Navigation – Plan du site
Regards croisés : Antiquité et Moyen Âge dans les historiographies française et italienne

Lectures d’un ouvrage de J. Carcopino en France, en Italie et en Angleterre : Les Secrets de la Correspondance de Cicéron

Interpretations of J. Carcopino’s work in France, Italy and England: Les Secrets de la Correspondance de Cicéron
Jean-Pierre De Giorgio
p. 395-408

Résumés

J. Carcopino formula en 1947 une hypothèse novatrice et rapidement contestée sur l’édition de la correspondance de Cicéron. La réception des Secrets en Europe salua d’abord l’ingéniosité et l’érudition de l’historien, sans toujours accepter toutefois le portrait noirci de Cicéron qu’il brossait. Une approche historiographique de ces réactions permet de comprendre les conditions idéologiques dans lesquelles fut conçue et reçue cette biographie noire, qui à travers Cicéron posait en fait la question de l’engagement des intellectuels et des universitaires au xxe siècle face au pouvoir. Pour le reste, la plupart des thèses concernant Cicéron soutenues dans ce livre ont aujourd’hui été abandonnées, au profit d’une recherche qui s’intéresse davantage aux aspects rhétoriques et littéraires de cette correspondance.

Haut de page

Texte intégral

1J. Carcopino, qui fut directeur de l’École française de Rome de 1938 à 1940, formula, autour de cette période, de retentissantes hypothèses concernant la date et les raisons de l’édition des correspondances de Cicéron. Les réactions que suscita en France, en Italie, mais aussi en Angleterre, la parution des Secrets de la correspondance de Cicéron en 1947, chez L’Artisan du livre, témoignent du caractère à la fois novateur et contestable de ces hypothèses. La question de l’édition des lettres de Cicéron a toujours posé problème d’un point de vue philologique (quel processus d’édition de lettres privées imaginer à la fin de la République ?), mais aussi historique (comment interpréter la publication de lettres d’un homme d’État et qui fut l’un des plus ardents défenseurs de la libera Res publica, à titre posthume, sous le Principat ?), littéraire (y a-t-il une « littérarité » des lettres cicéroniennes qui aurait justifié leur divulgation ?) et bien sûr politique. L’ouvrage de J. Carcopino ne négligea aucun de ces aspects et apporta une réponse saisissante, brutalement défavorable à Cicéron et qui fut très tôt controversée, pour des raisons scientifiques, mais aussi et surtout politiques.

  • 1 Cic., Phil., II, 4.

2Ce sera donc pour nous l’occasion de revenir sur deux aspects concernant cette question : d’une part, sur la dimension idéologique de la recherche sur le monde romain dans la deuxième moitié du xxe siècle, l’ouvrage de J. Carcopino étant indissociable, en particulier en France et en Italie, de la période où il fut écrit ; d’autre part, sur l’aspect littéraire, rhétorique et esthétique du problème : au fond, qu’est-ce qu’une lettre ? Et pourquoi éditer des correspondances privées et authentiques, qui, de l’aveu même de Cicéron, ne présentaient aucun intérêt pour le grand public1 ? C’est que la question de l’édition dépend beaucoup de l’idée même que l’on peut se faire du concept d’épistolaire à Rome : la lettre est-elle une simple forme de communication sociale, un document à l’usage des historiens ou une forme de rhétorique prisée des connaisseurs ? La difficulté tient au fait que, malgré un projet de recueil, Cicéron n’a pas publié de son vivant sa correspondance, qu’il n’y a pas non plus d’antécédent à Rome et que ses missives ne présentent objectivement pas les mêmes signes de littérarité que la correspondance d’un Sénèque et surtout d’un Pline le Jeune.

L’hypothèse de J. Carcopino

  • 2 R. Y. Tyrrell et L. C. Purser, The correspondence of M. Tullius Cicero, Dublin-Londres, I (3), 1904 (...)
  • 3 F. Leo, Die Publikation von Ciceros Briefen an Atticus, Göttingen, 1895, p. 442 s.
  • 4 Sen., Ep., 97, 4.
  • 5 Nepos, Att., 16 : Quamquam eum praecipue dilexit Cicero, ut ne frater quidem ei Quintus carior fuer (...)
  • 6 Le problème, surmontable, il est vrai, est que nous avons hérité de seize livres et non pas onze et (...)
  • 7 Sen., Suas., 1, 5 : citation de Cicéron, Fam., 15, 19, 4.c
  • 8 Quint., Inst., 11, 1, 21, Suet., Gram. et rhet. c. 14, Gel., 1, 22, 19, Macr., 2, 10, 54.
  • 9 Voir par exemple H. Peter, Der Brief in der Römischen Litteratur, Leipzig, 1901 (collection America (...)
  • 10 Voir en particulier W. C. McDermott, M. Cicero and M. Tiro, dans Historia, 21, 1972, p. 259-286.
  • 11 Cic., Fam., 16, 17, 1. Voir également Att., 13, 6, 3, à propos des copies que conserve Tiron des le (...)

3L’un des points les plus remarquables développé dans les Secrets de la correspondance de Cicéron est la date d’édition des lettres privées de l’orateur. On admettait jusque-là, comme c’était le cas des éditeurs anglais L. Y. Tyrrel et L. C. Purser, que les lettres avaient été publiées sous le règne de Néron2. Les pièces du dossier se résumaient à ce qu’on appelle le « silence » d’Asconius, dans son Commentaire des discours de Cicéron entre 54 et 57 ap. J.-C., qui semblait ne pas avoir lu la correspondance3, et à la mention de Sénèque4en 66, qui cite un Ciceronis epistularum ad Atticum liber I, renvoyant pour nous à Atticus, I, 16, 5. Mais, dès le Principat d’Auguste, nous savons aussi que, dans une biographie sur laquelle nous reviendrons, Cornelius Nepos5avait vu et lu chez Atticus, réparties en onze uolumina, les lettres que lui avait envoyées Cicéron. Cornelius Nepos se félicite d’avoir eu accès à ce rare document, soulignant trois traits, sur lesquels nous reviendrons plus loin : elles sont, selon lui, le témoignage d’une amitié remarquable entre deux hommes, elles se révèlent, sur le plan historique, de première importance pour qui s’intéresserait à la fin de République et, enfin, Cicéron s’y est montré particulièrement fin dans l’analyse de ce qui s’était produit et surtout de ce qui allait se produire : il était comparé à un uates (c’est le terme employé), capable de prévoir les événements6... Quant aux lettres familières, elles sont citées pour la première fois sous Tibère par Sénèque le Père, dans une déclamation de Cestius7. Cinquante ans plus tard, c’est Quintilien qui les mentionne, puis Suétone, dans le De grammaticis et rhetoribus, Aulu-Gelle et finalement Macrobe8. On a pu penser – à tort, semble-t-il – que les lettres familières avaient été éditées par son secrétaire Tiron9, en tenant compte de trois éléments : le rôle joué par l’affranchi, d’après les témoignages antiques, dans la défense de la mémoire de son ancien maître10 ; une lettre qu’il reçut à ce sujet de Cicéron11 ; le fait que le volume XVI des lettres familières, qui clôt l’ensemble du corpus, est essentiellement composé de lettres envoyées par Tiron ou à lui-même ou encore l’évoquant, comme s’il s’agissait-là, au fond, d’une signature.

  • 12 Constans 1934, p. 11.c
  • 13 Constans 1934, p. 13.

4L’édition de L.-A. Constans, parue en 1934, faisait en tout cas le point sur la question de cette manière : les lettres à Atticus auraient été éditées entre 54 ap. J.-C. (date du silence d’Asconius) et 66 ap. J.-C. (date de la citation par Sénèque) : « les arguments solides, écrit L.-A. Constans, font défaut pour prouver que les lettres à Atticus ont été publiées de bonne heure »12. Quant aux lettres familières, la publication aurait eu lieu sous le règne d’Auguste, puisque la première citation a lieu sous le règne de Tibère13.

  • 14 Carcopino 1947, II, p. 363
  • 15 En particulier dans le tome II des Secrets de la correspondance.
  • 16 Carcopino 1935.
  • 17 J. Carcopino, Sylla ou la monarchie manquée, Paris, 1931.
  • 18 Le premier chapitre de la première partie s’intitule « Fortune et train de vie », le deuxième, « Cu (...)
  • 19 Carcopino 1947, I, p. 14.

5Dans ce contexte, la proposition de J. Carcopino fit clairement bouger les lignes : les Lettres à Atticus, porteuses de messages politiques engagés, auraient été publiées très tôt, selon l’historien, vers 34 av. J.-C., avec le concours d’Atticus lui-même, deux ans avant sa mort, et les Lettres familières vers 32 av. J.-C.14. À un faisceau de preuves philologiques (avec notamment une étude critique des manuscrits), J. Carcopino joignait une série d’arguments d’ordre historique liés aux circonstances politiques15, ainsi qu’un ensemble d’éléments d’ordre éthique. Ce fut ce dernier point qui suscita d’abord le plus de réticences au sein de la communauté scientifique. C’était, pour J. Carcopino, la personnalité même de Cicéron, telle qu’elle se révélait dans ses lettres, qui expliquait l’édition d’une correspondance qui ne pouvait que le desservir et favoriser au contraire les intérêts d’Octavien. Se distinguant clairement du genre traditionnel de la biographie, puisque, contrairement aux précédents ouvrages de l’historien, César16et Sylla ou la monarchie manquée17, ce n’était pas une démarche chronologique qui avait été retenue, Les secrets de la correspondance de Cicéron dévoilaient en effet, à la lumière des lettres, une personnalité peu flatteuse de celui dont l’Histoire avait retenu l’hostilité à César et donc, même à titre posthume, au Principat. Octavien aurait donc demandé la diffusion de lettres qui disqualifieraient d’emblée leur auteur, tant le portrait qui s’en dégageait était désastreux. Ayant fait remarquer qu’aucune lettre d’Atticus ne figurait dans le corpus, et que l’ensemble, pour ainsi dire, de la correspondance avec Octavien avait disparu, J. Carcopino s’appuyait essentiellement sur le contenu même des lettres pour en dégager le piteux ethos du malheureux Cicero familiaris, chaque chapitre de son livre visitant un aspect de la personnalité de l’Arpinate : rapports avec l’argent, comportements en amitié, vie de famille, etc.18Ainsi, pour J. Carcopino, la raison pour laquelle ces lettres furent publiées ne pouvait être que politique, puisqu’elles ne présentaient aucun intérêt littéraire et qu’elles étaient « l’expression la plus complète et la plus vivante de leur auteur »19. L’écriture épistolaire était ainsi considérée comme transparente, immédiate, comme le voulait d’ailleurs en apparence le rhéteur qu’on appelle pseudo-Démétrios de Phalère dans son traité Sur le style, et qui affirmait qu’une lettre était un « portrait d’âme ». Or, comme on va le voir, aucun de ses détracteurs, dans un premier temps du moins, ne revint sur ce présupposé.

