Navigation – Plan du site
Regards croisés : Antiquité et Moyen Âge dans les historiographies française et italienne

Peut-on parler de révoltes populaires dans l’Antiquité tardive ?

Bagaudes et histoire sociale de la Gaule des ive et ve siècles
Can we talk of popular revolts in Late Antiquity? Bagaudae and social history in 4th – and 5th-century Gaul
Bruno Pottier
p. 433-465

Résumés

Les Bagaudes gaulois ont été l’objet de multiples interprétations contradictoires et très tranchées depuis les années 50 : révoltes paysannes selon les analyses marxistes, introduction dans le modèle de la « démocratisation de la culture » par Santo Mazzarino, milices de propriétaires terriens autonomistes selon l’historiographie anglo-saxonne. Ces interprétations introduisent en fait différents modèles de la transition pour la Gaule entre Antiquité et Moyen Âge, axés sur des appréciations divergentes de l’évolution des élites gauloises et de leurs réseaux de patronage. Elles mettent aussi en jeu diverses analyses du processus de christianisation et de la persistance d’éléments culturels celtes dans l’Antiquité tardive. On peut tenter une synthèse en considérant que les interprétations proposées sont toutes pertinentes, mais pour une partie seulement des troubles attribués à des Bagaudes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mazzarino 1962.

1Le titre de cette étude est bien entendu inspiré par celui d’une célèbre intervention de Santo Mazzarino lors d’une rencontre des IXe Semaines d’études de Spolète en 1961 : Si puo parlare di rivoluzione sociale alla fine del mondo antico1. Cet article introduisait notamment une évaluation des deux seuls troubles ruraux de grande ampleur qu’a connus l’Empire romain en cinq siècles d’existence, les Bagaudes et les Circoncellions. Nous n’évoquerons ici que la question des Bagaudes. La valeur symbolique très forte de ces troubles contraste avec le faible nombre de sources, de caractère allusif, qui les évoquent. Ceci explique que les interprétations les plus variées et contradictoires des Bagaudes aient été proposées dans l’historiographie de ces cinquante dernières années, dont nous allons tenter d’expliquer les divergences. Le large consensus existant sur l’interprétation de ces phénomènes en tant que révoltes paysannes jusqu’aux années 70 a laissé place à la coexistence de théories apparemment totalement opposées. Ces interprétations se différencient aussi par le crédit qu’elles accordent aux sources évoquant les Bagaudes, souvent plus ou moins supposées déformer les événements véritables pour des raisons idéologiques. Cependant, ce balancement interprétatif n’a pas été inutile car il eu pour conséquence une lecture plus approfondie des sources et une remise en cause des modèles conceptuels utilisés, permettant de tenter une synthèse.

2On ne peut retrouver une telle diversité d’approches et de tels enjeux symboliques que pour deux autres questions centrales en histoire romaine, qui ont été l’objet de nombreuses discussions récentes, les débats autours de la notion de romanisation et ceux, entre primitivistes et modernistes, concernant la nature des sociétés antiques. Or, les diverses études sur les Bagaudes n’étaient pas détachées de ces débats. En effet, derrière les diverses théories sur ces troubles ruraux se dissimulent des conceptions opposées du fonctionnement de la société gauloise et du rôle des élites dans l’Empire tardif. Ces interprétations proposent aussi diverses appréciations pour la Gaule de la transition entre Antiquité et Moyen Age ainsi que du processus de sa christianisation. Ceci explique que les Bagaudes aient été peu étudiés pour eux-mêmes mais plutôt pour prouver ou infirmer des thèses sous-jacentes.

Santo Mazzarino et les auteurs d’inspiration Marxiste

  • 2 Thompson 1952. B. Czuth et C. Minor étaient proches des positions d’E. Thompson. Cf. Czuth 1965 ; M (...)
  • 3 Aurelius Victor, Caes, 39, 18-20 : Namque, ubi comperit Carini discessu Aelianum Amandumque per Gal (...)
  • 4 Pan. Lat., 10 (II), 4, 1-4: An non illud malum simile monstrorum biformium in hisce terris fuit quo (...)

3L’étude d’Edward Thompson a permis de constituer en objet historique les Bagaudes, auparavant assimilés à une recrudescence de banditisme banale en période de crise2. Pour cet historien, les Bagaudes auraient été des paysans celtes révoltés à la fois contre les élites romanisées et l’Etat, ainsi confondus. L’étude des Bagaudes est rendue plus complexe par le fait que des groupes dénommés comme tels sont attestés à deux périodes bien séparées, à la fin du iiie siècle et dans la première moitié du ve siècle. Pour Edward Thompson, il ne s’agissait que d’un seul et unique phénomène. Les sources évoquant les Bagaudes du iiie siècle sont peu nombreuses. Vers 285-286, selon l’historien Aurelius Victor, Amandus et Aelianus auraient levé une troupe de paysans et de bandits nommés Bagaudes et auraient ravagé villes et campagnes avant d’être soumis par Maximien. Selon Eutrope, au contraire, des paysans se seraient donnés le nom de Bagaudes et pour chefs, Amandus et Aelianus3. Enfin, le rhéteur gaulois Mamertin évoque dans un panégyrique destiné à l’empereur Maximien en 289 des paysans pris de folie qui auraient usurpé la qualité de soldats et auraient détruit leurs propres champs à la manière de barbares4. Pour Edward Thompson, cette information sibylline ne pouvait faire allusion qu’à des colons ou esclaves qui auraient détruit les terres de leurs maîtres.

  • 5 Conservé par Zosime, H. N., VI, 2, 5 ; 5, 3.
  • 6 Rutilius Namatianus, Redit., I, 207-216 : Cuius Aremoricas pater Exusperantius oras/ nunc postlimin (...)
  • 7 Quer. sive Aul., 30 : Illic iure gentium vivunt homines : ibi nullum est praestigium, ibi sententia (...)
  • 8 Thompson 1952, p. 19-21.
  • 9 Chron Gall. a. 452, 117: Gallia ulterior Tibattonem principem rebellionis secuta a Romana societate (...)
  • 10 Salvien, De Gub. Dei, V, 24.
  • 11 Thompson 1952, p. 19-21.

4Pour le ve siècle, il faut différencier les sources évoquant explicitement des Bagaudes et celles qui ont été supposées faire référence aux mêmes troubles. Olympiodore évoque pour l’année 407 des Bagaudes dans les Alpes Maritimes qui auraient rançonné un général d’Honorius. Il rapporte aussi en 409 une rébellion de l’Armorique, qui aurait fait sécession de l’Empire5. Le poète Rutilius Namatianus a félicité vers 417 son ami Exusperantius d’avoir rétabli l’ordre en Armorique et d’avoir empêché que les esclaves n’intervertissent leur place avec leurs maîtres6. Enfin, la comédie du Querolus, souvent datée du début du ve siècle, évoque de façon moqueuse une zone près de la Loire qui ne serait plus soumise aux lois romaines mais livrée à la tyrannie de privati rendant la justice7. Pour Edward Thompson, la comédie du Querolus montrerait l’organisation d’une société plus égalitaire en Armorique, dans laquelle même des paysans auraient pu plaider. Cependant, les révoltés Bagaudes n’auraient pas eu de véritable idéologie révolutionnaire. Leurs chefs se seraient contentés d’exproprier les possessores pour prendre leur place. Ainsi, ces révoltes auraient été insuffisantes pour empêcher les propriétaires terriens d’accentuer leur domination au Haut Moyen Age8. Ces groupes Bagaudes auraient rassemblé colons et esclaves en fuite, ainsi que des petits propriétaires ruinés, des groupes qui pourtant n’étaient pas forcément solidaires. On retrouve cette trilogie, sans grande justification, dans la plupart des analyses marxistes concernant les mouvements ruraux sous l’Empire romain. La chronique gauloise de 452 rapporte cependant pour l’année 435 la participation de la plupart des dépendants de Gaule à un soulèvement de type Bagaude rapproché de la rébellion d’un certain Tibatto. Sa capture, deux ans plus tard, a mis fin aux troubles Bagaudes. Un célèbre médecin, Eudoxius, a rallié un groupe de Bagaudes gaulois à Attila en 4489. Enfin, le prêtre Salvien de Marseille a justifié la fuite de nombreux paysans ou citadins dans les zones contrôlées par les Bagaudes par les abus des potentes et des exactores des cités qui voulaient les placer dans leur patronage10. Ce dernier témoignage concorde bien avec les analyses d’Edward Thompson pour lequel les révoltes Bagaudes constituaient des réactions ponctuelles dénotant l’hostilité constante des paysans dans l’Antiquité tardive contre le système du colonat et contre l’emprise grandissante des propriétaires terriens11.

  • 12 Chron Gall a. 452, 133; Hydace, Chron., 141-142.
  • 13 Hérodien, I, 10. Pour E. Thompson, suivant sans le critiquer le récit romancé d’Hérodien, Maternus (...)
  • 14 Ammien Marcellin, Hist., XXVIII, 2, 10-11. L’article de L. Flam-Zuckermann, interprétant la plupart (...)
  • 15 E. Thompson (1952, p. 13) a utilisé cet argument pour qualifier de révolte les entreprises de Mater (...)
  • 16 Paulin de Pella, Eucharistos, vv. 333-336. P. Badot et D. De Decker ont repris, dans des articles r (...)
  • 17 Pan. Lat., V (4), 9. Cf. Le Gentilhomme 1943 ; Lassandro 1973.

5Cependant, cet historien poursuivait deux autres objectifs dans son article. Prenant appui sur le cas de Bagaudes dans le Nord-est de l’Espagne qui se sont alliés à des Suèves en 449 et sur celui d’Eudoxius, il a insisté sur le lien naturel existant entre ces rebelles et les barbares12. Cette approche était conforme à certaines analyses marxistes évoquant le rôle conjoint du prolétariat interne et du prolétariat externe, les barbares, dans la chute de l’Empire. Celle-ci n’aurait pourtant pas eu pour conséquence un changement des structures sociales, seules les élites étant en partie renouvelées. D’autre part, Edward Thompson a aussi tenté d’étendre le champ chronologique des Bagaudes en y annexant des cas de brigandage, pour montrer la permanence chez les paysans gaulois d’une tendance à la révolte du iie siècle au ve siècle. Ainsi, les exploits fortement romancés par Hérodien du bandit et déserteur Maternus en Gaule et en Espagne auraient constitué une occurrence précoce des Bagaudes sous le règne de Commode, même si ce terme est apparu postérieurement au iiie siècle13. La vague de banditisme rapportée par Ammien Marcellin pour la Gaule en 369, culminant dans l’assassinat d’un tribunus stabuli membre de la famille impériale, aurait aussi constitué un mouvement Bagaude. Hérodien et Ammien Marcellin auraient volontairement omis d’utiliser le terme Bagaude pour réduire ces révoltes, de portée peut-être plus limitée, à un simple banditisme14. Même si l’assimilation aux Bagaudes est contestable, on ne peut sous-estimer ces troubles qu’Edward Thompson a eu le mérite de mettre en lumière. En effet, Hérodien utilise le terme de guerre pour évoquer l’attaque par des brigands de certaines cités gauloises, que ces attaques aient été ou non conduites par Maternus15. Pour Ammien Marcellin, la vague de banditisme de 369 en Gaule, mise sur le même plan qu’une grave phase d’insécurité contemporaine en Syrie, montrait que l’Empire était menacé par d’importantes forces de désagrégation interne. Enfin, selon Edward Thompson, une révolte d’esclaves dans la ville de Bazas en Aquitaine en 414 montrerait qu’il existait des Bagaudes en dehors des campagnes16. Domenico Lassandro a de même tenté d’élargir l’arc chronologique des Bagaudes pour prouver leur importance. Il a ainsi retenu une correction de Juste Lipse, qui est loin d’avoir été unanimement acceptée, sur le manuscrit d’un panégyrique anonyme de 297 évoquant le sac d’Autun en 269. Selon Domenico Lassandro, ce seraient des Bagaudes, et non les Bataves de l’armée de l’empereur Victorinus, qui seraient à l’origine de ce pillage17. L’extension démesurée des phénomènes supposés Bagaudes fragilisait d’autant ces thèses.

  • 18 Mazzarino 1960, p. 83-88.
  • 19 Giardina 1999 ; Giardina 2001.
  • 20 Voir les contributions rassemblées dans le neuvième numéro de la revue Antiquité tardive, en partic (...)
  • 21 Ainsi S. Mazzarino a insisté sur l’importance de la révolte de Mariccus en 69. Il a aussi considéré (...)

6Santo Mazzarino, se basant implicitement sur l’étude d’Edward Thompson, a replacé les Bagaudes au sein d’un questionnement plus large. Tout d’abord, il a interprété ce phénomène comme une occurrence du célèbre modèle de la « démocratisation de la culture » proposé en 1960 comme un cadre d’interprétation dessiné par quelques traits rapides de l’évolution culturelle de l’Empire romain tardif18. Andrea Giardina a bien montré le caractère protéiforme de ce concept que Santo Mazzarino n’avait pas éprouvé le besoin de préciser19. Cependant, ce modèle constitue une intuition ambitieuse particulièrement féconde et utile, même pour la contester, comme en témoigne l’ample bibliographie sur ce sujet20. Il suffit ici d’en rappeler le cadre général. Les populations paysannes auraient revendiqué dans l’Empire tardif des pratiques culturelles propres en s’opposant à la culture gréco-romaine qui était celle des élites. Ces revendications auraient été portées notamment par des schismes et des hérésies tel le donatisme en Afrique du nord et le monophysisme en Syrie et en Egypte. Ce dernier mouvement religieux a donné naissance à une littérature en langue régionale. Cette évolution aurait fragilisé la cohésion de l’Empire et, à terme, précipité sa perte. Santo Mazzarino ne précise pas cependant très bien qui étaient les acteurs de ces transformations, en évoquant de manière générale des « minorités créatrices ». Dans le cadre de ce modèle, Santo Mazzarino évoque allusivement l’idée que la Gaule avait connu un même particularisme culturel, cependant sans dimension religieuse. Il aurait été marqué par le maintien de la langue celte et aurait été porté notamment par les Bagaudes. Santo Mazzarino, comme Edward Thompson, supposait une opposition populaire en Gaule à la domination romaine tout au long de l’histoire impériale21. Cependant, on comprend mal comment cette culture populaire celte, dont les contours ne sont pas précisés, pourrait être mise sur le même plan que les autres processus de démocratisation de la culture qu’il évoque. Elle n’était basée en effet ni sur une doctrine chrétienne particulière ni sur une littérature propre.

  • 22 S. Mazzarino cherchait plutôt à trouver de nouvelles occurrences de troubles ruraux, pour renforcer (...)
  • 23 De Rebus Bellicis., II, 1 ; 4-6. Pour S. Mazzarino, ce texte serait relatif à l’usurpation de Magne (...)
  • 24 Il a ainsi évoqué l’existence d’une véritable révolution sociale constantinienne. Il a aussi montré (...)

7L’année suivante, Santo Mazzarino a tenté dans une célèbre communication aux IXe semaines de Spolète d’évaluer les troubles sociaux durant l’Antiquité tardive à l’aune de la force de leur support idéologique, en dialoguant avec des historiens marxistes. Cette interrogation peut sembler désuète. En ne s’attardant pas réellement sur la nature et l’étendue de ces troubles, Santo Mazzarino considérait que seul un mouvement disposant d’une idéologie de transformation de la société pouvait avoir un véritable impact historique22. Le célèbre chercheur italien a d’abord voulu cerner la façon dont les Anciens approchaient eux-mêmes l’idée de révolte sociale. Il a évoqué un texte, trop souvent négligé dans les études actuelles, auquel il avait donné une importance majeure pour l’étude de la société du ive siècle dans un ouvrage précédent de 1951, le traité anonyme De Rebus Bellicis. Selon ce traité difficile à dater, la politique monétaire de Constantin, survalorisant la monnaie d’or, aurait enrichi les élites et gravement appauvri les habitants des campagnes, qui auraient montré leur ressentiment en commettant des actes de brigandage et même en soutenant des usurpateurs23. Santo Mazzarino prouvait ainsi un point important : un lettré pouvait justifier des révoltes paysannes contemporaines et tenter d’en cerner les motivations socio-économiques. Il pouvait insister sur leur gravité en les rapprochant d’une cause majeure d’instabilité politique au ive siècle, les usurpations récurrentes. Cependant, Santo Mazzarino nuançait leur importance durant l’Antiquité tardive. Selon lui, seules les transformations sociales initiées par des pouvoirs constitués, par des empereurs, comme Constantin, ou des rois, comme Totila, avaient eu un réel impact24.

  • 25 C’est en ce sens qu’il a interprété le donatisme de manière volontairement anachronique comme une f (...)
  • 26 Hydace, Chron., 125 ; 128 ; 141-142 ; 158.
  • 27 Une lettre récemment découverte d’Augustin présente l’officier et grand propriétaire terrien espagn (...)
  • 28 A. H. M. Jones avait déjà dénoncé le travers des historiens marxistes de considérer que tout schism (...)
  • 29 S. Barbero Aguilera a explicitement rapproché, sans argumentation probante, le priscillianisme du d (...)

8Il considérait en effet que les troubles populaires dans l’Antiquité tardive avaient manqué de la justification idéologique nécessaire à leur réussite. Seuls ceux, peu nombreux, présentant une forte dimension religieuse avaient pu proposer une ébauche de projet radical de transformation de la société25. Il a été amené à modifier sa perception des Bagaudes. Santo Mazzarino a en effet consacré une attention particulière à ceux du nord-est de l’Espagne au ve siècle, parce qu’ils étaient, selon lui, justement motivés dans leur révolte par l’appartenance à une hérésie, le priscillianisme. Cette analyse lui permettait implicitement de replacer les Bagaudes dans le cadre de son modèle, en tant que minorité culturelle populaire d’inspiration chrétienne. Il faudrait cependant prouver que les priscillianistes aient porté un réel projet de transformation sociale. Santo Mazzarino s’est limité à évoquer les conflits entre ces Bagaudes et le clergé officiel. L’évêque espagnol Hydace mentionne la répression par le magister militum Asturius en 441 et son remplaçant Merobaudes en 443 de Bagaudes de Tarraconaise, plus spécifiquement de la région d’Aracelli. Il rapporte aussi l’assaut en 449 de la ville de Tyriasso, marqué par le meurtre de fédérés et de l’évêque local, par des Bagaudes d’Aracelli commandés par un certain Basilio et alliés aux Suèves de Galice. Ces Bagaudes auraient été massacrés en 454 par un roi Wisigoth suivant un ordre impérial26. Pour Santo Mazzarino, le meurtre de l’évêque de Tyriasso ne pouvait s’expliquer que par le caractère hérétique des Bagaudes locaux. Cependant, il est étonnant que l’évêque Hydace, très critique envers les priscillianistes, n’ait pas mentionné cette appartenance religieuse pour les Bagaudes d’Aracelli. L’évêque de Tyriasso peut avoir été tué parce qu’il représentait, comme les fédérés, un symbole de la domination perçue comme tyrannique exercée tant par le pouvoir central que par les élites locales27. Le priscillianisme, tout comme le donatisme, n’avait pas de véritable programme de renversement des hiérarchies sociales28. L’approche de Santo Mazzarino a été bien reçue par des historiens basques espagnols, qui ont vu dans cet épisode l’acte de naissance de la nation des Vascons, avec une identité sociale et religieuse bien affirmée29.

  • 30 Cette communication était conçue comme un dialogue avec les plus importants historiens soviétiques (...)
  • 31 Hérodien, VII, 4 ; Procope, BG, III (VII), 18, 20-23. Cf. Mazzarino 1962, p. 437.
  • 32 Stroheker 1948.
  • 33 Il a montré cependant un certain intérêt pour l’étude des Bagaudes dont il a offert une interprétat (...)

9Santo Mazzarino dans cette communication de 1961, marquait d’abord la volonté de prendre position face à certains représentants de l’historiographie soviétique de son époque, qui attribuaient un rôle déterminant aux troubles sociaux dans la transition entre l’Antiquité et le Moyen Âge30. Les paysans, écrasés par les impôts, auraient en général préféré, plutôt que de se révolter, devenir clients et colons de grands propriétaires terriens qui pouvaient les protéger de l’Etat. Santo Mazzarino évoque deux exemples à l’appui de ces analyses : le ralliement de colons africains par leurs domini contre la politique fiscale de l’empereur Maximin en 238 et le soutien apporté par des paysans de Lucanie à leur maître contre la politique supposée socialement révolutionnaire du roi Totila en 54531. Santo Mazzarino a ainsi proposé une solution de continuité pour la question de la transition entre Antiquité et Moyen Age, qui était d’ailleurs le thème du IXe congrès de Spolète. Influencé par le livre de Karl Stroeheker sur le maintien de l’aristocratie sénatoriale gauloise dans l’Antiquité tardive, il a en effet cherché à cerner dès le ive siècle les origines de la seigneurie médiévale32. Santo Mazzarino pouvait ainsi conclure que la nouvelle histoire, celle du Moyen Age, avait été écrite non par les Bagaudes mais par les seigneurs vassaux. Ceci peut contribuer à expliquer que Mario Mazza, un de ses élèves, ait plus insisté sur les conflits entre prolétariat urbain et élites municipales qu’aux troubles ruraux dans une étude de 1973 consacrée aux luttes sociales du iiie siècle33.

  • 34 Giardina 1983 ; Cracco-Ruggini 1983.
  • 35 Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, 11.
  • 36 J. Fontaine avait déjà soutenu auparavant la même interprétation. Il avait rapproché ce culte de ce (...)
  • 37 Giardina 1983, p. 383 ; Hobsbawn 1969 ; Hobsbawn 1971. E. Thompson avait implicitement suivi la mêm (...)

10Andrea Giardina, un autre élève de Santo Mazzarino, et Lellia Cracco-Ruggini, dans deux études parallèles parues en 1983, ont apporté des analyses nouvelles du phénomène des Bagaudes, permettant de les intégrer dans le concept de démocratisation de la culture ainsi enrichi34. Ils ont attiré l’attention sur un passage de la Vie de saint Martin de Sulpice Sévère évoquant l’existence dans les environs de Tours d’un culte populaire ancien dédié à un bandit qui aurait été supprimé vers 370 par l’apôtre des Gaules35. Selon ces historiens, ce culte aurait été dédié à un chef local de Bagaudes de la fin du iiie siècle36. Etant donné le développement très lent du culte des martyrs en Gaule, il est probable que le culte rendu à ce bandit était de nature païenne. L’étude d’Andrea Giardina est aussi marquée par l’application à l’Antiquité tardive, par analogie, de travaux portant sur d’autres périodes. Elle utilisait en effet le modèle du bandit social mis au point au début des années 1970 par l’historien contemporanéiste Eric Hobsbawn. Il définissait une figure de chef de bande se présentant comme un défenseur des faibles et des opprimés contre les autorités. Il aurait été l’instigateur de formes primitives et non conscientes de révolte rurale37. Cependant, comme l’a conclu lui-même Eric Hobsbawn, le bandit social constitue plus une figure mythique, pouvant faire l’objet d’un culte populaire, qu’une réalité.

  • 38 Toujours au xie siècle, Sigebert de Gembloux a offert une image très critique des troubles Bagaudes (...)
  • 39 Ainsi, A. Giardina interprète le Liber Vitae, revendiqué comme source par l’auteur anonyme de la Vi (...)

11La Vita Baboleni du xie siècle relative au fondateur de l’abbaye Saint Maur-des-fossés, évoquée dans les deux études de Lellia Cracco-Ruggini et d’Andrea Giardina, présente une vision très positive des Bagaudes. En effet, Aelianus et Amandus, les chefs des Bagaudes, sont présentés comme des officiers de garnison chrétiens injustement martyrisés par Maximien. Selon un diplôme de 638, l‘abbaye de Saint Maur-des-fossés aurait été justement fondée sur le site d’un castrum bagaudarum38. Il y aurait eu ainsi une valorisation des Bagaudes en tant que martyrs dans la mémoire populaire, qui aurait été d’abord combattue puis acceptée par le clergé. Andrea Giardina a défendu la possibilité de l’intrusion d’éléments du folklore populaire dans la culture cléricale. Il critique ainsi les analyses du médiéviste Jacques le Goff qui évoque au contraire la fermeture de cette culture durant le Haut Moyen Age. Ces études ont été marquées par un intérêt pour l’usage de l’hagiographie en histoire sociale, sous l’influence de l’école des Annales. Ce type de texte était valorisé comme étant le seul medium disponible pour exhumer les cultures folkloriques d’origine orale, sujet d’étude privilégié de l’anthropologie39.

