Navigation – Plan du site
Magno e Latio totaque Ausonia : etnografia virgiliana e Italia augustea

Les Aborigènes et l’ethnographie de l’Énéide

Dominique Briquel

Résumés

Les Aborigènes n’étaient pas un peuple réel, mais une désignation des ancêtres des Latins. Selon le schéma traditionnel, les Latins apparaissaient lorsque les Aborigènes étaient fusionnés avec les Troyens d’Énée, le nouveau peuple ainsi formé recevant le nom de Latins, de Latinus, le roi des Aborigènes qui avait été tué. Virgile a rompu avec cette tradition : dans l’Énéide, le peuple qu’Énée rencontre en arrivant sur la côte du Latium est celui des Latins et Latinus est privé de son rôle d’éponyme, les Latins existant sous les règnes de ses prédécesseurs et le nom du Latium étant expliqué à partir du verbe latere, être caché, et la légende de Saturne. Des allusions montrent que Virgile connaissait bien la tradition sur les Aborigènes et les différentes explications qui avaient été proposées pour leur nom. L’absence de référence à eux n’est pas seulement due, comme le disait Servius, à l’impossibilité de faire entrer le mot Aborigines dans l’hexamètre. Elle implique une continuité directe entre les premiers temps du Latium, et spécialement l’âge d’or de Saturne, et son histoire ultérieure. Étrangement, chez Virgile, les Latins sont rangés dans le camp des ennemis d’Énée et le combattent, contrairement aux Aborigènes dans la présentation traditionnelle. Cela doit être compris en relation avec Auguste, qui inaugure un nouvel âge d’or, apportant la paix après la période sanglante des guerres civiles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous avons déjà consacré un travail à la question des Aborigènes chez Virgile (Briquel 1992). Nous (...)

1Il peut sembler paradoxal, dans une rencontre consacrée à l’ethnographie de l’Énéide, d’aborder la question des Aborigènes1 : le nom de ce peuple, considéré comme renvoyant à la couche ancienne de la population locale, celle avec laquelle le héros troyen et ses compagnons, débarquant sur la côte du Latium, entrent en contact, n’apparaît pas dans l’épopée virgilienne – pour laquelle les habitants de la région sont déjà des Latins. Une raison péremptoire, évoquée par Servius dans le commentaire qu’il consacre à l’expression ab origine reges qui sert au poète, en 7, 181, à désigner les rois qui, après Janus et Saturne qu’il a nommés au vers précédent, sont censés avoir régné sur le Latium et dont les effigies ornent le palais dans lequel le roi Latinus reçoit les ambassadeurs d’Énée, conduits par Ilionée, est qu’il serait fait ici référence aux Aborigènes, qu’il serait en réalité question des Aboriginum reges (AB ORIGINE pro « Aboriginum reges »), mais que la structure métrique de Aboriginum, dans ce vers avec, pour -iginum, une syllabe brève entourée de deux longues (la seconde par position), aurait empêché le recours à ce nom dans un poème composé en hexamètres dactyliques (sed est metro prohibitus). Et assurément Aborigines, qui présente dans cette partie du mot cette séquence impossible longue/brève/longue, ne pouvait pas être utilisé dans l’épopée. Mais, si la raison métrique écartait absolument la forme du nominatif ou celle de l’accusatif, ce n’était pas le cas nécessairement pour le génitif Aboriginum (au moins dans d’autres contextes que devant la consonne initiale de reges) ou le datif-ablatif Aboriginibus. On peut assez faire confiance à la maîtrise de son art du Mantouan pour être sûr que, s’il avait voulu faire usage dans l’Énéide de ce mot, il aurait trouvé les environnements métriques qui le lui auraient permis ! Les exigences de l’hexamètre ne sont pas un motif suffisant pour lui avoir fait proscrire cette dénomination des interlocuteurs d’Énée à son arrivée dans la péninsule. Le non-usage du terme est donc significatif, peut passer pour résulter d’un choix volontaire et mérite donc d’être examiné.


  • 2 Liv., 1, 1, 5 : Latinus rex Aboriginesque, qui ea tenebant. loca.
  • 3 Caton, Origines, fr. 5 Peter = 1, 6 Chassignet (Servius, comm. à Énéide, 1, 6) : Cato in Originibus (...)
  • 4 Sur la question difficile de la détermination des rapports entre Troyens et Aborigènes dans les di (...)
  • 5 L’insistance sur la fusion des deux éléments, aborigène et troyen, est particulièrement sensible c (...)
  • 6 Salluste, Catilina, 6 : Vrbem Romam, sicuti ego accepi, condidere atque habuere initio Troiani, qu (...)
  • 7 Voir FGrHist 279 F 9 et 103 F 40 ; Juba II de Maurétanie, contemporain d’Auguste, doit être cité à (...)
  • 8 La doctrine faisant des Aborigènes d’anciens Ligures est évoquée par Denys d’Halicarnasse en 1, 10 (...)
  • 9 Voir FGrHist 564 F 5a (= Denys d’Halicarnasse, 1, 72, 5). Sur la relation entre cette version et c (...)

2En ne mentionnant pas les Aborigènes dans ces circonstances, Virgile rompait avec la tradition antérieure. Celle-ci en faisait la population qui accueillait le héros fils de Vénus. Le roi Latinus, qui, comme dans l’Énéide, lui donnait sa fille Lavinia en mariage, était présenté comme régnant sur un peuple d’Aborigènes : Tite-Live parlait du « roi Latinus et des Aborigènes qui occupaient alors les lieux »2 et Caton exposait déjà cette doctrine dans ses Origines3. Le schéma de base de la tradition était que la population locale avec laquelle l’élément troyen amené par Énée entrait en contact portait le nom d’Aborigènes ; celui de Latins n’apparaissait qu’ensuite, lorsque, sans doute après des heurts initiaux4, Aborigènes et Troyens fusionnaient, donnant ainsi naissance à un peuple nouveau qui résultait de la coalescence des deux éléments, les anciens habitants et les nouveaux venus5. L’appellation qui lui était alors donnée était référée au roi Latinus, disparu entre temps, et c’est désormais sous ce nom qu’Énée menait les deux peuples aborigène et troyen, fondus en un seul, contre les Rutules de Turnus, furieux d’avoir été frustré par le Hèros troyen de son mariage avec Lavinia à laquelle il avait été fiancé. C’est là la trame habituelle de la légende, qu’on peut reconstituer à travers les fragments de Caton, qui sous-tend le récit de Tite-Live (1, 4-2) comme celui de Denys d’Halicarnasse (1, 45-64), qu’on retrouve, au moins en partie, chez nombre d’auteurs, comme Salluste (qui il est vrai applique le modèle à l’histoire de Rome et non à celle du Latium6), Strabon (5, 3, 2 (229)), Juba et Charax, cités par Étienne de Byzance sous la rubrique « Aborigines »7, Appien (Rois, fr. 1 et 1a), Eusèbe de Césarée (éd. Schoene, 1, 267), l’Origo Gentis Romanae (13), ou Zonaras (7, 1), se fondant sur Dion Cassius. Le peuple dont Latinus était le roi était donc désigné comme celui des Aborigènes. Cette représentation est ancienne puisqu’on peut vraisemblablement l’attribuer à la forme de la légende qui transparaît derrière les allusions, volontairement obscures comme toujours dans cette œuvre, de l’Alexandra de Lycophron (1253-1260) : les Boreigonoi chez qui Énée sera amené à fonder trente tours, c’est-à-dire les trente cités de la fédération latine, une fois qu’il aura vu se produire le prodige de la gésine de la truie aux trente porcelets, peuvent être compris comme les Aborigènes du Latium, le nom étant réinterprété comme signifiant « ceux qui sont venus du nord » dans le cadre d’une identification aux Ligures8. On la rencontre même dans une forme archaïque et différente de la légende troyenne, celle, rapportée spécifiquement à Rome et faisant intervenir la Troyenne Rhômè, éponyme féminine de la cité, qu’en avait donnée le Syracusain Callias, auteur d’une monographie sur le tyran Agathocle, mort en 289 av. J.-C. : pour lui, « une certaine Rhômè, une des femmes troyennes venues avec les autres Troyens en Italie, épousa Latinus, roi des Aborigènes, et mit au monde trois fils Rhômos, Romulus et Télégonos, qui fondèrent une cité à laquelle ils donnèrent le nom de leur mère »9.

  • 10 Il est vrai que l’amour de la petite patrie de l’auteur, ou si on veut sa patauinitas que lui repr (...)
  • 11 Sur le sens de la démonstration de Denys d’Halicarnasse, nous pouvons renvoyer à Musti 1970, Gabba (...)
  • 12 Sur la légende pélasgique à Rome et le caractère tardif de son développement, outre Briquel 1984, (...)
  • 13 Voir 1, 20, 4-22 (avec exposé des différentes versions de l’établissement dans l’île des Sicules v (...)
  • 14 Mais sur la culture grecque de Caton et sur le fait que, dans les Origines, il faisait largement a (...)
  • 15 Voir 1, 11, 1 (cf. 1, 13, 1), frag. 6 Peter = 1, 4 Chassignet (= Sempronius Tuditanus, dont le nom (...)

3Il est donc clair que le concept renvoie à la population établie anciennement dans la région, à ce qu’on peut considérer comme le substrat originel auquel se mêlèrent les Troyens conduits en ces lieux par le pius Aeneas par l’arrivée de qui, on le voit dans les Ab Vrbe condita libri de Tite-Live, débutait réellement l’histoire de la ville maîtresse de l’oikoumenè10. Certes, des présentations plus complexes apparaissent, qui ne les posaient plus comme la seule population établie dans les lieux au moment où y abordèrent les Troyens fuyant leur cité détruite, ni n’en faisaient les premiers habitants de la région, ni ne les considéraient comme des autochtones. C’est le cas en particulier de la savante reconstruction du passé le plus ancien du Latium qu’offre Denys d’Halicarnasse. Il désignait d’emblée comme Aborigènes (1, 45, 1, 2) les indigènes que les Troyens d’Énée rencontrèrent et avec qui ils fusionnèrent, mais, avant cet apport troyen, considéré comme le dernier d’une longue liste qui avait débuté avec les Aborigènes (évoqués à partir de 1, 10), trois autres strates de peuplement s’étaient ajoutées à eux : des Pélasges venus de Thessalie (1, 17-20), des Arcadiens de Pallantée conduits par Évandre (1, 31), des Péloponnésiens et Troyens qui avaient accompagné Héraklès dans son expédition en Extrême-Occident (1, 34). C’est là le résultat bien connu de la volonté de l’auteur de faire des Romains « le plus ancien et le plus grec des peuples », selon l’expression qu’il emploie en 1, 89, 211, en insistant sur les apports helléniques et en les multipliant, en ayant recours à toutes les légendes qui pouvaient évoquer des Grecs qui seraient venus dans le Latium en des temps anciens, y compris lorsque celles-ci ne concernaient que marginalement la région, comme celle des Pélasges qui regardait au départ l’Étrurie et non Rome12. Par ailleurs les Aborigènes n’étaient plus les premiers occupants de la zone : il y existait auparavant des « barbares Sicules, une nation indigène », qui étaient « les plus anciens habitants dont on a gardé le souvenir » (1, 9, 1). Mais ceux-ci, selon Denys, furent rapidement éliminés par les Aborigènes qui, de concert avec les Pélasges qui les avaient rejoints entre temps, les chassèrent en direction de la Sicile, qui leur doit son nom13. Le sens de la disparition de l’élément sicule est clair : étant une population autochtone de la péninsule, ils constituaient un peuplement barbare qu’il fallait faire disparaître au plus vite afin de ne laisser en place sur le sol latin que des groupes qui pussent être rattachés à la Grèce. C’est la raison pour laquelle les Aborigènes, qu’il était difficile de ne pas faire entrer dans le processus de l’ethnogénèse latine, se voyaient créditer d’une définition qui les posait eux aussi comme des Grecs : pour les besoins de la démonstration et d’une manière totalement artificielle et dénuée du moindre fondement dans la tradition antérieure, il étaient identifiés aux Œnôtres amenés en Italie par Œnôtros, fils de l’Arcadien Lycaon (1, 12-13). Au reste, le rhéteur d’Halicarnasse était bien aise de trouver la doctrine d’une venue de la Grèce des Aborigènes chez le meilleur des garants qui soient, et chez qui on ne serait sans doute pas attendu à la rencontrer14 : Caton, mis au nombre des « plus savants des historiens romains » et dont il rappelle qu’il avait « rassemblé avec le plus grand soin les origines des cités d’Italie ». Denys se faisait un plaisir de souligner que l’auteur des Origines les faisait déjà venir de Grèce, tout en reconnaissant que son texte ne donnait guère de précisions sur ce mouvement et que l’identification des Aborigènes aux Œnôtres était entièrement de son fait15.

  • 16 Sur le thème, on se reportera à Fraschetti 1989 et Vanotti 1999.
  • 17 Cette explication du nom apparaît en Denys d’Halicarnasse, 1, 10, 2, O. G. R., 4, 2, Paul-Festus, (...)
  • 18 Voir Coppola 1993, p. 105-108, 5, p. 69-100 (« I Tespiadi e gli Aborigeni ») ; également Martinez- (...)

4Que l’auteur des Antiquités romaines, rencontrant la doctrine de l’origine grecque des Aborigènes chez Caton (et Sempronius Tuditanus), n’ait trouvé cette doctrine nulle part ailleurs, ne signifie évidemment pas que Caton l’ait inventée. Elle provient certainement d’un auteur grec ou romain qui a voulu rattacher de cette manière les Aborigènes, en qui les Romains reconnaissaient leurs ancêtres, au monde hellénique, conférant ainsi à son peuple la gloire d’une prestigieuse ascendance grecque, entrant dans la vieille thématique de Rome, polis Hellènis, dont les traces se laissent déceler au moins au niveau d’Héraclide du Pont, dans le contexte de la prise de Rome par les Gaulois16. Il en existait d’ailleurs bien d’autres formes que celle suivie par Denys. Ainsi, l’historiae Cumanae compositor chez qui Verrius Flaccus trouva la forme de récit qui figure en Festus, 368 L faisait des Aborigènes, sous la forme de leur nom Aberrigines qui les posait comme des « errants »17, des Athéniens passés par Thespies et Sicyone : comme l’a suggéré A. Coppola, la doctrine, à travers les Thespiades, répond à des données regardant Cumes, laissant entrevoir au moins une base née dans le cadre de la politique italienne qui s’était développée à Athènes au cours du Ve siècle av. J.-C. et devait aboutir au désastre de l’expédition de Sicile18. On a là une volonté de poser un rapport entre Rome et le monde grec, en l’occurrence athénien et cumain.

  • 19 Nous avons étudié cette question dans Briquel 1997, p. 127-148. Denys en tirait la conclusion que (...)
  • 20 La qualité d’errants reconnue aux Pélasges est un élément constant de la tradition. Chez Hellanico (...)
  • 21 Cette explication est évoquée chez Denys d’Halicarnasse en 1, 9, 2 et lui sert, en 1, 13, 3, à app (...)
  • 22 Voir Briquel 1984, p. 507-514, et Briquel 2012 ; cette hypothèse est reprise par J. Martinez-Pinna (...)