  • 20 Sur l’adhésion de J. Carcopino au régime de Vichy, voir en particulier S. Corcy-Debray, Jérôme Carc (...)

6Rappelons enfin que ces hypothèses avaient été développées en Italie dès 1940, alors que l’École française de Rome allait bientôt fermer ses portes pour quelques années ; l’ouvrage paraissait quant à lui en 1947. La proximité de J. Carcopino pendant la guerre avec le régime de Vichy20ne faisait déjà, à ce moment-là, aucun doute (il fut du reste traduit devant la Haute Cour dès la Libération) ; il était peut-être évident, dès la parution des Secrets, qu’à travers cet ouvrage, J. Carcopino avait cherché à régler ses comptes avec un certain nombre de ses contemporains à propos de la crise politique et militaire qu’avait traversée la France pendant la guerre.

Après la parution : adhésions et réactions épidermiques en France et en Italie

  • 21 M. Durry, Revue des études latines, 26, 1949, p. 372-376, p. 375 pour le passage sur Hitler et la f (...)
  • 22 Piganiol 1949, p. 224-234.
  • 23 Piganiol 1949, p. 224.
  • 24 Piganiol 1949, p. 224.
  • 25 Piganiol 1949, p. 224.
  • 26 Piganiol 1949, p. 228.
  • 27 Voir C. Corcy, op. cit. n. 20, p. 451 s.

7C’est en France, dans un climat politique qui n’était probablement pas totalement pacifié, que les réactions furent les plus virulentes. Ce qui choqua le plus, ce fut l’image désastreuse de Cicéron qui apparaissait dans cet ouvrage : ce fut en tout cas sous cet angle que l’affaire débuta. M. Durry, dans la Revue des études latines, fait un compte rendu plutôt favorable à l’ouvrage de J. Carcopino, même s’il désapprouve fortement le portrait négatif qui est fait de Cicéron. Il est intéressant de noter qu’il salue le caractère novateur des thèses de l’auteur, en rappelant que l’Histoire doit savoir s’opposer aux thèses communément admises, que la vérité est au prix de cette liberté : si Hitler avait gagné, rappelle M. Durry dans un étonnant développement, il aurait quant à lui imposé « sa » vérité historique pour mille ans, autant dire une éternité. Le parallèle est au bénéfice de J. Carcopino, qui apparaît dès lors, avec sa thèse novatrice, comme un symbole de la liberté de penser retrouvée21. A. Piganiol, quant à lui, réagit vivement. En intitulant son compte rendu des Secrets, dans la Revue historique, « Un ennemi de Cicéron, à propos d’un livre récent »22, il rappelait, sans le dire, que les blessures de la guerre n’étaient pas encore refermées. Sans jamais attaquer J. Carcopino sur le plan des idées politiques, A. Piganiol soulignait en effet, avec le terme « ennemi » dans son titre, que la guerre et les choix qu’elle avait imposés à la France n’étaient pas loin. Les dernières lignes de l’article, insistant sur le rôle que joua Cicéron dans la défense de la République, semblent confirmer que le débat était animé en arrière-plan par des considérations liées à l’histoire récente de la France. Précisant qu’il « aime »23, quant à lui, Cicéron, gêné par la violence du style des Secrets, A. Piganiol démonte en quatorze points (avec des intitulés qui évoquent les titres de chapitre des Secrets) les principales attaques de J. Carcopino contre le tempérament de Cicéron. La violence du débat est sensible : « c’est dire avec quel chagrin, écrit A. Piganiol, j’ai lu les deux volumes que M. J. Carcopino vient d’écrire pour le discréditer »24, ajoutant : « Il ne faut point cependant passionner ce débat, opposer une partialité à une autre, mais examiner avec sang-froid le dossier constitué avec cette inexplicable haine »25. Après « l’acte d’accusation sans merci »26de J. Carcopino contre Cicéron, venait donc, dans une logique tout aussi judiciaire, le plaidoyer d’A. Piganiol. C’était l’heure, en Europe, des grands procès. Les enjeux idéologiques qui pouvaient vraisemblablement sous-tendre le débat n’apparaissent pourtant qu’en filigrane, de même que les idées politiques qui avaient pu opposer A. Piganiol, davantage « homme de gauche », lié à l’aventure des Annales, et son rival et ami, J. Carcopino, qui fut ministre sous Vichy27.

  • 28 Piganiol 1949, p. 224.
  • 29 Piganiol 1949, p. 224.

8Il faut cependant souligner ici qu’A. Piganiol était parfaitement d’accord avec la proposition de datation de J. Carcopino : « les arguments fournis sont intéressants et forts », écrit-il28, apportant même un nouvel argument à l’appui, en relation avec les Histoires de Salluste, dont l’enquête se terminait à la fin de l’année 67 ; la Correspondance de Cicéron à Atticus débutait quant à elle en 68. D’autre part, les deux hommes s’accordent sur le caractère « immédiat » de l’écriture épistolaire : « j’aime Cicéron, écrivait-il en ouverture, [...] surtout à cause de cette correspondance, qui est la plus naïve et la plus vivante des confessions »29. Le principe de lecture adopté par A. Piganiol était finalement très voisin de celui de J. Carcopino.

  • 30 J. Carcopino, Un ami de la vérité. En réponse à la critique que M. A. Piganiol avait publiée sur le (...)
  • 31 J. Carcopino, art. cit. n. 30, p. 78.

9Quelques mois plus tard, J. Carcopino répondit, dans la même revue, sous le titre : « Un ami de la vérité (à propos de mon livre : Les secrets de la Correspondance de Cicéron) »30. L’historien reprenait à son tour une à une les pièces du dossier pour démontrer la vérité de son hypothèse. La réponse d’A. Piganiol fut publiée à la suite du texte de J. Carcopino31. Elle se limitait à trois remarques : « Si M. Carcopino, écrivit-il tout d’abord, s’est proposé de dégager Cicéron d’une diffamation deux fois millénaire, a-t-il réalisé son dessein ou obtenu un résultat diamétralement opposé ? » Dans un second temps, A. Piganiol admettait provisoirement que la Correspondance avait pu être éditée en 34 : « Octave, écrivait-il alors, à cette date, avait-il intérêt à offenser les Pompéiens en déshonorant la mémoire de leur plus illustre leader ou au contraire à se les attacher ? » Troisième et dernière remarque : « La correspondance ne donne sans doute pas l’idée d’un héros. Donne-t-elle celle d’un monstre ? »

  • 32 P. Boyancé, Cicéron contre Cicéron, dans Revue des études anciennes, 51, 1949, p. 129-138, spéciale (...)
  • 33 Carcopino 1947, II, p. 32-33 et p. 41.
  • 34 P. Boyancé, art. cit. n. 32, p. 131.

10A. Piganiol ne fut du reste pas le seul à noter publiquement son désaccord avec ce portrait de Cicéron. Le compte rendu de P. Boyancé, intitulé « Cicéron contre Cicéron », après avoir résumé la thèse de l’ouvrage, reprend quelques pièces maîtresses du dossier, notamment le « billet à Basilus »32, glissé, selon J. Carcopino, par Atticus, dans la correspondance au milieu des lettres qui succédaient à l’assassinat du dictateur33. Or le contenu de cette lettre est énigmatique, puisque Cicéron se réjouit d’un heureux événement sans le nommer. Ce billet ferait allusion, selon J. Carcopino, à la mort du dictateur dont Cicéron se féliciterait « ignominieusement ». Sur l’ensemble du portrait de Cicéron brossé par l’historien, P. Boyancé affirme son désaccord, tout en reconnaissant que l’ouvrage de J. Carcopino apporte un éclairage nouveau sur la question de l’édition des lettres. Quant au billet à Basilus, P. Boyancé écrit34 : « Les termes du billet ne donnent pas à penser que l’heureux événement auquel il est fait allusion ne soit pas un événement tout privé, en tout cas ne concernant que Basilus ». Toutefois, ni le caractère « immédiat » de l’écriture épistolaire, ni la dimension politique de l’édition, ni sa datation ne sont remis en cause.

  • 35 M. A. Levi, dans Rivista di storia italiana, 60, 1948, p. 601 s.
  • 36 Ferrero 1950.
  • 37 J. Carcopino, dans Journal des savants, 1936, p. 49-58 et 104-115.
  • 38 Ferrero 1950, p. 161 ; W. Drumann-P. Groebbe, Marcus Tullius Cicero, dans Geschichte Roms in seinem (...)
  • 39 Ferrero 1950, p. 162-164.
  • 40 Ferrero 1950, p. 166.
  • 41 Suet., Iul., 56, 6 ; Gel., 17, 9, 1.
  • 42 « Pertanto, écrit-il p. 167, le sue conclusioni sulla costituzione del corpus epistolare [...] andr (...)
  • 43 Ferrero 1950, p. 170.

