Navigation – Plan du site
Mélanges

Statut institutionnel, évergetisme et urbanisme à Thugga

Institutional status, evergetism and urbanism at Thugga
Walid Ben Akacha
p. 613-627

Résumés

Cet article se propose d’aborder sous un angle novateur les relations dynamiques entre le statut juridique de Thugga, son urbanisation et l’action évergétique de ses notables locaux. L’évolution de la ville y est ainsi envisagée non seulement du point de vue du pouvoir central et des jeux subtils auxquels il se livre pour moduler au mieux de ses intérêts les relations entre les éléments autochtones et les apports coloniaux, mais surtout du point de vue des populations elles-mêmes, ou du moins de leurs représentants les plus autorisés. À ce titre, les manifestations évergétiques auxquelles ces derniers se livrent constituent des marqueurs importants de l’évolution des mentalités et jalonnent de façon significative ce que l’on nomme communément aujourd’hui « la réception » des décisions institutionnelles et juridiques, en structurant le centre urbain selon des modèles dont la souplesse apparente n’exclut pas la rigueur implicite.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à exprimer mes vifs remerciements à M. Pierre Gros qui a eu la gentillesse de relire et de critiquer ce travail.

  • 1 Il convient tout de même de rappeler ici les travaux récents de C. Kleinwächter, Platzanlagen Norda (...)
  • 2 Notre thèse a été dirigée par M. Pierre Gros et soutenue à Aix-en-Provence le 24 juin 2006 : Statut (...)
  • 3 Les conclusions de cette thèse pourraient être appliquées dans leur principe à d’autres villes de l (...)

1La connaissance de l’histoire urbaine des cités africaines demeure imparfaite, voire évanescente1. En effet, l’abondance des recherches sur le sujet ne permet pas de saisir le fait urbain dans son « unitas multiplex », c’est-à-dire de le comprendre dans sa genèse complexe et ses interactions. De surcroît, les études, refusant d’envisager institutions municipales et constructions urbaines comme des éléments d’un système social, ont débouché sur des conclusions réductrices et parfois même contradictoires ; fortement influencées par les débats sur la domination romaine, elles sont restées en effet incapables de définir des modèles explicatifs clairs. Seule une approche globale combinant, de façon indissociable, les éléments des processus évolutifs révèle la complexité du phénomène urbain et la multiplicité « des systèmes civiques romains » en Afrique. Nous avons étudié, lors d’une recherche antérieure2, les relations établies, au cours du Haut-Empire, entre des phénomènes et des processus séparés d’ordinaire, à savoir l’évolution des statuts municipaux, l’urbanisation et l’action évergétique des notables locaux3. La question que nous voudrions aborder a été étudiée pour l’essentiel. Si nous nous permettons d’y revenir aujourd’hui, c’est parce que nous avons le sentiment que notre réflexion a progressé et nous a permis de prendre conscience de la complexité de l’évolution urbaine de Dougga.

  • 4 Atlas archéologique de la Tunisie, 1/50000, feuille 33, Téboursouk, n° 183. Sur l’historique des fo (...)
  • 5 W. Seston, Des portes de Thugga à la constitution de Carthage, dans Revue Historique, 1967, II, p.  (...)
  • 6 C. Poinssot, Suo et Sucubi, dans Karthago, X, 1959-1960, p. 122 ; S. Gsell, HAAN, I, p. 464-465.

2La ville de Thugga4, l’actuelle Dougga, est située à une centaine de kilomètres à l’ouest de Tunis, à cinq kilomètres de Téboursouk, sur un plateau assez étroit, bordé au nord et à l’est par une falaise abrupte, au sud et à l’ouest par une forte pente qui descend vers la vallée. C’est une vieille cité numide fortement imprégnée par la civilisation punique ; c’est pourquoi elle était souvent définie comme « un conservatoire des structures politiques et sociales de Carthage »5. La ville s’est probablement trouvée sous domination carthaginoise au cours du ve siècle av. J.-C., lorsque « les Carthaginois furent amenés à se tailler dans l’intérieur des terres un territoire »6. Rattachée au royaume numide au iie siècle av. J.-C., elle fut intégrée dans l’Africa Noua après la victoire de César en 46 av. J.-C. À partir de l’époque augustéenne, un pagus de citoyens romains, rattaché à la colonie de Carthage, fut installé sur le territoire de la cité indigène alors que la ciuitas pérégrine conserva sa constitution libyco-punique. L’ascension sociale et juridique de certains indigènes, au cours du second siècle, en les faisant passer de la ciuitas au pagus, aboutissait à l’établissement d’un certain courant d’échanges. Sous Marc Aurèle, la romanisation progressive de la ciuitas fut couronnée par l’obtention du droit latin. Au même moment, le pagus obtint en 168 le ius capiendorum legatorum, ce qui lui donna une relative autonomie. Les deux organismes furent unis sous un même statut juridique en 205 avec la création du Municipium Septimium Aurelium liberum Thugga. Ce municipe devint la Colonia Licinia Septimia Aurelia Alexandriana Thugga sous Gallien.

3Le but de cet article est de compléter le dossier de l’urbanisme Thuggensis, en adoptant un éclairage particulier. Examiner à nouveau toute l’histoire juridico-urbaine de Thugga se révèlerait fastidieux. C’est pourquoi, notre point de départ sera l’année 168 qui marque une étape décisive non seulement dans l’évolution du comportement évergétique des élites, mais aussi dans le développement du centre politico-religieux de Dougga.

Le capitole à Thugga : couronnement des mutations juridiques et début d’une nouvelle phase urbanistique

Le capitole et la dimension juridique

  • 7 CIL, VIII, 26528 b ; AE, 1912, 47 ; DFH, p. 147-149, n° 51.
  • 8 Ulpien, Reg, 24, 28 ; J. Gascou, La politique municipale de l’Empire romain en Afrique proconsulair (...)
  • 9 Voir A. Beschaouch, Aspects du droit latin en Afrique romaine, dans BSNAF, 1996, p. 253-254 ; Id., (...)
  • 10 Voir DFH, p. 154-157, n° 56. On a recensé treize Thuggenses, tous des notables, inscrits dans la Pa (...)
  • 11 DFH, p. 156.

4Sous Marc Aurèle, une mesure importante est prise pour relâcher les liens entre le pagus et la colonie-mère. En effet, en 168 cet empereur accorde au pagus Thuggensis le ius capiendorum legatorum7, le droit de recevoir des legs qui, depuis Nerva, était un privilège acquis aux villes8. Ce « bienfait céleste », qui assimile le pagus à une ville, lui donne une autonomie financière à l’égard de la caisse carthaginoise et commence à lui conférer une personnalité juridique. À la même époque, la ciuitas reçoit le droit latin, ce qui paraît justifier l’octroi de l’épithète Aurelia9. L’inscription dans la tribu Papiria de leurs membres dotés de la citoyenneté romaine date sans doute du même empereur10. Il est probable que certains citoyens, inscrits dans la Quirina, au moment où apparut la ciuitas Aurelia, ont été transférés dans la Papiria11. L’ascension juridique ne se fait plus désormais de Dougga à Carthage, c’est-à-dire de la Quirina à l’Arnensis, mais de Dougga à Dougga.

  • 12 J. Gascou, La politique municipale, cité n. 8, p. 160 et p. 162 ; I. M. Barton, Capitoline Temples (...)
  • 13 CIL, VIII, 1471 a et 1471 b ; DFH, n° 31 et n° 32.
  • 14 Sur les Gabinii, voir L. Poinssot et R. Lantier, Dougga, dans BCTH, 1925, p. 263-270 ; V. Brouquier (...)
  • 15 H.-G. Pflaum, Les juges des cinq décuries originaires d’Afrique romaine, dans AntAfr, 2, 1968, p. 1 (...)
  • 16 CIL, VIII, 26604; DFH, n° 82.
  • 17 CIL, VIII, 26609; DFH, n° 83.
  • 18 CIL, VIII, 26610.
  • 19 CIL, VIII, 26606 ; DFH, n° 33.
  • 20 CIL, VIII, 26606 ; 26607 ; 26528 ; C. Poinssot, Les ruines de Dougga, Tunis, 1958, p. 27-32 ; DFH, (...)

5De nombreux chercheurs12considèrent l’érection du capitole, symbole municipal, comme le couronnement de ces mutations juridiques. Le temple13a été construit aux frais de L. Marcius Simplex et L. Marcius Simplex Regillianus. Tous les deux étaient membres du pagus mais originaires de la ciuitas. Il importe de rappeler que le cas de la famille des Marcii est comparable à celui des Gabinii14. Le père, Q. Marcius Maximus, inscrit dans la tribu Quirina, n’a exercé aucune charge. Or, ses trois fils sont membres de la tribu Arnensis et ont été nommés juges par Antonin15. C. Marcius Clemens n’est connu que comme flamine de Vespasien à Carthage. Il reçut un hommage pour la générosité de son frère, L. Marcius Simplex, « et pour honorer sa propre mémoire »16. Ce dernier fut flamine perpétuel et patron des deux communautés à Dougga, flamine du divin Auguste et édile à Carthage17. La variété des honneurs conférés à ce notable peut nous donner une idée de sa grande richesse, qui lui permit de construire le capitole avec son fils Regillianus18. Le troisième fils, C. Marcius Quadratus19, donateur du théâtre de la ville20, fut flamine d’Auguste, pontife à Carthage et flamine perpétuel à Dougga.

Le capitole : un impressionnant ensemble politico-religieux

6Le retard dans la construction du capitole pose plusieurs questions : s’agit-il d’un détournement de fonction ou d’une volonté de rattrapage ? D’autre part, quelle était la signification religieuse de ce temple et quel rôle a-t-il joué dans l’urbanisme ultérieur de la ville ?

  • 21 J. B. Rives, Religion and authority in Roman Carthage from Augustus to Constantine, Oxford, 1995, p (...)
  • 22 P. Gros, Sanctuaires traditionnels, capitoles et temples dynastiques : ruptures et continuités dans (...)
  • 23 Sur la signification de la formule pro salute dans les inscriptions dédicatoires des capitoles, voi (...)

7Pour comprendre les raisons du retard, on doit s’interroger sur le symbolisme religieux de ce temple. Le capitole, qui reste un des plus importants bâtiments publics à Dougga, a vraisemblablement assumé une fonction décisive dans le façonnement d’une « identité religieuse publique »21. De surcroît, le temple établit une relation intime entre les dédicants, les divinités capitolines, la ville et l’empereur. P. Gros22a raison de remarquer que l’apparition relativement tardive de capitoles en Afrique s’explique par une évolution qui place les sanctuaires joviens sur le même plan que les temples des empereurs divinisés, comme le montre l’association fréquente des souverains aux dieux dans les inscriptions monumentales. La dédicace de Dougga appuie clairement sa conclusion. En effet, la formule de sauvegarde pro salute imperatoris permet d’associer au pouvoir impérial les dieux de la triade capitoline23.

  • 24 Sur cette identification, voir C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cit., p. 35 ; I. M. Barton, Capit (...)
  • 25 F. Dohna, op. cit., p. 472-473.

8Le tympan du fronton est orné d’un relief, représentant un homme enlevé par un aigle, une scène qui symbolise l’apothéose d’Antonin le Pieux24. Cette figuration symbolique souligne l’étroite relation entre le culte des divinités capitolines et celui de l’empereur. La sculpture du fronton provient directement des images monétaires : la tête de l’aigle semble, comme sur la plupart des images monétaires, tournée vers le Diuus. Le gonflement du manteau dans le dos du Diuus se retrouve également sur des monnaies25. Tous ces détails font du capitole un véritable temple du culte impérial et prouvent que sa construction était l’aboutissement de tout un processus d’évolution de la religion romaine à Dougga.

  • 26 CIL, VIII, 26529; M. Bassignano, Il flaminato nelle province romane dell’Africa, Rome, 1974, p. 193 (...)
  • 27 IRT, 22 = AE, 1925, 102.
  • 28 G. Wesch-Klein, Liberalitas, cit., p. 231 ; DFH, p. 27.
  • 29 L. Poinssot, Les fouilles de Dougga en 1919 et le quartier du forum, dans NAMS, 22, 1919, p. 90.
  • 30 F. Dohna, Gestaltung, cit., p. 468-469.

9Probablement en 168, à l’occasion de l’érection du capitole, Nanneia Instania Fida avait promis, en l’honneur de son flaminat, d’ériger deux colosses de Marc Aurèle et de Lucius Verus pour la somme de 30 000 sesterces26. Le coût du programme statuaire est l’un des plus importants en Afrique. Il n’a été dépassé qu’à Sabratha27où deux statues représentant les mêmes empereurs ont coûté 38 000 sesterces. Les statues colossales auraient été érigées, en 172 ou 17328, sur l’area ante capitolium, sur les grands socles de pierre que L. Poinssot29avait déjà interprétés comme les deux bases de statues « peut-être de Marc Aurèle et de Lucius Verus »30.