5Le rattachement des Aborigènes à la Grèce se liait, dans cette notice, à l’explication de leur nom comme résultant d’un plus ancien Aberrigines, qui justifiait cette appellation par le fait qu’ils étaient venus de Grèce, en un voyage long et mouvementé. Le sens était dans ce cas positif : mais le même rattachement au verbe errare, errer, pouvait – et cela toujours dans une optique grecque – recevoir un sens négatif et poser ces ancêtres des Romains comme des vagabonds, des « hommes sans feu ni lieu, venus de plusieurs lieux, qui se rencontrèrent là par hasard, s’y installèrent à l’abri de fortifications et vécurent de rapines et d’élevage ». C’est pour cette raison que Denys d’Halicarnasse, qui donne cette définition des Aborigènes en tant qu’Aberrigines en 1, 10, 2, rejette cette explication, probablement liée à la polémique grecque anti-romaine qui s’était développée autour de la question de l’Asylum de Romulus19. Néanmoins, le lemme de Festus montre qu’elle pouvait aussi bien être utilisée dans le sens d’une relation sentie comme valorisante avec la Grèce. Elle a pu ainsi justifier un rapprochement avec ces autres errants qu’étaient les Pélasges, en se fondant sur les errances qui les avaient amenés en Italie20. Mais, si les Aborigènes ont pu être rapprochés des Pélasges dans le cadre d’une volonté de présenter positivement les Romains, cela s’est vraisemblablement davantage fait par le biais d’une autre explication du nom, tout aussi aberrante : celle qui en faisait un composé de la préposition latine ab et du nom grec de la montagne, oros, les posant comme des montagnards21. Car le sens premier de cette étymologie semble avoir été de les présenter comme des Pélasges : cette histoire, rattachant exceptionnellement la fondation de Rome aux Pélasges, nous avait paru pouvoir être rattachée à un milieu épirote, milieu où les légendes pélasgiques connurent une certaine vitalité, et, étant donné le rapport positif qui est établi entre la cité et les Pélasges, pouvoir être comprise comme une tradition de suggenéia entre les peuples épirote et romain, née au moment de l’expédition d’Alexandre le Molosse en Italie et de son alliance avec Rome22.

  • 23 Rappelons qu’il existait également une thèse qui en faisait d’anciens Ligures. Voir Briquel 1989.
  • 24 Voir plus haut n. 2. Mais sur la difficulté de déterminer quelle a été la présentation exacte des (...)
  • 25 En théorie, la notion d’autochtonie n’implique pas que le peuple ainsi considéré soit le plus anci (...)
  • 26 Sur la formation du mot, Perret 1942, p. 637-641, Schröder 1971, p. 104, Briquel 1984, p. 411-412, (...)

6Quoi qu’il en soit, le rattachement des Aborigènes à la Grèce ne se rencontre que chez certains auteurs, et notamment chez Denys d’Halicarnasse dont il n’est pas besoin de souligner le caractère très orienté de sa présentation de l’histoire, et il ne peut bien évidemment appartenir à la forme la plus ancienne de la tradition. Celle-ci les concevait certainement non pas comme des immigrés, qu’ils fussent venus de Grèce ou d’ailleurs23, mais comme une population autochtone, correspondant aux premiers habitants de la région. C’est la présentation que, selon Servius, Caton en faisait dans les Origines : « l’Italie a d’abord été occupée par des gens qui s’appelaient les Aborigènes »24. On trouve des présentations analogues chez Denys d’Halicarnasse, en 1, 10, 1 (qui adoptait cependant à la thèse qui en faisait des Arcadiens immigrés), Justin (43, 1), Servius, dans son commentaire à l’Énéide (1, 6 ; dans ce passage, il faisait état des opinions, allant dans ce sens, de Caton, Salluste, Saufeius), Festus (17 L), Tzetzès, dans la scholie à l’Alexandra (1253), plusieurs auteurs ayant d’ailleurs recours, pour exprimer l’idée, au concept grec d’autochtonie (outre Denys d’Halicarnasse, l. c., le Deutéro-Servius commentant Énéide, 8, 328, Jean le Lydien, Des magistrats, 1, 22, 2, Syncelle, 365, 194a)25. Cette vision est assurément conforme à ce qu’on peut penser du nom Aborigines : même si Anciens et Modernes ont parfois avancé d’autres explications, le mot est clairement formé à partir de la préposition ab et du substantif origo, donc constituant une substantivation du syntagme ab origine, tel que Virgile l’a employé en Énéide, 7, 181 – en une formation parallèle à un mot comme exlex, signifiant « hors-la-loi », qui est tiré du groupe ex lege26. À vrai dire, le terme en lui-même – pas plus que le terme « autochtone » du grec – n’implique pas obligatoirement que le peuple ainsi considéré soit le plus ancien attesté dans une région. Denys d’Halicarnasse en rend compte correctement lorsqu’il écrit :

Les Aborigènes, dont est issu le peuple romain, sont présentés par certains comme des autochtones de l’Italie, comme un peuple né de lui-même (…) et ces auteurs prétendent que cette première appellation d’Aborigènes leur fut donnée parce qu’ils étaient à l’origine de leurs descendants, tout comme nous dirions généarchai ou protogonoi (1, 10, 1).

7Le mot signifie ceux dont on descend, les ancêtres par rapport auxquels on se situe, non les premiers-nés au sens d’une chronologie absolue. Mais en pratique les deux notions se superposent et on se représentait les Aborigènes comme les premiers habitants du pays.

  • 27 Virgile, Énéide, 7, 45-49 : Rex arua Latinus et urbes/ iam senior longa placidas in pace regebat./ (...)
  • 28 Virgile, Énéide, 7, 180 : Saturnusque senex Ianique bifrontis imago (« et le vieillard Saturne et (...)
  • 29 Le caractère artificiel de l’explication d’un nom géographique comme celui du Latium par une figur (...)
  • 30 On peut signaler que le mot aborigines est employé avec sa valeur générale d’ancêtres par Pline l’ (...)
  • 31 Pour Latinus, ce point est précisé en 12, 4 ; pour Picus, 4, 3, pour Faunus, 4, 4. L’auteur n’empl (...)
  • 32 Voir Servius, commentaire à Énéide, 7, 181, cité au début de notre communication.

8Virgile, nous l’avons rappelé, n’emploie pas cette dénomination d’Aborigènes. Mais Servius nous invite, nous l’avons vu, à voir dans la précision ab origine reges dont le poète accompagne, en Énéide, 7, 181, la description des images d’ancêtres du palais du roi Latinus une référence aux rois aborigènes. Ces rois ne sont pas nommés, mais ils font suite à Saturne et Janus, cités au vers précédent (Saturnusque senex Ianique bifrontis imago), auxquels ils se rattachent, plus nettement, en tant que aliique ab origine reges, qu’à Italus et Sabinus qui ont été évoqués juste auparavant (au v. 178). Plus loin, le poète s’arrête sur la figuration de Picus, nommé au v. 189, en profitant pour relater l’histoire de ses amours avec Circé et sa métamorphose subséquente en oiseau (7, 187-191). Bientôt Ilionée s’adresse à Latinus en se référant à son appartenance à la descendance de Saturne (7, 223 : Saturni gentem) et en nommant son père Faunus (7, 213 : rex, genus egregium Fauni). Ainsi se voit reconstituée la généalogie qui a été explicitée en 7, 45-4927, à l’occasion de l’arrivée de la flotte d’Énée à l’embouchure du Tibre. On a affaire à la dynastie des rois primitifs du Latium, où se succédèrent Saturne, Picus, Faunus et Latinus, auxquels on peut ajouter, bien qu’il ne fût pas posé de lien généalogique entre lui et les quatre souverains suivants, leur prédécesseur Janus (qui a lui aussi droit à son effigie dans la regia de Latinus, associé à Saturne qu’il avait accueilli lors de son arrivée dans le Latium28). Or cette série de rois du Latium est connue comme celle des rois aborigènes, le nom de Latins n’apparaissant qu’à la suite de la disparition de Latinus, dont la fonction, en tant que figure éponyme, est bien évidemment de justifier l’émergence du nom de Latins sous lequel les habitants sont connus à époque historique29, ceux antérieurs à Latinus étant désignés par le terme d’Aborigènes dont nous avons rappelé qu’il s’agissait d’une désignation générique des ancêtres, appliquée par les Latins au cas spécifique de ceux auxquels ils rapportaient leur origine30. Par exemple Denys d’Halicarnasse spécifiait que déjà Faunus, père de Latinus, régnait sur les Aborigènes, et, retraçant l’ensemble de l’histoire ancienne du Latium, l’auteur de l’Origo gentis Romanae qualifiait de rois des Aborigènes, outre bien sûr Latinus, déjà Faunus et Picus31. Virgile se référait donc ici à un mode de représentation qui, considérant que le terme Aborigènes s’appliquait au peuplement originel de la région, faisait de ses anciens rois des Aboriginum reges, devenus chez lui, pour les besoins de la métrique, des ab origine reges32.

  • 33 Dans ce sens, Perret 1978, p. 209-212, Godel 1978, F. Della Corte 1985, Bernardi 1984.

9Mais ce n’est pas seulement à propos de la dynastie légendaire des rois laurentes que Virgile paraît se référer à la tradition sur les Aborigènes comme ancêtres des Latins et premiers habitants de leur pays. Il faut également faire intervenir le tableau de l’histoire ancienne du Latium qu’Évandre dresse devant Énée lorsqu’il l’accueille sur le site de la future Rome. En 8, 314-322, le roi arcadien évoque un peuple primitif, antérieur à l’arrivée de Saturne et à l’apparition de la dynastie formée par Picus, Faunus, Latinus. Le nom d’Aborigènes n’est pas employé, mais ce qui est dit de cette population primitive peut aisément être mis en parallèle avec ce qui est raconté ailleurs sur les Aborigènes33 :

  • 34 Virgile, Énéide, 8, 314-322 : « En ces bois habitaient les faunes et les nymphes indigènes, ainsi (...)

Haec nemora indigenae fauni nymphaeque tenebant
gensque uirum truncis et duro robore nata,
quis neque mos neque cultus erat, nec iungere tauros
aut componere opes norant aut parcere parto,
sed rami atque asper uictu uenatus alebat.
Primus ab aetherio uenit Saturnus Olympo,
arma Iouis fugiens et regnis exsul ademptis.
Is genus indocile ac dispersum montibus altis
composuit legesque dedit
(…)34

  • 35 Texte cité plus haut n. 6.
  • 36 Sur la tradition des anciens rois du Latium et sa signification, voir Brelich 1956, p. 57-103 = 19 (...)
  • 37 Aulu-Gelle, 6, 21, 7 : ex Faunorum et Aboriginum saeculo ; 16, 10, 7 : si ius Faunorum et Aborigin (...)

10La formule par laquelle le poète de Mantoue décrivait cette population, genus indocile ac dispersum, le fait qu’elle menait une vie fruste, caractérisée par une économie de subsistance (reposant sur la chasse et la cueillette, à l’exclusion de toute agriculture), et ne connaisse ni règles ni lois, correspond à ce que Salluste, dans son Catilina, disait des Aborigènes, posés par lui comme les premiers occupants de la zone : il les présentait comme genus hominum agreste, sine legibus, sine imperio, liberum atque solutum (« race agreste, sans lois, sans gouvernement, jouissant d’une liberté sans limite »)35. On a affaire à un stade primitif, antérieur à l’action de Saturne et des autres rois qui, comme A. Brelich, A. Fraschetti ou J. Martinez-Pinna l’ont bien montré, sont tous des héros culturels, qui ont fait passer l’humanité de l’état de nature à celui de culture36 : c’est bien à cela que, dans la conception qui faisait intervenir la notion d’Aborigènes, se référait cette désignation. Des précisions plus spécifiques vont dans la même direction : les premiers habitants du pays chez Virgile sont posés comme vivant dans les forêts (nemora) et sur les montagnes (montibus altis), donc dans les zones marginales, tout comme les Aborigènes de Salluste, qualifiés d’agrestes et donc dépourvus de centres de regroupement comme le sont les cités. Les faunes et nymphes mentionnés dans l’Énéide ne sont pas sans lien avec la tradition sur les Aborigènes : Faunus est un des rois qu’on attribuait à ce peuple et une tradition à laquelle se référait Virgile en 7, 47 lui attribuait comme épouse une nymphe, Marica. Et, par deux fois dans ses Nuits attiques, Aulu-Gelle associait Faunes et Aborigènes37. De toute façon, en tant que représentants d’une humanité pré-civilisée, vivant encore dans l’univers de la nature et à un stade resté sauvage, il est normal que les Aborigènes fussent conçus comme étant en rapport avec le dieu du monde sauvage, non touché par la civilisation qu’était Faunus, dont les faunes au pluriel n’étaient qu’une généralisation. Celle-ci témoignait d’une indistinction quant au nombre (comme il en existait aussi une quant au sexe, puisqu’à côté de Faunus on connaissait une Fauna), laquelle est en accord avec la primitivité à laquelle renvoyait cette figure divine. Les faunes et nymphes qu’évoquait Virgile, avec leurs connotations poétiques, exprimaient le même genre de représentation que la notion d’Aborigènes mise en avant dans les textes qui se voulaient historiques.

  • 38 Voir Macrobe, Songe de Scipion, 1, 15, 12. On songera à la place que le même Macrobe dans ses Satu (...)
  • 39 Voir p. ex. D’Anna 1976, p. 31-35, Godel 1978, p. 279.

11Au reste, dans ce passage comme dans celui sur les images de rois du palais de Latinus, le poète semble avoir voulu jouer avec la notion d’Aborigènes, quand bien même le nom n’apparaît pas. On peut ainsi se demander ce que vient faire la précision montibus altis qui définit le lieu où vivaient les premiers habitants du pays. Elle peut sembler peu pertinente pour le Latium et en tout cas ne répond pas à la tradition ancienne qui, on le voit pour les Aborigènes de Salluste, se contentait de mettre en relief leur absence de centres de regroupement, sans les poser spécifiquement comme des montagnards. Or ceci peut renvoyer aux Aborigènes : nous avons rappelé qu’une étymologie qui était donnée de leur nom était fondée sur le nom grec de la montagne oros et en faisait donc des habitants des hauteurs. Il n’est pas impossible que Virgile fasse référence à cette explication du nom. Mais ce n’est pas la seule : il est également envisageable qu’il y ait une allusion à l’autre étymologie aberrante qui était signalée par Denys d’Halicarnasse, celle qui partait d’un plus ancien Aberrigines et en faisait des errants. On note dans ces vers de l’épopée une insistance particulière sur le caractère dispersé (dispersum) de ces premiers habitants du pays, qu’une économie de chasse et de cueillette obligeait à de constants déplacements, qui ne vivaient pas dans un environnement où il était possible d’organiser des habitats durables. On sera tenté de voir ici, selon un procédé dont il est coutumier, un clin d’œil de la part de celui que Macrobe qualifiait de disciplinarum omnium peritissimus38 à une tradition qu’il ne suivait pas, mais dont il laissait entendre qu’il la connaissait39.

  • 40 Une telle explication fut proposée il y a plus de 150 ans par W. Fröhner dans Fröhner 1860, p. 350 (...)
  • 41 Sur l’autochtonie athénienne, on rappellera les travaux classiques de N. Loraux (Loraux 1979, 1981 (...)
  • 42 Sur ce point, nous nous permettons de renvoyer à Briquel 1994.
  • 43 Voir Yadé 1977, citant notre passage p. 8. Sur la notion d’« âme extérieure » et son application à (...)

