Navigation – Plan du site
Chronique
Activités archéologiques de l’École française de Rome

Loron (Tar-vabriga, Croatie)

Corinne Rousse et Francis Tassaux
p. 228-235

Texte intégral

Activités de fouilles soutenues par :
Musée régional de Poreč (Croatie), Ausonius-Université de Bordeaux 3, École française de Rome et Istituto di Topografia antica (Università di Padova)

1Les fouilles conduites sur le complexe artisanal de Loron se concentrent sur un important atelier d’amphores installé sur la terrasse supérieure du module oriental (fig. 1). Elles révèlent une organisation particulièrement planifiée des espaces de productions (fours à amphores, préaux de séchage, espaces de cuisson), répartis en trois édifices autour d’une vaste cour centrale, dotée d’une réserve d’eau (fig. 2). Différents sondages montrent que ce plan d’architecte remonte à la création du complexe artisanal vers 10 ap. J.‑C. par Sisenna Statilius Taurus, fils cadet du grand Statilius Taurus, ami d’Auguste. Il est maintenu sans grandes modifications durant toute la période d’activité de l’atelier, soit du ier au ive siècle ap. J.‑C.

2La mission franco-croate intervient dans la partie occidentale de l’atelier (secteur C). Financée par l’École française de Rome et le ministère des Affaires étrangères, elle fait partie du programme L’Istrie et la mer associant le Musée territorial de Poreč (Croatie-V. Kovačić), le centre Ausonius-université de Bordeaux 3 et l’École française de Rome. Elle reçoit, pour la partie croate, un soutien logistique et financier apporté par les municipalités de Tar-Vabriga et de Poreč, par l’office du tourisme de la commune de Tar-Vabriga (Turistička Zajednica Tar- Vabriga) et par le ministère croate de la recherche. Enfin, la fouille est menée en étroite collaboration avec l’université de Padoue qui intervient également sur le site (Dipartimento di Topografia antica-G. Rosada ; A. Marchiori).

3La campagne 2009 a permis d’achever l’étude de la vaste structure hydraulique (47) occupant l’angle nordouest de la cour (fig. 3). Trois sondages réalisés à la pelle mécanique ont contribué à préciser la datation et la fonction de la structure (S30 ; S31 ; S32). La découverte d’un bassin de fontaine confirme qu’il s’agit d’une importante réserve d’eau destinée à approvisionner l’ensemble de l’atelier (S30). La nécessité de protéger les éléments les plus fragiles (pavements, bourrelets en béton hydraulique) a conduit à recouvrir l’ensemble de la structure en fin de campagne, sous la direction de V. Kovačić, responsable de la conservation du site.

4La campagne 2009 a été menée par une équipe composée d’Audrey Bertrand (Université de Paris 1), Anne-Laure Foulcher (Université de Grenoble), Valerio De Leonardis (Università di Roma 3) et Claudio Taffetani (Università di Roma 3), responsables de secteur ; Giulia De Palma (Université de Paris 10), Elyssa Jerray (Université de Provence Aix-Marseille 1), Erika Jurisevič (Università degli studi di Trieste), Julie Marangoni (Université de Bordeaux 3) et Giuseppe Silvestri (Università di Roma 3).

5Paola Maggi (Università degli studi di Trieste) a réalisé l’ensemble de l’inventaire du mobilier déposé au musée territorial de Poreč, grâce à une mission financée par l’École française de Rome. L’étude du mobilier des précédentes campagnes, coordonnée par F. Tassaux et Y. Marion, a été poursuivie en parallèle de la fouille.

La grande réserve d’eau dans l’angle nord-ouest de la cour

6Les résultats obtenus en 2009 permettent désormais de restituer l’ensemble de la structure hydraulique, constituée d’un vaste bassin ouvert servant de réservoir, alimentant un petit bassin de fontaine accolé au mur sud de la structure. L’ensemble occupe près d’un 1/6e de la superficie de la cour (fig. 4).

