Navigation – Plan du site
Mélanges

L’architecture monumentale d’Augusta Emerita. De nouvelles perspectives

Pedro Mateos Cruz et Antonio Pizzo
p. 581-595

Résumés

Par le biais de cette contribution, on exposera de manière synthétique quelques-unes des dernières nouveautés concernant Emerita Augusta. Dans cette optique, on procèdera à l’intégration d’une part, des nouvelles données fournies par l’archéologie urbaine et d’autre part, des thématiques et des études citées récemment.
Ces nouvelles données générées grâce à la connaissance de l’urbanisme et de la topographie de la colonie et moyennant les fouilles archéologiques effectuées quotidiennement sur le site ont créé des problématiques qui remettent en question plusieurs arguments acceptés traditionnellement.

Haut de page

Texte intégral

1La conception urbanistique d’Augusta Emerita s’ancre, à l’heure actuelle, dans un contexte de débat scientifique très intéressant. Les informations sur la connaissance de l’urbanisme de Merida apportées par les fouilles qui se mènent chaque jour sur le site, ont donné lieu à un nouvel exposé urbain qui remet en question et nuance de nombreux arguments traditionnellement établis dans la littérature archéologique.

  • 1 Augusta Emerita 1976.
  • 2 Richmond 1930, p. 98-116.

2La recherche archéologique de Merida a été réalisée en plusieurs phases en ce qui concerne l’étude de la ville romaine. Avant la célébration du bimillénaire de sa fondation en 19751, on contemplait une Augusta Emerita créée dans l’optique d’une ville de province qui a acquis peu à peu un rang et un statut de capitale, avec tout ce que cette réalité peut entrainer au niveau urbanistique, culturel et économique. On a souhaité plus tard mettre l’accent sur l’idée d’une colonie fondée à l’image de la métropole romaine, une macro fondation où tous les éléments conservés, presque toujours datés de l’époque augustéenne, furent réalisés au cours des quinze premières années de sa fondation, d’après la théorie de Richmond défendue par la majorité des chercheurs jusqu’à nos jours2.

  • 3 Les projets continus de recherche réalisés dans le gisement archéologique de Merida au cours des de (...)

3De nos jours, nous ne pouvons pas définir la fondation de Merida comme le fruit d’une création entièrement augustéenne, parfait reflet de la métropole. Ce fait ne dénature pas l’importance de la ville à l’heure actuelle ; cela met en évidence qu’aujourd’hui, la « chronologie ordonnée des monuments » proposée par Richmond n’a pas de poids ; on peut même ajouter, au vu de nos connaissances actuelles, qu’on ne peut établir une séquence diachronique sur la construction des différentes structures avec un degré de certitude acceptable3.

4Suite à de nouvelles recherches, ces hypothèses générales sont remises en question. Il demeure évident que l’immense majorité des bâtiments publics conservés de l’époque romaine présentent des questions complexes sur leur physionomie originale.

  • 4 Sur le sujet en général, consulter Mateos 2001, p. 183-208 et Dupré (ed), 2004.
  • 5 Mateos, Pizzo 2011, p. 199-216.

5On peut voir des bâtiments emblématiques tels que le théâtre ou l’amphithéâtre, auxquels, malgré les inscriptions augustéennes qui décorent leurs tribunes, on peut attribuer une chronologie bien plus nuancée en raison des caractéristiques de leur construction. Il est vrai que d’autres structures continuent à être considérées comme d’époque augustéenne. Avec une certaine réserve, nous citerons le cas du pont romain, du portique post scaenam ou alors le temple de Diane4. Á défaut d’arguments archéologiques, on a développé une hypothèse chronologique de type évolutionniste, appuyée par la majorité des chercheurs, qui suggère que tout ce qui est réalisé en granit ravalé avec du stuc est d’époque augustéenne, face au moucheté qui date de l’époque de Tibère ou de Claude. Cela se vérifie probablement dans la majorité des cas, mais nous ne croyons pas qu’il soit .positif de généraliser dans ce sens face à la fragilité de ces arguments provisoires. Nous croyons qu’une analyse archéologique appropriée des bâtiments peut offrir différentes clés de lecture pour confirmer ces hypothèses générales5.

  • 6 Gros 1978.

6Il est évident qu’Augusta Emerita a subi tout au long du ier Siècle après J.-C., un essor architectonique qui a affecté son image en tant que ville. Cette idée s’exprime, d’une part, dans la monumentalisation ou dans la transformation de l’architecture officielle existante et, d’autre part, dans la création de nouveaux ensembles qui, au fil du temps, configureront une ville où les espaces publics liés à la représentation du pouvoir et de l’architecture, la décoration et l’ordre, ont pour objectif principal l’« exaltation » de la monarchie et, dans certains cas, du culte impérial lui-même. La monumentalisation et la représentation se rejoignent dans ce que P. Gros appelle l’“architectonisation” de la ville à l’époque romaine, liée à une idée manifeste de représentativité6(fig. 1).

  • 7 Les deux bâtiments furent l’objet d’études dans un projet de recherche. Dans le cadre de ce projet, (...)
  • 8 Toutes les nouveautés sur les caractéristiques générales de l’urbanisme du forum de Merida sont rec (...)

7Dans le premier cas, concernant les structures déjà existantes dans la ville qui sont en pleine transformation, nous devons souligner, parmi d’autres exemples, celles qui ont été influencées probablement, par le théâtre et l’amphithéâtre7ou celle relevée dans le Forum de la colonie8.

  • 9 Barrientos 1998, p. 27-54.
  • 10 Pour la dernière bibliographie sur les deux aqueducs, consulter, Mateos 2001, p. 188-190.
  • 11 Les seuls travaux pour lesquels nous comptons afin d’établir quelque chronologie a partir de donnée (...)
  • 12 Chronologie attribuée par Trillmich dans ses derniers études sur la décoration sculpturale dans l’e (...)
  • 13 Mateos 2006.

8Dans le deuxième cas, nous devrons relier, jusqu’à présent, l’édification des aqueducs des Milagros, construit avec la fontaine monumentale qui décorait le cardo maximus dans la zone Nord9, à l’époque époque julio – claudienne, et du Rabo de Buey-S. Lázaro à l’époque flavienne10. Quant au cirque, il a été commencé à l’époque tibérienne et a été achevé avec les Flaviens11. La structure appelée forum adiectum, est datée actuellement de l’époque de Néron12, et la construction de l’ensemble provincial de culte impérial a été réalisée en pleine époque tibérienne13.

9Après cette brève introduction, nous nous concentrerons sur les bâtiments juridiques de l’ancienne capitale lusitaine qui ont fait l’objet de différents projets de recherche de la part du Consortium et de l’Institut d’Archéologie.

  • 14 Ibidem note 13.

10Les caractéristiques fondamentales de l’ensemble provincial ont été analysées à l’initiative d’un projet de recherche réalisé entre 1999 et 2006 et dont les résultats ont été publiés récemment14.