12En tout cas, ces explications du nom des Aborigènes, liées à une représentation de ce peuple dans lequel les Romains voyaient leurs ancêtres qui en faisait des immigrés, ne correspondent pas à la vision que Virgile tenait à donner du fonds le plus ancien de la population du pays. Ils étaient pour lui des autochtones, ce qui n’est pas pour surprendre dans une épopée qui, nous reviendrons sur ce point, mettait en valeur l’enracinement italien de la lignée d’Énée. Le poète était par là en accord avec le sens habituellement donné à Aborigines, à partir d’une étymologie par ab et origo, dont l’allusion détournée qu’il y fait en 7, 181 montre qu’il la connaissait parfaitement. Mais il est probable qu’il se référait, dans le passage que nous évoquons, encore à une autre étymologie, que le texte paraît suggérer quand bien même elle n’est pas attestée dans d’autres textes antiques : les Aborigènes auraient été d’anciens arborigines, autrement dit seraient nés des arbres40. Le passage attribue aux premiers habitants de la région dans laquelle arrivent les Troyens une naissance végétale. C’est sans doute là un type de représentation assez courant, qu’on retrouve dans les mythes d’autochtonie où on imagine que le peuple défini comme autochtone surgisse du sol même de sa patrie, à la manière d’une plante qui germe et pousse à partir de la terre. Le modèle classique en était celui de l’autochtonie athénienne41, modèle auquel, on le sait, les Romains étaient très sensibles dans la mesure où celui-ci avait été utilisé contre eux par les Grecs qui leur étaient hostiles, opposant cette origine, réputée la plus noble de toutes, à celle de Rome, dont les premiers habitants n’étaient que le ramassis des hors-la-loi de l’Asylum42. Mais dans la présentation virgilienne, les hommes n’étaient pas référés à des plantes quelconques, mais spécifiquement à des arbres, et, s’il convient de donner au terme robur son sens propre de chêne, à ceux de cette espèce, dont la solidité est mise en avant (gens… truncis et duro robore nata). Certes, la mise en correspondance entre arbres et humains est banale, selon la thématique de l’« âme extérieure » ; mais ici il s’agit précisément d’une naissance à partir d’un arbre, ce qui est plus exceptionnel, d’autant plus que, si, pour paraphraser le titre d’un article de Y. Yadé, le motif de la « maternité de la pierre » est assez courant, celui de la « maternité du chêne », ou de l’arbre en général, l’est moins43. L’humanité primordiale du poète se meut dans un univers sylvestre, celui des nemora et des divinités, masculines et féminines, qui le peuplent : cela nous paraît justifier la mise en avant d’une telle explication du nom, qui, encore plus clairement que celle par ab et origo, ancrait ces Aborigènes dont le poète taisait le nom dans la terre italienne.

  • 44 Virgile caractérise la décadence de l’humanité par son caractère belliqueux et son avidité matérie (...)

13Ces Aborigènes, ou si on veut « arborigènes », étaient conçus comme les habitants primitifs de la région, ceux chez qui vint s’établir Saturne et sur lesquels avait déjà régné Janus qui l’accueillit. Sur ce point, la présentation de l’Énéide est conforme à la tradition classique sur les rois légendaires du Latium, avec la série de ses souverains, jusqu’à Latinus, tous conçus comme rois des Aborigènes. Mais si cette dynastie issue de Saturne, où Picus succédait à son père Saturne, Faunus à son père Picus, Latinus à son père Faunus est bien présente dans l’épopée, qui l’évoque en 7, 45-49, elle semble moins bien correspondre à ce que le poète disait dans le chant VIII, où la situation paraît radicalement changer après la mention de l’âge d’or de Saturne aux v. 324-325 : dans la ligne de la succession des races métalliques de la tradition hésiodique, l’humanité passait ensuite par une dégradation de sa condition, avec des précisions qui évoquent les étapes suivantes de l’évolution de l’humanité décrite dans les Travaux et des jours (109-201), aboutissant à la misère des hommes de l’âge de fer44 :

  • 45 Virgile, Énéide, 8, 324-332 : « Les temps qui s’écoulèrent sous ce roi furent les siècles d’or/, t (...)

Aurea quae perhibent illo sub rege fuere
saecula : sic placida populos in pace regebat,
deterior donec paulatim ac decolor aetas
et belli rabies et amor successit habendi.
Tum manus Ausonia et gentes uenere Sicanae,
Saepius et nomen posuit Saturnia tellus ;
tum reges asperque immani corpore Thybris,
a quo post Itali fluuium cognomine Thybrim
diximus, amisit uerum uetus Albula nomen.
45

  • 46 Le personnage correspond à une création virgilienne, à partir du Tiberinus roi de la dynastie alba (...)
  • 47 Dans ce sens, justes remarques de J. Perret dans Perret 1982, p. 191.

14Dans ce tableau de la suite de l’histoire du pays, d’autres éléments ethniques – les Ausones et les Sicanes – interviennent, sur lesquels nous reviendrons, tandis que le seul roi qui est nommé, Thybris qui donne son nom au Tibre, n’appartient pas à la dynastie de Saturne et de Latinus (et est présenté négativement)46. L’impression est que la région connut alors un bouleversement complet et qu’il y eut une solution de continuité radicale entre les temps heureux des premiers rois, et notamment Saturne lié au souvenir de l’âge d’or, et l’époque où Énée arriva dans la région, un laps de temps assez long se passant entre les deux47. Or Évandre, qui faisait à Énée ce récit de l’histoire ancienne du Latium, est dit avoir été en contact avec Faunus, roi des Aborigènes et petit-fils de Saturne, tandis que Latinus lui-même, son fils, était l’arrière-petit-fils de Saturne, selon la doctrine que Virgile avait rappelée en 7, 47-49. Les deux passages peuvent donc apparaître contradictoires, dans la mesure où le premier semble poser une chronologie beaucoup plus courte et par ailleurs ne pas introduire les éléments de distorsions ethniques sur lesquels le second insiste. Sans doute Virgile n’avait-il en vue, en 8, 314-332, ni une chronologie, ni une ethnogenèse strictes, et le tableau qu’il donnait alors, fondé sur le mythe des races et la référence au temps fabuleux de l’âge d’or, ne répond-il pas à une véritable tradition qui aurait présenté ainsi le passé de la région. Mais il n’y a pas lieu d’opposer réellement les deux présentations et de lire le second passage en faisant abstraction du premier. Le tableau, si noir, qu’il dresse du passé du pays dans lequel le héros troyen va s’établir ne doit pas faire oublier la continuité qu’est venue y mettre la succession des rois évoquée dans le premier passage – et dont le dernier représentant, Latinus, a été dépeint dans une atmosphère pacifique qui n’est pas en rupture avec l’image idyllique qui était donnée du règne de son ancêtre Saturne. Malgré ce qui est raconté en 8, 326-332, la région peut être considérée comme peuplée essentiellement par les mêmes habitants, les descendants des Aborigènes dont le nom est suggéré, à défaut d’être explicitement formulé, au début du passage et comme dirigée par une lignée de souverains qui, là encore, renvoie aux Aborigènes, ainsi que le poète l’a laissé entendre par son ab origine reges de 7, 181.

  • 48 Nous ne reprendrons pas ici, point que nous avons traité dans Briquel 1992, p. 83-87, la question (...)

15Virgile, sans doute, n’utilise pas le nom d’Aborigènes, qui permettrait de garantir cette continuité allant du temps de Janus à celui de Latinus et, en 8, 328, son texte fait apparaître d’autres populations, les Ausones et les Sicanes, dont il est précisé qu’il arrivèrent dans la région (uenere), donc étaient des immigrés, non des autochtones comme les habitants primitifs, identifiables aux Aborigènes48. Il est même insisté sur le changement de nom de la région (saepius et nomen posuit Saturnia tellus), ce qui également introduit un facteur de rupture – quand bien même, nous reviendrons sur ce point capital, dans l’optique de Virgile, on a toujours affaire à des Latins, dont le nom est apparu avec Saturne (8, 322).

  • 49 Comme le pays où arrive Énée est en priorité le Latium en tant que tel, on peut évoquer le passage (...)
  • 50 Virgile, Énéide, 3, 163-171 : Est locus, Hesperiam Graii cognomine dicunt,/ terra antiqua, potens (...)
  • 51 Celui-ci attribuait une série de villes, au voisinage de la Grande-Grèce, aux Œnôtres, comme en té (...)
  • 52 Les Ausones sont attestés pour le Bruttium dans Pline, 3, 10 (15), 95, et on peut évoquer pour cet (...)
  • 53 Voir Antiochos de Syracuse, FGrHist 55 F 2 et 5, cité dans Denys d’Halicarnasse, 1, 12, 3 et 35, 1 (...)

16Les différents noms donnés à ce qui a été au départ le pays des Aborigènes ne sont pas précisés ici49. Mais la question du changement de nom du pays a été abordée précédemment, en 3, 163-171. Dans ce passage où les Pénates qu’il transporte avec lui depuis Troie révèlent à Énée le lieu où les destins le conduiront, pour qu’il y établisse la nouvelle Ilion sur laquelle il régnera, sont évoquées successivement les dénominations d’Hespérie, Œnôtrie, Italie, Ausonie50. Certes, l’optique semble ne pas être la même. Au chant III, on peut estimer qu’il s’agit de l’Italie dans son ensemble et une notion comme celle d’Œnôtres paraît renvoyer spécifiquement à la partie méridionale de la péninsule, où une population ainsi dénommée est bien attestée dans la tradition grecque depuis Hécatée51. Quant aux Ausones, c’est également une appellation ethnique qui se rattache à cette partie du pays et ne touche que marginalement les régions plus au nord, comme le Latium, avec les Aurunci/Aurunques52. De même, à l’origine au moins, la notion d’Italie s’appliquait seulement au Sud de la péninsule et la tradition sur l’éponyme Italos, à laquelle Virgile fait allusion en 3, 166, en faisait un Œnôtre, dont Antiochos, au témoignage de Denys d’Halicarnasse en 1, 35, 1, spécifiait bien qu’il « soumit à son autorité l’ensemble du territoire situé entre le golfe de Napétinos et le golfe de Skyllétion, lequel fut donc le premier à être appelé Italie, du nom d’Italos »53.

  • 54 Voir Colonna 1982. L’identification avec Tarquinia, défendue par N. Horsfall (Horsfall 1973, 1987) (...)

17Mais, dans ce passage du chant III, il ne convient pas de restreindre à de trop étroites limites cette terre dont les destins garantissent à Énée la possession. Il est également question, en 3, 170, de Corythus, cette ville dont, en dernier ressort, le héros troyen est originaire, puisque c’est de là que, dans la présentation virgilienne, était venu Dardanus, fils de Corythus. Or cette dénomination renvoie à la ville étrusque de Cortone, la démonstration de G. Colonna, qui a mis en relief l’existence d’un développement local de la légende d’Énée, qui a succédé en ces lieux aux formes de tradition qui s’y étaient formées autour de la figure du roi des Pélasges Nanas puis d’Ulysse, identifié à un Nanos local, ne laisse aucun doute à ce sujet54. Virgile pose donc, malgré les apparences, comme terme du voyage d’Énée, non pas la seule partie de l’Italie à laquelle font penser plus directement des références comme celles aux Œnôtres et aux Ausones, mais une Italie au sens large, englobant des contrées comme la Toscane à laquelle ces peuples semblent avoir été totalement étrangers.

  • 55 Sur cette liste voir maintenant Grandazzi 2008, p. 676-727, avec bibliographie antérieure.
  • 56 Ils sont mentionnés en 1, 7, 29 dans le récit, rapporté à Varron, que Macrobe fait de l’établissem (...)
  • 57 Varron, De la langue latine, 5, 101 : a Roma quod orti Siculi ut annales ueteres nostri dicunt. Ce (...)

18Mais il n’en va pas différemment pour les Aborigènes, à partir des traces de cette représentation que nous avons pu déceler dans l’épopée. Alors que c’est une tradition latine, puisqu’ils sont posés comme étant à l’origine des Latins de l’époque historique, l’Énéide élargit leur horizon géographique, en les mettant en relation avec d’autres régions de la péninsule. Déjà les Sicanes et Ausones cités en 8, 328 sont plutôt liés à d’autres provinces. Le nom des Ausones, nous l’avons rappelé, évoque plutôt les régions méridionales et, pour ce qui est des Sicanes, leur lien avec le Latium est des plus évanescents – puisque la seule mention qu’on puisse alléguer est celle des Sicani dans l’antique liste des trente peuples de la fédération que nous a conservée Pline en 3, 5(9), 6955 –, tandis que les Sicules eux-mêmes, posés par Denys d’Halicarnasse (en 1, 9, 1, 2, 1, 1) et probablement déjà Varron56 comme les plus anciens occupants des lieux à la place des Aborigènes, arrivés seulement dans un second temps, sont surtout connus dans la tradition latine comme ayant quitté la région pour s’établir en Sicile, selon une doctrine que le Réatin rapportait aux ueteres annali nostri57.

  • 58 Virgile, Énéide, 7, 177-181 : Quin etiam ueterum effigies ex ordine auorum/ antiqua e cedro, Italu (...)
  • 59 Voir plus haut, avec n. 51. Sur le nom de l’Italie et l’évolution de sa signification, on pourra s (...)
  • 60 Voir Poucet 1963, p. 191-197.
  • 61 Voir Servius, commentaire à l’Énéide, 1, 532 : Oenotria autem dicta est uel a uino optimo, quod in (...)

19Les manus Ausonia et gentes Sicanae ne sont il est vrai que des éléments adventices, posés comme arrivant de l’extérieur et ne changeant pas vraiment le fonds de la population locale, pour laquelle subsiste le même nom – celui de Latins. Mais le passage où il est question des ab origine reges se révèle plus intéressant pour la conception des Aborigènes qu’il implique. Car la dynastie classique des rois primitifs du Latium n’est pas la seule à avoir droit à des effigies dans le palais de Latinus. Il existait aussi, rangées dans la série ordonnée des portraits d’ancêtres, celles d’Italus et Sabinus58. Ces derniers, au même titre que Saturne et Janus dont le nom est donné ensuite, étaient rattachés à l’ascendance du roi, mis au nombre de ses aui. Or ils renvoient bien évidemment à une dimension qui n’est plus régionale, mais dépasse le cadre du Latium. Italus est l’éponyme général de l’Italie et, si on doit lui donner un ancrage plus spécifique, c’est chez les Œnôtres qu’il faut le chercher, puisqu’il était traditionnellement considéré comme appartenant à cette population du Sud de l’Italie59. Il convient sans doute également de faire intervenir les Œnôtres à propos de Sabinus, si on suit l’ingénieuse hypothèse de J. Poucet qui explique sa présentation en lien avec la viticulture, qui ne laisse pas de surprendre, par un rapprochement entre Sabins et Œnôtres, qui aurait fait intervenir le lien entre ceux-ci et le vin, manifesté par leur nom60. Les Sabins, eux aussi, auraient été compris comme des « gens du vin », à partir de jeux étymologiques du genre de Sabinus qui uitem seuit, renforcés par les liens attestés entre les Sabins et les peuples d’Italie méridionale qui, comme les groupes dits sabelliques, les Samnites et ceux qui étaient issus d’eux, en apparaissaient comme des descendants. En sens inverse, l’éponyme des Œnôtres était mis par Varron, au témoignage de Servius, en relation avec les Sabins dont il aurait été l’un des rois61. Bien évidemment, indépendamment de son rapport éventuel avec les Œnôtres, Sabinus introduit dans la parenté de Latinus et des rois aborigènes le peuple dont il porte le nom, les Sabins qui correspondent à un autre peuple non latin de la péninsule. Dans cette série de portraits dont on aurait attendu qu’ils se limitent au seul Latium, l’auteur de l’Énéide a sciemment voulu introduire d’autres références ethniques, élargir la perspective à l’ensemble de la péninsule comme le suggère la mention de l’éponyme général Italus.

