Navigation – Plan du site
Regards croisés : Antiquité et Moyen Âge dans les historiographies française et italienne

Les congrès de Tarente et les thèmes de recherche sur la Grande Grèce

The Taranto congress and the research themes of Magna Grecia
Airton Pollini
p. 423-432

Résumés

Les congrès de Tarente constituent le lieu privilégié pour la présentation des principales recherches en histoire et archéologie des sociétés grecques coloniales d’Italie du Sud. L’analyse des thèmes étudiés pendant les quarante ans des rencontres tarentines nous permet d’établir une certaine évolution dans les méthodes utilisées et de souligner la présence française dans les discussions. Nous pouvons identifier assez clairement le passage d’une perspective qui cherchait à définir des modèles explicatifs généraux, pendant les deux premières décennies, à la méthode actuelle qui privilégie les comparaisons. Aussi, à travers deux exemples particulièrement marquants, qui sont les congrès de 1967 sur le territoire et de 1997 sur la frontière, il est possible d’observer en détail l’évolution des recherches sur la Grande Grèce, en ce qui concerne tant les thèmes que les méthodes d’étude.

Haut de page

Texte intégral

Le début des congrès de Tarente

  • 1 Belli 1970.
  • 2 Atti Taranto 1961.

1Nous devons à Carlo Belli, artiste peintre, écrivain et journaliste, l’idée des convegni di studi sulla Magna Grecia. En plus d’une carrière artistique marquée par ses relations avec Marinetti et Kandinsky, Carlo Belli s’est passionné pour la Grande Grèce et pour Tarente en particulier. Il a même écrit un livre sur le musée archéologique de Tarente1. Cette passion l’a poussé à réunir un groupe de spécialistes pour former le premier comité d’organisation des congrès ; ensemble, ils ont établi les lignes de conduite générales : des rencontres scientifiques annuelles avec la définition d’un thème d’étude, dont le premier a porté sur les rapports entre Grecs et indigènes en Grande Grèce2.

2Dans l’histoire des différentes rencontres tarentines, un élément majeur ayant contribué à leur succès a été l’association d’archéologues et d’historiens dans tous les congrès de Tarente. Cette caractéristique est assez remarquable, notamment à une époque où les rapports entre les différents domaines liés à l’Antiquité étaient beaucoup moins étroits qu’ils ne le sont de nos jours. Cette association entre différents spécialistes est particulièrement perceptible par la confrontation des données archéologiques et écrites, ainsi que par les différentes méthodes d’analyse de ces données ; tout cela constitue, sans doute, une des grandes richesses des congrès de Tarente. De plus, la présentation d’une conclusion générale à la fin, qui essaie de faire la synthèse des communications et des discussions, est également un élément important de la mise en parallèle des différentes sources et méthodes, ce qui représente également un grand atout de ces colloques.

  • 3 Gras 2006 procède à une classification plus détaillée en six ensembles : thématique, chronologique, (...)
  • 4 Gras 2006, p. 18 identifie un total de douze éditions des congrès de Tarente consacrées à des cités (...)

3Les rencontres annuelles à Tarente constituent le principal lieu de discussion sur les colonies grecques de l’Italie méridionale, en accueillant des spécialistes italiens et étrangers. Ces congrès sont organisés depuis 1961 autour de thèmes d’études et on peut relever deux manières principales de définir les sujets traités lors de chaque rencontre3. D’une part, de nombreuses colonies ont fait l’objet d’une étude systématique et synthétique, pour lesquelles on a essayé de présenter un panorama le plus complet possible sur chacune de ces cités4. D’autre part, certains thèmes de recherche sont le fil conducteur pour organiser des exposés mettant en avant des données provenant de plusieurs colonies.

  • 5 Atti Taranto 1968, p. 137-152.

4Un autre aspect essentiel de l’organisation des congrès de Tarente est la présentation des actualités de la recherche par les Surintendances archéologiques de l’Italie du Sud : Campanie, Calabre, Basilicate et Pouilles. Ces chroniques permettent une diffusion très rapide et synthétique des principales découvertes archéologiques et attirent un nombre très important d’auditeurs. Pour ne citer qu’un exemple phare de la portée de ces chroniques, Mario Napoli a présenté les peintures de la Tombe du Plongeur à peine quelques mois après leur découverte et les discussions sur le caractère exceptionnel de ces peintures ont débuté lors du congrès de Tarente de 19685. L’inclusion des chroniques archéologiques permet un dialogue très important et fructueux entre les découvertes réalisées par les Surintendances, notamment lors des fouilles de sauvetage, et la réflexion scientifique menée par des spécialistes de divers aspects du monde colonial grec, et cela dès les premières éditions des rencontres tarentines. Ce dialogue continu permet aux uns de se tenir au courant des plus récentes découvertes et aux autres de savoir quelles sont les méthodes et hypothèses d’études les plus porteuses.

5Le présent travail concerne particulièrement les thèmes de recherche et je propose de commenter l’évolution perceptible dans le choix des thèmes, dans la manière de les traiter, ainsi que l’apport des spécialistes français dans le dialogue avec les chercheurs italiens et ceux provenant d’autres pays.

Tarente dans le contexte des années 1960 et 1970

  • 6 Outre les ouvrages et articles très influents, M. Finley a également participé aux rencontres taren (...)

6En ce qui concerne le mode de traitement des thèmes d’étude, dans les premières éditions des congrès de Tarente, on remarque l’essai de formulation de synthèses qui voulaient expliquer, d’une manière globale, divers aspects du phénomène colonial grec en Italie. Tel un « modèle », largement inspiré des théories de M. Finley6, ces grandes interprétations devaient être capables de rendre compte des caractéristiques essentielles de l’ensemble des colonies. Les neuf premiers thèmes choisis montrent également cette volonté d’établir une vision générale : on parle des rapports entre Grecs et indigènes, des voies de communication, des rapports entre colonies et métropoles, des sanctuaires, de la philosophie, de la littérature et de l’art figuré, du territoire, des rapports entre la Grande Grèce et Rome, enfin du monde hellénistique. La première cité à faire l’objet d’une étude a été Tarente, uniquement en 1970, pour la dixième édition des congrès.