  • 31 F. Hurlet, Pouvoir des images, images du pouvoir impérial. La province d’Afrique aux deux premiers (...)

10Le capitole et les deux statues colossales, placées sur sa façade, diffusent l’image du pouvoir qui a favorisé les deux communautés. Cela confirme non seulement l’interférence entre le culte capitolin et le culte impérial, mais aussi que « la transformation en municipe ou en colonie et toute autre promotion juridique figuraient au nombre des raisons qui pouvaient conduire une cité à mettre en œuvre un programme architectural et décoratif qui représentât l’empereur en sa qualité de “fondateur” ou de bienfaiteur »31.

  • 32 Nous suivons ici l’excellente analyse de F. Dohna, Gestaltung, cité n. 8, p. 473-474.
  • 33 F. Dohna, op. cit., p. 473.
  • 34 Pour J. B. Rives (Religion and authority, cité n. 21, p. 119), l’orientation du capitole par rappor (...)
  • 35 P. Gros, L’architecture romaine, cité n. 23, p. 227.

11D’un point de vue architectural et décoratif, le capitole et les colosses des empereurs forment une sorte de trinité. Le Diuus Antonin, enlevé par un aigle, l’oiseau de Jupiter, dans le monde des dieux où il se trouve désormais, remplit la fonction cruciale de médiateur entre le secteur profane du parvis, très fréquenté, et le secteur sacré du temple. En tant que père des deux empereurs régnants, il assure la transition entre le monde impérial et le monde divin. De naissance humaine et appartenant autrefois au domaine des vivants, il est visible pour les hommes sur la place et constitue une sorte de trinité avec les statues de ses fils qui lui font face. Toutefois, comme Diuus, il appartient aussi entièrement au domaine sacré. Son image est rehaussée de façon opportune par rapport aux statues divines placées parmi les hommes, en contrebas du temple de la triade capitoline32. Mais puisque les empereurs régnants sont en relation étroite avec leurs prédécesseurs divinisés, ils sont liés au domaine des dieux, leur famille étant la domus diuina. Par conséquent, leurs bienfaits peuvent être ressentis comme célestes par ceux qui en bénéficient33. D’un point de vue topographique, le capitole s’élève perpendiculairement au forum, positionné à 90° par rapport à son axe longitudinal. Plusieurs hypothèses ont été formulées à ce sujet34. Il est clair à présent que ce temple n’a pas été construit face à la place parce qu’il n’a pas été prévu dans le premier plan du forum. P. Gros35, qui évoque la « désinvolture » avec laquelle le capitole de Dougga a été mis en place, affirme que « quand les capitoles impériaux, au sens cultuel et institutionnel du terme, se construisent, dans les années 150-190, ils ne peuvent pas toujours prendre place au cœur de la ville, car l’espace qu’ils doivent contrôler est trop vaste ».

Le monument dit « Dar Lachhab » commémore la promotion de la ciuitas et l’aqueduc symbolise son apogée

  • 36 CIL, VIII, 26527 + ILTun, 1404 + S. Aounallah et Z. Ben Abdallah, Les Calpurnii de Thugga, dans Dou (...)

12Le monument appelé « Dar Lachhab » fait partie du grand programme de constructions publiques réalisé sous Marc Aurèle. Sa construction est liée aux circonstances de la promotion de la ciuitas et de ses membres. La dédicace, dont plusieurs blocs du portique ont été découverts dans la cour, rappelle36que, entre 163 et 164, L. Calpurnius [...], en associant toute sa famille, dépensa 150 000 sesterces pour la construction d’un vaste sanctuaire. Si la presque totalité de la dédicace a été restituée, nous ne connaissons pas le nom de la divinité à laquelle le temple est dédié, ni le cognomen du dédicant.

  • 37 Sur cette famille, voir S. Aounallah et Z. Ben Abdallah, Les Calpurnii de Thugga, cit., p. 77-96 et (...)

13L. Calpurnius [...] est un évergète qui vient d’une famille d’origine pérégrine. Les Calpurnii descendent d’un dénommé Sidiatho, transcription d’un nom punique, flamine perpétuel, dont les fils se nomment Faustus, Rogatus et Felix. À la fin du premier siècle, les membres de cette famille, devenus citoyens romains grâce à un bienfait impérial, ont adopté les duo nomina. À partir de Marc Aurèle, tous les Calpurnii portent les tria nomina et sont inscrits dans la tribus Papiria37.

  • 38 C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cité n. 20, p. 44, n° 11 ; S. Saint-Amans, Topographie, cité n. (...)
  • 39 S. Saint-Amans, op. cit., p. 311, précise que la restitution d’une division tripartie se fonde sur (...)
  • 40 Ibid., p. 308-312.
  • 41 CIL, VIII, 26456 a-c ; S. Saint-Amans, op. cit., p. 312, n° 42.

14Le temple anonyme38, orienté au nord et tourné vers le capitole, est un grand monument qui mesure 22,40 m et repose sur un soubassement de 0,50 m de hauteur. Il est composé d’une grande cour dallée rectangulaire, bordée sur chacun de ses grands côtés par des portiques, au fond de laquelle se trouvent une ou plusieurs cellae39. Pour S. Saint-Amans40, les mesures de l’encadrement de la porte et d’une frise portant une consécration à Esculape Auguste41concordent et laissent supposer que le sanctuaire est dédié à ce dieu.

  • 42 Cependant, « les travaux ont certainement démarré bien avant, sous Marc Aurèle » (S. Aounallah, Pag (...)
  • 43 C. Poinssot, Aqva Commodiana, cit., p. 771-786 ; AE, 1966, 511 ; DFH, p. 102-109, n° 36 ; A. Bescha (...)

15Probablement dans le même contexte des mutations juridiques, la ciuitas de Dougga, après son obtention du droit latin, finance, entre 184-18742, la construction d’un aqueduc dédié pour la sauvegarde de l’empereur Commode43.

  • 44 M. De Vos, Rus Africum. Terra, acqua, olio nell’Africa settentrionale. Scavo e ricognizione nei din (...)
  • 45 L. Maurin, DFH, p. 108 ; Id., Les inscriptions du territoire, dans Mourir à Dougga, cité n. 4, p. 3 (...)
  • 46 L. Maurin, Les inscriptions du territoire, cit., p. 36.

16Les récentes recherches de M. De Vos44ont précisé que la longueur du conduit était légèrement inférieure à 11 km entre la source dite « Aïn el-Hammam » et son point d’arrivée en ville, les grandes citernes d’Aïn el-Hammam. Il y a de ce fait une différence d’environ 0,580 km entre la longueur réelle de la canalisation, 11 km selon De Vos, et les sept milles, c’est-à-dire 10,37 km, mentionnés par la dédicace de l’aqueduc de Dougga. Pour De Vos, cette différence résulte d’une erreur de calcul ou de modifications qui ont pu se produire pendant les travaux. Cependant, le septième milliaire ne suit pas exactement le tracé de l’aqueduc, mais plutôt celui d’une voie qui part de l’arc de Sévère Alexandre à Dougga et qui, au-delà de la source, rejoint à Thacia la grande route de Carthage à Théveste45. Le texte de Dougga « paraît bien distinguer l’emplacement de la source de celui du septième milliaire à partir duquel la ciuitas Aurelia Thugga assuma les frais de la construction »46.

  • 47 C. Poinssot, Aqva Commodiana, cité n. 42, p. 771-786, particulièrement, p. 781.
  • 48 DFH, p. 109. L. Maurin précise que « le parcours supérieur de l’aqueduc se trouvait, sur 2,5 km env (...)

17C. Poinssot47s’est demandé si la source n’était pas située dans un autre terrain appartenant aux communaux de la ciuitas, Aunobari ou la ciuitas Geumitanorum. Il suggère que l’obtention du « droit de la capter » a pu nécessiter l’intervention du proconsul, « une négociation amiable ou un jugement du proconsul ». Pour L. Maurin48, « la réalisation de l’aqueduc a probablement été le résultat de négociations et d’un accord entre deux collectivités territoriales de même rang théorique, deux ciuitates pérégrines, dont la plus modeste aurait accepté – pour une contrepartie que nous ignorons – la servitude que représentait le passage et l’entretien de la canalisation sur son territoire ».

  • 49 C. Poinssot, M. Licinius Rufus. Patronus Pagi et Civitatis Thuggensis, dans BCTH, 1969, p. 237, n°  (...)

18La ciuitas a dû solliciter la présence du proconsul ; l’intention est de démontrer au pouvoir central sa capacité à piloter, gérer et dépenser. Par conséquent, l’aqueduc inaugure et incarne la domination de la ciuitas et son absorption du pagus49.

La réorganisation du secteur Est : structuration de l’ensemble et consolidation du rôle du pivot du capitole

  • 50 CIL, VIII, 26482 + ILAfr, 516 ; M. Bassignano, Il flaminato, cité n. 26, p. 188-189, n° 21 et 25 ; (...)
  • 51 DFH, p. 98 et n° 105.

19On procède, sous le règne de Commode, à la réorganisation du secteur Est (celui du marché). Q. Pacuvius Saturus et sa femme Nahania Victoria offrent le temple de Mercure et aménagent la place du marché50. Saturus omet sa tribu et sa filiation parce que, selon L. Maurin et S. Saint Amans, il est encore inscrit dans la Quirina et aspire à une inscription prochaine dans l’Arnensis51. Ce détail prouve que seule une magistrature civique, et non la prêtrise, peut donner l’accès à la citoyenneté carthaginoise.

20D’après l’inscription, le pagus, la ciuitas et l’ordre des deux organismes sont concernés par la dédicace de Q. Pacuvius Saturus :

  • Il offre avec son épouse au pagus, leur patrie, le portique et la place du marché.

  • Il verse à la ciuitas une somme de 25 000 sesterces dont les intérêts seront destinés annuellement à ses décurions.

  • Il donne enfin, le jour de l’inauguration, des sportules aux décurions des deux ordres.

  • 52 DFH, p. 97-98.
  • 53 C. Poinssot, M. Licinius Rufus, cité n. 49, p. 248.

21L. Maurin et S. Saint-Amans52attirent l’attention sur la formule pago patriae qui prouve, d’après eux, que le temple de Mercure « se trouvait sous la juridiction et la gestion de l’ordo du pagus ». C. Poinssot53a interprété autrement ce texte « très complexe ». Selon lui, ce temple appartenait à la ciuitas tandis que le marché était la propriété du pagus. Le temple était-il sous la gestion de la ciuitas alors que le marché, remanié et amplifié, restait sous le contrôle du pagus ?

  • 54 Ibid., p. 249.
  • 55 D’après l’inscription, il faut distinguer entre le templum (opus templi Mercurii) qui désigne la ce (...)
  • 56 CIL, VIII, 26486 ; ILTun, 1397 : Mercurio Siluio / sacrum.

22Il est difficile de trancher, mais il serait imprudent de considérer que ce temple était la possession de la ciuitas ou du pagus. Il était tout simplement la propriété des divinités54. D’autre part, la rénovation du marché doit répondre aux besoins nouveaux des deux organismes qui se préparaient à fusionner sous Septime Sévère. Cependant, le caractère africain est assuré par l’architecture de ce temple qui se compose de trois cellae, précédées par un portique décastyle in antis. Il s’élève sur un podium peu élevé auquel on accède par un escalier de quatre marches occupant toute la largeur de l’édifice. Le caractère local est confirmé par la découverte, dans la cella occidentale55, d’une base dédiée à Mercurius Siluius56.

  • 57 C. De Ruyt, Macellum. Marché alimentaire des Romains, Louvain-La-Neuve, 1983, p. 218.

23Les travaux de réaménagement, réalisés sous Commode, dans le secteur Est, sont par conséquent très importants. L’ajout d’un portique de façade au nord et d’une exèdre au sud au macellum du ier siècle57, et l’érection du temple de Mercure de l’autre côté de la nouvelle place de l’area macelli donnent une allure plus régulière à l’ensemble de ce quartier. Dans la même période, c’est-à-dire entre 180-192, la nouvelle place du marché (area macelli) fut pavée et ornée d’une rose des vents.

  • 58 CIL, VIII, 26652 ; C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cité n. 20, p. 33 ; DFH, p. 98-102, n° 35.

