Navigation – Plan du site
Mélanges

Les Balnea de Rome à travers la Forma Vrbis Severiana et les Catalogues Régionnaires

The Balnea of Rome through the Forma Vrbis Seueriana and the regional catalogues
Anne Laure Foulché
p. 597-611

Résumés

Le paysage balnéaire de la ville de Rome est, proportionnellement aux nombres d’études concernant le thermalisme dans le monde romain, bien peu connu. Une telle lacune peut se justifier par la rareté des vestiges archéologiques des bains dits mineurs, mais aussi par l’importance des recherches dédiées aux thermes impériaux. Ce papier propose de donner un premier aperçu de ce paysage, à travers l’analyse comparative de documents tardifs, bien souvent pris en compte de manière isolée par les chercheurs afin de pallier au manque d’informations relatives aux établissements balnéaires de l’Vrbs. Après avoir au préalable défini certains éléments de vocabulaire pouvant éventuellement nous éclairer sur la nature de ces édifices, nous avons examiné de façon critique les données chiffrées des Catalogues Régionnaires concernant le nombre de balnea et thermae à Rome au début du ive siècle, en les confrontant notamment à la Forma Vrbis d’époque sévérienne.

Haut de page

Texte intégral

Je dois des remerciements particuliers à Catherine Saliou, Manuel Royo et Michel Tarpin, qui ont bien voulu relire cet article et ont permis de l’améliorer par leurs suggestions.

  • 1 Platner et Ashby, 1929, p. 68-71, recensent dans leur dictionnaire une quarantaine de balnea connus (...)
  • 2 Certains grands thermes de Rome, aujourd’hui disparus, étaient encore relativement bien conservés a (...)
  • 3 Alors que certains des grands monuments de Rome se sont conservés grâce à leur insertion dans la tr (...)

1Les bains romains, considérés comme un des symboles forts de la romanitas, sont paradoxalement très peu connus à Rome même1, si l’on excepte la dizaine de grands thermes impériaux plus ou moins conservés dans la trame urbaine, sans cesse objets d’étude depuis l’époque moderne2. Le plan, la localisation et la distribution topographique des complexes balnéaires mineurs de l’Urbs sont autant d’éléments ignorés, en partie à cause de la constante occupation de la ville depuis l’Antiquité. Cette continuité de vie a parfois mené à la découverte d’établissements mineurs, dont la nature même justifie la mauvaise conservation3.

  • 4 Valentini-Zucchetti 1946, p. 90-165. Le nombre de balnea varie selon que l’on additionne les chiffr (...)
  • 5 Staccioli, 1961, p. 92 ; Homo, 1971, p. 300-302, considère par exemple que le chiffre le plus proba (...)

2Fort heureusement, de nombreux textes latins et grecs ainsi que des inscriptions nous renseignent sur ces bains de quartier que l’on pouvait trouver à Rome durant la République et surtout sous l’Empire. Parmi ces sources importantes, les Catalogues Régionnaires recensent entre 856 et 942/957 balnea pour la seule ville de Rome au ive siècle ap. J.-C.4. Ces chiffres sont souvent cités, faute de mieux et sans observation plus poussée5, dans toute étude portant sur le thermalisme romain, afin de démontrer l’importance de cette pratique au sein même de la capitale de l’Empire. Un examen plus approfondi nous a cependant conduit à reconsidérer ces données, en particulier grâce à la mise en parallèle avec d’autres sources comme la Forma Vrbis Severiana.

  • 6 L’intérêt n’est pas ici de proposer une étude typologique des bains mineurs de Rome, déjà réalisée (...)

3Bien qu’étant conservé de manière fragmentaire, ce plan présente pourtant un échantillonnage important des bâtiments qui composaient la ville ; on y découvre des dizaines d’horrea, d’insulae, de domus ou de temples, mais, étrangement, beaucoup moins de balnea ou thermae, pourtant si reconnaissables. Or, si l’on en croit les chiffres des Régionnaires, on devrait s’attendre à voir des établissements thermaux à chaque coin de rue. S’agit-il d’un simple hasard, ou doit-on revoir avec plus d’attention ces chiffres peu remis en question ? L’intention de cette étude est de proposer une révision critique des données des Catalogues Régionnaires, à travers l’analyse comparative d’autres sources (en particulier la Forma Vrbis Severiana) : le but est d’appréhender dans toute sa complexité le paysage balnéaire de Rome durant l’Antiquité6.

  • 7 Si l’archéologie représente plus de la moitié de nos sources, on peut toutefois noter que les donné (...)

4Avant de se pencher sur l’argument spécifique de cet article, nous nous devons de proposer une définition de ce que l’on appelle, à Rome, balnea et thermae, puisque nous utiliserons fréquemment ces mots. Précisons enfin que l’étude des balnea de Rome durant l’Antiquité fait l’objet d’une thèse en cours visant à recenser tous les établissements balnéaires mineurs intra muros connus par l’archéologie, l’épigraphie et les sources littéraires7.

Questions de vocabulaire

  • 8 Varron, De ling. Lat. 9, 68 ; Augustin, Confessions, 9, 12. 32.
  • 9 Aristophane, Nuées, 991, 1045 sq.
  • 10 Ginouvès, 1962, p. 183.
  • 11 Varron, De Ling. Lat. 9, 68 : Item reprehendunt analogias, quod dicantur multitudinis nomine public (...)
  • 12 Aux dires de Varron, puisque nous ne possédons aucun témoignage antérieur évoquant des lavatrina.
  • 13 De ling. Lat, 5, 118.
  • 14 Saturarum frg. 400 : latrina genere feminino ; et est lavatrina, quod nunc balneum dicitur.
  • 15 Saturarum frg. 253 ; Com. 6.
  • 16 Vitruve, 6, 5, 1.
  • 17 Vitruve, 7, 6, 2.
  • 18 Vitruve, 5, 10, 4 ; 8, 2, 4 (Saliou, 2009, note 3 à 5, 9, 9, p. 313-314).

5Les auteurs latins s’accordent à dire que le mot latin balineum (qui devient par la suite balneum) dérive du grec Bαλανεῖον8, terme présent dès le ve siècle av. J.-C chez Aristophane9, mais peut-être d’origine plus ancienne et qui désignerait des bains publics indépendants10. Varron mentionne que l’on trouvait à Rome sous la République des balineae, bains publics (le pluriel s’explique par la division du complexe en deux parties, selon les sexes), distincts du balineum, salle de bain privée11. Cette terminologie semble apparaître vers le iiie siècle av. J.-C., détrônant peu à peu le terme plus ancien de lavatrina12. Elle semblerait par ailleurs liée à l’émergence des premiers bains publics, ce qui explique l’adoption d’un vocabulaire plus approprié à désigner de nouvelles structures. En perdant peu à peu son sens avec l’arrivée des termes balneum / balnea, le mot lavatrina (à l’origine le lieu où l’on se lave, souvent lié aux lieux d’aisance) devient par contraction latrina, désignant les lieux d’aisance publics, mais parfois aussi les bains. Varron par exemple emploie la formule lavatrina pour désigner des lieux d’aisance13, alors que chez C. Lucilius (deuxième moitié du ier siècle ap. J.-C.), le mot latrina est utilisé dans le sens de bains14. On notera également l’emploi du neutre latrinum, que D. Laberius (début du ier siècle av. J.-C.) utilise également pour désigner des bains15. La distinction entre balneum et balnea devient cependant à la fin de l’époque républicaine plus souple : on peut le voir chez Vitruve, chez qui le féminin pluriel balineae désigne aussi bien le bain domestique16que le bain ouvert au public17, et la forme balneum la pièce du bain chaud18.

  • 19 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, 35. 26 ; 36. 189.
  • 20 Les thermae Agrippae marquent en effet un tournant dans l’histoire du bain à Rome. Ils ne sont pas, (...)
  • 21 Cicéron, Pro Cael. 61, 62 : Dans le discours en défense de Caelius, Cicéron cite plusieurs fois les (...)
  • 22 Cordier, 2005, p. 82, souligne le fait que ces complexes romains portent en général des noms grecs, (...)
  • 23 Lib. Pont. (Ed. Mgr Duchesne) : Vie de Silvestre (314-335), I, 171, 183 ; Vie de Damase (366-384), (...)
  • 24 Les rares exemples d’inscriptions situées certainement à l’entrée de bains figurent la formule bal( (...)

6Le mot thermae apparaît en revanche beaucoup plus tardivement (vers le milieu du premier siècle ap. J.-C.), et désigne les nouveaux grands bains dont se dote la ville. On le rencontre pour la première fois chez Pline l’Ancien19, lorsqu’il fait allusion aux thermes d’Agrippa, les premiers grands thermes monumentaux de Rome20. Plaute, Cicéron, Varron et même Vitruve ne font réf rence qu’à des balinea / balnea : il semble donc évident que sous la République, comme au début du premier siècle de notre ère, le mot thermae n’existait pas encore : balinea désignait chez ces auteurs aussi bien des établissements publics que privés21. Ces nouveaux thermes sont particulièrement luxueux, ont un plan rationnel et symétrique et des dimensions plus imposantes : ils sont souvent dotés de palestres, portiques, basiliques ou encore bibliothèques. Cette plurifonctionnalité les distingue tout particulièrement des balnea républicains, ce qui explique notamment qu’on ait dû trouver une autre terminologie pour ces édifices. Comme c’est en général l’usage pour les équipements de loisirs dans le monde romain, le mot thermae (directement issu du grec thermos) désigne un édifice typiquement romain, inconnu du monde hellénique22. A partir du ier siècle ap. J.-C., on utilise donc le mot thermae pour parler de ces grands édifices qui sont pour la plupart publics (à Rome, ils sont même propriété impériale). Parallèlement, les termes balneum/ balnea sont employés dans un sens légèrement différent. Le mot balneum désigne encore majoritairement les structures balnéaires purement privées liées à la domus23, mais également des établissements bien précis, suivis ou non d’un nom propre24. Dans ce sens plus large, le balneum est le « lavacrum », l’endroit où l’on se lave, le bain. En aucun cas cependant nous ne pouvons dire que le mot balneum se réfère uniquement à des structures domestiques : dans la plupart des cas où il est suivi d’un nom propre, il s’agit certainement d’édifices ouverts au public.