Raymond Van Dam et le modèle féodal

  • 40 R. MacMullen mettait en doute la persistance sur la longue durée d’un « nationalisme celte » opposé (...)
  • 41 Pourtant, Aurelius Victor considérait que les Bagaudes étaient non seulement formés de latrones mai (...)
  • 42 MacMullen 1967, p. 198 ; 233.

12Une partie de l’historiographie anglo-saxonne a donné dès les années 60 une interprétation différente des Bagaudes, en réaction contre des analyses qui auraient été trop influencées par le marxisme. Ramsay MacMullen s’est opposé à cette historiographie qui aurait été marquée par la tendance à faire de chaque bandit un révolté40. Renversant ces interprétations en s’appuyant sur le texte d’Aurelius Victor, il a considéré que les Bagaudes de 285-286 étaient de simples brigands41. Il s’agirait d’un phénomène parfaitement banal en période de crise. Ramsay MacMullen a dénoncé le risque d’anachronisme et de surinterprétation des sources dans l’étude de ces troubles sociaux, en conseillant de ne pas chercher au-delà des informations explicites qu’elles offrent. Il a insisté sur l’importance des liens sociaux verticaux et sur l’efficacité des réseaux de sous l’Empire, en mettant en doute la possibilité de véritables révoltes sociales42.

  • 43 Dans le treizième volume de la Cambridge Ancient History paru en 1998, R. Blockley, P. Garnsey et C (...)
  • 44 Van Dam 1974 ; Van Dam 1978, p. 27-56.
  • 45 Minor 1975. Un bilan exhaustif des diverses propositions étymologiques, parfois fantaisistes, conce (...)
  • 46 Aurelius Victor (voir supra note 3) insiste sur le rôle personnel d’Amandus et d’Aelianus, qui aura (...)
  • 47 R. Van Dam a émis l’hypothèse, sans argument probable, qu’Amandus et Aelianus étaient deux propriét (...)

13Raymond Van Dam, dans une thèse au titre révélateur, Leadership and community in Late Antique Gaul, rédigée en 1974 mais parue en 1978, a totalement renversé l’interprétation habituelle des Bagaudes. Cet ouvrage fait encore autorité dans l’historiographie anglo-saxonne et une partie des interprétations qu’il contenait ont été reprises récemment par Valerio Neri et Zeev Rubin43. Partageant la même conception de la société romaine que Ramsay MacMullen, Raymond Van Dam a cependant revalorisé l’importance historique de ces troubles ruraux44. Au iiie comme au ve siècle, les Bagaudes auraient été membres de milices organisées et commandées par de grands propriétaires. Raymond Van Dam évoque à l’appui de cette hypothèse l’étymologie la plus communément admise du terme Bagaude, désignant des guerriers45. Les grands propriétaires auraient ainsi été tentés, se sentant en période de crise abandonnés par le pouvoir impérial, de se donner une autonomie politique en formant des milices. Il n’est pas étonnant que Raymond Van Dam ait favorisé concernant les Bagaudes du iiie siècle la version d’Aurelius Victor, qui insiste sur l’action des deux chefs Amandus et d’Aelianus, au détriment de celle d’Eutrope, qui évoque plutôt un trouble d’origine paysanne. Ce chercheur semble être tombé dans le piège de la lecture habituellement très réductrice des troubles paysans opérée par les auteurs antiques. Aurelius Victor se limitait en réalité à classer les Bagaudes dans une catégorie bien définie dans la littérature antique, les histoires de brigands célèbres. Personnaliser ces troubles en en attribuant l’entière responsabilité à deux chefs pernicieux, recrutant parmi les aventuriers errants de manière habituelle en Gaule, permettait d’en réduire la portée et de les rendre immédiatement compréhensibles46. D’autre part, il n’existe pas de preuve que les chefs connus des Bagaudes, Aelianus, Amandus, Tibatto et Eudoxius, aient été des aristocrates comme le suppose Raymond Van Dam47. En effet, aucun texte n’indique explicitement que les Bagaudes aient été menés par de grands propriétaires terriens.

  • 48 Salvien, De Gub. Dei, V, 21-22 : Inter haec vastantur pauperes, viduae gemunt, orfani proculcantur, (...)
  • 49 De manière similaire, selon V. Neri, la notice consacrée à l’année 435 de la chronique gauloise de (...)
  • 50 Zosime, H. N., VI, 2, 5 ; 5, 3.
  • 51 Ce procédé a bien été utilisé au ve siècle. Le poète Merobaudes a ainsi présenté Aetius comme un ém (...)
  • 52 Quer. sive Aul., 30 (voir supra note 7). Cependant, cette allusion à la langue grecque par l’auteur (...)

14Raymond Van Dam semble en fait avoir élargi aux Bagaudes du iiie siècle les conclusions auquel il était parvenu pour les Bagaudes du ve siècle. Son mérite est d’avoir critiqué la lecture habituelle de trois témoignages relatifs à cette dernière époque, cités par Edward Thompson, qui concordent peu avec l’idée de révolte rurale. Il s’agit de textes écrits par Salvien, Olympiodore et Rutilius Namatianus. Salvien, prêtre et ascète de Marseille, évoque notamment la fuite auprès des Goths ou des Bagaudes, au milieu du ve siècle, de propriétaires fonciers et de décurions d’origine modeste. Ainsi les Bagaudes n’étaient pas uniquement composés des paysans les plus pauvres48. Pourtant, on comprend mal selon ce modèle pourquoi des petits paysans ou décurions modestes opprimés par les principales des cités se seraient mis sous la domination, potentiellement tout aussi tyrannique, de grands propriétaires ayant fait le choix de la dissidence envers le pouvoir impérial49. D’autre part, Raymond Van Dam a remarqué qu’Olympiodore affirme seulement que les cités d’Armorique se sont séparées de l’Empire en 409-410, sans évoquer de révolte rurale. De plus, Olympiodore n’a pas utilisé le terme Bagaudes pour décrire cette rébellion, alors qu’il l’a employé pour les rebelles agissant dans les Alpes en 40750. La comédie du Querolus, dont la rédaction est souvent placée au début du ve siècle, évoque de façon ironique des procès se déroulant dans une zone près de la Loire autonome de l’Empire. De riches personnages exerceraient une domination tyrannique sur des paysans réduits à plaider eux-mêmes. Ces riches personnages sont désignés dans cette comédie par le terme patus, d’origine grecque ou celte. Selon Raymond Van Dam, ces textes évoqueraient l’existence d’un mouvement autonomiste de notables armoricains, sans connotation culturelle particulière. L’auteur du Querolus l’aurait dévalorisé en construisant de toute pièce cette image d’un retour à la barbarie de la Gaule préromaine51. Valerio Neri, qui a suivi l’essentiel de ces analyses, a accordé cependant plus d’importance aux éléments culturels celtes évoqués dans le Querolus. Selon lui, les notables armoricaines auraient remis en vigueur des traditions celtiques de justice basées sur une culture écrite en langue grecque52.

  • 53 Rutilius Namatianus, Redit., I, 207-216 (voir supra note 6). V. Neri a repris cet argument. De même (...)
  • 54 Ainsi, pour R. Van Dam, la notice de la chronique gauloise de 452 pour l’année 435 ne peut faire al (...)

15Raymond Van Dam semble avoir considéré que les renseignements fournis par le texte d’Olympiodore et le Querolus relatifs à l’Armorique pouvaient être transposés à l’ensemble de la Gaule Chevelue. Ce chercheur, comme les historiens d’inspiration marxiste, a supposé qu’il fallait procéder un décodage idéologique des sources concernant les troubles sociaux et politiques. Le caractère aristocratique des troubles Bagaudes aurait été dissimulé pour ne pas nuire à la réputation de notables. Ils auraient été faussement présentés par nos sources comme des révoltes serviles ou ethniques, selon un procédé qui serait habituel dans la littérature antique. Rutilius Namatianus, dans son poème de 417, aurait ainsi évoqué une révolte servile en Armorique seulement pour insister sur le caractère monstrueux de la sécession de cette région. De même, Raymond Van Dam suppose que Mamertin aurait dévalorisé les Bagaudes du iiie siècle en les presentant comme des paysans révoltés dans le même objectif. Ces procédés de dévalorisation ne semblent pourtant pas avoir été aussi systématiques que ne le suppose Raymond Van Dam53. Ce chercheur a ainsi discrédité trop facilement des sources qui ne concordaient pas avec sa théorie54. Ce type de dénonciations polémiques ne pouvait en effet que déformer de manière limitée les faits sous peine de perdre toute crédibilité.

  • 55 Stroheker 1948.
  • 56 Brown 1981.
  • 57 Van Dam 1978, p. 3-5.
  • 58 Ainsi E. Wightman pensait que les codes coutumiers irlandais ou gallois du Moyen Age central pouvai (...)

16Certains présupposés de cette étude peuvent être mis en question. Raymond Van Dam a choisi l’hypothèse de la continuité, qui permet de suppléer à l’insuffisance des sources. Il a cherché à montrer comment des élites gauloises supposées immuables, par leurs capacités militaires contre les envahisseurs barbares au iiie et au ve siècle et leur mainmise sur les fonctions épiscopales, se sont assurées de leur survie et de leur domination sur les communautés gauloises dans le Haut Moyen Âge55. Cette étude se place clairement dans le renouveau des études sur l’Antiquité tardive initié par Peter Brown. Celui-ci a insisté sur le rôle moteur des aristocrates, monopolisant les charges épiscopales, dans la promotion du culte des reliques en Occident à partir du ive siècle. Celui-ci leur permettait d’établir de nouvelles formes de patronage56. Raymond Van Dam a cependant défini un modèle personnel de transition dans la continuité, sans réelle crise. La Gaule aurait été caractérisée par une société stable qu’il qualifie explicitement de féodale avant même d’en trouver les institutions au Moyen Age57. Cette interprétation était cohérente avec les études contemporaines d’Elizabeth Wightman, pour laquelle la propriété foncière serait restée stable entre l’époque celte et le Haut Moyen Âge58.

  • 59 Ainsi, selon E. Wightman (1978, p. 97), l’insécurité et la pression fiscale croissante du iiie sièc (...)
  • 60 De même R. MacMullen, dans un article de 1990 consacré de manière évocatrice au rôle des masses dan (...)
  • 61 Les propriétaires terriens de l’Empire n’étaient pas forcément compétents en la matière. Un notable (...)

17Ainsi, les périodes de crise auraient paradoxalement renforcé l’efficacité des relations de patronage et de clientèle, sans qu’un scenario alternatif ne soit possible59. L’idée même de révolte sociale ressortirait du concept anachronique de lutte des classes. Les paysans, dominés par leur besoin de sécurité, auraient manqué de l’autonomie de pensée nécessaire et s’en seraient toujours remis au leadership des élites dominant sans partage les communautés gauloises60. Ils auraient reconnu à ces élites des capacités de commandement. Pourtant, après trois siècles de paix romaine, peu d’aristocrates gaulois devaient avoir une capacité militaire61. Si pour Santo Mazzarino, l’histoire du Haut Moyen Age n’a pas été celle des Bagaudes mais celle des seigneurs vassaux, pour Raymond Van Dam, elle a bien été le fait des vassaux, les Bagaudes étant compris dans cette catégorie.

  • 62 R. Van Dam cite notamment l’œuvre de l’anthropologue C. Geertz, construite à partir des terrains d’ (...)
  • 63 De même, pour V. Neri, ces milices, rassemblées par civitas, auraient été formées grâce à la réacti (...)
  • 64 Il est cependant difficile de concevoir de quelle communauté locale le déserteur Maternus, dont le (...)

18Pourtant, son argumentation est circulaire, puisque l’étude des Bagaudes, qui constitue le premier chapitre et un axe central de son œuvre, lui sert justement à prouver la toute puissance des élites gauloises sur leurs communautés. La principale faiblesse de cette étude est de ne pas donner une définition précise des local leaders ou great men qu’il évoque. Il s’agit de termes issus du vocabulaire anthropologique anglo-saxon relatif à des sociétés non-européennes62. Ces local leaders semblent en fait correspondre principalement aux élites civiques, dont la mainmise progressive sur l’épiscopat est le sujet principal de son livre. En effet, Raymond Van Dam a été durablement marqué, comme Santo Mazzarino, par l’étude de Karl Stroeheker sur le maintien des aristocraties sénatoriales en Gaule durant l’Antiquité tardive. Pourtant, il a considéré principalement les élites gauloises en tant que propriétaires terriens et patrons ruraux, les institutions civiques n’étant qu’une expression très secondaire de leur pouvoir63. Surtout, en introduisant les bandits célèbres, comme Maternus, dans la catégorie des local leaders, Raymond Van Dam pouvait en effet considérer que ce groupe social même était à l’origine de toutes formes de dissidence en Gaule64. Son modèle présente la limite d’être trop systématique.

  • 65 R. Van Dam a offert cette analyse du conflit en 269 entre Postumus, qui aurait été lié à Cologne, e (...)
  • 66 Neri 1998, p. 407.
  • 67 D’autant plus qu’Aurelius Victor et Eutrope n’évoquent aucune division au sein des Bagaudes.
  • 68 Aurelius Victor (Caes, 39) affirme que Dioclétien, après avoir tué Carin à la bataille du Margus, e (...)
  • 69 Cf. Van Dam 1978, p. 31.

19Pour Raymond Van Dam, les seuls conflits possibles étaient internes aux élites. Il a en effet considéré que les notables gaulois auraient été profondément divisés. En fait, dans son modèle, chaque grand propriétaire gaulois est supposé avoir été un chef Bagaude potentiel, capable de passer en rébellion à la moindre crise. Les Bagaudes de 285-286 constitueraient en effet une accentuation de tendances autonomistes gauloises déjà visibles entre 260 et 274. Selon cet historien, les principaux usurpateurs gaulois de cette période auraient constitué chacun une principauté centrée sur une ville particulière, Cologne ou Mayence. Leurs conflits auraient reflété en réalité des oppositions entre ces divers centres de pouvoir65. Les attaques de Bagaudes contre des villes dénoteraient un affrontement entre cités autonomistes et loyalistes envers le pouvoir central en 285-286, voire entre aristocrates séparatistes. Ces attaques pourraient être comparées au siège en 269 de la cité d’Autun, loyale envers l’empereur Claude II, par les troupes de l’usurpateur gaulois Victorinus66. Cependant, Aurelius Victor affirme uniquement que la plupart des villes ont été attaquées et non que les Bagaudes eux-mêmes opéraient depuis des cités. Surtout, on peut se demander si, dans le contexte d’invasions barbares massives en 285-286, les aristocrates gaulois pouvaient se permettre de telles divisions et mettre en danger la base de leur puissance, le système civique67. Il est aussi difficile de comprendre pourquoi des aristocrates gaulois auraient désespéré de l’Empire au point de se lancer dans une telle aventure autonomiste. Ils auraient ainsi fait le choix de l’anarchie et du chaos alors que la vacance du pouvoir entre le départ de Carin et la venue de Maximien n’a duré que quelques mois68. Selon Raymond Van Dam, des forces militaires se seraient ralliées à ces élites autonomistes. Si tel avait été le cas, celles-ci auraient sans doute voulu légitimer leur action par le biais d’une véritable usurpation, banale dans la Gaule du iiie siècle69.

  • 70 Il reste à expliquer pourquoi ni Eutrope ni Aurelius Victor, prolixes sur les empereurs gaulois, n’ (...)
  • 71 Aelianus aurait été le second d’Amandus ou le chef d’une autre bande. Selon V. Neri et Z. Rubin, le (...)
  • 72 Paenios versio Graeca Eutropii IX, 20, 3.
  • 73 Carausius a reçu de Maximien la maîtrise de la flotte de la Mer du Nord avant d’usurper l’Empire en (...)
  • 74 Histoire Auguste, Quad. Tyr., 12-13. Le portrait de Proculus peut notamment avoir été construit com (...)

20Ces difficultés expliquent que Valerio Neri et Zeev Rubin, qui ont assimilé comme Raymond Van Dam les Bagaudes à des milices de propriétaires terriens, ont attribué à Amandus une véritable usurpation en 285-286. Ils ont accepté de reconnaître pour vraie l’unique monnaie dédiée à Amandus70. Zeev Rubin, pour mieux rendre compte du texte d’Aurelius Victor, évoque l’existence de troubles d’une autre nature durant cette période. Des bandes de brigands, très nombreux lors de toute période de crise impériale, auraient ajouté en effet leurs dévastations à celles commises par les hommes d’Amandus71. Cependant, ni Eutrope ni Aurelius Victor, qui ont consacré un large développement aux divers empereurs gaulois, n’ont qualifié les chefs des Bagaudes d’usurpateurs. Paenios, le traducteur grec d’Eutrope vers 380, rapporte seulement qu’Amandus et Aelianus étaient des tyrannoi epichorioi, donc des rebelles d’un type particulier qui possédaient une autorité territoriale ne s’étendant qu’à des zones rurales72. Il existait d’ailleurs un bien meilleur candidat pour une nouvelle usurpation gauloise en 285-286, Carausius, notable de Boulogne sans doute déjà officier militaire, dont Maximien a justement utilisé les services contre les Bagaudes. Carausius a probablement employé des milices paysannes formées par des propriétaires terriens contre les Bagaudes73. Pour montrer les capacités de mobilisation des aristocrates gaulois, Valerio Neri a dressé un parallèle entre les chefs Bagaudes et un véritable usurpateur du règne de Probus, Proculus. Celui-ci n’est évoqué que par une seule source de nature douteuse, l’Histoire Auguste, qui en fait un grand propriétaire terrien des Alpes Maritimes ayant armé deux mille de ses esclaves. Cependant, l’auteur de cette œuvre présente aussi Proculus comme un général et lui attribue des origines franques. Il dissimulait sans doute sous ce portrait romancé des allusions critiques à un ou plusieurs personnages précis du ive siècle ayant mené des rebellions ou usurpations74. L’utilisation de cette biographie est donc délicate.

  • 75 R. Van Dam a ainsi interprété l’ascension sociale d’Ausone et de sa famille. Cf. Van Dam 1978, p. 2 (...)
  • 76 Brunt 1976 ; Millett 1990. Voir les critiques de J. Webster sur cette approche (Webster 2001, p. 21 (...)

21Le mérite de l’étude de Raymond Van Dam a été de mettre en question le lien inconditionnel des élites gauloises avec l’État romain postulé notamment par Edward Thompson. Cependant, Raymond Van Dam semble être tombé dans l’excès inverse. Il supposait en effet que ces élites n’auraient eu qu’une adhésion de surface à l’Empire romain. Elles n’auraient recherché des postes administratifs et des gratifications impériales que lorsque ceux-ci étaient relativement accessibles, comme pendant la période où l’empereur Valentinien a résidé à Trèves. Les empereurs, par leurs promotions, auraient été plutôt perçus comme perturbateurs des équilibres politiques locaux75. Les élites n’auraient pas hésité à rejeter le pouvoir central à la moindre crise. En fait, ces présupposés étaient cohérents avec divers courants historiographiques anglo-saxons nés dans les années 70 et toujours débattus. Ils coïncidaient avec une étape du débat sur la question cruciale de la romanisation, les théories dites de l’émulation, ainsi appliquées à l’Antiquité tardive. Ces théories sont centrées sur les stratégies rationnelles d’élites, en compétition permanente, qui auraient été intéressées en premier lieu par le maintien de leur pouvoir local. Elles auraient conçu la romanisation plus comme une démonstration de loyauté envers le pouvoir central que comme une adhésion à des valeurs nouvelles, n’étant supposées n’avoir aucunes préférences idéologiques. L’ouvrage le plus représentatif de ce courant, l’étude de Martin Millett sur la romanisation de la Grande-Bretagne, était consacré, comme celui de Raymond Van Dam, au monde celte76.

  • 77 Le livre de R. Saller de 1982 est un bon témoignage de l’intérêt de l’historiographie anglo-saxonne (...)
  • 78 B. G., VI,13 ;15 (ambacti). Cf. Garnsey 1989. Cependant, ce même ouvrage collectif, très riche, com (...)
  • 79 On peut rapprocher les travaux de R. Van Dam de ceux de C. R. Whittaker, eux aussi d’inspiration pr (...)
  • 80 R. Van Dam s’est inspiré de l’œuvre de l’anthropologue C. Geertz, construite à partir des terrains (...)

22De plus, l’ouvrage de Raymond Van Dam a été écrit à l’apogée du courant primitiviste d’interprétation des sociétés antiques, actuellement discuté. Il se situait en particulier dans un courant historiographique de revalorisation du phénomène du patronage dans la société romaine77. Ainsi, dans un livre paru en 1989 consacré justement au patronage, Peter Garnsey justifiait de l’importance des clientèles des notables gaulois sous l’Empire par une citation issue de l’ethnographie césarienne, supposant ainsi la permanence de ces structures sur la très longue durée78. Ces travaux, comme le livre de Raymond Van Dam, défendent l’idée d’une l’altérité des sociétés traditionnelles, comme l’aurait été la société romaine, en refusant les interprétations marxistes principalement pour leur anachronisme79. Il est cependant dangereux de suppléer à la faiblesse des sources portant sur les relations sociales dans les régions paysannes par l’hypothèse de la continuité. D’autre part, les approches primitivistes ont été fortement marquées par un recours accru aux sciences sociales, permettant des approches comparatistes. Raymond Van Dam semble d’ailleurs avoir transposé un biais de certaines études anthropologiques insistant plus, pour les valoriser, sur les facteurs de cohésion des sociétés traditionnelles que sur les possibles conflits qui pouvaient les traverser, en privilégiant le synchronique sur le diachronique80.

  • 81 Shaw 1984.
  • 82 T. Grünewald, dans une étude récente sur le banditisme dans l’Empire romain, a considéré que les ré (...)
  • 83 Comme l’Isaurie durant l’Antiquité tardive. Cf. Shaw 1990.
  • 84 K. Hopwood a défendu les mêmes interprétations dans un article de l’ouvrage collectif de 1989 dirig (...)
  • 85 R. Van Dam partageait cette interprétation puisqu’il a identifié le brigand Maternus à un local lea (...)
  • 86 Le terme latrocinium était fréquemment utilisé dans le vocabulaire politique pour dévaloriser toute (...)

23L’étude de Raymond Van Dam a aussi été influencée par les travaux de Brent Dwight Shaw. Celui-ci a transformé la perception du phénomène du banditisme dans l’Empire romain en le constituant en véritable objet d’étude81. Si cet historien a étudié le banditisme commun, il a surtout tenté de déconstruire le concept de bandit, latro, en considérant qu’il avait été forgé par l’État pour qualifier des personnes usurpant localement un pouvoir. Il a pris position contre les thèses d’Eric Hobsbawn au sein du débat animé sur le modèle du bandit social que ce dernier a élaboré. Brent Dwight Shaw, évoquant d’ailleurs le cas de l’Amérique latine du xixe siècle, a insisté sur l’emploi fréquent dans l’Empire romain par des propriétaires terriens, pour assurer l’ordre public, de véritables armées privées formées d’anciens brigands82. Ce modèle était en fait seulement pertinent pour certaines régions marginales et instables et pour des périodes bien précises83. Cependant, Brent Dwight Shaw a étendu ce modèle à l’ensemble de l’Empire, donnant ainsi l’image de sociétés rurales violentes et remettant en cause le concept de paix romaine84. Raymond Van Dam et Zeev Rubin semblent avoir radicalisé cette approche en considérant que la plupart des sources évoquant des cas de banditisme dissimulaient en fait des actes de violence commis par les bandes armées des propriétaires terriens85. En fait, les sources tant littéraires que juridiques dès le début de l’Empire dénotent la tendance inverse consistant à réduire tout trouble ou révolte dans les campagnes à de simples faits de banditisme86.

  • 87 C. R. Whittaker s’est bien sûr prononcé dans cet article en faveur de l’interprétation de R. Van Da (...)
  • 88 La Grande-Bretagne est perçue par ces études comme un modèle de transition valable pour toutes les (...)
  • 89 Zosime, H. N., VI, 4-5 ; Orose, Hist., VII, 40, 5-41. Zosime, H. N., VI, 4-5 ; Orose, Hist., VII, 4 (...)
  • 90 Comme la troupe rassemblée par Ecdicius, gendre de Sidoine Apollinaire, à Clermont-Ferrand en 471 o (...)