  • 7 Voir en particulier les analyses récentes de l’apport de cette approche méthodologique. Sur C. Moss (...)
  • 8 Humphreys 1979, p. 58 et 62-65.
  • 9 Sur cet aspect, outre l’œuvre de J.-P. Vernant, voir aussi celle M. Detienne pour le monde grec et (...)
  • 10 D’Agostino 1991, en particulier p. 62-64.

7Le choix des thèmes et la méthode de traitement doivent être mis en contexte. En ce qui concerne les études classiques, les années 1960 sont marquées par le développement de deux grands ensembles méthodologiques : d’une part, le groupe autour de J.-P. Vernant, P. Vidal-Naquet et M. Detienne7, qui accordait une place très importante aux théories venant de l’anthropologie8, notamment pour l’interprétation des mythes9, de l’idéologie et de l’imaginaire des sociétés antiques. Ces méthodes d’interprétation ont profondément marqué un certain nombre de chercheurs italiens10et, à ce propos, on remarque la participation de M. Detienne aux débats lors du congrès de 1965 sur la philosophie en Grande Grèce et sa communication en 1974 sur l’orphisme, le dionysisme et le pythagorisme. En Italie, la nouvelle lecture des contextes funéraires des sociétés antiques semble être l’aspect le plus important de l’influence de ce groupe de chercheurs français. Selon ce type d’analyse, il est possible d’interpréter les messages que les sociétés laissaient à travers leurs rituels ; parmi eux, les rites funéraires sont perçus comme le moment de plus haute performance sociale, où la valeur symbolique est la plus élevée. Contrairement à la simple collecte des éléments du mobilier, l’application de ces interprétations de la société antique à l’archéologie mène à une analyse en contexte du matériel qu’on essaie d’interpréter comme autant de signes symboliques de pratiques que de croyances propres au peuple étudié.

  • 11 La mort, les morts 1977

8L’influence des mouvements intellectuels d’origine française et consacrés à l’interprétation des sociétés anciennes se fait ressentir en Italie de manière accrue lors de deux rencontres internationales. D’une part, le colloque organisé par J.-P. Vernant et G. Gnoli à Ischia en 1977 sur l’idéologie funéraire a essayé d’établir un dialogue entre des approches théoriques développées en France et les données archéologiques en provenance de l’Italie du Sud11. Pour résumer très brièvement, ce courant théorique se tournait vers l’analyse des formes idéales liées à l’instauration de la cité grecque. La polis grecque est à l’origine d’une mutation de la pensée et de l’imaginaire social : la formation de la cité provoque la naissance de la science, du droit positif, de l’histoire. Cette manière d’analyser les sociétés antiques est en grande mesure héritière de la tradition française venant de N. Fustel de Coulanges, L. Gernet et G. Glotz.

  • 12 Actes Cortone 1981. Parmi les chercheurs français présents à cette rencontre, on relève le groupe q (...)
  • 13 BTCGI 1977-2011, dernier volume publié en 2011 concerne les lettres « s » et « t » : sites de Suter (...)

9D’autre part, le colloque de Cortone de 1981 a réuni des historiens et des archéologues français et italiens autour de la question des formes de contact entre différentes cultures12. Cette rencontre montre les liens étroits entre l’École française de Rome et l’École normale supérieure de Pise et l’un des résultats majeurs pour l’étude des colonies grecques en Italie est l’édition des volumes de la Bibliographie topographique, qui recense les publications sur tous les sites archéologiques coloniaux en Italie13. Les discussions du colloque de Cortone ont porté notamment sur le problème de l’acculturation et des rapports entre Grecs et indigènes en Italie, reprenant de manière plus large le thème du premier congrès de Tarente. Ces questions sont toujours au centre des préoccupations présentes dans plusieurs éditions du congrès de Tarente et les liens entre les rencontres tarentines et la réalisation de ce colloque à Cortone sont très étroits.

  • 14 Finley 1985 ; Finley 1981 ; Morris 1999.

10Suivant des cheminements différents, une autre œuvre majeure qui se développe pendant ces mêmes années est celle de M. I. Finley. Si le groupe autour de J.-P. Vernant étudiait les mythes, l’imaginaire et les croyances, M. I. Finley s’intéressait aux aspects économiques, sociaux et politiques des sociétés anciennes. Les deux courants avaient en commun une tentative d’explication générale, la recherche d’éléments présents dans toutes les réalités du monde classique. M. I. Finley n’utilisait pas l’anthropologie, mais la sociologie et la philosophie de l’histoire de M. Weber14. Le but était de trouver les types généraux, « l’idéal-type » de M. Weber, qui ne peuvent être parfaitement illustrés dans aucun cas précis, mais qui sont nés de l’interprétation des traits fondamentaux communs. C’est une abstraction de la réalité qui permettrait d’expliquer l’ensemble. C’est dans ce contexte international que les participants des congrès de Tarente tentent de présenter une vision de l’ensemble des colonies de Grande Grèce.

  • 15 Sur R. Bianchi Bandinelli et les Dialoghi di archeologia, je renvoie à l’article de M. Barbanera da (...)

11Une autre influence majeure sur les discussions des congrès de Tarente vient du groupe autour des Dialoghi di archeologia. Il est essentiel de rappeler les liens étroits entre les rencontres romaines, organisées par R. Bianchi Bandinelli, et les tarentines, où plusieurs participants ont été des membres actifs des Dialoghi15.

  • 16 Lenormant 1881-1884.
  • 17 Perret 1941.
  • 18 Bérard 1957
  • 19 Wuilleumier 1939.
  • 20 Vallet 1958.
  • 21 Dunbabin 1948.
  • 22 D’autres chercheurs anglophones se sont intéressés à l’étude de la Grande Grèce après le début des (...)

