Navigation – Plan du site
Regards croisés : Antiquité et Moyen Âge dans les historiographies française et italienne

Auguste en France au XXe siècle

De l’occultation à la redécouverte
Augustus in France in the 20th century: from occultation to rediscovery
Jean-Marie Pailler
p. 409-416

Résumés

Comment les historiens français sont-ils passés au xxe siècle d’un quasi-dédain à une plus juste évaluation d’Auguste et de son œuvre ? « Concurrence » de César chez les descendants des Gaulois, emprise de J. Carcopino, absence d’un « augustéisme » capable de rivaliser avec le césarisme comme idéal-type... Après la guerre, Auguste semblait trop froid, trop peu personnel, trop monarchique surtout pour inspirer la nouvelle Europe. De ce contexte ressort l’originalité de J. Gagé, de son édition des Res Gestae (1935) à la construction de son Apollon romain (1955). Dans cette brèche se sont engouffrés les travaux d’histoire politique de P. Grenade, de J.-M. Roddaz et de F. Hurlet, d’histoire des sciences de G. Aujac (Strabon, 1966), et L’invention du monde de C. Nicolet (1988). Des travaux étrangers, enfin, ont ouvert la voie aux biographies de J.-P. Néraudau, de R. Caratini, de P. Cosme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je dois cette anecdote à Nicholas Purcell, que je remercie.

1Par une belle soirée de mois d’août, à Oxford, dans les années 1980, à l’issue d’une séance académique, Ronald Syme porte un toast et proclame : « Je lève mon verre à la mort du tyran ! ». Tout le monde se regarde. Les plus érudits (mais à Oxford, qui ne l’est ?) notent qu’on est bien un 19 août. Sir Ronald ne s’est pas trompé, c’est le jour de la mort d’Auguste, ainsi que le rapporte Suétone : « il mourut dans la même chambre que son père Octavius, le quatorzième jour avant les calendes de septembre, à la neuvième heure du jour, à 76 ans moins trente-cinq jours »1.

2Attitude caractéristique de l’homme Syme totalement imprégné de Tacite, d’une part – Tacite et Syme pour qui, avec Auguste, turba ruit in seruitutem –, et de cet homme, le même, qui a fait toutes ses preuves, au cours des années 1940, dans la lutte contre les tyrannies qui sévissaient en Europe. À l’autre extrême de l’éventail des opinions, juste avant l’entrée en guerre, il ne faut qu’évoquer ce qui s’est dit du « primo Augusto » et du « secondo Augusto », lors du Convegno augusteo qui s’est tenu à Rome il y a eu en 2008 exactement 70 ans – autre anniversaire –, pour couronner la série de manifestations placées sous le titre de Mostra augustea della romanità : « Chi, come il primo Augusto, ha compiuto una gigantesca rivoluzione, ponendo termine al disordine delle fazioni, ha salvato lo Stato dell’abisso nel quale erano per precipitarlo coloro che più non comprendevano [...] la voce degli antichi ». Depuis, la bibliographie italienne sur la question a nettement évolué... Mais là n’est pas, pour l’heure, notre problème.

  • 2 P. Graindor, Athènes sous Auguste, Le Caire, 1927.

3Ce qui nous intéresse, c’est la place occupée ou non par Auguste, sa vie, son œuvre, dans la production scientifique et parascientifique française du xxe siècle. Pas plus en importance qu’en engagement, elle ne peut se comparer à l’invective posthume de Syme ou à l’exaltation qu’on vient de rappeler. Pour le comprendre, un bref coup d’œil rétrospectif est nécessaire sur la première moitié du siècle. Or, ici, mis à part le livre « décalé » de Paul Graindor sur Athènes au temps d’Auguste2, qui date de 1927, c’est d’une sorte d’occultation qu’il convient de parler. Pourquoi cette mise en sommeil du thème augustéen ? Quelles circonstances propres à cette époque se sont modifiées à partir du milieu du siècle, induisant peu à peu une autre manière de considérer, enfin, le même sujet, devenu sujet d’intérêt ?

Motifs de l’Occultation Antérieure

  • 3 Je renvoie à l’étude approfondie de S. Rey, dans le premier volet de ces rencontres : César et les (...)

4D’évidence, il faut citer en premier lieu la concurrence du père adoptif d’Auguste. Une concurrence insoutenable en France. A la fois parce que César y apparaît comme un homme de guerre incomparablement plus glorieux que son héritier, et surtout parce que ces qualités se sont manifestées et ont été mises en scène avec éclat sur le territoire français, à l’occasion des sept années de la guerre des Gaules. César conquérant de la Gaule et vainqueur de Vercingétorix a été impliqué, à son corps défendant si l’on ose dire, dans la construction d’une identité patriotique, d’abord sous l’impulsion de Napoléon III, puis plus nettement encore, face à l’Allemagne qui vient de naître en 1871, par la Troisième République3. Bien éloigné de tous ces enjeux, Auguste, avec le secours d’Agrippa, a certes été, entre autres, l’organisateur des Gaules, mais très en aval de l’action décisive de César ; au surplus, il n’a fait en Gaule qu’un court séjour, qui là encore ne peut supporter la comparaison avec la longue présence militaire de César.