  • 25 Martial, Epigr., III, 51 (...) et semper vitas communia balnea nobis./ Numquid, Galla, times ne tib (...)
  • 26 La distinction entre balneum et balnea n’est donc pas une distinction entre privé et public, ou pet (...)
  • 27 Nielsen, 1993, p. 3, distingue ainsi les balnea des thermae sans prendre en compte l’aspect évoluti (...)
  • 28 Cassiodore, Chronica, M.G.H. 11, 147, 955, évoque des lavacra publica pour les thermes de Dèce sur (...)
  • 29 Aurélius Victor, Liber de Caesaribus, 13, 8, à propos des thermes de Sura : Aequus, elemens, patien (...)

7Cependant à la différence des thermae, les balnea vont désigner de manière plus générale des établissements de bain de dimensions plus modestes. Ce sont « les bains » au sens large, et les auteurs latins, lorsqu’ils n’évoquent pas un édifice précis, parlent ordinairement de balnea25. Il s’agit donc de tous les bains de quartiers, de tailles variées, anonymes ou non. Avec l’emploi de thermae, il semble que la distinction entre balneum et balnea, pourtant claire jusqu’à la fin de la République, soit désormais plus grammaticale que typologique (avec sans doute des exceptions) : cela peut peut-être expliquer les différences que l’on observe dans les textes littéraires et l’épigraphie latine, et la difficulté que l’on peut avoir à établir une règle unique26. La théorie qui voudrait que les balnea soient nécessairement des bains publics sans palestre n’est pas, dans ce cas, la seule acceptable27. À partir du iiie siècle on note une confusion encore plus marquée dans l’emploi de ce vocabulaire, ainsi que l’apparition de nouveaux termes (ou la réutilisation d’anciens), comme lavacrum28ou opus (qui désigne en réalité n’importe quel édifice)29. Ces deux mots s’appliquent le plus souvent aux grands bains publics. La période tardive est ainsi caractérisée par une grande richesse de vocabulaire, ainsi que par une certaine confusion dans l’emploi de termes liés aux structures balnéaires. Cela peut expliquer la difficulté d’interprétation des sources tardives, en particulier des Catalogues Régionnaires.

Les catalogues régionnaires

8Si les thermes impériaux de Rome sont connus aussi bien par les textes antiques que par l’archéologie, le nombre et la nature des plus petits balnea posent en revanche plus de problèmes d’interprétation. D’une part, leur connaissance archéologique est généralement liée à des découvertes sporadiques et aléatoires, trop souvent peu ou mal documentées et qui donnent une image peu satisfaisante du paysage balnéaire de Rome durant l’Antiquité. Ce fréquent manque d’information explique en partie l’absence d’étude globale sur les balnea de Rome. Ceux-ci sont cependant évoqués dans des sources littéraires comme Martial ou Sénèque, mais également dans les Catalogues Régionnaires.

  • 30 Chastagnol, 1996, p. 183 : l’auteur parle d’une datation entre 337 et 357 pour la Notitia (sous le (...)
  • 31 Ibid, p. 185 : Il est probable, étant donné la nature de ces listes, qu’elles aient été rédigées da (...)

9Ces derniers, datés du ive ap. J.-C., comportent deux listes, le Curiosum et la Notitia, légèrement antérieure30. Chacune énumère les monuments situés dans les 14 regiones de Rome31. L’analyse des Catalogues pose plusieurs problèmes de lecture. Il faut au préalable redéfinir le statut des différents édifices, généralement lié à leur propriété et à leur gestion. Nous devons en effet considérer la notion d’édifice « public » avec précaution : elle est beaucoup plus ambiguë en français qu’en latin. Ainsi, publicus s’applique aux espaces et aux bâtiments construits sur le sol public ou gérés par l’État, tandis que ceux qui dépendent du fiscus impérial, ou qui – appartenant à des particuliers – sont accessibles au public (comme les bains d’exploitation), ne seront en principe jamais qualifiés de publicus, pas plus que les bains domestiques des particuliers.

  • 32 Nous parlerons ici de « public » par défaut, puisque le statut des édifices mentionnés par les Régi (...)
  • 33 Ce sont les thermas (sic) Severianas, Commodianas, Titianas, Traianas, Constantinianas, Diocletiana (...)
  • 34 Palombi, 1993, p. 155 ; Platner et Ashby 1969, p. 68, proposent la thèse de T. Flavius Abascantus, (...)
  • 35 Schol.ad Iuv., 7.233 ; Rodriguez Almeida, LTUR I, 1993, p. 162.

10Figurent sur chaque liste entre autres monuments 11 thermae ainsi que plusieurs balnea, suivis d’un nom propre (6 dans le Curiosum et 9 dans la Notitia : fig. 1-2) ; les deux listes mentionnent pour finir le nombre d’insulae et de domus résidentielles, d’horrea, de lacus et de balnea de chaque quartier. La distinction entre ces derniers et les balnea nominatifs laisse penser à priori que l’on a affaire à deux types de bâtiments de nature différente. Les balnea suivis d’un nom propre pourraient être des édifices au statut public, ou encore des bains d’exploitations ouverts au public, suffisamment connus pour figurer sous leur nom d’usage, au même titre que l’amphitheatrum castrense ou le templum divi Antonini. Leur évocation parmi les monuments32de Rome leur confère en effet une certaine importance, par rapport à la centaine de balnea anonymes venant compléter les listes. Seuls les grands complexes thermaux de propriété impériale sont appelés thermae33. Les balnea dotés d’un nom propre doivent donc correspondre à des édifices connus, distincts des thermes impériaux par le statut de leur propriétaire ou des dimensions sans doute plus modestes. Nous pouvons toutefois noter que ces édifices furent, au moins après leur construction, des bains d’exploitation. En effet, le premier propriétaire du balneum Abascanti (regio I) se confond très ce tainement avec un personnage d’origine servile, lié selon D. Palombi à la familia impériale des Claudii ou des Flavii34. Or, il est impossible qu’un édifice construit par un affranchi (même impérial), ait appartenu à l’État, du moins au moment de sa construction. Il s’agit donc très probablement d’un balneum détenu par un particulier, et ouvert au public afin d’en tirer un profit commercial. On peut également mentionner le cas du balneum Dafnidis. Situé par les Régionnaires dans la regio IV, il serait identifiable aux privatae balneae, quae Daphnes appellantur dont parlent les Scholies de Juvénal au ve siècle35. Dans un premier temps, ces balnea désignés du nom d’un particulier auraient donc été des bains d’exploitation privés ; leurs dimensions particulièrement imposantes ou leur passage à un moment ou à un autre dans le domaine public justifieraient alors leur mention sur les listes des Régionnaires. Une autre hypothèse serait que ces balnea suivis d’un nom propre soient des anciens bains d’exploitation devenus propriétés impériales. Ils auraient gardé leur nom d’origine, mais seraient ensuite passés, par legs testamentaire ou confiscation, comme c’est le cas sous l’Empire pour de nombreuses propriétés, horti et entrepôts, dans les mains de l’empereur. Ce passage de propriété exceptionnel expliquerait leur mention parmi les monuments publics de Rome.

Fig. 1 – Liste des balnea et des thermae de Rome d’après le Curiosum et la Notitia (d’après Valentini-Zucchetti, I, 1940, p. 89-192).

Fig. 2 – Répartition des thermae et balnea de Rome au ive siècle selon les 14 regiones (G. Fagan, 1999).

  • 36 On sait notamment par Martial ou Juvénal que nombre de petits bains de quartier portaient un nom pr (...)
  • 37 Fagan, 1993, p. 333, compte au total 600 balnea pour la Notitia et 610 pour le Curiosum. La différe (...)
  • 38 Cette liste se distingue de la Notitia et du Curiosum dans les manuscrits médiévaux, et constitue, (...)

11En revanche, les balnea qui figurent à la fin de la liste, sans être des bains anonymes au sens strict du terme36, ne devaient pas être suffisamment importants pour être mentionnés par leur nom. La question de leur statut est particulièrement complexe, puisque l’on ne sait pas directement à quel(s) type(s) de bains les Régionnaires font référence. Généralement, ces balnea sont considérés comme « bains publics » pris au sens de « bains ouverts au public », ce qui, nous l’avons souligné précédemment, est loin de définir un véritable statut. Les seuls indices que nous possédons pour qualifier ces balnea sont les chiffres donnés par les Catalogues. Cette première remarque pousse à s’interroger sur le nombre élevé et, il faut l’avouer, souvent improbable, des balnea cités. Si l’on additionne les chiffres des Catalogues, on dénombre 942 balnea dans le Curiosum, et 957 dans la Notitia37. Or, les Annexes du Breviarum38donnent un chiffre encore différent de 856 balnea (pour les deux Catalogues). Celui-ci correspond exactement au décompte des balnea du Curiosum, exception faite des 86 balnea de la regio XIV (ou des regiones I ou VIII). S’agit-il d’un oubli ou d’une erreur de la part du rédacteur des Annexes ? Ces différences se retrouvent notamment pour les domus, dont le nombre varie entre 1460/1560 (dans les Catalogues), et 1790 (dans le Breviarum). Tout ceci pose la question générale de la fiabilité des chiffres donnés par les Catalogues. S’il est possible que les balnea se soient multipliés sous l’Empire (étant donné l’engouement de la population pour la pratique thermale et la prospérité économique), certains écarts s’expliquent difficilement.

  • 39 Notitia Urbis Constantinopolitanae, éd. Seeck, 1876, p. 227-243.
  • 40 Poccardi, 2005, I, p. 208.
  • 41 Nous noterons ici que dans la version commentée des Catalogues Régionnaires de Rome du xve siècle ( (...)
  • 42 Mango, 2004, p. 49, a toutefois démontré que l’enceinte de Théodose comprenait des zones non urbani (...)