24Cette rose est composée de trois cercles concentriques et deux diamètres orthogonaux. L’espace limité par les deux plus grands cercles est réparti en 24 zones, les différentes lignes marquent successivement les limites et le centre de chacun des secteurs des douze vents dont les noms sont gravés : Septentrio / Aquilo / Euroaquilo / [V]o[l]turnus / Eurus / Leuconotus / Auster / Libonotus / Africus / Faoniu[s] / Argestes / Circius58.

  • 59 Vitruve, I, 6, 4 (traduction et commentaire de Ph. Fleury, Paris, 1990).
  • 60 Vitruve, I, 6, 4. Cetius Faventinus, dans son Abrégé d’architecture privée, II, 1, 2, a repris ce p (...)
  • 61 Chaque face de la tour conserve encore ces représentations ; elles ont été étudiées en détail par J (...)
  • 62 Voir le commentaire de Ph. Fleury, ibid. Cet édifice, aujourd’hui connu sous le nom de « Tour des V (...)

25On connaît quatre vents cardinaux originels : le solanus qui souffle du levant d’équinoxe, l’auster du midi, le fauonius du couchant d’équinoxe et le septentrio du nord59. D’après Vitruve60, pour connaître les noms, les secteurs et le nombre des vents à Athènes, un certain Andronicos de Cyrrhos, persuadé que la terre était sous l’influence de huit vents (subsolanus, auster, eurus, fauonius, africus, septentrion, chaurus et l’aquilon), construisit une tour orthogonale, abritant une horloge hydraulique ornée de bas-reliefs61représentant chaque vent. Au-dessus de cette tour, il fit une borne de marbre surmontée d’un Triton de Bronze tenant une baguette dans sa main droite. Ce Triton fut fixé de telle façon qu’il tournât sous l’action du vent s’arrêtant toujours face à son souffle et désignant de sa baguette sa représentation62.

  • 63 Cetius Faventinus, Abrégé d’architecture privée, II, 2, 3 (traduction et commentaire de M.-Th. Cam, (...)
  • 64 M.-Th. Cam, op. cit., p. 58.
  • 65 Celse, 2, 1, 3, attribue aux vents d’est et du sud de mauvaises influences et à certains vents les (...)
  • 66 Vitruve, I, 6, 5, parle de « regiones et ortus eorum ». La construction d’une rose des vents permet (...)
  • 67 Vitruve, I, 6, 5 ; 6 ; 7 ; 8.
  • 68 Voir U. Buchner, Horologium Augusti, dans LTVR, 13, p. 35-37 ; L. Haselberger, Urbem Adornare.Die S (...)

26Cetius Faventinus parle d’une rose à douze vents qui serait à Rome : Sed plerique duodecim uentos esse adseuerant, ut est urbe Roma Triton aeneus cum totidem thoracibus uentorum factus ad exemplum Andronici Cyrrestis. <Is> simili modo supra caput uenti uirgam eundem esse flantem ostendit63. À Rome, près de Saint-Pierre-aux-Liens, on a retrouvé une base dodécagonale qui porte les noms grecs et latins des douze vents64. La rose des vents de Dougga serait la reproduction de celle de Rome, du moins dans la forme. Cette figuration est la représentation symbolique des vents universels (bons ou nocifs)65, voire un point de repère sur l’horizon66. Par ailleurs, la rose des vents est, chez Vitruve67, mise en place pour la détermination de l’orientation des rues principales d’une ville et donc liée étroitement à l’idée d’une fondation urbaine. À Rome, l’horologium solarium Augusti du champ de Mars comportait aussi une rose des vents68. Il est possible qu’à Rome comme à Dougga, cette représentation évoque la fondation d’une nouvelle ville au sens urbanistique du terme. Dans ce cas, l’opération de la fin de l’époque antonine revêtirait une importance et une signification plus grandes que celles qu’on lui a jusqu’ici accordées.

  • 69 L’époque de la domination carthaginoise.

27Ainsi l’urbanisme postérieur à 168, c’est-à-dire post ius capiendorum legatorum, a voulu orienter la convergence des Thuggenses vers un espace nouveau, qui traduit la nouvelle identité sociopolitique de la ville. Le rôle du capitole semble ici déterminant. Complété d’une area ante capitolium, il assure une jonction entre l’espace ancien qui, outre son exiguïté, serait la marque d’une époque archaïque69, et un urbanisme qui traduit de nouvelles réalités et prépare les changements prochains.

  • 70 CIL, VIII, 26498 ; M. Le Glay, Saturne africain, Monuments, I, Paris, 1961, p. 215-216, n° 5 ; DFH, (...)
  • 71 Il s’agit d’une magnifique synthèse entre l’architecture africaine et classique. Sur ce temple, voi (...)
  • 72 CIL, VIII, 26539, 26540, 26541 ; C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cit., p. 61, n° 22 ; DFH, n° 10
  • 73 J.-C. Golvin et M. Khanoussi (dir.), Dougga, études d’architecture, cité n. 4, p. 94.
  • 74 Voir en dernier lieu, J.-C. Golvin et M. Khanoussi (dir.), op. cit., p. 79-95.
  • 75 CIL, VIII, 26496; DFH, p. 295-296, n° 138.
  • 76 J.-C. Golvin et M. Khanoussi (dir.), op. cit., p. 94.

28À la veille de la promotion municipale, plus précisément en 195, on construit le second temple de Saturne70. L’érection de ce temenos, dédié au nom des deux organismes, confirme, par sa conception hybride71, la réalité du rapprochement entre les communautés. Un tel rapprochement a pu aboutir, en 205, à l’émancipation complète du district de Dougga par rapport à son chef-lieu et à sa fusion avec la ciuitas dans un municipe. Pour célébrer cet événement, un arc72fut érigé au sud-est et à la limite de la ville. Avec la construction de cet arc, « c’est apparemment tout le quartier qui fit l’objet d’un embellissement afin de le rendre digne de ce nouveau monument de prestige »73. Dans ce contexte, le sanctuaire italique anonyme, dit de Pluton74(le Génie de la cité75), qui s’élève à une trentaine de mètres au nord-ouest de l’arc de Septime Sévère, s’embellit et on construisit un mur de péribole rectiligne pour lui donner « un aspect plus régulier, donc plus monumental, davantage en adéquation avec le nouvel urbanisme »76. La situation de ce temenos ne fut pas choisie au hasard car il est l’un des premiers bâtiments publics que le regard du visiteur embrasse en entrant dans l’aire de la cité, après avoir quitté la route interurbaine. Les deux monuments, le sanctuaire et l’arc, expliquent clairement, autant l’un que l’autre, à quel point les Thuggenses ont exprimé par l’architecture aux yeux du visiteur, dès son arrivée, leur attachement au municipe.

L’évergétisme post-municipal : un mariage entre le régional, l’impérial et l’universel

Le temple des Victoires de Caracalla

  • 77 DFH, p. 114-117, n° 39 ; M. Khanoussi, Le temple de la victoire germanique de Caracalla à Dougga, d (...)
  • 78 C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cité n. 20, p. 68-69, n° 31 ; DFH, p. 39-42, n° 15.

29En 214, Gabinia Hermiona, dans son testament, ordonne d’édifier, pour un montant de 100 000 sesterces, le temple dédié aux Victoires de Caracalla77. Elle exige de ses héritiers d’offrir des repas aux décurions et un vaste terrain pour les plaisirs de la population « ad uoluptatem populi ». C’est sur ce même terrain que sera aménagé en 224 le cirque78de Dougga.

  • 79 Voir V. Brouquier-Reddé, La place du sanctuaire de la victoire germanique de Caracalla à Dougga dan (...)
  • 80 V. Brouquier-Reddé, op. cit., p. 460-465 ; S. Saint-Amans, op. cit., p. 170-179 ; J.-C. Golvin et M (...)
  • 81 Sur cet arc, voir J.-C. Golvin et M. Khanoussi, op. cit., p. 70-73.

30Le temple de Dougga, récemment localisé et identifié, est situé au sud-ouest du forum. Il a été construit sur un terrain relativement exigu et en forte déclivité, ce qui a exigé d’importants travaux de terrassement. Ce choix s’explique par la décision de Gabinia Hermiona qui, préférant partager le terrain de son habitation, a voulu que le temple fût construit à l’intérieur de la ville79. Plusieurs chercheurs80ont montré la relation entre l’architecture de ce temple et les contraintes du terrain : la pente a favorisé le choix une aedes à podium, la dénivellation du terrain a été utilisée pour étager le temple et la cour, alors que la grande largeur de la cella, l’arc commémoratif81et l’ordre toscan renforcent la monumentalité et le prestige de l’édifice.

  • 82 J.-C. Golvin et M. Khanoussi, op. cit., p. 60.
  • 83 AE, 1997, 1659, 1660, 1662.
  • 84 Cette quatrième base a été trouvée dans les environs du théâtre (AE, 1997, 1661). Pour S. Saint-Ama (...)

31Il s’agit d’un sanctuaire sur podium, bâti au fond d’une cour dont il occupe toute la largeur. Tétrastyle in antis et pseudo-périptère sur les façades est et ouest, le temple proprement dit est accessible par un escalier axial de neuf marches. La cella, richement décorée, comprend quatre petites niches de plain-pied sur chacun de ses longs côtés tandis qu’une grande niche, placée à 1,75 m au dessus du sol, occupe la largeur du mur de fond. Plusieurs bases de statues identiques, installées dans les niches latérales, devaient honorer quinze divinités82. Quatre sont connues : Apollon, Liber Pater, Neptune83et Mercure84. Enfin, une frise architravée, appartenant à l’ordre superposé des niches latérales, porte le nom de Minerve.

Les thermes antoniniens : un nouveau centre de convergence

  • 85 L. Poinsot et R. Lantier, dans BCTH, 1925, p. XXXI-XXXII.
  • 86 C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cité n. 20, p. 48, n° 1.
  • 87 La restitution de M. Christol (Gallien, Thugga et Thibursicum Bure, dans AntAfr, 14, 1979, p. 219) (...)
  • 88 P. Pensabene, Rifessi sull’architettura dei cambiamenti socio-economici dal tardo ii e iii secolo i (...)
  • 89 Y. Thébert, Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen. Études d’histoire et (...)
  • 90 DFH, n° 42, p. 122-124.
  • 91 ILAfr, 573 ; ILTun, 1500 ; Y. Thébert, Thermes, cit., p. 497 ; DFH, n° 42.

32C’est également sous Caracalla qu’a été édifié, sur un terrain en forte déclivité, l’édifice thermal connu jusqu’ici sous le nom de « thermes liciniens ». L’hypothèse traditionnelle postule que l’édifice aurait été élevé sous le règne de Gallien85. C. Poinssot86a exprimé des réserves sur cette date alors que M. Christol87et P. Pensabene88ont pensé à une datation sévérienne. Ces réserves ont été réaffirmées récemment par le regretté Y. Thébert89. Un fragment inédit90de l’inscription91, commémorant sa restauration au ive siècle, attribue son édification à l’époque de Caracalla.

  • 92 C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cité n. 20, p. 48-52, n° 15 ; Y. Thébert, Thermes, cit., p. 176- (...)

33L’implantation de l’édifice92a nécessité de grands travaux d’aplanissement au nord de la colline rocheuse (la rue des templa Concordiae passe à six mètres au-dessus du sol des thermes), et inversement un remblaiement au sud. De dimensions moyennes, sans tenir compte de la palestre, il occupe 1700 m2. Le frigidarium doit couvrir, sans ses trois piscines, environ 175 m2. Ces bains, conçus selon un plan symétrique, permettent un circuit passant par cinq salles chauffées, disposées au sud-sud-ouest.

  • 93 Y. Thébert, Thermes, cit., p. 11.
  • 94 Sur la notion de convergence, voir, par exemple, P. Gros, Une nouvelle approche, cité n. 1, p. 591- (...)

34À Dougga, la construction des thermes, qui « incarnent, peut-être plus que toute autre construction, la puissance de l’Empire, sa capacité à assurer le bien-être, à garantir un mode de vie civilisé et raffiné »93, témoigne de la volonté de faire converger94la population vers un nouveau centre, de dissoudre le noyau monumental pour créer un point de rencontre et de distraction.