  • 4 On peut en retrouver la substance dans H.-I. Marrou, Crise de notre temps et réflexion chrétienne ( (...)

5Autre phénomène, très différent mais connexe, parce qu’il repose sur une certaine familiarité avec le personnage. La définition du « césarisme » comme caractéristique d’une tyrannie est, en France, un bien commun des républicains, souvent évoqué dans les années trente. Jamais, en revanche, on ne parlera d’« augustéisme », pas plus pour le critiquer que pour l’admirer. Auguste est trop romain, trop « italien ». Les critiques plus ou moins rudes des prétentions « antiquisantes » du fascisme à partir de 1935 environ, par exemple sous la plume d’Henri Marrou dans la revue Esprit, mettent en garde les démocrates français contre ce type de court-circuit entre l’antique et l’aujourd’hui4, mais elles ne développent guère ce qui s’est joué, il est vrai à la veille de la guerre – Marrou était alors rentré en France –, autour de la Mostra augustea. Quelque temps auparavant, on avait pu lire, sous la plume de cet auteur, passionné par les problèmes d’éducation, ces observations concernant l’Italie de l’époque :

  • 5 H.-I. Marrou, Crise de notre temps... cit., p. 129.

Dans la vision qu’on impose à l’enfant du passé de sa patrie on souligne certaines valeurs (les notions d’Empire, de puissance territoriale, de gloire militaire), certaines périodes, certaines figures. On exalte la Rome antique, et dans Rome, l’Empire plutôt que la République, César, Auguste, plutôt que les Gracques. Les dogmes de l’éternité de Rome, de l’universalité de Rome sont mis en valeur de façon souvent ingénieuse...5.

  • 6 On notera pourtant – mais il ne s’agit plus là d’histoire « savante » – que lors d’un déjeuner avec (...)
  • 7 Dernière édition, Paris, 1968.
  • 8 Cf. S. Rey, César et les « Romains »... cit.

6Remarques lucides, mais sans doute peu lues alors dans le milieu des antiquisants français. Toujours est-il qu’un des maîtres de Marrou, comme de la plupart de ses condisciples romanisants, n’est autre que Jérôme Carcopino, dont la passion ancienne pour l’œuvre de César n’allait jamais se démentir. Je dis bien de César, et non d’Auguste, qui n’a guère intéressé ce chercheur pourtant présent sur tant de fronts. Cet « ennemi de Cicéron », pour reprendre la formule d’André Piganiol – son collègue à la Sorbonne en « long proconsulat », a dit malicieusement Dumézil –, n’est certes pas un ami d’Auguste6. Aux dernières pages de son Jules César, constamment réédité et demeuré influent depuis 19367, on lit ces affirmations d’un « césarien » exclusif touchant un héritier indigne – un héritier parce qu’il en fallait un : « Octave qui, trop timide pour reprendre dans son ampleur le système de son père adoptif, sut du moins, sur une base réduite, en perpétuer l’essentiel, et de l’absolutisme césarien, abaissé d’un degré, tirer le principe qu’il semble avoir fondé » [je souligne le verbe « semble »]. Plus loin, dans le paragraphe final intitulé « César fondateur de “l’Empire” » : « c’est donc, en conclusion, la pensée de César qui revit, prudemment estompée, dans l’adaptation d’Auguste ». Cette influence s’exerçait, dans des proportions difficiles à imaginer aujourd’hui, sur les choix de sujets de recherche par de jeunes antiquisants français dans les années 30. Elle ne les entraînait guère de ce côté, pas plus d’ailleurs que du côté de César, à propos de qui il était impensable de faire concurrence au maître. Marrou, spécialiste de saint Augustin, était en quelque sorte immunisé. Mais les autres...8

  • 9 Troisième et dernière édition, Paris, 1977.
  • 10 Paris, 2007.

7Ce constat n’en donne que plus d’éclat aux orientations originales de Jean Gagé, lui aussi élève de Carcopino. Après de premières recherches sur les Jeux séculaires, il publia dès 1935 aux Belles Lettres une édition traduite et commentée des Res Gestae. Réédité en 1950, dans une publication qui a fait autorité9, ce travail n’a été actualisé qu’en 2007 par la nouvelle édition de John Scheid10. Dès avant la guerre, le même Gagé s’orientait vers une recherche consacrée à Apollon, sur laquelle il nous faudra revenir.

  • 11 Ch. Maurras, Pour un réveil français, consulté sur www.maurras.net en décembre 2008.

8Entre temps, je veux dire entre les deux éditions successives des Res Gestae, quel a été l’effet de la guerre ? Pétain et Vichy ne se sont jamais, à ma connaissance, réclamés d’Auguste, même si des thuriféraires ont vanté « l’auguste maintien » du vieux maréchal. Leurs héros antiques, ce furent d’une part Vercingétorix, ce héros français vaincu et sacrifié à la survie de son peuple – Vercingétorix, et donc, par ricochet, à nouveau César ; d’autre part, Virgile, non pas l’auteur de l’Enéide, mais celui des Géorgiques : à la fois évocateur de la « paix civile et de l’ordre rétablis dans la famille et la patrie », mais aussi du travail des champs et des bienfaits de la terre, celle qui « ne ment pas ». Un texte de Ch. Maurras, publié en 1948 mais sans doute conçu dès 1943, fait à la fois l’éloge des qualités du « Gaulois classique » et de l’exaltation virgilienne de la vie aux champs. Il n’y est pas question d’Auguste11.