  • 15 Ayerbe 2006, p. 29-54.

11L’élaboration d’une analyse historiographique préalable aux interventions archéologiques, nous a éclairés sur la connaissance réelle de la zone qui fait l’objet de l’étude15. Le manque de planimétries sur les structures urbaines connues dans la zone (arc, temple, restes apparus lors de fouilles ou qui sont inclus dans des bâtiments actuels, etc...), rendait très difficile leur interprétation générale.

  • 16 Nous devons souligner la tendance méthodologique appliquée au cours des dernières années à Merida, (...)
  • 17 Mateos 2006, p. 55-171.

12La solution pour pouvoir comprendre l’urbanisme du « forum provincial » était peut-être précisément de concevoir toute la zone comme une aire avec une unité spatiale au sein de l’urbanisme d’Augusta Emerita. Grâce à ce travail historiographique, une étude a été réalisée pour la première fois où toutes les données connues ont été incluses au même niveau archéologique ; ainsi, les restes architectoniques, sculpturaux et épigraphiques étaient définis comme faisant partie d’une même réalité. À partir de ce moment, on a commencé à entrevoir sa configuration générale ainsi que les prévisibles éléments manquants, et les points d’analyse fondamentaux permettant de connaître les caractéristiques urbanistiques ainsi que la fonctionnalité de l’ensemble16. Au sein de cette nouvelle configuration urba nistique pour Augusta Emerita, les promoteurs du complexe ont cherché un nouvel espace où construire l’ensemble, relativement éloigné du forum de la colonie, mais dans une zone prépondérante dans la trame urbaine17. Le lieu choisi fut un point élevé topographiquement et dans la zone centrale de la colonie, en le faisant coïncider avec le tracé du cardo maximusm dans sa partie nord.

Fig. 1 – Plan reconstruit d’Augusta Emerita avec la localisation des lieux de culte et de l’Ensemble Provincial du Culte Impérial (selon T. Barrientos et P. Mateos).

  • L’ensemble occuperait la superficie qui au préalable était utilisée par quatre areae, probablement occupées par 24 logements qui ont pu être acquis et détruits préalablement à la construction de l’ensemble.

  • Le complexe a coupé le parcours de la voie principale de la ville, le cardo maximus, qui cessa d’être utilisée à cet endroit après son ensevelissement et la construction de la place et du temple à l’intérieur du complexe.

  • La coupure du cardo doit être considérée comme transcendantale pour différentes raisons : d’un côté, elle coïncide probablement en date avec la monumentalisation documentée dans certains tronçons situés sur son parcours central. De cette façon, la construction du complexe a dû compliquer la circulation routière et piétonne dans cette partie de la ville, en provoquant une déviation systématique des chars et des montures, et parfois Emerita ou le théâtre et l’amphithéâtre qui ont contribué à aussi des personnes qui souhaitaient se déplacer par le cardo maximus vers la partie nord de la ville, étant donné que les véhicules ne pouvaient pas circuler dans l’ensemble, et qu’il manquait des portes dans l’extrême nord.

13Les restes des structures domestiques localisées dans cette zone et qui correspondaient à la phase d’occupation antérieure à la construction de l’ensemble ont été relevés dans la zone qui correspond à la partie ouverte du complexe. On a pu enregistrer des murs avec des restes du revêtement pictural et des tambours de colonnes d’un péristyle, comme une petite section d’un tronçon des égouts qui circulait sous un decumanus dans le centre du complexe et qui a été également mis hors d’usage après la construction de celui-ci.

  • 18 Mateos 2006, p. 315-355.

14L’édification de tout cet ensemble a provoqué une augmentation considérable de la hauteur de la place au niveau de circulation par rapport à l’ancienne occupation, en se constituant comme une plateforme surélevée en relation avec toute la zone environnante. Afin d’obtenir cette hauteur, les fondations du bâtiment portiqué qui entourait la place étaient d’environ 2 mètres de profondeur en dessous du niveau de hauteur des murs et du niveau de revêtement du portique et de la place18.

  • 19 Aquilué, Dehesa 2006, p. 157-171.

15Afin d’assurer encore plus la statique des deux fondations, celle du mur de clôture et celle de la colonnade qui faisait face à la place, l’espace existant entre elles fut rempli de terre que l’on déversait et compactait en couches de différentes grosseurs. Ces remplissages de construction datent clairement la formation de l’enceinte à l’époque tiberienne avancée, aux alentours de l’année 3019.

16À partir de là, le tracé du bâtiment a été réalisé avec sa façade totalement recouverte de marbre comme l’indique l’apparition des agrafes en fer pour le revêtement marmoréen de ses murs.

17Le bâtiment a été fermé à l’extérieur par un large mur avec des contreforts équidistants qui correspondent avec la mise en place des colonnes sur la façade intérieure. Ce bâtiment à portique présentait deux aulae au nord formant angle avec le dépassement des côtés larges du bâtiment par rapport au plan général de l’enceinte

18L’espace intérieur de l’ambulacrum avait une largeur de 9 m, distance entre le mur de clôture et la longue fondation d’une colonnade, de laquelle on conserve les assises granitiques pour les colonnes tous les 2,70 m, qui formeraient la façade du bâtiment vers la place.

19Le canal du périmètre qui entourait la façade en forme de portique du bâtiment, recueillant les eaux de son toit, était recouvert de marbre à en juger par les empreintes que nous avons relevées.

  • 20 Mateos 2006, p. 315 et ss.
  • 21 Une première analyse de ce bâtiment chez Pizzo 2006, p. 207-250, complété chez Pizzo 2008.

20Nous nous trouvons, par conséquent, face à un ensemble monumental20délimité par un portique sur, au moins, trois de ses côtés – nord, est et ouest (fig. 2). Nous ne pouvons pas écarter l’idée qu’il ait existé également un portique sur le côté sud, au centre duquel fut construite une porte monumentale à 3 accès. Cette entrée imposante, connue sous le nom d’Arc de Trajan, avait une largeur totale d’environ 18 m, l’embrasure centrale mesurant 9 m (8,81 m), ce qui représentait le double des embrasures latérales. De cette construction originale21, on conserve uniquement la partie qui formait la structure portante d’une autre série d’éléments architectoniques et décoratifs perdus, qui, dans leur totalité, constituaient le véritable arcus, en donnant à l’ancienne structure un aspect différent. Une série d’éléments architectoniques décoratifs en marbre a été appliquée sur les surfaces des pierres de taille en granit de l’arc, ce qui a laissé de nombreuses traces d’orifices pour la mise en place des agrafes métalliques de fixation. Suite à la récente fouille archéologique, le bâtiment présente une nouvelle vision des restes qui permettent d’observer l’arc dans toute sa grandeur monumentale, aussi bien que les caractéristiques fondamentales de son insertion urbanistique et l’accès à l’ensemble monumental. L’un des traits caractéristiques de l’arc est lié à ses dimensions disproportionnées, surtout l’excessive largeur de son embrasure centrale qui ne peut être interprétée autrement que comme un souhait des promoteurs du projet, qui voudraient que la structure serve de cadre à un scénario destiné à mettre en valeur le temple situé dans son axe.