Le réservoir

7Le réservoir correspond à un vaste bassin ouvert, mesurant 14,4 m de long sur 10,3 m de large (fig. 5). Le dégagement du mur oriental (MR 3320) montre que la structure est entièrement fermée, sans liens fonctionnels avec les substructions accolées, à une époque indéterminée, au côté est du bassin (MR 3610-MR 3611- MR 3774).

8Les murs, épais de 70 cm, sont fondés directement sur le substrat et liés à ce dernier par du mortier. Un épais renfort en béton hydraulique a été coulé le long du parement interne directement à partir du substrat pour former une sorte de contre-mur. Large de 40 cm, il est conservé dans l’angle nord-est du bassin sur toute l’élévation du mur (1 m). Tout en assurant l’étanchéité de la structure, ces épais bourrelets de béton hydraulique permettent de renforcer la résistance des murs soumis à la pression de l’eau. L’aménagement du fond du réservoir traduit le même souci de solidité et d’étanchéité, avec la réalisation d’un pavement en opus spicatum qui vient s’appuyer à angle droit sur les parois en béton hydraulique (PA 3295).

9La réalisation d’un sondage (S 3728) au sud d’une des fosses occupant le centre du bassin indique que le pavement en opus spicatum repose sur une épaisse préparation de mortier (US 3597), recouvrant à son tour un niveau de cailloutis, composé d’éclats de taille jetés en vrac (US 3725) et un nivellement d’argile pure de couleur verte (US 3727). Sous cette dernière couche apparaît le substrat rocheux (US 3731), probablement retaillé pour offrir une surface stable, à une cote de 4,8 m (fig. 6). Ces aménagements préalables à l’installation du pavement en opus spicatum se retrouvent le long du côté est du bassin au niveau d’une fosse de spoliation (FS 3743) qui entaille le pavement. Ces observations montrent que le fond du bassin a été réalisé en aménageant une dépression du substrat rocheux, qui a été régularisée, puis nivelée avec un apport d’argile pure constituant un premier isolant. La préparation du pavement consiste ensuite en une couche de cailloutis, recouvert d’un lit de mortier particulièrement solide et étanche. Cette construction soignée a permis d’assurer la stabilité et la résistance du pavement en opus spicatum, qui reste encore le niveau le mieux conservé de la structure. Elle explique également l’orientation parfaitement plane du pavement.

Fig. 1 – Loron. Le complexe artisanal, sur la côte sud de la péninsule délimitée par les baies de Cervar et Santa Marina (Restitution 3D A. Scarpa.Montage A. Marchiori sur une vue aérienne de R. Kosinožić).

Fig. 2 – Loron. L’atelier d’amphores occupant la terrasse supérieure du module oriental du complexe artisanal (CAO C. Rousse).

Fig. 3 – Loron. Vue d’ensemble du secteur C dégagé en 2009. Structure hydraulique (espace 47) et sondages S30-32 (cliché G. Brun – EFR ; CAO : C. Rousse).

Fig. 4 – Loron. La grande réserve d’eau dans l’angle nord-ouest de la cour. Vue de l’est (cliché C. Taffetani – EFR).

Fig. 5 – Loron. Planimétrie de la structure hydraulique (réservoir et bassin de fontaine) avec les deux niveaux de pavement (CAO C. Rousse).