11En Italie, on compte, peu de temps après sa sortie, deux recensions du livre, qui ne fut jamais traduit : l’une en 1948, par M. A. Levi dans la Rivista di storia italiana35, l’autre, très détaillée, par L. Ferrero dans la Rivista di filologia e di istruzione classica en 195036, dans laquelle l’auteur rappelle que la théorie de J. Carcopino était déjà en germe dans sa recension de l’édition de L.-A. Constans de la Correspondance aux Belles Lettres, en 1936, dans le Journal des savants37. L. Ferrero souligne le manque de preuves extrinsèques pour étayer la thèse des Secrets, rappelant que l’image négative de Cicéron qui se dégageait de l’ouvrage reflétait des positions critiques de W. Drumann et de Th. Mommsen38. Dans une première partie, L. Ferrero revient sur la question du profil psychologique de Cicéron dessiné par J. Carcopino39puis s’intéresse, dans une deuxième partie, à la question de l’édition et de la censure qu’aurait exercée Octavien durant cette période, faisant remarquer40que celle-ci était loin d’être systématique, si l’on songe aux Épodes d’Horace qui comportaient parfois des accents peu favorables aux triumvirs, aux Amours d’Ovide qui auraient provoqué son exil, ou encore au fait que l’on connaissait dans l’Antiquité un recueil de lettres de César à Cicéron qui auraient dû, en bonne logique, disparaître très tôt41. L. Ferrero insiste sur la part d’accidentel qui a pu entrer dans le processus d’édition des lettres de l’orateur, indépendamment des calculs politiques42. L’intérêt principal de l’ouvrage de l’historien français serait alors, pour L. Ferrero, non dans les conclusions, ni même dans la démonstration, mais dans ce qu’il appelle « il ricreamento della vita romana nell’età triumvirale »43.

  • 44 Lepore 1954.
  • 45 Lepore 1954, p. 38, note 74.
  • 46 Lepore 1954, p. 114 ; J. Carcopino y est associé dans la note 9.
  • 47 E. Lepore, La scuola dei fatti : i falsi ‘principati’ e il ‘Princeps libertatis’, dans Lepore 1954, (...)
  • 48 Lepore 1954, p. 10.

12Dans Il princeps ciceroniano44, E. Lepore cite à plusieurs reprises les Secrets, qu’il connaît bien, mais davantage pour souligner le « scepticisme radical » de l’auteur45ou pour l’associer, dans une expression volontairement ironique, aux « dicerie della tarda pubblistica anticiceroniana »46. Son quatrième et dernier chapitre est du reste particulièrement intéressant et révélateur47. Après avoir montré précédemment, à partir, essentiellement, des traités de l’Arpinate, quel pouvait être l’idéal politique de Cicéron, s’opposant d’entrée de jeu à W. Drumann et à Th. Mommsen48, il termine par ce qu’il appelle « l’école des faits », auxquels Cicéron a dû adapter son idéal. Or E. Lepore montre l’effort de cohérence chez Cicéron entre la théorie et la pratique, en s’appuyant essentiellement sur la correspondance, dans une perspective diamétralement opposée à celle de J. Carcopino et sans jamais plus citer ce dernier.

13Ainsi, en France comme en Italie, à la fin de la seconde guerre mondiale, la figure de Cicéron suscita de réels débats, qu’ils aient été générés directement ou non par l’édition des Secrets. Cicéron, homme d’État et homme de lettres, qui avait vu sombrer la République, devenait, pour les intellectuels européens qui avaient été témoins de la guerre et de ses clivages idéologiques, une figure symbolique forte et complexe, dans laquelle, nécessairement, ils projetaient ce qu’avaient été leurs propres positions et leurs choix avant, pendant et immédiatement après les conflits.

1960-2008 : la lente mise en lumière du contexte politique et idéologique de la rédaction des Secrets. Postérité des idées de l’historien sur la correspondance et son édition

La réaction brutale du Royaume-Uni

  • 49 D. R. Shackleton Bailey, Cicero’s Letters to Atticus, Cambridge, 1965, p. 74 n. 4 (commencée p. 73) (...)

14Dans les années 1960, l’attaque la plus virulente contre l’hypothèse des fata epistularum de J. Carcopino vint d’Angleterre. D. R. Schakleton Bailey, en particulier, se montra extrêmement violent, faisant allusion, de manière assez claire, aux circonstances politiques et historiques dans lesquelles l’ouvrage fut rédigé : dans son introduction aux Letters to Atticus (Cambridge University Press), en 1965, il évoquait en effet, dans une note de bas de page, « J. Carcopino’s monstruously silly theory ». Reprenant les arguments de l’historien français pour les démonter, il revint en particulier sur le prétendu rôle d’Atticus dans le remaniement de la correspondance pour nuire à son ancien ami. La note, rageuse, de 61 lignes, répartie sur trois pages, témoigne d’une violence rare dans le monde universitaire et surtout, l’expression « à la Gœbbels », en français et en italique dans le texte anglais, pour qualifier la manière de J. Carcopino d’affirmer sans preuve, était sans ambiguïté ; chacun pouvait en effet se souvenir de la formule : « plus un mensonge est gros, plus il passe »49. Très clairement cette fois, derrière le débat philologique, se profilait un débat idéologique, associant dans une allusion sans nuance J. Carcopino, indiscutablement lié au régime de Vichy, au régime nazi.

  • 50 D. R. Shackleton Bailey, op. cit. n. 49, p. 73

15La théorie de l’éditeur anglais quant à l’édition des lettres à Atticus est assez simple, et reprend l’idée d’une édition relativement tardive, sous le règne de Néron50, excluant donc une approche politique du problème.

16Les Secrets de J. Carcopino ne cessèrent pas non plus, en France et en Italie, de revenir dans les débats et les réflexions, mais, le plus souvent, avec une mise en perspective historique de plus en plus claire.

Historiens et philologues français face à la mémoire nationale : défenses et attaques

P. Grimal avocat de J. Carcopino devant l’Histoire

  • 51 L’historien fut traduit, à la Libération, devant la Haute Cour pour sa participation au gouvernemen (...)
  • 52 Grimal 1986, p. 9.
  • 53 Grimal 1986, p. 23.
  • 54 Grimal 1986, p. 442.

17Le meilleur défenseur de J. Carcopino fut sans doute P. Grimal, qui ne partageait pas sa vision du régime de Vichy, mais qui fut toujours fidèle à la mémoire de son maître. Tant politiquement que sur le plan de la recherche, c’est l’humanisme de J. Carcopino que défendit P. Grimal, suggérant ainsi que l’historien n’avait jamais vraiment adhéré, intellectuellement du moins, au régime de Vichy, et encore moins aux régimes totalitaires. Du reste, le jugement de la cour de 1947 retint que l’historien s’était opposé à la propagande raciste dans l’Université51. La défense de la mémoire du maître apparaissait très clairement dans le titre de l’ouvrage que P. Grimal, C. Carcopino et P. Ourliac consacrèrent au maître en 1981 : J. Carcopino, un historien au service de l’humanisme, paru aux Belles Lettres. Or l’humanisme était la valeur phare dont P. Grimal parait également Cicéron. Dans la biographie qu’il lui consacra en 1986, les termes « humanité » et humanitas apparaissent dès l’introduction52. L’ouvrage est dédidé à J. Carcopino : « in utramque partem... : A mon maître Jérôme Carcopino, cet autre Cicéron qu’il eût peut-être fini par aimer ». La démarche de P. Grimal n’est pourtant pas celle de l’historien et le portrait qu’il brosse de l’Arpinate invalide l’argument principal des Secrets. Il est significatif en particulier que P. Grimal, dès son premier chapitre, intitulé « Le bonheur d’Arpinum », insiste sur le fort enracinement terrien de Cicéron, alors que J. Carcopino lui reprochait son manque de patriotisme53. Quant à l’irrésolution légendaire de l’orateur, son quid faciam ?, qui hante les lettres de 49 av. J.-C., par exemple, au moment de rejoindre Pompée, P. Grimal l’associe, en conclusion, non à une faiblesse psychologique, mais à son attachement à la philosophie de l’Académie sceptique et, précise-t-il, « c’était pour lui une habitude de pensée devenue instinctive que de commencer par poser les problèmes dans tous leurs termes »54.

18P. Grimal nuance donc à la fois en profondeur et en douceur les hypothèses de J. Carcopino, tout le en réhabilitant sur le plan idéologique.

C. Nicolet : J. Carcopino et le régime parlementaire

  • 55 Nicolet 2003.
  • 56 Carcopino 1935.
  • 57 Nicolet 2003, p. 204.
  • 58 Nicolet 2003, p. 205.

19C’est dans un ouvrage de C. Nicolet, la Fabrique d’une nation, paru en 200355, que l’entreprise de J. Carcopino apparaît avec le plus de clarté et de lucidité. Son livre sur Cicéron est à mettre en relation avec son César56. C. Nicolet s’intéressait en effet d’abord au César de J. Carcopino qui s’inscrivait, selon lui, dans le sillage d’un « césarisme » européen bien ancré, en particulier en Allemagne et dans la France de Napoléon III. Resterait à savoir si le César de Carcopino était mussolinien57. Directeur de l’École française de Rome de 1938 à 1940, dans une période, pénible pour la France, de rapprochement germano-italien, l’historien avait plutôt manifesté des liens avec les opposants au régime fasciste. Mais, comme le souligne la suite de sa carrière (secrétaire d’État sous Pétain, rapports étroits avec l’école des Roches, une action ministérielle marquée dès le départ par l’application rigoureuse du premier « statut des Juifs » dû à R. Alibert), il avait participé activement au gouvernement de Vichy. Ce ne fut pas pour autant un collaborateur58. C’est ici que le Cicéron de J. Carcopino permet d’éclairer son César et vice-versa.

  • 59 Nicolet 2003, p. 205. Le terme d’« apparences », dans la cita tion de C. Nicolet mérite d’être soul (...)
  • 60 Nicolet 2003, p. 206.

20Pour C. Nicolet, le Cicéron de J. Carcopino est son anti-César : « le livre, écrit-il, est puissant, original et, comme toujours chez J. Carcopino, la thèse est plaidée sous les apparences de l’érudition la plus exigeante, avec une éloquence pressante de cour d’assises »59. Derrière le portrait d’un Cicéron républicain et parlementaire, se cacherait E. Herriot (C. Nicolet affirme le tenir des confidences de J. Caropino lui-même) « à qui il n’avait pas pardonné d’être sorti de la guerre en relatif héros de la résistance, alors qu’il avait apporté son adhésion » (mais non sa voix, précise C. Nicolet, car il présidait l’Assemblée...) « à Pétain en juillet 40 et qu’il avait accepté puis refusé des contacts avec Laval en août 44 ! »60. Avec E. Herriot, ce serait donc le procès de toute une classe politique parlementaire que prétendait faire J. Carcopino.