12Les Catalogues de Constantinople, datés de 425 ap. J.-C., recensent pour leur part 8 thermae et 153 balneae privatae39. G. Poccardi évoque le statut de ces derniers et souligne qu’il ne s’agissait pas de bains domestiques, mais d’établissements gérés par des particuliers et ouverts au public40. En réalité, l’indication privatae montre très clairement qu’il s’agit de bains d’exploitation et/ou de bains domestiques, bien distincts des bains de statut public ou impérial. La similitude entre les listes suggèrerait alors une correspondance entre ces balnea privatae et les balnea anonymes des Régionnaires romains, et donnerait un premier indice sur leur statut41. On peut cependant s’étonner de la différence entre ce chiffre et celui des balnea de Rome, 5 à 6 fois plus important. À l’époque de la rédaction du Catalogue de Constantinople, cette cité est désormais capitale de l’Empire romain d’Orient. Sa superficie et sa population avoisinent celles de Rome : les nouveaux remparts construits sous Théodose II entre 412 et 414 portent la superficie de Constantinople à 1450 hectares42, alors que les murs d’Aurélien n’englobaient que 1386 hectares. Même si l’enceinte de Théodose comprenait des zones rurales, et même si l’importance des bains à Rome s’explique en partie par une tradition séculaire (alors que Constantinople est une ville relativement nouvelle), l’écart entre les deux capitales est difficile à expliquer.

  • 43 Poccardi, 2005, II, p. 291.
  • 44 Exception faite de la domus tardive des Dioscures, posant de nombreux problèmes d’interprétation, r (...)
  • 45 La grande majorité des bains connus d’Ostie est d’époque antonine ou tardive (après 250).
  • 46 Ostie présente une superficie d’environ 70 hectares (soit environ 1/20 de Rome), alors que la regio (...)
  • 47 Les Catalogues mentionnent pour cette seule regio 6 balnea, et deux thermes impériaux (balineum Tor (...)

13Dans le cas d’Ostie dont seuls les 2/5 ont été fouillés, on comptait à la fin de l’époque impériale 32 édifices de toutes tailles intra muros43. Il s’agit donc d’un chiffre provisoire, et si l’on suppose une répartition relativement homogène des bains, leur nombre devait avoisiner la cinquantaine. Si l’on songe à l’importance de cette ville, où transitaient chaque jour des milliers de marins, marchands et toute sorte de population, soit ce nombre apparaît relativement faible, soit celui des établissements de Rome particulièrement élevé. Compte tenu de ce qu’aucune des domus dégagées à Ostie ne possédait ses propres bains44et qu’une insula seulement disposait de balnea (Thermes des Sept Sages) auxquels ses occupants accédaient directement, la majorité de la population, dépourvue de toute structure balnéaire domestique, devait exercer une très forte pression sur les infrastructures publiques. On s’attendrait donc à une situation à Ostie relativement proche de celle de Rome à l’époque de la rédaction des Régionnaires45. Or, les bains d’Ostie équivalent à moins de la moitié des 86 balnea de la regio Porta Capena, d’une superficie pourtant moins importante46. Si cette regio est particulièrement bien pourvue en édifices thermaux47, le chiffre donné par les Régionnaires semble cependant exagérément élevé, surtout si l’on songe à son caractère peu résidentiel et à la proximité des grands thermes impériaux de Septime Sévère, Commode (encore non identifiés) et Caracalla. La situation est encore plus éloquente avec la regio VIII Forum Romanum, moins vaste (environ 40 hectares) et essentiellement occupée par des édifices liés à la vie publique et religieuse. Dans ce cas-là également, les Régionnaires font état de 86 balnea, ce qui équivaut à un bâtiment tous les 60 à 70 mètres. Une telle concentration n’aurait guère de sens. Certains chiffres semblent cependant plus plausibles, comme les 75 balnea de l’Esquiliae ou de l’Alta Semita, où l’on devait faire face à une grande demande de la part de la population, les thermes de Dioclétien n’ayant été construits que quelques années à peine avant la rédaction des Catalogues. Jusqu’au début du ive siècle, les thermae de Titus et de Trajan étaient toujours les seuls grands complexes impériaux à desservir l’Alta Semita et l’Esquiliae, pourtant les plus importants quartiers résidentiels romains. De même, les 15 balnea de la regio XI sont plus crédibles : cette regio, la plus petite de la ville, était essentiellement occupée par le Cirque Maxime et le forum Boarium.

  • 48 La même remarque peut se faire avec les domus, dont plus de la moitié des chiffres donnés par les C (...)

14S’agissant de la Regio XIII Aventinus, nous noterons également la différence entre le Curiosum qui affiche 44 balnea, contre 60 pour la Notitia. Cette différence peut s’expliquer par la chronologie : la Notitia est antérieure au Curiosum de quelques décennies. 16 balnea auraient ainsi disparu entre la rédaction des deux Catalogues. Ces phénomènes d’abandon sont tout à fait caractéristiques de cette deuxième moitié du ive siècle, et, si l’on exclut qu’il s’agisse d’erreurs de copies, cette discordance est tout à fait explicable et plausible. Nous pouvons cependant être frappés par la récurrence de certains nombres : 86 revient à trois reprises dans le Curiosum (contre deux dans la Notitia), 85 se trouve deux fois dans la Notitia et 44 deux fois dans le Curiosum ; enfin, 75 revient trois fois et 63, deux fois, dans les deux Catalogues. Les 3⁄4 des données énoncées sont donc récurrentes : s’agit-il d’un pur hasard48 ?

  • 49 Prenons par exemple pour la Regio VII l’equus Tiridatis regis, que l’on trouve également mentionné (...)
  • 50 On constate en effet de nombreuses variantes dans les chiffres des manuscrits, comme par exemple po (...)
  • 51 Chastagnol, 1996, p. 180-181 : Le Curiosum Vrbis Romae regionum XIIII est connu par trois manuscrit (...)

15En réalité, l’accumulation de toutes ces données amène à deux conclusions. Tout d’abord, il est probable que les différences numériques entre les Catalogues et les Breviarii, ainsi que les discordances entre la taille et la nature du quartier d’une part, et le nombre de balnea d’autre part, pro viennent des erreurs de lecture et de recopiage des listes au fil du temps. Quand on sait combien il existe de variantes pour un même mot dans les manuscrits49, il est aisé d’imaginer -et souvent même de constater – le problème que posait la copie répétée d’un chiffre romain50. La récurrence des données pourrait s’expliquer de la même manière : les copistes, ayant perdu certaines données de regiones, se sont probablement basés sur les autres chiffres qu’ils avaient sous les yeux. Il semble donc plus logique de penser que le chiffre à prendre en compte est celui donné par les Breviarii : le nombre de balnea par quartier des Catalogues paraît fondé sur des données en partie erronées, tandis que les appendices donnent tous deux 856 balnea. Ce chiffre reste toujours très élevé, mais il est difficile de le remettre totalement en cause, sachant que Notitia et Curiosum, bien qu’issus de deux traditions manuscrites différentes, présentent des chiffres similaires ou égaux51.

La forma Vrbis severiana

  • 52 Il s’agit de la représentation de Rome dans son extension augustéenne, soit une superficie d’enviro (...)
  • 53 Rodriguez Almeida, 2002, p. 72.
  • 54 On pourrait s’étonner que certains clivi ou vici apparaissent alors que d’autres non. Doit-on pense (...)
  • 55 C = Carettoni (éd.), 1960.
  • 56 RA = Rodriguez Almeida, 1981.
  • 57 Rodriguez Almeida, Balnea Quattuor, LTUR I, p. 162-163, identifie ce fragment comme étant relatif a (...)
  • 58 Rodriguez Almeida, 2002, p. 72.
  • 59 On peut en effet difficilement penser, tout comme pour les Catalogues Régionnaires, que les auteurs (...)
  • 60 Comme pour les Catalogues Régionnaires, on peut évoquer ici l’hypothèse d’une propriété impériale. (...)
  • 61 Rodriguez Almeida, 2002, p. 72.

16Ces premières considérations nous amènent à nous tourner vers une autre source beaucoup plus fiable, même si elle est très fragmentaire. A priori, la Fórma Vrbis52ne semble évoquer, comme les Catalogues Régionnaires, que les espaces publics53 : lieux de réunion ou de représentation (Theatrum Pompei, Saepta Iulia, Circus Maximus), temples (Minervae, Templum Divi Claudii, Porticus Liviae), entrepôts et grands magasins (porticus Aemilia, horrea Galbana, Lolliana), ou encore espaces et bâtiments publics aux fonctions variées (summum choragium, Septizodium, aqueductium (sic), vici, clivi54,...). Les grands thermes publics (thermae Agrippae, Traiani) y figurent ainsi que certains balnea, comme le balneum Caesaris (pl. XXXIII, fr.43, C.55), le balneum Ampelidis (pl. XXXIV, fr. 47, C.), le balneum Surae (pl. XV, 21, C.-R.A.56), le balneum Cotini (pl. XXXIV, fr. 48, C.-RA.), ainsi qu’un fragment présentant uniquement l’inscription balin[...] (fr.37, R.A.)57. Les balnea Surae et Ampelidis sont également attestés par la Notitia et le Curiosum (thermas Syres/Surae dans la Regio XIII Aventinus ; balneum Ampelidis et Dianae dans la Regio XIV Transtiberim), alors que les balnea Cotini et Caesaris sont inconnus des autres sources. Ces balnea, à l’exception de certaines inscriptions relatives au préfet de la ville58, semblent être les seules entités du plan sévérien à être accompagnées du nom d’un particulier. Leur représentation, sur un plan où figurent essentiellement des monuments publics, ne doit cependant pas être interprétée comme une entorse à la règle59, mais paraît simplement signifier que ces balnea étaient aussi des édifices publics60. Comme le souligne E. Rodriguez Almeida, ces noms devaient évoquer au public des établissements précis et connus, autrefois propriétés privées, et entrées ensuite dans le domaine public ou le fisc impérial61.

  • 62 Ces établissements devaient figurer ainsi au même titre que les centaines de balnea anonymes des Ca (...)

17Outre ces balnea publics de dimensions certainement importantes, nous possédons également des fragments interprétables, avec plus ou moins de certitude, comme des complexes thermaux mineurs62. Comment identifie-t-on des thermes sur la Forma Vrbis ? La présence de pièces avec abside est un premier élément de reconnaissance. À partir du iie siècle ap. J.-C., les bains adoptent en effet souvent des plans caractérisés par une succession de pièces avec courbes, contre-courbes et bassins d’angles opposés. Il est donc aisé de repérer le plan de ce genre de pièces, qu’on ne rencontre jamais ni avec les insulae ni avec les horrea. Les bains forment notamment un corps compact et articulé, qui répond à la nécessité de faire communiquer les pièces entre elles, afin d’éviter les pertes de chaleur tout en créant un parcours cohérent pour le baigneur. Enfin, la présence fréquente d’une cour à ciel ouvert, pourvue ou non d’une colonnade, est un élément reconnaissable de l’architecture des bains. Même si la palestre des bains peut parfois se confondre avec une simple cour intérieure d’habitation ou avec un jardin, la combinaison des trois éléments susmentionnés atteste la plupart du temps la fonction thermale du bâtiment.