12Pour ce qui relève des rapports entre la France et l’Italie, il est intéressant de commenter la présence française à Tarente mais, premièrement, notons l’importance des recherches menées par des Français sur les colonies grecques d’Italie méridionale avant la création des rencontres tarentines. C’est une histoire qui remonte à la fin du xixe siècle avec F. Lenormant et son ouvrage Grande-Grèce, paysages et histoire16, et qui continue ensuite avec J. Perret17, J. Bérard18, P. Wuilleumier19et, en 1958, peu avant le premier congrès de Tarente, la publication de la thèse de G. Vallet, soutenue en 195620. La place privilégiée des Français en Italie du Sud est d’autant plus perceptible lorsqu’on la compare à d’autres chercheurs étrangers intéressés par la Grande Grèce : le nom de T. J. Dunbabin21est ainsi encore plus remarquable par la rareté de chercheurs de langue anglaise à s’occuper des colonies grecques en Italie avant le début des congrès de Tarente22.

13Pour revenir à notre sujet, nous pouvons relever la présence française dans les différentes éditions des rencontres tarentines. En effet, les chercheurs français ont été présents depuis la première édition, notamment avec P. Lévêque dans le public en 1961. À partir de la deuxième année, les chercheurs français ont occupé une place importante dans les discussions, à commencer par plusieurs communications de G. Vallet, en 1962, 1963, 1967, 1978 puis en 1986 et 1995. La participation française dans les vingt premières années des congrès ne s’est pas restreinte à G. Vallet : on compte également avec P. Boyancé (directeur de l’École française de Rome) en 1965, H. Metzger en 1966, J. Heurgon en 1968, 1971 et 1975, P. Lévêque en 1969, P. Wuilleumier en 1970, R. Martin en 1970 et 1972, J. de la Genière en 1971 et 1979, F. Braudel et E. Will en 1972, M. Detienne en 1974, J.-P. Morel en 1975 et C. Rolley en 1980 ; on peut ajouter à cette liste A. Schnapp, qui intervient dans la partie consacrée aux chroniques de fouilles, à propos des fouilles archéologiques de Moio della Civitella, en 1976. Dans les vingt premières éditions des congrès de Tarente, les Français ne font des communications qu’à quatre occasions en 1961, 1964, 1973 et 1977, mais ils participent systématiquement aux débats. Les Français sont présents à presque toutes les éditions du congrès, et même quelques fois avec plusieurs communications ; tel est le cas notamment en 1972 avec trois communications. Par conséquent, dans les deux premières décennies du congrès de Tarente, les Français constituent le groupe le plus actif de chercheurs étrangers. À titre de comparaison, la première communication donnée en langue anglaise a été prononcée uniquement au dixième congrès, en 1970.

Le colloque de 1967 sur le territoire

  • 23 Greco 2006, p. 66.

14Pour illustrer l’importance des discussions à Tarente et la participation française, je prends en considération un des thèmes abordés. En 1967, l’organisation des congrès choisit comme sujet la cité et son territoire, un thème très innovant à l’époque. Selon E. Greco23, ce colloque est l’un des moments les plus remarquables des congrès de Tarente, puisque le cadre interprétatif proposé en 1967 pour l’étude du territoire est, en grande partie, encore utilisé et débattu aujourd’hui.

15Si les historiens de l’Antiquité ont toujours accepté l’importance de l’agriculture pour l’économie grecque, nos connaissances sur les campagnes grecques reposaient presque entièrement sur la tradition littéraire. En ce qui concerne les données archéologiques, si importantes pour une meilleure compréhension des cités grecques, les recherches se concentraient sur les centres urbains, ne prêtant pas attention au domaine rural. Les études systématiques des campagnes grecques ont débuté uniquement entre la fin des années 1950 et le début des années 1960, dans les colonies grecques d’Occident et de la Mer Noire.

16L’intérêt pour le domaine rural est fortement lié au développement des photographies aériennes, notamment dans l’immédiat après-guerre, et plusieurs travaux ont été entrepris par ceux qui avaient accès à ces photographies, à l’origine militaires, tant en Italie du Sud qu’en URSS. Les archéologues soviétiques avaient entrepris leurs recherches dès le début des années 1950 et, grâce à la photographie aérienne alliée à une vérification sur le terrain, ils ont découvert l’unique exemple, à l’époque, de division régulière de terres agricoles : des kleroi (lots de terre) de taille égale distribués régulièrement sur la surface de la Chersonèse, en Crimée. Des fouilles archéologiques systématiques de la Chersonèse ont, en effet, été pratiquées depuis 1940, ce qui a permis l’extension des fouilles vers la campagne et, en quelque sorte, l’avancée des chercheurs soviétiques par rapport à leurs collègues occidentaux. Évidemment, ces recherches archéologiques n’étaient pas restreintes à la Chersonèse ; d’autres importantes cités grecques de la mer Noire ont fait l’objet d’études, y compris de leurs terres : Olbia pontique, Panticapée, Histria (Istros) en Roumanie et les cités du Bosphore cimmérien.

  • 24 Pollini 2006.

17En Italie méridionale24, les premiers travaux systématiques sur les campagnes ont été entrepris à Gela, en Sicile, dans les années 1950, par D. Adamesteanu. Les fouilles à Gela ont montré l’intérêt de l’étude de la campagne pour la compréhension de la société antique puisque c’est à partir de l’analyse de l’occupation des terres que les archéologues ont pu mettre en évidence l’évolution d’une cité, avec les périodes d’expansion maximale et d’exploitation plus intensive des terres.

18Cette même méthode de travail a été transposée ensuite vers le continent pour étudier la colonie de Métaponte, en Italie méridionale. Là aussi, on a pu bénéficier des études précédentes, surtout celles issues de la photo-interprétation, qui ont guidé l’activité archéologique sur le terrain. Effectivement, l’exemple de Métaponte est le résultat le plus spectaculaire des recherches sur les photographies aériennes en Occident : comme en Chersonèse, on a découvert un système de lotissements réguliers du territoire, qui a ensuite été confirmé par les fouilles sur le terrain.