  • 22 Cette mesure de 9 m de large pour le cardo maximus est établie archéologiquement par les données ob (...)
  • 23 Comme nous le savons, la largeur des rues de Augusta Emerita, les intramuros comme celles situées l (...)

21On peut trouver dans cette relation existante entre la largeur totale du cardo maximus et celle de la porte d’accès à l’ensemble (les deux mesurent environ 9 m)22 la réponse aux grandes dimensions de chacune de ces structures23.

Fig. 2 – Plan reconstruit de l’Ensemble Provincial du Culte Impérial (Selon P. Mateos).

22Par rapport à sa chronologie, il convient de signaler la contemporanéité entre tous les éléments de l’ensemble, dictée par la présence d’un unique projet datant de l’époque tibérienne.

23Depuis l’embrasure centrale de l’arc, on accédait au niveau de la place par une série de 6 marches qui couvraient les 2,28 m de dénivellation existant entre la zone extérieure de l’ensemble et la zone ouverte de l’enceinte sacrée

  • 24 Mateos 2006, p. 251-277, Mateos 2004, p. 129-147 ; pour les premiers résultats de fouilles en urgen (...)

24La place fut pavée avec des dalles en marbre que l’on a relevées aussi bien sur les marches d’accès à l’enceinte que sur la place qui entourait le temple. Nous ne connaissons pas les structures et le matériel ornemental existant sur la place ni à l’intérieur des portiques mais, sans aucun doute, le temple était le protagoniste indiscutable de l’ensemble. Son emplacement, qui surplombait la place, en axe avec la porte d’accès le place au cœur de la vie de l’ensemble24.

25Le podium du bâtiment démarre par une rangée de pierres de taille qui ressortait de la façade et dans laquelle était encastrée une première moulure qui coïnciderait avec le début du tracé du bâtiment.

26Quant aux façades du temple, il semble évident que les limites latérales de la cella se fermaient par le biais d’un mur, comme le confirme la ligne droite où se termine le noyau d’opus caementicium, en rejoignant la triple doublure de pierres de taille.

  • 25 Mateos 2006, p. 139-145.

27Par contre, dans le pronaos, le noyau en béton offre une série d’entrées et de sorties en rejoignant les pierres de taille qui définissent l’emplacement des sièges des colonnes, qui caractériseront le côté et la façade à hauteur du pronaos. Le pronaos s’avance vers le Sud aux extrémités du bâtiment, par l’existence de deux avancées qui encadrent un escalier qui continue après25. Comme on peut le voir dans la reconstruction de son étage, il s’agirait d’un temple hexastyle, avec des colonnes qui entourent seulement le pronaos et la cella transversale.

  • 26 Mateos, Peña, Stylow, Ventura, A. 2011, p. 231-238.

28Quand à sa décoration architectonique, les découvertes qui peuvent être mises en relation avec cette enceinte sont caractérisées par leur rareté et leur fragmentation. Parmi tous les éléments récupérés dans les fouilles, nous attirons l’attention sur 15 pièces, grâce auxquelles il a été possible de réaliser une proposition de reconstruction des tracés du temple ainsi que des portiques, qui a déjà été exposée au cours du dernier Congrès International de l’Art provincial Romain26.

29Malgré les efforts mis en œuvre pour mettre en relation certains fragments sculpturaux trouvés sur différents points de la ville avec le projet iconographique du complexe, il est certain que ce ne sont que de simples spéculations sur des restes sans lien direct avec l’ensemble et, par conséquent, il nous paraît judicieux de ne pas les analyser avant de confirmer ou du moins, d’avoir l’intuition de certaines preuves sur cette relation.

  • 27 Mateos 2006, p. 317-354.

30Jusqu’alors, le débat sur le dit « forum provincial d’Augusta Emerita » était centré sur l’existence ou non d’arguments suffisants pour définir le caractère provincial du nouvel espace. Dans une étude récente, nous avons posé nos arguments en faveur du lien de ce complexe avec le culte de la province27. À l’heure actuelle, il n’existe qu’un seul argument qui expliquerait l’énorme effort de remodeler un espace urbain et de construire cet ensemble monumental : l’établissement du culte impérial provincial de la Lusitanie.

31Cette nouvelle situation nécessiterait la création d’un nouveau complexe dans la capitale, réalisé en toute logique par les autorités provinciales elles-mêmes.

  • 28 Ruiz de Arbulo 1999, p. 31-61.
  • 29 Saquete 2005, p. 279-308.

32Nous nous trouverions face à la même politique qui a poussé les Tarragonais à ériger le temple de Tarraco l’année 15 après J.-C., en marquant ainsi le début du culte impérial provincial en Hispania28. L’idée suggestive posée par Saquete que L. Fulcinius Trio fut le gouverneur de Lusitanie à l’époque de Tibère29, a été renforcée par la récente découverte d’une inscription dans le bassin oriental du temple de Diane et dont l’étude fait partie de la monographie sur le forum d’Augusta Emerita.

  • 30 Mateos, Peña, Stylow, Ventura 2011, p. 231-238.

33L’inscription analysée récemment30ne confirmerait pas seulement le caractère provincial du complexe mais elle permet en plus, de préciser la chronologie de la construction du temple. Mais surtout, elle éclaire sur l’interaction du gouverneur avec les élites locales ; plus concrètement, elle nous montre l’identité du personnage sur qui L. Fulcinius Trio s’appuyait pour l’exécution de l’ensemble du culte impérial provincial. L’individu en question – L. Cornelius L. f. Bocchus – n’est nullement un inconnu, originaire de Salacia (Alcocer do Sal), il était déjà connu comme l’un des membres les plus remarqués de la haute société lusitaine à l’époque Julio-Claudienne. Sa carrière locale et équestre doit maintenant être datée avec plus de précision.

34L’inscription nous fait comprendre que Bocchus rendit ce service à L. Fulcinius Trio, naturellement au cours du gouvernement lusitain de celui-ci, comme legatus Augusti et pas pendant son consulat suffect au cours de la deuxième moitié de 31, mais que l’éclat de cet honneur agrandissait le prestige de son ancienne charge comme préfet. Il n’y a aucun doute que cette étroite collaboration de Bocchus avec le gouverneur durant cinq années, débuta avec la construction de l’ensemble du culte provincial impérial et son temple, qui a été probablement inauguré au cours de l’automne de l’année 30.

35En résumé, la toute récente découverte de la dite inscription permet de renforcer le caractère provincial du temple qui préside l’enceinte de la rue Holguín et qui confirme la chronologie tibérienne grâce à l’évidence céramique. La longue période durant laquelle Bocchus exerça la praefectura fabrum en Lusitanie amène à penser qu’au cours de cette fonction, il s’est dépensé pour la construction du temple. Dans ce cas, le bâtiment aurait commencé en 26 après J.-C. et aurait été achevé en l’an 30 après J.-C. ; donnée qui confirme la chronologie proposée par le matériel archéologique trouvé dans les fouilles et son lien avec le règne de Tibère.

