Navigation – Plan du site
Mélanges

Les amphores du dépôt du secteur 4 de l’Incoronata (Basilicate) : essai typo-chronologique et contextuel d’une classe céramique du viie siècle av. J.-C.1

The amphorae from a deposit in Sector 4 at Incoronata (Basilicata): a typo-chronological and contextual presentation of a ceramic class from the 7th century BC
Guillaume Bron
p. 467-504

Résumés

Suite à la reprise des fouilles archéologiques à l’Incoronata de Métaponte par l’Université Rennes 2 depuis 2003, un nouveau dépôt de céramique a été dégagé en 2005 et 2007. Comme pour les précédentes découvertes, il s’agit d’une fosse quadrangulaire du viie siècle av. J.-C.qui a révélé une grande quantité de céramiques fines et d’amphores grecques. L’étude de ces amphores a donné lieu à un mémoire soutenu en 2008. Cet article en est une synthèse. Il s’agit d’effectuer à la fois une étude céramologique et une remise en contexte archéologique dans le but de clarifier la nature du dépôt et du site en général. Pour cela, il a été effectué une réévaluation de la chronologie de ces amphores ainsi qu’une étude des modalités de déposition. On peut ainsi aujourd’hui avancer l’hypothèse que ce dépôt possède de nombreux points communs avec la sphère rituelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article n’aurait jamais pu voir le jour sans l’aide précieuse de mon directeur de recherche M. (...)

1La colline de l’Incoronata (fig. 1) se situe sur la côte ionienne, entre les rivières Basento et Cavone, à environ cinq kilomètres de Métaponte (fig. 2). Sa superficie est de 400 m sur son axe Nord/Sud et de 150 m sur son axe Est/Ouest. Idéalement placée, elle domine toute les plaines alluviales environnantes.

  • 2 B. Chiartano, La necropoli dell’età del ferro dell’Incoronata e di S. Teodoro : scavi 1978-1985, 3 (...)

2Depuis les périodes protohistoriques, l’Incoronata est en contact avec le territoire du Sud de la Basilicate. En effet, sur la côte ionienne sont présents des établissements sporadiques de la fin de l’âge du Bronze qui dominaient les vallées de l’arrière-pays. Au début du ixe siècle av. J.-C., l’aire ionienne voit le développement d’habitats sur le territoire sub-côtier de l’Incoronata-San Teodoro et à Santa Maria d’Anglona2(fig. 3).

Fig. 1 – vue aérienne de la colline de l’Incoronata (source – Incoronata 1991).

Fig. 2 – Carte des principales cités grecques de la côte ionienne (source – Lamboley 1996).

Fig. 3 – Topographie de l’Incoronata « greca » et de l’Incoronata San Teodoro (source – De Siena 1996).

  • 3 Carter 2006 et Orlandini 1986

3La colline de l’Incoronata est l’objet de recherches intensives depuis sa découverte au début des années 1970. Les universités de Milan et d’Austin (Texas) effectuèrent différentes recherches sur ce site (fig. 4). En effet, l’équipe de Piero Orlandini a mis au jour de nombreuses fosses quadrangulaires contenant un nombre important de vases grecs de production locale ou d’importation. De grandes fosses circulaires contenant à la fois du mobilier indigène et grec ont été également appréhendées. Les recherches de l’Université d’Austin dirigées par Joseph Carter se sont portées sur la partie sud de la colline. Il y a été découvert des structures identiques à celles retrouvées par Piero Orlandini hormis un sanctuaire du vie siècle av. J.-C. Si ces différentes recherches obtenaient les mêmes conclusions sur la nature du site – en effet, il a été déduit que la colline de l’Incoronata était un site d’habitat dont les preuves archéologiques sont ces différentes fosses – il présentait, pour John Carter, une seule et même phase où Grecs et indigènes cohabitaient ; contrairement à Piero à Orlandini qui en identifia deux3.

Fig. 4 – Plan des différents sondages à l’Incoronata (source – Carter 2006).

  • 4 Denti-Lanos 2007b, p. 471.

4Depuis 2003, l’Université de Rennes 2 a repris les recherches sur la colline sous la direction de Mario Denti. Deux zones ont été ouvertes (Secteur 1 et Secteur 4). Le Secteur 4 présente un dépôt de céramique identique à ceux découverts par Piero Orlandini (fig. 5). Enfin une zone artisanale a été identifiée à la fois dans le Secteur 1 (fours) et dans le Secteur 4 (fosses circulaires de décantation)4.

Fig. 5 – Le dépôt de céramiques du Secteur 4 de l’Incoronata (cliché M. Denti)

  • 5 voir la bibliographie de Mario Denti en fin d’article

5Les résultats de ces dernières années amènent à reconsidérer la nature du site et son occupation. En effet, cinq phases ont été cernées pour les zones Nord et Nord-Ouest de la colline. La phase 1 est la plus récente. Elle correspond, dans le Secteur 4, au dépôt de céramiques grecques, contenu dans un encaissement quadrangulaire. Nous verrons par la suite que l’hypothèse d’habitat pour ce type de structure est à reconsidérer. Nous parlerons donc plutôt de « dépôt » et non d’« oikoi ». Ce dépôt coupe une succession de fosses circulaires contenant abondamment de la céramique oenôtre et grecque (fig. 6). C’est la phase 2 qui correspond à l’oblitération totale de l’occupation indigène antérieure. Ici, ces fosses ont été interprétées comme étant des fosses de décantation de l’argile associées à la probable zone artisanale découverte dans le Secteur 1 : fosse d’extraction de l’argile, fours de potiers détruits. La phase 3 correspond donc à l’occupation artisanale de cette partie de la colline où, d’après le mobilier retrouvé, on aurait une « cohabitation » entre les populations grecques et indigènes. Cette occupation artisanale du secteur 1 a en partie détruit et aménagé les structures antérieures indigènes caractérisées par un pavement de petits galets aménagés sur une surface d’au moins vingt mètres de long (phases 4). Enfin, la phase 5 se caractérise par un « pavement » composé de galets de plus grandes tailles que celui précédemment cité. Le mobilier associé pousse à une datation vers le début du viiie siècle av. J.-C.5

Fig. 6 – Secteur 4, les fosses circulaires (cliché M. Denti).

  • 6 Carter 2006.

6En outre, la zone Sud de la colline présente un sanctuaire découvert par l’Université du Texas et qui daterait du vie siècle av. J.-C.6. Il pourrait correspondre à une sixième phase.

7L’étude qui suit porte sur l’analyse des amphores du dépôt de céramique du Secteur 4 appartenant à la phase 5 de l’occupation de la colline de l’Incoronata. Ce travail s’inscrit dans le cadre d’une thèse menée depuis 2009 sur les amphores grecques archaïques en Italie méridionale. Ainsi, en conciliant étude céramologique et étude contextuelle, il s’agira de donner quelques ouvertures sur la chronologie de cette phase ainsi que sur la fonction de ce dépôt.

Modalités de déposition des amphores du secteur 4 : « un désordre organisé »

Contextes de découvertes : un dépôt de céramique, de pierre, de faune et de bronze

8Après décapage des quinze centimètres de terre végétale, les premiers tessons et les premières pierres apparaissent. La première structure mise au jour est un encaissement rectangulaire, d’environ un mètre cinquante sur trois mètres, creusé dans un sol naturel argileux riche en calcites. Sa profondeur est d’environ 80cm. Cet encaissement possède un comblement composé de conglomérats de pierres, de céramiques et de pudding (US 2). Ce n’est qu’après décapage du secteur par passes de 15 cm qu’il a été possible de distinguer en coupe le creusement de l’encaissement dans le terrain naturel et dans les fosses circulaires (fig. 7). Une strate (US 22), compacte et parsemée de tessons de céramique, a été découverte durant la campagne de fouille 2008. Située topographiquement aux premiers niveaux de l’encaissement, elle semblerait être le niveau de sol contemporain du dépôt (fig. 8).

Fig. 7 – Coupe stratigraphique présentant le creusemende l’encaissement dans le naturel (cliché M. Denti)

Fig. 8 – Plan général du Secteur 4 (DAO G. Bron).

9Ainsi, d’après les relations stratigraphiques, l’encaissement quadrangulaire coupe avec certitudes deux des fosses circulaires (fig. 9, 10 et 16) dont l’étude du mobilier a montré a contemporanéité avec la phase d’oblitération et d’aplanissement du Secteur 1 (phase 2). En effet, il a été retrouvé un bord de coupe du protocorinthien moyen, identique aux formes retrouvées au sein du Secteur 1 (fig. 11, vase 4).

Fig. 9 – Coupe stratigraphique du dépôt et d’une fosse circulaire (cliché M. Denti.

Fig. 10 – Dessin de la coupe stratigraphique précédente (DAO G. Bron).

Fig. 16 – Plan de répartition des amphores au sein du dépôt (DAO G. Bron).

Fig. 11 – Quelques vases grecs du dépôt du Secteur 4 (cliché M. Denti).

10Les amphores sont quantitativement majoritaires au sein du dépôt. Le total compte 1312 tessons d’amphores. Ils sont mêlés aux blocs de pierres, au pudding et aux coquillages (fig. 5 et fig. 8). Les amphores proviennent toutes de Grèce – Corinthe (amphores piriformes à fond plat), Athènes (les amphores « SOS ») – ainsi que de Grèce orientale avec Samos (amphores piriformes à pâte brun foncé).

11Les amphores ont été dégagées au sein d’un amas de mobilier regroupant de la céramique

  • 7 Denti 2009a, p. 342 et fig. 3 ; Boardman 1999, p. 87 : du fait du succès de la production protocori (...)
  • 8 Denti 2009b, fig. 7 et p. 5 ; Stea 1999.

12essentiellement liée à la consommation du vin et/ou de l’eau : coupes, oenochoés (fig. 11, vase 3, fig. 12), kotyles, hydries, tasses (fig. 11, vase 6), pithoi et louteria (fig. 31). Des couvercles de pyxis (fig. 11, vase 8) se rapportent davantage à la toilette. La céramique est à la fois de production grecque d’importation mais surtout de production locale de type grec. Les seuls vases d’importation, hormis les amphores de l’US 2, sont au nombre de deux. Le premier est un fragment de kotyle du protocorinthien récent7. C’est le vase fin le plus récent du dépôt. Il est composé d’une pâte jaunâtre caractéristique. De plus, le décor est composé d’une peinture brun/noir assez grossièrement appliquée et sans homogénéité avec un décor de rayons à la base (fig. 11, vase 4). Le second vase est une petite coupelle ou kalathos de céramique fine grise (fig. 11, vase 1). Ce type de céramique est largement présent en Grèce de l’Est8.

Fig. 12 – Olpè retrouvé sous l’amphore 3A (cliché M. Denti).

Fig. 31 – louteria et pithoi du Secteur 4 (DAO G. Bron).

  • 9 Denti 2009d.

13À l’égal des autres sondages de la colline, la majorité de la céramique fine des encaissements est issue d’une production locale d’inspiration grecque. Elle pourrait à la fois avoir été conçue par des Grecs ou bien des indigènes au contact de Grecs9. La forme des vases est de type grec (coupe, krateriskos, kotyle...) ainsi que le décor qui s’inspire du style protogéométrique et protocorinthien. La pâte, plus rosée et orangée, est l’indice d’une production locale.

14Des fragments de louteria ont été retrouvés aux niveaux supérieurs du dépôt. Les six individus identifiés ont des caractéristiques fort semblables avec un bord simple et une surface supérieure plate et horizontale. Un seul est archéologiquement complet. Ainsi, cela marquerait le fait que ces vases ont été mis déjà fragmentaires au sein du dépôt. On peut supposer que ces tessons avaient la même fonction que les d’amphores étant donnée leur épaisseur.

  • 10 Des pithoi de type corinthien ont déjà été retrouvés à l’Incoronata mais pas de cette forme là. Il (...)

15Les fragments de pithoi sont en grand nombre mais seulement deux bords ont été retrouvés (fig. 31). De pâtes différentes, l’un semble de production locale avec sa pâte rosée (fig. 31-1) tandis que l’autre semble plutôt être importé (fig. 31-2)10. D’ailleurs ce dernier est composé de deux fragments de bord jointifs dont l’un a été retrouvé au sein du comblement (US 15) de la fosse circulaire Nord/Ouest. Cela impliquerait donc une chronologie courte entre l’oblitération des fosses circulaires et le dépôt grec.

  • 11 Incoronata 1995, p. 132 à 134.
  • 12 Ibid., p. 133 : C. Dal Sasso comptabilise 45 coquilles droites, 47 coquilles gauches et 17 autres f (...)

16Le matériel faunique est également présent mais en plus faible quantité. Cependant, il est important de revenir sur l’amoncellement de coques de mer au sein du dépôt. La majorité est située au centre du dépôt à proximité de pieds et de cols d’amphores corinthiennes (fig.13). Totalement identiques à celles retrouvées dans le dépôt du sondage S11, on déduit que les Cerastoderma du Secteur 4 ont les mêmes propriétés. En cela, l’analyse de Cristiano Dal Sasso est des plus pertinente. Un examen des 109 coquilles du sondage S a montré qu’il y avait une certaine cohérence numérique entre les coquilles droites et les coquilles gauches, c’est-à-dire qu’elles auraient été recueillies entières et vivantes12. Mais un examen plus détaillé a montré que les coquilles ne correspondent pas entre elles, ce qui signifie qu’aucune coque entière n’est présente dans ce dépôt. En d’autres termes, il n’a été volontairement gardé qu’une des deux valves de chaque coque.

Fig. 13 – Amoncellement de tessons d’amphores et de coquilles de mer (cliché M. Denti).

  • 13 Ibid., p. 132-133.

17De plus, il faut savoir que la grandeur des bivalves dépend des conditions climatiques13. En hiver, la croissance de la coquille s’arrête et permet l’apparition journellement d’un sillon dit « anneau de récession de la croissance ». En comptant le nombre de sillons d’une coquille, on peut connaître la saison à laquelle le mollusque est mort. On constate que les mollusques sont morts à des périodes très différentes. La récolte de ces coques a donc été effectuée à des périodes différentes. De plus, il en a déduit qu’elles avaient été cuites car il est très difficile de les ouvrir sans les casser. Mais on peut également imaginer que les initiateurs de ces dépôts sont allés simplement recueillir ces coquillages sur la plage à proximité car ce type de valve est très courant sur les plages environnantes.

  • 14 Une analyse approfondie de la faune maritime du Secteur 4 est en cours.

18Ainsi, étant donnée la disposition similaire de ces coquilles dans le Secteur 4 et dans le sondage S, on suppose, avec une forte probabilité, assimilables les caractéristiques du sondage S au Secteur 414.

  • 15 S. Di Martino, Analisi di archeozoologia, in Incoronata 2003, p. 109-114.
  • 16 C. Dal Sasso, Reperti faunistici, in Incoronata 1997, p. 133-139 ; S. Di Martino et C. Dal Sasso, R (...)

19Enfin, la faune terrestre au sein de l’US 2 du dépôt est relativement minoritaire. Durant la campagne de fouille 2005, 75 ossements ou fragments d’ossements d’animaux ont été comptabilisés. On se basera donc pour cela sur les fouilles précédentes. Le sondage E a révélé la présence d’un encaissement quadrangulaire contenant du mobilier grec (vases à liquide). Près de 150 ossements d’animaux domestiques tels le cheval, les bovins et les ovins ont été retrouvés15. De plus, au sein du dépôt et de l’aire proche de ce dernier, une quinzaine de fragments « rosicati da carnivori » ont été mis au jour et seulement deux fragments brûlés. Les traces de découpes sont bien présentes et effectuées selon l’organisation squelettique de l’animal. Les modes de découpe supposent une connaissance aiguë de l’anatomie animale. Les outils utilisés sont plutôt des couteaux à lames lisses. Mais tous les encaissements n’ont pas révélé exactement les mêmes éléments. En effet, les sondages G et H, du point de vue de leur contenu faunique, se rapprochent davantage de notre sondage. Ils présentent essentiellement des fragments osseux de petites dimensions empêchant toute identification et étude précise16. Enfin, la particularité commune à tous les sondages est que les fosses circulaires contiennent numériquement davantage de faune que les encaissements quadrangulaires, ceci impliquant peut-être un nouvel élément attestant de la nature différente de ces structures.

  • 17 G. Stea, Oggetti diversi, n. 11, p. 88, fig. 101, 266, dans Incoronata 1997.
  • 18 Lambrugo 2004, Denti 2009b, fig. 10 et p. 7-8.

20À l’extrémité Ouest de l’encaissement du dépôt ont été découvertes deux grandes pierres relativement quadrangulaires et enfoncées dans le fond de l’encaissement (fig. 14). À la base de l’une d’elle gisait une anse d’hydrie recouvrant une hache miniature en fer (fig. 15). Cette découverte n’est pas inédite sur la colline puisque le dépôt du sondage H a également révélé une petite hache en fer17. Mais exceptés ces deux cas-là, le phénomène reste rare sur la colline18. Sur la Figure 14, on perçoit parfaitement la liaison entre la dalle, l’anse et la hache. La disposition de ces trois éléments semble véritablement provenir d’un seul et même geste.

Fig. 14 – Extrémité Nord du dépôt, dalle fichée dans le naturel (cliché M. Denti).

Fig. 15 – Hache en fer miniature retrouvée au pied de la dalle (cliché M. Denti).

Les amphores : une organisation dans la déposition

21Le dépôt de céramiques présente au premier abord une totale désorganisation, due à un amoncellement de parois et de col d’amphores mêlés à de la céramique fine et une grande quantité de pierres et de galets (fig. 5). Les différents plans exécutés au fur et à mesure de la fouille présentent cela très précisément. La superposition des différents plans du dépôt a permis d’obtenir en négatif le creusement de la fosse de rejet (fig. 8). Ce dépôt semble donc être, au premier abord, une fosse dépotoir tout comme les fosses circulaires.

