renan, « Qu’est-ce qu’une nation ? ». Conférence prononcée à la Sorbonne, le 11 mars 1882, Paris, 1882 (rééd. 1997).

Roddaz 2000 = J.-M. Roddaz, L’héritage, dans F. Hinard (dir.), Histoire romaine. Tome 1 : Des origines à Auguste, Paris, 2000, p. 825-912.

Russi 1987 = A. Russi, s.u. Marruvia, gente (Marruvia gens), dans Enciclopedia Virgiliana, III, Florence, 1987, p. 387-389.

Saunders 1930 = C. Saunders, Vergil’s primitive Italy, New York, 1930.

Senatore 2001 = F. Senatore, La lega nucerina, dans F. Senatore (dir.), Pompei tra Sorrento e Sarno. Atti del terzo e quarto ciclo di conferenze di geologia, storia ed archeologia. Pompei, gennaio 1999-maggio 2000, Rome, 2001, p. 185-265.

Sordi 1964 = M. Sordi, Virgilio e la storia romana del IV sec. a.C., dans Athenaeum, XLII, 1964, p. 80-100.

Stok 2004 = F. Stok, Servio e la geopolitica della guerra italica, dans C. Santini, F. Stok (dir.), Hinc Italae gentes. Geopolitica ed etnografia dell'Italia nel Commento di Servio all'Eneide, Pise, 2004, p. 111-162.

Stok 2009 = F. Stok, Onomastica / toponomastica virgiliana, dans P. Poccetti (éd.), L’onomastica dell’Italia antica. Aspetti linguistici, storici, culturali, topologici e classificatori, Rome 2009, p. 551-561 (CEFR, 413).

Vanotti 2000 = G. Vanotti, Mantua diues auis. Sulle origini greche di Mantova, dans L. Braccesi (dir.), Hesperìa 10. Studi sulla grecità di Occidente, Rome, 2000, p. 139-145.

Venturini 1988 = C. Venturini, s.u. populus, dans Enciclopedia Virgiliana, IV, Florence, 1988, p. 218-220.

Weeda 2015= L. Weeda, Vergil’s Political Commentary in the Eclogues, Georgics and Aeneid, Varsovie-Berlin, 2015.

Haut de page

Notes

1 Finley 1978.

2 Cf. status quaestionis dans Musti 2009, p. 83-85.

3 Jacob 1991, p. 20.

4 Musti 1988.

5 Nersae en VII, 744 et Batulum en VII, 739.

6 Sordi 1964.

7 Weeda 2015.

8 Rehm 1932 ; Della Corte 1972.

9 Horsfall 1984.

10 Stok 2004.

11 Saunders 1930.

12 Cf. par exemple Supplément critique au Bulletin de l'Association Guillaume Budé, 3, 1931. p. 155-158.

13 Della Corte 1972.

14 Horsfall 1984.

15 Sordi 1964.

16 Gagé 1929.

17 Rehm 1932.

18 Horsfall 1990.

19 Én., X, 543.

20 Én., VII, 195-196.

21 Én., VI, 756-757.

22 Én., I, 247-249.

23 Én., VII, 202-203 ; cf. Maddoli 1987.

24 Én., VII, 746-747 ; cf. Mari 1985.

25 Én., VII, 750 ; cf. Russi 1987.

26 Én., VII, 803 ; cf. Nafissi 1990.

27 Én., VIII, 328.

28 Én., VII, 85.

29 Én., XI, 252-253.

30 Venturini 1988 ; Bourdin 2012, p. 184 sq.

31 Én., VII, 723.

32 Én., VI, 891.

33 Én., VII, 738 ; cf. Greco 1988.

34 Sil., VIII, 536 ; Serv., Én., VII, 738.

35 Serv. auct., Én., VII, 738.

36 Greco 1988.

37 Plb., III, 91, 4.

38 Beloch 1877.

39 Senatore 2001.

40 Cf. les autres articles de ce dossier.

41 Én., X, 201-203 : Mantua, diues auis, sed non genus omnibus unum : / gens illi triplex, populi sub gente quaterni, / ipsa caput populis, Tusco de sanguine uires.