  • 12 M.-A. Perkins, Christendom and European identity. The legacy of a grand narrative, Berlin-New York, (...)
  • 13 Adresse reprise en introduction à un recueil portant ce titre, Patristique et Humanisme, Paris, 197 (...)

9L’immédiat après-guerre est marqué par la réconciliation franco-allemande et la naissance de l’Europe. Rétablissement de la paix après tant d’horreurs, organisation dépassant le cadre de chaque peuple, recherche d’un ressourcement collectif... On peut voir là le regroupement de thèmes remarquablement « augustéens » – et cependant aucune référence, dans les milieux cultivés, n’est alors faite à Auguste. Pourquoi ce silence ? Pour trois raisons sans doute. En premier lieu, cette Europe n’a rien de monarchique, elle ne rêve pas d’une restauration. Le maître mot de l’après-guerre, particulièrement en France, a été « Révolution ». Deuxièmement, si les pères fondateurs se réclamaient d’une expérience lointaine, c’était plutôt celle de Charlemagne, pour des raisons complexes remarquablement démêlées dans un beau livre récent12. Le troisième motif, plus fondamental et plus trivial à la fois, tient à la distance croissante qui s’instaure en ces années entre la « source antique » et le présent. C’est en 1951, à Oxford, à la First international conference on patristic studies, que Marrou, déjà nommé, prononçait sa fameuse adresse inaugurale « Patristique et Humanisme »13, approximativement sur le thème suivant : « que nous soyons plutôt héritiers de la tradition classique ou de la tradition chrétienne, nous devons aujourd’hui avoir comme souci commun de sauver cet héritage en péril ». En France, dans l’océan d’ignorance qui commence à engloutir l’Antiquité, César, encore lui, a une chance de surnager. Pas Auguste.

  • 14 Europe. La voie romaine, Paris, 1992.
  • 15 G. Dumézil, Mythe et Épopée I, Paris, 1968.

10Cette histoire reste à écrire. D’un point de vue européen, le mieux serait de le faire dans la direction ouverte par un petit livre éclairant de R. Brague14, paru en 1992. Il ne cite guère Auguste, mais sa démarche met en valeur la manière dont Rome a assumé des origines étrangères et, comme nous dirions, plurielles ou pluralistes. Cette attitude consonne bien avec l’esprit de ce règne, notamment avec le thème troyen exalté dans l’Énéide. C’est le lieu de rappeler que dès 1968, dans le premier volume de Mythe et Épopée, G. Dumézil a consacré un long chapitre aux destins, au pluriel, aux fata d’Énée, tels que Virgile les a relus pour les restituer aux Romains de son temps15.

11Pour revenir aux lendemains de la guerre, les blocages n’en subsistaient pas moins, bien au-delà de la « malédiction carcopinienne ». J’en énumérerai schématiquement sept.

  • Auguste ne bénéficie, chez les auteurs anciens, que du témoignage (de plus en plus douteux, croit-on) de Suétone, mais pas de Tacite, à part les quelques lignes des Annales, meurtrières pour sa mémoire ; pas davantage de Plutarque, et à peine de Tite-Live (Dion Cassius étant alors méconnu) ; ce n’est pas une situation favorable en France, pas plus qu’en Grande-Bretagne, même pour qui n’est pas Ronald Syme.

  • Auguste, c’est un règne très long, sans victoire éclatante, un guerrier présenté comme médiocre, l’impression, encore accentuée depuis Mommsen, d’une tromperie perpétuelle, de questions de succession dynastique sans cesse plus lourdes... : un homme, au fond, écrasé par son rôle, et des candidats biographes (si tant est qu’il y en eût) épuisés à l’avance par l’ampleur et l’apparent manque de relief de la tâche.

    • 16 J. Carcopino, Virgile et le mystère de la IVe Églogue, Paris, 1930.

    L’œuvre religieuse, si importante soit-elle, est plus ou moins méprisée, par suite de la conception généralement admise (de F. Cumont à Bayet) de la religion romaine comme étant alors en décadence. Auguste aurait introduit une froide restauration dans un corps sans âme. Confronté au « mystère de la ive Églogue » (Carcopino, toujours)16, que pouvait bien peser Auguste face à son concurrent et contemporain : Jésus de Nazareth ?

  • L’œuvre augustéenne est saisie comme globalement collective. Selon une approche qui est, de fait, essentiellement littéraire et artistique, Auguste est coincé entre Agrippa, le bâtisseur d’Empire, et Mécène, patron des arts et protecteur des artistes. Le personnage de l’empereur lui-même, entre ses faux semblants et sa face inconnue, apparaît comme difficile à cerner, sinon insignifiant. La notion de « siècle d’Auguste », elle aussi, est chargée d’ambiguïtés, ou quasiment neutralisée par son aspect officiel, courtisan : « un sénateur proposa d’appeler ‘siècle d’Auguste’ (saeculum Augustum) tout l’espace de temps qui s’était déroulé depuis sa naissance jusqu’à sa mort, et de l’inscrire sous ce titre dans les Fastes » (Suétone, Vie d’Auguste, 100).