19Ce sont les découvertes exceptionnelles des divisions régulières des lots de terres à Métaponte qui ont certainement inspiré la définition du thème d’étude du congrès de Tarente de 1967. Ce congrès marque le premier essai de formulation d’une vision générale pour le territoire en Italie méridionale et les communications d’E. Lepore et de G. Vallet ont posé les problématiques essentielles sur le territoire. On pense tout particulièrement à la question des sanctuaires extra-urbains et aux notions de zone d’influence de la cité grecque vers l’arrière-pays indigène, ainsi que l’utilisation du concept de frontier history pour l’étude de la frontière d’une cité grecque coloniale. Ainsi, les articles de E. Lepore et de G. Vallet complètent les recherches originales de D. Adamesteanu ; ils donnent un cadre interprétatif plus général et théorique pour les données archéologiques et littéraires en se reportant à des exemples spécifiques, tandis que D. Adamesteanu se concentrait surtout sur la description des sites qu’il avait fouillés, sans extrapoler les limites de ses données.

  • 25 Finley 1973

20C’est donc le congrès de Tarente de 1967 qui marque le début d’une préoccupation pour l’étude des campagnes grecques en Occident. Cette influence peut être ressentie également par la mise en parallèle d’une rencontre organisée deux ans après à Royaumont et publiée en 1973 sous la direction de M. I. Finley25. Les articles de ce deuxième colloque font systématiquement référence aux interprétations proposées à Tarente et on peut citer en particulier les communications de R. Martin et d’E. Lepore. Les noms des participants à Tarente et à Royaumont ne laissent pas de doute : ce sont les discussions de Tarente qui ont posé la question du territoire des cités grecques au niveau international, avec une très forte participation française.

La période plus récente et les spécificités locales

21Après cette brève vue d’ensemble des deux premières décennies des congrès de Tarente et le rayonnement international des congrès, avec une importante participation française, il nous reste à commenter son développement dans les vingt-cinq dernières années. La caractéristique essentielle est une évolution vers une perspective qui renforce les spécificités locales et qui privilégie les comparaisons.

  • 26 Gli Achei 2001.
  • 27 Atti Taranto 2007 ; Atene e l’Occidente 2006.

22Actuellement, les chercheurs essayent de dépasser l’approche en vigueur dans les années 1960 et 1970 et n’ont plus pour but de formuler un modèle explicatif général. On voit donc une plus grande profusion d’études qui traitent de sites particuliers, faisant des comparaisons entre eux, mais elles n’ont plus pour but de créer un modèle. Si cette nouvelle perspective privilégiait au départ les comparaisons entre les colonies d’Occident, le mouvement le plus récent est un élargissement de ces comparaisons, notamment dans la direction d’un rapprochement avec la Grèce égéenne. On peut citer, à titre d’exemple, un colloque organisé par E. Greco et publié en 200126, dont le but était de mettre en rapport les différences et les similitudes entre les Achéens des métropoles et les Achéens des colonies. De plus, la tenue entre 2006 et 2007 de deux colloques sur les rapports entre Athènes et la Grande Grèce, l’un à Athènes, l’autre à Tarente, montre de manière évidente ce rapprochement27. Plus qu’un simple rapprochement, il existe un vrai phénomène d’émulation entre les thèmes et les discussions à Tarente et d’autres colloques qui se sont tenus récemment, et pas uniquement en Italie méridionale.

  • 28 Atti Taranto 1997.

23Outre cette approche qui privilégie les comparaisons, on remarque, dans les dernières éditions des congrès de Tarente, une préoccupation accrue pour les nouvelles méthodes de l’archéologie. Nous pouvons dire que c’est l’édition de 1997, ayant pour thème la frontière, qui inaugure cette attention particulière aux nouvelles méthodes28. En effet, les communications de la rencontre de 1997 ont souligné l’évolution méthodologique de l’étude de la frontière, notamment par la reconnaissance de son double aspect : spatial et ethnique. Surtout dans le sens ethnique, on souligne le recours à des concepts adaptés de l’anthropologie contemporaine, par exemple l’ethnicité et le problème de l’affirmation des identités.

  • 29 Gruzinski et Rouveret 1976 ; Jones 1997 ; Hall 1997.

24Pendant les années 1960 et 1970, l’influence de l’anthropologie en archéologie classique apparaissait très nettement à travers l’utilisation du concept d’acculturation, qui marquait une évolution claire par rapport au terme d’hellénisation. Dans les années 1990, l’anthropologie d’origine anglosaxonne a forgé un nouveau concept, celui d’ethnicité, qui a été appliqué en archéologie d’abord en préhistoire, puis dans les études classiques29.

25Le congrès de Tarente de 1997, dédié à l’étude de la frontière en Grande Grèce, semble se reporter à ce nouveau concept et aux discussions sur l’identité culturelle des peuples durant l’Antiquité. Il faut mentionner que les recherches en Grèce propre, à partir de la technique de la prospection, ont contribué à éveiller l’esprit des chercheurs du monde grec, y compris ceux dont l’attention se portait sur le domaine colonial, sur les problèmes régionaux et sur l’identification ethnique et culturelle des populations (Achéens, Arcadiens, Béotiens, entre autres). Dans son ensemble, ce congrès introduit la question de l’identité ethnique dans la grande majorité des communications, mettant en évidence l’importance de la frontière culturelle et ethnique par rapport à l’aspect spatial, qui a été laissé en second plan. Il est intéressant de remarquer également les éléments de rapprochement entre les thèmes d’étude du premier colloque de Tarente, de 1961, sur les rapports entre Grecs et indigènes, et de celui de 1997, qui inaugure cette nouvelle préoccupation méthodologique à Tarente.

26D’une façon générale, les problèmes méthodologiques pour l’étude des confins ont été posés de sorte que la frontière a été comprise comme un lieu de contact identitaire, traité de manière à proposer une approche nouvelle. Pour cela, tous les types de données sont mis à contribution : de l’analyse historiographique sur des concepts aidant à la formation de nouvelles interprétations, des études linguistiques sur les différents dialectes en contact dans le milieu colonial, ainsi que les données archéologiques et iconographiques provenant de plusieurs cités.