10À une époque indéterminée, le réservoir est réaménagé : un nouveau pavement, en petites briques rectangulaires (tommettes) posées à plat, est installé sur le fond en opus spicatum (MEFRA, 121-1, 2009). Sur ses côtés ouest, sud et est, ce pavement de tommettes (PA 3290) est isolé des renforts en béton hydraulique par des bordures en creux, larges de 29-30 cm, destinées à accueillir un aménagement de tegulae liées par du mortier (CN 3294, CN 3585, CN 3738) (fig. 7). Dans l’angle nord-est du bassin, le nettoyage du parement interne du bourrelet d’étanchéité, conservé sur 1m, garde l’empreinte verticale de cet aménagement, ce qui suggère un système de banquette ou de caisson constitué de tegulae superposées : il devait servir à renforcer l’étanchéité au niveau d’un point de faiblesse que constitue la liaison entre le second pavement et les parois en béton hydraulique. Cet aménagement ne concerne que les murs les plus exposés à la pression, du fait du pendage général du terrain. En revanche, sur le côté nord, le pavement de tommettes est directement lié au bourrelet en béton hydraulique, avec l’ajout d’une deuxième couche d’enduit pour assurer une bonne étanchéité. Les interventions de spoliation intervenues à l’époque tardive (ive-ve siècles) ont complètement détruit ce curieux système de banquette, ainsi qu’une bonne partie des élévations en béton hydraulique, afin d’atteindre les blocs taillés du parement interne des murs. Elles expliquent la forte concentration de tuiles fragmentées retrouvées dans les couches d’abandon du bassin.

Fig. 6 – Loron. Sondage S3728 au centre du réservoir (cliché C. Rousse).

Fig. 7 – Loron. Photogrammétrie de la réserve d’eau, avec dégagement complet des aménagements de bordure du pavement de tommettes (cliché et redressement photographique C. Taffetani – EFR).

11Il est impossible de dater les réfections effectuées à l’intérieur du bassin. La technique de l’opus figlinum appliquée au nouveau pavement est attestée de la fin de la République jusqu’à l’Antiquité tardive. Quant aux fines couches de chaux trouvées dans l’aménagement des bordures, sous ou entre les tegulae, elles n’ont fourni aucun mobilier. Les seuls indices chronologiques sont donc deux tessons inclus dans la préparation du pavement de tommettes, qui correspondent à une amphore Dressel 2/4 importée de la côte tyrrhénienne, dont la période de diffusion se situe entre la fin du ier siècle av. J.‑C et la fin du ier siècle ap. J.‑C. Mais les réfections ne peuvent être antérieures à la deuxième moitié du ier siècle ap. J.‑C., en raison du terminus post quem fourni par la datation du premier état du bassin.

12La phase d’abandon de l’ensemble de la structure hydraulique est en revanche mieux connue grâce au mobilier contenu dans les couches de destruction recouvrant le pavement de tommettes et celles venant combler le bassin de fontaine. Ce dernier se caractérise par la présence d’importations africaines et orientales diffusées entre la fin du iiie s. ap. J.‑C. et le début du ve s. ap. J.‑C. Il comprend également l’ensemble des productions de Loron, dont les amphores de type « tardif », qu’on retrouve ailleurs sur le site dans différentes couches datées du ive s. ap. J.‑C. Enfin, un bronze de Constance II (émission : 355-361 ap. J.‑C.) a été trouvé dans la couche de destruction recouvrant le pavement de tommettes (US 3508). Ces strates d’abandon de la seconde moitié du ive s. sont scellées par des couches plus tardives (ve s. ap. J.‑C.), qui correspondent à la destruction et à l’arasement du complexe.

Le bassin de fontaine

13La réalisation d’un sondage à la pelle mécanique au sud du réservoir a permis de dégager, sous la couche d’abandon recouvrant le côté sud de la cour, un petit bassin de fontaine (FN 3734) relié au réservoir par une arrivée d’eau (fig. 8). De forme rectangulaire, ce bassin mesure 2,64 m de long sur 2,18 m de large. Il présente une margelle en opus quadratum formée de 11 blocs taillés de pierre calcaire disposés en panneresse et en partie posés sur le substrat (fig. 9). L’excellent état de conservation de la structure permet d’observer les systèmes de scellement des blocs, constitués de crampons en pi réalisés en fer et scellés au plomb aux extrémités, selon l’une des techniques les plus courantes utilisées dans le monde romain. Ces crampons sont encore présents dans 8 des 10 mortaises relevées. Le bassin lui-même est creusé dans la roche. Il est aménagé au moyen d’un épais mortier mêlé de cailloux, recouvert ensuite d’un enduit fin et soigné en mortier hydraulique. Le fond de la vasque est parfaitement plan et recouvert d’un pavement en opus spicatum de bonne facture, qui rappelle le pavement originel du grand réservoir. La cuve rectangulaire ainsi réalisée mesure 1,76 m de long sur 1,20 m de large, pour une profondeur de 86 cm. Elle permettait de stocker une petite quantité d’eau (1,8 m3), facile à puiser à l’aide d’un seau.