  • 62 Dans le même sens, Jean le Lydien, Des magistrats, 1, 22, Syncelle, 365, 194 a, Tzetzès, scholie à (...)

20Par là, Virgile suggérait que la notion d’Aborigènes, autrement dit ceux en qui les Romains reconnaissaient leurs ancêtres et qui pour lui étaient indiscutablement des autochtones, loin de se limiter au Latium, avait une dimension panitalienne. Il s’inscrivait donc dans une conception large, qu’on rencontre parfois à propos des Aborigènes, qui les mettait en relation avec l’Italie en général. La mention de l’Italie apparaît chez des auteurs comme Justin (43, 1 : Italiae cultores primi Aborigines fuere) ou Paul, abrégeant Festus (17 L : fuit enim antiquissima gens Italiae)62, mais il faut surtout évoquer Denys d’Halicarnasse, en 1, 10, 1, chez qui la valeur de référence à l’ensemble de la péninsule de l’expression, qu’il emploie, d’« autochtones de l’Italie » est clairement explicitée ; il précisait en effet à cette occasion : « J’appelle pour ma part Italie l’ensemble de la péninsule que bordent d’une part le golfe d’Ionie, d’autre part la mer Tyrrhénienne et sur le troisième côté, celui de la terre, les Alpes. »

21Ainsi, dans la conception qu’il s’était faite des Aborigènes, ou du moins des ancêtres des Romains pour lesquels il n’avait pas directement recours à cette appellation qui leur était traditionnellement donnée, Virgile était de ceux qui employaient la notion dans une acception large, l’étendant à l’Italie entière. Certaines précisions qu’on peut leur rapporter montrent que, loin de constituer le fond originel des seuls Romains ou des seuls Latins, pour le poète ils intéressaient l’ensemble de la péninsule. Celle-ci constituait donc dès l’origine – ab origine – un tout, par-delà la diversité de ses composantes et les noms ethniques divers – Œnôtres, Sicanes, Ausones, Sabins – qui sont mentionnés dans les passages où l’Énéide semble se référer aux Aborigènes.

  • 63 La dimension italienne de la victoire d’Actium est soulignée par le poète dans l’évocation qu’il e (...)

22Une telle insistance sur la dimension italienne, et non étroitement romaine ou latine, du monde mis en place par Rome dans lequel il vivait est assez attendue pour un auteur comme Virgile, né à Mantoue et lié à Mécène, si fier de ses origines étrusques dans leur spécificité, et elle cadrait avec la politique d’un prince qui était parti affronter Antoine en se prévalant du soutien de toute l’Italie63. Au fond, l’épopée ne fait que reprendre l’idée que la force que le monde romain se trouvait dans l’union de l’ensemble de la péninsule que le poète avait déjà chantée dans l’éloge de l’Italie des Géorgiques, où, on peut le noter, les seuls ethniques qui apparaissent sont ceux des Marses, Ligures, Volsques, Étrusques qui furent tous d’anciens adversaires de l’Vrbs (2, 136-176). Elle la place cette fois dans sa dimension historique, à travers un passé légendaire qui était juste suggéré dans les Géorgiques par l’appellation de Saturnia tellus au v. 176. Il est cependant un point de la vision de ce passé de l’Italie qui peut paraître plus problématique : cette dimension guerrière et polémique que le poète a introduite dans la tradition sur les Aborigènes, puisque, nous l’avons rappelé, la vision qu’il en donne en 8, 314-332, glisse dans la représentation habituelle du passé du pays exprimée par la succession de ses rois, jusqu’à Latinus – qu’il connaît et à laquelle il se réfère expressément en 7, 45-49 – une période de troubles et de guerres marquée par l’arrivée d’éléments externes, comme la manus des Ausones et les Sicanes, au prix d’ailleurs, comme le notait J. Perret, d’une certaine incohérence chronologique. Quel sens peut avoir cette innovation ? Elle est d’autant plus étonnante que ce qu’elle apporte n’est pas présenté d’une manière positive : en particulier la belli rabies qui s’empare alors du pays est soulignée au v. 327 et le roi Thybris qui est alors évoqué – en une nouvelle innovation virgilienne – au v. 330 est présenté comme un monstre. Et le modèle hésiodique de la dégradation des races métalliques ne suffit pas à expliquer que, rompant avec la tradition antérieure qui posait une continuité sans faille des générations scandées par les souverains aborigènes, Virgile ait choisi d’évoquer le passage à un stade posé comme moins bon (decolor aetas au v. 326), mettant fin aux aurea saecula de Saturne et à la paix qui régnait de son temps (v. 324-325).

23Le poète de Mantoue a donc sciemment introduit dans l’histoire des Aborigènes, entre l’ère de bonheur représentée par Saturne et la période de paix tranquille qui a accompagné le règne de Latinus tel qu’il est présenté en 7, 45-46, une phase de violence et de guerre. Or cela implique que les troubles et les tensions qui ont frappé le pays n’ont duré qu’un temps et que celui-ci a retrouvé, avec le dernier des rois de la série, Latinus, sinon la félicité parfaite du temps du sanguinis ultimus auctor Saturne, du moins une longue paix où les populations menaient une vie paisible, selon la description qui en est faite en 7, 46. Autrement dit, les difficultés, les guerres n’ont été qu’un intermède, une étape peut-être voulue comme telle par les destins. On ne peut pas ne pas faire l’analogie avec l’histoire d’Énée lui-même et ce qu’a représenté son arrivée sur la terre où il allait fonder une nouvelle Ilion et poser ainsi les fondements de la puissance romaine.

  • 64 Virgile, Énéide, 3, 536-543 : « Quattuor hic, primum omen, equos in gramine uidi/ tondentis campum (...)

24Lorsque le fils d’Anchise arriva, au terme de ses errances, dans le royaume de Latinus, il fut loin d’y apporter la paix. Au contraire, sa venue rompit la tranquillité qui avait jusque-là accompagné le règne de ce souverain et l’Odyssée qu’avait constituée les premiers livres de l’épopée laisse dès lors place à une Iliade, pleine de combats et de fureur guerrière. Loin de prendre les couleurs d’un Eden idyllique, la terre promise que découvrit le héros troyen en débarquant en ces lieux allait le mettre aux prises avec des ennemis acharnés, donner lieu à des affrontements sanglants et c’est seulement au terme de longues hostilités – dont d’ailleurs la fin de l’Énéide ne marque pas la conclusion – qu’il put fonder sa ville de Lavinium et par là établir la première étape du processus qui aboutira à la naissance de Rome. Auparavant, il lui aura fallu passer par de dures batailles, des flots de sang versés de part et d’autre. Il en avait d’ailleurs été averti par les dieux. Le premier signe qui lui avait été donné lorsque sa flotte avait abordé aux rivages de l’Italie, épisode relaté au chant III, avait été la vision de quatre chevaux, ce qu’Anchise interpréta comme un signe annonçant tant la guerre – le cheval étant un animal fait pour la guerre, bellator equus – que la paix – le cheval étant attelé à des chars64. La paix viendrait donc, mais elle serait précédée d’une phase de conflits.

  • 65 Sur la redistribution des rôles dans l’épopée virgilienne par rapport à la tradition ancienne, Col (...)
  • 66 Cet aspect de la question a été très bien étudié par G. Colonna dans Colonna 1982. Voir également (...)
  • 67 La question a été magistralement posée par D. Musti dans son livre fondateur de 1970, consacré aux (...)
  • 68 Ainsi, en Énéide, 1, 291, le poète, dans une des nombreuses prophéties que comporte l’œuvre (celle (...)
  • 69 Voir Virgile, Énéide, 8, 670 (secretosque pios, his dantem iura Catonem, « et à l’écart les hommes (...)

25La guerre qui s’engagea, une fois décidé le mariage de la fille de Latinus, ne mit pas aux prises uniquement les populations directement concernées par l’enjeu des hostilités, Troyens d’Énée, Rutules de Turnus, Latins de Latinus. Elle enflamma toute l’Italie, par l’intervention des alliés des uns et des autres, respectivement les nombreux contingents venus du Centre et du Sud de la péninsule pour appuyer Turnus, décrits dans le long catalogue sur le modèle homérique qui occupe la fin du chant VII (647-817), et les Arcadiens d’Évandre, dont les forces réduites sont évoquées en 8, 496-519, et surtout la puissante armée étrusque menée par Tarchon, dépeinte en un nouveau catalogue au chant X (163-214), venus au secours d’Énée. L’Italie, aux dimensions de laquelle la conception des Aborigènes que Virgile semble avoir privilégiée s’était étendue, fut donc déchirée par le conflit. Celui-ci apparaît d’autant plus terrible au lecteur que, selon un retournement de la distribution ethnique entre « bons » et « mauvais » à laquelle donnait lieu auparavant la légende, les Latins, à la seule exception de leur roi Latinus, prirent le parti de Turnus et combattirent le héros troyen, tandis que celui-ci trouva son plus fort appui chez les Étrusques, qui dans les formes anciennes de la tradition suivaient leur roi Mézence dans sa guerre contre Énée – alors que le Mantouan les montra faisant bloc contre l’ancien roi de Caeré, tyran honni qu’ils avaient chassé et qui fut seul à lutter dans le camp de Turnus, et se faisant pour cette raison les alliés du héros troyen65. Cette répartition surprenante des rôles, qui a pour effet de placer les Latins dans le camp des « mauvais », tient assurément à une volonté du poète, originaire d’une cité fière de son passé étrusque et dont le cognomen Maro renvoyait à la charge de magistrat d’origine tyrrhénienne qu’avaient exercée des membres de sa famille, renforcée par l’attachement de son protecteur Mécène pour sa province d’origine66. Il s’inscrit par ailleurs dans le débat qui s’instaura à la fin de la période républicaine et sous le règne d’Auguste sur la part à accorder aux diverses composantes de l’Italie dans la formation de l’identité romaine, débat qui porta surtout sur la place qu’il convenait d’accorder à l’héritage étrusque67. Mais il est évident qu’on ne saurait faire abstraction de l’analogie avec la situation dont la péninsule sortait alors à peine et dont le prince l’avait fait sortir pour établir une paix qu’on se plaisait à imaginer éternelle : l’Italie en proie aux dissensions internes que dépeignent les derniers chants de l’épopée est la préfiguration que celle que Virgile et ses compatriotes connurent pendant de longues années, avant l’instauration de la pax Augusta, que rendit possible la victoire d’Actium68. Bien avant l’Italie de la fin de la République, celle des Aborigènes fut la proie de terribles conflits internes. Mais, comme celle d’Auguste, elle se montra capable de surmonter cette crise où elle aurait pu périr et où son destin aurait pu sombrer – et créer un monde nouveau, passant par la réconciliation des ennemis du passé, où les anciens adversaires des vainqueurs étaient eux-mêmes appelés à jouer un rôle. Au fond, que les Latins, qui avaient combattu Énée, soient appelés, dans la suite de l’histoire, à être la base de la puissance romaine répond à ce qu’Auguste victorieux, oubliant l’Octave de la guerre civile, avait entrepris de faire – ou au moins en avait proclamé l’intention. Dans cette même épopée où on voit les Latins, avec bien d’autres éléments constitutifs de l’ensemble italien, s’opposer à Énée et à sa mission d’édification d’une nouvelle Troie, désormais établie sur le sol italien (sol italien dont au reste, dans l’optique virgilienne, sont issus ses ancêtres), le bouclier du héros présente l’ancien ennemi de César Caton comme un personnage positif, donnant ses lois aux hommes justes, tandis que Catilina, le factieux dont la future victime des proscriptions auxquelles Octave avait donné son accord, Cicéron, avait écrasé la tentative de subversion qui avait menacé de détruire la res publica romaine, est rejeté dans le Tartare69. Le temps d’Énée et celui des contemporains de Virgile se répondent, s’éclairent l’un par l’autre – et le destin des habitants de l’Italie de jadis, ceux que la tradition désignait comme Aborigènes, avec ses périodes contrastées de guerres sanglantes puis de paix retrouvée, annonce la situation que Rome était en train de vivre, lorsque le poète rédigeait son épopée, sous un prince émule de son ancêtre le pius Aeneas.

26Ainsi, l’histoire la plus ancienne de l’Italie que Virgile présente au chant VIII s’inscrit dans la trame de la tradition sur les Aborigènes, tout en modifiant celle-ci. Mais il est un point fondamental sur lequel nous ne nous sommes pas arrêtés : non seulement les Aborigènes ne sont pas nommés, mais même, au moins à partir du règne de Saturne, ils sont expressément exclus, puisqu’on a affaire dès lors à des Latins, désignés comme tels. Dans l’Énéide, le peuple sur lequel règne Latinus et avec lequel Énée entre en contact lorsqu’il arrive en Italie porte déjà le nom de Latini, en dépit du fait que cela rend absurde la dénomination que porte le souverain, puisqu’un éponyme n’a de sens que s’il sert à justifier l’apparition de l’ethnique dont il porte le nom et que celui-ci ne peut donc pas lui préexister.

  • 70 C. Moatti a bien mis en relief l’aspect si particulier de la représentation que les Romains se fai (...)

27Cela signifie que le poète de Mantoue avait fait disparaître la conception ancienne qui voulait que le nom de Latins ait été donné par Énée, après la mort de son beau-père, au nouvel ensemble formé par la fusion des Aborigènes et des Troyens. Il ne conserva donc pas cette vision si particulière qui faisait des Latins non pas un peuple référé à une origine unique, mais à la coalescence de deux éléments distincts. Cette vision conserve sans doute la trace d’une représentation de l’origine d’un groupe ethnique proprement indigène – et on peut mettre en parallèle la formation du peuple latin comme résultant de la réunion des Aborigènes et des Troyens et celle des Romains, qui n’est vraiment achevée que par la fusion des Romains de Romulus et des Sabins de Titus Tatius. Elle prolonge vraisemblablement une forme de représentation fondée, au départ, sur les considérations trifonctionnelles que G. Dumézil a dégagées dans le cas de la légende romaine, un peuple n’étant réellement formé que lorsqu’il a réuni en son sein les composantes des trois niveaux de l’idéologie indo-européenne. Mais, quoi qu’il en soit de cette origine ultime de ce type de vision des origines gentium, qui ne nous concerne pas directement ici, il est clair que poser un peuple comme le résultat d’un mélange était considéré par les Grecs comme la pire des origines possibles, loin de la noblesse de l’autochtonie ou de la référence à une origine unique qui fût prestigieuse : ils fustigeaient les peuples qu’ils considéraient comme ainsi formés sous l’appellation méprisante de migades70.

  • 71 Virgile, Énéide, 12, 818-828 (demande de Junon à Jupiter) : Et nunc cedo equidem pugnasque exosa r (...)