    • 17 R. Syme, La Révolution romaine, trad. fr., Paris, 1967 [1939].

    Dans l’histoire de l’Occident, ce siècle lui-même est concurrencé par d’autres « siècles », celui de Périclès, de Louis xiv, ou le siècle d’or espagnol. Mais Périclès, c’est un élan, un bref moment de bouillonnement créateur ; le siècle d’Auguste, c’est, sans discontinuité, le sommet d’une civilisation, un sommet en quelque sorte aplani, étiré selon une durée vaguement ennuyeuse ; c’est à la fois, pense-t-on, le produit d’une évolution et d’une transformation, sinon d’une révolution antérieure (Ronald Syme, à nouveau17), puis une lente période de (ré)organisation.

  • Plus généralement, avec Auguste, et en contraste notamment avec César, l’impression globale est celle d’une histoire quasi immobile, pauvre en événements, en renversements, et par là moins propice au récit qu’à une évocation au cœur de la « longue durée » dont Braudel allait bientôt affirmer et promouvoir l’idée.

  • Dernière difficulté : comment percevoir la place exacte d’Auguste, comment caractériser l’inflexion qu’il imprime à l’histoire, dans la longue séquence chronologique où il s’insère : est-ce qu’il clôt une époque, celle des imperatores de la République finissante, ou est-ce qu’il en ouvre une autre, celle des empereurs ?

12Tels sont à peu près les motifs, largement imbriqués les uns dans les autres, de l’occultation du thème augustéen par les historiens français de l’Antiquité au milieu du xxe siècle. A la différence de César et d’Hadrien, ni l’empereur ni son régime ne pouvaient susciter d’Astérix, ou de Mémoires du souverain. Il suffit d’interroger quelques instants le « grand public cultivé » pour constater rétrospectivement qu’en France cette double carence – en biographie et en BD – manifestait une double faiblesse, qui ne pouvait qu’aggraver le manque d’intérêt pour le sujet.

  • 18 J. Gagé, Apollon romain. Essai sur le culte d’Apollon et le développement du ritus graecus à Rome, (...)

13Bilan à peu près désespérant, entre ambiguïtés, absence de relief, d’événements et de « personnalité », place historique difficile à assigner, concurrence inégale avec les titulaires d’autres « siècles »... Et pourtant, du sein même de cette historiographie paralysée, immobile, déprimante, un mouvement va se produire. On peut en placer les premiers signes, à nouveau, sous le nom de Jean Gagé, en considérant cette fois l’auteur de l’Apollon romain18.

Libérations

14Choisissant ce sujet, l’auteur n’a pas hésité à renverser les termes de la suggestion faite au départ par son maître, l’inévitable Carcopino. L’inflexion augustéenne n’occupe plus dans l’ordre temporel que suit l’étude la première place, mais la dernière. Démarche récapitulative, donc, que celle d’Auguste, mais qui a cessé d’être perçue avec condescendance. Gagé la présente comme une œuvre intelligente et méditée, une authentique construction politico-religieuse. On relève, il faut y insister, la place essentielle réservée à Auguste en personne, que l’auteur nomme « le César apollinien » (sorte de blasphème historiographique en contexte français, faut-il le rappeler ?), et auquel ne sont pas dévolues moins de 200 pages sur les 700 du livre. Il s’en dégage, en particulier, la subtilité avec laquelle Auguste et son entourage ont eu recours à Apollon et à un sibyllinisme soigneusement encadré pour affirmer, contre la tradition alexandrine exploitée par Antoine, les origines troyennes de Rome.

  • 19 G.-Ch. Picard, Auguste et Néron. Le secret de l’Empire, Paris, 1962.

15Peu importe ici le détail d’analyses qui se sont révélées en partie discutables. Après l’œuvre de Gagé, il n’était plus aussi incongru en France de parler d’Auguste, voire de lui consacrer des études spécifiques. On peut ranger partiellement dans cette catégorie Auguste et Néron. Le secret de l’Empire de Gilbert-Charles Picard, publié en 1962 ; mais on reste encore là dans une démarche tournée vers « le ier siècle », envisagé plus ou moins globalement, et dans ce cas aimantée par la figure de Néron. Auguste en fournit le départ, comme il était le point d’arrivée de Gagé, mais non véritablement le centre19.

16C’est en ce même début des années 1960, ne l’oublions pas, que naît le « phénomène Astérix », déjà évoqué. On pourrait le qualifier de césaro-décentré, en ce qu’il exprime à la fois une familiarité partiellement préservée et, par les effets de l’aimable parodie, une prise de distance irréversible à l’égard de toute fascination, positive ou négative, envers le conquérant. Goscinny a détrôné Carcopino. Auguste est totalement et logiquement absent de cette fresque désopilante, mais paradoxalement se trouve libérée une voie d’accès à et d’intérêt pour la figure du premier empereur. En ces années, bien plus qu’auparavant, on « tourne autour » des temps augustéens, mais sans augusto-centrisme comparable à ce qu’avait été le césaro-centrisme. À cela, probablement, bien d’autres raisons, certaines d’ordre général, d’autres plus particulières, et quelques-unes de l’ordre du hasard, au sens où le hasard procède d’une rencontre improbable entre deux ou plusieurs séries causales.