Fig. 8 – Loron. Le bassin de fontaine en cours de dégagement (cliché C. Rousse).

14La trace de l’arrivée d’eau observée en 2008 au niveau du mur sud du réservoir (empreinte en mortier d’un aménagement hydraulique en plomb) se trouve parfaitement alignée avec une mortaise aménagée dans l’un des blocs de la margelle, présentant une forme et des dimensions atypiques (fig. 10). La fonction de cette mortaise est certainement d’accueillir un système de scellement, probablement coulé en plomb, destiné à maintenir un bloc vertical traversé par un tuyau en plomb. On pense par conséquent à un système de bouche d’eau, peut-être doté d’un système de régulation sous la forme d’un robinet. Étant donné l’importance des spoliations menées sur le site, il n’est guère étonnant d’avoir perdu ces éléments. Dans l’Antiquité, les bouches étaient souvent décorées et constituent aussi des blocs particulièrement aisés à récupérer, de même que les éléments en plomb. Ainsi, seuls quelques fragments de plomb ont été relevés dans et autour du bassin, tandis que les blocs solidement fixés de la margelle ont été laissés en place. Du système d’alimentation en eau de la fontaine ne subsiste donc plus que la trace en négatif des scellements au niveau du mur MR 3275 et du bassin de fontaine.

Fig. 9 – Loron. Vue axonométrique du bassin de fontaine (CAO C. Rousse).

Fig. 10 – Loron. Alimentation du bassin de fontaine depuis le réservoir (cliché C. Taffetani – EFR).

15La margelle du bassin est installée au niveau du plan de circulation dans la cour, constitué d’une couche d’argile mêlée de tessons (US 3747) qui recouvre le substrat rocheux (US 3767). L’absence de dispositif d’écoulement suggère que l’on pouvait fermer l’arrivée d’eau du bassin, probablement à l’aide d’un robinet. Le pendage naturel de la cour permettait, si besoin d’évacuer le trop-plein. Une direction préférentielle au débit des eaux (trop-plein, mais aussi eau de pluie) était probablement donnée par le passage en pente aménagé dans l’angle sud-ouest entre la cour et la terrasse inférieure du complexe (soit entre les murs MR 3223 et MR 3238 qui longe l’espace 38).

16Les données stratigraphiques montrent que le bassin de fontaine, aménagé en même temps que le grand réservoir, fonctionne jusqu’au ive s. ap. J.‑C., soit durant toute la période d’activité de l’atelier. Il est ensuite comblé par différents niveaux de remblais datés de la fin du ive s. ap. J.‑C., ce qui correspond à la phase de spoliation et d’abandon du réservoir.

La disponibilité en eau : une nécessité pour le fonctionnement de l’atelier d’amphores

17Durant les phases d’activité de l’atelier, une grande quantité d’eau douce était nécessaire pour la préparation de l’argile et la réalisation des amphores. Le vaste réservoir construit dans la cour assurait cet approvisionnement en eau. Ses dimensions imposantes répondent aux besoins d’une intense activité de production, déjà bien attestée par les batteries de fours relevées dans l’espace 45. L’eau servait également au personnel de l’atelier et pouvait être utilisée pour le nettoyage et l’entretien des pièces de travail. Situé à proximité des fours à amphores, le grand bassin ouvert constituait enfin une réserve aisément accessible en cas d’incendie : un tel incident a peut-être provoqué la destruction d’un des premiers fours de Sisenna, dont les vestiges ont été remployés dans le nivellement du secteur nord de la cour.