C. Lévy : J. Carcopino et le régime de Vichy

  • 61 Lévy 2006.
  • 62 Lévy 2006, p. 206.
  • 63 S. Israël, op. cit. n. 20.
  • 64 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans (1937-1944), Paris, 1953.
  • 65 Lévy 2006, p. 391-392.
  • 66 On ne peut que songer, souligne C. Lévy (Lévy 2006, p. 394), à la campagne de calomnie de Léon Blum (...)
  • 67 Carcopino 1947, II, p. 159.
  • 68 Lévy 2006, p. 396.

21L’analyse de C. Lévy61dans les années 2000 corrobore celle de C. Nicolet, mais insiste davantage encore sur l’«  adhésion inconditionnelle au régime de Vichy » de J. Carcopino62, s’appuyant sur les travaux de S.Israël63, les mémoires de J. Carcopino lui-même64, dans lesquels il n’exprime aucun regret de son action passée, et sur la structure même des Secrets. L’analyse de l’ouvrage de l’historien montre que, publiés en deux tomes, les Secrets sont en réalité constitués d’un triptyque. Les premiers chapitres traitent des rapports de Cicéron avec l’argent ; viennent ensuite les relations familiales et, enfin, son rôle en tant qu’homme d’État, dans le second tome, essentiellement. Cette structure, bien peu conforme à celle d’une biographie classique (celle, par exemple, de son César), puisque les liens familiaux auraient dû être abordés au début de l’ouvrage, évoque clairement, selon C. Lévy, la parfaite antithèse des valeurs prônées par la Révolution nationale du gouvernement de Vichy, autour des notions de travail, de famille et de patrie65. A titre d’exemple, C. Lévy insiste sur la persistance des critiques de J. Carcopino à propos de l’homme d’affaire cupide qu’était Cicéron66, tandis que César et Octave ne se procurent l’argent nécessaire à leurs manœuvres que par d’« astucieuses tactiques »67. D’autre part, C. Lévy montre comment J. Carcopino gomme tout rapport de Cicéron avec sa patrie natale, tronquant des citations où celle-ci est mentionnée68.

22Pour plusieurs raisons, cette approche historiographique, mettant au second plan le problème de la date de l’édition, était devenue nécessaire en France : elle permit un regard nouveau à la fois sur le passé national, sur le rôle des intellectuels pendant la guerre, mais aussi sur les outils de réflexion historique et philologique dont nous héritons. Ce travail rétrospectif eut lieu en Italie également, mais, comme on va le voir, plus tardivement.

L’Italie

23En Italie, la mise en évidence du contexte idéologique et politique de la rédaction des Secrets ne s’accompagna pas toujours d’un dénigrement massif de l’argumentation de J. Carcopino. La mise en lumière du contexte idéologique fut tardive.

Hommages à J. Carcopino et validation de l’idée d’une « publication politique »

  • 69 L. Canfora, Totalità e selezione nella storiografia classica, Bari, 1972, p. 15-129.
  • 70 Canfora 2004.
  • 71 Canfora 2004, p. 119.
  • 72 Canfora 2004, p. 119.

24L’héritage de l’historien fut même plusieurs fois mis en valeur. L. Canfora, en particulier, dès 197269, adhérait à l’idée d’une volonté politique d’éditer la correspondance, comme il le confirma ensuite dans un article consacré au corpus des lettres à Brutus, dont le développement a été repris dans Le vie del classicismo, en 200470. Certes, pour L. Canfora, la question de la date de publication des lettres à Atticus « è un problema su cui si è esercitato il troppo sottile ingenio di Carcopino senza pervenire a conclusioni sempre persuasive »71. Mais il poursuit en écrivant : « il nucleo del suo argomentare coglie però nel segno »72 : sans le Principat d’Auguste, cette édition n’aurait pas vu le jour. Mais l’objectif était, pour L. Canfora, sans doute diamétralement opposé à ce qu’avait imaginé J. Carcopino : il s’agissait surtout de récupérer Cicéron à l’horizon du nouvel ordre et non d’une démolition éthique. Cicéron, après tout, comme l’écrivit Cornelius Nepos (Vie d’Atticus, XVI, 4) et comme le réaffirmera Velleius Parterculus (II, 66, 5), était le prophète (uates) de l’avènement d’Auguste.

  • 73 Cugusi 1983.
  • 74 Cugusi 1983, p. 169.
  • 75 Cugusi 1983, p. 170.
  • 76 Cugusi 1983, p. 171.

25En 1983, P. Cugusi, dans un ouvrage incontournable sur l’épistolaire romain73, va dans le même sens que L. Canfora et réitère l’hommage à J. Carcopino. S’agissant des motivations d’Octavien décrites par J. Carcopino, il écrit : « questa ultima parte dell’argomentazione è caduca, perchè non dimostrata e – credo – non dimostrabile », mais il reconnaît immédiatement après : « ma alcuni dei punti di partenza del Carcopino sono corretti [...] »74. L’auteur précise ainsi que les lettres furent publiées très tôt, puisqu’une collection était en cours du vivant même de Cicéron75 ; il était en outre nécessaire qu’Octavien ait donné son accord, avec obligation pour Atticus de retirer les lettres qui lui étaient hostiles : « si spiegano così i vuoti del epistolario ». Etant donné le témoignage de Cornelius Nepos, il est vraisemblable que celui-ci ait aidé à la publication76.

  • 77 Cavarzere 2007.
  • 78 Cavarzere 2007, p. 33.
  • 79 G. Bernardi Perini, Alle origini della lettera familiare, dans Quaderni di retorica e poetica, 1, 1 (...)
  • 80 J. Nicholson, The survival’s of Cicero’s Letters, dans C. Deroux (éd.), Studies in Latin literature (...)
  • 81 Voir J. Nicholson, art. cit. n. 80, p. 83-87.
  • 82 Cavarzere 2007, p. 47 et 48.
  • 83 J. Nicholson, art. cit. n. 80, p. 82.
  • 84 Cavarzere 2007, p. 51-53. Voir également les travaux de M. Beard sur cette question, Ciceronian cor (...)
  • 85 Cavarzere 2007, p. 56.

26Très récemment enfin, dans son introduction à une nouvelle édition des lettres familières, A. Cavarzere77évoque l’ouvrage de J. Carcopino, qu’il qualifie de discutable par bien des aspects, et, ajoute-t-il, « forse anche totalmente sbagliato »78. Mais il tient aussi à rappeler, par le biais d’une citation, témoignant ainsi du prestige que conserve l’historien français en Italie : « resta nondimeno un grande, splendido libro con cui bisogna sempre fare i conti »79. Selon lui, et contrairement au scénario de J. Carcopino, la transmission des lettres n’a sans doute pas débuté par une éclatante publication ; il rappelle ainsi, s’appuyant sur les travaux de J. Nicholson80, que l’édition n’était pas très développée à la fin de la République et ce, pour plusieurs raisons matérielles et sociales81. Il existait cependant un autre mode de diffusion des ouvrages et des œuvres, plus aléatoire et qui s’appuyait sur un système de recommandation personnelle : une méthode qui correspond mieux au sens du mot edere, « donner un texte, le faire passer de la propriété privée à l’extérieur à disposition de ceux que cela intéresse »82. A. Cavarzere, comme J. Nicholson, supposent alors qu’après avoir mis en ordre une centaine de lettres reçues de Cicéron, Atticus a permis à des amis comme Cornelius Nepos de lire les lettres dans sa bibliothèque ou d’envoyer un copiste pour en faire une copie privée ; à son tour, Cornelius Nepos pouvait faire profiter de la correspondance et ainsi de suite83. Pour les lettres ad familiares, un même processus fut mis en œuvre84, mais il faut imaginer sans doute plusieurs circulations de recueils, liés à un destinataire particulier, parfois plusieurs ; chaque livre ainsi constitué aurait eu pour titre le nom du destinataire principal et/ou un numéro : « Les lettres à... » ; ils n’auraient été mis en recueil de seize livres que vers le ive ou le ve siècle. Il n’y a d’ailleurs jamais eu de titre collectif et c’est par l’influence de Pétrarque, qui évoque les libri rerum familiarum, que Robert Estienne en 1538 donna le titre Epistulae ad familiares85.

27Nous sommes très loin, cette fois, on le voit, des hypothèses de J. Carcopino, mais il est remarquable que ses travaux aient été plusieurs fois, en soixante ans, en Italie surtout, mentionnés avec un certain respect et sans que les conditions idéologiques ou historiques de la rédaction des Secrets aient été nécessairement formulées.

Réserves sur la personnalité de l’historien et mise en lumière des aspects idéologiques

  • 86 A. La Penna, Rittratti dalle lettere di Cicerone, dans E. Narducci (éd.), Interpretare Cicerone : p (...)
  • 87 A. La Penna, art. cit. n. 86, p. 2.
  • 88 Ibid..

28A. La Penna, en 200286, mentionne les travaux de J. Carcopino sur la Correspondance, qu’il qualifie d’«  opera brillante, una miniera per la conoscenza dei fatti, personnaggi, ambienti », « ma perversa, nuance-t-il, nel giudizio ». Il leur oppose le texte de G. Boissier, Cicéron et ses amis, paru en 1884, qu’il recommande chaudement87. Pudiquement, A. La Penna, sans trop entrer dans les détails de l’histoire, s’étonne de l’attitude de P. Grimal : « quasi paradossalmente, l’ampio saggio del Grimal è dedicato proprio a Carcopino [...] »88. L’expression allusive « perversa nel giudizio » ne pouvait que renvoyer implicitement au passé politique de J. Carcopino.

  • 89 E. Narducci, Cicerone e i suoi interpreti. Studi sull’opera e la fortuna, Pise, 2004, p. 309 s.
  • 90 Narducci 2007.
  • 91 Narducci 2007, p. 25.
  • 92 Narducci 2007, p. 24.
  • 93 Narducci 2007, p. 25.
  • 94 Narducci 2007, p. 25.

