Navigation – Plan du site
Regards croisés : Antiquité et Moyen Âge dans les historiographies française et italienne

Regards croisés : antiquité et moyen âge dans les historiographies française et italienne

Introduction
Guido Castelnuovo et Stéphanie Wyler
p. 381-382

Texte intégral

  • 1 Les responsables de ce projet, conduit par l’École française de Rome en collaboration avec E. Artif (...)
  • 2 Récits des temps barbares. Dominants, dominés et nations dans l’historiographie italienne et frança (...)
  • 3 La figure du pouvoir. Le diptyque César / Auguste dans l’historiographie italienne et française de (...)
  • 4 Atelier III : De l’après-guerre à la fin du XXe siècle, Rome, 4-5 avril 2008.

1Du début du xixe à la fin du xxe siècle, les historiographies française et italienne ont approfondi leurs connaissances et modifié leurs interprétations aussi bien sur l’Antiquité que sur le Moyen Âge. Quels ont été les moments forts de leurs mues historiographiques? Quels furent, aussi, certains parmi les principaux protagonistes des échanges croisés entre ces deux pays alors même que se mettaient en place des traditions de recherche et des habitudes de travail propres à chacune de ces deux nations in fieri? Et encore, voire surtout, quelle a été la réception croisée des deux historiographies de part et d’autre des Alpes? Étudier les occasions de rencontre entre ces deux lectures de l’histoire, leurs acteurs et leurs limites, le tout dans le contexte plus large de l’évolution des métiers d’historien jusqu’à aujourd’hui, tel a été le but principal du projet interdisciplinaire Regards croisés : Antiquité et Moyen Âge à l’aune de l’historiographie française et italienne (xixe-xxe siècles) conduit par l’École française de Rome entre 2006 et 2008, de Turin à Rome1. Ce projet a débouché sur l’animation de trois ateliers historiographiques. Le premier, centré sur le haut Moyen Âge, a permis de mettre en perspective transnationale toute la richesse des récits des temps barbares, de cet univers bigarré aux confins poreux entre l’Antiquité tardive et le Moyen Âge, élaboré, du xixe et au seuil du xxe siècle, par des protagonistes aussi divers que les membres des sociétés savantes, les grands lettrés et les historiens en voie de professionnalisation tant en France qu’en Italie2. La deuxième rencontre a été consacrée à l’évolution, au cours de la première moitié du xxe siècle, d’un célèbre diptyque romain, celui de César et d’Auguste, et à l’image de ces figures du pouvoir face à la montée des totalitarismes en Europe3. Restait le plus difficile, se mesurer aux aggiornamenti les plus récents de part et d’autre des Alpes, ce qui signifiait dans le même temps savoir remettre en perspective – et parfois, pourquoi pas, en cause – notre formation ainsi que nos acquis d’aujourd’hui4.

  • 5 Contributions de G. Castelnuovo, C. Casagrande, M. Lawers, L. Provero et G. M. Varanini dans MEFRM, (...)

2Pour traiter les regards croisés de l’univers des historiens, voire des intellectuels, de la seconde moitié du xxe siècle, et, donc, pour parler de notre propre passé, de nos propres racines, nous avons décidé de privilégier quelques approches au sein d’une palette qui eut pu, et probablement dû, être bien plus large. Nous avons ainsi choisi d’insister sur la mise en relation de deux types de protagonistes de ce que nous pouvons considérer, en modifiant une terminologie fort en vogue dans la France politique d’aujourd’hui, notre identité d’historiens entre France et Italie. Il s’agit, d’une part, des hommes, des passeurs, virtuels, exemplaires, imparfaits ou tardifs, de Jérôme Carcopino à Ranuccio Bianchi Bandinelli ou à Santo Mazzarino, mais aussi de Jacques Le Goff à Giovanni Miccoli, de Pierre Toubert à Giovanni Tabacco. On pense, d’autre part, à des rencontres scientifiques devenues progressivement aussi incontournables que révélatrices de l’évolution des perspectives historiographiques qu’elles incarnent, representées ici par le Congrès de Tarente et les Semaines de Spolète. Il s’agit, enfin, des matériaux et des concepts dont il convient de relever, dans la durée, tant les similitudes que les différences. Pour l’Antiquité, le choix s’est porté sur l’écriture de l’histoire des transitions politiques. Dans le prolongement du deuxième atelier, la fin de la République et le début de l’Empire ont ainsi été remis sur le métier, et complétés par une contribution d’histoire sociale sur l’Antiquité tardive. Pour le Moyen Âge, les pages publiées dans les MEFRM5sont dédiées tout à la fois à la présentation critique de l’œuvre de Jacques le Goff et à la relecture de cinquante ans de recherches menées dans trois champs des études médiévales fondamentaux aussi bien en France qu’en Italie : le fait religieux et les aléas de l’histoire de l’Église; les travaux sur la genèse de l’État; enfin, les recherches sur les territoires du Moyen Âge central.

3Dans la pratique, des contraintes plus techniques que scientifiques nous ont amenés à distinguer les problématiques antiques et médiévales en organisant la publication de leurs communications respectives dans le présent numéro des MEFRA pour les antiquisants et dans les MEFRM pour les médiévistes. Cela ne signifie en rien, loin s’en faut, qu’il faille rompre le dialogue entre les historiographies des deux périodes, mais tout simplement que nous proposons pour l’heure quelques jalons d’une plus vaste enquête historiographique qui, nous l’espérons, pourra un jour déboucher sur un colloque de large envergure à même tout à la fois de croiser les expériences françaises et italiennes et d’apporter des éclairages interdisciplinaires entre l’Antiquité et le Moyen Âge.

Haut de page

Notes

1 Les responsables de ce projet, conduit par l’École française de Rome en collaboration avec E. Artifoni et l’Université de Turin, sont G. Castelnuovo (Université de Savoie) et S. Wyler (Université Paris 7).

2 Récits des temps barbares. Dominants, dominés et nations dans l’historiographie italienne et française du xixe siècle, actes de l’atelier de Turin, 3 juillet 2006, dans MEFRM, 119, 2, 2007, p. 277-321 (textes de S. Joye, E. Artifoni et L. Ripart).

3 La figure du pouvoir. Le diptyque César / Auguste dans l’historiographie italienne et française de la première moitié du XXe siècle, atelier de Turin, 26 avril 2007 (texte de S. Rey dans le présent volume).

4 Atelier III : De l’après-guerre à la fin du XXe siècle, Rome, 4-5 avril 2008.

5 Contributions de G. Castelnuovo, C. Casagrande, M. Lawers, L. Provero et G. M. Varanini dans MEFRM, 121, 2, 2009, p. 243-316.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guido Castelnuovo et Stéphanie Wyler, « Regards croisés : antiquité et moyen âge dans les historiographies française et italienne », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-2 | 2011, 381-382.

Référence électronique

Guido Castelnuovo et Stéphanie Wyler, « Regards croisés : antiquité et moyen âge dans les historiographies française et italienne », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-2 | 2011, mis en ligne le 19 février 2013, consulté le 22 mars 2017. URL : http://mefra.revues.org/425

Haut de page

Auteurs

Guido Castelnuovo

Université de Savoie, Chambéry, guido.castelnuovo@univ-savoie.fr

Stéphanie Wyler

Paris 7-Denis Diderot, stéphanie-Wyler@univ-paris.diderot.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org