24Selon Charles Whittaker, certains propriétaires terriens auraient pu devenir en Occident au ve siècle de véritables chefs de guerre indépendants, des Warlords87. Les propriétaires terriens chefs de groupes de Bagaudes, selon l’interprétation de Raymond Van Dam, pourraient aisément trouver place dans cette catégorie. Il s’agit d’un modèle Sub-Roman de transition pour l’Europe de l’Ouest, marqué par l’effacement progressif de la puissance publique, entre Antiquité et Moyen Âge. Ce modèle est bien représenté dans l’historiographie anglo-saxonne actuelle comme le montrent les volumes récents de la Cambridge Ancient History88. Cependant, peu d’exemples d’armées privées menées par des personnes sans fonctions militaires sont connus. L’occurrence la plus souvent citée, celle de Didyme et Verinianus, deux possessores de Lusitanie ayant levé une armée parmi leurs colons en 409, est très particulière. En effet, ces deux personnages, membres de la famille impériale, pouvaient se sentir investis d’une mission publique en luttant contre l’usurpateur Constantin III89. D’autres exemples souvent invoqués se placent seulement après la disparition de l’autorité romaine en Gaule dans la seconde moitié du ve siècle90. On ne donc tirer aucune conclusion générale de ces cas ponctuels.

John Drinkwater, le modèle alternatif de l’outsider

  • 91 L’ouvrage duquel est issu l’article fondamental de ce chercheur était justement consacré aux relati (...)
  • 92 En témoigne par exemple un colloque récent suivant cette optique (Depreux 2008).

25L’interprétation de Raymond Van Dam sur les Bagaudes a été critiquée à partir de 1984 par John Drinkwater, qui a plutôt insisté sur la rupture des cadres sociaux causées par les invasions barbares du iiie et du ve siècle en Gaule. Les paysans auraient alors eu tendance à rallier de nouvelles élites surgissant à l’occasion, qui pouvaient être des aristocrates secondaires, des déserteurs, des brigands ou de saints hommes. Ces élites auraient été définies par leur caractère charismatique. John Drinkwater, comme Raymond Van Dam, a accordé une grande importance aux relations de patronage mais s’en est différencié en insistant sur la possibilité pour les paysans gaulois de choisir leur patron91. Ce chercheur utilisé de manière intuitive le concept sociologique d’outsider pour décrire ces nouveaux patrons, un terme qui cependant semble peu adapté pour qualifier des aristocrates secondaires. John Drinkwater marqué aussi une certaine confusion dans l’emploi du terme charismatique, évoquant tant des personnes reconnues pour leurs qualités personnelles exceptionnelles que d’une manière plus restreinte des personnes possédant des pouvoirs proprement supranaturels. Les moments de crise auraient été ainsi marqués par l’établissement de nouvelles relations de patronage. Cette interprétation est cohérente avec un courant historiographique actuel en histoire médiévale et moderne, qui considère que l’affirmation de nouvelles élites constitue souvent l’impact social majeur des révoltes92. Pour John Drinkwater, le terme Bagaude ne désignait pas un mouvement homogène mais constituait plutôt un simple label unissant arbitrairement des troubles sociaux de nature diverse simplement caractérisés par leur nature paysanne. Dans la plupart des cas, les populations rurales se seraient limitées à rechercher une alternative à la domination des élites sans les combattre. Elles auraient seulement cherché à se placer sous le patronage d’hommes providentiels. Selon une approche pragmatique, John Drinkwater s’est d’ailleurs limité à n’offrir une interprétation que de certains phénomènes Bagaudes sans chercher l’exhaustivité.

  • 93 Tacite, Hist., II, 61. Pour S. Mazzarino ce personnage annonçait les Bagaudes (Mazzarino 1973, p. 6 (...)
  • 94 La révolte de Mariccus présente une certaine continuité avec celle de Vindex. Elles ont marqué l’op (...)
  • 95 Il est d’ailleurs remarquable qu’il n’y ait pas eu d’usurpation en Gaule en 285-286 alors que l’emp (...)
  • 96 Grégoire de Tours, H. F., X, 25.

26En l’absence de données précises sur les chefs supposés des Bagaudes, à l’exception d’Eudoxius, qui était un médecin célèbre, John Drinkwater a eu recours à l’analogie sur la longue durée pour argumenter de leur nature de chefs charismatiques. Il a comparé en effet les Bagaudes aux huit mille paysans éduens rassemblés au milieu de la crise de (68-70) par Mariccus. Ce personnage se donnait le titre de deus, se croyait invulnérable aux armes et revendiquait des dons prophétiques. Il se présentait aussi comme libérateur de la Gaule. Cette révolte a été écrasée par les notables d’Autun et des détachements militaires envoyés par Vitellius93. L’emploi du terme deus révèle certains aspects très mal connus de la religion populaire gauloise au premier siècle de l’Empire. En effet, il ne s’agit pas d’un simple culte rendu à un héros, une pratique bien documentée dans le monde celte de l’âge du Fer. Le rapprochement entre cette révolte et les troubles Bagaudes peut sembler peu évident. Les troubles du iiie siècle ne présentent pas en effet la dimension autonomiste qui caractérise la révolte de Mariccus. Pourtant, les périodes 68-69 et 260-274 présentent un parallélisme frappant. Elles ont été marquées par l’échec des élites civiques gauloises à imposer par les armes leurs choix politiques au centre de l’Empire, respectivement l’empereur Galba en 68 et les usurpateurs gaulois au iiie siècle94. On pourrait d’ailleurs poser une hypothèse, celle d’une relative perte de confiance en 69 comme en 285-286 des populations rurales gauloises envers leurs élites, ce qui pourrait expliquer le développement de modèles alternatifs de patronage fondés sur des personnages charismatiques95. La révolte de Mariccus dans les campagnes éduennes succédait en effet à l’échec l’année précédente de celle de Vindex soutenue par les élites de Gaule centrale et notamment par la cité d’Autun. Les paysans mobilisés pour l’occasion ont été massacrés par l’armée du légat Verginius Rufus. Les ruraux Eduens ont pu se détacher à cette occasion de leurs élites civiques, ce qui expliquerait leur ralliement à Mariccus. On peut évoquer un autre exemple plus tardif qui montre la persistance sur la longue durée de la figure du chef de troupe disposant d’une aura religieuse particulière. Au vie siècle, un habitant de Bourges, se faisant passer pour une incarnation du Christ, a rassemblé trois mille hommes et femmes et a commis de nombreux actes de banditisme tout en redistribuant une partie de son butin aux pauvres96.

  • 97 Voir le titre du recueil collectif duquel est issu l’article cité (Drinkwater 1992).
  • 98 Salvien, De Gub. Dei, V, 21-22 (texte supra note 48) ; 24 ; 44-45. Voir Lepelley 1983.

27Pour John Drinkwater, la Gaule a connu une crise d’identité au ve siècle97. Se basant sur certains passages de Salvien, il a principalement évoqué une crise de l’institution civique. Il a en effet remarqué que cet auteur insiste non seulement sur la fuite des cités de petits propriétaires terriens mais aussi de décurions de rang inférieur. Ces derniers étaient persécutés par les plus puissants notables civiques manipulant à leur profit le système fiscal98. John Drinkwater a construit un modèle explicatif de ces tendances. Il a mis en avant les difficultés économiques des principales gaulois, soumis à une pression fiscale croissante de la part du pouvoir impérial qui a perdu l’Afrique entre 429 et 442. Devant les problèmes de main-d’œuvre qu’auraient rencontrés certains grands propriétaires, du fait de déplacements massifs de population durant les invasions, ces derniers auraient tenté de stabiliser par tous les moyens, y compris la contrainte, une force de travail suffisante. Les principales auraient tenté de répercuter la pression fiscale, par le biais de leur maîtrise de la perception des impôts, sur les petits décurions et les paysans libres, en tentant d’accaparer leurs terres et de les transformer en colons. Une partie d’entre eux auraient préféré fuir dans des zones sorties de la domination civique, peut-être dans des zones marginales remises en culture, en suivant des modèles alternatifs de communautés Bagaudes sous l’égide d’outsiders charismatiques.

  • 99 J. Drinkwater a précisé plusieurs moments clés qui auraient été marqués par un fort renouvellement (...)
  • 100 Drinkwater 1983, p. 161-185.

28John Drinkwater était donc particulièrement sensible à la diversité des élites gauloises et à la forte mobilité sociale induite par les périodes de crise. De manière plus générale, il a défendu l’idée d’un fort renouvellement des ces élites tout au long de la période impériale. Cette question fait encore actuellement débat99. Dès 1978, il a critiqué les analyses d’Elizabeth Wightman sur la permanence sur la longue durée des structures de propriété. Il a insisté sur le fait que la Gaule était aussi un pays de petits et moyens propriétaires fonciers, même si la répartition des terres reste difficile à évaluer100. Ces divergences entre ces deux chercheurs reposaient ainsi sur des conceptions opposées des élites gauloises et de leur rôle social.

Les élites gauloises des ive et ve siècles et la culture celte : des rapports ambigus

  • 101 Neri 1998, p. 407-408.
  • 102 Certains grammatici, peu performants, étaient réduits à une grande pauvreté, ce qui montre bien la (...)

29Finalement, la question des Bagaudes en soulève deux autres, celle de l’homogénéité des élites gauloises durant l’Antiquité tardive et celle de leur rapport aux populations rurales. Valerio Neri a insisté sur la capacité de ces élites tant à participer à la romanité, par exemple par la pratique de la rhétorique, qu’à remettre en vigueur des traditions celtes lors de périodes de crise. Ces élites auraient montré une grande capacité à s’adapter rapidement aux situations nouvelles avec une forte plasticité101. Or, les élites gauloises du ive siècle sont relativement mal connues, la documentation épigraphique étant éparse. Le terme élite est d’ailleurs particulièrement ambigu, étant souvent utilisé de manière implicite pour qualifier les seules notables civiques. Les sources littéraires apportent principalement un éclairage sur les rhéteurs d’Autun et surtout sur ceux de Bordeaux. Or, ce dernier groupe est perçu par Valerio Neri comme étant parfaitement représentatif des élites gauloises. Il s’agit pourtant d’un milieu social très spécifique formé de personnes qui n’avaient pas toutes obtenues le statut de décurion. En effet, les œuvres d’Ausone permettent d’approcher l’existence à Bordeaux, capitale culturelle de la Gaule à la fin du ive siècle, d’un groupe de personnes socialement ambitieuses se définissant par la maîtrise de connaissances particulières. Ausone, dans son poème sur les professeurs de Bordeaux, évoque non seulement les rhéteurs mais s’intéresse aussi aux simples grammatici, souvent d’origine plus humble. Ce milieu de la connaissance n’était pas en effet socialement homogène. À côté des professeurs d’origine curiale, il existait de nombreux ambitieux d’origine humble espérant postes prestigieux, richesses et mariage avantageux principalement par l’excellence dans la rhétorique102. On ne peut qu’être frappé par la forte mobilité géographique et les connexions étendues à toute la Gaule et à l’Espagne des familles de professeurs évoquées par Ausone, attirées par Bordeaux. Ils ne peuvent donc être inclus dans la catégorie des local leaders telle que Raymond Van Dam et Valerio Neri l’ont définie. Ausone lui-même était issu d’une famille de grands notables d’Autun ayant connu des revers de fortune. La restauration du statut familial, par l’excellence en rhétorique ou en médecine, a pris plusieurs générations.

  • 103 Ausone met en rapport culture druidique et origine armoricaine à propos de Phoebicius : Stirpe satu (...)
  • 104 Ausone, Prof., 4, 10 ; 10, 27. Tous les membres connus de cette famille présentent des éléments ono (...)
  • 105 Sivan 1993, p. 93.
  • 106 Il a cité en particulier un passage d’Ammien Marcellin (Hist., XV, 9, 8). Voir Wisniewski 2009.

30Or, ce milieu aquitain de la connaissance valorisait les personnes supposées posséder des savoirs celtes traditionnels. Ceux-ci ne semblent pas avoir été perçus comme étant contradictoires avec la romanité mais plutôt comme un patrimoine régional spécifique, marginal mais utile à la culture impériale. Ausone évoque ainsi le cas du grammaticus Phoebicius issu d’une famille de prêtres d’un temple d’Apollon-Belenus à Bayeux. Selon Ausone, qui le signale à deux reprises, cette famille serait réputée descendre d’une lignée de druides armoricains103. Ces connaissances druidiques sont supposées avoir préparé Phoebicius à devenir un excellent rhéteur à Bordeaux. Ausone a souligné le lien existant entre les cultures grecques et celtes en rappelant que cette famille se plaçait sous le patronage d’Apollon. L’évocation de l’origine druidique de cette famille permettait à Ausone d’excuser la modestie des ses origines. La migration de Phoebicius à Bordeaux a été un semi-échec. Il n’a pu obtenir une charge publique de grammaticus que par l’entremise de son fils, Attius Patera, qui est devenu un rhéteur célèbre à Rome et à Bordeaux. Ceci montre bien le caractère aléatoire de ces tentatives d’ascension sociale104. Cette allusion d’Ausone a donné naissance à un débat entre chercheurs relatif à la persistance du druidisme dans l’Antiquité tardive. L’approche sceptique a prévalu105. Ce débat a cependant été mal posé. Il s’est en effet surtout axé sur la possibilité de l’existence en Gaule au iiie et ive siècle de véritables druides, comparables à ceux connus pour l’âge du Fer. Ceci est très improbable, étant donné l’absence de témoignages relatifs entre le premier siècle et l’époque d’Ausone. Ce rhéteur de Bordeaux montre seulement le prestige intellectuel que pouvait obtenir un individu se réclamant d’une telle tradition. Robert Wisniewski, dans une étude récente, a insisté sur la valorisation de la figure du druide durant l’Antiquité tardive en tant que professeur et philosophe pythagoricien106. Ausone n’aurait fait allusion qu’à une famille d’intellectuels partisans de ces orientations philosophiques. Cependant, Ausone n’aurait pas eu besoin dans ce cas d’évoquer explicitement une origine druidique pour cette famille. La référence pythagoricienne permettait au contraire à des traditions celtes d’être valorisées dans la culture commune. Elles dérivaient probablement d’un fond druidique progressivement vulgarisé et sans doute profondément déformé pour être adapté aux préoccupations du ive siècle.

  • 107 Le père d’Ausone a dû à ses compétences professionnelles exceptionnelles son entrée dans la curie d (...)

31La famille d’Ausone elle-même semble avoir été attachée, tant dans ses branches maternelles que paternelles, à des traditions celtiques, ce qui apparaît notamment dans son onomastique. Ceci pourrait expliquer que la mère d’Ausone, descendante d’une famille déclassée d’Autun, capitale de la romanité en Gaule, ait accepté de se marier avec Julius Ausonius, qui a montré un fort intérêt pour les traditions celtiques107. Marcellus Empiricus, dans la préface de son traité médicinal De medicamentis, qui rassemble tant des emprunts à des écrits grecs et latins que des traditions celtes recueillies d’après les témoignages de paysans, affirme s’être inspiré des propres travaux de Julius Ausonius. Ce médecin renommé parlait le grec correctement mais maitrisait mal le latin. Il n’est donc pas étonnant qu’Ausone ait valorisé des traditions culturelles en marge de la culture latine. Ausone, de part son origine sociale contrastée, peut être vu comme un acteur de la « démocratisation de la culture ». Son cas reste donc assez particulier. Il n’est pas assuré que l’ensemble des élites civiques gauloises, notamment en dehors de l’Armorique et de l’Aquitaine, ait eu la même sympathie envers les traditions celtes. Ainsi la documentation du ive siècle révèle une catégorie connue superficiellement sous le Haut Empire, celle des intellectuels des deux sexes de niveau social intermédiaire. Cette catégorie apparaît plus clairement au ive siècle parce que certains membres de ce milieu ont pu atteindre à cette époque de hauts postes dans une administration au recrutement plus ouvert.

  • 108 Ausone, Prof., 5, 37-38.
  • 109 Claudien, dans son poème contre Rufin de 395, l’accuse d’avoir été formé à la magie sur les bords d (...)
  • 110 H. Chadwick a justement défini Priscillien comme un « apprenti sorcier » du christianisme, utilisan (...)
  • 111 Le De medicamentis, dont la date de rédaction est inconnue, constitue en partie un recueil ethnogra (...)

32Le milieu aquitain de la connaissance s’est montré curieux d’une autre tradition culturelle, le christianisme. L’hérésie priscillianiste a en particulier divisé ce milieu. Ausone était très hostile à l’ascétisme. Par contre, la femme et la fille de Delphidius, fils d’Attius Tiro Patera, ont été très proches de Priscillien et ont été exécutées avec lui108. Rufin, préfet du prétoire d’Orient entre 392 et 395 et ami des moines d’Egypte, était un illustre rhéteur natif d’Eauze en Aquitaine. Or, Rufin a été priscillianiste. Un passage qui n’a pas été remarqué du poème de Claudien contre Rufin fonde cette affirmation. En effet, Claudien accuse Rufin d’avoir été initié à la magie dans sa ville natale. C’est précisément cette accusation qui a conduit Priscillien à la mort109. Le priscillianisme, comme l’a bien montré Henry Chadwick, rassemblait des ascètes charismatiques issus du milieu des rhéteurs aquitains et espagnols. Ils étaient supposés posséder des pouvoirs miraculeux et diffusaient un enseignement ésotérique imprégné de manichéisme à partir d’évangiles apocryphes110. Il s’agissait d’une hérésie de la connaissance, inventée par des personnes suffisamment ambitieuses intellectuellement pour définir leur propre interprétation du christianisme et espérer occuper des chaires épiscopales. Les diverses approches culturelles évoquées, romanité, culture celte et christianisme militant, n’étaient d’ailleurs pas forcément contradictoires comme le montre le personnage de Marcellus Empiricus, qui était un proche ami de Rufin. Marcellus, illustre rhéteur originaire de Bordeaux ou de Narbonne, est devenu magister officiorum à Constantinople en 394-395 grâce à lui. Son traité de médecine marquait un intérêt particulier pour les recettes de guérison celtes. Il comprenait une prière de guérison destinée au dieu Esus dont la valeur religieuse était probablement déniée111. En effet, Marcellus était proche selon toute probabilité du moine Jérôme de Bethléem. Certains chrétiens du milieu de la connaissance aquitain, comme Ausone et Marcellus, pouvaient accepter des éléments de la culture religieuse celte, d’une certaine façon laïcisés. Ils les valorisaient en tant qu’apport régional au patrimoine culturel commun.

  • 112 Urbica, femme d’un rhéteur de Bordeaux et adepte de Priscillien, a notamment été lapidée dans cette (...)

33Le milieu de la connaissance aquitain présentait donc une grande ambition sociale fondée sur l’usage non exclusif, mais variable selon chaque individu, de multiples traditions culturelles. En lui-même, il n’était sans doute pas représentatif des élites civiques gauloises, dont l’influence devait reposer plus sur des facteurs traditionnels de pouvoir, ancienneté du lignage, magistratures et patrimoine que sur la maîtrise de la rhétorique. Raymond Van Dam a insisté à juste titre sur le rejet des priscillianistes par les élites dirigeantes des cités et par le clergé gaulois et espagnol à la fin du ive siècle. Les priscillianistes revendiquaient en effet une mainmise sur les charges épiscopales en raison de leurs savoirs théologiques et de leurs prouesses ascétiques. La plupart des évêques se sont ainsi opposés aux ambitions de certains des rhéteurs d’Aquitaine. Un des principaux apports de son ouvrage a été ainsi de mettre en lumière certains conflits internes aux élites gauloises112.

  • 113 Voir supra note 3.
  • 114 Ainsi Eutrope n’évoque pas de brigands parmi les Bagaudes, comme l’a fait l’Africain Aurelius Victo (...)
  • 115 Dans la préface de son De Medicamentis, Marcellus affirme s’être inspiré de ses concitoyens Siburiu (...)

34Il n’est alors pas étonnant que ce soit l’historien Eutrope, lui-même probablement issu du milieu des rhéteurs bordelais, qui ait donné l’interprétation la plus neutre des Bagaudes du iiie siècle. Eutrope insiste sur le fait que les Bagaudes ont choisi eux-mêmes leur nom et se sont structurés de manière autonome. Il ne rapporte pas d’attaques de cités113. Le terme tumultus qu’il a utilisé pour décrire ce phénomène pourrait faire plus référence à une levée en masse paysanne contre l’envahisseur barbare, tel qu’il était utilisé à l’époque républicaine, qu’à une révolte sociale114. Or, Marcellus Empiricus, pour son traité de médecine basé sur la récolte de savoirs paysans, a affirmé s’être inspiré des travaux précédents d’Eutrope et de Julius Ausonius. Eutrope a donc marqué un intérêt prononcé pour les traditions paysannes celtes115. Eutrope semble avoir été curieux comme Ausone de traits culturels celtes. Il pouvait ainsi comprendre, sans la justifier, l’étrange prise d’arme des Bagaudes.

  • 116 Chron a. Gall. 452, 133: Eudoxius arte medicus, pravi, sed exercitati ingenii. Voir PLRE, II, Eudox (...)
  • 117 L’évêque Ithace a accusé Priscillien de tenter avec des charmes et onguents dédiés à la lune et au (...)

35Le fait qu’un médecin célèbre, Eudoxius, puisse avoir été à la tête d’un groupe de Bagaudes en 448 n’a pas suffisamment attiré l’attention. En effet, l’auteur de la chronique de 452 a vanté ses compétences professionnelles tout en dénonçant son caractère. Le cas d’Eudoxius, de nom oriental, évoque le père d’Ausone, médecin qui parlait mal le latin mais correctement le grec116. L’autorité d’Eudoxius auprès des paysans qui l’accompagnaient découlait probablement de guérisons perçues comme miraculeuses. Eudoxius pourrait être rapproché d’une certaine façon de Mariccus, lui aussi supposé par ses partisans être pourvu de capacités supranaturelles. Un personnage comme Eudoxius pouvait légitimer la réinvention de traditions militaires celtiques, dénotées par le terme Bagaudes. On peut remarquer que les autres chefs connus de Bagaudes ou d’Armoricains du ve siècle, Basilius et Tibatto, avaient des noms grecs ou celtes. Ils ne faisaient sans doute pas partie des élites civiques des plus grandes cités gauloises. Même s’il n’existe aucun indice montrant que des Bagaudes, comme ceux du nord-est de l’Espagne, étaient priscillianistes comme l’a affirmé Santo Mazzarino, on peut tenter de dresser un parallèle entre priscillianistes et Bagaudes. Ces deux phénomènes proposaient aux populations rurales de nouveaux réseaux de patronage autour de personnes charismatiques ambitieuses possédant des connaissances spécifiques. En effet, le ralliement et la conversion par les priscillianistes de nombreux paysans, notamment dans la Galice enclavée, s’explique par les miracles qu’ils s’attribuaient, particulièrement le contrôle des pluies. Eudoxius d’une part, et que certains ascètes priscillianistes, d’autre part, ont rallié les paysans par leurs charismes parallèles relevant de traditions culturelles distinctes, celtes ou chrétienne ésotérique117. Ils ont ainsi pu offrir un patronage rassurant pour des populations rurales désorientées par les invasions du ve siècle.

  • 118 Dion Cassius, LXXVI (75), 5.

36Un autre cas curieux de mobilisation populaire rurale menée par un personnage caractérisé par ses compétences intellectuelles peut être évoqué. En 196, un simple grammaticus, Numerianus, a levé une troupe nombreuse en Gaule en se présentant comme un sénateur mandaté par Septime Sévère pour agir contre Clodius Albinus. Il a fait un large butin de soixante-dix millions de sesterces et a refusé le clarissimat qui lui a été finalement offert par Septime Sévère victorieux118. Ce récit fait partie d’un thème littéraire, l’usurpation d’identité, destiné à égayer un récit historique et détendre le lecteur. Il est cependant particulièrement intéressant de constater que cette troupe, hostile au candidat de l’armée du Rhin pour le trône impérial, n’a pas été rassemblée par une personne issue de l’élite civique des cités gauloise. Il s’agissait d’une forme d’opposition à cette élite, ralliée majoritairement à Clodius Albinus, qui a dû subir l’essentiel des pillages de Numerianus. Les objectifs personnels de ce personnage, qui devait être un orateur confirmé, restent obscurs. Il était cependant animé par une forte ambition personnelle, au moins de manière symbolique. L’existence de groupes rebelles menés par des personnes charismatiques ayant un certain rapport aux savoirs semble être une particularité gauloise.