29Le développement le plus clair fut celui d’E. Narducci, en 200489puis en 200790, qui opposa lui aussi à l’ouvrage de J. Carcopino celui de G. Boissier, dont il souhaitait une réédition en italien91. Il rappelait, dans une courte biographie politique de l’historien, sa carrière dans le gouvernement de Vichy et son « césarisme », associé à ce qu’E. Narducci appela son « goût pour les grands régimes autoritaires » : « era infatti amico di Cesare, e, in generale, dei regimi autoritari, come quello del governo francese asservito agli occupanti nazisti, sotto il quale fu ministro del educazione »92. A propos de Cicéron, J. Carcopino aggrave « in maniera quasi grottesca » l’avis déjà très dur de Th. Mommsen sur la question93. L’auteur balaie d’un revers de main les accusations morales de J. Carcopino contre l’Arpinate, le renvoyant à sa propre morale « petit-bougeois » qui voit, dans la moindre concession à l’élégance, au luxe et au plaisir, le symptôme d’une âme dépravée94.

30Ces dernières années, en France comme en Italie, la mise en lumière des circonstances politiques de la rédaction des Secrets a profondément invalidé les hypothèses de J. Carcopino que personne aujourd’hui ne défend, même en les nuançant. Cette approche historiographique témoigne à la fois d’un véritable travail de mémoire nationale, mais aussi d’une mise à plat de notre héritage scientifique dans le domaine de l’Antiquité. Aujourd’hui, de manière significative, la recherche sur la correspondance de Cicéron se développe à nouveau dans les disciplines littéraires, qui mènent, semble-t-il, vers de nouvelles pistes de réflexion.

Après J. Carcopino : la dimension esthétique et « littéraire » des lettres. nouvelles perspectives de recherche

31Il est bien entendu acquis que Cicéron écrivit des lettres authentiques et ne pensait pas à faire d’abord un recueil de missives destiné à la postérité. Cependant, l’écriture des lettres, dès l’époque de Cicéron, n’était pas sans prétention esthétique ni sans référence rhétorique.

La « littérarité conditionnelle » des lettres cicéroniennes

  • 95 G. O. Hutchinson, Cicero’s correspondence, a literary study, Oxford, 1998, en particulier p. 1-24.
  • 96 Voir Cic., Att.,16, 5, 5.
  • 97 Cic., Att., 4, 6, 4 : Cicéron évoque une lettre envoyée à Lucceius, qu’il qualifie de ualde bella.
  • 98 Démétrios, Du style, éd. P. Chiron, Paris, 1993, p. XXXVII-XXXIX : « On pourrait confondre notre Dé (...)
  • 99 Carcopino 1947, I, p. 14.
  • 100 Voir Demetr., III, 223.
  • 101 C. Lévy, La conversation à Rome à la fin de la République : des pratiques sans théorie ?, dans Rhet (...)
  • 102 Voir sur ce point P. Cordier, La lettre et l’amicitia, dans Paroles romaines, Nancy, 1995, p. 25-34
  • 103 Demetr., III, 224-227.
  • 104 Cic., Fam. 16, 16.
  • 105 J.-P. De Giorgio, « Te totum uidi » : humanitas, portrait d’âme et persuasion dans la Correspondanc (...)

32G. O. Hutchinson, dans un ouvrage récent sur la correspondance95, a insisté avec force sur la littérarité de l’écriture épistolaire dès la fin de la République, même si l’on demeure loin des conditions éditoriales de la correspondance d’un Sénèque ou d’un Pline le Jeune où les dates, les lieux de rédaction ont disparu, où le choix des thèmes est maîtrisé, dans le cadre d’une esthétique renonçant au coq-à-l’âne et au traitement de certains sujets de la vie quotidienne propres au sermo humilis. Parmi les principaux indices de littérarité dans les lettres cicéroniennes, G. O. Hutchinson note préalablement que Cicéron et ses amis connaissaient l’existence de correspondances d’hommes illustres – hommes d’État ou philosophes –, dans un cadre privé ou dans celui d’une relation avec un prince ou un roi. Cicéron avait du reste formé le projet, à la fin de sa vie, d’élaborer un recueil de soixante-dix lettres96, dont nous pouvons faire l’hypothèse qu’il présentait sans doute un choix de formes épistolaires variées. La circulation de lettres familières pour leur caractère littéraire et esthétique est par ailleurs attestée par Cicéron lui-même97. Mais l’argument le plus important est qu’à la fin de la République, l’écriture épistolaire était pensée en termes rhétoriques, intégrée à une réflexion sur la hiérarchie des styles. Ainsi, probablement à l’aube du ier siècle av. J.-C., comme le suggère P. Chiron98, et non dans les années 30, comme le voulait J. Carcopino99, le rhéteur pseudo-Démétrios de Phalère écrivit une monographie sur l’épistolaire dans le cadre d’un exposé sur le style et recommandait le style moyen pour écrire une lettre familière, donnant pour exemple le corpus des lettres familières d’Aristote, édité par Artémon100, où figuraient avant tout, selon Démétrios, sujets badins, proverbes et propos portant sur de petits riens. Il existait ainsi, à la fin de la République, une rhétorique et même une esthétique concertée de la correspondance familière, également perceptible dans certains énoncés méta-textuels des lettres de Cicéron et qu’il faut mettre en relation avec l’intérêt croissant porté par les rhéteurs pour l’art de la conversation, dans cette fin de République inquiète, comme l’a montré C. Lévy101. Certes, l’écriture épistolaire relève, à Rome de l’officium amicitiae, dans le cadre très spécifique de l’amicitia et de la familiaritas, dont les usages étaient extrêmement précis et codifiés102. Rome et le negotium étaient pour ainsi dire au cœur des échanges écrits au sein de l’élite tardo-républicaine. Mais cet officium se conjuguait désormais avec les exigences formulées par les rhéteurs hellénistiques : la lettre devait être écrite dans un style simple et élégant, pour ainsi dire limpide ; à travers celui-ci devenait visible le « portrait d’âme » du scripteur et son sentiment d’amitié gratuite envers son correspondant103. Tel était en effet l’idéal du sermo epistolaris prôné dès l’âge hellénistique. En d’autres termes, au-delà de son caractère nécessairement « utile », à Rome, au sein de la classe dirigeante, une lettre devait aussi manifester la paideia de l’épistolier (sans se transformer en un traité d’érudition) et sa philanthropia, ce que la noblesse patricio-plébéienne appelait son humanitas. L’expression te totum uidi, formulée par Quintus Cicéron en réponse à son frère104, témoigne de l’importance de ce modèle esthétique et éthique inspiré du monde grec. Ainsi l’amicitia romaine, si profondément liée à la sphère du politique, trouvait-elle dans l’écriture épistolaire une manifestation idéalisée d’elle-même, toute empreinte d’humanitas105.

  • 106 Sur la présence du grec dans les lettres de Cicéron, voir notamment Cugusi 1983, p. 84-94. Voir éga (...)
  • 107 Voir par exemple Cic., Fam., 13, 27, 1.
  • 108 M. Escola, La seconde main de la Marquise : fiction et diction dans la correspondance de madame de (...)
  • 109 J.-P. De Giorgio, Cicéron et la poésie épique dans sa Correspondance : à propos de la lettre du 12 (...)

33Parmi les principaux marqueurs de cette écriture « littéraire » dans le corpus cicéronien, on notera en premier lieu la présence de termes, d’expressions et de citations littéraires grecques106qui témoignent chez Cicéron et ses correspondants de ce souci de manifester l’éducation, la distinction et même l’excellence des correspondants, sans esprit de sérieux. La paideia des individus se manifestait également dans le souci de renouveler les genres codifiés par les usages sociaux107, tels que ceux de la recommandation ou de la consolation, manifestant hautement que l’épistolaire, évalué dans un cadre rhétorique, était avant tout le lieu de l’expression de l’ingenium des membres de l’élite tardo-républicaine, de leur sens de l’invention, qui prévalait sur l’ars ou même sur l’industria. Plus généralement, l’humanitas des correspondants transparaissait dans les nombreux marqueurs de « littérarité conditionnelle », pour reprendre le concept forgé par M. Escola, qui traduisaient eux aussi l’excellence et la paideia des partenaires de l’échange. La littérarité conditionnelle se définit, suivant M. Escola, à propos d’une analyse des lettres de Madame de Sévigné108, à partir de la capacité du lecteur à actualiser des modèles génériques déjà marqués littérairement pour lire un récit pourtant factuel. Cicéron use ainsi, à plusieurs reprises, pour décrire ou dire un événement lié à l’actualité politique, de modèles inspirés de la littérature (scénographies théâtrales, citations extraites des épopées du cycle troyen ou odysséen pour décrire et penser la guerre civile), pariant ainsi sur les compétences génériques de ses correspondants, n’hésitant pas à prendre dans les textes de fiction la matrice susceptible d’informer l’événement réel qu’il est en train de raconter ou de vivre dans sa lettre109.

34Ces éléments ne suffisent pas à affirmer que la correspondance de Cicéron était un objet littéraire en soi, mais ils suggèrent le caractère médiat, construit, rhétorique de cette écriture trop souvent envisagée comme fidèle au caractère réel de son auteur – alors même qu’elle reflète au moins tout autant un ethos idéalisé de l’homo familiaris dans le cadre d’une sociabilité répondant aux exigences précises de l’amicitia romaine et au souci de distinction par l’élégance et l’humanitas héritée des standards du monde hellénistique.

Le caractère littéraire des corpus : généricité lectoriale

35La dimension littéraire de la Correspondance, si on la considère à présent dans son ensemble, apparaît à travers deux indices de nature différente, qui laissent entrevoir quelles étaient les attentes des lecteurs potentiels d’une telle œuvre dès la fin de la République.

Cornelius Nepos, lecteur des lettres à Atticus. Trois raisons de lire la Correspondance à la fin de la République et au début du Principat

  • 110 Sur ce passage, voir A. D. Leeman, Vita Attici ch. XVI et Les secrets de la Correspondance de Cicér (...)

36Pour ce qui est du corpus des lettres à Atticus, le témoignage de Cornelius Nepos110dont nous avons parlé plus haut, qui eut accès aux lettres conservées chez Atticus lui-même, est fondamental car sa description des onze uolumina dessine pour nous l’horizon d’attente d’un intellectuel de la fin de la République face à la lecture de lettres personnelles.