  • 63 Carettoni (éd.), 1960, vol. 1, p. 256 ; Staccioli, 1961, p. 92-102
  • 64 Staccioli, 1961, p. 99-100 : Il s’agit des fragments 330, 398b, 496b, 181, 343, 452b et c, pour les (...)

18Deux fragments représentant sans aucun doute un édifice thermal ont ainsi pu être identifiés avec certitude63 : les fragments 25 (pl. XXV) et 33 (pl. XXX), localisés dans la regio XIV Transtiberim (fig. 3). Il s’agit dans les deux cas de complexes relativement modestes, présentant une série de pièces communicantes et une palestre entourée d’un portique. Ces balnea sont liés à des entrepôts (Horrea Lolliana pour le fragment 25) et/ou à des insulae d’habitation, ce qui implique qu’il devait s’agir de bains destinés aux habitants du quartier ou aux personnes travaillant dans les environs. Une quinzaine d’autres fragments non situés topographiquement ont pu être identifiés comme des thermes64, mais, peu lisibles, ils sont considérés comme incertains.

  • 65 Ne seraient alors représentés de façon reconnaissable que les balnea d’une certaine importance ou n (...)

19Nous pouvons donc conclure que la Forma Vrbis représente 7 balnea identifiés avec certitude. Le chiffre atteint la vingtaine si l’on considère les fragments incertains, ce qui est bien faible. À la différence des Catalogues Régionnaires, on doit tenir compte de l’aspect fragmentaire de ce plan, dont les parties conservées ne nous sont parvenues qu’à la suite de découvertes plus ou moins dues au hasard et à la patience des érudits. On considère en effet que les 1186 fragments conservés représentent seulement 10 à 15 % du plan d’époque sévérienne, dont seule une infime partie peut être aujourd’hui localisée à sa position originelle. Bien qu’il s’agisse d’un pourcentage relativement faible, on notera cependant la fréquence avec laquelle se retrouvent insulae, horrea, portiques liés à des temples ou monuments de toutes sortes, aisément reconnaissables, tandis que les balnea brillent par leur absence. Si l’on part du principe que les 1186 fragments sont distribués sur l’ensemble de la superficie de Rome et ne se concentrent pas sur une zone particulière, il semble difficile de penser que cette lacune soit due à un problème de représentation65ou au simple hasard des découvertes. En effet, si la Forma Vrbis Romae s’attache à représenter de nombreux détails (jusqu’aux cages d’escalier) et des édifices parfois mineurs, il est difficile d’imaginer qu’elle ait ignoré les bains même les moins importants de Rome. Les fragments 33 et 25 illustrent de façon précise ces bains anonymes aux dimensions somme toute modestes. Pourquoi alors aurait-on choisi de représenter ces bains de quartier plutôt que d’autres ? Il est fort à parier que tous les balnea de Rome devaient figurer de la même façon, et être aussi facilement reconnaissables. Si l’on admet la fonction d’enregistrement fiscal de la Forma Vrbis et le rôle social important joués par ces édifices, il est difficile d’imaginer qu’il en soit allé autrement. En partant du pourcentage de bains identifiés par rapport à la totalité des fragments connus de la Forma, nous pouvons alors estimer entre 200 et 300 le nombre de balnea sur le plan restitué. On pourrait même doubler ces chiffres en tenant compte du caractère aléatoire de la découverte des fragments. Or, si on ignore le nombre exact de balnea au début du iiie siècle, on note que l’estimation, et même en passant du simple au double, on est loin d’égaler les 856 balnea intra muros qui figurent dans les Régionnaires un siècle plus tard.

Fig. 3 – FVR pl. XXV, Fr.25 (C= J. 51); FVR pl. XXX, Fr.33 (C = J. 170).

  • 66 Pline, Nat. Hist., 36, 121-123, à propos de l’édilité d’Agrippa : Adicit ipse aedilitatis suae conm (...)
  • 67 Pline, ibid, 121, note qu’Agrippa fit notamment construire durant son édilité lacus DCC (...), prae (...)
  • 68 Castagnoli, 1976, p. 45-52 ; Chastagnol, 1996, p. 186 n. 14 : Les grandes épidémies entre 250 et 27 (...)

20Enfin, une dernière source peut être examinée. Si l’on en croit un célèbre passage de Pline l’Ancien, le nombre de balnea à Rome avait déjà augmenté de façon vertigineuse entre la fin du Ier siècle av. J.-C. et la deuxième moitié du ier ap. J.-C., passant de 170 sous Agrippa, ad infinitum66. Tout en prenant ce témoignage avec précaution, et en admettant que ces chiffres n’aient pas été amplifiés67, on peut alors penser que si l’engouement pour le bain a fortement augmenté aux deux premiers siècle de l’Empire, le nombre de balnea n’a pas pu continuer à s’accroître après le iiie-ive siècle68. La période tardive n’est pas caractérisée par une forte politique édilitaire : il s’agit pour l’essentiel de reconstructions ou de restaurations d’édifices antérieurs, à l’exception de quelques grands programmes impériaux, comme les thermes de Dioclétien ou ceux de Constantin. La plupart des 856 balnea des Catalogues Régionnaires durent donc avoir été construits avant le ive siècle, et, selon toute logique, avoir été plus nombreux encore sous le Haut Empire. La présence de balnea devrait par conséquent être beaucoup plus importante sur la Forma Vrbis.

Sur le statut des balnea

  • 69 La culture balnéaire, directement héritée du monde romain, reste très forte dans certains pays du M (...)
  • 70 Denizeau, 2009, p. 313-328.

21Ces considérations nous amènent ainsi à conclure que le nombre de balnea ouverts au public au ive siècle doit être revu à la baisse, sans doute au moins d’un quart par rapport aux chiffres donnés par les Catalogues Régionnaires. On oscillerait donc plutôt entre 400 et 600 établissements. La récurrence des chiffres ainsi que l’écart entre ceux des Catalogues et des Breviaria nous ont permis, dans un premier temps, de contester la fiabilité des données de la Notitia et du Curiosum. La quasi absence de représentations de bains sur la Forma Vrbis, à une époque où ces complexes auraient dû avoisiner le millier, ne peut que renforcer cette suspicion. Enfin, tout en gardant à l’esprit la situation particulière de Rome, on remarque la grande différence entre les données des Catalogues et celles d’autres villes entre le iiie et le ve siècle, comme Ostie (69 hectares pour 32 thermes), Timgad (50 hectares environ pour 14 thermes publics), mais surtout Constantinople (1 450 hectares pour 161 thermes au total). Un ultime et non moins intéressant parallèle peut être fait avec la situation du Caire au xve siècle69. On y recense alors environ 150 bains pour 150 000 à 300 000 individus70, ce qui équivaut à un bain pour 1000 à 2000 personnes. Cette comparaison pourrait se révéler fort utile si l’on connaissait avec certitude le nombre d’habitants à Rome au ive siècle. En avançant un chiffre compris entre 600 000 et 800 000 habitants, nous pourrions nous approcher d’une moyenne comprise entre 450 et 600 établissements, ce qui confirmerait nos suppositions. Nous devons également garder à l’esprit que Rome compte à cette époque pas moins de onze grands thermes impériaux susceptibles d’accueillir des milliers voire des dizaines de milliers de personnes par jour. Si les bains de quartier continuaient de coexister avec ces gigantesques établissements, ils ne devaient en aucun cas être aussi nombreux.

  • 71 Fagan, 1993, p. 333, évoque la question en suggérant que les 856 balnea pourraient regrouper les co (...)
  • 72 Frontin, De aq., 103.2 : Circa ius ducendae aquae in privatis observanda sunt ne quis sine litteris (...)
  • 73 Frontin, De aq. 94 sq.
  • 74 Ibid., 107.4 (Trad. P. Grimal): Nunc omnis aquae cum possessore instauratur beneficium.
  • 75 Dans le cas d’une propriété impériale ou municipale, il n’était pas la peine de parler de concessio (...)
  • 76 Frontin, De aq. 109.1 : Cum uacare aliquae coeperunt aquae, adnuntiatur et in commentarios redigitu (...)
  • 77 Saliou, 1994, p. 177 : En 382, les empereurs Gratien, Valentinien et Théodose déterminent de façon (...)
  • 78 Chastagnol, 1960, p. 45 : les consulares remplacèrent les cura-tores à partir du ive siècle.
  • 79 Chastagnol, 1960, p. 52 ; Tarpin, 1998, p. 50 : Au début de l’Empire, le préfet de la ville avait d (...)
  • 80 Chastagnol, 1960, p. 52.
  • 81 Code Théodosien, 15, 2, 1, pour une constitution de Constantin adressée au consularis aquarum Maxim (...)
  • 82 Code Théodosien, 15.2.3, pour la constitution citée précédemment (note 77), adressée à Cléarchus, P (...)
  • 83 Si nous avons démontré que seul l’empereur pouvait attribuer ces concessions, il est probable que c (...)