36La date de début de la construction est très significative, étant donné que curieusement, elle coïncide avec le retour de l’ambassade de la Bétique en l’an 25 après J.-C., une circonstance qui a pu accélérer la construction du temple de la province Lusitaine.

  • 31 Ibid., note antérieure.

37Le legatus Augusti L. Fulcinius Trio joua un rôle fondamental dans ce travail, non seulement pour la construction proprement dite du bâtiment, mais également probablement pour le choix du modèle, le temple de la Concordia de Rome. Avec cette façon d’agir, il est possible que Trio recherche la réconciliation avec Tibère, étant donné que son poste comme gouverneur de la Lusitanie doit être compris comme un « exil » dans la province plus occidentale de l’Empire, comme conséquence de sa participation dans les faits immédiatement postérieurs au décès de Germanicus31.

  • 32 Fishwick 1995, p. 169-186.
  • 33 Ayerbe 2005.

38Au vu des données archéologiques, nous nous trouvons face à un ensemble monumental pour lequel nous pouvons uniquement vérifier l’existence d’une place dans laquelle s’inscrit un temple et qui se trouve délimitée par un bâtiment à portiques qui ferme l’ensemble. Cependant, nous ne connaissons pas d’autres bâtiments ou structures urbaines comportant des aspects administratifs, politiques ou économiques, ni à l’intérieur, ni aux alentours de l’ensemble. La dite « basilique de Laborde », qui a été liée à l’ensemble provincial (Fischwick32l’interprète comme siège du Concilium Provinciae) a été trouvée, selon nous, dans de récentes fouilles effectuées dans le terrain sur lequel Laborde situe la découverte33. Les informations apportées par la fouille archéologique mettent en évidence une datation pour la construction de ce bâtiment au iiie siècle après J.-C. : ce qui invaliderait sa relation avec le fonctionnement administratif, économique ou politique de l’ensemble provincial.

  • 34 Trillmich 1993, p. 115-124.

39Au début des années 90, Trillmich suggère l’idée que ce qu’il appelle le forum nord ne peut être considéré réellement comme un forum provincial34. Comme argument, il expose le manque de statues ou d’inscriptions de flamines dressées par la province. Cette thèse, exposée probablement en réponse aux théories du moment qui suggéraient l’existence de deux ensembles juridiques sur les trois capitales provinciales, d’inscriptions de flamines dressées par la province. Cette thèse, exposée probablement en réponse aux théories du moment qui suggéraient l’existence de deux ensembles juridiques sur les trois capitales provinciales, était basée principalement sur l’argument ex silentio ; mais elle provoqua un débat nécessaire sur les caractéristiques, fonctionnalité et situation de ces espaces de l’ancienne Corduba et Tarraco et coïncide avec le début du projet de recherche développé à Augusta Emerita sur cette zone de la ville.

  • 35 Dans le cas de Córdoba, Márquez 2004, p. 109-127. Pour Tarragone, Mar, Pensabene 2004, p. 73-86.

40Dix ans après les doutes posés par Trillmich, nous nous trouvons face à une réalité complètement différente dans les trois capitales provinciales : aujourd’hui, on pense qu’il existe trois ensembles provinciaux construits à l’époque de Tibère pour les trois provinces, bien que probablement dans les trois cas, nous pourrions seulement situer à cette date la construction d’ensembles provinciaux de culte impérial (téménos, place et temple) sans que nous ne connaissions, jusqu’à présent, d’autres bâtiments publics dans la zone35.

41À Augusta Emerita, la construction de cet ensemble représenterait en plus le début d’un nouveau projet urbanistique qui prétend une mise en scène dans une ville transformée en un espace de représentation pour la nouvelle « architecture de pouvoir » et qui, comme nous l’avons déjà souligné auparavant, se caractérise par la « monumentalisation » de l’architecture publique existante et par la construction de nouveaux ensembles monumentaux qui ont, parmi leurs objectifs, l’exaltation du pouvoir impérial.

42Évidemment, aussi bien les réformes des bâtiments et des espaces publics existants dans la ville que la construction de nouveaux ensembles, sont à l’origine d’un paysage urbain absolument différent de celui connu jusqu’alors. L’importance des transformations réalisées dans l’urbanisme de Merida, oblige à comprendre ce processus comme un projet urbanistique global, car il faut juste imaginer que ses promoteurs avaient pour but un nouveau modèle de ville. Nous ne pouvons pas exposer les réformes comme de simples travaux de consolidation et d’embellissement de l’urbs, étant donné qu’elles affectent toutes les structures fondamentales : les bâtiments de représentation et de loisirs (théâtre, amphithéâtre, cirque), l’architecture monumentale (forums et ensembles de culte impérial), cardo maximus et infrastructures (muraille, aqueducs, voies, etc.). D’autre part, la réforme de ces bâtiments est contemporaine à la création de nouveaux espaces publics liés, en grande partie, à la création de nouveaux ensembles où représenter « l’exaltation et le culte impérial » (théâtre, cirque, forum de la colonie et la construction de la plateforme orientale ou du portique du forum et de l’ensemble provincial de culte impérial). Par ces transformations, on cherche à adapter les villes, surtout les capitales provinciales, à la nouvelle réalité religieuse, sociale et politique de l’Empire, en concevant une nouvelle architecture de pouvoir.

43Comme c’est le cas à Rome avec le forum d’Auguste, l’ensemble provincial de culte impérial serait le premier complexe connu à Augusta Emerita construit en marbre dans sa totalité. Ce fait est important si nous l’interprétons comme le début d’une nouvelle image de l’architecture publique de Merida, de ses espaces monumentaux, qui se verra reflété postérieurement, par exemple, dans le portique nommé portique du forum, forum adiectum ou forum des marbres, selon le moment où ont été rédigées les innombrables citations bibliographiques que thésaurise l’étude de ses éléments iconographiques.

  • 36 Presque toutes provoquées par l’activité de prévention exercée depuis le Consortium de Merida confo (...)
  • 37 Après son acquisition publique en 1972 les fouilles ont commencé tant dans le dit temple de Diana c (...)
  • 38 Dans cette enceinte, une série de fouilles archéologiques ont été réalisées sur deux zones du bâtim (...)

44Les différentes interventions archéologiques qui se sont succédées au cours des dernières années dans la zone centrale de la ville36, ont favorisé un important progrès dans la recherche sur le dit forum de la colonie de Merida. Les études existantes jusqu’alors étaient centrées sur deux zones de l’aire appartenant au forum : le dénommé « temple de Diane » et son environnement le plus proche37et ce qu’on appelle le « Portique du forum38 ».

  • 39 Consulter la note 8.