22Un relevé systématique des objets ou groupes de tessons a été effectué, donnant une indication précise de leur emplacement et de leur altitude. Ainsi, lors du remontage des amphores, il a pu être observé que – malgré le nombre important de tessons d’amphores et leur étendue – chaque amphore était localisée dans une zone bien précise. Les sept amphores principales, qui sont en partie ou totalement remontables, présentent une répartition de leurs tessons relativement groupée (fig. 16). Mise à part l’amphore 4A qui s’étale un peu plus sur la partie sud du dépôt, les cinq autres sont regroupées sur la limite nord du sondage. Ainsi, l’apparent « désordre » est contredit par cette observation. D’ailleurs, il faut savoir que la majorité des tessons d’amphores du dépôt appartiennent à l’une de ces sept amphores. En effet, le nombre de tessons isolés d’amphores ou de grands conteneurs est de 737.

23On a vu que, sous une apparence d’inorganisation, subsistait au minimum un agencement particulier entre les grands conteneurs et la céramique fine. La fouille du Secteur 4 a révélé une différence notable dans la répartition quantitative. En effet, les grands conteneurs tels les amphores, louteria et pithoi, sont davantage présents aux niveaux supérieurs du dépôt, tandis que la céramique fine est davantage présente aux niveaux inférieurs. C’est ce que confirme le graphique 1 ci-dessous qui montre les deux principales interventions sur le Secteur 4 ; la première année correspond à la fouille des niveaux supérieurs et la seconde année correspond aux niveaux inférieurs. La proportion de tessons d’amphores est supérieure à la céramique fine en 2005 tandis qu’en 2007, la situation est inversée. Donc, stratigraphiquement, la céramique fine a été déposée avant les grands conteneurs. En d’autres termes, les grands conteneurs recouvrent la céramique fine. D’ailleurs, la majorité des vases fins sont entiers ou du moins archéologiquement complets. Cela prouve que les tessons de grand conteneur sont permis de protéger les vases plus fragiles.

Graphique 1 – Répartition des catégories céramique selon l’année de fouille (G. Bron).

  • 19 Denti-Lanos 2007, p. 477 ; Orlandini 1977, Sondage N.

24Suite au remontage des différentes amphores du dépôt, des fissures de probables bris volontaire sont été observées à plusieurs reprises. En effet, sur les amphores 2A, 3A et 4A sont présents des trous d’impact avec des fissures « en étoile » (fig. 17).Cette caractéristique est le signe d’un bris franc et volontaire, à l’aide d’un outil percutant, sur les parois des vases. Il est d’ailleurs important de signaler que ce n’est pas un cas isolé puisque la même chose a été constatée pour certains vases des sondages d’Orlandini. Ce bris volontaire ne se retrouve pas uniquement sur les amphores mais également sur certains deinoi ou stamnoi comme on peut le voir dans le sondage N. En effet, un stamnos présente un bris parfaitement rectiligne avec deux lignes de fissures perpendiculaires19. De plus, comme pour nos amphores du Secteur 4, ce stamnos présente des cassures si nettes que cela suggère un bris antérieur ou immédiat à la déposition, et ce sur des vases n’ayant probablement pas ou peu servi.

Fig. 17 – exemples de trous d’impacts visibles sur les parois d’amphores (clichés G. Bron).

  • 20 Denti 2009b, fig. 7 et 9, p. 6. Denti 2009a, p. 345-346. Levase retrouvé durant la campagne 2007 es (...)
  • 21 Denti-Lanos 2007, p. 475, fig. 29 et p. 477.

25Le dépôt s’est effectué en deux étapes. Un premier dépôt de céramique fine est protégé par un recouvrement d’amphores et de grands conteneurs. Deux vases entiers20 ont été retrouvés à proximité de deux des amphores archéologiquement complètes (amphores 12C et 3A). L’amphore « SOS » 3A, dont la panse était encore en partie en place au moment de la découverte, recouvrait et entourait en son centre une olpè positionnée verticalement21.Le même schéma se présente sur l’amphore corinthienne 12C située juste à côté. En effet, l’amphore 12C retrouvée renversée (col vers le bas) recouvrait une oenochoé intacte couchée (fig. 18 et fig. 19). Cette modalité de déposition induit un acte pensé et réfléchi. Ceci est appuyé par le bris volontaire des vases vus précédemment.

Fig. 18 – Une olpè contenue dans la panse d’une amphore « SOS » (cliché M. Denti).

Fig. 19 – Une oenochoé retrouvée à proximité d’une amphore corinthienne (cliché M. Denti).

  • 22 Le comptage des NMI s’est effectué par comptage des bords après remontage.

26Après restauration et étude, on compte 24 NMI (nombre minimum d’individus)22. Sur une surface d’encaissement d’un mètre cinquante sur trois mètres, cela induit une occupation quasi totale de la surface. Ce fait établi, un aspect ritualisé ressort de la disposition des dépôts. En effet, pour chaque dépôt fouillé, une disposition semblable des « objets » apparaît, induisant le caractère répété d’un geste. Et ce concept de répétition d’un même geste se retrouve dans les contextes rituels.

  • 23 Denti 2009a, p. 346.

27Une des difficultés de la fouille de ce dépôt a été la distinction entre le comblement et le creusement (fig. 7). En effet, il semble que l’encaissement a été assez rapidement rebouché avec la même terre. L’argile extraite n’a pas eu le temps de s’oxyder au contact de l’air et donc le comblement présente très peu de différences de texture et de couleur. Cependant, les vases semblent avoir été déposés dans un comblement argileux humide. En effet, plusieurs amphores ont été retrouvées cassées mais ont gardé quasiment leur forme originelle du fait qu’elles ont dû reposer sur une texture argileuse suffisamment plastique pour épouser la forme des vases. Cela est confirmé par le négatif intact des vases suite au prélèvement des tessons23(fig. 20).

Fig. 20 – Empreinte d’amphore dans le comblement argileux (cliché M. Denti).

28La fouille du Secteur 4 a révélé au moins deux phases successives d’occupation, caractérisées par des fosses circulaires avec une prédominance de mobilier indigène et une seconde caractérisée par un encaissement rectangulaire avec une prédominance de mobilier grec (fig. 6 et 8).

29Les amphores du Secteur 4 ont été cassées sur place et disposées de telle manière qu’elles couvrent les céramiques fines déposées préalablement.

30Les autres types de céramique sont pour la plupart des vases liés à la consommation du vin et de l’eau. En outre, un couvercle de pyxis ou la petite coupelle en céramique grise se rattachent davantage à l’utilisation d’huiles parfumées.

31Le seul élément faunique retrouvé en grande quantité est le Cerastoderma edule. Les coquilles ont été retrouvées groupées et une analyse archéozoologique a révélé une incohérence au niveau de leur provenance. Elles ne proviendraient apparemment pas de repas mais plutôt d’une « cueillette » aléatoire.

32Une étude approfondie des amphores permettra d’éclaircir à la fois la nature du site et sa chronologie.

Les amphores de l’incoronata : étude chrono-typologique

Les amphores de la fin du viiie siècle au troisième quart du viie siècle av. J.-C.

33L’Attique, suivie de l’Eubée, produisirent les amphores à huile dites « SOS » entre le dernier quart du viiie siècle et le premier quart du vie siècle avant J.-C. Elles furent distribuées sur l’ensemble du pourtour méditerranéen, de la mer Noire à la côte nord-africaine.

  • 24 Johnston & Jones 1978.

34À la fin des années 1970, les archéologues Jones et Johnston tentèrent un inventaire ainsi qu’une typo-chronologie des amphores « SOS »24. Ces derniers identifièrent trois grandes catégories nommées Early (725-675 av. J.-C.), Middle (675-625 av. J.-C.) et Late (625-575 av. J.-C.). Cette chronologie suit en quelque sorte l’évolution morphologique des amphores « SOS ». D’une forme ovoïde à lèvre courte, elles aboutissent à une forme davantage piriforme à lèvres hautes.

  • 25 Ibid., p. 132.
  • 26 Ibid.
  • 27 Brann 1961a, Pl. 13, vase R3.
  • 28 Ibid., p. 146, Plate 23, vase R26.

35Le Secteur 4 présente des amphores « SOS » dont l’origine (attique ou eubéenne) est à préciser. Au total, en se basant sur le comptage des NMI (nombre total de bords), les amphores « SOS » sont au nombre de quatre. Une panse dont le col est absent a été retrouvée complète. Les vases 4A et 5A (fig. 21, fig. 22 et fig. 29) possèdent tous les deux les caractéristiques du type Early25. En effet, l’amphore 4A possède un pied annulaire, de hauteur moyenne et très légèrement évasé. Sa panse est ovoïde et l’épaule est oblique. Le col est cylindrique avec une lèvre renflée et haute ainsi qu’une arête prononcée sous celle-ci. Le col présente un décor de type Sa, Oa, Sb26. Sur la partie supérieure de l’épaule, une bande réservée est composée de cinq bandes rougeâtres/orangées de largeurs différentes. Cette forme, en se basant sur la chrono-typologie de Jones et Johnston, daterait de la fin du viiie – début viie siècle av. J.-C. Pour exemple, une amphore « SOS » retrouvée dans un contexte du viiie siècle av. J.-C. à Athènes appuie cette datation27. En effet, la fouille d’un dépotoir d’habitat a révélé la présence d’une amphore « SOS » similaire associée à des vases d’époque géométrique. Cette datation est confirmée par la présence d’un kotyle proto-corinthien associé à l’amphore et daté au maximum du début du viie siècle av. J.-C.28

Fig. 21 – Amphore « SOS » 5A (cliché G. Bron).

Fig. 22 – Amphore « SOS » 4A (cliché G. Bron).

Fig. 29 – Principales amphores du Secteur 4 (DAO G. Bron).
1 – Amphore « SOS » (Attique), entièrement conservée ; d. bord 210mm, d. anse 25mm, d. max. 540 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US2 2A).
2 – Amphore « SOS » (Attique), conservé dans sa totalité ; d. bord 190mm, h. 725mm, d. max. 480, d. pied 125 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US2 3A).
3 – Amphore « SOS » (Attique), archéologiquement complet ; d. bord 185mm, ht. 725mm, d. max. 490mm, d. pied 140mm, d. anse 30 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US2 4A).
4 – Amphore corinthienne (type A), dont la totalité du vase est conservée ; d. bord 210mm, h. 550mm, d. max. 365, d. anse 42mm, d. fond 100 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US2 12C).
5 – Amphore corinthienne (type A), dont le col est conservé en totalité ; d. bord 225mm, d. anse 50×40 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US2 13).
6 – Amphore corinthienne (type A), dont le col est conservé en totalité ; d. bord 200mm, d. anse 35×28 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US2 14).
7 – Amphore samienne, archéologiquement complète ; d. bord 165mm, d. anse 15mm, d. max. 390 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US2 1S).

  • 29 Incoronata 2003, p. 61 et 66.

36Ce n’est bien-sûr pas la première amphore « SOS » Early retrouvée sur la colline. En effet, le sondage E présente un pied et un col similaires aux formes antérieures au troisième quart du viie siècle av. J.-C.29Le col présente une lèvre haute mais avec un renflement beaucoup plus prononcé que celles du Secteur 4.

  • 30 Incoronata 1995, amphore 32.

37Le sondage S a révélé la partie supérieure d’une amphore « SOS » (col, anses et épaules) typologiquement proche de celle du Secteur 430. Le col est cylindrique avec un renflement extérieur prononcé de la lèvre. Les anses sont rondes et le décor est du motif Sa, Oa, Sb. Ce col a de grandes similitudes avec le vase 4A daté de la fin du viiie siècle av. J.-C. Enfin, les sondages F et B sont également composés d’amphores « SOS » de forme Early ou Middle.

  • 31 C. G. Koehler, Corinthian A and B transport amphoras, dissertation à Princeton University, 1978. Id (...)

38Parallèlement, Corinthe commence à produire ses premières amphores à huile au cours du viiie siècle av. J.-C. Cette production a duré sans interruption, jusqu’au IIe siècle av. J.-C. Sa production a varié au cours des différentes périodes. Carolyn G. Koehler est la principale initiatrice de la classification des amphores corinthiennes archaïques et classiques31.

  • 32 Prochainement, publication intégrale de la fouille du Secteur 4 sous la direction de Mario Denti. I (...)

39Ces amphores représentent la grande majorité du total des amphores du Secteur 4. La présence unique d’amphores corinthiennes de « type A » confirme tout d’abord la fourchette chronologique comprise entre le viiie siècle et le début du vie siècle av. J.-C. (fig. 30). L’ensemble des cols du Secteur 4 ont été divisés en trois types de formes : lèvre simple, lèvre oblique à arête et lèvre plate à arêtes. La couleur des pâtes varie du beige clair au brun. Le noyau peut être dans les mêmes tons ou bien être dans les nuances de gris32. Bien qu’on ne soit pas en face d’une production amphorique standardisée, il est tout de même admis une maîtrise de conception qui écarte tout hasard dans les méthodes de cuisson. Enfin les dégraissants sont pour la majorité de grosse taille, mais de roches différentes. En effet, les couleurs des inclusions de minéraux peuvent être rouges, grises ou encore blanches.

Fig. 30 – Cols d’amphores corinthiennes (DAO G. Bron).
1 – Amphore corinthienne (type A) dont 25 % du col est conservé ; d. col 238 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US0 1).
2 – Amphore corinthienne (type A) dont 15 % du col est conservé ; d. col 240 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US0 2).
3 – Amphore corinthienne (type A) dont 20 % du col est conservé ; d. col 220 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US0 3).
4 – Amphore corinthienne (type A) dont 25 % du col est conservé ; d. col 240 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US0 5).
5 – Amphore corinthienne (type A) dont 25 % du col est conservé ; d. col 240 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US0 4).
6 – Amphore corinthienne (« type A »), dont seul le col est conservé ; d. col 240 mm. (n° inv. INC07 S4 S1 US0 1).
7 – Amphore corinthienne (type A) dont 25 % du col est conservé, d. col 210 mm. (n° inv. INC05 10 – Amphore corinthienne (“type A”) dont 25 % S4 S1 US1 1). du col est conservé ; d. col 240 mm. (no inv.
8 – Amphore corinthienne (type A) dont 25 % du INC05 S4 S1 US1 5). col est conservé ; d. col 240 mm. (no inv. INC05 11 – Amphore corinthienne (type A), dont 25 % du S4 S1 US1 3). col est conservé ; d. col 210 mm. (n° inv. INC05
9 – Amphore corinthienne (“type A”) dont 25 % S4 S1 US1 15). du col est conservé ; d. col 240 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US1 4).
10 – Amphore corinthienne (“type A”) dont 25 % du col est conservé ; d. col 240 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US1 5).
11 – Amphore corinthienne (type A), dont 25 % du col est conservé ; d. col 210 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US1 15).

  • 33 Koehler 1981, Plate 98-c.
  • 34 Bron 2008, p. 64-65.

40Une seule amphore corinthienne du Secteur 4 est archéologiquement complète (fig. 29 et fig. 23). La partie supérieure de la lèvre est plate et oblique. À l’extrémité de la lèvre se forme une gorge bien marquée. Cette amphore corinthienne de « type A » est à rapprocher des formes de la première moitié du viie siècle av. J.-C.33. En effet, le col est de même format imposant avec deux anses très massives et presque anguleuses. Les autres cols d’amphores corinthiennes sont également de « type A ». Les cols entiers 13C et 14C se datent à peu près de la même période que l’amphore précédente. On retrouve un col massif, large et cylindrique. Les anses sont rondes et massives. On retrouve d’ailleurs sur le reste de la colline une majorité d’amphores corinthiennes de « type A » datant de la même période : les sondages E, G, H, S et T par exemple34.

Fig. 23 – Amphore corinthienne 12C (cliché G. Bron).

  • 35 Buchner 1993 ; Sandro 1986.
  • 36 Corinto e l’Occidente, p. 417 et p. 22-38.
  • 37 Sandro 1986.
  • 38 Ibid., tav.3: SG 52, SG53 et tav.4: SG 67.
  • 39 Ibid., p. 26.
  • 40 D’ailleurs, il n’a pu être vérifié à quels mobiliers ces fragments étaient associés. Cela aurait pe (...)

41Les amphores corinthiennes « type A » se retrouvent dans de nombreux sites comme sur l’île d’Ischia35. Grâce à l’utilisation de la sépulture à enchytrismos pour les immatures, très fréquente à Pithecusses du début de l’installation grecque jusqu’aux premières décennies du vie siècle av. J.-C., les fouilles de la nécropole ont fourni un abondant matériel pour la connaissance des amphores de transport36. De plus, de nombreuses amphores corinthiennes ont été retrouvées au cours de la fouille du scarico Gosetti à Pithecusses37, un dépotoir contenant autant de la céramique fine que de la céramique commune. Les amphores corinthiennes du « type A » sont présentes en assez grand nombre. Au total, seulement deux cols et un fond comportent des similitudes avec ceux du Secteur 438. Leur pâte est similaire, de couleur orangée avec des inclusions de grosse taille de couleur gris-noir. Les lèvres sont obliques, avec plusieurs arêtes et une gorge à l’extrémité. Mais le col est beaucoup moins massif, signe d’une postériorité aux amphores de l’Incoronata. D’ailleurs, Norma Di Sandro, date le col SG 48 entre le viie et le vie siècle av. J.-C. Le col SG 53, lui, est daté de la deuxième moitié du viiie siècle plus que du viie siècle, en comparaison avec l’amphore de la tombe 702 de San Montano39. En bref, ces datations ne correspondent pas totalement avec la typologie Koehler40. Ce type de col aurait été plus assimilable au « type A » du courant du vie siècle av. J.-C.