  • 119 Valentinien a favorisé les rhéteurs aquitains pour les plus hauts postes administratifs. Théodose a (...)
  • 120 Marcellus Empiricus, d’un statut bien supérieur, semble avoir soutenu en Gaule en 414 l’usurpation (...)
  • 121 Claudius Marius Victor, poète chrétien du milieu du ve siècle issu du milieu bordelais, dénonce l’i (...)
  • 122 Helvius Vindicianus, le plus célèbre médecin de son époque, a pu obtenir le proconsulat d’Afrique e (...)
  • 123 Van Dam 1978, p. 46-47.
  • 124 L’auteur du Querolus critiquait particulièrement l’introduction de nouvelles pratiques judiciaires (...)

37On peut ainsi proposer une hypothèse. Au début du ve siècle, les perspectives d’ascension par la rhétorique à la manière d’Ausone, de la famille de Phoebicius ou de Rufin d’Eauze, ouvertes par Valentinien et surtout Théodose, se sont taries119. Certaines personnes se définissant par la possession de connaissances spécifiques, de statut intermédiaire, ont pu souffrir de la domination sans partage des primates des cités gauloises, dont le pouvoir dépendait en partie, comme le montre Salvien, de leur rapport au système fiscal impérial. Ils ont pu soutenir des projets alternatifs de consensus, plus accessibles pour le peuple, en mobilisant à leur profit des connaissances traditionnelles celtes qu’ils ont plus ou moins réinventées pour l’occasion120. Ces acteurs de la « démocratisation de la culture » agissaient sans doute par ambition sociale, en tentant de convertir, comme au ive siècle, leurs aptitudes en pouvoirs. Ainsi le médecin Eudoxius a pu devenir le chef d’une communauté dissidente de Bagaudes, quelle que soit sa nature, en allant jusqu’à se séparer de l’Empire et rallier Attila121. Eudoxius, s’il avait vécu au ive siècle, aurait pu, grâce à ses compétences exceptionnelles, espérer un haut poste dans une administration dont le recrutement s’était démocratisé ou au moins une carrière municipale122. Selon Raymond Van Dam, l’évocation de formes celtes de justice sur les bords de la Loire par l’auteur du Querolus ne serait qu’une banale évocation littéraire du thème du monde inversé. Cependant, ce genre de polémique ne pouvait être efficace que si elle comportait un fond de vérité. Raymond Van Dam a lui-même trouvé dans cette œuvre des arguments utiles à son propos123. Les moqueries du Querolus, même si elles déformaient des pratiques réelles, étaient sans doute pertinentes. Ausone, rapportant l’appartenance de Phoebicius de Bayeux à une famille de druides armoricains, montre la pertinence de la référence druidique dans cette zone. Certains notables de l’Armorique ont pu au ve siècle donner une justification à leurs pratiques sécessionnistes en mettant en vigueur dans une zone enclavée des traditions celtes de justice redéfinies pour l’occasion. Ces pratiques étaient peut-être supposées remédier aux insuffisances de la justice romaine et créer un nouveau consensus archaïsant dans une région très peu christianisée. Elles ont justifié que de riches privati rendent justice sur les bords de la Loire, ce qui était justement dénoncé par l’auteur du Querolus comme l’établissement d’une tyrannie124. Elles ont sans doute permis à des personnes issues du milieu des écoles, comme la famille de Phoebicius, de construire un discours de légitimation des nouveaux pouvoirs, c’est-à-dire de donner une forme d’idéologie, même bancale, pour une tentative autonomiste.

Une tentative de bilan : la diversité des troubles attribues aux Bagaudes

38L’ensemble des interprétations données aux Bagaudes présente le défaut de vouloir donner une explication unique à des troubles gaulois divers espacés de deux siècles. Les historiens cités ont eu tendance à simplifier leurs analyses et à les appliquer à l’ensemble des troubles qu’ils considéraient comme étant engendrés par des Bagaudes. Ils pouvaient ainsi imposer des changements radicaux de paradigme. La diversité des interprétations a conduit à un scepticisme généralisé, notamment en France, et à la supposition qu’il était impossible de définir les Bagaudes et leurs buts. Cependant, on peut lever les difficultés inhérentes en prenant en compte le fait que des phénomènes divers au iiie et au ve siècle ont été classés dans la même catégorie, celle des Bagaudes, par les historiens antiques.

39Quelques précautions méthodologiques s’imposent. Le caractère très allusif des sources ne permettra jamais de résoudre de manière totalement satisfaisante la question des Bagaudes. Cependant, on peut tenter de préciser des modèles explicatifs crédibles des divers phénomènes qui ont reçu ce label pour obtenir une reconstitution probable des évènements. Cette opération nécessite une synthèse des interprétations précédemment proposées. On peut en effet considérer que toutes ces interprétations possèdent une part de vérité, mais pour une partie seulement des troubles attribués à des Bagaudes. Quelques travaux récents suivent cet angle d’approche.

  • 125 Un dynaste d’Emèse, Sampsigeramus, a pu forcer en 253 les troupes du roi Perse Sapur à la retraite (...)
  • 126 Chauvot 1998, p. 28-31.
  • 127 Voir texte supra note 4.
  • 128 Une des rares sources qui évoque cette révolte, dans sa partie relativement sûre, l’attribue à des (...)

40Il existe un large consensus actuel pour identifier les Bagaudes de 285-286 à des milices paysannes valorisées par une fonction défensive contre les barbares. Ceci ne doit pas étonner. Plusieurs cas de formation de milices paysannes sont en effet connus pour la crise militaire du iiie siècle125. Divers arguments viennent appuyer l’idée que les Bagaudes auraient revendiqué une fonction militaire valorisante. Alain Chauvot a remarqué que le rhéteur Mamertin s’est particulièrement indigné de la volonté de paysans et bergers gaulois de se poser en soldats, fantassins et cavaliers, usurpant ainsi une dignité et une fonction officielle126. Mamertin a aussi survalorisé les troubles commis par les Bagaudes en comparant ces derniers à un monstre biforme apportant le chaos en Gaule. En effet, les Bagaudes auraient été de mauvais soldats, comparables aux pillards déserteurs ou barbares. Seul Maximien Hercule était supposé pouvoir abattre ce monstre127. Mamertin évoquait une situation anormale marquée par un véritable renversement des hiérarchies sociales. Il n’a pas choisi de faire entrer ces troubles dans une catégorie de la littérature historique antique, usurpation, histoire de brigands, révolte servile ou ethnique. Plus que des pillages localisés, Mamertin dénonçait le fait que de nombreux paysans avaient ainsi refusé d’agir conformément à la place qui leur avait été accordée dans la société impériale. La possible allusion d’Eutrope à une levée en masse des paysans, présentée de manière neutre, coïnciderait aussi avec cette interprétation. Pour des paysans, s’assimiler à des soldats constituait une forme de promotion sociale imaginaire. La valorisation par une fonction militaire est en effet fréquente dans les troubles paysans sous l’Empire, comme par exemple pour les Boukoloi d’Egypte du second siècle128.

  • 129 Pan. Lat., 10 (II), 4, 1-4.

41D’autre part, une mission d’autodéfense revendiquée par ces milices, excusable en cas de vacance du pouvoir impérial malgré les lois interdisant les violences privées, expliquerait la clémence de Maximien à leur égard célébrée par le rhéteur Mamertin129. Cet empereur a effet pu, au lieu d’exécuter les Bagaudes capturés, les intégrer de force dans l’armée. Cette pratique était fréquente dans le cas de barbares capturés. Enfin, la Vita Baboleni, associée à la mention en 638 d’un castrum bagaudarum local, attribue une fonction militaire régulière aux hommes d’Amandus et Aelianus identifiés aux membres de la légion thébaine persécutés par Maximien. Il ne peut s’agir d’une allusion déformée aux Bagaudes du ve siècle, qui ne semblent pas avoir lutté contre les barbares. Il est difficile de comprendre pourquoi l’auteur de cette hagiographie au xie siècle aurait créé de toutes pièces une telle valorisation des Bagaudes. Il est plus probable que la mémoire populaire avait gardé une image valorisante des Bagaudes du iiie siècle en tant que soldats défendant les Gaules injustement persécutés par Maximien.

  • 130 Le personnage de Cercio, le principal subordonné de Charietto selon Eunape, a de toute évidence été (...)
  • 131 Zosime, H. N., III, 7, 1-7 ; Eunape, frg., 11-12. La troupe de Charietto, invisible de nuit, aurait (...)
  • 132 Constance II a été particulièrement sévère contre l’armée de Magnence. Ammien Marcellin rapporte qu (...)
  • 133 Libanios, Or., XVIII, 104.
  • 134 Ammien Marcellin, Hist., XVI, 11, 4.
  • 135 Libanios compare à deux reprises Julien à Hercule (Or., XVIII, 39 ; 87). Maximien, dans le système (...)

42La question du lien entre notables gaulois et Bagaudes au iiie siècle reste néanmoins posée. Un épisode très particulier de l’histoire de la Gaule du siècle suivant, qui n’a pas pour l’instant été rapproché des Bagaudes, permet de mieux comprendre ces interactions. Ce type d’analogie permet d’éviter le recours à des modèles issus d’autres périodes historiques potentiellement anachroniques. L’historien païen Eunape de Sardes rapporte les exploits étonnants d’une troupe de brigands qui a été rassemblée entre 353 et 358 par un barbare d’une force extraordinaire, Charietto. Eunape l’a présenté comme un nouvel Hercule et un héros païen, en donnant une lecture mythologique de ses exploits130. Le parallèle implicite entre Charietto et Maximien Hercule, combattant les barbares et civilisant la Gaule, est évident. Charietto aurait choisi de combattre ses congénères autours de Trèves. Il aurait vagabondé avec sa troupe dans le nord de la Gaule avant de se mettre au service de Julien. Il aurait obtenu des résultats extraordinaires, quasiment surnaturels, contre les Francs Chamaves en 358. Julien lui a accordé de très hautes fonctions militaires une fois devenu empereur131. Ces fonctions ne s’expliquent que si Charietto était déjà officier auparavant, sans doute un déserteur de l’armée de Magnence132. Eunape a personnalisé ces évènements en suivant le type littéraire de l’histoire de bandit célèbre. Il a présenté Charietto comme étant un héros civilisateur, transformant les traditionnels bandits gaulois en militaires utiles contre les barbares. Son histoire avait surtout pour fonction d’exalter l’action de Julien. Celui-ci a pacifié la Gaule en réintégrant dans son armée de nombreux déserteurs qui avaient commis des actes de banditisme133. La troupe que Charietto avait rassemblée était sans doute formée de déserteurs mais aussi de paysans chassés par les barbares, désireux de lutter contre eux et pouvant recourir au pillage pour survivre. Ces paysans ont sans doute été incorporés avec Charietto dans l’armée de Julien. La bande de ce héros barbare comportait peut-être aussi d’anciens pillards barbares. Des laeti barbari stationnés sur le territoire gaulois ont tenté de piller Lyon en 357134. On peut ainsi dresser un parallèle entre l’action de Charietto et celle des Bagaudes du iiie siècle. La période 353-355 a été marquée pour la Gaule par les premières dévastations barbares sérieuses depuis 285-286. Ces deux périodes de troubles ont été marquées par une vacance temporaire du pouvoir impérial en Gaule, consécutivement aux décès respectifs de Carin et de l’usurpateur Magnence. L’exemple de Charietto montre que l’existence de groupes d’autodéfense en Gaule, rassemblant déserteurs, paysans hostiles aux barbares et aventuriers, est une possibilité à prendre en compte. Ces groupes pouvaient dériver vers le banditisme. La clémence de Julien envers la bande de Charietto rappelle celle de Maximien envers les Bagaudes. Julien, comme Maximien, a intégré des rebelles dans son armée. Paradoxalement, avoir été hors-la-loi a permis à ce chef d’origine barbare d’accélérer sa carrière militaire. Charietto était sans doute très populaire en Gaule, puisque Julien l’a préféré à d’autres de ses officiers plus expérimentés comme son représentant militaire local après son départ vers l’Orient en 361. Julien, se présentant lui-même comme un nouvel Hercule, a ensuite récupéré pour sa propagande ces traditions militaires locales ainsi légitimées135.

  • 136 En 353, Trèves, siège de la préfecture des Gaules, a fermé ses portes à Decentius, César de l’usurp (...)
  • 137 La mobilisation de iuvenes de divers peuples gaulois lors de l’année 69 est évoquée par Tacite (His (...)
  • 138 Il ne faut pas surestimer l’importance de la grande propriété en Gaule à l’époque tardive. Ainsi, S (...)
  • 139 Famine et épidémies sont évoquées par Mamertin en 291 (Pan. Lat., 11 (III), 5, 3).

43Or, Charietto semble avoir commencé par être au service de la cité de Trèves en 353 avant d’agir de manière indépendante et de parcourir le nord de la Gaule. Cette cité semble avoir créé une milice autonome sous la conduite d’un defensor local. Cependant, Charietto a été conduit à prendre rapidement son indépendance par rapport à cette cité136. Il est possible par analogie, les conditions étant très similaires, que les Bagaudes du iiie siècle aient connu la même évolution. Dans cette hypothèse, des milices paysannes d’autodéfense recrutées sur une base civique se seraient progressivement rendues autonomes des notables, en allant jusqu’à attaquer des villes comme l’affirme Aurelius Victor. Cependant, on peut proposer une seconde hypothèse pour le iiie siècle. Il est aussi possible que des paysans du nord de la Gaule se soient eux-mêmes organisés en milices rurales dès l’origine, comme semble le désigner Eutrope. Les Bagaudes constituent en effet le seul groupe paysan rebelle sous l’Empire à posséder un nom spécifique dans une langue régionale. Les notables n’avaient pas besoin de donner un nom celte à leurs dépendants armés. Ils pouvaient procéder à un recrutement sur une base civique comme pour les contingents levés par divers peuples gaulois au cours des années 69 et 70137. Il est en fait probable que le nom de Bagaudes ait été créé par certains paysans pour décrire leur prise d’armes sur la base des pagi ou des vici. Cette mobilisation paysanne avait en effet probablement une base villageoise, même si des populations déplacées par les invasions ont pu aussi y prendre part138. La nouveauté du terme Bagaude, non mentionné par la littérature ethnographique gréco-romaine sur la Gaule, montrerait qu’il s’agissait d’une pratique nouvelle. L’échec des usurpations militaires gauloises, tant entre 260 et 274 que sous le règne de Probus, semble avoir entraîné une perte de confiance d’une partie importante de la paysannerie du nord de la Gaule non seulement envers l’institution impériale mais envers les notables civiques. Carin a retiré en 285 la majeure partie de l’armée du Rhin qu’il a emmenée combattre Dioclétien. Ce retrait, conjugué à la famine régnant en Gaule, semble avoir causé une vive réaction des campagnes du Nord de la Gaule139. Le cas de Mariccus en 69 est ici très révélateur. Il montre comment l’échec d’une mobilisation menée par les élites civiques pour alimenter une rébellion politique, celle de Vindex, pouvait mener à une mobilisation populaire hostile à ces mêmes élites.

  • 140 Voir texte supra note 4. Maximien, après le passage des Alpes, est parti directement sur le Rhin co (...)
  • 141 Une inscription mentionne le meurtre d’un berger par un de ses esclaves près de Mayence (CIL XIII, (...)
  • 142 Mamertin, dans le même panégyrique, compare par contre l’usurpateur Carausius au géant Gerion (Pan. (...)
  • 143 Il s’agit d’un des rares cas pour lesquels l’interprétation romaine du dieu est placée dans une pos (...)
  • 144 Ammien Marcellin, Hist., XV, 6, 4 ; Aurelius Victor, Caes., 42, 16.

44Le panégyrique de Mamertin, prononcé à Trèves en 289 trois années à peine après les évènements, fait référence par l’expression in hisce terris à un problème très local, ce qui n’a pas fait suffisamment l’objet de commentaire140. La mention de bergers devenus cavaliers peut être une allusion à une particularité locale, la présence sur le territoire de cette cité d’importantes activités d’élevage pour l’artisanat de la laine. Elles sont notamment attestées par la fameuse colonne d’Igel au début du iiie siècle141. Les colonnes représentant Jupiter terrassant un monstre anguipède, spécificité de la Gaule du Nord, étaient fréquentes sur le territoire de Trèves. Mamertin, d’une manière assez élégante, pouvait ainsi évoquer une référence religieuse locale par le moyen du monstre biforme métaphore des Bagaudes. Il pouvait ainsi donner plus de poids à un avertissement impérial adressé aux élites de Trèves. Seule la loyauté envers les empereurs de la Tétrarchie, s’assimilant à Jupiter et à Hercule, pouvait protéger Trèves du chaos142. Par cette approche pédagogique, il pointait peut-être la responsabilité des élites trévires dans la formation des groupes Bagaudes. Or, la fierté des Trévires envers leurs capacités militaires et leurs particularismes culturels, comme l’exprime leur divinité poliade Lenus Mars, pouvait justement expliquer la formation de milices paysannes sur la base des vici ou pagi qui structuraient cette cité143. Ceci expliquerait que dans une situation comparable, une soixantaine d’années plus tard, les élites de Trèves et le defensor Poemenius aient de nouveau créé leur propre milice, confiée à un ancien officier, Charietto. Cependant, l’échec de l’usurpation du franc Silvanus en 355, appuyée sur Trèves et sur Cologne, semble avoir conduit Charietto à errer en Gaule du nord avec sa troupe. Ceci illustre la difficulté pour les cités gauloises de mener des politiques militaires autonomes et de contrôler les milices qu’elles avaient levées144.

  • 145 Le personnage de l’usurpateur Proculus du règne de Probus dans l’Histoire Auguste, évoqué par Valer (...)
  • 146 Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, 7. Sulpice Sévère pouvait ainsi opposer Martin à Charietto. Le (...)
  • 147 Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, 11.
  • 148 Gennadius, De viris ill., 22 (PL 58, col. 1072) : Nicetas Romacianae civitatis episcopus, composuit (...)
  • 149 Martin de Tours aurait fait libérer vers 370 de nombreux prisonniers, sans doute pour dettes envers (...)
  • 150 Ammien Marcellin, Hist., XXVIII, 2, 10-11. Zosime (H. N., IV, 12) et Ammien Marcellin (Hist., XXX, (...)

45Au milieu du ive siècle, il existait une compétition en Gaule entre des figures charismatiques païennes ou chrétiennes supposées capables grâce à des pouvoirs supranaturels de protéger les populations locales des barbares145. Sulpice Sévère présente Martin lui-même comme une de ces figures protectrices. Ce saint d’origine militaire aurait obtenu son congé du païen Julien en 356 ou 357 après lui avoir permis, avec l’aide de Dieu, de vaincre sans combat les Alamans146. Le culte dédié à un bandit à proximité de Tours supprimé par Martin vers 370 peut avoir été dédié en fait à un chef Bagaude de l’époque d’Amandus et d’Aelianus ou à un célèbre brigand local147. Le maintien de pratiques d’inspiration celte de cultes héroïques dans la Gaule de l’Antiquité tardive ne serait en effet pas étonnant. On peut évoquer un parallèle relatif à une autre région de l’Empire. Nicetas, évêque de Remesiana dans le pays des Besses des Balkans, évoque à la fin du ive siècle, parmi les erreurs païennes locales, le culte rendu à un paysan pour sa force exceptionnelle148. Supprimer un culte dédié à un bandit permettait à Martin d’imposer l’exclusivité de son patronage sur les populations locales lors d’une période marquée par une forte agitation sociale. Martin de Tours est intervenu en effet à plusieurs reprises vers 370 pour protéger la population de son diocèse contre les abus de fonctionnaires149. La Gaule a connu notamment une flambée de banditisme en 369, culminant dans le meurtre d’un tribunus stabuli parent de Valentinien. Le meurtre de ce tribun, disposant forcément d’une importante escorte, montre qu’il s’agissait probablement d’une révolte non organisée. Elle ne peut être expliquée que par un refus des exigences particulièrement importantes de Valentinien en Gaule en matière de fiscalité et de recrutement militaire150. Ammien Marcellin n’a pas utilisé le terme Bagaudes pour évoquer ces troubles graves mais sporadiques, sans doute parce qu’ils n’avaient pas été marqués par une véritable organisation, notamment militaire, des rebelles. Le terme Bagaudes avait donc un sens très spécifique. Cependant, les troubles de 369-370 montrent que des révoltes paysannes, même de faible intensité, étaient possibles en Gaule durant l’Antiquité tardive.

  • 151 Zosime, H. N., VI, 2, 5 ; VI, 5, 3.
  • 152 Cette analyse est partagée par J. C. Sánchez-León, pour lequel les Bagaudes auraient constitué plus (...)
  • 153 Des interprétations différentes de ce passage ont été proposées. Ainsi, pour E. Castorina, Exuspera (...)
  • 154 V. Neri (1998, p. 402) utilise l’exemple de Mariccus pour montrer les capacités militaires des élit (...)
  • 155 Jérôme, Ep., 125 (407-409) ; Chron. a. 452, 72 (414).
  • 156 Ce natif de Poitiers était probablement vicarius Galliarum. Voir PLRE, II, Exusperantius 2, p. 448.
  • 157 Le fait que Rutilius Namatianus n’emploie pas le mot Bagaude dans son poème n’est pas déterminant. (...)
  • 158 Cette comédie d’inspiration païenne a été dédiée à un certain Rutilius, vir inlustris. Voir l’intro (...)

46La Gaule semble avoir été marquée au ve siècle par deux phénomènes parallèles et étroitement contemporains, mais bien distincts, un mouvement autonomiste de notables dans l’Armorique au sens large, et des troubles sociaux paysans, qui ont été les seuls à être définis dans les sources comme étant engendrés par des Bagaudes. Olympiodore, principale source de Zosime pour la période postérieure à 404, distingue en effet clairement les Bagaudes des Alpes, mentionnés pour l’année 407, des cités d’Armorique, qui se sont séparées de l’Empire en 409-410. Il compare ces tendances sécessionnistes à celles présentes en Grande-Bretagne à la même époque151. Le terme Bagaude serait revenu à la mode au ve siècle pour désigner des troubles de nature paysanne, comme ceux commis par les populations alpines. Les analyses de Raymond Van Dam et de Valerio Neri auraient ainsi une validité limitée au cas de l’Armorique, une zone enclavée, et ne concerneraient pas à proprement parler des Bagaudes152. La dénonciation par l’auteur du Querolus de la mainmise ridicule de riches notables sur l’exercice de la justice dans une partie de l’Armorique pourrait faire référence, s’il s’agit bien d’une œuvre du début du ve siècle, à ce mouvement autonomiste de notables. Cependant, Rutilius Namatianus, selon l’interprétation la plus probable de son poème Sur son retour, évoque en 417 le renversement dans un passé récent des conditions entre maîtres et esclaves en Armorique, une allusion qui demande à être expliqué153. Les notables armoricains sortant de l’Empire devaient proposer un modèle alternatif d’Etat. Ils ont peut-être réinventé des traditions celtes en matière de justice, si l’on suit le Querolus. Cependant, contrairement à ce qu’ont affirmé Raymond Van Dam et Valerio Neri, ces notables armoricains ont pu voir leur pouvoir local contesté entre 410 et 417. En effet, ils ne pouvaient plus baser leur domination sur le système fiscal impérial. Ils étaient dépendants pour leur défense de milices paysannes qui pouvaient échapper à leur contrôle, en récupérant peut-être à leur profit l’imaginaire celte guerrier des Bagaudes154. La situation de famine qui a régnée entre 407-409 puis en 414 en Gaule peut avoir amplifiée les tensions entre élites et paysans155. Ainsi, pourrait s’expliquer l’insistance de Rutilius Namatianus à rapporter les exploits de son parent Exusperantius, natif de Poitiers, qui a rétabli l’ordre en Armorique156. Rutilius Namatianus avait sans doute pour objectif d’avertir les notables gaulois qu’ils ne pouvaient se passer de la domination romaine. Toute tentative sécessionniste donnerait naissance à des troubles sociaux incontrôlables157. Cette remarque prendrait tout son sens si la comédie du Querolus a bien été dédiée au même Rutilius Namatianus158. Ces deux œuvres, issues du même milieu sénatorial païen, constitueraient une réflexion commune dénonçant les tentatives de notables de créer un État séparé de l’Empire.