Le temple de Caelestis

  • 95 C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cit., p. 71-72.
  • 96 F. Jacques, « Municipia libera » de l’Afrique proconsulaire, dans Actes du colloque international e (...)
  • 97 CIL, VIII, 26551, 26552.
  • 98 Y. Debbasch, « Colonia Iulia Carthago », cité n. 4, p. 40-41.
  • 99 F. Jacques, « Municipia libera », cité n. 96, p. 583-606.
  • 100 J. Gascou, Conservator pagi, cité n. 96, p. 97-103.
  • 101 C. Lepelley, Thugga au iiie siècle : la défense de la « liberté », dans Dougga (Thugga). Études épi (...)
  • 102 A. Merlin et L. Poinssot, Une nouvelle inscription de Teboursouk, dans BSNAF, LXXII, 1912, p. 143.
  • 103 P. Veyne, Le Marsyas « colonial » et l’indépendance des cités, dans Revue de Philologie, 1960-1961, (...)
  • 104 M. Christol, De la liberté recouvrée d’Uchi Maius à la liberté de Dougga, dans Revue de philologie, (...)
  • 105 CIL, VIII, 1487 = ILS, 541.

35Sous Sévère Alexandre, Dougga dédia un nouvel arc95pour commémorer sans doute la confirmation96du privilège fiscal (« conseruator libertatis »)97accordé par Septime Sévère. Nous pensons, avec Y. Debbasch98, F. Jacques99, J. Gascou100et C. Lepelley101, et contrairement à L. Poinssot, A. Merlin102, P. Veyne103et M. Christol104, que libertas et immunitas sont deux notions équivalentes. L’expression conseruator implique que le privilège accordé par Septime Sévère a été contesté par l’administration fiscale et confirmé par Sévère Alexandre. Cette décision en faveur de Dougga a valu le surnom Alexandrianum au municipe105.

  • 106 Voir P. Gros, De Cyrène à Lepcis Magna. L’investissement des centres urbains par le pouvoir, dans L (...)

36On construit un temenos de type italique (Caelestis) à proximité de cet arc, comme au temps de la promotion municipale, mais cette fois à la périphérie nord-ouest de la ville. Le visiteur venant de l’ouest a le plaisir de regarder le secteur du temple de Caelestis, sur une position élevée dans le paysage urbain de Thugga. Il est intéressant de constater ici que les deux événements juridiques, promotion et confirmation des privilèges, sont commémorés par la construction d’un arc et d’un temple de type italique, aux extrémités de la ville. Aux limites des quartiers, les sanctuaires jouent un rôle de médiateur. Ils forment de petits centres secondaires indépendants du forum. Ainsi on assiste, avec la promotion municipale, à un changement des lieux de la convergence de la population et à la dissolution du centre civique traditionnel. Cela peut paraître contradictoire avec l’accession au nouveau rang, mais s’explique par l’évolution de la société et de ses goûts, qu’on vérifie ailleurs pour la même époque106.

  • 107 La frise architravée du portique du temple : CIL, VIII, 26458 + ILAfr, 514 a et b ; G. Wesch-Klein, (...)
  • 108 Le pluriel Deae Caelestes laisse croire qu’il s’agit de plusieurs représentations de la déesse. « I (...)
  • 109 La munificence des Aburnii/Auillii a concerné la donation des statues et une somme destinée à maint (...)
  • 110 C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cité n. 20, p. 41-44 ; S. Saint-Amans, Topographie, cité n. 4, p (...)

37Le templum cum porticibus de Caelestis, construit sous le règne de Sévère Alexandre (entre 222 et 235), a été financé par Q. Gabinius Rufus Felix Beatianus. L’inscription107précise qu’il a complété les générosités testamentaires des membres de sa famille. Elle mentionne aussi que des statues d’argent ou argentées de la déesse, représentée sous de diverses formes108, ont coûté plusieurs milliers de sesterces. La somme a été léguée à ses héritiers par Alburnius Avillius Felix pour qu’ils la versent au trésor municipal109. Le temple à péribole110, orienté au sud, couvrant une superficie totale de 53 m d’est en ouest et de 46 m du nord au sud, présente un plan original. Il s’élève au milieu d’une cour fermée par des portiques. L’architecture exceptionnelle du temple est due à la forme semi-circulaire de sa cour. Le sanctuaire proprement dit est construit à la façon des temples romains ; il est corinthien périptère hexastyle, ce qui représente un aspect assez rare en Afrique. Une large esplanade dallée et rectangulaire, en avant du sanctuaire, se prolonge dans l’axe du temple jusqu’à l’escalier et, sur les côtés, jusqu’aux entrées du portique. Le reste de la cour, non dallé, était probablement planté d’arbres.

  • 111 C. Poinssot, L’effet monumental et l’utilisation des difficultés naturelles du terrain à Thugga aux (...)
  • 112 G. Dareggi, Le sanctuaire de Caelestis à Thugga : un témoignage de l’idéologie impériale de l’époqu (...)
  • 113 Parmi les exemples cités, le temple de la Pietas Augusta de Dougga. Sur ce temple, voir C. Poinssot (...)
  • 114 D’après C. Poinssot (L’effet monumental, cité n. 111, p. 266), « l’architecte du temple de Caelesti (...)
  • 115 J. Eingartner, Templa, cité n. 1, p. 149.

38La typologie du péribole, en forme d’hémicycle, a attiré l’attention de plusieurs chercheurs. Certains y ont vu une adaptation au type architectural des nymphées111. G. Dareggi112estime que la typologie du portique doit être mise en rapport avec l’idéologie impériale. Elle conclut, en rapprochant le sanctuaire de Dougga avec d’autres ensembles monumentaux de même nature typologique113, que le plan semi-circulaire a été adopté dans le monde romain pour des sanctuaires du culte des empereurs. C. Poinssot, comparant le plan de ce temple avec celui du théâtre, constate que le rayon du péribole du sanctuaire de Caelestis est identique à celui de la cauea114. Le templum de Caelestis, qui se trouve à l’extrémité opposée du théâtre, a probablement accentué « la perspective hémisphérique » de la ville. En tout cas, le théâtre a eu, indépendamment du forum, une influence cruciale sur l’organisation du secteur public dans les villes de l’Afrique romaine115.

  • 116 J. Eingartner, op. cit., p. 148.

39Quoi qu’il en soit, il va sans dire que toute l’organisation du sanctuaire est conçue pour lui permettre d’exercer une domination effective sur le secteur occidental de la ville. Le portique en arc de cercle prévu à cet effet offre, dans cette optique, une ouverture sur la cour, avec le temple en perspective116.

  • 117 CIL, VIII, 26651 ; ILAfr, 542 ; J.-C. Golvin et M. Khanoussi (dir.), Dougga, études d’architecture, (...)
  • 118 J.-C. Golvin et M. Khanoussi, op. cit., p. 144.
  • 119 G.-Ch. Picard, Les religions de l’Afrique antique, Paris, 1954, p. 161 ; C. Poinssot, Les ruines de (...)
  • 120 P. Gros, Le culte impérial dans la basilique judiciaire de Carthage, dans Karthago, 23, 1995, p. 45 (...)
  • 121 Pour Caelestis à Rome, voir F. Chausson (Dion Cassius, 79, 11-12), dans La Vigna Barberini, I, Rome (...)

40Un dernier point mérite d’être mis en valeur : les noms au nominatif de plusieurs villes et provinces de l’Empire sont inscrits sur certaines corniches du portique semi-circulaire. Nous en connaissons huit : Dalmatia, Hispania, Iudaea, Karthago, Laodicia, Mesopotamia, Syria et Thugga117. Ils sont gravés sur la fascia en lettres de quatre centimètres et certaines portent encore des traces de peinture rouge. Si on ajoute Rome et l’Afrique118à cette série, on obtient six provinces et quatre villes. Plusieurs chercheurs119ont supposé que ces villes devraient, soit rendre un culte particulier à Caelestis ou aux divinités assimilées à cette déesse, soit avoir reçu des privilèges des Sévères. Il s’agit aussi d’une volonté d’universaliser le culte de Caelestis hors du cadre régional pour atteindre tout l’Empire romain : Caelestis n’est plus seulement une importante déesse africaine, mais aussi une grande déesse impériale. Rappelons que Faustine la Jeune a été assimilée à Caelestis dans la basilique de Carthage120. En 221, Elagabal ramena la statue de la déesse et son trésor du temple de Carthage à Rome et l’installa dans l’Elagabalium du Palatin. Il célébra alors les noces sacrées de son dieu Sol Inuictus avec Caelestis121.

La promotion coloniale réanime les traditions évergétiques

  • 122 CIL, VIII, 15506; M. Christol, Gallien, Thugga, cité n. 87, p. 217-223; DFH, n° 16.
  • 123 A. Merlin et L. Poinssot, Une nouvelle inscription, cité n. 102, p. 120.
  • 124 M. Christol, Gallien, Thugga, cité n. 87, p. 221 ; Id., Regards sur l’Afrique romaine, cité n. 87, (...)
  • 125 J. Gascou, La politique municipale en Afrique du Nord de la mort d’Auguste au début du iiie siècle, (...)
  • 126 . Jacques, « Municipia libera », cité n. 96, p. 594.
  • 127 C. Lepelley, Thugga au iiie siècle, cité n. 101, p. 109, n° 19.
  • 128 DFH, p. 163-168, n° 62.
  • 129 L. Maurin, DFH, p. 42-44, n° 16 ; M. Christol, Regards sur l’Afrique romaine, cité n. 87, p. 197.

41Une base dédiée à l’empereur Gallien désigne Dougga comme colonie122. A. Merlin, L. Poinssot123et M. Christol124considèrent que cette inscription permet de dater la fondation de la colonie de 261. Pour J. Gascou125, F. Jacques126et C. Lepelley127, l’épithète Licinia renvoie au règne commun de Valérien et de Gallien (253-260). La datation de M. Christol doit être retenue, car elle est aujourd’hui assurée par les compléments apportés à l’ILTun, 1416 : [I]mp(eratore) Aug(usto) col(oniam) deducent(e) ex forma128. Désormais, la promotion de Thugga au rang de Colonia Licinia Septimia Aurelia Alexandriana peut être datée de 261. La présence de l’épithète Licinia dans la titulature de la colonie correspond donc à l’action de Gallien129.

  • 130 C. Lepelley, Thugga au iiie siècle, cité n. 101, p. 112.
  • 131 CIL, VIII, 26582. Pour le commentaire de cette inscription, voir M. Christol, Gallien, Thugga, cité (...)
  • 132 F. Jacques, « Municipia libera », cité n. 96, p. 594. Récemment, M. Christol (De la liberté recouvr (...)
  • 133 J. Gascou, Conservator pagi, cité n. 96, p. 102, n° 23.
  • 134 CIL, VIII, 26561; DFH, n° 63, p. 168-169.
  • 135 F. Jacques, « Municipia libera », cité n. 96, p. 595 ; cette interprétation a été acceptée par J. G (...)
  • 136 X. Dupuis, À propos d’une inscription de Thugga : un témoignage sur la vitalité des cité africaines (...)

42Pour C. Lepelley, la promotion de la colonie est une « compensation symbolique » à la disparition du privilège fiscal, « manifestée sur le titre colonial par l’absence de l’épithète libera »130. Pourtant d’autres inscriptions montrent que Dougga conserve le privilège fiscal même après la fondation de la colonie. Une inscription honore le procurateur équestre A. Vettius Felix Honoratus pour avoir acquitté à ses frais une ambassade pro libertate publica131. Ce texte implique que le privilège fiscal a été remis en cause et a nécessité la désignation d’un ambassadeur compétent132, pour sauver ou défendre cette liberté. Il est possible que ce notable ait obtenu de Gallien le statut de colonie pour sa cité133. Une autre inscription, dédiée cette fois à Probus (276-282), honore cet empereur comme [conseruat]or digni[tatis et liber]rtatis134. Pour F. Jacques, la dignitas n’est pas un concept abstrait, sans contenu précis : « si Probus a bien maintenu des privilèges de Thugga, on a là une attestation très tardive de la conservation des statuts particuliers »135. L’inscription CIL, VIII, 26601, qui a fait l’objet d’une nouvelle lecture136, confirme l’opinion de F. Jacques. Il s’agit là aussi d’une ambassade gratuite qui avait pour objet la conservation des privilèges de la colonie.

  • 137 ILAfr, 530 ; M. Bassignano, Il flaminato, cité n. 26, p. 191, n° 40 ; DFH, n° 40, p. 117-120.
  • 138 Pour L. Maurin (DFH, p. 43), « il est remarquable que la date de cette base (CIL, VIII, 15506) soit (...)

43Dougga offre l’exemple de la poursuite d’une activité édilitaire jusqu’à Gallien. La construction du temple de Tellus en 261137confirme la vitalité de la ville à cette époque, et la contemporanéité de sa dédicace et de l’octroi du statut colonial138.

  • 139 S. Saint-Amans, Topographie, cité n. 4, p. 198.
  • 140 L. Maurin, DFH, p. 120.
  • 141 C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cité n. 20, p. 45 ; P.-H. Tilmant, Dougga (Tunisie). Étude du te (...)
  • 142 P.-H. Tilmant, Dougga (Tunisie). Étude du temple de Tellus, cit., p. 23.
  • 143 C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cit., p. 45, rapproche le plan de ce temple de celui de Saturne  (...)