  • 41 Pfaff 1988, p. 21-81.
  • 42 Ibid., p. 24 : aucun changement de sol n’a été identifié du fait apparent d’un rejet en une seule f (...)
  • 43 Ibid., planches 27, 28, 29.
  • 44 Ibid., fig. 22, p. 63: amphores C-40-370, C-40-672, C-40-673, C-37-935, C-643, C-1978-302. Pour l’a (...)
  • 45 Ibid., fouilles Weinberg (1948), p. 30.
  • 46 Boardman 1999, p. 85.
  • 47 On a vu précédemment que le pied s’affine au cours des siècles.

42Il paraissait également évident d’étudier les artefacts des productions corinthiennes retrouvées à Corinthe même. De nombreuses fouilles ont mis au jour ce type de vase telle la fouille d’un puits d’époque géométrique41. Ce puits est situé à l’Est de l’ancien théâtre de Corinthe. Le mobilier le plus tardif du remplissage donne un terminus ante quem autour de 750 av. J.-C. pour la période d’utilisation du puits. La longueur de cette période est indéterminable, comme la cause de l’abandon de ce puits car aucune véritable stratigraphie n’y a été identifiée42. Plusieurs amphores corinthiennes, archéologiquement complètes, ont été identifiées au milieu d’une majorité de céramique fine du Géométrique Moyen II43. On peut noter plus particulièrement six amphores « type A » proches de celles retrouvées au sein du Secteur 444. Elles proviennent de puits similaires proches. Les amphores C-40-370, C-40-672 et C-40-673 sont datées du protocorinthien le plus récent. Associés à ces vases, des kotyles protocorinthiens avec une seule bande horizontale et autour de la zone des anses une frise d’oiseaux ou de sigmas45. Le col massif de ces amphores est cylindrique avec une grosse lèvre largement déversée vers l’extérieur et une surface supérieure convexe. Les anses sont massives et posée juste sous la lèvre. Enfin, deux autres amphores similaires sont à classer parmi les premières formes de « type A » correspondant au protocorinthien ancien (720-690 av. J.-C.)46. Seule l’amphore C-62-643 daterait davantage du troisième quart du viie siècle. En somme, ce type d’amphores est antérieur aux amphores de l’Incoronata : le pied de C-37-935 est très court et assez large par rapport au type du début du viie siècle et suivants47. Enfin, les lèvres sont assez similaires au type de la première moitié du viie siècle avec une partie supérieure convexe et peu d’arêtes. Par conséquent, les amphores retrouvées au sein de ces puits à Corinthe sont antérieures à celles du Secteur 4. Il devient donc certain que les amphores corinthiennes de ce secteur ne doivent pas être antérieures au début du viie siècle av. J.-C.

  • 48 Olivotto 1994.

43En Étrurie, il a été prouvé que l’importation corinthienne est loin d’être négligeable. Un des exemples les plus anciens est une amphore de la tombe 4 de la nécropole de Monte Abatone à Cerveteri, datée du milieu du viie siècle av. J.-C.48. Sa forme est très proche de celles retrouvées à l’Incoronata : col et anses massives, lèvre oblique, corps globulaire et arête qui délimite le pied.

  • 49 Cavalier 1985.

44En Sicile et dans le Sud de la Grande Grèce, un nombre assez important d’amphores corinthiennes ont été retrouvées, du fait probablement de l’importance du commerce avec Corinthe. Ainsi, le site de Lipari, fouillé par l’équipe de M. Cavalier, a permis de mettre au jour de nombreuses amphores corinthiennes. Pour exemple, la fouille de « la décharge au pied du mur polygonal de Piazza Monfalcone » (mur archaïque) a mis au jour une amphore « type A » qui pourrait correspondre aux formes de l’Incoronata49.

  • 50 P. Pelegatti, Le anfore commerciali, p. 419, dans Corinto e l’Occidente.

45Enfin, les autres sites de Grande Grèce où ont été retrouvées des amphores corinthiennes sont importants pour une étude analogique de la chrono-typologie. Dans la nécropole occidentale de Siris des urnes cinéraires ainsi que des enchytrismoi ont été identifiés. 260 amphores y ont été retrouvées, ce qui représente 60 % du total. Sur le total, cent amphores sont corinthiennes du « type A » datables du viie siècle av. J.-C. Une des plus anciennes de la nécropole provient de la tombe 144 à incinération. Par une étude analogique avec des types similaires retrouvés sur Corinthe, il a été possible de le dater de la fin du viiie siècle av. J.-C. En effet, à Corinthe cette forme était assimilée à des objets du Géométrique Moyen et Récent50. Elle est caractérisée par une panse très globulaire avec un pied plat circulaire et très petit en hauteur. Un seul fond similaire a été identifié au sein du Sondage S à l’Incoronata. On a donc pour la colline et pour le Secteur 4 plus particulièrement, une datation entre la première moitié et le troisième quart du viie siècle av. J.-C.

  • 51 Ibid., p. 421 : vases similaires retrouvés à l’Heraion de Samos dans un contexte du Géométrique Réc (...)
  • 52 Berlingo 1994, p. 417-441, tav. XXII. Berlingo 1986, p. 122, tav. 15. On peut également citer Souri (...)

46Les tombes 28, 96 et 127 de la nécropole occidentale de Siris présentent un mobilier fort similaire à celui retrouvé au sein du Secteur 4. La tombe 127 à enchytrismos, présente une amphore corinthienne « type A » associée à un verre à paroi concave au vernis rouge-brun. Ce type est très diffusé dans le monde ionien surtout à Samos, au viie siècle avant J.-C.51L’amphore date donc de la première moitié du viie siècle av. J.-C. La tombe 28 a le même horizon chronologique que la tombe 127. À l’amphore corinthienne, est associée une coupe coloniale à bandes. Enfin, la tombe 96 à incinération est composée d’une amphore corinthienne « type A » et d’une coupe à rayon coloniale. La tombe est datée du milieu du viie siècle av. J.-C. Cela coïncide avec la forme plus étroite du pied et du départ de la panse, caractéristique du milieu et de la seconde moitié du siècle52.

Les amphores contemporaines ou postérieures au troisième quart du viie siècle av. J.-C. : un problème de datation

  • 53 Orlandini 1986, p. 121 à 130. Denti 2009a, p. 342, fig. 3.

47Depuis les premières découvertes à l’Incoronata, il a été admis que le site avait subitement été abandonné et/ou détruit au troisième quart du viie siècle av. J.-C. Cette datation se base en effet sur la céramique protocorinthienne récente retrouvée sur le site53. Cependant, dans de nombreux sondages, dont notre Secteur 4, un certain nombre d’amphores d’origines diverses semblent dater de la fin du viie av. J.-C. Cette problématique typo-chronologique est importante dans l’optique de la datation des différentes phases d’occupation mais aussi pour la clarification de la nature du site.

  • 54 Johnston & Jones, p. 135-137.

48Au sein du Secteur 4, les amphores « SOS » 02A et 03A (fig. 25, 26 et 29) appartiennent au type circulant durant la seconde moitié du viie siècle av. J.-C. En effet, le pied est annulaire et évasé. La panse est piriforme avec un rétrécissement assez prononcé vers le pied. Le col est cylindrique et légèrement concave. La lèvre est renflée, haute et légèrement évasée. Une arête assez prononcée est située juste en-dessous de la lèvre. Le décor du col est de type Sc, Oa, Sc54. Ici, les zigzags sont dans le sens inverse habituel.

Fig. 25 – Amphore « SOS » 3A (cliché G. Bron).

Fig. 26 – Amphore « SOS » 2A (cliché G.Bron).

  • 55 Incoronata 1992, p. 65 et 69.
  • 56 Brann 1961a.
  • 57 Ibid., Plate 80, F41.

49Les autres sondages entrepris sur la colline ont présenté quelques amphores « SOS » plus récentes. En effet, le sondage T présente deux cols sensiblement différents des formes du début du siècle55. Le col 121 est une amphore « SOS » de type « Late » avec une lèvre très évasée, haute et affinée. De plus, le col est beaucoup plus concave. Ce type de forme se rapproche davantage de contextes tardifs comme l’ont montré les fouilles du « puits F » fouillé sur l’Agora d’Athènes56. Enfin le col 122 présente une succession de trois cercles concentriques sans sigmas. On a retrouvé cette variante du « SOS » sur des amphores « Late »57.

  • 58 .Ibid., p. 322-346.
  • 59 ibid., planches 70, 73 : vases F5 et F6.
  • 60 Ibid., planche 75 : vases F68 et F12.

50Comme pour notre dépôt d’amphores, le comblement du puits n’avait pas de stratigraphie. La datation s’est donc effectuée à partir des fossiles directeurs dont la céramique subgéométrique, protoattique et protocorinthienne58. Ainsi, les terminus post quem les plus tardifs datent tous du troisième quart du viie siècle av. J.-C. En effet, certaines amphores protoattiques se datent aisément de cette période59. L’oenochoé d’imitation corinthienne de transition date de cette période60.

  • 61 Ibid., planche 85 : vases F68 à F73.

51Le « puits F » de l’Agora d’Athènes présente du mobilier fort similaire à celui retrouvé au sein de notre dépôt d’amphores mais aussi des autres dépôts de la colline. Les formes les plus tardives datent également du troisième quart du viie siècle av. J.-C. tels l’aryballe, l’oenochoé conique, la pyxis et les kotyles61. Ce type de kotyle protocorinthien récent est courant à l’Incoronata. Il est similaire à celui fragmentaire retrouvé au sein du dépôt : décor de rayon sur la base et peinture brune et noire en bande ou ligne.

52Par conséquent, la découverte de ce type d’amphores « SOS » associées à cette céramique protoattique et protocorinthienne du troisième quart du viie siècle av. J.-C. confirme la typo-chronologie de Jones et Johnston. Il est donc évident que certaines amphores « SOS » du Secteur 4 sont en écart chronologique avec le mobilier associé. Ces dernières sont produites au minimum cinquante ans avant la production de ces formes protocorinthiennes.

  • 62 Des analyses de composition des différentes pâtes sont en cours d’étude afin de déterminer les prov (...)

53En somme, les amphores « SOS » du Secteur 4 et de la colline de l’Incoronata en général, sont selon toute vraisemblance d’origine attique62. Deux groupes ont été identifiés, attestant d’un écart chronologique entre ces derniers : le premier se situe entre la fin du viiie siècle et le début du viie siècle av. J.-C., l’autre date de la seconde moitié du viie siècle av. J.-C. De ce fait, la différence typo-chronologique induit l’idée d’une apparente réutilisation de certaines de ces amphores.

  • 63 Les publications dirigées par Piero Orlandini n’ont pas pointé ce problème : Scioli P.-C. et C. Sac (...)

54Le Secteur 4 ne présente aucune amphore corinthienne postérieure au milieu du viie siècle av. J.-C. D’ailleurs, la majorité des amphores corinthiennes de la colline date de la même période. On note tout de même quelques exceptions : le sondage S présente un nombre important d’amphores corinthiennes de datations assez disparates. En effet, certains « type A » sont assimilables aux formes de la fin du viiie siècle av. J.-C. et de la première moitié du viie siècle av. J.-C. Cependant, d’autres sont caractéristiques du second quart du vie siècle av. J.-C., selon la typologie de C. G. Koehler. En effet, on a la partie inférieure d’une amphore corinthienne caractérisée par une panse globulaire avec un rétrécissement marqué à proximité du pied. Cela donne un pied assez haut. Il a aussi une arête très prononcée au niveau de la base. Cette forme est donc proche du sous-type datable du deuxième quart du vie siècle av. J.-C.63On a donc quelques exceptions qui posent le problème de la révision à la baisse de la datation de certains dépôts.

55Il ne faut surtout pas oublier les amphores laconiennes ainsi que celles originaires de la Grèce de l’Est. En effet, ces dernières sont les premières à poser le problème d’une datation basse car l’Incoronata semble un des rares sites de cette période à proposer ce genre de formes, notamment les productions de Clazomène.

  • 64 Grace 1971 : certains motifs de monnaies samiennes présentent une amphore associée à un rameau d’ol (...)
  • 65 Grace 1971, Calvet et Yon 1976 et Dupont 1998, fig. 23.6.
  • 66 Dupont 1998, p. 164-169

56Le Secteur 4 présente une amphore samienne (fig. 24 et fig. 29) qui peut être utilisée comme terminus post quem pour ce dépôt. Les productions et exportations samiennes sont généralement datées de la fin du viie siècle av. J.-C. Ces importations d’amphores dont le contenu exact n’est pas clair64avaient pour principale destination l’Étrurie et la côte de la Mer Noire. Les études effectuées par Virginia Grace et Pierre Dupont ont permis de mieux connaître les productions de cette île. Les premières amphores samiennes apparaissent au tournant du viie et du vie siècle av. J.-C.65Ainsi, la forme la plus tardive se compose d’une panse globulaire ou piriforme. Le col est court avec une lèvre en échine ; un pied annulaire arrondi66. La pâte n’est pas homogène entre tous les artefacts. Elle peut être micacée et possède une grande variété d’argile du chamois clair à l’orangé/brun.

Fig. 24 – Amphore samienne 1S (cliché G. Bron).

  • 67 Grace 1971, Dupont 1999, p. 158, Pl. 1-fig. 5 ; Dupont 1998, fig. 23-6 (f).
  • 68 Dupont 1999, p. 146.
  • 69 Naveh J. ; Isr. Expl. J.12 (1912), p. 105, fig. 6/1 : l’implantation grecque sur Mesad Hashvyahu es (...)
  • 70 Slaska, 1985, p. 19. Rizzo 1990, fig. 245, 355 (Montalto di Castro) et 354 (Cerveteri).
  • 71 .Incoronata 1995, dessin 40.

57L’amphore samienne du Secteur 4 a été retrouvée quasiment entière. Elle est composée d’un col court et conique avec une lèvre en échine. L’inclinaison de l’épaule se situe autour de 45o et est relativement plate. Elle se rapproche essentiellement de deux types datés autour de la fin du viie et du vie siècle av. J.C.67 : la première forme est caractérisée par une facture massive, un bord échinoïde saillant, un col court renflé ou droit et des anses ovalaires. Certaines sont datées de la fin du viie siècle av. J.-C., comme le spécimen de Bérézan et du premier quart du vie siècle pour un exemplaire de Cerveteri68. La deuxième forme présente également un col court dont le diamètre se rétrécit vers sa base et une épaule large. Les attaches sont aussi implantées à mi-col et les anses sont moins arquées. Mais l’échine de la lèvre est moins prononcée et les anses plus hautes. Il est intéressant de constater que ce modèle est rare en Grande-Grèce. En effet, certaines ont été retrouvées davantage sur les côtes de la Mer Noire comme à Histria, en Israël sur le site de Mesad Hashavyhu et en Étrurie dans les tombes de Gravisca. Dans tous les cas, les plus anciennes retrouvées datent de l’extrême fin du viie siècle av. J.-C. – tel est le cas de Mesad Hashavyhu69. Ce dernier modèle est retrouvé en Étrurie dans des contextes du premier quart, du second et du troisième quart du vie siècle av. J.-C. (Gravisca)70. Pour revenir à la colline de l’Incoronata, plusieurs artefacts ont été retrouvés au sein de différents sondages. En effet, le sondage S présente la moitié inférieure d’une amphore samienne71.

  • 72 Brann 1962.

58Les sondages G et H présentent des productions amphoriques peu communes sur la colline de l’Incoronata. On y retrouve des productions gréco-orientales telles les amphores laconiennes, de Clazomène et de Lesbos. Toutes ces productions posent à nouveau le problème de la datation basse de certains dépôts car elles sont toutes apparentées à des contextes de la fin du viie siècle av. J.-C. Une amphore de lesbos est également présente. Elle se caractérise par un col large, une lèvre évasée et une pâte grise. Elle est similaire à l’une des plus anciennes amphores lesbiennes retrouvée sur l’Agora d’Athènes et datée du troisième quart du viie siècle av. J.-C.72Il est surprenant de retrouver cette forme en Italie du Sud car le commerce les bien du vin ne se développe réellement qu’à partir du vie siècle av. J.-C.

  • 73 Incoronata 1997, p. 51 – fig. 44, Dupont 1998, p. 150-156 et Rizzo 1990, fig. 197-198.

59Les sondages G et H présentent également d’autres formes connues comme « récentes » telles les amphores laconiennes et de Clazomène. Cette dernière se caractérise par une forme proche des productions samiennes mais avec une pâte jaune ainsi qu’une série de bandes brunes au niveau de la panse et du col. Elle pourrait dater de la tout fin du viie siècle voire du début du vie siècle av. J.-C., tout comme l’exemplaire retrouvé dans une tombe de Vulci73

  • 74 Incoronata 1997, p. 38.

60Il est surprenant de constater que les études précédentes du site ont immédiatement opté pour une réévaluation à la hausse de ces amphores : « I ritrovamenti dell’Incoronata potrebbero a questo punto consentire, se si accetta l’inquadramento cronologico proposto per la durata della fase insediativa del sito, di rialzare di qualche lustro la prima comparsa in Occidente delle esportazioni laconiche »74

61Après une étude attentive de la typologie des amphores du Secteur 4, deux phases chronologiques sont appréhendées ; l’une appartenant à la fin du viiie siècle jusqu’au troisième quart du viie siècle av. J.-C., et l’autre se prolongeant à la fin du viie siècle et début vie siècle av. J.-C. Ces deux horizons ont pu être identifiés grâce aux études effectuées par C. G. Koehler, P. Dupont ou encore R. Jones et R. Johnston. Le cadrage chronologique a également été effectué avec les céramiques fines associées à ces amphores.