  • 159 Chron. Gall a. 452, 117 (texte supra note 9). Cliff Minor conclut ainsi un parcours de recherche de (...)
  • 160 La Notitia Dignitatum (Occ., 37, 24-9) assimile la Gallia Ulterior avec le Tractus Armoricanus et N (...)
  • 161 Chron Gall a. 452, 119 : Capto Tibattone et ceteris seditionis partim principibus vinctis, partim n (...)
  • 162 Vie de saint Germain d’Auxerre, 28 ; 40. R. Mathisen a proposé de dater cet épisode de 445. Cf. Mat (...)
  • 163 La chronique gauloise de 452 pour évoquer la tentative sécessionniste de 435 utilise une formulatio (...)
  • 164 Le poète Merobaudes, dans son panégyrique d’Aetius de 446, évoque l’activité bénéfique de ce généra (...)
  • 165 Chron. Gall. a. 452, 133 (voir supra note 9) ; Sidoine Apollinaire, Carm., VII, 547-549 ; Jordanès, (...)

47Concernant les Bagaudes du ve siècle, Cliff Minor a remarqué que la chronique gauloise de 452 évoque pour les années 435-437 deux phénomènes séparés que l’on a trop souvent identifiés. En effet, elle mentionne une rebellio sécessionniste menée principalement par Tibatto en Gaule Ultérieure qui aurait eu pour conséquence une révolte, de type Bagaude, de l’ensemble de la servitia. Cette révolte Bagaude n’aurait pas concerné la Gallia Ulterior mais plutôt le reste de la Gaule159. Or, l’allusion à la Gaule Ultérieure semble désigner précisément l’Armorique160. Tibatto a été capturé en 437 avec d’autres chefs de cette seditio, ce qui a contribué à calmer l’agitation Bagaude existant depuis 435161. Il est réapparu de manière surprenante en 448 ou plus probablement en 445 comme élément perturbateur faisant échouer un accord patronné par l’évêque Germain d’Auxerre entre les notables armoricains et Aetius162. Il n’est donc pas assuré que Tibatto ait été un chef de Bagaudes. Son activité, une révolte politique et sécessionniste qualifiée de rebellio ou de seditio, semble s’être limitée à l’Armorique163. Tibatto n’était donc pas forcément responsable de la révolte de dépendants agricoles dans le reste de la Gaule. Il peut s’agir de deux phénomènes distincts mais parallèles, sans lien de causalité. Ils s’expliquent par l’effondrement du contrôle impérial sur la Gaule consécutivement à la guerre civile opposant Boniface et Aetius entre 432 et 434. Deux cas de figure sont possibles. Tibatto peut simplement avoir été un notable armoricain particulièrement radical dans sa volonté de se séparer de l’Empire. Il peut aussi avoir représenté, comme son nom d’origine celte semble l’indiquer, une tendance plus populaire au sein de l’Armorique hostile aux notables partisans en 445 d’un compromis avec l’Empire. Dans ce dernier cas de figure seulement, il y aurait eu une révolte populaire contre les élites locales conjointe en 435 en Armorique et dans le reste de la Gaule. Il faut noter qu’un poème de 446 insiste sur l’aspect populaire du séparatisme armoricain assimilé à un simple brigandage paysan à grande échelle164. Les notables armoricains ont probablement compris en 445 la leçon des troubles des périodes 410-417 et 435-437. Seul un accord avec l’Empire pouvait stabiliser la société armoricaine. Cette fracture entre notables armoricains et Bagaudes explique que si cette région a soutenu Aetius dans sa lutte contre Attila en 451-452, un chef Bagaude, Eudoxius, a par contre rejoint ce roi barbare en 448165.

  • 166 Passio sanctorum qui passi sunt in Acauno, l. 4-5 : contra Amandum et Aelianum qui in Bagaudarum no (...)
  • 167 Ainsi pourrait s’expliquer les opérations des Bagaudes du pays Vascon et spécialement de la petite (...)

48Il faut admettre que, pour le reste de la Gaule, l’année 435 a été marquée par une véritable révolte sociale, dénotée par l’emploi du terme servitia désignant de manière claire des dépendants agricoles. La possibilité d’une telle révolte ne peut être refusée a priori. La passion anonyme de saint Maurice d’Agaune, rédigée dans les années 450, attribue à Aelianus et Amandus au temps de Maximien une commotio de nature servile166. Cette présentation ne correspond pas aux versions d’Eutrope et Aurelius Victor. Elle semble directement avoir été influencée par la révolte de 435, voire par la chronique de 452 qui la rapporte, ou bien par les troubles Bagaudes qui ont secoué les Alpes à partir de 407. Cependant, la nature de cette révolte de 435 reste difficile à préciser. Les actions des Bagaudes du nord-est de l’Espagne permettent peut-être de la préciser. Le meurtre de fédérés et d’un évêque à Tyriasso marque une hostilité envers les structures impériales mais aussi envers les élites urbaines, en l’absence de motif religieux clair167.

  • 168 Salvien, De Gub. Dei, V, 21-22. Salvien affirme que la plupart des paysans pauvres, ne désirant pas (...)
  • 169 Nov. Valent., 31. Salvien semble faire directement allusion à cette loi. Il affirme en effet que de (...)
  • 170 Ainsi, Hydace mentionne que Basilius dans le nord-est de l’Espagne aurait rassemblé autours de lui (...)
  • 171 Chron. Gall. a. 452, 124. Cet épisode est probablement révélateur des relations sociales existant d (...)

49Salvien donne une interprétation crédible de la formation de communautés Bagaudes dans les années 440 qui permet de mieux comprendre les troubles de 435-437. L’affaiblissement des structures administratives en Gaule au ve siècle a permis aux primates des cités d’utiliser les structures civiques pour augmenter leur pression tant sur les décurions de moindre fortune, que sur les petits exploitants et les dépendants agricoles. Ils ont mis en danger l’institution civique elle-même en Gaule. La révolte de 435 constituait probablement une réaction de propriétaires ayant été forcés d’abandonner leurs terres à un patron et de dépendants soumis à des prélèvements renforcés, des tendances évoquée par Salvien peu de temps après168. Ces troubles semblent constituer une réaction à une aggravation récente des conditions de vie des populations rurales. Les troubles de 369-370 avaient probablement la même cause. Les populations rurales gauloises ne semblent donc pas avoir eu une tendance permanente à la révolte dans l’Antiquité tardive. Par contre, les aggravations conjoncturelles de leur condition entrainaient fréquemment des réactions violentes. Certains des révoltés, après la répression de 437, ont pu former des communautés séparées de l’Empire qui ont subsisté jusque dans les années 440. Des décurions de rang inférieur, opprimés par les principales, les auraient même rejoints. Eudoxius a pu faire partie de cette catégorie. Une novelle de Valentinien III de 451 impose aux colons fugitifs et aux immigrants, les advenae, hébergés par un propriétaire terrien de devenir leurs dépendants. Elle atteste de l’importance des migrations de population en Gaule à cette époque169. On peut sans doute ici utiliser le modèle élaboré par John Drinkwater. Salvien ne précise pas quelle était l’organisation de ces communautés, qu’il assimile aux communautés barbares. De nouvelles élites, décurions secondaires, déserteurs ou personnages charismatiques, ont probablement dû s’imposer et proposer de nouveaux modes de consensus170. Ces communautés avaient pour noyau des villages ou castella situés dans des zones marginales, comme les Alpes et Aracelli dans le pays Vascon. Elles pouvaient aussi marquer la renaissance du pagus comme unité communautaire au sein du territoire des très vastes cités gauloises. Cependant, elles ont connu une forte recomposition sociale fondée sur le talent individuel puisque de nombreux fugitifs s’y sont installés. Ceux-ci, quelque ait été leur statut primitif, devaient avoir abandonné la plus grande partie de leur capital immobilier dans leur cité d’origine. Des tendances contraires sont aussi attestées dans les campagnes. Les liens traditionnels de patronages se sont en effet renforcés dans certains cas. Ainsi, la résistance de propriétaires terriens de la région d’Orléans contre l’installation sur leurs terres de fédérés Alains du roi Goar en 440, n’a pu avoir une certaine efficacité sans le soutien de leurs dépendants agricoles. Dans cette région, limitrophe de l’Armorique autonome, les paysans pouvaient apprécier le patronage des notables contre les abus des fédérés ou du système fiscal impérial171.

  • 172 Salvien laisse entendre que c’est l’État romain qui aurait attribué le nom dévalorisant de Bagaudes (...)
  • 173 Saint Séverin de Norique s’est affronté à des brigands nommés scamarae qui s’attaquaient de manière (...)

50Les troubles attribués à des Bagaudes constituaient une classe précise et immédiatement compréhensible de phénomènes au ve siècle, comme le montre l’emploi de l’expression in Bacaudam dans la chronique de 452. Cependant, ce terme était polysémique. Il semble avoir été utilisé de manière très large à cette époque comme une sorte de label commode pour décrire toutes les formes de troubles ruraux en Gaule, y compris de véritables révoltes sociales. Le terme Bagaude aurait en fait deux sens au ve siècle, désignant des dépendants agricoles en révolte mais aussi des communautés rurales autonomes formées en partie de fugitifs de différents niveaux sociaux. Il n’est pas prouvé que les personnes désignées par les sources comme étant des Bagaudes au ve siècle se soient eux-mêmes désignés par ce nom172. Un autre terme, celui de scamarae, a connu une semblable utilisation un peu plus tard dans les Balkans173.

  • 174 Cracco-Ruggini 1995 ; Molé Ventura 1999.
  • 175 Eucher a probablement tenté par cette passion d’étendre son influence auprès des populations rurale (...)
  • 176 La virulence du prêtre Salvien s’explique peut-être par un statut social originel moins élevé que l (...)
  • 177 L’auteur de cette chronique, qui avait une opinion favorable des pélagiens ou semi-pélagiens, était (...)

51Lellia Cracco-Ruggini et Concetta Molé Ventura ont montré dans des études récentes la volonté de certains éléments du clergé gaulois dès le ve siècle de montrer une certaine tolérance envers les Bagaudes174. Ainsi, Eucher, évêque de Lyon, dans sa version de la passion des martyrs de la légion thébaine écrite entre 443 et 449, affirme que Maximien est venu en Gaule uniquement pour persécuter la multitude des chrétiens présents dans cette région, passant sous silence les troubles Bagaudes. Eucher, en omettant les Bagaudes de son récit, semble avoir montré une certaine neutralité face à ce phénomène tout en dévalorisant le pouvoir impérial persécuteur. Une personne écoutant le récit de cette passion et connaissant l’existence de Bagaudes au iiie siècle pouvait implicitement les assimiler à des chrétiens persécutés. Cette assimilation a été effectivement réalisée plus tard par la Vita Baboleni175. Eucher appartenait au même milieu ascétique que Salvien auquel il a confié l’éducation de son fils Salonius. Salvien de Marseille, en excusant les Bagaudes même s’il ne les approuvait pas, avait surtout pour objectif de critiquer les abus des primates des cités et l’appui qui leur était donné par l’administration. Cependant, il était probablement originaire de Trèves, une cité qui semble avoir été fortement marquée par les troubles Bagaudes à la fin du iiie siècle. Ceci pourrait expliquer son exceptionnelle tolérance envers les troubles paysans qui lui étaient contemporains176. Ce milieu ascétique cultivé issu de Lérins, perméable aux idées pélagiennes combattues par Aetius, pouvaient exprimer un certain intérêt pour les Bagaudes. Ils proposait de remplacer le consensus ancien autours des institutions civiques, jugées corrompues, par un consensus chrétien autours des valeurs de l’ascétisme et du culte des martyrs. Cependant, même en son sein, des avis discordants se faisaient jour. Ainsi l’auteur de la chronique gauloise de 452 a dénoncé les Bagaudes en tant que traîtres en consacrant un développement au ralliement d’Eudoxius à Attila177.

  • 178 Molé Ventura 1999, p. 170-174.
  • 179 La charte de fondation de 638 du monastère dédié à saint Maurice, de la légion thébaine, à saint Ma (...)
  • 180 Molé Ventura 1999, p. 179.
  • 181 Carrié 2001, p. 44-46.

52Lellia Cracco-Ruggini et Concetta Molé Ventura ont montré comment ces ascètes pélagiens se sont rapprochés à partir du milieu du ve siècle des élites civiques traditionnelles avec lesquelles ils ont partagé les fonctions épiscopales178. Ils ont diffusé ensemble le culte de nouvelles figures protectrices, les martyrs militaires de la légion thébaine. Comme le montre la Vita Baboleni, les chefs des Bagaudes du iiie siècle, Amandus et Aelianus ont été assimilés à ces martyrs probablement entre le ve et le viie siècle. Les Bagaudes ont reçu dans ce texte hagiographique la qualité de soldats, valorisant leur fonction de défense des populations gauloises, au détriment du pouvoir impérial perçu comme persécuteur179. La figure des Bagaudes a ainsi été récupérée et christianisée après la chute de l’Empire en Occident par les élites civiques gauloises, devenues épiscopales, dans l’objectif de créer un nouveau consensus. Ces pratiques ont permis aux élites de réduire la distance sociale accrue qui les séparait des populations rurales restées païennes. Le culte des reliques a contribué au maintien au Haut Moyen Âge du pouvoir et de l’influence de ces élites, qui étaient même capables de récupérer les déviances et les contestations à leur profit180. Jean-Michel Carrié, analysant le modèle de Santo Mazzarino de la « démocratisation de la culture », a mis en avant des tendances populistes, sans valeur péjorative, dans les pratiques de certaines élites du IVe et du début du ve siècle. Ces élites ont tenté d’établir un nouveau consensus reposant sur des éléments culturels accessibles au peuple permettant de créer de nouvelles valeurs communes181. Il convient de souligner le rôle dans ces processus de catégories intellectuelles de statut intermédiaire socialement ambitieuses. La Gaule, dès le ive siècle, n’a pas échappé à ce processus. Cependant, ce sont les membres les plus influents des élites civiques traditionnelles qui en ont retiré les bénéfices après la disparition de l’Empire d’Occident.

Haut de page

Bibliographie

Badot 1992 = Ph. Badot et D. De Decker, La naissance du mouvement Bagaude, dans Klio, 74, 1992, p. 324-370.

Barbero Aguilera 1963 = A. Barbero Aguilera, ‘El priscilianismo : herejia o movimiento social ?, dans Cuadernos de historia de Espana, 37-38, 1963, p. 5-41.

Barbero y Vigil 1963 = Barbero y Vigil, Sobre las origines sociales de la reconquista : Cantabros y Vascones desde fines del Imperio romano hasta la Invasion Musulmana, dans Bol. R. Ac. Hist., 156, 2, 1963-165, p. 271-285.

Barnes 1996= T. D. Barnes, Emperors, panegyrics, prefects, provinces and palaces (284-317), dans JRA, 9, 1996, p. 537-538.

Blok 1972= A. Blok, The peasant and the brigand: social banditry reconsidered, dans Comparative studies in Society and History, 14, 1972, p. 494-503.

Brown 1981= P. Brown, The cult of the saints, Chicago, 1981.

Brunaux 2000 = J.-L. Brunaux, Les religions gauloises. Nouvelles approches sur les rituels celtiques de la Gaule indépendante, Paris, 2000.

Brunt 1976 = P. A. Brunt, The Romanization of the local ruling classes in the Roman Empire, dans D. M. Pippidi (éd.), Assimilation et résistance à la culture grécoromaine dans le monde ancien, Paris, 1976, p. 161-173.

Burgess 2001= R. Burgess, The Gallic Chronicle of 452: a new critical edition with a brief introduction, dans R. W. Mathisen et D. Shanzer (éd.), Society and culture in Late Antique Gaul. Revisiting the sources, Aldershot, 2001, p. 52-84.

Burrus 1995= V. Burrus, The making of a heretic. Gender, authority and the Priscillianist controversy, Berkeley-Los Angeles-Londres, 1995.

Capozza 1987 = M. Capozza, Il brigante Cariettone, Appunti per una ricerca, dans Hestiasis. Studi di tarda antichità offerti a Salvatore Calderone, Studi Tardoantichi, 3, Messine, 1987, p. 49-63.

Carrié 2001 = J.-M. Carrié, Antiquité tardive et « démocratisation de la culture ». Un paradigme à géométrie variable, dans Antiquité Tardive, 9, 2001, p. 27-56.

Carrié 2005 = J.-M. Carrié, Des Thébains en Occident ? Histoire militaire et hagiographie, dans O. Wermelinger, P. Brugisser et J. M. Roessli, Saint Maurice et la légion thébaine (Colloque de Fribourg-Martigny-St-Maurice, 17-20 septembre 2003), Fribourg, 2005, p. 9-35.

Casey 1994= P. J. Casey, Carausius and Allectus: The British usurpers, Londres, 1994.

Castorina 1967= E. Castorina (éd.), De reditu suo,Florence, 1967.

Chadwick 1976= H. Chadwick, Priscillian of Avila: The occult and the charismatic in the Early Church, Oxford, 1976.

Chauvot 1998 = A. Chauvot, Opinions romaines face aux barbares au ive siècle ap. J. C., Paris, 1998.

Chevalley 1990 = E. Chevalley, La passion anonyme de saint Maurice d’Agaune. Édition critique, dans Vallesia, 45, 1990, p. 37-120.

Chevalley 2005 = E. Chevalley, J. Favrod et L. Ripart, Eucher et l’anonyme : les deux passions de saint Maurice, dans O. Wermelinger, P. Brugisser et J. M. Roessli, Saint Maurice et la légion thébaine, Actes du colloque international de Fribourg, 17-20 septembre 2003, Fribourg, 2005, p. 423-438.

Cracco-Ruggini 1983 = L. Cracco-Ruggini, Bagaudi e Santi Innocenti : un’avventura fra demonizzazione e martirio, dans E. Gabba (éd.), Tria Corda. Scritti in onore di Arnaldo Momigliano, Bibl. d’Athenaeum, Come, 1983, p. 121-142.

Cracco-Ruggini 1995 = L. Cracco-Ruggini, Établissements militaires, martyrs Bagaudes et traditions romaines dans la Vita Baboleni, dans Historia, 44, 1995, p. 100-119.

Cracco-Ruggini 2003 = L. Cracco-Ruggini, Iatrosofistica pagana, ‘filosofia’ cristiana e medicina (iv-vi secolo), dans F. Chausson et E. Wolff (éd.), Consuetudinis amor. Fragments d’histoire romaine (iie-vie siècles) offerts à Jean-Pierre Callu, Rome, 2003 p. 189-216.

Czuth 1965 = B. Czuth, Die Quellen der Geschichte der Bagauden, Szeged, 1965.

Depreux 2008 = P. Depreux (éd.), Révolte et statut social de l’Antiquité aux temps moderne, Munich, 2008.

Dionsotti 1982= A. C. Dionisotti, From Ausonius’ school-days? A schoolbook and its relatives, dans Journal of Roman Studies, 72, 1982, p. 83-125.

Drinkwater 1978= J. F. Drinkwater, The rise and fall of the Gallic Iulii, dans Latomus, 37, 1978, p. 817-850.

Drinkwater 1983 = J. F. Drinkwater, Roman Gaul. The three provinces, 58 BC – AD 260, Londres, 1983.

Drinkwater 1984= J. F. Drinkwater, Peasants and Bagaudae in Roman Gaul, dans EMC, 28, 1984, p. 348-371.

Drinkwater 1989= J. F. Drinkwater, Patronage in Roman Gaul and the problem of Bagaudae, dans A. Wallace-Hadrill (éd.), Patronage in ancient society, London-New York, 1989, p. 189-203.

Drinkwater 1992= J. F. Drinkwater, The Bacaudae of fifth-century Gaul, dans J. F. Drinkwater et H. Elton (éd.), Fifth century Gaul: a crisis of identity, Oxford, 1992, p. 208-217.

Drinkwater 2001= J. F. Drinkwater, The Gallo-Roman woollen industry and the great debate. The Igel column revisited, dans J. Salmon et D. J. Mattingly (éd.), Economies beyond agriculture in the classical world, Londres, 2001, p. 297-308.

Duval 1967 = P. M. Duval, Un texte du ve s. relatif au sanctuaire apollinien des Leuci, dans BNSAF, 1967, p. 256-261.

Flam-Zuckermann 1970 = L. Flam-Zuckermann, À propos d’une inscription de Suisse (CIL, XIII, 5010) : étude du phénomène du brigandage dans l’Empire Romain, dans Latomus, 29, 1970, p. 451-473.

Fontaine 1967 = J. Fontaine, Vie de saint Martin, Tome II, SC 134, Paris, 1967.

Gagé 1964 = J. Gagé, Les classes sociales dans l’empire romain, Paris, 1964.

Garnsey 1987= P. Garnsey et R. Saller, The Roman empire: economy, society and culture, Berkeley and Los Angeles, 1987.

Garnsey 1989= P. Garnsey et G. Woolf (éd.), Patronage of the rural poor in the Roman word, dans A. Wallace-Hadrill (éd.), Patronage in ancient society, Londres-New York, 1989, p. 153-70.

Giardina 1983= A. Giardina, Banditi e sancti. Un aspetto del folklore gallico tra tarda antichità e medioevo, dans Athenaeum, 61, 1983, p. 374-389.

Giardina 1999= A. Giardina, Mazzarino e Rostovtzeff, dans A. Marcone (éd.), Rostovtzeff e l’Italia, Naples, 1999, p. 117-129.

Giardina 2001 = A. Giardina, Conclusions, dans Antiquité tardive, 9, 2001, p. 289-295.

Golvers 1984 = N. Golvers, Querolus et le parler de Marseille, dans Latomus, 43, 1984, p. 432-437.

Grünewald 1999 = T. Grünewald, Räuber, Rebellen, Rivalen, Rächer. Studien zu latrones im römischen Reich, Stuttgart, 1999.

Hobsbawn 1969 = E. J. Hobsbawn, Bandits, Londres, 1969.

Hobsbawn 1971= E. J. Hobsbawn, Primitives rebels, Liverpool, 1971.

Hopwood 1989= K. Hopwood, Bandits, Elites and rural order, dans A. Wallace-Hadrill (éd.), Patronage in ancient society, Londres-New-York, 1989, p. 171-187.

Jacques 1980 = F. Jacques, Humbles et notables. La place des humiliores dans les collèges de jeunes et leur rôle dans la révolte africaine de 238, dans Antiquités africaines, 15, 1980, p. 217-230.

Jones 1959= A. Jones, Were ancient heresies national or social movements in disguise?, dans JThS, 10, 2, 1959, p. 280-298.

Kaster 1988= R. A. Kaster, Guardians of language. The grammarian and society in Late Antiquity, Berkeley-Los Angeles, 1988.

Lassandro 1973= D. Lassandro, Batavica o Bagaudica rebellio?, dans Giorn. Ital. Filol., 25, 1973, p. 300-308.

Lassandro 2000 = D. Lassandro, Sacratissimus imperator. L’immagine del principales nell’oratoria tardoantica, Bari, 2000.

Lavagne 2001 = H. Lavagne, Les ambivalences d’une image du pouvoir impérial : le cavalier à l’anguipède en Gaule romaine, dans Images et représentations du pouvoir et de l’ordre social dans l’Antiquité : actes du colloque, Angers, 28-29 mai 1999, Paris, 2001, p. 37-43.

Le Gentilhomme 1943 = P. Le Gentilhomme, Le désastre d’Autun en 269, dans REA, 46, 1943, p. 232-240.

Le Goff 1967 = J. Le Goff, Culture cléricale et traditions folkloriques dans la civilisation mérovingienne, dans Annales ESC, 22, 1967, p. 780-791.

Lepelley 1983, = C. Lepelley, Quot curiales, tot tyranni. L’image du décurion oppresseur au Bas-Empire, dans E. Frézouls (éd.), Crise et redressement dans les provinces européennes de l’empire (milieu du iiie – milieu du ive siècle après J. C.), Actes du colloque de Strasbourg (décembre 1981), Strasbourg, 1983, p. 143-156.