45Dans le volume récemment édité par R. Ayerbe, T. Barrientos y F. Palma39, on élargit la connaissance de cette partie de la ville jusqu’à recouvrir quatre enceintes architectoniques publiques indépendantes mais qui se correspondent entre elles. Cette nouvelle analyse a permis de conformer un panorama beaucoup plus complexe et enrichissant de l’espace qui est désigné génériquement comme forum de la colonie. De cette façon, nous avons réussi à reconstruire depuis une optique diachronique, l’histoire de ces espaces urbains en montrant, à la fois, une nouvelle image architectonique et urbanistique de cette partie de la vieille ville (fig. 3).

  • 40 Ayerbe, Barrientos, Palma 2009, p. 667-744.

46Par rapport à la partie centrale, traditionnellement dénommée forum de la colonie, il a été délimité, avec une certaine précision, tant la partie du chevet comme la configuration générale de la place et des bâtiments à portiques qui la délimitaient par les côtés SO, SE, et NE. Ces nefs à portiques conformeraient un front unifié depuis l’intérieur de la place jusqu’aux différentes édifications qui s’ouvriraient derrière elles. Cependant, sur la partie nord occidentale de la zone couverte, la partie du chevet serait surélevée d’environ 2 m et séparée par un mur décoré par des pilastres et réalisé par des pierres de taille en granit. Á l’intérieur de la zone couverte, proche de la façade des bâtiments à portique, un intense programme commémoratif et honorifique était développé, la majeure partie ayant été prévue depuis la conception du grand complexe du forum, bien qu’on a dû continuer à disposer d’autres éléments tout au long du temps. De cette façon, les accès à la zone ouverte se faisaient par les deux extrêmes du côté SO et NE, en comptabilisant un total de quatre. L’existence d’un ensemble architectonique et chronologiquement unitaire sur trois des quatre côtés qui délimitaient la zone ouverte centrale parait évidente. Derrière la façade portiquée, se développaient les espaces ou se trouvaient et se reliaient entre eux les bâtiments à caractère administratif, politique et judiciaire. Nous avons identifié, par rapport à la place du forum de Merida, différents bâtiments : la curie de la colonie, la basilique judiciaire tout comme d’autres locaux dont l’individualisation est plus controversée et qui se pose comme aerarium ou moins probablement, carcer40.

Fig. 3 – Plan reconstruit du forum d’Augusta Emerita lors de l’époque flavienne (selon R. Ayerbe, T. Barrientos et F. Palma extrait du livre « El foro de Augusta Emerita »).

  • 41 Ayerbe, Barrientos, Palma 2009, p. 779-805.

47Cette plateforme centrale qui occupe l’extension de six pâtés de maison peut être considérée, au sens propre du terme, comme le véritable forum de la colonie de Merida. Cependant, il n’est pas le seul espace ou étaient édifiés des complexes publics à possible caractère sacré à l’époque augustéenne. Dans cette zone centrale de la colonie, d’autres enceintes publiques ont été localisées à l’ouest du cardo maximus41.

48D’autre part, à partir de la moitié du ier siècle après J.-C., une nouvelle zone publique est construite sur deux pâtés de maison de la ville, occupés au préalable par des logements, situés sur le côté oriental de la zone ouverte de la plateforme centrale. Au sein de ce nouvel espace gagné pour le public, on trouve deux complexes monumentaux différentiés bien que prévus de façon contemporaine.

  • 42 Ayerbe, Barrientos, Palma 2009, p. 745-778.

49Le domaine qui a articulé tout l’espace de cette plateforme orientale, fut l’enceinte sacrée (jusqu’alors appelée « portique du forum »), En complétant le lotissement vers le sud, a été construit un bâtiment public qui se trouvait au niveau de la voie dallée qui l’entourait, et par conséquent, à une hauteur très inférieure de la zone sacrée42.

  • 43 Ayerbe, Barrientos, Palma 2009, p. 828-831.

50Les interventions archéologiques ont démontré qu’au ve siècle après J.-C., les enceintes publiques correspondant à la zone du forum avaient subi une série d’altérations importantes qui reflétaient le nouveau paysage urbain appliqué à partir de ce moment sur toute la ville43. Il est probable qu’une partie de ces grands travaux représentait un programme d’agrandissements urbanistiques de l’époque flavienne, dus au besoin de représenter un nouvel ordre politique lié à l’introduction de formes plus évidentes de culte impérial dans les provinces. C’est la thématique que nous analysons actuellement. Cependant, ce projet a développé l’urbanisme de cet espace de la ville, sa chronologie et ses réformes, ainsi que la fonctionnalité de certains des bâtiments qui conformaient le forum d’Augusta Emerita. Actuellement, on présente simplement l’idée d’un changement dans l’image architectonique de la colonie, qui, encore une fois, peut-être reconnue dans les transformations de l’architecture publique et, en particulier, dans la construction des bâtiments déjà cités : l’aqueduc de los Milagros élevé conjointement avec la fontaine monumentale dans la zone nord de la ville, à l’époque julio-claudienne, l’aqueduc de Rabo de Buey, San Lazaro à l’époque flavienne, la construction du cirque, commencée à l’époque de Tibère et terminée avec les Flaviens, le dit forum adictae, et la construction du complexe provincial de culte impérial.

  • 44 Montalvo, Gijón, Sánchez Palencia 1997, p. 245-258.

51Le cirque44était situé extramuros, délimité à l’ouest par une voie principale d’accès à Augusta Emerita et entouré de sépultures et de bâtiments funéraires (fig. 4). On n’approfondira pas ici sur la relation existante entre ce type de bâtiments et les forums provinciaux, tout comme leur lien avec le culte impérial. Nous croyons, qu’en plus des séjours existants à l’intérieur avec une fonctionnalité culturelle, le paysage à l’extérieur était loin d’être si simple que nous pouvons le penser, et constituait un véritable ensemble architectonique de grande importance.

Fig. 4 – Vue aérienne du cirque d’Augusta Emerita. (photographie provenant Consortium de Mérida).

  • 45 Sánchez 2002, p. 241-256.

52Au cours des travaux de suivi d’un sondage réalisé dans les alentours du cirque pour la réalisation d’un collecteur des eaux qui débouche dans le fleuve Albarregas45, sont apparus les restes d’un canal ainsi que deux bases de colonnes à grandes dimensions qui définissaient l’existence d’une place et d’un espace à portique en axe avec la porte centrale dont la structure occupe toute la façade sud orientale du bâtiment. De plus, sa construction coïncida avec la réalisation de l’aqueduc appelé actuellement de S. Lazaro au cours de la deuxième moitié du ier siècle après J.-C. qui réalise un virage dans son parcours pour s’approcher clairement de l’ensemble du cirque.

  • 46 Fouilles encore inédites et qui font partie d’une monographie sur les installations thermales d’Aug (...)