  • 20 P. Grenade, Essai sur les origines du principat. Investiture et renouvellement des pouvoirs impéria (...)
  • 21 F. Hurlet, Les collègues du prince sous Auguste et Tibère. De la légalité républicaine à la légitim (...)
  • 22 P. Horden, N. Purcell, The corrupting sea. A story of Mediterranean history, Oxford, 2000.

17Les raisons générales, ramenées à la situation française, sont d’abord un regain d’intérêt pour l’histoire institutionnelle – à la fois politique et intellectuelle –, dont témoignent notamment, au début des années 1960, les travaux de Pierre Grenade sur l’origine du principat20. On peut situer dans cette lignée les recherches récentes de Frédéric Hurlet sur les débuts du régime, la question de la dyarchie, etc, qui font une large part à Auguste21. D’autre part, dans la brèche ouverte par Braudel – et récemment élargie, pour l’Antiquité et le Moyen Age méditerranéens, par Horden et Purcell (The Corrupting Sea)22 –, on hésite moins, désormais, à s’intéresser à la longue durée, à des évolutions conjonctures ou structurelles qui s’établissent sur le long terme. Il faut reconnaître que quelques années auparavant, en quelque sorte avant l’heure, un effort en ce sens s’était manifesté à travers le manuel de synthèse d’André Aymard, Rome et son Empire, paru en 1954 dans la collection « Histoire générale des civilisations » (PUF). Ce livre consacre entre autres une bonne analyse à la pax Augusta, envisagée dans toute sa dimension (p. 247-249), ainsi qu’au « sentiment religieux » reconnu dans son authenticité (p. 354-356), malgré une vision encore traditionnelle du « déclin » qui aurait marqué en ce domaine la fin de la République.

  • 23 Respectivement P. Grimal, Paris, 1965 (Que Sais-Je ?, 676) ; R. Etienne, Paris, 1970 ; J.-M. André, (...)

18De ces libérations intellectuelles a sans doute découlé, en partie, la floraison dans les années 1960-1970 de publications, non pas sur Auguste lui-même, mais sur l’âge, l’époque, le « siècle d’Auguste » : pas moins de trois livres sont alors parus en France sous ce titre, dans des collections savantes mais ouvertes à un large public, œuvre respectivement de Pierre Grimal, de Robert Etienne et de Jean-Marie André – sans compter le Premier siècle de notre ère, de Paul Petit23. Ces études ne sont pas centrées sur le règne d’Auguste, encore moins sur sa personne, mais n’hésitent pas à se référer à lui comme à un ancrage sûr. Cela est nouveau. Mais des nouveautés plus fortes encore voient alors le jour.

La Brèche

  • 24 G. Aujac, Strabon et la science de son temps, Paris, 1966.
  • 25 J.-M. Roddaz, Marcus Agrippa, Rome, 1984 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, (...)

19Comme dix ans plus tôt aux travaux de Gagé, il faut attribuer une grande influence, mais celle-là indirecte – et sans doute pas assez reconnue –, à Strabon et la science de son temps, thèse soutenue et publiée par Germaine Aujac en 196624. Certes, l’expression « de son temps » demeure allusive, et se rapporte souvent, de manière large, à ce que les Romains de l’extrême fin de la République doivent à l’époque hellénistique. Il n’en reste pas moins que l’essentiel de ce qui est dit « du » géographe de l’époque augustéenne concerne plus spécialement le temps d’Auguste. C’est une perception renouvelée d’un monde aux horizons démesurément agrandis que cette étude déploie sous nos yeux. G. Aujac allait continuer à s’intéresser à l’hellénisme augustéen, en publiant dans la CUF divers traités de rhétorique de Denys d’Halicarnasse. Autre caractéristique générale, mais plus spécifiquement française, de la période qui s’ouvrait alors : en même temps que l’on s’attachait à éclairer la Weltanschauung d’une époque redécouverte, on ressuscitait pour ainsi dire des auteurs jusque-là négligés, auteurs de langue grecque comme Strabon et Denys d’Halicarnasse, mais également Nicolas de Damas et, bien plus encore, une source historienne tardive et passablement méprisée comme Dion Cassius. De là, par exemple, le double attachement de Jean-Michel Roddaz envers Agrippa, à qui il consacre une thèse en 198225, et Dion Cassius, dont il contribua par la suite, avec plusieurs collègues, à donner une édition commentée des livres « augustéens » dans la CUF.

  • 26 Consulter par exemple César et la Gaule, Paris, 1990 (rééd. Paris, 2000), p. 78-84.
  • 27 C. Nicolet, L’inventaire du monde, Paris, 1988.