MacMullen 1967= R. MacMullen, Enemies of the Roman order: treason, unrest and alienation in the Empire, Cambridge Mass., 1967.

MacMullen 1990= R. MacMullen, The historical role of the masses in Late Antiquity, dans Changes in the Roman Empire. Essays in the Ordinary, Princeton, 1990, p. 250-276.

Mathisen 1981= R. Mathisen, The last year of Germanus of Auxerre, dans Analecta Bollandiana, 99, 1981, p. 143-159.

Mathisen 1993= R. Mathisen, Roman aristocrats in Barbarian Gaul: strategies of survival in an age of transition, Austin, 1993.

Mathisen 2003= R. Mathisen, People, personal expression and social relations in Late Antiquity, Ann Arbor, 2003.

Matthews 1971= J. F. Matthews, Gallic supporters of Theodosius, dans Latomus, 30, 1971, p. 1073-1099.

Matthews 1973= J. F. Matthews, Western aristocracies and Imperial Court, AD. 364-425, Oxford, 1975.

Mazza 1970 = M. Mazza, Lotte sociali e restaurazione autoritaria nel Iii secolo d. C., Catane, 1970.

Mazzarino 1951 = S. Mazzarino, Aspetto sociali del quarto secolo. Ricerche di storia tardo-romana, Rome, 1951.

Mazzarino 1960 = S. Mazzarino, La democratizzazione della cultura nel Basso Impero, dans Rapports du XIe congrès International des Sciences historiques, Stockholm, 1960, p. 35-59 = Antico, tardoantico ed èra costantiniana, I, Bari, 1980.

Mazzarino 1962 = S. Mazzarino, Si puo parlare di rivoluzione sociale alla fine del mond antico ?, dans IX Settimane internazionali di studi sull’Alto Medioevo, Spolète, 1962, p. 410-425 = Antico, tardoantico ed era costantiniana, II, Bari, 1980, p. 431-435.

Mazzarino 1973 = La rivolta di Vindex e il problema del separatismo gallico, dans Atti del Colloquio « La Gallia romana », Acc. dei. Lincei, Roma 1973, p. 50-73.

Millett 1990= M. Millett, The Romanization of Britain. An essay in archeological interpretation, Cambridge, 1990.

Minor 1971= C. E. Minor, Brigands, separatists, rebellion in the Late Roman Empire, Ph. D., Washington, 1971.

Minor 1975= C. E. Minor, Bagaudae or Bacaudae?, dans Traditio, 31, 1975, p. 318-322.

Minor 2002= C. E. Minor, Reclassifying the Bacaudae. Some reasons for caution. Part IV. The 435-7 Bacaudae revolt and the Barbarian settlements of the 440s, dans The Ancient World, 33, 2002, p. 105-123.

Molé Ventura 1999 = C. Molé Ventura, Rivolta morale e rivolta sociale nella tarda antichità, dans R. Soraci (éd.), Corruzione, repressione e rivolta morale nella tarda antichità (Catania, 11-13 dicembre 1995), Catania, 1999, p. 147-180.

Neri 1998 = V. Neri, I marginali nell’Occidente Tardoantico. Poveri, ‘infames’ e criminali nella nascente società cristiana, Bari, 1998.

Paschoud 2002 = F. Paschoud, Les Saliens, Charietto, Eunape et Zosime : à propos des fragments 10 et 11 Müller de l’ouvrage historique d’Eunape, dans J.-M. Carrié et R. Lizzi Testa (éd.), Humana sapit. Études d’Antiquité tardive offertes à Lellia Cracco-Ruggini, Paris, 2002, p. 427-432.

Patlagean 1968 = E. Patlagean, A Byzance : ancienne hagiographie et histoire sociale, dans Annales ESC, 23, 1968, p. 106-126.

Pekary 1987 = Th. Pekary, Seditio. Unruhen und Revolten im römischen Reich von Augustus bis Commodus, dans Ancient Society, 18, 1987, p. 133-150.

Pérez Sànchez 1998 = D. Pérez Sànchez, Defensa y territorio en la sociedad peninsular Hispana durante la antigüedad tardia (SS. V-VII), dans SHHA, 16, 1998, p. 281-299.

Pottier 2009 = B. Pottier, État, élites et hors-la-loi dans l’Empire romain : sur le sens du terme occultator dans le Code Théodosien dans S. Crogiez-Pétrequin, P. Jaillette et O. Hucq (éd.), Le Code Théodosien : diversité des approches et nouvelles perspectives, Paris, 2009 (Collection de l’École française de Rome, 412), p. 139-164.

Rousselle 1990 = A. Rouselle, Croire et guérir. La foi en Gaule dans l’Antiquité tardive, Paris, 1990.

Rubin 1995= Z. Rubin, Mass movements in late antiquity, dans I.Malkin et Z.W. Robinsohn (éd.), Leaders and masses in the Roman world. Studies in honor of Z. Yavetz, Leyde-New York-Cologne, 1995, p. 156-179.

Saller 1982= R. Saller, Personal patronage under the Early Empire, Cambridge, 1982.

Sánchez-León 1986 = J. C. Sánchez-León, Una nota sobre las monedas atribuidas a Amandus y Aelianus, caudillos de los Bagaudas en el siglo III d. C., dans SZ, 7, 1986, p. 429-431.

Sánchez-León 1996 = J. C. Sánchez-León, Los Bagaudas : rebeldes, demonios, martires. Revultas campesinas en Galia e Hispania durante el Bajo Imperio, Jaén, 1996.

Seston 1946 = W. Seston, Dioclétien et la Tétrarchie, I, Paris, 1946.

Shaw 1984= B. D. Shaw, Bandits in the Roman Empire, dans Past and Present, 105, 1984, p. 4-52.

Shaw 1990= B. D. Shaw, Bandits highlands and lowland peace: the montains of Isauria-Cilicia, dans JESHO, 32, 1990, p. 199-233; 237-270.

Sivan 1993= H. Sivan, Ausonius of Bordeaux. Genesis of a Gallic aristocracy, Londres-New York, 1993.

Stroheker 1948 = K. F. Stroheker, Der senatorische Adel im spätantiken Gallien, Tübingen, 1948.

Thompson 1952= E. A. Thompson, Peasants revolts in Late Roman Gaul and Spain, dans Past and Present, 2, 1952, p. 11-23.

Tybout 1992= R. A. Tybout, Barbarians in Phrygia: a new grave stile, dans Epigraphica Anatolica, 20, 1992, p. 35-41.

Van Dam 1974= R. Van Dam, Heretics, bandits and bishops. Studies in the religion and society of late Roman Gaul and Spain, Cambridge, 1974.

Van Dam 1978= R. Van Dam, Leadership and community in Late Antique Gaul, Berkeley-Los Angeles, 1978.

Van Ossel 1992 = P. Van Ossel, Établissements ruraux de l’Antiquité tardive dans le Nord de la Gaule, Paris, 1992.

Walbank 1948= F. W. Walbank, Decline of the Roman Empire in the West, Cambridge, 1948.

Webster 2001= J. Webster, Creolizing the Roman provinces, dans American journal of archeology, 105, 2001, p. 209-225.

Whittaker 1978= C. R. Whittaker, Rural labour in three Roman provinces, dans P. Garnsey (éd.), Non-Slave labour in the Greco-Roman world, Cambridge, 1978, p. 73-99.

Whittaker 1993= C. R. Whittaker, Landlords and warlords in the later Roman Empire, dans J. Rich et G. Shipley, War and society in the Roman World, Londres-New York, 1993, p. 278-302.

Wightman 1974= E. M. Wightman, Roman Trier and the Treviri, New York, 1970.

Wightman 1978= E. M. Wightman, Peasants and potentates, dans American Journal of Ancient History, 3, 1978, p. 97-128.

Wisniewski 2009 = R. Wisniewski, Si fama non fallit fidem : les druides dans la littérature latine de l’Antiquité tardive, dans Antiquité tardive, 17, 2009, p. 307-315.

Zecchini 1984 = G. Zecchini, I Druidi e l’opposizione dei Celti a Roma, Milan, 1984.

Haut de page

Notes

1 Mazzarino 1962.

2 Thompson 1952. B. Czuth et C. Minor étaient proches des positions d’E. Thompson. Cf. Czuth 1965 ; Minor 1971. De même Gagé 1964, p. 31 ; Lassandro 2000, p. 105-127.

3 Aurelius Victor, Caes, 39, 18-20 : Namque, ubi comperit Carini discessu Aelianum Amandumque per Galliam, excita manu agrestium ac latronum, quos Bagaudas incolae vocant, populatis late agris, plerasque urbium tentare, statim Maximianum, fidum amicitia, quanquam semiagrestem, militiae tamen atque ingenio bonum, imperatorem iubet ; Eutrope, Brev., IX, 20, 3 : Ita rerum Romanarum potitus, cum tumultum rusticani in Gallia concitassent et factioni suae Bacaudarum nomen imponerent, duces autem haberent Amandum et Aelianum, ad subigendos eos Maximianum Herculium Caesarem misit qui levibus proeliis agrestes domuit et pacem Galliae reformavit. Pour une interprétation des différences entre ces deux versions, voir infra notes 46 et 114.

4 Pan. Lat., 10 (II), 4, 1-4: An non illud malum simile monstrorum biformium in hisce terris fuit quod tua, Caesar, nescio utrum magis fortitudine repressum sit an clementia mitigatum, cum militaris habitus ignari agricolae appetiverunt, cum arator peditem, cum pastor equitem, cum hostem barbarum suorum cultorum rusticus vastator imitatus est?

5 Conservé par Zosime, H. N., VI, 2, 5 ; 5, 3.

6 Rutilius Namatianus, Redit., I, 207-216 : Cuius Aremoricas pater Exusperantius oras/ nunc postliminium pacis amare docet ;/ leges restituit libertatemque reducit/ et servos famulis non sinit esse suis.

7 Quer. sive Aul., 30 : Illic iure gentium vivunt homines : ibi nullum est praestigium, ibi sententiae capitales de robore proferuntur et scribuntur in ossibus ; illic etiam rustici perorant et privati iudicant ; ibi totum licet. Si dives fueris, aptus appellaberis : sic nostra loquitur Graecia. O silvae, o solitudines, quis vos dixit liberas ?

8 Thompson 1952, p. 19-21.

9 Chron Gall. a. 452, 117: Gallia ulterior Tibattonem principem rebellionis secuta a Romana societate discessit, a quo tracto initio omnia paene Galliarum servitia in Bacaudam conspiravere; 119: Capto Tibattone et ceteris seditionis partim principibus vinctis, partim necatis, Bacaudarum commotio conquiescit; 133: Eudoxius arte medicus, pravi, sed exercitati ingenii, in Bacauda id temporis mota delatus ad Chunos confugit.

10 Salvien, De Gub. Dei, V, 24.

11 Thompson 1952, p. 19-21.

12 Chron Gall a. 452, 133; Hydace, Chron., 141-142.

13 Hérodien, I, 10. Pour E. Thompson, suivant sans le critiquer le récit romancé d’Hérodien, Maternus aurait réellement tenté d’usurper l’Empire. Cf. Thompson 1952, p. 15-17.

14 Ammien Marcellin, Hist., XXVIII, 2, 10-11. L’article de L. Flam-Zuckermann, interprétant la plupart des occurrences de banditisme de forte intensité dans l’Empire en tant que révoltes de faible intensité, suivait la même tendance. Cf. Flam-Zuckermann 1970.

15 E. Thompson (1952, p. 13) a utilisé cet argument pour qualifier de révolte les entreprises de Maternus, par opposition aux pillages commis par des bandits communs, comme Bulla Felix en Italie sous Septime Sévère.

16 Paulin de Pella, Eucharistos, vv. 333-336. P. Badot et D. De Decker ont repris, dans des articles récents, les analyses d’E. Thompson dans leur quasi intégralité, en y ajoutant des considérations étymologiques assez aventureuses sur le terme Bagaudes. Cf. Badot 1992a ; Badot 1992b.

17 Pan. Lat., V (4), 9. Cf. Le Gentilhomme 1943 ; Lassandro 1973.

18 Mazzarino 1960, p. 83-88.

19 Giardina 1999 ; Giardina 2001.

20 Voir les contributions rassemblées dans le neuvième numéro de la revue Antiquité tardive, en particulier le bilan dressé par J. M. Carrié et A. Giardina. Cf. Carrié 2001 ; Giardina 2001.

21 Ainsi S. Mazzarino a insisté sur l’importance de la révolte de Mariccus en 69. Il a aussi considéré que les exploits du bandit Maternus constituaient une préfiguration de ceux des Bagaudes. Cf. Mazzarino 1962, p. 442 ; Mazzarino 1973.

22 S. Mazzarino cherchait plutôt à trouver de nouvelles occurrences de troubles ruraux, pour renforcer son propos, que d’étudier en détail les Bagaudes et les Circoncellions. Il a ainsi évoqué, à partir d’un passage très allusif de Jérôme, l’existence d’une révolte de Pannoniens entre 406 et 409. Ils auraient participé au pillage de la Gaule en compagnie des barbares (Ep., 123, 15).

23 De Rebus Bellicis., II, 1 ; 4-6. Pour S. Mazzarino, ce texte serait relatif à l’usurpation de Magnence, qu’il supposait avoir suivi une politique socialement réformiste. E. Thompson, qui s’est aussi intéressé à ce texte, partageait la même interprétation. Cf. Mazzarino 1951, p. 128 ; Thompson 1952, p. 17.

24 Il a ainsi évoqué l’existence d’une véritable révolution sociale constantinienne. Il a aussi montré un grand intérêt pour l’ouvrage de F. W. Walbank, construit sur un parallèle entre fascisme et pouvoir impérial autoritaire au ive siècle. Cf. Walbank 1948, p. 46 ; 76.

25 C’est en ce sens qu’il a interprété le donatisme de manière volontairement anachronique comme une forme de socialisme africain. Il accentuait les conclusions de William Frend sur le sujet. Cependant, selon S. Mazzarino, la forme la plus aboutie de mouvement social appuyé sur une idéologie radicale ne pourrait être trouvée dans l’Empire romain mais seulement à l’extérieur de ses frontières dans l’Empire perse. Il s’agit du mazdakisme, une réforme de la religion perse mazdéenne proposant une mise en commun des biens et des femmes appuyée par l’entreprise réformatrice du roi Kavadh. Cf. Mazzarino 1961, p. 89-91 ; 1962, p. 434.

26 Hydace, Chron., 125 ; 128 ; 141-142 ; 158.

27 Une lettre récemment découverte d’Augustin présente l’officier et grand propriétaire terrien espagnol Asturius, qui a réprimé les Bagaudes de Tarraconaise en 441, comme un ami et protecteur des priscillianistes pourtant hérétiques (Ep., 20*). Les priscillianistes ne soutenaient donc pas forcément les Bagaudes. Sur le priscillianisme, voir Chadwick 1976 ; Burrus 1995.

28 A. H. M. Jones avait déjà dénoncé le travers des historiens marxistes de considérer que tout schisme ou hérésie était socialement contestateur. Voir Jones 1959.

29 S. Barbero Aguilera a explicitement rapproché, sans argumentation probante, le priscillianisme du donatisme. Voir Barbaro y Vigil 1963 ; Barbero Aguilera 1963.

30 Cette communication était conçue comme un dialogue avec les plus importants historiens soviétiques contemporains. Ces IXe semaines de Spolète avaient justement pour thème « Il passagio dall’Antichità al Medioevo in Occidente ». D’une certaine façon, cette communication nuancée de 1961 prononcée à Stockholm, haut lieu de communication entre Est et Ouest, peut être mise en rapport avec la période de détente qui régnait alors.

31 Hérodien, VII, 4 ; Procope, BG, III (VII), 18, 20-23. Cf. Mazzarino 1962, p. 437.

32 Stroheker 1948.

33 Il a montré cependant un certain intérêt pour l’étude des Bagaudes dont il a offert une interprétation originale. Il a en effet explicitement utilisé le modèle des luttes de décolonisation comme grille d’analyse des actions de leurs actions. Ceux-ci se seraient révoltés contre les élites « collaborant » avec l’occupant romain. Cf. Mazza 1970, p. 423-464 ; 470.

34 Giardina 1983 ; Cracco-Ruggini 1983.

35 Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, 11.

36 J. Fontaine avait déjà soutenu auparavant la même interprétation. Il avait rapproché ce culte de ceux dédiés à l’âge du Fer à des héros celtes. Cf. Fontaine 1967, p. 706-707.

37 Giardina 1983, p. 383 ; Hobsbawn 1969 ; Hobsbawn 1971. E. Thompson avait implicitement suivi la même approche quelques années auparavant.

38 Toujours au xie siècle, Sigebert de Gembloux a offert une image très critique des troubles Bagaudes, assimilés à une révolte servile, inspirée par une passion anonyme des martyrs de la légion thébaine rédigée au milieu du ve siècle. Ces divergences de présentation sont peut-être à mettre en rapport avec des opinions opposées sur les révoltes rurales qui ont troublées le nord de la France au xie siècle. Textes cités dans Lassandro 2000, p. 135-138.

39 Ainsi, A. Giardina interprète le Liber Vitae, revendiqué comme source par l’auteur anonyme de la Vita Baboleni, comme une allusion à un témoignage oral originel sur les Bagaudes. Pour L. Cracco-Ruggini, il ne s’agirait que d’un récit relatif à la fondation du monastère. Voir par exemple, dans la revue des Annales ESC, les travaux de J. Le Goff et d’E. Patlagean sur les conditions d’emploi des textes hagiographiques en histoire sociale. Cf. Le Goff 1967 ; Patlagean 1968.

40 R. MacMullen mettait en doute la persistance sur la longue durée d’un « nationalisme celte » opposé à la domination romaine. Cf. MacMullen 1967, p. 199-200 ; 211-215.

41 Pourtant, Aurelius Victor considérait que les Bagaudes étaient non seulement formés de latrones mais aussi de paysans (texte supra note 3).

42 MacMullen 1967, p. 198 ; 233.

43 Dans le treizième volume de la Cambridge Ancient History paru en 1998, R. Blockley, P. Garnsey et C. R. Whittaker ont uniquement mentionné les travaux de R. Van Dam à propos des Bagaudes. Par contre, A. Marcone, dans sa contribution sur les relations sociales dans l’Antiquité tardive, a successivement exposé les travaux de R. Van Dam et d’A. Giardina sur les Bagaudes sans les confronter, au risque de la contradiction. Apparaissent ainsi des traditions historiographiques anglo-saxonnes et continentales relativement distinctes, même si Valerio Neri a repris une partie des analyses de Raymond Van Dam. Cf. Rubin 1995 ; Neri 1998, p. 400-417 ; CAH, XIII, p. 133 ; 281 ; 308 ; 310-311 ; 367-8.

44 Van Dam 1974 ; Van Dam 1978, p. 27-56.

45 Minor 1975. Un bilan exhaustif des diverses propositions étymologiques, parfois fantaisistes, concernant le terme Bagaudes est proposé par Badot 1992, p. 320-355.

46 Aurelius Victor (voir supra note 3) insiste sur le rôle personnel d’Amandus et d’Aelianus, qui auraient rassemblé autours d’eux des bandes hétéroclites de paysans et de bandits. Raymond Van Dam a ainsi pu rapprocher Amandus et Aelianus de Maternus en tant que chefs de bande. En fait, Aurelius Victor tentait sans doute de dévaloriser Amandus et Aelianus en les rangeant, selon un procédé classique, dans la catégorie des chefs de brigands suffisamment charismatiques pour rassembler une bande nombreuse autours d’eux. Hérodien supposait ainsi avant lui l’existence en Gaule d’une « armée de réserve » de brigands attendant un chef célèbre, par exemple Maternus sous le règne de Commode (I, 10), pour se lancer dans des grandes opérations. Le récit d’Hérodien évoque une gradation progressive des actions de la troupe de Maternus, des pillages dans les campagnes vers les attaques de villes. Aurelius suit la même gradation lorsqu’il évoque les actions de Bagaudes. Cette présentation n’implique pas que ces troubles aient été de même nature. Il faut sans doute préférer à la version d’Aurelius Victor, d’origine africaine, celle d’Eutrope, qui semble avoir été un érudit gaulois (Voir infra note 114-115). La présentation d’Orose (Hist., VII, 25, 1) dérive probablement de celle d’Aurelius Victor.

47 R. Van Dam a émis l’hypothèse, sans argument probable, qu’Amandus et Aelianus étaient deux propriétaires terriens. Il a considéré qu’Exusperantius, qui est crédité par Rutilius Namatianus en 417 d’avoir replacé l’Armorique sous la domination romaine, a agi en tant que personne privée. En fait, celui-ci a agi en tant que fonctionnaire, sans doute comme vicaire des Gaules. Il a aussi faussement identifié Tibatto à un local leader d’Auxerre auquel les citadins auraient demandé d’intervenir pour un dégrèvement fiscal, par une erreur de lecture d’un passage de la Vie de saint Germain d’Auxerre. En fait, ce personnage n’a pas de liens connus avec cette cité. R. Van Dam a d’ailleurs supposé, sans véritable raison, que l’allusion à la Gallia Ulterior dans la chronique de 452 faisait référence précisément à cette même cité. V. Neri a lui aussi considéré que Tibatto pouvait être inclus dans la catégorie des local leaders. Voir PLRE, II, Exusperantius 2, p. 448 ; Van Dam 1978, p. 26 ; 41-42 ; Neri 1998, p. 417.

48 Salvien, De Gub. Dei, V, 21-22 : Inter haec vastantur pauperes, viduae gemunt, orfani proculcantur, in tantum ut multi eorum, et non obscuris natalibus editi et liberaliter instituti, ad hostes fugiant ne persecutionis publicae adflictione moriantur. Ce passage fait référence aux personnes fuyant tant vers les barbares que vers les Bagaudes. Cf. Van Dam 1978, p. 44.

49 De manière similaire, selon V. Neri, la notice consacrée à l’année 435 de la chronique gauloise de 452 évoque des esclaves qui auraient fui auprès de grands propriétaires Bagaudes pour devenir leurs dépendants agricoles (texte supra note 9). On comprend mal en quoi ces migrations auraient alors amélioré leur statut. L’attrait de la suppression des obligations fiscales étatiques pouvait être plus que compensé par les redevances que les grands propriétaires « Bagaudes » n’auraient pas manqué d’imposer à ces dépendants. De plus, il est difficile de comprendre pourquoi des petits propriétaires auraient échappé aux puissants des cités qui voulaient récupérer leur terre et les transformer en colons pour se soumettre avec un statut comparable aux chefs Bagaudes. Salvien différencie bien les deux phénomènes (De Gub. Dei, V, 21-22 ; 44-45). Cf. Neri 1998, p. 416-417.

50 Zosime, H. N., VI, 2, 5 ; 5, 3.

51 Ce procédé a bien été utilisé au ve siècle. Le poète Merobaudes a ainsi présenté Aetius comme un émule de César en tant que nouveau conquérant de l’Armorique barbare (Paneg., II, v. 8-15). Cependant, le Querolus introduit des éléments polémiques beaucoup plus précis.

52 Quer. sive Aul., 30 (voir supra note 7). Cependant, cette allusion à la langue grecque par l’auteur inconnu de cette œuvre pourrait faire référence au patois de Marseille, qui semble avoir été sa ville de résidence. Selon V. Neri, des Bagaudes des Alpes, attestés en 407, auraient pu migrer en Armorique, ce qui semble peu crédible. Cf. Van Dam 1978, p. 46-47 ; Neri 1998, p. 412-413.

53 Rutilius Namatianus, Redit., I, 207-216 (voir supra note 6). V. Neri a repris cet argument. De même, Z. Rubin s’est moqué des marxistes prompts à avaler la couleuvre, swallowing the bait, en interprétant cette allusion de Rutilius Namatianus comme étant la preuve de l’existence d’une révolte sociale au ve siècle. Cependant, il n’existe pas véritablement de révoltes politiques dans l’Antiquité tardive qui aient été dévalorisées en révolution servile. Une allusion de ce type pour l’usurpateur Maxime dans le panégyrique de Théodose par Pacatus s’explique parce que cet espagnol était un ancien serviteur de la famille théodosienne. Cf. Van Dam 1978, p. 28 ; Neri 1998, p. 416 note 225 ; Rubin 1995, p. 157.