22Comment interpréter alors les 856 balnea mentionnés par les Régionnaires ? Nous pouvons à ce point faire plusieurs suppositions : premièrement, les chiffres donnés par les Catalogues sont erronés. Cette hypothèse semble la moins probable, puisque nous avons noté que la Notitia et le Curiosum, pourtant issus de traditions manuscrites différentes, donnent des chiffres relativement proches (et identiques pour les deux Breviarii). Nous avons cependant démontré qu’il est quasiment impossible que Rome ait pu compter 856 complexes balnéaires au ive siècle. Il nous faut donc supposer que l’appellation balnea a une signification plus large que celle de « bains ouverts au public »71. Pourrait-il s’agir de tous les bains de la ville, publics et domestiques ? On sait en effet que quelques privilégiés disposaient chez eux de structures balnéaires et profitaient de l’eau publique par dérogation spéciale de l’Empereur72. Frontin insiste sur la difficulté de gérer ces concessions faites au particuliers (entraînant bien souvent fraudes et abus), qui devaient faire l’objet de contrôles constants et d’une véritable législation73. Il précise qu’à partir de son mandat, « toute concession d’eau est renouvelable avec tout nouveau propriétaire74« . Cette mention, qui fait référence aux bains ouverts au public, s’adressait en réalité aux propriétaires de ces bains (donc des particuliers, puisque ces bains n’appartenaient ni à la ville ni à l’Empereur75). À l’époque de la rédaction du traité de Frontin, il existait bien des registres impériaux sur lesquels on faisait figurer toute nouvelle concession76. Étant donné l’augmentation du nombre de complexes thermaux durant le Haut Empire, on peut supposer qu’il ait été nécessaire de recenser systématiquement tous les bénéficiaires d’eau publique, que ce soit à titre personnel ou public. On note que ces concessions faisaient l’objet d’une réglementation de plus en plus poussée, selon des critères fondés sur une discrimination sociale77 : comme à l’époque de Frontin, il devait donc exister au ive siècle des registres spécifiques destinés au consularis aquarum78et où figuraient toutes les concessions privées. Or, cette époque est précisément marquée par l’importance croissante du rôle du praefectus urbi à Rome, au détriment de celui de l’Empereur79. En effet, entre 330 et 344, le préfet de la ville acquiert d’importantes responsabilités financières, s’occupant du ravitaillement de la ville et recevant les trois grandes curatelles : l’eau, les travaux publics et la maintenance des rives du Tibre80. Si l’on se fonde sur le Code Théodosien, on remarque qu’à partir de 382 (et probablement même à partir des années 330/340), les lois impériales concernant les concessions d’eau s’adressent non plus au consularis aquarum81, mais au Préfet de la Ville82. À l’époque de la rédaction des Catalogues Régionnaires, le service des eaux ainsi que les concessions privées83étaient donc sous la responsabilité du praefectus urbi. Il pourrait alors sembler légitime que l’on ait fait apparaître, sur une liste destinée probablement à la préfecture urbaine, toutes les structures balnéaires de la ville jouissant de l’eau des aqueducs. Dans ce cas-là, les balnea anonymes des Catalogues correspondraient non pas à des bains de statut public, mais à des édifices privés (bains d’exploitation ouverts au public, ou bains domestiques). Cette hypothèse tendrait à être confirmée par la mention de balnea privatae dans la Notitia de Constantinople, expression qui désigne des structures privées, domestiques ou ouvertes au public, bénéficiant de l’eau des aqueducs.

  • 84 Il ne semble malheureusement pas exister de sources sur cette déformation. Toutefois, on pourrait n (...)
  • 85 Frontin, De aq., 94.3-4 : À l’époque républicaine et au Ier siècle ap. J.-C., les bains et les entr (...)

23On peut également imaginer, à titre d’hypothèse, que le mot balnea ait désigné non seulement les établissements balnéaires, mais également d’autres structures publiques destinées à recevoir l’eau des aqueducs. On pense alors aux latrines, qui ne sont pas mentionnées dans les Catalogues, mais qui devaient être nombreuses dans une ville comme Rome. On peut alors se demander si, au ive siècle, il n’a pas existé une extension du sens de balnea désignant les latrinae, qui étaient un point d’eau où l’on pouvait aussi parfois se laver, de la même façon que l’on a constaté précédemment une déformation de lavatrina en latrina84. On sait également que les fullonicae étaient, avec les bains, soumises à des taxes de la part de l’administration, puisque ces deux types de complexes avaient besoin d’une grande quantité d’eau prélevée sur les aqueducs85. Nous pourrions alors avancer l’hypothèse, étant donné l’absence de fullonica ou latrina sur les Régionnaires, que l’on y ait fait figurer, sous le terme de balnea, toute structure (privée ou publique) nécessitant une importante quantité d’eau publique. La confusion du vocabulaire lié aux structures thermales à partir du iiie siècle pourrait notamment expliquer cette dénomination plus large.

  • 86 Chastagnol, 1960, p. 335-336.
  • 87 Code Théodosien, 11, 20, 3.
  • 88 Bruun, 2000, p. 389.

24Si les Régionnaires étaient essentiellement liés au recensement, pouvons-nous penser qu’ils possédaient également un caractère foncier (c’est-àdire, lié à des taxes concernant les propriétaires de ces balnea privés) ? Nous savons en effet que les travaux publics étaient financés en grande partie par des taxes allouées au fisc, mais qui passaient également par les services préfectoraux86. Une loi de 405 nous informe qu’il existait des impôts mineurs (ou vectigalia) sur les maisons, touchant les propriétaires de cenacula (appartements à l’intérieur d’insulae), de domus, de boutiques mais également de thermes privés87. Si cette loi précise que Rome était exemptée de ces taxes reverentia propriae majestatis, nous noterons cependant son caractère tardif. Bien que nous ne connaissions aucun texte d’époque impériale concernant une taxe liée aux concessions privées d’eau à Rome88, nous ne pouvons pas non plus exclure sa présence pour une période antérieure à la loi de 405. En supposant que les particuliers propriétaires de bains versaient une somme au fisc (même symbolique) en échange d’une concession d’eau, la mention des balnea sur les Régionnaires serait alors doublement justifiée.

25Dans l’une ou l’autre des hypothèses, les 856 balnea des Régionnaires devaient correspondre à une réalité plus large que les seuls bains ouverts au public. Ils doivent être appréhendés comme des complexes privés ouverts au public ou domestiques. Ils s’inscriraient donc dans le contexte d’un recensement des édifices recevant l’eau des aqueducs (soumis peut-être à une imposition) destiné au praefectus urbi qui assume désormais un rôle prépondérant dans la curatelle de l’eau. Les balnea suivis d’un nom propre sont plus difficiles à définir : leur nom indique également un caractère privé, alors que leur situation au sein de la liste des Régionnaires dénote plutôt un statut public.

26Toutes ces considérations nous amènent cependant à constater que la très grande majorité des établissements balnéaires de Rome étaient possédés par des propriétaires privés. Si l’Empereur détenait l’exclusivité des thermes publics de la ville, les bains de quartier ouverts au public devaient être essentiellement des bains d’exploitation, comme nous l’indique d’ailleurs la grande majorité des textes d’époque impériale.

Haut de page

Bibliographie

C. Bruun, The water supply of Ancient Rome. A study of Roman imperial administration, dans Commentationes Humanarum Litterarum 93, Helsinki, 1991.

C. Bruun, Roman water legislation, dans O. Wikander (éd.), Handbook of ancient water technology, Boston-Köln, 2000, p. 576-604.

G. Carettoni (ed.), A. M. Colini, L. Cozza, G. Gatti, La pianta marmorea di Roma antica: Forma Urbis Romae, 2 vol. , Rome, 1960-1966.

F. Castagnoli, L’insula nei Cataloghi Regionari di Roma, dans RFIC 104, 1976, p. 45-52.

A. Chastagnol, Les Régionnaires de Rome, dans Les littératures techniques dans l’Antiquité romaine. Statut, public et destination, tradition, Genève, 1996, p. 179-197.

P. Cordier, Les habits grecs du baigneur romain, dans F. Dupont et E. Valette-Cagnac (éd.), Façons de parler grec à Rome, Paris, 2005, p. 81-102.

N. De Haan, Terme romane. Tipologie tra uso e utilità, dans M. Guérin-Beauvois et J.-M. Martin (éd.), Bains curatifs et bains hygiéniques en Italie de l’Antiquité au Moyen Âge, Rome, 2007 (Collection de l’École française de Rome, 383), p. 37-51.

G. De Kleinj, The water supply of Ancient Rome, City area, water and population, Amsterdam, 2001.

J. De Laine, Benefactions and urban renewal: bath buildings in Roman Italy, dans J. De Laine, D. E. Johnston (éd.), Roman baths and bathing. Proceedings of the First International Conference on Roman baths held at Bath, England, 30 March-4 April 1992, JRA Suppl. 37, Portsmouth, 1999, p. 67-74.

V. Denizeau, Les hammams du Caire. De l’équipement essentiel de la ville mamelouke à l’édifice patrimonial délaissé, dans M. F. Boussac, T. Fournet, B. Redon (éd.), Le bain collectif en Égypte, Alexandrie, 2009, p. 313-328.

G. G. Fagan, Pliny Naturalis Historia 36.121 and the number of balnea in early Augustan Rome, dans Classical Philology, 88, 1993, p. 333-335.

G. G. Fagan, Bathing in public in the Roman world, Ann Arbor, 1999.

R. Ginouvès, Balaneutiké. Recherches sur le bain dans l’Antiquité grecque, Paris, 1962 (BEFAR, 200).

G. Hermansen, The population of imperial Rome: the regionaries, dans Historia, 27, 1978, p. 129-168.

E. Hubert, Les bains à Rome et dans le Latium au Moyen-Age, dans M.Guérin-Beauvois et J. M. Martin (éd.), Bains curatifs et bains hygiéniques en Italie de l’Antiquité au Moyen Âge, Rome, 2007 (Collection de l’École française de Rome, 383), p. 127-142.

E. Lo Cascio, Roma imperiale. Una metropoli antica, Rome, 2000.

G. Lugli, Fontes ad topographicum veteris urbis Romae pertinentes, L.III-IX, Rome, 1965.

C. Mango, Le développement urbain de Constantinople (ive-viie siècles), Paris, 2004 (Travaux et mémoires du Centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance).

D. Moreschini, Dal bagno ai balnea, dans M. Pasquinucci (éd.), Terme romane e vita quotidiana, Modène, 1993.

I. Nielsen, Thermae et Balnea, The architecture and cultural history of Roman public baths, Aarhus, 1993.

E. Papi, Ad delinementa vitiorum (Tac.Agr.21). Il balneum nelle dimore di Roma dall’età repubblicana al I s. d.C., dans MEFRA, 111, 2, 1999, p. 695-724.

G. Pisani Sartorio (éd.), Termalismo antico e moderno nel Lazio, Rome, 1999.

G. Poccardi, Thermes et Bains de l’Ostie antique, dans Ostia, Port et porte de la Rome antique, Genève, 2001, p. 161-171.

G. Poccardi, Les édifices de bains de la ville d’Ostie à l’époque impériale (milieu du ier siècle-début du vie siècle) : études typologiques, techniques et urbaines, Thèse de Doctorat sous la direction de J.-P. Sodini, 2006.

R. Rebuffat (éd.), Les thermes romains, actes de la table ronde de Rome, 11-12 nov. 1988, Rome, 1991 (Collection de l’École française de Rome, 142).