20Parmi les conséquences de la « brèche Strabon » désormais bien ouverte, on retiendra la relecture cartographique par Christian Goudineau de l’organisation augustéenne des provinces gauloises, et plus profondément de la perception de la Gaule (César et la Gaule ; Regard sur la Gaule, faisant suite à divers articles)26. Egalement une thèse sur Barbarie et civilisation chez Strabon : signée de Patrick G. Thollard, elle date de 1987 et fait une très large place à la Gaule. On n’hésitera pas à placer dans la même ligne, quoique à un tout autre niveau d’ambition, L’inventaire du monde de Claude Nicolet27. Nicolet et l’Empire ! Cette nouvelle résonna comme un coup de tonnerre. L’historien de la République romaine, le chantre de toutes les Républiques, y franchit un pas aussi décisif – un renversement copernicien, presque – que, jadis et dans son ordre, Jean Gagé situant Auguste, dans une perspective apollinienne, au terme et non au commencement d’une évolution. Ce livre se présente d’emblée comme une « réflexion sur l’espace », à commencer par la pause observée dans les conquêtes. Espace aussi immense que divers à connaître, dominer, organiser, administrer. Ce n’est pas à la « géographie historique », dit Nicolet, mais à l’«  histoire de la géographie » que convie le moment organisateur, le moment augustéen de l’empire de Rome. Strabon y est naturellement l’auteur le plus mis à contribution, et « l’œuvre géographique d’Auguste », titre d’un des chapitres, est placée sous le signe à la fois d’une exploration du monde réel, d’un ensemble de représentations où le symbole tient une large place, d’une volonté de contrôle, enfin, de l’espace humain et fiscal. Dans ce livre d’il y a vingt ans se font jour plusieurs des préoccupations présentes, à l’échelon de la ville de Rome, dans un livre pourtant bien différent par son objet, livre publié en Italie deux ans plus tard, Roma e il le principe d’Augusto Fraschetti. Mais n’anticipons pas. Notons simplement que J. Le Gall et M. Leglay ont donné en 1987 à la collection « Peuples et Civilisations » des PUF un volume solide sur le Haut Empire. De facture certes traditionnelle, ce livre fait en ouverture toute sa place à Auguste.

  • 28 P. Zanker, Augustus und die Macht der Bilder, Munich, 1987.

21D’autres percées récentes ne sont pas l’œuvre de la science française, mais elles ont puissamment contribué à l’alimenter en la désentravant de quelques blocages. Je résumerai ces percées par trois noms auxquels, comme dans le cas des mousquetaires, j’en ajouterai un quatrième. Je veux parler, en premier lieu, de Paul Zanker et de sa réflexion sur la « puissance de l’image » et du maniement de l’image, spécialement par Auguste et son entourage28. On ne peut plus – on ne devrait plus pouvoir –, après ces travaux ou après ceux, en France, de Gilles Sauron, qui font les uns et les autres sauter les barrières de l’histoire de l’art en l’ouvrant sur la grande histoire, et réciproquement, on ne devrait plus pouvoir traiter naïvement, comme ce fut trop longtemps le cas, de la propagande ou des « mensonges » d’Auguste. Pour les comprendre, il faut insérer ces manifestations de « duplicité » dans un réseau complexe et évolutif de signes et de symboles propres à cette époque. Le deuxième « libérateur sémiotique » d’Auguste aura été Augusto Fraschetti, avec Rome et le prince, prompte traduction française de l’œuvre originale (1994). Une Rome très concrète, pas uniquement « de marbre », mais faite de chair, de sang, et encore une fois de signes concernant un calendrier, un espace, une domus « auguste » et des cultes impériaux où le public et le privé, le social, le civique et le familial s’interpénètrent désormais intimement. Enfin, Simon Price, dès 1984, a su montrer dans Rituals and Power, à partir de l’expérience de l’Asie Mineure, tout le sérieux, précisément, du culte impérial fondé par Auguste. Là encore, non pas des mensonges ou des faux-semblants, non pas une religion de carton pâte et d’hypocrisie, mais un système de signes inséré dans un subtil réseau de communication entre le « centre du pouvoir » et des provinces, des cités, des villes parfois bien éloignées. La démonstration s’est trouvée parachevée par Mary Beard (je ne sais si elle apprécierait d’être qualifiée de « 4e mousquetaire ») qui a montré à diverses reprises à quel point la religion de la fin de la République était loin d’être moribonde, éteinte, sans âme. C’était compliquer et simplifier à la fois la ligne d’évolution de la religion romaine de la République à l’Empire, en y réintroduisant une dose de continuité qui ne fait aujourd’hui plus de doute pour personne.

  • 29 Qu’il soit bien clair que ces noms sont donnés ici à titre emblématique. Ces historiens sont loin d (...)

22En résumé, quatre auteurs (Zanker, Fraschetti, Price et Beard)29 penchés sur des thèmes très différents ont eu en commun le mérite de prendre pleinement au sérieux Auguste et son règne, de les aborder sous un angle novateur, et leurs œuvres, à des degrés et selon des cheminements divers, ont fait en France l’objet d’une « réception » (Rezeption) attentive. On peut aujourd’hui mesurer les résultats de cette influence et de quelques autres facteurs d’actualité.

  • 30 J.-P. Néraudau, Auguste. La brique et le marbre, Paris, 1996.