28Virgile s’inscrit en faux contre cette manière de poser l’origine des Latins. Elle reposait sur le thème du changement de nom, les Aborigènes, tout comme d’ailleurs les Troyens d’Énée, abandonnant leur nom pour prendre celui, nouveau, de Latins : or l’Énéide exclut expressément que l’arrivée des Troyens ait débouché sur un changement de nom pour le peuple de Latinus. À la fin de l’épopée, lorsque les deux peuples sont sur le point de fusionner, dans la paix enfin rétablie, Junon obtient de son divin époux que les Latins conservent le nom qui était le leur, que la fusion avec l’élément troyen ne se traduise pas par l’abandon de leur nom ancestral71. La rupture est nette par rapport à la tradition ancienne : Virgile proposait une vision du passé du Latium où l’arrivée d’Énée et la fusion avec ses Troyens ne provoquait pas de solution de continuité par rapport à ce qui existait auparavant en Italie. L’ethnos latin était déjà posé et l’arrivée des Troyens ne faisait que l’enrichir, le modifiant d’autant moins que, dans l’optique de l’épopée, Énée était lui-même d’origine italienne et revenait au pays de ses ancêtres, retrouvant cette terre qui, dans la conception large qui paraît avoir été celle de Virgile, avait été dans son ensemble celle des Aborigènes.

29La distance prise par Virgile par rapport à la représentation traditionnelle des origines latines n’est bien évidemment pas due à l’aspect négatif qu’elle avait pour les Hellènes et la conception dépréciative qu’ils se faisaient d’une origine mêlée. Le fait que le poète ait en quelque sorte soustrait Énée à l’univers des Grecs en lui conférant une ascendance italienne montre que c’est la place centrale qu’il voulait donner à l’Italie, jusque dans la thématique des origines troyennes, qui a guidé le choix du poète. Il en va assurément de même pour cette rétroprojection – tout absurde qu’elle nous paraisse – des Latins avant le roi Latinus.

  • 72 Servius, commentaire à l’Énéide, 8, 822 : Varro autem Latium dici putat, quod latet Italia inter p (...)
  • 73 Deutéro-Servius, commentaire à Énéide, 1, 6 (= frag. 1 Peter) : Saufeius Latium dictum ait quod ib (...)
  • 74 Sur le Latium (et l’Italie) comme terre de Saturne, données p. ex. dans Leglay 1966, p. 454-455, G (...)

30Dans l’Énéide, le nom des Latins ne pouvait plus être expliqué par référence à l’éponyme Latinus, qui n’apparaissait qu’à la troisième génération après qu’il fut entré en usage : Virgile reprenait une étymologie, qui, nous le savons par Servius, avait été avancée par Varron et mettait en relation le nom du Latium avec le verbe latere, être caché72. Mais le Réatin justifiait le choix de ce nom par des considérations géographiques : l’Italie, où se trouve le Latium, est cachée derrière les Alpes. Une autre explication, d’ordre sociologique, était parfois avancée pour rendre compte du rapprochement Latium/latere. Selon un Saufeius cité par le Deutéro-Servius, mais qu'on ne peut situer avec précision, le fait de se cacher répondait au mode d’habitat des premiers habitants de la région (pour lesquels il se réfère à la notion d’Aborigènes et également aux Casci Latini, aux anciens Latins) : ils avaient vécu dans des grottes et autres endroits cachés pour se protéger des dangers causés par les intempéries, les bêtes sauvages et les autres humains, à une époque située avant toute loi73. En 8, 322-323 (Latiumque uocari/ maluit, his quoniam latuisset tutis in oris), Virgile fondait la mise en relation avec le verbe latere sur une tout autre raison, qui faisait appel à la mythologie : la cachette en question était celle du dieu Saturne, ou plutôt du Cronos grec, lorsque, détrôné par son fils qui lui avait ravi la souveraineté sur l’Olympe, il avait été chercher refuge en Italie et plus précisément dans le Latium, devenu la Saturnia tellus74.

31Ainsi les Latins naissaient avec l’arrivée de Saturne. On peut considérer que les Aborigènes disparaissaient alors, se métamorphosaient en ce nouveau peuple. Il est évident que ce sont les innovations culturelles apportées par l’ancien maître de l’Olympe, mettant fin à un mode primitif d’habitat et de subsistance, introduisant les règles et les lois, qui font qu’on était passé à un nouveau stade de la vie de l’humanité, où la sauvagerie qui semblait inhérente aux Aborigènes, très sensible déjà dans la description de Salluste, n’avait plus cours. Dès lors, aux yeux de Virgile, le Latium pouvait exister : il était devenu une terre civilisée.

32Les Latins représentent donc la continuation ethnique des Aborigènes (puisque derrière les premiers occupants « arborigènes » du pays se cache vraisemblablement cette notion), mais une fois que ceux-ci ont été transformés par l’arrivée de Saturne, ont acquis les leges qui en ont fait des êtres civilisés. Dès lors, on a affaire à des Latins, selon l’appellation qui restera la leur sans variation au cours de leur histoire ultérieure. C’est donc la venue de Saturne qui marque le moment du changement décisif, le passage de la primitivité à la civilisation, de la nature sauvage à la culture.

  • 75 Voir textes cité n. 3 et 6.

33Saturne apparaît ainsi comme un civilisateur – qui rend compte de la disparition des Aborigènes et de l’émergence des Latins. Il joue par là un rôle analogue à celui que Caton et Salluste faisaient jouer à Énée dans leur présentation de l’histoire primitive du Latium et de Rome75. Mais par rapport à cette conception, somme toute traditionnelle, deux points dénotent l’originalité virgilienne.

34Tout d’abord, choisissant de mettre en relation le changement culturel avec Saturne et non Énée et ses Troyens, indépendamment même de la question de l’apparition de l’ethnique Latini, Virgile faisait appel à un seul acteur, Saturne, qui arrivait sans être accompagné de tout un groupe : il n’y eut donc pas de changement dans le fonds ethnique, il s’agit toujours le même peuple, simplement il se transforma à un point tel qu’il changea de dénomination. Mais par la suite il resta tel qu’il était, y compris lors de l’arrivée des Troyens, qui, selon les termes mis dans la bouche de Jupiter, ne constituèrent qu’un apport supplémentaire, sans modifier le fonds ethnique des Latins (12, 835-836, commixti corpore tantum/ subsident Teucri).

  • 76 Voir Plutarque, Vie de Numa, 19, 10-11 ; cf. Questions romaines, 41. Sur ce point, avec d’autres r (...)
  • 77 Cela donna à l’auteur de l’Origo Gentis Romanae l’occasion d’engager une discussion sur le fait qu (...)

35D’autre part et surtout, le changement radical était lié à la venue de l’ancien souverain de l’Olympe. Par rapport à Énée, il ne s’agissait pas seulement de remonter dans le temps l’accession à la civilisation de la terre sur laquelle Rome devait s’élever un jour. Après tout Virgile aurait pu remonter encore plus haut dans le temps et attribuer un tel rôle à Janus, qui avait précédé Saturne et l’avait accueilli dans le Latium : certains textes font de Janus un civilisateur du Latium et par exemple Plutarque faisait état d’une explication de sa double face par le fait qu’il « transforma la vie bestiale et sauvage des hommes de son temps »76. Janus aurait donc pu dans l’épopée virgilienne incarner la transformation qui faisait passer des Aborigènes incultes aux Latins civilisés, d’autant plus aisément que lui aussi était conçu comme un immigré étant arrivé en Italie avant Saturne77. Mais il n’est pas difficile de comprendre pourquoi le chantre de la grandeur de Rome préféra Saturne à Janus – ou à Énée – pour lui rapporter la naissance des Latins. Saturne est le dieu des aurea saecula (8, 824-825), son règne fut un temps de bonheur et de paix. Derrière la figure de Saturne, c’est la tradition sur l’âge d’or qui se profile.

  • 78 Sur le thème du retour de l’âge d’or dans une conception millénariste apollinienne, on se reporter (...)

36Autrement dit les Latins naquirent dans les temps idylliques de l’âge d’or – ces aurea saecula qu’on se plaisait à s’imaginer renaissant sous le règne du princeps qui avait rétabli la paix, cette époque heureuse pour laquelle on ne peut que reprendre la formule dont jadis Virgile, en d’autres circonstances, avait usé dans la quatrième Églogue : iam redeunt Saturni regna. Nous avons vu que l’histoire des premiers temps du pays, avant l’arrivée d’Énée, préfigurait ce qui lui arriva après que le héros troyen y eut abordé et qu’une fois assurée sa victoire, la guerre allait laisser place à une paix heureuse. Mais, par-delà Énée, c’est bien évidemment Auguste qui était posé en prince de la paix, en restaurateur de l’âge d’or78, permettant ainsi aux Latins de retrouver la félicité qui avait été la leur au début de leur histoire, lorsque, s’ouvrant à la vie civilisée, ils avaient cessé d’être des Aborigènes.

Haut de page

Bibliographie

Alföldi 1963 = A. Alföldi, Early Rome and the Latins, Ann Arbor, 1963.

Bérard 1941 = J. Bérard, La colonisation grecque de l’Italie méridionale et de la Sicile dans l’Antiquité, Paris, 1941 (2e édition, Paris, 1957).

Bernardi 1964 = A. Bernardi, Dai populi Albenses ai Prisci Latini, dans Athenaeum, 42, 1964, p. 223-259.

Bernardi 1973 = A. Bernardi, Nomen Latinum, Pavie, 1973.

Bernardi 1984 = A. Bernardi, dans Enciclopedia Virgiliana, I, 1984, s. v. Aborigines, p. 6-7.

Bickerman 1952 = E.J. Bickerman, Origines gentium, dans Classical Philology, 47, 1952, p. 65-81.

Bickerman 1985 = E.J. Bickerman, Religion and politics in the Hellenistic and Roman period, Côme, 1985.

Binder 1971 = G. Binder, Aeneas und Augustus. Interpretationen zum 8. Buch der Aeneis, Meisenheim, 1971 (Beiträge zur klassischen Philologie, 38).

Bloch 1967 = R. Bloch, À propos de l’Énéide de Virgile, dans Revue des Études Latines, 45, 1967, p. 325-342.

Brelich 1956 = A. Brelich, Tre variazioni sul tema delle origini, Rome, 1956 (2e édition, Rome, 1975).

Briquel 1984 = D. Briquel, Les Pélasges en Italie. Recherches sur l’histoire de la légende, Rome, 1984 (BEFAR, 252).

Briquel 1989 = D. Briquel, Denys témoin de traditions disparues : l’identification des Aborigènes aux Ligures, dans MEFRA, 101-1, 1989, p. 97-111.

Briquel 1992 = D. Briquel, Virgile et les Aborigènes, dans Revue des Études Latines, 70, 1992, p/ 69-91.

Briquel 1993a = D. Briquel, Denys d’Halicarnasse et la tradition antiquaire sur les Aborigènes, dans Pallas, 39, 1993, p. 17-39.

Briquel 1993b = D. Briquel, Les Tyrrhéniens, peuple des tours, l’autochtonie des Étrusques chez Denys d’Halicarnasse, Rome, 1993 (CEFR, 178).

Briquel 1994 = D. Briquel, Les Romains ne sont pas des autochtones, dans R. Chevallier (dir.), Présence de Tite-Live, Tours, 1994 (Caesarodunum, 27bis), p. 67-78.

Briquel 1995 = D. Briquel, La fabrication d’un tyran : Mézence chez Virgile, dans Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 1995, p. 173-185.

Briquel 1997 = D. Briquel, Le regard des autres. Les origines de Rome vues par ses ennemis (début du IVe siècle/ début du Ier siècle av. J.-C.), Besançon-Paris, 1997 (Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, 623).

Briquel 2006 = D. Briquel, Salluste, Catilina, VI, 1-2 : une vision aberrante des origines de Rome, dans J. Champeaux, M. Chassignet (dir.), Aere perennius, hommage à Hubert Zehnacker, Paris, 2006, p. 83-105.

Briquel 2012 = D. Briquel, Une étymologie peu recommandable : les Aborigènes comme montagnards, dans POLYMETIS. Mélanges en l’honneur de Françoise Bader, Paris, 2012, p. 253-264.

Chassignet 1986 = M. Chassignet, Caton, Les Origines (fragments), Paris, 1986 (CUF).

Colonna 1982 = G. Colonna, Virgilio, Cortona e la leggenda etrusca di Dardano, dans Archeologia Classica, 1982, p. 1-15.

Coppola 1993 = A. Coppola, L’Occidente : mire ateniesi e trame propagandistiche siracusane, dans Hesperia, 3, 1993, p. 93-113.

Coppola 1995 = A. Coppola, Archaiologia e propaganda. I Greci, Roma e l’Italia, Rome, 1995 (Problemi e ricerche di storia antica, 18).

Courcelle – Courcelle 1984 = P. Courcelle, J. Courcelle, Lecteurs païens et lecteurs chrétiens de l’Énéide, Paris, 1984.

D’Anna 1976 = G. D’Anna, Problemi di letteratura arcaica, Rome, 1976.

Della Corte 1985 = F. Della Corte, I Sabini in Virgilio, dans Preistoria, storia e civiltà dei Sabini. Convegno di studio, Rieti, ottobre 1982, Rieti, 1985, p. 57-74.

Dumézil 1968 = G. Dumézil, Mythe et épopée, I, L’idéologie des trois fonctions dans les épopées des peuples indo-européens, Paris, 1968.

Eliade 1970 = M. Eliade, Traité d’histoire des religions, Paris, 1970.

Enking 1959 = R. Enking, P. Vergilius Maro, vates Etruscus, dans Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts (Romische Abteilung), 66, 1959, p. 75-96.

Ernout-Meillet 1959 = A. Ernout, A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, 4e édition, Paris, 1959.

Ferenczi 2000 = A. Ferenczi, The end of Latinus World, dans Acta Antiqua Academiae Scientiarum Hungaricae, 40, 2000, p. 73-100.

Fraschetti 1989 = A. Fraschetti, Eraclide Pontico e Roma città greca, dans A. C. Cassio, D. Musti (dir.), Tra Sicilia e Magna Grecia. Aspetti di interazione culturale nel secolo IV a.C. Atti del convegno, Napoli 19-20 marzo 1987, Pise, 1991(= AION, 11), p. 81-95.

Fraschetti 2002 = A. Fraschetti, Romolo il fondatore, Rome-Bari, 2002.

Fröhner 1860 = W. Fröhner, Catoniana, dans Philologus, 15, 1860, p. 349-351.

Fromentin 1998 = V. Fromentin, Denys d’Halicarnasse, Antiquités Romaines, Introduction générale – Livre 1, Paris, 1998).

Gabba 1966 = E. Gabba, Considerazioni sulle tradizioni letterarie sulle origini della reppublica, dans Les origines de la république romaine, Vandoeuvres-Genève, 1966 (Entretiens de la Fondation Hardt, 13), p. 135-160.

Gabba 1991 = E. Gabba, Dionysius and the history of archaic Rome, Berkeley, 1991 (Sather Classical Lectures, 56).

Gagé 1955 = J. Gagé, Apollon romain. Essai sur le culte d’Apollon et le développement du « ritus Graecus » à Rome des origines à Auguste, Paris, 1955 (BEFAR, 182).