27La conclusion que nous pouvons tirer de ce colloque est, en premier lieu, la nécessité de définition du terme de frontière lors de son application à l’étude du monde antique. La définition qui semble être proposée par les différents intervenants de ce colloque est la plus large : la frontière est perçue à la fois par son aspect purement géographique (les limites réelles d’occupation d’un territoire), tout en étant liée à une notion ethnique et culturelle. La frontière, dans ce sens, est à la fois le lieu de la rencontre des populations différentes, ainsi que le lieu des moyens d’expression de leur culture, qui ne se restreignent pas uniquement aux endroits lointains, mais peuvent être repérés même dans le centre urbain d’une cité, dans une nécropole importante ou dans un grand sanctuaire.

28L’attention portée aux questions de méthodes a été renforcée depuis ; l’édition de 2002, notamment, avait pour thème le paysage et l’environnement en Grande Grèce, où l’intégration d’autres disciplines, comme la géomorphologie, la zoologie et la botanique, a été mise au centre des discussions. Il est important de rappeler que le congrès de 2002 représente le moment où ces problèmes méthodologiques ont fait l’objet d’un thème en soi, mais qu’ils étaient abordés dans d’autres éditions, avec un certain nombre de communications mettant en rapport les nouvelles méthodes et les discussions sur les données archéologiques provenant des sites en Grande Grèce.

  • 30 Layton et Ucko 1999.

29L’autre point essentiel de ce congrès de 2002 est l’intégration d’une nouvelle approche de l’archéologie, que l’on peut nommer « archéologie du paysage », dans les études sur la Grande Grèce. Pour comprendre les caractères essentiels de cette archéologie du paysage, on doit commencer par la définition du terme paysage. Présent dans plusieurs ouvrages traitant du thème, un certain consensus s’est formé autour de l’idée que le paysage regroupe à la fois l’environnement naturel et sa représentation, ou sa conceptualisation30. Dans ce sens, l’archéologie du paysage étudie l’interaction de l’homme et de l’espace, plus précisément les rapports entre les formes naturelles qui conditionnent l’occupation humaine et les transformations de cet environnement par l’action humaine au fil du temps.

  • 31 Adams 1988, p. 4-5.

30À partir de quelques propositions soutenues par les spécialistes eux-mêmes, cette archéologie du paysage est issue de la méthode de prospection en archéologie31, ce qui montre la continuité des préoccupations de type méthodologique des derniers congrès de Tarente et qui ont une origine commune dans la pratique des prospections. C’est l’analyse d’une plus grande quantité et diversité de sites, ainsi que leur localisation précise dans l’espace, qui a conduit les chercheurs à considérer les éléments de l’environnement dans leurs études. La perspective pluridisciplinaire des prospections, avec l’association de spécialistes des sciences naturelles, telles que la géologie, la botanique, la zoologie et la paléontologie, ainsi que l’inclusion de l’espace physique dans les modèles interprétatifs sont au fondement de cette nouvelle approche. La géomorphologie devient partie essentielle de l’interprétation archéologique, en particulier quand elle peut répondre à quelques questions que l’archéologie seule ne peut résoudre : ainsi, à titre d’exemple, les changements du relief et du climat sont aussi responsables d’un certain nombre de changements de comportement des populations d’une région.

  • 32 Voir un résumé des résultats de ces recherches dans : Bintliff 1991

31Comme dans le cas de la majorité des nouveaux courants méthodologiques en archéologie, cette approche a aussi été forgée par les archéologues préhistoriens et a été transposée en archéologie classique par le biais de quelques équipes pluridisciplinaires pratiquant la prospection. Le rapprochement entre l’introduction de l’archéologie du paysage et l’évolution des techniques et des théories sur la prospection semble évident, comme le montrent les recherches en Béotie menées par J. L. Bintliff et A. Snodgrass32.

  • 33 Adams 1988, p. 12-13

32Le premier problème de cette approche33se trouve dans la tendance à considérer le rapport entre l’environnement et l’homme comme statique, suivant un même ordre et un ensemble de règles uniques, indifféremment du contexte culturel. L’établissement de modèles explicatifs entraîne, en grande partie, cette tendance à schématiser les réalités : l’homme suivrait des principes universaux, tel que la plus grande rationalisation des distances. Ce type de schématisme ne tient pas compte d’autres raisons possibles pour l’établissement d’un site, comme les motivations issues des croyances religieuses par exemple, et il cherche à définir un équilibre parfait entre l’habitat et ses populations.

  • 34 Knapp et Ashmore 1999.

33Les critiques à cette approche schématique sont multiples et aujourd’hui le courant qui semble prédominer dans ce que l’on appelle l’archéologie du paysage souligne l’aspect sociosymbolique et les éléments de représentation de l’espace plutôt que la géographie physique34. Le paysage ne se résume plus à la campagne, mais considère l’espace réel tel qu’il était perçu et contextualisé par les populations antiques. Cette mise en contexte de l’environnement touche un autre point central, source de nombreux questionnements, à savoir la possibilité de retour à des modèles de déterminisme géographique à partir de l’analyse du paysage.

  • 35 Ucko et Layton (éd.), 1999
  • 36 Layton et Ucko 1999, p. 7.

34Un bon exemple de traitement du problème, contre toute possibilité d’utilisation de l’archéologie sans contexte, est le volume dirigé par P. J. Ucko et R. Layton35, qui recueille les actes du 3e congrès mondial d’archéologie (WAC). Malgré l’absence de références directes à l’archéologie classique, cet ouvrage est aussi utile pour les antiquisants en raison de l’approche théorique qu’il propose. Son objectif central est de montrer que la perception et la construction humaine de l’environnement dépendent des contextes et que les mêmes données naturelles sont perçues de manière totalement distincte par des populations différentes : par exemple, les colons et les indigènes colonisés, de toutes époques et régions, perçoivent le même milieu naturel différemment36.