23Du côté français, la dernière étape s’est ouverte en 1996 avec la publication de l’Auguste de J.-P. Néraudau30. C’est celle du retour de la biographie. Difficile de démêler ce qui, dans ce succès, est dû au déblocage de l’intérêt porté à Auguste et ce qui relève d’un effet de mode. La biographie se vend bien, à l’écran comme dans le livre. L’apparition d’Auguste sur la scène est allée de pair avec celle d’autres empereurs romains et avec le succès de séries télé, notamment britanniques. Depuis l’ouvrage de Néraudau sont parus en français deux autres Auguste : celui, massif et en deux volumes, de l’infatigable polygraphe et pamphlétaire Roger Caratini (2001 ; rééd., LGF, 2007) ; celui, moins vaste de proportions, d’un historien de l’armée, Pierre Cosme (Perrin, 2005), qui consacre en fait la moitié de son ouvrage à la période qui précède l’accès au mouvoir monarchique. Entre les deux, a été traduit – là encore, signe des temps – l’ouvrage d’un autre polygraphe tourné vers les médias, l’Américain Allan Massie (2004), au titre yourcenarien : Auguste. Mémoires d’un empereur. A quoi il faut ajouter, sur Internet, une très correcte notice « Auguste » de Wikipédia et un nombre impressionnant de fiches sur Empereurs romains.net, qui vont de « Octave et ses claudettes » à « Octave-Auguste était-il aussi charismatique que Jésus-Christ ? ». Il est trop tôt pour dresser un bilan d’ensemble de ces productions pour le moins inégales. On retiendra surtout du livre de Néraudau un double souci assez traditionnel (au bon sens du terme), de moraliste s’interrogeant perpétuellement sur la sincérité d’Auguste, et de metteur en scène soucieux de reconstituer les Actes et Scènes successifs de cette longue vie et de ce très long règne.

Trois Remarques pour Conclure

  • 31 Sous le patronage de Jean Leclant.

24D’une part, reprenant le fil rouge de la concurrence entre César et Auguste, il faut bien constater un rééquilibrage récent. Le Dictionnaire de l’Antiquité paru aux PUF en 200531 a réservé exactement la même longueur, quatre pages, aux deux notices consacrées respectivement à l’un et à l’autre. Ce calibrage n’est pas l’effet du hasard. Il reflète un sentiment aujourd’hui largement partagé, dans l’historiographie post-carcopinienne, selon lequel il faut réserver un traitement égal au dernier imperator et au premier des « empereurs ».

  • 32 Trad. fr., Paris, 2001.

25La deuxième remarque apporte plus d’une nuance à ce qui vient d’être exposé. Je ne voudrais pas avoir donné l’impression que la relative discrétion ou réticence historiographique concernant Auguste est une spécialité purement française. En 1915 déjà, Wilamowitz, qui régnait en Allemagne sur la science de l’Antiquité, écrivait dans un de ses discours de guerre un Weltreich des Augustus qui attribuait l’origine d’une « décadence » amorcée très tôt à « l’immobilisme et au pourrissement spirituels engendrés par la pax Augusta ». On n’est pas si loin de Carcopino, qui a peut-être lu ce passage. En Grande-Bretagne, l’hostilité sans nuance de Ronald Syme avait eu un devancier en la personne de Gibbon. Plus près de nous (1998), en Italie, Luciano Canfora, homme de gauche affirmé, a publié un Jules César, dictateur démocrate32 qui relègue implicitement Auguste au rang d’un dictateur non démocrate qui n’aurait eu, à la différence de son devancier, guère de prise sur l’histoire. Faut-il voir là, entre autres mobiles, une revanche sur les contrefaçons de l’époque fasciste ? Il n’en reste pas moins qu’en proportion ces trois pays – Allemagne, Grande-Bretagne, Italie – ont consacré depuis cinquante ans bien plus de travaux de qualité à Auguste que la France. Inversement, et toujours au chapitre des nuances, la fascination pour César n’a pas disparu et n’est pas près de disparaître en France. Outre l’émulation persistante des érudits locaux dans la recherche de sites « césariens », Ch. Goudineau a fait de lui « l’inventeur de la Gaule », et en 2007 est paru aux Belles Lettres un recueil de textes anciens intitulé « La véritable histoire de Jules César ». Sur ces divers terrains, on peut douter qu’Octave-Auguste soit un jour compétitif. Imaginons par exemple la découverte d’un « Auguste », véritable ou d’imitation, par quelque plongeur arlésien...

26La troisième remarque souhaiterait, quant à elle, ouvrir sur l’avenir. A l’inévitable et difficile question – « qui était vraiment Auguste ? » Qui était-il, lui, en personne, entre les « hommes du règne », Agrippa, Strabon, Virgile... –, à cette question il conviendrait d’en superposer deux autres, dont on reprendrait la thématique de Paul Ricœur dans Soi-même comme un autre : la double thématique de l’ipse et de l’idem. Ipse, « lui-même » : auto-construction vertigineuse, à partir d’éléments naturellement préexistants, d’un personnage et d’un rôle. Mais aussi idem, « le même ». Dans quelle mesure Octave devenu Auguste est-il resté « le même, et cependant un autre », à travers les épisodes, les générations, les drames familiaux et la recherche d’une succession dynastique ? On comprend que Néraudau, spécialiste de la jeunesse romaine, donc de questions de générations, ait organisé son récit à la fois par âges et par actes successifs. L’essentiel reste pourtant à faire. Non pas le substitut d’une Vie manquante de Plutarque, ni le complément d’un Tacite aussi féroce que bref, ni le retour supposément « people » à l’approche de Suétone et à ses « indiscrétions ». Mais un travail qui, partant de ces prédécesseurs et de ce que nous ressentons comme leurs « insuffisances », prendrait en compte la multiplicité des facettes de l’homme et du règne. Des aspects théâtraux et sémiotiques, des aspects enracinés à Rome mais ouverts sur l’extérieur, faits d’élans religieux indéniables mais sévèrement contrôlés, intégrés dans une longue, très longue histoire (César, mais aussi Romulus et Pompée), mais sachant y introduire des actes qui la transforment en l’infléchissant et en l’ouvrant à la dimension du monde. Vaste programme d’études proprement augustéennes, qu’il est assurément plus facile d’énoncer que de mener à bien.