Geffcken 1892 = J. Geffcken, Timaios Geographie des Westens, Berlin, 1892 (Philologische Untersuchungen, 13).

Gély 1991 = S. Gély, Le nom de l’Italie, mythe et histoire, d’Hellanicos à Virgile, Genève, 1991 (Bibliothèque du voyage en Italie, 37).

Giardina 1997 = A. Giardina, L’Italia romana. Storie di un’identità incompiuta, Rome-Bari, 1997.

Godel 1978 = R. Godel, Virgile, Naevius et les Aborigènes, dans Museum Helveticum, 35, 1978, p. 278-282.

Golvers 1989 = N. Golvers, The Latin Name Aborigines. Some Historiographical and Linguistic Observations, dans Ancient Society, 20, 1989, p. 193-207.

Gordon 1934 = L. Gordon, The family of Virgil, dans Journal of Roman Studies, 24, 1934, p. 1-12.

Grandazzi 2008 = A. Grandazzi, Alba Longa. Histoire d’une légende, Rome, 2008 (BEFAR, 336).

Guillaume-Coirier 1992 = G. Guillaume-Coirier, Arbres et herbes. Croyances et usages rattachés aux origines de Rome, dans MEFRA, 104,-1 1992, p. 339-371.

Guittard 1978 = C. Guittard, Saturnia Terra : mythe et réalité, dans Actes du Colloque Histoire et historiographie, Caesarodunum 15bis, Tours, 1978, p. 177-186.

Habicht 1952 = C. Habicht, Zwei neue Inschriften aus Pergamon, dans Istanbuler Mitteilungen, 9-10, 1952, p. 109-127.

Hall 1982 = J.F. Hall, P. Vergilius Maro, vates Etruscus, dans Vergilius, 28, 1982, p. 44-50.

Hall 1986 = J.F. Hall, The Saeculum Novum of Augustus and his Etruscan antecedents, dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, II, 16, 3, Berlin-New York, 1986, p. 5564-2589.

Horsfall 1973 = N. Horsfall, Corythus : the return of Aeneas in Virgil and his sources, dans Journal of Roman Studies, 63, 1973, p. 68-79.

Horsfall 1987 = N. Horsfall, Corythus re-examined, dans J. N. Bremmer, N. Horsfall (dir.), Roman myth and mythography, Londres, 1987 (Institute of Classical Studies, Bulletin Supplement, 52), p. 89-104.

Kretschmer 1932 = P. Kretschmer, Turnus und die Mehrdeutigkeit italischer Eigennamen, dans Glotta, 20, 1932, p.196-203.

Kubusch 1986 = K. Kubusch, Aurea Saecula : Mythos und Geschichte. Untersuchung eines Motivs in der antiken Literatur bis Ovid, Marburg, 1986 (Studien zur klassichen Philologie, 28).

Leglay 1958 = M. Leglay, Saturne africain, Paris, 1966 (BEFAR, 252).

Letta 1984 = C. Letta, L’Italia dei mores Romani nelle Origines di Catone, dans Athenaeum, 62, 1984, p. 416-439.

Letta 1989 = C. Letta, La tradizione storiografia sull’età regia, origine e valore, dans Alle origini di Roma. Atti del colloquio, Pisa, 18-19 settembre 1987, Pise, 1989, p. 61-75.

Lochner-Hüttenbach 1960 = F. Lochner-Hüttenbach, Die Pelasger, Vienne, 1960.

Loraux 1979 = N. Loraux, L’autochtonie : une topique athénienne. Le mythe dans l’espace civique, dans Annales ESC, 34, 1979, p. 3-26.

Loraux 1981 = N. Loraux, L’invention d’Athènes. Histoire de l’oraison funèbre dans la « cité classique », Paris-La Haye, 1981.

Loraux 1996 = N. Loraux, Né de la terre. Mythe et politique à Athènes, Paris, 1996.

Martinez-Pinna 2002 = J. Martinez-Pinna, La prehistoria mitica de Roma. Introduccion a la etnogenesis, Madrid, 2002.

Martinez-Pinna 2011 = J. Martinez-Pinna, Las leyendas de fundacion de Roma. De Eneas a Romulo, Barcelone, 2011 (Instrumenta, 39).

Moatti 1997 = C. Moatti, La raison de Rome. Naissance de l’esprit critique à la fin de la République (IIe-Ier siècles avant J.-C.), Paris, 1997.

Musti 1970 = D. Musti, Tendenze nella storiografia romana e greca su Roma arcaica. Studi su Livio e Dionigi d’Alicarnasso, Rome, 1970 (Quaderni Urbinati di Cultura Classica, 10).

Pais 1894 = E. Pais, Storia della Sicilia e della Magna Grecia, Turin-Palerme, 1894.

Perret 1942 = J. Perret, Les origines de la légende troyenne de Rome, Paris, 1942.

Perret 1977 = J. Perret, Virgile, Énéide, I-IV, Paris, 1977.

Perret 1982 = J. Perret, Virgile, Énéide, V-VIII, Paris, 1982.

Poucet 1963 = J. Poucet, Les origines mythiques des Sabins à travers l’œuvre de Caton, de Cn. Gellius, de Varron, d’Hygin et de Strabon, dans Études Étrusco-Italiques. Mélanges pour le 25e anniversaire de la chaire d’Étruscologie à l’Université de Louvain, Louvain, 1963 (Recueil de travaux d’histoire et de philologie, 4, 31), p. 155-225.

Richard 1983a = J.-C. Richard, Ennemis ou alliés ? Les Troyens et les Aborigènes dans les Origines de Caton, dans Hommages à Robert Schilling, Paris, 1983, p. 403-412.

Richard 1983b = J.-C. Richard, Varron, l’O.G.R. et les Aborigènes, dans Revue de Philologie, 57, 1983, p. 24-37.

Richard 1983c = J.-C. Richard, Pseudo-Aurélius Victor, Les origines du peuple romain, Paris, 1983.

Santi 1988 = C. Santi, La sovranità di Picus, dans Studi e Materiali di Storia delle Religioni, 12, 1988, p. 261-176.

Schröder 1971 = W.A. Schröder, M. Porcius Cato. Das erste Buch der Origines, Meisenheim, 1971 (Beiträge zur klassischen Philologie, 41).

Simon 2011 = M. Simon, Le rivage grec de l’Italie romain. La Grande Grèce dans l’historiographie augustéenne, Rome, 2011 (CEFR, 442).

Sordi 1972a = M. Sordi et al., L’integrazione dell’Italia nello stato romano attraverso la poesia e la cultura proto-augustea, dans Contributi dell’Istituto di Storia Antica, 1, 1972, p. 146-175.

Sordi 1972b = M. Sordi, L’idea di crisi e di rinnovamento nella concezione etrusco-italica della storia, dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, I, 2, 1972, p. 781-793.

Sordi 1989 = M. Sordi, Storiografia e cultura etrusca nell’Impero romano, dans Secondo Congresso Internazionale Etrusco, Firenze, 26 maggio-2 giugno 1985, Atti, Rome, 1989, p. 41-51.

Vanotti 1982 = G. Vanotti, Lico di Reggio e l’Alessandra di Licofrone, dans Athenaeum, 60, 1982, p. 4562-460.

Vanotti 1999 = G. Vanotti, Roma polis hellenis, Roma polis tyrrhenis. Riflessioni sul tema, dans MEFRA, 111-1, 1999, p. 217-255.

Vernant 1960 = J.-P. Vernant, Le mythe hésiodique des races. Essai d’analyse structurale, dans Revue de l’Histoire des Religions, 157, 1960, p. 21-54.

Wifstrand Schiebe 1997 = M. Wifstrand Schiebe, Vergil und die Traditionen von den römischen Urkönigen, Stuttgart, 1997.

Yadé 1977 = Y. Yadé, Sur la maternité du chêne et de la pierre, dans Revue de l’Histoire des Religions, 191, 1977, p. 3-42.

Zielinski 1936 = T. Zielinsky, Boreigonoi, dans Ierisione, 2, 1936, p. 38-48.

Haut de page

Notes

1 Nous avons déjà consacré un travail à la question des Aborigènes chez Virgile (Briquel 1992). Nous ne reprendrons pas en détail des points que nous avons abordés dans cet article, nous bornant à y renvoyer pour une étude plus approfondie. En revanche nous n’avions pas alors traité de la place des Aborigènes dans la représentation globale de l’Italie et de sa signification par rapport aux problèmes du temps de l’auteur, sur lesquelles nous centrerons notre communication.

2 Liv., 1, 1, 5 : Latinus rex Aboriginesque, qui ea tenebant. loca.

3 Caton, Origines, fr. 5 Peter = 1, 6 Chassignet (Servius, comm. à Énéide, 1, 6) : Cato in Originibus hoc dicit, cuius auctoritatem Sallustius sequitur in bello Catilinae, primo Italiam tenuisse quosdam qui appellabantur Aborigines. Hos postea aduentu Aeneae Phrygibus iunctos Latinos uno nomine nuncupatos (« Voici ce qu’affirme Caton dans les Origines, suivi par Salluste dans la Guerre de Catilina : l’Italie a d’abord été occupée par des gens qui s’appelaient les Aborigènes. Puis, avec l’arrivée d’Énée, ils fusionnèrent avec les Phrygiens et on les désigna d’un seul nom, comme Latins »).

4 Sur la question difficile de la détermination des rapports entre Troyens et Aborigènes dans les différents fragments de Caton, voir Richard 1983a.

5 L’insistance sur la fusion des deux éléments, aborigène et troyen, est particulièrement sensible chez Tite-Live (1, 2, 4-5 : Aeneas… ut animos Aboriginum sibi conciliaret nec sub eodem iure solum sed etiam nomine omnes essent, Latinos utramque gentem appellauit. Nec deinde Aborigines Troianis studio atque fide erga regem Aeneam cessere, « Énée… voulut gagner le cœur des Aborigènes en donnant les mêmes droits et jusqu’au même nom à tous ses sujets : il nomma Latins l’ensemble des deux peuples. Dès lors les Aborigènes ne le cédèrent en rien pour l’attachement et la fidélité au roi Énée »).

6 Salluste, Catilina, 6 : Vrbem Romam, sicuti ego accepi, condidere atque habuere initio Troiani, qui Aenea duce profugi sedibus incertis uagabantur, et cum his Aborigines, genus hominum agreste, sine legibus, sine imperio, liberum atque solutum (« Rome fut, dit-on, fondée et habitée primitivement par les Troyens, qui avaient abandonné leur pays sous la conduite d’Énée et, sans demeures fixes, allaient à l’aventure, et avec eux les Aborigènes, race agreste, sans lois, sans gouvernement, jouissant d’une liberté sans limite »). Nous avons étudié cette forme particulière de tradition dans Briquel 2006.

7 Voir FGrHist 279 F 9 et 103 F 40 ; Juba II de Maurétanie, contemporain d’Auguste, doit être cité à travers Charax, qui vivait au IIe siècle comme cela a été prouvé par la découverte d’une inscription de Pergame (Habicht 1952). Sur les attestations de la tradition, on pourra maintenant se reporter à Martinez-Pinna 2011, en part. p. 80.

8 La doctrine faisant des Aborigènes d’anciens Ligures est évoquée par Denys d’Halicarnasse en 1, 10, 3, dans une présentation des diverses explications avancées pour le nom de ces prédécesseurs des Latins historiques qui procède certainement de l’érudition varronienne. Voir sur l’identification des Aborigènes aux Ligures Briquel 1989 et sur le traitement général de la question des Aborigènes chez Denys Briquel 1993a. Nous continuons à estimer que les précisions données dans le texte sur la légende d’Énée et celle de Romulus ne relèvent pas d’une insertion récente, mais remontent à la structure originelle de l’œuvre et que celle-ci peut être datée des alentours de 300 av. J.-C. Sur l’hypothèse d’une information puisée chez Lycos de Rhégion, plus satisfaisante que la vieille idée d’une dépendance de Timée, voir Vanotti 1982.

9 Voir FGrHist 564 F 5a (= Denys d’Halicarnasse, 1, 72, 5). Sur la relation entre cette version et celles rapportées dans la notice Romam de Festus à un Galitas et un Caltinus Agathoclis Siculi qui res gestas conscribit (qui n’attribuent pas à Latinus la qualité de roi des Aborigènes), voir F. Jacoby, ad loc. Sur cette version, Martinez-Pinna 2011, p. 142.

10 Il est vrai que l’amour de la petite patrie de l’auteur, ou si on veut sa patauinitas que lui reprochait (mais dans un tout autre sens) Pollion, l’amène à faire précéder la légende d’Énée par quelques lignes qui évoquent une autre cité d’origine troyenne, Padoue, rapportée à Anténor (1, 1, 2-3) : son destin annonce celui de Rome, mais sur un mode bien évidemment mineur (abordant la légende d’Énée en 1, 1, 4, l’historien précise immédiatement sed ad maiora rerum initia ducentibus fatis, « mais appelé par le destin à fonder une plus grande puissance »).

11 Sur le sens de la démonstration de Denys d’Halicarnasse, nous pouvons renvoyer à Musti 1970, Gabba 1991 et Fromentin 1998, p. xxxi-xxxiv.

12 Sur la légende pélasgique à Rome et le caractère tardif de son développement, outre Briquel 1984, p. 495-522, voir aussi Briquel 2012.

13 Voir 1, 20, 4-22 (avec exposé des différentes versions de l’établissement dans l’île des Sicules venus de la péninsule, celles en 22, 3 d’Hellanicos = FGrHist 4 F 79b, en 22, 4 de Philistos = FGrHist 556 F 46, en 22, 5 d’Antiochos en 22, 5 = FGrHist 555 F 4 et Thucydide, cf. 6, 2, 4-5).

14 Mais sur la culture grecque de Caton et sur le fait que, dans les Origines, il faisait largement appel à des sources grecques et ne récusait nullement les légendes attribuant des origines helléniques à des peuples ou cités italiennes, voir Chassignet 1986, p. XXIII-XXVI. Il n’est pas nécessaire de penser que Caton n’avait cité cette doctrine que pour la critiquer (Letta 1984, p. 424-429) : il pouvait présenter, comme le firent plus tard Denys d’Halicarnasse et l’O.G.R. (se fondant vraisemblablement sur Varron), plusieurs opinions sur les Aborigènes (puisque le fragment cité plus haut n. 2 correspond plutôt à une vision les posant comme autochtones de l’Italie, et non comme des immigrés).

15 Voir 1, 11, 1 (cf. 1, 13, 1), frag. 6 Peter = 1, 4 Chassignet (= Sempronius Tuditanus, dont le nom est évoqué comme ayant suivi Caton, frag. 1 et 2 Peter = 1 Chassignet). Denys note qu’en dehors du fait que les Aborigènes « étaient des Grecs, faisant partie de ceux qui habitaient autrefois en Italie et ont émigré de nombreuses générations avant la guerre de Troie », le Censeur n’indiquait « ni la nation grecque à laquelle ils appartenaient, ni la cité d’où ils partirent, ni l’époque de leur migration, ni le chef qui la dirigea, ni les circonstances qui leur firent quitter leur métropole » et ne citait « aucun écrivain de l’histoire grecque pour appuyer ces dires ».