Les amphores, outils d’interprétation de la fonction des dépôts

L’hypothèse des « oikoi » de l’Université de Milan : présentation critique

  • 75 Voir les différentes publications de l’Université de Milan à propos de la colline de l’Incoronata : (...)
  • 76 Stea 1999 ; Orlandini 1986, p. 32. En fait, toute la bibliographie de l’Université de Milan se réfè (...)

62La majorité des sondages, on l’a vu, présente la même configuration avec le même type de mobilier comme les importations et productions locales grecques, ainsi que la céramique fine peinte indigène75. Piero Orlandini a d’abord interprété le site comme étant un centre emporique de stockage, dû à la diversité des produits rencontrés comme les amphores de transport et les vases peints figurés. Mais à la vue des nombreux restes fauniques considérés comme des restes de repas (animaux domestiques destinés à la consommation comme le mouton) ou la présence de fibules, pointes de lances, fusaïoles ou vaisselle de cuisine, ce dernier a ensuite interprété ces encaissements rectangulaires comme des « oikoi ». Ces « oikoi » auraient une double fonction, celle d’habitat mais aussi de centre de transaction76.

  • 77 Incoronata 2000, Incoronata 2003, p. 50.
  • 78 Incoronata 1992, p. 21.
  • 79 Incoronata 1995, p. 24.

63Cette idée, Orlandini la reprend à plusieurs reprises. En effet, pour le sondage G ou E, il montre que l’« oikos » présente un encaissement qui a pour fonction la conservation d’amphores commerciales et autres produits77. À l’origine, ces encaissements devaient avoir une profondeur de 80 cm comme les sondages E et F. Il suppose également que ces « oikoi » étaient dotés de tables et d’étagères. Cela se verrait en tout cas au niveau de la céramique très fragmentée qui traduirait une chute des vases d’une certaine hauteur. Il reste les neuf « oikoi » sans encaissement comme celui du sondage S. En effet, le niveau du sol était au niveau des murs de fondation78. Orlandini émet donc l’hypothèse que certains « oikoi » n’avaient qu’une seule fonction emporique. C’est le cas, par exemple, de « l’oikos » du sondage S. En effet, le paléosol est au niveau de la fondation du mur, comme on peut le voir sur la partie Nord et Est de la structure. Il en a été déduit l’existence d’une superposition des vases79. Ainsi, cette hypothèse va dans le sens de la destruction violente – selon Orlandini – de la colline par les Achéens vers 640/630 av. J.-C. les « oikoi » auraient été détruits violemment, ce qui aurait entraîné un amoncellement énorme de vases sur toute la surface du sol.

  • 80 Incoronata 1997, p. 20 ; Denti-Lanos 2007a : les analyses archéométriques des briques effectuées pa (...)

64On peut retrouver cette situation pour les sondages E, G et N. Ces traces de destruction violentes sont visibles au niveau de la multitude de vases cassés et mélangés et les traces d’incendie sur les briques dites « crues »80.

  • 81 Carter 2006 : le sanctuaire du vie siècle av. J.-C. a révélé une très grande quantité de tuiles. Br (...)

65En ce qui concerne la toiture de ces habitats, Orlandini a suggéré des toits en bois et en paille tressée, l’existence d’une toiture en tuiles étant écartée car ses fouilles n’ont pas révélé leur présence81.

  • 82 Des cités comme Zagora, Siphnos, Asine. Incoronata 1991, p. 20.

66Enfin, grâce au sondage P, Piero Orlandini développe une autre hypothèse en ce qui concerne la transition entre l’établissement indigène et celui grec. En effet, le sondage P montre qu’il y a eu un abaissement et un nivellement du terrain, avec peut-être une destruction des cabanes indigènes et de la partie supérieure des fosses dépotoirs. Ainsi, la mise en place de l’établissement grec se fit à un niveau nouveau avec de grandes et profondes fosses afin de dégager le terrain du précédent village oenôtre et aussi afin d’utiliser le terrain argileux pour la fabrication de briques pour les nouvelles habitations82.

  • 83 Incoronata 2003, p. 31 et 37.
  • 84 Vallet 1964.
  • 85 Ibid., p. 32.
  • 86 A. De Siena, Termitito e San Vito di Pisticci : dati archeologici e problemi interpretativi, dans S (...)

67Claudia Lambrugo appuie cette hypothèse en analysant et comparant la morphologie des « oikoi » de l’Incoronata avec le type d’habitation en une pièce quadrangulaire que l’on voit apparaître en Grèce vers la fin de la période géométrique et qui se diffuse amplement entre le viiie et le viie siècle av. J.-C. (Cyclades, Eubée, Péloponnèse)83. En effet, nous pouvons noter au moins deux points communs à savoir, les dimensions assez réduites (ne dépassent jamais 18-20m2) et l’absence de subdivision structurale à l’intérieur de l’habitation. Ce genre d’habitat a aussi été découvert en Grande-Grèce comme à l’Amastuola, Ortigia, Naxos, Megara Hyblaea et Cospito-Caserta84. Cependant la présence d’un encaissement pour le stockage des denrées est très rare dans les formes typologiques connues. Il a ainsi été déduit que le système est inspiré des types d’habitats oenôtres et iapyges qui aménageaient des cavités afin de conserver les denrées alimentaires85. En effet, le type de la cabane enterrée est présent dans les habitats oenôtres du Bronze moyen comme on peut le voir à San Vito di Pisticci ou à Termitito di Scanzano Ionico86.

  • 87 .Ibid., p. 36.

68Un problème récurrent se pose tout de même au niveau de la quantité de vases pour un espace qui ne dépasse pas les 20 m2. Que ce soit pour Orlandini, Stea ou Lambrugo, une telle quantité ne serait pas incompatible avec une vie domestique et ses multiples activités car ils rappellent que la conception de la maison chez les Grecs est multifonctionnelle : distribuer les biens, conserver les ressources alimentaires, préparer la nourriture, manger, recevoir les hôtes, filer et tisser, dormir. En cela, de par la céramique retrouvée, « l’oikos » du sondage remplit toutes ces fonctions. Et la quantité de vases ne traduirait qu’une volonté de « una autosufficienza materiale »87propre à la société grecque de cette période.

69Enfin, toutes les recherches sur les bâtiments domestiques antiques ont souligné l’importance de l’espace externe à l’habitation. Il existait une parfaite complémentarité entre l’espace interne et l’espace extérieur. Il est donc supposé pour l’Incoronata grecque, une gestion libre des espaces extérieurs due à l’absence de rationalisation de l’espace interne. Ainsi, la capacité de réception des « oikoi » serait de 4 ou 5 personnes, c’est à dire une simple famille nucléaire.

  • 88 Ibid., p. 37 et Stea 1999, p. 62-63.

70Dans tous les cas, ce type d’établissement serait quasiment unique et résulterait d’échanges et de développements successifs entre différents groupes, souvent sans origine noble mais qui, vers la fin du viiie siècle av. J-.C., auraient adopté les traditions aristocratiques (quantité appréciable de céramique fine peinte voire figurée). Giuliana Stea ajoute le fait que la communauté de l’Incoronata produisait cette céramique exclusivement pour un usage intérieur88. En effet, cette céramique n’a pas été retrouvée autre part qu’à Siris et Métaponte, impliquant donc une production non tournée vers le commerce.

  • 89 Denti-Lanos 2007, p. 466.
  • 90 Ibid., p. 467.

71Cependant, l’hypothèse qui vient d’être présentée comporte un certain nombre d’incohérences. Une analyse scientifique a été effectuée sur un échantillon de briques retrouvées lors des différentes fouilles. Les plus grandes briques peuvent mesurer jusqu’à 34 × 26 cm. Ainsi, en estimant l’épaisseur maximum des fondations en pierre des murets, imaginés comme les parois des petits « oikoi » du plateau qui devaient atteindre 30 cm, celle des briques est trop grande pour avoir été utilisée pour la réalisation de murs si petits. D’ailleurs, l’irrégularité des pierres ne permet pas de concevoir des fondations solides et stables permettant une élévation en briques89. Enfin, les briques ont toutes été retrouvées fragmentaires et usées, preuve d’un usage secondaire au sein des dépôts. En d’autres termes, les briques ont été placées au sein des dépôts de céramique et de pierres alors qu’elles étaient déjà fragmentaires90.

  • 91 Incoronata 2000 : P. Orlandini, Il grande perirrhanterionp. 23-25 ; Denti 2005 ; D. Adamesteanu, Su (...)
  • 92 Stea 1999, p. 63
  • 93 Denti 2005, p. 181.
  • 94 Boardman 1999, p. 264.

72De plus la céramique retrouvée dans les niveaux grecs est difficilement assimilable à un usage domestique. La présence de céramique figurée renvoyant à la mythologie grecque comme le scène du Bellérophon et de la Chimère ou encore les scènes homériques du perrirhanterion du sondage G91, pourraient indiquer une composante aristocratique forte sur le site ou du moins des valeurs aristocratiques grecques réappropriées92. Dans tous les cas, ce type de vase n’est pas destiné à se trouver dans des contextes uniquement d’habitat93. La céramique peinte était essentiellement destinée à des contextes de banquet ou du moins à un environnement culturel et social qui dépasse le domaine de l’habitat, des événements à caractère funéraire ou religieux94. De plus, les vases retrouvés ne sont que des conteneurs à huile ou vin, certes produits essentiels de la société grecque antique mais qui induisent une activité domestique réduite du fait de la faible représentation de la céramique commune au sein du dépôt du Secteur 4.

73Toujours dans le domaine de la céramique, à plusieurs reprises des louteria et quelques perirrhanteria ont été découverts. Or, par définition, un perirrhanterion est une vasque à pied décoré que l’on retrouve à l’entrée des sanctuaires et destinée à la purification de toute personne entrant dans l’espace sacré. Il est donc inconcevable de retrouver ce genre d’objet dans un habitat. Mais de nombreuses louteria ont été découvertes. Ce type de vasques à colonnes peut à la fois être utilisé dans des contextes cultuels comme dans un habitat de haut rang grec. La pratique était courante dès cette époque.

  • 95 Article en cours de Francois Méadeb à ce sujet : La céramique « commune » à l’Incoronata. Productio (...)

74Enfin, même les fusaïoles ou la céramique commune sont fréquemment présentes en dehors de la sphère d’habitation, voire dans les sanctuaires95.

  • 96 Stea 1999, p. 65-69.
  • 97 Ibid., p. 60.
  • 98 Crispiano, L’Amastuola, dans Taras viii, 1988, p. 79.

75Giuliana Stea a nuancé son argumentation. En effet, elle insiste sur le fait que l’Incoronata est avant tout un emporion où une polis coloniale s’est développée96. La forte quantité de céramique grecque dont la majorité est de production locale atteste d’une forte activité commerciale. D’ailleurs, la grande variété observée atteste l’activité de plusieurs ateliers spécialisés dans des productions diverses comme les grands bassins, les vases décorés et la vaisselle de cuisine97. Mais cette céramique s’est retrouvée uniquement sur trois autres sites que sont Métaponte, Siris-Policoro et l’Amastuola près de Tarente attestant un usage exclusivement interne destiné probablement à une aristocratie grecque ou hellénisée98.

  • 99 La cité d’Emporion ne dépasse pas les deux hectares (l’Incoronata en fait autour de quatre) et poss (...)

76Enfin, elle a effectué une estimation du nombre d’oikoi sur la colline de l’Incoronata en se basant sur la distance moyenne entre deux structures estimées à 9 × 9m. Cela donne un résultat atteignant les 457 édifices. Malgré un doute sur la plausibilité d’une telle donnée, l’hypothèse d’une polis est maintenue par cette dernière99.

Les travaux de J. C. Carter et A. De Siena

  • 100 Carter 2006, p. 68-71 : de nombreuses fosses ovales et circulaires ont été mises au jour. A chaque (...)

77En 1974, John Coleman Carter prend en charge, sous l’invitation de Dinu Adamesteanu, des recherches portant sur l’étude de la chora grecque dans le Métapontin ainsi que l’Incoronata. De 1977 à 1978, il entreprend la fouille de l’éperon Sud Est100. À l’identique des autres sondages de la colline, J. C. Carter a mis au jour une succession de fosses circulaires et rectangulaires, vestiges selon lui d’habitats gréco-indigènes. Les deux encaissements rectangulaires ne présentent aucune trace de base en pierre ou de mur de briques. L’absence de trous de poteaux a été expliqué par A. De Siena par l’usage des fosses comme base des cabanes. Cette théorie rejoint l’hypothèse d’Orlandini qui y voit des encaissements servant à stocker les produits, mais s’en écarte car elle suppose un commerce organisé par la population indigène.

  • 101 Orlandini 1986, A. De Siena, Scavi in località Incoronata ed a Metaponto : nuove scoperte, cit., p. (...)
  • 102 Tous les encaissements fouillés n’ont révélé qu’un simple creusement avec un remplissage de céramiq (...)
  • 103 Carter 2006, fig. 2.24, p. 65 : Ce type de maisons semi-enterrées est attesté au Nord de la mer Noi (...)

78Cette théorie des fosses comme parties basses d’habitations est appuyée par les fouilles effectuées par A. De Siena à Métaponte. De nombreux puits de dimensions assez larges ont été découverts à la Proprietà Andrisani. Deux habitats, Capanna A et Capanna B ont été découverts. La Capanna B mesure neuf mètres et a été subdivisée par de nombreuses petites dépressions censées être le lieu de stockage des denrées. De plus, il a été clairement mis au jour des zones de foyers et des fours rudimentaires approuvant l’idée d’habitats101. Le mobilier y est très abondant : vases de cuisine, céramiques diverses, briques... Cependant, les structures sont sensiblement plus larges que celles de l’Incoronata. En outre, l’encaissement serait couvert par un sol de bois, indice qui n’apparaît pas à l’Incoronata102. Carter en a donc déduit des formes d’habitats semi enterrés comme ceux retrouvés sur les côtes de la Mer Noire103.

  • 104 .Ibid., p. 73
  • 105 Siritide e Metapontino, Giardino, cit., p. 105-122.

79Une structure rectangulaire, mesurant 5m × 2,5 m et composée de murs en briques avec une base de pierre, a été dégagée. Les structures rectangulaires seraient d’inspiration grecque mais de construction toujours indigène. En effet, de larges structures rectangulaires ont été retrouvées dans des contextes purement indigènes à l’Incoronata indigena104. Toujours selon lui, le fait que les Grecs aient vécu le long du Basento, à côté de structures indigènes, n’est pas surprenant. La même chose a été observée à Siris105.

  • 106 Maruggi 1988, p. 79.
  • 107 A. De Siena, Appunti di topografia metapontina, dans Siris, 2, 1999-2000, p. 25-40 ; cité dans Dent (...)

80Mais l’hypothèse d’un habitat pour l’Incoronata est à écarter définitivement. Les différents habitats grecs attestés dans la région de l’Incoronata le prouvent. En effet, à l’Amastuola, près de Tarente, les vestiges d’un habitat contenant, fort probablement, de la céramique de l’Incoronata ont été découverts106. Contrairement aux dépôts de la colline, aucune forme de vase n’a pu être reconstituée du fait de la fragmentation des vestiges. Deux maisons grecques ont également été découvertes au pied de l’Incoronata San Teodoro et datant de la première moitié du viie siècle av. J.-C. Là encore, le mobilier est partiel et fragmentaire : un couvercle de pyxis protocorinthienne, une olla et quelques coupes à filetti107

  • 108 Au sein du Secteur 4, un vase bichrome indigène a été retrouvé au sein du dépôt US 2. Il sera intér (...)
  • 109 Yntema 1985.
  • 110 Carter 2006, p. 60. Ceci a tout de même été admis par Giuliana Stea (Stea 1999, p. 53 et 63).

81Au-delà de l’interprétation structurelle du site, J.-C. Carter maintient l’idée d’une cohabitation entre Grecs et indigènes. En se basant sur l’étude céramologique et architecturale, Carter considère que la composante indigène ne doit surtout pas être écartée. Malgré le fort pourcentage de céramique grecque dans les encaissements, la céramique indigène reste présente108. De plus, le travail effectué par Alastair Small et l’étude de Douwe Yntema sur la poterie indigène géométrique à peinture mat a permis d’apprendre que certains vases bichromes sont clairement postérieurs au début du viie siècle av. J.-C.109Il y a donc eu contemporanéité de la céramique grecque avec la céramique indigène, induisant une phase de cohabitation110.

  • 111 .Carter 2006, p. 74. La théorie d’un abandon et non d’une destruction est approuvée par les fouille (...)

82Enfin, en ce qui concerne la fin de l’occupation du site, il considère que le site est abandonné bien avant la fin du viie siècle av. J.-C.111

83Carter, comme Orlandini et De Siena, défend l’hypothèse d’une zone d’habitat. Du fait de l’absence de preuves archéologiques appuyant l’idée d’un habitat sur deux niveaux (zone de vie au-dessus d’une zone de stockage), il développe l’idée d’un habitat semi enterré typique du Nord de la mer Noire. Mais la seule présence des amphores au sein d’un encaissement de quelques mètres carrés écarte toute hypothèse d’une zone d’habitat.

84En fait, la seule échappatoire à cette théorie est de considérer les encaissements comme les décharges des habitats. Mais aucun trou de poteau, aucune trace de fondation n’avait encore été réellement repérée à l’Incoronata.

85Afin d’associer ou non les dépôts à une zone d’habitat, il est important d’effectuer une étude analogique sur les fosses dépotoirs d’amphores liées à un habitat.