53De la même façon, de l’autre côté de la voie et à quelques mètres du parcours de l’aqueduc, ont été construits des thermes de grandes dimensions et à usage public qui ont un lien clairement établi avec l’existence de la dite conduction dans les alentours46. Logiquement, ce nouveau scénario que nous présentons pour la zone, suggère une importance exceptionnelle dans le contexte urbain de la colonie et qui implique une fonctionnalité multiple ainsi qu’une organisation de l’espace qui le fait devenir un des points importants de la vie publique de la ville. Dans ce parcours parmi l’architecture monumentale de Merida, quelques questions se posent sur l’ensemble formé par le théâtre et l’amphithéâtre. Les deux bâtiments ont été datés à Augusta Emerita à l’époque augustéenne (le théâtre au 16-15 avant J.-C. et l’amphithéâtre au 8 avant J.-C.), à partir de l’inscription commémorative de sa construction.

Fig. 5 – Vue générale de la frons scaenae du théâtre d’Augusta Emerita (photographie provenant du Consortium de Mérida).

Fig. 6 – Vue des fouilles archéologiques effectuées sur la scène du théâtre (Photographie de P. Mateos).

  • 47 Trillmich 2004, p. 277-284.

54Par rapport à l’inscription du théâtre, se pose une série de questions d’ordre chronologique évidente. Il se peut qu’il s’agisse pour le moment du consentement du financement du bâtiment de la part d’Agripa comme le souligne Trillmich47, qui correspondrait avec une date importante de la colonie comme sa nomination en tant que capitale de la province, le début d’une première construction postérieurement transformée ou, même le besoin de relier le début de la construction du bâtiment, réalisée postérieurement au propre Agripa encore en vie. De la même façon, la date (8 avant J.-C.) gravée sur l’inscription de l’amphithéâtre est trop précoce pour la construction du bâtiment et ne correspond pas à la structure que nous connaissons.

  • 48 Trillmich 2004, note 7.

55A partir des dernières données que nous sommes en train d’évoquer48, il parait probable que, soit ces bâtiments ont été construits a une période postérieure, soit ils ont subi des modifications substantielles dans leur structure (fig. 5). Les transformations se manifestent dans les caractéristiques architectoniques et ornementales de son frons scenae, dans l’incorporation d’espaces à portiques de circulation et, surtout, dans l’adaptation d’espaces et de pièces à caractère cultuel, possiblement liées au culte impérial.

  • 49 Trillmich 2004, p. 277-284.
  • 50 Trillmich 1990, p. 87-102.
  • 51 Trillmich 1990, note 49.

56La relation du théâtre avec le culte impérial a fait l’objet d’attentions répétées surtout à partir des études développées par Trillmich sur différentes chambres de l’ensemble situées aussi bien dans le péristyle (la dite salle sacrée)49, que dans la cavea ou le sacrarium d’époque Trajane50qui suppose l’introduction du culte avec l’installation d’un petit sanctuaire comportant des images de la maison impériale dédié par une personne de haut rang de la province. La réalisation du nouveau programme statuaire de la frons scenae est également liée au désir de propagande dynastique manifesté dans les bâtiments construits à l’époque de Claude ou lors du règne de Néron51. Les nouvelles données apportées par le projet actuellement en cours feront apparaître de nouveaux doutes et interprétations en rapport avec les caractéristiques, chronologie et fonctionnalité de ces bâtiments qui, sont aujourd’hui en pleine phase de révision (fig. 6).

Haut de page

Bibliographie

Alba 2001 = M. Alba, Características del viario urbano de Emerita entre los siglos I y VIII, dans Memoria. Excavaciones Arqueológicas en Mérida, 5, 2001, p. 397-423. Álvarez Martínez 1984 = J. M. Álvarez Martínez, Memoria de las excavaciones practicadas en 1983, dans Arqueología 83, 1984, p. 209-210.

Álvarez, Nogales (dir.) 2003 = J. M. Álvarez, T. Nogales, Forum Coloniae Augustae Emeritae, « Templo de Diana », Badajoz, 2003.

Aquilué, Dehesa 2006 = X. Aquilué, R. Dehesa, Los materiales arqueológicos de época romana y tardorromana procedentes de las excavaciones del denominado « Foro Provincial » de Mérida, dans P. Mateos (dir.), El foro provincial de Augusta Emerita : un conjunto monumental de culto imperial Madrid, 2006, p. 157-170 (Anejos de Archivo Español de Arqueología, XLII).

Augusta Emerita 1976= Augusta Emerita, Actas del Simposio Conmemorativo del Bimilenario de Mérida, 1976, Badajoz.

Ayerbe 2005 = R. Ayerbe, La llamada « basílica de Laborde » : identificación, ubicación y cronología. Intervención arqueológica en la C/ Calvario, 8, dans Memoria, Mérida Excavaciones Arqueológicas, 8, 2005, p. 89-120.

Ayerbe 2006 = R. Ayerbe, Los antecedentes del proyecto : Análisis historiográfico del área denominada « Foro Provincial » dans P. Mateos. et alii, El foro provincial de Augusta Emerita : un conjunto monumental de culto imperial Madrid, 2006, p. 29-54 (Anejos de Archivo Español de Arqueología, XLII).

Ayerbe, Barrientos, Palma 2009, = R. Ayerbe, T. Barrientos, F. Palma, (dir.) El Foro de Augusta Emerita. Génesis y evolución de sus recintos monumentales, 2009, Mérida (Anejos de Archivo Español de Arquología LIII).

Barrientos 1998 = T. Barrientos, Intervención arqueológica en el solar de la C/ Adriano, 64. El cerro del Calvario, dans Memoria, Excavaciones Arqueológicas Mérida, 2, 1998, p. 27-54.

De La Barrera 1984 = J. L. De la Barrera, Los capiteles romanos de Mérida, Mérida, 1984 (Monografías Emeritenses, 2).

De La Barrera 2000 = J. L. De La Barrera, La decoración arquitectónica de los Foros de Augusta Emerita, Rome, 2000.

Dupré 2004 = X. Dupré (dir.), Mérida-Colonia Augusta Emerita, Rome, 2004 (Las capitales provinciales de Hispania, II).

Fishwick 1995 = D. Fishwick, Provincial forum’ and ‘municipal forum’ : Fiction or fact ?, I dans Hommage à Sáenz de Buruaga, Toronto, 1995, p. 169-186.

Gijón 2004 = E. Gijón, El Circo romano de Mérida. Nueva intervención arqueológica desarrollada dentro del Proyecto Vía de la Plata-Extremadura, dans Memoria, Mérida Excavaciones Arqueológicas, 7, 2004, p. 73-125.

Gros 1978 = P. Gros, Architecture et société à Rome et en Italie centromeridionale aux deux derniers siècles de la République, Bruxelles, 1978 (Coll. Latomus, 156).

Mar, Pensabene 2004 = R. Mar, P. Pensabene, Dos frisos marmóreos en la acrópolis de Tarraco, el templo de Augusto y el complejo de culto Imperial, dans J. Ruiz de Arbulo (dir.), Simulacra Romae. Roma y las capitales provinciales del Occidente Europeo. Estudios Arqueológicos, Tarragone, 2004, p. 73-86.