35En effet, les discussions présentes dans le congrès de Tarente de 2002 sont en parfait accord avec la tendance générale à considérer le paysage comme le rapport entre les activités humaines et leur milieu naturel ; les interventions ont examiné ce rapport dans la longue durée et avec le concours de plusieurs disciplines. Si l’on considère les congrès de Tarente comme le lieu privilégié pour l’établissement des lignes directives des recherches qui se tiennent en Italie du Sud, il est important de remarquer cet essai d’inclusion d’une approche relativement nouvelle dans ces régions. Grâce au congrès de 2002 et à l’introduction de questions concernant l’archéologie du paysage en Grande Grèce, cette approche peut se développer dans les études de cette région.

  • 37 La nécessité de l’utilisation d’une médiation pour l’interprétation des données archéologiques est (...)
  • 38 Atti Taranto 2006. Voir en particulier les communications de S. De Caro et de F. D’Andria consacrée (...)

36On voit ainsi que, de la même manière que dans la première phase des congrès, les éditions plus récentes reflètent également l’évolution de la recherche archéologique internationale. Une plus grande attention est en effet portée aux questions méthodologiques et l’on constate une plus grande intégration d’autres disciplines, notamment par l’approche de l’archéologie du paysage et les prospections. Il semble qu’en dépit de certaines difficultés, les congrès de Tarente ont réussi, jusqu’à présent, à maintenir un dialogue très fructueux avec les discussions méthodologiques internationales les plus récentes. D’autre part, il semble que l’existence, à Tarente, d’une tradition de confrontation entre les données archéologiques et écrites a permis d’utiliser ces nouvelles approches méthodologiques de façon plus nuancée que dans d’autres cas d’étude37. En effet, le problème de l’utilisation des nouvelles méthodes d’étude de l’archéologie de la Grande Grèce a été l’un des aspects le plus important des communications présentées lors du congrès de 2006, sur le passé et l’avenir des rencontres tarentines38.

37Pour revenir à la participation française, dans la phase plus récente des congrès de Tarente, on remarque la continuité de cette présence en parallèle à une plus grande ouverture à des chercheurs d’autres nationalités, notamment de Grèce. En effet, plusieurs congrès ont fourni des occasions de contacts plus étroits avec les spécialistes de la Grèce égéenne, y compris des Français, et nous pouvons énumérer notamment les thèmes suivants : l’époque byzantine en 1977, le monde mycénien en 1982, l’Épire et la Macédoine en 1984, les grands sanctuaires égéens en 1991, avec la participation de G. Rougemont, A. Jacquemin et O. Picard, les rapports entre la Grande Grèce et Corinthe en 1994, avec E. Will, l’Orient méditerranéen en 1999, avec P. Carlier, M. Gras, J. de La Genière et F. Croissant, le territoire en Occident et en Mer Noire en 2000, avec M. Brunet, J.-P. Morel, M. Bats et Ph. Boissinot, et Alexandre le Molosse en 2003, avec P. Cabanes, H. Tréziny et J.-L. Lamboley.

38Il est important de remarquer d’ailleurs que les thèmes en rapport avec la Grèce métropolitaine ont été très favorables à la participation française, mais que cette participation a également gardé son importance dans les éditions sans rapport direct avec la Grèce égéenne. À titre d’illustration, dans les dix dernières années, on peut énumérer les communications des chercheurs français : trois communications en 2003, trois en 2000, quatre en 1999, et surtout cinq communications en 1997, avec M. Bats, J.-L. Amselle, J. de La Genière, A. Rouveret et N. Lubtschansky. La participation française particulièrement importante lors du congrès de 1997 montre, de façon éloquente, que les thèmes à caractère méthodologique représentent des occasions privilégiées pour les échanges internationaux et que les chercheurs français continuent à être le groupe d’étrangers le plus présent en Italie méridionale.

Conclusion

39On peut, d’une part, conclure que les thèmes et communications présentés aux congrès de Tarente ont su s’adapter et suivre les tendances scientifiques internationales, notamment en ouvrant les discussions à la participation de chercheurs d’origines plus variées. Dans ce mouvement, les chercheurs français ont toujours été très présents aux congrès de Tarente, suivant également les nouvelles tendances. Les Français constituent toujours le groupe de chercheurs étrangers le plus actif à Tarente. Une des caractéristiques implicites de cette forte participation française est la présence constante d’un membre français au comité scientifique d’organisation des congrès, depuis les années 1960 avec G. Vallet et plus récemment avec M. Gras. À ce propos, on remarque notamment la très faible participation de chercheurs de langue anglaise, soit des îles britanniques, soit d’Amérique. J. Carter de l’Université du Texas et responsable des fouilles dans les territoires de Métaponte et de Crotone est le seul représentant de langue anglaise régulièrement présent non seulement aux discussions mais aussi dans le comité scientifique, qui compte aussi D. Ridgway.

  • 39 Atti Taranto 2006.

40D’autre part, la tenue, en 2006, d’un congrès portant justement sur les problèmes historiographiques39montre que l’organisation des rencontres tarentines est dans une période de questionnements sur son avenir. Les questions posées peuvent être regroupées schématiquement en trois ensembles : le renouvellement des thèmes et des participants, où l’on a notamment souligné l’actuelle faible participation des jeunes chercheurs, tant italiens qu’étrangers ; les rapports avec les Surintendances, notamment par l’intermédiaire des chroniques de l’actualité archéologique de l’Italie du Sud ; la diffusion des discussions tarentines, tant en Italie qu’à l’étranger, avec la perception d’une relative marginalité de la Grande Grèce par rapport aux études sur le monde grec : malgré les efforts de rapprochement avec les thèmes de la Grèce égéenne, on note que les congrès de Tarente sont cités en grande majorité par des chercheurs s’occupant directement de la Grande Grèce. Pour le moment, un nombre relativement réduit de spécialistes du monde grec s’intéresse aux données provenant de la Grande Grèce et, de ce fait, le rayonnement des congrès de Tarente subit également les conséquences. Le fait que la grande majorité des communications soit toujours publiée en italien, avec une très faible participation de publications en anglais, contribue aussi à une certaine marginalisation des études sur cette région par rapport au monde grec en général.