Contre-exemples : exemples de dépotoirs liés à un habitat

86Les amphores sont souvent retrouvées dans des décharges car elles ne sont pas toujours réutilisées. Ainsi, nombre de zones d’habitats ont révélé une forte concentration d’amphores usagées, comme à Athènes.

  • 112 Camp 1999, p. 261.
  • 113 Brann 1961a, p. 307 à 379.

87Un certain nombre de puits datant d’environ 700 av. J.-C. sur l’Agora d’Athènes et beaucoup au Sud de la Stoa « middle » ont été découverts. On a supposé que l’abandon quasi simultané de ces puits pourrait résulter d’une sécheresse assez sévère durant la seconde moitié du viiie siècle av. J.-C.112. Durant les fouilles américaines de 1953/1954, trois puits ont été dégagé : les « wells » E, F et H113, le puits H datant du début du VIe siècle av. J.-C. Ce dernier a été trouvé dans la zone centrale de l’Agora.

88Le puits E (J 15 : 1) est profond de 6,50m et a un diamètre d’environ 1,10/1,20m. Ce dernier était creusé très approximativement. Le remplissage contenait des poteries assez fines telles que des kotyles, des oenochoés ou encore des amphores proto-attiques. Il daterait du début du viie siècle av. J.-C.

  • 114 Johnston et Jones, p. 133.

89Le puits F (O 12 : 1) a une profondeur de 6,70 m et un diamètre de 1,10 m maximum. Il a été soigneusement creusé, avec une série de onze marches larges de 50 cm. Il y a été découvert des amphores proto-attiques, des hydries, des oenochoés, des cratères, des bols, des kotyles, des skyphoi et bien sûr des amphores de transport de diverses provenances : trois amphores « SOS » attiques, une amphore de Chios... Ainsi, le type « SOS » du puits F diffère du type « SOS » du Secteur 4. Nous avons ici des amphores qui ont l’épaule très horizontale et proéminente, et des anses plutôt cylindriques. La décoration du col a une combinaison de deux sigmas de même sens de chaque côté d’un double cercle à point central. Elles dateraient de la fin du viie siècle av. J.-C.114.

90Le puits H mesure 6m de profondeur, avec un diamètre de 1,10m. Beaucoup de céramiques ont été trouvées : bols, bassins, pyxis, skyphoi, kotyles et quelques amphores de transport. Deux exemplaires sont particulièrement intéressants. À l’égal du puits F, les deux amphores « SOS » ont les mêmes caractéristiques et donc la même chronologie.

91Dans chaque puits on observe un amoncellement de céramiques assez important, allant des pichets d’eau aux amphores de transport, en passant par toute une production hétéroclite de céramique proto-attique. Ils ont été interprétés comme étant le résultat de rejets de « détritus » d’origine plutôt domestique, même si certains ont pu également servir pour les tombes ou les sanctuaires. En effet, la présence de détritus de tombe est attesté par les fragments de céramique décorée. Une impressionnante variété de céramique étrangère a donc été appréhendée, au niveau de la céramique fine mais aussi au niveau des amphores de stockage (exemple : une amphore à vin de Chios, une autre peut-être de Lesbos). Ces dernières auraient servi de jarre de stockage dans les maisons.

92Les comblements des puits de l’Agora d’Athènes ont révélé des types céramiques aussi hétéroclites qu’à l’Incoronata. Cependant, ici, on a interprété que, en raison de leur nature de dépotoir, ces vases étaient de provenance diverses (sanctuaires, maisons, tombes...). De plus, de nombreux vases sont d’origine étrangère, étant issus d’un commerce « international ». Ainsi, beaucoup de facteurs sont similaires à ceux rencontrés à l’Incoronata. Seulement, la grande différence entre les deux sites est « l’organisation structurelle » : le mobilier grec de l’Incoronata a été retrouvé dans des structures quadrangulaires très peu profondes (entre 50 et 80 cm de profondeur) contrairement aux décharges traditionnelles d’habitat qui mesurent plusieurs mètres de profondeur.

  • 115 Roberts 1986, p. 1 à 67. Ibid., p. 4.

93Un autre puits a été découvert sur l’Agora d’Athènes, à proximité de la Stoa d’Attale, lors de sa reconstruction en 1954. De nombreux fragments de céramique y ont été trouvés, à la fois communs et vernis115. Ce puits est également profond ; en effet, les premiers tessons apparaissent à environ 3,10 m de profondeur. À environ sept mètres de profondeurs, une proportion croissante de céramique commune a été signalée. À environ huit mètres du sol, sont présents de nombreuses amphores de transport ainsi que des vases à figures noires. Enfin, jusqu’au fond du puits (9,70 m) les amphores de stockage sont encore plus nombreuses. Ce dépôt est très intéressant de par ses dimensions mais aussi de par la multitude de céramique fine athénienne de la fin de la période archaïque (vernis noir, figures rouges, figures noires...) telles que des lécythes, des coupes et des skyphoi. De plus, de nombreuses productions étrangères sont présentes. Par exemple, les amphores de transport sont de provenances très diverses telles que Athènes, Corinthe, Lesbos, Chios et Samos.

  • 116 .Ibid., p. 4.

94Le comblement de ce puits serait le résultat des décharges des ateliers céramique situés a proximité, apparemment spécialisés dans le matériel destiné au symposion, ou bien le résultat du sac d’Athènes par les Perses en 479 av. J.-C. lors de la seconde guerre médique116. Enfin, S. R. Roberts ne dit rien de la présence de toutes ces amphores de transport dans le puits.

95Ainsi, ces comparaisons ont permis d’écarter à la fois, pour le Secteur 4, l’hypothèse d’habitat et de dépotoir domestique pour différentes raisons : la trop grande quantité d’amphores au sein des encaissements impliquant un espace de vie réduit, une majorité de vases décorés « luxueux » davantage liés au monde funéraire ou cultuel, l’absence de toute fondations ou structures (ex : trous de poteaux) prouvant l’existence de bâtiments. De nouvelles hypothèses sont donc avancées quant à la nature de ces dépôts et la place des amphores en leur sein.

Nouvelles perspectives interprétatives117

Un possible rituel d’abandon

96Plusieurs sites du haut-archaïsme et de la période classique ont révélé des abandons spontanées, volontaires et organisées au sein d’espaces sacrées. Cette pratique est souvent caractérisée par un don votif où tous les objets de culte sont volontairement détruits et déposés dans la zone abandonnée. La Grande Grèce a d’ailleurs certains exemples pertinents qui pourraient correspondre à la situation de l’Incoronata.

  • 118 M. Mancusi, G. B. Modesti, A. Battista, L. Cerchiai et A. Lupia, I santuari di Pontecagnano, p. 575 (...)
  • 119 Ibid., p. 586-587.

97À Pontecagnano, deux sanctuaires sont situés à l’extrémité méridionale et septentrionale de l’aire d’habitation. Le sanctuaire septentrional est dédié à une divinité féminine similaire à Démetér, celui méridional à Apollon et Manth (dieu étrusque). Cet espace sacré débute au vie siècle et s’achève à la fin du ive siècle av. J.-C.118Au tournant du ive-iiie siècle av. J.-C., le sanctuaire d’Apollon est intentionnellement démantelé. La zone des puits est colmatée par la décharge de matériel votif fragmenté. Les ex-voto, mieux conservés, sont placés sous-terre, à l’intérieur d’un plus ancien puits à eau. Ainsi, chaque dépôt contient un mobilier bien spécifique. Le puits 1 contient les têtes, statuettes, bustes et ex-voto anatomiques. Le puits 2 contient les vases distribués selon un ordre chronologique. Enfin, l’indice le plus frappant caractérisant la fin de l’occupation du site est la zone D où le dépôt de vases a été soigneusement protégé par des tuiles qui les recouvrent119. À l’égal de ce qui a été observé dans le Secteur 4, la céramique déposée a subi un traitement particulier de protection : pour l’Incoronata, ce sont les grands conteneurs qui semblent jouer ce rôle, tandis qu’à Pontecagnano ce sont les tuiles.

  • 120 M. Cipriani, I santuari rurali : Albanella, p. 233, dans I Greci in Occidente 1996.
  • 121 Ibid., p. 234.

98Le sanctuaire rural d’Albanella, à proximité de Paestum, a été actif du ve siècle à la fin du ive siècle av. J.-C. Ce sanctuaire s’organise autour d’un enclos quadrangulaire de pierres sèches mesurant 70 m2. Dans une zone de l’édifice les vestiges de sacrifices ont été retrouvés : ovidés et capridés brûlés associés à des vases pour la libation120. Le sanctuaire fut abandonné dans les dernières décennies du ive siècle av. J.-C. face à la progressive affirmation de Paestum. Ainsi, le bâtiment a été abandonné selon des modalités particulières. En effet, le mobilier votif dédié à la divinité du sanctuaire est rendu inutilisable grâce à la casse et la dispersion des différents éléments. De plus, les éléments ont été scellés avec différentes couches de pierres, les mêmes qui avaient formé les élévations de la structure121. Il y a donc une véritable récurrence dans les modalités des rites d’abandon en Grande Grèce. Le fait de casser volontairement la vaisselle sacrée pour ensuite la protéger à l’aide de terre, tuiles ou autres éléments semble être une gestuelle intégrée dans les pratiques helléniques de Grande Grèce.

99Le dépôt du Secteur 4 de l’Incoronata présente donc des similarités avec des rituels d’abandon déjà connus : enfouissement de céramique fine protégée sur la partie supérieure par une « chape » de pierres, de tuiles ou de grands conteneurs.

Dépôt lié à l’usage de l’eau et/ou du vin

  • 122 Elles pouvaient prendre la forme d’une simple gorgée versée à terre en l’honneur des divinités ou d (...)
  • 123 Burkert 1985.
  • 124 Lambrinoudakis 2002, p. 10-12, fig. 12-13, cité dans M Poux, L’âge du vin : rites de boisson, festi (...)

100Les rituels libatoires sont connus sur tout le pourtour méditerranéen de la Grèce du haut-archaïsme jusqu’aux banquets celtiques de Gaule. Ils pouvaient prendre différentes formes. Certains ne laissent aucune trace sur le plan archéologique122. D’autres nécessitaient des accessoires comme la χοη au cours de laquelle la totalité du liquide est déversée lors des sacrifices de type holocauste ou de fêtes mortuaires, et la spondh désignant l’offrande partielle de liquide à l’aide d’une cruche et d’une phiale123. Ces deux pratiques sont archéologiquement visibles par la présence de différentes installations : dépôts d’amphores non destinées à la consommation ou un aménagement en vue de la libation d’une partie du liquide uniquement. En effet, l’offrande de vin faisait appel à des aménagements bien spécifiques tels des cavités diverses, puits, fosses, cuves, fossés ou simple rigoles. Autour de l’aménagement pouvait être présent un nombre conséquent d’amphores brisées. Le sanctuaire de Déméter à Sangri sur l’île de Naxos a conservé la trace d’un culte chtonien entre le viiie et le vie siècle av. J.-C. : deux petites fosses reliées par un canal étaient destinées à l’écoulement du sang sacrificiel et des libations. Cependant aucune amphore n’a été retrouvée sur place en raison du fait que la cité de Naxos produisait son propre vin transporté localement dans des récipients de moindre importance et facilement dégradables124.

  • 125 Denti 2009b, p. 343 et 347.

101Malgré la forte proportion d’amphores sur un espace assez réduit, le Secteur 4 ne présente pas de fosses assimilables à des cuves libatoires. D’ailleurs, aucune rigole n’a été repérée. On l’a vu, les trois fosses circulaires sont stratigraphiquement antérieures au dépôt d’amphores et ne peuvent donc pas être assimilées à ce type de vestiges libatoires. Cependant une oenochoé et une olpè entières ont été retrouvées, chacune protégée au centre d’une amphore brisée mais archéologiquement complète. La première, découverte en 2005, est protégée par une amphore « SOS » tandis que celle retrouvée en 2007 est protégée par une amphore corinthienne. La disposition d’imbrication entre ces vases disposés d’ailleurs quasiment au fond de l’encaissement permet de penser à une possible pratique libatoire125. La proximité de ces deux vases appuie encore l’idée que cette disposition est intentionnelle (fig. 18 et fig.19).

  • 126 Lissarrague 1987.
  • 127 Schmitt-Pantel 1992, p. 4.

102L’idée que cette colline aurait vu se dérouler des activités rituelles est appuyée par les catégories de céramiques retrouvées dans le Secteur 4, et plus globalement sur tout le site. Les amphores, en passant par des fragments de coupes, mais aussi des hydries, krateriskoi et oenochoés ; tous ces types de vases ont en commun d’être liés à la consommation de vin et donc au banquet grec (fig. 11). Le banquet est une pratique sociale, propre à la cité grecque, où la communauté de citoyens consomme la viande et le vin ensemble. L’insertion du religieux est manifeste dans le banquet en raison du caractère divin des aliments consommés126mais aussi à cause du rapport qu’il induit entre les hommes et les dieux127

  • 128 Caravale 1997, p. 68 : ce type d’amphore fut diffus sur tout le pourtour méditerranéen, de la fin d (...)

103Le Secteur 4 présente à peu près toutes les étapes du service et de la consommation du vin. Malgré l’absence de preuves scientifiques que les amphores attiques et corinthiennes ont contenu du vin, on a tout de même la présence d’une amphore samienne, réputée pour avoir contenu ce liquide128. De nombreuses scènes de banquet sont représentées avec des amphores vinaires, justement sur des vases à vin destinés au banquet (vases à figures noires et à figures rouges).

  • 129 Bookidis 1993, p. 45 à 61.

104Certaines fouilles archéologiques ont permis de mettre clairement au jour la pratique du banquet durant la période archaïque. C’est le cas par exemple du temple de Demeter et Koré à Corinthe129. Le banquet est une des pratiques les plus importantes pour créer une communion entre les citoyens d’une même cité. On le voit bien à Corinthe avec les quatorze « dining rooms » du sanctuaire de Démetér et Koré. De nombreux objets votifs en argile y ont été trouvés ainsi que des lampes à huile. La dimension de chaque « dining room » est de 4,50 × 5 m, le nombre de personnes à l’intérieur devaient être ainsi assez limité. Un mobilier très varié y a été découvert : pots, pichets, casseroles (céramique commune) et bien sûr de nombreuses amphores de transport pour la consommation de vin. Bien que le type corinthien prévale, on retrouve également de nombreuses amphores de Chios, Thasos, Rhodes et Knidos. Associés à ces amphores, des coupes, kotyloi, skyphoi ou cantharoi ont été retrouvées. Enfin, la présence de différents plats montre que la viande y était consommée, ainsi que de nombreux coquillages, graines et fruits. Un des buts de l’établissement de ce sanctuaire est probablement la réaffirmation de la distribution égalitaire de la viande.

105Cet ensemble de petites salles contenant du matériel lié au banquet rappelle la configuration du Secteur 4 de l’Incoronata et de l’ensemble des dépôts trouvés sur la colline. Cependant, on l’a vu, aucune structure attestant d’une zone de vie quelle qu’elle soit n’a été révélée par la fouille. Le problème reste le même sur la simple observation que les encaissements en question sont trop petits pour recevoir à la fois autant de céramiques et d’hommes. Si l’on considère les encaissements comme de simples dépotoirs de banquet, aucune structure périphérique n’a été identifiée comme lieu de banquet.

  • 130 Neutsch 1980, p. 158-159 et TAV.xvii.
  • 131 D’ailleurs certaines maisons avoisinantes exploitent en partie cette source (observations effectuée (...)
  • 132 Denti 2009b, p. 10-11.
  • 133 Ibid., p. 11 ; Pianu 2002, p. 22, 299, 340-342 : pour ce site, ce sont plus particulièrement les fo (...)

106Les vases liés à la possible utilisation de l’eau sont également nombreux. Tout d’abord, il n’est pas à écarter que les amphores ont pu être réutilisées pour contenir de l’eau. Dans tous les cas, les hydries, les pithoi sont des conteneurs à eau et les louteria des vasques à ablution. Ainsi la situation et l’organisation des dépôts de l’Incoronata se rapprochent de certains sites où des dépôts votifs liés au culte de l’eau ont été attestés. C’est le cas par exemple du sanctuaire de Déméter à Siris/Policoro130. En effet, au niveau de la source sacrée deux dépôts d’hydriskai et de vases miniatures associés à une amphore corinthienne de type A ont été découverts. Cette dernière a pu être utilisée comme conteneur à eau ou à hydriskai à l’occasion de ce dépôt votif. D’ailleurs, il faut préciser qu’une source est également présente au niveau du versant de la colline de l’Incoronata. La végétation y est d’ailleurs plus abondante que sur le reste de la colline131.Les vases du Secteur 4 ont, selon toute vraisemblance été déposés dans une argile humide. Le contexte de déposition lié à un culte de l’eau semble donc pertinent132. Et la présence de coquilles de mer coïncide avec certains sites liés au culte de divinités féminines comme à Heraclée133.

107Les vases du Secteur 4 ainsi que leurs modes de déposition se rapprochent à la fois des rites de libation et des cultes liés à l’eau. Le mobilier des différents sondages est caractéristique des lieux de culte ou des sites funéraires : céramique fine coloniale avec représentations mythologiques, perirrhanteria avec des scènes homériques, disposition réfléchie et organisée du mobilier.

Un dépotoir de sanctuaire

  • 134 Ibid., p. 9; Rouse 1976, p. 342; Brize 1997, p. 127.