J.-M. Roddaz, Marcus Agrippa, Rome, 1984 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 253).

E. Rodriguez Almeida, Forma Urbis Marmorea, Aggiornamento Generale 1980, Rome, 1981.

E. Rodriguez Almeida, Due note marzialane : i « Balnea Quattuor in Campo » e le « Sellae Paterclianae » subcapitoline, dans MEFRA, 101, 1, 1989, p. 243-254.

E. Rodriguez Almeida, Forma Urbis Antiquae. Le mappe marmoree di Roma tra la Repubblica e Settimio Severo, Rome, 2002, p. 72 (Collection de l’École française de Rome, 305).

C. Saliou, Les lois des bâtiments. Voisinage et habitat urbain dans l’empire romain. Recherches sur les rapports entre le droit et la construction privée du siècle d’Auguste au siècle de Justinien, Beyrouth, 1994 (BAH, CXVI).

R. A. Staccioli, Sugli edifici termali minori, dans ArchCl., 10, 1958, p. 273-278.

R. A. Staccioli, Terme minori e balnea nella documentazione della Forma Urbis, dans ArchCl., 13, 1961, p. 92-102.

M. Tarpin, Rome, le Prince en sa ville, dans C. Lepelley (éd.), Rome et l’intégration de l’Empire, Paris, 1998, p. 47-57.

R. Valentini, G. Zucchetti, Codice topografico della città di Roma I, Rome, 1940.

Haut de page

Notes

1 Platner et Ashby, 1929, p. 68-71, recensent dans leur dictionnaire une quarantaine de balnea connus par les sources littéraires et l’épigraphie (toutes époques confondues), alors que le Lexicon Topographicon Urbis Romae I, 1993, p. 155-166, en compte une soixantaine. Il n’existe jusqu’à présent aucune synthèse traitant du thermalisme à Rome et proposant une liste exhaustive des balnea connus, à la fois par l’épigraphie et les textes, mais aussi par l’archéologie.

2 Certains grands thermes de Rome, aujourd’hui disparus, étaient encore relativement bien conservés au xvie siècle, comme on peut le voir sur les plans de Rome (par exemple les thermes de Constantin, dans Frutaz, 1962, plan 109, 9-13 de 1551 ; plan 127, 7 de Du Pérac).

3 Alors que certains des grands monuments de Rome se sont conservés grâce à leur insertion dans la trame urbaine à travers les époques, les complexes moins importants ont majoritairement été détruits, et/ou ont fait l’objet d’une récupération quasi systématique de leur parement et décoration, rendant bien souvent leur lecture difficile (voire impossible).

4 Valentini-Zucchetti 1946, p. 90-165. Le nombre de balnea varie selon que l’on additionne les chiffres donnés par le Curiosum et la Notitia, ou que l’on se base sur le Breviarium.

5 Staccioli, 1961, p. 92 ; Homo, 1971, p. 300-302, considère par exemple que le chiffre le plus probable est celui de 967 rapporté par la Notitia. Fagan, 2002, p. 357, dans une courte introduction sur les bains de Rome, note toutefois les différences des données entre les Catalogues et le Breviarum, ainsi que la récurrence de certains chiffres ; il en vient à la conclusion que ces données « should not be read as wholly reliable ».

6 L’intérêt n’est pas ici de proposer une étude typologique des bains mineurs de Rome, déjà réalisée en partie par Staccioli (1958, p. 273-278 ; 1961, p. 92-102). L’auteur s’attache, dans ces deux articles qui par ailleurs sont les seuls sur le sujet, à traiter surtout de la forme et de la typologie de ces « terme minori », présentant selon lui de grandes similarités avec les thermes pompéiens.

7 Si l’archéologie représente plus de la moitié de nos sources, on peut toutefois noter que les données sont bien souvent peu exploitables : de nombreuses découvertes sont liées aux grands travaux suite à la proclamation de Rome Capitale et durant le Fascisme, mais également à des travaux urbains ponctuels publiés de façon très sommaire. Si ces découvertes sont importantes pour la localisation des bains au sein de Rome, l’absence quasi systématique de plans complets des vestiges et/ou de datation nous oblige à nous tourner vers d’autres éléments pouvant compléter notre étude des bains.

8 Varron, De ling. Lat. 9, 68 ; Augustin, Confessions, 9, 12. 32.

9 Aristophane, Nuées, 991, 1045 sq.

10 Ginouvès, 1962, p. 183.

11 Varron, De Ling. Lat. 9, 68 : Item reprehendunt analogias, quod dicantur multitudinis nomine publicae balneae, non balnea, contra quod privati dicant unum balneum, quom plura balnea (non) dicant. Quibus responderi potest non esse reprehendendum, quod scalae et aquae caldae, pleraque cum causa, multitudinis vocabulis sint appellata neque eorum singularia usum venerint ; idemque item contra. Primum balneum (nomen e(s)t Graecum), (cum) introiit in urbem, publice ibi consedit, ubi bina essent coniuncta aedificia lavandi causa, unum ubi viri, alterum ubi mulieres lavarentur ; ab eadem ratione domi suae quisque ubi lavatur balneum dixerunt et, quod non erant duo, balnea dicere non consuerunt, cum ho antiqui non balneum, sed lavatrinam appellare consuessent.

12 Aux dires de Varron, puisque nous ne possédons aucun témoignage antérieur évoquant des lavatrina.

13 De ling. Lat, 5, 118.

14 Saturarum frg. 400 : latrina genere feminino ; et est lavatrina, quod nunc balneum dicitur.

15 Saturarum frg. 253 ; Com. 6.

16 Vitruve, 6, 5, 1.

17 Vitruve, 7, 6, 2.

18 Vitruve, 5, 10, 4 ; 8, 2, 4 (Saliou, 2009, note 3 à 5, 9, 9, p. 313-314).

19 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, 35. 26 ; 36. 189.

20 Les thermae Agrippae marquent en effet un tournant dans l’histoire du bain à Rome. Ils ne sont pas, comme on le lit souvent, les premiers thermes publics de la ville (ceux-ci existent déjà dans la Rome républicaine, au moins dès le iiie siècle av. J.-C.), mais ils affichent officiellement et de façon monumentale l’acceptation par le pouvoir en place des activités liées au bain.

21 Cicéron, Pro Cael. 61, 62 : Dans le discours en défense de Caelius, Cicéron cite plusieurs fois les balneas Seniae (qu’il définit comme balneas publicas), lieu où l’accusé a perpétré son crime : (...) constitutum pactum esse cum seruis, ut uenirent ad balneas Seniae (...) ; constitui locum iussit balneas Seniae (...). Cur enim potissimum balneas publicas constituerat ?.

22 Cordier, 2005, p. 82, souligne le fait que ces complexes romains portent en général des noms grecs, bien que ceux-ci ne revêtent bien souvent pas leur sens original ou présentent un mélange entre grec et latin (gymnasium, apodyterium, elaeothaesium, xystos, ou encore balneator pour désigner le gérant des bains).

23 Lib. Pont. (Ed. Mgr Duchesne) : Vie de Silvestre (314-335), I, 171, 183 ; Vie de Damase (366-384), I, 213 ; Vie du Pape Innocent, (402-417), I, 222. Tous ces passages évoquent des « domus cum balneum ».

24 Les rares exemples d’inscriptions situées certainement à l’entrée de bains figurent la formule bal(i)neum, même lorsqu’il n’y a pas de nom propre qui suit : CIL XIV 4015 = Dessau 5720 (Balineus(sic) d’Aurelia Faustiniana) ; CIL VI 29768 (Balineum) ; CIL VI. 33765 = ILCV 347 (A balineu(sic) Augustae) : ces stèles semblent toutes signaler l’entrée de bains publics. Pour les bains suivis d’un nom propre, on peut citer pour Rome le Balneum Claudianum (CIL VI 29767), le Balineum Iuliorum Akariorum (CIL VI 29764, tiré de l’Itin. Eins.), le Balneum Martis (CIL VI. 16740) ou encore le Balneum Germani (Rost. Syll. 886).

25 Martial, Epigr., III, 51 (...) et semper vitas communia balnea nobis./ Numquid, Galla, times ne tibi non placeam ? ; Ovide, Ars Amatoria, III, 633, 639 et 640 : Quid faciat custos, (...) cum, custode foris tunicas servante puellal/ celent furtivos balnea multa iocos... ?

26 La distinction entre balneum et balnea n’est donc pas une distinction entre privé et public, ou petit bain et bain de dimensions plus importantes. Nous rejoignons en cela l’explication de G. Poccardi (2006, I, p. 47), bien que nous ayons repéré de nombreuses entorses à cette « règle » et que l’utilisation systématique de balneum/balnea pour un contexte spécifique ne soit pas si évidente, surtout à partir des iie/iiie siècles ap. J.-C. : « Nous pouvons aborder le problème de savoir si la dénomination d’un édifice balnéaire implique l’utilisation de la forme singulière balneum ou de la forme plurielle balnea comme il est de coutume, là encore, de le faire aujourd’hui. Les Romains, quand ils se rendaient dans un complexe balnéaire, se rendaient aux bains. Cette forme plurielle est parfois utilisée pour désigner un complexe particulier. Toutefois, l’édifice en lui-même était généralement désigné par un singulier bal(i)neum, comme le montre fort bien la liste des Régionnaires de Rome et la Forma Vrbis Romae, qui sont des documents officiels, ou l’inscription signalant le fonctionnement du balneum du sanctuaire des frères arvales à La Magliana (...). L’utilisation de la forme plurielle laisse transparaître une réalité plus quotidienne. Les gens allaient aux bains, cela signifie plus l’acte en lui-même que fréquenter un monument particulier ».

27 Nielsen, 1993, p. 3, distingue ainsi les balnea des thermae sans prendre en compte l’aspect évolutif des terminologies. Les thermae sont pour elle des institutions publiques qui possèdent une palestre et sont composées d’un bloc thermal et d’un espace consacré au sport. Le terme balnea s’appliquerait alors aux bains publics sans aire de sport, plus petits et moins monumentaux que les thermae. Ils n’occupent le plus souvent qu’une partie d’une insula, et les pièces de bains ne sont souvent pas disposées de manière symétrique. En conclusion, balneum désignerait la salle de bain privée, balneae, les bains pour hommes et femmes séparés ; dans tous les autres cas on utiliserait le simple pluriel balnea.