44Botria Fortunata, dernière flaminique connue de Dougga, a fait restaurer, « ou même reconstruire la totalité (a solo) »139, le vieux temple de Tellus. En effet, le décor architectural (l’enceinte du temple) laisse penser que le premier temenos doit remonter à la fin du premier siècle140. L’édifice141, qui était soumis à de nombreuses contraintes142, se compose d’une cour et de trois cellae143. Celle du centre, de plan rectangulaire, se termine par un mur droit dans lequel sont aménagées trois niches semi-circulaires, dont la centrale est la plus grande. Les deux cellae latérales, de plan presque carré, sont fermées par une abside creusée d’une niche à fond plat de plain-pied. Dans la cella orientale, on a trouvé un autel portant le nom de Pluton et une statuette en marbre le représentant assis sur un trône. Dans la cella occidentale, le pavement de mosaïque blanche de la galerie est orné d’une tige de millet accompagnée de l’inscription APONA.

  • 144 Un fragment inédit d’ILTun, 1416 = DFH, n° 62.
  • 145 Pour A. Beschaouch (dans Dougga (Thugga). Études épigraphiques, cité n. 4, p. 116), cette formule i (...)
  • 146 DFH, p. 167-168.

45Une porticus f[ori]144a été élevée en 265 pour commémorer la déduction ex forma de la nouvelle colonie145. Cette dédicace à Gallien et Salonine a coûté 100 000 sesterces, payés pour moitié par l’empereur et un particulier, [...]s Felix Iulianus. D’après L. Maurin146, les sept bases découvertes dans la partie nord-ouest de la forteresse byzantine, portant les noms de sept diui, devaient orner le portique de 265. L’imposante série de statues des empereurs divinisés (Auguste et Livie, Claude, Vespasien, Trajan, Hadrien et Marc Aurèle) permet de reconnaître la succession dynastique et de rendre hommage aux empereurs « les plus brillants » ayant marqué le destin de Dougga.

46Ces deux monuments sont les seuls édifices du règne de Gallien. Mais s’il y a bien un fléchissement de l’activité édilitaire après les Sévères, le maintien des évergésies et la recherche continue des honneurs prouvent la permanence des formes traditionnelles de la civilisation urbaine.

  • 147 F. Jacques, Le Privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale des cites dans l’O (...)

47Dougga fournit, en Afrique, un des meilleurs exemples de l’évergétisme monumental, même si la permanence des constructions ne reflète en aucune manière la prospérité de tous les notables puisque la plupart des munificences sont accomplies seulement par la frange supérieure de l’élite locale147.

  • 148 R. Bruce Hitchner, Roman Thugga (Dougga) and its territory, dans JRA, 15, 2, 2002, p. 597-599.

48Force est d’admettre que la cohésion politique, sociale, culturelle et religieuse entre les deux communautés, au cours du second siècle, ne s’explique pas seulement par « la perméabilité des pérégrins » de Dougga aux influences romaines. En effet, la progression remarquable vers l’unification juridico-sociale est tributaire du développement continu de l’économie agricole148.

  • 149 Sur une critique de la notion de résistance, voir G. Woolf, Beyond Romans and natives, dans World A (...)
  • 150 C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cité n. 20, p. 69-70 ; J. Eingartner, Fora, Capitolia und Heilig (...)
  • 151 CIL, VIII, 26525 + ILAfr, 522 ; G. Wesch-Klein, Liberalitas, cité n. 26, p. 226, n° 7 (a) ; S. Sain (...)
  • 152 P. Gros, Une nouvelle synthèse, cité n. 1, p. 529.

49L’organisation de l’espace urbain à Dougga est la traduction du processus de rapprochement juridique des deux communautés. Au ier siècle, le forum romain s’est installé sur l’agora numide, un plateau assez étroit. L’aménagement de l’espace, durant ce siècle, s’effectue sous le contrôle du personnel dirigeant, ce qui entraîne la création d’un ensemble relativement vaste et disproportionné par rapport à l’ensemble du terrain. Ensuite, les monuments se sont succédé au rythme des mutations juridico-sociales, à l’initiative des évergètes locaux. Mais ces derniers négligent les axes classiques, obstruant toute perspective. Ainsi la construction du capitole, non programmée à l’avance, est considérée comme une adjonction urbaine qui exprime une modification des habitudes et une évolution des mentalités. Elle traduit aussi une nouvelle image de la ville adaptée aux évolutions juridico-sociales. Le groupe commercial tardivement intégré donne une unité et un équilibre à l’ensemble de la composition. Dans le contexte de la promotion municipale, on assiste à un retour des cultes locaux, ce qui témoigne non d’une résistance149mais plutôt d’un remodelage de ces cultes en fonction des exigences politico-sociales. L’édification des thermes est aussi liée à ce stade du développement municipal qui comprend la dissolution du centre religieux et la création d’un nouveau lieu de sociabilité urbaine. L’éclatement du noyau central s’accentue avec la construction des templa cum porticibus. En effet, ces templa, complétés d’arcs commémoratifs, dominent les entrées de la ville et forment de petits centres de convergence indépendants du forum. Par ailleurs, on aménage en 224 le cirque à proximité du temple italique de Minerve II150, qui remonte au règne d’Antonin151, pour renforcer la domination de ces « Tempelbezirke ». « Tout était en effet concerté pour que fussent visibles de partout ces signaux qui circonscrivaient et définissaient plastiquement l’espace urbain »152.

  • 153 Sur la vitalité des cités africaines pendant la « crise » du iiiesiècle, voir P.-A. Février, Le fai (...)

50L’évergétisme édilitaire renaît avec la promotion coloniale : l’exemple de Dougga démontre une continuité dans le fonctionnement de la vie des cités en Proconsulaire, et relativise l’impact de la crise du iiie siècle sur les villes africaines153.

  • 154 Dans notre thèse, nous avons proposé d’envisager institutions municipales et comportements évergéti (...)
  • 155 Sur la complexité, voir, par exemple, E. Morin, Introduction à la pensée complexe, Paris, 1990. Sur (...)

51Il y a donc une conjonction complexe entre le juridique et l’urbain154. On peut définir la mutation juridique comme « une différence qui crée une différence », ou comme une représentation qui transforme une représentation. Le phénomène urbain est en fin de compte un processus autant qu’un résultat. Globalement, le milieu urbain est à la fois macrocosme et microcosme des systèmes. Chaque ville possède un système civique qui essaie de s’inspirer de celui de Rome, mais reposant sur la conjonction de composantes disparates (statut, histoire, position économique, colonisation, pouvoir des notables), chaque système se complexifie en développant les arborescences macrocosmiques. Chacun forme ainsi un sous-système qui possède des caractéristiques propres155.

Haut de page

Notes

1 Il convient tout de même de rappeler ici les travaux récents de C. Kleinwächter, Platzanlagen Nordafricanischer Städte. Untersuchungen zum sogenannten Polyzentrismus in der Urbanistik der römischen Kaiserzeit, Mayence, 2001 et de J. Eingartner, Templa cum Porticibus. Ausstattung und Funktion italischer Tempelbezirke in Nordafrica und ihre Bedeutung für die römische Stadt der Kaiserzeit, Internationale Archäologie Bd. 92, Marie Leidorf, Rahden, 2005. Pour des comptes rendus détaillés de ces deux livres, voir P. Gros, Une nouvelle approche de l’urbanisme romain d’Afrique, dans JRA, 15, 2, 2002, p. 591-596 ; Id., Une nouvelle synthèse sur l’architecture religieuse de l’Afrique romaine, dans JRA, 2007, 20, p. 525-531.

2 Notre thèse a été dirigée par M. Pierre Gros et soutenue à Aix-en-Provence le 24 juin 2006 : Statut juridique, évergétisme et urbanisme des villes de l’Afrique Proconsulaire durant le Haut-Empire : exemples de Thuburbo Maius, d’Uchi Maius et de Thugga.

3 Les conclusions de cette thèse pourraient être appliquées dans leur principe à d’autres villes de la Proconsulaire. Voir, en dernier lieu, W. Ben Akacha, L’évolution juridico-urbaine de Mactaris sous le Haut-Empire, dans Latomus, 70, 2, 2011, p. 422-436.

4 Atlas archéologique de la Tunisie, 1/50000, feuille 33, Téboursouk, n° 183. Sur l’historique des fouilles et les travaux de recherche jusqu’à 1962, voir M. Khanoussi et L. Maurin (dir.), Mourir à Dougga. Recueil des inscriptions funéraires, Bordeaux-Tunis, 2002, p. 15-26. Plusieurs publications récentes ont été consacrées à Dougga ; sans prétendre à l’exhaustivité, on peut citer M. Khanoussi et L. Maurin (dir.), Dougga (Thugga). Études épigraphiques, Bordeaux, 1997 ; M. Sebaï, La vie religieuse en Afrique proconsulaire sous le Haut-Empire. L’exemple de la cité de Thugga. Premières observations, dans Zwischen Krise und Altag, antike Religion im Mittelmeeraum / Conflit et normalité, religions anciennes dans l’espace méditerranéen, Stuttgart, 1999, p. 81-94 ; M. Khanoussi et L. Maurin (dir.), Dougga, Fragments d’Histoire. Choix d’inscriptions latines éditées, traduites et commentées (ier-ive siècles), Bordeaux-Tunis, 2000 (abrégé par la suite en DFH) ; M. Khanoussi, L’évolution urbaine de Thugga (Dougga) en Afrique proconsulaire : de l’agglomération numide à la ville africo-romaine, dans CRAI, 2003, p. 131-155 ; S. Saint-Amans, Topographie religieuse de Thugga (Dougga), ville romaine d’Afrique Proconsulaire (Tunisie), Bordeaux, 2004 ; J.-C. Golvin et M. Khanoussi (dir.), Dougga, études d’architecture religieuse. Les sanctuaires des Victoires de Caracalla, de « Pluton » et de Caelestis, Bordeaux, 2005. Sur l’évolution juridique de Dougga, voir Y. Debbasch, « Colonia Iulia Carthago ». La vie et les institutions de la Carthage romaine, dans RHD, 31, 1953, p. 43-53 ; J. Gascou, Les pagi carthaginois, dans Villes et campagnes dans l’Empire romain. Actes du colloque organisé à Aix-en-Provence par l’U.E.R d’Histoire, les 16 et 17 mai 1980 (P.-A. Février et Ph. Leveau éd.), Aix-en-Provence, 1982, p. 149-156 ; DFH, p. 137-169 ; S. Aounallah, Pagus, castellum et civitas. Études d’épigraphie et d’histoire sur le village et la cité en Afrique romaine, Bordeaux, 2010, p. 100-110 et p. 119-155.

5 W. Seston, Des portes de Thugga à la constitution de Carthage, dans Revue Historique, 1967, II, p. 283.

6 C. Poinssot, Suo et Sucubi, dans Karthago, X, 1959-1960, p. 122 ; S. Gsell, HAAN, I, p. 464-465.

7 CIL, VIII, 26528 b ; AE, 1912, 47 ; DFH, p. 147-149, n° 51.

8 Ulpien, Reg, 24, 28 ; J. Gascou, La politique municipale de l’Empire romain en Afrique proconsulaire de Trajan à Septime Sévère, Rome, 1972 (Collection de l’École française de Rome, 8), p. 158-159 ; F. Dohna, Gestaltung öffentlichen Raumes und imperiale Ideologie am Beispiel des Kapitols von Thugga, dans MDAI(R), 104, 1997, p. 470.

9 Voir A. Beschaouch, Aspects du droit latin en Afrique romaine, dans BSNAF, 1996, p. 253-254 ; Id., Thugga, une cité de droit latin sous Marc Aurèle : Civitas Aurelia Thugga, dans Dougga (Thugga). Études épigraphiques, cité n. 4, p. 61-70 et, en dernier lieu, J. Gascou, Les statuts des villes africaines ; quelques apports dus à des recherches récentes, dans Itinéraires de Saintes à Dougga. Mélanges offerts à L. Maurin, textes réunis par J.-P. Bost, J.-M. Roddaz et Fr. Tassaux, Bordeaux, 2003, p. 242.

10 Voir DFH, p. 154-157, n° 56. On a recensé treize Thuggenses, tous des notables, inscrits dans la Papiria. L’absence de filiation dans la majorité des cas prouve l’origine pérégrine de ces personnages (DFH, p. 156 ; M. Dondin-Payre, Citoyenneté romaine, citoyenneté locale et onomastique : le cas de Thugga, dans L’Antiquité Classique, 71, 2002, p. 229-239, particulièrement, p. 232).