16 Sur le thème, on se reportera à Fraschetti 1989 et Vanotti 1999.

17 Cette explication du nom apparaît en Denys d’Halicarnasse, 1, 10, 2, O. G. R., 4, 2, Paul-Festus, 17 L.

18 Voir Coppola 1993, p. 105-108, 5, p. 69-100 (« I Tespiadi e gli Aborigeni ») ; également Martinez-Pinna 2002, p. 32-36. Sur la question de l’auteur de la chronique cumaine, et son attribution à « Hyperochos de Cumes » (FGrHist 576 F 3 ; mais voir Martinez-Pinna 2002, p. 32 : « No hay razones de peso para attribuir todos los fragmentos conocidos de procedencia cumana a un unico autor »), voir Alföldi 1963, p. 56-58, Gabba 1966, p. 144-146, D’Anna 1976, p. 114-116, Letta 1989, p. 71-73, Coppola 1995, p. 83, avec n. 41, Martinez-Pinna 2002, p. 52-53, Briquel 2006, p. 90-92.

19 Nous avons étudié cette question dans Briquel 1997, p. 127-148. Denys en tirait la conclusion que cette conception des Aborigènes les identifiait aux Lélèges (1, 10, 2), sur lesquels on verra la n. 50 dans Fromentin 1998, p. 22, leur conservant par là une référence hellénique.

20 La qualité d’errants reconnue aux Pélasges est un élément constant de la tradition. Chez Hellanicos (FGrHist 4 F 4 = Denys d’Halicarnasse, 1, 28, 3), ils sont menés jusqu’à Cortone par un roi Nanas dont le nom est expliqué comme signifiant « errant », au même titre que le Nanos-Ulysse qui sera évoqué plus tard pour cette même cité (voir Briquel 1984, p. 145-167). La tradition sur les Pélasges-Pélarges rendait compte de leur nom, qui signifie « cigognes », entre autres raisons, par leurs errances qui rappelaient celles de ces oiseaux (voir Briquel 1984, p. 284-289).

21 Cette explication est évoquée chez Denys d’Halicarnasse en 1, 9, 2 et lui sert, en 1, 13, 3, à appuyer son identification des Œnôtres et des Aborigènes – ce qui n’était certainement pas le sens originel de la doctrine. On la retrouve chez Eusèbe, éd. Schoene, 1, 267, et dans l’O.G.R., 4, 1. Sur la présentation des Aborigènes dans l’opuscule, voir Richard 1983b et 1983c, p. 119-120, n. 23, 24, p. 120-121, n. 1-3.

22 Voir Briquel 1984, p. 507-514, et Briquel 2012 ; cette hypothèse est reprise par J. Martinez-Pinna, dans Martinez-Pinna 2002, p. 115-119, qui en reconnaît, comme nous-même, le caractère inévitablement conjectural. La forme de cette explication donnée dans l’O.G.R., 4, 1, qui fait des Aborigènes ainsi compris des survivants du Déluge réfugiés sur leurs montagnes (Quidam autem tradunt terris diluuio coopertis passim multos diuersarum regionum in montibus, ad quos confugerant, constitisse : ex quibus quosdam sedes quaerentes peruectos in Italiam Aborigines appellatos, Graeca scilicet appellatione, a cacuminibus montium quae illi orè faciunt), évoque ce qui est parfois donné comme explication du départ des Pélasges de Grèce (Diodore de Sicile, 14, 113, 2, scholie à Denys le Thrace, Art grammatical, éd. Hilgard, 185).

23 Rappelons qu’il existait également une thèse qui en faisait d’anciens Ligures. Voir Briquel 1989.

24 Voir plus haut n. 2. Mais sur la difficulté de déterminer quelle a été la présentation exacte des Aborigènes dans les Origines, voir n. 14.

25 En théorie, la notion d’autochtonie n’implique pas que le peuple ainsi considéré soit le plus ancien attesté dans une région. Mais en pratique les deux notions se superposent.

26 Sur la formation du mot, Perret 1942, p. 637-641, Schröder 1971, p. 104, Briquel 1984, p. 411-412, n. 28, Golvers 1989, Martinez-Pinna 2002, 17-21 (où on trouvera également l’examen des propositions modernes, comme celle partant du Boreigonoi de Lycophron, signifiant « gens du nord », dans Geffcken 1892, p. 42-43, ou expliquait le mot à partir d’un nom de la montagne, boros, dans Kretschmer 1932, p. 198-199, Zielinsky 1936, Bernardi 1964, p. 235-236, et 1973, p. 10-11, Lochner-Hüttenbach 1960, p. 171-172, ou comme une déformation d’un nom de peuple réel, comme cela est suggéré dans Ernout-Meillet 1959, p. 4, et alors soit de celui des Ausones, Bérard 1941, p. 485-486 = Bérard 1957, p. 463-464, soit de ce qui a donné le nom des Abruzzes, Pais 1894, I, p. 47-48).

27 Virgile, Énéide, 7, 45-49 : Rex arua Latinus et urbes/ iam senior longa placidas in pace regebat./ Hunc Fauno et nympha genitum Laurente Marica/ accipimus, Fauno Picus pater isque parentem / te, Saturne, refert, tu sanguinis ultimus auctor (« Le roi Latinus, bien vieux déjà, régnait sur des villes et des campagnes depuis longtemps pacifiées et sereines. Il était né de Faunus et de la nymphe Marica, nous dit la tradition. Le père de Faunus était Picus, qui te donne, Saturne, le nom de père à toi, l’auteur le plus ancien de cette race. »). On a parfois estimé que c’est Virgile qui avait créé la séquence des rois primitifs du Latium, avec Janus suivi de la dynastie issue de Saturne (Santi 1988, p. 261, Wifstrand Schiebe 1997, Ferenczi 2000, p. 97). Mais le fait qu’elle ne se présente pas d’une manière cohérente dans l’Énéide, où le passage du livre VIII (314-332) est peu compatible avec la chronologie courte donnée en 7, 45-49, nous paraît au contraire suggérer que le poète jouait avec une doctrine préexistante, par rapport à laquelle il n’hésitait pas à prendre des libertés.

28 Virgile, Énéide, 7, 180 : Saturnusque senex Ianique bifrontis imago (« et le vieillard Saturne et l’image de Janus aux deux visages »). Des allusions rapides sont faites par Virgile en 8, 319-320, 323, à l’expulsion de Saturne-Cronos de l’Olympe par son fils Jupiter-Zeus, lorsqu’il avançait l’explication du nom du Latium à partir de latere, être caché, parce que c’est là que s’était caché le dieu.

29 Le caractère artificiel de l’explication d’un nom géographique comme celui du Latium par une figure d’éponyme comme Latinus (qui en est un dérivé) est apparent dans la scholie de Servius à Énéide, 8, 322, qui faisait état d’explications posant le rapport entre Latium et Latinus dans les deux sens (Quidam ferunt a Latino dictum Latium, alii ipsum Latinum a Latio).

30 On peut signaler que le mot aborigines est employé avec sa valeur générale d’ancêtres par Pline l’Ancien en Histoire naturelle, 4, 36, 120, pour désigner les Tyriens, fondateurs de Gadès, à propos de ce qui est présenté comme un ancien nom de la ville, Érythée (Erythia dicta est quoniam Tyrii Aborigines eorum, orti ab Erythraeo mari ferebantur, « elle fut appelée Érythée parce que leurs ancêtres tyriens, passaient pour être venus de la mer Érythrée »).

31 Pour Latinus, ce point est précisé en 12, 4 ; pour Picus, 4, 3, pour Faunus, 4, 4. L’auteur n’emploie pas le terme à propos de Janus et Saturne, mais il se situe dans une perspective où les Aborigènes, expliqués comme étant d’anciens Aberrigines, auraient été des immigrés, accueillis en Italie par le roi Picus.

32 Voir Servius, commentaire à Énéide, 7, 181, cité au début de notre communication.

33 Dans ce sens, Perret 1978, p. 209-212, Godel 1978, F. Della Corte 1985, Bernardi 1984.

34 Virgile, Énéide, 8, 314-322 : « En ces bois habitaient les faunes et les nymphes indigènes, ainsi qu’une race d’hommes nés du tronc de chênes durs, êtres sans coutumes ni culture, qui ne savaient ni atteler les bœufs, ni amasser des réserves, ni épargner les biens acquis, mais ils vivaient des fruits des branches et d’une chasse pénible. Saturne fut le premier à venir de l’Olympe céleste : il fuyait les armes de Jupiter et était exilé, privé de son trône. Il rassembla cette race ignorante et dispersée en haut des collines et lui imposa des lois (…). »

35 Texte cité plus haut n. 6.

36 Sur la tradition des anciens rois du Latium et sa signification, voir Brelich 1956, p. 57-103 = 1975, p. 48-94, Fraschetti 2002, p. 12-18, Martinez-Pinna 2011, p. 129-145.

37 Aulu-Gelle, 6, 21, 7 : ex Faunorum et Aboriginum saeculo ; 16, 10, 7 : si ius Faunorum et Aboriginum didicissem.

38 Voir Macrobe, Songe de Scipion, 1, 15, 12. On songera à la place que le même Macrobe dans ses Saturnales fait tenir au poète de Mantoue comme garant de tout savoir, selon une conception du personnage répandue à son époque aussi bien dans les milieux païens que chrétiens (voir Courcelle – Courcelle 1984).

39 Voir p. ex. D’Anna 1976, p. 31-35, Godel 1978, p. 279.

40 Une telle explication fut proposée il y a plus de 150 ans par W. Fröhner dans Fröhner 1860, p. 350. Voir également Briquel 1992, p. 81-83, Guillaume-Coirier 1992, p. 340-341, Martinez-Pinna 2002, p. 20, Briquel 2012, p. 254 avec n. 2.

41 Sur l’autochtonie athénienne, on rappellera les travaux classiques de N. Loraux (Loraux 1979, 1981, 1996).

42 Sur ce point, nous nous permettons de renvoyer à Briquel 1994.

43 Voir Yadé 1977, citant notre passage p. 8. Sur la notion d’« âme extérieure » et son application à des végétaux, Eliade 1970, p. 255-261.

44 Virgile caractérise la décadence de l’humanité par son caractère belliqueux et son avidité matérielle. En termes d’analyse dumézilienne, on peut parler de deuxième et de troisième fonctions : il se situe de ce fait dans la droite ligne de la présentation hésiodique, dont J.-P. Vernant a montré qu’elle se plaçait dans un schéma modelé sur l’idéologie indo-européenne des trois fonctions, l’humanité passant successivement, en une dégradation régulière, d’une fonction à la suivante. Voir Vernant 1960 = Vernant 1974, I, p. 13-41.

45 Virgile, Énéide, 8, 324-332 : « Les temps qui s’écoulèrent sous ce roi furent les siècles d’or/, tant il maintenait ces peuples dans une paix profonde,/ jusqu’au moment où progressivement lui succède un âge moins bon, sans éclat,/ et la rage de la guerre et la soif de richesses./ Vinrent alors une troupe ausonienne et les tribus sicanes,/ et assez souvent la terre de Saturne changea de nom ;/ alors vinrent les rois et le farouche Thybris au corps monstrueux,/ du nom duquel nous les Italiens nous avons donné son appellation au fleuve Thybris/, et l’ancienne Albula perdit son véritable nom. »

46 Le personnage correspond à une création virgilienne, à partir du Tiberinus roi de la dynastie albaine des Siluii qui, par sa noyade dans les eaux du fleuve, aurait amené les Latins à changer en Tibre son ancien nom d’Albula (Varron, De la langue latine, 5, 30, Tite-Live, 1, 3, 8, Denys d’Halicarnasse, 1, 3, 8, Ovide, Métamorphoses, 14, 614-616, Fastes, 2, 389-390, 4, 47-48).

47 Dans ce sens, justes remarques de J. Perret dans Perret 1982, p. 191.

48 Nous ne reprendrons pas ici, point que nous avons traité dans Briquel 1992, p. 83-87, la question de la place donnée ici aux Sicanes, qui sont posés comme des immigrés (et donc en rupture avec la vision des Sicules présente chez Denys d’Halicarnasse et sans doute déjà chez Varron, qui en faisait le substrat originel du Latium et les posait comme des autochtones, ayant précédé les Aborigènes que l’historien présentait comme venus ensuite de l’extérieur, à partir de la Sabine, et ne représentant donc pas pour lui la population indigène, première de la région), mais qui, après s’être établis dans un pays occupé par les Aborigènes, ne paraissent pas le leur avoir définitivement enlevé, puisque la dynastie issue de Saturne y exerçait toujours le pouvoir avec Latinus. Nous avons proposé de comprendre cette présentation à la lumière d’une doctrine exposée par Servius, selon laquelle les Sicanes, venus d’Espagne et arrivant dans le Latium, sous la conduite d’un chef appelé Siculus (et se confondant donc avec les Sicules), avaient dans un premier temps enlevé le pays aux Aborigènes qui y étaient établis, avant d’en être chassés par un retour offensif de ceux-ci, ce qui les avait contraint à passer en Sicile, où ils avaient introduit non seulement leur nom ancien de Sicanes, mais également celui nouveau de Sicules (commentaire à Énéide, 8, 328 : Sicani autem secundum nonnullos sunt Hispaniae a fluuio Sicori dicti… Hi duce Siculo uenerunt ad Italiam et eam tenuerunt exclusis Aboriginibus. Mox ipsi pulsi ab illis quos ante pepulerant insulam Italiae occupauerunt et eam Sicaniam a gentis nomine, Siciliam uero a ducis nomine dixerunt).

49 Comme le pays où arrive Énée est en priorité le Latium en tant que tel, on peut évoquer le passage où Pline l’Ancien énumère les différents peuples qui se sont établis, à des époques diverses, dans la région : colonis saepe mutatis tenuere alii aliis temporibus : Aborigines, Pelasgi, Arcades, Siculi, Aurunci, Rutuli, et ultra Circeios Volsci, Osci, Ausones (3, 5 (9), 56). Après la couche initiale des Aborigènes, on trouve les Sicules, dont on ne peut pas vraiment séparer les Sicanes de Virgile, mentionnés en 8, 328 (et également en 5, 293, 7, 795, dans le même vers que les Auruncae manus et les Rutules, à la fin de la description des contingents de l’armée de Turnus, 11, 317, juste avant les Aurunques et Rutules, cités au vers suivant), et les Ausones (qu’on ne peut pas distinguer, pour le Latium, des Aurunques, présents aux confins méridionaux de la province, qui apparaissent dans l’épopée en 7, 206, en 7, 727, associés dans l’armée de Turnus à leurs voisins les Sidicins, et en 10, 353, à Halesus que le poète, en 7, 723-732, place à la tête des contingents de la Campanie, et 12, 94).

50 Virgile, Énéide, 3, 163-171 : Est locus, Hesperiam Graii cognomine dicunt,/ terra antiqua, potens armis atque ubere glaebae ;/ Oenotri coluere uiri ; nunc fama minores/ Italiam dixisse, ducis de nomine gentem./ Hae nobis propriae sedes ; hinc Dardanus ortus/ Iasiusque pater, genus a quo principe nostrum./ Surge, age, et haec laetus longaeuo dicta parenti/ haud dubitanda refer ;/ Corythum terrasque requirat/ Ausonias (« Il existe un lieu que les Grecs appellent Hespérie,/ terre antique, puissante par ses armes et la fécondité de son sol ;/ les Œnôtres l’ont habitée ; maintenant, d’après la tradition,/ leurs descendants l’ont appelée Italie, du nom de leur chef./ Cette terre nous appartient en propre ; de là viennent Dardanus,/ ainsi que le vénérable Iasius, le premier auteur de notre race./ Allons, debout, et rapporte avec joie à ton vieux père ces paroles/ qu’il ne faut pas mettre en doute »).