  • 111 Plin., Ep., VII, 20, 2.
  • 112 Cic., Phil, 2, 4 : At etiam litteras, quas me sibi misisse diceret, recitauit homo et humanitatis e (...)
  • 113 Une référence, probablement, au carmen 5 et au carmen 7 adressés à Lesbia.
  • 114 Catul., 16, 10-11.

37Si l’on suit le texte de Cornelius Nepos, la première raison de lire ces lettres est associée à l’image de l’amitié entre les deux correspondants : elle renvoie donc implicitement au modèle rhétorique et éthique prôné par les maîtres hellénistiques dont nous avons parlé plus haut. La correspondance de Cicéron est ainsi en premier lieu présentée par Cornelius Nepos comme un modèle d’expression transparente du sentiment d’amitié. Pline justifiera plus tard la publication de sa correspondance avec Tacite pour des raisons semblables111 : une correspondance donne à voir la beauté d’un lien entre amis. Certes, Cicéron a pu écrire contre Marc Antoine, dans les Philippiques112, que des lettres familières ne doivent pas être publiées ni être lues en public. Mais on peut s’interroger sur les raisons pour lesquelles Antoine, qui lut des lettres de Cicéron devant une assemblée publique, est présenté comme grossier. Certainement pas pour avoir lu des lettres « secrètes » ou intimes, car elles ne l’étaient probablement pas. Cicéron dit que les jeux d’esprit n’ont aucune saveur s’ils sont lus en public parce que l’efficacité pragmatique de la lettre familière suppose préalablement un contexte de lecture amical et privé : ce qui ne signifie pas qu’on ne puisse envisager de publication de propos familiers. C’est la qualité du lecteur et du contexte de lecture qui font la qualité du texte. Dans son carmen 16, pourtant « publié », Catulle s’en prend avec violence à Aurelius et Furius, qu’il menace de pedicare et d’irrumare, parce qu’ils ont vu dans le poète des mille baisers un homme efféminé113. Le poète, rageur, explique alors que sa poésie est faite pour ceux qui ne peuvent plus dégourdir leurs reins114, que sa poésie n’a rien de féminin, qu’elle est au contraire érotique, voire pornographique, réservée aux vieux messieurs. Pourtant, les poèmes sur les mille baisers adressés à Lesbia que nous connaissons n’ont rien d’obscène et expriment au contraire le sens du ludus aristocratique, de l’expression éduquée de l’amour. Si Catulle renvoie à la dimension pornographique de sa poésie dans son carmen 16 et s’adresse avec un langage obscène à Aurelius et Furius, c’est qu’il considère que la lecture de son œuvre change selon les cercles de lecteurs et que la beauté et la délicatesse de ses textes ne sont pas faites pour tous. Ainsi s’opposent ou se superposent deux lectures d’un même texte : au public choisi de la comissatio est réservée la délicatesse, la culture, la paideia ; au public élargi des vieux mâles engourdis par la vie et aux imbéciles tels que Furius et Aurelius, il ne reste que la lecture pornographique. Ces oppositions, chez Cicéron comme chez Catulle, ne renvoient donc pas à une ligne de partage nette entre public et privé, entre publié et non publiable, mais entre public choisi, averti, éduqué et public élargi, éventuellement inamical, étranger, en un sens, à cette forme de culture. Les réserves de Cicéron sur la lecture publique de Marc Antoine de lettres familières ne signifient pas qu’on n’ait pu envisager, à la fin de la République, de publication de recueils de textes de ce type, modèles de nobles échanges amicaux, de badinages subtils, témoignages d’un savoir-faire dans l’art si prisé de la conversation. Elles suggèrent en revanche que lire des lettres familières devant une assemblée, dans le contexte d’un débat politique, est aussi incongru qu’y réciter un poème d’amour.

38La deuxième raison invoquée par Cornelius Nepos est liée à l’intérêt historique de la correspondance, présentée comme le meilleur ouvrage d’histoire sur les derniers temps de la République : un compliment qui n’était pas dénué de sens à l’endroit d’un auteur qui ne composa jamais d’ouvrage d’histoire, qui désira ardemment, mais en vain, que l’on écrive celle de son consulat et qui fut l’un des plus brillants théoriciens du genre de son temps.

  • 115 Voir par exemple Cic., Att., 9,10 : sed genus belli crudelissimi et maximi, quod nondum uident homi (...)
  • 116 Voir par exemple Cic., Fam., 2, 8,1 : nec praeterita nec praesentia abs te sed [...] futura exspect (...)
  • 117 Voir sur ce point M. Ducos, Les lettres politiques de Cicéron, dans F. Guillaumont et P. Laurence ( (...)

39La troisième raison est philosophique. Cornelius Nepos salue la capacité de Cicéron d’entrevoir l’avenir, c’est-à-dire, probablement, de dépasser les contingences du présent, d’exercer son esprit critique pour déceler des évolutions plus fondamentales. Dans ses propres lettres, l’Arpinate prétendait avoir cette compétence115et l’exigeait de la part de ses amis116. Présentées par Cornelius Nepos, les lettres ne sont pas seulement le témoignage d’une période révolue, elles sont aussi sa conscience117.

40Ces trois éléments suggèrent que, dès la mort du consulaire, les lettres à Atticus, prises dans leur ensemble, formaient un tout ayant, pour un lecteur éclairé à Rome, une valeur rhétorique, éthique et esthétique, liée à l’amicitia, une importance historique et une dimension philosophique. Les aspects privés ou psychologiques de l’homme auxquels le lecteur d’aujourd’hui est plus sensible, la notion de « coulisses » de la vie politique ne sont absolument pas mentionnés par Cornelius Nepos, non qu’on ne puisse les déceler dans les lettres, mais parce qu’ils ne font probablement pas partie de l’horizon de lecture d’un intellectuel de la fin de la République.

  • 118 Fro., Ant., 2, 5.

41Sous l’Empire, les lecteurs ont beaucoup insisté sur l’aspect rhétorique et littéraire de cette correspondance. Ainsi Fronton recommande-t-il sans hésiter à l’Empereur la lecture de toutes les lettres de Cicéron, supérieures, selon lui, à ses discours : epistulis Ciceronis nihil est perfectius118.

La formation de livres à partir des lettres

  • 119 M. Beard, art. cit. n. 84, p. 103-144.

42Le deuxième indice concernant l’horizon d’attente des lecteurs potentiels de la Correspondance dès la fin de la République est à chercher dans la manière dont furent constitués les livres ad familiares, qui ne formèrent pas, dans l’Antiquité, un corpus unique. Nous ne connaissons pas le nom des éditeurs de ces libri mais M. Beard119a montré comment leur organisation était souvent liée à des critères fondamentalement littéraires. L’organisation chronologique était subordonnée à des considérations thématiques et philosophiques ; elles répondaient parfois à des compositions savantes. Son analyse du livre XVI, par exemple, consacré à Tiron, montre comment les éditeurs, privilégiant trois périodes spécifiques, liées à des moments importants de la crise de la République, et mettant en scène la maladie de Tiron puis son affranchissement, suggéraient métaphoriquement le rôle politique de Cicéron, épris de libertas et d’humanitas, au chevet d’une République moribonde.

Conclusion

  • 120 On peut néanmoins suivre J. Carcopino sur un point, qui demeure cependant difficile à démontrer : l (...)
  • 121 De nombreux éditeurs avaient opté, au siècle dernier, pour un classement chronologique des lettres (...)
  • 122 G. Boissier, Cicéron et ses amis, étude sur la société romaine du temps de César, Paris, 1865. Voir (...)
  • 123 G. Boissier, Madame de Sévigné, Paris, 1887.

43Ces éléments sur la littérarité des lettres de Cicéron ne suffisent pas, à eux seuls, à disqualifier l’hypothèse d’une publication pour des raisons politiques120, mais ils précisent l’horizon d’attente d’un public préparé à ce genre de littérature, pour des raisons qui ne sont pas les nôtres121. Ces éléments permettent également de nuancer l’idée selon laquelle les lettres auraient un caractère immédiat ou secret que n’auraient pas les autres textes littéraires. Il est significatif, en tout cas, qu’en Italie, l’ouvrage français le plus recommandé sur Cicéron et sa correspondance soit aujourd’hui celui de G. Boissier122, qui connaissait par ailleurs fort bien les lettres de Madame de Sévigné123et avait parfaitement compris, en écrivant Cicéron et ses amis, les enjeux esthétiques, sociaux et moraux des correspondances familières. Il est fort possible, du reste, que les lettres de Cicéron aient été publiées assez tôt, mais pour des raisons qui ne furent pas uniquement ou directement politiques. Indépendamment de l’hypothèse de datation, invérifiable, la démonstration de J. Carcopino se trouve aujourd’hui disqualifiée à la fois par l’absence de preuves extrinsèques, par la mise en évidence du caractère erroné des preuves intrinsèques (notamment celles développées à partir du « naturel » de Cicéron dans ses lettres) et par le passé politique de J. Carcopino lui-même, qui fut, ces dernières années, mis en évidence sans ambiguïté et sans complaisance par divers chercheurs, en France comme en Italie. Ce dernier point s’explique du fait de l’éloignement dans le temps qui permet une certaine prise de distance, mais aussi, semble-t-il, parce que les rapports entre l’Université, les intellectuels et le politique ont fortement évolué en Europe. Parallèlement, les acquis de la recherche sur la littérarité conditionnelle des lettres de Cicéron et sur l’importance des critères littéraires, dans la formation des corpus ainsi que dans la réception de l’œuvre dès l’Antiquité, ouvrent de nouvelles perspectives de recherche et de lecture d’une œuvre sans équivalent dans le monde antique, encore troublante pour nous, non parce qu’elle dévoilerait les mystères de Cicéron, son for intérieur ou encore ses « secrets », mais parce qu’elle met en scène un intellectuel face à un monde qui disparaît.

Haut de page

Bibliographie

Canfora 2004 = L. Canfora, Il corpus ad Brutum, dans Ciceroniana, Rivista di studi cicernoniani, 10, 1998, p. 191-208, repris plus récemment dans L. Canfora (éd.), Le vie del classicismo, 3, Storia, tradizione, propaganda, Bari, 2004, p. 113 s.