11 DFH, p. 156.

12 J. Gascou, La politique municipale, cité n. 8, p. 160 et p. 162 ; I. M. Barton, Capitoline Temples in Italy and the Provinces (especially Africa), dans ANRW, II, 12, 1, 1982, p. 316 ; A. Beschaouch, Thugga, une cité de droit latin, cité n. 9, p. 70 ; F. Dohna, Gestaltung, cité n. 8, p. 470.

13 CIL, VIII, 1471 a et 1471 b ; DFH, n° 31 et n° 32.

14 Sur les Gabinii, voir L. Poinssot et R. Lantier, Dougga, dans BCTH, 1925, p. 263-270 ; V. Brouquier-Reddé et S. Saint-Amans, Épigraphie et architecture religieuse de Dougga. L’exemple des templa Concordiae, Frugiferi, Liberi Patris, Neptuni, dans Dougga (Thugga). Études épigraphiques, cité n. 4, p. 179-182 ; DFH, p. 77-78. Sous Hadrien, A. Gabinius Datus pater et son fils M. Gabinius Bassus, inscrits dans la Quirina, ont fait édifier, à leurs frais et sur un terrain leur appartenant, le complexe cultuel que les inscriptions appellent les templa Concordiae, Frugiferi, Liberi Patris (ILTun, 1389 ; DFH, p. 69-70, n° 27). Plus tard, M. Gabinius Bassus et son frère A. Gabinius Datus, Arnensi tribu, complétèrent la décoration de ce complexe auquel est venu s’ajouter un temple consacré à Neptunus (ILTun, 1391 ; DFH, p. 71-73, n° 28). L’appartenance du père et du fils aîné à la Quirina permet de déceler l’origine pérégrine de cette famille. Rappelons que, sous Claude, une Gabinia Felicula avait épousé un flamine du divin Auguste, Iulius Venustus (DFH, p. 140). Il est vraisemblable que le surnom de Gabinia indique des liens de parenté avec les Gabinii du iie siècle. Sous Hadrien, Gabinia Beata, épouse de Datus le père, a été honorée par son petit fils, Q. Marius Rufinus (ILTun, 1511 ; DFH, n° 75) ; les curateurs de la dédicace portent les duo nomina : Gabinius Priscus et Gabinius Honoratus. Plut tard, sous Antonin, Q. Gabinius Felix Faustinianus, inscrit dans la Quirina, et ses enfants, Gabinius Datus et Gabinia Processa, sont connus par la dédicace du portique du forum qu’ils ont offert au pagus (ILAfr, 521 ; DFH, p. 73-80, n° 29).

15 H.-G. Pflaum, Les juges des cinq décuries originaires d’Afrique romaine, dans AntAfr, 2, 1968, p. 167-169 ; DFH, p. 203-209 ; B. Rémy, Antonin le Pieux et les siens dans les inscriptions des provinces romaines d’Afrique, dans REA, 107, 2, 2005, p. 784-785.

16 CIL, VIII, 26604; DFH, n° 82.

17 CIL, VIII, 26609; DFH, n° 83.

18 CIL, VIII, 26610.

19 CIL, VIII, 26606 ; DFH, n° 33.

20 CIL, VIII, 26606 ; 26607 ; 26528 ; C. Poinssot, Les ruines de Dougga, Tunis, 1958, p. 27-32 ; DFH, n° 33. Le monument, de dimensions moyennes, présente les dispositions classiques des théâtres romains : des gradins en hémicycle formant la cauea où se tiennent les spectateurs, une grande scène et des promenoirs en façade. D’après C. Poinssot, la cauea pouvait contenir environ 3500 spectateurs. Celle-ci, d’une hauteur totale de 15 m environ à partir du sol de l’orchestre, est creusée dans le flanc d’une colline, ce qui peut assurer la solidité de l’édifice et diminuer les frais de construction. Le monument de Dougga était décoré par une statue de Lucius Verus et une dédicace pour le salut des empereurs et de la domus diuina placée sur le portique qui ceinture la partie supérieure de la cauea (CIL, VIII, 26528). Comme le capitole, le théâtre, appartenant aussi bien au pagus qu’à la ciuitas (DFH, p. 92), contribuait à la fois à diffuser l’image du pouvoir bienfaiteur et à renforcer le rapprochement des deux communautés.

21 J. B. Rives, Religion and authority in Roman Carthage from Augustus to Constantine, Oxford, 1995, p. 122.

22 P. Gros, Sanctuaires traditionnels, capitoles et temples dynastiques : ruptures et continuités dans le fonctionnement et l’aménagement des centres religieux urbains, dans Los asentamientos Ibéricos ante la Romanizaction, Madrid, 1986, p. 112-113.

23 Sur la signification de la formule pro salute dans les inscriptions dédicatoires des capitoles, voir E. Smadja, L’empereur et les dieux en Afrique romaine, dans DHA, 11, 1985, p. 545 et suiv ; J. B. Rives, Religion and Authority, cit., p. 120-123 ; P. Gros, L’architecture romaine du début du iiie siècle avant J.-C., à la fin du Haut-Empire. I. Les monuments publics, Paris, 1996, p. 192-194.

24 Sur cette identification, voir C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cit., p. 35 ; I. M. Barton, Capitoline Temples, cité n. 12, p. 317 ; F. Dohna, Gestaltung, cité n. 8, p. 465-466 et p. 472-473.

25 F. Dohna, op. cit., p. 472-473.

26 CIL, VIII, 26529; M. Bassignano, Il flaminato nelle province romane dell’Africa, Rome, 1974, p. 193, n° 13; G. Wesch-Klein, Liberalitas in rem publicam. Private Aufwendungen zugunsten von Gemeinden in römischen Africa, bis 284 n. Chr., Bonn, 1990, p. 230, n° 10 ; DFH, no 7, p. 26-27.

27 IRT, 22 = AE, 1925, 102.

28 G. Wesch-Klein, Liberalitas, cit., p. 231 ; DFH, p. 27.

29 L. Poinssot, Les fouilles de Dougga en 1919 et le quartier du forum, dans NAMS, 22, 1919, p. 90.

30 F. Dohna, Gestaltung, cit., p. 468-469.

31 F. Hurlet, Pouvoir des images, images du pouvoir impérial. La province d’Afrique aux deux premiers siècles de notre ère, dans MEFRA, 112, 1, 2000, p. 343 et suiv.

32 Nous suivons ici l’excellente analyse de F. Dohna, Gestaltung, cité n. 8, p. 473-474.

33 F. Dohna, op. cit., p. 473.

34 Pour J. B. Rives (Religion and authority, cité n. 21, p. 119), l’orientation du capitole par rapport au forum s’explique par les contraintes du terrain. Il ajoute: « Taking pagus and civitas together, it would have been roughly in the middle of the town ». Nous trouvons le même avis chez F. Dohna (Gestaltung, cité n. 8, p. 471-473) qui considère que le capitole assure une sorte d’union entre le domaine du pagus, à l’ouest (le forum), et le domaine de la ciuitas, à l’est (le temple de Mercure et le marché). Cette explication, qu’on peut qualifier de topographique, ne peut être retenue car elle considère que le cadre urbain était divisé en deux domaines. D’autant plus, il ne fait aucun doute que le secteur public, qui était sous le contrôle du pagus, a succédé à l’ancienne agora numide, donc au domaine de la ciuitas (L. Maurin, DFH, p. 79 et p. 88). L. Maurin a raison de rappeler (pour critiquer l’hypothèse de F. Dohna) que l’aménagement à l’est ne fut réalisé que sous Commode.

35 P. Gros, L’architecture romaine, cité n. 23, p. 227.

36 CIL, VIII, 26527 + ILTun, 1404 + S. Aounallah et Z. Ben Abdallah, Les Calpurnii de Thugga, dans Dougga (Thugga). Études épigraphiques, cité n. 4, p. 84-85 ; S. Saint-Amans, Topographie, cité n. 4, p. 313, n° 43.

37 Sur cette famille, voir S. Aounallah et Z. Ben Abdallah, Les Calpurnii de Thugga, cit., p. 77-96 et stemma p. 94.

38 C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cité n. 20, p. 44, n° 11 ; S. Saint-Amans, Topographie, cité n. 4, p. 308-312.

39 S. Saint-Amans, op. cit., p. 311, précise que la restitution d’une division tripartie se fonde sur la comparaison des proportions de l’ensemble avec les autres temples africains de la ville.

40 Ibid., p. 308-312.

41 CIL, VIII, 26456 a-c ; S. Saint-Amans, op. cit., p. 312, n° 42.

42 Cependant, « les travaux ont certainement démarré bien avant, sous Marc Aurèle » (S. Aounallah, Pagus, castellum, cité n. 4, p. 229). C’est la dédicace de cet aqueduc qui a montré que le proconsulat de M. Antonius Zeno devait être daté du règne de Commode. Sur le proconsulat de Zeno, voir C. Poinssot, Aqva Commodiana Civitatis Avreliae Thvggae, dans Mélanges Carcopino, Paris, 1966, p. 771-786 ; P. M. M. Leunnissen, Konsuln und Konsulare in der Zeit von Commodus bis Severus Alexander (180-235 n. Chr.). Prosopographische Untersuchungen zur senatorischen Elite im römischen Kaiserreich, Amsterdam, 1989, p. 213 ; E. Thomasson, Fasti Africani. Senatorische und ritterliche Amtsträger in den römischen Provinzen Nordafrikas von Augustus bis Diokletian, Stockholm, 1996, p. 72, n° 92.

43 C. Poinssot, Aqva Commodiana, cit., p. 771-786 ; AE, 1966, 511 ; DFH, p. 102-109, n° 36 ; A. Beschaouch, Épigraphie et ethnographie. D’une fête populaire de Dougga, en Tunisie, à la dédicace de l’aqueduc de Thugga, en Afrique romaine, dans CRAI, 2000, p. 1173-1181, d’où AE, 2000, 1726 : [pro salute Imp (eratoris) Caesaris M(arci) Aurelii Commodi Antonini Aug(usti)] Pii, Sarm[atici, Ge]rmanici Max[i]mi, Britannici, p(atris) p(atriae), ciuitas Aurelia Thugga [a]quam con[ductam e fonte M]occol[i]tano, a milliario septimo, [sua] pecunia induxi[t et] lacum fecit. M(arcus) Antonius Zeno proc[o(n)s(ul) Africae dedic (auit), cur(atore) L(ucio) Terentio Romano].

44 M. De Vos, Rus Africum. Terra, acqua, olio nell’Africa settentrionale. Scavo e ricognizione nei dintorni di Dougga (Alto Tell Tunisino), Trento, 2001, p. 29-34.

45 L. Maurin, DFH, p. 108 ; Id., Les inscriptions du territoire, dans Mourir à Dougga, cité n. 4, p. 36 et suiv.

46 L. Maurin, Les inscriptions du territoire, cit., p. 36.

47 C. Poinssot, Aqva Commodiana, cité n. 42, p. 771-786, particulièrement, p. 781.

48 DFH, p. 109. L. Maurin précise que « le parcours supérieur de l’aqueduc se trouvait, sur 2,5 km environ, dans le territoire d’une autre cité ; la meilleure candidate nous semble être l’obscure civitas Guemitanorum ».

49 C. Poinssot, M. Licinius Rufus. Patronus Pagi et Civitatis Thuggensis, dans BCTH, 1969, p. 237, n° 81, a raison de penser que c’est la ciuitas qui a absorbé le pagus avant la naissance du municipe.

50 CIL, VIII, 26482 + ILAfr, 516 ; M. Bassignano, Il flaminato, cité n. 26, p. 188-189, n° 21 et 25 ; G. Wesch-Klein, Liberalitas, cité n. 26, p. 232-235 ; DFH, n° 34 : Q(uintus) Pacuuius Saturus, fl(amen) perp(etuus), augur c(oloniae) I(uliae) K(arthaginis), e[t] Nahania [Victor]ia, fl(aminica) p(er)p(etua), ad [opu]s templi Mercuri(i), quot M(arcus) Pacuuius Felix Victorianus, filius eorum, codicillis suis ex HS ( =sestertium) L mil(ibus) fieri iussit, amplius ipsi, ob honorem f[l(amonii) perp(etui)] HS ( =sestertium) LXX mil(ibus) pollicitis [sum]mis, templum M[e]rcuri(i) et cellas duas cum [s]tatuis et porticum et ab[sides...] / [[omnique cultu]] ampliata pecunia fecerunt, item porticum et [area]m macelli pago patr[i]ae extruxerunt et excoluerunt ; item ciuitati Thugg(ensi) HS ( =sestertium) XXV mil(ia), Q(uintus) Pacuuius Saturus, fl(amen) perp(etuus), daturum se pollicitus est, ex cuius summae reditu quotannis decurionibu[s sport]ulae darentur, et ob diem [mun]eris ludos scaenicos et sportu[las] decuri[o]nibus utriusque ordinis et un[i]uerso populo [dedit...].