Haut de page

Notes

1 Je dois cette anecdote à Nicholas Purcell, que je remercie.

2 P. Graindor, Athènes sous Auguste, Le Caire, 1927.

3 Je renvoie à l’étude approfondie de S. Rey, dans le premier volet de ces rencontres : César et les « Romains » (1900-1950) : une histoire impossible, publié dans le présent volume.

4 On peut en retrouver la substance dans H.-I. Marrou, Crise de notre temps et réflexion chrétienne (de 1930 à 1975), Paris, 1978, p. 127-133.

5 H.-I. Marrou, Crise de notre temps... cit., p. 129.

6 On notera pourtant – mais il ne s’agit plus là d’histoire « savante » – que lors d’un déjeuner avec l’ambassadeur d’Allemagne Otto Abetz, le 3 février 1942, le Secrétaire d’Etat du régime de Vichy, se donnant l’air de remettre l’Allemagne à sa place tout en faisant appel à la subtilité de son interlocuteur, évoque ainsi la figure d’Auguste : « vainqueur de tous ses ennemis, [il] avait su les persuader qu’il ne les avait pas vaincus » (J. Carcopino, Souvenirs de sept ans 1937-1944, Paris, 1953, p. 281 ; cf. S. Corcy-Debray, Jérôme Carcopino, un historien à Vichy, Paris, 2001, p. 122).

7 Dernière édition, Paris, 1968.

8 Cf. S. Rey, César et les « Romains »... cit.

9 Troisième et dernière édition, Paris, 1977.

10 Paris, 2007.

11 Ch. Maurras, Pour un réveil français, consulté sur www.maurras.net en décembre 2008.

12 M.-A. Perkins, Christendom and European identity. The legacy of a grand narrative, Berlin-New York, 2004, particulièrement p. 32-36, 84-85, 193-196.

13 Adresse reprise en introduction à un recueil portant ce titre, Patristique et Humanisme, Paris, 1976, p. 25-34.

14 Europe. La voie romaine, Paris, 1992.

15 G. Dumézil, Mythe et Épopée I, Paris, 1968.

16 J. Carcopino, Virgile et le mystère de la IVe Églogue, Paris, 1930.

17 R. Syme, La Révolution romaine, trad. fr., Paris, 1967 [1939].

18 J. Gagé, Apollon romain. Essai sur le culte d’Apollon et le développement du ritus graecus à Rome, des origines à Auguste, Paris, 1955 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 182).

19 G.-Ch. Picard, Auguste et Néron. Le secret de l’Empire, Paris, 1962.

20 P. Grenade, Essai sur les origines du principat. Investiture et renouvellement des pouvoirs impériaux, Paris, 1961.

21 F. Hurlet, Les collègues du prince sous Auguste et Tibère. De la légalité républicaine à la légitimité dynastique, Rome, 1997 (Collection de l’École française de Rome, 227).

22 P. Horden, N. Purcell, The corrupting sea. A story of Mediterranean history, Oxford, 2000.

23 Respectivement P. Grimal, Paris, 1965 (Que Sais-Je ?, 676) ; R. Etienne, Paris, 1970 ; J.-M. André, Paris, 1974 ; P. Petit, Le premier siècle de notre ère, Paris, 1968. Cette floraison d’ouvrages a été relevée par L. S. Senghor, La politique d’Auguste, dans Ethiopiques, 3, 1975 (Culture et civilisations).

24 G. Aujac, Strabon et la science de son temps, Paris, 1966.

25 J.-M. Roddaz, Marcus Agrippa, Rome, 1984 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 253).

26 Consulter par exemple César et la Gaule, Paris, 1990 (rééd. Paris, 2000), p. 78-84.

27 C. Nicolet, L’inventaire du monde, Paris, 1988.

28 P. Zanker, Augustus und die Macht der Bilder, Munich, 1987.

29 Qu’il soit bien clair que ces noms sont donnés ici à titre emblématique. Ces historiens sont loin d’être les seuls à avoir participé à cette avancée globale, mais la réception de leurs travaux, en particulier en France, rendait naturel de les citer.

30 J.-P. Néraudau, Auguste. La brique et le marbre, Paris, 1996.

31 Sous le patronage de Jean Leclant.

32 Trad. fr., Paris, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Pailler, « Auguste en France au XXe siècle », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-2 | 2011, 409-416.

Référence électronique

Jean-Marie Pailler, « Auguste en France au XXe siècle », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-2 | 2011, mis en ligne le 19 février 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://mefra.revues.org/432 ; DOI : 10.4000/mefra.432

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Pailler

Université Toulouse, IUF, pailler@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org