Carcopino 1947 = J. Carcopino, Les secrets de la Correspondance de Cicéron, 2 vol. , Paris, 1947.

Carcopino 1935 = J. Carcopino, César, dans G. Glotz (dir.), Histoire ancienne III, Histoire romaine, II, La République romaine de 134 à 44 av. J.-C., Paris, 1935.

Cavarzere 2007 = A. Cavarzere, Storia critica del testo, dans Cicerone, Lettre ai Familiari, Milan, 2007, p. 29-79. Constans 1934 = L.-A. Constans, Cicéron, Correspondance, I, Paris, 1934.

Cugusi 1983 = P. Cugusi, Evoluzione e forme dell’epistolografia latina nella tarda repubblica e nei primi due secoli dell’Impero con cenni sull’epistolografia preciceroniana, Rome, 1983.

Ferrero 1950 = L. Ferrero, compte rendu dans Rivista di filologia e di istruzione classica, 78, 1950, p. 160-171.

Grimal 1986 = P. Grimal, Cicéron, Paris, 1986.

Lepore 1954 = E. Lepore, Il princeps cicernoniano e gli ideali politici della tarda repubblica, Naples, 1954.

Lévy 2006 = C. Lévy, Textes antiques et enjeux contemporains : J. Carcopino lecteur de la correspondance de Cicéron, dans P. Laurence et F. Guillaumont (éd.), Epistulae antiquae, IV, Louvain-Paris, 2006, p. 385-397.

Narducci 2007 = E. Narducci, Cicerone, i suoi amici e suoi nemici, l’epistolario nel giudizio dei posteri, dans Cicerone, Lettere ai Familiari, Milan, 2007, p. 5-28.

Nicolet 2003 = C. Nicolet, La fabrique d’une nation, La France entre Rome et les Germains, Paris, 2003.

Piganiol 1949 = A. Piganiol, Un ennemi de Cicéron, à propos d’un livre récent, dans Revue Historique, 201, 1949, p. 224-234.

Haut de page

Notes

1 Cic., Phil., II, 4.

2 R. Y. Tyrrell et L. C. Purser, The correspondence of M. Tullius Cicero, Dublin-Londres, I (3), 1904, Hildesheim, 1969.

3 F. Leo, Die Publikation von Ciceros Briefen an Atticus, Göttingen, 1895, p. 442 s.

4 Sen., Ep., 97, 4.

5 Nepos, Att., 16 : Quamquam eum praecipue dilexit Cicero, ut ne frater quidem ei Quintus carior fuerit aut familiarior. Ei rei sunt indicio, praeter eos libros in quibus de eo facit mentionem qui in uulgus sunt editi, XI uolumina epistularum, ab consulatu eius usque ad extremum tempus ad Atticum missarum : quae qui legat, non multum desideret historiam contextam eorum temporum. Sic enim omnia de studiis principum, uitiis ducum, mutationibus rei publicae perscripta sunt ut nihil in eis non appareat et facile existimari possit prudentiam quodam modo esse diuinationem. Non enim Cicero ea solum quae uiuo se acciderunt futura praedixit sed etiam quae nunc usu ueniunt cecinit ut uates.

6 Le problème, surmontable, il est vrai, est que nous avons hérité de seize livres et non pas onze et que Cornelius Nepos écrit que les lettres allaient du consulat à la mort de Cicéron, ce qui n’est pas notre cas : nous avons des lettres antérieures au consulat et aucune missive à Atticus de l’année 43 av. J.-C. Cela signifie, en tout cas, que la correspondance entre Atticus et Cicéron n’a pas été « éditée », si toutefois ce terme convient réellement, sous la forme que lui a connue Cornelius Nepos. Le subjonctif dans la formule quae qui legat employée par Nepos, « celui qui les lirait », pourrait confirmer qu’elles n’étaient pas dans le domaine public. On a pu supposer, entre autres interprétations, qu’à la sélection mise en ordre chronologique par Atticus pour la présenter à ses amis érudits, ont été ajoutées par la suite les lettres écartées mais conservées par les descendants, peut-être déjà à l’époque d’Auguste.

7 Sen., Suas., 1, 5 : citation de Cicéron, Fam., 15, 19, 4.c

8 Quint., Inst., 11, 1, 21, Suet., Gram. et rhet. c. 14, Gel., 1, 22, 19, Macr., 2, 10, 54.

9 Voir par exemple H. Peter, Der Brief in der Römischen Litteratur, Leipzig, 1901 (collection Americana), qui pose le problème p. 78 s. ; E. Meyer, Caesars Monarchie und das Principat des Pompejus. Innere Geschichte Roms von 66 bis 44 v. Chr., Stuttgart-Berlin, 1922, Stuttgart, 1963, p. 604 ; ou encore Constans 1934, p. 12-13.c

10 Voir en particulier W. C. McDermott, M. Cicero and M. Tiro, dans Historia, 21, 1972, p. 259-286.

11 Cic., Fam., 16, 17, 1. Voir également Att., 13, 6, 3, à propos des copies que conserve Tiron des lettres de son maître.

12 Constans 1934, p. 11.c

13 Constans 1934, p. 13.

14 Carcopino 1947, II, p. 363

15 En particulier dans le tome II des Secrets de la correspondance.

16 Carcopino 1935.

17 J. Carcopino, Sylla ou la monarchie manquée, Paris, 1931.

18 Le premier chapitre de la première partie s’intitule « Fortune et train de vie », le deuxième, « Cupidités et indélicatesses », le troisième, « Vie de famille inconsistante ».

19 Carcopino 1947, I, p. 14.

20 Sur l’adhésion de J. Carcopino au régime de Vichy, voir en particulier S. Corcy-Debray, Jérôme Carcopino, un historien à Vichy, Paris, 2001 ; Lévy 2006 ; S. Israël, Les études et la guerre, les normaliens dans la tourmente (1939-1945), Paris, 1945, p. 51-67 et passim. Rappelons que l’historien était Recteur de l’Académie de Paris et directeur de l’ENS en 1940, et qu’en 1941, il était secrétaire d’État à l’éducation nationale et à la Jeunesse.

21 M. Durry, Revue des études latines, 26, 1949, p. 372-376, p. 375 pour le passage sur Hitler et la falsification de l’Histoire. Un compte-rendu avait déjà été proposé par A. Merlin dans le Journal des savants, 1947, p. 126-143 : l’auteur du compte-rendu s’y déclare convaincu par les thèses de J. Carcopino concernant la publication de la correspondance de Cicéron.

22 Piganiol 1949, p. 224-234.

23 Piganiol 1949, p. 224.

24 Piganiol 1949, p. 224.

25 Piganiol 1949, p. 224.

26 Piganiol 1949, p. 228.

27 Voir C. Corcy, op. cit. n. 20, p. 451 s.

28 Piganiol 1949, p. 224.

29 Piganiol 1949, p. 224.

30 J. Carcopino, Un ami de la vérité. En réponse à la critique que M. A. Piganiol avait publiée sur les Secrets de la Correspondance de Cicéron sous le titre : un ennemi de Cicéron, dans Revue historique, 202, 1949, p. 59-78.

31 J. Carcopino, art. cit. n. 30, p. 78.

32 P. Boyancé, Cicéron contre Cicéron, dans Revue des études anciennes, 51, 1949, p. 129-138, spécialement p. 131-132. Sur le billet, voir Cic., Fam., 6, 15, en date du 15 mars 44 av. J.-C.

33 Carcopino 1947, II, p. 32-33 et p. 41.

34 P. Boyancé, art. cit. n. 32, p. 131.

35 M. A. Levi, dans Rivista di storia italiana, 60, 1948, p. 601 s.

36 Ferrero 1950.

37 J. Carcopino, dans Journal des savants, 1936, p. 49-58 et 104-115.

38 Ferrero 1950, p. 161 ; W. Drumann-P. Groebbe, Marcus Tullius Cicero, dans Geschichte Roms in seinem Übergange von der republikanischen zur monarchischen Verfassung oder Pompeius, Caesar, Cicero und Ihre Zeitgenossen nach Geschlechtern und mit genealogischen Tabellen, VI, Berlin-Leipzig, 1929 (2e édition) ; Th. Mommsen, Histoire romaine, VI et VII, Paris, 1868-1869. G. Boissier (Cicéron et ses amis, étude sur la société romaine du temps de César, Paris, 1865, p. 26-27) remarquait déjà les attitudes particulièrement malveillantes de ces deux historiens allemands. Il note, avec une rare clairvoyance, que leur sympathie pour César et leur hostilité à Cicéron n’étaient peut-être pas sans lien avec l’actualité politique et militaire. Ainsi, à propos de Th. Mommsen, p. 27 : « Comme il est toujours préoccupé du présent dans ses études du passé, on dirait qu’il poursuit dans l’aristocratie romaine les hobe reaux de la Prusse et qu’il salue d’avance dans César ce despote populaire dont la main ferme peut seule donner à l’Allemagne son unité ».

39 Ferrero 1950, p. 162-164.

40 Ferrero 1950, p. 166.

41 Suet., Iul., 56, 6 ; Gel., 17, 9, 1.

42 « Pertanto, écrit-il p. 167, le sue conclusioni sulla costituzione del corpus epistolare [...] andranno accolte a mio avviso con una certa elasticità di criteri, non esasperando il movente esclusivamente politico, e riservando anche una certa parte a quegli eventi d’ordine accidentale [...] ».

43 Ferrero 1950, p. 170.

44 Lepore 1954.

45 Lepore 1954, p. 38, note 74.

46 Lepore 1954, p. 114 ; J. Carcopino y est associé dans la note 9.

47 E. Lepore, La scuola dei fatti : i falsi ‘principati’ e il ‘Princeps libertatis’, dans Lepore 1954, p. 303-400.

48 Lepore 1954, p. 10.

49 D. R. Shackleton Bailey, Cicero’s Letters to Atticus, Cambridge, 1965, p. 74 n. 4 (commencée p. 73) : « The evidence for Atticus’ ‘hardiesse de collectionneur’ is Carcopino’s assertions, reiterated à la Goebbels ».