42 Serv., Én., X, 202 : (…) quia Mantua tres habuit populi tribus, quae in quaternas curias diuidebantur : et singulis singuli lucumones imperabant, quos tota in Tuscia duodecim fuisse manifestum est, ex quibus unus omnibus praeerat. Hi autem totius Tusciae diuisas habebant quasi praefecturas, sed omnium populorum principatum Mantua possidebat : unde est ‘ipsa caput populis’ ; VIII, 475 : (...) nam Tuscia duodecim lucumones habuit, id est reges, quibus unus praeerat : unde est <X, 202> gens illi triplex, populi sub gente quaterni.

43 Serv. auct. X, 202 : Ergo Vergilius miscet nouam et ueterem Etruriam, ut utriusque principatum patriae suae adsignet, cum alioquin Mantua ad haec auxilia pertinere non debeat, quia Aeneas nulla a transpadanis auxilia postulauerit, cum omnis exercitus aduersum Mezentium uno loco consederit. Et propterea putatur poeta in fauorem patriae suae hoc locutus, ut de hac sola trans Padum pro Aenea aduersum Mezentium auxilia faciat uenisse, quod nec populorum nomina, nec lucumonum rettulerit.

44 Én., XI, 701 ; cf. Maggiulli 1987, qui montre bien que Virgile reprend l’ensemble des traditions ethnographiques et mytho-historiques sur les Ligures.

45 Én., XI, 736-737.

46 Dauge 1981, p. 152 sq.

47 Én., IX, 598 sq. Sur l’argument de la duritia de l’Italie primitive dans le discours de Numanus Remulus, cf. Horsfall 1971.

48 Rehm 1932, p. 70 ; Della Corte 1972.

49 Grimal 1985, p. 222.

50 Strab., V, 2, 1.

51 Én., XII, 834; trad. P. Veyne.

52 Montenegro Duque 1949 ; Stok 2009.

53 Serv., Én., X, 166 : sane sciendum Vergilium Italis ducibus dare nomina uel fluiorum uel montium.

54 Adams Holland 1935, p. 206.

55 Rehm 1932, p. 9 ; Vanotti 2000 ; Bourdin 2012, p. 607 sq.

56 Briquel 1974.

57 Briquel 1994 ; Briquel 2014.

58 Adams Holland 1935, p. 214.

59 Stok 2009.

60 Lyc., v. 1254.

61 Briquel 1974.

62 Pour L. Adams Holland (p. 202), Messapus serait une référence à Ennius, originaire de Rudiae, mais on peut aussi le voir comme une évocation des Messapiens. Le jeu des allusions peut tout à fait être multiple.

63 ap. Serv., Én., XI, 567.

64 Serv., Én., VI, praef. : Totus quidem Virgilius scientia plenus est

65 Horsfall 1984.

66 Sil., VIII, 536.

67 Sil., I, 70.

68 Sil., VIII, 356-369.

69 Sil., VIII, 376-390.

70 Sil., VIII, 391-405.

71 Sil., VIII, 412-423.

72 Sil., VIII, 424-438.

73 Sil., VIII, 446-462.

74 Sil., VIII, 468-488.

75 Sil., VIII, 489-494.

76 Sil., VIII, 495-510.

77 Sil., VIII, 511-514.

78 Sil., VIII, 515-523.

79 Sil., VIII, 524-545.

80 Sil., VIII, 562-567.

81 Sil., VIII, 568-587.

82 Sil., VIII, 588-612.

83 Sil., VIII, 615-616.

84 Strab., V, 2, 6.

85 Sil., IV, 145 sq.

86 Sil., XI, 7 sq.

87 Musti – Mansuelli – Bernardi 1987.

88 Cf. article d’A. Pagliara dans ce dossier.

89 Én., X, 544 ; X, 562.

90 Én., XI, 318.

91 Én., VII, 747.