108Dans le Secteur 4 et les autres sondages, on a déjà noté l’abondance et la variété du mobilier lié à la libation, la purification (louteria) et la conservation des liquides (amphores, pithoi). La bonne conservation ainsi que la qualité des vases pourraient s’apparenter à une zone de sanctuaire134 On suppose donc une fonction de dépotoir d’un sanctuaire hypothétique sur la colline de l’Incoronata.

  • 135 Hellmann 1998 et Winter 1993.
  • 136 Denti 2009a, p. 351.36.
  • 137 Il est également possible qu’il soit en fait un élément de sima, mais sa dimension semble trop peti (...)
  • 138 Williams 1979 : Les fouilles ont révélé pour la zone une datation entre le vie et le ive siècle av. (...)
  • 139 Williams 1979, p. 137-138: « Miniature altars, probably used in the private family cults, were comm (...)
  • 140 Ibid., p. 137 et 138, note 41 : sur l’île d’Ithaque, un autel a été retrouvé au sein d’un dépôt vot (...)
  • 141 Williams 1979, p. 138.
  • 142 Ibid., p. 139.

109Au-delà de la présence abondante d’amphores importées de Grèce et d’une production grecque locale, d’autres éléments présents sont directement assimilables à un lieu sacré. En effet, plusieurs éléments, certes épars et très fragmentaires, ont été decouverts au sein du dépôt. Tout d’abord, une tuile à rebord de type corinthien135a été retrouvée fragmentaire sur la partie supérieure du dépôt (fig. 27). La présence d’un tel élément architectural dans ce dépôt atteste l’existence d’un bâtiment à proximité. D’ailleurs, un Gorgoneion daté de la seconde moitié du viie siècle av. J.-C. a été découvert fortuitement dans la zone Sud de la colline136. Associé à la tuile, un fragment d’un possible décor d’autel est présent dans l’US 2 du dépôt137(fig. 28). Il est entièrement peint d’une couleur approchant le noir et l’une de ses deux faces est plate, attestant qu’il était destiné à être posé sur une surface plane. Encore une fois, l’inspiration semble venir des productions corinthiennes. En effet, la physionomie du fragment est sensiblement proche de celle de décors d’autels retrouvés au Sud-Ouest du forum de Corinthe138. La fonction exacte de ces petits autels n’est pas connue précisément mais il semblerait se trouver au sein de cultes domestiques139ou bien, quelques fois, au sein de sanctuaires140. En Grande Grèce, ce type d’autel semble autant employé dans les habitations et les tombes que les sanctuaires. Ces fragments sont caractérisés par une face plane, sans moulure et décoration, attestant le fait qu’ils étaient « accrochés » sur une paroi141. En ce qui concerne les fragments du Building IV, ils sont tous de forme rectangulaire. Deux fragments comportent des ressemblances sensibles avec notre objet du Secteur 4 : les fragments MF – 13510 et MF-1978-17. Le premier est décoré d’une figurine, et sur la partie supérieure, décorée d’une frise d’oves. Le second est caractérisé par une décoration peinte et non moulée. On peut voir figurer deux gorges de couleurs noires avec une série de carrés noirs. L’autel servait apparemment pour des rituels libatoires142. L’organisation des motifs est ainsi fort semblable au fragment du Secteur 4. La présence de ce genre de vestige sur un site de Grande Grèce pourrait autant attester la présence à proximité d’un habitat que d’un sanctuaire. Dans tous les cas, cet objet appuie l’hypothèse d’un site où ce sont déroulés des cultes ou des rituels.

  • 143 P. Miniero, Deposito votivo in località Privati presso Castellammare di Stabia, p. 526, dans Comell (...)

110D’autres sanctuaires d’Italie présentent des dépotoirs qui sont la preuve de l’activité rituelle au sein du sanctuaire. Le sanctuaire de Privati est un très bon exemple. Il se situe sur la pente du Monte Coppola, près de Castellammare di Stabia. La terrazza B, datée entre la fin du IIe et la première moitié du Ier siècle av. J.-C., a révélé une concentration de céramiques votives miniatures et de monnaies. Une fosse irrégulière a également été révélée. À l’intérieur de cette fosse une grande quantité de mobilier votif (céramique et ex-voto) a été déchargée ainsi qu’un grand nombre d’ossements d’animaux issus probablement de sacrifices. Les données stratigraphiques ont prouvé que le dépôt a été effectué en une seule fois et donc que la céramique était déjà cassée quand elle a été déposée dans la fosse. L’hypothèse avancée est que ce mobilier a pu constituer l’offrande d’une divinité vénérée, dans un sanctuaire encore à découvrir, et afin de faire de la place à de nouveaux ex-voto, l’ancien mobilier votif a été jeté. Cela aurait pu se faire à l’occasion d’une restructuration architectonique du sanctuaire. Cette hypothèse est en quelque sorte confirmée par la découverte de la terrasse avec des murs en opus incertum et la présence au sein de la « décharge votive » de quelques terres cuites architectoniques143. Ainsi, on a ici l’attestation qu’il est possible de cerner précisément certains dépôts de mobilier votif comme ayant appartenu à un sanctuaire à proximité, et « remplacé » par de nouveaux ex-voto. Le mobilier reste sacré malgré cela et est donc jeté avec précaution.

Fig. 27 – Fragment de tuile corinthienne (cliché G. Bron).

Fig. 28 – Fragment de décor architectural (cliché G. Bron).

  • 144 Adamesteanu et Dilthey, p. 523-525.

111Plus proche chronologiquement et géographiquement, une décharge a été fouillée à Policoro. Composée de nombreuses céramiques telles de petites coupes, des pesons de tailleur, de la céramique liée au monde cycladique et oriental, des fragments de tuiles à bord relevé, des hydries, des amphorettes et des antéfixes à palmettes. La présence de tout ce mobilier a été interprétée comme « appartenere anche ad una stipe votiva collegata con qualche monumento sacro da individuare, con il tempo, nelle vicinanze »144

  • 145 Patera et Polignac 2009, p. 354.

112À l’Incoronata, le mobilier est fragmentaire mais souvent complet. Là aussi, l’hypothèse d’un renouvellement régulier des dons votifs semble une des plus pertinentes. On parle alors de dépôt secondaire car il s’agirait davantage d’un regroupement d’offrandes anciennes issues d’un sanctuaire145. En d’autres termes, l’ensemble des dépôts de l’Incoronata ne serait en fait que la « poubelle » d’anciens dons votifs d’un lieu de culte qui serait situé à proximité.

113Les différences chronologiques discernées entre les dépôts à partir de l’analyse des amphores pourraient mettre en évidence l’appartenance d’une partie des dépôts au sanctuaire du vie siècle av. J.-C. et l’autre partie à un possible lieu de culte du viie siècle av. J.-C. En effet, les recherches effectuées par l’Université du Texas sur la zone du sanctuaire du vie siècle n’ont révélé quasiment aucune trace archéologique d’activité cultuelle (dépôt secondaire ou simple fosse de rejet). Etant donnée l’abondance des dépôts de céramique sur cette colline, il peut être envisagé que certains d’entre eux appartiennent plutôt à ce sanctuaire. Il s’agira par la suite d’approfondir cette hypothèse car, hormis certaines amphores, la céramique fine n’est jamais datée du vie siècle av. J.-C.

114Ainsi, il ne fait désormais aucun doute que le mobilier du Secteur 4 de l’Incoronata est étroitement lié à des gestes ritualisés. Par rapport à l’étude analogique qui vient d’être effectuée, il semble que les dépôts de l’Incoronata sont davantage liés à des décharges de vases votifs (dépôts secondaires) qu’à des dépôts votifs en eux-mêmes (dépôts primaires). D’ailleurs, le fait que certains encaissements des dépôts aient coupé ou détruit partiellement des fosses circulaires de rejet appuie cette hypothèse.

Conclusion et perspectives

115Cet article avait pour ambition d’effectuer une analyse à la fois céramologique et contextuelle des amphores du Secteur 4 de l’Incoronata. Une première étude des situations de découverte des amphores a permis d’écarter l’idée que ces dernières appartiennent à un site d’habitat. On a clairement affaire ici à un dépôt secondaire où demeure un acte réfléchi dans la disposition des vases, induisant un possible caractère rituel.

116Les amphores étudiées appartiennent pour la majorité aux trois premiers quarts du viie siècle av. J.-C. Certaines semblent davantage appartenir à la fin du viie siècle voire au début du vie siècle av. J.-C. Il paraît donc évident qu’il faille abaisser la date d’abandon du site.

  • 146 Strabon VIII, 6, 20.

117Enfin, les productions corinthiennes dominent. L’importance quantitative des amphores corinthiennes au sein du Secteur 4 et sur la colline de l’Incoronata en général induit un rôle particulier de la cité de Corinthe dans cette région146. Les amphores gréco-orientales et attiques sont en nombre bien inférieur.

  • 147 Andria 1995, p. 468 à 477, fig. 3,4 et 5.
  • 148 Ibid., p. 489.

118Dans la répartition du mobilier céramique corinthien, deux sites hormis les nécropoles en Italie du Sud ressortent largement : ce sont Otrante et l’Incoronata. En effet, de nombreuses études montrent la prédominance de ces deux sites dans les importations corinthiennes. Pour les amphores corinthiennes, Otrante domine les autres centres voisins147. À ce mobilier amphorique est aussi associé de la céramique fine comme à l’Incoronata : skyphoi, kotylai, coupes148.

  • 149 Ibid., p. 498 à 501.

119Otrante a donc été interprété comme un port et un centre de redistribution des produits corinthiens. Les différentes cartes de distribution montrent très bien que d’un point de vue quantitatif, cette cité est un cas exceptionnel. Ainsi, elle servait de relais pour le transport vers l’arc ionien sur des sites comme l’Incoronata149. D’ailleurs, ceci n’est pas un hasard étant donné son emplacement idéal, à l’extrémité du talon de la botte italienne. On a une situation similaire pour l’Incoronata qui se trouve approximativement au centre du golfe de Tarente. Un véritable axe dominant de circulation des produits corinthiens se dessine donc grâce à ces deux sites le long de la côte ionienne.

  • 150 Polanyi 1957, p. 250.

120Ainsi, malgré la faible probabilité que l’Incoronata ait été un « centre de redistribution »150, il est incontestable que ce site a tenu un rôle dans la circulation des produits corinthiens sur la côte ionienne jusqu’à la fin du viie siècle av. J.-C. Guillaume BRON

Haut de page

Bibliographie

Adamesteanu et Dilthey = D. Adamesteanu, H. Dilthey, Siris, Nuovi contributi archeologici, dans MEFRA, 90, 2, 1978, p. 515-565.

Andria 1995 = F. D’Andria, Corinto e l’Occidente : la costa adriatica, dans Corinto e l’Occidente, p. 457-508.

Berlingo 1986 = I. Berlingo, La necropoli arcaica di Policoro in contrada Madonnelle, dans Siris-Polieion. Fonti letterarie e nuove documentazione archeologica, Incontro studi – Policoro 8-10 giugno 1984, Lecce, 1986,p. 117-128.

Berlingo 1994 = I. Berlingo, Importazioni corinzie nella Siritide, dans Corinto e l’Occidente, Atti del Trentaquattresimo Convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto 7-11 ottobre 1994, Naples, 1995, p. 417-430.

Bettelli 2009 = M. Bettelli, Prima delle colonie : organizzazione territoriale e produzioni ceramiche specializzate in Basilicata e Calabria settentrionale ionica nelle prima età del ferro, Atti delle giornate di studio, Matera, 20-21 novembre 2007, Venosa, 2009.

Boardman 1999 = J. Boardman, Aux origines de la peinture sur vase en Grèce, Paris, 1999.

Bookidis 1993= N. Bookidis, Ritual dining at Corinth, dans N. Marinatos et R. Hägg (dir.), Greek sanctuaries: new approaches, Londres, 1993, p. 45-61.

Brann 1961a= E. Brann, Protoattic well groups from the Athenian agora, dans Hesperia, 30, 1961, p. 305-379. Brann 1961b= E Brann., Late geometric well groups from the Athenian Agora, dans Hesperia, 30, 1961, p. 93-146.

Brann 1962= E. Brann, The Athenian Agora: results of excavations conducted by the American School of classical studies at Athens, VII, Late geometric and Protoattic pottery, mid 8th to late 7th century, Princeton, 1962.

Bron 2008 = G. Bron, Les amphores du dépôt du Secteur 4 de l’Incoronata : contextes, typologie et destination d’une classe céramique du viie siècle av. J.-C., mémoire de Master 2 sous la direction de M. Denti, Université Rennes 2, 2008.

Brize 1997 = Ph. Brize, Offrandes de l’époque géométrique et archaïque à l’Héraion de Samos, dans J. La Genière (dir.), Héra. Images, espaces, cultes, Actes du colloque international, Lille, novembre 1993, Naples (Collection du Centre Jean Bérard, 15), p. 123-139.

Buchner 1993= G. Buchner (dir.), Pithekoussai, Rome, 1993.

Burkert 1985= W. Burkert, Greek religion, Harvard, 1985.

Calvet et Yon 1976 = Y. Calvet et M. Yon, Salamine de Chypre et le commerce ionien, dans Les céramiques de la Grèce de l’Est et leur diffusion en Occident, Actes du Colloque Centre Jean Bérard, 6-9 juillet 1976, Naples, 1978 (Collection du Centre Jean Bérard, 4), p. 43-51.

Camp 1999= J. Mck. Camp II, Excavations in the Athenian Agora – 1996 and 1997, dans Hesperia, 68, no 3, 1999, p. 255-283.

Caravale 1997 = A. Caravale, Anfore antiche conoscerle e identificarle, Formello, 1997.

Carter 2006= J. C. Carter, Discovering the Greek countryside at Metaponto, Ann Arbor (MI), 2006.

Cavalier 1985 = M. Cavalier, Les amphores du vie au ive siècle dans les fouilles de Lipari, Naples, 1985 (Cahiers du Centre Jean Bérard, 11).

Comella et Mele 2005 = A. Comella, S. Mele, Depositivotivi e culti dell’Italia antica dall’eta arcaica a quella tardo-reppublicani, Bari, 2005.

Corinto e l’Occidente = Corinto e l’Occidente, Atti del Trentaquattresimo Convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto 7-11 ottobre 1994, Tarente, 1995.

Denti 2005 = M. Denti, Perirranteria figurati a rilievo nei depositi di ceramica sulla collina dell’Incoronata di Metaponto. Tracce di un’attività rituale ?, dans Siris. Studi e ricerche della scuola di specializzazzione in archeologia di Matera, Bari, 2005, p. 173-186.

Denti-Lanos 2007a = M. Denti, P. Lanos, Rouges non rougies : les briques de l’Incoronata et le problème de l’interprétation des dépôts de céramique, dans MEFRA, 119, 2, 2007, p. 445-481.

Denti-Lanos 2007b = M. Denti, Ph. Lanos, Grecs et indigènes à la frontière de l’Occident. L’occupation du territoire dans le Métapontin au viie siècle av. J.-C., dans Ph. Rodriguez (dir.), Pouvoir et territoire I (Antiquité-Moyen Âge), Colloque de Saint-Etienne, novembre 2005, Saint-Etienne, 2007, p. 225-244.

Denti 2009a = M. Denti, Les dépôts de céramique grecque du viie siècle avant J.-C. à l’Incoronata. De la modalité des dépositions à la reconstitution des gestes rituels, dans S. Bonnardin et al. (dir.), Réalités archéologiques et historiques des dépôts de la préhistoire à nos jours, XXIXe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, 2009, p. 339-352.

Denti 2009b = M. Denti, Pratiche rituali all’Incoronata nel vii secolo a.C. I grandi depositi di ceramica orientalizzante, dans A. Bottini et al., (dir.), I riti del costruire nelle acque violate, 12-14 giugno 2008, Rome, 2009.

Denti 2009c = M. Denti, Un contesto produttivo di ceramica enotria della prima metà del vii secolo a.C. all’Incoronata, dans Bettelli 2009, p. 111-138.

Denti 2009d = M. Denti, Des Grecs très indigènes et des indigènes très grecs. Grecs et Oenôtres au viie siècle av. J.-C., dans P. Rouillard (dir.), Portraits de migrants, portraits de colons. Actes du Colloque international, Paris 2008, Paris, 2009.

Dupont 1998 = P. Dupont, R. M. Cook, East Greek pottery, Londres, 1998.

Dupont 1999 = P. Dupont, La circulation amphorique en mer Noire à l’époque archaïque. Spécificité et problème, dans Y. Garlan (dir.), Production et commerce des amphores anciennes en Mer Noire, Aix-en-Provence, 1999, p. 143-161.

Grace 1971= V. Grace, Samian amphoras, dans Hesperia, 40, no 1, 1971, p. 52-95. Hellmann 1998= M.-C. Hellmann, L’architecture grecque, Paris, 1998. Incoronata 1991 = Le fosse di scarico del saggio P. Materiali e problematiche, Milan, 1991 (Ricerche archeologiche all’Incoronata di Metaponto, 1).

Incoronata 1992 = Dal villaggio indigeno all’emporio greco. Le strutture e i materiali del saggio T, Milan, 1992 (Ricerche archeologiche all’Incoronata di Metaponto, 2).

Incoronata 1995 = L’oikos greco del saggio S. lo scavo e i reperti, Milan, 1995 (Ricerche archeologiche all’Incoronata di Metaponto, 3).

Incoronata 1997 = L’oikos greco del saggio H. Lo scavo e i reperti, Milan, 1997 (Ricerche archeologiche all’Incoronata di Metaponto, 5).

Incoronata 2000 = L’oikos greco del grande perirrhanterion nel contesto del saggio G, Milan, 2000 (Ricerche archeologiche all’Incoronata di Metaponto, 4).