28 Cassiodore, Chronica, M.G.H. 11, 147, 955, évoque des lavacra publica pour les thermes de Dèce sur l’Aventin ; on trouve également cette formule dans l’Histoire Auguste (Vie d’Hadrien, 18 ; 19. 10, Vie d’Elagabal, 8. 6 ; 17. 8-9).

29 Aurélius Victor, Liber de Caesaribus, 13, 8, à propos des thermes de Sura : Aequus, elemens, patientissimus atque in amicos perfidelis, quippe qui Surae familiari opus sacrauerit, quae Suranae sunt. Le même auteur (Liber de Caesaribus 21.4) évoque les thermes de Caracalla par la formule lavandum opera.

30 Chastagnol, 1996, p. 183 : l’auteur parle d’une datation entre 337 et 357 pour la Notitia (sous le règne des fils de Constantin), alors que le Curiosum aurait été rédigé après 357 (probablement sous le règne de Valentinien Ier et de ses deux fils, Gratien et Valentinien II).

31 Ibid, p. 185 : Il est probable, étant donné la nature de ces listes, qu’elles aient été rédigées dans le but d’améliorer la gestion matérielle de la ville, après le transfert définitif de la cour à Constantinople. A. Chastagnol a ainsi pu proposer une localisation des registres auprès des archives de la préfecture urbaine, dans le Templum Pacis, puisque le praefectus urbis est désormais le plus haut responsable gérant les problèmes matériels de Rome.

32 Nous parlerons ici de « public » par défaut, puisque le statut des édifices mentionnés par les Régionnaires est assez problématique et mériterait une étude en soi. En effet, sur les listes semblent figurer aussi bien des monuments de statut public que d’autres relevant directement du fisc impérial. Il est plus difficile encore de définir le statut de l’insula Felicles dans la regio IX, de la domus Cilonis, des priuata Adriani (appartenant ou ayant appartenu au préfet de la ville et à l’empereur) et de la domus Cornificies dans la regio XII, qui semblent être des édifices privés, peut-être pour certains gérés par le fiscus.

33 Ce sont les thermas (sic) Severianas, Commodianas, Titianas, Traianas, Constantinianas, Diocletianas, Alexandrinas, Agrippianas, Antoninianas, Surae (variantes : Syres, Suras) et Decianas, qui doivent être considérés comme des thermes publics impériaux. Le cas des thermes d’Agrippa est plus problématique, puisque l’on sait que ces derniers furent donnés au peuple à la mort de leur propriétaire, mais que ce dernier avait chargé Auguste de leur maintenance (Dion Cassius 54.29.4 ; Sidon. Carm. 23.496). Il est donc probable que ces thermes restèrent par la suite à charge du fisc impérial (et non du Sénat). La même conclusion peut être faite pour les thermes de Sura, qui furent selon la littérature construits par Trajan lui-même en l’honneur de son ami (Aurelius Victor, Caes. 13.8 ; epist. 13), ou par Sura (Dion Cassius, 68, 15, 3). Dans ce cas, on doit très probablement supposer que ces bains ont également dû passer par legs testamentaire à l’empereur à la mort de Sura.

34 Palombi, 1993, p. 155 ; Platner et Ashby 1969, p. 68, proposent la thèse de T. Flavius Abascantus, affranchi de Domitien (PIR F 194).

35 Schol.ad Iuv., 7.233 ; Rodriguez Almeida, LTUR I, 1993, p. 162.

36 On sait notamment par Martial ou Juvénal que nombre de petits bains de quartier portaient un nom propre, souvent en référence au propriétaire, ou à un élément symbolique les caractérisant. Martial évoque ainsi les petits bains de Fortunatus, de Faustus, de Gryllus, et de Lupus, situés sur le Champ de Mars (Epigr., 1, 59, 3 ; 2, 14, 11-12), quand Juvénal parle des Phoebi balnea (Sat., 7, 233). Le balneum privé Daphnes, évoqué précédemment (Schol. ad Iuv., 7.233), pourrait tirer son nom (selon Platner-Ashby, 1969, p. 69, et Rodriguez Almeida, LTUR I, 1993, p. 162) de la présence au sein de l’établissement d’une statue représentant le mythe d’Apollon et Daphné.

37 Fagan, 1993, p. 333, compte au total 600 balnea pour la Notitia et 610 pour le Curiosum. La différence entre les calculs de Fagan et les nôtres (soit près de 350 édifices) n’est à aucun moment justifiée. Nous possédons pourtant les mêmes chiffres de base.

38 Cette liste se distingue de la Notitia et du Curiosum dans les manuscrits médiévaux, et constitue, en plus du récapitulatif à la fin des deux Catalogues, un second appendice où est recensé d’une manière générale le nombre de chaque type de monument.

39 Notitia Urbis Constantinopolitanae, éd. Seeck, 1876, p. 227-243.

40 Poccardi, 2005, I, p. 208.

41 Nous noterons ici que dans la version commentée des Catalogues Régionnaires de Rome du xve siècle (Valentini Zucchetti, I, 1940, p. 207-250), Pomponius Letus qualifie systématiquement les balnea anonymes de privatae.

42 Mango, 2004, p. 49, a toutefois démontré que l’enceinte de Théodose comprenait des zones non urbanisées, avec quelques agglomérations habitées. La superficie effective de la ville à laquelle se réfère la Notitia serait celle comprise dans les anciennes murailles de Constantin (achevées après la mort de l’empereur), dont ne subsistent aucun vestige.

43 Poccardi, 2005, II, p. 291.

44 Exception faite de la domus tardive des Dioscures, posant de nombreux problèmes d’interprétation, relatifs d’une part à la communication effective entre la domus et les bains, à la nature même de cette domus (que certains ont pu identifier comme auberge), et enfin à l’ouverture que ces bains possèdent sur la rue (ce qui implique peut-être un usage public).

45 La grande majorité des bains connus d’Ostie est d’époque antonine ou tardive (après 250).

46 Ostie présente une superficie d’environ 70 hectares (soit environ 1/20 de Rome), alors que la regio I Porta Capena fait moins de 50 hectares (ce qui amènerait, d’après nos calculs, à trouver un balneum tous les 75 à 80 mètres).

47 Les Catalogues mentionnent pour cette seule regio 6 balnea, et deux thermes impériaux (balineum Torquati et Vespasiani, thermas Severianas et Commodianas, balineum Bolani et Mamertini, balineum Abascanti et Antiochiani), soit quasiment la moitié des bains suivis d’un nom propre recensés pour toute la ville. Cette concentration est probablement à lier, comme le suggère D. Palombi (Balneum Abascanti, LTUR I, p. 155) aux nombreuses sources présentes sur les pentes sud-est du Celio (aqua Mercuri, fons Camenarum, fonc Lollianus, fons Scaurianus) ; la zone était notamment desservie par des aqueducs importants tels que le rivus Herculaneus et l’aqua Antoniniana, et par les nombreuses diramations passant par la Via Appia.

48 La même remarque peut se faire avec les domus, dont plus de la moitié des chiffres donnés par les Catalogues sont récurrents. Bruun, 1991, p. 74, remarque ces récurrences, qu’il justifie comme des chiffres prédéterminés, correspondant à un schéma de 2 balnea et 4 lacus par vicus (les Catalogues présentent un total de 423 vici et 1352 lacus). Cette remarque intéressante pourrait expliquer les nombreuses récurrences des Catalogues, mais on notera que ces calculs ne sont cependant pas exacts. Fagan, 1993, p. 333, nous amène alors à nous demander pourquoi les auteurs des Catalogues auraient inventé des chiffres ne correspondant pas exactement à la moitié des lacus et au double des vici.

49 Prenons par exemple pour la Regio VII l’equus Tiridatis regis, que l’on trouve également mentionné sous le nom de aequum trigidatis (so) (A), equum tigri datis (S), ou encore equos tridatis (B).

50 On constate en effet de nombreuses variantes dans les chiffres des manuscrits, comme par exemple pour la Regio VIII, contenant horrea XVIII (qui deviennent LXXV dans une autre version (S)). Ainsi, la différence de balnea entre les deux catalogues dans la Regio XIII peut certainement s’expliquer par une corruption du manuscrit, puisqu’on trouve d’ailleurs pour la Notitia d’autres versions figurant balnea LXIIII (AS), et encore balnea XLIIII (B).

51 Chastagnol, 1996, p. 180-181 : Le Curiosum Vrbis Romae regionum XIIII est connu par trois manuscrits, dont le premier remonte au viiiè siècle, les deux autres au xi-xiie siècle. La Notitia quae dicitur a été transmise par un manuscrit du xi-xiie, dont dérivent plusieurs copies. Dans les deux cas, les listes des 14 Regiones se distinguent clairement du Breviarium.

52 Il s’agit de la représentation de Rome dans son extension augustéenne, soit une superficie d’environ 2000 hectares (plus de 18 m de large pour 13 m de haut, pour un total d’environ 240 m2, ce qui équivaut à une échelle d’1 : 240 ou 1 : 250). Le plan était constitué de 150 plaques de marbres fixées sur un mur situé dans l’angle sud-est du portique du templum Pacis, restauré par Septime Sévère après l’incendie de 192.

53 Rodriguez Almeida, 2002, p. 72.

54 On pourrait s’étonner que certains clivi ou vici apparaissent alors que d’autres non. Doit-on penser que l’on ne faisait apparaître que les axes les plus importants ou les plus célèbres, comme le clivus Victoriae ou le vicus Patricius par exemple, ou bien qu’il ne s’agissait que d’une simple question de place disponible (n’apparaissaient alors, pour les lieux publics « mineurs », que ceux pouvant figurer sur le plan sans paraître trop à l’étroit) ? De la même façon, on notera également l’indication de certains quartiers, comme la Subura : s’agit-il ici aussi d’une exception, ou bien l’absence d’autres noms doit-elle être liée au hasard des découvertes, ou au manque de place ?

55 C = Carettoni (éd.), 1960.

56 RA = Rodriguez Almeida, 1981.

57 Rodriguez Almeida, Balnea Quattuor, LTUR I, p. 162-163, identifie ce fragment comme étant relatif aux balnea quattuor que Martial évoque sur le Champ de Mars (Martial, Epigr., V, 70, 4 ; I, 59,3 ; II, 14, 11-12).