92 Etrusci : En., VIII, 480 ; 503 ; IX, 150 ; 521 ; X, 148 ; 180 ; 238 ; 429 ; XI, 598 ; Tusci : VIII, 473 ; X, 164 ; 199 ; 204 ; XI, 316 ; 629 ; XII, 551 ; Tyrrheni : VII, 43 ; 209 ; 241 ; 426 ; 647 ; 663 ; VIII, 458 ; 526 ; 552 ; 555 ; 603 ; X, 71 ; 691 ; 787 ; 898 ; XI, 93 ; 171 ; 450 ; 504 ; 518 ; 581 ; 612 ; 686 ; 726 ; 733 ; 835 ; XII, 123 ; 272 ; 291. 

93 Én., VII, 695.

94 Én., VIII, 127 ; X, 82 ; 334 ; 430 ; 720.

95 Én., VII, 684.

96 P.Fest., p. 89 L. ; Serv., Én., VII, 684.

97 Én., V, 567 ; 598 ; VI, 875 ; VII, 96 ; 151 ; 160 ; 202 ; 313 ; 367 ; 400 ; 426 ; 470 ; 716 ; VIII, 38 ; 55 ; 117 ; 448 ; 602 ; IX, 486 ; 550 ; 717 ; X, 4 ; 77 ; 237 ; 300 ; 311 ; 360 ; 895 ; X, 17 ; 100 ; 134 ; 193 ; 203 ; 229 ; 302 ; 331 ; 519 ; 588 ; 603 ; 618 ; 621 ; 745 ; XII, 1 ; 16 ; 143 ; 211 ; 240 ; 448 ; 529 ; 548 ; 556 ; 593 ; 603 ; 656 ; 693 ; 730 ; 824 ; 837.

98 Én., X, 185 ; XI, 701 ; 715.

99 Én., VII, 750 ; 758 ; X, 544

100 Én., VII, 705 ; 709 ; VIII, 635.

101 Én., III, 400.

102 Én., VII, 665 ; VIII, 510. Cf. Dench 1995 (p. 103 sq.), qui montre que l’ethnique Sabelli semble apparaître chez Varron (Men., fr. 17 = Servius, Ad Georg., II, 168) après la défaite des Samnites face à Sylla en 82 ; il désigne rapidement les populations de l’Apennin central (Sabins, Samnites en particulier), caractérisées par des mœurs austères et leur bravoure au combat. Dans le cas de l’Énéide, on a presque l’impression que les Samnites, derniers Italiens à porter les armes contre Rome, subissent une sorte de damnatio memoriae et que leur ethnique n’est pas mentionné, pas plus que leurs subdivisions (Pentriens, Hirpins) ou les populations apparentées (Frentans), mais qu’ils ne sont qu’évoqués à travers le terme « Sabelli ».

103 Én., VII, 803 ; VIII, 505 ; XI, 167 ; 432 ; 463 ; 498 ; 546 ; 801 ; 898.

104 Sat., V, 15, 4 : Contra Vergilius nullum in commemorandis regionibus ordinem seruat, sed locorum seriem saltibus lacerat.

105 Én., XII, 715.

106 Én., VII, 565.

107 Én., X, 561.

108 Én., VII, 752 ; VIII, 562.

109 Én., IX, 412.

110 Et encore ne s’agit-il que du dieu latin et pas d’un éponyme des Picéniens.

111 Én., IX, 343.

112 Én., VI, 858.

113 Én., I, 183 ; II, 35 ; IX, 576 ; X, 145.

114 Én., X, 202-203.

115 Strab., V, 1, 10.

116 Sordi 1964.

117 Roddaz 2000, p. 899 sq.

118 Barchiesi 2008.

119 En., XI, 429.

120 Desantis – Ames 2011.

121 Renan 1882.

122 Sur le thème du retour des Troyens au pays de Dardanos, originaire de Corythus / Cortone : Én., I, 380 ; III, 94-96 ; 166-171 ; VII, 205-211 ; VIII, 36. Cf. Colonna 1980.

123 Giardina 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Bourdin, « Le peuplement de l’Italie dans l’Énéide de Virgile : situation historique ou reconstruction érudite ? », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 129-1 | 2017, mis en ligne le 27 septembre 2017, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://mefra.revues.org/4120

Haut de page

Auteur

Stéphane Bourdin

École française de Rome, dirant@efrome.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org