51 DFH, p. 98 et n° 105.

52 DFH, p. 97-98.

53 C. Poinssot, M. Licinius Rufus, cité n. 49, p. 248.

54 Ibid., p. 249.

55 D’après l’inscription, il faut distinguer entre le templum (opus templi Mercurii) qui désigne la cella centrale où devait trôner Mercure, la divinité tutélaire du sanctuaire, et les deux cellae latérales (cellas duas cum statuis) qui abritent deux divinités dont nous connaissons l’une d’entre elles : Mercurius Siluius (DFH, p. 97 ; S. Saint-Amans, Topographie, cité n. 4, p. 159-160).

56 CIL, VIII, 26486 ; ILTun, 1397 : Mercurio Siluio / sacrum.

C. De Ruyt, Macellum. Marché alimentaire des Romains, Louvain-La-Neuve, 1983, p. 218.

57 C. De Ruyt, Macellum. Marché alimentaire des Romains, Louvain-La-Neuve, 1983, p. 218.

58 CIL, VIII, 26652 ; C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cité n. 20, p. 33 ; DFH, p. 98-102, n° 35.

59 Vitruve, I, 6, 4 (traduction et commentaire de Ph. Fleury, Paris, 1990).

60 Vitruve, I, 6, 4. Cetius Faventinus, dans son Abrégé d’architecture privée, II, 1, 2, a repris ce passage.

61 Chaque face de la tour conserve encore ces représentations ; elles ont été étudiées en détail par J. Von Freeden, OIKIA KYPPHΣTOY, Studien zum sogenannten Turm der Winde in Athen, Rome, 1983.

62 Voir le commentaire de Ph. Fleury, ibid. Cet édifice, aujourd’hui connu sous le nom de « Tour des Vents », se trouve dans la partie est de l’agora romaine d’Athènes.

63 Cetius Faventinus, Abrégé d’architecture privée, II, 2, 3 (traduction et commentaire de M.-Th. Cam, Paris 2001).

64 M.-Th. Cam, op. cit., p. 58.

65 Celse, 2, 1, 3, attribue aux vents d’est et du sud de mauvaises influences et à certains vents les causes de maladies. Pour Faventinus, II, 2, 4, les vents nocifs sont les vents trop chauds et trop froids et l’orientation des habitants doit varier suivant le climat. Dans les régions chaudes, on s’exposera aux vents du nord ; dans les régions froides, aux vents du sud ou du sud-ouest. Pline (Hist. Nat., 2, 127), qui reconnaît à l’aquilon la salubrité et à l’auster un caractère nuisible, conseille d’orienter les fermes et les vignobles, dans les pays salubres, en direction du levant équinoxial et du subsolanus (18.337).

66 Vitruve, I, 6, 5, parle de « regiones et ortus eorum ». La construction d’une rose des vents permet non seulement de faire la distinction entre les vents principaux, mais surtout de donner une division de l’horizon, d’où le rôle le plus important que remplit la rose des vents : l’orientation (Ph. Fleury, op. cit., p. 168).

67 Vitruve, I, 6, 5 ; 6 ; 7 ; 8.

68 Voir U. Buchner, Horologium Augusti, dans LTVR, 13, p. 35-37 ; L. Haselberger, Urbem Adornare.Die Stadt Rom Und Ihre Gestaltumwandlung Unter Augustus / Rome’s urban metamorphosis under Augustus, Portsmouth, 2007 (JRA supplementary, 64), p. 168 et suiv.

69 L’époque de la domination carthaginoise.

70 CIL, VIII, 26498 ; M. Le Glay, Saturne africain, Monuments, I, Paris, 1961, p. 215-216, n° 5 ; DFH, p. 111-114, n° 38. Le premier temple, érigé à la fin du règne de Tibère, fut peut-être reconstruit au cours du iie siècle par la ciuitas (ILAfr, 551 ; M. Le Glay, Saturne africain, cit., p. 214, n° 3 ; DFH, n° 126).

71 Il s’agit d’une magnifique synthèse entre l’architecture africaine et classique. Sur ce temple, voir C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cité n. 20, p. 63-68 ; P. Pensabene, Il tempio di Saturno a Dougga e tradizioni architettoniche di origine punica, dans L’Africa romana, 4, 1987, p. 251-293 et, en dernier lieu, S. Saint-Amans, Topographie, cité n. 4, p. 348-353.

72 CIL, VIII, 26539, 26540, 26541 ; C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cit., p. 61, n° 22 ; DFH, n° 10.

73 J.-C. Golvin et M. Khanoussi (dir.), Dougga, études d’architecture, cité n. 4, p. 94.

74 Voir en dernier lieu, J.-C. Golvin et M. Khanoussi (dir.), op. cit., p. 79-95.

75 CIL, VIII, 26496; DFH, p. 295-296, n° 138.

76 J.-C. Golvin et M. Khanoussi (dir.), op. cit., p. 94.

77 DFH, p. 114-117, n° 39 ; M. Khanoussi, Le temple de la victoire germanique de Caracalla à Dougga, dans Actes du VIIIe Colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord (1er Colloque international sur l’histoire et l’archéologie du Maghreb), Tabarka (Tunisie), Mai 2000, Tunis, 2003, p. 447-455 ; S. Saint-Amans, Topographie, cité n. 4, p. 170-179 et p. 364-368. Récemment le temple vient de faire l’objet d’une étude complète, J.-C. Golvin et M. Khanoussi (dir.), op. cit., p. 33-77.

78 C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cité n. 20, p. 68-69, n° 31 ; DFH, p. 39-42, n° 15.

79 Voir V. Brouquier-Reddé, La place du sanctuaire de la victoire germanique de Caracalla à Dougga dans la typologie de l’architecture religieuse païenne de l’Afrique romaine, dans Actes du VIIIe colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord (1er Colloque international sur l’histoire et l’archéologie du Maghreb), Tabarka (Tunisie), Mai 2000, Tunis, 2003, p. 457-469.

80 V. Brouquier-Reddé, op. cit., p. 460-465 ; S. Saint-Amans, op. cit., p. 170-179 ; J.-C. Golvin et M. Khanoussi, Dougga, études d’architecture, cité n. 4, p. 34-77.

81 Sur cet arc, voir J.-C. Golvin et M. Khanoussi, op. cit., p. 70-73.

82 J.-C. Golvin et M. Khanoussi, op. cit., p. 60.

83 AE, 1997, 1659, 1660, 1662.

84 Cette quatrième base a été trouvée dans les environs du théâtre (AE, 1997, 1661). Pour S. Saint-Amans, op. cit., p. 176, « groupés autour des Victoires impériales, ils (ces dieux) dessinaient une image triomphante de l’empereur à son retour de campagne, car on ne peut douter que l’objet du culte était bien Caracalla lui-même, sous une forme à peine moins déclarée que sur une dédicace de Rome, gravée pour le salut de la Victoire du deus Caracalla, en 211, le jour de son anniversaire ».

85 L. Poinsot et R. Lantier, dans BCTH, 1925, p. XXXI-XXXII.

86 C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cité n. 20, p. 48, n° 1.

87 La restitution de M. Christol (Gallien, Thugga et Thibursicum Bure, dans AntAfr, 14, 1979, p. 219) ne se base pas sur la dénomination (thermar[um Lic]inianarum) mais plutôt sur le cognomen impérial (thermar[um Anton]inianarum). Voir sa récente mise au point dans, Regards sur l’Afrique romaine, Paris, 2005, p. 196-197.

88 P. Pensabene, Rifessi sull’architettura dei cambiamenti socio-economici dal tardo ii e iii secolo in Tripolitana e nella Proconsolare, dans L’Africa romana, VIII, 1990, p. 469.

89 Y. Thébert, Thermes romains d’Afrique du Nord et leur contexte méditerranéen. Études d’histoire et d’archéologie, Rome, 2003 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 315), p. 177

90 DFH, n° 42, p. 122-124.

91 ILAfr, 573 ; ILTun, 1500 ; Y. Thébert, Thermes, cit., p. 497 ; DFH, n° 42.

92 C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cité n. 20, p. 48-52, n° 15 ; Y. Thébert, Thermes, cit., p. 176-179.

93 Y. Thébert, Thermes, cit., p. 11.

94 Sur la notion de convergence, voir, par exemple, P. Gros, Une nouvelle approche, cité n. 1, p. 591-592 et p. 596 ; Id., La ville comme symbole. Le modèle central et ses limites, dans H. Inglebert (dir.), Histoire de la civilisation romaine, Paris, 2005, p. 199-209. Sur ces nouveaux bâtiments publics (particulièrement les thermes), vers lesquels convergent les foules citadines et rurales, P. Gros, La ville comme symbole, cit., p. 201, écrit : « c’est en fait une nouvelle force d’attraction qui s’exerce sur les collectivités municipales et coloniales : la valeur attachée à ce qui passe encore, au iie siècle, pour un luxe nouveau, mais aussi les nombreuses possibilités de rencontres et d’activités offertes par ces salles thermales et leurs annexes engendrent des formes inédites de l’urbanitas ».

95 C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cit., p. 71-72.

96 F. Jacques, « Municipia libera » de l’Afrique proconsulaire, dans Actes du colloque international en mémoire de Attilio Degrassi (Rome, 27-28 mai 1988), Rome, 1991, p. 593 ; J. Gascou, Conservator pagi (d’après l’inscription de Thugga, CIL, VIII, 27374), dans Dougga (Thugga). Études épigraphiques, cité n. 4, p. 102.

97 CIL, VIII, 26551, 26552.

98 Y. Debbasch, « Colonia Iulia Carthago », cité n. 4, p. 40-41.

99 F. Jacques, « Municipia libera », cité n. 96, p. 583-606.

100 J. Gascou, Conservator pagi, cité n. 96, p. 97-103.

101 C. Lepelley, Thugga au iiie siècle : la défense de la « liberté », dans Dougga (Thugga). Études épigraphiques, cité n. 4, p. 105-113.

102 A. Merlin et L. Poinssot, Une nouvelle inscription de Teboursouk, dans BSNAF, LXXII, 1912, p. 143.

103 P. Veyne, Le Marsyas « colonial » et l’indépendance des cités, dans Revue de Philologie, 1960-1961, p. 87-98.

104 M. Christol, De la liberté recouvrée d’Uchi Maius à la liberté de Dougga, dans Revue de philologie, de littérature et d’histoire anciennes, 2004, LXXVIII, p. 33-42 ; Id., Thugga, municipium liberum : l’acquisition de la liberté, dans Regards sur l’Afrique romaine, cité n. 87, p. 186-191.

105 CIL, VIII, 1487 = ILS, 541.

106 Voir P. Gros, De Cyrène à Lepcis Magna. L’investissement des centres urbains par le pouvoir, dans Lieux de cultes : aires votives, temples, églises, mosquées. Actes du IXe Colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord antique et médiévale, Tripoli, 19-25 février 2005, Paris, 2008, p. 47-59 ; W. Ben Akacha, Promotion coloniale, frénésie évergétique et aménagement urbanistique à Thuburbo Maius (à paraître dans DHA, 37, 2, 2011). Nous pouvons observer le même phénomène dans les provinces de l’Asie Mineure, voir D. Parrish (éd.), Urbanism in Western Asia Minor, New Studies on Aphrodisias, Ephesos, Hierapolis, Pergamon, Perge and Xanthos, JRA Suppl. 45, Portsmouth, 2001.

107 La frise architravée du portique du temple : CIL, VIII, 26458 + ILAfr, 514 a et b ; G. Wesch-Klein, Liberalitas, cité n. 26, p. 224 (b). Ce texte vient de faire l’objet d’une étude détaillée : L. Maurin et S. Saint-Amans (dans J.-C. Golvin et M. Khanoussi (dir.), Dougga, études d’architecture, cité n. 4, p. 183-208) ont proposé une restitution cohérente et conforme à toutes les données fournies par l’architecture comme par le style de l’écriture.

108 Le pluriel Deae Caelestes laisse croire qu’il s’agit de plusieurs représentations de la déesse. « Il est donc probable que l’on honorait à Dougga la même divinité sous son aspect africain, Caelestis, et sous son image romaine, Junon » (L. Maurin et S. Saint-Amans, dans J.-C. Golvin et M. Khanoussi (dir.), op. cit., p. 208).