54 Ainsi, pour R. Van Dam, la notice de la chronique gauloise de 452 pour l’année 435 ne peut faire allusion à une révolte de dépendants agricoles. Selon cet historien, citant M. Bloch, le terme servitia ferait référence à toute personne autre que les hauts fonctionnaires ou primates des cités (voir supra note 9). Cependant, les terminologies antiques et médiévales sont bien distinctes. R. Van Dam omet de signaler le meurtre d’un évêque espagnol par des Bagaudes. Son modèle explicatif rend ce meurtre difficilement compréhensible (Hydace, Chron., 141-142). Sur la représentation des révoltes par les historiens du Haut Empire, voir Pekary 1987.

55 Stroheker 1948.

56 Brown 1981.

57 Van Dam 1978, p. 3-5.

58 Ainsi E. Wightman pensait que les codes coutumiers irlandais ou gallois du Moyen Age central pouvaient donner des informations utiles sur l’organisation foncière des sociétés celtes, alors que ces codes ont été largement influencés par les pratiques féodales. Cf. Wightman 1978, p. 99-101.

59 Ainsi, selon E. Wightman (1978, p. 97), l’insécurité et la pression fiscale croissante du iiie siècle aurait renforcé les réseaux ruraux de patronage.

60 De même R. MacMullen, dans un article de 1990 consacré de manière évocatrice au rôle des masses dans l’Antiquité tardive, a répondu par la négative à cette question. Il supposait que les populations paysannes et citadines étaient manipulées par les réseaux de patronage des élites, notamment épiscopales, auxquelles elles étaient intégrées. Cf. Van Dam 1978, p. 41 ; MacMullen 1990.

61 Les propriétaires terriens de l’Empire n’étaient pas forcément compétents en la matière. Un notable de Sardes qui a tenté de lutter contre les Isauriens en 399 est très vite tombé dans une embuscade (Zosime, H. N., V, 16, 4). Il n’existe pas de signe tangible d’un intérêt particulier des élites gauloises du iiie siècle pour ces compétences militaires qui demandaient un apprentissage particulier.

62 R. Van Dam cite notamment l’œuvre de l’anthropologue C. Geertz, construite à partir des terrains d’observation de l’Asie du sud-est et de la Mélanésie. Cf. Van Dam 1978, p. 5-6 ; 310

63 De même, pour V. Neri, ces milices, rassemblées par civitas, auraient été formées grâce à la réactivation d’anciens liens de patronage datant de l’Age du Fer. Cf. Neri 1998, p. 407 ; 414.

64 Il est cependant difficile de concevoir de quelle communauté locale le déserteur Maternus, dont le personnage a été fortement romancé par Hérodien, aurait été le protecteur. Voir Van Dam 1978, p. 10 ; 27.

65 R. Van Dam a offert cette analyse du conflit en 269 entre Postumus, qui aurait été lié à Cologne, et Laelianus, qui aurait au contraire été lié à Mayence. Cf. Van Dam 1978, p. 45.

66 Neri 1998, p. 407.

67 D’autant plus qu’Aurelius Victor et Eutrope n’évoquent aucune division au sein des Bagaudes.

68 Aurelius Victor (Caes, 39) affirme que Dioclétien, après avoir tué Carin à la bataille du Margus, en août ou septembre 285, a immédiatement (statim) envoyé Maximien en Gaule. M. Festy s’est prononcé pour une élévation au Césarat de Maximien, au moment où il était envoyé lutter contre les Bagaudes, avant le 20 novembre 285. Néanmoins, Maxi-mien ne semble être venu en Gaule qu’au début de l’année 286. Voir Barnes 1996.

69 Cf. Van Dam 1978, p. 31.

70 Il reste à expliquer pourquoi ni Eutrope ni Aurelius Victor, prolixes sur les empereurs gaulois, n’ont donné le titre d’usurpateur à Amandus. Aucune conclusion définitive n’a pu être produite sur l’authenticité, sans doute douteuse, de l’unique monnaie dédiée à Amandus (RIC, V, p. 295 ; voir Sánchez-León 1986). W. Seston avait déjà évoqué l’hypothèse d’une usurpation d’Amandus. Cf. Seston 1946, p. 68 ; Neri 1998, p. 403.

71 Aelianus aurait été le second d’Amandus ou le chef d’une autre bande. Selon V. Neri et Z. Rubin, les historiens du ive siècle n’auraient pas donné le titre d’usurpateur à Amandus car il s’agirait d’une micro-usurpation de faible intensité. Z. Rubin s’est basé sur les occurrences de banditisme en Gaule au second et au ive siècle pour réduire les Bagaudes à un brigandage commun. Il inversait ainsi les analyses d’E. Thompson. Cf. Rubin 1995, p. 147-8.

72 Paenios versio Graeca Eutropii IX, 20, 3.

73 Carausius a reçu de Maximien la maîtrise de la flotte de la Mer du Nord avant d’usurper l’Empire en Bretagne en 287. Eutrope (Brev., IX, 20) le présente comme un militaire, déjà officier à l’époque de Carin, tandis que pour Aurelius Victor (Caes., 39, 20), il aurait été plutôt un navigateur ou un armateur qui aurait reçu une mission militaire spéciale de Maximien. Devenu usurpateur, il est parvenu à garder jusqu’en 293 Boulogne contre les attaques du même Maximien, ce qui montre l’étendue des soutiens dont il disposait parmi les notables du nord-ouest de la Gaule. Voir Casey 1994, p. 46-50.

74 Histoire Auguste, Quad. Tyr., 12-13. Le portrait de Proculus peut notamment avoir été construit comme une allusion à certains généraux francs rebelles, comme Silvanus et Arbogast. D’autres interprétations peuvent être proposées (voir supra note 145). Cf. Neri 1998, p. 406 note 196.

75 R. Van Dam a ainsi interprété l’ascension sociale d’Ausone et de sa famille. Cf. Van Dam 1978, p. 29.

76 Brunt 1976 ; Millett 1990. Voir les critiques de J. Webster sur cette approche (Webster 2001, p. 213-216). Le titre de l’ouvrage de R. Mathisen, contemporain de celui de M. Millett, consacré aux stratégies de survie des aristocrates gaulois lors des invasions, est révélateur de cet angle d’approche (Mathisen 1993). Ces théories de l’émulation permettent de comprendre comment les élites celtes ont pu s’adapter facilement à de nouvelles normes présentant des opportunités de pouvoir et d’amélioration de statut, comme le christianisme ou les valeurs militaires de la société franque.

77 Le livre de R. Saller de 1982 est un bon témoignage de l’intérêt de l’historiographie anglo-saxonne pour cette question. La synthèse de P. Garnsey et de R. Saller semble avoir considéré le phénomène du patronage comme un caractère propre des sociétés traditionnelles et sous-développées. Ces chercheurs ont dressé un parallèle implicite entre Empire romain et Tiers-Monde contemporain. Cf. Garnsey 1987.

78 B. G., VI,13 ;15 (ambacti). Cf. Garnsey 1989. Cependant, ce même ouvrage collectif, très riche, comportait aussi l’importante étude de J. Drinkwater consacrée aux Bagaudes critiquant celle de R. Van Dam (Drinkwater 1989).

79 On peut rapprocher les travaux de R. Van Dam de ceux de C. R. Whittaker, eux aussi d’inspiration primitiviste. Ce dernier a soutenu l’idée que la domination romaine n’avait pas véritablement changé les structures rurales dans les provinces, en particulier en Gaule et en Afrique du Nord. Cf. Whittaker 1978.

80 R. Van Dam s’est inspiré de l’œuvre de l’anthropologue C. Geertz, construite à partir des terrains d’observation d’Asie du sud-est et de la Mélanésie. Il lui a emprunté l’idée que les populations elles-mêmes modelaient les élites selon leurs besoins, en particulier celui de protection. Cf. Van Dam 1978, p. 5-6 ; 310.

81 Shaw 1984.

82 T. Grünewald, dans une étude récente sur le banditisme dans l’Empire romain, a considéré que les récits durant cette période évoquant des bandits positifs, protecteurs des pauvres, n’étaient que des créations littéraires. Ils ne pourraient donc pas prouver la pertinence du modèle du « bandit social » pour la période antique. Voir Blok 1972 ; Shaw 1984, p. 4-5 ; Grünewald 1999.

83 Comme l’Isaurie durant l’Antiquité tardive. Cf. Shaw 1990.

84 K. Hopwood a défendu les mêmes interprétations dans un article de l’ouvrage collectif de 1989 dirigé par Peter Garnsey sur les relations de patronage dans le monde romain. Il s’est notamment basé sur certaines lois du Code Théodosien de lecture difficile. Apparaît l’image assez exotique d’un Empire romain violent proche du Far West américain, ce qui a sans doute contribué à la bonne réception de ce modèle. Cf. Hopwood 1989. Pour une interprétation différente de ces lois, voir Pottier 2009.

85 R. Van Dam partageait cette interprétation puisqu’il a identifié le brigand Maternus à un local leader gaulois, à l’instar des propriétaires terriens. L’emploi du terme latrocinium par la comédie du Querolus montrerait que les riches privati des bords de la Loire pouvaient être considérés comme des chefs de brigands. Z. Rubin a assimilé de mêmes les dirigeants des groupes Bagaudes à des crimes lords. Cf. Van Dam 1978, p. 10 ; 21 ; 27 ; Rubin 1995, p. 148 ; 156.

86 Le terme latrocinium était fréquemment utilisé dans le vocabulaire politique pour dévaloriser toute forme de rébellion. Cf. Pekary 1987 ; Grünewald 1999.

87 C. R. Whittaker s’est bien sûr prononcé dans cet article en faveur de l’interprétation de R. Van Dam (Whittaker 1993, p. 288). Il a même comparé Amandus et Aelianus à Firmus et Gildon, deux rebelles maures dont le pouvoir avait pourtant tant une base ethnique qu’institutionnelle. Voir, pour une approche similaire du phénomène des armées privées durant l’Antiquité tardive, Pérez Sànchez 1998.

88 La Grande-Bretagne est perçue par ces études comme un modèle de transition valable pour toutes les provinces du nord-ouest de l’Europe. R. Mathisen a jugé exemplaire des nouvelles configurations sociales dans la Grande-Bretagne de l’Antiquité tardive le personnage d’un bandit breton, Corobicus, qui a correspondu avec saint Patrick (PL 53, 811). Cependant, Ian Wood a offert une vision nuancée des Bagaudes dans le volume XIV de la Cambridge Ancient History paru en 2000, se référant tant à l’ouvrage de R. Van Dam qu’aux travaux de J. Drinkwater. Cf. Mathisen 2003, p. 121-124 ; CAH XIV, p. 502-508.

89 Zosime, H. N., VI, 4-5 ; Orose, Hist., VII, 40, 5-41. Zosime, H. N., VI, 4-5 ; Orose, Hist., VII, 40, 5-41. Le seul véritable exemple d’autodéfense sans connotation politique reste celui, déjà évoqué, du propriétaire terrien de Sardes qui a combattu avec ses paysans les troupes gothiques rebelles de Trigibild en 399 (Zosime, H. N., V, 16, 4). Le luxe de détails donnés par Eunape de Sardes pour cet épisode laisse penser qu’il s’agissait d’un fait exemplaire par sa rareté et un objet de fierté locale.

90 Comme la troupe rassemblée par Ecdicius, gendre de Sidoine Apollinaire, à Clermont-Ferrand en 471 ou 473 (Sidoine Apollinaire, Ep., III, 3, 6-8 ; V, 16, 1). L’empereur Léon aurait fait venir de Gaule à Constantinople vers 467 un homme nommé Titus qui avait rassemblé une forte troupe d’hommes exercés à la guerre (Vie de Daniel le Stylite, 33, 60-64).

91 L’ouvrage duquel est issu l’article fondamental de ce chercheur était justement consacré aux relations de patronage dans le monde romain (Drinkwater 1989). Voir aussi Drinkwater 1984.

92 En témoigne par exemple un colloque récent suivant cette optique (Depreux 2008).

93 Tacite, Hist., II, 61. Pour S. Mazzarino ce personnage annonçait les Bagaudes (Mazzarino 1973, p. 62-63). Tacite évoque sa répugnance à rapporter cet évènement, ce qui semble être la marque distincte de troubles sociaux de grande intensité. Ils obligeaient les historiens à consacrer un développement à un épisode jugé honteux. Ammien Marcellin, en mentionnant la vague de banditisme en Gaule en 369, a utilisé le même procédé narratif (Hist., XXVIII, 2, 10-11) ainsi que le rhéteur Mamertin lorsqu’il évoque les Bagaudes de 285-286.

94 La révolte de Mariccus présente une certaine continuité avec celle de Vindex. Elles ont marqué l’opposition de la Gaule centrale à l’armée du Rhin. Les notables Eduens, pour vaincre Mariccus, ont dû changer leurs alliances et obtenir le soutien de l’armée du Rhin qu’ils avaient combattu en 68 avec Vindex. La thèse de J. Drinkwater de 1974 était consacrée à démontrer le caractère parfaitement romain des usurpations de ces empereurs dits gaulois au iiie siècle.

95 Il est d’ailleurs remarquable qu’il n’y ait pas eu d’usurpation en Gaule en 285-286 alors que l’empereur légitime Carin était mort et que les barbares parcouraient la Gaule. La situation était pourtant comparable à celles des années 260 et 275-276, marquées par les usurpations de Postumus, de Proculus et de Bonosus.

96 Grégoire de Tours, H. F., X, 25.

97 Voir le titre du recueil collectif duquel est issu l’article cité (Drinkwater 1992).

98 Salvien, De Gub. Dei, V, 21-22 (texte supra note 48) ; 24 ; 44-45. Voir Lepelley 1983.

99 J. Drinkwater a précisé plusieurs moments clés qui auraient été marqués par un fort renouvellement des élites gauloises : après la guerre des Gaules, après la crise de 69, à la fin du iiie siècle, au milieu du ive siècle de façon moins assurée et enfin dans la première moitié du ve siècle. Cf. pour la seconde de ces crises, Drinkwater 1978. Les nombreux travaux récents sur cette question ne peuvent tous être cités ici.

100 Drinkwater 1983, p. 161-185.

101 Neri 1998, p. 407-408.

102 Certains grammatici, peu performants, étaient réduits à une grande pauvreté, ce qui montre bien la faible assise sociale de ce milieu (voir par exemple Ausone, Prof., 4, 42). Sur l’échantillon de douze grammatici évoqués par Ausone, trois étaient des affranchis, cinq autres étaient issus d’un milieu pauvre et seulement quatre de milieu curiale. Sur les grammatici dans leur ensemble comme milieu social intermédiaire, voir Kaster 1988, p. 132-133. Sur les grammatici d’Aquitaine, voir Kaster 1988, p. 100-105 ; p. 455-462. Voir aussi, pour les rhéteurs d’Aquitaine, Matthews 1973, p. 56-87 ; 146-172.

103 Ausone met en rapport culture druidique et origine armoricaine à propos de Phoebicius : Stirpe satus druidum, Gentis Aremoricae (Prof., X, 27-28).

104 Ausone, Prof., 4, 10 ; 10, 27. Tous les membres connus de cette famille présentent des éléments onomastiques grecs en rapport avec le culte d’Apollon. Ausone semble mettre en rapport initiation au culte d’Apollon et connaissances druidiques. Cf. Sivan 1993, p. 91-93.

105 Sivan 1993, p. 93.

106 Il a cité en particulier un passage d’Ammien Marcellin (Hist., XV, 9, 8). Voir Wisniewski 2009.

107 Le père d’Ausone a dû à ses compétences professionnelles exceptionnelles son entrée dans la curie de Bordeaux, malgré sa maîtrise insuffisante du latin. La mère d’Ausone était issue du mariage entre le fils d’un notable d’Autun chassé par le siège de 270 et d’une femme d’une famille humble de Tarbellae (Ausone, Epic. In patr., 1 ; 2 ; 9). La restauration du statut de cette famille déclassée d’Autun est passée par l’exercice de professions libérales liées à des connaissances spécifiques, comme la rhétorique pour l’oncle maternel d’Ausone Aemilius Magnus Arborius. Sa tante maternelle Aemilia Hilaria, une vierge chrétienne, a écrit un traité de médecine. Pour H. Sivan, le père d’Ausone, Julius Ausonius, serait issu d’une famille originaire de la partie orientale de l’Empire. Cependant, comme l’a remarqué G. Zecchini, tant la branche paternelle que la branche maternelle de la famille d’Ausone, issue d’Autun, comptaient une forte proportion de surnoms d’origine grecque. Ces surnoms grecs pourraient être mis en rapport avec des traits culturels celtiques. En effet, la sœur d’Ausone s’appelait Iulia Dryadia. Son surnom d’origine grecque aurait, selon l’Histoire Auguste, désigné en Gaule des femmes ayant des connaissances druidiques (Alex. Sev., LX, 6 ; Aurel., XLIV, 5). Il ne dénoterait donc pas, comme l’a supposé H. Sivan, d’éventuelles connexions orientales pour la famille d’Ausone. Les informations présentes dans cette œuvre sont à prendre avec prudence. Cependant, son auteur avait sans doute pour objectif de se moquer d’une particularité gauloise, l’existence de femmes fières de leurs connaissances traditionnelles, par exemple médicinales. Le surnom Dryadia n’était pourtant pas issu de la famille du médecin Julius Ausonius. Ce surnom, privilégié dans l’onomastique familiale, était en effet porté aussi par une autre tante maternelle d’Ausone. Ainsi, même une famille fière d’avoir des racines à Autun, capitale de la romanité en Gaule jusqu’au ive siècle, pouvait valoriser dans son onomastique une telle référence à des traditions celtes et grecques. Voir Zecchini 1984, p. 138-145 ; contra Sivan 1993, p. 55-56.

108 Ausone, Prof., 5, 37-38.

109 Claudien, dans son poème contre Rufin de 395, l’accuse d’avoir été formé à la magie sur les bords de l’Océan par la furie Mégère, qui lui aurait donné la mission de détruire l’Empire (In Ruf., I, 146-155). Sulpice Sévère accusé Priscillien d’avoir endoctriné la population d’Eauze lors de son passage en 383 alors qu’il était rejeté de Bordeaux (Chronique, II, 48). Rufin a pu suivre à ce moment son enseignement. Cf. PLRE, I, Flavius Rufinus 18, p. 778-781.

110 H. Chadwick a justement défini Priscillien comme un « apprenti sorcier » du christianisme, utilisant sans précautions des textes difficiles d’origines diverses. Priscillien a été exécuté en 386 par Maxime pour magie. Cf. Chadwick 1976.

111 Le De medicamentis, dont la date de rédaction est inconnue, constitue en partie un recueil ethnographique de traditions celtes. Peter Brown a remarqué que ce traité montrait le grand intérêt que certains intellectuels avaient pu porter à la culture populaire paysanne. La plupart des recettes présentes dans ce recueil devaient dériver de connaissances druidiques vulgarisées progressivement. Pline a en effet célébré le savoir des druides en matière de plantes médicinales (N. H., XXII, 2 ; XXIX, 103-104). Lucain mentionne le culte d’Esus comme un culte druidique (Pharsale, I, 441-446). Orose évoque un ancien haut fonctionnaire originaire de Bordeaux en pèlerinage à Bethléem en 415 et ami de Jérôme, qui a souvent été identifié avec Marcellus Empiricus (Hist., VII, 43, 4). Il est curieux qu’un ami de Jérôme ait pu rapporter une prière destinée à Esus. Le traité De medicamentis n’est pas daté. L’attitude de Marcellus a pu évoluer au cours du temps vers une conception plus militante du christianisme. En cela, il serait exemplaire de la mutation des intellectuels gaulois de l’Antiquité tardive. Cf. PLRE, I, Marcellus, p. 551-552 ; Matthews 1971 ; Brown 1981, p. 113-114.

112 Urbica, femme d’un rhéteur de Bordeaux et adepte de Priscillien, a notamment été lapidée dans cette ville en 385 (Sulpice Sévère, Chron., II, 47). Pour R. Van Dam, le pouvoir impérial, en promouvant certains rhéteurs comme Ausone à de hautes fonctions administratives, pouvait être perçu comme un facteur perturbateur pour les élites civiques traditionnelles. Cet historien a d’ailleurs consacré peu de place à l’étude de ce milieu bordelais. Cf. Van Dam 1978, p. 71-72 ; p. 88-114.

113 Voir supra note 3.

114 Ainsi Eutrope n’évoque pas de brigands parmi les Bagaudes, comme l’a fait l’Africain Aurelius Victor, qui au contraire insiste sur le rôle moteur d’Aelianus et d’Amandus dans le rassemblement de bandes hétéroclites. Eutrope n’attribue aucun crime aux Bagaudes alors qu’Aurelius Victor évoque des pillages et des attaques de villes (textes supra note 3). Eutrope se contente de les dénoncer en tant que factio. Eutrope offre une présentation positive de certains usurpateurs gaulois, tels Postumus et Carausius, ce qui est peut-être révélateur.

115 Dans la préface de son De Medicamentis, Marcellus affirme s’être inspiré de ses concitoyens Siburius, Julius Ausonius et Eutrope. Les deux premiers de ces personnages étant d’origine bordelaise, il est probable qu’Eutrope et Marcellus l’étaient aussi. Des connexions orientales ont aussi été évoquées pour Eutrope mais celles-ci pouvaient s’ajouter à un ancrage gaulois et, précisément, bordelais. Marcellus se plaçait donc au sein d’un genre littéraire spécifiquement gaulois, le recueil de traditions médicinales celtes. Siburius, sans doute païen, a été préfet du prétoire des Gaules en 379. Cf. PLRE, I, Eutropius 2, p. 317; Matthews 1971.

116 Chron a. Gall. 452, 133: Eudoxius arte medicus, pravi, sed exercitati ingenii. Voir PLRE, II, Eudoxius 2, p. 412. Sur le milieu des médecins gaulois, voir Rousselle 1990, p. 88-91 ; Cracco-Ruggini 2003.

117 L’évêque Ithace a accusé Priscillien de tenter avec des charmes et onguents dédiés à la lune et au soleil d’obtenir la pluie et la fertilité de moissons. Ces prières sont évoquées par Priscillien lui-même ou un de ses disciples (Tract., I, 24, 10-11). Ces accusations de magie, destinées à le présenter comme un manichéen, évoquent les techniques médicinales celtes collectées par Marcellus Empiricus. Derrière la dénonciation polémique d’Ithace apparaît la volonté des priscillianistes d’inscrire leurs miracles dans d’anciennes traditions culturelles locales pour qu’ils soient acceptés par les paysans. Concernant ces accusations contre Priscillien, voir Chadwick 1976, p. 51-52 ; Burrus 1995, p. 66.

118 Dion Cassius, LXXVI (75), 5.

119 Valentinien a favorisé les rhéteurs aquitains pour les plus hauts postes administratifs. Théodose a offert des postes de haut rang dans la partie orientale de l’Empire à des personnes issues du milieu, devenu cohérent par de nombreuses alliances matrimoniales, des rhéteurs d’Aquitaine et d’Espagne. Voir Matthews 1971 ; Matthews 1973, p. 56-87.

120 Marcellus Empiricus, d’un statut bien supérieur, semble avoir soutenu en Gaule en 414 l’usurpation d’Attale, marionnette du roi goth Athaulf (Orose, Hist., VII, 43, 4). Il peut avoir recherché lui aussi de cette manière une solution politique alternative pour la Gaule, une usurpation locale appuyée par l’armée gothique.

121 Claudius Marius Victor, poète chrétien du milieu du ve siècle issu du milieu bordelais, dénonce l’importance du culte d’Apollon Grannus, médecin des Leuques, dans les campagnes gauloises. Il s’est moqué de ce dieu qui aurait ensuite fuit auprès des Germains (Aletheia, III, v. 204-209 dans CSEL 16, p. 413-414). Un rapport privilégié avec un tel culte oraculaire et médicinal pouvait légitimer le pouvoir d’un Eudoxius. Claudius Marius Victor, même si ce passage reste obscur, pouvait ainsi implicitement condamner Bagaudes et Barbares unis par leur paganisme. Cf. Duval 1967.