51 Celui-ci attribuait une série de villes, au voisinage de la Grande-Grèce, aux Œnôtres, comme en témoignent des notices d’Étienne de Byzance (FGrHist 1 F 64-71). Ils jouaient un rôle essentiel dans la vision que les Grecs se faisaient, dès le Ve siècle av. J.-C., des populations indigènes de la région, leur rattachant les Morgètes, Itales, Sicules, qui en auraient été des émanations successives (Antiochos de Syracuse, FGrHist 55 F 2, cité dans Denys d’Halicarnasse, 1, 12, 3) et établissant un lien entre leur éponyme Œnôtros et celui des Peucétiens, Peucétios, qui faisait de ces représentants des deux parties de la population indigènes de la région, à l’ouest et à l’est, des fils de Lycaon (Phérécyde d’Athènes, FGrHist 3 F 156, cité dans Denys d’Halicarnasse, 1, 13, 1).

52 Les Ausones sont attestés pour le Bruttium dans Pline, 3, 10 (15), 95, et on peut évoquer pour cette région Hellanicos, FGrHist 4 F 79b, cité par Denys d’Halicarnasse, 1, 22, 3, à propos du passage des Sicules en Sicile, Strabon, 6, 1, 5 (255), pour Témésa, Lycophron, 922, pour les Ausones Pelléniens, Diodore, 8, 23 (pour la fondation de Rhégion), Caton, Origines, frag. 71 Peter = 3, 4 Chassignet, cité dans Probus, Praef. in Verg. Buc., 326 H, qui a recours au terme latin Aurunci ; pour l’Apulie, on peut citer Nicandre, dans Antoninus Liberalis, 31, pour la Campanie, Antiochos, FGrHist 555 F 7, dans Strabon, 5, 4, 3 (242), Aristote, République, 7, 10, 1329b 19, le Pseudo-Scymnos, 228-230, P. Festus, 18 L, Étienne de Byzance, s. v. Kalèsia et Nola (se référant à Hécatée, FGrHist 1 F 61), pour le pays aurunque, Strabon, 5, 3, 6 (232-233), Étienne de Byzance, s. v. Beskia.

53 Voir Antiochos de Syracuse, FGrHist 55 F 2 et 5, cité dans Denys d’Halicarnasse, 1, 12, 3 et 35, 1 ; cf. Festus, 94 L, et Étienne de Byzance, s. v. Italia.

54 Voir Colonna 1982. L’identification avec Tarquinia, défendue par N. Horsfall (Horsfall 1973, 1987), ne nous paraît pas rendre compte des données topographiques qui renvoient clairement à Cortone (référence à une tombe de héros sur une montagne). Il n’est pas besoin de souligner l’importance de cette réorientation de la légende d’Énée, qui transforme le départ du héros de Troie en un retour au pays de ses ancêtres, en somme inverse la signification de son voyage, qui n’est plus une arrivée d’un élément oriental en Italie, mais la réintégration dans la péninsule d’un élément qui lui appartient dès le départ. Là comme pour la représentation des Aborigènes, l’Italie est posée comme le centre originel. Sur le fait que Corythus-Cortone ne soit pas posée comme spécifiquement étrusque, voir plus loin n. 67.

55 Sur cette liste voir maintenant Grandazzi 2008, p. 676-727, avec bibliographie antérieure.

56 Ils sont mentionnés en 1, 7, 29 dans le récit, rapporté à Varron, que Macrobe fait de l’établissement dans le Latium des Aborigènes et Pélasges venant de Sicile, en une narration parallèle à celle qu’en fait Denys d’Halicarnasse. Sur ces récits, voir Briquel 1984, p. 355-406.

57 Varron, De la langue latine, 5, 101 : a Roma quod orti Siculi ut annales ueteres nostri dicunt. Ces annales romaines appliquent au peuple sicule ce qu’Antiochos, au Ve siècle, disait de leur éponyme Sikélos (FGrHist 555 F 6, dans Denys d’Halicarnasse, 1, 72, 5).

58 Virgile, Énéide, 7, 177-181 : Quin etiam ueterum effigies ex ordine auorum/ antiqua e cedro, Italusque paterque Sabinus/ uitisator, curuam seruans sub imagine falcem,/ Saturnusque senex Ianique bifrontis imago/ uestibula astabant (« Se dressaient également dans l’entrée la série des effigies des lointains ancêtres, sculptées dans du vieux cèdre : Italus, le vénérable Sabinus, qui sema la vigne, représenté avec une faucille recourbée, le vieillard Saturne et l’image de Janus à deux visages »).

59 Voir plus haut, avec n. 51. Sur le nom de l’Italie et l’évolution de sa signification, on pourra se reporter à Gély 1991, Simon 2011, p. 65-72, avec bibliographie antérieure.

60 Voir Poucet 1963, p. 191-197.

61 Voir Servius, commentaire à l’Énéide, 1, 532 : Oenotria autem dicta est uel a uino optimo, quod in Italia nascitur, uel ut Varro dicit ab Oenotro, rege Sabinorum.

62 Dans le même sens, Jean le Lydien, Des magistrats, 1, 22, Syncelle, 365, 194 a, Tzetzès, scholie à Lycophron, 1253.

63 La dimension italienne de la victoire d’Actium est soulignée par le poète dans l’évocation qu’il en fait au chant VIII (au v. 676, il commence son tableau en présentant le prince comme menant au combat les Italiens, Augustus agens Italos in proelia Caesar), dans ce qui devient un affrontement entre l’Italie et les forces de l’Orient barbare. Bien sûr l’unité de l’Italie était loin de correspondre à la réalité des faits, comme l’a rappelé à juste titre un ouvrage important de A. Giardina (Giardina 1997).

64 Virgile, Énéide, 3, 536-543 : « Quattuor hic, primum omen, equos in gramine uidi/ tondentis campum late, candore niuali./ Et pater Anchises : “Bellum, o terra hospita, portas :/ bello armantur equi, bellum hec armenta minantur./ Sed tamen idem olim curru succedere sueti/ quadrupedes, et frena concordia ferre.” » (« Là, dans l’herbe, j’aperçus, premier présage, quatre chevaux, d’une blancheur de neige, qui broutaient dans une vaste plaine. Alors mon père Anchise dit : “Terre accueillante, tu es porteuse de guerre : on arme les chevaux pour la guerre, ces bêtes sont une menace de guerre. Mais pourtant un jour, dressés à être attelés à des chars, ces mêmes chevaux, sous le joug, supportent des freins accordés ; c’est aussi un espoir de paix.” »). Comme l’explique J. Perret dans son commentaire (Perret 1977, p. 181), les quatre chevaux sont en relation avec la cérémonie du triomphe qui conclura la guerre auxquels ils renvoient en tant qu’animaux guerriers, ouvrant ainsi la voie à une paix comparable à la pax Augusta inaugurée par les triomphes du prince.

65 Sur la redistribution des rôles dans l’épopée virgilienne par rapport à la tradition ancienne, Colonna 1982 et Briquel 1995.

66 Cet aspect de la question a été très bien étudié par G. Colonna dans Colonna 1982. Voir également Gordon 1934, Enking 1959, Bloch 1967, Hall 1982.

67 La question a été magistralement posée par D. Musti dans son livre fondateur de 1970, consacré aux historiens de cette époque, avec Tite-Live et Denys d’Halicarnasse (Musti 1970). M. Sordi et un groupe de ses élèves ont ensuite étendu l’enquête aux poètes de l’âge augustéen (Sordi 1972a). Néanmoins cette revalorisation de l’aspect étrusque ne signifie pas que la vision de l’Italie que donne Virgile se ramène à une affirmation d’une prépondérance absolue de cette composante. Dans la ligne de la thèse de l’origine lydienne, le poète fait des Étrusques des immigrés relativement récents en Italie, qui se sont mêlés au substrat local qu’on peut considérer comme celui des Aborigènes, et lorsqu’il évoque le voyage d’Énée comme lui faisant retrouver la terre d’origine de ses ancêtres, puisque Dardanus est venu de Corythus qui est Cortone, il ne définit pas cette origine comme spécifiquement étrusque.

68 Ainsi, en Énéide, 1, 291, le poète, dans une des nombreuses prophéties que comporte l’œuvre (celle-ci étant mise dans la bouche de Jupiter dévoilant les secrets des destins à Vénus qui s’inquiétait pour son fils Énée), souligne la rupture que représente l’ère ouverte par le principat d’Auguste par rapport à la période de guerre qui l’a précédé (Aspera tum positis mitescent saecula bellis, « Alors les guerres étant délaissées, les âpres siècles s’adouciront »).

69 Voir Virgile, Énéide, 8, 670 (secretosque pios, his dantem iura Catonem, « et à l’écart les hommes justes et Caton leur donnant des lois »), 8, 668-679 (et te, Catilina, minaci/ pendentem scopulo Furiarumque ora trementem, « et toi, Catilina, suspendu à un rocher menaçant, tremblant devant les Furies »).

70 C. Moatti a bien mis en relief l’aspect si particulier de la représentation que les Romains se faisaient de leurs origines dans Moatti 1997. Sur la question des migades, Briquel 1993b, p. 77-81. Sur la vision de la naissance de Rome par la fusion des Romains de Romulus et des Sabins de Titus Tatius comme représentant la nécessaire coalescence des trois fonctions de l’idéologie indo-européenne, voir p. ex. Dumézil 1968, p. 285-303. Sur la question des origines gentium, le travail de E. J. Bickerman (Bickerman 1952 = Bickerman 1985, p. 399-417) reste toujours fondamental.

71 Virgile, Énéide, 12, 818-828 (demande de Junon à Jupiter) : Et nunc cedo equidem pugnasque exosa relinquo./ Illud te, nulla fati quod lege tenetur,/ pro Latio obtestor, pro maiestate tuorum :/ cum iam conubis pacem felicibus, esto,/ component, cum iam leges et foedera iungent,/ ne uetus indigenas nomen mutare Latinos/ neu Troas fieri iubeas Teucrosque uocari/ aut uocem mitare uiros aut uertere uestem./ Sit Latium, sint Albani per saecula reges,/ sit Romana potens Itala uirtute propago:/ occidit, occideritque sinas cum nomine Troia (« Et maintenant certes je cède et renonce à ces combats exécrés. Mais il est une chose qui ne dépend nullement d’une loi du destin, je t’implore de l’accorder au Latium, pour la majesté des tiens : comme bientôt ils contracteront en paix d’heureux mariages, admettons-le, et comme bientôt ils uniront leurs lois et leurs traités, n’ordonne pas aux Latins nés sur cette terre de changer leur ancien nom, ni de devenir Troyens, ni d’être dénommés Teucères ; qu’ils ne changent ni de langue, ni de tenues vestimentaires. Que le Latium vive, que des rois albains règnent durant des siècles, que vive une lignée de Romains forte de la valeur italienne ; Troie est tombée, permets que son nom soit morte avec elle ») ; 833-840 (réponse de Jupiter) : Do quod uis, et me uictusque uolensque remitto./ Sermonem Ausonii patrium moresque tenebunt,/ utque est nomen erit ; commixti corpore tantum/ subsident Teucri. Morem ritusque sacrorum/ adiciam faciamque omnis uno ore Latinos./ Hinc genus Ausonio mixtum quod sanguine surget,/ supra homines, supra ire deos pietate uidebis,/ nec gens ulla tuos aeque celebrabit honores (« Je t’accorde ce que tu veux et vaincu je me rends volontiers. Les Ausoniens conserveront la langue et les coutumes de leurs pères et leur nom restera ce qu’il est ; fusionnés de corps seulement, les Teucères ne seront que subsidiaires. J’y ajouterai leurs us et rites sacrés et ferai de tous les Latins parlant d’une seule voix. La race qui surgira de là, mêlée de sang ausonien, tu la verras surpasser les dieux par sa piété et nulle nation ne célébrera aussi justement tes honneurs »).

72 Servius, commentaire à l’Énéide, 8, 822 : Varro autem Latium dici putat, quod latet Italia inter praecipitia Alpium (« Mais Varron dit que le Latium est appelé ainsi parce que l’Italie se cache entre les escarpements des Alpes »).

73 Deutéro-Servius, commentaire à Énéide, 1, 6 (= frag. 1 Peter) : Saufeius Latium dictum ait quod ibi latuerant incolae qui, quoniam in cauis montium uel occultis cauentes sibi a feris belluis uel a ualentioribus uel a tempestatibus habitauerint, Casci uocati sunt, quos posteri Aborigines cognominarunt (« Saufeius dit que le Latium est appelé ainsi parce que ses habitants s’y étaient cachés ; ceux-ci, puisqu’ils habitèrent dans le creux des montagnes ou des endroits dissimulés, par peur des bêtes sauvages ou des individus plus forts qu’eux ou des intempéries, reçurent le nom de Casci ; leurs descendants les dénommèrent ensuite Aborigènes »). Le nom Casci est également expliqué par une étymologie complaisante (caua et cauere), tandis que Aborigines est compris correctement, au sens de « ceux dont on descend ». Sur la peinture de cette humanité primitive, voir Lucrèce, De la Nature, en part. 5, 955, cauos montes… colebant).

74 Sur le Latium (et l’Italie) comme terre de Saturne, données p. ex. dans Leglay 1966, p. 454-455, Guittard 1978, Briquel 1984, en part. p. 412 avec n. 31, Gély 1991, p. 91-94.

75 Voir textes cité n. 3 et 6.

76 Voir Plutarque, Vie de Numa, 19, 10-11 ; cf. Questions romaines, 41. Sur ce point, avec d’autres références, Brelich 1956, p. 95-99 = 2e éd., 1975, p. 87-91, Martinez-Pinna 2011, p. 135-136. Dans l’Énéide, la place accordée à Janus apparaît réduite. Il a sa statue dans la regia de Latinus (7, 180), son rôle de gardien des seuils est évoqué en 7, 610, il est cité pour le Janicule à côté de Saturne pour le Capitole, ancien mons Saturnius (8, 357), son nom apparaît dans une liste de dieux garants d’un serment par Latinus en 12, 198.

77 Cela donna à l’auteur de l’Origo Gentis Romanae l’occasion d’engager une discussion sur le fait que Virgile employait (en 8, 319) l’expression primus uenit pour le père de Jupiter et non pour Janus. Voir O. G. R., 1, avec remarques de Richard 1983c, p. 108-110.

78 Sur le thème du retour de l’âge d’or dans une conception millénariste apollinienne, on se reportera à l’étude classique de J. Gagé (Gagé 1955, p. 583-637). Pour d’autres considérations sur les références cycliques mises en œuvre autour d’Auguste, Sordi 1972b, 1989, Hall 1986, en part. p. 2581-2586. Sur l’âge d’or chez Virgile, également Binder 1971, p. 76-111, Kubusch 1986, p. 91-147,

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Briquel, « Les Aborigènes et l’ethnographie de l’Énéide », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 129-1 | 2017, mis en ligne le 27 septembre 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://mefra.revues.org/4140

Haut de page

Auteur

Dominique Briquel

Université de Paris IV - Sorbonne – École Pratique des Hautes Études, dominique.briquel@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org