Márquez 2004 = C. Márquez, Baeticae Templa, dans J. Ruiz de Arbulo (dir.), Simulacra Romae. Roma y las capitales provinciales del Occidente Europeo. Estudios Arqueológicos, Tarragone, 2004, p. 109-127.

Mateos 2001= P. Mateos, Augusta Emerita. La investigación arqueológica en una ciudad de época romana, dans Archivo Español de Arqueología, 74, 2001, p. 183-208.

Mateos 2004 = P. Mateos, El templo de culto imperial de Augusta Emerita, dans J. Ruiz de Arbulo (dir.), Simulacra Romae. Roma y las capitales provinciales del Occidente Europeo (Tarragona, 2002), Tarragone, 2004, p. 129-147.

Mateos 2006 b = P. Mateos, « El foro provincial » de Augusta Emerita : un conjunto monumental de culto imperial, dans P. Mateos (dir.), « El foro provincial » de Augusta Emerita : un conjunto monumental de culto imperial, Madrid, 2006 (Anejos de Archivo Español de Arqueología, XLII),.

Mateos, Pizzo 2011 = P. Mateos, A. Pizzo, Hacia una metodología de análisis de la arquitectura pública de Augusta Emerita, dans Arqueología Aplicada al Estudio e Interpretación de Edificios Históricos. Últimas tendencias metodológicas, (Madrid 14-16 de Octubre de 2009), Madrid, 2011, p. 199-216.

Mateos, Peña, Stylow, Ventura 2011 = P. Mateos, A. Peña, A. Stylow et A. Ventura, Novedades arquitectónicas y epigráficas sobre el recinto de culto imperial provincial de la Lusitania, dans Coloquio Internacional de Arte Romano Provincial, Roma y las provincias : modelos y difusión (Mérida, 18-21 de Mayo de 2009), 2011, Mérida, p. 231-238.

Montalvo, Gijón, Sánchez Palencia 1997 = A. Montalvo, E. Gijón, F. J. Sánchez Palencia, Circo romano de Mérida, campaña de 1995, dans Memoria, Mérida Excavaciones Arqueológicas, I, 1997, p. 245-258.

Peña 2009 = A. Peña, La decoración escultórica, dans R. Ayerbe, T. Barrientos, F. Palma (dir.), El Foro de Augusta Emerita, Génesis y evolución de sus Recintos Monumentales, Mérida, 2009, p. 583-622.

Pizzo 2006 = A. Pizzo, El Arco de Trajano, puerta de acceso al Conjunto monumental : Análisis histórico, arquitectónico y arqueológico, dans P. Mateos (dir.), « El foro provincial » de Augusta Emerita : un conjunto monumental de culto imperial, Madrid, 2006 (Anejos de Archivo Español de Arqueología, XLII), p. 207-250.

Pizzo 2008 = A. Pizzo, El Arco de Trajano de Augusta Emerita, Mérida, 2008 (Série Ataecina, 4).

Richmond 1930= I. A. Richmond, The first years of Emerita Augusta, dans The Archaelogical Journal, LXXXVII, 1930, p. 98-116.

Ruiz de Arbulo 1999 = J. Ruiz de Arbulo, Tarraco. Escenografía del poder, administración y justicia en una capital provincial romana (s. ii a.C.-ii d.C.), dans Empuries, 51, 1999, p. 31-61.

Sánchez 2002 = P. D. Sánchez, Trabajo desarrollado por el equipo de seguimiento de Obras durante el año 2000, dans Memoria, Mérida Excavaciones Arqueológicas, 6, 2002, p. 241-256.

Saquete 2005 = J. C. Saquete, L. Fulcinius Trio, Tiberio y el gran templo de culto imperial de Augusta Emerita, dans Epigraphica, 67, 2005, p. 279-308.

Trillmich 1990 = W. Trillmich, Un sacrarium de culto imperial en el teatro de Mérida, dans Anas, 2-3, 1990, p. 87-102.

Trillmich 1993 = W. Trillmich, ‘Forum provincial’ und ‘Forum municipal’ in den Hauptstädten der drei spanischen Provinzen : eine Fiktion, dans Ville et communauté civique en Hispanie, ii-iii siècle après J.-C. (Coloquio, Madrid 1990), Madrid, 1993, p. 115-124.

Trillmich 2004 = W. Trillmich, Monumentalización del espacio público emeritense como reflejo de la evolución histórica colonial : el ejemplo del teatro emeritense y sus fases, dans Augusta Emerita, territorios, espacios, imágenes y gentes en Lusitania romana, Mérida, 2004 (Monografías Emeritenses, 8), p. 277-284.

Trillmich 2007 = W. Trillmich, Espacios públicos de culto imperial en Augusta Emerita : entre hipótesis y dudas, dans Nogales, T. y González, J. (dir.), Culto imperial : política y poder, Rome, 2007, p. 417-445.

Haut de page

Notes

1 Augusta Emerita 1976.

2 Richmond 1930, p. 98-116.

3 Les projets continus de recherche réalisés dans le gisement archéologique de Merida au cours des dernières années et dont les résultats sont exprimés dans différentes monographies qui seront cités dans cet article posent un nouveau scénario urbain pour la colonie tout au long du i siècle de notre ère.

4 Sur le sujet en général, consulter Mateos 2001, p. 183-208 et Dupré (ed), 2004.

5 Mateos, Pizzo 2011, p. 199-216.

6 Gros 1978.

7 Les deux bâtiments furent l’objet d’études dans un projet de recherche. Dans le cadre de ce projet, dirigé depuis l’institut d’Archéologie et le Consortium de Merida et qui compte des chercheurs du Musée national d’Art Romain, l’Université Autonome de Madrid, l’Université de Séville, l’Université de la saopienza de Rome, etc.... on parle de nouvelles fouilles de endroits significatifs du théâtre et l’amphithéâtre, leur documentation planimétrique ainsi que l’analyse de ses caractéristiques architectoniques et de l’épigraphie, dans le but de connaître en profondeur la physionomie ainsi que les particularités de ces espaces.

8 Toutes les nouveautés sur les caractéristiques générales de l’urbanisme du forum de Merida sont recueillies dans le volume édité par Ayerbe, Barrientos, Palma 2009.

9 Barrientos 1998, p. 27-54.

10 Pour la dernière bibliographie sur les deux aqueducs, consulter, Mateos 2001, p. 188-190.

11 Les seuls travaux pour lesquels nous comptons afin d’établir quelque chronologie a partir de données de fouille sont celles obtenues et publiées par Montalvo, Gijón, Sánchez Palencia 1997, p. 245-258 y Gijón 2004, p. 73-125.

12 Chronologie attribuée par Trillmich dans ses derniers études sur la décoration sculpturale dans l’endroit (Trillmich 2007, p. 417-445) révisee et corrigée par Antonio Peña p. 583-622.