122 Helvius Vindicianus, le plus célèbre médecin de son époque, a pu obtenir le proconsulat d’Afrique en 379 ou 380, sa province d’origine (Augustin, Confessions, IV, 3 ; Ep., 138, 3).

123 Van Dam 1978, p. 46-47.

124 L’auteur du Querolus critiquait particulièrement l’introduction de nouvelles pratiques judiciaires jugées arbitraires qu’il opposait à la liberté permise par les lois romaines. On retrouve un débat similaire sur la notion de liberté chez Rutilius Namatianus et dans l’œuvre de Salvien, d’un avis opposé. Le Querolus dénonçait aussi l’application sur les bords de la Loire d’un droit d’origine barbare ou ethnique, un ius gentium (voir texte supra note 7). Or, les pratiques évoquées par cette œuvre, difficiles à analyser car décrites de manière allusive, ne sont pas de simples emprunts textuels à la littérature classique. L’usage d’inscrire les sentences sur les os des condamnés pourrait être lié à des traditions druidiques relatives au jugement des crimes capitaux, notamment de brigands et de voleurs (César, B. G., VI, 16 ; Strabon, IV, 4, 4 ; Brunaux 2000, p. 168-172). Leurs corps pourraient avoir été exposés attachés à un poteau jusqu’à la disparition de leurs chairs. Ce mode d’exécution des malfaiteurs est attesté dans la Gaule indépendante par Diodore de Sicile (V, 32 ; voir aussi la scholie bernoise à la Pharsale de Lucain, I, vers 445-446). Sa sévérité aurait eu pour fonction de décourager d’éventuels émules. Le Querolus semble indiquer que ces sentences capitales auraient été établies après lecture d’écorces de chêne rouvre, un arbre lié aux traditions druidiques (Pline, N. H., XVI, 95, 249). Il pourrait s’agir d’une forme de dendromancie, communément pratiquée par les druides (Brunaux 2000, p. 56). L’auteur du Querolus dénoncerait ainsi l’usurpation du droit de glaive par les notables armoricains se légitimant par des traditions druidiques plus ou moins réinventées. Sortir de l’Empire nécessitait justement de justifier de nouvelles pratiques judiciaires pour lutter contre le banditisme et l’anarchie potentielle. Le terme patus employé dans le Querolus dériverait soit d’un terme grec relatif aux riches, soit d’un terme celte désignant un maître (Van Dam 1978, p. 47 note 117). L’utilisation de ce terme et la désignation ironique des bords de Loire comme étant la Graecia Nostra des Gaulois pourraient être encore une référence à des éléments culturels celtiques. En effet, culture celte et culture grecque étaient communément associées en Gaule au ive siècle comme le montrent les exemples de Phoebicius et de la propre famille d’Ausone (voir supra note 107). L’auteur du Querolus, peut-être lui-même originaire de Marseille, se moquerait ainsi des prétentions intellectuelles des instigateurs lettrés de pratiques qui ne pouvaient être que barbares. Les élites armoricaines étaient sans doute particulièrement ouvertes aux apports de ces lettrés. Cf. Golvers 1984.

125 Un dynaste d’Emèse, Sampsigeramus, a pu forcer en 253 les troupes du roi Perse Sapur à la retraite avec une troupe de frondeurs recrutés parmi certains de ses paysans (Malalas, Chronographie, XII, 392). Il s’agit probablement de l’usurpateur Uranius Antoninus. On dispose d’un témoignage figuré relatif à une milice paysanne de Phrygie vers 260. Une stèle funéraire représente en effet un paysan armé d’une dague triangulaire, d’une serpe et d’un bouclier en osier qui a été tué par des Goths ayant envahi sa contrée. Cet armement improvisé montre bien qu’il s’agissait d’une milice organisée. Voir Tybout 1992.

126 Chauvot 1998, p. 28-31.

127 Voir texte supra note 4.

128 Une des rares sources qui évoque cette révolte, dans sa partie relativement sûre, l’attribue à des Bucolici milites (Histoire Auguste, M. Aurel., XXI, 2). Il s’agissait sans doute d’un titre qu’ils s’étaient eux-mêmes attribués. Dans un tout autre contexte, les circoncellions de Numidie au ive et au ve siècle, d’origine paysanne, se définissaient par les termes milites Christi et agonistici, combattants de Dieu (Augustin, En. in Ps., 132, 6). Derrière la thématique chrétienne, on peut discerner une valorisation comparable d’une fonction militaire dans une région marquée par la forte présence de l’armée.

129 Pan. Lat., 10 (II), 4, 1-4.

130 Le personnage de Cercio, le principal subordonné de Charietto selon Eunape, a de toute évidence été inventé sur le modèle de Cercyon, un brigand mythologique installé entre Eleusis et Athènes qui aurait été tué par Thésée (Eunape, frg. 11a, IV). La force extraordinaire de Charietto évoque l’invulnérabilité supposée de Mariccus trois siècles auparavant.

131 Zosime, H. N., III, 7, 1-7 ; Eunape, frg., 11-12. La troupe de Charietto, invisible de nuit, aurait capturé un par un les pillards Francs, qui, terrorisés, se seraient rendus à Julien. Charietto a été tué en 364 en tant que comes per utramque Germaniam. Sur ce personnage, voir PLRE, I, Charietto, p. 200 ; Capozza 1987 ; Paschoud 2002.

132 Constance II a été particulièrement sévère contre l’armée de Magnence. Ammien Marcellin rapporte que tout officier, dignitaire ou nobilis pouvait être déporté sur de simples rumeurs (Hist., XIV, 5, 3), malgré la loi d’amnistie de l’empereur (CTh., IX, 38, 2). Six légions de Magnence, suspectes, ont été envoyées en Orient alors que la Gaule était dévastée par les Alamans (Ammien Marcellin, Hist., XVIII, 9, 3 ; XIX, 5, 2).

133 Libanios, Or., XVIII, 104.

134 Ammien Marcellin, Hist., XVI, 11, 4.

135 Libanios compare à deux reprises Julien à Hercule (Or., XVIII, 39 ; 87). Maximien, dans le système tétrarchique, a été assimilé à ce dieu auquel les empereurs gaulois du iiie siècle ont marqué un intérêt particulier, comme le montre leurs monnaies. Il aurait été perçu par les populations gauloises païennes comme une référence privilégiée en période de crise militaire. Julien pouvait ainsi se construire en Gaule une véritable figure impériale, en se plaçant dans la lignée de Maximien, avant même son usurpation.

136 En 353, Trèves, siège de la préfecture des Gaules, a fermé ses portes à Decentius, César de l’usurpateur Magnence, et a élu un defensor, Poemenius (Ammien Marcellin, Hist., XXVII, 1). Charietto est supposé par Eunape avoir mené ses premiers combats contre des barbares autours de Trèves. Il a donc été probablement recruté pour défendre cette ville tant contre Magnence que contre les Alamans appelés par Constance II en 353 contre cet usurpateur. Charietto a sans doute quitté Trèves en 355, après la mort de Poemenius qui a participé à l’usurpation de Silvanus (Ammien Marcellin, Hist., XV, 6, 4).

137 La mobilisation de iuvenes de divers peuples gaulois lors de l’année 69 est évoquée par Tacite (Hist., I, 67 ; II, 12, 3 ; III, 5, 2).

138 Il ne faut pas surestimer l’importance de la grande propriété en Gaule à l’époque tardive. Ainsi, Sulpice Sévère, évoquant l’action missionnaire de Martin en Gaule, a plus fréquemment mentionné des villages autonomes (Vie de saint Martin, XII-XV) que des bourgades soumises à des propriétaires terriens (Dialogues, III, 7). Il peut avoir voulu, par cette présentation, dédouaner des propriétaires terriens d’avoir été laxistes envers les pratiques païennes de leurs paysans. Cependant, les villages de petits propriétaires, pouvant se donner une organisation militaire autonome, devaient être nombreux en Gaule. Pour un bilan nuancé des données archéologiques, voir Van Ossel 1992.

139 Famine et épidémies sont évoquées par Mamertin en 291 (Pan. Lat., 11 (III), 5, 3).

140 Voir texte supra note 4. Maximien, après le passage des Alpes, est parti directement sur le Rhin combattre les Alamans et les Chaibones, non loin de Trèves (Pan. Lat., 10 (II), 5, 1). Mamertin mentionne ces combats après la défaite des Bagaudes. Maximien s’est sans doute limité dans un premier temps à soumettre seulement ceux qu’il avait rencontrés sur son trajet.

141 Une inscription mentionne le meurtre d’un berger par un de ses esclaves près de Mayence (CIL XIII, 7070). Sur l’artisanat de la laine et la colonne d’Igel, voir Drinkwater 2001.

142 Mamertin, dans le même panégyrique, compare par contre l’usurpateur Carausius au géant Gerion (Pan. Lat., 10 (II), 2, 1). La métaphore du monstre anguipède, mi-homme mi-serpent, pour les Bagaudes n’a donc pas été choisie par hasard. Mamertin évoque dans un autre panégyrique en 291 les succès de Jupiter, associé à Dioclétien, contre les monstres biformes (Pan. Lat., 11 (III), 3, 4). Il a aussi félicité Maximien pour avoir par sa clémence calmé l’agitation des provinces gauloises causée par les iniuriae saeculi prioris. Il désignait sans doute ainsi le comportement tyrannique et les exactions fiscales d’empereurs du iiie siècle (Pan. Lat., 11 (III), 5, 3). Il excusait de cette manière les Bagaudes et les notables qui pouvaient éventuellement les avoir rassemblés. Sur le motif de l’anguipède, voir Lavagne 2001.

143 Il s’agit d’un des rares cas pour lesquels l’interprétation romaine du dieu est placée dans une position secondaire par rapport à la divinité indigène. Les Trévires n’ont pas hésité à se lancer dans un affrontement avec l’armée de Vespasien en 70, reposant sur une forte mobilisation populaire. Les organisations de iuvenes, présentes dans certains vici de Germanie, pouvaient former des bases de recrutement, comme cela a été le cas en Afrique du Nord en 238. Cf. Wightman 1974 ; Jacques 1980, p. 227-229.

144 Ammien Marcellin, Hist., XV, 6, 4 ; Aurelius Victor, Caes., 42, 16.

145 Le personnage de l’usurpateur Proculus du règne de Probus dans l’Histoire Auguste, évoqué par Valerio Neri, a sans doute été construit comme une réflexion moqueuse sur ces figures. Supposé capable d’exploits athlétiques ridicules, lui-même en partie d’origine franque, il aurait protégé la Gaule des barbares en utilisant des techniques de banditisme, comme Charietto (Quad., XII, 7-8 ; XIII, 3-4). Cf. Neri 1998, p. 406 note 196.

146 Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, 7. Sulpice Sévère pouvait ainsi opposer Martin à Charietto. Le fils de ce général barbare a reçu de Théodose un important commandement en Gaule en 388 (Grégoire de Tours, Hist. Franc., II, 9 ; PLRE, I, Charietto 2, p. 200). Ce personnage pouvait être encore populaire en Gaule en 397, lorsque Sulpice Sévère a rédigé la biographie de Martin.

147 Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, 11.

148 Gennadius, De viris ill., 22 (PL 58, col. 1072) : Nicetas Romacianae civitatis episcopus, composuit simplici et nitido sermone competentibus ad baptismum instructionis libellos sex. (...) Secundus est de Gentilitatis erroribus : in quo dicit suo pene tempore Melchidium quemdam patrem familias ob liberalitatem et Gadarium rusticum ob fortitudinem ab ethnicis esse inter deos translatos.

149 Martin de Tours aurait fait libérer vers 370 de nombreux prisonniers, sans doute pour dettes envers le fisc, qui allaient être exécutés à Tours par le comte Avitianus (Sulpice Sévère, Dialogues, III, 4). Il aurait paralysé un convoi du fisc dont l’escorte s’était montrée brutale envers lui (Dialogues, II, 3).

150 Ammien Marcellin, Hist., XXVIII, 2, 10-11. Zosime (H. N., IV, 12) et Ammien Marcellin (Hist., XXX, 7, 5) mentionnent les importants efforts de recrutement de Valentinien en Gaule. Un livre d’école, connu sous le nom d’Hermeneumata Ps. Dositheana et attribué à l’époque d’Ausone, évoque le supplice de brigands comme une des principales activités des gouverneurs en Gaule. Cf. Dionisotti 1982

151 Zosime, H. N., VI, 2, 5 ; VI, 5, 3.

152 Cette analyse est partagée par J. C. Sánchez-León, pour lequel les Bagaudes auraient constitué plus un phénomène régional dénotant la faible romanisation de l’Armorique et du pays Basque qu’un mouvement véritablement hostile à l’Empire. Cependant, il n’y a pas à proprement parler de Bagaudes en Armorique. Cf. J. C. Sánchez-León 1996, p. 59-65.

153 Des interprétations différentes de ce passage ont été proposées. Ainsi, pour E. Castorina, Exusperantius aurait restitué la liberté des Romains asservis aux Armoricains. Cf. Castorina 1967, p. 173.

154 V. Neri (1998, p. 402) utilise l’exemple de Mariccus pour montrer les capacités militaires des élites celtes. Cependant, il s’agissait justement d’une révolte dirigé contre les notables d’Autun, qui ont eu besoin de faire appel à leur ennemi Vitellius pour la réduire. L’échec de ces notables à imposer militairement leurs choix politiques au centre de l’Empire, dans l’affaire de Vindex et de Galba en 68, mettait en danger l’efficacité de leur patronage sur les populations locales.

155 Jérôme, Ep., 125 (407-409) ; Chron. a. 452, 72 (414).

156 Ce natif de Poitiers était probablement vicarius Galliarum. Voir PLRE, II, Exusperantius 2, p. 448.

157 Le fait que Rutilius Namatianus n’emploie pas le mot Bagaude dans son poème n’est pas déterminant. Ce terme celte, mentionné par des traités historiques, ne pouvait apparaître dans les poèmes ou panégyriques, comme celui de Mamertin, plus allusifs.

158 Cette comédie d’inspiration païenne a été dédiée à un certain Rutilius, vir inlustris. Voir l’introduction de C. Jacquemard-Le Saos, Querolus, CUF, 1994, p. VIII-XXVIII.

159 Chron. Gall a. 452, 117 (texte supra note 9). Cliff Minor conclut ainsi un parcours de recherche de trente années sur les Bagaudes. Cf. Minor 1971 ; Minor 2002.

160 La Notitia Dignitatum (Occ., 37, 24-9) assimile la Gallia Ulterior avec le Tractus Armoricanus et Nervicanus, c’est-à-dire les provinces de Première et de Seconde Aquitaine, de Seconde et de Troisième Lyonnaise et de Lyonnaise Senonaise. L’auteur de la chronique de 452 place Orléans dans la Gallia Ulterior, puisqu’il évoque l’établissement en 440 par Aetius d’Alains autours de cette ville (Chron. a. 452, 127). Sidoine Apollinaire atteste que son gendre Avitus, général d’Aetius, a participé à une campagne contre les Armoricains vers 435 (Carm., VII, 248).

161 Chron Gall a. 452, 119 : Capto Tibattone et ceteris seditionis partim principibus vinctis, partim necatis, Bacaudarum commotio conquiescit.

162 Vie de saint Germain d’Auxerre, 28 ; 40. R. Mathisen a proposé de dater cet épisode de 445. Cf. Mathisen 1981.

163 La chronique gauloise de 452 pour évoquer la tentative sécessionniste de 435 utilise une formulation proche de celle employée par Orose pour qualifier la rébellion autonomiste en Afrique du Nord du maître de la milice Gildon en 397. Comparer le texte de la chronique gauloise de 452 (Gallia ulterior Tibattonem principem rebellionis secuta a Romana societate discessit) et celui d’Orose (Africam excerptam a societate reipublicae sibi usurpare ausus est ; Hist., VII, 36, 3).

164 Le poète Merobaudes, dans son panégyrique d’Aetius de 446, évoque l’activité bénéfique de ce général qui a mis fin aux brigandages des Armoricains et les a renvoyés vers les travaux des champs (Paneg., II, v. 8-15). Ces derniers sont ainsi présentés comme des paysans tentés par le banditisme. Une telle présentation avait l’intérêt de dédouaner complètement les notables locaux. V. Neri a logiquement choisi la première des hypothèses évoquées. Selon lui, Tibatto n’aurait été que le représentant de la tendance radicalement sécessionniste des notables armoricains (Neri 1998, p. 417).

165 Chron. Gall. a. 452, 133 (voir supra note 9) ; Sidoine Apollinaire, Carm., VII, 547-549 ; Jordanès, Getica, 36, 191.

166 Passio sanctorum qui passi sunt in Acauno, l. 4-5 : contra Amandum et Aelianum qui in Bagaudarum nomen praesump­tione servili arma commoverant. Voir Chevalley 1990 ; Chevalley 2005.

167 Ainsi pourrait s’expliquer les opérations des Bagaudes du pays Vascon et spécialement de la petite localité d’Aracelli, vraisemblablement un castellum fortifié, contre les cités de Lérida et de Tyriasso situées sur la vallée de l’Ebre (Hydace, Chron., 141-142).

168 Salvien, De Gub. Dei, V, 21-22. Salvien affirme que la plupart des paysans pauvres, ne désirant pas quitter leurs familles, leurs huttes et leurs maigres biens, auraient préféré se placer sous la dépendance de grands propriétaires. Ils n’auraient pas rejoint les Bagaudes. Des personnes fuyant les barbares auraient été forcées de devenir des colons inquilini dans les castella des puissants (De Gub. Dei, V, 38 ; 44).

169 Nov. Valent., 31. Salvien semble faire directement allusion à cette loi. Il affirme en effet que des paysans ayant migré sur des domaines, qualifiés par le même terme d’advenae, auraient été abusivement considérés par leurs propriétaires comme des indigenae, des natifs du lieu liés héréditairement au statut de colon (De Gub. Dei, V, 44-45). Cette œuvre serait alors postérieure à 451. Ceci expliquerait que Salvien évoque à son époque une baisse d’intensité des troubles Bagaudes (De Gub. Dei, V, 44-45).

170 Ainsi, Hydace mentionne que Basilius dans le nord-est de l’Espagne aurait rassemblé autours de lui des Bagaudes dispersés dans la région (Chron., 141-142). Il constituait sans doute une sorte de chef guerrier temporaire pour diverses petites communautés rurales de cette zone. Saint Séverin de Norique peut être proposé comme modèle de personnage charismatique dirigeant une communauté totalement autonome des autorités au cours du ve siècle, à une échelle beaucoup plus vaste il est vrai.

171 Chron. Gall. a. 452, 124. Cet épisode est probablement révélateur des relations sociales existant dans l’Armorique autonome voisine. La vallée de l’Ebre était dominée par les propriétés de grandes familles aristocratiques qui ont résisté militairement jusque dans la décennie 460 au moins contre l’établissement des Goths en Espagne (Isidore de Séville, Hist. Goth., 34 ; Hilaire, Ep., XVI, 1). Ils ont ainsi pu former des milices paysannes efficaces, qui ont aussi probablement lutté contre les Bagaudes du proche pays Vascon.

172 Salvien laisse entendre que c’est l’État romain qui aurait attribué le nom dévalorisant de Bagaudes à des communautés autonomes (De Gub. Dei, V, 24).

173 Saint Séverin de Norique s’est affronté à des brigands nommés scamarae qui s’attaquaient de manière indistincte aux populations romaines et à des barbares Ruges (Vita, V, 3-4 ; X, 1-2). Or, ce terme ne faisait pas allusion à un peuple barbare précis. Il est en effet attesté dans diverses zones géographiques à différentes époques. Selon Jordanès (Getica, 58), un général d’origine hunnique, Mundus, aurait rassemblé dans son armée des brigands et des scamarae sur le bas Danube. Selon Ménandre le protecteur, des scamarae auraient attaqué une ambassade d’Avars en Thrace en 571 (Ménandre le Protecteur, frg., 15, 2). Il affirme que ces brigands s’étaient eux-mêmes donnés ce nom. Il constituerait un équivalent balkanique au mot Bagaudes.

174 Cracco-Ruggini 1995 ; Molé Ventura 1999.

175 Eucher a probablement tenté par cette passion d’étendre son influence auprès des populations rurales des Alpes. Son fils Salonius, proche de Salvien, est devenu en 440 évêque de Genève à une soixante de kilomètres d’Agaune. Au contraire, la passion anonyme des martyrs d’Agaune, rédigée dans la seconde moitié du Ve siècle, a dévalorisé les Bagaudes en les assimilant à des esclaves révoltés. Elle a pu être rédigée en réaction à celle d’Eucher par certains éléments du clergé local hostiles aux communautés bagaudes qui subsistaient sans doute dans les Alpes depuis 407. Ces divergences dénotent un conflit probable entre ascètes de Lérins et clergé local pour le contrôle des zones alpines (pour d’autres hypothèses concernant ces divergences, voir Carrié 2005). Au début du vie siècle, les Bagaudae ou Bacaudae conservaient une certaine aura dans cette région. En effet, un tribun chargé des spectacles à Milan nommé Bacauda, de rang spectabilis, est mentionné dans les Variae de Cassiodore (V, 25). Ce clarissime était sans doute originaire des Alpes. Théodoric a recruté des tribus alpines dans son armée, en leur donnant le statut privilégié de fédérés (Variae, I, 11). Des traditions exaltant les capacités militaires des populations alpines pouvaient être à l’honneur sous son règne. Cf. Chevalley 2005.

176 La virulence du prêtre Salvien s’explique peut-être par un statut social originel moins élevé que les autres ascètes de Lérins. Cf. Mathisen 1993, p. 60-62.

177 L’auteur de cette chronique, qui avait une opinion favorable des pélagiens ou semi-pélagiens, était lié aux milieux ascétiques de Lérins. Cf. Burgess 2001.

178 Molé Ventura 1999, p. 170-174.

179 La charte de fondation de 638 du monastère dédié à saint Maurice, de la légion thébaine, à saint Maur-des-Fossés désigne le lieu-dit par l’expression castrum bagaudarum. L’association entre Maurice et les Bagaudes avait sans doute été réalisée par les populations locales avant même cette fondation (Cracco-Ruggini 1995). De nombreux évêques gaulois ont tenté de donner un ancrage local dans leurs cités aux martyrs de la légion thébaine, un culte venu de la région alpine. Quelques indices incitent à penser que la valorisation des Bagaudes en tant que combattants date déjà du ve siècle. La Vita Baboleni rapporte que les Bagaudes auraient été les descendants de soldats gaulois placés par César dans des forteresses pour défendre les Gaules. Maximien aurait mis en danger la sécurité des Gaules en détruisant leur castrum. Merobaudes (Paneg., II, v. 145-170) évoque la reconquête par Aetius en 445 de places fortes occupées par des barbares qui auraient été fondées par César dans le nord de la Gaule. A cette époque, comme le montre l’exemple d’Eudoxius, des groupes de Bagaudes existaient dans cette zone. Les inventions de la Vita Baboleni pourraient s’expliquer par l’importance en Gaule de la référence césarienne au ve siècle, facteur de légitimité. Ce texte peut dériver d’une tradition datant de cette époque hostile à Aetius, qui aurait été assimilé à Maximien. Aetius a en effet été suspecté de compromission avec des païens. Un de ses principaux généraux, Litorius, qui a réprimé avec de nombreux mercenaires Huns l’agitation de l’Armorique et les troubles Bagaudes de 435-437, était partisan de l’ancienne religion. Les sources gauloises contemporaines, notamment la chronique de 452, sont très hostiles envers ce général. Martin est supposé avoir réalisé des miracles contre des fédérés Huns païens cantonnés à Tours en 437 par Litorius (Paulin de Périgueux, Vie et Miracles de saint Martin, VI, 90-95).

180 Molé Ventura 1999, p. 179.

181 Carrié 2001, p. 44-46.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Pottier, « Peut-on parler de révoltes populaires dans l’Antiquité tardive ? », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-2 | 2011, 433-465.

Référence électronique

Bruno Pottier, « Peut-on parler de révoltes populaires dans l’Antiquité tardive ? », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-2 | 2011, mis en ligne le 19 février 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://mefra.revues.org/438 ; DOI : 10.4000/mefra.438

Haut de page

Auteur

Bruno Pottier

Université de Provence, Aix-Marseille I, bruno.pottier@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org