Le sondage dans la cour au nord de la réserve d’eau

18L’espace situé entre la grande réserve d’eau et la limite nord de la cour (mur MR 3284) est étudié par sondage depuis 2007. Il présente, sous les niveaux tardifs, des remblais chronologiquement homogènes constitués de déchets de cuisson (amphores Dressel 6B timbrées SISENNA ; sigillée de production locale, dont un exemplaire timbré SISENNA ; céramique commune), de concentrations d’argile rubéfiée et des fragments d’un four détruit, probablement l’une des premières structures de cuisson en activité sur le site.

19L’élargissement du sondage à la pelle mécanique (S31) a permis de confirmer la datation précoce de ces remblais uniquement constitués des premières productions amphoriques de l’atelier, associées à des sigillées d’époque augusto-tibérienne (fig. 11). Les données céramiques conduisent donc à dater la réalisation de cet important nivellement des premières phases d’aménagement du site, soit entre 10 ap. J.‑C. et la fin du règne de Tibère, sous le premier propriétaire connu, Sisenna Statilius Taurus. La réalisation de ce remblais précoce, appuyé à la fois sur le mur nord de la cour et sur le parement externe du mur nord du bassin, semble directement liée à la construction du bassin et à la nécessité d’aménager un niveau de circulation cohérent, dans un espace où le substrat présente de fortes irrégularités : les couches de remblais recouvrent directement le substrat, dont la cote varie de plus d’1 m (6,22-5,30). Cette déclivité n’est pas seulement naturelle. Le dégagement du secteur longeant le mur nord du bassin montre en effet les traces d’un chantier de construction, avec l’extraction de blocs de pierres ayant pu servir aux élévations. Cette activité de taille explique le profil en escalier donné au substrat (fig. 11) et la concentration d’éclats calcaires (US 3762) dans la couche la plus basse du nivellement (fig. 12). La circulation au niveau même du substrat n’a dû être que de courte durée. Dès le bassin construit, la zone de chantier a été nivelée à partir des matériaux à disposition, soit principalement des amphores et les déchets de four déjà en activité.

Fig. 11 – Loron. Sondage S31 au nord de la réserve d’eau, avec profil en escalier du substrat (cliché C. Taffetani – EFR).

Fig. 12 – Loron. Couche d’éclats de taille au fond du nivellement précoce entre la réserve d’eau et la limite septentrionale de la cour (cliché C. Rousse).

Données chronologiques sur l’aménagement ex nihilo de l’atelier

20Les différents sondages réalisés montrent que l’atelier d’amphores de Loron suit un plan d’architecte défini dès l’implantation du complexe artisanal, autour de 10 ap. J.‑C., par le premier propriétaire Sisenna Statilius Taurus. Les édifices disposés en U autour de la cour s’appuient directement sur le substrat de calcaire blanc qui présente une forte déclivité en direction de la mer. Les murs porteurs sont systématiquement fondés à sec sur la roche et liés à celle-ci par un mince lit de mortier. Ils suivent ainsi le pendage général du terrain, pourtant non négligeable (7‰). Les irrégularités de la roche sont comblées par du gravier, par une accumulation d’éclats de taille, voire pour les creux les plus importants, par un aménagement de blocs grossièrement taillés. L’absence de fosse de fondation suggère que le substrat rocheux était affleurant lorsque le complexe a été édifié ex nihilo.

21La présence d’une vaste dépression dans l’angle nord-ouest de la cour explique certainement le choix réalisé pour implanter la grande réserve d’eau alimentant le complexe, en réalisant un vaste réservoir semi-enterré, doté d’une fontaine. La construction modifie légèrement le plan originel, en bloquant un des escaliers d’accès à la cour (fig. 4), mais elle ne peut dépasser les années 30 de notre ère, en raison du terminus ante quem fourni par le remblai dans l’angle nord-ouest de la cour. Des fours à amphores fonctionnaient déjà, probablement installés au centre de l’aile nord : l’un d’entre eux a été abattu et réemployé pour remblayer le chantier de construction, avec de nombreuses amphores correspondant aux premières séries fabriquées sur le site. La construction du bassin suit donc de près l’établissement des premiers édifices de l’atelier et marque l’aménagement définitif de la cour, dans la première moitié du ier s. ap. J.‑C., avec la réalisation d’un niveau de circulation conservé jusqu’à l’abandon du complexe.