13 Mateos 2006.

14 Ibidem note 13.

15 Ayerbe 2006, p. 29-54.

16 Nous devons souligner la tendance méthodologique appliquée au cours des dernières années à Merida, en analysant les espaces publics de la ville romaine monographique à travers des projets de recherche comme ceux soulignés dans l’Ensemble Provincial de Culte impérial, le Forum d’Augusta Emerita ou le théâtre et l’amphithéâtre qui ont contribué à faciliter une connaissance réelle et complète de ces complexes et leur insertion dans l’urbanisme de la ville.

17 Mateos 2006, p. 55-171.

18 Mateos 2006, p. 315-355.

19 Aquilué, Dehesa 2006, p. 157-171.

20 Mateos 2006, p. 315 et ss.

21 Une première analyse de ce bâtiment chez Pizzo 2006, p. 207-250, complété chez Pizzo 2008.

22 Cette mesure de 9 m de large pour le cardo maximus est établie archéologiquement par les données obtenues au cours des interventions réalisées dans l’enceinte de culte impérial. (Mateos 2006) et dans la Rue Calvario, 8 (Ayerbe 2005, p. 89-120).

23 Comme nous le savons, la largeur des rues de Augusta Emerita, les intramuros comme celles situées loin de la muraille, varie entre 4,70 m et 6 m. Consulter l’ouvrage Alba 2001, p. 397-423.

24 Mateos 2006, p. 251-277, Mateos 2004, p. 129-147 ; pour les premiers résultats de fouilles en urgence effectuées en 1983, Álvarez Martínez 1984, p. 209-210.

25 Mateos 2006, p. 139-145.

26 Mateos, Peña, Stylow, Ventura, A. 2011, p. 231-238.

27 Mateos 2006, p. 317-354.

28 Ruiz de Arbulo 1999, p. 31-61.

29 Saquete 2005, p. 279-308.

30 Mateos, Peña, Stylow, Ventura 2011, p. 231-238.

31 Ibid., note antérieure.

32 Fishwick 1995, p. 169-186.

33 Ayerbe 2005.

34 Trillmich 1993, p. 115-124.

35 Dans le cas de Córdoba, Márquez 2004, p. 109-127. Pour Tarragone, Mar, Pensabene 2004, p. 73-86.

36 Presque toutes provoquées par l’activité de prévention exercée depuis le Consortium de Merida conformément au développement du Plan Spécial de Protection du Patrimoine et PGOU de Merida. Seulement celles réalisées dans le cadre du « Temple de Diana » furent des interventions programmées provoquées par le projet : « Documentación, integración urbanística y desarrollo turístico del templo de Diana y su entorno, Mérida » (I+D régional no 2PR01B004) entre 2002 et 2004. Au préalable en 2001, le Ministère de l’Éducation, de la Culture et du Sport avait financé la fouille du terrain de santa Catalina, proche au temple.

37 Après son acquisition publique en 1972 les fouilles ont commencé tant dans le dit temple de Diana comme dans son environnement immédiat. Les recherches sur ce bâtiment ont été définies jusqu’à ce jour par une étude monographique réalisée par J. M. Álvarez et T. Nogales en 2003. À ce travail, référence obligatoire, il faut ajouter ceux de De la Barrera sur ses éléments de décoration architectonique, Barrera 1984 et Barrera 2000.

38 Dans cette enceinte, une série de fouilles archéologiques ont été réalisées sur deux zones du bâtiment qui délimitait cette zone publique. Les premiers, dirigées par J. M. Álvarez Martínez entre les années 1980 et 1987, se concentreront sur l’angle nororientale de cet bâtiment (dans les nos 11-13 de la c/ Sagasta) ; en se tenant les restes à la vue publique. Dans un pan du portique sud de cet enceinte (coin entre les rues Baños et Travesía de Parejo) aussi il y havait être développée une intervention pendant 1982. La plus part des références bibliographiques existantes générées par ces deux interventions havait être référées aux restes apparus dans la rue Sagasta, mais aussi il y havait sommaires mentions à la fouille de la rue Baños. Dès le commencement, il paraitrait évident pour les studieux qui travaillaient dans la décoration sculpturale du portique, l’étroite relation avec le forum d’Auguste de Rome, et, sur tout, avec les portiques du temple de Mar Ultor, en penser qu’il était un Augusteum. En long de ces 25 années, les hypothèses sur la fonction et la chronologie du complexe monumental ont marquée le caractère d’union idéologique avec le forum d’Auguste, sans éclaircir, cependant, la problématique chronologique et urbanistique. Les dernières publications indiquaient une date claudio-neronienne.

39 Consulter la note 8.

40 Ayerbe, Barrientos, Palma 2009, p. 667-744.

41 Ayerbe, Barrientos, Palma 2009, p. 779-805.

42 Ayerbe, Barrientos, Palma 2009, p. 745-778.

43 Ayerbe, Barrientos, Palma 2009, p. 828-831.

44 Montalvo, Gijón, Sánchez Palencia 1997, p. 245-258.

45 Sánchez 2002, p. 241-256.

46 Fouilles encore inédites et qui font partie d’une monographie sur les installations thermales d’Augusta Emerita éditée par T. Barrientos, encore en cours de publication.

47 Trillmich 2004, p. 277-284.

48 Trillmich 2004, note 7.

49 Trillmich 2004, p. 277-284.

50 Trillmich 1990, p. 87-102.

51 Trillmich 1990, note 49.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan reconstruit d’Augusta Emerita avec la localisation des lieux de culte et de l’Ensemble Provincial du Culte Impérial (selon T. Barrientos et P. Mateos).
Légende Fig. 2 – Plan reconstruit de l’Ensemble Provincial du Culte Impérial (Selon P. Mateos).
Légende Fig. 3 – Plan reconstruit du forum d’Augusta Emerita lors de l’époque flavienne (selon R. Ayerbe, T. Barrientos et F. Palma extrait du livre « El foro de Augusta Emerita »).
Légende Fig. 4 – Vue aérienne du cirque d’Augusta Emerita. (photographie provenant Consortium de Mérida).
Légende Fig. 5 – Vue générale de la frons scaenae du théâtre d’Augusta Emerita (photographie provenant du Consortium de Mérida).
Légende Fig. 6 – Vue des fouilles archéologiques effectuées sur la scène du théâtre (Photographie de P. Mateos).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pedro Mateos Cruz et Antonio Pizzo, « L’architecture monumentale d’Augusta Emerita. De nouvelles perspectives », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-2 | 2011, 581-595.

Référence électronique

Pedro Mateos Cruz et Antonio Pizzo, « L’architecture monumentale d’Augusta Emerita. De nouvelles perspectives », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-2 | 2011, mis en ligne le 19 février 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://mefra.revues.org/449 ; DOI : 10.4000/mefra.449

Haut de page

Auteurs

Pedro Mateos Cruz

Instituto de arqueología de Mérida, Espagne, p.mateos@iam.csic.es.

Antonio Pizzo

Instituto de arqueología de Mérida, Espagne, antoniopizzo@iam.csic.es.

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org