41J’ai essayé de montrer l’importance et l’originalité des congrès de Tarente et j’espère que le comité organisateur continuera à trouver les moyens de rénover les discussions et de maintenir le grand intérêt de ces rencontres annuelles. Comme il a été souligné lors du congrès historiographique de 2006, une préoccupation particulièrement importante devrait être le renouvellement des thèmes et des intervenants, ainsi que le renforcement de la participation de spécialistes étrangers. Peut-être pourrait-on proposer un plus grand nombre de communications publiées en langue anglaise, permettant l’accès à un public bien plus large.

Haut de page

Bibliographie

Actes Cortone 1981 = Modes de contacts et processus de transformation dans les sociétés anciennes. Actes du colloque de Cortone (24-30 mai 1981), Cortone, 1981.

Atene e l’Occidente 2006 = E. Greco et M. Lombardo (éd.), Atene e l’Occidente : i grandi temi. Atti del convegno internazionale, 2006, Athènes, 2007.

Atti Taranto 1961 = Greci e Italici in Magna Grecia. Atti del convegno di studi sulla Magna Grecia, I, Tarente, 1961.

Atti Taranto 1967 = La città e il suo territorio. Atti del convegno di studi sulla Magna Grecia, 1967, VII, Tarente, 1968.

Atti Taranto 1968 = La Magna Grecia e Roma in età arcaica. Atti del convegno di studi sulla Magna Grecia, 1968, VIII, Tarente, 1971.

Atti Taranto 1997 = Confini e frontiera nella grecità d’Occidente. Atti del convegno di studi sulla Magna Grecia, 1997, XXXVII, Tarente, 1999.

Atti Taranto 2006 = Passato e futuro dei convegni di studi sulla Magna Grecia. Atti del convegno di studi sulla Magna Grecia, 2006, XLVI, Tarente, 2007.

Atti Taranto 2007 = Atene e la Magna Grecia dall’età arcaica all’ellenismo. Atti del convegno di studi sulla Magna Grecia, 2007, LXVII, Tarente, 2008.

BTCGI 1977-2011 = G. Nenci et G. Vallet (éd.), Bibliografia topografica della colonizzazione greca in Italia e nelle isole tirreniche, vol. 1-20, Pise, 1977.

Gli Achei 2001 = E. Greco (éd.), Gli Achei e l’identità etnica degli Achei d’Occidente, Atti del convegno internazionale di studi, 2001, Paestum, 2002.

La mort, les morts 1977 = G. Gnoli et J.-P. Vernant (éd.), La mort, les morts dans les sociétés anciennes, 1977, Ischia, 1982.

Adams 1988= R. M. Adams, Conceptual issues in environ-mental archaeology: an overview, dans J. L. Bintliff, D. A. Davidson et E. G. Grant (éd.), Conceptual issues in environmental archaeology, Edinburgh, 1988, p. 1-15.

Belli 1970 = C. Belli, Il tesoro di Taras. Museo nazionale di Taranto, Milan, 1970.

Bérard 1957 = J. Bérard, La colonisation grecque de l’Italie méridionale et de la Sicile dans l’Antiquité, 2e éd., Paris, 1957 (1ère éd. 1941).

Bintliff 1991= J. L. Bintliff, Pattern and process in the city landscapes of Boetia from geometric to late Roman times, dans M. Brunet (éd.), Territoires des cités grecques. Actes de la table ronde internationale 1991, Athènes, 1999 (BCH Suppléments, 34), p. 15-33.

D’Agostino 1991= B. D’Agostino, The Italian perspective on theoretical archaeology, dans I. Hodder (éd.), Archaeological theory in Europe: the last three decades, Londres, 1991, p. 52-64.

Dunbabin 1948= T. J. Dunbabin, The Western Greeks: the history of Sicily and South Italy from the foundation of the Greek colonies to 480 B.C., Londres, 1948.

Finley 1973 = M. I. Finley (éd.), Problèmes de la terre en Grèce Ancienne, Paris-La Haye, 1973.

Finley 1981= M. I. Finley, The Ancient city: from Fustel de Coulanges to Max Weber and beyond, dans B. D. Shaw et R. P. Saller (éd.), Economy and society in ancient Greece, Londres, 1981, p. 3-23.

Finley 1985= M. I. Finley, Max Weber and the Greek city

state, dans M. I. Finley (éd.), Ancient history: evidence and models, Londres, 1985, p. 88-103.

Graham 1964= A. J. Graham, Colony and mother city in ancient Greece, Manchester, 1964.

Gras 2006= M. Gras, Guardare al passato pensando al futuro, dans Atti Taranto 2006, p. 15-36.

Greco 2006= E. Greco, Dialogo tra storici ed archeologi: spunti per una discussione, dans Atti Taranto 2006, p. 61-77.

Gruzinski et Rouveret 1976 = S. Gruzinski et A. Rouveret, Ellos son como niños. Histoire et acculturation dans le Mexique colonial et l’Italie méridionale avant la romanisation, dans Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 88, 1976, p. 159-219.

Hall 1997= J. M. Hall, Ethnic identity in Greek antiquity, Cambridge, 1997.

Humphreys 1979= S. C. Humphreys, Studi classici e antropologia, dans S. C. Humphreys (éd.), Saggi antropologici sulla Grecia antica, Bologne, 1979, p. 49-67.

Jones 1997= S. Jones, The archaeology of ethnicity. Constructing identities in the past and present, Londres, 1997.

Knapp et Ashmore 1999= A. B. Knapp et W. Ashmore, Archaeological landscapes: constructed, conceptualized, ideationa, dans W. Ashmore et A. B. Knapp (éd.), Archaeologies of landscape. Contemporary perspectives, Malden (Mass.), 1999, p. 1-30.

Layton et Ucko 1999= R. Layton et P. J. Ucko, Introduction: gazing on the landscape and encountering the environment, dans Ucko et Layton (éd.) 1999, p. 1-20.