Incoronata 2003 = L’oikos greco del saggio E. Lo scavo e i reperti, Milan, 2003 (Ricerche archeologiche all’Incoronata di Metaponto, 6).

Johnston et Jones 1978= A. Johnston, B. Jones, The « SOS » amphoras, dans British School at Athens, 73, 1978, p. 103-141.

Koehler 1981= C. G. Koehler, Corinthian development in the study of trade, dans Hesperia, 50, no 4, 1981,p. 449-458.

Lambrugo 2004= Cl. Lambrugo, Uno spazio sacro « non segnato ». Contributo alla definizione della dimensione religiosa nell’orizzonte protocoloniale Greco : il caso dell’Incoronata di Metaponto, dans Antico Gallina (dir.), Acque per l’utilitas, per la salubritas, per l’amoenitas, Milan, p. 43-58.

Lissarrague 1987 = Fr. Lissarrague, Un flot d’images : une esthétique du banquet grec, Paris, 1987.

Maruggi 1988= G. A. Maruggi, Crispiano (Taranto), l’Amastuola. Notiziario delle attività di tutela. Settembre 1987-Agosto 1988, dans Taras, VIII, 1-2, 1988.

Neutsch 1980 = N. Neutsch, Documenti artistici del santuario di Demetra a Policoro, dans Siris e l’influenza ionica in Occidente, Atti del Ventesimo Convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto, 12-17 ottobre 1980, Tarente, 1980, p. 149-173.

Olivotto 1994 = V. Olivotto, Caere, necropoli di Monte Abatone : Ricerche dell’Universita degli studi di Milano, Rome, 1994.

Orlandini 1986 = P. Orlandini (dir.), I Greci sul Basento, Mostra degli Scavi archeologici all’Incoronata di Metaponto 1971-1984, Como, 1986.

Orlandini 1997 = P. Orlandini, Incoronata. Scavi 1977, dans Atti taranto XVII, 1978, p. 391-396.

Patera Polignac 2009 = I. Patera et F. de Polignac, Déposer, dresser, offrir. Vocabulaire et pratiques en Grèce ancienne, dans Bonnardin S. et al., Du matériel au spirituel. Réalités archéologiques et historiques des « dépôts » de la Préhistoire à nos jours, Actes des XXIXe Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, 2009, p. 353-362.

Pelagatti 1982 = P. Pelagatti, I piu antichi materiali di importazione a Siracusa, a Naxos e in altri siti della Sicilia Orientale, dans La céramique grecque ou de tradition grecque au 8ème siècle en Italie centrale et méridionale, Naples, 1982 (Cahiers du Centre Jean Bérard, 3), p. 113-180.

Pelagatti 1989 = P. Pelagatti, Ceramica laconica in Sicilia e a Lipari, dans BdA, 54, 1989, p. 1-62.

Pelagatti 1990 = P. Pelagatti, Materiali per una carta di distribuzione, dans Lakonikà II, 1990, p. 123-192.

Pfaff 1988= A. Pfaff Christopher, A geometric well at Corinth: well 1981-6, dans Hesperia, 57, no 1, 1988, p. 21-80.

Pianu 2002= G. Pianu, L’agorà di Eraclea Lucana, Rome, 2002.

Polanyi 1957= K. Polanyi, Trade and market in the early Empire, New York, 1957.

Rizzo 1990 = M. A. Rizzo, Le anfore da trasporto e il comercio etrusco arcaico. I: Complessi tombali dall’Etruria meridionale, Rome, 1990.

Roberts 1986= S. R. Roberts, The Stoa gutter well. A late archaic deposit in the Athenian Agora, dans Hesperia, 55, no 1, 1986, p. 1-74.

Rouse 1976= W. H. Rouse, Greek votive offerings, New York, 1975.

Sandro 1986 = N. Di Sandro, Le anfore arcaiche dallo Scarico Gosetti, Pithecusa, Naples, 1986 (Cahiers du Centre Jean Bérard, 12)

Schmitt-Pantel 1992 = P. Schmitt-Pantel, La cité au banquet. Histoire des repas publics dans les cités grecques, Ecole Française de Rome, Rome, 1992.

Slaska 1985 = M. Slaska, Le anfore da trasporto a Gravisca, dans M. Cristofani (dir.), Il commercio etrusco arcaico, Atti dell’incontro di studi 5-7 dicembre, Rome, 1985, p. 19-21.

Sourisseau 1997 = J.-Chr. Sourisseau, Recherches sur les amphores de Provence et de la basse vallée du Rhône aux époques archaïques et classiques (fin viie-début ive siècle av. J.-C.), thèse de doctorat sous la direction de J.-P. Morel, Université Aix-Marseille I, 1997.

Sourisseau 2006 = J.-Chr. Sourisseau, Les amphores commerciales de la nécropole de Rifriscolaro à Camarine. Remarques préliminaires sur les productions corinthiennes de type A, dans P. Pelagatti (dir.), Camarina : nuovi studi sulla città e sul territorio, Rome, 2006, p. 129-147.

Stea 1999 = G. Stea, Forme della presenza greca sull’arco ionico della Basilicata : tra emporia e apoikiai, dans M. Castoldi (dir.), Koina. Miscellanea di studi archeologici in onore di Piero Orlandini, Milan, 1999, p. 49-71.

Vallet 1964 = G. Vallet, F. Villard, Mégara Hyblaea 2. La céramique archaïque, Rome, 1964 (Collection de l’École française de Rome, 1/2).

Williams 1979= C. K. Williams, Corinth, 1978: Forum southwest, dans Hesperia, 48, no 2, 1979, p. 1-39.

Winter 1993= N.-A. Winter, Greek architectural terracottas from the Prehistoric to the end of the end of the archaic period, Oxford, 1993.

Yntema 1985= D.-G. Yntema, The matt-painted pottery of southern Italy: a general survey of the matt-painted pottery styles of southern Italy during the final Bronze Age and the Iron, Utrecht, 1985.

Haut de page

Annexe

Catalogue des figures

Fig. 1 – Vue aérienne de la colline de l’Incoronata (source : Incoronata 1991).

Fig. 2 – Carte des principales cités grecques de la côte ionienne (source : Lambolay 1996).

Fig. 3 – Topographie de l’Incoronata « greca » et de l’Incoronata San Teodoro (source : De Siena 1996).

Fig. 4 – Plan des différents sondages à l’Incoronata (source : Carter 2006).

Fig. 5 – Le dépôt de céramiques du Secteur 4 de l’Incoronata (cliché M. Denti).

Fig. 6 – Secteur 4, les fosses circulaires (cliché M. Denti).

Fig. 7 – Coupe stratigraphique présentant le creusement de l’encaissement dans le naturel (cliché M. Denti).

Fig. 8 – Plan général du Secteur 4 (DAO G. Bron).

Fig. 9 – Coupe stratigraphique du dépôt et d’une fosse circulaire (cliché M. Denti).

Fig. 10 – Dessin de la coupe stratigraphique précédente (DAO G. Bron).

Fig. 11 – Quelques vases grecs du dépôt du Secteur 4 (cliché M. Denti).

Fig. 12 – Olpè retrouvé sous l’amphore 3A (cliché M. Denti).

Fig. 13 – Amoncellement de tessons d’amphores et de coquilles de mer (cliché M. Denti).

Fig. 14 – Extrémité Nord du dépôt, dalle fichée dans le naturel (cliché M. Denti).

Fig. 15 – Hache en fer miniature retrouvée au pied de la dalle (cliché M. Denti).

Fig. 16 – Plan de répartition des amphores au sein du dépôt (DAO G. Bron).

Fig. 17 – exemples de trous d’impacts visibles sur les parois d’amphores (clichés G. Bron).

Fig. 18 – Une olpè contenue dans la panse d’une amphore « SOS » (cliché M. Denti).

Fig. 19 – Une oenochoé retrouvée à proximité d’une amphore corinthienne (cliché M. Denti).

Fig. 20 – Empreinte d’amphore dans le comblement argileux (cliché M. Denti).

Fig. 21 – Amphore « SOS » (Attique), dont seule la panse est entièrement conservée ; d. max. 500 mm. (no inv. INC05 S4 S1 US2 5A) (cliché G. Bron).

Fig. 22 – Amphore « SOS » 4A (cliché G. Bron).

Fig. 23 – Amphore corinthienne 12C (cliché G. Bron).

Fig. 24 – Amphore samienne 1S (cliché G. Bron).

Fig. 25 – Amphore « SOS » 3A (cliché G. Bron).

Fig. 26 – Amphore « SOS » 2A (cliché G.Bron).

Fig. 27 – Fragment de tuile corinthienne (cliché G. Bron).

Fig. 28 – Fragment de décor architectural (cliché G. Bron).

Fig. 29 – Principales amphores du Secteur 4. (DAO G. Bron).

1 – Amphore « SOS » (Attique), entièrement conservée ; d. bord 210mm, d. anse 25mm, d. max. 540 mm. (no inv. INC05 S4 S1 US2 2A).

2 – Amphore « SOS » (Attique), conservé dans sa totalité ; d. bord 190mm, h. 725mm, d. max. 480, d. pied 125 mm. (no inv. INC05 S4 S1 US2 3A).

3 – Amphore « SOS » (Attique), archéologiquement complet ; d. bord 185mm, ht. 725mm, d. max. 490mm, d. pied 140mm, d. anse 30 mm. (no inv. INC05 S4 S1 US2 4A).

4 – Amphore corinthienne (type A), dont la totalité du vase est conservée ; d. bord 210mm, h. 550mm, d. max. 365, d. anse 42mm, d. fond 100 mm. (no inv. INC05 S4 S1 US2 12C).

5 – Amphore corinthienne (type A), dont le col est conservé en totalité ; d. bord 225mm, d. anse 50×40 mm. (no inv. INC05 S4 S1 US2 13).

6 – Amphore corinthienne (type A), dont le col est conservé en totalité ; d. bord 200mm, d. anse 35×28 mm. (no inv. INC05 S4 S1 US2 14).

7 – Amphore samienne, archéologiquement complète ; d. bord 165mm, d. anse 15mm, d. max. 390 mm. (no inv. INC05 S4 S1 US2 1S).

Fig. 30 – Cols d’amphores corinthiennes (DAO G. Bron).

1 – Amphore corinthienne (type A) dont 25 % du col est conservé ; d. col 238 mm. (no inv. INC05 S4 S1 US0 1).

2 – Amphore corinthienne (type A) dont 15 % du col est conservé ; d. col 240 mm. (no inv. INC05 S4 S1 US0 2).

3 – Amphore corinthienne (type A) dont 20 % du col est conservé ; d. col 220 mm. (no inv. INC05 S4 S1 US0 3).

4 – Amphore corinthienne (type A) dont 25 % du col est conservé ; d. col 240 mm. (no inv. INC05 S4 S1 US0 5).

5 – Amphore corinthienne (type A) dont 25 % du col est conservé ; d. col 240 mm. (no inv. INC05 S4 S1 US0 4).

6 – Amphore corinthienne (« type A »), dont seul le col est conservé ; d. col 240 mm. (no inv. INC07 S4 S1 US0 1).

7 – Amphore corinthienne (type A) dont 25 % du col est conservé, d. col 210 mm. (no inv. INC05 10 – Amphore corinthienne (“type A”) dont 25 % S4 S1 US1 1). du col est conservé ; d. col 240 mm. (no inv.

8 – Amphore corinthienne (type A) dont 25 % du INC05 S4 S1 US1 5). col est conservé ; d. col 240 mm. (no inv. INC05 11 – Amphore corinthienne (type A), dont 25 % du S4 S1 US1 3). col est conservé ; d. col 210 mm. (no inv. INC05

9 – Amphore corinthienne (“type A”) dont 25 % S4 S1 US1 15). du col est conservé ; d. col 240 mm. (no inv.

Fig. 31 – 1 et 2, pithoi; 3 et 4, louteria (DAO G. Bron). INC05 S4 S1 US1 4).

Fig. 32 – Comptage des amphores du Secteur 4.

Haut de page

Notes

1 Cet article n’aurait jamais pu voir le jour sans l’aide précieuse de mon directeur de recherche M. Mario Denti, professeur d’Histoire de l’art antique à l’Université Rennes 2 Haute-Bretagne. Je remercie aussi le musée national de Métaponte et M. Antonio De Siena de m’avoir ouvert les portes pour l’étude du mobilier. Enfin, je remercie ma femme Camille d’être toujours présente pour m’encourager.

2 B. Chiartano, La necropoli dell’età del ferro dell’Incoronata e di S. Teodoro : scavi 1978-1985, 3 vol. Galatina, 1994-1996 ; A. De Siena, Scavi in località Incoronata ed a Metaponto : nuove scoperte, dans Orlandini 1986 ; L. Cossalter, C. De Faveri, Incoronata di Metaponto : nuovi dati per la conoscenza della cultura materiale nella prima età del Ferro, in Bettelli 2009 ; O.-H. Frey, Eine Nekropole der frühen Eisengeit bei Santa Maria d’Anglona, Galatina, 1991

3 Carter 2006 et Orlandini 1986

4 Denti-Lanos 2007b, p. 471.

5 voir la bibliographie de Mario Denti en fin d’article

6 Carter 2006.

7 Denti 2009a, p. 342 et fig. 3 ; Boardman 1999, p. 87 : du fait du succès de la production protocorinthienne, la qualité d’exécution s’est vue diminuée pour une plus grande quantité.

8 Denti 2009b, fig. 7 et p. 5 ; Stea 1999.

9 Denti 2009d.

10 Des pithoi de type corinthien ont déjà été retrouvés à l’Incoronata mais pas de cette forme là. Il présente une lèvre évasée oblique tandis que le type corinthien possède une lèvre horizontale et angulaire (Carter 2006, fig. 2.23).

11 Incoronata 1995, p. 132 à 134.

12 Ibid., p. 133 : C. Dal Sasso comptabilise 45 coquilles droites, 47 coquilles gauches et 17 autres fragments.

13 Ibid., p. 132-133.

14 Une analyse approfondie de la faune maritime du Secteur 4 est en cours.

15 S. Di Martino, Analisi di archeozoologia, in Incoronata 2003, p. 109-114.

16 C. Dal Sasso, Reperti faunistici, in Incoronata 1997, p. 133-139 ; S. Di Martino et C. Dal Sasso, Repertori faunistici, in. Incoronata 2000, p. 75-81.

17 G. Stea, Oggetti diversi, n. 11, p. 88, fig. 101, 266, dans Incoronata 1997.

18 Lambrugo 2004, Denti 2009b, fig. 10 et p. 7-8.

19 Denti-Lanos 2007, p. 477 ; Orlandini 1977, Sondage N.

20 Denti 2009b, fig. 7 et 9, p. 6. Denti 2009a, p. 345-346. Levase retrouvé durant la campagne 2007 est une oenochoé, celui retrouvé en 2005 est soit un olpè, soit une oenochoé.

21 Denti-Lanos 2007, p. 475, fig. 29 et p. 477.

22 Le comptage des NMI s’est effectué par comptage des bords après remontage.

23 Denti 2009a, p. 346.

24 Johnston & Jones 1978.

25 Ibid., p. 132.

26 Ibid.

27 Brann 1961a, Pl. 13, vase R3.

28 Ibid., p. 146, Plate 23, vase R26.

29 Incoronata 2003, p. 61 et 66.

30 Incoronata 1995, amphore 32.

31 C. G. Koehler, Corinthian A and B transport amphoras, dissertation à Princeton University, 1978. Id., Corinthian development in the study of trade, dans Hesperia, 50, n. 4, 1981,p. 449-458; Id., Transport amphoras as evidence for trade, dans Archaeological News, 8, 1979, p. 44-54.

32 Prochainement, publication intégrale de la fouille du Secteur 4 sous la direction de Mario Denti. Il y apparaîtra l’étude des pâtes effectuée à la loupe binoculaire ainsi qu’une analyse en laboratoire des lames minces.

33 Koehler 1981, Plate 98-c.

34 Bron 2008, p. 64-65.

35 Buchner 1993 ; Sandro 1986.

36 Corinto e l’Occidente, p. 417 et p. 22-38.

37 Sandro 1986.

38 Ibid., tav.3: SG 52, SG53 et tav.4: SG 67.

39 Ibid., p. 26.

40 D’ailleurs, il n’a pu être vérifié à quels mobiliers ces fragments étaient associés. Cela aurait permis d’affiner les données.

41 Pfaff 1988, p. 21-81.

42 Ibid., p. 24 : aucun changement de sol n’a été identifié du fait apparent d’un rejet en une seule fois.

43 Ibid., planches 27, 28, 29.

44 Ibid., fig. 22, p. 63: amphores C-40-370, C-40-672, C-40-673, C-37-935, C-643, C-1978-302. Pour l’amphore C-40-370, voir également J.-K. Papadopoulos, Early Iron Age potters’ mark in the Aegean, dans Hesperia, 63, 1994, fig. 12, pl. 116: c,d.

45 Ibid., fouilles Weinberg (1948), p. 30.

46 Boardman 1999, p. 85.

47 On a vu précédemment que le pied s’affine au cours des siècles.

48 Olivotto 1994.

49 Cavalier 1985.

50 P. Pelegatti, Le anfore commerciali, p. 419, dans Corinto e l’Occidente.

51 Ibid., p. 421 : vases similaires retrouvés à l’Heraion de Samos dans un contexte du Géométrique Récent (selon Coldstream, de production exclusivement samienne).

52 Berlingo 1994, p. 417-441, tav. XXII. Berlingo 1986, p. 122, tav. 15. On peut également citer Sourisseau 2006 qui propose, pour la nécropole de Rifriscolaro à Camarine, une étude chronologique pertinente à propos de l’évolution typo-chronologique des Type A au sein de cette nécropole.