109 La munificence des Aburnii/Auillii a concerné la donation des statues et une somme destinée à maintenir le souvenir de la dédicace. Sur cette famille, voir L. Maurin et S. Saint-Amans, dans J.-C. Golvin et M. Khanoussi (dir.), op. cit., p. 204-205.

110 C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cité n. 20, p. 41-44 ; S. Saint-Amans, Topographie, cité n. 4, p. 275-281 ; J. Eingartner, Templa, cité n. 1, p. 147-148 et p. 213-214. Le sanctuaire vient de faire l’objet d’une étude complète. La plupart de ses caractéristiques architecturales ont été rétablies par « déduction », ce qui a pu permettre de proposer, grâce à l’anastylose et à l’étude épigraphique, une restitution précise (J.-C. Golvin et M. Khanoussi (dir.), op. cit., p. 99-182).

111 C. Poinssot, L’effet monumental et l’utilisation des difficultés naturelles du terrain à Thugga aux iie et iiie siècles après J.-C., dans Atti del VIIe Congresso internazionale di archeologia classica, III, Rome, 1961, p. 265 ; S. Saint-Amans, Topographie, cit., p. 220-221.

112 G. Dareggi, Le sanctuaire de Caelestis à Thugga : un témoignage de l’idéologie impériale de l’époque des Sévères, dans Carthage et son territoire dans l’Antiquité. Actes du IVe Colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord, Strasbourg, 1988, p. 199-213.

113 Parmi les exemples cités, le temple de la Pietas Augusta de Dougga. Sur ce temple, voir C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cité n. 20, p. 32 ; DFH, n° 30.

114 D’après C. Poinssot (L’effet monumental, cité n. 111, p. 266), « l’architecte du temple de Caelestis, même s’il copiait un autre sanctuaire, s’est inspiré des proportions du théâtre ».

115 J. Eingartner, Templa, cité n. 1, p. 149.

116 J. Eingartner, op. cit., p. 148.

117 CIL, VIII, 26651 ; ILAfr, 542 ; J.-C. Golvin et M. Khanoussi (dir.), Dougga, études d’architecture, cité n. 4, p. 142-143.

118 J.-C. Golvin et M. Khanoussi, op. cit., p. 144.

119 G.-Ch. Picard, Les religions de l’Afrique antique, Paris, 1954, p. 161 ; C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cité n. 20, p. 42 ; J. Eingartner, op. cit., p. 147.

120 P. Gros, Le culte impérial dans la basilique judiciaire de Carthage, dans Karthago, 23, 1995, p. 45-56.

121 Pour Caelestis à Rome, voir F. Chausson (Dion Cassius, 79, 11-12), dans La Vigna Barberini, I, Rome, 1997, p. 67 et suiv. Hors l’Afrique et Rome, plusieurs inscriptions attestent qu’elle était vénérée en Espagne (à Valence, AE, 1993, p. 1067 et à Tarraco, CIL, VI, 2570), et dans d’autres régions de la Méditerranée (à Puteoli, CIL, X, 1596 et à Ostie, CIL, XIV, 4488).

122 CIL, VIII, 15506; M. Christol, Gallien, Thugga, cité n. 87, p. 217-223; DFH, n° 16.

123 A. Merlin et L. Poinssot, Une nouvelle inscription, cité n. 102, p. 120.

124 M. Christol, Gallien, Thugga, cité n. 87, p. 221 ; Id., Regards sur l’Afrique romaine, cité n. 87, p. 196-197.

125 J. Gascou, La politique municipale en Afrique du Nord de la mort d’Auguste au début du iiie siècle, dans ANRW, 10, 2, 1982, p. 275-276.

126 . Jacques, « Municipia libera », cité n. 96, p. 594.

127 C. Lepelley, Thugga au iiie siècle, cité n. 101, p. 109, n° 19.

128 DFH, p. 163-168, n° 62.

129 L. Maurin, DFH, p. 42-44, n° 16 ; M. Christol, Regards sur l’Afrique romaine, cité n. 87, p. 197.

130 C. Lepelley, Thugga au iiie siècle, cité n. 101, p. 112.

131 CIL, VIII, 26582. Pour le commentaire de cette inscription, voir M. Christol, Gallien, Thugga, cité n. 87, p. 221-222 ; C. Lepelley, Thugga au iiie siècle, cité n. 101, p. 110-111 et, en dernier lieu, DFH, p. 182-186, n° 70.

132 F. Jacques, « Municipia libera », cité n. 96, p. 594. Récemment, M. Christol (De la liberté recouvrée, cité n. 104, p. 33-42 ; Id., Thugga, municipium liberum, cité n. 104, p. 186-191), qui avoue d’ailleurs que « la question de la liberté de Dougga constitue un dossier difficile à exploiter », refuse cette interprétation. Pour Christol, l’ambassade sous Gallien pour défendre la liberté peut tout à fait être l’ambassade qui a obtenu la promotion au rang de colonie. La défense de la libertas publica ne serait pas à comprendre comme la défense d’un privilège menacé mais comme la demande de la « liberté suprême » qu’est la promotion coloniale.

133 J. Gascou, Conservator pagi, cité n. 96, p. 102, n° 23.

134 CIL, VIII, 26561; DFH, n° 63, p. 168-169.

135 F. Jacques, « Municipia libera », cité n. 96, p. 595 ; cette interprétation a été acceptée par J. Gascou, Conservator pagi, cité n. 96, p. 103.

136 X. Dupuis, À propos d’une inscription de Thugga : un témoignage sur la vitalité des cité africaines pendant la crise du iiie siècle, dans MEFRA, 195, 1, 1993, p. 63-73, d’où AE, 1993, 1754.

137 ILAfr, 530 ; M. Bassignano, Il flaminato, cité n. 26, p. 191, n° 40 ; DFH, n° 40, p. 117-120.

138 Pour L. Maurin (DFH, p. 43), « il est remarquable que la date de cette base (CIL, VIII, 15506) soit resserrée dans les trois dernières semaines de 261 : c’est exactement celle de la dédicace du temple de Tellus : cela nous semble dépasser la simple coïncidence, et impliquer qu’un évènement insigne comme l’octroi du droit colonial était intervenu à date récente ».

139 S. Saint-Amans, Topographie, cité n. 4, p. 198.

140 L. Maurin, DFH, p. 120.

141 C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cité n. 20, p. 45 ; P.-H. Tilmant, Dougga (Tunisie). Étude du temple de Tellus, dans Revue des archéologues et historiens d’art de Louvain, 28, 1995, p. 21-30 ; S. Saint-Amans, Topographie, cit., p. 198 et p. 360.

142 P.-H. Tilmant, Dougga (Tunisie). Étude du temple de Tellus, cit., p. 23.

143 C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cit., p. 45, rapproche le plan de ce temple de celui de Saturne ; P.-H. Tilmant, Dougga (Tunisie). Étude du temple de Tellus, cit., compare son plan à celui de Mercure.

144 Un fragment inédit d’ILTun, 1416 = DFH, n° 62.

145 Pour A. Beschaouch (dans Dougga (Thugga). Études épigraphiques, cité n. 4, p. 116), cette formule indique que la déduction « s’est traduite formellement par un inventaire foncier et, sans doute, par un enregistrement (donc une confirmation) des privilèges fiscaux ».

146 DFH, p. 167-168.

147 F. Jacques, Le Privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale des cites dans l’Occident romain (161-244), Rome, 1984 (Collection de l’École française de Rome, 76), p. 760. Pour Jacques, ibid., p. 548, « Dougga devait connaître des contrastes sociaux extrêmes. La masse des notables médiocres ne pouvait que dépendre d’un petit groupe l’écrasant totalement et imposant sa volonté directement ou par personnes interposées ».

148 R. Bruce Hitchner, Roman Thugga (Dougga) and its territory, dans JRA, 15, 2, 2002, p. 597-599.

149 Sur une critique de la notion de résistance, voir G. Woolf, Beyond Romans and natives, dans World Archaeology, 1997, 28, 3, p. 339-350 ; M. Sebaï, La romanisation en Afrique, retour sur un débat. La résistance africaine : une approche libératrice ?, dans Afrique et Histoire, 3, 2005, p. 39-56.

150 C. Poinssot, Les ruines de Dougga, cité n. 20, p. 69-70 ; J. Eingartner, Fora, Capitolia und Heiligtümer im westlichen Nordafrica, dans Die römische stad in 2. Jahrundert n. Chr. Der Functionswandel des öffentlichen Raumes (H.-J. Schalles, H. von Hesberg & P. Zanker éd), Bonn-Köln, 1992, p. 221-224 ; S. Saint-Amans, Topographie, cité n. 4, p. 340 ; J. Eingartner, Templa, cité n. 1, p. 212-213. Le sanctuaire s’élève au fond d’une grande area rectangulaire, bordée par deux portiques latéraux de dix-neuf colonnes chacun, qui se rejoignent au nord pour buter contre les faces du podium ; eux-mêmes sont bordés par une balustrade de chancels et de piliers. La cella, établie sur le remblai naturel de la partie de la pente, se trouve à l’extérieur de la cour qu’elle surplombe. Par conséquent, pour le promeneur dans la vallée, le temenos doit être identifiable de loin (J. Eingartner, Templa, cit., p. 147).

151 CIL, VIII, 26525 + ILAfr, 522 ; G. Wesch-Klein, Liberalitas, cité n. 26, p. 226, n° 7 (a) ; S. Saint-Amans, Topographie, cité n. 4, p. 342.

152 P. Gros, Une nouvelle synthèse, cité n. 1, p. 529.

153 Sur la vitalité des cités africaines pendant la « crise » du iiie siècle, voir P.-A. Février, Le fait urbain dans le Maghreb du iiie siècle. Les signes d’une crise ?, dans 150 Jahrfeier Deutsches Archäologisches Instituts Rom, Ansprachen und Vorträge, 4-7 dezember 1979, Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts, Römische Mitteilungen, 25, Ergänzunsheft, Mayence, 1982, p. 50-76 ; X. Dupuis, Constructions publiques et vie municipale en Afrique de 244 à 276, dans MEFRA, 104, 1992, p. 233-280 ; T. Kotula, L’Afrique romaine et « la crise du iiie siècle », dans Karthago, 23, 1995, p. 78-82.

154 Dans notre thèse, nous avons proposé d’envisager institutions municipales et comportements évergétiques comme des éléments d’un système social, et de définir des modèles de fonctionnement au sens typologique. Cela nous a permis d’opposer le cas d’Uchi Maius, ville très coloniale au sens moderne du terme, à Thuburbo et Thugga, villes où le phénomène urbain est tributaire du développement interne de la société indigène. Thugga était une ville « partiellement occupée ». La juxtaposition de deux structures socio-juridiques a favorisé la naissance d’un esprit de compétition participant à l’animation de l’aemulatio. Ce climat socio-politique a contribué à la domination de l’évergétisme ob honorem. À Thuburbo, la romanisation était progressive et « libérale ». Dans cette ville, la pénétration coloniale romaine a été limitée. La coexistence harmonieuse indigéno-romaine et la nature libérale de sa romanisation ont probablement favorisé la domination de l’évergétisme libre (la plupart des constructions thuburbitaines n’étaient pas financées par une summa honoraria, mais librement offertes par les particuliers ou la cité). À Uchi Maius, la colonisation intense a amputé la ville de sa structure juridique indigène, ce qui a pu aboutir à une homogénéisation de la société. Tous ces facteurs ont empêché la naissance d’un dynamisme socio-municipal et ont ainsi provoqué l’affaiblissement de l’évergétisme.

155 Sur la complexité, voir, par exemple, E. Morin, Introduction à la pensée complexe, Paris, 1990. Sur le concept de système dans les sciences de l’homme, voir L. V. Bertalanffy, General system theory : foundations, developement, applications, New York, 1968 ; Théorie générale des systèmes, Paris, 1973, p. 191-209. Sur l’application de ce concept en archéologie, voir E. Djindjian, Pour une théorie générale de la connaissance en archéologie, dans Archeologia e Calcolatori, 13, 2002, p. 201-117.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Walid Ben Akacha, « Statut institutionnel, évergetisme et urbanisme à Thugga », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 123-2 | 2011, 613-627.

Référence électronique

Walid Ben Akacha, « Statut institutionnel, évergetisme et urbanisme à Thugga », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 123-2 | 2011, mis en ligne le 19 février 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://mefra.revues.org/454 ; DOI : 10.4000/mefra.454

Haut de page

Auteur

Walid Ben Akacha

Institut supérieur des sciences humaines de Jendouba, Tunisie, walidbenakacha@yahoo.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org