Lenormant 1881-1884 = F. Lenormant, La Grande-Grèce : paysages et histoire, 3 vol. , Paris, 1881-1884 (2e éd.).

Morris 1999= I. Morris 1999, Foreword, dans M. I. Finley (éd.), The ancient economy, Berkeley, 1999, p. IX-XXXVI.

Perret 1941 = J. Perret, Siris. Recherches critiques sur l’histoire de la Siritide avant 433, Paris, 1941.

Pollini 2006= A. Pollini, Bibliographical note on the study of the territory in Magna Graecia, workshop di Archeologia Classica. Paesaggi, costruzioni, reperti, Rome, 2006, p. 37-56.

Schmitt-Pantel et De Polignac (éd.) 2007 = P. Schmitt-Pantel et F. De Polignac (éd.), Athènes et le politique : dans le sillage de Claude Mossé, Paris, 2007.

Ucko et Layton (éd.)1999= P. J. Ucko et R. Layton (éd.), The archaeology and anthropology of landscape. Shaping your landscape. World Archaeological Congress, Londres,1999.

Vallet 1958 = G. Vallet, Rhégion et Zancle : histoire, commerce et civilisation des cités chalcidiennes du détroit de Messine, Paris, 1958.

Wuilleumier 1939 = P. Wuilleumier, Tarente des origines à la conquête romaine, Paris, 1939.

Haut de page

Notes

1 Belli 1970.

2 Atti Taranto 1961.

3 Gras 2006 procède à une classification plus détaillée en six ensembles : thématique, chronologique, géographique, indigène, d’histoire et civilisation, locale et historiographique.

4 Gras 2006, p. 18 identifie un total de douze éditions des congrès de Tarente consacrées à des cités prises isolément.

5 Atti Taranto 1968, p. 137-152.

6 Outre les ouvrages et articles très influents, M. Finley a également participé aux rencontres tarentines, notamment celle de 1967 ayant pour thème les problèmes du territoire des colonies grecques. Son intervention lors des discussions a été d’une grande portée et explique en partie son rôle lors d’un colloque sur le même thème deux ans plus tard : Atti Taranto 1967 ; Finley 1973.

7 Voir en particulier les analyses récentes de l’apport de cette approche méthodologique. Sur C. Mossé, voir : Schmitt-Pantel et De Polignac 2007 ; sur J.-P. Vernant et P. Vidal-Naquet, le colloque organisé par le centre Louis Gernet et l’équipe Phéacie, encore inédit : Autour des œuvres de Jean-Pierre Vernant et de Pierre Vidal-Naquet, 19 et 20 octobre 2007, Paris et celui organisé par l’Institut français de Naples : L’histoire comme impératif ou la « volonté de comprendre », actes du colloque en hommage à Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet, Naples, 24-27 novembre 2008, Naples, Centre Jean Bérard, 2011.

8 Humphreys 1979, p. 58 et 62-65.

9 Sur cet aspect, outre l’œuvre de J.-P. Vernant, voir aussi celle M. Detienne pour le monde grec et de G. Dumézil pour le monde romain.

10 D’Agostino 1991, en particulier p. 62-64.

11 La mort, les morts 1977

12 Actes Cortone 1981. Parmi les chercheurs français présents à cette rencontre, on relève le groupe qui s’est constitué à l’Université de Besançon autour de la figure de P. Lévêque. Ces chercheurs ont beaucoup travaillé, entre autres, sur l’organisation du territoire, notamment la question des cadastres de l’époque romaine. Ce colloque a été un important essai de rapprochement entre le groupe de l’Université de Besançon et les chercheurs qui étudiaient les colonies grecques d’Italie méridionale.

13 BTCGI 1977-2011, dernier volume publié en 2011 concerne les lettres « s » et « t » : sites de Sutera à Toppo Daguzzo.

14 Finley 1985 ; Finley 1981 ; Morris 1999.

15 Sur R. Bianchi Bandinelli et les Dialoghi di archeologia, je renvoie à l’article de M. Barbanera dans le présent volume.

16 Lenormant 1881-1884.

17 Perret 1941.

18 Bérard 1957

19 Wuilleumier 1939.

20 Vallet 1958.

21 Dunbabin 1948.

22 D’autres chercheurs anglophones se sont intéressés à l’étude de la Grande Grèce après le début des rencontres tarentines. Nous pouvons citer en particulier Graham 1964.

23 Greco 2006, p. 66.

24 Pollini 2006.

25 Finley 1973

26 Gli Achei 2001.

27 Atti Taranto 2007 ; Atene e l’Occidente 2006.

28 Atti Taranto 1997.

29 Gruzinski et Rouveret 1976 ; Jones 1997 ; Hall 1997.

30 Layton et Ucko 1999.

31 Adams 1988, p. 4-5.

32 Voir un résumé des résultats de ces recherches dans : Bintliff 1991

33 Adams 1988, p. 12-13

34 Knapp et Ashmore 1999.

35 Ucko et Layton (éd.), 1999

36 Layton et Ucko 1999, p. 7.

37 La nécessité de l’utilisation d’une médiation pour l’interprétation des données archéologiques est soulignée par E. Greco lors de la rencontre sur l’historiographie des congrès de Tarente : Greco 2006, p. 75.

38 Atti Taranto 2006. Voir en particulier les communications de S. De Caro et de F. D’Andria consacrées presque exclusivement aux nouvelles méthodes de l’archéologie et leurs rapports avec les études sur la Grande Grèce.

39 Atti Taranto 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Airton Pollini, « Les congrès de Tarente et les thèmes de recherche sur la Grande Grèce », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-2 | 2011, 423-432.

Référence électronique

Airton Pollini, « Les congrès de Tarente et les thèmes de recherche sur la Grande Grèce », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-2 | 2011, mis en ligne le 19 février 2013, consulté le 22 juin 2017. URL : http://mefra.revues.org/436 ; DOI : 10.4000/mefra.436

Haut de page

Auteur

Airton Pollini

Université de Haute Alsace, Mulhouse, airton.pollini@uha.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org