58 Rodriguez Almeida, 2002, p. 72.

59 On peut en effet difficilement penser, tout comme pour les Catalogues Régionnaires, que les auteurs aient fait figurer, parmi une liste de monuments publics, des balnea strictement domestiques.

60 Comme pour les Catalogues Régionnaires, on peut évoquer ici l’hypothèse d’une propriété impériale. Les thermes de Sura par exemple avaient du passer en legs à l’empereur (ou au Sénat) dès la mort de leur propriétaire. Le balneum Caesaris peut également faire référence à une propriété impériale. En revanche, le fait que le balneum Cotini ne soit pas évoqué dans les Catalogues peut s’expliquer par son abandon entre la réalisation du plan et la rédaction des listes un siècle plus tard.

61 Rodriguez Almeida, 2002, p. 72.

62 Ces établissements devaient figurer ainsi au même titre que les centaines de balnea anonymes des Catalogues.

63 Carettoni (éd.), 1960, vol. 1, p. 256 ; Staccioli, 1961, p. 92-102

64 Staccioli, 1961, p. 99-100 : Il s’agit des fragments 330, 398b, 496b, 181, 343, 452b et c, pour les plus probables ; 28 c, 87, 272, 55, 171, 321, 599 et 647 pour les fragments les moins lisibles.

65 Ne seraient alors représentés de façon reconnaissable que les balnea d’une certaine importance ou notoriété.

66 Pline, Nat. Hist., 36, 121-123, à propos de l’édilité d’Agrippa : Adicit ipse aedilitatis suae conmemoratione (...) et gratuita praebita balinea CLXX, quae nunc Romae ad infinitum auxere numerum (...). On a discuté sur la signification exacte de gratuita balinea, qui est souvent retranscrit par « établissements de bains gratuits » ; ceci impliquerait donc qu’il existait à Rome à la fin de la République au moins 170 bains. Fagan, 1993, p. 334, note à juste raison que l’expression gratuitum balineum doit être lue comme synonyme de la plus commune gratuita lavatio, signifiant « baignade gratuite » (AE 1989, 420), et que par ailleurs balineum signifie aussi bien l’établissement de bain que l’action de se baigner (CIL XIV, 3472 ; CIL II, 3811 ; CIL II, 5354...). Il faudrait donc comprendre qu’Agrippa a offert lors de son édilité 170 baignades gratuites, ce qui peut correspondre à plusieurs situations (170 offres dans un seul et même établissement ? la gratuité pendant 170 jours ?). Cette proposition, si intéressante soit-elle, ne prend cependant pas en compte le pronom de la subordonnée quae (nunc Romae ad infinitum auxere numerum) qui renvoie directement aux balnea. Dans le contexte d’une liste recensant le nombre de monuments offerts par Agrippa, il est difficile d’imaginer que Pline ait voulu signifier que les offres de baignade avaient de son temps augmenté à l’infini.

67 Pline, ibid, 121, note qu’Agrippa fit notamment construire durant son édilité lacus DCC (...), praeterea salientes D, castella CXXX, complura et cultu magnifica (...). Ces chiffres peuvent paraître exagérément élevés, mais on peut aussi penser qu’il s’agissait là d’une mesure exceptionnelle dans le contexte particulier de la mise en place du pouvoir d’Auguste. Roddaz, 1984, p. 145-147, insiste sur l’importance de la charge d’Agrippa, qui répond avant tout à des objectifs politiques de propagande : en aidant Octave à assainir Rome et à la doter de structures publiques, il participe à rendre plus populaire son image.

68 Castagnoli, 1976, p. 45-52 ; Chastagnol, 1996, p. 186 n. 14 : Les grandes épidémies entre 250 et 270, suivies de quelques décennies du transfert de la cour à Constantinople, ont en grande partie contribué à l’importante baisse de la population de Rome, estimée au ive siècle à environ 500 000 personnes, peut-être moins. Selon Lo Cascio, 2000, p. 56-61, la population de Rome avait certes diminué entre l’époque d’Auguste et le ive siècle (en témoigne notamment la construction de nombreuses domus luxueuses à la place d’insulae d’habitations), à moins de 650 000/700 000 personnes, surtout si l’on considère que des thermes impériaux ont encore été construits au ive siècle.

69 La culture balnéaire, directement héritée du monde romain, reste très forte dans certains pays du Maghreb, et il est ainsi tout à fait possible de comparer ces données modernes à celles antiques.

70 Denizeau, 2009, p. 313-328.

71 Fagan, 1993, p. 333, évoque la question en suggérant que les 856 balnea pourraient regrouper les complexes situés dans la périphérie de la ville, ou encore les établissements abandonnés. Ces deux hypothèses sont difficilement acceptables, si l’on considère d’une part qu’aucun des monuments cités par les Régionnaires ne se situe extra muros, et qu’il n’y aurait d’autre part aucune logique à recenser des complexes qui ne seraient plus en fonction.

72 Frontin, De aq., 103.2 : Circa ius ducendae aquae in privatis observanda sunt ne quis sine litteris Caesaris id est ne quis aquam publicam non impetratam et ne quis amplius quam impetrvit ducat : « En ce qui concerne le droit de dériver de l’eau pour des particuliers, il faut prendre garde que personne n’en dérive sans une lettre de l’Empereur, c’est-à-dire ne dérive de l’eau publique sans en avoir obtenu le droit, et n’en prenne plus qu’il n’en a obtenu » (trad. P. Grimal). Cette règle est encore valable jusqu’à une époque tardive, puisque il est mentionné dans le Digeste (43.20.1.42) que « c’est le Prince qui accorde cette concession : nul autre n’est compétent pour dispenser le droit à l’eau » (trad C. Saliou).

73 Frontin, De aq. 94 sq.

74 Ibid., 107.4 (Trad. P. Grimal): Nunc omnis aquae cum possessore instauratur beneficium.

75 Dans le cas d’une propriété impériale ou municipale, il n’était pas la peine de parler de concession d’eau. Ce chapitre est d’ailleurs consacré aux particuliers.

76 Frontin, De aq. 109.1 : Cum uacare aliquae coeperunt aquae, adnuntiatur et in commentarios redigitur, qui respinciuntur ut petitioribus ex uacuis dari possint : « Lorsque de l’eau vient à être disponible, on l’annonce et on la porte en rentrée dans les Registres, que l’on consulte pour pouvoir donner de l’eau aux demandeurs sur les disponibilités ». (Trad. P. Grimal).

77 Saliou, 1994, p. 177 : En 382, les empereurs Gratien, Valentinien et Théodose déterminent de façon très précise le calibrage des conduites distribuant de l’eau aux demeures privées : « (...) Les maisons les plus importantes, si elles comportent des bains particulièrement élégants, ne doivent pas bénéficier de plus de deux onces d’eau chacune, ou s’il leur faut plus en raison de leur dignité, en aucun cas plus de trois onces. Les maisons moyennes et d’un mérite inférieur se contenteront d’une once et demie, si du moins il est établi qu’elles comportent de ces bains dont il a été fait mention. Toutes les autres, les habitations moins spacieuses, nous ordonnons qu’elles se satisfassent d’une demi-once » (Code Théodosien, 15.2.3., Trad. C. Saliou).

78 Chastagnol, 1960, p. 45 : les consulares remplacèrent les cura-tores à partir du ive siècle.

79 Chastagnol, 1960, p. 52 ; Tarpin, 1998, p. 50 : Au début de l’Empire, le préfet de la ville avait des prérogatives judiciaires, ajoutées à son rôle de chef de police urbaine. Sous les Sévères, il devint le président du principal tribunal italien, puis, lorsque la capitale fut instaurée à Constantinople, ses fonctions s’élargirent, en même temps que se resserrait l’espace géographique de sa charge.

80 Chastagnol, 1960, p. 52.

81 Code Théodosien, 15, 2, 1, pour une constitution de Constantin adressée au consularis aquarum Maximilien, en 330.

82 Code Théodosien, 15.2.3, pour la constitution citée précédemment (note 77), adressée à Cléarchus, Préfet de la ville de Constantinople en 382.

83 Si nous avons démontré que seul l’empereur pouvait attribuer ces concessions, il est probable que c’est le préfet qui se chargeait concrètement de leur application.

84 Il ne semble malheureusement pas exister de sources sur cette déformation. Toutefois, on pourrait noter que dans la langue italienne, le mot « bagno » désigne aujourd’hui aussi bien les lieux d’aisance que la salle où l’on se lave (le même phénomène se retrouve en arabe pour « hammam »). Il existe donc un lien évident entre ces deux structures, qui par ailleurs sont souvent regroupées dans la même pièce ou la même zone.

85 Frontin, De aq., 94.3-4 : À l’époque républicaine et au Ier siècle ap. J.-C., les bains et les entreprises de foulons pouvaient bénéficier du « trop – plein » d’eau (aqua caduca), qui était alors taxé. Une redevance devait exister durant l’Empire (bien qu’elle ne soit plus liée à l’aqua caduca), puisqu’elle fut probablement à l’origine de la lis fullonum (de 226 à 244 ap. J.-C.), les foulons refusant de payer à l’administration la taxe que leur était réclamée (Grimal, De aq. 1961, p. 90 n. 100 ; Bruun, 2000, p. 589). Ce type de taxe ne semble cependant plus exister au ive siècle.

86 Chastagnol, 1960, p. 335-336.

87 Code Théodosien, 11, 20, 3.

88 Bruun, 2000, p. 389.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Liste des balnea et des thermae de Rome d’après le Curiosum et la Notitia (d’après Valentini-Zucchetti, I, 1940, p. 89-192).
Légende Fig. 2 – Répartition des thermae et balnea de Rome au ive siècle selon les 14 regiones (G. Fagan, 1999).
Légende Fig. 3 – FVR pl. XXV, Fr.25 (C= J. 51); FVR pl. XXX, Fr.33 (C = J. 170).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Laure Foulché, « Les Balnea de Rome à travers la Forma Vrbis Severiana et les Catalogues Régionnaires », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-2 | 2011, 597-611.

Référence électronique

Anne Laure Foulché, « Les Balnea de Rome à travers la Forma Vrbis Severiana et les Catalogues Régionnaires », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-2 | 2011, mis en ligne le 19 février 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://mefra.revues.org/452 ; DOI : 10.4000/mefra.452

Haut de page

Auteur

Anne Laure Foulché

UPMF Grenoble, CHRIPA, EA 599, aneulore@hotmail.com.

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org