22Les résultats obtenus en 2009 ont donc permis de préciser la chronologie des premières phases de l’atelier, au-delà d’une étude architecturale complète de la structure hydraulique implantée dans l’angle nord-ouest de la cour. Les prochaines campagnes de fouilles (2010- 2011) pourront être consacrées à l’analyse de l’aile occidentale de l’atelier, tandis que l’équipe italienne, conduite par A. Marchiori, poursuit l’étude des fours à amphores (espace 45) et des espaces orientaux.

23Les équipes françaises ont également poursuivi leurs travaux le long de la côte. L’équipe subaquatique de Marie-Brigitte Carre (Centre Camille Jullian) a complété son étude des vestiges des baies de Valeta et de Busuja avec le Musée de Poreč (V. Kovačić), tandis qu’elle entamait de nouvelles recherches sur le grand vivier à poissons de Katoro, en collaboration avec le Musée d’Umag et Katia Katunaric. Enfin, Christine Macheboeuf (université de Boulogne) et Alexandra Hanry (INRAP) ont travaillé sur deux sites riches en murex destinés à la fabrication de la pourpre, à Sv. Ivan et Zambratija, toujours avec le Musée d’Umag.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Loron. Le complexe artisanal, sur la côte sud de la péninsule délimitée par les baies de Cervar et Santa Marina (Restitution 3D A. Scarpa.Montage A. Marchiori sur une vue aérienne de R. Kosinožić).
Légende Fig. 2 – Loron. L’atelier d’amphores occupant la terrasse supérieure du module oriental du complexe artisanal (CAO C. Rousse).
Légende Fig. 3 – Loron. Vue d’ensemble du secteur C dégagé en 2009. Structure hydraulique (espace 47) et sondages S30-32 (cliché G. Brun – EFR ; CAO : C. Rousse).
Légende Fig. 4 – Loron. La grande réserve d’eau dans l’angle nord-ouest de la cour. Vue de l’est (cliché C. Taffetani – EFR).
Légende Fig. 5 – Loron. Planimétrie de la structure hydraulique (réservoir et bassin de fontaine) avec les deux niveaux de pavement (CAO C. Rousse).
Légende Fig. 6 – Loron. Sondage S3728 au centre du réservoir (cliché C. Rousse).
Légende Fig. 7 – Loron. Photogrammétrie de la réserve d’eau, avec dégagement complet des aménagements de bordure du pavement de tommettes (cliché et redressement photographique C. Taffetani – EFR).
Légende Fig. 8 – Loron. Le bassin de fontaine en cours de dégagement (cliché C. Rousse).
Légende Fig. 9 – Loron. Vue axonométrique du bassin de fontaine (CAO C. Rousse).
Légende Fig. 10 – Loron. Alimentation du bassin de fontaine depuis le réservoir (cliché C. Taffetani – EFR).
Légende Fig. 11 – Loron. Sondage S31 au nord de la réserve d’eau, avec profil en escalier du substrat (cliché C. Taffetani – EFR).
Légende Fig. 12 – Loron. Couche d’éclats de taille au fond du nivellement précoce entre la réserve d’eau et la limite septentrionale de la cour (cliché C. Rousse).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Rousse et Francis Tassaux, « Loron (Tar-vabriga, Croatie) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité, 122-1 | 2010, 228-235.

Référence électronique

Corinne Rousse et Francis Tassaux, « Loron (Tar-vabriga, Croatie) », Mélanges de l'École française de Rome - Antiquité [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://mefra.revues.org/456

Haut de page

Auteurs

Corinne Rousse

Articles du même auteur

Francis Tassaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org