53 Orlandini 1986, p. 121 à 130. Denti 2009a, p. 342, fig. 3.

54 Johnston & Jones, p. 135-137.

55 Incoronata 1992, p. 65 et 69.

56 Brann 1961a.

57 Ibid., Plate 80, F41.

58 .Ibid., p. 322-346.

59 ibid., planches 70, 73 : vases F5 et F6.

60 Ibid., planche 75 : vases F68 et F12.

61 Ibid., planche 85 : vases F68 à F73.

62 Des analyses de composition des différentes pâtes sont en cours d’étude afin de déterminer les provenances.

63 Les publications dirigées par Piero Orlandini n’ont pas pointé ce problème : Scioli P.-C. et C. Sacchi, Anfore commerciali, dans Incoronata 1992 ; Anfore commerciali, dans Incoronata 2000 ; G. Stea, Anfore commerciali, dans Incoronata 1997 ; C. Lambrugo, Ceramica di fabbrica greca, dans Incoro nata 2003.

64 Grace 1971 : certains motifs de monnaies samiennes présentent une amphore associée à un rameau d’olivier, Pl. 15 fig. 7 et 8. Cependant, une autre bibliographie tend à montrer que ces amphores contenaient plutôt du vin : Caravale 1997, p. 61.

65 Grace 1971, Calvet et Yon 1976 et Dupont 1998, fig. 23.6.

66 Dupont 1998, p. 164-169

67 Grace 1971, Dupont 1999, p. 158, Pl. 1-fig. 5 ; Dupont 1998, fig. 23-6 (f).

68 Dupont 1999, p. 146.

69 Naveh J. ; Isr. Expl. J.12 (1912), p. 105, fig. 6/1 : l’implantation grecque sur Mesad Hashvyahu est placée à la fin du viie siècle av. J.-C.

70 Slaska, 1985, p. 19. Rizzo 1990, fig. 245, 355 (Montalto di Castro) et 354 (Cerveteri).

71 .Incoronata 1995, dessin 40.

72 Brann 1962.

73 Incoronata 1997, p. 51 – fig. 44, Dupont 1998, p. 150-156 et Rizzo 1990, fig. 197-198.

74 Incoronata 1997, p. 38.

75 Voir les différentes publications de l’Université de Milan à propos de la colline de l’Incoronata : Incoronata 1991, Incoronata 1992, Incoronata 1995, Incoronata 1997, Incoronata 2000, Incoronata 2003.

76 Stea 1999 ; Orlandini 1986, p. 32. En fait, toute la bibliographie de l’Université de Milan se réfère à cela.

77 Incoronata 2000, Incoronata 2003, p. 50.

78 Incoronata 1992, p. 21.

79 Incoronata 1995, p. 24.

80 Incoronata 1997, p. 20 ; Denti-Lanos 2007a : les analyses archéométriques des briques effectuées par l’Université de Rennes 1 ont prouvé que ces dernières ont subi une cuisson maîtrisée en four et n’ont donc pas été partiellement carbonisées par un incendie éventuel.

81 Carter 2006 : le sanctuaire du vie siècle av. J.-C. a révélé une très grande quantité de tuiles. Bron 2008 : notre secteur 4 a révélé un seul fragment de tuile de type corinthien dans la couche d’humus (voir fig. 27).

82 Des cités comme Zagora, Siphnos, Asine. Incoronata 1991, p. 20.

83 Incoronata 2003, p. 31 et 37.

84 Vallet 1964.

85 Ibid., p. 32.

86 A. De Siena, Termitito e San Vito di Pisticci : dati archeologici e problemi interpretativi, dans Siris-Polieion, 1986, p. 27-36.

87 .Ibid., p. 36.

88 Ibid., p. 37 et Stea 1999, p. 62-63.

89 Denti-Lanos 2007, p. 466.

90 Ibid., p. 467.

91 Incoronata 2000 : P. Orlandini, Il grande perirrhanterionp. 23-25 ; Denti 2005 ; D. Adamesteanu, Sul perirrhanterion dell’Incoronata, dans PP XLI, 1986, p. 73-76 ; Orlandini P., Perirrhanterion fittile arcaico con decorazione a rilievo dagli scavi dell’Incoronata, dans E. Lattanzi, Attività archeologica in Basilicata 1964-1977. Scritti in onore di Dinu Adamesteanu, Matera, 1980, p. 725-738.

92 Stea 1999, p. 63

93 Denti 2005, p. 181.

94 Boardman 1999, p. 264.

95 Article en cours de Francois Méadeb à ce sujet : La céramique « commune » à l’Incoronata. Productions indigènes et grecques à l’époque haute-archaïque.

96 Stea 1999, p. 65-69.

97 Ibid., p. 60.

98 Crispiano, L’Amastuola, dans Taras viii, 1988, p. 79.

99 La cité d’Emporion ne dépasse pas les deux hectares (l’Incoronata en fait autour de quatre) et possède une population de 500 personnes.

100 Carter 2006, p. 68-71 : de nombreuses fosses ovales et circulaires ont été mises au jour. A chaque fois, le faciès aux autres sondages de la colline : fosses avec une prédominance de céramique indigène ou grecque, fosses avec un mélange de céramique grecque et indigène. De plus des structures rectangulaires ont été dégagées (Pits B et D). Le Pit B a une superficie de 14m2 et une profondeur de 60cm. Le Pit D a les mêmes dimensions que Pit B mais contient très peu de céramique complète. Selon lui, ces deux encaissements feraient partie d’une seule unité domestique.

101 Orlandini 1986, A. De Siena, Scavi in località Incoronata ed a Metaponto : nuove scoperte, cit., p. 203.

102 Tous les encaissements fouillés n’ont révélé qu’un simple creusement avec un remplissage de céramiques diverses. Les affirmations de De Siena ou Orlandini ne se basent que sur des hypothèses. D’ailleurs Carter, bien que partisan de la thèse « habitat » avoue n’avoir retrouvé aucune trace de sol en bois (Carter 2006, p. 69).

103 Carter 2006, fig. 2.24, p. 65 : Ce type de maisons semi-enterrées est attesté au Nord de la mer Noire à la fin du viie et au vie siècle av. J.-C. A Olbia et à Berezan, des maisons circulaires enterrées ont été retrouvées dès le début de son occupation. Et au début du vie siècle av. J.-C. des habitats rectangulaires se développent. Dès la fin de la période archaïque, ces habitations ont pu atteindre environ 40 m2. Une forte quantité de mobilier y a été retrouvée, grecque et indigène, comparable aux sondages de l’Ouest.

104 .Ibid., p. 73

105 Siritide e Metapontino, Giardino, cit., p. 105-122.

106 Maruggi 1988, p. 79.

107 A. De Siena, Appunti di topografia metapontina, dans Siris, 2, 1999-2000, p. 25-40 ; cité dans Denti-Lanos 2007, p. 478 ; Denti 2007b.

108 Au sein du Secteur 4, un vase bichrome indigène a été retrouvé au sein du dépôt US 2. Il sera intéressant de connaître sa datation exacte.

109 Yntema 1985.

110 Carter 2006, p. 60. Ceci a tout de même été admis par Giuliana Stea (Stea 1999, p. 53 et 63).

111 .Carter 2006, p. 74. La théorie d’un abandon et non d’une destruction est approuvée par les fouilles de l’Université de Rennes sous la direction de Mario Denti. Mais, on l’a vu, la datation de la fin de l’occupation peut être remise en cause par l’analyse typo-chronologique des amphores

112 Camp 1999, p. 261.

113 Brann 1961a, p. 307 à 379.

114 Johnston et Jones, p. 133.

115 Roberts 1986, p. 1 à 67. Ibid., p. 4.

116 .Ibid., p. 4.

117 Les hypothèses présentées ici ont pour une partie été déjà évoquées par les études de l’équipe de recherche dirigée par Mario Denti (voir bibliographie en fin d’article).

118 M. Mancusi, G. B. Modesti, A. Battista, L. Cerchiai et A. Lupia, I santuari di Pontecagnano, p. 575, dans Comella et Mele 2005.

119 Ibid., p. 586-587.

120 M. Cipriani, I santuari rurali : Albanella, p. 233, dans I Greci in Occidente 1996.

121 Ibid., p. 234.

122 Elles pouvaient prendre la forme d’une simple gorgée versée à terre en l’honneur des divinités ou des défunts. Ce sont les Xοιν (Platon, Banquet ; Theognis).

123 Burkert 1985.

124 Lambrinoudakis 2002, p. 10-12, fig. 12-13, cité dans M Poux, L’âge du vin : rites de boisson, festins et libations en Gaule indépendante, Paris, 2004.

125 Denti 2009b, p. 343 et 347.

126 Lissarrague 1987.

127 Schmitt-Pantel 1992, p. 4.

128 Caravale 1997, p. 68 : ce type d’amphore fut diffus sur tout le pourtour méditerranéen, de la fin du viie siècle au début du ve siècle av. J.-C. deux exemples : stamnos à figure rouge du peintre Smikros (vers 510/500 av. J-.C) : figuration de deux hommes en train de porter des amphores à vin (source : J. Boardman, Les vases athéniens à figures rouges. La période archaïque, Paris, 1996, p. 42) et la figure (121).

129 Bookidis 1993, p. 45 à 61.

130 Neutsch 1980, p. 158-159 et TAV.xvii.

131 D’ailleurs certaines maisons avoisinantes exploitent en partie cette source (observations effectuées par l’équipe de recherche de Mario Denti).

132 Denti 2009b, p. 10-11.

133 Ibid., p. 11 ; Pianu 2002, p. 22, 299, 340-342 : pour ce site, ce sont plus particulièrement les fosses votives de l’Agorà.

134 Ibid., p. 9; Rouse 1976, p. 342; Brize 1997, p. 127.

135 Hellmann 1998 et Winter 1993.

136 Denti 2009a, p. 351.36.

137 Il est également possible qu’il soit en fait un élément de sima, mais sa dimension semble trop petite pour que ce soit le cas.

138 Williams 1979 : Les fouilles ont révélé pour la zone une datation entre le vie et le ive siècle av. J.-C. Plus particulièrement, la fouille du Building IV a révélé sept spécimens.

139 Williams 1979, p. 137-138: « Miniature altars, probably used in the private family cults, were common at Olynthus ». Ce dernier cite O. Broneer, Investigations at Corinth, 1946-1947, dans Hesperia, 16, 1947, p. 239.

140 Ibid., p. 137 et 138, note 41 : sur l’île d’Ithaque, un autel a été retrouvé au sein d’un dépôt votif. Il provenait apparemment d’un sanctuaire : voir S. Benton, Further Excavations at Aetos, dans BSA, 48, 1953, p. 257-260, 345-346.

141 Williams 1979, p. 138.

142 Ibid., p. 139.

143 P. Miniero, Deposito votivo in località Privati presso Castellammare di Stabia, p. 526, dans Comella et Mele 2005.

144 Adamesteanu et Dilthey, p. 523-525.

145 Patera et Polignac 2009, p. 354.

146 Strabon VIII, 6, 20.

147 Andria 1995, p. 468 à 477, fig. 3,4 et 5.

148 Ibid., p. 489.

149 Ibid., p. 498 à 501.

150 Polanyi 1957, p. 250.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – vue aérienne de la colline de l’Incoronata (source – Incoronata 1991).
Légende Fig. 2 – Carte des principales cités grecques de la côte ionienne (source – Lamboley 1996).
Légende Fig. 3 – Topographie de l’Incoronata « greca » et de l’Incoronata San Teodoro (source – De Siena 1996).
Légende Fig. 4 – Plan des différents sondages à l’Incoronata (source – Carter 2006).
Légende Fig. 5 – Le dépôt de céramiques du Secteur 4 de l’Incoronata (cliché M. Denti)
Légende Fig. 6 – Secteur 4, les fosses circulaires (cliché M. Denti).
Légende Fig. 7 – Coupe stratigraphique présentant le creusemende l’encaissement dans le naturel (cliché M. Denti)
Légende Fig. 8 – Plan général du Secteur 4 (DAO G. Bron).
Légende Fig. 9 – Coupe stratigraphique du dépôt et d’une fosse circulaire (cliché M. Denti.
Légende Fig. 10 – Dessin de la coupe stratigraphique précédente (DAO G. Bron).
Légende Fig. 16 – Plan de répartition des amphores au sein du dépôt (DAO G. Bron).
Légende Fig. 11 – Quelques vases grecs du dépôt du Secteur 4 (cliché M. Denti).
Légende Fig. 12 – Olpè retrouvé sous l’amphore 3A (cliché M. Denti).
Légende Fig. 31 – louteria et pithoi du Secteur 4 (DAO G. Bron).
Légende Fig. 13 – Amoncellement de tessons d’amphores et de coquilles de mer (cliché M. Denti).
Légende Fig. 14 – Extrémité Nord du dépôt, dalle fichée dans le naturel (cliché M. Denti).
Légende Fig. 15 – Hache en fer miniature retrouvée au pied de la dalle (cliché M. Denti).
Légende Graphique 1 – Répartition des catégories céramique selon l’année de fouille (G. Bron).
Légende Fig. 17 – exemples de trous d’impacts visibles sur les parois d’amphores (clichés G. Bron).
Légende Fig. 18 – Une olpè contenue dans la panse d’une amphore « SOS » (cliché M. Denti).
Légende Fig. 19 – Une oenochoé retrouvée à proximité d’une amphore corinthienne (cliché M. Denti).
Légende Fig. 20 – Empreinte d’amphore dans le comblement argileux (cliché M. Denti).
Légende Fig. 21 – Amphore « SOS » 5A (cliché G. Bron).
Légende Fig. 22 – Amphore « SOS » 4A (cliché G. Bron).
Légende Fig. 29 – Principales amphores du Secteur 4 (DAO G. Bron).1 – Amphore « SOS » (Attique), entièrement conservée ; d. bord 210mm, d. anse 25mm, d. max. 540 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US2 2A).2 – Amphore « SOS » (Attique), conservé dans sa totalité ; d. bord 190mm, h. 725mm, d. max. 480, d. pied 125 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US2 3A).3 – Amphore « SOS » (Attique), archéologiquement complet ; d. bord 185mm, ht. 725mm, d. max. 490mm, d. pied 140mm, d. anse 30 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US2 4A).4 – Amphore corinthienne (type A), dont la totalité du vase est conservée ; d. bord 210mm, h. 550mm, d. max. 365, d. anse 42mm, d. fond 100 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US2 12C).5 – Amphore corinthienne (type A), dont le col est conservé en totalité ; d. bord 225mm, d. anse 50×40 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US2 13).6 – Amphore corinthienne (type A), dont le col est conservé en totalité ; d. bord 200mm, d. anse 35×28 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US2 14).7 – Amphore samienne, archéologiquement complète ; d. bord 165mm, d. anse 15mm, d. max. 390 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US2 1S).
Légende Fig. 30 – Cols d’amphores corinthiennes (DAO G. Bron).1 – Amphore corinthienne (type A) dont 25 % du col est conservé ; d. col 238 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US0 1).2 – Amphore corinthienne (type A) dont 15 % du col est conservé ; d. col 240 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US0 2).3 – Amphore corinthienne (type A) dont 20 % du col est conservé ; d. col 220 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US0 3).4 – Amphore corinthienne (type A) dont 25 % du col est conservé ; d. col 240 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US0 5).5 – Amphore corinthienne (type A) dont 25 % du col est conservé ; d. col 240 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US0 4).6 – Amphore corinthienne (« type A »), dont seul le col est conservé ; d. col 240 mm. (n° inv. INC07 S4 S1 US0 1).7 – Amphore corinthienne (type A) dont 25 % du col est conservé, d. col 210 mm. (n° inv. INC05 10 – Amphore corinthienne (“type A”) dont 25 % S4 S1 US1 1). du col est conservé ; d. col 240 mm. (no inv.8 – Amphore corinthienne (type A) dont 25 % du INC05 S4 S1 US1 5). col est conservé ; d. col 240 mm. (no inv. INC05 11 – Amphore corinthienne (type A), dont 25 % du S4 S1 US1 3). col est conservé ; d. col 210 mm. (n° inv. INC059 – Amphore corinthienne (“type A”) dont 25 % S4 S1 US1 15). du col est conservé ; d. col 240 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US1 4).10 – Amphore corinthienne (“type A”) dont 25 % du col est conservé ; d. col 240 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US1 5).11 – Amphore corinthienne (type A), dont 25 % du col est conservé ; d. col 210 mm. (n° inv. INC05 S4 S1 US1 15).
Légende Fig. 23 – Amphore corinthienne 12C (cliché G. Bron).
Légende Fig. 25 – Amphore « SOS » 3A (cliché G. Bron).
Légende Fig. 26 – Amphore « SOS » 2A (cliché G.Bron).
Légende Fig. 24 – Amphore samienne 1S (cliché G. Bron).
Légende Fig. 27 – Fragment de tuile corinthienne (cliché G. Bron).
Légende Fig. 28 – Fragment de décor architectural (cliché G. Bron).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Bron, « Les amphores du dépôt du secteur 4 de l’Incoronata (Basilicate) : essai typo-chronologique et contextuel d’une classe céramique du viie siècle av. J.-C. », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-2 | 2011, 467-504.

Référence électronique

Guillaume Bron, « Les amphores du dépôt du secteur 4 de l’Incoronata (Basilicate) : essai typo-chronologique et contextuel d’une classe céramique du viie siècle av. J.-C. », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-2 | 2011, mis en ligne le 19 février 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://mefra.revues.org/441 ; DOI : 10.4000/mefra.441

Haut de page

Auteur

Guillaume Bron

Université Rennes 2, UMR 6566 CReAAH – Laboratoire LAHM, guillaumebron@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org