50 D. R. Shackleton Bailey, op. cit. n. 49, p. 73

51 L’historien fut traduit, à la Libération, devant la Haute Cour pour sa participation au gouvernement de Vichy et fut emprisonné à Fresnes, obtenant sa remise en liberté provisoire en 1945. Il bénéficia en 1947 d’un non-lieu pour services rendus à la Résistance.

52 Grimal 1986, p. 9.

53 Grimal 1986, p. 23.

54 Grimal 1986, p. 442.

55 Nicolet 2003.

56 Carcopino 1935.

57 Nicolet 2003, p. 204.

58 Nicolet 2003, p. 205.

59 Nicolet 2003, p. 205. Le terme d’« apparences », dans la cita tion de C. Nicolet mérite d’être souligné.

60 Nicolet 2003, p. 206.

61 Lévy 2006.

62 Lévy 2006, p. 206.

63 S. Israël, op. cit. n. 20.

64 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans (1937-1944), Paris, 1953.

65 Lévy 2006, p. 391-392.

66 On ne peut que songer, souligne C. Lévy (Lévy 2006, p. 394), à la campagne de calomnie de Léon Blum autour de l’affaire de la vaisselle d’or.

67 Carcopino 1947, II, p. 159.

68 Lévy 2006, p. 396.

69 L. Canfora, Totalità e selezione nella storiografia classica, Bari, 1972, p. 15-129.

70 Canfora 2004.

71 Canfora 2004, p. 119.

72 Canfora 2004, p. 119.

73 Cugusi 1983.

74 Cugusi 1983, p. 169.

75 Cugusi 1983, p. 170.

76 Cugusi 1983, p. 171.

77 Cavarzere 2007.

78 Cavarzere 2007, p. 33.

79 G. Bernardi Perini, Alle origini della lettera familiare, dans Quaderni di retorica e poetica, 1, 1985, p. 17-24, p. 19.

80 J. Nicholson, The survival’s of Cicero’s Letters, dans C. Deroux (éd.), Studies in Latin literature and Roman history, IX, Bruxelles, 1998, p. 63-105.

81 Voir J. Nicholson, art. cit. n. 80, p. 83-87.

82 Cavarzere 2007, p. 47 et 48.

83 J. Nicholson, art. cit. n. 80, p. 82.

84 Cavarzere 2007, p. 51-53. Voir également les travaux de M. Beard sur cette question, Ciceronian correspondences : making a book out of letters, dans T. P. Wiseman (éd.), Classics in progress. Essays on Ancient Greece and Rome, Londres, 2002, p. 103-104.

85 Cavarzere 2007, p. 56.

86 A. La Penna, Rittratti dalle lettere di Cicerone, dans E. Narducci (éd.), Interpretare Cicerone : percorsi della critica contemporanea. Atti del II Symposium Ciceronianum Arpinas (Arpino, 18 Maggio 2001), Florence, 2002, p. 1-13.

87 A. La Penna, art. cit. n. 86, p. 2.

88 Ibid..

89 E. Narducci, Cicerone e i suoi interpreti. Studi sull’opera e la fortuna, Pise, 2004, p. 309 s.

90 Narducci 2007.

91 Narducci 2007, p. 25.

92 Narducci 2007, p. 24.

93 Narducci 2007, p. 25.

94 Narducci 2007, p. 25.

95 G. O. Hutchinson, Cicero’s correspondence, a literary study, Oxford, 1998, en particulier p. 1-24.

96 Voir Cic., Att.,16, 5, 5.

97 Cic., Att., 4, 6, 4 : Cicéron évoque une lettre envoyée à Lucceius, qu’il qualifie de ualde bella.

98 Démétrios, Du style, éd. P. Chiron, Paris, 1993, p. XXXVII-XXXIX : « On pourrait confondre notre Démétrios de Phalère avec celui de Syrie qui dans son grand âge aux alentours de 80 av. J.-C. avait donné à Cicéron des leçons de rhétorique ». (Voir Cic., Brut., 315).

99 Carcopino 1947, I, p. 14.

100 Voir Demetr., III, 223.

101 C. Lévy, La conversation à Rome à la fin de la République : des pratiques sans théorie ?, dans Rhetorica, 11, 1993, p. 399-414.

102 Voir sur ce point P. Cordier, La lettre et l’amicitia, dans Paroles romaines, Nancy, 1995, p. 25-34.

103 Demetr., III, 224-227.

104 Cic., Fam. 16, 16.

105 J.-P. De Giorgio, « Te totum uidi » : humanitas, portrait d’âme et persuasion dans la Correspondance de Cicéron, dans P. Laurence et F. Guillaumont (éd.), Epistulae Antiquae V, Louvain-Paris, 2008, p. 101-114.

106 Sur la présence du grec dans les lettres de Cicéron, voir notamment Cugusi 1983, p. 84-94. Voir également R. B. Steele, The Greek in Cicero’s Epistles, dans American Journal of philology, 21, 1900, p. 387-410; H. J. Rose, The Greek of Cicero, dans The Journal of Hellenic Studies, 41, 1921, p. 91-146; H.-I. Marrou, Histoire de l’éducation dans l’Antiquité. II. Le monde Romain, Paris, 1948, p. 52 ; M. Venini, La distribuzione delle parole greche nell’epistolario di Cicerone, dans Rendiconti dell’Istituto Lombardo, classe de lettere, scienze morali e storiche, 85, 1952, p. 50-68 ; B. Baldwin, Greek in Cicero’s Letters, dans Acta Classica, 35, 1992, p. 1-17 ; D. R. Schackleton Bailey, L. S. J. and Cicero’s Letters, dans Classical Quaterly, 12, 1962, p. 159-165 et L. S. J. and Cicero’s Letters, dans Classical Quaterly, 13, 1963, p. 88 ; N. Horsfall, Docti sermones utriusque linguae, dans Echos du Monde Classique/Classical Views, 23, 1979, p. 79-95. Voir également les nombreux travaux de M. Dubuisson sur cette question, notamment Cicéron et le bilinguisme gréco-latin, dans Acta classica universitatis scientiarum debreceniensis, 31, 1995, p. 43-48. Voir enfin G. E. Dunkel, Remarks on code switching in Cicero’s letters to Atticus, dans Museum Helveticum, 57, 2000, p. 122-129.

107 Voir par exemple Cic., Fam., 13, 27, 1.

108 M. Escola, La seconde main de la Marquise : fiction et diction dans la correspondance de madame de Sévigné, dans R. Baroni et M. Macé (éd.), Le savoir des genres, Rennes, 2007 (La Licorne, 79), p. 201-210.

109 J.-P. De Giorgio, Cicéron et la poésie épique dans sa Correspondance : à propos de la lettre du 12 mars 49 av. J.-C., dans A.-M Favreau-Linder et H. Vial (éd.), Regards de rhétoriciens sur la poésie, regards de poètes sur la rhétorique : les enjeux d’une mise en scène réciproque, Clermont-Ferrand (collection Erga), à paraître.

110 Sur ce passage, voir A. D. Leeman, Vita Attici ch. XVI et Les secrets de la Correspondance de Cicéron, dans Mnémosyne, 6, 1 (série 4), 1953, p. 58-61 (l’auteur s’oppose à la vision négative de Cicéron de J. Carcopino à travers les lettres).

111 Plin., Ep., VII, 20, 2.

112 Cic., Phil, 2, 4 : At etiam litteras, quas me sibi misisse diceret, recitauit homo et humanitatis expers et uitae communis ignarus. Quis enim umquam, qui paulum modo bonorum consuetudinem nosset, litteras ad se ab amico missas offensione aliqua interposita in medium protulit palamque recitauit ? Quid est aliud tollere ex uita uitae societatem, tollere amicorum conloquia absentium ? Quam multa ioca solent esse in epistulis, quae prolata si sint, inepta uideantur, quam multa seria neque tamen ullo modo diuulganda !

113 Une référence, probablement, au carmen 5 et au carmen 7 adressés à Lesbia.

114 Catul., 16, 10-11.

115 Voir par exemple Cic., Att., 9,10 : sed genus belli crudelissimi et maximi, quod nondum uident homines quale futurum sit, perhorrui.

116 Voir par exemple Cic., Fam., 2, 8,1 : nec praeterita nec praesentia abs te sed [...] futura exspecto.

117 Voir sur ce point M. Ducos, Les lettres politiques de Cicéron, dans F. Guillaumont et P. Laurence (éd.), Epistulae antiquae V. Actes du Ve Colloque international « L’épistolaire antique et ses prolongements européens » (Tours, 2006), Louvain-Paris, 2008.

118 Fro., Ant., 2, 5.

119 M. Beard, art. cit. n. 84, p. 103-144.

120 On peut néanmoins suivre J. Carcopino sur un point, qui demeure cependant difficile à démontrer : la diffusion des lettres à Atticus a sans doute eu lieu dès le Principat.

121 De nombreux éditeurs avaient opté, au siècle dernier, pour un classement chronologique des lettres et pour une lecture « historique ». La très récente édition des lettres familières dirigée par A. Cavarzere dans la BUR (Cavarzere 2007) rappelle qu’une autre lecture des lettres familières est possible, tenant compte davantage de leur réception dans le monde romain.

122 G. Boissier, Cicéron et ses amis, étude sur la société romaine du temps de César, Paris, 1865. Voir aussi son essai sur la publication des lettres : Recherches sur la manière dont furent recueillis et publiées les Lettres de Cicéron, Paris, 1863.

123 G. Boissier, Madame de Sévigné, Paris, 1887.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre De Giorgio, « Lectures d’un ouvrage de J. Carcopino en France, en Italie et en Angleterre : Les Secrets de la Correspondance de Cicéron », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-2 | 2011, 395-408.

Référence électronique

Jean-Pierre De Giorgio, « Lectures d’un ouvrage de J. Carcopino en France, en Italie et en Angleterre : Les Secrets de la Correspondance de Cicéron », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-2 | 2011, mis en ligne le 19 février 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://mefra.revues.org/430 ; DOI : 10.4000/mefra.430

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre De Giorgio

Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand II, jpdegiorgio@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org